Page 1

Interac disponible sur livraison

21, rue Vieux-Poste, Uashat

Suiveznous!

Le premier ministre du Québec en visite à Uashat

RBA Groupe financier vous offre des produits et services financiers adaptés à vos besoins

RBA Financial F Group offers you financial services and pr p oducts designed to meet your o needs

~Régimes de retraite ~Assurance collective

~Pension Plans ~Group p Insurance

~Régime collectif ~Santé et sécurité au travail

Communiquez avec nous pour en connaître davantage ! Contact us to find out more!

~Group Plan ~Health and Safety at Work 2936, rue de la Faune e, bureau 202, Wendake

# ''#& '#~ '''!#!!&& rbagroupefinancier.com

Nous soulignons 25 ans d’engagement auprès des entrepreneurs autochtones Visitez notre nouveau site optimisé pour mobiles et découvrez les faits saillants de nos 25 ans sur socca.qc.ca/timeline25 CONTRIBUTION NON REMBOURSABLE

FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT

CLIENTÈLE Abénakise | Algonquine | Atikamekw | Crie (PDEA seulement) Huronne-wendat | Malécite | Micmaque | Alliance Autochtone du Québec

1 800 241-0972

socca.qc.ca


COMMUNAUTÉS EN BREF

propulsé par

La voix des Premières Nations

Ivujivik

DISTRIBUTION 7 000 copies 22 communautés 10 nations

Salluit Kangiqsualujjuaq

Akulivik

Nomination de Monsieur Steve Morel, à titre de directeur général à Pekuakamiulnuatsh Takuahikan.

Quaqtaq

Puvirnituq

Kangirsuk

Aupaluk Tasiujaq

Inukjuak

LES 11 NATIONS DES AUTOCHTONES DU QUÉBEC

Les Mi’gmaq de Gespeg se dissocient officiellement des manifestants du puits Galt.

Abénaquis Algonquins Attikameks Cris Hurons-Wendats Innus Malécites Micmacs Mohawks Naskapis Inuits

Découverte archéologique - Les sources historiques mentionnent l’existence d’un village Abénaquis et d’une mission aux abords de la rivière Bécancour. Sa découverte constituerait un précédent historique puisque la mission de Wôlinak, tout comme celle d’Odanak a joué un rôle stratégique dans l’histoire de la Nouvelle-France.

Kangiqsujuaq Kuujjuaq

Umiujaq

Kawawachikamach Kuujjuarapik Whapmagoostui

Schefferville Matimekush / Lac John

Chisasibi Wemindji

Eastmain

Mistissini Nemaska

Waskaganish

Oujé-Bougoumou

Waswanipi

Uashat mak Mani-utenam

Obedjiwan

Ekuanitshit

Pikogan Mashteuiatsh

Gesgapegiag

Événement : L’événement culinaire À la rencontre des grands chefs se tiendra les 2 et 3 septembre, pendant toute la journée, au Fairmont Le Château Frontenac. Sous forme de grande dégustation ouverte, les visiteurs pourront savourer de nouvelles créations gastronomiques inspirées par l’art culinaire des onze Nations autochtones et en apprendre davantage sur leur culture et leur histoire millénaire.

Melanie Haney, la seule femme qui a reçu les grades de premier capitaine Inuk d’Air Inuit, vient de recevoir de grands honneurs. À 36 ans, elle est déjà considérée comme un pionnier et un modèle au pays. «Je suis le premier capitaine d’Inuk féminin et j’espère sincèrement qu’il y en aura d’autres», a-t-elle déclaré lors de la soirée pendant laquelle elle a appris qu’un timbre-poste commémoratif portera sa photo et son nom.

Listuguj

Wôlinak

Manawan

Kitigan Zibi Kanesatake

Gespeg

Essipit

Cacouna Whitworth Wendake

Lac-Simon Kitcisakik Winneway Lac-Rapide Hunter’s Point

Timiskaming

Pakut-shipit Unamenshipit

Nutashkuan

Pessamit

Wemotaci

Kebaowek

Chef Élu dans la communauté de Kitcisakik, Régis Penosway.

La Nation huronne-wendat a récemment inauguré la place Onywahtehretsih. Située à l’entrée Ouest du Vieux-Wendake, l’endroit était connu sous le nom de Place de la Nation. Grâce à une subvention de 236 427 $ de Patrimoine canadien, le nouvel aménagement artistique s’est refait une beauté.

Odanak

Kahnawake Akwesasne

Peuples présents depuis des millénaires!!! Nous rejoindre Volume 20, numéro 8 - Septembre 2017 (N° ISSN Bibliothèque Nationale du Canada : Imprimé : Innuvelle ISSN 2561-1275 Électronique : Innuvelle ISSN 2561-1283)

Direction par intérim : Sylvie Ambroise

2 • La voix des Premières Nations [Septembre 2017]

Éditeur : Équipe du journal, membres du C.A. Journalistes : Sylvie Ambroise, Chantale Potvin Conseillère en publicité : Sylvie Ambroise

Vous avez une nouvelle ? Contactez-nous : 418 962-3535 info@lavoixdespremieresnations.ca Vous avez une publicité ? Contactez-nous : 418 962-3535 et 418 962-3550 pub@lavoixdespremieresnations.ca

La justice a rapidement donné raison au Conseil d’Opitciwan et la compagnie Remabec et ses filiales doivent cesser toutes leurs opérations forestières menées sur le territoire de la famille Weizineau et des Atikamekw d’Opitciwan. De plus, le gouvernement du Québec doit entreprendre des discussions de bonne foi avec la communauté dans un délai de trois semaines.

Remaniement Ministériel – Deux ministres pour les Affaires Autochtones. Carolyn Bennet s’occupera des Relations Couronne-Autochtone et Mme Jane Philpott des services aux Autochtones.

Journaliste et conseillère en publicité (pour la saison estivale) : Julie Malek Collaborateurs spéciaux : Ghislain Picard (éditorial), Arthur Fontaine, Véronique Rankin Correctrice : Michèle Bergeron Photographe (page couverture) : Innuvelle Infographie : Linda Renaud (MAP DESIGN) Imprimerie : Hebdo Litho Tirage : 7 000 copies Merci à nos partenaires : Innu Takuaikan Uashat mak Mani-utenam, Institut Tshakapesh. Logos des nations commandités par Tourisme Autochtones.

Siège social dʼInnuvelle 108-B, boul. des Montagnais Sept-Îles (Québec) G4R 5P9 Télécopieur : 418 962-3575 Membres du C.A. Josée Leblanc (présidente), Léonard Mckenzie (vice-président), Kateri Champagne-Jourdain (secrétaire-trésorière), Kim Fontaine (administrateur)

Le 22 septembre 2017, à compter de neuf heures le matin, à Mani-Utenam se tiendra une marche au site Innu Nikamu jusqu’au site de la rivière Moisie. Cette marche symbolique a pour but de faire avancer les démarches de guérison des ex-pensionnaires. L’invitation est lancée à toute la population. Nous invitons les porteurs de calumet ainsi que les médias à assister à cet événement. Un shaputuan sera situé sur site de la rivière Moisie où un repas communautaire y sera servi. Pour informations, veuillez contacter Shanet Vollant au 418 927-2092

ENVOYEZ-NOUS VOS COMMUNIQUÉS AU : info@lavoixdespremieresnations.ca


PREMIÈRES NATIONS Entrevue

Couillard appui Bellegarde Uashat — Lors d’une visite à Sept-Îles, Philippe Couillard, Premier Ministre du Québec s’est rendu à Uashat dans une boutique autochtone, l’AGARA. Accord de Libre-Échange Nord-Américain (ALENA) subit présentement des pressions, non pas seulement de la Maison Blanche mais celles aussi des Premières Nations. Perry Bellegarde chef de l’Assemblée des Premières Nations du Canada pense que les autochtones des États-Unis, du Canada et du Mexique devraient faire partie des négociations. D’une part sur des questions telles que les droits Autochtones et d’autres part pour des raisons de développement économiques – ressources naturelles et culture – le Canada aurait intérêt à impliquer les Premières Nations. Le gouvernement fédéral va en ce sens, il veut que les droits autochtones soient discutés dans un chapitre particulier.

L’

Philippe Couillard C’est dans une ambiance de capteurs de rêves, de peintures autochtones et d’odeur de cuir que le Premier ministre Philippe Couillard a bien voulu répondre à nos questions. Pour le Premier Ministre du Québec, les droits des Premières Nations devraient être le principal enjeu. «Je maintiens qu’éventuellement il faudra faire reconnaître les Premières Nations comme des gouvernements à part entière», affirme-t-il.

implanté un plan d’action pour le développement social et culturel des Premières Nations et des Inuits qui consiste en 110 mesures regroupées en quatre champs d’intervention: l’amélioration des services, la promotion de la culture et des langues autochtones, le développement sur le pouvoir d’agir des individus et des collectivités et aussi favoriser la concertation et la recherche, un investissement représentant 147,3 millions de dollars. Ces mesures sont nées d’une consultation dans les milieux autochtones au Québec. «C’est une réussite !» affirme le premier Ministre du Québec. Néanmoins, il parle d’une consultation sur les ressources naturelles. « Je pense qu’il faut vraiment être tout le temps en collaboration.» Puis il parle aussi de la notion de participation dans les projets des Premières Nations. «Quand on établit les projets, c’est très important que les Premières Nations bénéficient de ces projets.» dit-il. Et il renchérit: «C’est important que les travailleurs des Premières Nations participent au projet. On va leur demander ça.» (au sujet de l’annonce de prolongation de la route 138 jusqu’à Natashquan.)

Couillard et son message À la question, que voulez-vous dire aux Premières Nations du Québec ? Le Premier Ministre souhaite que l’on réussisse à partager le territoire pour arriver à atteindre une prospérité pour les générations futures. «Qu’ils aient droit à un avenir aussi bon, dans une communauté que dans l’autre. Je pense que l’on est capable de faire ça.»

Innuvelle

Par Sylvie Ambroise

Le Premier Ministre Philippe Couillard en visite chez AGARA.

Au niveau provincial, le premier Ministre et son gouvernement ont

Notre équipe journalistique... Atikamewk, Algonquin, Abénaquis, Micmacs, Cris, Malécites, Naskapis, Hurons-Wendat. SYLVIE AMBROISE

directrice par intérim, journaliste, conseillère en publicité

JULIE MALEK

journaliste, conseillère en publicité pour la saison estivale

CHANTALE POTVIN

journaliste-pigiste

VÉRONIQUE RANKIN

collaboratrice spéciale

RECHERCHÉ

INTÉRESSÉ? CONTACTEZ-NOUS!

[Septembre 2017] La voix des Premières Nations • 3

Nous sommes à la recherche de journalistes-pigistes dans les nations suivantes :


NATION INNUE 33e Festival Innu Nikamu

Un événement musical créé pour durer Uashat mak Mani-utenam — Pour sa 33e année d’affilée, l’unique et très prisé Festival de musique autochtone Innu Nikamu a encore séduit. Du 3 au 6 août, quelque 9 000 visiteurs ont poussé le tourniquet d’entrée.

Des combattants Chaque année, malgré l’indiscutable longévité du festival, malgré l’indéniable professionnalisme et les éminents artistes qui sont déjà montés sur la scène, les dirigeants et organisateurs de l’événement doivent constamment lutter pour survivre. «Rien ne vient tout seul, surtout pas les subventions. Toutefois, notre événement, qui occasionne au bas mot des coûts de 300 000$, tient le coup grâce aux généreux commanditaires que nous remercions sincèrement. Or, nous ne baissons pas les bras et nous annonçons même que tout de suite après la fin de l’édition de 2017, nous nous sommes activés pour l’an prochain. Nous y serons encore, c’est certain», a confié Kevin Bacon-Hervieux, directeur artistique du Festival.

Programmation variée

4 • La voix des Premières Nations [Septembre 2017]

Sur la scène de 2017, afin de combler tous les goûts musicaux, les artistes suivants ont offert une prestation. Hormis les spectacles de chants traditionnels, nommons Bernard Fontaine, Pullis, Taktika,

Kashkun, Benjamin Fontaine, Spencer Shetush, Stéphane «Pipipa» Wapistan, Eadsé, Moe Clark, Claude McKenzie, Twin Flames, Pinaskin, Maten, Davie Penashue Tipatshimun, Moosetown Singers, Meshikamau, Innutin et Kevin Landry, les Red Rockerz & Carsen Gray, Joey Stylez et nul autre que le Louisianais bien connu, Zachary Richard.

Un attendrissant spectacle d’ouverture Comme spectacle d’ouverture du Festival, il faut faire mention du projet de la résidence de création artistique Nikamu mamuitun/ Chansons rassembleuses. Pour préparer des instants musicaux, huit jeunes artistes, soit quatre du Festival Innu Nikamu et quatre du Festival en chanson de PetiteVallée, en Gaspésie, se sont réunis dans une résidence en mai dernier pour faire tomber les barrières des préjugés. Ainsi, sous les mentorats de Marc Déry et de Florent Vollant, ces artistes blancs et autochtones étaient tous auteurs-compositeursinterprètes. Les participants à cet original projet étaient l’Atikamekw Ivan Boivin et les Innus ScottPien Picard, Matiu et Karen PinetteFontaine. Les artistes québécois étaient Chloé Lacasse, Marcie, Joëlle Saint-Pierre et Cédrick StOnge. À la lumière des commentaires publics du directeur d’Innu Nikamu, Réginald Vollant, ce spectacle d’ouverture fut un moment génial, historique et absolument inoubliable.

Kevin Bacon-Hervieux

Par Chantale Potvin

L’image de Jeffrey Papatie et Ivan Boivin est très représentative de la musique autochtone.

Une étude d’achalandage Cette année, afin de satisfaire aux demandes des instances gouvernementales, notamment Tourisme Québec qui exige des études sur l’impact et l’achalandage du Festival, les organisateurs ont préparé le terrain pour remplir les formulaires de subventions de l’an prochain. «Grâce à un court questionnaire, nous demandions à toutes les personnes qui entraient sur le site de nous confier leur origine. Après la fin de semaine, nous avons été vraiment étonnés de constater que la majorité des visiteurs provenaient de l’extérieur de la Côte-Nord et qu’il y a énormément d’Allochtones qui ont participé à l’une ou l’autre de nos activités. Nous avons maintenant la preuve que beaucoup de gens viennent de Québec, de Montréal, de l’Ontario et d’autres régions et nations de la province», s’est réjoui Kevin Bacon-Hervieux.

Un documentaire qui fera fureur Pour dessiner la combativité du festival, le documentaire Innu Nikamuchanter la résistance, qui a été tourné pendant l’édition 2016, a pour mission cinématographique de raconter l’histoire du festival et de décrire son important rôle social. «J’ai réalisé ce film avec mon cœur. Je tiendrai les lecteurs d’INNUVELLE au courant des dates, heures et lieux de diffusion, en 2018. Ce film-là raconte une histoire qui est incroyable et, sincèrement, pour moi, c’est un héritage que je

veux laisser à la communauté», a expliqué Kevin Bacon-Hervieux, réalisateur du documentaire.

Bravo au comité organisateur

Nikamu sont Réginald Vollant, directeur; Kim Fonfaine, coordonnateur; Kevin Bacon-Hervieux, directeur artistique; Guylaine St-Onge, comptable et Gaston Fontaine, responsable de la main-d’œuvre sur le site.

Les responsables du Festival Innu

COMMUNAUTÉS EN BREF Enquête nationale Êtes-vous une femme qui a vécu de la violence, de la discrimination ou de l’injustice? Êtes-vous le proche d’une femme ou d’une fille autochtone assassinée, disparue, ou décédée dans de circonstances mystérieuses ou violentes? L’Enquête nationale veut vous entendre. L’équipe de l’Enquête nationale sera dans la région de la Côte-Nord la semaine du 4 septembre, 2017. Côte-Nord : lundi, 4 septembre au 8 septembre, 2017 Pakua Shipi : 4-5 septembre Kawawachikamach et Matimekush Lac John : 5-6-7 septembre Mashteuiatsh : 5 septembre Pessamit : 6 septembre • La Romaine : 6-7 septembre Uashat mak Mani-Utenam : 7 septembre Nutakuan : 8 septembre Ekuanitshit : 8 septembre La visite dans la communauté est l’occasion pour des familles et des survivantes de la violence de s’inscrire afin de participer à l’Enquête et de se préparer à l’audience dans la communauté, qui se tiendra à Mani-Utenam, la semaine du 27 novembre 2017. Des intervenantes en santé seront présentes pour vous accompagner. Partager votre récit, entamez votre guérison, éduquer la population, recommander des changements, rendre hommage à être cher. Pour obtenir plus d’information, ou si des membres des familles et des survivantes de la violence provenant des autres villages souhaitent participer, veuillez contacter Andréane Collard-Simard au 418 561-5026 ou a.collard-simard@mmiwg-ffada.ca afin d’en apprendre plus sur l’Enquête nationale ou pour y participer : www.mmiwg-ffada.ca.


PREMIÈRES NATIONS Festival Présence autochtone

Une fête colorée et raffinée Par Chantale Potvin

Montréal — Du 2 au 9 août, sous le thème de la réconciliation, Montréal a vibré au rythme du 27e festival Présence autochtone.

Des gens de partout Même si les chiffres n’ont pas encore été rendus officiels au moment d’écrire ces lignes, les organisateurs de l’événement se disent ravis de

l’achalandage. «Nous attendons le résultat des comptages qui seront effectués par une société spécialisée. D’ores et déjà, nous avons remarqué une excellente fréquentation en salle et sur le site. Malgré des épisodes pluvieux, nous avons constaté la présence de nombreux touristes de partout», a confié Henry Welsh, responsable des relations avec les médias.

Moments marquants Pendant huit jours, de nombreu-

ses activités ont été organisées : gastronomie, cinéma, poésie, danses, chants, concert électro, etc. Peu importe l’instant, tout a été mis en branle pour découvrir, rencontrer et surtout partager avec les premiers peuples. Pour les moments forts, il faut d’abord parler de Nikamotan, spectacle durant lequel Natasha KanapéFontaine, Matiu, Esther Pennell et Laura Niquay, des auteurscompositeurs-interprètes de la relève autochtone, ont offert des

un : Uauitshit 4 962-0222 4 0222/1 8 11 418 962Santé : 8 o f n I / l Info-Socia 27-2708 9 8 1 4 : SPUM te-Nord : ô C e id ic n Su Préventio 66 277-3553 18 njugale : o c e c n e l SOS Vio 363-9010 1 800 266 00 263-2 8 1 : s e n Tel-Jeu 962-3397 8 1 4 : n a inuaik Centre Tip

E URGENjrC s/sem.

prestations musicales avec des artistes bien connus de la scène québécoise. «Il faut aussi souligner Ioskeha et Tawiscara: le grand Jeu de la création et le spectacle Nova Stella qui a été réalisé en collaboration avec Diversité artistique Montréal», a précisé monsieur Welsh, ajoutant que la soirée d’ouverture, avec la présentation de courts métrages inédits en présence du chef Picard et du ministre Kelley, a vraiment plu aux spectateurs présents.

De retour l’an prochain! Soutenu par Tourisme Montréal, le Festival Présence autochtone est très certainement un événement très attractif pour la métropole québécoise. «Encore une fois, nous ne disposons pas de chiffres exacts quant aux retombées économiques, or, il est facile de présumer que c’est un événement important pour l’économie de Montréal. De plus, je vous annonce officiellement qu’il y aura assurément un 28e Festival», a conclu Henry Welsh.

Uauitshitun vous tend la main! •

De l'écoute.

De l’entraide.

De l'accompagnement.

De l'espoir en partage...

7 24h/jrs -

911

[Septembre 2017] La voix des Premières Nations • 5


NATION INNUE Rehaussement du Réservoir Manicouagan

Les Innus de Pessamit remportent une bataille Pessamit — Afin de laisser du temps pour régler l’important

Par Chantale Potvin

CENTRE DE LA PETITE ENFANCE KANITAUTSHINAUSHIHT

Avis de CONCOURS

ÉDUCATEURS/ÉDUCATRICES EN SERVICE DE GARDE 1) Éducateur/Éducatrice poste de Sauterelle : 1 poste (32 heures/semaine sur un horaire de 4 jours) – Remplacement d’une durée 1 an

2) Éducateur/Éducatrice poste de Sauterelle :

epuis le début du processus de remplissage du réservoir Manicouagan, commencé l’année dernière, le Conseil des Innus de Pessamit estime que ce remplissage se situe bien au-dessus

D

des limites habituelles, ce qui provoque des perturbations environnementales et humaines. D’un autre côté, Hydro-Québec prétend gérer le bassin de façon responsable et selon les règlements et les autorisations en vigueur.

Advenant une injonction permanente… Équivalent à une injonction interlocutoire (ou temporaire), ce jugement a stipulé que les deux parties doivent s’entendre pour que tous les moyens

nécessaires soient mis en branle, afin de procéder rapidement à la tenue d’une audition portant sur la question. Il faudrait aussi penser à ce qui adviendrait si une injonction permanente était décidée par la Cour. En termes plus clairs, si une injonction permanente était accordée à Pessamit, Hydro-Québec devrait alors rétablir rapidement le niveau de l’eau sous la limite supérieure de la hauteur de la marée, c’est-à-dire celle qui était observée en 1984. Ainsi, le niveau devrait revenir à environ 350 mètres pour le printemps de 2018 au lieu du 359,66 mètres que veut atteindre Hydro-Québec d’ici 2019, un niveau jamais atteint.

1 poste (24 heures/semaine) - Permanent

Les conséquences

SOMMAIRE DESCRIPTIF

Selon les propos du Conseil de Pessamit, sans décision favorable de la Cour, ces actions vont inévitablement provoquer la libération de méthylmercure dans l’eau, une substance nocive qui se retrouve à chaque échelon de la chaîne alimentaire, de l’humain au plancton. L’inondation causera aussi la mort de poissons, de frayères, d’espèces florales et fauniques et de plusieurs milliers d’hectares de forêts qui bordent le réservoir.

Sous la responsabilité d’une gestionnaire, l’éducateur/éducatrice met en application un programme éducatif comportant des activités ayant pour but de veiller au développement global des enfants dont elle a la responsabilité. L’éducateur/éducatrice se doit de veiller à la santé, à la sécurité et au bienêtre des enfants et accomplit diverses tâches en relation aves ses fonctions. Comme le personnel éducateur de notre CPE travaille 4 jours/semaines, la sauterelle est appelé à remplacer l’éducatrice étant en congé cette journée-là.

ATTRIBUTIONS CARACTÉRISTIQUES ✔ Mettre en application un programme éducatif comportant des activités ayant pour but le développement global des enfants dont elle a la responsabilité. ✔ Veiller à la santé, la sécurité et au bien-être des enfants. ✔ Accomplir diverses tâches en relation avec ses fonctions : Aménager, décorer et ranger le local; Préparer et ranger le matériel; Effectuer toutes autres tâches connexes.

PROFIL DE COMPÉTENCES ✔ Professionnalisme ✔ Bonne communication ✔ Bonne collaboration avec les parents ✔ Bon travail d’équipe ✔ Capacité d’assurer la santé et la sécurité des enfants

EXIGENCES DE QUALIFICATION ET CONDITIONS DE TRAVAIL Doit détenir une attestation d’étude collégiale ou un diplôme d’études collégiales (DEC) en Techniques d’éducation à l’enfance, Techniques de services de garde ou l’équivalent.

Langue(s) demandée(s) Innu : Bonne connaissance / Français : Bonne connaissance

Salaire offert : Selon les échelles salariales prévues du ministère de la Famille. Date d’entrée en fonction : Le 11 septembre 2017 Durée de l’affichage : Du 22 août au 5 septembre 2017 à midi. 6 • La voix des Premières Nations [Septembre 2017]

litige qui oppose la société d’état au Conseil de Pessamit, la Cour supérieure du Québec a récemment tranché en ordonnant à Hydro-Québec de cesser de remplir le réservoir Manicouagan qui a une superficie impressionnante de 2000 km2.

Toutes personnes intéressées devront faire parvenir leur curriculum vitae ainsi que les documents officiels attestant leur scolarité en Service de garde avant le 5 septembre 2017 à 12h00 à l’adresse suivante :

CENTRE DE LA PETITE ENFANCE KANITAUTSHINAUSHIHT 101, rue Pashin, Uashat (Québec) G4R 5E8 a/s : Madame Bernadette Michel, directrice générale Tél. : 418 968-5397 • Téléc. : 418 968-5398

INSCRIRE VOTRE ENFANT Pour les CPE Auassis et Kanitautshinaushiht, vous devez l'inscrire au Guichet régional du Regroupement des CPE Côte-Nord en composant le 1 866 795-3567, poste 1.

Bref retour en arrière Sans aucune consultation, c’est en 2016 qu’Hydro-Québec a amorcé le rehaussement du niveau d’eau du réservoir Manicouagan. Dès qu’il en a pris connaissance, en septembre 2016, le Conseil des Innus de Pessamit s’est activé juridiquement pour protéger l’environnement sur le Nitassinan et sur tout le secteur concerné. Ce qui étonne dans ce dossier, ce sont des prévisions clairement rédigées. Ainsi, dans le document du Plan stratégique 20162020, publié par Hydro-Québec, il est écrit que la société d’état souhaite «accroître de 1 140 MW la puissance de ses installations de production hydroélectrique situées sur le territoire du Plan Nord». Ce souhait est en lien avec le rehaussement du réservoir Manicouagan. Or, à la page 35 du même document, dans la rubrique «AUGMENTER LA PUISSANCE DE NOTRE PARC DE PRODUCTION», HydroQuébec écrit vouloir «conclure des ententes avec les communautés régionales et autochtones concernées». Ce qui est tout à fait contradictoire.


PREMIÈRES NATIONS

Un portrait des langues autochtones du Québec Par Chantale Potvin

Uashat mak Mani-utenam — Il est difficile de dénombrer avec exactitude le nombre de locuteurs de langues autochtones au Québec. Or, avec des études complétées dans les dix dernières années par Statistique Canada, SALIC et autres sites de recherche, INNUVELLE vous offre un tableau du portrait de l’utilisation des langues, de l’état des langues autochtones au Québec et de précieux conseils prodigués par Tshakapesh.

Des trucs pour sauvegarder les langues Pour connaître les meilleures actions qui peuvent être posées au quotidien pour la transmission et la sauvegarde de la langue innue et pour ce qui concerne les jeunes, INNUVELLE vous expose les propos de la directrice générale de l’Institut Tshakapesh, Marjolaine Tshernish, qui a tâté le pouls d’intervenants dans plusieurs communautés innues. «Il faut inciter les membres de sa famille et les autres membres de la communauté à s’adresser en innu aux enfants. Il ne faut pas abandonner, persévérer dans ses efforts et dans les actions entreprises pour favoriser la transmission de la langue», estime-t-elle.

À l’école ou dans les CPE - Lorsqu’il est temps de communiquer des informations à nos élèves innus au moyen des haut-parleurs,

transmettre le message en innu. Pour le personnel enseignant, transmettre le message en innu d’abord et par la suite, en français. - Dialoguer avec l’enfant en innu ou réserver des moments en classe et dans les CPE pour le parler. Par exemple, tous les matins, pourquoi ne pas lire un conte en innu.

À la maison

LANGUE Algonquin

NB DE LOCUTEURS

Pour conclure, il est essentiel de sensibiliser les parents sur l’importance de transmettre la langue et sur le fait qu’elle est menacée. «Il suffit d’une génération de parents qui ne transmettent pas la langue à leurs enfants pour briser la chaîne. Ceci est notamment vrai pour certaines communautés», a conclu Marjolaine Tshernish.

PRÉCISIONS

Algonquin ou Anishnabe

Eagle Village, Hunter’s Point, Kitcisakik, Kitigan Zibi, Lac-Rapide, Lac-Simon, Pikogan, Timiskaming, Winneway

Le Lac-Simon est la communauté qui parle le plus l’algonquin et le mot merci est dit par celui qui donne et non celui qui reçoit.

4 000

Atikamekw

Manawan, Obedjiwan, Wemotaci

Appuyée de l’alphabet latin, la langue atikamekw ne compte que 15 lettres dont la lettre «tc» qui est unique au monde.

12 600

Cri

Whapmagoostui, Chisasibi Wemindji, Eastmain, Nemaska Waskaganish, Mistissini, Oujé-Bougoumou, Waswanipi

Avec près de 100 000 locuteurs, la langue crie est la langue amérindienne la plus parlée au Canada.

18 000

Inuit

15 communautés inuites

Le mot INUIT a fait l’objet de plusieurs débats. Pour plusieurs, le mot ne doit pas s’accorder et doit rester invariable.

700

Malécite

Cacouna, Viger

Le malécite et le Mi'kmaq étaient les deux seules langues parlées dans la région des Maritimes au moment de l'arrivée des premiers Européens.

7 400

Micmac

Gesgapegiag, Gespeg, Listiguj

De 1902 à 1934, le père Pacifique de Valigny a publié plusieurs ouvrages en micmac, dont The Micmac Messenger, pour aider le peuple à connaître sa langue.

370

Mohawk

Akwesasne, Kahnawake, Kanesatake

Le 1er juin 2017, le député fédéral Marc Miller a prononcé un discours en langue mohawk.

11 000

Innue et Ilnue

11 communautés

Vu les différences linguistiques entre les Innus de la Côte-Nord et du Lac-SaintJean, la communauté de Mashteuiatsh a une langue officielle du nom de «nehlueun».

500

Naskapi

Kawawachikamach

Selon Statistique Canada, à Kawawachikamach, sur une population totale de quelque 525 adultes, 99,1% connaît une langue autochtone.

20

Abénakis

Odanak Wôlinak

La langue abénakise est considérée comme en voie prochaine de disparition.

0

Huron-wendat

Wendake

Des actions, tel l’enseignement dans un CPE, sont en cours.

Pop. : 7 608*

Crie Pop. : 18 535*

- Il faut toujours s’adresser à son enfant en innu, même s’il n’est pas encore en âge de parler. - Il est bon de l’inciter à essayer de prononcer des mots en innu et de graduellement introduire des mots difficiles à prononcer et cette prononciation peut être faite par le jeu. - Avant le coucher, lire avec l’enfant les collections de livre qui existent dans la langue innue. - Écouter les postes de radios communautaires. - Chanter des chansons en innu avec son enfant. - Si le parent ne sait pas lire en innu, ceci peut être un bon exercice à partager avec son enfant. Le parent peut aussi conter une histoire, comme par exemple une légende innue ou un récit de la vie d’autrefois.

COMMUNAUTÉS

2 680

Pop. : 11 748*

Atikamekw

NATION

Inuktitut Pop. : 12 129*

Malécite Pop. : 1 171*

Micmac Pop. : 6 226*

Mohawk Pop. : 19 026*

Montagnais (Innu) Pop. : 19 955*

Naskapi Pop. : 1 321*

Abénakis Pop. : 2 780*

Huron Pop. : 4 001*

* Population totale dans les réserves et hors-réserves (résidents et non-résidents). Source : Secrétariat des Affaires Autochtones du Québec.

[Septembre 2017] La voix des Premières Nations • 7


PREMIÈRES NATIONS Sommet Mondial du Design

Le design autochtone d’ici et d’ailleurs mis en valeur Par Véronique Rankin

Montréal — C’est sous le thème «Ailleurs et Ici» que se tiendra du 16 au 25 octobre prochain au Hall Viger du Palais des Congrès de Montréal, l’exposition Autochtoniser Montréal. rganisée en marge du Sommet Mondial du Design par Montréal Autochtone en collaboration avec la Société des célébrations du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, cet événement vise à faire connaître les réalisations existantes partout dans le monde en matière d’intégration des cultures autochtones dans les villes. «Si l’on compare Montréal avec d’autres grandes villes à travers le monde accueillant une forte population autochtone, Montréal est définitivement en retard sur le plan de l’intégration de design autochtone

O

sur la place publique», explique Philippe Meilleur, directeur général de Montréal Autochtone. Ce constat a inspiré les organisateurs qui ont aussi intégré une section Ici visant à proposer des projets concrets pour rendre visible l’apport des autochtones à l’histoire et au patrimoine de la ville de Montréal.

Un projet rassembleur Pour penser et réaliser cette exposition, les organisateurs ont fait appel à plusieurs individus et organisations de Montréal œuvrant dans le domaine de l’architecture, du design et de la culture. En plus de vouloir inspirer les villes en présentant des projets qui ont permis de faire plus de place aux cultures autochtones dans l’espace urbain, les organisateurs souhaitaient également offrir des outils pouvant servir de référence à toute personne mandatée à produire un projet de design

ou d’architecture à Montréal qui implique, d’une quelconque manière, une représentation culturelle autochtone. À cet effet, «des principes ont été rédigés en comité de travail afin de proposer une méthodologie aux personnes intéressées à présenter un projet dans le cadre de la section Ici mais on espère que nos travaux inspirent et servent à d’autres qui souhaiteraient concrètement travailler sur des projets d’intégration culturelle dans d’autres villes du Québec», précise Myriam Thirnish, responsable de l’exposition et conseillère en design et culture autochtone à Montréal Autochtone.

Les projets d’ Ici La section Ici de l’exposition présentera des projets d’intégration de la culture autochtone à travers le décor montréalais. Les projets qui seront présentés dans cette partie de l’exposition mettront en valeur l’his-

toire de la présence autochtone à Montréal, la réconciliation entre les peuples et le multiculturalisme autochtone qui représente le Montréal d’aujourd’hui.

Plusieurs projets provenant de l’international Les organisateurs ont reçu une trentaine de propositions de projets provenant de pays tels que les ÉtatsUnis, le Groenland, la Finlande et Taiwan, dans le cadre de l’appel de proposition lancé pour la section Ailleurs. « Nous sommes heureux de la réponse positive que nous avons reçue dans le cadre de cet appel de proposition. La quantité et la qualité des projets reçus nous permet d’affirmer que l’exposition sera impressionnante et inspirante », se réjouit Madame Thirnish. Montréal Autochtone s’est associé au Musée McCord pour concevoir l’exposition. Philippe Meilleur lance que

«les visiteurs pourront constater le travail effectué à l’international grâce à cette occasion unique que nous avons la chance d’accueillir à Montréal. C’est un rendez-vous à ne pas manquer pour toute personne intéressée par l’architecture, le graphisme, le design d’intérieur, le design industriel, l’architecture de paysage ou l’urbanisme».

Quelques mots sur Montréal Autochtone Montréal Autochtone est un centre d’amitié offrant des services à la population autochtone vivant à Montréal. Membre du Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec, en plus d’offrir des services, il participe au rayonnement de la culture autochtone à Montréal. www.nativemontreal.com

Tout o le monde doit pouvoir o réussir

8 • La voix des Premières Nations [Septembre 2017]

Un intervenant de e plus par école primaire Aid der les enfants ayant des beso oins particuliers est une priorité

Pour en savoir plus sur cette mesure notreplan.gouv. qc.ca


PREMIÈRES NATIONS L’implication importante de la jeunesse

Leadership des jeunes des Premières Nations Par Julie Malek

J’aime beaucoup l’aspect spirituel et naturel de cet événement.

Mashteuiatsh — Lors de la fin de semaine du 11 au 13 août 2017, sur le territoire ancestral des Pekuakamiulnuatsh de Mashteuiatsh, s’est déroulé le 6e Sommet jeunesse des Premières Nations. Le tout était organisé par Annick Tremblay, la responsable du réseau jeunesse des Premières Nations du Québec et du Labrador.

En tant qu’ancien porte-parole, voici ce que j’aimerais envoyer comme message à la jeunesse : Nous avons tous la responsabilité citoyenne de nous impliquer dans nos communautés respectives. Il y a de l’espoir, l’espoir c’est de continuer à croire à l’impossible. Un jour, nous allons être grands pour reconstruire notre histoire. Avec l’éducation, ON PEUT Y ARRIVER!

Mot du vice-président du Conseil d’administration de Innuvelle

Léonard Mckenzie

Encouragement d’un leader Le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, M. Ghislaind Picard, a publié via Facebook le message suivant : « Le Réseau Jeunesse des Premières Nations Québec-Labrador a élu deux nouveaux représentants hier. Claudia Petiquay de Wemotaci et Jean-Sébastien Vollant de ManiUtenam. Au nom de l'APNQL AFNQL, toutes nos félicitations et nos meilleurs vœux de succès! »

es Sommets jeunesse des Premières Nations sont destinés aux jeunes entre 18 et 35 ans. Ce dernier s’est tenu sur un site traditionnel à la suite d’une décision prise lors du Sommet précédent; celle de tenir les futurs Sommets sur les sites traditionnels plutôt que dans des hôtels et ce afin de mieux connaître nos racines et notre culture. Les principales activités qui ont eu lieu durant ce 6e Sommet étaient la transmission de la culture, la création d’un cercle de partage entre les personnes présentes et la tenue d’une élection jeunesse.

KUEI À VOUS TOUTES ET À VOUS TOUS! Lorsque j’ai été contacté pour siéger, encore une fois au conseil d’administration du Journal, j’ai été tout d’abord emballé dans la perspective de travailler avec une équipe aussi dynamique et formidable. À notre première rencontre, nous avons tous exposé nos visions quant à l’orientation du Journal et pour ma part, mon souhait était et est toujours de ramener l’intérêt à la participation du public à son Journal en lui présentant des objectifs et des résultats.

L

Je suis de ceux qui croient au potentiel de notre Journal et aussi aux nombreuses possibilités de son évolution. C’est dans cet objectif de renouveau que nous devrions être en mesure de tenir notre première assemblée générale qui marquera la reconnexion du grand public au journal La Voix des Premières Nations. Bradley Bacon

Des personnages politiques importants sont venus à la rencontre de ces jeunes pour leur communiquer l’importance de leur implication au sein de la politique et de leur leadership en tant que jeunesse. On y retrouvait le grand Chef Atikamekw, Constant Awashish et Ghislain Picard, Chef de APNQL.

Et pour ce faire, il est alors nécessaire de faire une bonne mise à jour de nos règlements généraux en les actualisant aux réalités d’aujourd’hui, ce qui selon moi, sera une autre piste qui suscitera l’intérêt du public à participer activement au développement de son Journal.

Les participants du Sommet jeunesse, incluant les organisateurs de l’événement

Quality Inn Sept-Iles Tél 418 960 5600 Télécopie 418 960 1888

Les bienfaits de l’implication

Voici un mot de Bradley Bacon, ancien porte-parole du Réseau Jeunesse, originaire de Unamen Shipu : « Kuei Kuei, je suis JEUNE, ENGAGÉ ET INFLUENT. Cette année j’ai eu la chance de participer au Sommet jeunesse 2017, réalisé par le Réseau jeunesse du Québec et Labrador, et ce pour une deuxième fois. Ce fut pour moi, un milieu de ressourcement avec d’autres jeunes, issus des Premières Nations.

Choicehotels.com

Je laisserai le soin des détails à ce sujet aux autres membres affectés à ce grand et excitant virage. En terminant, il est important de bien saisir que tous ces changements ne peuvent se faire sans votre participation active à votre nouveau journal, La Voix des Premières Nations. Je nous souhaite, et quand je dis nous, je vous inclus vous, lecteurs et lectrices, un heureux succès dans cette belle aventure.

info@qualityinnsept-iles.com Sans frais : 1 844 900 5600 www.choicehotels.ca

Suivez-nous! www.lavoixdespremieresnations.ca La voix des Premières Nations propulsé par Innuvelle

[Septembre 2017] La voix des Premières Nations • 9

Annick Tremblay a remercié le conseil des jeunes de Pekuakamiulnuatsh d’avoir organisé l’événement sur le site tradionnel avec la participation du Conseil de bande de Mashteuiatsh et les innus pour le prêt de tentes.

1009, boulevard Laure Sept-Îles (Québec) G4R 4S6

Dans une autre perspective, nous étions très enthousiasmés quant à l’idée d’élargir les horizons du Journal par le développement avec d’autres partenaires du milieu et par le biais des nouvelles technologies qui s’offrent à nous, tel que mentionné par notre présidente Madame Josée Leblanc.


10 • La voix des Premières Nations [Septembre 2017]

Service des communications I.T.U.M.


[Septembre 2017] La voix des Premières Nations • 11

Service des communications I.T.U.M.


PREMIÈRES NATIONS

Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

10 ans déjà! Par Véronique Rankin

Québec – Il y a 10 ans, plus exactement le 13 septembre 2007, l’Assemblée générale des Nations Unies adoptait la Déclaration des Nations Unies sur les droits des Peuples autochtones. appelons-nous que le Canada fut un des quatre États à ne pas appuyer l’adoption de la Déclaration en 2007 et que ce n’est qu’en 2010, que le gouvernement conservateur de Stephen Harper, pliant sous la pression, donnait son appui en émettant certaines réserves. Il aura fallu attendre un autre six ans, soit en mai 2016, pour que le Canada l’appuie pleinement. Son adoption était d’ailleurs une promesse électorale du Premier ministre Trudeau.

R

12 • La voix des Premières Nations [Septembre 2017]

Le processus d’adoption d’un projet de loi comprend six étapes et son

dépôt avec la première lecture ne constitue que la première étape. Il faudra donc encore attendre plusieurs mois avant le projet ne fasse son chemin à la Chambre des communes d’Ottawa. De plus, bien que depuis 2015 plusieurs annonces du gouvernement fédéral nous amènent à penser que des actions concrètes en lien avec l’adoption de la Déclaration sont en cours – on peut penser ici à la mise sur pied de la commission d’enquête nationale sur les femmes et filles disparues ou encore, à l’annonce de l’examen de toutes les lois et politiques fédérales touchant les peuples autochtones – aujourd’hui encore, soit un an après son adoption, les libéraux n’ont toujours pas présenté le plan d’action qu’ils entendent mettre de l’avant afin que la Déclaration soit pleinement mise en œuvre. C’est d’ailleurs ce que plusieurs dirigeants autochtones du pays ont soulevé en mai 2017 lors de la 16e session de

l’Instance permanente des Nations unies sur les questions autochtones. En août dernier, le Chef National de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegrade, soulevait que «des investissements pour assurer aux Premières Nations un accès aux services gouvernementaux essentiels comme l’eau potable, les soins de santé, les services d’urgence, l’éducation et les infrastructures communautaires» étaient nécessaires. L’APN proposait également des priorités d’action, comme de travailler en codéveloppement avec les organisations des Premières nations pour établir des lois fédérales appuyant la mise en œuvre de la Déclaration et des mesures législatives soutenant la revitalisation des langues autochtones.

Au Québec Bien que la Déclaration ne soit signée que par certains pays, elle sert de référence à tout autre ordre de

gouvernement. À titre d’exemple, ce n’est que tout récemment que le gouvernement du Québec s’est intéressé à la question des services essentiels offerts à la population autochtone et qu’il a lancé une commission d’enquête visant à faire la lumière sur la relation entre les Autochtones et certains services publics au Québec. Le jugement de la Cour supérieur du Québec rendu

le 23 août dernier, en faveur de la communauté d’Opitciwan et ordonnant la suspension des coupes forestières sur leur territoire ancestral, n’est qu’un autre exemple récent du manquement du gouvernement du Québec face à son obligation de consulter et également face au respect des droits énoncés dans la Déclaration.

Qu’est-ce qu’une déclaration des Nations Unies? Une déclaration de l’Assemblée générale des Nations Unies est un document dans lequel on exprime un engagement politique à l’égard d’enjeux de portée mondiale. Contrairement à un traité ou à un pacte, une déclaration n’est pas exécutoire, et les États n’ont pas à la signer ou à la ratifier. Une déclaration n’est donc pas juridiquement contraignante, elle représente uniquement l’engagement politique des États qui ont voté en faveur de leur adoption.


ÉDITORIAL

PRIX DROITS ET LIBERTÉS 2017 APPEL DE CANDIDATURE

DROITS DES PEUPLES AUTOCHTONES

La déclaration et la lutte de toute une génération En déposant son rapport final en décembre 2015, lequel comporte 94 appels à l'action, la Commission Vérité et Réconciliation, interpellait toutes les instances politiques afin que celles-ci adhèrent officiellement aux principes de la Déclaration.

Par Ghislain Picard Chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador

u Québec, devant un gouvernement provincial qui évite de se prononcer sur la signification de la Déclaration, l'APNQL a décidé d'investir son énergie là où l'écoute existe, notamment auprès de la Ville de Montréal et de son maire, Denis Coderre. Selon le maire de Montréal, qui a déjà été ministre fédéral, il était temps de passer aux gestes concrets au lieu de s'enliser dans les discussions.

A

Dans les célébrations des 12 et 13 septembre, il était donc incontournable d'associer étroitement Montréal et le bureau du Maire dans l'organisation. La Commission Canadienne de l'UNESCO s'est également ajoutée comme instance représentant le caractère international de l'événement.

Initiatives recherchées

jusqu’au 22 septembre Le Prix Droits et Libertés 2017 soulignera des actions communautaires, éducatives, artistiques, militantes ou autres, dans les onze nations autochtones au Québec.

Téléchargez le formulaire d’inscription: www.cdpdj.qc.ca/pdl

Pour plus d’information: prixdroitsetlibertes@cdpdj.qc.ca 1 800 361-6477, poste 210

Nous étions loin d'être au bout de nos peines, puisque malgré sa position, le gouvernement fédéral a continué à tout faire pour s'éloigner d'une quelconque intention de mettre en œuvre les principes de la Déclaration dans le contexte des lois et politiques au pays. Après presque deux ans depuis l'arrivée au pouvoir du premier ministre Trudeau, le doute a commencé à s'installer sur la sincérité du gouvernement libéral lorsque celui-ci affirme qu'il n'y a pas de relation plus importante que celle avec les peuples autochtones. Ça vaut également pour l'ambiguïté qui teinte sa position lorsqu'il s'agit de la Déclaration. L'adversité nous suit et nous garde vigilants. Dans l'attente d'une démonstration claire de la part d'Ottawa, l'Assemblée des Premières Nations s'en remet, entre autres, au Projet de Loi privé C-262, du député néo-démocrate, Roméo Saganash, qui propose comme il était souhaité à l'origine que les lois s'adaptent à la lettre de la Déclaration, et non le contraire.

[Septembre 2017] La voix des Premières Nations • 13

www.cdpdj.qc.ca

Il aura fallu plus de 25 ans pour parvenir à l’adoption de la Déclaration par l’Assemblée générale de l’ONU et en arriver aujourdhui à ce grand rendez-vous soulignant une victoire internationale. Après des années de négociations, à Genève et ailleurs dans le monde, le vote a confirmé l'adhésion de 144 états qui ont accepté le texte final. La Nouvelle-Zélande, les États-Unis, l'Australie et le Canada ont choisi de voter contre la résolution. Dès lors, l'APNQL s'est jointe à une vaste mobilisation pour faire pression auprès du gouvernement conservateur de Stephen Harper, pour que celui-ci change de position et accepte d'endosser la Déclaration. Il aura fallu 3 ans de lobby avec les organisations autochtones représentatives et une foule d'organisations non gouvernementales pour avoir raison sur le gouvernement canadien qui a finalement accepté d'y adhérer.


14 • La voix des Premières Nations [Septembre 2017]


L e s A s t r e s e t Vo u s

Par : Innustradamus, Medium... Saignant Né en septembre – La ouananiche Votre vie amoureuse va redevenir agréable et harmonieuse. Vos relations avec la personne aimée seront synonymes de tendresse et de beaucoup de complicité. Il faudra par contre mettre la pédale douce dans la chambre nuptiale en raison de vos comportements extrêmement sensuels. Côté financier, il sera difficile de rejoindre les deux bouts. Vos dépenses dépassent largement vos revenus. Il sera nécessaire de mettre de côté la caisse de vin que vous passez à toutes les semaines. Né en octobre – Le loup Le beau temps de l’automne qui arrive à grands pas vous poussera à prendre deux semaines de vacances en forêt. Vous avez négligé depuis quelques années votre chalet et des rénovations s’imposent. Madame partira pour la grande métropole et tentera sa chance pour remporter 100 000$. De votre côté, ce sera la quiétude avec vos madriers et vos planches. Vous réussirez à procéder à vos rénovations et vous aurez la chance de descendre un orignal de 4000 livres. Né en novembre – Le castor Vos problèmes de dos reviendront vous hanter. Vous avez dépassé la trentaine et vos activités d’haltérophilie devront cesser. Faites plutôt des marches de santé. Côté chance, les astres vous proposent de jouer au bingo, la cagnotte de 10 000$ pourrait se retrouver dans vos poches. Vous pourrez enfin remplacer vos meubles de salon troués par l’usure du temps et possiblement partir une fin de semaine en amoureux. Petit hic au niveau familial, votre plus jeune sera exposé au monde de la consommation. Né en décembre – Le lièvre Un projet vous trotte dans la tête depuis une vingtaine d’années. Vous aurez la chance de réaliser ce projet et dès janvier prochain vous pourrez suivre un cours de cuisine pour devenir un bon chef. Vous aurez un peu d’avance sur les autres en raison de votre travail antérieur dans les cuisines d’une pourvoirie. Sur le plan sentimental, votre couple vit des moments merveilleux. Si votre projet de

cours de cuisine ne se matérialisait pas, votre couple tenterait d'avoir un autre enfant. Né en janvier – Le caribou Vous avez la beauté et la carrure pour devenir une vedette du cinéma ou de la télévision. Votre point fort est que vous êtes très photogénique et vous êtes capable de vous exprimer très aisément. Votre petit défaut est que vous mangez trop de bananes et cela affecte la couleur de votre peau. Vous devriez plutôt manger des légumes verts pour améliorer votre teint. Vous aurez à prendre une décision très prochainement parce qu’un producteur vous fera des propositions intéressantes. Né en février – La martre Vous avez l’intention d’ouvrir une petite garderie à votre domicile. Vous avez constaté que vous disposiez d'assez de place dans votre maison pour que votre projet se réalise. Vous aimez les enfants et vous êtes d’une douceur remarquable. Pour les mâles natifs de La martre, vous aurez également un projet qui pourrait se réaliser assez rapidement. Vous êtes un bon menuisier/charpentier et pendant que vous êtes au chômage vous pourriez avoir des contrats de rénovations résidentielles. Né en mars – Le vison Votre vie professionnelle changera d’ici les prochains mois. Vous obtiendrez votre baccalauréat en psychologie et cela vous ouvrira les portes pour un emploi à long terme. Le temps que vous avez mis pour vos études vous rapportera des dividendes. Côté famille, votre frère aura besoin de 500$ pour partir en thérapie. Considérant qu’il vous a déjà aidé il y a quelques mois, le retour des choses sera respecté. Pour ce qui est de votre santé, mangez moins de gras. Orientez votre alimentation vers les fruits. Né en avril – La truite grise Votre célibat connaîtra un dénouement qui pourrait changer votre vie. La personne qui vous convoite depuis que vous êtes au primaire décidera d’agir et de faire les premiers pas. Votre attente a duré de nombreuses années et vous allez accepter ses avances. Sûrement qu’au printemps, il y aura une demande en mariage. Des fiançailles en décembre sont à prévoir. Coté santé, il vous faudra perdre de nombreux kilos pour bien paraître lors des noces. Cessez les repas au Mcdonald.

Né en mai – L’outarde Vous aurez à prendre une grosse décision si vous voulez que votre santé soit meilleure. Vous fumez trop de cigarettes. Votre médecin vous demandera de passer des tests afin de savoir si vos poumons sont affectés par cette fumée. Vous serez invité à un grand souper vers le 15 de ce mois. Un ami qui est sur le bien-être social fêtera ses trente ans et un repas gastronomique sera à l’ordre du jour. Modérez votre consommation d’alcool. Un 40 onces de vodka suffira. Né en juin – Le saumon Vous en avez assez de faire la vaisselle et le ménage dans votre maison. Vous aspirez à plus que cela. Il y aura un éveil dans votre vie et vous déciderez dès le début de l’année 2018 de suivre un cours de couture. Vous avez des aptitudes et vous voulez mettre à profit l’expérience que vous avez dans ce domaine. Sur le plan financier, vous devrez débourser une bonne somme d’argent pour acquitter le solde de votre carte de crédit qui frise les 2 000$. Il faudrait contrôler votre manie de trop dépenser. Né en juillet – Le renard Vous pensez sérieusement à changer de métier. Votre emploi actuel ne mène à rien. Vous voulez avoir plus de responsabilités et vous ferez en sorte de dénicher un travail qui correspond à vos aptitudes et votre expérience en comptabilité. Vous suivrez donc des cours en gestion d’ici les prochains mois qui vous permettront à la fin de vous trouver un emploi sur mesure. Coté cœur, une rencontre lors d’un party de bureau vous convaincra de mettre de coté votre statut de célibataire. Né en août – Le porc-épic Votre couple est en pleine réflexion pour un mariage au printemps prochain. Ce projet va se réaliser à coup sûr. Vous vivez ensemble depuis plus de cinq ans et vous voulez unir vos destinées pour de bon. C’est un projet que vous caressez depuis quelques mois et votre amour l’un envers l’autre est incommensurable. D’autre part, vous aurez un petit projet de sortie dans les semaines à venir. Un petit voyage à Québec. Vous aurez l’occasion de visiter votre beau-père qui sera heureux de vous rencontrer.

[Septembre 2017] La voix des Premières Nations • 15


PREMIÈRES NATIONS Projet de loi pour la légalisation de la marijuana

Consultations publiques au Québec Par Véronique Rankin

Québec – C’est suite au dépôt du projet de loi visant à légaliser et encadrer la vente de la marijuana par le gouvernement fédéral en avril dernier que le Québec a lancé une consultation publique sur le sujet. Si le projet de loi est adopté, la loi serait en vigueur dès l’été 2018. e gouvernement du Québec invite les citoyens et représentants d’organisations à participer à l’une des consultations publiques concernant ce projet de loi, qui se tiendront dans différentes régions du Québec, du 22 août au 12 septembre 2017. Les intéressé(e)s peuvent également participer à une consultation en ligne en répondant à un questionnaire ou en soumettant un document écrit d’ici le 12 septembre 2017.

L

Les responsabilités du Québec Lors du dépôt, le gouvernement du Québec n’avait pas caché sa déception quant au contenu du projet de loi qualifié de «vague». La question du financement avait plutôt agacé la ministre responsable de la Santé publique qui faisait remarquer que la province aura à prendre à sa charge plusieurs obligations afin de rendre ce projet de loi opérationnel. En effet, les gouvernements provinciaux auront à encadrer la distribution et la vente du produit ce qui comprend l’octroi de permis et la surveillance de la distribution et de la vente en respect de la réglementation. La province devra également former les policiers et outiller le système de justice, en plus de mettre en place des programmes de prévention et composer avec les problèmes de santé publique en découlant.

Le projet de loi en bref Le projet de loi proposé par Ottawa vise principalement à contrôler la qualité du produit en instaurant des exigences strictes, à imposer des sanctions pénales plus importantes à quiconque contreviendrait à la loi, à restreindre l’accès aux jeunes et ultimement, à alléger le fardeau du système de justice pénal.

16 • La voix des Premières Nations [Septembre 2017]

Le gouvernement fédéral serait ainsi responsable de la réglementation en lien avec la production de cannabis ainsi que de l’établissement des interdictions criminelles et des normes de santé et sécurité.

La position des dirigeants autochtones Alors que l’Assemblée des Premières Nations adoptait une résolution visant l’inclusion des Premières Nations dans l’économie émergente du cannabis, dans une entrevue accordée à CBC Montréal, le Chef régional Ghislain Picard lançait une mise en garde quant aux capacités des communautés à assumer leurs responsabilités pour encadrer la distribution et la vente du produit dans les communautés. Ses préoccupations rejoignaient, en ce sens, celles émises par le gouvernement du Québec puisqu’aucun finan-

cement supplémentaire n’a été proposé pour faciliter la mise en œuvre de cette loi si elle est adoptée. Tout comme pour le Québec, les communautés devront mettre en place des programmes de prévention et outiller leurs intervenants et policiers si de nouvelles réglementations touchant la distribution et vente du cannabis sont en vigueur.

La consultation C’est en tant que simple citoyen ou représentant d’organisation que vous êtes invités à donner votre opinion dans le cadre de cette consultation. C’est le moment de vous faire entendre, de partager vos préoccupations et vos intérêts et surtout, de transmettre toute information que vous jugez nécessaire dans le cadre de cette consultation. En tant que parent, grand-parent, membre des Premières Nations ou intervenant, vous avez la chance de vous faire entendre sur un projet de loi qui pourrait avoir un impact sur les générations futures et à court terme des impacts économiques, sociaux, systémiques et culturels sur nos communautés. Comment participer? Vous pouvez compléter le questionnaire en ligne ou vous regrouper pour rédiger un document que vous déposerez sur le site internet de la consultation. Vous participerez ainsi à faire entendre la voix des Premières Nations. Pour connaître les dates de séance de consultation dans votre région ou participer à la consultation en ligne, visitez le site https://encadrementcannabis.gouv.qc.ca/consultation/


CAHIER SPÉCIAL

Rentrée scolaire Astuces sages et économiques Uashat mak Mani-utenam — Partout au Québec, les familles se préparent pour l’année scolaire 2017-2018. De la pré-maternelle à l’université, écoliers, étudiants et parents visualisent les prochains mois sur les bancs d’écoles.

Le déjeuner, l’atout majeur C’est prouvé par tous les spécialistes de la santé et de la nutrition, le déjeuner est le repas essentiel pour bien réussir à l’école et au Québec. Trois enfants par classe ne mangent pas le matin. Ainsi, de nombreuses études stipulent que les enfants qui déjeunent sont moins irritables, plus énergiques, ont de meilleures performances intellectuelles et se concentrent mieux. Certains professeurs pourront le confirmer, les enfants qui ne déjeunent pas ont souvent des maux de tête, des nausées et des crampes. À ce titre, sans grand budget, un enfant de 7 à 11 ans qui consomme un bol de céréales, un produit laitier, un fruit et un verre de jus sera prêt pour gober et surtout apprécier tous ses nouveaux apprentissages.

La présence des parents

études : heures du coucher et du réveil, temps d’utilisation de l’ordi-

nateur et de la télévision, heures des devoirs, heures des rentrées, etc.

Hygiène et vêtements Il n’est pas nécessaire d’acheter des vêtements griffés pour que l’enfant soit propre et présentable. Il est important que l’enfant, surtout celui qui n’est pas en âge de veiller lui-même à sa propreté, soit bien lavé tous les jours. Un truc? Chaque soir, pendant quelques minutes, il est bon de préparer les vêtements et voir si tout le corps du petit est propre : cheveux, ongles, dents, etc. Pour le coût des vêtements, plusieurs magasins et friperies offrent de beaux morceaux à des prix intéressants.

Une vie stable et bien établie Afin que toute la famille soit à l’aise dans son environnement, il est bon qu’un horaire soit établi dans la semaine et que des tâches soient attribuées à chaque personne de la maisonnée. Par exemple, l’enfant sait qu’il doit laver ses dents, ramasser son assiette, faire son lit, etc.

Les damnés devoirs! Chaque soir, au retour de l’école, c’est le mot le plus détesté par l’enfant et l’adolescent. Or, il est génial de transformer ce moment en une

Il est génial de s’entendre pour les règlements qui favorisent les

Le déjeuner est le repas le plus important dans la journée.

[Septembre 2017] La voix des Premières Nations • 17

C’est un autre fait scientifiquement prouvé : les enfants qui ont eu des parents très présents dès leur petite enfance ont mieux réussi leurs études et sont allés plus loin dans la vie. Un environnement familial aimant, sécurisant et attentif est donc très sain et surtout bénéfique pour un enfant et un adolescent qui doivent utiliser leur mémoire et toutes les parties de leur cerveau pour apprendre et pour conjuguer avec le stress ou la timidité. Un truc sage? Les parents ont tout avantage à soutenir et à encourager leurs enfants. Il est préférable d’agir ainsi au lieu d’être punitif quand l’enfant a une mauvaise note ou a démontré un mauvais comportement à l’école. C’est prouvé, de telles actions seront profitables à long terme.

opportunité de discuter avec votre enfant. Il ne faut pas que cela devienne une torture. Ainsi, plusieurs trucs peuvent rendre cet instant plus agréable. Ainsi, le parent ou l’aidant doit établir une routine et éviter les distractions en s’installant dans une pièce calme de la maison et en aménageant un coin spécial pour les devoirs. Avec tout le matériel nécessaire et de la bonne volonté, ce sera plus facile pour l’écolier. Aussi, le site internet «Allô prof» est particulièrement aidant pour les leçons et les devoirs. Au numéro 1-888-776-4455, le service est gratuit et des enseignants sont disponibles tous les soirs de la semaine, de 17 heures à 20 heures.

Chantale Potvin

Par Chantale Potvin


18 • La voix des Premières Nations [Septembre 2017]


Nous so sommes ommes avec vvous pour tran transformer nsformer l’ave l avenir… nir En commençant une nouvelle année sccolaire, vous entamez une étape importante de votre vie po our transformer votre avenir et celui des Premièress Nations. ArcelorMittal vous encourage à persévé érer, car avec une bonne e formation, les plus beauxx horizons s’ouvrent à vou us.

Bonne rentrrée et meilleurs vœu ux de succès à tous les l étudiants !

transformerrlavenir.com

[Septembre 2017] La voix des Premières Nations • 19


Septembre 2017 (Vol. 20 - No. 8)  
Septembre 2017 (Vol. 20 - No. 8)  
Advertisement