Issuu on Google+

01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 17:13 Page2222

Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques

Recueil d’indicateurs régionaux Offre de soins et état de santé


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page2223


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page1

Recueil d’indicateurs régionaux Offre de soins et état de santé


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page2


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page3

Sommaire Avant-propos........................................................................................................................................ 5 PARTIE I. Données sociodémographiques,  offre de soins et état de santé u 1. 2. 3. 4.

Contexte sociodémographique La population et son évolution .................................................................................................. 8 Répartition de la population .................................................................................................... 10 Structure par âge de la population .......................................................................................... 12 Revenus et inégalités.............................................................................................................. 14

État de santé Espérance de vie .................................................................................................................... 16 Suicides et mortalité prématurée ............................................................................................ 18 Décès par accident vasculaire cérébral (AVC) ou cardiopathies ischémiques (infarctus du myocarde et autres causes) .............................................................................. 20 8. Affections de longue durée (ALD) : diabètes, cancers, maladies coronaires .......................... 22 9. Affections de longue durée (ALD) : maladies cardiovasculaires ou psychiatriques ................ 24 10. Obésité chez les adultes ......................................................................................................... 26 11. Consommation de tabac et d’alcool chez les adolescents de 17 ans..................................... 28 12. Consommation de cannabis et ivresses répétées chez les adolescents de 17 ans ............... 30 13-1. Participation au dépistage organisé : dépistage du cancer du sein......................................... 32 13-2. Participation au dépistage organisé : dépistage du cancer colorectal......................................34 14. Interruptions volontaires de grossesse (IVG) ......................................................................... 36 15. Césariennes ............................................................................................................................ 38 16. Accidents de la route .............................................................................................................. 40

u 5. 6. 7.

u Offre sanitaire 17. Densités de médecins généralistes et de chirurgiens-dentistes libéraux ............................... 42 18. Densités d’infirmiers et de masseurs-kinésithérapeutes libéraux .......................................... 44 19. Offre hospitalière pour les accouchements, la médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) et la psychiatrie ....................................................................................................................... 46 20. Offre hospitalière en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en hospitalisation à domicile (HAD) ..................................................................................................................... 48 u Recours et accès aux soins 21. Secteurs de conventionnement des médecins et dépassements d’honoraires ...................... 50 22. Recours aux soins et mobilité des patients............................................................................. 52

u Offre médico-sociale 23. Accueil pour personnes âgées................................................................................................ 54 24. Accueil pour personnes handicapées ..................................................................................... 56 PARTIE II. Fiches de synthèse régionales • Alsace .............................................................................................................................................. 60 • Aquitaine.......................................................................................................................................... 62 • Auvergne ......................................................................................................................................... 64 • Basse-Normandie............................................................................................................................ 66 • Bourgogne ....................................................................................................................................... 68 • Bretagne .......................................................................................................................................... 70 • Centre.............................................................................................................................................. 72 • Champagne-Ardenne...................................................................................................................... 74 • Corse............................................................................................................................................... 76 • Franche-Comté ............................................................................................................................... 78 • Guadeloupe..................................................................................................................................... 80 • Guyane............................................................................................................................................ 82 • Haute-Normandie............................................................................................................................ 84 • Île-de-France................................................................................................................................... 86 • Languedoc-Roussillon..................................................................................................................... 88 • La Réunion...................................................................................................................................... 90 • Limousin.......................................................................................................................................... 92 • Lorraine ........................................................................................................................................... 94 • Martinique........................................................................................................................................ 96 • Midi-Pyrénées ................................................................................................................................. 98 • Nord - Pas-de-Calais..................................................................................................................... 100 • Pays de la Loire............................................................................................................................. 102 • Picardie ......................................................................................................................................... 104 • Poitou-Charentes .......................................................................................................................... 106 • Provence-Alpes-Côte d’Azur......................................................................................................... 108 • Rhône-Alpes.................................................................................................................................. 110 Répertoire des sigles utilisés ........................................................................................................... 113

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 3


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page4


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page5

Avant-propos

C

recueil s’inscrit dans le contexte particulier de la mise en place des

les bases de données comme Statiss (http://www.sante.gouv.fr/drees/statiss/sta-

agences régionales de santé (ARS) créées par la loi portant réforme de

tiss2010/default.html), Eco-santé (ww.ecosante.fr) et Score-santé (www.score-

E

l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST), promulguée

sante.org).

le 21 juillet 2009. Dans une première partie, les indicateurs régionaux sont présentés sous forme Au moment où les ARS élaborent leurs projets régionaux de santé, la direction

de tableaux thématiques, qui permettent de situer les régions les unes par

de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) se

rapport aux autres au vu de la situation française, et de présentations

propose d’esquisser un portrait sanitaire et social synthétique de chaque région,

cartographiques ou d’indicateurs de variabilité. Ces fiches précisent aussi la

en mobilisant des indicateurs de l’offre et de recours aux soins, de la

définition des indicateurs, leurs sources et leurs champs. Dans une seconde

consommation de soins et de l’état de santé de la population issus des sources

partie, chaque région fait l’objet d’une présentation synthétique qui met en

de référence, mais aussi des indicateurs démographiques et sociaux dont

évidence, d’une part, les principales caractéristiques de son contexte sociodé-

certains proviennent de l’édition 2010 de l’ouvrage La France et ses régions,

mographique et de l’organisation de son territoire (commentaires et cartes tirés

publié par l’Institut national de la statistique et des études économiques

de La France et ses régions, INSEE 2010) et, d’autre part, celles de son offre de

(INSEE). Ce recueil ne prétend pas à l’exhaustivité : toutes les dimensions de

soins, du recours aux soins et de l’état de santé de sa population.

l’organisation des soins ou de l’état de santé en région ne sont pas abordées, loin s’en faut. Par ailleurs, certaines données font défaut pour les DOM dans

En rendant cette sélection d’indicateurs régionaux accessibles à tous, pouvoirs

les systèmes d’information actuels. Le lecteur qui cherche des informations

publics, professionnels, patients ou simples citoyens, la DREES espère contribuer

plus détaillées et souhaite approfondir ce diagnostic pourra avec profit consulter

à la diffusion d’une information utile à tous sur ces thématiques.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 5


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page6


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page7

PARTIE I uDonnées sociodémographiques, offre de soins et état de santé


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page8

Contexte sociodémographique Fiche 1

la population et son évolution

InDICATEuRs uPopulation en 2009 (en milliers). Source : INSEE. uPart de la population régionale dans la population française en 2009 (en %). Source : INSEE. uTaux de croissance annuelle moyen de la population entre 1999 et 2009 (en %). Source : INSEE.

> Taux de variation de la population entre 2005 et 2030

uTaux de croissance de la population entre 2005 et 2030. Estimation INSEE, modèle Omphale, scénario central (voir commentaires). uPopulation maximale/minimale en 2006 : population mensuelle maximale présente dans l’année/minimale. La population présente prend en compte les touristes entrants et sortants. Source : INSEE. Estimation DREES.

COmmEnTAIREs Le taux de variation est un taux moyen, calculé en utilisant l’estimation de population en 2030 par l’INSEE. Scénario central : scénario reconduisant les tendances démographiques récentes. • France métropolitaine : ces dernières projections de l’INSEE intègrent les inflexions survenues au cours des années récentes (1999-2005), en particulier l’accroissement général de la fécondité ainsi que celui du solde migratoire et des flux interrégionaux. • Antilles-Guyane : les projections de population ont pour point de départ la population par sexe et âge au 1er janvier 2005 et intègrent des données sur la mortalité, sur la fécondité et sur les migrations de 1970 à 2005.

1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile comprend un quart des régions, préalablement rangées dans

l’ordre croissant des taux de variation de leur population. Ainsi, par exemple, le Nord Pas-de-Calais est dans le dernier quart des régions concernant le taux de variation de sa population (25 % des régions pour lesquelles le taux de variation est le plus bas).

8 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page9

RĂŠgions

Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Martinique Guyane La RÊunion France mÊtropolitaine et DOM

Population en 2009 (en milliers)

Part de la population rĂŠgionale (%)

Taux de croissance annuelle 1999-2009 (%)

1 847 3 200 1 343 1 467 1 637 3 163 2 544 1 336 307 1 168 1 822 11 746 2 616 741 2 342 2 865 4 022 3 538 1 906 1 759 4 940 6 160 404 402 229 817 64 321

2,9 5,0 2,1 2,3 2,5 4,9 4,0 2,1 0,5 1,8 2,8 18,3 4,1 1,2 3,6 4,5 6,3 5,5 3,0 2,7 7,7 9,6 0,6 0,6 0,4 1,3 100

0,6 1,0 0,3 0,3 0,2 0,9 0,4 -0,1 1,7 0,4 0,2 0,7 1,3 0,4 0,1 1,2 0,1 0,9 0,3 0,7 0,9 0,9 0,5 0,5 3,9 1,5 0,7

Taux de croissance 2005-2030 (%) 14,4 16,0 -0,1 2,5 -0,5 14,1 6,5 -5,5 13,8 4,0 2,6 9,2 32,2 2,0 -2,6 21,8 0,7 16,6 2,8 9,8 18,3 16,8 21,0 7,3 122,4 32,5 11,4

Population maximale/minimale x 100 106 121 103 113 103 117 105 107 176 104 106 nd 134 110 104 109 107 108 104 119 114 109 nd nd nd nd nd

nd :nondisponible. Source : INSEE.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 9


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page10

Contexte sociodémographique Fiche 2

Répartition de la population

InDICATEuRs uDensité de population (habitants/km²) en 2009. Source : INSEE.

uNombre de ZUS (zones urbaines sensibles) en 2009. Source : INSEE.

uIndicateur d’urbanisation en 2006 : part de la population de la région vivant dans les trois principales agglomérations, en %. Source : INSEE.

uPart de la population en ZUS en 2009 (en %). Source : INSEE.

> Densité de population

> Indicateur d’urbanisation

> Part de la population en ZUS 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

10 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page11

RĂŠgions Alsace

DensitĂŠ de population

Indicateur d’urbanisation (%)

Nombre de ZUS

Part de la population en ZUS (%)

223

42,3

19

7,1

Aquitaine

77

38,0

24

4,5

Auvergne

52

28,5

17

4,9

Basse-Normandie

83

22,4

12

3,5

Bourgogne

52

22,5

22

4,8

116

19,6

20

2,8

65

26,5

30

4,6

Bretagne Centre Champagne-Ardenne

52

30,2

31

9,8

Corse

35

46,3

5

10,2 6,8

Franche-ComtĂŠ

72

28,4

23

Haute-Normandie

148

38,9

25

6,9

ĂŽle-de-France

978

88,9

157

11,0

Languedoc-Roussillon

96

26,0

28

5,4

Limousin

44

36,1

3

2,5

Lorraine

99

33,6

38

6,2

Midi-PyrĂŠnĂŠes

63

36,0

14

2,2

Nord - Pas-de-Calais

324

46,9

73

10,2

Pays de la Loire

110

28,7

29

4,1

Picardie

98

17,6

21

7,0

Poitou-Charentes

68

20,4

14

3,8

Provence-Alpes-Côte d’Azur

157

60,3

48

8,2

RhĂ´ne-Alpes

141

35,4

64

5,6

Guadeloupe

249

61,6

7

7,5

Martinique

356

52,3

4

6,1

3

65,1

6

14,2

La RĂŠunion

Guyane

326

52,8

15

15,5

France mĂŠtropolitaine et DOM

102

nd

749

6,9

nd :nondisponible. Source : INSEE.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 11


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page12

Contexte sociodémographique Fiche 3 ● structure par âge de la population InDICATEuRs uIndicateur conjoncturel de fécondité en 2007 (en %). Source : INSEE. Champ : femmes en âge de procréer (entre 15 et 50 ans). Cet indicateur est une mesure synthétique du taux de fécondité et est indépendant de la structure par âge de la population.

uPart des moins de 20 ans en 2008 (en %). Source : INSEE.

uPart des 60 ans ou plus en 2008 (en %). Source : INSEE.

uPart des moins de 20 ans en 2030 (en %). Estimation INSEE, modèle Omphale, scénario central (reconduisant les tendances démographiques récentes ; voir commentaire p. 8).

uPart des 60 ans ou plus en 2030 (en %). Estimation INSEE, modèle Omphale, scénario central (reconduisant les tendances démographiques récentes ; voir commentaire p. 8).

> Part des moins de 20 ans 2008

> Part des 60 ans ou plus 2030

Note : chaque quartile comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

12 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns

2008

1er quartile

2030

2e quartile

3e quartile

4e quartile


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page13

Régions

Indicateur conjoncturel de fécondité (%)

Part des moins de 20 ans en 2008 (%)

Part des moins de 20 ans en 2030 (%)

Part des 60 ans ou plus en 2008 (%)

Part des 60 ans ou plus en 2030 (%) 28,1

Alsace

181

24,6

21,8

20,0

Aquitaine

179

22,6

20,7

25,0

33,1

Auvergne

181

21,7

19,8

26,2

35,0

Basse-Normandie

200

24,4

21,1

24,1

33,8

Bourgogne

192

22,9

19,9

25,7

35,3

Bretagne

200

24,4

21,9

23,9

32,3

Centre

199

24,0

21,5

24,0

32,9

Champagne-Ardenne

195

24,7

21,2

22,0

31,7

Corse

156

20,8

18,4

26,2

34,4

Franche-Comté

206

24,9

22,3

22,3

30,8

Haute-Normandie

204

26,0

22,4

20,9

29,9

Île-de-France

199

25,9

24,8

17,2

22,5

Languedoc-Roussillon

191

23,4

21,8

25,4

31,5

Limousin

176

20,4

19,0

28,8

36,0

Lorraine

182

24,1

21,1

21,5

30,8

Midi-Pyrénées

183

22,9

21,6

24,5

31,1

Nord - Pas-de-Calais

207

27,1

24,4

19,0

26,1

Pays de la Loire

209

25,6

23,0

22,1

30,7

Picardie

206

26,3

23,3

19,9

29,0

Poitou-Charentes

186

22,6

20,2

26,3

35,2

Provence-Alpes-Côte d’Azur

194

23,5

21,8

25,1

31,1

Rhône-Alpes

200

25,5

23,8

21,1

27,7

Guadeloupe

229

30,4

26,0

17,8

31,0

Martinique

206

28,3

23,0

19,1

34,0

Guyane

371

44,1

42,0

6,0

11,0

La Réunion

249

35,0

26,2

11,4

24,3

France métropolitaine et DOM

197

24,9

22,8

21,7

29,2

Source : INSEE.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 13


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page14

Contexte sociodémographique Fiche 4

Revenus et inégalités

InDICATEuRs uRevenu fiscal médian par unité de consommation (UC) en euros en 2007. Source : INSEE. Champ : ménages fiscaux. uIndicateur d’inégalités de niveau de vie en 2008. Source : INSEE. Champ : ménages (voir commentaires).

uTaux de chômage (deuxième trimestre 2010 ; en %). Source : INSEE.

uPart de bénéficiaires du RMI (en %) en 2009. Source : INSEE. Champ : population INSEE 2007.

uTaux de pauvreté (en %) en 2007. Source : INSEE (voir commentaire).

uPart de bénéficiaires de la CMUC (en %) en 2009 . Sources : Cnamts, RSI, CCMSA, INSEE. Champ : population INSEE 2007.

COmmEnTAIREs

> Taux de pauvreté et inégalités de niveau de vie en France métropolitaine

Le niveau de vie d’un individu est mesuré par le revenu médian par unité de consommation (UC). C’est le rapport du revenu disponible du ménage auquel appartient l’individu sur le nombre d’UC qui compose le ménage. L’indicateur d’inégalités de niveau de vie est ici le rapport D9/D1 : ce ratio rapporte le revenu par UC au-dessus duquel se situent les 10 % des ménages les plus riches (D9) au revenu par UC en dessous duquel se situent les 10 % des ménages les plus pauvres (D1). Ménages fiscaux : hors ménages en logement collectif et sans abri. Taux de pauvreté monétaire : proportion d’individus ayant un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté fixé à 60 % du niveau de vie médian.

4,2

Indicateur d’inégalités de niveau de vie

4,0

Île-de-France

3,8 Languedoc-Roussillon

3,6

Corse

Provence-Alpes-Côte d’Azur 3,4 Rhône-Alpes

Midi-Pyrénées

(Moyenne)

Nord - Pas-de-Calais

Aquitaine Champagne-Ardenne Limousin Alsace Lorraine Picardie Haute-Normandie Auvergne Poitou-Charentes Centre Bourgogne Basse-Normandie Bretagne Franche-Comté

3,2

3,0

Pays de la Loire 2,8

2,6

(Moyenne) 5

7

9

11

13

15

Taux de pauvreté

14 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns

17

19

21

23

25


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page15

RĂŠgions

Revenu fiscal mĂŠdian par UC (en euros)

Indicateur d’inÊgalitÊs de niveau de vie

Taux de chĂ´mage (%) au 2e trimestre 2010

Taux de pauvretĂŠ (%)

BĂŠnĂŠficiaires du RMI (%)

BĂŠnĂŠficiaires de la CMUC (%)

18 835 17 322 16 497 16 374 17 035 17 248 17 603 16 607 15 606 17 084 17 234 20 575 15 700 16 602 16 743 17 157 15 189 16 965 16 741 16 537 17 243 18 143 nd nd nd 9 511 17 497 nd

3,2 3,2 3,1 3,0 3,0 3,0 3,1 3,2 3,6 3,0 3,1 4,1 3,5 3,2 3,2 3,3 3,3 2,9 3,2 3,1 3,6 3,3 nd nd nd nd 3,4 nd

8,3 9,2 8,4 8,8 8,6 7,9 8,6 9,6 9,0 9,3 10,3 8,1 12,8 8,0 9,9 9,3 12,9 8,2 10,9 9,0 10,8 8,6 23,8 21,0 21,0 28,9 9,3 9,7

10,7 13,1 14,1 13,5 12,3 11,2 11,6 14,5 20,4 12,5 12,9 12,2 18,7 14,7 13,9 14,1 18,5 11,3 14,3 13,9 15,8 11,6 nd nd nd nd 13,4 nd

1,7 1,6 1,5 1,7 1,3 1,2 1,2 2,7 1,6 1,3 1,2 1,1 1,0 1,5 1,5 1,5 1,3 1,1 1,3 2,8 2,0 1,6 7,2 7,3 5,0 8,2 1,4 1,6

4,3 4,9 4,7 4,9 4,7 3,5 5,2 6,6 4,7 5,1 5,9 5,8 9,0 5,0 5,3 5,7 9,6 4,2 6,4 5,3 7,2 4,5 24,4 28,0 32,4 34,3 5,7 6,5

Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Martinique Guyane La RÊunion France mÊtropolitaine France mÊtropolitaine et DOM nd :nondisponible. Sources : Cnamts, RSI, CCMSA, INSEE.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 15


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page16

État de santé Fiche 5

Espérance de vie

InDICATEuRs uEspérance de vie à la naissance en 1990 et 2007 des hommes et des femmes (en années) : durée de vie moyenne – autrement dit l’âge moyen au décès – d’une génération fictive soumise aux > Espérance de vie des hommes en 2007

conditions de mortalité de l’année étudiée. Sources : INSEE, état civil (données domiciliées), estimations localisées de population.

> Espérance de vie des femmes en 2007 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

16 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page17

EspĂŠrance de vie Ă  la naissance (en annĂŠes) RĂŠgions

1990 Hommes

Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Guyane Martinique La RÊunion France mÊtropolitaine

71,8 73,5 72,2 72,5 72,9 71,0 73,6 72,2 72,6 73,3 71,9 73,7 73,8 73,3 71,9 74,5 69,9 73,2 71,3 74,2 73,3 73,6 nd nd nd nd 72,9

2007 Femmes 79,9 81,2 81,1 80,9 81,2 80,5 81,7 80,6 80,5 80,8 80,8 81,3 81,0 81,3 80,2 81,6 79,0 81,6 79,8 81,8 81,3 81,5 nd nd nd nd 81,0

Hommes 77,8 77,9 77,1 76,5 76,8 76,3 77,5 76,0 78,0 77,6 76,0 79,0 77,6 77,2 76,3 78,7 74,2 77,5 75,7 77,5 78,0 78,6 nd nd nd nd 77,5

Variation 1990-2007 (en annĂŠes) Femmes 84,0 84,7 83,9 84,2 84,3 83,8 84,6 83,5 84,8 84,4 83,6 84,9 84,5 84,5 83,1 85,0 82,2 84,9 82,4 85,0 84,6 85,2 nd nd nd nd 84,3

Hommes

Femmes

6,0 4,4 4,9 4,0 3,9 5,3 3,9 3,8 5,4 4,3 4,1 5,3 3,8 3,9 4,4 4,2 4,3 4,3 4,4 3,3 4,7 5,0 nd nd nd nd 4,6

4,1 3,5 2,8 3,3 3,1 3,3 2,9 2,9 4,3 3,6 2,8 3,6 3,5 3,2 2,9 3,4 3,2 3,3 2,6 3,2 3,3 3,7 nd nd nd nd 3,3

nd :nondisponible. Source : INSEE, ĂŠtat civil.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 17


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page18

État de santé Fiche 6

suicides et mortalité prématurée

InDICATEuRs uTaux de décès par suicide pour 100000 habitants standardisés par âge. Taux non disponibles en Îlede-France du fait d’une sous-déclaration importante liée à l’absence de transmission de l’institut médicolégal de Paris. Période 2000-2002 (moyenne annuelle) et année 2006. Source : Inserm-CépiDc. > Taux de décès par mortalité prématurée des hommes en 2006

uTaux de décès par mortalité prématurée standardisés par âge : ensemble des décès survenus avant l'âge de 65 ans pour 100 000 habitants. Période 2000-2002 (moyenne annuelle) et année 2006. Source : Inserm-CépiDc.

> Taux de décès par mortalité prématurée des femmes en 2006 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

18 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page19

Taux standardisÊs de dÊcès par suicide pour 100 000 habitants RÊgions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Guyane Martinique La RÊunion France mÊtropolitaine Coefficient de variation

2000-2002 (moyenne annuelle) 12,1 16,5 19,9 21,9 20,0 26,6 19,8 18,7 13,4 20,1 20,2 nd 17,1 20,8 14,2 12,7 21,2 21,0 20,7 19,9 14,9 14,8 nd nd nd nd 16,4 0,198

2006 14,0 15,2 17,5 19,6 18,7 24,1 17,1 15,9 14,0 17,2 18,4 nd 15,8 16,3 17,9 12,7 19,7 19,8 20,2 21,5 15,6 11,4 nd nd nd nd 15,3 0,175

Taux standardisÊs de dÊcès par mortalitÊ prÊmaturÊe pour 100 000 habitants 2000-2002 (moyenne annuelle) Hommes 278,2 296,1 334,5 325,7 330,5 355,2 309,4 341,1 305,9 296,5 359,1 275,2 311,1 328,7 325,2 260,2 426,1 313,1 370,4 297,6 294,6 266,8 nd nd nd nd 312,5 0,119

Femmes 127,3 129,7 136,1 131,8 136,6 137,0 136,2 150,2 127,0 128,6 147,3 131,1 134,0 136,8 145,3 123,8 175,6 123,4 151,7 131,0 130,2 118,9 nd nd nd nd 136,1 0,910

2006 Hommes 239,2 266,6 288,9 297,0 297,6 301,9 278,2 303,8 253,5 266,2 321,5 237,1 272,5 275,3 296,9 233,8 388,6 272,6 310,1 281,1 265,1 232,0 nd nd nd nd 272,9 0,125

Femmes 120,2 121,9 125,3 128,8 127,0 126,8 122,3 125,2 114,1 118,5 144,1 119,4 122,7 118,4 133,4 115,4 159,8 115,7 143,2 124,0 120,2 102,7 nd nd nd nd 123,4 0,950

LecoefficientdevariationestunemesurededispersionrelativeentrelesrÊgions.Ilsecalculecommelerapportentrel’Êcarttypeetlamoyenne. nd :nondisponible.Source : Inserm-CÊpiDc.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 19


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page20

État de santé Fiche 7

Décès par accident vasculaire cérébral (AVC) ou cardiopathies ischémiques  (infarctus du myocarde et autres causes)

InDICATEuRs uTaux de décès par accident vasculaire cérébral (AVC) pour 100 000 habitants standardisés par âge. Période 2000-2002 (moyenne annuelle) et année 2006. Source : Inserm-CépiDc.

> Taux de décès par AVC en 2006

uTaux de décès par cardiopathies ischémiques pour 100 000 habitants standardisés par âge. Période 2000-2002 (moyenne annuelle) et année 2006. Source : Inserm-CépiDc.

> Taux de décès par cardiopathies ischémiques en 2006 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

20 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page21

RÊgions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Guyane Martinique La RÊunion France mÊtropolitaine Coefficient de variation

Taux standardisÊs de dÊcès par AVC pour 100 000 habitants 2000-2002 2006 (moyenne annuelle) 47,7 39,0 37,5 34,9 36,9 45,0 36,7 38,0 40,4 37,8 40,8 30,2 37,7 40,7 44,5 37,2 46,4 37,6 41,4 37,6 35,9 34,9 nd nd nd nd 37,9 0,105

31,6 30,8 31,2 28,5 31,5 34,4 28,9 32,2 31,5 28,2 32,5 22,9 29,7 31,9 34,8 29,4 39,0 29,2 31,1 28,9 26,7 26,5 nd nd nd nd 29,3 0,107

Taux standardisÊs de dÊcès par cardiopathies ischÊmiques pour 100 000 habitants 2000-2002 2006 (moyenne annuelle) 56,1 45,0 51,0 52,9 49,6 52,8 48,3 49,3 52,8 47,8 56,3 40,6 48,3 47,3 53,0 44,3 62,3 43,9 55,3 42,0 40,8 44,9 nd nd nd nd 47,7 0,113

42,3 36,7 40,3 41,9 39,8 41,3 36,1 41,7 38,2 40,0 40,7 31,4 38,1 38,9 39,7 34,7 47,6 35,3 43,2 32,7 33,5 32,9 nd nd nd nd 36,9 0,104

LecoefficientdevariationestunemesurededispersionrelativeentrelesrÊgions.Ilsecalculecommelerapportentrel’Êcarttypeetlamoyenne. nd :nondisponible.Source : Inserm-CÊpiDc.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 21


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page22

État de santé Fiche 8

Affections de longue durée (AlD) : diabètes, cancers, maladies coronaires

InDICATEuRs uNombre d’ALD diabètes de type 1 ou 2 pour 100 000 personnes, standardisé selon l'âge et le sexe. Source : Cnamts-DSES. Données du régime général au 31 décembre 2009.

> Diabètes de type 1 et diabète de type 2

uNombre d’ALD tumeurs malignes, affections malignes du tissu lymphatique ou hématopoïétique pour 100 000 personnes, standardisé selon l'âge et le sexe. Source : CnamtsDSES. Données du régime général au 31 décembre 2009.

uNombre d’ALD maladies coronaires pour 100 000 personnes, standardisé selon l'âge et le sexe. Source : Cnamts-DSES. Données du régime général au 31 décembre 2009.

> Tumeurs malignes, affections malignes du tissu lymphatique ou hématopoïétiques

> Maladies coronaires 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

22 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page23

Nombre d’ALD pour 100 000 habitants Régions Diabètes de type 1 et diabètes de type 2 Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Guyane Martinique La Réunion France métropolitaine et DOM

3 672 2 768 2 951 2 652 3 351 2 135 3 218 3 797 2 676 3 110 3 408 2 872 3 051 2 841 3 693 2 734 3 874 2 613 3 598 2 682 2 887 2 885 6 053 4 535 4 712 6 172 3 084

Tumeurs malignes, affections malignes du tissu lymphatique ou hématopoïétiques 3 166 3 151 3 476 3 196 3 369 3 395 3 172 3 303 2 935 3 431 3 349 2 935 3 125 3 355 3 104 3 106 3 360 3 402 3 334 3 213 3 073 3 065 1 942 1 369 1 978 1 441 3 128

Maladies coronaires 1 685 1 563 1 646 1 790 1 619 1 560 1 600 1 551 1 792 1 599 1 622 1 372 1 597 1 505 1 654 1 562 1 792 1 543 1 720 1 505 1 545 1 336 502 667 359 996 1 518

Source : Cnamts-DSES.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 23


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:50 Page24

État de santé Fiche 9

Affections de longue durée (AlD) : maladies cardiovasculaires ou psychiatriques

InDICATEuRs uNombre d’ALD accidents vasculaires cérébraux (AVC) invalidants pour 100 000 personnes, standardisé selon l'âge et le sexe. Source : CnamtsDSES. Données du régime général au 31 décembre 2009.

> AVC invalidants

uNombre d’ALD hypertensions artérielles sévères pour 100 000 personnes, standardisé selon l'âge et le sexe. Source : Cnamts-DSES. Données du régime général au 31 décembre 2009.

uNombre d’ALD affections psychiatriques de longue durée pour 100 000 personnes, standardisé selon l'âge et le sexe. Source : CnamtsDSES. Données du régime général au 31 décembre 2009.

> Hypertensions artérielles sévères

> Affections psychiatriques de longue durée 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

24 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page25

Nombre d’ALD pour 100 000 habitants Régions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Guyane Martinique La Réunion France métropolitaine et DOM

Accidents vasculaires cérébraux invalidants

Hypertensions artérielles sévères

457 446 463 469 482 535 433 488 442 528 526 426 467 479 453 456 526 447 474 387 457 439 648 498 489 659 462

3 582 1 618 2 186 1 427 2 205 1 553 1 752 1 675 3 544 1 496 1 641 2 216 1 896 1 686 1 884 1 706 1 433 1 481 1 908 1 409 2 423 1 647 7 790 5 775 5 097 4 108 1 999

Affections psychiatriques de longue durée 1 387 2 132 2 729 1 539 2 052 2 274 1 591 1 497 2 489 1 565 1 650 1 443 2 283 2 247 990 2 062 1 310 1 602 1 516 1 646 2 218 1 847 1 654 640 1 183 1 107 1 727

Source : Cnamts-DSES.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 25


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page26

État de santé Fiche 10

Obésité chez les adultes

InDICATEuR

COmmEnTAIREs

uPrévalence de l’obésité chez les personnes âgées de 18 ans ou plus en 1997 et en 2009, en %. Source : enquête OBÉPI (Inserm-Roche).

L’obésité est définie par un indice de masse corporelle (IMC) supérieur ou égal à 30 kg/m2.

1997

Limites : enquête déclarative, enquête par quota, les DOM-TOM ne sont pas représentés, la population d’étude est celle résidant en logement ordinaire (excluant les personnes résidant en institution).

2009

1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

26 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page27

RÊgions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Guyane Martinique La RÊunion France mÊtropolitaine

PrÊvalence de l’obÊsitÊ chez les adultes 1997 (%)

2009 (%)

Évolution entre 1997 et 2009 (en points)

9,1 8,5 11,1 9,4 9,8 6,7 9,8 8,5 nd 6,3 10,9 7,0 10,3 8,1 10,5 7,8 13,5 6,8 9,1 8,8 6,8 7,9 nd nd nd nd 8,5

17,8 13,7 14,4 16,3 15,5 12,2 17,7 17,0 nd 14,8 15,2 13,2 14,2 13,8 17,6 13,6 20,5 13,3 17,7 14,2 11,5 11,9 nd nd nd nd 14,5

8,7 5,2 ns 6,9 5,7 5,5 7,9 8,5 nd 8,5 4,3 6,2 3,9 5,7 7,1 5,8 7 6,5 8,6 5,4 4,7 4 nd nd nd nd 6

ns :nonsignificatif.nd :nondisponible. Source : enquĂŞte ObĂŠpi (Inserm-Roche).

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 27


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page28

État de santé Fiche 11

Consommation de tabac et d’alcool chez les adolescents de 17 ans

InDICATEuRs uPrévalence de la consommation quotidienne de tabac à 17 ans en 2008 (consommation d’une cigarette ou plus par jour ; en %). Les niveaux d’usage des garçons (29,9 %) et des filles (27,9 %) sont comparables. Champ : jeunes âgés de 17 ans. Source : OFDT, Escapad 2002-2003 et Escapad 2008. > Consommation quotidienne de tabac à 17 ans en 2008

uPrévalence de la consommation régulière d’alcool à 17 ans en 2008 (au moins 10 épisodes de consommation dans le mois ; en %). Les niveaux d’usage des garçons (13,6 %) sont nettement supérieurs à ceux des filles (4,0 %). Champ : jeunes âgés de 17 ans. Source : OFDT, Escapad 2002-2003 et Escapad 2008.

> Consommation régulière d’alcool à 17 ans en 2008 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

28 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page29

RÊgions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse (1) Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe (2) Martinique (2) Guyane (3) La RÊunion (2) France mÊtropolitaine et DOM

PrÊvalence de la consommation quotidienne de tabac à 17 ans en 2008 (%) (≼ 1 cigarette par jour)

PrÊvalence de la consommation rÊgulière d’alcool à 17 ans en 2008 (%) (≼ 10 fois dans le mois)

27,0 32,0 31,0 35,0 31,0 30,0 28,0 31,0 nd 27,0 33,0 25,0 35,0 28,0 29,0 31,0 28,0 28,0 31,0 36,0 29,0 27,0 9,0 13,0 8,0 16,0 28,9

9,0 9,0 9,0 10,0 13,0 9,0 9,0 10,0 nd 8,0 9,0 7,0 11,0 11,0 7,0 9,0 7,0 14,0 7,0 12,0 8,0 9,0 6,0 6,0 7,0 3,0 8,9

1.L’analyserÊgionalen’apaspuintÊgrerlaCorse comptetenudufaiblenombred’adolescents interrogÊsdanslarÊgion. 2.Pourl’enquêteEscapad2002-2003,lesdonnÊes concernentlesjeunesde18ans. 3.Pourl’enquêteEscapad2002-2003,lesdonnÊes concernentlesjeunesde17et18ans.

nd :nondisponible. Source : OFDT.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 29


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page30

État de santé Fiche 12

Consommation de cannabis et ivresses répétées chez les adolescents de 17 ans

InDICATEuRs uPrévalence des ivresses répétées à 17 ans en 2008 (au moins 3 épisodes dans l’année ; en %). Le niveau est plus élevé chez les garçons (32,0 %) que chez les filles (18,9 %). Champ : jeunes âgés de 17 ans. Source : OFDT, Escapad 2002-2003 et Escapad 2008.

> Ivresses répétées à 17 ans en 2008

uPrévalence de la consommation régulière de cannabis à 17 ans en 2008 (au moins 10 épisodes de consommation dans le mois ; en %). Le niveau est plus élevé chez les garçons (10,7 %) que chez les filles (3,9%). Champ: jeunes âgés de 17 ans. Source: OFDT, Escapad 2002-2003 et Escapad 2008.

> Consommation régulière de cannabis à 17 ans en 2008 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

30 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page31

RÊgions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse (1) Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe (2) Martinique (2) Guyane (3) La RÊunion (2) France mÊtropolitaine et DOM

PrÊvalence des ivresses rÊpÊtÊes à 17 ans en 2008 (%) (≼ 3 fois dans l’annÊe)

PrÊvalence de la consommation rÊgulière de cannabis à 17 ans en 2008 (%) (≼10 fois dans le mois)

24,0 30,0 34,0 31,0 27,0 39,0 22,0 25,0 nd 27,0 24,0 20,0 30,0 30,0 22,0 27,0 20,0 32,0 18,0 31,0 24,0 28,0 8,0 9,0 9,0 12,0 25,6

7,0 9,0 6,0 7,0 6,0 7,0 6,0 7,0 nd 10,0 7,0 8,0 11,0 5,0 5,0 7,0 5,0 6,0 7,0 9,0 10,0 7,0 5,0 4,0 5,0 4,0 7,3

1.L’analyserÊgionalen’apaspuintÊgrerlaCorse comptetenudunombrefaibled’adolescents interrogÊsdanslarÊgion. 2.Pourl’enquêteEscapad2002-2003,lesdonnÊes concernentlesjeunesde18ans. 3.Pourl’enquêteEscapad2002-2003,lesdonnÊes concernentlesjeunesde17et18ans.

nd :nondisponible. Source : OFDT.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 31


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page32

État de santé Fiche 13-1

Participation au dépistage organisé  Dépistage du cancer du sein

InDICATEuR uTaux de participation au dépistage organisé du cancer du sein des 50-74 ans : rapport entre le nombre de femmes dépistées fourni par les structures de gestion (selon un questionnaire annuel standardisé)

et les données de population fournies par l’INSEE (en %). Périodes 2006-2007 et 2008-2009. Source : InVS. Champ : femmes âgées de 50 à 74 ans (voir commentaires). 2008-2009

2006-2007

1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté. > 2006-2007 C OmmEnTAIREs

2008-2009

Les taux calculés sur deux ans permettent de prendre en compte une période au cours de laquelle toute la population cible devrait avoir été invitée et ainsi reflètent mieux la participation des femmes. Le dépistage organisé du cancer du sein est généralisé à tout le territoire français depuis 2004. Les données présentées ne concernent que les examens réalisés dans le cadre du dépistage organisé. Elles ne tiennent pas compte des mammographies réalisées dans le cadre du dépistage individuel alors que le dénominateur comprend toutes les femmes affiliées. 32 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page33

Régions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Martinique Guyane La Réunion France métropolitaine et DOM

Taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein chez les 50-74 ans (%) 2006-2007

2008-2009

53,1 58,5 55,3 56,3 53,2 60,8 57,3 58,6 36,0 54,8 57,0 38,2 47,1 63,2 41,9 45,7 47,4 63,4 48,8 51,0 43,5 51,1 43,0 48,7 29,3 50,9 49,9

56,6 61,4 59,6 58,9 56,8 60,9 60,1 61,2 40,0 56,8 59,1 40,5 53,6 64,7 48,5 47,8 50,6 65,2 52,7 56,2 45,5 53,7 42,5 54,4 34,6 55,1 52,8

Source : InVS.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 33


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page34

État de santé Fiche 13-2

Participation au dépistage organisé  Dépistage du cancer colorectal

InDICATEuR uTaux de participation au dépistage organisé du cancer colorectal des 50-74 ans (en %) : rapport entre le nombre de personnes dépistées fourni par les structures de gestion (selon un questionnaire

annuel standardisé) et les populations régionales cibles fournies par l’INSEE. Période 2009-2010. Sources : InVS, INSEE. Champ : hommes et femmes âgés de 50 à 74 ans (voir commentaires).

COmmEnTAIREs

2009-2010

Les taux calculés sur deux ans permettent de prendre en compte une période au cours de laquelle toute la population cible devrait avoir été invitée et ainsi, reflètent mieux la participation des personnes de la population cible. La généralisation effective du dépistage du cancer colorectal est récente (2008) et s'est faite progressivement. Le programme de dépistage mis en place au niveau départemental repose sur le test Hemoccult ®. La population cible de ce programme n’inclut pas les personnes ayant une pathologie colique, qui nécessite un contrôle endoscopique programmé, ou des antécédents personnels d’adénomes colorectaux ou un parent du premier degré atteint d’un cancer colorectal avant 65 ans ou au moins deux parents du 1er degré atteints ou présentant une pathologie grave extra-intestinale (motif éthique) ou celles chez qui le dépistage revêt un caractère momentanément inopportun. Le pourcentage de personnes non incluses dans ce programme varie selon les départements de 2 % à près de 20 %, reflétant certainement une grande disparité dans la documentation de ces non-inclusions entre départements.

1er quartile 2e quartile 3e quartile 4

34 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns

4e quartile données non disponibles


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page35

RÊgions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord-Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d'Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Guyane Martinique RÊunion France entière

Nombre de personnes dĂŠpistĂŠes 177 011 300 253 145 391 141 665 187 854 279 685 227 752 129 960 nd 114 114 165 170 681 974 194 799 69 110 212 133 205 996 259 403 356 387 137 841 167 655 391 125 502 734 32 203 nd 29 393 34 316 5 143 924

Population cible 491 121 930 780 405 276 414 862 414 630 888 613 651 995 364 636 nd 319 463 489 008 2 736 516 765 173 225 716 642 780 807 596 996 567 951 927 502 145 522 893 1 401 387 1 615 442 110 929 nd 102 699 154 486 16 906 635

Taux de non-inclusion (%) 16,4 7,8 12,5 10,9 13,6 13,7 15,3 13,3 nd 8,5 8,1 9,4 9,8 10,7 11,1 6,9 11,3 13,4 11,8 13,7 7,9 10,5 2,8 nd 3,5 5,7 10,6

Taux de participation (%) 43,1 35,0 41,0 38,3 52,4 36,5 41,2 41,1 nd 39,0 36,8 27,5 28,2 34,3 37,1 27,4 29,4 43,3 31,1 37,1 30,3 34,8 29,9 nd 29,6 23,5 34,0

nd :nondisponible. Source : InVS.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 35


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page36

État de santé Fiche 14

Interruptions volontaires de grossesse (IVg)

InDICATEuR uNombre d’IVG pour 1 000 femmes de 15 à 49 ans en 2007. Source : DREES, population INSEE (voir commentaires). COmmEnTAIREs Le nombre d’IVG est établi à partir des données de la SAE et de la Cnamts (pour les IVG médicamenteuses en ville). La répartition par âge est estimée à partir des données du PMSI. Le taux de recours en 2007 est de 14,7 IVG pour 1 000 femmes pour la France métropolitaine et de 28,6 pour l’ensemble des DOM.

1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile comprend un quart des régions préalablement rangées dans

l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

36 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page37

Régions

Nombre d’IVG en 2007 (pour 1 000 femmes)

Alsace

11,8

Aquitaine

13,7

Auvergne

11,9

Basse-Normandie

11,5

Bourgogne

11,7

Bretagne

12,3

Centre

12,1

Champagne-Ardenne

11,7

Corse

19,6

Franche-Comté

12,2

Haute-Normandie

12,3

Île-de-France

19,3

Languedoc-Roussillon

17,6

Limousin

12,5

Lorraine

11,9

Midi-Pyrénées

14,2

Nord - Pas-de-Calais

13,0

Pays de la Loire

10,5

Picardie

12,2

Poitou-Charentes

11,5

Provence-Alpes-Côte d’Azur

20,7

Rhône-Alpes

13,2

Guadeloupe

43,5

Martinique

23,6

Guyane

38,2

La Réunion

21,2

France métropolitaine et DOM

15,2

Sources : DREES ; INSEE.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 37


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page38

État de santé Fiche 15

Césariennes

InDICATEuR

> Taux de césariennes pour 100 accouchements en 2008

uTaux de césariennes pour 100 accouchements en 2005 et en 2008 (en %) et taux d’évolution entre 2005 et 2008 (en points). Source : DREES, SAE 2005 et 2008, données statistiques.

1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

38 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page39

Régions

Taux de césariennes en 2005 (%)

Taux de césariennes en 2008 (%)

Taux d’évolution entre 2005 et 2008 (points)

Alsace

19,2

20,3

+1,1

Aquitaine

20,5

20,6

+0,1

Auvergne

19,4

19,7

+0,3

Basse-Normandie

18,2

18,5

+0,3

Bourgogne

18,3

18,1

-0,2

Bretagne

17,9

18,7

+0,8

Centre

19,0

18,5

-0,5

Champagne-Ardenne

19,5

20,5

+1,0

Corse

22,6

23,1

+0,5

Franche-Comté

17,2

16,5

-0,7

Haute-Normandie

17,3

18,6

+1,3

Île-de-France

21,5

22,2

+0,7

Languedoc-Roussillon

19,5

19,7

+0,2

Limousin

21,0

21,0

+0,0

Lorraine

20,0

20,8

+0,8

Midi-Pyrénées

18,4

18,7

+0,3

Nord - Pas-de-Calais

18,9

19,5

+0,6

Pays de la Loire

17,0

18,5

+1,5

Picardie

17,1

18,2

+1,1

Poitou-Charentes

17,7

18,0

+0,3 +0,4

Provence-Alpes-Côte d’Azur

20,9

21,3

Rhône-Alpes

20,0

19,4

-0,6

Guadeloupe

20,1

18,4

-1,7

Martinique

24,7

15,7

-9,0

Guyane

17,8

19,7

+1,9

La Réunion

19,2

19,4

+0,2

France métropolitaine et DOM

19,6

20,0

+0,4

Source : DREES.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 39


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page40

État de santé Fiche 16

Accidents de la route

InDICATEuRs uTaux de mortalité à 30 jours (après un accident de la route) par million d’habitants en 2008 (voir commentaire). Sources : INSEE, population au 1er janvier 2004 ; ONISR, Fichier national des accidents corporels (bulletins d’analyse d’accidents corporels). uIndicateur d’accidentologie locale (IAL) pour la période 1995-1999 (voir

> Indicateur d’accidentologie locale pour la période 2004-2008

commentaire). Source : ONISR, Fichier national des accidents corporels (bulletins d’analyse d’accidents corporels). uIndicateur d’accidentologie locale (IAL) pour la période 2004-2008 (voir commentaire). Source: ONISR, Fichier national des accidents corporels (bulletins d’analyse d’accidents corporels).

COmmEnTAIREs ET CARTE DE l’IAl 2004-2008 Taux de mortalité à 30 jours : c’est le rapport entre le nombre de décès à 30 jours après un accident de la route et la population. Limite de cet indicateur : sous-estimation du nombre de décès à 30 jours. L’indicateur d’accidentologie locale (IAL) tient compte de la décomposition entre les différents réseaux (autoroutes, routes nationales, départementales et voirie urbaine) et du trafic correspondant. L’IAL est une pondération des risques relatifs (rapportés au risque France) par réseaux, en fonction de l’importance relative des parcours sur les différents réseaux. Par exemple : un IAL de 1,30 signifie qu’il y a eu, sur cinq ans, 30 % de tués en plus dans cette région par rapport au bilan qu’il y aurait eu si les taux de risque sur ces différents réseaux avaient été ceux de l’ensemble de la France.

1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

40 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page41

RĂŠgions

Taux de mortalitÊ à 30 jours (par million d’habitants) en 2008

Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Martinique Guyane La RÊunion France mÊtropolitaine

53 78 56 83 104 75 98 73 117 95 69 32 119 95 69 90 50 69 95 99 80 61 139 88 122 65 69

IAL 1995-1999 0,81 1,07 1,16 0,88 1,08 0,81 1,22 1,03 1,36 0,85 1 0,8 1,21 0,96 1,1 1,17 0,72 1,02 1,25 1,08 1,17 0,92 nd nd nd nd 1

IAL 2004-2008 0,83 0,96 1,16 0,78 0,83 0,78 1,25 1,08 1,81 0,98 0,91 0,84 1,26 0,98 0,94 1,14 0,8 0,99 1,29 1,16 1,28 0,94 nd nd nd nd 1

nd :nondisponible.Sources : INSEE ; ONISR.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 41


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page42

Offre sanitaire Fiche 17

Densités de médecins généralistes et de chirurgiens-dentistes libéraux

InDICATEuRs uDensité de médecins généralistes libéraux : effectif de médecins généralistes libéraux dont exercice particulier de la médecine générale (MEP) rapporté à 100 000 habitants en 2000 et 2009 (voir commentaire). Sources : DREES, répertoire ADELI 2000 et 2009 ; INSEE, population 2000 et 2008. > Densité de médecins généralistes en 2009

uDensité de chirurgiens-dentistes libéraux : effectif de chirurgiens-dentistes libéraux rapporté à 100 000 habitants en 2000 et en 2009 (voir commentaire). Sources : DREES, répertoire ADELI 2000 et 2009 ; INSEE, population 2000 et 2008.

> Densité de chirurgiens-dentistes en 2009 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

COmmEnTAIRE Les disparités entre régions en 2009 pour les densités de médecins généralistes libéraux (coefficient de variation de 0,18) sont plus faibles que pour les chirurgiens-dentistes libéraux (coefficient de variation de 0,28). Pour les deux professions, ces disparités se sont réduites ces dernières années. 42 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page43

DensitÊ de mÊdecins gÊnÊralistes libÊraux pour 100 000 habitants DensitÊ de chirurgiens-dentistes libÊraux pour 100 000 habitants RÊgions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Martinique Guyane La RÊunion France mÊtropolitaine et DOM Coefficient de variation

2000

2009

111,7 125,5 110,3 98,3 102,9 108,7 96,1 102,5 126,3 110,6 101,4 114,9 138,8 130,8 105,3 130,0 112,6 103,4 97,6 114,6 138,7 108,3 79,1 78,0 41,4 95,6 159,6 0,19

112,4 126,7 107,9 96,4 99,6 108,6 92,0 102,1 114,5 105,2 99,3 101,9 132,0 125,3 103,7 125,9 111,8 102,3 94,4 110,8 136,1 107,1 92,7 82,9 39,7 109,6 163,0 0,18

Évolution 2000-2009 (%) 0,7 1,0 -2,2 -1,8 -3,3 -0,1 -4,3 -0,4 -9,3 -4,8 -2,1 -11,3 -4,9 -4,2 -1,5 -3,2 -0,7 -1,0 -3,3 -3,4 -1,9 -1,1 17,1 6,3 -3,9 14,6 2,1

2000

2009

69,6 76,4 63,0 40,2 50,0 64,9 49,2 50,3 77,9 48,1 38,1 79,7 76,5 50,5 57,4 77,8 42,9 54,1 41,3 50,9 88,7 63,2 35,6 32,3 24,1 48,3 63,6 0,30

68,4 71,1 63,1 37,2 46,0 61,0 43,6 50,2 76,9 44,3 35,3 68,8 71,1 46,5 57,5 73,6 46,0 51,7 37,8 46,1 81,6 60,7 46,7 41,3 18,1 54,5 59,6 0,28

Évolution 2000-2009 (%) -1,7 -7,0 0,1 -7,5 -8,0 -6,0 -11,4 -0,2 -1,3 -7,9 -7,3 -13,6 -7,1 -7,8 0,1 -5,5 7,3 -4,6 -8,6 -9,5 -8,0 -4,0 31,3 27,8 -25,0 12,8 -6,3

LecoefficientdevariationestunemesurededispersionrelativeentrelesrÊgions.Ilsecalculecommelerapportentrel’Êcarttypeetlamoyenne.Sources : DREES-ADELI ; INSEE.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 43


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page44

Offre sanitaire Fiche 18

Densités d’infirmiers et de masseurs-kinésithérapeutes libéraux

InDICATEuRs uDensité d’infirmiers libéraux : effectif d’infirmiers libéraux rapporté à 100 000 habitants en 2000 et en 2009 (voir commentaire). Sources : DREES, répertoire ADELI 2000 et 2009 ; INSEE, population 2000 et 2008. > Densité d’infirmiers en 2009

uDensité de masseurs-kinésithérapeutes libéraux: effectif de masseurs-kinésithérapeutes rapporté à 100 000 habitants en 2000 et en 2009 (voir commentaire). Sources : DREES, répertoire ADELI 2000 et 2009 ; INSEE, population 2000 et 2008.

> Densité de masseurs-kinésithérapeutes en 2009 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

COmmEnTAIRE Les disparités entre régions en 2009 pour les densités d’infirmiers libéraux (coefficient de variation de 0,49) sont très marquées. Pour les masseurs-kinésithérapeutes libéraux (coefficient de variation de 0,34), elles sont moindres. Pour les deux professions, ces disparités ne se sont pas réduites ces dernières années.

44 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page45

DensitÊ d’infirmiers libÊraux pour 100 000 habitants RÊgions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Martinique Guyane La RÊunion France mÊtropolitaine et DOM Coefficient de variation

2000

2009

63,2 134,1 100,4 82,5 79,5 115,1 66,0 57,4 212,1 61,7 65,2 63,3 195,1 115,5 65,2 182,8 63,4 64,0 62,1 85,0 189,8 100,1 122,7 161,1 37,0 108,2 97,4 0,48

86,9 160,4 141,9 108,2 98,0 153,8 75,5 75,8 305,6 89,2 83,9 60,5 242,6 158,5 102,3 193,0 95,5 69,3 76,3 95,2 225,7 125,1 229,8 238,5 85,3 164,7 120,2 0,49

Évolution 2000-2009 (%) 37,5 19,6 41,3 31,2 23,3 33,5 14,5 32,0 44,1 44,5 28,7 -4,5 24,3 37,2 56,9 5,6 50,8 8,3 22,9 12,0 18,9 25,0 87,3 48,1 130,4 52,3 23,4

DensitÊ de masseurs-kinÊsithÊrapeutes libÊraux pour 100 000 habitants Évolution 2000-2009 2000 2009 (%) 46,2 68,8 67,5 44,6 54,7 66,9 52,6 42,8 93,7 40,0 43,0 81,9 91,3 61,5 42,0 75,7 62,4 57,0 45,5 52,2 111,1 74,1 43,6 37,3 21,6 60,0 67,9 0,34

63,3 100,1 85,6 55,7 66,4 90,1 57,0 59,8 129,4 53,9 51,7 84,6 121,4 69,3 58,3 101,8 90,7 71,1 50,3 65,6 130,3 97,5 84,2 75,3 24,4 115,0 85,1 0,34

37,2 45,6 26,7 24,7 21,4 34,6 8,5 39,9 38,0 34,7 20,2 3,3 32,9 12,6 38,7 34,5 45,5 24,7 10,7 25,8 17,3 31,7 93,4 102,1 12,9 91,5 25,3

LecoefficientdevariationestunemesurededispersionrelativeentrelesrÊgions.Ilsecalculecommelerapportentrel’Êcarttypeetlamoyenne.Sources : DREES-ADELI ; INSEE.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 45


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 17:21 Page47

RÊgions Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord-Pas-de-Calais PaysdelaLoire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côted’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Guyane Martinique LaRÊunion France mÊtropolitaine et DOM Coefficient de variation

Nombre de lits pour 1 000 accouchements en 2009

Soins de courte durĂŠe (MCO)

Psychiatrie

21,2 21,5 22,7 24,1 22,9 22,5 23,3 23,5 27,7 22,6 20,7 19,7 24,0 20,8 25,7 24,8 22,3 21,7 25,7 24,2 20,8 21,5 18,7 24,0 30,8 18,0 22,0 0,12

41,9 40,0 43,0 43,1 44,6 38,6 36,5 44,2 38,3 39,0 36,4 37,2 37,8 47,8 43,7 36,4 40,5 34,3 36,9 35,9 40,2 37,4 39,2 29,4 36,1 26,3 38,6 0,12

12,4 15,7 18,6 13,5 14,1 18,3 13,3 11,2 15,1 13,8 11,0 11,2 15,0 20,7 12,8 15,9 11,1 12,3 14,4 12,8 14,3 12,0 12,0 4,3 9,1 7,4 13,2 0,25

Nombre de lits et places pour 10 000 habitants en 2009

Le coefficient de variation est une mesure de dispersion relative entre les rÊgions. Il se calcule comme le rapport entre l’Êcart type et la moyenne. Sources : DREES-SAE ;INSEE.

Recueil d’indicateuRs RÊgionaux : offRe de soins et Êtat de santÊ des populations • 47


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page46

Offre sanitaire Fiche 19

Offre hospitalière pour les accouchements, la médecine, chirurgie et obstétrique (mCO) et la psychiatrie

InDICATEuRs uNombre de lits pour 1 000 accouchements en 2009 (voir commentaire). Source : DREES, SAE 2009, données statistiques. uNombre de lits et places pour 10 000 habitants en MCO en 2009 (voir commentaire). Sources : DREES, SAE 2009, données statistiques ; INSEE, population au 1er janvier 2009.

> Offre hospitalière en psychiatrie en 2009

uNombre de lits et places pour 10 000 habitants en psychiatrie en 2009 (voir commentaire). Sources : DREES, SAE 2009, données statistiques ; INSEE, population au 1er janvier 2009. Champ : hospitalisations complètes et hospitalisations de jour et de nuit.

COmmEnTAIRE Les disparités entre régions en matière de taux d’équipement en lits et en places de court séjour sont très faibles (coefficient de variation de 0,12). Elles sont un peu plus marquées en ce qui concerne les taux d’équipement en psychiatrie (coefficient de variation de 0,25) mais elles se sont réduites ces dernières années.

1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

46 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page48

Offre sanitaire Fiche 20

Offre hospitalière en soins de suite et de réadaptation (ssR) et en hospitalisation à domicile (HAD)

InDICATEuRs uNombre de lits et de places pour 10000 habitants en soins de suite et de réadaptation (SSR) en 2000 et en 2009 (voir commentaire). Sources : DREES, SAE 2000 et 2009, données statistiques ; INSEE, population au 1er janvier 2000 et 2009. > Offre hospitalière en SSR en 2009

uNombre de lits et de places pour 10000 habitants en hospitalisation à domicile (HAD) en 2005 et 2009 (voir commentaire). Sources : DREES, SAE 2005 et 2009, données statistiques ; INSEE, population au 1er janvier 2006. Champ : HAD en médecine, obstétrique et SSR (hors psychiatrie).

> Offre hospitalière en HAD en 2009 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté. COmmEnTAIRE Les disparités entre régions en 2009 en matière de nombre de lits et de places en SSR sont modérées (coefficient de variation de 0,22). Elles sont bien plus marquées en ce qui concerne le nombre de lits et de places en HAD (coefficient de variation de 0,76). Pour ces deux indicateurs, les disparités entre régions se sont fortement réduites ces dernières années. 48 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page49

RĂŠgions

Nombre de lits et places pour 10 000 habitants en soins de suite et de rÊadaptation (SSR) Évolution 2000-2009 2000 2009 (%)

Nombre de lits et places pour 10 000 habitants en hospitalisation à domicile (HAD) Évolution 2005-2009 2005 2009 (%)

Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Guyane Martinique La RÊunion France mÊtropolitaine et DOM Coefficient de variation

15,7 18,0 17,7 14,6 14,0 18,2 14,0 8,9 23,2 13,5 12,0 12,8 24,2 15,6 15,4 18,2 10,4 16,1 14,2 13,6 24,2 18,2 8,9 2,1 11,0 3,9 15,7 0,36

0,6 0,9 0,3 0,7 0,5 0,4 0,4 0,4 0,3 1,0 0,4 1,3 0,2 1,1 0,3 0,4 4,2 0,6 0,7 0,7 1,0 0,6 0,7 0,0 0,0 1,0 0,9 1,07

16,6 17,5 17,6 16,3 16,8 16,7 15,6 10,9 19,4 15,0 14,7 16,3 21,5 16,5 15,9 18,1 14,6 15,0 15,7 14,2 22,6 16,7 15,8 5,1 14,8 8,0 16,6 0,22

5,7 -2,9 -0,5 11,7 19,7 -8,2 11,4 21,5 -16,6 11,7 22,2 27,2 -11,1 6,0 3,3 -0,4 40,7 -7,2 10,4 4,3 -6,8 -8,1 77,0 141,4 35,4 105,1 6,1

1,5 2,0 1,0 2,1 1,7 1,3 1,6 1,5 2,2 1,5 1,2 2,1 0,8 3,0 0,9 1,4 1,8 1,2 2,1 1,8 2,0 1,6 4,2 1,5 9,1 3,2 1,7 0,76

145,9 118,2 300,0 207,1 218,4 258,0 333,7 320,8 550,0 40,8 200,0 65,0 300,0 182,1 191,9 253,2 -56,9 90,2 192,5 166,7 94,5 152,0 456,7 nd nd 216,3 83,3

LecoefficientdevariationestunemesurededispersionrelativeentrelesrÊgions.Ilsecalculecommelerapportentrel’Êcarttypeetlamoyenne. nd :nondisponible.Sources : DREES-SAE ; INSEE.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 49


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page50

Recours et accès aux soins Fiche 21

secteurs de conventionnement des médecins et dépassements d’honoraires

InDICATEuRs uPart des professionnels de santé pouvant pratiquer des dépassements d’honoraires en 2007 (en %). Champ : professionnels ayant perçu au moins un euro d’honoraires dans l’année 2007. Sources : données Cnamts-Sniiram.

uTaux moyen de dépassement : part des dépassements dans les honoraires en 2007 (en %). Champ : professionnels ayant perçu au moins un euro d’honoraires dans l’année 2007. Sources : données Cnamts-Sniiram.

50 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 17:30 Page51

RĂŠgions

Part des professionnels de santÊ pouvant pratiquer des dÊpassements d’honoraires (%) Omnipraticiens SpÊcialistes

Taux moyen de dĂŠpassement (%)

dont dont stomatologie chirurgie et chirurgie maxillo-faciale

RĂŠgions Omnipraticiens SpĂŠcialistes

Chirurgiensdentistes

Auxiliaires mĂŠdicaux

Alsace

8,0

44,5

78,8

60,0

Alsace

4,0

25,4

101,6

1,1

Aquitaine

9,0

37,1

82,4

63,0

Aquitaine

2,0

13,0

87,7

0,3

Auvergne

6,9

27,5

75,0

28,6

Auvergne

1,8

8,6

81,8

0,1

Basse-Normandie

7,3

22,6

59,0

19,2

Basse-Normandie

2,0

9,5

85,6

0,3

11,3

37,8

82,3

60,0

Bourgogne

2,8

14,4

88,9

0,3

5,8

14,2

49,6

16,7

Bretagne

1,7

4,3

73,1

0,5

11,3

31,6

64,0

51,5

Centre

3,1

11,5

92,6

0,8

Champagne-Ardenne

2,1

12,0

80,4

0,4

Corse

1,9

6,0

77,1

0,1

Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne

7,0

30,4

64,3

71,4

Corse

8,9

22,9

71,4

0,0

Franche-ComtĂŠ

7,7

27,3

58,0

33,3

Franche-ComtĂŠ

2,5

9,0

81,3

0,2

Haute-Normandie

7,5

33,3

73,6

25,8

Haute-Normandie

2,0

9,9

93,1

0,3 5,7

30,5

62,1

85,8

52,5

ĂŽle-de-France

13,1

39,4

129,6

Languedoc-Roussillon

7,5

28,9

76,7

39,6

Languedoc-Roussillon

2,0

9,2

88,2

0,1

Limousin

4,1

25,8

67,6

28,6

Limousin

1,5

8,6

87,1

1,5

Lorraine

4,5

25,4

68,9

37,5

Lorraine

1,6

8,7

82,8

0,3

Midi-PyrĂŠnĂŠes

4,8

18,9

53,5

22,7

Midi-PyrĂŠnĂŠes

1,2

6,6

87,2

0,1

Nord - Pas-de-calais

5,5

32,1

65,4

33,9

Nord - Pas-de-calais

1,5

13,3

72,8

0,3

Pays de la Loire

9,5

25,9

62,5

26,4

Pays de la Loire

2,6

10,2

72,8

0,3

Picardie

7,9

28,3

50,0

41,2

Picardie

2,4

11,1

91,1

1,1 0,2

ĂŽle-de-France

7,0

29,2

59,1

42,3

Poitou-Charentes

1,7

8,9

85,9

Provence-Alpes-Côte d’Azur

15,7

39,7

79,5

35,5

Provence-Alpes-Côte d’Azur

4,5

14,5

98,4

0,1

RhĂ´ne-Alpes

18,6

48,5

88,9

46,4

RhĂ´ne-Alpes

5,9

25,4

105,4

0,6

Guadeloupe

6,8

19,5

58,8

25,0

Guadeloupe

2,0

6,5

89,2

0,4

Guyane

1,4

22,7

40,0

nd

Guyane

0,7

10,6

84,5

0,1

Martinique

4,4

32,3

100,0

33,3

Martinique

2,3

10,5

78,1

0,1

La RĂŠunion et Mayotte

1,9

14,9

66,7

0,0

La RĂŠunion et Mayotte

0,2

3,4

53,1

0,0

France mĂŠtropolitaine

13,1

40,2

74,9

42,0

France mĂŠtropolitaine

4,2

18,0

95,4

1,1

France entière

12,8

39,8

74,7

41,6

France entière

4,1

17,7

94,7

1,0

Poitou-Charentes

nd :nondisponible. Sources : Cnamts-Sniiram.

Recueil d’indicateuRs RÊgionaux : offRe de soins et Êtat de santÊ des populations • 51


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page52

Recours et accès aux soins Fiche 22

Recours aux soins et mobilité des patients

InDICATEuRs uConsommation de soins de ville (observée et standardisée en 2007) en euros par assuré du régime général (voir commentaires). Sources: Sniiram, Cnamts, INSEE. Champ: remboursements du régime général, soins de ville hors honoraires des cliniques privées.

uPart des patients résidant dans la région et soignés dans une autre région en 2007 en % (voir commentaires). Source : PMSI. Calcul : DREES. Champ : tous régimes, médecine chirurgie obstétrique, établissements publics et privés.

uConsommation de soins hospitaliers (observée et standardisée en 2007) en euros par habitant (voir commentaires). Sources : PMSI, INSEE. Champ : tous régimes, médecine chirurgie obstétrique, établissements publics et privés.

uPart des patients résidant à l’extérieur de la région dans la production des établissements en 2007 en % (voir commentaires). Source: PMSI. Calcul: DREES. Champ: tous régimes, médecine chirurgie obstétrique, établissements publics et privés.

uSolde net de patients en 2007 : différence entre le nombre de patients résidant dans d’autres régions soignés par les établissements de la région et le nombre de patients résidant dans la région soignés dans des établissements d’autres régions (voir commentaires). Source : PMSI. Calcul : DREES. Champ : tous régimes, médecine chirurgie obstétrique, établissements publics et privés.

COmmEnTAIREs La consommation de soins observée correspond au montant par habitant des soins fournis aux résidents de la région. La consommation de soins standardisée correspond à la consommation de soins estimée par habitant de la région en tenant compte des caractéristiques démographiques (âge, sexe), de mortalité et de morbidité (prévalence en affections de longue durée) de sa population. Cette estimation est réalisée par correction de la structure démographique et par ajustement sur des variables de mortalité et de morbidité. Les écarts de consommation observée en soins de ville par assuré du régime général sont relativement importants entre régions. Cependant, la comparaison des niveaux de consommation entre régions est plus pertinente en considérant la consommation standardisée car elle tient compte des différences de structure démographique et

d’état de santé de la population. Cette standardisation réduit les disparités observées entre régions, mais les consommations standardisées par assuré du régime général demeurent relativement hétérogènes à l’intérieur de la métropole. Cinq régions du sud du pays présentent des consommations standardisées supérieures de plus de 10 % à la moyenne nationale. À l’opposé, l’Île-de-France, l’Auvergne et la Haute-Normandie ont des consommations standardisées inférieures de 10 % à cette moyenne. Les consommations standardisées en soins hospitaliers de court séjour sont plus homogènes. Presque toutes les régions présentent une consommation hospitalière standardisée par habitant égale à 5% près (en plus ou en moins) à la moyenne nationale. Les seules exceptions sont, d’une part, l’Auvergne et la Bretagne, dont la consommation en soins

52 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns

hospitaliers de court séjour est inférieure de plus de 5% à la consommation nationale moyenne, et, d’autre part, des régions de l’Est, l’Île-de-France et la Corse qui, à l’inverse, présentent une consommation en soins hospitaliers de court séjour supérieure de plus de 5% à la consommation nationale moyenne. Près de 6 % des séjours hospitaliers de courte durée ont lieu hors de la région d’habitation du patient. Cette proportion moyenne recouvre des différences importantes dans le taux de sortie des résidents (1,8 % dans le Nord Pas-de-Calais, 17,5 % pour la Picardie). La proportion de patients soignés dans les établissements d’une région provenant d’autres régions varie aussi sensiblement : de moins de 4 % pour le Nord - Pas-deCalais, la Haute-Normandie ou la Bretagne, à 16 % pour le Limousin dont l’offre hospitalière est importante.


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page53

RĂŠgions

Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Guyane Martinique La RÊunion France mÊtropolitaine

Consommation de soins de ville observĂŠe (euros) 946 1 072 1 007 906 980 978 935 940 1 463 890 894 824 1 159 1 099 951 1 088 988 837 960 934 1 164 921 nd nd nd nd 960

Consommation de soins de ville standardisĂŠe (euros) 913 1 067 862 934 916 908 941 957 1 269 892 864 861 1 071 1 052 1 026 1 062 990 909 927 1 028 1 101 949 nd nd nd nd 960

Consommation de soins hospitaliers observĂŠe (euros)

Consommation de soins hospitaliers standardisĂŠe ( euros)

636 669 652 659 713 632 635 686 728 637 622 570 674 710 693 650 643 593 658 664 665 598 nd nd nd nd 632

666 628 584 623 660 585 609 669 669 624 624 663 634 610 676 622 643 600 659 616 636 626 nd nd nd nd 632

Part des patients Part des patients rÊsidant Solde de la rÊgion soignÊs à l’extÊrieur net à l’extÊrieur de la rÊgion de patients de leur rÊgion dans la production de rÊsidence des Êtablissements (%) (%) 2,0 4,4 10,4 7,3 11,5 3,3 12,4 10,0 13,0 7,3 9,5 3,0 6,7 8,3 5,5 6,0 1,8 5,3 17,5 11,9 3,0 3,5 nd nd nd nd 5,7

6,1 6,6 8,9 8,1 9,8 3,9 5,2 8,6 4,4 4,0 3,3 6,4 6,9 16,0 3,6 5,7 2,1 6,4 5,4 5,5 4,7 5,0 nd nd nd nd 5,7

19 044 19 226 -5130 3 034 -7730 4 211 -46409 -5152 -7678 -9373 -27604 94 492 1 152 16 735 -11507 -1955 3 520 9 467 -62147 -30170 22 349 21 625 nd nd nd nd 0

nd :nondisponible.Source : INSEE, Cnamts, PMSI.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 53


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page54

Offre médico-sociale Fiche 23

Accueil pour personnes âgées

InDICATEuRs uTaux d’équipement pour 1 000 personnes de 75 ans ou plus en 2007 et 2008 dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et les autres établissements d'hébergement pour personnes âgées (EHPA-non EHPAD). Sources : DREES, enquête EHPA 2007, données au 31 décembre 2007 ; population INSEE des 75 ans ou plus au 1er janvier 2008. Champ : maisons de retraite, logements-foyers et unités de soins de longue durée des hôpitaux.

uTaux d’équipement pour 1 000 personnes de 75 ans ou plus en 2007 et 2008 dans les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD). Source : DREES, enquête SSIAD 2008, données au 31 décembre 2008 ; population INSEE des 75 ans ou plus au 1er janvier 2008.

> Taux d’équipement pour 1 000 personnes de 75 ans ou plus en 2007-2008 (ensemble des établissements)

uPart du privé lucratif parmi les places en EHPAD en 2007 (en %).

1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

54 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 17:31 Page55

Taux d’Êquipement pour 1 000 personnes âgÊes de 75 ans ou plus AnnÊes 2007 et 2008

RÊgions EHPAD Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Martinique Guyane La RÊunion France mÊtropolitaine et DOM

EHPA-non EHPAD

106 92 106 98 121 109 102 91 45 81 95 70 86 105 94 97 82 135 112 110 70 104 17 41 0 38 93

32 28 30 45 24 36 29 39 2 27 61 46 14 13 39 24 32 32 28 25 29 32 20 13 76 10 32

SSIAD 17 19 18 21 19 21 19 20 21 22 18 19 19 24 18 21 21 19 27 19 18 17 26 16 26 20 19

Ensemble 155 140 155 163 165 166 150 151 69 131 174 135 118 142 150 141 136 186 166 154 118 153 63 70 102 68 145

Part du secteur privĂŠ lucratif dans les places en EHPA en 2007 (%) 4 24 9 19 14 4 17 14 32 9 18 40 19 3 6 17 10 7 21 29 45 15 0 0 nd 5 19

nd :nondisponible. Sources : DREES, enquĂŞte EHPA 2007 et enquĂŞte SSIAD 2008 ; population INSEE.

Recueil d’indicateuRs RÊgionaux : offRe de soins et Êtat de santÊ des populations • 55


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page56

Offre médico-sociale Fiche 24

Accueil pour personnes handicapées

InDICATEuRs uTaux d’équipement pour 1 000 personnes de moins de 20 ans en 2006. Source : DREES, enquête auprès des établissements et services pour enfants et adultes handicapés (ES) 2006, données au 31 décembre 2006 ; population INSEE des moins de 20 ans au 1er janvier 2007. > Taux d’équipement pour 1 000 enfants de moins de 20 ans

uTaux d’équipement pour 1 000 adultes de 20 à 59 ans en 2006. Source : DREES, enquête auprès des établissements et services pour enfants et adultes handicapés (ES) 2006, données au 31 décembre 2006 ; population INSEE des 20-59 ans au 1er janvier 2007.

> Taux d’équipement pour 1 000 adultes de 20 à 59 ans 1er quartile 2e quartile 3e quartile 4e quartile d

Note : chaque quartile

comprend un quart des régions préalablement rangées dans l’ordre croissant de l’indicateur présenté.

56 • RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns


01 CPOM 228/155:CPOM 235/160 11/03/11 16:51 Page57

RĂŠgions

Taux d’Êquipement pour 1 000 enfants de moins de 20 ans en 2006

Taux d’Êquipement pour 1 000 personnes adultes de 20 à 59 ans en 2006

Établissements (1) SESSAD (2) Ensemble (7) FAM & MAS (3) Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-ComtÊ Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-PyrÊnÊes Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d’Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Martinique Guyane La RÊunion France mÊtropolitaine et DOM

7,1 8,6 8,2 8,7 7,0 6,1 7,5 8,4 4,5 8,3 7,9 4,6 6,3 8,7 8,4 9,3 8,3 6,3 7,8 7,9 5,2 6,7 4,4 5,1 1,2 4,3 6,7

2,1 2,1 2,9 3,1 2,1 2,6 2,0 2,2 3,3 3,0 2,0 1,9 2,0 2,8 2,2 2,0 1,8 2,6 1,3 2,8 1,9 2,0 1,8 1,5 1,5 1,6 2,1

9,1 10,7 11,1 11,8 9,1 8,7 9,5 10,6 7,9 11,4 10,0 6,5 8,4 11,4 10,6 11,4 10,1 8,9 9,2 10,7 7,1 8,7 6,2 6,7 2,7 5,9 8,8

1,0 0,9 1,2 1,3 1,0 1,3 0,9 1,0 0,8 1,2 1,0 0,6 1,5 1,9 1,0 1,8 0,9 1,0 0,8 0,9 0,8 1,0 0,4 0,4 0,3 0,8 1,0

Autres foyers (4) 2,3 2,9 3,3 4,2 4,5 3,3 3,3 2,7 0,6 2,7 3,0 1,5 3,2 4,7 2,2 3,2 2,9 3,1 3,1 3,7 1,9 3,0 1,5 0,6 0,4 0,7 2,6

SAVSSAMSAH (5) 1,0 1,3 0,8 0,8 1,1 1,0 1,0 0,6 0,2 1,9 0,9 0,3 0,9 2,4 0,8 0,5 1,1 1,0 0,8 1,0 0,5 1,1 0,0 0,2 0,0 0,2 0,8

ESAT CRP CPO (6) 3,4 3,9 4,2 4,8 3,6 3,9 3,7 3,9 2,3 3,5 3,4 2,6 3,7 5,8 4,1 3,9 4,3 3,6 4,1 3,6 3,0 3,4 1,6 1,7 1,5 1,8 3,5

Ensemble (7) 7,7 9,0 9,5 11,1 10,1 9,5 8,9 8,2 3,9 9,3 8,3 5,0 9,3 14,9 8,1 9,5 9,2 8,6 8,7 9,2 6,3 8,5 3,5 2,9 2,2 3,5 7,9

Champs :(1)Êtablissementsd’ÊducationspÊcialepourdÊficientsintellectuels(IME,IMP,IMPro,jardind’enfantsspÊcialisÊ),ÊtablissementspourpolyhandicapÊs,institutsthÊrapeutiques,ÊducatifsetpÊdagogiques (ITEP),ÊtablissementspourdÊficientsmoteurs,institutspourdÊficientssensoriels,ÊtablissementsexpÊrimentaux.(2)Servicesd’ÊducationspÊcialeetdesoinsàdomicile(SESSAD).(3)Foyersd’accueilmÊdicalisÊ etmaisonsd’accueilspÊcialisÊ.(4)Foyersd’hÊbergement,occupationnelsetdevie,d’accueilpolyvalent,expÊrimentaux,d’accueiltemporaire.(5)Servicesd’accompagnementàlaviesocialeetd’accompagnement mÊdico-socialpouradulteshandicapÊs.(6)Structuresproposantunaccompagnementparletravail.(7)Comportedesdoublescomptes,unmêmeenfantpouvantêtreprisenchargepardeuxstructures simultanÊmentetunmêmeadultepouvanttravaillerenESATetêtrehÊbergÊenfoyer.Sources : DREES enquête ES 2006 ; population INSEE.

RECuEIl D’InDICATEuRs RÉgIOnAux : OFFRE DE sOIns ET ÉTAT DE sAnTÉ DEs POPulATIOns • 57


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page58


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page59

PARTIE II uFiches de synthèses régionales


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page60

La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée en partie au travers de l’espérance de vie à la naissance, est plus favorable en Alsace que dans les autres régions de France métropolitaine pour les femmes mais pas pour les hommes. Les taux de décès standardisés pour les suicides et la mortalité prématurée sont plus favorables que la moyenne nationale. Néanmoins, les taux de décès standardisés par accident vasculaire cérébral (AVC) ou par cardiopathie ischémique sont moins favorables que la moyenne nationale.

La fréquence des principales affections de longue durée (ALD) est proche de la moyenne nationale, sauf pour l’ALD diabète, plus fréquemment déclarée en Alsace. La prévalence des comportements à risque (consommation régulière de substances psychoactives) est également proche de la moyenne nationale. En Alsace, la prévalence de l’obésité adulte est au-dessus de la moyenne et a progressé de près de trois points de plus qu’en France métropolitaine entre 1997 et 2009, plaçant l’Alsace parmi le quart des régions de France métropolitaine les plus touchées par l’obésité. L’accidentologie et la mortalité routière situent la région parmi le quart des régions les moins à risque. Enfin, l’Alsace appartient au quart des régions où les femmes ont le moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG).

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre sanitaire libérale en médecins généralistes et en chirurgiens-dentistes place la région au-dessus de la médiane, tandis que l’offre libérale en infirmiers et masseurs-kinésithérapeutes place la région sous la médiane. L’offre hospitalière est en dessous de la moyenne nationale en capacité de lits pour les accouchements, en psychiatrie et en hospitalisation à domicile (HAD). En revanche, cette offre est supérieure à la moyenne nationale en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) et l’offre hospitalière est

60• RecueiLS d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

dans la moyenne nationale concernant les soins de suite et de réadaptation (SSR). Son taux d’équipements médico-sociaux la situe un peu au-dessus de la moyenne nationale, sauf pour les équipements pour adultes handicapés, dont le taux est situé dans la moyenne nationale. 2% des Alsaciens hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6% en moyenne nationale) et les hôpitaux alsaciens accueillent 6% des patients résidant dans d’autres régions, ce qui les situe dans la moyenne nationale. Les dépenses moyennes de soins de ville et de soins hospitaliers des Alsaciens sont dans la moyenne nationale (à 5% près), une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

Repères

S

i l’Alsace est la plus petite des régions françaises, c’est aussi l’une des plus densément peuplées, comptant plus de 1,8 million d’habitants. C’est une région dynamique, avec un solde naturel (excédent des naissances sur les décès) élevé. Fait nouveau, son solde migratoire avec les autres régions devient déficitaire, comme dans tout le Nord-Est. Deuxième région la plus industrialisée de France, trois grands pôles industriels (Mulhouse, Colmar et le triangle Strasbourg-Haguenau-Molsheim) concentrent plus du quart de l’emploi industriel de la région. Avec l’Allemagne comme principal partenaire commercial, l’Alsace est la quatrième région exportatrice française. Le taux de chômage, jusqu’alors le plus faible des régions françaises, demeure toujours inférieur au taux national (8,3% contre 9,7%) au deuxième trimestre 2010. Le taux de pauvreté et les inégalités sociales sont inférieurs à la moyenne nationale.

Alsace

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 77,8 ans tandis qu’elle atteignait 84 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 112,4 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 41,9 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée (MCO) en 2009. • 2 % des patients résidant en Alsace et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page61

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

FORBACH METZ

Wissembourg Niederbronn les-Bains

Sarre-Union

Ingwiller

Drulingen

Bouxwiller

Haguenau

Haguenau Saverne

Saverne

Strasbourg

STRASBOURG Molsheim

NANCY La Broque

Obernai

Sainte-Marie aux-Mines

Sélestat

Sélestat Ribeauville Marckolsheim

Colmar

COLMAR Munster

Biesheim

Guebwiller

Guebwiller Thann-Cernay

Mulhouse

MULHOUSE BELFORT

Bâle(CH) Saint-Louis

40 km

MONTBÉLIARD GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 61


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page62

n 2009, la région Aquitaine compte 3,2 millions d’habitants. Son dynamisme démographique s’accélère à l’instar des autres régions littorales du sud et de l’ouest de la métropole. Depuis 1999, sa population progresse de 1 % par an contre 0,4 % en moyenne nationale. Tous les territoires, qu’ils soient urbains ou ruraux, bénéficient de l’essor démographique, les espaces périurbains en profitant le plus. Les activités présentielles, mises en œuvre localement pour la satisfaction de la population résidente ou de passage, dominent dans l’économie régionale. Le taux de chômage de l’Aquitaine (9,2 %) est inférieur à la moyenne nationale (9,7 %) au deuxième trimestre 2010. La pauvreté et les inégalités sociales y sont un peu moins marquées qu’au niveau national. La situation sanitaire

La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, de la mortalité prématurée et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est un peu plus favorable que la moyenne nationale. La fréquence des principales affections de longue durée (ALD) est inférieure ou très proche de la moyenne nationale, sauf pour les affections psychiatriques de longue durée. La prévalence des comportements à risque chez les jeunes de 17 ans (consommation régulière de substances psychoactives) est au-dessus de la moyenne nationale. En Aquitaine, la prévalence de l’obésité adulte situe la

région parmi la moitié des régions les moins touchées et a progressé un peu moins vite qu’en France métropolitaine entre 1997 et 2009. La situation au regard de l’accidentologie, de la mortalité routière et du recours aux IVG est proche de la moyenne de France métropolitaine.

moyennes de soins de ville y sont plus élevées qu’en moyenne nationale, même une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. En revanche, les dépenses moyennes de soins hospitaliers sont proches de la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire libérale est nettement au-dessus de la moyenne : la densité de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes situe l’Aquitaine dans le quart des régions les mieux dotées. La densité d’infirmières libérales est également supérieure à la moyenne nationale. De même l’offre hospitalière est supérieure à la moyenne nationale en psychiatrie, en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en hospitalisation à domicile (HAD). Elle est légèrement inférieure à la moyenne nationale en nombre de lits pour 1 000 accouchements. Le taux d’équipements médico-sociaux pour personnes âgées est en dessous de la moyenne nationale. En revanche, le taux d’équipements pour personnes handicapées est audessus de la moyenne nationale. Seuls 4,4 % des patients d’Aquitaine hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux d’Aquitaine accueillent près de 7 % des patients résidant dans d’autres régions. Les dépenses

62 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

e

Aquitaine

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 77,9 ans tandis qu’elle atteignait 84,7 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 126,7 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 40 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 4,4 % des patients résidant en Aquitaine et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page63

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Montpon Nontron Ménestérol Ribérac Saint-Aigulin

LesparreMédoc Pauillac

Coutras

Blaye

Cadillac La Réole

Arcachon

Langon

Biscarrosse

Marmande

Lavardac

Hagetmau Peyrehorade

BAYONNE

Hasparren

Irun(E) Hendaye

50 km

Villeneuve Fumel sur-Lot

Marmande

Villeneuve-sur-Lot Revenu fiscal médian par unité de consommation 22 630 ou plus AgenDe 19 035 à moins de 22 630 De 16 835 à moins de 19 035 De 15 012 à moins de 16 835 Moins de 15 012

Agen

Mont-de-Marsan Limite régionale Dax

Limites départementales

Orthez

Artix Mourenx

Saint-Palais

Saint-Jean Pied-de-Port

Bergerac

Aire sur l'Adour

Salies-de-Béarn

Cambo les-Bains

Libourne

Bordeaux

Mont de-Marsan

Saint-Sever

Dax

Sarlat la-Canéda

Nérac

Morcenx Soustons Capbreton

Lalinde

Miramont de-Guyenne

Tonneins Bazas Casteljaloux

Mimizan

Périgueux

Terrasson Lavilledieu

Mussidan

BORDEAUX Castillon-la-BatailleBergerac

Arès

Thiviers

Périgueux Saint-Astier

Saint-Médard de-Guizières Libourne Saint-Émilion

Saint-Vincent de-Tyrosse

LIMOGES

ANGOULÊME

Braud-etSaint-Louis

Revenus fiscaux des ménages en 2007

TOULOUSE PAU

TARBES

Oloron Sainte-Marie

Limites cantonales

Bayonne Pau Oloron-Sainte-Marie

Mauléon Licharre

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 63


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page64

n 2009, l’Auvergne compte 1,3 million d’habitants et sa densité de population est inférieure de plus de la moitié à celle de la France métropolitaine. L’Auvergne a une tradition d’échanges avec les régions voisines, notamment Rhône-Alpes et l’Île-de-France. L’espace urbain occupe une place de plus en plus importante: près de sept Auvergnats sur dix y vivent. Après une baisse continue pendant vingt ans, la population auvergnate augmente à nouveau. Cette progression significative (+ 0,3 % par an) reste néanmoins inférieure de moitié à celle constatée en France métropolitaine. L’excédent migratoire est responsable du renouveau démographique de l’Auvergne qui reste toutefois marquée par une faible natalité et un net vieillissement de sa population. Le taux de chômage en Auvergne est inférieur à la moyenne nationale : 8,4 % contre 9,7 % au deuxième trimestre 2010. L’emploi industriel et agricole y conserve une place importante. Les inégalités sociales sont un peu moins marquées qu’au niveau national mais la pauvreté y est plus élevée. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, de la mortalité prématurée et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est un peu moins favorable que la moyenne nationale. La fréquence des principales affections de longue durée (ALD) est au-dessus de la moyenne nationale, sauf

pour le diabète et les accidents vasculaires cérébraux invalidants qui situent l’Auvergne dans la moyenne. La prévalence des comportements à risque chez les jeunes de 17 ans est au-dessus de la moyenne nationale pour le taux d’ivresse répétée et l’usage quotidien du tabac mais en dessous pour l’usage régulier de cannabis. En Auvergne, la prévalence de l’obésité adulte est dans la moyenne de France métropolitaine. La situation au regard de l’accidentologie place la région dans la moitié des régions les plus à risque tandis que la mortalité routière est bien en dessous de la moyenne de France métropolitaine. Enfin, l’Auvergne appartient au quart des régions où les femmes ont le moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG).

sont au-dessus de la moyenne nationale. Les taux d’équipements pour personnes handicapées, qu’il s’agisse d’enfants ou d’adultes, situent l’Auvergne parmi le quart des régions les mieux dotées. 10,4 % des patients d’Auvergne hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux d’Auvergne accueillent près de 9 % des patients résidant dans d’autres régions. Les dépenses moyennes de soins de ville et de soins hospitaliers y sont moins élevées qu’en moyenne nationale une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire libérale est au-dessus de la moyenne pour la densité d’infirmières, de chirurgiens-dentistes, mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes. La densité de médecins généralistes est un peu en dessous de la moyenne nationale. L’offre hospitalière est supérieure à la moyenne nationale en psychiatrie, en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en nombre de lits pour 1 000 accouchements, elle y est inférieure en hospitalisation à domicile (HAD). Le taux d’équipements médico-sociaux pour personnes âgées et le taux d’équipements pour personnes handicapées

64 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

e

Auvergne

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 77,1 ans tandis qu’elle atteignait 83,9 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 107,9 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 43 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 10,4 % des patients résidant en Auvergne et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page65

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007 CHALON-SU

Moulins

Moulins Dompierre sur-Besbre Montluçon Commentry

Saint-Éloy-les-Mines

Montluçon

Varennes-sur-Allier Lapalisse

Saint-Pourçain sur-Sioule

Vichy

Vichy ROANNE

Gannat

Riom

Saint-Georges-de-Mons

Thiers La Monnerie-le-Montel

CLERMONT-FERRAND

Thiers

Clermont-Ferrand

Courpière Issoire

Ambert

Issoire

SAINT-ETIENNE Bort-les-Orgues

Brassac-les-Mines Brioude

Mauriac

Monistrol sur-Loire

Sainte-Sigolène Le Puy-en-Velay

Yssingeaux

Saint-Flour

Langeac

Le Puy en-Velay

Aurillac

Aurillac

50 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 65


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page66

a Basse-normandie compte 1,5 million d’habitants, dont 46% dans le Calvados. Sa population se caractérise par une proportion plus importante de seniors que la moyenne nationale. La Basse-Normandie conserve un caractère rural très marqué: 35% des habitants vivent dans un espace à dominante rurale, contre 18% en France métropolitaine. La population est concentrée au sein des villes de plus de 10000 habitants, notamment Caen et Cherbourg mais également sur les littoraux. Près de 9 actifs ayant un emploi sur 10 sont salariés, la région est très agricole et l’agroalimentaire est le premier employeur industriel régional. À l’image du reste de l’industrie bas-normande, elle produit cependant peu de valeur ajoutée. Le chômage a crû dans la région davantage qu’en France mais reste inférieur, au deuxième trimestre 2010, à la moyenne de France métropolitaine (8,8% contre 9,3%). L’importance des emplois agricoles et la faible qualification des emplois industriels expliquent en partie la faiblesse relative des revenus. Les inégalités sociales sont inférieures à la moyenne de France métropolitaine et la pauvreté est dans la moyenne nationale. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée en partie au travers de l’espérance de vie à la naissance, est moins favorable en Basse-Normandie que dans les autres régions de France métropolitaine pour les hommes mais elle est dans la moyenne nationale pour les femmes. Les taux de décès standardisés

pour les suicides par cardiopathie ischémique et la mortalité prématurée sont moins favorables que la moyenne nationale. Néanmoins, le taux de décès standardisé par accident vasculaire cérébral (AVC) est un peu plus favorable que la moyenne nationale et place la Basse-Normandie dans le quart des régions les moins exposées à un décès par AVC. La fréquence des principales affections de longue durée (ALD) est proche de la moyenne nationale sauf pour l’ALD diabète et l’ALD hypertension artérielle sévère, moins fréquemment déclarées en Basse-Normandie. La fréquence des comportements à risque (consommation régulière de substances psychoactives) est nettement supérieure à la moyenne nationale sauf pour la consommation régulière de cannabis. En Basse-Normandie, la prévalence de l’obésité adulte est au-dessus de la moyenne mais a moins progressé qu’en France métropolitaine entre 1997 et 2009. L’accidentologie est inférieure à la moyenne, plaçant la région dans le groupe à faible risque; en revanche, la mortalité routière y est plus élevée que la moyenne de France métropolitaine. Enfin, la Basse-Normandie appartient au quart des régions où les femmes ont le moins recours aux IVG.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre sanitaire libérale en infirmiers place la région très proche de la médiane et l’offre de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes et de masseurs-kinésithérapeutes place la Basse-Normandie dans le quart des régions les moins bien

66 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

dotées. L’offre hospitalière est un peu au-dessus de la moyenne nationale en capacité de lits pour les accouchements, en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) et en hospitalisation à domicile (HAD) et dans la moyenne en psychiatrie, et en soins de suite et de réadaptation (SSR). Son taux d’équipements médico-sociaux la situe au-dessus de la moyenne nationale. 7,3% des patients bas-normands hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6% en moyenne nationale) et les hôpitaux bas-normands accueillent 8% des patients résidant dans d’autres régions, ce qui les situe au-dessus de la moyenne nationale. Les dépenses moyennes de soins de ville et de soins hospitaliers des Bas-Normands sont dans la moyenne nationale, une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

Repères

L

Basse-Normandie

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 76,5 ans tandis qu’elle atteignait 84,2 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 96,4 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 43,1 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 7,3 % des patients résidant en Basse-Normandie et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page67

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Beaumont-Hague

Cherbourg-Octeville

30 km

CHERBOURG

LE HAVRE

Valognes Flamanville

Trouville-sur-Mer Honfleur

Dives-sur-Mer Carentan

Saint-Lô Coutances

Villedieu

Vire

Hérouville-Saint-Clair

Pont-l'Évêque

CAEN

Torigni-sur-Vire

Granville les-Poêles

Bayeux

Bayeux

Villers Bocage Condé-sur-Noireau

Saint-Lô

Lisieux Saint-Pierre Orbec sur-Dives Vimoutiers Falaise

Granville

Caen

Vire Flers

Flers

Avranches

Lisieux

Argentan

Aigle (L')

Argentan

Mortain Pontorson Saint-James

Saint-Hilaire du-Harcouët

La Ferté-macé Domfront

Sées

Alençon

Mortagne-au-Perche

Alençon Mamers

Nogent Le Theil le-Rotrou

RENNES

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 67


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page68

a Bourgogne est relativement peu peuplée: elle regroupe 1,6 million d’habitants, soit 2,7% de la population de la France métropolitaine. La croissance démographique reste modeste et repose principalement sur les excédents naturels. Sa population est âgée (un Bourguignon sur cinq est âgé de plus de 65 ans) et plutôt rurale. C’est la deuxième région la plus agricole de France après la Champagne-Ardenne. Son armature urbaine se caractérise par une capitale et des villes principales situées en périphérie de la région, favorisant ainsi les liens avec les régions voisines. Elle occupe une situation privilégiée, au carrefour de grands axes de transits autoroutiers et ferroviaires orientés nord-sud. En revanche, les communications est-ouest sont plus difficiles. Le taux de chômage de la région reste l’un des plus bas du pays (8,6% contre 9,7% en France au deuxième trimestre 2010). Le vieillissement de la population active, la relative faiblesse du secteur marchand et la propension des jeunes actifs à quitter la région expliquent en partie ce résultat. Le taux de pauvreté est faible, en dessous de la moyenne nationale et les inégalités sociales peu marquées. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est un peu moins favorable que la moyenne nationale. La fréquence des principales affections de longue durée (ALD)

est un peu au-dessus de la moyenne nationale. La prévalence des comportements à risque (consommation de substances psychoactives) est également un peu audessus de la moyenne, surtout pour la consommation d’alcool. En Bourgogne, la prévalence de l’obésité adulte ainsi que son évolution depuis 1997 sont dans la moyenne française. La situation au regard de l’accidentologie place la région parmi le quart des régions les moins à risque ; en revanche, la mortalité routière est près d’une fois et demie plus élevée qu’en France métropolitaine. Enfin, la Bourgogne appartient au quart des régions où les femmes ont le moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG).

pour personnes âgées mais aussi en établissements pour adultes handicapés. Plus de 11 % des patients bourguignons hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale), mais les hôpitaux bourguignons accueillent aussi près de 10 % de patients d’autres régions. La dépense moyenne de soins de ville et d’hôpital des Bourguignons est dans la moyenne nationale une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire place la région sous la médiane : la densité de médecins généralistes, de chirurgiensdentistes, mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmières y est inférieure à celle de la majorité des régions. En revanche, l’offre hospitalière est au-dessus de la moyenne en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) et en psychiatrie et a rattrapé récemment la moyenne en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en hospitalisation à domicile (HAD). L’offre médico-sociale est au-dessus de la moyenne nationale et elle place la Bourgogne parmi le quart des régions les mieux dotées à la fois en établissements

68 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

Bourgogne

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 76,8 ans tandis qu’elle atteignait 84,3 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 99,6 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 44,6 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 11,5 % des patients résidant en Bourgogne et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page69

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

40 km

TROYES

Sens

Sens Villeneuve-sur-Yonne

Joigny

Saint-Florentin

Joigny

Châtillon-sur-Seine

Tonnerre

Migennes

Auxerre

Auxerre Chablis

Venarey les-Laumes

Montbard

Cosne-Cours-sur-Loire

Clamecy

Is-sur-Tille

Avallon Cosne-Cours-sur-Loire

DIJON

Semur-en-Auxois

Dijon

BESA

Chenôve

Auxonne

La Charité-sur-Loire

Nuits-Saint-Georges

BOURGES

Chagny Beaune

Autun

NEVERS

Beaune Nevers Seurre

Creusot CHALON Montceau-les-Mines SUR-SAÔNE

Decize

Bourbon-Lancy Gueugnon Digoin

Cluny

Chalon-sur-Saône Montceau-les-Mines

Mâcon

La Clayette

ROANNE

Le Creusot

Louhans

Tournus

Charolles

Paray-le-Monial

Autun

BOURG-EN BRESSE

GE AN

Mâcon

Chauffailles

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 69


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page70

ituée au carrefour de l’Arc atlantique européen, la Bretagne compte 3,2 millions d’habitants. Les emplois sont de plus en plus concentrés dans les pôles. En revanche, les actifs résident de plus en plus loin de leur lieu de travail. Les aires d’attractions des principaux pôles se sont donc agrandies. Le taux de chômage (7,9 %) est le plus bas de France (9,7 % en moyenne) au deuxième trimestre 2010. L’ossature du territoire breton se compose d’un ensemble de nombreuses villes moyennes et de deux grandes agglomérations, Rennes et Brest. Le centre du territoire régional est quant à lui constitué d’une vaste zone à dominante rurale. L’agriculture et les industries agroalimentaires sont présentes sur l’ensemble du territoire régional et sont d’importants pourvoyeurs d’emplois en Bretagne. L’économie régionale bénéficie également d’une forte implantation des activités touristiques. La pauvreté et les inégalités sociales y sont moins marquées qu’au niveau national. La situation sanitaire

La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes et de la fréquence des affections de longue durée (ALD), est moins favorable que la moyenne nationale, sauf pour l’hypertension artérielle et le diabète. La prévalence de l’obésité adulte est en dessous de la moyenne et place la Bretagne parmi

le quart des régions de France métropolitaine les moins touchées par l’obésité. La consommation d’alcool et de tabac chez les jeunes de 17 ans est au-dessus de la moyenne nationale et la Bretagne est la région dans laquelle la part des jeunes de 17 ans en ivresse répétée en 2008 était la plus élevée (40 % contre 26 % en moyenne). Enfin, la situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière situe la région parmi le quart des régions les moins à risque. Enfin, les Bretonnes ont moins recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) que la moyenne.

Seuls 3,3 % des patients bretons hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux de Bretagne accueillent près de 4 % des patients résidant dans d’autres régions. Les dépenses moyennes de soins de ville et de soins hospitaliers y sont moins élevées qu’en moyenne nationale, une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire libérale est proche de la moyenne nationale. La densité d’infirmiers situe la Bretagne audessus de la moyenne. À l’exception de l’offre hospitalière en psychiatrie, au-dessus de la moyenne, et de l’offre en hospitalisation à domicile (HAD), en dessous de la moyenne, l’offre hospitalière est dans la moyenne nationale, en capacité de lits pour les accouchements, en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) et en soins de suite et de réadaptation (SSR). Les taux d’équipements médicosociaux (pour personnes âgées et pour adultes handicapés) situent la Bretagne parmi le quart des régions les mieux équipées. Le taux d’équipements pour enfants handicapés est dans la moyenne nationale.

70 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

S

Bretagne

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 76,3 ans tandis qu’elle atteignait 83,8 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 108,6 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 38,6 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 3,3 % des patients résidant en Bretagne et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page71

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Tréguier Saint-Pol-de-Léon

Dol-de-Bretagne

Lesneven

Paimpol

Lannion

Landivisiau BREST Landerneau

Bégard Morlaix

Brest SAINT-BRIEUC Lamballe

Châteaulin Douarnenez Audierne

Châteauneuf du-Faou Gourin Briec

Scaër QUIMPER Rosporden Penmarch

Concarneau

Montauban

Rostrenen

Baud LORIENT

Locminé

Malestroit

Pontivy

Guer

VANNES Questembert Redon

Rennes

Vitré

RENNES

Pluvigner Auray

Fougères

Quimper

Saint-Méen Noyal-Pontivy le-Grand Josselin Ploermel Moréac

Quimperlé

Louvigné-d Combourg Saint-Brice-en-Coglè Fougère

Loudéac

Pontivy

Bannalec

Saint-Brieuc Dinan

Dinan

Carhaix-Plouguer Crozon

Saint-Malo

Morlaix

Guingamp

Pont-de-Buis-lès-Quimerch

Lanvéoc

Lannion

Saint-Malo Dinard

Argentré-duLa Guerche-de-Bre Retiers Bain-de-Bretagne La Gacilly

Lorient Vannes

Carnac Quiberon

Muzillac Sarzeau SAINT-NAZAIRE NANTES

50 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 71


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page72

La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, de la mortalité prématurée et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est dans la moyenne nationale. De même,

la fréquence des principales affections de longue durée (ALD) est dans la moyenne nationale, sauf pour l’hypertension artérielle sévère et les affections psychiatriques longue durée qui placent la région Centre en dessous de la moyenne. La prévalence des comportements à risque chez les jeunes de 17 ans est en dessous de la moyenne nationale pour le taux d’ivresse répétée, l’usage quotidien du tabac et l’usage régulier du cannabis et dans la moyenne pour la consommation régulière d’alcool. La prévalence de l’obésité chez les adultes est au-dessus de la moyenne nationale et place la région Centre dans le quart des régions les plus touchées. L’accidentologie et la mortalité routière sont plus élevées que la moyenne nationale et place la région Centre dans le quart des régions les plus à risque. Enfin, les femmes de la région Centre ont moins recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) que la moyenne.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire libérale est nettement en dessous de la moyenne: la région Centre se situe dans le quart des régions les moins bien dotées aussi bien en médecins généralistes qu’en infirmières, chirurgiens-dentistes ou masseurskinésithérapeutes. L’offre hospitalière est dans la moyenne nationale en psychiatrie, en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en soins de suite et de réadaptation (SSR), en hospitalisation à domicile (HAD) et en nombre de lits pour

72 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

1000 accouchements. Le taux d’équipements médico-sociaux pour personnes âgées et le taux d’équipements pour personnes handicapées est un peu au-dessus de la moyenne nationale. 12,4 % des patients de la région Centre hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux de la région Centre accueillent 5 % des patients résidant dans d’autres régions. Les dépenses moyennes de soins de ville et de soins hospitaliers sont proches de la moyenne nationale, une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

Repères

L

a région centre compte 2,5 millions d’habitants en 2009. Sa densité de population, deux fois moins importante que celle de la métropole, en fait une région peu peuplée et qui ne compte que deux villes de plus de 100000 habitants: Tours et Orléans. Le solde migratoire reste positif à tous les âges exceptés pour les jeunes de 18 à 24 ans, nombreux à quitter la région pour finir leurs études ou accéder à un premier emploi. L’accroissement de population est plus important en zone périurbaine, alors que la démographie continue de ralentir dans les pôles urbains et marque le pas dans l’espace rural. La partie nord de la région, contiguë à l’Île-de-France, bénéficie de l’influence économique de cette dernière avec laquelle elle entretient de nombreux flux migratoires pendulaires. L’économie de la région Centre, traditionnellement spécialisée dans les activités agricoles et industrielles, est handicapée par une population relativement âgée et un secteur tertiaire sous-représenté. Le taux de chômage s’élève, au deuxième trimestre 2010, à 8,6% (9,7% au niveau national), à égalité avec la Bourgogne et Rhône-Alpes. Les inégalités sociales et la pauvreté sont en dessous de la moyenne nationale.

Centre

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 77,5 ans tandis qu’elle atteignait 84,6 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 92 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 36,5 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 12,4 % des patients résidant dans la région Centre et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page73

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

PARIS Dreux

Dreux

La Loupe

Chartres

CHARTRES

Malesherbes

Nogent-le-Rotrou Brou

LAVAL

Bonneval

Pithiviers

Châteaudun LE MANS

Châteaudun

Montargis

ORLÉANS Bessé-sur-Braye

Châteauneuf-sur-Loire

Mer

Vendôme

Beaumont-en-Véron Chinon Sainte-Maure-de-Touraine Descartes

Contres

Montrichard

Blois

Tours

Salbris

Romorantin-Lanthenay

Saint-Aignan

Olivet Gien

Briare

Aubigny-sur-Nère

Amboise Langeais TOURS Bourgueil

Dampierre-en Lamotte-Beuvron Burly

BLOIS

Vendôme

Gien

Saint-Laurent-Nouan

ANGERS

Montargis

Orléans

Nogent-sur-Vernisson

Sully-sur-Loire

Beaugency

Montoire-sur-le-Loir

Château-Renault

Nogent-le-Rotrou

Amboise Romorantin-Lanthenay

Sancerre

Vierzon

Vierzon

La Charité-sur-Loire

Selles-sur-Cher

Bourges

BOURGES Loches

Saint-Florent-sur-Cher

Avord

NEVERS

Issoudun

Issoudun

Buzançais

Châteauroux

Châteauroux

Saint-Amand-Montrond

Saint-Amand-Montrond Le Blanc

POITIERS

La Châtre Argenton-sur-Creuse

NIORT

50 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 73


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page74

Champagne-Ardenne

La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est moins favorable que la moyenne nationale. La fréquence des principales affections de longue durée (ALD) est proche de la moyenne nationale sauf pour le diabète, plus fréquemment déclaré en ChampagneArdenne. La prévalence des comportements à risque

(consommation régulière de substances psychoactives) est également proche de la moyenne nationale. En Champagne-Ardenne, la prévalence de l’obésité adulte est au-dessus de la moyenne et a augmenté plus vite qu’en France métropolitaine entre 1997 et 2009. La situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière place la région au-dessus de la moyenne nationale. Enfin, la Champagne-Ardenne appartient au quart des régions où les femmes ont le moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG).

9 % des patients résidant dans d’autres régions. La dépense moyenne de soins de ville des Champ-Ardennais est dans la moyenne nationale, une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. La dépense moyenne standardisée de soins hospitaliers est quant à elle au-dessus de la moyenne nationale. De fait, le taux de recours standardisé par âge au court séjour est supérieur à la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre sanitaire libérale place la région sous la médiane: la densité de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes, mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmières y est inférieure à celle de la majorité des régions. De même, l’offre hospitalière est en dessous de la moyenne nationale en psychiatrie, en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en hospitalisation à domicile (HAD). En revanche, cette offre est supérieure à la moyenne nationale en capacité de lits pour les accouchements et en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO). Son taux d’équipements médico-sociaux la situe un peu au-dessus de la moyenne nationale. 10 % des patients champ-ardennais hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) mais les hôpitaux champ-ardennais accueillent près de

74 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

a champagne-Ardenne compte 1,34 million d’habitants. Elle est depuis 1999 la seule région en déclin démographique et elle ne représente plus que 2,2 % de la population métropolitaine contre 2,6 % en 1962. L’excédent des naissances sur les décès ne compense pas le déficit des arrivées sur les départs et la région est désormais légèrement plus âgée que le niveau national. La densité de population de la ChampagneArdenne est presque deux fois moins élevée que celle de la moyenne nationale, mais est supérieure à celles de la Bourgogne, de l’Auvergne et du Limousin. Malgré la baisse de l’emploi industriel, la Champagne-Ardenne demeure une région très industrialisée. Le taux de chômage au deuxième trimestre 2010 (9,6 %) se situe juste au-dessous du niveau national (9,7 %). Le taux de pauvreté est supérieur à la moyenne nationale. En revanche, les inégalités sociales y sont moins élevées.

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 76 ans tandis qu’elle atteignait 83,5 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 102,1 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 44,2 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 10 % des patients résidant en Champagne-Ardenne et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page75

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Givet Fumay Revin Bogny-sur-Meuse

AMIENS SAINT-QUENTIN

Charleville-Mézières

CHARLEVILLE Sedan MÉZIÈRES

Sedan

Rethel COMPIÈGNE

Vouziers

THIONVILLE

Mourmelon le-Grand

REIMS Fismes

Reims Tinqueux

METZ

Suippes Sainte-Menehould

Dormans

Epernay

Épernay

Châlons-en Champagne

Châlons-en-Champagne

Montmirail

PARIS

Vertus

Vitry-le-François

Vitry-le-François Saint-Dizier

Sézanne

NANCY

Arcis-sur-Aube Nogent-sur-Seine

Romilly-sur-Seine

Saint-Dizier Romilly-sur-Seine

Wassy Joinville Brienne-le-Château

Troyes

TROYES

Bar-sur-Aube Bar-sur-Seine

Chaumont

Chaumont

Nogent

Langres

40 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 75


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page76

La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est plus favorable que la moyenne nationale, sauf pour les décès par accident vasculaire cérébral (AVC). La fréquence des affections de longue durée (ALD) est inférieure à la moyenne nationale pour le diabète, les tumeurs malignes et les AVC mais elle est supérieure pour les maladies coro naires, l’hypertension artérielle et les affections psychiatriques. Les femmes corses recourent

davantage à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) que la moyenne. D’ailleurs, la Corse appartient au quart des régions où les femmes ont le plus recours aux IVG avec les départements d’outre-mer (DOM) et la région Provence - Alpes-Côte d’Azur. La Corse a l’indicateur d’accidentologie locale de loin le plus élevé de toutes les régions, avec 80 % de tués en plus que la moyenne nationale.

ville et d’hôpital y sont les plus élevées de France métropolitaine, même une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. Note : la prévalence des comportements à risque n’est pas disponible en Corse.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire libérale est nettement au-dessus de la moyenne : la densité de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmiers situe la Corse dans le quart des régions les mieux dotées. À l’exception du secteur de médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), l’offre hospitalière est également au-dessus de la moyenne nationale en psychiatrie, en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en hospitalisation à domicile (HAD). En revanche, le taux d’équipements médico-sociaux (pour personnes âgées et pour handicapés) est bien en dessous de la moyenne nationale. 13% des patients corses hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux corses accueillent plus de 4 % des patients résidant dans d’autres régions. Les dépenses moyennes de soins de

76 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

a corse est la plus petite région de France en termes d’habitants (307 000) et également l’une des moins denses. L’île figure parmi les régions françaises ayant connu la plus forte croissance démographique depuis 1999 (+1,8 % par an contre +0,7 % au niveau national). La population est vieillissante : un habitant sur quatre a plus de 60 ans contre un sur cinq en France métropolitaine. Insularité et relief montagneux confèrent à la Corse un certain isolement, atténué par sept ports et quatre aéroports internationaux. La population présente en Corse varie fortement au cours d’une année, pratiquement du simple au double. Le taux de chômage (9,0 %), au deuxième trimestre 2010, est inférieur au niveau national (9,7 %). En revanche, la pauvreté et les inégalités sociales y sont plus marquées.

Corse

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 78 ans tandis qu’elle atteignait 84,8 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 114,5 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 38,3 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 13 % des patients résidant en Corse et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page77

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Bastia

Bastia L'Île-Rousse Calvi

Corte

Ajaccio Ajaccio

Porto-Vecchio

30 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 77


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page78

a franche-comté est une région de 1,1 million d’habitants regroupant 1,8 % de la population française. Son réseau ferré est en plein développement avec l’ouverture programmée en 2011 de la branche est de la ligne grande vitesse (LGV) Rhin-Rhône. Mis à part Belfort (50 900 habitants), la région ne compte pas d’autres agglomérations pouvant pallier la taille modeste de la capitale régionale (Besançon). Le taux de chômage de la Franche-Comté, jusqu’à l’arrivée de la crise, était inférieur depuis plus de vingt ans au taux national. Dorénavant, le taux de chômage est de 9,3 % au deuxième trimestre 2010, comme en France métropolitaine (contre 9,7 % en moyenne pour la France entière). Les inégalités sociales et la pauvreté y sont moins fortes qu’au niveau national. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est plus favorable que la moyenne nationale sauf pour les décès par cardiopathie ischémique. La fréquence des principales ALD est dans la moyenne nationale. La consommation de substances psychoactives chez les jeunes de 17 est inférieure à la moyenne nationale pour l’usage régulier de tabac et d’alcool mais au-dessus pour les ivresses répétées et l’usage régulier de cannabis. En Franche-Comté, la pré-

valence de l’obésité adulte a rattrapé celle de la France métropolitaine depuis 1999 et se situe maintenant dans la moyenne. La situation au regard de l’accidentologie situe la région parmi la moitié des régions les moins à risque mais la mortalité routière y est bien au-dessus de la moyenne. Enfin, la Franche-Comté appartient à la moitié des régions où les femmes ont le moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG).

les hôpitaux franc-comtois accueillent 4 % des patients résidant dans d’autres régions, ce qui les situe en dessous de la moyenne nationale. La dépense moyenne de soins de ville des Franc-Comtois est en dessous de la moyenne nationale, une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. La dépense moyenne de soins hospitaliers est dans la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire place la région sous la médiane : la densité de médecins généralistes, de chirurgiensdentistes, mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et surtout d’infirmiers, y est inférieure à celle de la majorité des régions. L’offre hospitalière est quant à elle légèrement au-dessus de la moyenne en médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), en psychiatrie et pour le nombre de lits pour 1 000 accouchements, mais pas pour les soins de suite et de réadaptation (SSR) et l’hospitalisation à domicile (HAD). Le taux d’équipement en établissements pour personnes âgées place la région en dessous de la moyenne nationale, tandis que le taux d’équipement en établissements pour personnes handicapées place la région au-dessus de la moyenne nationale. 7,3 % des patients franc-comtois hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et

78 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

Franche-Comté

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 77,6 ans tandis qu’elle atteignait 84,4 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 105,2 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 39 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 7,3 % des patients résidant en FrancheComté et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page79

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

40 km

Saint-Loup-sur-Semouse

Luxeuil-les-Bains MULHOUSE Lure

Belfort

BELFORT

Vesoul

Vesoul Montbéliard

MONTBÉLIARD Gray Baume-les-Dames

DIJON BESANÇON

Besançon

Maîche Valdahon

Ornans

Dole

Morteau

Dole

Salins-les-Bains

Pontarlier

Arbois

Pontarlier

Poligny

CHALON SUR-SAÔNE

Lons le-Saunier

Champagnole

Lons-le-Saunier Morez

Moirans-en-Montagne

Saint-Claude Saint-Claude

BOURG-EN BRESSE

Oyonnax GENÈVE(CH) ANNEMASSE

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 79


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page80

epuis juillet 2007, les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy ne font plus partie de la Guadeloupe et sont devenues des collectivités d’outre-mer (COM). Les îles habitées sont la Basse-Terre et la Grande-Terre, reliées entre elles par voie terrestre, et les îles de Marie-Galante, des Saintes et de La Désirade. La population de la Guadeloupe atteint 404000 habitants. La population de la Guadeloupe vieillit. Les Guadeloupéens non diplômés restent nombreux. C’est moins qu’en 1999 mais plus du double qu’au niveau national. Les femmes sont plus diplômées que les hommes. Les moindres niveaux de formation n’améliorent pas la situation du marché de l’emploi. Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage en Guadeloupe est de 23,8% (9,7% en France entière). Les jeunes sont les plus touchés. La possession d’un diplôme leur permet de se protéger relativement du chômage: le taux de chômage des jeunes est de 41% s’ils ont un diplôme et de 60% s’ils n’en ont pas. La part des bénéficiaires du revenu minimum d’insertion (RMI) est plus de 5 fois plus élevée qu’en France (7,2% contre 1,6%) et la part de bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) est près de 4 fois plus élevée qu’en France (24,4% contre 6,5%). La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de la fréquence des principales affections de longue durée (ALD) est moins favorable que la moyenne nationale pour le

diabète, les accidents vasculaires cérébraux invalidants et l’hypertension artérielle sévère. Elle se situe dans la moyenne pour les affections psychiatriques de longue durée mais est plus favorable pour les tumeurs malignes et les maladies coronaires. La prévalence des comportements à risque (consommation régulière de substances psychoactives) situe la Guadeloupe parmi le quart des régions les moins touchées. Le taux de mortalité routière y est 2 fois plus élevé qu’en France métropolitaine ; c’est le taux le plus élevé de France. De même, le taux de recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) dépasse nettement celui des autres régions : il est près de 3 fois plus élevé en Guadeloupe que la moyenne nationale et place la Guadeloupe au premier rang pour les recours à l’IVG.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre sanitaire libérale est nettement en dessous de la moyenne nationale pour ce qui est de la densité de médecins généralistes et de chirurgiens-dentistes. En revanche, la Guadeloupe se situe dans la moitié des régions les mieux dotées en masseurs-kinésithérapeutes et dans le quart des régions les mieux dotées en infirmières. L’offre hospitalière est au-dessus de la moyenne nationale en hospitalisation à domicile (HAD) : le nombre de lits en HAD pour 10 000 habitants est plus de 2 fois plus élevé en Guadeloupe que la moyenne nationale ; elle est dans la

80 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

moyenne en médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), en psychiatrie et en soins de suite et de réadaptation (SSR) mais elle est en dessous de la moyenne et dans le quart des régions les moins bien dotées en lits dédiés aux accouchements. En Guadeloupe, la part des professionnels pouvant pratiquer des dépassements et le taux moyen de dépassements sont nettement inférieurs à la moyenne nationale mais supérieurs à la moyenne des départements d’outre-mer (DOM). Son taux d’équipements médico-sociaux situe la Guadeloupe en dessous de la moyenne nationale. Note : le taux de pauvreté, l’indicateur d’inégalités de niveau de vie, l’espérance de vie à la naissance, les taux standardisés de décès, l’indice d’accidentologie sur la route, la consommation de soins ou de la mobilité des patients ne sont pas disponibles pour les DOM.

Repères

d

Guadeloupe

• La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 92,7 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 39,2 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page81

Les cadres et professions intellectuelles supérieures en 2006

Anse-Bertrand Port-Louis Petit-Canal Morne-à-l’Eau

Le Moule

La Désirade

Deshaies

Sainte-Rose Saint-François Les Abymes Lamentin Sainte-Anne Baie-Mahault Pointe-Noire Le Gosier Pointe-à-Pitre Bouillante

en % 9,0 - 18,2 6,1 - 9,0

Petit-Bourg Goyave

Vieux-Habitants Baillif Capesterre-Belle-Eau Saint-Claude Gourbeyre Basse-Terre Trois-Rivières Vieux-Fort Grand-Bourg Terre-de-Bas

2,8 - 6,1 Limite régionale Limites cantonales

Saint-Louis Capesterre-de-Marie-Galante

Terre-de-Haut

10 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 81


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page82

a guyane est la plus vaste région de France mais, avec un peu moins de 206 000 habitants, c’est aussi la moins peuplée. Les neuf dixièmes de la population se concentrent sur la bande côtière qui longe l’océan Atlantique sur 350 kilomètres. La région a gagné près du quart de sa population depuis 1999. Le solde naturel explique les deux tiers de cette croissance, dont résulte la proportion très élevée de jeunes dans la population. Le solde positif des entrées-sorties explique le tiers restant de la croissance démographique résultant d’une forte immigration – la Guyane est la région française où la part de la population immigrée est la plus forte (30 % de la population régionale). Le chômage, au deuxième trimestre 2010, est de 21 % (9,7 % en France entière). Dans ce contexte, la situation des jeunes Guyanais est particulièrement difficile : 31 % des actifs de moins de 30 ans sont au chômage. Ce chiffre atteint 52 % pour les jeunes sans diplôme. Les niveaux de formation des Guyanais progressent peu et la situation s’est détériorée depuis 1999 comparativement à celle de la France métropolitaine. La part des bénéficiaires du revenu minimum d’insertion (RMI) est plus de 3 fois plus élevée qu’en France (5 % contre 1,6 %) et la part de bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) est près de 4 fois plus élevée qu’en France (32,4 % contre 6,5 %).

La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de la fréquence des principales affections de longue durée (ALD), est moins favorable que la moyenne nationale pour le diabète et l’hypertension artérielle sévère, dans la moyenne pour les accidents vasculaires cérébraux (AVC) invalidants, mais plus favorable pour les tumeurs malignes, les affections psychiatriques de longue durée et les maladies coronaires. La prévalence des comportements à risque (consommation régulière de substances psychoactives) situe la Guyane parmi le quart des régions les moins touchées. Le taux de mortalité routière y est près de deux fois plus élevé que la moyenne métropolitaine (deuxième région la plus touchée). Le taux de recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) place la Guyane juste derrière la Guadeloupe, en deuxième position des régions les plus concernées: plus de deux fois plus de recours à l’IVG que la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre sanitaire libérale est nettement en dessous de la moyenne : la densité de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmiers situe la Guyane dans le quart des régions les moins bien dotées. L’offre hospitalière est au-dessus de la

82 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

moyenne nationale en capacité de lits pour les accouchements et en hospitalisation à domicile (HAD), mais elle est en dessous de la moyenne en médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), en psychiatrie et en soins de suite et de réadaptation (SSR). En Guyane, la part des professionnels pouvant pratiquer des dépassements et le taux moyen de dépassements sont nettement inférieurs à la moyenne nationale. Son taux d’équipements médico-sociaux situe la Guyane nettement en dessous de la moyenne nationale. Note: le taux de pauvreté, l’indicateur d’inégalités de niveau de vie, l’espérance de vie à la naissance, les taux standardisés de décès, l’indice d’accidentologie sur la route, la consommation de soins ou de la mobilité des patients ne sont pas disponibles pour les DOM.

Repères

L

Guyane

• La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 39,7 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 29,4 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page83

Les cadres et professions intellectuelles supérieures en 2006

Awala-Yalimapo

Iracoubo

Sinnamary

Mana

Apatou

Macouria Cayenne Kourou Saint-Laurent-du-Maroni Remire-Montjoly Montsinery-Tonnegrande Matoury Saint-Elie

Roura

Grand-santi Ouanary Papaichton en % 10,4 - 22,1 7,1 - 10,4

Regina Saul

Saint-Georges

0 - 7,1 Limite régionale Limites cantonales

Maripasoula Camopi

50 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 83


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page84

a Haute-normandie compte 1,8 million d’habitants. Depuis 1999, la croissance de la population se tasse par rapport aux années quatrevingt : la croissance y est moindre qu’au niveau national. La Haute-Normandie demeure parmi les régions les plus jeunes. Située en aval de la Seine, la Haute-Normandie est le débouché naturel du Bassin parisien pour accéder à la mer. Les deux grands ports maritimes du Havre et de Rouen se situent respectivement au deuxième et au sixième rang national. La Haute-Normandie est donc un lieu privilégié pour les grands groupes industriels dont les sièges sociaux sont souvent localisés en Île-de-France (pôle pétrochimique, automobile, parfumerie, centrales nucléaires, etc.). Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage haut-normand (10,3 %) est supérieur au taux de chômage national (9,7 %). En Haute-Normandie, les formes d’emploi précaire sont plus répandues, en particulier l’intérim et les contrats aidés, et le niveau des diplômes est légèrement inférieur à la moyenne nationale. Malgré cela, la pauvreté et les inégalités sociales sont inférieures à la moyenne nationale. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes et de la fréquence des principales affections de longue durée (ALD)

est moins favorable que la moyenne nationale. La prévalence des comportements à risque (consommation régulière de substances psychoactives) est un peu au-dessus de la moyenne. En Haute-Normandie, la prévalence de l’obésité adulte est un peu au-dessus de la moyenne mais a progressé de près de deux points de moins qu’en France métropolitaine entre 1997 et 2009, plaçant la HauteNormandie parmi la moitié des régions de France métropolitaine les plus touchées par l’obésité. La situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière situe la région dans la moyenne française. Enfin, les femmes de Haute-Normandie ont moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG) que la moyenne française.

Plus de 9 % des patients haut-normands hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux haut-normands accueillent seulement 3 % des patients résidant dans d’autres régions. La dépense moyenne de soins de ville des Haut-Normands est en dessous de la moyenne nationale, même une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. La dépense moyenne de soins hospitaliers est quant à elle dans la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre sanitaire libérale est nettement en dessous de la moyenne : la densité de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmiers situe la Haute-Normandie dans le quart des régions les moins bien dotées. De même, l’offre hospitalière est en dessous de la moyenne nationale en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en psychiatrie, en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en hospitalisation à domicile (HAD). En revanche, son taux d’équipements médico-sociaux la situe un peu au-dessus de la moyenne.

84 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

Haute-Normandie

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 76 ans tandis qu’elle atteignait 83,6 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 99,3 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 36,4 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 9,5 % des patients résidant en HauteNormandie et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page85

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Eu

Saint-Valery-en-Caux Paluel

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Gamaches

Dieppe

Blangy-sur-Bresle

Dieppe Cany-Barville

Fécamp

LE HAVRE

Neufchâtel-en-Bray

Yvetot

Fécamp

Aumale

Yvetot

Forges-les-Eaux

Montivilliers

Bolbec

Lillebonne

Bolbec Barentin

ROUEN

Notre-Dame de-Gravenchon

Gournay-en-Bray

BEAUVAI

Le Havre Rouen

Honfleur Elbeuf

Le Neubourg

Les Andelys

Val-de-Reuil

Gisors

Louviers

Gaillon Vernon

Bernay Beaumont le-Roger

Oissel Elbeuf

Louviers

Brionne

CAEN

Saint-Étienne-du-Rouvray

Fleury sur-Andelle

Pont-Audemer

Vernon

Bernay Évreux

Evreux

Verneuil-sur-Avre

Dreux 20 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 85


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page86

’Île-de-france compte 11,6 millions d’habitants et regroupe 18,5 % de la population métropolitaine. Depuis 1999, la population francilienne a augmenté de 0,7 % par an. L’arrivée de jeunes et le départ des plus âgés contribuent à entretenir la jeunesse relative de la population francilienne : un habitant sur quatre a moins de 20 ans et un sur six, seulement, 60 ans ou plus. Cette part des plus âgés est la plus faible de France métropolitaine. L’Île-de-France reste la première région industrielle malgré la diminution persistante du nombre d’emplois dans l’industrie. Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage reste plus bas (8,1 %) que la moyenne nationale (9,7 %), malgré une augmentation sensible depuis la fin 2008. En Île-deFrance, le revenu disponible par habitant est nettement supérieur à celui des autres régions mais les inégalités de niveau de vie y sont plus prononcées. Il y a près de deux fois plus de Franciliens vivant dans une zone urbaine sensible (ZUS) qu’en France métropolitaine. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est plus favorable que la moyenne nationale. De même, la fréquence des principales affections de longue durée (ALD) est inférieure à la moyenne nationale, sauf pour l’hypertension artérielle sévère. Les comportements à risque chez les

jeunes de 17 ans (consommation régulière de substances psychoactives) sont également moins courants que sur l’ensemble du territoire, sauf pour la consommation régulière de cannabis (≥10 fois dans le mois). L’Île-de-France se situe parmi le quart des régions de France métropolitaine les moins touchées par l’obésité. Au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière, la région se situe parmi le quart des régions les moins à risque. Enfin, l’Île-de-France appartient à la moitié des régions où les femmes ont le plus recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG).

La prise en charge sanitaire et médico-sociale Les densités de médecins généralistes, d’infirmiers et de chirurgiens-dentistes libéraux ont décru entre 2000 et 2009 (respectivement -11,3%, -4,5% et -13,6% contre +2,1%, +23,4% et -6,3%, en moyenne, en France), contrairement à la densité de masseurs-kinésithérapeutes (+3,3 % contre +25,3%). Finalement, en 2009, la densité de médecins généralistes est un peu en dessous de la moyenne nationale et la densité d’infirmiers est deux fois moins élevée que la densité nationale. Les densités de chirurgiens-dentistes et de masseurs-kinésithérapeutes sont encore dans la moyenne nationale. La part de professionnels de santé pouvant pratiquer des dépassements et les taux de dépassements sont très supérieurs à la moyenne nationale, qu’il s’agisse des omnipraticiens ou des spécialistes. L’offre hospitalière est en des-

86 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

sous de la moyenne nationale en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en nombre de lits pour 1000 accouchements, en psychiatrie et en soins de suite et de réadaptation (SSR), mais au-dessus pour l’hospitalisation à domicile (HAD). Son taux d’équipements médico-sociaux situe l’Île-de-France en dessous de la moyenne nationale. 3 % des patients franciliens hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux franciliens accueillent 6,5 % de patients résidant dans d’autres régions. La dépense moyenne de soins de ville des Franciliens est inférieure à la moyenne nationale, même une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population, mais c’est l’inverse pour la dépense moyenne standardisée de soins hospitaliers.

Repères

L

Île-de-France

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 79 ans et les femmes 84,9 ans. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 101,9 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 37,2 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 3 % des patients résidant en Île-de-France et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page87

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Pontoise Sarcelles Argenteuil

Mantes-la-Jolie

Saint-Germain-en-Laye Nanterre

PARIS

Versailles

Antony

Meaux

Bobigny Paris

Torcy Créteil

Palaiseau Rambouillet

Évry

Provins

Melun Étampes

CHARTRES

Montereau-Fault-Yonne

Provins

Fontainebleau

Malesherbes

Nemours

20 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 87


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page88

Languedoc-Roussillon

La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est très proche de la moyenne nationale. La fréquence des affections de longue durée (ALD) est inférieure à la moyenne nationale

pour le diabète, les tumeurs malignes et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) ; elle est supérieure pour les maladies coronaires, l’hypertension artérielle et les affections psychiatriques de longue durée. La consommation de substances psychoactives (alcool, tabac, cannabis) chez les jeunes de 17 ans est supérieure à la moyenne nationale, voire très supérieure pour la consommation de cannabis. En Languedoc-Roussillon, la prévalence de l’obésité adulte est dans la moyenne de France métropolitaine. Le Languedoc-Roussillon se situe dans le quart des régions où l’indicateur d’accidentologie locale est le plus élevé, avec près de 30 % de tués en plus que la moyenne nationale. Enfin, les femmes de cette région ont plus recours aux IVG que la moyenne française.

domicile (HAD). Le taux d’équipements médico-sociaux pour personnes âgées et pour enfants handicapés est en dessous de la moyenne nationale ; en revanche, le taux d’équipements pour adultes handicapés est au-dessus de la moyenne nationale. 6,7% des patients de Languedoc-Roussillon hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux languedociens accueillent près de 7 % des patients résidant dans d’autres régions. Les dépenses moyennes de soins de ville y sont plus élevées qu’en moyenne nationale, même une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. En revanche, les dépenses moyennes de soins hospitaliers sont proches de la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire libérale est nettement au-dessus de la moyenne : la densité de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmiers situe le Languedoc-Roussillon dans le quart des régions les mieux dotées. L’offre hospitalière est au-dessus de la moyenne nationale, en nombre de lits pour 1 000 accouchements, en psychiatrie et en soins de suite et de réadaptation (SSR). Elle est légèrement inférieure à l’offre nationale en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) et très inférieure en hospitalisation à

88 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

a région Languedoc-Roussillon

compte 2,6 millions d’habitants. Sa croissance démographique est la plus forte de France, après la Corse. Le Languedoc-Roussillon se situe également au deuxième rang des régions françaises pour la croissance de l’emploi entre 2000 et 2007. L’attractivité résidentielle et touristique est forte : c’est la deuxième région pour la part de résidences secondaires dans le parc de logements et la première pour le nombre d’emplacements de camping. En conséquence, les variations de population en cours d’année peuvent être importantes (rapport population maximale sur population minimale de 134). La construction, les services aux particuliers, les services publics, les activités associatives et, dans une moindre mesure, le commerce constituent des piliers spécifiques de l’emploi régional. Néanmoins, un déficit structurel du nombre d’emplois par rapport à la population résidente persiste. Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage (12,8 %) est très supérieur à la moyenne nationale (9,7 %), tout comme la pauvreté et, de façon moins marquée, les inégalités sociales.

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 77,6 ans tandis qu’elle atteignait 84,5 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 132 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 37,8 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 6,7 % des patients résidant en LanguedocRoussillon et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page89

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007 VAL

Saint-Chély-d'Apcher

Marvejols

Mende

Mende

Pont-Saint-Esprit La Grand-Combe

Bagnols-sur Cèze

Alès

Uzès

Le Vigan Ganges

Chusc

Laudun

Alès

A

NÎMES Sommières

Lodève

MONTPELLIER Lunel Clermont-l'Hérault TOULOUSE

BÉZIERS

Castelnaudary Lézignan-Corbières

Carcassonne

Saint-Gilles Vauvert

Agde

Montpellier

Arles

Bédarieux Pézenas

Lamalou les-Bains

Nîmes

Beaucaire

Vergèze

Le Grau du-Roi Mèze Sète

Narbonne

Aigues Mortes

Béziers Carcassonne Narbonne

Limoux Port-la-Nouvelle

Saint-Laurent-de-la-Salanque

PERPIGNAN

ANDORRE

Prades Font-Romeu-Odeillo-Via

Saint-Cyprien

Perpignan

Argelès-sur-Mer Céret Le Boulou

Port-Vendres 50 km

Amélie-les-Bains-Palalda

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 89


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page90

a Réunion est une île de 2 500 km2 située au sud-ouest de l’océan Indien, à la hauteur du tropique du Capricorne. La Réunion compte 817 000 habitants, installés pour la plupart sur la bande littorale. La population réunionnaise continue d’augmenter d’environ 10 000 personnes par an en raison de l’excédent des naissances sur les décès. Elle pourrait dépasser le million d’habitants à l’horizon 2030. La population réunionnaise est jeune, avec 35 % de moins de vingt ans, sous l’effet d’une fécondité encore élevée. La situation de l’emploi est difficile dans l’île. Moins de la moitié de la population en âge de travailler occupe effectivement un emploi. Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage est de 28,9 % (9,7 % au niveau national). La part des bénéficiaires du revenu minimum d’insertion (RMI) est plus de 5 fois plus élevée qu’en moyenne nationale (8,2 % contre 1,6 %) et la part de bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) est près de 5 fois plus élevée (34,3 % contre 6,5 %). La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de la fréquence des principales affections de longue durée (ALD), est moins favorable que la moyenne nationale pour le diabète, les accidents vasculaires cérébraux invalidants et l’hypertension artérielle sévère, mais plus fa-

vorable pour les tumeurs malignes, les affections psychiatriques de longue durée et les maladies coronaires. La prévalence des comportements à risque (consommation régulière de substances psychoactives) situe La Réunion parmi le quart des régions les moins touchées. La mortalité routière est dans la moyenne de France métropolitaine, tandis que le recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est un peu supérieur à la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre sanitaire libérale est dans la moyenne nationale pour ce qui est de la densité de médecins généralistes et de la densité de chirurgiens-dentistes. L’Île se situe nettement au-dessus de la moyenne en dotation d’infirmières et de masseurs-kinésithérapeutes. L’offre hospitalière est en dessous de la moyenne nationale en capacité de lits pour les accouchements, en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en psychiatrie mais elle est près de deux fois plus dotée en nombre de lits en hospitalisation à domicile (HAD) pour 10 000 habitants. À La Réunion, la part des professionnels pouvant pratiquer des dépassements et le taux moyen de dépassements sont nettement inférieurs à la moyenne natio-

90 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

nale. Son taux d’équipements médico-sociaux situe la Réunion nettement en dessous de la moyenne nationale. Note : le taux de pauvreté, l’indicateur d’inégalités de niveau de vie, l’espérance de vie à la naissance, les taux standardisés de décès, l’indice d’accidentologie sur la route, la consommation de soins ou de la mobilité des patients ne sont pas disponibles pour les départements d’outre-mer (DOM).

Repères

L

La Réunion

• La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 109,6 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 26,3 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page91

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Saint-Denis Le Port

Sainte-Suzanne Saint-André Sainte-Marie

La Possession Bras-Panon

Saint-Paul Salazie

Saint-Benoit Les Trois-Bassins Cilaos

La Plaine-des-Palmistes

Saint-Leu

Sainte-Rose Les Avirons Saint-Louis

L' Étang-Salé

≥ 10 492 € 8 903 € - 10 492 € < 8 903 €

Entre-Deux Le Tampon

Saint-Joseph Saint-Pierre Petite-Ile

Saint-Philippe

10 km

Limite régionale Limites cantonales GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 91


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page92

e Limousin compte 741 000 habitants au 1er janvier 2009, soit 1,2 % de la population métropolitaine. La région présente un déséquilibre entre l’ouest, qui rassemble l’essentiel de la population et des activités, et l’est au caractère rural plus marqué. Depuis 1999, le Limousin amorce un redressement démographique. Le Limousin reste avec l’Auvergne la seule région à connaître un solde naturel négatif : ce sont donc les migrations qui portent le regain démographique. Seuls 30 % des salariés dépendent de l’industrie et des services aux entreprises, soit sept points de moins qu’au niveau national. Le Limousin est, après la Corse, la région métropolitaine où le poids de la sphère publique est le plus élevé (29 % des salariés). La part des emplois relevant du secteur primaire est également deux fois plus forte qu’au plan national. Au deuxième trimestre 2010, le niveau du chômage est de 8 % contre 9,7 % au niveau national. Les inégalités sociales sont proches de la moyenne nationale mais la pauvreté y est plus marquée. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, de la mortalité prématurée et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est un peu moins favorable que la moyenne nationale sauf pour la mortalité prématurée chez les femmes. La fréquence des principales affections de longue

durée (ALD) est proche de la moyenne nationale, sauf pour les affections psychiatriques de longue durée, plus fréquentes en Limousin. La prévalence de l’obésité chez les adultes est proche de la moyenne nationale. La prévalence des comportements à risque chez les jeunes de 17 ans est au-dessus de la moyenne nationale pour la consommation régulière d’alcool et le taux d’ivresse répétée mais en dessous pour l’usage quotidien du tabac et l’usage régulier de cannabis. Le recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est en dessous de la moyenne nationale. Enfin, l’accidentologie routière est proche de la moyenne nationale mais la mortalité routière y est supérieure.

vanche, le taux d’équipements pour personnes handicapées est au-dessus de la moyenne nationale. 8,3 % des habitants du Limousin vont se faire soigner à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux du Limousin accueillent près de 16 % des patients résidant dans d’autres régions. Les dépenses moyennes de soins de ville y sont plus élevées que dans la moyenne nationale, même une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. En revanche, les dépenses moyennes de soins hospitaliers sont proches de la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire libérale est au-dessus de la moyenne pour la densité de médecins généralistes et celle d’infirmières mais elle est inférieure à la moyenne pour la densité de chirurgiens-dentistes et de masseurs-kinésithérapeutes. L’offre hospitalière est sensiblement supérieure à la moyenne nationale en psychiatrie, en médecine, en chirurgie et obstétrique (MCO) et en hospitalisation à domicile (HAD). Elle est inférieure à la moyenne nationale en nombre de lits pour 1 000 accouchements. Enfin, l’offre hospitalière en soins de suite et de réadaptation (SSR) est très proche de la moyenne nationale. Le taux d’équipements médico-sociaux pour personnes âgées est proche de la moyenne nationale ; en re-

92 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

Limousin

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 77,2 ans tandis qu’elle atteignait 84,5 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 125,3 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 47,8 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 8,3 % des patients résidant en Limousin et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page93

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

La Souterraine

Guéret

Guéret

Bellac

Aubusson

Bourganeuf

Saint-Junien

Saint-Junien

Saint-Léonard-de-Noblat

Limoges

LIMOGES

Panazol

Ussel

Ussel

Saint-Yrieix-la-Perche

Égletons

Objat

Tulle

Bort-les-Orgues

Tulle

Brive-la-Gaillarde

Brive-la-Gaillarde

Terrasson-Lavilledieu Argentat

30 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 93


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page94

a Lorraine compte 2,3 millions d’habitants au 1er janvier 2009. Après une longue période de stagnation jusqu’en 1999, la région a renoué avec la croissance démographique. Cette évolution est toutefois très inférieure à celle constatée au niveau national. La Lorraine est une des régions de France métropolitaine où les seniors sont proportionnellement les moins nombreux. En Lorraine, le phénomène frontalier représente une source de dynamisme important : parmi les 95 000 frontaliers, près des trois quarts travaillent au Luxembourg, un sur cinq en Allemagne, principalement en Sarre, et 5 % en Wallonie. Au deuxième trimestre 2010, le chômage touche 9,9 % de la population active, contre 9,7 % au niveau national. Dans ce contexte de récession, la création d’entreprises présente un bilan global plutôt positif. L’industrie occupe aujourd’hui encore une place importante en Lorraine. Pourtant, la Lorraine est aussi une des régions ayant le plus souffert des restructurations successives de ses établissements industriels. Le taux de pauvreté et les inégalités sociales sont proches de la moyenne nationale. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, des taux de suicides, des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est moins favorable que la moyenne nationale. En revanche, la fréquence des principales affections de

longue durée (ALD), sauf le diabète et les maladies coronaires, est plus favorable que la moyenne nationale. La consommation de substances psychoactives (alcool, cannabis) chez les jeunes de 17 ans est inférieure à la moyenne nationale, sauf pour l’usage quotidien du tabac où la consommation est dans la moyenne nationale. La prévalence de l’obésité adulte est au-dessus de la moyenne et a progressé plus vite qu’en France métropolitaine entre 1997 et 2009, plaçant la Lorraine parmi le quart des régions de France métropolitaine les plus touchées par l’obésité. La situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière situe la région dans la moyenne nationale. Enfin, les Lorraines ont, en moyenne, bien moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG) qu’en France.

personnes âgées ou handicapées place la région audessus de la moyenne nationale. 5,5 % des patients de la Lorraine hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région contre 6 % en moyenne nationale. Les hôpitaux de Lorraine accueillent 4 % des patients résidant dans d’autres régions. La dépense moyenne de soins de ville de la Lorraine comme la dépense moyenne de soins hospitaliers sont au-dessus de la moyenne nationale, même une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre sanitaire libérale est en dessous de la moyenne nationale : la densité de médecins généralistes mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmiers situe la Lorraine dans la moitié des régions les moins bien dotées. L’offre hospitalière est en dessous de la moyenne nationale en psychiatrie, en hospitalisation à domicile (HAD) et en soins de suite et de réadaptation (SSR), mais au-dessus de la moyenne nationale en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) et en nombre de lits pour 1 000 accouchements. Le taux d’équipement en établissements pour

94 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

Lorraine

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 76,3 ans tandis qu’elle atteignait 83,1 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 103,7 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 43,7 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 5,5 % des patients résidant en Lorraine et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page95

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Dudelange(l) Volmerange-les-Mines Longwy Stenay

Thionville

Esch-sur-Alzette(L) Villerupt

THIONVILLE Bouzonville

Forbach

Creutzwald FORBACH Sarreguemines

Verdun METZ

Saint-Avold

Verdun

Sarreguemines

Metz

Bitche

Sarralbe Morhange Saint-Mihiel

Bar-le-Duc

Saint-Dizier

Pont-à-Mousson Dieuze

Ligny-en-Barrois

Toul

STRASBO NANCY

Sarrebourg

Bar-le-Duc

Sarrebourg

Commercy

Toul

Nancy Lunéville

Lunéville

Raon-l'Étape

Baccarat Charmes

Neufchâteau

Moyenmoutier

Vittel Contrexéville

Epinal

Bruyères

Saint-Dié

Gérardmer Vagney

Remiremont 35 km

Saint-Dié-des-Vosges

Rambervillers

Mirecourt

Épinal COLMAR

Bresse Le Thillot

MULHOUSE

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 95


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page96

ituée dans la mer des Caraïbes, la Martinique s’étend sur 1 100 km2 et sa population vieillissante atteint 402 000 habitants. Les Martiniquais non diplômés restent nombreux. En 2006, ils sont près de 40 % dans la population de 15 ans ou plus non scolarisée à n’avoir pas décroché le certificat d’études primaires. C’est moins qu’en 1999 mais près du double du niveau national. Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage en Martinique est de 21 % (contre 9,7 % en moyenne nationale). Les jeunes sont les plus touchés. La possession d’un diplôme leur permet de se protéger relativement du chômage : le taux de chômage des jeunes est de 36 % s’ils ont un diplôme et de 62 % s’ils n’en ont pas. Entre 1999 et 2006, la structure des emplois par secteur d’activité se rapproche de celle de la France métropolitaine. La part des bénéficiaires du revenu minimum d’insertion (RMI) est plus de 4 fois plus élevée que la moyenne nationale (7,3 % contre 1,6 %) et la part de bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) est près de 4 fois plus élevée (28 % contre 6,5 %).

La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de la fréquence des principales affections de longue durée (ALD), est moins favorable que la moyenne nationale pour le diabète, les accidents vasculaires cérébraux invalidants

et l’hypertension artérielle sévère, mais plus favorable pour les tumeurs malignes, les affections psychiatriques de longue durée et les maladies coronaires. La prévalence des comportements à risque (consommation régulière de substances psychoactives) situe la Martinique parmi le quart des régions les moins touchées. La mortalité routière est un peu plus élevée en Martinique que la moyenne de France métropolitaine. Le taux de recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) place la Martinique nettement au-dessus de la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre sanitaire libérale est nettement en dessous de la moyenne nationale pour ce qui est de la densité de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes et de masseurs-kinésithérapeutes ; en revanche, la Martinique se situe dans le quart des régions les mieux dotées en infirmières. L’offre hospitalière est au-dessus de la moyenne nationale en capacité de lits pour les accouchements ; elle est dans la moyenne en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en hospitalisation à domicile (HAD), mais elle est en dessous de la moyenne en psychiatrie. En Martinique, la part des professionnels pouvant pratiquer des dépassements et le taux moyen de dé-

96 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

passements sont nettement inférieurs à la moyenne nationale. Son taux d’équipements médico-sociaux situe la Martinique nettement en dessous de la moyenne nationale. Note : le taux de pauvreté, l’indicateur d’inégalités de niveau de vie, l’espérance de vie à la naissance, les taux standardisés de décès, l’indice d’accidentologie sur la route, la consommation de soins ou de la mobilité des patients ne sont pas disponibles dans les départements d’outre-mer (DOM).

Repères

S

Martinique

• La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 82,9 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 36,1 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page97

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Basse-Pointe Le Lorrain Sainte-Marie

Saint-Pierre Le Morne-Rouge

La Trinité Gros-morne Saint-Joseph Case-Pilote

Le Robert

Fort-de-France

Schoelcher Le Lamentin Le François Ducos

≥ 12 345 € 10 083,5 € - 12 345 € < 10 083,5 € Limite régionale Limites cantonales

Saint-Esprit Le Vauclin

Les Trois-Ilets

Riviere-Salée Rivière-Pilote

Le Diamant

Sainte-Luce

Le Marin

Sainte-Anne

10 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 • Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 97


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:57 Page98

idi-pyrénées est la plus vaste des régions françaises : elle couvre 8,3 % du territoire national mais n’abrite que 4,5 % de la population métropolitaine. Elle compte 2,9 millions d’habitants. La population régionale croît à un rythme soutenu : entre 1999 et 2006, elle progresse de 1,2 % par an en moyenne, contre 0,7 % dans l’ensemble de la métropole. Le secteur tertiaire, qui emploie trois salariés sur quatre, continue de soutenir l’économie régionale. Les services aux entreprises, notamment les services de conseil et d’assistance liés à la construction aéronautique et spatiale sont particulièrement dynamiques. Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage de Midi-Pyrénées (9,3 %) est égal à celui de la France métropolitaine. La pauvreté est supérieure à la moyenne nationale, alors que les inégalités sociales y sont un peu moins marquées. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes et de la fréquence des affections de longue durée (ALD), est plutôt plus favorable que la moyenne nationale. Seule la fréquence des affections psychiatriques de longue durée est supérieure à la moyenne nationale. La consommation de substances psychoactives d’alcool et de tabac chez les jeunes de 17 ans est légèrement supérieure à la moyenne nationale ;

la consommation de cannabis est, quant à elle, légèrement inférieure. La région Midi-Pyrénées fait partie du quart des régions de France métropolitaine les moins touchées par l’obésité. La situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière est un peu au-dessus de la moyenne nationale. Enfin, la région Midi-Pyrénées appartient à la moitié des régions où les femmes ont le plus recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG).

près de 6 % des patients résidant dans d’autres régions. Les dépenses moyennes de soins de ville y sont plus élevées qu’en moyenne nationale, même une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. En revanche, les dépenses moyennes de soins hospitaliers sont proches de la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire libérale est nettement au-dessus de la moyenne : la densité de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmiers situe Midi-Pyrénées dans le quart des régions les mieux dotées. L’offre hospitalière est audessus de la moyenne nationale en nombre de lits pour 1 000 accouchements, en psychiatrie et en soins de suite et de réadaptation (SSR). Elle est un peu inférieure à l’offre nationale en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) et en hospitalisation à domicile (HAD). Le taux d’équipements pour personnes âgées est très proche de la moyenne nationale et le taux d’équipements pour personnes handicapées est au-dessus de la moyenne nationale. 6 % des patients de Midi-Pyrénées hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux de Midi-Pyrénées accueillent également

98 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

M

Midi-Pyrénées

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 78,7 ans tandis qu’elle atteignait 85 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 125,9 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 36,4 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 6 % des patients résidant en MidiPyrénées et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page99

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Biars-sur-Cère Souillac

RDEAUX Gourdon

Saint-Céré

Gramat

Figeac Decazeville

Espalion

Capdenac-Gare

Cahors

Villefranche de-Rouergue

Rodez

Cahors

Villefranche-de-Rouergue

Moissac Caussade Castelsarrasin Villemur Carmaux Montauban sur-Tarn Condom LectoureValence Beaumont-de Gaillac Albi Fleurance Lomagne Rabastens

Eauze

Graulhet Lavaur

Aire-sur-l'Adour

Auch

L'Isle-Jourdain

Castelsarrasin

Revel

Montauban

Albi

Lacaune

Auch

Mazamet

Toulouse

Castres

Muret

BÉZIERS

PAU

Millau

Saint-Affrique

Castres

TOULOUSE

Mirande Vic-en-Bigorre

Rodez

Millau

TARBES

Tarbes

Lannemezan

Saint-Gaudens

Lourdes

Saint-Girons

Montréjeau

Argelès-Gazost

Saint-Gaudens

Pamiers

Pamiers

Foix Lavelanet

Bagnères-de-Bigorre Bagnères-de-Luchon

Tarascon-sur-Ariège

PERPIGNAN 50 km

ANDORRE

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 99


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page100

Nord - Pas-de-Calais

La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est bien moins favorable que la moyenne nationale. La fréquence des principales affections de longue durée (ALD) est plus élevée que la moyenne nationale (surtout pour le diabète et les accidents vasculaires cérébraux invalidants), sauf pour l’hypertension et les affections psychiatriques pour lesquelles la région se situe en dessous de la moyenne

nationale. La consommation de substances psychoactives chez les jeunes de 17 ans est inférieure à la moyenne nationale. Dans le Nord - Pas-de-Calais, la prévalence de l’obésité adulte est la plus élevée de France métropolitaine : plus de 20 % des adultes y sont obèses. L’obésité a progressé plus vite qu’en France métropolitaine entre 1997 et 2009. La situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière situe la région parmi le quart des régions les moins à risque, avec 20 % de tués en moins que la moyenne nationale. Enfin, les femmes du Nord - Pas-deCalais ont moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG) que la moyenne nationale, mais le Nord Pas-de-Calais reste néanmoins parmi la moitié des régions dans lesquelles il y a eu le plus d’IVG en 2007.

handicapées place la région au-dessus de la moyenne nationale, tandis que le taux d’équipement en établissements pour personnes âgées place la région en dessous de la moyenne nationale. Seul 1,8 % des patients du Nord - Pas-de-Calais hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux du Nord - Pas-de-Calais accueillent 2,1% des patients résidant dans d’autres régions. La dépense moyenne de soins de ville des habitants du Nord - Pas-deCalais comme leur dépense de soins hospitaliers sont dans la moyenne nationale, une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire place la région sous la médiane pour les infirmiers et les chirurgiens-dentistes, alors que les densités de médecins généralistes et de masseurs-kinésithérapeutes sont dans la moyenne nationale. L’offre hospitalière est en dessous de la moyenne nationale en psychiatrie et en soins de suite et de réadaptation (SSR), mais au-dessus de la moyenne nationale en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en nombre de lits pour 1000 accouchements et en hospitalisation à domicile (HAD). Le taux d’équipement en établissements pour personnes

100 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

a population du Nord - Pas-de-Calais s’élève à 4 millions d’habitants et reste la plus jeune derrière la population d’Île-de-France. Comme la majorité des régions du nord et de l’est de la France, le Nord - Pasde-Calais est déficitaire au plan migratoire. Le taux de chômage régional demeure très important : au deuxième trimestre 2010, il atteint 12,9 % (contre 9,7 % au niveau national). Il touche particulièrement les jeunes. La région est fortement concernée par les politiques sociales : 9,6 % des habitants sont bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC), soit 3,9 points de plus que la valeur de France métropolitaine. En 2009, 10,2 % de la population vit dans une zone urbaine sensible (ZUS), contre 6,9 % au niveau national. Le taux de pauvreté du Nord - Pas-de-Calais est élevé mais les inégalités sociales sont dans la moyenne nationale.

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 74,2 ans tandis qu’elle atteignait 82,2 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 111,8 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 40,5 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 1,8 % des patients résidant en Nord - Pas-de-Calais et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page101

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Dunkerque DUNKERQUE

Calais

CALAIS

BOULOGNE-SUR-MER

Boulogne-sur-Mer

Bailleul Hazebrouck Armentières Aire-sur-la-Lys Merville

Lille LILLE

Etaples

Isbergues Fruges

Béthune

BÉTHUNE

Lens

Montreuil

Berck

Saint-Omer

Saint-Omer

Desvres

Hesdin

Saint-Pol sur-Ternoise

DOUAI-LENS

VALENCIENNES

Cambrai Bapaume

Valenciennes

Arras MAUBEUGE Aulnoye-Aymeries

ARRAS

Douai

Cambrai

Solesmes

Caudry

Avesnes-sur-Helpe

Le Cateau-Cambrésis

Fourmies AMIENS SAINT-QUENTIN 40 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 101


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page102

es pays de la Loire comptent 3,5 millions d’habitants, ce qui situe la région au cinquième rang des régions françaises. La croissance démographique y est forte depuis le début des années quatrevingt-dix et devrait rester élevée. Son territoire s’articule autour d’une armature urbaine dynamique constituée d’une métropole de grande taille (Nantes-Saint-Nazaire), de grandes agglomérations (Angers et Le Mans) et de villes moyennes bien réparties sur le territoire. Bien que la région soit excentrée du centre économique de l’Europe, sa façade maritime facilite le développement d’activités variées. La pauvreté, les inégalités sociales et le taux de chômage sont beaucoup moins forts en Pays de la Loire. Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage est de 8,2 % contre 9,7 % au niveau national. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes, est plus favorable que la moyenne nationale, particulièrement pour les femmes. En revanche, le taux de suicides est au-dessus de la moyenne. La fréquence des affections de longue durée (ALD) est inférieure à la moyenne nationale ou proche de celle-ci. La consommation d’alcool (régulière ou sous forme d’ivresse répétée) chez les jeunes de 17 ans est très au-dessus de la moyenne nationale. La prévalence de

l’obésité adulte des Pays de la Loire est dans la moyenne. La situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière est dans la moyenne nationale. Enfin, c’est dans la région Pays de la Loire que les femmes ont le moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG) : 10,5 % y recourent contre 15,5 % en moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale La densité de médecins généralistes, d’infirmiers et de masseurs-kinésithérapeutes est nettement en dessous de la moyenne nationale et sous la médiane. En revanche, la densité de chirurgiens-dentistes est un peu en dessous de la moyenne nationale et proche de la médiane. L’offre hospitalière est également en dessous de la moyenne en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en psychiatrie, en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en hospitalisation à domicile (HAD). Les Pays de la Loire font partie du quart des régions les moins bien dotées. La dépense moyenne de soins de ville et d’hôpital en Pays de la Loire est dans la moyenne nationale (à 5 % près), une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. Son taux d’équipements pour personnes âgées et pour adultes handicapés est un peu au-dessus de la moyenne. Il est dans la moyenne pour les jeunes handicapés. 5,3 % des patients des Pays de la Loire hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne

102 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

nationale) et les hôpitaux des Pays de la Loire accueillent 6,4 % des patients résidant dans d’autres régions. La dépense moyenne de soins de ville des habitants des Pays de la Loire comme leur dépense de soins hospitaliers sont inférieures à la moyenne nationale, une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

Repères

L

Pays de la Loire

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 77,5 ans tandis qu’elle atteignait 84,9 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 102,3 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 34,3 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 5,3 % des patients résidant dans les Pays de la Loire et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page103

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Gorron

Villaines-la-Juhel

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Alençon

Ernée

Mayenne

Mamers

Mayenne Sillé-le-Guillaume Évron

RENNES

La Ferté-Bernard

Laval

LAVAL LE MANS Craon Pouancé

VANNES

Châteaubriant

Redon

Blain

Sablé/ Sarthe

Segré

Nozay St-Mars-la-Jaille Candé

SAINT-NAZAIRE

Château Gontier

Le Lion-d'Angers

ANGERS

Ancenis

Le Mans

Champagne Saint-Calais

Sablé-sur-Sarthe

Bessé-sur-Braye

Châteaubriant

Baugé Beaufort-en-Vallée

Angers

Longué-Jumelles La Pommeraye TOURS Chalonnes/Loire NANTES St-Pierre-Montlimart St-Brevin-les-Pins Saumur Beaupréau Chemillé Doué-la-Fontaine Pornic St-Macaire-en-M. Vihiers Noirmoutier-en-l'Ile Clisson Montreuil-Bellay Cholet Mortagne/S. Machecoul Montaigu La Verrie Beauvoir-sur-Mer St-Georges-de-M. St-Laurent/Sèvre St-Fulgent Les Herbiers St-Jean-de-Monts Challans

La Baule-Escoublac

La Chapelle-sur-Erdre

Saint-Nazaire

La Mothe-Achard

sur-Yon Talmont-St-Hilaire

Cholet Challans

Chantonnay La Châtaigneraie

Luçon

Les Herbiers

La Roche-sur-Yon

POITIERS

Fontenay le-Comte

Saumur

Nantes

Pornic

St-Gilles Les Essarts L'Île-d'Yeu Aizenay Pouzauges Croix-de-Vie La Roche Sables-d'Olonne

La Flèche

Château-du-Loir Le Lude

La Flèche

Les Sables-d'Olonne Fontenay-le-Comte

NIORT 50 km

LA ROCHELLE

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 103


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page104

a population de la Picardie s’élève à 1,9 million d’habitants. L’évolution démographique de la région ne cesse de ralentir depuis 1962 et atteint 0,3 % en moyenne annuelle entre 1999 et 2006, un taux deux fois et demi moins élevé que celui de la France. La proximité de l’Île-de-France instaure un clivage nord-sud entre le sud de l’Oise, partie intégrante de l’aire urbaine de Paris, qui bénéficie d’un chômage plus bas et de revenus plus élevés, et le nord-est de la région, plus rural, plus isolé, plus pauvre. La Picardie bénéficie par ailleurs d’excellentes infrastructures autoroutières et d’absence d’obstacles géographiques naturels qui facilitent les déplacements. Elle dispose d’un maillage de villes petites et moyennes qui structurent le territoire largement marqué par l’habitat périurbain. Le taux de chômage régional demeure, au deuxième trimestre 2010, plus important (10,9 %) que la moyenne nationale (9,7 %). Le taux de pauvreté et les inégalités sociales sont proches de la moyenne nationale. La situation sanitaire

La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, des taux de suicides, des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes et de la fréquence des principales affections de longue durée (ALD), sauf les affections psychiatriques de longue durée, est moins favorable que la moyenne nationale. La consommation de substances psychoactives (al-

cool, cannabis) chez les jeunes de 17 ans est inférieure à la moyenne nationale, sauf pour l’usage quotidien du tabac où la consommation est au-dessus de la moyenne nationale. En Picardie, la prévalence de l’obésité adulte est audessus de la moyenne et a progressé de près de trois points de plus qu’en France métropolitaine entre 1997 et 2009, plaçant la Picardie parmi le quart des régions de France métropolitaine les plus touchées par l’obésité. La situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière situe la région parmi le quart des régions les plus à risque. Enfin, en Picardie, les femmes ont moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG) que la moyenne nationale.

et surtout le taux d’équipement en établissements pour personnes âgées placent la région au-dessus de la moyenne nationale. 17,5 % des patients de la Picardie hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région contre seulement 6 % en moyenne nationale. Les hôpitaux de la Picardie accueillent 5,4 % des patients résidant dans d’autres régions. La dépense moyenne de soins de ville de la Picardie comme la dépense moyenne de soins hospitaliers sont dans la moyenne nationale, une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre sanitaire libérale est nettement en dessous de la moyenne nationale : la densité de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmiers situe la Picardie dans le quart des régions les moins bien dotées. L’offre hospitalière est au-dessus de la moyenne nationale en nombre de lits pour 1 000 accouchements, en psychiatrie et en hospitalisation à domicile (HAD), mais un peu en dessous de la moyenne nationale en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) et en soins de suite et de réadaptation (SSR). Le taux d’équipement en établissements pour personnes handicapées

104 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

Picardie

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 75,7 ans tandis qu’elle atteignait 82,4 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 94,4 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 36,9 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 17,5 % des patients résidant en Picardie et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page105

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER) BÉTHUNE

30 km

DOUAI-LENS

VALENCIENNES MAUBEUGE

ARRAS Friville Escarbotin

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Abbeville

Doullens

Abbeville

Albert

Fresnoy-le-Grand

Eu

Fressenneville Gamaches Blangy-sur-Bresle

Albert

Bohain-en-Vermandois

Peronne

AMIENS

Amiens

Hirson

Saint-Quentin

Guise Vervins

SAINT-QUENTIN Aumale

Moreuil

Nesle

Ham

Tergnier

Roye Grandvilliers

Montdidier

Breteuil

Noyon Gournay en-Bray

BEAUVAIS

Saint-Just-en Chaussée

Clermont

Tergnier Chauny

Noyon Laon

Beauvais Clermont

COMPIÈGNE Soissons REIMS

Vic-sur-Aisne

Creil

Laon

Sissonne

Méru

Compiègne

Nogent-sur-Oise

Soissons

Villers-Cotterêts

Chantilly

Villers-Cotterêts

Senlis

Château-Thierry Chateau Thierry

PARIS

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 105


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page106

e poitou-charentes compte 1,76 million d’habitants. Au carrefour des régions de l’ouest et du sud-ouest, le Poitou-Charentes est un territoire attractif. Entre 1999 et 2006, la population a augmenté en moyenne de 0,7 % par an. Pour la première fois depuis quarante ans, la croissance dépasse celle de la France métropolitaine. Les services marchands ont pris une place croissante dans l’économie. C’est environ 1 euro créé sur 2 euros qui émane de ce secteur. Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage de PoitouCharentes (9,0 %) est inférieur à celui de la moyenne nationale (9,7 %). Le taux de pauvreté et les inégalités sociales y sont également proches de la moyenne nationale. La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance et des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes et la fréquence des principales affections de longue durée (ALD), est un peu plus favorable que la moyenne nationale. Toutefois, les taux standardisés de suicides sont relativement élevés (21,5 pour 100 000 habitants contre 15,3 en moyenne nationale) et la mortalité prématurée est également plus fréquente en Poitou-Charentes. La prévalence des comportements à risque (consommation régulière de substances

psychoactives) est également au-dessus de la moyenne nationale. En Poitou-Charentes, la prévalence de l’obésité adulte est dans la moyenne nationale. La situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière est supérieure à la moyenne nationale. Enfin, le PoitouCharentes appartient au quart des régions où les femmes ont le moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG).

près de 6 % des patients résidant dans d’autres régions. La dépense moyenne de soins de ville des Picto-Charentais est un peu supérieure à la moyenne nationale (+7 %), une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. Quant à la dépense moyenne de soins hospitaliers, elle est dans la moyenne nationale (à 5 % près).

La prise en charge sanitaire et médico-sociale La densité de médecins généralistes de PoitouCharentes est égale à la densité nationale. En revanche, la densité de chirurgiens-dentistes, mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmiers, y est inférieure à celle de la majorité des régions. De même, l’offre hospitalière est inférieure à la moyenne nationale en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en psychiatrie et en soins de suite et de réadaptation (SSR), mais légèrement supérieure en capacité de lits pour les accouchements et en hospitalisation à domicile (HAD). Son taux d’équipements médico-sociaux situe la région Poitou-Charentes audessus de la moyenne nationale. 11,9 % des patients picto-charentais hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale), et les hôpitaux de la région Poitou-Charentes accueillent

106 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

Poitou-Charentes

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 77,5 ans tandis qu’elle atteignait 85 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 110,8 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 35,9 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 11,9 % des patients résidant en PoitouCharentes et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page107

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Mauléon

Thouars

Les Aubiers Thouars

Cerizay

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Loudun

Descartes

Mirebeau

Bressuire

Bressuire

Parthenay

Moncoutant Parthenay

Poitiers

POITIERS Saint-Maixent l'École

La Flotte

Surgères Saint-Pierre-d'Oléron

Rochefort

Celles sur-Belle

Civray Ruffec

Saint-Jean-d'Angély

Saujon Royan

Saintes

Cognac Jarnac

Saintes

LIMO

Cognac

Angoulême

Royan

ANGOULÊME Pons

Rochefort

Confolens La Rochefoucauld

Marennes La Tremblade

Niort

Montmorillon La Rochelle

Melle

LA ROCHELLE

Chauvigny Civaux

NIORT

Marans

Châtellerault

Châtellerault

Airvault

Soyaux

Barbezieux Jonzac

Saint-Hilaire

Saint-Aigulin 30 km

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 107


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page108

Provence-Alpes-Côte d’Azur

La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes et de la fréquence des affections de longue durée (ALD), est plus favorable que la moyenne nationale, sauf pour l’hypertension artérielle et les affections psychiatrique de longue durée. La consommation d’alcool et de tabac chez les jeunes de 17 ans est proche de la moyenne nationale. En revanche, la consommation régulière de cannabis situe la région PACA au deuxième rang des régions les plus consommatrices. Provence-Alpes-Côte d’Azur est la région de France

métropolitaine où la prévalence de l’obésité adulte est la plus basse (11,5 % des adultes sont obèses en PACA contre 14,5 % en moyenne nationale). La situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière place la région parmi le quart des régions les plus à risque. Enfin, Provence-Alpes-Côte d’Azur est la région de France métropolitaine où les femmes ont le plus recours aux IVG (20,7 % des femmes de 15 à 49 ans ont eu recours à une IVG en 2007 contre 15,2 % en moyenne nationale).

résidant dans d’autres régions. La région fait partie de celles où la proportion de professionnels de santé pouvant pratiquer des dépassements est parmi les plus élevées. Les dépenses moyennes de soins de ville y sont plus élevées qu’en moyenne nationale, même une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population. En revanche, les dépenses moyennes de soins hospitaliers sont proches de la moyenne nationale.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire libérale est nettement au-dessus de la moyenne : la densité de médecins généralistes, de chirurgiens-dentistes mais aussi de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmiers situe la région Provence-Alpes-Côte d’Azur dans le quart des régions les mieux dotées. À l’exception du nombre de lits pour 1 000 accouchements, l’offre hospitalière est également au-dessus de la moyenne nationale, en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en psychiatrie, en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en hospitalisation à domicile (HAD). En revanche, le taux d’équipements médico-sociaux (pour personnes âgées et pour handicapés) est en dessous de la moyenne nationale. Seuls 3 % des patients de PACA hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne nationale) et les hôpitaux de PACA accueillent près de 5 % des patients

108 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

L

a région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) est la troisième région la plus peuplée de France. Elle compte 4,9 millions d’habitants. À l’horizon 2030, elle ferait toujours partie des régions à forte croissance démographique. Cette hausse s’accompagnerait d’un vieillissement significatif de la population. Provence-AlpesCôte d’Azur est une région géographiquement contrastée : elle juxtapose des reliefs alpins à des plaines et des littoraux urbains. Onze villes de plus de 50 000 habitants forment un continuum urbain dense. Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage de la région PACA (10,8 %) est supérieur de plus de 1 point à la moyenne nationale (9,7 %). La pauvreté et les inégalités sociales y sont également plus marquées qu’au niveau national.

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 78 ans tandis qu’elle atteignait 84,6 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 136,1 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 40,2 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 3 % des patients résidant dans la région PACA et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page109

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Revenus fiscaux des ménages en 2007

GRENOBLE

Briançon

VALENCE

Briançon

Gap

Embrun

Gap

Barcelonnette Laragne-Montéglin

Valréas Bollène

Vaison la-Romaine

Sisteron Château-Arnoux Saint-Auban Digne-les-Bains

Orange AVIGNON L'Isle-sur-la-Sorgue NÎMES

Cavaillon Beaucaire Saint-Rémy de-Provence Arles

Port-Saint-Louis du-Rhône 50 Km

Forcalquier

Apt

Avignon Apt

NICE

Manosque

Nice

Menton Monaco

Saint-Paul

Pertuis lès-Durance

Salon-de-Provence Miramas Istres MARSEILLE AIX-EN-PROVENCE

Digne-les-Bains

Carpentras

Fayence

Arles

Draguignan Lorgues

Fréjus

Grasse

Istres

Draguignan

Aix-en-Provence Brignoles

Brignoles Le Luc Sainte-Maxime

Fos-sur-Mer

Saint-Tropez TOULON

Toulon

Cavalaire-sur-Mer Le Lavandou

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 109


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page110

euxième région métropolitaine

par sa superficie, Rhône-Alpes l’est aussi par sa population. En 2009, la région compte 6,2 millions d’habitants et regroupe près de 10 % de la population française métropolitaine. Sa croissance démographique est un peu plus dynamique que la moyenne et devrait le rester ; sa population est également un peu plus jeune. RhôneAlpes s’organise autour de quatre grands pôles urbains : Lyon, Grenoble, l’agglomération de Genève-Annemasse, qui s’étend de part et d’autre de la frontière franco-suisse, et Saint-Étienne. Rhône-Alpes est la seconde région industrielle française, derrière l’Île-de-France et également la deuxième région touristique. Au deuxième trimestre 2010, le taux de chômage en Rhône-Alpes (8,6 %) est inférieur à la moyenne nationale (9,7 %). La pauvreté et les inégalités sociales y sont moins marquées qu’au niveau national.

La situation sanitaire La situation sanitaire, appréhendée au travers de l’espérance de vie à la naissance, de la mortalité prématurée, des taux de décès standardisés pour les pathologies les plus fréquentes et de la fréquence des affections de longue durée (ALD) est plus favorable que la moyenne nationale, sauf pour les affections psychiatriques de longue durée. La prévalence des comportements à risque chez les jeunes de 17 ans (consommation régulière de substances psychoactives) est proche de la moyenne nationale. En Rhône-Alpes,

la prévalence de l’obésité adulte est en dessous de la moyenne et a progressé moins vite qu’en France métropolitaine entre 1997 et 2009, plaçant Rhône-Alpes parmi le quart des régions de France métropolitaine les moins touchées par l’obésité. La situation au regard de l’accidentologie et de la mortalité routière est dans la moyenne nationale. Enfin, les femmes de Rhône-Alpes ont moins recours aux interruptions volontaires de grossesse (IVG) que la moyenne nationale.

nationale) et les hôpitaux de Rhône-Alpes accueillent près de 5 % des patients résidant dans d’autres régions. La région fait partie de celles où la proportion de professionnels de santé pouvant pratiquer des dépassements est parmi les plus élevées. Les dépenses moyennes de soins de ville et hospitaliers sont dans la moyenne nationale, une fois pris en compte la structure démographique et l’état de santé de la population.

La prise en charge sanitaire et médico-sociale L’offre ambulatoire libérale est proche de la moyenne nationale : la densité de médecins généralistes en RhôneAlpes est inférieure à la moyenne nationale mais la densité de chirurgiens-dentistes, et surtout de masseurs-kinésithérapeutes et d’infirmiers, y est supérieure. De même, l’offre hospitalière est proche de la moyenne nationale en nombre de lits pour 1 000 accouchements, en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), en soins de suite et de réadaptation (SSR) et en hospitalisation à domicile (HAD). Elle est inférieure à la moyenne nationale en psychiatrie. Enfin, le taux d’équipements médico-sociaux (pour personnes âgées et pour handicapés) est également proche ou légèrement supérieur à la moyenne nationale. Seuls 3,5 % des patients de Rhône-Alpes hospitalisés le sont à l’extérieur de leur région (6 % en moyenne

110 • RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS

Repères

d

Rhône-Alpes

• En 2007, les hommes avaient une espérance de vie de 78,6 ans tandis qu’elle atteignait 85,2 ans pour les femmes. • La densité de médecins généralistes libéraux s’élevait à 107,1 médecins pour 100 000 habitants en 2009. • 37,4 lits et places pour 10 000 habitants ont été proposés en soins de courte durée MCO en 2009. • 3,5 % des patients résidant en RhôneAlpes et ayant été hospitalisés en MCO en 2007 l’ont été en dehors de leur région.


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page111

Zonage en aires urbaines et en aires d’emploi de l’espace rural (ZAUER)

Pont-de-Vaux

50 km

Mâcon

Châtillon/Chalaronne Belleville Thizy

Ambérieu en-Bugey

Villefranche/Saône

Amplepuis

St-Symphorien Feurs sur Coise Chazelles-sur-Lyon

Montbrison

Morzine

Bourg-en-Bresse

Nantua

Cluses Bellegarde/Valserine Chamonix Hauteville Lompnes Mont-Blanc ANNECY Thônes Sallanches Culoz

Bonneville Roanne

St-Chamond

Vienne

Les Abrets Le Pont-de-Beauvoisin St-Martin La Côte-St-André Allevard de-Belleville St-Laurent-du-Pont RoussillonBeaurepaire

Voiron

Annonay

St-Vallier

St-Jean-de Maurienne

St-Rambert-d'Albon Anneyron Vinay

St-Marcellin GRENOBLE Romans/Isère Villard-de-Lans

Annecy

Livron/Drôme Crest Privas

Albertville Chambéry

Montbrison

Moutiers

Vienne

Val-d'Isère St-Bon-Tarentaise

Saint-Étienne

Les Allues

Modane St-Michel-de-Maurienne

La Mure

VALENCE

Lyon

Grenoble Huez

Tournon/Rhône Le Cheylard

Villefranche-sur-Saône

Ugine

Faverges Morestel Belley Bourg-St-Maurice Tour-du-Pin Aix-les-Bains Albertville Mâcot-la-Plagne Aime Bourgoin-Jallieu CHAMBÉRY Tignes

LYON

La Rochette

SAINT ETIENNE

Saint-Julien-en-Genevois

Rumilly

Tarare

Boën

St-Just St-Rambert

Oyonnax GENÈVE(CH) ANNEMASSE

Montréala-Cluse

Cours-la-Ville

Thonon-les-Bains

Thonon-les-Bains

BOURG-EN BRESSE

Charlieu

ROANNE

Revenus fiscaux des ménages en 2007

Tournon-sur-Rhône Valence

Die

Aubenas Montélimar

Dieulefit

Bourg-St-Andéol Nyons

Pierrelatte St-Paul-Trois-Châteaux

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références)

GéoFla® ©IGN 2009 - © INSEE 2010 (La France et ses régions. Édition 2010, INSEE Références) Source : INSEE-DGI, Revenus fiscaux des ménages

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 111


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page112


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page113

Sigles utilisés ADELI ALD ARS AVC CCMSA CépiDc CIM CMUC CNAM-TS CNP CNSA CPO CPOM CRP DREES DSES EHPA EHPAD ES (enquête) ESAT Escapad FAM GIR HAD IAL IMC IME

Automatisation des listes Affection de longue durée Agence régionale de santé Accident vasculaire cérébral Caisse centrale de la mutualité sociale agricole Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès Classification internationale des maladies Couverture maladie universelle complémentaire Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés Conseil national de pilotage Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie Centre de pré-orientation Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens Centres de rééducation professionnelle Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques Direction de la stratégie, des études et des statistiques Établissement d’hébergement pour personnes âgées Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes Établissements sociaux Établissements et services d’aide par le travail Enquête sur la santé et les consommations de drogues lors de l’appel de préparation à la défense Foyer d’accueil médicalisé Groupe iso-ressources Hospitalisation à domicile Indice d’accidentologie locale Indice de masse corporelle Institut médico-éducatif

IMP IMPro INSEE INSERM InVS ITEP Loi « HPST » MAS MCO MEP Obépi (enquête) OFDT Omphale (modèle) ONISR PMSI RMI RSI SAE SAMSAH SAVS SESSAD SNIIRAM SSIAD SSR UC ZUS

Institut médico-pédagogique Institut médico-professionnel Institut national de la statistique et des études économiques Institut national de la santé et de la recherche médicale Institut de veille sanitaire Instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques Loi Hôpital, patients, santé et territoires Maison d’accueil spécialisée Médecine chirurgie obstétrique Médecins à exercice particulier Épidémiologique sur l’obésité Observatoire français des drogues et des toxicomanies Outil méthodologique de projection d’habitants, d’actifs, de logements et d’élèves Observatoire national interministériel de sécurité routière Programme de médicalisation des systèmes d’information Revenu minimum d’insertion Régime social des indépendants Statistique annuelle des établissements de santé Service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés Services d’accompagnement à la vie sociale Service d’éducation spéciale et de soins à domicile Système national d’information interrégimes de l’assurance maladie Service de soins infirmiers à domicile Soins de suite et de réadaptation Unité de consommation Zone urbaine sensible

RecueiL d’indicAteuRS RégionAux : offRe de SoinS et étAt de SAnté deS popuLAtionS • 113


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page114


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page115


CPOM_partie2.QXP:CPOM 235/160 11/03/11 16:58 Page116


Recueil d'indications régionaux