__MAIN_TEXT__

Page 1

LES MESSAGERIES PARADOXES Séguin Antoine - Juillet 2010


LES MESSAGERIES PARADOXES Séguin Antoine Atelier M


PREMIERE PARTIE RECHERCHES:

9

APPROPRIATION ESPACE/TEMPS

1. Les espaces délaissés de la ville

11

1.1 Introduction

11

1.2. Des lieux des possibles

13

A. Evolutions

13

B. Appropriation éphémère

19

C. Appropriation pérenne

27

1.3. Interprétations des délaissés

33

A. Muséification

35

B. Réutilisation

36

2. Les temporalités de la ville

38

2.1. Introduction

38

2.2. Des temps des possibles

39

A. Constat

39

B. Le temps long

39

C. Le temps court

41

D. Mobilités

47

2.3. Interprétations des temps

3. Apports au projet

50 53


DEUXIEME PARTIE CHOIX DU SITE:

75

LES MESSAGERIES SAINT LAZARE

1. Histoire d’un territoire d’exception

77

A. Les origines du quartier de l’Europe

77

B. Le chemin de fer et/ou le lotissement

81

C. Un nouvel élan urbanistique

83

D. Des architectures remarquables

85

E. Le berceau de l’impressionnisme

87

F. Le déclin de la magie industrielle

87

2. Exploration Urbaine 2.1. Un site, la tranchée des Batignolles

95

97

A. Situation

97

B. Implantation et accès

99

C. Le fleuve de métal

101

D. Des ponts et des quais sur et autour du fleuve

105

E. De la terre au ciel

111

2.2. Un édifice, la halle des Messageries

114

A. Introduction au projet

114

B. Historique

117

C. Relations réciproques entre la halle et le site

125

D. Structure et forme

139


TROISIEME PARTIE PROJET:

161

PARADOXES

1. Intentions programmatiques 1.1. Passer, s’arrêter

165

165

A. Appropriation libre

165

B. Hospitalité

171

C. Un espace temps

173

1.2. Se cultiver

175

A. Pratiques artistiques

177

B. Pratiques sportives

179

2. Intentions substantielles 2.1. Des entités

181

181

A. La halle des Messageries

181

B. Le Renouveau

183

C. Le belvédère

183

2.2. Accès et circulations

187

A. Accès

187

B. Circulations horizontales

187

C. Circulations verticales

187

2.3. Eléments programmatiques

189

CONCLUSION

191

BIBLIOGRAPHIE

192

REMERCIEMENTS

197


8

Photo: SĂŠguin Antoine - Ancien moulins de Sainte Colombe, Seine et Marne, Janvier 2010


Hors de mon cursus scolaire, je pratique la photographie ainsi que le graffiti, j’ai hérité de ces deux pratiques un regard et un intérêt portés sur le rapport à la ville de l’humain et plus précisément à ses territoires délaissés. Lors du premier semestre de cette année scolaire (2009/2010), dans le cadre de la recherche sur les territoires d’exceptions, j’ai décidé de m’appuyer sur mes connaissances personnelles qui vont orienter mes recherches. J’ai choisi d’étudier le processus d’appropriation des espaces délaissés : ces derniers incluent tous types de friches : elles peuvent être industrielles, ferroviaires, portuaires, tertiaires, religieuses, militaires, marchandes… De nos jours, les questions sont portées sur l’environnement, le recyclage, la récupération. Il me semble important de penser également à la requalification des espaces délaissés de nos villes. L’utilisation de ces « carcasses » pour accueillir diverses fonctions permet d’apporter une réponse à l’étalement urbain grandissant.

Les friches sont des équipements culturels construit à 80% , ce sont effectivement en majorité des lieux libres, souples, ouverts et marqués prédisposés à la mutation. L’appropriation des bâtiments délaissés est une recréation, une deuxième vie de ces lieux. 1

1  Jean Nouvel, référence inconnue

9


PREMIERE PARTIE RECHERCHES: APPROPRIATION ESPACE/TEMPS

11


12


1. Les espaces délaissés de la ville 1.1 Introduction Lors de mes explorations urbaines, je constate souvent à regret que bon nombre d’espaces et de bâtiments sont mis de côté dans l’usage de la ville. Ces délaissés urbains font partie de mes centres d’intérêts personnels. Effectivement, mes études d’architecture et mes passions pour la photographie et le graffiti m’ont amené à me diriger vers ces lieux abandonnés, à forcer ma rencontre avec ces vides, ces rejetés de la ville. Mon travail concernant ces friches que je fais miennes le temps de quelques heures est un travail à dominance documentaire. Dans mes photos, je prends le temps de cadrer les choses, de les étudier précisément, d’en dégager ce qui m’intéresse. Il m’arrive de revisiter ces lieux après un premier passage, de nouveaux graffitis ont recouvert les anciens, un matelas a été amené et à sans doute servi d’accueil le temps d’une nuit. Parfois, en repassant devant un lieu visité, je m’aperçois qu’il a été détruit, et qu’il ne reste rien à part un tas de pierre. Ce ne sont que des exemples. Ces lieux délaissés évoluent, ils sont créés, fermés, abandonnés, ils portent les marques de leurs vécus. Je me retrouve dans les propos de Marc Augé concernant le charme de ces lieux, où une forte corrélation existe entre l’espace et le temps. Le charme des chantiers, des friches en attente, a séduit des cinéastes, des romanciers, des poètes. Il tient, me semble t’il, de son anachronisme. Contre l’évidence, il met en scène l’incertitude. Contre le présent, il souligne à la fois la présence encore palpable d’un passé perdu et l’imminence incertain de ce qui peut advenir : la possibilité d’un instant rare, fragile, éphémère, qui échappe à l’arrogance du présent et à l’évidence du déjà-là. Les chantiers, éventuellement au prix d’une illusion, sont des espaces poétiques au sens étymologique : quelque chose peut s’y faire ; leur inachèvement tient d’une promesse.1

1 

Marc Augé, Le temps en ruine, Galilée, Paris, 2003, p.89

13


Ouverture/Activité

Fermeture

Désagrégation Appropriation timide et peut remarqué éphémère ou pérennes

Appropriation

Réutilisation mise en valeur/remise à neuf...

Evolution d’un édifice délaissé, de la création à la réhabilitation


1.2. Des lieux des possibles Chacun de ces lieux délaissés de la ville possèdent une histoire. Lorsque que je visite une friche, je suis conscient que l’espace et le temps sont comme figés au moment de mon incursion. Je vois qu’il y a eu un avant, et qu’après mon départ, il y aura un après. Le temps d’un instant, l’espace m’appartient, je me l’approprie. L’étude de ces espaces se fait en étroite relation avec leurs histoires. En me basant sur mes expériences personnelles et mes recherches, j’ai défini le statut de différents lieux, en activités, abandonnés, squattés, réhabilités. Ces recherches m’ont permis de mieux comprendre le processus d’appropriation. De la création à la destruction d’un bâtiment industriel, diverses «étapes» se distinguent. J’ai schématisé ces dernières dans les croquis ci-contre.

A. Evolutions - Création: La création de ces espaces se fait dans l’optique d’une production, ils sont donc le plus souvent implantés sur des sites liés à une infrastructure de transport: que ce soit ferroviaire, maritime, ou routière pour faciliter l’importation et l’expédition de matières premières ou produites. L’architecture industrielle possède un vocabulaire qui lui est propre, la fonction du bâtiment est distinguable depuis l’extérieur. Le couple de photographe Becher a focalisé son travail sur la typologie d’édifices industriels. Ils regroupent à eux deux l’un des plus grand recensement photographique de bâtiment issu du patrimoine industriel en photographie. Leurs images témoignent des typologies particulières des bâtiments industriels et de la forte corrélation existante entre forme et fonc15


Bernd et Hilla Becher, exemple des séries de photographies concernant les bâtiments industriels, 1970-1989

Emile Maigrot (architecte) - Eugène Freyssinet (Ingénieur), Halle du Boulingrin, 1923, Reims


tion (voir images ci-contre). Effectivement, les volumes intérieurs résultent d’une architecture purement fonctionnelle. Ces édifices abritent des espaces ouverts, marqués, libres et souples permettant à l’entreprise propriétaire d’y installer les infrastructures nécessaires à l’exploitation. Les édifices répondant à des usages précis lors de leurs conceptions.

- Fermeture : Un bâtiment industriel peut être fermé pour différents motifs. La délocalisation, la non-rentabilité de l’usine, et la désindustrialisation du monde occidental sont les causes les plus fréquentes de l’abandon de sites industriels. Suite à la fermeture, la vie d’un site bascule, il est livré à lui même dans la ville, on peut le protéger, le placer sous surveillance en attendant la reprise des locaux par une nouvelle entreprise. Mais ces dispositions coûtent chères et souvent, peu d’organismes ont les moyens d’investir dans ce dispositif. (cf la halle du Boulingrin ci-contre) Laissés parfois dans l’état, comme si les usagers du lieu revenaient le lendemain, les sites abandonnés conservent leurs machines, leurs outils qui resteront témoins d’une vie antérieure.

- Désagrégation : Sous le poids des années qui passent, un édifice non-entretenu est soumis aux intempéries. Il présente les marques d’usures du temps: sa désagrégation s’opère lentement, des irrégularités apparaissent, la nature reprend le dessus, des coulures ternissent et marquent les façades, la rouille ronge le fer... etc.

17


Visite de l’Usine Degond, Longueville, Seine et Marne, Photos : SÊguin Antoine


Un bâtiment peut devenir insalubre sous l’action du temps et comme l’usine Degond à Longueville (cf photos ci-contre), consécutivement à l’introduction du chemin de fer dans le Provinois. Elle produit des tubes sans soudure en cuivre. Étroitement assujettie aux impératifs de transport et de manutention, elle s’installe à proximité de la gare. Elle est fermée et délocalisée. Son abandon dans l’état crée un vide occupé et inaccessible dans la ville. Aujourd’hui, sa rénovation s’avère être plus coûteuse que sa destruction. Ce patrimoine construit présente de grandes qualités spatiales, la plasticité des bâtiments industriels en font des lieux propices à la mutation et au changement de fonction. L’appropriation de ces lieux, une fois délaissés, par des individus ou des groupes d’individus est quasi-inévitable. Le vandalisme est l’action première nécessaire à la violation de l’espace avant son appropriation.

19


Lorsque vivre est un luxe, «occuper» est un droit, Graffiti en catalan.

Les logos anarchie et squat «nique la loi, squatte le monde»

Etienne Boulanger propose une approche critique des environnements urbains, après un travail de repérage et de recensement de lieux délaissés, il s’approprie des espaces abandonnés en y opérant quelques modifications dans le but d’y passer la nuit.

Cette photo illustre l’installation d’un sans domicile fixe. Photo : Stéphane Giner


Un lieu abandonné ne le reste pas éternellement. En effet, un espace vide au coeur de la ville est un espace disponible pour une partie de la population citadine. Je distingue différents types d’appropriations de l’espace dans le temps. B. Appropriation éphémère - le squatt désigne le fait d’occuper un lieu sans l’accord de son propriétaire. Il est «pratiqué» par les marginaux en réaction au système actuel, donc par conviction ou par les sansabris en nécessité de logement. Certains artistes squattent des friches pour symboliser leurs volontés de rupture avec le système de l’art en place (cf appropriation pérenne) Le squatt se manifeste physiquement par l’installation de mobiliers venus de l’extérieur dans l’enceinte du site (meubles récupérés aux encombrants...). L’espace intérieur servira d’abris pour une période indéterminée, et différents usages y seront pratiqués, du simple couchage à l’organisation d’une vie interne. « Squatter, c’est entre autres, pas de loyer à payer, pas d’interrogatoire à subir pour savoir si on peut repeindre sa chambre en vert pomme. C’est être libre et responsable dans son lieu de vie. C’est aussi un moyen de survie quotidienne qui peut mener à se questionner sur nos façons de vivre, sur le travail, la famille, la vie collective, le train-train quotidien, sur les possibilités de vivre nos idées dans une telle société… »1

1  Le squat de A à Z http://squat.net/

21


Le moulin de Sainte Colombes. Photo: Séguin Antoine

Appropriation de la petite ceinture à Paris. Photo: Séguin Antoine

Une ancienne discothèque, le Why Not, à Pontault Combault Photo: Séguin Antoine


- l’Urbex1 est le terme utilisé pour qualifier les visites pratiquées par des explorateurs urbains dans des lieux délaissés Elle constitue une discipline à part entière. Venus pour figer ces espaces en photographie ou simplement pour les visiter, ces «usagers», seuls ou plusieurs, n’agissent pas dans l’optique d’une modification de l’espace, ils ne font que le parcourir pour en découvrir tous les recoins. Certains groupes s’y installent temporairement pour se restaurer, boire ou fumer durant leurs pauses. Néanmoins, ces utilisateurs sont respectueux des lieux : je pense aux groupes de cathaphiles2 qui pour la plupart ramassent systématiquement leurs ordures et vont jusqu’à organiser des catacleans3. Les enfants pratiquent eux aussi l’urbex quand ils vont s’aventurer dans ces espaces délaissés. Ces lieux sont de véritable terrains de jeux, le caractère d’abandon évoque souvent un lieu hanté aux enfants, et le danger rend la chose encore plus attractive. L’urbex fonctionne sur le même principe. La Petite Ceinture de Paris est un lieu qui a la capacité de déconnecter l’explorateur de la ville. Ce lieu permet une prise de recul sur la ville. En effet, sur la Petite Ceinture, Paris n’est plus exactement Paris, la symbolique de cette bande négligée qui entoure la ville invite au sentiment d’exclusivité. J’ai eu l’occasion de parcourir les tronçons Sud et Est de la petite ceinture, elle révèle une diversité des espaces et ambiances incroyables. Ce lieu de promenade est approprié par les explorateurs ou riverains, comme ci-contre, où lors d’une ballade nous avons trouvé ce canapé sur le bord des voies, pour la photo, nous l’avions disposé au beau milieu des voies, offrant une ambiance tout a fait particulière immortalisée par cette image (ci-contre au centre). 1  Exploration Urbaine 2  Explorateurs des catacombes parisiens. 3  Le cataclean consiste à nettoyer les catacombes par équipes de cataphiles, puis de remonter les ordures à la surface.

23


un Flop de VAPER, des Tags, un Bloc des TKO

le crew TPA à Paris sur la ligne 7

TPA, tu peux apprécier - www.flickr.com/photos/lerefs

En septembre 2009, s’est déroulé l’inauguration du 1er Graff’Park de France à Mantes-la-Jolie. Il est composé de 8 murs destinées à l’expression graphique et d’une scène en béton pour organiser des événements musicaux. photo : Photograff92, Hervé


- le grafitti : cette pratique consiste à écrire sur une surface sa signature d’une façon stylisée seul ou à plusieurs. Le graff est issu du mouvement hip-hop et est né dans la rue1, les premières apparitions de ce nouvel art en France se sont faites dans les espaces délaissés, cachés du grand public, puis peu à peu, le mouvement a conquit la ville. Toutes surfaces libres sont propices à la pratique du graffiti, ce dernier renferme plusieurs façades que je défini ci-après: - le vandal2 consiste à poser son blaze3 ou de celui du 4 crew dans le but d’une diffusion maximale auprès des connaisseurs (pratiquants et amateurs). Il se pratique dans des lieux visibles par tous les citadins, c’est à dire dans la rue. Le choix du support varie selon les graffeurs ou leurs envies, ils posent leurs graffs sur les rideaux de fer, les murs pignons, les bords de voies ferrées ou d’autoroutes...etc Un des mouvements significatives du vandal consiste à graffer des éléments mobiles tel que les trains, métros ou camions. Pour ce faire, les graffers pénètrent dans les dépots de trains la nuit pour y exécuter leurs graffs sur les trains. Ces derniers devenant ainsi le support d’exposition mouvant et gratuit de leurs productions. Les graffitis issus de cette catégorie ont le plus souvent une forme simple, ils se caractérisent par des flops, des blocks, ou des tags qui permettent une meilleure lisibilité de la signature. Les vandals privilégient généralement la quantité à la qualité de leurs productions. J’ajoute à cette catégorie le pochoir, le 1  Né dans la rue - Graffiti Nom donné à l’exposition graffiti à la fondation Cartier qui a accueilli en 2009 la première grande exposition sur le thème du graffiti en France. Cette exposition a permis de faire découvrir cet art méconnu à la population Parisienne ainsi qu’aux touristes. Elle retrace l’histoire du graffiti et des nombreuses oeuvres y sont exposés. 2  abréviation de vandalisme, terme utilisé dans le milieu de graffiti. 3  Fait d’écrire son nom/pseudo/signature à la bombe sur un mur 4  équipe en anglais, dans le graffiti, c’est l’ensemble des représentants d’un même groupe, souvent désigné par trois lettres signifiant un message ou des mots, ex: TKO: The King Only, CCH: Contre la Connerie Humaine.

25


SCANDAL - «CS 400» CS pour Concept Subversif et 400 pour les 400ml d’une bombe de peinture classique. Le graffer Scandal mets à disposition des graffers des «bombe de secours, réservé à l’usage exclusif du graffiti» qu’il place aux quatre coins de Paris.

Graffiti Research Lab, une de leur action principale est de créer des événements éphémères en ville, à l’aide de leur tricycle aménagé d’une sono et d’un rétroprojecteur, ils parcourent les villes à la recherche d’une façade libre. Une fois trouvée, la population peut participer à l’événement, les tags sont exécutés à l’aide d’un laser et sont projetés en temps réél sur les façades. C’est le graffiti de demain.

Cellograff, graffiti sur cellophane, les oeuvres sont temporaires et permettent d’investir des lieux où le graff n’as pas sa place, ici, sur les quais de Seine.


collage et d’autres interventions artistiques illégales dans l’espace public. L’artiste JR1 qui pratique le collage affirme qu’il possède la plus grande galerie du monde : il veut bien entendu parler de la rue, des rues du monde, dans lesquelles il expose librement son art. - les fresques et autres productions murales sont créées par une autre catégorie de graffers : ces derniers privilégient la qualité plutôt que la quantité de leurs productions. Les fresques sont généralement l’oeuvre de crew où chacun des membres pose son blaze côte à côte. Généralement, le fond qui sert de support à la fresque est peint au rouleau et parfois travaillé jusque dans le détail, avec par exemple, l’ajout de personnages ou d’un fond stylisé. Les fresques sont plus généralement réalisées dans des lieux délaissés ou sur des terrains où la pratique du graffiti est tolérée. Ces facteurs induisent une notion de danger et de stress moindre étant donné la quasi-inexistence de passage dans un cas et le caractère officieux dans l’autre. Depuis peu, cet art marginal et illégal est devenu légitime, ce qui lui vaut d’être exposé dans des lieux prestigieux comme le Grand Palais2 ou la fondation Cartier3. Le graffiti s’est fait une place dans la ville, il fait partie intégrante du paysage des grandes villes mondiales et s’impose au regard de la population en s’exposant sous ses yeux. Appréciable ou non, le graffiti est devenu un art.

1  http://jr-art.net/ 2  Exposition le tag au Grand Palais, 300 toiles de même format et sur le même thème ont été réalisées par 150 artistes pour former le plus important témoignage de cet art éphémère sur plus de trois générations. 3  Exposition Né dans la rue - Graffiti, voir note 3 page précédente

27


«Chez Robert, Electron Libre», au 59 rue Rivoli à Paris

Musée Igor Balut dans le squatt Rivoli


C. Appropriation pérenne La ville est aussi spectatrice d’une appropriation plus réglementée, plus tolérée : je la nomme appropriation pérenne. Elle est représentée par des lieux où résident des artistes, ces lieux sont le théâtre d’événements off1.Les espaces délaissés appropriés par des collectifs d’artistes peuvent être tolérés à force de résistance.

- Je pense particulièrement au squatt 59Rivoli. Ce squatt est un espace pluridisciplinaire où se côtoient différentes pratiques artistiques représentant une large palette de l’expression contemporaine (peinture, sculpture, installations, vidéo, photo, collage, danse, chant, mime, performances..). Les «propriétaires» le définissent également comme étant un lieu cosmopolite qui privilégie le mélange des cultures en permettant à des artistes du monde entier de confronter leurs pratiques artistiques au sein du collectif. «Dix ans après être entrés par la fenêtre de derrière, on ré-entre par la porte de devant. Et, au fait, si ce n’est plus un squat (et en effet ça n’en est plus un), qu’est-ce que c’est ? Comment ça s’appelle ? Ça s’appelle un aftersquat . “L’aftersquat Rivoli” .Venez voir. Vous n’avez jamais vu ça...»2

1  Cette notion de off permet de théoriser l’idée d’un système in-off où le off appartient aux mondes de l’art tout en proposant une démarche artistique alternative au in. Ce système in-off s’inspire du fonctionnement des mondes de l’art où l’avantgarde est le moteur de l’innovation et fonctionne en lien avec le modèle dominant. Au delà d’une simple dualité entre le in et le off, ces deux sphères font système, interagissent et s’alimentent mutuellement : l’une renforce l’autre, même si l’un dit s’opposer à l’autre. Vivant Elsa, Sécurisation, pacification, animation : L’instrumentalisation des scènes culturelles off dans les politiques urbaines (enquête), 2007, CAIRN.INFO 2  Extrait de la page d’accueil de l’aftersquat Rivoli www.59rivoli.org

29


Les Frigos, squatt d’artistes à Paris.

Le Tacheles, squatt d’artistes à Berlin


- Les Frigos, squatt d’artistes situé dans le quartier Massena sur la ZAC rive gauche de Paris est un lieu phare de la culture off parisienne. Les artistes se sont implantés dans un ancien entrepôt frigorifique de la SNCF, les squatters sont toujours présents malgré plusieurs menaces d’expulsion. Les frigos font figure de légende de la scène artistique de la ville de Paris, et plus encore dans la nouvelle ZAC qui l’entoure. La SEMAPA1 met «en lumière les activités artistiques des Frigos et s’appuie sur eux pour développer une image positive et créative du quartier [...] (les frigos) participent à la construction d’une image d’un quartier vivant et dynamique. [...] Ainsi alors qu’ils ont longtemps constitué une épine dans le pied de l’aménageur, les Frigos sont mis en avant aujourd’hui pour construire l’image du quartier en tant que nouveau quartier Latin et s’imposent comme élément légitime et qualifiant.»2

-Le Tacheles à Berlin est lui aussi un squatt où les artistes résistent à la pression de la ville, les artistes y ont créé un véritable laboratoire artistique ouvert au public. Lors d’une visite à Berlin au mois de mai 2010, j’ai pu entrer librement dans cette non-institution et en visiter la plupart des ateliers. Le lieu est propre et agréable à vivre, à l’extérieur se trouvent des espaces consacrés à l’organisation d’événements en plein air. On y trouve des tables et des chaises ainsi qu’une buvette et un petit cirque. C’est LE lieu subversif de Berlin. Il connaît en ce moment d’énormes pressions en faveur de sa fermeture et destruction mais les artistes résistent et continuent de mener leur combat contre la fermeture. 1  Société d’Economie Mixte d’Aménagement de PAris 2  Vivant Elsa, les évenements off : de la resistance à la mise en scène de la ville créative, Géocarrefour [en ligne], Vol. 83/2, 2007, mise en ligne le 01 octobre 2010, http://geocarrefour.revues.org/index2188.html

31


La halle Freyssinet Ă Paris, le nouveau lieu in de Paris


-La halle Freyssinet dans le XIIIème arrondissement parisien est un lieu emblématique de l’activité industrielle. Autrefois rythmé par le passage des trains sur les voies ferrées, aujourd’hui, ce quartier est en pleine mutation. Les travaux de recouvrement des voies par la SEMAPA ont déjà débuté. La halle, elle, après avoir été abandonnée et longuement protégée, est de nouveau en activité et propose d’accueillir des événements tels que la fashion week ou autres foires aux antiquités. Les nouveaux propriétaires revendiquent la halle comme étant le nouveau lieu in1 parisien, et proposent plusieurs configuration de l’espace permettant d’accueillir conventions, colloques - Lancements de produits - Réceptions - Soirées - Expositions - Concerts - Salons - TV - Cinéma - ou encore Défilés de mode.

1  Tendance

33


Les halles paris, vues aériennes.

Christo à Berlin

Logo du Patrimoine du XXème siècle


1.3. Interprétations des délaissés De nos jours, je pense qu’il est naturel de se poser la question de conservation du patrimoine, et dans mon cas, plus précisément le patrimoine construit du XXè siècle. Préférant la notion d’héritage1 à celle du patrimoine pour définir ce que le passé nous lègue, ce « déjà-là » à également déjà vécu, c’est à nous d’en tenir compte dans notre démarche de projet. «La reconnaissance de ce patrimoine moderne ne s’est faite que lentement. En réalité, seulement mille édifices du XXè siècle sont aujourd’hui protégés au titre des monuments historiques, soit 2,5% du corpus total des édifices protégés. De plus, la plupart datent de la période 1900-1914. On a bien créé en 2000 un label «patrimoine du XXè siècle» pour distinguer une plus large sélection de constructions remarquables.»2

On a bien compris que l’héritage architectural du XXe siècle nous lègue des édifices extrêmement divers et recouvre une très grande variété typologique. Le rôle de l’architecte dans la réutilisation de l’héritage architectural est déterminant pour l’avenir d’un édifice. En effet, l’architecte choisi son parti architectural : il a le choix entre plusieurs attitudes comme le respect ou le rejet de la construction. C’est à lui de définir la nature de son geste et de justifier ses positions architecturales. « Au delà de l’intérêt aujourd’hui bien compris de conserver la mémoire du passé, la prise en compte de l’existant dans les édifices contemporains induit une contrainte mais aussi une richesse potentielle pour les projets. Le fait de composer avec le déjà là, de se confronter à un autre vocabulaire architectural, à d’autres conceptions de l’espace, de se frotter à d’autres sensibilités exige une réflexion, voire un investissement supplémentaire. Mais c’est un facteur positif qui pousse à imaginer des solutions qui n’auraient 1  Emprunté à l’anglais Industrial Heritage 2  iBertrand Lemoine, « Réhabiliter les édifices métalliques emblématiques du XXe siècle », Editions L’Œil d’Or, p.13

35


Le délaissé

Muséification du délaissé

Réutilisation du délaissé


peut-être pas vu le jour sans cela. Cela permet d’intégrer plus vite et plus facilement une construction nouvelle à un contexte donné, de tisser un lien entre l’histoire et le futur. C’est une main tendue aux générations passées mais aussi un signe de confiance dans la possibilité d’un développement durable. » 1

Un même édifice à l’abandon peut alors être considéré différemment par les personnes qui doivent décider de son destin. Un véritable travail d’étude du bâtiment est nécessaire avant tout intervention. Bon nombre de questions sont soulevées avant quelconque intervention sur un édifice : Quel est son passé, sa fonction initiale, les usages qui en étaient faits, son évolution, ses appropriations post-abandon?...etc J’isole deux types d’interprétations d’un délaissé. Le premier que je nomme la muséification, et le second la réutilisation, je vais définir ces deux interprétations dans la partie suivante.

A. Muséification C’est le cas où le bâtiment est considéré comme faisant partie intégrante du patrimoine urbain de la ville, il peut être classé, il devient donc intouchable. Il est considéré comme étant une antiquité, un souvenir du passé qui ne doit pas changer de fonction, le bâtiment devient l’ombre de lui même. La muséification est le travail dans le respect de l’oeuvre héritée. Le travail de l’architecte est de créer le lien entre le passé et le futur du bâtiment, tout en redonnant sa beauté passée à l’édifice. Dans cet optique, les seules modifications acceptables sont la réhabilitation et la mise en valeur des lieux 1  Bertrand Lemoine, « Réhabiliter les édifices métalliques emblématiques du XXe siècle », Editions L’Œil d’Or, p.15

37


en rénovant aussi bien l’intérieur que l’extérieur. Cette posture peut être envisagée sans nécessairement avoir recours à l’intervention d’un architecte. Le risque dans ce cas est de ne plus avoir une réelle recherche architecturale ni un travail de création, on se contente d’exclusivement restaurer le bâtiment à l’identique, Cela entraîne une équivalence esthétique entre la ville et son histoire en intensifiant les traces du temps qui passe de manière artificielle.

B. Réutilisation Dans l’optique d’une réutilisation de l’existant, le bâtiment fait également partie de l’héritage architectural urbain. C’est l’interprétation du bâtiment qui diffère et les réglementations plus «laxistes» qui ouvrent les voies du possible vers de nouveaux usages. Le bâtiment considéré par beaucoup comme étant obsolète et démodé peut toutefois renfermer des qualités plastiques et architecturales mal interprétées par les architectes du patrimoine. Ces constructions aux volumes libres et souples sont prédisposés à la mutation des espaces, les bâtiments peuvent accueillir de nouveaux usages et ainsi devenir les acteurs de leurs mutations. Dans le cas d’une réutilisation d’un héritage architectural, les possibilités d’interprétations du bâtiment sont multiples.L’architecte a un rôle important dans la restructuration et peut avoir plusieurs démarches.

38


Exemple, l’architecte peut choisir de s’insérer dans le bâtiment en y apportant exclusivement des modifications internes, en conservant l’aspect extérieur de la construction. L’architecte met en valeur la relation existante entre la ville et l’édifice, seul l’usage et l’organisation interne changent. Ces modifications se symbolisent par le détournement des espaces et se font par le biais d’ajouts d’éléments architecturaux et d’éclairages par exemple. La réutilisation de l’existant peut également se faire par stratification Ici, l’architecte intervient aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’édifice en ajoutant des «couches» qui se matérialisent par des add-ons1 architecturales : il modifie ainsi le rapport à la ville et l’usage du bâtiment. Une autre posture de l’architecte peut consister à agir à proximité du bâtiment, proposant ainsi une double lecture. Il met ainsi en concurrence le neuf et l’ancien, et choisi par ce fait le rapport entre son architecture et l’existant. Ce dernier agit en complément ou en opposition à l’existant. C’est le cas de l’architecture parasite qui consiste à greffer un élément nouveau sur de l’ancien et ce de façon volontairement provocatrice.

1  Supplément, complément

39


2. Les temporalités de la ville 2.1. Introduction « L’architecture est un art vivant, mouvant, évoluant au fil des saisons, des personnes et du vent. » 1

Un projet d’architecture se travaille en quatre dimensions, les trois premières, plus évidentes, désignent l’espace (x;y;z), la quatrième est le temps (t). Dans cette partie je vais traiter le rapport qu’entretiennent les usagers de la ville avec le temps. Le temps, d’après le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales est un milieu indéfini et homogène dans lequel se situent les êtres et les choses et qui est caractérisé par sa double nature, à la fois continuité et succession.2 Les temporalités suivent les rythmes naturels, ceux des révolutions cosmiques. Pour faire court : une année correspond au temps que mets la terre à tourner autour du soleil, un mois, c’est la lune autour de la terre, une journée, la terre sur elle même...etc

1  Matthieu Poitevin, Cité de la Joie, lundi 17 septembre 2007, 2  http://www.cnrtl.fr/definition/temps

40


2.2. Des temps des possibles A. Constat «Jusqu’à tout récemment, la planification urbaine était considérée comme spatiale plutôt que temporelle […] elle ignorait pour une large part « le monde des hommes, des femmes et des sujets » […]. L’organisation des temps de la vie quotidienne des citoyens – les besoins et les désirs de temps- passaient pour être du ressort de l’individu : les citoyens étaient censés s’accommoder de la coordination –satisfaisante ou non- des structures de temps dans les villes, de leurs services publics et privés »1

De nos jours, et ce depuis quelques décennies, les rythmes de la ville ont changé, le temps est devenu une dimension essentielle dans nos vies. Les rythmes de chaque citadin sont en décalage avec les rythmes de la ville. Pour mieux comprendre ces conflits, il est nécessaire d’approfondir l’étude des temporalités de la ville, afin de cerner les bornes et limites de ces temps multiples qui se chevauchent.

B. Le temps long

Le temps long est le temps continu, celui de l’histoire, celui d’où nous viennent les héritages passés. C’est le temps qui passe, celui qui dure, le pérenne, celui qui ne s’arrête jamais. Il est caractérisé par les millénaires, les siècles, les années, les saisons... C’est le temps qu’on ne voit pas avancer, difficilement appréciable par l’homme, on ne voit pas nos enfants grandir. 1  J Y Boulin et U. Mückenberger, La ville à mille temps, l’aube, 2002

41


8h00

12h00

16h00

Temps des commerces, bureaux, usines, services, activités

20h00

0h00

4h00

8h00

Temps de loisirs, repos

Bornes financières Bornes légales Bornes fonctionnelles

Jour

NUIT

Les bornes temporelles de la ville

00:00

18:00

06:00

12:00 Illustration du rythme circadien et de ses périodes les plus actives.


Il comprend les rythmes qui sont imposés à chacun des citadins. Le rythme de la semaine, du lundi au vendredi, c’est le temps du travail, le samedi devient le temps de la fête et le dimanche celui du culte, de la culture et/ou du repos. Les temps de travail sont raccourcis depuis l’arrivée des 35 heures de travail par semaine. On assiste alors à une explosion du temps libre, et donc de celui des loisirs et occupations autres que le travail. Ces temps libres sont des temps disponibles pour tous. C’est un temps réservé pour beaucoup à la consommation, ce qui ouvre pour d’autres les portes d’un nouvel eldorado de consommation, où ces temps libres deviennent des temps où les citoyens deviennent consommateurs de temps. « Parce que quand nous exerçons notre métier nous faisons comme dans la vraie vie, nous ne nous habillons pas pareil en été et en hiver, nous ne lisons pas toujours le même livre, nous ne nous comportons pas partout de la même manière »1

C. Le temps court Le temps court, est un temps plus palpable, il est d’avantage à l’échelle de l’être humain, je veux parler ici du temps quotidien. Le temps quotidien, lui, est naturellement rythmé par l’alternance jour/nuit. Il obéit au rythme circadien2 et plus précisément au rythme nycthéméral3. 1  Christine Dalnoky, Science fiction, Gordes, 14 novembre 2007 2  Rythme biologique d’une durée d’environ 24 heures, c’est le rythme sur lequel se base les processus physiologique de tout les êtres vivants. 3  Se différencie du rythme circadien qui n’est caractérisé que par sa durée, le rythme nycthéméral peut être influencé par la durée du jour et de la nuit, de l’incidence et/ou l’intensité de la lumière articficielle.

43


Schémas de Luc Gwiazdzinski dans La nuit, dernière frontière de la ville, La tour d’Aigues : L’Aube, 2005


La ville et ses habitants vivent chacuns à leurs rythmes. Ces superpositions de rythmes créent des conflits au coeur de la ville. Effectivement, ces deux derniers ne sont pas synchronisés. Il est difficile pour le citadin de s’aligner au temps de la ville. Exemple, qui n’a jamais dû prendre une demi journée de congés pour pouvoir régler des impératifs administratifs? Je choisi de séquencer le temps quotidien suivant les rythmes naturels du jour et de la nuit, puis par la suite, je développe la notion d’instant, de l’événement qui constitue les temps de la ville.

-le jour, la majorité des citadins est en activité, leur horloge interne est plus ou moins réglée suivant les rythmes naturels d’une journée, ils suivent la course du soleil. Du petit matin à la fin de soirée, le citadins parcourent la ville en suivant un parcours souvent répétitif et bien réglé. Chaque individu gère ses temps de travail et ses temps libres. Ces périodes d’activités sont rythmées par des pauses (où le temps continue sa course) où l’individu en profite pour s’approvisionner, se dépenser (et dépenser) et se reposer. -La nuit, malgré le fait qu’elle fasse partie intégrante du quotidien, reste une temporalité délaissée de la ville. La nuit fait appel aux sens, le jour, lui fait appel à la vue. La nuit excite le toucher et l’ouïe. Elle éveille les sens et invite à la quête de l’inconnu. La conquête de ce front pionnier1 disponible a déjà commencée. En effet, la majorité des activités nocturnes tournent autour de la consommation et de la fête. Hormis les désormais classiques boîtes de nuits et leurs soirées thématiques différentes chaque soir. Je pense notamment aux happy hours2 1  Notion introduite par Luc Gwiazdzinski dans La nuit, dernière frontière de la ville, La tour d’Aigues : L’Aube, 2005 - 245 p. 2  Ces happy hours se caractérisent par la baisse du prix des boissons (notam-

45


Illustration du Web 2.0


dans les bars des grandes villes qui ont adapté leurs rythmes en proposant des after-works1 aux travailleurs, créant ainsi des besoins qui n’existaient pas auparavant. Autres exemples, l’ouverture des magasins à Minuit pile avec le lancement des soldes ou encore la vente du livre Harry Potter, ou encore le lancement de la Playstation 3. Pour créer l’événement, ces grands espaces commerciaux n’hésitent pas à se servir de la nuit comme argument de vente, cette dernière devenant ainsi un support attractif extraordinaire. Heureusement, parallèlement à ces banalisations de la nuit, d’autres événements moins consuméristes se créent. Les Nuits Blanches2 parisiennes ou la fête de la musique qui a lieu chaque année. La nuit est également source de conflits entre les usagers de la ville. Comme le montre les schémas de Luc Gwiazdzinski ci-contre, différentes villes s’affrontent dans l’espace nocturne. Aucune d’entre elles n’est dans le même rythme, on observe des zones de conflits au frontière de ces villes. C’est souvent la ville qui dort qui aimerait que ces autres villes fassent de même et ne gêne pas ses envies de tranquillité et qui a du mal à tolérer la ville qui s’amuse. Mais pendant ce temps, de l’autre coté de la fenêtre de la chambre de la ville qui dort, la ville s’amuse, et rêve de liberté. Dans cet élan de liberté, elle ne porte que rarement attention à la ville qui dort. C’est ce genre de conflits que l’on constate.

ment alcoolisée) dans une tranche horaire annoncée par le bar 1  Rendez vous dans un bar après le travail pour se détendre. 2  Les principes des Nuits Blanches sont de rendre l’art accessible à tous, mettre en valeur de l’espace urbain par la création moderne, créer un moment de convivialité: tels sont les enjeux fixés pour cette nouvelle manifestation. La première Nuit Blanche naît dans la nuit du 5 au 6 octobre 2002

47


Les horloges de la gare Saint Lazare


Parallèlement à ces appropriations de la nuit, d’autres appropriations plus marginales se fraient un chemin vers un autre possible, l’organisation de free party1 en marge de la ville est aussi un événement nocturne dans ou hors de la ville.

-L’instant « J’ai entendu parler d’une chose qui ne se constitue qu’au travers de scénarios hétérogènes, multiples et contradictoires, d’une chose qui refuse l’idée même qu’une prévision puisse être émise quand à sa forme de croissance, quand à la détermination de son futur. Une chose informe qui se greffe sur un tissu existant, une chose qui ne cherche pas de point de fuite pour justifier de son existence mais accepte de palpiter, de s’immerger dans un état vibratoire, « ici et maintenant ». Cette chose enchevêtrée, entrelacée, semble être une ville, non, plutôt un fragment de ville. » 2

L’instant, c’est le temps du moment, l’immédiat, le présent. Ce temps très court est pourtant la base de tous les temps. C’est ici et là que peuvent naître l’éphémère ou le pérenne. Tout les temps sont le résultat des instants qui les composent. Tout événement entraîne une réaction et constitue nos journées. D. Mobilités Des inventions comme le train, et maintenant le TGV, ou encore l’avion et l’automobile ont favorisé les mobilités, ce qui entraîne la création de nouveaux rapports entre l’homme et 1  Soirée illégale organisée en marge de la ville dans des espaces délaissés ou en forêt. Les principes de ses soirées sont fondés sur la gratuité ou la donation et la clandestinité. 2  François Roche, R&sie, I’ve heard about…

49


Cette photo a été prise durant plus de deux ans, du 4 avril 1997 au 4 juin 1999. On y constate l’évolution du chantier de la Postdamer Platz à Berlin. Cet effet de flou fantomatique est dû à la superposition des moments qui ont composés le temps, l’immeuble et les grues sont apparus bien après le début de la photo, d’où leurs atténuations sur l’image. Les photos de Michael Wesely sont pour moi la meilleure représentation de l’espace temps qui soit.


le territoire, entre le temps et l’espace, les distances sont réduites par les temps de voyage. Grâce à ces inventions, la mer est à moins d’une heure de Paris, l’Australie, à seulement une vingtaine d’heure de vol... Autre symbole de la mobilité, nos téléphones mobiles. Cette invention est l’une de celles qui ont bouleversé la vie des hommes. Je compte également parmi elles internet qui, à l’aide d’une simple connexion sur un réseau, permet de passer du temps local1 au temps global2. En effet, ces outils ont révolutionné le rapport entre l’homme et l’espace temps. Ce dernier se rétrécit d’avantage, il devient possible de communiquer avec tout individu sur la surface de la planète. Abolissant les frontières, le web 2.0 et ses réseaux sociaux comme Facebook ou le nouveau Chatroulette3 révolutionne les rythmes de vie de milliards d’utilisateurs. Il faut garder en tête que «le temps intervient avec sa créature, la vitesse»4. Effectivement, la notion de vitesse est elle aussi à prendre en compte lors de la réflexion du projet urbain. Pendant que ces temps s’écoulent, d’autres vont plus vite, les fast food5 se sont multipliés et sont maintenant largement démocratisés. La vitesse est devenue l’une des composantes principales de la ville

1  Temps qui n’est valable qu’en un lieu donné, le temps de la ville, celui de l’homme enraciné. 2  C’est le temps mondial, où les frontières n’existent plus. 3  Le concept de Chatroulette : être connecté sur le site, et rencontrer virtuellement via audio, vidéo et texte n’importe quelle personne elle aussi connectée sur le site. On peut en un clic, changer d’interlocuteur à tout moment. 4  Bernard Aghina, La ville 24 heures sur 24: regards croisés sur la société en continu, L’Aube, DATAR, 2002, p.181 5  Restauration rapide

51


2.3. Interprétations des temps L’idée de «bureaux du temps» est née en Italie il y a une dizaine d’années. Leur objectif découle d’un constat : chaque personne a à gérer dans sa propre vie des temps contradictoires : le travail, la famille, la vie quotidienne, les loisirs. Dans la gestion de ces temps elle se confronte en permanence aux rythmes des autres, en particulier des services privés et publics : gardes d’enfants, bibliothèques, commerces, transports en commun, services administratifs, lieux de loisirs, etc.. Ces rythmes se trouvent déterminés par les décisions d’un ensemble d’acteurs privés (les familles, les commerces, les salles de spectacle, etc-) et publics (transports en commun, services publics, établissements scolaires, etc-) qui sont tous des acteurs autonomes dans leur décision. Les services privés et publics ont en outre à articuler de leur côté les nécessités du service et les besoins et revendications du personnel qui assure ces services. En règle générale malgré l extrême interdépendance de ces rythmes les uns par rapport aux autres, il n y a pas d’espace formel de coordination entre eux. C’est en outre grâce aux Bureaux du temps que les plages horaires des métros Parisiens sont allongées d’une heure les vendredis et samedis soir et que certaines crèches proposent des plages horaires en soirée. Désormais, toutes les villes de plus de 30 000 habitants possède un bureau du temps qui s’occupe de la coordination des temps qui font la ville. La notion de temps est également très présente dans le processus d’appropriation d’un espace. Hakim Bey propose son essai en 1991 intitulé TAZ (zone d’autonomie temporaire) où il explique sa théorie basée sur les utopies pirates du XVIIIème siècle, ce texte à inspiré les milieux des raves party et du cyber-espaces. 52


« La TAZ est comme une insurrection sans engagement direct contre l’Etat, une opération de guérilla qui libère une zone (de terrain, de temps, d’imagination) puis se dissout, avant que l’Etat ne l’écrase, pour se reformer ailleurs dans le temps ou l’espace. […] Initier une TAZ peut impliquer des stratégies de violence et de défense, mais sa plus grande force réside dans son invisibilité– l’Etat ne peut la reconnaître parce que l’Histoire n’en a pas de définition. Dès que la TAZ est nommée (représentée, médiatisée), elle doit disparaître, elle va disparaître, laissant derrière elle une coquille vide, pour ressurgir à nouveau invisible puisque indéfinissable dans les termes du Spectacle. » 1

Bernard Aghina nous explique l’influence que le temps et la mobilités des usagers peut avoir sur la vie d’un édifice. «L’immeuble ne bouge pas, sur cette architecture inscrite dans l’espace et qui ne bouge pas, sur ces édifices qui sont là en permanence, il y a le temps qui passe, comme sur toute chose sous le soleil. Modifications des ombres portées, mouvements des nuages, mobilités des usages et des usagers au fil des heures. Un bâtiment n’est pas définitif, il n’est pas (ou rarement) une machine qu’on optimise, mais un abri, un receptacle, un contenant qui doit supporter les changements.2»

1  Bey Hakim, TAZ, Zone Autonome Temporaire, 1991, première édition française, Editions de l’Eclat, 1997, Paris. 2  Bernard Aghina, La ville 24 heures sur 24: regards croisés sur la société en continu, L’Aube, DATAR, 2002, p.181

53


54


3. Apports au projet Dans le cadre de ces recherches, j’ai mis en avant le fait qu’un édifice délaissé peut être assujetti à diverses utilisations et appropriations de la part des usagers de la ville. J’ai également mis en évidence le rôle fondamental de la gestion du temps dans la ville et le projet urbain. Ces appropriations se font dans l’espace et le temps, elles sont versatiles. Quelles contraintes entraînent la réutilisation d’un édifice du XXè siècle ? Comment concilier l’évolution de l’usage et la pérennité du lieu ? Comment la réappropriation d’un espace délaissé au cœur de la ville peut-elle ouvrir à de nouveaux échanges au sein de la population? Comment tirer parti des différentes temporalités de la ville? Reste pour moi à définir le choix de mon implantation et le rapport physique à l’espace choisi (ancienne occupation, mode d’appropriation de l’espace, quartier), le type d’action (squat, laboratoire, expérimentation, innovation), le contenu (théâtre‚ musique, pluridisciplinaire), et le mode d’organisation (système, collectif) prévus dans la friche. Dans les pages suivantes je présente des exemples de réalisations architecturales ayant pour base un bâtiment existant. Ces exemples m’ont inspirés tout au long de mes études et continus durant mon PFE. Ces références permettront d’apprécier les différentes interprétations que les architectes ont fait de l’édifice sur lequel ils ont travaillés. On appréciera également les diverses positions architecturales choisies face au déjà-là et les formes résultantes de ces interventions.

55


Le Lieu Unique, Patrick Bouchain Lieu Unique, ambiances multiples, cet espace est un endroit où l’on rentre par le bar, où le/la réceptionniste n’est autre que le barman, lieu de vie par excellence, la culture est ici en arrière plan, on y accede si on le souhaite, quand on veut. Les espaces dit culturels sont modulables est composés de deux grandes salles, et un grand atelier. Patrick Bouchain a crée une façade appelée le grenier du siècle, des milliers de personnes ont enfermés des objets significatifs pour eux dans des barils qui seront réouverts en 2099.


Réhabilitation de la Halle Pajol à Paris Cette réhabilitation propose la construction d’une auberge de jeunesse, d’une bibliothèque et de locaux d’activité et réalisation d’un jardin public. La halle est l’enveloppe du bâtiment et affirme sa renaissance. En contraste avec celle-ci, les bâtiments sont parallépipèdiques, en bois, avec une structure indépendante de la halle. Entre la halle et les chemins de fer se déroule un grand jardin ferroviaire qui dessine un parcours continu


Tate Modern, Herzog et de Meuron La « Tate Modern » est une réhabilitation d’une ancienne centrale électrique. Aujourd’hui, c’est le musée qui regroupe les collections d’art contemporain de Tate depuis la fin des années 1990.


Marsyas, Anish Kapoor 2002 Ces espèces de trompes créent des sous espaces dans l’espaces, en forçant les visiteurs à les détourner ou en offrant des interstices «protecteurs»

Toboggans, Carsten Höller 2006 Cette intervention révolution les circulations verticales dans le lieu. Le Tate Modern est le téhâtre de multiples intervention artistiques, cela enjendre un nouvel usage du lieu et une chronologie d’appropriation. En effet, le Tate, après avoir été une usine, a connu des modifications architecturales, donc une première réappropriation par l’architecture, puis, dans cette même architecture, des artistes interviennent dans le nouvel espace crée, puis la population rentre en contact avec ces oeuvres dans l’oeuvre. On assiste alors à une stratification des interventions et des appropriations.


Embankment, Rachel Whiteread 2004 Ces cubes de résine viennent saturer ou non l’espace disponible, les amas aléatoires ou rationnels bouchent ou ouvre les vues possibles. Les blocs créent ainsi des parcours au sein même du volume de l’usine/ musée

Crack, Doris Salcedo Shibboleth 2007 Cette intervention se manifeste sous la création d’un sol de béton suplémentaire qui a été trouée par une fissure au beau milieu de l’espace. Intriguant les visiteurs, cette intervention agit directement sur les parcours et les relatiosne ntre espace et populations.


Loft à Porquera de los Infantes L’architecte Jesús Castillo Oli après les voeux de ses clients, s’est intégré dans une ancienne batisse dont il ne restait que les murs, il s’y implante en créant de nouveaux volumes à l’intérieur tout en respectant la construction d’origine, les seules modifications extérieures visisbles sont au niveau des baies qu’il ne rempli pas mais appose à l’extérieur.


Le LiFE de Saint Nazaire Le LiFE est un nouvel espace dédié à l’activité artistique de création sous ses différents aspects (arts plastiques, musiques, architecture, arts de la scène, littérature, cinéma, vidéo, nouveaux médias…). Commandité par la Ville de Saint-Nazaire, porte océane située sur la Côte Atlantique, il est logé dans l’Alvéole 14 de la Base des sous-marins construite par l’armée allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale. Initialement conçu comme abri destiné aux sous-marins de combat, cet espace vient d’être entièrement reconfiguré par l’agence LIN, sous la direction de l’architecte berlinois Finn Geipel. Ses vastes dimensions (près de 2000 m2 — soit 85m de longueur, 20 mètres de largeur et 11 mètres de hauteur) offrent un large éventail de possibilités spatiales, au gré des projets qui y sont accueillis. Le LiFE bénéficie du soutien de la Ville de Saint-Nazaire, du Conseil Général de Loire-Atlantique et du Conseil Régional des Pays de La Loire, son activité est principalement tournée vers les scènes actuelles de l’art au plan international.


Mass MoCA, musée d’art contemporain du Massachusetts Le Mass MoCA s’étend sur plusieurs bâtiments de l’époque industriels réutilisés dans l’optique d’y exposer des oeuvres éphémères et pour la représentation de happenings artistiques.


«PLaying the Building» à la Battery Maritime de New York C’est une installation dans l’ancienne Batterie Maritime, à New York. L’artiste David Byrne investit l’espace. Il place un piano au milieu de l’espace et le relie à différents espaces. Il pousse ainsi le visiteur à produire des sons et à participer au côté sensoriel du bâtiment, autant du point de vue du toucher que de l’ouie.


Le chateau de Lichtenberg Le château de Lichtenberg se situe dans la commune française de Lichtenberg et le département du Bas-Rhin. Au soir du 9 août 1870, un gigantesque incendie le réduit à l’état de ruine. Depuis 1993, un ambitieux projet de restauration et de mise en valeur culturelle est engagé avec salles de conférences et de spectacles, d’expositions temporaires, un théâtre de plein air, un service pédagogique.


Kunsthülle LPL / OSA C’est dans cette ancienne usine de Liverpool que l’agence d’architecture OSA (Office of Subversive Architecture) à installer une espace d’exposition et de conférence temporaire. Cette installation se traduit physiquement par deux couches successives de rideaux de PVC. Le rideau extérieur protège des intempéries tandis que le rideau intérieur espacé de 80cm assure l’isolation. Ces rideaux sont traversable par les usagers, ce qui créer un lien physique et un jeu entre les usagers et le bâtiment.


Locaux de l’agence Mother, Clive Wilkinson L’agence de publicité Mother avait comme spécificité d’un travail en groupe autour d’une table, sans hiérarchie. L’architecte propose au dernier niveau de l’agence une table en béton large de 5m ou chacun trouvera son poste de travail. Cette table continu est accessible directement depis les escaliers de l’agence.


Locaux de Pallotta Teamworks, Clive Wilkinson Ici, l’intervention de l’architecte se traduit par l’insertion de containers dans un volume libre, ces containers servent à l’ensemble du volume, des fonctions y sont introduites et participent à l’animation des locaux de l’entreprise.


Après cette phase de recherche concernant l’appropriation de l’espace et du temps, je me suis dirigé vers la recherche de ce territoire d’exception. Après plusieurs hésitations sur le choix d’un site parmi mes explorations antérieures au projet; un souvenir flou ravivé par un ami remonte à la surface. C’est celui d’une masse de métal surplombant les voies ferrées: c’est celui d’un territoire où la poétique industrielle résonne sous les battements des trains sur les rails, un territoire offrant une échappée visuelle et mentale au coeur d’un quartier dense de Paris, un territoire différent, un territoire qui change, qui évoque le voyage. Ce territoire exceptionnel, c’est celui des voies de Saint Lazare, c’est la halle des Messageries.


DEUXIEME PARTIE CHOIX DU SITE: LES MESSAGERIES SAINT LAZARE

77


Le quartier Tivoli, futur quartier de l’Europe, dans les annÊes 1800


1. Histoire d’un territoire d’exception Appuyé par son rôle politique et administratif, Paris - dans sa première moitié du XIXème siècle - connaît un besoin accru en matière d’habitat, d’approvisionnement et de desserte. La révolution industrielle a impulsé de nouveaux rythmes à la ville. L’arrivé du chemin de fer - dispositif nouveau dans la ville – a bouleversé le fonctionnement de la ville ainsi que la vie des hommes, il provoque une mutation des modes de vies. Ces mutations sont synonymes de mouvements, de vitesses et de rythmes. Le transport d’hommes et de marchandises favorise les échanges et créé de nouvelle territorialité, La ville n’est plus seulement la ville, mais s’étend à l’échelle du pays et du continent. Qui dit chemin de fer inclus a fortiori la gare. La gare devient un nouveau lieu d’échange, un lieu du voyage, un espace temps qui devient le lien avec le territoire désormais balisé par les villes desservies par les chemins de fer. La gare Saint-Lazare devient une nouvelle porte de Paris.

A. Les origines du quartier de l’Europe Le quartier de l’Europe naît de l’opération de Restauration du Paris intra-muros de 1800, cette action vient de deux promoteurs : Sylvain Mignon et Jonas Hagermann. Aux prémices des années 1820, le futur quartier de l’Europe n’est qu’un vaste ensemble de champs et de terrains en friche, bordés par quelques maisons et guinguettes, masures et autres folies aristocratiques ; parmi elles : la prestigieuse 79


feres d te ux ein Enc énéra g iers

e

rop

ce

Pla

u e l’E

d

m

1826 - Le tracé viaire du quartier de l’Europe en projet, aucune parcelle n’est encore construite à cette époque.

L’ancienne place de l’Europe (Musée Carnavalet, Cabinet des Estampes) Cette gravure est en fait une réprésentation de ce que sera le futur quartier de l’Europe, malheureusement, celui-ci ne verra jamais le jour.


folie Boutin connue grâce à son parc d’attraction du nom de Tivoli. En 1824, Mignon et Hargerman ayant acquis la quasi-totalité des parcelles du quartier décident de s’associer et songent à lotir et à ouvrir des voies de dessertes. C’est alors que dès le 2 février 1826, le projet définitif des tracés du lotissement est approuvé par la ville de Paris qui apporte cependant quelques précisions : -Les rues du quartier doivent suivre la logique des autres axes entourant le nouveau quartier. -Les rues doivent être élargies de 12 à 15 mètres et sont hiérarchisées selon une logique interne au lotissement, les rues les plus larges doivent rayonner depuis la place principale. -La place de l’Europe doit avoir un diamètre de 130 mètres et un jardin doit être créé en son centre. C’est à partir de ces directives que le quartier de l’Europe voit le jour. Les percements des rues commencent aussitôt avec l’ouverture de la rue de Londres. Après la crise financière de 1826 et la paralysie des travaux, L’opération se révèle être en décalage complet avec les besoins réels des nouvelles populations parisiennes. Dès 1825, parallèlement à l’émergence du lotissement de l’Europe, plusieurs projets de liaisons ferroviaires sont dévoilés. En mai 1836 les frères Isaac et Emile Pereire, avec les ingénieurs Clapeyron et Lamé et l’aide financière du banquier James de Rothschild achètent 3 îlots accolés à la place de l’Europe aux héritiers Hagerman et Mignon. Ce sont les terrains qui accueilleront les voies situées au nord du lotissement seront expropriés. 81


Destruction Construction

1842 - L’implantation du chemin de fer dans le quartier de l’Europe. De gauche à droite, le tunnel des Batignolles, la tranchée, le tunnel sous la place de l’Europe et la gare Saint Lazare.

L’embarcadère du chemin de fer - Paris-Saint Germain-en-laye en 1835 - Fichet

Le tunnel des Batignolles depuis l’embarcadère de Saint Germain à Paris (Bibliothèque Nationale, Cabinet des Estampes)


Le chemin de fer va progressivement faire son apparition à Paris, il permettra d’offrir un nouveau moyen de transport de voyageur et de marchandises. Il s’agit maintenant de choisir le rapport qu’entretiendra le chemin de fer avec la ville et l’emplacement de la Gare. B. Le chemin de fer et/ou le lotissement Le 26 août 1837, la ligne Paris/Saint Germain est inaugurée sur un embarcadère provisoire au nord de la place de l’Europe (le tunnel sous la place de l’Europe n’étant pas terminé). Pour permettre le passage des voies, un tunnel est creusé sous la colline des Batignolles. Une fois le tunnel sous la place de l’Europe terminé, la nouvelle gare est inauguré en 1842, elle occupe l’angle de la rue d’Amsterdam avec une façade sur la rue Saint Lazare. L’architecte Alfred Armand et l’ingénieur Eugène Flachat élabore la construction de la gare Saint Lazare de 1842 à 1853. L’implantation des voies génèrent des impasses, ce n’est qu’en 1848 que la continuité est/ouest de ces rues fut rétablie par la construction de ponts. C’est le cas de la rue de Stockholm. Malgré le succès grandissant du chemin de fer, le développement du lotissement ne connaît pas le succès escompté. En 1845, les héritiers Hagerman et Mignon s’accordent avec la ville pour créer le jardin au centre de la place de l’Europe. A partir de 1845, alors que le quartier de l’Europe est entaillé par ces multiples mutations et l’avenir de sa place principale est en péril, la tranchée des voies s’étale; l’arrivée de nouvelles destinations induisent de nouveaux travaux, un second tunnel est donc creusé sous la place de l’Europe afin d’accueillir de nouvelles voies. Le chemin de fer dirige éperdument l’urbanisme du quar83


Destruction Construction

1851 - Le deuxième tunnel est creusé sous la place de l’Europe, les voies de chemin de fer s’étendent et la gare s’agrandie.

Destruction Construction

1867 - un nouveau pont est construit à l’emplacement de la place de l’Europe. C’est également l’époque du percement de la nouvelle rue de Rome qui deviendra l’axe principale du quartier


tier de l’Europe. Au fur et à mesure du développement du chemin de fer, celui du lotissement subit l’effet inverse, la tranchée des voies ayant bouleversée la logique du lotissement dès ses débuts, continue de le desservir. C. Un nouvel élan urbanistique Haussmann approuve un nouveau tracé de la rue de Rome en 1858 et sera percée entre 1861 et 1864. Elle ne passera pas par la place de l’Europe et se tiendra à l’ouest des voies. Ce nouvel axe devient un axe nord/sud majeur pour le quartier, large de 20 mètres, il relie le carrefour rue saint Lazare/ rue du Rocher à l’enceinte des fermiers généraux qui sera supprimée en 1861. La place de l’Europe perd son jardin central, puis est réduite à un simple pont de métal, réalisé de 1865 à 1867 par l’ingénieur Jullien. La majorité des rues initialement projetées dans le quartier de l’Europe n’ont plus qu’un rôle de circulation secondaire, la place quant à elle n’en est plus réellement une mais devient un carrefour où aboutissent ces voies secondaires. La rue de Rome est presque tangente au pont de l’Europe.

Percement de la rue de Rome en 1865, ©Namur-Lalance/Sipa

85


Destruction Construction

1889, les voies de chemin de fer ont atteint leur emprise maximale, création de la gare St Lazare

La gare Saint Lazare vue à vol d’oiseau de la gare réaménagée, avec nouvelles halles ajoutées. (Musée Carnavalet, Cabinet des Estampes)


D. Des architectures remarquables En 1886, une halle destinée à l’accueil des messageries et marchandises est construite au nord de la place de l’Europe pour palier le manque de place dans la gare Saint Lazare. Elle est accessible depuis la rue Saint Petersbourg, accolée à la place de l’Europe. Dès cette époque, la gare Saint Lazare est exclusivement dédiée au transport de personne, et les messageries au transport de marchandise. En 1889, la Compagnie du chemin de fer de l’Ouest s’étend sur tout l’îlot au sud de la place de l’Europe entre les rues d’Amsterdam, de Rome et Saint Lazare, la gare est reconstruite sous la direction de Juste Lisch de 1885 à 1889 pour l’exposition universelle, la gare construite à l’époque est telle qu’on la connaît de nos jours. De 1913 à 1919, une deuxième halle prolonge la première halle des messageries jusqu’au boulevard des Batignolles. Cette structure de métal flottant sur les rails est construite par l’entreprise Moisant-Laurent-Savey, Le tunnel des Batignolles, long de 311 mètres, fut détruit en 1923 à la suite d’un accident de locomotive qui a lieu en 1921. Aujourd’hui il ne reste qu’une des galeries du tunnel en service et la tranchée est à ciel ouvert de la gare jusqu’a la sortie de Paris. Pour palier à la destruction du tunnel, un pont assurant la continuité du boulevard des Batignolles est construit en 1926. Le flux des trains de marchandises allant en grandissant, les halles ne suffisent plus à accueillir et décharger tant de convois, le débarquement des marchandises est alors transféré en aval de la gare Saint Lazare et du quartier de l’Europe. C’est la naissance du dépôt des Batignolles, ici sont rassemblées toutes les lignes de transport de marchandises, les deux halles des messageries et marchandises sont donc délaissées. 87


2010

Le pont de l’Europe et la gare Saint Lazare en arrière plan

Le pont de l’Europe, vue sur la rue Saint Petersbourg vers la place de Clichy, 1910

La place de l’Europe, en 1955, et les rails de la gare Saint-Lazare. (Collection musée Carnavalet © PMVP / Degrâces) photo de Roger Henrard


E. Le berceau de l’impressionnisme La gare Saint Lazare ainsi que les constructions métalliques représentatives de l’aire industrielle telles que le pont de l’Europe et la halle des Messageries inspirent bon nombre d’artiste de l’époque. Aussi bien écrivains, poètes, que peintres, le quartier devient le berceau de l’école des Batignolles, ou encore l’atelier de Bazille. Ces rassemblements qui se réunissait au Café Gerbois près de la place de Clichy qui réunira les plus grands noms des artistes de l’époque comme Zola, Cézanne, Nadar, Gleyre, Monet, Manet ou Renoir pour ne citer qu’eux. De nombreux peintres y résident et y trouvent même leur inspiration, c’est là que né l’impressionnisme: Manet peint le Chemin de fer, Monet, la gare Saint-Lazare, Caillebotte, le pont de l’Europe.

F. Le déclin de la magie industrielle En 1972, l’arrivée du RER désengorge la gare Saint Lazare avec la création d’une station souterraine à Auber (au sud est de Saint Lazare) qui abritera la ligne vers Saint Germain en Laye. De nos jours, la gare Saint-Lazare dispose de 27 voies à quai et est en correspondance avec plusieurs lignes de transport urbain (métro, bus et RER), elle est un des pôles multimodale les plus actifs de Paris avec Châtelet.

89


Jean Beraud - La place et le pont de l’Europe

Gustave Caillebotte - Le pont de l’Europe, 1877

Manet - Le Chemin de fer, 1873 Ce tableau a été peint à l’emplacement de la halle des messageries qui se situerait en arrière plan.


Claude Monet - Extérieur de la gare Saint-Lazare: vue sur les tunnels des Batignolles, effet de soleil, 1878,. Collection particulière.

Claude Monet - Le Pont de l’Europe, Gare Saint-Lazare, 1877

Claude Monet - La Gare SaintLazare: ligne de Normandie, 1877, National Gallery, London


Gustave Caillebotte - La Place de l’Europe, temps de pluie, 1877

Le mĂŞme point de vue en 2010...


95 Photo: SĂŠguin Antoine - TranchĂŠe des Batignolles depuis une locomotive, Paris, Mars 2010


2. Exploration Urbaine Appuyé par le texte de Phillipe Vasset dans la revue Vacarme, j’ai choisi de me lancer dans une démarche d’exploration du site particulière. Ayant déjà visité des lieux abandonnés dans le cadre de ma pratique de la photographie, mon processus est bien rodé. Dans un premier temps, mes visites sur le site furent proche d’un simple passage dans le quartier, comme un habitant. Depuis l’espace public dominant les rails, j’ai découvert le passage des trains dans un creux où le métal est roi. J’ai également remarqué cette masse de fer qui les surplombe : la halle des Messageries. J’ai commencé à porter un intérêt à ce bâtiment, qui s’avère être un parking, mes premières interrogations en temps qu’étudiant en architecture furent « Pourquoi et comment un tel édifice peut il prétendre à une fonction si peu valorisante ? Quelle est son histoire ? » C’est à partir de ces interrogations que je me suis penché sur le sujet in situ. Il était temps pour moi d’aller au-delà de mes idées premières et de découvrir ce territoire et cette construction dans toutes leurs grandeurs. C’est ainsi que commence mon exploration urbaine. J’ai donc parcouru le site de toutes les façons possibles, depuis différents points de vue internes et externes aux halles des Messageries. En cadrant des instants d’architecture1, je rassemble des photographies documentaires qui me serviront de support pour appuyer mes idées et réflexions tout au long de ce rapport. Mon objectif consiste à traduire mes intentions par le biais d’une investigation sensorielle des lieux.

1  L’image de l’architecture à un instant précis, souvent une photographie, Notion que j’ai introduit dans mon mémoire de Master intitulé «Photographier l’architecture»,

97


Localisation du site dans Paris

XVIIème

VIIIème

Plan de situation et lieux importants.

XVIIIème

IXème


2.1. Un site, la tranchée des Batignolles A. Situation Le quartier de l’Europe est situé à l’extrême nord est du 8 arrondissement de Paris, il est bordé par le 9ème arrondissement à l’est et le 17ème au nord. Le site est entouré par des lieux symbolique de l’histoire et de l’activité parisienne. Je propose une ballade visuelle ayant pour point de départ le pont des Batignolles. ème

Tout d’abord, un incontournable du site, hormis la halle, en regardant vers le centre de Paris, se hissent en face de nous les vérrières du toit de la Gare Saint Lazare. Autour des voies ferrés se déroule tout un paysage, je parle bien entendu d’édifices remarquables comme le Sacré Coeur visible depuis le boulevard des Batignolles, ou encore de l’Opéra de Paris et de l’église de la Madeleine. A l’emplacement de l’ancienne enceinte des fermiers généraux se trouve le boulevard des Batignolles d’où l’on peut rejoindre la place de Clichy. Dans cette direction on peut apercevoir la butte Montmartre, et si l’on décide de s’y rendre, on passera au dessus du cimetière de Montmartre en empruntant son pont de métal. De l’autre coté du boulevard, toujours en partant du pont du boulevard des Batignolles, on longera le parc Monceau avant de se diriger vers la place de l’Etoile et de découvrir les Champs-Elysées. En longeant les voies ferrées, vers le nord, en passant par la rue de Rome on arrive au pont Cardinet qui s’ouvre et notre vue s’échappe de cet estuaire vers la banlieue. A droite, le célèbre square des Batignolles se trouve le long des voies

99


vard

Boule

lles

tigno

Ba des

Place de l’Europe

Plan de situation et lieux importants.


B. Implantation et accès On accède au site par le train qui passe devant ou sous la halle, avant d’arriver à la gare Saint Lazare : Lieu de transit par excellence, la gare possède 27 quais desservant de nombreuses destinations et regroupant les métros 3, 12, 13 et 14 La gare est également un des pôles principaux de la circulation des Noctiliens. Autour de la halle des Messageries, deux arrêts de métro sont présents. La ligne 2 du métro passe dans le tablier du pont des Batignolles qui lui même est desservi par la station Rome qui débouche sur le pont, en face de la halle. De l’autre coté de la halle, sur une des branches rayonnant de la place de l’Europe, se situe la station Europe, desservi par la ligne 3 du métro Parisien. La halle est également desservie par le bus la journée et par le Noctilien la nuit et est entourée de borne Vélib’ En plus des multiples passages de trains, les flux de piétons, cyclistes, automobilistes ou encore motards, on voit que la vision et l’appréciation que le passant ou l’habitant peut avoir du site sont empreints de multiples rythmes, à différentes échelles. Ces rythmes permettent d’apprécier le site sous différent saspects et différents points de vue. En effet, selon le point de vue d’où l’individu perçoit le site ainsi que son moyen de transport, le projet change de visage comme nous le décrit Phillipe Vasset dans son article «tranchée artère» dans Vacarme : « En train ou en RER, le voyage est assez anodin (les vitres isolent du bruit et empêchent d’appréhender l’empilement des niveaux), mais à pied, le site prend toute sa mesure : au cœur de la ville, on est brusquement dans une immense banlieue bruissante et désaffectée. »1

1  Philippe Vasset, « tranchée artère », VACARME

101


C. Le fleuve de métal L’échappée visuelle créée par la tranchée dans la ville nous dévoile un sous sol où l’activité ferroviaire domine le paysage. Cette ouverture ouvre la ville sur l’horizon et un paysage urbain unique à Paris. Emile Zola décrit parfaitement le site en quelques phrases dans son roman la Bête Humaine. « C’était impasse d’Amsterdam, dans la dernière maison de droite, une haute maison où la Compagnie de l’Ouest logeait certains de ses employés. La fenêtre, au cinquième, à l’angle du toit mansardé qui faisait retour, donnait sur la gare, cette tranchée large trouant le quartier de l’Europe, tout un déroulement brusque de l’horizon, que semblait agrandir encore, cet après-midi-là, un ciel gris du milieu de février, d’un gris humide et tiède, traversé de soleil. »1

La tranchée des Batignolles est pour moi comparable à un fleuve de métal prenant sa source Gare Saint Lazare, cette coulée métallique en contrebas de la rue où circulent des vaisseaux de fer imprime un mouvement au quartier, le flux quasi continu des trains (un train toutes les 28 secondes aux heures de pointes) rythme la tranchée. Elle comporte 8 voies, pour la plupart des lignes de banlieue. De droite à gauche, en regardant vers Paris, les directions sont les suivantes: Auteuil (deux voies), Versailles (une voie), Bretagne (une voie), Saint Germain (deux voies) et Normandie (deux voies). Le quartier de l’Europe est rythmé par le passage des trains, le pont de l’Europe se met à trembler à chaque passage, tout au long de la journée jusqu’au milieu de la nuit, le groupe Téléphone y fait allusion dans sa chanson ‘ça c’est vraiment toi ‘: « Au rythme tchouc tchouc / Du train des Batignolles / Au murmure de la ville / Au matin des nuits folles / Rien ne t’affole / Et j’aime encore mieux ça / Oh je préfère ça / Oui j’aime encore mieux ça / Car c’est vraiment toi » 2

1  Emile Zola, La bête Humaine, Chapitre 1.Gallimard, 504p. 2  Téléphone, Ca c’est vraiment toi, 1982

103


Ce quartier se révèle être un lieu à haute résonance poétique, le génie du lieu1 vient de cette tranchée, d’après Alain Roger dans Mouvance : «L’esprit qui souffle ici et «inspire» ces sites n’est autre que celui de l’art, qui, par notre regard, artialise le pays en paysage.»2

Le passage des trains fait songer au voyage, le passant observe les hommes s’évader par centaine. L’identité du quartier vient de là, de ces ambiances sonores et visuelles issues de la tranchée qui nous invitent à l’évasion. Cette massive construction métallique qu’est la halle des Messageries contribue à la magie du souvenir de l’époque industrielle. En train, au fond de la tranchée, ou lorsque l’on est assez téméraire pour s’aventurer sur les voies, on découvre le site depuis le « vrai » sol, celui des rails. Ici, où Paris se cache derrière d’immenses murs de soutènement.

1  Emotion que nous éprouvons devant certains lieux, accompagnée de la conviction qu’ils sont habités, animés, d’une sorte de génie, esthétique et mystique, qui le appartiendrait en propre. Roger Alain, Mouvance : 50 mots pour décrire le paysage, Édition de la Villette, Paris, 1999, p66, 67 2  Ibid.

105


D. Des ponts et des quais sur et autour du fleuve La tranchée des Batignolles n’est pas une frontière dans la ville comme cela peut être le cas lorsque des voies ferrées marquent la limite entre deux villes de banlieue. Ici, la tranchée est rythmée par ses ponts (six au total), assez proches les uns des autres plus on s’approche de la gare Saint Lazare. « Elle est coupée de six ponts, dont les sublimes Pont de l’Europe (se coller aux grilles et regarder vers la gare), des Batignolles (fermer les yeux et écouter) et Cardinet. » 1

Ces ponts permettent le passage d’une « rive » à l’autre comme ci la tranchée et les ponts étaient des rues et un îlot haussmannien. Ce sont ces ponts qui permettent d’apprécier l’environnement paysagé et sonore du lieu. Les points de vues que nous avons depuis ces derniers sont ceux d’un regard quotidien, en effet. Emile Zola décrit la tranchée comme étant rythmée et entrecoupée par ses ponts, qui dévoilent et cachent les voies à tour de rôle. « Tandis que le pont de l’Europe, à droite, coupait de son étoile de fer la tranchée, que l’on voyait reparaître et filer au-delà, jusqu’au tunnel des Batignolles. Et, en bas de la fenêtre même, occupant tout le vaste champ, les trois doubles voies qui sortaient du pont, se ramifiaient, s’écartaient en un éventail dont les branches de métal, multipliées, innombrables, allaient se perdre sous les marquises. Sous la nuit commençante, les maisons lointaines se découpaient en noir, le vaste champ de la gare s’emplissait d’une brume violâtre. Du côté des Batignolles surtout, la tranchée profonde était comme noyée d’une cendre où commençaient à s’effacer les charpentes du pont de l’Europe. » 2

Suivant la distance qui sépare l’observateur du bord de la tranchée, on apprécie le vide différemment, c’est le point de l’entre deux, on découvre la tranchée, et on est encore dans 1  Philippe Vasset, « tranchée artère », VACARME 2  Emile Zola, La bête Humaine, Chapitre 1.Gallimard, 504p.

107


Place de l’Europe

Boulevard des Batignolles


Paris, les deux sont en contact. Je distingue deux types de points de vue depuis ces ponts et quais, le premier que je qualifie de point de vue proche, le second d’éloigné : - le point de vue proche est le point de vue que l’on a à pied, au bord de la tranchée, il met en relation le passant avec la tranchée, le passant apprécie le vide et son regard est largement attiré par celui ci, je pense en particulier aux enfants qui regardent passer les trains et qui peuvent y rester des heures (une heure d’enfant, c’est deux minutes) - le point de vue éloigné est celui que l’on a lorsque l’on est plus loin de la tranchée, depuis la route. En effet, le passant en voiture, ou vélo, ne distingue pas forcément la tranchée qui se cache derrière l’effet de perspective, l’observateur la devine grâce à l’absence de bâti, mais elle est assimilable à une avenue d’un point de vue volumétrique. Par la suite, les deux ponts qui nous intéressent sont les ponts de l’Europe et le pont des Batignolles (dans lequel le métro passe dans le tablier), Ces deux constructions englobent la halle des messageries et nous offrent des points de vues privilégiés sur cette dernière.


E. De la terre au ciel Les vues depuis les immeubles qui entourent la tranchée sont des vues privilégiées. En effet, des vues si ouvertes et sans vis a vis direct sont très rares dans Paris, surtout dans le 8ème qui est un quartier très dense. Les habitants qui vivent dans ces immeubles perçoivent le site et la tranchée différemment : ils la surplombent et peuvent en apprécier les vides. Lors de mes explorations, j’ai eu la chance de pouvoir accéder aux toits de Paris à deux reprises, chose rare et quelque peu périlleuse. Ma première visite s’est faite sur le toit de la halle, on découvrira les images plus tard. Ma seconde visite n’était pas prévue, alors que j’étais en train de réaliser des relevés de l’existant dans le parking de l’Europe (l’ancienne halle des Messageries), Monsieur LAINÉ, habitant de la rue de Rome m’aborde. De fil en aiguille, il me propose d’accéder à son toit d’où l’on a une vue imprenable sur Paris paraît-il, il ne m’a pas menti. Depuis son toit, une vue à 360° nous dévoile Paris et la halle des Messageries comme rarement. De là haut, je peux voir la butte Montmartre et le Sacré Coeur, la tour Eiffel, la tour Montparnasse... (cf photo)

113


114


2.2. Un édifice, la halle des Messageries A. Introduction au projet A notre époque, je pense qu’il est naturel de se poser la question de conservation du patrimoine industriel. Préférant la notion d’héritage (emprunté à l’anglais Industrial Heritage) à celle du patrimoine pour définir ce que le passé nous lègue, ce « déjà-là » à également déjà vécu, c’est à nous d’en tenir compte dans notre démarche de projet. « Au delà de l’intérêt aujourd’hui bien compris de conserver la mémoire du passé, la prise en compte de l’existant dans les édifices contemporains induit une contrainte mais aussi une richesse potentielle pour les projets. Le fait de composer avec le déjà là, de se confronter à un autre vocabulaire architectural, à d’autres conceptions de l’espace, de se frotter à d’autres sensibilités exige une réflexion, voir un investissement supplémentaire. Mais c’est un facteur positif qui pousse à imaginer des solutions qui n’auraient peut-être pas vu le jour sans cela. Cela permet d’intégrer plus vite et plus facilement une construction nouvelle à un contexte donné, de tisser un lien entre l’histoire et le futur. C’est une main tendue aux générations passées mais aussi un signe de confiance dans la possibilité d’un développement durable. » 1

Sur mon site se trouvent deux halles comme dit précédemment. Aucune d’entre elles n’est classée au Monuments Historiques ou en tant que Patrimoine du XXème siècle. A l’origine, ces deux halles assurent la continuité entre la place de l’Europe et le boulevard des Batignolles. De nos jours, ce lien n’existe plus, les deux halles sont séparées, chacune d’entre elle possède sa fonction et ses usages, les halles sont des impasses non communicante. 1  Bertrand Lemoine, « Réhabiliter les édifices métalliques emblématiques du XXe siècle », Editions L’Œil d’Or, p.15

116


La première halle construite en 1886 est totalement réhabilitée. Cette dernière a subit de multiples mutations et sa morphologie a été profondément bouleversée par les changements de fonctions. Dans le cadre de ma démarche de projet, j’ai poussé l’étude de cette halle, j’en tire le constat suivant: L’accès à la halle de 1886 se fait par la rue de Saint Petersbourg, et ne s’ouvre pas sur la place de l’Europe, ce qui en accentue le caractère délaissé. Cet accès n’invite pas à l’entrée dans le bâtiment. La structure de la halle ne présente que peu d’intérêt architectural, sa trame est de moins de 10 mètres par travée sur une portée d’environ de 30 m de large et une hauteur de 20m. Malgré son ancienneté, sa structure ordinaire en fait un volume typique et représentatif de l’architecture de la révolution industrielle. La halle ne correspond pas à mes intentions architecturales et urbaines, je fais donc le choix de la démolir et d’en réutiliser la structure acier dans mon projet. Je prends donc le parti de conserver seulement la halle de 1912 construite par l’entreprise Moisant-Laurent-Savey. Cela me permet de recréer le lien entre le boulevard des Batignolles et la place de l’Europe, et de revendiquer ma volonté de continuité et de passage. Je développerai ce point dans la troisième partie : le projet. Tout d’abord, je vais faire un bref retour sur l’histoire des Messageries pour mieux cerner l’évolution de sa forme et de ses usages.

117


Vue à vol d’oiseau de la gare Saint Lazare en cours d’execution en 1886 (avant l’adjonction des nouvelles halles, en bas à gauche) L’illustration, 17 juillet 1886 (Bibliothèque Nationale, Cabinet des Estampes)

Gravure représentant le monte-wagons de la halle des Messageries (source: la nature; 1887)


B. Historique En 1886, une halle destinée à l’accueil des messageries et marchandises est construite au nord de la place de l’Europe pour palier le manque de place dans la gare Saint Lazare. Elle est accessible depuis la rue Saint Petersbourg, accolée à la place de l’Europe. Dès cette époque, la gare est exclusivement dédiée au transport de personnes. La Nature, une revue parue 1887 (soit un an après la construction de la première halle des Messagerie) nous raconte les innovations qu’elle présente: «Au premier étage, s’aperçoit toute une circulation active de wagons, d’employés, de marchandises, qui ne s’interrompt ni jour ni nuit, grâce à un brillant éclairage. […] Lorsque, par suite du resserrement de terrain, il faut étager les services[…] il suffit d’ajouter des ascenseurs hydrauliques puissants qui font monter et descendre les wagons d’un étage à l’autre. L’étage d’arrivée communique avec celui des voies par deux montes wagons. C’est un spectacle à la fois curieux et émouvant que de voir cette énorme masse de métal dansant en quelque sorte sur sa tige par petites secousses avec une merveilleuse sensibilité. Ce sont de grands et puissants ascenseurs à trois pistons. Leur plateau, de 8 mètres de longueur sur 3,20 mètres de largeur porte une voie sur laquelle vient se placer le wagon pour parcourir la différence de niveaux de 9m60 existant entre les étages du bâtiment des Messageries. La vitesse du plateau est de 1 mètres par seconde, on peut donc effectuer 80 manœuvres par heure soit 40 montées et 40 descentes, en disposant de 55 secondes à chaque opération pour amener le wagon sur le plateau de l’appareil et l’en retirer.» 1

Ces ascenseurs hydrauliques pouvaient monter les wagons au niveau de la rue où il était alors possible de transférer ces marchandises dans des voitures de livraison. 1  Tissandier Gaston, La nature, revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, journal hebdomadaire illustré, 1887, 370p.

119


Le Palais des expositions Citroën, le magasin de l’Europe (source Citroên Communication)

Le Palais des expositions Citroën, le magasin de l’Europe (source Citroên Communication)


De 1913 à 1919, une deuxième halle prolonge la première halle des messageries jusqu’au boulevard des Batignolles par l’entreprise Moisant-Laurent-Savey. Cette halle, une adjonction de plus de 150 mètres de long et de 6520 tonnes de métal permet à l’ensemble formé des deux halles d’être traversant et d’être accessible par deux accès, le premier se situe 1 rue Saint Petersbourg et le second au 43 bis boulevard des Batignolles. Une marquise d’accès à cette halle est construite en 1923 pour signaler et couvrir l’entrée dans la nouvelle halle. Le flux des trains de marchandises allant en grandissant, les halles ne suffisent plus à accueillir et décharger tant de convois, le débarquement des marchandises est alors transféré en aval de la gare Saint Lazare. C’est donc au dépôt des Batignolles dans le XVIIème que sont rassemblées toutes les lignes de transport de marchandises, les deux halles des messageries et marchandises sont donc délaissées par la SNCF. Ces halles, après avoir été rythmées par leurs vies ouvrières continues et la cadence des arrivées et départs de trains connaissent un retour au calme. C’est en 1931 que la halle est louée à la Société André Citroën qui s’approprie les deux halles et y implante son premier Palais des expositions (l’ancêtre de celui réalisé par Manuelle Gautrand sur les Champs Elysée). Le palais des expositions de Citroën redonne vie aux halles. Il invite à la découverte de l’espace et des voitures. Ce lieu devient un lieu de rencontre, de passage, de curiosité et la foule s’y presse pour découvrir les nouvelles inventions concernant l’automobile. Cette aventure cessera en 1938 et la halle ne connaîtra plus un tel succès et une telle effervescence.

121


M E N S U E L D ’ I N F O R M AT I O N S L O C A L E S

P12 Les habitants du 8e se mobilisent

P17 Concert Quatuor Renoir à la mairie

QUEL AVENIR POUR LE PARKING DE L’EUROPE ? N°15-MARS 2010

Une du journal mensuel Paris 8e - Mars 2010

Tract de l’association «un parking pour le quartier de l’Europe»


En 1949, après près de 10 ans d’inoccupation, l’ensemble des halles des messageries est reconverti pour de nouvelles fonctions et occupations. Depuis cette date jusqu’à nos jours, la halle de 1886 est occupée par un centre de tri de la poste et par un restaurant d’entreprise SNCF. La halle de 1912, elle, est reconvertie en parking et pré-fourrière. Aujourd’hui, elle est exclusivement utilisée en tant que parking, connue sous le nom de Parking de l’Europe. Récemment, Le parking a été menacé de fermeture par l’entreprise qui le gère, la SOVAFIM. En réaction, les utilisateurs de ce parking ont créé une association luttant contre sa fermeture, on peut lire dans un de leurs tracts ceci: «Tant que le Permis de Construire n’est pas délivré, il est inutile de fermer ces locaux, voire risqué. « La Nature ayant horreur du vide » des locaux inoccupés deviennent vite un lieu refuge pour quelques SDF, voire un dépôt d’ordures.»1

L’information de la fermeture du parking a également fait la Une du journal mensuel de Paris 8e en Mars 2010. Aujourd’hui, le parking est encore ouvert, on peut lire que la SOVAFIM ne fermera pas le parking et à prévu d’entreprendre les travaux par tranche. Evitant ainsi à 450 automobilistes de se retrouver à la rue... Pour paraphraser la Une du mensuel Paris 8e, quel avenir pour le parking de l’Europe?

1  S.O.S. QUARTIER de l’EUROPE en DANGER, tract de l’association, un parking pour le quartier de l’Europe.

123


D’une «rive» à l’autre, réciprocité de la vue. Ci-dessus, vue de la rue vers la halle, et vice versa


125


126


C. Relations réciproques entre la halle et le site

Introduite par les deux panoramas de la page précédente, mon exploration m’a amené à distinguer - en plus de la relation au site - le rapport particulier qu’entretient la halle des Messageries avec son environnement. En effet, d’autres relations sont également à souligner et à prendre en compte dans la conception du projet. Je me suis donc penché sur l’étude de ces relations réciproques. Plusieurs points de vues sont dissociables, suivant le statut de l’observateur : le rapport existant entre la halle et son site est public donc accessible et quotidien; ou privé donc exclusif et particulier. Je discerne alors deux types de relations, les relations publiques qui sont accessibles à tous et des relations privées qui sont réservées aux riverains de la halle : • la halle et le fleuve de métal • la halle et l’espace public • la halle et l’horizon • la halle et les immeubles de la rue de Rome • la halle et les immeubles de la rue de Berne

127


Rythme _ Etouffement _ Mouvement

Passage d’un train sous la halle

Séquence du passage en train

Arrivée en train sous la halle, prise depuis une locomotive


• La halle et le fleuve de métal Accessible depuis le quai 27 de la gare Saint Lazare, le dessous de la halle est un lieu où la vie ferroviaire bat son plein. Les trains passent sous la halle sur deux voies réservées au trafic jusqu’à la gare Saint Lazare. Il y a également d’autres voies de garage destinées aux locomotives des cheminots qui s’occupent des changements de quai des rames arrivant en gare Saint Lazare. Spatialement, la vue est bloquée par cette énorme masse de fer qui n’est autre que la halle. Le regard fuit vers la tranchée mais est stoppé par les murs de soutènement de la rue de Rome. «Le voyageur qui arrive sur les voies de la gare Saint Lazare, à Paris, au débouché du tunnel des Batignolles, est frappé par l’aspect d’une construction monumentale en briques et fer […] un peu avant le pont de l’Europe.»1

Cet espace intersticiel horizontal est habité par ses passages quasi-continu des trains sous et à coté de la halle. Il est important de prendre en considération les vues que les passagers des trains peuvent avoir sur la halle. La perception que le passager à de la halle est modifiée sous l’effet de la vitesse. Les notions de déplacement et de vitesse, ou au contraire de pause ou arrêt influent également sur la perception de l’espace dans le temps. Le mouvement sous la halle, le passage des trains impriment un mouvement dans l’espace, le ressenti est déstabilisant. Depuis le train, on longe la halle à allure réduite dûe à l’arrivée en gare, cela permet d’apprécier l’édifice d’un point de vue tout a fait particulier et exclusif. La trame verticale et la stratification horizontale de la halle sont accentuées par la vitesse du passage. Le regard a du mal à se fixer. 1  Tissandier Gaston, La nature, revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, journal hebdomadaire illustré, 1887, 370p.

129


Echappée visuelle _ Découverte _ Attraction

Vue depuis le pont des Batignolles

Séquence d’approche de la halle

Vue depuis le pont de l’Europe


• La halle et l’espace public Le rapport qu’entretient la halle avec l’espace public - la rue - est séquencé, comme énoncé précédemment, par les ponts et les échappées visuelles entre les immeubles d’habitations. Les points d’observation que le passant a sur la halle depuis l’espace public sont des vues que je qualifie de quotidiennes. Depuis le pont des Batignolles, on est à hauteur du niveau haut de la halle des Messageries (cf image ci-contre). En haut de la rue de Rome, l’espace n’étant pas bati, une perspective s’ouvre sur la tranchée et la halle, ce qui permet d’avoir une vue frontale sur la façade. Les vues vers la halle et depuis la halle se répondent, les deux points de vue sont possibles. Depuis la place de l’Europe, on découvre la halle d’un point de vue plus encaissé. Malgré la distance qui nous sépare d’elle, on perçoit ses dimensions imposante. La perspective se ressert vers la halle. Dans les deux cas, les échappées visuelles disponibles sur la halle et la tranchée sont impressionnante dans ce quartier dense de Paris.

131


Ouverture sur la ville _ LibertĂŠ _ Horizon


• La halle et l’horizon Le toit de la halle est accessible depuis l’intérieur de cette dernière, j’ai eu l’occasion de m’y aventurer poussé par ma curiosité En arrivant là haut, l’adrénaline mélangée à la surprise ont créée en moi un sentiment de liberté absolue. Je dominais Paris depuis le toi de ma halle. Cette vue magnifique et la sensation d’être sur un vaisseau d’acier m’ont conquis. J’étais là, seul et libre. Le toit est un lieu déconnectant, un lieu ou l’on se sent terriblement seul et bien, la tranchée est quasiment invisible depuis ce point de vue, à moins de ne se rapprocher du bord du toit. D’ici je peux découvrir les vues possibles depuis la halle, sur le panorama ci-dessous on découvre de gauche à droite l’Opéra Garnier, les vérrières de Saint Lazare et le pont de l’Europe en premier plan. En arrière plan, on distingue les tours de porte d’Ivry, puis en continuant de balayer notre regard vers la droite, on découvre la tour Montparnasse puis tout à droite de l’image : la tour Eiffel. C’est ici que je me rend compte qu’on ne voit que rarement les toits de Paris.

133


Les changements d’horizon, le rapport existant entre les immeubles et la halle est stratifiÊ.


Rapport frontal _ Ouverture _ Mouvement

Deux vues sur la halle depuis des immeubles de la rue de Rome


• La halle et les immeubles de la rue de Rome, Les immeubles de la rue de Rome ont une relation privilégiée avec la halle des Messageries ainsi qu’une vue directe sur la tranchée et le mouvement rythmé des trains. La vue est panoramique pour les appartements situés au front de la tranchée. Selon que l’on se trouve en haut ou en bas de l’immeuble, la vue diffère, l’horizon butte dans la halle ou se dévoile. (cf les panoramas page précédente) Les relations exclusives et réciproques existantes entre ces deux entités, la halle et les logements, indiquent que seuls les habitants du quartier peuvent jouir de ce lien qui unifie l’habitant et le projet. Je tiens à remercier Monsieur Drouot qui m’a gentillement invité chez lui et avec qui j’ai eu une longue discussion concernant les rails et la halle. La majorité des cours de ces immeubles sont plantés de verdure et d’arbre, ces plantations créent un contraste saisissant entre les rails et la nature, artificiel et naturel.

137


Mur _ Obstruction _ Interstice _ Barrière

Vue depuis un immeuble de la rue de Berne, en bas la cour, à gauche la halle. Sur l’image de gauche on peut voir l’interstice qui sépare les immeubles de la halle.


• La halle et les immeubles de la rue de Berne. La relation que la halle et les immeubles de logements haussmanniens du coté de la rue de Berne est très brute. En effet, les façades de ces immeubles ainsi que leurs cours ont un vis-à-vis direct avec la halle des messageries, seul un vide de quelques mètres de large et un garde corps en pierre les séparent. L’interstice (entre le mur de soutènement et la halle) profond d’une dizaine de mètre en moyenne (terrain en pente) par rapport au niveau des cours. La façade de la halle des messageries donnant sur ces cours est actuellement murée de brique, et se matérialise par un mur de 8m de hauteur en moyenne (la rue de berne est en pente, cela se matérialise par des bâtis en escalier.) Cette relation est traitée différemment suivant la nature de la fonction du bâtiment, comme le montre les photos ci-contre en bas : l’une est prise dans un hôtel et la seconde dans la cour d’un immeuble quelconque.. Chacun son utilisation et son appropriation de l’espace. En montant dans les étages des immeubles de la rue de Berne, on peut voir le toit de la halle et découvrir de nouveau ce qu’il se passe de l’autre côté de la halle. On ne soupçonne cependant pas la présence de la tranchée des Batignolles.

139


Cro

ix d

Pot eS

eau

ain

Pilli

er m

acie

r

t-An

dré

Axonométrie de la structure principale de la halle

60m 9m

Façade longitudinale de la halle

Coupe longitudinale de la halle

Pla

Pou

nch

aço

er

nne

rie

tre

Fer

Mu

tre

me

illis

r de

sa

Cro

sou

ten

ix d

rica

eS

ine

ain

em

t-An

ent

dré


D. Structure et forme « Le voyageur qui arrive sur les voies de la gare Saint Lazare, à Paris, au débouché du tunnel des Batignolles, est frappé par l’aspect d’une construction monumentale en briques et fer […] un peu avant le pont de l’Europe. » 1

Sur le fleuve de métal, trône une construction métallique imposante, c’est la halle des Messageries introduite précédemment. Les voies de chemin de fer passent sous la halle où le trafic est encore actif et s’enfui vers la gare Saint Lazare ou la banlieue suivant le sens de voyage des trains. La halle est donc «en lévitation» au dessus des voies; c’est un bâtiment pont et sa structure le traduit. La halle est composée de trois travées de presque 60 mètres chacune, la structure acier repose sur des piliers en maçonnerie du coté de la rue de Rome (coté voie) et sur le mur de soutenement de la rue de Berne. La liaison entre la halle en acier et ces pilliers en maçonnerie est assurée par des appuis articulés. Chaque travée de la halle est elle même composée de 6 travées. Une trame est large de 9 m d’axe à axe des poteaux, qui eux, sont larges d’1m20. Chaque niveau soutient un plancher de 165 mètres de longueur, ce plancher est de forme trapézoïdale est a pour base une larguer de 40 mètres côté Boulevard des Batignolles et de 33 mètres côté place de l’Europe. Cette surface forme un volume évasé qui se ressert comme un entonnoir en direction de la place de l’Europe. Les volumes de la halle sont également différents suivant que l’observateur se situe au niveau haut ou bas de la halle des Messageries.

1  Tissandier Gaston, La nature, revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, journal hebdomadaire illustré, 1887,

141


Coupe transversale de la halle

Pillier en maรงonnerie, et liaison acier/maรงonnerie

Panorama vertical

La liaison vue de sous la halle


• Le niveau bas, à hauteur de la place de l’Europe, repose directement sur les piles de maçonneries et surplombe les voies. Comme évoqué précédemment, la liaison acier/pierre est assurée par une articulation (voir photo ci contre). Ce niveau est une poutre habitée. En effet, il est composé de deux poutres à treillis en croix de saint André (juxtaposition des systèmes Pratt et Howe). Les poutres et poteaux qui entourent ces croix de Saint André sont composés de plusieurs sections en I. Les poutres qui assurent la cohésion transversale de la poutre habitable sont elles aussi des poutres en croix de Saint André. Les poutres qui soutiennent le plancher du niveau bas font 3m75 de haut (1), et celles qui soutiennent le niveau haut sont hautes de 2m50 (2). Ces hauteurs de poutres offrent donc des interstices habitables entre deux poutres. Le plateau de la halle coupe les croix de Saint André environ au tiers de leurs hauteurs. La façade du coté de la rue de Berne possédait des ouvertures en hauteurs qui ont été bouchées lors de la reconversion de la halle en parking. Chaque travée de la halle a un prolongement sur l’extérieur accessible par les ouvertures des baies vitrées, la plupart n’ont plus de plancher et donne directement sur les rails. Ces balcons ne sont pas relier entre eux.

1

2,5 m

2

3,75 m

143


Vue depuis le niveau bas vers les boulevard des Batignolles

Vue depuis le niveau bas vers les rails, on peut voir les croix de Saint AndrĂŠ qui compose ce niveau

Vue depuis un balcon sur le boulevard des Batignolles

Panorama horizontal


Coupe transversale de la halle

1 2

2

Charpente du coté du boulevard des Batignolles

1 2

2

Charpente du coté de la place de l’Europe

Panorama vertical

Panorama du mur pignon existant entre les deux halles


• Le niveau haut repose donc sur le niveau bas, la charpente est légère et n’obstrue pas la vue, Cette charpente américaine est supportée par des poteaux, la forme trapézoïdale de la halle impose aux fermes d’être différentes à chaque travées, mais seul le centre de la charpente (les deux pentes de part et d’autres du faîtage) change de dimensions. Le toit est composé de la partie centrale (1), qui change de dimension d’un bout à l’autre de la halle. Chaque assemblage est différent. La deuxième partie (2), est composée d’une partie opaque et d’une partie vitrée. Les dimensions de chaque parties restent les mêmes dans toutes la longueur de la halle. La façade sur les rails est vitrée à partir de 1 m du sol, en effet, l’allège de la baie est pleine. La façade du coté de la rue de Berne avait des baies qui ont été bouchées par un remplissage en brique. Le niveau haut possède un prolongement extérieur parcourant toute la longueur de la halle, il est aujourd’hui inaccessible. Le niveau haut de la halle est donc un lieu lumineux grâce à ses vérrières qui offrent un volume généreux et ouvert, sur l’extérieur.

147


Baies du cotĂŠ des rails

Vue depuis la charpente


Vues du volume intĂŠrieur et de sa charpente type ferme amĂŠricaine


• En plus de ces deux niveaux classiques, la halle recèle d’espaces ajoutés au fil de ses occupations. Parmi elle, je compte la marquise d’entrée, la rampe d’accès au niveau bas du parking, l’adjonction d’une petite halle qui traverse la halle. Ces adjonctions existent et il est important d’en tenir comptent dans le projet. La halle entretient aussi un rapport impressionnant avec son environnement direct, dû a son implantation. Je propose un tour d’horizon bref et rapide de ces espaces à l’aide de photo afin de mieux en comprendre l’implantation et leurs rôles futur dans le projet.

150


Ci contre, la halle d’entrée possède le rôle de marquise. Ce hall couvert par une charpente américaine sert à couvrir l’entrée à la halle. Cette zone d’entre deux, entre la rue et la halle offre un accueil plus chaleureux qu’en extérieur et nous plonge directement dans l’ambiance industrielle de l’ensemble du bâtiment.

Baies du coté des rails


De gauche à droite sur la double page, la séquence de descente par la rampe de parking.

Forêt de poteaux au niveau bas de la halle, dûe à l’aménagement de la rampe.


La rampe est un élément qui a été construit pour faciliter la circulation dans la halle. Elle relie le niveau haut au niveau bas par une pente douce. La construction de cet élément a nécessité des modifications de la structure d’origine. En effet, les poutres ont été coupée dans le sens de la longueur, ce qui vient interrompre leur rôle porteur et provoque un affaiblissement de la structure entière. Ces affaiblissement ont été contrés par l’installation d’une structure reprenant les charges de l’ensemble matérialisée par des poteaux aux niveau bas de la halle.

153 Sous la rampe du parking, des poteaux ont été installés pour reprendre les charges


La petite halle Ă gauche, vue depuis le toit de la halle.

Dans la petite halle

Depuis les immeubles de la rue de Berne.

Vu


ues sur l’adjonction depuis la halle

La petite halle est une adjonction à l’existant. -Depuis l’intérieur, on ne la ressent pas entièrement, seulement son socle est perceptible, mais la lumière entrant par les verrières ne laissent pas deviner l’adjonction de la petite halle. Elle repose sur des poteaux ce qui lui permet de laisser libre le niveau du sol. Des escaliers mènent au niveau haut où des bureaux sont desservis par une coursive extérieure. Au bout de cette dernière, de nouveaux escaliers montent dans la halle en elle même d’où l’on peut sortir sur le toit de la halle. La halle est composé d’une structure acier classique et de trois fermes en M -De l’extérieur, elle sort du toit de la halle et est comparable à un parasite venu se greffer sur l’exisant. Elle entretient un rapport fort avec la toiture de la halle et vient briser la longitudinalité de l’ensemble.

155


Au niveau bas de la halle, on peut découvrir des résidus de l’activité de la halle avant sa reconversion de parking. En effet, ici sont visible les rails partant des montes wagons qui permettaient d’acheminer les marchandises par le biais des wagons au travers de la halle. Ces rails partent du coté du boulevard des Batignolles et vont jusqu’au mur pignon.

156


Ci-contre, l’espace interstitiel entre la halle et les constructions, vue depuis le niveau haut de la halle. Cet interstice de 3 mètres de large a une hauteur de 32 mètres de haut, cet espace est particulier et étouffant mais est aujourd’hui inaccessible, c’est une issue de secours pour le parking, mais elle se trouve fermée.

157


Il faut donner du temps Ă la ville, et ce sont les promeneurs de demain qui pourront dire si Paris reste toujours Paris en se transformant. Marc AugĂŠ, Le temps en ruine.


TROISIEME PARTIE PROJET: PARADOXES


Dans la continuité de mes recherches concernant l’appropriation des lieux délaissés de la ville et des temporalités de cette dernière, j’ai mis en exergue l’identité de la tranchée des Batignolles. Pour ce faire, j’ai procédé à une approche sensorielle en pratiquant ce que je nomme une exploration urbaine. Ces études de la halle des Messageries et son environnement m’ont permis d’en dévoiler les qualités urbaines et architecturales du site. Mon projet en est la synthèse concrète. Le principe fondamentale de mon intervention est de rendre l’invisible évident. En dehors de cette approche sensorielle, j’ai étudier les attitudes et propositions d’espace public existante à Paris. Effectivement, je désire rendre ce lieu délaissé à la ville et cherche une réponse aux besoins actuels des populations non seulement du quartier, mais également à l’échelle de Paris. Comment la réappropriation d’un espace délaissé au cœur de la ville peut-elle ouvrir à de nouveaux échanges au sein de la population?

165


Illustration des différentes mobilités des individus le passage direct, le passage intéressé, la flânerie, l’arrêt.

0123456789!qsdfghjklmwxcvbn,;!azertyuio

Une rue où les enseignes commerciales et publicités sont volontairement cachées derrières un pap jaune. On se rend compte de l’omniprésence de la consommation dans l’espace public.

166


op

pier

1. Intentions programmatiques 1.1. Passer, s’arrêter Entre rue et parc, le projet offre une continuité du tissu urbain en proposant une ballade publique dans la ville. Le passage invite l’usager à l’arrêt. Les lieux publics peuvent être investis de sens variés, selon la traduction qui en est faite à un moment donné, sa définition restant ouverte, évolutive. Un espace public apparaît dès lors fragile car ce qui le fonde est en mouvement, sujet à interprétation. Il est ce qui nous est «commun», c’est-à-dire cette possibilité de tous les humains de percevoir le monde à un moment donné, au delà des différences de regard de chacun. A. Appropriation libre Ici, l’usager peut y faire ce que bon lui semble: passer, s’arrêter, dormir, jouer, lire, écouter, regarder, flâner... Mon intention est d’offrir un lieu public au quartier et à Paris, un espace libre, ouvert, accessible, où les individus peuvent former des groupes, où les jeunes peuvent se regrouper sans pour autant sembler être une menace, un lieu où l’on prend le temps d’être: d’être ici et maintenant. Alessia de Biase et Monica Coralli évoquent trois façons d’être dans leur livre Espaces en commun. Je m’inspire de leurs écrits pour définir mon projet. «Dans le projet urbain contemporain trois idées semblent presque désormais révolues : l’incertitude, la lenteur et la gratuité. Ces trois arts d’être dans l’espace public ont complètement formé des générations d’écrivains qui ont pris la ville moderne 167


Les chaises des Tuileries

Deux images provenant du rĂŠfĂŠrencement des dispositifs anti clochard. Survival Group, Anti-Sites, Images de Arnaud Elfort, Guillaume Schaller et Lorentino, http://www.survivalgroup.org/anti-site.html


comme scène privilégiée pour leurs récits. Ces trois manières d’être dans l’espace public, qui se fondent sur le principe d’habiter un espace, étaient aussi trois économies qui profitaient pleinement du fait d’être, dans le sens de « rester », dans un espace (rue comme place). Il s’agit, enfin, de trois postures engendrant des conceptions architecturales et urbaines qui produisaient (et qui peuvent encore produire !) une espace vivable et appropriable. [...] Sommes nous encore capable de poser notre corps dans un espace en dehors de chez nous ? Qu’est-ce qu’un corps en pause dans un espace en pause ?»1

La question soulevée ici renvoie aux rues Parisiennes, où les espaces publics sont privatisés et les espaces privés publicisés. Je pense à la multiplication des centres commerciaux définis comme espaces publics, je pense aux halles et autres passages privés publicisés de Paris et aux multiples centres commerciaux de sa banlieue. Moi même, habitant à Créteil à proximité de Créteil Soleil (le centre commercial de la ville), j’assiste chaque jour au spectacle de publicisation des espaces privés. On assiste à une véritable mutation des espaces urbains, Mon projet consiste à retrouver ces valeurs quasiment disparues de nos espaces publics. «De plus en plus, les plus belles places de nos villes sont occupées par de superbes terrasses de cafés qui, lors d’une belle journée de printemps, ont été élues comme les seules possibilités pour s’asseoir à l’extérieur. Nous payons pour être sur l’espace qui nous appartient.»2

Rendre la ville à la ville, ou plutôt, rendre la ville aux usagers de la ville, tel est l’objectif de mon projet. Le mobilier urbain possède un rôle important dans les espaces de pauses. Je prend l’exemple des Jardin du Luxembourg et celui des Tuileries qui possèdent un mobilier urbain exceptionnel : leurs chai1  Alessia de Biase et Monica Coralli, Espaces en commun, nouvelles formes de penser et d’habiter la ville, l’Harmattan, 2009, Paris, p.14 2  Ibid.

169


ses favorisent les rencontres et maximisent les possibilités de configuration et d’appropriation de l’espace public. Ces jardins eux aussi sont des passages (plusieurs entrées/sorties) malheureusement, ces parcs sont fermés le soir et la nuit (sauf événement exceptionnels comme les Nuits Blanches). L’introduction de ces mêmes chaises connues de tous les Parisiens dans le projet permet une appropriation et une occupation de l’espace très variés. «Oui, je pense qu’une ville si on doit se diriger vers plus d’humanité, devrait être faite/défaite par ceux qui l’habitent ou vont l’habiter. Pas par ceux qui n’auront pas à la défendre ou un besoin à la détruire un jour (comme dans le cas de Numance en Espagne, assiégée par les légions romaines). Donc éviter de concevoir la ville comme un service public ou comme une galerie marchande si on veut éviter de vivre comme des poulets en batterie (avec ce qu’il faut, exactement de protéines, de glucides, protides, calcaire de synthèse, acides aminés etc.) Mais penser que la ville est une «chose» publique (une «res» publica) cela implique qu’elle soit le résultat des ajustements relationnels, violents ou pas, et qu’elle soit à la fois le fruit commun d’un essai de vie ensemble et toujours en devenir (pas comme les galeries marchandes - actuel modème de l’action publique en matière d’urbanisme - qui n’en ont aucun et n’en laissent deviner aucun autre en dehors de la conception agro- industrialo-alimentaire de l’humain qui les porte).1» «Les anciennes villes étaient vivantes précisément parce qu’elles n’étaient pas planifiées, que les maisons et les rues s’étaient construites et tracées peu à peu, selon les besoins, qu’on ajoutait une pièce ou une aile, qu’on perçait un passage ou une ruelle quand il fallait plus de place ou plus de dégagement»2

Pour faire vivre le lieu, il faut que ses usagers aient la possibilité d’y intervenir, d’y rester, le temps d’une nuit ou d’un instant, d’en déplacer les composants ou d’en créer de nouveau. C’est dans cette direction que je tourne mon projet. 1  Jean Paul Curnier, réfèrence inconnue. 2  Affeulpin Gustave, La soi-disant utopie du centre beaubourg, Antidotes, 1976, p.25

170


«Défendre l’architecture de nos cités contre l’emprise du ban est l’affaire de tous. Nous devons reconquérir la liberté d’expérimenter sur la ville. L’espace est l’allié dont nous avons besoin pour inventer à nouveau, là où elles ont disparu, les conditions de la politique. Nous devons préserver des lieux inoccupés et accessibles sans distinction, qui laissent du jeu au passage et à la rencontre, des clairières qui accordent sa place au hasard, des espaces gratuits ou le simple fait de la coexistence peut se réfléchir diversement. […] il faut opérer en marge des programmes et des règlements, et à une tout autre échelle, en intervenant là où des changements sont possibles, c’est-à-dire sur le terrain. […] la réappropriation collective de l’espace transforme les déchets en ressource. […] La réappropriation n’est pas une requalification ou une réhabilitation, elle fait place à la politique en donnant cours aux libertés dont leur commun usage est la condition. En y suspendant les rapports de pouvoir et les spéculations du marché, tout en préservant leur caractère indestiné et leur inutilité, elle tire de l’abandon une chance : elle rend les lieux à l’à venir. En consacrant le loisir que leur accessibilité et leur disponibilité offrent aux mouvement, aux rencontres et aux conversations, en leur donnant la possibilité de croitre et d’affecter les sensibilités et les passions de ceux qui les croisent, elle laisse exister des espaces nouveaux, aussi divers que les espaces naturels sont différents les uns des autres.»1

1  Patrick Degeorges et Antoine Nochy, Extrait de L’impensé de la ville, sous la direction de Patrick Bouchain, atelier «La forêt des délaissés» Janvier 2002

171


B. Hospitalité «Certains services de bien être sont absents la nuit. Les toilettes publiques ferment souvent à 19 heures et ne sont pas toujours relayées par les sanisettes. Les fontaines et points d’eau sont relativement rares et beaucoup de bancs ont été supprimés ou remplacés par des bancs anti-clochards, beaux symboles d’urbanité. Il est bien difficile de boire, s’asseoir ou uriner gratuitement dans la ville après 19 heures.»1

Cet extrait du livre de Luc Gwiazdzinski pointe du doigt l’inhospitalité de nos villes. Dans mon projet, je tiens compte des besoins de tous et propose des espaces ouverts et accessibles au public permettant aux usagers de la ville de vivre en dehors de chez eux dans les meilleures conditions possibles et dans un esprit de gratuité et de liberté. J’installe dans mon projet les nécessaires de la vie quotidienne de l’usager.

1  Luc Gwiazdzinski, La nuit, dernière frontière de la ville, La tour d’Aigues : L’Aube, 2005 - 245 p.

173


CHARTES LOCALES des usages de la rue

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE D’ÉLABORATION

Guide méthodologique d’élaboration d’une Charte local des usages de la rue. et une campagne publicitaire contre le bruit la nuit - Source: Ville de Paris.

Halles pajol + 104

vous êtes ici

gare de l’est

belleville

champs elysées LES HALLES

PISCINE MOLITOR

gare MONTPARNASSE

mONTREUIL gare de lyon

HALLES FREYSSINET

Schéma prospectif des relations possibles entre les futurs oasis de temps continu Parisiens


C. Un espace temps Ce lieu de la mobilité est ouvert 24 heures sur 24. Ce lieu diurne et nocturne est l’un des rares espaces piétons (à la manière d’un parc) qui reste ouvert la nuit à Paris, il devient un des pôles nocturnes actuel et futur de Paris grâce aux Noctiliens. Afin d’éviter les conflits d’usages, une charte sera mise en place suivant le modèle des «chartes des usages de la rue» communiqué par la mairie de Paris. Une communication importante doit être établie entre usagers du projet et riverains ainsi que commerçants. A l’avenir, la première équipe de Koban1 Parisiens pourra prendre ses quartiers sur place, assurant ainsi la sécurité de façon discrète. Ainsi le lieu public se présente comme un vide, c’est-à-dire qu’il est ouvert à toute interprétation et possibilité d’usage. D’après Henri Maldiney2, le vide n’est pas une négation du monde mais au contraire une «condition qui rend possible la perception sensible du monde». Du rien émerge la vitrualité d’ «être le monde». Ce vide consitutif des lieux permet l’expression de ce qui nous est commun. C’est à partir du vide que les hommes peuvent réinventer les lieux en continu, que l’identité, l’atmosphère des lieux, d’un groupe, d’une ville, se créent.

1  En Japon, les Kobans sont des petites unités de police qui monte la garde et veille à la sécurité du lieu en vélo, ils ont en charge d’indiqué leurs chemins au passant et d’aider les personnes ivres. 2  Henri Maldiney, Art et existence, Klincksieck, collection Esthétique, 2003

175


Centre Commercial à Nogent le Rotrou, photo: Séguin Antoine


1.2. Se cultiver En m’appuyant sur mes connaissances enrichies par mes recherches, mon constat est le suivant : Paris est une ville pourvue d’une culture urbaine, présente et importante. J’ai laissé une place particulière à l’art urbain dans mon projet. Je suggère la création d’un centre d’art urbain, donc d’après moi, non-institutionnel. L’espace est dédié à l’art de rue et les artistes ont la possibilité de se l’approprier. J’ai également constaté que le 8ème arrondissement était dépourvu d’équipement sportif. En effet, en répertoriant tous les équipements sportifs de la capitale sur une carte, le 8e arrondissement se démarque, par leurs absences. Je met à disposition un lieu de pratique et d’appropriations sportives, rééquilibrant, dans la ville la distribution de ces équipements. En outre, les équipements sportifs et culturels, représentent que ce soit à l’échelle d’une ville ou d’un quartier, un lieu de rencontre. En effet, ce sont des espaces essentiels pour les interactions entre acteurs et la création de liens sociaux, ce sont des lieux de coexistance et donc à fortiori de mixité. Ainsi, en créant un lieu appropriable, je favorise les échanges qu’ils soient culturels ou résultant du quotidiens.

177


Happening #1 proposé par A. D. Gallizia, un musée à ciel ouvert dans Paris, où les oeuvres sont visibles de leurs créations à leurs diffusions.

Schéma décrivant l’interaction créée entre l’espace public et l’espace de production d’une friche ouverte sur la ville.


A. Pratiques artistiques Depuis quelques années, nous assistons à un phénomène de légitimité et de reconnaissance de cet culture de la rue à travers par exemple, l’exposition Né dans la rue à la fondation Cartier cette année, ou encore celle au grand Palais nommée Tag. Cette dernière fut lancée à l’initiative de Alain Dominique Gallizia, architecte, qui avoue son objectif de « tendre une toile entre la rue et le musée, et offrir des oeuvres a une autre belle œuvres ». Humble, cet architecte refuse de mettre son nom sur les immeubles pour l’éternité, et s’émeut de voir d’autres artistes des rues, des taggers, à qui on refuse au même endroit de laisser leur nom pour seulement quelques jours. En mars 2010, il propose un premier « happening » en pleine rue, des surfaces, des espaces sont à la disposition de taggers pour qu’ils puissent s’exprimer. Il donne des moyens d’expression à ces artistes et de diffusion à cet art. Mon objectif est de mettre en valeur le processus de création et la communication au sein de la population. La mise en place d’un tel programme permet ainsi de favoriser l’échange et la pluridisciplinarité entre population et artistes, le projet est un véritable laboratoire artistique expérimental. Le processus de création est séquencé dans l’espace, de la recherche à la diffusion des oeuvres en passant par l’apprentissage. - Des ateliers résidences et des ateliers d’artistes sont crées. La résidence possède un rôle phare dans la vie d’un lieu artistique, résider c’est être suspendu dans le temps de la création sans rendre de compte. L’artiste résident est amené à s’isoler au cœur de la ville, il travaille et questionne un enracinement culturel dans un temps de la création mouvant, fugace et pluriel. La résidence pour un artiste est une période de fric179


Schéma décrivant les interactions entre les résidents et la population d’une friche.

Carte synthétisant la présence d’équipement sportifs dans Paris.


tions entre les territoires (d’où il vient, et où il résite) créés par le déplacement et la notion de passage que la résidence met en place. Résider c’est aussi la possibilité d’errer, de délaisser et d’abandonner quelque chose pour faire œuvre. - Des espaces clos appropriables par diverses pratiques pourront être occupés suivant l’organisation interne du lieu. Je compte parmi ces pratiques : photos, vidéos, musique, son, multimédia, sculpture, graffiti, pochoir, danse, théâtre, visionnage, projection...etc

B. Pratiques sportives Suite au constat du manque d’équipement sportif dans le 8e ainsi qu’a ma volonté d’offrir un lieu utile à la population au quartier, à l’arrondissement ainsi qu’a la ville. Le 8e ne possède à l’heure actuelle qu’un gymnase et est en manque cruel d’espace sportif. C’est pourquoi je propose l’installations d’équipements sportifs dans mon projet.

181


Halle

Croquis synthétisant mes idées.

Belvédère

Renouveau


2. Intentions substantielles 2.1. Des entités Comme énoncé précédemment, je démolis la halle de 1886 et crée un projet à son emplacement. La halle de 1912 est ainsi en rapport avec cette nouvelle entité: l’ancien et le nouveau ne font qu’un. Je m’appui sur le mouvement du chemin de fer qui devient l’élément fédérateur de la dynamique du projet. A. La halle des Messageries La halle des Messageries devient l’élément emblématique de mon projet, ma position architecturale face à ce déjà-là est de ne pas le renier, mais de m’en servir en tant qu’atout dans mon projet. L’utilisation actuelle de la halle est un parking sur ses deux niveaux de presque 6000 m² chacun. Les 450 voitures du parking occupent environ 15% du volume total de la halle (il n’est occupé qu’au tiers de son total la majorité du temps). Cette sous-utilisation ne fait que me conforter dans mon choix de réappropriation de la halle. Ma démarche consiste alors à concevoir mon projet dans l’idée de transcender les qualités, les particularités et le caractère exceptionnel de la halle. Pour ce faire, j’investi les espaces interstitiels présents dans la halle et à l’extérieur. En respectant sa trame constructive, je viens insérer des fonctions dans ces espaces autrefois inaccessibles, ces intégrations dans l’existant donnent des identités inattendues aux espaces créer. Les interventions gardent la logique constructive de la halle. 183


B. Le Renouveau A l’emplacement de la halle de 1886, je crée une adjonction à celle de 1912. Cette entité s’oppose et agit en comparaison à l’existant. Le rôle du Renouveau est de mettre en valeur l’existant tout en étant elle même un élément fort de l’ensemble du projet. Cette intervention se fait dans la continuité de l’existant, elle en reprend les principes en les dévoilant d’avantage. Cette confrontation permet à l’usager de comprendre le rapport spatial et temporel entre l’existant et le nouveau. Le déjà-là n’est pas figé mais traverse les âges grâce au Renouveau.

C. Le belvédère Un belvédère crée le lien aérien entre les deux entités précédentes. Il offre un point de vue dominant sur le site et Paris. Son aspect permet d’avoir des vues cadrés sur les rails et les vues que l’on a depuis le toit.

Le nouveau se dresse face à l’ancien. C’est cette tension et ce rapport que je propose d’étudier. Il s’agit de poser ici une ville sans éradiquer ce qui fait l’identité de ce territoire. Juste mettre en contact le ciel et la terre, faire se toucher les vides. La vue a le champs libre et peut traverser le lieu quand bon lui semble.

185


Perspective du Fun Palace de Cédric Price

Façade du Fun Palace de Cédric Price

Façade du Fun Palace de Cédric Price


2.2. Accès et circulations A. Accès L’accès au projet se fera depuis la place de l’Europe et le boulevard des Batignolles. Mon intervention se traduit par la création d’interfaces entre la ville et le projet. Une interaction se crée entre le projet et le site. Un axe relie directement le centre de la place de l’Europe à la halle, je le nomme l’axe de l’Europe. Cette passerelles survole le fleuve de métal et ouvre des vues cadrées sur la tranchée des Batignolles et les éléments qui l’entourent des deux côtés. Ici, l’usager se retrouve face à la grandeur du site. Du coté du boulevard des Batignolles, j’élargis le pont et prolonge l’espace public en créant ainsi une nouvelle place des Batignolles qui devient un point de vue privilégié sur la tranchée et le projet. B. Circulations horizontales Mon projet consiste à rétablir la continuité entre la place de l’Europe et le boulevard des Batignolles. Cette continuité se matérialise par un passage à travers la halle et l’adjonction que je crée. Ce passage se fait en parallèle à celui des trains en contrebas. Ces deux mobilités se font en C. Circulations verticales Le passage entre le niveau haut (celui des Batignolles) et le niveau bas (celui de la place de l’Europe) se fait par la rampe existante dans le parking, et par des escaliers et escalators. Les deux niveaux de la halle et du projet étant en relation constante. 189


+ =

Chargement d’un container sur un wagon


2.3. Eléments programmatiques La ballade devient le support d’événement et de la vie du quartier et de Paris. La halle retrouve sa fonction initiale en réintégrant les montes wagons, ces derniers servent à étendre l’impact de la halle à l’ensemble du territoire. Grâce au réseau ferré, il est possible d’importer un container depuis le monde entier jusque dans la halle. Ces containers peuvent contenir tout et n’importe quoi, ce qui augmente l’attrait et la diversité des possibles. Ces containers sont transformables à volonté par la population, les artistes où le propriétaire (ou locataire), véritables support d’animation. Ils se définissent fonctionnellement par la suite, les programmes possibles sont multiples: Kiosque/ Bar/Pizzeria/Scène/Lieu de débat/Dazibao1/Expression artistique libre/Rien... toutes sortes de fonctions peuvent y être implantées. «Il s’agit ici de lui (le peuple) permettre de construire sa propre culture, à partir de son propre vécu et selon des cheminements autonomes.»2

Les containers sont donc montés sur les wagons puis par les montes-wagons, sont envoyés au travers du projet. Ainsi, le niveau bas du projet peut être saturé ou non de wagons et de containers suivant les événements s’organisant dans la halle ou encore les besoins (ou pire, envie!) de tel ou tel groupe d’individu. Les containers sont donc en mouvement dans la halle et marques des arrêts dans des lieux indéfinis. Chaque wagons étant autonome

1  Un Dazibao est un mot venant de la chine impérial, c’est une affiche apposée sur un mur par un simple citoyen, celle ci évoque aussi bien des sujets politiques que moraux. C’est un moyen d’expression libre, un droit fondamental. 2  Affeulpin Gustave, La soi-disant utopie du centre beaubourg, Antidotes, 1976, p.64

191


192


CONCLUSION

Dans le cadre de mon travail personnel de fin d’étude, j’ai eu l’occasion d’approfondir mes connaissances sur un territoire qui me tient à coeur. En découvrir l’histoire, la structure, les formes et les usages m’a passionné, je suis tombé amoureux de ce lieu et chaque découverte a fait naître en moi des sensations intenses. Je suis conscient que mon projet de réappropriation de cet espace au coeur de Paris s’inscrit dans un processus lent et incertain. Dans mon projet je propose humblement d’initier ce mouvement d’appropriation et de renouvellement des usages de la ville par mon intervention architecturale en y créant un passage favorisant les circulations douces. En travaillant sur les temporalités qui s’imposent à la ville, et les usagers qui imposent leurs usages, l’enjeu du projet et de proposer un lieu qui s’inscrit dans la continuité de la ville, un lieu déclencheur qui ouvrira la halle et son adjonction à de nouveaux échanges au sein de la population.

193


BIBLIOGRAPHIE Ouvrages • Affeulpin Gustave, La soi-disant utopie du centre beaubourg, Antidotes, 1976, 198 p. • Augé Marc, le temps en ruines, Galilée, Paris, 2003,135p. • Berque Augustin, Conan Michel, Donadieu Pierre, Lassus Bernard, Roger Alain, Mouvance : 50 mots pour décrire le paysage, Édition de la Villette, Paris, 1999, 100p. • Berque Augustin, Mouvance II : soixante-dix mots pour le paysage, Ed. de la Villette, Paris, 2006 • Bey Hakim, TAZ, Zone Autonome Temporaire, 1991, première édition française, Editions de l’Eclat, 1997, Paris. • Bouchain Patrick, Construire autrement : Comment faire ?, Actes Sud, 2006, 180p. • Cauquelin Anne, Marc Chopplet, Yves Manou, La ville la nuit, Paris, la politique éclatée 1975, 219 p. • De Biase Alessia et Coralli Monica, Espaces en commun, nouvelles formes de penser et d’habiter la ville, l’Harmattan, 2009, Paris, 222p. • De Canchy Jean-François, Collectif l’œil d’Or, Réhabiliter les édifices métalliques emblématiques du XXe siècle, Cité internationale universitaire de Paris, L’oeil d’or, 2008, 118 p. • Elisabeth Pélegrin-Genel, Des souris dans un labyrinthe : décrypter les ruses et manipulations de nos espaces quotidiens, La Découverte, Les empêcheurs de penser en rond, 2010, 245 p. • Espinasse Catherine, Gwiazdzinski Luc, Heurgon Edith, La nuit en question(s) : Colloque de Cerisy, Editions de l’Aube, 2005, 313p. 194


• Gwiazdzinski Luc, La nuit, dernière frontière de la ville, La tour d’Aigues : L’Aube, 2005 - 245 p. • Gwiazdzinski Luc, La ville 24 heures sur 24: regards croisés sur la société en continu, L’Aube, DATAR, 2002, 254 p. •

Revue d’histoire des chemins de fer, les chemins de fer dans la ville, RHCF, 5-6 (aut. 1991 - print. 1992) Revues •

Archistorm, Mars/Avril 2008, 86p.

• L’Architecture d’Aujourd’hui, n° 367, Temporaire, 2006, 144p. • L’Architecture d’Aujourd’hui, n° 368, Participer, 2007, 144p. • Lieux Communs, Les cahiers du LAUA, L’altérité, entre condition urbaine et condition du monde, ENSA Nantes, 2009, 240 p. • Tissandier Gaston, La nature, revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, journal hebdomadaire illustré, 1887, 370p. • Sciences Humaines, n° 156, Comprendre, la ville 24h sur 24, p.18-25 Internet •

Graffiti Research Lab, http://graffitiresearchlab.com

• Gwiazdzinski Luc, La nuit, dernière frontière de la ville ?, 2006, http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_ article=996 • Institut de la ville en mouvement, PSA Citroën, http:// ville-en-mouvement.com/ 195


Le Lieu Unique, http://www.lelieuunique.com/

• Paris Métropole … de nuit, http://parismetropolenuit. wordpress.com • Protocol TROLL, recherche/expérimentation, mobilité nocturne, design urbain furtif http://www.ville-en-mouvement. com/telechargement/villelanuit/plaqTROLL.pdf • Simon Jean-Pierre, Mutations urbaines en cours : quel avenir pour l’urbanité ?, http://www.cafe-geo.net/article. php3?id_article=485 • Survival Group, Anti-Sites, avec Arnaud Elfort, Guillaume Schaller et Lorentino, http://www.survivalgroup.org/anti-site. html • Vacheyrout Hélène, Temps, http://explorationpourmemoire.blogspot.com/ • Vasset Philippe, tranchée artère, VACARME, http:// www.vacarme.org/article141.html • Vivant Elsa, les évenements off : de la resistance à la mise en scène de la ville créative, Géocarrefour [en ligne], Vol. 83/2, 2007, mise en ligne le 01 octobre 2010, http://geocarrefour.revues.org/index2188.html Rapport • Lextrait Fabrice, Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires ... une nouvelle époque de l’action culturelle, Rapport à Michel Duffour, 2001 TPFE • Catrin Emmanuelle, Friche en scène : rencontre du permanent, du provisoire et de l’éphémère, EA Paris-La-Villette, 2002, 82 p. 196


• Dapremont Nicolas, Art naked - squats et friches artistiques, les territoires de la contre culture, ENS d’architecture et de paysage de Bordeaux, 2007 • Heckle Virginie, Un passage sportif à la gare Saint Lazare : reconversion du bâtiment des Messageries, EA Paris Val de Seine, 2006.- 159 p. • Hintzy Alban, Les halles de marchandises et messageries de la Gare Saint-Lazare - réutilisation et mise en valeur, EA Paris-La-Villette, 2006 • Martin Caroline, Guide de survie en milieu urbain, Paris Val de Seine, 2007, 357p. • Ventalon Julien, Bartoloni Laura, Paris Batignolles Saint-Lazare - la tranchée fonde l’identité, Paris EA Paris-LaVillette, 2006, 237 p.

197


198


REMERCIEMENTS

A mes tuteurs, Michael Halter et Donato Severo Je tiens à remercier également ma famille qui m’a toujours soutenu et encouragé dans mes entreprises, ainsi que mon amie et mes amis, pour leurs aides.

199


LES MESSAGERIES

PARADOXES


LES MESSAGERIES PARADOXES Séguin Antoine - Juillet 2010

Profile for Antoine Séguin

Paradoxes  

Rapport de PFE, diplome d'architecture juillet 2010, reutilisation d'un heritage industriel et adjonction d'un element nouveau, rendre l'inv...

Paradoxes  

Rapport de PFE, diplome d'architecture juillet 2010, reutilisation d'un heritage industriel et adjonction d'un element nouveau, rendre l'inv...

Profile for lastlost
Advertisement