Page 11

Il convient d'ajouter que, si Mikaël s'identifie à Metatron comme on vient de le voir, il n'en représente cependant qu'un aspect; à côté de la face lumineuse, il y a une face obscure, et celle-ci est représentée par Samaël, qui est également appelé Sâr haôlam; nous revenons ici au point de départ de ces considérations. En effet, c'est ce dernier aspect, et celui-là seulement, qui est «le génie de ce monde» en un sens inférieur, le Princeps hujus mundi dont parle l'Évangile; et ses rapports avec Metatron, dont il est comme l'ombre, justifient l'emploi d'une même désignation dans un double sens, en même temps qu'ils font comprendre pourquoi le nombre apocalyptique 666, le «nombre de la Bête», est aussi un nombre solaire17. Du reste, suivant saint Hippolyte18, «le Messie et l'Antéchrist ont tous deux pour emblème le lion», qui est encore un symbole solaire; et la même remarque pourrait être faite pour le serpent19 et pour beaucoup d'autres symboles. Au point de vue kabbalistique, c'est encore des deux faces opposées de Metatron qu'il s'agit ici; nous n'avons pas à nous étendre sur les théories qu'on pourrait formuler, d'une façon générale, sur ce double sens des symboles, mais nous dirons seulement que la confusion entre l'aspect lumineux et l'aspect ténébreux constitue proprement le «satanisme»; et c'est précisément cette confusion que commettent, involontairement sans doute et par simple ignorance (ce qui est une excuse, mais non une justification), ceux qui croient découvrir une signification infernale dans la désignation du «Roi du Monde»20.

1 17

Ce nombre est formé notamment par le nom de Sorath, démon du Soleil, et opposé comme tel à l'ange M i k a ë l ; nous en verrons plus loin une autre signification. 1 18

Cité par M. Vulliaud, La Kabbale juive, t. II, p. 373.

19

Les deux aspects opposés sont figurés notamment par les deux serpents du caducée; dans l'iconographie chrétienne, ils sont réunis dans l' «amphisbène», le serpent à deux têtes, dont l'une représente le Christ et l'autre Satan. 2 20

Signalons encore que le «Globe du Monde», insigne du pouvoir impérial ou de la monarchie universelle, se trouve fréquemment placé dans la main du Christ, ce qui montre d'ailleurs qu'il est l'emblème de l'autorité spirituelle aussi bien que du pouvoir temporel.

11

Livre - René Guénon - [1927] - Le Roi du Monde -- Clan9  
Livre - René Guénon - [1927] - Le Roi du Monde -- Clan9  

LE ROI DU MONDE RENÉ GUÉNON 3 Le Dr Arturo Reghini nous a fait remarquer que ceci pouvait avoir un certain rapport avec le timor panicus des...