Page 1

Trois jeunes Innues en Bolivie

LIVRAISON RAPIDE Interac disponible sur livraison

STATION INNU

418 968-4866

BIÈRE•VIN•LOTERIE

Un échange culturel enrichissant PIKOGAN: Consultations de l’exploitation minière, une entente historique p-4 NITASKINAN: Le Conseil de la Nation Atikamekw prendra part au Projet BELT p-6 UASHAT: Les frères Ambroise, deux hockeyeurs prometteurs p-15 RBA Groupe financier vous offre des produits et services financiers adaptés à vos besoins

RBA Financial F Group offers you financial services and pr p oducts designed to meet your o needs

~Régimes de retraite ~Assurance collective

~Pension Plans ~Group p Insurance

~Régime collectif ~Santé et sécurité au travail

Communiquez avec nous pour en connaître davantage ! Contact us to find out more!

~Group Plan ~Health and Safety at Work 2936, rue de la Faune e, bureau 202, Wendake

# ''#& '#~ '''!#!!&& rbagroupefinancier.com

Nous soulignons 25 ans d’engagement auprès des entrepreneurs autochtones et des Premières Nations du Québec dans le démarrage, l’acquisition ou l’expansion de leurs entreprises CONTRIBUTION NON REMBOURSABLE

FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT

CLIENTÈLE Abénakise | Algonquine | Atikamekw | Crie (PDEA seulement) Huronne-wendat | Malécite | Micmaque | Alliance Autochtone du Québec

1 800 241-0972

socca.qc.ca


Femmes honorées

Deux Innues sont reconnues Défense des droits

Le méritas «Entreprenariat» Lors du discours, Josée Leblanc a été reconnue comme une femme de cœur, de conviction et de détermination. «Opérant sa propre boutique artisanale, elle a acheté l’inventaire d’un commerce qui fermait ses portes, et sans hésitation, elle s’est départie de 25 manteaux d’hiver qui se trouvaient parmi cet inventaire pour en faire don à des femmes de la région qui étaient dans le besoin. Son projet intitulé Les Bottes de l’espoir favorise la promotion de l’art ancestral des Premières Nations, mais elle choisit une méthode de commerce équitable qui redonne aux artisanes leur dignité et le mérite du travail qu’elles accomplissent avec dextérité, en leur permettant de gagner un meilleur salaire», ont clamé les lectrices du comité lors de la remise des prix.

«Femme politique et militante, Michèle Audette a été la présidente de Femmes autochtones du Québec, puis de Femmes autochtones du Canada. Entre 2004 et 2008, elle fut sous-ministre associée au ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration du gouvernement du Québec. En 2016, elle a agi à titre de commissaire pour le programme «Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées». Elle poursuit le combat de sa mère, cofondatrice de Femmes autochtones du Québec, qui s’est battue contre une clause de la «Loi fédérale sur les Indiens», stipulant qu’une femme amérindienne qui se marie à un Allochtone ne peut

Innuvelle se dote d’un nouveau C.A.

Michèle Audette a reçu le méritas «Défense des droits». Elle pose avec Pamela Tanguay du Centre femmes aux 4 vents.

L’ère d’un nouveau changement Innuvelle est très heureux de vous annoncer la formation de son conseil d’administration composé de Kateri Jourdain, Josée Leblanc, Kim Fontaine, Léonard McKenzie et Victoria Régis (absente sur la photo).

plus retourner vivre dans sa communauté. Mme Audette est un modèle d’espoir pour la Défense des droits des femmes», a-t-on entendu lors des discours protocolaires de la cérémonie.

Nous aurons l’occasion de vous les présenter individuellement dans la prochaine édition et chacune de ces personnes viendra parler de sa vision pour revitaliser le journal afin d’assurer sa croissance et sa pérennité.

Le Nord-Côtier

Sept-Îles — CP- Dans la cadre d’un événement qui avait pour mission de rendre hommage à des femmes de la Côte-Nord, deux Autochtones ont été honorées. Il s’agit de Josée Leblanc et Michèle Audette.

Le Nord-Côtier

Par Chantale Potvin

Josée Leblanc a reçu le méritas «Entreprenariat». La dame à ses côtés est Julie Rousseau de la ressource À la Source.

(N° ISSN Bibliothèque Nationale du Canada : Imprimé : Innuvelle ISSN 1480-638X Électronique : Innuvelle ISSN 1480-6398)

Équipe du journal Directrice générale : Suzanne Régis Rédactrice en chef : Suzanne Régis

Nous rejoindre Vous avez une nouvelle ? Contactez-nous : 418 962-3550 innuvelle@globetrotter.net

Souligner ses 20 années en 2018 Les lecteurs seront heureux que la nouvelle équipe et la direction travaillent déjà pour emmener Innuvelle au virage numérique français et anglais, au changement de nom, trouver des pigistes de toutes les nations, présence accrue au seins des événements, nouvelles en direct via les médias sociaux, etc.

Journaliste : Chantale Potvin Conseillère en publicité : Sylvie Ambroise

• Avril 2017

Administration et comptabilité : Isabel Tremblay Collaborateur : Arthur Fontaine Correctrice : Michèle Bergeron Photographe (page couverture) : Sarah Régis, CS3R Infographie : Linda Renaud (MAP DESIGN) Imprimerie : Hebdo Litho Tirage : 7 000 copies Merci à nos partenaires : Innu Takuaikan Uashat mak Mani-utenam, Institut Tshakapesh

2•

Vous avez une publicité ? Contactez-nous : 418 962-3535 vr.innuvelle@globetrotter.net Siège social d’Innuvelle 108-B, boul. des Montagnais Sept-Îles (Québec) G4R 5P9 Télécopieur : 418 962-3575

Coupon d’abonnement pour le journal Innuvelle Nom : Adresse : Tél. :

No bande :

Particulier / Étudiant / Travailleur autonome : 75 $ / année (taxes en sus) Organisme / Commercial / Institutionnel / Cabinet : 85 $ / année (taxes en sus) Émettre le chèque au nom de : Innuvelle Les Autochtones voulant être exempts de taxes doivent fournir leur numéro de bande.

Adresse : 108-B rue Montagnais, Uashat (Québec) G4R 5P9


Voyage en Bolivie

Une expérience pleine de richesses

Uashat mak Mani-utenam — À l’instar de 200 jeunes Québécois, trois jeunes Innues ont passé trois mois en Bolivie afin d’échanger des connaissances culturelles, dans le cadre du programme «Stages internationaux pour jeunes Autochtones d’Affaires mondiales Canada», voyage organisé par le Comité de Solidarité/TroisRivières. près avoir atterri à La Paz, capitale administrative du pays, Sarah Régis, Channing Vollant et Rose-Marie Picard ont vécu un séjour riche en événements dans ce grand pays qu’est la Bolivie. Originaires de Pessamit et d’Uashat mak Mani-utenam, elles ont eu le courage de s’extirper de leur zone de confort pour aller vivre dans ce pays de l’Amérique du Sud dont elles ne connaissaient absolument rien. «Après être revenue, quand je me suis assise dans mon salon, j’ai réalisé à quel point j’avais vécu une expérience enrichissante et inoubliable», a confié Sarah Régis, en entrevue avec INNUVELLE.

A

Sur une terre inconnue

Le CEPROSI

«Pour conclure, en fières représentantes des Premières Nations du Canada, Rose-Marie Picard, Sarah Régis et Channing Vollant ont découvert les racines autochtones qui colorent la culture bolivienne. Chaque jour, elles ont appris un peu sur les mœurs et coutumes de ce coin du globe et, réciproquement, elles ont partagé leur propre culture avec les Boliviens qui les ont chaleureusement accueillies. Hébergées dans des familles d’accueil, elles y ont partagé leurs valeurs et leur culture», a conclu Alice Grinand, coordonnatrice des communications pour le Comité de Solidarité/Trois-Rivières.

Pendant leur séjour, les trois globetrotteuses ont pu discuter avec Gwyneth Kutz, ambassadrice du Canada en Bolivie. Elles ont aussi rencontré des membres de la coopération canadienne. «Nous avions l’occasion d’échanger sur les enjeux de la solidarité internationale. Pour parler de notre pays, nous avons présenté des ateliers sur les luttes et la situation des Autochtones au Canada», a confié Mme Régis.

Un échange de cultures

Sylvie Ambroise

Une conclusion qui englobe tout!

418 962-3535

CONSTRUCTION SECTEUR CIVIL ET INDUSTRIEL Route et terrassement, infrastructure municipale, digue, aménagement de sites miniers

Dans des ateliers de centres de femmes, les jeunes Innues ont confectionné des capteurs de rêves. «Nous donnions et nous recevions.

TRAVAUX ET TRANSPORT MARITIMES Dragage, empierrement, démolition, quai et structure, transport par barge

Elles se sont penchées sur des questions telles que l’éga lité entre les femmes et les hommes, l’environne ment, la santé, l’éducation, l’entrepreneuriat et l’agriculture.

CARRIÈRES ET CONCASSAGE

Alice Grinand, coordonnatrice des communications pour le Comité de Solidarité/Trois-Rivières

Opération de carrières, concassage, tamisage, agrégats de toutes sortes

ÉQUIPEMENTS Location de machinerie lourde, accessoires pour démolition et déneigement, transport par fardier et remorque-dompeur

Channing Vollant, Rose-Marie Picard et Sarah Régis posent fièrement avec le drapeau canadien dans le Salar de Uyuni, vaste désert de sel en Bolivie.

171, rue Maltais Sept-Îles (Québec) G4R 3K3 www.constructionpolaris.com info@cpolaris.com

•3

Depuis 1988, le CEPROSI veille à promouvoir la santé dans les zones

Rencontres politiques

Contactez notre nouvelle représentante dès maintenant!

Avril 2017 •

Quand elles ont posé le pied sur le sol bolivien, où les principales activités économiques sont l’agriculture, la sylviculture, la pêche, les produits manufacturiers, les métaux et le pétrole, les jeunes filles ignoraient ce qui les attendrait. «Au début, nous ne savions pas dans quoi nous nous lancions. Toutefois, au fil des jours, nous avons su bien nous intégrer dans les communautés de La Paz et El Alto, une ville à l’ouest de la Bolivie qui compte plus de 900 000 habitants», a estimé Sarah Régis qui a expliqué qu’elles ont agi selon les philosophies de l’organisme CEPROSI (Centro de Promoción de Salud Integral), partenaire de longue date du Comité de Solidarité/Trois-Rivières.

Je cite l’exemple des cours intensifs d’espagnol que nous avons suivis. Avec cette formation, malgré que les Boliviens parlent 37 dialectes, nous avons tout de même pu nous exprimer et comprendre la langue officielle de ce pays où 65 % des gens sont officiellement reconnus comme étant Autochtones», a expliqué la jeune voyageuse au nom de ses deux complices.

Sarah Régis, CS3R

Par Chantale Potvin

périurbaines de la ville de La Paz. «Nous nous sommes impliquées dans des activités de soutien à la population, principalement dans des groupes de femmes. Il faut dire que leurs activités étaient nombreuses. Nous avons notamment participé à des séances de sensibilisation au sujet du recyclage et du compostage, à un projet d’agriculture urbaine et nous avons assisté à des ateliers de cuisine et de salubrité des aliments», a raconté Sarah Régis.


Exploitation minière

Par Chantale Potvin

Pikogan — «C’est la première fois que le Gouvernement du Québec s’engage, dans une entente, à décrire en détails des processus de consultation dans le secteur minier auprès d’une communauté autochtone, sur un territoire clairement défini, en dehors d’un processus global de négociations territoriales», s’est exclamé le chef de la Première Nation Abitibiwinni, David Kistabish, lors de la signature de l’entente. n effet, Geoffrey Kelly, ministre responsable des Affaires autochtones et Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue ont conclu une entente avec le chef Kistabish. Cette entente concerne la consultation et l’accommodement entre la Première Nation Abitibiwinni et le Gouvernement du Québec concernant le territoire versus tout ce qui se rapporte à l’exploitation minière. «L’entente consacre l’importance accordée au dialogue par chacune des parties. Je suis fier du

E

travail que nous avons réalisé avec la Première Nation Abitibiwinni et suis persuadé que c’est un modèle qui sera repris par d’autres nations autochtones afin d’arriver aux mêmes conclusions», a déclaré le ministre Kelley.

Que du positif Pour les prochaines années, l’entente est de bon augure, car elle permettra aux dirigeants de la communauté de Pikogan de négocier avec les entreprises minières pour favoriser le développement économique du secteur. «Cet accord va faciliter la mise en œuvre d’autres projets porteurs pour toute la région, car il permettra d’amorcer les discussions à partir d’un modèle commun et d’une compréhension collective des enjeux, ce qui facilitera grandement les échanges et l’élaboration des projets», a pour sa part déclaré le ministre Blanchette.

Des enjeux clairs Les objectifs de l’entente ont pour mission de préciser les processus de consultation applicables aux activités minières et de déterminer un territoire d’application. Elle vise aussi à faciliter l’expression des

préoccupations de la Première Nation Abitibiwinni en matière d’exploitation minière et d’améliorer les rapports entre la Première Nation Abitibiwinni et le Gouvernement du Québec. L’objectif est d’encourager et de faciliter les relations entre la communauté et les promoteurs et, finalement, de prévenir les différends qui pourraient survenir. Il y aura bientôt la création d’un secrétariat aux ressources naturelles, dont le financement sera assuré par le Fonds d’initiatives autochtones II – volet consultation et 200 000$ seront alloués pour la mise en place du secrétariat et le financement de sa première année de fonctionnement.

De la belle visite à Pikogan Dans un autre ordre d’idées, la communauté de Pikogan a récemment reçu Carolyn Bennett, ministre fédérale des Affaires autochtones et du Nord. Dans le cadre d’une tournée régionale, la ministre a passé quelques heures à Pikogan. Lors de sa visite dans la communauté, elle a pu observer les nouvelles infrastructures qui ont été financées l’automne dernier grâce

CPNA

Une entente historique

Les ministres Luc Blanchette et Geoffrey Kelly en compagnie du chef David Kistabish et du conseiller Alain Hervieux. au «Fonds d’infrastructures des Premières Nations» de l’ordre de 1,2 million de dollars. Ce montant a permis de rénover 10 unités d’habitation, de construire une nouvelle

Maison des jeunes, un site traditionnel pour le pow-wow, un terrain de soccer, une piste d’athlétisme et l’installation d’aires de jeux extérieures et de jeux d’eau.

L’obligation du gouvernement de nous consulter et de nous accommoder est maintenant mieux définie, ce qui nous permet d’entrevoir le futur en matière d’exploitation minière de façon optimiste, et ce, au bénéfice de l’ensemble des membres de la communauté d’Abitibiwinni. Espérons que la conclusion de cette toute première entente d’importance entre le gouvernement et notre communauté soit annonciatrice d’une authentique nouvelle relation de nation à nation. David Kistabish, chef de la Première Nation Abitibiwinni

Sensibiliser les jeunes de Pessamit

Vivre la forêt

• Avril 2017

Baie-Comeau — Dans tous les recoins du Québec, là où la forêt est un vecteur économique important, des intervenants scolaires se dévouent pour organiser des activités afin d’intéresser les jeunes à la forêt. C’est le cas dans la communauté innue de Pessamit. ans le cadre du projet de sensibilisation au domaine forestier pour la population de Pessamit, l’Association forestière Côte-Nord est intervenue auprès des élèves de l’école secondaire Uashkaikan.

D

4•

Dans la classe Pour introduire le sujet, des ateliers, qui se sont déroulés en classe, ont permis de rencontrer environ 80

élèves de 3e, 4e et 5e secondaire et des groupes d’appoint. Ces rencontres avaient pour but de faire découvrir les différents métiers forestiers, les formations disponibles dans tous les niveaux scolaires et les employeurs potentiels. Aussi, un travailleur forestier de Pessamit est venu confier les enjeux de son travail.

Plus concrètement Pour compléter, les jeunes ont eu droit à un atelier sur le bois. Avec des pièces en mains, les jeunes pouvaient comprendre l’utilité, les multiples qualités et la polyvalence de ce matériau. Le meilleur exemple offert aux jeunes est le Centre communautaire de Pessamit, un établissement presque exclusivement construit en bois qui est mis en valeur sur le site Internet de CECOBOIS (Centre d’expertise sur la construction commerciale en bois). Pour

finir, les intervenants ont exploré les autres produits de la forêt en établissant des liens avec la culture traditionnelle innue.

À l’extérieur Après avoir discuté avec les jeunes des différentes facettes reliées au bois, les élèves sont sortis. Ainsi, pour connaître plus profondément un métier, certains jeunes ont visité le Centre de formation professionnelle de Forestville et un chantier forestier à Colombier. Sur les lieux, ils ont pu établir un premier contact avec l’opération de la machinerie forestière. D’autres jeunes ont participé à une visite en forêt avec deux accompagnateurs de Produits forestiers Résolu, pour une initiation au travail d’un technicien ou d’un technologue forestier. Ceux-ci ont également visité les bureaux de l’entreprise pour jeter un coup d’œil

Association forestière Côte-Nord

Par Chantale Potvin

Avec des spécialistes aguerris, les jeunes ont pu en apprendre davantage sur les opérations effectuées en forêt. sur les logiciels de géomatique utilisés en planification forestière.

Remerciements Afin de souligner leur collaboration, l’Association forestière

Côte-Nord tient à remercier l’enseignant Martin Labelle, le Conseil des Innus de Pessamit, Produits forestiers Résolu, le Cégep de BaieComeau et le Centre de formation professionnelle de Forestville.


8 mars, Journée de la femme

Uashat — Pour la journée internationale de la femme, qui a eu lieu le 8 mars dernier, le Wapikoni mobile a tenu à souligner le travail de réalisatrices qui se sont démarquées. Un de leurs films a été présenté et encensé.

Une militante engagée La comédienne innue Melissa MollenDupuis est originaire d’Ekuanitshit. Depuis 13 ans, elle est reconnue pour son travail d’animatrice au Jardin des Premières Nations de Montréal. Avec tout son cœur, elle y présente la richesse culturelle des peuples. Pour ce faire, elle utilise les arts visuels, l’animation, la vidéo, la performance et le conte. Elle est cofondatrice d’Idle No More Québec. Dans le film choisi par le Wapikoni, Nitanish – À ma fille, Melissa MollenDupuis attend une petite fille. Pendant le film, elle fabrique une couverture et livre un message à sa fille qui deviendra femme.

Un clin d’œil du Pérou Pour souligner le travail des femmes des Premiers peuples de partout dans le monde, le Wapikoni félicite Teodosia Gutierrez Velapatino, une cheffe de famille qui est une femme de savoirs ancestraux. Mère aimante et femme de caractère, Teodosia s’exprime toujours en Quéchuas, sa langue maternelle. Cette femme accueillante est un modèle de force et de persévérance. Dans son film, intitulé Nuestro Saber (Notre savoir), qui a été tourné dans un village du Pérou, les femmes se réunissent pour préparer la chicha de jora, une bière que leurs ancêtres féminines préparaient avant elles avec du maïs, des épices, du sucre et de l’eau.

Une jeune femme qui promet

Les mots inspirants de Natasha Détentrice de titres et de prix prestigieux, la poétesse innue, Natasha Kanapé-Fontaine, est née à Pessamit. Vivant aujourd’hui à Montréal, elle a publié «N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures» et «Manifeste Assi», deux recueils de poésie acclamés par la critique. Fière représentante du mouvement autochtone Idle No More, elle sillonne la planète en tant que poèteslameuse et conférencière. Dans son film «Nous nous soulèverons», elle invite les peuples à s’activer pour apporter la lumière au monde.

Une cinéaste haute en couleurs! Pour souligner sa créativité indéniable, le Wapikoni présente l’Atikamekw de Manawan, Élisa Moar, qui a complété des études collégiales en photographie. Cette femme a des goûts particuliers pour les effets spéciaux et la transformation de l’image. À travers ses œuvres, elle veut que le spectateur soit plongé dans des univers étranges et fantasmagoriques. Parmi ses films, le Wapikoni a choisi Pearl, une réalisation qui dresse le portrait d’une femme qui rêve de l’impossible.

plumes?», un film dans lequel deux duos de sœurs partagent avec humour leur point de vue sur les préjugés envers les Premières Nations. Mme Lumsdem, qui est née d’une mère Inuvialluit et d’un père belge, est connue pour son travail destiné à faire connaître les peuples autochtones. Quant à Widia Larivière, née d’une mère algonquine et d’un père québécois, elle lutte depuis plusieurs années pour les droits des peuples autochtones et depuis 2009, elle occupe le poste de coordonnatrice jeunesse chez Femmes Autochtones du Québec (FAQ).

La journée du 8 mars Presque partout sur la Terre, la journée du 8 mars est consacrée à la femme. Cette journée prend ses racines dans l’histoire des luttes féministes qui ont été menées dans le monde. Or, c’est le 19 mars 1911 que s’est déroulée la première Journée internationale des femmes. C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que la femme revendiquait le droit de vote, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. Depuis, des rassemblements et des manifestations ont lieu chaque année ici et là sur la planète. C’est en 1977 que la date du 8 mars a été fixée par l’ONU qui a, dès lors, convié tous les pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes.

Deux femmes de cœur

En bref

Sur la Terre, il manque plus de 100 millions de femmes et de filles. Cette inégalité démographique est due au fait que des millions de bébés et de fœtus de sexe féminin sont supprimés chaque année en raison de leur moindre valeur supposée et de la préférence culturelle et sociale accordée aux garçons dans certaines cultures et religions. Amartya Sen, Prix Nobel d’économie en 1998

Manawan ferme les portes Manawan-CP — Au moment d’écrire ces lignes, des mesures exceptionnelles ont dû être prises par la direction des services éducatifs de la communauté de Manawan après que des élèves et des membres du personnel de l’école primaire Simon P. Ottawa aient ressenti certains malaises, dont des nausées, des maux de tête et des étourdissements. Selon les informations qui ont été transmises à la direction des services éducatifs, les malaises auraient été causés par des odeurs incommodantes à l’intérieur de l’école. Une enquête du service de l’aménagement communautaire de Manawan et du service d’incendie de la communauté est en cours afin d’identifier l’origine des odeurs et de procéder aux correctifs nécessaires. La vétusté des installations de l’école primaire de Manawan, qui accueille 430 élèves, ne date pas d’hier. En effet, depuis bientôt 10 ans, des démarches infructueuses ont été entreprises auprès de la Direction régionale de Québec (AANC) et des instances gouvernementales fédérales par les Services éducatifs du Conseil de Manawan afin de remédier à cette situation.

•5

Pour boucler ses félicitations, le Wapikoni mobile a tenu à souligner l’excellent travail de Mélanie Lumsdem et Widia Larivière. Ensemble, elles ont scénarisé «Où sont tes

En 2013, Natasha Kanapé-Fontaine a reçu le Prix de la Société des écrivains francophones d’Amérique pour son premier recueil de poèmes «N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures».

École en mauvais état

Une reconnaissance paternelle Un autre choix féminin du Wapikoni? Debbie S. Mishibinijima, une anishnabe de Wikwemikong, en Ontario. Pour la définir, disons que c’est une dame passionnée de la culture autochtone, mais plus particulièrement de la sauvegarde de la langue maternelle; ayant quitté très tôt sa réserve, elle a vécu la majeure partie de sa vie à Toronto. Dans son film, intitulé Noos daa-kinomaagewin (les enseignements de mon père), Debbie S. Mishibinijima explore les défis auxquels elle doit faire face lors de son retour dans sa communauté.

En plus d’être cinéaste, Melissa Mollen Dupuis est avantageusement connue pour avoir fondé le mouvement Idle no More.

Avril 2017 •

À 15 ans seulement, l’Anishinabeg Shaynah Decontie, qui vit dans la communauté de Kitigan Zibi, avait déjà réalisé deux courts-métrages avec le Wapikoni mobile. Dans son premier film, qui porte le titre de Saagihidiwin (Love), elle présente une jeune fille qui se questionne sur l’amour et qui rencontre ses ancêtres pour trouver des réponses. Dans son second, Unknow, elle rendait hommage à Maisy et Shanon, ses deux amies disparues le

6 septembre 2008. Wapikoni reconnait sa volonté, sa détermination, sa sensibilité et son courage.

Wapikoni mobile

Par Chantale Potvin

Wapikoni mobile

Huit scénaristes sont honorées


Projet BELT

Le Conseil de la Nation Atikamekw y prendra part Par Chantale Potvin

Nitaskinan — Le Projet BELT, issu d’une collaboration entre le Conseil de la Nation Atikamekw (CNA), Bioénergie La Tuque et FP Innovations, laissent planer de bonnes prévisions. n effet, le CNA accueillait récemment les représentants de Bioénergie La Tuque (BELT) et de FPInnovations afin de s’entendre sur l’implication de la Nation Atika-

E

mekw dans le «Projet BELT de bioraffinerie à base de résidus forestiers». Dans le cadre de cette rencontre, les représentants du projet ont mis cartes sur table en parlant des préoccupations, mais aussi des bénéfices que la Nation Atikamekw retireraient à embarquer dans ce projet de développement majeur sur le Nitaskinan.

Une réflexion facile, mais claire Pour étayer les arguments de sa réflexion, le chef du CNA, Cons-

tant Awashish, a calculé plus d’avantages que de désagréments. «La Nation Atikamekw supporte, a priori, ce type de projet de développement sur le territoire ancestral s’il est fait dans le respect de nos droits. Elle veut et elle doit être impliquée dans les différentes étapes du projet. Tout ce que nous souhaitons, c’est d’être partenaire à part entière au développement de notre territoire et de ses ressources et surtout, il faut le faire dans des conditions gagnantes et respectables pour tous», a-t-il déclaré.

Le CNA : toujours admis!

Un mot sur le projet BELT Bioénergie La Tuque (BELT) est un organisme à but non lucratif qui souhaite développer et mettre en place toutes les conditions propices au développement de la filière des bioénergies sur le territoire de La Tuque. Parlons alors de production de biocarburant à partir de résidus de coupe forestière. Ce carburant a pour but de remplacer les carburants d’origine fossile non renouvelables dans le transport, entraînant par le fait même une réduction projetée significative d’émission de gaz à effet de serre. BELT fait la promotion et le développement du projet de bioraffinerie à travers le monde.

Cette première réunion, à la fois cordiale, ouverte et professionnelle nous a permis de constater que les visions et principes de développement sont alignés. La création d’emplois, voire de nouvelles entreprises, pour la région mais surtout pour nos jeunes, notamment pour les jeunes Atikamekws, est une vision partagée. Bien que beaucoup de travail reste à accomplir, le support du Conseil de la Nation Atikamekw est une autre étape importante. Patrice Mangin, directeur général, BioÉnergie La Tuque (BELT)

Ce projet s’inscrit parfaitement au sein de notre plan stratégique d’innovation et nos efforts de recherche en bioraffinage ainsi qu’avec notre programme national d’accompagnement d’affaire en foresterie autochtone. Pierre Lapointe, président et chef de la direction de FPInnovations, une compagnie qui emploie 525 personnes

6•

CNA

• Avril 2017

Il faut préciser que la rencontre était exploratoire et qu’elle avait pour seule mission de connaître l’ampleur de l’implication des Atikamekws. «Certaines modalités restent encore à être discutées et lors des prochaines rencontres, la Nation Atikamekw sera davantage présente et impliquée à la table des discussions pour les étapes à venir», a précisé Patrice Bergeron, président du conseil d’administration de BELT. «Nous allons inviter Constant Awashish à d’autres rencontres afin de poursuivre le dialogue de manière ouverte et constructive, mais surtout afin de travailler avec

le Conseil et les communautés de la Nation Atikamekw pour atteindre des objectifs communs», a-t-il ajouté.

Assis à l’avant, Patrice Mangin, directeur général du Projet BELT et Constant Awashish, grand chef du CNA, posent avec Pierre Boucher, consultant auprès du CNA, David Boivin, conseiller politique CNA, Daniel Bouchard, directeur général du CNA, Patrice Bergeron, président de BELT et Francis Fournier, directeur, laboratoire de Québec, FPInnovations.


Agence Premières Nations Management

Un nouveau souffle pour les artistes autochtones Par Chantale Potvin

Mashteuiatsh — Julien Roy a un ton de voix enjoué quand il explique la naissance de sa nouvelle entreprise : l’Agence Première Nations management (APNM). «Le ciel est la limite et bienvenue à tous pour embarquer dans mon projet qui est une première chez les Autochtones», a lancé d’entrée de jeu, l’entrepreneur atikamekw. n plus d’organiser des événements selon les demandes des clients, l’APNM a pour mission claire de sortir les jeunes talentueux des communautés. Tous les talents sont admis : chanteurs, danseurs, musiciens, mannequins, etc. «Avec la création de notre entreprise, nous voulons faire connaître les talents autochtones. Dans les communautés, les moyens sont limités pour que ces jeunes qui émergent. Le but de l’APNM est justement de faire naître leur

E

talent», a expliqué Julien Roy, en ajoutant que tous les moyens sont bons pour que le vent des destins tourne favorablement pour les jeunes des Premières Nations.

Concrètement… Dans ses rêves les plus fous, Julien Roy, qui est associé à Tony Launière et Judith Launière, souhaite que les communautés de partout au Québec organisent des événements locaux pour que chaque artiste puisse démontrer son potentiel afin que l’APNM ait l’occasion de les propulser. «Le but est de les connaître pour les faire connaître. Quand l’artiste est certain de ses forces, il nous envoie un démo et nous regardons ensemble ce qu’il est possible de réaliser», a confié M. Roy. Ensuite, si la personne talentueuse est choisie, rien ne sera impossible. Que vat-il se passer? L’enregistrement d’un CD, une tournée de spectacles, des promotions à ne plus finir… «Je l’ai dit : le ciel est la limite! Si la chanson

E Uassiuian de Kashtin a fait le tour du monde, au début des années 90, il est tout à fait possible de parvenir à des résultats similaires avec d’autres artistes», a estimé M. Roy, qui est également propriétaire, avec les mêmes associés, de Minashkuatsh de Mashteuiatsh, une compagnie forestière qui existe depuis 2015.

Faites connaître vos événements Les gens qui lisent cet article et qui croient en l’APNM peuvent, d’une certaine façon, s’associer à l’Agence. «Tous les contacts seront conservés. Il serait agréable que des organisateurs d’événements culturels au Québec fassent appel à nous pour inclure un artiste autochtone à leur programmation. Ainsi, aux responsables de festivals de toutes sortes, de spectacles musicaux, de pow-wow, etc., je dis bienvenue. Au fil du temps, nous saurons dresser une liste d’artistes et référer des candidats qui cadreront parfaitement à votre pro-

grammation», a prédit Julien Roy.

Événement à l’agenda Pour le moment, en plus de préparer un événement gigantesque pour les Premières Nations, avec moins d’un mois d’existence, l’APNM veut faire connaître un premier groupe de musique. «Nous présenterons Red Rockerz. Il s’agit d’une formation musicale unique qui est composée de Louis Phillipe Moore et Oshim Ottawa, deux Atikamekws de Manawan qui sont accompagnés de Carsen Gray, une chanteuse autochtone de Vancouver», a énoncé Julien Roy. Pour la connaître, en tapant «Carsen Gray – Supernatural», il est possible d’entendre cette chanteuse méconnue qui a toutes les capacités vocales pour se produire sur les plus grandes scènes de la planète.

Une conclusion pleine d’espoir

son entreprise grandisse d’année en année. «Nous saurons prouver que les Autochtones sont aussi forts que les autres dans le show business. Tous les moyens sont bons pour arracher nos jeunes des griffes malsaines de l’oisiveté, de la drogue et de l’alcool. C’est par ce moyen que je vais m’évertuer, avec mon équipe de travail, à faire sortir les jeunes de leur marasme. Il faut y croire et je le répète, je crie BIENVENUE à tous les organismes, propriétaires de studios d’enregistrement, médias, organisateurs d’événements, commanditaires, associations, artistes et autres personnes qui militent autour de milieux favorisant l’émergence de ces talents endormis», a conclu Julien Roy.

Pour informations Pour joindre l’APNM, il faut écrire à info@agencepremieresnations.com ou téléphoner au (418) 618-2101.

Julien Roy souhaite ardemment que

Avril 2017 • •7


LE CARNAVAL MAMU METUETAU A UNE NOUVELLE REINE : Guylaine Joseph

NOS DUCS ET NOS DUCHESSES DES ÉCOLES JOHNNY PILOT ET TSHISHTESHINU

Bélinda Régis

Jocelyne Jean-Pierre

Marlyne Tshernish

Laura Pinette-Audette

Sylvie Aster

Photos : Marc Vollant

SHEKAK

Isabelle McKenzie

Le Comité Organisateur du Carnaval Mamu Metuetau vous remercie de votre participation à cet évènement!

Formation d’agents de sécurité

RECHERCHE PLUSIEURS CANDIDATS DE UASHAT/MANI-UTENAM Durée : 70 heures Formation donné par : Garda World de Sept-Îles

Où : Au conseil d’ITUM Quand : Date à déterminer

But : Que les membres d’ITUM ait une ouverture d’emploi dans la région ou autres.

• Avril 2017

Formation : Reconnue par le Bureau de la Sécurité Privée, cette formation, vous permettra d’acquérir les compétences et les attitudes essentielles au travail d’agent de sécurité. Critères requis pour l’inscription : • Être membre de la communauté Uashat mak Mani-utenam; • Deux pièces d’identité avec photo; • Certificat de naissance (original ou copie); • Vous devez être âgé d’au moins 18 ans; • Ne pas avoir de dossier criminel; • Être disposé à travailler pour la compagnie GardaWorld. Pour de plus amples informations, vous pouvez rejoindre vos agentes à l’emploi : Andréa Grégoire à Uashat, au 418 962-0327 poste 5272. Émilie Fontaine à Mani-utenam au 418 927-3550 poste 29.

8•

Service des communications I.T.U.M. - Raoul Vollant


INNU TAKUAIKAN UASHAT MAK MANI-UTENAM

À L’ÉCOUTE DE LA COMMUNAUTÉ L’objectif est de proposer aux électeurs de la communauté de Uashat mak Mani-utenam certaines modifications du Code électoral et d’alimenter la discussion lors du processus de consultation auprès de la communauté. La plupart des sujets de modification proposés ont été soulevés lors des élections précédentes, soit par les membres de la communauté, soit par le président des élections, maître Luc Dion. Cependant, le Comité de révision n’a pas l’intention de proposer une liste définitive des modifications possibles et il invite les membres de Uashat mak Mani-utenam à soulever d’autres propositions de modification, s’ils le souhaitent, lors du processus de consultation.

COMITÉ CODE ÉLECTORAL Conseiller/ Président

Antoine Grégoire antoine.maniteu-gregoire@itum.qc.ca

Conseiller

Mathieu Mckenzie mathieu.mckenzie@itum.qc.ca

Conseiller Conseiller

SOUTIEN ADMINISTRATIF Directrice services juridiques et des ressources humaines

Me Nancy Jourdain nancy.jourdain@itum.qc.ca

Poste 5236

William Fontaine william.fontaine@itum.qc.ca

Greffière

Me Jessica Jourdain jessica.jourdain@itum.qc.ca

Poste 5230

Dave Vollant dave.vollant@itum.qc.ca

Greffière adjointe

Mélanie Simon melanie.simon@itum.qc.ca

Poste 5278

DATES POUR LE PROCESSUS DE CONSULTATIONS DU CODE ÉLECTORAL UASHAT - SALLE NANEU

Mercredi le 29 mars 2017 de 18 à 21h Présence de Me Jameela Jeeroburkhan

Jeudi, le 30 mars 2017 de 18 à 21 h Présence de Me Jameela Jeeroburkhan

Mercredi, le 5 avril 2017 de 18 à 21h

Jeudi, le 6 avril 2017 de 18 à 21h

Jeudi, le 20 avril 2017 de 13 à 15h30

Mercredi, le 19 avril 2017 de 13 à 15h30

Avril 2017 •

MANI-UTENAM - SALLE TEUEIKAN

Service des communications I.T.U.M. - Raoul Vollant

•9


10 •

• Avril 2017


ittérature

Ballades d’amour du North End

Un recueil dur et tendre

our son premier recueil, la Métisse manitobaine Katherena Vermette a reçu le Prix du Gouverneur général 2013 pour la version originale qui a été publiée en anglais sous le titre North End Love Songs. Au fil de la lecture, les émotions du lecteur tanguent de la tendresse à la tristesse quand l’auteure propose une incursion dans le dur quartier North End de Winnipeg.

P

Le règne de la misère Le North End est un quartier défavorisé situé au nord-ouest de Win-

Une poésie qui transperce l’âme Avec des mots aussi tranchants qu’une lame de guillotine, la poétesse exprime le racisme qui entachait son enfance. De ce racisme naissaient la prostitution, l’inceste, l’alcoolisme, la toxicomanie, l’indifférence… Toutefois, entre les vers et les strophes teintés de laideurs, il y a l’espoir, la

volonté de vivre, de vaincre et de surmonter les épreuves de la vie, celles dont l’humain hérite parfois en cognant aux portes de la vie.

et de littérature jeunesse. Le livre est disponible sur internet et dans les librairies du Québec. Pour

obtenir des informations, il faut écrire à info@memoiredencrier.com.

Trois extraits Pour donner une idée de la teneur des textes, voici trois extraits. «J’ai été jetée à la porte du North End à une heure, deux heures du matin, pour finir étalée comme une ordure au coin de Jarvis et de Main, attendant quelqu’un, quelque chose qui me ramasserait» OU «Son frère a disparu comme un gant ou une chaussette, un trousseau de clés, parti» OU «Deux filles ivres sur un pont, leur chevelure fend le vent sous un ciel d’hiver prêt à éclater. Deux filles trop saoules s’attardent un moment dans la nuit…blanche… cruelle».

Informations En plus de la poésie, Katherena Vermette écrit des œuvres de fiction

Katherena Vermette utilise la poésie pour décrire les lieux misérables de son enfance.

Mémoire dʼencrier

Montréal — La maison d’édition Mémoire d’encrier a récemment publié Ballades d’amour du North End, un recueil de poésie de Katherena Vermette qui a été traduit de l’anglais par Hélène Lépine.

nipeg. Ce lieu où vivent plus de 55 000 personnes est historiquement reconnu pour la misère et la pauvreté qui y prédominent depuis un siècle. Il démontre une bien mauvaise réputation, car la criminalité y est omniprésente et plusieurs femmes autochtones y sont disparues ou y ont été assassinées. C’est là que Katherena Vermette a passé plusieurs années du début de sa vie. Dans son recueil, avec une plume féroce et une authenticité innommable, l’auteure circule dans les rues, dans les cœurs, dans les chaumières des gens qui y vivent.

Lisa Delorme Meiler

Par Chantale Potvin

Ballades d’amour du North End a été traduit par Hélène Lépine.

Avril 2017 • • 11


BOURSES D’ENCOURAGEMENT BOURSE LÉONARD-PAUL Encourager la poursuite des études post-secondaires et souligner la persévérance des étudiants innus, membres de Tshakapesh.

BOURSE DOMAINES DE L’ENSEIGNEMENT Encourager la poursuite des études post-secondaires et souligner la persévérance des étudiants innus, membres de Tshakapesh.

Programme d’aide financière aux artistes, artisans et événements

RAPPEL Date limite pour la présentation d’une demande d’aide financière pour les artistes, artisans innus et les événements culturels : 15 avril 2017 Critères d’admissibilité et formulaires dans le site Web de l’Institut.

Date limite : 9 juin 2017 – 12 h par la poste, par courrier électronique, par télécopieur ou déposer à la réception de Tshakapesh Prendre note qu’une seule demande peut être effectuée, pour l’une ou l’autre des bourses. Critères d’admissibilité et formulaires dans le site Web de l’Institut.

SALON DU LIVRE DE LA CÔTE-NORD L’Institut et les Éditions Tshakapesh seront de la 33e édition du Salon du livre de la Côte-Nord qui se déroulera du 27 au 30 avril prochain, au Cégep de Sept-Îles. Surveillez le site – salondulivrecotenord.com – pour la programmation officielle.

EMPLOIS ÉTUDIANTS Pour la période estivale 2017, nous offrons aux étudiants des communautés membres, l’opportunité de contribuer à la réalisation de projets stratégiques pour notre organisation. Vous êtes dynamique, autonome et motivé, vous avez le goût de plonger dans l’aventure de la logistique d’événements, du soutien à des mandats en gestion et en bureautique, vous devez absolument transmettre votre curriculum vitae. Date limite : 26 mai 2017 – 12 h embauche@tshakapesh.ca

12 •

• Avril 2017

BANQUE RH Les futurs diplômés du secondaire, quelle que soit l’école qu’ils fréquentent, sont invités à présenter leur candidature afin d’être honorés lors de l’édition 2017 du Grand rassemblement des diplômés innus du secondaire, à l’aide du formulaire disponible auprès des directions des écoles des communautés de la région ou dans le site Web de l’Institut. Date limite de présentation : 9 juin 2017, 16 h

Nous sommes à la recherche de collaborateurs et collaboratrices afin d’assurer un soutien occasionnel pour la réalisation de différents projets ou mandats. Si vous êtes intéressé, veuillez nous transmettre votre curriculum vitae par courrier électronique – reception@tshakapesh.ca ou le déposer à notre bureau (Objet : Banque RH 2017). Cette offre n’engage en rien l’Institut.


L e s A s t r e s e t Vo u s

Par : Innustradamus, Medium... Saignant Né en avril – La truite grise Vous planifiez déjà vos vacances pour cet été. Plusieurs destinations sont encore à réfléchir : la Californie, la France et le Mexique sont en lice. La décision sera prise vers la fin du mois lors d’un grand souper familial. Sur le plan professionnel, de nombreux rapports devront être remis d’ici la fin du mois. Beaucoup d’heures de travail à votre demeure pour les trois prochaines fins de semaine. Côté santé, il sera nécessaire de vous remettre en forme et perdre les quelques kilos en trop.

Né en octobre – Le loup

Né en mai – L’outarde

Né en novembre – Le castor

Un mois très difficile sur le plan sentimental. Votre couple vit des moments très pénibles depuis un certain temps. Il faudra remettre les pendules à l’heure et entamer des discussions sérieuses pour l’avenir du couple. De part et d’autre, vous devrez mettre un peu d’eau dans votre vin. Vous vivez ensemble depuis plus de dix ans et la routine a remplacé la passion. Une thérapie de couple est à envisager si vous pensez reprendre votre vie à deux. Beaucoup de chemin à faire encore pour retrouver l’équilibre dans votre couple.

Vous avez perdu plus de dix kilos depuis les six derniers mois et cela n’est pas relié à un régime ou à de l’exercice. Il vous sera recommandé de passer des examens à l’hôpital. Il est probable que vous ayez des problèmes au niveau de votre estomac. Vérifiez tout cela, votre santé est importante. Sur le plan financier, Hydro-Québec est à vos trousses. Une facture de 1750$ devra être payée au plus tard dans les trente jours, sinon il y aura interruption de votre électricité. Il faudra trouver une solution.

Vos revenus de chômage vont cesser très prochainement. Vous devrez retourner à l'assistance sociale pour quelques temps. Ce n’est pas vraiment inquiétant pour vous, puisque c’est le même scénario depuis les dix dernières années. Il faudra prévoir une grosse épicerie pour votre dernier chèque. Vous qui aimez les frites maison, il faudra faire une provision de patates d’au moins 100 livres. Votre retour au travail est prévu pour le mois de mai prochain. Profitez des vacances qui vous restent.

Né en décembre – Le lièvre Né en juin – Le saumon

Vous recevrez une invitation pour une chasse à l’outarde, de la part de vos amis. Soit vous serez le tireur attitré ou le cuisinier. Vous serez accompagné par d’autres couples qui voudront participer à l’expédition. Beaucoup de plaisir en perspective. Côté santé, vous buvez trop de café. Douze tasses par jour c’est trop. Votre cœur bat trop vite et vous pourriez faire une crise cardiaque soudainement. Il faudra faire un effort pour diminuer votre consommation de caféine hautement toxique.

Votre consommation de cocaïne commence à vous mener une vie dure sur le plan financier et au niveau de votre santé. Vos proches sont très inquiets à votre sujet. Vous êtes vraiment perdu. Si vous continuez à consommer, vous allez perdre votre travail et le divorce suivra. Dans le jargon de la drogue, vous êtes considéré comme un débutant. Il est donc possible de vous en sortir si vous y mettez tous les efforts. Malgré vos déboires, vous serez chanceux à la loterie. Un gain de 5 000$ est prévu. Né en janvier – Le caribou

Né en juillet – Le renard

Les deux paquets de cigarettes par jour que vous fumez, causeront des effets irréversibles sur vos poumons. Vous avez les doigts jaunis par la fumée de ces cigarettes et que dire de vos poumons qui sont presque calcinés. Une grande décision s’impose et il y va de votre santé. Un long séjour en forêt sans fumée serait grandement approprié. Vous accumulez des dettes à une vitesse effroyable. D’ici les prochaines semaines, votre nom sera rendu au bureau de crédit. Rajustez votre tir.

Vous aurez deux mois de vacances pour la période estivale. Plusieurs projets de destinations trottent dans votre tête. Il est fort possible que vous restiez chez-vous pour des travaux de peinture sur votre maison et votre remise. Sur le plan religieux, vous avez la ferme intention de faire votre neuvaine pour la Fête de St-Anne en juillet prochain. Vous êtes une personne très pieuse et ce projet semble important pour vous. Pour le moment, concentrez-vous sur vos malaises au niveau de votre foie.

OFFRE D’EMPLOI

INTERVENANT(E) PETITE ENFANCEFAMILLE

LIEU DE TRAVAIL : Centre d’amitié autochtone de Sept-Îles 34, rue Smith, Sept-Îles SALAIRE : à discuter STATUT : temps plein, permanent DATE PRÉVUE D’ENTRÉE EN FONCTION : lundi, le 1er mai 2017

DESCRIPTION DU POSTE Sous la supervision du directeur général du Centre d’amitié autochtone de Sept-Îles, l’intervenant(e) en petite enfance-famille aura comme principale fonction de contribuer au développement des services destinés aux jeunes enfants et aux familles autochtones de la région, notamment en établissant des relations de collaboration avec ces familles et des partenaires. Elle aura aussi à planifier, organiser et animer des activités éducatives et récréatives visant à soutenir chaque enfant dans son développement global et à créer des occasions de partage et d’entraide entre les familles.

SOMMAIRE DES RESPONSABILITÉS (demander version détaillée par courriel) 1. Analyser en continu les besoins en matière de services de première ligne en petite enfance et famille afin d’identifier des priorités et d’orienter le développement et les actions du Centre; 2. Soutenir la participation des familles autochtones aux services s’adressant à la petite enfance et aux familles par la mise en place de stratégies de mobilisation et de communication; 3. Planifier, organiser et animer des activités éducatives et récréatives destinées aux familles et aux jeunes enfants; 4. Planifier des interventions pour soutenir chaque enfant dans son développement et ses apprentissages, en collaboration avec sa famille et, au besoin, avec l’appui de ressources partenaires; 5. Contribuer à l’évaluation des activités offertes aux jeunes enfants et aux familles; 6. Assurer la planification et le suivi budgétaire des activités offertes par le Centre dans le cadre de programmes et services offerts pour petite enfancefamille;

Né en février – La martre Né en août – Le porc-épic

Votre principal atout est la séduction. Vous êtes une beauté naturelle et cet aspect vous fait vivre des aventures pleines de sensualité. En fin de compte, vous pourriez faire le métier de mannequin. Que vous soyez du sexe masculin ou féminin, vous ne laissez personne indifférent. Il faut par contre rester les pieds sur terre, il ne faut pas trop vous enfler la tête. Vous approchez la trentaine et les astres signifient que le moment est venu de vous encrer quelque part. Trouver l’amour sera votre prochain projet.

Vous aurez des démêlés avec la police. On vous soupçonnera d’être impliqué dans un réseau de distribution de drogues. Vous êtes listé depuis plusieurs mois et filé également. Si vous voulez éviter des ennuis, il faudrait rencontrer les enquêteurs et dire la vérité. Votre réputation pourrait en souffrir si vous êtes mêlé à tout cela. Sur le plan familial, l’atmosphère est acceptable. Seulement quelques petits ennuis d’ordre scolaire pour votre petit dernier qui semble un peu arrogant en classe.

• Un minimum de trois (3) années d’expérience pertinente • Être autochtone ou détenir une expérience pertinente avec les communautés autochtones • Capacité à travailler en français, en anglais un atout

Vous avez passé le cap du quart de siècle en âge et vous avez encore comme scolarité une deuxième année que vous avez doublée. Vous allez prendre prochainement la décision de votre vie. Vous retournerez aux études en septembre prochain pour du moins terminer votre secondaire. Ce revirement dans votre vie faisait partie de votre destin. Vous êtes une personne remarquablement douée pour les communications. Le journalisme et la politique seront à votre portée.

• Posséder un permis de conduire est un atout La priorité sera accordée aux candidats Autochtones Envoyer le curriculum vitae, diplôme ainsi qu’une lettre d’intérêt à l’attention de Jonathan Pinette-Grégoire, directeur général et ce, au plus tard le 14 avril 2017 à 16h. Aucune candidature reçue après cette date et heure ne sera considérée.

Avril 2017 •

Par courriel seulement : jonathan.gregoire@live.ca Mentionner en objet : affichage PAPACUN Merci de votre intérêt pour notre organisation. Prenez note que seuls les candidats retenus pour une entrevue seront contactés

• 13

Un mariage dans votre famille cet été. Votre frère se mariera avec une certaine Shirley. Des noces grandioses qui viendront apporter une nouvelle couleur à l’été. Vous fêterez prochainement votre douzième anniversaire de mariage et votre amour avec votre partenaire de vie n’a pas changé d’un iota. D’autre part, vous ferez une sortie prochainement, en direction de la grande région de Montréal. Pendant que vous y serez, prenez le temps de visiter un ami que vous n’avez pas vu depuis sept ans.

• Diplôme d’études collégiales en techniques d’éducation à l’enfance

• La maîtrise d’une langue autochtone est un atout Né en mars – Le vison

Né en septembre – La ouananiche

EXIGENCES • Diplôme universitaire dans le domaine de la petite enfance, de l’éducation, du travail social ou de l’intervention communautaire OU


Armandine Vachon

Arthur Fontaine

Cheyenne Vollant

Claudette Fontaine

Secrétaire École Manikanetish

Itum Politique

Itum mitshim-shuniau, Emploi et formation

Itum réceptionniste Mani-utenam

Secrétaire École Tshishteshinu

Fanny Fontaine

Fanny Michel

Fanny Michel

Isabelle Mckenzie

Jacynthe Ambroise

Jacynthe St-Onge

Karen Pilot

Secrétaire Centre de Santé Mani-utenam

Itum Politique

Réceptionniste Centre de Santé Mani-utenam

Itum Politique

Shaputuan adjointe administrative

Itum mitshim-shuniau, Emploi et formation

Spum répartitrice

Mélanie Simon

Séléna Grégoire

Noëlla Bellefleur

Itum adjointe-greffière

Uauitshitun secrétaire des services communautaires

Spum adjointe administrative

Tamara Jourdain-Gabriel

Andréa Fontaine-St-Onge

Secrétaire École Johnny Pilot

Itum RH adjointe administrative

Lucette Thernish Marie-Agathe Andrew Itum Éducation adjointe administrative

Shaputuan réception

Dalida Pinette Dan Alexandre Mckenzie Service Première ligne Réception

Édith Régis Spum adjointe administrative

14 •

• Avril 2017

LES ABSENTES MAIS NON LES MOINDRES :

Rosalie Vollant

Mona Fontaine

Édith Fontaine

Uauitshitun adjointe administrative

Uauitshitun secrétaire médicale

Uauitshitun adjointe à la direction

Alexandra St-Onge Nicole Vollant Itum Réception Uashat Mckenzie adjointe administrative à la direction générale

Chantal Morissette, ITUM Administration et Finances, adjointe administrative Diane Perron, Uauitshitun adjointe administrative Belinda Grégoire, Réceptionniste Uauitshitun


Les frères Ambroise

Deux champions prometteurs Uashat mak Mani-utenam — Avec leur nom à jamais gravé sur la Coupe du Tournoi Pee-Wee, les deux frères Ambroise seront à surveiller pour les prochaines années. Lentement, mais sûrement, ils se dirigent vers d’intéressantes carrières de hockeyeurs. illiam Ambroise a 12 ans et joue à la défense et Marc-Olivier Ambroise, 11 ans, joue à l’avant. Depuis leurs débuts, ils cumulent les exploits et les victoires. À titre d’exemple, ils se sont récemment taillés une place lors du camp des Nord-Côtiers PeeWee AAA. Parmi la soixantaine de joueurs qui provenaient de BlancSablon à Tadoussac, en passant par La Romaine et Pessamit et qui espéraient participer au camp de sélection, William et Marc-Olivier ont été les seuls Innus à avoir été choisis pour faire partie de la formation.

W

Dans les tournois Lors de tournois, les deux jeunes hommes se démarquent à chaque fois. Ce fut le cas à Jonquière, lors de leur première sortie, alors qu’ils participaient à leur premier tournoi, qui était en fait le Tournoi Pee-Wee provincial. Au sein de leur équipe, les Nord-Côtiers, ils ont remporté la médaille d'or dans leur catégorie.

Une compétition mondialement reconnue Du 8 au 19 février, les deux frères jouaient dans le cadre de la 58e édition du Tournoi international de Hockey Pee-Wee de Québec. Pour 2017, 120 équipes, soit des milliers de joueurs provenant de dix-sept pays se sont affrontées au Centre Vidéotron. De grands noms du hockey tels Guy Lafleur, Wayne Gretzky, Mario Lemieux et Patrick

Roy ont participé à cet événement. Pour l’édition 2017, dans la catégorie AA, l’équipe Le Petit Drakkar de Baie-Comeau a remporté la grande finale en défaisant les Voltigeurs de Drummondville par la marque de 5 à 3. Il s’agissait justement de l’équipe dont faisaient partie les deux frères Ambroise!

Marcel Ambroise

Par Chantale Potvin

Marcel Ambroise pose fièrement avec ses deux champions : Marc-Olivier et William.

Formation Pompier 1 Autochtones du Québec

RECHERCHE 18 CANDIDATS DE UASHAT / MANI-UTENAM Durée : + ou - 255 heures Formation donnée par : Instructeurs de Garda World La formation est donnée en français Où : à la caserne de Mani-utenam Quand : Au mois d’avril, dates à déterminer Exigences du poste : • Avoir 18 ans ou plus; • Posséder un permis de conduire valide et s’engager à obtenir la classe 4A; • Être en bonne santé et condition physique.

Encore et encore! Pour ajouter aux réussites des frères Ambroise, il y a quelques semaines, le cadet, Marc-Olivier a été sélectionné U-12. Autrement dit, il a été reconnu parmi l’un des meilleurs espoirs québécois parmi ceux qui sont actuellement âgés de moins de 12 ans. Pour prouver ses capacités, avec le chandail de l’équipe des Élites de Jonquière, il a joué et brillamment performé dans le cadre du Tournoi Junior mondial à Châteauguay, dans le temps des Fêtes 2016.

Cette formation permettra aux membres d’acquérir les compétences et les aptitudes essentielles au travail de pompiers. Pour de plus amples informations, vous pouvez rejoindre vos agentes à l’emploi : Andréa Grégoire à Uashat, au 418 962-0327 poste 5272 Émilie Fontaine à Mani-utenam au 418 927-3550 poste 29

• 15

Pour ce qui est de l’aîné, William, il vient tout juste d’apprendre qu'il a été sélectionné U-13 et qu’il fait partie, lui aussi, des meilleurs espoirs québécois des jeunes de son âge. Il jouera aussi pour les Élites de Jonquière dans un Tournoi Junior Mondial qui aura prochainement lieu à Brossard.

Formation : Les instructeurs sont accrédités par l’École nationale des pompiers du Québec.

Avril 2017 •

Et l’autre frère?

But : Répondre aux besoins de la main d'oeuvre de la région.


Avril 2017 (Vol. 20 - No. 3)  
Avril 2017 (Vol. 20 - No. 3)  
Advertisement