Page 1

Suivi ère 1 preuve de reproduction dans les Vosges moyennes Tengmalm en Ariège Bilan du suivi 2009 Prospection en Haute-Garonne Conservation Instruction biodiversité ONF Bibliographie Bibliographie Sensibilisation Rencontre avec la chevêchette Cahier technique épuisé Appel à textes et illustrations

Photos : D. Hackel, G. Trochard ©

1 1 2 8 8 9 9 10 10

21h20 en ce jour printanier de mars 2010 sur les Hauts Plateaux du Vercors… De retour à ski, frontale, et ocarina en poche, le poêle ronronne dans la petite cabane prêtée par l’ONF… Je m’atèle à la rédaction de cet édito consacré aux deux petits lutins ailés peuplant les « taïgas » relictuelles de la réserve naturelle des Hauts Plateaux. Elles seules savent animer ces grands espaces sortant tout justes des frimas « sibériens » de l’hiver 2009-2010. Les chants sifflés de la Chevêchette se répondent au nord de mon refuge, les sifflements aigus d’une femelle laissent espérer une reproduction… Le grand calme des lieux à la nuit tombée est subitement troublé par l’un des plus jolis hululements, le mâle de chouette de Tengmalm indique à une femelle une spacieuse cavité de pic noir… Une nouvelle saison de prospection de ces deux espèces de strigiforme vient de débuter. Robert Hainard avait ouvert la voie en gravant sur bois une chevêchette ici même, un 19 mai 1971. Depuis, bon nombre d’ornithologues amateurs et professionnels se passionnent pour ces espèces discrètes et rares, mais dont la découverte est récompensée par leur confiance. Ils rejoignent de plus en plus le réseau de suivi des petites chouettes de montagne, pour une meilleure connaissance de leur répartition nationale et de leurs mœurs dont beaucoup de mystères restent à lever. La LPO, l’ONF et les réserves naturelles de nos massifs montagneux motivent leurs troupes. Nous espérons que d’autres organismes et passionnés continueront à fournir les données nécessaires à une meilleure connaissance de ces espèces remarquables… Bienvenue dans le monde mystérieux des pessières et des hêtraies-sapinières de montagne jusqu’aux forêts caducifoliées de plus basse altitude que ces petites chouettes enchantent… Gilles Trochard

Suivi

n° 3 & 4 - mars 2010

Chevêchette : première preuve de reproduction dans les Vosges moyennes nidification de chouette de Tengmalm qui a Après découverte et localisation d’un échoué, et un chanteur de la même espèce, chanteur (et d’un couple) en mars 2008, entendu plusieurs fois sur le même site que la nidification n’est pas démontrée, tous la chevêchette. contacts étant rompus dès le 5 avril… pour reprendre en automne de la même année. par Jean-Marie Berger En 2009, un chanteur est entendu, rigoureusement au même endroit, à partir (Réseau avifaune ONF) jean-marie.berger@onf.fr du 4 février et le mâle est observé le 17 mars, entrant dans une ancienne cavité de pic épeiche, située dans une « chandelle » Chouette de Tengmalm sèche de sapin. A partir de cette date, nous en Ariège entamons avec Jean-Pierre Saint-Andrieux Bien que cette espèce reste méconnue et un suivi intensif du site qui nous permet, mystérieuse en Ariège, l’ONF s’est engagé avec émotion et plaisir, de découvrir de visu dans une campagne de prospection depuis de nombreuses facettes du comportement près de deux ans. Les données étant quasi de l’espèce, mais aussi de colllecter des inexistantes dans ce département, un données sur son régime alimentaire et ses grand territoire s’offre à nous. Quelques manifestations vocales. ornithologues passionnés de l’office en Brièvement : on note la femelle occupant la ont entendu par ici, peut être par là « mais cavité le 19 avril, jour à partir duquel le mâle on est plus trop sûr ». Commencent alors n’y est plus observé ; le 16 mai, une coquille les prospections nocturnes en raquette ou d’œuf avec un peu de jaune et de sang est en ski pendant de longues nuits d’hiver à trouvée sous la cavité… Il en est de même attendre la chouette. Rien par ici, rien par le 27 mai ; le 11 juin, pépiement des jeunes là ! Les densités sont faibles et les efforts dans le nid ; le 29 juin, quatre jeunes volants fournis ne sont pas toujours payants. et plus rien dans la cavité. Des heures de route et de marche pour se Cette nidification s’est déroulée en forêt retrouver dans le froid, la neige et parfois un domaniale du Donon, à une altitude vent qui souffle en raffale et qui compromet d’environ 700 mètres, dans une trouée notre écoute. Puis un beau jour, elle est d’une vieille futaie de sapin avec quelques là... Chouette ! Elle donne du coffre pour pins sylvestres et de la régénération se faire repérer... Pou-pou-pou-pou... Enfin éparse d’épicéa de zéro à cinq mètres. une !! Puis une autre, jusqu’au jour ou La surface terrière est de 17 m2, la pente dernièrement, onze chouettes se sont de 40 %, versant sud-ouest. La cavité est manifestées autour d’une tourbière, par située à 5,20 mètres du sol, dans une une belle nuit calme et étoilée. Un spectacle chandelle sèche d’un sapin de diamètre 50 inoubliable qui donne envie de continuer... (orientation est). 70 pelotes de réjection ont été ramassées sur le site et transmises pour analyse. A noter, par Quentin Giry quentin.giry@onf.fr toujours en forêt domaniale du Donon une


Bilan du suivi 2009

page 2

donnée extérieure aux zones décrites. Merci d’avance.

s’est reproduit dans une cavité de pic creusée dans une chandelle d’épicéa vers 700 mètres d’altitude. La nidification réussit : quatre jeunes au moins quittent le nid entre le 25 et le 29 juin. Deux chanteurs sont réentendus en automne, l’un sur le site de nidification et un autre sur un nouveau site.

La constitution d’un groupe de travail « Petites chouettes de montagne » a permis de Par Yves Muller Coordinateur LPO « Petites chouettes de montagne » dresser en 2007 un premier bilan sur la yves.muller@lpo.fr présence et la nidification de la chouette de Tengmalm et de la chevêchette d’Europe dans 14 massifs forestiers ou secteurs Ardennes montagneux de France. Hautes-Vosges La chouette de Tengmalm s’est reproduite Cette 3e synthèse est plus étoffée : elle avec certitude dans les Ardennes françaises Seuls deux chanteurs de chouette de concerne 21 secteurs géographiques de en 2005 (six poussins et cinq jeunes à Tengmalm ont été entendus ce printemps présence de l’une ou des deux petites l’envol). En 2008, deux chanteurs ont été en cumulant les données alsaciennes et chouettes forestières. 168 personnes ont entendus et un oiseau a été observé sur lorraines ! La nidification a été prouvée participé au suivi en 2009 et ont totalisé le site de nidification occupé en 2005. En sur l’un des deux sites et un autre nid est l’équivalent de près de 500 journées de 2009, malgré des recherches assez poussées, découvert dans une loge de pic noir. prospection sur le terrain. Il reste cependant l’espèce n’a pas été contactée dans les Au printemps, la chevêchette est entendue de nombreuses zones où notre connaissance Ardennes françaises. sur six sites, de début janvier à début avril. de la répartition et de la nidification des deux Malgré des recherches assidues, aucune espèces est insuffisante en raison notamment coordination : Nicolas Harter nidification n’a été découverte… des difficultés de recherches liées à la (association ReNard) discrétion de ces oiseaux mystérieux et aux coordination : Yves Muller harter.chiro@gmail.com conditions d’accès difficiles de la plupart des Observateurs : A. Dupéron, N. Harter, R. Provost, B. (LPO Alsace) Theveny zones de reproduction. Toute contribution yves.muller@lpo.fr sera la bienvenue. Observateurs : J.M. Berger, O. Frimat, J.C. Génot, D. Massif vosgien Holtz, A. Laurent, N. Lefranc, P. Malenfert, Y. Muller, J.J. Pfeffer, D. Roessler, B. Ronchi, M. Rudin, J.P. SaintMalgré une couverture de plus en plus Andrieux, M. Schneider, M. Schnoering, M. Thauront. Vosges du Nord importante des massifs de l’hexagone, 2009 a été une petite année… Nos deux chouettes Aucun chanteur de chouette de Tengmalm Massif jurassien de montagne ont sans doute été contrariées n’a été entendu dans les Vosges du Nord en par un hiver long avec une couverture 2009. Seuls des cris ont permis d’attester Franche-Comté neigeuse importante dans certains massifs et la présence de l’espèce sur un site au cours par une pénurie de rongeurs… Malgré cela, du printemps et de l’automne. Près de 34 observations de chouette de Tengmalm 89 chanteurs (ou couples) de chevêchette 200 cavités de pic noir ont été contrôlées en ont été communiquées (soit une de moins d’Europe ont été repérés en 2009. Leur vain par grattage... Aucune nidification n’a qu’en 2008, mais douze de plus qu’en nombre est du même ordre de grandeur été observée. Sept territoires de chevêchette 2007). Aucune observation n’a été transmise que l’année précédente (81 chanteurs). Par d’Europe sont occupés au printemps par en provenance de la partie franc-comtoise ailleurs, les difficultés de découverte des nids des chanteurs ou des couples dans le Pays des Vosges. Au printemps 2009, seulement persistent… seuls sept nids ont été trouvés et de Bitche et la proche Alsace et deux dans le 17 (ou 18) chanteurs, répartis dans six quatre familles ont été observées peu après secteur de La Petite-Pierre. communes du Doubs et sept du Jura, ont été l’envol de la nichée… Quelques nouveautés : Un nid de chevêchette d’Europe est trouvé entendus entre le 27 février et le 19 mai, avec la première preuve de nidification dans les aux confins de l’Alsace et de la Lorraine, près un pic durant la première décade de mai, ce Vosges moyennes et un beau suivi dans de l’Allemagne (5e preuve de nidification qui est particulièrement tardif puisque le pic le Vercors (quatre nids découverts !). En depuis 2002). La nidification dans un chêne, de chant était enregistré lors de la troisième revanche, l’espèce n’a pas été contactée au à 250 mètres d’altitude réussit : les jeunes décade de février en 2008 ! Trois chanteurs cours de ce printemps en Auvergne et la quittent le nid le 17 ou le 18 juin. diurnes ont été entendus les 10 -13 et 14 donnée des Corbières, non loin des Pyrénées, En automne, cinq chanteurs ont été avril. Les oiseaux sont presque tous localisés est toujours énigmatique. Il en est de même entendus sur l’ensemble des sites contrôlés dans l’aire de répartition classique de des récentes observations (à confirmer !) en dans les Vosges du Nord, quatre dans des l’espèce, c’est-à-dire dans les forêts mixtes ou bordure du Parc national des Cévennes. Il sites habituels et un dans un nouveau site. de résineux, à plus de 900 mètres d’altitude. reste sans aucun doute de belles découvertes Deux observations proviennent de plus à faire sur cette espèce… Vosges moyennes basse altitude dans la vallée du Dessoubre, Plus encore que pour la chevêchette, 2009 entre 600 et 700 mètres. Comme les années a été une année difficile pour la chouette de Cinq chanteurs de chouette de Tengmalm précédentes, cette répartition ne reflète que Tengmalm : 119-123 chanteurs (ou couples) ont été entendus cette année et un oiseau a partiellement la réalité puisque l’espèce ont été entendus (contre 115 l’an passé été contrôlé dans une cavité. Par ailleurs, des est beaucoup plus largement répartie, et 129 en 2007) mais seulement 23 nids cris de jeunes ont été notés tardivement. notamment sur les hauteurs du département contrôlés. La présence de la chevêchette d’Europe a été du Jura. Les informations complémentaires et les confirmée sur trois sites et la première preuve La reproduction a été très faible puisque données 2010 sont à transmettre aux de nidification a été obtenue cette année par aucun nid n’a été découvert sur une coordinateurs des différents massifs ou aux J.M. Berger et J.P. Saint-Andrieux : un couple quinzaine de cavités « grattées » dans le responsables du groupe de travail pour toute Tengmalm et chevêchette n°3 & 4 - mars 2010 - LPO Mission Rapaces


sud du département du Doubs. Ce décembre ; le chant d’automne a été Bourgogne constat de faible effectif des nicheurs signalé à deux reprises uniquement, et d’échec massif de la reproduction en septembre et en octobre. Quatre Les secteurs favorables de Côte-d’Or est corroboré par les suivis menés par familles ont été observées (un record et du Morvan ont été prospectés les collègues suisses. Ainsi, sur leur pour la Franche-Comté), la première le assidûment à partir de janvier à raison zone d’étude de 150 km2 dont 100 30 juin dans le massif du Risoux (Jura), d’une sortie par semaine. Aucun dans le nord du canton de Vaud et le la seconde le 8 juillet dans le Risol chanteur de chouette de Tengmalm a reste dans le département du Doubs, (Doubs) et les deux suivantes, le 3 août, été contacté et aucune nidification n’a Ravussin et al. (2009) résument la ce qui est particulièrement tardif, dans été découverte en 2009 ! situation ainsi : « Comme en 2006, 2007 les environs du Mont d’Or (Doubs). et 2008, la saison 2009 fut misérable avec Les familles étaient déjà volantes lors coordination : Hervé Jacob herve.jacob@free.fr des nidifications très tardives, seulement onze de leurs découvertes et comptaient Observateurs : J. Abel , G. Barabant, H. Baudvin, nids trouvés et 0,36 juvénile par nid tenté ». deux fois deux jeunes et deux fois trois S. Bouget, J.-L. Dessolin, H. Jacob. Ce rapport est également accessible jeunes. sur le site de Nos Oiseaux : http://www. Massif central nosoiseaux.ch/protection.php?m_ coordination : Dominique Michelat id=65&frmCategory=3 ou sur le site du dominique.michelat@wanadoo.fr Massifs forestiers de la Loire GOBE : http://www.chouette-gobe. Observateurs : L. Beschet, A. Chamouton, F. Clémençon, S. Dalloz, C., F. et P. Durlet, L. Eloy, ch/php/rapports.php. Mauvaise année pour la chouette de P. Farey (ONF), M. Giroud, M. Haffner, A. L’année 2010 semble plus prometteuse Tengmalm dans la Loire… La neige est Hagimont, S. Humbert, J. Langlade, J. Jean-Baptiste, puisque dix chanteurs répartis sur A. Laurent, B. Leclerq, P. Legay, L. Longchamp, F. apparue sur les massifs au 15 octobre quatre communes du Doubs et deux Maillot, F. Mersch, V. Métraux, D. Michelat, M. en abondance (cumul de 2,60 mètres du Jura ont déjà été contactés durant le Montadert, T. Petit, P.-A. Ravussin, S. Régazzoni, F. sur le secteur de Gumières dans les Rey-Demaneuf, D. Reymond, J. Roch, C. Rolland, J. mois de décembre 2009. monts du Forez) rendant les sorties sur Salvi, M. Sauret, C. Sénéchal, J.-L. Simon (ONCFS), Les 51 observations transmises pour le terrain assez sportives, et ce n’est que B. Tissot, D. Trolliet, E. Wolff, C. Zakin. la chevêchette d’Europe proviennent début avril que les dernières plaques de seize communes du Doubs et de neige ont disparu. Des prospections Ain onze communes du Jura. Il y avait 52 ont eu lieu sur deux des trois massifs observations en 2008 et 35 en 2007. abritant la chouette de Tengmalm, Chouette de tengmalm : les loges La connaissance a, cette année encore, et seuls trois mâles chanteurs ont été de pic noir situées au-dessus de progressé puisque la chevêchette a été contactés dans les monts du Forez. La 1 000 mètres d’altitude ont toutes été découverte à un peu plus de 600 mètres visite des nichoirs et des loges laissait contrôlées au cours du mois de mai d’altitude, d’une part dans la vallée quelques espoirs, malheureusement 2009. Aucune nidification ni présence du Dessoubre et d’autre part sur rapidement évanouis. Année de chouette de Tengmalm n’a été les contreforts du deuxième plateau « blanche » donc, concernant la relevée cette année. La loge utilisée du Doubs, augmentant son aire de reproduction pour notre petite en 2008 dans la forêt communale de répartition de 10 kilomètres vers le chouette. La saison 2010 avec une très Péron est inoccupée. Les seuls contacts nord et de 18 kilomètres vers l’ouest. bonne faînée, la pose de six nouveaux avec cette espèce sont : Dans le même temps, la présence nichoirs et un hiver pour l’instant plutôt 19 mars : une chouette de Tengmalm a été confirmée sur le deuxième clément seront peut être plus propice à chante spontanément à 13h au-dessus plateau du massif du Jura, tant dans la nidification de l’espèce. de la falaise Mijoux-nord ! le département du Doubs que dans 17 juillet : une chouette de Tengmalm celui du Jura. Jusqu’au début des observée en forêt de Lélex (secteur des coordination : Rodolphe Genouilhac années 2000, la petite chouette n’était (LPO Loire) Brûlats). connue que des forêts de résineux à genouilhacrod@club-internet.fr Chevêchette d’Europe : sans recherche plus de (900-)1 000 mètres d’altitude. particulière cette année, quelques Curieusement, les recherches effectuées Chaîne des Puys contacts fortuits sont à noter : le 1er entre 875 mètres et 1000 mètres août 2009, une chevêchette chante d’altitude à proximité de la frontière Malgré la motivation du réseau mis spontanément en forêt communale franco-suisse au nord de Morteau en place pour cette saison, quelques de Gex (secteur Vieille-Maison). Cette (Doubs) n’ont pas permis de découvrir premières sorties infructueuses ont très zone est déjà connue comme abritant l’espèce et la chevêchette n’a pas vite démobilisé les observateurs. Aucun un territoire (chant le 22 septembre encore été trouvée dans la partie francchanteur de chouette de Tengmalm 2006 au même endroit) ; pendant le comtoise des Vosges. sur deux des trois principaux noyaux, suivi du cerf au brame fin septembre, En 2009, les observations se aucune écoute sur trois sites isolés. des chants de chevêchette sont notés en répartissent durant tous les mois de Un seul mâle chanteur le 25 janvier forêt communale de Divonne. l’année, avec un pic en mars - avril sur un des noyaux, mais il n’a pas été - mai et décembre. 28 chanteurs (25 réentendu lors de quatre visites fin coordination : Gérard Ponthus en 2008 et 24 (ou 25) en 2007) ont janvier, mi février, mi mars et mi-avril (ONF) été entendus entre le 21 janvier et le 9 (Olivier Gimel)… gerard.ponthus@onf.fr mai et entre le 18 septembre et le 31 LPO Mission Rapaces - n°3 & 4 - mars 2010

page 3

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne


Environ 15 loges favorables ont été vérifiées sans succès… 2009 est une mauvaise année pour les chouettes de Tengmalm, et l’année 2008 ne fut pas très glorieuse non plus… On observe une belle faînée fin 2009 et une abondance de fruits ; les populations de micromammifères vont peut-être se renforcer en 2010 mais partent de très bas… Le site de nidification du couple de la chevêchette d’Europe de 2008 n’a pas été réutilisé (arbre tombé au sol !) ni fréquenté. Quelques prospections aux alentours n’ont rien donné. En revanche, une prospection plus lointaine le 10 octobre 2009 avec repasse a permis de retrouver « le » mâle à 800 mètres de l’ancien site. Il a de nouveau réagi à la repasse le 11 octobre et a alterné quelques chants d’automne avec son chant territorial classique. Aucune loge n’a été repérée et surtout pas de contact le 31 octobre. A suivre…

coordination : Romain Riols

(LPO Auvergne) romain.riols@lpo.fr Observateurs : O. Gimel, F. Guélin, , P. Rigaux, R. Riols, O. Roquetanière

Monts du Livradois

page 4

Montagne limousine Encore une année très moyenne. Trois à quatre mâles de chouette de Tengmalm ont chanté sur trois sites différents (pour deux sites proches il est possible que ce soit le même mâle qui ait chanté) mais c’est surtout la reproduction qui a échoué : deux femelles à la loge mais aucun jeune à l’envol. La situation est encore plus décevante si l’on considère que pour cette année nous avions prévu la capture d’au moins un mâle, pour un suivi par télémétrie. Pour cela un stagiaire, Bertrand Tranchand, a consacré beaucoup de temps au suivi des sites historiques et, grâce à son opiniâtreté, le bilan final ne paraît pas complètement catastrophique. C’est pourtant avec l’année dernière la saison la plus décevante.

coordination : Romain Rouaud romain.rouaud@free.fr Observateurs : R. Rouaud, O. Villa et B. Tranchand

Lozère

Bilan du suivi 2009 Chevêchette d’Europe Massifs (départements)

Nombre Nombre de de nids chanteurs ou contrôlés ou de couples de familles observées

MASSIF VOSGIEN Vosges du Nord (Moselle et Bas-Rhin)

9 (5*)

1 nid

Vosges moyennes (Moselle et Bas-Rhin)

3 (2*)

1 nid

Hautes-Vosges (Haut-Rhin et Vosges)

6 (X*)

0

MASSIF JURASSIEN Franche-Comté

28 (1*)

4 familles

Ain

0 (2*)

0

MASSIF CENTRAL Chaîne des Puys (Puy-de-Dôme)

(1*)

0

MASSIF ALPIN Haute-Savoie

9 (21*)

0

Savoie

5 (4*)

1 nid

Chartreuse (Isère)

5 (5*)

0

Belledonne (IsèreSavoie)

2 (3*)

0

Mauvaise année pour les chouettes de Taillefer (Isère) (1*) 0 Cette année encore nous obtenons Tengmalm dans le Livradois. Premier Vercors (Drôme) 10 (2*) 4 nids peu d’indices : quatre chanteurs de chanteur tardif (le 31 janvier à Cistrières), chouette de Tengmalm seulement Hautes-Alpes 6 (15*) 0 très peu de chanteurs contactés : un seul en sont détectés (hors massif de Alpes-Maritimes 6 0 février, entendu plus ou moins régulièrement l’Aigoual). Cependant ils le sont dans PYRENEES jusqu’au 7 mai, deux autres en mars, deux quatre secteurs géographiques bien autres en avril, un autre (le dernier) le 22 Aude 1 en hiver 0 différents et connus pour abriter mai. Cinq de ces six ou sept chanteurs étaient 89 (64 en 7 nids l’espèce : le Mont Lozère, le causse de sur des sites de chant connus mais où les TOTAL automneet Sauveterre, le massif de Mercoire et le éventuelles loges de nidification sont toujours hiver) 4 familles massif du Bougès. Cela indique que à découvrir. Les tentatives de nidifications * individus observés ou entendus à l’automne. nous sous-évaluons complètement la ont aussi débuté tard, avec une première population nicheuse du département. femelle au nid le 25 mars à Sembadel (43), des femelles ou des mâles sans aucun La chouette de Tengmalm semble nid vite abandonné puisque dès le contrôle chant entendu ! Comme l’an dernier, donc bien installée et largement répandue suivant elle n’y était plus. En résumé : les l’augmentation de la pression d’écoute a en Lozère qui présente presque partout des installations sont tardives (toutes dans des permis des contacts assez nombreux au vu habitats potentiels. Quelques prospections loges de pic noir, quatre dans des hêtres, trois des résultats des prospections ultérieures. menées sur l’ouest du causse de Sauveterre dans des sapins). Une seule nichée est réussie, Le grattage et l’observation estivale des et sur le sud de l’Aubrac n’ont pour l’instant produisant trois jeunes (un bon chiffre loges n’ont permis de localiser aucun couple rien donné. pour la région), les autres abandonnées très nicheur. rapidement pour deux d’entre elles, plutôt Le ramassage des faînes par l’ONF a montré coordination : François Legendre en fin d’incubation ou avec de très jeunes une très faible production fruitière des hêtres (Alepe) poussins pour les autres. Aucune trace de lors de l’automne 2008, à peine plus forte fl1973@yahoo.fr prédation n’a été remarquée cette année et le que celle de l’automne 2005. A cette faible Observateurs : G. Chamming’s, R. Destre, G. Gauthier, F. manque de proies semble bien être la cause disponibilité alimentaire pour les proies de la Legendre, E. Lenglen, X. Pédel de ces mauvais résultats. Deux chanteurs ont Tengmalm, il faut ajouter une seconde année également été contactés dans le Nord Devès d’enneigement long sur le massif de l’Aigoual. Aigoual (région de Fix-St-Geneys) en Haute-Loire en Il est probable que ces deux facteurs cumulés mars et avril. expliquent l’échec de la reproduction de la Les sept mâles chanteurs de chouette de Tengmalm sur le massif. Ajoutons enfin que Tengmalm, mais toujours avec des chants coordination : Dominique Vigier cette mauvaise année de reproduction se très sporadiques, confirment la présence de nicky.vigier@laposte.net retrouve chez un bon nombre d’espèces, et l’espèce sur les sites. A noter que certains Observateurs : O. Putz, D. Vigier largement au-delà du seul massif de l’Aigoual. autres secteurs ont permis de contacter Tengmalm et chevêchette n°3 & 4 - mars 2010 - LPO Mission Rapaces


Bilan du suivi 2009 Chouette de Tengmalm Massifs (départements)

Nombre de Nombre chanteurs ou de nids de couples contrôlés

MASSIF VOSGIEN Ardennes

0

0

Vosges du Nord (Moselle et Bas-Rhin)

1

0

Vosges moyennes (Moselle et Bas-Rhin)

5

1

Hautes-Vosges (Haut-Rhin et Vosges)

3

2

MASSIF JURASSIEN Franche-Comté Ain

17-18

0

2

0

BOURGOGNE 0

0

MASSIF CENTRAL Massifs forestiers de la Loire (Loire)

3

0

Montagne limousine (Haute-Vienne)

3-4

2

Chaîne des Puys (Puyde-Dôme)

1

0

Livradois (Haute-Loire et Puy-de-Dôme)

8-9

7

Lozère

4

0

Aigoual (Gard et Lozère)

7

0

MASSIF ALPIN Haute-Savoie

12 (2 en automne)

0

Isère (Chartreuse)

9-10

1

Vercors (Drôme)

21

10

Hautes-Alpes

13

0

Alpes-Maritimes

0

0

(17 kilomètres), sites les plus proches (Parc national des Cévennes) où l’espèce est présente. jean.seon@cevennes-parcnational.fr Observateurs : C Arnaud (PNC), P Bessède Aucune reproduction n’a été suivie. (CoGard), D Bizet (CoGard), P Constantin (CoGard), G Costes (PNC), PA David (PNC), C coordination : David Rey Delmas (LPO), R Descamps (PNC), S Descaves (PNC), FDC 48 (2 agents), G Gautier (PNC), R (LPO Haute-Savoie) haute-savoie@lpo.fr Guntz (ONF), F Hopkins (PNC), C Itty (PNC), A Observateurs : R. Adam, X. Birot-Colomb, W. Lacroix (ONF), R Larcheveque (PNC), I Lebeau Blois, P. & L. Boissier P. Charrière, A. Delestrade (ONF), S Lefebvre (PNC), F Livet, J Lombard, P D. Ducruet, P. Favet, Y. Fol, E. Gfeller A. Martin (PNC), S Meriotte, F Milhau (ONF), L Guibentif, C. Gur M. Maire, D. Maricau, B. Moline, A Pandreau , JL Pinna, P Remise (Amm), Rouffiac, D. Rey, C. Rochaix et B. Sonnerat. B Rémy (CoGard), B Ricau (PNC), S Riols (Alepe), C Sabran (CoGard), N Saulnier (LPO), J Séon (PNC), E Sulmont (PNC), F Vallès (Alepe). Savoie Massif alpin Haute-Savoie Le réseau « chevêchette d’Europe » de la LPO Haute-Savoie a recherché l’espèce sur 55 sites et 30 contacts ont été établis dont neuf au printemps. Parmi eux se trouvent 20 nouvelles localités dont trois découvertes au printemps et neuf sur le massif du Chablais qui présentait les plus fortes lacunes. 21 sites prospectés ne donnent pas de résultats positifs cette année. Le nombre de localités connues avec présence de la chevêchette d’Europe s’élève actuellement à 68 sur le département. Les contacts sont répartis entre 1 153 et 1611 mètres d’altitude. Aucune reproduction n’a été suivie. Les recherches sur la répartition de l’espèce dans le département se poursuivent.

Il n’existe pas de prospections spécifiques pour la chouette de Tengmalm, les conditions de PYRENEES recherches et de contact étant plus Vallée d’Ossau 1 0 difficiles que pour la chevêchette (Pyrénées-Atlantiques) d’Europe, mais des observations Aude 9 0 sont récoltées durant les recherches 119-123 pour cette dernière et/ou de TOTAL (2 en 23 manière spontanée. 14 contacts automne) sont relatés cette année dont 12 au printemps avec trois nouveaux territoires portant le nombre de Il est à noter qu’en 10 ans de suivis localités connues en Haute-Savoie à 50. de cette espèce, cinq ont donné des Les contacts sont répartis entre 800 résultats très faibles (zéro ou un et 1 760 mètres d’altitude. Notons nicheur certain), deux années ont qu’un individu a été découvert dans la dépassé les cinq couples nicheurs (sept cour de la mairie de Jonzier-Epagny à en 2003, 11 en 2005), les deux autres 620 mètres d’altitude, l’oiseau ayant étant intermédiaires (entre deux et probablement percuté une vitre. Cette cinq). commune est située entre le massif des Bornes (25 kilomètres) et celui du Jura coordination : Jean Seon

Le massif des Bauges est connu pour abriter une belle population de chouette de Tengmalm et plusieurs couples de chouettes chevêchette. L’effort de prospections de 2009 a été légèrement plus important que les années précédentes avec une pression plus forte sur les secteurs connus pour abriter les deux chouettes : le Plateau du Revard et la forêt de Margeriaz (commune d’Aillon le Jeune). Plateau du Revard : l’année 2009 s’est révélée être une bonne année pour la chouette de Tengmalm puisqu’au moins sept à huit mâles chanteurs ont pu être identifiés au printemps. Un nid occupé a également été trouvé et deux jeunes ont été observés en juin à proximité de la loge. Aucun chanteur n’a été recontacté à l’automne malgré trois sorties entre octobre et novembre. Pour la chevêchette d’Europe, deux couples cantonnés ont été trouvés cette année. Ces secteurs étaient connus pour abriter l’espèce et la reproduction a déjà été prouvée sur ces sites. Une loge occupée a été trouvée, mais aucune preuve de reproduction n’a pu être apportée. Aucune observation n’a été réalisée sur la période automnale. La forêt de Margériaz est connue pour abriter la chouette de Tengmalm, mais elle n’avait jamais fait l’objet de prospections spécifiques. Lors de sorties ponctuelles réalisées en 2007 et 2008, jusqu’à trois chanteurs de Tengmalm ont été entendus simultanément. Aucun chanteur de Tengmalm n’a été entendu ou vu en 2009. Un mâle chanteur de chevêchette a été observé ou entendu à plusieurs reprises jusqu’au 14 mars 2009 mais aucune preuve de nidification n’a été trouvée (absence de prospections entre mi-mars et fin octobre). L’espèce n’était pas connue jusqu’à présent sur ce secteur. Aucun contact à l’automne.

LPO Mission Rapaces - n°3 & 4 - mars 2010

page 5

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne


page 6

En dehors des Bauges, de nombreux Chartreuse se situaient toutes dans la seconde quinzaine massifs savoyards sont favorables à nos d’avril. Les quatre nichées ont totalisé 19 deux chouettes de montagne. Les surfaces Cette année, le manque de disponibilité des jeunes, soit près de cinq jeunes par nichée ! d’habitats favorables sont très importantes, observateurs n’a pas permis de confirmer Par ailleurs, deux territoires de chevêchette mais les observateurs sont malheureusement les bons résultats enregistrés précédemment ont été découverts en automne. peu nombreux. dans le massif. Pour la chouette de Tengmalm, les deux La chevêchette d’Europe a été contactée coordination : Gilles Trochard gilles.trochard@wanadoo.fr seules données nouvelles sont un mâle dans cinq localités au cours du printemps, Observateurs : H. Chirouze (ONF), J. Lhuillier (ONF), chanteur sous le col de l’Epine (923 mètres, mais sans preuve de nidification, bien qu’un G. Trochard (LPO) commune de la Motte Servolex) fin juin et mâle chanteur ait été observé dans une autre mâle chanteur localisé sous le Char de cavité… En automne, des chevêchettes ont Hautes-Alpes la Turche fin mai (1 730 mètres, commune été repérées dans cinq sites supplémentaires. de Montsapey). Par ailleurs, quatre chanteurs de chouette de Cette synthèse concerne uniquement le Plusieurs mâles chanteurs de chevêchette Tengmalm ont été entendus au printemps. département des Hautes-Alpes. Seules d’Europe ont été contactés dans des secteurs Dans le massif voisin de Belledonne, deux deux données proviennent d’autres où ils n’étaient pas encore connus jusquemâles chanteurs de chevêchette ont été départements : une donnée de chouette là. Un mâle chanteur a été contacté en juin repérés au printemps, tandis que trois de Tengmalm (mai 2009, commune de sur le massif de la Lauzière où la présence oiseaux ont été contactés en automne. Enfin, Valdeblore, Alpes-Maritimes), et une donnée de l’espèce était connue. Un chanteur a le massif du Taillefer a livré sa première de chevêchette d’Europe (février 2009, été observé en juin en Tarentaise sur un observation de chevêchette (un chanteur en commune de Villard-Raymond, Isère, région secteur où l’espèce n’était pour l’instant hiver). Rhône-Alpes). pas connue (commune de Bonneval). Il Comme en 2008, l’enneigement abondant s’agit là des deux seules données (tardives !) coordination : Yvan Orecchioni du printemps 2009 a fortement gêné les pour la période printemps/été 2009. Deux (ONF) prospections dans les sites favorables yvan.orecchioni@onf.fr mâles chanteurs ont été contactés durant connus. Des recherches de terrain ont la période automnale, notamment sur des néanmoins été Chevêchette d’Europe - prospections 2009 - Hautes-Alpes secteurs où l’espèce n’était pas connue, l’un approfondies sur sur le versant nord du massif de Belledonne plusieurs secteurs, Nombre Nombre dont dont Districts naturels total de sites de sites avec contacts au contacts à (en pleine journée ensoleillée à 14h sur la en particulier dans (Hautes-Alpes) connus (decontacts printemps l’automne commune d’Arvillard), l’autre dans le massif le Briançonnais, puis 1980) en 2009 2009 2009 des Hurtières, sous le Grand Chat (commune le Queyras, le Bochaine 1 0 de Saint Alban-des-Hurtières). Guillestrois, Briançonnais 17 2 1 2 Les autres contacts ont eu lieu sur des l’Embrunais et Champsaur-Valgaudemar 4 3 2 1 secteurs connus pour abriter l’espèce le Champsaur comme dans le Beaufortin fin septembre (l’effort de Dévoluy 1 0 où un mâle est contacté sous la montagne prospection Embrunais 11 5 1 4 d’Outray. Il en va de même pour un individu réalisé par les Gapençais 1 0 entendu à 1 300 mètres d’altitude sous ornithologues du Guillestrois 8 2 2 0 le sommet du Grand Arc (1300 mètres, CRAVE représente Queyras 7 6 2 6 commune de Notre-Dame des Millières). environ 80 D’après la répartition de ces observations, sorties de trois Total 50 18 6 15 on peut avancer que la présence de l’espèce à quatre heures est donc certaine sur la quasi-totalité des en moyenne, soit Vercors massifs montagneux savoyards. Les altitudes plus de 250 heures, auxquelles viennent d’observation présentent une variation s’ajouter les durées des inventaires menés Une prospection complète de la Réserve importante avec des extrêmes compris par les agents du Parc national des Ecrins). biologique intégrale (RBI) de Saint Agnanentre 1 300 et 1 800 mètres d’altitude. Les Dans les Hautes-Alpes, la chevêchette en-Vercors (26) sur 1 500 hectares environ, habitats correspondent presque toujours à d’Europe a été contactée dans une à une altitude de 1 000 à 1 500 mètres, des zones de boisements âgés dominés par cinquantaine de sites depuis les années a été réalisée du 20 mars à fin mai 2009. les conifères avec toutefois quelques feuillus 1980, dont une vingtaine de sites prospectés La période de juin et début juillet a été à la strate arborée. La présence de clairières en 2009. Plusieurs sites « traditionnels » consacrée aux suivis des reproductions. herbacées ou de lapiaz plus ou moins n’ont pas donné de résultats, en particulier 21 territoires de chouette de Tengmalm ont végétalisés semble également redondante dans le Briançonnais (Cervières, Villardété découverts, dont 10 nids suivis (six dans pour les altitudes moyennes à basses. Les Saint-Pancrace) et le Guillestrois (Risoul). la RBI et quatre hors RBI). Huit territoires altitudes les plus importantes (1 600 à A noter que pour la deuxième année de chevêchette d’Europe, une femelle et 1 800 mètres) correspondent souvent à la consécutive, le site de nidification occupé un adulte au sexe non identifié ont été zone de combat de la forêt (boisements avec succès dans le Bois des Ayes en 2006 et découverts. Sur ces 10 sites, la nidification clairsemés). 2007 est resté vide (aussi bien au printemps de quatre couples a pu être établie, ce qui qu’à l’automne). constitue une première pour le Vercors. Les coordination : Jérémie Hahn Les contacts sont soit visuels, soit sonores quatre nids étaient dans des épicéas dont jeremie_hahn@yahoo.fr (chants ou cris), et correspondent trois étaient des arbres secs. Les dates de Observations : J. Benard, S. Dalla Costa, J.C. Delattre, J.P. uniquement à des oiseaux volants (adultes début ponte, déduites de l’envol des jeunes, Delobelle, C. Garin, J. Hahn, J. Harent, M. Sol, O. Sousbie.

Tengmalm et chevêchette n°3 & 4 - mars 2010 - LPO Mission Rapaces


Alpes-Maritimes

ou jeunes émancipés à l’automne). Aucune reproduction n’a pu être mise en évidence en 2009. Trois sites ont donné des résultats au printemps uniquement, douze à l’automne uniquement et trois au printemps et à l’automne. Au total, l’espèce a été contactée sur 18 sites. Dans les Hautes-Alpes, la chouette de Tengmalm a été contactée dans un peu moins d’une centaine de sites depuis les années 1980, dont treize sites prospectés en 2009. Pour la deuxième année consécutive, les résultats des inventaires sont médiocres (peut-être en relation avec l’enneigement abondant et tardif des printemps 2008 et 2009 qui a pu limiter la disponibilité en nourriture). Ainsi, dans la vallée de la Clarée, sur les cinq sites forestiers localisés en 2007 sur la commune de Névache avec au moins un chanteur, deux sites seulement ont été occupés en 2008 et un seul en 2009. Tous les contacts ont été effectués au printemps (ou en première partie d’été),

Dans le même temps, aucun contact avec la chouette de Tengmalm n’a été établi bien que des données antérieures existent côté italien. A l’inverse, la chouette hulotte était bien présente jusque dans les parties les plus hautes et dans les mêmes secteurs que la chevêchette.

Dans la vallée de la Roya à l’extrémité sud-est du massif alpin, la chevêchette d’Europe a été découverte suite à un inventaire ornithologique dans une future réserve transfrontalière avec l’Italie. La densité semble forte au moins localement. Ainsi, au printemps 2009 sur le massif de tête d’Alpe entre coordination : Boris Guérin (ONF) 1 000 et 1 600 mètres d’altitude, six boris.guerin@onf.fr Observateurs : B. Guérin, R. Toffoli chanteurs ont été contactés sur une surface de moins d’un km2 . Ce secteur se caractérise par un relief peu escarpé Pyrénées (pour les Alpes !) couvert d’une forêt Pyrénées-Atlantiques étendue et continue constituée sur tête d’Alpe de sapinière presque pure Encore une mauvaise année pour la entrecoupée ou en mélange de pinède chouette de Tengmalm : aucun chant à pin sylvestre. La forêt domaniale de n’est entendu en 2009 et aucun nid n’a tête d’Alpe présente la particularité été trouvé dans le secteur habituel. de faire l’objet d’un pâturage extensif Une seule donnée : un chant spontané par les bovins qui entretient quelques a été entendu en plein jour dans le Parc clairières d’environ 0,5 hectares. R. national des Pyrénées dans une zone Toffoli, à l’occasion de points d’écoute, nouvelle pour l’espèce. y avait déjà découvert côté italien

Chouette de Tengmalm - prospections 2009 - Hautes-Alpes Nombre total de sites connus (depuis 1980)

Nombre de sites avec contacts en 2009

dont contacts au printemps 2009

dont contacts à l’automne 2009

Bochaine

1

0

0

0

Briançonnais

22

2

2

0

Champsaur-Valgaudemar

17

5

5

0

Dévoluy

7

0

0

0

Embrunais

11

0

0

0

Gapençais

4

0

0

0

Guillestrois

12

1

1

0

Laragnais

1

0

0

0

Queyras

16

5

5

0

91

13

13

0

Districts naturels (Hautes-Alpes)

Total

et correspondent uniquement à des oiseaux chanteurs. Aucune reproduction n’a pu être mise en évidence durant cette année. Le nombre de sites par districts naturels figure dans le tableau ci-dessous :

coordination : Philippe Gillot (CRAVE) phgillot@wanadoo.fr Observateurs : J. Athimon (1), M. Bouche(2), M. Corail (1-2), C. Couloumy (2), D. Combrisson (2), M. Coulon (2), P. Gillot (1), F. Legendre (3), O. Le Gall (3), Y. Kayser (3), J.-P. Martin (2), R. Papet (2), P. Poiré (3), J.-B. Portier (1), J.-P. Telmon (2), C. Rémy (1). (1) = CRAVE, (2) = Parc national des Ecrins, (3) = LPO

coordination : Jean-Claude Auria (ONF) jean-Claude.auria@onf.fr

Aude La prospection (non exhaustive) a concerné 10 massifs couvrant 8 000 hectares à des altitudes comprises entre 1 000 et 1 900 mètres. La météo a été fréquemment défavorable, avec un enneigement important et prolongé. 20 sorties ont été effectuées entre le 9 février et le 29 mai, à raison d’une à trois par massif. Neuf chanteurs de chouette de Tengmalm très dispersés ont été contactés sur quatre massifs (hêtraies sapinières dans les Pyrénées). Aucune nidification n’a été découverte. Le chanteur de chevêchette d’Europe des Hautes-Corbières a de nouveau été contacté en janvier 2009 sur son site habituel. Le milieu est atypique : lande à bruyère arborescente et à genévriers parsemée de quelques rares pins noirs, à proximité d’une chênaie pubescente, le tout en versant sudouest (observations : M. Höllgartner et P. Metzner). Aucun contact dans les Pyrénées audoises.

deux chanteurs de chevêchette début avril 2006. Les prospections de 2009 ont donc permis d’étendre l’aire de présence côté français. La chevêchette se trouve donc en limite d’aire dans un massif forestier situé à une quinzaine de kilomètres de la mer méditerranée, à quelques kilomètres d’oliviers centenaires ! Elle y a même été observée chantant à la cime d’un sapin à une centaine de mètres de chênes verts ce qui illustre parfaitement les contrastes climatiques typiques des AlpesMaritimes. La position biogéographique de ces observations vont dans le sens coordination : Christian d’une continuité des populations sur (LPO Aude) 9 chemin de la Devèse, l’arc alpin. 11 340 Espezel LPO Mission Rapaces - n°3 & 4 - mars 2010

Riols

page 7

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne


Prospection en Haute-Garonne Suite aux prospections menées dans le cadre de l’Atlas régional des oiseaux nicheurs de Midi-Pyrénées (http://www. premiumwanadoo.com/naturemp/ATLAS_ ORNITHO/index.html), les bénévoles du groupe ornitho de Nature Midi-Pyrénées ont souhaité approfondir les connaissances sur la chouette de Tengmalm en Haute-Garonne. Cette saison sera donc marquée par le lancement de nouvelles prospections pour mettre à jour les connaissances et découvrir d’éventuels nouveaux secteurs de présence de cette petite chouette de montagne.

Les premières sorties auront lieu début mars (fonction également de l’enneigement des secteurs). A noter également que ces prospections seront couplées à un travail autour du pic à dos blanc, autre espèce emblématique de nos montagnes. Cette action sera menée en lien avec divers autres acteurs du territoire (ONCFS, ONF) afin d’optimiser le travail. L’objectif est donc dans un premier temps de créer une dynamique autour de cette espèce afin de compléter les connaissances encore très fragmentaires sur cette chouette dans les

Pyrénées haute-garonnaise et ariégeoise. Pour tout renseignement ou participation, n’hésitez pas à contacter : Jean Ramière au 05.34.31.97.33 ou par courriel à j.ramiere@ naturemp.org.

par Jean Ramière (Nature Midi-Pyrénées) J.ramiere@naturemp.org

Conservation Prise en compte des vieux arbres dans les forêts publiques La nouvelle instruction de l’Office national des forêts (octobre 2009) sur la conservation de la biodiversité dans la gestion courante des forêts publiques, associée aux nouvelles directives nationales de gestion de la forêt domaniale, précise de nombreuses orientations pouvant notamment bénéficier aux petites chouettes de montagne. Mettre progressivement en place des ilots de vieux bois (îlots de vieillissement et / ou de sénescence) favorisant la conservation des population d’espèces de faune et de flore inféodées aux vieux peuplements En forêt domaniale, l’objectif minima est de classer progressivement en îlot de vieux bois, en étalant en règle générale l’effort correspondant sur trois périodes d’aménagement, une surface devant représenter à terme au minimum 3 % de la surface forestière boisée, répartie en : - 2 % d’îlots de vieillissement (= allongement de l’âge d’exploitabilité du peuplement, avec coupes d’amélioration) à l’échelle de l’agence ; - 1 % d’îlots de sénescence (= libre évolution du peuplement) à l’échelle de la direction territoriale.

page 8

Repérer et conserver des arbres à haute valeur biologique Constituer une trame d’arbres disséminés à haute valeur biologique, identifiés de manière visible, conservés jusqu’à leur disparition naturelle et comportant en moyenne pour chaque parcelle, lorsque ces arbres sont présents :

- au moins un arbre mort ou sénescent par arbres remarquables identifiés dans les hectare, de 35 centimètres de diamètre bases de données ONF. minimum (arbres foudroyés ou chandelles de volis, arbres morts sur pied choisis de par Alain Perthuis préférence parmi les essences feuillues, (Réseau avifaune ONF) arbres champignonnés…), alain.perthuis@onf.fr - au moins deux arbres par hectare dans les catégories suivantes, en sus des précédents : - des arbres à cavités visibles : cavités hautes (loges de pic, blessures et fentes de grande taille riches en terreau pouvant abriter des insectes saproxylophages ou des colonies de chauves-souris) ou cavités basses (pourritures de pied abritant des insectes, des batraciens…), - des vieux ou très gros arbres, de l’essenceobjectif mais aussi des essences d’accompagnement ou des espèces ligneuses rares ; ils sont choisis parmi les arbres de qualité technologique Chevêchette et passereaux - Illustration A. Nouailhat © médiocre ou les

Tengmalm et chevêchette n°3 & 4 - mars 2010 - LPO Mission Rapaces


Bibliographie Bibliographie des publications récentes (*) concernant les petites chouettes de montagne Chevêchette d’Europe 2007 SUHONEN J., HALONEN M., MAPPES T. & KORPIMÄKI E., 2007.- Interspecific competition limits larders of pygmy owls Glaucidium passerinum. J. Avian Biol. 38 : 630-634. 2008 CALVINI M., 2008.- Prima segnalazione du civetta nana, Glaucidium passerinum, in Liguria. Riv. Ital. Orn. Milano, 77 : 141-143. 2009

passerinum in Frankreich im 21. Jahrhundert. Eulen-Rundblick, Nr. 59 : 3-6. MULLER Y., 2009. – Les surprises de la chevêchette d’Europe. Rapaces de France – l’Oiseau magazine, HS N° 11 : 44. PURSCHKE C., 2009.- Struktur der Sperlingskauzhabitate Glaucidium passerinum im Südschwarzwald. EulenRundblick, Nr. 59 : 20. ZIMMERMANN J.L., MULHAUSER B., 2009.- Le bain de pluie de la Chevêchette d’Europe Glaucidium passerinum. Nois Oiseaux, 56 : 27-30.

CHASSAGNARD G., RIOLS C., RIOLS Chouette de Tengmalm R., 2009. – La Chevêchette d’Europe 2008 Glaucidium passerinum nicheuse en Auvergne. Ornithos 16 : 90-99. CASTRO A., MUNOZ A.R., REAL R., 2008.- Modelling the spatial GRELL S., 2009.- Fünf Tage zu Gast bei distribution of the Tengmalm’sOwl den Sperlingskäuzen. Eulenwelt 2009 : Aegolius funereus in its Southwestern 45-47. Palaeartic limit (NE Spain). Ardeola 55 : 71-85. MARTENS H.D., 2009.- Jahresberich 2008 Sperlingskauz. Eulenwelt 2009 : 2009 19-22. MULLER Y., 2009 – Neue Erkenntnisse über den Sperlingskauz Glaucidium

KARLSSON L., 2009.Pärluggleinvasionen vid Falsterboo

hösten 2008. Anser 2009 (2) : 67-80. LOOSE T., 2009. – Der Rauhfusskauz Aegolius funereus im Windpark Hartenfelser Kopf -erste Ergebnisse eines Monitorings. Eulen-Rundblick, Nr. 59 : 18. MARTENS H.D., 2009.- Jahresberich 2008 Raufusskauz. Eulenwelt 2009 : 11-14. MARTENS H.D., 2009.- Invasion aus dem Norden – Raufusskauz-Einfall in Südschweden. Eulenwelt 2009 : 36-40. MARTENS H.D., 2009.- Früheste Eulenbruten in Schleswig-Holstein 2008. Eulenwelt 2009 : 56-60. WIESNER J., 2009.- Sarcocystis thuringiensis spec. nov. – ein neuer Endoparasit des Rauhfusskauzes. EulenRundblick, Nr. 59 : 11-16. WIESNER J., 2009.- Warum der Name „ Rauhfusskauz“ „rauh“ bleiben sollte ! Eulen-Rundblick, Nr. 59 : 26. (*) à partir de 2007, se reporter au précédent numéro du bulletin.

par Yves Muller yves.muller@lpo.fr

Sensibilisation Rencontre avec la chevêchette du Bitcherland On a beau lire dans le Peterson et autres bréviaires ornithos, qu’elle mesure entre 16 et 18 centimètres, lorsqu’on la rencontre dans l’immensité d’un grand massif forestier, sa discrétion est encore plus surprenante. Discrétion toute relative qui s’estompe au fur et à mesure que la nuit succède au jour. Avant de laisser place au monde de la nuit quelques grives s’égosillent encore puis, le silence. Durant plus d’une heure, Yves Muller dont je suis l’invité privilégié m’a conté avec passion et pédagogie

sa nouvelle aventure naturaliste (*) avec cette chouette lilliputienne qui depuis quelques années a trouvé refuge dans les forêts du « Bitcherland ». Malgré mon oreille exercée je ne sais pas reconnaître ces appels aigus provenant d’un arbre voisin. A quelques mètres de nous la petite silhouette du rapace se détache sur un ciel qui s’assombrit et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle n’est pas farouche. Ses grands yeux d’un jaune vif nous fixent et moi je détaille avec délectation son plumage subtil… un

bijou de la nature. Yves m’informe qu’il s’agit de la femelle et que le mâle parti en chasse devrait venir lui confier une proie pour la nichée blottie au fond de l’ancienne loge de pic épeiche en face de nous. Impatiente la chevêchette s’envole vers les hauteurs à la rencontre de son compagnon qu’elle appelle de plus belle. Puis les appels se métamorphosent en cris aigus frénétiques. Le passage de proie a eu lieu hors de nos regards et quelques instants après la revoilà prés du trou. Une proie suspendue au bec

LPO Mission Rapaces - n°3 & 4 - mars 2010

page 9

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne


elle pénètre dans la cavité pour en sortir un quart d’heure plus tard.

Le premier nourrissage a eu lieu et nous repartons, Yves heureux

de m’avoir fait visiter un de ces jardins de la vie sauvage et moi un peu gêné d’avoir observé cet oiseau rare avec autant de facilité considérant les grandes difficultés rencontrées et patience déployée par Yves dans ses investigations de terrain. Puisse cette chouette vivre en paix dans les frondaisons du Bitcherland encore longtemps et pour toujours. par Michel Ribette (pour la fondation Nature et Découvertes)

(*) une de plus, car on lui doit de nombreuses et belles découvertes. Chevêchette d’Europe - Photo : Y. Orecchioni ©

Cahier technique épuisé ! Victime de son succès, le cahier technique sur les petites chouettes de montagne est bientôt épuisé. La LPO Mission Rapaces vient donc de déposer une nouvelle demande de subvention auprès de la fondation Nature & Découvertes. Outre la réimpression, cette demande prévoit la réactualisation du document, avec l’ajout notamment

de quatre nouvelles fiches : une fiche de nid, une fiche de synthèse des données annuelles et deux fiches de protocoles de suivi de la chevêchette et de la Tengmalm. La réponse de la fondation est attendue pour juin. Si elle est positive, le cahier sera imprimé dans la foulée. En attendant, il reste quelques

derniers exemplaires papier ou bien encore la version informatique téléchargeable sur le site Internet consacré à deux rapaces (http:// www.chevechette-tengmalm.lpo. fr/).

par Fabienne David (LPO Mission Rapaces) fabienne.david@lpo.fr

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne (disponible sur www.chevechette-tengmalm.lpo.fr)

LPO © 2010

A vos plumes, à vos claviers ! Que ce soit pour le site Internet ou pour le bulletin d’information, vos articles, brèves et anecdotes sont toujours les bienvenus. Elles sont l’occasion de faire connaître et partager vos expériences de terrain. Elles peuvent aussi inciter d’autres personnes à se mobiliser en faveur des petites chouettes de montagne. Vos dessins, croquis et photos sont aussi les bienvenus pour illustrer ces outils. Adressez-les nous à fabienne.david@ lpo.fr ou à la LPO Mission Rapaces, 62 rue Bargue, 75015 Paris. Merci d’avance !

Chevêchette et Tengmalm

Réalisation : - LPO Mission Rapaces 62 rue Bargue, 75015 Paris rapaces@lpo.fr

www.chevechette-tengmalm.lpo.fr

Conception et réalisation : Fabienne David Comité de rédaction : Fabienne David, Yves Muller, Yvan Tariel, Yvan Orecchioni et Alain Perthuis Relecture : comité de rédaction D’après une maquette de la tomate bleue

par la LPO Mission Rapaces

LPO Mission Rapaces - n°3 & 4 - mars 2010

page 10

Bulletin de liaison du réseau Petites chouettes de montagne

Bulletin Tengmalm & Chevechette  

Bulletin Tengmalm & Chevechette

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you