Page 1

Volume 22, numéro 10 Novembre 2019

Gala Teweikan Protes André et Marie-France André, prop.

C.P 52, Moisie (Québec) G0G 2B0 Route 138, Mani-utenam

418 927-4748 V. Lambert & P. Allard Pharmacien(ne)s - Propriétaire

2936, rue De la Faune, bur. 114 Wendake (Québec) G0A 4V0 T 418 840-5050 F 418 840-5079

Une 3 édition qui dévoile des trésors e

cdem.ca SERVICE AUX ENTREPRISES

Heures d’ouverture Mardi au dimanche / de 11h à 22h

1006, boulevard Laure 418 968-6080 www.orientaldunord.com


NATION INNUE

PREMIÈRES NATIONS La persévérance et la réussite scolaire Par Flore Bibeau RCAAQ

La 4e édition du Colloque sur la persévérance et la réussite scolaires chez les Premiers Peuples, organisé par le Centre des Premières Nations Nikanite avait lieu du 16 au 18 octobre derniers au Palais des Congrès de Montréal. Le Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec (RCAAQ) était présent afin d’y présenter plusieurs projets et initiatives.

Une nécessité de collaboration

Le RCAAQ a présenté ses deux projets pilotes de logements étudiants autochtones à SeptÎles et Trois-Rivières, un portrait sur l’accessibilité des services dans les villes pour favoriser la persévérance scolaire chez les Autochtones ainsi que les résultats d’une étude collaborative pour soutenir les transitions scolaires auprès des jeunes Autochtones en milieu urbain.

Stéphanie Fontaine-Dumais, conseillère en employabilité et enrichissement des compétences au RCAAQ, espère que la tenue de ce colloque permette de créer des liens entre les différents acteurs du milieu.

Selon Claudie Paul, directrice stratégique du RCAAQ, la grande mobilisation autour de la quatrième édition de cette rencontre illustre « qu’il y a de plus en plus d’Autochtones dans le réseau de l’éducation au Québec. » « Il faut donc qu’on puisse agir concrètement pour assurer leur réussite », ajoute-t-elle.

« Il y a parfois un manque de communication en ce qui concerne les initiatives Autochtones ou les programmes qui s’adressent aux Autochtones. Il y a de belles choses qui sont créées, mais il y a encore beaucoup de travail à faire. Ce genre d’événement rassembleur est nécessaire! », explique la conseillère. Pour en apprendre plus sur le Colloque de la persévérance scolaire et la réussite scolaires chez les Premiers Peuples : http://colloques.uqac.ca/prscpp/

Par Chantale Potvin Journaliste

Baie-Sainte-Catherine - Quel beau projet d’envergure et de collaboration que le Chemin Fleuve et Fjord à Baie-Sainte-Catherine! Pour sa réalisation, organismes politiques et communautés se sont serré la main. Débutée en octobre 2018, la promenade piétonne a été aménagée selon les délais et les budgets prévus au départ. Le lieu a été officialisé par la Municipalité de Baie-Sainte-Catherine et le projet touristique s’est concrétisé en partenariat avec Développement économique Canada, le Secrétariat de la Capitale nationale, Tourisme Charlevoix et la MRC de Charlevoix-Est. Reliant le quai de la Traverse au site de la Pointe-aux-Alouettes, le Chemin Fleuve et Fjord, qui est long de 5 kilomètres, est pourvu d’un marquage coloré au sol, d’une signalisation de qualité et de panneaux d’interprétation. Les écritures et les lieux ont pour mission de ramener le marcheur dans l’esprit de la Grande Alliance de 1603, dans les années où les Amérindiens et les navigateurs français ont vécu des moments rassembleurs.

Photo : Cabinet du ministre Sylvie D’amours

Deux communautés Afin de bien boucler ce projet touristique les communautés innues d’Essipit et de Mashteuiatsh ont collaboré ensemble pour la rédaction de la partie historique. Les textes et les images ont été ficelés pour décrire l’occupation des lieux, à l’embouchure du Saguenay, avant l’arrivée des Français.

Contactez-nous (No ISSN Bibliothèque Nationale du Canada : Imprimé : Innuvelle ISSN 2561 - 1275 Électronique : Innuvelle ISSN 2561 - 1283)

Vous avez une nouvelle ?

Rédactrice en chef : Suzanne Régis

418 962-3535 et 418 962-3550

Journaliste : Chantale Potvin Collaborateurs : Flore Bibeau (RCAAQ), Véronik Picard-Martineau (TAQ) Correctrice : Michèle Bergeron Crédit photo (page couverture) : Jean-Louis Régis Infographie : Yan Riverin (Yan Riverin - Designer Graphique) Tirage : 7 800 copies, maintenant disponible en version Web au https://lavoixdespremieresnations.ca Merci à l’Institut Tshakapesh, notre partenaire. Logos des nations commandités par Tourisme Autochtone Québec

En plus de la promenade piétonne Chemin Fleuve et Fjord, la municipalité de Baie-Ste-Catherine a réinstallé un relais d’information touristique dans le village. De plus, la place de l’Alliance a été rafraîchie pour créer un lieu d’ac-

cueil ouvert et convivial pour les résidents et les touristes. Aussi, les gens auront accès à des sanitaires, à des jeux pour enfants, au Wifi, à l’électricité et à une borne de réparation des bicyclettes, des poussettes et des chaises roulantes.

Citations Je félicite la municipalité de Baie-Ste-Catherine et je souligne l’importance des partenariats comme celui-ci. Suivant l’exemple de la Grande Alliance, qui a fondé une relation de confiance et d’entraide avec les Français au temps de la colonisation, le Conseil d’Essipit est heureux de poursuivre dans cette voie et souhaite développer d’autres partenariats avec les municipalités et gouvernements pour des projets situés sur son Nitassinan. Martin Dufour, Chef de la Première Nation des Innus Essipit

C’est avec fierté que la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh a accepté de collaborer à ce partenariat permettant de mieux faire connaître la présence historique et importante des Innus dans cette partie du territoire, ainsi qu’en fait foi la richesse de la toponymie. Stacy Bossum, conseiller désigné au patrimoine pour le Conseil Pekuakamiulnuatsh de Mashteuiatsh

Avec le déménagement des éléments commémoratifs de la Grande Alliance à Pointe-auxAlouettes et la construction d’un escalier pour atteindre le site depuis la plage, nous venons tout simplement de lancer concrètement l’aménagement de Pointe-aux-Alouettes et, du même souffle, d’ouvrir la voie à une belle promenade entre le quai fédéral et ce parc qui prend forme. Donald Kenny, maire de Baie-Sainte-Catherine

info@lavoixdespremieresnations.ca

Vous avez une publicité ? 418 962-3535

pub@lavoixdespremieresnations.ca

Bureau du journal

Photo : Marie-Ève Théberge

2 • La Voix Des Premières Nations

[ Novembre 2019 ]

Réunissant plusieurs acteurs autour du domaine de l’éducation chez les Premiers Peuples (enseignants, intervenants, chercheurs, gestionnaires, étudiants, etc.) ce colloque permet depuis quatre ans de partager des connaissances, des pratiques d’intervention, d’enseignement et de collaboration, en plus de

susciter des rencontres et des échanges afin de développer de futurs partenariats.

Une promenade piétonne à Essipit

108-B, boul. des Montagnais Uashat (Québec) G4R 5P9

Marc Bertrand, chargé de projet; Sylvain Tremblay, préfet de la MRC de Charlevoix-Est; Martin Dufour, chef d’Essipit; Donald Kenny, maire de Baie-Sainte-Catherine; Stacy Bosum, conseiller à Mashteuiatsh et Martin Guérin, attaché politique de la député Émilie Foster.


PREMIÈRES NATIONS Gala Teweikan

Par Chantale Potvin Journaliste

Trois-Rivières - Aux sons des tambours et clairons et sous le rayonnement de milliers de sourires, pour la première fois sur le territoire atikamekw, s’est tenu, le 2 octobre dernier, la 3e édition du Gala de musique autochtone Teweikan. L’événement a été présenté par la Société de communication Atikamekw-Montagnais (SOCAM) à la salle J.-Antonio-Thompson de Trois-Rivières.

Pendant la soirée, une dizaine de prix ont été décernés. Il faut préciser que la Gala a pour mission de célébrer la créativité et l’excellence des artistes et groupes musicaux issus des Premières Nations et des Inuit du Québec-Labrador.

Le clou de la soirée Pour faire frissonner les spectateurs, un moment émouvant s’est passé quand de grands honneurs ont été attribués à l’auteur-compositeur-interprète, Philippe McKenzie qui, en 1982,

a été le premier Autochtone à enregistrer un disque dans sa langue maternelle. Il est ainsi considéré comme le Pionnier des musiques populaires en langue innu-aimun. Pour couronner son œuvre, il a reçu le Prix Teweikan Hommage et Reconnaissance. C’est le conseiller Jonathan St-Onge, qui représentait Innu Takuaikan Uashat mak Mani-utenam (ITUM), qui lui a remis ce prestigieux prix. « Le choix de Philippe McKenzie pour l’obtention du Prix Teweikan Hommage et Reconnaissance s’est imposé de lui-même en raison de son immense contribution à l’essor de la chanson innue moderne lors des trois dernières décennies », a déclaré Florent Bégin, directeur général de la SOCAM, qui en a profité, au nom du comité organisateur, pour remercier le comité du jury, soit Dan Bigras, Sakay Ottawa et Sylvie Bernard.

Photo : Jean-Louis Régis

Une 3e édition qui dévoile des trésors

Allan et Christian Nabinacaboo de Violent Ground posent fièrement avec leur Prix Teweikan.

Liste des lauréats Photo : Jean-Louis Régis

Hormis le Prix Teweikan Hommage et Reconnaissance remis à Philippe Mckenzie, les autres gagnants sont :

• Philippe McKenzie reçoit le Prix Teweikan Hommage et Reconnaissance.

Artiste ou groupe s’exprimant dans une langue autochtone : Florent Vollant

Artiste ou groupe de musique d’expression moderne : Violent Ground (Allan et Christian Nabinacaboo)

Meilleur album : Violent Ground

Meilleur spectacle (vote du public) : Matiu

Artiste ou groupe de style Country : Innutin

Artiste ou groupe style Folk : Elisapie

Prix Coup de cœur du jury (ex-aequo) Régis Niquay ET Wasimia Flamand-Charland

Artiste ou groupe de style Blues et/ou Rock : Matiu

Artiste ou groupe de la relève : Violent Ground

automne/hiver

Pour officialiser le prochain Gala Teweikan, le conseiller d’ITUM, Jonathan St-Onge, a annoncé qu’il se déroulera en octobre 2021, dans la communauté innue d’Uashat mak Mani-utenam.

Plein d’idées de cadeaux de

NoEL en boutique

Service de livraison et de mise de côté • Nous acceptons la carte d’exemption de taxes des Autochtones NOTRE ÉQUIPE

NOS COLLABORATEURS

Ça pourrait être toi

SUZANNE RÉGIS

Rédactrice en chef et journaliste

CHANTALE POTVIN Journaliste

FLORE BIBEAU RCAAQ

VÉRONIK PICARDMARTINEAU TAQ

TON PRÉNOM TON NOM Organisme

Nous sommes à la recherche de pigistes autochtones

INTÉRESSÉ(E) ? CONTACTEZ-NOUS.

La Voix Des Premières Nations • 3

en boutique !

Prochain Gala

[ Novembre 2019 ]

Nouvelle collection 770, boulevard Laure #510 Sept-Îles (Québec) G4R 1Y5 T. 418 961-2915

de


NATION ABÉNAQUISE Alanis Obomsawin

Une grande dame pour les Premières Nations Journaliste

Montréal - La gigantesque œuvre de la phénoménale Alanis Obomsawin peut désormais être vue gratuitement sur l’espace de visionnage en ligne de l’Office national du film du Canada, soit à l’adresse www. ONF.ca. En tout, il est possible de visionner une quarantaine de films de cette militante de renommée mondiale qui aura marqué à tout jamais l’histoire des Premières Nations. L’intérêt qu’elle consacre aux jeunes est puissamment palpable au fil de ses œuvres qui ont souvent été primées et qui sont mises en ligne pour la première fois. « Il faut voir Le chemin de la guérison, un documentaire qui se déroule dans une école de la communauté crie de Norway House, au nord de Winnipeg, où les élèves développent un sentiment de fierté et entrevoient l’avenir avec espoir, ainsi que l’émouvant Hi-HoMistahey !, une

production qui porte sur le Rêve de Shannen, une campagne nationale faisant la promotion de l’accès équitable à l’éducation pour les enfants des Premières Nations », inventorie l’ONF pour décrire deux documentaires où Mme Obomsawin raconte de belles histoires de jeunes.

D’autres styles Le site de l’ONF propose aussi des films moins connus d’Alanis Obomsawin. Certains datent aussi de plusieurs années. C’est le cas d’un court métrage produit dans les années 70 et intitulé Amisk et des deux séries L’il’wata et Manawan. Évidemment des incontournables tels Kanehsatake – 270 ans de résistance, Richard Cardinal : le cri d’un enfant métis et Les événements de Restigouche sont disponibles pour ceux qui n’ont pas eu la chance de les visionner. Aussi disponible et récemment acclamé dans les festivals cinématographiques canadiens, sa dernière réalisation

Jordan River Anderson, le messager. Il s’agit là de son 53e film en 52 ans de carrière à l’ONF.

Une carrière prolifique et de nombreux prix Née en 1932, au New Hampshire, en territoire abénaquis, Alanis Obomsawin vit au Québec depuis l’âge de 6 mois et a passé les 10 premières années de sa vie à Odanak. En plus d’être cinéaste, réalisatrice et scénariste, elle est chanteuse, artiste et conteuse. Elle a rejoint l’ONF en 1967. Au fil de sa carrière cinématographique, ses films ont été souvent récompensés. Dans son travail et ses idéologies militantes, grâce aux images et aux mots, elle a abordé des sujets qui traitent « des combats livrés par les peuples autochtones au Canada, de leur point de vue, et mettent en valeur leurs voix, qui sont depuis si longtemps tombées dans des oreilles de sourds  », commente le site d’accueil de l’ONF. Pour

Bingo des fêtes

En plus d’encenser les films d’Alanis Obomsawin, l’ONF met en valeur une grande collection de films de cinéastes autochtones sur sa page web Cinéma autochtone. ONF.ca est donc une destination web incontournable pour les amateurs de cinéma autochtone.

couronner sa carrière, elle a été nommée Compagnon de l’Ordre du Canada et Grande officière de l’Ordre national du Québec. Elle a aussi été lauréate du prix Albert-Tessier, du Prix hu-

manitaire décerné par les prix Écrans canadiens, de plusieurs prix du Gouverneur général, de grades honorifiques et de prix d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations.

AVIS DE CONVOCATION ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE

Avis est donné à toute la population. La corporation de la Radio Kushapetsheken de Uashat mak Mani-utenam tiendra son assemblée générale annuelle dimanche le 24 novembre 2019 au Musée Shaputuan à Uashat à 14h00.

4 • La Voix Des Premières Nations

[ Novembre 2019 ]

ÉLECTION

Avis est également donné, conformément à l’article VI des règlements généraux de la corporation, qu’il y aura une élection pour choisir (4) administrateurs ; cette élection se tiendra par ordre du conseil d’administration, dimanche le 24 novembre 2019 de 10h00 à 14h00.

TOUR TOUR TOUR TOUR TOUR TOUR TOUR TOUR TOUR

1 2 3 4 5 6 7 8 9

DEUX LIGNES PETIT «O» DEUX LIGNES LETTRE «C» LETTRE «D» CARRÉ DE NEUF DEUX LIGNES MOITIÉ-MOITIÉ DEUX LIGNES «L» EN FOLIE CARTE PLEINE

5 000$ 7 000$ 5 000$ 10 000$ 7 500$ 7 500$ 5 000$ $$$$$$ 6 500$ 6 500$ 40 000$

Le coût du bloc sera de 100$. Tous ceux et celles qui se procureront une prévente bénéficieront des tirages juste avant le bingo qui débutera à 18h le 14 décembre 2019. INFORMATION : 418 927-2476

100 000$

en prix

5 tirages de 1 000$

À Uashat : À Mani-utenam

Studio 3, 152 Boul. des Montagnais Salle de bingo - Radio Kushapetsheken

PRÉSENTATION DES CANDIDAT(E)S

Toute personne désireuse de se porter candidate à cette élection doit se procurer un bulletin de mise en candidature au bureau de la Radio Kushapetsheken et au bureau de I.T.U.M et déposer ce bulletin de mise en candidature à l’un ou l’autre de ces bureaux, à la condition d’être dûment appuyé(e) par la signature d’au moins 10 membres en règle, au plus tard le mardi 19 novembre 2019 à 16h30. A l’article 5.03 il est mentionné : tout candidat à un poste d’administrateur (trice) à l’obligation d’être présent(e) à l’assemblée générale. Le présent avis doit être diffusé sur les ondes de la Radio Kushapetsheken régulièrement, mais à différentes périodes de la journée pendant au moins 7 jours avant la date de l’assemblée. De plus, pendant la même période, des avis seront affichés dans les endroits publics suivants: À Uashat : À Mani-utenam

Photo : ONF

Par Chantale Potvin

Bureau I.T.U.M / Dépanneur Ultramar / Studio 3 Centre Teueikan / Dispensaire / Dan Esso / Épicerie Innu Radio Kushapetsheken (bureau)


PREMIÈRES NATIONS Rapport accablant pour le SPVM

Discrimination raciale Par Chantale Potvin Journaliste

Montréal - Dans la foulée de la Commission Viens, un autre accablant rapport vient de confirmer que les Noirs, les Autochtones et les jeunes Arabes sont victimes de racisme de la part des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Le rapport a été déposé le 7 octobre et a été rédigé pendant un an par trois chercheurs indépendants et enseignants universitaires mandatés par la Ville de Montréal, soit Mariam Hassaoui (Université TELUQ), Victor Armony (UQAM) et Massimiliano Mulone (UdeM). Le tout a été demandé en 2017 par le maire de l’époque, Denis Coderre. Clairement, ce rapport indique que les personnes autochtones et noires ont entre quatre et cinq fois plus de risques d’être interpellées, par rapport aux personnes blanches. Les données qui mènent à ces abominables conclusions ont été recueillies de 2014 à 2017. Elles concernent les appels effectués par les policiers montréalais durant ces quatre années.

Point important, un chapitre du document mentionne le fait que le ratio femmes autochtones versus femmes blanches est accablant. Ainsi, les Autochtones ont 11 fois plus de risques d’être interpellées que les femmes blanches. Dans leurs conclusions, dû à ce phénomène, les chercheurs décrivent la situation comme une discrimination systémique menée par le SPVM.

Sylvain Caron, directeur du SPVM, avoue être préoccupé par cette embarrassante situation.

Lors de la conférence de presse des chercheurs, Sylvain Caron, le directeur du SPVM a promis d’intervenir rapidement pour régler le problème. « Il est possible que ces chiffres choquent et je le comprends très bien. Je peux vous assurer qu’on va tout faire pour que les interpellations soient traitées de manière juste et équitable », a-t-il déclaré, niant toutefois le possible racisme au sein de ses troupes. « Je vous dis qu’on n’a pas de policier raciste », a ajouté M. Caron qui a certifié qu’il y aurait des actions concrètes et rapides appuyées sur les recommandations des chercheurs. Dans leur rapport, les chercheurs ont émis des recommandations au SPVM. Ainsi, ils proposent une politique en matière d’interpellation. Ils demandent également de produire et de rendre public un rapport annuel présentant l’évolution des statistiques de traitement différencié. De plus, le développement des modalités complémentaires de suivi en matière de profilage racial et l’intégration de la question du profilage racial à l’ensemble des plans, programmes et pratiques sont suggérés. Comme dernière recommandation, le rapport demande de continuer les efforts d’intégration de la question du profilage systémique à la formation policière. En tapant Rapport intégral sur la discrimination au SPVM sur Google, il est possible de lire ou de consulter le rapport de 134 pages. À l’intérieur, davantage de données et de tableaux clairement rédigés sont disponibles. Aussi, à partir de la page 118, des détails clarifient les cinq recommandations.

[ Novembre 2019 ]

Photo : Robert Skinner

Ainsi, les assignations, ou interpellations policières, ont augmen-

té de 143 % durant cette période, c’est-à-dire que le nombre est passé de 19 000 à 45 000 appels et ceux visant les Noirs, les Autochtones et les Arabes ont explosé. Ainsi, le quart de ces interpellations concerne des personnes noires, qui représentent pourtant moins de 10 % de la population montréalaise. En comparaison, les Blancs comptent pour 40 % des interpellations alors qu’ils représentent plus de 65 % de la population. Les personnes noires et arabes sont nettement sur-interpellées. La minorité noire est d’ailleurs « interpellée de manière très disproportionnée par rapport à la taille de sa population. Et les jeunes Arabes âgés de 15 à 24 ans ont quant à eux quatre fois plus de risques que les jeunes Blancs d’être interpellés sur l’île de Montréal », peut-on lire dans le rapport.

de 8h à 13h

VENDREDI 13h À DIMANCHE 1ER DÉCEMBRE

30% de rabais

20% de rabais

SUR VÊTEMENT ET CHAUSSURE

SUR L’ÉQUIPEMENT

770, Boul. Laure, Sept-Îles (Québec) G4R 1Y5 / 418 962-7424

20% de rabais SUR CHAUSSURE, VÊTEMENT ET ÉQUIPEMENT

La Voix Des Premières Nations • 5

VENDREDI LE 29 NOVEMBRE 2019


NATION INNUE Colloque en éducation

Une première réussie pour ITUM Par Chantale Potvin Journaliste

Uashat mak Mani-utenam – Tenu les 10 et 11 octobre, le 1er Colloque en éducation d’ITUM a été couronné de succès et promet des changements novateurs pour le milieu éducatif. Il appliquera également un baume sur l’identité culturelle des Innus.

6 • La Voix Des Premières Nations

[ Novembre 2019 ]

Avec l’objectif premier de se mobiliser afin de renforcer l’identité innue par l’éducation, le colloque s’est déroulé sous le thème « Uashikuekaikan – Tracer le chemin ». L’événement a réuni plus de 200 participants, soit des travailleurs du domaine de l’éducation, des parents et des partenaires. Pendant les deux journées intensives, les gens ont discuté « des défis et enjeux actuels de l’apprentissage des enfants innus, mais aussi du travail des professionnels qui les accompagnent », a cité le communiqué qui présentait le bilan de cette rencontre de grande envergure.

Outils pour sauver la langue innue En tout, une trentaine d’ateliers et de conférences ont été offerts pour traiter des trois volets du colloque qui étaient la culture et la langue, la pédagogie, l’intervention. Évidemment, au fil des activités et des discussions, des constats ont été dégagés. Parmi ces lucides conclusions, une observation confirme le malheureux déclin généralisé de l’usage de la langue innue et des pratiques culturelles et traditionnelles. « La mise en place de mesures de préservation de la langue innue ainsi que des ressources et outils pour soutenir nos enfants et leurs parents dans l’apprentissage est une priorité pour ITUM. Les Innus sont fiers d’être Innus dans leurs écoles et il faut continuer à encourager le renforcement de l’identité », a déclaré Kenny Régis, conseiller responsable de l’éducation à ITUM.

Des participants fiers Dans les visions des organisateurs, le but était de poursuivre ou d’enclencher un travail pédagogique pour paver la voie à une réussite d’ensemble. « Nous traçons le chemin de la prise en charge de notre éducation depuis 40 ans. Nous sommes rendus à la croisée des chemins pour poursuivre dans la voie du renforcement culturel et linguistique en fonction des valeurs innues et des besoins de la communauté. C’est l’engagement que nous prenons et nous nous mobilisons pour le réaliser pleinement. Le prochain colloque aura lieu dans deux ans pour faire le bilan de nos avancées », a exprimé Vicky Lelièvre, directrice de l’éducation et instigatrice de l’événement.

Des programmes spécialisés Pour les prochaines années, il y aura le programme « Nutshimit-

école » qui débutera en septembre 2020. Ce programme sera axé sur le territoire et les savoirs qui y sont liés. Il s’ajoutera à l’offre de cours actuelle et consistera en un programme culture-études qui ressemble à la formule scolaire sport-études.

Suites de la Commission Viens Il est important de préciser, en lien avec ce colloque, que la communauté d’Uashat mak Mani-utenam souhaite tout mettre en œuvre pour respecter les recommandations qui dénotent des liens avec l’éducation. Selon les responsables du colloque, ces points précis du rapport, qui demandent de meilleurs services culturellement adaptés et un financement adéquat, sont d’une importance capitale.

Citations Nous assistons aujourd’hui à un réveil. Le teueikan (tambour traditionnel) s’est tu pendant l’époque des pensionnats, nous avons été séparés

de nos racines, de notre langue, de notre identité. Nous avons découvert que nous pouvions l’entendre à nouveau. Laurette Grégoire, présidente d’honneur du colloque

J’ai assisté au colloque pour aller chercher des outils en tant que parent et connaître un peu plus le milieu de l’éducation. Je me suis inscrite dans l’atelier gestion de crise parce que ça vient me chercher avec mes enfants. Tamara Jourdain, mère de deux élèves qui fréquentent l’école Johnny Pilot

Il faut faire tout notre possible en tant qu’enseignant, en tant que parent, en tant que grand-maman, en tant que membre de la communauté et prendre conscience que notre langue, elle est en danger. Ce n’est pas juste de parler de ça, mais il faut agir maintenant. Denise Jourdain, enseignante de la langue innue


PREMIÈRES NATIONS 5e Forum national sur la réconciliation Par Chantale Potvin Journaliste

Sault-Sainte-Marie - Récemment tenue (du 8 au 10 octobre), la 5e édition du Forum national sur la réconciliation a permis à quelque 250 dirigeants universitaires et autochtones de favoriser le changement dans les universités canadiennes. Pendant les deux jours intensifs de rencontres et d’échanges, les panélistes ont discuté afin de mettre en œuvre des mesures concrètes pour favoriser la réconciliation et apporter des changements significatifs dans les établissements d’enseignement postsecondaire. Il est important de préciser que l’événement s’est déroulé dans les enceintes symboliques de l’Algoma University, la seule université canadienne qui a été érigée sur le site d’un ancien pensionnat, soit le pensionnat Shingwauk, qui a été ouvert en Ontario de 1874 à 1970.

18-35 ans

Pour s’engager au sein du Forum, par l’écoute ou la présentation de conférences ou d’ateliers, hormis les dirigeants universitaires et les leaders autochtones, il y avait parmi les 250 participants, des aînés, des survivants des pensionnats autochtones, des partenaires ainsi que des étudiants autochtones. Le tout s’est déroulé sous le thème Travailler ensemble pour favoriser la guérison et la réconciliation.

À l’ouverture du 5e Forum sur la réconciliation, l’Université de Victoria, hôte du 4e Forum, a offert des pagaies cérémoniales aux hôtes de cette année.

Résultats tangibles Plusieurs se sont exprimés quant à l’importance du Forum. C’est le cas de Paul Davidson, qui est président-directeur général des Universités du Canada. « La cinquième édition du Forum national sur la réconciliation nous a offert l’occasion idéale de se rassembler et d’apprendre les uns des autres, entre universités d’un bout à l’autre du pays. Le thème de cette année, axé sur les forces uniques et les initiatives de réconciliation des établissements de petite taille, a alimenté la réflexion au moment où les universités canadiennes travaillent main dans la main avec

Des projets géniaux partagés En plus des centaines de discussions en groupes ou en coulisses, les gens ont pu partager différentes pratiques exemplaires et concrètement vécues sur la manière de faire progresser la réconciliation grâce à l’enseignement supérieur et dans le but d’appuyer le processus de guérison.

Photo : Algoma University

Un pas de géant vers la guérison

les collectivités autochtones à faire progresser la réconciliation grâce à l’éducation », a-t-il déclaré.

Un gigantesque travail de collaboration Malgré l’immensité du pays, Asima Vezina, la rectrice d’Algoma University, a exprimé avec ses mots combien ce Forum est un travail de cohésion et un bon exemple de collaboration. « Nos travaux visant à réaliser la mission spéciale de cultiver l’apprentissage interculturel entre Autochtones et non-Autochtones sont inspirés par la vision du chef Chief Shingwauk qui,

il y a déjà près de 200 ans, caressait le projet de construire des écoles wigwam sur ce site. Ainsi, grâce à l’exposition Reclamation of Shingwauk Hall, qui est organisée par des survivants, les gens ont pu connaître la vérité sur l’histoire du Canada. Ils ont aussi compris la nécessité d’établir un dialogue national avec des dirigeants de partout au pays.

Forum de 2020 Le Forum de 2019 a été organisé par l’Algoma University, le Shingwauk Kinoomaage Gamig (un établissement Anishnaabe), la Nipissing University, la Cape Breton University et la University of Northern British Columbia. Pour 2020, c’est l’Université Laval et le réseau de l’Université du Québec qui organiseront le 6e Forum national sur la réconciliation. Le grandiose événement se déroulera sous le thème « De la réconciliation aux réconciliations » et il réunira des leaders autochtones et des dirigeants universitaires qui s’exprimeront sur les efforts de réconciliation qui sont vécus au Québec.

INITIATIVE

Marie-Christine Petiqua

eloppement LOJIQ favorise la mobilité et le dév des jeunes adultes au Québec et à l’étranger.

Un accompagnement et un soutien financier pour passer du projet à la réalité ! Tu vois loin ? Vas-y ! >>>

La Voix Des Premières Nations • 7

y

[ Novembre 2019 ]

C’e

! Q I J st LO


NATION INNUE Nouvelle carrière pour Raphaël Picard

Par Chantale Potvin Journaliste

Montréal - C’est à l’Espace Culturel Ashukan, le 3 octobre dernier, que l’ex-chef de Pessamit de 2002 à 2012, l’Innu Raphaël Picard, lançait Nutshimit : Vers l’Intérieur des Terres et des Esprits, premier tome d’un récit-roman qui sera offert en trois tomes. La première partie de cette trilogie se déroule en été et en automne, pendant que les familles innues migrent vers leurs territoires d’hiver et qu’elles passent par les rivières Pletibishtuk et Manikuanishtuk. Le second tome portera sur des familles qui vivent à leur campement au nord et la troisième partie racontera le retour de ces familles qui emprunteront ces deux mêmes rivières. Le roman est basé sur des personnages, des paroles, des expériences de vie et des itinéraires forestiers réels.

Lors du discours du lancement, M. Picard, âgé de 70 ans, qui, en plus d’avoir été chef, a été enseignant, chercheur et consultant, s’est exprimé à 60 % en innu et à 40 % en français. Par son travail d’écriture, il souhaite promouvoir la culture innue grâce à la transmission des savoirs, des philosophies et de la sagesse des aînés. Au fil de son témoignage, il a offert un exposé sur les défis que sa nation aura à relever. « Notre projet de société, c’est notre langue et notre culture. Tous les peuples ont besoin de défis et les nôtres sont d’ordre culturel et éducationnel », a-t-il discouru. Pour écrire son livre, Raphaël Picard a lu et écouté les histoires issues des traditions orales des aînés, celles qui ont été transmises de génération en génération. Dans son livre, il a fait référence aux déplacements des familles innues vers leurs terres. Grâce à de puissants textes métaphoriques, il a également écrit sur le mode de vie, les croyances, les valeurs, la spiritualité, les rites,

les légendes et le mode de gouvernance de ses ancêtres innus. À la lumière du discours présenté lors du lancement, grâce à son livre, Raphaël Picard souhaite raviver l’esprit des Innus d’antan, ceux d’avant l’ancrage dans les réserves, ceux d’avant la modernité. Il veut immortaliser ces Innus qui vivaient en harmonie avec la nature, en harmonie avec leur territoire et ses ressources. Avec ses mots, ses souvenirs et ses propres expériences, il traduit leurs états d’âme, leurs pensées les plus sages et les plus profondes. Il veut aussi démystifier la fausse idée religieuse reliée à l’histoire des Innus d’antan. « Plusieurs croient qu’ils étaient des païens qui s’adonnaient au spiritisme. Absolument pas! Ils étaient monothéistes. En fait, ils sont très croyants et pratiquants, encore aujourd’hui », a insisté M. Picard. Dans son action littéraire, l’auteur a deux buts. Il veut d’abord être un agent pour la bonne transmission du patrimoine et dépeindre correctement ses prédécesseurs.

Photo : Kim Picard

Publication d’un hommage aux ancêtres innus

Le livre Nutshimit : Vers l’Intérieur des Terres et des Esprits est autoédité par Raphaël Picard. « Avec ce livre, j’essaie de rendre justice à la pensée des Innus. J’espère que ça va pouvoir donner une grande appréciation de ce qu’on était », a-t-il déclaré.

Son deuxième objectif est de développer la création littéraire, un phénomène artistique qui n’existe pas chez les Innus, notamment dans sa communauté. « Il faut se donner une littérature innue qui soit viable et non pas fondée sur le folklore. Notre projet de société, ce devrait être notre langue et notre culture. Il faut donc avoir ce type de livre pour amorcer une réflexion. Nos

défis sont maintenant d’ordres patrimoniaux, ils ne sont plus financiers ou politiques », a-t-il conclu. Pour se procurer Nutshimit : Vers l’Intérieur des Terres et des Esprits de Raphaël Picard, comme il s’est édité lui-même, il faut le joindre à l’adresse rpicard1949@ gmail.com ou lui téléphoner au (418) 295 5652.

8 • La Voix Des Premières Nations

[ Novembre 2019 ]

ITUM SALUE LES ATHLÈTES HONORÉS AU GALA MÉRITAS DE SPORTS ET LOISIRS CÔTE-NORD

1er prix :

2e prix :

3e prix :

Athlète de l’année Élite Côte-Nord Sport individuel ou d’équipe Féminin et masculin

Athlète de l’année Élite Côte-Nord Sport individuel ou d’équipe Féminin et masculin

Événement de l’année sur la Côte-Nord

Gabrielle Fontaine Sport d’équipe Baseball

Audrey-Anne Vachon Sport équipe Baseball provincial

JAIB 2019

Sur la photo : Kenny Fontaine, directeur Sports et loisirs / Mike Mckenzie, Chef / Bruno Jourdain, coordonnateur JAIB 2019 / Dave Vollant, conseiller / Gabrielle Fontaine (gagnante prix) et Audrey-Anne Vachon (gagnante prix)


PREMIÈRES NATIONS Chronique touristique

La mise en valeur des savoir-faire traditionnels Par Véronik Picard-Martineau

ce nouveau partenariat pour le Québec! Depuis des millénaires, les Premières Nations et Inuit partagent leur savoir-être et leur savoir-faire. Et cette richesse culturelle, fondée sur des valeurs protectrices de nos héritages, ne demande qu’à être mise en valeur via un tel concept touristique qui est à la base de notre industrie d’échanges », explique Dave Laveau, directeur général de Tourisme Autochtone Québec.

TAQ

Dans le but de favoriser l’essor de l’offre touristique culturelle autochtone par la mise en valeur des métiers traditionnels, des savoir-faire authentiques et du patrimoine, Tourisme Autochtone Québec s’est allié à la Société du réseau des ÉCONOMUSÉE. Fondée en 1992, la Société du réseau ÉCONOMUSÉE a pour mission de permettre aux artisans et aux entreprises à caractère artisanal de mettre en valeur et de transmettre leurs connaissances et leurs métiers inspirés d’un savoir-faire traditionnel, afin d’offrir au public un produit culturel et éducatif de qualité. Véritables acteurs dans le secteur du tourisme culturel, les économusées proposent une alternative de consommation à dimension humaine et perpétuent le savoir-faire traditionnel au bénéfice de la diversité culturelle. Les économusées sont présents

dans plusieurs provinces canadiennes et en Europe. Au Québec, le réseau compte 34 artisans et entreprises dans 14 régions, accueillant chaque année plus de 750 000 visiteurs. C’est donc dans un réel souci d’offrir aux touristes d’ici et d’ailleurs, un produit culturel et touristique de qualité basé sur l’authenticité que Tourisme Autochtone Québec et la Société du

« Ce nouveau partenariat permet de mettre en lumière l’histoire et les traditions des Autochtones, mais aussi, de contribuer ensemble à faire rayonner le Québec pour la croissance économique et touristique de notre province », complète Carl-Éric Guertin, directeur général de la Société du réseau ÉCONOMUSÉE. Plus concrètement, les deux organisations conviennent de former un comité de mise en valeur des opportunités, afin d’offrir une expérience de tourisme autochtone basée sur le concept ÉCONOMUSÉE, d’échanger toute

réseau ÉCONOMUSÉE consolident leurs relations et la complémentarité de leur mission respective par une entente de partenariat signée récemment à Québec. Ce nouvel alliage permettra d’identifier les opportunités favorisant le développement de projets communs ainsi que d’expériences touristiques autochtones au sein du réseau ÉCONOMUSÉE: « Quelle alliance naturelle que

D’ailleurs, en partenariat avec la Société du réseau des ÉCONOMUSÉE, des actions ont été déployées pour procéder au profilage des opportunités de partenariat dans les entreprises touristiques afin d’encourager la création de projets d’ÉCONOMUSÉE autochtone au Québec. Dans la dernière année, le projet du premier ÉCONOMUSÉE autochtone au Québec, porté par l’entreprise Atikuss situé à Uashat, a bénéficié d’un accompagnement accru au cours de la dernière année. Le concept du projet a été développé, le plan d’affaires rédigé et plusieurs rencontres de représentation ont été effectuées.

CONFÉRENCE EN PRÉVENTION SUICIDE

2019

DIALOGUE

information stratégique pour son expansion en milieu autochtone et d’identifier les territoires et entreprises démontrant un potentiel de mise en valeur de leurs savoir-faire traditionnels. De ce partenariat naîtra également un projet pilote ciblant une ou des entreprises autochtones ayant un fort potentiel de devenir ÉCONOMUSÉE.

POUR LA VIE

Le Centre Sheraton Montréal Hôtel / 1201, boul. René-Lévesque ouest, Montréal (Québec) / Téléphone : 1 800 325-3535 / Code de réduction : Dialogue pour la Vie

• • • • • •

Les sujets / thèmes qui seront présentés et discutés sont : Abus sexuel ; Parentalité ; Résolution de conflit ; LGBTQ ; ASIST ; Soins personnels ;

• • • • • •

Traumatisme ; Cérémonies ; Pow Wow et Cercles de partage ; Guérison ; Enseignements des Aînés ; et beaucoup plus.

ASSOCIATION PRÉVENTION SUICIDE PREMIÈRES NATIONS ET INUIT DU QUÉBEC ET DU LABRADOR 3177, St-Jacques ouest, Suite 202 Montréal (Québec) H4C 1G7 Tél. : 514 933-6066 • Téléc. : 514 933-9976 Site Internet : www.dialogue-pour-la-vie.com Courriel : dialoguepourlavie@gmail.com

La Voix Des Premières Nations • 9

Tracey Metallic

FORMATIONS : 20, 21 et 22 novembre 2019 ATELIERS : 23, 24 et 25 novembre 2019

[ Novembre 2019 ]

L’ESPOIR POUR LE FUTUR


RÉUSSITE ET PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE | DEUX PROJETS NOVATEURS POUR LE SOUTIEN AUX ENSEIGNANTS LA TROUSSE D’ACCUEIL « TSHESHI TSHISSENITAKANIT / MIEUX CONNAÎTRE L’APPRENANT INNU »

La trousse d’accueil « Tsheshi Tshissenitakanit / Mieux connaître l’apprenant innu » s’adresse aux intervenants allochtones qui oeuvrent auprès de la clientèle scolaire innue. Elle sera distribuée dans les écoles des communautés de la région et les écoles des commissions scolaires de notre réseau suite à la formation d’une personne ressource de chacun des milieux. La trousse propose une série d’activités à réaliser tout au long de l’année scolaire afin de favoriser le développement des Savoir, Savoir-être et Savoir-faire des intervenants allochtones des milieux scolaires. TSHESHI TSHISSENITAKANIT / MIEUX CONNAÎTRE L’APPRENANT INNU est le fruit d’une collaboration entre les secteurs de la langue, de la culture et de l’éducation de l’Institut Tshakapesh. Elle a pu être produite grâce au financement de Services autochtones Canada (SAC) et du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec (MEES) dans le cadre du Programme de Partenariats en Éducation.

[ Novembre 2019 ]

JOSÉPHINE BACON Lauréate du prix culturel Samuel de Champlain 2019 pour le Canada FLORENT VOLLANT Premier récipiendaire du prix Artiste Autochtone de l’Année au Gala de l’ADISQ JEUX AUTOCHTONES INTERBANDES 2019 Événement de l’année – Gala Méritas Loisir et Sport Côte-Nord 2019

Sylvie Pinette, directrice des services éducatifs, entourée de Martin-Pierre Tremblay et Caroline Talbot qui ont collaboré à la réalisation du projet.

LE PROJET « UPUAIESSAT – LE PETIT CASTOR »

10 • La Voix Des Premières Nations

ASHINEUN ESHI-UINITSHUT AUEN FIERTÉ | IDENTITÉ

Le projet « Upuaiessat – Le petit castor » a été réalisé à l’intention des enseignants et enseignantes de la première année du primaire. Ce projet novateur vise à s’appuyer sur les spécificités de la langue innue afin de favoriser l’apprentissage du français et à diminuer les défis que pourraient rencontrer les élèves à la suite de leur passage à la maternelle animée en innu dans les écoles des communautés. Une formation a été offerte et la distribution du matériel ont permis à tous les intervenants d’apprivoiser les outils, le tout soutenu par la présence d’une ressource spécialisée et collaboratrice au projet.

KUESSIPAN – LE FILM Pour l’exceptionnel succès, l’impact et le rayonnement de l’œuvre

UAPATINIUENANU INNU-AIMUN VITRINE CULTURELLE INNUE RÉPERTOIRE DES ARTISTES ET ARTISANS

Afin de mettre à jour et d’enrichir le répertoire des artistes et artisans de l’Institut, celles et ceux intéressés à en faire partie sont invités à compléter le formulaire « PORTRAIT ARTISTES ET ARTISANS », et le retourner : kathleen.andre@tshakapesh.ca Renseignements et formulaire – tshakapesh.ca|

Langue et Culture | Culture innue | Art et culture innus


Les Astres et Vous

Par : Innustradamus, Medium... Saignant Né en novembre – Le castor

Né en mars – Le vison

Né en juillet – Le renard

Vous aurez deux projets en tête, soit refaire la peinture au complet pour le haut de votre maison ou faire un bon ménage au sous-sol. Votre sous-sol est jonché de moteurs d’automobiles et d’autres pièces mécaniques. Un bon nettoyage est grandement recommandé. L’année dernière vous aviez trouvé des mulots et des rats. Cette année vous trouverez un nid d’abeilles et des petits renardeaux. Côté finances, Telus a appelé cinq fois cette semaine. Le débranchement est proche.

L’hiver va bientôt arriver et vous vous préparez à l’affronter. Vous irez acheter une souffleuse haut de gamme. Vous ferez des jaloux parmi vos amis. Sur le plan sentimental, quelques petits accrochages avec votre partenaire de vie vont contrecarrer certains de vos projets. Une discussion en tête-à-tête est de mise afin d’éviter une situation qui pourrait perdurer. Côté professionnel, plusieurs rencontres sont à prévoir dans le cadre de votre travail.

Votre cœur sera brisé en raison d’une rupture qui le fera saigner pendant un an. Si vous pouviez récupérer ce sang perdu, vous feriez du bon boudin. Farce à part, vous serez en mesure de surpasser votre chagrin. Vous êtes encore jeune et votre beauté vous aidera à conquérir de nouveaux cœurs. Laissez le temps s’occuper de tout cela. Sur le plan financier, essayez d’éliminer le solde de votre carte de crédit. Évitez de perdre des points sur votre cote de crédit. Refaites un budget équilibré.

Né en décembre – Le lièvre

Né en avril – La truite grise

Né en août – Le porc-épic

Il faut maintenir le cap. Depuis déjà deux mois que vous n’avez rien consommé. Votre entourage et votre famille sont abasourdis par cette performance qui vous conduira vers un bonheur intérieur intense. Une nouvelle vie vous attend et vous recommencerez à vivre avec votre conjoint ou conjointe. Vous reprendrez votre emploi au conseil de bande et votre supérieur immédiat vous aidera à remonter la pente. Quelques petits voyages sont à prévoir, dont aller voir votre beau-père à Rimouski.

Une bonne nouvelle vous parviendra sous peu. Une nouvelle qui vous fera sortir de votre torpeur et de votre désarroi. Un emploi vous sera offert dans le domaine que vous avez étudié à l’université. Votre nouvel emploi vous aidera à passer cette étape. Votre vie de chômeur sera du passé. Côté santé, évitez de manger trop de sel, vous pourriez avoir des problèmes avec vos reins. Éliminez immédiatement votre consommation de chips.

Vous aviez accumulé de nombreuses dettes depuis quelque mois et maintenant vous vous en êtes libéré. Vous devriez commencer à vous constituer un petit magot pour les fêtes qui s’en viennent. Ce serait le temps de profiter un peu de la vie. Vos dernières vacances à l’extérieur de la communauté remontent à dix ans et vous les avez passées en arrière de chez-vous en faisant du camping. Allez dans les pays chauds pour une fois dans votre vie. Demandez vos passeports pour toute la famille.

Né en janvier- Le caribou

Né en mai – L’outarde

Né en septembre – La ouananiche

Votre séjour en forêt sera bénéfique pour votre santé en général. Les marches que vous ferez pendant vos deux semaines de vacances feront du bien pour votre diabète et votre pression artérielle. Si vous en êtes capable, évitez d’apporter votre carton de cigarettes. Sur le plan sentimental, c’est peine perdue, vous demeurerez célibataire pour plusieurs années. Chanceux au jeu, malchanceux en amour. Vous gagnerez 250 000$ à la loterie et d’autres petits montants intéressants.

Un voyage se dessine pour la troisième semaine de novembre dans la grande métropole. Vous participerez à une partie du Canadiens de Montréal et ce dernier gagnera par la marque de 7 à 2. Vous allez «en virer une» que vous n’êtes pas près d’oublier. Un saut au Casino de Montréal sera grandement bénéfique financièrement. Un gain de 25 000$ vous fera exploser de joie. Enfin le moment sera venu d’acquérir un véhicule automobile. Votre petite famille sera tout souriante lors de votre arrivée à la maison.

Ce ne sera pas un très beau mois pour vous, financièrement. Vous avez trop de dettes et pas assez de revenus. Il serait temps de vous trouver un emploi afin de vous sortir de cette impasse. Depuis plus de dix ans que vous êtes sur l’aide sociale, il faut maintenant prendre le taureau par les cornes et foncer pour trouver un job. Vos chances sont très bonnes selon les astres. Bientôt il y aura un affichage de poste dans votre communauté, les astres vous conseillent d’appliquer. Faites-le.

Né en février – La martre

Né en juin – Le saumon

Né en octobre – Le loup

Vous êtes complètement perdu dans votre vie. Des soucis financiers conjugués avec votre problème de jeu sont directement liés à votre état actuel. Il serait temps de mettre de l’ordre dans tout cela. Si aucune action n’est entreprise d’ici les prochaines semaines, votre état mental risque de chanceler. Prenez-vous en mains et commencez vos démarches pour faire une thérapie qui vous aidera à vous relever et à recommencer une vie plus normale. Votre avenir est prometteur, manque juste votre vouloir.

On vous invitera prochainement pour un voyage à Québec et vous en profiterez pour vous rendre à Montréal également. Cela ressemblera à une lune de miel. Sept jours de bonheur intense qui confirmeront que vous êtes toujours en amour avec votre partenaire de vie de tous les jours. Vous rencontrerez Céline Dion lors d’une sortie dans un bar de la métropole. Madame Dion vous remettra une paire de billets pour l’un de ses spectacles qui sera présenté en janvier prochain.

Vous avez souvent mal dans la région de votre ventre. Il se peut que ce soit votre foie qui commence à être mal en point. Les astres vous recommandent de consulter et de passer des examens afin que vous connaissiez votre état de santé. Bien sûr, votre surconsommation de gras y est pour quelque chose. Dans un futur très rapproché, vous devrez cesser de manger des chips et des poutines. Côté amour, votre partenaire vous aime comme aux premiers jours. Votre couple est très solide. [ Novembre 2019 ]

Yan Riverin Designer graphique

DESIGN GRAPHIQUE | CONCEPTION WEB | COMMUNICATIONS

yan.riverin@hotmail.com

Hélène Fillion

Pharmacienne propriétaire

tél. : 418 962-9711 ext. 10 Téléc. : 418 962-1912 fphx024@pharmaprix.ca www.pharmaprix.ca

Heures d’ouvertures : lundi au vendredi de 8h à 21h samedi et dimanche de 8h à 17h

La Voix Des Premières Nations • 11

Les Galeries Montagnaises 1005, boul. Laure Sept-Îles, QC G4R 4S6


1

2

3

4 5

6

7

8

Joyeux Nöel et Bonne Année RÉSERVEZ VITE VOTRE ESPACE PUBLICITAIRE POUR L’ÉDITION DE DÉCEMBRE 2019 - JANVIER 2020 EN CONTACTANT NOTRE CONSEILLÈRE EN PUBLICITÉ PAR TÉLÉPHONE AU 418 962-3535 OU PAR COURRIEL À : PUB@LAVOIXDESPREMIERESNATIONS.CA

Profile for lavoixdespremieresnations

Novembre 2019 (Vol. 22 - No. 10)  

Novembre 2019 (Vol. 22 - No. 10)  

Advertisement