Octobre 2021 (Vol.24 - No.9)

Page 1

Volume 24, numéro 9 Octobre 2021

Nouvelle directrice du Wapikoni Audrey B. Lachapelle & Jessy Brisson

770, Boul. Laure, Local 10 Sept-Îles (Québec) G4R 1Y5

418 962-3333 Heures d’ouverture Semaine : 8h30 à 21h Fin de semaine : 8h30 à 18h

V. Lambert & P. Allard Pharmacien(ne)s - Propriétaire

2936, rue De la Faune, bur. 114 Wendake (Québec) G0A 4V0 T 418 840-5050 F 418 840-5079

cdem.ca SERVICE AUX ENTREPRISES

Véronique Rankin est nommée

livraison de 11h à 21h du Mardi au dimanche

1006, boulevard Laure 418 968-6080 www.orientaldunord.com

418 968-1555

Tshima minu takushinieku ute !

824, Boulevard Laure Sept-Îles (Québec) G4R 1Y7


En Bref

La Voix des Premières Nations DISTRIBUTION

plus de 7 800 copies 23 communautés 8 nations

Ramasser ou non les feuilles d’automne

Que disent les spécialistes? Uashat mak Mani-utenam (CP) – Certains se questionnent lors de la jolie saison automnale. D’autres se sentent coupables de laisser les feuilles sur le sol avant que la neige ne tombe. Faut-il ramasser ou ne pas ramasser les feuilles d’automne? Plusieurs estiment que de laisser les feuilles sur votre terrain favorise la biodiversité. Évidemment, l’argument numéro un se conjugue avec Dame Nature. Avant que les humains ne possèdent des terrains pourvus d’arbres, les feuilles étaient-elles raclées et ensachées pour être jetées aux ordures? La réponse est non. Les feuilles se décomposaient tout simplement sous la neige et il n’y avait pas de pelouse.

2 • La Voix Des Premières Nations

[ Octobre 2021]

Il y a des limites!

Contactez-nous (No ISSN Bibliothèque Nationale du Canada : Imprimé : Innuvelle ISSN 2561 - 1275 Électronique : Innuvelle ISSN 2561 - 1283)

Vous avez une nouvelle ?

Directrice générale par intérim : Mikuen Régis

418 962-3535 et 418 962-3550

Conseillère en publicité par intérim : Mitish St-Onge Journaliste : Chantale Potvin Collaborateurs : n\a Crédit photo (page couverture) : Page Facebook - Wapikoni Infographie : Yan Riverin (Yan Riverin - Designer Graphique) Tirage : 7 800 copies, maintenant disponible en version Web au https://lavoixdespremieresnations.ca Merci à l’Institut Tshakapesh, notre partenaire. Logos des nations commandités par Tourisme Autochtone Québec

info@lavoixdespremieresnations.ca

Vous avez une publicité ? 418 962-3535

pub@lavoixdespremieresnations.ca

Bureau du journal 108-B, boul. des Montagnais Uashat (Québec) G4R 5P9

Sans grande surprise, il faut comprendre qu’une trop grande quantité de feuilles mortes va écraser la pelouse. Il faut donc ne laisser que 2 centimètres ou moins de feuilles mortes et les déchiqueter avec la tondeuse. Ces feuilles ainsi brisées en mille miettes se transformeront en compost et auront disparu au printemps. De plus, le déchiquetage empêche le développement de moisissure lors de la fonte des neiges et avant de déchiqueter, il est nécessaire que les feuilles soient sèches.

Dans les plates-bandes Pour un hiver plus chaud et pour servir d’isolant aux fleurs vivaces des platesbandes, il est conseillé d’étaler une dizaine de centimètres de feuilles déchiquetées. Ainsi, les types de plants plus frileux seront protégés pour l’hiver et pour affronter les gelées. Un problème écologique Selon des études, les feuilles mortes et autres débris recueillis sur les terrains résidentiels représentent plusieurs milliers de tonnes par année. En se décomposant dans un dépotoir, les feuilles émettent du méthane, un des principaux gaz à effet de serre. Un excellent élément pour du compost

Les feuilles mortes sont excellentes pour le compost. Combinées aux débris du potager et déchets de la cuisine, elles se décomposent pendant l’hiver et sont prêtes à être utilisées au printemps. Elles seront alors géniales pour nourrir vos plantes et engraisser votre potager.


PREMIÈRES NATIONS Projet de loi 96

Des opposants se manifestent Journaliste

Uashat mak Mani-utenam- Un débat prendra bientôt part quant à la prochaine Loi relative à la langue officielle du Québec. Il s’agit du Projet de Loi 96 qui est critiqué par des Autochtones qui estiment que cette loi relègue les langues autochtones aux oubliettes. Par définition, avec l’appui de la Chambre des communes canadienne, le projet de loi 96 propose de formellement inscrire l’existence de la nation québécoise avec le français comme seule langue officielle dans la Constitution du Québec, et donc aussi dans la Constitution canadienne.

Un mot au Bloc! Afin de s’opposer à l’arrivée de cette vague, l’APNQL s’est adressé au chef du Bloc Québécois par une phrase claire : le Québec ne peut pas réformer la charte en bafouant les droits des Premières Nations. Les élus de l’APNQL réagissaient ainsi à un message public du Bloc québécois qui demandait aux autres formations politiques fédérales de «ne pas

contester la future Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français, et pour que les entreprises fédérales soient assujetties à la Charte de la langue française au Québec ».

Des limites… Suite à ce message, l’APNQL a immédiatement exprimé ses limites. Les membres de l’APNQL ont d’abord signifié au gouvernement Legault qu’il n’avait pas à se positionner dans une campagne électorale fédérale. Aussi, parlant de Réconciliation, l’APNQL a estimé que le projet de Loi 96 du gouvernement Legault est une attaque contre les droits linguistiques constitutionnels des Premières Nations. Selon les mots de l’APNQL, en appuyant le projet de loi 96, le Bloc québécois ne respecte pas les droits les plus fondamentaux des Premières Nations. Le chef, Ghislain Picard, accuse les provinces, et en particulier le Québec, de s’activer à bloquer toute initiative fédérale qui vise l’autodétermination des Premières Nations et la reconnaissance de leurs droits et leur développement. En d’autres mots, il précise que les

provinces s’attribuent un pouvoir qui ne leur appartient pas. « Les gouvernements provinciaux déchirent leurs chemises au nom de leurs soi-disant prérogatives constitutionnelles et n’hésitent pas à utiliser la Loi constitutionnelle du Canada à des fins électoralistes et partisanes, par exemple dans le projet de Loi 96, quant au statut du Québec et de sa langue officielle. Cependant, quand vient le temps de respecter les dispositions de la même constitution qui permettraient de rendre justice aux peuples autochtones, le discours change », a déclaré Ghislain Picard, Chef de l’APNQL.

CITATIONS Laisser les Autochtones de côté dans ce projet de loi n’est rien d’autre qu’une deuxième colonisation des peuples autochtones du Québec. Serge Otsi Simon, grand chef du Conseil mohawk de Kanesatake Le peuple québécois a des droits dans sa langue, le peuple anichinabé aussi. On demande un minimum de reconnaissance. Richard Kistabish, ancien chef de Pikogan

Photo : Christian Asselin

Par Chantale Potvin

Comme tant d’autres se sont opposés, le grand chef du Conseil mohawk de Kanesatake, Serge Otsi Simon, a publié une vidéo sur YouTube pour exprimer son opinion contre le projet de loi 96.

Pour la journée du 30 septembre, nous tenions à vous souhaiter une très bonne journée de la vérité et de la réconciliation.

NOTRE ÉQUIPE

COLLABORATEURS

Ça pourrait être toi MIKUEN RÉGIS

Directrice générale par intérim

CHANTALE POTVIN Journaliste

MITISH ST-ONGE

Conseillère en publicité intérim

TON PRÉNOM TON NOM Organisme

Ça pourrait être toi TON PRÉNOM TON NOM

Nous sommes à la recherche de pigistes autochtones

INTÉRESSÉ(E) ? CONTACTEZ-NOUS.

Organisme

Visitez notre site web au : www.lavoixdespremieresnations.ca

La Voix Des Premières Nations • 3

L’équipe du Restaurant L’oriental du Nord

[ Octobre 2021]

Prenons également un moment pour nos aînés, piliers de la mémoire collective, en cette date du 1er octobre 2021. Nous vous remercions.


PREMIÈRES NATIONS Nouvelle directrice du Wapikoni

Véronique Rankin est nommée Journaliste

Montréal- Le conseil d’administration du Wapikoni a récemment annoncé la nomination de l’Algonquine Véronique Rankin pour devenir directrice générale. Elle entrera en poste le 18 octobre. Membre de la Nation Abitibiwinni de Pikogan, Véronique Rankin a évolué 20 ans dans diverses organisations autochtones et gouvernementales. Détentrice de diplômes universitaires en administration publique et en arts, elle étudie présentement pour obtenir un certificat en gestion philanthropique. Pour tout dire, le Wapikoni a jugé que la formation et les intérêts de la dame correspondaient en tous points à la mission et à la vision de l’organisme.

Un mot sur madame Rankin Possédant un lot de connaissances relativement aux enjeux autochtones contemporains, madame Rankin s’avoue être davantage interpellée par la sécurisation culturelle et les enjeux qui concernent les services publics offerts aux Autochtones. À son CV, elle cumule des emplois en santé et en éducation dans les milieux communautaires, urbains et en régions éloignées auprès de différents groupes autochtones. Elle était dernièrement directrice générale Puamun Meshkenu, l’organisme fondé par le Dr Stanley Vollant.

Citations C’est un réel honneur de me joindre au Wapikoni. C’est une organisation que j’admire et respecte et qui possède une mission à laquelle j’adhère complètement. Je souhaite mettre mes

connaissances et compétences au profit du développement sain à échelle humaine de cet organisme, en conservant toujours dans la mire, la qualité de l’offre des services tant créatifs que de développement professionnel et artistique culturellement adaptés, aux membres des Premières Nations, Inuit et Métis. Véronique Rankin Recourir aux services d’une direction autochtone était primordial et logique pour le Wapikoni afin de bien s’assurer de la compréhension des enjeux à travers lesquels on évolue, de la connaissance des milieux et clientèles pour lesquels nous développons et offrons des services. (…) Nous sommes plus qu’enthousiastes face à sa nomination et serons à ses côtés pour lui assurer une entrée en poste et un mandat à la hauteur de sa vision stratégique et culturelle. Melissa Mollen Dupuis, présidente du conseil d’administration

Photo : Facebook - Véronique Rankin

Par Chantale Potvin

La nouvelle directrice du Wapikoni, Véronique Rankin, a plusieurs cordes à son arc.

4 • La Voix Des Premières Nations

[ Octobre 2021]

« En cette journée de vérité et de réconciliation, le Conseil des Innu de Ekuanitshit souhaite à vous tous, la paix, la guérison et l’amour. Nous sommes et resterons fiers d’être INNU, un peuple toujours vivant et résilient ! »


PREMIÈRES NATIONS Chasse à l’orignal

Signature d’une entente-cadre Journaliste

Kitcisakik - Après plusieurs mois de discussions, afin de protéger le cheptel d’orignaux et de rétablir la paix sociale, une entente-cadre de 4 ans vient d’être signée. Elle inclut plusieurs mesures et encadrera la chasse dans la réserve faunique de la Vérendrye. Cette entente a été établie entre le gouvernement du Québec et les communautés algonquines de Lac-Barrière, Kitigan Zibi et Kitcisakik.

Les permis de chasse Pour ce qui concerne les droits de chasse, l’entente prévoit que la vente de permis de chasse à l’orignal sera suspendue à partir de la saison 2021 jusqu’au 31 mars 2023. Après, la compilation des résultats des études réalisées sur le terrain entre le 1er avril 2023 et le 31 mars 2024 permettra la vente de permis de chasse à l’orignal et sera autorisée pour un maximum de 100 groupes de quatre personnes. Après ces dates, des modalités seront établies pour les périodes ultérieures.

vécues entre les chasseurs autochtones et allochtones, obligeant parfois la SQ à intervenir. Aussi, plusieurs Algonquins s’inquiétaient de la baisse de la population des orignaux sur leur territoire et en avril 2021, le gouvernement du Québec et les chefs algonquins avaient conclu un accord de principe pour instaurer un moratoire et imposer un délai d’au moins un an sur la chasse à l’orignal dans la réserve faunique.

Des études faites en hélicoptère Afin de démontrer que la population d’orignaux subit une pression de chasse légèrement supérieure à sa capacité d’accroissement, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, en collaboration avec des représentants de la nation algonquine, a complété une étude. Ainsi, en chiffres, les résultats démontrent que la population est de 2,06 orignaux par km², soit un cheptel de 2074 orignaux au moment de l’inventaire alors que le nombre était de 3,2 orignaux par km² en 2008.

Un peu d’histoire

Un mot sur la réserve faunique La Vérendrye

Qu’est-ce qui a mené à la signature de cette entente? Il fait rappeler que l’automne dernier, de sérieuses mésententes ont été

Située dans la MRC de la Valléede-la-Gatineau, dans la région de l’Outaouais et dans la MRC de La Vallée-de-l’Or, en Abitibi-Té-

Photo : Tina Notty

Par Chantale Potvin

De tels barrages bloquaient les routes l’automne dernier pour empêcher les chasseurs de passer.

miscamingue, le territoire est un parc du réseau des réserves fauniques du Québec. Comptant plus de 4000 lacs, les lieux sont appréciés pour la pêche, la chasse, le camping et le VTT.

CITATIONS L’entente permettra de prioriser l’équilibre à long terme et les générations futures pourront profiter de la présence d’un cheptel

abondant et stable et d’une saine cohabitation entre les communautés autochtones et les chasseuses et chasseurs récréatifs. Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones [ Octobre 2021]

La Voix Des Premières Nations • 5


PREMIÈRES NATIONS Œuvres de Leanne Betasamosake Simpson

Une auteure à connaître Journaliste

Uashat mak Mani-utenamAvec son livre Noopiming, Remède pour guérir de la blancheur , publié chez Mémoire d’encrier, Leanne Betasamosake Simpson se fait de plus en plus connaître au sein des auteurs autochtones du Canada.

Un mot sur madame Simpson Native de l’Ontario et originaire de la nation Anishinaabe, Leanne Betasamosake Simpson est théoricienne, écrivaine et musicienne. Elle s’est démarquée grâce à plusieurs textes qu’elle a rédigés concernant les questions sociales autochtones du Canada et pour son engagement dans le mouvement de protestation Idle No more. Elle est détentrice d’un baccalauréat et d’une maîtrise en biolo-

gie. Ayant obtenu son doctorat à l’université du Manitoba et devenue chercheuse, elle enseigne dans plusieurs universités du Canada. Par son travail, elle « positionne les façons d’être autochtones dans la musique canadienne et dans la littérature du XXIe siècle », peut-on lire dans sa biographie.

Les grands honneurs Traduit de l’anglais par Arianne Des Rochers, Noopiming, Remède pour guérir de la blancheur a été finaliste pour les Prix littéraires du Gouverneur Général en 2020. Défini comme le roman de la résistance autochtone, le livre présente des personnages qui parlent au nom des aînés, des animaux et des arbres et qui valsent dans les époques. Faisant référence à l’environnement et avec un style particulier, elle écrit : « Fais bouillir ton eau pendant vingt ans

pour extraire cent grammes de sel de voirie, une tasse de gaz d’échappement, deux cuillerées à table d’arsenic ».

CITATIONS Ce roman brillant combine soigneusement prose et poésie, bien que les formes narrative et poétique ne disparaissent jamais non plus; à tout moment, il y a une attention délibérée au rythme, au mouvement et au son. La narration en couches est riche d’un humour ironique et indéniable et présente aux lecteurs une incroyable constellation de personnages… La vie et les pratiques de Nishnaabe sont intentionnellement mises au centre… C’est la beauté magistrale de ce roman: Chaque Autochtone y trouvera quelque chose. C’est un cadeau qui nous est adressé individuellement. Critique du Globe and Mail

Photo : Zahra Siddiqui

Par Chantale Potvin

Leanne Betasamosake Simpson est connue pour militer pour les droits des Autochtones. Elle a d’ailleurs été très active au sein du mouvement Idle no more.

Napoléon ka mishta-shuenimitan

6 • La Voix Des Premières Nations

[ Octobre 2021]

ka utinaman tipaikan tshetshi iamekatitan, uesh ume tshishiku nanitam an tshika takuan, eku uapaki eukuan tshe tshitshipanit eka tshe tain ute etaiat, uesh peiku anisheniu utinamupan tshititshinu tshetshi tshitutaishk. Mashten e nenein, put tshitissishuetakupan «eukuan tapue uetitshipanit». Uesh nanitam ka issishuein «nuni-tshissitutakutshe put Tshishe-Manitu umenu peikushteu ashu nishuasht etatupipuneshuk». Tshikuss, tshussimat, tshikanishat, tshuitsheuakanat kie kassinu anitshenat ka nishtuapamishkau kie ka shuenimishkau, kassinu ute tauat tshetshi iamekatashkau. Tshinatuapamau ne ishkueu ka shuenimat mak ka minuenitakushit, Kananin; tshinatuapamauat tshitauassimat An-Mani mak Ricky, tshishteshat, tshimishat mak tshishimat nete uashkut. Uashku tapue atut ishpish mishau ne tshin ishpish mishta-itenitakushin mak ishpish ishpitenitakushin. Eukuan tshin Napeu ka shuenimat mak ka minu-tutuat utishkuema, ka minu-nakatuenimat utauassima, ka tapueienitakushit ashit uitsheuakana mak ka nussiteiet. Tshin Napeu ka papamutein, ka eitutein nete uet shakashtuet

pishimu. Tshitissishueti : «Tshishe-Manitu niminikuti nishkata tshetshi pimuteian». Tshimishta-nashkumitin nin ka ishpish kanuenimin mak ka ishpish shuenimin, shash ka pitukaiin tshitshit ka kutunnuepipuneshian ashu nishu. Miam uapikun ka nipimakak ka itenitakushian, tshin ekue utinamin ne uapikun tshe ui innikaitain anite ussi-tshishtikanit. Tshin mak Kananin ekue atushkatameku ne uapikun tshetshi mussipanit kassinu aishinakuak atashauian mak tshetshi uitshimakuak. Katshi mitshetatupipuna ekue utshishenimitutatan, eukuan tshin ka mishta-itenitakushit Napeu kie taship nika kanuenitenan ka ishi-nakatamuiat tshekuan e minuashit mak ka ishi-tshishkutamuiat. Kashikat miam pessikuat niteinana etenitakushiat anutshish eka mushe uiapamitat, muku nishakassineshkakunan shatshitun ka miniat. Ishpish minuatitat kie ishphish shatshitat, ekute tshe ishpanit anite anutshish etain kie e ashuapamiat, anite Tshishe-Manitu etat.

Ninan Innuat Uashat mak Mani-Utenam


PREMIÈRES NATIONS Loi 79

Demandes pour connaître la vérité Journaliste

Uashat mak Mani-utenamEntré en vigueur le 1er septembre 2021, le Projet de loi n° 79, soit la Loi autorisant la communication de renseignements personnels aux familles d’enfants autochtones disparus ou décédés à la suite d’une admission en établissement, ouvre un nouveau volet Déposé en décembre 2020 par le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière et adopté en juin 2021, le projet de loi 79, même s’il a encore des pas à marcher, commence de plus en plus à faire bouger des choses. Il faut le dire autrement en affirmant que de nombreux Autochtones procèdent pour obtenir des informations détenues par le système gouvernemental.

Soutenue par tous les partis politiques

d’institutions autochtones et des membres des partis d’opposition, a été mis en place.

Reconnue par les politiciens de tous les partis politiques, la loi 79 permettra aux familles autochtones de faire la lumière sur des histoires qui ont été bâclées et laissées en plan. Suite aux découvertes des cadavres de Kamloops, les partis d’opposition ont même demandé à ce que le gouvernement inclue les pensionnats dans ce projet de loi.

Y aura-t-il encore des preuves?

Les demandes peuvent être acceptées C’est donc depuis le 1er septembre que les gens peuvent formuler des demandes de renseignements. Suite aux interventions qui auront été complétées, le gouvernement du Québec a promis de publier un rapport annuel en mars 2022. Aussi, pour activer le processus des demandes et voir au bon suivi des choses, un comité incluant des représentants d’organismes et

leur famille, proviennent de partout au Québec. Plusieurs ont déjà signifié leur désir de savoir ce qui est arrivé. Ils feront tout ce qui est possible pour savoir. Ainsi, pendant le 20e siècle, après avoir laissé l’un des leurs

dans un hôpital du Québec, ils sont restés sans nouvelle et ont perdu toutes traces de l’être aimé. Pas de certificat, pas de corps, très peu d’explications… Il est temps que la vérité, leur vérité, éclate au grand jour !

Certains ont émis des craintes quant à la divulgation des résultats des recherches. C’est le cas de Gregory Kelley, député libéral du Québec, qui s’inquiète que les informations ne se rendent pas aux familles dû aux registres et aux données manquants. « Il ne faudra tolérer aucun camouflage ou volonté de nier le passé, et de ne pas donner de réponses aux familles qui cherchent désespérément ce qui est arrivé à leurs enfants », a pour sa part cité Martin Ouellet, député du Parti québécois.

Photo : Ian Lafrenière - Député de Vachon

Par Chantale Potvin

Tant d’histoires d’horreur Les Autochtones, qui ont perdu des enfants ou des membres de

Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones

En Bref

Ancien portage rivière à l’eau dorée

La découverte de ce chemin est un hasard explique Danielle Descent. C’est en lisant un livre d’Henry Youle Hind,explorateur britannique et géologue pour le gouvernement canadien. Les récits datant de 1861, alors que le chef Tshishtishenu Dominique de Moisie et d’Ashuanipi traça une carte sur une écorce de bouleau et permit à son fils d’accompagner Hind par un ancien portage entre la Moisie et le lac Nipissis. Au lieu d’emprunter la voie vers l’Est, ils bifurquent vers l’Ouest suivant la Mista-Shipu jusqu,à la rivière à l’Eau Dorée. Or, les portageurs contemporains ont l’habitude de passer par l’Est empruntant le portage Kakatshiat et la rivière Nipissis, pour rejoindre la Moisie au millage 28. William Hind maître en dessins de l’époque accompagne son frère de l’explorateur Henry Houle Hind pour dessiner des paysages. Ses dessins se retrouvent ailleurs et ont été exposés dans des musées.

Ravitaillement L’aventure n’étant pas terminée, Sylvain Putu Vollant a dû ravitailler l’équipe par avion à la troisième semaine. L’équipe tenant absolument à finir ce qu’elle avait entrepris. Lorsque l’on traverse une route inconnue, c’est un imprévu à considérer car un minimum de nourriture est apporté pour éviter un surpoids dans les bagages L’équipe tient à remercier ITUM. Stéphane Vollant, André Michel,Musée Shaputuan,Yoan Jérôme pour les cartes, leurs familles et amis de les avoir supporter à réaliser ce projet.

Citation Quand j’ai vu la vieille carte, j’ai rêvé de voir cette route,il avait laissé des dessins de cette itinéraire .J’ai rassemblé des amis pis avec l’appui du conseil , on est allé voir. J’aime explorer de nouveaux portages que les jeunes de ma communauté pourront à leur tour emprunter et apprendre sur la vie des Ainés. Danielle Descent, organisatrice

La Voix Des Premières Nations • 7

Partie du Lac Vigneault le 17 août dernier, les portageurs terminent leur excursion en terre ancestrale après avoir traversé des lacs, des rivières et des montagnes à la manière des ancêtres. Selon leurs calculs, ils devaient arriver le 31 aout. Ce qui explique le délai de sept jours, il y avait quatorze portages, soit environ 20 kilomètres à déboiser. Souvent, le chemin passe sur le dessus des montages, en altitude. Selon eux, on doit y retourner pour renettoyer à nouveau car la route est sinueuse et à pic. Au fil du temps, la forêt est quasiment redevenue vierge mais on perçoit encore les chemins de portages.

Les membres de cette équipe étaient Jos Fontaine qui en est à son quatrième portage cette année. Son expérience des portages lui a beaucoup servi. Andy Shecanapish, un autre membre est à son deuxième, il a dû couper beaucoup de bois, le défrichage a été ardu par bout dit-il. Pour Kuanutin Vollant, chercher un chemin, d’un lac à l’autre, rebrousser chemin parce que ça ne passait pas était tout un défi. Cependant la majestuosité des arbres en a valu le coup,les sapins étaient parfois tellement hauts on aurait dit des palmiers déclare-t-il. Pour Francis Audet, un portageur expérimenté, les accompagnait et décrit cette expédition comme étant vraiment hors de l’ordinaire.Un paysage jamais vu dans les autres portages.

[ Octobre 2021]

Uashat mak Mani-utenam- Le 7 septembre dernier, cinq portageurs, après 22 jours de portage et de canotage à la découverte d’un ancien chemin de portage Danielle Descent, Jos Fontaine, Andy Shecanapish, Kuanutin Vollant,Francis Audet accostent au débarcadère de la Mishta-Shipu. Il est facile de percevoir de la fatigue sur leur visage et aussi un sentiment de fierté. Arrivée en fin de journée, quelques personnes sont venues les accueillir.


PREMIÈRES NATIONS Quelque 5000 livres brûlés

Un voyage dans le temps Journaliste

Uashat mak Mani-utenamUn conseil scolaire catholique francophone en Ontario vient de détruire quelque 5000 livres jugés néfastes pour les Premières Nations. Sans aviser aucun auteur, ce mouvement a été mené par Suzy Kies, qui se présentait comme une gardienne du savoir autochtone. Elle occupait le poste de coprésidente de la Commission des peuples autochtones du Parti libéral. Soutenant avoir des origines autochtones, elle a démissionné après la cohue et après que des gens aient découvert qu’elle n’était nullement Abénakise, comme elle le prétendait.

Constant Awashish a l’argument!

8 • La Voix Des Premières Nations

CITATIONS Il faut éduquer. On aurait pu enlever l’accès aux jeunes enfants qui n’ont pas le discernement nécessaire ou le sens critique. Peut-être qu’on aurait pu se servir de ces livreslà pour faire des analyses critiques des écrits basés sur le racisme. C’est quoi les préjugés? C’est quoi les stéréotypes? C’est quoi le racisme? On aurait pu se baser sur des livres comme ça. On peut tourner le négatif en positif, il s’agit juste de bien réfléchir. Aussi, s’il n’y a pas d’autochtones qui participent, ça ressemble plus à un spectacle. Constant Awashish, grand chef du Conseil de la nation atikamekw

Photo : tintin.com

[ Octobre 2021]

Lors d’une entrevue avec Audrey Tremblay, du journal Le Nouvelliste, le chef a exprimé son point de vue quant

au geste de brûler les livres. S’avouant surpris, le grand chef du Conseil de la nation atikamekw (CNA), Constant Awashish a exprimé sa retenue. Il a déclaré qu’il était préférable d’éduquer, de conscientiser et de sensibiliser plutôt que de tenter de cacher l’histoire.

Une scène tirée de la bande-dessinée Tintin en Amérique de Hergé

Photo : www.bdaddik.com

Par Chantale Potvin

Jugé raciste, sous le prétexte de la Réconciliation avec les Premières Nations, le pauvre Tintin a lui aussi été jeté au bûcher. Dans son histoire, Tintin en Amérique dénonçait pourtant l’épouvantable Déportation des Amérindiens, survenu en 1830 aux États-Unis.

VOTRE DESTINATION SPORTIVE À SEPT-ÎLES ! PLACE DE VILLE • 770, Boul. Laure, Sept-Îles • Tél. : 418 962-7424 / 1-800-463-4208 • Service C.O.D


PREMIÈRES NATIONS Triathlon des Nations re

Une 1 édition réussie Journaliste

Lac-Simon- Le 2 septembre dernier, Linda Féquière, ex-policière de la GRC, a eu la géniale idée de faire bouger quelque 150 jeunes Algonquins qui s’en sont donné à cœur joie en participant à la 1re édition du Triathlon des Nations. L’événement sportif s’est déroulé grâce à des commanditaires et à l’engagement d’une soixantaine de bénévoles de la communauté. Dans le but de faire participer les jeunes à un sport, l’activité avait également pour mission de leur faire découvrir le sport du triathlon, dont madame Féquière est une adepte depuis une vingtaine d’années. « Ce qui me rend le plus heureuse, c’est que les jeunes mettent leur cœur à l’ouvrage. Pour une 1re édition, c’est une belle réussite » a-t-elle déclaré lors d’une entrevue télévisée avec Radio-Canada.

Une rude épreuve!

rais développer une pépinière de nouveaux talents en triathlon, un sport qui n’est pas super inclusif. Linda Féquière

Hormis quelques jeunes de Kitcisakik, les participants étaient des étudiants de l’école secondaire Amik-Wiche. Pour compléter l’épreuve, les jeunes de 12 à 17 ans devaient faire 200 mètres de canot, rouler 5 kilomètres en vélo et parcourir 2,5 kilomètres en course à pied.

Souvent, nos jeunes ne se croient pas capables de réussir des choses. Un triathlon, ça les fait se dépasser et voir qu’ils

sont plus capables qu’ils ne le pensent. Les jeunes vont en parler à leurs amis et ça va faire boule de neige. Ils vont aussi vouloir encore mieux se préparer aux différentes épreuves pour l’an prochain. Marlène Jérôme, directrice de l’éducation, de la culture, du sport et

des loisirs au Lac-Simon Pour nous, c’est un bon moyen de mettre nos jeunes en action. Ils sont de plus en plus inactifs avec les réseaux sociaux et Internet. On veut les accrocher et on veut qu’ils participent à être des modèles de la communauté. Adrienne Jérôme, cheffe de Lac-Simon

À l’an prochain… Avec les commentaires positifs remplis d’espoir et les jolis sourires sur les photos, toutes les chances sont là pour que l’événement soit à nouveau au rendez-vous l’an prochain.

Photo : Radio-Canada - Marc-André Landry

Par Chantale Potvin

CITATIONS

(Entrevues avec Radio-Canada)

Je voulais leur donner l’opportunité de découvrir une activité nouvelle, de s’ouvrir à d’autres réalités. Le sport, ça forme le développement et la persévérance. Éventuellement, j’aime-

Plusieurs jeunes participants de Kitcisakik et de Lac-Simon ont su relever le défi de la i re édition du Triathlon des Nations.

PREMIÈRES NATIONS Eau potable dans les communautéss

Des gens vivent au tiers-monde Uashat mak Mani-utenam- Plusieurs communautés autochtones du Canada vivent un sérieux problème : elles n’ont pas accès à de l’eau potable.

Des situations réglées, d’autres non! Avec ces promesses, un engagement monétaire de 8 milliards, versés sur 10 ans, qui inclut des travaux pour assurer l’accès à l’eau potable et des indemnisations pour 142 000 personnes, a réglé des problématiques. À ce montant, un fonds additionnel

bilité, avec des mécanismes juridiques, le cas échéant, si on faillit à notre responsabilité.

Marc Miller, ministre canadien des Services aux Autochtones

Comme au XVIIe siècle! Pour imager ce manque d’eau, les gens qui en sont privés doivent se déplacer pour quérir des bidons d’eau ou payer le prix fort pour de l’eau embouteillée. Ils sont malades et doivent passer leur temps à faire bouiller des marmites d’eau. Ils ont peur de se laver, de laver leurs dents, de cuisiner, d’avoir des éruptions cutanées sur leur corps, etc. Bref, ils vivent l’enfer.

CITATIONS Il n’y a aucune excuse crédible pour un pays comme le Canada d’avoir pris autant de temps. La réalité, c’est que le gouvernement n’a pas été à l’appui

La Voix Des Premières Nations • 9

Il y a quelque mois, le Premier ministre Trudeau avait promis que « toutes les communautés autochtones dont l’alimentation en eau relève du gouvernement fédéral auront accès à de l’eau potable salubre à terme et seront compensées pour les années où elles en ont été privées ».

alors aujourd’hui on passe à une compensation historique et on assume notre responsa-

de 400 millions a commencé à être utilisé pour la relance économique et culturelle des Premières Nations et un comité consultatif sur l’eau potable salubre sera créé. Pourtant, la situation perdure dans 33 communautés.

[ Octobre 2021]

Journaliste

Photo : Ian Lafrenière - Député de Vachon

Par Chantale Potvin

Le problème d’eau potable n’est présentement pas réglé pour 33 communautés autochtones du Canada. En Ontario, certains battent des records et doivent faire bouillir l’eau depuis 30 ans.


Bonne fête des aînés Journée internationale des personnes aînées 1er octobre 2021

APPEL À LA PARTICIPATION RECHERCHE SUR LE consentement

libre et éclairé

et les stérilisations imposées

10 • La Voix Des Premières Nations

[ Octobre 2021]

de femmes des Premières Nations et Inuit au Québec • Avez-vous subi une intervention médicale ou chirurgicale permanente à la suite de laquelle vous ne pouvez plus avoir d’enfant (par exemple, une ligature des trompes ou une hystérectomie)? • Avez-vous subi de la pression ou des menaces pour que vous acceptiez une intervention médicale ou chirurgicale pour ne plus avoir d’enfant? • Avez-vous subi une intervention médicale ou chirurgicale (stérilisation ou autre) sans avoir reçu toute l’information nécessaire pour bien comprendre la situation? • Avez-vous subi des attouchements, des commentaires inappropriés, des injections ou autres interventions sans votre consentement lors d’un examen médical, d’un accouchement ou d’un suivi post-partum?

Si vous êtes une femme des Premières Nations ou une femme Inuk de 18 ans et plus et que vous avez vécu une telle expérience, ou si une femme qui vous est proche vous a désigné pour témoigner en son nom, vous êtes invitée à participer à cette recherche, en toute confidentialité, JUSQU’AU 31 OCTOBRE 2021.

Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador

FE MMES AUTOCHTONES DU QUÉBEC INC. QUEBEC NATI VE WOMEN INC.

POUR PARTICIPER : 1-866-722-7100 (sans frais) INFORMATION : sterilisationsimposees.cssspnql.com • sterilisationsimposees@cssspnql.com


Les Astres et Vous

Par : Innustradamus, Medium... Saignant Né en octobre – Le loup

Né en février – La martre

Né en juin – Le saumon

Vous appréhenderez beaucoup votre mois d’octobre. Eh bien, vous n’az pas tort, car la chance ne sera pas du tout de votre côté. Au moment de faire les décorations d’Halloween, il vous arrivera un malheureux accident. Protégez vos deux petits doigts, puisque c’est eux qui risquent d’en pâtir. En ce qui concerne le travail, vous recevrez une mauvaise nouvelle. Nous vous annoncerons que votre collègue préféré âgé de 35 ans prendra sa retraite. Côté cœur…. Iiiih… Vos astres sont d’accord pour se dire que vous seriez bien mieux avec des chats. Faites un tour à la SPCA et trouvez votre ami pour la vie!

Ce mois-ci, vous êtes chanceux partout. Les célibataires rencontreront l’élue de leur cœur dans le supermarché du coin. Pour les amoureux, vous aurez l’impression de retomber en amour avec votre partenaire. Vous ferez des sorties chaque jour et vous vous amuserez comme des fous. Au boulot, la montagne de travail que vous avez négligée disparaîtra comme par magie. Votre santé se portera également à merveille, il n’y aura rien à signaler. Par ailleurs, au moment du concours de citrouille, vous remporterez le premier prix d’une valeur de 50$.

Au boulot, l’atmosphère sera très agréable. Votre collègue transmettra la magie d’Halloween partout où il ira. Aider cette personne à mettre les décorations vous fera le plus grand bien. Votre santé sera au top de sa forme. Vous aurez de l’énergie à revendre. Profitez-en pour reprendre ce vieux projet. Ce mois-ci, votre situation amoureuse sera catastrophique. Chéri oubliera de sortir les bacs bleus et cela créera beaucoup de tension entre vous. Vous n’êtes pas très chanceux ce mois-ci, alors évitez les jeux de hasard. Vous n’en ressortirez que perdant.

Né en mars – Le vison

Né en juillet – Le renard

Vous profiterez énormément de votre mois d’octobre. Vous passerez du temps de qualité avec vos proches. Au moment de la récolte de bonbons avec vos enfants, attendez-vous à faire une belle rencontre. Cette personne vous apportera une très belle somme de 50$. Côté sentimental, ce sera l’amour fou. Vous aurez l’impression d’être comme au premier rendez-vous. Pour les célibataires, vous rencontrerez la personne idéale au moment de la cueillette de friandises. Au travail, vous aurez souvent les yeux qui tombent. Prenez du temps pour vous reposer.

Octobre sera un mois fructueux pour vous. Vous décorerez votre maison à l’intérieur comme à l’extérieur. Vous A-D-O-R-E-Z l’Halloween. Les déguisements pour vous et vos enfants seront déjà prêts. Au travail, vos collègues apprécieront votre enthousiasme. Dans vos moments les plus difficiles, vous verrez que vos décorations vous aideront à retrouver le moral. En ce qui a trait à la santé, prenez soin de bien vous couvrir tous les jeudis. Vous êtes plus à risque d’attraper un rhume durant ce jour de la semaine. Côté cœur, vous rencontrerez quelques embuches, mais tout cela sera bien vite régler.

En ce beau mois d’octobre, vous ferez toutes sortes d’activités. Vous emmènerez chéri(e) prendre l’air et cela vous rapprochera énormément. Tirez profit de ces moments pour faire des sorties les fins de semaine avec les enfants. Vous leur créerez des moments magiques. Lors de vos balades à l’extérieur, prenez soin d’apporter votre écharpe préférée avec vous. Vos risques d’avoir le nez qui coule sont très élevés. Côté monétaire, vous recevrez une belle rentrée d’argent dans la journée du 10 octobre 2021. Au travail, il n’y aura aucun changement. Ce sera le calme plat.

Né en décembre – Le lièvre

Né en avril – La truite grise

Né en août – Le porc-épic

L’automne est à vos portes et cela vous insupporte. Votre nature frileuse prendra le dessus. Vous ferez monter le chauffage dans chaque pièce de votre maison. Prenez garde à votre prochaine révision annuelle, car votre facture d’Hydro risque de monter au-dessus de 307 $. Pour ce qui est de votre santé, elle se portera à merveille (avec tout le chauffage allumé, vous ne risquez rien). En amour, votre chéri(e) prendra un peu ses distances. Attendez-vous à dormir sur le canapé assez souvent.

La dépression saisonnière vous affecte grandement. Les jours de pluie vous rendent triste. Vos finances ne se portent pas au mieux et votre couple bat de l’aile. Pourquoi ne pas en profiter pour aller voir vos ami(e)s. Sortez vos bottes de pluie et sautez sur les flac d’eau. Cela vous fera le plus grand bien. En amour, vous serez sujet à plusieurs disputes. Vous serez tous les deux à fleur de peau. Parlez-vous et écoutez-vous. Ensuite, en signe de réconciliation, donnez-vous une bonne petite tape sur les foufounes et sortez faire des activités ensemble! Votre santé ne sera pas à négliger. Vous souffrirez de maux de tête très fréquents. Pensez à boire beaucoup d’eau.

Vous dormirez très mal. En effet, vous commencerez à voir vos rêves se réaliser dans le sens littéral du terme. Le 5 octobre 2021, votre cousine du côté de votre père vous annoncera qu’elle est enceinte. Petit bémol, vous aurez rêvé de cette journée. Ne vous inquiétez pas, car ces prémonitions ne dureront qu’un mois. En ce qui a trait à l’amour, tout va pour le mieux. Votre couple se porte mieux que jamais. Au travail en revanche, ce ne sera pas du tout le cas. Votre entreprise fera faillite sans que personne ne l’ait vu venir.

Né en novembre – Le castor

Né en janvier – Le caribou Vous recevrez plusieurs invitations pour aller à Nutshimit et cela vous tentera énormément. Cependant vous hésiterez beaucoup à partir, car vous aurez beaucoup de travail à faire. Laissez le travail tel quel et partez vous reposer un peu. Cela vous fera le plus grand bien. À votre retour, vous verrez que vos tâches vous paraîtront moins lourdes. Pour tout ce qui concerne l’argent, vous rencontrerez quelques problèmes au niveau du budget. Effectivement vous commettrez quelques erreurs de calcul. Pensez à vous réviser. Pour les célibataires, évitez les sorties pour un temps, car pour l’instant, l’élu(e) de votre cœur présentera certains symptômes de la Covid.

Né en mai – L’outarde Vous aurez très mal à votre pied droit. Vous songerez sérieusement à l’amputation. Cependant, avant d’aller consulter à l’urgence, il sera important de prendre rendez-vous avec le podiatre. Votre problème d’ongle incarné sera bien vite réglé. En amour, les célibataires devront garder l’œil ouvert, car l’âme sœur sera beaucoup plus proche de vous que vous ne le croyez. Niveau finance, il va falloir prévoir un surplus d’argent. En effet, votre chien Bingo se brisera les côtes, ce qui affectera grandement votre portefeuille. Au travail, votre patron apportera une surprise pour toute l’équipe, en signe de reconnaissance pour tout votre dur labeur.

Né en septembre – La ouananiche En amour, vous effrayerez tout ce qui vous entoure. Vous en aurez plus qu’assez de votre vie de célibataire et vous ne vous gênerez pas pour le faire savoir. Cependant, prenez garde à vous, car c’est votre envie pressante qui fera fuir tous vos potentiels partenaires. Votre chance a pris des vacances et malheureusement pour vous, vous vous ferez arrêter pour excès de vitesse. Vous roulerez au-dessus de 36km/h que la vitesse permise. Ne soyez pas pressé. Faites ce que vous avez à faire et prenez la vie un jour à la fois. Au niveau de la santé, vous aurez quelques problèmes respiratoires. Vous aurez beaucoup de sécrétions. Votre pharmacien vous conseillera de prendre quelques pastilles. Écoutez-le et le tour sera joué!

Nous recherchons : Journaliste/pigiste

SOMMAIRE DES RESPONSABILITÉS : • Effectue une recherche approfondie d’informations ; • Recueille et analyse les communiqués, les nouvelles, les reportages, les observations et les informations locales, régionales, nationales et internationales ; • Sélectionne les nouvelles, les informations et les idées de reportage qui lui sont communiquées et choisit des sujets d’articles d’intérêt public et écarte ceux qui sont superflus ; • S’assure qu’il y a une ou des photos pour chaque article choisi et traité ; • Se rend sur les lieux de l’événement, rencontre des gens, fait des entrevues ou reportages en les enregistrant et prend des photos reliées à l’événement ; • Doit s’assurer de la validité de ses informations, soit par des témoignages, des faits ou de la documentation ; • Effectue toutes autres tâches connexes.

EXIGENCES DU POSTE : • Préférablement un diplôme universitaire en communication, en journalisme, en administration ou toute autre combinaison de formation et d’expérience ; • Expérience dans le domaine de la presse écrite ; • Bonne connaissance du milieu des communications ; • Maîtrise du web et des médias sociaux ; • Excellente maîtrise du français oral et écrit ; • Connaissance du logiciel Microsoft Word, Excel ; • Initiative et dynamisme ; • Très autonome ; • Minutie et rigueur ; • Excellente capacité à communiquer et à travailler en équipe. Vous pouvez nous faire parvenir votre curriculum vitae à l’attention de la direction générale, par courriel à l’adresse suivante : info@lavoixdespremieresnations.ca ou par courrier au 108 Boulevard des Montagnais, Sept-Îles (Québec) G4R 5P9.

La Voix Des Premières Nations • 11

MANDAT : Sous l’autorité du directeur général et du rédacteur en chef, en collaboration avec les autres membres de l’équipe de travail, est responsable de la recherche, d’entrevue, de la transcription et de la rédaction d’articles.

[ Octobre 2021]

Rejoignez l’équipe de La Voix des Premières Nations!


N’attendez pas de frapper un mur. Faites-vous vacciner.

En septembre, le passeport vaccinal sera exigé pour fréquenter certains lieux publics. Québec.ca/vaccinCOVID


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.