Page 1

Le journal indépendant de l’Université d’Ottawa Édition du 14 septembre – Volume LXXVII No 3

ARTS ET CULTURE

C’est serré...

Photo Jessica Rose

Fedstock

Pour tous les goûts SPORTS

au Centre universitaire p. 2 et 19

Soccer

Photo Maxime Goulet

Bon départ pour les Gee-Gees


le 14 septembre 2009

Ariane Marcotte actualites@larotonde.ca

CENTRE UNIVERSITAIRE

Actualités

Espace restreint au pavillon

Jock Turcot

Catherine Blanchard

toujours le bénéfice qu’il aura pour les étudiants, assure-t-il. Il faut travailler pour une optimisation de l’espace. » Horton ne semble toutefois pas de cet avis: « Nous sommes déçus que l’Université ne bouge jamais assez vite. Il y a un manque flagrant de priorité pour les espaces étudiants. [Ce sont] les services privés, scolaires et académiques qui doivent être relocalisés ailleurs. »

La présence de différents services administratifs au Centre universitaire pose problème aux groupes étudiants.

A

ctuellement, le Centre universitaire abrite les locaux de différents services, associations et groupes étudiants. Cependant, l’espace ne leur est pas entièrement réservé. En effet, on y retrouve aussi différents services de l’administration, tels les bureaux du Service d’appui au succès scolaire (SASS) et du Service de l’aide financière et des bourses, ainsi que certains services privés. « Depuis les 20 dernières années, on lutte contre le fait que c’est l’Université qui possède le plus d’espace et le plus de contrôle dans le Centre universitaire », explique Ted Horton, v-p aux affaires universitaires de la Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa (FÉUO). « Dans d’autres universités canadiennes, à Carleton notamment, tous les services étudiants sont regroupés au centre universitaire, ce qui garantit une accessibilité et un regroupement de tous les services au même endroit », commente Emma Godmere, rédactrice en chef du Fulcrum. Certains services étudiants, notamment les médias étudiants (la station de radio étudiante CHUO,

le Fulcrum et La Rotonde) ainsi que le Groupe de recherche d’intérêt public de l’Ontario (GRIPO), ont leurs bureaux à l’extérieur du Centre universitaire. « Depuis que CHUO est déménagé de l’emplacement du Déjà-Vu à nos locaux actuels au soussol de Morisset en 2005, nous avons perdu 160% de notre visibilité, déplore Karen McHarg, directrice des ventes et des promotions à CHUO. Nous avons aussi perdu 60% de notre espace, principalement dédié à l’implication des bénévoles. » « Nous avons un nouvel édifice en construction. Plusieurs groupes vont bouger, assure Marc Duval, directeur du Service de vie communautaire. J’ose espérer que d’ici 18 mois, le Service de l’aide financière et des bourses puisse trouver domicile à l’extérieur du Centre universitaire et qu’on puisse utiliser cet espace là ». Gestion de l’espace étudiant

But identique, chemin différent Deux comités travaillent à la gestion de l’espace et des projets capitaux du Centre universitaire. Le premier est le comité de gestion du Centre. Il est composé de Victor Simon, vice-recteur aux ressources, de Marc Duval, de Mario

Les étudiants manquent de place au Centre universitaire.

2 • www.larotonde.ca

Jacob, gestionnaire du portefeuille immobilier, ainsi que de quatre représentants étudiants de la FÉUO et de l’Association des étudiants diplômés (GSAÉD). Un sous-comité, le comité exécutif du Centre universitaire, se réunit mensuellement afin de régler certains dossiers jugés prioritaires. Il est formé de Duval, de Diane D’amours, agente d’administration au Service de vie communautaire, de Seamus Wolfe, président de la FÉUO, et de Tansy Etro-Beko, commissaire à la vie étudiante de la GSAÉD. « Dans chacun de ces comités, les représentants étudiants sont présents en majorité, souligne Duval. Lorsqu’il y a une décision à prendre concernant l’espace, les négociations se feront dans l’un de ces comités. Il est donc totalement faux de dire que les décisions sont prises unilatéralement par l’administration », soutient-il.

Le directeur du Service de vie communautaire rappelle que les besoins des étudiants sont une priorité: « Avant d’allouer un espace à un groupe ou un service qui en fait la demande, nous regardons

Bataille ou collaboration? « C’est des fois l’un, des fois l’autre », affirme Horton. « Quand le résultat que nous obtenons n’est que des barrières, c’est difficile de vouloir collaborer. Il y a des obstacles à chaque étape, une lutte pour récupérer chaque pied carré. » Mireille Gervais, agente de recours au Centre de recours étudiant, abonde dans le même sens. « La diplomatie est une bonne intention, mais la meilleure façon utilisée par l’administration, ce sont les délais. On ne doit pas attendre deux ou trois ans. C’est par l’action qu’on gagne, c’est pourquoi on devra reprendre l’espace physiquement. » Duval, quant à lui, voit plutôt en cette problématique une opportunité

pour tous de trouver des solutions. « Tous doivent mettre la main à la pâte pour être créatif. C’est la clé. » Un centre purement étudiant Dean Haldenby, ancien président de la FÉUO, avait misé, au cours de son mandat, sur la construction d’un centre étudiant entièrement géré par les étudiants. Le projet avait été mis de côté au printemps dernier pour des raisons financières. « Plusieurs campus partout au Canada ont des centres gérés par les étudiants et ça fonctionne très bien. Mais pour construire un tel centre, il faut beaucoup de sous », commente le directeur du Service de vie communautaire. Gervais, quant à elle, voit ce projet d’un autre œil. « L’idée de Dean Haldenby était moralement bonne, car il voulait construire un nouveau centre universitaire pour que celui-ci appartienne totalement aux étudiants. Mais dans le fond, c’est ridicule, puisque nous avons déjà cet espace. Pourquoi, alors, aller en construire un autre? » Quoi qu’il en soit, les membres exécutifs actuels de la FÉUO ne semblent pas avoir l’intention de remettre le projet sur la table pour la prochaine année universitaire.

Photo Mathieu Langlois

actualites@larotonde.ca


Actualités

le 14 septembre 2009

TRANSPORT EN COMMUN

Laissez-passer étudiant d’OC Transpo accessible à tous Le conseil municipal de la Ville d’Ottawa a accepté, mercredi dernier, de revoir sa politique concernant les tarifs de transport en commun en éliminant la limite d’âge sur les laissez-passez étudiants d’OC Transpo. Ariane Marcotte Les 2500 étudiants âgés de plus de 27 ans qui fréquentent l’Université pourront de nouveau profiter du tarif étudiant proposé par OC Transpo. C’est ce qu’a annoncé le conseil de ville mercredi dernier, en revenant sur sa propre décision d’imposer le tarif régulier aux étudiants âgés de 28 ans ou plus. Cette décision prise en décembre dernier avait soulevé l’indignation des étudiants, qui voyaient leurs frais mensuels de transport passer de 62,25$ à 84,75$, ce qui en bout de ligne représente une différence de 250$. Une dizaine d’étudiants s’étaient alors déplacés au Conseil munici-

pal pour entendre la décision des élus suite au dépôt d’une pétition de 2400 noms qui visait le renversement de la nouvelle politique de tarification. « On est extrêmement content. Ça prouve que lorsque les étudiants travaillent ensemble, ils ont un réel pouvoir de changer les choses », a déclaré Gaétan-Philippe Beaulière, commissaire à l’externe à l’Association des étudiants diplômés de l’Université d’Ottawa. Cette politique, qui devait faire épargner 220 000$ annuellement à la Ville d’Ottawa, a été abrogée à l’unanimité par ses conseillers, qui ont reconnu avoir commis une erreur en acceptant cette hausse l’hiver dernier. Selon le conseiller

Jacques Legendre, la hausse imposée aux étudiants de plus de 27 ans n’était vraisemblablement pas raisonnable, la qualifiant lui-même « d’idiote ». « Certains, autour de la table du Conseil, ont pu penser qu’il s’agissait seulement d’une hausse de 250$ par année pour les étudiants, alors qu’ils ne considéreraient même pas permettre une hausse de taxes semblable », a-t-il ajouté. Le tarif étudiant est donc de nouveau en vigueur. Les étudiants âgés de plus de 27 ans qui se sont procuré le laissez-passez régulier depuis juillet dernier peuvent bénéficier d’un certain remboursement rétroactif auprès des bureaux de ventes d’OC Transpo.

La limite d’âge du tarif étudiant d’OC Transpo est abolie.

Photo Mathieu Langlois

GRIPPE H1N1

La menace plane, mais « nous sommes prêts », clame l’Université. Philippe Teisceira-Lessard Un site Internet spécialement conçu à cette fin, 2000 kits de protection pour résidents infectés, d’innombrables tables de concertation et de réseaux de communication avec les autres établissements nord-américains… L’Université d’Ottawa déploie des ressources financières et humaines impressionnantes pour être fin prête dans l’éventualité d’une épidémie de grippe H1N1 sur le campus. C’est le Bureau de la gestion du risque, de l’environnement et de la santé-sécurité au travail (BGRESST), une unité administrative habituellement bien loin des projecteurs médiatiques, qui tient les rênes dans cette course contre la montre pour organiser la prévention et les mesures à prendre en cas de pandémie. Celui-ci n’a pas reçu d’enveloppe budgétaire fixe pour remplir sa tâche: « Nous avons investi pas mal dans ce processus, explique Michael Histed, directeur du Bureau. On fait les dépenses nécessaires ». Aucune évaluation des dépenses n’avait cependant été compilée au moment d’aller sous presse. Ces paramètres budgétaires pour le moins inusités pour une institution fonctionnant à même l’argent public s’expliqueraient par l’urgence d’agir avant que le virus n’entreprenne son inévitable progression à l’hiver. « Personne n’a d’expérience, personne, ici, n’a [encore] eu à gérer une telle situation, affirme Histed. Ca va arriver. Certains le prennent au sérieux, d’autres non. » Histed et son équipe faisant clairement partie de la première catégorie, le BGRESST a passé l’été à

actualites@larotonde.ca

mettre le campus en état d’alerte. « Le mot d’ordre est la prévention », soutient Histed en entrevue. D’abord, des désinfectants pour les mains ont été installés dans des endroits stratégiques du campus, les cages d’escaliers et les halls d’ascenseurs, par exemple, en plus de travaux d’entretien renforcés. En outre, pour les étudiants en résidence, une formation a été donnée à tous les responsables d’étage, en plus de la préparation de 2000 kits de protection pour les étudiants infectés. Finalement, une présence visuelle massive sur le campus vise à rapeller à la communauté les gestes élémentaires de la prévention grippale, comme le lavage des mains. Tous les étudiants aux prises avec des symptômes grippaux seront priés de rester chez eux. Les résidents dont le campus constitue le milieu de vie, quant à eux, seront encouragés à s’isoler dans leur chambre et à utiliser le kit de protection. Et l’Université ne rigole pas avec les risques de propagation: le compagnon de chambre d’un résident infecté sera lui aussi prié de s’isoler… Il reste toutefois bien des étapes à franchir afin d’être fin prêts, signale Histed. Une ligne d’information sur la contamination sera bientôt mise en place et sera accessible à la communauté au 613-562-5555. De plus, le vaccin contre ce virus potentiellement pandémique devrait normalement être disponible à partir de la mi-novembre. L’Université vaccinera gratuitement tous les membres de la communauté qui souhaitent se prévaloir de ce service.

Avec la saison de la grippe à nos portes, l’U d’O se prépare pour la bataille.

Photo Mathieu Langlois

D’importantes mesures sont déployées sur le campus afin de prévenir la propagation de la grippe H1N1.

www.larotonde.ca •

3


Actualités

le 14 septembre 2009

Revue de presse universitaire

Brèves

François-Olivier Dorais présente une interface à 12 boutons avec davantage d’options à venir au cours des prochains mois. Il s’agit de la première innovation du genre sur un campus canadien. Éventuellement, l’Université tentera aussi d’adapter cette technologie aux Blackberry. UBC annonce un important déficit pour l’année à venir

Les négociations entre L’UQAM et le SETUE portent fruit Le Syndicat des étudiants employés de l’UQAM (SETUE) a conclu une entente de principe pour le renouvellement de sa convention collective le 4 septembre dernier. Près d’un an et demi aura été nécessaire pour que l’UQAM et le SETUE trouvent enfin un terrain d’entente. Les membres du SETUE devront se prononcer sur la convention collective obtenue par leur comité de négociation lors d’une assemblée générale qui aura lieu fin septembre. S’ils l’acceptent, celle-ci demeurera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2013. La nouvelle convention garantit notamment une parité avec les salaires de l’Université de Montréal (UdeM). Présentement, un auxiliaire de recherche à la maîtrise à l’UQAM touche 16$ de l’heure et un correcteur à la maîtrise, 14,94$. Leurs homologues de l’UdeM gagnent 19,74$ de l’heure pour la même charge de travail, selon le SETUE. Des écarts seraient également observés chez les étudiants-employés inscrits au baccalauréat et au doctorat. L’U de la S se branche sur le iPhone et le iPod Touch Le département des sciences informatiques de l’Université de la Saskatchewan attire l’attention des médias nationaux depuis que fut introduite par l’Université une nouvelle application pour les technologies Apple. Nommée iUSask, cette application permet aux détenteurs de iPhone et de iPod d’avoir accès depuis leur joujou à leur horaire de cours, aux actualités du campus, au catalogue de la bibliothèque, à une carte du campus et bien plus. L’actuelle version

L’Université de la Colombie-Britannique a récemment annoncé qu’elle prévoit encourir un déficit de 25 millions$ pour l’année 2010-2011, dont 13 millions$ correspondraient à un déficit structurel non viable. Pierre Ouillet, vice-président aux finances de l’Université, annonçait au cours d’une rencontre il y a trois semaines que l’institution travaillait actuellement à l’implantation d’un plan en huit étapes pour venir à bout de cette fâcheuse situation. On apprend dans le journal The Ubyssey que ce plan, toujours à l’état embryonnaire, privilégierait des solutions telles qu’une hausse des frais professionnels des étudiants, un doublement de l’afflux d’étudiants internationaux, la réduction des coûts liés à l’enseignement et la combinaison administrative des petites facultés. Quand le top 5 sème la discorde On apprend, dans The Uniter de l’Université de Winnipeg, que le top 5 des universités canadiennes a récemment appelé à une augmentation du financement pour les initiatives en recherche auprès du gouvernement fédéral. Des quelque 2,5 millions$ versés par le fédéral dans le financement de la recherche, les universités McGill, de Toronto, de l’Alberta, de la Colombie-Britannique et de Montréal ont reçu moins de 30% de la part totale du gâteau. En réaction à cette requête, d’autres universités canadiennes y ont toutefois vu une injustice susceptible d’affecter leur propre développement, advenant que le gouvernement accède à cette demande. Arati Sharma, directrice national de l’Alliance canadienne des associations étudiantes, a profité de cette situation pour encourager les groupes étudiants à travers le pays à discuter de cet enjeu. Elle a également soulevé la nécessité de tenir une conférence nationale dans laquelle les étudiants, les administrations universitaires, les facultés et les gouvernements pourraient discuter de la distribution des fonds publics pour la recherche.

L'U d'O récolte un programme fédéral L'Université d'Ottawa a été choisie pour accueillir le Programme fédéral d'appui aux droits linguistiques (PADL), a annoncé James Moore, ministre du Patrimoine canadien. L'initiative fédérale, conçue pour remplacer l'ancien Programme de contestation judiciaire, se décline maintenant en trois volets liés aux communautés linguistiques minoritaires : l'éducation et la promotion, la médiation et les recours judiciaires.

« C'est avec fierté que l'Université a accueilli la nouvelle, a déclaré Allan Rock via communiqué. Ce projet se situe en effet pleinement dans la foulée de la mission universitaire de dualité linguistique et concrétise encore davantage le rôle de leadership de l’Université. » C'est la Faculté de droit qui chapeautera le programme, qui demeurera tout de même en gestion indépendante. Une enveloppe budgétaire de 1,5 millions de dollars lui est accordée par la même occasion. Philippe Teisceira-Lessard

Une toute première convention collective pour le personnel de soutien de l’U d’O Après des négociations entamées en janvier 2008, l’unité du personnel de soutien de l’Université d’Ottawa (PSUO) et le Bureau des gouverneurs sont parvenus à une entente. Finalisée le 14 août dernier, l’entente fut ratifiée par le PSUO le 3 septembre dernier alors que le Bureau des gouverneurs approuva à son tour celle-ci le 8 septembre. « Cette entente marque une étape culminante dans l’histoire du personnel de soutien de l’Université d’Ottawa », a déclaré Richard Hogan, présiden du PSUO, par voie de communiqué.

Louise Pagé-Valin, vice-rectrice associée aux ressources humaines, s’est dite satisfaite de l’entente signée. « Nous sommes heureux de voir que la convention assurera la stabilité dans les relations de travail entre l’Université et son personnel de soutien et permettra la mise en œuvre de nouvelles procédures de gestion au sein de l’institution » a-t-elle déclaré par voie de communiqué. La convention collective est d’une durée de cinq ans et s’applique rétroactivement du 1er mai 2007 au 30 avril 2012. Mathieu Gohier

Vous voulez devenir journaliste? Vous aimez écrire? Un sujet d’article vous inspire? La Rotonde c’est pour VOUS! Devenez journaliste! info@larotonde.ca

COMITE DES

CAMPAGNES

4 • www.larotonde.ca

actualites@larotonde.ca


Actualités

le 14 septembre 2009

Stage díaide humanitaire en RÈpublique Dominicaine Au cours du printemps et de l’été 2010, 32 jeunes (entre 20 et 35 ans) partiront 4 ou 6 semaines en République Dominicaine pour un projet d’aide humanitaire sous la tutelle de l’organisme « Solidarité Jeunesse ».

BBQ annuel de La Rotonde Venez rencontrer l’équipe

Soyez du nombre !

22 septembre 12h

Soirée d’information : le jeudi 24 septembre, 19h30,

au 101, avenue Parent, à Ottawa (coin Saint-Patrick, derrière la cathédrale).

613-241-7515 cdjeunes@comnet.ca

RotondeAd_6by5_2010.qxp

6/2/2009

3:32 PM

109 Osgoode

Page 1

Professionnel de demain : posez votre candidature aujourd’hui – en ligne!

OMSAS http://centre.ouac.on.ca/omsas/ Service ontarien de demande d’admission en médecine 15 septembre 2009 : Date limite pour vous inscrire pour la demande en ligne 1er octobre 2009 : Date limite pour la réception des demandes

http://centre.ouac.on.ca/olsas/ OLSAS Service ontarien de demande d’admission en droit 2 novembre 2009 : Date limite – programmes anglais 1er février 2010 : Date limite – programmes français 3 mai 2010 : Date limite – 2e, 3e et 4e année

TEAS

http://centre.ouac.on.ca/teas/ Service de demande d’admission en formation à l’enseignement 1er décembre 2009 : Date limite – programmes anglais 1er mars 2010 : Date limite – programmes français

http://centre.ouac.on.ca/orpas/ ORPAS Service de demande d’admission aux programmes des sciences de la réadaptation (Audiology, Occupational Therapy, Physical Therapy/Physiotherapy, Speech-Language Pathology)

8 janvier 2010 : Date limite pour la réception des demandes 170 Research Lane Guelph ON N1G 5E2 http://centre.ouac.on.ca

Atteignez les sommets ! ENTREZ PAR LA GRANDE PORTE, VENEZ CÉLÉBRER LA FIN DE VOS ÉTUDES À TREMBLANT!

1 866 787-8925 | lessuitestremblant.com

actualites@larotonde.ca

www.larotonde.ca •

5


Arts et Culture le 14 septembre 2009

Sonia Noreau culture@larotonde.ca

MUSIQUE SUR LE CAMPUS

Marabou , un talent incroyable à découvrir Sonia Noreau C’est tassés comme des sardines en conserve que les étudiants de l’Université d’Ottawa ont assisté à la dernière performance de Marabou, le 8 septembre dernier au café Nostalgica. Malgré la promiscuité des lieux qui crée généralement à la fois un certain malaise et de l’inconfort chez les spectateurs, tous étaient contents d’être au milieu de cette petite foule. Pourquoi? Parce qu’ils assistaient au spectacle de l’un des groupes musicaux émergents les plus prometteurs de la région. De la musique canadienne française D’un calibre qui pourrait la classer dans les grandes ligues, la musique de Marabou surprend. Lorsque La Rotonde a demandé au groupe de décrire ses chansons en quelques mots, on nous a expliqué qu’elles étaient le fruit du mélange de plusieurs cultures francophones du Canada. Bien qu’ayant tous fréquenté l’Université d’Ottawa, les membres de Marabou ne partagent pas tous exactement la même culture. Ils proviennent de l’Acadie, de l’Ontario français, du Québec et de l’Alberta, et chacun apporte avec lui un son, une vision et une façon de faire différents qui enrichissent leur performance. La musique de Marabou est difficile à décrire, tant elle est riche. « Festif-rêve-cirque-absurde » : tels sont les mots employés. Lors de leur prestation au café Nostalgica, il était facile de pardonner les bruits suraigus du système de son qui faisait défaut, tant la musique était bonne. Les paroles, d’une grande profondeur, électrisaient la foule énergisée par le dynamisme du groupe. Un grand bonheur prenait d’assaut l’assistance, alors que les chansons, de calibre professionnel, remplissaient la salle. Histoire Claude Munson, Marie-Josée Laviolette, Pascal Delaquis, JeanFrançois Delaquis, Ellorie McKnight, Alexandre Bevington et LouisPhilippe Robillard sont les sept musiciens qui composent le groupe, lequel s’est formé dans notre région au fil du temps.

6 • www.larotonde.ca

Ces jeunes bourrés de talent se sont rencontrés ici même, sur le campus, et ont tous été étudiants à l’Université d’Ottawa. Tout a commencé quand Louis-Philippe Robillard et Alexandre Bevington, amis depuis l’école, « jammaient » ensemble à l’École secondaire De La Salle. Claude Munson et Ellorie McKnight se sont par la suite joints à eux. Cependant, ce n’est qu’une fois à l’Université d’Ottawa, à travers les soirées Open Mic du Nopstalgica que Marabou est vraiment né. C’est lors d’une performance au club Zaphod Beeblebrox que Pascal Delaquis, qui avait été invité à « drummer » avec le groupe, s’est ajouté à celui-ci de façon permanente. Récemment, Jean-François Delaquis, le frère de Pascal, et Marie-Josée Laviolette se sont aussi joints au groupe. L’amitié Depuis, bien que Marabou s’organise avec une grande flexibilité et ne semble pas imposer d’énormes contraintes sur ses musiciens, le groupe est tricoté serré. Ceci s’explique peut-être par le fait que les membres du groupe habitent dans deux appartements qu’ils se partagent, rajoutant la proximité d’une relation de colocation entre certains d’entre eux au dynamisme du groupe. Claude Munson a d’ailleurs confié à La Rotonde – avec la plus grande sincérité – qu’il ne joue pas sans les autres: « On a été séparé pendant deux mois et je n’ai pas touché à ma basse, je ne pouvais pas ». Pour ses musiciens, Marabou est une occasion de jouer avec d’autres artistes d’une culture franco-canadienne commune. « On se pousse à créer des “tounes” », nous a dit Claude Munson. C’est également une bonne opportunité pour que fleurisse l’amitié, les maux de tête et les soirées qui finissent trop tard, nous ont-ils confié. Tournée internationale et locale Ce groupe dynamique ne se limite pas à la scène régionale, puisqu’ils ont déjà fait leurs armes en France. Ils ont connu un certain succès làbas en jouant sur des scènes aussi peu conventionnelles que les planches d’un bateau ou les trottoirs. En

Ils ont, en outre, fait parler d’eux, attirant l’attention des médias régionaux. Ce fut ensuite en Amérique du Nord, plus précisément en Ontario, qu’ils ont fait une tournée avec le groupe Bands in a Bag, avec lequel ils travaillent en étroite collaboration, ou, pourrait-on dire, en étroite fluidité. La frontière entre ces deux groupes de la région est poreuse. D’ailleurs, le style de musique des deux groupes s’harmonise bien, étant plus ou moins du même genre – soit le folk-rock. Lors de leur tournée ontarienne, ils étaient quatre auteurs-compositeurs et neuf musiciens. Mais qu’est-ce qui lie ces deux groupes qui s’échangent des musiciens comme les étudiants se passent des crayons, a demandé La Rotonde à Marabou. « La musique et l’amitié », lui a-t-on répondu. « On vibre tous ensemble », nous a confié Claude Munson à ce propos. Et l’université dans tout ça? En fin de compte, l’Université d’Ottawa n’a été que le lieu où tous les membres de Marabou se sont rencontrés. C’est vraiment le café Nostalgica, véritable plaque tournante de la vie culturelle du campus, qui a vu naître Marabou. Le café Nostalgica est presque devenu leur maison: « C’est chez nous, ici », se sont entendu pour dire tout les membres du groupe. Bien qu’en tournée en Ontario et même à l’international, ils reviennent au Nostalgica pour se produire régulièrement. Et leur douce moitié? La Rotonde a demandé à Brad Morden, chanteur de Bands in the Bag, comment l’organisation entre les deux groupes se déroulait. Il nous a expliqué qu’après qu’il ait composé les chansons, c’était Pascal Delaquis qui les mettait en musique et qu’il y avait une réelle coopération entre les deux groupes. Il est difficile de se faire connaître, admet Brad Morden dont le groupe, parti en tournée, connaît un certain succès, mais un groupe proactif qui joue beaucoup a ses chances. « Il faut le faire soi-même », a-t-il ajouté. Espérons qu’il ait raison et que les deux groupes connaîtront un succès à la hauteur de leur talent.

Photos Mathieu Langlois

culture@larotonde.ca


Arts et Culture

le 14 septembre 2009

LE FESTIVAL DE L’OUTAOUAIS ÉMERGENT

Un festival en é m e r g e n c e Jeanne Brassard Alors que les étudiants de l’Université d’Ottawa recevaient leurs plans de cours s’amorçait le deuxième Festival de l’Outaouais émergent (FOE). Celui-ci a eu lieu du 10 au 13 septembre dans le Vieux-Hull, réputé lieu de liberté et habité par les artistes de la région. Au café Bacci, où se déroulait la cérémonie d’ouverture du Festival, les artistes et les participants à l’air bohème étaient accueillis dans un décor luxueux. Plusieurs membres de différents groupes communautaires étaient présents, totalisant ainsi au moins 150 personnes. De tous les âges et de toutes les provenances, les participants se mêlaient volon-

Hull. En fait, le FOE se veut une réponse au manque de structures qui pourraient servir de tremplins artistiques dans la région. Le Festival regroupe les arts visuels et musicaux dans « une programmation flamboyante reflétant bien le talent d’ici », précise Sophie Berriault, attachée de presse de l’événement. Outre les Créateurs du crépuscule, festival de musique underground il y a quelques années, et le Grand Rire Bleue – peu d’événements nouveaux ont fait fureur ou même eu un impact dans notre région 07. L’intiative de la création du Festival de l’Ouataouais émergent fait suite à la constatation du manque de structures pour les artistes émergents de l’Outaouais, en comparaison aux

« Une programmation flamboyante reflétant bien le talent d’ici. »

- Sophie Berriault

tiers les uns aux autres et interagissaient avec enthousiasme. L’abondance de boisson et la nourriture à volonté faisaient passer pour cheap les cocktails pompeux organisés pour des artistes reconnus. On pouvait lire « Motivés » sur les chandails du comité organisateur de l’événement, en raison de leur motivation à promouvoir le talent que peut offrir l’Outaouais et ses artistes émergents. Les organisateurs sont également déterminés à faire connaître les artistes locaux et à les outiller pour percer, tout en renforçant leur sentiment d’appartenance à la région de l’Outaouais. D’ailleurs, l’un des objectifs du FOE est de contribuer au resserrement de la toile sociale et à la création d’un rassemblement du quartier Vieux-

régions de Montréal ou de Québec. Parmi les multiples festivals qu’accueille l’Outaouais, le FOE se présente ainsi comme un tremplin pour les artistes. Effectivement, comme nous l’apprend Emmanuel SavardDimanche, président du Conseil d’administration des Productions des Outaouais motivés, qui jouait au Festival des montgolfières « à 2h de l’après-midi quand il n’y [avait] personne », les autres festivals ne favorisent pas l’émergence de nouveaux noms. Le FOE se veut un événement d’échange des capacités et des expériences des artistes de l’Outaouais. Étant percussioniste de formation, Savard-Dimanche connaît les défis des artistes débutants. Il est conscient des difficultés qu’éprouvent les artistes émergents et

Une deuxième édition réussie pour le Festival de l’Outaouais Émergent. souhaite combler les « lacunes de l’industrie [de la musique] en Outaouais ». Selon lui, les artistes de la région ont un potentiel énorme qui pourrait se rendre au niveau national ou plus loin encore. « La scène musicale ,ici, regorge de talent, ça même pas de sens », plaide-t-il. Il n’en demeure pas moins que « ça reste underground faute de structures, faute de mécanismes ». Pour

lui, il est important de faire valoir les talents – d’abord au sein de notre communauté locale, puis, éventuellement à l’échelle nationale. La solidarité de notre région n’est plus plus une option: « T’as pas le choix, parce que c’est en se regroupant comme ça qu’on devient plus fort », soutient-il. S’il y a cependant encore beaucoup à construire, le FOE constitue

Photo Mathieu Langlois

une « brique qui manque [dans l’industrie de la région de l’Outaouais], une grosse brique », affirme SavardDimanche. Cette notion de solidarité et d’unité communautaire est peut-être la pièce manquante qui amènera les artistes et créateurs de l’Outaouais à se surpasser et à promouvoir leurs œuvres à l’échelle nationale, voire international, comme ils le méritent.

UNE BULLE D’ART PRÈS DE CHEZ SOI

Un village d’artistes ici même dans la région Sonia Noreau Connaissez-vous Merrickville? C’est un petit village tout près d’ici où il est possible de relaxer en contemplant les œuvres d’artistes et artisans de la région. Ce village historique qui fut déclaré patrimoine mondial par l’Unesco s’autoproclame « joyau du canal Rideau». Il est situé à moins d’une heure de route d’Ottawa et c’est un lieu privilégié par les artistes pour faire connaître leurs œuvres. La ligue En plus de l’attrayant décor, des musées relatant l’histoire du village et des nombreux restaurants, Merrickville a une ligue d’artistes. Fondée en 1984, elle est née de l’initiative de gens de talent qui souhaitaient faire la promotion de leur travail. La ligue s’est développée avec le concept « rencon-

culture@larotonde.ca

trer les artistes dans leur atelier ». Effectivement, Il est possible de se pointer tout bonnement chez ces gens, de cogner à leur porte sans aucune gêne et de s’inviter dans leur atelier. La venue d’un inconnu ne les trouble pas: en fait, ils sont toujours enchantés de voir un nouveau client. La ligue, qui à l’origine regroupait six artistes, en compte maintenant 23. Le succès de cette entreprise tient du miracle que peut faire le bouche-à-oreille. Ce sont les premiers artistes fondateurs qui surent attirer les autres. De leur côté, les premiers visiteurs, impressionnés par le talent des artistes de Merrickville, passèrent le mot, faisant de ce village d’artistes un secret mal gardé et une réussite. Donnant à n’importe quel visiteur l’impression d’être entré dans une bulle de culture soigneusement préservée de la frénésie de la ville, l’atmosphère de Merrickville pro-

voque presque un choc culturel. Il est rare de voir autant de boutiques d’artisans et d’ateliers d’artistes aussi bien organisés travaillant dans une telle proximité. Par ailleurs, les formes d’art développées à Merrickville sont variées: on y retrouve de la sculpture, de la poterie, de l’aquarelle, de l’acrylique, du multimédia, de la peinture à l’huile et de la photographie se mêlant au travail des artisans du verre, du métal etc. L’artiste La Rotonde s’est entretenue avec Robin Baker, une artiste de Merrickville qui a choisi le multimédia comme médium et qui offre aussi des classes. Elle nous a expliqué que la ligue lui offrait l’opportunité de partager avec ses collègues. Ces nombreux échanges lui permettent de recevoir le feed-back nécessaire

pour retravailler ses œuvres, tout en découvrant le travail des autres. « C’est toujours un échange intéressant qui stimule la créativité », a-telle confié à La Rotonde. Le village Le village en lui-même en vaut le détour. Les maisons du 19ième siècle, qui sont parfaitement bien conservées, rajoutent à la beauté générale des lieux. Toutefois, il est difficile de ne pas voir le côté un peu clinquant de Merrickville, qui a adopté un aspect très touristique avec ses nombreux restaurants et magasins. Ces derniers semblent profiter de l’attraction qu’exerce le travail des artistes. Il serait néanmoins malhonnête d’affirmer que ça gâche en quoi ce soit le charme du village. Même le plus puriste des puristes conviendra qu’il faut bien que les gens mangent.

Photo Sonia Noreau

Merrickville, un village à vocation particulière.

www.larotonde.ca •

7


Arts et Culture Préface

le 14 septembre 2009

Sonia Noreau, Chef de pupitre Arts et culture

Ouvrez vos yeux ou taisez-vous! Ça y est, je n’en puis plus. C’en est trop, la coupe est pleine! Je ne tolérerai plus d’entendre une autre médisance à propos de la scène culturelle de la région. Je sais que je vais vraiment à contre-courant, mais c’est tout de même aberrant que tout le monde s’entende sur une fausseté. C’est pourquoi je dénonce. Le campus et la région sont beaucoup plus dynamiques et fertiles que ce que croit la population estudiantine. « Il ne se passe rien »? Comment ça, « il ne se passe rien »? Le campus fourmille d’art. Chaque coup d’œil que je lance en direction du campus tombe inévitablement sur une statue ou un groupe de danse anonyme en train de pratiquer dans le Centre universitaire. Chaque soir, lorsque, pour rentrer chez moi, j’emprunte la rue Cumberland, j’entends la musique d’un groupe local s’échapper du café Nostalgica. Tout ceci n’est cependant que routine. Après tout, le campus bouge encore plus lorsque que la LIEU performe ou que le Département de théâtre ou de musique offre un spectacle. À quelques minutes à pied du Centre national des Arts et de la Nouvelle Scène, le campus est particulièrement bien situé. Je ne comprends donc pas comment les étudiants peuvent affirmer qu’« il ne se passe rien ».

Il se dit la même chose d’Ottawa et des environs, qu’on accuse un peu vite d’être une « région à fonctionnaires » ou une « région plate à mort ». En fait, je crois que c’est par apitoiement sur lui-même et par défaitisme que l’œil étudiant ne cherche pas, et donc ne voit pas, tous les vernissages, soirées de slam, spectacles, concerts, expositions, soirées d’impro, films, kino, pièces de théâtre etc., qui se déroulent sans lui. Comme si c’était impossible, en dehors de Montréal et Toronto, de trouver des spectacles de qualité; les gens ne cherchent même plus. Or, en plus des nombreuses activités culturelles permanentes, il s’organise ponctuellement des festivals d’une très grande qualité, comme le Festival de l’Outaouais émergent, le Salon de la bande dessinée, ou encore le Salon du livre – ceci sans parler du célébricissime Bluesfest. Je ne demande qu’une chose: ouvrez les yeux ou taisez-vous! C’est évident que ceux qui ne fréquentent pas les nombreuses activités culturelles de l’Outaouais ont tendance à nourrir le mythe de la « région à fonctionnaires », mais ils ne le font pas en toute connaissance de cause.

Calendrier culturel du 14 au 20 septembre ARTS VISUELS ARTS VISUELS James Huctwith Quand? Jusqu’au 27 septembre Où? Galerie La Petite Mort, 306, rue Cumberland, Ottawa Sandra Hawkins: Arctic Crisis Quand? Jusqu’au 30 septembre Où? Galerie du Théâtre Centrepointe, 101, promenade Centrepointe, Ottawa Collection d’œuvres d’art de la Ville d’Ottawa: Acquisitions récentes Quand? Du 18 septembre au 25 octobre Où? Galerie d’art de l’hôtel de ville, Hôtel de ville d’Ottawa, 110, avenue Laurier Ouest, Ottawa THÉÂTRE THÉÂTRE Les Sept Jours de Simon Labrosse Quand? Du 16 septembre au 18 octobre Où? Théâtre de l’Île, 1, rue Wellington, Gatineau (secteur Hull) Littoral de Wajdi Mouawad Quand? Du 15 au 19 septembre Où? Centre national des Arts, 53, rue Elgin, Ottawa MUSIQUE MUSIQUE Alexandre Désilets Quand? Le 18 septembre Où? Cabaret La Basoche, 120, rue Principale, Gatineau (secteur Aylmer) Le Nombre Quand? Le 18 septembre Où? Dominion Tavern, 33, rue York, Ottawa SUR LE LE CAMPUS SUR CAMPUS Soirée Ciné-franco: Ce qu’il faut pour vivre Quand? Le 15 septembre à 20h Où? Auditorium des Anciens, Centre universitaire Coût : 2$ Cabaret francophile Quand? Le 17 septembre à 21h Où? Bar 1848

8 • www.larotonde.ca

Erratum Lors de la dernière parution de La Rotonde, on pouvait lire dans l’article intitulé « Les francophones débarquent au 1848 » que les cabarets francophiles étaient l’initiative du bar 1848. Il a cependant été amené à notre attention que cette information était erronée: en effet, les cabarets francophiles sont une initiative du Service de vie communautaire. Le 1848, la FÉUO, l’Association des professionnels de la chanson et de la musique, le Centre de bilinguisme et la LIEU ont appuyé le projet à différents niveaux, mais le Service de vie communautaire en demeure l’organisateur officiel. La Rotonde et sa chef de section Arts et culture tiennent à présenter leurs excuses au Service de vie communautaire ainsi qu’aux lecteurs pour cette regrettable méprise.

culture@larotonde.ca

La chroniq


Arts et Culture

le 14 septembre 2009

6OJWFSTJUĂ?E0UUBXB

6OJWFSTJUZPG0UUBXB

.JEJTEĂ?DPVWFSUFT"VUPNOF "HPSB I FOUSĂ?FHSBUVJUF TFQUFNCSF TFQU PDU   PDU  OPW  OPW 

     

     

     

     

     

%USBDLFU.JDIFMMF1JOBSE WJPMPOJTUF .BTUJLĂ?EJHĂ’SF NJEJIVNPVSBWFDMB-*&6 #VUDI#PVDIBSE NJEJIVNPVSBWFDMB-*&6 #BTUJFO7BVMUJFS

&ODPMMBCPSBUJPOBWFDMÂŽ1$.

4PJSĂ?FTDJOĂ?GSBODP"VUPNOF I "VEJUPSJVNEFTBODJFOT FOUSĂ?FHSBUVJUF QPQDPSO TPVTUJUSFBOHMBJT TFQU          PDU  OPW 

   

   

   

  $FRVJMGBVUQPVSWJWSF   1SFTFOUĂ?QBSMFDFOUSFEF#JMJOHVJTNFFUMF4FSWJDFEFMBWJFDPNNVOBVUBJSF   &MMFTBQQFMMF4BCJOF1SĂ?TFOUĂ?QBSMB(4"&%   -FDPOGFTTJPOBM1SĂ?TFOUĂ?QBSMFDFOUSFEFMBĂśFSUĂ?

-FTQSPKFDUJPOTTPOUTVJWJFTEVOFEJTDVTTJPO BOJNĂ?FQBSMFTPSHBOJTBUFVSTSFTQFDUJGT

&ODPMMBCPSBUJPOBWFD

1PVSQMVTEJOGPSNBUJPO SFOETUPJFOMJHOFBVXXXWJFDPNNVOBVUBJSFVPUUBXBDBEBOTMBTFDUJPOEFMBQSPHSBNNBUJPOGSBODPQIPOF PVFODPSFKPJOTUPJBV3Ă?TFBVGSBODPQIJMFEFMVOJWFSTJUĂ?E0UUBXBTVS'BDFCPPL

XXXWJFDPNNVOBVUBJSFVPUUBXBDB XXXDPNNVOJUZMJGFVPUUBXBDB   QPTUF]&YU

Magasinez avec nous et ĂŠconomisez gros!

EN PRIME MR. NOODLES

soupe poulet et nouilles instantanĂŠe 2 4 x 8 5 g - 273 6 4 3

*AVEC ACHAT MINIMUM DE 40 $ .

Heures d’ouverture :

417

St. Laurent Blvd

Dimanche : de 10 h Ă 16 h Du lundi au vendredi : de 7 h Ă  17 h Samedi : de 7 h Ă  17 h

ille

rv Cy . Rd

Chemin Star Top Rd.

Boulevard St.Laurent

Adresse du magasin :

Innes Rd. 417

À l’achat de 2 et plus

8

79

ou 9,99 prix individuel

Chef Boyardee

,79

7

thon pâle en morceaux, emballÊ dans l’eau, 48 x 170 g 228656

brioches Ă la cannelle, 12 un. et muffins, 15 un. 757999/562073

¢

ou ,99 ¢ prix individuel

sans nom

ÂŽ

99

Paul Boileau

1435 Cyrville Road, Ottawa, ON

Otis Spunkmeyer

Prix et coupon en vigueur du

14 septembre au 20 septembre 2009

Ad2_Universite- d'Ottawa_Sept14_FRE.indd 1

PROOF FPR

Valable seulement au NG cash & carry d’Ottawa, en Ontario, du 14 au 20 septembre 2009. Limite d’une offre par client. Aucune valeur monÊtaire.

Directeur du magasin :

#

mini ravioli, Format Club, 8 x 425 g 295534

À l’achat de 2 et plus

NG Cash & Carry 1435, rue Cyrville Ottawa (Ontario) 613-747-5462

8/25/09 4:28:30 PM

AD2_UNIVERSITÉ D’OTTAWA STUDENT AD September 14 to September 20, 2009 SIZE: 10" W x 4.3" H

www.

culture@larotonde.ca

La chronique Prolongation intitulĂŠe ÂŤLe mot de bienvenueÂť du 31 aoĂťt der-

.ca www.larotonde.ca •

9


Arts et Culture CONCERT DE LA RENTRÉE DE LA FÉUO

Fedstock 2009: quelle diversité! Nedggy Mauricin

C’est samedi le 12 septembre, au parc de la Confédération, que s’est déroulé « Fedstock ». Ce grand spectacle musical de la rentrée offert par la Fédération étudiante mettait en vedette différents artistes, comme le groupe haïtien Kreyol La. Les étudiants ont aussi eu droit au passage de Danny Fernades, jeune chanteur de rythm and blues, de la chanteuse Marie-Mai, sans oublier les groupes Ill Scarlett et Sans Pression, de même que le rappeur américain Talib Kweli. Le pouls de la foule

La fête était à l’honneur: le sourire était sur les lèvres des jeunes étudiants de l’Université, qui criaient et chantaient leurs chansons préférées. De plus, pour animer la foule entre les prestations, le présentateur faisait des blagues et s’amusait avec les étudiants – ce qui était plaisant, mais par moment un peu long. De la musique de différents genres Les artistes ont tous offert une bonne performance. Ils ont bien sûr interprété leurs plus grands succès, mais aussi des chansons moins connues qui ont été somme toute bien accueillies par la foule d’étudiants. Il y en avait pour tous les goûts. Le groupe canadien Ill Scarlett – l’un des groupes les plus attendus de la soirée – jouait de la musique rock avec quelques influences reggae, tandis que le groupe Kreyol La jouait du compas, un style de musique haïtienne. Les artistes québécois Marie-Mai et Sans Pression, quant à eux, ont mis le français à l’honneur.

Leurs performances était différentes, mais divertissantes chacune à sa façon: alors que celle de Marie-Mai était très rock et mouvementée, le rappeur Sans Pression, lui, était avec son d.j. et interprétait ses chansons avec énormément de puissance et de dynamisme. Marie-Mai, par ailleurs, a donné un avant-goût de son prochain album en interprétant une chanson intitulée « Do You ». Le rappeur Talib Kweli a lui aussi livré une bonne performance avec ses succès « Hostile Gospel » et « Get By ». Cependant, celle-ci était trop courte au goût du public étudiant, qui aurait voulu entendre un peu plus de la musique de Kweli. Les moments forts de la soirée

Cette soirée s’est bien déroulée, les performances étaient très diversifiées. On pouvait constater que tant les artistes que les étudiants s’amusaient follement. Il y a même eu un rappel pour la jeune chanteuse Marie-Mai. De son côté, Danny Fernandes a interprété l’une des ses chansons a capella, ce qui a été bien reçu par l’audience. Dans sa prestation, le rappeur Sans Pression a quant à lui interprété une chanson en l’honneur d’un ami qu’il a perdu. Sa performance était particulièrement touchante et portait à réfléchir. De plus, il ne faut pas oublier le groupe de danseurs indiens qui est venu divertir l’audience entre deux performances. Finalement, soulignons la qualité du travail technique des Productions Zoom. Somme toute, cette soirée fut haute en couleurs et en émotions. Tous les étudiants qui y ont assisté se sont manifestement bien amusés. La diversité musicale a été grandement appréciée du public.

Photo Jessica Rose

10 • www.larotonde.ca

culture@laroton


le 31 août 2009

outon

Le coin du gl Eric Ricou

Comment bien se gaver sans se ruiner En tant qu’étudiant, il est plutôt difficile de trouver l’équilibre entre son budget et le raffinement culinaire. L’équation exige souvent qu’on délaisse certains luxes, notamment le restaurant. Si un tel abandon vous effraie, j’ai quelques propositions qui feront plaisir tant à votre bouche qu’à votre porte-monnaie. Débutons dans ce qui est, selon moi, l’épicentre de la gastronomie abordable dans notre région, soit le quartier chinois. Aux alentours de l’intersection des rues Somerset et Booth, les nombreux restaurants de pho, un mets national vietnamien à base de bouillon de boeuf et de nouilles de riz, sont bien connus et reflètent la composition ethnique davantage vietnamienne que chinoise du quartier. Le restaurant dont je veux parler sert effectivement un excellent pho, mais, par souci d’éviter la redondance, je parlerai donc d’une autre soupe. Situé au 343, rue Booth, Huong’s Vietnamese Bistro est l’un des seuls établissements de la région à servir la soupe épicée au boeuf satay selon sa préparation traditionnelle. Un riche bouillon de boeuf épaissi avec des arachides concassées, des nouilles de riz fraîches et des lanières de boeuf saignant constituent probablement la meilleure aubaine en ville,

à 7,50$. À la fois onctueuse et complexe, la soupe satisfait les plus voraces appétits, sans pour autant laisser l’estomac alourdi. Le mélange épicé de piment chili, d’ail, de ciboule, de tomate et de coriandre, entre autres, présente une saveur à la fois sucrée, salée, aigre et piquante. À quelques coins de rue de là, au 720, rue Somerset Ouest, se trouve le Kowloon Market. Véritable institution du quartier, ce marché asiatique peut surprendre les habitués des vastes et luxuriantes aires d’un Loblaws ou d’un Métro. En effet, on y trouve des bacs de glace remplis de pattes de cochon, des allées débordant d’innombrables et mystérieux fruits, légumes, sauces, épices et autres produits que je ne prétendrai pas pouvoir nommer. Son plus grand attrait est, à mon avis, sa boulangerie chinoise. Celle-ci se démarque en effet par son usage de la farine de riz, qui donne une texture fine et moelleuse à ses produits. On y trouve une variété de pâtisseries bon marché, qu’on peut diviser en deux catégories: les salées et les sucrées. Mes deux préférées? Le gâteau éponge (1,09$) qui est merveilleusement simple: une pâte légère comme l’air, pas de glaçage, pas d’agrément, seulement un fin goût sucré avec une petite

touche vanillée. Le pain à la saucisse (1,09$), lui, est empalé par une saucisse fumée. Le jeu entre le pain sucré et la saucisse salée est merveilleux et fait de cette gâterie d’aspect enfantin un véritable bonheur gustatif. On n’y fait pas un repas complet, mais on y trouve un excès de collations à des prix dérisoires. Je n’ai pas encore trouvé moyen de ne pas y dépenser au moins 5$ par visite. Finalement, pour un douillet petit souper dans le marché By, allez faire un tour Chez Lucien (137, rue Murray). À l’intérieur de ce chaleureux petit pub, vous trouverez, en plus d’une bonne sélection de bières, des repas à prix très raisonnables. Pour moins de 10$, je vous conseille le Frida & Diego, un hamburger garni de fromage Monterrey Jack fondu, d’oignons frits et de piments jalapeños. Accompagné de frites minces, croustillantes et bien salées, ainsi que d’une salade jardinière arrosée d’une excellente vinaigrette à l’ail (trempez-y vos frites), l’assiette placée devant vous est assez imposante. La proportion des ingrédients du hamburger est juste, comblant aisément vos besoins carnivores. Voilà donc quelques options culinaires qui, je l’espère, ne vous laisseront pas avec des remords pécuniaires.

Photo Eric Ricou

S P’TITS F E L I C UTÉ I R S PA Achète sans tarder t’auras un meilleur choix Achète ici t’auras le bon livre à coup sûr Achète avec ta tête t’auras pas de frais de livraison

949FBTS09

e@larotonde.ca

www.larotonde.ca •

11


Sports le 14 septembre 2009

Maxime Goulet sports@larotonde.ca

SOCCER FÉMININ

Qui a dit qu’il n’y avait pas de buts au soccer?

Le Collège militaire royal bombardé

Photo Maxime Goulet

Victoire facile face au CMR. Match nul contre Ryerson. Maxime Goulet

L

’armée rouge du Collège militaire royal (CMR) n’a jamais été dans le match, samedi dernier. Après la première demie, Ottawa avait déjà pris les devants 2 à 0. Les Gee-Gees ont par la suite ajouté quatre buts pour conclure le massacre 6 à 0. La troupe de Steve Johnson a pris le contrôle du match dès le début. Catherine Scott a été la première à inscrire son équipe au pointage sur un coup franc précis. La défense du CMR a été débordée pendant les 45 premières minutes de la partie, multipliant les dégagements vers les lignes de côté. De l’autre côté du terrain, la gardienne Melissa Pesant a reçu un tir cadré et a ramassé quelques ballons perdus qui roulaient jusqu’à elle.

12 • www.larotonde.ca

Le CMR a tenté de corriger la situation à la deuxième demie en optant pour une formation à quatre attaquantes plutôt qu’à trois. L’effort a été vain, puisque la troupe de Steve Johnson en a profité pour enfiler quatre autres filets, dont un spectaculaire tir à la volée de Courtney Luscombe. À 4-0, la gardienne Melissa Pesant a laissé sa place à Michelle McElligot, sa remplaçante, qui a, elle aussi, stoppé le seul tir cadré qui s’est présenté à elle. Il faut noter l’effort défensif du CMR, qui a tenté de bloqué tant bien que mal les multiples offensives orchestrées par leurs rivales. À l’attaque, malgré le fait que la majorité de leurs tentatives aient avorté, avec un peu plus de finition, plusieurs jeux auraient pu s’être terminés devant le filet. Ot-

tawa n’a cependant jamais baissé son niveau d’intensité: « On a essayé de jouer notre partie, plutôt que de s’ajuster à leur niveau de jeu, commente Luscombe. C’est important de rester concentré pendant 90 minutes, peu importe contre qui on joue. » Scott a inscrit les deux premiers buts des siennes, suivis de deux buts de Luscombe, qui en compte déjà quatre à sa fiche cette saison. Finalement, Tara Condos a ajouté les derniers filets dans la victoire par blanchissage du Gris et Grenat. Steve Johnson était satisfait de la performance de ses joueuses au premier match à domicile: « On n’a pas vraiment été mis à l’épreuve défensivement, aujourd’hui. Il va y avoir des équipes, cette année, qui vont tester davantage nos défenseuses et notre gardienne. »

Ryerson tient le coup Deuxième match en deux jours pour le Double G: après la domination de la veille, le match de dimanche s’est avéré plus ardu. Après une première demie sans impair, le reste de la partie a été plus laborieux pour le Gris et Grenat. Diana Smiciklas, de Ryerson, a permis à son équipe de s’inscrire au pointage grâce à un tir de pénalité au milieu de la deuxième demie. La faute commise dans la boîte de réparation a coûté la victoire à Ottawa, qui a dû se contenter d’un match nul. Le score final de 1-1 n’est pas représentatif de la partie. En effet, Ottawa a dominé la partie au niveau du temps de possession et des opportunités de compter. L’intensité a vraiment monté d’un cran après le tir de pénalité. Dans les dix derniè-

res minutes, Leslie Martin, numéro 15 du Gris et Grenat, a failli donner l’avance à son équipe, lorsque la gardienne adverse a semblé avoir du mal à maîtriser son tir. Les joueuses, qui avaient été constantes la veille, n’ont pas réussi à garder le même momentum tout au long du match: « On a eut beaucoup d’opportunités, mais on a manqué de finition, admettait Catherine Scott après la partie. Pourtant, ce sont des choses qu’on pratique dans les séances d’entraînement, mais il faudra pratiquer encore! » Fait à noter: l’arbitre semble avoir ignoré une main de Ryerson dans la boîte de réparation, dans les dernières minutes du match. Finalement, les Ottaviennes devront se contenter de quatre points sur une possibilité de six pour leurs matchs de la fin de semaine.

sports@larotonde.ca


Sports

le 14 septembre 2009

SIC

SOCCER FÉMININ

Survol de la fin de semaine

Aller de l’avant, en tout temps Romain Guibert

Maxime Goulet

« Je pense qu’il faudra encore travailler fort pour gagner, comme l’année dernière, mais ce groupe aura du succès plus facilement », avance Steve Johnson, entraîneur-chef d’Ottawa À la même date l’an passé, celui-ci avait dû revoir sa formation et son style au complet avec le départ de sept partantes. Cette année, il se réjouit que certains automatismes n’aient pas à être revus, mais prévient que la route vers le championnat national ne sera pas encore aussi facile qu’il y a deux ans. Même s’il a joué avec son 11 partant lors des matchs préparatoires, Johnson n’a pas eu à bouleverser ses effectifs et son style de jeu. Le noyau de l’an dernier est presque inchangé et peut bâtir sur ses acquis. C’était pourtant tout le contraire à l’aube de la saison 2008: « C’est bien de ne pas avoir à enseigner ce qu’est le niveau universitaire, on a des joueuses qui connaissent déjà ce niveau, se réjouit Johnson. On a eu du succès l’an dernier avec un style agressif et on va continuer. » À la fin de la dernière saison, le pilote des Gee-Gees déplorait un manque de domination et de finition en attaque. Aujourd’hui, il cherche encore une bougie d’allumage: « Cela ne nous affecte pas autant que dans le passé, puisqu’on a beaucoup de joueuses qui peuvent marquer – ce qui nous rend plus dangereux. Mais on n’a pas une personne sur qui on peut se concentrer quand on a besoin d’un but décisif. » Johnson pensait avoir trouvé un joyau, mais il s’est défilée au dernier moment.

Football masculin Défait par l’Université Western la semaine dernière, Ottawa n’avait d’autre choix que de rebondir cette semaine contre Waterloo. Mission accomplie pour la troupe de Denis Piché, puiqu’elle l’a emporté par la marque de 45-11 contre les Warriors. Dans la victoire, Jordan Wilson-Ross, joueur de la semaine des Gee-Gees la semaine dernière, a continué sur sa lancée, terminant le match avec 232 verges au sol et deux touchés. Grâce à cette performance, il s’est classé au troisième rang de l’histoire du Double G pour le nombre de verges au sol – les deux premiers rangs étant respectivement occupés par Davie Mason (372, 2008) et Bill Harrison (277, 1974). Brad Siopoli, qui a cédé sa place à son remplaçant au quatrième quart, a tout de même eu le temps de compléter 11 de ses 17 passes, pour un total de 204 verges. Alex Lothian, qui en est à sa deuxième année avec l’équipe, s’est quant à lui illustré en inscrivant un touché sur un retour d’interception de 41 verges. Petit bémol pour le Gris et Grenat, cependant, puisqu’ils ont cumulé 125 verges de pénalité: « Il s’agit d’une situation qu’il nous faudra corriger, a déclaré Piché au Service des sports. Nous devons nous améliorer et nous discipliner. » Quoi qu’il en fût, l’attaque ottavienne s’était donnée un bon coussin avec un total de 571 verges (passes et courses), contre seulement 340 pour les Warriors. Toutefois, le rendez-vous contre Queen’s (2-0), la semaine prochaine, risque d’être un peu plus difficile.

Un cocktail savoureux Malgré cela, l’entraîneur est ravi de sa cuvée 2009, dont quatre sont déjà sur le onze partant. « On a de nouveaux visages qui sont des première année au sens strict du terme, et d’autres qui en sont à leur première année ici, mais sont des transferts. C’est un mélange unique », se régale-t-il. Un besoin pressant était à la défense, avec le départ de la co-capitaine Katie Lugg. Les Gee-Gees sont

Rugby féminin Blanchie en première demie, les Gee-Gees ont rapidement comblé leur déficit en deuxième demie, pour finalement l’emporter par la marque de 24 à 5. La Gatinoise Natasha Watcham-Roy, 17 ans, a marqué à deux reprises pour permettre aux siennes de prendre une bonne option sur le match, alors qu’elles menaient 17-5 à 11 minutes de la fin du match. Il s’agit d’une première prestation réussie pour le Gris et Grenat, qui jouait son premier match de la saison à domicile: « Elles ont ce qu’il faut pour s’imposer, a déclaré Sue Chaulk, entraîneurechef des GeeGees, au Service des sports, et elles semblent avoir trouvé la façon de le faire ». La prochaine partie aura lieu à l’Université Bishops le vendredi 18 septembre.

allés chercher Gillian Baggot, transférée de Floride et qui, à 5’9’’, apporte un physique absent l’an dernier. Dominique Falardeau, une ancienne de l’Université de Sherbrooke qui a déjà fait partie de l’équipe d’étoiles québécoise, arrive en renfort. « Elle a de l’expérience et, avec Gillian, c’est impossible de dire qu’on a sur le terrain deux joueuses de première année à cette position », se réjouit Johnson. Dans les buts, il fallait combler le départ de Jess Charron. Mélissa Pesant, anciennement à l’Université de Moncton, et Lisa Sachsalber semblent bien faire la paire, ayant déjà réussi deux blanchissages consécutifs. Pour le moment, Johnson confie le poste de numéro un à Pesant: « Elle n’est pas grande, mais très acrobatique et brave. Elle contrôle bien le ballon; c’est le type de gardienne qu’on cherchait. » À l’avant, comme si la vitesse des Luscombe, Bullock et autre Desjardins ne suffisait pas, Ottawa a recruté Sarah de Carufel, l’une des plus rapides de son âge au Québec aux 60, 100 et 200m; en plus de s’approprier les services d’Alexandra Jotham, qui excelle en situation d’un contre un. Malheureusement, les deux recrues sont blessées et ne peuvent pas encore rejoindre l’équipe. Au milieu, il faudra surveiller Krista Draycott, Leslie Martin, de Western, et Kaitlind Smith, du Maine, qui a déjà marqué en match préparatoire. Attentes identiques Avec ce cocktail, les attentes sont les mêmes. Johnson se considère chanceux d’avoir atteint les Nationaux l’an dernier, puisque les grosses pointures n’avaient pas rejoint le carré d’as provincial. Cette année, il sait que son groupe a tout le potentiel pour retourner dans le carré d’as, perdu l’an dernier contre Laurier, et pour ensuite se tailler un place au championnat national pour une cinquième année de suite. « On doit s’asseoir pour discuter en équipe, mais les joueuses savent qu’elles forment un bon groupe », conclut Johnson.

« Elles ont ce qu’il faut pour s’imposer. »

sports@larotonde.ca

- Sue Chaulk Premier match, première victoire pour le Double G.

Photos Jessica Rose

Photo Maxime Goulet

Une saison remplie d’espoirs pour la troupe de Steve Johnson.

www.larotonde.ca •

13


Sports

le 14 septembre 2009

INFO-LIGUE

Le SIC, ou combiner sport et études universitaires et la fameuse coupe Vanier pour le football ; en mars, c’est au tour du volley-ball, de la lutte, du hockey, de la natation, du basket-ball, de l’athlétisme et, bien sûr, du curling d’élire un gagnant national.

Borden Ladner Gervais). L’honneur est accompagné de 10 000$ en bourses d’études supérieures et d’un trophée en pierre fossilisée unique.

Gloire et bourses

Les Gee-Gees font partie de l’association Sport universitaire de l’Ontario (SUO). Les autres universités faisant partie de cette division sont celles de Brock, Carleton,

Qui contre qui?

Le Sport interuniversitaire canadien (SIC) est la plus grande organisation sportive universitaire au

President’s Un tableau d’honneur récompense les athlètes étudiants ayant conservé une moyenne supérieure à 80%. pays. D’ailleurs, certains matchs importants sont même télédiffusés sur des réseaux nationaux (TSN et RDS), alors que d’autres sont disponibles sur le Web. Comme toute bonne organisation sportive, le SIC présente chaque année une équipe d’étoiles formée des meilleurs joueurs au pays. Parallèlement, un tableau d’honneur récompense les athlètes étudiants ayant conservé une moyenne supérieure à 80%. En outre, le SIC couronne chaque année un lauréat et une lauréate en les nommant «athlètes universitaires canadiens» et en leur remettant le prix BLG (du cabinet d’avocats

Guelph, Lakehead, Laurentian, Mc-

Master, Queens, Ryerson, Toronto, Global knowledge. Trent, Waterloo, Laurier, WindLocal learning. sor, York et Western Ontario, sans

Photo Maxime Goulet

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le SIC. Maxime Goulet Année après année, des milliers d’universitaires joignent à leurs études la pratique d’un sport compétitif. Chaque université a pour mandat de mettre sur pied

la meilleure équipe possible dans l’espoir de remporter le championnat canadien. Plus précisément, les quatre champions régionaux s’affrontent dans une compétition qui ne fait évidemment qu’un seul vainqueur, un champion canadien!

Ainsi, les régions de l’Atlantique, de l’Ouest canadien, du Québec et de l’Ontario se font la guerre dans plusieurs disciplines. Le tout se fait en deux temps: en novembre, il y les finales de hockey sur gazon, de cross-country, de soccer

oublier le Collège militaire royal du Canada et l’Institut de technologie basé à Oshawa. Notez aussi que certaines équipes, comme le rugby et le hockey féminins, évoluent dans des ligues québécoises. Pour le rugby, le club affronte les universités Laval, Sherbrooke, Concordia et Bishops. Dans le cas du hockey, Ottawa rivalise avec ses voisines de Carleton ainsi qu’avec les universités Concordia et McGill.

du recteur L’univers du savoir à votre portée

Les idées vous fascinent? Venez donc assister gratuitement aux conférences publiques de l’Université d’Ottawa! L’Université d’Ottawa présente avec fierté les Conférences du recteur, une série de conférences captivantes présentées par des gens de chez nous sur divers sujets. Par l’actualité de l’information et les idées véhiculées, ces rencontres sont une tribune idéale pour élargir les horizons et remettre certaines hypothèses en question.

Professeur Stewart Elgie Faculté de droit

Toutes les conférences se déroulent à compter de 19 h à la salle 4101 du pavillon Desmarais.

23 septembre 2009

Professeur Pierre Bélanger Faculté des arts

The Wealth of Nature: Ce n’est pas une révohow fixing the economy lution que traversent can save the planet nos médias. C’est une (présentée en anglais) Web-olution.

Inscrivez-vous en ligne à www.uOttawa.ca/conferencesdurecteur

25 novembre 2009 Partenaires médiatiques :

Vous ne pouvez être des nôtres? Joignez-vous en direct aux discussions sur le Web!

14 • www.larotonde.ca

sports@larotonde.ca


Sports

le 14 septembre 2009

PORTAIT D’UN GEE-GEE

One Rep Max

rire: «Je préférais de loin frapper l’adversaire plutôt que d’encaisser les coups!» Par ailleurs, on peut voir quelques-uns de ses plus beaux plaquages sur Youtube. Ottawa d’abord

Photo Nicolas Choquette

Saison cruciale pour Maxime Bédard. Maxime Goulet À sa dernière année avec l’équipe, il reste à Maxime Bédard deux cases à cocher. La première, inévitable pour un membre d’une équipe de premier plan, serait de rapporter un titre de championnat à Ottawa. Pour la deuxième, plus individuelle, il devra patienter jusqu’à l’été prochain, alors qu’il aura très probablement une seconde chance de participer au repêchage combiné. Pour arriver a ce repêchage le joueur doit être invité par au moins trois équipes de la Ligue canadienne de football (LCF).

De doux à dur Le footballeur friand de plaquage a pourtant commencé sa carrière en jouant au flag football, où les contacts sont remplacés par un drapeau qu’il faut saisir. Quoi qu’il en soit, Maxime Bédard a eu la piqûre du football alors qu’il était encore au secondaire. Dès lors, il a bénéficié du support de ses parents. Malgré les déménagements fréquents de leur fils, ceux-ci l’ont toujours supporté « au maximum », se rappelle-t-il. Au niveau collégial, Bédard a

contribué au succès des Pionniers du Cégep de Rimouski. Il est à noter qu’il a participé à la première édition du programme. À sa deuxième année avec les Pionniers, lorsque son entraîneur l’a muté du poste de quart-arrière au poste de demi-défensif, il n’a pas hésité un instant. La saison précédente, il avait choisi le niveau AA plutôt que le AAA dans le but d’obtenir plus de temps de jeu. Cette fois, il voyait dans cette mutation une belle perspective d’avenir, étant donné ses qualités athlétiques. Son commentaire à cet égard fait d’ailleurs sou-

La carrière universitaire de Bédard a commencé à Ottawa. Pour le prestige de l’équipe, il a préféré intégrer la troupe de Denis Piché plutôt que celle de Montréal ou de Sherbrooke. L’athlète originaire de Granby justifie son choix en mentionnant la qualité du programme qu’Ottawa offre encore aujourd’hui. Bien qu’il soit déçu de ne pas avoir été repêché, Bédard admet que l’expérience a été très enrichissante. En effet, il est conscient qu’il lui reste encore un an sur le circuit universitaire pour parfaire ses aptitudes: « Je connais maintenant les aspects de mon jeu sur lesquels il faut que je travaille [...] et aussi ceux sur lesquels je peux capitaliser ». Le joueur possède plusieurs atouts. Entre autres, il est l’un des seuls de l’équipe à rivaliser avec Brad Sinopoli en termes de vitesse sur 40 verges. Courbe ascendante Questionné au sujet de la saison à venir et des changements que l’équipe a subis pendant la saison morte, Bédard se dit confiant, le départ du quart arrière Josh Sacobie étant selon lui un moindre mal, étant donné l’arrivée de Brad Sinopoli. Par ailleurs, interrogé à propos de la contre-performance de l’équipe lors du dernier match contre

les Mustangs de l’Université Western, il affirme ne pas s’inquiéter à la perspective de les revoir en série: « On ne veut pas avoir notre peak en début de saison, on veut plutôt que les parties les plus importantes [i.e. les séries] soient nos meilleures parties. » L’athlète joue cette année un rôle de vétéran dans l’équipe et affirme être conscient de la responsabilité qui accompagne ce statut. Il trouve d’ailleurs primordial que des joueurs comme lui supportent les nouveaux arrivants « pour leur donner confiance, pour les aider avec les jeux ou même dans leur vie personnelle ». Lui-même admire certains de ses anciens coéquipiers, qui évoluent maintenant dans la LCF, plus particulièrement Scott Gordon, joueur établi des Eskimos d’Edmonton. À venir À la fin de cette année, le sportif arrivera à la croisée des chemins. Son baccalauréat en Sciences sociales est complété depuis le printemps dernier. Il s’agit en outre de sa dernière année d’éligibilité dans le système universitaire. Surnommé « One Rep Max », il est très possible que ces trois syllabes viennent à lui manquer s’il ne trouve pas une place chez les pros l’an prochain. Son rêve: évoluer pour les Alouettes de Montréal. En attendant, le dur à cuire passera par une autre saison universitaire, avouant d’ailleurs que s’il gagne la coupe Vanier, il est possible qu’il échappe une larme.

Prolongation

Maxime Goulet, Chef de pupitre Sports

Mosaïque La semaine de la rentrée: un campus qui reprend vie, des tables d’information, des nouveaux, des anciens, des matchs d’ouverture, un stade plein, de la vie! Difficile de choisir, parmi la kyrielle de sujets disponibles, celui qui mérite le plus votre attention. De là l’idée de la mosaïque (mot déroutant, selon plusieurs, quand il sort de la bouche du chef Sports). Découvert: Le blog leponyexpress.com, complément web incontournable pour les fans du Double G. Géré par les Batman et Robin de l’information sportive universitaire: Simon Cremer et Romain Guibert. De belles photos, des descriptions de matchs en temps réel et, en plus, une émission de radio à saveur 110%.

Apprécié: La présence de 5000 fans au match d’ouverture des Gee-Gees. Belle initiative de la FÉUO de faire connaître aux nouveaux arrivants le plaisir d’une joute au stade Frank-Clair. Quel bonheur d’entendre les fans supporter, tous en chœur, leurs athlètes locaux! Surpris: De la disponibilité et de la gentillesse des athlètes. Bien que la présence médiatique fasse partie intégrante de la vie d’un sportif, il est surprenant de voir ces athlètes universitaires prendre le temps de satisfaire les requêtes des fans et des journalistes. Entendu: Le discours de Denis Piché, entraîneur de l’équipe de football, après la défaite de son clan. Même s’il ne criait pas, on pouvait sentir sa voix basse résonner dans

les oreilles de son clan. Si j’étais un joueur, je m’arrangerais pour ne pas perdre la prochaine partie! Essayé: Obtenir une analyse objective de la partie de football par la mascotte des GeeGees. Plutôt difficile de converser avec une mascotte muette, et encore plus d’avoir des réponses objectives quand on pose les questions à un cheval portant les couleurs gris et grenat! Savouré: La nouvelle voulant qu’Arianne Thibault, jusqu’à l’an dernier joueuse de l’équipe de volley-ball d’Ottawa, évoluera prochainement pour une équipe professionnelle en Allemagne. L’athlète qui a souvent évolué dans l’ombre de certaines joueuses plus spectaculaires, a terminé la saison dans la premiè-

re équipe d’étoiles. Parallèlement à sa carrière professionnelle, l’attaquante apprendra l’allemand et terminera son baccalauréat en marketing par correspondance. Déstabilisé: Par les filles qui font leur jogging autour du campus. Bien que ce ne soit pas, selon moi, l’invention du siècle, j’admets que je ne déteste pas la nouvelle mode: mini-jupe évasée style ballerine. Toutefois, les joggings, leggings, ou shorts courts sont de loin plus sexy quand ils sont portés par des filles qui courent, bouteille d’eau à la main et iPod attaché au bras. D’un autre côté, ne me dites pas, mesdames, que vous n’avez pas tourné la tête quand il est passé en chest sur la rue Laurier. Vive la remise en forme de la rentrée!

Erratum La chronique Prolongation intitulée «Le mot de bienvenue» du 31 août dernier aurait dû être signée par Romain Guibert, et non par Maxime Goulet. Toutes nos excuses.

sports@larotonde.ca

À vos crayons!

La Rotonde est toujours à la recherche de journalistes bénévoles pour couvrir l’actualité du campus. www.larotonde.ca •

15


POUR MA MAÎTRISE,

JE CHOISIS L’ENAP !

IRCM Affiliated to the Université de Montréal

Excellence

in research and training Are you a life sciences student? Are you fascinated by biomedical research? Are you an outstanding, driven student, enrolled in a doctorate or master’s programme? Are you an undergraduate student looking for a summer internship?

THE INSTITUT DE RECHERCHES CLINIQUES DE MONTRÉAL CAN FULFILL YOUR NEEDS. Get in touch with us today. Funding opportunities are excellent also.

www.ircm.qc.ca admission@ircm.qc.ca 514-987-5527

ÉTUDIANT + FUTON = RABAIS 7% *sur achat de futon et base du 8 sept. au 20 sept. 2009. Avec carte valide.

Futon et base Maya à partir de 389$ *housse en sus


le 8 septembre 2009

Divertissements Devinettes

Dans la cuisine je suis apprécié, dans la nature redouté, mon épaule le porte, mais si je le change de côté, d’avis j’aurai également changé.

Sudoku

Qui suis-je ?

Remplissez les cases vides pour compléter le casse-tête. Chaque chiffre de 1 à 9 doit être présent dans chaque rangée horizontale et verticale, ainsi que dans chaque section de neuf cases.

On en use pour persuader, en accorder c’est faire confiance, une simple signature suffit pour sa carte.

Qui suis-je ?

La Rotonde n’est aucunement responsable de tout problème de manque d’attention de ses lecteurs en classe en raison de ce Sudoku.

Intime on lui confie nos secrets, interne pour les collaborateurs d’une entreprise, on le lite, on l’écoute et on le suit chaque jour.

Qui suis-je ?

Solutions: fusil, crédit, journal

Un plan d’urgence efficace?

L

’Université d’Ottawa est présentement plongée dans le deuil suite à la mort tragique d’un étudiant au courant de la fin de semaine. Alors que nous réfléchissons sur ce qui est arrivé, nous devons considérer l’efficacité de notre plan d’urgence. Puisque l’incident est arrivé au courant de la fin de semaine, l’Université a été très lente à communiquer avec les étudiants : en fait, il a fallu plus de dix heures pour qu’elle envoie un courriel à tous les étu-

diants. Ce courriel encourageait les étudiants à communiquer avec le service de counselling : «Si, à tout moment et pour toute raison, vous estimez que vous avez besoin d’aide, n’hésitez surtout pas à faire appel au Service de counselling de l'Université au 613-562-5200 (situé au 100 Marie-Curie, 4e étage). Ce service est ouvert de 9 h à 17 h, du lundi au vendredi. ». Mais qu’arrive-t-il si un étudiant a besoin d’aide après 17:00 un jour de semaine ou en tout temps au courant de la fin de semaine? Ils

Laissés pour compte

L

a mobilisation étudiante a permis la semaine dernière de faire renverser la décision de retirer le bénéfice des tarifs étudiants aux utilisateurs d’OC Transpo âgés de plus de 27 ans. Il s’agit là d’une victoire qu’il convient de souligner et les efforts déployés par les associations étudiantes doivent être salués. Il ne faut toutefois pas perdre de vue la situation plus aberrante encore qui prévaut pour les étudiants qui traversent chaque jour la rivière. À la Société de transport de l’Outaouais (STO), à l’instar de nombreux réseaux de transport au pays, c’est à 20 ans qu’est fixé l’âge maximal pour profiter des tarifs réduits. Les utilisateurs d’OC Transpo à l’Université d’Ottawa peuvent compter sur la FÉUO et la GSAÉD pour défendre leurs intérêts. Les

redaction@larotonde.ca

étudiants de l’Université du Québec en Outaouais bénéficient quant à eux du forfait Cam-Puce, plus avantageux même que les conditions présentement proposées par la FÉUO à la Ville d’Ottawa dans les négociations sur un éventuel laissez-passer étudiant. Laissés pour compte, les étudiants québécois de l’U d’O, dont le campus n’est de surplus desservi par aucune ligne d’autobus, demeurent soumis à des tarifs exorbitants. Il est désolant de constater le peu d’énergie consacrée par nos représentants étudiants à faire pression sur la STO, compte tenu de l’importante proportion de la population étudiante qu’elle dessert. Houda Souissi Étudiante de 3e année, droit civil

n’ont pas de chance … La Ligne d’entraide, elle, avait établi un plan d’urgence en l’espace de quelques minutes seulement. Des bénévoles supplémentaires furent appelés pour répondre aux appels des étudiants, la journée même de la mort de l’étudiant. Le coordinateur a communiqué avec l’Université et les médias étudiants pour leur laisser savoir que la ligne de crise serait ouverte pour des heures supplémentaires au courant de la fin de semaine, alors que les

Opinions services de counselling seraient fermés. Les médias étudiants ont collaborés, mais l’Université n’a pas été en mesure d’informer les étudiants de la disponibilité immédiate de la Ligne d’entraide. Nous espérons que, dans le futur, on veillera au bien-être des étudiants en incluant la Ligne d’entraide dans le plan d’urgence de l’Université. Nous aimerions aussi saisir cette opportunité pour encourager les étudiants à venir nous voir ou à nous appeler. Nous sommes tous

affectés par la mort de cet étudiant, et nous ne devrions pas avoir honte d'en parler. Que vous le connaissiez ou pas, on peut tous avoir besoin d'une oreille attentive dans ce genre de situation. Vous pouvez venir nous voir au local 211D du Centre universitaire, entre 10h et 17h30 ou appeler la Ligne d'entraide au 613-562-5604 entre 19h00 et 1h. Nous sommes ici pour vous aider à travers ces moments difficiles. L’équipe du Centre d’entraide

Le monde est parano

Q

ui n’a pas entendu parler du fameux virus H1N1 ces derniers mois? J’aimerais bien faire partie de ces personnes. Le virus, antérieurement connu sous le nom de grippe porcine, est devenu la plus grande préoccupation mondiale. Finis la guerre, la pauvreté, les désastres naturels, nous voilà dans l’ère où une histoire n’est pas nouvelle si elle n’est pas liée à la grippe H1N1. C’est rendu au point où même la crise économique a son propre lien avec le virus. Comment est-ce que la grippe va affecter les industries? Non, mais je m’excuse – est-ce qu’on a oublié que la grippe est un virus qui revient à chaque saison et qu’on n’en fait jamais un gros drame? Est-ce le nom qui fait peur aux gens? Devrait-on enlever le « H1N1 » pour cesser cette pho-

bie? C’est vraiment psychologique, parce que d’après les journaux, le taux de mortalité lié à cette grippe, jusqu’à maintenant, ne serait pas si élevé, mais les gens ont peur et les médias jouent un grand rôle dans ce cas-ci. On ne peut plus tousser, se moucher ou avoir mal au ventre en public sans se faire regarder croche ou se faire référer à la salle d’urgence. C’est complètement pathétique que la grippe normale cause plus de fatalité et que personne n’appelle ça une pandémie, mais voilà que la grippe H1N1 l’est devenue en quelques mois. Par contre, il ne faut plus s’en faire, un vaccin s’en vient. Oui, le vaccin miraculeux qui va venir nous sauver de ce méchant virus est presque prêt pour ladite deuxième vague de contamination.

Avez-vous remarqué les affiches sur le campus indiquant comment se laver les mains et les moyens efficaces d’empêcher de propager la maladie? Elles sont partout, pas moyen de les manquer. Ce qui est ridicule, c’est que l’Université Carleton avait dit qu’elle distribuerait des mini bouteilles de désinfectant aux étudiants lors de la rentrée. Les universités non pas d’argent pour aider les étudiants avec leurs dépenses scolaires, mais elles ont de l’argent pour distribuer du Purell. Wow! Alors, en attendant le fameux vaccin, je vous souhaite à tous Santé! Camila Juarez Étudiante

www.larotonde.ca •

17


Opinions

le 14 septembre 2009

Manifeste pour une réappropriation étudiante de l’espace à l’Université d’Ottawa

T

rente ans après que l'Université s'est accaparé le contrôle du Centre universitaire (CU) de manière unilatérale et illégitime, nous déclarons qu'il est grand temps que les étudiant.e.s reprennent leur dû. L'Université d'Ottawa dit vouloir accorder une grande importance à la « qualité du milieu d'apprentissage » et à l'« amélioration de l’expérience étudiante » tout en plaçant la « population étudiante au cœur de sa mission éducative ». Toutefois, la gestion déficiente des espaces en général et du CU en particulier contredisent de manière flagrante ces principes. Parce que l'Université mise sur la marchandisation de ses services, parce qu'elle a cédé à la superficialité de la compétition interuniversitaire, et que conséquemment elle néglige ses obligations de desservir les étudiant.e.s de ses campus au meilleur de sa capacité, nous sentons le besoin de dénoncer l'état des choses. Il est inacceptable que l'Université recrute massivement des étudiant.e.s des cycles supérieurs sans pouvoir leur assurer un espace de travail adéquat ; qu'elle contraigne des organisations financées par les étudiants à payer un loyer ou à occuper des espaces insalubres ; qu'elle priorise des entreprises privées au détriment des commerces étudiants ; qu'elle permette la diffusion de publicités sexistes, unilingues, ou promouvant la violence; qu'un Café Second Cup ait été introduit à la bibliothèque, violant ainsi le caractère sacré de cette institution, etc. Nous croyons que la gestion illégitime et inéquitable du CU est symptomatique de cette tendance. Nous prenons aujourd'hui l'engagement de travailler sans relâche jusqu'à ce la situation soit rectifiée. Voici les aspects les plus problématiques de la gestion du CU et de ses extensions :

- Par le passé, les étudiant.e.s ont financé à raison de 60% le CU. Pourtant, les syndicats étudiants (FÉUO et GSAÉD) ont établi que le pourcentage d'espace alloué aux étudiants dans le CU était de 18%. L'Université a par ailleurs reconnu qu'elle occupait 82% de l'espace.

- En 2001, la nature du fonds Jock Turcot (créé à même les cotisations étudiantes) a été délibérément détourné par l'Université. Une partie de l'argent qui devait servir au maintien du CU a été utilisé pour subventionner une programmation culturelle et sociale gérée par le Service de vie communautaire. Entre 2001 et 2006 plus de deux millions de dollars, pris à même les droits de scolarité des étudiant.e.s, ont été versé à cette programmation superflue. Tout l'argent que le Service de vie communautaire n'a pas pu dépenser est conservé dans un fonds géré par l'Université.

- Une librairie issue d'une initiative étudiante qui vend les livres à moindre coût ne peut s'installer au CU parce que l'Université lui préfère une entreprise américaine qui était déficitaire en 2008.

- Les étudiant.e.s sont lié.e.s par des accords commerciaux qu'ils n'ont pas approuvés. Tous les sondages effectués par l'Université indiquent qu'une large majorité d'étudiant.e.s préfèrent les cafés étudiants aux commerces gérés par Chartwells. L'Université a néanmoins renouvelé sans consulter les étudiant.e.s le contrat de cette entreprise privée, contrat qui lui accorde un monopole au CU. - Lorsque des organisations étudiantes demandent que leurs locaux soient rénovés pour des raisons de sécurité au travail ou réaménagement de l’espace, de lourdes négociations auprès du Service de la vie communautaire doivent être entreprises, alors que les espaces de travail de ce service sont fréquemment rénovés. - De lourds frais administratifs sont imposés aux étudiant.es. pour la location de matériel nécessaire à la tenue des activités qu'ils organisent, ce qui nuit sans aucun doute à la qualité de l'« expérience universitaire ». - Des services financés directement par les cotisations étudiantes tels la radio CHUO et le Café Nostalgica sont contraints de payer un loyer, alors que leurs propriétaires - les étudiant.e.s - financent largement le CU via le fonds Jock Turcot.

- Des boutiques de toutes sortes occupent des espaces clés du CU alors que des institutions étudiantes majeures tel que La Rotonde, le Fulcrum, la LIEU, GRIPO, et bien d'autres doivent se contenter de bâtiments délabrés, non-accessibles pour les personnes à mobilité réduite ou excentrés.

Nous refusons de cautionner ces aberrations par notre silence. Nous exigeons :

1. Que toutes les cotisations étudiantes que le Service de vie

communautaire n'a pas dépensées soient rendues dans leur intégralité aux deux syndicats étudiants (GSAÉD et FÉUO).

2. Que soient délogées immédiatement du CU toutes les

entreprises privées ainsi que l'ensemble des bureaux administratifs de l’Université d’Ottawa.

3

. Que soient admises dans le CU, sans paiement de loyer, toutes les organisations étudiantes qui sont gérées et financées directement les étudiant.e.s de l’Université d’Ottawa .

4

. Que le CU soit géré démocratiquement par la communauté étudiante. Collègues étudiant.e.s, plus rien ne peut justifier notre inaction. Ensemble, nous pouvons nous réapproprier l'espace étudiant et façonner le campus selon nos aspirations. Nous avons trente ans de retard, mais il ne tient qu'à nous de rectifier la situation. Pour le Comité de la campagne RESPECT - SPACES, Céline Basto Gaétan-Philippe Beaulière Caroline Bouchard François-Olivier Dorais Sonia Noreau-Pérodeau Ont également endossé ce texte : Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa (FÉUO) Association des étudiant.e.s diplômé.e.s de l'Université d'Ottawa (GSAÉD) Groupe de recherche en intérêt public de l'Ontario (GRIPO) Le journal indépendant La Rotonde Le Délibérant, revue de sciences politiques de l'Université d'Ottawa Voir notrecampus.ca pour la liste complète des signataires.

18 • www.larotonde.ca

redaction@larotonde.ca


le 14 septembre 2009

Éditorial le 14 septembre 2009 • Vol. LXXVII No. 3 109, rue Osgoode Ottawa (Ontario) K1N 6S1 613 421 4686

Une question de nom UCU.

Trois lettre qui en disent long. Centre universitaire. Pas Centre « étudiant », non: « universitaire ». Pas une grosse différence, me dites-vous? Un monde de différence! C’est fou comme le vocabulaire change tout. À qui sert le centre de notre université? Certainement pas aux étudiants! Êtes-vous fous? Mettre les étudiants au cœur de la vie universitaire, quelle idée! Un centre universitaire est bien trop important pour servir aux étudiants. Ça doit servir aux gens sérieux, un centre universitaire. Vous être membres d’un club? D’un journal? Ou peut-être faites-vous de la radio? Ce n’est pas sérieux, ça. Vous irez ailleurs, laissez les gens importants au centre. Enfin, vous comprendrez que le ton ironique du précédent paragraphe sert à illustrer l’absurde de la situation. Un centre, pas d’étudiants. Oh, il y a toujours les bureaux de la FÉUO ou quelques danseurs à l’Agora, mais autrement, je vous mets au défi de trouver des étudiants qui ne sont pas seulement de passage au Centre universitaire. Au-delà du débat sur les espaces, on constate quelle est la place réelle que nous accorde l’Université. Lorsqu’on interprète la lenteur de l’administration dans le dossier des espaces, on ne peut s’empêcher d’avoir l’impression que nous formons, somme toute, une masse plutôt négligeable, pour l’Université. Au mieux, nous ne dérageons pas ; au pire, nous lui cassons les pieds avec nos campagnes contre les frais de scolarité, ou encore lorsque nous manifestons contre un code de conduite. Bref, on nous donne l’impression qu’au fond, l’Université ne nous appartient pas, qu’il n’en tient pas à nous de choisir nos espaces étudiants et que nous devrions même être contents d’occuper de vieilles maisons en décrépitude dans le quartier de la Côte-de-Sable. Nous, les étudiants, ne sommes cependant pas qu’une source de revenus pour l’Université. En plus d’aller à nos cours, nous pensons, bougeons et agissons. Plusieurs d’entre nous souhaitons faire plus qu’obtenir un diplôme et décidons de nous impliquer. Que ce soit dans les divers clubs et médias, nous, les étudiants, investissons le campus et cherchons à faire de cet endroit un endroit vivant, animé, où s’exprime la vitalité de la vie étudiante. Pour ce faire, nous avons besoin d’un endroit bien à nous. L’administration a ses bureaux au pavillon Tabaret? Tant mieux! Tout le monde peut facilement retrouver les divers services de l’Université. Mais pour nous, les étudiants, qui voulons nous impliquer? Pas évident. La radio est au soussol, les journaux ne sont même pas sur le campus, et pour ce qui est des clubs, on repassera… Que faire, maintenant qu’on a fait ce constat? La même chose que dans notre vie d’étudiant. Agir, bouger, s’exprimer. Si nous ne disons pas clairement que nous voulons reprendre le Centre universitaire, jamais il ne nous reviendra. Ça fait déjà trop longtemps que notre Centre universitaire aurait dû changer de nom.

RÉDACTION Rédacteur en chef Mathieu Gohier redaction@larotonde.ca Secrétaire de rédaction Joanie Demers revision@larotonde.ca Actualités Ariane Marcotte actualites@larotonde.ca Arts et Culture Sonia Noreau culture@larotonde.ca Sports Maxime Goulet sports@larotonde.ca Section Opinions Mathieu Gohier Web Philippe Teisceira-Lessard web@larotonde.ca Direction artistique Production Mathieu Langlois directart@larotonde.ca production@larotonde.ca Photographie Jessica Rose ÉDITIONS ET VENTES Directrice générale Caroline Bouchard direction@larotonde.ca 613 562 5264 Publicité Edgar Donelle Accès Média info@accesmedia.com 514 524 1182

La Rotonde est le journal étudiant de l’Université d’Ottawa, publié chaque lundi par Les Éditions de La Rotonde, et distribué à 5000 copies dans la région d’Ottawa-Gatineau. Il est financé en partie par les membres de la FÉUO et ceux de l’Association des étudiants diplômés. La Rotonde est membre du Carrefour international des presses universitaires francophones (CIPUF) et de la Presse universitaire canadienne (PUC). La Rotonde n’est pas responsable de l’emploi à des fins diffamatoires de ses articles ou éléments graphiques, en totalité ou en partie.

redaction@larotonde.ca

www.larotonde.ca •

19


La Rotonde - Édition du 14 septembre 2009  

La Rotonde est le journal indépendant de l'Université d'Ottawa.