Page 1

Suivi Bilan 2012 Bibliographie Publications récentes Analyses bibliographiques Sensibilisation Site web et cahier technique Actualités des réseaux Première rencontre du réseau Colloque balbuzard pêcheur Birdfair

Photos : D. Hackel, G. Trochard © Photos : D. Hackel, G. Trochard ©

1 10 10 11 12 12 12

n°9 & 10 - juin 2013

Suivi Bilan du suivi 2012 L’année 2012 a été exceptionnellement riche en observations et découvertes de petites chouettes de montagne dans tous les massifs de l’hexagone. Notre réseau s’étoffe d’année en année… Aussi avons-nous programmé une première rencontre de notre groupe de travail dès cet automne. Elle s’adresse tous les passionnés de chevêchette d’Europe et de chouette de Tengmalm : ornithologues, forestiers, randonneurs, salariés des parcs et des réserves, etc. Ce sera l’occasion de nous rencontrer, de faire le point sur nos connaissances, de partager nos expériences diverses, voire d’échanger des idées sur des projets futurs. La date est donc à noter dès à présent dans vos agendas ! C’est avec plaisir et enthousiasme que nous espérons vous retrouver nombreux à Sarrebourg (en Moselle) les 8, 9 et 10 novembre prochains. Yves Muller (LPO) & Sébastien Laguet (ONF)

Cette sixième synthèse du suivi des « Petites chouettes de montagne » concerne 20 secteurs géographiques de présence de l’une ou des deux espèces. Afin de mieux prendre en compte la biologie de ces deux petites chouettes, les données concernent dorénavant l’automne, l’hiver et la saison de reproduction qui suit. Pour cette synthèse 2012, elles s’étalent du 1er août 2011 au 31 juillet 2012.

Cette augmentation est sans doute liée à trois facteurs : la pression d’observation en hausse, une meilleure connaissance des mœurs de la chouette pygmée par les observateurs et, bien sûr, une progression de l’espèce. Dans beaucoup de régions, 2012 a aussi été une année d’abondance (voire de « pullulation ») des rongeurs forestiers (mulots et campagnol roussâtre). La reproduction des petites chouettes a souvent été excellente !

Près de 400 personnes ont participé à ce suivi et ont totalisé l’équivalent de plus par Yves Muller de 2 000 journées de prospection sur Coordinateur LPO « Petites chouettes le terrain. Il reste néanmoins des zones de montagne » peu ou mal couvertes, des secteurs où yves.muller@lpo.fr notre connaissance de la répartition et de la nidification des deux espèces est Ardennes insuffisante. Toute contribution sera la bienvenue. Après l’année record de 2011 (17 territoires localisés avec deux nids 2012 est l’année des records ! Après une découverts), l’année 2012 est médiocre : petite année 2011 pour la chouette de un seul site occupé par la chouette Tengmalm (163 territoires occupés dont de Tengmalm a été trouvé dans les 28 avec preuves de nidification), nous Ardennes françaises. Les sites avec totalisons cette année 402 chanteurs (ou présence de l’espèce l’année précédente territoires occupés) avec 34 nids suivis et ont été presque tous vérifiés en vain. deux familles observées.

coordination : Nicolas Harter Pour la chevêchette d’Europe, nous battons le record établi l’an passé (228 (Association ReNArd) harter.chiro@gmail.com territoires avec 18 nids et une famille). Observateurs : N. Harter, V. Lequeuvre, O. En 2012, nous totalisons 299 chanteurs Lestoquoi et M. Morette. ou territoires avec 31 nids découverts et deux familles observées ! LPO Mission Rapaces - n°9 & 10 - juin 2013

page 1


Massif vosgien Vosges du Nord (57 – 67) A l’exception d’un premier chanteur de chouette de Tengmalm entendu dès le 5 novembre), l’activité nuptiale débute mi-janvier dans les Vosges du Nord. Cinq territoires sont localisés dans la partie septentrionale du massif. La nidification est prouvée sur un site dans une cavité naturelle de pin sylvestre (un jeune visible à l’entrée du nid le 1er mai). Onze territoires de chevêchette d’Europe sont localisés en automne 2011 dans la partie septentrionale des Vosges du Nord, aux confins de l’Alsace et de la Lorraine et un dans la partie centrale des Vosges du Nord. Au printemps suivant, trois nids sont découverts dans les forêts à l’est de Bitche, à des altitudes comprises entre 250 et 280 mètres. Ces trois nids sont assez rapprochés : les distances entre eux sont de 1,2 ; 1,4 et 2 kilomètres. Les trois nidifications réussissent : un premier jeune est observé à terre hors du nid dès le 19 mai. Huit autres chanteurs sont repérés sans preuve de nidification. Vosges moyennes (57 – 67) Douze chanteurs (ou couples) de chouette de Tengmalm ont été localisés ce printemps 2012 dans les forêts du Donon, d’Abreschviller, de Dabo et d’Engenthal. Quatre nids sont découverts, trois dans des cavités de pic noir dans des hêtres et un dans un sapin pectiné fendu. Neuf chanteurs de chevêchette d’Europe ont aussi été localisés dans les mêmes forêts. Une nidification est découverte et suivie en forêt du Donon sur l’un des sites : six jeunes sont nourris hors du nid le 2 juin. De plus, un chanteur est entendu pour la première fois dans le massif du Champ du Feu le 7 mai. Et une famille de deux jeunes a été repérée le 30 juin en forêt domaniale de Saint-Quirin.

dont deux avec nidifications et deux familles. Et l’année a été exceptionnelle pour la chevêchette d’Europe… grâce à des prospections de plus en plus intenses ! En automne, déjà une dizaine de chanteurs avaient été repérés dans des sites favorables sur le versant ouest des Vosges. Au printemps, six nidifications ont été découvertes du côté lorrain (les premiers nids suivis dans les HautesVosges) et une famille observée en août. Par ailleurs, 11 autres sites ont été contrôlés au cours du printemps avec des chanteurs. Globalement pour l’ensemble du massif vosgien, on totalise ainsi 39 territoires occupés par la chouette de Tengmalm (avec sept nids suivis et deux familles contrôlées) et 40 territoires occupés par la chevêchette (avec 10 nids suivis et deux familles contrôlées).

coordination : Yves Muller (LPO Alsace)

yves.muller@lpo.fr Observateurs : J.M. Balland, A. Barboiron, J.M. Berger, F. Bortolin, A. Cheminant, G. Dietrich, T. Durr, C. Dronneau, H. Enoch, F. Guillmot, G. Haas, D. Hackel, M. Hilaire, C. Hilt, N. Hoffmann, B. Kernel, Q. Kernel, A. Laurent, N. Lefranc, S. Lethuiller, A. Lutz, M. de Montgolfier, Y. Muller, V. Palomares, V. Perrin, C. Pinçon, J.J. Pfeffer, E. Reymond, B. Ronchi, J.P. SaintAndrieux, E. Schmitt, M. Schneider, A. Schnitzler, A. Scholl, J. Veret, L Waeffler, B. Wassmer, A. Willer, M. Wioland.

Massif jurassien Franche-Comté (25 – 39) 127 observations de chouette de Tengmalm ont été transmises pour la Franche-Comté, soit environ quatre fois plus qu’en 2011 et l’équivalent de l’année 2010. Ces observations se répartissent sur 24 communes du département du Jura (14 en 2011), 29 communes du département du Doubs (5 en 2011) et quatre communes de Haute-Saône et une dans le Territoire de Belfort. La majorité des observations (60 %) a été faite dans l’aire de répartition traditionnelle, au-delà de 1 000 mètres d’altitude et 27 % entre 900 et 1 000 mètres. Cependant onze chanteurs ont été contactés en-dessous de 900 mètres dont quatre autour de 600 mètres. Durant les quatre années précédentes, aucune observation n’avait été transmise en provenance de la partie franc-comtoise des Vosges malgré des prospections. Cette année, l’espèce a été contactée sur sept sites. 112 chanteurs ont été détectés mais aucun cas de reproduction n’a été répertorié. Cette année se rapproche de l’année 2010 (minimum de 102 chanteurs entendus) alors que les années 2008, 2009 et 2011 comptaient seulement entre 13 à 17 chanteurs. La répartition de l’espèce a repris cette année son aire maximale et notamment dans le Haut-Doubs au nord de Morteau où l’espèce n’était plus contactée.

Hautes-Vosges (68 – 88) L’année 2012 a été favorable à la chouette de Tengmalm dans les Hautes-Vosges (côtés alsacien et lorrain) : 22 chanteurs ont été repérés

page 2

Jeunes chouettes de Tengmalm - Photo : N. Vaille-Cullière ©

Tengmalm et chevêchette n°9 & 10 - juin 2013 - LPO Mission Rapaces


107 observations de chevêchette d’Europe ont été faites sur 55 sites différents, soit beaucoup plus que les années précédentes (37 observations en 2011). Un fait notable est l’observation d’oiseaux au nord de Morteau ce qui n’avait pas eu lieu depuis plus de 10 ans mais aucune donnée n’a été répertoriée dans la partie franc-comtoise des Vosges malgré des prospections. Des individus ont été contactés dans 26 communes du département du Jura (14 la saison dernière) et 16 communes du département du Doubs (cinq la saison dernière). Trois-quarts des sites étaient audessus de 950 mètres d’altitude mais cette saison a été marquée par la détection d’oiseaux dans quinze sites en dessous de 950 mètres dont quatre endessous de 700 mètres d’altitude. Un mâle cantonné chantait à 520 mètres d’altitude. Avec un minimum de 53 chanteurs, l’effectif est environ le double en comparaison des dernières années (entre 24 et 28 chanteurs). Un seul cas de reproduction a été rapporté et suivi par Eric Wolff dans une ancienne loge de pic dans un sapin sec. Des apports de proies du mâle à la femelle ont été observés de fin mars à mi-mai. Le premier juvénile a été observé le 23 mai. Le 6 juin, trois juvéniles ont été observés. Cette saison, l’espèce a été contactée sur son aire maximale à l’exception des Vosges.

coordination : Michel Gauthier-Clerc (LPO Franche-Comté)

gauthier-clerc@tourduvalat.org Observateurs : C. Arnoux, G. Aubry, C. Bannwarth, J. Barlet, M.-D. BelucheRiblet, L. Beschet, H. Bourdin, F. Chevaldonnet, E. Cretin, J. David, J.-L. Depraz (ONF), N. Derry, L. Desbordes, S. Duchateau, P. Durlet, N. Fevrier (ONF), M. Gauthier-Clerc, M. Giroud, J.-C. Gregy (ONF), W. Guillet, M. Haffner (ONF), S. Jacquin, N. Jeannot, J. Langlade, F. Lonchampt, S. Maas (LPO FrancheComté), D. et J.-B. Maire, A. Maradan,

C. Mauvais, M. Montadert, T. Morel (ONF), F. Oriol, C. Parratte, J.-P. Paul, T. Petit, F. Raoul, A. Renaud, F. ReyDemaneuf (ONF), F.Richy, C. Rouillon, M. Sauret, F. Spinnler, V. Tardy, B. Tissot, E. Vadam, P. Vincent, A. Virondeau, J.-C. Weidmann, É. Wolff.

Ain (01) Aucune donnée sur la chouette de Tengmalm en 2012. Dans la haute chaîne du Jura, quatre mâles chanteurs de chevêchette d’Europe ont été entendus au printemps 2012 (un nid découvert).

coordination : Gérard Ponthus (ONF)

agsponthus@orange.fr Observateurs : agents de la RN, B. Piot, M. Ponthus, G. Ponthus

Bourgogne La chouette de Tengmalm s’était faite très discrète ces dernières années en Bourgogne (aucun chant en 2011 alors qu’elle avait été recherchée de façon assidue). Le suivi réalisé en 2012 montre qu’elle occupe toujours le Haut-Morvan mais les densités semblent rester à un niveau faible. Un nichoir occupé a été découvert et suivi mais la ponte a malheureusement échoué pour des raisons inconnues. Un à deux autres territoires ont été identifiés par le contact de plusieurs mâles chanteurs en début d’année sur un même secteur.

coordination : Cécile Detroit

shna.cecile@orange.fr Observateurs : J. Abel, C. Aluze, P. Avignon, G. Balay, H. Baudvin, M. Baudvin, D. Beaudoin, S. Bellenfant, S. Bourgoing, A. Boutin, E. Bouzendorf, F. Bouzendorf, A.-L. Brochet, L. Chamoy, P. Coudor, A. Delerue, C. Detroit, A. Doufils, B. Duret, B. Grand, L. Jouve, M. Jouve, S. Lamirault, M. Le Bahr, M. Leblanc, M. Lurat, S. Mezani, F. Philibert, G. Philibert, C. Rameau, D. Rameau, M. Trouvé, D. Veron, G. Vidalain, V. Vilcot

Massif central Massifs forestiers de la Loire (42) 2012 est une petite année pour la chouette de Tengmalm dans les massifs forestiers de la Loire … Après un gros effort de prospection l’année précédente avec les salariés de la LPO Loire, la pression d’observation est retombée à son stade initial, mais non négligeable. Néanmoins, cette chouette reste pour notre département une espèce qui nous échappe largement, certainement du fait de noyaux de populations isolées. Les résultats sont les suivants : dans les monts du Forez, deux mâles chanteurs fin juin sur la commune de Jeansagnière (1 400 mètres) et des cris entendus par deux fois (10 novembre et 23 mars) sur un secteur connu pour abriter l’espèce sur la commune de Gumières (1 100 mètres). Pour le Pilat et les monts de la Madeleine, malgré un effort de prospection des bénévoles, aucune donnée n’a été enregistrée cette année. La visite des nichoirs et loges, le printemps venu, n’a malheureusement rien donné, la dernière preuve de nidification datant de 1995 dans les monts du Forez. Concernant la chevêchette d’Europe, aucune donnée à ce jour pour notre département. Coordination :

Rodolphe Genouilhac (LPO Loire) genouilhacrod@club-internet.fr Observateurs : R. Genouilhac, N.Lorenzini, B. Tranchand, L. Dubois, P. Dubois, J.-C. Corbel, E. Libercier, J. Hareng, Y. Bonnet, J.-B. Martineau, J.-P. Cizeron, J. Catheland

Chaîne des Puys (63) 11-12 mâles chanteurs de chouette de Tengmalm ont été repérés en 2012. Quatre loges sont occupées, sans preuve de réussite de reproduction.

LPO Mission Rapaces - n°9 & 10 - juin 2013

page 3

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne


Dans le détail, le secteur sud ne fournit à nouveau aucune donnée (mais faible prospection), le secteur nord (un site historique pas occupé depuis 2003) accueille enfin un chanteur, le secteur central accueille cinq chanteurs, deux loges occupées habituellement le sont cette année, un autre secteur (la Cheire de Côme), habituellement pas suivi où un mâle avait été noté en 2010, accueille cette année cinq ou six mâles chanteurs dans des bosquets d’épicéas au milieu de l’immensité de la forêt pionnière feuillue (surtout noisetiers) ; il y avait une très forte densité de rongeurs sous ces bosquets d’épicéas. Deux loges occupées ont été trouvées (une dans la seule petite hêtraie du secteur et une atypique dans un épicéa cassé).

coordination : Romain Riols (LPO Auvergne)

romain.riols@lpo.fr Observateurs (nb données) : A. Charreyron (1), A. Baduel (1), A. Deslandes (1), B. Roche (1), C. Robinet (1), C.Chérie (2), C.Rollant (9), C. Jallageas (3), M. Pommarel (1), M. Boch (2), O. Roquetanière (4), O. Gimel (10), R. Petit (2), R. Riols (36), S. Duboz (18), S. Heinerich (14), T. Lyon (1), V. Rillardon (1).

Montagne Limousine (87) Trois chanteurs de chouette de Tengmalm ont été localisés en 2012 dans la montagne limousine. Deux nids ont été découverts mais la reproduction a échoué. A noter la découverte d’un nouveau mâle chanteur dans un bois entre 750 et 800 mètres d’altitude à l’est de la zone suivie annuellement. On note une tendance à l’extension de l’aire de répartition de l’espèce.

coordination : Romain Rouaud (Pic noir)

romain.rouaud@free.fr Observateurs : R. Petit, F. Vialloux et O. Villa

Gard et Lozère (30 – 48) En zone cœur du parc des Cévennes Sur l’Aigoual, la pression d’écoute a été, à peu près identique aux années précédentes, en terme purement quantitatif (200 à 220 heures). Par contre, l’hiver, peu neigeux , a permis

page 4

un accès facile à l’ensemble des zones de présence, y compris en voiture, ce qui a grandement augmenté la pression d’observation, du point de vue qualitatif et a permis ce résultat exceptionnel en terme de nombre de mâles chanteurs de chouette de Tengmalm : deux en Lozère (Aire de Côte et Tabilloux), 39 dans le Gard (14 sur Suquet /Miquel/ Caumète, 15 sur Montals Minier, 10 sur les Pises), plus quatre possibles (Villemagne, amont Pueylong, camping et Valat du Pouset à Aire de Côte). Il est possible que certaines de ces données (4), considérées a priori comme différentes concernent le même mâle… mais l’expérience accumulée jusqu’à présent, ainsi que certaines observations de cette année, nous ont amenés à maintenir cette distinction par défaut. On retiendra donc pour 2012, le chiffre de 41 chanteurs certains ou probables (+ quatre possibles). La quasi-totalité des sites historiques s’est avérée occupée et une extension des trois noyaux (Lingas, Suquet et Montals) a été manifeste. Le 42è site (Marquairès) a été ajouté comme accueillant l’espèce (un oiseau entendu en juillet) sans indice de reproduction, cette année (pas d’écoute positive durant la saison de reproduction mais quelques écoutes positives, les années passées). Soit 42 sites accueillant l’espèce (trois lozériens et 39 gardois ; sept en 2011 : un lozérien et six gardois). Le premier oiseau vu au trou (très probablement une femelle, dans la mesure où un mâle chantait à proximité) l’a été le 13/03, ce qui laisse supposer une relative précocité de la reproduction en 2012, comme cela semble être souvent le cas lors des bonnes années. Une femelle borgne a été observée au Serre de Sambuc. Suite à ce résultat encourageant, la pression de « grattage » a été exceptionnellement forte (500 grattages dont un certain nombre sur les mêmes arbres, à des dates différentes, ce qui représente 20 journées homme supplémentaires). Un certain nombre d’individus (femelles ?) au trou, contactés en début de saison, n’ont pas été recontactés par la suite, laissant penser à des échecs de reproduction (à

Tengmalm et chevêchette n°9 & 10 - juin 2013 - LPO Mission Rapaces

confirmer ou infirmer lors de la grimpe des arbres). Au total, 11 individus (femelles probables) ont été observés au trou… seulement ! Ce qui égale tout de même le résultat de 2005, année exceptionnelle. Mais nous nous attendions à un résultat supérieur. Il est probable que la grimpe des arbres nous permettra, d’une part, de confirmer ou infirmer ces données, mais, d’autre part, probablement d’améliorer ce résultat par l’observation de loges ayant été occupées mais n’ayant pas permis d’observer d’individus au trou en avril mai. Sur les causses, la pression d’écoute a été de l’ordre de 50 heures non spécifiquement dédiées à la seule chouette de Tengmalm (prospections chevêche, tournées de nuit…). Ce qui a permis la localisation de six sites accueillant l’espèce (dont un en Aveyron, dans les gorges de la Jonte, côté causse Noir), (un seul contact en 2011). Un site a montré la présence d’une couple en période de reproduction sans observation d’individu observé au trou ni de jeune, un autre a accueilli un chant qui a perduré jusqu’en juin (mâle probablement isolé ?). Un autre site est composé, majoritairement, de jeunes boisements de Pins noirs, semblant peu propices a priori. Sur le haut des vallées cévenoles, pas de contact malgré une pression d’écoute à peu près équivalente aux années précédentes. Sur le mont Lozère, comme sur le massif de l’Aigoual, cette année 2012 s’est avérée particulièrement fructueuse avec 12 mâles chanteurs entendus et un individu vu au trou en juillet sur un site négatif au chant, soit 13 sites accueillant l’espèce. C’est la première année que de tels résultats sont obtenus sur ce massif. Hors zone cœur du parc des Cévennes (données collectif ALEPE) : La zone Aubrac n’a rien donné malgré huit prospections, les autres données correspondent à des prospections aléatoires en Margeride (cinq chanteurs sur trois sites) et sur le causse de Sauveterre (un chanteur), pas de suivi réel. Soit au total, six mâles chanteurs.


Conclusions 2012 marque la deuxième tentative de coordination du suivi « Petites chouettes de montagne » à l’échelle de cette bordure sud-est Massif central. Bien que n’étant pas encore entré dans une routine, le réseau commence à fonctionner de façon satisfaisante. Certaines régions ne sont pas encore couvertes de façon systématique par manque de disponibilité d’observateurs ; nous espérons que des résultats comme ceux de cette année contribueront à susciter de nouvelles « vocations » sur le terrain ! Au vu des résultats, il semble que 2012 constitue une année exceptionnelle pour la reproduction de la Tengmalm, au moins en terme de mâles chanteurs, sur l’ensemble cévenol (au sens large), avec 66 sites occupés. La bonne faînée des hêtres nous semble constituer la principale explication (bonne persistance hivernale des populations de mulots et campagnols roussâtres, perçue lors des sorties). La réussite des nichées n’a pas été réellement évaluée mais semble être en retrait de ce début de saison très prometteur. La prospection des loges à l’automne nous apportera probablement quelques informations complémentaires. La pression d’observation reste assez forte et à peu près constante depuis plusieurs années. Il convient toutefois de signaler ici que le faible enneigement de cet hiver a permis des prospections assez fines, y compris dans des secteurs quasi inaccessibles lors d’hivers plus « classiques ». La pression d’écoute, puis de suivi des couples, reste encore hétérogène selon les secteurs pour tirer des conclusions réelles, en terme de comparaison entre les différents massifs mais permet tout de même de dégager une vue d’ensemble à l’échelle de cette zone géographique, d’année en année En bref, 2012 marque clairement l’installation d’une population

pérenne et conséquente de chouette de Tengmalm sur la bordure cévenole du Massif central (en particulier sur les zones d’altitude : monts Aigoual et Lozère. La présence de l’espèce sur les causses se confirme posant la question des sites de nidifications possibles… Pour ce qui concerne la chevêchette d’Europe, les prospections n’ont pas permis de contacter l’espèce sur la zone, malgré sa progression 2011 dans les départements voisins du Massif central. Nous l’attendons donc de pied ferme, en 2013 !

coordination : Jean Seon (Parc national des Cévennes) et François Legendre (ALEPE) jean.seon@cevennes-parcnational.fr, jean. seon@wanadoo.fr et fl1973@yahoo.fr Observateurs : S. Agnezy (Alepe), Amoros (3), G. Anglio (PNC), R. Barraud (PNC), N. Bertrand (PNC), Y. Bruc (PNC), N. Bruce (PNC), J.-C. Catusse (ONF), P. Cauchois (PNC), G. Costes (PNC), C. Darenne (PNC), P.A. David (PNC), R. Descamps (PNC), B. Descaves (PNC), S .Descaves (PNC), R. Destre (Alepe), F. Dupré (Alepe),J.-M. Fabre (PNC), A. Feltgen (Alepe), S. Forge, B. Gaillard (PNC), G. Garde, C. Giral (PNC), C. Gonella (Alepe), R. Guntz (ONF), N. Jerantowski, G. Karczewski (PNC), A. Lacroix (ONF), G. Lavandier (ONF), Lavigne (CG30), F. Ledru, F. Legendre (Alepe), F. Livet, P. Lucas, L. Maire, I. Malafosse (PNC), J.-P. Malafosse (PNC), J. Marie (PNC), P. Martin (PNC), P. Marty, F. Mellet, M. Monot, P. Muller, J.-L. Pinna, J.-P. Plazza, V. Quillard (PNC), B. Ricau (PNC), A. Rival (PNC), C. Rousset (PNC), F. Sané (Alepe), J. Séon (PNC), T. Séon, F. Séris, Soustelle (CG30), E. Sulmont (PNC), G. Toreilles, B. Tranchand (Alepe).

dont 36 au printemps. L’altitude varie entre 900 et 1 780 mètres. La reproduction est certaine sur trois sites et au moins huit jeunes se sont envolés. La recherche de nouvelles localités se poursuit et, cette année, ce sont 22 nouveaux sites qui sont découverts dont 12 au printemps, ce qui donne un total de 145 sur le département dont 101 au printemps. La répartition de l’espèce progresse toujours, mais de nombreux secteurs potentiellement favorables restent à prospecter. Sur la même période, 99 données concernant la chouette de Tengmalm ont pu être collectées totalisant 71 contacts sur 50 localités. La reproduction est certaine sur trois sites avec au moins deux jeunes à l’envol. Ce sont des prospections pour la ZPS du roc d’Enfer, du PNR des Bauges et sur d’autres sites souvent non connus qui ont permis ces bons résultats. La progression de la répartition de l’espèce sur le département se poursuit et atteint aujourd’hui 158 localités dont 124 occupées au printemps. A noter la présence de deux loges distantes de 1 800 mètres occupées en même temps dans la commune d’Allèves.

coordination : Pascal Charrière (LPO Haute-Savoie)

charriere.p@neuf.fr Observateurs : X. Birod-Colomb, D. Rey, P. Charriere, N. Moron, D. Maricau, G. Garcel, A. Lathuile, C. Rochaix, S. Nabais, M.Maire, B. Sonnerat, A. Delestrade, F. Bultel, J. Bondaz, R.Adam, J.-J. Beley, W. Blois, N. Hillier, P. Coutelier, J.-F. Desmet, M. Chevallay, J.-P. Matérac, S. Delépine, M. Isselé.

Savoie (73)

Massif alpin Haute-Savoie (74) Sur la période concernée, les 169 sorties de prospections réalisées ont permis 111 contacts avec la chevêchette d’Europe sur 59 sites

Pour la période concernée par cette synthèse, l’étude sur les petites chouettes de montagne menée par la LPO Savoie pour le parc naturel régional des Bauges au printemps a permis de récolter de nombreuses informations sur

LPO Mission Rapaces - n°9 & 10 - juin 2013

page 5

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne


la chouette de Tengmalm au sein du massif sur des secteurs peu connus jusqu’à maintenant. D’après l’ONF, l’activité vocale semblait plus calme que les années précédentes sur le massif de la Chartreuse alors que les Bilan du suivi en Savoie Massif

Chouette de Tengmalm

Chevêchette d’Europe

Bauges

9

7

Belledonne

1

5

Tarentaise

5

7

Maurienne

3 (Lauzière) +4

4

Beaufortin

2

2

Chartreuse / Epine

3

7/8

TOTAL

27

32/33

Bauges ont permis de recenser neuf mâles chanteurs. La détection de sept chanteurs en Maurienne et Lauzière et de cinq chanteurs en Tarentaise confirme une bonne implantation de l’espèce sur ces massifs. De nombreuses localités restent à découvrir, notamment en dehors du parc national ou sur ses marges. La détection de deux mâles chanteurs dans le Beaufortin vient confirmer l’implantation de l’espèce sur ce massif où les mentions étaient jusqu’alors peu nombreuses et irrégulières. Le massif de Belledonne, très peu prospecté, n’apporte qu’un seul mâle chanteur. Les altitudes extrêmes sont très étalées, notamment du fait des contextes très contrastés entre les massifs plutôt thermophiles de la Maurienne où l’espèce monte jusqu’à près de 2 100 mètres (zone de combat) et les massifs « frais » de la Chartreuse ou des Bauges où les premières Tengmalm chantent à partir de 900-950 mètres. Aucune reproduction n’a été suivie et la forte pression d’observation ne permet pas de juger l’intensité de l’activité vocale. La mise en commun des connaissances (LPO, ONF, PNV) a permis de mettre en évidence la présence de 30 à 31 mâles chanteurs ou couples de chevêchette d’Europe sur la période 2011-2012. Cela constitue l’estimation la plus importante depuis le début de cette enquête. Ce constat est très

page 6

encourageant mais doit cependant être relativisé du fait de prospections plus importantes et d’une meilleure circulation des informations.

au massif de Belledonne où les connaissances font cruellement défaut.

coordination : Jérémie Hahn

Le massif de la Chartreuse (+ Epine) a fourni à lui tout seul sept ou huit mâles chanteurs (dont deux sur l’Epine) ce qui est plus que la Tarentaise (cinq chanteurs) pourtant plus étendue. Le massif des Bauges a également abrité sept mâles chanteurs ou couples ce qui correspond a une année normale sur ce massif maintenant assez bien connu. La Maurienne apporte seulement quatre mâles chanteurs alors que le massif est très favorable à l’espèce. Cela peut toutefois s’expliquer par des prospections moins importantes. Le massif de Belledonne, dont le versant occidental a été parcouru par l’ONF apporte cinq mâles chanteurs, ce qui est plutôt encourageant. Aucune nidification n’a été suivie mais l’activité vocale sur les massifs les mieux connus (Bauges, Chartreuse) semble cohérente avec les années précédentes si l’on tient compte de l’augmentation de la pression d’observation.

jeremie_hahn@yahoo.fr Observateurs : B. Chomel, C. Druesne, S. Dalla-Costa, J. Lornage, E. Posak, B. Maréchal, JC.Delattre, P. Durlet, J. Frachon, D. Bogey, Y. Jorand, J.-N. Avriller, J. Hahn, A. Roumet, F. Arod, O. Sousbie, personnel ONF agence Savoie et réseau avifaune, agents du parc national de la Vanoise.

Isère (38) Le groupe de passionnés constitué au printemps 2011 a continué et amplifié ses prospections sur le département de l’Isère pour la saison 2011/2012. La saisie des données en ligne sur Faune-Isère (affilié au réseau VisioNature) a eu un effet très dynamique sur les prospections des deux espèces puisqu’on a pu relever cette dernière saison 214 données de chevêchette d’Europe (sur 520 sorties) et 118 de chouette de Tengmalm (sur 267 sorties), ce qui représente une augmentation très sensible. Les prospections se soldent par une réussite évoluant entre 40 et 45 %. Les agents ONF ont, pour leur part surtout fourni des données sur les massifs de Chartreuse et Belledonne (41 données de chevêchette d’Europe et 14 de chouette de Tengmalm). Une grosse partie de ces données sont issues des massifs qui cernent l’agglomération grenobloise et donc faciles d’accès : Chartreuse, Vercors nord et Belledonne. Toutefois, le sud du département (Trièves, Oisans,

Synthèse De manière générale, la période couverte par cette synthèse est caractérisée par une hausse significative de l’effort de prospection. Cela est dû à plusieurs facteurs combinés : une étude « petites chouettes » menée par les LPO Savoie et Haute-Savoie sur le massif des Bauges pour le Parc naturel régional, la convention d’échange de données passée avec le parc national de la Vanoise et une meilleure circulation des données initiée par l’ONF qui permet de réaliser une synthèse « à deux Nombre de territoires par massif (Isère) voix ». Les effectifs importants Massif Chevêchette Chouette de traduisent donc surtout un effort d’Europe Tengmalm de prospection plus important. Chartreuse nord 6 7 Fin 2012, une réunion avec Chartreuse centre 6 l’ONF, la LPO Isère et le parc 15 naturel régional de Chartreuse Chartreuse sud 16 a permis de faire le point sur Belledonne nord 15 7 les connaissances de chacun, Belledonne sud 15 les stratégies de prospection Vercors nord 10 7 employées et les lacunes de la Vercors centre 6 5 frange interdépartementale (Chartreuse, Belledonne, Vercors sud 7 6 Maurienne). Un secteur test a été Grandes Rousses – 2 1 choisi en Chartreuse pour orienter Taillefer – Oisans les prospections. Cette opération Trièves 2 1 pourra ensuite être transposée

Tengmalm et chevêchette n°9 & 10 - juin 2013 - LPO Mission Rapaces

Total territoires

85

49


Grandes Rousses) commence à fournir quelques données. Nos prospections futures devraient se porter sur ces massifs ainsi que sur les territoires proches des départements limitrophes que sont la Savoie et la Drôme. Les données altitudinales donnent une moyenne de 1 350 mètres pour la chevêchette et 1 300 mètres pour la chouette de Tengmalm. Pour cette deuxième année d’étude, nous sommes toujours dans une perspective d’amélioration de nos connaissances sur la répartition et la densité des deux espèces sur tous les secteurs montagneux de l’Isère sans recherches particulières des nids (un nid de Tengmalm et quatre de chevêchettes suivis).

coordination : Yvan Orecchioni (ONF) et Alain Provost (LPO Isère)

yvan.orecchioni@onf.fr alpro38@orange.fr Compilation des données recueillies entre le 16 août 2011 et le 15 août 2012 ; données ONF et LPO. Observateurs : N. Biron, A. Callec, F. Chevalier, H. Coffre, J.-M. Coynel, T. Cugnod, S. De Danielli, J. Deschâtres, D. Froideveaux, F. Frossard, M. et L. Ham, M. Jouvel, G. Le Duc, S. Maury, C. Morvan,Y. Perrie, J. Prévot, A. Provost, F. Renaud, S. Risser, P. Schmitt, D. Simonin, D. Thonon, L. Tassan, A.-M. Trahin, G. Trochard, E. et B. Veillet, M. Viguie. Personnel ONF: A. Barnave, P. Boquerat, M. Berger, H. Glerean, P. Lambert, G. Remillier, A. Morel, T. Orecchioni, P Pola, F. Mandron, Y. Orecchioni.

Vercors (26) Le suivi a été effectué dans la Réserve biologique intégrale de St-Agnan en Vercors (26) et les milieux contigus de la Réserve naturelle des hauts plateaux du Vercors. Cette prospection de 2012 a mis en évidence la stabilité voire une augmentation des effectifs de chevêchette d’Europe : neuf territoires

occupés par un mâle dont cinq précise. La coordination des avec couples reproducteurs pontes, leur avance d’un mois par ont été suivis en 2012. Trois rapport aux dates moyennes des nidifications ont été suivies en saisons précédentes, l’importance détail : les pontes ont débuté les des pontes et le nombre de juv. à 18, 18 et 19 mars (trois territoires l’envol, sont tout à fait notoires et contigus, pontes aux mêmes dates sûrement une réponse concrète à à remarquer), avec des éclosions une abondance de nourriture... les 2, 3 et 5 mai et des dates d¹envol comprises entre le 1er et coordination : Gilles le 7 juin (soit un mois d’avance Trochard sur les moyennes des trois saisons gilles.trochard@wanadoo.fr précédentes). Les nichées ont Observateurs : G. Trochard, H. Chirouze une réussite exceptionnelle : (ONF). deux fois sept jeunes (dont huit juv. visionnés au logoscope Alpes du Sud : Alpes-deà cinq jours) et une fois huit Haute-Provence (04) et jeunes (dont neuf juv. visionnés Hautes-Alpes (05) à cinq jours) à l’envol. Deux autres nichées volantes ont été Le nombre total de sites où la découvertes durant les derniers chevêchette d’Europe a été jours de juin. Cinq adultes (trois contactée depuis les années 1980 mâles et deux femelles) ont été s’élève à 90 dans les Alpes du Sud capturés et suivis par télémétrie (Hautes-Alpes et Alpes-de-Haute(trois territoires contigus). Provence). Au cours de la saison Deux nids de chouette de 2011-2012, l’espèce a été relevée Tengmalm ont été découverts dans 36 sites, dont 16 nouveaux. dans la même zone (dont une Les prospections de l’automne nichée non dénombrée à l’envol le 2011 (de septembre à décembre) 15/05 à 150 mètres d’une nichée ont donné des résultats positifs de chevêchette avec huit juv. à dans 21 sites, celles du printemps l’envol). 2012 (de janvier à août) dans 18 2012 a été une année de sites : voir tableau récapitulatif en reproduction remarquable, page précédente. sûrement due à l’abondance Dans les Alpes-de-Hautedes campagnols (roussâtres Provence, l’espèce n’est notée principalement), sans évaluation Bilan des prospections chevêchette d’Europe en 2011-12 Départements et districts naturels (Hautes-Alpes) Alpes-de-HauteProvence

Nombre de sites connus

Nombre de sites dont contacts dont contacts avec contacts en à l’automne au printemps 2011-12 2011 2012

13

3

3

3

77 (+9)

32 (dont 5 repro)

18

18 (dont 5 repro)

2

1

1

0

25 (+3)

8 (dont 1 repro)

4

5 (dont 1 repro)

Champsaur-Valgaud.

7

3 (dont 1 repro)

3

2 (dont 1 repro)

Dévoluy

1

0

0

0

Embrunais

15 (+2)

6 (dont 2 repro)

2

4 (dont 2 repro)

Gapençais

2

1

1

1

Guillestrois

11 (+1)

5

3

2

Queyras

14 (+3)

8 (dont 1 repro)

4

4 (dont 1 repro)

Total Alpes du Sud

90 (+9)

35 (dont 5 repro)

21

18 (dont 5 repro)

Hautes-Alpes Bochaine Briançonnais

LPO Mission Rapaces - n°9 & 10 - juin 2013

page 7

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne


que dans trois sites à l’automne 2011 : coordination : Philippe communes de Colmars, St-André-lesAlpes et Seynes. Pas d’observation Gillot au printemps 2012 (manque de phgillot@wanadoo.fr prospection). Observateurs : C. Albert (2), R. Balestra (3), C. Dans les Hautes-Alpes, 32 sites Bertini (2), P. Bonneau (3), M. Bouche (2), D. ont été prospectés, dont 18 sites à Brugot (3), R. Brugot (3), R. Chevalier (2), A. l’automne 2011 (dont sept nouveaux Clamens (3), M. Corail (1-2), V. Corail (1), D. sites : trois dans le Briançonnais, un Bilan des prospections chouette de Tengmalm en 2011-12 dans le ChampsaurDépartements et Nombre Nombre de sites dont contacts dont contacts Valgaudemar, deux districts naturels de sites avec contacts en à l’automne au printemps dans l’Embrunais, (Hautes-Alpes) connus 2011-12 2011 2012 et un dans le Alpes-deQueyras) et 18 sites Haute1 1 1 0 au printemps 2012 Provence (dont neuf nouveaux 115 30 (dont 1 24 (dont 1 Hautes-Alpes 7 sites : trois dans le (+10) repro) repro) Briançonnais, deux Bochaine 1 0 0 0 dans l’Embrunais, un Briançonnais 29 (+5) 9 2 8 dans le Guillestrois, Champsauret trois dans le 24 (+2) 7 0 7 Valgaud Queyras). La reproduction est Dévoluy 7 1 1 0 constatée dans cinq Embrunais 12 1 1 0 sites (10 jeunes au Gapençais 4 0 0 0 total) : un dans le 5 (dont 1 Briançonnais (trois Guillestrois 15 (+1) 8 3 repro) jeunes), un dans Laragnais 1 0 0 0 le ChampsaurQueyras 22 (+2) 4 0 4 Valgaudemar (deux jeunes), deux dans Total Alpes 116 31 (dont 1 24 (dont 1 8 du Sud (+10) repro) repro) l’Embrunais (quatre jeunes) et un dans le Combrisson (2), M. Coulon (2), C. Couloumy Queyras (un jeune). Le nombre total de sites où la chouette de Tengmalm a été notée depuis les années 1980 s’élève à 116. Au cours de la saison 2011-2012, l’espèce a été relevée dans 31 sites. Les prospections d’automne ont donné des résultats positifs dans huit sites (tous déjà connus), celles de printemps dans 24 sites (dont 10 nouveaux sites) : voir tableau récapitulatif ci-dessus. Une seule donnée (à l’automne 2011) dans les Alpes-de-Haute-Provence (Thorame-Haute). Dans les Hautes-Alpes, la chouette de Tengmalm a été contactée dans 30 sites au cours de la saison 2011-2012. Dix nouveaux sites ont été découverts au printemps 2012 (cinq dans le Briançonnais, deux dans le ChampsaurValgaudemar, un dans le Guillestrois et deux dans le Queyras). Une seule reproduction recensée, à Champcella dans le Guillestrois (trois jeunes).

page 8

(2), S. Coussoulet (3), B. Delenatte (2), E. Ducos (3), G. Dumont (3), S. Durix (2), V. Fine (3), M. Francou (2), M. Gillot (1), P. Gillot (1), G. Guidetti (2), A. Granat (3), N. Heitz (1), A. Hugues (3), S. Jendoubi (2), P. Labbé (2), O. Lefrançois (2), G. Lloret (3), T. Maillet (2), C. Mauroy (3), S. Merle (3), M.-G. Nicolas (2), P. Poiré (3), P. Potey (3), C. Rémy (1), P. Rigaux

Vallées

Nb de sites prospectés

(3), S. Risser (3), L. Roudet (2), P. Saulay (2), J.-P. Telmon (2), J. Traversier (3), H. Varreau (2), D. Vincent (2), A. Vivat (3). (1) = CRAVE, (2) = Parc national des Ecrins, (3) = LPO

Note complémentaire concernant quelques observations 2012 provenant de la base de données du Parc national des Ecrins (partie comprise dans le département de l’Isère, région RhôneAlpes) : - chevêchette d’Europe : une observation dans le Valbonnais (Entraigues) ; - chouette de Tengmalm : deux observations en Oisans (Ornon, Villard-Reymond), et six observations dans le Valbonnais (Chantelouve, Entraigues, La Morte, Le Perrier). Parc national du Mercantour : Alpes-de-Haute-Provence (04) et Alpes-Maritimes (06) 2012 aura été pour le parc national l’année d’une relance des inventaires des petites chouettes de montagne basée sur une réactualisation des données et d’une meilleure connaissance de la répartition des ces espèces dans les zones d’exploitation forestière en révision d’aménagement. Le protocole (repasse le long d’itinéraires prédéfinis) s’est déroulé de février à mai sur cinq des six vallées du parc national. 35 sites ont été parcourus totalisant 115 points d’écoute. Si l’on ajoute les données de C. Robion (AMM), les résultats sur l’espace parc sont les suivants : 27 territoires occupés de chevêchette d’Europe et 18 de

Nb de points Nb de contacts Nb de contacts d’écoute PNM de chevêchette Tengmalm

Alarmes passereaux

Alpes maritimes Roya

5 (ZC)

34

7

2

7

Haute Tinee

7 (ZC + ZA)

10

3

3

0

Moyenne Tinee

4 (ZC + ZA)

15

4

1

0

0

0

0

0

0

28

5 (+2 AMM)

3 (+ 2 AMM)

13

6

3

Vesubie Var-Cians

5 (ZA)

Alpes de Haute-Provence Verdon

11 ? (ZA + ZI*)

17

3

Ubaye

3 (ZA)

11

3

1

1

TOTAL

35

115

27

18

24

ZC : coeur de parc ; ZA : communes d’adhésion ; ZI : communes hors parc ; AMM : accompagnateur en moyenne montagne

Tengmalm et chevêchette n°9 & 10 - juin 2013 - LPO Mission Rapaces


chouette de Tengmalm (chant spontané ou réponse à la repasse) confirmant la présence des deux petites chouettes de montagne sur l’ensemble du parc. Soit pour la chevêchette, 21 territoires dans les AlpesMaritimes et six dans les Alpesde-Haute-Provence et pour la Tengmalm, 11 territoires dans les Alpes-Maritimes et sept dans les Alpes-de-Haute-Provence. Dans la haute vallée du Var et du Cians (06), les reproductions d’un couple de chouette de Tengmalm (3j) et de deux couples de chevêchette (au moins cinq jeunes à l’envol) ont été suivies.

coordination : Daniel Demontoux (Parc national du Mercantour) daniel.demontoux@mercantourparcnational.fr

Observateurs : M. Bensa, F. Berthollet, X. Bonnet, F. Breton, H. Brosius, J. Charron, S. Claudon, S. Combeaud, D. Demontoux, J.-L. Dunand, P. Ferry, L.Gaillard, C. Girardon, C. Gorgerat, D. Jacquemin, L. Klein, O. Laurent, A. Liborio, L.Lubet, J.-P. Mandine, L.Martin-Dhermont, J.-L Michel, M. Panneton, E. Pollet, C. Robion, L. Zimmermann.

Aude Aucune prospection n’a eu lieu au cours de la saison 2011/2012.

coordination : Christian Riols(LPO Aude) Christian.riols-loyrette@orange.fr

Ariège

Pyrénées Pyrénées-Atlantiques Seuls deux chanteurs de chouette de Tengmalm ont été entendus en limite des vallées d’Aspe et de Baretous au cours du mois de mai par des agents de l’ONCFS.

coordination : JeanClaude Auria (ONF)

Trois chanteurs de chouette de Tengmalm ont été entendus au mois de mars.

coordination : Boris Baillat(Ariège Nature) boris.b@ariegenature.fr Observateurs : P. Cuxac, V. Lacaze.

jean-claude.auria@onf.fr

Bilan national du suivi et de la surveillance 2011 / 2012 des petites chouettes de montagne Chouette de Tengmalm Massif (départements) Ardennes

Nombre de chanteurs ou de couples ou de nidifications

Nombre de nids contrôlés ou de familles observées

1

0

Chevêchette d’Europe Nombre de chanteurs ou de couples ou de nidifications

Nombre de nids contrôlés ou de familles observées

5

1

(12) 11

3

Vosges moyennes (57 et 67)

12

4

11

1 et 1 familles

Hautes-Vosges (68 et 88)

22

2 et 2 familles

18

6 et 1 familles

112

0

53

1

Jura (Ain)

0

0

4

1

Bourgogne

2

1

Massifs forestiers de Loire (42)

2

0 0

0

Vosges du Nord (57 et 67)

Jura (Franche-Comté)

3

2

11-12

4

Gard (30) et Lozère (48)

64

12

Haute-Savoie (74)

50

3

(23) 36

3

Savoie (73)

27

0

33

0

Isère (38)

49

1

85

4

Montagne limousine (87) Chaîne des Puys (63)

2

2

9

5

(8) 24

1

(21) 18

5

11

1

21

2

Pyrénées-Atlantiques (64)

2

0

Aude (11)

0

0

Ariège (09)

3

/

402/403

34 nids et 2 familles

299

31 nids et 2 familles

Vercors (26) Alpes du Sud (04 et 05) Parc national du Mercantour (04 et 06)

TOTAL 2011 / 2012

LPO Mission Rapaces - n°9 & 10 - juin 2013

page 9

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne


Bibliographie Bibliographie des publications récentes (*) (*) suite des bibliographies précédentes (articles et ouvrages publiés à partir de 2007) : voir les bulletins 1 & 2 de 2008, 3 & 4 de 2009, 5 & 6 de 2010 et 7& 8 de 2011. Chevêchette d’Europe 2011 MULLER Y., 2011. – Statut de la Chevêchette d’Europe Glaucidium passerinum dans le massif vosgien au début du XXIe siècle. Ciconia, 35 : 96110. SCHMIDT A. & PACENOVSKY S., 2011. – The breeding of Pygmy Owl (Glaucidium passerinum) on the GömörTornai Karst. Aquila, 118 : 87-96. 2012 BERAUDO P., CAULA B. & PETTAVINO M., 2012. – La civetta nana, Glaucidium passerinum, nelle valli della provincia di Cuneo (Alpi sudoccidentali). Riv. ital. Orn., 80 : 73-78. HENRIOUX P. et le GERNOV, 2012.- Etude d’une population de Chouette chevêchette dans l’ouest du Jura. Synthèse après 17 années de recherches. Groupe d’étude sur les rapaces nocturnes de l’ouest vaudois, Payerne, rapport 6 p. RENAUD F. & SIMONIN D., 2012.Chevêchette, petite chouette des montagnes. Mokkö Editions, 168 p. ROBION C., 2012. – Petites chouettes : 10 années de suivi dans une vallée du Mercantour. Rapaces de France – l’Oiseau magazine, HS N° 14 : 51. WIESNER J., 2012.- Lassen sich beim Sperlingskauz Männchen und Weibchen anhand von Federfunden sicher bestimmen. Eulen Rundblick 62 : 32.

page 10

Analyses bibliographiques Chouette de Tengmalm 2012 ELDEGARD K. & G. A. SONERUD, 2012.- Sex roles during post-fledging care in birds: female Tengmalm’s Owls contribute little to food provisioning. Journal of Ornithology, 153 : 385-398. GERBER A., BASSIN A., GERTSCH P.A., GIGON M., KAMMERMANN A., 2012.- Chouette de Tengmalm dans le Jura bernois : Rapport pour 2012, 17e saison d’étude, 7 p. HENRIOUX P. et le GERNOV, 2012.- Etude d’une population de Chouette de Tengmalm dans l’ouest du Jura. Synthèse après 27 années de recherches. Groupe d’étude sur les rapaces nocturnes de l’ouest vaudois, Payerne, rapport 8 p. KORPIMÄKI F. & HAKKARAINEN H., 2012.- The Boreal Owl. Ecology, Behaviour and Conservation of a forest-dwelling predator. Cambridge University Press, Cambridge, UK, XIV+359 p. RAVUSSIN P.-A., TROLLIET D., MÉTRAUX V., LONGCHAMP L., DAENZER C. et ROCH J., 2012. Saison 2012 chez la Chouette de Tengmalm. Bilan de 28 années de suivi. Groupe ornithologique de Baulmes et environs (GOBE), Baulmes, rapport 5 p. Les rapports du GOBE sont disponibles à l’adresse suivante : http://www.chouette-gobe.ch/php/ rapports.php SCHWERDTFEGER O., 2012.- Von Rekruten, Migranten und fitten Räuzen – Die Bedeutung von Rekrutierung, Wanderung und Fitness in einer Population des Rauhfusskauzes. Eulen Rundblick 62 : 22.

par Yves Muller yves.muller@lpo.fr

Tengmalm et chevêchette n°9 & 10 - juin 2013 - LPO Mission Rapaces

The Boreal Owl. Ecology, Behaviour and Conservation of a forest-dwelling predator Korpimäki F. et Hakkarainen H., 2012, Cambridge University Press, Cambridge, UK, XIV+359 p. (60£) Une synthèse de Korpimäki sur la chouette de Tengmalm, lui qui totalise une centaine de publications sur le sujet dans les plus grandes revues, était très attendue. Et de fait, il n’y a guère d’étude de population à long terme (> 30 ans) plus intensive et approfondie, basée sur la disposition de centaines de nichoirs (avec les mésanges d’Oxford). Certes il s’agit surtout d’une zone d’étude en Finlande, mais les principaux résultats de celles effectuées ailleurs, de la Scandinavie à la Suisse et même à l’Alaska, sont aussi mentionnés. Tous les aspects de la biologie et surtout de l’écologie de l’espèce sont développés en profondeur avec sous chapitres explicites qui posent des questions scientifiques précises que les résultats permettent d’illustrer et de discuter en reprenant toutes les théories émises dans la littérature sur le sujet. Les expérimentations rigoureuses abondent aussi (sur les nichées, proies, exposition aux prédateurs, etc.) de même que les courbes et tableaux qui illustrent les évolutions mesurées. Parmi les problématiques abordées, et qui reviennent souvent, figurent l’importance et les multiples effets de la pression de prédation (risque ou crainte des prédateurs plus que la mortalité effective qu’ils provoquent), ainsi que de la compétition intra ou interspécifique, sur beaucoup d’aspects du comportement, du régime alimentaire, de la reproduction, du choix des milieux de chasse ou des sites de nids, des densités estivales ou hivernales, de la dispersion et des mouvements ou de la dynamique des populations et leurs réponses


aux cycles d’abondance des petits rongeurs. La conservation enfin n’est pas oubliée avec la diminution régulière des populations due au remplacement des forêts naturelles par une sylviculture intensive. C’est d’ailleurs une des rares espèces sur laquelle a pu être montré très précisément pourquoi et comment les boisements subnaturels , et mieux encore primaires, représentent des milieux beaucoup plus favorables (pour la chasse, les densités de nicheurs, les interactions entre espèces, le succès de reproduction, les taux de survie, etc.) que leurs homologues exploités, surtout par la foresterie actuelle. Ce livre est un exemple parfait de synthèse de recherches modernes et intensives menées sur et autour de la dynamique d’une espèce qui permet d’illustrer des questions passionnantes d’écologie générale et de montrer à quel point l’adaptation des oiseaux à leur milieu peut être subtile et complexe. Owls Taylor M., 2012, Bloomsbury, Londres, 224 p. (25£) A son format et à l’abondance des photos, on pourrait penser qu’il s’agit seulement d’un « coffee table book » de plus. Pourtant on s’aperçoit rapidement que le texte est très fourni, bien documenté, même si l’auteure n’est nullement une spécialiste. C’est au total une bonne présentation des rapaces nocturnes, d’abord de leurs caractéristiques anatomiques, comportementales, écologiques et de leur classification, puis dans les deux derniers tiers les monographies de 41 espèces représentatives de la diversité de ce groupe à travers le monde. Les ouvrages sur les chouettes et hiboux ne manquent pas, des

plus simples aux plus développés, mais celui-ci constitue une base sérieuse de connaissances générales, un tableau assez complet de l’avifaune mondiale (même déséquilibré en faveur de l’hémisphère Nord) et une galerie de portraits remarquables, le tout très accessible à n’importe qui.

surtout la seule aussi complète en français.

par Jean-Marc Thiollay LPO Mission Rapaces jm.thiollay@wanadoo.fr

Sensibilisation

Les Rapaces d’Europe diurnes et nocturnes

Site web

Géroudet P., 2014, Delachaux et Niestlé, Paris, 496 p. (56 euros) C’est une réédition de la septième édition datant de 2000 de ce grand classique de l’ornithologie francophone, qui avait été très largement augmentée par M. Cuisin dont les compléments dépassaient parfois en longueur le texte original de P. Géroudet. Même les planches en couleur et les photos en noir originales ont été conservées (pour leur valeur historique ?). Bien sûr, les connaissances sur les rapaces d’Europe ont beaucoup progressé depuis, mais cette synthèse n’en demeure pas moins une base solide, agréable à lire et

http://rapaces.lpo.fr/chevechette-tengmalm Pensez à l’utiliser ! C’est un moyen pratique pour partager et échanger vos connaissances et découvertes. Il vous suffit de demander un accès sécurisé auprès de la Mission rapaces de la LPO (fabienne.david@lpo.fr ou 01.53.58.58.38).

Cahier technique Le document est disponible en version papier auprès de la Mission rapaces (rapaces@lpo.fr) de la LPO. Il est aussi téléchargeable sur le site web à la rubrique « Sensibilisation ».

par la LPO Mission rapaces

Chevêchette à l’affût - Photo : D. Simonin © Mâle de chevêchette tenant une proie - Photo : Y. Muller © LPO Mission Rapaces - n°9 & 10 - juin 2013

page 11

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne


Actualités des réseaux Première rencontre nationale du réseau « Petites chouettes de montagne » Grâce à la mise en place, dès 2009, d’un réseau national LPO / ONF sur les « Petites chouettes de montagne » et de la mobilisation de nombreux observateurs, les connaissances sur la répartition, l’habitat et l’écologie de la chevêchette d’Europe et de la chouette de Tengmalm se sont considérablement améliorées en France. La LPO et l’ONF ont donc décidé d’organiser cette année la première rencontre de ce réseau. Elle se tiendra du 8 au 10 novembre 2013, à Sarrebourg en Moselle, en bordure du massif vosgien. Cette rencontre sera l’occasion pour les naturalistes et forestiers de se réunir, d’échanger sur les connaissances acquises dans les différents secteurs d’études, de confronter les expériences, les inquiétudes, les idées… Un moment de rencontres et d’échanges à ne pas manquer. La journée de samedi sera consacrée à des interventions en salle tandis qu’une sortie sur le terrain pourrait être organisée le dimanche matin. Nous vous invitons dès à présent à nous faire part de vos propositions de communication et à vous inscrire à cette première rencontre. Nous espérons vous y voir nombreux. A bientôt le plaisir de vous accueillir à Sarrebourg !

La LPO Mission rapaces et le réseau avifaune de l’ONF

Infos pratiques : -Propositions de communication à envoyer à Yves Muller (yves. muller@lpo.fr) et Sébastien Laguet (sebastien.laguet@onf.fr) avant le 15 septembre 2013. -Inscriptions à retourner accompagnées du paiement à Yves Muller (LPO Alsace) avant le 15 octobre 2013. -Programme de la rencontre disponible à partir du 15 septembre 2013 -Retrouvez toutes les infos pratiques (lieu, hébergements, restauration, tarifs...) sur le dépliant disponible auprès de la Mission rapaces ou téléchargeable sur le site web : http://rapaces.lpo.fr/ chevechette-tengmalm

colloque international sur le balbuzard pêcheur Le second plan national d’action en faveur du balbuzard pêcheur a pris officiellement fin en 2012. A l’heure du bilan, le Muséum des sciences naturelles d’Orléans et la LPO Mission rapaces, avec l’aide de l’ensemble des acteurs du PNA balbuzard pêcheur, organisent un colloque international les 27 et 28 septembre 2013 à Orléans. L’enjeu est non seulement de faire la synthèse des connaissances acquises et de les faire partager au plus grand nombre, mais également de préparer la mobilisation des années à venir. La participation des spécialistes européens est assurée grâce à la participation du Conseil de l’Europe, du Ministère de l’Ecologie, de l’ONF, de RTE et des collectivités locales. Les résultats des programmes de conservation et des études scientifiques en France (dynamique en Corse et sur le continent, gestion forestière, aires artificielles, écotoxicologie, régime alimentaire, etc.) laisseront place aux exposés des programmes européens :

réintroductions en Italie, Espagne, Angleterre ; suivi satellitaires et dynamique de population en Ecosse, Finlande, Allemagne, etc. Nous vous attendons nombreux au Muséum d’Orléans, pour (re) découvrir l’aigle pêcheur, sa conservation en France et la mobilisation dont il fait l’objet en Europe. Toutes les informations sur http://rapaces.lpo.fr/balbuzard/

par la LPO Mission rapaces

Birdfair Après le succès du festival Birdfair 2012, la 2e édition de ce festival de l’oiseau et du tourisme de nature vous est proposée du 20 au 22 septembre 2013 à Paimboeuf en Loire-Atlantique. Retrouvez toutes les informations pratiques ainsi que la programmation sur le site internet : http://www.birdfair.fr/

par la LPO

Appel à textes et illustrations Ce bulletin d’information Tengmalm et chevêchette est le vôtre ! Pensez à nous transmettre vos témoignages, anecdotes, articles, suggestions pour enrichir les prochains numéros. Vos photos et dessins sont églament les bienvenus. Envoyez-les nous dès à présent (Fabienne David, LPO Mission Rapaces, 62 rue Bargue, 75015 Paris, fabienne. david@lpo.fr). Par avance merci !

par la LPO Mission Rapaces

page 12

Tengmalm et chevêchette n°9 & 10 - juin 2013 - LPO Mission Rapaces

Chevêchette et Tengmalm Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne (disponible sur http:// rapaces.lpo.fr/chevechettetengmalm)

LPO © 2013 Réalisation : - LPO Mission Rapaces 62 rue Bargue, 75015 Paris rapaces@lpo.fr Conception et réalisation : Fabienne David Comité de rédaction : Fabienne David, Pascal Denis, Sébastien Laguet et Yves Muller. Relecture : comité de rédaction et Danièle Monier. D’après une maquette de la tomate bleue

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne

Bulletin Tengmalm et Chevechette n° 9-10  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you