Page 1

In jec

tro tion


Amélie strobino KEVIN KATRKEL LAURENT MONNET


OTIDE L’idée du projet Introjection nous est venue en découvrant un extrait du roman d’Italo Calvino « Les villes invisibles » (1972). Ce roman a pour particularité d’explorer l’imaginaire à travers des descriptions de villes. La dimension poétique de l’œuvre de Calvino nous a particulièrement intéressés. C’est pour cette raison que, dans le cadre du workshop « Au loin », nous avons souhaité projeter notre imaginaire à la rencontre de la ville de Montréal — ville qui nous était inconnue, et qui nous serait présentée à travers le regard photographique d’un étudiant montréalais. Kévin Katrkel, de l’EAVM, qui manifeste un vif intérêt pour la psychanalyse et le concept de l’introjection, accepte de collaborer avec notre duo. C’est lui qui débute le projet en réalisant une série de photos. Il nous l’envoie ensuite et nous commençons

à nous plonger dans ces images et réalisons ce qu’elles nous inspirent. Au fil des semaines, Kévin complète le stock de photographies. Il en réalise en tout une quarantaine. Dans ces images, Kévin essaie de capter des aspects spécifiques de Montréal : ses habitants, l’atmosphère de différents lieux, les détails particuliers d’un instant, etc. Ce sont déjà des images qui interrogent la ville de manière personnelle et poétique, et non des clichés neutres. Sur la base de ces photographies, nous réalisons en tout une vingtaine de nouvelles images. Nous développons tous deux une méthode de travail et utilisons les moyens d’expression avec lesquels nous sommes les plus à l’aise : Laurent adopte une approche réflexologique et cherche à créer des liens entre les


- 01 -

EDITO images de Montréal et des phénomènes ou événements incongrus survenus à Genève. Cette démarche donne naissance à une série de collages numériques. Amélie choisit de travailler avec un imaginaire plus intérieur. Elle choisit des images, note par écrit ce qu’elles lui inspirent, puis retravaille manuellement sur ces dernières, au crayon de couleur, à l’aquarelle, au néocolor, au feutre, à la craie grasse et à la gouache. Nos interprétations terminées, nous les envoyons à Kévin, pour qu’il puisse terminer le travail. Il choisit d’apporter son introjection sous la forme d’un texte poétique relié à chacune de nos images.

- 01 -


JOUR NAL 12 Mars 2013 Après une brève réunion sur Skype, nous avons convenu de procéder comme suit : Nous établirons une ligne directrice après que Kevin nous aura envoyé les photos constituant la base du projet. Nous pourrons dès lors élaborer des esquisses, puis des illustrations, des collages, des textes… L’intérêt de cette collaboration est que le projet Introjection, pourra gagner en profondeur grâce aux remarques et conseils que Kevin lui apportera. Ce dernier étant intéressé par le concept de l’introjection et la psychanalyse, il souhaiterait, dans les limites du temps disponible, apporter une dimension sonore à notre édifice. ( Donner un son à nos images.)

26 Mars 2013 Nous avons bien reçu les premières photos de Kevin et nous avons commencé à les traiter, les étudier du côté de Genève. Au niveau de l’introjection, Amélie explore une approche illustrative, manuelle, sortant de son imaginaire par le biais du dessin, redéfinissant l’éthique même de l’image. De son autre côté, Laurent adopte une approche réflexologique et psychanalyste sur le sujet, faisant le lien par rapport à Genève et des phénomènes incongrus, finissant par découper tous les éléments de son approche et le finalisant par un collage. Le tout avance assez vite, nous aurons bientôt une production assez intéressante sous peu. Nous enverrons en fin de semaine, les réalisations à Kevin pour qu’il puisse travailler à son tour sur le sujet.

- 02 -


15 avril 2013 9 AVRIL 2013 Kévin a réalisé de nouvelles photos ; il y en a donc au total une quarantaine. Nous arrivons à la fin de la réalisation des images. Nous en avons produit en tout une vingtaine. Nous passons maintenant à l’étape de finalisation du projet : la conception du journal de bord sur support papier. Au cours des semaines, nous avons choisi de ne donner à voir sur le blog qu’un aperçu du travail réalisé, pour qu’au moment de la mise en ligne du projet terminé il y ait d’avantage à voir. Après nous être entretenus sur skype jeudi prochain, nous pourrons commencer à préparer la mise en ligne et la présentation orale d’Introjection.

Malgré quelques bugs de webcam qui nous faisaient faire du breakdance, le rendez-vous skype de jeudi passé nous a permis de nous organiser pour la fin du travail. Kévin a choisit de produire des textes poétiques en rapport avec un certain nombre de nos images. Nous sommes en train de réaliser la mise en page du journal de bord. Nous pourrons bientôt en réaliser une version imprimée — qui sera photographiée — et une version pdf « interactive » ( possibilité de faire défiler les pages comme avec un livre réel ). Nous publierons ces dernières sur le blog demain. Kévin concevra d’ici mercredi une version tumblr du projet. Nous espérons que la présentation skype de jeudi prochain sera elle aussi animée par quelques joyeux bugs, histoire de pouvoir à nouveau se voir faire du breakdance à l’écran.


- 03 LAURENT Cette photo m’a tout de

Ré fle xions 1

suite intrigué, de part cette oiseau que je ne connaissais point. J’ai trouvé qu’il serait

intéressait de créer une nouvelle espèce avec les oiseaux de Genève.

- 03 -


LAURENT MACARONIGEON ---------------------------------------J’ai voulu renforcer la liaison du macaron avec Genève en l’assemblant avec d’autres oiseaux, plus « genevois » pour ainsi créer cette nouvelle espèce hybride MontrealoGenevoise.


KEVIN ---------------------------------------Il a cassé l’oiseau...en mille morceaux, comme une porcelaine.


- 04 AMELIE Filature attente silouhette nébuleuse fleu bleu brasier lumière irréelle sous-marin à l’envers

intrigue bras serré iridescence

Ré fle xions 2 - 04 -


AMELIE IRIDESCENCE ---------------------------------------Une sorte de filature, comme si nous poursuivions une silhouette dans la nuit. Un homme. Qui est-t-il ? Où va-t-il ? Qu’attend-t-il ? La lumière, au fond, ressemble à une nébuleuse. Du feu bleu. Un brasier. Ou même une méduse. On sent comme une attente. L’homme doit tenir dans ses bras ce qu’il à dû voler à la méduse. C’est pourquoi elle n’ose encore attaquer.


KEVIN ---------------------------------------Entre les ombres — monstre calorifère, Sangs gantés les mains pleines de mystère le feu à travers la gorge épouvantée Au milieu de la nuit, je me suis surpris à l’appeler : Nizar — quelle révolte encore traines-tu mélancolique ? Dans ce nuage de fumée que l’astre de ta clope constelle.


- 05 AMELIE mouvement illusion lumière vive aquarium température fluidité flou tropical vitesse

Ré fle xions 3 - 05 -


AMELIE MACROCYSTIS ---------------------------------------Cette image possède l’illusion du mouvement. La lumière est si vive, elle transperce les plantes. On dirait qu’on est sous l’eau. Alors les plantes se changent en algues. Cette fois on est sous l’eau pour de bon.


KEVIN ---------------------------------------« Ave Lux. »


- 06 AMELIE

LAURENT

projection

provocation

confusion

exposition

étrangeté promenade transfusion lien drôle

Ré fle xions 4 - 06 -

attache laisse animal surprise


AMELIE le maître ---------------------------------------Qui promène qui ? Le chien ou le maître ? Je pense tellement au chien que j’y vois son maître. Le maître serait-il le chien ? Le chien serait-il le maître ? Etrange promenade !


LAURENT Une libre provocation ---------------------------------------« J’me sens coupable d’avoir assassiné mon double dans le ventre de ma mère et de l’avoir mangé J’me sens coupable d’avoir attenté à mon entité vitale en ayant tenté de me pendre avec mon cordon ombilical J’me sens coupable d’avoir offensé et souillé la lumière du jour en essayant de me débarrasser du liquide amniotique qui recouvrait mes yeux la première fois où j’ai voulu voir où j’en étais » Voilà ce que je ressens quand je vois cette photo, je fais automatiquement la liaison avec ce cheval empaillé...


KEVIN ---------------------------------------Promenons-nous !


- 07 AMELIE angoisse menace sous-terrain sous-marin lueur noirceur humidité poussière vacarme

fantômatique profondeurs menace

Ré fle xions 5 - 07 -


AMELIE menace evanescente des profondeurs ---------------------------------------Objectivement, il s’agit d’une pelle mécanique en action sur un chantier sous-terrain. Mais plus au fond, plus intuitivement, qu’est-ce que j’y vois ? La menace évanescente. Cette image devient évocation d’une peur confuse. J’ai choisi d’illustrer cette peur sous la forme d’un poisson lanterne, seigneur des profondeurs, car je relie symboliquement le monde sous-terrain ainsi que le monde sous-marin aux profondeurs internes de l’homme.


KEVIN ---------------------------------------Abyssale coulisse des silences Grises antennes de bÊton Chantier pataphysique de l’outre-monde.


- 08 AMELIE

LAURENT

félin

peau

regard

chat

intense force majesté statue marbre divin

Ré fle xions 6 - 08 -

nourriture fourrure miam miam suisse commerce


AMELIE mystique ---------------------------------------Son regard est fixe, figé, comme celui d’une statue. Un masque. Quelque chose de majestueux, de calme. Comme un antique masque funéraire.


LAURENT CATCEPTION ---------------------------------------L’enquête a révélé que des Suisses abattent les chats errants et les vendent à des tanneries qui utilisent la peau de l’animal. Le prix : 15 francs suisses, c’està-dire, 9 euros. Et ces gens, décrits dans l’enquête comme des « paysans », en mangeraient la viande.


KEVIN ---------------------------------------Un petit chat, un petit chat, un petit chat chat chat Chat pardon mes huit vies de trop M’en reste une, et vers quoi se rend Mes deux petits chats, dix-huit temps Et peu s’en faut.


- 09 AMELIE

LAURENT

animal

parrure

farouche

transformation

interrogatoire doute crispation coupable contraste poids entraîner

au fond

Ré fle xions 7 - 09 -

bête meeehh fourrure vêtement chic genevois glamour

provocation


AMELIE Remord vivant ---------------------------------------Les ombres prononcées et la lumière crue de la photo me donnent l’impression que cette femme a quelque chose à se reprocher. Comme si elle était poursuivie par sa propre culpabilité, qu’elle traînait avec elle une sombre histoire. Son écharpe rappelle la laine d’une brebis. Mais la brebis pendue au bout de l’écharpe n’est pas une simple brebis.


LAURENT Bambitch ---------------------------------------Les fourrures ont toujours été une polémique à Genève, surtout quand certains de ces vêtements ont été fait en fourrure de chat. Ces derniers étant enlevés dans les rues et les petits villages. L’être humaine est devenu une sorte de bête livrée à une libre prostitution de l’animal.


KEVIN D’une cause à l’autre. ---------------------------------------Peau d’âne s’en tira de l’avoine, elle avait trop de chagrin. ça la gavait trop au bout d’un moment. L’autre avait raison, tout a un temps. Le sien était passé. A cette pensée, elle ralluma une cigarette : « A ta santé ! ». Le jour se levait sur la ville, et dans cette lumière rasante, pâle et un peu froide, elle parvint à sourire.


- 10 AMELIE gĂŞne regard multitude contraste action interrogation papier chair

RĂŠ fle xions 8 - 10 -


AMELIE suzanne ---------------------------------------Pourquoi ce regard de côté ? L’homme serait-il gêné ? Cette gêne me mène à penser que cette multitude de papier vient recouvrir le corps d’une femme nue, qui le domine de part sa taille et son assurance.


KEVIN ---------------------------------------Des nues du bas Résille le coeur Comme un voeu Qu’on bafouille Maladroitement.


- 11 AMELIE

LAURENT

2 dimensions

dimension

regard

rêve

assister passage transgression étrange fiction/réalité

Ré fle xions 9 - 11 -

parallèle observateur voyeur telévision


AMELIE transgression ---------------------------------------Blanc. Ecran. Hôpital ? Vidéo surveillance ? Fuite ? L’homme qu’ils observent à l’écran a disparu. Serait-ce un patient ? Un fou ? Serait- il dangereux ?


LAURENT Television rules the nation ---------------------------------------Sommes-nous observés ? En fait nous ne sommes que des projets que l’on regarde à travers un écran et auquel on voit défiler la vie paisible... De nombreux dispositifs de ce genre permettant d’observer des personnes en temps réel dans le monde ( webcam, internet, etc...) existent.


KEVIN

---------------------------------------Confusion des regards — qui regardez-vous ?


- 12 AMELIE

LAURENT

enracinement

Lake parade

faire face

isolement

dominer grisaille assurance repos tranquillité mystère

Ré fle xions 10 - 12 -

perversion prostitution Paquis


AMELIE faire face aux pluies ---------------------------------------Le visage coupé par le cadrage donne tout son mystère à la photo. De part sa pose, le personnage me donne l’impression qu’il est solidement ancré, comme la colonne contre laquelle il se tient. Comme s’il n’allait jamais bouger, et rester là, à dominer la ville, et faire face aux pluies. Alors la tête du personnage et celle de la colonne ne sont qu’une.


LAURENT perversion dominante ---------------------------------------ARTICLE DE JOURNAL, Genève : Comment arrondir ses fins de mois sans trop se fatiguer ? En devenant locataire aux Pâquis puis en sous-louant les chambres du logement obtenu à des prostituées, à raison de 100 francs par fille et par jour. Ce procédé toujours plus répandu dans le quartier est-il légal ? A ce jour, en tout cas, il n’a débouché sur aucune condamnation.


KEVIN ---------------------------------------Image du corps — mon visage s’emballe Dans les nuées du vent d’hier. C’est froid et même un peu gercé, Ton regard glisse par terre Et la route s’enfonce sous nos pieds.


- 13 LAURENT envol liberté

Ré fle xions 11 - 13 -

vaisseaux spatial terre ciel étoile observateur cosmonaute

terre vide galaxie


LAURENT UN SPATIOPORT ---------------------------------------Envolée spatiale à travers une étrange baie vitrée, exploration des sens. Se perdre et se retrouver, imaginer que les moyens technologiques ont évolué nous permettant un Genève/ Montréal en quelques secondes... Vouloir voyager pour connaitre ses lieux.


KEVIN ---------------------------------------Cosmo-marine, les algues se dandinent au fond de la capsule-mère.


- 14 LAURENT oiseau saut

RĂŠ fle xions 12 - 14 -

plume infini ĂŠvasion performance acrobatie rencontre instant

statue foi gloire divin


LAURENT Le saut du non ange ---------------------------------------Le petit Jordy a très bien compris Qu’à la piscine pour draguer les copines, faut faire Plouf, Plouf La vie, parfois fait plouf Le petit Grégory apprenait la vie Au bord de la rivière avec son père, et puis Plouf, Plouf La vie, parfois fait plouf Brahim était plus grand, marchait tranquillement chantant que la vie est belle sous le pont du Caroussel Plouf, Plouf La vie, parfois fait plouf


KEVIN ---------------------------------------« Plonger, verbe I. - Empl. trans. A. - Enfoncer, faire entrer dans l’eau ou dans un liquide. [...] B. - Faire entrer (rapidement) quelqu’un, quelque chose dans. » le ciel.


- 15 LAURENT perchoir hauteur

Ré fle xions 13 - 15 -

domination icone symbole isolé prestige légende cuicui


LAURENT Icone ---------------------------------------Le jet d’eau de Genève est un emblème, une fierté propre à chaque Genevois et que tout le monde fait automatiquement la liaison quand on parle de la ville. Cette photo de perchoir, isolé, dominant pourrait très bien faire office de monument urbain historique Québecois.


Amélie strobino KEVIN KATRKEL LAURENT MONNET


Introjection  

Livre conçu dans le cadre d'un échange artistique Montréal/Genève

Advertisement