Page 13

S Y LVA I N G R O U D

« Je suis en perpétuel apprentissage. Tant que je fabrique, je recherche et je continue à apprendre. » Durant ces dernières années, Sylvain Groud a mené de nombreuses actions dans le milieu hospitalier. Il y retourne volontiers. Il a besoin d’y retourner. « Pourquoi ? Ce pourrait être d’autres territoires. Mais, à l’hôpital, c’est toujours productif dans le sens poétique. Il y a un rapport au corps singulier qui m’oblige à la plus grande exigence artistique. J’aiguise ainsi des outils en permanence. » Dans son travail, Sylvain Groud constr uit éga lement des « ponts huma ins » Tout d’abord avec les malades, le personnel hospitalier. « Je dois me retrouver sur le territoire de ces personnes. C’est la même chose avec un créateur. Il est nécessaire

que je comprenne le cheminement de cet artiste avec lequel je vais travailler. » Il l’a fait avec des musiciens. Le chorégraphe a bousculé les codes de l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, alors dirigé par Benjamin Lévy, dans Cordes. « J’ai dû orchestrer des corps, imaginer un langage pour que ce chef, un être brillant, me comprenne. » Sylvain Groud a travaillé sur l’image avec Grégoire Korganow. Il s’est plongé dans le hip-hop avec une troupe de jeunes danseuses dans Elles. Lors de la carte blanche donnée dans le premier numéro de MICHEL, le danseur et chorégraphe évoquera dans un long entretien toutes ces expériences, ces personnes qui l’ont marqué. « Chaque création est un événement dans une vie. » — MARYSE BUNEL

Michel "Art, culture et société en Normandie"  

MICHEL « art, culture et société en Normandie » est une nouvelle revue culturelle thématique et régionale développée pour révéler les talent...