Page 1

w w w . la rev u edes af fai res. or g

TRIBUNE LIBRE

Au bout du fil…

Études de cas…

Dans l'incertitude, les banques, talon d'Achille de la reprise économique, ont encore besoin de soutien

10% des Africains sont connectés à Internet contre 31% dans le reste du monde

Éditorial

International

Politique monétaire : les enjeux de change au cœur de la crise

L'OMC appelle les USA à réduire leur soutien financier à l’agriculture qui "peut influer sur les marchés mondiaux"

Page 3

Page 12

GUERRE DES CHANGES :

Le Yuan horripile l'Occident Observations…

À La Loupe...

Société Générale : Kerviel est "abattu" mais ne s'avoue pas vaincu et prépare l'appel

AFRIQUE

ASIE

Sénégal : À quand la fin des délestages intempestifs?

Page 9

L'Irak revendique les troisièmes réserves de pétrole

Grande-Bretagne : Osborne abolit les allocations familiales pour tous, écarte la récession

AMERIQUES USA : le déficit budgétaire, une "menace réelle"

OCEANIE Australie : Boom de la demande en "terres rares"

EUROPE Moody's relève la note de la Turquie de stable à positive

N° 48 du 06 au 26 Octobre 2010 - © BEMCD - La Revue des Affaires : Journal hebdomadaire électronique - Dépôt légal au BSDA à la date du 20/01/2009 sous le N° 15852 - VERSION ELECTRONIQUE - ISSN 0850-3109 - Année 2


w w w . la rev u edes af fai res. or g

INDEX

« Au diapason du monde, restez en veille... »

Photo Couverture Éditorial ...3 « A La Une » Focus .. .4 Sur le fil . .5 © AFP / À La Loupe . ..8 Des billets de yuan, À La Une . ..9 euro et dollar. INTERNATIONAL .. .11 AFRIQUE . . ..14 ASIE . . 17 AMERIQUES & CARAÏBES. ...20 OCÉANIE ....23 EUROPE ..26 POLEMIQUE .. .30 UNE SEMAINE EN BOURSE ... .. .31 Les Echos de la Semaine. . ..35 OBSERVATIONS ....39 TENDANCES ........40 ETUDE DE CAS ........41 HUMANITAIRE ..42 Au Bout du Fil ... ....43

2

TRIBUNE LIBRE L E S

S O U R C E S

LES PARTENAIRES

AFP ADVFN Angol a Press APS BAD BCEAO BdF BIT BM Canoë CNUCED Commission de l'UEMOA Dpee la pres se ivoiri enne le soleil OCDE ONU Reuters SNZ WEF Wikipédia Xinhua

PRIX UNITAIRE HORS PRESSDISPLAY

1000 FCFA au Sénégal, 5€ ou 5$

Hors du Sénégal (1 euro = 655,957 F CFA)

Commande à partir d’un point de vente ou via le site web

www.larevuedesaffaires.org

 Diffusion de Communiqués de presse  Diffusion d’annonces légales  Diffusion d’annonces publicitaires

contact@larevuedesaffaires.org

w w w.l a r e v u e d e s a f f a i r e s.o r g N° 48 du 06 au 26 Octobre 2010 - © BEMCD - La Revue des Affaires : Journal hebdomadaire électronique - Dépôt légal au BSDA à la date du 20/01/2009 sous le N° 15852 - VERSION ELECTRONIQUE - ISSN 0850-3109 - Année 2


w w w . la rev u edes af fai res. or g

3

TRIBUNE LIBRE

Focus Le point sur l’après-crise et la reprise dans les Régions du monde Les pays en développement détiennent désormais la majorité des sièges au Conseil de la Banque mondiale

U

n troisième Administrateur pour l’Afrique subsaharienne siège désormais au Conseil du Groupe de la Banque mondiale en la personne de Mme Renosi Mokate, élue par les Gouverneurs de l’institution, un tournant important dans l’action de la Banque mondiale pour le renforcement de la représentation des pays en développement et en transition. Mme Mokate, qui occupait précédemment les fonctions de Gouverneur adjoint de la Banque centrale d’Afrique du Sud, devient ainsi le 25e membre du Conseil de la Banque. Mme Mokate, dont l’élection a été finalisée à l’issue d’un scrutin qui aura duré un mois, siégera donc au Conseil des Administrateurs du Groupe de la Banque mondiale à compter du 1er novembre 2010, a annoncé la Banque mondiale dans un communiqué le 8 Octobre 2010. Cette élection marque un tournant important dans l’action menée depuis plus de deux ans par le Groupe de la Banque pour renforcer la voix et la représentation des pays en développement et en transition. En effet, la part des droits de vote détenus par ces pays s’est accrue de 4,6 points de pourcentage au cours des deux dernières années et représente aujourd’hui 47,2 % du total des voix. Le processus de réforme engagé il y a deux ans a pris de l’ampleur durant les Réunions de printemps de la Banque en Avril dernier.

"3ous nous félicitons vivement de l’élection de Mme Mokate, qui concrétise l’engagement pris par la Banque mondiale de créer un troisième poste d’Administrateur pour l’Afrique subsaharienne et qui confère aux pays en développement la majorité des sièges à la table du Conseil", a déclaré le Président du Groupe de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick. "Il est essentiel que les pays en développement fassent entendre leur voix pour que l’action de développement soit véritablement efficace et que les réalités du monde actuel soient prises en compte", a-t-il dit. Le fait que, pour la première fois dans l’histoire de l’institution, les trois postes de Directeur général et le poste d’Economiste en chef de la Banque mondiale soient occupés par des personnalités de pays en développement atteste de cette évolution. Par ailleurs, Mme Mokate a représenté l’Afrique du Sud au Forum du G-20 en sa qualité de Gouverneur adjoint de la Banque centrale d’Afrique du Sud. Avant d’être nommée à ce poste en août 2005, elle était directrice générale et présidente de la Commission financière et budgétaire (FCC) de l’Afrique du Sud. Elle représentera l’Afrique du Sud, le Nigéria et l’Angola au nouveau Conseil de la Banque qui entrera en session le 1er novembre 2010. © La Revue des Affaires Source : BM

Assemblées annuelles du FMI et du Groupe de la Banque mondiale

A

lors que la plupart des pays du monde continuent à se débattre dans une "reprise sans emploi", la crise financière a encore été largement au centre des discussions des Assemblées annuelles 2010 de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international qui ont eu lieu du 8 au 10 Octobre 2010 à Washington. Les équipes régionales de la Banque mondiale ont saisi l’occasion de cet événement pour informer la presse, les décideurs politiques et le public sur l’état de la reprise, les perspectives de croissance économique et les moyens de dynamiser les échanges régionaux. Voici les points-clés de leurs rapports concernant les différentes Régions du monde. Europe et Asie centrale : La croissance a repris dans cette région, grâce à la vigueur des économies russe, polonaise et turque, mais les niveaux de chômage y demeurent élevés. Indermit Gill, Economiste en chef de la Banque mondiale pour la Région, lors de la conférence d’une presse du 8 Octobre 2010 a dit qu’"alors que la majorité des économies de la région ont reculé en 2009, la plupart des pays devraient connaître en 2010 le retour de la croissance. Les exportations, en particulier en direction de l’Europe de l’Ouest, constitueront le principal moteur de cette reprise". Amérique latine et Caraïbes : Avec une croissance qui devrait atteindre cette année les 5-6 %, soit plus que les prévisions, cette zone se place dans une bien meilleure posi-

tion que de nombreuses autres régions du monde sur la voie de la reprise. Selon un nouveau rapport de la Banque mondiale intitulé Resilient, Globalized, Dynamic: The ew Face of Latin America ("Entre résilience, mondialisation et dynamisme : le nouveau visage de l’Amérique latine"), le Brésil, le Pérou et l’Argentine sont en tête de peloton avec une prévision de croissance de 7,5 %. Le chômage et la pauvreté ont atteint des niveaux nettement inférieurs que lors des crises précédentes. Augusto de la Torre, Economiste en chef de la Banque mondiale pour la Région a indiqué que "si la région parvient à maintenir son ratio croissance/réduction de la pauvreté, et renouer avant les taux d’avant la crise, sept millions de personnes seront sorties de la pauvreté modérée d’ici la fin de l’année". Moyen-Orient et Afrique du ord : Le rapport sur les Perspectives économiques régionales de la région : "Maintenir la reprise en période d’incertitude", présenté par la Banque mondiale à l’occasion des Assemblées annuelles, suggère qu’une légère reprise économique est en cours dans la région, même si les perspectives économiques dépendent de la vigueur de la demande des marchés émergents ainsi que des tendances des prix du pétrole. La croissance devrait atteindre 4 % en 2010, soit moins que la moyenne de 4,5 % prévue pour les nations en développement. Shamshad Akhtar, Vice-présidente pour la Région à la Banque mondiale

a expliqué que c’est "grâce à une gestion macroéconomique saine et à une approche prudentielle dans la réglementation du secteur financier", que "les pays de la région ME3A sont parvenus à éviter une grave récession". "Le défi consiste aujourd’hui à parvenir, après le rebond, à une croissance durable", a-t-elle dit. Afrique : Le 8 Octobre 2010, lors du séminaire "L’Afrique peut-elle commercer avec l’Afrique ?", la Vice-présidente pour la Région, Obiageli Ezekwesili, a invité décideurs politiques et représentants du secteur privé – ainsi que les 550 participants en ligne – à réfléchir sur les moyens d’accélérer les échanges à l'intérieur de l'Afrique et de transformer les économies pour qu’elles ne soient plus dépendantes de l’agriculture et de l’extraction des ressources naturelles. D’après un extrait de son blog, "les dirigeants africains s'accordent à présent largement à penser que l'intégration régionale est indispensable à la réalisation d'économies d'échelle et à l'accroissement de la compétitivité. Promouvoir le commerce intraafricain est devenu une priorité majeure, sachant que le marché africain, qui compte un milliard de consommateurs, peut-être un puissant moteur de la croissance et de l'emploi". © La Revue des Affaires Source : BM

Photo : © FMI Photo de groupe des gouverneurs au siège du FMI le 9 octobre 2010 à Washington, DC.

Les Assemblées annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et du Groupe de la Banque mondiale (BM) offrent chaque année l’occasion pour des responsables d’horizons divers — banques centrales, ministères des finances et du développement, secteur privé, établissements universitaires et de recherche — de se retrouver pour traiter de grands dossiers mondiaux, dont les perspectives de l’économie mondiale, la lutte contre la pauvreté, le développement économique et l’efficacité de l’aide. C’est l’occasion pour les Conseils des Gouverneurs du Groupe de la Banque mondiale (Banque) et le Conseils des Gouverneurs du Fonds monétaire international (FMI) de se réunir une fois par an pour discuter du travail de leurs institutions respectives. Ces Assemblées annuelles se tiennent en Septembre ou Octobre et ont habituellement lieu à Washington deux années de suite et dans un autre état membre, la troisième année. La réunion inaugurale des Conseils des Gouverneurs s'est tenue en Mars 1946 à Savannah, Géorgie (ÉtatsUnis), et les premières Assemblées annuelles cette même année à Washington. Ces dernières années, les Assemblées annuelles ont été précédées des réunions du Comité monétaire et financier international, du Comité du développement, du Groupe des Dix, du Groupe des Vingt-Quatre et de diverses autres instances. À l’issue de leurs réunions, le Comité monétaire et financier international et le Comité du développement, de même que plusieurs autres groupes, publient des communiqués. Au programme des Assemblées annuelles figurent deux journées de séances plénières au cours desquelles les Gouverneurs traitent des affaires

qui les concernent, se consultent mutuellement et s'adressent aux délégués présents pour exposer le point de vue des pays qu'ils représentent sur les questions d'actualité en matière d'économie et de finance internationale. Durant ces Assemblées, les Conseils des Gouverneurs prennent aussi des décisions sur la façon de traiter les dossiers monétaires internationaux du moment, et approuvent les résolutions correspondantes. Les Assemblées annuelles sont présidées par un Gouverneur de la Banque et du FMI, cette présidence étant assumée par les pays membres à tour de rôle d'une année sur l'autre. Tous les deux ans, elles procèdent à l'élection des Administrateurs. Elles peuvent aussi donner lieu chaque année à l'admission d'éventuels nouveaux membres au sein de la Banque et du FMI. Réunissant un nombre considérable de responsables des pays membres, les Assemblées annuelles offrent l'occasion de tenir des consultations de grande ou petite ampleur et de nature formelle ou informelle. De nombreux séminaires ont en outre lieu en marge de ces Assemblées, y compris ceux organisés par les services des deux institutions à l'intention des membres des médias. Le Programme des séminaires des Assemblées annuelles est destiné à favoriser des échanges de vues constructifs entre représentants du secteur privé, délégués des pays membres et hauts responsables de la Banque et du FMI. Enfin, à l'occasion de ces Assemblées est donnée chaque année la conférence Per Jacobsson en finance internationale, parrainée par une fondation créée en l'honneur du troisième Directeur général du FMI.

N° 48 du 06 au 26 Octobre 2010 - © BEMCD - La Revue des Affaires : Journal hebdomadaire électronique - Dépôt légal au BSDA à la date du 20/01/2009 sous le N° 15852 - VERSION ELECTRONIQUE - ISSN 0850-3109 - Année 2

Source : BM


w w w . la rev u edes af fai res. or g

TRIBUNE LIBRE

N° 48 du 06 au 26 Octobre 2010 - © BEMCD - La Revue des Affaires : Journal hebdomadaire électronique - Dépôt légal au BSDA à la date du 20/01/2009 sous le N° 15852 - VERSION ELECTRONIQUE - ISSN 0850-3109 - Année 2

4


w w w . la rev u edes af fai res. or g

5

TRIBUNE LIBRE

Le Prix Nobel d’économie décerné à des théoriciens de la flexibilité accrue du travail

L

es trois lauréats du Prix Nobel 2010 d'économie, décerné lundi 11 Octobre 2010, ont mis en évidence les imperfections du marché du travail et l'existence d'un chômage structurel, des théories d'inspiration libérale qui ont débouché sur une certaine flexibilité. Les Américains Peter Diamond et Dale Mortensen, ainsi que Christopher Pissarides, un Chercheur britannico-chypriote, ont été récompensés pour "leur analyse des marchés et des frictions" entravant la rencontre entre l'offre et la demande. "Ils ont mis au point des outils formidables, des modèles qui rendent compte de l'économie telle qu'elle est", a affirmé à l'AFP Etienne Wasmer, Professeur à Sciences-Po à Paris, dont Christopher Pissarides fut le Directeur de thèse. "C'est une contribution fondamentale qui a permis de mieux comprendre les frictions du marché du travail: pourquoi il peut y avoir au même moment des chômeurs qui ne trouvent pas d'emploi et des offres d'emploi qui ne trouvent pas preneur", renchérit Stefano Scarpetta, responsable des politiques de l'emploi à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le constat de départ, formulé par les trois économistes, soulève le problème de l'"appariement", en clair la rencontre de l'offre et de la demande sur le marché du travail, lié une mo-

bilité et une information imparfaites. Cela permet de décrire un chômage structurel dû en partie, selon ces théoriciens, à l'inadéquation du code du travail et des institutions qui régissent le marché de l'emploi. Eric Heyer, de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) y voit "un modèle d'inspiration libérale". "Dans la notion libérale de concurrence pure et parfaite, pour que ça fonctionne bien, il faut qu'il y ait une information et une mobilité parfaites", explique-t-il. Le trio nobélisé insiste aussi sur la notion d'allocation chômage : plus elle est importante, plus le taux de chômage est élevé et la durée de recherche est longue. Mais, cette idée a été ensuite nuancée par leurs travaux ultérieurs. "Peter Diamond a montré que le fait de donner une assurance chômage plus élevée permettait aux gens de choisir un meilleur emploi, ce qui peut avoir une efficacité supérieure pour l'économie", fait ainsi valoir Etienne Wasmer. De la même manière, explique Amine Ouazad, de la London School of Economics, "ces théories permettent de comprendre qu'une hausse des salaires peut accroître l'emploi, contrairement aux attentes", les chômeurs étant davantage incités à chercher un travail. En France, de tels travaux ont pu inspirer des mesures comme la prime pour l'emploi ou le revenu de solida-

rité active (RSA), censées inciter les chômeurs à revenir à la vie active sans perte de revenus. Selon la Ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, ils ont aussi inspiré la fusion de l'organisme chargé d'aider les chômeurs à trouver un emploi et celui chargé de les indemniser. L'OCDE, qui réunit les pays les plus riches de la planète, a en tout cas fait siennes les théories des trois Nobel. "Elles montrent qu'on peut améliorer le système si les allocations chômage sont accompagnées de sanctions pour ceux qui ne cherchent pas activement un emploi mais aussi de politiques qui facilitent la transition vers le travail comme la formation, les conseils, etc.", assure Stefano Scarpetta. "C'est essentiel en ce moment, alors que le chômage est très élevé à cause de la crise, et qu'il faut intervenir le plus tôt possible pour réorienter les chômeurs vers de nouveaux emplois avant qu'ils ne s'enlisent." Pour Jérôme Gautier, enseignant à la Sorbonne, on peut au contraire "s'interroger sur la pertinence de ces théories dans la crise actuelle où les facteurs structurels sont quand même secondaires pour expliquer la grande part du chômage". © La Revue des Affaires Source : AFP

Le Nobel d’économie récompense des théoriciens du marché de l’emploi

D

eux Américains, Peter Diamond et Dale Mortensen, et un économiste AngloChypriote, Christopher Pissarides, ont reçu lundi 11 Octobre 2010 le prix Nobel d’économie à Stockholm, pour leurs travaux sur l'impact des politiques économiques sur le marché de l'emploi. Une distinction qui clôt le millésime 2010 des Prix Nobel. Le prix Nobel récompense cette année les travaux de trois hommes, portant sur le marché de l’emploi et l’efficacité des politiques économiques pour aider les chômeurs à retrouver du travail. "À l’heure actuelle, l’une des priorités des pouvoirs publics devraient être de fournir aux chômeurs de longue durée l’opportunité d’acquérir de l’expérience professionnelle afin de les ramener au plus vite sur le marché du travail", a assuré Christopher Pissarides lors de la conférence de presse de remise du prix. Depuis les années 70, Peter Diamond, Dale Mortensen et Christopher Pissarides effectuent des recherches sur les frictions qui peuvent survenir sur les marchés entre vendeurs et acheteurs. Une théorie qui s’applique parfaitement au marché du travail car ce que recherchent les employeurs n’est pas forcément en

accord avec ce que peuvent offrir les demandeurs d’emploi. Ces travaux ont même donné naissance à un modèle économique baptisé DMP (Diamond, Mortensen, Pissarides) qui permet de mesurer l’impact des politiques économiques sur l’évolution de la courbe du chômage. Difficile de ne pas deviner dans le choix des lauréats un message du jury, en cette période de taux de chômage élevé dans les pays industrialisés. D’autant plus que les trois chercheurs estiment que l’intervention étatique pour réguler le marché de l’emploi est nécessaire, car laissé à lui-même, il fonctionne de manière imparfaite. Mais ils ajoutent que trop d'aides publiques peut également être néfaste à l'emploi. Les principales applications de ces recherches se retrouvent dans les mesures d’accompagnement offertes aux chômeurs, notamment les formations subventionnées. Le prix Nobel d’économie est accompagné d'une récompense de dix millions de couronnes suédoises (1 075 000 euros) pour chacun les trois lauréats. © La Revue des Affaires Source : AFP

Ils ont dit…

"À l’heure actuelle, l’une des priorités des pouvoirs publics devraient être de fournir aux chômeurs de longue durée l’opportunité d’acquérir de l’expérience professionnelle afin de les ramener au plus vite sur le marché du travail." Christopher Pissarides N° 48 du 06 au 26 Octobre 2010 - © BEMCD - La Revue des Affaires : Journal hebdomadaire électronique - Dépôt légal au BSDA à la date du 20/01/2009 sous le N° 15852 - VERSION ELECTRONIQUE - ISSN 0850-3109 - Année 2


w w w . la rev u edes af fai res. or g

TRIBUNE LIBRE

N° 48 du 06 au 26 Octobre 2010 - © BEMCD - La Revue des Affaires : Journal hebdomadaire électronique - Dépôt légal au BSDA à la date du 20/01/2009 sous le N° 15852 - VERSION ELECTRONIQUE - ISSN 0850-3109 - Année 2

6


w w w . la rev u edes af fai res. or g

TRIBUNE LIBRE

7

AVEC LE JOURNAL ÉLECTRONIQUE GAGNEZ DU TEMPS ECONOMISEZ DU PAPIER EPARGNEZ DES SOUS N° 48 du 06 au 26 Octobre 2010 - © BEMCD - La Revue des Affaires : Journal hebdomadaire électronique - Dépôt légal au BSDA à la date du 20/01/2009 sous le N° 15852 - VERSION ELECTRONIQUE - ISSN 0850-3109 - Année 2


La Revue des Affaires 48  

Extrait du N° 48 du journal hebdomadaire électronique La Revue des Affaires en vente en cemoment. La Revue des Affaires, c'est l'actualité é...

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you