Page 1

P O RT F O L I O Laura Stoffel


CV Page 1 à 4

P R O JETS E T R É A L I S AT I O NS Du plus récent au plus ancien Page 5 à 80

Tour d’observation Structuration bucolique du recyclage de l’eau D’un bout à l’autre Maison de la nature École européenne de photographie Centre d’art (Koenigshoffen) Centre d’art (Strasbourg) Habitation collective Requalification d’un territoire urbain Salle de musique Construction bois Habitation individualisée dense Maison dans l’enclos Analyse de la villa Mairea A.Alto Le diamant des rêves L’arbre à livres Land Art


L AURA S TO FFEL Tél : 06.36.37.17.77 laura7.stoffel@gmail.com

For m ation 2017 – 2018 HMONP à l’ENSAS Strasbourg Formation au sein de l’agence Patriarche à Bordeaux

2015 – 2017 Master à l’ENSAP Bordeaux Architecture / Environnement / Développement durable

2012 – 2015 Licence à l’ENSAS Strasbourg

L a ngu e s Français Langue maternelle Anglais Intermédiaire Allemand Elémentaire

Option conservation du patrimoine

2012 Baccalauréat Scientifique Colmar Options Arts plastiques, histoire de l’art

Informatique SketchUp

ArchiCad

AutoCad

Allplan

In Design

Artlantis

Photoshop

Twinmotion

Illustrator

Archiwizard


Prix Concours Inter-Forêt-Bois 42 Lyon Lauréat 1er prix du jury + prix des internautes Construction d’une tour d’observation en bois

E xp é r ien ces p rofessionnelles Septembre à juin 2018

CDD Agence Patriarche Bordeaux

- Concours Dassault Aviation environ 30 000 m² SHON Comprenant un restaurant, un bâtiment de bureaux, deux silos et un bâtiment pour le comité d’entreprise. Phases de travail : ESQ, APS, APD, PRO - Concours CREM Opération Campus Bordeaux environ 75 000 m² Réhabilitation du patrimoine immobilier de 1970 sur le campus Pessac. Bâtiments comprenant les sciences humaines et sociales, lettres et civilisation, la faculté de droit, l’accueil, l’administration et la bibliothèque universitaire. Phases de travail : ESQ, APS, APD

Juin à Septembre 2016

Stage à la Direction générale de l’aménagement à Bordeaux Métropole

Juillet 2014

Stage dans l’Agence d’architecture IOEW Colmar

Service de l’architecture et du patrimoine urbain en projet. - Recensement des constructions récentes dans le cadre d’une étude sur la densification du quartier de Caudéran. - Élaboration de coupes pour le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV).

Projet pour la colmarienne des eaux

Avril / Juillet 2013

Stage ouvrier, Cyril GONON Terrasses et Jardins.

Tr ava u x master Février à Juin PFE / La valorisation du traitement des eaux usées Remise aux normes de la STEP Saint-Jean-de-Luz Archilua 2017 Enseignent référent / Cyrille Marlin, architecte paysagiste Soutenance Juin 2017 - 16/20

Octobre 2015 Mémoire / La fabrique du patrimoine à Janvier 2017 Comment construire dans une zone labellisée UNESCO ?

(pour les 10 ans de Bordeaux Unesco) Exposition place de la bourse du 3 juin 2016 au 8 janvier 2017 + Articles Sous la direction de Thierry Jeanmonod, Chantal Callais et Aline Barlet En partenariat avec l’Université d’Edimbourg et James White, fondateur de NAOH - New Architectures of heritage

Février 2016

Workshop à Edimbourg 2


Centres d’intérêt Peinture Expositions Musées

Art Création d’un livre des recettes de ma grand-mère

Cuisine

Sports de glisse Escalade Running

Sport Cosmos Biologie

Sciences

Découvertes

Voyages

4


TOUR D’O BSERVATION CONSTRUCTION BOIS Mars 2017 Concours Inter Forêt Bois 42 En groupe de 3 : Architectes /ingénieur Lauréat 1er prix du jury + prix des internautes Président du jury Wolfgang Winter

Cette tour d’observation s’inscrit dans la Promenade du hameau des Crêtes, sur la colline de la Commune de Neaux. Ce projet est un lieu pédagogique et de loisirs, d’où l’on peut apprécier la nature à sa juste valeur et à toutes les hauteurs. La tour est composée de deux matériaux principaux, le bois et la toile, non sans rappeler les navires qui voguaient autrefois sur la Loire. Les matériaux choisis confèrent une identité forte au projet, qui s’inscrit pleinement dans le site qui l’accueille. Les voilages sont tendus autour d’une structure triangulaire, inspirée de la « Colonne sans fin » du sculpteur Constantin Brâncusi. Certains sont opaques, d’autres sont translucides, créant ainsi des jeux d’ombre et de lumière, de vue et de sensation. De l’extérieur comme de l’intérieur, la tour change constamment d’aspect. Le système de triangulation confère à la tour une grande stabilité. Dans une démarche respectueuse de l’environnement, sa simplicité et son efficacité structurelle permettent une importante économie de matière, au profit de l’utilisation d’un matériau local et de qualité, le pin Douglas.

Avec près de 20 mètres de haut, la tour est construite à partir d’éléments en bois de 5,20 mètres de long assemblés pour créer des triangles équilatéraux. La tour d’observation fait pleinement partie du parcours proposé par le sentier pédagogique, puisque celui-ci passe à travers l’ouvrage. Lors d’une randonnée, le marcheur a la possibilité de continuer le sentier ou de gravir les marches. L’escalier s’enroule alors au cœur de la tour et mène les visiteurs au sommet, au fil d’un parcours rythmé par quatre plateformes qui offrent des espaces de rencontre et des cadrages variés sur le paysage. Au sommet de la tour, la vue est libérée à 360° sur le département de la Loire. L’Homme se trouve alors face à l’immensité de la nature, dans un rapport de grandeur : la hauteur élargit le champ de vision, élimine certains obstacles et repousse les limites de l’horizon. Cet édifice a l’ambition de connecter la Terre et le Ciel par une escalade ludique qui donne à voir des espaces encore peu exploités par l’Homme et où la nature a tous ses droits.

6


Vue panoramique au sommet de la tour

VOLUMÉTRIE SUD

VOLUMÉTRIE OUEST

DÉPLOIEMENT

CADRAGE

PALIERS

Perspective d’arrivée


Plan intermédiaire

Plan du dernier niveau

Accroche de la toile

Détail jonction

8 Coupe et élévation de la tour au 1/50


CONCOURS EUROPÉEN DES JEUNES CHARPENTIERS ET CONCOURS ÉVOLUTION Salon EuroBois Février 2018 Construction à l’échelle 1/2 Compagnons du devoir Réalisé par : Clément Blot, Aurélie Philibert et Tristan Vezin Sept mois après le prix Inter-Forêt-Bois 42, l’Institut de la Charpente et de la Construction Bois a proposé avec les Compagnons du Devoir une évolution du concours. Deux équipes ont réalisé deux tours d’observations en direct durant le salon EuroBois à Lyon le week-end du 4 au 7 février 2018. Les réalisations ont été fabriquées à l’échelle ½. Les tours, d’une hauteur de 6 m, valorisent les différents outils du charpentier constructeur bois actuel : traçage sur station de travail et modélisation 3D, taillage via l’utilisation de machines fixes (commande numérique), portatives et manuelles ; levage des ouvrages.

Les assemblages entre chaque élément de bois n’ont pas pu être réalisés avec les nœuds métalliques que nous avions dessinés lors du concours, mais en bois, en raison d’un manque de fournisseurs. Ce concours a également permis d’aborder la question de la ressource, par la valorisation de la filière bois locale, les matériaux étant issus de forêts durablement gérées. Une vidéo est disponible ici : https:// www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=MLF0aNK_Lj4

Assemblage d’un nœud par Aurélie Philibert

10


Perspective depuis le bassin N° 3


STRUCTURATION BUCOLIQUE DU RECYCL AG E DE L’E AU,

O U CO M M E NT S UBLIMER LE RÉPUG N ANT ÉQUIPEMENT PUBLIC Master2 / Février - Juin 2017 Projet de fin d’étude (majorante) Directeur du projet : Cyrille Marlin - Ensap Bx

La gestion des ressources en eau est l’un des défis majeurs du 21ème siècle. Mais aujourd’hui, ce liquide si précieux est de plus en plus rare, car de plus en plus pollué. Tout le monde est concerné. En effet, l’homme a une consommation moyenne au niveau mondial de 50 litres par jour (alimentation, hygiène, etc). En France, nous consommons chaque jour en moyenne 150 litres d’eau, ce qui est énorme. Les stations d’épuration sont relativement récentes. En France, on ne voit apparaître la première qu’en 1940 et il a fallu attendre les années 1960 pour que le programme d’installation des stations d’épuration prenne son essor sur l’ensemble du territoire. Aujourd’hui, on en compte plus de 21 000 en France ; un chiffre considérable qui ne cesse de croître. Perçues comme des objets purement techniques, placés à l’extérieur des villes, peu de réflexions sont menées sur leur qualité architecturale et paysagère. De plus, les stations d’épuration dites «classiques » par boue activée, sont très énergivores, ce qui pèse à la fois sur leur bilan carbone et sur les coûts d’exploitation. Les services publics d’eau et d’assainissement représentent 20 % des gaz à effet de serre (GES) à l’échelle d’une collectivité (source ADEME), alors que les apports d’énergies produites naturellement par les stations sont innombrables.

L’idée est de mettre en avant un potentiel délaissé, mal vu et puant, que l’architecture ne prend d’ordinaire pas en charge. La réflexion sur la qualité architecturale et paysagère de ces lieux est primordiale. En plus d’un enjeu sociétal, cette problématique est également un enjeu urbain. La station d’épuration peut devenir un lieu qui se visite au même titre qu’un parc dans la ville. Un lieu lié aux pratiques urbaines, ouvert et établissant des liaisons avec son environnement. Ce lieu, ouvert au public et porteur d’usages multiples serait un lieu didactique, pédagogique où serait mise en exergue notre responsabilité vis-à-vis de l’environnement. La visite se ferait à travers un cheminement mettant en valeur cet élément naturel dont les ressources sont périssables et en danger. Ce parcours mettra en avant les différentes formes de l’eau, ses propriétés et son mouvement incessant et aléatoire. Le challenge est d’avoir une approche polysensorielle de l’eau, afin d’offrir aux visiteurs une expérience architecturale au travers des sens. Une expérience visuelle, tactile, olfactive, auditive, et même gustative afin de faire rêver dans un lieu qui d’ordinaire ne s’y prête pas. L’idée est de mêler technicité et qualité spatiale, technicité et usage, dans le but de créer un projet comme un tout cohérent ; de faire un lien ente une architecture fonctionnelle souvent laissée aux ingénieurs et une architecture en symbiose avec la nature.

12


STATION DE RETRAITEMENT DES EAUX SAINT JEAN DE LUZ Archilua Sentier du littoral Site actuel

Une vue sur l’océan

Un sentier du littoral engrillagé

Sentier du littoral Projet

Une STEP déjà existante

Un jardin botanique à proximité

Photo de la maquette au 1/500


Perspective d'entrée

STEP actuelle 58 000 EH

Sortie des eaux usées dans l’océan

Nouvelle STEP : 19 880 EH / 2 130 m3 dont 710m² sous serre

Local surpresseurs d’air Groupe électrogène Sanitaire Laboratoire Local de commande Déshydratation des boues

Bassin 4 / 270 m3 Bassin 3 / 435 m3 Bassin 2 / 720 m3 Bassin 1 / 705 m3

Clarificateurs Enlèvement des bennes des boues déshydratées

Arrivées des eaux usées

Bassin d’aération

Pré-traitement Bassin de stockage

Plan Schématique des flux1/500 Épaississeur Méthaniseur Bassins tampon

Plan Schématique des flux

14


...................

Plan général

Élévation Sud


Perspective depuis le bassin N° 2

Perspective depuis le bassin N° 1

16


Coupe perspective Sud / Nord

Coupe longitudinale


Plantes installées au dessus des bassins Bille d’argiles qui permettent de garder l’humidité au pied des plantes Grille de support des plantes et de l’écosystème Zone de racines servant d’habitat à la biomasse fixée Boues activées en suspension Insufflation d’air à l’aide de surpresseurs

Bassin d’aération

Bassin d’anoxie

Coupe perspective détail

18


Photo de la maquette au 1/200


20


Photo maquette 1/200


D’UN BOUT A L’AUTRE CENTRE D’ART Cenon (Bordeaux) Master 2 / Septembre - Janvier 2017 Atelier Pierre Cara - Régis Le Normand - Ensap Bx En groupe de 3 - Architectes / Ingénieurs

Le projet consiste à réhabiliter une ancienne distillerie en centre d’art. Sur le site, de nombreux hangars se sont ajoutés au fil des années, rendant l’endroit totalement renfermé sur lui-même. Nous voulions ouvrir le projet sur la ville pour donner un accès au lieu et ainsi réunir les différents quartiers alentours que sont le quartier industriel, les habitations résidentielles et le parc. Un projet minimaliste qui réunirait tout ce beau petit monde. Le projet se situe sur les coteaux. La topographie très marquée nous a permis de jouer avec les différentes hauteurs des bâtiments. La partie haute du projet représente la salle d’exposition et la cafétéria, accessibles par les visiteurs, artistes, habitants et travailleurs. La partie basse est en lien direct avec la nature. Celle-ci est réservée pour les ateliers et foyers d’artistes. Tous les espaces convergent vers un volume central : la cafétéria. Un volume très contemporain, relativement vitré, se détache de la structure existante. Une attention toute particulière à été portée au détail de la jonction entre l’ancien et le nouveau bâtiment pour donner une impression de glissement entre les deux volumes. Cette extension traverse tout le projet. L’espace d’exposition temporaire se trouve dans la vielle cure, au rez-de-chaussée, et donne sur le jardin de sculpture au nord du bâtiment. Au 1er étage, on trouve l’exposition permanente et une salle de conférence, puis au dernier étage un espace polyvalent pour les différentes associations de Cenon. Nous avons établi cette partie du programme en faisant une étude sociologique auprès des habitants du quartier. Nous avons alors choisi d’y installer un espace médiathèque et une terrasse qui donne une magnifique vue sur le parc des coteaux et la rive gauche de Bordeaux.

22


Schémas d’intentions


SchĂŠma bioclimatique

Coupe Sud / Nord

24


Plan d’ensemble


26


Perspective de l’extension de la vieille cure

Cafétéria A : 150 m² HSP 3.30m

Plonge

2

4

3

5

1

6

8

7

9

10

11

12

Cuisine

hsp : 9.70 m

Wc PMR

MI-93

Réserve

MI-93

Salle d'expositions A : 340 m² hsp : 4.60 m

Entrée

A : 60 m² HSP 3.60m

Plan RDC


Élévation Ouest

L A VIEILLE CURE

Axonométrie structurelle

Isolation fibre de bois Pare vapeur Plaque de plâtre Poteaux treillis existant Profilé métallique Sabot

Bardage bois Tasseaux Pare pluie Isolation Panneau OSB Mur à ossature bois Isolation fibre de bois Pare vapeur Isolation laine de lin Plaque bois micro-perforé

Détail technique Coupe

28


Perspective de l’atelier commun

Atelier Indiv.

A : 11m²

Atelier Indiv.

Atelier Indiv.

A : 15m²

A : 15m²

Wc PMR

Atelier Indiv.

A : 11m²

Monte charge

Atelier commun A : 180 m²

Plan RDC


Élévation Sud

L E S ATELIERS

Axonométrie structurelle

Coupe des ateliers individuels

Détail technique

30


Photo maquette 1/100


32


Vue depuis le lac de la maison de la nature, maquette1/200

Vue depuis le lac du hangar Ă canoĂŤs, maquette1/200


AU GRÉ D U VENT MAISON DE LA NATURE Lacanau lac - Tamaris Master 1 / Février - Juin 2016 Atelier Pierre Cara - Régis Le Normand - Ensap Bx En groupe de 4 - Architectes / Ingénieurs

Se trouvant sur un site naturel et sensible, au bord d’un lac, nous avons choisi d’avoir un faible impact au sol en implantant des constructions légères en bois. Ce projet est le fruit d’une réflexion sur l’écotourisme. Comment l’architecture durable peut-elle réduire l’impact des visiteurs sur l’environnement. Cette démarche a pu être approfondie grâce à un travail d’équipe avec les étudiants ingénieurs en 4ème année de l’ISA BTP à Anglet. Le travail en commun s’est fait dès la première semaine. Ainsi, les ingénieurs ont pu comprendre nos intentions architecturales et notre mode de travail, tandis que nous architectes avons pu élaborer un projet structurellement cohérent dès le départ. Nous avons choisi de développer le programme au fil d’un parcours traversant les différents bâtiments. La maison de la nature se trouve au centre du parcours, au bord du lac. Elle comprend une cafétéria sur l’eau, une bibliothèque et des atelier, l’un orienté vers la forêt et l’autre vers le lac. Ils sont tous deux reliés par un grand espace central couvert par une toile, qui protège du soleil en été.

Ce grand espace polyvalent permet de former les différents groupes d’écoliers lorsque la maison de la nature sert aux écoles de la région, et il sert également de point de repère pour commencer un jeu de piste. On peut en outre l’utiliser pour relier les deux ateliers et former un grand espace de travail commun. La bibliothèque se situe à l’extrémité de la construction, au milieu des pins, où le lecteur peut alors contempler le vaste paysage avec comme unique fond sonore le bruit de la nature. Le hangar à canoës se trouve à proximité de la marina, dans une crique protégée du vent et des courants pour faciliter l’accès à l’eau. Un espace extérieur, sous toile rappel celui de la maison de la nature. Il permet d’avoir un espace supplémentaire pour expliquer les règles à suivre aux différents groupes. Il relie également le hangar aux douches et sanitaires. Une attention toute particulière a été portée au développement des façades. Leurs ouvertures permettent des cadrages sur différents éléments du paysage tout en garantissant de bonnes conditions thermiques par leurs brise-soleil.

34


Vue perspective de la maison de la nature

Élévation Sud

Coupe Nord / Sud


L A M A I S ON D E L A N ATURE

Bibliothèque 20m2

Atelier "Lac" 105 m2

Entrée 100m2

Atelier "foret" 85 m2

Local Technique 20m2

Local poubelle 10m2

Office 15m2

Réfectoire 55m2

Plan RDC

36


Vue perspective de l’entrée du hangar à canoë

Coupe du hangar


L E H A NG A R A CANOES

Plan RDC

Élévation du hangar

38


Maquette intention 1/500


ÉCOLE DE PHOTOGRAPHIE ÉCOLE EUROPÉENNE DE PHOTOGRAPHIE L’île de Nantes Licence 3 / Février - Juin 2015 Atelier Gaston Valente

Le bâtiment s’implante discrètement sur l’île de Nantes, en donnant forme à une grande place au bord des quais. Tout le programme se déroule autour d’une fente large de 8 m qui se prolonge à l’extérieur jusqu’aux quais. Celle-ci apporte de la lumière au sous-sol. Un jeu de passerelles a été crée pour passer des espaces d’exposition à ceux de création et de l’administration. Le traitement des quais à été très important dans la démarche du projet. Cette réflexion est un rappel au mémorial de l’esclavage situé sur la rive d’en face. Le bout de la fente est vitré et crée une longue perspective à fleur d’eau. La fente crée une corrélation entre l’horizontalité et la verticalité. L’apparence extérieure se caractérise par la finesse, qui marque l’horizontalité. En me basant sur un organigramme de la lumière, j’ai placé les espaces n’ayant pas besoin de lumière au sous-sol, comme par exemple l’amphithéâtre, l’auditorium, la salle de tirage, les studios de prise de vue, ou encore les salles techniques. L’appareil photo a une face cachée : la boite noire, et c’est ce que j’ai essayé de recréer dans ce projet.

Il y a deux moments : la partie de développement (cachée) et la démonstration, une exposition visible depuis l’extérieur (pour le grand public). Le positionnement au nord des vitrines permet d’avoir une lumière diffuse. De plus, chaque salle d’exposition comporte trois black-box qui servent de salles vidéo et de stockage pour les expositions. Leurs murs permettent d’afficher les photos. Au rez-de-chaussée, la cafétéria et le foyer, lieux de rencontre au cœur de l’édifice, sont à l’intersection de tous les domaines : bibliothèque, exposition et cours. Cet espace plus intime crée un retournement sur l’extérieur. La bibliothèque est un lieu de savoir et point central de l’enseignement. Celle-ci est hiérarchisée; la partie basse est accessible à tout le monde : étudiants et grand public; les parties hautes sont plus privées, et sont réservées aux étudiants de l’école. Différentes ambiances cohabitent pour permettre de travailler seul ou en groupe dans des espaces plus intimes.

40


Plan masse

Vue depuis le dernier étage

Vue extérieure


Élévation du bâtiment

Coupe perspective

42


Maquette 1/200

Coupe du bâtiment montrant les circulations

Façade exposant des photographies des étudiants, ici représentées par le photographe JR


Croquis d’ambiance

Plan R+4

44


CENTRE D’ART CENTRE D’ART Strasbourg, centre historique Licence 3 / Novembre - Janvier 2015 Atelier Jérôme Villemard - Ensas

Le Centre d’Art offre une aération dans Strasbourg. Il est conçu de manière compacte faisant le lien entre la ville et les quais. L’accès aux quais est l’une des idées principales autour desquelles s’articule le projet. L’ouverture sur les quais est matérialisée par une énorme place et une rampe publique, faisant office de jardin de sculpture. Le musée s’implante sur un socle à hauteur de la rue des Veaux et reprend la hauteur des bâtiments environnants pour ne pas s’imposer, mais se différencier par sa fonction. C’est un volume unitaire derrière lequel se trouvent différentes fonctions. Les salles d’expositions ont besoin d’être protégées du soleil, c’est pourquoi une façade double peau est mise en place afin de protéger les salles d’expositions. Au rez-de-chaussée se trouve une première salle d’exposition, visible depuis le jardin de sculpture et qui permet d’entre-apercevoir l’intérieur du musée. Sur le côté sud, la cafétéria est divisée en deux parties : la buvette du musée en hauteur et un restaurant plus indépendant au niveau des quais. L’espace cafétéria est un élément symbolique dans le projet. Son toit marque la limite du site tout en permettant de le traverser. Il est le négatif du mur en grès. Il crée un parcours à l’intérieur du musée qui s’ouvre vers l’extérieur pour rejoindre le pont. Au dernier étage, les logements des artistes avec un atelier commun bénéficiant d’une vue panoramique sur tout Strasbourg.

46


Plan masse

Croquis


Élévation Sud

Coupe perspective

48


Photo maquette

Plan masse

Plan

Coupe synthèse

Coupe BB


CENTRE D’ART CENTRE D’ART Koenigshoffen, couvent des Capucins Licence 3 / Octobre - Novembre 2014 Atelier Jérôme Villemard - Ensas

Ce centre d’art se trouve à l’extrémité de la ville dans un couvent, où la nature est déjà abondante. Le projet lie à la fois l’interprétation d’un programme et le pouvoir du lieu dans lequel il est implanté. Du fait de la situation, il a semblé évident de se dissimuler en respectant le site. Le terrain comporte les dernières fortifications de Koenighoffen datant du XIVeme siècle. Le centre d’art suit un parcours permettant de faire découvrir les abords aux visiteurs.

Élévation

Le programme est séparé en trois bâtiments distincts adossés aux fortifications pour les mettre en valeur. Elles deviennent des œuvres d’art. Le premier bâtiment, le plus public, contient la grande salle d’exposition temporaire, l’amphithéâtre et la cafétéria qui donne sur le jardin de sculpture. De l’autre côté du jardin de sculpture, les trois salles de l’exposition permanente, puis les résidences pour artistes.

50


REQUALIFICATION D’UN TERRITOIRE URBAIN URBANISME Strasbourg, Place d’Haguenau Licence 3 / Octobre - Décembre 2014 Atelier Volker Ziegler - Ensas En groupe de 4

Cette initiation au projet nous amène à travailler à différentes échelles, du grand territoire au quartier. Tout d’abord, nous avons réalisé une analyse urbaine des différents quartiers qui bordent la place d’Hagueunau, la porte Est de Strasbourg. Ce travail d’équipe avec Alicia Rouzeau, Aveline Reneytte et Apolline Tivollier était un travail à grande échelle en réfléchissant sur les nouveaux modes de transports, plus doux pour une ville à échelle humaine et plus durable. En effet, la place d’Haguenau est un grand noeud routier qui scinde Strasbourg, Schiltigheim et Cronenbourg. Il est primordial de tenir compte de l’évolution de la ville lors de l’aménagement du territoire, dans le but d’améliorer la qualité de vie des habitants, et de lutter contre le réchauffement climatique.

A l’échelle du quartier, les espaces verts paraissent présents en plan, mais ils sont invisibles lorsqu’on les pratique. Notre site, centré autour de la place de Haguenau se caractérise par une forte importance des réseaux qui le structurent et le gèrent. L’omniprésence de ces infrastructures fragmente fortement l’espace, et contrairement aux réseaux de voies secondaires qui structurent l’espace et constituent les îlots bâtis, l’autoroute et la voie ferrée créent d’importantes ruptures dans le territoire. Fractures qui induisent des espaces difficiles d’usage, de par leur taille, leur environnement et les nuisances qu’ils provoquent (gènes visuelles, sonores, pollution).

52


Couvert végétal à l’échelle de la CUS

L’agglomération de Strasbourg est principalement entourée de terrains agricoles et de zones boisées dans lesquels se situent les villages hors CUS

Parcs et jardins Eau Couvert végétal non entretenu ou délaissé Cimetières

Couvert végétal et types d’espace vert

Autoroutes Départementales Rues Voies ferrées Eau

Réseaux et infrastructures

Bâtiments administratifs Espaces de loisirs Bâtiments scolaires Cimetières Activités commerciales ou industrielles Secteur tertiaire, bureaux

Usages


On peut observer sur notre site que les îlots d’habitation se sont constitués différemment en fonction du temps et de l’urbanisation progressive de la ville de Strasbourg et de ses périphéries. Dans le quartier, il n’existe pas de mixité entre les usages qui se concentrent aux mêmes endroits. Ce manque d’hétérogénéité influe sur les horaires et flux des travailleurs et écoliers qui franchissent les axes de circulation uniquement lors de leurs horaires de travail ou à midi. Les espaces industriels sont également regroupés, on peut cependant remarquer une différence d’intégration entre Schiltigheim et Cronenbourg.

54


Maquette 1/100

Maquette 1/100 montrant la structure

Vue de l’entrée depuis l’arrêt du tram

Détail de la salle de répétition

Croquis d’ambiances


SALLE D E MUSIQUE ÉQUIPEMENT CULTUREL Licence 2 / Janvier 2014 - Projet intensif (2 semaines) Atelier Gérard Sutter - Ensas

Le programme de ce premier projet d’équipement culturel est une salle de musique de 250 m² pour une harmonie municipale composée d’une soixantaine de musiciens. Le programme comprend également un espace de rangement pour les instruments, un espace de détente et un hall d’accueil avec garde-robe. Situé dans une ville fictive d’Alsace, une attention particulière a été porté à la morphologie des rues et des bâtiments alentours, ainsi qu’aux flux traversant le site dus à la présence d’un bâtiment administratif et d’un arrêt de tram. Le projet s’articule en deux volumes simples comprenant les 3 espaces principaux, chacun ayant un rapport avec l’extérieur. Le bâtiment en structure acier, suit une trame définie qui s’inspire de Mies Van der Rohe dans la manière de traiter les espaces de la façon la plus minimaliste possible.

Coupe technique de la salle de répétition

L’entrée dans le hall avec accueil et vestiaire est réfléchie selon les flux de populations de la ville. La salle de repos dispose d’un bar et d’un accès à l’extérieur sur une terrasse. La salle de musique est vitrée coté Est et protégée par des brise-soleil afin de bénéficier d’un éclairage diffus tout au long de la journée. Lors de grandes occasions, il est possible d’ouvrir la façade Est pour que les musiciens puissent jouer à l’extérieur. Les spectateurs peuvent s’installer sur le terrassement afin de profiter de ces bons moments. A l’arrière de la salle se trouve une pièce vitrée destinée au rangement des instruments. Ouvert sur la rue, elle fait office de salle d’exposition. Projet très intéressant avec un travail sur l’acoustique et l’articulation d’espaces créant un lieu de rassemblement.

56


CONSTRUCTION BOIS PROJET TECHNIQUE Licence 2 / Avril 2014 (2 semaines)

Le sujet consiste à créer une ossature bois d’un bâtiment en utilisant un seul matériau et avec le moins de sections différentes. Premiers tests avec des mikados. Une fois l’idée définie, plusieurs expériences et réalisations ont été faites avec des matériaux et des sections différentes. Le projet final consiste à assembler 36 bambous par des câbles en acier et en utilisant uniquement 3 sections différentes : - 6 bambous de 10m, - 6 bambous de 5m, - 18 bambous de 8m.

58


Photo de maquette


4 HISTOIRES, 1 PROJET ... HABITAT INDIVIDUALISÉ DENSE MAISONS EN BANDES Licence 2 / Mars - Juin 2014 Atelier Dominik Neidlinger et Michel Spitz - Ensas En groupe de 4

Notre projet : créer de la mixité sociale et développer des habitations sur-mesure qui s’adressent à un large public. Le respect de l’intimité de chacun, ainsi que la réponse aux besoins de tous sont les valeurs que nous défendons et qui nous semblent importantes pour vivre ensemble. Le projet se divise en quatre parties égales séparées par des murs de refend en béton. Les habitations s’articulent en long offrant une orientation Nord-Sud.

Coupe générale du projet

L’une de nos idées principales est d’offrir une terrasse et un accès au jardin à chacun allant du plus privé au jardin collectif. Pour valoriser l’apport en lumière naturelle, chaque habitation bénéficie de grandes ouvertures. Les habitants peuvent contrôler le flux lumineux par un dispositif de parois en bois coulissantes, modulables au gré des envies, des moments, des saisons, à la manière de Han Tümertekin.

60


Photo montant l’espace de sÊjour avec la mezzanine

Photo maquette structurelle 1/50


M AISON DANS L’ENCLOS HABITATION Licence 2 / Novembre - Décembre 2013 Atelier Gérard Sutter - Ensas

Le sujet consiste à construire un espace domestique dans un environnement bien déterminé. Cela nous amène à gérer l’espace du mieux possible pour ne pas reproduire l’habitat pavillonnaire classique, avec la maison au centre du terrain, et de nombreux espaces perdus autour de celle-ci. Ce projet est conçu comme une application des acquis de l’analyse précédente (Villa Mairea Alvar Alto). Il s’agit de créer une habitation pour quatre personnes de 140m2, comprenant un espace séjour, salle à manger, cuisine, sanitaires et 3 espaces intimes dans un enclos défini (27x15m).

Photo maquette 1/50

Les façades comportant des ouvertures doivent être distantes de 3 m des lignes mitoyennes ; règle similaire au PLU. La construction est entièrement en bois pour nous apprendre de nouvelles techniques de représentation. Inspiration de la bibliothèque de Louis Kahn. La bibliothèque s’étend sur 11m de long sur deux étages. Elle fait le lien entre les espaces communs : elle crée une continuité entre l’espace de vie au rez-de-chaussée et l’espace de travail en mezzanine.

62


Élévation de l’entrée

Maquette 1/1000 du plan masse.


VILL A M AIREA A. AALTO ANALYSE DE L’ESPACE DOMESTIQUE Licence 2 / Octobre 2013 (3 semaines) En groupe de 6 - Ensas

Un travail très intéressant en équipe. Chacun se complète et les idées fusent. La répartition des tâches et la mise en commun nous préparent au véritable métier d’architecte. Dans la villa Mairea d’Alvar Aalto, nous nous sommes particulièrement intéressés à la matérialité : la manière dont l’architecte traite les poteaux d’acier entourés de bois finlandais, afin de faire entrer la nature à l’intérieur de l’habitation.

Inspirations : Maison traditionnelle Finlandaise - Maison sur la cascade de F.L.Wright - Maison Louis Carré Alva Aalto

64


Photo de la cabane au jardin botanique


L A CABANE DES RÊVES CABANE - AGORA 2017 Bordeaux, exposé au jardin botanique, puis sur les quais Master 2 / Construction de septembre à février 2017 Atelier PopUp - Marc-Antoine Florin - Ensap Bx En groupe de 4

Dans le cadre d’Agora 2017, 9 cabanes ont été réalisées dans l’atelier PopUp. Celles-ci sont appropriées par le public, puisqu’elles sont tout d’abord exposées au jardin botanique de février à septembre 2017. Elles seront ensuite mises sur les quais, rive gauche, en septembre 2017. Nous voulions que cette cabane soit un lieu de surprise, de par sa forme et sa couleur. La démarche constructive est très innovante et économique puisque c’est uniquement les charnières pianos qui maintiennent les panneaux de bois ensemble. Le système de triangulation contrevente naturellement la cabane. La cabane se déploie selon les faces que l’on décide d’ouvrir. L’extérieur sombre compact, n’est en réalité que la face visible du diamant. L’intérieur est tout autrement lumineux et magique.

Totalement fermée

La cabane. Lieu de nos rêves, monde imaginaire où tout devient possible. Lorsqu’on y entre, notre vision du monde change. Monde des histoires contées, des visions enchantées, magiques ! Cet objet - posé ici, à cet endroit – j’y entre. L’espace est peu éclairé, je ne devine la lumières que par des failles entre les multiples facettes. L’idée me vient de pousser, entre ouvrir certaines facettes. A chacune de ces ouvertures, je découvre des éléments qui paraissent alors dans toute leur beauté. J’ouvre une de ces facettes, qui devient un toit, je vois une rose ; je pousse un petit volet, je vois un grand et majestueux platane, qui voit ses premières feuilles rougir pour l’automne. Je ressors de cet espace avec un regard plus aiguisé sur le lieu dans lequel je me trouve. Je lance un dernier coup d’œil à cette cabane, premier habitat, et remarque qu’elle a changé de forme. Elle a pris la forme de mes rêves.

Partiellement ouverte

Totalement ouverte

66


Photo avec Vincent Heynard

Jonction des charnières pianos

Etape peinture

Assemblage d’une ouverture

Schéma d’intention


Ambiance intĂŠrieure lorsque la cabane est fermĂŠe

68


L’ARBRE A LIVRES DESIGN Bordeaux, Halle des Douves Master 1 / Février - Juin 2016 Atelier Atlab - Marc-Antoine Florin - Ensap Bx En groupe de 4

Situé dans la halle des Douves à Bordeaux, cet arbre à livres mis à disposition des différentes associations, est un lieu de détente et de rencontre où l’on peut s’asseoir, déposer sa veste ou son manteau sur une branche, son sac sur un petit établi situé dans les branches. Et chacun, alors, pourra prendre, emprunter ou déposer un ouvrage qui l’aura inspiré. En plus d’un lieu de rencontre physique, cette bibliothèque de quartier est également un lieu de partage entre concitoyens inconnus qui, le temps d’un poème, d’un feuillet économique ou d’un roman de 420 pages, échangeront rires, pleurs, colère ou coloriages. Pour créer ce meuble, nous nous sommes inspirés de thèmes puisés dans le monde naturel, la littérature et le quotidien.

Nous voulions introduire la nature dans ces lieux. Et mêler l’idée du partage des livres que l’on trouve dans des boites situées à diverses endroits dans la ville. Un objet simple et minimaliste, une impression de flottement disponible pour petits et grands. L’arbre à livre dispose d’une assise qui sert aussi de table pour les enfants. L’arbre nous rappelle que ce meuble qui a été travaillé durant plusieurs mois, était auparavant un arbre qui poussait dans la nature. De même pour les livres. Leurs feuilles de papier sont dérivées d’une même matière. C’est cet arbre brut qui tient de manière structurelle tout le meuble grâce à son tronc.

70


1ère étape : le rabotage Notre faible budget nous a amené à prendre du bois de coffrage en pin. Le rabotage nous a permis d’avoir du bois massif de qualité. Épaisseur finale du bois 3,5 cm.

2 ème étape : les dominos Pour ne pas voir les jonctions du bois, nous avons opté pour une découpe des angles en biseau et une jonction par dominos.

3 ème étape : l’assemblage Cette étape, la plus difficile, doit être parfaite pour ne pas voir les jonctions.

4 ème étape : l’assemblage général L’emplacement des dominos ne se fait pas au hasard. L’arbre amène une part de fragilité à la structure.

5 ème étape : le gabarit Une technique innovante pour reproduire l’emprunte de l’arbre.

6 ème étape : la mise en place de l’arbre Beaucoup de ponçages au ciseau à bois ont été nécessaires pour que l’arbre rentre parfaitement.


Jonction de l’arbre et du meuble

Coupes d’intentions

Plan du dessus

72


Photo de la rĂŠalisation


74


CALI X FLEXIBILIS CONCOURS DESIGN - AGORA 2017 Conception d’une tasse à café Décembre 2016 Pablo Reinoso / Président du jury

Cette tasse, pliable, s’adapte en fonction de son contenu. Dépliée, elle a une capacité de 22 cl, idéale pour un café allongé. Dans sa forme intermédiaire, elle a une capacité de 12 cl, parfaite pour un espresso. Avec Calix Flexibilis, finis les ristretto perdus au fond d’une large tasse. Fonctionnelle, elle a été étudiée pour pouvoir être emportée facilement dans un sac à main ou dans une poche. Son système de triangulation lui confère à la fois une grande solidité et une agréable prise en main. Fabriquée en carton alimentaire, à base de canne à sucre, elle est entièrement biodégradable et compostable. De plus, cette matière a l’avantage d’avoir une excellente résistance thermique, permettant de garder le café chaud sans se brûler les mains. Simple, économique et durable, cette tasse vous suivra partout où vous irez.

76


Emportez la tasse pliĂŠe avec vous

Ouvrez-la

DĂŠployez-la


Au format espresso 12 cl

Les plus gourmands continuent

pour un cafĂŠ long de 22 cl

78


COMBLÉ PAR L A N ATURE LAND ART Château en ruine d’Andlau, Bas-Rhin Février 2015 (1 semaine) Atelier Laurent Reynès - Ensas En groupe de 3

Le land art est une « tendance de l’art contemporain apparue aux États-Unis vers 1967 et caractérisée par un travail dans et sur la nature ». (définition Larousse) Nous avons travaillé sur le château d’Andlau, en ruine dans les Vosges. Le thème « comblé dans la nature » nous a semblé une évidence. De nombreux essais ont été nécessaires à la réalisation de cette œuvre puisque,

si le thème était évident, la réalisation l’était bien moins. Une démarche très symbolique, qui rappelle que la nature reprend toujours ses droits sur les créations de l’homme. Cette œuvre éphémère n’existe plus que par ces photos. Les visiteurs passant pas là,ont vu l’œuvre disparaître au fil du temps.

80


Portfolio Architecture Laura Stoffel  
Portfolio Architecture Laura Stoffel  
Advertisement