Page 1

Nom  du  porteur  du  projet  :  Mazé   Prénom  :  Laure   3ème  cycle  administration  de  projets  culturels.  IESA   Téléphone  :  06  70  30  28  69   Mail  :  lauremaze@orange.fr              

« Médiateur  culturel,  un  métier  ?  »  

Association Le  CARAC         Journées   d’étude   et   colloque   organisés   par   Laure   Mazé   –   étudiante   3ème   cycle   professionnel   «  conduite   de   projets   culturels  »     dans   le   cadre   de   son   projet   de   fin   d’étude,   avec   Serge   Saada   professeur   à   Paris   III   et   Sciences   Po,   responsable   de   la   formation  à  la  médiation  culturelle  de  Cultures  du  Cœur.  

            DATE  ET  DUREE  DU  PROJET  :     Journées  d’étude  10  et  11  mai  2010,  colloque  fin  octobre  2010.          


Sommaire

Résumé...................................................................................................................................................................3 Avant  propos. ......................................................................................................................................................3 Un  peu  d’histoire  pour  commencer..........................................................................................................4 Histoire  d’un  métier.........................................................................................................................................6 Présentation  détaillée  du  projet.................................................................................................................7 A-­‐  Les  journées  d’études  :..............................................................................................................................7 Les  professionnels  invités  :  responsables  relations  avec  les  publics,  médiateurs  : ..........8 Médiateur  modérateur  journées  d’études  et  colloque  :..................................................................8 Porteurs  du  projet  : ..........................................................................................................................................8 Programme  des  journées  d’études. ....................................................................................................... 10 B-­‐  Le  colloque................................................................................................................................................... 11 Pré  Programme  du  colloque. .................................................................................................................... 12 Evaluation  et  indicateurs  de  l’action..................................................................................................... 13 Budget  prévisionnel  de  l’action............................................................................................................... 14 Les  partenaires  contactés........................................................................................................................... 15 Les  contreparties............................................................................................................................................ 15 Annexes.................................................................................................................................................................... 16 Invitation  journées  d’études. .................................................................................................................... 17 Questionnaires  envoyés  aux  participants .......................................................................................... 20 Statuts  de  l’Association  Le  CARAC ......................................................................................................... 23 Informations  légales. .................................................................................................................................... 25 Budget  de  l’association................................................................................................................................ 26 Notes  diverses.................................................................................................................................................. 27 La  culture,  l’eau  de  l’âme ............................................................................................................................ 27

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

2


Résumé. A   travers   ces   journées   d’étude   nous   proposons   à   une   vingtaine   de   professionnels   d’analyser   et   dresser   un   tableau   des   conditions   d’exercice   de   la   médiation,   de   la   formation  à  la  mise  en  pratique  dans  un  lieu.       Nous   cherchons   à   interroger   les   moyens,   les   manières   de   concevoir   et   de   faire   de   la   médiation.   Dans   quelle   mesure   peut-­‐on   faire   une   distinction   entre   communication   classique   et   médiation  ?   De   quelles   latitudes   disposent   les   chargés   des   publics   pour   trouver  un  point  d’équilibre  entre  une  éthique  de  la  médiation  et  les  contraintes  d’une   structure  culturelle.     L’objectif   :   faire   un   état   des   lieux   de   la   profession   et   de   ses   modes   de   médiation   en   fonction  des  lieux  et  des  disciplines.     Une   première   synthèse   :   quel   avenir,  quel  devenir  pour  la  médiation  culturelle  ?  Entre   désirs  et  réalités  ...  Quelles  propositions  ?   Trois   invités   viendront   apporter   leur   regard   sur   la   médiation  :   Thierry   Lorent   de   la   Fédération   des   arts   de   la   Rue,   Zeev   Gourarier,   historien   et   conservateur   (musée   national   des   sports,   musée   de   l’homme,   musée   des   arts   et   traditions   populaires)   et   Sylvie  Rouxel,  maître  de  conférence  au  CNAM.     Les   étudiants   de   Paris   III,   de   l’IESA   et   du   CNAM   seront   là   «  observateurs»   pour   recueillir   les  réflexions.  

Avant propos.   Depuis  quelques  années  je  vois  des  professionnels  autour  de  moi  avoir  de  plus  en  plus   de   difficultés   à   perdurer   dans   leur   métier,   que   ce   soit   dans   l’audiovisuel,   le   cinéma,   la   danse,   la   musique   ou   le   théâtre.   Une   plus   grande   précarisation   amène   nombre   d’entre   eux   à   réfléchir   à   une   reconversion.   Parmi  les  pistes  de  reconversion  possible  à  travers   une   formation  :   la   médiation   culturelle   et   l’administration   de   projets   culturels.   Je   fais   partie   de   ceux-­‐ci   qui,   après   un   bilan   de   compétence,   ont   choisi   de   tenter   cette   reconversion   pour   rester   malgré   tout   dans   le   secteur   culturel   et   valoriser   leur   longue   expérience.  Mais  si  la  perspective  théorique  de  mettre  au  profit  des  publics  nos  passions   et  nos  savoirs  nous  motive,  la  question  des  débouchés  et  la  réalité  d’un  nouveau  travail   nous  questionne.   A   travers   ma   formation   à   l’IESA,   j’ai   pu   rencontrer   des   médiateurs   ou   chargés   des   publics.   Leur   approche   souvent   très   différente   m’a   amenée   à   vouloir   mener   un   travail   plus   approfondi   sur   ce   métier   qu’est   la   médiation   culturelle.   D’autres   rencontres   encore   dans   quelques   structures   m’ont   questionnée,   est-­‐ce   un   métier   ou   plutôt   une   compétence  ?   Est-­‐ce   que   d’une   compétence   on   peut   faire   un   métier,   comment   est-­‐il   reconnu  dans  les  différents  secteurs  de  la  culture  ?   Avec   Serge   Saada,   professeur   à   Paris   III,   Sciences   Po   et   chargé   de   la   formation   de   médiateur   à   Cultures   du   cœur,   j’ai   pu  mettre  sur  pied  cette  réflexion  avec  un  panel  de   professionnels   venu   de   nombres   de   structures.   C’est   ce   projet   que   je   vous   propose   de   découvrir.   Laure  Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

3


« Convoquer  le  peuple  au  pouvoir,  c’est  l’inviter  au  savoir.  »  1  

Un peu  d’histoire  pour  commencer.    

Jusqu’à la   révolution   française,   les   arts   étaient   l’apanage   des   nobles.   A   la   révolution   française,   l’art   sort   des   cabinets   privés   pour   être   accessible   au   peuple.   Le   Louvre   est   ouvert  au  public,  les  biens  du  clergé  sont  nationalisés.    

L’éducation pour   tous   sera   prônée   par   Condorcet.   En   1792,   il   remet   un   rapport   sur   «  l'organisation   générale   de   l'instruction   publique   »   où   l’on   peut   lire  :   «  Diriger   l’enseignement   de   manière   que   la   perfection   des   arts   augmente   les   jouissances   de   la   généralité   des   citoyens,   et   l’aisance   de  »   ceux   qui   les   cultivent,   qu’un   plus   grand   nombre   d’hommes  deviennent  capables  de  bien  remplir  les  fonctions  nécessaires  à  la  société,  et  que   les   progrès,   toujours   croissants,   des   lumières   ouvrent   une   source   inépuisable   de   secours   dans   nos   besoins,   de   remèdes   dans   nos   maux,   de   moyens   de   bonheur   individuel   et   de   prospérité  commune».     Ainsi   les   fondements   de   la   démocratisation   culturelle   apparaissent,   se   basant   sur   l’éducation   populaire.   En   1948,   Victor   Hugo   exhorte   l’Assemblée   Nationale   à   «  multiplier   les   écoles,   les   chaires,   les   musées,   les   théâtres,   les   librairies  »   pour  «  faire   pénétrer  de  toutes  parts  la  lumière  dans  l’esprit  du  peuple  ».                                                                                                                       1

Eugène Varlin (1865) in Citoyens, chiche !

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

4


En 1866   Jean   Macé   en   crée   la   Ligue   de   l’enseignement.   En   1920   Firmin   Gémier   promoteur  du  Théâtre  populaire  crée  le  premier  Théâtre  National  Populaire.       A   la   sortie   de   la   guerre,   c’est   le   Conseil   National   de   la   Résistance   qui   va   poser   les   premières  bases  concrètes  de  l’éducation  populaire  et  de  l’action  culturelle  en  inscrivant   dans  le  préambule  de  la  constitution  de  1946  :  «  la  nation  doit  donner  accès  à   l’éducation   et  à  la  culture  ».       En   1945   Jean   Dastée   crée   les   premières   Maison   de   la   Culture.   Puis   Jean   Vilar   en   prenant   la  direction  du  TNP  en  1951,  dénonçant  le  théâtre  bourgeois,  veut  «  rassembler  toutes  les   catégories  de  la  population  dans  les  travées  du  théâtre  ».   Avec  la  Vème  république,  André  Malraux,  le  tout  premier  ministre  des  Affaires  Culturelles,   inscrira  dans  le  décret  du  24  Juillet  1959  la  mission  du  ministère  de  «  rendre  accessible   les   œuvres   capitales   de   l’humanité,   et   d’abord   de   la   France,   au   plus   grand   nombre   possible   de  français    ».   Pourtant,   au   fil   des   années,   on   ne   pourra   que   constater   l’échec   de   la   démocratisation   culturelle,   comme   peuvent  en   témoigner  les  études  faites  sous  l’égide  du  Département   Etudes  et  Prospective  du  Ministère  depuis  1970  sur  les  pratiques  culturelle  des  français.     Selon   la   dernière   étude   menée   par   Olivier   Donnat  :  «   Un   quart   des   Français   n’ont   fréquenté   dans   l’année   aucun   équipement  culturel,    29%  se  sont   rendus  quelquefois  dans   l’année   au   cinéma   ou   ont   assisté   exceptionnellement   à   un   spectacle   vivant,   de   danses   folkloriques  ou  de  cirque  par  exemple...»    

Et   pourtant,   comme   le   dit   Elisabeth   Caillet2  :   «  la   médiation   culturelle   est   un   projet   politique  de  mise  en  commun  des  œuvres  de  l’art  et  de  la  culture  ».     Mais   mon   propos   n’est   pas   de   donner   une   définition   de   la   médiation   culturelle,   c’est   aux   professionnels   de   ces   journées   d’études   que   je   souhaite  en  laisser  le  soin.                                                                                                                   2  E.  Caillet  :  agrégée  de  philosophie,  docteur  en  Sciences  de  l'éducation,  expert  en  médiation  culturelle  

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

5


Histoire d’un  métier.3   «  La   démocratisation   de   l’accès   à   la   culture   implique   le   développement   des   démarches   d'appropriation   de   l’art   vivant,   et   du   patrimoine   artistique   et   culturel…/…   Les   pratiques   de   la   médiation   artistique   et   culturelle   désignent   aujourd'hui   ces  démarches  d'appropriation  et  les   modalités  de  mise  en   relation  de   la   production   artistique   avec   les   publics.   La   médiation   artistique   et   culturelle   constitue   un   des   outils   essentiels   d'une   politique   de   démocratisation   de   l'accès   à   la   culture,   à   l'égard   des   publics   les   plus   éloignés   de   l'offre,   en   fonction   de  leur   situation  sociale,  économique   ou   géographique.  ».   Dominique   Chavigny 4  (1993)  :  "déclaration  liminaire  sur  la  nécessaire  médiation".    

Au début   des   années   90,   le   ministère   de   la   Culture,   en   lien   avec   le   mouvement   ATD   Quart   Monde,   a   mis   en   place,   un   programme   innovant   de   recrutement   de   médiateurs   du   livre,  chargés  de  diffuser  le  goût  et  la  pratique  de  la  lecture  auprès  des  populations  les   plus  éloignées  du  réseau  des  bibliothèques.     Pour   autant,   dans   l’histoire   de   la   culture   en   France,   il   a   fallu   attendre   1997,   année   de   lancement  du  programme  gouvernemental  «  nouveaux  services  –  emplois  jeunes  »,  pour   que  la  médiation  culturelle  soit  reconnue  comme  une  fonction  et  un  métier  spécifiques.     C’est  avec  la  politique  de  la  ville,  et  la  loi  29  juillet  1998  relative  à  la  lutte  contre  les   exclusions,  qui  prévoit  dans  son  article  140  «  l'égal  accès  de  tous,  tout  au  long  de  la  vie,  à   la  culture,  à  la  pratique  sportive,  aux  vacances  et  aux  loisirs  »,  que  le  métier  va   commencer  à  se  développer.   En   2001,   plus   de   15   000   emplois   jeunes   médiateurs   culturels   étaient   recensés   dans   la   culture,   chiffre  qui  pourrait   être  multiplié  par  trois  si  les  postes  de  médiateur  culturel   embauché   dans   des   secteurs   non   culturels   (tourisme,   social   par   exemple)   étaient   eux   aussi  comptabilisés.     En   2004,   la   loi   relative   au   Musées   de   France   mentionne   pour   la   première   fois   explicitement   la   médiation   parmi   les   attributions   des   musées.   «   Chaque   musée   de   France   dispose   d’un   service   ayant   en   charge   les   actions   d’accueil   des   publics,   de   diffusion,   d’animation   et   de   médiation  culturelles.  Ces  actions  sont  assurées  par  des  personnels  qualifiés  ».    

En 2007,  on  s’aperçoit  que  la  médiation  culturelle  est  encore  qualifiée  par  le  ministère,   dix  ans  après  les  premiers  emplois  jeunes,  de  «  nouveau  métier  émergent  ».     «  Cette  notion  encore  imprécise  du  point  de  vue  conceptuel  a  d’abord  une  signification   institutionnelle.  Elle  sert  en  effet  surtout  à  regrouper  un  e nsemble  de  pratiques  qui  ont   connu   une   professionnalisation   accrue   ces   derniers   quinze   ans,   et   dont   témoigne   la   prolifération   de   programmes   de   formation   universitaire.   Ces   formations   professionnelles,   pluridisciplinaires   et   appliquées,   cherchent   à   intégrer   à   l’action   culturelle,   les   acquis   de   la   sociologie   de   la   culture,   de   l’histoire   de   l’art   et   du   management.   La   professionnalisation   de   cette   fonction   polyvalente,   pluridisciplinaire   et   relativement   ouverte,   demeure   néanmoins   encore   largement   conçue   dans   une   perspective  classique  de  «  d iffusion  de  l’art  ».  Jean  Caune5  .  

                                                                                                              3   Source  :   Marie   Christine   Bordeaux.   Enseignant-­‐chercheur   Université   Stendhal   Grenoble   3   :   Sciences   de   l'information   et   de   la   communication.  in  Colloque  international  sur  la  médiation  culturelle.  M ontréal  –  décembre  2008.   4  Mr  Chavigny,  Adjoint  au  D irecteur  régional  des  affaires  culturelles  de  Bretagne  puis  inspecteur  général  de  l’administration  des   Affaires  culturelles   5  Jean  Caune,  Professeur  à  l’université  Stendhal  de  Grenoble  et  chercheur  au  Gresec.  

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

6


« Le   secteur   culturel   :   peut-­il   se   limiter   à   être   celui   de   la   diffusion   et   de   la   réception   des   formes   artistiques   légitimées   par   le   «   monde   de   l’art   »   ?   Ne   doit-­on   pas   inclure   dans   ce   domaine  les  pratiques  sensibles  ou  intelligibles  qui  permettent   à  la  personne  de   se   construire  dans  son   rapport  à  l’autre  ?  ».   Jean  Caune,  2006.       «  …La  légitimité  du  médiateur  culturel  est  acquise  pour   briser   la   distance   qui   sépare   ces   populations   de   la   culture  commune.  Le  médiateur  trouve  sa  raison  d'être   professionnelle   (et   peut   être   même   plus)   dans   cette   fonction   de   "passeur   de   culture".   Jean   Michel   Lucas   –   Entretiens  Jacques  Cartier  décembre  2009.  

Présentation  détaillée  du  projet.   A-­‐  Les  journées  d’études  :   Une   vingtaine   de   professionnels   issus   de   théâtres,   musées,   centres   chorégraphiques…   sont  invités,  au  cours  de  ces  deux  journées  d’étude,  à  analyser  et  dresser  un  tableau  de   leurs  conditions  d’exercice  de  la  médiation,  de  leur  formation  à  la  mise  en  pratique  dans   un  lieu.     Nous   cherchons   à   interroger   les   moyens,   les   manières   de   concevoir   et   de   faire   de   la   médiation.       Dans   quelle   mesure   peut-­‐on   faire   une   distinction   entre   communication   classique   et   médiation  ?     De  quelles  latitudes  disposent  les  chargés  des  publics  pour  trouver  un  point  d’équilibre   entre  une  éthique  de  la  médiation  et  les  contraintes  d’une  structure  culturelle.     Un   court   texte   introductif   et   quelques   questions,   permettant   d’enrichir   la   réflexion,   seront  transmis  préalablement  aux  participants  ainsi  qu’un  questionnaire  pragmatique   sur  leur  activité  professionnelle.   Des  ateliers  par  petits  groupes  seront  proposés  autour  des  thèmes  suivants  :   Médiateur  :  un  métier  ?  Histoire,  formation,    reconnaissance,  et  perspectives  d'avenir.   Médiation  ou  communication  ?  Quelles  pratiques  dans   quels  lieus,  quels  moyens  (temps,   budget...),  quels  outils,  lorsque  on  est  salarié  d'un  lieu  de  diffusion.   Trois   invités   viendront   apporter   leur   regard   sur   la   médiation  :   Thierry   Lorent   de   la   Fédération   des   arts   de   la   Rue,   Zeev   Gourarier,   historien   et   conservateur   (musée   national   des   sports,   musée   de   l’homme,   musée   des   arts   et   traditions   populaires)   et   Sylvie  Rouxel,  maitre  de  conférence  au  CNAM.   L’objectif   :   faire   un   état   des   lieux   de   la   profession   et   de   ses   modes   de   médiation   en   fonction  des  lieux  et  des  disciplines.   Laure  Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

7


Les professionnels  invités  :  responsables  relations  avec  les  publics,  médiateurs  :     • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Fanny Delmas  (Centre  Chorégraphique  National  -­‐  Montpellier)     Marion  De  Geyer  (Cité  de  la  musique  –  Paris)   Marie-­‐M  Bouillon  (Ex  CE  StMicroeletronics  -­‐  Grenoble)   Benjamin  Bardinet  (Palais  de  Tokyo  -­‐  Paris)   Fabienne  Martet  (Le  Louvre  –  Paris)   Christoph  Pineau  (Théâtre  de  La  Bastille  -­‐  Paris)     Nathalie  Dalmasso  (Théâtre  Massalia  -­‐  friche  de  la  Belle  de  mai  –  Marseille)     Diane  Delmas  (Musée  d’Orsay  -­‐  Paris)     Amandine    Leroux,  Chargée  des  relations  avec  les  publics  (Théâtre  des  quartiers   d'Ivry)     Géraldine  Morier  Genoud  (Théâtre  des  quartiers  d'Ivry)     Gaël  Brynhole  (MC  Bobigny)     Muriel  Ryngaert  (Mac  Val  –  Vitry  sur  Seine)   Sylvie  Dreyfus  (BNF)     Marie  Baron  –  (Comédie  Française  et  Vieux  colombier  –  Paris)   Marie  Claude  Noiran  (Théâtre  de  Colombe)     Johny  Lebigot  (Théâtre  de  L'échangeur  -­‐Paris)     Nathalie  Landrieu  (Théâtre  du  Lierre  -­‐  Paris)     Alice  Pauly  (Cultures  du  Cœur  -­‐  Paris)   Maël  Monvoisin  (Ex  Le  grand  parquet  –  Paris)       Parmi  ceux-­‐ci,  2  sont  au  chômage  ou  sans  emploi  fixe…    

Médiateur modérateur  journées  d’études  et  colloque  :    

Serge  Saada  :   responsable   du  programme  de  formation  nationale  à  la  médiation   culturelle   de   l’association   nationale   Cultures   du   Cœur.   Il   enseigne   au   département   de   médiation   culturelle   de   l’université   Paris   III   le   théâtre   et   la   médiation  culturelle,  l’écriture  dramatique  à  Science  PO  Paris,  et  intervient  dans   le  Master  2  de  l’université  Paris  I  «  Projet  culturels  dans  l’espace  public  ».   Il   a   coordonné   plusieurs   collectifs   sur   le   théâtre   contemporain,   est   l’auteur   de   plusieurs   essais   et   articles   sur   le   théâtre   et   d’un   essai   (à   paraître)   sur   le   spectateur   de   théâtre.   Entre   1991   et   1998   il   a   été   conseiller   artistique   et   responsable  de  la  jeune  mise  en  scène  à  l’Académie  Expérimentale  des  Théâtres   et  responsable  des  ateliers  d’écriture  de  l’Ecole  du  Passage.        

Porteurs du  projet  :    

Laure Mazé  :  ancienne  chef  monteuse  de  documentaires  en  reconversion.  Après   un   bilan   de   compétence   l’orientant   vers   la   médiation   culturelle,   elle   suit   une   formation   au   Métiers   de   la   culture   et   plus   précisément   en   conduite   de   projets   culturels  au  sein  de  l’IESA.   Très  vite  elle  se   questionne  sur  ce  qu’est  pratiquement  ce  concept  de  médiation   culturel.     Au   cours   de   son   stage   à   Réseau   en   Scène   Languedoc-­‐Roussillon,   elle   travaille   notamment   sur   les   questions   d’emploi   et   de   formation   dans   la   branche   du   Laure  Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

8


spectacle vivant,   de   l’audiovisuel   et   du   cinéma   en   région   LR   pour   le   comité   régional  des  professions  du  spectacle  (COREPS).     La  question  de  la  médiation  est  pour  elle  en  continuité  avec   son  ancien  métier  où   la   transmission,   le   «  passage  »   au   spectateur   de   questions   sur   le   monde,   très   diverses,  était  au  cœur  de  sa  pratique,  comme  un  outil  de  médiation  :  permettre   la   prise   de   conscience,   la   connaissance   sur   un   thème   ou   un   autre,   du   citoyen   spectateur.    

L’Association CARAC  :   Collectif   Associatif   Régional   d’Action   Culturelle.   Cette   toute  jeune  association  crée  par  un  étudiant  de  3ème  cycle  Métiers  de  la  Culture   de   l’IESA   à   pour   but   la   mise   en   valeur  du   patrimoine,   des   arts   et   de   la   culture   par   le  biais  d’actions  éphémères  ou  perpétuelle.  Ses  moyens  d’action  sont  :   • les  publications,  les  cours,  les  conférences,  les  réunions  de  travail  ;     • l’organisation   de   manifestations   et   toute   initiative   pouvant   aider   à   la     réalisation  de  l’objet  de  l’association  ;   • la   vente   permanente   ou   occasionnelle   de   tous   produits   ou   services     entrant   dans   le   cadre   de   son   objet   ou   susceptible   de   contribuer   à   sa   réalisation.      

Accompagnateurs du  projet  :    

Des étudiants   de   l’IESA,   du   CNAM   et   de   PARIS   III   accompagneront   les   journées   d’étude.  Ils  seront  les  «  candides  »  et  questionneront  les  professionnels  sur  leur   travail.   Grâce   à   leur   écoute   et   aux   questions   qu’ils   poseront,   un   document   de   synthèse   pourra   être   construit.   Ils   seront   une   aide   précieuse   à   la   «  médiation  »   entre   les   professionnels,   à   la   fois  modérateurs   et   récepteurs/transcripteurs  des   réflexions  menées.  Un  travail  préparatoire  en  amont  sera  fait  avant  les  journées   d’études  :   analyse   et   synthèse   des   questionnaires,   préparation   aux   travaux   en   groupe.    

Ces journées   d’études  seront   filmées   pour   présenter   ensuite   un   film   de   15   à   20   minutes   en  introduction  du  colloque.     La  synthèse  de  ces  travaux  fera  l’objet  d’une  parution  à  éditer  pour  le  colloque,  offerte   aux  invités  des  journées  d’études  mais  payante  pour  les  individuels.     Un   blog   ou   forum   devrait   être   mis   en  place  à  la  suite  de  ces  journées  d’études,  mis  en   ligne  sur  le  site  de  l’association  CARAC  ou  sur  tout  autre  site  opérationnel.     Présence   attendue   de   25   professionnels   et   d’une   vingtaine   d’étudiants   de   l’IESA   (en   particulier   des   «  3ème   cycle  »   en   reconversion   professionnelle)   et   de   l’université   Paris   III.   Soir  près  de  50  personnes.    

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

9


Programme des  journées  d’études.     10 mai 2010 à l'IESA - 5 / 7 rue Saint Augustin - 75002 Paris qui

quoi

9h30 - 10h00

accueil des participants

Serge Saada, Laure Mazé

exposé du travail proposé, méthode et but

10h00 - 10h50

présentation des participants

les étudiants les questionnent

filmé

10h50 - 11h50

invité

Sylvie Rouxel

médiation et formation

11h50 - 12h20

discussion avec l'invité

filmé

12h20 - 13h30

pause repas

buffet sur place

13h30 - 16h00

ateliers en groupe de 5 ou 6

16h00 - 17h00

restitution thème 1

17h00 - 18h00

invité : témoignage

18h00 - 18h45

temps d'échange

19h30 - 21h30

Sortie culturelle

modérateur : étudiants

le métier, la formation filmé

Zeev Gourarier

la médiation au musée filmé

Beaubourg, Cinéma à Carole Desbarats commente la BPI cycle : Autre les projections des films et

chose : le cinéma ditil "autre chose" ?

extraits qu'elle a sélectionnés autour du thème Les Hommes

11 mai 2010 à l'IESA- 5 / 7 rue Saint Augustin - 75002 Paris 9h30 - 10h30

Invité

10h30 - 11h30

discussion avec l'invité

11h30 - 13h30

ateliers en groupe de 5 ou 6

13h30 - 14h30

pause repas

14h30 - 16h00

ateliers en groupe de 5 ou 6

16h00 -17h00

Restitution des groupes

17h00 - 17h30

conclusions

Thierry Lorent - FD arts de la rue

une expérience du public "hors les murs" filmé

modérateur : étudiants

médiation ou communication ? les outils de la médiation buffet sur place

modérateur : étudiants

médiation ou communication ? les outils de la médiation filmé

Serge Saada

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

10


B-­‐ Le  colloque.   Journée  de  restitution  et  d’échange  autour  des  travaux  menés  pendant  les  deux  journées   d’études  des  10  et  11  mai    2010.  Le  colloque  devrait  avoir  lieu  vers  la  fin  octobre  2010.   Public  cible.   À   l’intention   des   personnes   en   formation   professionnelle   ou   reconversion,   des   professionnels   de   la   culture,   des   artistes   comme   des   responsables   de   formation,   de   structures,   de   collectivités,   ce   colloque   vise   à   élargir   la   compréhension   du   métier   de   médiateur  culturel  de  manière  transversale,  à  travers  la  pratique  de  professionnels  dans   tout  type  de  structure.     Objectif.     Qu’elles  soient  à  l’initiative  d’institutions,  de  collectivités,  d’artistes  et  parfois   d’associations  comme  Culture  du  Cœur,    les  expériences,  les  pratiques  et  innovations   menées  depuis  plus  de  vingt  ans  sont  nombreuses  et  variées.   Quels  sont  les  moyens  réels  de  la  médiation  culturelle  ou  artistique  après  plusieurs   décennies  de  pratique  ?     La  formation  est-­‐elle  en  adéquation  avec  les  structures  qui  embauchent  dans  ce   domaine  ?  Tant  en  nombre  qu’en  qualité  ?  Les  professionnels  sont-­‐ils  suffisamment   outillés  pour  faire  face  aux  enjeux,  qu’ils  soient  culturels,  sociaux  ou  politiques  ?     Est-­‐ce  que  la  médiation  culturelle  telle  qu’elle  est  pratiquée  répond  au  désir  de  partage,   au  besoin  d’émancipation  de  chacun,  au  bien  vivre  ensemble  ?       Les  invités  pressentis   Jean-­Michel  Leterrier.  Comité  d’entreprise  de  la  SNECMA.  Ancien  ouvrier.     Cécilia  de  Varine,  présidente  de  l’association  Médiation  culturelle       Christine  Vergnes  directrice  adjointe  Culture  et  patrimoine  -­‐  Conseil  Régional  LR   Franck  Michaut,-­‐  Arcadi,  pôle  ressources.   Marie  Laure  Cherel  -­  Ville  de  Paris,  DAC  responsable  mission  développement  des   publics   Ariane  Salmet  -­‐  MCC  DEDAC.   Patrice  Mugny  -­‐  Conseiller  administratif  de  la  Ville  de  Genève   Carole  Zavadski  –  CPNEF  SV   Dominique  Trocnet  –  CPNEF  AV   Catherine  Bruère  Dawson  –  AFDAS   Henri  Vieille-­Grosjean,  MC  -­  Laboratoire  des  Sciences  de  l’Education,  ULP,  Strasbourg  I   Pascale  Puig  –  Trans  Tourisme  Isère  /  festival  Ecrantotal.   Nicolas  Wagner  –  La  Villette.   François  Campana  -­‐    Kyrnéa  -­‐  Passeur  d’Image   Claudia  Gradinger  –  danseuse,  chorégraphe   Marie  Frapin  –  Réalisatrice  de  documentaires   Laure  Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

11


Pré Programme  du  colloque.    

Date, fin  octobre  ou  début  novembre  2010.   10h00

IESA - PARIS III Accueil des participants CNAM - Cultures du Cœur -

présentation du programme

10h30

projection du film

Restitution des journées d’études de mai

11h00

table ronde

invités

12h00

débat avec la salle

étudiants, professionnels, formateurs, spectateurs

13h00

repas

14h30

Table ronde

15h30

Débat avec la salle

17h00

conclusions

17h30

fin du colloque

invités

Formateurs, ministère, professionnels

Comités d’entreprise, Collectivités locales, directeurs de structures, artistes

Le  programme  final  sera  établi  en  concertation  avec  les  invités  des  tables  rondes.   La  communication  autour  du  colloque  sera  faite  sur  les  sites  des  partenaires  et  par  leurs   fichiers  mails  ainsi  que  par  nos  fichiers  personnels,  par  le  relais  d’information  via  nos   invités.     Seront  sollicités  les  personnes  en  formation  provenant  des  écoles  ou  universités.     Des  enseignants  et  intervenants  dans  le  domaine  de  la  médiation.     Les  associations  de  médiateurs.  Les  techniciens  et  artistes.     Des  responsables  locaux  de  l’action  culturelle  (MJC,  DAC,  DRAC…).     Des  responsables  de  comités  d’entreprise.   L’inscription  sera  possible  en  ligne.     Un  tarif  réduit  sera  appliqué  pour  les  chômeurs  et  étudiants  à  10€.   Tarif  professionnels  à  50€,  tarif  individuels  à  40€.  

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

12


Evaluation et  indicateurs  de  l’action.    

L’objectif est  de  toucher  au  moins  150  personnes,  professionnels  ou  futurs   professionnels.   Indicateurs  :     • Le  nombre  de  sites  transmettant  l’information.   • La  fréquentation  des  sites  où  l’information  sera  disponible.   • Le  blog  ou  forum  mis  en  ligne.   • Les  feuilles  d’émargement  des  journées  d’études  comme  du  colloque.   • Le  nombre  d’inscriptions  en  ligne  pour  le  colloque.   • Une  enquête  de  satisfaction  en  ligne  sur  les  journées  d’études  et  le  colloque.   • Le  nombre  de  parution  vendue  ou  distribuée.          

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

13


Budget prévisionnel  de  l’action.     Dépenses

Recettes

Préparation et fonctionnement

Ventes de produits et services

50€ 60€ 30€ 100€ 240€

téléphone assurance frais bancaires divers Total achats

320€

vente plaquette 40*8

Total ventes

320,00

Communication invitations via mails Journées d'études conception graphique générale location caméra cassettes plaquette synthèse conception édition invitations colloque information via les sites partenaires Total services extérieurs

0€ 0€ 0€ 80€ 500€ 0€ 0€ 580€

Journées d'études location salle - 2 jours déplacements non parisiens : 3 hébergements repas midi 40 personnes *2* 10€ visite culturelle indemnités intervenants collations et couverts JE Total autres services extérieurs

0€ 231€ 0€ 800€ 0€ 150€ 100€ 1 181€

Colloque

Autres produits

600€ 1 800€ 1 500€

salaire et charges modérateur buffet 120 personnes * 15€ déplacements intervenants Total autres services extérieurs

TOTAL CHARGES salaires et charges modérateur location salle - 10 et 11 mai location salle colloque location projecteur dvd location micros sonorisation 2 techniciens vidéo 2 jours montage et finition DVD Personnel bénévole

TOTAL

3 900€

5 901€

inscpt.C. Étds, Chô 10€*50 inscpt.C. indiv 30€*20 inscpt.C. pros 50€*30 Total produits de gestion

2 420,00€

subventions sollicitées

3 481€

TOTAL PRODUITS

5 901€

CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES 700€ IESA salaire modérateur JE 0€ IESA 800€ VDP 150€ VDP 300€ VDP 700€ mécénat de compétence 800€ mécénat de compétence 700€ Bénévolat 4 150€

TOTAL

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

500€ 600€ 1 000€

700€ 0€ 800€ 150€ 300€ 700€ 800€ 700€ 4 150€

14


Les partenaires  contactés.     AUDIENS   via   le   Fonds   de   professionnalisation.   Le   questionnement   sur   le   métier   comme   possible  reconversion  de  salariés  du  spectacle,  de  l’audiovisuel  et  de  la  presse  fonde  leur   intérêt   dans   ce   projet.  Un   apport   financier   est   en   cours   de   validation,   la   réponse   devrait   intervenir  vers  la  fin  juin.     IESA,   l’école   fourni   les   salles   pour   les   journées   d’études   ainsi   que   le   salaire   de   Serge   Saada.     La   Ville   de   Paris,   et   la   direction   des   affaires   culturelles   s’engagent   à   mettre   à   disposition  une  salle  équipée  pour  la  tenue  du  colloque.   Arcadi,   son   pôle   ressource   a   pour   mission  notamment   de favoriser   la   réflexion   par   l’organisation  ou   la   restitution   de   débats   professionnels,   afin   de   bâtir   un   espace   collectif   de   réflexion   et   de   controverse.   Son   apport   pourrait   être   un   soutien   logistique   et   ou   financier.   La   DEDAC,   Département   de   l'éducation   et   du   développement   artistiques   et   culturels.   Pourrait  se  charger  de  la  parution  des  «  actes  »  des  journées  d’études.  

Les  contreparties.     Les   partenaires   sont   invités   au   colloque.   Ils   auront   également   la   possibilité   d’inviter   jusqu’à  5  personnes.   La  parution  des  «  actes  »  leur  sera  offerte  à  quelques  exemplaires  ainsi  qu’une  copie  du   film  sur  dvd.   Leurs  logos  seront  apposés  sur  tous  les  supports  de  communication.  

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

15


Annexes    

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

16


Invitation journées  d’études.        

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

17


Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

18


Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

19


Questionnaires envoyés  aux  participants     vos réponses nom prénom nom de la structure adresse de la structure statut juridique de la structure intitulé du poste fiche de poste ancienneté dans la structure salaire annuel brut (facultatif) type de contrat nb d'heures hebdomadaire ancienneté dans le métier autres postes occupés formation niveau fin d'études ecole formation professionnelle ou continue années d'expériences

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

20


Nom :   Prénom  :   Structure  :     Œuvres  -­‐  Programmation  -­‐  Communication.   1. Avez-­‐vous  une  part  d’implication  dans  la  programmation  ?   2. Comment  vous  arrangez-­‐vous  avec  une  programmation  à  laquelle  vous  n’adhérez   pas  ?   3. Qui  rédige  les  documents  de  communication  ?     4. Quel(s)  type(s)  de  communication(s)  ?   5. Prennent-­‐ils  en  compte  les  spécificités  des  publics  dans  la  rédaction  des   supports  ?   Lieux  –  Temps  –  Espaces  -­‐  Moyens.   6. Le  temps  consacré  à  la  communication  et  à  la  médiation  sont  ils  distincts  ?   7. Quels  sont  vos  lieux  de  médiation  avec  le  public,  sont  ils  spécifiques,  vous   conviennent-­‐ils  ?   8. Combien  de  temps  consacrez-­‐vous  au  contact  avec  les  publics  ?  A  la  part   administrative  de  votre  travail  ?     9. Quelle  est  la  part  du  budget  consacré  à  la  médiation  ?  Inclue  t’elle  les  salaires  des   médiateurs  ?   Les  publics  –  Les  artistes.   10. Allez-­‐vous  au  devant  de  tous  les  publics  possibles  y  compris  les  plus  «  éloignés  »  ?   Comment  ?   11. Est-­‐ce  que  votre  démarche  de  médiation  privilégie  un  certain  public  ?     12. Travaillez-­‐vous  avec  les  comités  d’entreprises  ?  Comment  ?   13. Avez-­‐vous  une  démarche  «  hors  les  murs  »  ?  De  quel  type  ?   14. Accueillez-­‐vous  des  artistes  en  résidence  ?   15. Faites  vous  de  la  médiation  avec  les  artistes  ?  Comment  ?     16. Est-­‐ce  que  les  artistes  sont  en  demande  de  ce  genre  de  démarche  ?  Si  oui,  quel  est   l’apport  attendu  de  la  rencontre  avec  les  publics  ?    

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

21


Outils –  Techniques.   17. Avez-­‐vous  inventé  des  techniques  spécifiques  ?  Testé  certaines,  abandonné   d’autres  ?  Pourquoi  ?   18. Menez-­‐vous  des  actions  qui  vont  au-­‐delà  de  la  diffusion  de  cette  programmation  ?   19. Evoquez  1  ou  2  projets  d’action  culturelle  allant  au-­‐delà  du  champ  de  la   programmation  d’un  spectacle  et  de  sa  confrontation  avec  les  publics.   20. La  médiation  dans  les  musées,  la  médiation  avec  le  livre,  la  médiation  dans  le   spectacle  vivant  :  Y  a-­‐t-­‐il  selon  vous  des  démarches  spécifiques  en  fonction  des   supports  ?  Y  a-­‐t-­‐il  des  convergences  ?   Finalités  de  l’action  de  médiation  au  sein  de  la  structure.   21. Quelle  est  la  finalité  de  votre  direction  dans  votre  action  de  relation  avec  le   public  ?  Accroissement  des  publics,  fidélisation,  accès  aux  œuvres  ?  Autres  ?   22. Avez-­‐vous  un  cahier  des  charges  et  ou  des  comptes  à  rendre  sur  votre  action  ?  Si   oui  est-­‐ce  quantitatif,  qualitatif,  selon  quels  critères  ?   23. Avez-­‐vous  constaté  un  «  élargissement  »  de  vos  publics  ?   24. Avez-­‐vous  les  moyens  de  mesurer  l’impact  de  vos  actions  sur  les  publics  ?   25. Avez  vous  réussi  à  fidéliser  un  public  qui  ne  venait  pas  auparavant  ?   26. Avez-­‐vous  constaté  un  lien  entre  la  pratique  amateur  et  la  fréquentation  des   œuvres  ?   27. Avez-­‐vous  remarqué  une  évolution  de  l’expression  personnelle  de  vos  publics,  de   leur  capacité  critique,  sur  les  œuvres/  artistes  découverts  ?   Apports  personnels.   28. Que  vous  apporte,  d’un  point  de  vue  personnel,  le  contact  avec  les  différents   publics  ?   Pratique  du  métier.   29. Avez-­‐vous  accès    à  une  formation  continue  ?  L’utilisez-­‐vous  ?  Pourquoi  ?   30. Partagez-­‐vous  vos  expériences  avec  d’autres  collègues  ?  Dans  la  structure,  ou   dans  une  association,  un  syndicat,  lors  de  rencontres  ?  Pourquoi  ?   31. Est-­‐ce  un  métier  difficile,  pénible  ?  Quelles  sont  les  contraintes  ?  Comment  vivez-­‐ vous  votre  statut  d’intermédiaire  culturel  ?   32. Quels  sont  vos  manques,  vos  désirs  pour  l’avenir  de  votre  métier  ?   33. Quelle  est  votre  définition  de  la  médiation  culturelle  ?  La  finalité  de  votre   démarche  ?     Laure  Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

22


Statuts de  l’Association  Le  CARAC  

  ARTICLE  1  :  Constitution  e t  dénomination     Il  est  fondé  entre  les  adhérents  aux  présents  statuts  u ne  association  régie  par  la  loi  du  1 er  juillet  1901  et  le   décret  du  16  août  1901,  ayant  pour  titre:  Le  Collectif  Associatif  Régional  d ’Actions  Culturelles       ARTICLE  2  :  B uts     Cette   association   a   pour   but   :   La   mise   en   valeur   du   patrimoine,   des   arts   et   de   la   culture   par   le   biais   d’actions  éphémères  ou  perpétuelles.     ARTICLE  3  :  Siège  social     Le  siège  social  est  fixé  à  :  38  avenue  Laplace,94110  A rcueil     Il  pourra  être  transféré  par  simple  décision  du  Conseil  d'Administration.       ARTICLE  4  :  Durée  de  l’association     La  durée  de  l’association  est  illimitée.       ARTICLE  5  :  M oyens  d’action     Les  moyens  d’action  de  l’association  sont  notamment  :     •  les  publications,  les  cours,  les  conférences,  les  réunions  de  travail  ;     •  l’organisation  de  manifestations  et  toute  initiative  pouvant  aider  à  la     réalisation  d e  l’objet  de  l’association  ;     •  la  v ente  permanente  ou  o ccasionnelle  de  tous  produits  ou  services     entrant  dans  le  cadre  de  s on  objet  ou  susceptible  de  contribuer  à  sa     réalisation.       ARTICLE  6  :  Ressources  de  l’association     Les  ressources  de   l’association  se   composent  :  des  cotisations  ;  de  subventions   éventuelles  ;  de  recettes   provenant   de   la   vente   de   produits,   de   services   ou   de   prestations   fournies   par   l'association,   de   dons   manuels  et  de  toute  autre  ressource  qui  ne  soit  pas  contraire  aux  règles  en  vigueur.       ARTICLE  7  :  Composition  de  l’association     L'association  se  compose  d e  :     •  Membres  actifs  ou  adhérents     Sont  membres  actifs  ceux  qui  sont  à  jour  de  leur  cotisation  annuelle.  Ils  ont  le  droit  de  vote  à  l'Assemblée   Générale.     •  Membres  d'honneur     Sont   membres   d'honneur   ceux   qui   ont   rendu   des   services   signalés   à   l’association.   Ils   sont   dispensés   de   cotisations  mais  n’ont  pas  le  droit  de  vote  à  l'Assemblée  Générale.       ARTICLE  8  :  A dmission  e t  adhésion     Pour  faire  partie  de  l’association,  il  faut  adhérer  aux  présents  statuts  et  s’acquitter  de  la  cotisation  dont  le   montant  est  fixé  par  l’Assemblée  Générale.     Le  Conseil  d’Administration  pourra  refuser  d es  adhésions,  avec  avis  motivé  aux  intéressés.       ARTICLE  9  :  Perte  de  la  qualité  de  membre     La  qualité  de  membre  se  perd  par  :     •  La  démission  ;     •  Le  décès  ;     •  La  radiation  prononcée  par  le  Conseil  d'Administration  pour  non  paiement  de  la  cotisation  ou  pour  motif   grave.       ARTICLE  10  :  A ssemblée  Générale  Ordinaire     L’Assemblée   Générale   Ordinaire   se   réunit   au   moins   une   fois   par   an   et   comprend   tous   les   membres   de   l’association   à   jour   de   leur   cotisation.   Quinze   jours   au   moins   avant   la   date   fixée,   les   membres   de   l'association  sont   convoqués  à  la  demande  du   Président  ou  du  Conseil  d'Administration,  ou  du  tiers  des   membres  d e  l'association.  L'ordre  du  jour  est  indiqué  sur  les  convocations.     L’Assemblée   Générale,   après   avoir   délibéré,   se   prononce   sur   le   rapport   moral   ou   d’activité   et   sur   les   comptes  de  l’exercice  financier.  Elle  délibère  sur  les  o rientations  à  venir.    

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

23


Elle pourvoit  à  la  nomination  ou  au  renouvellement  des  membres  du  Conseil  d’Administration.     Elle  fixe  aussi  le  montant  de  la  cotisation  annuelle.     Les  décisions  de  l’Assemblée  sont  prises  à  la  majorité  des  membres  présents.       ARTICLE  11  :  C onseil  d’Administration     L'association  est  dirigée  par  u n  Conseil  d'Administration  composé  de  2     membres  au  maximum,  élus  pour  1  année  par  l'Assemblée  Générale.     Les  membres  sont  rééligibles.     En  cas  de  vacance  de  poste,  le  Conseil  d’Administration  pourvoit  provisoirement  au  remplacement  de  ses   membres.   Il   est   procédé   à   leur   remplacement   définitif   à   la   plus   prochaine   Assemblée   Générale.   Les   pouvoirs  des  membres  ainsi  élus  prennent  fin  à  l’époque  où  devrait  normalement  expirer  le  mandat  des   membres  remplacés.     Les  mineurs  de  plus  de  16  ans  sont  éligibles  au  Conseil  d’Administration  mais  non  au  Bureau.     Le   Conseil   d’Administration   se   réunit   au   moins   2   fois   par   an   et   toutes   les   fois   qu’il   est   convoqué   par   le   Président  ou  au  moins  un  quart  d e  ses  membres.     Les  décisions  sont  prises  à  la   majorité  des  voix  des  présents.  En  cas  de  partage,   la  voix  du  Président  est   prépondérante.  Le  v ote  par  procuration  n’est  pas  autorisé.     La  présence  d ’au  moins  la  moitié  des  membres  est  nécessaire  pour  que  le  Conseil  d’Administration  puisse   délibérer  v alablement.     Le  Conseil  d'Administration  choisit  parmi  ses  membres,  au  scrutin  secret,  un     Bureau  composé  d e  :     •  Un  Président  et,  si  besoin,  un  ou  plusieurs  v ice-­‐présidents  ;     •  Un  Trésorier  et,  si  besoin,  u n  Trésorier  Adjoint.       ARTICLE  12  :  Rémunération     Les  frais  et  débours  occasionnés  pour  l’accomplissement  du  mandat  d’administrateur  sont  remboursés  au   vu   des   pièces   justificatives.   Le   rapport   financier   présenté   à   l’Assemblée   Générale   Ordinaire   doit   faire   mention   des   remboursements   de   frais   de   mission,   de   déplacement   ou   de   représentation   payés   à   des   membres  du  Conseil  d’Administration.       ARTICLE  13  :  A ssemblée  Générale  Extraordinaire     Si   besoin   est,   ou   sur   demande   du   quart   des   membres,   le   Président   convoque   une   Assemblée   Générale   Extraordinaire.  Les  conditions  de  convocation  sont  identiques  à  celles  de  l’Assemblée  Générale  Ordinaire.   L’ordre  du  jour  est  la  modification  des  statuts  ou  la  d issolution.  Les  d élibérations  sont  prises  à  la  majorité   des  deux  tiers  des  membres  présents.       ARTICLE  14  :  Dissolution     En  cas  de  dissolution  prononcée  par  l’Assemblée  Générale  Extraordinaire,  convoquée  selon  les  modalités   prévues   à   l’article   13,   un   ou   plusieurs   liquidateurs   sont   nommés   par   celle-­‐ci   et   l’actif,   s’il   y   a   lieu,   est   dévolu  à  une  association  ayant  des  buts  similaires,  conformément  à  l'article  9  de  la  loi  du  1er  juillet  1901   et  au  d écret  du  16  août  1901.       ARTICLE  15  :  Règlement  intérieur     Un   règlement   intérieur   peut   être   établi   par   le   Conseil   d'Administration   qui   le   fait   alors   approuver   par   l'Assemblée   Générale.   Ce   règlement   éventuel   est   destiné   à   fixer   les   divers   points   non   prévus   par   les   statuts,  notamment  ceux  qui  ont  trait  à  l'administration  interne  de  l'association.       Les  présents  statuts  ont  été  approuvés  par  :     •  L’assemblée  Constitutive  du  .................................................................       Signatures  :       Président           Trésorier                

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

24


Monsieur le  préfet  (ou  sous-­‐préfet),       Nous   avons   l’honneur,   conformément   aux   dispositions   de   l’article   5   de   la   loi   du   1er   juillet   1901   et   de   l’article  1 er  d e  son  décret  d’application  du  16  août  1901,  de  procéder  à  la  d éclaration  de  l’association  d ite   «Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles  »  dont  le  siège  est  à  38,  avenue  Laplace,  94110  A rcueil.       Cette  association  a  pour  objet  :     La  mise  en  v aleur  de  la  culture,  d e  l’art  et  du  patrimoine  par  le  biais  d’actions  éphémères  ou  perpétuelles.       Les  personnes  chargées  de  son  administration  ou  d e  sa  d irection  sont  :       Mr  Duverdier  Ghislain,  né  à  Carcassonne,  le  6  mars  1981,  de  nationalité  française,  domicilié  au  3 8,  avenue   Laplace,  94110  A rcueil,  exerçant  la  profession  de  comptable-­‐administrateur,  président.       Melle  Tailhades  Cilia,  née  à  Montpellier  ,  le  30  mai  1985,  de  nationalité  française,  domicilié  au  38,  avenue   Laplace,  94110  A rcueil,  exerçant  la  profession  d e  serveuse,  trésorière.       Ci-­‐joint  d eux  exemplaires,  dûment  approuvés  par  nos  soins  des  statuts  de  l’association.       Nous  vous  demandons  de  bien  vouloir  nous  délivrer  le  récépissé  de  la  présente  déclaration.       Veuillez  agréer,  Monsieur  le  préfet  (ou  sous-­‐préfet),  l’assurance  de  notre  considération  distinguée.       Fait  à     Arceuil         Le  3  mars  2 010      

Informations légales.  

Les statuts  ont  paru  au  Journal  Officiel  du  20  mars  2010,  n°  2121     Le  CARAC  :     SIREN  :  521  756  080     SIRET  :  521  756  080  00011     Catégorie  juridique  :  9220     Association  déclarée  APE  :  9499Z  autres  organisations  fonctionnant  par  adhésion   volontaire.    

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

25


Budget de  l’association.    

A venir…  

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

26


Notes diverses   La  culture,  l’eau  de  l’âme   Les   pouvoirs   publics   ne   prétendent   pas   faire   le   bonheur   des   gens.   Ils   peuvent   cependant   y   contribuer.  Parmi  les  diverses  formes  que  peut  prendre  cette  contribution,  le  soutien  à  la  culture   en  est  une  des  plus  importantes.     De  toutes  les  villes  d'Europe,  Genève  est  celle  qui  consacre  la  plus  grande  part  de  son  budget  à  la   culture.  P lus  de  20%.  Les  résultats  de  cet  engagement  se  manifestent  dans  une  offre  quotidienne   abondante   de   spectacles,   de   concerts   et   d'expositions,   autant   de   prestations   dont   profitent   les   Genevois  et,  plus  largement,  les  habitants  de   notre  région.   On  en  perçoit  d'ailleurs  les  bienfaits   en   profondeur,   sur   un   plan   sans   doute   plus   intime   et   qui   touche   à   l'art   difficile   du   «vivre   ensemble».   La  population   genevoise  est  composée  à  40%   d'étrangers.  Si   notre  cité  et  notre  canton  ne   sont   pas   à   l'abri   des   pathologies   xénophobes,   celles-­‐ci   demeurent   toutefois   le   fait   d'une   minorité   heureusement   peu   agissante.   Aujourd'hui,   cette   situation   privilégiée   m'apparaît   comme   l'une   des  conséquences  liées  aux  options  sociales  et  culturelles  prises  à  Genève.   Dans  ce  contexte,   mon  intention   est   très  clairement  de  développer  le  dialogue  avec  l'ensemble   des  acteurs  culturels,  de  favoriser  la  rencontre  entre  les  différents  publics  –  y  compris  les  moins   spontanément  réceptifs  –  et  les  artistes,  de  valoriser  le  travail  de  celles  et  ceux  qui  font  preuve   de  créativité  et  de  dynamisme.   La  culture,  c'est  d'abord  le  désir,  le  plaisir  et  la  rencontre.  Elle  exprime  ainsi  une  pulsion  de  vie   et  prépare  à  une  meilleure  compréhension  de  ce  que  vivent  nos  voisins,  qu'ils  soient  proches  ou   lointains.   La  culture,  c'est  encore   la  confrontation  pacifique   des  idées  et  des  visions  du   monde,  la  remise   en  cause  salutaire  des  conformismes  et  des  paradigmes  figés.  Elle  participe  aussi  à  faire  de  nous,   parfois,   des   êtres   pleinement   heureux.   La   culture   est   donc   un   peu   l'eau   de   notre   âme.   Et,   à   Genève,  cette  eau  est  abondante.   Que  chacune  et  chacun  puisse  librement  y  étancher  sa  soif.  

Patrice  M ugny Conseiller  administratif  de  la  V ille  de  Genève  

   

Laure Mazé  –  Association  Le  CARAC,  Collectif  Associatif  Régional  d’Actions  Culturelles   38  avenue  Laplace  94110  Arcueil  

27

Projet "médiateur culturel, un métier ?"  

Deux journées d'études et un colloque en octobre autour de la médiation culturelle

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you