Page 1

V O N

Lundi

26

LE JOURNAL DU FESTIVAL EDITION DIJON 

¿HOLA QUE TAL?

G

éNéRiQ de fin ? Pas tout à fait… Hier, les Américaines du Cabaret New Burlesque ont fait transpirer les planches du Grand Théâtre. Rich Aucoin a fait danser les mômes à la Ferronnerie et Jeanne Added a habillé la salle italienne du musée Magnin de sa pop maîtrisée. La soirée d’aujourd’hui sera consacrée à la chanson française… ou presque. Dès 18 heures, venez vous encanailler avec de la folk québécoise avant que Vincent Delerm et son théâtre chanté Memory ne clôturent le festival.

GéNéRiQ va vous faire aimer le lundi.

Catherine D’Lish, un vrai délice.

Kitten On The Keys, d’humeur cochonne.

Retour en Images

Roky Roulette, le fringant cowboy.

Dirty Martini, un cocktail explosif.

Ballades québecoises

Allez vous encanailler ! Les huit Québécois se sont rencontrés dans un parc de Montréal. C’est là que sont nés les Canailles. Pendant six mois, ils ont surtout fait des covers (reprises) de country américaine, puis ils sont passés au français avec des compositions originales. « L’idée de parler notre langue natale nous plaisait, c’était plus authentique », explique Daphné Brissette, la chanteuse du groupe. Un style décalé Ils s’inspirent de la culture cajun (celle des Acadiens déportés en Louisiane). Banjos, harmonicas et accordéons plongent l’auditeur dans une ambiance folk onirique. Cette musique donne des envies de voyages, de sirop d’érable et de poutine (une spécialité québécoise).Vous aurez peut-être du mal à comprendre le québécois. Rassurez-vous, les rythmes et la voix de Daphné suffisent à planter le décor. Si vous êtes curieux, jetez un

œil à leurs clips inventifs et un brin provocateurs (canailles oblige). Un premier rencard C’est la première fois que le groupe vient en France avec son « langage ». La chanteuse trouve cette nouvelle expérience amusante : « Il va falloir se faire une place ! » Au final, la compréhension du texte n’est pas si importante quand on reçoit l’énergie

transmise par cette famille bricolée. Lorsqu’on leur demande pourquoi l’album s’appelle Manger du bois, ils répondent : « C’est une plaisanterie car le bois n’est pas appétissant, c’est quelque chose de plate. » Vous ne comprenez pas ? Nous non plus. Il n’y a plus qu’à aller les écouter chanter. Léa Zelenkauskis et Elsa Melendez

»» 18 : 00 - Foyer Grand Théâtre


Cabaret New Burlesque, un show made in USA

« Nous sommes comme une grande famille »

Added habitée

Public comblé au musée Magnin, venu entendre le timbre profond de Jeanne Added et de sa basse. Accompagnée de Marielle Chatain, elle a joué avec la Lucrèce de Sébastiano Ricci en toile de fond. Un pop-rock intimiste, de la ballade mélancolique aux morceaux les plus abrasifs. Jeanne Added a accordé le rouge de ses lèvres aux murs de la salle italienne, en écho aux maîtres vénitiens qui l’entouraient. Comme une réponse musicale à la virtuosité picturale.

Merci d’être vivant !

Samedi soir, Rich Aucoin a littéralement allumé le Consortium. Après les performances de The GKC, Von Pariahs et BRNS, le canadien fou a déchaîné le public. Installé avec ses platines et une vidéo en arrière-plan, il a inondé la salle de sa pop enjouée et colorée. Véritable showman, il n’ a pas hésité à plonger dans la foule, accompagné par de nombreux fans.

Delerm caméléon

A 36 ans, Vincent Delerm compte quatre albums à son actif. Mais depuis le 6 décembre dernier, c’ est sur les planches que l’ on retrouve cet auteur, compositeur et interprète, dans le spectacle de théâtre chanté Memory. Chansons, récits, images, photos et films se mêlent, sous l’ influence de Woody Allen, Léo Ferré ou encore Buster Keaton. À découvrir ce soir à 20 heures au Grand Théâtre.

Des gros bisous...et parfois plus de la part des membres du Cabaret New Burlesque.

Après un show « très chaud » devant plus de 600 personnes, les membres du Cabaret New Burlesque ont accordé une interview exclusive et très glamour à la rédaction. Qu’avez-vous pensé de la représentation de ce soir ? Dirty Martini : « C’ était bien, le public était enthousiaste. » Kitten on the Keys : « J’ ai obtenu le numéro d’un prétendant ! » Quelle relation avez-vous avec le public français ? D.M. : « Comparé au public américain, les Français sont timides, discrets. Mais depuis le film Tournée (ndlr : réalisé en 2010 par Matthieu Amalric) ils se détendent ! Ce soir, les gens étaient fous, ils criaient, riaient... » K.K. : « Plus ils crient, plus on donne ! » D.M : « Ce qui me touche le plus, c’est de voir que nous avons toutes les générations. » Est-ce que votre spectacle est différent de celui que vous faites aux États-Unis ? D.M. : « Aux États-Unis, nous avons des shows en solo. Pour la France, nous nous rassemblons pour réaliser un

spectacle commun. » K.K. : « Comme un super groupe ! » Quel type de femmes voulezvous représenter dans votre spectacle ? D.M. : « Je pense que les femmes sont les créatures les plus magnifiques qui soient. Avec notre spectacle, nous espérons montrer des corps décomplexés. Aimez-vous, vous êtes belles... » K.K. : « Nous appartenons à une nouvelle génération de femmes, sexuellement puissantes. » Roky Roulette, qu’est-ce que ça fait de travailler avec toutes ces jolies femmes ? D.M. : « Il est très chanceux ! » Roky Roulette : « C’ est vrai, ces femmes sont de fantastiques artistes. Elles sont comme mes sœurs, ou plutôt mes demi-sœurs. Nous sommes comme une grande famille. Je suis réellement chanceux. » La rencontre s’ est terminée par une démonstration d’ effeuillage avec notre journaliste Léa. Un moment unique. Propos recueillis par Léa Zelenkauskis et Julien Roméro

Le journal de mardi en ligne

GéNéRiQ en images !

Pour sa dernière édition, le journal de GéNéRiQ paraÎtra uniquement en ligne sur le site de La Vapeur. Interview de Vincent Delerm, reportage sur Canailles, et le best-of des photos du festival.

La vidéo du jour et toutes les rencontres avec les artistes du festival sont à voir sur le site de La Vapeur : www.lavapeur.com


Ambiance bon enfant au concert pour les kids

À la Ferronnerie, Rich Aucoin n’a pas endormi les bambins

Bulles, parachute et pistolet de glace… Le Canadien a embrasé la Ferro hier devant un parterre d’enfants enthousiastes. « En écoutant la compil du festival GéNéRiQ, Olympe est tombée sous le charme de la chanson It, explique sa maman. Du coup, elle a absolument voulu venir à la Ferronnerie. » Comme cette petite fille, ils étaient nombreux à s’ être déplacés hier au concert de l’artiste (caché dans la photo du milieu). Impatients de le rencontrer, les gamins ont pris plaisir à enlever leurs bouchons d’ oreilles distribués à l’ entrée, au désespoir de leurs parents. Sous une pluie de bulles et de confettis, le tant attendu Rich Aucoin est enfin monté sur scène. Une vague de couleurs Pendant 45 minutes, le chanteur est parvenu à faire partager aux plus jeunes

son univers. Après une brève initiation à l’anglais, il les a invités à chanter avant de les entraîner dans ses chorégraphies. Temps forts du spectacle : des effets visuels surprenants et l’ ouverture incongrue d’ un parachute au milieu de la salle, sur lequel les enfants se sont vite jetés. Un mouvement ample qui a pris la forme d’une vague de couleurs et conquis les petits. Confirmation de Yaël, 4 ans, qui avoue : « Ce que j’ ai aimé, c’était le parachute. Mais j’ aurais préféré danser dessus plutôt que dessous. » « Ce que j’ai aimé, c’est le parachute ! » Pour Baptiste, 10 ans, c’est le côté pop-rock. Oscar (à gauche), un peu fantasque, n’ a pas retenu grand-chose du spectacle à part les confettis. Ce n’est pas bien grave, il est venu avec « un pistolet de glace ». Le seul petit bémol est venu de Gaston, 9 ans. « Moi, j’ ai pas

Lison, 8 ans, après Rich Aucoin pour les kids

« C’ était trop bien. J’ ai tout aimé ! Surtout les bulles de savon, les confettis et le moment où on est tous allés sous le parachute. En plus les gens dansaient, et j’ adore danser. »

Benoît, employé au Conseil Général, papa de Lison

« On est allés par hasard à la soirée Top of the Spot pour écouter les groupes danois et on a vraiment adoré Budam, c’ était génial ! »

Cécile, détachée au Musée Magnin

« Jeanne Added : une musique très accomplie au niveau technique et scénique, bouleversante. Une ambiance immersive parfaite pour accompagner le regard sur la peinture italienne. »

aimé parce que les bulles s’ éclataient sur ma tête et que les gens piétinaient mon manteau quand ils dansaient. » La mine boudeuse, il ajoute, « la seule chose bien, c’ était les bouchons d’oreilles…» De grands enfants Après le spectacle, Rich Aucoin explique qu’il a donné le même concert au Consortium samedi devant un public d’adultes. Qu’ est-ce qui change avec les enfants ? « C’est le volume sonore », confie l’artiste. Et ce n’est pas la première fois qu’ il tente l’ expérience. « On a déjà joué ce spectacle une fois en France, mais des coussins étaient installés par terre, et les enfants se sont tous endormis… Cette fois, c’ était top ! », se réjouit le Canadien. Au fond, ce qui lui plaît, c’est de voir que les parents sont de grands enfants. Alexandre De Carvalho, Clément Mazurkiewicz et Marjorie Bouchard


CANAILLES Entrée gratuite sans réservation 18 : 00 - Foyer du Grand Théâtre

Schlep

VINCENT DELERM «Memory» De 5.50 € à 30 € / Réservations : www.lavapeur. com 20 : 00 - Grand Théâtre

RETROUVEZ-NOUS !!! Site internet : http://www.generiq-festival.com / http://www.lavapeur.com/ Facebook : Festival GéNéRiQ Twitter : generiqfestival Youtube : EuromediasDijon

Remerciements : S’PRINT Dijon, imprimeur de l’extrême. Directeurs de la publication : Eric Heilmann / Yann Rivoal Rédacteur en chef : Frédéric Joly. Formation Euromédias : Rédaction : Julien Roméro (référent) / Léa Zelenkauskis / Elsa Melendez / Marjorie Bouchard / Sylvie Kermarrec / Alexandre De Carvalho / Clément Mazurkiewicz PAO : Solène Mabille (référente) / Léa Zelenkauskis / Sylvie Kermarrec / Nicolas Millière / Julien Roméro Communication externe : Marie-Astrid Parot (référente) / Fanny Adenot / Solène Mabille / Angélique Paperin-Sabre / Grégoire Roberty Vidéos : Jean-Marie Legros (référent) / Céline Faivre / Claire Willemann / Angelika Chistyakova / Nicolas Millière. Recherche de partenaires : BTS communication du lycée Les Arcades de Dijon. Toute reproduction, même partielle, est interdite sans autorisation. Plutôt que de me jeter, pensez à me recycler


GéNéRiQ // Le journal de du festival à Dijon - 26/11/2012  

Le Journal du Festival GéNéRiQ à Dijon - Edition du 26/11/2012

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you