Issuu on Google+

infos

Saint-Mandé Bulletin municipal officiel - Prix : 0,76 euro - n°180 - Juin-Juillet-Août 2013

www.mairie- saint-mande.fr

• 11ee Printemps des BB : «Doux comme un agneau». • Vie économique : le travail à lʼhonneur ! • Radars pédagogiques et sécurité routière. • Jumelage Saint-Mandé/Vila Verde (Portugal). • Concert dʼexception avec Michel Jonasz… • Opération Tranquillité Vacances : cʼest parti !

plan d’alerte et d’urgence canicule 2013 : inscrivez-vous (pages28 et 29)


03 Responsabilité et sérénité

Édito

omme certains dʼentre vous le savent déjà, notre ville a été le théâtre fin mai de quelques évènements malheureux. Avec mes collègues du Conseil Municipal, les différentes forces de sécurité en présence et les représentants de lʼEtat, nous avons tout mis en œuvre pour protéger nos habitants afin que Saint-Mandé retrouve son calme habituel. Mais, ne nous leurrons pas, même si notre ville bénéficie dʼun cadre privilégié, elle nʼest jamais à lʼabri de ce genre dʼincidents tels que cette intolérable violence entre jeunes liée à une pitoyable affaire de trafic de drogues.

C

Soucieux et responsable de la sécurité des Saint-Mandéens, jʼai réuni, sous lʼautorité de lʼEtat, représenté par le Sous-préfet de Nogent-sur-Marne, lʼensemble des responsables de la sécurité publique tant du Val-de-Marne que de Paris. Plusieurs mesures de sécurisation ont été prises par la Police nationale et mises en place en liaison avec la police municipale. Des mesures d'apaisement, en direction des jeunes, ont été aussi édictées par les différents responsables associatifs que jʼavais saisis pour appeler, notamment sur les réseaux sociaux, au plus grand calme.

Patrick Beaudouin Maire de Saint-Mandé

Le Procureur de la République et le Parquet ont confié une enquête au Commissaire de Vincennes, en coopération avec la sûreté territoriale spécialisée dans les mineurs et les affrontements entre jeunes. Enfin, j'ai de nouveau saisi, pour la énième fois, le Maire de Paris et le Préfet de Police de Paris, afin quʼils prennent conscience du trouble occasionné par ces groupes de jeunes qui se constituent particulièrement autour des concessionnaires du Bois de Vincennes, situés derrière l'Hôtel de Ville et qui subissent, eux comme leurs clients - parents, grands-parents, enfants et nourrices -, une gêne considérable, par de l'agressivité, des injures ou gestes inconsidérés, que lʼon peut constater hélas dans nos rues. Jʼen profite pour lancer un appel aux parents afin de leur rappeler leur responsabilité vis-à-vis de leurs enfants, en particulier des adolescents, pour quʼils évitent de sʼéterniser dans la rue, quʼils respectent à la fois les personnes, les règles de courtoisie et les espaces publics afin dʼéviter un climat de rejet. Pour lʼheure, lʼessentiel est que, par notre action et la mobilisation de toutes les forces nécessaires, notre commune ait retrouvé sa quiétude et nous allons travailler à la renforcer.

Saint-Mandé Infos Directeur de la publication : Jean-Pierre Nectoux Photos : Fourmont Photos, Marc Beaudenon, F-G Grandin et DR Impression : IME Publicité : CMP Régie publicitaire, 01 64 62 26 00 Dépôt légal : à parution

Il ne faut surtout pas, en effet, que cela vienne ternir et faire de lʼombre à la vie de notre Cité et aux multiples actions qui la font vivre et lʼaniment dʼune manière chaleureuse. Musiques, théâtre, festivals, challenges sportifs ou manifestations comme la traditionnelle Fête des voisins, le «Printemps des bébés» - plus de 1700 enfants et parents reçus - ou le festival des centres de loisirs .... témoignent de la vitalité et de la convivialité, véritable reflet de notre ville, grâce à lʼengagement et à lʼeffort de chacun dʼentre vous. Pour cela, je vous remercie vivement et vous encourage tous à continuer de faire vivre notre belle cité dans cet état dʼesprit. Le 26 juin, le Conseil Municipal sʼest réuni pour voter le compte administratif 2012. Il sʼagit de constater si le précédent budget a été parfaitement exécuté et sʼil est conforme ou non aux prévisions votées. Je me félicite, qu'avec mes collègues et grâce au travail des services de la ville, l'exercice illustre une parfaite maîtrise des dépenses et une exécution conforme aux prévisions. Ce compte administratif a d'ailleurs été voté par l'ensemble des élus à l'exception de la gauche (28 voix sur 33). Bientôt les vacances... Je rappelle à celles et ceux qui ne partent pas que les services de la mairie sont ouverts durant tout lʼété et restent à la disposition de nos concitoyens. Lʼopération Vacances tranquillité avec la police nationale et municipale est naturellement reconduite cette année. Je vous incite donc à faire preuve de prudence et vous y inscrire. Je souhaite, à toutes et à tous, dʼexcellentes et reposantes vacances.

Cet ouvrage a été imprimé chez IME


Sommaire

Vos élus vous reçoivent…

DOSSIER : Dépenser moins pour dépenser mieux (pages 13 à 15)

• Patrick Beaudouin

05 DANS NOTRE VILLE

Maire de Saint-Mandé Ancien député prendre rendez-vous au 01 49 57 78 10

17 LA VIE ÉCONOMIQUE

Pour les adjoints au maire, prendre rendez-vous au 01 49 57 78 00

25 LE SOCIAL 31 JEUNESSE/ÉDUCATION

• Jean Eroukhmanoff Conseiller général du Val-de-Marne 1er adjoint au maire chargé des Finances, de la Solidarité entre les générations et de la Santé eroukhmanoff@mairie-saint-mande.fr Sur rendez-vous.

• Florence Crocheton

35 LA CULTURE 40 LA VIE LOCALE 50 VOS ÉLUS ONT LA PAROLE 52 LES ASSOCIATIONS 57 LE CARNET

Un vœu pour conserver l’esprit de Saint-Mandé e Conseil municipal du 25 juin a examiné en séance publique un vœu proposé par le Maire et la majorité municipale concernant lʼautonomie des communes. Ce vœu vise à dénoncer la politique menée par le gouvernement concernant l'avenir des communes et la création des métropoles. L'actuel projet de loi, non content de bouleverser l'organisation territoriale de l'Ile-deFrance en rendant obligatoire et sur des bases rigides la mise en place de structures intercommunales de 300 000 habitants, remet profondément en cause la compétence des maires en matière d'urbanisme et d'aménagement du territoire communal. Quid de la politique dʼexcellence et de proximité mise en œuvre chaque jour dans une ville comme Saint-Mandé ! Sauvegarder lʼâme communale est une nécessité absolue même sʼil est de bon sens que certaines politiques puissent être menées en commun et sans surcoût de fonctionnement. Le Sénat a bousculé le projet de loi gouvernemental et par ce vœu - voté par 28 voix sur 33 -. Le Conseil Municipal dénonce le manque de concertation qui a prévalu dans l'élaboration du projet de loi et les atteintes graves portées aux compétences des maires, cumulées au recul de l'autonomie de nos communes. Ce vœu est dʼautant plus dʼactualité que la ministre du Logement, Madame Duflot, a présenté un second texte gouvernemental le 26 juin sur la politique nationale du logement. Alors que le droit du sol, la gestion du sol, lʼespace urbain sont au cœur de lʼaction communale de proximité, ce projet de loi prévoit un transfert automatique de cette compétence. Il nous faut donc être vigilants pour sauvegarder les outils de gestion qui permettent à notre Commune, Saint-Mandé –comme dʼailleurs dans beaucoup dʼautres-, de garder leur âme, de conserver lʼesprit du bien-vivre ensemble. Par ce vœu, le Maire et la majorité municipale ont souhaité alerter les pouvoirs publics et les Parlementaires.

L

2e adjoint au maire chargée de lʼEspace urbain, des Travaux, du Développement durable, du Logement et de lʼAdministration générale crocheton@mairie-saint-mande.fr Le mardi, de 11 h à 12 h, et sur rendez-vous.

• Annick Marghiéri 3e adjoint au maire chargée de lʼEnseignement, du Périscolaire, du Soutien scolaire, du Développement linguistique et du Temps libre marghieri@mairie-saint-mande.fr Le mercredi, de 11 h à 12 h, et sur rendez-vous.

• Jean-Pierre Nectoux 4e adjoint au maire chargé du Sport, de la Vie associative, au Jumelage et à lʼAnimation conseiller technique à la Sécurité nectoux@mairie-saint-mande.fr Sur rendez-vous.

• Françoise Dussud 5e adjoint au maire chargée du Développement économique, du Commerce, de lʼEmploi et des Marchés dussud@mairie-saint-mande.fr Le lundi, de 16 h à 18 h, et sur rendez-vous.

• Jean-Philippe Darnault 6e adjoint au maire chargé de la Modernisation de lʼadministration, des Ressources humaines et du Contrôle de gestion darnault@mairie-saint-mande.fr Un samedi sur deux, de 11 h à 12 h, et sur rendez-vous.

• Françoise Fougerole 7e adjoint au maire chargée des Relations avec les institutions, les collectivités locales et les syndicats intercommunaux fougerole@mairie-saint-mande.fr Sur rendez-vous.

• Pascale Trimbach 8e adjoint au maire chargée de la Famille et de la Jeunesse trimbach@mairie-saint-mande.fr Le jeudi, de 9h30 à 10h30, et sur rendez-vous.

• Julien Weil 9e adjoint au maire chargé des NTIC, de la Communication et de la Culture weil@mairie-saint-mande.fr Le samedi, de 10 h à 12 h, et sur rendez-vous. • Paul Desvaux Conseiller municipal délégué au quartier Centre et à l'Administration générale pauldesvaux-avocat@noos.fr Reçoit uniquement sur rendez-vous • Guy Machin Conseiller municipal délégué au quartier Nord et aux commissions de Sécurité guy-machin@mairie-saint-mande.fr Reçoit le mardi, de 10 h à 12 h, sur rendez-vous. • Philippe Polito Conseiller municipal délégué au quartier Sud et au Handicap ph.polito@mairie-saint-mande.fr Reçoit le lundi, de 10 h à 12 h, sur rendez-vous.


05 Dans notre ville

Alice Guy-Blaché, Claudette Colbert, Martine Carol

Saint-Mandé rend hommage aux vedettes féminines du 7e Art près avoir baptisé du nom d’Émilie et Germaine Tillion le dernier groupe scolaire construit à Saint-Mandé, après avoir donné le nom d’Alexandra David-Neel au nouveau parc réalisé sur la partie couverte des voies du RER A, après avoir choisi les noms de Jean-Paul Goude et d’Armand Carrel pour les résidences étudiantes de l’avenue Pasteur, la Ville continue de rendre hommage à des personnalités qui ont marqué son histoire à travers leur naissance et/ou leur existence sur la commune. Dernière initiative en date, le choix de la municipalité pour les trois modules qui composent l’espace dénommé jusqu’à présent «salle des Conférences» au 3e étage du centre culturel, 3 avenue de Liège. Les trois salles rendent ainsi hommage à Alice Guy Blaché, Claudette Colbert et Martine Carol, trois figures emblématiques du 7e art…

A

• Alice Guy Blaché : la première réalisatrice Née le 1er juillet 1873 à SaintMandé, Alice Guy entre à lʼâge 21 ans comme secrétaire au Comptoir général de la photographie. La société est rapidement rachetée par Léon Gaumont en 1895 qui en prend la direction. Ce dernier sʼintéresse uniquement à la technique et aux reportages, mais la jeune femme lui arrache lʼautorisation de tourner un film de fiction.

Avec La Fée aux choux tournée en 1896, film dans lequel elle associe lʼimage animée des frères Lumière et lʼart théâtral, Alice Guy devient la première réalisatrice de l'histoire du cinéma. Très vite la jeune femme trace les contours du rôle prépondérant dʼun métier qui nʼexiste pas encore, celui de metteur en scène ! Ses réalisations passent du cinéma dʼattraction (montrant une scène unique dʼune minute, 20 m de film) à un cinéma narratif comme LʼAssassinat du courrier de Lyon (1904, tourné à

Fontainebleau) ou Madame a des envies (1906, où on voit pour la première fois au cinéma, des gros plans). La même année, Alice Guy tourne sa Vie du Christ inspirée de la bible de James Tissot, une production à gros budget pour l'époque avec 300 figurants et 25 tableaux, soit plus de 600 m de film. En 1907, elle épouse Herbert Blaché, un opérateur d'origine anglaise de lʼagence Gaumont de Londres, rencontré à lʼoccasion du tournage de Mireille en Provence. Alice et son mari sʼinstallent aux États-Unis à Flushing, près de New York, comme représentants de la Gaumont. En 1910, le couple crée sa propre société, la Solax, dont Alice est présidente, directrice de production. Solax va rapidement devenir lʼune des plus grandes maisons de production des États-Unis avant quʼHollywood nʼassoie sa suprématie. Alice Guy-Blaché tourne alors des mélodrames, des westerns, des films sur la guerre de Sécession, sʼintéresse souvent aux problèmes ethniques. Mais le 7e Art migre sur la côte Ouest des USA où les indépendants ont peu de place… Alice Guy-Blaché tente en vain de rebondir professionnellement du côté dʼHollywood. En vain. Cʼest un échec qui signe

Au début des années 1910, Alice Guy-Blaché sʼinstalle à Hollywood.


06 Dans notre ville

sa retraite cinématographique. La cinémathèque lui rendra enfin un hommage grâce à Louis Gaumont, fils de Léon, en 1957. De retour aux ÉtatsUnis après avoir été nommée chevalier dans lʼOrdre de la Légion dʼHonneur, elle sʼéteint le 24 mars 1968 à Wayne, dans l'État du New Jersey. Alice Guy-Blaché restera à tout jamais dans la mémoire collective des professionnels du 7e Art comme celle qui a initié de nombreuses techniques nouvelles : lʼutilisation des gros plans, les «reaction shots», le masquage, la surimpression et la projection du film à lʼenvers. Elle fut également celle qui osera détruire une voiture, un bateau, produire des explosions, utiliser des centaines de rats ou des animaux sauvages.

• Claudette Colbert : la réussite américaine

Maurice Chevalier et Claudette Colbert dans «Le Lieutenant souriant», un film dʼErnst Lubitsch de 1931. John Wayne et Claudette Colbert dans «Without Reservations», un film de Mervyn LeRoy de 1946.

Claudette Colbert, de son vrai nom Émilie Claudette Chauchoin, a vu le jour le 13 septembre 1903 à Saint-Mandé. Elle a trois ans lorsque ses parents émigrent à New York aux États-Unis. Elle fait ses débuts à Broadway, en 1924, dans la pièce The Wild Wescotts. Ayant adopté le nom de scène de «Claudette Colbert», elle est remarquée par Frank Capra avec lequel elle tourne son premier rôle dʼactrice dans Pour lʼamour de Mike en 1927. Cʼest un désastre au box-office ! Cela nʼempêche pas la Paramount Pictures de la remarquer à son tour et de lui faire signer un contrat de sept ans. Sa faculté dʼêtre parfaitement bilingue la désigne pour tourner plusieurs films en deux versions simultanées, américaine et française. Lʼanglais étant devenu sa langue quotidienne, son français est teinté d'un léger accent américain. Elle rencontre le premier «frenchie» dʼHollywood, un certain… Maurice Chevalier avec lequel elle tourne dans une comédie musicale réalisée par Ernst Lubitsch, Le Lieutenant souriant. Son premier grand succès date

Martine Carol donne la réplique à lʼinoubliable Jean Gabin dans «Le cave se rebiffe», un film réalisé par Gilles Grangier et dialogué par Michel Audiard en 1961. de 1932. Il sʼagit du film Le Signe de la croix de Cecil B. DeMille, dans lequel elle est très remarquée pour sa beauté et sa sensuelle silhouette sʼintroduisant dans un bain de lait dʼânesse. Frank Capra lui propose à son tour de tourner dans New York-Miami (1934) qui est immédiatement un succès et qui lui permet dʼobtenir lʼOscar de la meilleure actrice. Puis retour avec Cecil B. DeMille pour qui elle interprète la fatale et célèbre Cléopâtre. Les succès vont être au rendezvous tout au long de sa carrière cinématographique et les récompenses se succèdent. Claudette Colbert, qui a fort à faire avec ses rivales de la Paramount (Marlène Dietrich, Carole Lombard, Sylvia Sidney, Mae West, etc.), tourne aussi avec Gregory La Cava, Wesley Ruggles, Frank Lloyd et W. S. Van Dyke et a pour partenaires tous les séducteurs de lʼépoque : son compatriote Charles Boyer, Gary Cooper, Clark Gable, Robert Young ou James Stewart. La star sʼimpose autant comme actrice de mélodrame que de comédie. Elle sera la partenaire de prestige dʼOrson Welles et John Wayne. Elle annonce sa retraite en 1962, date à partir de laquelle elle partage son temps entre son appartement à New-York et une vieille maison de plantation à Speightstown, à la Barbade, où elle invite de célèbres amis tels que Frank Sinatra et Ronald Reagan. Elle disparaît en juillet 1996.

• Martine Carol : Caroline chérie De son vrai nom Marie-Louise Mourer, lʼactrice française Martine Carol est née le 16 mai 1920 à Saint-Mandé. Suite à sa rencontre avec les comédiens André Luguet, exjeune premier du cinéma français et américain, et Micheline Presle, star montante du cinéma français, elle entame une carrière au théâtre, en suivant les cours de Robert Manuel et de René Simon. Après avoir figuré dans de nombreux films sans véritablement parvenir à percer, Martine Carol va connaître le succès avec Caroline chérie adapté des romans de Cécil SaintLaurent. Elle y incarne une aristocrate ravissante et déterminée qui survit à la Révolution et prend sa revanche sous lʼEmpire, en usant largement de ses talents de séductrice, devenant un «sex-symbol» typique des années 1950. Dès 1956, sa notoriété commence à être battue en brèche par lʼétoile montante, Brigitte Bardot, aussi emblématique des années 1960 que Martine lʼest des années 1950. Après une interruption de quelques années, elle tourne son dernier film Jugement à Prague en 1966. Peu de temps après le tournage, elle est retrouvée sans vie par son mari le 6 février 1967, dans sa chambre à lʼHôtel de Paris à Monte-Carlo. Elle a succombé à une crise cardiaque.


07 Dans notre ville

Jumelage entre Saint-Mandé et Vila Verde au Portugal amedi 13 avril, Patrick Beaudouin, maire de Saint-Mandé, et les membres du conseil municipal, ont accueilli Antonio Vilela, maire de Vila Verde (Portugal) et les membres de sa délégation, dont Julia Fernandes, adjointe au maire et présidente des jumelages.

S

lʼoccasion dʼune cérémonie extrêmement chaleureuse, qui sʼest déroulée à lʼHôtel de Ville en présence de Jean-Pierre Nectoux, adjoint au maire chargé du Sport, de la Vie associative, des Jumelages et de lʼAnimation, président de lʼAssociation de développement des jumelages, du conseil municipal saint-mandéen et des membres du bureau de lʼAssociation de développement des jumelages, les deux villes ont officiellement scellé les termes de leur partenariat amical. Une initiative dont sʼest vivement félicité Pedro Lurtie, Consul général du Portugal à Paris.

À

Située au Nord-est du Portugal, à soixante kilomètres de Porto, Vila Verde «Ville Verte» compte environ 50 000 habitants. Nichée dans une région verdoyante et rurale, elle sʼillustre par un grand dynamisme culturel et sportif. Sollicitée par lʼassociation «Vila Verdense» de Saint-Mandé dont lʼaction est de promouvoir la danse, la musique et la culture portugaise, épaulée par Dorés Sousa, Saint-Mandénne née à Vila Verde et marraine du jumelage, la mairie a souhaité mettre en place ce partenariat qui prévoit dʼétablir une relation amicale entre les deux villes et ce au-delà des relations diplomatiques, économiques, politiques, culturelles et sportives qui existent déjà entre la France et le Portugal au niveau national. Patrick Beaudouin sʼest félicité de ce nouveau lien dʼamitié qui va conduire les Saint-Mandéennes et Saint-Mandéens à découvrir ou redécouvrir toutes les richesses de la culture portugaise à travers les échanges réciproques que vont développer les deux villes jumelles dans les prochains mois et prochaines années dans les

domaines artistique, sportif et scolaire. Lʼoccasion pour le maire de rappeler que ce nouveau partenariat sʼinscrit dans les efforts développés depuis plusieurs décennies par Saint-Mandé pour permettre à sa jeunesse de sʼouvrir au monde.


08 Dans notre ville

11e semaine du développement durable u mardi 2 au samedi 6 avril, lʼHôtel de Ville a accueilli la 11e édition de la Semaine du développement durable placée cette année sous le signe de la transition énergétique. Depuis onze ans, cette manifestation est devenue le rendez-vous incontournable de la consommation et de lʼaction responsables. Des collectivités, entreprises, associations et établissements scolaires se mobilisent pour faire connaître à tous, de manière ludique et conviviale, les gestes concrets à adopter pour protéger notre environnement car nos ressources naturelles sont en quantité limitée et sʼépuisent. Pour les préserver et réduire le réchauffement climatique, chacun dʼentre nous peut agir. Comme chaque année, la Ville de Saint-Mandé et le conseil municipal se sont associés pour faire de cet événement un carrefour dʼéchanges et de découverte dirigé par Florence Crocheton, adjoint au maire, chargée de lʼEspace urbain, des travaux, du Développement durable, du Logement et de l'Administration générale.

D

La Ville lance une réflexion sur le gaspillage alimentaire dans les restaurants scolaires Du 13 au 17 mai, une enquête a été menée afin de connaître la quantité de nourriture gaspillée dans les cantines scolaires. Les déchets des restaurants scolaires des écoles élémentaires Paul-Bert et Charles-Digeon ont été pesés pendant quatre jours. Les premiers chiffres parlent dʼeux-mêmes : en moyenne 280 kilos de nourriture ont été jetés en quatre jours, soit près de 10 % de la quantité de nourriture préparée. En moyenne, chaque élève gaspille 100 grammes du repas proposé. Cette étude permettra à la municipalité de mener une réflexion sur la question du gaspillage alimentaire et de proposer des actions pour réduire ces quantités à partir de la rentrée 2013-2014 dans les établissements scolaires.

Des animations ont été organisées avec les enfants afin de sensibiliser ce jeune public de 7 à 10 ans aux indispensables éco-gestes permettant de consommer moins tout en respectant lʼenvironnement. La semaine a débuté par une conférence sur la transition énergétique, défi dʼavenir qui nous concerne tous et dont les enjeux se mesurent tant au plan international que national et local. Une exposition autour des éco-gestes dans le logement a été installée dans le hall de la mairie avec pour finalité de permettre au public de savoir comment vivre mieux et consommer moins tout en respectant lʼenvironnement. Point fort de cette présentation : la reconstitution dʼun appartement virtuel meublé avec chambre, salon, cuisine, salle dʼeau.

Une mise en situation des visiteurs qui, grâce à un jeu de bulles et dʼaffiches qui récapitulent et expliquent les bons gestes et les astuces, ont pu concrètement visualiser lʼensemble des éco-gestes pouvant être réalisé au quotidien. Parallèlement, des animations ont été organisées avec les enfants afin de sensibiliser ce jeune public de 7 à 10 ans à ces fameux éco-gestes. Chacun a pu repartir avec un petit livret pédagogique et ludique avec des jeux et des questions portant sur lʼexposition.


09 Les composteurs arrivent à Saint-Mandé !

Présentation du composteur par Florence Crocheton, adjoint au maire, chargée de l'Espace urbain, des travaux, du Développement durable, du Logement et de l'Administration générale.

ans le cadre du Programme local de prévention des déchets, la mairie, en partenariat avec le SYCTOM au titre de son opération «50 000 composteurs en 2014», vous offre la possibilité d’acquérir un composteur domestique. Une réunion d’informations a eu lieu mercredi 22 mai : l’occasion de revenir sur les objectifs du compostage domestique.

D

éduire le volume des ordures ménagères à traiter par la Ville, enrichir la terre de ses plantations sans frais,… sont autant de raisons qui peuvent vous pousser à faire votre compost. Et cette pratique nʼest pas réservée aux seuls jardiniers avertis.

écorces, feuilles mortes, copeaux, sciure, herbes sèches, papiers, cartons, etc.). Seuls ils se compostent très lentement. • Les déchets plutôt azotés (déchets de cuisine, tontes de gazon, pousses vertes, etc.). Ils se dégradent très facilement et ont tendance à pourrir (notamment les tontes de gazon) • Les déchets humides (déchets de cuisine, tontes de gazon, pousses vertes, etc.).

Dans notre ville

Lʼeau quʼils contiennent est très utile au processus, mais seuls, ils se tassent et sʼasphyxient, générant des écoulements de jus et des odeurs désagréables. • Les déchets secs (branches, paille, papiers, sciure, etc.). Seuls ils ne se compostent pas. • Les déchets grossiers (tailles et déchets fibreux broyés). Lʼenchevêtrement de ces matériaux crée des vides dans lesquels lʼair peut circuler, ce qui facilite lʼaération. Cependant sʼils sont trop nombreux, ils risquent dʼentraîner un dessèchement trop rapide des déchets en compostage. • Les déchets fins (déchets de cuisine, sciure, tontes de gazon, etc.). Ils se tassent facilement, empêchant le passage de lʼair.

En chiffres

84 kg Tel est le poids de déchets putrescibles que chaque Saint-Mandéen produit en moyenne chaque année. En représentant 25 % des ordures ménagères et assimilées, cʼest le gisement de déchets le plus important de la ville. En compostant ce sont près de 7 kg de déchets par habitant qui pourront être évités.

Quels sont les déchets qu’il ne faut pas composter ? On ne peut donc pas faire un bon compost avec une seule

Bon de commande d’un composteur ou d’un lombricomposteur

R

Adresse : Téléphone :

J

Que peut-on composter ?

Prénom :

Nom :

Courriel :

Composteur bois 400 l - 7,50 euros

J

Lombricomposteur - 8 euros

Le règlement sera à remettre le jour de la livraison des composteurs.



Tous les déchets organiques, à différents degrés, sont compostables. • Les déchets plutôt carbonés (tailles, branches, paille,

Bon de commande à renvoyer à lʼadresse suivante : Mairie de Saint-Mandé À lʼattention de Gaëlle Bruchet 10 place Charles-Digeon 94160 - Saint-Mandé


10 Dans notre ville

des catégories, il est nécessaire de mélanger les catégories opposées soit en les brassant, soit en alternant de fines couches de déchets de différentes catégories. Plastique et tissus synthétiques, verre et métaux ne se dégradent pas. Il faut absolument les écarter pour obtenir un compost de qualité. On évitera aussi le contenu des sacs dʼaspirateur, les bois de menuiseries et de charpente (car traités chimiquement, vernis ou peints), la litière pour chat et les couchesculottes. Dʼune façon générale, aucun produit chimique, huile de vidange etc. ne doit être mélangé au compost.

Rendre visite à son compost Bien surveiller son compost est le secret de la réussite. Lʼapport de déchets frais est une bonne occasion dʼexaminer les produits en compostage. Une observation un peu attentive permettra de déceler un excès ou un déficit dʼhumidité, des

zones mal décomposées, des odeurs… à partir de là, les interventions sont faciles et prennent en général peu de temps.

chets avant de les apporter au composteur et dʼun aérateur afin de faciliter lʼopération de brassage des déchets.

Composteur ou lombricomposteur ?

• Le lombricomposteur En plastique, il contient plusieurs étages dans lesquels vont évoluer les vers de compostage. Ces derniers, en digérant les déchets organiques, les transforment en un terreau très riche et en jus de compost riche à utiliser dilué comme engrais pour les plantes. Il ne génère pas d'odeur et est idéal en appartement. Il est également livré avec un bio-seau.

• Le composteur classique En bois, dʼun volume de 400 litres, il est installé à même le sol afin de faciliter la colonisation du compost par les vers de terre et les insectes, qui vont décomposer la matière organique. Il ne génère pas d'odeur. Le composteur est livré accompagné dʼun bio-seau qui vous permettra de collecter les dé-

Résidence étudiante «Jean-Paul Goude» : n’hésitez pas à présenter vos candidatures naugurée le 23 février (voir notre précédente édition), la résidence étudiante «JeanPaul Goude» située 2 ter avenue Pasteur, a été réalisée dans le cadre de la restructuration du site de l'IGN. Afin de répondre aux besoins des étudiants Saint-Mandéens, la Ville de Saint-Mandé a décidé de soutenir la construction de cette résidence. La participation financière à cette opération sʼélève à 697 726 euros. Ce programme a, par ailleurs, obtenu des certifications HQE et BBC Effinergie. La résidence «Jean-Paul Goude», localisée en bordure du bois de Vincennes, bénéficie dʼun environnement agréable, de la proximité des commerces et des transports en commun, notamment deux stations de

I

métro : Saint-Mandé Tourelle et Bérault (ligne 1 du métro parisien). Elle est composée de 129 studios dʼune surface comprise entre 18 m² et 25 m², répartis comme suit : 116 T1 et 13 T1' (dont 5 logements pour couples et 8 pour les personnes à mobilité réduite).

Des loyers modérés Lʼensemble des 129 logements sont équipés (kitchenette, plaques de cuisson, frigidaire, salle d'eau, lit, étagères, table, chaises, bureau). Les loyers de ces studios varient entre 428 euros et 568 euros toutes charges comprises (eau, électricité, chauffage, Internet) et ouvrent le droit à lʼAllocation personnalisée au logement.

La résidence étudiante est également équipée des locaux communs, notamment : Espace Club, salle d'étude, laverie, local à vélos, parking. La commune dispose de droit dʼattribution sur 26 logements en fonction des disponibilités, nʼhésitez pas à présenter vos candidatures. Pour toute information concernant lʼaccueil au sein de cette résidence, vous pouvez contacter son gestionnaire : ARPEJ, 2 ter avenue Pasteur à Saint-Mandé (tél : 0820 098 095 www.univercity.fr (résidence Jean-Paul Goude)


11 Radars pédagogiques et sécurité routière a lutte contre l’insécurité routière vient de conduire la Ville de Saint-Mandé à procéder à l’installation de quatre radars pédagogiques intelligents afin de sensibiliser les conducteurs au respect de la vitesse et mesurer leur comportement dans les zones sensibles et exposées.

L

es équipements sont implantés au 40 avenue du Général de Gaulle (radar sur panneau solaire) et à hauteur de lʼécole Saint-Michelde-Picpus, avenue du Général de Gaulle (à hauteur de lʼécole) et avenue Sainte-Marie (à hauteur du N° 21 entre lʼavenue Alphand et lʼavenue du Général de Gaulle). Dans la pratique, ces appareils ont une unique vocation informative avec une lisibilité optimale. Équipés dʼun afficheur «digital/ trois couleurs», chaque panneau délivre un message on ne peut plus explicite à lʼusager : - la vitesse sʼaffiche en vert : vous respectez la limitation de vitesse telle quʼelle est fixée, cʼest-à-dire de 30 km/h.

- la vitesse sʼaffiche en orange : cela indique que vous circulez de 30km/h à 40km/h. Vous êtes donc audessus du seuil maximal défini. Un deuxième affichage indique que vous auriez perdu un point sur votre permis de conduire. - la vitesse sʼaffiche en rouge : cela signifie que vous circulez au-dessus de 40 km/h. Un deuxième affichage indique le nombre de point(s) perdu(s) en rapport avec votre vitesse réelle.

C

Afin de délivrer ces informations, chaque radar pédagogique procède systématiquement à deux prises de vitesse :

Dans notre ville

la première à une distance de 50 mètres, la seconde à une distance de 5 mètres du panneau.

Un dispositif préventif Le dispositif se veut préventif, il nʼempêche que toutes les vitesses sont mémorisées informatiquement à des fins dʼanalyses. Si la lecture des données révèle que trop de véhicules dépassent la vitesse autorisée à hauteur de ces équipements, la police municipale, assistée de la police nationale, procédera alors à des opérations ponctuelles de contrôle avec verbalisation. Il reste quʼen déterminant et en affichant la vitesse, les radars pédagogiques jouent le rôle dʼavertisseurs avec pour principal objectif dʼinciter les conducteurs à ralentir en cas de dépassement de la limite de vitesse autorisée. Leur but est également de signaler aux conducteurs ainsi quʼà leurs passagers quʼils approchent dʼune zone à risque où la vitesse doit être adaptée.

La présence des radars pédagogiques nʼempêchera pas lʼorganisation de contrôles inopinés de la vitesse de la part des forces de lʼordre…

Relevé effectué du lundi 13 au mercredi 29 mai Radar pédagogique avenue De Gaulle (école Saint-Michel-de-Picpus)

Limitation à 30 km/h : 29,06 % d’usagers en excès de vitesse


12 Dans notre ville

Opération Tranquillité Vacances urant les périodes de congés scolaires, la police nationale et la police municipale se proposent de surveiller votre domicile ou votre commerce par des passages ponctuels. Dans le cadre de lʼemblématique opération «Tranquillité Vacances», des rondes seront effectuées de jour comme de nuit durant toute la durée de votre absence, ceci afin de dissuader toutes tentatives de

D

Des conseils pour lutter contre les cambriolages Le principal ennemi des cambrioleurs est le temps qu’ils passent à vaincre vos défenses. Le respect de quelques conseils de bon sens peut permettre de réduire les risques : • Maintenez fermés tous les accès même pour une absence de courte durée. • Renforcez si besoin la protection de votre domicile par des serrures complémentaires et une alarme. • Changez immédiatement vos serrures en cas de perte ou de vol de vos clefs. N’inscrivez aucune adresse sur vos trousseaux. • Ne laissez pas vos clefs sous le paillasson, dans la boîte aux lettres ou tout autre cachette. • Ne conservez pas de valeurs à votre domicile, les endroits que vous pensez les plus secrets sont tous connus des cambrioleurs. • Répertoriez et photographiez les objets de valeur. Relevez les numéros de série des appareils et si possible, conservez les bons de garantie dans un lieu sûr. • Ne laissez rien dans votre jardin qui puisse être utilisé pour pénétrer par effraction dans le domicile (échelle, outils...). • Informez vos voisins en cas d'absence prolongée, donnez leur vos coordonnées pour être joint. Demandez à un proche de retirer régulièrement le courrier de la boîte aux lettres et d’ouvrir les volets de temps à autre. • Déplacez-vous au commissariat de Vincennes (23 rue Raymond du Temple) ou au poste de la police municipale de Saint-Mandé (4 avenue de Liège) afin de signaler votre départ en vacances. Votre habitation sera plus particulièrement surveillée et vous serez avisé en cas de problème. • Demandez les conseils avisés du correspondant sûreté, un policier expérimenté formé spécialement à la prévention de la malveillance. En cas d'intrusion : • Prévenez immédiatement le commissariat de Vincennes en composant le 17 ou le 01 41 74 54 54 ou la police municipale de Saint-Mandé au 01 49 57 78 39. • Ne touchez à rien afin de conserver les traces et indices pour faciliter le travail des enquêteurs.

repérage par dʼéventuels cambrioleurs. À quelques jours de la période estivale, Saint-Mandé Infos fait le point sur ce dispositif et les bons réflexes à avoir avec le commissaire Blaise Lechevalier, chef de la circonscription de sécurité de proximité de Vincennes (notre photo)…

possibilités offertes par la vidéo protection municipale pour identifier et interpeller les auteurs.

Saint-Mandé Infos : Les vacances dʼété approchent à grands pas. Les SaintMandéens sʼinquiètent de lʼéventuelle recrudescence des cambriolages, surtout pendant la période estivale et durant leurs vacances. Que pouvez-vous leur dire pour les rassurer ?

Commissaire Blaise Lechevalier : Nous communiquons dʼabord avec les victimes en leur proposant de réaliser une consultation de prévention technique de la malveillance pour leur domicile par un policier spécialement formé. À travers les enquêtes de voisinage, nous pouvons également avoir un contact direct avec les voisins et leur rappeler les bonnes pratiques pour éviter les vols par effraction. Avec la police municipale de Saint-Mandé, nous effectuons des opérations de sensibilisation dans les secteurs où les cambriolages semblent plus prégnants.

Commissaire Blaise Lechevalier : La police nationale est totalement mobilisée dans la lutte contre les vols par effraction. Les policiers du commissariat vincennois sont disponibles en permanence, de jour comme de nuit, pour intervenir sur ce type de délinquance. De nombreux cambrioleurs ont été interpellés depuis le début de l'année. Pour être encore plus efficace, nous avons besoin de la vigilance citoyenne de toutes et de tous. Saint-Mandé Infos : Quels sont les moyens dont dispose la police pour lutter contre ces vols avec effractions ? Commissaire Blaise Lechevalier : Nous avons des équipes de policiers en civil, la brigade anticriminalité, spécialisée dans l'interpellation des cambrioleurs en flagrant délit. Nous disposons également dʼune unité de police scientifique spécialement dédiée à la recherche des traces sur les scènes de vols par effraction ou par escalade. Cette dernière est opérationnelle 24 heures sur 24. Enfin, nos brigades dʼinvestigation exploitent au maximum les

Saint-Mandé Infos : Dans cette lutte, la sensibilisation de la population est-elle une priorité pour vous ? Comment allez-vous communiquer à ce sujet ?

Saint-Mandé Infos : Est-il utopique de penser contrer tous les cambriolages ? Si oui, quels sont vos recommandations, vos conseils et les bons réflexes à avoir pour essayer de sʼen protéger au mieux ? Commissaire Blaise Lechevalier : Le risque zéro nʼexiste pas ! Ceci dit, en ayant des réflexes simples, chacun peut contribuer à changer les choses. Appeler le 17, numéro gratuit et disponible en permanence, permet très souvent dʼempêcher un cambriolage. Même si on nʼest pas certain quʼil sʼagisse dʼun cambriolage, même sʼil sʼagit dʼune personne ayant un comportement étrange ou de bruits inhabituels dans un immeuble, la police nationale est disponible pour venir lever le doute. Je dis à chacun : Nʼhésitez pas à nous appeler, nous sommes à votre service.


Jean Eroukhmanoff, 1 er adjoint au maire chargé des Finances

«Dépenser moins pour dépenser mieux» e conseil municipal s’est réuni mardi 25 juin pour approuver le bilan comptable de l’exercice 2012. Ce dernier dégage un solde positif de plus d’1,8 millions d’euros. Une partie de ce résultat excédentaire servira notamment à éviter le recours à l’emprunt sur l’exercice 2013. agissant dʼun des meilleurs résultats dʼexercice depuis 2008, il fournit lʼoccasion de présenter un premier bilan de la gestion financière depuis 2008. Ce mandat a été globalement marqué par la progression de notre capacité à dégager de lʼépargne pour permettre à la fois de limiter le recours à lʼemprunt et de préparer les années futures qui sʼannoncent difficiles en termes de gestion financière.

taux dʼévolution de ses dépenses et pour optimiser ses recettes. Premièrement, concernant les dépenses, la masse salariale constitue la part la plus importante du budget de fonctionnement dʼune collectivité territoriale. Tout mettre en œuvre pour en contenir lʼinflation est bien entendu lʼune des principales préoccupations de la municipalité. Entre 2008 et 2012, les dépenses de personnels ont augmenté de 2,47% en moyenne chaque année, atteignant environ 17,5 millions dʼeuros en 2012 (voir lʼinterview de JeanPhilippe Darnault à ce propos). Le second poste budgétaire le plus important correspond aux coûts de fonctionnement des services administratifs et des services à la population (charges à caractère général). Ces dépenses sont restées parfaitement stables entre 2008 et 2012 (+ 0,02 % sur toute la période). Dans le même temps, lʼinflation cumulée représente 5,8 %. En euros constants, il

Lʼépargne nette représente notre capacité à financer nos investissements sans recourir à lʼemprunt. Cette progression témoigne notamment des efforts réalisés par la collectivité pour freiner le

sʼagit donc dʼune réduction de nos dépenses liée à lʼoptimisation de notre fonctionnement et de notre capacité dʼachats à travers la multiplication des marchés publics. En effet, jʼinsiste sur le terme dʼoptimisation des

L

dépenses car ces économies ont été réalisées tout en maintenant la quantité et la qualité des services rendus aux Saint-Mandéens. Pour terminer sur les dépenses, il est important de souligner quʼau cours des cinq dernières années, lʼensemble des dépenses réelles de fonctionnement, c'est-à-dire hors prélèvements liés aux mécanismes de redistribution, nʼaugmentent que de 1,4 % par an en moyenne.

Réforme de la taxe professionnelle Du côté des recettes, le fait marquant du mandat a été la réforme de la taxe professionnelle. Elle a bouleversé lʼorganisation de la fiscalité locale et a entraîné la création dʼun Fonds national de garantie individuelle de ressources (FNGIR) destiné à compenser les conséquences financières de la réforme. À ce titre, Saint-Mandé est prélevé annuellement dʼun montant de plus de 3 700 000 euros depuis deux ans qui vient compenser des ressources supplémentaires obtenues par le transfert dʼune partie de la fiscalité départementale. En conclusion de cette première analyse sur lʼévolution de notre gestion financière, on comprend que sans cette gestion rigoureuse des dépenses, il nʼaurait pas été possible de retrouver lʼindispensable épargne nette présentée ci-dessus. Indispensable en effet car elle détermine notre capacité à limiter notre recours à lʼemprunt. Malheureusement, de nombreuses contraintes nouvelles vont avoir pour effet dans les années à venir de diminuer nos marges de manœuvre !

Nouvelles contraintes • Lʼaugmentation de la péréquation. Conformément aux orientations

13 Dossier

Jean Eroukhmanoff, conseiller général du Val-de-Marne, 1er adjoint au maire chargé des Finances, de la Solidarité entre les générations et de la Santé.


14 Dossier

fixées par le Parlement, la loi de finances initiale pour 2012 a prévu la création dʼun mécanisme de «péréquation horizontale» pour le secteur communal, cʼest-à-dire redistribuant une fraction des ressources fiscales entre collectivités. Le fonds créé à cet effet est alimenté par prélèvement sur les ressources des intercommunalités et des communes isolées aux potentiels financiers les plus élevés. Les sommes sont reversées aux intercommunalités et communes moins favorisées, classées en fonction dʼun indice tenant compte de leurs ressources, du revenu moyen de leurs habitants et de leur effort fiscal. Dès sa création, il était prévu que cette solidarité au sein du bloc communal se mettrait en place progressivement : 150 millions dʼeuros en 2012, 360 millions dʼeuros en 2013, 570 en 2014, 780 en 2015 pour atteindre à partir de 2016 et chaque année, 2% des ressources fiscales communales et intercommunales, soit plus dʼun milliard dʼeuros. Pour Saint-Mandé, la facture était de 183 051 euros en 2012. Pour 2013, nous avions prévu un prélèvement à hauteur de

368 000 euros. Toutefois, le revenu par habitant ayant finalement fait une entrée en force dans les mécanismes de redistribution, comme alternative au potentiel financier par habitant (masse de recettes que la commune serait en mesure de mobiliser si elle appliquait les taux de fiscalité moyens nationaux), le prélèvement des communes dites «riches» a augmenté de façon déraisonnable. Cʼest ainsi que nous avons appris le 10 avril 2013, sans avertissement préalable des services de lʼÉtat lors de notre préparation budgétaire, que notre prélèvement passait à 610 420 euros. Il a donc plus que triplé. Nombre de communes du Val-de-Marne ont été surprises de subir le même sort (Vincennes, Sucy-en-Brie, Le Perreux, etc.). • Les emprunts toxiques. Depuis 2008, les frais financiers de la collectivité sont toujours restés stables sʼétablissant autour de 900 000 euros. Cependant, la part des charges financières connaît en 2013 une hausse importante. Cette situation est liée principalement à lʼun des em-prunts «toxiques»

Dexia qui, après une première phase à taux fixe, est entré en phase variable au 1er janvier 2013. Cʼest pourquoi, au vu de la décision rendue par le tribunal de grande instance de Nanterre dans lʼaffaire opposant le Département de la SeineSaint-Denis à Dexia, et après une analyse approfondie du dossier propre à Saint-Mandé, nous avons décidé de porter plainte contre Dexia. Aujourdʼhui, lʼaffaire est en cours et nous espérons que les torts de Dexia seront reconnus. • La réforme des rythmes scolaires. La réforme scolaire imposée par le nouveau gouvernement de façon précipitée impactera, dès 2014, les dépenses de la commune. En effet, le retour à neuf demijournées dʼécole à travers les nouveaux temps «péri éducatifs» devra être pris en charge par les communes. Allongement des temps dʼaccueil, recrutement de personnels encadrant qualifiés et augmentation du nombre de repas servis dans les cantines sont autant dʼactivités qui renchérissent le coût de fonctionnement des écoles et centres de loisirs.

 5 questions à... Jean-Philippe Darnault adjoint au maire délégué à la Modernisation de l’administration, aux Ressources humaines et au Contrôle de gestion Saint-Mandé Infos : En votre qualité dʼadjoint au maire délégué à la Modernisation de lʼadministration, aux Ressources humaines et au Contrôle de gestion, quel regard portez-vous sur lʼévolution des dépenses de personnel depuis le début de la mandature en 2008 ? Jean-Philippe Darnault : La masse salariale a augmenté en moyenne de 2,47 % par an depuis 2008. Ce pourcentage dʼévolution démontre que SaintMandé a su maîtriser ses dé-

penses de personnel, puisquʼil est généralement admis quʼune collectivité peut difficilement avoir une masse salariale qui augmente de moins de 3 % par an, notamment parce quʼelle subit les effets du fameux «glissement vieillesse technicité». Cʼest-à-dire une évolution mécanique de la masse salariale due à lʼimpact des avancements à lʼancienneté des fonctionnaires. Saint-Mandé Infos : Le «glissement vieillesse technicité» peut-il être la seule explica-

tion de lʼaugmentation de la masse salariale ? Jean-Philippe Darnault : Audelà de lʼeffet mécanique du «glissement vieillesse technicité», il existe effectivement dʼautres causes expliquant lʼévolution des dépenses de personnel. Et je constate que la plupart relève de décisions prises au plan national qui échappe à tout arbitrage local. Cʼest notamment le cas des revalorisations de grilles de rémunérations de certaines catégories de fonctionnaires, du


15 point dʼindice de la fonction publique qui a continué dʼêtre augmenté jusquʼen 2010 et du minimum de traitement qui a bien entendu suivi lʼévolution du SMIC. Or, sʼil peut être tout à fait légitime dʼaugmenter les bas salaires, certaines décisions nationales sont aussi une limite imposée aux collectivités dans le pilotage de leur masse salariale. En définitive, je dirai que les chiffres démontrent que la gestion des ressources humaines à Saint-Mandé rejoint la gestion financière globale de la Ville, cʼest-à-dire que nous avons des services bien gérés mais qui subissent des contraintes, toujours plus nombreuses, venues des décisions prises au niveau de lʼÉtat. Le renforcement des mécanismes de péréquation entre les villes dites «riches» et les villes dites «pauvres», la réforme des rythmes scolaires, la nouvelle baisse des dotations de lʼétat, tout comme lʼamélioration des basses rémunérations, annoncée récemment par Mme Marylise Lebranchu, constituent les exemples les plus récents de ces arbitrages rendus au niveau national. Saint-Mandé Infos : Pour autant la municipalité a fait des choix entre 2008 et 2012 concernant ses dépenses de personnel ? Jean-Philippe Darnault : La Ville de Saint-Mandé a fait le choix de maintenir un périmètre de services publics locaux à la hauteur des attentes des SaintMandéens. Or, bien entendu, ceci a un coût. À titre dʼexemple, offrir davantage de places en crèches afin dʼessayer de répondre aux besoins de jeunes parents plus nombreux, ou accueillir plus dʼenfants dans nos centres de loisirs, nécessitent des recrutements supplémentaires. Cela est dʼautant plus vrai que des normes dʼencadrement viennent arbitrer les niveaux de recrutement. Par ailleurs, Saint-Mandé a également fait le choix de renforcer lʼexpertise dʼune partie de ses services. Nous avons ainsi

recruté des agents avec un niveau de qualification élevé pour le service informatique, le service juridique ou celui des marchés publics. Le renforcement de ces services nous permet de relever les défis à venir sereinement et sʼest, également, traduit par des gains de productivité et une commande publique plus efficace, synonyme dʼéconomies. Il sʼagit donc dʼinvestissements gagnants.

Les dépenses de fonctionnement ? Saint-Mandé Infos : Existe-til, selon vous, des moyens supplémentaires de contenir les dépenses de personnel et plus généralement de réduire les dépenses de fonctionnement ? Jean-Philippe Darnault : Concernant la maîtrise de la masse salariale, des efforts continueront dʼêtre demandés aux services. Le départ en retraite ou en mutation dʼun agent doit notamment être lʼoccasion de sʼinterroger sur lʼopportunité de son remplacement, les arbitrages étant ensuite proposés au Comité de direction présidé par le maire et auquel participe son 1er adjoint, Jean Eroukhmanoff. Par ailleurs, la préparation budgétaire 2014, que je conduirai à nouveau concernant la masse salariale, sera lʼoccasion de rechercher avec lʼencadrement des pistes dʼoptimisation dans lʼorganisation des services, comme nous lʼavions fait ces deux dernières années. Saint-Mandé Infos : Et que pouvez-vous nous dire concernant la modification du périmètre de votre délégation ? Jean-Philippe Darnault : Le départ de notre ancien adjoint aux Finances et lʼarrivée dʼun nouveau Directeur des finances dʼun très bon niveau ont été lʼoccasion de prendre des dispositions qui nʼavaient pas encore été prises.

Parmi celles-ci, il y a cette idée dʼorganiser un contrôle de gestion le plus performant possible. Des outils existaient dans les services. Au niveau de la DRH, ils ont notamment permis, ces dernières années, de faire bon usage des heures supplémentaires ou de recruter des agents dʼanimation au plus près des normes dʼencadrement pendant les vacances scolaires. Mais nous souhaitons que les services aillent aujourdʼhui plus loin. Cʼest pourquoi nous avons renforcé notre partenariat avec un cabinet de conseil financier capable de mettre à notre disposition des outils performants. Cʼest pourquoi le service de la commande publique occupe une place toujours plus importante dans lʼaccompagnement des services dans la définition de leurs besoins. Enfin, cʼest pourquoi lʼensemble des services est invité à définir des indicateurs et à analyser ses coûts et ses activités. Le contrôle de gestion qui relève à présent de ma délégation doit permettre dʼaméliorer le pilotage opérationnel des services et à la municipalité de prendre les meilleures décisions. Je conclurai en soulignant que nous sommes passés progressivement dʼune culture du développement des services publics locaux à une culture de gestion de la contrainte financière et quʼil est tout à fait rassurant de constater que ce changement soit compris et porté par notre encadrement.

Dossier

Les équipes du service des Espaces verts à lʼœuvre quotidiennement pour assurer la qualité du cadre de vie de Saint-Mandé.


17 Félicitations aux lauréats du concours 2013 des stages en entreprises

e jury chargé dʼétablir le palmarès du concours 2013 des stages en entreprises des élèves des classes de 3e de Saint-Mandé sʼest réuni mardi 14 mai à lʼHôtel de Ville, en présence notamment du maire, dʼAnnick Marghiéri, adjoint au maire chargée de lʼEnseignement, du Périscolaire, du Soutien scolaire, du Développement linguistique et du Temps libre, Françoise Dussud, adjoint au maire chargée du Développement économique, du Commerce, de lʼEmploi et des Marchés. Il a récompensé les onze meilleurs rapports de stage sélectionnés parmi les 324 élèves de 3e des collèges Offenbach et Saint-

L

Michel. Les onze élèves qui avaient été sélectionnés par les enseignants pour soutenir oralement leur travail devant le jury sont Hanna Abganrin pour son stage chez Exocom à Vitry-surSeine, Manon Eyssatier pour son stage à lʼhôpital pédiatrique Trousseau, Julie Guez pour son stage à lʼhôpital Saint-Antoine, Eléna Kaniewski pour son stage à European Recycling Platform, Emma Kovacic pour son stage à la Sacer à Paris Nord-Est, Elia Kopecky pour son stage chez Inter-parfums à Paris, Etienne Ruchon pour son stage au garage Peugeot Métin, Maud Paolantonacci pour son stage chez Thierry Dussac, artiste-peintre,

Levana Partouche pour son stage chez Chanel, Shirley Taieb pour son stage à la pharmacie du Cours de Vincennes et Raphaël Tavanti-Geuzimian pour son stage à lʼhôpital de Saint-Maurice. À lʼissue de ces présentations, le jury a décerné le 1er prix à Raphaël Tavanti-Geuzimian, le 2e prix revenant à Hanna Abganrin et le 3e prix à Elia Kopecky. Les stages en entreprises constituent pour les élèves de 3e une étape importante de leur scolarité. Les jeunes observent ainsi le fonctionnement de lʼunité dans laquelle ils passent quelques jours. Cʼest pourquoi le club Affaires et Convivialité, association de chefs dʼentreprises, soutien cette action avec la volonté de permettre aux collégiens une meilleure connaissance de lʼentreprise. Il sʼagit tant de rassurer les jeunes sur le monde du travail que de les sensibiliser à lʼesprit de créer et dʼentreprendre.

Photo souvenir des trois lauréats de ce concours 2013.

La vie économique

La permanence conseil pour les créateurs et repreneurs d’entreprises Organisée par la Ville de Saint-Mandé, son Espace accueil-solidarité-emploi (Ease) et le club Affaires et Convivialité, la permanence conseil pour les créateurs et repreneurs d’entreprises se tient tous les 1er et 3e lundis de chaque mois, de 14 h à 16 h, sur rendez-vous, à l’Ease, 25 avenue du général de Gaulle à Saint-Mandé (tél : 01 48 08 23 24). Cette permanence permet aux porteurs de projets de bénéficier d’informations et de conseils de la part d’interlocuteurs du monde de l’entreprise pour les aider à franchir les étapes du parcours qui mène à la création ou à la reprise d’entreprise.


18 La vie économique

Comment argumenter face à son banquier ? omment argumenter face à son banquier pour obtenir les financements nécessaires ? Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ? La conférence intitulée «Comment monter un dossier de crédit ?» organisée par Affaires et Convivialité et la Société générale sʼest déroulée le 26 mars à Saint-Mandé, en présence dʼune vingtaine de dirigeants dʼentreprises. Destinée aux TPE et très jeunes entreprises qui nʼont pas de directeur financier et se retrouvent parfois dépourvues, cette conférence sʼest voulue pratique. Elle a aussi visé à éviter

C

Saint-Mandé aux 1res assises nationales de l’image

Affaires et Convivialité a participé au stand mutualisé du conseil général du Val-de-Marne pour y présenter le Pôle géo-sciences et le projet de création du parc dʼactivités. Cette action de promotion réalisée en commun avec la Ville de Saint-Mandé et le Pôle géosciences sʼest déroulée dans le cadre des 1res Assises nationales de lʼimage jeudi 28 mars au Pavillon Baltard à Nogent-sur-Marne. Ces assises ont réuni environ 400 participants. Plusieurs territoires sollicités ont ainsi mis en avant leur attractivité : Ivry-sur-Seine et son campus urbain, la communauté dʼagglomération du Val-de-Bièvre et son incubateur dʼentreprises, la Communauté dʼagglomération Plaine centrale et ses pépinières, la ville dʼOrly et son pôle image et enfin Saint-Mandé et son Pôle géosciences. Une façon de faire découvrir lʼoffre immobilière et intellectuelle de SaintMandé labellisée «Territoire de demain». Pour en savoir plus consultez le site www.pôle-géosciences.fr ou sʼadresser à Affaires et Convivialité, 59 avenue du général de Gaulle à Saint-Mandé. (www.affairesetconvivialite.com - tél : 01 48 08 21 10 - courriel : contact@affairesetconvivialite.com).

les préjugés sur la banque et à aider les chefs dʼentreprise à mettre en valeur leurs atouts pour obtenir les financements nécessaires à leur projet. La relation dʼemprunt entre lʼentreprise et sa banque présente lʼavantage pour lʼentrepreneur de confronter son projet dʼentrepreneur à un tiers qui dispose des éléments dʼappréciation et de comparaison permettant de contrôler la viabilité dʼun projet. «Le banquier est un professionnel de lʼanalyse des risques économiques, qui a une vision transverse des différents secteurs et des grands ratios» a rappelé Bernard Dupuy, directeur régional Vincennes-Val-deMarne de la Société générale. Lʼemprunt permet de se rassurer sur la viabilité de lʼentreprise et tout refus doit être plutôt appréhendé comme un conseil pour un projet moyennement viable, que comme une marque de défiance.

La gestion de la trésorerie est déterminante La façon dont est gérée la trésorerie détermine très souvent lʼavenir dʼune société. Le plan de trésorerie est lʼoutil indispensable de toute entreprise et doit en permettre une gestion rigoureuse. Cʼest un élément clé pour la banque pour apprécier la viabilité et la pérennité dʼune entreprise. Les participants ont appris sur la manière dont un

projet de demande de financement devait être formalisé afin de le rendre rassurant, cohérent et par conséquent maîtrisé. Outre la trésorerie, lʼadéquation des compétences au projet, la viabilité économique, la faisabilité du projet, la rentabilité existante et attendue sont les critères dʼappréciation du banquier. Le banquier rappelle qu'il est aussi important de savoir s'entourer de professionnels, experts comptables pour les finances et avocats pour les aspects juridiques portant soit sur le fonctionnement interne de la société (typiquement statut) soit sur ses relations avec les tiers (contrat de vente, fourniture etc..). La Société Générale rappelle aussi l'importance des clubs d'entrepreneurs qui peuvent le cas échéant trouver d'autres financements (prêts d'honneur, business angels). La Société Générale est d'ailleurs en relation avec bon nombre d'associations de commerçants et clubs d'entrepreneurs du Nord du Val de Marne. Pour en savoir plus sʼadresser au club Affaires et Convivialité, 59 avenue du général de Gaulle (tél : 01 48 08 21 10 - courriel : contact@affairesetconvivialite. com) ou bien directement auprès de Maud MassotKsavrelof, directrice de lʼagence de Saint-Mandé-Mairie de la Société générale, 5 place Charles-Digeon à Saint-Mandé (tél : 01 41 74 80 21 - courriel : maud.massot-ksavrelof@socgen.com).


19 La vie économique Photo souvenir des personnels municipaux décorés entourés par de nombreux élus et chefs de service.

Le travail demeure la dignité de l’homme ! undi 13 mai, comme chaque année, la valeur du travail a été récompensée à lʼoccasion de la cérémonie de remise par Patrick Beaudouin, maire, des médailles dʼhonneur du travail à de nombreux salariés Saint-Mandéens et à des agents municipaux. La médaille dʼhonneur du travail est une distinction qui récompense lʼancienneté des services honorables effectués par tout salarié, la qualité des initiatives prises dans lʼexercice de leur profession ou de leurs efforts pour acquérir une meilleure qualification. Le maire a tenu à féliciter chaque récipiendaire. «Cette médaille honore vos qualités de savoir-faire et dʼengagement. Mais, elle symbolise aussi la valeur sociale, culturelle et morale que le travail possède. Car le travail joue un rôle comme facteur dʼutilité collective et de statut personnel. Il est une valeur fondamentale, inscrite dans la constitution et dans la déclaration des droits de lʼHomme. Cette manifestation est lʼoccasion de mettre en valeur à la fois, les femmes et les hommes, les travailleurs, le travail lui-même, les entreprises et la communauté tout entière» a souligné le premier magistrat entouré de nombreux élus. Lʼoccasion pour le maire de rappeler que, certes, le travail est source de revenus financiers,

L

mais il est aussi un accomplissement et un épanouissement personnel avant de conclure en rendant hommage à «ces femmes et ces hommes qui ont mis toutes leurs forces et leur conscience professionnelle au service de leurs entreprises, employeurs et donc de la collectivité». La cérémonie sʼest poursuivie par la remise des diplômes et médailles à chaque récipiendaire des promotions de juillet 2012 et janvier 2013 auxquels Saint-Mandé Infos adres-se toutes ses félicitations. • Médailles argent (20 ans dʼancienneté de service) : Chantal ALIMI, Djamal AM-

ZIANE, Bertrand AUDOIRE, Carole BENHAMOU, Myriam BOUVIER, Xavier BRUERA, Louise CHARBITE, Hervé de CREVOISIER DʼHURBACHE, Pascal DESAUBRY, Sylvie DEMORISE, Jean-Guy FABRI, Danièle FLEURY, Joël FOSSE, Sophie GAUDRON, Jean-Luc GOBINET, Florence HAROU, Annick JOUAN, Thierry LAS DIT PEISSON, Véronique LAVERNE, Marie-Claire LEGOFF, Carole LHERMITTE, Eric MIGNOT, Laetitia MONDET, Cécile RAISON, Christian RENAULT, Jean-Marc ROBBE, Martine ROYER, Carole SALABI, Judith SERFATY, Caroline SCHOLL, Frédéric TOUITOU,

Françoise Dussud, adjoint au maire, en compagnie dʼun salarié médaillé de lʼInstitut Le Val Mandé.

Photo souvenir des SaintMandéennes et Saint-Mandéens honorés lors des promotions de juillet 2012 et janvier 2013 de la médaille du Travail.


20 La vie économique

Le maire en compagnie de Gilles Clerc-Renaud, conseiller municipal, et de son épouse. Sandra Vivier-Mercoirol en compagnie dʼAnnick Marghiéri, adjoint au maire.

Françoise VILLAUME et Sophie WAKEFORD. • Médailles vermeil (30 ans dʼancienneté de service) : Juliette AGARANDE, Chantal ALIMI, Jacques BEAUPIN, Laurent BERON, Christine BRICHE, Marie-France CLERCRENAUD, Pascal DESAUBRY, Michel DESMARCHELIER, Jean DUNAUX, Véronique FRANCOIS, Odile GAMRASNI, Thierry GUERRE, Pierre HUGUET, Patrick LANGLOIS, François LEGERE MARQUET, Carole LHERMITTE, Martine MARZIN, Martine MEDAGLIA, Eric MIGNOT, Françoise PICK JARZUEL, Brigitte PORTHE, Corinne RACHEBOEUF, Christian RENAULT, Claudy RIO, Louis SAVOLDELLI et Benoit THOMAS. • Médailles or (35 ans dʼancienneté de service) : Jean-Pierre ALLOIN, Anne-Marie BEAUMONT, Lionel BREHAMET, Alain DEGENEVE, Claude DELMAS, Philippe DEMAY, Pascale DREYFUS, Michèle FAUVET, Pascal FONTOIN, Corinne GALLIOU, Patrick GOYET, Asraff HOSSEN, Philippe MARTIN, Laurence MICHEL, Fabienne ROCHER,

Réussite pour l’opération «paniers garnis» sur les marchés Vendredi 5 et dimanche 7 avril, l'Acomat et la société Dadoun ont organisé sur les marchés de lʼAlouette et de La Tourelle, une animation jeu de questions-réponses avec la volonté de faire gagner près de quatre-vingts paniers garnis au public. Objectif atteint à lʼissue de ces deux matinées marquées par la bonne humeur et la convivialité. Bravo à tous les gagnants et un grand merci aux trois commerçants qui se sont investis dans la confection de ces paniers garnis : Jimmy Spelle (fruits et légumes), Edward Wardakhan (fruits et légumes) et la poissonnerie Eilat.

Laurent SALMON et Gérard TISSOT. • Médailles grand or (40 ans dʼancienneté de service) : Gérard ALLEZARD, Marguerite BALLESTER, Pierre BERTHE, Hélène DUBOIS et MarieHélène MONTARLOT.

Personnel communal à l’honneur La réception a pris fin avec la remise de la médaille d'honneur régionale, départementale et communale, promotion du 1er janvier 2013, destinée à récompenser les employés municipaux qui ont manifesté une compétence professionnelle et un dévouement constant au service des régions, des départements, des communes. • Médaille argent (20 ans de services) : Akli AIT ALI (directeur du centre de loisirs PaulBert maternel), Karine BONNARD (auxiliaire de puériculture à la crèche de La Tourelle), Taramatee DOWLAT (agent dʼentretien), Nathalie DUTOY (gestionnaire au service Finances), Franck FERRARIS (jardinier au service Espaces verts),

Alain GHIENNE (adjoint technique de 1re classe au conservatoire, en retraite depuis quelques semaines), Ahmed HASSANI (adjoint technique au service Voirie), Fabrice MERCINIER (chef de police à la police municipale), Muriel MONIN (adjoint technique des écoles maternelles), Pascale NECTOUX (directrice adjointe au centre de loisirs maternel de La Tourelle), Ana RICARDO (officier dʼétat-civil), Sarah TECHE, Sandra VIVIER-MERCOIROL (responsable du secteur de lʼEnseignement). • Médaille vermeil (30 ans de services) : Marie-Josiane FONGY (agent spécialisé des écoles maternelles principal de 2e classe) et Jacques ZIEGER (agent de restauration à lʼécole Emilie et Germaine Tillion). • Médaille or (35 ans de services) : Annick LILLIER (agent de restauration à lʼécole Emilie et Germaine Tillion) et MarieJosé SALLES (rédacteur principal au service Petite enfance et administration, en retraite depuis quelques semaines).

Conversons à votre écoute !

mbiance chaleureuse, mercredi 29 mai, en fin d'après-midi, au 49 avenue du Général de Gaulle, à l'occasion de l'inauguration du nouveau centre dʼaudition Conversons. Françoise Dussud, adjoint au maire chargée du Développement économique, du Commerce, de lʼEmploi et des Marchés, sʼest félicitée de lʼouverture de cette enseigne, répondant à un besoin de proximité et proposant, par exemple, des bilans auditifs gratuits. Lʼélue a adressé tous ses vœux de réussite à lʼaudioprothésiste, Anna Fitoussi, ainsi quʼà ses collègues.

A


21 «Oh ! P’tits Terroirs» : une nouvelle adresse gourmande

eudi 23 mai, Patrick Beaudouin, maire, et JeanLouis Maître, président de la Chambre de métiers et de lʼartisanat du Val-de-Marne, ont inauguré, en présence notamment de Françoise Dussud, adjoint au maire chargée du Développement économique, du Commerce, de lʼEmploi et des Marchés, la charcuterietraiteur «Oh ! Pʼtits Terroirs» au 43 avenue du Général de Gaulle, une adresse à retenir pour tous les gourmets et gourmands saint-mandéens. Pour Laurent Baudry (52 ans), charcutier depuis 35 ans, un métier dans lequel il a fait ses premières armes lors de son apprentissage à la charcuterie tenue par ses parents, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et Claire (42 ans), comptable de formation, lʼouverture de cette boutique répond à un projet commun, point de départ dʼune nouvelle aventure professionnelle et personnelle... Mais Laurent et Claire entendent surtout faire de cette charcuterie-traiteur «Oh ! Pʼtits Terroirs» un haut lieu de la gastronomie française, en faisant découvrir ou redécouvrir aux Saint-Mandéennes et Saint-Mandéens la richesse du terroir français, le tout en sʼappuyant sur un savoir-faire qui sʼappuie sur une longue expérience.

J

À lʼoccasion de cette cérémonie amicale, Jean-Louis Maître, président de la Chambre de métiers et de lʼartisanat du Valde-Marne, sʼest dit déjà convaincu de leur réussite, proposant à Laurent et Claire de choisir pour slogan commercial «Si lʼon vient aux Petits terroirs, on fait un bon festin», faisant ainsi allusion à l'obligation de Claire et Laurent Baudry de changer de nom dʼenseigne et de passer de lʼenseigne initiale «Oh ! Pʼtits Festins» quʼils avaient choisie à «Oh ! Pʼtits Terroirs», après avoir été mis en demeure de renoncer à leur première appellation par un commerçant franchisé du XIIe arrondissement qui y voyait une «concurrence déloyale» !

est en réalité le résultat dʼun travail commun mené par la Ville de Saint-Mandé et la Chambre de métiers et de lʼartisanat du Val-de-Marne. Plus globalement, cette inauguration sʼinscrit dans la démarche mise en place depuis quatre ans dans le cadre du Fisac pour la redynamisation des commerces et de lʼartisanat de proximité et ce, en partenariat étroit avec les deux Chambres consulaires, la Chambre de commerce et dʼindustrie départementale du Val-de-Marne et la Chambre de métiers et de lʼartisanat du Val-de-Marne. À ce jour, concernant les métiers de bouche, la commune de Saint-Mandé compte deux traiteurs (contre trois en 1989), quatre bouchers traditionnels (contre quatorze en 1989), dʼun poissonnier (contre deux en 1989) et de quatre fromagers (contre deux en 1989).

La vie économique

Nouveau bureau de l'Asmac Co-présidents : - Martine Leblanc, Monoprix, 5 avenue du Général de Gaulle. - Gilles Violeau, boulangerie «Au temps du levain», 68 avenue du Général de Gaulle. Trésorier - Vincent Balmer, boulangerie Balmer, 3 avenue du Général de Gaulle. Secrétaire et site Internet - Julien Camiade, société de maintenance de systèmes informatiques, 34 avenue Quihou. Délégués de quartiers - Quartier La Tourelle : Isabelle Roussel, La Florangerie, 1 avenue du Général de Gaulle. - Quartier Centre : Danièle Taieb, Sensuella, 15 avenue du Général de Gaulle. - Quartier du Val : Corinne Attal, coiffure Saint-Karl, 45 avenue du Général de Gaulle.

Les marchés de Saint-Mandé fêtent les mamans

Redynamiser le commerce de proximité Après lʼouverture dʼun fromager, dʼun boucher charcutier, dʼun fromager, dʼune boulangerie et dʼune poissonnerie, cette nouvelle implantation sʼinscrit comme un atout supplémentaire pour la richesse du commerce saint-mandéen, tant elle répond à une attente du public et à la volonté de la municipalité de favoriser lʼimplantation de commerces traditionnels et de proximité. Lʼinauguration de la charcuterietraiteur «Oh ! Pʼtits Terroirs»

Vendredi 24 et dimanche 26 mai, à l'occasion de la fête des mères, lʼAssociation des commerçants des marchés de lʼAlouette et de La Tourelle (Acomat), a organisé avec lʼaide dʼhôtesses, une distribution de plus de 2 000 roses aux mamans présentes sur les deux sites. Une initiative remarquée qui a séduit toutes celles qui ont reçu cette jolie rose.


22 La vie économique

Bienvenue aux nouveaux commerçants et artisans saint-mandéens • Manuelle Bentz, graphologuegraphothérapeute (rééducation de lʼécriture pour les enfants, adolescents et adultes), 92 chaussée de lʼEtang (tél : 06 83 54 35 15).

• David Benarousse et Raphaël Elofer, pompes funèbres «Roc-Eclerc», 61 bis avenue du Général de Gaulle (tél : 01 71 33 10 80).

• Chantal Boccara, diététicienne-nutritionniste, 5-7 rue de lʼAmiral Courbet (tél : 06 80 66 92 15).

• Julie Kerszner, salon de manucure «Julieʼs», 94 avenue du Général de Gaulle (tél : 01 43 28 54 80).

• Thierry Métayer, agent commercial mandataire du réseau Trouvé immobilier (tél : 06 08 10 33 52). • Jean-Sébastien Prima, chiropracteur, 87 avenue du Général de Gaulle (tél : 01 43 74 94 57). • Claire Salabert, diététicienne-nutritionniste, 5 bis rue Faÿs (tél : 06 63 48 06 47).

• Au temps du Levain 68 avenue du Général de Gaulle. Tél : 01 43 28 47 07. Ouvert de 7 h à 13h30 et de 16 h à 20 h. Fermé le lundi et le mardi. Ouvert tout lʼété. • Boulangerie Balmer 3 avenue du Général de Gaulle. Tél : 01 43 28 19 59. Ouvert de 7h15 à 20 h. Fermé le mercredi et le jeudi. Ouvert tout lʼété. • Boulangerie Blavette 20 avenue Alphand. Tél : 01 43 65 32 17. Ouvert de 7 h à 13h45 et de 16 h à 20 h. Fermé le mercredi et le jeudi. Ouverture exceptionnelle les 10 et 11 juillet. Vacances annuelles du 13 juillet au 15 août inclus.

• Ana Ganem, salon de coiffure «Color and cut», 60 avenue du Général de Gaulle (tél : 01 48 08 44 67).

• Guillaume Gicquel, société «Expertcontact+» (expertise comptable pour Tpe et particuliers), 111 avenue de Paris (tél : 0800 200 160).

Été 2013 : les fermetures des boulangeries et pâtisseries

• Boulangerie Cosnier 182 avenue Gallieni. Tél : 01 43 28 50 01. Ouvert de 6h30 à 20h30. Fermé le samedi après-midi et le dimanche. Ouvert tout lʼété. • Boulangerie Durey 48 avenue du Général de Gaulle. Tél : 01 43 28 23 50. Ouvert de 6h30 à 21 h. Fermé le samedi après-midi et le dimanche. Vacances annuelles du 8 juillet au 4 août inclus.

• Boulangerie Oh Délices 55 avenue du Général de Gaulle. Tél : 09 52 77 07 77. Ouvert de 7 h à 19h30. Fermé le samedi. Vacances annuelles du 5 au 20 août inclus. • Boulangerie Rouquette 104 avenue du Général de Gaulle. Tél : 01 43 28 22 84. Ouvert de 7 h à 20 h. Fermé le samedi et le dimanche. Vacances annuelles du 5 août au 1er septembre inclus. • La boulangerie saint-mandéenne 121 avenue de Paris. Tél : 01 43 28 31 31. Ouvert de 7 h à 20 h. Fermé le lundi et le mardi. Vacances annuelles du 7 au 27 août inclus. • Lʼépi de Saint-Mandé 18 avenue Joffre. Tél : 01 43 98 08 64. Ouvert de 7h15 à 19h45. Fermé le samedi et le dimanche. Vacances annuelles du 29 juillet au 25 août inclus. • Pâtisserie Laloi 67 avenue de Paris. Tél 01 48 08 12 21. Ouvert de 7 h à 19h30. Fermé le samedi et le dimanche. Ouvert tout lʼété. • Pâtisserie Vialard 59 avenue du Général de Gaulle. Tél 01 43 28 11 50. Ouvert de 9 h à 13 h et de 15 h à 19h30. Fermé le dimanche après-midi et le lundi. Vacances annuelles du 20 août au 2 septembre inclus. (Information sous réserve de modifications de dernière minute)


23 Les Sornettes : le coin des enfants petits et grands

La vie économique

La Florangerie accueille les «Paniers bio du Val de Loire» a crise économique nʼy change rien : la consommation de produits bio progresse régulièrement. Dans le même temps, les surfaces dédiées à l'agriculture biologique en France ont crû de 25 % ces dernières années pour franchir la barre du million dʼhectares (4,6 % des surfaces agricoles). Aujourdʼhui, pour les adeptes du consommer bio, cʼest tout à la fois défendre l'environnement et encourager l'agriculture paysanne, non industrielle, ingérer moins de pesticides et surtout opter pour la qualité nutritionnelle des aliments, leur texture, leur saveur. Dans ce contexte, un nouveau point de dépôt des «Paniers bio du Val de Loire» sʼest ouvert à La Florangerie (1 avenue du Général de Gaulle), en complément de celui qui existe déjà à lʼAtelier dʼart La Charpente implanté, rue de lʼAmiral Courbet. Ces paniers de fruits et de légumes biologiques et de saison sont livrés chaque semaine en direct des fermes bio de la région Centre, regroupées au sein de lʼassociation Val bio centre. Conditionnés et livrés par des personnes en insertion professionnelle, les «Paniers du Val de Loire» participent ainsi à la remise au travail des personnes en difficultés sociales et professionnelles. Renseignements : www.lespaniersbioduvaldeloire.fr.

ette jolie boutique fait, depuis huit ans, pétiller les yeux des petits et des grands… Pour les plus jeunes, elle nʼest autre quʼune véritable caverne dʼAli Baba avec des jouets en bois magiques, des jeux de société et de création, des jeux éducatifs ainsi quʼune multitude de superbes ouvrages Jeunesse qui font le bonheur des enfants de tous âges. Anne-Marie, propriétaire des lieux depuis presque un an, vous accueillera avec le sourire, vous guidera et vous conseillera avec compétence, ayant elle-même trois jeunes enfants. Quel que soit votre budget, vous repartirez avec «le cadeau» qui fera le bonheur de son destinataire, le tout dans un bel emballage coloré ! Boutique de quartier, qui privilégie les jeunes créateurs et les fabricants français, les belles matières, robustes, écologiques, on trouve ici des jouets originaux et pratiques. Bracelets de couleurs et barrettes, cadeaux de naissance, instruments de musique pour enfants, kit cookies pour cuisiner, hochet en bois à lʼhuile de lin, sacs à broder, cartables, jeux de voyage et tant dʼautres choses à découvrir.

C

Nʼhésitez pas à pousser la porte… juste pour le plaisir des yeux ! Les Sornettes 15 rue Faÿs à Saint-Mandé Du mardi au vendredi de 11 h à 19 h et le samedi de 10h30 à 19 h. (tél : - 01 41 93 08 22- Internet : www.lessornettes.fr - courriel : eboutique@lessornettes.fr)

Un nouvel outil numérique interne our faciliter son fonctionnement et ses relations internes, le club Affaires et Convivialité a adopté la plateforme numérique RunOrg. Une quinzaine dʼentrepreneurs adhérents à Affaires et Convivialité se sont retrouvés le 2 avril à la mairie de Saint-Mandé pour se perfectionner à lʼutilisation de RunOrg, la plateforme collaborative numérique choisi par leur club dʼentreprises pour communiquer en interne. «Grâce à cet outil la communication au sein de lʼassociation gagne en efficacité, en fiabilité et permet de gagner du temps sur le plan administratif» ont confirmé les dirigeants dʼAffaires et Convivialité lors de cette rencontre qui était consacrée à se former à lʼutilisation de cet espace privé autant quʼà mieux connaître ses activités et entreprises respectives.

P

Les adhérents sont dʼautant plus satisfaits de ce moyen de relation numérique que celui-ci est déjà utilisé par le Carrefour des entreprises de lʼEst parisien auquel Affaires et Convivialité est affilié. Ainsi chacun des membres accède en un seul clic aux deux plateformes, celle dʼAffaires et Convivialité, dʼune part, et celle du CAREEP, dʼautre part. Cette réunion sʼest terminée par un sympathique vin dʼhonneur et un échange de cartes de visite permettant aux nouveaux adhérents de se présenter. Pour en savoir plus sʼadresser à Affaires et Convivialité, 59 avenue du général de Gaulle à Saint-Mandé (tél : 01 48 08 21 10 courriel : contact@affairesetconvivialite.com - Internet : www.affairesetconvivialite.com).

REPÈRE

L


25 Le social

Saint-Mandé fête les jeux lʼoccasion de la fête mondiale du jeu, samedi 25 mai la ludothèque a organisé un évènement dans le hall de la mairie. Lʼéquipe complète de la ludothèque, Dominique Cattiau, responsable de la ludothèque, Liliana Dos Santos la directrice adjointe de la halte-garderie et Cynthia Gabourg, animatrice de la maison des marronniers ont assuré lʼaccueil des visiteurs. De nombreux jeux géants ont été installés sur place, les saint-mandéens ont pu y découvrir des jeux de stratégie et des jeux dʼadresse pour tous les âges. Enfants, adolescents, parents ou grands-parents se sont retrouvés pour partager un moment agréable, en sʼamusant en famille ou entre amis. Pour les plus jeunes enfants, en lien avec le marché du terroir, un espace de jeu dʼimitation était aménagé : deux maisonnettes et un stand de marchande rempli de charcuteries et de fruits et légumes ont ravi les petits qui, comme les grands à lʼextérieur, faisaient leurs courses et pique-niquaient sur place. Un passeport était distribué à chaque enfant, sur lequel cinq images étaient imprimées. Pour chaque jeu découvert, une image était colorée par lʼune des personnes de lʼéquipe accueillante. Au bout du cinquième jeu découvert, en échange du passeport colorié, les enfants avaient droit à une collation : une boisson (dans un gobelet souvenir sensibilisant à lʼécologie) et une part de gâteau. Un panneau photo, représentant trois personnages dans une ferme avait été installé à lʼentrée de la mairie, les visiteurs pouvaient se prendre en photo en insérant leur tête dans les espaces vides des visages.

À


26 Le social

11e Printemps des bébés «Doux comme un agneau»

Une très belle réussite !

amedi 1er juin, plus de 1 700 personnes ont participé au Printemps des Bébés 2013 sur la thématique «Doux comme un agneau» au centre sportif RogerVergne, rue du Commandant-Mouchotte à Saint-Mandé. Les enfants, accompagnés de leurs parents, ont participé avec joie aux nombreux ateliers proposés et tenus par plus de soixante-dix bénévoles dynamiques et souriants. Dans la matinée, un conte musical sur le thème de la journée «Dodo lʼagneau» par lʼAtelier de recherche artistique a captivé la jeune assistance, puis un spectacle destiné aux 2 à 8 ans, «Galou le berger» par la Compagnie 3 chardons, a enchanté lʼaprès-midi. De vrais agneaux tout doux ont fasciné les enfants qui ont pu les caresser avec joie. Des livres avec la Médiathèque, des jeux avec la Ludothèque, du jardinage (rempotage de plantes fleuries), dégustation de barbes à papa et de meringues, stands de maquillage rigolos, ateliers de dessins et de peintures colorées, gommettes à coller ou encore coloriage et playmaïs… Les petits et grands se sont amusés à poser devant le photographe, à visiter les jolies cabanes installées par Les Ribambins et glisser sur les toboggans. Tout était prévu pour que les bambins passent une journée riche en découvertes et inoubliable ! De nouveau, «la grande braderie des tout-petits» avec une soixantaine de stands a intéressé des acheteurs et des vendeurs toujours plus nombreux. Dʼannée en année, le Printemps des Bébés attire un nombre croissant de participants et la manifestation sʼinscrit comme lʼun des temps forts de la vie saint-mandéenne dʼautant quʼun soleil radieux était au rendez-vous ! Lʼorganisation, les nombreux bénévoles (dont beaucoup de jeunes de la Maison des marronniers) et les intervenants de qualité sont à lʼorigine de ce succès populaire. Cette année, la Petite Enfance était présente ainsi que des crèches et de nombreuses associations de la ville. À noter : les photos prises lors de cette journée seront exposées dans le hall de la mairie du 19 au 26 juin puis seront offertes aux parents à partir du jeudi 27 juin.

S


27 Le social


28 Le social

Canicule : restons vigilants et adoptons les bons gestes !

Chers amis Saint-Mandéens, ui nʼaura pesté contre ce long printemps humide que nous venons de traverser ? La soif de beau temps nous étreint, mais nʼoublions pas les dangers que fait courir aux personnes âgées une chaleur intense qui se prolonge pendant une semaine ou une vraie canicule qui sʼabat simplement trois jours sur notre région. Si vous avez pour voisins ou amis des seniors, rappelez leur nos conseils, ayez la générosité de vous enquérir de leurs besoins et nʼhésitez pas à nous prévenir. Si vous êtes concerné, il est indispensable de connaître les conseils qui peuvent vous sauver : - si vous présentez une fatigue anormale, des troubles du sommeil récents, si votre corps est chaud, rouge, si vous avez de la fièvre, des maux de tête, si vous vous sentez troublé, confus, - alors, buvez de lʼeau fraiche, provoquez des courants dʼair, aspergez-vous dʼeau et mangez salé, Mais surtout, PRÉVENEZ-NOUS au 01 49 57 78 65 ou appelez la police municipale 01 49 57 78 39 qui nous contactera. Pour éviter les conséquences dʼune éventuelle canicule pensez à imiter les gens qui vivent dans les pays du Sud : sortez à la fraiche, en début de soirée, laissez vos volets fermés mais aérez en ouvrant les fenêtres, portez des vêtements légers, de couleur claire et très amples. Faites mieux quʼeux : inscrivez-vous vite au fichier 2013 «plan alerte canicule». Notre service Bel Age est à votre écoute et à votre disposition. Surtout ne gâchez pas un bel été par une expérience que vous redoutez à juste titre : une hospitalisation ! Muni de ces conseils vous nʼavez plus rien à craindre du soleil. Alors très bel été à vous et bonnes vacances !

Q

Jean Eroukhmanoff et toute lʼéquipe Bel Age

Pour toute information complémentaire concernant les services proposés, nʼhésitez pas à prendre contact avec lʼéquipe du Bel âge du Centre communal dʼaction sociale : - Florence au 01 49 57 78 18 - Adélaïde au 01 49 57 78 65 - Odette au 01 49 57 78 32 Le service Bel âge est ouvert tous les après-midi, de 13 h 30 à 18 h, et le vendredi de 13 h 30 à 17 h. Lʼoccasion de rappeler que le service Bel âge propose diverses autres prestations visant à favoriser le maintien à domicile, la téléassistance, les repas à domicile, les sorties et les voyages…

ette année encore, la Ville et le Centre communal d’action sociale de Saint-Mandé se mobilisent et mettent en place un dispositif de prévention en cas d’alerte canicule. Localement, l’efficacité de ce plan canicule repose sur l’existence d’un réseau de solidarité : parents, amis, mairie, voisins, mais également gardiens d’immeubles, associations, services de soins et aides à domicile.

C

Conseils pratiques en cas de canicule • Être attentif aux bulletins météorologiques en consultant régulièrement les prévisions sur le site www.meteofrance.com ou par téléphone au 32 50 (appel national taxé) ou 08 99 71 02 94 (appel départemental taxé). • Éviter de sortir aux heures les plus chaudes entre 11 h et 17 h et de sʼexposer au soleil. • Réduire la température de son logement en fermant les fenêtres et les volets, ne les ouvrir que le matin et en fin de journée. • Prévenir la déshydratation en buvant régulièrement environ 1,5 litre dʼeau par jour. • Privilégier certains aliments comme les fruits, les légumes et les potages froids à conserver au réfrigérateur pour prévenir tout développement de microbes. • Penser à se rafraîchir en utilisant des brumisateurs, en humidifiant ses vêtements, en prenant une douche ou un bain à une température inférieure de quelques degrés à celle de son corps et sʼéponger avec des linges humides. • Donner de ses nouvelles à son entourage. • Les conséquences dʼune canicule peuvent être la déshydratation, les coups de soleil et de chaleur, lʼintoxication alimentaire. En cas de persistance des symptômes suivants : difficulté de boire ou de sʼalimenter, fièvre, diarrhée, vomissements, agitation ou somnolence… composer le 15 (24h/24h).

Les numéros utiles • Canicule info service : 0 800 06 66 66 (appel gratuit), numéro mis en place jusquʼau 31 août ou consultez www.sante.gouv.fr/canicule • Service de soins infirmiers à domicile : 01 49 57 78 89 • Police municipale : 01 49 57 78 39 • Associations dʼaides à domicile : - Ages Inter Services, 22 rue du Commandant-Mouchotte (tél : 01 43 28 80 00). - Nouvel Horizon, 1 rue Jean Moulin à Vincennes (tél : 01 43 98 12 29). - Assisteo : 0 810 300 302 • Transports accompagnés - AJC Services + 34 ter Chaussée de lʼÉtang à Saint-Mandé (tél : 01 46 37 01 59). - Vilcena, centre Pierre-Souweine, 6 avenue Pierre Brossolette à Vincennes (tél : 01 41 74 08 03).


3 1 0 2 r e i h c tion au fi

Inscrip

29 Le social

Plan d’alerte et d’urgence canicule 2013 Nom :

Prénom :

Date de naissance : Adresse : Téléphone fixe ou portable (impératif) :

J oui J non Repas à domicile : J oui J non Téléassistance :

Si vo us n’êtes p as encore in scrit ce bulletin est à reto urner au service Be l âge Centre commu n al d’action so ciale Hôtel de Ville 10 place Ch arl es-Digeon 94165 S aint-M andé cedex

Qualité au titre de laquelle vous souhaitez être inscrit :

J Plus de 65 ans J Plus de 60 ans inapte au travail J Adulte handicapé (AAH, carte dʼinvalidité, pension dʼinvalidité)

Situation familiale :

J vit seul(e) J vit en couple J vit avec une tierce personne

Coordonnées (nom, adresse, téléphone) des personnes à contacter en cas de difficulté (merci de préciser le lien de parenté) :

Coordonnées (nom, adresse, téléphone) des organismes ou personnes intervenant à votre domicile (notamment médecin traitant, professionnels de santé, aides à domicile, livraison de repas, etc.) :

Dates de vos éventuelles absences du domicile prévues jusquʼau 31 août 2013 :



Je m’engage à communiquer au centre communal d’action sociale les jours d’absence de mon domicile. Jʼai pris note : - quʼen cas de non-réponse aux appels téléphoniques répétés, la Ville sollicitera la police municipale pour une enquête de voisinage, - que lʼinscription sur le présent fichier autorise la Ville à solliciter lʼintervention de la police municipale pour envisager une ouverture forcée de la porte dʼentrée (à ma charge).

Le …………………

Signature :


30 Le social

Vous avez perdu un proche ? Afin de vous aider dans cette période difficile, l’Assurance-maladie a simplifié vos démarches. Garanti par l’assurance décès du régime général, le droit au capital décès vous est ouvert en cas de décès d’un assuré social, si vous étiez son ayant droit. Le capital décès n’est pas attribué de façon automatique ; il est attribué seulement si le ou les bénéficiaires éventuels en font la demande. Prendre directement contact avec votre agence de la Caisse primaire d’assurance-maladie du Val-de-Marne.

Institut Le Val Mandé

Signature de quatre contrats «emplois d’avenir» ardi 30 avril, MarieArlette Carlotti, ministre déléguée en charge des personnes handicapées et de la lutte contre lʼexclusion, a parrainé de sa présence la signature de quatre contrats dʼ«emplois dʼavenir» à lʼInstitut Le Val Mandé, en présence notamment de Laurence Abeille, députée, Alain Blavat, vice président du conseil général vice-président chargé de lʼenvironnement et des espaces verts, président du conseil dʼadministration du Val Mandé, Thierry Leleu, préfet du Valde-Marne, Philippe Polito, conseiller municipal délégué au Handicap, Pascal Craplet, sous-préfet de lʼarrondissement de Nogent-sur-Marne, Dominique Perriot, directeur général

M

Vente de solidarité

Depuis plus de 35 ans, les Amis des Rayons de Soleil et de lʼEnfance organisent chaque année une vente de solidarité au profit des quatorze Maisons dʼéducation à caractère social situées dans lʼHexagone. Le bénéfice de ces deux journées contribue à la réalisation de certains projets permettant à des «jeunes majeurs» de sʼintégrer dans la vie professionnelle ou à améliorer la vie quotidienne de lʼenfance en souffrance. Samedi 6 et dimanche 7 avril, le public a répondu à lʼappel à la solidarité en venant nombreux dans les salons de lʼHôtel de Ville faire son choix parmi les divers stands qui lʼattendaient pour lui proposer vêtements, lingerie, linge de maison, bijoux, jouets, produits régionaux… Parallèlement, une exposition de peintures sʼest tenue dans le patio de lʼHôtel de Ville du mardi 26 mars au dimanche 7 avril, toujours au profit des Amis des Rayons de Soleil et de lʼEnfance.

Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des personnes handicapées et de la lutte contre lʼexclusion, en compagnie des jeunes bénéficiaires de ces contrats dʼ«emplois dʼavenir» et des différentes personnalités présentes. de lʼInstitut le Val Mandé et Robert Combe, directeur de la mission locale des villes du Nord du Bois. Subventionné par lʼÉtat, ce dispositif a pour objectif dʼendiguer le chômage des jeunes âgés de 16 à 25 ans et peu diplômés. «Les emplois dʼavenir ne vont pas régler à eux seuls le problème du chômage des jeunes» reconnaît la ministre, «mais cʼest une réponse forte et ciblée». Au sein du Val Mandé, spécialisé dans la prise en charge quotidienne de 460 enfants et adultes en situation de handicaps, les quatre jeunes recrues exerceront des emplois dʼencadrement des usagers, dʼintendance mais aussi dʼéducateur. «Les besoins existent, notamment pour les personnes âgées» détaille Serge Le Foll, coordinateur des soins au ValMandé. «Si nous avions pu les embaucher avant ce dispositif, nous lʼaurions fait. La question maintenant est de savoir, dans trois ans, quand leurs contrats seront arrivés à échéance, comment nous pourrons les garder…». Dans ce contexte un peu particulier dʼaccueil de personnes handicapées, les quatre premiers emplois dʼavenir recrutés par lʼInstitut le Val Mandé ont

dʼabord effectué une semaine de test au sein de lʼétablissement, une fois sélectionnés, afin de sʼassurer quʼils sʼadapteraient à ce contexte. Le profil des postes est assez varié, dʼintendant à régisseur son et lumière en passant par aide animateur socioculturel et technicien de matériel de santé. Deux autres emplois dʼavenir doivent être recrutés par lʼInstitut cette année. Pour rappel, le recrutement des emplois dʼavenir par des collectivités locales, entreprises publiques, bailleurs sociaux et autres établissements publics, permet une prise en charge du salaire par lʼÉtat à 75 %. Le contrat dure trois ans et doit être assorti dʼune formation. Il concerne les jeunes sans aucune qualification. Dans le Val-de-Marne, lʼobjectif fixé par le gouvernement est dʼenviron 1 300 emplois dʼavenir recrutés en 2013.


31 Jeunesse/Éducation

Peintres et poètes en herbe fêtent les mamans a remise des récompenses des concours de dessins et poèmes organisés à lʼoccasion de la fête des mères sʼest déroulée dimanche 26 mai à 11 h dans la salle des Fêtes de lʼHôtel de Ville en présence du maire, Patrick Beaudouin, des membres du conseil municipal, des enfants accompagnés de leurs parents ainsi que des chefs dʼétablissements concernés. Au total, 726 enfants des classes maternelles et élémentaires des écoles Notre-Dame (239 participants dessins et 9 participants poèmes en élémentaire, 120 participants dessins en maternelle), Paul-Bert (146 participants dessins et 3 participants poèmes en élémentaire), Émilie et Germaine Tillion (111 participants dessins en maternelle) ainsi quʼune centaine dʼenfants en participation libre ont rivalisé dʼimagination et de talent pour honorer les mamans à travers 712 dessins et 14 poèmes. Au titre des enfants primés pour le concours de dessin, catégorie maternelle, le premier prix revient à Rose Berthelot (Tillion), qui devance de peu Louis Bonnel (Notre-Dame) et Gabrielle Attal (Charles-Digeon). Pour ce qui concerne le concours de dessin, catégorie élémentaire, Shana Lachari (Charles-Digeon) lʼemporte devant Gaspard Mayer (Paul-Bert) et Pierre Guillat (Notre-Dame). Enfin, pour le concours de poésie, le premier prix a été décerné à Chloé Varin (Notre-Dame), devant Raphaël Ghnassia (CharlesDigeon) et Elion Jupolli (Paul-Bert). Les neuf premiers dessins et poèmes primés ont été exposés dans la salle des Fêtes pour le grand bonheur des enfants et des parents présents.

L

Tous les enfants qui ont participé à ce concours, quʼils aient été primés ou pas, ont été récompensés.


32 Jeunesse/Éducation

«Rencontres Jeunes et Handicaps» : un autre regard sur la différence ardi 2 avril, cʼétait au tour de lʼécole élémentaire Paul-Bert dirigée par Mme dʼHendecourt dʼaccueillir lʼassociation «Rencontres Jeunes et Handicaps» qui organisait, en partenariat avec la mairie et lʼInstitut Le Val Mandé, une journée dʼateliers pour apprendre à mieux connaître le handicap et la différence de lʼautre aux élèves du primaire. Une journée à lʼécole du respect de lʼautre et de la tolérance qui a débuté par la projection dʼun film «Un autre regard sur le Handicap». Depuis 1994, cette association val-de-marnaise organise des animations pédagogiques dans les établissements scolaires entre valides et handicapés pour «que les choses bougent et que les mentalités évoluent» comme le dit si bien Marie-

M

Le prix littéraire des écoles de la Ville Depuis six ans, de nombreuses classes des écoles saint-mandéennes sont inscrites dans le projet du prix littéraire initié par la 8e circonscription de lʼÉducation nationale qui regroupe Vincennes et Saint-Mandé et soutenu financièrement par les communes. Il a pour objectif dʼenrichir les lectures de lʼenfant dans le cadre dʼune thématique différente chaque année : celle de lʼannée 2012-2013 était axée sur la langue française, lʼhumour et les jeux de mots. Dans ce cadre, quatre à cinq ouvrages sont proposés, lus et travaillés en classe tout au long de lʼannée scolaire puis soumis à un vote pour élire lʼalbum ou roman préféré. Cette année ce sont seize classes de maternelle et dʼélémentaire dont celles du groupe scolaire Émilie et Germaine Tillion et de lʼécole de La Tourelle qui se sont investies dans ce projet. Lʼouvrage gagnant pour les maternelles et CP/CE1 est lʼalbum «Blaise et le château dʼAnne Hiversère» avec 51 voix sur 89 votants. Lʼouvrage gagnant pour les CE2, CM1, CM2 est lʼalbum «Lʼîvre de français» avec 64 voix sur 101.

France Buffière, dynamique fondatrice et présidente de lʼassociation dont le siège est à Saint-Mandé. Ces rencontres à travers des ateliers, entre les jeunes élèves et les personnes handicapées, sont destinées à les rassembler au moyen dʼactivités physiques (parcours en fauteuil, en aveugle, ateliers sensoriels) ou de la culture (atelier interactif de peinture), sensibiliser les élèves par le dialogue (jeux de questions/ réponses), dépasser la curiosité pour comprendre lʼautre. Depuis vingt ans, grâce à Marie-France Buffière et à lʼassociation «Rencontres Jeunes et Handicaps», plus de 120 000 jeunes ont été sensibi-

lisés au quotidien des personnes handicapées. Elle souhaite que ces rencontres les touchent «dans leur cœur, leur tête, leurs tripes et les marquent durablement» afin que le handicap soit définitivement accepter et intégrer dans notre société.

Étudiant et logement Pour les étudiants, les vacances approchent. Qu'ils choisissent ou non de conserver leur logement pendant les vacances d'été, il est indispensable qu'ils en informent la Caisse d'allocation familiale du Val-de-Marne avant le 20 juillet 2013 afin de continuer à bénéficier de leur aide au logement. Pour cela, il leur suffit de se connecter sur www.caf.fr, rubrique «Mon compte» et de déclarer leur maintien dans le logement. En lʼabsence de déclaration, le droit à l'aide au logement sera suspendu au 1er juillet. Si lʼétudiant souhaite changer de logement, il devra faire une nouvelle demande d'allocation logement sur le www.caf.fr.


33 Cérémonie de Citoyenneté

Marie-Pierre Le Gall, conseillère municipale déléguée à lʼEnseignement, en compagnie de jeunes Saint-Mandéens venant de recevoir leur carte dʼélecteur. urant la désormais traditionnelle cérémonie de Citoyenneté qui sʼest déroulée lundi 8 avril à lʼHôtel de Ville, Patrick Beaudouin, maire de Saint-Mandé, entouré des membres du conseil municipal, a remis une vingtaine de cartes électorales à de jeunes Saint-Mandéennes et SaintMandéens devenus majeurs entre le 10 juin 2012 et le 28 février 2013. Accompagnés de leurs parents pour certains dʼentre eux, les jeunes, atten-

D

tifs, ont écouté les recommandations du maire. Cette cérémonie, instaurée à Saint-Mandé depuis 2009, est prévue par le code électoral depuis 2007. Cette année, 142 jeunes majeurs étaient invités à cette cérémonie. Ceux qui nʼont pas pu se déplacer ont reçu par voie postale leur carte électorale et le livret citoyen. Comme chaque année, le maire a insisté sur les principes fondamentaux qui fondent notre République : Liberté, Egalité,

Jeunesse/Éducation Fraternité, Démocratie et Laïcité, tous piliers de notre société. Le premier magistrat a également rappelé aux jeunes Saint-Mandéennes et SaintMandéens lʼengagement de la Ville à leurs côtés et de leur demander la réciprocité. En même temps que la carte électorale, un livret du Citoyen, établi par le ministère de la Jeunesse et des Sports leur a été remis, document qui récapitule les principaux droits et devoirs civiques du citoyen. Dans ce cadre, la municipalité a également distribué à ses jeunes majeurs la Charte du civisme et du développement durable de la ville de SaintMandé, afin de les sensibiliser à la volonté des habitants à vivre ensemble en harmonie, dans le respect et la tolérance. Cette charte leur donne les clés, les règles à suivre pour y parvenir tous ensemble.

Une nouvelle crèche à 10 minutes de Saint-Mandé La société des Crèches Babyland travaille à la prochaine ouverture d’une crèche de 20 places dans un local en cours de réhabilitation qui respectera les normes écologiques les plus récentes et affichera ainsi le label BBC. Il se trouve idéalement situé devant le RER A à Fontenay-sous-Bois (quartier Clos d’Orléans entre Vincennes et Nogentsur-Marne), à mi-chemin entre les deux entrées de la station. Situé en retrait de la rue d’une cinquantaine de mètres, le lieu est particulièrement calme. Ce sont quelque 270 m2 de locaux et un jardin de 300 m2 qui abriteront ce nouvel équipement. Opérateur de crèches, la société Crèches Babyland développe des structures d'accueil à taille humaine pour les enfants de trois mois à trois ans. Sa particularité est de proposer ces places aux familles, mais également aux collectivités et entreprises qui souhaitent réserver des places pour leurs administrés et salariés. Pour tout renseignement : contact@crechesbabyland.com


35 Michel Jonasz et Jean-Yves d’Angelo : un exceptionnel duo piano et blues

n tournée à travers la France depuis fin 2012, Michel Jonasz a fait escale à Saint-Mandé jeudi 28 mars avec son nouveau spectacle piano-voix. Accompagné de son complice de longue date, Jean-Yves dʼAngelo, musicien-compositeur de talent, Michel Jonasz a donné un concert haut en couleurs et en sonorités blues, jazz et groove qui a conquis des spectateurs dʼemblée sous le

E

charme de cet artiste hors du commun qui enchaîne les succès depuis bientôt trois décennies. Ce spectacle intimiste, mélange de musique et dʼhumour, a été un vrai moment de complicité entre les deux artistes et le public. Un rendez-vous exceptionnel au cours duquel, ses anciennes chansons incontournables comme La Boîte de jazz, Joueurs de blues, Les vacances au bord de la mer ont côtoyé dʼautres moins connues parce que plus récentes comme les Débutantes. Quel bonheur dʼavoir retrouvé sur la scène de la salle des Fêtes de lʼHôtel de Ville cette plume talentueuse, cette voix somptueuse et caressante, couronnée par une Victoire de la musique comme lʼartiste interprète masculin de lʼannée 1985. Comme le résume Michel Jonasz lui-même : «ce spectacle est un moment de joie, de partage et de plaisir !», quʼil a offert aux Saint-Mandéennes et Saint-Mandéens avec une évi-

dente gourmandise. Personnalité attachante, rappelons que Michel Jonasz est aussi un compositeur hors du commun, auteur de plusieurs génériques dʼémissions de télévision dont celui de Zone Interdite qui lui a valu un 7 dʼor ou de Cinéma, cinéma sur Canal +. Il est aussi un acteur à la filmographie diversifiée qui lui a permis de multiplier les rôles tant pour le cinéma proprement dit que pour la télévision, sans oublier ses prestations remarquées a théâtre dont «Abraham», pièce quʼil a écrite, mise en scène et interprétée.

La culture


36 La culture

Concert orgue et accordéon

Le public au rendez-vous de la 30e semaine d’Art contemporain

imanche 14 avril, un magnifique concert orgue et accordéon sʼest déroulé en lʼéglise Notre-Dame de Saint-Mandé. Un rendez-vous qui a permis à deux grands artistes, musiciens virtuoses de leur art et de leur instrument respectif, dʼoffrir un moment de pur bonheur acoustique. Plus dʼune centaine de personnes sont venues écouter lʼun des meilleurs organistes français, François-Henri Houbart. Commençant lʼétude de lʼorgue dès 11 ans et après avoir gagné de nombreux prix internationaux, François-Henri Houbart est reconnu comme lʼun des plus grands improvisateurs actuels. Titulaire depuis 30 ans des grandes orgues de l'église de la Madeleine à Paris, il a donné plus de 1 200 concerts ou récitals à travers le monde, de lʼEurope au Canada en passant par le Japon. Cet artiste hors pair a effectué aussi plus de 70 enregistrements, dont certains ont obtenu de prestigieuses récompenses. Sur lʼorgue de lʼéglise Notre-Dame en totalité restauré en 2007, il a donné toute sa mesure à Johann Sébastian Bach et à CharlesMarie Widor. Puis, il a été rejoint par lʼaccordéoniste, Bruno Maurice. Compositeur et improvisateur prodigue, ce dernier a commencé lʼapprentissage de lʼaccordéon à 6 ans. Parcourant le monde, Bruno Maurice est un véritable amoureux de ses deux instruments uniques au monde sur lesquels il joue aujourdʼhui : deux accordéons de la série Appassionata, véritables stradivarius de lʼaccordéon et chefs dʼœuvre de lutherie signé Vassili Koechlin (Ukraine). Internationalement reconnu pour son talent, il est le premier français à avoir donné un récital au conservatoire central de Pékin. Bruno Maurice a tout dʼabord interprété en solo des pièces, composées par ses soins, pour accordéon et inspirées par la nature ; des pièces rêveuses, de grande beauté, laissant son instrument exceptionnel résonner dans lʼéglise. Puis, les deux artistes ont joué des œuvres classiques du grand répertoire, le concerto en la mineur dʼAntonio Vivaldi ou encore la suite gothique de Léon Boëllmann... Les spectateurs, ravis et subjugués par cette harmonie de sons exceptionnels, ont fait un triomphe à nos deux musiciens !

D u samedi 25 mai au dimanche 9 juin, le public a été au rendez-vous de la 30e semaine dʼArt contemporain, une aventure culturelle hors du commun qui a démarré sous lʼimpulsion de Géo-Léo, deux Saint-Mandéens passionnés dʼArt contemporain. Au cours de ces trois décennies, la Ville de Saint-Mandé a accueilli des centaines dʼartistes représentant plus dʼune quinzaine de nationalités grâce au travail de recherche et de préparation de Muriel Poulaillon, commissaire de ce salon. Tous ces créateurs ont entraîné le public dans leur monde, ouvrant des portes à la connaissance de soi, à la connaissance de lʼHomme, en tout cas à de magnifiques partages. «Chaque année, ces artistes nous ont proposé de véritables défis, exaltant sensations et sentiments, mené des abysses aux voies lactées : ils ont loué la Nature, ses folies et ses merveilles, lʼhomme et ses peurs, ses laideurs, le vieillissement, la mort, lʼhomme et ses aspirations au sacré, au divin…» sʼest félicité Patrick Beaudouin, maire, à lʼoccasion du vernissage, en présence notamment de Julien Weil, adjoint au maire chargé des NTIC, de la Communication et de la Culture. Cette 30e édition était par ailleurs placée entre rêve et aspirations métaphysiques, de quatre artistes entre signe et silence, univers où le blanc se décline et nous étourdit de ses richesses, de ses subtilités : Anne Delfieu, Myoung-Nam Kim, Maryline Pomian et Shigeo Shinjo. Merci à Muriel Poulaillon pour son investissement personnel, et à Marie-Noëlle Chevalier du service culturel et aux différents services de la mairie pour la parfaite préparation de ce trentenaire.

D


37 À l’affiche du Patio...

La culture

u mardi 12 au jeudi 21 mars, lʼunivers des «Collages» de Luc Favard attendait les visiteurs. Un monde où la démarche artistique est tout à la fois ouverte ou thématique, un encouragement à lʼexpression de soi, à la liberté créative.

D

D

u mardi 26 mars au dimanche 7 avril, Jacques Werblinski a présenté une trentaine de toiles, autant de «portraits» de monuments, de lieux facilement identifiables. Une œuvre spectaculaire rehaussée par une palette haute en couleurs et en densité.

u mardi 7 au jeudi 16 mai, les photographies de Vincent Gramain témoignant de ses voyages en Amérique du Nord ont plongé le public dans un monde noir et blanc à lʼesthétisme raffiné, cher à leur auteur.

D

u jeudi 23 avril au vendredi 3 mai, Claude DucoulouxFavard a présenté ses dernières peintures. Un univers poétique et souvent bucolique aux harmonies colorées et charmeuses.

D

Le monde particulier d’Aurélie Poinat

u mardi 9 au jeudi 18 avril, Danielle Guichard a invité les visiteurs à découvrir ses sculptures et peintures où la pureté des lignes fixe le cadre dʼun univers graphique souvent envoûtant.

D

Du vendredi 23 au dimanche 26 mai, La Charpente a présenté les œuvres dʼAurélie Poinat. La jeune artiste peint exclusivement des intérieurs réduits à un ensemble de lignes qui dessinent les contours de murs et de percées pour en extraire une sorte dʼarchétype de la fonction dʼhabiter, proche de la maquette ou de la modélisation, qui nʼest pas sans rappeler les recherches sur le design du Bauhaus.


38 La culture

«Parties communes» uatre personnages se retrouvent coincés dans un ascenseur entre deux étages un soir de réveillon. Cette suspension dans le cours des choses va être pour eux lʼoccasion de faire un point sur le sens de leur vie. Lʼennui va être propice aux évocations oniriques de ce quʼils étaient, de ce quʼils voudraient être ou de ce quʼils auraient pu être. Et les secours vont se faire attendre… Une situation que le public a pu partager à lʼoccasion de lʼunique représentation de la pièce «parties communes», écrite et mise en scène Jean‐Christian Leroy, donnée samedi 23 mars à 20h30 sur la scène de la salle des Fêtes de lʼHôtel de Ville.

Q

Grande Rando d’Emerainville à Tournan amedi 13 avril, à une journée près, cʼétait grand soleil ! Bien que très humide, la forêt traversée par les randonneurs de la Maison des marronniers a livré quelques signes avant-coureurs du printemps et annonciateurs de belles journées à venir. Certains passages rendus délicats par les pluies abondantes des jours précédents ont ralenti la progression du groupe mais ce fut lʼoccasion dʼobserver, plus attentivement, les habitants de la forêt. Le bilan est éloquent : quatre chevreuils, deux lièvres, un lapin, dixhuit sangliers et pour finir en beauté, deux bisons (certes en semi liberté mais deux beaux spécimens tout de même…). Au regard de la météo du moment qui nʼencourageait pas à aller marcher en forêt, peu de personnes avaient osé sʼinscrire ou confirmer leur participation à cette grande rando. Une décision audacieuse qui leur a valu de passer une journée sportive (21 km de marche), pleine de surprises et de beaux paysages. Elles nʼont pas été déçues et attendent avec impatience la prochaine rando.

S


40 La vie locale

7es Olympiades Saint-Mandé/Eschwege u vendredi 17 au lundi 20 mai se sont déroulées en terre saint-mandéennes les 7es Olympiades communales Saint-Mandé/Eschwege.

D

a délégation de la ville jumelle allemande, composée de quatre-vingts personnes, menée par le maire dʼEschwege, Alexandre Heppe, et plusieurs élus, a été accueillie par Patrick Beaudouin, maire de Saint-Mandé, Jean-Pierre Nectoux, adjoint au maire chargé du Sport, de la Vie associative, des Jumelages et de lʼAnimation, président de lʼAssociation pour le Développement des Jumelages (ADJ) et les deux vice-présidentes

Co

L Alexandre Heppe, maire dʼEschwege tient à remercier la municipalité saint-mandéenne pour son accueil.

de lʼADJ, Annick Marghiéri, adjoint au maire chargée de lʼEnseignement, du Périscolaire, du Soutien scolaire, du Développement linguistique et du Temps libre, et Christine Sevestre, conseillère municipale déléguée aux Sports, à la Vie associative, au Jumelage et à lʼAnimation. Samedi, les matchs de tennis en double et en simple se sont déroulés au Lawn tennis de Saint-Mandé, ceux de basketball au gymnase André-Benzoni. Les équipes des deux villes se sont affrontées avec fair-play, amitié et surtout avec beaucoup de talent : victoire de Saint-Mandé en tennis et dʼEschwege au basketball…

Convivialité et esprit sportif

Match spectaculaire entre les basketteurs des deux villes.

Dimanche, Français et Allemands se sont retrouvés pour des parties dʼéchecs de grande qualité disputées au centre Pierre-Cochereau. Les parties de pétanque au bois de Vincennes ont aussi été très ouvertes, mais Saint-Mandé a fini par lʼemporter : sport national oblige ! Victoire également des SaintMandéens lors des rencontres de handball qui ont eu pour cadre le gymnase AndréBenzoni.

Émouvante interprétation des hymnes des deux pays et lʼhymne à la joie par la chorale des Concerts Saint-Mandéens Ainsi de nombreuses médailles ont été distribuées tout au long du week-end et les traditionnelles démonstrations sportives proposées à lʼoccasion des matchs de basketball et de handball, à savoir le penchak silat (art martial indonésien) ainsi que les danses folkloriques péruviennes effectuées par Santa Lucia et de capoeira par Naçao, trois associations saint-mandéennes, ont été très appréciées du public. Pour clore ces deux jours dʼOlympiades, le trophée final a été remis dans la salle des Fêtes de lʼHôtel de Ville, à lʼoccasion dʼun buffet campagnard convivial auquel ont participé de nombreux élus, présidents dʼas-

Les


41 La vie locale

Compétition particulièrement disputée au tennis.

sociations et Saint-Mandéens, venus témoigner de leur solidarité et leur amitié aux sportifs et amis dʼEschwege. À noter que les hymnes des deux pays et lʼhymne à la joie ont été exécutés avec brio par la chorale des Concerts Saintmandéens dirigée par Stéphane et présidée par Françoise Randy. Pour la quatrième fois, SaintMandé et ses équipes sportives ont remporté le trophée de ces Olympiades organisées grâce au concours du Crédit Mutuel et dʼOriginal Flockers.

Rendez-vous est déjà pris pour une nouvelle manche de cette compétition en mai 2015 à Eschwege. Depuis plus de vingt ans, grâce à ce jumelage, Saint-Mandé et Eschwege entretiennent des relations amicales et fraternelles en organisant en commun des manifestations culturelles et sportives, scolaires et individuelles conduisant à des rencontres et des échanges enrichissants.

Chaude ambian ce pour les pa rties de

pétanque.

Démonstration de danses folkloriques péruviennes.

Démonstration de penchak, art martial indonésien. Concentration extrême pour les échecs.

Les rencontres de handball demeurent un moment fort des Olympiades.

Démonstration de capoeira par l’association Naçao.


42 La vie locale

Froid de Pâques et pluie de chocolat our la 4e année consécutive, lʼassociation Cafédiabolo, sous la présidence de Maria Tung, a organisé dimanche 31 mars sa grande chasse aux œufs ! «Ce fut lʼoccasion pour mon tout jeune fils de découvrir, pour la première fois, les merveilleuses surprises chocolatées de Pâques et ce fut également pour moi lʼoccasion de retrousser mes manches et de mettre la main à la pâte cette année» explique Iris, une maman de Cafédiabolo. «Du travail, il y en avait ! Je nʼavais initialement pas soupçonné en me portant volontaire pour gonfler des ballons, quʼil fallait en gonfler deux cent quatre-vingt ! Mais avec le temps maussade de ce printemps un peu triste, les bourgeons se faisant encore rares, les fleurs encore emmitouflées dans leurs talus, il fallait bien égayer le jardin Alexandra David-Neel où la fête devait avoir lieu». «Le travail commença samedi, dès dix heures du matin au troisième étage de la Maison de la famille où une petite troupe de membres sʼétait réunie. Des ballons roses, jaunes, verts et bleus y poussaient petit à petit, lentement mais sûrement : en début dʼaprès-midi, nous avions atteint la centaine. Il nous fallait compter et décompter régulière-

P

CNI et passeport Dans le département du Val-de-Marne, il faut compter environ six semaines pour la délivrance dʼune carte nationale dʼidentité. Les délais pour les passeports biométriques sont extrêmement variables selon la période de lʼannée. Attention : à l'approche des congés notamment entre les mois d'avril et de juillet et des périodes dʼexamen, les délais de délivrance des cartes d'identité et des passeports augmentent. Ces délais peuvent être supérieurs en cas de perte ou de vol. En conséquence, n'attendez pas la veille de votre départ pour solliciter un titre. Tout au long de l'année, le service état civil/affaires générales est à votre disposition au 01 49 57 78 30. Attention : les demandes de passeport sont obligatoirement réceptionnées sur rendez-vous.

ment pour se donner du cœur à lʼouvrage. Lorsquʼil nous fallut finalement rendre la salle aux environs de dix-sept heures, nous avions donc atteint le chiffre spectaculaire de deux cent quatre-vingt-quatre ballons, et cela malgré notre interdiction complice de dépasser le chiffre initialement prévu». «Dimanche matin, 10 h, un soleil radieux illuminait le ciel et un vent glacial nous écorchait les mains mais rien ne peut plus décourager notre vaillant groupe de gonfleurs de ballons. Commence une course contre la montre pour accrocher joliment nos décorations, le lapin et les cloches pouvant ainsi nous repérer beaucoup plus facilement pour leurs livraisons dʼœufs en chocolats !». À midi, les premiers participants sʼétaient déjà positionnés devant les portails du square. Le sifflet nʼallait plus tarder à donner le signal du départ. Quelques derniers détails à régler et à 12h30 les grilles se sont ouvertes. Une ribambelle dʼenfants sʼest alors ruée à la recherche de leur trésor de Pâques, lʼœil vif, les joues roses et le sourire aux lèvres. Les grands ont rempli rapidement leur panier pendant que les plus jeunes sʼextasaient davantage sur les ballons.

Succès garanti pour tous ! «Jʼai été ravie de participer à cet événement saint-mandéen» confie Iris. «Jʼaimerais en vivre dʼautres et bientôt mais je fais confiance au calendrier de la ville et de lʼassociation». Un grand merci à toutes celles et tous ceux qui ont participé à la préparation et à la tenue de cette chasse aux œufs 2013 : Iris, Michel, Nadia, Sylvie, Alice, Michèle, Estelle, Régine, Maria auxquels se sont joints Alain, Nathalie, Weimin, Corinne, Louis, Thibaut ainsi quʼAriel et Christina.


68e anniversaire de la victoire du 8 mai 1945

43 La vie locale

Pierre et Ida Darricau : «Justesparmi lesNations»

Légende de gauche à droite : Agnès Leyris, Omer Darricau (fils), Evelyne Melnick, Alexis Darricau (fils) et Michel Mahérou (conseiller municipal). imanche 21 avril, une émouvante cérémonie sʼest déroulée à Lasclaveries, un petit village des PyrénéesAtlantiques, à lʼoccasion de la remise de la médaille de la Reconnaissance décernée à titre posthume aux descendants de Pierre et Ida Darricau pour leur engagement en faveur des populations persécutées par les autorités allemandes lors de la Seconde guerre mondiale. Une distinction que les deux fils du couple - en lʼabsence de leur sœurvMarie pour des raisons de santé - ont reçu des mains de Michel Alitensi, délégué du Comité français «Yad Vashem» pour lʼAquitaine, en présence notamment dʼEvelyne Melnick, octogénaire saint-mandéenne sauvée de la déportation par les époux Darricau, de Georges Labazée, sénateur et président du conseil général des Pyrénées-Atlantiques, dʼAndré Grille, maire de Lasclaverie, de Lionel Beffre, préfet des Pyrénées-Atlantiques,de Michel Mahérou, conseiller municipal de Saint-Mandé représentant Patrick Beaudouin, maire, et dʼAgnès Leyris, à lʼorigine de cette décision. Cʼest en effet cette dernière, animatrice de conférence et bénévole pour la reconnaissance du titre des «Justes parmi les Nations» qui va engager la procédure après avoir recueilli, (en juillet 2009) le témoignage dʼAndrée Weinsweg dit «Evelyne» épouse Melnick, Saint-Mandéenne, qui lui raconte comment elle a été sauvée de la déportation grâce à lʼaction de Pierre et Ida Darricau, un couple demeurant alors à Sévignacq, un village béarnais. «Sans cette famille, je ne serais pas là aujourdʼhui» a témoigné avec beaucoup dʼémotion Évelyne Melnick qui se souvient encore aujourdʼhui du cocon rassurant quʼoffrait ce foyer béarnais à la jeune réfugiée juive dʼune douzaine dʼannées quʼelle était. Pour sa part, Michel Mahérou a donné lecture du message adressé par le premier magistrat saint-mandéen aux enfants Darricau : «Grâce au comportement exemplaire de votre père et de votre mère, Évelyne a été sauvée. Aujourdʼhui vous recevez en leur nom la médaille des justes. Soyez en féliciter. En mon nom propre et en celui du conseil municipal de SaintMandé, permettez-moi de saluer la mémoire de vos parents, leur acte de foi en le courage et en la vie méritait cette reconnaissance, et notre admiration pour leur exemplaire comportement».

D

e 8 mai, la France a commémoré le 68e anniversaire de la victoire des Alliés sur lʼAllemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Signée en deux temps, la capitulation de lʼarmée du Reich a mis fin à un conflit qui fit plus de 36 millions de morts sur le continent. À Saint-Mandé, Patrick Beaudouin, maire, la municipalité, les membres du conseil municipal et les représentants des associations dʼanciens combattants, se sont tout dʼabord retrouvés au cimetière Sud pour rendre hommage à Robert-André Vivien, ancien ministre, ancien député-maire. Les cérémonies se sont poursuivies place Charles-Digeon, Brigitte Arthur, devant le monument aux morts conseillère avec notamment les dépôts de municipale, dépose gerbes et la lecture du message une gerbe au nom de Kader Arif, ministre déléde Laurence Abeille, gué auprès du ministre de la députée de la Défense chargé des Anciens 6e circonscription. combattants.

C


44 La vie locale

Journée nationale du souvenir de la déportation epuis 1954, la Journée nationale du souvenir des victimes de la déportation honore la mémoire de tous les déportés sans distinction et rend hommage à leur sacrifice. Cette journée a pour vocation de rappeler à tous ce drame historique majeur, les leçons qui s'en dégagent, pour que de tels faits ne se reproduisent plus. Comme chaque année, des cérémonies officielles sont ainsi organisées partout en France et notamment à Saint-Mandé. Dans le cadre de cette commémoration, la commission Mémoire de lʼassociation Bʼnai B'rith - Déborah Sam Hoffenberg, en étroit partenariat avec la Ville de Saint-Mandé, a organisé une exposition et un cycle de conférences sur le thème «Mémoire et transmission» placés sous le haut parrainage de Nicole Guedj, ancien ministre, président de la Fondation France-Israël. Du jeudi 25 au dimanche 28 avril, le hall dʼaccueil de lʼHôtel de Ville de Saint-Mandé a accueilli une exposition consacrée tout à la fois au Comité Amelot et les derniers objets de ceux qui furent internés dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande (les convois 4, 5 et 6).

D Une plaque rappelant le courage de la famille Moet a été dévoilée à leur domicile.

Moment fort de ces cérémonies commémoratives, la rencontre des collégiens en présence de Charles Baron, enfant rescapé de huit camps, et de son épouse.

Chaque année, le dépôt de gerbes à hauteur du 5 rue Grandville devant la plaque commémorant la mémoire des enfants israélites et leur institutrice déportés à Auschwitz en 1944 est marqué par une intense émotion en présence d'Alain Assouline, président de lʼassociation «lʼEtincelle».

Jeudi 25 avril, à 20h30, à la salle des Mariages de lʼHôtel de Ville, Philippe Boukara, spécialiste du judaïsme, maître de conférences à lʼIEP Paris, coordinateur de la formation au Mémorial de la Shoah et attaché au Centre de documentation juive contemporaine (CDJC), a animé une conférence sur «La passivité du monde, la résistance des juifs et le courage des Justes».

Devoir de mémoire Vendredi 26 avril, à la salle des Conférences du centre culturel, dans le cadre du cycle de conférences pour les scolaires, les jeunes Saint-Mandéens ont pu assister dans la matinée, à la projection du film «Les témoins des camps racontent» de Léon Abramowicz, témoignages de rescapés des camps recueillis par l'auteur, en présence de Charles Baron, enfant rescapé de huit camps qui a répondu aux questions des collégiens. Lʼaprès-midi, une seconde projection du film a été accompagnée des témoignages de

Jean-Marie et Michèle Moet devant le domicile de leur famille, rue Sacrot, lieu de lʼarrestation du 28 avril 1944. Sonia Pancer, déléguée Education au sein de la LICRA, dʼArlette et Charles Testyler qui ont dédicacé leur ouvrage «Les enfants aussi». Dimanche 28 avril à 12 h, le public a été nombreux à participer aux différents hommages rendus par la Ville, tout dʼabord à hauteur du 5 rue Grandville devant la plaque commémorant


Lʼarrière petit-fils de Gérard Moet dévoile la plaque commémorative.

45 La vie locale

Grand succès pour l’exposition et les conférences «Mémoire et transmission» la mémoire des enfants israélites et de leur institutrice déportés à Auschwitz en 1944, puis à la Croix des Prisonniers et des Déportés au cimetière Sud de Saint-Mandé, avant de rejoindre le 22 rue Sacrot où Patrick Beaudouin, maire, a dévoilé, en présence de Michèle MoetAgniel et de son frère, JeanMarie Moet, une plaque commémorative en hommage au courage et au sacrifice de la famille Moet qui apporta de lʼaide à de nombreux aviateurs alliés durant la Seconde guerre mondiale avant dʼêtre dénoncée et déportée à Buchenwald.

A noter… L'émouvant témoignage de Michèle Moet-Agniel sur cet évènement historique sera prochainement disponible dans une brochure éditée par la Ville de SaintMandé.

Deux œuvres de Myriam Sitbon-Mendel, artiste sculpteur de renommée internationale, qui a présenté quelques-unes de ses magnifiques créations en bronze.

ous un soleil radieux, plus de quatre cents personnes se sont déplacées pour assister à l'exposition «Mémoire et Transmission» organisée par La Loge B'nai B'rith Deborah Sam Hoffenberg de SaintMandé en partenariat avec la mairie de Saint-Mandé. De nombreuses Loges B'nai B'rith dʼIle-de-France étaient représentées. Sous le Haut-Patronage de Nicole Guedj, ancien Ministre, Conseiller dʼEtat et présidente de la Fondation France-Israël, lʼexposition a été ouverte en présence de Zvi Tal, ministre plénipotentiaire de lʼAmbassade dʼIsraël, Patrick Beaudouin, maire de Saint-Mandé, du conseiller général, des élus de la ville, de la présence de nombreux parlementaires, et élus locaux, de nombreux responsables communautaires et responsables d'associations comme Nathalie Cohen-Bidermann, représentant le CRIF, David Tibi, représentant du Consistoire, président du CCJ 94 et vice-président du LIBI, Gérard Uzan, président de la Communauté de Nogent-Le Perreux-Bry et de la Maison de la Culture Juive de Nogent-surMarne, Pierre Bellaiche, président de la Communauté de Fontenay-sous-Bois, Bruno Blum, président de la communauté ashkénaze de Vincennes, Bruno Smia, président de la communauté sépharade de Vincennes, Alain Assouline , président de la communauté de SaintMandé, Fernand Wiesenfeld, président dʼAVIV, Roger Hermann, représentant lʼUnion des Déportés d'Auschwitz, Monique Sander, vice-présidente de la Loge B'nai B'rith Ben Gourion, Denise Malet, Mentor de la Loge B'nai B'rith Léon Blum-Judaïsme Pluriel, Myrna Sitbon, président de la Loge B'nai B'rith Hatikva, Rolland Ghnassia, président de la Loge B'nai B'rith Yonathan Netahnyaou, des membres des Loges B'nai B'rith Anne Frank, Tsedek, Kinnereth, Ben Yehouda, Kaplan, Bialik, Daniel Pearl, Isaac Bashevis Singer, Kadima/Maïmonide et Janusz Korczak. La cérémonie a été ouverte par un interlude musical au violon sur le thème de «La liste de Schindler», magnifiquement interprété par Isabelle Durin, de l'Orchestre Philarmonique de Paris. L'interprétation de cette partition, en résonnance avec l'émotion ambiante, a fait couler bien des larmes. Cet épisode musical a été suivi dʼun discours engagé et plein dʼémotion de Patrick Beaudouin, maire de Saint-Mandé, suivi de celui de Richard Abitbol, président de la Loge Deborah Sam Hoffenberg, et de celui de Charles Waserstajn, responsable de la Commission Mémoire de la Loge. Un moment dʼémotion a suivi avec la prise de parole de Gabrielle Jacoubovitch-Bouhana, fille de J.Jacubowicz, membre actif du Comité Amelot . Après la découverte de lʼexposition, des panneaux présentant lʼépopée du Comité Amelot, le triste épilogue des dix-neuf jeunes filles de la rue Grandville et de la magnifique exposition de sculptures de Myriam Sitbon-Mandel. La soirée sʼest poursuivie par la Conférence de Philippe Boukara. Nous tenons à remercier tous les membres de la Commission Mémoire de la Loge Deborah Sam Hoffenberg qui ont oeuvré au succès de cet évènement : Sabrina Scetbon, Charles Waserscztajn, Hervé Bleines, Emmanuel Abramowicz, Nina Masliah, Sylvia Uzan, Claude Guempick, Aline Neimetz, Myriam Sitbon-Mandel et Suzanne Tafel.

S


46 La vie locale

Thomas Grenon, directeur général du Muséum national dʼHistoire naturelle présente les infrastructures de la grande serre à Geneviève Fioraso, ministre de lʼEnseignement supérieur et de la Recherche.

Allain Bougrain-Dubourg en compagnie de la directrice du nouveau zoo et du maire de Saint-Mandé.

Spectaculaire métamorphose du parc zoologique de Paris

dège, Aurore, Ariane, Gatinu et les petits Roy, Riwel et Djouba ainsi que neuf autres girafes sont les premières à occuper leur nouveau bâtiment (trois fois plus grand à lʼextérieur et deux fois plus grand à lʼintérieur que lʼancien enclos) du nouveau parc zoologique de Paris dont lʼouverture au public est fixée au printemps 2014, après plus de cinq ans de travaux. Contrairement aux 180 autres espèces dʼanimaux présentes dans ce parc datant de 1934 qui ont été placés dans dʼautres zoos, les girafes - tout comme les lémuriens - nʼont pas quitté le parc malgré la ronde incessante des engins de chantier. Mardi 14 mai, Gilles Bœuf et Thomas Grenon, respectivement président et directeur général du Muséum national dʼHistoire naturelle en charge de la rénovation complète du site avaient convié Geneviève Fioraso, ministre de lʼEnseignement supérieur et de la Recherche à visiter le chantier du parc à «J-1 an» avant sa réouverture. Une visite à laquelle ont notamment participé Patrick Beaudouin, ancien député, maire de Saint-Mandé et président de lʼassociation «Le Printemps des animaux», Laurent Lafon, conseiller régional et maire de Vincennes, Sophie

A

Ferreira Le Morvan, directrice du parc zoologique de Paris, Philippe Fabié, directeur général-délégué de Bouygues construction, Serge Grzybowski, président directeur général dʼIcade, Christophe Soisson, président de Chrysalis (concepteur du projet) et de nombreux autres invités. Thomas Grenon, directeur général du Muséum national dʼhistoire naturelle, en charge de lʼexploitation du zoo se félicite du «bon déroulement des travaux et du respect des délais de livraison et du budget» qui sʼélève toujours de 160 millions dʼeuros réunis dans le cadre dʼun PPP (partenariat publicprivé).

Délai respecté À moins de douze mois de lʼarrivée des premiers visiteurs, les structures de la grande volière et de la grande serre tropicale sont pratiquement achevées. Au printemps 2014, le public voyagera dans cinq grandes zones géographiques de la planète, les biozones, correspondant à différents écosystèmes ; fini les animaux tournant en rond dans des cages. Au printemps 2014, le parc zoologique de Paris (anciennement zoo de Vincennes) invitera les visiteurs

à pénétrer dans les milieux naturels des girafes, pumas ou lamantins au fil dʼun parcours de 4 km sillonnant sur les quinze hectares du parc. Plus quʼune rénovation, cʼest «une renaissance» du zoo, assure Thomas Grenon. Un projet dont se félicite Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de protection des oiseaux, défenseur de la cause animale qui a travaillé avec les équipes du Muséum sur ce dossier : «la priorité a été accordée à la condition animale» souligne-t-il. Même satisfaction pour Patrick Beaudouin qui sʼétait mobilisé parmi les premiers à la tête de lʼassociation saint-mandéenne «Le Printemps des animaux» mais également comme député pour attirer lʼattention des pouvoirs publics sur lʼurgence quʼil y avait à entreprendre la totale rénovation du site. «Désormais, explique-t-il, tous les animaux présentés seront les ambassadeurs des études et des programmes de conservation menés par le Muséum d'histoire naturelle dans le monde». Le nouveau bâtiment (deux fois plus grand à lʼintérieur que lʼancien enclos) des girafes.


 3 questions à... Sophie Ferreira Le Morvan

47 La vie locale

Directrice du parc zoologique de Paris aint-Mandé Infos : A lʼheure où le parc zoologique vit une véritable révolution culturelle et à moins dʼune année de sa réouverture au public, vous avez pris la direction du parc zoologique de Paris. Comment abordez-vous cette nomination et quelles sont vos priorités pour son avenir ?

S

Sophie Ferreira Le Morvan : Il existe assez peu dʼéquipements de ce type qui ouvrent ou qui sont en projet tant à Paris quʼen France. Cʼest effectivement une chance pour moi de pouvoir à la fois prendre la direction de ce projet de rénovation et en même temps démarrer la saison dʼexploitation et dʼêtre, ainsi, en amont de toute la préparation de cette exploitation future aussi bien en terme de retour des animaux que de conception de lʼoffre de visite, de définition de lʼoffre pédagogique et culturelle, sans oublier la démarche marketing et commerciale que nous allons mettre en place. Comme vous le soulignez, le parc zoologique de Paris sʼinscrit comme un tout nouvel équipement bien différent dans sa forme, sa conception et ses objectifs que lʼancien site. Cela va impliquer des nouvelles méthodologies de travail à mettre en place. Depuis la fermeture du zoo, certaines équipes sont demeurées sur place, dʼautres vont revenir. Nous avons néanmoins près de la moitié des équipes qui vont être nouvelles. Parallèlement, le Muséum dʼHistoire Naturelle dont relève le zoo entend mettre en œuvre une offre de visite complètement renouvelée. Cʼest là un challenge à la fois passionnant et important puisque tout cela doit se faire dans un délai relativement court puisquʼeffectivement nous ne sommes plus

quʼà un an de lʼouverture au public. Le premier enjeu est de bien faire comprendre aux futurs visiteurs quel est le positionnement du nouveau parc zoologique aussi bien dans lʼoffre des parcs zoologiques de manière générale, quʼen terme de ses spécificités, en particulier scientifiques et en matière de recherche. Le second enjeu consiste à lʼinscrire dans un effet de visite auprès du public, en particulier francilien et parisien, et dʼasseoir sa renommée internationale en tant quʼétablissement scientifique. Saint-Mandé Infos : Ne craignez-vous pas que les visiteurs soient déçus de ne plus voir certains animaux emblématique comme les éléphants ou les ours ? Sophie Ferreira Le Morvan : Le nouveau parc zoologique de Paris va offrir une autre conception puisque certaines espèces ne seront plus présentées ; des espèces auxquelles nous avons volontairement renoncées comme les éléphants et les ours pour des raisons de bien-être animal. Pour présenter ces espèces, il faut que cela réponde à certaines conditions notamment au niveau des surfaces qui leur seraient dédiées. Compte tenu de lʼexiguïté du parc qui sʼétend sur une quinzaine dʼhectares seulement, il nʼest donc plus possible de présenter certaines espèces en assurant des conditions de bien-être que nous avons défini en termes dʼobjectifs. Alors nous sommes parfaitement conscients que cela pourra générer de lʼinsatisfaction par rapport aux visiteurs qui avaient dʼhabitude de voir ces espèces mais en même temps lorsquʼon évoque cette dé-

marche de bien-être animal le public est très solidaire de ce parti pris. Je voudrais préciser que les visiteurs retrouveront quand même des espèces très emblématique : les lions, les girafes, les lémuriens, les otaries, les manchots de Hubolt, les babouins. Lʼavenir du parc passe aussi par lʼintroduction de nouvelles espèces dans notre offre de collection et nous espérons que ces dernières deviendront aussi emblématiques à lʼexemple des lamantins. Nous avons fait des choix sur des espèces beaucoup moins connues mais qui répondent à notre rôle éducatif, celui dʼapporter au public des espèces quʼil ne connaît pas ou qui ne rencontrera pas sur un autre parc zoologique… Saint-Mandé Infos : Quelle sera la nouvelle espèce emblématique du nouveau zoo et quel sera lʼavenir du parc à plus long terme ? Sophie Ferreira Le Morvan : Le projet tel quʼil a été conçu tourne autour de six biozones et à lʼouverture cinq seront ouvertes. La sixième sera construite dʼici cinq à sept ans. Elle constituera une véritable nouvelle découverte avec de nouvelles espèces, un nouvel environnement paysager dédié a

priori à lʼAfrique équatoriale même si le projet nʼest pas définitivement arrêté. Aujourdʼhui, notre priorité est dans lʼorganisation du retour des animaux. Quelques animaux sont déjà sur zone technique comme les girafes. Dʼautres sont en transit par la ménagerie du Jardin des plantes. Dʼautres reviendront directement sur leur nouvel environnement comme les babouins ou les flamants roses. En tout état de cause, la quasi-totalité des espèces aura rejoint le nouveau parc zoologique de Paris au cours de cette année 2013. En ce qui concerne lʼespèce emblématique du nouveau parc, il existe énormément de critères pour répondre à cette question : pour le public ce seront les grands mammifères et pour nous, scientifiquement parlant, il sʼagira des espèces extrêmement menacées. Pour lʼavenir à plus long terme, lʼobjectif est de générer des moments de réattractivité dans la vie du parc pour renouveler lʼintérêt des visiteurs. Cela passera par une évolution des collections animales mais également par la mise en place dʼune offre de visite différente et diversifiée avec la possibilité, par exemple, de passer la matinée où la journée dans la peau dʼun soigneur ou de passer une nuit au zoo. Quoi quʼil en soit, la force du nouveau parc zoologique de Paris réside et résidera dans la grande variété des espèces présentées aux visiteurs !


49 Le salon 100 % inventeurs

La vie locale

Propriétaires de logements meublés

u mardi 26 au vendredi 29 mars, lʼassociation «Club Invention-Europe» et son président Peter Temey, ont organisé, en partenariat avec la mairie de Saint-Mandé, la seconde édition du Salon invention - Europe Saint-Mandé 2013. Pour lʼoccasion le hall de lʼHôtel de Ville a été transformé en lieu de curiosités pendant une semaine et a été visité par de nombreux Saint-Mandéens curieux de découvrir les inventions exposées et le foisonnement dʼidées des créateurs. Ce salon a pour vocation de réunir des inventeurs-chercheurs, des innovateurs, femmes et hommes, qui veulent partager leur passion à travers

D

des œuvres parfois très pertinentes ou originales. Environ une dizaine dʼexposantes et dʼexposants étaient présents cette année. Pour tous, lʼinvention est une passion avec un but unique : améliorer le quotidien, le rendre plus beau, plus facile et plus agréable. En lice pour le trophée René Temey (inventeur et fondateur de Club Invention-Europe, décédé en 2009), la nouvelle housse de couette avec enveloppe de couchage dʼÉric Frustieri (France), lʼantenne Antengrin de Kham Bounpraseuth (France), la peinture biologique dʼAmine Ghéryéni (Algérie), lʼouvre-huîtres rapide

et facile de Julie-Thérèse Gning (France) ou encore une étiquette autocollante antifraude de Naïma Méghezzi Chaa (Algérie), un nouveau jeu croisement entre le Sudoku et les échecs, le Sudo-Chess, dʼAurélien Stride (France), une méthode dʼapprentissage de langue arabe pour les non-arabophones par Najiba Belhadj et le distributeur Oxydless pour maintenir les produits à lʼabri de lʼair. À lʼissue du vote du public, le trophée René Temey (inventeur et fondateur de Club InventionEurope, décédé en 2009) a été décerné à Kham Bounpraseuth qui souhaite débarrasser les toits des antennes râteaux inesthétiques et encombrantes avec Antengrin, une antenne aux performances exceptionnelles dans un boîtier très discret qui peut remplacer plus de 70 % des antennes conventionnelles et dont la commercialisation a déjà commencé dans de grands magasins. Une récompense que lʼheureux gagnant a reçu des mains de Florence Crocheton, adjointe au maire chargée de lʼEspace urbain, des Travaux, du Développement durable et de lʼAdministration générale.

Plusieurs organismes de recherche, à Marne la Vallée et à Créteil, regroupés au sein d’Université Paris-Est, accueillent régulièrement des chercheurs étrangers dans leurs laboratoires, pour des durées variant de quelques semaines à trois ans (École nationale des Ponts et Chaussées, Université Paris-Est Marne la Vallée, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne …). Le bureau Access Paris-Est les accompagne dans leur recherche de logement en proposant des logements meublés à proximité du lieu de travail (chambres chez l’habitant, appartements et maisons proposés à la location). Les offres des propriétaires sont regroupées dans la base de données d’Access Science Accueil qui propose le service gratuit de mise en relation avec les locataires. Si vous aussi, vous souhaitez louer votre logement meublé, venez rejoindre les quelques 1 900 propriétaires franciliens qui font déjà confiance au réseau Science Accueil. Science Accueil intégrera gratuitement votre logement dans son fichier d’offres et vous serez contactés directement par les chercheurs ou par les responsables de laboratoires qui accueillent les chercheurs invités. Pour tous renseignements : 01 60 05 40 98 - courriel : access@univ-paris-est.fr


50 Vos élus ont la parole

Vos élus du conseil municipal ont la parole

Liste

Liste

«Vivre ensemble Saint-Mandé passionnément»

«Saint-Mandé, ouvrons l’avenir» élus socialistes

La culture, vecteur de lien social au profit du bien «vivre ensemble»

Stop à l’incivisme et aux violences

En ces temps de crises économique et sociale, où chaque citoyen est sollicité à consentir d'importants efforts, il est nécessaire voire primordial, de préserver des liens de solidarité et de fraternité entres nos administrés. Pour cela, la culture s'avère être un outil formidable. Au delà de son intérêt artistique, il s'agit avant tout d'une aventure humaine. Notre ville a de tous temps été garante de ce lien entre les générations et la culture a toujours présidé à la construction de cet édifice commun qu'est le bien «vivre ensemble». Ainsi pour 2013, nous avons consacré 2,10 millions dʼeuros dans notre budget municipal pour la culture. Nous avons eu le plaisir dʼaccueillir le festival «Aparté» qui a joyeusement animé de théâtre et de musiques notre ville le temps d'un week-end. Nous souhaitons, en effet, rapprocher la culture de nos administrés, notamment en proposant des animations en extérieur où chacun peut s'arrêter quelques instants, écouter et prendre un peu de plaisir. Par nos actions, nous œuvrons pour préserver cet esprit de «village» qui a toujours régné à Saint-Mandé. Sur le plan musical, le conservatoire municipal et les ateliers de musiques actuelles, qui accueillent ensemble près de 1000 élèves chaque année, permettent aux Saint-Mandéens, en plus des enseignements qui leur sont proposés, de découvrir tout le talent de nos élèves grâce aux rencontres organisées ; à ce titre, nous avons eu le plaisir d'initier la première édition de «Jazz au Printemps», qui fut un réel succès. Aux côtés du traditionnel festival «Sons d'Hiver» et du salon du «Livre à part», nous avons proposé cette année encore aux Saint-Mandéens de nombreux concerts et expositions, avec pour clore cette saison, la Fête de la musique le 21 juin au jardin Alexandra David-Neel. Notons quʼen 2013, Saint-Mandé a eu le plaisir de fêter le trentième anniversaire de la «Semaine dʼart contemporain», qui met en lumière des artistes talentueux de tous horizons, pour le plus grand plaisir des amateurs, nombreux à Saint-Mandé. Sachez que nous avons aussi à cœur d'aider nos talents et favoriser l'expression culturelle dans nos écoles ou au sein de nos structures d'animations telles que la Maison des Marronniers et la Maison pour Tous. Nous offrons également aux artistes notre «Patio» qui reçoit chaque année de nombreuses expositions graphiques en tous genres. Notre médiathèque, elle aussi, participe à cette convivialité. Elle propose à ses quelque 3 000 abonnés un fonds dʼouvrages à la fois riche et réactualisé régulièrement. Elle accueille chaque jour toutes les générations qui viennent emprunter des ouvrages, passer un moment littéraire en salle de lecture ou consulter la presse. La médiathèque propose également une programmation de spectacles littéraires et musicaux à l'instar de «Lʼheure du conte» ou des «Parenthèses musicales» qui ont fait salle comble toute l'année durant. A présent, la période des inscriptions dans les diverses structures culturelles de la ville est en cours. Nous espérons vous y retrouver nombreux car l'Art, quelle que soit sa forme, est un véritable moyen d'expression pour tous.

Patrick Beaudouin, Jean Eroukhmanoff, Florence Crocheton, Annick Marghiéri, Jean-Pierre Nectoux, Françoise Dussud, Jean-Philippe Darnault, Françoise Fougerole, Pascale Trimbach, Julien Weil, Alain Assouline, Paul Desvaux, Christine Sevestre, Marc Médina, Évelyne Cellard, Sarah Gaubert, Guy Machin, Stéphanie Bronsztajn, Anne Carrese, Philippe Polito, Dominique Jusot, Marie-Pierre Le Gall et Marie Tung.

Il y a trois semaines Saint-Mandé était le théâtre dʼaffrontements entre bandes de jeunes dont lʼun fut blessé. Peu de temps auparavant des personnes participant dans la rue à une quête pour le compte dʼune association humanitaire avaient été victimes de propos dʼune incroyable grossièreté de la part dʼadolescents. Ces faits inadmissibles sʼinscrivent malheureusement dans un contexte qui sʼaggrave pour ne pas avoir été traité initialement comme il aurait du lʼêtre. En effet depuis quelques années nous nʼavons pu que constater lʼaugmentation dʼincivilités en tous genres : stationnement intempestif, circulation de scooters au mépris du code de la route, attroupement de jeunes à lʼattitude provocante interpellant les passants… Ce phénomène nʼest malheureusement pas spécifique à notre commune. Ce qui lʼest davantage cʼest que parmi ceux qui font preuve dʼun tel comportement, certains nʼhésitent pas face aux protestations suscitées à prétendre être victime….. de racisme ! Pour ne pas sʼexposer à un tel reproche dont la stupidité nʼéchappera pourtant à personne, la réponse des autorités municipales nʼa pas été à la hauteur de la situation, allant parfois jusquʼà affirmer contre toute évidence que tout ceci était lʼœuvre de jeunes provenant dʼautres communes ! Le résultat est là : aujourdʼhui il ne sʼagit plus uniquement dʼincivilités mais de violences et les auteurs de tous ces faits déplorables sont bel et bien, pour partie, des jeunes saints mandéens. Si la situation sʼaggrave cʼest aussi parce quʼau sentiment dʼimpunité qui prévaut chez certains par suite de lʼabsence de fermeté dont a fait preuve la majorité municipale, répond chez dʼautres lʼexaspération qui ne peut quʼêtre mauvaise conseillère. Pour notre part, élus socialistes, nous condamnons tout laxisme en la matière sans craindre de nous voir imputer de quelconques préjugés comme nous lʼavons exposé lors du dernier Conseil Municipal. Il faut mettre un terme à la dérive que connaît Saint- Mandé et mener une politique volontariste. Dans lʼespace public le respect des règles de droit doit sʼimposer à tous et à toutes ; les incivilités les infractions doivent être sanctionnées avec impartialité dans lʼintérêt général sans sʼarrêter aux arguties de certains voulant y voir une discrimination. Lorsque ces agissements sont le fait de mineurs, le maire, la police municipale devraient en aviser systématiquement les familles. Lʼinstruction civique nʼétant pas le monopole de lʼécole, la majorité municipale pourrait également réfléchir sur la mise en œuvre dʼactions éducatives en direction des enfants et des adolescents pour leur apprendre lʼimportance du vivre ensemble, que chacun à ses propres origines et que cellesci ne doivent pas constituer des clivages. Sans se laisser aller à la dramatisation - et à ce sujet les propos outranciers tenus par le premier adjoint sur son blog sont inadmissibles - il y a urgence à prendre en main cette situation qui voit se développer un climat dʼinsécurité et dʼintolérance avec tous les risques que cela comporte. Geneviève Touati g.touati@wanadoo.fr Benoit Ains benoitains@noos.fr


51 Vos élus ont la parole

Liste

Liste

«Saint-Mandé, ouvrons l’avenir» élus Europe-Ecologie Les Verts

«Nous, c’est à Gauche»

EELV dit non à l’usage non-agricole des pesticides

Sécurité publique à Saint-Mandé

Le sénateur EELV, Joël Labbé, a lancé en partenariat avec la Fondation de lʼEcologie politique une consultation sur la plate-forme web Parlement-et-Citoyens.fr, afin de co-élaborer avec les citoyens une proposition de loi visant à interdire lʼusage non-agricole des pesticides sur le territoire national. La consultation est ouverte depuis jeudi 20 juin 2013. Chacun, citoyen, élu, parlementaire, peut apporter sa contribution à lʼélaboration de cette proposition de loi jusqu'au 15 juillet. Les particuliers, les collectivités territoriales, lʼEtat, les établissements publics utilisent trop de pesticides en dépit de leur nocivité. Les pesticides sont des produits dangereux pour la santé (affections dermatologiques et respiratoires, troubles neurologiques (alzheimer, parkinson,etc), effets cancérogènes, etc.), comme pour lʼenvironnement (déclin de certaines espèces animales (oiseaux, petits mammifères, insectes pollinisateurs …), pollution des eaux, etc.) Les activités agricoles sont certes les principales utilisatrices des pesticides mais elles ne sont pas les seules. Les usages non agricoles dus à des particuliers ou des collectivités représentent entre 5 et 10 % des utilisations. Chaque année, environ 5000 tonnes de pesticides sont utilisées dans les jardins et potagers. Joël Labbé formule trois propositions : - Cesser lʼutilisation de pesticides pour lʼentretien des espaces verts et naturels publics. Près de 60 % des communes de plus de 50 000 habitants se sont engagées depuis 2010 dans une démarche dʼarrêt total de l'utilisation de ces produits. Il faut amplifier ce processus en demandant aux collectivités territoriales, mais également à lʼEtat et aux autres organismes publics gérant des espaces verts et naturels de cesser dʼutiliser des pesticides dʼici au 1er janvier 2018. - Interdire la vente de pesticides aux particuliers dʼici au 1er janvier 2018. - Développer les alternatives aux pesticides. Ces produits existent (préparations naturelles peu préoccupantes - PNPP -) mais les lobbies agrochimiques empêchent leur développement. Au niveau local, les élus EELV soutiennent cette proposition de loi ; nous devons œuvrer pour que Saint-Mandé devienne une ville 0 % pesticides. Demandons au maire que les jardiniers municipaux et les sociétés dʼentretien intervenant dans la commune nʼutilisent plus aucun produit toxique dans les espaces verts communaux ; mais cʼest aussi à nous sur nos balcons, nos terrasses ou dans nos jardins de substituer des produits naturels aux pesticides traditionnels, et nos fleurs, nos plantes nʼen seront que plus belles et plus saines ! Pour toute information et pour participer à la co-construction de cette proposition de loi, rendez-vous sur www.parlement-et-citoyens.fr Les élus EELV Brigitte Arthur : brigitte.arthur@hotmail.fr David Gréau : davidgreau@gmail.com

soutenue par le Parti Communiste Français

Mentis et démentis. On nʼose le croire ! Une bagarre entre jeunes, violente, nous rapporte-t-on, oppose des jeunes de Saint-Mandé à dʼautres jeunes de communes voisines sur fond de trafic de stupéfiants et de règlements de comptes entre «petites frappes». Ceci arrive malheureusement partout, parce que des petits voyous, il y en a partout, et que même des jeunes qui nʼont rien de voyous peuvent être pris dans une spirale qui tourne mal. Pour autant, cʼest, évidemment, inacceptable. La police et la justice vont faire leur travail et les responsables poursuivis. …Et voilà M. Eroukhmanoff, conseiller général UMP de SaintMandé, récemment promu 1er adjoint au maire, qui se «lâche» sur son blog : dans un article titré «Guerre des bandes à SaintMandé, un jeune dans le coma», il évoque des «règlements de compte en série», des informations quʼil détiendrait «sous couvert du secret», de «jeune appartenant à la communauté», des «rues du Marseille du Val-de-Marne», de «policiers molestés», de «tremblement de terre», de «guerre qui fait rage», dʼun «jeune laissé dans le coma (…) baignant dans son sang», de «musclés tatoués» venus «soutenir la communauté», de «milice privée», «Saint-Mandé devenue Tunis, Le Caire ou Beyrouth». M. Beaumarchais, je crois, disait : «Ce qui est excessif est dérisoire…». Le Maire a donc été contraint de rectifier en adressant un courrier aux membres du conseil municipal. Il évoque des débordements de jeunes, aucun nʼaurait été dans le coma. Il ne sʼagit pas dʼun fait communautaire comme «certains ont tenté de le faire croire», précise-t-il, ajoutant que lʼorigine serait un différent lié à un commerce de stupéfiants émanant dʼun jeune du collège Offenbach. Que dʼexcès, de «on dit», de rumeurs ! Dans nos fonctions dʼélus, nous devons savoir raison garder, ne pas jeter de lʼhuile sur le feu, ne pas exciter des communautarismes qui sont contraires à lʼesprit de notre République. M. Beaudouin, en tout cas, doit bien se mordre les doigts dʼavoir propulsé ce 1er adjoint là. Lʼimpossible loi SRU ! Page 7 du n°179 dʼavril-mai 2013 du bulletin municipal, un article est titré : «Lʼimpossible loi SRU». Voilà donc une loi ayant pour objectif dʼaméliorer lʼoffre de logement social, votée en 2000, qui serait impossible à appliquer. Au-delà de lʼargument, très banal chez tous les contrevenants à la loi, il faut sʼinterroger sur le constat suivant : En 12 ans, les gouvernements de M. Chirac, puis de M. Sarkozy et leurs majorités parlementaires nʼauraient pas été assez lucides pour faire ce constat et rendre possible le respect des lois de la République ? Médiapart peut aller se rhabiller, le bulletin municipal de SaintMandé mène lʼenquête. Il faut dire que sur les 8500 m² de terrains cédés par EDF, rue du Commandant Mouchotte, on aurait peut être pu faire mieux que 13 logements sociaux ! Quʼen pensent nos concitoyens mal logés, en particulier nos jeunes qui souhaitent sʼinstaller, les 678 demandeurs de logement qui ont été enregistrés dans lʼannée 2012 ? Et toujours pas de commission dʼattribution de logements !!!! à Saint-Mandé !!!! Bonnes vacances, et rendez-vous en septembre pour une fête pleine dʼhumanité. Saint-Mandé, le 26 juin 2013. Michel Mahérou nouscestagauche@numericable.fr

Ces deux pages et demi sont réservées à la libre expression des listes représentées au conseil municipal de Saint-Mandé. Les propos et opinions exprimés sont sous la responsabilité de leurs auteurs.


52 Vos élus ont la parole

Liste

«Pour Saint-Mandé autrement» Clochemerle Les Conseils municipaux sont régis par un arsenal de textes, lois, règlements et bonnes pratiques…, garantissant la légalité des décisions, légalité ellemême contrôlée par la Préfecture. Mais depuis quelques mois la machine semble être devenue folle à Saint-Mandé. Dʼabord la commission «finances»… Les documents, pour une commission qui présente le compte administratif de lʼannée écoulée, sont parvenus sur lʼécran des élus le vendredi à 18 h, pour une commission se déroulant le lundi soir suivant. De quoi passer un week-end studieux (pour les conseillers qui ont pris la peine de les regarder…) ! Sans compter lʼabsence du procès verbal de la précédente commission - il est vrai que rapporter par écrit cette séance folklorique constituait une mission délicate -, un adjoint aux finances impatient de passer aux points suivants pour ne pas s'éterniser, des diatribes tous azimuts contre les uns et les autres… Et lʼentérinement dʼune décision prise au mépris de la procédure : lʼattribution de deux chèques initiatives jeunes par deux élus de la majorité, sans réunir la commission instituée par le Conseil municipal faisant office de jury. Après nos protestations, une «commission de régularisation» a été convoquée à la hâte quarante-cinq minutes avant le Conseil municipal ! Quʼon ne sʼy méprenne pas : loin de nous lʼidée de refuser ce coup de pouce pour les projets caritatifs ou culturels de deux jeunes ! Mais si le Conseil municipal vote des procédures et constitue des commissions, comment peut-on imaginer quʼil puisse parallèlement agir au mépris de celles-ci ? Simple négligence, mépris de la légalité, ou mise sur la touche des groupes dʼopposition ? Réaction de notre Maire : «mais cʼest Clochemerle !». Alors, pour lui faire plaisir, parlons de choses plus sérieuses : nous avions protesté le 26 mars quand le Maire a présenté un budget sans provisions pour alea et sans effort dʼéconomie. Patatras ! Une décision modificative (avenant au budget) dès le 25 juin avec son lot de dépenses surprises et une tentative de rétablissement dʼune provision. Mais toujours pas de proposition dʼéconomies !

En direct du conseil municipal Le mardi 26 mars à 20 h, le conseil municipal sʼest réuni sous la présidence de Patrick Beaudouin, maire, et a pris les décisions suivantes… • Le conseil municipal a approuvé, à lʼunanimité des présents et représentés, les procès-verbaux des séances du 30 janvier et du 13 février. 1 - Vote du budget primitif 2013 de la Ville. 2 - Fixation des taux 2013 des taxes directes locales et de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères. 3 - Budget annexe de l'assainissement 2013. 4 - Fixation du taux de la redevance d'assainissement 2013. 5 - Reprise de provisions. 6 - Garantie dʼemprunt accordée à la société foncière dʼHabitat et Humanisme. 7 - Bilan des acquisitions et cessions du patrimoine de lʼannée 2012. 8 - Réactualisation des tarifs des abonnements pour la télésurveillance. 9 - Sollicitation dʼune subvention auprès du fonds interministériel pour la prévention de la délinquance (FIPD) relative à lʼextension du système de vidéo protection sur la voie publique 2013. 10 - Recensement des marchés conclus en 2012 conformément à lʼarticle 133 du Code des Marchés publics. 11 - Modification du Plan Local dʼUrbanisme. 12 - Majoration des frais généraux et des frais de contrôle pour lʼexécution dʼoffice de travaux par la commune. 13 - Autorisation donnée à Monsieur le Maire de signer lʼacte constitutif du groupement de commandes pour lʼachat de gaz naturel, de fournitures et de services en matière dʼefficacité énergétique. 14 - Autorisation donnée à M. le Maire de signer la convention de partenariat 2013 avec le Club dʼentreprises Affaires et Convivialité. 15 - Réactualisation des tarifs des activités de la Maison pour Tous au 1er septembre 2013. 16 - Subvention exceptionnelle de 286,90 euros à lʼassociation «Dessine moi un mouton». 17 - Réactualisation des tarifs des ateliers musiques actuelles au 1er septembre 2013. 18 - Réactualisation des tarifs dʼinscription du Conservatoire RobertLamoureux au 1er septembre 2013. 19 - Désherbage des livres de la médiathèque. 20 - Réactualisation des tarifs des activités sportives au 1er septembre 2013 21 - Réactualisation du Plan dʼOrganisation de la Surveillance et des Secours de la piscine (POSS) du centre sportif Roger-Vergne à SaintMandé. 22 - Approbation du Plan dʼOrganisation de la Surveillance et des Secours (POSS) du gymnase André-Benzoni à Saint-Mandé. 23 - Application de lʼarticle L 2122.21 L2122.22 L 2122.23 du Code Général des collectivités Territoriales : - Approbation de la convention de mise à disposition d'une pataugeoire au profit des enfants de la ludothèque pour la pratique d'activités aquatiques. - Approbation des concessions CVM 10/12/13 CVM 10 bis/12/13 relative à la location de terrains de sports Le Tremblay. - Approbation des contrats d'assurance pour la période 2013-2019. - Approbation de l'ouverture et de l'utilisation de la ligne de trésorerie auprès de la Caisse d'Epargne. - Approbation de l'avenant à la convention d'utilisation de l'orgue de la paroisse de Saint-Mandé. - Création d'une régie mixte de recettes et d'avances au sein du guichet unique de la ville de Saint-Mandé. - Création d'une régie d'avances unique pour les accueils de loisirs élémentaires et maternels installée auprès du guichet unique de la ville de Saint-Mandé. - Approbation de l'avenant n°3 à la convention de bail précaire à usage de bureaux, au profit de l'institut le Val Mandé. - Approbation de la convention de mise à disposition de la salle JeanBertaud entre M. Erick Touitou et la ville de Saint-Mandé. 24 - Questions diverses.

Pourtant, nous semble-t-il, la fête est finie ! Groupe «Pour Saint-Mandé, autrement»

Retrouvez le compte-rendu détaillé des conseils municipaux en vous connectant sur le site Internet de la ville : www.mairie-saint-mande.fr


53 La richesse du tissu associatif

Les associations

a vie saint-mandéenne est organisée autour de très nombreuses associations aux origines et aux vocations diverses. Quʼelles soient effectivement sportives, culturelles, caritatives, humanitaires, patriotiques, éducatives, environnementales... elles accueillent des Saint-Mandéennes et des Saint-Mandéens grâce à des bénévoles de tous âges qui participent à leur développement et à lʼesprit de rencontres et de convivialité de notre commune. Certaines dʼentres elles sont nées de la volonté de lʼexécutif municipal il y a bien longtemps et cette année, certaines ont le plaisir de célébrer des anniversaires importants comme lʼAS Saint-Mandé Handball (40e anniversaire), lʼAmicale Pétanque du Chalet (30e anniversaire) et le Club des Amis de Saint-Mandé (40e anniversaire). On ne peut que se réjouir de voir ces associations avoir atteint leur maturité et participer pleinement à la vitalité de Saint-Mandé grâce à lʼengagement et au dynamisme de très nombreux bénévoles, année après année. Il en est de même pour des associations plus récentes, créées en 2002 et en 2009, voulues par lʼéquipe municipale et totalement pris en main par des bénévoles, qui vivent aussi une belle aventure et qui permettent de se rencontrer, sʼentraider, échanger et partager pour faire de notre ville un lieu où il fait bon vivre. Il sʼagit de La Passerelle et de Cafédiabolo-la Tribu mandéenne. Saint-Mandé Infos donne la parole à ces cinq associations…

L

L’histoire d’une passion Interview de Philippe Vidal président de l’AS Saint-Mandé Handball Comment a été créée lʼAS Saint-Mandé Handball ?

Lutter contre l’isolement des personnes âgées Interview de Claude Andriot président du Club des Amis de Saint-Mandé

En 1973, le handball voit le jour à Saint-Mandé sous lʼimpulsion de Philippe Vidal, jeune universitaire de 19 ans. Passionné par ce sport, il était entraîneur de lʼéquipe scolaire du lycée PaulValéry et cherchait à poursuivre cette activité au sein dʼun club. Quels étaient les objectifs de ce club durant toutes ces années ? Il fallait donner à nos jeunes talents toutes les chances dʼévoluer pour accéder au plus haut niveau et cela grâce à un entraînement de qualité et des structures adaptées. Ce fut alors une progression constante. Les résultats nʼont pas tardé : en 1978, champion de France cadet ; en 1982, montée de lʼéquipe Première en Championnat de France Nationale 3 et en 1995, montée en Nationale 1 (plus haut niveau amateur) puis en 1998, le club devient champion de France junior et en 2003, champion de France des moins de 18 ans. Et depuis 2005, le club sʼest stabilisé au niveau national. Comment voyez-vous lʼavenir de votre association ? LʼAS Saint-Mandé Handball, ce sont plus de 300 adhérents chaque saison dont plus de 70 % de Saint-Mandéens, trente heures dʼentraînements par semaine, dix équipes engagées tous les weekends sur les terrains départementaux, régionaux ou nationaux, douze arbitres et jeunes arbitres et sept entraîneurs diplômés. Et nous fêterons les 22 et 23 juin son 40e anniversaire au gymnase André-Benzoni avec les anciens et actuels licenciés autour de diverses festivités. Longue vie encore à notre club !

Quelle est lʼhistorique du Club Les amis de Saint-Mandé ? Fin 1972, création du Club des Amis de Saint-Mandé encouragée par le maire de l'époque, Jean Bertaud - JO du 7 février 1973. Les présidents successifs ont été : M. Legall, fondateur, M. Antenay, Mme Moron, présidente honoraire, M. Roux, président honoraire, et moi aujourdʼhui. Les effectifs ont atteint jusqu'à plus de 200 adhérents, environ 110 actuellement (essentiellement de Saint-Mandé, Paris 12e, 20e et Vincennes). Quel est le concept et les actions de votre club ? Lʼarticle 2 de notre statut, inchangé depuis l'origine, dit que ce club a été créé pour rassembler des personnes âgées afin de mieux se connaître, se distraire et partager, en toute liberté, des activités de leur choix, à lʼexclusion bien sûr de tout caractère politique ou religieux. Les actions ont été multiples au cours du temps : couture, tricot, fabrication de nappes et napperons vendus dans des kermesses et opérations portes ouvertes, avec sollicitation des commerçants, permettant d'aider au financement de voyages, parfois lointains, puis apparition de jeux : dominos, cartes, puis scrabble et bridge… quelques sorties et festivités annuelles. (suite en page 55)


55 Au fil du temps nous avons plusieurs centenaires dans nos rangs et les activités ont évolué, mais tous se retrouvent régulièrement. Chacun participe avec plaisir et apprécie toujours ce lieu de rencontres et d'échanges quʼest le Club des Amis. Comment avez-vous fêté ce bel anniversaire : 40 ans dʼexistence ? Ce fut une sympathique manifestation du Club des Amis de SaintMandé qui sʼest déroulée le 17 mai, en présence de Patrick Beaudouin, maire de la ville, Jean-Pierre Nectoux, adjoint au maire chargé du Sport, de la Vie associative, des Jumelages et de lʼAnimation, de Daniel Collin, président de la Saint-Mandéenne et de très nombreux membres du Club des Amis. Jʼai rappelé que cette association née en 1973 est la seconde en ancienneté après la SaintMandéenne (1875). Le maire et son adjoint se sont réjouis de son évolution, en rappelant lʼimportance de la vie associative à SaintMandé et en souhaitant longue vie à ce Club, auquel ils ont remis une médaille commémorant cet événement.

Au royaume des passionnés de pétanque Interview d’André Raspail président de l’Amicale Pétanque du Chalet

Les associations de la République a été faite le 19 novembre 1983. Les présidents successifs depuis Pierre Dubernet (décédé en 2006), président fondateur, ont été Patrick Magré, Michel Recuerda, Raymond Leman et moi aujourdʼhui. Je suis également président du Comité du Val-de-Marne de pétanque. Quels sont les actions et les objectifs de votre association ? Le premier concours officiel sʼest déroulé à lʼété 1985 et a rassemblé un nombre record de participants : 175 triplettes. Les effectifs du club sont variables, dʼune centaine en moyenne lors des dix premières années, à une moyenne de 130 au cours de ces dernières années. En 2013, lʼAPC recense 112 adhérents. Le club présente des performances sportives satisfaisantes, dans la moyenne départementale. À noter une année 2012 exceptionnelle, 5e club du Val-de-Marne et accès au niveau régional de la Coupe de France. Comment voyez-vous lʼévolution de votre association dans la ville ? LʼAPC participe à toutes les manifestations communales : fête des Sports, fête dʼAutomne, le Téléthon et les Olympiades avec les amis allemands dʼEschwege. LʼAPC souhaiterait un soutien plus conséquent de la Direction des Parcs et Jardins de la Ville de Paris pour accéder à ses demandes de remise en état des commodités comme les lampadaires et dʼautres installations. Je remercie le maire de Saint-Mandé, Patrick Beaudouin, et lʼéquipe de Jean-Pierre Nectoux pour tout ce quʼils font pour que lʼAPC vive encore très longtemps.

La Passerelle : un succès immédiat Comment a été créée votre association ? Un cadre privilégié appelé Plateau Bel-Air, face au «Chalet du Lac», où évoluent depuis toujours et par tous les temps des joueurs de pétanque de tous niveaux, a fait naître le souhait de donner une structure officielle à cette situation, par le biais de la création dʼune association. À lʼautomne 1983, Pierre Dubernet, Daniel Nasselsky, aidés de Jean-Michel Bourgeois et Serge Champion et dʼautres malheureusement disparus, entreprennent les démarches nécessaires à la création de lʼassociation. Une assemblée constitutive sʼest réunie au café brasserie le «Royal Saint-Mandé» (Royal Comptoir) le week-end de la Toussaint 1983 et a décidé dʼappellation «Amicale Pétanque du Chalet» (APC). Les statuts ont été déposés à la souspréfecture de Nogent-sur-Marne. La publication au Journal Officiel

Interview de Bernard Leroux président de La Passerelle Quelle est lʼhistoire de cette association si particulière à Saint-Mandé ? En 2002, un questionnaire a été adressé à tous les SaintMandéens âgés de plus de 65 ans. 632 réponses reçues ont fait émerger des demandes récurrentes : besoin de convivialité, dʼéchanges, de partages, de marcher avec d'autres personnes, de lieux où se rencontrer ainsi que donner son temps de façon bénévole. Voulue par la municipalité, on a créé une association pour répondre à cette forte demande de la population parce que le cadre juridique dʼune association est assez souple et permet de monter des projets facilement et dʼêtre réactif en fonction (suite en page 56)


56 Les associations des attentes des adhérents. Le 1er mars 2004 les statuts sont déposés. Gérard Leblanc est élu président, puis Françoise Le Moël en 2006, Claire Pallière en 2007 et moi-même en 2013. Grâce aux subventions de la mairie et dʼune aide logistique précieuse la cotisation des adhérents n'est que de 20 euros par an. Quels sont les objectifs de cette association ? Lʼassociation a, tout de suite, rencontré un écho favorable et le nombre d'adhérents nʼa cessé d'augmenter, 205 adhérents avec une moyenne dʼâge de 71 ans. Chaque lundi et vendredi après-midi la Maison de la famille accueille les adhérents reçus par lʼanimatrice et des bénévoles. Pendant les vacances dʼété, La Passerelle se déplace à la Maison des sports Rolland-Boitelle où les mêmes activités sont présentées quotidiennement. Les activités sportives, culturelles, gastronomiques organisées par des bénévoles sont aussi diverses que variées : conférences, exposés par des professionnels (juristes, diplomates, professeurs, étudiants) bénévoles, jeux de société et électroniques, les marches rencontrent un vif succès ainsi que les sorties dans Paris (musée, parc…) et repas à thèmes. Sans oublier … tennis de table, pétanque, vélo, billard et activités douces qui permettent de garder la forme et l'équilibre… Ateliers d'expression : écriture, aquarelle, théâtre…. Voyages en France et à lʼétranger sont organisés avec régularité. Afin de prendre des nouvelles, le service «Allô coucou» permet de rester au contact des uns et des autres. Comment voyez-vous lʼévolution de votre association et quels sont vos projets ? L'association ne souffre pas du manque de bénévoles. Ces adhérents le font avec enthousiasme, gentillesse et sérieux. En 2012, lʼassociation s'est dotée d'une messagerie électronique et notre site Internet a été entièrement réalisé par les bénévoles de l'association. Plusieurs projets sont à lʼétude : création dʼun atelier de peinture à lʼhuile, proposer des ateliers ou des rencontres à domicile pour les personnes ayant perdu de leur mobilité, trouver des sorties adaptées pour les personnes à mobilité très réduite. La richesse de notre association réside dans la volonté de chacun dʼen faire un lieu privilégié pour tous où lʼon vient et où lʼon revient.

Cafédiabolo la tribu mandéenne Interview de Maria Tung présidente de Cafédiabolo-la Tribu mandéenne Comment a été créée votre association ? En septembre 2009, les premières activités ont commencé mais les réflexions pour la mise en place de cette association ont débuté un an avant. Notre souhait : permettre aux familles saint-mandéennes de se rencontrer, dʼéchanger et sʼentraider. Nous sommes partis du principe que chaque personne a des compétences et quʼelle peut les partager. Nous nous sommes lancés dans cette aventure autour de la famille, des enfants, des liens parent/enfant et aussi grandsparents/enfants. La municipalité, qui souhaitait cette association, nous a encouragé et nous a permis dʼinscrire les activités de lʼassociation à la Maison de la famille. Quels sont les objectifs et les actions que vous menez ? Cʼest une association à taille humaine, intergénérationnelle et familiale avec plus de 35 familles adhérentes, environ 120 personnes, qui se rencontrent, partagent, échangent. On fait des activités pour les enfants, les tout petits, par exemple Cafécomptines créé par une maman, des manifestations thématiques (chasse aux œufs à Pâques, Saint-Nicolas), des soirées familiales et intergénérationnelles... Il y a aussi des Caféphilo pour les jeunes et maintenant un Cafésciences proposé par un collégien ainsi que des activités pour les parents : Cafélittéraires, ateliers broderies, tricots... Cafédiabolo, cʼest un consensus qui fonctionne bien et cela grâce à la participation volontaire des adhérents ! Depuis lʼan dernier, la Caisse dʼallocations familiales inscrit certaines de nos activités dans le Réseau dʼécoute, dʼappui et dʼaccompagnement des parents (aide et soutien à la parentalité) et nous soutient. Comment voyez-vous lʼévolution de votre association ? Quels sont vos projets ? Nous souhaitons la développer tout en gardant lʼâme de Cafédiabolo. Nous envisageons des échanges avec dʼautres associations ; un projet dʼatelier sécurité et gestes de premier secours pour les parents ; établir des liens avec le CCAS... ; un atelier où des artisans viendraient présenter leur mé-tier... ; des sorties historiques et culturelles ; de la culture et de lʼhistoire «vivantes» avec des guides ; des représentations de comédiens qui joueraient des pièces en rapport avec lʼépoque, le lieu… Et tout cela avec le plaisir de se retrouver et de faire des choses ENSEMBLE !


57 Vive les mariés ! amedi 27 avril à 11h30, Jean-Philippe Darnault, adjoint au maire chargé de la Modernisation de lʼadministration, des Ressources humaines et du Contrôle de gestion, a procédé au mariage de Chloé Vuillet (gestionnaire actifpassif) et de Nicolas Younes (ingénieur produits structurés).

S

amedi 4 mai à 11 h, le maire, a célébré lʼunion de Cyrielle Janin-Reynaud (manager de restaurant) et de Fabien Lebarbier (directeur dʼétablissement dans la restauration). Étudiante à Paris, Cyrielle était à la recherche dʼun job dʼétudiant quand Fabien lʼa recrutée pour travailler dans un pub-restaurant anglais. Les hasards du destin ont ainsi donné naissance à leur histoire dʼamour. Ils célébreront leur mariage en famille cet été au Pays de Galle dont est originaire la maman de Fabien.

S

amedi 4 mai, à 14 h, le maire a procédé à lʼunion de Catherine Chabanne et Bertrand Cahn, tous deux avocats. Ils se sont connus très jeunes sur les bancs de la Faculté et ce fut le coup de foudre. La cérémonie célébrée ce samedi 4 mai témoigne de leur amour sans faille et dʼun long parcours en commun qui a donné naissance à deux enfants, Alice (médecin) et Martin (géophysicien), les témoins de cette union.

S

undi 6 mai à 15h30, Patrick Beaudouin, maire, a célébré le mariage de Déborah Charbit (opticienne) et de Gary Nataf (plombier). Cʼest par lʼintermédiaire dʼamis communs que les deux jeunes gens se sont rencontrés, voici cinq ans, un 1er mai. Gary a alors offert un joli brin de muguet à Déborah. Une attention qui lʼa touchée et cʼest

L

Le carnet

ardi 7 mai à 15 h, le premier magistrat a procédé à la célébration du mariage dʼAudrey Habechian (acheteuse de prêt-à-porter) et dʼAnthony Attuil (agent immobilier). Présentés lʼun à lʼautre par des amis communs, Audrey est aussitôt tombée sous le charme «à la Léonardo» dʼAnthony et à son très bon pied gauche dont elle a pu mesurer lʼefficacité en assistant aux matches que dispute ce dernier avec le Maccabi Paris qui évolue en CFA. Quant au jeune homme, il dit avoir été «envoûté» par le regard dʼAudrey.

M

endredi 17 mai à 16h30, le maire a célébré lʼunion de Floriane Pian (actuaire en assurances) et de Bertrand Angot (cadre bancaire). Voici plus de sept ans quʼils ont fait connaissance à lʼoccasion dʼune rencontre organisée par des amis. Adeptes de la plongée sous-marine quʼils ont découvert ensemble et du golf, Floriane et Bertrand sont les heureux parents dʼune ravissante Elise. Cʼest dʼailleurs en apprenant que Floriane était enceinte que Bertrand a fait sa demande en mariage voici… deux ans !

V

amedi 25 mai à 15h30, Alain Assouline, conseiller municipal délégué à la Santé et au Bel Age, a procédé au mariage de Laure-Anne Hillenweck (chef de marque communication) et Romain de Boissieu (cadre financier).

S

Félicitations à Julien Zelela Le maire a adressé ses plus chaleureuses félicitations à Julien Zelela, président du Cécifoot club de Saint-Mandé, pour sa nomination au grade de chevalier dans lʼordre national du Mérite. «Cette distinction est la juste récompense de votre inlassable dévouement qui, sous votre impulsion, a vu naître le club Cecifoot à Saint-Mandé, lequel a remporté de nombreux trophées. Elle représente aussi la consécration du combat que vous avez mené lors des Jeux paralympiques de Londres, en 2012, où vos joueurs ont su brillamment défendre les couleurs de la France et de SaintMandé».


58 Le carnet

Elisabeth Laporte nommée directrice de l’académie de Créteil lisabeth Laporte vient dʼêtre nommée directrice académique des services de lʼÉducation nationale - directrice des services départementaux de lʼÉducation nationale de lʼacadémie de Créteil par décret du président de la République du 21 mai. Elle succède à Pierre Moya nommé inspecteur général de deuxième classe fin mars. Élisabeth Laporte, agrégée dʼAllemand, a enseigné en Allemagne au lycée français de Berlin avant de rentrer en France comme principale adjointe puis principale du collège HenriBarbusse de Bagneux (de 2002 à 2005), directrice du Greta de la Défense et du CIBC (centre interinstitutionnel de bilans de compétences), proviseure adjointe au lycée Lakanal de Sceaux (2007-2008) et encore proviseure du lycée professionnel Paul-Langevin de Nanterre (2008-2009). Après avoir été inspectrice dʼacadémie adjointe à lʼInspection académique du Bas-Rhin entre 2009 et août 2011, date à laquelle Élisabeth Laporte avait été nommée directrice académique des services de lʼÉducation nationale - directrice des services départementaux de lʼÉducation nationale de lʼOise.

É

Jean-Dominique Caron promu médecin général édecin généraliste à SaintMandé pendant trente-cinq ans, le Docteur JeanDominique Caron, continue de mener une belle carrière dans la Réserve opérationnelle. Médecin responsable de lʼantenne médicale des Armées de Fontenaysous-Bois au fort de Nogent, le Docteur Jean-Dominique Caron est, en qualité de médecin chef du Groupement de recrutement de la Légion Étrangère, chargé dʼévaluer lʼaptitude médicale des candidats à lʼengagement dans cette composante de lʼarmée de Terre si particulière et exigeante. Dans ce cadre, il participe régulièrement aux Opérations extérieures (FINUL au Liban, opération Licorne en République de Côte dʼIvoire, opération Épervier au Tchad) et a assuré en 2012 un renfort apprécié de lʼantenne médicale des armées auprès du 4e Régiment du service militaire adapté à La Réunion. Un engagement qui vient de lui valoir dʼêtre promu au grade de médecin général de Service de classe normale de réserve.

M

René-Georges Gillot nous a quittés… lʼannonce de la disparition de René-Georges Gillot survenue le 3 avril à lʼâge de 90 ans, Patrick Beaudouin, en son nom et celui des membres du conseil municipal, a adressé ses plus sincères condoléances à son épouse et ses proches. «Au-delà des services quʼil a rendus à la France, Saint-Mandé, ville à laquelle il était très attaché, perd lʼune de ses figures. Nous garderons de lui le souvenir dʼun grand sportif, dʼun homme engagé, déterminé, dynamique et dʼune grande générosité». Diplômé dʼÉtat de lʼEcole supérieure de commerce du Conservatoire national des arts et métiers, dès 1931, RenéGeorges Gillot pratique le sport à Saint-Mandé (football, vélo, escrime) côtoyant à cette occasion son camarade dʼécole Rolland Boitelle. Devançant lʼappel, son dossier est refusé en septembre 1939, puis en novembre de la même année, puisque la future recrue nʼa pas 17 ans révolus. Ce ne fut quʼen mars 1940 que René-Georges Gillot parvint à sʼengager pour la durée de la guerre. Le 18 juin 1940, il est de ceux qui entendirent lʼAppel du Général de Gaulle. Depuis le domicile familial de Saint-Mandé, il participe à la récupération dʼarmes jetées dans les lacs du bois de Vincennes. Tandis que ses parents apportent assistance à des prisonniers évadés, le 1er janvier 1941, René-Georges Gillot est contacté par le mouvement de résistance CSP auquel il adhère immédiatement. Le 15 janvier il est embauché au GMF du secteur Colombes-Nanterre. Comme agent de liaison, il effectue des missions en Touraine, Poitou et Berry. Il va ainsi transporter et distribuer des tracts clandestins, acheminer des documents secrets avant de constituer et de diriger un groupe armé «corps franc» à la tête duquel il participe aux combats de la Libération de Paris et de la proche banlieue, sʼillustrant notamment à lʼHôtel de Ville parisien, dans le secteur de La Tourelle à Saint-Mandé et au Fort de Vincennes. Le combattant de la résistance continue de servir après la libération au sein du cinquième bureau de lʼétat-major général de la guerre, puis du cinquième bureau de lʼétat-major des armées. René-Georges Gillot est démobilisé le 6 mars 1946. Parallèlement à ses activités professionnelles, il se consacre efficacement au fonctionnement de plusieurs associations sportives, principalement dédiées à la pratique de lʼescrime. Il est dans ce domaine lʼun des fondateurs puis le président du comité départemental dʼescrime du Val-de-Marne dont il était toujours le président dʼhonneur. René-Georges Gillot sʼinvestit également au sein dʼassociations de résistants. Il était aussi le président du Cercle des médaillés de la jeunesse et des sports du Briançonnais, région où il sʼétait installé depuis de nombreuses années. Cette figure emblématique de la vie saint-mandéenne était chevalier de lʼordre de la Légion dʼHonneur, chevalier de lʼordre national du Mérite, Croix du combattant volontaire, Croix du combattant volontaire de la résistance, Croix du combattant, Médaille de la France libérée, médailles de bronze, dʼargent et dʼor de la Jeunesse et des Sports, médaille du travail argent et vermeil.

À



35915 001 060