Page 1


n Aperçu N° 5 spécial retour Zik Zac Festival qui a brillé durant 4 dates et s’est achevé ce 4 octobre. Remplis et contents de ces moments credi photo et de fête où le mélange des genres, des arts et de rassemblement des publics prend tout son sens, nous en sommes aux bilans, aux débriefings, à la réflexion…

Helvetica Neue Bold

Comment continuer à défendre ce secteur des musiques actuelles sur Aix Helvetica Neue Regular sans la place et les outils qu’il mérite (cf. dossier page 9, 10) ? Et au delà des musiques actuelles, comment amener des personnes à la culture ? ComHelvetica Boldoffrir des ment participer à lutter contre l’ignorance par les arts ?Neue Comment Helvetica Regular activités de théâtre, de musiques, de création à nos Neue enfants, à toutes les tranches de la population, de tous âges, de tous horizons ?

1

Vous l’aurez compris, nous restons de farouches partisans du constat évident de la nécessité de petits et moyens lieux de spectacle, de création, de vie, de mixité et de partage. Des lieux accessibles et proches des gens. Nous souhaitons vivement que cette ville renoue avec cette idée qu’il est essentiel de retrouver une cohésion sociale autour de ces cultures qu’on appelle culture de proximité, cultures populaires. Car l’art et la culture doivent se partager pour participer au mieux vivre ensemble dans nos sociétés où l’individualisme, l’exclusion et la précarité touchent de plus en plus de personnes. Mobilisons-nous et soyons force de proposition. Répondons à ce besoin, à cette nécessité de travailler ensemble pour un rééquilibrage de la politique culturelle. En cette période électorale qui s’ouvre, propice aux débats sur les enjeux des choix de société, nos voix doivent être portées et entendues.

MUSIQUES ACTUELLES Intro Spécial Zik Zac 2013 Itw Rachid Taha Itw Idir Le dossier

p. 4 p. 5-6 p. 7-8 p. 9-10

ARTS GRAPHIQUES Ka Divers Nhobi Cerqueira Tom Cochien Pages 28th Box

p. 11-12 p. 13 p. 14 p. 15-18

ECOCITOYENNETE Itw Benjamin Durand/aer p. 19 Week-End des découvertes p. 21

SOCIETE Relais St Donat Itw Eva Kucharz René Backmann Vie Etudiante Le 3 C

p. 22 p. 23 p. 24 p. 25 p. 25

CULTURE Festival Gamerz Eniarof Festival Tous Courts BD Tom Cochien Zoom Talent Direction de la publication : Jean-Michel Lasserre Direction de la rédaction : Camille Victor-Pujebet Ont collaboré à ce numéro : Pascale Severac, Olivier Rey Emnanuelle Klein, Elise Pecoraro et Charlotte Jannière Conception graphique : Mat Cerato et Vinz pour 28th Box 1° de couv : Tom Cochien Maquettiste : Emmanuelle Klein (Bio-Graphique pour les éco. de la terre) Crédit photos : Mat Cerato - Alexsee - Klaus Roethlisberger (p7) L’Aperçu, journal de La Fonderie, 14, Cours St Louis, 13100 Aix-en-Provence Tél. : (33) 04 42 63 10 11 - Courriel : lapercujournal@gmail.com

p. 27 p. 28-29 p. 29 p. 30 p.31

Ce journal est imprimé dans le respect de l’environnement Imprimé par INDUGRAF OFFSET SA 43120 CONSTANTÍ (Tarragona) Tél.: (+34) 977 296 477 Dépôt légal n° 40080 N° INPI 03 3223098 - 100 % recyclé


Helvetica Neue Bold Helvetica Neue Regular

1

Le ZIK ZAC, Festival à l’âme nomade ne 16ème édition florissante pour un Zik Zac Festival plus voyageur que jamais, qui, pour la première fois, posait son décor enchanté vendredi 20 et samedi 21 septembre au stade Robert Ruocco, le dimanche 22 dans le cocon du Théâtre du Bois de l’Aune, sans oublier « La Replik » à Seconde Nature le 4 octobre. Malgré les difficultés (cf page 9) l’équipe organisatrice de la Fonderie a relevé le pari de poursuivre son itinérance dans la cité aixoise et d’entraîner les publics dans son sillage. Portées par les sonorités métisses d’une programmation aux parfums méditerranéens, toutes les générations sont venues applaudir les figures historiques, Idir, Etienne de Crecy, Rachid Taha, Cheikha Rabia et Zenzile, écouter les nouveaux porte-voix, HK & les Saltimbanks, S-Crew ou Dafuniks ou découvrir les dernières sensations musicales Temenik Electric, Naïas, Lena & The Deep Soul ou les britanniques de Z-Star. Un panorama musical international, ouvert sur le monde, comme le reflet naturel d’une société définitivement plurielle. Le Zik Zac c’est aussi des passerelles et la présence d’arts graphiques et visuels présentées par Ka Divers et ses très belles performances live-painting/graff de trois jeunes artistes du monde, les installations multimédia de M2F Créations où un poisson rouge robotique se balade et l’espace créatif et coloré d’Huile de Coude. Nous remercions chaleureusement les quelques 3 500 spectateurs enthousiastes qui ont investi ces nouveaux sites pour une généreuse célébration des cultures du monde au cœur de l’été indien. Nous remercions aussi, bien entendu, tous nos partenaires, institutionnels, associatifs et commerciaux. Tolérant, nomade et métissé, le Zik Zac Festival, toujours empreint de ces valeurs humanistes, restera fidèle à ses convictions. Rendez vous en 2014 pour une 17ème édition qui devrait nous réserver bien des surprises… www.zikzac.fr

4


MUSIQUEs ACTUELLES RACHID TAHA, rockeur, poète et militant. Interview réalisé par Robex de Plato-Radio, Fathia et Fabrice de Radio Zinzine, en direct de l’espace radio du Zik Zac, le samedi 21 septembre, juste avant le concert.

arts graphiques

Robex : qu’est ce qu’il s’est passé depuis le lancement de l’album « Zoom » ? Ce qu’il s’est passé, c’est que je tourne. Demain je vais au Maroc, après je vais à Bruxelles et je reviens à Marseille dans peu de temps à la Fiesta des Suds. Je vais en Alsace aussi. Je fais pas mal de choses, des musiques de films aussi. Je fais mon boulot quoi ! Avec plaisir. Fathia : On pourrait résumer comme ça le boulot d’un artiste, tourner pour pouvoir donner du plaisir aux gens ? Oui, je suis le derviche tourneur. (rires) Fabrice : Qu’est ce qui a évolué dans le son ? Je cherchais des sons de guitare qui soient complètement différents des autres, à la fois rock’n’roll et planants, et une basse qui soit très violente. Je voulais un mec qui joue avec un médiator pour le côté punk, pour que ce soit bien Rock. Ma musique a toujours été rock mais là on se rapproche de Motörhead !

Fathia : Tu mélanges des sonorités différentes, rock, orientales. Est-ce que c’est pour défendre un modèle d’intégration, faire un pont entre l’Orient et l’Occident ? Qu’estce que tu veux faire passer par ce mélange ? Je veux faire passer, comme font tous les groupes de rock, des Beatles à Grateful Dead, que la musique est universelle et n’existe que par le mélange, c’est la seule chose qui fait qu’il n’y a pas de frontière. Les Beatles ont été influencé par la musique orientale, par la musique indienne, et si tu prends les Stones ou Led Zeppelin, c’est pareil, c’est une musique de mélange. Donc je ne fais que continuer, je n’invente rien, absolument rien. Robex : On a connu le côté rockeur écorché vif les années précédentes, est-ce que ce nouvel album en est la continuité, ou est-ce qu’il y a une rupture dans le choix d’un nouveau son plus punk ? C’est tout simplement la continuité de ce que je fais, je fais du rock. Il y en a qui me disent : Ah, tu fais du rock’n’roll ? Mais bien sûr ! J’ai toujours fait du rock. Quand tu écoutes mes albums précédents, depuis « Carte de Séjour », c’est du rock ! Sauf que comme j’ai un nom à consonance arabe, on me catalogue Raï-Rock. Mais je fais du rock’n’roll. Robex : Sur la musique rock’n’roll, tu amènes des sonorités orientales, mais tu te sens occidental ? Comme je l’ai déjà dit, je suis un oriental désorienté.

pide. Quand tu penses que les hommes politiques touchent je ne sais pas combien de salaire par mois, cumulent les mandats et que ce sont les jeunes qui habitent les quartiers Nord ou autres qu’on soupçonne de trafiquer ! Alors que les plus grands trafiquants, ce sont ceux qui portent la cravate. D’ailleurs, ils sont obsolètes, ils ne sont pas populaires. C’est la différence entre un homme politique et un artiste. Alors nous les artistes, on essaie de faire ce qu’on peut, du mieux qu’on peut. Simplement, qu’on ne nous prenne pas pour des cons. Car il y en a qui essayent. J’ai entendu un mec important de

Fathia : Comme beaucoup. C’est vrai que beaucoup de jeunes sont désorientés socialement. C’est la faute des politiques qui ont déconné depuis 30 ans et maintenant ces imbéciles ne savent plus quoi faire. Fathia : Qu’est ce que vous pensez justement de l’évolution de la société à ce niveau là ? Elle n’a pas évolué. Elle a régressé, elle est complètement stu5


Marseille dire qu’il faut qu’il y ait plus de police. Non, il ne faut pas qu’il y ait plus de police, c’est pas ça dont on a besoin à Marseille. On a besoin de boulot. Les gamins ont besoin d’être acceptés, quand ils cherchent un boulot, quand ils cherchent un logement, quand ils veulent entrer en boîte même ! Je le sais pour l’avoir vécu dans les années 80, et maintenant c’est encore pire. Qu’ils ne viennent pas pleurer en disant qu’ils sont méchants, non, ils ne sont pas méchants, c’est eux les méchants, les hommes politiques !

nalistes comme Michel Field ou Adler, des gens comme ça, qui se disent être des journalistes pertinents, qui ne sont pas pertinents du tout, bouffent avec les hommes politiques, se réunissent une fois par mois ou tous les 2 mois dans un grand hôtel à Paris, ils sont entre eux et parlent de l’avenir des gens. Alors que les mecs, ils doivent toucher 20 ou 30 000 euros par mois, d’autres 150 000 euros ! Ce n’est pas à eux de parler de l’avenir des gens.

Robex : Je voulais juste revenir sur la marche des beurs. 83, c’était un mouvement important. Alors qu’actuellement on n’a pas grand-chose comme mouvement qui amène du renouveau. Non, il n’y en a pas tant que ça. Il faut dire qu’ils sont tués dans l’oeuf. Dès que tu veux monter un mouvement, tu es tout de suite écrasé par des espèces de gens très importants, politiques ou télévisuels, qui choisissent de quoi on parle. En ce Fabrice : Est-ce que vous soutenez des mouvements de moment on parle de quoi? On parle de Nabila ou bien de Zaquartiers, est-ce qu’on vous le demande en tant que personhia. Pour qu’on parle de toi à la télé, soit tu nalité populaire ? as des gros seins et tu fais de la télé réalité, Je ne sais pas si je suis une personnalité Quand tu fais une soit tu es un terroriste. Il n’y a pas d’autre mais j’essaie d’être le plus prêt possible de mes petits frères. De mes petits-fils ou de connerie, tu es toujours choix. Ou tu es un barbu, ou tu es une meuf mes fils maintenant. Je me dis que c’est à d’origine algérienne, et qui se montre. Elles, elles s’appellent Naou Zahia, je les respecte ces gamines, cause de moi, que c’est de ma faute, que quand tu marques des bila elles essaient de s’en sortir, mais les médias je n’ai pas assez travaillé pour qu’ils vivent buts, tu es français aiment trop ça. Ils adorent dire «Regardezun peu plus heureux. C’est un boulot qu’on les, elles ne savent pas être autre chose». n’a pas assuré. On s’est fait baiser la gueule C’est facile. Donc on ne parle plus que de ça au lieu de parler dans les années 80. D’ailleurs c’est l’anniversaire de la marche d’autre chose. Or, des gens qui font des choses politiques ou des beurs, et quand je vois l’évolution des choses... Des assoculturelles intéressantes, il y en a énormément, mais non, on va ciations comme SOS Racisme ne font rien pour les gamins nés parler de Zahia et Nabila. ici qui sont français. Quand tu fais une connerie, tu es toujours d’origine algérienne, et quand tu marques des buts, tu es Français. Quand est passée l’affaire Mehra, on a entendu pendant Robex : Nous, on fait de la radio de proximité. C’est cette une semaine sur les radios et les télés qu’il était d’origine algéproximité avec les gens que tu cherches en ayant des morrienne. Après on se demande pourquoi le Front National proceaux qui parlent d’eux ? gresse... Comment veux-tu faire du bien avec ça ? C’est un pléonasme, quand tu fais de la musique, tu as envie d’être écouté, d’être avec les gens. Et ça va être le cas tout à l’heure pendant le concert. Fabrice : Ça ne favorise pas du tout l’intégration, à l’inverse de votre musique. A l’inverse de ce que nous on dit, oui. Mais je crois qu’ils sont Robex : A Aix-en-Provence, à Zik Zac, tu es très attendu. en retard, qu’ils vivent dans un autre monde. Ils se bouffent Tu connaissais ce festival ? entre eux. L’autre fois, j’ai vu dans un magazine que des jourOui je connaissais, j’ai habité un peu dans le coin…

www.rachidtaha.fr

6


Le grand nom de la Kabylie, artiste du monde, passeur d’un message de tolérance et de paix a apporté à la culture berbère une audience internationale.

IDIR Interview réalisée juste après le concert par Robex du Plato-Radio, Pierre et Fabrice de Radio Zinzine en direct du Zik Zac, le vendredi 20 septembre.

credi photo

et les nouvelles générations. Avec des mots simples, une musique qui n’est pas trop typée à mon idée, qui rappelle des choses aux anciens et qui intéresse les jeunes. Ca crée des liens.

Robex : Un concert encore une fois émouvant dans le pays d’Aix Robex : Il y a un plus, c’est la connexion Emouvant, je ne sais pas. En tous cas, on des 2. Helvetica Neue Bold a pris beaucoup de plaisir à le faire. Mais Normalement nous sommes des passeHelvetica Regular tu sais, à chaque fois qu’on raconte sa rellesNeue potentielles, indépendamment de propre histoire, chacun y retrouve une tous les remous que l’on connait, avec la tranche de la sienne. Donc c’est sans sociologie événements, les tumultes Helvetica Neuedes Bold doute pour ça que tu fais allusion à cette des guerres, on est là pour essayer d’apHelvetica Neue Regular émotion qui va au-delà de la langue, porter une part de rêve, de voyage et quelque soit la langue que l’on parle, un petit peu d’utilité, si par miracle on l’émotion est la même. y arrive.

1

Pierre : On a pu voir ce soir beaucoup de jeunes à votre concert, est-ce que c’est quelque chose dont vous avez l’habitude ? J’ai l’impression que vous avez réussi une certaine transmission. Je crois que j’ai de la chance à ce niveau. Le sociologue Pierre Bourdieux avait dit une fois « Idir n’est pas un chanteur. C’est un membre de chaque famille qui a ses disques. » Donc je crois, comme tu disais, qu’il y a une question de mémoire qui joue, d’identité qu’on partage. Et il se trouve que ça se passe de parent à enfant. On va voir où ça va se terminer ! Robex : Il y a plusieurs générations en Pays d’Aix qui ont vécu toutes les années de l’Algérie, avec l’immigration aussi en France, il y a une forte communauté qui comprend tous les textes, toutes les chansons d’Idir. C’est aussi ça cette transmission. Voilà. Et là où j’ai peut-être été un tout petit peu utile, c’est de faire des chansons qui ont légitimé la langue. Et qui l’a gardée vivante de façon à ce qu’elle se parle en transmission entre les anciennes

Robex : Comme on dit, il suffit de prendre le bateau ou l’avion pour traverser la Méditerranée, mais ce qu’il manque toujours, c’est le visa. Par rapport à ça, ton combat dure depuis longtemps. Nous, on a de la chance parce qu’on fait un métier d’art, si tant est qu’on puisse lui attribuer cette qualité. L’Europe des musiques a été faite depuis très longtemps, l’art a traversé et a fait fit de toutes les frontières. Donc on a le bon rôle aussi. Maintenant, reste à ce que les gens répondent. Nous n’émettons que des souhaits, des rêves dans lesquels les gens plongent avec beaucoup de plaisir.

Robex : En même temps ça rejoint tous les gens qui se sont battus en France. Tu chantes plusieurs chansons de la chanson française comme Brassens par exemple, car il y a eu des militants qui ont suivi en France le même parcours que toi, même si tu étais de l’autre côté de la Méditerranée. Bien sûr. Là, il n’y a plus de côté. C’est le coeur qui parle, l’idéal qu’on a et qu’on a envie de partager, ce bonheur après lequel on court toujours. Il ne faut pas désespérer. Il n’y a pas de parti pris. J’écouterais aussi bien un harki pour parler de la guerre d’Algérie qu’un moudjahidin ou un pied noir qui est parti, parce que la douleur est la même. Ils ne sont pas foncièrement méchants, même s’il y a toujours des extrémistes ici ou là, ceuxlà il faut les éviter, mais pour le reste, moi je m’adresse au coeur, c’est ça qui fait que je rassemble pas mal de gens autour de moi.

Robex : Ta maison, elle est où ? A Tizi Ouzou ou elle est un peu en France aussi ? Elle est en France. L’Algérie c’est mon pays, le pays qui m’a donné une histoire, une origine. Maintenant je ne vais pas te balancer un nationalisme de bazar à la noix parce que ça ne veut absolument rien dire. Je me sens bien en France, c’est un pays qui m’a accueilli, c’est un pays dont j’aime les enfants. Je suis bien. J’aime aussi mon pays. Je les aime tous Robex : Tu te considères comme un les 2 parce qu’ils ont fait partie de ma poète et en même temps, il y a un envie. La preuve, on est en train de discuter gagement derrière, politique, social. en français. La France est un pays d’acTu sais quand les gens venaient chez nous cueil, la langue là-bas, ceux qu’on française m’a apappelle les émiOn ne s’enrichit qu’à porté le sens du grés, ils venaient partir de nos différences discernement que avec de belles voima langue matertures, de supers nelle ne m’apporte pas, qui est plus costards, et nous on bavait devant les émotionnelle qu’autre chose. Donc j’ai jeans des jeunes le soir, on extrapolait réussi, j’ai eu ce miracle de m’enrichir à en se disant que finalement ils avaient partir de ces 2 pôles. la belle vie, c’était l’Eldorado. Quand je suis arrivé, j’ai tout de suite déchanté avec les cités de transit, l’exclusion, le Robex : Et les clivages ? racisme. Et là, j’ai compris que c’était Tu sais, je regarde beaucoup de foot, une forme de pudeur qu’ils avaient en dans les stades on y voit le drapeau maeux, ils avaient envie de nous montrer le rocain, algérien, tunisien, ça ne me gène meilleur visage qui soit. Alors que la vie pas. Ce n’est pas ça le problème. Le proest dure. Et je crois que ça a été le déclic blème c’est d’être en contradiction avec qui a fait que j’ai participé à un certain ce qu’on vit ici en France, contradictions nombre d’initiatives. J’ai découvert le qui nous ont amenées vers une facilité sida, j’ai découvert le racisme, l’antiséde pensée, qui nous ont mises sur des mitisme. Et comme ça fait partie de ma voies de médiocrité, ce qui est vraiment famille, qu’ils sont tous plus ou moins dommage. La France, on y est. Si on y syndicalistes et politisés, j’ai plongé deest, il faut aimer les gens, il faut aimer dans, j’ai suivi tout simplement la route. ses enfants, éviter de sortir à chaque fois 7


de son chapeau une espèce de nationalisme mal placé. Ils courent après un pays qu’ils ne rattraperont jamais parce que les choses sont différentes. Pierre : Peut-être que la France manque d’amour elle aussi quelque part... On est là pour s’intégrer et pour s’intégrer, la République t’offre des perspectives. Tu as des droits et tu as aussi des devoirs. Le bon Dieu n’a rien à voir dans les affaires françaises, c’est une histoire entre le créateur et sa créature, tout simplement. Pour le reste, la société civile s’organise autour d’autre chose que les croyances. Fabrice : Justement Idir, tu fais partie des artistes qui représentent le mieux la culture kabyle depuis tant d’années. Quel regard portes-tu sur cette culture et son évolution ? La culture telle qu’elle est, on a les moyens ici en France de la mettre en valeur, de la travailler. Fabrice : Les artistes sont plus soutenus en France qu’ailleurs ? Ils peuvent être soutenus ailleurs, mais ici au moins on a des moyens techniques, il y a une espèce de nourriture spirituelle qui nous permet d’évoluer. Dans les pays d’Afrique du Nord, il y a ce qu’on http://idir-siteofficiel

appelle l’idéologie qui fout tout en l’air parce qu’à chaque fois qu’on te donne quelque chose, on voit si ça ne va pas lui nuire. Et on fait tout pour que les cultures minoritaires ne puissent pas émerger, alors qu’ici en France, tu peux faire ce que tu as envie de faire. C’est très difficile aujourd’hui d’avancer, ça alimente en plus les folklorismes de toutes sortes. Je crois que pour être vraiment kabyle, il faudrait oublier d’être kabyle à des moments. Ne pas toujours s’accrocher à un clan, à un parti, à une religion, car si tu le fais il y a toujours une partie de ce clan, de cette secte, qui parle à ta place. Je préfère te débusquer dans ce que tu fais d’intime, dans ta manière de rire, dans ton regard. C’est là que tu me renseignes. Donc, avant de faire de la chanson ou du cinéma, si on est kabyle, il faut oublier d’être kabyle. Robex : Le Festival Zik Zac se déroule à Aix, c’est un festival multi-musiques, multiculturel, comment le trouves-tu ? J’aime bien son nom, Zik Zac. Il y a des gens qui viennent de tous les coins, qui n’ont aucune raison logique de se retrouver ensemble. Des publics qui, pris aussi chacun tout seul, n’auraient peut-être aucune raison logique de venir. Le temps d’une soirée, d’un spectacle, on sent les 8

mains tendues. Celles de la fraternité, celles de la reconnaissance de l’autre. Ca c’est extraordinaire. Finalement si tu réfléchis, ça va au-delà de Dieu, au-delà de tout. Je crois que l’essentiel, c’est que dès lors que tu sens le respect entre toi et l’autre, tu as moins besoin de toutes ces choses là. Robex : Ca passe au second plan. Forcément, parce que le respect te donne toutes les clés pour pouvoir vivre avec les gens. Pas besoin d’un dogme, ni d’un clan, ni d’une secte. Robex : Quand on parle musique, il y a la musique et les mots. Tu mets plus d’importance dans la musique ou la parole ? Moi j’appartiens à une identité de tradition orale. Le mot a une valeur qui est très très importante. Pour te dire, quand il y avait des guerres entre tribus, on ramenait chacun son poète, ils faisaient des joutes oratoires entre eux, à qui dirait la plus belle chose. Des fois la chose était tellement sublime qu’ils s’accordaient à arrêter les combats. Mais là, je parle d’un temps que les moins de 300 ans ne peuvent pas connaître, ça n’existe plus maintenant. Mais on a gardé cette valeur du mot.


En direct du ZIK ZAC festival, Sophie Joissains, élue et André Gracia, chargé de mission musiques actuelles pour la CPA répondent aux questions du plateau-radio.

le dossier

Robex : on définit le Zik Zac comme festival nomade. Encore des difficultés de lieu cette année, qu’est-ce qu’on peut dire de l’avenir du festival ? credi photo Sophie Joissains : c’est vrai que les riveCette année, encore, le site des deux rains aixois on du mal à accepter qu’il dates en plein air du festival a posé de y ait un festival de musiques actuelles gros problèmes, puisque nous avons près de chez eux, néanmoins on peut Neuetient Boldénormément au Zik Zac été avertis, moins de deux mois avantHelvetica le dire qu’on Helvetica Neue coup d’envoi, de l’impossibilité d’occuet qu’on feraRegular toujours tout pour qu’il ait per le lieu prévu depuis octobre 2012 : lieu, quelles que soient les difficultés (…). le complexe sportif du Val de l’Arc. Helvetica En DansNeue le quartier Bold du val de l’arc, par cette toute fin du mois de juillet, seule exemple, lesRegular gens ont du mal à accepter Helvetica Neue la farouche détermination de l’équipe et le fait qu’il y ait des jeux avec des coups la mobilisation importante de technide sifflets d’arbitre, alors imaginez deux ciens et responsables de la Ville, de la soirées de concert… Maintenant ça ne CPA et d’Aix Marseille Université, ont pu veut pas dire que le Zik Zac doit s‘arrêéviter l’annulation. Mais à quel prix… ter, loin de là. La radio éphémère du festival, animée André Gracia : C’est difficile dans un par Robex (Plato-Radio) et Fabrice avec cadre urbain, en centre ville, de trouver son équipe de Radio Zinzine, a pu interdes espaces pour ce genre de manifesroger Sophie Joissains (élue ville et CPA tation. Ça oscille entre la musique et le en charge des musiques actuelles, Sénabruit, ça dépend de qui observe. L’avenir trice des BdR) et André Gracia (chargé du Zik Zac, c’est l’année prochaine, donc de mission musiques actuelles pour la on va travailler ensemble dès la fin de CPA) sur le sujet *. Morceaux choisis : cette édition. ssayons de comprendre pourquoi les musiques actuelles ont du mal à exister sur Aix par l’exemple du Festival Zik Zac et de la salle de La Fonderie.

1

9

Robex : Ne pourrait-on pas avoir, par exemple, des endroits avec un label « zone touristique » qui permettent de faire du bruit plus tard et d’accueillir ce genre de festival ? Sophie Joissains : oui ça existe, mais c’est très excentré. Le monde étudiant est dans le centre ville et on avait envie que cette fête de la rentrée soit proche des étudiants. Alors peut-être serons nous obligés d’aller un peu plus loin, néanmoins la proximité est importante... On peut aussi agir avec les transports, ce qu’on s’emploiera à faire avec la mise en place de navettes gratuites. On trouvera la solution, croyez-moi, on l’a toujours trouvé jusqu’ici et on continuera à la trouver, simplement, on voudrait qu’elle devienne pérenne. André Gracia : la circulation d’une population sur un territoire, surtout urbanisé comme le nôtre, est un problème de politique, un problème d’espace qu’on partage ou qu’on ne partage pas. La vertu d’un festival comme le Zik Zac est qu’il a matérialisé le fait que tout le monde


pouvait se mélanger. A proximité du centre d’Aix, se passe, pour la 16ème édition cet événement là. Les gens peuvent venir, c’est accessible, car on reste en contact entre l’investissement public et la capacité professionnelle d’une association. Un écosystème de production rencontre un écosystème politique. Robex : on dit toujours qu’Aix est le parent pauvre de la musique actuelle. Est-ce qu’il va y avoir un développement de ce coté. Sophie Joissains : ça fait presque 3 ans qu’avec André (Gracia) nous travaillons là dessus. Nous avons fait une enquête au niveau universitaire avec l’Institut de Management Public et de Gouvernance Territoriale (IMPGT), au niveau de la population et au niveau des politiques de manière à connaitre l’engouement pour les musiques actuelles, cet engouement est certain. Il y a aujourd’hui sur Aix, le projet d’une SMAC qui est bien arrêté ainsi qu’un projet qui permettrait de combler les manques dans les diverses communes notamment au niveau des studios de répétition et d’enregistrement. Fabrice : on parle d’une grande salle de 1500 places + une de 400… Peuton rappeler sur quel calendrier et à quel endroit ? Sophie Joissains : le lieu sera La Constance. Aujourd’hui nous avons mis en place un comité pour réfléchir à qui pourrait prendre en main la structure et quel serait le cahier des charges et ce comité est associatif. Ce que l’on souhaite faire c’est donner le plus possible aux acteurs de terrain le choix : soit ils décident ensemble de gérer la salle, soit, s’ils ne le souhaitent pas, faire en sorte que le délégataire choisi ait des obligations cadrées et ciblées par rapport au territoire et aux associations.

Fabrice : Si jamais ce gros projet existe enfin, est ce que d’autres projets pourrait revoir le jour, comme par exemple La Fonderie dont on parle depuis plus de dix ans ? Ça pourrait être complémentaire ? Sophie Joissains : ça fait des années que j’essaye de faire en sorte que la fonderie revoit le jour au 14 cours St Louis. Les riverains ne sont pas trop pour mais je n’abandonne pas l’idée du café concert. Je pense que c’est un lieu où les gens peuvent se retrouver de manière hebdomadaire, voire quotidienne, avec des programmations, des rencontres, des liens, un lieu de mixité sociale où un tas de gens d’un tas d’horizons différents peuvent se rencontrer. La cohésion sociale c’est ça aussi. Maintenant l’ancrer dans un milieu urbain comme il l’était, c’est difficile, mais le projet n’est pas abandonné. Robex : apparemment les volontés sont réunies, qu’est ce qui pêche ? En dehors des riverains, la question budgétaire ? Des questions plus politiques ? Sophie Joissains : je pense que dans la mesure où La Fonderie a fait confiance, à un moment donné, à la municipalité en place, celle-ci se doit de refaire confiance à La Fonderie en lui donnant un lieu qui soit digne de ce nom et digne de ce qu’elle a fait précédemment, ça me parait un incontournable. En conclusion, l’avis de Jean-Michel Lasserre, directeur du Festival. Nous sommes évidemment satisfaits des constats et des intentions exprimés. Oui, le festival Zik Zac bénéficie du soutien affirmé de l’élue et du chargé de mission, mais après cette 16ème édition nous sommes de nouveau à la recherche d’un lieu. Oui, la nécessité d’un espace culturel

de proximité comme La Fonderie a pu l’être, en centre ville, est avérée. Mais la Ville d’Aix, propriétaire des murs depuis 2001 ne communique pas sur ses intentions quant au devenir des bâtiments. Un des blocages communs aux deux situations semble être une méchante réaction, réelle ou supposée, des riverains. Qui sont ces personnes qui auraient la volonté et le pouvoir d’interdire toute manifestation de vie dans la cité ? N’estil pas possible d’envisager qu’un partage raisonnable de l’espace public soit organisé ? Sommes-nous la seule activité culturelle ou humaine qui engendrerait tellement de nuisances qu’il faille la bâillonner ou l’exiler des terres aixoises ? Le projet du vaisseau amiral des musiques actuelles est lancé au beau milieu d’une pampa qui deviendra elle aussi un quartier. On ne fait que déplacer le « problème » dans un espace et un temps très lointains. Les solutions restent à trouver pour les mois, les années, le mandat à venir. Pour nous, acteurs opérateurs des musiques actuelles, pour les publics et les artistes, nous sommes tous en attente de lieux de diffusion et de création, d’espaces de culture de partage et d’échange, d’une vraie considération pour la culture dite populaire et de proximité. Ce constat faisait déjà partie des débats des 2 précédentes élections municipales (12 ans déjà...), et malgré les annonces de bonnes intentions, force est de constater que la situation n’a pas (encore ?) évoluée. * Vous pouvez écouter l’intégralité de l’interview sur www.zikzac.fr

www.zikzac.fr

10


arts graphiques Les artistes et partenaires en art visuel mis en lumière sous les projecteurs du Zik Zac Festival a Divers a réuni cette année sur le Zik Zac Festival trois plasticiens graffeurs pour une envolée live-painting/graff aux couleurs du monde… Sack, originaire de Chine, Nhobi Cerqueira, le brésilien et Julien Raynaud, 100% marseillais, nous ont régalé avec ces deux soirs de performances inoubliables… Trois artistes plasticiens acteurs et citoyens du monde qui s’expriment dans la rue pour faire passer des messages, étonner, faire sourire.

www.siteinternet.com

30

11

credi pho


Comme chaque année, les enfants du centre social Aix Nord sont venus découvrir l’installation du festival et participer avec enthousiasme, bombes de peinture à la main, à un atelier graff animé par Julien Raynaud… Une magnifique fresque très colorée fut créée et exposée sur le ZIk Zac.

Julien Raynaud, Sack et Nhobi Cerqueira

L’équipe de M2F Créations nous a présenté la 9ème édition de leur festival : Gamerz (cf page 27). œuvrant dans le domaine de la création artistique multimédia et numérique, Quentin Destieu et Sylvain Huguet sont venus accompagnés de « Machine 2 fish », un poisson rouge sur prothèse mécanique qui s’est bien baladé sur le grand site du Zik Zac. Des instants poétiques et ludiques d’intér-activité avec le public.

Comment s’amuser et redonner vie à vos affiches, cadres, tourés, magazines ? Marjorie, la créa de la ressourcerie « Huile de Coude et matière grise » avec un espace d’écocréations, de mobilier, a mis en scène le grand mobile fait de cadres customisés réalisés par les participants du centre social Aix Nord durant des ateliers d’art plastique que Ka Divers organise sur l’année.

http://kadivers.canalblog.com - kadivers1@gmail.com

12


nhobi cerqueira a Divers l’a invité aux côtés de Sack et Julien Raynaud pour deux soirs de live painting… Vendredi 20 septembre, 1er jour de festival, il est 18h30 ! c’est l’instant le plus tendu, le plus émouvant pour toute l’équipe du festival, nous sommes à 5 mn de l’ouverture des portes au public pour cette 16ème édition du Zik Zac… Tel un troubadour voyageur un peu perdu, très souriant et enthousiaste, Nhobi arrive sur le site… Il est retard. Essouflé mais le regard brillant et séducteur, un chouette chapeau noir sur la tête complète un look bohême hip hop, il a l’élégance de me faire un baise-main en s’excusant chaleureusement. Le contact passe, il est heureux d’être là. Pas de temps à perdre, on se précipite sur l’espace qui lui est dédié sur le site, il prend ses marques, confiant et professionnel. L’artiste est en condition, déterminé à se jeter dans la création, le show va commencer… Nhobi est né dans la banlieue Nord de Rio de Janeiro, dès ses treize ans, il s’adonne au graff. Ses parents d’un mi-

binhograffiti.com/

Le plasticien-graffeur brésilien a choisi l’amour et Marseille pour s’exprimer tel un guerillero urbain…

les plus humbles et marginalisés. Il inveslieu modeste lui payent des études de tit ces endroits abandonnés par les autodesign. Il devient styliste, créateur de rités locales afin de sensibiliser le public deux marques et propriétaire d’une bouaux dérives du monde. Ses personnages, tique de vêtements dans un des centres credi photo de la Zona Sul (quatiers héros (anti-héros tout frêles aux sourires commerciaux carnassiers) se baladent dans la ville. chics Carioca). Durant 7 ans, il vit une Ses créations portent des messages période de travail intense mais finanpolitiques, symboles des traditions de cièrement difficile et sa relation avec HelveticalaNeue Bold culture brésilienne à dimension poél’élite lui ouvre chaque jour d’avantage Helvetica Neue Regular tique. De rencontre en rencontre, il parles yeux sur les divisions et les inégaliticipe au développement d’une auberge tés régnantes au sein de la société bréde jeunesse silienne. Il décide de tout arrêter. Suit Helvetica Neue Boldoù il réalise une oeuvre importante. une période de remise en question, de Helvetica Neue Regular Gamor, un graffeur marseillais croise son doute, d’errance. Il sort beaucoup la nuit chemin. Ensemble ils iront investir une et revient au graffitti. Ce sont les margiautre auberge de jeunesse à Sao Paolo naux, les alcoliques, les solitaires, les oupour y réaliser des fresques, des œuvres. bliés de la société brésilienne, les travail« C’est là que j’ai commencé une histoire leurs qui nettoient la rue, la nuit, qui lui d’amour avec une jeune femme marseilredonnent confiance. Ils lui disent qu’il a laise de 25 ans (Lia)…elle parlait mieux le de la chance d’avoir ce talent. « A cette brésilien que les portugais… ». époque j’étais complètement fermé… » Il quitte le Brésil avec Lia pour Marseille, Ils lui ouvrent les yeux « Je suis malheuils se marient… reux, pourquoi ? ». Le graffitti redevient Vivre ici en Europe lui offre l’occasion de son moteur, sa force. créer de nouveaux repères dans un enviLes oeuvres de Nhobi envahissent la ronnement inconnu. Etre étranger à Marbanlieue de Rio. Il a compris qu’il veut seille le rapproche de sa forte idendité jouer un rôle d’acteur-citoyen. Son art brésilienne qu’il incarne et porte au traest dédié à la zona norte, au centre ville vers ses œuvres, tel un guerillero urbain. et aux communautés (favelas) espaces

1

13


Tom Cochien

credi photo Helvetica Neue Bold Helvetica Neue Regular

Tom, artiste plasticien, illustrateur, étudiant à l’école d’art d’Aix est un monstre... de talent.

Helvetica Neue Bold Helvetica Neue Regular

n jour de 1991, quatre mois avant la sortie de Nevermind, une expérience inédite fût menée : tenter de créer un être hybride entre deux espèces qui n’ont à première vue aucun point commun. Le résultat fût catastrophique : naquit une abomination au pelage vert et au nez aplati, toutes narines dehors, doté de trois yeux proéminents lui conférant une évaluation des perspectives assez particulière. Le Cochien était dans la place. Qu’allons-nous faire de ça ? s’interrogeaient les scientifiques coupables de cette aberration de la nature, tandis que l’être hideux dévorait littéralement tous les livres et les VHS (ancêtre du DVD) qui passaient sous ses paluches poilues. Rejeté par tous à cause de son allure atypique, il décida d’abandonner son enveloppe charnelle et de prendre possession du corps d’un jeune aixois, Tom, qui n’avait rien demandé à personne. Une deuxième naissance pour le monstre qui se rebaptisa Tom Cochien. Il poussa son hôte à dessiner, jusqu’à épuisement, toutes les histoires qu’il avait dans son cerveau malade et qu’il avait développé au cours de ses années de solitude, créant le monde dans lequel il avait toujours rêvé de vivre.

http://cochien.fr/

14


Tchurch

www.siteinternet.com

30

iracle ! Enfin une religion pour les athées ! Tchurch et ses prophètes vous proposent une collection de Tee-shirt à lire et à porter.

- Chaque numéro, en édition limitée à 100 exemplaires, est une collaboration avec un artiste montant dans la sainteté ! - Dans un packaging scellé et signé par l’artiste, vous trouverez votre Saint Tchurch ! - Offrez-vous une icône imprimée en sérigraphie avec la plus grande attention et des techniques pointues, réalisée à la confrérie Trame & Chaine. Vous pourrez ainsi arborer fièrement l’œuvre de vos prophètes et en intérieur dos de votre Tchurch, vous trouverez la confession de l’ artiste. En vente à Aix-en-Provence : 28th Box- 28 rue de la Treille à Marseille : Soffee shop 132 Rue d’Aubagne  

http://tchurch.bigcartel.com

15

c


16


N 1

J

La confession de l’ artiste

IØ IØ IØ

28 Mai 2013

’fais des traits, des p’tits traits, encore des p’tits traits; Des p’tits traits, des p’tits traits, toujours des p’tits traits. C’est un scribe sans alphabet, sans lettres ni mots, ces motifs se multiplient, ondulent et varient jusqu’à vous perdre, laissant chacun y créer sa propre histoire. Ethniques, mystiques et graphiques : rencontre IØ IØ IØ, notre nouveau psychanalyste-chaman.

t Alors IØ IØ IØ, explique-nous en quelques mots ce que sont ces formes énigmatiques, souvent symétriques qui ressemblent à de la typographie sans en être ? Alors ... Hum… Sur « ce qu’elles sont », je t’avoue que je ne suis pas vraiment fixé. En fait, d’habitude je préfère largement que les gens y voient des choses qui leurs sont propres. J’aime bien ce truc qu’a l’abstrait, d’être complètement subjectif, interprétatif. Quand les gens échangent leurs sentiments sur une image abstraite ça fait des intersubjectivités parfois dingues et j’aime bien ça.

Ouaip, ça m’arrive, J’essaie d’intégrer quelques échantillons de mes trucs abstraits dans des trucs plus figuratifs. C’est une possibilité que j’essaie de développer. Mais pour l’instant je ne trouve pas ça hyper concluant, donc c’est un truc en cours quoi. t Et mise à part l’expo qui a lieu chez nous, as-tu des actualités à nous révéler qui pourraient nous occuper pendant les prochains mois ? Wow, compliqué ça ! Hum… Non, mais je pourrais peut-être vous occuper quelques minutes à un moment. Je suis sur un projet de jeu vidéo en ce moment, un truc assez basique mais bien fun (avec de la physique et des ia). Le nom provisoire du projet, c’est « La guerre des potirons » même s’il n’est question d’aucun légume ^^ … Normalement ca devrait être dispo pour smartphone d’ici ..lol.. Plus ou moins un certain laps de temps. Je dirai que l’avancement du projet en est à mi-chemin.

t Ah cool ! Comment tu t’y prends ? Ces trucs sont des résultats de tout un processus qui repose sur l’assimilation, l’échantillonnage, le tri et le mélange … De divers traits, contrastes et compositions éparpillées tout autour de nous en permanence. C’est une espèce de « métaprocessus supracomplexe » (Oh yeah) que j’essaie de faire évoluer au fil des productions. Imagine une genre d’arborescence dantesque de possibilités graphiques, comme un énorme diagramme chelou avec des flèches dans tous les sens !

t On peut voir certaines de tes images (notamment ce tee-shirt) comme des test de Rorschach, qu’en penses-tu et que verrais-tu ?

t Dis nous tout ! En fait, tu essaies de créer ta propre religion ?

Haha, je trouve ça cool comme application de mes travaux, comme je t’ai dit, je préfère laisser l’interprétation libre, histoire de ne pas fermer les choses, alors le fait qu’on puisse y voir des test de Rorschach, c’est pile poil le propos. Pour ce qui est de mon interprétation perso de ce visuel en particulier… Je dirais que j’ai l’impression de voir un genre de casque de samouraï futuriste style Yoshimitsu dans Tekken, avec des genres de flammes noires gluantes en fond mais bon, ça n’engage que moi.

Haha, mince ! Grillé ! t Parce que «IØ IØ IØ» ça reste assez vague pour nous ! On se demande même s’il n’y aurait pas un lien avec des punks inversés suédois... Wow, des punks inversés suédois… Pas mal ! J’suis plus côté méditerranée à vrai dire. Mais donc oui, dans un sens, je suis un suédois inversé ^^

t Ah ouais, quand ,même ! Bon et pour finir, si tu pouvais situer ton inspiration, tu dirais qu’elle vient d’où ?

t Bon, et quels sont tes Dieux alors, tes références ?

.. Si j’arrive à la situer… Wow… Hum… J’imagine qu’elle vient de la saturation d’images et d’idées en mouvement dans laquelle on baigne en permanence, … Ou de la complexité de notre monde, ou de la simplicité de l’instant, de ce genre de choses quoi.

Hum... je lis un peu de tout mais il y a beaucoup de science fiction, surtout du K Dick pour être honnête on peut dire que je suis sous influence ! Niveau artistique, mon coup de coeur du moment c’est Max Hattler (C’est de la vidéo et c’est trop bien) mais sinon comme références pures c’est très varié, ça peut aller de Boom.K à Hans Bellmer, en passant par Smithe, Ashley Mackenzie, Alexandre Zedig Diboine (lui je l’aime bien notamment parcequ’il streame quand il peint), James Jean, Aryz … J’aime bien l’illustration et comment elle évolue avec de telles pointures ! J’aime bien le street art aussi, type Banksy ou type BLU, ou type Etam Crew… Il y a aussi Amoze, Goddog, Oli-B, Grems, Os Gemeos, Heracut, VJsuave, … qui sont des gens que je suis de très près grâce aux réseaux sociaux. t

www.IOIOIO.fr

edition limitee 100 exemplaires 17


Gabriel Dallen Eva  Kucharz René  Backmann Auteur, compositeur, chanteur

Gabriel Dallen défend les valeurs et l’héritage de la chanson française avec modernité.

l associe son amour des mots à une énergie pop/hip/rock ! Grand adepte du « franglais » après un passage à la Nouvelle Star, il fait son « come back » avé l’accent ! « Hello my name is Gabriel Dallen and I am chanteur français » est un rendez vous hebdomadaire qu’il a lancé il y a un peu plus d’un mois. Le principe est simple : un rendez-vous dominical sur Youtube. Chaque semaine une nouvelle vidéo est postée sur la toile où il vous invite à le découvrir sur son canapé ou dans sa douche, autour de compositions et de reprises en acoustique. Mais ce qui s’y passe est à chaque fois plus surprenant, à vous de découvrir tout ça ! N’hésitez pas à le contacter ou à l’accoster, peut-être, il vous invitera chez lui pour la prochaine session. Alors, à dimanche !

credi photo Helvetica Neue Bold Helvetica Neue Regular Helvetica Neue Bold Helvetica Neue Regular

1

www.facebook.com/gabrieldallenofficiel

18

youtube/gabriel dallen


ECOCITOYENnete Benjamin Durand, responsable de la plateforme aér de l’arcade était au Zik Zac Festival.

MUSIQUEs ACTUELLES

Quel est le rôle de l’Arcade et de la plateforme aér ? L’Arcade (Agence régionale des arts du spectacle) a pour mission d’accompagner le développement de la filière des arts du spectacle en PACA. Au sein de l’Arcade, je travaille sur la Plateforme aér qui est née en 2010 d’une volonté de la Région PACA et de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie). La Plateforme aér a pour objectif d’encourager et d’accompagner les festivals à réduire leur impact environnemental.

déchets et qu’elles sont plus confortables pour le public. Le coût des toilettes sèches est supérieur aux toilettes chimiques, mais c’est justifié puisque cela nécessite du personnel qui reste sur place tout le long du festival pour accompagner le public et assurer la maintenance. Quelles sont les autres actions qui peuvent être mises en place ? La question des consommations d’énergie par exemple. Le festival Zik Zac a mis en place un système d’éclairage LED pour la scène et le site qui permet de consommer beaucoup moins d’énergie. Il y a aussi la dimension communication. Des critères environnementaux peuvent être intégrés à la fois dans la conception de la communication, mais aussi dans le choix de l’imprimeur, des papiers, des encres, ou encore des modes de distribution. Il existe d’autres thématiques sur lesquelles les festivals peuvent agir comme les achats, la restauration, etc.

arts graphiques

Pourquoi s’intéresser à l’environnement dans les festivals ? Les festivals rassemblent dans un temps court et sur un lieu restreint un grand nombre de personnes et ça peut avoir un impact significatif. On sait maintenant que 80% de l’impact des festivals est lié au transport. Sur ce sujet, Zik Zac a mis en place avec la CPA des actions importantes comme les navettes gratuites de retour pour le public. Cela permet à la fois de réduire l’impact environnemental, mais aussi de veiller à la sécurité du public. Peut-on parler des déchets sur les festivals, on voit des gobelets réutilisables par exemple ? La gestion des déchets représente généralement la porte d’entrée vers d’autres actions éco-responsables. Cela doit commencer par la limitation des déchets à la source et c’est justement l’intérêt des gobelets réutilisables.

On parle aussi de toilettes sèches ? L’utilisation des toilettes sèches c’est intéressant puisqu’on ne consomme pas d’eau, que l’on peut composter les

Cet accompagnement de la Plateforme aér est il concomitant aux financements de la Région ? Oui, et c’est ça qui est intéressant ! En parallèle de l’accompagnement technique de la Plateforme aér, la Région a mis en place depuis 2009 un financement qui s’appelle AGIR qui a permis à près de 45 festivals d’être aidés financièrement dans la mise en place ou la consolidation de leurs actions. Quelles sont tes impressions sur le Festival Zik Zac ? C’est un festival très ouvert, très éclectique qui arrive à mélanger à la fois des têtes d’affiches électro avec des musiques du monde. Sa valeur ajoutée c’est

http://plateforme-aer.fr

19

aussi d’arriver à mixer des publics très différents. Cette notion est aussi importante dans la dimension éco-responsable sur la question de l’accessibilité, qu’elle soit physique ou financière. Quels sont les projets d’évolution de la Plateforme aér ? On a beaucoup travaillé sur la sensibilisation des festivals maintenant il faut travailler sur la sensibilisation des publics et aider les festivals à communiquer sur leurs efforts. Un autre projet en cours c’est la construction d’un collectif des festivals éco-responsables en PACA. Il s’agit de réunir les festivals, de créer une identité commune sur ces sujets et de favoriser le partage d’expériences.


EXPOSITION PABLO   DALAS

Comme il  n’est  pas  coutume  la  28th  Box,   vous  propose  une  expo  de  PABLO  DALAS  

du 25  octobre  au  25  novembre. Déjà  vue  et  bien  vue  par  Warhol,  distribuée   et  lancée  à  gogo  dans  les  jeux  vidéo,  nous   vous  accueillerons  au  vernissage   le  25  octobre  à  18  h  pour  vous  filer  la  banane. Celle  de  Dalas,  son  univers  impitoyable. Jeune  graphiste  originaire  de  Marseille,   Dalas  glorifie  la  loi  du  plus  fort.  Issu  du  street  art,   reconnu  notamment  pour  sa  participation  au  BRAH   collectiv,  Dalas  est  sous  son  soleil  implacable. Rempli   de   cette   culture   pop   contemporaine   qu’il   détourne  avec  ironie  et  sans  complexe.  Dalas,  il  ne   redoute  que  la  mort  ou  son  premier  show  solo  à  la   28th  Box  nommé  «  BANANA  »  

Viva «  BANANA  »,  Houra  «  BANANA  »  !!! www.dalas.fr     lacrampe.tumblr.com Exposition  -  28  th  box,   28  rue  de  la  treille,  aix  en  provence         le  25  octobre  à  18h


le we  des   decouvertes

Retour sur le Week-End des découvertes écocitoyennes, organisé par le jounal gratuit Les éco. de la terre : succès renouvelé pour cette 4ème édition ! Emmanuelle Klein, organisatrice, répond aux questions de notre équipe.

L’Aperçu : Emmanuelle, tu es l’organisatrice du WE des découvertes écocitoyennes, quelle est ta motivation ? J’ai toujours été révoltée par la maltraitance faite au vivant. je ne parviens pas à comprendre comment les Hommes peuvent abimer et violenter la source même de leur existence. Pour assouvir mon besoin de lutter contre ses malvaillances, j’ai passé quelques années dans le militantisme. Là, j’ai compris que la clef du changement se situait dans l’envie et non dans la bataille. Ma motivation profonde est d’apporter ma pierre à l’édifice de la sensibilisation. Cette action, je l’ai choisi optimiste, joyeuse et axée sur la découverte. Je suis convaincue que nous aurons tous envie de nous comporter autrement, si les solutions proposées nous attirent et que l’on est informé des conséquences de nos actes et du pouvoir d’action que nous détenons tous. L’Aperçu : l’entrée et toutes les animations sont gratuites, comment assures-tu le financement de cet évènement ? Le salon est organisé en partenariat avec la ville de Bouc-BelAir et l’Oxylane Village, qui nous accueillent depuis 4 ans maintenant. Ils participent à la réalisation de cette manifestation. Nous finançons le reste grâce à la participation financière des exposants, qui se veut accessible et adaptée à chaque structure. Le journal finance le solde. Ce WE n’est pas rentable, et ce n’est pas l’objectif. Pour autant, nous cherchons à atteindre le point d’équilibre financier, tout simplement pour pouvoir pérénniser l’évènement, et envisager de le dupliquer.

gauche, milieu, dessous, dessus... Je ne prends pas position. Tant que la politique ne traîtera pas de son sujet réel, et restera dans la lutte de pouvoir, celà ne m’interesse pas !

L’Aperçu : cette année encore les officiels se sont succédés durant ces deux jours. Quelle est ton implication dans le milieu politique ? C’est une grande question. Question piège ? (rires). Au sens propre du terme « politique », c’est à dire l’action de gérer la structure sociale et le fonctionnement d’une population sur un territoire donné : il me semble que l’écologie et la citoyenneté ne sont malheureusement pas une priorité, alors qu’elles devraient l’être au même titre que l’économie ou l’éducation. Dans le sens plus commun du terme, c’est à dire : droite,

Avec plus de 150 stands et animations, cet évènement est devenu une institution locale. As-tu le sentiment que ta passion pour un monde écoresponsable est partagée par le plus grand nombre ? Malheureusement non. Certes, de plus en plus de personnes s’impliquent et changent leurs comportements. Mais, d’après les dernières statistiques publiées (Ipsos, Insee...) nous ne sommes encore que 7 à 8% des français à tenir compte de notre impact sur l’environnement au quotidien. Nous recevons, effectivement, bon nombre de visiteurs. Chaque année, des personnes découvrent des alternatives plus écoresponsables et décident de les adopter. Chaque pas est essentiel. C’est la grande histoire bien connue de la goutte d’eau. Est-ce que l’édition 2014 aura lieu ? Est-ce que tu envisages de reproduire l’évènement dans d’autres régions ? Bien sûr ! Avec l’ensemble de l’équipe (nous sommes jusqu’à sept personnes à oeuvrer pour cette manifestation), nous travaillons déjà à la prochaine édition. Avec des changements, toutefois. En effet, nous souhaitons mettre encore plus en avant les éco-acteurs économiques, associatifs et institutionnels du territoire, créer davantage de liens. Nous allons demander, pour la première fois, une aide aux institutions départementales et régionales pour disposer des moyens nécessaires à la réalisation d’un évènement qui pourrait accueillir plus de 25 000 visiteurs et ainsi participer plus largement aux dynamiques de terrains. En effet, le changement profond ne pourra pas avoir lieu sans l’implication du plus grand nombre possible d’individus sensibilisés et motivés. Quant au développement national du concept, il est à l’étude. Nous sommes déjà en contact avec certaines communes pour la réalisation du WE des découvertes dans d’autres régions.

www.we-decouvertes-ecocitoyennes.fr

21


SOciete Le Relais St Donat a 30 ans. C’est un lieu d’accueil et d’accompagnement social pour les femmes en difficulté et leurs enfants.

ECOCITOYENnete

epuis 2011, le Relais a également mis en place Ze Bus, objet culturel itinérant, qui offre des activités et propositions culturelles dans la rue, au pied des cités, afin d’aller vers les personens les plus isolées, celles qui ne vont même pas au centre social.

MUSIQUEs ACTUELLES

Rencontre avec Jean-Pierre Lanfrey, Président du Relais St Donat .

Que pouvez-vous dire de ces trente années d’accueil, d’accompagnement et d’action d’aide en direction des femmes sur Aix ? Commençons par rappeler que d’être encore présent 30 ans après l’ouverture dans une ville riche, universitaire et capitale culturelle reste toujours aussi difficile à accepter. Qualifions les termes de votre question qui sous-tendent notre existence. Nous agissons pour des femmes avec enfants principalement en précarité, en difficulté, rarement passagère, toujours dans l’urgence. Notre accueil est inconditionnel, nos accompagnements sont quotidiens et à la carte, au cas par cas. Nos actions ne sont pas des coups médiatiques et s’inscrivent dans l’incontournable processus éducatif, qui accompagne toute personne en rupture de lien. L’action Ze bus doit être pérennisée et inscrite avec l’aide des pouvoirs publics dans du long terme pour pouvoir garantir la solidité des fils tissés dans l’espace public des quartiers à partir du Relais , ce que nous appelons des ateliers de couture- culture, dehors- dedans, sans porte ni fenêtre pour signifier et souligner les libertés et les égalités perdues sous les coups de butoir d’une crise des lieux qui pour nous ne doit en aucun cas signifier la perte irrémédiable du vivre ensemble.

arts graphiques

Est-il prévu d’autres engagements, d’autres actions que vous souhaitez mettre en oeuvre dans l’avenir ? Le Relais Saint Donat à compter de cet anniversaire a l’ambition de devenir le Relais des possibles. C’est à partir des questions de petite enfance et du lien mère enfant, sans oublier les pères qu’il

faut aider aussi, que nous souhaitons dessiner les contours d’un centre culturel du XXIème siècle capable par de nouvelles alliances et des pollinisations des plus diverses faire vivre de nouvelles solidarités. La musique, l’informatique, la lecture, la philosophie, la danse, la photo, les jardins qui seront tour à tour convoqués pour insuffler au Relais des possibles l’énergie vitale la plus répandue et la moins précaire qui trouve sa sève dans la tolérance et le respect de l’autre. Le Relais entend dans les années qui viennent devenir un lieu d’écoute incontournable pour des observatoires tels que l’observatoire national de la laïcité, celui du droit des femmes, des inégalités et de la grande pauvreté et des politiques culturelles. LE RELAIS, 30 ans d’hébergement pour 532 femmes, 440 enfants, 66 hommes

Relais St Donat, 9 bis chemin de St Donat 13100 Aix-en-Pce 22

EN 1983 LES FEMMES AU TRAVAIL t 8,5 millions de femmes exercent une activité professionnelle t 30 types d’emploi, soit 10 fois moins que les hommes t Salaires en moyenne inférieurs de 50% par rapport à ceux des hommes t Taux de chômage (12,6%) supérieur de 50% par rapport aux hommes (8,5%) EN 2013 LES FEMMES AU TRAVAIL t 46 % de la population en 2005 t 82% des 4 millions d’actifs à temps partiel t Salaires inférieurs en moyenne de 25% par rapport à ceux des hommes (temps plein) DES CHIFFRES INTOLERABLES Les femmes victimes de violence : t 400 000 femmes sont victimes de violence en France t 1 femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son conjoint t 174 femmes battues décédées en 2012, soit 28 de plus qu’en 2011


Gabriel Dallen Eva  Kucharz René  Backmann Étudiante

Bravo Eva ! Tout juste 20 ans et un beau projet solidaire, éducatif et culturel pour des enfants au Bénin.

es enfants de Kessounou est un projet Tu as tenu un stand sur le Zik Zac FesLes écoliers se voient réunissant six jeunes adultes français tival. Peux-tu nous faire un retour quant privés de scolarité et trois professeurs locaux. Objectif ? à l’accueil et l’appel aux dons ? Mettre en place, durant 3 semaines, une Les bénévoles du festival nous ont aidés durant une partie cellule de soutien scolaire et des animaà installer le stand et le dialogue a été de l’année. tions culturelles pour 120 écoliers de CM2 très bon. Les organisateurs du festiet 6ème du village de Kessounou au Bénin. val (qui travaillent avec le Bénin depuis longtemps dans le cadre d’échanges culturels) nous ont inviCette région durant la saison des pluies (juin à octobre) subit té sur le Zik Zac afin de sensibiliser le public et collecter des d’importantes inondations dues à l’emplacement du village fonds pour notre projet. Ils nous ont proposé de vendre les dans une zone lacustre. Les écoliers se voient privés de scolarité affiches du festival et de demander au public de nous remettre durant une partie de l’année. leurs gobelets recyclables pour en récupérer la consigne de Nous souhaitons apporter un soutien scolaire aux enfants lors 1€ par verre. Notre équipe a récolté ainsi 124 € le premier soir de leur passage du CM2 à la 6ème et accompagner les élèves et 333 € le second. Il y a eu une forte mobilisation de la part de 6ème en difficulté. Ce projet est l’occasion de créer une relades personnes que nous avons rencontrées. Peu d’affiches ont tion de confiance, de partage et de solidarité entre la France été vendues mais beaucoup faisaient des dons simplement pour et le Bénin. soutenir le projet. C’était une super idée et une expérience Comment as-tu été sensibilisée credi photo par cette région du Bénin qui nous a permis de nouer de nombreux et beaux contacts. et des problèmes rencontrés quant à la scolarité des enfants de ce village ? As-tu prévu d’aller au Bénin et quand ? L’éducation est la pierre angulaire de l’évolution d’une société. Je fais partie de l’équipe de 6 jeunes qui partira tout le mois Chaque enfant devrait avoir les moyens de s’épanouir Helvetica dans la d’août En attendant, ne pouvant m’y rendre en raison du Neue2014. Bold voie qu’il a choisie. L’éducation ne comprend pas seulement prix élevé des billets, c’est Pascal Affaton, président du Pont Helvetica Neue Regular un volet scolaire mais également un volet socio-culturel tout CEDEK qui s’y rend deux fois par an et nous permet de faire le aussi important. C’est pourquoi, nous proposons à la fois du lien pour le projet avec les contacts locaux. soutien scolaire et des activités permettant de réaliser un specHelvetica Neue Bold tacle avec les enfants. Helvetica Neue Regular Nous avions la possibilité d’être hébergés par une famille à Porto Novo, nous recherchions une action à réaliser dans le département de l’Ouémé. Dans le cadre de cette recherche, nous avons fait connaissance avec Pascal Affaton, président de l’association Le Pont CEDEK basée à Allauch qui œuvre à la scolarisation des enfants du village de Kessounou. Nous avons pu élaborer notre projet en partenariat avec cette structure et grâce aux contacts dont elle dispose sur place. Les problèmes de décrochage scolaire et de faible taux d’alphabétisation sont accrus dans ce village.

1

Tout cela nécessite un soutien financier. Où en es-tu et comment cela va s’articuler? Des dossiers de demande de subvention sont en cours d’élaboration avec le FONJEP (programme JSI du Ministère des Affaires étrangères), le Conseil Général des Bouches-du-Rhône (programme 13 Initiative Jeunes) et l’Université d’Aix-Marseille (bourse FSDIE). Une demande est également faite dans le cadre de la bourse Déclic Jeunes de la Fondation de France. Dès que nous aurons le RIB de l’association cela nous permettra faire un appel aux dons en ligne et d’inscrire le projet sur un site de financement participatif. http://les-enfants-dekessounou-besaba.com

23

www.facebook.com/lesenfantsdekessounou


René Backmann l Journaliste au Nouvel Observateur Grand reporter au service étranger et chroniqueur international

Le Théâtre Ainsi de Suite invite René Backman ce vendredi 9 novembre. Il va nous parler de ce mur de la honte qui divise depuis plus de 10 ans. vient à la rencontre du public pour échane Théâtre Ainsi de Suite organise le ger. Il est le spécialiste du conflit israé9 novembre une journée contre « Les lo-palestinien et l’auteur de « Un mur murs dans le monde ». Claude Péloen Palestine ». Son livre démontre les pidas, metteur en scène, acteur et raisons pour lesquelles les israéliens ont directeur du Théâtre Ainsi de Suite, bâti cette barrière. Un mur de 730 km travaille depuis des années sur la quesqui va coûter au total environ 1,8 milliard tion de ces divisions, qui séparent et d’euros. Pour ériger ce projet des milliers enferment des populations et les privent d’hectares seront stérilisés, des milliers de liberté. d’arbres et de maisons « Autour des Murs », est ont été détruits. Et prole projet qui a emmené Ces murs qui pulse des milliers de l’équipe de Claude en Palestine, en Israël, séparent, humilient personnes dans l’intolérable. Un immense mur à Chypre, à Berlin. et anéantissent qu’on peut aussi appeler Comédiens et technil’ultime chance clôture de séparation, ciens iront bientôt aux de paix entre barrière de sécurité, les Etats-Unis et dans les qualificatifs ne sont pas pays où l’on érige des les peuples les mêmes suivant de séparations physiques quel côté on se place. ou morales. Ils présentent une création - Sert-il à empêcher les kamikazes d’aller ayant pour seul décor ces murs qui séfaire exploser leurs bombes en Israël et parent, humilient et anéantissent l’ultime à protéger la population israélienne du chance de paix entre les peuples en terrorisme ? faisant le jeu des extrêmes. - Sert-il à matérialiser une frontière qui Claude Pélopidas a choisi la journée du sépare la Palestine d’Israël et devenir 9 novembre. Cette date symbolise la l’instrument de colonisation permettant volonté d’un peuple d’être réuni en 1989 d’annexer d’autres parcelles de terrià Berlin. Une journée qui permet d’ouvrir toires palestiniens ? à l’heure de la mondialisation un débat Nous sommes impatients de rencontrer sur l’inquiétante prolifération de ces ce grand journaliste, le 9 novembre afin cloisons dressées sur nos frontières en de comprendre ce que représente ce tristes reflets de ceux qui se sont sourmur et apprendre comment vivent ces noisement érigés dans nos têtes. populations montées les unes contre René Backmann est invité ce jour là au les autres dans des conditions insouteThéâtre Ainsi de Suite. Le journaliste

nables d’isolement, d’enfermement et dans un climat de tension et de conflit. René Backmann Journaliste au Nouvel Observateur depuis 1967. Grand reporter au service étranger, puis chef du service étranger et aujourd’hui chroniqueur international. Nombreux reportages en Afrique, Asie, Amérique latine et au Moyen Orient. Couverture de l’actualité au Proche Orient depuis 1981. Dernier livre publié : « Un mur en Palestine », collection Folio Actuel, Gallimard, 2009, traduit en trois langues. Participation au livre de photos « Wall » de Josef Koudelka, éditions Xavier Barral, qui vient de sortir.

www.ainsidesuite.com

Création graphique Edition, rédaction Site Web & Web design

Bio graphique Agence de communication durable

06 09 02 90 23 - 04 42 60 94 59

Imprimerie écologique...

sans alcool, sans solvant, sans produit chloré, sans produit chimique, encres à base végétale 24


Vie étudiante

L’aperçu

’association, créée en octobre 2008 est née de la volonté de dynamiser la vie étudiante au sein de la fac de Lettres d’Aix en Provence. Créer une vraie entité fédératrice qui rassemble les étudiants, insuffler un sentiment d’appartenance, non plus limité à chaque UFR mais à une université enHelvetica Neue tière. « Le but àBold la base, c’était 30d’orgaHelvetica Neue Regulardes soirées où niser des évènements, les étudiants pourraient se retrouver, se mélangerNeue » confie Sarah, la présidente Helvetica Bold de l’association. « Ça permet de brasser, Helvetica Neue Regular de faire se rencontrer des gens qui ne se seraient peut-être pas croisés dans une

Aix’Ode, l’association étudiante qui fait bouger la Fac de Lettres, fête ses 5 ans ce mois-ci.

L’aperçu

theo haggai mapa le  mazarin 1

Belle et courageuse initiative de l’équipe du 3C, Café culturel citoyen qui a ouvert ses portes ce mois de juin 2013.

a création de ce café répond à l’absence d’un lieu sur Aix-en-Provence où convergent vie citoyenne, vie culturelle et espace convivial. Un espace qui souhaite accueillir aussi bien des activités culturelles qu’artistiques et militantes... du théâtre, des conférences, des débats, des concerts, des projections de films, des expositions, des soirées jeux, des soirées thématiques, des ateliers (écriture, cuisine, arts…). La gestion du 3C est basée sur la démocratie et la citoyenneté, c’est pourquoi une adhésion à prix libre est nécessaire à son fonctionnement. Ce choix de gestion permet le partage des valeurs de coopération et d’ouverture. Le café propose des consommations à prix raisonnable, toutes issues de l’agriculture biologique, locale, artisanale ou équitable. Le nombre impressionnant d’adhérents inscrits en quelques mois vient confirmer que l’expérience est un succès. http://cafeculturelcitoyen.org/

L’a

Des projets, des envies futures ? Un tremplin musical étudiant qui permettrait à des petits groupes amateurs de bénéficier d’une scène, l’opportunité pour des jeunes talents de promouvoir leur création.

https://www.facebook.com/aixode?fref=ts

Le 3C

L’aperçu

Au programme pour cette année 2013/2014 - Des tournois sportifs, notamment de futsal étudiant Inter Assos au Soccer Aix’Ode organise pour la rentrée uniCenter d’Eguilles. Le premier a eu lieu versitaire l’accueil des nouveaux élèves ce mois-ci mais il en est prévu d’autres. et tout au long de l’année des soirées - Un Ciné Club proposant des projections étudiantes, rencontres sportives, et des gratuites de films de grande tradition événements culturels… photo cinématographique, organisé en parteL’idée est d’accompagner les étudiants credi nariat avec les associations étudiantes durant l’année, dans leur vie universitaire aixoises : Bde Droit, Bde Mercure Éco mais aussi dans leurs activités extra-scoAix et Impact Asso. Huit séances prolaires. Aix Ode propose également des grammées sur l’année, dansHelvetica l’Amphi aides au montage de projets culturels ou Favoreu, à l’Espace Cassin au sein de la sportifs (conseils, communication, mise Helvetica Fac de Droit. en réseau...). - Les soirées d’intégration, les nuits Helvetica étudiantes (en moyenne, une par mois) jusqu’au gala de fin d’année, le Helvetica gros évènement festif qui clôt la saison. fac aussi grande » renchérit Thomas, le trésorier.

25


culture SOciete

M2F Créations a investi la ville d’Aix-en-Provence pour le GAMERZ Festival, dédié à la création numérique et multimédia. our sa 9ème édition le Festival Gamerz nous a proposé du 10 au 20 octobre, plus de cinquante artistes internationaux présentant des installations multimédia dans quatre lieux culturels de la ville d’Aix. Quentin Destieu & Sylvain Huguet, les organisateurs, partent du constat qu’aujourd’hui, la convergence entre différents domaines des techno-sciences accélère l’évolution humaine corporelle et sociétale. Au gré des innovations techniques se met en place une hybridation entre naturel et artificiel transformant nos frontières et nos repères. Avec ces humains qui jouent avec des robots, des machines qui voudraient devenir humaines, cette humanité du 21ème siècle qui consomme et possède des outils qui désirent maintenant apprendre, la réalité et le virtuel n’ont jamais été aussi proches. Dieu ne serait-il qu’une équation ? L’homme augmenté sera-t-il la future norme ?

ECOCITOYENnete

MUSIQUEs ACTUELLES

arts graphiques

Une programmation foisonnante d’artistes venus des quatre coins de France, des co-productions avec des festivals européens, un collectif australien et une place privilégiée pour la création régionale et aixoise. Installé dans différents lieux de la ville (Ecole Supérieure d’Art, Galerie Susini, Arcade PACA et Théâtre du Bois de l’Aune), ce festival est gratuit pour le public. Il ne s’agit pas seulement d’un circuit ludique et récréatif mais bien d’un questionnement sur les métamorphoses de notre société. L’acuité visionnaire des artistes nous démontre que cette (r)évolution est en marche, qu’allons nous en faire ? Un grand bravo à l’équipe qui a pu réinvestir cet exceptionnel endroit qu’est l’école d’Art

www.m2fcreations.fr

27


ENIAROF

Mesdames et messieurs voici venir l’ENIAROF d’Antonin Fourneau !

ENIAROF ? ça veut dire « foraine », mais à l’envers. Oui, foraine de « fête foraine ». Née de l’imaginaire d’Antonin Fourneau, cette manifestation www.siteinternet.com revisite les classiques du genre sous le jour des nouveaux médias. Ancien élève de l’Ecole d’Art d’Aix-en-Provence, il revient dans ces murs pour faire participer les élèves à ce projet. Un retour aux sources, puisque l’artiste a créé ce projet pour son diplôme de fin d’études. Présentes-toi Antonin Fourneau, ancien élève de l’Ecole d’Art d’Aix-en-Provence pendant 5 ans. J’ai suivi une formation atelier de recherche en intéractivité aux Arts Décoratifs de Paris. Aujourd’hui, je suis enseignant dans cet établissement. J’anime également des workshops à Pékin, Toulouse… J’ai une pratique d’artiste, inventeur et designer. On a du mal à me mettre une étiquette. Mais ça me va bien. Comment est né Eniarof ? Le projet est né au cours de ma 5ème année en école d’arts. Je me posais la question de l’attraction hors de l’art numérique. Les fêtes foraines anciennes étaient des lieux d’innovation. C’est là que le cinéma a vu le jour. Ces derniers siècles, elles avaient un peu perdu ça. Du coup je voulais retrouver cet aspect. Donc Eniarof c’est une plateforme pour montrer des choses innovantes au public. Et partager avec celui-ci. Vous avez créé une charte qui s’appelle les Dogméniarofs. En quoi ça consiste ? Eniarof c’est l’envers de foraine. Je crée le mot pour poser la question de la fête foraine : « qu’est-ce que c’est aujourd’ hui » ? Ça a toujours été compliqué pour moi de donner une définition rapide d’Eniarof. Il y a plusieurs manières de l’entrevoir. Le Dogmaniarof a été une manière de le structurer. Et puis, je suis tombé sur le Dogme 95 de Lars Von Trier et Thomas Vinterberg . Ces cinéastes danois pour formaliser leur mouvement ont crée ce dogme pour dire quelles en étaient les règles. Avec un souci d’économie dans le décor. De ne pas chercher à faire de la post-prod sonore, etc… Et au départ, Eniarof avait très peu de moyens. Donc ça me permettait d’introduire cette notion de comment se débrouiller avec peu de moyens mais pour quand même faire une fête.

30

Faire une charte, c’est vouloir transmettre quelque chose. Est-ce que c’était votre but ? L’école d’art d’Aix a une dynamique autour des nouveaux médias numériques. On en parlait déjà, avant que ça devienne à la mode. On avait des cours où on s’échangeait nos codes informatiques. Il y avait déjà un côté très communautaire dans la manière de travailler. Ce côté nouvelles technologies est vite devenu « low-tech » (basse technique, ndlr) et Eniarof est un projet low-tech. Même le prof de peinture vous dit à un moment : « si vous voulez discuter d’algorithme, vous pouvez toujours venir à mon cours. Je ne comprendrai pas tout, mais on peut toujours en discuter. » Quand je créais Eniarof, je voulais conserver ce mixage. C’est-à-dire que j’avais dans mon entourage des gens

28

credi ph

qui n’était pas forcément complètement obnubilés par les nouveaux médias mais qui potentiellement, pouvaient faire des propositions d’attraction sans taper dans l’électronique. Cette question transversale se retrouve dans beaucoup de domaines aujourd’hui. Est-ce que le numérique n’a pas imposé cet aspect pluridisciplinaire ? On a beaucoup parlé d’open source à une époque, parce que les premières personnes qui ont eu accès à Internet sont des codeurs. Ils les ont partagés. Mais c’était la première communauté à s’emparer du net. Aujourd’hui il y en a plein d’autres. Et elles sont toutes en train de se dire qu’il faut partager. Donc oui, ça s’en ressent dans beaucoup de domaines. Elise Pecoraro


aperçu

Antonin Fourneau

L’aperçu

L’aperçu

Deux diplômes en poche (école des Beaux Arts d’Aix-en-Provence) et en Art Intéractif de l’ENSAD à Paris, Antonin se concentre sur l’intéraction et la relation avec la culture populaire. Il est à l’origine de ENARIOF, projet collaboratif sur l’innovation et les nouvelles formes de fêtes foraines. Sélectionné pour une résidence au Japon en 2007 au Tokyo Wonder Site, suivi en 2008 d’une résidence au Medialab Prado de Madrid axée sur son projet Oterp (un jeu musical géolocalisé). Antonin a pris part à de nombreuses expositions liées aux arts numériques. Il enseigne actuellement les Arts Numériques à l’ENSAD et intervient dans différentes écoles, par exemple CAFA-Beijing. Antonin Fourneau est l’un des premiers résidents de l’Artlab w.siteinternet.com 30de Digital Art International ou il a réalisé Water Light Graffiti (exposé dans le cadre du Gamerz à l’école d’art d’Aix), ce projet est un premier succès pour le programme de résidence de l’Artlab.

theo haggai mapa le  mazarin

L’association a déjà permis la réalisation de plusieurs Eniarof notamment en Slovénie et à Paris. Le premier festival GAMERZ s’est déroulé en même temps qu’Eniarof, bénéficiant d’une communication commune. Ces deux manifestations sont intimement liées à l’École Supérieure d’Art d’Aix et se déroulent traditionnellement au sein de l’établissement.

Le rendez-vous incontournable des cinéphiles.

e la soirée d’ouverture du 2 décembre au Conservatoire Darius Milhaud, à la soirée de clôture du Samedi 7 décembre (amphithéâtre de la Verrière), le Festival Tous Courts, festival international de courts métrages d’Aix et du pays d’Aix, vous propose de suivre la compétition internationale où sont engagés 54 films venus du monde entier. Le festival propose également tout au long de cette semaine de découvrir une cinématographie courte et riche. Un visa pour la Pologne, la traditionnelle « Nuit du Court », une soirée Films en Région, une soirée Arte sous le signe de « l’amour rebelle », des films expérimentaux, sans oublier les programmes destinés aux scolaires et aux jeunes public ainsi qu’un preview en pays d’Aix. C’est plus de 160 films à découvrir… L’esprit ouvert. 31e Festival Tous Courts Festival international de courts métrages d’Aix et du Pays d’Aix Aix en Provence du 2 au 7 Décembre 2013 En pays d’Aix du 25 au 29 Novembre www.festivaltouscourts.com

credi photo

M2F Créations co-produit Eniarof 2013.

atonews.blogspot.com

Festival tous   courts

L’aper

29


theo h aggai perçu L’aperçu mapa le  mazarin SPIKY   THE  MACHINIST

L’aperçu

Nouvel album pour la fin d’année 2013

bord de son vaisseau digital, le musicien-producteur SPIKY THE MACHINIST prend son envol vers les territoires électroniques en friche du HIGHSTEP . Amteinternet.com biances futuristes vers un DUBSTEP rehaussé de 30 HIP HOP, ce jeune alchimiste aixois fait défiler les paysages sonores dans une trajectoire émaillée de grosses rythmiques, de rafales, de basses massives et d’arrangements savamment ciselés. www.siteinternet.com 30la conquête Subtil et oppressant à la fois, son nouvel album sera très attendu pour digitale de la planète HIGHSTEP. Sortie album le Vendredi 13 décembre 2013 à la salle du Bois de l’Aune – Aix-en-Provence lors du I STEP FACTORY 3.

He He

L’aperç credi photo

credi ph

Spiky the Machinist sur Myspace et Soundcloud

MARTIN MEY

Talent et élégance

l définit sa musique comme un mélange de folk et de soul, teintée d’électro. Avec son piano, sa guitare et sa machine à boucles, MARTIN MEY nous livre un univers très personnel, une musique aérienne et envoûtante, jouée en live avec son batteur LAURENT TAMAGNO. En piste depuis 2005, il compte plus d’une centaine de concerts et deux EP à son actif. Son style s’affirme et on le sent prêt à prendre son envol. A suivre, notamment le 8 novembre au NOMAD CAFE (Marseille) et le 21 novembre au KORIGAN (Luynes) dans le cadre du Tour du Pays d’Aix (TPA). www.martin-mey.com

ELODIE martelet

« L’affect-tueuse »

LODIE MARTELET, jeune aixoise de 18 ans, est passionnée par la musique depuis son plus jeune âge. Dès ses dix ans, elle apprend ses premiers accords de guitare et découvre sa vraie passion : le chant. En 2012 elle rencontre MAAFA, percussionniste emblématique et incontournable lorsqu’on parle de musique de rue à Aix. L’aventure est lancée. Elodie joue dans la rue en vendant son www.siteinternet.com 30premier CD autoproduit (COVER) puis participe a une émission de RADIO ZINZINE Aix qui lui consacre1h30 d’interviews et de live. Après avoir assuré la première partie d’AXEL BAUER dans le cadre du Festival de la Chanson Française d’Aix, nous la retrouverons ce 22 novembre à la Verrière (Cité du livre d’Aix) dans le cadre du Tour du Pays d’Aix. www.elodiemartelet.fr

Sextius Bar Lieu incontournable de la jeunesse et des artistes en émergence à Aix. CONCERTS | BAR | LES JEUDIS DE RADIO ZINZINE 13, Cours Sextius - 13100 Aix-En-Provence 31

credi ph


L'Aperçu, Journal de la Fonderie Aix // N°5 // Automone 2013  

L'Aperçu, Journal de la Fonderie Aix // N° 5 // Automne 2013 Journal de La Fonderie-Aix en Provence Numéro 5 - Sortie automne 2013 Journal B...