Page 1

photo : C. Aussaguel ©

Le milan royal

Sommaire

Bulletin de liaison du Comité National Avifaune LPO • FNE • RTE • ERDF

Edito Dossier . Le milan royal un joyau menacé... 2 Ne le confondez avec 2 le milan noir Electrocutions . 3 Bibliographie . Site web milan-royal.lpo.fr Cahier technique Monographies Milan info

4 4 4 4

n° 8 décembre

2010

Milan royal, se mobiliser pour la neutralisation des lignes électriques, mais pas seulement... Avec des effectifs en forts déclins depuis 20 ans, la France a la lourde charge d’abriter la 2e population reproductrice européenne (2700 couples) et de constituer une des principales voies de migration et zones d’hivernage d’Europe (5000 hivernants). Les associations françaises se sont fortement mobilisées et depuis 2003 un Plan National d’Actions est piloté par la LPO sous la responsabilité du Ministère chargé de l’Environnement (MEEDDM). L’étendue de la problématique est telle que l’implication de tous est nécessaire et urgente, les efforts de communication, avec diverses publications internationales, nationales et régionales en témoignent. Elles sont là pour permettre aux acteurs et personnes concernées de s’informer et d’agir. C’est l’objet également de ce numéro spécial « Le Milan royal » de Oiseaux et lignes électriques. Le CNA a souhaité apporter les outils (information, documentations) et les bonnes pratiques indispensables aux agents des entreprises (ERDF et RTE) impliqués géographiquement par l’espèce. Il doit faciliter également le dialogue entre naturalistes et entreprises à l’échelle local grâce à une information spécifique et ciblée. En ce qui concerne les lignes électriques, l’optimisation des neutralisations doit probablement se concentrer à proximité des sites de reproduction pour préserver les couples et leurs jeunes après l’envol, mais aussi autour des dortoirs d’hivernage où plusieurs dizaines d’individus peuvent être concentrés sur un petit secteur durant plusieurs mois. Ni aigle, ni vautour, le Milan royal mérite tout autant notre admiration et notre attention. Il fait dire à Paul Géroudet (naturaliste de renommée internationale) : « Royal certes par l’élégance de ses allures et par les vives couleurs de son plumage, c’est un des plus beaux rapaces d’Europe ».

CORA FS représentant de FNE au CNA

Oiseaux et lignes électriques n°8 - décembre 2010

1


Le milan royal Un joyau du patrimoine européen gravement menacé Rapace diurne de grande taille, le milan royal se reconnaît à sa longue queue rousse triangulaire, profondément échancrée, sa tête blanchâtre et son plumage brun roux. Sa silhouette élancée et son vol lent et majestueux font du milan royal un des plus élégants rapaces. Espèce typique des zones agricoles ouvertes, associant élevage extensif et polyculture, le milan royal s’observe aisément, planant nonchalamment au dessus des prairies à la recherche de micromammifères ou posé dans un bosquet d’arbres. Si les micromammifères constituent la base de son alimentation, le milan royal ne dédaigne pas de

s’alimenter d’oiseaux et d’invertébrés. Il est aussi charognard et consomme volontiers les restes d’animaux trouvés sur les décharges, aux abords des fermes ou bien encore le long des routes. En France, le milan royal a une répartition restreinte. On le rencontre dans le piémont pyrénéen, le Massif central, la chaîne jurassienne, les plaines du nord-est et la Corse. A l’automne, des milliers de milans royaux traversent notre pays pour rejoindre leurs quartiers d’hiver en Espagne mais aussi en France. Il est alors fréquent de les observer par dizaines voire centaines dans des bosquets d’arbres où ils passent la nuit. Dès février-mars, les oiseaux repartent sur

Ne le confondez pas avec le milan noir

Ne le confondez pas avec le milan noir, qui se distingue du milan royal par son plumage brun, plus sombre, et sa queue nettement moins échancrée. Inféodé aux zones humides, le milan noir occupe une grande partie du territoire français. C’est d’ailleurs une des espèces les plus abondantes en France. En revanche, contrairement au milan royal, le milan noir est un migrateur transsaharien. milan noir

2 Oiseaux et lignes électriques n°8 - décembre 2010

milan royal

leurs sites de nidification, le plus souvent installés dans de petits bosquets ou en lisière de boisements. Le milan royal élève en général 2 à 3 jeunes, qui s’envolent entre fin juin et fin juillet. Il y a encore vingt ans, le milan royal était un rapace commun. Aujourd’hui c’est une espèce gravement menacée. Ses effectifs ont fortement chuté et son aire de répartition a considérablement régressé. Les causes de son déclin sont multiples : la progression des surfaces cultivées, les modes de cultures plus intensifs associés aux traitements phytosanitaires contribuent à dégrader son habitat et à réduire les populations de proies. Le milan royal est aussi victime d’empoisonnements accidentels et/ou volontaires, de tirs ou bien de la fermeture des décharges. A cela s’ajoutent les collisions avec les lignes électriques, les voitures et plus récemment les éoliennes. En 2000-2002, la population de milan royal était estimée, en France à 3 400 couples. Aujourd’hui, la nouvelle estimation issue de l’enquête nationale


menée en 2008 fournit un effectif de 2 700 couples, soit un déclin de plus de 20 % en 6 ans. Le statut de l’espèce a d’ailleurs été révisé à la baisse, dans le cadre de la réactualisation de la liste rouge des oiseaux nicheurs de métropole. Il figure désormais parmi les espèces vulnérables en France. Cette situation est d’autant plus préoccupante que la France abrite près de 12 % de la population mondiale. Le milan royal est présent dans le monde uniquement en Europe. Or l’Allemagne, la France et l’Espagne abritent à elles seules près de 72 % de la population mondiale. Notre pays a donc une forte responsabilité dans la conservation de cette espèce endémique. Face au déclin, un plan national de restauration est mis en œuvre dès 2003 sous l’égide du Ministère chargé de l’Ecologie. Coordonné par la LPO Mission Rapaces, il mobilise de nombreuses structures, et en particulier les associations de protection de la nature. Des inventaires et des suivis des populations nicheuses, migratrices et hivernantes sont lancés, des placettes d’alimentation sont créées et approvisionnées,

nidification

des mesures agro-environnementales sont mises en place, des outils de sensibilisation sont créés. Malgré ces efforts déployés le statut de l’espèce reste extrêmement préoccupant. Un second plan d’actions doit d’ailleurs être rédigé en 2011.

Electrocutions En 2002, une réactualisation des données d’électrocution et de collision permettait de comptabiliser 41 milans royaux recensés, victimes du réseau électrique aérien en France pour la période 1982-2002 (bilan au 1er mars 2003, LPO PACA). Depuis, deux nouveaux cas d’électrocution avérée ont été rapportés dans les Pyrénées-Atlantiques et en Alsace tandis que l’électrocution est la cause probable mais non confirmée (malgré les autopsies) de deux autres cas, dans les PyrénéesAtlantiques et en Aveyron. Ces données ne doivent en aucun cas être considérées comme exhaustives puisqu’aucune recherche systématique de cadavre de milan royal sous les lignes électriques n’est menée en France. Il s’agit donc des seules découvertes, faites au hasard. Toutes interprétations de ces chiffres seraient de ce fait hasardeuse.

hivernage

Oiseaux et lignes électriques n°8 - décembre 2010 - 3

Bulletin de liaison du Comité National Avifaune


Bibliographie

Milan info

Site web milan-royal.lpo.fr

Photo : A. Labat, Colibri ©

Destiné à la fois au grand public et aux spécialistes du milan royal, la toute nouvelle version de ce site Internet http://milan-royal.lpo.fr présente l’espèce, sa biologie et son écologie mais fournit aussi toutes les actualités sur l’espèce en France.

Bulletin d’information du réseau « milan royal », il comprend des bilans, des articles de fond, des actualités venant de France et de l’étranger, etc.

n° 19, 20 & 21 - août

2010

Suivi Surveillance 2009 2 Observatoire rapaces 2009 6 Reproduction 2009 7 Balise Argos 8 Milans leuciques 10 Comportement insolite 11 Hivernage 2010 12

Conservation Perspectives bourguignonnes 16 Placette en Lorraine 18 Second plan d’action 19

Scandale Intoxication aigüe 20 Mortalité 2009-10 20 Site web « Toxicologie » 21

International Retour sur le colloque international 22

Bibliographie Der Rotmilan 23 Campagnol terrestre 23

Sensibilisation Dépliant 24 Rapaces de France 24 Rencontres « réseaux rapaces » 24

« Il semble que le vol soit son état naturel, sa favorite situation », LAUTREAMONT, Les chants de Maldoror, à propos du milan royal. Je voudrais placer cet éditorial sous le signe de l’espoir de transitions. L’écologie ne nous a-t-elle pas familiarisés avec l’idée que les effets de lisière contribuent souvent à la création de milieux particulièrement riches ? Transition en cette année charnière où devrait s’opérer enfin, malgré l’inertie de l’Etat français, le passage du premier au second plan de restauration national milan royal mais qui verra aussi, suite au colloque de Montbéliard les 17 et 18 octobre 2009, une montée en puissance du volet international, de manière à coordonner les actions européennes. Transition toujours entre un système de placettes et une population viable sans interventions directes de l’homme, lesquelles ne sont éthiquement défendables que si elles apparaissent comme une solution à court ou moyen terme, pour aider les effectifs à se reconstituer, en aucun cas une artificialisation des populations sine die. Transition encore, en ce qui concerne les éoliennes, entre des réalisations plus ou moins pionnières et la généralisation de leur implantation, qu’il faudrait imaginer non pas sous la forme de l’actuel saupoudrage, mais d’un plan global cohérent, pour palier les risques encourus par le cortège des grands planeurs. Transition encore entre des actions décousues, au coup par coup, sans véritable volonté d’inverser la tendance, et une authentique politique de lutte contre les empoisonnements. Transition enfin entre des mesures ponctuelles avec comme unique but un effet d’affichage et une réelle politique de préservation des milieux. C’est à ce prix que l’avenir du milan royal, qui semble bien sombre aujourd’hui, pourrait enfin s’éclaircir. Affirmer que l’homme n’a pas à intervenir n’est pas le dégager de sa responsabilité vis-à-vis des autres vivants : quoi qu’il fasse, ou ne fasse pas, il intervient, tant il est vrai qu’il n’existe plus aucun endroit sur la terre où les activités humaines n’interfèrent, très directement ou plus ou moins indirectement, avec ladevieliaison voire la Bulletin dusurvie plan des espèces sauvages, y compris celles qui ne sont aucunement anthropophiles ou tributaire des de pratiques humaines. A national restauration nous donc de délimiter jusqu’où il est légitime d’intervenir. du milan royal Luc Strenna Milan info n° 19, 20 & 21 - août 2010 Milan info n° 19, 20 et 21 - août 2010 -

Cahier technique milan royal

1

Monographies

Constitué de 16 fiches et d’une affiche d’identification, ce document compile une base de connaissances précieuses acquises par des passionnés, tant bénévoles que salariés, au cours de ces dernières années. Egalement téléchargeable sur 1 Le milan roya l1 http://milan-royal.lpo.fr

Il existe aujourd’hui quatre monographies sur le milan royal, écrites par nos confrères anglais, espagnols, allemands et suisses mais aucune en Français.

fiche

fiche

Cahier technique milan royal

LPO Mission Rapaces

page

1. 1

pag e

1. 3

Le milan royal

Cahier technique Le milan royal, milan roy Lor Milvus milvus , est unalrapace squ’il s’établ pour une enverg diurne it pet Description

fiche

7 Le progra mme Cahie de ma r techni rquag qu milan e e alair royal e

dan boi de grande taille. ure de 145 à 165 its bos quets, pré sD’une sement ur centimètres il pèse entre 800 arbres (soit une enverg s de de férentie longue et 1050 gramm pla59 centimètres ou ineà 66 llem es pour le Le milan royal il res eure ore ure supéri entà sur lesplu celle d’une, buse mâles etenc te à pro se reconnaît à 950 àsur desgramm variab arbreses pour les coteau sa longue queues souven de l’espèce. Sa t dan1300 x. On peule),ximité des lisi isolés. Les comporrousse triang les femelles. sulaire tête blanchâtre, un hêt ères. Po te à 3 t aus deux par ur si le son pluma à l’exception un chêdémen œufs (ra etre,profon ge isbrun2roux de tro oi un trouver Il affectionne tenaires qu de deux taches ne outbie échan crée, sur la face rem surtout Le matypiqu prog dans les LPsupéri blanches, située œufs). Les eparticipen n enc caractéristiques O Mi1ssio eure, ore un les ou aux ales au niveau jeunes ent et roux rqua mme haies ave t à la ra 4) cou de l’espèce. Ses rayé n pinge nto des Ra su con pre vés . La poigne c de gro paces longues ailes et urs durant lui confèrent une r lesdeailbrun strude alapon nne chacun ts,ntsur ctiom ire te face inférie s leula sa grande queue n ar allure en vol aisée dursont les 3lui r env lieu ent duqunid estaco es antpe31 de mèure ag,eins ol à 4donne Les jeunes et rmet dès et uram re fin ma sem élégan à 32 nt ? tallé une silhouettel’âgetre te. aines immatures se unejou rs des. Un rs (so qui suiv multiélancé reco Cy distinguent des et àpr50 itme inférieure. Leur utilis et fin avril et 38ntjou ent. ples e48 nn ann og jou adultescle aissa uel rs pou rs. é ra face supérieure par leur pluma fin mmeIls rev du mil de est également gean e tindivi chrezune couvertures sus-al lespon nettem de maiennc nen royalent plus clairs individu alités. Il rapa tece plus claire et ma aires forment du nge vis rq sur d’h s. ❶ moins la ell ua r au e, s pla un net liseré clair ivern faceIl do rousse. Les extrém sombre. Le jeune fin février neurs. et chaq age, la it, d’a d’une pa ge alaire e denid se distingue égalem ités et la queue - avril présen des grand les lie ue rt, a La po ut es ph et non jaune pâle. ois dé te ent de❷ re à une ns ilo miema l’adult se de parrsses cho fine barre Ce sub-te fami leux patrie, l’i part, perm connaître buté en 20 eau à une - finnuanc ma Le milan royal, avriles rousses surixladutête site de prograrminalia dista ❸ mi dentifi 05 la . ettre espèce assez social mme nce de rques en et mars d’ason ificatio catio d’obt dynamiqu en Fran ponte ambré ffinid plasti e, est fort à proximité du fin mai neœil plu n et la ce en et par marq r les n de e ❹loquace mome nid et lors des ade date taille ir des inf des popu sur le mi sieurs cent que nt des parades, rassemblements fin avrau coulors deuxième partie d’env connaissa uasge offre vaison orma lan ro des ter aines de conflit hivern il - fin juin olriaux « pchiuuuuuu enco (38 tions lations et s rs) enfin territo des jeu nces su yal. Il rit jou fin juinaux. Il émet de longsnou pchiu pchiu❺ ur oir Seule une confus de sur la le r le su sifflements, es, la pchiu a de à fins juil nes, e en ou no ion avec le milan vibrésagdans locali taux de fidéli rso de ceux ❻ juil», proche let de la buserrissag e pe des leur tre les etc.), les ccès de mbreuses nnnes du milan noir, noir est jeu su té es let variab possib de pre re re quau le premier ayant le. On distinguera ca prise miers volle. s parte sation des rvie i pe nid (48-50 s co ractérist productio tombées un pluma❼ uven toutefois facilem marques alaire s des jeu zones naire ge plus aoûclair, t avoirjoude n, la annexe iques t-novem s blanches) et ent nt rs, ind nes s le une milan ac ou colora épe voi phén royal une queue ❽ ts av des sit bre tion plus contra ndance un im re par encore outre plus grand nettem ologie s en perm fois ec les stée (queue des jeuLe ent pact nov s cara es de 60-pr et a un vol plus emplus 70) rousse mig de ett nes crée bre àéchan su et que nid léger, avec rat op ct an et re r le second ion janvier dispéristion l’espèc riétaire prod ifica t d’a ❾ des . Le pos A la milan t-nu iques févbattem royal est en ers e. rier-maents d’ailes amplehiv dif ptia s et co tion, le ré uction (d ccroître A signaler toutef s etern tech souple rs age les.pr férenlece et at ntrib ois : niqu des au ue à gime alime e de pont es du • la confusion migration un ogramme sensibi ntair e, prog franç tres prog possible entre e, préco liser ❹ deptia ramm -nu ra ais n’u alple le l’ensem etc. Il milan noir du est me hanu e ❸ tilise mmes de ❺ mé Proche-Orie ble de né marq pas nt (ssp aegyptius poussin exclusiv rique ma s ) et le milan royal, is des de marque uage euro s de l’a ement ❷ tous deux ayant Une co s pé ❻ sur la de co mbina en, nnée ma le corps roux et la tache blanch aile de rque comp sont ma population isons de uleur avec ❶ rq e au niveau coule niche des urs. gauche l’oiseau. osée de de ués. mains ; ❼ use et La lec ux co seuls Il • les deux Le pr vers l’aile tu uleur les casfévrd’hybridation ogramm s est droit re se fait ier mar total fix connus entre de ha e utilis e. s de 2 les milans royaux ut en ée sur ch avril e sept 401 suiva aque et noirs (Est ba mai co ❽ s co nt et de de l’Allemagne ule es : no mb juin et l’aile Sud de la Suède ir, vert inaisons urs différ juillet entes ) et les deux po aoû clair, t masept Re offra❾ observations bleu, ssibles. Le embre rque nt d’hybrides Le rose, milan utilis : la octobre nov roug s couleur ainsi un noir / milan milan roy ée embre coule s so royal faites al cha décemb e, jaune ur or retirée la prem prairie en s France (Bourgogne re janv et bla nt les ièr ange de fauche sse en volant ier févr et Auver ncier à faibleconfus en raison e année . degne) , que les temps à en 2006 et 2007. a été hau mars ion de rou teu rec s tes av r hercher risqu faveur des lasus sa nourrit ou bien encore au-ec des coule desurcames de La milan les ham ure plein ciel essaimages d’é Panel rougpagnes. marq royal adulte -eau sol (lo de cou phémères au ga . x : et Il prospe photo R.Riols ue les© e. leurs , de fou uchembrics cte aus utilisée sée ctes) fermes. Il pas rmis volrens etpoinse s se égalem si bien les géog sur à la ma anteig es ou ne de raphiqu l’aile nière ent bea Menac su han de r uco net e: la es • roug l’o up rigons ine, il chasse (so buse variable. e : M A • bla as uve Il y a enc la sif ce nt en gro nc : F ore vingt nt upe) en menacée. (Blan ranche-C ral ans, le milan roy c / Bl Ses effe omté déclin son an ctif al éta• it no : nord- c) unir rap t multip s ont chuté et aux tra est (N les : la son air Blanc p ace com muoir itement n. / Aujourd’h rép ou itio s phytos progression des eArde A cela a C denn artr l n hamp ui, c’es anitaires surfac s’a sidé t Noir a con ese, cul ag contrib la Bo (bromadi joutent les em nerab / R - lement dim une espèce gra uent es,ou urgogntivé poi olone) lesgemo vement inué. Les podes et volont sonnements • bleàu :dégrad électriq causes accidente Pyrénere)son habitat ur de cultures ues, les aires (fa de son plus inte collisio ls lor et à réd éess its en ns avec nsi uire les les véhicu toute illégalité) de régulations population fs associés des les et les , Répartiti éoliennes la fermeture des populations de s de proies. on . campag décharges nols Le milan , le tir, les lign royal est rencontre es une esp Le cod jeune milan royal dans une èce e don à côté ‘Ro d’un milan noir de répart t la dis uge / étroite - photo : R.Riols Vert’ bande reli Co ition. Plu © mp tribution l’origin sur l’aile gau Au tota s à l’ou ant l’Elém pa ge ts d’imondiale est e can l, cin • spaen est talienn che des jeu européenn à lanfBié margne os :loru mondiale q pays (Allem , une petite les e des nes qu pop oiseau milans e agn es . (es ssie ula 7. 1 e, France plasti tion al pèc ind x - ph , l’Ukra oto : R. iquent ques. récair es so ine constit e endémique). Espagn • , to Riols nt en nt Aucuemme éta e, Sui us les o uan On © blie t sa lim le occupe et Suè agrafe bâche c ise sse ne ite orienta soien amionune par abr n’e t pas aux marqu de) le tie iten st de t près de coule de l’Angl utilis marqu és eterre. 90 %ur. és, com sont bagu ée; de Elallepop s s és. E pte ten on ula t fition xées pa u de l n revanch eur t r d e, u fil n rop jeu il arrive ylon e que d ne âg t des ro es po e. Ils ndell sont ussin es alor s uniq s de certa ines n ueme ichée nt ba s ne gués.

4 Oiseaux et lignes électriques n°8 - décembre 2010

Oiseaux et li g nes électriques Bulletin du Comité national avifaune LPO © 2010 Réalisation : LPO Mission Rapaces

62 rue Bargue, 75015 Paris rapaces@lpo.fr

Ont contribué à ce numéro : Benjamin Kabouche (LPO), Richard Lejeune (ERDF), Didier Lasserre (RTE) Yvan Tariel (LPO), Michel Mure (FNE) Relecture : Joël Alliot, Laurent Lavarec Ont participé au financement : RTE, ERDF, FNE et les

adhérents de la LPO

Création / composition : la tomate bleue

OetLE_8rev8bis  

Dossier . Le milan royal un joyau menacé... 2 Ne le confondez avec le milan noir 2 Electrocutions . 3 CORA FS représentant de FNE au CNA Bul...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you