Page 1


Édito

P.

6

P.

9

Florence Teste, rédactrice en chef

Bonjour à toutes et à tous,

LES BÊTISES

Ce mois de novembre nous emmène à Annecy. Connaissez-vous cette ville des Alpes ? Dans ce numéro, vous ferez connaissance avec Eugène Sue, Guillaume Musso et Marguerite Yourcenar, des auteurs français. Vous irez écouter une merveilleuse chanson interprétée par Michel Fugain, vous apprendrez comment placer correctement les liaisons entre les mots et vous découvrirez le métier d’avocat. Bien sûr, nous vous parlerons des fromages de la région (hum, la tartiflette !!!) et d’une spécialité gastronomique un peu méconnue, les crozets. Et vos rendez-vous habituels : RFI, cinéma, les jeux, Amériques, l’imagier et votre feuilleton, Miam !

CINÉMA

Je voudrais également vous rappeler qu’à l’approche des fêtes, vous pouvez penser à offrir un abonnement à votre magazine préféré à vos amis qui ne sont pas «natifs francophones» et qui veulent améliorer ou entretenir leur niveau en français. Il en existe une version numérique, une version papier, une annuelle, une semestrielle, une pour les écoles, une pour les médiathèques, ... Et si vous-même n’êtes pas abonné, n’hésitez plus ! Non seulement vous recevrez le magazine mais aussi la Litote, notre supplément hebdomadaire. De notre côté, pour décembre, nous sommes en train de vous préparer un numéro sur La Nouvelle-Orléans, aux Etats-Unis. Et nous avons également des projets en préparation dont nous ne manquerons pas de vous parler très bientôt ! En attendant, bonne lecture à toutes et à tous ! Florence TESTE

DEMAIN DE MUSSO LIVRE

P.

LES MÉMOIRES D’HADRIEN FRANCOPHONIE

10


du CinéMA européen en essonne 10-22 noveMBre 2015 Athis-Mons ‣ Brétigny-sur-orge ‣ Chilly-MAzArin CorBeil-essonnes ‣ étAMpes ‣ Juvisy-sur-orge ‣ les ulis MArCoussis ‣ Montgeron ‣ orsAy ‣ pAlAiseAu ‣ ris-orAngis sAint-MiChel-sur-orge ‣ verrières-le-Buisson ‣ viry-ChAtillon

Tarif unique 4 € ‣ 01 69 06 71 79 ‣ www.cinessonne.com Avec le soutien du département de l’essonne académie Versailles direction des services départementaux de lʼéducation nationale Essonne

JOURNAL CAHIERS Noir et blanc

DES

CAHIERS CINEMA

Quadrichromie

DU

© Le Pacte. Photo : Laurent Thurin-Nal. Conception graphique : Gwenaëlle Serre

17 festivAl e


ROMAN À SUIVRE

LA NUIT, TOUS LES CHATS SONT GRIS SOCIÉTÉ

SOCIÉTÉ

LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE

ENVIRONNEMENT

TOUS AU VILLAGE CHANSON

JE N’AURAI PAS LE TEMPS FOCUS SUR UN MÉTIER

AVOCAT AUTEUR

EUGÈNE SUE GRAMMAIRE

LES LIAISONS COIN DES PROFS

DESSINEZ C’EST MÉMORISÉ ! RFI

DES ESPÈCES SONNANTES ET TRÉBUCHANTES PRODUIT RÉGIONNAL

VIN

LE VIN AU TEMPS DES ROMAINS JEUX

À DES NIVEAUX DIFFICULTÉ LE

DE

CE

SONT

42 P. 46 P. 49

QUI

P.

44

THANKSGIVING AMÉRIQUE

ADAPTÉS

PICTOGRAMME

ARTICLES

30

IMAGIER

B1 À C2. LA L’ARTICLE EST

PICTOGRAMME

P.

LES SACS

EN

FORME DE LIVRE EN HAUT DE LA PAGE.

LES

28

TOURISME

P.

LE CROZET DE SAVOIE

ARTICLES

P.

ANNECY

P.

LE CYCLISME

PAR

19 P. 20

23 P. 24 P. 26 P. 32 P. 34 P. 36 P. 38 P. 40

SPORT

REPRÉSENTÉE

13

15

P.

LA LANGUE SAVOYARDE

LES

P.

P.

COMPORTENT EXISTENT

EN

VERSION AUDIO

LES FROMAGES

CUISINE


© Asa Films Rezo Productions

Les bêtises

Alice et Rose Philippon, 2015

Cinéma « J’ai tout démonté tes tableaux, J’ai tout découpé les rideaux, Tout déchiré tes belles photos Que tu cachais dans ton bureau Fallait pas m’quitter tu vois, Il est beau le résultat, Je fais rien que des bêtises, Des bêtises quand t’es pas là … »

et plein de surprises que les amoureux des salles sombres ont beaucoup aimé, au début de l’été 2015. Comme les célèbres frères Cohen, les deux réalisatrices ont depuis toujours l’envie de travailler ensemble. Toutes deux diplômées en cinéma, elles collaborent aujourd’hui pour amener sur grand écran le scénario qui leur a permis de gagner le prix junior du meilleur scénario en 2012.

© Asa Films Rezo Productions

En 1985, une jeune chanteuse, Sabine Paturel, fait un carton1 avec un titre très mélodieux racontant toutes les bêtises que peuvent faire les enfants en l’absence de leurs parents. Cette chanson revient aujourd’hui sur la bande originale du film d’Alice et Rose Philippon, Les bêtises, un long métrage atypique2

Le résumé

© Asa Films Rezo Productions

6

François est un jeune homme grand, brun, charmant, célibataire et on peut le dire, assez maladroit. Il est le genre de personne à coincer ses lacets dans l’escalator3, à se prendre les pieds dans les marches ou à s’appuyer sur un mur fraîchement repeint. Dès les premières minutes du film, tout le monde cerne4 le personnage. À trente ans, le jeune homme s’est lancé dans une entreprise existentielle : retrouver sa mère biologique. Les centres d’adoption sont très stricts sur certains points, dont celui de garantir l’anonymat5 aux mères qui ont décidé de faire adopter leur enfant après l’accouchement. François se heurte donc à


© Asa Films Rezo Productions

un mur lorsqu’il cherche à retrouver le nom de sa mère. Heureusement pour lui, sa maladresse va lui faire obtenir l’adresse où vit aujourd’hui sa mère. Le trentenaire part alors à sa rencontre. Il arrive dans un petit village de campagne et sonne au portail d’une grande villa. On y célèbre justement un anniversaire ; immédiatement, François en profite pour soudoyer6 le serveur qui arrive en même temps que lui, et prend sa place afin de rencontrer celle qui l’a mis au monde. Vous le pressentez sûrement, un serveur aussi maladroit et concentré uniquement sur l’idée de rencontrer celle qui l’a abandonné à sa naissance, ça ne présage7 rien de bon !

attachant, aide les spectateurs à entrer dans l’univers des sœurs Philippon. Jérémy Elkaim (François) que l’on a vu dans Polisse ou encore La Guerre est déclarée, nous offre une performance touchante et mélancolique ; tout comme Sara Giraudeau, la serveuse un peu timide et atteinte d’un hoquet10 chronique. Au contraire, la prestation d’Anne Alvaro est un peu décevante, elle manque d’émotion dans ce rôle de mère pourtant tiraillée11 par son passé. Loin des drames et des classiques, Les bêtises est une comédie fraîche, amusante qui vous fera sourire et découvrir quelques artistes montants du cinéma français.

Romain Devaux

Notre avis

© Asa Films Rezo Productions

Le thème de l’œuvre, assez ordinaire, est pris avec beaucoup d’adresse, ce qui rend l’histoire surprenante et digne8 d’intérêt. Les deux réalisatrices voient juste en proposant un film court (1h20) mais percutant. Malgré un manque de rythme dans certaines scènes, les plans sont assez contrastés, lumineux, voire colorés, ce qui apporte de la joie au long métrage – la scène de la fête costumée durant laquelle le tube de Sabine Paturel est repris redonne un bon coup de fouet9 au film. Le personnage de François, très

Lexique 1. fait un carton : connaît un grand succès 2. atypique (adj. m.s.) : inhabituel, particulier 3. escalator (n. m.s.) : escalier mécanique 4. cerne (v. cerner) : comprend 5. anonymat (n. m.s.) : fait de rester inconnu 6. soudoyer (v.) : payer pour un service malhonnête

7. présage (v. présager) : montre un avenir 8. digne (adj. m.s.) : qui mérite 9. coup de fouet : montée d’énergie 10. hoquet (n. m.s.) : trouble de la respiration 11. tiraillée (adj. f.s.) : tourmentée, perturbée

7


& Alias présentent

ALABAMA SHAKES FAT WHITE FAMILY · JOHN GRANT ODEZENNE · YAEL NAIM · SON LUX MOTOR CITY DRUM ENSEMBLE FLO MORRISSEY · FLAVIEN BERGER GHOST CULTURE · THE DISTRICTS ALA.NI · LINDSTRØM (LIVE) · PIONAL

DU 11 AU 17 NOVEMBRE 2015

ALGIERS · EMILIE NICOLAS · WOLF ALICE LAPSLEY · GIRL BAND · PABLO VALENTINO MAX JURY · YAK · BC CAMPLIGHT · JACK GARRATT C DUNCAN · BO NINGEN · BLOSSOMS · LAST TRAIN CHARLIE CUNNINGHAM · BARNS COURTNEY RATIONALE · DJ SENTIMENTS · FORMATION · LUSTS GORDON B2B RICARDO TOBAR · THE BIG MOON PALACE · PRETTY VICIOUS · THE PRETTIOTS · BEAU · THE POLYVERSAL SOULS MINUIT PRIX DU JURY

Infos, billetterie et programmation sur lesinrocks.com – Locations : lesinrocks.com, magasins Fnac, Carrefour, fnac.com et avec l’application “La Billetterie”

8

Photo : Akatre

PARIS, LONDRES, TOURCOING, LYON, NANTES, TOULOUSE


© VIKTOR HANACEK

Demain Guillaume Musso

Livre Guillaume Musso est l’un des auteurs français de romans les plus lus, avec des ventes qui dépassent au total les dix-huit millions d’exemplaires. Ses livres sont traduits en trente-six langues. Avec son livre Demain, qui est paru en 2013, Guillaume Musso nous entraîne dans un suspense captivant, mettant en scène la relation étonnante entre une femme, Emma, et un homme, Matthew, qui vivent chacun dans un espace temporel différent. Emma vit en 2010 ; Matthew, de son côté, mène son existence en 2011. Cependant, ces deux personnages vont parvenir à communiquer grâce à un ordinateur, tout en restant chacun dans un espace temporel différent. Cette situation étrange les amène tout d’abord à se méfier l’un de l’autre et à faire face à d’inévitables quiproquos1, car aucun de deux ne parvient à comprendre la réalité de l’autre. Malgré tout, petit à petit, une relation va se nouer2

entre eux à travers internet. Matthew découvrira finalement que ces circonstances si particulières lui offrent la possibilité de modifier un événement de 2010 : un événement du passé pour lui, du futur proche pour Emma. Avec son art consommé du suspense et sa formidable capacité à créer et manier3 des scénarios improbables jusqu’à les rendre complètement crédibles, Guillaume Musso réussit la prouesse de plonger son lecteur dans un roman qui le tiendra en haleine4 jusqu’au bout, avec ses rebondissements5 inattendus. Il conduit également le lecteur à se poser des questions qui touchent à l’éthique6  : que ferions-nous si nous pouvions changer notre passé ? Est-ce que cela serait finalement souhaitable, même ? Et quelles en seraient les conséquences sur notre façon de penser notre existence ? L’intrigue de Demain met en scène des personnages attachants, aux vécus7 parfois douloureux, mais surtout profondément humains. C’est ce mélange à la fois d’étrange et de familier qui donne au livre toute sa saveur  : une gourmandise romanesque, à savourer… sans modération !

Solange Beaudouin

Lexique 1. quiproquos (n. m.p.) : malentendus, incompréhensions

5. rebondissements (n. m.p.) : événements imprévisibles

2. se nouer (v.) : se créer

6. éthique (n. f.s.) : morale

3. manier (v.) : utiliser, jouer avec

7. vécus (n. m.p.) : passés, histoires

4. tiendra en haleine : retiendra son attention

9


Les mémoires d’Hadrien Marguerite Yourcenar Francophonie Marguerite Yourcenar (1903-1987) est née en Belgique, elle a pris la nationalité américaine en 1947 et a été la première femme élue à l’Académie française en 1980. Voilà une femme extraordinaire ! Son livre Les mémoires d’Hadrien, publié en 1951, lui a fait connaître la célébrité. Elle a mené une vie particulièrement libre, vivant ouvertement sa bissexualité, et sa philosophie personnelle se retrouve dans cet ouvrage : la lucidité et la liberté ont été les maîtres-mots de ses choix de vie autant que ceux d’Hadrien. Les mémoires d’Hadrien est un exemplaire tout à fait exceptionnel du style que l’on appelle roman historique. On peut tout d’abord noter la qualité de la documentation. En effet, Marguerite Yourcenar lit couramment les textes classiques grecs et latins, grâce à sa connaissance parfaite de ces langues. Elle a pu faire des recherches extrêmement poussées, ce qui donne au récit un tour1 encore plus authentique. Les historiens eux-mêmes ont validé le contenu historique de l’oeuvre, qui prend également en

compte la psychologie supposée du personnage. Ensuite, le roman, qui relate la vie de l’empereur Hadrien, se présente sous la forme d’une longue lettre qu’a écrite Hadrien lui-même alors qu’il est un vieil homme qui s’approche de la mort. Il raconte sa vie, ses amours, ses passions, sa philosophie, ses triomphes guerriers, à son petitfils d’adoption2, Marc-Aurèle, qui sera peut-être son successeur sur le trône. Ce sont les méditations d’un homme de pouvoir qui se penche sur son passé. Le livre est partagé en six chapitres qui ont tous des titres en latin et qui reprennent une partie de la vie d’Hadrien : sa jeunesse, le début de son règne, son amour pour Antinoüs, sa vieillesse, l’approche de la mort. Ce livre a été classé parmi les cent meilleurs livres de tous les temps par le Cercle norvégien du livre, à partir des propositions de cent écrivains issus de cinquante-quatre pays. Il est peut-être un peu difficile à lire à cause de son style assez soutenu mais cela vaut la peine de faire un effort pour lire cette merveille ! Florence Teste

Lexique 1. tour (n. m.s.) : impression, style 2. petit-fils d’adoption (n. f.s.):petit-fils dont le lien de parenté n’est pas naturel mais résulte d’un choix personnel (affectif, administratif, etc)

10


#HUMAN #WhatMakesUsHUMAN

réalisation

HUMAN un filmde YANN ARTHUS-BERTRAND produitpar HUMANKIND PRODUCTION musique YANN ARTHUS-BERTRAND originale ARMAND AMAR montage FRANCOISE BERNARD & ANNE-MARIE SANGLA producteur images producteur Directeur aériennes Bruno Cusa délégué JEAN-YVES ROBIN artistique FLORENT GILARD de production Eric Salemi 11


PHOTO DU FILM NO LAND’S SONG DE AYAT NAJAFI

DE NOISY-LE-SEC 4e ÉDITION

Au cinéma DU 6 AU 17 NOVEMBRE 2015 LE TRIANON Infos & réservations :

Place Carnot 93230 Romainville

www.noisylesec.fr I www.cinematrianon.fr Festival du film franco arabe Noisy le Sec

CIG

Région SARP IDF

12

africultures w w w . a f r i c u l t u r e s . c o m


Miam ! Chapitre 4 Julie Boudillon

4. La nuit, tous les chats sont gris.

L

a première fois, je ne m’y attendais pas du tout. Vous savez bien que les boulangers se lèvent tôt pour que vous puissiez avoir des croissants tout chauds et du pain bien croustillant à tremper dans votre café au lait. J’arrive donc à la boulangerie au milieu de la nuit. Rien ne bouge autour de moi. Je rentre dans la boulangerie et je commence mon travail. Parfois, je relève la tête de mon pétrin1 pour regarder par la fenêtre le phare2 de la Tour Eiffel caresser doucement les façades haussmanniennes3. Puis je replonge les mains dans la farine pour pétrir4 vos baguettes. Bref, je mène ma vie de boulanger. Enfin, je menais. Car une nuit, tout a changé évidemment. Une nuit, quelque chose a remué. Une porte d’immeuble s’est ouverte. Une tête a dépassé. A regardé à gauche, a regardé à droite. Puis, une silhouette s’est extraite5 silencieusement de l’immeuble, comme on sort d’un lit la nuit et qu’on ne veut réveiller personne.

Claudine. C’est toi. Voilà ce que j’ai dit, les mains pleines de farine. Bien sûr, elle ne m’a pas entendu. Elle a remonté la rue, éclairée par les lampadaires6 art-nouveau7 de la rue de la Tour qui font des ronds de lumière sur les trottoirs. Entre chaque rond, elle replongeait dans le noir et réapparaissait dans la lumière jaune et douce. Puis elle a tourné au coin de la rue et a disparu pour de bon8. Je suis resté quelques secondes, un peu idiot, avec une miche9 de pain dans les mains, en train de regarder le dernier lampadaire de la rue, à attendre je ne sais pas quoi. Mais il ne s’est rien passé d’autre, tout était redevenu parfaitement immobile. Quelques heures après, elle était là, fidèle, à 9h14, pour sa baguette pas trop cuite. Comme si de rien n’était10. Je lui ai servi sa baguette comme si de rien n’était également, et je me dis encore qu’elle a peut-être remarqué ce jour là mes mains qui tremblaient légèrement. Et encore quelques

heures après, quand la nuit était bien entamée11 et que les familles étaient endormies depuis longtemps, elle était là aussi, à sortir son nez de l’immeuble, puis son cou, puis son corps en entier pour disparaître dans la nuit de Paris. Les jours et les semaines sont passés ainsi, comme un tapis qu’on déroule devant soi pour avancer tout droit sans dévier12 de son chemin. Des habitudes immuables13, dans un quartier immuable. Des allers-retours entre Montrouge et rue de la Pompe, des croissants et des baguettes par milliers, et Claudine qui passe dans le paysage, pour acheter son pain ou pour s’envoler comme un papillon de nuit. Bref, la vie continuait. Tout allait plutôt pas mal, pour moi, voyez-vous. Jusqu’au jour où j’ai décidé de la suivre.

Lexique 1. pétrin (n. m.s.) : machine qui permet de préparer la pâte à pain

9. miche (n. f.s.) : gros pain rond

2. phare (n. m.s.) : lumière

10. comme si de rien n’était (expression) : comme si rien ne s’était passé

3. hausmanniennes (adj. f.p.) : de style architectural du XIXe siècle

11. entamée (v. entamer. Part. passé) : commencée

4. pétrir (v.) : préparer la pâte à pain

12. dévier (v.) : changer de direction

5. s’est extraite (v. s’extraire) : est sortie

13. immuables (adj. f.p.) : qu’on ne peut pas faire changer

6. lampadaires (n. m.p.) : dispositifs qui apportent la lumière dans la rue 7. art-nouveau : style architectural du début du XXe siècle 8. pour de bon : réellement, vraiment

13


©Jérémy Sauterel


© Daniel Jolivet

Annecy,

la perle des Alpes françaises

Tourisme Située entre Grenoble et Genève, au bord du lac qui porte son nom, Annecy offre une vie agréable au rythme de la montagne, avec des hivers froids où l’on

peut profiter des sports de glisse et des étés doux qui permettent de nombreuses activités de plein air1. C’est d’ailleurs grâce à son dynamisme qu’elle a été déclarée « Ville ludique » en 2013.

© Florian Pépellin

Un peu d’Histoire Les plus lointaines traces de vie retrouvées sur le territoire d’Annecy remontent au troisième millénaire avant J.-C., sur les rives du lac. Puis, un village gaulois s’est développé (Ier siècle avant J.-C.) avant l’arrivée des Romains qui ont beaucoup travaillé à la construction des routes pour se rendre à Turin, Genève ou Aix-les-bains. La vie à la romaine, avec le théâtre, les thermes2 et les temples, permet à Annecy de devenir une centre économique important où l’on peut trouver toutes sortes de produits venant des quatre coins de l’empire. Au IIIe siècle, les invasions barbares ont forcé les habitants à se mettre en sécurité en s’installant progressivement sur les hauteurs3. Au Moyen-Age, d’importants édifices religieux sont bâtis, aussi la ville devient un lieu de pèlerinage chrétien. Au cours de la Réforme catholique, Annecy accueille les nouveaux ordres religieux qui sont en charge de l’éducation et des hôpitaux. Leur présence permet de développer le commerce et l’artisanat. À la Révolution, l’industrie textile4 connaît un essor5 important qui sera renforcé par l’arrivée du train. Depuis la Deuxième guerre mondiale, la ville qui avait été bombardée a été restaurée, elle est aujourd’hui un haut lieu du tourisme alpin. 15


À voir absolument Annecy est bordée par un immense lac naturel né de la fonte6 des glaciers et alimenté par plusieurs petits cours d’eau. On peut admirer sa beauté tout au long du chemin qui l’entoure sur quarante kilomètres, à découvrir à pied ou à vélo. Durant l’été, pédalo, ski nautique, canoë et de nombreuses autres activités aquatiques7 divertiront les grands sportifs comme les débutants. À flanc8 de montagne, le château d’Annecy domine la ville, imposant et majestueux. Comme souvent, sa construction a duré plusieurs siècles. Il a servi d’habitation à la famille de Genève, de caserne pour les soldats ou encore de refuge pour les pauvres. Aujourd’hui, il abrite un musée d’art régional et d’art contemporain. Tarif de la visite à partir de 2,20€.

Dans la vieille ville, les rues pavées, les canaux et la puissance du château invitent les promeneurs pour un voyage dans le temps. Ils pourront ensuite se reposer un peu et profiter du calme du Paquier. Il s’agit d’une immense esplanade9 de sept hectares qui relie les magnifiques jardins de l’Europe au parc d’Annecy en passant par le pont des Amours, halte obligée pour les plus romantiques ! Vous ne pourrez pas manquer l’Impérial palace. Cet hôtel 4 étoiles comprend un restaurant gastronomique et un casino, c’est le moment de tenter votre chance ! À voir aussi, chaque année depuis 1960, au mois de juin, se déroule le Festival de film d’animation d’Annecy. On y récompense les meilleurs dessins animés internationaux.

Et autour…

© badad123

Si vous séjournez à Annecy en hiver, vous pourrez profiter de prestigieuses stations de ski jusqu’à 40 km alentours ( Megève, La Clusaz, Albertville…). En été, je vous recommande la visite d’Aix-lesBains. Cette ville thermale présente une architecture remarquable de la période Belle-Époque. Vous y trouverez aussi les traces importantes du passage de la civilisation romaine. Puisque vous êtes dans la région, rendez-vous dans la fromagerie la plus proche. Dans les Alpes, il existe une grande variété de fromages que vous devez absolument goûter, notamment le Reblochon avec lequel on fait la célèbre tartiflette !

Lexique

16

Mélanie Hernandez

1. de plein air : d’extérieur

6. fonte (n. f.s.) : action qui transforme la glace en eau

2. thermes (n. m.p.) : lieu où on prend des bains

7. aquatiques (adj. f.p.) : liées à l’eau

3. hauteurs (n. f.p.) : lieux situés plus en altitude

8. à flanc : sur les pentes

4. textile (adj. f.s.) : qui concerne les tissus et les vêtements

9. esplanade (n. f.s.) : grande place

5. essor (n. m.s.) : développement


17


© Pug-Girl

18


La langue savoyarde, le francoprovençal Société L

e francoprovençal est une langue qui rassemble plusieurs parlers1 de la région Rhône-Alpes, les principaux sont : le lyonnais, le stéphanois, le savoyard et le français de Suisse. C’est un grand mélange qui a des ressemblances avec les langues celtiques et burgondes, mais aussi avec les plus anciennes langues du territoire français et surtout avec le latin. Aujourd’hui, malgré son enseignement dans plusieurs collèges et lycées du département de Savoie, il n’est pas reconnu comme langue régionale. L’histoire du francoprovençal est liée à la conquête romaine et notamment à la fondation de Lugdunum (Lyon) en 43 avant J.-C. comme capitale des Gaules2. Les Gaulois et les Celtes qui occupaient la Savoie à partir du IVe siècle avant J.-C., se sont peu à peu effacés3 sous la domination romaine (et donc latine) qui a continué jusqu’au Ve siècle. Lugdunum étant le centre culturel et linguistique de la Gaule lyonnaise, le centre-est de la France a été fortement influencé par le latin. Puis vers 434, les invasions barbares, principalement des Burgondes (peuple des Germains orientaux) ont apporté leur culture ainsi que leur langue. Le centre de l’empire s’est alors déplacé vers le nord. Ceci explique que le francoprovençal est plus proche de la langue d’oïl (Belgique et nord de la France) que de la langue d’oc (Occitanie, région

sud de la France). Il faut savoir que la langue d’oil a conservé un fond celte important avec une grande influence du germanique. Le romaniste Pierre Bec a estimé que le francoprovençal constitue la première branche4 divergente du groupe des parlers d’oïl. À partir du début de l’époque carolingienne (du VIIIe jusqu’au Xe siècle), le parler du sud a connu une évolution moins importante qu’au nord. De ce fait, le francoprovençal est aujourd’hui plus proche du latin que du français. Toutefois, dès la fin du XIVe siècle, le français a remplacé la langue francoprovençale dans la rédaction5 des actes officiels. En 1873, le linguiste italien Graziadio Isaia Ascoli (18291907) propose de regrouper les parlers gallo-romans du centre est en une famille nouvelle qu’il appelle francoprovençal. Mais dès la fin du XIXe siècle, les dialectes6 francoprovençaux ont progressivement disparu. En effet, l’apprentissage obligatoire du français, la Première guerre mondiale et la modernisation ont accéléré le déclin7 de la langue savoyarde. Néanmoins, on note une augmentation du nombre de personnes qui parlent savoyard depuis les années 1980, notamment grâce à son enseignement dans quelques écoles bilingues. Laura Tejeda Meza

Lexique 1. parlers (n. m.p.) : langues de petites zones géographiques 2. Gaules : ancien nom de la France 3. se sont effacés (v. s’effacer) : ont disparu 4. branche (n. f.s.) : catégorie

5. rédaction (n. f.s.) : écriture 6. dialectes (n. m.p.) : langues régionales 7. déclin (n. m.s.) : chute, diminution

19


La sécurité routière Société Comme dans tout le reste de l’Europe, la France a vu le nombre d’accidents de la route croître1 jusqu’en 1972. Elle a même longtemps été championne en matière d’insécurité routière. Mais le triste record battu en 1972, 18 034 tués dans cette seule année, a fait prendre conscience aux pouvoirs publics de la nécessité d’agir. De nombreuses mesures ont alors été prises afin de sécuriser la route : la limitation de vitesse, le port de la ceinture de sécurité, l’instauration du permis à points, la limitation de l’alcoolémie du conducteur, la mise en place du contrôle technique, ….

La limitation de la vitesse : à partir de 1923, certaines limitations très localisées ont été mises en place. Mais c’est en 1974 que les seuils ont été fixés tels qu’ils sont aujourd’hui : 130 km/h sur autoroute, 110 km/h sur route à voies séparées, 90 km/h hors agglomération et 50 km/h en ville. La ceinture de sécurité (1973) : On a obligé les constructeurs automobiles

à l’installer sur les véhicules neufs. Ensuite, la ceinture a dû être bouclée aux places avant et hors agglomération. Puis son utilisation a été généralisée et même étendue aux places arrières en 1990.

Le permis à point (1992) : quand on obtient le permis de conduire, on

possède six points pour une durée de trois ans (ou deux ans si on a bénéficié d’une formation « conduite accompagnée » avant de passer son permis). Si cette période s’est passée sans problème, on obtient alors ses douze points. Des points sont enlevés à chaque infraction2 relevée par la police (1 point pour un excès de vitesse inférieur à 20 km/h, trois points pour non port de la ceinture de séurité, 4 points pour non respect d’un feu rouge, 6 points pour un excès de vitesse supérieur à 50 km/h, …). Mais on peut faire un stage pour récupérer jusqu’à 4 points.

Le contrôle technique (1992) : il est obligatoire pour les véhicules de plus de quatre ans et ensuite tous les deux ans. Il s’effectue dans des garages agréés par la Préfecture. Si le résultat est positif, on colle sur le pare-brise une vignette qui indique la durée de validité.

20


L’alcoolémie (1995) : avant 1995, jusqu’à 0,8 g /l d’alcool dans le sang était autorisé. À partir de cette date, la limite a été descendue à 0,5 g/l. Elle est même de 0,2 g/l pour les jeunes conducteurs qui ont un « permis probatoire » depuis juillet dernier. 0,5 g/l d’alcool dans le sang, cela représente deux verres de vin.

Toutes ces mesures ont renforcé la sécurité routière. La mortalité a été divisée par cinq, si l’on compare avec 1972 : en 2014, 3384 personnes ont trouvé la mort sur la route. Ces chiffres sont extrêmement positifs. Toutefois, après toutes ces années de baisse progressive de la mortalité, 2014 a vu s’inverser la courbe3 de cette baisse puisqu’en 2013, on avait compté 3250 morts (record depuis la création de ces indicateurs en 1948). Cela représente tout de même 3,5% de tués en plus. Et il semblerait que 2015 poursuivra cette hausse conséquente4. Les causes principales des décès sur la route sont la consommation d’alcool (un accident sur trois), l’excès de vitesse, l’utilisation du téléphone et la fatigue. C’est pourquoi le gouvernement a décidé de mettre en place de nouvelles mesures qui, espère-t-il, vont permettre de sauver de nombreuses vies. Par exemple, le nombre de radars mesurant la vitesse va augmenter. 500 nouveaux radars vont être installés et, grande nouveauté, il y en aura également 10 000 qui, eux, seront des faux radars5. En effet, ces appareils ressembleront en tous points aux radars normaux mais seront en fait des coquilles vides qui serviront uniquement à faire peur aux automobilites afin que ceux-ci réduisent la vitesse de leur véhicule. Autres mesures : des drônes6 vont être utilisés pour la surveillance des routes et des autoroutes, ce qui sera moins coûteux que les hélicoptères. Le contrôle technique sera instauré pour les deux-roues motorisés ; des tests salivaires7 seront disponibles pour contrôler la présence de stupéfiants8 dans l’organisme du conducteur, etc. En revanche, il n’y aura pas, comme certains le craignaient, un abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h hors agglomération. Le gouvernement préère en appeler à la responsabilité individuelle. À travers ce train9 de mesures, le gouvernement souhaite atteindre la barre des 2000 morts par an en 2020.

Florence Teste

Lexique 1. croître (v.) : augmenter 2. infraction (n. f.s.) : action interdite 3. courbe (n. f.s.) : représentation graphique d’un phénomène mesuré 4. conséquente (adj. f. s.) : importante, non négligeable 5. radars (n. m.p.) : dispositifs qui mesurent la vitesse des véhicules

6. drônes (n. m.p.) : petits appareils volants 7. salivaires (adj. m.p.) : de la salive, le liquide qui est naturellement dans la bouche 8. stupéfiants (n. m.p.) : drogues 9. train (n. m.s.) : ensemble

21


RCS B 380 370

22

celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas.

www.sortezrevenez.fr


© Ludovic Péron

Le cyclisme Sport

Voilà une discipline qui rassemble de nombreux sportifs bien différents : il y

a le sportif accompli qui recherche la performance, et tout spécialement la vitesse, dans les grandes compétitions ; celui qui fait de longues balades sur les routes de campagne (il fait du cyclotourisme) ; celui qui monte ou descend de difficiles parcours en pleine nature, souvent en montagne (il fait du VTT : vélo tout terrain). Et puis il y a celui qui «fait du vélo» (pas du cyclisme) ; pour lui, le vélo est surtout un moyen de transport. En ce qui concerne ce dernier cas, de nombreux facteurs participent à l’augmentation du nombre de bicyclettes en ville : la complexité de la circulation, la difficulté de trouver une place pour garer sa voiture, le coût toujours plus élevé de l’assurance, de l’entretien et du carburant, la répression1 grandissante contre les mauvais conducteurs mais aussi le souci grandissant d’entretenir son propre corps ainsi que la volonté de ne pas aggraver la pollution des villes.

De plus, aujourd’hui, un grand nombre de villes met à la disposition des habitants et des touristes des vélos à la location, ce qui permet à la fois d’alléger la circulation et de proposer une activité physique à tous ceux que leur vie quotidienne rend sédentaires2 : Vélib à Paris, Vélô Toulouse, Vélonecy à Annecy, etc. Pour en revenir au sport lui-même, on ne peut pas parler de cyclisme sans citer les grandes compétitions sur route comme le Tour de France, le Giro (tour d’Italie), la Vuelta (tour d’Espagne) ou encore le Paris-Roubaix. Toutefois, il faut le dire, l’image de ce sport est entachée3 par son association fréquente avec le dopage. Très régulièrement, des scandales explosent, qui impliquent les plus grands champions qui auraient utilisé des substances interdites. On se souvient tous, par exemple, de l’affaire Lance Armstrong qui a été déchu4 de ses titres de champion du monde en 2012. Annecy compte une personnalité centrale dans le monde du cyclisme : Jeannie Longo. Cette exceptionnelle championne est née en 1958. Oui, vous avez bien compté, elle a cinquante-sept ans. Pourtant, l’année dernière, elle était encore treizième pour sa trente-sixième participation au Championnat de France. Jeannie Longo a été championne olympique, treize fois championne du monde et cinquante-neuf fois championne de France (sans compter tous ses autres titres) !

Lexique

Khiem Tran-Dinh

1. répression (n. f.s.) : action de punir

3. entachée (v. entacher. Part. passé) : salie, ternie, tachée

2. sédentaires (adj. m.p.) : qui ne se déplacent pas

4. a été déchu (v. déchoir. Passif ) : a perdu

23


© alternatiba

Tous au « Village des alternatives » ! Environnement Les Villages Alternatiba invitent la société à se mobiliser face au défi du changement climatique. Les belles paroles et les bonnes volontés se multiplient dans le domaine de la protection de l’environnement et de l’écologie. Beaucoup de personnes s’engagent pour protéger l’environnement et tentent de réfléchir à des solutions. Cependant, elles sont de plus en plus nombreuses à regretter passer plus d’heures à discuter de grands concepts qu’à agir. Afin de1 sensibiliser l’opinion publique à l’urgence écologiste et de partager toutes les initiatives intéressantes, le mouvement citoyen Alternatiba est créé en 2013, à Bayonne.

Avec des conférences3, des expositions, des ateliers et des démonstrations pratiques, des spectacles ou des repas, ces villages Alternatiba sont des moments toujours conviviaux4 qui ressemblent à de grandes fêtes populaires. Ces manifestations pédagogiques et ludiques montrent que des solutions existent et qu’en plus, elles construisent une société plus humaine et plus solidaire. Le mouvement veut avant tout montrer que la mobilisation de chacun est indispensable au changement. Pour sensibiliser encore plus de monde, un grand tour de France sur des vélos de trois ou quatre places a eu lieu entre début juin et fin septembre, cette année. En cinq mille kilomètres et cent quatre-vingt-sept étapes depuis Bayonne jusqu’à Paris, chaque arrêt dans une ville a été l’occasion de faire connaître des alternatives5 et de présenter le mouvement et sa démarche.

Depuis, des « villages des alternatives » ont vu le jour dans plus de soixante-dix villes de France. Ils permettent de faire découvrir aux visiteurs des initiatives2 locales pour préserver la planète et mieux vivre ensemble, comme par exemple l’écohabitat, les circuits courts, les énergies renouvelables, le bio, les jardins partagés, le recyclage des déchets, l’épargne solidaire ou les monnaies locales.

Avec un concept déjà bien connu en Suisse, en Belgique et en Espagne, Alternatiba n’a pas fini de répandre ses bonnes idées ! Pour en savoir plus : https://alternatiba.eu/

Lexique 1. afin de : pour

24

2. initiatives (n. f.p.) : actions nouvelles 3. conférences (n. f.p.) : réunions, exposés

Axelle Négrignat

4. conviviaux (adj. m.p.) : agréables et amicaux 5. alternatives (n. f.p.) : possibilités différentes


25


Je n’aurai pas le temps Chanson O

riginaire de Grenoble (à une centaine de kilomètres d’Annecy…), Michel Fugain monte à Paris en 1963, juste après son bac, contre l’avis de ses parents qui préèreraient le voir étudier la médecine comme son père. Mais Michel Fugain se destine au cinéma. Il devient alors assistant-réalisateur pour plusieurs tournages de film et s’inscrit dans un cours d’art dramatique où il fait notamment la connaissance de Michel Sardou, un jeune chanteur de l’époque. Il lui écrit une chanson, ce qui l’encourage à poursuivre dans cette voie. Il enregistre ensuite un 45 tours de quatre chansons, dont Prends ta guitare et chante avec moi, qui lui permettra d’entrer pour la première fois au hit-parade. Il compose également de la musique, en particulier

un morceau dont il est assez fier. Il demande au parolier1 Pierre Delanoë de lui écrire un texte. Delanoë propose alors à Fugain Je n’aurai pas le temps. Mais ce dernier n’est pas très enthousiaste à l’idée de chanter un texte sur la fuite2 du temps, lui qui n’a que vingt-cinq ans. Ce texte ne lui ressemble pas, pense-t-il. Mais son entourage insiste et il finit par céder3. Il ne le regrettera jamais ! En effet, Je n’aurai pas le temps connaît un grand succès : c’est le tube de l’année 1967. En 1968, Michel Fugain se voit confier4 la composition de l’hymne officiel des Jeux Olympiques d’hiver de Grenoble. Je n’aurai pas le temps sera reprise en 2000 par Michel Sardou lui-même.

Lexique 1. parolier (n. m.s.) : personne qui écrit les paroles d’une chanson 2. fuite (n. f.s.) : écoulement, disparition rapide

26

Fabien LECOEUVRE

3. céder (v.) : accepter 4. confier (v.) : donner


BULLETIN D’ABONNEMENT Mlle

Mme

M. Adresse Postale : ........................................ ................................................................... Code Postal : ............................................ Ville : .......................................................... Pays : .........................................................

Nom : .................................................... Prénom : ................................................ Raison Sociale : .................................... Téléphone : .......................................... E-mail : ..................................................

Numéro TVA intracommunautaire (si applicable) : ...........................................................

Cochez la formule choisie

Abonnement numérique 3 mois 14,54 € 6 mois 24.75 € 1 an 49,50 € Abonnement école

(papier + num + CD mensuels des audios du mois)

1 an 99 €

Abonnement papier 6 mois

1 an

46,75 €

85 €

Frais d’envoi

6 mois

Frais d’envoi

1 an

55 €

110 €

Frais d’envoi

Frais d’envoi

France : 7 €

France : 14 €

France : 7 €

France : 14 €

Europe : 11 €

Europe : 22 €

Europe : 11 €

Europe : 22 €

Monde : 15 € Total : __________

Monde : 30 € Total : __________

Monde : 15 € Total : __________

Abonnement médiathèque

Renouvellement :

1 an

Règlement par :

(papier + num + CD mensuels des audios du mois)

132 €

France : 14 €

France : 14 €

Europe : 22 €

Europe : 22 €

Monde : 30 €

Monde : 30 €

Total : __________

Abonnement Duo (num + papier)

Total : __________

En cas de virement bancaire, les frais bancaires doivent être pris à votre charge.

Oui

Chèque libellé à l’ordre de : LCFF

Monde : 30 € Total : __________

Non

OU

Virement bancaire

LCFF IBAN : FR76 1350 6100 0085 1012 0738 870 BIC : AGRIFRPP835

Retournez ce bulletin : - par mail à : contact@lcf-magazine.fr - par courrier à : LCFF, 17 rue Durand 34000 Montpellier, FRANCE

Si vous souhaitez des abonnements en nombre, contacteznous pour un devis à tarif préférentiel. Si cet abonnement ne vous satisfait pas, vous pouvez demander le remboursement des numéros non reçus. Conformément à la loi Informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.

Date et signature :

27


28


© Chris Potako

Thanksgiving Amériques

En 1620, une centaine de colons1 anglais font le voyage d’Europe vers l’Amérique sur un fameux bateau nommé le May flower. Ils s’installent sur ces nouvelles terres, à Plymouth Rock, mais le premier hiver, les très faibles récoltes2 et la maladie vont tuer la moitié du groupe. Des Indiens qui vivent dans la région, partagent alors avec eux leur connaissance de la nature locale, leur expliquant ce qu’il faut cultiver et comment le faire. Cette rencontre va changer leur vie, les récoltes suivantes sont bonnes et permettent d’envisager un avenir heureux. Pour remercier le ciel et les Indiens, ils organisent une journée d’action de grâce, Thanksgiving, durant laquelle ils partagent ce que la nature a généreusement donné. En 1789, George Washington proclame une journée nationale de Thanksgiving par an. À la fin du XIXe siècle, Lincoln fixe la date au dernier jeudi de novembre. Et en 1941, Roosevelt déclare ce jour férié3.

© vxla

Chaque automne, les Américains célèbrent Thanksgiving, la journée d’action de grâce. LCFF vous propose de découvrir l’origine de cette fête et la manière dont elle est célébrée aujourd’hui.

Aujourd’hui, la dimension religieuse s’est un peu perdue. C’est une date importante pour de nombreux Américains qui se rassemblent souvent en famille, sinon entre amis, et partagent un bon repas traditionnellement composé de dinde, de purée de pommes de terre ou de patates douces et d’une tarte au potiron. Pas de cadeau ce jour-là, ce n’est pas encore Noël ! Bon à savoir : il n’y a pas qu’aux États-Unis que l’on célèbre Thangsgiving, mais pour les Canadiens c’est le deuxième lundi d’octobre.

Odile Esposito

Lexique 1. colons (n. m.p.) : personnes qui viennent s’installer 2. récoltes (n. f.p.) : résultats de la culture des fruits et légumes

30

3. férié (adj. m.s.) : où on ne travaille pas


31


Avocat

Focus sur un métier Spécialisé dans l’enseignement du français professionnel, le Centre de langue française de la CCI Paris Île-de-France est heureux de soutenir la rubrique « Focus sur un métier ». Chaque mois, nous mettons en lumière un métier appartenant à l’une des filières que le Centre de langue française développe. En octobre, pour illustrer le français juridique, nous avons choisi de vous présenter le métier d’ « avocat ».

Le métier

L’avocat représente et défend les intérêts des individus, des entreprises et des collectivités devant un tribunal. Il peut s’agir d’affaires civiles (divorce, succession, litige…) ou pénales (contraventions, délits, crimes…). L’avocat peut également apporter des conseils afin d’anticiper les problèmes (comme la rédaction d’un contrat, par exemple). Il peut aussi assurer un rôle de médiateur, cherchant à concilier les parties adverses. Pour être avocat, il faut d’abord obtenir un diplôme de niveau Master 1 (bac +4) et se présenter au concours d’entrée dans un Centre Régional de Formation Professionnelle pour Avocat (CRFPA). Après une formation de dix-huit mois, l’avocat s’inscrit au barreau de son choix. En raison de l’indépendance de la justice par rapport au pouvoir législatif et exécutif, l’avocat n’est soumis à aucune hiérarchie. En revanche, il doit respecter un code de déontologie très détaillé. Un avocat débutant peut gagner de 1800 à 2700€ par mois. La moyenne de la rémunération, ensuite, est de 5000€. Mais il faut dire qu’il existe de très fortes disparités ente les « ténors du barreau » (les avocats les plus célèbres), et la grande majorité des avocats. L’avocat peut avoir un domaine de spécialité comme : le droit des personnes le droit fiscal le droit pénal le droit social le droit immobilier le droit économique le droit rural le droit des mesures d’exécution le droit de l’environnement le droit communautaire le droit public le droit international le droit de la propriété intellectuelle le droit commercial le droit des sociétés


LEXIQUE un procès : action en justice une audience : séance pendant laquelle le tribunal interroge les parties, entend les plaidoiries ( arguments des avocats ) et rend sa décision le prévenu : personne qui n’a pas encore été jugée le tribunal : ensemble des magistrats. Lieu où se tient la justice. le procureur : représentant de l’ État devant le tribunal le chef d’accusation : la raison pour laquelle quelqu’un est accusé le prétoire : salle d’audience d’un tribunal la barre : lieu où les témoins sont interrogés et où les avocats font leur plaidoirie une plaidoirie : défense orale prononcée par l’avocat un témoin : personne qui est entendue dans le cadre d’un procès un témoignage : parole du témoin une preuve : élément matériel qui établit la vérité une pièce à conviction : élément matériel à la charge de l’accusé le coupable : personne qui a effectivement commis une infraction ou un délit la condamnation : décision du tribunal qui précise la peine à effectuer la peine : punition, sanction l’incarcération : mise en prison la maison d’arrêt : prison

Diplôme de français professionnel juridique B2 Le Diplôme de français professionnel JURIDIQUE B2 est destiné à des étudiants, des stagiaires et les professionnels qui travaillent ou sont appelés à travailler avec des juristes francophones et/ou sur des documents juridiques rédigés en français. Utilisateurs Entreprises ou institutions souhaitant s’assurer des compétences de leurs collaborateurs ou futurs collaborateurs à communiquer en français dans le secteur du droit. Étudiants et/ou individuels ayant besoin d’une certification officielle de leurs compétences en français pour valider et/ou compléter un diplôme académique ou disposer d’un diplôme adapté aux exigences du monde professionnel, reconnu par de multiples entreprises. Écoles ou Universités qui souhaitent valider un niveau de français à la sortie de filières généralistes ou professionnelles.

Pour vous aider Le français juridique, livret d’activité, Hachette, en partenariat avec la CCIP Le français juridique, CD audio, Hachette, en partenariat avec la CCIP Méthode de français juridique, Éditions Dalloz le Centre de langue française de la CCI Paris Île-de-France

33


Eugène Sue Auteur

L’ auteur

Eugène Sue est né en 1804 dans une famille de chirurgiens proches du pouvoir. Sa marraine est Joséphine, la première femme de Napoléon Ier, et son parrain, Eugène de Beauharnais, le fils de Joséphine. Eugène suit une scolarité médiocre1 et se destine à la même carrière que son père, commençant dans les hôpitaux militaires. En 1830, il hérite de la fortune colossale de son père mais il mène grand train2 et la dilapide3 en quelques années. Il se tourne alors vers l’écriture qui devient son gagne-pain : il écrit des romans d’aventure, puis des romans historiques, qui sont des styles littéraires très appréciés à cette époque. Progressivement, ses livres prennent une dimension sociale. En 1842 et 43, paraissent Les mystères de Paris sous la forme de feuilletons dans Le journal des débats puis, en 1844 et 45, Le juif errant dans Le constitutionnel. Il connaît ainsi un très grand succès et entame4 une carrière politique ; il est même élu député en 1850. Mais, à cette période où la France vit des instants mouvementés (suites de la Révolution de 1848), ses livres sont censurés5 à cause de ses idées socialistes et il est obligé de s’exiler en 1851 à Annecy-le-Vieux où il mourra en 1857.

À voir

Les mystères de Paris, film français d’André Hunebelle, avec Jean Marais (1962) 34

L’œuvre

L’oeuvre d’Eugène Sue est très importante, tant dans le nombre des livres qu’il a écrits que dans le succès qu’ils ont obtenu. Le juif errant est l’un des plus grands succès littéraires du XIXe siècle. Pourtant, il est étonnant de constater que cet auteur n’est pas aussi populaire de nos jours. Le juif errant est un très gros ouvrage d’environ 900 pages. Il ne raconte pas l’histoire du juif errant, comme on pourrait s’y attendre, (c’est un personnage de légende qui est condamné à errer6 sur la terre jusqu’à la fin du monde) mais les nombreuses intrigues7 que les Jésuites ont organisées pour mettre la main8 sur l’héritage d’un homme qu’ils avaient eux-mêmes acculé9 au suicide. Outre la narration des aventures de la famille Rennepont, ce livre est une très forte critique du fanatisme et de l’intolérance religieux. Florence Teste

À lire

http://www.atramenta.net/lire/le-juif-errant-tome-i/11336/2#oeuvre_page

À écouter

http://www.livrespourtous.com/e-books/ detail/Le-Juif-errant---Tome-1/onecat/Livreselectroniques+Auteurs+R-a-Z+Sue,-Eugene/0/ all_items.html


L’extrait Cet extrait se situe au début du livre. Morok, un homme de main des Jésuites, veut enlever deux des héritières de la famille Rennepont. - Tu les as rencontrés ? - Hier, à deux lieues de Wittemberg… - Dieu soit loué ! s’écria Morok en joignant les mains avec une expression de satisfaction profonde. - C’est tout simple… de Russie en France, c’est la route obligée ; il y avait mille à parier contre un10 qu’on les rencontrerait entre Wittemberg et Leipzig. - Et le signalement11 ? - Très fidèle : les deux jeunes filles sont en deuil12 ; le cheval est blanc ; le vieillard a une longue moustache, un bonnet de police bleu, une houppelande13 grise… et un chien de Sibérie sur les talons14. - Et tu les as quittés ? - À une lieue15… Avant une demi-heure ils arriveront ici. - Et dans cette auberge… puisqu’elle est la seule de ce village, dit Morok d’un air pensif. - Et que la nuit vient… ajouta Karl. - As-tu fait causer16 le vieillard ? - Lui ? Vous n’y pensez pas ! - Comment ? - Allez donc vous y frotter17. - Et quelle raison ? - Impossible ! - Impossible ! pourquoi ? - Vous allez le savoir… Je les ai d’abord suivis jusqu’à la couchée18 d’hier, ayant l’air de les rencontrer par hasard ; j’ai parlé au grand vieillard, en lui disant ce qu’on se dit entre piétons voyageurs : « Bonjour et bonne route, camarade ! » Pour toute réponse il m’a regardé de travers19, et, du bout de son bâton, m’a montré l’autre côté de la route. - Il est Français, il ne comprend peut-être pas l’allemand ? - Il le parle au moins aussi bien que vous, puisqu’à la couchée je l’ai entendu demander à l’hôte20 ce qu’il lui fallait pour lui et pour les jeunes filles. - Et à la couchée… tu n’as pas essayé encore d’engager la conversation ? - Une seule fois… mais il m’a si brutalement reçu que, pour ne rien compromettre21, je n’ai pas recommencé.

Lexique 1. médiocre (adj. f.s.) : mauvaise 2. mène grand train : a un niveau de vie très élevé 3. dilapide (v. dilapider) : dépense sans compter 4. entame (v. entamer) : commence 5. censurés (adj. m.p.) : interdits 6. errer (v.) : marcher sans but 7. intrigues (n. f.p.) : complots, machinations 8. mettre la main : s’approprier 9. acculé (v. acculer. Part. passé) : poussé 10. il y avait mille à parier contre un : il était presque certain 11. signalement (n. m.s.) : description

12. deuil (n. m.s.) : période après la mort de quelqu’un qu’on aime 13. houppelande (n. f.s.) : grand manteau 14. sur les talons : derrière lui 15. lieue (n. f.s.) : ancienne mesure de distance d’environ 4 km 16. causer (v.) : parler 17. Allez donc vous y frotter : essayez vous-même 18. couchée  (n. f.s.) : lieu où l’on dort (français ancien) 19. de travers : d’un oeil mauvais 20. hôte (n. m.s.) : hôtelier, personne qui reçoit 21. compromettre (v.) : mettre en danger

35


Les liaisons Grammaire Florence Teste

Les liaisons obligatoires : Déterminant (article, nombre) + nom / adjectif : des idées – mes enfants – deux ans – un ingénieur – des emplois – ses affaires – ces étudiants – les universités – des hommes – des exercices – les anciens élèves Ces allées de rosiers existent depuis plus de deux ans. Les étudiants de ces universités ont des emplois très intéressants. Des idées pour les exercices de mes enfants ? Adverbe d’une seule syllabe + adjectif / adjectif + nom : très intéressant – très important – les petites annonces – les grands écrivains – les autres entreprises – des petits enfants – de jeunes Australiennes – d’autres idées – tout entier C’est une histoire très intéressante que j’ai trouvée dans les petites annonces. Ce sont de petites anecdotes sur de grands écrivains. C’est une étude très importante sur les jeunes Australiens. Pronom + verbe / verbe + pronom / pronom + pronom : ils arrivent – on attend – vous entendez – elles étudient – nous aimons le chocolat – elles habitent à Paris. elles en ont beaucoup – nous en éditons – prends-en – arrivent-ils ? – parlent-elles français – écoutent-ils attentivement ? Elles arrivent et on les attend, car elles ont déménagé et elles habitent à Paris. Des articles ? Oui, elles en ont beaucoup écrit depuis que nous en éditons pour le magazine. Après les prépositions dans, chez sans, en : sans elle – pour eux – dans un instant – chez elle – en hiver Ce livre est très apprécié dans un cours de français. Ils partent en hiver un mois entier chez elle. Après quand (sauf quand il est interrogati) quand il – quand elles (liaison avec /t/ et non avec /d/) Il ne part que quand elles sont contentes. A l’intérieur des mots composés, des groupes figés : les Etats-Unis - de plus en plus - plus ou moins - c’est-à-dire - avant-hier Avant-hier, ma cousine est partie aux Etats-Unis. 36


Les liaisons interdites : nom + adjectif : un client honnête – le chocolat amer – les chats endormis – les souris appeurées nom propre + verbe : Vincent est policier. nom + verbe : mon appartement est petit. avec un « h » aspiré : les Halles – les Hollandais – les hiboux – en haut après « et » : un crayon et un stylo – et eux aussi – en haut et en bas après un adverbe interrogatif : comment est-il ? quand as-tu mangé ? sauf : comment allez-vous ? Quand est-ce que vous partez ?

Les liaisons facultatives : Elles sont liées au registre de langue, c’est-à-dire qu’on les fait si l’on veut parler un français plus formel, plus soutenu. Après ÉTRE, AVOIR, ALLER, VOULOIR, DEVOIR, POUVOIR : je suis allé – ils ont eu – tu vas aller Je veux et j’exige Je dois encore y retourner. Nous pouvons aussi offrir ce modèle. Après les adverbes de 2 syllabes et plus : depuis un mois – après avoir fini – assez avantageux – tellement appréciable Nom au pluriel + adjectif : les jeux olympiques – des questions embarrassantes – des gens intéressants Après un verbe au pluriel : ils arrivent ensemble – ils viennent ici Après trop, pas, plus, beaucoup, mais, bien, puis  : pas honnête – plus usagé – trop alambiqué – pas encore – mais alors

Exercices Phrases: 1. Isabelle et Annette sont amies. Parlent-elles bien le français ? Annette parle très bien et sans accent, mais Isabelle est encore meilleure en grammaire. 2. Je ne vais plus aller faire mes courses chez Auville, ils ont des prix trop élevés. 3. Mon petit ami et moi, nous avons invité des amis italiens chez nous. 4. Les exercices en classe sont amusants. 5. Elles écoutent la musique de plus en plus fort. 6. Tu as aimé ces ananas ? Prends-en encore ! Texte long : Chers auditeurs, bonjour ! Aujourd’hui, nous sommes en direct de Saint-Germain, un petit endroit du Massif central, et nous allons passer un quart d’heure en compagnie de Marie-Émilie Durand, la doyenne du village qui a quatre-vingtdouze ans. Marie-Émilie s’est mariée à l’âge de dix-neuf ans et a eu cinq enfants. Nous l’interrogerons bien sûr, sur ses années de présence ici, et ses souvenirs. Mais elle nous parlera surtout de la transformation de Saint-Germain. En effet, à la naissance de Marie-Émilie, le village comptait plus ou moins mille-cinq-cents habitants. Il y avait une épicerie, une boulangerie et même un tabac. Pour la pharmacie, il fallait aller à la ville voisine. Petit à petit, principalement dans les années cinquante-soixante, les gens ont quitté le village et sont allés s’installer à la ville. Aujourd’hui, la population est de deux-cent-cinquante habitants environ… Dans un instant, nous écouterons Marie-Emilie nous parler de toutes ces époques qu’elle a connues, mais avant cela, une chanson de Georges Brassens. 37


Niveau : Tous niveaux Effectif : Groupe variable, testé et approuvé sur 6 étudiants. Durée : 30 à 45 minutes

Le coin des profs

Dessinez, c’est mémorisé ! Balai ou ballet ? Mer ou mère ? Comment se souvenir de l’orthographe d’un mot lorsque l’on entend le même son  ? Voici la solution. Cette activité peut être réalisée à tous les niveaux pour les petits comme les grands. Je l’ai effectuée auprès d’enfants de 7 à 11 ans francophones mais j’ai une collègue qui l’a essayée avec des adultes : succès garanti ! Rendons à César ce qui appartient à César, l’idée est venue d’un livre  :  99 dessins pour ne plus faire de fautes de Sandrine Campese. L’objectif est d’illustrer un mot avec un graphisme pour mémoriser son orthographe. Plusieurs exemples circulent sur internet pour vous donner un aperçu, il y a même une vidéo de l’auteure disponible sur Youtube.

La première étape, en classe entière

Écrivez au tableau deux ou trois mots homonymes, par exemple : mer et mère (et maire). Faites lire les mots et demandez aux apprenant le point commun entre les mots puis établissez ensemble un inventaire des difficultés du français. Rapidement vous aurez une liste conséquente. Pour un public plus âgé, vous pouvez présenter la vidéo de Sandrine Campese. J’ai personnellement utilisé des exemples papier de ses productions. Vous verrez instantanément les apprenants faire le lien.

38

Matériel : Feuilles de couleurs – feutres – crayons etc.… Objectifs et compétences mobilisées : CO/EO : Trouver des homonymes CE/EE : Réaliser et mémoriser l’orthographe d’un mot à l’aide d’illustrations

La deuxième étape, en classe entière

Expliquez la consigne : Trouvez la difficulté et les différences orthographiques de chaque homonyme. Associez-y des idées graphiques. (Verre = boisson/ coup = poing)

La troisième étape, par petits groupes

Chaque groupe possède un certain nombre d’homonymes. Il s’agira d’illustrer à sa façon chaque mot pour comprendre l’orthographe. Distribuez des feuilles de couleur, des stylos, feutres … tout le matériel artistique que vous pouvez avoir à votre disposition.

La quatrième étape,

individuellement puis en classe entière Mon public étant des enfants francophones, j’ai affiché les productions dans la classe pour que tout le monde observe les dessins. Nous avons ensuite repris ensemble chaque mot pour comprendre le sens et l’orthographe expliqués par l’artiste.


Conclusion et ouverture : Les parents ont pu voir les réalisations affichées en classe à la fin du cours, puis chaque enfant est reparti fièrement à la maison avec sa production. Nous avons terminé notre séance sur un jeu de domino des homonymes, disponible sur internet, vous pouvez également en réaliser un avec les mots de votre liste pour vérifier au cours suivant si les apprenants se souviennent de l’orthographe. La vidéo Youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=5ZPUi4xEe6k

Si vous voulez voir d’autres idées de réalisation avec des adultes, c’est ici : http://enfrancais.nl/et-si-on-apprenait-en-dessinant/ Pour le domino des homonymes : http://lutinbazar.fr/les-homonymes-lexicaux/ Céline Dandoy

Cours de français général ou sur objectifs spécifiques pour tous niveaux Formation pour professeurs de français Préparation aux examens officiels DELF / DALF Séjours pour juniors et groupes Service hébergement et activités culturelles toute l’année

www.institut-europeen.com info@institut-europeen.com - 23 rue Saint Guilhem - 34000 Montpellier -

Tél : +33 (0) 4 67 91 70 00 39


Des espèces sonnantes et trébuchantes RFI Chaque mois, nous vous proposons un extrait des Mots de l’actualité, une émission animée par Yvan Amar. Ce document audio vous permet de travailler et de tester votre compréhension orale.

Rubrique en partenariat avec

Radio France Internationale (RFI) met à disposition chaque semaine, sur son site Internet (http://www.rfi.fr/lffr/statiques/ accueil_apprendre.asp), une émission radiophonique de deux à trois minutes destinée à éclairer l’étymologie et/ou le contexte d’utilisation d’un mot lié à l’actualité. Vous trouverez ici une transcription exacte du texte avec des exercices d’écoute pour entraîner votre oreille à reconnaître les sons et à découvrir le sens de cette émission.

Commencez par répondre aux questions suivantes (avant d’écouter le document sonore). 1

En France, quels sont les différents moyens de paiement ? …………………………………………………………… …………………………………………………………… …………………………………………………………… …………………………………………………………… …………………………………………………………… ……………………………………………………………

2 Connaissez-vous d’autres mots pour désigner l’argent ? …………………………………………………………… …………………………………………………………… …………………………………………………………… ……………………………………………………………

40

3 Choisissez le verbe qui s’adapte au sens de la phrase (il y a parfois plusieurs possibilités). manipuler - palper - appuyer - tâter eff leurer - manier - caresser Le médecin La petite fille Le vétérinaire La pianiste L’artiste peintre L’ouvrier L’électricien

4

………………….. ………………….. ………………….. ………………….. ………………….. ………………….. …………………..

le patient. le chaton. le ventre du chien. les touches du piano. le pinceau. des machines. sur l’interrupteur.

L’argot, c’est : une maladie une langue étrangère une façon familière de parler français


Vérifiez les réponses aux questions précédentes en page 51. Écoutez le document audio et répondez aux questions suivantes.

Accédez à l’enregistrement :

5 Des « espèces sonnantes et trébuchantes », http://www1.rfi.fr/lffr/articles/106/article_2631.asp ce sont : de l’argent virtuel des pièces et des billets de banque des objets en métaux précieux Vérifiez les réponses aux questions précédentes en page 51. Écoutez à nouveau le document audio en 6 Une balance, c’est : vous accompagnant de la transcription et répondez un objet qui sert à mesurer le poids à la question suivante. un siège accroché à un arbre par des cordes souples 9 Donnez la bonne orthographe. un instrument de musique. 7

Une oreille exercée, ici, c’est : une personne qui a l’habitude d’écouter les autres une personne qui a la capacité d’entendre des sons difficiles à reconnaître une partie du corps qui sert à voir

a) ………………………………………… b) ………………………………………… c) …………………………………………

Chronique par Yvan Amar

La transcription du texte : DES ESPECES SONNANTES ET TREBUCHANTES C’est Fatou Traoré qui nous écrit de Dakar pour nous demander le sens d’une expression qu’on entend assez souvent : « des espèces sonnantes et trébuchantes ». C’est vrai que c’est très bizarre. Pourquoi des espèces ? Bon, on sait que des espèces, c’est de l’argent. Mais pourquoi «sonnantes et trébuchantes» ? C’est presque un cliché que cette a)…………………………… Il s’agit d’argent, bien sûr, mais d’argent liquide, ce qu’on appelle du « cash », de façon familière, et en empruntant le mot à l’anglais. Donc, il s’agit de billets de banque ou de pièces de monnaie. Pas de chèque, pas d’argent virtuel, pas d’argent à venir, mais quelque chose de bien concret, quelque chose qu’on palpe. Là aussi, en français familier, c’est un petit peu de l’argot, on dit palper pour dire toucher de l’argent, ça veut dire qu’on le touche vraiment avec ses mains, avec ses doigts, c’est bien ça qui va rassurer. Alors, parfois, on parle d’ « espèces sonnantes ». Cette expression nous fait penser à une époque où les billets de banque n’existaient pas encore. Les espèces, c’étaient des pièces uniquement, des pièces de métal précieux. Pour b)…………………………… que le poids d’or ou d’argent qu’elles devaient contenir était bien là, pour vérifier que ce n’étaient pas de fausses pièces, on les faisait parfois sonner. Et une oreille exercée reconnaissait la bonne pièce de la fausse. Alors voilà pour les espèces sonnantes, mais pourquoi « trébuchantes » ? Là encore, c’était un moyen de vérifier qu’on n’était pas devant de la fausse monnaie. Le « trébuchet », c’ était le nom d’une petite balance de c)…………………………… qui servait à peser les pièces, pour s’assurer qu’elles étaient bien conformes, hein, pas trop légères. Donc, les espèces sonnantes et trébuchantes, c’étaient les pièces qui avaient passé sans problème ces deux tests. 41


© BastienM

Le crozet de Savoie : une bonne pâte ! Produit régional

Les crozets sont essentiellement fabriqués à base de farine de sarrasin (plante appelée aussi « blé noir »), qui leur donne une couleur beige presque grise, plus foncée que les pâtes traditionnelles. À cette farine, on ajoute simplement des œufs, du sel et de l’eau. Il est cependant possible de trouver des crozets fabriqués à partir de farine de blé tendre. On utilise un rouleau pour donner aux crozets leur aspect allongé et plat, puis un couteau pour les découper en petits carrés. Ceci est très réglementé : le vrai crozet savoyard mesure 5 millimètres de côté et présente une épaisseur de 2 millimètres. Jusqu’en 1860, la Savoie était rattachée à l’Italie et cette petite pâte est, parmi d’autres, le témoignage culinaire4 de ces liens historiques. On a trouvé dans un livre de recettes italien du XIVe siècle une première mention des crozets confectionnés à partir

© Marianne Casamance

J’ai découvert cette délicieuse spécialité savoyarde il y a quelques années dans un restaurant du Vieil1 Annecy. C’était le début du printemps, il faisait encore frais et nous cherchions avec mes amis un plat gourmand et typique de la région pour nous réchauffer. Nous avons choisi ces curieuses2 petites pâtes, à la forme carrée très caractéristique, servies avec des « diots », les saucisses de porc locales. Les crozets se dégustent traditionnellement en gratin3, préparés avec du bon fromage de Savoie (en général du beaufort) et de la crème. C’est un plat montagnard par excellence. d’une pâte à lasagnes. L’origine de leur nom, qui change légèrement selon les villes de Savoie, est incertaine5 mais deux hypothèses se distinguent. «Crozet  » peut venir du terme « croé » qui signifie « petit » ou du mot « crwê » qui veut dire « croix » en patois savoyard. En effet, les femmes de la région avaient pour habitude de tracer une croix sur les pâtes avant de les jeter dans l’eau pour les faire cuire. Gratinés, avec une viande ou une salade, dans un potage, il existe cent façons d’apprécier les crozets : laissez-vous tenter ! Et si un jour vous avez cette chance, faites comme moi  : après une marche au bord du lac ou une balade paisible le long des canaux, poussez la porte d’un restaurant du Vieil Annecy…

Lexique 42

Marie-Laurence Leluc-Meckler

1. vieil (adj. m.s.) : vieux (devant une voyelle)

4. culinaire (adj. m.s.) : de la cuisine

2. curieuses (adj. f.p.) : bizarres, étranges

5. incertaine (adj. f.s.) : pas sûre

3. gratin (n. m.s.) : plat qui cuit au four


© Benjamin Jopen

Les fromages Cuisine

Les vaches des Alpes donnent d’excellents fromages que les montagnards ont intégré à leur gastronomie. Voici quelques plats qui tiennent chaud !

Ingrédients pour 6 personnes 1kg de fromage à raclette 12 pommes de terre 6 tranches de jambon cru 6 tranches de jambon cuit 6 tranches de saucisson (rosette) 6 tranches de mortadelle des cornichons © Alex Toulemonde

La raclette

C’est le plus simple ! Il s’agit de faire fondre du fromage à raclette et de le savourer avec des pommes de terre bouillies et de la charcuterie. Il faudra cependant vous équiper d’un appareil à raclette. On pose de fines tranches de fromage dans le poêlon1 que l’on met dans l’appareil qui chauffe. Quand le fromage est fondu, on le verse sur les pommes de terre et on accompagne de charcuterie, de cornichons et d’une bonne salade verte. C’est aussi simple que cela !

La fondue savoyarde Ingrédients pour 6 personnes 400 g de comté 400 g de beaufort ou appenzeller 200 g d’emmental 30 cl de vin blanc sec 1 cuillère à café de maïzena 44

1 verre à liqueur de kirsch 1 gousse d’ail du poivre 2 baguettes de pain vieux


© Pedro Cerqueira

Pour cette recette, il faudra un caquelon. C’est une sorte de casserole en métal lourd (en général de la fonte) que l’on pose au dessus d’une petite flamme, sur un support2 surélevé. Ainsi, le fromage reste bien chaud et ne durcit pas. Pour commencer, il faut couper des petits morceaux de pain en cubes. Puis, rappez les trois fromages. Frottez la gousse d’ail au fond du caquelon. Commencez la cuisson sur votre gazinière, à feu doux. Chauffez le vin dans le caquelon, ajoutez les fromages progressivement et remuez sans arrêt. Lorsque tout le fromage est fondu, ajoutez la maïzena pour rendre la pâte plus légère. Ajoutez le kirsch et poivrez. Déposez le caquelon sur le support, ajustez la puissance de la flamme dessous. Chacun pique ensuite un morceau de pain sur une petite fourchette sépciale et le trempe3 dans le fromage. Attention de ne pas vous brûler les lèvres !

La tartiflette Pour cette recette, vous n’avez pas besoin de matériel spécifique.

Ingrédients pour 6 personnes

Pelez les pommes de terre et faites-les cuire dans une grande quantité d’eau bouillante. Attention, elles doivent rester fermes4. Pendant ce temps, faites dorer à la poêle les lardons avec les oignons finement coupés. Lorsque les pommes de terre sont prêtes, coupez-les en tranches de 5mm et répartissez5-les dans le plat à gratin. Entre deux couches, mettez un peu de mélange de lardons/oignons. Grattez un peu la croûte du reblochon, coupez-le en deux (comme un hamburger) et déposez chaque moité, la croûte vers le haut, sur les pommes de terre. Mettez au four sur thermostat 7 pendant 25 minutes. Servez accompagné d’une belle salade verte.

© Jonathan

1,2 kg de pommes de terre 200g de lardons 2 oignons 1 reblochon (fromage) sel, poivre

Mélanie Hernandez

Lexique 1. poêlon (n. m.s.) : petite poêle

4. fermes (adj. f.p.) : un peu dures

2. support (n. m.s.) : élément qui sert à porter un objet

5. répartissez (v. répartir) : disposez de façon égale

3. trempez (v. tremper) : plongez dans le liquide

45


© Nathalie MAILHAC

Le vin au temps des Romains Vins Les Romains maîtrisaient l’art de la vigne. Ils savaient tailler1 la vigne, travailler le sol,

protéger les grappes des maladies et du climat. Quand les vendanges étaient finies, le raisin était écrasé avec les pieds ou apporté à un pressoir2. Le jus de raisin coulait dans des cuves de fermentation, tout comme aujourd’hui. Le dernier tour de pressoir donnait des vins de qualité inférieure. Le marc3 était ensuite enlevé et mélangé avec de l’eau, puis remis sous le pressoir pour donner la piquette (la boisson quotidienne des esclaves). Les grands vins pouvaient vieillir longtemps et donner le meilleur d’eux-mêmes au bout de quinze ou vingt ans. C’était le cas du célèbre « Falerne », qui était mis à vieillir en amphores4. Les riches Romains buvaient ces grands vins dans des coupes en cristal de roche ou en verre qui ne donnaient pas de goût au vin, contrairement au bronze5. L’amertume6 très forte de vins madérisés7, qui pouvait venir naturellement au bout de quelques années, était aussi très appréciée. Pour reproduire cet arôme particulier, les Romains faisaient vieillir les vins artificiellement en les exposants à la chaleur. Autant de pratiques bien différentes de nos jours, où tout est fait pour conserver l’arôme fruité des vins !

Chez les Romains, le vin était une boisson réservée aux dieux. En coupant le vin avec de l’eau, les hommes reconnaissaient ainsi leur simple condition. D’ailleurs, à l’exception de quelques rares grands crus réputés, les vins étaient en général de très mauvaise qualité, notamment à cause des mauvaises conditions de conservation et de stockage. Pour adoucir son acidité, on ajoutait de l’eau ou du sucre, du miel ou encore des épices !

Le culte du vin était présent à Pompéi Boire et manger occupait une grande place dans l’art de vivre de la cité de Pompéi. Le vin accompagnait les rites sociaux et religieux de la société antique. Le maître des lieux le servait en fin de banquet8, avant les discussions et les joutes verbales9 très prisées. Il était consommé durant les rites religieux et dans les nombreuses tavernes de la cité. Les vins cultivés sur les pentes du Vésuve (volcan) étaient appelés les Lacryma Christi (larmes du Christ), toujours produits aujourd’hui dans la région de Campanie.

46

© Nathalie MAILHAC

Du vin pour les dieux, de l’eau pour les hommes


Des tavernes antiques à nos jours

© Nathalie MAILHAC

Malgré les tremblements de terre et l’éruption du Vésuve qui a enseveli la ville, les vestiges des tavernes ont été retrouvés intacts. Dans une rue qui mène aux bains publics, on en a trouvé huit les unes à côté des autres ! Sur le mur de l’un de ces bistrots antiques, on voit la carte des vins que l’on pouvait acheter en carafe ou en cucumas (sorte de chaudrons) avec les tarifs. Il est peu probable10 que les grands vins aient été vendus ici. La même taverne abritait un magnifique comptoir de marbre, et des amphores vidées de leur contenu attendaient d’être remplacées par d’autres, remplies de nectar11. Une seule de ces amphores (appelées aussi des vaisseaux) contenait 26 litres de vin et pouvait être consommée en une fois par un groupe de clients sortant des bains publics, assoiffés12 par la chaleur.

Seuls les Barbares oublient leur histoire. Pompéi fait partie des symboles de l’Italie. Aussi, dans les années 90, un programme de recherche archéologique a permis à l’entreprise vinicole Mastroberardino de planter des vignes comme autrefois, sur les sites anciens. Pour arriver au résultat actuel, on a analysé les fresques et mosaïques murales mais surtout le moulage des pieds de vignes retrouvés dans le sol. Ainsi, on a identifié les cépages cultivés et la manière dont ils l’étaient. L’objectif du projet est de redonner au site de Pompéi l’apparence qu’il avait à l’époque romaine. On trouvait alors des vignobles hors de la ville mais également un vignoble urbain. La production de cette exploitation est très modeste : 1.800 bouteilles par an sous l’étiquette « Villa dei misteri » (« Palais des mystères  »). Elle représente un symbole fort pour Pompéi.

© Nathalie MAILHAC

Les vignes de Pompéi reconstituées

Nathalie Mailhac

Lexique 1. tailler (v.) : couper

7. madérisés (adj. m.p.) : terme d’œnologie

2. pressoir (n. m.s.) : appareil qui écrase

8. banquet (n. m.s.) : grand repas

3. marc (n. m.s.) : reste de raisin après la presse

9. joutes verbales : concours de discours

4. amphores (n. f.p.) : vases de terre

10. probable (adj. m.s.) : possible

5. bronze (n. m.s.) : métal

11. nectar (n. m.s.) : boisson romaine

6. amertume (n. f.s.) : goût amer

12. assoiffés (adj. m.p.) : qui ont soif

47


Solutions des jeux page 51 Charlotte Kleineidam

1. MOTS MÉLÉS Retrouvez les mots dans la grille. H S

B

C N Y

S

I

L

A T

N A

C R

C

R

N J

M F

G K

E

U D

E

M U D

L

S

C

M K

Y

A T

C

B E

S

B

H

E

T

K

L

E

M M E

N T

A L

A

R C

R

Y

V H R

C

U L

V

O

N O F

B

M O L

H

D

C A B

E

C O U J

T

T

E

L

C

A

R P

K

N

T

E

L

F

I

T

R A T

O

A A

R U M O R B

I

E

R Q B

H

B

T

B

T

R U Y

E

R E

R

C

C

R

I

C O M T

H Q C

N G G

E

S

A K

Y H E

O

L

E

T

T

E

O M

I

M B

L

C Y

F

S

E

B

H

R

O M A G

E

S

I

B

V

R

O C A M A

D O U R

S

P

S

E

R

I

U

V G P

E

L

O N S

R

E

E

T

R O F

E

U Q O R

V

Y

A R

D

Z

2. DE A À Z Retrouvez le mot à l’aide de la définition.

E

BREBIS BRIE CABECOU CAMEMBERT CANTAL CHABICHOU CHEVRE COMTE EMMENTAL FONDU FROMAGES

GRUYERE MIMOLETTE MORBIER PELARDON RACLETTE REBLOCHON ROCAMADOUR ROQUEFORT SALERS TARTIFLETTE

3. VIRE LANGUE Prononcez les phrases le plus vite possible Ton tas de riz tenta le rat Le rat tenté le riz tâta Je suis ce que je suis et si je suis ce que je suis, qu’est-ce que je suis ?

Sport de raquette avec un volant M T

O N A I

D N

B

Sport qui consiste à taper une balle avec une batte S

A L

E

L

A B

B

Sport collectif où on doit marquer des paniers K

E

T

S

A

B

Jeux de quilles qu’il faut renverser L

N O G

I

N W

B

4. BLAGUE

La maîtresse demande à toto : - Toto, si j’ai trois pommes à diviser en sept parties égales. Que dois-je faire ? - De la compote madame ! 49


Réponses « Grammaire » (page 37) Ici, sont notées les liaisons faites dans un français courant. En effet, nous avons dit que les liaisons facultatives sont souvent révélatrices d’un niveau de langue soutenu. Nous n’avons donc pas pris celles-ci en compte. En revanche, nous avons noté les enchaînements qui ne sont pas exactement des liaisons mais qui apportent une plus grande fluidité au français parlé. 1. Isabelle et Annette sont amies. Parlent-elles bien le français ? Annette parle très bien et sans accent, mais Isabelle est encore meilleure en grammaire. Je ne vais plus aller faire mes courses chez Auville, ils ont des prix trop élevés. Mon petit ami et moi, nous avons invité des amis italiens chez nous. Les exercices en classe sont amusants. Elles écoutent la musique de plus en plus fort. Tu as aimé ces ananas ? Prends-en encore !

Réponses « RFI » (page 42) 1. En France, les différents moyens de paiement sont : - l’argent liquide, les espèces - le chèque bancaire - le mandat : transfert d’argent par l’intermédiaire d’un organisme spécial (La Poste, Western Union, …) - le T.I.P.(titre interbancaire de paiement) : sorte de chèque émis directement par l’établissement qui facture (EDF, France Télécom, les impôts, …) - la carte bancaire - le virement bancaire : l’argent passe d’une banque à l’autre, uniquement par un jeu d’écriture 2. la monnaie, une pièce, des sous, les finances en français familier : le fric, les thunes, le pognon, l’oseille, le blé, …

50

2. Chers auditeurs, bonjour ! Aujourd’hui, nous sommes en direct de Saint-Germain, un petit  endroit du Massif central, et nous allons passer un quart d’heure en compagnie de Marie-Emilie Durand, la doyenne du village qui a quatre-vingt-douze ans. Marie-Emilie s’est mariée à l’âge de dix-neuf ans et a eu cinq enfants. Nous l’interrogerons  bien sûr, sur ses années de présence ici, et ses souvenirs. Mais elle nous parlera surtout de la transformation de Saint-Germain. En effet, à la naissance de MarieEmilie, le village comptait plus ou moins millecinq-cents habitants. Il y avait une épicerie, une boulangerie et même un tabac. Pour la pharmace, il fallait aller à la ville voisine. Petit à petit, principalement dans les années 50-60, les gens ont quitté le village et sont allés s’installer à la ville. Aujourd’hui, la population est de deux-cent-cinquante habitants environ… Dans un instant, nous écouterons Marie-Emilie nous parler de toutes ces époques qu’elle a connues, mais avant cela, une chanson de Georges Brassens.

3. Le médecin La petite fille Le vétérinaire La pianiste L’artiste peintre L’ouvrier L’électricien

palpe caresse tâte effleure manie manipule appuie

le patient. le chaton. le ventre du chien. les touches du piano. le pinceau. des machines. sur l’interrupteur.

4. L’argot, c’est une façon familière de parler français. On ne l’utilise pas à l’écrit. 5. Des «espèces sonnantes et trébuchantes», ce sont des pièces et des billets de banque. 6. Une balance, c’est un objet qui sert à mesurer le poids. 7. Une oreille exercée, c’est une personne qui a la capacité d’entendre des sons difficiles à reconnaître. 8. a) formule b) vérifier c) précision


Solutions des jeux de la page 49 Jeu 1 : MOT MÉLÉS H S B S

I

L

C N Y L

E M M E

N T A L

A T N A C R C A R C R Y

R N J M F G K V H R C U L V O E U D E M U D N O F B M O L H Edition :

Langue et Cultures Françaises et Francophones ISSN : 2267-4705 n° CPPAP : 1016 K 91889 SIRET : 799 544 846 00022 Siège : 17, rue Durand 34000 Montpellier contact@lcf-magazine.fr

Directrice de publication :

Florence TESTE - direction@lcf-magazine.fr

Assistantes de publication : Solange BEAUDOUIN Awa BAGAYOKO

Directeur artistique : Rémi ORZALESI

Rédactrice en chef : Florence TESTE

Comité de relecture : Florence TESTE Mélanie HERNANDEZ

L

S C M K Y D C A B E

A T C B E T T S B H E T T E

E L L F

K A A R U M O R B B T B C R I

C O U J

C A R P K N I T R A T O E

R Q B H

T N G G R U Y E C O M T E S A K

R E R C Y H E O

H Q C S E T T

E L

I

O M I

M B L

E B H C Y F R O M A G E S I B V R O C A M A D O U R S P S E R

I

U V G P E

E E T

R O F

E

L A R D O N S R U Q O R Z V E Y

Rédacteurs :

Yvan AMAR Solange BEAUDOUIN Julie BOUDILLON Céline DANDOY Romain DEVAUX Odile ESPOSITO Mélanie HERNANDEZ Charlotte KLEINEIDAM Fabien LECOEUVRE Nathalie MAILHAC Marie- Laurence MECKLER- LELUC Axelle NEGRIGNAT Florence TESTE Khiem TRAN-DINH Laura TEJEDA-MEZA

Jeu 2 : DE A À Z Badminton Baseball Basket Bowling

Maquette :

Charlotte KLEINEIDAM

Publicité :

La régie du FLE - laregie.fle@gmail.com

Impression :

Impact Impression 483, ZAC des Vautes 34980 Saint-Gély-du-Fesc

Routage :

Sud routage 110, route de Rouquairol 30900 Nîmes

Remerciements :

Richard BOSSUET - TV5 MONDE Yvan AMAR - RFI Centre de Langue Française de la CCI Paris-Ile de France

En produisant sa version papier, LCFF Magazine veut participer à la protection de la planète. Pour cela, nous avons choisi de faire confiance à un imprimeur qui travaille dans le respect des labels écologiques :


Profile for LCFF

Lcff magazine n°34  

Lcff#34- Novembre 2015 Trente quatrième numéro du magazine LCFF (Langue et Cultures Françaises et francophones). Ce mensuel a pour objectif...

Lcff magazine n°34  

Lcff#34- Novembre 2015 Trente quatrième numéro du magazine LCFF (Langue et Cultures Françaises et francophones). Ce mensuel a pour objectif...

Advertisement