Page 1

Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ?

ÉTUD. UNIT

MICHAL Laura

UE093 - E0932 - SEM. RECH.-LAB - Mémoire 3 - Mém. Init. Rech. DE MEM JACQUOT K. MASTER CUBA SEGURA J-A. ARCHI

MEM

S09 INTERDEM 16-17 FI

© ENSAL


Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ?

ÉTUD. UNIT

MICHAL Laura

UE093 - E0932 - SEM. RECH.-LAB - Mémoire 3 - Mém. Init. Rech. DE MEM JACQUOT K. MASTER CUBA SEGURA J-A. ARCHI

MEM

S09 INTERDEM 16-17 FI

© ENSAL


Table des matières 0. Starter : Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ? ................................................................................................................................................09 0.1 Introduction ...................................................................................................................................09 0.1.1 Une transition numérique en plein essor… ............................................................................09 0.1.2 …Qui contribue à l’évolution des processus de conception architecturaux ............................09 0.2 Contexte et questionnement ...........................................................................................................10 0.2.1 Rouvrir la porte de l’expérimentation en architecture ............................................................10 0.2.2 L’arrivée du BIM et ses potentialités .......................................................................................13 0.3 Le BIM comme facilitateur pour la gestion de projet et le développement d’architectures numériques expérimentales (hypothèse)...............................................................................................................14 0.4 Méthodologie..................................................................................................................................16 0.4.1 Corpus d’étude ........................................................................................................................16 0.4.2 Méthodologie employée .........................................................................................................19 I. Le design paramétrique : une conception particulière aux besoins précis........................................................21 I.1 Le design paramétrique : un effet de mode non maîtrisé ..................................................................21 I.1.1 Problèmes soulevés par une conception paramétrique non maîtrisée....................................21 I.1.2 Aller vers une conception paramétrique maîtrisée...................................................................22 I.2 L’importance d’une conception précise pour les projets d’architecture numérique expérimentale ...................................................................................................................................................24 I.2.1 La nécessité d’une réflexion poussée et précise.......................................................................24 I.2.2 L’importance capitale du suivi des modifications......................................................................25 II. Une montée poussive et timorée du BIM en France .......................................................................................27 II.1 Un BIM français encore jeune et en développement........................................................................27 II.1.1 Des notions encore floues dans les esprits..............................................................................27 II.1.2 Des chartes BIM plus théoriques que pragmatiques...............................................................28 II.1.3 L’arrivée des demandes de travail en BIM................................................................................29 II.2 Alors, full BIM ou application de méthodes BIM ?............................................................................31 III. La conception collaborative : une pratique qui peine à s’installer..................................................................33 III.1 Etat de la conception collaborative aujourd’hui ...........................................................................33 III.1.1 Les blocages d’une collaboration nécessaire..........................................................................33 III.1.2 Le BIM 2.0 : une application potentielle difficile à mettre en place aujourd’hui....................34 III.1.3 Concevoir ensemble pour trouver des solutions communes qui servent la qualité du projet..........................................................................................................................................................................35 III.2 Une remise en question de chacun et des pratiques nécessaire pour avancer..................................36 III.2.1 Franchir et annihiler les barrières entre les intervenants.......................................................36 III.2.2 Reconsidérer les méthodes de résolution des problèmes......................................................38 III.2.3 Intégrer de nouveaux intervenants de manière récurrente pendant le chantier : le géomètre....................................................................................................................................................................38 IV. Simplifier la gestion de chantier pour réduire les délais… Et les coûts ?..........................................................41 IV.1 Usages du BIM pour la simulation de la construction et la gestion de chantier.................................41 IV.1.1 Le mythe du 4D et 5D .............................................................................................................41 IV.1.2 Potentialités du BIM pour la préparation et la gestion du chantier........................................42 IV.1.3 Des délais rallongés par des décisions non prises ..................................................................44 IV.2 Le paradoxe entre la volonté d’un prix au plus proche du réel et le système économique actuel entre fabricants et revendeurs....................................................................................................................45 V. Le modèle 3D : maîtriser la conception et valider la faisabilité........................................................................47 V.1 Le développement d’un modèle 3d détaillé : un nouveau mode de travail visant à anticiper les


erreurs et optimiser les systèmes.......................................................................................................................47 V.1.1 De la conception 2D a la conception 3D...................................................................................47 V.1.2 Différence entre modèle 3d géométrique et maquette BIM....................................................48 V.1.3 La complexité des niveaux de détail.........................................................................................48 V.1.4 Le modèle 3D détaillé : anticiper et simplifier..........................................................................49 V.1.5 Rechercher l’optimisation et prendre en compte sa nécessité................................................51 V.2 Un système de travail qui contribue à rassurer tous les acteurs du projet.........................................53 VI. Vers un flux de travail continu grâce à l’interopérabilité ?..............................................................................55 VI.1 L’interopérabilité à l’heure actuelle.................................................................................................55 VI.1.1 Une interopérabilité qui n’est pas pleinement opérationnelle...............................................55 VI.1.2 Du BIM bricolage qui fonctionne............................................................................................55 VI.1.3 Les limites de l’interopérabilité ..............................................................................................56 VI.2 Se diriger vers un flux de travail continu pour gagner en temps, en efficacité et en qualité..............57 VI.2.1 Les apports de la mise en place d’un flux de travail continu..................................................57 VI.2.2 Réfléchir en C/F/C : conception, fabrication, construction.....................................................58 VI.2.3 Associer l’utilisation des nouvelles technologies pour une meilleure communication et compréhension du projet et une plus grande efficacité de travail.........................................................................59 VII. Adopter le BIM aujourd’hui : freins et recours possible pour simplifier cette transition................................61 VII.1 Les freins du passage au BIM..........................................................................................................61 VII.1.1 L’importance malgré tout du parc matériel informatique pour un flux de travail fluide, efficace et des maquettes consultables par tous les acteurs...........................................................................61 VII.1.2 Les coûts associés à la production de ces maquettes numériques........................................62 VII.1.3 Les problèmes posés par la loi MOP......................................................................................62 VII.1.4 La non validation d’éléments 3D............................................................................................62 VII.1.5 Les protections juridiques .....................................................................................................63 VII.1.6 Gérer la précision de pose au travers des tolérances données à chaque intervenant..........63 VII.2 Solutions pour améliorer et accélérer cette transition....................................................................64 VIII. Conclusion..................................................................................................................................................67 VIII.1 Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ?.................................................................................................................................................67 VIII.2 Retour sur la méthodologie employée..........................................................................................68 Bibliographie, sitographie et table des figures....................................................................................................71 Annexes.............................................................................................................................................................77 Annexe n°1 : Questionnaire réalisé........................................................................................................79 Annexe n°2 : Synthèse des réponses obtenues.......................................................................................93 Annexe n°3 : Tableau des réponses individuelles obtenues ..................................................................111 Annexe n°4 : Entretien avec Aurélie De Boissieu ..................................................................................123 Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc..........................................................................................131 Résumé............................................................................................................................................................172


0. Starter : Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ?

0.1 Introduction

0.1.1 Une transition numérique en plein essor… Cette recherche est conduite dans le cadre d’un mémoire de Master 1 à l’ENSAL. Nous sommes, à l’heure actuelle, en pleine phase de transition tant au niveau de la pédagogie qu’au niveau des nouvelles technologies. J’ai été témoin et ai pu observer déjà de nombreux changements depuis mon entrée à l’école d’architecture il y a cinq ans. Le numérique est désormais sur le point d’entrer définitivement dans nos mœurs et dans nos techniques de travail au quotidien. Tantôt encensé, tantôt malmené, le monde du numérique fait pourtant partie intégrante de notre mode de vie. La profession d’architecte a connu bien des changements qui ont été possibles grâce à l’évolution des technologies et à l’accès facilité à l’ordinateur durant les années 1980. L’un des principaux changements que l’on retient, qui a bouleversé la profession et notamment la manière de concevoir un projet a été le passage du dessin à la main au Dessin Assisté par Ordinateur (DAO) dont la réflexion s’était lancée déjà dès 1967 avec la création des Land Use and Built Form Studies fondés par Leslie Martin à l’université de Cambridge. Cette pratique de la DAO s’est par la suite démocratisée, la Conception Assistée par Ordinateur a ensuite fait son apparition et nous sommes désormais face à une nouvelle évolution de taille : le BIM. En effet, le BIM –dont la signification sera développée plus loin- nous est présenté comme un nouvel outil de travail révolutionnaire et, par conséquent, en tant que nouveauté nous n’avons pour l’instant que peu d’ouvrages et de recul sur le sujet en France. Dans tous les cas, de manière générale, le BIM propose un processus de travail permettant de simplifier la gestion des projets et d’anticiper des questions qui ne peuvent parfois pas être soulevées avec un procédé de travail traditionnel et des documents déconnectés les uns des autres (plans 2D, maquette volumétrique 3D, documents d’ingénierie…). 0.1.2 …Qui contribue à l’évolution des processus de conception architecturaux On constate qu’actuellement le monde, les technologies et les techniques évoluent constamment et de manière de plus en plus rapide. De nouveaux courants architecturaux font surface (déconstructivisme, blob architecture, architecture durable, architecture bionique...) et changent très rapidement. On pourrait presque dire qu’il existe désormais autant de courants architecturaux que d’architectes. On remarque cependant une unicité entre tous : la volonté de se distinguer des précédents mouvements par des approches nouvelles. Ces pratiques émergentes de faire autrement, d’aborder le projet avec une autre méthode, mènent les réflexions des architectes vers la recherche et l’innovation tant au sujet des processus qu’au niveau formel ou technique. Par conséquent, de plus en plus de projets aux formes « non-standards » (architectures à géométries non pla-

9


nes) voient le jour sur papier/ordinateur avec souvent derrière l’intention d’innover sur un point dans le but de rendre ces formes complexes constructibles. L’évolution des outils numériques et cette volonté de renouvellement du langage architectural et d’hybridation des pratiques ouvrent de nouveaux horizons pour le champ du BTP car « même si les ordinateurs n’imposent pas en eux-mêmes de formes, ils n’en ont pas moins contribué à élargir l’éventail des possibilités offertes aux concepteurs »1. Cependant peu de ces projets novateurs sont par la suite construits, souvent faute de maître d’ouvrage hésitant ou de budget défaillant. Il semblerait qu’en effet, la construction de tels projets donne souvent lieu à des enveloppes budgétaires nécessairement élevées voire même à des dépassements de budgets conséquent comme ce fut le cas pour la Philharmonie de Paris qui a vu son budget initial de 118 millions d’euros passer à 386 millions d’euros en fin d’opération2, ou pour le Musée des Confluences à Lyon prévisionné à 60 millions d’euros pour finalement un budget qui s’élève à plus de 255 millions d’euros3. Ces deux observations réunies ont fait émerger la question suivante : « Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ? ». 0.2 Contexte et questionnement 0.2.1 Rouvrir la porte de l’expérimentation en architecture A l’heure d’aujourd’hui, on distingue en effet l’architecture numérique dont les projets sont réalisés à l’aide de l’ordinateur (DAO) de l’architecture numérique expérimentale (aussi appelée architecture non-standard) qui correspond aux projets de recherches formelles, novateurs, dont l’ordinateur fait partie intégrante lors du processus de conception. L’une des définitions actuelle du Larousse pour le terme numérique est : « Se dit de la représentation d’informations ou de grandeurs physiques au moyen de caractères, tels que des chiffres, ou au moyen de signaux à valeurs discrètes »4. Ainsi, on peut en déduire que l’architecture numérique correspond finalement à la représentation puis la transformation d’informations concernant des grandeurs physiques (telles que longueur, épaisseur, nombre d’étages etc…) en caractères chiffrés c’est-à-dire, pour l’ordinateur, en langage binaire. Dans le contexte actuel, on peut désormais parler « d’architecture numérique » de manière assez généralisée puisqu’aujourd’hui la plupart des projets, même s’ils naissent d’un croquis, sont par la suite développé et dessiné à l’aide de logiciels de DAO tels qu’Autocad ou Allplan. La notion qui nous intéresse ici peut être considérée comme l’évolution et l’aboutissement de la CAO5 : l’architecture numérique expérimentale. De prime abord c’est un terme très vaste et qui peut prétendre à diverses interprétations. Le mot expérimental est défini, toujours dans le Larousse, par quelque chose « qui est fait, produit, fabriqué à titre d’expérience, pour en éprouver les qualités »6. C’est une définition assez représentative de là où nous souhaitons en venir, mais afin de donner une définition précise de ce dont nous parlons, on définira dans ce mémoire l’architecture numérique expérimentale comme la plage de projets dans lesquels l’ordinateur fait partie intégrante du processus de conception, recherchant l’expérimentation et le renouvellement d’un langage architectural (souvent au travers d’une recherche formelle). On considère que l’architecture paramétrique, à laquelle nous allons particulièrement nous intéresser plus loin, fait partie de ce domaine d’architecture numérique expérimentale puisque « l’architecture paramétrique est [définie comme] 1 (PICON Antoine, 2010. Culture numérique et architecture : une introduction, p72.) 2 COQUIDE Patrick, 13/01/2015. Pourquoi la Philharmonie de Paris coûte-t-elle trois fois plus que prévu?, BFM Business (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/pourquoi-la-philharmonie-de-paris-coute-t-elle-trois-fois-plus-que-prevu-856350.html) 3 DOIEZIE Mathilde, 22/12/2014. Confluences à Lyon : loué à l’étranger, critiqué en France, Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2014/12/22/03015-20141222ARTFIG00237-confluences-a-lyon-un-mastodonte-au-cout-mal-digere.php) 4 (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/num%C3%A9rique/55253) 5 «La conception assistée par ordinateur (CAO) comprend l’ensemble des logiciels et des techniques de modélisation géométrique permettant de concevoir, de tester virtuellement et de réaliser des produits manufacturés et les outils pour les fabriquer. On confond souvent CAO et DAO (dessin assisté par ordinateur) : la CAO n’a pas pour fonction première l’édition du dessin. Il s’agit d’un outil informatique souvent lié à un métier, fonctionnant en langage dit objet, et permettant l’organisation virtuelle de fonctions techniques. Cela permet ensuite la simulation de comportement de l’objet conçu, l’édition éventuelle d’un plan ou d’un schéma étant automatique et accessoire. En DAO, un trait est un trait et le logiciel ne permet pas l’interprétation technique de l’ensemble.» (https:// fr.wikipedia.org/wiki/Conception_assist%C3%A9e_par_ordinateur) 6 (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/exp%C3%A9rimental_exp%C3%A9rimentale_exp%C3%A9rimentaux/32239)

10


une approche innovante qui permet de générer des formes à géométrie complexe à partir de l’exploitation d’une grande quantité de données. Ces données peuvent être de type environnemental, acoustique, structurel, social, urbain. » Le concepteur devient alors le « coordinateur d’un processus organique et complexe capable d’interpréter et de transformer les données »7. Ce procédé permet ainsi d’ajouter au bâtiment des interrelations très subtiles avec son site d’implantation et de les « matérialiser », grâce notamment aux différents outils de programmation visuelle et paramétrique utilisant des algorithmes ou des scripts comme il est possible de le faire avec des logiciels tels que Rhino3D/Grasshopper, Revit Dynamo ou DigitalProject. Les projets imaginés conduisent par la suite à de spectaculaires constructions qui restent somme toute assez peu nombreuses en France8 mais qui font couler beaucoup d’encre. En effet, de tels projets donnent lieu à beaucoup de publications qui ne sont pas toujours très positives. Ego surdimensionné de l’architecte, bâtiment en rupture avec son contexte, dépassement faramineux de l’enveloppe budgétaire ; ces projets sont parfois vus d’un œil sceptique, voire même largement critiqués. Ils sont en effet souvent qualifiés de dérisoires, de projets « images » renvoyant l’enjeu du numérique uniquement sur la création artistique et l’esthétique du bâtiment, conférant ainsi l’impression d’oublier tout le reste et par conséquent mettre en doute la crédibilité de l’édifice et celle de l’architecte par la même occasion. Il existe tout de même certains projets qui sont plutôt bien accueilli par les usagers. Car en effet, ce qui importe le plus lors de la création d’un bâtiment ce n’est pas forcément les critiques qu’en font les journalistes, mais plutôt l’accueil et le ressenti qui émane des usagers puisque ce sont eux les principaux concernés. En s’intéressant de plus près à ceci, on remarque que concevoir un bâtiment à géométrie complexe influe aussi sur les attentes des usagers qui se font plus exigeantes. La Cité du Vin en représente un très bel exemple ; le bâtiment est apprécié de manière générale par le public, mais son aspect extérieur que nombreux s’accordent à qualifier de surprenant, majestueux ou monumental donne énormément d’espoir aux visiteurs quant à son contenu intérieur. Malheureusement, pour la plupart d’entre eux, l’intérieur n’est pas à la hauteur de l’image que donne la Cité du Vin à son premier abord : « voir l’architecture du bâtiment vaut la peine de s’y rendre mais inutile de payer pour voir le contenu. Dommage, le contenant méritait un bien meilleur contenu ! Une très belle bouteille peut malheureusement contenir un mauvais vin! »9. Ce ressenti pointe du doigt le choix des architectes de traiter de manière décalée ce programme, qui n’est d’ailleurs « ni un musée ni un parc à thème »10, avec des systèmes numériques omniprésents lors de la visite qui tendent à faire percevoir aux visiteurs un espace « vide » et ultra numérisé que beaucoup ne semblent pas apprécier. Le site en lui-même peut aussi représenter un frein à l’appréciation des usagers comme c’est le cas pour les Pavillons Monte-Carlo, où le lieu d’implantation des Pavillons à savoir le jardin des Boulingrins, est un endroit très apprécié car il représente avec le casino auquel il est relié un espace historique du développement de la ville. Ce jardin est perçu par les usagers comme une pause, un lieu de calme et de respiration par rapport à toute la cohue et l’agitation alentour. Par conséquent, ce projet est parfois critiqué car aux yeux des habitants il vient interrompre et changer ce paysage qu’ils connaissent si bien : « La vue d’ensemble, en haut du square est complètement défigurée par des boutiques de luxe (bulles blanches) qui cachent toute la perspective du haut du square jusqu’au Casino »11 ou encore « Superbe jardin, encore qu’une partie a été «grignotée» pour y installer des pavillons / boutiques de marques...»12 . Un paradoxe se crée alors entre les critiques qui résultent régulièrement de ces projets construits et le besoin constant d’innover. En effet, aujourd’hui l’innovation est un enjeu important de la recherche et de la 7 CINGOLANI Francesco, 03/09/2013. Architecture paramétrique et collaborative pour unMonastery, blog Immaginoteca (http:// www.immaginoteca.com/unmonasteryparametrique/) 8 Notamment parce qu’une telle architecture peut engendrer des complications de financement, de garanties ou d’assurances : «Being ahead of the game when choosing a structural system is all very well, but non-standard options can still cause complications with finance, warranties, insurance and selling on, says Jaclyn Thorburn» : Problems with Non-standard Construction, Home Building & Renovating (https://www.homebuilding.co.uk/problems-with-non-standard-construction/) 9 Avis des usagers sur la Cité du Vin de Bordeaux (https://www.tripadvisor.fr/ShowUserReviews-g187079-d10200972-r390632997La_Cite_du_Vin-Bordeaux_Gironde_Nouvelle_Aquitaine.html) 10 BOSDECHER Laurie, 17/05/2011. Bordeaux s’offre son Gug genheim, SudOuest (http://www.sudouest.fr/2011/05/17/bordeaux-soffre-son-gug-genheim-400206-625.php) 11 Avis des usagers sur les Pavillons Monte-Carlo de Monaco (https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g190409-d2385491-Reviews-or10-Casino_Square-Monte_Carlo.html#REVIEWS) 12 Avis des usagers sur les Pavillons Monte-Carlo de Monaco (https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g190409-d9784162-Reviews-Jardin_du_Casino-Monte_Carlo.html)

11


production en architecture. Mais de manière plus générale à l’heure actuelle, chaque entreprise, peu importe le domaine, tente d’innover pour surpasser le concurrent, rester compétitif et continuer de faire évoluer l’entreprise. Le champ de l’architecture n’est pas en reste, tant au niveau de la production des agences que de la recherche scientifique ou du domaine pédagogique. Innover c’est imaginer quelque chose de nouveau : un processus, un objet, un matériau, un système… L’une des définitions que l’on trouve au sujet de l’innovation est qu’elle représente un « processus d’influence qui conduit au changement social et dont l’effet consiste à rejeter les normes sociales existantes et à en proposer de nouvelles »13. On peut donc légitimement se dire que dans ce cadre-ci, les projets d’architecture numérique expérimentale tendent à l’innovation de par leur singularité et leur rupture avec l’environnement alentour qui ont parfois pour vocation de suggérer et d’inciter à de nouveaux usages : centres culturels mêlant exposition, médiathèque, passage transitoire ou mixité d’usages par exemple avec la banque de la tour Intesa-SanPaolo de RPBW située à Turin où le bâtiment à priori privé contient un second système de circulation rendant le RDC et la toiture accessible au public. De plus, l’innovation dans les projets d’architecture expérimentale se situe surtout au niveau de la recherche de nouvelles formes à exploiter, formes souvent créées avec de nouveaux outils, que l’on n’aurait pas pu élaborer avec un procédé traditionnel, simplement avec une feuille et un crayon car elles deviennent vite très complexe à gérer lorsque l’on rentre dans le détail. Ces projets, de par leur complexité et leur caractère singulier engendrent forcément la réflexion sur de nouveaux systèmes d’assemblages, de fabrication de pièces spécifiques, de nouveaux matériaux ou de planification de chantier qui doivent être abordé autrement que comme on le fait habituellement pour concrétiser le projet et le rendre constructible. C’est une bonne approche pour entrer en matière de recherche par le biais du projet. Cependant, à l’heure de l’innovation et de la recherche prônée dans tous les domaines, on se retrouve face à un problème majeur : innover coute cher. En effet les projets innovants requièrent des procédés nouveaux qui impliquent par conséquent un investissement supplémentaire par rapport aux solutions désormais connues et souvent utilisées. On peut prendre pour illustration la très célèbre Fondation Vuitton de Frank Gehry pour laquelle le budget initial de 100 millions d’euros est désormais estimé à 500 millions d’euros14, dépassement d’enveloppe en partie dû à la production de 3600 panneaux de verres courbes tous de dimensions uniques15 et au dépôt de 30 brevets16 nécessaires à la réalisation du projet. Cette part d’inconnu qui se présente lorsqu’un projet nécessite recherche et innovation pour être construit, et est reliée intrinsèquement au budget comme nous venons de le voir, contribue à renforcer l’appréhension qui peut être ressentie par un maître d’ouvrage et des investisseurs déjà indécis et perplexes. Ceci étant, on remarque que ces projets manquent souvent de ressources financières pour être aboutis, et ce facteur ajouté au point de vue sceptique concernant l’architecture numérique expérimentale et à l’inconnu qui les attends rend les maîtres d’ouvrages et les investisseurs hésitant lorsqu’il faut se lancer sur un tel projet. Aussi, on remarque que souvent les projets pour lesquels on tente la construction de ces architectures non standards sont des projets voués à être visible au sein de la ville, donc de manière générale sont choisi des programmes importants, des bâtiments de grande ampleur (physique ou symbolique) ce qui implique un chantier d’une durée plus longue qu’un projet lambda. Ces projets sont très souvent liés à une dimension politique, une volonté de laisser sa trace avec un projet de grande ambition qui possède une forme qui se démarque et marque les esprits. Cette dimension politique (que nous ne développerons pas plus dans cet écrit) représente elle aussi un frein à la construction de ces projets aux formes non standards. En effet, des projets d’une telle ampleur prennent forcément un certain temps à être développés puis construits ; ils s’étalent parfois sur des temporalités longues qui ne correspondent pas aux durées des temporalités politiques des maires, présidents etc. Les changements politiques représentent donc eux aussi un facteur de la non construction de ces projets puisque d’une personnalité à une autre le projet peut finalement être stoppé ou bien réémerger quelques

13 (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/innovation/43196) 14 «Le coût de la construction, initialement estimé à 100 millions d’euros n’a pas été rendu public. Il pourrait avoir atteint 500 millions d’euros en raison de la mise au point de panneaux de verre innovants.» (https://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_d’entreprise_Louis_Vuitton) 15 DROMARD Thiébault, 21/10/2014. Fondation Louis Vuitton: 5 questions sur le coup d’éclat de Bernard Arnault, Challenge’s (http:// www.challenges.fr/entreprise/fondation-louis-vuitton-5-questions-sur-le-coup-d-eclat-de-bernard-arnault_14637) 16 CAPRON Stéphane, 19/10/2014. Frank Gehry fait voler la fondation Louis Vuitton, France Inter (https://www.franceinter.fr/culture/ frank-gehry-fait-voler-la-fondation-louis-vuitton)

12


années plus tard et faire face à des modifications. Ainsi, même si énormément de projets d’architecture numérique expérimentale sont imaginés, l’impact de ces différents facteurs fait que peu sont finalement construits. On décèle alors un problème de taille, voire même un paradoxe : l’innovation est fondamentale dans l’évolution de la société actuelle, elle est à présent vue comme une nécessité y compris en architecture, et pourtant les budgets ne cessent de décroître. On souhaite donc de la nouveauté, qui, on l’a vu précédemment pour nos cas de projets expérimentaux, coûte cher, et les budgets s’amenuisant créent un total blocage de la concrétisation de ces bâtiments. L’objectif, si l’on veut sortir de cette enclave serait donc d’engager une réflexion sur la manière dont on pourrait construire ces projets plus vite, mieux et moins chers afin de rouvrir la porte de l’expérimentation en architecture de façon cohérente avec les budgets mis à disposition et de manière à renouer un climat de confiance avec les maîtres d’ouvrages. 0.2.2 L’arrivée du BIM et ses potentialités En parallèle, les technologies évoluent et le BIM a fait son apparition, le premier pays à l’avoir adopté étant la Finlande et les pays nordiques en 200217. Olivier Celnik, architecte expert BIM, définit le BIM comme « une manière intégrée de travailler, permettant une conception, une exécution et une gestion de bâtiments et de biens immobiliers elles aussi intégrées. […] C’est un processus de travail et de collaboration entre intervenants d’un projet […] qui permettent la conception et l’exploitation d’une maquette numérique, préfigurant le bâtiment tel que construit et exploité. »18. Cependant la définition du BIM reste complexe, regroupe plusieurs notions (Model, Modeling, Management) et est surtout sujette à de nombreuses interprétations. Nous allons donc, dans le cadre de ce mémoire, définir le BIM comme un outil et un processus de conception collaboratif interdisciplinaire et de communication partagé, permettant de simplifier la gestion de projet en regroupant toutes les données au sein d’un seul modèle BIM ou d’un seul serveur, l’utilisation d’un seul et unique modèle BIM n’étant pour le moment pas encore mise au point, les systèmes informatiques n’arrivant pas à gérer toutes ces données. Le processus de travail en BIM s’inspire de la démarche de l’ingénierie concourante qui est une manière de conduire un projet. En fait, lorsque l’on engage un projet dans une démarche BIM, l’idée est de faire participer différents acteurs de la construction tels que l’ingénierie structure, le BET fluide, le client ou les entreprises dès les premières phases du projet afin de tendre vers une conception interdisciplinaire. En effet, impliquer ces différents acteurs en amont de la phase à laquelle ils sont habituellement consultés permet de gérer les problèmes plus tôt dans la conception, et a pour objectif de rendre un projet plus optimisé et plus fiable en terme de coûts, le fait de travailler tous ensemble créant des synergies entre les différents corps de métiers et évitant ainsi la proposition de solutions totalement déconnectées les unes des autres. En plus du processus, la particularité du BIM qui le diffère de la CAO est le modèle 3D qui va servir à la collaboration et à la collecte des informations provenant de ces différents acteurs du projet. En effet, les modèles 3D de conception traditionnelle sont généralement des modélisations géométriques volumiques assez simples, donnant peu d’informations sur le projet et surtout utilisées pour la génération de perspectives de rendu intérieures et extérieures ainsi que pour la démonstration de l’insertion dans le site. Lorsqu’un modèle 3D s’avère utile pour des calculs thermiques ou de ventilation naturelle (flux de vents etc…) par exemple, il est nécessaire d’effectuer tout un travail de retranscription des données à partir des divers documents 2D afin que le thermicien puisse, lui, recréer une modélisation à partir de zéro, les informations dont il a besoin n’étant pas présente sur le modèle 3D de l’architecte qui a plutôt une fonction de représentation que de conception technique. Une maquette numérique BIM n’est pas conçue de la même façon et n’a pas le même objectif. On pourrait dire, pour résumer, que l’objectif principal d’un modèle BIM est la multifonction. En effet, ces maquettes sont composées d’objets paramétriques, modifiables donc, et auxquels sont associés des données

17 «En 2002 la Confédération d’Industries de Construction Finlandaises a décidé de considérer le BIM comme un élément principal de la stratégie technologique.» I&R (Images & Réseaux), Mars 2015. BIM IR, Le Mag Numérique (http://www.lemag-numerique.com/ wp-content/uploads/2015/03/BIM-IR.pdf) 18 (Olivier Celnik, CSTB – BIM & Maquette numérique)

13


diverses et variées telles que la famille de l’objet, ses dimensions, le matériau, son coefficient de conductivité ou sa résistance au feu par exemple, que l’on peut choisir de renseigner ou non. C’est une maquette à la fois géométrique, sémantique et évolutive, c’est-à-dire que la quantité d’informations renseignées peut dépendre du niveau de développement que l’on souhaite, de l’avancement du projet, de la nécessité de précision sur tels ou tels aspects etc… L’objectif étant de concevoir entièrement un projet de façon virtuelle, pour à partir de celui-ci automatiser certaines tâches comme la génération des plans, coupes, perspectives et documents écrits (descriptifs, métrés…) et créer une interopérabilité c’est-à-dire des passerelles avec d’autres logiciels permettant ensuite de réutiliser ladite maquette pour des études d’ensoleillement, de thermique, de confort ou autre sans avoir à retranscrire toutes les données. Il faut cependant prêter une attention particulière à la notion de paramétrique utilisée pour désigner les objets composant un modèle BIM. Il est impératif de faire la distinction entre la notion paramétrique du BIM comme expliquée juste auparavant et le terme paramétrique utilisé pour des projets d’architecture généré à l’aide d’algorithmes ou de scripts comme nous l’avons abordé plus haut. Ces deux termes ont la même appellation et peuvent être amené à « travailler » ensemble mais ne possèdent pas la même signification. En soi le BIM apparaît donc à priori comme un outil possédant un grand potentiel mais sur lequel nous n’avons que peu de recul en France car il n’a fait son entrée sur le territoire que depuis quelques années (2014)19. Cela dit, les modèles BIM et les processus de travail qu’il comprend commencent désormais à se démocratiser dans le pays et à s’insinuer progressivement dans les démarches de projet. A présent, il est essentiel de se pencher réellement sur le BIM et sur les opportunités qu’il peut offrir pour les années à venir puisque l’Union Européenne ouvre désormais la possibilité aux états membres de demander à l’équipe de maitrise d’œuvre un développement de projet en BIM pour les marchés publics de travaux et les concours20. Dans le cadre de ce mémoire, rappelons que la question que pose le contexte actuel et abordée précédemment est comment rendre concrétisable les projets d’architecture numérique expérimentale aux yeux de la maitrise d’ouvrage afin qu’ils puissent être construits et tendent à relancer l’innovation et l’expérimentation en architecture de manière plus courante. Le BIM est présenté comme un outil puissant et l’on peut se demander dans cette optique si ce dernier, de par son système de données d’informations très complet, son pouvoir de planification et ses capacités de simulation de construction ne pourrait-il pas contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ?

0.3 Le BIM comme facilitateur pour la gestion de projet et le développement d’architectures numériques expérimentales (hypothèse)

Si l’on pose l’hypothèse que l’utilisation du BIM est intégrée dès les phases préliminaires du projet telles que l’esquisse ou l’avant-projet sommaire (APS), on peut émettre certains points pour lesquels il jouerait un rôle majeur dans l’idée de répondre à la question précédemment citée. Nous allons, pour cela, isoler quatre critères (l’approche intégrée, la simulation de construction, le développement d’un modèle 3D détaillé et l’interopérabilité) à étudier spécifiquement qui seraient à priori apte à faciliter la construction de ces projets non-standards, c’est-à-dire à améliorer la communication, optimiser la conception et ses détails, augmenter la rapidité d’exécution pour enfin participer à réduire les coûts. Le choix se porte sur ces quatre critères puisque ce sont eux qui paraissent les plus à même de pouvoir répondre aux objectifs cités précédemment dans le cas de projets d’architecture paramétrique, et semblent les plus pertinents à étudier, l’accès à ces informations étant envisageable. Les aspects du BIM concerné et auxquels nous allons nous intéresser vont donc être particulièrement : 19 «Nous allons progressivement rendre obligatoire la maquette numérique dans les marchés publics d’État en 2017» Déclaration de Cécile Duflot, alors ministre de l’égalité des territoires et du logement, lors d’une interview de Le Moniteur le 18/03/2014. (http:// www.lemoniteur.fr/article/logement-cecile-duflot-devoile-les-premieres-mesures-d-objectifs-500-000-23903863) 20 Directive 2014/24/UE du Parlement Européen et du Conseil du 26 février 2014 sur la passation des marchés publics et abrogeant la directive 2004/18/CE, article 22 Règles Applicables aux Communications - Alinéa 4 : « Pour les marchés publics de travaux et les concours, les États membres peuvent exiger l’utilisation d’outils électroniques particuliers tels que des outils de modélisation électronique des données du bâtiment ou des outils similaires. Dans ces cas, les pouvoirs adjudicateurs offrent d’autres moyens d’accès, selon les dispositions du paragraphe 5, jusqu’à ce que ces outils soient devenus communément disponibles au sens de paragraphe 1, premier alinéa, deuxième phrase.»

14


- L’approche intégrée dès les premières phases du projet. En effet, l’intégration d’équipes pluridisciplinaires dès le démarrage de la conception peut permettre d’éviter le phasage traditionnel que l’on observe habituellement à savoir qu’une fois la première partie de conception fixée, on transmet le projet aux bureaux d’études et équipes d’ingénieries qui décèlent des problèmes auxquels l’équipe de conception n’avait pas forcément prêté attention, cette dernière devant donc par la suite revoir son projet. Cette approche inspirée de l’ingénierie concourante va permettre, au lieu d’avoir un schéma de travail en aller-retours BET<->Architecte, d’avoir un système de travail collaboratif, conjoint et unidirectionnel dès le départ. On peut par conséquent, dès le début de l’élaboration du projet, anticiper les réflexions sur les problèmes de construction, d’ingénierie, d’assemblage, de dimensionnement etc que peuvent induire de telles réalisations. - La particularité du BIM à simuler la construction d’un bâtiment à géométrie complexe21. Assurément ce point, s’il est réellement utilisé, peut s’avérer être un sérieux avantage pour les projets qui nous concerne. En effet, simuler virtuellement la construction du bâtiment et ses différentes étapes offre un aperçu concret de la manière dont va être géré et se dérouler le chantier. On peut aussi l’associer à une notion de temporalité importante dont l’estimation est non négligeable : même si elle n’est pas fixée définitivement, la simulation virtuelle de la construction donne un ordre de durée pour la construction du projet. Cela peut contribuer à diminuer le flou présent dans l’esprit du maître d’ouvrage et des entreprises, et va permettre à ces dernières de connaitre le phasage du chantier et ainsi de détecter les possibles problèmes d’enchaînements des différents corps de métier qui n’auraient pas été détecté de prime abord ou de proposer des solutions d’optimisations afin de réduire les délais. - Le développement d’un modèle 3D détaillé. Si le modèle d’une architecture complexe est effectivement conçu de manière assez détaillée en amont de la présentation du projet au maître d’ouvrage et aux industriels, ce modèle permettrait de régler les problèmes et d’anticiper les détails (assemblages, prototypage à planifier, détails techniques spécifiques…) avant les phases habituelles auxquelles ils sont traités pour ainsi pouvoir présenter au maître d’ouvrage un projet plus « abouti » plus tôt. Cette démarche offrirait, de plus, l’avantage de diminuer considérablement les modifications que l’on rencontre habituellement en phase PRO/ DCE (Cf Courbe de MacLeamy22) au moment de la production de tous les documents détaillés du projet, modifications qui engendrent le plus de surcoût sur le budget final de la construction.

Fig 1. Courbe de MacLeamy montrant les possibilités de modification du projet et les coûts impliqués par celles-ci en fonction de l’avancement des phases de développement.

- La notion d’interopérabilité. Le système de travail en BIM et les logiciels qui l’accompagnent sont réfléchis de manière à donner la possibilité de créer des « passerelles » entre logiciels grâce à un format de fichier neutre aussi appelé fichier IFC. De plus, avec la montée en puissance du BIM, les différents éditeurs de logiciels poussent de plus en plus les évolutions de ces derniers vers une interopérabilité globale permettant des interactions directes entre les différents logiciels métiers sans passer par le format IFC spécifiquement.

21 La géométrie complexe d’un bâtiment concerne le plus souvent l’aspect formel de son enveloppe, qui induit aussi par conséquent une complexité au niveau des réseaux techniques, de la production et de l’assemblage des pièces de construction, ainsi que du dispositif spatial engendré par tous ces éléments. (Note de l’auteur) 22 «On sait par expérience que plus un projet avance, plus il est difficile et coûteux de le modifier (courbes 1 et 2). C’est pourquoi on cherche à répartir l’essentiel des efforts en amont de la phase d’exécution. Ceci est difficilement réalisable avec un processus classique (la courbe 3 a tendance à glisser vers la droite). En revanche, le processus du BIM vise à transférer, via une approche collaborative dite intégrée, la majeure partie de ces efforts en amont (courbe 4).» CHAMBILLE, 18/01/2015. Redéfinir le BIM et son potentiel, blog du Master BIM de l’ESTP — Ecole Spéciale des Travaux Publics, du Bâtiment et de l’Industrie (https://msbim.estp.fr/?tag=delais)

15


En tout cas pour l’instant, les quelques ponts inter-logiciels qui sont déjà créé et l’utilisation du format IFC permettent, pour les projets complexes comme ceux du champ de l’architecture numérique expérimentale, d’éviter de rentrer à nouveau toutes les informations du projet si l’on nécessite de pièces spécifiques à concevoir comme ça a été le cas par exemple pour les coques en verre de la fondation Louis Vuitton. La gestion des informations avec le BIM et son interopérabilité permet de passer directement du logiciel de modélisation au renvoi de données sur la machine à commande numérique ou la machine de production. Finalement, face à de tels projets si complexes, allier et relier le BIM aux logiciels des machines de production afin de réduire les erreurs et par conséquent simplifier la réalisation des éléments revient à « adapter des processus industriels à une fabrication sur mesure »23. La notion de processus industriel induit de façon implicite mais irrémédiable l’idée d’efficacité de la production, point que rejoint la démarche BIM puisqu’il est effectivement aussi l’un des objectifs recherché lors de l’utilisation d’un procédé BIM.

Fig 2. Workflow BIM : transmission de données grâce à l’interopérabilité des logiciels

On peut donc légitimement penser que ces quatre caractéristiques faisant partie du processus BIM vont participer à l’optimisation des coûts et des systèmes. Ce pourrait donc être une possibilité qui, appliquée aux projets d’architecture numérique expérimentale, permettrait d’obtenir ainsi un projet novateur, optimisé et aux coûts maîtrises que l’on pourrait présenter au mandataire de manière détaillée mais simplement compréhensible. Toutes ces notions pourraient participer à instaurer une relation de confiance entre le concepteur et le maître d’ouvrage lors de la présentation du projet puisque cela offrirait à ce dernier une vision à la fois globale de la proposition, accompagnée « d’outils de démonstration » et de détails prouvant que le projet est réalisable. Cela consiste à reprendre la même démarche que celle appliquée en recherche : on axe une recherche qui par la suite conduit à innover puis l’on démontre/prouve par un moyen que la théorie fonctionne en pratique. La confiance « regagnée » du maître d’ouvrage et l’assurance apportée par le BIM sur de tels projets peut par conséquent probablement faciliter la passation de contrat avec des partenaires et ainsi contribuer à trouver des financements pour aboutir l’édifice et relancer l’innovation et l’expérimentation en architecture.

0.4 Méthodologie

0.4.1 Corpus d’étude Afin de confirmer ou non si ces aspects théoriques peuvent effectivement influer sur la facilité à réaliser les projets d’architecture numérique expérimentale, nous allons sélectionner trois exemples de projet correspondant au domaine de l’architecture paramétrique définie dans la première partie, et en étudier la 23 FONDATION LOUIS VUITTON, Octobre 2014. Dossier de Presse de la Fondation Louis Vuitton, FLV (http://www.fondationlouisvuitton.fr/content/dam/flvinternet/Images/Presse/Oct2014FLV-Dossierdepresse.pdf)

16


collaboration entre logiciel paramétrique et logiciel de modélisation BIM, ainsi que la conception de ces projets, en s’intéressant particulièrement aux quatre hypothèses de réponses développées précédemment. Cela apporte un appui sur des cas concrets de constructions réalisées, l’objectif étant, une fois ces projets étudiés sous ces quatre critères, de valider ou non l’hypothèse de départ. Les trois projets retenus pour cette étude sont : la Cité du Vin (Bordeaux) de l’agence X-TU, la Canopée des Halles (Paris) de Patrick Berger & Jacques Anziutti Architectes et les Pavillons Monte-Carlo (Monaco) de l’agence Affine Design. La sélection s’est tout d’abord basée sur quatre critères qui ont restreint au fur et à mesure le cadre et par conséquent le nombre de projets « candidats » un peu à la manière d’un entonnoir. Ces premiers critères sont : - Un projet qui soit construit afin de ne pas rester sur des suppositions théoriques mais de vérifier les hypothèses en s’appuyant sur des exemples concrets - Un édifice qui soit une architecture paramétrique - Un projet qui soit innovant par sa recherche d’un langage formel spécifique et par le traitement technique qui lui est apporté pour sa réalisation - Un bâtiment dont la conception a été développé en BIM (niveau 224 à minima) puisque c’est le sujet de cet écrit Ce sont donc des projets que l’on considère innovant de par leurs formes non-standards qui ont impliqué l’utilisation d’un processus BIM pour être concrétisé puis construit. En effet, un tel niveau de complexité ne peut pas être géré sans une construction virtuelle du bâtiment, ou du moins de certains de ses éléments. La sélection s’est limitée à des projets uniquement construits en France afin que les informations les concernant puissent être simplement et rapidement accessibles et que les échanges avec les acteurs de ces projets soient plus simple qu’une correspondance avec des interlocuteurs à l’autre bout du monde. On remarque tout de même que le type d’études de cas recherchées pour ce mémoire, c’est-à-dire utilisant une conception paramétrique qui a par la suite été développé en BIM pour enfin être construit, est encore peu développé en France, cela étant dû en partie au retard Français visible pour l’instant en matière de BIM.

Fig 3. Concept de la Cité du Vin de Bordeaux

Fig 4. Vue globale de la Cité du Vin

Cependant on trouve de plus en plus de ces projets situés en France, preuve que les mentalités et les pratiques sont en pleine évolution. La Cité du Vin (nommée à ses débuts « le Centre Culturel et Touristique du Vin ») est un projet de l’agence Parisienne X-TU situé à Bordeaux. Le centre est d’abord intéressant de par sa forme, basée sur le concept très abstrait du mouvement du vin dans un verre lors d’une dégustation puisqu’il « se veut une évocation de l’âme du vin, entre le fleuve et la ville »25. Cette forme complexe tout en rondeurs, a donc dû être traitée de manière très spécifique pour que le projet fonctionne. En effet, la façade en verre et métal repose sur une structure d’éléments de bois courbes, et chacun des 2047 panneaux de métal et 900 panneaux de verre sont uniques. La gestion de ces deux points, les panneaux de façade et les éléments de

24 BIM Niveau 2 : «Mise en place du processus de travail collaboratif - toutes les parties prenantes du projet utilisant leurs propres modèles de CAO 3D, mais ne travaillant pas nécessairement sur une maquette unique et partagée. [...] Les Informations du projet sont partagées sous un format de fichier commun, ce qui permet à toute organisation d’être en mesure de combiner ces données avec leurs propres données afin de réaliser un modèle BIM fédéré et central, et d’effectuer des requêtes sur cette maquette.» BIM AUTODESK, 29/10/2015. Les niveaux du BIM ou BIM Levels expliqués par NBS, Construction21 France (http://www.construction21. org/france/articles/fr/les-niveaux-du-bim-ou-bim-levels-expliques-par-nbs.html) 25 Z. Julia, 19/04/2013. Un Centre culturel et touristique du Vin à Bordeaux dès 2016, Architecture-Urbanisme (http://projets-architecte-urbanisme.fr/centre-culturel-touristique-vin-bordeaux/)

17


structure bois courbes, est essentielle à être traitée pour que le projet soit constructible. Si l’on en croit de plus, les affirmations de Jean-Baptiste Valette, chef de service Ingénierie Modélisation des Projets chez VINCI CONSTRUCTION France, qui explique que « La Cité des Civilisations du Vin est un bijou d’une complexité rare mais à coût maîtrisé. Techniquement, ce projet nécessitait une organisation parfaite et une capacité d’optimisation et d’innovation élevée »26, on remarque alors qu’il aborde aussi les questions d’optimisations et de coûts, ce qui semble être par conséquent un exemple approprié à traiter dans le cadre de la problématique posée par ce mémoire. Le second projet, la Canopée des Halles de Patrick Berger & Jacques Anziutti Architectes est situé à Paris. Parti du réaménagement de ce site des Halles, la Canopée consiste en une immense toiture basée sur 15 ventelles métalliques courbes et créant de ce fait un gigantesque patio public en dessous. Mélange entre la canopée connue des forêts et une vague déferlant au-dessus des bâtiments, la forme de cette toiture une fois esquissée a été générée sur Rhino et Grasshopper afin de se saisir de la gestion et de l’optimisation des éléments de structure qui la composent et des 18 000 panneaux vitrés venant prendre place sur celle-ci. L’utilisation d’une modélisation paramétrique a ainsi permis de tester différentes solutions afin de trouver la plus adaptée au projet. La forme complexe de la toiture a ensuite été développée en BIM afin de préciser et concevoir tous les détails d’assemblages et de production des éléments qui la composent. Le modèle numérique a par la suite été transféré en IFC afin d’être directement utilisé par les industries lors de la fabrication des éléments. De plus il semble, encore une fois, que le phasage virtuel du chantier ait joué un rôle majeur lors de la mise en œuvre de la construction. Ce projet paraît donc tout à fait apte à prendre sa place dans les études de cas proposées ici.

Fig 5. Génération des éléments à partir de Grasshopper

Fig 6. Vue générale de la Canopée des Halles

Enfin, le dernier projet est les Pavillons Monte-Carlo de la ville de Monaco conçu par l’agence Affine Design. Dans le cadre d’un projet de restructuration et de revalorisation de la place du Casino (site historique de Monaco), la ville propose un remplacement du Sporting d’Hiver (1931), bâtiment qui sera démoli afin d’être remplacé par trois bâtiments contemporains (mêlant commerces, résidences haut de gamme, bureaux, espaces de loisirs et de culture), ainsi qu’une rénovation de l’Hotel de Paris (1864) qui accueillait des boutiques de luxe. Le projet des Pavillons Monte-Carlo a été imaginé afin d’accueillir les 21 boutiques de luxe de l’Hotel de Paris pendant la durée des travaux estimés à 4 ans (2014-2018). Cinq pavillons d’une surface totale de 2700m² sont donc imaginés et intégrés dans le jardin des Boulingrins qui jouxte le Casino. Leur forme permet aux différentes entités du projet de s’implanter dans le jardin en ne déplaçant que très peu d’arbres déjà présent, le but étant de respecter et conserver au maximum le paysage existant. Ainsi, chaque pavillon est d’une dimension différente, offrant une surface qui varie de 220 à 600m², et les 10 mètres de hauteur de ces architectures permettent de proposer un rez-de-chaussée et une mezzanine pour les espaces intérieurs. Les premières esquisses ont été proposées en Octobre 2012. S’en sont suivi un an d’étude et le projet aura ensuite nécessité de seulement 15 mois entre le début du chantier et sa livraison en Octobre 2014. La présence temporaire des bâtiments a impliqué la réflexion sur des systèmes de structures qui soient démontables et remontables. Conjoint à l’architecte, les bureaux d’ingénierie TESS et SETEC ont déterminé la forme définitive de la structure et le dessin du parement de chaque pavillon à l’aide d’approches itératives afin d’optimiser 26 MEDIACONSTRUCT, 27/10/2014. Le BIM au service d’une prouesse technique (Cité du Vin), MediaConstruct (http://www.mediaconstruct.fr/sinformer/le-blog-du-bim/post/4321/le-bim-au-service-d-une-prouesse-technique)

18


les systèmes au maximum. Ce sont au total 5 000 panneaux uniques qui constituent la vêture des pavillons. Ces coques sont assemblées par boulonnage de modules en acier. Chaque élément d’environ 2,5m x 6m pesant 5 tonnes, c’est plus de 920 tonnes d’acier qui ont été mis en œuvre. Chaque panneau étant posé à seulement quelques millimètres de ses voisins implique une réelle maitrise de la fabrication et de la technique de montage de ces derniers afin que chaque pièces « soient livrées parfaitement conformes et que l’ensemble puisse être assemblé tel un puzzle »27. Une réflexion a aussi été engagée sur la manière de manager le planning du projet. En effet, la tenue de l’évènement historique qu’est le Grand Prix F1 à Monaco a engendré une obligation de respect du planning puisque le premier pavillon devait être monté lors de la course. Les responsables travaux ont ainsi mis en place un planning intégrant très précisément les dates de réalisation, réception et montage de toutes les pièces afin de satisfaire aux exigences de l’évènement et de simplifier la gestion du projet pour les ouvriers.

Fig 7. Vue générale des Pavillons Monte-Carlo dans leur site

Fig 8. Optimisation de la forme en fonction des contraintes structurelles et des descentes de charges

0.4.2 Méthodologie employée Pour mener à bien ces études de cas, la méthode employée va être dans un premier temps d’effectuer des recherches de publications concernant ces trois projets pour obtenir de l’information sur la conception et la manière dont a été mis en œuvre le BIM pour viabiliser l’édifice imaginé. Par la suite, les points sur lesquels nous nous penchons étant assez précis, les informations ne seront peut-être pas disponibles sur le web ou bien seront probablement peu précises. Si tel est le cas, nous allons tenter de prendre contact directement avec les agences ou les bureaux qui les ont aidé à formaliser leur projet tels que Setec, AurBlanc, et Decode BIM afin de mener une recherche complémentaire sous forme d’entretien semi-directif pour obtenir les informations manquantes. Un tableau d’analyse des quatre critères hypothétique sera défini afin de guider la recherche vers des axes permettant de répondre aux questions soulevées. Ce tableau servira de base pour les entretiens avec les acteurs du projet et sera complété par un questionnaire afin d’aborder des questions supplémentaires. Dans un second temps, pour compléter tous les apports théoriques lus, le stage de première pratique professionnelle de Master s’est orienté vers le thème de ce mémoire afin d’approfondir la recherche en ayant grâce à cette expérience pratique un point de vue concret, réaliste et personnel. La recherche s’est donc tournée vers une agence ayant mis en place le processus BIM dans sa conception de projet. Il est évident que, comme expliqué auparavant, les projets d’architecture numérique expérimentale développé en BIM et abordés dans ce mémoire sont pour l’instant difficiles à trouver : ils ne sont pour le moment traités que par d’importants groupes tels que Gehry Technologies ou Decode BIM, et sont souvent réalisés pour des projets à gros budget. Cependant, intégrer une agence pratiquant le BIM a permis une confrontation avec la réalité du travail en BIM en agence, les problèmes auxquels on peut encore faire face aujourd’hui dans ce processus et la manière dont il peut être ressenti lorsque l’on est un acteur qui prend part au projet. En effet, le sujet du BIM comporte encore peu de documentation et de réflexion en France, et ses enjeux sont souvent exposés de façon idéaliste alors qu’il arrive parfois, pour l’instant en tout cas, que lors d’une pratique réelle certains 27 BOUYGUES CONSTRUCTION, 20/03/2015. Monaco : les Pavillons des Merveilles, blog Bouygues Construction (http://blog.bouygues-construction.com/en-direct-des-chantiers/monaco-les-pavillons-merveilles/)

19


compromis doivent être faits. Ainsi ce stage a été prétexte à une prise de recul par rapport à tous les apports théoriques déjà étudiés, afin de laisser se construire un point de vue critique et personnel supplémentaire visant à enrichir les propos de cette publication. Finalement, une fois ces études de cas menées et ce stage effectué, nous croiserons les différentes informations recueillies dans l’optique de répondre au questionnement posé qui est, pour rappel : « Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ? ».

« Plus les choses sont virtuelles, plus elles sont réelles. » Steve Woolgar.28

28 (PICON Antoine, 2010. Culture numérique et architecture : une introduction, p52.)

20


I. Le design paramétrique : une conception particulière aux besoins précis

I.1 Le design paramétrique : un effet de mode non maîtrisé

I.1.1 Problèmes soulevés par une conception paramétrique non maîtrisée L’une des premières notions à aborder suite à l’étude de ces trois projets est avant tout la conception paramétrique. En effet, tous ces projets d’architecture non standard aux formes complexes sont générés à partir du principe de conception paramétrique, c’est à dire programmer des règles de construction du modèle reliées à des paramètres variables. Dans le cas de l’utilisation du paramétrique pour une recherche formelle, les différents réglages appliqués aux paramètres déterminés influeront sur la forme du bâtiment et permettront de tester des variantes. C’est grâce à ce processus que nous nous retrouvons de plus en plus quotidiennement face à des architectures aux formes organiques. Cette conception paramétrique est actuellement en plein essor et souvent utilisée dans le cadre de projets emblématiques qui se doivent d’être des architectures symboles, renvoyant un signal fort. Le problème qui se présente aujourd’hui est que si beaucoup tentent la conception paramétrique car elle offre un outil de recherche formelle simple à appréhender et qui produise des bâtiments de formes séduisantes, peu maîtrisent cette complexité en dehors de l’étape première de conception. Cette non-maîtrise du processus engendre des problèmes supplémentaires à gérer lors des phases PRO et EXE par rapport à une conception standard, qui sont d’autant plus difficiles à résoudre si le projet n’est pas confronté à une réalité constructive dès le début de sa conception. En effet, la notion de fabrication n’est que très rarement abordée lors de séminaires ou de conférences au sujet de la conception paramétrique, ces évènements mettant plutôt l’accent sur la capacité que nous avons désormais à créer des formes inimaginables auparavant et à l’accès facilité à l’outil numérique qui permet de développer la créativité des individus. C’est pourquoi on se retrouve souvent face à des nœuds très difficiles à résoudre pour certains puisque techniquement non fabricables avec les solutions actuelles. On imagine donc ensuite une sorte de faux-semblant, une parade alternative permettant de résoudre le problème en le contournant sans trop dénaturer le projet initial, ce qui, vu la qualité et l’exigence esthétique que demandent ces constructions, peut être très dommageable selon les cas. Acquérir une maitrise de cette conception paramétrique afin d’éviter les erreurs de ce type et maîtriser les effets souhaités serait donc une première piste à explorer, qui de plus s’avérerait bien plus valorisante pour le projet. Nous verrons par la suite quelques axes de réflexion sur la manière dont l’appréhension de la conception paramétrique pourrait être améliorée. L’une des seconde difficulté soulevée par une conception paramétrique complexe se situe au niveau des entreprises : en effet, la nécessité de production d’éléments techniques particuliers et complexes à fabriquer engendre un choix très restreint au niveau des entreprises. Les petits artisans ou les industries peu équipées ne pourront pas répondre à la demande de production de pièce non-standard. Une entreprise plus

21


grande et correctement équipée pourrait prendre en charge ce type de demande, encore faut-il qu’elle accepte de prendre la responsabilité de concevoir des pièces qu’elle n’a jamais ou très peu l’habitude de produire. Et enfin il existe quelques sociétés qui savent désormais concevoir et fabriquer ces éléments complexes tels que des verres cintrés ou des éléments vrillés par exemple, et dont les noms figurent souvent sur les dossiers de construction de projets emblématiques. Par conséquent, cette conception paramétrique qui nécessite de la production de pièces uniques et très techniques engendre ce type de situations qui créent une ségrégation entre les entreprises puisque la société qui a déjà œuvré sur ces problématiques aura très certainement plus de probabilités d’être mandatée par le maître d’ouvrage par rapport à une entreprise de taille moyenne, qui aurait les capacités de production mais qui n’a encore aucune référence concernant de tels projets à son actif. On retrouve donc toujours les mêmes entreprises sur ces projets freeform puisqu’elles seules sont capables de répondre au configurations demandées, ce que l’on peut considérer comme allant à l’encontre du principe d’égalité de traitement dans la concurrence entre entreprises. Bien que tous les projets d’architecture non-standard ne soient pas des marchés publics, il est dommageable de laisser s’installer un système élitiste aux dépens d’autres sociétés qui seraient aptes à se lancer dans ce types de projet malgré qu’elles n’aient pas de références passées. La conception paramétrique implique donc de nombreux questionnements de par les formes complexes qu’elle permet d’exploiter. Il devient alors capital de prendre en compte tous les aspects du bâtiment, de sa conception à sa fabrication et au montage sur chantier, pour pouvoir réfléchir le plus en amont possible aux problématiques que peuvent soulever de tels projets. La dimension technique n’est pas le seul critère à intégrer dans la conception, il devient aussi nécessaire de penser aux contraintes de fabrication et de rechercher les entreprises et les industriels qui sauront répondre de manière efficace aux demandes. C’est d’ailleurs l’un des inconvénients majeur qui a été relevé par l’un des acteurs du projet de la Cité du Vin : « L’un des principaux inconvénients rencontré a été de trouver les industriels équipés de certaines machines CNC particulières ».29 Devant l’arrivée toujours plus nombreuse de projets à géométrie complexe il devient impératif de maîtriser tous les aspects qu’engendre une conception paramétrique, afin de proposer des bâtiments qui soient à la fois esthétique et techniquement viable sans pour autant complexifier sa construction avec des éléments en pièces uniques ou des systèmes techniques implexes. I.1.2 Aller vers une conception paramétrique maîtrisée Cependant, des pistes simples peuvent être proposées pour améliorer cet état et se diriger vers une conception paramétrique plus maîtrisée, diminuant déjà le nombre d’erreurs et de problèmes rencontrés. En effet, le paramétrique permet de créer n’importe quelle forme souhaitée et ses variantes, qui souvent ne correspondent pas à une réalité constructive des plus simples à mettre en place, et cette complexité, si elle n’est pas maîtrisée engendre des coûts supplémentaires pour la création de systèmes, la production de pièces toutes différentes etc. Il s’avère donc très bénéfique pour le développement du projet d’intégrer la notion de fabrication dès les premières ébauches de conception dans le but de pouvoir adapter le projet en fonction des possibilités des fabricants et ainsi proposer une démarche conception/fabrication/construction qui soit plus ancrée dans la réalité et plus simple pour les industriels et entreprises de main d’œuvre à mettre en place. En effet, si l’on ne pense plus seulement en terme de géométrie seule mais que l’on intègre la notion de fabrication on tendra alors à aller vers un continuum numérique qui permettra de gérer de manière plus efficace le passage de la conception virtuelle à la construction réelle. L’association d’un bureau spécialisé pour ce type de projet peut aussi être une piste à explorer. On peut effectivement s’imaginer que le travail en collaboration avec un bureau d’étude spécialisé dans le paramétrique peut contribuer à obtenir une conception paramétrique qui soit maîtrisée et ainsi éviter la proposition de bâtiments techniquement inconstructibles grâce au savoir et à l’expérience de l’entreprise. Il existe désormais des bureaux d’études experts dans le domaine du paramétrique qui sont capables, une fois les paramètres variables définis avec l’équipe de conception, de proposer une plateforme WebGL sur navigateur permettant à l’architecte de tester lui même les différentes variantes possible sans pour autant que le résultat obtenu soit 29 Extrait des réponses obtenues au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°3 : Tableau des réponses individuelles obtenues) 

22


incohérent avec la réalité constructive. Cette méthode de travail offre ainsi la possibilité à l’architecte de garder le contrôle sur l’idée générale du projet tout en proposant un édifice né d’une recherche formelle dont l’aspect paramétrique est totalement maîtrisé grâce à la collaboration de bureaux d’experts. Un autre axe de réflexion possible peut être de sortir de l’artisanat du bâtiment pour réfléchir en processus industriels, c’est-à-dire en séries. Il est vrai qu’aujourd’hui sur les projets d’architecture non-standard on se retrouve souvent à demander un travail d’artisanat à des industriels, c’est-à-dire soit des pièces uniques comme par exemple les 2232 panneaux métalliques de la Cité du Vin où pas un seul n’est identique au suivant, soit des pièces complexes spécifiques mais en petites quantités comme par exemple demander dix panneaux de verres cintrés pour un projet complet. Tout d’abord au niveau technique ce n’est pas le plus simple à mettre en place, mais de plus en terme de coût c’est l’un des facteurs qui fait grimper le budget global du bâtiment. La première manière de réduire ce coût serait de réfléchir à un projet dans lequel s’il faut des éléments spécifiques, il en faille un certains nombres. Les industriels sont des producteurs de pièces en séries, leurs coûts de ventes sont liés au nombre de répétitions par pièces. Si l’on propose un projet qui ne comprend plus seulement dix panneaux de verres cintrés mais une centaine, le coût lié à ces panneaux diminuera en conséquence puisque le nombre de répétition de l’industrie sera accru. La seconde hypothèse pour optimiser la conception de projet d’architecture numérique expérimentale est : et si on produisait des architectures non-standards avec des éléments standards ? Nous sommes en effet aujourd’hui face à des industriels qui fabriquent des éléments standards en grosses séries, à prix totalement maîtrisé, mais qui sont rarement exploités pour ce type d’édifice car on se dirige en règle générale vers de la pièce unique. Mais qui dit pièces uniques dit obligation de prototypage, de manière rapide et non généralisé puisque l’on ne lancera pas un prototype pour chacun des 2232 panneaux qui composent la façade. L’impossibilité de tests en amont engendre le risque que les panneaux ne conviennent pas tous, la production des pièces devient alors une expérimentation sur laquelle le contrôle et la gestion de la production ne sont pas totaux ni optimisés. Les conséquences de ces aléas sont d’ordre économique : le prix n’est pas toujours maîtrisé, les pièces n’étant pas optimisées comme c’est le cas pour une production en série impliquent un prix de revient plus cher pour l’industrie qui se répercute sur le coût global du bâtiment, engendre des pertes d’argents supplémentaires dans le cas où certains panneaux ne conviennent pas, en somme les coûts liés à la fabrication de ces pièces augmentent. Mais ce n’est pas une fatalité, les choses peuvent s’améliorer. Élément standard ne veut pas forcément dire perte de créativité au contraire ; quand on voit le nombre de choses extraordinaires que l’on peut imaginer et construire avec une boite de Lego, qui sont pourtant des éléments produits en séries énormes, on peut se dire que la créativité formelle d’une construction ne tient peut-être pas uniquement à la productions de pièces uniques. De plus, si l’on construisait des bâtiments de forme non-standard avec des pièces standardisées et produites en séries, on pourrait remédier à la ségrégation d’entreprises citée précédemment puisque l’on reviendrait dans des systèmes «standards» que n’importe quelle entreprise serait apte à développer puis fabriquer. Enfin, on pourrait pousser l’utilisation de logiciels de conception paramétrique tels que Rhino/ Grasshopper et l’association avec des bureaux d’experts pour répondre à d’autres questions que celles purement conceptuelles ou techniques du projet. On peut par exemple utiliser Grasshopper et le paramétrique non pas pour une question ayant uniquement trait à l’esthétique du projet mais pour produire des plans de fabrication ou effectuer des vérifications efficaces plus rapidement. Il est possible par exemple de définir des zones de travail qui, grâce aux possibilités d’automatisation des logiciels de conception paramétrique, donnent en sortie des superficies qui permettent de lancer un approvisionnement de matière auprès des fabricants. Il est aussi possible, une fois le modèle validé et s’il est techniquement viable donc par conséquent bien modélisé, de réaliser automatiquement des plans de fabrications tirés du modèle 3D qui s’applique sur une zone et donnera les plans de tous les éléments concernés par cette zone. Cela permet de travailler en flux tendu et de demander précisément une quantité de production aux industriels lorsque c’est nécessaire et ainsi éviter les lancements en production précoces ou tardifs. Une autre application pour laquelle la maîtrise du modèle paramétrique peut être utile concerne la préparation de chantier : sur les Pavillons Monte-Carlo, Aurélie De Boissieu qui a œuvré pour le bureau d’étude structure Setec a produit un modèle Grasshopper de manière très simple afin de vérifier qu’aucun des éléments de structure ne dépassait cinq mètres de longueur dans l’idée de maîtriser aussi le transport des éléments, une pièce supérieure à cinq mètres devant être transportée via un 23


convoi exceptionnel.30 Il est donc nécessaire aujourd’hui de chercher à se diriger vers une conception maîtrisée pour correspondre à la réalité constructive actuelle des entreprises et des industriels. Une conception paramétrique maîtrisée permettra de résoudre en amont certains problèmes qui peuvent parfois représenter des impasses par la suite. Simplifier la fabrication des éléments peut aussi participer à rendre la conception plus rapide à traiter et ainsi permettre de développer le projet avec une précisions accrue.

I.2 L’importance d’une conception précise pour les projets d’architecture numérique expérimentale I.2.1 La nécessité d’une réflexion poussée et précise

Si maîtriser la conception paramétrique peut permettre de simplifier la réalisation du projet, il reste néanmoins un principe de taille auquel on ne peut déroger : les projets d’architectures non-standards nécessite une réflexion poussée et précise pour leur construction. En effet, il est impossible de généraliser un principe unique sur un bâtiment de forme organique complexe ; tout principe employé, de la structure aux panneaux, en passant par les systèmes de fixations, diffère cinq centimètre plus loin. Il est donc obligatoire d’être le plus précis possible dans la conception. Pour ce faire, les délais d’études sont augmentés mais permettent d’aller beaucoup plus loin dans la précision des choses. Ce temps, et par conséquent ce coût supplémentaire induit sont difficilement quantifiables mais on l’estime à un investissement d’une durée entre 25 à 30% de plus en phase d’étude. Il en résulte un projet beaucoup plus précis que s’il était simplement développé en 2D, chose quasiment impossible à faire pour ces bâtiments. Ce passage plus long en phase étude est nécessaire si l’on veut sortir des impasses posées par la conception paramétrique et obtenir un projet qui fonctionne. On abouti très souvent à un niveau de détail de l’ordre de la modélisation des vis par exemple afin d’être certain que chaque panneau se fixera correctement peut importe la courbure de la façade. Ce niveau de détail permet d’obtenir une précision de l’ordre du millimètre qui est absolument fondamentale pour la bonne construction du projet ensuite. Dans le cas où la réflexion n’est pas suffisamment poussée dans le détail, on se retrouve par la suite face à l’adoption de mauvais choix qui entraînent des surcoûts supplémentaires. Nous pouvons prendre comme exemple celui de la Canopée qui fait actuellement l’œuvre d’une polémique puisqu’elle laisse passer l’eau de pluie au croisement entre les ventelles et les poutrelles.

Fig 9. La Canopée des Halles par jour de pluie

D’après un communiqué de la ville de Paris, il semblerait que c’est un choix totalement consenti de la part de l’architecte : « L’architecte a toujours expliqué dans sa présentation du projet — et ce depuis des années — que la Canopée serait un espace extérieur, s’apparentant à une place urbaine abritée, qui préserverait en partie des intempéries, mais qui en aucun cas n’aurait vocation à être étanche »31, il n’empêche qu’aujourd’hui les usagers n’acceptent pas qu’un projet de telle ampleur puisse laisser passer la pluie et qu’un appel d’offre de 1,2 millions a été lancé pour colmater les « fuites » alors que ce phénomène est précisément dû au choix

30 Entretien avec Aurélie De Boissieu réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°4 : Entretien avec Aurélie De Boissieu)  31 GAIRAUD Marie-Anne, 12/04/2016. Canopée des Halles : l’architecte reconnaît les fuites et annonce des travaux, Le Parisien (http://www.leparisien.fr/paris-75/canopee-des-halles-l-architecte-reconnait-les-fuites-et-annonce-des-travaux-12-04-2016-5709233. php)

24


de l’architecte de limiter l’extension des verres32. Bien qu’un « financement de ces nouveaux travaux a été compris dans le budget total de cette très grande verrière, qui prévoyait des possibilités de surcoûts pour ce genre d’ajustements »33, il est tout de même très dommageable de devoir prévoir ce genre de travaux qui résultent d’un choix discutable de conception et augmente encore le budget global de l’opération à peine quelques mois après l’inauguration. Une discussion commune entre les différents intervenants du projet comprenant une intégration de l’avis des usagers et une simulation de l’effet obtenu en temps d’orage aurait peut-être permis d’éviter ce genre d’ajustements car bien que ce choix ai été prévu dans la conception et ne résulte donc pas d’une erreur, les usagers n’en comprennent pas le sens et ne l’acceptent pas. I.2.2 L’importance capitale du suivi des modifications Si une réflexion poussée et précise est nécessaire pour la conception de projets d’architecture non-standard, il est aussi très important d’attacher une attention particulière au suivi des modifications dans la suite du développement de projet. Il est en effet primordial de penser lorsqu’une modification est effectuée de la part d’un des intervenants à tout ce qui peut se modifier en conséquence car sur des projets d’architecture non-standard un changement aussi petit soit-il peut impacter bien des aspects du projet et non uniquement l’intervenant qui est en contact direct avec les éléments modifiés. Un petit détail peut avoir des conséquences considérables s’il n’est pas communiqué aux autres intervenants du projet. Nous avons vu précédemment que le développement en détail de ces projets permet d’atteindre une précision millimétrique qu’il est nécessaire de pouvoir exploiter puisqu’un décalage de seulement huit millimètres sur un chantier peut avoir un impact encore plus important beaucoup plus loin sur la façade. Si le problème est détecté il peut ensuite soit être modifié afin de correspondre au modèle 3D de référence, soit s’il n’y a pas de possibilité de reprise du travail, être communiqué à tous les autres intervenants afin qu’ils puissent s’adapter en conséquence. C’est ce vrai travail de mise en commun et de communication entre les différents corps de métier qui permettra à tout les intervenants de bien s’ajuster les uns par rapport aux autres. Dans le cas où un changement n’est pas communiqué, il peut avoir un impact très dommageable qui peut impliquer par la suite des refus de validation, donc des prises de retards sur le chantier qui engendreront subséquemment une perte d’argent de toutes parts. Mettre en place une vraie communication entre tous les lots qui œuvrent sur un chantier fait donc partie des conditions sine qua non pour réussir la construction d’un projet d’architecture non-standard. Cette précision et ce suivi des modifications indispensables à la réalisation des projets entraine le besoin de nombreuses réceptions d’éléments qui se doivent d’être d’une grande précision. S’organise alors des réceptions de supports puis de nouveau des réceptions de supports ou d’ossatures au fur et à mesure de l’avancée de la construction, qui sont très poussées surtout sur ces formes spécifiques afin d’être certain que tout s’agence et s’emboîtera parfaitement. La maquette virtuelle informée du bâtiment peut être d’une grande aide pour ces réceptions afin que tout le monde ait accès aux données qui sont centralisées à un seul endroit et puisse ainsi se tenir informé de l’avancement du chantier, de l’état des réceptions et des modifications ou des décalages s’il y en a. Nous avons donc vu que la conception paramétrique est un processus en pleine expansion à l’heure actuelle, bien que ce procédé soit rarement pleinement maîtrisé et poses quelques questions supplémentaires à prendre en compte par rapport à un processus de travail standard. En effet, cette conception complexe propose des formes séduisantes mais souvent difficile à réaliser techniquement. Certaines erreurs ne sont pas gérées en amont et engendrent donc des difficultés supplémentaires par la suite, voir même des impasses. Nous avons abordé quelques pistes de réflexions qui permettraient d’augmenter la maîtrise de la conception paramétrique de manière simple, et mis en lumière le besoin d’une conception très précise, contrôlée et suivie pour ce type de projet. Mais comment rendre ces conceptions aux formes complexes encore plus optimales ?

32 Entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc) 33 Auteur inconnu, 17/11/2016. Paris : 1,2 M€ pour colmater les fuites de la canopée des Halles, Le Parisien (http://www.leparisien. fr/paris-75/paris-1-2-meur-pour-colmater-les-fuites-de-la-canopee-des-halles-17-11-2016-6340113.php)

25


Dans l’optique de faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale, et pour des projets qui demandent à être toujours plus précis pour être construits, quels peuvent être les apports de l’utilisation d’un processus BIM associé à une conception de projet paramétrique ?

26


II. Une montée poussive et timorée du BIM en France

II.1 Un BIM français encore jeune et en développement

II.1.1 Des notions encore floues dans les esprits A l’heure actuelle, le BIM en est encore à ses débuts en France. Il a commencé à faire son apparition dans les esprits en 2014, lors de la déclaration de Mme Duflot, alors ministre de l’égalité des territoires et du logement.34 Bientôt trois ans se sont écoulés depuis, et pourtant la notion de BIM est toujours assez floue dans les esprits et son utilisation assez limitée pour l’instant. D’après une enquête menée mi-2015 par Batiactu, à cette période si 58% des maîtres d’œuvres répondants savaient ce qu’est le BIM, ils étaient seulement 34% à avoir conduit un projet en BIM contre respectivement 36% (connaitre la notion BIM) et 19% (conduire un projet en BIM) pour les entreprises du bâtiment.35 En 2016, le Conseil National de l’Ordre des Architectes a lancé un sondage « Le BIM dans le secteur du BTP : le ressenti des architectes » dans lequel il a été recueilli que 36%36 des répondants « ont recours à la 3D sous forme de maquette numérique BIM enrichie de données »37. Force est de constater donc qu’entre 2015 et 2016 le chiffre représentant la pratique du BIM par les maîtres d’œuvres n’a pas trop évolué (de 34 à 36%) bien qu’il faille tout de même prendre ces informations en ayant à l’esprit que dans les deux enquêtes, l’échantillon des répondants n’est pas décrit et ne représente par conséquent peut-être pas la situation réelle au niveau Français. Le peu d’études réalisées ne permettent donc pas d’affirmer un chiffre réel et certifié quant à l’utilisation du BIM, et la définition très floue qui gravite autour du BIM ne permet pas d’être certain que l’utilisation du terme «maquette numérique BIM» correspondent dans tous les écrits que l’on trouve à un réel modèle géométrique comprenant des informations sémantiques. Il n’est pas rare que la confusion se fasse entre un simple modèle 3D géométrique et une maquette BIM, mais nous y reviendrons en détail plus loin. Pour résumer de manière simple la notion de BIM (qui a déjà été présentée en détail précédemment), nous pourrions le définir comme un processus de travail visant une interopérabilité générale, c’est à dire travailler en collaboration afin de pouvoir échanger ensemble des modèles 3D informés comprenant des informations géométriques ou des données pour avancer ensemble et mener à bien un projet de manière plus ef34 «Nous allons progressivement rendre obligatoire la maquette numérique dans les marchés publics d’État en 2017» Déclaration de Cécile Duflot, alors ministre de l’égalité des territoires et du logement, lors d’une interview de Le Moniteur le 18/03/2014. (http:// www.lemoniteur.fr/article/logement-cecile-duflot-devoile-les-premieres-mesures-d-objectifs-500-000-23903863) 35 G.N, 10/07/2015. BIM : où en est la France ?, Batiactu (http://www.batiactu.com/edito/raisonner-sur-l-ensemble-du-cycle-devie-41722.php) 36 Pourcentage calculé à partir des données fournies : «Près de 80 % des agences sondées déclarent utiliser quotidiennement la maquette 3D pour concevoir leurs projets. Parmi elles, 45 % ont recours à la 3 D sous forme de maquette numérique BIM enrichie de données.» (http://www.architectes.org/actualites/resultats-du-sondage-bim-le-ressenti-des-architectes) 37 CNOA, 19/07/2016. Résultat du sondage : «BIM : le ressenti des architectes», Conseil National de l’Ordre des Architectes (http:// www.architectes.org/actualites/resultats-du-sondage-bim-le-ressenti-des-architectes)

27


ficace. Le mot «ensemble» prend finalement une importance prépondérante dans la notion de BIM puisqu’on ne fait pas du BIM tout seul. Le processus BIM commence lorsque deux entreprises s’échangent des modèles 3D informés car elles travaillent sur des lots qui sont en interaction l’un avec l’autre. Ces échanges de modèles permettent ensuite une communication en cas de différent, qui mènera à une prise de décision pour ensuite adapter le modèle et la fabrication de chacun en conséquence. Le BIM Manager est présent en parallèle pour gérer la méthode de regroupement d’informations de manière centralisée sur la maquette, et veille à ce que tout le monde échange avec un format d’échange commun à tous. Le principal problème aujourd’hui c’est que le système de travail français n’est pas du tout dans cette optique de collaboration et de faire ensemble ; chacun a tendance à travailler de son côté. C’est un réel changement des habitudes qui doit s’opérer. Le second problème rencontré est la définition large et floue du BIM à l’heure actuelle : « on a tous des imaginaires différents par rapport à ce que c’est que le BIM, ce que c’est qu’une vraie méthode BIM, ce que c’est qu’un protocole BIM [...] c’est assez difficile de généraliser »38, « ça reste un truc un peu nébuleux encore, ce n’est pas toujours très clair pour tout le monde »39, on retrouve cette même confusion au niveau des logiciels et de leur utilisation, et comme cité précédemment en terme de modèle 3D/maquette BIM : « mais nous ça fait 15 ans qu’on utilise Archicad, ça fait 15 ans qu’on fait du BIM ». Certes, Archicad a été l’un des premiers logiciels permettant de renseigner des données dans le modèle 3D, mais un logiciel «BIM» est-il utilisé en tant que tel ou uniquement pour de la modélisation géométrique ? Si tel est le cas, qu’uniquement une modélisation géométrique est présente et qu’il n’y a pas d’échanges inter-disciplinaires, alors ce n’est pas du BIM. Par conséquent, on constate aussi un manque de connaissance du niveau de définition nécessaire pour un modèle 3D (que nous aborderons plus loin), modèle pour lequel il faut bien définir ses besoins dès les prémices de la maquette et ne pas en demander trop ou pas assez si ce n’est pas nécessaire. En effet, l’objectif du BIM est avant tout de gagner le maximum en temps, en efficacité et en qualité, il faut donc savoir quel niveau de définition sera le plus pertinent à quelle phase du projet. Le BIM français se développe donc petit à petit sur le territoire et dans les esprits, mais reste pour l’instant assez timoré car sa définition et ses principes manquent de clarté pour le secteur du BTP. Il apparait donc nécessaire de trouver un moyen de clarifier ces notions aux yeux de tous afin que les professionnels sachent de manière cadrée et définie vers où ils se dirigent et aient moins d’appréhension et de difficulté à se lancer dans la démarche BIM. Comme toute nouveauté qui s’intègre au fil du temps, le BIM finira par entrer dans les pratiques, mais la méthode n’est encore pas acquise pour le moment. II.1.2 Des chartes BIM plus théoriques que pragmatiques Ce brouillard flottant autour du BIM et de la méthodologie à appliquer pour l’employer est notamment dû aux chartes BIM produites qui sont parfois floues et restent très théoriques pour la plupart. On constate en effet que de nombreuses chartes BIM sont complètes et très bien rédigées mais le peu de projets conduits en BIM à l’heure actuelle engendre un manque de pratique et de pragmatisme qui se ressent par le flou qui s’installe dès lors que l’on aborde des questionnements d’ordre pratique tels que par exemple : comment échange-t-on nos maquettes (plateforme en ligne, serveur distant, Wetransfer) ? A quel rythme (une fois toute les deux semaines, une fois par mois) ? Est-ce que vous validez des modèles 3D ou bien faut-il produire des plans 2D à partir de ces modèles 3D ? Quelle version de Revit doit-on utiliser ? Cette dernière question peut paraître totalement anodine et pourtant, les portabilités de fichiers Revit d’une version à l’autre sont parfois problématiques. Toutes ces questions d’ordre pratique ont besoin d’obtenir des réponses, faute de quoi les échanges inter-disciplinaires deviendront vite impossible à gérer. Un autre constat qu’il est possible de faire au vu des chartes BIM produites est le manque crucial de connaissance des méthodes de travail des entreprises. Pour constituer une charte BIM qui soit pertinente, il faut qu’elle convienne à tous les intervenants du chantier. Hors certaines chartes BIM demandent par exemple de travailler sous Revit. Imposer un logiciel en particulier pose problème : en effet, rien ne dit que tous les

38 Entretien avec Aurélie De Boissieu réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°4 : Entretien avec Aurélie De Boissieu) 39 Sébastien Benner durant l’entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc)

28


acteurs du projet travaillent sous Revit, même au niveau de l’équipe de conception architecturale qui peut très bien avoir des licences Archicad ou Allplan. On le voit d’ailleurs sur l’étude menée pour ce mémoire sur les projets de la Cité du Vin, la Canopée des Halles et les Pavillons Monte-Carlo, aucun de ces trois logiciels n’a été utilisé.40 De plus, aucune entreprise ne pourra répondre à la demande, Revit n’étant pas un logiciel métier, on ne peut pas lancer de fabrication depuis ce dernier. En fabrication, les entreprises travaillent avec des logiciels métiers qui permettent de transmettre les informations directement vers leurs machine-outils. Pour les moins avancés en terme de conception 3D, cette interopérabilité recherchée peut être l’occasion pour ces entreprises d’aller plus loin en basculant d’un logiciel métier à un autre avec par exemple un passage de Autocad 2D (qui possède des plug-ins très lourds selon les spécialités métiers) à Tekla. Ce manque de connaissance des processus de travail des différents intervenants engendre donc des chartes BIM erronées et difficiles à suivre. On ne peut se permettre d’imposer un logiciel spécifique ou même un format natif de fichier dans ces cas là. Si chaque lot rend un fichier au format IFC dans lequel toutes les données demandées sont présentes, alors les échanges fonctionneront sans forcément passer par des échanges de fichiers en format natif. C’est le coté interopérabilité ; on ne peut pas travailler en BIM, qui intègre l’interopérabilité, et imposer Revit comme logiciel de travail. Aucun industriel n’utilise Revit car ce n’est pas un logiciel qui permet de fabriquer. En l’occurrence le bureau d’ingénierie ayant produit cette charte BIM ne savait pas ça. On peut donc en déduire qu’elle ne connait pas réellement ses fabricants et c’est tout de même préjudiciable à l’heure où l’on prône la conception intégrée et collaborative. Il s’avère justement qu’entre un chantier conduit par une entreprise et un chantier conduit par une ingénierie il existe beaucoup de différences pour l’instant, y compris en terme de charte BIM. Lors d’un entretien avec Aurélien Blanc, nous avons pu comparer deux chartes BIM : l’une produite par un bureau d’ingénierie (où Revit était imposé) et l’une réalisée par une grosse entreprise de construction générale. La pratique plus avancée des industriels et en partie des grosses entreprises se ressent puisque la charte BIM demande en premier lieu un format neutre : l’IFC 2x3 CV2.0. Dans un second temps, le protocole demande, si possible, la transmission en plus d’un IFC d’un modèle Revit pour les intervenants travaillant sur ce logiciel car il est plus fiable que l’IFC sur certains aspects. Cependant, la remise d’un modèle Revit n’est pas obligatoire, c’est le format IFC qui est imposé. Cela démontre bien que l’organisme ayant rédigé ce protocole BIM a en tête l’échange de fichier dans le but de travailler ensemble, tout en prenant en compte le fait que chaque métier demande ses spécificités et par conséquent ses logiciels attribués. On commence donc tout de même à voir émerger des chartes BIM de plus en plus pertinentes, très bien rédigées et parfaitement expliquée sur ce que vont faire les auteurs du protocole et ce que doivent faire et produire les différents lots participant au développement du projet. Il existe même de très bonnes expériences de projets en BIM, comme le Campus Thales à Mérignac de GA. En effet, une charte bien écrite propose donc une méthode de travail efficace qui, si elle est respectée par tous les intervenants, engendre un développement de projet maîtrisé dans lequel «tout» se passe bien. II.1.3 L’arrivée des demandes de travail en BIM Les chartes BIM ont donc encore du chemin à faire puisqu’il faut le temps d’acquérir un peu d’expérience pratique supplémentaire pour qu’elles deviennent moins théoriques et plus pragmatiques. Cependant, on constate qu’elles sont tout de même en constante amélioration, et cela grâce aux appels d’offres qui ont de plus en plus tendance à demander un travail en BIM. On constate en effet que le nombre d’avis au Journal Officiel de l’Union Européenne (qui recense les marchés publics les plus importants) incluant les mots clés BIM et IFC est passé d’environ 220 demandes en 2014 à 410 en 2015 pour la France, soit une augmentation de 95%.41 Les demandes de travail en BIM tendent donc à se démocratiser aujourd’hui, c’est-à-dire que le maître d’ouvrage impose l’obligation d’utilisation du BIM pour son projet et demande à ce que chaque lot présente un BIM Manager qui sera le référent synthèse du lot. Si l’entreprise ne propose pas de BIM Manager dans sa 40 Extrait des réponses obtenues au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire : Les principaux logiciels utilisés pour ces projets ont été Rhinoceros, Grasshopper (les deux plus cités), Catia, Tekla et Cadwork. Un seul répondant a cité Revit parmi ses réponses, concernant le projet de la Cité du Vin. (Annexe n°3 : Tableau des réponses individuelles obtenues) 41 KYU Lab pour OPIIEC, juillet 2016. Rapport complet de l’étude sur l’évolution de l’ingénierie française de la construction liée au BIM, Fafiec. (http://www.fafiec.fr/images/contenu/menuhaut/etudesfafiec/2016-09-12_BIM_Rapport_complet_LIV1.pdf). 129p.

29


candidature, son offre n’est pas étudiée.

Fig 10. Le nombre d’avis au JOUE incluant le mot BIM est en constante augmentation

Fig 11. La région Rhône-Alpes est l’une des plus sollicitée pour des demandes de travail en BIM

Concernant les trois projets étudiés, il n’a pas été faite de demande obligatoire de travail en BIM, nous verrons un peu plus tard quelle est la raison de ce choix. Ce n’est pour autant pas toujours une obligation sur des projets de marchés publics aujourd’hui, la date de 2017 annoncée par Mme Duflot ancienne ministre de l’égalité des territoires et du logement ayant été repoussée aux alentours de 2020. Cependant, comme nous l’avons vu, le nombre de demande en BIM est en réelle augmentation, et les maîtres d’ouvrages commencent à demander des références dans le domaine. Cela donne parfois lieu à des associations entre des entreprises et des bureaux d’études spécialisés qui maîtrisent le sujet car savoir contrôler une pratique BIM et avoir des références devient une clé d’entrée obligatoire pour répondre à des appels d’offres et obtenir des marchés. Alors pourquoi se mettre au BIM maintenant alors que ce n’est pas obligatoire ? Tout d’abord, parce que bien qu’aucune loi ne soit adoptée pour l’instant, c’est la «loi du marché» qui l’imposera. En effet, « les maîtres d’ouvrages sont bien au fait du BIM. Ils sont parmi les premiers à être démarchés par les promoteurs de ce système, pour la simple raison qu’ils sont les décideurs finaux quant à l’adoption ou non du processus. De nombreux clients, associés à leur maîtrise d’œuvre toute aussi sensibilisée au BIM vont réclamer l’adoption de ce processus pour leurs projets. Alors même si l’État n’impose finalement rien en la matière, vos clients, eux, vont finir par vous l’imposer. Les majors du BTP ont déjà compris cet enjeu et en font un argument commercial à part entière »42. Il va donc être nécessaire pour les acteurs du bâtiment d’adopter le BIM dans quelques temps s’ils veulent pouvoir continuer à décrocher des marchés intéressants en terme financier. Il ne faut donc pas subir et être acteur ; se lancer dès aujourd’hui dans des premiers projets en BIM afin de se créer son propre BIM et sa méthode. L’avance qui peut être prise permettra de faire évoluer le système de travail d’une entreprise afin de n’avoir plus qu’à s’adapter au cadre donné par les décideurs le jour où l’obligation sera mise en place. Le frein principal rencontré est qu’un passage au BIM demande un investissement de base, qui, certes est nécessaire mais n’est pas forcément très élevé, et celui-ci peut être amorti de façon très rapide si l’on s’engage dans la démarche avec volonté puisque le BIM est la mise en place d’une méthode. Une fois cette méthode mise en place, tout se développe, on devient rapidement opérationnel et l’on devient plus rapide et plus précis dans les développements de projets. Le monde évolue, les technologies et la profession aussi et il vaut mieux se les accaparer pour ne pas être en reste par la suite. Etre «visionnaire» ou se laisser porter et subir, voilà l’une des questions que l’on peut se poser. Il faut sortir du «j’y vais parce que je suis obligé», un changement est bien plus productif si l’on se jette à bras le corps dedans et que l’on cherche à voir ce que cela peut apporter plutôt que de le réfuter. Il faut pratiquer pour ne plus imaginer ce que peut apporter un développement de projet en BIM, mais au contraire,

42 VALENTE Clément, 26/08/2015. Le BIM va devenir obligatoire en France, BIMBTP (https://bimbtp.com/pourquoi-le-bim/le-bim-vadevenir-obligatoire-en-france/)

30


se construire sa propre expérience et voir avec le temps comment la maquette peut permettre de travailler plus efficacement.

II.2 Alors, full BIM ou application de méthodes BIM ?

Il s’avère que suite aux études menées pour ce mémoire, de nombreux projets emblématiques français sont présentés comme «BIM» alors qu’ils ne le sont pas forcément. Cela est dû à la médiatisation montante du BIM et à la confusion présente autour de ses caractéristiques que nous avons abordé précédemment. Nous nous sommes donc intéressés à la situation des trois projets étudiés et à la manière dont ils ont été développés. Finalement, sur les trois projets, seule la Canopée des Halles a bénéficié d’une charte BIM produite en phase PRO et enrichie au fil du temps. Cette charte BIM a servi de base de travail pour le développement de la maquette numérique et l’intégration des données dans les géométries. Dans tous les cas, la Canopée des Halles, la Cité du Vin et les Pavillons Monte-Carlo ont procédé à l’application de méthodes BIM et d’échanges de données mais n’ont pas officiellement lieu d’être «étiquetés» BIM pour les deux derniers car la méthode d’échange de données et de collaboration n’était pas régie par un protocole BIM. L’un des facteurs expliquant cette non utilisation de BIM à proprement parler est simplement la date à laquelle ont été lancés les projets. En effet, le concours pour la Canopée a été lancé en 2006 et gagné en 2007 par l’équipe Berger & Anziutti, date à laquelle on commençait tout juste à voir apparaître le BIM dans les pays nordiques. Le chantier a ensuite commencé en 2012, date plus propice à la connaissance du BIM en France, pour finalement être inauguré en 2016. L’idée de la Cité du Vin, elle, est née en 2009 dans l’esprit des politiques de Bordeaux. Fin 2010, X-TU proposait ses premières ébauches du projet dont le chantier a débuté en juin 2013 pour se terminer en mai 2016. Les premières esquisses des Pavillons Monte-Carlo ont été présentées en Octobre 2012. En 2013 le chantier était lancé pour être livré en Octobre 2014. La conception de ces projets n’a donc logiquement pas pu être développé en «BIM officiel» puisqu’il n’avait pas encore fait son apparition en France : « très concrètement au moment des Pavillons Monte-Carlo on n’en parlait pas du tout. Ce n’est pas un mot qu’on a soulevé ».43 Les constructions de ces projets emblématiques s’étant terminées il y a peu, les projets étant développé en BIM officiel du début à la fin seront ceux lancés en 2016. Nous n’aurons donc pas de retour sur la construction de projets totalement développés en BIM en France avant quelques années. Mais revenons en à nos trois projets : alors, BIM ou pas BIM ? Nous pouvons considérer que ces trois projets on été conduit en BIM niveau 1 puisque le développement de projet s’est fait via des échanges de modèles 3D dans lesquels certains intervenants y ajoutaient de la data mais ces échanges n’ont pas été structurés par la mise en place d’un protocole BIM organisant le travail en collaboration, l’échange de fichiers etc., sauf dans le cas de la Canopée qui se rapproche par conséquent d’un BIM niveau 2. On peut finalement dire que des méthodes BIM ont été employées sans protocole de normalisation puisque l’utilisation de bases de données n’était pas reliée et interactive avec la maquette de référence. Du «BIM officiel» doit connecter tous les éléments et leurs bases de données ensemble pour avoir une maquette évolutive. Des dates étaient malgré tout imposées pour les rendus de maquettes d’avancement, mais elles n’étaient pas forcément ouvertes et utilisées par la suite. Ces projets n’ont donc pas lieu d’être officiellement «marqués BIM», mais s’en rapprochent tout de même via l’emploi de méthode de travail collaboratif et d’échange de données à certaines phases de développement du projet. N’oublions pas qu’ils ne sont pas BIM aussi parce qu’à l’époque de conception de ces projets la notion de BIM n’avait pas encore franchi les frontières françaises, cependant, ces projets sont peut-être plus BIM que certains projets d’aujourd’hui qui s’auto-étiquettent BIM et se réduisent finalement à des échanges de maquettes Revit uniquement. Si aujourd’hui de plus en plus de projets sont développés en BIM en phase conception, ils sont beaucoup moins à l’être en phase EXE. Il reste en effet un grand pas à faire pour prolonger le développement en BIM de la conception jusqu’au chantier : « aujourd’hui le BIM est quand même plus du «tendance» dans la partie conception que dans la partie EXE. Parce que les entreprises elles sont peut-être en 3D mais elles n’ont pas for-

43 Entretien avec Aurélie De Boissieu réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°4 : Entretien avec Aurélie De Boissieu)

31


cément les logiciels fait pour le BIM. C’est ça qu’il faut retenir »44. En effet, un logiciel 3D n’est pas forcément voué à intégrer des données et permettre de les échanger, et tant que tous les acteurs du domaine du BTP ne seront pas lancé dans la transition BIM, le développement de projet en BIM en phase EXE et chantier sera compromis et compliqué. Ainsi, on peut espérer dans le cas d’une évolution et d’une adoption progressive du BIM de la part des entreprises, que le développement de projet en BIM dans les phases chantier n’en sera que plus facilité. Le BIM n’est encore pas totalement implanté en France. Ses définitions et principes restent encore peu clairs et définis aux yeux de nombreux professionnels du BTP. Des chartes BIM voient le jour mais manquent encore de pratique pour être totalement opérationnelles. Cependant, force est de constater que ces pratiques commencent à se mettre en place puisque l’on constate l’émergence de plus en plus quotidienne de demande de travail en BIM. Nous avons vu que les trois grands projets emblématiques français choisis pour cette étude n’ont finalement pas réellement été conduits en BIM car leur conception a débuté antérieurement à l’apparition du BIM en France, cependant nous avons pu constater qu’ils ont employé tous les trois des méthodes empruntées à ce que l’on appellerait désormais un processus BIM. Nous avons pu noter qu’un travail en BIM comprend surtout des notions d’interopérabilité et de travail collaboratif. Mais qu’en est-il de la conception collaborative dans le secteur du bâtiment à l’heure actuelle ?

44 Entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc)

32


III. La conception collaborative : une pratique qui peine à s’installer

III.1 Etat de la conception collaborative aujourd’hui

III.1.1 Les blocages d’une collaboration nécessaire Nous nous sommes intéressés au méthode BIM appliquées sur les trois projets étudiés et notamment à la pratique collaborative qui a été mise en place. Les Pavillons Monte-Carlo ont débuté entre un travail en 3D d’un bureau d’étude spécialisé en collaboration avec l’architecte ; des réunions de travail ont été organisées pour ajuster la conception au niveau paramétrique afin d’affiner le découpage des triangles en façade des différents pavillons. La collaboration totale entre architecte, ingénierie et entreprise a eu lieu uniquement suite à l’appel d’offre. Cependant, les dessins de conception donnés aux entreprises étaient déjà d’une grande précision, presque des dessins de fabrication afin de prouver la faisabilité technique du projet, qui ont ensuite été adaptés en fonction des processus de fabrication des entreprises. L’un des plus grands blocage détecté durant les recherches effectuées pour cet écrit est la barrière entre équipe de conception et entreprises, problématique sur laquelle nous reviendrons plus en détail par la suite. Cette barrière de collaboration engendre des problèmes de flux et d’efficacité de travail ; il s’avère qu’un modèle 3D provenant d’une équipe architecte/ingénieur est souvent impossible à fabriquer et demande de manière récurrente une grosse reprise de la part de l’entreprise qui doit souvent reprendre un modèle de zéro. On perd donc en efficacité de travail et par conséquent en temps qui pourrait être évité si la collaboration entre les acteurs du bâtiment s’organisait plus en amont. Des réunions de synthèses 3D ont été mise en place sur les trois projets étudiés, souvent demandées par les entreprises avec présence de l’architecte souhaitée dans le but de solutionner des problèmes rencontrés. En effet, effectuer des synthèses en 3D sur ce type de projet simplifie la détection des erreurs, qui est bien plus visible à l’œil nu qu’en 2D, et peut aussi être effectuée grâce aux différentes visionneuses IFC qui proposent des options de détections de clash. L’avantage des synthèses avec modèles BIM en cas de clash est que les objets problématiques sont directement identifiables : quel type d’objet, à quel lot etc. Il est ainsi plus aisé et plus rapide de comprendre lequel des deux objets en question a une importance prédominante et ne peut pas être déplacé sans provoquer d’autres grandes problématiques. Une fois toutes les erreurs réglées et plus aucun clash détecté, cela signifie que les éléments produits par tous les intervenants sont cohérents. On peut donc lancer la construction de ces éléments, et si les altimétries sont respectées sur le chantier, il ne se pose normalement aucun gros problème au niveau du montage. Cet avantage non négligeable est uniquement possible grâce au travail collaboratif. La conception d’un projet d’architecture standard sans collaboration ne peut pas fonctionner. Les éléments à prendre en compte d’un corps de métier à l’autre sont tellement nombreux et complexes que si chacun travaille dans son coin, lorsque l’on superpose le tout au final rien ne va et l’on perd énormément de temps à régler les problèmes et

33


créer des adaptations sur chantier. La collaboration devient quasiment obligatoire aujourd’hui, et le fait de devoir obtenir une conception très précise et donc d’aller plus loin dans le détail a finalement tendance à inciter les échanges de fichiers entre corps de métiers.

Fig 12. On ne peut pas travailler en collaboration tout seul

Cependant, il se trouve que le partage de données est une pratique qui reste somme toute peu naturelle dans les esprits aujourd’hui. Concernant le projet de la Canopée, les échanges étaient imposés par les synthèses 3D obligatoires en phase EXE. Mais pour la Cité du Vin par exemple, aucune synthèse 3D n’a été imposée, ce sont les entreprises qui s’échangeaient leurs fichiers pour travailler plus efficacement et être certains de ce qu’ils produisaient. Il s’avère qu’en règle générale, l’architecte ne demande pas spécialement d’échanges pour voir son modèle et contrôler ce que font les entreprises, ce qui est tout de même surprenant quand on voit les responsabilités engagées par ce type de projet, autant en terme juridiques qu’au niveau de l’image de l’agence véhiculée par le projet une fois terminé. Et bien dans ces cas, bien que le projet soit d’une complexité importante, il est rare que des échanges de fichiers se fassent par «automatisme» : « Quand il n’y a pas ces missions de synthèses, les gens ne donnent pas naturellement leurs fichiers »45. Les entreprises tendent à le faire de manière automatique, mais cela reste plus délicat concernant les équipes de conception. En effet, l’architecte a tendance à ne pas vouloir échanger ses données, souvent par l’aspect «modifiable» des modèles 3D et par les questions de responsabilités engagées ce qui peut être compréhensible. Ainsi, réfléchir à des manières de figer les modèles produits et échangés et d’obtenir une traçabilité fiable des informations permettrait de faciliter la collaboration tout en conservant un gage de non-modification des éléments donnés. Il n’y a malheureusement très peu de missions de synthèses 3D demandées aujourd’hui. Certains acteurs du projet envoient des modèles 3D par principe, mais ce n’est en aucun cas contractuel, c’est-à-dire que ce n’est pas demandé. Par conséquent, certaines entreprises qui développent énormément leurs modèles pour leurs besoins en terme de développement du projet ou d’éléments du projet, vont ensuite effacer des choses qu’ils ont produites avant de transmettre leurs modèles car ils ne sont pas demandés. C’est très logiquement, le principe du «tout travail mérite salaire» qui s’applique, c’est-à-dire qu’on ne transmet pas des informations qui ne sont pas demandées ni facturées. Il est finalement dommage de ne pas exploiter la manière de travailler de chaque entreprise car cela pourrait certainement éviter du travail parfois fait en doublon. La conception collaborative et l’échange de données semblent donc être un modèle intéressant à adopter de par les qualités de travail et l’efficacité qu’il propose, mais qui n’est pour l’heure que très peu présent en France. Le monde du bâtiment possède ses lois internes depuis longtemps, créant au fil des années une sorte de fracture entre des intervenants sensés travailler ensemble. Une évolution des mœurs et des pratiques semble par conséquent inévitable si l’on souhaite que la conception collaborative s’installe un jour dans nos processus de travail. III.1.2 Le BIM 2.0 : une application potentielle difficile à mettre en place aujourd’hui La collaboration concernant les projets étudiés s’est faite sous forme de travail en modèle fédéré dans lequel les fichiers étaient échangés par mail, clé USB ou Wetransfer pour des fichiers de plus de 1 Giga car les plateformes en ligne telles que des «boites à plans» n’étaient pas prévues. En effet, la taille des fichiers et la 45 Entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc)

34


synchronisation nécessaire pour les mettre à jour en temps réel sur un serveur implique que le BIM 2.0 (travail en modèle intégré sur un serveur unique) est une application potentielle mais dur à appliquer aujourd’hui. Les maquettes BIM génèrent des fichiers de grande taille ; le fichier général de la plus grande ventelle de la Canopée Des Halles par exemple pèse plus de 1 Giga. Le BIM 2.0 est donc difficile à appliquer car les moyens informatiques à disposition aujourd’hui ne sont pas à la hauteur pour gérer efficacement de si gros transferts de données. En effet, lors de l’enregistrement d’un fichier de taille conséquente sur un serveur distant visant une synchronisation en temps réel, l’envoi et la récupération des données engendre des temps d’enregistrement assez long qui sont problématiques car pendant que la synchronisation se réalise il faut attendre. Ainsi, au vu de la taille des fichiers générés par des maquettes un peu poussées, la lenteur des transferts devient un gros frein à la mise en pratique du BIM 2.0 pour l’instant. L’idée même du partage de serveur reste problématique aujourd’hui ; travailler à plusieurs sur un projet type projet partagé Archicad fonctionne en interne dans une agence mais est beaucoup plus compliqué à mettre en place avec des intervenants extérieurs. Il est en effet nécessaire pour cela d’ouvrir le serveur interne à d’autres entreprises et ce type d’action est très compliqué à gérer. Les services informatiques sont hyper-bridés, dû à la sécurité obligatoire employée pour la protection des données, le piratage etc. Ouvrir les réseaux d’une entreprise au monde de l’extérieur est quasiment impossible aujourd’hui, il va falloir pour se faire attendre une certaine évolution des services informatiques et des habitudes des entreprises car une «intrusion externe» de divers intervenants extérieurs dans les serveurs d’une entreprise peut être mal ressentie aussi, de peur de se faire piquer des données etc. Le BIM 2.0 est donc une ambition de travail collaboratif à fort potentiel mais qui est pour l’instant très compliqué à mettre en place. Par conséquent, le système de travail adopté aujourd’hui est un travail qui s’effectue plus en local : on récupère les maquettes en local, on travaille dessus en local et on effectue ensuite une diffusion pour visa et synthèse sur une plateforme de type boite à plan. Cela permet tout de même à chaque intervenant de pouvoir récupérer les informations peu importe le jour ou l’heure. III.1.3 Concevoir ensemble pour trouver des solutions communes qui servent la qua-

lité du projet

Néanmoins, le but premier du BIM étant de structurer des informations afin de travailler efficacement ensemble, l’utilisation d’un BIM 2.0 n’est pas obligatoire pour intégrer les processus premier du BIM petit à petit dans nos habitudes de travail. L’avantage des plateformes de dépôt en ligne de fichiers est que tout le monde peut récupérer les maquettes de travail des autres à n’importe quel moment et peu importe l’avancement de chacun. Ces plateformes engendrent cependant des questions de structuration et de codification des nominations de fichiers auxquelles il est important de répondre afin que la dernière version postée par chaque lot soit facilement identifiable. Le travail en collaboration vise à créer des synergies pour avancer ensemble : sur le projet de la Cité du Vin, par exemple, dès qu’un problème majeur était rencontré, les entreprises se regroupaient toutes pour chercher des solutions ensemble car ce qu’il est important de comprendre c’est que si le premier lot est bloqué, ou non validé, le second ne peut pas commencer à temps et c’est tout le chantier qui prend du retard. Les échanges les plus quotidiens ont surtout lieu actuellement en phase EXE et une vraie communication se met en place entre les entreprises ce qui permet d’avancer de manière conjointe et cohérente : « là-dessus tout le monde a eu vraiment une très bonne expérience sur ce projet-là (la Cité du Vin)»46. Toutes les semaines avait lieu l’envoi des modèles afin de voir l’état d’avancement des uns et des autres. Les entreprises n’ont donc aucun problème à travailler ensemble, il s’avère par contre que pour qu’il y ait une réelle collaboration entre architectes, ingénieurs et entreprises c’est un peu plus délicat. Et pourtant, l’importance d’échanger entre les différents corps de métier sur ce type de projet est capitale. Il est en effet nécessaire de concevoir ensemble pour proposer des solutions globales et non «lot par lot» qui ne fonctionneraient pas sur de tels projets. Une fois que l’on trouve l’idée technique permettant de 46 Entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc)

35


régler les questions de plusieurs lots et que ce système technique convient à tout le monde alors on l’envoie en fabrication. Ces recherches de technicités sont possible grâce à la bonne communication entre les entreprises, les freins constatés à une collaboration inter-disciplinaire productive « sont plutôt l’architecte qui n’accepte pas ce qui est proposé mais ne propose pas d’autres solutions [...] donc après on repart sur un cycle d’une à deux semaines de réflexion pour proposer autre chose et ainsi de suite et ça, ça coûte de l’argent »47. Une meilleure communication entre tous les acteurs du développement de projet serait donc à envisager si l’on souhaite que le travail collaboratif soit réellement enrichissant pour le projet. De plus, le manque d’échanges entraine des coûts supplémentaires, car qui dit échanges entre plusieurs lots dit détection de problèmes. Si les différents intervenants d’un projet n’échangent pas, certains problèmes ne seront pas décelés en phase conception mais découverts une fois posé sur le chantier ce qui peut, selon les cas, entrainer une non validation des éléments, l’obligation de déposer, de re-fabriquer et de reposer impliquant de conséquent coûts supplémentaires de matière et de main d’œuvre. Une fois le principe de collaboration assimilé, comme ce peut être le cas pour certaines sociétés aujourd’hui, on constate que l’entraide fait son apparition ; « tiens j’ai pris un projeteur, et bien donne moi tes éléments, je te facture un peu et puis je les lui fait modéliser »48, ou encore par exemple dans le cas où des formes du projet sont trop complexes à réaliser avec le logiciel d’un des intervenant, l’association de la maîtrise d’œuvre avec un bureau spécialisé peut être intéressante pour gérer ce genre de situation et aider le professionnel en difficulté à modéliser ses éléments qui lui seront retransmis ensuite pour envoi sur la machine-outil pour la fabrication. Ainsi, travailler en collaboration le plus tôt possible peut permettre de créer des synergies entre les différents corps de métier permettant ainsi de réfléchir en terme de solutions optimisées globales qui prennent en compte chacun des lots. Cependant la collaboration totale entre tous les intervenants débute souvent trop tard, prenons comme exemple les trois projets étudiés : la Canopée des Halles a débuté la collaboration complète en phase PRO et la Cité du Vin plutôt en phase EXE49. Il n’y a que le projet des Pavillons Monte-Carlo pour lequel la conception collaborative s’est mise en place dès la phase esquisse49 (ESQ), donc très tôt par rapport aux autres projets. Bien qu’il soit plus restreint en terme de surface traitée, mettre en place la collaboration si tôt pour le projet des Pavillons a engendré un développement et une construction du projet très rapide. Par conséquent, si la collaboration débutait plus en amont du projet, comme ce fut le cas pour le projet de Monaco, les synergies entre corps de métier seraient encore plus productives et permettraient de proposer des solutions à la réflexion intelligente qui contribueraient à augmenter la qualité des projets développés.

III.2 Une remise en question de chacun et des pratiques nécessaire pour avancer

III.2.1 Franchir et annihiler les barrières entre les intervenants Une remise en question de chacun est donc nécessaire pour faire sérieusement évoluer la communication entre tous les intervenants d’un projet. Le manque de connaissance chez l’architecte et l’ingénieur des processus de travail des entreprises engendre que parfois des malaises s’installent et n’aident pas à l’obtention d’une collaboration productive et efficace. Il est donc temps de faire tomber les barrières qui se sont créées entre architecte, ingénierie et entreprises pour gagner en efficacité de travail. Promouvoir la connaissance de la fabrication serait une piste envisageable d’amélioration pour pouvoir transmettre par la suite des modèles 3D qui soient à minima réalisables afin d’éviter la reconstruction entière du modèle par l’entreprise mais qu’elle n’ait plus qu’à faire des ajustements ou des adaptations avant de lancer les éléments en fabrication. Les équipes de conception ne se soucient pas assez de la manière dont se fabriquent les éléments, cependant l’interopérabilité et la maquette numérique peuvent peut-être contribuer à apporter cet intérêt pour la fabrication si les échanges et l’accès à l’information sont plus simples.

Le fossé qui s’est creusé entre l’équipe de conception et les entreprises semblent laisser penser que

47 Sébastien Benner durant l’entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc) 48 Exemple donné par l’auteur pour symboliser l’entraide qui peut se mettre en place entre deux lots. 49 Extrait des réponses obtenues au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire à la question «A partir de quand s’est enclenché le travail en collaboration pluri-disciplinaire ?» (Annexe n°3 : Tableau des réponses individuelles obtenues)

36


les architectes ne veulent pas que l’on rentre dans leur projet et avoir l’impression qu’on leur prend. Pourtant, l’intérêt de la conception collaborative surtout pour des projets d’architecture non-standard consiste à rendre concret un projet né de l’idée de l’architecte. Il est pour cela nécessaire de parfois sortir de l’aspect esthétique pour se diriger plus vers le côté technique si l’on souhaite que le projet se concrétise. Du coté entreprise, ce recul donne l’impression que l’architecte ne veut pas que les entreprises se rapprochent de lui pour solutionner des problèmes et apporter des réponses techniques. Du coup, une espèce de barrière psychologique s’est créée entre l’équipe de conception et les entreprises qu’il est nécessaire de dépasser si l’on veut que la conception collaborative fonctionne. Il est impossible de fonctionner en collaboratif si chacun se jette la pierre toutes les semaines. Il faut désormais que tous les intervenants des projets aient à l’esprit qu’un projet de telle ampleur se développe et se construit ensemble parce qu’il sera plus abouti et mieux réalisé que si chacun travaille de son côté. Pour pallier à cela et réduire la distance qui sépare tous ces acteurs, un bureau médiateur pourrait par exemple faire la corrélation entre équipe de conception et chantier jusqu’à ce que les relations s’améliorent et que la collaboration inter-disciplinaire devienne un automatisme. La loi MOP représente aussi un frein à la conception collaborative ; en effet, les responsabilités engagées impliquent que chacun donne ce qu’il doit donner et c’est tout. Personne n’empiète sur le domaine des uns et des autres peut-être par peur de se rejeter la faute par la suite en cas de problème et d’avoir du mal à établir les responsabilités. Le manque de communication et d’intérêt les uns pour les autres est aussi un aspect à remettre en question puisqu’il pose par la suite de sérieux problèmes : il s’avère que souvent sur de tels projets le modèle d’ingénierie ne fonctionne pas car trop compliqué, trop cher ou irréalisable sur le chantier vis-à-vis des moyens qu’il est possible de mettre sur un chantier aujourd’hui. Il faudrait qu’une vraie discussion constante s’instaure entre tous les acteurs pour que cela fonctionne, afin que chacun puisse apporter un petit peu son savoir au fur et à mesure. C’est tout l’intérêt du BIM et en particulier de la conception collaborative : travailler en équipe plus en amont de ce qu’il se fait actuellement en intégrant de nouveaux acteurs tels que les entreprises conseils par exemple afin que chacun apporte son savoir et permette de proposer un projet plus intelligent car né de la synergie entre les différents corps de métiers spécialisés. Le monde de l’architecture a un manque de recul sur la fabrication, ce qui ne permet pas à la plupart des architectes de proposer des solutions techniques. Bien que les solutions proposées par les entreprises sont en général réfléchies de manière à ne pas dénaturer le projet initial, l’échange et le développement du projet seraient bien plus productifs dans le cas où l’architecte serait capable de proposer des solutions techniques ayant une cohérence minimum, puisqu’il n’est bien évidemment pas en mesure de proposer un dessin technique prêt à fabriquer car ce n’est pas son métier. On peut aussi pour pallier ce manque envisager d’aller à la rencontre des fabricants afin de pouvoir par la suite modéliser et adapter sa conception pour la fabrication et en fonction des moyens industriels disponibles. Emmagasiner ces connaissances pratiques permettra de proposer ensuite des projets cohérents avec les méthodes de fabrication : « moi aujourd’hui faire un panneau cintré ça ne me dérange absolument pas, parce que je sais comment faire mon modèle pour que derrière le fabricant il sache le faire »50 surtout lors de développement de projets aux formes complexes. Il s’avère en effet important de savoir comment travaille la matière en fonction des contraintes qu’elle est sensée tenir, surtout pour des éléments cintrés ou vrillés. Certes, un architecte ne peut pas tout savoir, mais associer à l’équipe de conception des professionnels spécialisés en panneaux composites par exemple dans le cas d’une vêture complexe pourrait être une solution à exploiter afin de mieux gérer ces contraintes liées à la forme et au matériau utilisé. On peut ainsi adapter la maquette en fonction de la production des industriels et de leurs capacités, et une fois qu’on leur aura transmis ils n’auront plus qu’à vérifier les éléments, adapter un peu s’ils constatent des problèmes et lancer en fabrication. Les visites de chantier sont de plus l’un des meilleurs moyens de se forger une connaissance technique et de se rendre compte de ce que peut donner ce que l’on a dessiné et de quels problèmes cela peut impliquer. En effet, lorsque l’on sait comment sont fabriquées les pièces qui composent un projet, comment travailler la matière (et donc comment dessiner les choses), on sera plus à même d’être conscient de ce que l’on vise à construire et cela ne peut que contribuer à améliorer sa propre créativité puisque l’on connaîtra ce qu’il est possible ou non d’imaginer selon les matériaux et moyens employés. 50 Entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc)

37


Il est donc nécessaire de trouver des façons de franchir et d’annihiler les barrières qui se sont créées au fil du temps entre les différents intervenants d’un projet si l’on souhaite qu’une conception collaborative se mette en place de plus en plus naturellement. Quelques pistes de facilitation simple à mettre en place peuvent être envisagées pour débuter ces changements de relations. III.2.2 Reconsidérer les méthodes de résolution des problèmes La reconsidération des méthodes de résolution des problèmes peut aussi être une remise en question importante à aborder pour pouvoir construire des projets de manière plus intelligente et optimisée. Nous avons en effet souvent tendance à oublier de réfléchir à la méthode en phase de conception : comment peuton s’y prendre, comment ça peut se construire ? Nous l’avons vu, il n’existe pas de principe applicable de façon unique et uniforme sur des projets d’architecture non-standard. Une idée technique peut être très bien, seulement parfois sur 40% du projet elle ne pourra pas fonctionner. Et là on se retrouve face au réflexe du «on verra sur le chantier». Anticiper les erreurs et régler les problèmes en amont est une pratique fondamentale à adopter pour de tels projets. Les différents éléments complexes à produire peuvent déjà coûter beaucoup d’argent, si en plus on laisse de coté des problèmes majeurs, qui ne fonctionnent pas, pour les régler une fois sur chantier ça ne peut pas donner au final un projet rentable économiquement. Il y a déjà tellement d’aléas à régler une fois sur le chantier qu’il faut absolument tendre vers une méthode qui permet d’anticiper les problèmes et surtout permette de solutionner ces problèmes avant qu’ils ne créent des impasses et obligent à se diriger vers des éléments «de secours» qui vont occasionner des coûts supplémentaires qui auraient pu être évités. Il est aussi nécessaire d’aller sur le chantier pour se rendre compte et vérifier que ce qui est réalisé est bien cohérent avec les modèles 3D produits. Des projets aussi compliqués et exigeants en terme d’esthétique méritent un suivi très précis durant le chantier, sur le même principe que le suivi de modification explicité précédemment. Si les équipes de conception ne vont pas sur le chantier, il va forcément y avoir des erreurs à un moment donné, erreurs qu’il va falloir chercher à rattraper, et qui vont faire prendre du retard au chantier le temps de les régler. Il est donc temps d’appréhender la mise en place de nouvelles pratiques pour résoudre les problèmes rencontrés. Il faut en effet stopper l’habitude de relayer au chantier les problèmes qu’impliquent une conception paramétrique complexe et mettre en place une méthode permettant trouver des solutions assez tôt durant la phase de conception afin de ne pas engendrer d’inévitables dépassements budgétaires. III.2.3 Intégrer de nouveaux intervenants de manière récurrente pendant le chantier

: le géomètre

L’une des pratiques qui peut être mise en place en terme de collaboration et visant à simplifier le chantier mais à le rendre plus précis à la fois serait d’intégrer le géomètre de manière beaucoup plus récurrente durant le chantier. Travailler avec un géomètre permet en effet d’obtenir une précision de pose optimale. Il peut, par exemple, être d’une grande aide pour la pose des éléments de façade : on peut ainsi avoir un marquage très précis pour la pose des pièces afin de faciliter la mise en œuvre et que les pièces se posent parfaitement là où elles doivent être. La maquette BIM peut notamment être enrichie avec les coordonnées d’altimétrie des points à poser par le géomètre afin de lui transmettre la maquette numérique comme document de travail. Une fois la maquette donnée au géomètre, il peut par exemple effectuer des vérifications d’éléments posés sur le chantier. Il reportera ensuite ses mesures directement dans la maquette afin que les intervenants du projet se basent sur ce qui a été réellement fait pour continuer leur travail et non sur ce qui est supposé être fait. Ce procédé permet de faire des allers-retours chantiers très précis et productifs. Dans ce même principe, l’association à la maquette d’un relevé, effectué grâce à un scann 3D, de ce qui a été réalisé sur le chantier peut permettre au géomètre d’ensuite faire des analyses beaucoup plus poussée sur la cohérence entre modèle virtuel et modèle réel permettant ainsi de déceler les décalages s’il y en a. Ceci permettra de préciser énormément la pose sur chantier et d’effectuer un retour complet entre modèle virtuel de construction prévu et réalisation sur chantier afin de limiter les erreurs de pose ou d’ajustement et leurs récurrences sur les autres lots.

38


Des barrières se sont créés entre les différents corps de métier et la collaboration n’est pas une pratique très naturelle aujourd’hui. En parallèle, le BIM 2.0 est un futur optimiste mais n’est pas envisageable avec les services informatiques disponibles actuellement. Il serait pourtant une belle opportunité pour lancer et accélérer les pratiques collaboratives et le concevoir ensemble. Une remise en question de chacun et une évolution des pratiques seront cependant nécessaire afin de franchir les barrières entre intervenants et apprendre à travailler autrement. Nous avons pu voir précédemment que tout de même quelques démarches de collaboration inspirées des méthodes BIM ont été mise en place et ont contribué au bon déroulement des projets étudiés. D’autres aspects d’une démarche BIM ont-ils été intégrés dans la gestion de chantier pour la construction de ces projets ? Si oui comment ont été mis en place ces pratiques et quels ont été les apports du BIM pour le déroulement de chantier et ses enjeux ?

39


IV. Simplifier la gestion de chantier pour réduire les délais… Et les coûts ?

IV.1 Usages du BIM pour la simulation de la construction et la gestion de chantier

IV.1.1 Le mythe du 4D et 5D L’intégration des dimensions 4D et 5D semble être un atout majeur du BIM concernant la simplification de la gestion de chantier et des délais. Est-il réellement utilisé aujourd’hui ? Et l’a-t-il été dans les projets du corpus d’étude de cet écrit ? Les dimensions 4D et 5D n’ont pas été utilisées dans les maquettes des trois projets étudiés, cependant nous avons vu précédemment que ces projets n’avaient pas employé officiellement une démarche BIM puisque la construction de ces projets a eu lieu alors que le BIM pointait juste le bout de son «M» en France. Néanmoins, il a été produit en phase méthode pour la Canopée des Halles une vidéo sur le phasage chantier très précise. En effet, lors de la construction de projets aussi grands, avec des lieux de stockage et de passage aussi contraint, un travail énorme doit être fait en terme de phasage chantier afin de comprendre les problématiques posées par le site et savoir précisément comment vont se dérouler les choses. Sur la Canopée Des Halles, par exemple, il n’y avait aucune place de stationnement pour les camions, ils étaient tous stockés le long du Louvre et disposaient d’un temps restreint lorsqu’on les appelait pour venir décharger leur cargaison ; de la même façon, les activités bruyantes telles que le marteau-piqueur par exemple devaient être réalisées durant des plages horaires très précises. Sur les trois projets étudiés, les lieux de stockage de matériaux étaient vraiment limités, il était donc absolument nécessaire de travailler en flux tendu et les études de déroulement de chantier aident à obtenir une bonne organisation une fois sur place. Ce sont des chantiers très complexes à mettre en place et il faut être très efficace, des plannings sont donc établis en fonction de ces phasages, comme par exemple dans le cas de la Cité du Vin où une maquette a été produite pour expliquer le phasage et le planning qui en découle. L’obligation de travail avec des alpinistes pour la pose de certains éléments en hauteur a impliqué que lorsqu’ils travaillaient sur une zone, personne n’avait le droit de travailler en dessous en cas de chute d’objets. Les plannings de chacun ont donc été produits à partir de cela. En cliquant sur la maquette on accédait à un zoom sur la zone choisie qui montrait qui interagissait à quel moment dans cette zone-là. Mais ces explications de phasage chantier restent souvent principalement de la vidéo plutôt que de la maquette, et, dans le cas où une maquette est produite, elle n’est pas reliée à la maquette BIM de référence mais uniquement au planning et il est très rare qu’elle soit mise à jour en cas d’aléas sur le chantier qui viendraient retarder les travaux. La différence entre la 4D et 5D BIM et ce qui a été produit pour ces projets est donc principalement que cet élément est en général présenté lors du DCE mais mis de coté ensuite. L’intégration de ces données en 4D et 5D permettrait de créer une maquette interactive en fonction de l’avancement du chantier et ses aléas.

41


Cependant, aujourd’hui la maquette BIM est très rarement utilisée reliée à la dimension 4D51 (planning) car elle n’est pas assez poussée pour ce faire et rajoute encore de la complexité à la situation : « à l’heure d’aujourd’hui je n’ai pas vu une seule maquette BIM avec du planning intégré »52, « le chantier est tellement complexe que la présence de la 4D devient pratiquement inutile »53. Intégrer la dimension 4D à la maquette BIM pourrait pourtant être une manière efficace de synthétiser l’avancée du chantier de façon centralisée afin de pouvoir très simplement voir ce qu’il reste à faire et les problèmes rencontrés comme par exemple un refus de livraison car les panneaux de façade sont arrivés cassés, un retard de livraison d’éléments d’ossatures, une prise d’avance sur la pose de structure secondaire qui permettrait de demander une livraison de la suite plus rapide etc... Associé à un système d’automatisme, cela permettrait aussi de tenir le planning à jour qui est actuellement imposé, parfois légèrement modifié, mais rarement revu entièrement, surtout une fois que le chantier est lancé. Les dates de production et de pose sont donc fixées sur le planning mais jamais intégrées à la maquette. On note tout de même qu’une application a été développée par AurBlanc pour la gestion en approvisionnement des matériaux sur le chantier de la Cité du Vin que nous verrons plus loin. La complexité de répartition des plannings en cas de modification de délais fait que c’est un aspect très compliqué à mettre en place. Un système de scann des éléments mais non relié à la maquette a aussi été mis en place concernant le projet des Pavillons Monte-Carlo et a déjà contribué à simplifier la fabrication et la mise en œuvre : chaque pièce disposait d’un code qui pouvait être scanné et donnait une fois ce scann effectué le plan associé pour permettre de situer l’élément sur le pavillon concerné et son emplacement. Ainsi, ce procédé permet de gagner en rapidité d’exécution puisqu’il n’est pas nécessaire de chercher sur quel pavillon et à quel endroit va le tronçon structurel à poser, l’accès à l’information est direct et réduit par conséquent le risque d’erreurs possibles. Le 4D et 5D sont donc très rarement utilisés pour l’instant, et bien que des méthodes de simplification de gestion de chantier mises en place s’en rapprochent, elles ne sont pour autant pas intégrées à la maquette numérique de référence. Nous pouvons pourtant constater que ces procédés permettent déjà d’optimiser certains aspects du chantier. L’intégration des dimensions 4D et 5D présente donc un fort potentiel pour augmenter encore cette efficacité en terme de gestion de chantier, permettant de réduire au minimum le nombre d’erreurs et d’obtenir un suivi de chantier précis et mis à jour de manière simple si les bons outils sont employés. IV.1.2 Potentialités du BIM pour la préparation et la gestion du chantier Le BIM est emprunt d’un fort potentiel pour la préparation et la gestion de chantier lorsqu’il sera maîtrisé et utilisé à bon escient. La maquette numérique tout d’abord, peut aider à la préparation de chantier pour, par exemple, l’étude des engins dont va avoir besoin la construction, afin d’optimiser au maximum le rendement de ce type de machine. On peut prendre pour exemple la Cité du Vin dans laquelle un engin de levage de type nacelle a été déposé par une grue au centre du bâtiment, une seule fois durant tout le chantier parce qu’il a été vérifié grâce au modèle 3D qu’on pouvait bien atteindre tous les panneaux même les plus haut avec une nacelle atteignant cette hauteur. L’aspect «prescriptions» est aussi l’un des domaines que la maquette BIM peut permettre de rendre plus efficace. La possibilité d’intégrer des fiches produits directement dans la maquette numérique rend l’accès à l’information beaucoup plus simple et lisible puisque l’on peut voir directement à quel produit correspond quel élément. On évite ainsi de devoir annoter des références de catalogue et de pages dans lesquelles il faut ensuite aller chercher pour trouver les caractéristiques d’un produit. Intégrer ces fiches produits dans la maquette rendra aussi les métrés beaucoup plus facile à extraire puisque les surfaces seront directement reliées à un type de produit auquel y est adjoint un prix au m². On obtiendra ainsi des estimations de prix beaucoup plus précise que ce n’est le cas actuellement. La construction d’un modèle 3D détaillé permet quant à lui d’obtenir une gestion précise du matériel pendant le chantier et du besoin en approvisionnement nécessaire qui peut 51 80% des répondants au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire on répondu «3D» à la question : «jusqu’à quelle dimension est allé la démarche BIM ?» (Annexe n°2 : Synthèse des réponses obtenues) 52 Entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc) 53 Extrait des réponses obtenues au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°3 : Tableau des réponses individuelles obtenues)

42


avoir un ordre de précision jusqu’à la vis près. Utiliser ce modèle en le reliant à des tableurs excel calculant le nombre d’éléments nécessaire permet d’éviter les achats superflus puisque l’on peut obtenir un quantitatif très précis de ce qu’il reste à construire. La maquette de conception prend donc une importance capitale lors du passage en phase chantier puisqu’elle permet non seulement d’avoir un modèle géométrique informé et précis, mais l’on peut aussi enrichir cette maquette afin qu’elle serve pour gérer l’approvisionnement de pièces sur le chantier, la gestion des engins nécessaires ainsi que faciliter la pose des ouvriers. Le chantier s’en trouve donc amélioré et plus efficace. L’automatisation d’algorithmes reliés à des zones d’une maquette BIM peut elle aussi contribuer à simplifier la gestion des pièces et de l’avancement du chantier puisqu’il est plus simple de les mettre à jour ensemble en cas de recul de dates. De plus, si un jour la mise en place d’une maquette BIM reliée à une timeline et à un phasage se réalise, on pourra ensuite ajuster les délais de manière bien plus précise et les tenir à jour notamment en cas d’erreurs qui engendrent des retards sur le chantier. Les erreurs relevées une fois sur chantier conduisent en effet à l’augmentation du coût global du bâtiment puisqu’elles engendrent parfois un nouvel envoi en fabrication, des déposes/reposes voir même des arrêts de chantier. Ainsi, anticiper en amont 95% des problèmes qui peuvent être rencontrés grâce au travail en collaboration et aux synthèses 3D va permettre d’enclencher ensuite un chantier à la manière d’un montage de meubles Ikea ; si tout est réfléchi et stabilisé de sorte qu’aucun doute ne subsiste sur des zones de travail, il ne reste alors plus qu’à suivre les «instructions» au travers des éléments 3D produits, des plans de montages ou des captures d’écrans annotées. Le déroulement du chantier s’en verra donc simplifié et la construction beaucoup plus rapide. En somme, plus les choses seront préparées en amont, respectées et faites au bon moment, et moins les coûts augmenteront. L’interopérabilité et les maquettes 3D auront aussi leurs rôles à jouer dans cette anticipation, puisque la réalisation de réunions de synthèses avec détection de clash vont permettre d’éviter les habituels lots réalisés sans prise en compte du lot suivant qui donnent lieu par la suite à des aléas qu’il faut régler sur chantier.

Fig 13. Un seul engin de levage a été utilisé pour tout le chantier et permet d’atteindre tous les panneaux même les plus en hauteur

Les services liés à la maquette numérique vont aussi contribuer à une gestion de chantier plus efficace. En effet, des applications permettant de mettre à jour de manière simple l’avancement du chantier, les problèmes restant à régler, la gestion des équipes etc. vont permettre au chef de chantier de réaliser de vrais allers-retours entre chantier et modèle numérique. La gestion du chantier en sera accrue, et l’on gagnera en qualité de réalisation puisque le suivi effectué sera très précis et communicatif. Ainsi, augmenter les études autant en terme de conception architecturale qu’en terme d’études entreprises pour réduire les temps de fabrication et de chantier engendre certes un coût supplémentaire en phase étude mais non négligeable pour le déroulement du chantier puisque si l’on est certain de ce que l’on envoie en fabrication les erreurs et aléas sur chantier en seront considérablement réduits. Cependant, si l’idéal du BIM serait d’obtenir une maquette numérique qui se doit d’être la construction virtuelle du bâtiment, c’est pour l’instant une pratique peu courante. En effet, la maquette 3D informée d’un édifice est souvent jugée comme «terminée» avant la fin du chantier et n’est que rarement remise à jour une

43


fois la construction achevée. Elle serait pourtant d’une grande utilisé pour le maître d’ouvrage par la suite, l’intérêt d’une maquette bien informée pour la gestion du bâtiment étant de pouvoir, une fois le BIM bien mis en place, rendre au maître d’ouvrage un DOE54 utile et interactif permettant de suivre la vie du bâtiment, d’effectuer des changements plus facilement puisque l’on connaîtra les caractéristiques de chaque élément le composant et d’avoir une traçabilité des interventions réalisées sur celui-ci. Ainsi, bien que la mise en place du BIM en phase EXE/chantier semble compliqué à l’heure actuelle, il propose néanmoins de nombreuses potentialités pour une préparation de chantier organisée visant à offrir une gestion de chantier optimale et un suivi de vie du bâtiment efficace. IV.1.3 Des délais rallongés par des décisions non prises Le respect des délais est l’une des grandes questions posées en introduction. Suite à l’étude des trois projet sélectionnés, il s’avère que les délais sont de manière générale globalement respectés ; la construction des Pavillons Monte-Carlo s’est établie en un temps record avec seulement deux ans écoulés entre les prémices du projet et sa livraison. La Cité du Vin a été livrée en Décembre 2015, conformément à la date prévue avec même deux jours d’avance et la Canopée des Halles qui avait à la base trois mois de retard s’est finalement terminée à seulement une semaine de retard par rapport à la date prévue55. Cependant, la livraison retardée des projets est l’une des problématiques récurrente lors de la construction d’architecture non-standard comme nous avons pu le constater avec la Philharmonie de Paris qui a été « livré avec près de deux ans de retard sur le calendrier prévisionnel »56. Mais d’où proviennent ces retards ? Et bien en plus des erreurs de conception impliquées par la construction de ces bâtiments à géométries complexes, il s’avère que les plannings sont souvent trop court vis-à-vis de ce qu’il est possible de faire pour deux raisons principales : la première est qu’il est difficile de prévoir le temps de marge nécessaire à ajouter sur un planning en cas d’intempéries, de problèmes sur le chantier etc. Il est en effet compliqué de produire des plannings bien plus long que les délais nécessaires à la construction juste «au cas où». Ainsi, dès que des décisions transverses, des intempéries ou des complications font surface, les retards commencent et le planning s’envole sans pour autant que la date de livraison soit modifiée. Une maquette BIM dans laquelle les dimensions 4D et 5D sont intégrées permettrait, comme nous l’avons vu précédemment, d’ajuster les délais de manière simple et par conséquent d’adapter le planning en fonction du déroulement du chantier et de ses aléas techniques ou climatiques. La seconde raison à ces dépassements de délais est bien plus dommageable puisqu’elle pourrait être évitée de manière très simple : les délais ont tendance à être souvent rallongés à cause de décisions non prises à temps : « il lui a fallu six semaines pour me dessiner une courbe [alors qu’on] était déjà en retard de deux mois sur le démarrage des travaux... »57. En effet, une décision retardée peut engendrer une prise de retard considérable sur l’ensemble du chantier puisque par exemple s’il est question d’un choix esthétique, on ne peut pas commander les pièces avant de savoir ce qu’il a été choisi par l’équipe de conception ; si le choix se fait attendre, on commandera les éléments au fabricant uniquement lorsque la décision sera donnée, à ce moment-là l’industriel va lancer une demande d’approvisionnement en matière première, et démarrera la production une fois qu’il a reçu les matériaux nécessaire. C’est donc toute la chaine de conception-production qui peut être impactée et se répercute sur l’ensemble du déroulement du chantier. Ces délais de construction peuvent donc être réduits à condition que chacun respecte ses créneaux et que les retards abusifs dus à des prises de décisions tardives cessent. L’intégration des dimensions 4D et 5D permettant une meilleure organisation et un meilleur suivi de chantier peut contribuer à ajuster encore ces délais. Imposer un travail collaboratif en amont et fixer des dates obligatoires de validation de phase pourrait être une solution pour limiter ces prises de décision tardives. Mais il est pour cela nécessaire d’imposer des dates de rendus peu importe l’état d’avancement de chacun afin de faire avancer le développement de projet 54 DOE : Dossier des Ouvrages Exécutés 55 Pour la partie ouvrage de franchissement uniquement. (Note de l’auteur) 56 Le Monde (Auteur inconnu), 17/04/2015. La partition inachevée de la Philharmonie, Le Monde (http://www.lemonde.fr/architecture/portfolio/2015/04/17/la-partition-inachevee-de-la-philharmonie_4617732_1809550.html) 57 Sébastien Benner durant l’entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc)

44


de manière productive. Une évolution est donc à envisager concernant les délais de rendus et les présences aux réunions, le but étant de chercher des solutions ensemble et la maquette informée pourrait contribuer à ce changement. Si on lui intègre un planning cohérent, associé à des dates de rendus, de fabrications d’éléments et de poses qui soient facilement vérifiables par le chef de projet, on peut supposer que cela poussera chaque corps de métier à avancer son domaine de façon plus régulière. Une pression financière sera sans doute malheureusement nécessaire afin que tout le monde respecte ces délais, sur le même modèle que celui déjà mis en place par certains maîtres d’ouvrages dans leurs Cahiers des Clauses Administratives Particulières. On commence d’ailleurs à voir apparaître des pénalités financières dans certaines Chartes BIM : « les pénalités d’absence aux réunions de synthèses sont de 250€ »58. Ces pénalités n’ont pas pour but de créer des différents entre les intervenants, elles ont au contraire pour vocation à pousser le travail collaboratif. En effet, lors d’une synthèse si un clash est détecté entre deux lots et que le représentant d’un des lots est absent, ce dernier est dans l’incapacité de proposer des solutions pour régler le problème et peut donc engendrer un blocage total de tous les autres lots. Ce type de pénalités sera peut-être un jour transposée au niveau du développement de projet et appliqué aussi en cas de non respect des dates de rendus. Il est dommageable de devoir prendre des dispositions financières pour régler ce genre de différents qui seraient pourtant l’un des problèmes concernant l’optimisation des délais de construction le plus simple à améliorer avec un peu de rigueur et de bonne volonté. Les délais de construction sont donc souvent rallongés du fait d’aléas de chantier peu prévisibles tels que les intempéries, mais ils sont aussi en partie dû à des prises de décisions retardées qui seraient simples à éviter. Le développement de projet en BIM peut contribuer à réduire les problèmes rencontrés sur chantier grâce à un travail collaboratif en amont et à un projet réfléchi plus en détail. Une remise en question des acteurs du projet et des systèmes de validation sont à envisager si l’on souhaite produire de manière plus efficace tout au long du processus de conception-construction.

IV.2 Le paradoxe entre la volonté d’un prix au plus proche du réel et le système économique actuel entre fabricants et revendeurs

Nous avons abordé dans la problématique de cet écrit les dépassements budgétaires auxquels donnent souvent lieu les projets d’architecture numérique expérimentale. La Cité du Vin fait cas à part en l’occurrence, puisque c’est l’un des rares projets où le budget (55 millions d’euros59) a été respecté. Cependant, concernant la Canopée, initialement budgétée à 120 millions d’euros60, son chantier se termine finalement à hauteur de 240 millions61, sans compter les travaux visant à colmater les fuites d’eau. A quoi sont donc liés ces dépassements d’enveloppe et que pourrait-on envisager pour pallier à ces débordements économiques ? Ce qu’il faut d’abord prendre en compte, c’est que pour connaître le prix au m² d’un bâtiment il est nécessaire d’avoir déjà fait les études de ce dernier. Sauf qu’on ne lance pas les études d’un projet sans avoir auparavant une vague idée de ce qu’il va coûter, que ce budget soit validé et que les financements disponibles soient en cohérence avec le budget initial estimé afin de le financer. L’économiste ne peut ensuite réviser son budget qu’une fois que les études sont réalisées. On se retrouve donc face à une sorte de cercle vicieux « budget-études-budget » qui explique en partie la différence constatée entre budget initial et coût réel de ce type de construction. De plus, les enveloppes budgétaires sont encore plus compliquées à gérer pour des projets d’architecture non-standard car il y a toujours cette part «d’inconnu» qui fait qu’il est quasiment impossible de budgéter précisément un tel projet avant de savoir quels moyens vont devoir être mis en œuvre pour la fabrication de ses éléments et sa construction. Cependant, il existe tout de même un décalage parfois très fort entre le prix estimé par l’économiste de la construction et la réalité. Ceci est peut-être dû au fait qu’une dimension politique s’instaure parfois, mais 58 Entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc) 59 BOSDECHER Laurie, 17/05/2011. Bordeaux s’offre son Gug genheim, SudOuest (http://www.sudouest.fr/2011/05/17/bordeaux-soffre-son-gug-genheim-400206-625.php) 60 « En 2007, le bâtiment était évalué à 120 millions d’euros. Aujourd’hui, le budget a atteint 216 millions d’euros. » CHABAS Charlotte, 26/04/2012. Le chantier des Halles multiplie les fausses notes, Le Monde (http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/04/26/le-chantier-des-halles-multiplie-les-fausses-notes_1691219_3234.html#3CWuaCCgHe1GuIVo.99) 61 « La Canopée, c’est-à-dire les deux ailes nord et sud et le toit en verre, a coûté 240 M€ » BAVEREL Philippe, 04/04/2016. Paris : la Canopée ouvre après cinq ans de travaux, Le Parisien (http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-la-canopee-ouvre-apres-cinq-ans-detravaux-04-04-2016-5686703.php)

45


lorsque le budget d’un projet passe du simple au double, ou que le prix donné par un économiste à un maître d’ouvrage ne correspond pas du tout au prix proposé par les entreprises alors que ce sont ces dernières qui sont sur le terrain et dans la réalité budgétaire d’aujourd’hui, cela pose question. Il faudrait peut-être réfléchir à la mise en place d’une nouvelle manière d’estimer les projets, en relation et en collaboration avec les entreprises pour atteindre des budgets plus réalistes. En effet, le savoir faire des entreprises peut être un avantage important à prendre en compte : une entreprise saura conseiller et solutionner les problèmes tout en cherchant à respecter le budget fixé initialement. Les entreprises savent proposer des solutions techniques parfois moins chères et/ou plus optimisées que celles envisagées, qui ne dénaturent pas le projet et vont dans le sens de l’intention architecturale afin qu’elles soient acceptées par l’équipe de conception. On pourrait donc envisager de les intégrer dès le début du projet, en tant «qu’entreprise conseil» pour l’équipe de conception, afin de trouver des synergies entre intention architecturale, contraintes mécaniques et aspects techniques, budget et variantes de solutions envisageables. Enfin, l’un des obstacles actuels à la bonne estimation d’un projet provient surtout du système économique mis en place entre fabricants et revendeur. En effet, les fabricants mettent désormais à disposition des objets IFC que ce soit en terme de murs, cloisons, fenêtres, sanitaires etc., mais il est impossible d’obtenir le prix d’un de ces éléments sur le site direct de l’industriel. Pourquoi ? Parce que les tarifs qui s’appliquent aujourd’hui sont différents en fonction de la localisation géographique, du type de centrale d’achat, de l’entreprise qui va poser les éléments car une grosse société qui approvisionne plus de matériaux aura un tarif plus bas qu’un petit artisan etc. Tous ces facteurs qui influent sur les prix des matériaux et des éléments sont complexes à prendre en compte aujourd’hui. On peut espérer que l’arrivée progressive du BIM, les fiches produits attachées à la maquette, les métrés de surfaces plus précis et la démocratisation de l’utilisation de maquettes informées permettront, dans un futur proche, que les économistes puissent travailler avec ces bases de données, et puissent y intégrer la localisation, les entreprises et leurs tarifs en fonction de leurs accords avec les fabricants et tous les paramètres majeurs qui peuvent influer sur le coût d’un élément. Les estimations budgétaires auront ainsi peut-être tendance à être plus justes et proches de la réalité. Nous pouvons donc constater que les dimensions 4D et 5D du BIM sont pour l’instant très peu utilisées dans les projets de par la complexité qu’ils rajoutent en terme de gestion. Cependant, certaines pratiques sont tout de même mise en place dans le but de simplifier la gestion de chantier et la mise en œuvre des éléments. Le BIM présente encore de nombreuse potentialités à exploiter qui sont pour certaines en plein développement par des bureaux spécialisés. Les délais sont pourtant souvent rallongés faute de décision non prises, un phénomène auquel il serait simple de remédier en proposant la mise en place de solution permettant de figer des dates de validation afin d’avancer ensemble et de manière plus efficace. Le paradoxe économique actuellement présent entre la volonté d’une estimation de prix au plus proche du réel et le système de tarifs variables entre fabricants et revendeurs augmente la difficulté d’estimation des budgets pour de tels projets. Une évolution des pratiques dans ce domaine est donc nécessaire si l’on souhaite que la partie économique des projets s’améliore et se rapprochent des coûts réels des bâtiments, et la maquette informée peut être une solution potentielle pour contribuer à amenuiser ce décalage entre estimation initiale et prix final. Tous ces systèmes de préparation, de gestion de chantier, et d’estimation économique passent avant tout par la maquette BIM informée. Nous allons donc nous intéresser à présent aux potentialités de ce modèle 3D en terme de maîtrise de la conception et de validation de faisabilité des éléments du projet.

46


V. Le modèle 3D : maîtriser la conception et valider la faisabilité V.1 Le développement d’un modèle 3d détaillé : un nouveau mode de travail visant à anticiper les erreurs et optimiser les systèmes

V.1.1 De la conception 2D a la conception 3D A l’heure où l’on prône la conception 3D, il peut être intéressant de se demander si, par conséquent, on ne se dirige pas vers la disparition du plan 2D. En effet, il s’avère que les plans 2D servent désormais uniquement à visualiser des dessins de conception. Aujourd’hui, on ne fabrique plus des éléments 3D à partir de plans 2D, et cela fait pour certains longtemps qu’ils ont abandonné la 2D comme par exemple les charpentiers qui travaillent en 3D depuis longtemps. L’intérêt de la 3D pour les projets d’architecture non-standard est d’autant plus important qu’un plan en 2D pour des projets de cette complexité est parfois plus compliqué à comprendre qu’une vue 3D. De plus, la 3D permet de se rendre compte que des choses dessinées et pensées en 2D ne fonctionnent pas dans un espace à 3 dimensions. La modélisation 3D d’éléments pensés en 2D permet de voir sur quelles zones il sera nécessaire de porter attention pour résoudre les problèmes et être certain que le projet puisse fonctionner. La transition du monde 2D au BIM sera certes brutale à réaliser en une étape mais ne sera qu’un bon passage pour le monde de l’architecture. En effet, par comparaison au monde du design dans lequel se sont faites progressivement les transitions du croquis à main levée, à la conception 3D, ensuite améliorée ensuite par de la donnée, le monde architectural a loupé le passage a la conception 3D il y a quelque dizaines d’années et passera donc directement de la conception 2D à la conception 3D informée (le BIM). Il s’avère donc nécessaire de ne pas louper cette transition puisque la conception 3D permettra de produire des projets avec beaucoup moins d’erreurs qu’un bâtiment développé en 2D, mais pour que cette transition fonctionne il faut bien conduire les choses et accompagner ce changement dans le domaine architectural. Le passage à la 3D sera déjà très important, et le BIM permettra de fonctionner avec cette conception 3D et de lui rajouter de la méthode, de la structure mais aussi du management et du contrôle sur la maquette, en somme de la gestion sur tout ce qui se conçoit afin d’être certain de ce que l’on produit. Concernant la conception de projets d’architecture non-standard, réfléchir à un projet complexe en 2D provoque en règle générale des interactions géométriques en 3D qu’on n’avait pas imaginées qui ne simplifie pas la réalisation des éléments car ils deviennent plus complexes à fabriquer ou bien le système de construction est tellement compliqué que les pièces qui le compose en deviennent uniques. On fait alors face à un coût supplémentaire pour la production de ces éléments qui ne rentrent plus forcément dans le budget ensuite. Il est compliqué de faire de la pièce unique aujourd’hui car les coûts de production sont élevés en rapport à des coûts induits par des pièces «standards». Cette demande récurrente de production de pièce unique est malheureusement souvent due à une vision qui ne prend pas assez en compte le terrain, le concret, et qui est

47


trop portée sur l’informatique. Au contraire, si l’on pensait ces projets tout en pensant simultanément «fabrication et chantier», on pourrait alors acquérir cette vision de terrain tout en s’aidant de la maquette numérique. L’association d’un point de vue informatique, conceptuel et formel à une vision très pragmatique du chantier seraient complémentaires et aidera à produire des projets d’architecture non-standard en cohérence avec les moyens à disposition (tant en terme matériel qu’économique) pour le réaliser. Ces projets sont dans tous les cas in-développables et difficilement constructibles si l’on passe par une conception en 2D, la complexité du projet engendrant de grosses possibilités d’erreurs tout au long du développement du projet. Enfin, même en terme de représentation lors de revue de projet avec des maîtres d’oeuvres ou des décideurs qui ne font pas partie du métier du bâtiment, la 2D ne s’avère pas très communicative. Les dessins 2D de projets complexes sont déjà parfois mal interpretés par des intervenants du chantier qui ont l’habitude de lire et comprendre des plans 2D, alors le risque de mauvaise compréhension avec des personnes qui sont novices en lecture de plan en est d’autant plus grand. La conception 3D apparaît donc comme un processus de travail en plein développement pour les architectes, permettant de mieux appréhender les erreurs de conception puisque l’on construit son modèle virtuel dans l’espace. Il est, de plus, un moyen très communicatif pour faire passer ses idées ou expliquer des principes de fonctionnement, les maîtres d’ouvrages étant plus habitués à comprendre des choses modelées en trois dimensions que des dessins 2D pour lesquels l’effort de représentation mentale en 3D n’est pas toujours facile à effectuer. Dans le cas de projets d’architecture non-standard, la conception 3D semble donc être particulièrement à privilégier, permettant de réduire de manière conséquente le nombre d’erreurs non vues et rendant la visualisation des éléments composant le projet bien plus aisée et compréhensible. V.1.2 Différence entre modèle 3d géométrique et maquette BIM De manière générale une confusion se crée entre modèle 3D géométrique et maquette BIM, beaucoup de personnes ayant tendance à qualifier automatiquement un modèle géométrique détaillé de «BIM» ou à penser qu’ils travaillent en BIM sous prétexte qu’ils ont effectué le passage à la conception 3D. Une maquette BIM n’est pas qu’un modèle 3D géométrique, c’est une maquette évolutive qui interagit avec des bases de données visant à enrichir le modèle en informations. C’est l’association du modèle géométrique à toutes les informations qui vont servir à construire cette maquette en réel qui caractérise l’aspect BIM d’un modèle numérique. Le modèle 3D peut lui aussi posséder des informations précises en terme de géométrie tels que des détails comme la modélisation des vis par exemple, qui serviront lors des synthèses 3D comme nous le verrons par la suite. Le travail en conception 3D uniquement (modélisation géométrique donc) est déjà un passage très important et permet d’aborder la conception autrement et de proposer grâce au développement de modèles 3D détaillés et très précis un projet plus réfléchi et plus abouti dont la faisabilité est sûre à 100%. Le BIM apporte, lui, le côté échanges de données informatiques qui vont servir à préciser les spécifications des éléments modélisés tels que par exemple le matériaux, les coefficients acoustiques et thermiques, les aspects de finition etc. Un modèle 3D n’est donc pas obligatoirement une maquette BIM et il est important que les acteurs du bâtiment comprennent la distinction entre ces deux modèles. V.1.3 La complexité des niveaux de détail Les niveaux de développements et de détails d’une maquette BIM sont des notions complexes à appréhender qui sont souvent floues dans les esprits puisque considérées comme une seule et même entité. La plupart des acteurs du bâtiment on en effet tendance à confondre niveau de détail et niveau de développement et à utiliser l’un ou l’autre en pensant qu’il s’agit du même terme. Il apparait donc nécessaire de clarifier ces notions auprès des intervenants du BTP. Le principe est simple : le niveau de développement peut être considéré comme le niveau de certitude général de la maquette BIM. Il représente l’assemblage, ou l’addition du niveau de détail géométrique et du niveau d’informations (alphanumériques) présent dans le modèle. Le niveau de détail géométrique comprend donc la représentation du projet, c’est-à-dire par exemple la modélisation d’un mur est-elle formée d’une boite uniquement ou bien possède-t-elle tous les composants du mur, la modélisation des ossatures secondaires,

48


des vis venant fixer les éléments etc. ? Le niveau d’information reprend, lui, les caractéristiques des éléments modélisés : a-t-on associé à ce mur ses caractéristiques de résistances mécaniques, son coefficient d’isolation thermique, le type d’isolant compris dans ce mur composite etc. ? Le niveau de développement sera donc désigné en fonction des différentes représentations et informations présentes dans le modèle numérique du projet. Ce manque de connaissances sur la différence entre niveau de développement et niveaux de détails engendre des décisions «hasardeuses» de la part des maîtres d’ouvrages qui ont souvent tendance à demander les plus hauts niveaux en terme de LOD, comme par exemple du LOD 500, alors que ce n’est pas forcément nécessaire. De plus, le BIM étant tout juste en train de s’intégrer dans les pratiques de travail, il est très rare qu’une maquette BIM soit développée jusqu’à un LOD 500. Du simple au très détaillé, en faire trop ou pas assez, il faut clarifier ces notions afin de pouvoir définir ses besoins de façon logique et utile. Le plus haut niveau de développement n’est peut-être pas utile sur certains projets, tout dépend de l’usage que souhaite ensuite faire le maître d’ouvrage de cette maquette BIM. Il est donc indispensable de trouver un équilibre, un juste milieu, entre le LOD demandé et ce qui est réellement nécessaire pour la fabrication des éléments du bâtiment et sa maintenance afin d’éviter la production et la gestion de plusieurs maquettes simultanées comme par exemple une maquette simplifiée pour la maîtrise d’ouvrage et une maquette complexe pour le besoin de fabrication. En effet, cette pratique demande une charge de travail supplémentaire qui va à l’encontre de la recherche d’un travail productif et efficace et qu’il est possible d’éviter si une réflexion sur les besoins du projet est effectuée en amont. Il est possible de prendre comme première base les quelques expériences de projets en BIM réalisés, en sachant que l’on atteint en général un LOD 300 au niveau du DCE, et qu’ensuite pour les besoins de fabrication les entreprises développent leurs modèles jusqu’à un LOD 350 voir 400 maximum. Le LOD 500 est une maquette numérique qui est reprise et modifiée en fonction de la construction réelle sur chantier afin d’obtenir une maquette BIM qui représente le bâtiment tel que construit, pratique qui n’est actuellement pas réalisée puisque comme nous l’avons vu précédemment les maquettes produites ne sont pour l’instant pas mise à jour à l’achèvement du chantier. Le LOD 500 serait par conséquent le niveau de développement qu’il faudrait atteindre lorsque le BIM sera bien implanté et que l’on souhaitera se servir de la maquette BIM finale pour la gestion et la maintenance du bâtiment durant son cycle de vie. En somme, on peut finalement regrouper ces niveaux de détails géométrique et informationnel en trois typologies de maquettes : - Une maquette extrêmement poussée en géométrie et faible en data. - Un modèle BIM de niveau de développement moyen, c’est-à-dire une maquette qui est moyenne en géométrie et moyenne en données informées - Une maquette full data, dans laquelle les informations sont très fournies et la géométrie est très développée. Cette même géométrie peut elle aussi être définie par des données, via des règles de constructions et des bases de données excel par exemple qui donneraient la construction de la géométrie finale. Aujourd’hui on abouti en règle générale à des maquettes qui ont un niveau de détail géométrique et un niveau d’informations moyennement développés. Concernant les projets étudiés, les modèles finalement produits ont atteint un niveau détail géométrique très développé (80% des répondants62) et un niveau de données simple à moyen selon les cas, notamment dû au fait que la pratique BIM n’était pas encore très répandue en France au moment de la réalisation des projets. V.1.4 Le modèle 3D détaillé : anticiper et simplifier Il s’avère que la construction d’un modèle 3D détaillé, bien que pas toujours informé, permette déjà d’anticiper bien des erreurs de conception. En effet, les maquettes 3D offrent une meilleure visibilité des choses qui permet d’anticiper des problèmes, d’orienter les prises de décisions, de tester des variantes pour améliorer le projet, ses espaces ou son esthétique. La tenue ensuite de réunions de synthèses 3D permet de détecter 62 Résultat global des réponses obtenues au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire (Annexe n°2 : Synthèse des réponses obtenues)

49


des erreurs au fur et à mesure de la conception, qui auraient parfois été problématiques pour le bâtiment si elles n’avaient pas été décelées : « si on n’avait pas fait les synthèses sur la Canopée elle n’aurait jamais pu être ouverte parce qu’il y avait 17 passages pompiers qui n’étaient pas aux normes »63. Le modèle 3D peut donc être d’une réelle aide non négligeable au développement de projet d’architecture non-standard. Le développement d’une maquette numérique détaillée vise aussi à simplifier la vérification des synthèses grâce aux échanges de modèles 3D : on peut ainsi effectuer des synthèses entre lots de manière plus simple, et qui conviennent mieux à certains corps de métiers qui sont plus à l’aise avec un travail en 3D. En effet, certains acteurs du bâtiment travaillent depuis longtemps en 3D comme c’est le cas pour les charpentiers par exemple. Il s’avère que ces intervenants vont être bénéficiaires de ce passage du monde de l’architecture à la conception 3D car ils sont beaucoup plus à l’aise face à des échanges 3D assez complet et détaillés plutôt que de devoir construire leurs modèles de charpente à partir de documents 2D que l’équipe de conception lui transmet. On peut facilement imaginer la simplification que représente le fait de ne pas devoir reconstruire de zéro un modèle 3D à partir de plans 2D, surtout dans le cas d’architectures non-standard où la retranscription 2D-3D peut être source de bien des erreurs. Au contraire, dans le cas d’une conception 3D directe, plus le modèle 3D sera détaillé, plus on sera certain de ce que l’on propose et moins il y aura d’erreurs par la suite. Par conséquent, les adaptations sur chantier diminueront, ce qui participera aussi à réduire les coûts impliqués par ce type d’adaptation sur place. Sur le projet de la Cité du Vin par exemple, qui a bénéficié d’un modèle 3D très précis et développé, pas un seul panneau de façade n’a été jeté pour fabrication non conforme ou parce qu’il ne convenait pas. C’est aussi le cas sur le projet de la Canopée des Halles où seulement deux panneaux de façades ont été cassés durant le chantier. L’avantage d’utilisation de modèles 3D peut aussi se trouver en terme de communication et de mise en oeuvre : des prises de vue de la maquette peuvent accompagner l’ouvrier dans sa pose et permettent de lui spécifier les endroits sur lesquels une attention supplémentaire doit être portée des raisons spécifiques. Lui proposer cet accompagnement visuel peut donc faciliter la mise en œuvre et le travail des ouvriers en conséquence puisque les points sensibles du montage étant pointés avec lui, le risque qu’il se trompe lors du montage est moindre. En somme, un bâtiment très réfléchi en amont du chantier grâce à son modèle 3D détaillé tendra à faire baisser le coût global de la construction. Cela impliquera effectivement une partie étude un peu plus conséquente, mais visera à diminuer la partie chantier puisque les risques d’erreurs majeures seront grandement minimisés. Cela implique aussi une augmentation de la qualité du travail effectué puisque l’on est moins enclin à être pris de court par des aléas de chantier, qu’aucune pièce n’est défectueuse et que tout le montage a tendance à se dérouler correctement et à se terminer en temps et en heure ; ce n’est donc que bénéfique pour le projet. De plus, comme nous l’avons vu précédemment, les trois projets ont globalement respecté les délais de livraison fixé. Cette gestion efficace du temps a été possible grâce au développement en 3D du projet qui a permis grâce au peu de problèmes rencontrés sur le chantier d’obtenir un timing amélioré permettant d’être dans les délais voir même de rattraper le retard pris pour la Canopée des Halles. D’après notre étude, 100%64 des répondants s’accordent à dire que le développement détaillé des maquettes numériques a permis d’anticiper des détails plus tôt dans la conception et d’effectuer moins de modifications en phase EXE. Ils sont aussi tous d’accord sur le fait que réaliser ces modifications en amont a engendré une diminution des coûts du projet65. La conception 3D possède donc un fort potentiel qui peut contribuer à améliorer le niveau de rentabilité d’un bâtiment par une conception plus aboutie qui mène à une plus grande maîtrise des coûts. L’intérêt du BIM en plus du travail géométrique en 3D concerne plutôt les aspects organisation des données au travers de la méthodologie permettant des échanges de fichiers structurés, aide à la gestion de projet et aide à la coordination 3D grâce à la centralisation de l’information et aux synthèses 3D, et 63 Entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc) 64 Synthèse des réponses obtenues aux questions : « Est-ce que créer ce modèle 3D détaillé a permis d’anticiper certains détails comme par exemple des problèmes d’assemblage, du prototypage à planifier, de la réflexion sur des détails spécifiques ou la structure ? » 100% de oui et « Pensez-vous que développer un modèle détaillé a permis de diminuer les modifications que l’on rencontre habituellement en phase PRO ou EXE et ainsi d’effectuer la plupart des modifications durant les premières phases du projet ? » 100% de oui. (Annexe n°2 : Synthèse des réponses obtenues) 65 Synthèse des réponses obtenues à la question : « Pensez-vous qu’appliquer ces modifications plus tôt dans les phases d’études a eu une incidence sur le coût du projet ? » à laquelle 100% des répondants ont répondu : « Oui, une diminution des coûts » (Annexe n°2 : Synthèse des réponses obtenues)

50


aide au chantier via la préparation de ce dernier et les services de suivi d’avancement que peut intégrer le BIM. V.1.5 Rechercher l’optimisation et prendre en compte sa nécessité Suite à l’étude des trois projets choisi, il s’avère que l’optimisation n’est pas une priorité aujourd’hui concernant les projets d’architecture non-standard, et augmente le risque d’erreurs qu’il faut maîtriser. Des pistes d’optimisation sont parfois proposées à l’équipe de conception mais ont tendance à être refusées de manière récurrente. Pourtant, construire un projet en ne faisant que de la pièce unique engendre des problèmes supplémentaires, comme par exemple la mise en place de détrompeurs et ne laisse pas droit à l’erreur lors de la mise en œuvre. Le peu d’optimisation qui est mise en place l’est souvent par obligation technique et non par volonté propre de l’architecte. En effet, les formes complexes engendrent parfois des courbures ou des parties de façades par exemple impossible à produire car trop vrillées, trop cintrées etc. Dans ces cas là, si l’on se trouve fasse à une impasse à la fois technique et esthétique, il devient nécessaire et obligatoire de trouver une solution optimale pour pouvoir réaliser le projet. De tels projets engendrent la production de morceaux de pièces préfabriquées, souvent de tailles importantes, notamment dans le but de réduire le nombre de passages en machine lors de la production, mais aussi pour réduire le nombre d’assemblages : ces deux critères contribuent à la fabrication de pièces plus simples à assembler, plus rapides à produire et moins coûteuses car le prix est aussi induit par le nombre de passage en machine d’une pièce. Cependant, les dimensions des éléments sont tout de même contraintes par le transport de ces derniers. En effet, il est nécessaire de réfléchir aussi à l’optimisation jusqu’au transport : concernant le projet des Pavillons Monte-Carlo, par exemple, la découpe de la structure a été réalisée afin que chaque élément ne mesure pas plus de 5m, sinon un camion exceptionnel devait être mandaté pour le transport de toutes ces pièces dépassant la côte maximale et aurait engendré une difficulté supplémentaire à mettre en place et une augmentation du coût lié aux transports. Ainsi, pour participer à la réduction des coûts, on cherche aussi à économiser le plus possible de vide sur les palettes et les camions de transport pour qu’il y ait le moins de voyages possible à effectuer. Il y existe en effet plusieurs sens induit par le mot optimiser : on peut rechercher une optimisation dans le but de trouver des solutions raisonnables en terme de prix et/ou en vue d’un gain de temps, ou bien on peut chercher à optimiser des éléments uniques d’un projet dans l’optique de se rapprocher d’une production de pièces en série pour obtenir des coûts plus abordables en regroupant par exemple des typologies d’éléments semblables en famille. Dans ces cas, on cherchera aussi à optimiser en vue des méthodes de production des fabricants comme ça a pu être le cas pour le projet des Pavillons Monte-Carlo où les dessins produits à l’appel d’offre étaient très précis et ont ensuite été adaptés et optimisés, en fonction des préconisations fournies par chaque industriel. Cependant, on ne constate pas spécialement de recherche d’optimisation en vue d’une production en série sur tous ces projets à géométries complexes. Même si le projet ne peut pas être standardisé en plein du fait de sa complexité, on pourrait mettre en place un minimum de recherche d’optimisation, notamment concernant les panneaux de façade qui sont souvent tous uniques pour ce type de projet. Certains intervenants réfléchissent tout de même à ces problématiques comme ça a été le cas chez DecodeBIM pour le projet de la Canopée Des Halles pour lequel une recherche d’optimisation des panneaux a été conduite en fonction de certains types de courbure ou encore pour le musée Soumaya par exemple, où Gehry Technologies a travaillé à regrouper le plus de panneaux similaires possibles qui s’ajustent au niveau de la fixation des panneaux sur l’ossature secondaire plutôt que chaque panneau soit unique. Concernant la Cité du Vin, un travail a été réalisé sur l’optimisation des systèmes de fixation de la façade : à la base il y avait des milliers de chandelles (environ 6500) qui viennent recevoir la vêture. Un travail a été engagé sur l’optimisation de ces chandelles afin de créer des systèmes de familles et de réglages via tiges filetées pour se diriger vers de la production en série. Au final, on obtient 9 typologies de chandelles que l’on choisi suivant les cas et pour lesquelles on va commander un grand nombre d’exemplaire. En l’occurrence dans ce cas on optimise grandement le nombre de pièces identiques à produire, ce qui implique que prix sera beaucoup plus attractif que si l’on devait produire un millier de chandelles différentes. 51


Fig 14. Optimisation géométrique : étude sur la géométrie de la façade, permettant de regrouper des panneaux de dimensions communes en familles et ainsi de réduire les coûts lors de la production.

Pour le développement de projets d’architecture non-standard, il est indispensable de réfléchir aux possibles pistes d’optimisation déjà lors de la conception. Sinon, on peut vite se retrouver face à une impasse, dans laquelle si ces problématiques sont abordées trop tard et qu’il est impossible d’optimiser ne serait-ce qu’une partie du projet et que l’on se retrouve avec comme seule solution la fabrication de pièces uniques, le budget alloué à ces éléments risque de grimper et il y a de grandes chances pour que l’on termine le projet «hors enveloppe». L’optimisation sous forme de recherche de production de pièces en série serait une pratique intéressante à mettre en place pour ce type de projets. En effet, si l’on arrive à ne plus avoir de pièces uniques, on demande des pièces plus industrialisées, qui peuvent être produites en série, et qui engendreront par conséquent un gain de simplicité et de temps. Effectivement, dans le cas de production de pièce unique, on est obligé d’enclencher en parallèle de la production un système d’organisation et de gestion des pièces car chaque pièce doit avoir un nom différent, être géolocalisée, fabriquée exclusivement à la date prévue et mise sur le chantier dans un ordre très précis et s’il y a un problème ce dernier va bloquer toute une partie du chantier. Optimiser en série permet donc d’éviter toute la mise en place du système de gestion des pièces, qui demande du temps supplémentaire et des capacités spécifiques d’automatisation de traitement de données mais qui s’avère obligatoire en cas de pièces uniques si l’on souhaite éviter au maximum les erreurs. Ça a d’ailleurs été le cas pour les Pavillons Monte-Carlo où chaque triangle des façades étaient des pièces uniques : il a été mis en place un système de scann de code barre pour organiser la gestion des pièces, savoir où est leur localisation, quelle partie va en haut ou en bas etc. Cela implique donc aussi des consignes à envoyer au fabriquant telles que par exemple «appliquez le code barre en bas de chaque pièce». Le succès du montage du chantier tient donc aussi au fait que l’industriel ne se trompe pas dans sa fabrication et dans son marquage, le risque d’erreurs peut donc être considéré comme plus élevé par rapport à un projet ne demandant pas tous ces dispositifs. Cependant, il est important de bien concevoir que le BIM n’optimise pas, c’est plutôt l’aspect paramétrique de ces projets qui aide à l’optimisation66 et va permettre de tester une optimisation sur un cas, puis cent puis mille afin de trouver quelle piste d’optimisation est la plus judicieuse à employer. Le BIM aide à avoir une autre conception des choses, par le biais de la collaboration entre intervenants qui permet de travailler sur ces optimisations, mais il pourrait aussi devenir très intéressant d’associer la dimension 5D (coût) avec différentes pistes d’optimisation dans une maquette BIM. La comparaison de l’évolution du prix en fonction des systèmes employés et de l’optimisation testée pourrait contribuer à faire prendre conscience aux différents intervenants de la nécessité de rechercher des pistes d’optimisations pour des projets d’architecture non-standard. L’influence de ces réflexions sur le coût global du projet seraient en effet bien plus visible grâce à ce modèle 3D informé et évolutif et pourrait peut-être conduire les équipes de conception à se diriger progressivement de manière plus habituelle vers une recherche d’optimisation qu’il est dommageable de ne pas explorer.

66 Synthèse des réponses obtenues à la question : « L’optimisation s’est-elle fait plutôt grâce à la partie modélisation paramétrique du projet ou bien grâce à la partie travail collaboratif/BIM ? » à laquelle la plupart des répondants ont répondu : « Plutôt grâce à la modélisation paramétrique » (Annexe n°2 : Synthèse des réponses obtenues)

52


V.2 Un système de travail qui contribue à rassurer tous les acteurs du projet

Finalement, l’emploi de méthodes BIM notamment par le biais du travail collaboratif et d’échanges de modèles numériques a permis de présenter au maître d’ouvrage un projet plus réfléchi et plus abouti plus rapidement que lors d’un processus de travail standard.67 Cette précision du détail fait partie des facteurs qui permettent de rassurer les différents intervenants sur la faisabilité du projet qui peut sembler complexe de prime abord. Le contrôle et la maîtrise des différents éléments qui composent le projet tend à rassurer tous les acteurs du projets, autant le maître d’ouvrage que les entreprises. Pour la structure des Pavillons Monte-Carlo, par exemple, l’une des démarches qui a conforté les esprits concernant la faisabilité technique du projet a été, à partir du modèle 3D, la production d’un carnet de fabrication pour chaque pavillon qui décrivait absolument tous les éléments composant la structure alors que chacune de ces pièces étaient uniques. Nous pouvons noter aussi que concernant la Canopée des Halles, des simulations de chantier et des animations de mise en œuvre et de détails techniques ont été présentées aux intervenants du projet, contribuant là encore à rassurer les acteurs du projet sur la faisabilité de l’ouvrage.68 Les références passées des différents corps de métier sont aussi un facteur qui contribue aussi à rassurer le maître d’ouvrage sur la capacité de réalisation de l’entreprise concernant de tels projets et l’aide ainsi à aiguiller son choix. Enfin, la compilation générale des maquettes lors des synthèses 3D ou des revues de projet prouve que tout est bien réfléchi et sécurise sur le fait qu’il n’existe plus de gros problème de conception à régler. De plus, l’intégration du géomètre représente un plus puisque l’on sait qu’en employant cette méthode pour la pose des éléments et les vérifications de mise en oeuvre tout s’enclenchera bien et, dans le cas contraire, le moindre problème de pose non conforme ou de tolérance non respectée sera rapidement décelé et corrigé. Finalement, la précision, le contrôle et la maîtrise qui émanent des documents produits lors de développements de projets effectués en conception 3D collaborative et informée participe grandement à rassurer tous les acteurs du projet, y compris les architectes qui se lancent eux aussi un peu dans du « flou » sur des projets d’architecture non-standard aussi complexes que ceux étudiés. Le modèle 3D est donc la condition sine qua non pour réussir à construire des projets d’architecture non standard qui seraient indeveloppables en 2D. Il faut néanmoins bien faire la distinction entre un modèle 3D géométrique et une maquette BIM qui sont deux choses différentes et avec lesquels la confusion a souvent tendance à régner. Une clarification des niveaux de détails et de développement est nécessaire pour que les acteurs du bâtiments comprennent et ajustent leurs demandes en fonction des besoins du projet autant en terme de conception qu’en terme de développement pour fabrication. La conception grâce à un modèle 3D détaillé permet déjà une anticipation conséquente des erreurs et l’utilisation de maquettes BIM offre encore dès possibilités d’amélioration. En terme d’amélioration de conception, nous avons vu que l’optimisation n’est pas une priorité pour les équipes de conception actuellement alors qu’elle représente de grands enjeux pour les projets d’architecture non standard. Nous avons pu constater que cet ensemble de système de travail utilisés en partie pour les trois projets étudiés contribue à rassurer tous les acteurs du projet quant à la faisabilité de construction si complexes. Dans l’idée de faciliter la réalisation de ces projets en travaillant sur le mode collaboratif, peut-on se diriger vers un flux de travail totalement continu et quels sont les enjeux de l’interopérabilité dans cette optique ?

67 Synthèse des réponses obtenues à la question : « Pensez-vous que le travail en BIM au travers notamment du modèle 3D vous a permis de présenter au maître d’ouvrage un projet plus détaillé ou plus réfléchi, plus rapidement par rapport à ce qui se fait habituellement ? » à laquelle 100% des répondants ont répondu « Oui » (Annexe n°2 : Synthèse des réponses obtenues) 68 Extrait des réponses obtenues au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°3 : Tableau des réponses individuelles obtenues)

53


VI. Vers un flux de travail continu grâce à l’interopérabilité ?

VI.1 L’interopérabilité à l’heure actuelle

VI.1.1 Une interopérabilité qui n’est pas pleinement opérationnelle A l’heure où l’on présente un BIM 2.0 potentiel mais non applicable et des échanges de données fluides qui sont sensés fonctionner, il s’avère pourtant que de nombreuses pertes de données sont à déplorer durant les échanges inter-disciplinaires. Le format IFC notamment, a tendance à perdre certaines données suivant les cas, surtout lorsqu’il s’agit de formes complexes. L’IFC est finalement peu utilisé lors des échanges de modèles 3D puisque les logiciels n’ont pas tous la même maîtrise en termes d’import/export de fichier IFC. Les acteurs du bâtiment attendent donc de la part des éditeurs qu’ils « unifient la méthodologie d’écriture des fichiers en format IFC »69 afin qu’elle soit identique d’un logiciel à l’autre et permette ainsi d’améliorer les échanges pour proposer des fichiers IFC de qualité. L’interopérabilité n’est donc pas pleinement opérationnelle aujourd’hui et donne parfois lieu à des problèmes critiques de perte de données pour lesquels il est nécessaire de trouver une manœuvre de contournement si l’on souhaite continuer dans une forme de travail collaboratif qui soit fiable et efficace. VI.1.2 Du BIM bricolage qui fonctionne Le format IFC étant peu utilisé et les dates de conception des projets étudiés étant «post-BIM», les intervenants des différents projets ont par conséquent procédé à une recherche d’interopérabilité qui fonctionne entre les différents logiciels utilisé, produisant une sorte de BIM bricolage. Ils ont dû pour cela imaginer des techniques de transfert de données et trouver le format le plus adapté à un échange de qualité entre les différents corps de métiers. Les formats d’échanges choisi ont été principalement le 3dm, le DWG/DXF et enfin l’IGES et l’IFC 2x3 ponctuellement. Ces formats sont principalement dû aux logiciels utilisés pour les trois projets étudiés parmi lesquels ne figurent étonnamment pas Archicad ou Revit. En effet, le principal logiciel utilisé en conception a été Rhinoceros 3D associé à son extension Grasshopper, et Catia, Tekla et Cadwork pour les logiciels métiers des entreprises. Il s’avère en effet que Rhinoceros est un logiciel plus souple et plus ouvert par rapport aux logiciels habituellement utilisés en conception, il a d’ailleurs été l’un des premiers logiciels apte à importer de façon correcte des fichiers IFC et toute leur hiérarchie. Un fichier Rhinoceros a par conséquent souvent été pris comme modèle de référence pour la collaboration dans ces projets puisqu’il était le seul capable de rendre une géométrie la plus fiable et la plus proche de ce que l’on souhaitait. En effet, le problème 69 Extrait des réponses obtenues au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°3 : Tableau des réponses individuelles obtenues)

55


généré par des formes courbes telles que celles des Pavillons Monte-Carlo par exemple, est que la plupart des logiciels ont tendance à segmenter les courbes en polylignes dont la segmentation augmente et se dégrade au fur et à mesure des imports/exports. Dans le cas des Pavillons, la structure, modélisée dans SCIA s’est avant tout basée sur un modèle Rhinoceros : « ce qu’on a fait c’est qu’on avait le Grasshopper qui nous permettait de tout générer, on a isolé certaine lignes de bordure dont on savait que ça allait être la fibre neutre de la structure, [...] on avait un calque par type de structure, par type de section, ce qui permettait après de l’importer dans SCIA parce qu’il n’y avait pas d’interopérabilité avec SCIA, [...] et on savait qu’à tel calque automatiquement on attribuait tel profil. [...] Donc dans SCIA il fallait encore rajouter les charges, les jonctions et les points d’ancrages mais au moins on avait une sorte de version légère de la géométrie, c’était assez rapide. Mais c’est du bricolage. C’est une sorte d’interopérabilité [...] où là au moins on récupérait entre guillemets toute la fibre neutre de la structure de façon organisée »70. Bien que l’interopérabilité n’était pas encore une notion répandue, on peut constater qu’elle s’est faite de manière assez naturelle et réfléchie puisque l’on a cherché dans ce cas à tirer parti des avantages des différents logiciels dans l’échange de données. Ainsi, bien qu’il ne soit pas «BIM», Rhinoceros s’avère être l’un des logiciels préconisés pour traiter les projets d’architecture non-standard puisqu’il a aussi été utilisé dans la conception du projet de la Canopée des Halles : « DecodeBIM a dû travailler avec Rhino au début, puis nous avons dû intégrer des données dans les géométries et exporter la maquette au format IFC. Puis cette maquette a été reprise par les entreprises, qui ont ensuite développé des maquettes sous des autres formats (Tekla par exemple). Ces modèles ont été exportes encore une fois dans Rhino pour le comparer avec la maquette originale. Les modèles Tekla ont été ainsi exportés en IFC et/ou DWG pour la fabrication à contrôle numérique. Imagine-toi cette démarche avec l’état de l’art du 2010/2013… »71. Certes, les logiciels dit BIM tels que Revit ou Archicad n’étaient pas des plus utilisés à cette époque, mais l’on peut supposer que, Rhinoceros gérant des surfaces NURBS et non des maillages, il aurait dans tous les cas été plus performant en terme de précision géométrique. Les différents bricolages BIM qui ont été mis en place dans ces projets pour obtenir des échanges de données fructueux ont donc semblé porter leur fruit et permis de développer des projets en collaboration de manière efficace bien qu’un protocole BIM ne soit pas forcément mis en place. Cependant, l’interopérabilité est encore assez limitée aujourd’hui ; il est donc nécessaire d’envisager des améliorations pour permettre un flux de travail totalement continu et opérationnel. VI.1.3 Les limites de l’interopérabilité L’IFC reste donc peu utilisé pour les échanges de données lorsqu’il s’agit de projets d’architecture non-standard puisque la version actuelle, l’IFC 2x3 ne prend pas en compte les courbes et produit donc à l’export des arcs facétisés. Si l’on extrude ensuite un profil de cet arc, le profil extrudé sera lui-même facétisé puisqu’il a été produit à partir d’un élément facétisé. Cela se répercute ainsi tout le long du processus et l’on travaillera donc avec des éléments facétisés et non pas des courbes. Cependant le format IFC ira en s’améliorant et sa version 2x4 va commencer à prendre en compte les NURBS et permettra donc l’export/import de courbes pour tous ces projets. Néanmoins pour l’instant on préfère donc d’autres formats à l’IFC pour ces projets car ils gèrent mieux les transferts de données de surfaces NURBS. Une seconde limite de l’interopérabilité de manière générale sont les éditeurs de logiciels. En effet, les éditeurs tendent à vouloir garder leurs formats natifs dans l’idée de reproduire le schéma DXF/DWG, le DXF étant le format neutre qui s’est vu terminer complètement dans l’ombre du DWG qui est pourtant un format propriétaire d’Autodesk. Autodesk est devenu au fil du temps « le standard par capillarité : une société qui l’utilise va avoir tendance à l’exporter chez ses partenaires, c’est l’effet « Winner takes all », [de plus,] les standards d’échange libre (IFC) ne sont pas encore matures »72 ce qui n’incite pas les éditeurs à s’investir dans ce type de format dans lequel ils n’ont rien de spécifique à gagner, ayant plus d’avantages à conserver leurs formats natifs 70 Entretien avec Aurélie De Boissieu réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°4 : Entretien avec Aurélie De Boissieu) 71 Approfondissement des réponses aux questionnaires via échanges de mails avec Matteo Lo Prete. 72 KYU Lab pour OPIIEC, juillet 2016. Rapport complet de l’étude sur l’évolution de l’ingénierie française de la construction liée au BIM, Fafiec. (http://www.fafiec.fr/images/contenu/menuhaut/etudesfafiec/2016-09-12_BIM_Rapport_complet_LIV1.pdf). 129p.

56


au cas où le phénomène DXF/DWG se reproduirait chez l’un des éditeurs de logiciel BIM. Il faut reconnaître qu’Autodesk a pris une certaine avance dans le domaine en proposant toute une suite de logiciel métiers au travers de Revit : Revit Architecture, Revit Structure, Revit MEP, avec lesquels la question de l’interopérabilité d’une plateforme à l’autre ne pose évidemment pas de problèmes. L’amélioration progressive du format IFC poussera peut-être les éditeurs de logiciels à s’ouvrir petit à petit à ce format neutre. Enfin, l’une des limites impliquée par l’interopérabilité est que le pouvoir de modification simple et rapide peut parfois devenir un réel inconvénient. Il s’avère en effet que l’interopérabilité rend les modifications de projet plus rapide à faire et la diffusion de l’information concernant ces modifications plus simple. Cependant, il est nécessaire de trouver une manière de figer de plus en plus la maquette au fur et à mesure des phases, sinon la tentation de tester plusieurs variantes et d’effectuer constamment des changements est trop grande et l’on se retrouve face à beaucoup de modifications souhaitées en phase PRO/EXE73 qui sont complexes à gérer, ne sont pas nécessaires et rallongent par conséquent les délais puisqu’elles demandent à revoir la conception. En sachant que l’objectif premier du BIM est de chercher à effectuer le plus de modifications de projet dans les phases les moins contraignantes (donc en amont des phases PRO/EXE), cette problématique peut par conséquent devenir contradictoire avec les raisons pour lesquelles l’équipe de conception aurait décidé d’adopter des méthodes BIM. Il existe donc quelques limites au niveau de l’interopérabilité qui sont en passe d’être améliorées et permettront de fluidifier et simplifier au mieux les échanges inter-disciplinaires.

lité

VI.2 Se diriger vers un flux de travail continu pour gagner en temps, en efficacité et en qua-

VI.2.1 Les apports de la mise en place d’un flux de travail continu Ces échanges ne sont en effet pas productif sur tous les points de vue. En effet, un modèle architectural envoyé à une entreprise n’est que très rarement viable pour fabrication. Le modèle envoyé ne peut souvent pas être exploité par l’entreprise parce que la modélisation ne correspond pas à la manière dont l’entreprise pourrait récupérer des données, cette dernière doit donc reprendre tout le modèle de zéro et le reconstruire elle-même. A une époque où l’on prône la conception collaborative et l’efficacité, c’est une perte de temps redoutable et très dommageable que de devoir reconstruire un modèle de zéro. Si la collaboration s’enclenchait en amont, on pourrait se baser sur une manière de modéliser qui convienne à l’utilité de chacun et ainsi faire évoluer un modèle transmis au lieu que chacun refabrique ses modèles. C’est peut-être une question de méthode de modélisation, et l’on peut espérer qu’elles soient de plus en plus cadrées et pertinentes avec l’arrivée du BIM et de chartes BIM pragmatiques. Le but final recherché serait de pouvoir prendre la compilation des maquettes BIM, dans laquelle on retrouverait toutes les informations nécessaires centralisées en un fichier, avec laquelle on puisse fabriquer directement. Mais pour atteindre ce but la conception collaborative a encore un long chemin à faire. Dans tout les cas, il est nécessaire de favoriser la fabrication numérique et l’aide technologique afin de réduire les erreurs et faciliter la mise en œuvre sur chantier, et la mise en place d’une chaine de travail le plus continue possible peut y contribuer. Favoriser la fabrication numérique est un aspect important pour les projets d’architecture non-standard car une machine à commande numérique effectue un travail beaucoup plus précis qu’un être humain, plus rapide et avec moins de risques d’erreurs. En effet, si l’on envoie un fichier qui est bon, il n’existe à priori pas de raisons pour qu’un problème soit rencontré en fabrication. L’avantage d’un fichier numérique extrait depuis le modèle 3D et envoyé directement sur une machine outil est que l’on minimise au maximum les risques de mauvaises interprétations des informations. En effet, le trou dessiné sur le fichier numérique sera percé à l’endroit où il est dessiné, les deux machines exploitant le même langage informatique. Si ce genre d’opérations était faites manuellement, par exemple si d’un côté l’intervenant prend sa côte au bord du trou et que de l’autre le fabricant la prend au centre, on ne verra qu’une fois lors du montage 73 Extrait des réponses obtenues au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°3 : Tableau des réponses individuelles obtenues)

57


sur chantier l’erreur réalisée et ce sont tous les panneaux qu’il faudra renvoyer en production. L’augmentation du budget final du bâtiment peut devenir énorme avec ce genre d’erreurs. Les besoins sont tellement précis qu’on ne peut pas se permettre de décalages, même minimes car il y aura forcément un moment où ce décalage posera problème. Cette fabrication numérique peut aussi faciliter le travail des entreprises sur le chantier, car si aucun risque d’erreurs et de décalages ne sont à déplorer, le panneau doit obligatoirement s’installer correctement et les ouvriers n’ont par conséquent pas besoin de se poser pleins de questions, à savoir si il faut mettre une cale ou pas sous ce panneau-là, dans quel sens va-t-il etc. Si la gestion des pièces est faite correctement, les ouvriers présentent le panneau devant ses fixations, et le niveau de détail est tellement précis que si ce panneau s’installe correctement, le panneau suivant adjacent à celui-ci s’installera également correctement. L’apport de la fabrication numérique est donc vraiment un aspect intéressant à prendre en compte dans le cadre de construction de projet d’architecture complexe comme ceux étudiés. Il est aussi possible de simplifier la pose sur chantier directement depuis le modèle 3D : à partir de ce dernier, on extrait « une cartographie entière avec [pour chaque pièce] un plan 2d, [...] un nom, un emplacement et donc chaque pièce qui est ici elle est cartographiée, c’est telle référence, elle est de tel type, elle a une tige filetée de tant, avec un réglage de tant. Et ça pour chaque pièce, et donc après ça donne des plans de pose, qu’on donne ensuite au géomètre pour l’implanter sur le chantier puis les ouvriers les pré-règlent au sol et ils les montent après sur le chantier (en hauteur) »74. Ce flux de travail continu présente donc des avantages importants à prendre en compte notamment pour faciliter la mise en œuvre sur chantier. Toujours dans une idée de flux continu du travail, un système d’automatisation de base de données notamment grâce au logiciel Rhino permet une fois les éléments modélisés, de produire des développés pour chaque pièce, d’obtenir les fichiers numériques de découpe nécessaires à la fabrication puis d’envoyer tout ces éléments sur les machines-outils de production. On automatise ensuite un algorithme pour produire des plans de montages qui sont envoyés sur l’application développée par AurBlanc. Des services autour du BIM commencent en effet à faire leur apparition afin d’aider à la gestion de chantier ; ainsi, l’entreprise AurBlanc a par exemple développé une application pour smartphone et tablette qui a été expérimentée sur le projet de la Cité du Vin. Chaque élément, de façade par exemple, est relié à une base de donnée via un QR code. On peut ensuite scanner les pièces, voir leurs emplacements sur le projet, leurs caractéristiques et leur attribuer un statut (expédié, livré, posé, pièce défectueuse) qui renvoie l’information à un fichier Rhino qui met la maquette à jour automatiquement et la ré-affiche avec l’état d’avancement du chantier, les éléments posés, en fabrication etc. En cas de pièce défectueuse, l’application propose de remplir un rapport et l’on peut ensuite renvoyer l’information des éléments concernés directement au fournisseur pour relancer ces pièces en fabrication. Cela permet ainsi d’avoir une vision globale du déroulement de la construction et un suivi des problèmes rencontrés simple et efficace. On se rapproche finalement des systèmes utilisés par les organismes postaux pour la gestion de colis mais transposé aux pièces d’un bâtiment. Ce genre de service, en plus de faciliter grandement la pose et la gestion du chantier offre une possibilité de traçabilité de chaque élément composant le projet. Ce service autour du BIM permet de répondre à de l’optimisation en pièce unique via une gestion maîtrisée des différentes pièces qui est, comme nous l’avons vu précédemment, obligatoire dans le cas de projet d’architecture non standard construit à partir d’éléments tous uniques. VI.2.2 Réfléchir en C/F/C : conception, fabrication, construction Le système de travail en flux continu se rapproche donc de la conception selon le schéma PLM (Product Lifecycle Management) utilisé dans les domaines de l’aéronautique et de l’automobile. Lors de conception en PLM, chaque aspect par lequel passe le produit est pris en compte, notamment la fabrication. Le principe dans ces deux domaines concernant la production est d’aller très tôt voir les industriels avec lesquels le travail va se réaliser pour ensuite adapter sa conception en fonction de leurs systèmes de production. En effet, avoir en tête dès la conception les moyens de fabrication qui vont être employé par la suite permet d’axer le développement du projet en cohérence avec les techniques à disposition et ainsi de réduire le temps de transcription entre modèle architectural et modèle de fabrication entreprise. Les Pavillons Monte-Carlo ont employé une 74 Entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc)

58


méthode similaire, où conception, technique et fabrication étaient liés dès les prémices du projet durant le travail avec l’architecte : « on avait des vrais choix esthétiques et ensuite après on liait ça avec les contraintes mécaniques et techniques savoir si à chaque fois les triangles ne dépassaient pas telle taille pour la fabrication »75. Cette méthode a permis de proposer une conception en cohérence avec les possibilités de production de l’entreprise contractée. De plus, la prise en compte de cet aspect est d’autant plus important que sur la plupart des projets d’architecture non-standard, c’est la voie du préfabriqué qui est explorée à cause du besoin de précision induit par ces projets, et parce que les éléments le composant seraient impossible à fabriquer sur place. Une conception C/F/C dans laquelle on intègre dès le départ des notions de fabrication permettrait d’optimiser la découpe et la forme des éléments selon le protocole le plus optimal du fabricant. On obtiendrait de cette manière une production de pièce qui soit encore plus rapide et efficace. Il est pour cela absolument primordial qu’une pratique se mette en place de façon automatique dans le monde du BTP telle qu’elle s’est intégrée dans l’industrie automobile : figer une conception qui fonctionne et ne pas lancer la fabrication sans que tout soit bien réfléchi et validé car l’impact de ces éléments produits de manière précipitée est énorme. Si l’on partait sur le même principe pour la construction de projets d’architecture non-standard, on éviterait par conséquent les changements de dernière minute, les adaptations sur chantier ou les pertes d’argent dues à des éléments montés qui ne correspondent pas à la morphologie du bâtiment ou à ce que l’équipe de conception avait prévu. Le BIM est finalement un peu basé sur le même principe : effectuer le plus de modifications en amont grâce au travail collaboratif, et centraliser les informations grâce au modèle numérique. Peut-être que dans un futur proche, une fois le BIM démocratisé, il sera possible grâce à ces méthodes-là de gérer complètement un projet de la conception à la fabrication de manière efficace et totalement maîtrisée. Pour continuer dans l’analogie entre industrie automobile et BIM, l’objectif de ce dernier lorsque l’on arrivera à développer du LOD 500 sera le même que le processus de changement d’une pièce dans le domaine automobile : une fois un problème détecté, on le repère sur une vue éclatée 3D du moteur (qui correspondrait en l’occurrence ici à la maquette du bâtiment), ce modèle 3D nous donnant toutes les informations nécessaires pour pouvoir changer cet élément. Le BIM permettra, en plus de cela, de mettre à jour cette cartographie interactive du bâtiment puisque l’on pourra rentrer les diverses interventions effectuées au fil du temps. Ce sera donc un véritable carnet de santé du bâtiment où l’on pourra revenir sur le suivi complet de la vie de l’édifice. VI.2.3 Associer l’utilisation des nouvelles technologies pour une meilleure communi-

cation et compréhension du projet et une plus grande efficacité de travail

La mise en place d’un flux de travail continu pourrait donc contribuer à gagner en temps, en efficacité et en qualité de conception. Cependant, un projet d’architecture numérique expérimentale aura beau être parfaitement conçu, si les supports choisis pour sa communication ne sont pas les bons, l’idée principale du projet ne sera pas transmise et la compréhension du projet en sera difficile voire erronée. En effet, il est important de veiller à choisir le bon support de communication ; une représentation 2D est parfois incompréhensible lorsqu’elle concerne un projet complexe alors qu’une simple vue 3D ou maquette (virtuelle ou réelle) peut être dix fois plus parlante et convaincante. Les nouvelles technologies qui s’offrent désormais à nous et deviennent de plus en plus accessibles peuvent permettre de varier les supports utilisés et d’aborder la présentation de projet d’une autre façon. L’impression 3D serait par exemple un support intéressant qui permet de montrer le fonctionnement d’assemblages, la composition d’un mur ou encore le montage d’un élément et de faire passer les choses de manière simple. De plus, le côté participation de l’auditoire et manipulation de l’objet est toujours apprécié et reste néanmoins plus intéressant que de simplement regarder un document 2D trop complexe pour être compris sans explications. L’impression 3D est en plein essor dans beaucoup de domaines mais peine à faire son entrée dans le monde de l’architecture. Ce peut pourtant être un moyen de communication très fort et très pratique comme le sont depuis tout temps les maquettes physiques. L’avantage de l’utilisation d’impression 3D pour faire passer des concepts, des assemblages ou des fonctionnements d’éléments techniques est qu’il est possible d’extraire un fichier pour impression directement depuis un modèle 3D détaillé. La préparation du 75 Entretien avec Aurélien Blanc réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°5 : Entretien avec Aurélien Blanc)

59


fichier pour l’impression ne nécessite que peu de temps une fois les grands principes de l’impression 3D assimilés et malgré que les temps d’impressions puissent être relativement long sur des pièces complexes ou de tailles conséquentes, ce n’est pas du temps de travail perdu puisqu’une fois l’impression lancée elle ne nécessite pas d’action particulière de l’homme, mis à part une surveillance ponctuelle pour vérifier le bon déroulement de l’impression. Ces systèmes de production de maquettes peuvent donc être une très bonne alternative à la maquette physique habituelle demandant plus de temps de travail impliqué et parfois complexes à réaliser dans le cadre de projets d’architecture non standard. On peut ainsi montrer des principes de conception et expliquer des montages de manière concrète qui ne peuvent que conforter le maître d’ouvrage et les entreprises sur la faisabilité technique d’un projet. Sur le même principe que l’impression 3D, toutes ces nouvelles technologies qui émergent telles que la réalité augmentée, la réalité virtuelle ou encore les HoloLens vont contribuer à créer une nouvelle manière d’effectuer des présentations de projet, bien plus compréhensibles et communicatives, autant en terme de concept architectural que de faisabilité ou d’élements techniques, par rapport à des plans 2D et détails techniques que beaucoup de maîtres d’ouvrages ne sont pas aptes à comprendre au premier regard ou même suite à des explications. La communication est en effet l’un des aspects principaux d’une présentation de projet qu’il est important de faire évoluer au rythme des technologies et des processus de conception. Mais ces nouvelles technologies peuvent aussi servir la conception en elle-même. En effet, l’utilisation d’un scann 3D peut s’avérer d’une grande utilité lors de construction de projets d’architecture non-standard puisque l’on peut grâce à cette technique et à l’intégration du géomètre dans l’équipe, effectuer des relevés simples de tous les éléments construits, vérifier de manière visuelle en superposant le nuage de points du scann 3D à la maquette numérique s’il n’existe pas de grands décalages entre modèle virtuel et modèle construit, pour ensuite lancer une analyse numérique très poussée entre les deux modèles et ainsi vérifier si les tolérances de poses ont été respectées. Cette technique contribue donc de façon très positive et efficace aux allers-retours entre conception prévue et chantier, et permet de s’assurer du bon déroulement de la construction qui, comme nous l’avons vu, se doit d’être très précise pour chaque lot afin que tous les éléments puissent se monter de manière correcte et sans erreurs. L’utilisation du scann 3D en cas de réhabilitation peut aussi aider à réduire les délais de relevés et partir sur une base de travail fiable et correspondant à la réalité. L’intégration de nouvelles technologies au sein de nos processus de travail peut par conséquent être une piste intéressante à explorer pour rendre les relations maître d’ouvrage-maître d’œuvre plus fructifiantes et valoriser les aspects importants du projet par le biais de support de communication adapté permettant une meilleure compréhension de la part des décideurs. Elles ont aussi tout intérêt à s’insérer progressivement dans les démarches de travail lors de construction de projets d’architecture numérique expérimentale puisqu’elles permettent un suivi de chantier précis et efficace. L’interopérabilité n’est actuellement pas opérationnelle à 100%, et l’on a pu voir que sur les trois projets étudiés les intervenants ont souvent dû avoir recours à un BIM bricolage pour que l’échange de données fonctionne. L’IFC n’est finalement pas le format le plus utilisé pour ces échanges de données puisqu’il possède encore quelques inconvénients notoires et que les éditeurs de logiciels n’ont pas de réel intérêt à se diriger vers ce format. Cependant, se diriger vers un flux de travail continu notamment dans le cas d’une interopérabilité améliorée et grâce aux services qui se développent autour du BIM peut être d’un grand intérêt pour gagner en fiabilité des données, en temps, en efficacité et en précision, surtout concernant des projets d’architecture non standard. Y associer l’utilisation des nouveaux outils technologiques à notre disposition ne peut qu’être d’une grande aide pour répondre à ces enjeux et permettre une compréhension simplifiée de ces projets grâce à une meilleure communication. Tous ces axes, dans lesquels le BIM joue déjà un rôle ou à la possibilité d’apporter ses moyens dans un futur proche, sont des pratiques non négligeables pour ce type de projet visant à faciliter la conception puis la construction du bâtiment mais ne sont pourtant que très peut exploités à l’heure actuelle. Alors finalement, quels sont les principaux freins du passage au BIM et quelles solutions peut-on envisager pour améliorer et simplifier cette transition ?

60


VII. Adopter le BIM aujourd’hui : freins et recours possible pour simplifier cette transition

VII.1 Les freins du passage au BIM

VII.1.1 L’importance malgré tout du parc matériel informatique pour un flux de travail

fluide, efficace et des maquettes consultables par tous les acteurs

L’un des premiers freins au passage au BIM aujourd’hui est d’ordre matériel. En effet, le travail avec des maquettes numériques informées engendre la génération de fichiers assez lourds, qui du coup, une fois toutes compilées en une seule maquette globale produit un fichier de taille très importante. Sur le projet de la Cité du Vin par exemple, les maquettes étaient de tailles conséquentes mais seul l’architecte n’arrivait pas à ouvrir la maquette parce qu’il venait sur le chantier avec un MacBook Air qui n’était pas assez puissant pour ouvrir les fichiers produits. Cependant, si ce genre de difficulté se produit, il est possible lors des réunions de synthèses d’effectuer une compilation des différentes maquettes sur place afin de pouvoir travailler ensemble. Avec des machines (même portables) puissantes et capables de supporter des fichiers lourds, on peut travailler en temps réel lors des réunions de synthèses ce qui rend ces réunions d’autant plus efficaces. Il suffit de porter au préalable une attention particulière au matériel informatique choisi pour ces temps de partage. L’impossibilité d’ouverture des maquettes par l’un des acteurs notamment les décideurs peuvent engendrer des pertes d’argent supplémentaire non négligeable. En effet, si des modifications sont en partie présentes sur les modèles BIM envoyées à l’un des intervenants par exemple l’architecte, et que celui-ci ne les ouvre pas, le chantier peut se poursuivre jusqu’à la prochaine visite de l’architecte sur place qui, si ce qui a été prévu ne lui convient pas, fera déposer, reprendre la conception de l’élément, re fabriquer puis reposer. Ce peut être des coûts supplémentaires non négligeables qui pourront être évités à partir du moment où tous les acteurs de la construction d’un bâtiment seront équipés correctement afin d’avoir accès à l’ouverture de ces maquettes. Le problème matériel est l’un des freins important à l’heure actuelle en terme de flux de travail efficace, mais les infrastructures reliées à ce parc matériel informatique sont aussi problématiques. Comme nous l’avons vu, toutes ces maquettes créent des tailles de fichier énormes qu’il faut savoir gérer de la bonne manière, via des machines puissantes capables de les ouvrir, mais aussi via le débit internet disponible selon les localisations. En effet, cela ne pose aucun problème pour les bureaux équipés en fibre, mais des entreprises selon leur localisation géographiques ou même directement sur le chantier en lui même ne sont pas forcément équipés en fibre et disposent de flux de données beaucoup plus lents. Ainsi, le travail en ligne et la gestion de fichiers de plusieurs centaines de méga devient une réelle problématique à prendre en compte lors de la mise en place de la méthode. C’est un facteur supplémentaire à la difficulté de mettre en place le BIM 2.0

61


aujourd’hui, et c’est pourquoi encore beaucoup de bureaux ou d’entreprises travaillent en local. Trouver des solutions remédiant à ce problème permettrait de rendre le flux de travail plus fiable et plus efficace, la lenteur des transferts et les inégalités d’équipements entre les différents acteurs du projet étant l’un des principaux frein à prendre en compte pour la mise en place de méthodes BIM pertinentes. VII.1.2 Les coûts associés à la production de ces maquettes numériques L’un des problèmes perçu comme un frein du passage au BIM sont les coûts imputés à la production des maquettes numériques76 : en effet, comme nous venons de l’aborder, un investissement est parfois requis en terme de parc informatique pour mettre en place le matériel et les infrastructures nécessaires au bon déroulement des échanges. Mais ce n’est pas l’unique dépense engendrée par la production de maquettes numériques BIM ; des achats de licences logiciel dit «BIM» sont parfois nécessaires, surtout en cette période de transition de la conception 2D à la conception 3D informée, qui peuvent vite faire grimper le budget qui y est alloué selon les logiciels choisis. Enfin, il est quasiment indispensable d’intégrer à l’équipe du personnel de gestion de ces maquettes, autrement dit un BIM Manager. Ainsi lui seul aura le rôle de gestion et de management global, afin que tout les intervenants travaillent sur les mêmes consignes, et que le BIM Manager puisse ensuite compiler des maquettes qui fonctionnent ensemble. Ces coûts sont souvent relevés par les acteurs du BTP, mais il faut prendre en compte que nous sommes effectivement dans une période de transition, où chaque intervenant se lance progressivement dans le développement de projet BIM. On peut espérer que d’ici quelques années, les coûts liés au parc informatique ne seront plus comptés si chaque intervenant est correctement équipé, et que les logiciels spécifiques «BIM» se seront démocratisés et par conséquent auront des budgets licences plus abordable. Restera toujours le budget lié au BIM Manager, qui est dans tous les cas en passe de devenir un acteur incontournable des équipes de conception de projet. VII.1.3 Les problèmes posés par la loi MOP La loi MOP se trouve être l’une des «incompatibilités» majeures avec le travail en BIM. Bien que certains parallèles soient fait entre les étapes de la loi MOP et les étapes de processus BIM au travers de schémas présentant notamment les niveaux de détails correspondants aux phases définies par la loi MOP, il semble que cette loi ne soit finalement pas si adaptée à un passage en travail collaboratif par le biais de modèles BIM. En effet, de nombreuses questions se posent, à commencer par les problématiques de responsabilités qui risquent d’être bien souvent mises en cause et deviendront problématique en cas de litiges si la répartition des responsabilités et la traçabilité des modifications de chacun ne sont pas clairement définies dans cette optique de travail collaboratif. Ainsi, une remise en question et une évolution de cette législation serait à envisager pour que les acteurs du BTP puissent adopter le BIM plus sereinement et œuvrer dans un cadre moins flou et réglementé. VII.1.4 La non validation d’éléments 3D Un autre frein constaté et qui est engendré par les problèmes décelés de la loi MOP est l’impossibilité de valider des modèles 3D. Il est en effet difficile à l’heure actuelle de valider un modèle 3D puisque n’importe quel individu peut l’ouvrir et faire une modification même infime, qui peut potentiellement avoir des conséquences non négligeable sur le projet. Il est possible avec les fichiers IFC de proposer un modèle 3D qui soit plus figé, dans lequel les modifications sont impossibles (sauf en codage de texte IFC qui est un langage très complexe), mais même ce type de modèle 3D n’est pas validé, en partie dû à ce qui est demandé par la loi MOP c’est-à-dire la validation de documents 2D normés. L’architecte ne prendra par conséquent pas le risque

76 Frein soulevé par Matteo Lo Prete en réponse à la question «Quels ont été les grands inconvénients de cette démarche ?». Extrait des réponses obtenues au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°3 : Tableau des réponses individuelles obtenues)

62


de valider des modèles 3D qui engagent sa responsabilité et dont la fiabilité en terme de sécurité et d’impossibilité de modifications n’est pas certaine. On produit donc à partir de la maquette des plans et coupes, que l’on réfère ensuite au fichier IFC spécifique duquel ces documents sont tirés, ce qui permet d’appliquer le visa sur des éléments 2D. Cette pratique est dommageable puisqu’elle rajoute une charge de travail supplémentaire : on ré-extrait des éléments 2D d’un modèle 3D qui est bien plus compréhensible. Même des images 2D tirées de la maquette 3D, telles que des captures d’écran visant par exemple à donner une visualisation des effets créés par les panneaux de vêture ne peuvent pas obtenir de visa, parce que la loi MOP demande expressément des plans, des coupes et des élévations ; par conséquent, personne ne prendra le risque de valider aucun autre élément qui sort de ce cadre-ci. En somme, on perd un peu en terme d’efficacité de travail recherchée et on altère beaucoup la compréhension du projet pour lequel la représentation n’est pas des plus parlante. L’évolution souhaitée de la loi MOP, la mise en place d’un cadre juridique visant à fixer les responsabilités de chacun et l’amélioration des IFC ou autre type de format 3D permettant de fixer les maquettes 3D rendues pour visa afin de les rendre non modifiables permettraient de simplifier la validation d’éléments complexes de ces projets d’architecture non-standard. VII.1.5 Les protections juridiques Aussi étonnant que cela puisse paraître, il s’avère pourtant que la protection juridique de chacun via les lettres recommandées avec accusé de réception (LRAR) est un frein à un travail fluide et efficace. Si chacun est obligé de se protéger juridiquement «au cas où» il y ait un problème via des courriers en RAR, il semble que cela n’aide pas réellement le travail en collaboration à s’installer. Alors pourquoi ne pas réfléchir à une manière de contourner ce phénomène qui contribue à dégrader «l’ambiance» de travail et engendre que chacun s’isole de son côté au lieu de travailler ensemble ? En effet, l’objet de ces LRAR concerne souvent des prises de décision ou des retours tardifs qui dépassent la date «fixée» et donne par conséquent lieu d’un côté ou de l’autre à des envois de LRAR dans le but de rendre à qui est la faute afin de se dédommager en cas de pénalités de retard. Comme abordé précédemment, imposer des dates précises de validation à respecter obligatoirement pourrait peut-être permettre d’éviter quelques envois de lettres recommandées avec accusé de réception et ainsi améliorer les relations entre les différents corps de métier et par conséquent la collaboration aussi. L’aspect 5D (coûts) relié au 4D (dates de validation en l’occurrence) de la maquette BIM peut permettre la mise en place de ce système, afin de centraliser en un seul fichier les dates à tenir, l’avancement et les coûts engendrés pour obtenir une meilleure communication générale et un accès simplifié à ce type d’informations. VII.1.6 Gérer la précision de pose au travers des tolérances données à chaque inter-

venant

Enfin, l’un des principaux problèmes rencontrés sur ces projets d’architecture non standard, que le BIM participe à détecter mais ne peut régler, est la question des précisions de pose. En effet, la situation est parfois paradoxale entre maquette virtuelle et construction réelle puisqu’un modèle numérique est d’une tolérance 0 alors qu’en réalité, à chaque acteur du bâtiment sont données des tolérances de poses ou de fabrications différentes. Le problème impliqué par des tolérances différentes pour chaque acteur sur des projets où la précision est le maître mot pour que sa construction fonctionne est que chaque intervenant doit se ré-adapter en fonction de la tolérance de pose du lot qui l’a précédé et de celui qui le suit, qui n’est peut-être pas la même que la tolérance que lui doit respecter. On se retrouve donc par exemple dans des situations où, si l’intervenant suivant notre lot nécessite d’un décalage toléré maximum de +/-10mm par rapport au point 0 de l’élément, et que le professionnel précédent notre lot avait lui comme consignes maximales +/-30mm, il est nécessaire que celui travaillant entre ces deux professionnels s’adapte pour récupérer le décalage des -30mm et arriver à un point entre -10mm et 0 afin que le suivant puisse poser ses éléments sans problème. Cela implique une gestion des tolérances de poses de chacun et d’ajustement constant qui est somme toute assez complexe à suivre de manière efficace tout au long du chantier. Une réflexion de la part du monde du bâtiment sur la façon dont on pourrait donner des tolérances identiques (ou avec moins de différences) à tous les intervenants d’un projet serait donc la bienvenue pour parvenir à simplifier la mise en œuvre et le travail efficace ensemble des entreprises et ainsi réduire le nombre d’erreurs sur chantier. Une fois de plus, le

63


modèle 3D informé peut aider, avec l’apport du géomètre, à centraliser l’information pour tous les professionnels ou même à proposer un modèle virtuel constamment mis à jour afin que la maquette finale corresponde exactement au bâtiment construit. Cela permettra aux différents corps de métiers d’avoir accès à des informations précises concernant le «réellement construit», et ils pourront ainsi s’adapter directement en fonction de ces changements, sans attendre d’être sur le chantier et de constater lors du montage d’un élément que les pièces sur lesquelles il doit se fixer sont trop décalées par rapport à ce qui était prévu pour que ses éléments puissent être posé correctement. Finalement, bien que les potentialités du BIM semblent attrayantes et que l’on commence à voir de plus en plus de projets utilisant ces pratiques, nous pouvons tout de même constater qu’il existe aujourd’hui quelques freins majeurs qui ne facilitent pas l’adoption complète du BIM. Quelles solutions supplémentaires pourrait-on proposer afin d’améliorer et d’accélérer cette transition de façon simple ?

VII.2 Solutions pour améliorer et accélérer cette transition

Le constat sur la mise en place du BIM aujourd’hui met en évidence un manque de moyens et de connaissances des différents acteurs du BTP sur le sujet où de nombreuses confusions persistent. Tout cela est en partie dû à la trop nombreuse désinformation provoquée par la médiatisation du BIM et le fait que l’on souhaite une transition qui n’est aujourd’hui réellement cadrée et dirigée par aucun organisme. L’Ordre des Architectes est en effet très peu investi dans cette transition alors qu’ils pourraient être l’organisation la plus encline à apporter les bonnes informations sur le BIM et les méthodes pour mettre ses processus en place. On constate aussi que le BIM est un effet de « mode » ; beaucoup de personnes en parlent, autour de conférences, de colloques, d’article de presses, de groupes de travail visant à trouver des pistes de réflexions mais tout reste très théorique voir nébuleux et peu de choses concrètes se font en réalité. Une évolution d’ici 5 à 10 ans est envisageable si l’on vise à créer un environnement cadré autour du BIM avec des mesures concrètes et que l’on cesse la désinformation. On peut effectivement se lancer dans le BIM sans que ça coute une petite fortune en terme d’équipement et il peut s’appliquer aussi pour des petits projets. On vend trop souvent à tort du Revit, qui est l’un des logiciels le plus gourmand en ressources économiques, et l’on prône l’utilisation du BIM pour des grands projets complexes, ce qui n’est peut-être pas la meilleure approche lors d’un premier développement de projet en BIM. Le BIM peut aussi avoir son utilité sur des projets beaucoup plus simples et sans forcément s’équiper de toutes les infrastructures les plus chères du marché ; il ne faut pas oublier qu’un développement de projet conduit en BIM est avant tout un (éco-)système de gestion de travail, une méthode. On remarque que souvent les acteurs du bâtiment sont hésitants, quant à se lancer dans le BIM, ils ont tendance à attendre de voir ce que cela peut donner avant de s’engager, sauf qu’il peut être très brutal pour une entreprise de rentrer dans la transition BIM trop tard. L’une des solutions possible pour remédier à cela consisterait à donner envie d’utiliser le BIM en montrant les possibilités qu’il offre pour convaincre. On peut prendre pour exemple l’application développée par AURBlanc permettant la gestion de maquette en temps réel comme présentée précédemment. L’entreprise a construit autour de son service un démonstrateur, nommé le Totem77 qu’elle a présenté lors du BIM World 2016. Ce Totem est une démonstration en temps réel des possibilités qu’offre l’usage de l’application développé par AurBlanc sur un chantier. Il montre dans le même temps comment on peut, grâce à la conception paramétrique, optimiser un système de façade courbe puisque le Totem est composé de trois typologies de panneaux de façade (quadrilatères, triangulés et panneaux cintrés) qui sont comparés en terme d’esthétique, de temps de production et de coûts. Ce type de démonstration appliqué à d’autres aspects du BIM peut contribuer à éclaircir les notions actuellement floues dans les esprits et ainsi permettre de se faire une idée de ce qu’il est possible de faire grâce à des processus BIM et à un flux de travail continu, de donner envie aux acteurs du bâtiment de s’investir pleinement dans cette transition BIM.

Lorsque l’on parle de BIM, on avance souvent le gain de temps et d’argent qu’il peut permettre. On

77 Pour en savoir plus, ci-contre le lien de la vidéo de présentation du Totem, exposé par l’entreprise AurBlanc lors du BIM World 2016 (https://www.youtube.com/watch?v=W15Bx4hfyHI)

64


annonce un chiffre entre 15 et 20% d’économie78 sur le budget lorsque l’on conduit un projet en BIM. Cependant, 20% du coût d’un projet, c’est beaucoup. Cet argument ne semble pour l’instant pas «légitime» aux yeux des professionnels du bâtiment hésitant à se lancer car il n’existe actuellement pas d’exemples concret sur lequel s’appuyer pour calculer cette marge de manière précise. Et ce sont des aspects difficiles à quantifier puisque pour donner un réel chiffre qui soit convaincant, il faudrait en effet construire deux fois le même bâtiment, l’un en conception standard (voir même en 2D car la conception 3D apporte déjà beaucoup), et l’autre en BIM pour enfin comparer une fois les deux bâtiments achevés. Certes, il serait un peu absurde de construire deux fois le même bâtiment, mais surtout avec la conjoncture actuelle, aucun maître d’ouvrage même s’il le voulait n’aurait assez de budget pour faire deux bâtiments identiques. Ce serait néanmoins une façon de donner des chiffres argumentés et quantifiés sur les apports que peut avoir un développement de projet en BIM et permettrait ainsi aux acteurs du BTP d’avoir des données de comparaison solides et légitimes. Ils seraient ainsi moins sceptiques face aux chiffres annoncés et pourraient comparer de manière détaillée sur quels aspects l’utilisation du BIM peut être non négligeable. Une autre piste pour faciliter et accélérer cette transition vers le BIM serait d’associer à l’équipe de conception des bureaux spécialisés qui savent accompagner les entreprises pour qu’elles soient toutes égales en compétence dans ce domaine à la fin d’un projet. En effet, accompagner les différents intervenants des projets dans cette transition avec des gens de terrains compétents, qui ont déjà pratiqué et savent quelle méthode employer participerait à l’évolution des entreprises participant au projet, en permettant dans le même temps d’enclencher un processus de travail collaboratif plus efficace de manière plus rapide. Enfin, il serait nécessaire pour que cette transition se déroule au mieux et de manière plus organisée de stopper les discours institutionnels purement théoriques que l’on rencontre si souvent au sujet du BIM, puisque le besoin actuel se tourne plutôt vers des aspects pragmatiques visant une mise en place concrète de ces processus. Le BIM représente en effet un possible futur pour la France mais il faut que cette évolution soit bien conduite et cadrée pour éviter que les professionnels ne se perdent dans le trop plein d’informations et dans les confusions générales que nous avons pu déceler précédemment. Il est possible, pour sortir de cette enclave d’intégrer aux groupes de travail «institutionnels» des professionnels de terrains pour lesquels l’implantation du BIM a déjà eu lieu et ont déjà quelques retours concrets d’expérience permettant de faire avancer la situation et d’améliorer les choses. Associer les personnalités institutionnelles à des pratiquants peut s’avérer être un système de travail productif qui tendra peut-être plus à la mise en place de mesures concrètes que ce qu’il se fait à l’heure actuelle qui reste trop théorique pour être appliqué. L’intégration ponctuelle des ENSA dans ces groupes de réflexion/action serait aussi une possibilité intéressante à aborder puisque l’enseignement de la plupart des ENSA n’arrive pas à évoluer avec son temps. En effet, les changements se font désormais de manière tellement rapide, que le temps qu’un programme plus en accord avec les tendances d’évolution soit mis en place, il est déjà dépassé lorsqu’il est appliqué. Peut-être faudrait-il aussi que les ENSA lancent des réflexions sur la manière d’implémenter des enseignements évolutifs au cours d’un programme. Cela permettrait d’intégrer les sujets en montée dans la profession dans la formation des étudiants, afin qu’ils ne sortent pas de l’école avec une formation dispensée complètement extérieure à ces sujets. En effet, le BIM est passe de s’intégrer progressivement dans le monde de l’architecture et pourtant presque aucun cours n’est dispensé sur cette pratique alors qu’elle sera notre futur d’ici peu. L’enseignement peine donc à s’adapter à l’évolution de la profession et désavantage par conséquent les jeunes diplômés qui peuvent se voir fermer des portes d’emplois s’ils sortent de l’école sans avoir réellement de notion ou d’expérience (même scolaire) en terme de BIM.

78 C.L, 29/04/2016. Le BIM réduirait les coûts des projets jusqu’à 20% d’ici à 10 ans, Batiactu (http://www.batiactu.com/edito/bimreduirait-couts-projets-jusqu-a-20-ici-a-10-ans-44778.php?MD5email=f29eff1416bc084b790e07067498f440&utm_source=news_actu&utm_medium=edito)

65


VIII. Conclusion VIII.1 Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ?

L’apparition grandissante de projets d’architecture numérique expérimentale, aussi appelé de manière plus générale architecture non-standard est souvent controversée. Le contexte actuel est centré sur le besoin en recherche d’innovation généralisé auquel répondent ces projets aux géométries complexes pour lesquels de nouveaux moyens techniques et de nouvelles mises en œuvre sont imaginés. Cependant, les projets d’architecture numérique expérimentale sont souvent décriés à cause de leurs dépassements budgétaires faramineux et sur le nombre de projets de ce type proposés peut sont finalement construits. A l’heure où l’expérimentation architecturale n’a plus sa place mais où la volonté de renouveau du langage architectural affiche une ambition forte, des solutions doivent être envisagées afin de rouvrir la porte de l’expérimentation en architecture. L’intégration progressive du BIM dans les processus de conception pousse à s’interroger sur sa pertinence et ses apports s’il est utilisé dans le cadre de production d’architectures non-standard et fait émerger cette question : Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ? En effet, le BIM est présenté comme un outil puissant et l’on peut se demander si ce dernier, de par son aspect collaboratif, son système de données et d’informations très complet, son pouvoir de planification et ses capacités de simulation de construction n’aurait pas un rôle à jouer pour faciliter la construction de ces projets non-standards, c’est-à-dire à améliorer la communication, optimiser la conception et ses détails, augmenter la rapidité d’exécution pour enfin participer à réduire les coûts. La recherche a été abordée par l’étude de trois projets emblématiques Français : la Canopée des Halles, la Cité du Vin et les Pavillons Monte-Carlo. Ces trois projets ont été étudiés selon quatre axes principaux spécifiques à une méthode BIM à savoir : la conception collaborative, la gestion de chantier, le développement d’un modèle 3D détaillé et l’interopérabilité afin d’en tirer les principaux apports que peut offrir le BIM, mais aussi ses limites. Nous avons commencé par aborder la conception paramétrique qui régit ces projets, et les problématiques que soulèvent cette manière de concevoir ce qui a permis de mettre en valeur la nécessité d’une conception précise et maîtrisée si l’on souhaite voir aboutir ces projets. Nous avons ensuite abordé l’arrivée poussive et timorée du BIM en France, qui nous ont permis de constater que les trois projets étudiés, du fait de leur construction légèrement antérieure à la médiatisation du BIM en France n’étaient pas officiellement BIM puisque pas structurés par un protocole BIM, mais employaient par ailleurs des méthodes de conception et de collaboration similaires. La conception collaborative s’avère nécessaire aujourd’hui mais peine à s’installer car bloquée par des réticences de la part des différents intervenants et des pratiques qui doivent évoluer si l’on veut arriver à une collaboration efficace. Nous avons ensuite abordé la question de la gestion de chantier, dans laquelle il s’avère que la dimension 4D et 5D du BIM n’est que rarement utilisé à l’heure actuelle. Nous avons cependant vu que les quelques procédés appliqués dans les trois projets étudiés et visant à simplifier la gestion

67


de chantier ont eu un apport positif et bénéfique pour la construction du projet et le respect des délais. Les potentialités du BIM pour la gestion de chantier ensuite étudiées ont démontré qu’il reste encore beaucoup de piste à explorer pour concevoir des projets plus efficaces. Nous avons soulevé à cette occasion les problèmes actuels de budgétisation qui mènent à de tels écarts entre budget initial et budget final des projets. Nous avons ensuite abordé la modélisation 3D, cœur du BIM, qui permet, lorsqu’elle est développée de façon détaillée de maîtriser la conception et valider la faisabilité du projet, notamment auprès des maîtres d’ouvrages puisque ce modèle 3D contribue à rassurer les acteurs du projet sur la viabilité du projet en terme de construction. Nous nous sommes dirigés ensuite vers l’interopérabilité et la continuité du flux de travail qu’elle peut offrir. Bien que l’interopérabilité ne soit pas encore complètement opérationnelle, les échanges de données réussissent tout de même à s’effectuer sans trop de perte de données et contribue à réduire les erreurs que peuvent impliquer le développement de projets d’architecture non-standard. Nous avons finalement abordé les différents freins du passage au BIM aujourd’hui, et évoqué des pistes possibles pour améliorer et accélérer cette transition notamment grâce à des démonstrations concernant les possibilités du BIM afin de donner envie aux acteurs du bâtiment de s’investir dans cette évolution de la profession, la mise en place de méthodes cadrées et concrètes par des organismes influents et un accompagnement nécessaire des intervenants dans cette phase de transition. Alors le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ? Finalement, le BIM est effectivement doté d’un grand potentiel qui pourrait contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale. Nous avons vu sur les projets étudiés que la mise en place de méthodes se rapprochant des processus BIM aide à proposer un projet plus abouti, avec des chantiers réalisés dans les temps, sans erreurs majeures permettant par conséquent d’aborder ce type de projets avec des budgets plus raisonnables et un contrôle complet de la conception à la construction. L’utilisation complète d’un procédé BIM n’en sera donc que plus bénéfique pour faciliter la réalisation de projets d’architecture non-standard. Le BIM n’est cependant pas assez développé en France a l’heure actuelle pour permettre d’exploiter pleinement ses capacités. De plus, une remise en question de chacun des acteurs du bâtiment et des pratiques employées est nécessaire ; le BIM implique avant tout une autre manière de concevoir via la collaboration et l’échange de données. Néanmoins des évolutions législatives et matérielles devront être aussi envisagées si l’on souhaite un jour parvenir à développer des projets en full BIM c’est-à-dire en modèle intégré totalement collaboratif.

VIII.2 Retour sur la méthodologie employée

Suite à ce mémoire, il semble important d’exposer une prise de recul critique quant à la méthodologie employée. La volonté de base pour traiter ce sujet était de viser des personnes de domaines variés tels qu’architectes, ingénieries, entreprises, afin de recueillir des points de vues différents et le ressenti de chaque grands contribuant à un projet. Parmi les différentes entités contactées il y a eu notamment : X-TU Architects, Affine Design, Berger & Anziutti, Setec bâtiment, TESS, DECODEBIM, AurBlanc etc... Parmi toutes ces entreprises contactées, très peu de réponses ont été recueillies ce qui implique qu’une analyse puis une synthèse ont été tirées des réponses reçues mais ne permettent pas pour autant de généraliser les affirmations faites. Les répondants à cette recherche79, que je tiens à remercier pour leur intérêt, sont : - Aurélie De Boissieu, Setec Bâtiment, mission : design project analyst (Pavillons Monte-Carlo) - Dominique Zentelin, X-TU Architects, mission : direction des travaux (Cité du Vin) - Matteo Lo Prete, DECODEBIM, mission : chef de projet (Canopée des Halles) - Aurélien Blanc, AurBlanc, mission : modeleur 3D pour l’enveloppe métal (Canopée des Halles), modélisation 3D, surface ref et DCE (Pavillons Monte-Carlo), conception vêture métal et suivi de chantier (Cité du Vin) - Victoire Saby, Setec Bâtiment, mission : gestion de projet et coordination, structure et géométrie (Pavillons Monte-Carlo)

79 Extrait des réponses obtenues au questionnaire réalisé dans le cadre de ce mémoire. (Annexe n°3 : Tableau des réponses individuelles obtenues)

68


Il s’avère qu’il est très compliqué de recueillir de l’information de la part des agences d’architecture, seul Mr Zentelin de l’agence X-TU ayant pris part au questionnaire. Les informations pragmatiques et concrètes que demandent ce genre de recherche, qui plus est sur un sujet sur lequel peu de retours sont encore disponibles en France, sont assez difficile d’accès. De plus, il est complexe de récupérer de la donnée subjective, puisque sur un sujet actuel comme celui-ci, où chacun possède un avis et souhaite le mettre en avant, on peut parfois faire face à des discours qui visent à faire passer un message et non plus à donner un point de vue pragmatique et argumenté. C’est la difficulté d’aborder des projets «novateurs» comme ceux-ci qui emploient des méthodes BIM. De plus, le plus grand nombre de réponses a été obtenu à partir d’un questionnaire en ligne. En effet, l’entretien s’avère beaucoup plus riche en informations et plus intéressant pour arriver à capter un point de vue, mais il est aussi plus difficile à obtenir (convenir d’un rendez-vous, physique ou virtuel selon les situations géographiques de chacun, demande plus d’investissement et plus de temps de la part des personnes interrogées) et demande un temps très conséquent de retranscription par la suite. La volonté affichée lors des retranscriptions a été de ne pas synthétiser ni reformuler les propos, les entretiens sont donc retranscrits tels quels et mots pour mots dans l’idée de ne pas biaiser la discussion abordée par une interprétation de la part de l’auteur. Devant le peu de réponses reçues, le peu de temps disponible et les dispositions complexes de chacun des intervenants contactés, l’entretien initial a basculé vers le questionnaire en ligne, moins long et plus simple à remplir entre deux activités. C’est ce dernier qui a permis d’obtenir les quelques réponses recensées aujourd’hui. Cependant, les apports du questionnaires sont limités puisque possédant plus de questions fermées, les réponses en sont par conséquent moins poussées et moins riches. Ce qui a conduit à recontacter certains répondants par la suite via mail ou Skype afin d’approfondir certaines réponses données. L’analyse des réponses obtenues n’est pas des plus simples pour certaines questions puisque les personnes interrogées répondent en fonction de la phase à partir de laquelle ils ont commencé à travailler sur le projet. Ainsi, dans le cas où plus de réponses auraient été obtenues, il aurait peut-être été pertinent d’organiser un «phasage» des intervenants, en comparant ensemble les réponses de ceux ayant participé aux projets depuis le tout début, puis ensuite comparer les réponses des individus ayant abordé le projet dans des phases plus tardives. La méthodologie du mémoire est la clé de réussite d’une recherche. En tant que première expérience dans le domaine, la méthodologie a plutôt bien fonctionné bien que le recueil de témoignages aurait du débuter en amont pour obtenir plus de réponse sur la durée. Comme nous venons de le voir, quelques points peuvent représenter des pistes d’améliorations, mais malgré le peu de répondant, les réponses obtenues ont été d’une grande qualité et très riche pour la contribution à cet écrit. Cette recherche basée sur un sujet encore peu exploité par l’écriture scientifique en France tente d’apporter sa petite contribution concernant deux thèmes actuels ; l’architecture non-standard et le BIM, dont il reste encore bien des pistes de réflexions à exploiter.

69


BIBLIOGRAPHIE, SITOGRAPHIE ET TABLE DES FIGURES


BIBLIOGRAPHIE :

(Par ordre alphabétique) BIM France, 21 mars 2014. BIM (building information modeling), Paris, Le Moniteur, coll. Cahier pratique n°5756. 34p. CELNIK Olivier et LEBEGUE Eric (dir.), 2014. BIM et maquette numérique, Paris, Eyrolles/CSTB. 620p. DE BOISSIEU Aurélie et GUENA François, 01/02/2012. Grasshopper et la programmation sur Rhinoceros 4 : une introduction, DNArchi, (http://dnarchi.fr/outils/grasshopper­et­la­programmation­sur­rhinoceros­4­ uneintroduction/). 5p. une fois imprimé. DE BOISSIEU Aurélie, 16/05/2012. Quid des impacts du numérique sur la recherche universitaire ?, DNArchi, (http://dnarchi.fr/pedagogie/quid­desimpacts­du­numerique­sur­la­recherche­universitaire/). 4p. une fois imprimé. DE BOISSIEU Aurélie, 14/11/2012. Numérique et architecture : quelles hybridations des pratiques ?, DNArchi, (http://dnarchi.fr/pratiques/le­numeriqueen­agence­darchitecture­quelles­hybridations­des­pratiques/). 4p. une fois imprimé. Directive 2014/24/UE du Parlement Européen et du Conseil du 26 février 2014 sur la passation des marchés publics et abrogeant la directive 2004/18/CE, article 22 Règles Applicables aux Communications - Alinéa 4 GRIDD et CERACQ, 23 juin 2015 (version 2). Processus de conception intégrée (PCI) – L’efficacité énergétique des bâtiments & réduction des impacts sur l’environnement, ETS Montréal, Québec. 60p. KENSEK Karen, 2014 (original). Manuel BIM, théorie et applications, trad fr 2015, Paris, Eyrolles. 256p. KUBICKI Sylvain, HALIN Gilles et BIGNON Jean-Claude (dir.), 2014. Interaction(s) des maquettes numériques. Actes du 6ème Séminaire de Conception Architecturale Numérique, Luxembourg, PUN – Editions Universitaires de Lorraine. 324p. MARROCQ Adrien, 2015. Intégration du Building Information Modeling au sein du Service National d’Ingénierie Aéroportuaire : étude organisationnelle et managériale du changement, TFE, Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat, Vaulx-en-Velin. 87p. PICON Antoine, 2010. Culture numérique et architecture : une introduction, Basel, Birkhauser. 217p. SYNTEC Ingénierie, 9 mai 2014. BIM / Maquette numérique, contenu et niveaux de développement, Paris, Le Moniteur, coll. Cahier pratique n°5763. 42p. ZIMMERMAN Alex, 2006. Guide sur le processus de conception intégré, Canada, SCHL/CMHC (Société Canadienne d’Hypothèques et de Logement). 18p.

73


SITOGRAPHIE :

(Par ordre d’apparition dans le texte) COQUIDÉ Patrick, 13/01/2015. Pourquoi la Philharmonie de Paris coûte-t-elle trois fois plus que prévu?, BFM Business (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/pourquoi-la-philharmonie-de-paris-coute-t-elle-troisfois-plus-que-prevu-856350.html) DOIEZIE Mathilde, 22/12/2014. Confluences à Lyon : loué à l’étranger, critiqué en France, Le Figaro (http:// www.lefigaro.fr/arts-expositions/2014/12/22/03015-20141222ARTFIG00237-confluences-a-lyon-un-mastodonte-au-cout-mal-digere.php) Définition numérique : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/num%C3%A9rique/55253 Définition CAO : https://fr.wikipedia.org/wiki/Conception_assist%C3%A9e_par_ordinateur Définition expérimental : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/exp%C3%A9rimental_exp%C3%A9rimentale_exp%C3%A9rimentaux/32239 CINGOLANI Francesco, 03/09/2013. Architecture paramétrique et collaborative pour unMonastery, blog Immaginoteca (http://www.immaginoteca.com/unmonasteryparametrique/) Problems with Non-standard Construction, Home Building & Renovating (https://www.homebuilding.co.uk/ problems-with-non-standard-construction/) Avis des usagers sur la Cité du Vin de Bordeaux : https://www.tripadvisor.fr/ShowUserReviews-g187079d10200972-r390632997-La_Cite_du_Vin-Bordeaux_Gironde_Nouvelle_Aquitaine.html BOSDECHER Laurie, 17/05/2011. Bordeaux s’offre son Gug genheim, SudOuest (http://www.sudouest. fr/2011/05/17/bordeaux-s-offre-son-gug-genheim-400206-625.php) Avis des usagers sur les Pavillons Monte-Carlo de Monaco : https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Reviewg190409-d2385491-Reviews-or10-Casino_Square-Monte_Carlo.html#REVIEWS Avis des usagers sur les Pavillons Monte-Carlo de Monaco : https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Reviewg190409-d9784162-Reviews-Jardin_du_Casino-Monte_Carlo.html Définition Innovation : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/innovation/43196 Informations Fondation Louis Vuitton : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_d’entreprise_Louis_Vuitton DROMARD Thiébault, 21/10/2014. Fondation Louis Vuitton: 5 questions sur le coup d’éclat de Bernard Arnault, Challenge’s (http://www.challenges.fr/entreprise/fondation-louis-vuitton-5-questions-sur-le-coup-declat-de-bernard-arnault_14637) CAPRON Stéphane, 19/10/2014. Frank Gehry fait voler la fondation Louis Vuitton, France Inter (https://www. franceinter.fr/culture/frank-gehry-fait-voler-la-fondation-louis-vuitton) I&R (Images & Réseaux), Mars 2015. BIM IR, Le Mag Numérique (http://www.lemag-numerique.com/wpcontent/uploads/2015/03/BIM-IR.pdf) BEIDELER Julien et FRANCQUEVILLE Laurence, 18/03/2014. Logement : Cécile Duflot dévoile les premières mesures d’«Objectifs 500 000», Le Moniteur (http://www.lemoniteur.fr/article/logement-cecile-duflot-devoile-les-premieres-mesures-d-objectifs-500-000-23903863) 74


CHAMBILLE, 18/01/2015. Redéfinir le BIM et son potentiel, blog du Master BIM de l’ESTP — Ecole Spéciale des Travaux Publics, du Bâtiment et de l’Industrie (https://msbim.estp.fr/?tag=delais) FONDATION LOUIS VUITTON, Octobre 2014. Dossier de Presse de la Fondation Louis Vuitton, FLV (http:// www.fondationlouisvuitton.fr/content/dam/flvinternet/Images/Presse/Oct2014FLV-Dossierdepresse.pdf) BIM AUTODESK, 29/10/2015. Les niveaux du BIM ou BIM Levels expliqués par NBS, Construction21 France (http://www.construction21.org/france/articles/fr/les-niveaux-du-bim-ou-bim-levels-expliques-par-nbs.html) Z. Julia, 19/04/2013. Un Centre culturel et touristique du Vin à Bordeaux dès 2016, Architecture-Urbanisme (http://projets-architecte-urbanisme.fr/centre-culturel-touristique-vin-bordeaux/) MEDIACONSTRUCT, 27/10/2014. Le BIM au service d’une prouesse technique (Cité du Vin), MediaConstruct (http://www.mediaconstruct.fr/sinformer/le-blog-du-bim/post/4321/le-bim-au-service-d-une-prouesse-technique) BOUYGUES CONSTRUCTION, 20/03/2015. Monaco : les Pavillons des Merveilles, blog Bouygues Construction (http://blog.bouygues-construction.com/en-direct-des-chantiers/monaco-les-pavillons-merveilles/) GAIRAUD Marie-Anne, 12/04/2016. Canopée des Halles : l’architecte reconnaît les fuites et annonce des travaux, Le Parisien (http://www.leparisien.fr/paris-75/canopee-des-halles-l-architecte-reconnait-les-fuiteset-annonce-des-travaux-12-04-2016-5709233.php) Auteur inconnu, 17/11/2016. Paris : 1,2 M€ pour colmater les fuites de la canopée des Halles, Le Parisien (http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-1-2-meur-pour-colmater-les-fuites-de-la-canopee-deshalles-17-11-2016-6340113.php) G.N, 10/07/2015. BIM : où en est la France ?, Batiactu (http://www.batiactu.com/edito/raisonner-sur-l-ensemble-du-cycle-de-vie-41722.php) CNOA, 19/07/2016. Résultat du sondage : «BIM : le ressenti des architectes», Conseil National de l’Ordre des Architectes (http://www.architectes.org/actualites/resultats-du-sondage-bim-le-ressenti-des-architectes) KYU Lab pour OPIIEC, juillet 2016. Rapport complet de l’étude sur l’évolution de l’ingénierie française de la construction liée au BIM, Fafiec. (http://www.fafiec.fr/images/contenu/menuhaut/etudesfafiec/2016-09-12_ BIM_Rapport_complet_LIV1.pdf). 129p. VALENTE Clément, 26/08/2015. Le BIM va devenir obligatoire en France, BIMBTP (https://bimbtp.com/pourquoi-le-bim/le-bim-va-devenir-obligatoire-en-france/) Le Monde (Auteur inconnu), 17/04/2015. La partition inachevée de la Philharmonie, Le Monde (http://www.lemonde.fr/architecture/portfolio/2015/04/17/la-partition-inachevee-de-la-philharmonie_4617732_1809550.html) CHABAS Charlotte, 26/04/2012. Le chantier des Halles multiplie les fausses notes, Le Monde (http://www. lemonde.fr/economie/article/2012/04/26/le-chantier-des-halles-multiplie-les-fausses-notes_1691219_3234. html#3CWuaCCgHe1GuIVo.99) BAVEREL Philippe, 04/04/2016. Paris : la Canopée ouvre après cinq ans de travaux, Le Parisien (http://www. leparisien.fr/paris-75/paris-la-canopee-ouvre-apres-cinq-ans-de-travaux-04-04-2016-5686703.php) C.L, 29/04/2016. Le BIM réduirait les coûts des projets jusqu’à 20% d’ici à 10 ans, Batiactu (http://www. batiactu.com/edito/bim-reduirait-couts-projets-jusqu-a-20-ici-a-10-ans-44778.php?MD5email=f29eff1416bc084b790e07067498f440&utm_source=news_actu&utm_medium=edito)

75


TABLE DES FIGURES :

(Par ordre d’apparition dans le texte) Page de couverture : http://www.rhino3dportugal.com/site/wp-content/uploads/2012/10/Background-Grasshopper.jpg Fig 1. Courbe de MacLeamy montrant les possibilités de modification du projet et les coûts impliqués par celles-ci en fonction de l’avancement des phases de développement : http://conseils.xpair.com/actualite_experts/bim-2015-faisons-le-point.htm Fig 2. Workflow BIM : transmission de données grâce à l’interopérabilité des logiciels : http://conseils.xpair. com/actualite_experts/bim-2015-faisons-le-point.htm Fig 3. Concept de la Cité du Vin de Bordeaux : http://projets-architecte-urbanisme.fr/centre-culturel-touristique-vin-bordeaux/ Fig 4. Vue globale de la Cité du Vin : http://www.actuarchi.com/2011/06/centre-culturel-touristique-vin-bordeaux-x-tu/#prettyPhoto Fig 5. Génération des éléments à partir de Grasshopper : http://decodebim.com/wp-content/ uploads/2015/05/DECODEBIM-SERVICES.pdf Fig 6. Vue générale de la Canopée des Halles : http://www.parisleshalles.fr/le-projet/la-canopee-0027 Fig 7. Vue générale des Pavillons Monte-Carlo dans leur site Vue générale des Pavillons Monte-Carlo : HECK Cyril (Nemetschek SCIA), 27/11/2013. Projet client: Pavillons des Boulingrins / Monte - Carlo, (http://194.199.196.229/So921/wp-content/uploads/2014/10/26112013-reunionCinov-casSETEC-presentationScia.pdf). p4. Fig 8. Optimisation de la forme en fonction des contraintes structurelles et des descentes de charges : HECK Cyril (Nemetschek SCIA), 27/11/2013. Projet client: Pavillons des Boulingrins / Monte - Carlo, (http://194.199.196.229/So921/wp-content/uploads/2014/10/26112013-reunionCinov-casSETEC-presentationScia.pdf). p13. Fig 9. La Canopée des Halles par jour de pluie : GAIRAUD Marie-Anne, 12/04/2016. Canopée des Halles : l’architecte reconnaît les fuites et annonce des travaux, Le Parisien (http://www.leparisien.fr/paris-75/canopeedes-halles-l-architecte-reconnait-les-fuites-et-annonce-des-travaux-12-04-2016-5709233.php) Fig 10. Le nombre d’avis au JOUE incluant le mot BIM est en constante augmentation : KYU Lab pour OPIIEC, juillet 2016. Rapport complet de l’étude sur l’évolution de l’ingénierie française de la construction liée au BIM, Fafiec. (http://www.fafiec.fr/images/contenu/menuhaut/etudesfafiec/2016-09-12_BIM_Rapport_complet_LIV1.pdf). 129p. Fig 11. La région Rhône-Alpes est l’une des plus sollicitée pour des demandes de travail en BIM : ibid. Fig 12. On ne peut pas travailler en collaboration tout seul : https://pbs.twimg.com/tweet_video_thumb/ B9Zu40oCIAATp6m.png Fig 13. Un seul engin de levage a été utilisé pour tout le chantier et permet d’atteindre tous les panneaux même les plus en hauteur : CAUMES Philippe, 10/12/2015. En images à Bordeaux : la Cité du Vin vue du ciel, à six mois de l’ouverture, SudOuest (http://www.sudouest.fr/2015/12/10/en-images-a-bordeaux-la-cite-du-vin-vue-duciel-a-six-mois-de-l-ouverture-2213505-713.php) Fig 14. Optimisation géométrique : étude sur la géométrie de la façade, permettant de regrouper des panneaux de dimensions communes en familles et ainsi de réduire les coûts lors de la production : http://www. gehrytech.com/en/projects/12/

76


ANNEXES


ANNEXE n°1

Questionnaire réalisé


81


82


83


84


85


86


87


88


89


90


91


ANNEXE n°2

Synthèse des réponses obtenues


95


96


97


98


99


100


101


102


103


104


105


106


107


108


109


ANNEXE n°3

Tableau des réponses individuelles obtenues


113

Nom / Prénom

de Boissieu Aurelie

Zentelin Dominique

Lo Prete / Matteo

BLANC Aurélien

Saby Victoire

Horodateur

12/8/2016 9:00:45

12/13/2016 16:17:41

1/3/2017 18:46:13

1/4/2017 9:39:54

1/9/2017 15:29:08

Setec Bâtiment

AurBlanc

DecodeBIM

X-TU Architects

Setec Bâtiment

Quelle entreprise représentez-vous ?

Phase PRO

pas de BIM mais un modèle 3D très détaillé

Phase APD

Chef de projet

modeleur 3D pour l'enveloppe métal

Gestion de project et coordination, structure, geometrie

de la Cité du Vin

des Pavillons MonteCarlo

de la Canopée des Halles

direction des travaux

Induite par la geometrie complexe du projet

la société aurblanc

Ingérop et DecodeBIM

BIM niveau 2

Aucun niveau spécifique fixé

BIM niveau 1

BIM niveau 1

Ville / architecte : BIM pour clos couvert

de la Cité du Vin

Phase APD

BIM niveau 1

personne, la formalisation des processus BIM n'etait pas encore dans la culture des intervenants

Design Project Analyst

le projet n'a pas ete explicite comme recourant a des processus BIM

des Pavillons MonteCarlo

Quel niveau de BIM a été fixé ?

Qui a proposé cette démarche de travail ?

Vos réponses concernent Quelle a été votre(vos) Quand a été décidée la le projet : mission(s) sur ce projet ? démarche de travail en BIM ?


114

3D

Oui, uniquement pour la partie entreprise

Non

Non

Non

Modèle intégré

Modèle fédéré

Modèle intégré

Modèle fédéré

4D

3D

3D

3D

Non

Aucun, il n'y avait pas de maquette globale

Avez-vous travaillé en modèle fédéré ou en modèle intégré ?

Est-ce qu'il y a eu de la part du maître d'ouvrage Jusqu'à quelle dimension une demande de travail est allé la démarche BIM ? obligatoire en BIM auprès des différents acteurs ?

Phase ESQ

Phase EXE

Phase PRO

Phase EXE

Phase ESQ

A partir de quand s'est enclenché le travail en collaboration pluridisciplinaire ?

Oui

Bureaux d'études, Entreprises

Oui

Oui

Architectes, Ingénieurs, Bureaux d'études, Entreprises

Architectes, Facades

Oui

Non

Architectes, Entreprises

Architectes, Ingénieurs, Bureaux d'études, Entreprises

Est-ce que développer le projet en BIM a permis Quels sont les d’anticiper des réflexions intervenants du projet qui sur des problèmes de ont travaillé en construction, collaboration ? d’assemblage, de structure ou autre que

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Difficile à dire. C'est plutôt la démarche paramétrique qui a permis d'anticiper de tels sujets. En particulier pour : la description des éléments non standard (plans de fabrications des panneaux de structures tous différents), et la préfabrication et la mise en mise au point charpente et vêtures

Détection de « clash », Optimisation géométrie, Limites fabrication, Méthodologie de construction complexe

système constructif complexe avec gestion des cas particuliers

construction, structure, assemblage

Si oui, sur quels aspects par exemple ?

Est-ce que ce travail collaboratif a engendré des synergies entre différents corps de métier et ainsi permis de trouver des solutions techniques optimum ?


Non

Non

oui mais surtout en phase construction

plus aléatoires

Plus coûteuses

Moins optimisées, Plus coûteuses

Moins performantes, Moins optimisées

Non

Non

Non

Non

Non

Moins performantes, Plus coûteuses

Non

le phasage a été anticipé dans la conception des éléments, mais pas intégré comme une 4D

Pensez-vous que ces La dimension 4D (planning lié solutions auraient été les Si non, pensez-vous que aux objets de la maquette) a-tles solutions adoptées mêmes si chaque corps elle été mise en place pour ce de métier avait travaillé dans ce cas auraient été : projet ? de son côté ?

115

Non

les aléas du chantire font que le zoning n'est pas toujours respecté donc planning modifié et personne ne remettra à jour

Oui

Oui

Le chantier est tellement complexe que la présence de la 4D devient pratiquement inutile

phasage repense apres simulation

Non

Non

A-t-on utilisé pour ce projet la simulation virtuelle du déroulement du chantier ?

Oui

Oui

Pensez-vous que cela a eu une influence positive sur le déroulement du chantier ?

Oui

Non

Simulation trop basique pour engendrer des avantages pratiques

BIM clos /couvert

Je ne crois pas

Pensez-vous que cela a eu une influence positive sur le déroulement et la gestion du chantier ?

Oui

Non

Non

Oui

Non

Simulation trop basique pour engendrer des avantages pratiques

Cette simulation virtuelle de la construction a-t-elle permis aux différents Si oui, vous pouvez, si intervenants notamment vous le souhaitez, donner aux entreprises de un rapide exemple : détecter des problèmes d'enchaînement dans le


116

Non

Oui

Oui

Non

Moyenne

Cette volonté était indépendante par rapport au BIM

Aucune

Très développée

Simple

Non

Non

Moyenne

Oui

Lors de la première présentation du projet au maître d’ouvrage, jusqu’à quel niveau de détail était développé la maquette ? [Géométrie]

Oui

Est-ce qu’une simulation Si oui, selon vous est-ce « simplifiée » du que ceci a eu un impact déroulement du chantier a positif sur la volonté du été proposée au maître maître d’ouvrage à réaliser d’ouvrage plus tôt dans le le projet, lui a-t-il paru moins projet (par exemple phase flou et plus réalisable que s'il APS ou APD) pour n'avait pas vu cette

Aucune

Aucune

Simple

Simple

Simple

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Non

projet irréalisable en 2D

Non

Oui, mais le projet était tellement complexe qu’une grande quantité de petites modifications a été néanmoins requise pendant la phase EXE.

Oui

Non

on peut avoir des echanges meme sans formalisation de processus "BIM"

Oui

Oui

Pensez-vous que le Est-ce que créer ce Pensez-vous que Si oui, selon vous, auraitLors de la première travail en BIM au travers modèle 3D détaillé a développer un modèle ce été aussi le cas si le présentation du projet au notamment du modèle 3D permis d’anticiper certains détaillé a permis de projet n’avait pas été maître d’ouvrage, jusqu’à vous a permis de détails comme par diminuer les modifications développé en BIM mais quel niveau de détail était présenter au maître exemple des problèmes que l’on rencontre de manière standard, développé la maquette ? d’ouvrage un projet plus d’assemblage, du habituellement en phase avec des acteurs qui [Données] détaillé ou plus réfléchi, prototypage à planifier, de PRO ou EXE et ainsi travaillent chacun de leur


Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui, une diminution des coûts

Oui, une diminution des coûts

Oui, une diminution des coûts

Oui, une diminution des coûts

Oui, une diminution des coûts

Très développée

Très développée

Très développée

Simple

Très développée

Finalement, jusqu’à quel Pensez-vous qu’appliquer niveau de détail la ces modifications plus tôt Le modèle 3D définitif a-tdans les phases d’études il été développé jusqu'aux maquette définitive a-telle été développée ? a eu une incidence sur le détails d'assemblages ? [Géométrie] coût du projet ?

117

Aucune

Aucune

Moyenne

Simple

Moyenne

Finalement, jusqu’à quel niveau de détail la maquette définitive a-telle été développée ? [Données]

Non

Non

Oui

Oui

Non

IFC 2x3, DXF, DWG

Rhinoceros, Grasshopper, Tekla, AutoCAD

Rhino3d, GH, Catia

DXF, Rhino3d

3dm et IGES

DXF

REVITT , RHINO 4, logiciel charpente métalique

Rhino3D cadwork

3dm

grasshopper et rhino en phases d'etude, puis grasshopper, rhinoCATIA pour l'execution

Non

Oui

Non

Oui

Oui

Non

Non

Oui

Oui

Non

Est-ce qu’il y a certain Est-ce qu’il a été Diriez-vous que corps de métiers avec Sous quel format se sont Quels ont été les rencontré des problèmes l’interopérabilité entre les lesquels la transmission fait les échanges principaux logiciels de serveurs, de différents logiciels s’est de données ne s’est pas interdisciplinaires ? modélisation ou de taille utilisés lors de ce projet ? bien déroulée ? déroulée comme prévu ? des fichiers ?


procédure du BIM concernant seulement le clos /couvert uniquement

Import/export de qualite

Oui

Oui

Oui

que les éditeurs améliore leur export et import IFC, et autre format d'échange

Non

rhino, dxf

Oui

Oui

Non

Est-ce que des données de modélisation concernant des pièces spécifiques telles que l’enveloppe ou la structure ont pu être transférées directement

Oui

rhino

Quelles améliorations pourrait-on espérer de la Si oui en travaillant sous part des éditeurs de quel format ? logiciels et des échanges IFC ?

Unifier la méthodologie d’écriture des fichiers en format IFC, car différents logiciels maitrisent l’exportation des fichiers IFC de façon diversifiée.

Oui

Non

Avez-vous fait face à des problèmes de perte de Si oui vous pouvez, si données lors de la vous le souhaitez, donner transmission d’un corps un rapide exemple de métier à un autre ?

118

Oui

création des toles, puis developpé de celle ci et export au format souhaité pour envoi au CNC tout en numérique pas un plan papier utilisé

Oui

Oui

Oui

Oui

Découpe a contrôle numérique

modélisation vêture indispensable

OUI et NON : Ces process ont été mis en place par l'entreprise, qui a pu utiliser CATIA pour décrire le projet exe et contrôler la production mais pas "directement " (avec du post traitement pour communiquer avec les machines outils)

Si oui vous pouvez, si vous le souhaitez, partager succinctement votre retour d'expérience :

Oui

Oui

Pas forcement, cela dépends des relations commerciales entre les entreprises et les fabricants. D’une manière générale oui.

Oui

Oui

Est-ce que ce workflow Selon vous, cela a-t-il continu de la modélisation permis de réduire les à la fabrication a coûts liés habituellement contribué à réduire les à l’étude et la production erreurs et par conséquent de pièces complexes à à simplifier la réaliser qui nécessitent, conception/réalisation de de plus, une précision


Selon vous, est-ce que la démarche BIM a permis de proposer un projet mieux développé car réfléchi plus en détail ?

Est-ce le BIM ou le paramétrique ?

Oui

Oui

Oui

Oui

Quels ont été les principaux problèmes rencontrés lors de ce projet ?

Les connaissances paramétrique (et BIM) hétérogènes entre les acteurs.

la modélisation virtuelle ne tient pas compte des tolèrances EXE béton

La relation très complexe entre les différents éléments du projets (structures et composants), qui a engendre une quantité énorme de clash a gérer pendant le phases PRO et EXE.

décision lente de l'architecte, incomprehension du modèle 3D, il faut le voir pour validé (incompétence de vision du modèle 3D chez les architectes)

- Interoperabilite pas optimale - une partie des concepteurs ne travaillait pas en 3D (architecte local, MEP..)

Diriez-vous par conséquent que l’on peut « adapter des processus industriels à une fabrication sur mesure » ?

Oui

Non

Oui

Oui

Oui

119

vêture et charpente

Enveloppe du batiment

Il a fallut inventer les modes d'interopérabilité entre la maquette et le moteur de calcul de structure

suivants intervenants du clos couvert, plusieurs logiciels utilisés

Les couts associés à la production des maquettes numériques, la possibilité d’effectuer beaucoup de changements très rapidement

Maîtrise de la géométrie dans les phases amont du projet, collaboration entre les acteurs de la maîtrise d'oeuvre.

trouver les industriels équipé de certaines machines CNC particuliere

- formation et education en interne et des autres acteurs (investissement)

précision, interaction avec les différentes entreprises, fabrication numérique précise quantitatif précis et gestion des pieces

- fabrication d'une geometrie et structure tres complexe a cout relativement bas - prefabrication en module permettant une installation extremement rapide

Anticiper les problématiques du projet en anticipe par rapport à la mise en œuvre

facade, structure

ossature

la géométrie globale des pavillion a été optisé pour plus d'efficacité structurelle (grande portée), choix géométriques simples pour des éléments et des panneaux tous planaires

réussite de la synergie charpente et vêture

Quelles parties du projet ont été étudiées dans le but de les optimiser ?

Quels ont été les grands inconvénients de cette démarche ?

Quels ont été les grands avantages de cette démarche ?


120

Non

Oui

Oui

Oui

Oui

difficile à dire

De réduire les coûts liés au projet de par sa géométrie complexe, De réduire les délais d’études

De réduire les coûts liés au projet de par sa géométrie complexe, De réduire les délais d’études, De réduire les délais de construction du bâtiment

De réduire les coûts liés au projet de par sa géométrie complexe, De réduire les délais d’études, De réduire les délais de construction du bâtiment

De réduire les coûts liés au projet de par sa géométrie complexe, De réduire les délais de construction du bâtiment, d'ameliorer la qualite du projet

Les deux

Les deux

Plutôt grâce à la modélisation paramétrique

Plutôt grâce à la modélisation paramétrique

Plutôt grâce à la modélisation paramétrique

De manière générale, L’optimisation s’est-elle Est-ce que le fait de pensez-vous que fait plutôt grâce à la partie travailler en BIM a permis conduire ce projet en BIM modélisation de rassurer certains paramétrique du projet ou a permis par rapport à un acteurs sur la faisabilité processus de travail bien grâce à la partie du projet ? standard : travail collaboratif/BIM ?

En fait c'est le plutot le travail paramétrique qui a rassuré : les entreprise au moment de l'appel d'offre, et la maitrise d'ouvrage tout au long du projet.

maitre d'ouvrage

MOA car le bâtiment était sur l’écran et on voyait la compétence de chaque entreprise sur la faisabilité

Tous, concernant la faisabilité du projet dans plusieurs points de vue

Oui

Oui

Oui

Oui

Difficile a dire

Si oui quels acteurs concernant quels domaines ?

la collectivité publique

Est-ce que le projet vous a paru réalisable de manière plus simple, efficace ou organisée grâce à l’utilisation d’une démarche BIM ?

écarter l'architecte qui est le frein majeur des phases chantier

Aucune

modélisation à valider par la MOE avant démarrage des travaux

Finalement avec le recul, s’il y a certaines choses que vous organiseriez ou feriez autrement, quelles seraient-elles ?


121

projet de la cité non réalisé en BIM, juste un modèle 3D très précis. ces chantiers complexe demande une implication importantes de toutes les entreprises et de l'architecte. les maquettes entre entreprise circulaient très bien, sauf qu'avec l'arhi une réunion par ci par là ou forcée pour avoir une prise de décision. avoir un vrai circuit d'échange avec des plateforme performante et une régularité de diffusion du BIM level 2. aujourd'hui le BIM existe dans d'autre domaine pas avec le même nom mais est validé par son efficacité, la méconnaissance et surtout le manque de discours clair ralentissent cette migration. pourtant ce projet a démontré aux entreprise jeune dans cette demarche tout le potentiel et l'avenir de cette méthodologie

le BIM était limité au clos couvert , ce qui est très dommageable sur un projet aussi complexe que celui-ci

Papier libre : vous pouvez si vous le souhaitez, inscrire ici des remarques complémentaires ou donner votre avis sur des points qui vous ont parus important dans ces projets que je n'ai peut-être pas abordé :


ANNEXE n°4

Entretien avec Aurélie De Boissieu


124


Retranscription : entretien avec Aurélie De Boissieu Entreprise : Setec Bâtiment (durant les Pavillons Monte-Carlo) Date : 22/12/2016 Laura MICHAL : Bonjour ! Vous allez bien ? Aurélie DE BOISSIEU : Oui merci et toi ? L.M : Ca va merci ! Bon et bien c’est parti ! ADB : Merci d’avoir déplacé un peu le rendez-vous. L.M : Ah bah pas de soucis c’est pour ça je vais essayer d’être rapide parce que je me doute que vous avez plein d’autres trucs à faire. ADB : Bah ça y est ça s’est calmé en fait la grosse charrette est passée et donc là c’est un peu plus cool. L.M : C’est ce qu’il faut ! Alors ma première question c’était vous m’avez dit sur le questionnaire que du coup y’a l’architecte, l’ingénierie, les bureaux d’études et les entreprises qui avaient collaboré, est-ce que les entreprises ont collaboré dès le départ pour la conception du projet ou un peu dans les phases suivantes ? ADB : Non, la collaboration c’était après l’appel d’offre, parce qu’on était sur un système enfin en gros y’a que le PPEP dans les fonctionnements traditionnels où t’as les entreprises qui sont investies dès les phases de design, sinon la conception est développée, on a pas forcément non plus fait appel à une entreprise en mode conseil, ce qui pourrait être possible, et en fait au moment de l’appel d’offre pour les entreprises on a été assez précis dans le dessin, presque dans des dessins de fabrication pour prouver que c’était fabricable et après y’a eu beaucoup d’échanges pour optimiser la structure en fonction de leurs méthodes de production. L.M : D’accord, parce que du coup justement sur l’optimisation donc elle a été faite pour avoir moins de charges structurelles et pour avoir des protées plus grandes sur les pavillons c’est ça ? ADB : Ouais alors on a optimisé ça et on a optimisé mais sans l’entreprise, parce que ce sont des choses assez basiques mais on a optimisé aussi la taille des… Donc on savait que ça allait être préfabriqué, parce que c’est impossible de produire ça autrement, c’était des bandes structurelles, qui sont, finalement c’est du métal, plan, découpé donc c’est assez basique, on ne savait pas comment ce serait découpé si c’était au jet d’eau, au laser ou je sais pas mais on savait que ce serait fabriqué comme ça et que ce serait préfabriqué et apporté en morceaux sur le site, donc on a aussi optimisé les portions qu’on pouvait mettre sur un camion et apporter sur le site. L.M : OK mais du coup y’a pas eu d’optimisation pour essayer par exemple d’avoir plusieurs panneaux de vêtures qui soient identiques ? ADB : Euh alors moi j’ai pas travaillé sur la vêture, j’ai travaillé que sur la structure mais non, je ne crois pas que ce soit optimisé, à confirmer avec TESS j’ai vu que tu avais eu des entretiens avec TESS, je me souviens pas de ça, mais bon ça fait un moment donc peut-être que eux ont travaillé la dessus aussi, probablement que dans leur système géométrique il y a une façon de standardiser des morceaux mais comme c’est de la production a la découpe laser, je crois pas… Enfin j’imagine que pour la mise en œuvre que c’est mieux si c’est standardisé par contre parce que sinon c’est le bazar. Je ne me souviens pas du tout de cette partie (Rires). T’as eu des entretiens avec qui chez TESS ? L.M : Bah personne pour l’instant ils ne m’ont pas répondu… ADB : Ah d’accord mince. L.M : Voilà, TESS et j’ai appelé Affine Design en fait parce que j’aurais bien aimé avoir plusieurs points de vues, parce que du coup je suis allée rencontrer Aurélien Blanc qui avait bossé du coup parce que les trois projets que j’ai pris il y a la Canopée, les Pavillons Monte-Carlo et la Cité du Vin, donc lui il a un peu travaillé sur les trois, un peu moins sur les pavillons Monte-Carlo, et du coup Affine m’a demandé d’envoyer le questionnaire sur une adresse mail mais j’ai pas eu de réponse donc je suis un peu triste. ADB : Bah je peux retrouver peut-être le contact, je me souviens plus trop mais... Et moi j’ai gardé contact chez SETEC avec la fille qui s’occupait de ça qui était plus… Donc Moi j’étais plus en prod’, mais elle, elle était vraiment chef de projet donc peut-être quelle se souvient pour la vêture, je peux lui envoyer un mail

125


L.M : Oui je veux bien ADB : Mais ça c’est un truc assez classique qu’ils ont fait sur la Canopée, c’est une image qu’ils montrent souvent. L.M : Parce que du coup cette personne-là elle a bossé sur la Canopée aussi ? ADB : Non, moi j’ai bossé un petit peu sur la Canopée j’ai fait deux mois chez Decode, mais c’était deux mois à mi-temps et j’ai bossé sur un Grasshopper euh… Enfin c’était un peu déconnecté, c’était un moment assez déconnecté mais en tout cas ils m’ont fait une présentation qu’ils montrent souvent et ils montraient qu’ils ont essayé d’optimiser la standardisation des panneaux avec certains types de courbures. L.M : Ouais parce que j’ai un contact avec Luca aussi, mais il faut juste qu’il trouve 5 minutes pour répondre au questionnaire. ADB : Ouais, mais c’est Matteo Lo Prete qui avait fait ça et il est très bien, mais pareil il est à Londres aujourd’hui. Mais je suis encore en contact avec lui aussi, donc je peux essayer. L.M : Ouais je veux bien, parce que du coup j’ai appelé aussi l’agence d’architecture qui a bossé sur la Canopée et la dame qui m’a répondu m’a dit oui alors en fait sur tous les gens qui bossaient sur la Canopée il ne reste plus qu’une seule personne chez nous et là elle ne sera pas disponible, elle a trop de travail, du coup je me suis dit waow c’est dingue quand même, ils sont tous partis ? ADB : Ouais mais mine de rien ça fait 5 ans, ça m’étonne pas hein, y’a vachement de turn over dans ces grosses boites aussi, ce qui est plutôt mauvais signe pour la boite. Mais ouais, ça m’étonne pas, c’est hyper compliqué de récupérer de l’info un peu pragmatique et concrète sur ce genre de projet. L.M : Oui surtout que chacun a des points de vues différents parce que j’ai quelqu’un de chez X-TU qui m’a répondu pour la Cité du Vin et il m’a répondu des choses complètement opposées par rapport à ce qu’Aurélien m’a dit, bon c’est vrai qu’Aurélien Blanc il a vraiment un point de vue qui est très tranché sur la question aussi mais… ADB : C’est quoi son point de vue à Aurélien ? Parce que lui il est consultant Rhino, enfin c’est un petit peu réducteur de dire ça, mais il est là pour faire de la formation, il fait pas de production, il fait pas de gestion de projet… L.M : Bah il est vachement calé dans tout ce qui est justement envoyer des pièces pour la production pour les fabricants parce que comme à la base ils sont designer industriel, il a vachement de connaissance à ce niveau-là et du coup bon il a eu des missions différentes sur les trois projets, mais en gros lui son point de vue sur le BIM c’était que sur les trois projet, enfin en fait il m’a dit fait attention parce que sur les trois projets, y’en a aucun qui est vraiment BIM si on prend une vraie définition BIM parce que y’a pas eu de protocole en amont qui a été fait. ADB : Puis très concrètement au moment des pavillons des Boulingrins on n’en parlait pas du tout. C’est pas un mot qu’on a soulevé. Mais c’est ce qui est intéressant peut-être c’est que c’était peut-être plus BIM que certains projets qu’on appelle BIM et qui finalement se réduisent à utiliser Revit et à s’échanger des fichiers Revit quoi. L.M : Oui, bah du coup moi la grande question que je me pose c’est par exemple quand sur le questionnaire j’ai dit est-ce que selon vous la démarche BIM a permis de proposer un projet qui était mieux développé, vous m’avez dit que c’était plutôt par rapport à l’aspect paramétrique de la chose, parce que il n’y avait pas vraiment de BIM mais alors du coup la question que je me pose c’est qu’est-ce que ça peut apporter en plus de conduire un projet comme ça en BIM finalement ? ADB : Alors typiquement moi je suis en ce moment sur un projet chez Heatherwick Studio, un projet dont je ne peux pas parler parce que le client veut que ce soit confidentiel et tout, mais en gros c’est un projet à large échelle sur lequel on est pas en BIM officiellement non plus, mais on essaye d’être en BIM niveau 1, c’est-à-dire nous on est 20 personnes dans l’équipe, juste du coté archi, on est en phase Schematic Design donc c’est APS/APD et c’est typiquement un projet qu’on ne peut pas faire sans des pratiques d’échanges de données hyper fréquentes et collaboratives, de standardisation des données etc. Donc en gros on a 7 maquettes Revit, et sans ça on ne pourrait pas le faire, d’ailleurs les échanges qu’on a avec ce qu’on appelle les consultants, les executives architects, enfin les gens avec qui on collabore, ce ne sont pas des échanges BIM, c’est un peu poussif moi je trouve. Donc y’a plusieurs pistes, y’a la piste aussi aide à la gestion de projet, ou aide à la coordination qui peut être intéressante. Moi j’avais travaillé beaucoup l’année dernière sur les BIM Uses, c’est pas mal parce que c’est très concret et en fait on voit ce pourquoi on utilise le BIM : production de la documentation, enfin c’est des projets plus traditionnels mais sinon après on tombe dans le paramétrique, aide à la coordination 3D, puis après y’a des choses comme l’aide au chantier que t’as essayé de pointer, mais c’est autant de choses qu’on faisait avant, on produisait de la documentation avant, sans le BIM, on faisait de la coordination avant le BIM, sauf que

126


là on estime que c’est peut-être un outil qui est un peu plus efficace, plus industriel je ne sais pas, plus centralisé, plus rationnalisé, ce qui est pas forcément tout le temps bon aussi, enfin faut rester critique mais… L.M : Bah finalement en fait y’a quand même l’emploi des méthodes, le seul truc c’est que c’est pas normalisé par un protocole quoi. ADB : Ouais, oui c’est ça mais de toute façon c’est assez flou mais heureusement hein parce que même dans la définition du BIM on a tous des imaginaires différents par rapport à ce que c’est que le BIM, ce que c’est qu’une vraie méthode BIM, ce que c’est qu’un protocole BIM, moi je suis tombée là dans ma boite aujourd’hui, mon BIMHEAD donc c’est-à-dire mon chef, donc c’est un américain qui vient de chez KPF qui est quand même une grosse boite qui fait des gros machins et qui fait du BIM depuis très longtemps, il dit que lui les plans d’exécution du BIM ça l’intéresse pas, que c’est chiant et que les américains en fait ils ne les utilisent pas ! Tu te rends compte ! Horrible. Et donc ils disent que voilà on va bien se débrouiller, on est pragmatique, on s’organise entre nous, on y va et qu’on n’a pas besoin de ce papier là pour s’organiser. Panique ! Moi la première chose que j’ai faite sur mon projet c’est de faire un plan d‘exécution du BIM parce que sinon on ne sait pas où on va quoi mais je ne sais pas, c’est assez difficile de généraliser de toute façon. L.M : Ouais c’est ça, c’est très large comme définition quoi. ADB : Ouais, mais je crois que la plupart des enjeux tu les as sentis enfin on le voit dans le questionnaire, t’as des questions très précises, tu sais à peu près où tu vas, donc je pense que de toute façon ça sera intéressant de montrer tout ça, et c’est peut-être ça ta conclusion ! L.M : Bah ouais du coup je pense, je ne sais pas je verrais mais j’aurais bien aimé avoir un peu plus de réponse sur le questionnaire, parce que là c’est vrai que c’est un peu léger mais bon, j’espère que ça va venir. ADB : Bah c’est un résultat aussi hein de dire que c’est hyper difficile de récupérer de la donnée, sur un projet qui est déjà assez ancien, sur lesquels les gens sont pas, enfin moi c’est mon gros… Moi j’ai donné quelques cours sur l’entretien, et j’aimais bien parce que je pouvais raconter à quel point c’est horrible de faire un entretien avec des architectes quoi, c’est impossible parce qu’ils te racontent ce qu’ils veulent, ils sont pas très pragmatiques, et quand tu veux des informations très concrètes genre j’sais pas moi, quel type de modèle paramétrique pour faire quoi à quel moment, qui l’a utilisé, qu’est-ce qui s’est échangé, ce genre de truc et bin y’a plus personne pour répondre (rires) et ça c’est un peu chiant. Mais je peux peut-être transférer le documentaire à Victoire qui est la personne de chez SETEC que je connais, Victoire Saby et à Mathéo, je peux peut-être leur envoyer directement le questionnaire, eux ils sont vraiment bien et chez Affine je crois que l’architecte elle m’avait envoyé un contact LinkedIn donc si ça se trouve on est en lien LinkedIn je pourrais peut-être lui envoyer. Bon bah j’envoie ça et puis voilà. L.M : Super, merci. J’ai une question au niveau du phasage. Vous m’avez dit donc que le phasage il avait été anticipé mais pas intégré dans la maquette, alors du coup est-ce que vous pensez que ça aurait changé quelque chose si on l’avait relié à la maquette ou pas forcément ? ADB : Bah là pour le phasage la structure, mais faut peut-être demander à Acieroid, c’est l’entreprise, peutetre que eux ont fait quelque chose de plus complexe, probablement même, mais nous c’était de dire voilà les morceaux c’est cette typologie de système qu’on va phaser, donc en gros t’avais deux éléments verticaux, puis après tu as les éléments transversaux, les diagonales, donc t’as tranchée par tranchée, et tu dédouble les éléments verticaux, et après tu vas pas à plus de 5m je crois, parce que sinon après c’est un camion exceptionnel. Et donc on avait tronçonné mais tu peux faire ça en plan hein, on avait tronçonné le truc en disant voilà c’est ce système, voilà le tronçonnage, ça marche parce qu’on n’a pas d’éléments de plus de 5m, moi j’avais fait un petit Grasshopper pour vérifier que je n’avais pas d’éléments de plus de 5m parce que sinon c’est trop chiant de le faire à la main, mais c’est tout ! Et donc c’est pas hyper complexe, je ne suis pas sûre que t’ai besoin de dire c’est le tronçon 1, ou jour 2 c’est le tronçon 25, ça avait suffi. L.M : Après je crois qu’ils ont fait un truc justement pour les panneaux de vêture, je sais pas s’ils avaient pas mis en place un système de scann où en fait les ouvriers ils savaient quelle pièce allait à quel endroit et quand fallait la poser, quand elle était censée être fabriquée etc. ADB : Bah on a fait ça pour les Boulingrins aussi avec un système de scann. L.M : Oui oui pour les Boulingrins ADB : Ouais sur la structure on fait ça, peut-être pour la vêture également. Mais pour savoir que tel tronçon, en fait t’avais un scann, avec chaque scann t’avais le plan associé en fait, ce tronçon il va là etc, il n’est pas perdu quoi. C’est le tronçon 26… L.M : OK mais du coup ça après ce n’était pas relié à la maquette pour dire par exemple il y a tout ça qui est posé, il reste

127


tout ça à poser. ADB : C’était pas automatisé. C’est pas les systèmes d’Aurélien Blanc avec base de donnée vivante, enfin live, qui permet d’optimiser ça. L.M : Mais du coup ça a quand même simplifié les choses je pense pour les ouvriers qui pose les éléments ? ADB : C’est clair, oui, oui. Bah pour la fabrication déjà, pour la mise en œuvre sur le chantier c’est sûr. Sinon tu galères. Y’a eu les histoires de je ne sais pas si tu… Comment il s’appelle ? C’est un français qui est à New York là, il a fait une installation extraordinaire qui est au Centre Pompidou, c’est un des premiers à avoir travaillé sur des formes complexes avec des éléments de plastiques qui sont souples je ne sais plus comment il s’appelle, je vais retrouver son nom, et il raconte qu’il bosse beaucoup avec les étudiants et y’a un workshop qui est assez connu à Paris parce que c’est la grosse blague entre étudiants en architecture, il avait organisé une semaine de workshop et donc en fait il avait tout imprimé à New York parce que c’était plus simple, il avait tout emmené dans des sacs de sports, il raconte ça lui-même dans une conférence et donc il est arrivé c’était pour le truc de Beaubourg et après il avait pendant une semaine les étudiants qui étaient là pour le workshop, ils ont fait que du montage. Donc en fait ils ont pris chaque pièce, vérifié les numéros, vérifié la maquette clac, clac, monté le truc. Une semaine de montage, génial. Super intéressant. L.M : Ouais ! Trop bien. ADB : Ouais, exploitation à mort ! Mais bon ça a marché. L.M : Tu m’étonnes… Et pour l’interopérabilité du coup, vous m’avez dit à un moment qu’il a fallu inventer des modes d’interopérabilité, ça s’est passé comment ? ADB : Ouais, c’était pour dire que c’était du bricolage, mais ça a marché ! En fait donc ce qu’on a fait c’est qu’on avait le Grasshopper qui nous permettait de tout générer, on a isolé certaine lignes de bordure dont on savait que ça allait être la fibre neutre de la structure, et donc ça c’était des polylignes ces fibres neutres, on les a cuit dans Rhino par layers, alors je parle très mal mais, on les a fait passer dans Rhino par calque donc on avait un calque par type de structure, par type de section, ce qui permettait après d’importer dans SCIA parce qu’il n’y avait pas d’interopérabilité dans SCIA, donc dans SCIA tu importes la géométrie qui était donc juste ces lignes dont on savait que c’était les fibres neutres, et on savait que tel calque automatiquement on attribuait tel profil, et après on faisait les calculs. Et dans Rhino tu ne peux guère faire plus. Donc dans SCIA il fallait encore rajouter les charges, les jonctions et les points d’ancrages et tout mais au moins pour la géométrie en quelque sorte on avait une sorte de version légère de la géométrie, c’était assez rapide. Mais c’est du bricolage. C’est une sorte d’interopérabilité parce qu’on aurait pu dire voilà on a rien, comment on fait etc. Alors que là au moins on récupérait entre guillemet toute la fibre neutre de la structure de façon organisée quoi. L.M : Et du coup ça passait d’un logiciel à l’autre en 3dm aussi ? ADB : Euh non c’était des DWG. Les lignes on les exportait en DWG. Donc t’as un DWG avec 3-4 calques, chaque calque a un nom de section puis dans SCIA c’est un peu machinal mais ça marche. L.M : OK. Sur l’idée que du coup d’avoir cette conception là ça a permis de rassurer les entreprises et la maitrise d’ouvrage, est-ce que c’était parce que y avait un modèle 3D et que du coup ça rendait les choses plus compréhensible ou est-ce que c’était par rapport à autre chose ? ADB : En fait nous on avait vachement de contrôle et on était assez serein en fait je crois. C’est assez intéressant parce que c’est un projet sur lequel on était 3-4 maximum chez SETEC pour la structure hein j’entends à chaque fois. Donc c’est un petit projet mais assez complexe que SETEC avait jamais fait et on était hyper confiant, les gens ont été assez content de ce qu’ils ont fait et très fier parce que c’était entre guillemet facile, c’est de la structure plane, hyper bien contrôlée par Grasshopper, et en fait ça se sentait. Les entreprises ont senti qu’on était capable de décrire tous les éléments et entre guillemet facilement parce que notre système fonctionnait bien était « simple » et je pense que c’est plutôt le contrôle, que de le voir quoi parce que au contraire de le voir, tu peux faire des rendus sexy, tu peux montrer des 3D et une 3D qui aurait été faite totalement à la main sans optimisation Grasshopper ou quoi que ce soit, c’est une 3D potentiellement qui est sale, même si ça se voit pas directement et qui est pas utilisable après pour la fabrication et tout. Les entreprises elles ont, donc on avait sorti un carnet de fabrication par pavillon, et en fait chaque carnet décrivait tous les éléments, pour la structure en tout cas, donc t’avais ces espèces de portique, par portion de fabrication donc bah un portique = un camion quoi et donc on était capable de déplier avec un peu de nasting les deux montants verticaux, tous les montants transversaux, toutes les diagonales, tous les triangles qui venaient renforcer le truc avec l’isolation derrière et tout, et ça on était capable de faire une feuille A3 avec tout dessus en disant voilà pour le portillon 26 y’a tels et tels éléments qu’on peut dimensionner comme ci, comme ça, les angles on est sûr qu’ils sont super exacts voilà parce qu’on a rien redessiné. Et puis après les entreprises d’ailleurs, ils ont pas réussi enfin Acieroid qui bossait que dans Catia, enfin ils avaient Rhino chez eux mais eux c’est Catia pour faire des plans de fabrication et tout ça, ils ont pas réussi à refaire

128


une géométrie qui soit aussi précise que la nôtre, parce que Rhino est un peu plus souple par rapport à ça, on avait passé du temps avec l’architecte à faire une géométrie qui convienne et tout, et en fait ils ont fini par importer directement, ils ont pas réussi à le réutiliser dans Grasshopper non plus, ils ont juste réimporté du 3dm dans Catia. Et ils ont travaillé à partir de ça, c’était leur surface de référence. Donc c’était assez stable, je ne sais pas comment dire, c’était assez fiable comme informations. L.M : Ouais du coup ça a été un flow de travail qui a été continu quand même sur le modèle structure au final entre le modèle 3D et la fabrication. ADB : Bah oui, c’est tout le temps le cas et donc après eux ils faisaient leur Catia, il nous faisait des export en 3dm ou DWG ça je me souviens plus, on le réimportait dans Rhino, donc en fait c’est des processus assez BIM mais en mode bricolage, on le réimportait pour faire une sorte de maquette consolidée mais pas vraiment, c’était plutôt de la comparaison et donc une fois qu’on avait notre Rhino de référence qui était assez light finalement car c’était que des surfaces de référence, leur Catia qui était beaucoup plus lourd avec toutes les épaisseurs, les détails de fabrication et tout, et bah on pouvait très clairement voir que notre surface elle était plus fine ou plus souple à un endroit alors que la leur elle était pow pow hyper segmentée. Donc là, la modalité c’était screenshot, annotation, rapport en disant voilà, tel pavillon, portique 26 la géométrie n’est pas conforme, merci au revoir, et eux retravaillaient, reprenaient leur géométrie et tout. Voilà, assez traditionnel, enfin entre les deux quoi, je ne sais pas comment dire. L.M : (Rires) Oui parce que de toute façon en 2D c’est des projets qui seraient presque impossibles à faire quoi. ADB : Ouais, et puis moi je pense qu’il y a des grosses possibilités d’erreurs si tu passes qu’en 2D. Enfin tout, hein, moi là je vois on fait beaucoup de dessin sur mon nouveau projet là, parce qu’il faut sortir du papier quoi. Il faut sortir du PDF, du DWG et bin c’est pas génial pour comprendre le projet et donc là ce qu’on est en train de mettre en place, c’est une coupe à chaque fil… Pffff horrible, c’est stupide, on tronçonne tout le projet, on a j’sais pas une centaine de fil, et on va enfin bon c’est un projet qui est très souple et du coup, là ils vont avoir une espèce de tronçon, bon. L.M : Ouais parce que c’est vrai que moi cet été j’étais dans une petite agence à Annecy et du coup ils sont un peu en train de se mettre au BIM et ils font un projet de restructuration d’un lycée à Grenoble et ils rajoutent un gymnase avec toute une toiture plissée et son point de vue à elle c’était que voilà elle dit le problème c’est que le charpentier il a toujours eu un modèle 3D depuis longtemps… ADB : Ouais, exactement L.M : Donc il partait des plans et coupes 2D de l’archi pour construire son modèle 3D et elle me disait typiquement sur un projet comme ça, le travail il est énorme et t’es sûre que après il est bourré d’erreur, alors elle me disait que pour les synthèses c’était beaucoup plus simple du coup de mettre les différentes maquettes ensemble etc quoi. ADB : Exactement, exactement, c’est ça. Alors l’intérêt des charpentiers, c’est là où les Boulingrins pour la structure c’était entre guillemet facile, c’est que les charpentiers en effet ils ont l’habitude de bosser en 3D. Ils bossent avec Catia, donc finalement c’est pas des choses qui les surprennent au contraire, ils seront content d’avoir directement l’information 3D assez complète quoi. Mais ouais la synthèse, l’intérêt du BIM pour la synthèse c’est assez important. L.M : D’accord, bon bah voilà, je crois que c’est tout. ADB : Bon, c’est pour quand le mémoire, Septembre ? L.M : Ah non non, le 16 janvier ! (Rires) ADB : Ah ! Wouh ! Et tu ne fais pas le parcours recherche ? L.M : Euh non. Non, non parce que en fait j’ai changé de tuteur donc au début j’avais José et il est plus enseignant à l’école mais on le voit quand même en dehors du coup parce que nous on s’est inscrit pour le BIM Décathlon 2017 là. ADB : Ah excellent ! L.M : Mais du coup mon nouveau directeur de mémoire c’est Kevin Jacquot je crois que vous le connaissez. ADB : Oui, oui je le connais on a été doctorant en même temps ! L.M : Donc voilà et Kevin me dit « Oui mention recherche ? » Non, non, ça va ! ADB : Bah c’est dommage !

129


L.M : Ouais c’est dommage mais pff on a tellement la tête dedans que franchement… Puis c’est pas trop trop mon truc quoi d’écrire, de chercher comme ça, enfin c’est intéressant parce que j’ai pris un sujet qui m’intéresse mais de là à faire une mention recherche, non peut-être pas. ADB : Ah c’est marrant L.M : Voilà, bon et bien merci bien ADB : Bon bah, ça marche bah je vais envoyer au gens que je connais le questionnaire. L.M : Super merci c’est gentil ADB : Bon bah bonne chance, vous m’envoyez le mémoire quand c’est fini ? L.M : Merci, ouais ça marche, pas de soucis, ADB : Super, bon courage ! L.M : Merci, au revoir ! ADB : Au revoir !

130


ANNEXE n°5

Entretien avec Aurélien Blanc


Retranscription : entretien avec Aurélien Blanc et Sébastien Benner Entreprise : Bureau d’étude AurBlanc Date : 29/11/2016 (Suite aux présentations respectives...) Laura MICHAL : Du coup je vais peut-être vous poser des questions qui vont vous paraître un peu naïve... Aurélien BLANC : Non mais ça veut dire que c’est des questions qui pour vous sont un peu floues et qu’il faut éclaircir donc c’est important. L.M : Ce sont des choses que j’essaie de traiter dans mon sujet, en gros on a des domaines d’études à l’école qui sont plutôt tournés vers le patrimoine, ou l’urbanisme etc et dans le domaine d’étude que j’ai pris on était plutôt axés vers le numérique et la conception paramétrique avec Grasshopper et du coup donc je me suis demandé de ce fait parce qu’on a commencé à parler de BIM en même temps, est-ce que le BIM peut faciliter la réalisation de projet d’architecture à géométrie complexe. Donc j’ai posé quatre hypothèses en me disant que peut-être ça peut aider à construire ces projets-là, donc j’ai comme point d’analyse pour ces hypothèses quatre entités : l’approche intégrée, est-ce que le fait de travailler directement en pluridisciplinarité ça peut contribuer à ce que les choses soient réalisables plus facilement. La simulation du chantier, est-ce que ce sont des choses qui se font vraiment ou pas, le développement d’un modèle 3D détaillé donc est-ce qu’il y a eu dans certains projets par exemple des pièces qui ont pu être transférées directement du modèle de l’architecte ou de l’ingénieur sur des machines de fabrication et enfin la question de l’interopérabilité parce que par exemple moi pendant mon stage j’ai pu rencontrer des problèmes par rapport à des échanges de fichiers IFC entre nous et le bureau d’étude charpente. Du coup je me suis déjà rendue compte que voilà au niveau de l’interopérabilité c’est quand même pas ce qu’on nous décrit dans les livres A.B : Oui, oui ça c’est sur L.M : Donc du coup c’est pour ça que ces questions-là m’intéressent beaucoup A.B : Effectivement, c’est pour ça qu’on parle de ce mot BIM, qui pour moi est en premier lieu l’interopérabilité, parce que le BIM ça veut dire quoi, ça veut dire collaboration, ça veut dire travailler ensemble et pas chacun dans son coin. Aujourd’hui le système français malheureusement est à l’opposé de ça, c’est-à-dire qu’aujourd’hui, vous avez un architecte qui travaille dans son coin, qui travaille en « presque relation » avec un ingénieur tout ça pour soi-disant faire un DCE qui ensuite après est soumis à des entreprises et qui elles doivent répondre à ça sauf que le lien entre ces trois acteurs il n’y en n’a aucun, clairement il n’y en a aucun, chacun veut défendre son bifteck, chacun veut tirer la couette de son côté, avoir le plus grand retour sur ça, et personne ne travaille ensemble. Moi aujourd’hui je ne comprends pas comment est-ce qu’un architecte ne veut pas aller directement voir une entreprise puisque c’est elle qui a le savoir, ce n’est pas l’architecte. L’architecte, pardon de ce que je vais dire, ils ont quelques normes oui, mais derrière ils ne sont pas à la pointe de la technologie, ils ne savent pas comment fabriquer les choses et donc derrière ils imaginent quelque chose et sur tous les projets que vous avez cité [projets étudiés dans le mémoire], je peux vous dire : je prends l’ingénierie, je la mets à la poubelle, et je recommence de zéro parce que ça ne marche pas : soit trop compliqué, soit trop cher, soit techniquement ça ne marche pas ou alors c’est beaucoup trop compliqué sur le chantier vis-à-vis des moyens qui est possible de mettre sur un chantier. Donc aujourd’hui, s’il y avait une vraie discussion entre tous les acteurs ça marcherait. Maintenant, le BIM bah c’est logiquement fait pour justement un peu lisser ces échanges, que chacun puisse échanger en direct sur une maquette et apporter un petit peu son savoir au fur et à mesure. Le BIM il ne faut pas dire c’est de la 3D, c’est beaucoup plus que ça, le BIM ça va du projet jusqu’à la déconstruction, ça va de se dire comment est-ce que j’étudie vraiment mon bâtiment, mon projet, en allant du bâtiment à son environnement, ça va d’une cloison à l’intérieur, et qu’est-ce qui passe à l’intérieur de cette cloison là et donc tout ça et bien c’est tout un écosystème, mais ce n’est pas qu’une maquette, mais c’est aussi tout le reste et ça aujourd’hui on l’oublie beaucoup, on voit beaucoup de projets en BIM en phase conception, mais en phase chantier, il y en a beaucoup moins. Aujourd’hui nous on est BIM manager pour un lot sur l’ENS Cachan donc c’est un très gros projet en France qui a reçu un BIM d’or l’année dernière, aujourd’hui on est sur le chantier, on est arrivé face à l’équipe BIM « synthèse générale », on leur a posé des questions, ils se sont tus derrière nos questions parce que ils n’avaient pas la réalité que nous on avait sur le chantier, ils étaient encore trop en phase EXE. Donc aujourd’hui on va dire quand on est en partie conception, c’est un peu simple mais des qu’on passe en entreprise où on passe sur de la réalité, où on a besoin de fabriquer des choses, là la maquette elle va être très importante mais cette maquette elle ne va pas s’arrêter a un modèle. Moi je m’en sers pour gérer les pièces en approvisionnement sur le chantier, cette maquette je m’en sers pour gérer des engins, pour faciliter les ouvrier à poser les choses, je vais m’en servir pour changer peut-être de matériau a la dernière minute parce que il y a le black Friday donc y’a une super offre ainsi de suite, bon c’est un peu le pouvoir de la maquette, c’est du moment qu’on sait que l’archi veut un isolant avec un R de 4, du moment que je le prend chez Isover, chez Rockwool ou chez n’importe quelle marque, ça marche ! Mais au moins j’ai l’information et je peux prouver que je remplace [le matériau de base] par quelque chose qui est compatible. Donc aujourd’hui je parle en effet d’un matériau mais je parle

133


aussi de toute ses caractéristiques techniques et aujourd’hui le BIM c’est ça mais c’est aussi tout ce qui tourne autour et aujourd’hui on en parle pas assez. Nous comme le disait Sébastien tous les deux on vient du monde du design industriel, bon c’est pas monsieur Ora Ïto qui fait une chaise pour Sitra et qui est vendu 5000€ non, nous on est beaucoup plus dans l’industrie, ça va être pour Seb, pour Fiscars donc ça va être des produit avec des grosses capacité de production et aujourd’hui, essentiellement dans le design automobile et aéronautique, il y a ce qu’on appelle le PLM, Product Livecycle Management. Ça veut dire que dès la conception on a un cahier des charges comme peut avoir un projet d’archi, on va faire un développement, on va faire une conception, on va aller directement trouver des industriels pour fabriquer, on va comprendre leurs contraintes de fabrication et on va adapter notre création en fonction de ça. Donc le principe est exactement le même sauf qu’on rentre tout de suite dans l’air du numérique, beaucoup plus en amont. On va créer des prototypes, par des impressions 3d qui existe depuis des années, aujourd’hui l’impression 3d arrive difficilement dans le monde du bâtiment, même à échelle réduite alors que c’est un moyen de communication qui est très fort de validation, de choses comme ça donc nous aujourd’hui on utilise toute ces technologies là mais on utilise aussi surtout l’industrie parce que aujourd’hui ce qui est important c’est que le produit il est bon que quand il est bien fabriqué, s’il est mal fabriqué c’est un très mauvais produit. Sébastien BENNER : oui si je peux intervenir en fait par rapport à ce que tu disais tout à l’heure avec l’architecte, l’architecte il est bien dans la conception, il connait son boulot, il a des choses à faire, il connait les normes, il connait la RDM, il connait des choses, donc il est lié avec un bureau d’étude structure, technique etc mais ça c’est souvent qu’un premier jet, en général après on prend les choses et on les précise. Y’a un autre problème aussi c’est que faire les choses en 2d c’est bien, mais dès qu’on rentre dans la 3d on se rend compte que y’a des choses qui ne s’imbriquent pas comme on le pensait et c’est là qu’il faut résoudre des problèmes, et y’a toujours un monde entre cette phase exécution et ça. Le problème c’est que le fabriquant, lui il ne tolère pas l’incertitude. Donc lui 1 c’est 1, 0 c’est 0, ce n’est pas entre les deux. Donc il faut que les choses elle soient bien définies et le problème avec cette idée de BIM de manière globale c’est que les gens parle de ça comme quelque chose de génial, mais c’est quand même quelque chose d’appliqué hein, c’est une méthode appliquée quoi, on peut avoir chacun des besoins en niveau de BIM plus ou moins simple, des fois très très évolué, ca dépend des projets, ca dépend de ce que sont capable de faire les intervenants mais c’est quand même souvent un petit peu de la branlette et les gens continue à dire « oui oui oui on est BIM », ils t’appelle tu leur dit oui vous avez besoin de quoi ? Ils te répondent « il nous faut du LOD 500 » donc le plus haut niveau de définition, une maquette très lourde, compliquée… A.B : sans savoir ce que ça veut dire en plus S.B : Et en fait les mecs ils en ont pas besoin, ils ont pas besoin d’avoir telle vis de telle longueur modélisée dans le truc, et voilà il savent que les choses découlent de tout cet ensemble donc il faut bien définir ces besoins et puis a un moment il faut se dire qu’effectivement l’objectif du BIM c’est de gagner le maximum de temps et d’efficacité et la méthode actuelle telle qu’elle est faite montre qu’on est encore vraiment dans le développement du BIM parce que on en est pas encore à optimiser jusqu’à là, en se disant c’est bon, c’est une méthode qui est acquise donc on commence directement comme ça parce qu’on maitrise la méthode. Y’a toujours à un moment quelqu’un qui va se dire tiens on va mettre du BIM parci, par-là, puis on va faire comme ça… Ça roule pas encore très très bien en France, ça roule bien dans d’autres pays par contre. Mais ça reste un truc un peu nébuleux encore, ce n’est pas toujours très clair pour tout le monde A.B : Pour en revenir à ce qu’on disait, nous le BIM on y est passé très facilement parce que avec ce PLM on a l’habitude et je donne toujours un exemple : vous achetez une voiture, elle tombe en panne, vous allez chez un garagiste officiel, par ex Volkswagen, aujourd’hui vous avez une pièce qui est défectueuse dans un moteur, et bien ils vont être capable en fonction du numéro de série du moteur d’avoir le moteur en 3d devant eux et de dire c’est cette pièce qui a cassé, celle-ci elle a la référence tant et ils sont capable de vous dire en moins de deux jours elle est chez nous parce que ça va envoyer un bon de commande à l’usine qui va prendre la pièce dans le stock et qui va l’envoyer. Aujourd’hui il faut ramener le BIM à ça un petit peu, c’est une vraie cartographie du bâtiment, très précise. Alors très précise ne veut pas dire que géométrie, c’est à ça qu’il faut bien faire attention, c’est à dire que Sébastien parlait des LOD, des niveaux de détail, parce que aujourd’hui en gros on peut faire trois types de maquettes. Soit une maquette extrêmement poussée en géométrie mais faible en data : je vais représenter un tube acier pour une structure, parfaitement découpé et dire voilà, c’est un tube acier, au pire c’est un acier S235J, on s’arrête là on s’en fou. Après on pourrait avoir une représentation moyenne en disant bah c’est une sorte de boite mais a l’intérieur c’est un profil IPE 240 en S235J, thermo laqué avec un RAL numéro tant, donc là on a moins de géométrie mais on a un peu plus de data. Et puis ensuite on a le full data, c’est quoi et bien c’est j’ai ma géométrie qui est définie par un axe, par trois coordonnées x, y et z et la dessus j’attribue un profil et puis toute la data dont j’ai réellement besoin, c’est-à-dire ce profilé il est extrudé par Arcelor Mittal, il est ensuite découpé par une commande numérique qui s’appelle X chez tel fabriquant et puis j’ai toute sa data qui va avec. S.B : Oui à l’extrême on peut aller jusque-là… A.B : A l’extrême on peut aller jusque-là, aujourd’hui on y est absolument pas. S.B : C’est absurde de dire c’est Arcelor Mittal et machin, le but c’est de dire la pièce elle doit être faite comme ça et puis

134


qu’il y ait toutes les infos dans la géométrie qui permette au gars qui la prends de dire « ah bah je peux la faire parce qu’il y a tout dedans » A.B : Voilà, aujourd’hui cette data elle est très importante et aujourd’hui des gens vont dire « je fais du Revit, ah bah c’est bon je fais du BIM », bah non, il manque plein de choses, ce n’est pas parce que j’ai une géométrie Revit que derrière ça va m’être utile. Déjà bah vous avez une cloison OK, c’est quoi votre coefficient acoustique, c’est quoi votre résistance thermique, ici combien de plaques vous avez car vous n’avez qu’une superficie, mais aujourd’hui je ne sais pas combien de plaques je dois commander à mon fournisseur, combien de montants il faut, est-ce que je mets des montants tous les 30cm, tous les 60cm, quelle résistance mécanique vous avez besoin d’avoir sur cette cloison. Donc voilà il y a quand même beaucoup de choses qui rentre en jeu, donc le BIM ce n’est pas qu’une maquette, c’est beaucoup plus que ça et c’est tout l’environnement qu’il y a avec. Alors nous en tant que designer, tu vois on est habitué à la 3D, ça fait 17 ans que je fais de la 3D, donc aujourd’hui faire un plan 2d bah… vous voyez y’en a pas sur le bureau, par contre y’a des profils qui sont sortis à la machine, on travaille sur des pièces avec l’imprimante 3D etc... S.B : Si si on en fait (des plans 2D) A.B : On en fait parce qu’on est obligé mais parallèlement aujourd’hui on travaille sur un projet, l’Aréna d’Aix en Provence, Sébastien il a tout le modèle en 3d, on sort du plan DXF pour découpage numérique et on sort un plan juste pour visualiser la chose mais on ne va pas s’en servir pour dire fabriquez moi ça. On va sortir un plan de fabrication numérique fait avec des machines-outils. Alors la question de tout à l’heure que vous posiez c’est est-ce qu’aujourd’hui un fichier donné et créé par un architecte avec des ingénieurs peut être fabriqué ? Moi je vous dis clairement non. Pourquoi, parce que aujourd’hui le fichier est beaucoup trop simple et il n’est pas abouti pour dire OK il est optimum pour la fabrication. Y’a toujours une reprise par l’entreprise qui est quasiment à chaque fois de reprendre tout le modèle. Pourquoi ça ? Parce qu’il y a aussi des questions de responsabilités, ça aussi je pense que sur les maquettes vous allez voir que l’on parle beaucoup de qui est responsable de ces maquettes ? Aujourd’hui un architecte qui fait une maquette, déjà ils n’aiment pas trop parce que c’est au-delà de la loi MOP où vous devez un plan, une élévation, des coupes pour définir le projet, donc moi j’ai eu quand même un architecte d’un gros cabinet qui me dit « oui mais bon quand on fait une maquette, forcément quand on modélise on voit qu’il y a des zones qui ne marchent pas. Mais ça ce sera fait sur le chantier » je lui ai répondu bah non c’est à vous de le résoudre, donc ça veut dire que vos plans eux-mêmes ne marchent pas donc si vous déduisez votre 3d de votre 2d ça ne marche pas, vous devez faire évoluer les choses pour que ça marche « oui oui mais ça c’est des choses qu’on verra sur le chantier ». Bah voilà, la perte d’argent elle est ici. Donc aujourd’hui ces maquettes elles ont pour but cela, ça c’est à dire bien anticiper les choses en amont chez les architectes, chez les ingénieurs pour voir si ça marche réellement parce que c’est vrai que de temps en temps quand y’a des poutres qui se baladent dans tous les sens euh… « Alors l’arase ici j’ai une pente de 7%, je me déplace de 2452, en haut j’ai quelle altimétrie ? » bon là, on sort la calculatrice, on a une précision de tant, ça y est on est planté, y’a la gaine clim qui passe en plein milieu boum bon bah va falloir faire un petit décroché. Donc voilà avec la maquette pour moi on a un pouvoir de voir ça, c’est quand même beaucoup mieux. Alors moi ce que je dis c’est que la maquette et le BIM va augmenter les études, autant la partie conception architecturale que la partie étude entreprise, mais ça va clairement simplifier le chantier après. On va être sur du vrai gros Lego, très précis, on va savoir anticiper 99% des problèmes sur chantier donc ça va aller beaucoup plus vite. Et le gain de temps, même si on dit que les études soit disant au taux horaires ça coute plus cher que le chantier, quand on arrête le chantier, là ça fait beaucoup plus mal, parce que ce n’est pas une ou deux personnes, mais ça peut être des équipes de dix à quinze personnes et de temps en temps c’est aussi de la matière qui est jetée, faut reconstruire, faut re-fabriquer et là ça coute très cher. Donc le bim c’est en effet : 1) une maquette, c’est quand même la base on va dire, qui va servir pour faire la synthèse mais c’est aussi toute cette data et toute cette anticipation de conception du projet. Ça c’était sur votre question 1, question deux enfin redite moi ce que c’était la deuxième : L.M : En fait j’ai fait plusieurs petites questions dans chaque point que je vous ai présenté tout à l’heure. A.B : Ah d’accord et bien dites-moi alors quelles sont vos questions. L.M : Ok bon je ne sais pas si vous allez pouvoir me répondre sur tout… A.B : Alors déjà sur notre vision du BIM vous voyez déjà un petit peu notre façon de voir les choses L.M : Oui, mais du coup c’est bien parce que c’est un peu de ce dont je vais vous parler après A.B : Oui y’a des choses bah en fait en écoutant vos 4 questions j’ai un peu ouvert le sujet L.M : Parce qu’en fait le premier truc qui a vraiment lancé ma problématique de mémoire c’était la courbe de Mac Leamy, avec la courbe de modification du projet et le cout lié à celles-ci. A.B : Ah oui d’accord, oui oui, c’est à partir de quand le coût est irrécupérable, quand on ne peut plus, quand l’impact sur

135


le cout est trop important. Oui oui bien-sur L.M : Donc c’est ça qui a un peu lancé mon mémoire et je me suis dit « sur quoi je peux réfléchir qui pourrait faire que cette courbe tende à aller vers le début, vers les phases plus en amont. Donc ce que j’ai fait c’est que c’est un peu un questionnaire qui est par rapport à chaque projet. Comme vous avez travaillé sur les trois, à la limite si vous pouvez me dire les différences entre les trois parce qu’après je vais faire une synthèse de tout ça. Oui je sais que vous n’avez pas eu les mêmes missions sur ces trois projets. A.B : Oui voilà, donc sur la Canopée j’ai commencé par Vinci où j’ai monté une cellule de synthèse 3d pour commencer à résoudre très rapidement des problèmes liés à des étanchéités, à l’enveloppe verre, la partie charpente nous était donnée aussi mais on faisait déjà des clash détection avec la partie architecturale intérieure donc voilà on a solutionné pas mal de problèmes et en suite après j’ai monté une équipe de 6 personnes pour faire la synthèse avec un bim manager, un bim coordinateur, moi qui chapeautait toute les équipes de modélisation et ensuite je suis passé du coté entreprise, et après je suis passé du coté Viry (structure métallique) où là, pareil, j’ai eu le rôle de bim manager, c’était gérer la maquette, gérer le contrôle de ces maquettes par rapport à tous les projeteurs qui étaient en dessous, qui eux, modélisaient la maquette et qui ensuite après permettait d’envoyer ça à des bureaux de traçage et ils me redonnaient des plans que je revérifiait avant de dire c’est bon on peut fabriquer tout est correct. Donc ça allait d’un rayon qui était transformé en polyligne, ça allait d’une pièce qui était mal nommée donc qui dit mal nommée dit mal référencée, mal posée sur le chantier, voilà c’était un peu tout ça sur la Canopée. Sur le jardin des Boulingrins donc là j’étais avec l’architecte donc on a fait tout le projet en 3d en partenariat avec Setec ingénierie et TESS qui fait la partie enveloppe. Donc moi j’étais coté architectural donc je travaillais avec l’architecte sur la forme des galets et après tout le monde retravaillait là-dessus. J’ai arrêté au DCE final donc rendre une maquette propre avec des quantitatifs très précis pour les entreprises. Après sur la Cité du Vin donc j’ai travaillé sur toute la partie EXE du moment que l’appel d’offre a été remporté et bien toute la partie exécution, autant étude que chantier. Donc là j’étais vraiment sur le chantier, comme sur la Canopée, dès qu’il y avait un problème, hop, un coup de géomètre, pourquoi ça ne marche pas, ah bah oui là vous êtes trop écarté, vous me dessoudez ça, vous me le ressoudez correctement et cette fois ça ira mieux. Mais si vous voulez après le projet du jardin je l’ai suivi un petit peu de loin. L.M : OK, bon bah du coup on verra si vous pouvez me répondre ou pas car c’est un peu un questionnaire synthétique, j’ai essayé de contacter aussi les agences d’archi, je vais voir s’ils me répondent ou pas. Parce qu’après l’idée c’est que sur chaque projet j’utilise mon tableau pour avoir une synthèse d’analyse et du coup pouvoir comparer les trois projets entre eux. A.B : Ok, mais faites attention, aucun de ces trois ne sont en bim, ils ont tous les trois un modèle 3d mais n’ont officiellement pas lieu d’être marqué bim. S.B : C’est pour ça que le bim c’est un beau discours souvent, mais dans la pratique ça demande quand même des exigences spécifiques. L.M : Bah oui c’est ça le problème... A.B : C’est pour ça qu’il faut faire très attention. C’est comme la fondation Louis Vuitton, elle n’est pas bim, c’est un beau modèle qui a été assemblé sous Digital Project ou y’a eu du Rhino, un logiciel allemand de charpentier métallique, donc ils ont tout compilé en une maquette, oui il y a une maquette 3d mais à aucun moment donné ça a été bim. Alors après chacun l’interprète comme il veut, nous aujourd’hui on va dire qu’on a fait un peu du bim pourquoi, parce que chaque pièce était numérotée, chaque pièce était référencée, je savais comment les positionner, j’ai fait tracer au géomètre des points donc j’arrivais à bien géo-localiser chaque pièce, on a développé une application pour gérer la pièce donc on a fait une gestion de la maquette et en temps réel, je vous montrerais avec le totem qu’on a présenté à bimworld, que bah voilà cette pièce là je la scanne je lui dit qu’elle est en fabrication et boum ma maquette elle se met automatiquement à jour comme quoi cette pièce est bien en fabrication donc j’ai un vrai suivi entre mon modèle 3d et mon chantier. Donc là on peut dire qu’il y a un peu de bim, des prémices de BIM mais ça c’est moi qui l’ai fait, je l’ai proposé à mes clients pour dire voilà ce qu’on peut faire. Et ils se sont dit bon Aurélien on a combien de m² sur le chantier de disponible, bon bah j’ai 4 équipes c’est bon je les mets les 4 à poser ça, donc on faisait la gestion de chantier grâce à cette maquette. Mais aujourd’hui ce n’est qu’une maquette 3d. Et j’ai fait beaucoup de commentaires sur le moniteur qui dit « oui la Cité du Vin, la superbe maquette bim » euh non messieurs c’est un beau modèle Rhino mais c’est certainement pas du bim voilà. Et le moniteur je commence à sérieusement les critiquer car ils disent tout et n’importe quoi. L.M : Comme tous les médias aujourd’hui finalement A.B : Voilà, ils veulent vendre du rêve mais aujourd’hui c’est juste leur fonds de commerce. Oui c’est sur que quand je présente la maquette de la Cité du Vin : waaaaaaaow. Oui elle est jolie, oui elle est pointue, mais derrière non y’a rien. Là aujourd’hui on fait une rénovation d’un siège social d’une banque, là on fait du bim, là on va nous demander des informations, là tout a l’heure j’ai eu la menuiserie intérieure pour les portes : « bonjour je veux votre coefficient acoustique,

136


je veux chaque matériaux en quoi il est fait, est-ce que vous achetez des profils marchés, est-ce que c’est vous qui le fabriquez » voilà je veux la vraie fiche technique dans le modèle et j’ai pas besoin d’aller chercher une fiche pdf à côté. Ça c’est du BIM. S.B : Oui en fonction du besoin. A.B : Et mon client à la fin quand on lui rendra le DOE il va venir cliquer sur la porte, je sais que c’est la porte numéro 180, je sais que ici je vais avoir une résistance acoustique de tant donc si je veux la changer, faut que j’aille chez Mr Lapeyre, voilà je veux telles caractéristiques, maintenant je vais pouvoir changer la porte telle quelle est. S.B : Voilà le besoin ça peut aller jusque-là mais ça peut aussi être simplement : c’est la même porte, c’est les mêmes dimensions, les mêmes caractéristiques mais par exemple on s’en fou qu’elle vienne de chez untel ou untel. Ça peut être ça. Apres ça peut être très pointu en disant non non faut que ce soit lui le fabriquant, faut que ce soit du bois qui vienne de là, en fait après on peut aller dans de l’exigence sur des trucs complètement délirants. On peut dire les choses très simplement, c’est une poutre de telle dimension, et de telle taille comme on peut dire c’est une poutre de telle dimension, telle taille, tel acier, telle couleur, tel truc, ça dépend, il faut définir ça ! On peut utiliser le bim de manière très simple, pour un petit projet, en disant la porte il faut qu’elle fasse telle dimension, que ce soit du bois, tel coefficient acoustique, telle résistance au feu et vous la trouvez ou vous voulez on s’en fou ! Evidemment y’a une question de cout hein mais là c’est encore autre chose, maintenant on peut aussi exiger que ce soit chez untel parce qu’on travaille avec untel ou parce qu’on sait que celui-là est moins cher ou parce qu’on sait que celui-là a une spécificité que les autres n’ont pas, on peut aller dans plein de choses, mais on peut l’utiliser simplement aussi le BIM. A.B : Bah tout à l’heure par exemple je vous parlait des isolants, moi je travaille beaucoup pour une boite qui s’appelle la SMAC et eux quand on leur propose dans les pièces écrites vous devez du Saint Gobain, isover 32k, bah eux ils vont passer chez du Rockwool et ils vont regarder la même épaisseur, même résistance thermique, c’est dans notre groupe donc forcément on a un prix beaucoup plus attractif donc voilà aujourd’hui c’est ça mais au moins ça permet d’éviter le « ah attend j’en suis 150 ème page, ah 152 ça y est j’ai trouvé la référence » là je l’ai directement dans la maquette, c’est beaucoup plus lisible, beaucoup plus facile et les métrés seront aussi beaucoup plus faciles. Donc c’est pour ça, il faut faire bien attention car aujourd’hui les plus gros projets : Philharmonie, Fondation Louis Vuitton, Canopée, Cité du Vin : BIM ? Hors de question. Donc attention je ne dis pas qu’on n’applique pas des méthodes BIM mais aujourd’hui nous on échangeait des maquettes mortes c’est-à-dire : que de la géométrie 3d, on faisait de la synthèse 3d dessus, il y avait bien sûr le charpentier qui lui utilise Tekla, lui déjà dans son modèle il rajoute que c’est tel type de matière mais ensuite il va pas rajouté c’est post laqué, c’est ci et ça, il le sait dans ses fiches de fabrication mais il ne l’a pas mis, on ne s’en servait pas dans la maquette en elle-même. Donc voilà aujourd’hui faut faire très attention à ça. L.M : Oui donc en gros c’était des modèles 3d sans data quoi. A.B : Oui c’était du modèle 3d, certains rajoutaient de la data mais ce n’était pas une obligation, il n’y a pas une charte bim avec « vous devez nommer chaque pièce de telle manière, vous devez inscrire le coefficient mécanique ou autre », ça aujourd’hui ce n’était pas le cas… L.M : Dans aucun des trois ? A.B : Donc voilà faite attention suivant qui sont vos correcteurs que vous ne vous fassiez pas retoquer là-dessus quoi. S.B : Oui et puis regardez ce que vous disent les autres hein parce que si vous ne prenez que le discours d’Aurélien il se peut que vous ayez des problèmes (rires) L.M : Oui mais c’est pour ça que c’est bien d’avoir plusieurs points de vue parce que ça permet de les croiser et de les confronter. S.B : Non mais je vous dis ça parce que souvent les gens qui bossent dans le BIM quand ils ont des postes pas forcement de terrain, ils ont souvent tendance à mal le prendre quand on leur met dans le nez mais c’est comme les ingénieurs aime pas qu’on leurs disent, quand ils vous disent ça marche pas et que vous leurs prouvez que ça marche, ils s’en vont. Après ils sont plus cool. (Me montre une charte BIM) Vous voyez eux dans leur charte BIM ils expliquent tout donc ils vous disent les dates les contextes, qui et comment on intervient, qui fait quoi. Ils ont eu un BIM d’or Tekla d’ailleurs. Là ils donnent comment on nomme les trucs, A.B : Quels sont les LOD, comment bien ranger les objets par niveaux, S.B : Voilà, ils précisent quoi, ils précisent les lots, les composants, comment ils doivent être appelés IN FI 10 pour les cloisons, ce sera un type wall etc. Eux ils ont vraiment quelque chose qui est complet. Ça sur le CCTV, pff rien ! A.B : C’est chacun faisait ce qu’il voulait…

137


L.M : C’est vrai ? Nous on vient d’en faire un là pour le BIM Décathlon 2017 justement, bon il n’est pas aussi gros car on était limité à 10 pages. S.B : Oui mais bon eux c’est des spécialistes hein de charte. A.B : Charte BIM ? L.M : Oui protocole BIM A.B : Après on est en phase EXE ici donc c’est beaucoup plus… On va avoir 100 fois plus d’information qu’en partie conception L.M : Oui oui évidemment A.B : Un exemple de l’avantage du modèle 3d mais pas forcément BIM : j’avais créé tous mes panneaux composites pour la vêture métallique de la Cité du Vin. Je faisais tous mes trous pour envoyer en fabrication donc je savais précisément combien de vis il me fallait pour fabriquer tout le chantier. On arrive au trois quart du projet : « bon Aurélien il nous reste une boite de 500 et quelques vis qui trainent par-là, maintenant pour le dernier Thor combien est-ce qu’il me faut de vis. Bah il t’en faut 800. D’accord bah je commande qu’une seule boite de 500 ». On va jusqu’à la vis. Alors on peut se dire non mais tu t’en fous de la vis ! Bah non parce que c’est des vis bombées à têtes laquées, à je sais plus combien de centimes d’euros la vis donc c’est quand même assez important. Donc aujourd’hui ce n’est pas parce que j’ai pas fait de BIM que je ne suis pas allé loin, mais ce n’est pas parce qu’on m’oblige à faire du bim que je vais plus loin, vous voyez ce que je veux dire, ce n’est pas le bim qui impose quelque chose. Et c’est pour ça qu’au début je disais qu’il y a trois types de maquettes : soit une maquette très enrichie en géométrie, soit une maquette moyenne en géométrie, moyenne en data, soit une maquette full data. Aujourd’hui les gens la full data ils ne la comprennent pas trop. Ils disent mais non on a besoin d’une géométrie ! Pas forcément. Si elle est bien sur des choses simples on n’est pas obligé. Mais voilà aujourd’hui on en est a du moyen géométrie moyen data ce qui est le plus optimisé, et puis après bah suivant ce qu’on veut on peut pousser après la maquette. Là nous sur un projet on nous demande du LOD 300 donc c’est à dire qu’en fait on veut quand même avoir une représentation graphique assez intéressante mais pas poussée jusqu’au bout. Sauf que nous pour produire on pousse les choses jusqu’au bout donc en fait au lieu de dessiner une boite pour faire une cassette en composite bah nous on va dessiner avec tous les plis, tous les retours, tous les fraisages sur les côtés pour pouvoir faire le développé ensuite donné au fabriquant pour qu’il emmène ça sur sa machine-outil, découper nos panneaux et qu’après il nous réassemble la cassette, ils vient mettre des pop là où on veut pour assembler la cassette et qu’il nous la livre sur chantier avec un code barre où on sait où est-ce qu’elle va aller. Où au moins la référence on sait que bah faites nous une palette de 36 cassettes comme ça, comme ça quand on va commencer cette façade on sait que la 1ere cassette elle va en haut, la deuxième elle va en bas plutôt que de faire une là, une autre là, une là, après on ne sait plus comment on compte. S.B : Oui parce que ce qu’on oublie souvent c’est ce qu’on appelle la méthode. Et ça fait partie du boulot en fait, dans les entreprises de fabrication y’a des ingénieurs méthode. Eux ils sont là pour dire bon bah on va faire comme ça, on va s’y prendre comme ça, on va développer comme ça, il font les plannings ils font tout et effectivement c’est facile de sortir une maquette en disant tenez le bâtiment que je veux c’est ça, c’est comme le petit prince hein ton mouton il est là-dedans bim c’est bien, c’est super l’architecte il est génial, il ta envoyé une maquette, tu regardes la capture d’écran tu te dis waow c’est un beau projet putain t’arrives dedans y’a rien en fait donc toi t’es obligé de te faire tout le boulot. Là sur l’Aréna par exemple on a tout refait le système constructif en fait on a proposé des choses, on voit avec eux etc mais finalement on voit toujours pas comment ça se fait donc y a un moment faut aussi parler de méthode et se dire bah comment on va s’y prendre, comment ça va se construire. Le projet c’est bien, l’idée technique c’est bien mais quand tu te rends compte qu’en fait ça ne peut pas marcher sauf dans 60% des cas peut-être, mais 40% sur un projet c’est gros quand même, ça fait quelques mètres carrés donc là tu te dis bon bah ça marche la plupart du temps mais 40% du temps c’est des moutons à 5 pattes et les moutons à 5 pattes ça coute une blinde. Donc quand on dit « oui bah non mais on verra sur le chantier », 40% du chantier en moutons à 5 pattes on voit sur le chantier ça coute une méga blinde. A.B : C’est comme vous parliez tout à l’heure du design paramétrique. Aujourd’hui c’est très beau dans la conception, mais il faut avoir une réalité S.B : Il faut être un bon technicien pour faire du design paramétrique, faut penser à ce qu’on va modifier et ce qui va se modifier en conséquence. A.B : Il faut connaitre la fabrication aussi un petit peu, aujourd’hui si on prend la cité du vin, une idée, un soir au restaurant lors d’une charrette, ils ont cette idée de faire le tourbillon du vin qui tourne dans un verre, ok, ils montent ça sur 3dsmax, ils arrivent à créer cette forme sur 3dsmax. Ils disent maintenant 3dsmax n’est pas un logiciel exploitable interopérabilité avec les acteurs qui vont travailler avec moi (ingénierie et entreprises) donc ils choisissent de créer

138


cette forme sur un autre logiciel ils choisissent Rhino car c’est le plus adapté pour faire des formes organiques comme ça. Ensuite arrive une société qui essaie de paneliser la géométrie pour essayer d’arriver à obtenir certaines contraintes techniques c’est à dire que ils se sont renseignés : pour le panneau composite, soit disant on ne pouvait pas faire des panneaux plus large que 1650 donc ils se sont dit bah on va faire des peaux d’oranges, des tranches d’orange, des quartiers et il ne faut jamais que la cote la plus large fasse 1650 d’accord ok ils font tout ça. Sauf que, il ne comprenait pas comment la matière réagissait donc ils ont fait une modélisation, le modèle oui ça allait, mais quand on regardait la structure même de modélisation, elle était fausse, elle n’était pas bonne, elle n’était pas adaptée à ce que le panneau se développe correctement et puisse vraiment tenir les contraintes mécaniques de la pièce. Moi j’ai pris leur modèle qui a pris un mois, je l’ai mis à la poubelle et je l’ai reconstruit en trois jours et là le modèle il était bon, prêt à fabriquer. Alors 3 jours on va dire pour la coque extérieure et puis après il y a eu quelques jours le temps de tout développer et de mettre tous les systèmes en place, voir avec l’industriel, voir avec les bureaux d’études pour mettre des renforts, calculer ces renforts en fonction de chaque pièce, en fonction de s’il y avait des zones neiges ou des choses comme ça, voilà alors on a étudié un peu tout ça. Mais aujourd’hui voilà, c’est ça qui est un peu délicat, c’est que entre architecture et ingénierie il y a vraiment une barrière, un mur, et aller de l’autre côté, du côté fabriquant pour eux c’est : non. Aujourd’hui je ne connais pas un archi qui est déjà allé dans un atelier voir comment les objets se fabriquent, je n’en connais pas un seul. Pourtant j’en ai fait des projets. Ils sont sur le chantier, ils voient à peu près comment les gars font, que c’est difficile de monter les choses mais ils ne se soucient pas de comment ça se fabrique. Donc c’est pour ça que via l’interopérabilité on va peut-être y arriver avec les maquettes, mais y’a aussi un passage à faire. Donc vous en études si vous voulez avoir des choses intelligentes à faire, allez vers les entreprises et vous aller gagner en efficacité. Pourquoi ? Parce que les entreprises aujourd’hui on dit l’industrie du bâtiment, moi j’appelle ça l’artisanat. Pourquoi parce que sur la Cité du Vin il y a 2232 panneaux métalliques tous uniques. L’industrie c’est quoi, c’est quand on fait de la répétition de pièces. Je suis pas en train de standardiser les choses, ce n’est pas ce que je suis en train de dire, mais à mes amis archi je leur dit regarde je te donne une boite de Lego y’a 100 pièces toutes les mêmes je vous mets dans deux pièces différentes, je reviens dans une heure et on verra ce que vous avez créé. Bah je suis sûr que je peux prendre 50 archi avec la même boite de Lego, il n’y en aura pas un seul qui aura fait la même chose, pourtant on est sur des pièces identiques, fabriquées en immense série et on y arrivera toujours. Donc aujourd’hui on a des industriels qui sont là à fabriquer des pièces standards, où le prix est totalement maitrisé mais qui ne sont pas exploitées, faut toujours « ah non on veut faire de la pièce unique » ! Non on ne fait pas de la pièce unique, vous vous perdez, vous perdez de l’argent ! Je ne suis pas en train de critiquer le monde archi mais c’est un peu un constat de « on peut améliorer les choses ». Et est-ce que la maquette va le permettre ? Je n’en suis pas sûr. Parce que la maquette elle va nous permettre de dire ça marche mais après est-ce que quelqu’un va avoir l’intelligence de dire regardez on peut aller encore plus loin en essayant d’optimiser les choses ? Aujourd’hui moi j’essaie de le faire, mais on me refuse de le faire. Sur la Canopée des Halles, j’ai prouvé que certaines structures si on les cintrait on avait toujours la même pièce. Et bien ils ont refusé, ils ont préféré faire des éléments droits, coupés avec des angles dans tous les sens et faire de la pièce unique pour respecter le souhait de l’architecte. Alors ils m’ont dit oui mais tu te rends compte le coût d’un prix cintré je lui ai répondu : vous imaginez les plans tout coupés, les longueurs qui sont toutes uniques, la pièce elle vient forcément là, elle va que là et uniquement là, donc l’erreur elle est encore plus importante et je dis toujours ça parce que sur le chantier un jour l’ouvrier vient me voir et il me dit ouais ici j’ai un problème, la pièce elle rentre pas de 2cm. Je fais ok on va aller voir, je lui dis ta pièce elle est à l’envers. Je suis à 14 mètre au sol, la pièce est 14 mètre plus haut en l’air, il me dit oh ce n’est pas possible, je lui ai dit bah monte dans ta nacelle, tu verras il y a un détrompeur, la pièce elle n’est pas dans le bon sens. « Ah oui c’est vrai », et là la pièce elle rentrait. Donc ça veut dire qu’à faire trop de l’unique ca génère d’autres problèmes, et il faut savoir les maitriser. Mais la maquette va permettre de le faire, pourquoi je savais qu’elle était montée à l’ envers ? Parce que je connaissais ma maquette, je savais comment c’était monté. Voilà donc c’est juste l’ouvrier qui n’a pas respecté le plan, ce qui était normal il pleuvait ou je sais plus quoi, c’est normal aussi, des erreurs j’en fais aussi sur les maquettes, y’a pas de soucis, mais voilà ça va favoriser l’avis mais à un moment donné il faut aussi faire avancer les choses correctement et aujourd’hui la maquette je pense qu’elle va plutôt favoriser des projets uniques que des projets industriels. L.M : Il n’y a pas de recherche d’optimisation du coup du côté des archis ? A.B : Peu L.M : Enfin je ne sais pas nous quand on pense à tous ces projets on se dit qu’il doit bien y avoir une recherche d’optimisation quand même pour proposer des choses pareilles ? A.B : Bah exemple : j’ai un architecte qui me contacte et qui me dit voilà j’ai un modèle, j’aimerais le lancer cette année, je veux faire 32 logements sociaux mais c’est un concept, pour ensuite en développer au minimum 150 par année. S.B : Eux ils travaillent avec ce qu’ils appellent des économistes de la construction le problème c’est que si vous voulez connaitre le prix au m² d’un bâtiment il faut quand même déjà avoir fait les études. Mais on ne peut pas budgétiser un projet si on n’a pas déjà une vague idée de ce qu’il va couter. Hors le problème c’est qu’en fait on se rend compte maintenant, justement grâce à ces méthodes bim et aux maquettes numérique que finalement il y a quand même un décalage entre l’économiste de la construction et la réalité. Parce que lui il va dire bon « c’est 900€ le m² ce n’est pas plus cher pour du logement social » donc on essaie de faire comme ça donc on fait des trucs un peu dégueulasse avec des trucs

139


pas cher, c’est cheap. Voilà, ça c’est une méthode. Après quand on parle d’ouvrages comme la Canopée, le CCTV ou les Boulingrins, c’est quand même pas du tout venant, là effectivement les enveloppes elles ne se gèrent pas de la même manière. Donc eux ils budgétisent, si vous voulez y’a plus de chance de se tromper dans ces cas là pour un économiste de la construction, par contre une fois qu’on a fait les études et qu’on s’est rendu compte que ça coute tant, c’est là qu’on arrête de se jeter la patate chaude en disant ça coute 60 millions d’euros, toi SMAC pour ta part tu proposes que ça va couter 20 millions, t’essaie de tirer le maximum de prix mais tu ne te rends pas compte qu’en fait toi t’avais prévu que ça t’en couterais 15 mais ça t’en a couté 22, t’as même perdu de l’argent. Parce qu’en fait il y a des gens qui font des projets comme le CCTV, c’est Aurélien qui m’a expliqué ça, s’ils participent à ce projet c’est pas pour gagner de l’argent car ils savent de toute façon qu’ils risquent d’en bouffer mais sur tous les autres projets qu’ils ont et où ils en gagnent bah ils peuvent en bouffer un peu sur celui-là, mais celui la si ils n’y participent pas bah voilà quoi. Donc le problème il est là aussi c’est que l’économiste de la construction il ne peut réviser son vrai budget qu’à partir du moment où l’étude est faite mais à priori pour faire l’étude il faut déjà qu’on propose un budget, qu’il soit validé et qu’il soit financé. Sur le CCTV y’a combien d’entreprises qui n’ont pas bouffés de rond ? A.B : Bah non sur le CCTV c’est l’un des seuls projets en France ou l’on s’est tenu au budget. Et tout le monde a tenu leur budget. Aujourd’hui la Canopée je ne sais pas si vous avez entendu mais ça se signe à 180 millions, ça fini a 250 et là ils vont encore rallonger et tout, Philharmonie c’est pareil, 195 -> plus de 300 millions, on passe du simple au double, il est ou l’économiste là ? Et comment est-ce que l’économiste peut faire du simple au double ? Hein, y’a un problème. L.M : Mais pourquoi alors, pourquoi il y a autant d’écart ? S.B : C’est leurs règles de calcul qui ne sont peut-être pas les bonnes tout simplement ?! A.B : Alors pourquoi c’est très simple, c’est politique. Je donne un exemple mais le citez pas trop, on participe à l’ENS Cachan, nous on travaille avec le lot 2 qui est enveloppe du bâtiment et verrière, donc projet public : « bonjour, donc voici l’appel d’offre, ils demandent à 3 sociétés, il ne reste plus que 2 société lors de la dernière discussion alors messieurs, nous avons un budget de 25 millions, nous sommes dans un marchés public, nous ne pouvons pas aller au-delà, vous êtes tous au-dessus, va falloir faire des efforts. » Ils ont quand même interrogé 3 entreprises, deux restent en finale, les deux entreprises montrent un chiffre supérieur à 25 millions. Deux entreprises qui ne se sont jamais parlé, qui ont pignon sur rue depuis plusieurs années, donc qui ont de l’expérience, qui estime ce projet-là à plus de 25 millions. Ça veut dire que y’a quand même quelqu’un, un économiste, qui a dit tout ce lot-là, ça va vous couter maximum 25 millions. Bah non, la réalité des entreprises du bâtiment ont dit ça coutera plus, mais ce n’est pas 25,2, ce n’est pas 26, ça a été plus de 30 millions chacun, y’a quand même 5 millions de différence. Je ne les ai pas dans ma poche. Donc voilà après c’est quoi bah écoutez votre système constructif nous on a eu comme expérience avec un autre système qui nous permettra de couter moins cher ensuite après ici vous avez utilisé ça on a des systèmes qui sont aussi performant mais qui coutent moins cher. Donc en fait c’est l’entreprise qui est là pour proposer des solutions, des pistes d’économie pour arriver au bon prix. Mais voilà, qui a eu le savoir ? C’est l’entreprise, pour donner un prix raisonnable qui rentre dans le budget. Je ne sais pas à combien ça s’est signé après, mais de toute façon ça a du rentrer dans le budget, avec les bonnes solutions sans trop dégrader le projet CAD qu’on respecte quand même l’intention architecturale, on leur a soumis des choses, on leur a montrer que certaines choses ne marchaient pas par le modèle par des explications, ils ont compris que ça ne marchait pas et donc que l’entreprise faisait des propositions logiques et qui allait bien dans le sens de l’intention architecturale mais qui à ce moment la pouvait couter moins cher. Aujourd’hui c’est vrai que vous dites ah bah je vais prendre de l’isolant de chez Saint Gobin ça coute tant on va chez Castorama on regarde aller tac ça coute 36e du m². Oui mais bon vous faites une maison ça va vous couter 36€, vous faites un bâtiment qui a 34 km de façade bah l’industrie quand on achète plus, on touche moins cher donc c’est plus ce prix-là. Donc est-ce que les économistes ils ont des prix en fonction des m² je ne sais pas, est-ce qu’ils ont chaque fois le prix le plus bas même s’il n’est pas négocié j’en sais rien donc aujourd’hui il y a un vrai problème mais ça veut dire quoi ça veut dire que ces maquettes-là elles vont aider à ça. Parce que quand un archi aujourd’hui il donne des plans bah l’économiste il va tirer, il va prendre son Kusch, il va avoir des métrés peut-être un peu plus précis sur informatique et il va sortir bon bah vous avez 36km de rambarde, vous avez choisi ça, ça va vous coûter à peu près ça. Puis voilà ils font leur calcul, maintenant avec la maquette si elle est suffisamment détaillée, bon bah vous avez 200,36 m² d’isolant à tant le prix. Les prix vont je pense être de plus en plus juste et ensuite après bah faudra avoir un peu une guerre des prix en disant pourquoi vous estimez à tant alors que nous on l’estime à tant, revoyez un peu vos prix différemment y’a ça aussi un peu, l’échange avec les entreprises pour dire bah non maintenant c’est un peu plus cher parce que aujourd’hui on est outillé différemment et on a des machines, nous aujourd’hui notre prix c’est plus 12 centimes le mètre mais c’est 13 centimes. Oui mais quand on fait 34km de façade c’est plus du tout le même prix aussi. Donc y’a un petit peu ca quoi. Donc dans le design paramétrique attention parce que on fait un peu tout ce qu’on veut et derrière bah ça coute cher. Moi j’ai fait du design paramétrique pour gérer mon exécution, mais c’était totalement maitrisé c’est à dire qu’en fait j’utilisais des pièces standard que je venais placer en fonction de certains critères. Aujourd’hui quand je vois des réunions sur le design paramétrique il n’y a pas de notions de fabrication c’est : on gère de la data, on envoie une géométrie, ça répond à ce que je veux, c’est parfait. Ouais enfin vous avez déjà vu faire du placo cintré, vrillé, ci et ça, l’ossature qu’il faut derrière, le rendu que ça donne, vous l’avez déjà vu ? Non bon bah faites attention quoi voilà. Ce qui fait que dans tous ces projets un peu emblématique, freeform, on se retrouve avec les mêmes entreprises parce qu’il n’y a qu’elles

140


qui sont capables de répondre à ce genre de configuration. Donc sur les trois projets j’ai rencontré toujours quasiment les mêmes personnes… L.M : D’accord. Du coup est-ce que vous savez euh non bah ce n’est pas vraiment du bim donc… A.B : Non mais allez y allez y parce que justement faut qu’on en parle L.M : Y’a eu de la collaboration quand même sur ces projets entre les disciplines ? A.B : Alors oui mais elle n’était pas forcée, CAD que c’était les entreprises qui forçaient à avoir des réunions de travail en 3d pour justement solutionner des problèmes. On nous donnait une maquette, une simple peau de référence extérieure et on devait se débrouiller autour de ça. Sauf que quand on vient commencer à mettre le bloc porte, l’habillage, le ci le ca, l’acrotère du béton qui est un peu plus haut, à un moment donné on n’arrive plus à passer, on fait ci on vient s’adapter, on vient repiquer le béton pour être à la bonne taille, on se retrouve avec des problèmes qui ne sont absolument pas vu en 2d et puis on peut s’imaginer le truc : la Canopée comme la Cité du Vin, faire de la 2d c’est impossible, c’est forcément que du full 3d donc y’a eu des réunions poussées par les entreprises, avec les architectes présents pour dire : voilà aujourd’hui on a telles problématiques en fonction de vos plans qu’est-ce qu’on fait ? Donc l’avantage des entreprises c’est que on n’est pas là pour dire on a un problème on ne sait pas quoi faire, on dit voilà ce qu’on peut faire, on faisait des propositions et puis ensuite après l’architecte disait ça, ça me plait, ça, ça me plait pas, on va faire un mixe entre les deux avec un peu de ci un peu de ça, proposez moi ça la prochaine fois pour avancer. Donc y’a eu des réunions de synthèse, de travail en 3d pour avancer mais par exemple le BIM ici on va enlever le coté data pour garder le coté 3d donc c’est à dire que là par exemple sur le chantier que je fais, je fais des réunions de synthèse tous les mois et je montre la maquette et je montre le clash en disant « ah regardez le lot plomberie la descente que vous avez mis d’eaux usées ici elle clash avec le lot cvc » parce que « ah oui mince on avait dit qu’on se raccordait ensemble puis maintenant j’ai vraiment besoin d’avoir une évacuation moi » « bah j’ai pas fait attention que t’avais dans ton plans qu’il y avait une trémie qui était pour toi moi j’ai mis la dedans » et puis voilà. Mais au moins la synthèse elle a permis ça. Donc aujourd’hui quand on fait une synthèse on enlève la data, on en a plus besoin mais par contre je garde la 3d. Par contre quand je viens cliquer sur l’élément je sais que c’est le lot plomberie et je sais que c’est de l’eau usée. Je sais que ce n’est pas une eau vanne qui vient de tel endroit, je sais déjà identifier mon objet, je sais son diamètre et je sais plein de choses. Et par exemple dans l’électricité j’ai un passage de câble et là quand je vais cliquer dessus il va me dire peut-être « 50% de remplissage de mes câbles » donc si dans mon DTU on m’autorise d’aller jusqu’à 75%, je sais que le client il pourra rajouter du câble électrique dans ses gaines là. Mais moi ce qui m’intéresse en synthèse c’est est-ce que ça clash pas dans une poutre ? Oula il y a un lot cvc qui passe là, est ce que je passe bien ? Oui, oui c’est bon donc ce que vous m’avez donné c’est bon pour fabrication et sur le chantier si vous respectez vos altimétries logiquement vous n’aurez jamais aucun problème. Donc le BIM aujourd’hui il est beaucoup utilisé du moment qu’on fait un modèle 3d et du moment qu’on fait de la synthèse. Synthèse 3d bon. Les gens, je crois que c’était à BIM World qu’on présentait un truc avec des captures d’écran, ils disent « ah t’as vu ils font du BIM » ! Bah non là c’est une maquette 3d pour le coup… Et y’a un peu ce mélange (dans l’esprit des gens) et le BIM ce n’est pas le passage à la 3d, c’est ça qui faut bien comprendre. Y’en a beaucoup qui disent « je passe à la 3d je fais du BIM ! » Bah non. L.M : Oui oui j’ai entendu ça déjà, « nous ça fait 15 ans qu’on fait du BIM, ça fait 15 ans qu’on travaille sur Archicad » S.B : Bah voilà. A.B : Alors Archicad a été l’un des premiers dans lequel on peut renseigner beaucoup de choses ! Mais ensuite est-ce qu’il est utilisé ? Ce n’est pas forcément le cas, donc aujourd’hui c’est ça qui faut faire c’est vous dire bah « Vous avez une maquette Archicad, d’accord, c’est quoi le coefficient thermique de cette pièce ? ». S’ils vous disent « je sais pas », ah bah monsieur vous avez un modèle 3d vous n’avez pas une maquette bim. S.B : On ne fait pas du bim tout seul, nous on est des supers bons bimers, on est à fond dedans, on fait de la fabrication, on s’échange tous les deux pleins de trucs, on gère super bien, on est parfait ! Lol ! Mais on ne fait pas du BIM tout seul je veux dire on le fait avec les autres, c’est collaboratif ! Il y a un mec qui est au milieu, c’est le BIM manager, il a une méthode, une maquette numérique et c’est fait pour que tout le monde échange, avec un format d’export commun à tous déjà et déjà rien qu’obtenir ça je vous jure que ce n’est pas facile. Parce que ils ont tous des petits trucs à eux, « oh mais moi j’suis pas équipé, j’ai pas d’outils ». Ok mais ça peut fonctionner, on se démerdera ! L’autre il utilise Archicad, l’autre il a SolidWorks on sait pas pourquoi, le fabriquant il a autre chose, nous on a Rhino, bon bah il faut au moins ces trucslà, déjà si on n’est pas plusieurs on fait pas du bim, on fait que renseigner des maquettes, ce qui est très bien aussi mais je veux dire si on le fait que pour nous bah voilà ! Par contre si on commence à échanger avec une autre entreprise qui travaille sur un lot ou il y a des interactions qui va dire « ah bah tiens, moi je vais te fourguer mon modèle de charpente et puis toi tu vas me donner ton modèle d’habillage » alors là, déjà on commence à toucher au BIM puisque on échange à plusieurs entreprises, on se met d’accord et on adapte nos modélisations et nos fabrications à ça. Mais si on est tout seul, « je fais du BIM parce que ça fait 15 ans que je fais de la 3d » bon euh… Moi ça fait 15 ans que je fais de la 3d, un peu plus même, je ne fais pas du BIM depuis 15 ans hein !

141


A.B : J’ai une très bonne capture d’écran là-dessus, c’est là, y en a un qui se dit « BIM » ? Ouais mais tu ne veux pas collaborer, tes tout seul tu fais quoi ? Voila. L.M : Bah ouais c’est ça ! A.B : Si on est tout seul c’est comme quand on dit oui je suis responsable design là-dedans « Ah t’as combien d’équipe ? » « Bah je suis tout seul », « Ok t’es pas responsable alors, tu te fiche de moi ? » S.B : Celle-là vous pourrez la mettre dans votre mémoire parce que ça c’est juste la base je pense hein c’est clair, le BIM tout seul on en fait pas. A.B : Donc eux après je pense que c’est une image de moutons ils ont simplement rajouté BIM dessous mais bon voilà le principe il est là : aujourd’hui BIM = interopérabilité, interopérabilité = pouvoir échanger ensemble des informations géométriques ou datas ensembles pour avancer ensemble. C’est toujours ensemble, il y a toujours le mot ensemble c’est pas chacun dans son camps ! Après bah par contre le premier arrivé, premier servi hein ça dans le bâtiment ça existe toujours. « Ah bah le béton il est coulé en premier, moi il est comme ça, tu te débrouilles t’avais qu’à me donner tes plans de réservations avant et j’aurais fait à peu près comme t’aurais voulu » voilà, aujourd’hui c’est toujours ça mais la maquette va énormément anticiper ça. Donc oui y’a eu des réunions, sur la Canopée on avait des réunions de synthèses avec tous les lots et on avait des centaines de pages de clash ou de modifications ou de non-respect de la géométrie avec « validé, refusé, à améliorer », donc ça oui y en a eu sur les jardins des boulingrins donc comme je vous le disais, chacun tirait un peu la couverture dans son coin du coup j’ai dit « non non maintenant on arrête tous, arrêtez de nous mettre deux semaines dans la vue, maintenant chacun va venir avec son modèle, je vais me mettre sur un ordinateur, on va tout compiler et on va travailler ensemble ». Et exemple TESS donc qui est un bureau d’étude d’enveloppe, travaillait sur Grasshopper à partir de mes coques pour générer la surface extérieure et il me dit « oui mais non mais nous il nous faut une semaine pour régénérer tous les panneaux et tout » je lui dit non non vous allez mettre votre GH sur mon truc et on va travailler en temps réel mais « non cest pas possible ». Euh j’ai des machines puissantes, ça tournait en temps réel CAD qu’on attendait 5 secondes le temps que le modèle se régénère et « ah oui ça se refait tout seul » ! Oui oui donc vos semaines, hein, on sait ce que ça veut dire quoi. Donc oui il y a eu des réunions de travail, ce qui a permis de voir le nombre de triangles générés, est-ce que c’est trop gros, pas assez donc on avait vraiment l’architecte a côté de nous, « non j’aimerais avoir quelque chose de plus fin ici, est-ce qu’on peut voir sur les cinq pavillons les uns derrière les autres, voir comment est-ce que ça se passe » etc et par exemple a une semaine du rendu final du DCE l’architecte arrive et donc déjà quand j’arrive il me missionne pour ça donc je dis « Vous avez déjà le terrain de Monaco ? » « Comment ça ? » « Bah oui parce que la ville de Monaco ils ont le modèle MNT donc modèle numérique de terrain où tout est géo-référencé, donc il nous faut la dalle à cet endroit-là, comme ça je vais pouvoir implanter mes pavillons parfaitement et tout ». « Ah bon », alors on a appelé la SBM, ils nous ont envoyé le fichier sans aucun problème, il me dit « mais comment tu connais ça ? » bah je lui dis bah moi j’ai travaillé avec eux pour la création de ce modèle, je leur ai donné des conseils sur comment créer ces maquettes-là. Donc ce qui m’a permis d’avoir déjà tous les trottoirs, les emplacements des arbres à protéger ainsi de suite, donc j’avais déjà ça, j’avais tout le terrain et puis ensuite après j’ai commencé à faire mon chemin donc le chemin s’adaptait en fonction des pavillons, des largeurs, des grosseurs et de l’aménagement intérieur et ensuite on est arrivé à faire des vues pour voir ce que donnait sur le premier des triangles plus petits, plus importants, par rapport au second, quelles étaient les perspectives, donc on avait des vrais choix esthétiques et ensuite après on liait ça avec les contraintes mécaniques et techniques savoir si à chaque fois les triangles ne dépassaient pas telle taille pour la fabrication, donc là il y a eu des vraies réunions de travail. Et le CCTV… Oui CCTV et Canopée y’a eu oui chaque fois des réunions de travail mais beaucoup quand même demandée par les entreprises. L.M : Oui d’accord, du coup ce n’était pas une démarche qui a été mise en place au début ? A.B : Ah non ça n’a jamais été dit bon bah tous les 15 jours on se voit, on fait un point 3d ou un point projet ou maquette pour dire voilà ce que ça donne. Sur la Canopée en phase EXE un peu plus, parce que la c’était la synthèse qui l’imposait. Dans la cité du vin il n’y a jamais eu de synthèse, c’était juste des échanges de fichier entre nous. Quand il n’y a pas ces missions de synthèse, les gens ne le donnent pas naturellement (les échanges de fichiers). Nous entre entreprises on se l’échange parce qu’on sait que c’est important mais ça vient pas forcement du souhait de l’architecte de faire échanger pour voir son modèle et voir ce que font les entreprises. Aujourd’hui je peux l’assurer, on compilait une maquette globale sur la Cité du Vin qu’on envoyait, elle était tellement lourde que de toute façon l’architecte n’arrivait pas à l’ouvrir et ne la regardait pas. Ils arrivaient sur le chantier : « C’est quoi ça ? » « Bah regardez, vous avez vu la maquette on vous a même fait une coupe pour vous dire ce qu’on allait faire, on vous a envoyé la maquette avec tout le linéaire de 50m de long, voilà comment ça se fait ». « Ah non non, c’est trop gros faut réduire ! » Bon bah c’est 5000€ à la poubelle. L.M : Donc y’a pas eu de démarche décidée dès le départ en fait. A.B : Non hormis quand y’a des synthèses, aujourd’hui non. 142


L.M : En fait ça s’est un peu fait de fil en aiguille finalement ? A.B : Ça se fait dans les entreprises qui elles sont toutes dans la même galère et ont envie de travailler ensemble, mais aujourd’hui ce n’est pas un souhait de l’architecte de vouloir échanger tout ça. Aujourd’hui on nous a même attaqué à un moment donné qu’on ne respectait pas le calepinage souhaité par l’architecte en réunion je dis « bah regardez, voilà notre modèle, j’importe votre modèle dedans, dites-moi où est-ce qu’il y a une différence ? L.M : Sur quel projet ça ? A.B : Sur la Cité du Vin. Donc après nous on a fait de temps en temps des pistes d’optimisations parce que des endroits étaient beaucoup trop serrés pour arriver à le produire, donc on a soumis d’autres propositions qui ont été refusées, ils ont le droit hein, tout à fait le droit, et ensuite après bah « Si vous voulez ça, on va être obligé d’avoir une cassure à cet endroit donc est-ce qu’on peut rajouter un joint ? » « Oui ça vous pouvez ». Voilà c’est pareil sur les panneaux de verres, il y a un moment donné en fait ils restaient plans ils n’avaient pas le droit d’être cintrés, bon bah ce qui fait que il y avait des divergences, mais à un moment donné il y avait trop de divergences donc ils ont dit bah coupez en deux comme ça on aura moins de divergence. Mais ça a toujours été, entre le modèle de l’architecte et le modèle final il y a quand même une différence parce qu’on a fait évoluer le modèle pour des questions techniques où de temps en temps : « Ah bah c’est pas du tout ce qu’on imaginait, y’a des divergences beaucoup plus importantes, oui mais là ça ce n’est pas acceptable donc on va le modifier quoi ». Y’a même un moment donné où pour des questions esthétiques, le verre étant des panneaux plan avec des divergences très importantes, on nous a demandé à nous sur la partie métal de venir faire exprès de faire des écailles donc faire des taules soulevées pour faire croire que en fait c’est maitrisé alors qu’en fait c’était un total défaut parce que ils n’ont pas choisi la bonne facettisation, ils n’ont pas choisi la bonne technique pour que ce soit bien fait. C’est un choix hein, mais voilà aujourd’hui moi je le vois plutôt comme un cache misère même si on l’a bien réalisé, plutôt que de se dire « oui c’était voulu ». L.M : Bon bah du coup j’avais une question c’est quel niveau de bim a été fixé mais euh du coup zéro ? A.B : Bah le plus bas niveau. Alors euh on peut dire un modèle 3d mais ce serait manquer de respect au mot BIM on va dire car c’est building INFORMATION modeling donc il y a le « i » qui est très important et aujourd’hui il n’y avait pas ça alors attention, ce n’est pas officiellement du BIM par exemple la Cité du Vin ou même la Canopée. Mais on en faisait quand même un petit peu parce que on avait des tableurs Excel qui déterminaient par les noms quels types d’objets c’était, mais ce n’était pas inscrit dans la maquette, c’est ça que je veux bien faire comprendre, c’est que aujourd’hui du BIM logiquement ce n’est pas un modèle et puis une base de donnée ici et puis un truc comme ça là, il faut que ce soit connecté quand même. Aujourd’hui il y avait un modèle 3d, y avait des bases de données mais c’était pas forcement relié et interactif les uns avec les autres. Je vous ouvre le modèle j’ai tous les noms, j’ai des annotations qui sont dessus mais je m’en suis servi parce que j’en avais besoin pour plus tard mais ça ne m’était pas imposé, c’est ça que je veux bien dire. C’est à dire que on travaillait avec des éléments que nous, entreprise, on avait besoin pour notre production mais ce n’était pas demandé par l’architecte et même je dirais : il y avait des dates quand même imposées pour rendre des maquettes d’avancement, mais ce n’est pas pour ça qu’il les ouvrait et ce n’est pas pour ça qu’il les utilisait. S’il les utilisait c’était souvent pour faire des rendus pour eux même. S.B : Il y a un truc qui est important à comprendre quand même quand on parle de LOD c’est que il y a LOD détails et LOD développement c’est pas la même chose, on parle de LOD mais en fait on parle de détail ou de développement, ça parle pas de la même chose. Il y en a un on parle de data et dans l’autre on parle de géométrie donc comme on le disait tout à l’heure on peut aller de zéro a cinq, on peut faire un cube pour représenter un élément ou alors on peut faire la plaque avec tout ce qui va dedans : les vis, les pas de vis et tout ça à l’extrême opposé. Et puis qu’on soit à 0 ou 1 bah en data on peut faire pareil : de 0 à 0 ou de 0 et 5 ou de 5 et 0, 5 et 3… On peut faire ce qu’on veut, et ça c’est important à dire parce que ça permet justement de bien nuancer cette question de maquette numérique quand on a pas forcement le nez dedans on arrive a bien imaginer justement, ah oui effectivement on peut construire des bâtiments complets avec des listes Excel hein y’en a qui le font très bien mais c’est déjà du « développement » puisque c’est de la data donc on va dire « bah tient ici c’est telle porte, tel endroit, tel fabriquant » comme on disait tout à l’heure, et on est même pas forcément obligé d’avoir une maquette numérique, dans l’idée en général en construction on a toujours bossé comme ça, ça marchait bien ! Et puis après vous pouvez aller à l’extrême opposé, faire un truc très détaillé puis le mec dans sa maquette il faudra qu’il prenne les cotes parce que y’a pas du tout de détail et… Mais faut vraiment nuancer ces deux trucs et les gens se trompent aussi beaucoup, c’est pour ça que le BIM c’est vachement important, ça se structure dans la tête des gens d’années en années, ça se voit sur le BIM World d’ailleurs, mais quand on parle de LOD souvent on ne parle pas des mêmes choses avec les gens. Parce qu’ils disent LOD mais c’est pas la même chose le détail et le développement. Y’en a un c’est de la data, l’autre c’est de la géométrie. Mais ce n’est pas pareil, on peut croiser les deux mais c’est différent. A.B : Bah par exemple là sur un projet on nous demande un LOD 500. Donc en fait c’est en niveau, ça commence à 100, 200, 300, en DCE on va dire qu’on arrive à peu près à du 300 et puis après 350 et 400 sont généralement réservé a l’entreprise pour arriver à vraiment fabriquer les choses. Et le LOD 500 logiquement c’est « bah j’ai cette pièce je vais la fabriquer. D’accord bah je la pose ici. » Sauf que moi sur ma maquette je l’ai posé ici. Ça c’est du LOD 400, et ça c’est

143


le LOD 500, c’est à dire que je devrais re-bouger ma maquette pour la mettre précisément à cette endroit-là pour dire je l’ai mise ici. Ça veut dire que imaginons que ça c’est un fil électrique, je l’ai mis là puis j’ai une intervention à faire, le monsieur il perce ici, il va percer pile dans ce que j’ai fabriqué, risque de choc électrique donc danger pour la personne. Donc y’a une vrai connaissance a avoir sur ce niveau de détail mais le problème c’est que si moi je conçois ça et que j’ai fait réaliser ça (= autre chose), il faut que j’ai l’ouvrier qui l’a posé ici, il faut qu’il me le mentionne et me donne le delta en x, en y et en z pour arriver à le positionner correctement sur ma maquette et donc là après c’est un autre très gros travail, mais ce qui fait que derrière si j’ai une maintenance à faire, c’est le principe du bim, je sais que mon fil est là. Si j’ai besoin de mettre une araignée pour aller remettre une autre prise, je sais où aller chercher le fil. Alors que si je perce là, je crois que je vais détruire le mur d’un gros truc avant de voir que le fil « ah ouais en fait il est là-bas quoi » donc je vais refaire un autre trou ici. D’accord, donc ça c’est très important et aujourd’hui c’est encore un petit peu flou là-dessus, sur ces niveaux de détails, parce que souvent on nous demande des choses on ne sait pas vraiment pourquoi. A l’inverse par exemple : « oh bah du LOD 300 ca va suffire ». Oui, mais vous savez que nous pour fabriquer on a besoin d’aller plus loin et on ne va certainement pas vous faire deux maquettes, une simplifiée pour vous et une complexe, réelle, pour nous pour la fabrication. Donc c’est un peu la difficulté aujourd’hui, c’est d’arriver à un juste milieu entre ce qui est nécessaire pour la maintenance ou pour la synthèse et ce qui est réellement utile pour la fabrication. L.M : D’accord, du coup la question d’après c’est est-ce que vous avez travaillé en modèle intégré ou en modèle fédéré mais du coup… A.B : Alors on va dire intégré échangé par mail ou par clé USB. Donc même pas d’armoire à plans sur lequel on peut déposer nos maquettes, c’était des WeTransfer qu’on envoyait pour des maquettes de plus de 1 Go, compressées voilà. (Rires) Donc aujourd’hui le BIM 2.0 il est très compliqué à faire, aujourd’hui même sur l’ENS Cachan où on a des moyens, on n’est pas sur du 2.0, on est encore sur du 1.0 c’est à dire que chacun va télécharger ses maquettes en local, va travailler en local et va diffuser tous les 15 jours sa maquette pour visa et pour mise en synthèse, donc avoir un serveur dédié à ça aujourd’hui non. Et de toute façon on est sur un projet qui est tellement énorme que après on aurait des difficultés : nous aujourd’hui ici on est équipé en fibre, mais sur le chantier ils sont pas en fibres et une entreprise qui est au fin fond des Bauges ils ont un ADSL de 1 à 2 méga ou un truc comme ça, donc eux, gérer des fichiers de 50, 100 ou 200 méga aujourd’hui c’est pas possible hors local quoi donc voilà, ça va arriver mais aujourd’hui il faut arriver à trouver des solutions différentes quoi. Un exemple sur l’ENS : par exemple donc entre l’architecte et l’ingénierie qu’est-ce qu’ils faisaient bah ils travaillaient chacun sur un serveur local et puis à minuit hop on mettait en sauvegarde des deux côtés et puis ils communiquaient par des serveurs FTP et puis le lendemain « ah ça y est ça s’est mis à jour ! ». Mais c’était la nuit et c’était pas dès qu’on fait CTRL + S ça enregistre. Alors que nous voilà on a un collaborateur sur Paris, aujourd’hui on a des disques nous ici, on fait CTRL + S, boum ça envoie la synchronisation en temps réel donc il faut juste le temps que ça se mette à jour, mais aujourd’hui du coup je ne lui envoie pas de mail avec des pièces jointes, je lui dis c’est sur le serveur à cet endroit-là. L.M : Oui c’est le projet partagé sur Archicad, c’est le même fonctionnement ? A.B : Oui oui c’est ça, projet partagé sur Archicad, ou serveur Revit c’est la même chose mais aujourd’hui ça, ça marche en interne dans une entreprise mais de là à ouvrir à plusieurs entreprises… Le problème c’est que aujourd’hui vous vous adressez à un gros architecte, à une grosse ingénierie, à une grosse entreprise, mais leurs services informatiques, y’a tellement de bridages derrière ces serveurs qu’aujourd’hui c’est presque impossible d’ouvrir les réseaux au monde de l’extérieur. Si on veut diffuser sur un serveur c’est dans un dossier très particulier qui est lui détaché de tout le reste du réseau. Donc aujourd’hui se dire « on va tous travailler ensemble sur la même maquette qui est localisée à un endroit », il va falloir une petite évolution des services informatiques et des entreprises. Ou alors on va passer par des Revit Server qui vont couter 200€ au mois pour avoir ça quoi. Mais le problème aussi y’a la lenteur des transferts qui aujourd’hui je pense est un gros frein à l’évolution de ça. Revit Server est en train de s’améliorer mais après c’est la lenteur des éléments quoi. L.M : Puis il y a la taille des fichiers aussi. A.B : Y’a la taille des fichiers oui, moi sur la Canopée, vous l’avez vu le projet peut-être, vous êtes allée à Paris voir la Canopée ? L.M : Non j’ai juste vu des images et des documents dessus. A.B : Bon en fait c’est un système de 15 ventelles donc ça fait un peu 15 ailes d’avions, la dernière ventelle qui est la plus grande, mon fichier fait 1 Giga. Aujourd’hui mon dossier de travail de la Canopée il fait 250 Go. Tout ne se synchronise pas bien sûr, mais mon dernier fichier de travail sur lequel je dis j’envoie ça en fabrication c’est 1 Go. J’me vois mal faire enregistrer « bon bah j’ai fini ma journée parce que le temps qu’il enregistre et qu’il envoie sur le serveur c’est terminé hein » ça c’est aussi un frein c’est pour ça que le bim 2.0 est potentiel mais dur à appliquer encore aujourd’hui quoi. Les gens ont l’habitude de travailler en local et ensuite après de diffuser. 144


L.M : Oui bah nous on bossait pareil et lors d’une journée bim il y avait une fille qui bossait chez Piano et eux je pense que c’était en interne aussi mais ils disaient que toute les deux heures ils avaient une pause de 15 minutes parce que tous les serveurs se mettaient à jour et du coup ça plantait tout enfin on ne pouvait pas travailler, du coup elle disait que c’était horrible. A.B : Oui oui (ils rient tous les deux) Oui c’est sûr que pour le flux de travail ce n’est pas… L.M : Ah oui du coup je me demandais au niveau de la sélection des entreprises y’a pas eu de demande obligatoire de travail en bim ? A.B : Alors on reste sur les trois projets non, par contre on prend l’ENS Cachan, c’est une obligation. C’est-à-dire que tous les lots devaient présenter un BIM manager du lot qui allait être en référent vis-à-vis de la synthèse pour ce lot-là. Donc là par contre nous on a fait tout un dossier technique sur qui est AurBlanc, comment on va travailler pour les entreprises pour lesquelles on travaille pour fournir une maquette cohérente en fonction de ce qui est demandé par la synthèse. Donc là oui s’il n’y avait pas de bim manager de toute façon la porte elle est là, on ne regarde même pas votre offre. La première entrée c’était ça, est-ce que vous avez un bim manager, est-ce qu’aujourd’hui vous êtes capable de travailler en bim pour ce projet la alors après quand on a été sélectionné je leur ai dit mais vous savez que de toute façon les entreprises c’est pas revit leur logiciel de base, et c’est certainement pas le premier qu’ils vont choisir. « Comment ça ? » Bah Revit il fait qu’une belle géométrie mais il ne fabrique rien, vous croyez que revit il va déplier la taule que vous avez mis la ? Non c’est pas lui qui va le faire c’est un autre logiciel donc les gens ils travaillent d’abord sur l’autre logiciel avant de travailler sur revit. Et Archicad c’est pareil hein ce n’est pas des logiciels fait pour la fabrication et je lui dis aujourd’hui on est plus en ingénierie, on est plus en conception, maintenant on est en fabrication. Donc les gens ils vont travailler avec tekla qui est un vrai logiciel métier et qui va dire bah je fais une poutre reconstitué soudé, il est capable de casser les 4 faces, de mettre ça à plat et d’envoyer ca aune machine-outil avec la découpe laser pour fabriquer cette pièce, faire l’angle pour avoir l’apothème donné par le bureau d’ingénierie pour que y ait la résistance mécanique qu’il faut quoi. Donc la « ah bon ? Mais comment vous aller faire ? » Bah ça c’est notre métier de savoir transcrire d’un logiciel a l’autre avec tout ce que vous nous demandez. Donc moi j’ai des entreprises qui vont travailler avec tekla, solidworks et puis autocad 2d, donc il ont aussi un plugin mais qui est un peu lourd, donc on va les aider à passer à autre chose pour aller plus loin quoi . L.M : D’accord A.B : Donc aujourd’hui ce n’est pas toujours une obligation mais sur des vrais projets bim, oui ils demandent maintenant des références pour le faire. Là y’a un architecte qui m’avait contacté il me dit « bah voilà je dois répondre à un appel d’offre mais il me faut forcément un BIM manager, est-ce que ça vous plairait sur ce projet-là de travailler avec nous en tant que BIM manager » et tout quoi donc voilà on lui a donné nos références et si y’a pas ça il n’avait pas son entrée quoi donc j’étais sa clé d’entrée pour répondre à l’appel d’offre. L.M : OK et alors j’ai mis jusqu’à quelle dimension est allé le BIM ? 4D dimension temps lié à la maquette, 5D, 6D ? A.B : Alors aujourd’hui on n’a pas travaillé … Enfin sur les Boulingrins comme j’y étais pas là de toute façon après ça s’est transféré à Acieroid et ils ont tout fait sur Catia, et je sais qu’il y avait aucune notion de temps, après c’est des plannings lié à un planning chantier faut que ce soit produit a telle date mais ça n’était jamais mis dans la maquette. la Canopée c’est pareil le temps était géré par le planning chantier mais jamais été inséré dans la maquette, sur la cité du vin, 4D/5D ça n’a jamais été abordé sauf par on va dire notre application qu’on a développé pour dire bah voilà on a tant d’éléments qui sont en fabrication et y’en a tant qui sont sur le chantier donc on peut poser tant. mais on peut pas appeler ça on va dire y’a pas une pièce qui dit elle doit être posée a telle date voilà aujourd’hui ça j’aurais voulu faire ça mais ils m’ont pas donné le pouvoir de le faire c’est pour ça que vous voyez le bim est très léger hein, ca s’arrête a 3d et on va pas au-delà donc euh non et même nous aujourd’hui on a des outils qu’on a développé en interne pour faire des comparaisons justement quand on est en 4d se dire bah voilà aujourd’hui cette pièce elle doit être fabriquée à telle date aujourd’hui on est à telle date est ce que je suis à j+2 ou à j-2 et j’ai un affichage particulier qui fait que ça me dit si je suis en retard ou en avance mais aujourd’hui on l’a pas utilisé sur les chantiers parce que aujourd’hui la vie de chantier on se dit dans le planning on va commencer là et puis en fait bah je peux pas travailler parce que ceux en bas ils sont en retard donc moi je vais commencer là. Donc le planning faut tout repartir dans tous les sens, aujourd’hui ça se fait pas quoi c’est euh vous avez combien de pourcentage ? Vous avez 30% alors que vous devriez avoir 0, là vous devez avoir 25 et vous avez 0, bah en fait vous avez +5% mais on le calcule pas comme ça quoi. Donc aujourd’hui non sur aucun chantier il y a eu de gestion 4D et 5D. L.M : A partir de quelle phase a commencé le travail en collaboration pluridisciplinaire ? Sur les trois projets ? A.B : Hum… Y’a eu un travail entre architecte et ingénierie pour arriver à créer un modèle on va dire, pour avoir un DCE complet, après en phase EXE c’est sur qu’il y a des vrais échanges entre tous les acteurs en terme d’entreprise, donc à partir de la phase EXE c’est 99% d’échanges entre les entreprises, en amont y’a peut-être 40 à 50% d’échanges mais c’est

145


pas un échange vraiment quotidien c’est « bah on se revoit dans un mois et on vous donne un modèle » voilà alors que là nous on était capable de dire bah toutes les semaines on s’envoie un modèle pour voir quelle est votre état d’avancement attention moi j’ai besoin d’avoir ça pour telle date parce que faut que je commence à faire fabriquer en fonction de ce que vous allez me poser donc envoyez moi bien les informations très rapidement, donc y avait des vrais échanges nous on était sur des bungalows chantier, les quatre entreprises principales étaient sur les 4 bureaux presque adjacents bon bah toc toc tiens t’as ton modèle, tiens donne-moi ça avec ton projeteur tiens en échange moi je te donne ça en échange, tiens je vérifie tes modèles, oui ça me convient, tiens t’as le modèle contreventé sur la charpente là ? Ouais bah donne-le moi comme ça je vais anticiper pour ma réception… Les entreprises travaillent ensemble. Archi inge comme je le dit depuis le début, c’est déjà un petit peu plus délicat quoi. L.M : C’est dommage ! S.B : Les architectes ne veulent pas qu’on vole leur projet, ils ont un côté un peu insaisissable, un peu star système en fait, ils ont le dernier mot donc ils ne veulent pas qu’on rentre dans leur projet, ils veulent pas avoir l’impression qu’on leur prenne et ils veulent surtout surtout qu’on sache que c’est eux qui l’ont fait. Mais dans le fond ils proposent jamais qu’une intention alors attention là on parle de beaux projets, je dis pas que c’est des gens qui manquent de compétences, mais nous on essaye de se rapprocher de la maitrise d’œuvre, c’est compliqué hein d’aller toucher les architectes hein, ils veulent pas entendre parler de ça parce qu’ils veulent pas rentrer là-dedans parce que c’est pas leur métier, et c’est des gens qui vous disent oui mais nous machin et puis il nous reste la créativité ? Bah oui mais monsieur au bout d’un moment la créativité on la respecte mais il faut bien qu’elle sorte de cette fameuse boite du petit prince quoi, a un moment faut arrêter les fantasmes de projet il est la c’est un artiste et c’est joli. C’est super mais techniquement faut faire quelque chose, alors ils savent faire des choses, pas jusqu’au bout, c’est pas leur métier, c’est pas des fabriquant de pièce, c’est pas leur métier déjà, et puis c’est quand même faire de la RDM, y’a des questions d’assurance etc mais surtout ils veulent pas qu’on touche à leur truc, donc ils veulent pas qu’on se rapproche d’eux il veulent pas A.B : Ils maintiennent cette barrière… S.B : Et puis y’a tout un tas de gens la dedans, en fait c’est là qu’on est con chez AurBlanc, en fait Aurélien lui ça fait 9 ans a peu près qui fait ça, c’est une des rare personne en France qui sait faire ça et maintenant on commence à faire de la croissance interne en travaillant avec moi et avec un autre collaborateur à paris parce que justement les gens ils viennent voir Aurélien pourquoi parce qu’en fait entre l’architecte et le chantier y’a pas grand monde qui est capable de faire la corrélation entre ces deux mondes et dire ah bah tient je prends ton truc, je refait tout, enfin de manière efficace hein sans que ça prenne des mois et que ça coute une blinde et on refait tout et tac le fabriquant il dit qu’est-ce que tu me donne ? Je te donne ça, impeccable voilà, y’a pas grand monde en fait en France qui sait faire ça y’a quasiment personne et c’est justement tout l’art de ce savoir-faire, c’est de savoir faire la corrélation entre les deux mais le maitre d’œuvre, l’architecte lui il a pas envie en fait qu’on se rapproche de lui, il le souhaite pas nous on est allé voir quelques agence la quand c’était les porte ouverte à Lyon y’a quelques temps, bon on s’est pas fait accueillir franchement… il veulent garder ça en interne mais d’un autre coté il savent pas forcément Accompagner jusqu’au bout, y’a certainement des agences qui le font très bien mais euh j’ai des doutes et puis euh… A.B : Oui mais c’est avec cette loi MOP où en fait y’a des responsabilités, vous devez donner ça et c’est tout. S.B : Oui donc on fait le minimum quoi. A.B : Alors après y’a quand même des architectes qui vont loin, faut pas généraliser mais de là à se dire on prend un DCE complet et on fabrique, alors là je peux vous dire que la maison elle s’écroule dès le premier jour, la charpente elle ne tient même pas hein. Pourtant ils se sont fait aider par des bureaux d’ingénierie ou des choses comme ça mais aujourd’hui y’a des petites subtilités que les entreprises apportent qui fait que ça tient. S.B : Voilà l’architecte c’est celui qui dit non en fait. A.B : En fait voilà c’est ça. Bon là ça fait une heure et demie qu’on critique les architectes, donc là je vais remettre les choses à plat. Aujourd’hui moi je fais beaucoup de flaconnage en verre. Les architectes « Oh faire un verre cintré c’est compliqué », moi je le moule le verre hein donc euh… Mais par contre, quand j’ai commencé la première fois, bah je suis allé voir un mec qui était dans la chaine et je lui ai dit bon le verre tu le fabrique comment ? Et attention, il sort du moule, il est comme ça ensuite après on le rebrule pour que la matière elle refonde un petit peu donc si tu fais des choses trop sharp ça va devenir tout mou et ça va pas être joli en fin de chaine. D’accord donc faut que je pense à ça, faut que je pense à ça aussi donc aujourd’hui j’arrive à sortir des produits qui sont cohérents avec la fabrication. Pourquoi est-ce que j’arrive a travailler sur la canopée, la cité du vin, les jardins des boulingrins, j’ai travaillé un peu sur Philharmonie, qui sont quand même les projets les plus emblématiques freeform on va dire en France, c’est parce qu’aujourd’hui moi faire un panneau cintré, alors là mais ça me dérange mais alors absolument pas parce que je sais comment faire mon modèle pour que derrière le fabriquant il sache le faire. Vous allez interroger Jean Baptiste Valette de chez Vinci construction qui fait aussi des très belle Design Parametric avec Grasshopper avec des programmations en VB et tout et bin lui il sait

146


pas comment ça se fabrique et son modèle il est à mettre à la poubelle et on recommence. Pourquoi bah parce que la matière elle se déforme d’une certaine manière donc La géométrie créée doit être fait d’une certaine manière pour que ça se fabrique. Et ensuite et bien après résistance mécanique, peinture, y’a plein de choses qui rentre en jeu, j’allais sur les panneaux de la cité du vin, les panneaux sont laqués avec une peinture métallisées. C’est à dire que vous aviez en fait un reflet blanc a doré, vous le tournez comme ça vous avez blanc là vous avez doré, vous le tournez comme ça là vous avez que du blanc. donc ça veut dire quoi, ça veut dire que si je mettais un panneaux comme ça, puis un autre panneaux comme ça et un autre comme ça, j’aurais eu doré blanc, doré, blanc, j’aurais eu arlequin quoi. Là je me serais fait retoquer par l’architecte. Et Déjà on a des problèmes de teinte parce que avec le temps, la peinture a un peu travaillé, un peu plus au soleil, un peu plus à l’eau, y avait déjà des erreurs de teinte et tout donc si on avait en plus inversé alors la ça aurait été encore plus catastrophique. Donc y’a des vrais soucis de fabrication et moi aujourd’hui je connais les trois plus gros fabricants de panneaux composites et je suis déjà allé tous dans leurs ateliers, je sais que Acodi ils ont 3 commandes numériques, que SAB il en ont 2, que LAUDE ils en ont 2, aujourd’hui je sais leur potentiel de fabrication, je sais ce qu’ils sont capable de faire et donc aujourd’hui je sais adapter ma maquette en fonction de leur production et donc ça, ça aide à concevoir, mais j’enlève certainement pas la créativité, au contraire. Moi aujourd’hui alors je vais vous présenter ce Totem, c’est ce qu’on a imaginé pour le salon BIM World l’année dernière et aujourd’hui on a fait une maquette numérique avec ça et je dis aujourd’hui les ingénieries quand on crée de la freeform bah aujourd’hui il pense QUAD parce qu’ils vont penser panneaux plans. Puis d’un coup l’architecte il va dire ouais mais là j’ai des divergences, ça me plait pas donc qu’est-ce que je fais, je vais trianguler, comme ça mes pointes elles sont bien toujours, et j’ai une forme qui est beaucoup plus propre d’accord et puis bah y’a ceux qui connaissent la fabrication et qui sont capable de faire des panneaux cintrés. Cintrés, vrillés, suivant la matière. Là c’est la même matière, c’est trois concepts différents. A votre avis quel est le moins cher ? Celui qui coûte le moins cher, qui est le plus facile à réaliser ? L.M : J’dirais les carrés, les quads. A.B : 73€ la verticalité, 90€, plus de 100€. Esthétiquement, c’est sympa quand même, là le problème divergence est énorme (panneaux carrés) et là bah en fait on a un surnombre de structure avec des fixations particulières alors que là c’est toujours la même fixation, c’est quasiment toujours les mêmes réglages, là on a des réglages différents, là on a des pièces différentes, donc aujourd’hui quand on sait fabriquer, quand on sait comment travailler la matière, la créativité au contraire elle s’améliore. Donc c’est pour ça que je dis une boite de Lego c’est assez amusant, c’est des pièces qui sont standards mais avec lesquelles on a une créativité extraordinaire ! Moi j’ai eu des Lego, mon grand-père il m’a dit je t’en rachèterais quand t’auras utilisé tous tes Lego. Bah y’a fallu que j’invente quelque chose avec tous mes Lego pour avoir une autre boite, voilà. Mais voilà, j’ai inventé des systèmes, des ci, des ça, mais ça n’empêche pas du tout la création, au contraire, pour moi ça l’améliore. Et un produit industriel, j’allais à Batimat avec un ami architecte et je rencontre Saint Gobain, ils avaient une nouvelle cloison avec un film oled a l’intérieur qui était capable de devenir opaque ou transparent pour des cloisons intérieures, je dis et en modèle cintré, vous avez quel type de rayon, mon pote archi il me fait mais attend cintré non mais t’imagine, déjà droit c’est exceptionnel mais cintré t’imagine pas ! Le commercial : oui oui alors cintré par contre vous avez une contrainte qu’il faut au minimum un rayon de 3m. Et il fait « hein ?! » bah je lui dis Saint Gobin, c’est quand même eux qui fabriquent des verres, s’ils le font pas cintré, ils n’ont pas compris l’esthétique que pourrait donner un architecte a l’intérieur d’un bâtiment quoi. Donc voilà c’est je dirais un peu ce manque de recul sur la fabrication que peut avoir le métier de l’architecture et ce qui fait que voilà lui il n’aurait jamais pensé à faire une cloison cintrée, alors que moi c’est la première chose que j’ai pensé, voilà esthétiquement on va pouvoir ajouter autre chose, est-ce que vous le faite en cintré ? S.B : Voilà, l’architecte c’est pas celui qui va proposer des solutions, l’architecte c’est celui qui dit non, c’est à dire qu’il attend qu’on lui propose des solutions et il dit non ça me va pas, non ça me va pas, oui ça, ça me va. Voilà, c’est vrai, c’est uniquement ça. L.M : Mais moi je trouve ça dommage, parce que je trouve qu’on est plus créatif à plusieurs, surtout quand chacun a ses spécificité quoi. A.B : Oui mais c’est un peu la loi française qui interdit d’aller vers ça. Mais la maquette elle permettrait justement d’avoir un peu plus de notions techniques un peu à tous niveaux. Aujourd’hui je vais prendre TESS, ils nous proposent sur Paris de faire une voile intérieure esthétique et ils nous envoient des plans. Bon on est arrivé un peu en dernière minute proposé par le client donc ils ont pas trop apprécié, ils nous envoient des plans donc bon nous, on fait un système, on fait une vidéo de montage pour montrer comment est-ce qu’on est capable à partir de fixation invisible de monter la structure et que ça marche bien et puis deux jours avant le rendu ils nous renvoie une autre solution au lieu de se fixer sur les nez de dalles, on se fixe sur le plancher avec un tube qui faisait un plat de 10 d’épaisseur sur 25m de haut. Je leur dit en réunion mais vous avez déjà vu un plat de 10 sur une table ? Il ondule naturellement. Comment voulez-vous que sur 25m vous ayez une linéarité parfaite ? Et là, j’avais les fabricants qui étaient à côté de moi et ils ont tous dit bah oui de toute façon le tube nous on le ré-aplati un petit peu ou on fait ce qu’on peut avec mais jamais sur 25m vous aurez 1mm d’écart et quand vous allez poser vos 20 tonnes d’ossatures dessus il va tout onduler quoi donc euh… Mais là j’ai vu qu’il a été réalisé donc je vais aller voir comment ils l’ont fait, à mon avis ils ont dû mettre des renforts à certains niveaux de dalles et tout quoi ce que nous on avait proposé de base. Donc voilà c’est de se dire ils proposent une solution mais

147


ils ont jamais vu techniquement, réellement, ce que ça pouvait donner un plat de 10 sur 25m. Déjà on fait des barres de 6m et encore, ça ondule déjà. S.B : Le gros problème aussi sur L’Hôpital Grâce de Monaco sur lequel on nous consulte pour réaliser des parements extérieurs, c’est que l’architecte il a vu des choses en 2d mais il les avait pas imaginées en 3D et il n’avait pas compris qu’en fait ces interactions géométriques, elles ne fonctionne pas comme il le voudrait c’est à dire que on considère un élément à 2 pentes mais qui a une distance variable, forcément ou la pente elle évolue ou forcément il aura pas la même distance à l’endroit où on coupe. Et ça il ne l’a pas imaginé. Donc ils ont voulu faire appel à nous, bon c’est un peu plus compliqué que ça, mais effectivement dans ses détails à lui c’est quelque chose qu’il avait pas imaginé et ça, ça lui coute de l’argent. Ça va couter un maximum de fric, parce que ça pour le réaliser c’est pas facile. A.B : En fait il fait une coupe 2D, il part d’une même altimétrie il fait une pente à 3% et puis en fait après en vue de dessus et bien il fait une ondulation comme ça, bah l’altimétrie du nez de dalle il est variable, mais il n’y a pas pensé. Donc après quand il voulait fixer des ossatures dessus, les tubes devenaient eux aussi uniques de par leurs longueurs. Et ça dans le budget ça ne passait pas, voilà. Et c’est des grosses ingénieries hein, c’est la plus grosse ingénierie de France. Mais c’est pour ça que je dis que le design paramétrique est Dangereux parce que on nous a sollicité pour industrialiser le projet, celle ou y avait 34 km de façade on a dit faut industrialiser, aujourd’hui on ne peut pas faire de la pièce unique, ça marche pas. Donc on est venu nous chercher parce que justement on connait l’industrie, parce qu’on sait comment optimiser les choses, on leur a fait des propositions trop avancées par rapport à ce qu’ils imaginaient mais au moins on leur a mis le doigt sur les choses un peu aléatoire qu’ils devaient résoudre, sur le fait que attention, ça, ça va donner ça. Et j’avais l’ingénieur calcul en face de moi et je lui dis mais attention là vous avez une variante en x, y et z. Bah non j’ai que x ! Bah non, vous vous inclinez comme ça, comme ça et vous avez des variations comme ça parce que vous avez des différences d’altimétries. « Ah ça je l’avais pas vu ça ». Et là on se dit le mec il est là depuis 2 mois, et il a toujours pas vu ça quoi. Nous en deux réunions on voit le truc, parce qu’on a une vision beaucoup plus terrain, moins portée sur l’informatique, mais par contre on arrive a bien gérer le terrain parce que on a cette maquette là S.B : Oui puis on est quand même bien branché géométrie faut quand même le reconnaitre, c’est que c’est un peu notre truc aussi. A.B : C’est sûr que bon le BIM pour la 3D ça ne sera qu’un bon passage pour le monde de l’architecture mais je pense que je dirais le monde du design il est passé du bon croquis à main levée, à l’outil 3d, c’est bien, ensuite après ils ont amélioré par de la data, aujourd’hui le fait que l’architecture passe ça en une seule étape c’est bien, mais faut bien conduire les choses et faut bien prendre conscience de ce que c’est. Et aujourd’hui moi j’entends trop « ouais passer au BIM c’est 15 000€ » ouais mais 15000€, moi j’achète deux licences Revit, ça me coûte 6000€ à l’année mais mes 6000€ ils sont remboursés en deux mois tellement qu’on va vite et tellement qu’on est précis sur nos pièces. Donc aujourd’hui l’investissement il est très très vite amorti et aujourd’hui faut surtout pas louper le coche, ils l’ont loupé y’a 30 ans faut pas le louper maintenant. S.B : Une des principales difficultés du BIM c’est les freins internes en entreprise pour y passer. C’est ou budgétaire, ou parce que les gens sont réfractaires pour X raisons : trop vieux, l’employé qui en a marre d’être là, y’a tout un tas de raisons ce n’est pas facile. Et puis ça demande aussi d’avoir un petit peu de temps, donc ça coute quand même un peu d’argent mais pas forcément beaucoup, seulement c’est une méthode officielle quoi. A.B : C’est au début, forcément, comme tout ! Mais demain, Autocad n’existe plus, faut passer à un autre logiciel, vous faites la même chose. S.B : Ah bah là c’est la merde là. A.B : Mais aujourd’hui ce n’est pas normal que vous, Ecole d’Architecture de Lyon, plutôt bien placé, il n’y ait pas de cours sur ce que veut dire le BIM parce que c’est votre avenir, dans 5 ans ça sera obligé. L’état a déjà fait machine arrière parce qu’en 2017 ils devaient imposer les marchés publics en BIM, ils sont revenus en arrière, ils ont plutôt annoncé 2020 je crois maintenant, donc aujourd’hui moi comme je dis à mes clients, il ne faut pas subir, il faut être acteur. C’est-à-dire qu’aujourd’hui vous avez plutôt intérêt à créer votre propre BIM et peut-être à s’adapter à ce qui va arriver, plutôt que de rester en arrière, et d’un coup de devoir y passer, mais ça va tellement être brutal que ça va être trop couteux pour vous. Alors que là vous allez commencer à faire vos méthode, vous aller faire évoluer votre système, votre entreprise autour de ça, vous allez y gagner en efficacité et après ce ne sera que de l’adaptation, ce sera quasiment rien. Donc moi aujourd’hui j’ai plutôt cette optique-là, c’est vraiment être acteur et se dire c’est nous qui créons notre BIM et aujourd’hui je suis sûr que on va en Angleterre, en Norvège ou à Hong-Kong où 80% des projets publics sont en BIM qui eux ont vraiment fait le passage depuis 4 ou 5 ans, y’a qu’à voir les projets qui font là-bas quoi, une tour elle est calculée en fonction de son environnement, tout est hyper précis quoi. S.B : Ouais mais ça c’est leur côté rationnel qui les amènes à ça parce que ils ont bien compris que c’est moins couteux, le problème c’est qu’en France on met toujours un peu de la politique la dedans

148


A.B : Aujourd’hui on annonce peut-être entre 15 et 20% d’économie. Oui mais faudrait que y ait une équipe qui fasse en 2D, une équipe qui fasse en BIM et bon vous avez dépensé combien, et vous ? Maintenant le vrai chiffre il est là, ce serait ça en fait qu’il faudrait faire, mais aujourd’hui c’est impossible, personne n’a deux fois le budget pour faire son bâtiment hein. Ou alors bah faut avoir deux bâtiments parfaitement identiques, une équipe A, une équipe B et voilà le premier qui finit, et le premier qui finit moins cher. Voilà, ça pourrait être intéressant. S.B : Mais moi je pense c’est la prochaine génération d’archi qui rentrera là-dedans, enfin de toute façon c’est toujours le même truc, c’est toujours la génération d’après qui s’approprie ces outils-là, la prochaine génération d’archi sera parfaitement à l’aise avec ça, j’imagine, en tout cas j’espère qui plus est c’est des métiers qui sont difficiles, faut un dplg avant de prendre ton truc… A.B : C’est HMO maintenant c’est ça ? L.M : Il y a le diplôme d’état d’architecte donc c’est ce que je vais passer à la fin de l’année et après y’a la HMO de une année en alternance pour pouvoir s’inscrire à l’ordre des architectes S.B : Donc voilà donc en fait pour pouvoir en plus rentrer sur ce marché professionnel y’a beaucoup de gens qui passent les études, y’a peu d’élus quand même, finalement faut faire ses armes, faut être un peu dans les bonnes technologies, les bonnes méthodes etc puis faut apporter quelque chose quoi donc vous aurez à faire toujours à une vieille garde qui protège son pré carré ça c’est systématique et puis vous aurez à faire a des jeunes qui en veulent beaucoup et qui ont un gros bagage, puis d’autres qui ont euh y’a une sélection naturelle qui se fait un peu aussi hein pour X raisons donc moi je pense que la prochaine génération sera vachement mieux armé parce que ce sera des gens qui seront plus proche de la réalité économique par nécessité parce que les architectes qui se gavent comme aujourd’hui ça va disparaitre hein, comme les stars system du design hein en France à part un mec comme Philippe Stark y’a pas de designer qui gagnent vraiment de l’argent, les frères Bourroulec ils ont pas de rond, enfin y’en a plein, mais y’a pas de superstar la dedans, les architectes c’est différent parce qu’ils sont quand même payés sur des budgets qui sont énormes. A.B : Oui bah Même Jean Nouvel, lui il coule sa boite il en remonte une, il re coule sa boite il en remonte une. Lui de toute façon chaque fois qu’il y a un sucrage de tour a la Défense il dépose le bilan donc euh S.B : C’est con (rire). Non non c’est ça qu’il faut A.B : Et puis là avec le procès de la Philharmonie j’sais pas combien il va y perdre mais… S.B : Nous on a du mal à se situer la dedans, pour le moment on fait encore vachement le lien mais y’a des gens qui le font très bien tout de suite, mais vous demandiez tout à l’heure pourquoi ils sont comme ça, moi je ne sais pas, à vous de me répondre si vous êtes dans une école d’archi, par contre y’a un truc que je peux vous dire, c’est certain c’est que vous avez surement pas la même mentalité une fois sorti de l’école d’archi en la faisant aujourd’hui que tous ceux qui bossent maintenant sur ces projets la et qui bossent depuis 20, 30 ou 50 ans ! Les gens ça fait 50 ans qui font de l’architecture hein. Bon Gehry, on ne sait pas si ça ne fait pas 90 ou 120 ans qui fait de l’architecture (rires) A.B : Il a quel âge Gehry, 80 ans ? Oui mais lui il fait de la maquette, il ne fait pas de l’architecture il fait de la maquette. (Rires) S.B : Peu importe, ce que je veux dire c’est que le monde évolue, les technologies évoluent et faut se les accaparer. Maintenant y’a deux solutions, soit on est un vieux de la vieille et puis on regarde vers l’avenir, soit on est un vieux de la vieille et puis on continue à protéger son truc « ouais gnagna moi le bim j’en veux pas parce que vous comprenez c’est de la merde et puis qu’est-ce que nous on va devenir » puisqu’il faut justifier son existence ! A.B : Alors en France on est un peu frileux, je sais pas si vous avez un peu des retours sur l’étranger, mais sur le BIM il faut regarder tout ce qui est pays Anglo-Saxons, ne serait-ce que l’Angleterre, les plus avancé sont les pays nordiques, eux ils font depuis 7 ou 8 ans je pense qu’on leur a imposé ça. S.B : Niveau règlementation en France c’est la catastrophe. A.B : Aujourd’hui en France on est un peu frileux, c’est quoi ça, on veut voir avant de se lancer et tout et puis après on a des entreprises « bah faudrait que vous nous fassiez une petite journée de sensibilisation on se voit dans 3 mois », « euh non bah du coup faut qu’on se voit la semaine prochaine parce que la j’ai reçu deux offres si on veut avoir ses offres faut répondre a ça donc voilà ». Ils y vont que quand ils sont obligé et pas par se dire c’est quoi le futur. Bon nous designer on essaye d’imaginer l’avenir, moi aujourd’hui ma société je la vois très bien encore pendant 5 ans sur ce domaine la vraiment de conception de bâtiment exceptionnel, après en effet y’a les jeunes générations qui arrivent qui va faire évoluer les choses et donc je vais perdre un peu d’avance donc moi j’essaye déjà un peu d’imaginer ce que je pourrais faire.

149


Aujourd’hui je ne traite pas le bim mais je traite le service autour du bim, moi dans 5 ans il faut que je maitrise le BIM à 100% + tous les services qui vont autour. C’est là où moi je vois un intérêt aujourd’hui on parle trop oui 5D, 6D, oui mais aujourd’hui un ouvrier, je vais prendre un exemple, un électricien il vient avec quoi : sa bobine, sa pince à dénuder, son cutter et on lui dit sur un plan en A0 tiens tu passes là, tu passes là. Bon, maintenant comment est-ce qu’on peut l’aider avec cette maquette pou faire son travail Encore plus efficacement ? Voilà aujourd’hui moi je réfléchis dans quelques années à ça pour faire évoluer les mœurs. L.M : Est-ce que ça a permis d’anticiper des réflexions sur des problèmes de construction, d’assemblage, de structure etc ? A.B : Ah bah clairement, là, à 100%. L.M : Sur quels aspects ? A.B : Sur tout. Alors premièrement structure sur la possibilité d’avoir des appuis supplémentaires pour une ossature secondaire par exemple donc ah bah on a une particularité ici, on a besoin d’avoir un appuis bah est-ce que y’a de la charpente disponible, oui ou non, bah est-ce que vous pouvez m’en rajouter une pour que moi je puisse continuer a faire mon ouvrage donc aujourd’hui ça ça marche, deuxièmement sur tout ce qui va être des choses visibles « oh bah la non y’a un gros fer qui passe ici mince y’a 2m60 en arase inférieure, c’’st pas possible, va falloir faire un caisson, non non on change la structure, vous me doublez les structures au-dessus mais je veux pas voir cette poutre-là donc aujourd’hui oui ça a un vrai intérêt sur des prises de décisions, des prises de variantes pour améliorer l’esthétique, améliorer peut-être les normes. Un exemple : si on avait quand vous disiez est-ce que un Modèle archi peut être fabriqué, si on n’avait pas fait des synthèses sur la Canopée elle n’aurait jamais pu être ouverte pourquoi parce qu’il y avait 17 passages pompiers qui n’étaient pas aux normes. C’est a dire qu’un passage pompier c’est 80 x 2m pour avoir le passage de la bouteille d’oxygène, du casque et tout. Et bien il y avait 17 endroits ou ce n’était pas respecté. Pourquoi parce qu’il y avait de la charpente qui était en biais donc forcément dans l’emplacement de 80 x 2 m il y avait 5cm de poutres qui arrivait. Sauf que si le pompier il se tourne et qu’il claque sa vanne d’oxygène et bien il n’a plus d’oxygène pour aller dans les flammes et voilà ça ne passe pas. Donc voilà c’est des petites erreurs comme ça qu’on a décelée au fur et à mesure et qui ont permis d’être anticipées avant d’imaginer une structure qui porte tout le poids, ça passe plus, mince qu’est-ce qu’on fait ? Bah on va venir au chalumeau, on va venir découper, on va faire un renfort, on va faire ci et ça sur une partie peut-être visible juste pour découper 5cm pour que l’emplacement pompier puisse être mis. Donc aujourd’hui non c’est une vraie aide, autant sir la partie structure, sur la partie Ossature secondaire, sur la vêture, sur plein de choses et surtout sur des prises de décision de variante. Donc ça oui et surtout une Vision extraordinaire de l’objet quoi. Hum, Je vais vous montrer des cas ce sera un peu plus parlant. Voilà donc par exemple bon alors faut le comprendre pour le voir voilà donc aujourd’hui par exemple j’ai un escalier de secours, une unité de passage très précise a respecter, donc je modélise a chaque fois en étant un petit peu fou et puis tout d’un coup bah qu’est-ce qui se passe ? Bah la par exemple le garde-corps vient taper dans l’ossature donc ça veut dire qu’il ne passerait pas donc ça veut dire que la main courante là elle clash bah il faut 5cm au minimum entre le mur et le garde-corps, bah là d’un coup c’est arrêté donc la personne se coince la main boum refusé. Ensuite après bah la j’ai le pied qui Tombe en dehors de la dalle, bah oui bah ça veut dire qu’il va falloir mettre une équerre supplémentaire, venir splitter sur le nez de dalle, bah oui monsieur l’ingénieur combien vous nous donnez les goujons pour que ça tienne, pour que ça supporte les 400kg de l’escalier + environ une personne et demi tous les m² pour que ça tienne, voilà donc c’est des choses et puis ensuite après ah oui mais là vous avez une unité de passage, ah ouais mais la regardez la patte ici, on fait quoi ? Ah bah on va peut-être faire une petite rehausse pour que les gens se prennent pas les pieds là-dedans, on est sur une issue de secours quand même. Donc aujourd’hui si on laisse faire ceci voilà ce qu’on a quand les gens en panique ne regardent pas ce qu’il y a au sol, ils s’entravent, ils s’emmêlent tous et ils crament tous. Là j’ai 804, une unité de passage c’est 90. Sauf que là le bureau de contrôle il nous a autorisé d’avoir 800 jusqu’à 1m du sol puis après faut forcément avoir les 90. D’accord monsieur bon bah attendez voilà donc on a fait vous voyez une surcharge de béton pour compenser ça donc on noie ici les éléments et ce qu’on voit peut être pas mais à cet endroit-là ici j’ai la menuiserie extérieure avec une bavette là et bien à cet endroit-là je viens clasher avec ces bavettes qui sont là. Donc ça veut dire que si y’a une personne qui monte, si elle fait un peu ça, elle se prend la bavette dans la tête ou dans l’épaule. Donc vous voyez c’est très explicite c’est pas du BIM, c’est de la 3d mais au moins je peux vérifier certaines choses. Donc ça là des captures d’écran j’en ai quelques giga on va dire mais au moins voilà lors de réunion, faire un plan, vous demander des plan, des plans, des plans. Arrêtez avec vos plans, regardez, je vous donne un modèle 3D, je vous explique ou sont les problèmes. Aujourd’hui je peux vous faire une coupe à cet endroit-là, mais vous allez pas voir ce qui se passe 1mm plus loin, 5cm, 10cm, je vous montre que là j’ai créé des boites, regardez ca clash de la a là, on est pas sur une unité de passage à cet endroit-là. Est-ce que vous nous l’acceptez ? Apres c’est le bureau de contrôle qui nous dit je vous l’accepte ou pas, c’est important, c’est négligeable, voilà mais après c’est la responsabilité du bureau de contrôle, on a des papiers officiels qui nous disent on connait ce problème la et on vous le valide y’a pas de problème mais ce sont des niveaux de responsabilité. Et puis après y’a d’autres réunions on fait des scann alors c’est la cité du vin donc là y’a une immense rampe et la y’a le béton et en fait le béton sur le modèle logiquement il suit cette ligne là et puis là bah quand on fait un scann 3d pour voir où est la réalité pouf il descend. Ça veut dire que la en fait nous on devait mettre une bavette qui devait continuer et mourir derrière la surface ici, bah en fait ici qu’est-ce quelle va faire elle va plonger, donc ici je vais avoir

150


un immense trou donc esthétiquement ça marche pas. Donc erreur du béton, on vous donne de combien d’altimétrie vous allez devoir recharger à ces endroits là pour que nous on puisse avoir une fuyante correcte sur nos éléments. Donc là il y a un vrai travail de synthèse, de prise de décision, est-ce que c’est les taules qu’on redescend est-ce que voilà on cherche après la meilleure solution, et puis après « oh bah on rajoute de 1m ? » 1m, oula, on va vous le facturer, voilà quoi. Mais après c’est d’autres discussions. L.M : Est-ce que le travail collaboratif il a donné lieu à des synergies entre les différents corps de métier, qui ont permis de proposer des solutions techniques qui ont été réfléchies de manière conjointe ? A.B : Alors là, bah par exemple là je vous donne un autre exemple, on a donc toujours sur la cité du vin on devait mettre des pièces pour venir faire des points d’appuis pour la partie verre. Ils nous ont dit voilà on aimerait avoir des points ici et ici parce que on vient tenir nos tubes à ces endroits-là, bon. Une fois qu’on les modélise on s’aperçoit que ici on vient clasher avec une autres pièce etc donc ensuite après c’est une vraie discussion bah d’accord je comprends ce point la bah est-ce qu’on peut fabriquer une pièce plus large qui viendrait plus englober, voilà on arrive à proposer d’autres solutions et si ça convient a tout le monde à ce moment-là on peut fabriquer quoi donc aujourd’hui en terme d’entreprise y’a une vraie communication. Pourquoi parce que y’a un délai et faut que tout le monde arrive à ce délai sinon pénalités de retard et faut qu’ils gagnent de l’argent donc jamais entre deux entreprises il y aura des freins. Les freins sont plutôt l’architecte n’accepte pas mais il ne propose pas d’autre solution donc c’est pas toujours évident, mais les freins entre entreprise c’est très très rare. Ça vient plus de l’ingénierie, ça vient plus de l’architecte qui dit non à une solution mais qui n’en propose pas d’autre donc après on repart sur un cycle d’une semaine, deux semaine, de réflexion sur qu’est-ce qu’on peut proposer ainsi de suite et ça, ça coute de l’argent. L.M : D’accord. Et est-ce que si chacun avait travaillé de son côté il y aurait eu les mêmes solutions proposées ou pas ? A.B : Non L.M : Est-ce qu’elles auraient été moins performantes ? A.B : Oui L.M : Plus couteuse ? A.B : Oui L.M : Plus… A.B : Plus inesthétique oui. Aujourd’hui vous avez le CCTV qui fait un peu une forme de goutte comme ça et à cet endroit-là vous avez une jonction entre du verre et du métal. On s’est aperçu je vous ai montré qu’à un moment donné il y avait le béton qui était un peu plus bas. Bah bêtement le verre est descendu mais moi j’avais plus le béton, enfin le béton s’était arrêté avant, c’est comme si on avait le béton et le verre était venu par exemple mourir dessus mais imaginons que moi sur ma maquette, mon trait de béton il était là, bah moi comme j’avais aucune interaction peut-être que j’aurais fait partir mon panneau à cet endroit-là donc qu’est-ce que j’aurais eu ici ? J’aurais eu une divergence entre les deux et donc si on n’avait pas échangé nos modèles, on aurait eu ce décalage-là. Inesthétique, refusé on recommence tout, on dépose et on re fabrique. Cout : on a Fabriqué, on a installé, on dépose, on refabrique et on repose. Trois fois le prix. Alors que là ça a même été bah tiens Aurélien toi t’as une courbe ici, tu sais que tu dois te repiquer là tiens tu peux nous dessiner la courbe qui est là et puis nous ensuite bah d’accord on vient couper nos verres en fonction de toi. » Ou inversement, t’es là, d’accord bah moi je prolonge mes éléments pour que je sois aligné à vous. Donc c’est ce vrai travail en commun qui permet de bien s’ajuster les uns par rapport aux autres. Alors ce qui faut bien faire attention c’est que aujourd’hui quand on fait une modification, y’a pas que celui qui est à coté de nous qui est impacté. Y’a peut-être celui qui est trois fois plus loin qui peut être impacté. Imaginons, toujours sur la cité du vin donc on est sur de la charpente bois, imaginons que là l’architecte il veuille un autre type de verre et ce type de verre il est une fois et demi plus lourds, mais ça, ça a été fait une fois que la charpente bois a été fait. La charpente bois qui était en forme d’arc elle était donnée pour avoir on va dire aller 300kg au m² d’accord, imaginons que le verre il ne fait plus 300 mais il fait 450kg/m² la charpente elle va faire quoi elle va descendre. Bon d’accord ça peut s’arrêter la bah oui mais non a l’intérieur moi j’ai de la décoration, et puis bah si la charpente est descendue de 5cm, peut être que ces 5cm c’était le jeu qui avait ici pour l’évacuation d’une cheminée par rapport à un lanterneau de désenfumage, et là les 5cm on les a plus, y’a de la fumée, ça s’évacue plus, hop le bâtiment est en incendie les fumées s’évacuent plus, tout le monde crame à l’intérieur. S.B : Tout le monde va mourir A.B : Donc si on ne fait pas attention à cette surcharge et qu’on n’indique pas à la personne attention la charpente elle va descendre de 10 cm de plus, ça peut avoir un impact dommageable ou alors il doit poser à telle altimétrie un élément, au lieu qu’il soit à l’arase bah il se trouve en plein milieu de la poutre, ça a pas tout à fait le même effet. Donc c’est pour ça

151


qu’il y a une vraie communication entre tous les lots et faut pas croire qu’un petit détail n’est pas nuisible pour un autre. L.M : J’aborde le point de la simulation virtuelle de la construction et des chantiers mais du coup elle n’a pas vraiment eu lieu sur les trois projets ? A.B : Alors, si. Phase méthode sur la Canopée y’a eu une vidéo de phasage chantier en disant alors l’aire de déchargement est là, ensuite on va commencer par ça et ça parce que on va avoir tels types d’accès, on va avoir ci et ça donc aujourd’hui si, sur ces gros projets y’a des très très grosses phases d’analyse de chantier, de phasage chantier pour justement comprendre sur des problématiques très particulières comment le chantier va se faire. Donc aujourd’hui on a même nous des plannings en fonction de ce phasage c’est à dire que on sait que l’entreprise va intervenir à tel endroit, on n’a pas le droit de travailler en dessous. Par exemple sur la cité du vin là par exemple on avait des panneaux métalliques ici, et quand il y avait des alpinistes qui travaillaient dans cette zone, ici interdiction de travailler. Donc on devait venir travailler plutôt dans cette zone là et pas là-bas. Donc si, aujourd’hui grâce à ces maquettes on sait comment travailler et dans quelles zones on peut travailler. Après comme je dis hein si y’a des adaptations de chantier bah voilà mais non, au contraire, le phasage c’est très important alors aujourd’hui c’est beaucoup de l’Entertainment c’est à dire de la vidéo, plutôt que de la pure maquette. C’est de la représentation 3dsmax, c’est très bien fait mais ça n’a pas d’interaction avec la maquette L.M : Ouais, mais c’est quand même relié à un planning même si ça n’interagit pas forcément ? A.B : C’est relié au planning de base. Mais si le planning est modifié, celle-là elle n’est jamais remodifiée. C’est juste pour expliquer lors du DCE comment ça va se passer et après elle est mis de côté, on la regarde plus et on fait ce qu’on a à faire hein donc mais si au début il y a, attendez elle doit se trouver sur internet cette vidéo je crois que c’était I-Tech qui l’avait fait. Ah bah non ça doit être des choses plus en interne, mais y’a eu de très belle vidéos de faites, bah voilà, là par exemple on va pas voir mais en fait ils ont même fait je crois une plateforme et donc à chaque fois on pouvait cliquer et ça montrait des zones, sur quelles zones on interagissait et tout donc ça comme dit y’a des gens de méthode mais y’a aussi des gens de phasage qui sont très très poussé là-dessus. C’est un chantier particulier parce qu’il y avait absolument aucune aire de stationnement, les camions étaient parqués le long du Louvre, par talkie-walkie allé le camion numéro tant, tu viens décharger, t’as un quart d’heure pour venir charger/décharger ce que tu as quoi donc et c’est pareil, sur la cité du vin on avait très peu de stockage et c’était vraiment en flux tendu on recevait 500m² par semaine et on avait pas le droit de stocker 4 000m² de matière quoi. L.M : J’ai vu sur Monaco aussi c’était compliqué car il fallait des autorisations de la ville etc pour le passage des camions. A.B : Oui Monaco aussi, bah déjà il y avait les contraintes liées à la ville et tout et par exemple sur la Canopée pour tout ce qui était fondations, ils avaient le droit d’utiliser le marteau piqueur de telle heure à telle heure donc ça veut dire que fallait être très efficace dans ces moment-là, et puis après bah on savait que voilà ils avaient une plage horaire de cinq heures dans la journée pour faire ça quoi donc ça veut dire quel est l’avancement pour arriver à faire tout ce qu’il y a à faire, combien de temps il faut précisément. Mais ça n’a rien à voir avec le BIM là par contre c’est des phases qui sont nettement en amont de ça. On peut utiliser la maquette par contre avec, mais aujourd’hui c’est très très rare, la maquette elle n’est pas assez poussée pour ça. L.M : D’accord mais du coup ça a quand même une influence positive sur le déroulement du chantier quand même niveau organisation etc ? A.B : Ah bah oui oui ça tout le phasage ça c’est super important c’est sûr. L.M : Est-ce qu’avec la simulation virtuelle du chantier il y a différents intervenants par exemple des entreprises etc qui ont pu détecter des problèmes ou trouver des gains de temps ? A.B : Bah c’est un peu ce que j’ai montré avec les histoires d’escaliers, et bien d’autres en intérieur je suppose, bah de toute façon… L.M : Parce que au niveau du planning par exemple est-ce qu’il y a des choses qui ont été proposées pour que le délai soit plus court ou ce genre de chose ? A.B : Alors de toute façon il faut le savoir les plannings sont toujours plus court que ce qui est possible. Bon si on arrive à rentrer dedans c’est qu’on a gagné du temps. S.B : On vous l’explique ça en école d’archi ou pas du tout ? L.M : Alors euh non pas du tout. 152


A.B : Quand on dit un chantier doit se faire en 18 mois c’est qu’il doit se faire en 24 mois. Et que si on le sort en 18 c’est qu’ils sont très fort (rires). S.B : Non mais justement, c’est pertinent comme question ! Parce que justement, il se trouve qu’avec toutes les interactions qu’il y a, les non validations alors c’est exactement ce que je vis en ce moment-là. En fait moi j’ai aucun retard, j’ai même plutôt de l’avance A.B : Vu le planning tes en retard tu dois fournir des choses pour mercredi S.B : Non mais moi je ne suis pas en retard par rapport au retard que EUX ils ont en me validant les pièces etc. A.B : Bon d’accord S.B : Moi J’ai 4 semaines de retard parce que je me prends leurs systèmes… A.B : Non non nous on est à l’heure mais ils nous ont mis 4 semaines de retard. S.B : Ils nous ont mis 4 semaines de retard, donc on a 4 semaine de retard sur le planning théorique, en sachant que lui il s’est mis une fenêtre de 5 semaines quand même dessus mais il lui en reste plus qu’une alors qu’On commence hein donc il est mal barré quand même, si moi je ne réagis pas il est mal barré. Non parce qu’en fait effectivement y’a toujours des décisions transverses, les complications, les qu’est-ce qu’il a dit et oh j’sens que t’avais pas eu l’info, en fait c’est compliqué c’est pour ça que centraliser l’info c’est bien parce que tu dis oh regarde la maquette sur l’ilot C13 ou par exemple sur l’Aréna, l’ilot C13 on arrive pas à avoir la mise à jour de la structure métallique etc ils en ont rien à foutre, par contre, Gagne sur l’Aréna, chaque fois qu’ils font une modification, ils prennent en compte ce qu’on leur dit, il modifie, il nous redonne, alors bon c’est des maquettes énormes, mais ils nous redonnent les éléments, on les a en temps et en heure et tout se passe bien finalement on est pas trop en retard ! A.B : Ouais mais ce que t’as quand même pas vu c’est la manière dont l’architecte a fait une vidéo de comment est-ce qu’il règle les flasques, tu veux que j’te dise comment il règle les flasques ? S.B : Sur l’Aréna ? T’as vu ça où ? A.B : Bah c’est quand je suis allé à Aix avec le géomètre. Alors Un mec un peu costaud tu vois un peu comme moi, il prend une masse et il tape sur les trucs pour les régler et bing, bing « ouais c’est bon » S.B : Ouais, ben t’sais la clé dynamométrique pour les vieux c’est ça hein ! A.B : Mais le pire c’est qu’on voit que la flasque du haut elle bouge ! Donc nous on dit ça c’est validé puis celle du bas, vas-y re règle la mais tu es en train de nous dérégler celle du haut quoi. Le chantier (Rires) L.M : Est-ce que dans le cadre de projet comme ça à géométrie complexe on peut proposer enfin est-ce que ça arrive qu’ils proposent une simulation de chantier genre en phase APS/APD pour donner un ordre de durée du chantier et donner un point de vue sur comment ça va se dérouler ou pas ? A.B : Non, alors en fait y’a un planning établi dès le début les entreprise proposent un contre planning en disant bah nous euh je vais prendre un exemple, vous faites un bâtiment mais vous dites je veux une façade en composite mais j’hésite entre un RAL 9006 et un RAL 9016. Pour commander la matière il faut 5 semaines, il faut peut-être 4 semaines pour tout fabriquer et ensuite après faut peut-être 2 mois pour tout poser tout ça, ça fait ce qu’on appelle un rétro planning c’est-à-dire on doit avoir fini a telle date, on va mettre une marge parce que y aura forcément des intempéries ou des choses comme ça, on va pas donner tous les éléments en une seule fois donc on va étaler tatati tatata bon ce qui fait qu’on doit avoir fini le 26 aout 2018 bon bah ça veut dire que vous devez nous donner la référence de la couleur le 25 mars 2018. Tous les architectes vont pas le donner le 25 mars mais vont le donner le 30 juin. Et là on fait comment ? Bah on accélère les cadences, on met plus d’équipes, on fait des choses comme ça mais la date elle n’a pas bougé donc le planning aujourd’hui il est très dur parce qu’en fait c’est l’architecte qui a donné ce planning la, il est souvent validé par les entreprises à condition de. S.B : A condition que l’architecte respecte ses propres délais mais lui il le fait pas forcément, moi il lui a fallu 6 semaines pour me dessiner une courbe. 6 semaines !! On était déjà à la bourre de deux mois sur le démarrage des travaux, rien à faire le mec ! A.B : Et puis après il critique la courbe parce qu’elle est pas un multiple de 3000… Non mais c’est vous qui lavez dessinée quand même voilà donc alors c’est pour ça le planning c’est rarement les entreprises qui les font, elles valident un planning, elles essayent de modifier un planning mais c’est jamais plus…

153


S.B : Ça se fait toujours dans la discussion quoi, en fait c’est pour ça que la méthode de la poignée de main à la fin sur les pénalités de retard elle s’applique c’est que tout le monde sait que c’est pas réaliste en fait. A.B : bah y’en a qui s’applique si, regarde confluence, 40 millions de pénalité de retard quand même ! S.B : Oui non mais là parce que c’était trop gros mais effectivement le bim ça doit permettre de gérer puisque normalement dans le bim on prend en compte la time line, donc on prend en compte les délais, on connait les phasage, on connait les trucs, si les choses sont faites au bon moment elles se déroulent comme ça doit être prévu ! En industrie ça s’appelle la profondeur de process. Au moment où on donne le truc c’est 5 semaines de profondeur de process on vous dit ça, bah c’est exactement pareil dans le bâtiment. Mais en industrie les gens ils arrivent à s’y tenir, pourquoi ? Alors que c’est les mêmes choses à faire dans le BTP, c’est exactement les mêmes choses. A.B : Oui mais parce que y’a des marges sur le chantier qu’on peut plus facilement jouer que dans un atelier tu bouges pas, t’as un temps de production tu peux pas le bouger celui-ci donc voilà sur le planning aujourd’hui c’est souvent imposé, légèrement modifié mais rarement revu entièrement quoi c’est pas les entreprises qui proposent le planning et aujourd’hui je n’ai pas vu une maquette avec du planning. L.M : D’accord. Roh le BIM c’est un mythe ! S.B : Non non non mais faut que ça vienne, je pense que dans 5 ou 10 ans ça sera vraiment au point en France mais on en est la et surtout y’a des gros acteurs qui freinent parce que soit ils veulent pas, soit ils veulent le faire à leur sauce et c’est pas facile d’accompagner tout le monde mais on peut faire du bim avec une petite somme d’argent, en étant des gens dynamiques et avec des logiciels qui vont bien, on peut en faire ! Mais les gens n’ont pas d’informations, on leur vend du Revit dès qu’on parle de bim donc c’est sûr que ça coute cher à ce titre-là. L.M : Je passe sur le développement du modèle 3D. Pour la première présentation du projet au maitre d’ouvrage c’était quoi le niveau de détail de la maquette ? A.B : Alors en fait une fois qu’on est passé en EXE, les détails vont très très vite c’est à dire qu’en fait au lieu d’avoir un modèle global moyennement définit, c’est une zone parfaitement définie. Pourquoi parce qu’en fait on va avoir la problématique planning et construction, c’est a dire que dans un planning chantier on va d’abord commencer par la zone nord, ensuite la zone sud, la zone est, la zone ouest donc ça veut dire qu’il faut très rapidement finir la zone nord avant de passer à la zone sud pour continuer sur la zone est pourquoi parce que pendant que celle-ci va se fabriquer on va étudier celle-ci, quand celle-ci va partir en fabrication on va étudier celle-ci et ainsi de suite. Donc en fait si on prend ça je vais d’abord faire ma première diffusion peut être que ça sera que cette zone là mais elle sera figée c’est à dire qu’elle est bonne pour exécution si j’ai le visa. Si j’ai pas le visa on re travaille puis ensuite après je vais passer au différentes zones. Donc là où on va dire sur un modèle archi tout est un petit peu flou un peu de partout mais au moins un peu de partout des qu’on passe en phase EXE étude EXE ou étude chantier c’est très précis dans une zone et quasiment rien dans une autre, y’a du flou, y’a peut-être des gros trucs mais les détails vont être que dans une zone et on évolue comme ça au fur et à mesure. L.M : Est-ce que du coup vous pensez que le travail en BIM vous a permis de présenter au maitre d’ouvrage un projet détaillé ou plus réfléchi plus tôt ? A.B : Plus détaillé et plus précis plus rapidement c’est ça ? Alors je dirais qu’on fasse du bim ou qu’on fasse un modèle 3D c’est exactement la même chose, aujourd’hui y’a pas de c’est pas le bim qui va apporter ça on va dire, c’est la manière de concevoir les choses et comme je dis comme on doit aller très vite dans une zone, on doit aller jusqu’au bout, donc forcément on va aller vraiment jusqu’au détail le précis possible pour être sûr de ce qu’on fait et donc que ce qu’on va lancer en fabrication marche mais ce n’est pas parce qu’on fait du BIM que ça sera comme ça. Aujourd’hui nous sur l’Aréna ou sur le CCTV on va avoir le même niveau d’exigences et tous les deux ne font pas du BIM, c’est juste que nous on a besoin d’un certains types d’informations et donc on va pousser les choses jusqu’à ça mais ce n’est pas à cause du bim qu’on va aller jusque-là. L.M : Je pense que quand j’ai écrit la question j’étais peut-être plus dans l’optique de l’idée du travail collaboratif, de créer des synergies et de trouver des solutions techniques etc… A.B : Alors, le problème c’est que quand on est en recherche de solutions technique on va pas forcement jusqu’au bout c’est a dire qu’on essaie de proposer des choses globales et une fois que c’est validé c’est là qu’on va faire les assemblages, les jonctions, les chanfreins, les découpes et ci et ça mais quand on est en recherche de solutions on va pas passer des heures, on va essayer de travailler ça en quelques minutes, quelques heures pour être très réactif et une fois que ça c’est validé avec tout le monde, là on met les moyens après d’aller jusqu’au bout. Donc aujourd’hui dans des recherches de solutions c’est pas là ou on va dans le plus grand détail mais une fois que tout est figé là on va dans le détail

154


pour obtenir après la validation pour lancer après la fabrication. L.M : Du coup sur les trois projets est-ce que le fait d’avoir un modèle détaillé, oui enfin je ne sais pas si ça a été des modèles très détaillés ou pas ? A.B : Alors sur la Canopée et Cité du Vin extrêmement détaillé, jusqu’à la vis, après sur les Boulingrins en DCE je n’avais que l’enveloppe extérieure, la charpente intérieure, l’étanchéité et les cloisons intérieures mais je n’avais aucune structure secondaire qui tenait les panneaux. Aujourd’hui ils tenaient dans le vide, magie. Waaaaaow (rires) Parce que l’ingénieur n’avait pas souhaité développer toute la structure pour voir si ça marchait, donc tout ça a été fait par l’entreprise derrière en fonction de carnet de détails, en fonction de choses imaginées par les ingénieurs, mais je ne sais pas si c’est ça qui a été fabriqué. L.M : D’accord, mais du coup de faire ces modèles détaillés est-ce que ça a permis sur un des projets par exemple, d’éviter d’avoir autant de modifications en phase EXE est ce que ça a permis de faire plus de modifications en amont ou pas ? De moins le modifier dans des phases plus avancées de la construction du projet ? A.B : Bah en fait plus on détaille, plus on sait ce qu’on fait, moins y aura d’erreurs par la suite et moins y aura d’adaptations. C’est à dire qu’on va figer tellement les choses et on est sûr que ça marche, que sur le chantier ça va marcher. Et aujourd’hui on n’a pas jeté un seul panneau sur la cité du vin. Y’a eu 2 panneaux de cassés sur la Canopée. Tout s’est emboité, y’a juste eu bah un exemple sur L’Escaut donc c’est la petite Canopée de l’autre côté, y avait un système en fait de 7 ou de 9 griffes, enfin c’est des ossatures et a un moment donné le mec il me dit ça rentre pas on est trop court, bon on fait passer un géomètre clac clac, deux points, vous avez une distance en réel de 4m30, moi sur mon modèle j’ai 4m10, vous avez 20cm d’écart, support refusé, soit vous dessoudé vous remettez ça d’aplomb et mes pièces vont venir, soit vous nous payé la matière modifiée pour obtenir ce qu’on veut. Mais ça se sont des erreurs de poses mais c’est pas parce qu’il y avait cette erreur de pose, bon ça a empêché une pièce de se monter mais derrière c’est pas pour ça que le reste ne s’est pas monté une fois qu’on avait fait l’adaptation quoi d’accord donc ce qui fait que plus on va être précis, plus on sait ce qu’on fait, moins on va avoir d’aléas sur le chantier donc forcément la phase montage est 10 fois plus rapide. Un exemple on était sur la jonction verre métal sur la cité du vin, on était sur quelque chose qui était très particulier, le matin 7h l’ouvrier vient avec moi je lui montre la maquette tiens je t’ai fait des captures d’écran, voilà les zones standards, attention à tel endroit, tel endroit et tel endroit ta pièce elle est inversée. Il a noté, il plie, il met dans sa poche, je l’ai revu à 16h, « c’est bon j’ai tout monté ça se passe nickel ». Pourquoi parce que justement j’étais allé jusqu’à modéliser la pièce, bien tournée, mettre la tige réglée a telle hauteur, que je lui avais donné et comme ça il était capable de dire ça c’est ma pièce 1, ça c’est la 2, ça c’est la 3. Je la mets dans l’autre sens, tac et ensuite après il vient mettre son tube et la courbe elle est parfaite du premier coup. Avec un peu de réglage mais elle était bonne. Donc c’est pour ça que pour moi je dis que le BIM va augmenter un tout petit peu les études, la partie bureau, mais va sérieusement diminuer la partie chantier parce que tout est anticipé. L.M : Du coup est-ce que penser toutes ces problématiques plus tôt avant le chantier peut permettre d’avoir une incidence sur le cout du projet ? A.B : Non, c’est la marge de l’entreprise qui sera meilleure. Non mais comme je dis y’a un surcout étude et une diminution de chantier. Logiquement le chantier coute plus cher, c’est pour ça que je dis que c’est la marge de l’entreprise qui va augmenter c’est juste parce qu’elle aura mis plus de moyens en amont que sur le chantier. Mais oui ça pourra améliorer en effet le niveau de rentabilité d’un bâtiment lors de la construction. Mais le problème c’est que après on va tirer, tirer, tirer et a un moment, ce sera plus compressible le prix, ce sera peut-être le prix le plus juste mais y aura moins ce côté marge d’erreur ou cas particulier qu’on n’a pas toujours vu et tout donc euh… L.M : Oui parce qu’en fait je ne sais pas si c’est vrai mais dans ma tête je me disais que du coup vu que c’est des chantiers complexes y’a des problèmes ou des erreurs qui sont fait sur le chantier du coup ça engendrait des couts supplémentaires et du coup je pensais que c’est ça aussi qui faisait une grosse partie des dépassements de budget par rapport à tous ces projets où on a un budget initial et au final le cout total de la construction du bâtiment est deux fois plus élevé quoi. A.B : Alors aujourd’hui oui, c’est tout, qu’est-ce qui coute cher ? Les modifications de l’architecte parce qu’il avait pas vu des choses dès les débuts, donc c’est des choses qui n’ont peut-être pas été chiffrées par l’entreprise, donc TS travail supplémentaire, c’est une erreur en étude qui fait des mauvais plans ou des mauvaises pièces donc on les met à la poubelle, on les reconstruits, mais pendant ce temps, qu’est-ce qu’on fait, on arrête peut-être le chantier, peut-être moins de monde, je perds du temps, donc après je suis obligé de mettre plus d’équipes pour rattraper le temps en retard, donc c’est tout ça qui coute cher, si aujourd’hui tout ça est parfaitement maitrisé au début, y aura moins d’erreurs bien sûr. Donc voilà, non non, ça gère beaucoup mieux les couts donc c’est pour ça qu’aujourd’hui par exemple sur la Canopée on a fini avec une semaine de retard alors qu’avant y avait 3 mois de retard, à partir du moment où on a posé les premiers tubes de structure y avait 3 mois de retard, à cause de modifications, de changement de pieux du béton, de ci de ça et on a fini avec une semaine de retard donc là, bravo bravo bravo sur l’ouvrage de franchissement, alors que les bâtiments

155


eux ils ont eu plus de 6 mois de retard. Et sur la Cité du Vin deux jours d’avance. Deux jours c’est parce que les pièces avaient du mal sinon on aurait pu finir peut-être deux ou trois semaines avant mais voilà le dernier euh « oh faut qu’on habille l’édicule de ventilation extérieur voilà tiens je t’envoie un plan, tiens faut que tu nous fasses ça », oui enfin ça, ça se fait pas comme ça et tout donc le temps de produire euh.. Bon SAB : « Oh bah la par contre il nous reste ces taules-là donc faut que tu tailles là-dedans ». Ah, en plus j’ai des contraintes de dimensions de taules, donc voilà y’a des choses qui sont adaptées mais euh. L.M : Est-ce que sur les projets y’a eu des problèmes de serveur, de tailles de fichiers, ou de choses mal modélisées qui du coup ont alourdi des fichiers pour rien ? A.B : Euh non parce que les gens avaient leurs méthodes et ça allait bien entre les entreprises, par contre oui ça générait des fichiers assez lourds mais entre nous ça posait pas de problèmes, après c’est juste quand je compilais la maquette globale où comme je vous disais l’architecte avait son petit MacBook Air qui lui n’ouvrait absolument aucune maquette on va dire donc c’était moi-même avec mon portable qui sur le chantier ouvrait la maquette, donc seul l’archi n’arrivait pas à ouvrir la maquette. L.M : Alors au niveau de l’interopérabilité, quels sont les logiciels qui ont été utilisés pour quels projets ? A.B : Alors pour la Canopée Rhinoceros et Tekla au niveau des entreprises, pour la partie jardins des boulingrins, Rhino, Rhino et rhino avec Grasshopper hein, et Catia et enfin Cité du Vin : rhino, rhino, rhino et rhino. L.M : D’accord. Et du coup y’a pas eu d’échange avec des fichiers de l’archi ou des ingénieurs ? A.B : Tous les ingés c’était de la coupe 2D donc Autocad, enfin je ne vais pas citer Autocad puisqu’il a servi à rien c’était juste pour faire des présentations ou des choses comme ça donc c’est pas là-dessus qu’on dessinait, et le modèle de référence c’était un modèle rhino de toute façon. L.M : D’accord donc même s’ils bossaient sur Revit ou Archicad ils balançaient un modèle Rhino pour les échanges ? A.B : Ces deux logiciels n’ont jamais été sur le chantier sur ces trois projets. L.M : D’accord, oh c’est marrant ! A.B : Le seul logiciel « BIM » était Tekla. L.M : D’accord. Sous quel format se sont fait les échanges entre les différents corps de métier ? En IFC ou ? A.B : Euh 3DM comme tout le monde travaillait sur Rhino on sortait directement les fichiers en format natif. Ah, si pardon sur la Cité du Vin il y avait CADWork qui était le shell de charpente bois, donc qui lui est un vrai logiciel métier dédié au bois où ils font toutes leurs découpes etc. L.M : Oui c’est avec celui-là qu’on a eu des problèmes sur le lycée Champollion justement. Et du coup avec lui les échanges ils se faisaient en quel format ? A.B : En IGES ou SAT on a trouvé les formats d’échanges qui allaient très bien et il y a eu aucun souci. L.M : Ah d’accord, même pas en IFC ? A.B : Non parce qu’en fait IFC le problème c’est que il générait du maillage donc de la polyligne au lieu d’avoir une courbe parfaite donc ça a plutôt été l’IGES qui a été favorisé. L.M : Donc l’IFC perd des données quand même du coup. A.B : Alors l’IFC 2x3 ne prend pas en compte les courbes donc en fait par exemple si on fait une poutre cintrée, c’est un arc facétisé et c’est un profil extrudé sur ce profil facétisé donc ça donne un élément facétisé. Et le 2x4 va commencer à prendre les NURBS et donc les courbes et donc là à ce moment-là ça sera plus précis. C’est pour ça que par exemple aujourd’hui vous téléchargez un objet sur BIM objet ou autre vous prenez par exemple des toilettes, ça sera des beaux polygones bien facétisés ça sera pas quelque chose de parfaitement lisse. L.M : Donc du coup l’interopérabilité s’est bien déroulée entre les différents logiciels finalement ? A.B : Oui 156


L.M : Est-ce qu’il y a eu des corps de métiers avec lesquels la transmission de données ne s’est pas déroulée comme prévu ? Exemple de l’économiste et maquette morte. A.B : Bah là moins, je dirais les choses les plus pénibles étaient les retours plans au niveau de l’archi. Parce que aujourd’hui l’archi ne nous validait pas les modèles 3d mais avait besoin de plans, élévations, coupes, de nos modèles 3D pour nous dire on vous valide. Sur quasiment les trois projets oui. L.M : Pourquoi ? A.B : Alors déjà mauvaise volonté, et aujourd’hui le problème c’est qu’on ne peut pas valider un modèle 3D. Pourquoi parce que même sur un modèle Revit c’est dur, même avec des révisions, des choses comme ça, c’est dur de valider un modèle 3d pourquoi parce que n’importe qui peut l’ouvrir et n’importe qui peut faire une modification infime qui peut être totalement négligeable mais qui peut peut-être avoir une certaine conséquence. Donc aujourd’hui c’est très très délicat d’arriver à avoir une signature numérique, un visa, sur un modèle 3D et ça dans n’importe quel projet aujourd’hui c’est assez dur d’avoir ça alors l’avantage c’est que on peut avoir un IFC par exemple qui lui est beaucoup plus figé, où on peut plus rien modifier à l’intérieur ou alors faut être très bon en lecture de textes en IFC et donc là c’est possible mais aujourd’hui personne ne valide ces fichiers-là, on a besoin d’avoir des plans, des coupes, donc en fonction on va faire des coupes et des élévations et on va mettre fichier référent, tel IFC et tel IFC qui donne cette coupe là et on pose le visa avec ou sans observation sur ce plan là. L.M : D’accord. Du coup est-ce qu’il y a eu des problèmes de pertes de données pour la transmission ? A.B : Des traits pas très forts, ou trop fort pour l’archi sur le plan esthétiquement. Non mais c’est sérieux aujourd’hui je vous montre un exemple mais qui illustre bien le manque de compréhension de la 3D. CCTV : voilà, on était obligé de faire des plans comme ça, des élévations, et ici l’architecte il me dit « ouais mais là je comprends pas, ici y’a un trait fort et là y’a un trait fin ». Donc je lui ai répondu et bien c’est très simple parce que ici il y a deux panneaux avec un joint creux donc là on a peut-être 0,5 et 0,5 qui se confondent vu l’échelle, sauf que ici on a un panneau qui passe devant l’autre donc en fait ici on ne voit que un bord alors que là on en voit deux. Alors je crois qu’après on avait dû le pixelliser parce que sinon après ça ne marchait pas… (Manipulation sur l’ordi pour zoomer sur la partie dont on parle) Ouais il est pixellisé… Voilà donc en fait quand on zoom ici on voit le double trait hein comme si on voyait le joint creux et là en fait y’a un panneau qui passe devant donc c’est pour ça que le trait est plus fin. C’est pour ça que je dis que de temps en temps les retours vis-à-vis de l’archi étaient plus compliqué qu’entre nous (entreprises) parce que entre nous on s’échangeait directement le modèle 3D donc après on faisait des coupes même à l’intérieur du bâtiment donc après bah oui faut arriver à comprendre ce que veulent dire tous ces éléments-là quoi. C’est pour ça que le retour était Plus compliqué en faisant ça, ça demandait plus de temps que de s’imaginer nous quelles modifications on allait faire en 3D quoi parce que en fait là par exemple à la fin voilà j’avais fait ça aussi quoi pour montrer et valider la vêture, j’avais fait de multiples captures d’écran pour montrer vraiment dans tous les angles, tous les joints creux, on voyait tout avec les panneaux de verres, dorés, gris ou transparents pour qu’ils voient vraiment dans tous les sens, « Non non, ça nous intéresse pas. On veut une vue nord sud est ouest, une coupe A-A, une coupe B-B et c’est tout. » Et bah si vous arrivez à valider la vêture avec ça, bah on ne sait pas comment vous faites quoi. L.M : Oui c’est ça moi je pense que le modèle 3D il aide aussi à la communication… A.B : Alors que nous bah voilà on pouvait donner ce modèle-là qui fait 1,81 Giga, voilà bah là vous allez pouvoir vous mettre là, ou ici, vous allez pouvoir aller piquer voir si le joint creux il est bien de 20mm à cet endroit-là, vérifiez tout ce que vous voulez, ici vous allez calculer sur le verre de combien est la divergence entre deux pointes. Comment sur un plan ici on peut la prendre ? Voilà donc c’est pour ça que je dis que le retour avec l’architecte est beaucoup plus compliqué que nous entre toutes les entreprises. L.M : Parce que sinon les échanges de modèles 3D entre les entreprises ça s’est très bien passé ? A.B : Ah bah là L.M : Y’a pas eu de pertes de données spécifiques ? A.B : Euh EXE, CCTV, fichiers fournis, par euh l’archi, après bah là j’ai le géomètre, j’ai le menuisier, j’ai Coveris pour la partie verre, Garring c’était aussi menuiserie, j’ai le charpentier bois, voilà, on s’échangeait les fichiers comme on le souhaitait, donne-moi cette zone-là, donne-moi la partie entre l’arc tant et l’arc tant, en tel format, tu me le donne en contreventé, non contreventé bing bing et puis ça y est c’était parti hein. Non, non, entre nous c’était vraiment une bonne synergie et quand fallait engueuler l’archi on était tous à engueuler l’archi. A un moment donné c’était ça, même si c’était pas notre problème, on poussait avec eux, avec les autres, pour dire le problème c’est ça, qu’est-ce qu’on fait parce que nous derrière ça nous bloque à tel endroit, tant que eux ils ne sont pas validés nous ce n’est pas validé derrière et ainsi de suite quoi. Donc là-dessus tout le monde a eu vraiment une très bonne expérience sur ce projet-là, même

157


après les fabricants avec qui j’ai travaillé ils m’ont dit bon on a pris l’affaire on savait pas du tout ce qui nous attendait, et par rapport à ce que je leur ai donné, ils m’ont dit on était en vacance avec vous quoi parce que on a su travailler efficacement, comment est-ce que vous voulez les choses, vous les voulez comme ça ok bah on vous les donne comme ça et après vous avez plus qu’à embrayer quoi. Et après j’y retourne et ils me disent « Oh bah en fait on a juste tourné de 90, bon ça nous a pris une journée » je fais bah vous me l’auriez dit, moi je changeais ma programmation, boum 0, 90 ça y est c’était terminé. « On aurait peut-être pu communiquer un peu plus » voilà, mais c’est sur des détails comme ça, non non tout le monde … Y’a eu quelques points durs, ça c’est sûr mais c’était plus par rapport à des prises de décisions de l’architecte qu’autre chose quoi. L.M : Ok, et du coup est-ce que pour un des trois projets il y a eu des pièces spécifiques par exemple de la vêture ou de la structure qui ont pu être prises directement d’un modèle 3D et envoyé sur un logiciel de fabrication de pièces pour ce qui était des pièces un peu spécifiques ? A.B : Alors, tout en fait, euh je vais vous montrer une vidéo, ça sera 10 fois plus parlant, faut juste que je la retrouve. Donc ça c’est la vidéo qu’on a fait pour expliquer la Cité du Vin, donc aujourd’hui ça c’est la maquette, on filtre je mets les choses finies et non finies pour montrer un peu toute la complexité, ça c’est la partie charpente bois, donc avec des arcs sur lesquels nous on vient positionner ici des platines, ces platines nous servent à mettre de la sécurité, ensuite une fois qu’on a mis ces platines on vient mettre de l’isolant étanchéité, ensuite après on vient mettre les chandelles et ensuite ce qui nous permet de faire la vêtures, de là on vient rajouter aussi les lanterneaux de désenfumage et un chemin technique pour venir nettoyer la vêture en cas de besoin mais c’est vraiment un passage technique. Ce qui permet dans chaque zone de définir des superficies qui permet bah déjà de faire des approvisionnements matière chez les fabricants, et ensuite là par exemple c’était chaque panneau était mis dans une caisse très précise donc comme ça on peut travailler. Maintenant, une fois que mon modèle 3D est entièrement modélisé d’accord donc on voyait derrière, donc avec ce principe-là c’est à dire que à certains endroits les pièces grises c’était les pièces totalement perforé donc la par exemple hop je vais zoomer, j’ai mon panneau avec son pli contre-pli mais j’ai aussi ici un petit jour c’est pour laisser passer une ossature sur laquelle on va venir fixer les panneaux sur le côté. Donc une fois que mon modèle est entièrement modélisé et est validé en terme de calepinage auprès de l’archi, et bien moi je fais du « Design Parametric », non je fais de la programmation Grasshopper mais non pas à but de générer du Design Parametric mais pour faire des plans de fabrication donc le principe est le même hein, avec Grasshopper on fait un peu tout et donc ce qui me permet à partir d’un modèle 3D de faire son développé, donc on retrouve mon panneau avec le pli contre pli et là on est sur un panneau spécifique où là en fait c’est le tout premier donc lui il est entier parce qu’il a pas besoin de laisser passer de structure. Et donc en fait il a un numéro qui s’appelle TS01E01 et dans ce cas bah ici après je décale un axe pour mettre des perforations, je viens mettre des renforts donc suivant ou je suis bah je vais choisir entre des renforts carrés ou des renforts en « T » ensuite après ça c’est mon rayon de cintrage c’est à dire que ma forme je vais la tordre comme ça mais mes bords eux ils vont peut-être partir en biais parce que vous voyez là c’est pas parallèle, mon quartier d’orange n’est peut-être pas forcément parfaitement orienté en fonction de la géométrie que j’ai. Et ensuite après je dis je veux ici le sens de laquage, donc ma pigmentation elle sera comme ça, celui qui sera à coté sera aussi comme ça mais pourtant je le cintre dans ce sens-là. Donc tout ça ce sont des plans que je fais en automatique en fonction de mon modèle 3D et ça je ne l’applique pas sur une pièce mais je vais l’appliquer sur toute ma zone donc en fait ça me donne mes 300 et quelques panneaux en une seule fois et ensuite après je commence avec le principe GHX à cuire les éléments, a les rendre physiques pour ensuite pouvoir les exporter en DWG, en DXF suivant ce que me demande le fabriquant, et donc la en fait on voit des couleurs parce que ça, ça va être sur tel calque, ça sur tel calque ici, et ensuite après il vont pouvoir retraiter tout l’ensemble. Et donc après ici là pour l’ossature secondaire et bien voilà c’est des milliers de chandelles, y’en a plus de 6500 comme ça, sur tout l’ensemble, et elles répondent a des critères, avec des cas particuliers comme celui-ci avec des contreventements, bah voilà on est allé jusqu’à modéliser les contreventements. C’est à dire qu’aujourd’hui je suis capable de dire j’ai tant de départ, tant d’arrivée, j’ai telle longueur de câble avec voilà comment est-ce qu’il faut venir les fixer donc aujourd’hui quand je donne ça a l’ouvrier bah il part avec sa corde et puis bah en fait elles sont juste là derrière quoi et après donc ça donne des chandelles comme ça sur d’autres et voilà comment est-ce que ici on génère les éléments. Donc je prends ma courbe de vêture, je prends l’axe de mon arc et puis bah y a une formule mathématique qui dit : elles sont espacées tous les combien. Puis d’un coup je m’aperçois oh mince j’en ai une pile dans le chéneau ! Donc je viens ici donner une contrainte qui est attention ici y’a un chéneau, elles s’écartent l’une de l’autre pour garder le chéneau et ensuite après ça vient me donner une cartographie entière avec un plan 2d et chaque pièce ici elle a un nom, elle a un emplacement et donc chaque pièce qui est ici elle a une cartographie, c’est telle référence, elle est de tel type, elle a une tige filetée de tant, avec un tel réglage de tant. Et ça pour chaque pièce et donc après ça donne des plans de pose, qu’on donne après au géomètre pour l’implanter sur le chantier et après les ouvrier qui les pré règlent au sol et qui les monte après sur le chantier. L.M : Waow bah j’ai pas ce niveau dans Grasshopper moi ! (Rires) A.B : Donc là après c’est la réception de support, ça c’est différent, c’est là où on regarde si entre la théorie et la réalité c’est identique donc là c’est un scann qui donne un nuage de point modèle 3d voilà, je me balade a l’intérieur, j’ai mon modèle 3d qui va apparaitre là et donc là je peux voir si mes pannes elles sont bien au bon endroit si mes poutres elles sont bonnes, donc je peux faire déjà une première vérification visuelle, et ensuite je fais une analyse numérique pour

158


savoir s’il est dans la tolérance qu’on lui a souhaité. Donc après on avait une ossature secondaire dans lequel il fallait cintrer et vriller donc après moi je connaissais un industriel qui avait une machine qui était capable de cintrer et vriller en même temps mais ce profil était trop large donc il a fallu trouver une autre solution donc voilà on a trouvé par un système de remplissage de résine, donc on oriente, on cintre à l’intérieur et ensuite après on vient la cintrer dans un tube qui lui est constant et ce qui permet après de venir faire ça. Et donc on étudiait même les dilatations de chaque pièce donc je disais bah la faut mettre une barre de 4m282, ensuite on met une éclisse, on remet une barre qui fait 2812, on remet une éclisse et ainsi de suite. Et donc après voilà bah la maquette aujourd’hui ça peut servir aussi à l’étude des engins, quel type de machine il faut pour venir et après ça permet de mettre des engins comme ça donc là on fait venir une grue de levage pour mettre une nacelle à l’intérieur de 26m, qui permettait d’aller jusqu’en haut de la hauteur c’est à dire qu’on a fait ça une fois sur une chantier, on l’a pas fait 56 fois parce que j’étais sur qu’avec un 26m j’étais capable d’atteindre le dernier panneau du haut. L.M : C’est la vidéo qui est sur votre chaine YouTube c’est ça ? A.B : Sur YouTube oui c’est ça. Y’en a 3, y’a BIM World book, CCTV et le Totem, il doit y avoir les trois. Pour vous la totem ici elle est pas mal parce que justement ça explique plus la maquette et donc là quand je parle de service autour de la maquette, on a développé une application : donc là par exemple on scanne une pièce, il me dit bien que c’est un PANQUA06 et ça c’est un panneau Quad qui fait 290x374, il est bien en PMMA rouge, il est de forme plan et il est posé. Donc ici j’ai le choix par exemple de dire, il est expédié, en fabrication, livré, défectueux, et à ce moment-là bah j’ai une connexion avec un fichier Rhino qui va lire cette base de données et me réafficher ma maquette de telle ou telle couleur. Donc c’est pour ça que je parle aujourd’hui de Service autour du BIM. Et en plus j’ai l’image (du positionnement), donc 1,2,3 et 1,2,3, on est d’accord. Donc voilà, ça c’est le BIM. L.M : Ah ouais ! Et ça, ça serait qui qui mettrait en place ça, alors, les entreprises ? A.B : Bah ça aujourd’hui je le vends aux entreprises. Ca c’est une gestion de chantier, c’est une gestion de pièce sur le chantier qui est extraordinaire, aujourd’hui j’ai une base de données, y’a 2231 panneaux, bah voilà aujourd’hui vous avez 1000m² de disponible sur le chantier, va falloir peut-être les poser à un moment donné, et ce qui permettait de dire bah voilà au jour d’aujourd’hui on a posé 3000m² sur 4000, je peux facturer 75% du projet global au client. L.M : Parce que l’appli là vous vous en êtes servis pour la Cité du Vin ? Et pas pour la Canopée ni pour les Boulingrins ? A.B : Oui, non que pour la Cité du Vin celle-ci. L.M : D’accord, ah mais c’est bien comme système ! Et du coup donc après c’est vous qui faites tout le travail de mise en place des QR codes, de les relier à Rhino etc ? A.B : Alors en fait aujourd’hui on a rien inventé, les logiciels de gestion de pièces ça existe, vous allez chez Chronopost ou chez n’importe quel transporteur, ils ont des QR codes, des douchettes pour les scanner et ils ont un logiciel qui permet une traçabilité de chaque pièce donc aujourd’hui je n’ai rien inventé, je l’ai juste transposé sur un smartphone qui permet de se dire à l’ouvrier ou à son chef d’équipe de venir biper savoir ce qu’on a reçu, ce qu’on a posé, si elle est défectueuse boum elle apparait en une couleur, y’a un état qui se fait, y’a un rapport en disant pourquoi est-ce qu’elle est défectueuse comme ça je peux dire ah bah reçu palette abimée, c’est toute la palette qu’on refuse et ça renvoyait directement en fabrication auprès du fabriquant quoi donc on est plus j’interagis avec une maquette, donc aujourd’hui c’est là où la data du BIM elle joue. C’est là aujourd’hui où le BIM, d’accord, oui donc comme je vous disais la vidéo du Totem, c’est une forme gauche avec de la data, voilà nous aujourd’hui on a un principe c’est BIM et digital fabrication c’est à dire qu’aujourd’hui on fait une maquette Revit, on fait une maquette Archicad, ouais c’est beau, mais vous fabriquez rien avec. Donc nous aujourd’hui on essaie de retranscrire ça d’une autre manière et se dire que du BIM on va aller Jusqu’à la fabrication, alors là ici c’est un peu une démo sur le fait que on est pas obligé d’utiliser des logiciels type Revit ou Archicad pour faire du BIM, aujourd’hui nous on part du design paramétrique, on est capable d’utiliser du WebGL qui est disponible sur les navigateurs et on peut avoir du design paramétrique directement dessus du moment que c’est déjà pré-calculé et puis après bah on a des choix de facettisation, et ci et ça, et donc là après on redonne le pouvoir à l’architecte de création en fonction de tel ou tel type de paramètres. Et donc une fois qu’on a un Modèle figé, on va pouvoir faire des détections de clash pour voir si notre modèle est cohérent, et donc là on est déjà, alors nous on le souhaiterait beaucoup plus en amont, les gens aujourd’hui ils le font quasiment ici, pourquoi parce que avec ces méthodes là on arrive à avoir des niveaux de détails beaucoup plus important déjà bien bien en amont. Alors nous le but c’est de fournir des maquettes 3D avec des nomenclatures et plus forcément des plans, mais faut quand même avoir des plans de bases… Donc après c’est l’étude de système constructif comme on a fait là, donc là tout est fait en imprimante 3D, étude R&D donc soit RDM soit par rapport à des bureaux spécifiques soit sur des pièces comme ça on y arrive nous, voilà on fait de l’impression 3D, alors c’est pas fait pour du bâtiment, bien sûr, mais ça a permis de faire toutes ces pièces là, ça marche bien, là la maquette elle est sur Revit donc elle est fait sur Rhino, sur Revit, peu importe, nous on s’attarde pas à un logiciel, on s’attarde sur qu’est-ce qu’on doit faire et quel est le logiciel le plus efficace. Donc en fait ici on voit que là, cette pièce-là elle a une image pour dire elle est posée à cet endroit-là, elle a un plan de fabrication et elle a un

159


QR Code qui est associé. Donc là on est vraiment sur de la data, on est identifiant TRI09 donc on est bien cohérent, et c’est une nouvelle construction et puis voilà elle a un volume de tant puis après bah tout ce qui est largeur, hauteur, c’est directement dans la famille que ça nous ressort les informations. Voilà on a le QR code donc tout ça est généré automatiquement et puis ensuite bah voilà sur le planning et sur le cout, on sait que pour fabriquer des panneaux, il faut tant de temps donc on sait à peu près les délais, 2 jours, celui-là 4 jours, pourquoi parce qu’on a plus de pièces, on a peut-être le même nombre de m² mais faut passer plusieurs fois dans les machines. Donc c’est différent, et puis là bah par exemple pour les TRI il faut 48 fixations, là j’en ai plus que 32, là j’en ai plus que 22. Les taux de chute, 21% de chute, j’ai 5 et j’ai 8, donc là par contre j’ai un cout de matière qui est plus cher mais en fait à la fin, quand on vient ici faire le cumul de tout ça, bah je m’aperçois qu’en fait même si j’ai plus de chute, en fait ce sont mes pièces ici qui sont les plus chères, et en fait à la fin ça fait mal quoi. Et entre la partie courbe et la partie TRI, c’est du x2, et là c’est des chiffres réels, puisque là en fait c’est une pièce = un prix, le panneau avec la boite capable c’est tant, découpé, voilà donc c’est vraiment le prix quand nous on a payé le PMA, divisé sur chaque panneau. Donc aujourd’hui pour nous y’a rien de problématique, c’est juste après les gens faut arriver à les convaincre de faire ça et puis après voilà, le BIM et le digital fabrication, bah on va faire le développé de la pièce on met le nom, on met ses cotes pour vérification, on le multiplie sur tous les panneaux et ensuite après ça fait des fichiers numériques de découpe qui sont envoyés directement à une machine-outil qui va découper les éléments, voilà. Et après bah il reste plus qu’à faire le plan de montage et à monter l’ensemble. Donc après autre chose, on fait des nuages de points pour vérifier que les supports sont bien au bon endroit, ah je m’aperçois que non je ne suis pas tout à fait au bon endroit j’ai tant d’écart, là j’ai 2,4mm, là j’ai tant, oh bah j’ai une tolérance de 5mm, c’est bon c’est acceptable. L.M : Pour faire ça vous avez scanné le … A.B : Oui, j’ai un petit scanner sur IPad donc là après ça va même sur les pièces ça lit le QR code donc là je sais le nom de la pièce, c’est une tige de 80, c’est du PLA et de l’acier, je sais qu’elle est à cet endroit-là et ensuite après là j’ai un bras court avec un pré réglage de 21mm. Donc là je change je lui dis qu’elle est livrée, je fais accepter, ça y est la base de donnée elle est mise à jour et après y’a la maquette qui réagit en même temps qu’on fait la manip. L.M : Mais du coup finalement d’un côté c’est de l’optimisation hein ? A.B : Pas vraiment parce que j’ai deux pièces, un bras court, un bras long, et puis après j’ai des tiges filetées qui sont en fonction des longueurs que je souhaite donc aujourd’hui je réponds à de la pièce unique, je réponds pas à de l’optimisation industrielle, qui serait d’avoir toujours le même triangle, toujours le même quad. L.M : Oui mais moi j’entendais optimisation dans le sens ou au final sur le rapport fabrication/prix on arrive à faire diminuer les couts et à faire quelque chose qui en plus niveau esthétique est mieux quoi. A.B : Oui, alors ça oui c’est proposer une solution esthétique plus intéressante, après y’en a qui vont dire non je ne veux pas de ça, je veux du quad ou je veux du tri parce que j’ai envie d’avoir tel graphisme. Nous on s’est permis par exemple là d’avoir du clair et du rouge, voilà pour dire on veut choisir parce que c’est nos références mais oui aujourd’hui nous dans le mot optimisation on a pas tout à fait la même définition, pour nous c’est vraiment avoir des choses identiques, avoir des choses répétitives, où on va pouvoir acheter non pas 300 pièces mais 2000 pièces, on va faire descendre les couts, on va optimiser, y’a même à un moment donné où quand j’ai fait un projet sur des structures on m’a dit ça va partir par camion de 13m par 2m50 ou même 2m45 je crois, il faut optimiser les palettes. Donc j’ai toujours créé la même palette et puis bah après je jouais au petit jeu des lego en essayant d’économiser le plus de vide possible pour que j’ai le moins de palettes à fabriquer et le moins de camion à faire partir quoi donc là on est sur de la vraie optimisation alors que là on est sur une réponse esthétique, une réponse cout mais pas forcément sur une réponse pièce. L.M : Est-ce que le fait de pouvoir faire des pièces directement du logiciel de modélisation à la fabrication ça a permis de réduire les erreurs et de simplifier la production de ces pièces-là ? A.B : Ah bah clairement, tout travail numérique est 10 fois plus précis qu’un travail humain, aujourd’hui on a la chance de connaitre des industriels, vous mettez une barre, un profil, vous le mettez dans la machine, il est capable de percer sur les 4 faces, de couper à des angles différents au début et à la fin, de graver et la pièce elle ressort finie. Là je sais que j’ai 0% d’erreur ou alors c’est ce que j’ai envoyé qui est en erreur. Si je veux le faire faire manuellement, je suis obligé de faire un plan, je ne suis pas à labri que ma cote elle soit fausse parce que je peux me piquer a l’extrémité et non au centre de mon trou, le mec il va faire quoi, il va mettre sa cote, il va être à plus ou moins 1 ou 2mm, il va faire son trou, 1mm + 1mm+ 1mm je me retrouve avec 5mm à la fin et quand je viens poser sur le chantier boum ca tombe plus en face donc aujourd’hui non, une fabrication numérique est à favoriser à 500% quoi. Aujourd’hui justement dans des projets comme la cité du vin je demande avec qui mes clients travaillent, est-ce qu’aujourd’hui ils sont équipés numériquement, ils me disent mais pourquoi ? Bah je lui dis si les mecs sont pas numérique aujourd’hui on va droit dans le mur parce que c’est tellement précis qu’il faut que tout soit fait parfaitement, et donc après moi sur la cité du vin j’ai fait positionner au géomètre les 4 coins des panneaux, et après les poseurs ils arrivaient, ils mettaient un coin là, un coin là, c’est bon toi ? Ouais ouais, moi aussi allez hop je vis et ça s’enquillait sans aucun problème, ils avaient pas une calle pour vérifier si

160


c’était 20mm, ils voyaient que les 4 coins étaient bon, c’était sûr que ça se faisait correctement et j’ai vu un architecte qui m’a dit j’ai jamais vu des joints creux aussi parfaits et pourtant vous êtes sur une forme courbe, donc il me dit y’en a sur face plane ils arrivent pas à avoir ce niveau de joint creux, vous, vous le faites parfait et sur une surface qui est courbe. C’est pas pour me jeter des fleurs ce n’est pas ça, c’est de se dire aujourd’hui avec des moyens numériques on est quand même beaucoup plus précis, même si les mecs sont très très bon sur les chantiers, ils connaissent leurs métiers mais évidemment si on les aide numériquement c’est quand même totalement différent quoi. L.M : Et alors du coup est-ce que ça a une influe sur les couts qui sont liés habituellement à la production et a l’étude de pièces spécifiques comme ça qui ont besoin d’être très précises etc., est-ce que si on le fait pas comme ça, ça coute plus cher à faire et à étudier ? A.B : A fabriquer, ça couterai plus cher, parce que il faut s’imaginer par exemple si on n’avait pas de découpeuses numériques il faudrait imprimer en A3 et puis ensuite après il faudrait les couper dessus. Donc ça veut dire qu’on utiliserait le papier, ce serait plus contraignant je pense et beaucoup moins précis ensuite après par contre ça va demander plus de temps de conception sur l’ordinateur. Donc aujourd’hui par exemple un fabricant il est capable de faire 4000m² de panneaux composites par semaine. C’est à dire qu’aujourd’hui il est presque capable de fabriquer toute la Cité du Vin en une semaine et demie, ce qui est extraordinaire alors que nous ça c’est étalé sur 9 mois quasiment, donc y’a un avantage qu’aujourd’hui l’être humain ne peut pas rattraper par rapport à ces machines-là d’accord. Et ensuite après la question s’est posée c’est est-ce qu’on leur donne le travail de création de panneaux au fabricant ou est-ce que nous on le garde, on a préféré le garder parce que justement jetais capable d’aller très très loin dans cette fabrication parce que je connaissais ce qu’ils demandaient et je comprenais ce qu’il demandait pour la fabrication quoi, donc c’est toujours ce que je dis, on augmente les études pour alléger autant la fabrication que le chantier. Alors Oui j’ai un cout, oui les bureaux d’études ont un cout, mais derrière ça va tellement vite que y’a pas de question à se poser quoi par contre il faut avoir les bonnes personnes compétentes et qu’ils comprennent ce qu’il faut quoi. L.M : Les pièces qui ont été fabriquées directement à partir du modèle c’était pour la Cité du Vin ? A.B : Cité du Vin, et Canopée des Halles, tout, partout. L.M : Boulingrins aussi ? A.B : Boulingrins aussi. Donc par exemple sur Boulingrins, voilà le genre de choses, alors en fait le projet au début y avait un très gros, petit, très gros, moyen et puis un tout petit derrière, et l’architecte il fait « non mais c’est pas possible, on voit plus le petit qui est derrière » donc après on a refait donc vous voyez ça c’était le premier, il dit mais celui-ci on le voit pas c’est pas possible quoi donc après on a ré inversé à une semaine et demi du rendu DCE il me dit ça prendrait beaucoup de temps a tout ré inverser ? Je fais ah bah oui toutes les descentes de charges, tous les panneaux, oui oui faut tout refaire quoi ! Mais on l’a refait quand même quoi (rires). L.M : Parce qu’en plus le terrain il est en pente et tout là-bas ? A.B : Ah bah oui là il est en pente hein, là je suis à l’horizontal et j’ai une pente naturelle de 9% et moi j’ai fait un chemin de 8%, même pas handicapé mais… Voilà et à la fin ça a tout été inversé comme ça. L.M : Ils disent qu’ils sont démontables mais du coup on ne peut pas les remonter n’importe où non plus ? A.B : Non, c’est pas comme le pavillon de Zaha Hadid qui de toute façon, on re-fabrique des pièces parce que le terrain n’arrive jamais à être correct et puis les pièces elles s’écartent quand on en fabrique (rires). Non mais y’a quand même une dalle assez horizontale, de temps en temps y’a des petits décrochés mais je ne suis pas sûr qu’ils les réutilisent quand même. Ou alors faut qu’ils re créent des ossatures, c’est pas compliqué hein mais déjà je n’imagine pas le camion qui faut pour transporter ça donc faut déjà tout démonter euh… Moi je ne l’ai jamais vu en conception pour être démontable L.M : C’est vrai ? Ah parce que dans tous les documents que j’ai lu ils disent oui comme c’est temporaire faut qu’il soit démontable et puis ils vont peut-être le remonter pour faire des expositions dedans. A.B : Alors c’est démontable dans le principe où c’est de l’assemblage mécanique métallique, c’est pas du béton dans lequel on va venir avec un marteau piqueur tout casser mais de toute façon l’étanchéité c’est soudé, donc ça veut dire qu’il va falloir mettre des coups de cutter et puis même la vêture enfin, faut tout démonter, c’est pas un élément, enfin c’est pas une tranche d’orange qu’on vient enlever etc, aujourd’hui y’a aucune conception pour ça, sinon on verrait des quartiers qui pourraient dire ça je l’enlève, ça je l’enlève mais aujourd’hui non tout est assemblé et il faut tout démonter pour y arriver quoi donc euh… L.M : Alors j’ai trouvé une citation qui est dans mon mémoire, je voulais savoir si vous êtes d’accord avec ou pas …. 161


A.B : Non (rires) L.M : C’est l’archi qui dit non normalement (Rires) donc la citation est « on peut adapter des processus industriels à une fabrication sur mesure » A.B : Oui, du moment qu’on a des outils numériques on fait un peu tout ce qu’on veut, du moment qu’on a des commandes numérique on fait ce qu’on veut, la preuve est, aujourd’hui des fabricants de panneaux composites, ils font plutôt de la cassette rectangulaire, mais ils sont quand même réussi à faire des panneaux cintrés, découpés en forme de banane et y’a eu aucun soucis, du moment qu’ils ont le fichier pour fabriquer ce qu’ils veulent, y’a pas de soucis quoi. Mais ce qu’il faudrait ajouter, c’est que ce n’est plus de l’industrie, c’est de l’artisanat, parce que industrie veut dire méthodes lourdes, process et grosses séries. Aujourd’hui l’industrie ne réfléchit pas en m², elle va réfléchir en nombre répétés, c’est pour ça qu’aujourd’hui là où je critique un peu la conception vis-à-vis des panneaux vitrés, c’est que aujourd’hui tout le monde dit ouais mais fabriquer des panneaux cintrés ça coute cher, forcément, vous en faites 10 sur un projet, faites en 300 identiques, vous allez voir que les couts vont être largement plus bas et que vous pourrez vous payer des panneaux cintrés quoi. L.M : Ok. Questions complémentaires : quels ont été les principaux problèmes rencontrés lors de ces trois projets ? A.B : Hum je dirais la tolérance de tolérance. C’est-à-dire, la maquette c’est une tolérance 0 mais à chaque fois on donne une tolérance de pose ou une tolérance de fabrication. Je redonne l’exemple de la Cité du Vin où on voyait les arcs bois, ils avaient droit à une tolérance +/- 30, et +25, -30 ; ce qu’était capable d’absorber notre système constructif par un système de houblons et de tiges filetées. Aujourd’hui c’était ce qui était imposé. Y’a eu des arcs qui étaient au-delà de cette tolérance-là donc ce qui a fait que y’a fallu faire, euh c’était sûr que de toute façon tous ces arcs étaient assemblés par des poutres, par des contreplaqués, tout ça formait une unité, aujourd’hui on dit bah écoutez-vous démontez tout ça, vous recoupez, puis vous recalez 8mm plus à droite, le mec il va dire vous rigolez ! Donc aujourd’hui qu’est-ce qu’il faisait bah il coupait un peu de bois, il rajoutait un petit tasseau sur le côté : « c’est bon vous êtes content vous pouvez mettre votre vis de 60 de profondeur, maintenant c’est bon c’est validé ». Donc aujourd’hui je dirais ce qui est le plus compliqué c’est ça c’est la gestion de la tolérance de chaque lot avant le nôtre pour que tout ça se monte bien. Et en fait on est obligé d’avoir des réceptions de supports, re réception de supports et ainsi de suite pour que ça marche. Je vais donner un exemple donc sur la Cité du Vin on avait la charpente bois sur laquelle SMAC venait mettre une étanchéité et des platines sur lesquelles après on venait mettre des pièces de fixations pour fixer soit des panneaux métalliques soit des panneaux de verre. Les panneaux de verre étaient pas au lot de SMAC mais au lot de COVERIS, une autre société qui sont dédiés dans le verre, et donc en fait ils nous ont donné la prestation de fixer ces platines pour que eux ils puissent poser leur ossature. Donc en fait nous on s’est dit il faut que nous on réceptionne la charpente bois qui est dessous, si y’a des variations, il faut qu’on arrive à les compenser pour que quand nous on va nous réceptionner nos platines on soit bon par rapport à ce que veut COVERIS chez nous. Donc nous à la charpente bois on leur autorisait +30/-30 et +25/-30 et COVERIS ils nous imposaient +/- 10 dans tous les sens. Donc ce qui fait que à un moment donné ça bougeait, donc si lui il était là, +30, fallait que nous on récupère -20 dans ce sens-là. Donc c’est ça on va dire un peu qui était compliqué, sinon, je vais dire c’est la précision de pose voilà pour être plus précis, tolérance de tolérance on va l’appeler précision de pose, c’est ça aujourd’hui qui est le plus compliqué, c’est vraiment ça et on peut pas s’imaginer comme 1cm ça parait ridicule sur une règle mais sur une façade de 25m on ne peut pas s’imaginer les conséquences que ça a en fin de façade. Donc c’est des choses que le bâtiment doit arriver à faire évoluer et comme je parlais tout à l’heure sur le projet de l’Aréna d’Aix, on a des plats qu’on leur a fait poser, ils ont droit à plus 50 ou moins 50mm, ça fait quand même 10cm d’écart, c’est quand même énorme pour arriver nous après à régler, donc là on fait des gros travails de géomètre pour arriver à se re situer dans l’espace pour savoir où est-ce que c’est posé et quelles vont être les conséquences après. Donc ce qui ramène des prestations de supports, de réception de support qui sont beaucoup plus poussées surtout dans des formes organiques comme ça que dans des systèmes un peu plus simples. Donc la maquette ici est un très bon support parce que bah je vais vous montrer… Donc en fait on a une charpente qui est en bleu, d’accord, nous ici on vient se poser sur ces pièces bleues claires, donc c’est là en fait ou ils ont le droit à plus ou moins 50 dans tous les sens, et donc en fait nous on vient réceptionner ici, moi je donne au géomètre cette courbe jaune qui est ici, et ensuite il va me dire si elle est bien placée ou pas, et ensuite après bah moi je viens faire poser un point au géomètre qui a un marquage très précis et ça, ça permet de caler cette pièce là en x, en y, et en z parfaitement et ça après ça va permettre d’enchainer sur des pièces, sur lesquelles après on va re régler avec le géomètre pour être sûr qu’ensuite après ces pièces qui viennent se caler contre elles soient directement parfaitement positionnées. Et donc là la maquette, bah une maquette aujourd’hui elle pourrait très bien avoir cette pièce-là, elle pourrait très bien avoir des informations qui vont être par exemple altimétrie, et puis je vais lui mettre 156.589 NGF par exemple et donc cette maquette je commence à l’enrichir par rapport à son niveau. Et à ce moment-là, ici bah ce point qui est là pour moi il a déjà une référence, et cette référence c’est ce tube-là, donc ça veut dire que le géomètre il va me pointer ça, il va me mettre cette référence ici et donc je sais que ce point-là correspond à l’anneau 2 avec l’ossature SP29-3. L.M : Donc on peut dire que quand même par le travail collaboratif et le modèle 3D ça permet de proposer des projets qui au final sont plus aboutis et plus réfléchis quoi ?

162


A.B : Ah bah là c’est clairement réfléchi mais ici je fais ça c’est pour nous, aujourd’hui y’a très peu de mission de synthèse, aujourd’hui on envoie nos modèles par principe, mais ce n’est absolument pas contractuel, et toute cette intelligence là on l’efface avant de l’envoyer, parce que ce n’est pas demandé, on va pas s’amuser à leur donner de l’intelligence qu’on a pas facturé ou qu’ils ne nous ont pas demandé. Mais pour nous on sait ce qui va se passer derrière. Et aujourd’hui le client a souhaité une méthode de réception de support, ils ont fait ça hier, ils se sont plantés, parce que ils ont pas compris que pour eux les pièces ça allait être bon, et c’est pas bon du tout et moi le temps de re traitement que j’ai, c’est beaucoup plus long que ce que j’imaginais, mais ça je leur avais dit. Donc après c’est l’expérience on va dire mais aujourd’hui cette maquette elle va permettre de donner des éléments au géomètre qui lui va m’en redonner et je vais pouvoir me re baser sur ce qu’il me donne pour retravailler encore donc c’est des vrais allers-retours chantier et aujourd’hui c’est très rare que les sociétés arrivent à gérer ça. On est peu en France en bureau d’étude enveloppe à traiter ce genre de choses. Y’en a, mais aujourd’hui sur la Cité du Vin c’est vraiment nous qui avons mis en place cette méthode de réception de support, qui a été repris par COVERIS, on a pas de brevet là-dessus, ils font ce qu’ils veulent, ça leur a permis de faire pas mal de choses, voilà aujourd’hui on est là pour faire avancer les projets, on est pas là pour dire « non c’est nous qui l’avons fait », c’est pas ça et puis de toute façon les scann, là avec le géomètre on discutait, il me dit « non mais moi je préfère utiliser un scann 3D que de relever chaque point parce que avec un scann 3D on voit tout et on peut tout analyser comme on veut donc c’est beaucoup plus simple », et c’est les nouvelles technologies, on en fait ce qu’on veut quoi. L.M : Mais du coup un procédé comme ça avec les tolérances etc, si on travaillait en 2D c’est impossible à gérer quoi ? A.B : Ah bah là… Bah c’est à dire qu’en fait en 2D on verrait le désalignement comme ça, mais s’imaginer le delta en Z comme ça, bah c’est pas possible quoi. L.M : Oui faudrait trois plans pour chaque pièce en fait. A.B : Voilà, c’est pas possible quoi donc non aujourd’hui sans parler BIM, le passage déjà à la 3D est très important pour le monde de l’architecture, et puis après le BIM lui va permettre de rajouter de la méthode, rajouter de la structure mais aussi du management et du contrôle sur la maquette, voir ce qu’on fait et être sûr de ce que l’on fait. L.M : Est-ce qu’il y a des parties des trois projets qui ont été étudiées dans le but de les optimiser ? Au niveau de panneaux peut-être, est-ce qu’il y a des groupes similaires qui ont été créés, ou même au niveau de la structure ? A.B : Non, non là c’est tout de la pièce unique. L.M : Sur les trois projets ? A.B : Sur les trois. L.M : Même les systèmes de fixations et tout ou c’est des choses qui peuvent s’adapter quand même ? A.B : Ah, alors sur la Cité du Vin les chandelles, les pièces en oméga avec des tiges filetées, là en fait ce qu’on a fait c’est qu’on a fait des groupes c’est à dire qu’en fait on a 4 types de chandelles pour tels types de résistances mécaniques et tels types de fonctions, voilà on en a 4 donc suivant dans quel cas on est on va choisir 1,2,3 ou 4. Ensuite après suivant l’inclinaison du berceau ça donne telle résistance mécanique donc on choisit telle tige filetée et puis ensuite après bah c’est juste un réglage de boulon qui vient faire la hauteur et le déplacement latéral c’est tout quoi mais au moins c’est des pièces cette fois ci qui sont industrielles, c’est-à-dire qu’on va commander 2000 fois celle-ci, 1500 fois celle-ci, 200 fois celle-ci, en fonction de ce qu’on a besoin et c’est ce qu’on fait justement ici sur l’Aréna, c’est que au début on a des panneaux qui font maximum 1300, d’autres qui font 1000 et puis en fait y’a des moments où ils s’effilent comme ça donc le tout premier concept était « ah bah on s’arrête à 30mm de l’avant, 30mm de l’arrière et on a notre ossature », je lui fais donc vous voulez en fait 933 taules x4, toutes pièces uniques « comment ça ? » bah oui, je lui dis « si la pièce elle s’effile, forcément la longueur elle diminue, donc chaque pièce est unique », « ahhhh ouiiii » donc voilà c’est là que nous on réfléchit en disant bah voilà on va de telle valeur à telle valeur, mécaniquement qu’est-ce que ça peut engendrer d’avoir un porte à faux de 5mm, 10mm, 50mm, est-ce que c’est jouable, oui ou non, après ça c’est pas nous qui le donnons mais c’est les bureaux d’études qui calculent la RDM de la pièce et à ce moment-là ça permet de dire bon bah on va faire une ossature maximum avec un décalage de 100 c’est-à-dire que si ma pièce elle fait 252, bah je sais que je vais descendre à 200, si elle fait 301 je vais descendre à 300 mais si elle fait 299 je peux me permettre de la descendre à 200 parce que j’ai moins de 100mm de porte à faux. Et là à ce moment-là, on a plus 2600 pièces différentes, on a 10 pièces fabriquées un certain nombre de fois et donc là on commence à industrialiser les choses, mais tout en gardant le même système constructif, c’est juste qu’on a un petit peu optimisé les choses, sinon il fallait nommer chaque pièce, chaque pièce devait être géo-localisée, fabriquée en temps et en heure et mise sur le chantier dans un ordre très précis pour pas se planter. Voilà donc là c’est 10 fois plus simple, on gagne du temps. 163


L.M : D’ailleurs je crois que sur les pavillons Monte-Carlo aussi ils avaient numérotés les pièces, chaque pièce avait un numéro et du coup ils savaient quelle pièce monter quand et quelle pièce allait être livrée quand etc. A.B : Ah bah jardin de Boulingrins, comme tous les triangles sont tous uniques, ils étaient marqués avec une rangée, une colonne et où était la pointe, est-ce qu’elle était en haut ou en bas. C’est des détrompeurs pour savoir comment présenter la pièce, c’est pareil quand nous on a fabriqué ça (le totem) à chaque fois j’ai dit au fabricant attention, bien mettre le marquage à tel endroit qui m’indique soit le haut soit le bas de ma pièce quoi ça c’est important pour savoir dans quel sens ça va. L.M : OK. Est-ce que l’optimisation des pièces du coup elle s’est fait plutôt grâce à la modélisation paramétrique ou plutôt grâce à la partie travail collaboratif, modèle 3D BIM ? A.B : C’est pas le BIM qui optimise, c’est la conception en elle-même, donc le BIM n’est là que pour avoir une représentation d’une conception qui peut être carrément hors 3D, au début on passe par des plans 2D, on passe par des gribouillages sur des plans, on passe par des choses comme ça qui va dire oui mais attend, si je fais ça, je fais ça, là j’ai besoin de tant, on va essayer d’abord de comprendre comment optimiser les choses et puis ensuite après on va montrer en 3D ce que ça donne, on va faire 1 cas, on va en faire 2, 100, 1000 et puis on va dire oui là c’est bon ça marche. Mais au début quand j’ai commencé la Cité du Vin il y avait peut-être une chandelle, à la fin je me suis retrouvé avec 9 types de chandelles parce que j’avais 9 cas différents, avec des éléments qui allaient jusqu’à une hauteur qui était pas prévue donc fallait contreventer, une autre parce que l’angle était trop important mais pourtant il était très court, on avait pas pensé à ça, donc voilà après c’est ça un peu le problème des formes organiques c’est que aujourd’hui il y a un principe mais 5cm plus loin c’est plus le même principe, c’est plus la même cote, c’est plus rien donc on recommence, re regarde si ça marche à côté. L.M : J’ai bientôt fini hein, de manière générale, pensez-vous ou a-t-il été chiffré pour les trois projets que conduire se projet en BIM a permis par rapport à un processus de travail lambda de réduire les couts liés au projet à cause de sa géométrie complexe ? A.B : Ah bah euh alors je ne peux pas vraiment dire BIM mais déjà les trois projets que vous citez : incapacité de le faire en 2D, c’est clair, net et précis, incapacité. Ensuite après en quoi le BIM aurait pu améliorer encore en plus du système 3D ? Rien. Rien parce que le BIM aujourd’hui le planning, est-ce que ça améliore ? Non, on met à quelle date on veut que ce soit fait mais c’est pas ça qui va faire accélérer la fabrication, par contre ça va juste peut-être mettre si on met les bonnes alertes se dire attention t’es en retard sur cette zone-là, OK. Le cout aujourd’hui ça n’a pas d’impact, je vais mettre ma pièce, elle fait 32,12€, je vais la multiplier par tant, bon bah je vais peut-être pouvoir me dire bah en fait mon chantier moi je l’ai vendu 8 millions, il m’a couté 7,9 millions, ouf ça va. Ah ouais mais on n’a pas compté tous les restaurants qu’on a fait à midi avec toutes les bonnes beuveries et tout. Bon, je pense que le cout dans une maquette aujourd’hui c’est pas là où les gens vont se diriger en premier lieu. Ils vont se diriger en effet vers du planning et vers de la gestion de chantier, mais pas forcément vers du cout, le cout c’est très intéressant sur la partie économiste et c’est là où les industriels type Saint Gobin sont en train d’aller c’est-à-dire que, alors ils y vont et ils y vont à reculons. Aujourd’hui par exemple vous allez sur le site de Saint Gobin dans la partie Placo, vous pouvez télécharger le complexe d’une cloison séparative en 98 ou 72, donc un BA13, une ossature de 48 et un parement de 13, il va vous donner la résistance phonique, la résistance thermique, si vous rajoutez un isolant de 40 de chez Saint Gobin il va vous donner aussi tous les autres éléments, mais le coût aujourd’hui ils le donnent pas. Pourquoi ? Parce que vous vous trouvez à Lille, à Marseille, ou en région Parisienne, c’est pas le même prix. Vous allez chez Point P, ou vous passez directement par la centrale d’achat de chez Saint Gobin, c’est pas le même prix. Vous êtes un petit artisan qui fait 20 000m² de placo, par rapport à un gros poseur qui en fait 100 000, il n’a pas les même prix. Donc aujourd’hui comment un économiste peut arriver à avoir les bons prix en fonction de cette géolocalisation, en fonction du poseur et en fonction des accords qu’il peut avoir avec ses fournisseurs. Donc c’est pour ça que le cout j’y crois pas trop ou alors c’est avoir une notion de rentabilité vis-à-vis d’une maquette. C’est-à-dire combien toutes mes pièces m’ont couté, hors études, hors humains, hors engins de chantier, hors livraisons ou hors choses, voilà mais qui s’intéresse à ça ? Aujourd’hui y’a une facture globale de tous les fournisseurs ils additionnent, combien on a vendu, ça et ça et ils se débrouillent tout seul. Donc voilà le cout j’y crois pas trop, par contre oui sur le planning, des alertes attention vous êtes en retard, et comme je dis ah ouais mais là ils n’ont pas fini, ils ont fini ailleurs donc on a travaillé ailleurs et puis là on a laissé tomber donc là je vais être vert, vert, vert et là je vais être rouge. Donc c’est un peu délicat quoi et alors nous on a réfléchit à un système non pas de dates mais de codification de dates qui permet dans une base de donnée, si on change la date du code ça se re modifie dans toute la maquette donc on est plus à dire il faut que ce soit poser le 12 juin mais ça va être la zone 2-3 et je peux changer ma date et hop ça va beaucoup plus facilement se mettre à jour que si je dois mettre mes 12 000 pièces avec la bonne date, ça serait plus compliqué à modifier. L.M : Mais du coup est-ce que le fait d’avoir ces processus là pour la gestion de chantier etc. ça permet pas finalement de réduire le cout global du bâtiment ? A.B : Ah bah aujourd’hui une conception 3D avec un petit peu de BIM améliore sérieusement le chantier, ça c’est sûr. Quand c’est bien fait avec les bons acteurs, les marges des entreprises augmentent et la qualité du bâtiment augmente

164


aussi. Ça c’est dur à quantifier mais c’est tellement évident quand on le vit, c’est dur à dire, de dire de combien, mais aujourd’hui on n’a pas une pièce qui est défectueuse, tout se passe bien, en temps et en heure et donc ce n’est que bénéfique quoi. Mais attention comme je dis, c’est avant tout le modèle 3D qui apporte ça, c’est pas forcément le BIM. Aujourd’hui qu’est-ce que le BIM peut apporter ? Bah c’est avec des services un petit peu comme ça, qui sont des allers-retours entre le chef de chantier et sa maquette. C’est-à-dire qu’aujourd’hui vous avez une personne qui va gérer une équipe, cette équipe va travailler et lui va regarder si les équipes ont bien fait le travail. Et bien si lui après il a une petite application et que lui il se dit ah attention ici ils ont pas bien soudé, ah bah là c’est bien fait donc là ici je valide et qu’il y a ce retour avec la maquette, derrière il va vraiment avoir une gestion de ses équipes et une gestion de son chantier qui va vraiment être accrue et le lendemain j’sais pas il se passe deux trois jours, il a oublié ce qui s’était fait il regarde sa maquette, « ah oui tiens t’as rien à faire bah va ressouder à cet endroit ou va me refaire ci ou ça » donc on va gagner en qualité, mais pour ça il faut avoir des services autour de la maquette, donc c’est là où on peut un peu dire la méga-data, comment est-ce qu’on peut travailler autour de cette maquette et c’est pas que l’information technique ou mécanique, mais ça peut être aussi plein d’autres choses. Aujourd’hui on est trop focalisé la dessus mais voilà moi je vois plutôt des choses comme ça que de la vulgaire technique. C’est très bien, mais on sait faire, faut passer à autre chose quoi. L.M : OK, donc du coup tout ça réduit le délai de construction ? A.B : Ca peut. A condition de. Que tout le monde respecte ses créneaux, franchement aujourd’hui c’est ça qui est le plus problématique, c’est que chacun ne respecte pas ses délais ! L’archi passe la validation, ça repousse, si ça repousse le charpentier, ça va repousser l’isolant, l’isolant ça va repousser le dessus, et ainsi de suite. Et tout ça, juste parce que, alors je ne dis pas que y’a que l’architecte hein attention, parce que il y en a y’a eu la validation puis après bof pas envie, pas eu la matière, bah voilà vous avez 3 semaines dans la vue, tant pis pour vous. Donc voilà quand je dis ça c’est tout le monde respecte ses délais et là après ça marche. L.M : Et du coup sur les trois projets là, est-ce qu’on peut dire que les délais de constructions ont été réduits ou pas forcément ? A.B : Alors Boulingrins je ne sais pas comment ça s’est terminé, Cité du Vin : mais alors là dans les temps, mais alors parfait, on va dire tout le monde euh on devait avoir fini le 16 Décembre, parce que y avait des subventions, que si ça finissait pas en 2015 il n’y avait pas les subventions en 2016, donc c’était quelques millions quand même hein donc c’était vraiment impératif, je dis pas que entre le 1er et le 7 ça a pas été un peu le rush, mais voilà, le 16 tout le monde était là, grand sourire, aucun problèmes, bon de toute façon il y avait la réception officielle et puis y avait toujours des petites choses qui restaient un peu à mettre au point, de toute façon les OPR n’étaient pas encore faites donc y a encore des petites modifications derrière, mais on va dire le gros du travail était fini après c’était juste de la petite finition donc c’était pas très grave puis de toute façon il y avait encore tout l’agencement intérieur encore à faire, mais aujourd’hui non, je pense que la Cité du Vin a été je pense, un chantier assez tranquille par rapport à la Canopée. La Canopée y’a eu un peu plus de bourre, sur les bâtiments c’est une vraie catastrophe, sur le franchissement on a eu quelques délais par rapport à la structure qui a mis un petit peu de temps à se faire mais parce que les fondations n’était pas faites parce qu’ils avaient inventé un système de plateforme qui avançait en même temps, en ingénierie c’était super beau mais alors sur le chantier c’était pas tout à fait évident quoi donc voilà y’a eu pas mal d’intempéries aussi qui ont fait quand même pas mal décaler le planning, mais voilà quand je dis ça c’est terminé à une semaine d’écart, franchement c’est bravo, moi ils m’ont dit ils nous ont applaudi d’avoir fait cet ouvrage aussi bien réalisé avec d’aussi beaux délais quoi par rapport aux bâtiments où c’était une vraie catastrophe. Alors qu’après ça fuie, ça c’est autre chose. Je ne sais pas si vous avez vu ce qui se passe en ce moment sur la Canopée, y’a un appel d’offre d’1,2 millions pour colmater les fuites. Mais moi j’ai mis un post en disant je suis désolé, l’architecte était au courant, on lui a dit, il était au courant c’est même lui qui a limité l’extension des verres, et maintenant ça va couter très cher. Voilà. Il faut redonner à qui est la faute donc même si c’est pas politique, il faut le dire quand même. L.M : Et du coup sur les trois projets est-ce que ça a augmenté les délais d’études ou pas ? A.B : Oui L.M : Beaucoup ? A.B : J’ai pas de comparaison avec de la 2D, comme j’ai dit c’est des projets qui sont quasi impossible à faire en 2D, donc se dire il faut tant de temps… Euh… Si moi je dirais entre 25 et 30% de plus, mais avec un niveau de précision qui n’a nulle comparaison avec de la 2D donc c’est très dur à quantifier autant en terme de temps qu’en terme de cout, parce que on est allé tellement loin que… Par exemple donc là j’avais tous les modeleurs qui travaillaient, moi je vérifiais, donc par exemple là je disais que peut-être que le boulon était pas bon, bah voilà là ici clairement cette pièce-là elle n’est pas découpée suffisamment pour laisser passer ce fil. Ça c’est un joint PDM donc pour faire l’étanchéité donc en fait ici il ne passait pas, donc il faudrait faire ça, ici ça pourrait créer un boudin, qu’est-ce que ça pourrait donner donc là faudrait découper plus pour laisser passer ça, là peut-être que justement c’est peut-être trop haut et que en fait ici on peut pas passer, donc on sait que c’est le couteau qui est 02C09S donc je sais parfaitement le géo référencer, découpe

165


des couteaux, ici j’ai des couteaux donc là ça doit venir plus loin ici pour éviter ce trou qui est là, là ici je pense que là je devais clasher entre ces deux choses donc il fallait le réduire un petit peu et puis après bah voilà on arrive à ce niveau de détail ou je mets les bonnes vis pour bien voir que ça marche correctement. Y’a un niveau de détail ici qui est vraiment très très important. En fait après je fais des rapports de clash, ici j’ai tant de clash, ici par exemple ce qu’ils ont modélisé c’était décalé donc la question c’est est-ce que le verre est découpé en fonction de cette arrête là ou en fonction de cette surface-là. A ce moment-là si c’est découpé en fonction de ça et bien le verre est quelques millimètres trop courts. Donc on arrive à un niveau de précision où on peut dire attention ici vous avez peut-être 8mm de défaut en altimétrie donc c’est quoi 8mm, bah oui mais cette pièce là c’est quoi c’est ce qui tient en fait toute cette partie-là donc ça veut dire que c’est tout le verre qui descend. Et après y’a peut-être des pièces qui viennent clasher parce que c’est descendu de 8mm et ainsi de suite. Donc c’est pas parce que y’a 8mm à un endroit que ça n’a pas d’impact après beaucoup plus loin. Et par exemple là j’ai des pièces de pliage, voilà le chéneau boum il vient claquer dedans donc il faut soit découper la pièce ici, soit réduire le pliage ici, voilà donc après on peut faire plein de choses. Donc là en fait ici je calcule les pentes des verres, dans quel sens va s’écouler l’eau pour voir si elle va bien aller dans le collecteur ou est-ce qu’elle va pas partir de l’autre côté. Je calcule les angles pour voir si l’eau coulait, est-ce qu’elle n’allait pas passer au-dessus de ça voilà ça c’est des règles… Mais est-ce que aujourd’hui le BIM va me donner plus d’informations que ça, non, aujourd’hui je parle d’un modèle 3D. Le BIM n’a d’intérêt que sur l’échange de data, mais pas sur l’échange de données. L.M : D’accord. Est-ce que le fait de travailler en « BIM » a permis de rassurer certains acteurs sur la faisabilité du projet ? A.B : Clairement oui. L.M : Quels acteurs et dans quel domaine ? A.B : Tous parce que ça va bah comme je disais tout à l’heure, on a le charpentier bois, sur lequel SMAC venait se poser, sur lequel COVERIS venait se poser. Bon bah quand on voit un modèle 3D, que chacun travaille de leur coté et quand on fait copier-coller dans un même modèle et que tout se superpose et que derrière on se dit ils posent au géomètre donc ce qui sont en train de mettre ça devrait être plutôt bien posé, ça rassure. Et ensuite après l’architecte parce que « Ah j’imaginais un truc, est-ce qu’ils vont y arriver, quels branquignoles je vais avoir en face de moi ? Mais putain ça se monte, puis ils vont même vite, putain puis c’est même joli quoi » donc voilà ça rassure vraiment tout le monde quoi. Clairement les architectes se demandaient quel résultat ça allait donner quoi sur la Cité du Vin, clairement. Ils se sont dit bravo. Ils le disaient pas parce que c’est pas dans les relations qu’il faut avoir mais à la fin ils nous ont dit bravo vous avez fait un sacré travail, on est content de notre ouvrage (Rires) L.M : Et au niveau du maitre d’ouvrage je sais pas c’est peut-être naïf comme point de vue mais je me dis que peut-être quand ils voient des projets d’une telle ampleur et aussi complexes, les maitres d’ouvrages ils sont peut-être un peu sur la défensive au début et je me demandais est-ce que le fait d’avoir des modèles détaillés comme ça, ça peut pas permettre de les rassurer un peu sur la faisabilité du projet et sur l’idée qu’on peut maitriser les techniques et les couts qui y sont liés ? A.B : Bah ça rassure euh. En fait je vais vous donner des exemples où on a souvent mis en cause des entreprises sur la faisabilité, est-ce que les entreprises sont capables de faire ça ? Ces entreprises elles m’ont missionnées pour me dire bah écoute on a peut-être pas le temps ou les capacités, plusieurs critères, est-ce que à ce moment-là tu peux venir nous aider et on te met en avant sur ce projet là et c’est toi qui est face au client. Donc moi j’arrive avec mes références, y’a plus de questions, ça rassure on va dire. C’est bon il a fait la Canopée, il a fait la Cité du Vin… Ah la Cité du Vin vous l’avez faite tout seul ? Ouais ouais, pendant 9 mois j’ai fait la Cité du Vin tout seul, à moi tout seul, tout est produit et tout donc ça rassure énormément, après c’est vrai que y’a eu des décisions politiques sur des choix d’entreprises parce qu’ils avaient réussi à faire tel ou tel projet. Ça c’est clair, net et précis. Et aujourd’hui des entreprises gagnent des marchés grâce à ça. Parce que ils connaissent, je vais prendre des exemples, le Printemps, qui ont énormément de bâtiments en France, bah aujourd’hui si une entreprise a déjà travaillé avec le Printemps et que ça c’est très bien passé, ils ont 60% de chance de remporter un marché contre quelqu’un qui n’a jamais fait de Printemps, c’est dur à entendre mais c’est la réalité. Parce que le travail était bien fait, les couts ont été respectés, pas eu trop de travail supplémentaire, et ils ont réussi à faire ce qu’on leur avait demandé. Bon bah on a la preuve qu’ils sont compétents. Cette nouvelle entreprise : bah on n’a pas de référence, oui ils ont des références ailleurs mais on ne sait pas trop comment ça s’est passé, donc voilà à un moment donné c’est aussi du politique. Donc le fait de se dire ils sont capables de faire des maquettes et ensuite après de produire en fonction de ça, bah clairement ils se disent ils maitrisent la chaine, la chaine graphique et la chaine de production. Donc oui clairement ça rassure. Si une maitrise d’œuvre a déjà fait des projets en 3D et qu’il rencontre des gens en 2D, il a pas du tout le même regard que quelqu’un qui a jamais connu de maquette 3D ou de maquette BIM, une fois qu’on a gouté à la 3D on peut plus revenir en 2D hein, on se dit mais c’est quoi cette préhistoire. Pour moi c’est voilà, la 2D ça a 50 ans quoi, même quand je dessine à la main je fais un peu de 3D, je ne peux pas rester que en 2D quoi parce que il me manque une dimension, et donc il me manque « et j’ai quoi derrière ». L.M : Avec le recul sur ces projets-là s’il y a des choses que vous organiseriez ou feriez autrement ça serait quoi ? 166


A.B : Imposer très rapidement la collaboration et des validations de phases imposées. Comme je dis aujourd’hui ce qui tue c’est les délais qui sont rallongés par des décisions non prises. Donc aujourd’hui ce qui serait bien ça serait : vous nous rendez à telle date peu importe où vous en êtes, vous n’avez pas fini la zone ? C’est pas notre problème, vous nous envoyez ce que vous avez. On met 5 jours, 10 jours, 15 jours et on vous renvoie à 15 jours la décision. Pas 16, 15. Si on peut vous faire 14 vous allez gagner du temps. Mais tant qu’on n’imposera pas ça et tant qu’il n’y aura pas des pénalités là-dessus, ça n’avancera pas et les chantiers n’avanceront pas. Et aujourd’hui donc on travaille sur l’ENS et j’ai le compte rendu ici, donc sur le compte rendu, ça j’ai bien apprécié, mais faut voir après ce que ça va donner, « les pénalités d’absence aux réunions de synthèse sont de 250€ » c’est-à-dire que voilà si on a un lot qui a un problème et que la personne n’est pas là, il va être mis à l’amende parce qu’il ne va pas être capable de proposer des solutions pour faire avancer tous les autres lots. Ça c’est intelligent. Ça passe malheureusement par le financier parce que aujourd’hui y’a pas d’autre moyen de pression vis-à-vis des entreprises. Donc aujourd’hui, on en revient tout à l’heure je vous disais le planning attention ça va être dur, peut être que de dire on impose, mais il faut aussi que ce planning soit cohérent, que vous mettiez des dates de rendus, de pose, de fabrication dans vos modèles BIM et qu’on vérifie ces dates-là, peut-être que ça fera bouger les choses différemment. Mais le problème c’est que ils s’envoient des lettres RAR, vous nous avez pas envoyé, nous sommes le 12, vous deviez nous envoyer un courrier le 11, nous avons rien reçu, et c’est reparti en format juridique et ça avance pas. Mais c’est malheureusement le bâtiment, parce que moi je suis arrivé sur la Cité du Vin, au bout de 2 mois ça y est les lettres avec accusé de réception elles courraient dans tous les sens quoi. Ah d’accord, vous faites du juridique, vous bloquez tout le monde, vous braquez tout le monde, plutôt que d’essayer d’avancer quoi. J’ai peut-être une vision un peu trop tout le monde s’aime, tout le monde a envie de travailler ensemble, tout le monde a envie de bien travailler, mais à un moment donné ils sont obligés de se protéger juridiquement « ah mais vous êtes en retard ! » Oui oui, mais regardez je vous ai envoyé une lettre RAR comme quoi vous nous aviez pas donné votre validation sur la teinte, donc on a commandé nos bobines en retard, donc notre fabriquant l’a reçue en retard, donc il a du faire passer un projet entre temps et donc c’est votre faute qu’on est en retard. Voilà. Donc si on impose précisément des dates de validation de chacun on évitera peut-être ce genre de clash mais faut-il arriver à sévir correctement pour que ces dates soient respectées. Donc c’est là où la 5D pourra peut-être améliorer les choses ! (Rires) L.M : Alors j’ai écrit une hypothèse dans mon mémoire, et comme tout à l’heure vous me direz si vous êtes d’accord ou pas et pourquoi. « Conduire un développement de projet en BIM pourrait participer à instaurer une relation de confiance entre le concepteur et le maitre d’ouvrage lors de la présentation du projet puisque cela offrirait à ce dernier une vision à la fois globale de la proposition, accompagnée d’outils de démonstration et de détails prouvant que le projet est réalisable et maitrisable dans ses couts et ses aspects techniques ». A.B : Alors je suis d’accord jusqu’à détails techniques et couts. A condition que les prix soient bien à jour, à condition que la maquette soit peut-être un peu plus poussée. Moi aujourd’hui j’aime travailler en entreprise parce que c’est eux qui ont les solutions et c’est avec eux qu’on peut travailler. Moi aujourd’hui je ne m’interdit pas de remonter dans la partie conception, mais y’a un manque sévère de connaissance chez l’architecte ou chez l’ingénieur qui fait que je ne me sens pas à l’aise. Comme disait Sébastien on a travaillé dans une grosse ingénierie Française pour l’hôpital Grace à Monaco, ils nous ont demandé une industrialisation, on est arrivé avec nos gros sabots en disant voilà on va pouvoir faire ça, ça et ça, on va optimiser ça et du coup on va pouvoir faire ça et ça ! … (Silence) « Ah ouais ! » Y avait le budget en face, mais voilà on était là pour se dire on va faire une maquette, la maquette elle va être tellement précise que les industriels ils vont faire hop, hop, fabriquer, je pose. Aujourd’hui je pense que, enfin j’espère qu’on y arrivera un jour, mais il va falloir faire sérieusement évoluer la communication entre tout le monde. Aujourd’hui moi je suis designer, j’ai un BTS Bac +2 sauf que quand j’ai conçu mes pièces, j’étais derrière les machines-outils, j’étais dans les ateliers, j’ai discuté avec les chefs d’atelier, j’ai compris comment est-ce qu’ils fabriquaient les choses et bon j’ai souvent été plus technique que créatif mais ce qui fait que mes produits sont peut-être pas 100% innovant, mais sont dans une réalité entre le marché et la fabrication. Ce qui fait que ça fait un bon mix justement, pas quelque chose qui est trop innovant et dont les gens vont avoir peur, mais qui a une petite pointe d’intelligence, avec surtout une bonne faisabilité technique. Donc ça plait autant à l’utilisateur qu’à l’industriel parce que ça pousse un peu l’utilisateur et ça pousse aussi un peu l’industriel dans sa fabrication mais pas trop, j’peux pas dire ouais mais non vous faites du métal bah non maintenant vous allez faire de la fibre de verre. Non c’est pas ça, moi je suis arrivé chez des clients, bonjour je veux voir votre parc machine. Bah oui, faut que je sache votre capacité de production, sinon vous allez devoir sous-traiter, vous allez descendre vos marges. Il m’a regardé, il s’est dit putain il est designer et il pense à ça ? Bah oui puis après je vais penser à votre packaging, comment vous allez le présenter en supermarché pour attirer l’œil vis-à-vis des consommateurs. Donc voilà aujourd’hui c’est une vision globale, donc aujourd’hui moi je rêve de voir dire que un modèle architecte avec une ingénierie finisse en disant voilà, on vous a fait la maquette, la maquette elle est précise à 99,9%, vous pouvez fabriquer, vous avez juste à vérifier ce qu’on a fait, si vous êtes d’accord vous fabriquez et c’est terminé. Ca ce serait beau, vraiment. Mais aujourd’hui contrairement au système anglais, vous avez peut-être une étude un peu trop artistique, peut-être moins mécanique du bâtiment, là où les anglais ont ingénieurs/architectes donc c’est un petit peu différent, mais c’est pas pour autant que les ingénieurs savent fabriquer des choses hein, chez AIA ou SETEC, personne est allé sur le chantier encore, j’en ai pas vu un qui a mis le casque. Donc voilà y a aussi un peu cette réalité-là qui est le chantier. Moi Sébastien ça fait un an, il est déjà allé deux fois sur le chantier, là on va forcément y aller pour comprendre ce qu’on dessine et se dire on a tous les deux une démarche très industrielle donc y’a pas de soucis mais voilà quand je dis tu vois il règle à la masse. Waow. Ça veut dire quoi ? Il me dérègle celui-ci donc il me dérègle aussi celle-ci quoi. Donc quel est l’impact après sur mon modèle,

167


comment est-ce que je dois le traiter etc. Donc voilà la phase me plait bien sauf un peu la fin qui aujourd’hui est un futur optimiste mais qui n’est pas un présent. Alors là-dedans je vais rebondir avec un exemple, j’ai un client à qui on a fait de l’impression 3D. Et c’était sur un marché sur pas mal de bâtiments sociaux et il voulait avoir une cloison un peu spécifique, bon ils étaient plus que deux concurrents de murs préfabriqués, son concurrent est arrivé avec des milliers de plans, face à des maires, face à des décisionnaires de bureau, ils ont rien compris. Lui est arrivé avec une mallette, il a ouvert sa mallette, y avait le mur en impression 3D avec regardez : j’ai tels composants, celui-ci est composé de deux pièces et je les assemble comme ça sur mon chantier. Bah il a eu l’affaire. Donc aujourd’hui avec les moyens de réalité augmentée, de réalité virtuelle, d’impression 3D, aujourd’hui c’est sûr que on va pouvoir faire des présentations totalement différentes que par du plan ou des rendus 3D VRAY/SketchUP ou autre solutions de rendu. Ce qui va faire que je pense que ça va réconforter sur la faisabilité des choses. Mais voilà il faut arriver à évoluer vers ces techniques-là, pour rassurer et en mettre un petit peu plus et je pense qu’aujourd’hui ce qui pénalise beaucoup le monde de l’architecture c’est cette loi MOP. C’est ces coupes, ces plans, ça plombe pas, on s’en fou de toute façon c’est des plans imprimé en A0 au 1/50, le trait est tellement épais qu’on voit pas que ça plombe pas hein. Sauf que quand on met les plans DWG dessus, ah oui oui on voit que ça plombe pas, et là ça marche plus quoi. Donc je pense qu’il y a aussi un peu cette législation qui est pas bonne et qui de toute façon avec le BIM va falloir qu’elle soit sérieusement remise en question parce que il va y avoir de la responsabilité qui va être bien plus mise en cause que sur la loi MOP actuelle et sur le niveau de détail qu’on va devoir demander à ces maquettes. Sur le projet de rénovation qu’on fait TERRELL donc qui est un bureau d’étude structure sur Paris et essentiellement sur Londres crée un fichier structure d’un bâtiment existant. Il se fie à un DOE, et bien il a été incapable de représenter le réel, c’est-à-dire que lui pour lui il y avait une poutre qui traversait sur tout le bâtiment alors que y avait deux décrochés aux extrémités. L’arase inférieure de sa poutre était au nu du faux plafond de l’architecte. Alors là faudra m’expliquer comment les réseaux ils passent. Il ne s’est même pas posé la question de savoir s’il y avait des réservations, ils ont fourni la maquette comme ça. L’archi s’est dit tiens c’est bizarre, bon allé ce que je fais c’est que j’enlève toutes ces poutres puis je fais passer mon réseau. Ah bah c’est sûr que la CVC et l’électricité, ça passait tout droit ! Pas de problème ! Sauf que nous, quand on commence le chantier on dit attendez, la structure y’a un défaut là, j’suis dans le bungalow, là je vois une réservation et sur ma maquette je la vois pas. Bon bah écoutez ce que je vous propose on va faire un scann 3D puis on va vérifier qui a raison. Et puis en fait on s’est aperçu que aucun n’avait raison, ni l’architecte qui avait recréé des poutres, des poteaux et tout, ils étaient pas à la bonne place, ils n’étaient pas de la bonne épaisseur et la structure c’est pareil y’en avait de partout. Donc pendant un mois on a recréé toute la structure à partir du nuage de point et cette fois ci au réel, et là à ce moment-là bah après ça pétait dans tous les sens les gaines CVC passait plus, l’électricité y avait même plus la place au milieu pour la faire passer, fallait la faire passer sur les extérieurs et ainsi de suite. Donc voilà aujourd’hui on a des moyens quand même assez impressionnant, on fait un scann 3d, on a tout le bâtiment avec des millions de points, on se balade à l’intérieur, et puis bah on peut re modéliser à partir de ça et on a une vraie base de travail. Mais ça aujourd’hui, on a pas été trop virulent avec ces deux entreprises mais derrière c’est sûr que oui on les accuse parce que ils n’ont jamais été capable de prendre le train et d’aller voir le chantier totalement curé pour voir entre leur modèle et la réalité si y avait pas un défaut quoi. Donc nous on commence déjà avec des dates très limites, on se prend déjà 4 à 5 semaines le temps de refaire ça, que tout le monde recommence à travailler à partir de cette nouvelle maquette, mais le délai de fin c’est toujours le 26 aout, ça n’a pas été bougé ! Donc là par contre on est en full BIM cette fois-ci, sur Revit mais on n’était pas obligé, nous on travaille avec Revit parce que ce sera plus simple mais pour les entreprises j’essaie de comprendre quel est leur process et je ne leur impose pas un format de fichier, s’ils peuvent nous fournir de l’IFC, du moment que toutes les datas qu’on leur a demandé sont à l’intérieur, je ne les embête pas. C’est le côté interopérabilité. Et c’est là en fait où aujourd’hui y’a un très gros défaut, sur la charte BIM par exemple de l’ENS, ils imposent Revit. Quand je leur ai dit que personne des industriels n’utilisaient Revit ils m’ont dit « Ah bon ? ». C’est là où on voit que l’ingénierie ne connait pas ses fabricants, alors que la charte full BIM là, de GA qui est un industriel, lui il demande de l’IFC, parce qu’il sait que les gens avec qui il va travailler ne sont pas forcément sur le même logiciel qu’eux, eux ils ont Tekla, et ils disent bah on va pas imposer forcément notre logiciel, mais on va imposer un format d’échange standard qui marche à 92% pour pouvoir échanger ensemble sur de bonnes choses. Donc voilà, un chantier fait par une ingénierie et par une entreprise ça n’a strictement rien à voir. L.M : Faudrait peut-être qu’ils le fassent ensemble, ce serait bien. A.B : C’est vrai que la charte BIM fait par l’ENS est très complète, elle va très loin, mais on voit que c’est beaucoup de théorie, on le voit. C’est vrai que quand nous on l’a eu, y avait peu de flou, par contre quand nous on a commencé à poser des questions plus EXE, plus gestion au quotidien, là nous on a trouvé du flou. Parce que : comment on échange nos maquettes ? Sous quel rythme ? Quel est votre niveau de visa ? Vous validez nos maquettes, vous validez des plans 2D ? Ces plans 2D c’est vous qui les faites, c’est nous qui les faisons ? Vous nous donnez une charte graphique pour Revit ? Quelle version ? Voilà, toutes des choses comme ça qui… On a senti un grand vent et il a fallu un mois pour qu’ils répondent à nos questions, et ils ont choisi une plateforme d’échange Mezzoteam, qui n’est absolument pas adapté à un projet comme ça. Y’a des solutions comme Trimble Connect qui sont beaucoup plus performantes pour de la maquette, pas pour du plan, mais pour de la maquette. Eux ils ont choisi plutôt pour du plan mais pas pour la maquette donc sur un chantier qui se veut BIM d’or et qui veut encore concourir pour le BIM chantier… Y aura du poétique qui va faire que ça va remonter mais voilà quoi.

168


L.M : Parce que du coup ça c’est tout écrit dans le protocole BIM que vous m’avez montré tout à l’heure ? A.B : Euh oui alors l’ENS je sais pas mais sur GA voilà il est là, donc là par exemple ils nous demandent l’ensemble des modèles produits sur la plateforme et livrés au maitre d’ouvrage seront édité au format IFC 2x3cv2 et il y aura aussi un modèle global Revit si possible en fonction de si on utilise ça quoi. Mais voilà dans un premier temps ils parlent d’abord de l’IFC et ensuite après si on a la possibilité de fournir un fichier Revit parce qu’il est un peu plus intelligent sur certaines choses, ils ne sont pas contre et eux ils disent on va utiliser Revit 2016, Navisworks, Trimble Tekla Structure, Trimble Connect pour la plateforme collaborative et ainsi de suite donc ils listent vraiment tout ce qu’ils vont utiliser, la manière dont ils vont le faire et ensuite après bah voilà là on est en niveau de détail 4 donc on est en phase PRO à partir du 24/10/2016 ils passent en phase EXE jusqu’au 21/07/2017 et ensuite après bah ils se laissent 1 mois pour finir le DOE c’est à dire tout compiler les maquettes pour arriver ensuite à fournir une maquette finale au client. Donc tout ça est parfaitement expliqué sur tout ce qu’ils vont faire eux, mais sur ce qu’on doit nous aussi leur fournir. Donc là y’a le plan, y’a la géo localisation, quel est les coordonnées x,y et ensuite il va nous donner les éléments en NGF pour si on veut travailler au géomètre il puisse se re situer en coordonnées correctes, et puis ensuite comment est-ce qu’on doit fournir nous nos fichiers et bien ils doivent s’appeler numéro de projet, la phase, le lot, le bâtiment, la zone, donc on est en phase EXE, je suis le lot architecture cloison doublage donc faudra l’appeler ARC(PLT) après bah il faut respecter CCC040 parce que c’est une fenêtre et c’est un dôme voilà donc tout ça est parfaitement codifié et ce qui fait que si on fait une recherche je vais tout de suite savoir ce que c’est rien que par cette codification. Donc ça c’est une vraie structure qui permet de travailler efficacement ensemble et on sélectionne une pièce, on voit son nom, on sait à quel lot ça appartient. Ah je clash avec lui, bon c’est qui qui vient me déranger là, ah c’est eux bon, Allo Marcel, oui ça marche plus. Après y’a le téléphone hein qui marche bien mais l’échange de maquette c’est aussi très important et l’avantage c’est que tout le monde dépose les maquettes sur la plateforme, que tout le monde peut récupérer à n’importe quel moment donné, peu importe l’état d’avancement de chacun et à ce moment-là bah ah il a avancé cette zone super je vais pouvoir commencer à faire mes études parce que je suis en interaction avec lui j’attendais qu’il me présente un truc bon bah maintenant je peux commencer à travailler grâce à ça. Mais ça le côté échange ça se fait mais très très bien y’a pas de soucis. Et justement bah nous sur des chantiers comme ça, vous voulez utiliser quoi ? D’accord bon bah on vous envoie la maquette en format Revit, en format IFC, en format DWG 3D, vous avez l’implantation correcte, vous partez là-dessus, on fait un copier-coller et ça va tomber pile poil et là-dessus y aura pas de problème quoi donc les échanges comme ça, ça marche très bien entre société. Et là on est sur un projet où ils commencent le BIM, c’est vraiment leur premier projet ils sont même déjà ah bah tiens moi j’ai pris un projeteur, bah écoute je te facture un peu, tu me donnes tes éléments et je te les fais aussi donc y’a aussi de l’entre-aide, y’en a qui comprennent que c’est leur avenir, donc ça se passe bien, sur le début c’était un peu fouillis mais on est là pour les aider quoi. Mais aujourd’hui le BIM est quand même plus du « tendance » dans la partie conception que dans la partie EXE. Pourquoi parce que les entreprises elles sont peut-être en 3D mais elles n’ont pas forcément les logiciels fait pour le BIM. C’est ça qu’il faut retenir. Aujourd’hui par exemple un menuisier extérieur il peut avoir Autocad mais avoir un plugin qui s’appelle Aténa qui va lui permettre de faire de la 3D qui va lui sortir tous ses débits de fabrication mais qui lors de l’export IFC… C’est pas très joli. Par contre lui il a toutes ses informations pour fabriquer ses pièces et mettre en route ses machines-outils derrière Voila c’est ça aussi, SMART ceux qui gèrent l’IFC sont très institutionnels et sont moins dans la partie production. Y’a qu’à voir par exemple on travaille pour Saint Gobin, quand ils ont décidé de faire le pas sur les IFC, ils ont choisi l’IFC, ils n’ont pas choisi Revit ni Archicad, et bien eux ils avaient dans les IFC y’a des classifications, est-ce que c’est un wall, windows, door et bien eux ils allaient dans Covering, et dans Covering y’a encore différents niveaux pour tout ce qui est partie isolant, parement et ainsi de suite. Et bien y’a de ça 3 ans, ni Revit, ni Archicad, ni Digital Project n’étaient capables de lire ce que eux fournissaient en IFC. Y avait que un import IFC dans Rhino qui était capable de le faire parce qu’il est beaucoup plus ouvert à toute la structure IFC contrairement aux éditeurs majeurs qui eux sont plutôt euh… Un IFC ? On va bander un peu le dessous de l’iceberg pour ne pas trop le voir pour l’instant. Donc ça a évolué, l’IFC 2x4 devrait encore faire pas mal évoluer les choses, mais les éditeurs ils n’ont pas forcément intérêt à aller sur de l’IFC, ils veulent garder leurs formats natifs, comme aujourd’hui on fournit un DWG, on ne fournit pas un DXF, Autodesk s’est imposé avec ce format DWG, mais le vrai format devrait être DXF. DWG c’est un élément qui a de l’intelligence Autocad, alors que DXF c’est le format standard que n’importe quel logiciel serait capable d’ouvrir, et ça les gens ont du mal à saisir la nuance là-dessus. L.M : Ouais, bah c’est vrai que ouais c’est le réflexe DWG… A.B : Non non je vais vous envoyer un PDF parce que je ne veux pas que vous le modifiez euh (rires) L.M : Et du coup est-ce que pour ces trois projets ils vous ont paru réalisable de manière plus simple, efficace ou organisé grâce à cette démarche de collaboration et de maquette de modélisation 3D ? A.B : De toute façon je peux dire que oui … Parce que 2D alors là je ne sais pas qui aurait pu le faire en 2D… L.M : Mais peut-être par rapport à si chacun avait travaillé vraiment dans son coin ? A.B : Le problème de chacun dans son coin on a de mauvaises surprises. Parce que quelqu’un va faire évoluer quelque

169


chose, il va pas le dire à son voisin qui lui va continuer dans la même lancée qu’il était parti y’a deux semaines, et quand on va superposer tout va mal se passer donc la collaboration est obligatoire aujourd’hui, mais même en 2D, ça devrait être obligatoire après c’est vrai que peut-être du fait qu’on va plus loin dans la conception c’est plus facile à faire des échanges. Il y a plus de travail alors peut-être qu’on y met un peu plus de valeur ajoutée, donc on a plaisir à donner notre travail en disant voilà ce qu’on a fait, regardez comment on l’a conçu donc voilà aujourd’hui je trouve que les modèles 3D sont très beaux à regarder quand on va avec des niveaux de détails assez importants, des vraies maquettes d’exécution c’est beau, on voit un niveau de détail et quand on dit que c’est la maquette virtuelle du bâtiment c’est vrai, mais aujourd’hui ce qui est dommage c’est que cette maquette-là elle soit finie peut-être deux mois avant la fin du chantier. Je lisais un article justement d’un designer par rapport à une critique que j’avais donné aussi, qui disait mais aujourd’hui à quand on aura une maquette archi finalisée avec 0,1% de défaut, et que derrière on dise on fabrique et y’a plus à réfléchir. Aujourd’hui les maquettes elles évoluent, elles évoluent, on change, on change, la fabrication commence, on change, on change, on fait encore des modifs, on change, on fabrique, on change on fabrique et on arrive à la fin. C’est une chose très bête mais y’a eu un stade pour la coupe du monde 2028 aux Emirats ou un truc comme ça ils avaient commencé à faire les pieux pour un stade, et bizarrement, ils ont plus eu le budget, ils ont réduit le stade de 9m dans les 2 sens et bah les pieux ils tombent plus en face maintenant. Faut faire quoi ? Et bien ils ont fait des micros pieux qui reprenaient les pieux d’avant pour arriver à recaler la structure correctement. Elle est où l’économie là ? Pourquoi parce qu’ils ont lancé la fabrication trop tôt. Parce que les couts ont été mal calculés ou parce que je sais pas y’a un puit de pétrole qui s’est arrêté de produire, je sais pas, mais voilà, aujourd’hui je compare au monde de l’automobile ou de l’aéronautique… Aujourd’hui sur une voiture du premier dessin jusqu’à la commercialisation en magasin c’est 3 ans ! En combien de temps un projet architectural se fait ? 5 ans ? 6 ans ? Et entre ces 3 ans on a le temps de créer, d’essayer, de varianter, valider, concevoir mécaniquement, industriellement, fabriquer à grande échelle et diffusion mondiale avec des choix de matériaux des ci, des ça. Alors les architectes : ouais mais une voiture c’est tout petit ! Bah ouais mais c’est presque autant de pièces qu’un bâtiment sauf qu’elles sont beaucoup plus petites. Et c’est juste que c’est des machines qui assemblent tout ça à des cadences extraordinaires et c’est une répétition extraordinaire, mais aujourd’hui l’ergonomie dans une voiture est beaucoup plus compliquée qu’une ergonomie dans un bâtiment. Et pourtant y’en a des choses à faire dans un bâtiment : de la signalisation, des unités de passage, des flux de personnes, c’est très compliqué, je suis d’accord, mais aujourd’hui on ne lance pas en fabrication tant que la poignée de porte du côté conducteur n’est pas validée. Si elle n’est pas validée ça bloquera la chaine, parce que si elle est modifiée, peut-être que ça va modifier celle du passager, et puis peut-être que ça modifie le barillet pour l’entrée de porte, ah puis et peut-être qu’en fait y’a plus de clé maintenant c’est tout magnétique donc ça veut dire qu’au tableau de bord y’a plus de clé non plus, donc faut mettre un insert pour faire un truc magnétique, puis en fait ça veut peut-être dire que y’a une gestion électronique qui empêche la voiture de démarrer et on recommence tout. Donc le changement si on a lancé tout ça en fabrication, l’impact est tellement énorme qu’ils préfèrent décaler de 1 ou 2 semaines mais que tout soit bien validé pour qu’ensuite derrière ça dépote sérieusement. Et aujourd’hui je pense que si on faisait ça dans l’architecture, ah oui là je crois qu’on gagnerait des sous. Et là le BIM y serait en effet pour quelque chose, parce qu’on saurait gérer vraiment de la conception jusqu’à la fabrication. Tout le monde est d’accord, tout le monde sait que ça se fabrique bien ? Oui ? Oui ? Bah moi je me balade dans mon bâtiment, je ne vois pas de défaut, je suis d’accord avec vous, visa bon pour exécution, on fabrique et je suis sûr qu’un bâtiment il sort en moins de 12 mois sans problème. En fabrication et tout hein. Pour moi, petite réflexion à mon niveau je le vois comme ça. Ou grande réflexion j’sais pas, toujours à mon petit niveau hein. Et le BIM a son jeu à jouer là-dedans mais à condition de vraiment comprendre ce que veut dire le BIM et aujourd’hui quand on fait la vidéo du Totem c’était un peu pour expliquer ça aussi, c’est que aujourd’hui les gens quand ils voient une 3D : Ah BIM ! Non, non. Aujourd’hui on a peut-être une 30aine ou 40aine de bâtiment à notre actif, pas tous emblématiques hein, où de temps en temps on a un charpentier bois qui nous dit : je n’arrive pas à faire des formes, elles sont trop gauches pour moi, mon logiciel me le permet pas, tu peux me le modéliser ? Oui oui pas de problème, donne-moi tes plans de principes, j’échange la 3D, oui oui, ça nous va, bah c’est bon fait nous les plans de dépliés, hop, on fait le développé, il découpe ça numériquement, c’est bon ça colle bien, bon là on a eu 3mm d’écart, mais ça va on a compensé et tout, c’est bon ça marche bien donc là on a utilisé un modèle 3D, pas forcément du BIM, mais aujourd’hui nous on sait gérer le BIM, on veut aller loin, mais après on a des gens frileux en face de nous. Et c’est vrai que quand on explique le Totem avec l’application, ça en a fait rêver certains quand même, ils se disent mais c’est réellement possible ? Je fais bah aujourd’hui moi j’ai une base de donnée, je mets 1 millions de pièces dedans, ça gèrera les 1 millions de pièces. La seule contrainte qu’il faut c’est que je n’ai pas une pièce avec le même nom, c’est tout, donc ça veut dire 1 millions de noms différents. Après, on fait ce qu’on veut. Vous voyez bien que les maquettes c’est pas compliqué. L.M : OK, bah j’ai fini, c’était plus long que prévu du coup, je suis désolée ‘j’avais pas du tout… A.B : Non, non mais c’est nous on parle beaucoup, on est passionné. Bon, après on notre discours n’est pas forcément toujours positif pour le BIM, il est encourageant mais pas forcément positif au jour d’aujourd’hui parce que y’a un manque de moyen, y’a un manque de connaissance, et c’est bien dommage, et aujourd’hui je me bats pas contre l’Ordre des Architectes, mais je les vise du doigt en disant c’est eux qui devraient faire les choses et les faire bien. A BIM World j’ai voulu y assister et être présent en tant qu’exposant, bah franchement, par rapport à ce qu’il y avait autour de nous euh… On sent que c’est jeune quoi puis alors les conférences on a vu des choses, c’était pas très joli à entendre quoi. Et au Moniteur c’est encore pire parce que j’avais assisté à une conférence du Moniteur avec des industriels que je connais-

170


sais, qui sont bien implanté dans le BIM et clairement ils ont été muselés et ils n’ont pas pu dire ce qu’ils voulaient dans le sens de la progression du BIM et ça c’est encore plus dommageable. Donc y’a le coté marketing, ouais, BIM, BIM, BIM, y’a le côté politique, ah oui on va faire ça et ça, puis y’a la réalité ah bah en fait personne fait grand-chose à fond quoi. L.M : Ouais, c’est vrai. A.B : Y’a des belles expériences hein, le Campus Thales à Mérignac avec GA c’est une très bonne expérience mais à un moment donné euh « Allo, vous recevez nos fichiers ? » Ah oui oui, mais vous respectez parfaitement la charte, c’est parfaitement défini, tous les objets sont bons, on a rien à vous dire hein, ah si tous les autres étaient comme vous on aurait déjà fini le chantier hein donc voilà ça fait plaisir ! Puis d’un coup, ah attention, ici sur votre extension vous avez oublié des noms, vous avez oublié ça, ah bah oui ça faisait deux mois qu’on avait lâché le projet, on est plus aussi rigoureux, on avait oublié de faire nos vérif et puis voilà mais la constatation c’est nos fichiers sont bons et puis d’autres faut sérieusement les accompagner pour arriver à notre niveau et c’est dommageable quoi. Aujourd’hui les entreprises si elles veulent décrocher des marchés, il faut qu’elles aillent là-dedans. Donc aujourd’hui c’est l’avenir, mais faut-il que ce soit bien drivé. Et aujourd’hui je ne sais pas qui drive ça en France quoi, c’est pas le projet de transition numérique qui va y faire quelque chose, je reçois des appels d’offre, j’sais pas où il est, comme quoi j’suis vachement intéressé… Je reçois des appels d’offre publics sur des gens qui pourraient aider à trouver des nouvelles pistes d’accélération du BIM au sein des entreprises et de la maitrise d’ouvrage pour promouvoir le BIM et tout. Moi je lis ça je fais c’est bon c’est du politique, ça ne m’intéresse pas, c’est du blabla sur des gens qui n’ont jamais mis les pieds sur le chantier ou alors ils sont allés faire la pose d’une première pierre, ils étaient en chaussures de ville, ils ont bu une coupe de champagne puis ils sont reparti, ça c’est pas des gens de terrain ça, pour faire ce genre d’appel d’offre c’est pas des gens de terrain. Et après ce qui est dommageable c’est l’enseignement. Vous êtes en dernière année, soit l’année prochaine vous êtes en agence, soit vous continuez, aujourd’hui vous n’avez pas de BIM à votre actif, vous vous fermez déjà peut-être des offres d’emplois quoi. Là c’est l’enseignement après qui est pas bon, c’est à dire que l’enseignement n’est même pas capable de s’adapter au futur de votre carrière quoi. Aujourd’hui qui vous parle BIM hormis par des articles de presse et vous subissez des articles en fait. Et on vous a déjà emmené sur un chantier ? L.M : L’école ? Une fois, en première ou deuxième année, alors autant vous dire qu’en première ou deuxième année, quand on arrive, qu’on a pas de cours de dessin de plan, on a pas de cours pour faire des coupes, on n’a pas de cours de dessin tout court en fait, on a deux/trois cours de structure vite fait qui dit si vous avez deux poteaux avec un truc qui porte dessus les charges descendent sur les poteaux bin… Autant vous dire que quand on va voir le chantier en première ou deuxième année, on est un peu paumé quoi. A.B : Ah c’était ça ! (Rires) L.M : Le projet c’était les archives toutes dorées qui sont vers Part Dieu, donc bon en soit c’est sympa comme bâtiment mais nous en première ou deuxième année ça nous avait pas apporté plus que ça parce que on n’était pas vraiment dans le truc quoi. A.B : Oui c’est un beau projet, bah aujourd’hui faut aller voir quoi, faut aller voir Sky56, faut aller voir HEH, c’est des projets on va pas dire emblématiques, mais d’une certaine importance, avec des niveaux de sécurité, avec des niveaux IGH, avec des trucs qui sont quand même importants, et voir comment la vie de chantier se fait et je suis sûr que ça, ça peut aider dans la conception. Aujourd’hui quand on construit poteaux poutres dalles, on est obligé de mettre des gardes corps. Bah est-ce que y’a pas un moyen de concevoir les choses pour aider ce genre de choses. Voilà, quand je vois les banches tourner et tout, tout l’attirail qu’ils sont obligés de mettre, de çi, de ça et puis la précision de pose de ces banches, je me dis mais comment est-ce qu’on peut arriver à avoir de la précision avec des trucs qui se baladent en l’air, qui s’accrochent par des vis à travers le trucs, enfin voilà y’a une vraie réflexion je pense sur la construction, la faisabilité… Moi je crois beaucoup au préfa parce que on a des moyens industriels, avec une aisance en atelier et une précision machine, c’est pour ça que je prends toujours l’exemple des Lego, parce que pour moi c’est du préfabriqué. Mais c’est pas évident à faire comprendre. L.M : En plus on peut faire des super trucs en Lego, il y a un artiste qui construit des supers choses avec. Avec des Lego basique il a fait des sculptures humaines sur les bancs du jardin de la maison blanche. A.B : Oui c’est ça on peut faire plein de choses ! Alors aujourd’hui on se dit on fabrique des choses telles qu’on le souhaite, en préfabriqué avec des répétitions, pfiou mais alors là le coté freeform mais on en fait ce qu’on veut ! Mais voilà c’est une démarche un peu différente et peut-être un peu plus technique, moins artistique alors après on va dire oui mais y’a des normes ! Quoi les normes ? Un plan de 5% bah est-ce que c’est pas mieux de descendre le bâtiment pour que tout soit au niveau plutôt que de faire une rampe à 5% pour les handicapés ? Parce que c’est 5%, tous les 10m il faut un palier, refaire 5%, refaire ci et ça, attention les gars. Donc voilà, moi le siège de Vinci à Paris qui est à Rungis, les handicapés passent par derrière parce que devant y’a 3 marches ! Et puis ils ont mis de la pelouse, des graviers et tout donc un handicapé, non non, tu passes par derrière, bienvenue chez Vinci ! (Rires) Bon là cette fois-ci c’est moi qui vais écourter, désolé…

171


L’apparition grandissante de projets d’architecture numérique expérimentale, aussi appelé de manière plus générale architecture non-standard est souvent controversée. Le contexte actuel est centré sur le besoin en recherche d’innovation généralisé auquel répondent ces projets aux géométries complexes pour lesquels de nouveaux moyens techniques et de nouvelles mises en œuvre sont imaginés. Cependant, les projets d’architecture numérique expérimentale sont souvent décriés à cause de leurs dépassements budgétaires faramineux et sur le nombre de projets de ce type proposés peu sont finalement construits. A l’heure où l’expérimentation architecturale n’a plus sa place mais où la volonté de renouveau du langage architectural affiche une ambition forte, des solutions doivent être envisagées afin de rouvrir la porte de l’expérimentation en architecture. L’intégration progressive du BIM dans les processus de conception pousse à s’interroger sur sa pertinence et ses apports s’il est utilisé dans le cadre de production d’architectures non-standard et fait émerger cette question : Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ? En effet, le BIM est présenté comme un outil puissant et l’on peut se demander si ce dernier, de par son aspect collaboratif, son système de données et d’informations très complet, son pouvoir de planification et ses capacités de simulation de construction n’aurait pas un rôle à jouer pour faciliter la construction de ces projets non-standards, c’est-à-dire à améliorer la communication, optimiser la conception et ses détails, augmenter la rapidité d’exécution pour enfin participer à réduire les coûts. La recherche est donc abordée par l’étude de trois projets emblématiques Français : la Canopée des Halles, la Cité du Vin et les Pavillons Monte-Carlo. Ces trois projets, du fait de leur construction légèrement antérieure à la médiatisation du BIM en France, ne sont pas «officiellement BIM» puisqu’ils n’ont pas été régis et structurés par un protocole BIM, mais ont employé par ailleurs des méthodes de conception et de collaboration similaires. Ces trois projets sont étudiés selon quatre axes principaux spécifiques à une méthode BIM à savoir : la conception collaborative, la gestion de chantier, le développement d’un modèle 3D détaillé et l’interopérabilité afin d’en tirer les principaux apports que peut offrir le BIM, mais aussi ses limites. Nous allons, tout au long de cet écrit mettre en parallèle ce qui a été réalisé pour ces projets et les potentialités supplémentaires que pourrait proposer le BIM afin de répondre au questionnement posé par la problématique : Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ?

The growing appearance of experimental digital architecture projects, also called more generally non-standard architecture is often controversial. The current context is centered on the need for generalized innovation research to which these projects respond to complex geometries for which new technical means and new implementations are imagined. However, experimental digital architecture projects are often criticized for their overwhelming budget overruns and the number of projects of this type proposed may ultimately be built. At a time when architectural experimentation no longer has its place but where the desire for renewal of architectural language displays a strong ambition, solutions must be considered in order to re-open the door to experimentation in architecture. The progressive integration of the BIM in the design process raises questions about its relevance and its contributions if it is used in the production of non-standard architectures and brings up this question: Can the BIM contribute To facilitate the realization of experimental digital architecture projects? Indeed, the BIM is presented as a powerful tool and one wonders whether the latter, because of its collaborative aspect, its comprehensive data and information system, its planning power and its building simulation capabilities Would not have a role to play in facilitating the construction of these non-standard projects, ie to improve communication, optimize the design and its details, increase the speed of execution and finally help reduce Costs. The research is therefore approached by the study of three emblematic French projects: the Canopée des Halles, the Cité du Vin and the Monte-Carlo Pavilions. These three projects, due to their construction slightly prior to the BIM’s media coverage in France, are not «officially BIM» since they have not been governed and structured by a BIM protocol, but have also used Design and collaboration. These three projects are studied along four main axes specific to a BIM method: collaborative design, site management, development of a detailed 3D model and interoperability in order to draw the main contributions that the BIM, but also its limits. Throughout this paper, we will compare what has been achieved for these projects and the additional potential that the BIM could propose in order to answer the questioning posed by the problem: Could the BIM help to facilitate experimental digital architecture projects?

Mots clés : conception paramétrique - BIM - architecture non standard - travail collaboratif évolution technologique et numérique - faciliter la réalisation de projets Keywords : parametric design - BIM - non standard architecture - collaborative work - technological and digital evolution facilitate the realization of projects

BIM et architecture numérique expérimentale :  

Le BIM pourrait-il contribuer à faciliter la réalisation de projets d’architecture numérique expérimentale ? Mémoire d'initiation à la rech...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you