Page 1

Priex d t  ! n e em c n la

Vol. 1 - No 1 • Février 2012 • 6,95 $ • Poste-publications N° 40063100

 $ 3,95

dossier 

l’amour conjugal le pardon, ciment du couple et s’il n’y a plus d’amour ?


Carême 2012 La Librairie saint Joseph vous présente une sélection de chants, partitions et livrets pour vivre votre Carême 2012. Retrouvez toute la sélection du Carême sur notre site internet : www.librairiesaintjoseph.com

Prix des articles : CD 40 de la mort à la vie : 22.10 $ Il est vivant, Semaine sainte : de la mort à la vie : 25.00 $

Magnificat Compagnon de Carême 2012 : 6.95 $

CD Prières du matin et du soir du temps de Carême et de la Semaine Sainte : 25.95 $

La vie est belle ! • Février 2012

CD Célèbres chants d’Église Carême-Pâques : 28.50 $

2

Librairie saint Joseph 1313, route de l’Église Québec G1W 3P3 418 704-3252 contact@librairiesaintjoseph.com www.librairiesaintjoseph.com


édito

L’amour en béton

Sophie Bouchard sophie@mlveb.com

Je pense aussi à Celui qui, chaque jour, vient me dire combien il m’aime sans rien exiger de moi. Je parle de celui qui, en offrant sa vie, a donné un sens à la mienne. En s’incarnant dans un pays, dans un monde où règnent la guerre et la haine, il me démontre qu’il m’aime jusque dans mes tiraillements, mes égoïsmes et mes faiblesses. Qu’il n’a pas dédain de moi, de nous. Au contraire, en bon pasteur, le Christ veut nous montrer le vrai chemin de l’amour jusque dans les tout petits détails. Avec Lui, la croix de chaque jour devient glorieuse, c’est-à-dire qu’elle redonne vie à celui qui la porte. « Soyez toujours dans la joie » (1 Th 5,16), car vraiment, la vie est belle… Nous sommes aimés !

La vie est belle ! • Février 2012

Je pense aux parents de familles nombreuses qui, en faisant le choix de donner la vie avec générosité, renoncent quotidiennement à la recherche du confort, une recherche qui, aujourd’hui, n’a jamais de fin et qui, en définitive, ne

insisté pour témoigner de façon officielle devant l’Église en racontant le martyr d’amour du prêtre qui avait pris sa place.

photo : CNS, Parth Sanyal, Reuters

comble personne. Chaque nouvel enfant, malgré les difficultés qu’il peut traverser, Non, je n’ai pas la tête dans le sable. porte en lui la beauté inestimable de la Je sais bien qu’il y a des souffrances vie. Il est joie pour les parents, les frères horribles sur notre terre. Les gens sont et sœurs et tous ceux qui les côtoient. affamés : certains privés de nourriture et d’autres en manque d’amour et de goût Je pense à cette femme que son mari a trompée, médusé par une envie irrésisde vivre… tible, mais somme toute décevante. Avec Je sais tout cela. Mais je dis quand même tristesse d’abord, puis avec joie, elle a que la vie est belle ! Elle est belle quand offert son pardon avec largesse à celui on est amoureux. Je ne parle pas d’un qu’elle avait promis d’aimer « pour le amour rose, mièvre, affectif, fusionnel. meilleur et pour le pire ». Le meilleur Mais d’un amour vrai. En béton. Du étant certainement ce pardon donné solide, fondé sur le roc (voir notre dossier sans rancune (pages 6-9). en pages 18-28). Je pense à Maximilien Kolbe, ce prêtre Je pense à mère Teresa. Une femme très qui, dans le camp de concentration simple qui a renoncé à l’amour conju- d’Auschwitz, s’est porté volontaire pour gal pour aimer « les plus pauvres des prendre la place d’un père de famille pauvres ». En elle habitait un amour où qui avait été condamné à mourir dans le don sans condition trône en maître. les bunkers de la faim. Ses bourreaux Un amour qui se tient dans le cœur, ne pouvaient pas supporter les cantiques mais qui fait réagir les bras, les jambes qu’il a chantés jusqu’à la fin. Et celui et les yeux. Un amour qui s’est répandu qui a été préservé de cette mort atroce a dans le monde par d’autres personnes qui n’ont pu résister à l’appel à suivre cette petite femme sur le chemin d’un amour décapé, purifié. Un amour qui a cloué le bec à ceux qui n’ont que l’amertume à la bouche. Un amour où perdre sa vie pour l’autre est un avantage… C’est tout à fait le contraire d’un amour qui cherche à être aimé et qui demeure toujours insatisfaisant. La vie est belle ! N’est-ce pas ?

3


Lorsqu’on regarde des vitraux de l’extérieur, on ne peut juger de leur splendeur ; ils semblent ternes et gris. Il en est de même pour l’Église. C’est de l’intérieur qu’on peut juger et découvrir toute sa lumière et sa beauté !

photo : CNS, Dave Crenshaw

- André Lessard, ptre


sommaire Le magazine La vie est belle ! ( anciennement Le NIC ) est publié par la corporation sans but lucratif L’Informateur catholique. Sous la responsabilité première de laïcs, son contenu est rédigé dans un esprit de soumission à l’Église catholique et n’engage que les auteurs.

édito . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 L’amour en béton

Dossier : L’amour conjugal . . . . . . . . . . . . 6-29 témoignage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Le pardon recrée sur le roc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 À l’image de l’amour de Dieu

Un exercice parlant… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

Les « liturgies » d’amour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Le pardon, ciment du couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Traverser ensemble les difficultés . . . . . . . . . . . . . . . . .20

La soumission pour les nulles . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Et s’il n’y a plus d’amour ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Une seule chair . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

témoignage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Un mariage… différent

buisson ardent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Rencontrer l’Amour à vive voix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Les morts-vivants éclats de joie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Trois paires de lunettes

Conseil de rédaction : Sophie Bouchard, Claire Marais, François Marais, Claudine Pouliot, Mario Saint-Pierre. Conseil d’administration : Gabrielle Bélanger, Benoît Boily - prêtre, Sophie Bouchard, Laurier Côté, Pascal Proulx. Collaborateurs réguliers : Gabrielle Bélanger, André Bisson, Benoît Boily - prêtre, Sophie Bouchard, frère Raymond Boutin, André Chevalier - prêtre, père Gérard Desrochers, Famille Marie-Jeunesse, Yves Houde, Hélène Labrie, Benoît Lemaire - prêtre, Claire Marais, François Marais, Marilyn Paris, Yvan Pelletier, Luc Phaneuf, Mgr Terrence T. Prendergast, Héloïse Renauld, Pascal Renauld, Manon Roussel, Ruth Sylvestre, Charles et Anne-Sophie White. Fondateur : Paul Bouchard Directrice générale : Sophie Bouchard Secrétaire de rédaction : Robert Charbonneau Directeur photo : Pascal Huot Graphiste : Joëlle Renauld Adjointe administrative (abonnements) : Suzane Arsenault Webmestre : Anne-Sophie White Photo page couverture : Joëlle Renauld La vie est belle ! tient à remercier tous ses collaborateurs bénévoles pour leur générosité et leur implication. Un merci spécial à James Marchant qui, par son soutien et ses conseils administratifs judicieux, a contribué à la réalisation de ce projet. La vie est belle ! est membre de l’Association canadienne des périodiques catholiques et souscrit à l’agence de nouvelles et de photos CNS, Washington, É.-U. La vie est belle ! est publié 10 fois par année, est imprimé chez Solisco et est distribué par Messageries Dynamiques. Port payé à Montréal, imprimé au Canada.

regard de foi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Le laïcat, une voie consacrée ?

renaissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 NET : Nouveau visage pour l’évangélisation histori-cité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Rome : À partir de la fondation

fous de dieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Jeanne de Chantal, femme accomplie mots croisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

humour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Une leçon venue d’ailleurs

bouquineries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Prochain numéro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

Dépôts légaux : Bibliothèque et Archives Canada ; Bibliothèque et Archives nationales du Québec. ISSN 1927-7997 (imprimé) ISSN 1927-8004 (en ligne) Nous reconnaissons l’appui financier du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, qui relève de Patrimoine canadien.

Nos listes d’adresses peuvent à l’occasion être communiquées à des organismes de bienfaisance ou de charité. Les personnes qui n’y consentiraient pas sont priées de nous en aviser.

La vie est belle ! L’informateur Catholique 271, route 138, bureau 100 Saint-Augustin-de-Desmaures (Québec) G3A 2C6 Tél. : 418 908-DIEU (3438) Téléc. : 418 908-3440 i nfo @ m l ve b.co m w w w.m a g a zi ne l av ie e s t b e lle.co m Abonnement annuel canadien: 50 $.

La vie est belle ! • Février 2012

dans mon panier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

5


6

photo : Daniel Abel

La vie est belle ! • Février 2012

conjugal

dossier L’amour


conjugal

dossier L’amour

L’amour « L’amour, ce n’est pas faire des choses extraordinaires, héroïques, mais faire des choses ordinaires avec tendresse. » - Jean Vanier « Chaque jour je t’aime davantage, aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain. » - Rosemonde Gérard, Les Pipeaux « Il faut aimer au-dessus de ses moyens. » - Jacques de Bourbon Busset, Tu ne mourras pas « Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction. » - Antoine de Saint-Exupéry « L’amour est quelque chose d’invisible que l’on peut quand même voir. » - Tom Rey « Le secret du bonheur en amour, ce n’est pas d’être aveugle, mais de savoir fermer les yeux quand il le faut. »

« Le respect et l’amour doivent être si bien proportionnés qu’ils se soutiennent sans que le respect étouffe l’amour. » - Blaise Pascal, Discours sur les passions de l’amour « L’amour conjugal qui persiste à travers mille vicissitudes me paraît être le plus beau des miracles, quoiqu’il en soit le plus commun. » - François Mauriac

La vie est belle ! • Février 2012

- Simone Signoret

7


conjugal

dossier L’amour

témoignage

Le pardon recrée Sophie Bouchard sophie@mlveb.com

Il y a de ces personnes dont on ne peut oublier le regard à la fois limpide, calme et pétillant. Habités d’une paix profonde, ils avancent dans la vie avec une assurance qui étonne et dont on voudrait bien connaître le secret. André et Sylvie sont de ceux-là. Ils nous racontent leur amour, leurs joies, leurs consolations et comment ils ont traversé des épreuves qui, pour la majorité des couples modernes, s’avèrent fatales.

la vocation religieuse, rien n’y fit. « Je ne me voyais pas vivre toute ma vie sans être marié, alors j’ai quitté avant de prononcer des vœux. » Il a donc reçu une formation chrétienne assez soignée. « Je me sentais à l’aise avec le contenu de la foi, avec la prière, la liturgie ; il me semblait que j’avais une bonne relation avec Jésus, avec Marie. En somme, j’étais un “bon chrétien” standard. Pourtant, ma vie restait médiocre et ne donnait pas les fruits de sainteté qu’on aurait dû y trouver ! » Sylvie aussi vient d’une famille pratiquante catholique. Même si ses parents n’étaient pas très bavards au sujet de la foi – c’était l’époque –, « je les ai vus quand même s’aimer, prier aussi, être fidèles au chapelet. J’ai vu ma mère souffrir physiquement et je sais qu’elle disait le chapelet, que ça la soutenait ».

Pour

La vie est belle ! • Février 2012

photo : Daniel Abel

8

André vient d’une famille où la foi se vivait dans la discrétion. Ils allaient à la messe le dimanche, sans plus. « Mes parents croyaient, mais ne nous ont jamais parlé du Christ ou de l’Église. » Par ailleurs, ils ont eu la bonne idée de l’inscrire, dès sa tendre enfance, à des activités organisées pour les jeunes par une communauté religieuse. « C’est là que j’ai reçu toute ma formation

chrétienne. Je suis resté auprès de cette communauté religieuse jusqu’à ce qu’ils me recrutent. » Mais il a eu beau essayer pendant quelques années de s’habituer à

« Dans mon orgueil, je pensais que nous étions à l’abri. »

le meilleur…

Les futurs époux se sont rencontrés à l’université, lors d’une activité de pastorale. « On est devenus amoureux, raconte Sylvie. Mais nous avons attendu la fin de nos études avant de nous marier. » Une longue attente de trois ans. « Et lorsque nous nous sommes mariés, c’était devant Dieu, pour la vie, pour s’aimer toujours. » Pourtant, après 10 ans de mariage, malgré la maison, les quatre enfants, la santé, l’argent, les voyages, Sylvie n’était pas comblée. « Je possédais tout ce que j’avais désiré, mais bizarrement, ça ne


conjugal

dossier L’amour

témoignage

suffisait pas. En même temps, je me sentais coupable, considérant tous les cadeaux que j’avais, et je me demandais pourquoi je n’étais pas rassasiée. Ça me grugeait et je ne savais pas pourquoi. Il y avait une douloureuse impression de vide : l’absence de Dieu. Ce n’était pas encore clair. C’est seulement après que j’ai compris. » C’est à ce moment-là qu’ils se joignent à un groupe de cheminement chrétien. Un cheminement qui plaît à André en raison du verbe percutant des initiateurs. Pour Sylvie, ce n’est pas aussi évident. Au début, elle suivait avec réticence, simplement pour ne pas rester seule à la maison. « Le Seigneur s’est servi de cette astuce pour m’amener à une conversion sérieuse, avoue Sylvie. J’avais vraiment besoin qu’il guérisse certaines choses en

moi. Je dépendais trop de l’affection des « Le Malin est entré habilement, pourautres. La Parole de Dieu est venue faire suit André, à travers une amitié. En jouant sur l’émotion ressentie devant une la lumière. » femme qui souffre, qui a besoin d’aide, consolation, d’encouragement. Puis, … et pour le pire  ! de mon besoin d’affection, d’approbation m’a fait découvrir des affinités… J’avais Quelques années plus tard, contre toute besoin de quelqu’un qui ait besoin de attente, le couple perd pied. Sylvie se rend moi. » « Cette approbation aveugle que tu compte progressivement qu’André lui est ne trouvais pas chez moi, tu l’as cherchée infidèle. « C’est venu si subtilement qu’à ailleurs », enchaîne Sylvie. un moment donné tu te réveilles et tu es coincée dans l’événement, se rappelle Ils ne s’étaient pas rendu compte qu’ils Sylvie. Tu dis : ce n’est pas possible, ça s’étaient éloignés l’un de l’autre. À force ne peut pas nous arriver ! Je me souviens d’essayer de changer l’autre, sans succès, d’avoir eu le sentiment d’une trappe ils avaient peu à peu renoncé à entrer qui s’ouvrait sous mes pieds. Ce que vraiment en relation. « Je voyais que mes j’avais de plus précieux me glissait des réactions devant des événements, précise mains. Ça ne se pouvait pas. Le drame. André, ce que je trouvais drôle, ce qui Je questionnais pour vérifier, mais ne m’intéressait ou ce que je n’aimais pas, rencontrais que faux-fuyants… L’enfer ! » dérangeaient ou même scandalisaient

La vie est belle ! • Février 2012

photo : Pascal Huot

9


conjugal

dossier L’amour

témoignage

C’était au moment où je me persuadais que cette femme et moi nous trouvions exactement sur la même longueur d’onde. Je suis alors tombé sur un petit journal que j’avais écrit dans les premiers mois après ma rencontre avec Sylvie. En le relisant, j’ai constaté que j’avais senti et dit exactement la même chose au sujet de Sylvie. Je me disais : “Mais c’est fou, je « Je réalisais que je ne pouvais pas suis un imbécile”. » combler ses attentes, et inversement, renchérit Sylvie. Ce n’est pas le manque total de communion, mais tu sens que quelque chose t’échappe. »

remédier au désastre. Puis le Seigneur intervient : l’autre femme coupe la relation avec André ; les initiateurs du groupe les exhortent. « Tout de suite, on s’est sentis ramassés par la peau du cou, comme deux chats qui se noient. J’ai vraiment vu que le Seigneur était présent. Le trou dans lequel je tombais n’était pas sans fond. C’était comme dans le psaume 17 (18) : “Il étendit sa main d’en haut, il me saisit, il me retira des grandes eaux.” J’ai vraiment senti cela. »

Pourtant, ni l’un ni l’autre n’avait souhaité cette division. « Dans mon orgueil, je pensais que nous étions à l’abri, se souvient Sylvie. Il me semblait que nous avions tout fait pour que ça n’arrive pas. Nous étions vigilants, nous étions amoureux, nous faisions des sorties ensemble. Mais dans le fond, je pensais que c’était nous qui construisions notre mariage. L’illusion était là. Je me disais : “C’est ce qui est le plus important dans ma vie, on va y mettre le paquet, on ne négligera pas ça.” Ça, c’étaient nos bonnes intentions. »

« On nous a prophétisé : “C’est le Seigneur qui vous prend en main, et lui, il est fidèle. Quand vous vous êtes mariés, vous vous êtes promis fidélité ; il y a eu infidélité, mais Dieu est fidèle. Lui, il va reconstruire votre mariage”. »

La vie est belle ! • Février 2012

Sylvie. Je me suis mis à dire de moins en moins de choses. Il se construisait une espèce de mur entre nous deux. Ce que j’aimais lui déplaisait, ce qu’elle aimait me dérangeait, m’agaçait. Qu’elle grimpe dans les rideaux à tout propos me tombait sur les nerfs. Mon calme, mon apathie l’énervaient. »

10

E nfin

désillusionné

Pendant que Sylvie se disait qu’elle ne pourrait jamais pardonner l’infidélité d’André, que c’était au-dessus de ses forces, que son mariage en garderait toujours comme une faille, André, lui, commença à entrevoir que son impression de découvrir, pour la première fois, l’affinité parfaite était une illusion. « Je me souviens d’un petit fait que j’ai vécu comme une claque en plein visage.

« S’il n’y avait pas eu adultère, nous n’en serions jamais venus à nous aimer comme nous nous aimons aujourd’hui. »

Dans un moment fort, André a réalisé qu’il avait fait une erreur sur la nature du mariage. « J’avais mis comme fondement de notre mariage mon calcul de l’improbabilité de jamais rencontrer quelqu’un qui convienne mieux que Sylvie. Mais c’était fou. Le fondement, c’est que le Seigneur a pensé à nous de toute éternité. Notre mariage vient de là, et rien d’autre ne peut en garantir la durée. Ça ne dépend pas de mon jugement, c’est plus profond que ça. » Sylvie éprouvait de la rancune contre le Seigneur. Elle lui demandait pourquoi il avait permis ça. Elle s’en voulait aussi de ne pas avoir vu la chose venir. « Quelle terrible humiliation ! Tout le monde est au courant ! » Rien ne semblait pouvoir

Une

promesse du ciel

Sylvie commence alors à découvrir ses propres torts, ses exigences. « Ça m’a aidé à demander pardon à André de ne pas avoir été capable de l’aimer comme il était. Je dirais que, de tout le chemin parcouru ensemble, c’est notre expérience la plus forte de la présence de Dieu. Notre pardon a été vraiment sincère. Il y a eu un temps très difficile, mais à partir de ce pardon, la guérison a commencé. » « Je me disais qu’après ça mon mariage allait garder une grosse fissure. J’ai expérimenté au contraire que le Seigneur a fait une œuvre nouvelle ! Et je peux dire maintenant : “Heureuse faute 1 !” » En effet, Sylvie a pris conscience de la présence d’un Dieu aimant derrière tous ces événements et admet : « À considérer la façon dont nous vivions notre relation


Quelquefois, lorsque André voyait Sylvie revivre ses doutes et souffrir de nouveau, il lui disait : « Aujourd’hui, je te choisis ; c’est toi que j’aime, que je choisis. » « J’avais besoin d’entendre cela, explique Sylvie, de me faire dire que je n’étais pas un prix de consolation, un simple contrat à respecter. »

Désormais, Sylvie et André comprennent qu’ils ont besoin du Christ pour s’aimer vraiment et totalement. « Mon amour humain a ses limites, explique Sylvie ; j’ai besoin du Christ pour pardonner chaque jour et pour demander pardon. On est plus vigilants là-dessus. On voit plus facilement le Malin venir, on le dénonce. On s’aide mutuellement contre lui, plus que l’un contre l’autre. On a expérimenté que Dieu est là, qu’il est fidèle. Il n’est pas chiche. Il ne fait pas juste masquer les fissures. Il refait quelque chose de

conjugal

tout à fait neuf. Avec de nouvelles bases, sur plus d’humilité. » « Grâce au Seigneur, nous pouvons laisser chacun être ce qu’il est », se réjouit-elle. « Maintenant, elle peut grimper dans les rideaux, pas de problème ! » confirme André. « Et il attend tranquillement que je redescende », conclut Sylvie en riant !

1. Tiré de l’Exultet chanté à la vigile pascale : « Heureuse faute qui nous valut pareil rédempteur ! »

La vie est belle ! • Février 2012

avant, même s’il n’y avait pas eu adultère, nous n’en serions jamais venus à nous aimer comme nous nous aimons aujourd’hui, dans la vérité. »

dossier L’amour

témoignage

photo : Pascal Huot

11


conjugal

dossier L’amour

sur le roc

à l’image de l’amour de Dieu

Benoît Boily, ptre benboily@hotmail.com

Je te fiancerai à moi pour toujours ; je te fiancerai dans la justice et dans le droit, dans la tendresse et la miséricorde ; je te fiancerai à moi dans la fidélité, et tu connaîtras le Seigneur. (Os 2,21-22)

Je

te fiancerai ...

La vie est belle ! • Février 2012

En créant l’être humain, le Maître de la création a fait de lui un être « à son image et selon sa ressemblance ». Et il le fit « homme et femme ». Toute une mission pour le couple : tendre à vivre leur amour à l’image de l’amour de Dieu. L’extrait du livre d’Osée cité en exergue de cet article décrit l’amour que Dieu veut prodiguer à son épouse, à son peuple, à l’âme qui aspire à ressembler à son Créateur. Tout le livre de ce prophète mériterait d’être médité pour sentir le cœur de Dieu battre pour chacun et chacune de nous. Limitonsnous présentement à l’extrait ci-dessus.

12

...

à moi pour toujours

Une première qualité de l’amour de Dieu : il est « pour toujours ». Dieu ne connaît pas la temporalité dans son être et dans son agir. Et quand il envoie son Fils dans notre temps, c’est précisément pour que nous orientions notre temps vers l’éternité. L’époux et l’épouse reçoivent la mission de vivre leur amour dans cette perspective d’éternité. On ne se marie pas pour un temps : la société

nous incite à limiter l’existence des biens matériels qu’on peut et même qu’on doit changer pour faire rouler l’économie. Quelquefois, nous avons l’impression que des gens considèrent le mariage comme un bien de consommation. Non, Dieu nous parle par une promesse d’alliance éternelle.

sa source en Dieu et s’il reflète cet amour dans les faits et gestes du couple humain. Le pape Jean-Paul II, en les béatifiant ou en les canonisant, a voulu présenter au monde des couples qui ont vécu leur relation dans cette orientation. Pensons aux parents de sainte Thérèse de Lisieux.

...

dans le droit

En nous créant, Dieu a des droits sur nous. Il s’attend à ce que nous usions de la vie comme des créatures raisonnables, Ne l’oublions pas : reconnaissantes, conscientes des devoirs « Il n’y a pas de plus grand découlant de ces droits. Si cela vaut pour amour que de donner sa vie tout être humain, à plus forte raison pour pour ceux qu’on aime. » les époux qui ont été bénis par Dieu par ces mots : « Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la. » C’est ainsi que Dieu a explicité la mission des couples. En assistant aux noces de ... dans la justice Cana, Jésus a mis le sceau sur l’union de l’homme et de la femme et a participé L’amour de Dieu nous présente la vraie à leur joie commune en changeant l’eau relation qu’il veut avoir avec sa créature : en vin. être juste, c’est reconnaître celui à qui nous devons la vie, c’est nous ajuster à ... dans la tendresse son dessein d’amour sur nous. L’amour conjugal, en plus d’exprimer le lien entre Une des dimensions essentielles de deux êtres complémentaires, fait décou- l’amour conjugal est la tendresse. Elle vrir que ce lien n’a de sens que s’il puise est particulièrement présente au début


photo : Daniel Abel

des fréquentations et dans les premières années du mariage. Elle tend à s’estomper par la suite et souvent disparaît complètement. Pourtant, c’est là une des caractéristiques de l’amour de Dieu. La tendresse s’exprime dans de petits gestes, de petites marques d’affection et d’attention envers l’autre. En relisant l’évangile, nous constaterons les marques de délicatesse de Jésus envers les petits, les blessés de la vie, les femmes souvent rejetées par la société. Communions au regard de tendresse que Jésus pose sur le jeune homme riche qui, lui, est empêtré dans sa richesse ou à celui que Jésus pose sur Pierre au moment du reniement.

conjugal

dossier L’amour

sur le roc

dans la miséricorde le seul moyen de les lever, c’est le pardon réciproque. Combien de couples seraient Peut-être la plus importante caractéris- encore unis s’ils avaient expérimenté la tique de l’amour de Dieu pour nous, c’est force et la joie du pardon ! la miséricorde qui s’exprime par le pardon, la réconciliation. L’évangéliste Jean ... dans la fidélité dit de Jésus que « lui-même connaissait ce qu’il y avait dans l’homme ». Sur Pour ressembler à Dieu, l’amour la croix, le Seigneur a exprimé tout conjugal doit être fidèle. Lui, Dieu, est l’amour que Dieu nous portait : « Père, toujours fidèle. La fidélité des époux est pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils l’expression de celle de Dieu. L’infidélité font. » En créant l’homme et la femme, révèle l’égoïsme de l’être humain, la Dieu savait bien que l’un et l’autre recherche du plaisir immédiat, la fuite auraient besoin de se pardonner, de se dans l’illusion et dans l’irresponsabilité. réconcilier. Il y a tant d’obstacles qui Par contre, la fidélité suppose le sens du encombrent notre route quotidienne, et devoir et l’acceptation des souffrances

...


inhérentes à nos limites humaines. La fidélité de Dieu nous est révélée dans l’épisode du reniement de Pierre : Jésus l’avait institué chef des apôtres et, malgré le reniement, Jésus le confirme dans son rôle de pasteur après sa résurrection. Oui, fidélité de Dieu que Jésus souligne dans sa discussion avec les gens à propos du mariage : « Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni. »

et tu connaîtras nos infidélités ; un Dieu qui nous cherche sans cesse et qui nous attend ; un Dieu le S eigneur qui respecte notre liberté et qui veut que C’est à travers cet amour que le Seigneur nous trouvions la vraie liberté, particuveut se faire connaître tel qu’il est : un lièrement dans l’amour, don de soi. Ne Dieu qui ne badine pas avec l’amour, qui l’oublions pas : « Il n’y a pas de plus grand se livre tout entier pour sa créature, qui amour que de donner sa vie pour ceux n’a pas hésité à nous livrer son propre Fils qu’on aime. » Tel est Dieu ! Tel est son pour venir nous chercher, nous pécheurs, Fils, Jésus Christ ! Telle est la ressemafin de nous relever de nos péchés et de blance à laquelle nous sommes conviés !

photo : Joëlle Renauld

conjugal

dossier L’amour

sur le roc


conjugal

dossier L’amour

Un exercice parlant… Claire Marais cf.marais8@live.ca

Et si la Parole de Dieu pouvait aider à voir clair dans votre couple ? L’hymne à la charité de saint Paul serait certainement le premier choix pour faire le point sur votre amour et votre engagement ! À relire en remplaçant le mot « charité » par votre propre prénom pour découvrir l’appel radical du mariage… Un exercice qui conduit à une remise en question décapante !

« La charité est longanime ; la charité est serviable ; elle n’est pas envieuse ; elle ne fanfaronne pas, ne se gonfle pas ; elle ne fait rien d’inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s’irrite pas, ne tient pas compte du mal ; elle ne se réjouit pas de l’injustice, mais met sa joie dans la vérité. Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout ! » La vie est belle ! • Février 2012

(1 Co 13,4-6)

photo : Pascal Huot

15


conjugal

dossier L’amour

Les « liturgies » d’amour François Marais cf.marais8@live.ca

L’Évangile apporte une bonne nouvelle aux couples dans toutes les dimensions de leur amour, donc aussi dans leur sexualité conjugale. Il est possible d’établir un rapprochement et même un

parallèle entre la relation conjugale et l’eucharistie en ses différentes phases : demande de pardon, liturgie de la parole, offrande, communion, action de grâces, envoi en mission.

DÉROULEMENT DE LA MESSE

DÉROULEMENT DE LA LITURGIE CONJUGALE

La préparation pénitentielle

La demande de pardon

« Préparons-nous à célébrer cette eucharistie en reconnaissant que nous sommes pécheurs. »

« Préparons-nous à célébrer la liturgie de l’amour conjugal en reconnaissant que nous avons péché contre notre conjoint. »

Avant de communier à la Parole et à l’eucharistie, nous avons besoin de nous préparer : nous sommes invités à disposer notre cœur en avouant que nous sommes pauvres, que nous ne savons pas aimer. C’est cela, le péché : ne pas aimer (Dieu, les autres, soi-même, son conjoint).

La demande de pardon, les gestes de réconciliation dans le couple nous préparent à vivre une belle communion physique.

La liturgie de la Parole

La vie est belle ! • Février 2012

Dans la proclamation de la Parole, le Seigneur s’adresse à son peuple. Nous lui répondons par des chants et par les oraisons du prêtre.

16

Ce rapprochement pourrait aider les couples à retrouver la conscience joyeuse que leur sexualité est une bénédiction de Dieu et une liturgie de l’amour au même titre que la messe.

Chacun se rend disponible pour l’écoute de la Parole. Cette disposition du cœur nous prépare à l’eucharistie.

Les couples qui savent tenir compte de la différence psychologique entre l’homme et la femme, qui reviennent l’un vers l’autre après une dispute conjugale, qui se réconcilient par des paroles et des actes, qui savent sincèrement se pardonner vivront en effet des relations sexuelles plus épanouies.

La liturgie de la Parole dans le couple Aimer, c’est écouter. Chaque époux doit se rendre disponible pour son conjoint dans une écoute attentive et non distraite. L’homme doit se rappeler que, dans le récit de la Genèse, il est le premier à prononcer une parole pour exprimer ses sentiments, ses émotions profondes (ce qui ne lui est pas naturel) : « Pour le coup, c’est l’os de mes os et la chair de ma chair ! » (Gn 2,23). C’est la femme qui fait advenir la parole de l’homme ! Mais alors que l’homme est toujours pressé dans son désir (« un cri du corps »), la femme, elle, aime la liturgie de la parole qui prépare la liturgie des corps. Elle désire ne pas bâcler ce moment important où elle exprime ses sentiments et ses émotions, et finalement se sent écoutée et accueillie « pour devenir une seule chair ».


conjugal

dossier L’amour La préparation des dons ou offertoire

La préparation des époux à l’acte conjugal

« Tu es béni, Dieu de l’univers, toi qui nous donnes ce pain, fruit de la terre et du travail des hommes ; nous te le présentons, il deviendra le pain de la vie. »

L’amour conjugal passe par le don de soi. Donner est une déclaration d’amour. En effet, offrir un objet à quelqu’un contient un message d’amour. Aimer, c’est vouloir le bien de l’autre, et on le signifie par l’objet offert.

Dans la liturgie eucharistique, l’Église a le souci de la beauté et de la dignité du mystère célébré : c’est pourquoi les offrandes, pain et vin, sont déposées dans des vases sacrés d’or et d’argent.

La communion

Dans la relation sexuelle, les époux sont à la fois le don offert, les donateurs et les bénéficiaires. « Ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint-Esprit, qui est en vous et que vous tenez de Dieu ? Et que vous ne vous appartenez pas ?… Glorifiez donc Dieu dans votre corps » (1 Co 6,19-20). Dans le couple, les corps sont les vases d’or et d’argent.

La communion physique

« Ceci est mon corps. »

« Ils deviennent une seule chair. »

« Ceci est mon sang. »

L’échange des consentements valide le mariage. Mais c’est l’union des corps qui le consomme. L’union sexuelle est donc le signe de la réalité de l’engagement sacramentel.

« Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. »

L’action de grâces

L’action de grâces des époux

Après avoir communié, les fidèles regagnent leur place et prient en silence : c’est le temps de l’action de grâces. Les chrétiens prennent conscience de la présence de Dieu en eux et le remercient pour le don de son amour dans l’eucharistie.

Les couples ne doivent pas négliger ce moment particulier de l’action de grâces après l’union sexuelle. Qu’ils le savourent et goûtent la paix et la joie qui en découlent. Ce temps leur est propice pour reconnaître qu’il y a dans leur amour conjugal un amour plus grand qui les dépasse. Un couple qui s’aime « corps et âme » est en effet à l’image et à la ressemblance de Dieu. Ce moment est tout indiqué pour dire merci à notre conjoint et pour bénir Dieu qui nous l’a donné.

L’envoi des fidèles

L’envoi en mission du couple

Après la communion, les fidèles sont envoyés en mission dans le monde.

Chacun des époux a reçu dans la communion amoureuse une force nouvelle, liée au sacrement du mariage, pour accomplir son devoir d’état. Ils reprennent leurs activités avec un nouveau dynamisme pour être au service de leur conjoint et des autres.

Pour approfondir : La relation conjugale, liturgie de l’amour, d’Olivier Belleil, édition des Béatitudes.

La vie est belle ! • Février 2012

L’échange des dons se fait dans un climat d’action de grâces (la prière de bénédiction). Dieu donne aux hommes sa création pour qu’ils vivent. L’homme offre à Dieu le fruit de son travail. L’eucharistie se présente comme la rencontre des deux dons. Dieu et l’homme se donnent l’un à l’autre.

17


conjugal

dossier L’amour

Le pardon, ciment du couple Anne-Sophie et Charles White annesophie.riwh@gmail.com

nous sommes différent de l’autre, que l’autre change ou n’est plus la personne que nous aimions si facilement. La relation s’effrite. Nous essayons de faire des compromis ou bien nous accumulons les blessures que l’autre nous fait, nous commençons à calculer ce que nous faisons pour l’autre et ce que le conjoint ne fait pas. Nous pouvons ruminer pendant longtemps. Nous essayons d’en parler calmement, et ça fonctionne une fois sur deux. Parfois, nous n’arrivons pas à en parler par crainte de la réaction de l’autre ou simplement pour éviter une confrontation.

pardon est l’acte qui empêche qu’un couple ne devienne qu’une simple cohabitation, un compromis où chacun tente de tirer ses avantages.

La relation conjugale est d’abord relation, justement. Elle implique deux personnes, deux êtres entiers et uniques qui souhaitent former un lien. Mais pas n’importe quel type de lien ; on souhaite, généralement, un lien vrai, solide et, surtout, durable. Mais encore, la réalité conjugale n’est pas toujours évidente, et le nombre faramineux de divorces et de séparations en est une manifestation indéniable. Qu’est-ce qui se passe alors ? Pourquoi désirer une si grande et belle chose et avoir tant de difficulté à l’accomplir ?

Pardonner à l’autre, c’est lui remettre sa dette ; ce n’est pas seulement oublier, c’est effacer l’offense. C’est dire à l’autre : « Je t’aime malgré ta faiblesse, je ne te cloisonne pas dans ta faiblesse, je vois que tu es plus, je t’aime avec ta faiblesse. Je sais que, moi aussi, je ne suis pas parfait ; je n’exige pas que tu le sois. » Le pardon ne nécessite même pas le regret de l’autre, ce qui en fait un ciment indestructible ; l’autre peut être pardonné même s’il ne Nous nous installons alors dans un voit pas sa faute. confortable compromis. L’amour ne grandit pas, la relation de couple dispa- En cela, l’amour grandit vraiment, il peut raît pour faire place à une cohabitation un jour atteindre sa pleine maturité, qui harmonieuse. Cette dernière est cepen- est de donner sa vie pour l’autre sans rien dant bien fragile, car si la passion amou- attendre en retour. Voici l’amour, et cela reuse pour une autre personne venait à n’est possible qu’avec le pardon. Car le se déclencher, même sans la chercher, ou pardon entretient l’amour. Il est le chemin que l’autre nous causait un grand tort, qui mène à l’amour véritable. Mais complus rien ne pourrait garantir la survie du ment pouvons-nous aimer une personne couple, sauf peut-être des considérations qui nous fait souffrir ? Comment aimer matérielles ou le confort de l’habitude. l’autre qui ne met jamais sa vaisselle dans Mais quelle solution à tout ça ? Com- le lave-vaisselle ? Qui ne range pas ses ment transformer la passion initiale en vêtements au fur et à mesure ? Qui me véritable amour qui peut durer pour fait toujours des reproches ? Qui me dit toujours ? Est-ce possible d’aimer l’autre toujours quoi faire ? Qui est toujours en différent de nous, d’aimer jusqu’à ses retard ou qui exige toujours qu’on fasse défauts, ses faiblesses ? La réponse est ce qu’elle veut ? Qui ment ; et même qui commet l’adultère ? oui, c’est possible !

La réalité, c’est qu’humainement, après un temps plus ou moins long de vie conjugale, nous finissons par nous éloigner l’un de l’autre. Nous réalisons que

Quel est ce ciment qui garantit la cohésion de l’amour, qui le fait grandir et qui en assure la force indestructible ? Ce ciment, c’est le pardon. En effet, le

C’est simple : nous ne pouvons pas. Nous ne pouvons pas aimer dans ces moments-là. En fait, il est plus juste de dire que nous ne pouvons pas seuls, sur

On pourrait d’abord se demander : qu’est-ce que le pardon ? Mais nous demanderons plutôt : qu’est-ce que le ciment ? Dans le dictionnaire, on définit le ciment (au sens littéraire) comme une « substance interposée entre deux corps durs pour les lier » ; et le verbe cimenter comme « affermir, consolider ». Quel lien avec le pardon et avec pardonner ?

La vie est belle ! • Février 2012

Est-ce possible d’aimer l’autre différent de nous, d’aimer jusqu’à ses défauts, ses faiblesses ? La réponse est oui, c’est possible !

18


conjugal

dossier L’amour nos propres forces. Par contre, avec une est différent. Si non, prions-le pour qu’il aide, nous le pouvons : cette aide est la nous donne la foi. Si nous ne prions pas, grâce de Dieu. prions-le une fois pour qu’il nous donne la grâce de prier, de le rencontrer. Qu’est-ce que cela veut dire « avec la grâce de Dieu » ? Que Dieu peut m’aider Il est vrai que l’amour est un chemin à pardonner ? Pourquoi ? En quoi est-ce exigeant. Il n’est pas facile de reconnaître que ça le concerne ? Eh bien ! Dieu est nos torts sans accuser l’autre. La plupart tout, il a tout, car il est Amour. S’il nous du temps, nous disons : « Je te demande manque de l’amour, il est clair qu’il pardon parce que j’ai fait une colère ; peut nous en donner. Mais le croyons- mais c’est parce que tu ne te ramasses nous vraiment ? Si oui, prions-le avec jamais, et moi, je suis fatiguée, et puis, ferveur pour pouvoir aimer l’autre qui c’est toujours moi qui… et toi tu ne fais

jamais… etc. » Il est difficile de dire : « Je te demande pardon, j’ai été colérique. » Le pardon exige l’humilité, l’humilité. C’est une chose difficile, voire impossible, sur nos forces. Est-ce possible de dire : « C’est vrai, tu m’as blessé, mais je te pardonne, je t’aime » ? Et le lendemain : « Tu m’as encore blessé, mais je te pardonne. » Et la semaine suivante : « Oui, je te pardonne, je t’aime. » Cela semble impossible humainement. Mais pas pour Dieu, car rien n’est impossible à Dieu.

La vie est belle ! • Février 2012

photo : Pascal Huot

19


conjugal

dossier L’amour

Traverser ensemble les difficultés André Bisson andre.bisson@hotmail.com

L’amour vrai commence quand on entre dans une autre dimension de l’amour, qui n’est plus fusionnel, mais où chacun est aimé pour ce qu’il est réellement. - Claire Marais

Les seuls mots qui sortent de notre bouche sont des flèches empoisonnées. Chacun attaque l’autre du venin de ses accusations et justifications. C’est foutu, le mépris s’est installé… » À toi, j’écris ceci, appuyé sur l’histoire gravée d’épreuves de notre couple, et de nombreux autres. Ce n’est pas une théorie que j’écris, mais bien ce que je sais d’expérience.

La vie est belle ! • Février 2012

À toi qui souffres… l’échec, ou la maladie, ou la chasteté obligée, ou l’infidélité, ou l’infertilité, ou la mort, ou la précarité, ou ton histoire qui te poursuit… À toi qui vis l’épreuve de la discorde et qui penses : « Entre nous, que le désert, que des silences lourds qui n’en finissent pas. Nous sommes assis à la même table, nous dormons dans le même lit, mais plus de communion… Comme il fait froid…

20

photo : Pascal Huot


conjugal

dossier L’amour

Pour

approfondir

Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus John Gray, J’ai lu. Les 5 langages de l’amour Gary Chapman, Leduc Éditions.

étant le pardon et la réconciliation. C’est une certitude maintes fois expérimentée.

Maintenant, comment faire pour « venir » à Lui ? Un jour, j’ai lu quelque chose au sujet d’un homme et d’une femme, mariés. Ils ont piqué au mur de leur chambre un crucifix. Et lorsque arrive un coup dur, un chagrin, ils vont prier, ou pleurer, au pied de ce crucifix. C’est là que s’opèrent les miracles de leur vie. « Venir », c’est fermer la porte de sa chambre pour être avec Lui. C’est aussi écouter sa Voix et sa Parole, à deux ou trois. C’est « venir » recevoir l’Amour Rien, non, rien à faire… sinon de dans ses sacrements. répondre à cette invitation : « Venez à L’épreuve dans la relation est un silence, moi, vous tous qui peinez et ployez sous un désert bénéfique qui renvoie chacun le fardeau, et moi je vous soulagerai » à soi-même, chacun à son intérieur… (Mt 11,28). « Venir à Lui ». Jésus a dit à « Dieu ne parle pas avec ceux qui se Pierre : « Viens »… et Pierre a marché sur tiennent à l’extérieur d’eux-mêmes », dit les eaux du lac de Galilée, sans mourir. saint Bernard. Le prophète Osée dira : Rien à faire, sinon s’exposer. Celui qui « Je vais la séduire, je la conduirai au veut bronzer ne doit-il pas, à tout le désert pour parler à son cœur » (Os 2,16). moins, « venir » au soleil, s’exposer ! De même, celui qui s’expose à l’Amour, celui Un prêtre orthodoxe a écrit quelques qui « vient » vers son Père, y recueille lignes encourageantes pour aider les forcément des grâces, une de ces grâces couples sur ce chemin vers l’intérieur :

Ceux qui rêvent d’un amour lisse, sans disputes, sans larmes, sans colère, sans remises en cause sont bien loin de la réalité. - Claire Marais

« Aimer quelqu’un, c’est renoncer à l’avoir… à en faire un avoir. […] Ce que peut nous apporter le désert, c’est une prise de conscience, celle que l’autre est un Autre. […] L’épreuve du désert, c’est l’épreuve de la maturité. […] Le désert n’est pas un but, il est lieu de passage, il est “traversée”. […] L’épreuve du désert conduit à l’oasis d’une vraie Rencontre… » (Désert, déserts, père JeanYves Leloup, Albin Michel).

La féminité dans tous ses états Anselm Grün, Médiaspaul. L’identité masculine en question Anselm Grün, Médiaspaul. Les mots sont des fenêtres Marshall Rosenberg, La découverte. Louis et Zélie Martin. Les saints de l’ordinaire Hélène Mongin, éd. de l’Emmanuel. La spiritualité conjugale selon Jean-Paul II Yves Semen, Presses de la Renaissance. Aimer en actes et en vérité Alphonse d’Heilly, Saint-Paul. Agacements. Les petites guerres du couple J.-C. Kaufmann, Le livre de Poche. Construisons notre amour Denis Sonet, Éditions Le livre ouvert. Bien vivre en couple Bernard Duméril, Guide totus, Sarment. Astuces de couples pour éviter de jeter son conjoint par la fenêtre C. Athènes et E. Lepetit, Fleurus. Conseils aux couples qui s’aiment ou qui peinent Denis Sonet, Droguet Ardant.

À voir au petit écran Fireproof États-Unis, 2008, drame, réalisation : Alex Kendrick (en vente dans plusieurs librairies religieuses, dont la Librairie Saint-Joseph, à Québec)

La vie est belle ! • Février 2012

La rude épreuve est une pierre qui fait soit trébucher, soit se renforcer l’amour. Elle est le lieu ou de la désolation, ou de la floraison d’une vie nouvelle surpassant tout le mal éprouvé. Comment donc traverser l’épreuve sans mourir, sans que meure le couple ? Comment marcher sur les eaux des tribulations sans s’y noyer ? Que faire quand on n’y arrive pas, quand on est à bout de forces et de volonté ? Ici nous attendent les marchands de mirage, sexologues ou psychologues, qui servent leurs techniques de communication très volatiles… Alors donc, quoi faire ?

21


conjugal

dossier L’amour

La soumission pour les nulles Paulette Escarre paulettescarre@gmail.com

On se fait parfois poser la question : « C’est quoi l’idée de la femme qui doit être soumise à son mari ? » Habituellement, c’est la future épouse qui s’inquiète. Mais si madame comprenait mieux la chose, ce serait monsieur qui s’inquiéterait…

« Maris, aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l’Église et s’est livré luimême pour elle… » (Cela veut dire que le mari doit être prêt au sacrifice de sa vie pour son épouse et qu’il doit être prêt à être crucifié pour elle.)

Or, une épouse aimée de cette manière aimera en toute confiance et en toute plénitude. Elle désirera par elle-même, à cause de ce fol amour, adopter les deux attitudes qui garantissent la liberté, la fidélité, la durée et la fécondité de la relation amoureuse : la soumission « C’est ainsi que les maris doivent aimer et le respect. leurs femmes : comme leurs propres corps. » De toute façon, c’est d’abord l’homme « Celui qui aime sa femme s’aime lui- qui aura adopté ces deux attitudes envers même. Car jamais personne n’a haï sa cette femme avant le mariage. Car la propre chair ; mais il la nourrit et en soumission est réservée à l’époux, pas prend soin… » aux hommes !

La vie est belle ! • Février 2012

Mentionnons d’abord deux choses d’une extrême importance. Un : c’est l’« épouse » qui doit être soumise à son « mari », et non pas la femme à l’homme. Deux : ce passage de la Bible, que l’on retrouve dans l’épître aux Éphésiens, au chapitre 5, comporte exactement 11 versets. Sur les 11 versets, deux seulement « C’est pourquoi l’homme quittera son s’adressent aux épouses. Les neuf autres père et sa mère et s’attachera à sa femme, concernent les maris ! et les deux deviendront une seule chair. » L’accent est mis beaucoup plus sur la manière dont les maris doivent aimer « … que chacun de vous aime sa femme leurs femmes que sur la soumission que comme lui-même… » celles-ci doivent exercer. Ainsi, l’amour de l’époux envers sa femme Dans ce passage, l’apôtre Paul s’adresse sera tel qu’il atteindra le cœur et jusqu’à avant tout aux maris. Les femmes, elles, l’âme de l’épouse et que celle-ci sera complètement retournée, bouleversée, etc. doivent lire entre les lignes.

22

Cela veut dire qu’aucune femme ne doit soumission envers un homme avant qu’il ne mérite de l’avoir pour épouse. Et quand une femme se décide à passer au crible un homme qui vient de lui déclarer sa flamme, il ne lui suffit que d’une chose : une tête sur les épaules. Et pour garder sa tête sur les épaules, il ne suffit que d’une chose : pas de sexe ! Toutes les femmes que j’ai connues qui ont marié l’homme de leur vie ont passé au moins un an à examiner le candidat… en gardant leur tête sur les épaules. Une fois mariées, ces femmes n’avaient aucun problème à se soumettre à un mari qui les aimait comme des fous et qui était soumis à elles bien avant qu’elles ne le soient à lui ! Êtes-vous prêtes, mesdames, pour ce fol amour ?


conjugal

dossier L’amour

Christ le fait pour l’Église, 30 parce que nous sommes membres de son corps. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. 32 Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport au Christ et à l’Église. 33 Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari.  31

Éphésiens 5,21-33

La vie est belle ! • Février 2012

livré lui-même pour elle 26 afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, 27 afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. 28 C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes : comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. 29 Car jamais 25 Maris, aimez vos femmes, comme personne n’a haï sa propre chair ; mais le Christ a aimé l’Église et s’est il la nourrit et en prend soin, comme le

Soyez soumis les uns aux autres dans la crainte du Christ. 22 Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ; 23 car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l’Église, qui est son corps et dont il est le Sauveur. 24 Or, de même que l’Église est soumise au Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. 21

photo : Pascal Huot

23


24

La vie est belle ! • Février 2012


conjugal

dossier L’amour

Et s’il n’y a plus d’amour ? Gérard Desrochers, C.Ss.R repchret@repchret.ca

« Doit-on rester quand il Trop de mariages prennent fin parce que venu. Il cimente l’amour des conjoints. n’y a plus d’amour entre l’amour des conjoints n’est qu’un amour- Il est le Roc sur lequel s’édifie l’amour sentiment, un amour influencé par la (Mt 7,24). Cet amour chrétien peut les époux ? » mode. C’est un amour 50-50, un amour De quel amour s’agit-il ? D’un amour qui dit : « Je t’aime si tu m’aimes. » simplement sentimental et physique ? L’amour d’un mariage chrétien est un D’un amour humain plus profond ? amour semblable à celui de Jésus. C’est Nous possédons ces deux sortes d’amour ; un amour à 100 %, un amour durable il n’est pas toujours aisé de les distinguer. malgré les bourrasques de la vie. À L’amour-sentiment, nous le voyons affi- moins de s’engager dans un tel amour, ché partout, et il excite les jeunes. Cet le mariage risque d’éclater lors des amour devient vite sensuel. Il ne faut pas tempêtes saisonnières, et la vie peut mépriser l’amour-sentiment, mais nous devenir insupportable. devons hiérarchiser nos amours. C’est là Aimer d’un tel amour est une décision. faire l’éducation de l’amour. Dans le mariage, il devient une alliance, un engagement. Le péché originel a désaxé nos puissances d’aimer. L’amour peut dégénérer Dans un mariage chrétien, il y a place pour le Seigneur. Il est le bienen égoïsme.

toujours tenir bon.

Peut-il disparaître, cet amour qui ressemble à celui du Christ, cet amour qui fait aimer même les ennemis, cet amour destiné à la fidélité jusqu’à la mort, cet amour qui transcende les aspérités de la vie ? Le mariage chrétien n’est pas un mariage à l’essai. Un amour total, vrai don de soi, ne peut exister à l’essai. Ce serait un non-sens. Une dame me témoignait de son amour retrouvé pour son mari. Pendant des années, elle ne l’aimait pas et s’est laissé séduire par les ensorcellements de la vie. Puis, en s’approchant du Seigneur, elle a rectifié sa conduite et est redevenue amoureuse de celui qu’elle avait choisi lors de son mariage.

La vie est belle ! • Février 2012

Votre amour chrétien pour votre conjoint ne doit jamais cesser. Et votre amour « simplement humain » peut revenir.

photo : Daniel Abel

25


26

La vie est belle ! • Février 2012 photo : Pascal Huot


« Pose-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras. Car l’amour est fort comme la Mort, la passion inflexible comme le Schéol. » ( Ct 8,6 )


conjugal

dossier L’amour

Une seule chair Yvan Pelletier • professeur de philosophie yvan.pelletier@arul.ulaval.ca

La vie est belle ! • Février 2012

Lorsque nous portons une sérieuse attention à la conception que l’Église se fait du mariage, nous nous émerveillons d’y trouver le reflet exact de la nature du couple humain. Car voilà une conception plus motivante que la somme d’interdictions et de tabous dans lesquels la rumeur se plaît à la caricaturer.

28

rompre avec toutes ses vraies et uniques façons de faire les choses, sous peine de toujours chercher à les imposer à son conjoint comme l’unique vérité. Dans un mariage, deux éducations différentes, deux mondes différents se rencontrent : ces deux mondes doivent laisser naître une nouvelle famille : ta femme et tes enfants, pas ton père et ta mère et tes Une seule chair frères et tes sœurs, qui sont la famille de ton père. « Le Créateur, dès l’origine, les fit homme et femme et il dit : “L’homme quitUne chair nourrie tera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et les deux ne feront qu’une « Ce n’est pas le plaisir que je cherche seule chair” » (Mt 19,4-5). en prenant ma sœur, mais je le fais d’un cœur sincère » (Tb 4,7). Quelle magnifique vision du couple ! « Une seule chair  », qu’est-ce à dire ? La L’union sexuelle crée un nouvel orgarelation sexuelle ? Oui, mais pas isolée, nisme, un être unique. Pas, superficielimprovisée, animale. Plutôt comme symbole, âme, nourriture d’une vie où un homme et une femme se donnent tout leur être l’un à l’autre dans un amour victorieux de leur égoïsme. Pas surprenant que l’Église reconnaisse là l’image la plus claire de la relation que Dieu veut entretenir avec l’humanité : donner ce qu’il a de plus précieux, son Fils unique, pour la sauver, la tirer de la mort, lui conférer une vie sans cesse meilleure. Qu’est-ce qu’un couple marié ? Qu’estce que la nature veut que ce soit ? Une création ! Du neuf ! Quitter son père et sa mère ne tient pas au fait matériel de sortir de leur maison. Se marier vraiment, devenir une nouvelle chair avec sa femme requiert de se libérer des us et coutumes de son ancienne famille, de

photo : Colin Earp-Lavergne

lement, la juxtaposition sentimentale de deux personnes, ensemble dans la même maison, le même lit. Mais plutôt un organisme permanent, dont les membres se partagent des rôles distincts. Dans l’union des corps, l’homme ne surmonte pas sans aide puissante toutes les tentations et occasions d’abuser de son autorité, ni la femme celles de se sentir réduite à un instrument de jouissance et de tourner le besoin sexuel plus grand de l’homme en levier pour renverser sa tyrannie. On revient alors à l’intuition primitive de voir la « seule chair » incarnée dans la relation sexuelle. Quelle merveille en effet que la relation sexuelle comme la conçoit l’Église ! Pas un simple acte de jouissance bestiale, mais déjà ce don total d’un époux à l’autre, dans un renoncement sincère à soi pour faire que l’autre se sente bien, se sente aimé, se sente vivre. Non pas une quête réciproque de domination, un exercice de pouvoir, mais une occasion de se rencontrer, de se mettre à jour, de se réconcilier profondément, de cimenter la chair unique pour continuer en communion le service de maintenir l’espèce humaine. Certes, voilà un mode d’union sexuelle bien plus capable de combler et de nourrir l’amour, la fidélité, la stabilité dont la famille a besoin, que toutes les perversions que l’égoïsme a inventées en la matière. Et s’il n’a pas de vices particuliers à défendre, même l’homme le moins religieux s’extasie devant la sublimité et la vérité de la sexualité ainsi réconciliée avec la rationalité.


conjugal

dossier L’amour Une

chair féconde

« Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la » (Gn 1,28).

Même à ne consulter que l’expérience, même à ne soumettre cette expérience qu’à l’examen de la raison naturelle, nous concéderons qu’aucune attaque à la nature ne peut conduire au bonheur, qu’aucun détournement de la sexualité vers le plaisir personnel ne peut nourrir l’amour sincère. Au contraire, tous les faux-fuyants de masturbation, de contraception, de stérilisation ne conduisent qu’à détruire le couple et l’homme et la femme. L’Église est admirable dans son courage et son illumination de démasquer les conséquences détestables de toutes les dénaturations de l’acte conjugal.

photo : Joëlle Renauld

Pareil amour est indissoluble, irréversible : qu’est-ce qui pourrait nous détourner d’un conjoint pour lequel nous sommes prêt à mourir tous les jours ? Objet d’émerveillement aussi l’indissolubilité que l’Église promeut entre sexualité et ouverture à la vie. Nous devons accepter en effet une évidence : impossible de couper de sa fin un acte naturel sans le dénaturer, sans le faire mentir en quelque sorte. Impossible d’admettre collusion entre mensonge et amour. La relation de don réciproque qui alimente l’amour conjugal ne peut souffrir qu’on fasse semblant de l’accomplir pour dérober le plaisir très grand que la nature lui a lié, tout en fuyant la responsabilité qu’elle a ainsi voulu encourager à endosser.


témoignage

Un mariage… différent Ruth Sylvestre ruthlaglaneuse@hotmail.com

Ça faisait drôle de voir Manon en robe de mariée. Mais venant d’elle, était-ce si surprenant ? On ne pouvait quand même pas entrer dans l’ordre des vierges consacrées sans avoir un minimum d’audace. Nous n’étions pas en 230 ou en 300 après Jésus-Christ. Nous n’étions pas non plus dans un couvent de moniales cloîtrées. Nous étions le 2 octobre 2010, jour de la fête des saints anges gardiens, à Gatineau, dans l’église Saint-RenéGoupil de la paroisse Sainte-Trinité. L’église, faut-il le spécifier, était remplie à craquer.

guitare à la main, entourée de jeunes qui chantaient à tue-tête, toujours à faire la fête… Je ne pensais pas que son audace irait jusque-là. Quand je l’ai vue franchir la porte de l’église, entre sa mère et son père, je n’en croyais pas mes yeux… Elle avait « osé » marcher jusqu’à l’autel pour aller rejoindre son Époux, le Christ, toute de blanc vêtue, couronnée de petites fleurs jaunes et blanches, bouquet à la main et sourire en coin !

Être

pensez-vous qu’il ne fallait pas avoir du front tout le tour de la tête – ou un front de bœuf ! – pour choisir la virginité et en témoigner au quotidien ? Elle a cherché longtemps sa vocation, et au bout de quelques années à faire le in and out des communautés religieuses et laïques, il est devenu clair pour elle qu’elle devait être dans le monde : « Les gens ne vont plus à l’église… Alors, c’est moi qui irai les voir ! » Voilà ce qu’elle a toujours cru et ce qu’elle a toujours fait.

dans le monde Il devait bien y avoir une quinzaine de musiciens et de chanteurs, des enfants à Moi qui l’avais toujours connue avec Elle qui n’avait jamais connu d’homme. profusion, des jeunes sur leur trente et une paire de jeans sur le dos et une Elle qui était toujours vierge à 46 ans, un, des tantes, des oncles, des cousins

photo : Julie Dussault


témoignage

En entrant dans l’église, nous étions accueillis par une dizaine de prêtres aux sourires larges et aux yeux pétillants, dont l’évêque du lieu, Mgr Roger Ébacher en personne, qui semblait être le plus heureux du monde. Il y avait des photographes et quelques journalistes locaux. Plusieurs, c’est certain, venaient voir de quoi ça avait l’air, une vierge ! Nous avions le bonheur d’entrer dans une église en fête. Je dirais même survoltée. Dès qu’on y mettait le pied, on sentait cette atmosphère de folie que seul Dieu peut transmettre. Musique, sourires, banderoles, accolades, éclats de rire, et au beau milieu de tout ça, sans le moindre doute, la présence de Dieu. On le sentait heureux de voir tous ses enfants rassemblés, tels qu’ils étaient, malgré leurs différends, leurs doutes et leurs blessures.

pour toujours  ! bonbonnière, une boîte contenant deux petites croix en chocolat ; comme centre Quand l’heure sonna, tout le monde prit de table, cinq pains décoratifs et deux place pour voir la mariée. Elle parut, poissons vivants dans un petit aquarium. resplendissante. Debout sur mon banc, Après souper, nous avons tous swingé comme plusieurs parmi ces quelque 400 notre compagnie, à la québécoise, sur des chansons chrétiennes éreintantes. invités, je pleurais…

À D ieu

Ce fut une messe toute solennelle pendant laquelle Mgr Ébacher, empreint de ferveur et de sincérité, consacra Manon à Dieu pour toujours, la liant spirituellement et canoniquement à son diocèse, qu’elle servait déjà depuis vingt ans. À la récitation chantée du Notre Père, j’ai bien cru que la baraque allait exploser tant il y avait de l’émotion dans l’air. Tous se tenaient la main, à bout de bras – même ceux qui n’avaient pas mis les pieds dans une église depuis dix ans –, comme pour montrer à Dieu qu’enfin ils le reconnaissaient… Plusieurs éclataient en sanglots, d’autres riaient à en perdre le souffle, frappés soudainement par cet Amour inconditionnel. L’Esprit était à l’œuvre !

Pour son voyage de noces, Manon s’est rendue à Medjugorje et a terminé sa route à Rome afin d’assister à la canonisation du frère André en compagnie des cardinaux Marc Ouellet et Jean-Claude Turcotte, de Mgr Terrence Prendergast et d’une quarantaine de dignitaires québécois… « Ce n’était pas prévu… C’était un cadeau de noces du SaintEsprit », m’a-t-elle écrit dans son récit de voyage.

Manon, mon amie, tu es l’emblème de la nouvelle Église naissante. Depuis un peu plus de cinq ans, j’ai vu une bonne dizaine de femmes laïques se consacrer à Dieu pour servir spécifiquement les familles, et j’ai perçu leur grande soif de vivre l’Évangile au quotidien dans La messe se termina en danse et en chan- notre monde qui veut cacher le Dieu son, à l’image de Manon. Nous formions de Vérité. une grande chaîne humaine, les enfants avaient envahi le chœur pour chanter Y’a Comme les femmes du début de l’Église, personne comme Jésus ! heureux de pouvoir vous vivez dans le monde et non en communauté religieuse, partageant la vie des bouger et danser ! familles, des jeunes et des moins jeunes. Swingez votre compagnie ! Vous êtes dans le monde pour évangéAprès la messe, une salle richement liser le monde. Les temples de pierres décorée aux couleurs du Vatican nous peuvent bien tomber. Le vrai temple, attendait. Un gâteau de noces à trois c’est vous… Vous êtes le temple de Dieu… étages orné de figurines de saints ; en Le vrai temple, c’est nous.

La vie est belle ! • Février 2012

et des cousines, des croyants et des incroyants, des pratiquants et des nonpratiquants… Manon avait invité tout le monde ! Dans son faire-part, elle expliquait le sens de la consécration d’une vierge afin que tous, même ceux qui sont loin de leur Mère l’Église, sachent qu’elle s’engageait à vie au service des jeunes « en les aimant et en étant à l’écoute de leurs besoins ainsi que de ceux des familles ». Sa consécration était le témoignage par excellence et l’expression unique de son engagement au sein de deux mouvements d’Église au Québec : la Famille des Puits de Lumière et Esprit-Jeunesse.

31


buisson ardent Rencontrer l’Amour Manon Roussel rousman@videotron.ca

Je suis tellement emballée par le titre de cette revue La vie est belle ! Sais-tu pourquoi ? Depuis que j’ai reçu la grâce de comprendre et d’accepter le don de la vie que Dieu m’a fait, je crois vraiment que la vie est belle, et cela, peu importe les hauts et les bas que je peux vivre.

a rendez-vous la semaine prochaine quand elle était enfant et qu’elle a perdu pour se faire avorter et que son conjoint confiance envers les autres… la violente… Comment leur faire comprendre, à tous Quand un jeune homme de 29 ans vit ces jeunes, que la vie est belle après toutes avec le problème du rejet de la part de la ces épreuves ? société parce qu’il est bipolaire…

Ça peut te sembler impossible, car ce sont des épreuves douloureuses. Mais as-tu pensé que l’Amour pouvait être plus fort que la mort ? Pour moi, la source de cet Amour ne peut être que Dieu. Il m’a tellement aimée qu’il a donné son Fils pour moi, pour ma vie. N’est-ce pas extraordinaire ? Ce qui semble imposQuand une jeune fille de 22 ans enceinte Quand une jeune fille m’apprend qu’elle sible aux yeux des hommes est possible de 17 semaines m’appelle et me dit qu’elle a été agressée sexuellement par son père pour Dieu. Il est l’Amour infini, le crois-tu ? J’ai la chance de côtoyer des jeunes tous les jours. Je me suis mise à l’école de Dieu et j’apprends avec eux combien cette vie de Dieu est belle. Sans lui, sans son amour infini, il ne peut y avoir de vrai bonheur.

Quand un jeune homme de 16 ans ne sait plus où trouver l’amour, car il vit entre deux parents qui sont séparés et qui n’arrivent pas à faire la paix entre eux, et qu’il cherche de l’affection auprès de son chien, et qu’on lui demande de s’en débarrasser…

Donc, pour un jeune qui ne trouve pas la vie belle, rencontrer l’Amour chez quelqu’un devient vital. Parfois, par son attitude, il me repousse. En réalité, ce n’est pas lui qui me repousse, c’est la souffrance en lui qui fait mal. Et cet amour le brûle, car sa blessure est comme une plaie ouverte. La vie est belle ! • Février 2012

Cela peut te sembler ordinaire, mais il n’y a qu’un seul moyen de faire comprendre aux jeunes que « la vie est belle », c’est de les aimer par-dessus tout, de les aimer tendrement, de les écouter, d’être patient, de les accueillir sans jugement.

32

Voyez déjà en eux ce que Dieu peut faire, et ils deviendront cet être que Dieu veut faire d’eux. photo : Joëlle Renauld

Est-ce que toi, tu crois que la vie est belle ?


à vive voix Les morts-vivants Pascal Renauld pascal-renauld@videotron.ca

œuvre : Pascal Huot • Tupilak 1 • 2011

libre de la peur au point de vivre éternellement, dès aujourd’hui et même après sa mort physique ! » Est-ce l’Église qui se trompe en pensant que tout homme est enfermé dans la peur qui le rend esclave ou, si tu préfères, le transforme en marionnette ou en mort-vivant ? L’Église se trompe-t-elle en annonçant que le bonheur de tout homme, toi, moi, ton professeur athée, ton voisin arabe, réside dans le fait d’apprendre que cette peur a été vaincue par le Christ ressuscité ?

As-tu peur ? Tous les jours ? Plusieurs pour tous les temps jusqu’à la fin du fois par jour ? Tout le temps ? monde. C’est pour cela qu’on l’appelle catholique ou universelle, ce qui revient Pas toi, me dis-tu : « Un autre, peut-être, au même. Ce trésor ne s’épuisera jamais ; un fragile, un traumatisé, un handi- il serait encore intact même s’il était capé ou un malade. Mais personne ne donné aujourd’hui, en un instant, aux vit constamment tenaillé par la peur ! 7 milliards d’humains de la Terre. Et il On peut avoir peur longtemps, mais pas serait encore vrai pour le 7 milliards et constamment. J’ai déjà eu peur, certes, unième homme. et je te concède que j’aurai encore peur, mais personne n’a peur tout le temps. Ce Depuis deux mille ans, l’Église annonce une bonne nouvelle qui concerne tout serait invivable. » homme : « Le Christ est mort et ressusL’Église possède un trésor qu’elle donne cité pour que plus personne ne vive une à tous les hommes, de toute race, langue, seule journée sur cette terre avec la peur peuple et nation, de tous les âges et au ventre ! Pour que tout homme soit

Pourtant, je t’affirme que, si tu ne sais pas que la vie éternelle est accessible pour toi dès aujourd’hui pendant que tu lis cet article, tu es un mort-vivant. Beaucoup plus laid et épeurant que tous les zombies qui se puissent imaginer ou que tu as vus dans les films. Au cours des prochaines chroniques, je me propose de te montrer que, sans le savoir, tu as peur. J’ai peur, moi aussi, mais moins souvent qu’avant. J’essaierai de t’aider à discerner les conséquences de la peur dans ta vie. Après quoi, tu devrais non seulement lire, mais aussi entendre l’Église te donner son trésor, la seule chose dont tu as besoin pour être heureux sur cette terre et cesser d’être un mort-vivant : « Le Seigneur t’aime depuis toujours et à jamais. »

La vie est belle ! • Février 2012

On peut penser que c’est l’Église qui se trompe. À preuve, nos églises se vident, me répondras-tu. Si l’Église renouvelait son message, sa façon de faire, pour s’adapter à l’homme moderne, en bref, si elle changeait de trésor, peut-être trouverait-elle des gens qui en voudraient.

33


éclats de joie Trois paires de lunettes André Chevalier achevalier@satelcom.qc.ca

Les martyrs qui ont proclamé l’Évangile n’avaient aucune intention de berner les foules. Ils annonçaient l’Aujourd’hui de Dieu, c’est-à-dire l’accomplissement des antiques prophéties de salut et de libération que nous rappelons à la messe de Noël, à minuit. Ils ont accepté leur mise à mort, indifférents aux menaces qu’on leur adressait, parce qu’ils portaient trois paires de lunettes plutôt qu’une : la foi, l’espérance et la charité, ce dernier mot signifiant, en grec, « aimer jusqu’à mourir pour un ami ».

La vie est belle ! • Février 2012

C’est l’expérience qu’a faite « Ti-Poulet », surnom d’un ex-toxicomane de 23 ans au foie ravagé, libéré de ses dépendances, de ses révoltes et de la violente cruauté qui le dominaient. La grâce de Dieu est toujours présente à celui qui la demande, car il est le Vivant qui donne la vie. Ainsi se reproduit d’âge en âge l’épisode du bon larron sauvé qui, contrairement à son complice crucifié en même temps que lui, voit dans Jésus en croix le Juste condamné injustement.

34

L’Évangile du Christ, ou bonne nouvelle du salut de Dieu, n’est ni mythique, ni philosophique, ni utopique. Ce n’est pas un récit naïf, mais un témoignage dramatique en forme de bonne nouvelle. Il n’est pas chargé de tristesse devant le lamentable spectacle du monde. Au contraire, il exalte la joie des pauvres, des malades et des condamnés rétablis dans leur dignité par l’intervention du Christ Jésus, dont le nom signifie « Dieu sauve ».

photo : Pascal Huot

L’Évangile du Christ, ou bonne nouvelle du salut de Dieu teurs actuels du judéo-christianisme. Ils percevaient, eux, tout comme le présent pouvoir politique en Chine et au Vietnam, la force révolutionnaire de la foi chrétienne et de son corollaire, la vie morale ordinaire.

Dis-moi ce que tu vois, je te dirai qui Les anciens persécuteurs romains tu es. Certains voient le mal partout. étaient plus intelligents que les détrac- D’autres voient la vie en rose. Plusieurs

ne voient qu’eux-mêmes et se moquent de tout. Les lunettes de la foi, de l’espérance et de la charité montrent l’activité libératrice de Dieu. Elles sont dons de l’Esprit du Ressuscité qui purifie (foi), vivifie (espérance) et anime (charité). Ti-Poulet pourrait aussi servir de surnom au fils de la parabole du père prodigue. Celui qui était perdu a été retrouvé, celui qui était mort est désormais vivant.


regard de foi Le laïcat, une voie consacrée ? Luc Phaneuf phaneuf.luc@videotron.ca

Je me suis marié assez vieux, à 36 ans, sans jamais avoir ressenti l’appel au sacerdoce. Même si j’étais un laïc confirmé dans sa vocation, mes modèles chrétiens faisaient partie du canon classique des saints et des saintes de l’Église : surtout des personnes consacrées, des prêtres, des sœurs ; s’ils étaient des laïcs, ils avaient été des consacrés avant la lettre (Jeanne Mance et Paul Chomedey de Maisonneuve, à Montréal, tous deux demeurés célibataires toute leur vie).

Seules exceptions à cette cohorte : Pier Giorgio Frassati, mort à 24 ans avant de s’être marié, qui m’a énormément marqué ; et les futurs « saints » parents de sainte Thérèse de Lisieux, sur la tombe desquels j’ai prié lors de mon voyage à Alençon-Lisieux en 1999. Faire leur connaissance, d’abord par la lecture d’une biographie, a été l’une des grandes grâces de ma vie. Pour la première fois, on me proposait des modèles de sainteté laïque, des gens qui avaient connu une

photo : Collection privée : Luc Phaneuf

vie normale, avec un métier, une famille, mais pleinement irriguée par la sève du Christ. (Les époux Martin avaient essayé chacun de son côté, avant leur rencontre, d’entrer dans la vie religieuse consacrée. Mais Dieu avait d’autres vues sur eux, qu’ils ont acceptées avec… foi ; une obéissance qui a porté du fruit en abondance !) À l’institut de spiritualité de l’Université grégorienne, j’avais suivi un cours sur la théologie du laïcat. J’ai pris conscience, à la suite des exhortations répétées de Jean-Paul II, que l’appel à la sainteté était lié au baptême et non à la seule vie religieuse consacrée. En vérité, chaque laïc était appelé à la sainteté tout autant que les personnes consacrées ; seul le chemin de sanctification différait. Cette prise de conscience de l’Église n’allait pas effacer d’un coup de baguette magique l’ancienne mentalité : être une personne consacrée, surtout un prêtre, c’était choisir la « meilleure voie », la plus sainte et sanctifiante. Selon cette mentalité, les laïcs étaient considérés certes comme des chrétiens à part entière, mais auxquels il manquait « quelque chose », car ils ne s’étaient pas totalement donnés à Dieu, lui préférant la vie « dans le monde » – comme si les personnes consacrées en faisaient moins partie… Puis, petit à petit, grâce aux communautés nouvelles et aux réflexions d’une nouvelle génération de théologiens laïques, l’Église a enfin pleinement reconnu toute la grandeur de la dignité de baptisés des laïcs. (À suivre)

La vie est belle ! • Février 2012

« Ce n’est pas par hasard que j’ai cherché toutes ces années à promouvoir à une plus grande échelle la reconnaissance de la sainteté, dans tous les milieux où elle s’est manifestée, afin que puissent être offerts à tous les chrétiens de multiples modèles de sainteté, et que tous se rappellent qu’ils y sont personnellement appelés. » (Jean-Paul II, Lettre aux prêtres, 25 mars 2001, no 15)

35


dans mon panier Chronique Découvertes Ruth Sylvestre ruthlaglaneuse@hotmail.com

Magasin

La vie est belle ! • Février 2012

Les Créations Pierre Charbonneau, créateurs de pendentifs religieux de toutes sortes, qui ont pignon sur rue depuis 1980 à Mirabel, offrent depuis peu la gamme « Pegazoo » : pendentifs en bois de cerisier avec prénom, figurines diverses, fleur de lys, etc. Les articles ont toujours été offerts au prix du gros aux entreprises, et ils sont désormais en vente aux particuliers. On peut consulter le catalogue en ligne : creationscharbonneau.com. On peut commander par téléphone, par Internet, par catalogue, ou acheter sur place.

36

Tee-shirt

chrétien

R adio

Sur le site boutique-chretienne.org, on peut créer ses propres articles chrétiens, tels que tee-shirts, camisoles ou kangourous… en français ! Ce qui est quasiment un miracle ! Exemples pris sur le site :

CFOI-FM de Saint-Jérôme (102,9) vient d’ouvrir une autre antenne à Québec, le 104,1. CFOI œuvre en association avec l’Église réformée baptiste de Montréal. On peut écouter les enseignements ainsi que l’excellente musique chrétienne en passant par le blogue de la station : www. unherautdansle.net Les coordonnées  : CP 40088, Québec (Québec) G1H 2S5 Tél. : 418 688-0506 ou 450 432-5210 Tél. sans frais : 1 877 659-0251 Le blogue est dédié à la défense de la foi sur la base de la révélation : « Nous jetterons un regard sur le monde dans une perspective judéo-chrétienne. »


dans mon panier Sans

frais pour femme

enceinte et inquiète…

La webradio francophone Spreading Light, destinée aux jeunes de par son choix musical branché – musique pop, rock, rap, reggae et electro dance –, fêtera ses deux années d’existence le 25 février 2012. Joseph Auffret et Sylvain Gilardeau, deux catholiques de 15 et 18 ans originaires du diocèse de Vannes, en France, ont créé et lancé Spreading Light à la suite de l’appel de Benoît XVI aux JMJ de 2009. On peut écouter en ligne : http://spreadinglight.over-blog.com ; sur Windows Media Player, iTunes, Winnamp, VLC via le lien http://listen. radionomy.com/spreading-light.m3u, ainsi que sur iPhone, iPod touch, iPad, Android via l’application LiveRadio par Orange. Aujourd’hui, Spreading Light est gérée par une équipe de cinq jeunes de 15 à 18 ans.

La vie est belle ! • Février 2012

France

Le numéro sans frais 1 855 871-4442 partout au Québec est à retenir par cœur et à faire connaître. Si vous êtes inquiète de vivre une grossesse ou si vous connaissez une femme qui est enceinte et que vous aimeriez la soutenir, ce numéro offre tous les services d’aide et de soutien aux femmes enceintes. En mars 2012, le site Internet enceinteinquiete.org verra le jour pour aider encore davantage.

photo : Pascal Huot

37


renaissance

NET : Nouveau visage pour l’évangélisation

Mgr Terrence T. Prendergast, s.j., archevêque d’Ottawa archbishop@archottawa.ca

La vie est belle ! • Février 2012

« Ce sont des sentiments d’émerveillement et d’action de grâce qui montent en moi à la suite de la visite de l’équipe NET au camp des jeunes à Versant-laNoël. D’emblée, tous ici reconnaissent leur passage comme une véritable visite de Dieu au milieu de nous. » Voilà ce que dit le père Robert Lebel, prêtre et

38

auteur-compositeur de Thetford Mines, à propos de ce nouvel instrument d’évangélisation au service de l’Église catholique au Canada – les équipes NET.

eux : “Notre cœur n’était-il pas tout brûlant au-dedans de nous tandis qu’il nous parlait en chemin ?” Oui, nous avons été touchés en profondeur, aussi bien ces 70 jeunes que la quinzaine d’adultes qui « Pourquoi ? Parce que nous avons été les accompagnaient. » touchés par sa présence… Vous savez, c’est un peu comme les disciples sur la L’acronyme « NET » vient du nom route d’Emmaüs qui se disaient entre « Nouvelle évangélisation sur le terrain »

Quatre des jeunes qui ont mis leur vie au service du Christ pendant un an au sein des équipes NET.

photo : Terrence T. Prendergast


renaissance

de nous tandis qu’il nous NET a pris naissance en 1981 à Saint parlait en chemin ? Paul, au Minnesota, quand une première équipe de jeunes a été envoyée animer des retraites dans diverses paroisses sur une base « expérimentale ». La réponse étant rassemblements ainsi que les échanges très favorable, des équipes additionnelles dans les équipes de partage, leur grande ont été formées et envoyées en renfort profondeur à exprimer leur foi par leurs pour répondre à la demande. paroles et leurs attitudes, l’expression De 1985 à 1994, plusieurs diocèses toute simple de leur prière, leurs regards canadiens ont reçu les équipes NET qui et leurs gestes, leur humour, leur joie, venaient des États-Unis. En 1994, une leur transparence, leur discipline aussi et première équipe canadienne vit le jour cette fraîcheur de leur jeunesse marquée à Ottawa. Depuis, six autres équipes se par l’Esprit de Jésus. » sont jointes à elle. Les jeunes intéressés à se joindre à À l’automne 2006, une première équipe NET de langue française fut constituée. Celle-ci connaît un franc succès auprès des jeunes francophones à travers le Canada, aussi bien ceux des diverses

une équipe NET feront parvenir leur demande aux responsables d’ici la fin d’avril afin de pouvoir participer à la formation qui sera donnée à compter de l’été 2012. Les personnes qui sont

acceptées au sein de l’équipe doivent recueillir environ 6 000 $ auprès de leurs parents, amis, paroissiens et paroissiennes afin de couvrir leurs dépenses au cours de l’année. La période initiale de formation est suivie d’une messe d’envoi en mission célébrée à la cathédrale d’Ottawa en octobre. L’année missionnaire se termine au début de juin ; on fait le bilan de l’année et on célèbre l’eucharistie. La vie des jeunes disciples de Jésus qui s’engagent dans cette actiProclamer. Inviter. Former. Équiper. vité missionnaire est transformée tout autant que celle des personnes à qui ils apportent la Bonne Nouvelle. Pour de plus amples renseignements ou pour faire une demande d’inscription, visitez www.lesequipesnet.ca.

Les équipes NE

La vie est belle ! • Février 2012

que s’est donné un groupe de mission- régions du Québec, de l’Est et du naires catholiques qui a pour mission Nord ontarien que ceux des provinces de porter le message de l’Évangile de l’Ouest. aux jeunes. Le père Lebel affirme : « Parfois on dit : Les équipes NET cherchent à susciter “Il n’y a rien de mieux que des jeunes chez les jeunes l’amour du Christ et un pour rejoindre les jeunes !” Eh bien ! efdésir de vivre selon les enseignements de fectivement, cela a été vérifiable une fois l’Église. L’Évangile prend vie grâce aux de plus au cours de cette fin de semaine. témoignages de foi des participants et J’énumère spontanément les éléments de par l’étude et la pratique des principaux cette retraite qui nous ont fascinés : l’inenseignements de Jésus et de son Église. géniosité de la pédagogie de ces jeunes Les jeunes sont invités à mettre leur vie animateurs-témoins, leur créativité tant au service du Christ et reçoivent une musicale que théâtrale, l’art d’animer les formation qui leur permet de devenir missionnaires à leur tour. Chaque année, plus de 20 000 jeunes participent aux sessions NET dans les écoles et Notre cœur n’était-il pas les églises. tout brûlant au-dedans

39


histori-cité Rome : À partir de la fondation Marilyn Paris rosedelima@hotmail.com

La vie est belle ! • Février 2012

Pour cette nouvelle série de chroniques, nous nous intéresserons à Rome. En tant qu’Occidentaux, nous ne pouvons passer à côté de l’histoire de cette grande cité qui, après avoir été le centre du monde politique pendant des siècles, est devenue le siège de la chrétienté. Nous nous attarderons toutefois davantage à l’histoire de la Rome antique, en commençant ce mois-ci par les origines légendaires de la ville aux sept collines.

40

La fondation de Rome est étroitement liée à la guerre de Troie. Le récit de la prise et de la destruction de cette cité de l’actuelle Turquie nous est essentiellement parvenu par l’Iliade d’Homère, le plus célèbre des poètes grecs. Énée, un guerrier troyen ayant fui la cité, arriva après maintes tribulations sur les côtes de l’Italie. Il s’y établit, après avoir fait alliance avec les habitants, et épousa la e e photo : Marie-Lan Nguyen fille d’un roi local. C’est un de ses des- Louve capitoline, bronze du XII -XIII siècle Rome, Musées du Capitole cendants, Romulus, qui aurait fondé la ville de Rome, vers 750 av. J.-C. cité ne devait être en aucun cas franchi Romulus et son frère Rémus étaient les par une personne armée, ce qu’osa faire fils d’une vestale 1 et du dieu de la guerre, son frère Rémus. Cette bravade valut Mars. Comme ils étaient issus de la la mort à ce dernier… conformément royauté par leur mère, le roi usurpateur à l’usage. d’Albe ordonna que les enfants soient Au fil des siècles, Rome a gagné en jetés dans le Tibre afin qu’ils ne revenimportance en conquérant les territoires diquent pas le trône. Mais les enfants avoisinants et en faisant alliance avec furent recueillis et allaités par une d’autres petits royaumes. Ce territoire louve 2, puis élevés par des bergers. a été gouverné par une monarchie 1. Les vestales étaient des femmes dédiées au Adulte, Romulus s’installa sur les rives jusqu’en 509 av. J.-C. À ce moment fut culte de la déesse Vesta. Elles devaient rester du Tibre. Pour fonder une nouvelle chassé Tarquin le Superbe, dernier roi de vierges sous peine de condamnation à être enterrées vivantes. cité, il lui fallait dans un premier temps Rome, haï pour sa cruauté et ses vices. 2. En latin, lupa est le terme désignant la en tracer les limites, le pomoerium. Cet Ce fut alors l’occasion de mettre en place louve, mais aussi une façon de nommer les prostituées. espace sacré au-dehors des murs de la une république. À suivre…


fous de dieu Jeanne de Chantal, femme accomplie Benoît Lemaire blemaire@cgocable.ca

François de Sales, devenu « docteur de l’amour », connut un des plus grands rayonnements au sein de l’Église catholique. On dit de lui qu’il était « le plus saint des humains et le plus humain des saints ». Il présente une image joyeuse et rassurante de Dieu. Jeanne de Chantal ne connut pas une telle notoriété, mais si son maître « est aujourd’hui le docteur incontesté […] de la mystique », il le doit, après Dieu, à sainte Chantal, dit Henri Bremond. Le fait qu’il lui ait écrit un jour : « Le livre de l’Amour de Dieu, ma très chère fille, est fait particulièrement pour vous » est très révélateur. Elle ne fut pas une « mystique de prie-Dieu », mais une spirituelle qui proposa une forme de vie religieuse pour les gens simples, axée sur la sanctification personnelle et le service des pauvres, surtout les plus pauvres : ceux qui n’ont pas Dieu dans leur vie.

Cette femme, épouse, mère, gérante des biens familiaux (dont elle redressa les finances), veuve, religieuse, fondatrice de communautés, fut une femme accomplie. « D’une beauté naturelle fort attrayante », racontent ceux qui la connaissent bien ; « son humeur vive et gaie, son esprit clair, prompt et net, son jugement solide » la rendent attachante. Ajoutez « un cœur vigoureux qui aime puissamment », comme l’a décrit François de Sales. Tout cela la prédispose à vivre l’amour dans tous ses états de vie avec une intensité admirable 1. Jeanne de Chantal répond aux besoins de notre époque. Ceux et celles qui travaillent à la promotion de la femme trouveront en elle un modèle de réalisation personnelle. Ceux et celles qui rêvent de réformes dans l’Église seront inspirés par son témoignage, car elle a cru davantage, pour sauver le monde, à l’efficacité d’une vie sainte qu’à une contestation des structures ecclésiales.

Fascinée par les béatitudes, elle n’essaie pas de réaliser la perfection codifiée par 1. Lemaire, Benoît, Jeanne de Chantal, une les maîtres de l’ascèse et de la mystique. femme accomplie, Monastère des Visitandines, Elle se contente jour après jour d’aimer Beauport, 2010, p. 8-17.

photo : Pascal Huot

Une fois de plus, la « fécondité de l’Évangile » se manifesta. Un courant de spiritualité fut amorcé par ces deux personnalités inspirantes.

un peu plus Dieu et son prochain en étant « petite en humilité et grande en espérance ». On pourrait dire d’elle qu’elle démocratisa la sainteté. Vincent de Paul la qualifia d’une « des plus saintes âmes [qu’il ait] connues sur terre ».

Sœur Jocelyne Bergeron, de la communauté des Sœurs de la Visitation Sainte Marie de Québec, tenant le portrait de Jeanne de Chantal.

La vie est belle ! • Février 2012

Il y a quatre cents ans, Jeanne de Chantal et François de Sales fondaient une nouvelle communauté à une époque désolante pour la chrétienté à cause de la faible pratique religieuse, de la guerre des religions, du jansénisme et d’un clergé souvent médiocre, voire scandaleux.

41


mots croisés 1

2 3

4

5 6

7

8 9 10 11 12 13 14 15

1

HORIZONTALEMENT 1. Banderole • Fosse.

2. Dilatation d’une artère • Autre nom de l’amour.

3. Personne très grande • Qui assemble des bottes de foin • Groupe de maisons isolées. 4. Autochtone • Béant.

5. Métal précieux • Peintre français • Fils d’Anchise. 6. Île de la mer Égée • Arbre au bois dur • Règles. 7. Collaborateur d’Hitler.

8. À peu près • Ceinture • Du verbe aller. 9. Père de Télémaque • Nuage.

10. Indique le lieu • Symbole chimique • Adverbe de lieu • Colères. 11. Plante volubile à rhizome dépuratif. 12. Romains • En petits morceaux • Se dit de douceurs agréables.

13. Premières propositions d’un syllogisme • Fruit du nectar.

2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 mot croisé  Raymond Boutin, sm

14. Île de France • Extrait du sang par le rein • Une troisième personne. 15. Crochets • Hirondelle de mer.

La vie est belle ! • Février 2012

VERTICALEMENT

42

1. Les lecteurs de La vie est belle ! le sont-ils tous ? • « Il tondit de ce … la largeur de sa langue ». 2. Amphibien qui a perdu sa queue • Qui ont rapport à l’os cubital.

3. À eux • Chef-lieu de la Marne. • Vile populace. 4. Elles boivent trop • Change.

5. Symbole chimique • Cap d’Espagne • Ville de l’ancienne Babylone • Princes musulmans. 6. Oui ancien • Fatigué • Qui manque de naturel. 7. Dynastie mandchoue • Cordonnets de soie.

8. De la première personne • Ancienne note • Plante puante.

9. Petite quantité • C’est-à-dire • Démonstratif • Patronne. 10. Manifestais son mécontentement • Conjugaison. 11. Dieu égyptien • Localité de la Côte d’Ivoire • Flux de lumière. 12. Partie d’un projectile • Semblable.

13. Anciennes unités de monnaie • Courtes.

14. Province juive • Un sens • Article du Mexique. 15. Sans taches • Établis d’une manière stable • Lettre grecque.


La vie est belle ! • Février 2012

illustration : Héloïse Renauld et Hélène Labrie

43


culture Une leçon venue d’ailleurs Yves Houde yveshoude@videotron.ca

La vie est belle ! • Février 2012

Monsieur Lazhar, Québec 2011, Drame, 95 minutes, v. o. : français. Réalisateur : Philippe Falardeau. Interprètes : Mohamed Fellag, Sophie Nelisse, Émilien Néron, Brigitte Poupart, Danielle Proulx. Adapté de la pièce Bashir Lazhar, d’Évelyne de la Chenelière.

44

Simon, ce matin-là, est responsable des berlingots de lait qu’il doit distribuer avant l’arrivée de ses camarades dans la classe. Au moment d’entrer dans la salle de cours, il aperçoit son enseignante pendue. Voilà les premières images du film Monsieur Lazhar, quatrième long métrage de Philippe Falardeau. La table est mise pour développer des thèmes aussi graves que la mort, le suicide, le deuil, le

Devant ceux qui cherchent à occulter le drame ou à le reléguer aux intervenants psychosociaux, Bashir Lazhar affirme que les motifs seront toujours mystérieux, mais en parler, c’est parler de la vie et des survivants, c’est apaiser la douleur plus sûrement que le fait de repeindre les secret, la culpabilité, la responsabilité… murs de la classe en croyant tout effacer. Ce sera fait avec humour et amour. Toutefois, c’est dans le secret et dans le Remarqué dans plusieurs festivals, le mensonge des protagonistes que le film film représentera le Canada dans la trouve sa profondeur. course à l’Oscar du meilleur film en Bashir Lazhar et le jeune Simon portent langue étrangère, le 26 février prochain. l’un et l’autre un douloureux secret alourdi par la culpabilité et le mensonge. L’œuvre a le grand mérite d’aborder Simon a menti sur ses rapports avec nos problèmes de société à travers un l’enseignante qui s’est suicidée. Il se sent regard étranger. responsable. Monsieur Lazhar a menti, dans un contexte d’urgence, sur les cirAyant appris dans les journaux qu’une constances qui l’ont amené au Canada. Il enseignante de 6e année s’était pendue se sent coupable. dans sa classe, Bashir Lazhar, un réfugié politique algérien, vient offrir ses services Adulte, tout étranger qu’il soit, monsieur de remplaçant en invoquant son expé- Lazhar offre, à la fin, une belle leçon rience d’instituteur à Alger. Débordée en faveur des enfants. Son secret étant par les événements qui perturbent la vie devenu connu de la direction, il n’allait de son école, la directrice passe outre aux pas, à son tour, abandonner les enfants, règles et embauche l’étranger sans plus comme l’école l’exigeait. La résilience de de vérification. Cette présence masculine ceux-ci, grâce à lui, réussira mieux que dans le petit milieu d’une école privée la sienne. de Montréal va mettre en évidence les oppositions d’âge, de sexe, de culture, de Le film n’est jamais lourd malgré le pédagogie, etc. sérieux du propos, et les clins d’œil à nos contradictions font sourire. Bravo Le film de Philippe Falardeau s’inter- aux comédiens enfants qui jouent juste roge sur la portée de certains gestes sur et à Fellag qui, dans le rôle-titre, livre le développement des enfants : le suicide toute la grandeur et la fragilité d’une d’une personne en autorité, le contact histoire touchante. physique autoritaire ou affectueux, le Un beau film à voir. silence et les émotions refoulées.


bouquineries Dico catho pour ados

Dieu : présent dans l’angoisse

Claire Marais cf.marais8@live.ca

Claire Marais cf.marais8@live.ca

Gabrielle Bélanger gabrielle.belanger.llb@gmail.com

Ce livre reprend tous les grands moments de la vie de Jésus à travers 200 reproductions d’œuvres d’art. La promesse, la Nativité, la fuite en Égypte, l’enfance… jusqu’à la croix et l’envoi en mission. Ce petit dico s’adresse à tous les curieux du beau, croyants ou non croyants, qui veulent apprendre, comprendre et décrypter la présence de Dieu dans les musées, les églises, les lieux publics. Par son iconographie très variée reproduisant des œuvres d’artistes de toutes les époques, ce livre est une promenade pour s’émerveiller et pour méditer sur la vie de Jésus.

Ce bon gros livre est fait pour nos ados d’aujourd’hui. Un ton résolument joyeux et profond pour nos jeunes en recherche de Vérité. Des questions sur la foi, la prière, Dieu, la vie, la mort…

« Il était temps, à 38 ans, que je prenne conscience que ma vie ne pouvait plus être une fuite ininterrompue. » – Nicolas Mazellier

Une façon originale d’annoncer Jésus et la Bonne Nouvelle. Jésus : le Christ et les Évangiles dans l’art, Frédéric Mazuy, Bayard, 251 pages, 29,95 $

Une centaine de mots, de « Absolu » à « Vocation », en passant par « Bonheur », « Euthanasie », « Doute », « Idole », « Internet », « Pouvoir », « Service », « Violence »… Pour chaque terme, un texte qui invite à la réflexion et qui répond aux questions des jeunes, des encadrés avec des informations plus précises, des prières ou des extraits de la Bible pour méditer. Pour finir, huit dossiers : « L’Art », « La Bible », « Homme-femme », « Les chrétiens »… Un beau cadeau pour ces ados qui se posent beaucoup de questions. Les auteurs : Paul Clavier, professeur de philosophie et chrétien convaincu, Edmond Prochain, journaliste catholique engagé (à retrouver sur son blog edmondprochain.wordpress.com). À partir de 13 ans. Dico catho, Mame, 335 pages, 37,95 $

Pour Nicolas Mazellier, aucun doute : durant les 17 heures passées sous les décombres à la suite du tremblement de terre du 12 janvier 2010 à Haïti, à penser mourir à chaque seconde, Dieu était présent avec lui. Voici un livre qui va droit au cœur. L’auteur nous présente dans une simplicité étonnante son expérience de Dieu. Cette expérience, nous en avons tous un bref aperçu, me direz-vous. Cependant, il arrive parfois que celle-ci se fasse plus violemment à un certain moment de notre vie. En effet, comment survivre, humainement, à 61 200 secondes de quasi-silence, de solitude et de souffrance ? Pensons-y ! Une nuit blanche à penser à nos problèmes paraît une éternité, et ce n’est que rarement plus de 8 heures, 28 800 secondes… Dans ces moments, la réalité se fait insistante, « la fuite n’est plus possible ». Un nouveau chemin se trace, comme il l’exprime si bien : « Cette fuite qui avait été mon quotidien devait prendre fin. » Pourquoi ? de Nicolas Mazellier, Édition Anne Sigier, 2010, 96 pages, 15 $

La vie est belle ! • Février 2012

L’art au service de la foi

45


dans notre prochain numéro Notre dossier : Pardonner Un chemin de libération ! La résilience, amie du pardon Comment pardonner ? Et l’impardonnable ? Des enfants en jasent ! Des témoignages de vie

photo : Pascal Huot

Un nouveau chroniqueur : l’auteur et animateur Jacques Gauthier

Suivez-nous sur Facebook : Magazine La vie est belle

Et twitter : la_vieest_belle


CAMPAGNE DE FINANCEMENT ANNUELLE • 2011-2012 Vous aimez La vie est belle? 95 000

Voici l’occasion de nous manifester votre satisfaction par votre contribution financière.

85 000

Objectif : 100 000 $ Votre soutien spirituel et financier, c’est l’instrument de mesure de votre appréciation pour le magazine que nous préparons avec soin pour vous à chaque parution.

75 000

Donner par prélèvements mensuels

45 000

65 000 55 000

Les prélèvements mensuels permettent de répartir vos contributions sur toute l’année et nous assurent par le fait même une meilleure stabilité financière. C’est également un avantage pour votre propre budget, puisque c’est plus facile de faire un don par petites tranches que de débourser un gros morceau d’un seul coup!

35 000 25 000 15 000

11 03 55 $ 000

Par exemple, votre budget vous permet d’offrir 20 $ par mois, mais vous ne seriez sans doute pas capable de donner 240 $ en une seule fois! Merci!

Pour offrir un don–prélèvement mensuel J’autorise L’Informateur catholique (pour La vie est belle!) à prélever chaque mois (le 14), de mon compte bancaire, la somme précisée ci-dessous ( joindre un chèque annulé; un formulaire vous sera envoyé ). Je pourrai modifier cette contribution ou y mettre fin en tout temps en communiquant par téléphone au 418 908-3438. 10 $

autre:

20 $

$

70 000 60 000 50 000 40 000 30 000 20 000 10 000

ADRESSER À : La vie est belle ! L’Informateur catholique 271, route 138, bureau 100 Saint-Augustin-de-Desmaures, Qc G3A 2C6 Tél. : 418 908-3438 ; téléc. : 418 908-3440 info@mlveb.com www.magazinelavieestbelle.com

Il est également possible de s’abonner pour un an à la version électronique ou papier en visitant notre site Internet : www.enlignetoi.com ( paiement sécurisé Paypal )

Autres modes de paiement MasterCard

80 000

50 $

Signature:

Visa

90 000

Chèque ou mandat

No d’abonné ( s’il y a lieu ) Nom et prénom

Montant du paiement :

Adresse

No

Ville

Province

Exp.

Code Postal

Tél.

Signature :

Courriel

La vie est belle ! • Février 2012

5$

100 000 100 000

47


CONCOURS Courez la chance de gagner cette magnifique peinture à l’huile encadrée de Daniel Abel (une valeur de 375 $) en vous abonnant à La vie est belle! (abonnements nouveaux seulement).

Comment participer : Abonnement découverte (4 numéros)

1 participation

Abonnement de six mois (5 numéros)

1 participation

Abonnement d’un an (10 numéros)

3 participations

Abonnement par prélèvements mensuels

4 participations

Vous pouvez participer au tirage autant de fois que vous le désirez. Les fac-similés sont acceptés. Cependant, vous devez soumettre un nouvel abonné différent chaque fois avec le paiement de son abonnement. Le prix sera attribué par tirage au sort. œuvre : Daniel Abel • Toile : 8’’x10’’

Pour s’abonner Version papier

Date limite pour participer: le mardi 12 juin à 14 h. Le tirage aura lieu le mercredi 13 juin à 12 h aux bureaux de La vie est belle! - L’Informateur catholique.

(taxes incluses, si applicables)

Par prélèvement automatique ( 5 $ /mois ) Abonnement découverte 15 $, 4 numéros (nouveau seulement)

Les règlements du concours sont disponibles sur notre site Internet au www.toujoursenligne.com/35370-concours-la-vie-est-belle.

Six mois pour 28 $ ( 5 numéros ) ADRESSER À : La vie est belle ! L’Informateur catholique 271, route 138, bureau 100 Saint-Augustin-de-Desmaures, Qc G3A 2C6 Tél. : 418 908-3438 ; téléc. : 418 908-3440 info@mlveb.com www.magazinelavieestbelle.com

Un an pour 50 $ (10 numéros ) Un an États-Unis pour 70 $ Un an Étranger pour 90 $

Version électronique Un an pour 30 $ ( 10 numéros en PDF )

Payeur

Abonné ( si différent )

Nom et prénom

Nom et prénom

Adresse

Adresse

Ville

Province

Ville

Province

Code Postal

Tél.

Code Postal

Tél.

Courriel

Courriel Modes de paiement

En vous abonnant, vous profitez d’une économie de 30 % du prix en kiosque Il est également possible de s’abonner pour un an à la version électronique ou papier en visitant notre site Internet : www.enlignetoi.com ( paiement sécurisé Paypal ) Tout abonnement est payable à l’avance et n’est pas remboursable.

Paiement préautorisé ( inclure chèque avec

la mention « annulé ». Un formulaire vous sera envoyé. Le prélèvement se fait le 14 de chaque mois. )

Visa

MasterCard

Chèque ou mandat

No Montant du paiement Signature :

Exp.

Magazine La vie est belle! Février 2012  

Un dossier sur l'amour conjugal, des témoignages, des réflexions, de la détente en Dieu.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you