Page 30

LA BONNE INITIATIVE Texte Eléonore Prieur Illustration Clémentine Huyghe

Eroïn, quand les femmes font leur cinéma ! En 2012, Audrey mettait en place, en un mois et demi seulement, sa propre projection de courts-métrages. Son association Eroïn est née juste après. Cela fait 4 ans maintenant qu’elle s’échine chaque année à nous faire découvrir le travail de neuf réalisatrices. Des productions aussi prenantes qu’éclectiques.

Lorsqu’Audrey organise son

de liberté incroyable pour les

premier gala Eroïn en 2012, la

réalisateurs. Ils peuvent aborder

jeune femme n’a qu’une idée en

n’importe quel sujet ». 

tête : mettre en lumière le travail de réalisatrices. « Dans toutes

Elle sélectionne ses courts au

les projections où je me rendais

coup de cœur. « Je fais très

déjà à l’époque où je n’étais que

attention au professionnalisme

comédienne, je voyais très peu de

global du projet. Je veux que

courts-métrages réalisés par des

les spectateurs s’imaginent ce

femmes. J’avais envie de prouver

que donnerait la réalisatrice du

qu’elles ne sont pas bonnes qu’à

court-métrage qu’ils regardent,

raconter des histoires d’amour

sur un long métrage ». Pas de

autour des mecs ou de leurs

production balbutiante donc

copines ». Loin d’Audrey l’idée

chez Eroïn, mais que de la

de tirer pour autant un trait sur

qualité !

la gent masculine, qui reste très

28

représentée lors de ses galas.

L’année précédent le gala, elle

L’autre mot d’ordre de sa

bouffe du court-métrage à tous

sélection : l’éclectisme. Ses

les râteliers : festivals (à Paris,

projections accueillent aussi

en province ou à l’étranger),

bien des comédies, des drames

événements privés, projections

sociaux que des films de genre.

parisiennes, sans compter

« Le court-métrage, par ses

les liens qu’elle entretient

différents formats, est un espace

avec différentes sociétés de

Le Bonbon - Paris Ouest - Mars 2016  

Découvrez le magazine Le Bonbon Paris Ouest - Mars 2016

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you