Issuu on Google+

projet artistique


sommaire note d’intention....................................page 1 l’équipe du bal........................................page 2 la scénographie ..................................page 5 la communication ..............................page 7 les ateliers de la piste . ...................page 8 les étapes de création . ....................page 10 Annexe..........................................................page 11 contacts...................................................page 19


Bienvenue à la Piste à Dansoire !

Le collectif Mobil Casbah revisite le bal. Imprégnée de ceux d’aujourd’hui et d’hier, d’ici et d’ailleurs, la Piste à dansoire est une invitation générale à la danse, simple et débridée, chaleureuse et accueillante, sur un répertoire musical original et réapproprié. ♫ « Les flonflons du bal, ça leur est égal. Vous pouvez pleurer, eux vous feront danser » ♫

(Edith Piaf)

Parce que Mobil Casbah aime organiser des évènements improbables, elle a eu envie de remettre au goût du jour les traditions anciennes, sociales et festives du bal. La fête ‘dansée’ existe depuis longtemps. Elle s’est modifiée avec le temps et les bals populaires, hauts lieux de rencontre d’hier, ont presque disparu aujourd’hui. Qualifiés de ringards, les bals pop’ ont perdu la cote ! Beaucoup de gens préfèrent aller danser en discothèque, en rave party, en fest noz ou encore aux thés dansants. La Piste à Dansoire est un événement familial et intergénérationnel, pensé pour que chacun y trouve sa place. Jovialité, guinguette accueillante, orchestre infatigable et meneurs de danse apprêtés sont les principaux ingrédients utilisés. A ceci, elle ajoute une mise en scène endimanchée, bien orchestrée, rondement menée et les flonflons du bal font le reste. La Piste à dansoire est une fête populaire, entre bal parisien et guinche des campagnes, entre bal et spectacle. Sous son chapiteau, les bâches grandes ouvertes sur le plancher de la Piste, ou bien en plein air, dans une ambiance champêtre ou urbaine, la Piste à Dansoire dédie son parquet à la danse et à la rencontre. Au gré des implantations et des partenariats, la Piste à dansoire devient un évènement où l’on peut s’investir. Parce que le mouvement est ancestral, inévitable, universel, atemporel…

... dansez, dansons, dansez !

1


L’éQUIPE DU BAL La Pulse à l’orteil Mazurka, scottish, cercle circassien, musette, tarentelle, swing, cucek, horas, pravo horo, forro, milonga, cumbia, rock et madison, tel est le répertoire. Issu du collectif « Pas d’Nom pas d’Maison » (musique des pays de l’Est), le trio s’est spécialement créé pour la Piste à Dansoire avec l’envie de faire danser et revivre des musiques folk ! Ces musiciens expérimentés sont le moteur du bal. « La Pulse à l’orteil » interprète ainsi un répertoire de musiques à danser variant les codes chorégraphiques et rythmiques, en prenant soin de préserver l’essence de chaque morceau. Durant trois heures, le trio, infatigable, collabore avec les meneurs de piste. La musique, au service de la danse, est volontairement variée et élaborée pour pouvoir accompagner au mieux les danseurs. C’est un tout, une unité, où le plaisir est au cœur du parquet. N’oubliez pas de leur demander des pauses, une fois lancé, rien ne peut les arrêter !

Les meneurs de pistes De l’échauffement collectif aux impromptus chorégraphiques des plus confidentiels, dans une ambiance tantôt intimiste tantôt explosive, ils font même danser les irréductibles ! Les meneurs et leurs complices, montrent les pas des danses que lancent les musiciens, tout en laissant la liberté de danser comme on l’entend ! Une intention particulière est portée à chacun et chacune pour que tout le monde se sente à l’aise. Au fil du bal, ils apportent les codes des danses, à leur manière, et entraînent le public dans des danses spontanées à un, à deux ou tous ensemble. Attention, tout est possible : le concours de slow sous une pluie de confettis, des jingles d’appel à la danse comme si vous étiez les stars d’un plateau tv, un chat perché géant pour travailler les portés, une battle hip-hop entre deux chapeloises...

2


la Tenancière du vestiaire Elle accueille le public pour déshabiller les danseurs de toute timidité ! Au vestiaire, on ôte son veston, on prend son jeton. La tenancière propose son psyché à ces messieursdames pour vérifier que l’on est « beau » pour aller danser. A coups de sonnette, les danseurs peuvent appeler la tenancière au cours du bal. Ne lui en tenez pas rigueur si cette dernière se faufile à la moindre occasion sur la piste pour escorter les danseurs !

le Barman On trouve toujours, près du bal, une buvette ! Le barman de la Piste approvisionne son frigo de bons produits locaux, astique son bar et pousse la chansonnette à l’occasion. Au service des danseurs assoiffés, il propose aussi bien volontier une petite partie de dés, d’échecs ou des tours de passe-passe. A la pause de « La Pulse à l’orteil », c’est la course au bar. Le barman ne panique jamais, il compte sur son équipe de bénévoles !

L’ouvreuse On comprend tout de suite qu’on a affaire à une ouvreuse bien charmante mais peu scrupuleuse. Avant chaque ouverture du bal, elle truque les dés qui déterminent le prix d’entrée. Sa devise « L’important, c’est de participer ! Peu importe la monnaie ».

3


les amis du bal... ...sont aussi prêts à intégrer l’équipe ponctuellement : les danseurs complices, le cireur de chaussures, le marchand d’en-cas en tous genres, « Mr le maire et le Préfet » assis aux meilleurs loges, le balayeur de piste, etc...

à la technique La Piste à dansoire s’est aussi concoctée une équipe technique idéale : un régisseur chapiteau et un sonorisateur-éclairagiste qui connaissent leur structure jusqu’au bout des doigts (de pieds). Ils bichonnent le parquet de bal, pianotent leurs consoles et n’attendront pas leur tour pour danser !

regard extérieur Le travail de mise en scène étant collectif, l’équipe de la Piste fera appel à un regard extérieur au cours de la création.

la Distribution (dans l’ordre alphabétique) - Fanny Biron : scénographe, graphiste, barwoman - Cédric Cartier : musicien (guitare acoustique, électrique, chant) - Anne-Sophie Champain : billetterie, action culturelle - Joseph Detailleur : musicien (accordéon, clavier, chant) - Sara Jardy: meneuse de danse - François Juliot : meneur de Danse - Geoffroy Langlais : musicien (batterie, percussion) - Benoit Macé : musicien (contre-basse, basse, percussion) - Brice Marchais : directeur artistique, régisseur - Emilie Olivier : tenancière de vestiaire

4


la SCéNOGRAPHIE La Piste à Dansoire se fait belle et le chapiteau est fin prêt pour accueillir les danseurs. Dès l’entrée, le ton est donné avec une billetterie et un vestiaire chaleureux formant de petits espaces classieux et sobres, drapés de velours, mélangeant bois et métal. La scénographie est volontairement atemporelle, habilement harmonisée et intimement mise en lumière. Face à la scène, le plancher de bal accueille les danseurs sous un ciel de lampes pour créer une ambiance conviviale. Des cassettes audio forment de jolis lustres, des disques vinyl sont transformés en rideaux et les vieilles chaussures de danse composent des sculptures. « Le bal est un évènement à danser et à observer ». Ceux qui ne dansent pas sont confortablement installés sur des banquettes de velours, profitent des œuvres exposées par un artiste invité ou visionnent les projections de comédies musicales, de cours de danse et d’images de danseurs internationaux.

5


les rideaux de vinyl...

...ou comment détourner un objet musical en décor

les lustres à k7...

...ou comment détourner un objet musical en décor (2)

les alcoves

recherches d’aménagement du chapiteau pour créer des espaces intimistes

6


la COMMUNICATION Même si l’implantation d’un chapiteau et ses guirlandes laissent souvent entendre qu’il va se passer quelque chose, ça ne suffit pas. La Piste à Dansoire imagine et utilise des moyens d’annonces, des plus usuels aux plus cocasses, du bouche à oreille à la voiture-annonce. La Piste à Dansoire s’affiche, en fluo et en couleur, comme un évènement local. Tout le monde sait qu’il y a un bal ! La Piste s’affiche... à l’entrée des plus petites villes avec les pancartes sur piquets, en fluo sur les panneaux d’affichages municipaux, en couleurs dans des commerces locaux.

7


LES ATELIERS DE LA PISTE Portés par les valeurs de l’éducation populaire, les ateliers sont pensés pour permettre des rencontres et des échanges dans une démarche participative. En amont de la Piste à Dansoire, quelques « privilégiés » ont l’occasion de s’initier aux danses du bal à travers l’apprentissage de chorégraphies et de combinaisons relationnelles et émotionnelles qui en découlent. Les ateliers de la Piste sont mis en place pour favoriser l’implication de tous à la vie culturelle locale. Leur gratuité permet le croisement des publics. Chacun peut trouver sa place, à sa manière. Les danseurs initiés sont également invités à se joindre à l’équipe de bénévoles de la Piste à Dansoire.

les Objectifs Les ateliers de la piste ont un double objectif, l’initiation et l’appropriation du bal. En amont, la rencontre avec les meneurs de Piste est un moment exceptionnel pour (re)découvrir un patrimoine chorégraphique. Ces ateliers ont pour but de sensibiliser un groupe d’habitants aux danses du répertoire musical de la Piste pour favoriser l’expression et la participation des danseurs. En s’initiant, chacun devient naturellement acteur du bal. Les danseurs sont prêt, à leur tour, à transmettre leur « savoir-danser ». Ils forment une équipe de complices qui, le soir du bal, insuffle l’humeur. A l’issue des ateliers de la Piste, les participants sont invités à la soirée du bal, en tant que danseurs et/ou bénévoles. Chez Mobil Casbah, il y a toujours une place pour celles et ceux qui souhaitent s’investir à la billetterie, au bar, au vestiaire ou à la technique.

8


les Intervenants et le déroulement Les ateliers de la Piste se pensent avec l’organisateur. Ils sont modulables en fonction des envies et des énergies locales. Les ateliers sont menés par les danseurs de la Piste à Dansoire qui transmettent les pas de base du répertoire. A travers les rythmes, les participants découvrent les musiques, leurs tempos, leurs origines. Ils apprennent à les ressentir, les écouter, les danser tout seul, à deux ou en groupe. Tout en s’adaptant aux rythmes des participants, les intervenants développent petit à petit la musicalité et la relation aux autres danseurs.

les Publics invités Les ateliers de la Piste sont mis en place pour rencontrer les habitants du territoire. Ces ateliers s’adressent autant aux associations locales (culturelles ou sportives, cours de danses, C.S.C., comité des fêtes,…) qu’à un groupe spontané de personnes. Ils sont accessibles dès 16 ans, limités à un groupe de 20 personnes.

les Moyens techniques nécessaires Les ateliers d’initiation ont lieu sur un sol plat et lisse et nécessitent un système son (platine cd et enceintes). Ils peuvent être organisés sous chapiteau, dans une salle associative ou municipale ou en plein air.

la Communication Les ateliers de la Piste peuvent fournir des outils de communication (fly, webfly et affichettes) en cohésion avec sa charte graphique pour informer les habitants.

le Financement Le coût des ateliers de la Piste est compris dans le contrat de cession.

9


les étapes de création calendrier de création - janvier 2011 : naissance du projet - 2 avril 2011 : 1er bal sous chapiteau ‘Petits Plaisirs Divers’ (St Philbert de grand-lieu) - du 10 au 15 septembre 2011 : Résidence d’écriture (Chavagnes - Treillières) - du 5 au 9 décembre 2011 : Résidence d’écriture, recherches musicales et chorégraphiques (Cour de Baisse - St Hilaire de Riez) - 8 décembre 2011 : Présentation de travail publique (Cour de Baisse) - du 19 au 23 mars 2012 : Résidence scénographie, musique et mise en scène (Ici ou là - Indre) - 23 mars 2012 : Présentation de travail publique (Indre - cour de l’école) - du 26 au 30 mars 2012 : Résidence construction, scénographie (Chavagnes - Treillières) - du 29 au 31 octobre 2012 : Résidence répétition générale (Les machines de l’île - Nantes) - les 1, 3 et 4 novembre 2012 : Sortie de Création (Les machines de l’île - Nantes)

pré-achat / Partenariat options

- Villages en Scène - Pays de Loire en Layon (Luc Chohin) - Ici ou Là, Rendez-vous nomades - Indre (Olivier Langlois) - Service culturel de St Hilaire de Riez (Emmanuelle Sindraye) - Les Machines de l’île (les 1,3 et 4 novembre 2O12) Nantes (Pierre Orréfice)

10


annexe HISTORIQUE du COLLECIF MOBIL CASBAH Jeune association bénéficiant d’au moins quinze ans d’expérience, le collectif est né en 2008 de la fusion de deux associations : Les Chapitalistes et L’Assoc’Bechamel. Diffusion du spectacle vivant sous chapiteau Ce collectif d’acteurs culturels a pour cœur de projet la diffusion du spectacle vivant, notamment sous chapiteau. Les actions sont menées principalement en LoireAtlantique, plus largement dans la région Pays de la Loire, mais le plus souvent en milieu rural, dans des communes non dotées d’équipements culturels. Des projets ponctuels sont menés au niveau national et international. Le collectif est composé de professionnels du spectacle : techniciens, artistes de la musique, des arts de la rue, du cirque, graphistes, vidéastes, constructeurs, administrateurs… Plusieurs compagnies ou ensembles musicaux du département sont associés au projet et bénéficient ainsi de l’appui de la structure et vice et versa (Ma Valise, Brat Cie, Bankal Cie, Cie Pouss’Pieds, Cie les Maladroits, Pas d’Nom Pas d’Maison,…) Itinérance et lien durables Une des caractéristiques du projet est l’itinérance et n’amène donc pas le collectif à s’attacher à une commune ou à un territoire précis. Le collectif s’efforce néanmoins de créer des liens durables et de construire des actions de proximité en associant les partenaires locaux. Le collectif défend des valeurs telles que le respect de l’autre et de l’environnement, la solidarité, la coopération internationale, la transmission du savoir…. Des modes d’intervention divers La co-organisation d’évènement : avec un ou deux partenaires, le collectif participe à la mise en place d’événement culturel. Le partenariat peut être d’ordre technique, logistique ou artistique. La mise à disposition de(s) chapiteau(x) : accompagnée parfois de prestations techniques, le collectif apporte son savoir faire dans l’organisation technique et logistique de manifestation sous chapiteau. L’autoproduction : une fois ou deux par an, c’est l’occasion pour le collectif de mettre sur pied ses propres événements. Ces actions sont menées en grande partie sur la base du volontariat de ses acteurs. Elles permettent la diffusion de spectacle en cours ou en début de création (‘Collectif Maintenant’ Châlon et Aurillac 2011, Maroc 2011 et 2006, ‘Quai des Chaps’ 2010,…). Partenaires et réseaux : Mobil Casbah est soutenu par la Région Pays de la Loire et le département de LoireAtlantique dans le cadre du dispositif Emploi Tremplin. La ville de Nantes soutient des projets de diffusion spécifiques. Le collectif est membre du réseau Quai des Chaps. 11


CV de l’équipe du bal Les musiciens Joseph Detailleur, accordéoniste, guitariste, chanteur autodidacte, perfectionne son apprentissage au conservatoire de Brest en 2006 et aux côtés de Dylan Gully en 2009 et 2010. Depuis 2005, il est musicien, compositeur et arrangeur pour plusieurs formations et spectacles : 152 fleurs (chanson française), Txutxukan (1° album : « balkan jig »), Pas d’nom Pas d’maison (musique de l’est), Ralush Baluch’ (bal folk), la Plantacule (compagnie Pioka). Au fil des tournées et des rencontres en France et en Europe, il se perfectionne dans les musiques folkoriques d’europe de l’est. Il est également professeur particulier d’accordéon dans cette spécialité.

JOJO (geoffroy langlais) est batteur/percussioniste. Il suit une formation classique en conservatoire, en classe de percussion avec Huggo Lehénan ainsi qu’en formation musicale jusqu’au diplôme de fin d’étude. Il participe à plusieurs orchestres durant cette période (symphonique, musique de films...) avec lesquels il tourne en Suède, Portugal et Allemagne. En 2002, il décide de se former aux musiques actuelles à la batterie. Après plusieurs formations professionnelles diplômantes durant lesquelles il suit des cours de batterie (avec Roger Lefebvre, Diego Guyard, Stéphane Stanger...), il participe à de nombreux projets musicaux (composition/interprétation) : Human Crux (soul/funk) ,Gordon-Booze (hip-hop old-school) ,Lalec (chanson pour enfant) ,les Fonk’farons (fanfare funk), Volkanik (collectif de musique balkanique) en tant que batteur et enfin Like Jam (hip-hop jazz) et Tribute to Zappa où il est percussionniste (marimba, xylo, vibraphone, congas...). Il collabore également avec plusieurs troupes de théâtre d’improvisation en tant que musicien (la Turi Ukwa , la TIR , la Troupe du Malin…) Il est aussi professeur de batterie au sein d’une école de musique associative depuis 2004.

12


Ben (Benoît Macé) se forme à la contrebasse et au théâtre au Conservatoire de Rennes de 2001 à 2010. Il obtient un Diplôme Universitaire Musicien Intervenant (DUMI) en 2009 et intervient en milieu scolaire quelques mois. Depuis 1998, il joue, compose ou arrange au sein d’une quinzaine (!) de formations musicales : Lalec (chanson pour enfant), Les Fonk’farons (fanfare funk), Woy oy oy (musique d’inspiration klezmer), Topaze (chanson populaire d’amerique du sud), Pas d’nom Pas d’maison (musique tzigane), Santa Avrila (jazz manouche), Flex makumba (rire et chanson)... Il est également comédien et musicien dans le conte musical « dilino » au sein de la compagnie du rideau attelé.

Dédé (Cédric Cartier) est musicien (guitare, aoud, chant), comédien et technicien son et lumière. D’abord formé au piano, il obtient ensuite un brevet de technicien des métiers de la musique qui lui permet, de 1996 à 2002, de faire la création lumière et sonoriser les compagnies « Quai ouest », « Aime les mots dits », « la tête à toto » et des salles comme « Victoire II » et « Le Duc des lombards ». Entre 2001 et 2008, il poursuit sa formation musicale et théâtrale avec l’école d’Eric Le Lann. Depuis 2002, il est musicien et comédien pour différentes compagnies : Théâtre d’ici ou d’ailleurs (gadji !, à ciel ouvert, histoire(s), mouchu), Liz Cherhal (l’homme chrysanthème, il est arrivé quelque chose), Pas d’nom Pas d’maison (interdit aux nomades, ralush’party, baron des bennes), Philippe Sizaire (les enfants de neige, la femme oiseau, histoire qu’on sème). Passionné de voyages et de rencontres artistique, il participe à une tournée d’échange culturel autour du conte et de la musique folk au Québec, à un échange franco-nigérien avec la compagnie Les bouches décousues à Maradi sur le festival Paroles de sable, au Maroc, en tant qu’intervenant et musicien au festival de musiques et de cirque de Telouet. Il participe également à la création musicale, de façon spontanée, de courtmétrages et de pièces de théâtre.

13


Les comédiens Souafran (François Juliot) se forme aux arts du cirque entre 1996 et 1999 à l’école du cirque Annie Fratellini (Paris) et au Lido (Toulouse), suivant parallèlement une formation d’acteur corporel de cirque avec Raymond Peyramaure (Cie « Les oiseaux fous »). De 1999 à 2001, il travaille pour la compagnie de cirque nouveau « Les oiseaux fous » comme jongleur, trapéziste et se spécialise dans la manipulation d’objet. Il co-fonde la compagnie de cirque/danse/théâtre physique « Rital Brocante » en 2001 jouant 3 spectacles différents en total itinérance et y découvre la liberté d’expression qu’offre la danse, nécessaire aux métaphores de l’acteur physique. En 2005, il décide de mettre de côté les objets et travaille pour différentes compagnies de théâtres ou danses (Cie Lalage, Cie Samir Elyamni, Cie Yun Chane). En 2007, il se forme plus profondément à la danse contemporaine à Bruxelles et participe à la création expérimentale du collectif G.Bistaki. De 2008 à aujourd’hui, il continu le projet G. Bistaki : www:bistaki.com et poursuit la création du solo « Effectivement ». Il met en scène et assiste à la mise en scène de plusieurs spectacles de cirque. Il dirige divers workshops autour de l’acteur corporel, de la danse expressive, et du rapport corps/objet.

ChaCha (Sara Jardy), mélomane à l’âme swinguante et voyageuse, passionée de danse depuis toujours, elle rencontre le tango en 2005 aux côtés de Leonardo Montecchiera (Cie la Mentira). Elle se perfectionne à Buenos Aires avec Soledad Nani. Brûleuse de dance floor et parfois djette, (rock , musiques du monde), elle crée en 2010 sa marque de créations couture, « futile utile ». www.futilutile.com

Emilie Olivier s’est formée au jeu d’acteur (théâtre gestuel, acrobatie, masque), au clown et à la danse butô en France et au Canada. En 2003, elle obtient un master Arts du spectacle, qu’elle consacre à la nature des relations entre texte et mouvement dans la danse-théâtre contemporaine. Jusqu’en 2006, elle est assistante de recherche auprès de Josette Féral, à l’Ecole de Théâtre à Montréal. Dans sa pratique, les notions de recherche et d’expérimentation sont essentielles : elle multiplie la création de petites formes interdisciplinaires (masque, danse-théâtre, performance, court métrage), jouées dans les lieux alternatifs (ateliers d’artiste, cabarets, festivals autogérés…), au Québec et en France. Dès son retour en 2006, elle devient interprète pour d’autres compagnies : elle joue dans L’école des femmes (Théâtre de l’Entracte), L’illustre Contre-Monde et Les Folles (Théâtre Amok), Les Brigades de lecture et la Piccola (PaQ’la lune). Depuis octobre 2010, elle crée et tourne le solo K, monologue clownesque d’après le Journal de Kafka, autoproduit par la cie Pêpaloma, où clown et danse butô se dessinent comme les poumons de sa respiration personnelle. Elle mène régulièrement des ateliers pédagogiques, des actions culturelles et met en scène du théâtre amateur en milieu scolaire. 14


La coordination artistique Maurice (Brice Marchais), nantais pur beurre. Il est régisseur du Collectif Mobil Casbah. Depuis 2002 il œuvre sous chapiteaux en tant que monteur de chapiteaux, régisseur lumière et depuis cinq ans régisseur général d’événements collectifs comme le festival Quai des Chaps. Il découvre le mouvement et la danse avec Philippe Ménard lors de stages de jonglerie avec l’association Archiballes. A ses heures perdues, il est constructeur bois, bricoleur de lampes, chercheur de perles musicales, DJ (musiques du monde) et danseur de dance floor. Formations : BAC STI Génie Mécanique, BAFA, DMA régie lumière, ERP (Etablissement Recevant du Public), Habilitation électrique BRH1V

Anso (Anne-sophie Champain) arrive à Nantes en 1999 pour se former à la communication au Lycée Saint Félix. Après trois années d’études, elle s’installe en Espagne quelques mois pour poursuivre sa formation. Ce périple lui donne goût au voyage. Elle rencontre l’équipe de Mobil Casbah (anciennement «les Chapitalistes ») en 2004, avec laquelle elle monte des projets pluriculturels itinérants, notamment au Maroc. Militante associative, elle travaille consécutivement pour deux associations d’éducation populaire dont la BaraKaSon de 2004 à 2011.

Odile (Fanny Biron) s’oriente très jeune vers la construction de marionnettes. En autodidacte, elle apprend à travailler le bois, la peinture, la résine… Co-créatrice de l’association d’édition « Tête de Litote », elle travaille l’illustration et se forme sur Photoshop, Illustrator et InDesign en 2005 à l’Ecole du livre de Nantes et devient graphiste/illustratrice en 2007. Parallèlement à son activité, elle participe à la création de l’association « les Chapitalistes » en 2003 qui, fusionnant avec « l’Assoc’ Béchamel » en 2008, devient le « collectif Mobil Casbah ». Son rôle dans l’association touche surtout à la déco, la scénographie et la communication lors de l’organisation d’évènements culturels. Ces évènements lui donnent l’occasion de pratiquer la scène, notament avec les claquettes, discipline autant musicale que dansée. Durant ces années, elle crée des décors de spectacle pour la cie Art Stram Gram et la cie Bagamoyo. Enfin, on lui confie l’organisation, la réalisation d’agencement et la décoration de sites sur de mutiples fesivals comme « Puppet Circus », « Quai des Chaps », Fuzzion Fest (allemagne)...

15


LES MOYENS techniqueS

Collectif MOBIL CASBAH

"La piste à dansoire" PLANNING MONTAGE / DEMONTAGE planning montage/démontage chapiteau sous chapiteau (jaugesous 200 personnes) Contact régie générale Brice - 06 75 69 23 97 - brice.ma@no-log.org

TACHES

J-2 J-1 matinée

après-midi

MISE A DISPO

arrivée du convoi

PERSONNEL

HORAIRES

accueil du convoi par le responsable technique

montage chapiteau mise en place éléctricité montage scène début montage plancher montage plancher , bar billetterie et vestiaire pré-montage lumière

départ éléctrique 63A clé du terrain eau toilettes et douches tables et bancs containers barrières

9h/13h 6 personnes (aide au montage)

6 personnes (aide au montage)

14h/18h

Montage ou possibilité de mise à disposition du chapiteau

JOURS DE REPRESENTATION matinée

finition scéno montage lumière montage son

après-midi

balance son réglages lumière

soirée

ouverture des portes 20h30

1 responsable billetterie

matinée

démontage plancher et scéno

6 personnes

9h/13h

ap midi

démontage chapiteau

6 personnes

14h/18h

J+1

départ convoi

mise en place toilettes public

retrait du matériel

Montage ou possibilité de mise à disposition du chapiteau

16


Collectif MOBIL CASBAH

"La piste à dansoire"

planning montage/démontage PLANNING MONTAGE / DEMONTAGE en extérieur en extérieur Contact régie générale Brice - 06 75 69 23 97 - brice.ma@no-log.org

TACHES

MISE A DISPO

PERSONNEL

HORAIRES

matinée

mise en place éléctricité montage plancher et scène

4 personnes (aide au montage)

9h/13h

après-midi

montage lumière montage billetterie et vestiaire

départ éléctrique 63A eau toilettes et douches tables et bancs containers barrières

4 personnes (aide au montage)

14h/18h

soirée

réglages lumière

J-1

JOURS DE REPRESENTATION

matinée

finitions scéno

après-midi

balance son

soirée

ouverture des portes 20h30

1 responsable billetterie

matinée

démontage plancher et scéno

4 personnes

ap midi

départ convoi

J+1

montage son mise en place toilettes public

9h/13h

17


les conditions financières

( budgetisation en cours, tarifs prévisionnels )

coût de la session sous chapiteau - Représentation unique : 6500 € - 2 représentations : 8500 €

coût de la session en extérieur ou en salle - Représentation unique : 4500 € - 2 représentations : 6500 €

frais annexes L’équipe est constituée de douze personnes. Les frais de route, d’hébergement et de restauration sont à la charge de l’organisateur.

18


contacts lapisteadansoire@mobilcasbah.fr brice marchais (coordination)............................... 06 75 69 23 97

Anne sophie champain (communication).......06 63 02 93 00 administration...............................................................02 53 97 54 92

19


Présentation artistique La Piste à Dansoire