Issuu on Google+


MUSIQUES ACTUELLES u mouvement, du changement, de l’air ! Enfin l’été, le temps de la nonchalence, du farniente, des sorties, des rencontres... Le temps des vacances aussi, même si près de la moitié d’entre-nous ne partiront pas cette année encore, et oui, l’inégalité persiste et signe. Alors vengeons-nous ! prenons le temps de vivre, le temps de partir, voyager, même tout près, même sans bouger, découvrir l’ailleurs, les autres, s’émouvoir encore. Entre un bain de mer, un bon polar et les sardines grillées, pourquoi ne pas découvrir l’univers de la jeune création dans la galerie du coin et vivre la soirée dans la danse, en musique ? Heureusement, il reste encore quelques endroits accueillants, accessibles et magiques dans notre belle région. Certes, il faut les trouver, mais en cherchant bien, vous savez que la résistance s’organise et qu’il y a toujours moyen. D’ailleurs, n’oublions pas que tous ces lieux, tous ces artistes ont besoin de nous comme nous avons besoin d’eux. La résistance doit s’organiser pour vaincre le formatage, l’isolement, le défaitisme. Vive la vie ! Et, déjà l’équipe de la Fonderie évoque septembre et vous annonce enfin l’éclectique et explosive programmation de son Zik Zac Festival ! Le rendez-vous est fixé sur le site féérique du viaduc d’Aix. Zebda sera là… C’est une vieille histoire avec la Fonderie, une histoire qui raconte ces cultures de méditerranée et d’ailleurs, les origines, les territoires et leur identité. Et puis il y aura les autres groupes (15), les plasticiens, les chapiteaux et plein de surprises... Bel été à tous, ici ou ailleurs, et rendez-vous en septembre à Aix, sous les étoiles pour fêter les musiques actuelles du monde !

Zik Zac Festival Avec Zebda Aix Qui ?

p. 4 p. 6 p. 8

ARTS GRAPHIQUES Ka Divers / Diego STF Moscato Sack / Deuz Pages 28th Box

p. 9 p. 11 p. 13 p. 15

ECOCITOYENNETE Etikeko Agir + Maison SoleilS

p. 19 p. 20 p. 21

SOCIETE Emmaus FPPA MAIS International

p. 23 p. 24 p. 25

CULTURE Direction de la Publication : Jean-Michel Lasserre Direction de la rédaction : Camille Victor-Pujebet Ont collaboré à ce numéro : Pascale Severac, Olivier Rey, Gaëlle Heaulme, Théo Haggai Conception graphique : Mat Cerato et Vinz pour 28th Box 1° et 4° de couv : Mat Cerato Maquettiste : Emmanuelle Klein (Les éco. de la Terre) Crédit photos : Mat Cerato - Alexi Boogui (P4), Bernard Benant et Ulrich Leboeuf (Zebda) L’Aperçu, journal de La Fonderie, 14, Cours St Louis, 13100 Aix-en-Provence Tel : (33) 04 42 63 10 11 - Courriel: lapercujournal@gmail.com

Sami Sadak Page Guillaume Bianco Théâtre des Ateliers Zoom Talent

p. 27 p. 28 p. 29 p. 30

Ce journal est imprimé dans le respect de l’environnement Imprimé par INDUGRAF OFFSET SA 43120 CONSTANTÍ (Tarragona) Tél.: (+34) 977 296 477 Dépôt légal n° 40080 N° INPI 03 3223098 - 100 % recyclé


Zik  zac  festival 15 ème  édition

Coup de foudre musical pour un ZIK ZAC Festival sous les étoiles...

. Vendredi 21 & Samedi 22 Septembre (site du vide greniers du soleil - Aix) . Vendredi 5 Octobre (Espace Seconde Nature - Aix)

u pied du majestueux viaduc de l’Arc de Meyran, la 15ème édition du ZIK ZAC FESTIVAL signe les vendredi 21 & samedi 22 septembre, le plus tonitruant événement de la rentrée sonore. A grand renfort d’éclairs de génie et de coups de foudre artistiques, la programmation aligne les rutilantes étoiles musicales du moment dans le ciel d’Aix en Provence. Une palette tonique et sonique aux couleurs internationales déployée dans un décor d’exception entièrement revisité et jalonné par le parcours d’arts visuels de Ka Divers, les comptoirs, les stands et des chapiteaux monumentaux… Et comme les vibrations ne cessent de résonner, en nouveauté, Zik Zac la Réplik prolonge l’écho du festival le vendredi 5 octobre du côté de Seconde Nature… Bienvenue au ZIK ZAC FESTIVAL 2012, épicentre de la création actuelle aux innombrables secousses mondiales et foyer brûlant des premières nuits envoûtantes de l’automne. Electriques et magnétiques… La programmation en quelques mots, tout le reste sur www.zikzac.fr

Vendredi 21 Septembre

Samedi 22 Septembre

ZEBDA : Le come-back des héros de la fièvre toulousaine SLOW JOE & THE GINGER ACCIDENT : Le timbre flamboyant d’un crooner de 68 ans. Elvis, made in India ! BOOGIE BALAGAN : Le souk déjanté du duo rock palestisraëlien GARI GREU : Le MC marseillais, chansonnier aux musiques ensoleillées DELUXE : Sueur, Moustaches & Groove Machine… LA SECONDE METHODE : La piste tchadienne de l’afro-rock hypnotique DJ BAF : L’Electropico bien frappé

LE PEUPLE DE L’HERBE : Le collectif underground sur les cimes électro-groove SEBASTIAN STURM : Le prince du reggae-roots made in Germany ZOUFRIS MARACAS : Métissage festif pour mélodies entêtantes et verve militante DABY TOURE : La voix chaude et apaisée de l’afro-folk-song… HYPHEN HYPHEN : La puissance électro-pop, pyromane de dance-floors… ISAYA : L’émouvant duo féminin auteur de la nouvelle sensation folk ! BATPOINTG : L’Homme à l’acordéon

Vendredi 5 Octobre STEREOBOX : L’ethno-electro-acoustique entre transe & méditation / MC2 : Duo électro dans les sphères drum’n Bass, Hip Hop & Break Beat

www.zikzac.fr

4

www.fonderie-aix.com


Magyd Cherfi

Auteur, compositeur, interprète, écrivain, poète...

Zebda, un véritable condensé de musiques métisses pour les porte-voix d’une France aux multiples identités, généreuse et ouverte au monde ’est simple Zebda, c’est là, du côté du bassin, dans cette cavalcade cool où les propos claquent et toquent dans une mixture sound system vitaminée. Après huit ans d’absence, Le Zebda du ‘‘Second Tour “ est ici, avec cette capacité à trouver (presque) instinctivement l’harmonie entre les genres, les cultures métissées, les identités qui vivent en eux. Ils célèbrent cette maîtrise dans l’art du dosage des parfums, des sens et des saveurs, avec l’accent. Sur la route pour plus de 60 dates, Magyd Cherfi prend le temps de répondre à l’Aperçu. L’Aperçu : Pouvez-vous nous faire un premier bilan de votre tournée en

terme de public, la génération des 20 ans aujourd’hui avaient 12 ans il y a 8 ans… La relève est elle là, aussi sensible à la démarche et aux textes de Zebda et les anciens occupent ils toujours la place ? Magyd Cherfi : Il y a quelque chose d’assez extraordinaire qui se passe au fur et à mesure de la tournée, c’est l’émergence d’un public jeune, comme si les parents avaient transmis le goût de « zebda » aux enfants, ce qui est une fierté pour nous car nous aimons l’idée de la transmission intergénérationnelle. Cela nous donne l’impression d’être dans quelque chose de patrimonial. Notre premier public a désormais des enfants, ce

6

sont des parents certainement sensibles à notre message d’humanisme et de métissage culturel. Ils ont envie de partager des valeurs universelles qu’ils transmettent via le versant culturel. C’est souvent d’ailleurs qu’ils viennent nous voir ensemble, parents et enfants, pour faire communion de valeurs communes. Nous pouvons donc dire que pour notre plus grand bonheur, nous voyons émerger un public trans-générationnel et de douze à soixante douze ans, ils apprécient à égale émotion un spectacle fidèle à nous-mêmes, fidèle à ce que nous avons toujours préconisé : l’énergie, la bonne humeur, l’humour et une certaine forme de gravité rapport aux thématiques qui nous sont propres.


L’A : Le retour de Zebda est il pour vous une renaissance ou plutôt une suite logique dans les projets et les démarches de chacun ? MC : En fait, on a jamais pensé qu’il y aurait une fin de Zebda, d’ailleurs quand nous avons repris les répétitions, on a eu l’impression de s’être quittés la veille, les automatismes se sont aussitôt déclenchés. Un retour a toujours été évident pour nous car « Zebda » a toujours représenté la part extraordinaire de nos vies comme un bac à sable pour enfants. Même âgés on a envie d’y retourner. On a repris le bus comme on part en colonie de vacances et c’est une part d’enfance finalement qu’on rallonge. Nous avons ce privilège là d’une seconde jeunesse, d’une seconde enfance, d’un second tour. Finalement nous retrouvons une énergie du cœur qui fait un peu oublier le temps qui passe et l’amour de notre aventure nous régénère de manière étonnante. L’A : Vous serez au Festival Zik Zac à Aix-en-Provence le 21 septembre, nous savons que vous avez une affection particulière pour le département des Bouches du Rhône. Cette date représente t-elle pour vous une étape importante ? MC : C’est une étape affective, le Sud ayant représenté pour nous l’image méditerranéenne d’un peu de nos racines. Nous en aimons le caractère latin, l’accent et cette démarche d’autonomie culturelle qui refuse l’allégeance du Paris capitale. C’est un département frère pour les nombreux amis qui nous sont restés fidèles et les nombreux rendez vous culturels du département auxquels nous avons été conviés si souvent. L’A : Le groupe Zebda est il toujours aussi sympa ? (Clin d’oeil à la chanson « l’Adjectif » de Magyd...) MC : Difficile de répondre à cette question, en tout cas nous avons cette fierté d’être restés fidèles à nos rêves, à nos utopies et surtout durant ces vingt dernières années d’avoir affronté le pire et le meilleur toujours en se souciant de l’égalité soigneusement pesée et partagée en parts de bonheur. Propos recueillis par Pascale Severac

www.zebda.fr

7


aix  qui  ? Final Class’EuRock 2012, 22° édition… des lauréats sous une bonne étoile ! oleil, chaleur... Pas de doute, l’été était bien là, jeudi 21 juin et on a fêté ça en allant écouter de la bonne musique dans les rues d’Aix-en-Provence. L’esprit Rock était bien présent... et pas seulement ! Comme tous les ans, c’est le final Class’EuRock. L’association Aix’Qui? a installé sa scène en haut du Cours Mirabeau pour offrir au public plus de 6 heures de concerts, avec une programmation riche et haute en couleur. Au départ : le duo Boukan Bucal (lauréats Class’EuRock 2011) et Nostalgia, un groupe de 7 musiciens arrivés quelques jours auparavant de Sfax. Ces deux groupes étaient en résidence de création depuis le 19 juin à Aix, dans le cadre d’un échange franco-tunisien organisé par Aix’Qui? et l’institut fran-

çais de Tunisie . Après leur set respectif, ils se sont retrouvés sur scène pour présenter le résultat de leur création, dont un morceau enregistré avec l’aide de Denis Thery, arrangeur professionnel et synthétiseur du groupe IAM. Les deux groupes s’envoleront pour Sfax le lendemain pour une nouvelle résidence en Tunisie et deux concerts ! Puis, ce sont les 7 groupes lauréats Class’EuRock 2012 qui ont fait vibrer la foule avec leurs styles musicaux déjà bien définis pour ces jeunes musiciens âgés de 16 a 23 ans. Au programme : le métal appliqué de Skhizein, le rock funky de Monkey Fonk Soul, le punk de Junky Monkeys, le punk hardcore des Sleeping Forest... et bien entendu le

www.aixqui.fr

8

rock péchu des Little d big B et de The Living Dead, et le groove des Last Leway ! Enfin les Kreatones, lauréats du tremplin High School Music Compétition, venus tout droit des Pays-Bas avec leur son funky-indie pop qui ont précédé General Elektriks pour un final festif et endiablé devant des milliers de personnes. Nous n’oublions pas la DJ Pola Facette du Pink Pönk Crew qui assurait les changements de plateau tout au long de la soirée avec ses irrésistibles 45 tours ! Un plateau de Radio Grenouille et 8 cameramen ont enregistré et filmé les concerts. Le Studio Puls a enregistré tous les lives !» alors retrouvez tout de cette ENORME soirée sur www.aixqui.fr


ww.siteinternet.com

credi photo

30

KA DIVERS prépare son espace graphique et visuel pour le Zik Zac ’occasion rêvée pour offrir un espace d’expression à la jeune création contemporaine. C’est surtout l’occasion de partager, rencontrer le public et se faire connaître pour les artistes. Vivre le festival, y participer, c’est le temps d’un moment magique et intense où chacun invente et travaille, s’engage, projette ses désirs pour que le projet artistique et l’accueil soient à la hauteur du rêve, une invitation au voyage. Cette année, l’art urbain est à l’honneur… Du mouvement dans la

création par la création, avec du live sur un espace graff pour les mordus et des projections sur écrans géants pour d’autres. Espace Tooza Theïs : Un espace pour accueillir les femmes est proposé grâce à Tooza Theis, qui fait un travail remarquable avec elles lors d’ateliers de pratiques plastiques sur les centres sociaux d’Aix. Les créations féminines de ces ateliers sont présentées, exposées… Nous incitons et invitons ce public féminin à participer pleinement à ces deux soirées

http://kadivers.canalblog.com

Le festival est l’instant convivial, festif et créatif pour tous. Le lieu des possibles à faire vivre au plus grand nombre, artistes, intervenants, équipe, public de tous âges, de toutes origines…

kadivers1@gmail.com

diego IEGO, jeune graffeur de la région a initié au graff les enfants du centre aéré d’Albert Camus lors d’un atelier vécu avec un immense plaisir et intérêt par ces jeunes. L’art urbain leur ouvre les portes de la culture et leur permet de se réapproprier leur quartier autrement. L’art, à la portée des jeunes, est l’occasion de vivre l’épanouissement par la création. Lors de ces ateliers, la pratique du graff devient le support d’apprentissage des gestes éco-responsables : respect du territoire, choix des supports, tris des bombes, des capsules, des gants et des masques. On est heureux de l’accueillir au festival Zik Zac pour deux soirs de live... de la perfomance, de la création pour ce jeune artiste qui aime le contact avec le public.

www.facebook.com/diego.vamoarriba

entourées de leur famille et amis. Vivre des instants à part, ensemble. Tout au long de l’année, nous essayons de créer ce lien social fragile et nécessaire avec les jeunes (ateliers graff, éco-construction) et avec les femmes. Apprendre, s’amuser, échanger, s’épanouir, s’exprimer, tout un programme…

9


En  bio,  

votre  communication,   elle  sera  encore plus  belle  !

Création graphique, maquettage Imprimerie 100 % bio ou 100 % recyclée

04 42 60 94 59 info@bio-graphique.net

Le studio graphique des éco. de la terre


STF  MOSCATO

Coup de coeur : STF MOSCATO, pochoiriste marseillais TF vit à Marseille. Depuis 2006, il s’est lancé dans la création : envie de dire et d’exprimer par le pochoir sa culture, de témoigner d’une société, d’un contexte urbain qu’il connaît bien. Une inspiration aux multiples sources : la culture punk, rock, le maniérisme italien, le surréalisme, le mouvement Dada, sans parler de la publicité, la culture de l’image, omniprésente dans nos sociétés. Détourner les images pour faire passer des messages, critiquer la société, s’en moquer. Si on est tout d'abord frappé, touché par l’esthétique, son œuvre permet une lecture polysémique, chacun voit et comprend ce qu’il veut. Il a choisi l’anglais, mode d’expression universel pour toucher le plus grand nombre : c’est le langage de la communication dont nous connaissons les codes. Il aime travailler sur tous supports et privilégie la récupération, un acte écoresponsable pour redonner vie au déchet, aux objets. Il trouve son bonheur dans la rue, à la recherche du fond graphique de l’affiche qui sera

Entretien avec le silence - technique mixte sur toile 120x160cm - 2011

11

le support, le paysage topographique idéal. Il aime travailler aussi à partir de pochettes vynil, de tubes cathodiques de vieilles télés... Le travail de pochoiriste de STF est un travail fastidieux puisqu’il commence par créer ses pochoirs par infographie. Toute la composition est préparée sur écran. Suit le travail de découpe méticuleuse des pochoirs de carton, vient ensuite le moment d’appliquer la couleur, par superposition et les mots, le choix des typographies…

Chaque pochoir est unique. Après plusieurs expériences dans la rue, c’est dans son atelier ou dans des lieux d’expositions qu’il aime créer pour des installations en général éphémères. Mais il n'exclut pas de retourner à la rue pour une exposition collective, une demande particulière, une thématique intéressante. Ses dernières expositions à la Galerie 13 à Paris ou à Basel en Suisse furent de belles réussites. À quand la prochaine exposition dans la région ? On l’attend avec impatience.


Seul le diamant reste ĂŠternel - technique mixte sur toile 116x89cm

www.stf-pochoirtiste.fr/

12


SACK

L’aperçu

L’aperçu

L’aperçu

Après un passage éclair et remarqué sur le Zik Zac en 2011, nous soutenons et admirons la puissance et la force de SACK, jeune plasticien-graffeur chinois détonww.siteinternet.com nant. Il continue avec passion ses études en France

30

credi photo

© Création graff Sack - Zik Zac 2011

e bonheur pour SACK ? voyager, créer, graffer, apprendre, rencontrer, partager…C’est ce qu’il va vivre durant ces 3 mois d’été ! L’Alliance française l’accueille dans sa Chine natale où lui est organisé et proposé une série d’expositions à la hauteur de son talent : Chengdu, Nankin (juin), Hangzhou (juillet), Pékin (août), Macao (à définir). Vivre de grands moments de live painting et de rencontres culutrelles aux côtés d’autres plasticiens, un rêve qui se réalise pour ce jeune grand artiste qui écrit son histoire… On l’attend avec impatience sur l’espace Ka Divers au Zik Zac en septembre !!

L’aper

http://hi.baidu.com/sackids/home

DEUZ Des nouvelles de DEUZ, artiste plasticien-graffeur ébut d’année 2012, exposition collective à New York suivi d’une expo permanente à Cologne. Pour le mois de mai, il a participé à un festival de peinture dans la rue à Bristol. A venir : festivals, expos avec le collectif G.krew (www. gkoncept.com), et toujours vivre des "live painting" et sessions graff avec d'autres artistes. Pour le plaisir, l’émotion, une sélection de ses magnifiques portraits

13


Deuz en live - Zik Zac 2011

www.facebook.com/deuz1

14


Photographe

Après avoir écumé toute les fosses de concert heavy métal de la région, Eric Sanchez s’exporte au Canada pour y faire crépiter ses flashs et y développer ses différents projets. Rencontre et interview Alors Eric, première question transcontinentale (vu ta situation géographique actuelle), ça va le Canada ? Ouais, ca va plutôt pas mal ! J’ai décidé de déménager à Montréal en mai, donc période assez chaude (+35°) ça me laisse jusqu’en octobre/novembre pour me préparer psychologiquement à me prendre des -35° en pleine face... Et sinon niveau vie, c’est la culture Nord américaine, donc ça me plait, les gens sont sympas et serviables, ça change... Au niveau professionnel, ça avance beaucoup plus rapidement qu’en France ou même qu’en Europe, les gens ici sont ouverts à toutes propositions et n’ont pas peur de partir a l’aventure dans des projets. J’ai rencontré pas mal de monde déjà dans la photo ou la vidéo, dont des artistes assez connus et dans le même style photographique que moi ; on va sûrement collaborer et ça ne peut être que bénéfique pour moi. Quand tu étais aixois, tu suivais énormément de groupes de rock comme SEPULTURA, pour les inconditionnels du métal. C’était un choix artistique de groupie? Je sais aussi que que tu développes d’autres projets à coté, peux tu nous en parler ? Pour SEPULTURA, j’ai commencé a bosser avec eux en 2007. Non, ce n’est pas le fruit d’un comportement de groupie (hahaha!) En 2006, j’étais tourmanager d’un groupe de métal marseillais (DAGOBA) et on a eu la possibilité de faire la première partie de SEPULTURA / INFLAMES sur toute l’Europe. Rester 1 mois non stop avec eux crée des liens, donc l’année d’après, vu qu’ils avaient aimé mon

boulot, ils m’ont proposé de les accompagner partout en tournée (Europe, Brésil, Russie etc.. ) ça fait donc 6 ans que je parcours les continents avec eux en tourbus, et je fais leurs vidéos et photos. Ils sont devenus des amis proches, même en dehors du concept de la musique . En arrivant à Montréal je vais mettre un peu en stand-bye les tournées avec eux, car je vais essayer de m’implanter comme photographe plutôt orienté Studio, campagne de pubs etc... Ca fait moins voyager mais ça fait gagner plus d’argent.. (hahaha!) Je garde quand même un projet de tournées pour cet hiver avec un groupe de musique qui est aussi mythique que SEPULTURA, comme rien n’est sûr, je préfère pas trop en parler.

l’univers de ce que je veux photographier, par exemple si je fais une mise en scène dans une boucherie, je vais pas mettre Kate Upton ( quoi que... ) mais plutôt un gros vieux usé par les années avec un gros bide et une moustache ( très important la moustache !! haha ). Et ton chat dans tout ça ? Tu peux pas savoir à quel point il me manque !! En déménageant à Montréal, j’ai décidé de le laisser à une copine nounou de chat (merci Magalie !) le temps de m’installer tranquillement, mais avec les news que j’ai régulièrement, je sens qu’il est heureux là où il est. De plus, il a une copine chatte ! Il va pouvoir essayer de la « pécho ».

Bon au niveau des grèves étudiantes, t’es heureux, non ? Les filles à moitié nue etc… D’ailleurs, ça aussi ça fait partie de tes choix artistiques dans tes boulots ? Hahaha! Les étudiants et leurs grèves... Je respecte leur cause, ils ont raison, mais bordel, j’en ai marre de leurs casseroles ! Tous les soirs à 8 pm, ça commence... et les filles nues, dans les grève, y en a pas trop... Elles pourraient taper sur leurs seins au lieu des casseroles, ça serait plus agréable ! En rapport avec mon boulot, j’ai jamais été un fan de photographie de mode, nue ou habillée. Le concept de quelqu’un qui se tient devant un objectif sans rien faire de plus que poser, m’ennuie au plus haut point... Je suis plutôt dans l’esprit mise en scène, où, le ou les modèles ne vont pas forcément êtres les centres d’intérêt de la photo. Je ne choisirais pas forcément une mannequin ou un beau gosse, je prendrais plutôt une personne qui appartient à 15

Sandrine Dancet , maquillage coiffure


www.ericsanchez-photography.com

taco  &  co

http://www.tacoandco.fr

interwiewé par Théo Haggai et Mat Cerato

l fait chaud, il fait beau et Aldric Monteux a un vélo. Equation parfaite pour n'importe quelle personne souffrant de la chaleur et ne voulant pas faire exploser ses mollets. Aldric se les explose pour vous. Il est le fondateur de Taco&Co : c'est un vélo avec une tente pour abriter vos petites têtes des intempéries ou des rayons UV ultra puissants. A l'arriére de son vélo, Aldric réserve un emplacement publicitaire destiné aux commerces aixois et propose aux particuliers des circuits touristiques dans Aix. Pour le coup, nous on a fait juste un petit tour pour faire les photos de cet article, ça nous a plu, on a même pas transpiré, lui peut être un peu, mais bon c'est nous les clients.

16

Théo Haggai


le  retrogaming

Le retrogaming : jouer aux jeux vidéo anciens, collectionner ordinateurs, consoles de jeux et bornes d’arcade. Lié à l’art et la culture ayant trait à l’avènement du jeu vidéo et de la micro-informatique familiale, ce phénomène est né au début des années 90 à l’occasion des premières rééditions de jeux vidéo. C’est un mouvement qui fédère les rétro-geeks.

es adeptes du retrogaming jouent à des jeux plus étranges les uns que les autres. On peut citer, dans la série des plus connus, Pac-man ou Street fighter, jeux très pixélisés mais super cools, qui datent des années 70/80. L’addiction à ce mouvement est mondiale. Des salons sont organisés pour réunir les «retrogaming- addict». Pendant plusieurs jours, ils tapotent sur des claviers fluo et crient très fort des mots en japonais, ce qui n’enlève rien à leur charme et encore moins à l’engouement que ce mouvement suscite. Le leader des geeks en PACA se nomme Archéopterix. Doté d’une barbe et d’un chapeau, il est immensément grand et détruit régulièrement une horde d’astéroïdes violents grâce à son bouton favori qui envoie 22 pixels/seconde. Organisateur du Retrogaming marseillais, il a collaboré avec la 28thBox à la création d’une marque de tee shirt, SuperGeek, destinée aux addicts du retrogaming. Pour conclure, si vous aimez vos consoles antiques, si vous aimez vous déguiser en super héros super pixélisés, le retrogaming s’emparera de vous.


http://www.facebook.com/archeopterix.chip

18


Brice Forton

Le porteur du projet

La nouvelle génération écocitoyenne pour un tour de la Méditerranée à la voile n 2010, trois amis d’enfance créent l’association ETIK EKO, afin de sensibiliser à la protection de l’écosystème méditerranéen. Ces grands amoureux de la mer préparent un projet magnifique et ambitieux, Ecodyssée : un tour de la Méditerranée, en voilier, à vocation écologique et pédagogique, une aventure humaine courageuse et militante. Pendant un an, à bord du voilier qu’ils ont acquis sur leurs deniers personnels, ils vont en effet traverser la Méditerranée et faire escale dans plusieurs ports, choisis pour leurs particularités. Marseille, point de départ en septembre, puis Barcelone, Oran, Tunis, Beyrouth et Athènes. Chaque escale sera l’occasion de rencontrer, échanger, sensibiliser, et de recueillir témoignages et documentaires afin de réaliser des films. L’idée était aussi d’associer, d’un port à l’autre, des classes et des jeunes de chaque pays, mais les résistances sont nombreuses et tout reste à inventer : d’une législation à l’autre, d’un a priori à l’autre, il semble pour l’instant difficile de réaliser cette partie du projet.

L’équipage - Brice Forton, 24 ans, porte ce projet à bout de bras. Technicien vidéo et concepteur 3D, il travaille depuis peu à St Thomas Production à Marseille, spécialisée dans les documentaires marins (Thalassa). - Romain Wary, 24 ans, est le marin confirmé. Moniteur de Voile formé au Glénans, il est cuisinier de métier, ce qui n’est pas négligeable à bord ! - Melaine Kermarc, 24 ans, coordonne le projet de science participative. Il a une licence de Biologie et un Master des pratiques de développement. Engagé sur d’autres projets, il ne pourra rejoindre que de temps en temps ses amis, pour de courts séjours.

Un état des lieux de la Méditerranée Si la Méditerranée représente seulement 1 % de la surface des océans, elle abrite plus de dix mille espèces. 150 millions d’habitants vivent et intéragissent sur ses rivages, sans compter les 200 millions de visiteurs annuels, qui

devraient doubler en 15 ans, soit la plus grande concentration touristique de la planète ! 20% des pétroliers et 30% des navires marchands mondiaux transitent en Méditerranée et accroissent la pollution, notamment avec 400 000 tonnes d’hydrocarbures déversées de façon illicite : avec moins de 1% de zones protégées, elle est considérée comme la mer la plus polluée du monde.

Projet scientifique Des partenariats de protocole de science participative ont été mis en place pour réaliser des observations et des mesures tout au long de la traversée : l’ACRI Méduse (observation des méduses), Cybelle Méditerranée (observation des cétacés/oursins, algues, poissons) et SurfRider Foundation, pour un protocole de repérage des nappes d’hydrocarbures De plus, le voilier va être équipé de panneaux solaires, d’une éolienne et d’une hydrolienne, de sondes pour capter le cris des dauphins... tout ceci pour améliorer l’éco-navigation. Un important matériel vidéo permettra de partager et de prolonger, au retour, cette belle expérience. On ne peut qu’admirer l’engagement de Brice Forton, qui défend et développe ce projet exemplaire. Le Conseil Général soutient à petite hauteur cette belle entreprise. On espère que ce soutien se poursuivra, pour que cette nouvelle génération puisse continuer son action ô combien nécessaire ! On souhaite à ETIK EKO un beau et grand voyage… Nous ne manquerons pas de suivre l’aventure, et de vous tenir au courant de son évolution. Bon vent !

www.etik-eko.com

19


Quand les territorialités agissent pour l’éco-citoyenneté en partenariat avec les acteurs culturels : exemple d’actions concrètes portées par la Région PACA times autour de l’articulation institutions / opérateurs culturels / publics, voilà comment agir pour aller dans le bon sens.

i la Provence est terre de festivals, avec le programme AGIR +, la Région PACA incites ces événements à évoluer vers davantage d’éco-responsabilité afin de minimiser leur impact sur notre environnement et notre qualité de vie. Depuis 2010, le dispositif “AGIR +” accompagne les organisateurs respectueux de l’environnement. A ce jour, plus d’une trentaine de grands événements, dont le Zik Zac Festival, bénéficient de ce label. Ces festivals ont mis en place des actions concrètes et créatives qui vont de l’éco-conception des documents de communication à l’éclairage LED des scènes en passant par un service de restauration bio et locale servie dans de la vaisselle réutilisable, l’installation de toilettes sèches, la mise en place de tri sélectif, etc.. Une attention particulière a également été portée aux transports et à la réduction de l’impact des déplacements des festivaliers, des artistes et des équipes. Pour l’instant, ces aides sont incitatives. Il se pourrait qu’à l’avenir le comportement éco responsable devienne une conditionnalité pour l’obtention d’aide de la région PACA. L’éveil des consciences est en marche. Se mobiliser, travailler ensemble pour la mise en œuvre d’objectifs simples et légi-

Toilettes sèches © EMC

http://www.regionpaca.fr

20


la  maison  soleils

Jean-Luc Irondelle, institeur investi dans la vie culturelle, associative et solidaire de Peyrolles-en-Provence a rencontré Yannick Erard systèmes naturels pour avoir une grande productivité. C’est la permaculture… particulièrement agréable avec les jardins partagés car elle ancre des liens entre des gens autour d’un projet concret.

i vous passez par Peyrolles, vous aurez sans doute un regard pour le patrimoine exposé entre deux feux de circulation. Mais si vous vous arrêtez, vous découvrirez d’autres richesses au cœur de la colline. Si vous voulez comprendre comment vivre l’écologie chez soi, il est une maison qui a poussé sur un versant ensoleillé, qui surprend de prime abord puis devient une vraie révélation lorsque les clés vous en sont offertes par un de ses propriétaires : Yannick Erard, entrepreneur militant ou militant entrepreneur.

La dernière clé est un passe-partout. Il s’agit d’une transition par la résilience, (capacité d’un écosystème ou d’une espèce à récupérer un développement normal après avoir subi une perturbation). - Avec la permaculture, comme avec cette maison, on est vraiment dans un système résilient car on en revient à un système naturel. Tout se retrouve dans Manuel de Transition, de Rob Hopkins, un livre que je recommande.

La première de ces clés est le soleil. Ici, quartier Couffin, le toit de la maison est recouvert de panneaux solaires, la surface la plus importante fournissant de l’électricité vendue à l’EDF, une petite partie étant adaptée au chauffe-eau.

Voilà donc comment, en visitant une maison à flanc de colline, vous vous apercevez qu’un autre monde est possible. Si vous y allez, venez-y à pied en vous annonçant auparavant auprès de son propriétaire qui se fera la joie d’un partage de valeurs naturelles.

- En militant pour pas mal d’associations – Greenpeace, Négawatt* en allant en Allemagne, je me suis inspiré pour construire ma propre maison solaire passive à énergie positive, d’un principe très développé à Fribourg : une grosse production d’énergie pour une consommation extrêmement réduite. La deuxième clé est le mode de construction de ce grand bâtiment. Toute la structure repose sur des piliers en bois qu’on distingue, une maison à ossature bois dressée sur une grosse dalle en béton. - Les murs ne sont pas des murs porteurs, on les comble avec un matériau isolant, ici des bottes de paille. Ils font cinquante centimètres d’épaisseur car c’est la taille d’une botte de paille. À l’extérieur, ils sont enduits à la chaux. La troisième clé est la maison elle-même tant elle vit comme elle respire. Elle inspire un peu d’énergie, en expire considérablement tout en tirant parti de son environnement. - La maison est un capteur passif. Elle se chauffe elle-même. Seulement, il faut énormément d’espaces vitrés d’où une grande exposition au sud… A l’intérieur, il y a un grand mur de briques sèches qui accumule la chaleur en hiver et conserve la douceur de la nuit en été. En hiver, il fait une vingtaine de degrés, en été vingt-trois au maximum. Le mur prend vingt-quatre heures pour déphaser sa température. C’est ce qui explique ce système de maison passive. La clé suivante ouvre le jardin. Trois petites buttes aménagées accueillent quelques fleurs et des légumes sur le principe de la permaculture. - Dans un écosystème naturel, il n’y a pas de monoculture. Toutes les plantes collaborent, trouvent des complémentarité les unes aux autres, aux arbres, au substrat, au sol. En fait, les botanistes se sont aperçu que les forêts sont les systèmes vivants les plus productifs du monde. En partant de ce constat, certains d’entre eux ont réfléchi aux manières de mimer ces

* Négawatt : Association dirigée par un collège de membres actifs : 24 experts et praticiens de l’énergie, tous impliqués à titre professionnel dans la maîtrise de la demande d’énergie ou le développement des énergies renouvelables http://www.e-quilibres.net/espaces/paysdaixentransition/

21

paysdaixentransition@google.groupe.com


15 et 16 sept ouverture 10h Oxylane Village Bouc Bel Air (13) 160 exposants sur 2 ha en plein air

Week End des

Découvertes

écocitoyennes

Entrée  libre  et  gratuite 40 animations Concerts Conférences Échasses urbaines Mobilboard Accro-Foot/Basket Échasses urbaines Ateliers éducatifs Espace détente Ferme pédagogique Ateliers thématiques Animations enfants Restauration bio Projection cinéma Performances de danse Déambulation musicale Dégustation de vins Atelier cuisine Espace shopping Village " récup " ...

Découvertes Bien-être Associations Formations Jardin Eco-construction Véhicules propres Sports, loisirs, tourisme Mode & Beauté Emploi Librairie Habitat & énergies Enfants Culture & Loisirs Déco Commerce équitable ...

Informations : 04 42 60 94 59 Aix A 51 Bouc-Bel-Air

z Marseille

Oxylane village D6

www.we-decouvertes-ecocitoyennes.fr

Découvrez le salon en vidéo, sur le site web !


Un magasin Emmaus à Aix ! e magasin Emmaüs du centre-ville d’Aix, un lieu de trésors et de solidarité ! Il y a 3 mois, l’équipe d’Emmaüs a eu la belle idée de s’implanter au centre-ville d'Aix : un superbe espace, chaleureux aménagé avec goût pour chiner, flâner, s’équiper, s’habiller, se faire plaisir… Un lieu où acteurs associatifs peuvent se rencontrer et envisager des partenariats, des actions communes. Partager, sensibiliser, faire connaître les actions d’Emmaüs, et plus largement échanger sur des questions de solidarité. Tout est à inventer pour faire vivre cet espace unique. Pourquoi pas accueillir des expositions, des évènements culturels et autres animations ? Tout est à inventer pour faire vivre cet espace à part, tourné sur l’humain, ouvert à tous. Le lien social prend tout son sens ici, le mieux vivre ensemble est possible. En peu de temps, le bilan s'avère très positif, non seulement d’un point de vue humain, social, mais aussi du point de vue financier.

Emmaus International Depuis 2003 Emmaüs s’engage à l’échelle internationale pour la défense des droits humains fondamentaux, suivant 5 programmes prioritaires : - Droits des Migrants - Accès à l’eau potable - Fonds Ethique Emmaüs (prêt financiers structures d’actions sociales, solidaires) - Accès à la santé (Mutuelle santé) - Accès à l’éducation Fabrizio Magro, compagnon administrateur du comité de la branche communautaire, est allé au Bénin porter un projet pilote d’accès à l’eau potable, d’assainissement, de gestion partici-

pative et de mobilisation citoyenne sur le lac Nokoué, dans le cadre de son action politique "l'eau comme droit fondamental". 70 000 personnes sont concernées par cette action. “il est important que des personnes pauvres françaises rencontrent des personnes pauvres d’Afrique’’, dit-il : échanger, partager, sensibiliser pour faire évoluer les mentalités. Une aventure humaine d’envergure et nécessaire. Nous les remercions chaleureusement d’être nos partenaires pour le festival Zik Zac, en nous louant (et en nous livrant) du mobilier. Un grand merci à Daniel Le Coz, Président bénévole de la Communauté de Cabriès, qui a participé à cet entretien.

Emmaus en quelques mots Fondées par l'Abbé Pierre, les communautés Emmaüs sont des lieux d'accueil pour des personnes en situation de rupture sociale, autour de trois valeurs fondamentales : l'accueil, le travail, et la solidarité, sans discrimination d'aucune sorte. La communauté de Cabries Implantée sur un vaste terrain à proximité de la zone commerciale de Plan-de-Campagne, la communauté de Cabriès est un lieu de vie qui accueille 40 compagnons, la quasi-totalité vivent au foyer. On prévoit en 2013 des logements spécifiques pour les retraités et les femmes, premières victimes de la paupérisation. C'est aussi un chantier-atelier de récupération et réparation d’objets, meubles pour la remise en vente dans l'espacemagasin. En échange de ce travail, les compagnons bénéficient d’un hébergement, de l'accès aux soins, à l'alphabétisation, à la culture et d’une petite rémunération. www.emmaus-cabries.com

23 La maison est ouverte du mardi au samedi, rue Gibelin à Aix-en-Pce


Feminin(s)   pluriel(s)   en  pays  d’aix Un projet innovant, pour l’accueil inconditionnel des femmes touchées par la pauvreté. En France, la précarité a un sexe : féminin lateforme associative d’accompagnement, de soutien et d’orientation pour les femmes en difficulté, l’association Féminin(s) Pluriel(s) en Pays d’Aix (FPPA) est en action depuis 2007. Fin 2011, Fabienne Devynck, coordinatrice de FPPA engagée dans la lutte contre l’exclusion des femmes depuis de nombreuses années, a imaginé un nouveau projet : créer un lieu qui permette d’accueillir des femmes précaires, touchées par le mal logement et/ou en situation d’exclusion sociale. En effet, il n'existe pas à Aix de tel lieu, alors que les femmes sont les premières touchées par la précarité, au

FPPA

carrefour des inégalités (emplois mal rémunérés, familles monoparentales, vulnérabilité sexuelle, invisibilité de celles qui vivent dans la rue...) Ce projet est financé, validé, et verra le jour vers septembre 2012.

Un lieu convivial C'est dans un appartement (qui reste à dénicher, de préférence en centre-ville) que pourront se retrouver ces femmes en situation de précarité : l'accueil se fera autour d’un petit déjeuner ou d'un goûter. Il leur sera proposé l’accès gratuit à des services d’hygiène (douches, laverie), dont l'absence est un facteur aggravant d'exclusion. Tout un panel d’informations, d’ateliers, de groupe de parole culturels ou autres, en fonction des demandes, sera proposé, ainsi qu'un service de consigne et de bagagerie électronique sécurisé pour conserver, sur un serveur, une copie des documents administratifs et personnels. Des Permanences spécialisées (santé, logement, culture, violences) sont également prévues, en lien avec des partenaires extérieurs. Aucun critère ne sera exigé pour l'accueil des femmes : c'est la souplesse qui devrait être la marque de fabrique de ce lieu convivial, où la parole sera favorisée, dans un climat de confiance et de confidentialité..

Email : jchioua.fppa@gmail.com Tel : 04 88 14 54 35

24

Le public visé est donc large, et les objectifs, ambitieux. En effet, il s'agit non seulement de rendre à ces femmes leur dignité, mais aussi de répondre à leurs difficultés liées au mal-logement et à la pauvreté, de favoriser le lien social, de leur donner un accès au droit, à la santé, aux soins, à l'hygiène. Il s'agit encore de faire émerger une citoyenneté active, qui permette une réinsertion sociale durable. Enfin, il sera indispensable de trouver des réponses spécifiques à la question de la violence dont nombre de femmes sont victimes. Dans un premier temps cet espace sera ouvert à mi temps et aura une montée en charge progressive. L’équipe sera constituée de deux personnes, une coordinatrice chargée de l’accueil et de la mise en place des espaces d’échanges, et une maîtresse de maison chargée de l’intendance. L’ouverture de cet espace est prévue pour le mois de septembre. Nous remercions Juliette Chioua, Chargée de Mission au sein de FPPA, qui nous a accordé du temps pour réaliser cet article.


Jean-Pierre Lanfrey

Appel du 18 juin 2012 de M.A.Ï.S INTERNATIONAL à rejoindre et organiser une force d’intervention culturelle. Pour un nouvel ART d’habiter la terre et pour porter un par(t)i de la CULTURE ppel à toutes celles et ceux, offreurs de culture, pelleteurs de nuages, passeurs d’avenirs, féminins pluriels, compagnons de route qui depuis la naissance de MAÏS en juin 1989 n’ont pas cessé de donner des signes de vie, de reconnaissance et d’engagements, à continuer à se manifester, se rassembler, se rencontrer pour remettre des mots et des actes sur la carte du sens et du tendre dans nos vie numériques de femmes et d’hommes débordés.

Appel à prendre connaissance de la charte de MAÏS International ! Appel à signer cet Aphhjpel sur le site en construction de MAÏS International : http://www.e-maïs-international.eu Appel à contacter CORTOAIX notre « PDG » sur : jp.lanfrey@e-mais-international.eu

MAÏS était à Berlin Est le 9 novembre 1989 et à Rio le 14 juin 1992, puis a échoué à Sarajevo en 1992 à convaincre que derrière le MUR les peuples ne rêvaient pas de capitalisme. En 1995, MAÏS était le point focal de la campagne mondiale de l’UNESCO PLANET SOCIETY le Monde reste à faire ! et à partir de 2000 a fomenté des actions coups de cœur et coups de gueules en LOCAL, à Aix-enProvence, Arles et en PACA ! Sonnés en 2002 mais pas abattus nous avons défendu le statut des intermittents du spectacle et rejoint d’autres réseaux et cercles de résistants et éveilleurs de conscience.... La Mémoire Courte, Cercle Condorcet, Galilée, ICAR, Reporters sans Frontières, ATTAC, les AMD, les EGEP, Greepeace, Les Rencontres, Temps Réel, Culturelink, La Pensée de Midi, Penser Rêver, La S.C.E.N, Mouvement

et depuis leur naissance, l’Appel des Appels, L’Association Pour Une constituante et Roosevelt 2012 ! MAÏS INTERNATIONAL travaille avec le Réseau FNARS et la Fondation Abbé Pierre en PACA et accompagne les projets de Féminin(s) Pluriel(s) en Pays d’Aix... et est bien sûr partenaire du Festival ZIK ZAC !

Pourquoi ce nouvel Appel du 18 juin 2012 ? Cet appel face au désir de catastrophe et pour dépasser la « tristesse européenne ». Si « l’Europe unie n’est qu’un rêve et le rejet de l’immigré un cauchemar », les générations E et @ ont plus que jamais besoin de raisons d’espérer en ce monde et de construire un commun où l’hospitalité et l’accueil ne sont pas des comportements archaïques! Cet Appel Couture Culture, pour un développement de nos vies, durable et soutenable, à l’Age de la Multitude, à l’heure où nous sommes sept milliards sur une planète au pronostic vital engagé, aux ressources limitées et à la veille d’une crise irréversible pour la biosphère mondiale ! Cet Appel pour partout organiser la Palabre comme le recommande notre ami Doc Kasimir Bisou* et rejoindre les ateliers de désintoxication citoyenne des camarades de l’éducation populaire de la scoop Le Pavé ! APPEL DU 18 JUIN Signez cet APPEL. MAÏS est présent sur le ZIK ZAC, sur l’Aperçu, sur le site de La Fonderie-Aix, sur les stands... partout où vous allez le trouver !

jp.lanfrey@e-mais-international.eu

25


26


Helvetica  Neue  Regular

sami  sadak Sami Sadak co-directeur du Babel Med Music nous livre un état des lieux des musiques actuelles en pleine mutation. AMI SADAK, ethnomusicologue et enseignant à l’Université de Provence, s’intéresse particulièrement aux musiques des peuples itinérants méditerranéens. Coproducteur d’émissions de France-Musique, France-Culture, conseiller artistique pour différents festivals d’Aix (Aix en Musique / Musiques dans la rue) il est le directeur artistique du Forum des musiques du monde, Babel Med Music. C’est à ce titre que nous avons eu le plaisir de le rencontrer. Comment se profile la prochaine édition du Babel Med Music ? Cette année, nous avons décidé de donner un coup de projecteur aux musiques de jazz et aux musiques actuelles du monde. C’est une demande spécifique du milieu de la musique. En cela, Babel Med sera un moment fort comme lieu d’exposition de ce qui se passe de l’autre côté de la Méditerranée, avec une programmation de musiques qui viennent d’Égypte, de Tunisie, du Maroc, mais aussi des ÉtatsUnis. La demande de participation est très forte malgré la crise qui touche le spectacle vivant. Nous recevons 950 candidatures et nous en programmons trente, en essayant de restituer le paysage de ce qu’on a reçu.

Est-ce différent aujourd’hui, avec la crise ? Notre région est riche en propositions musicales, avec une grande vitalité de création. Nous avons lancé beaucoup d’artistes, et c’est un vrai plaisir. Babel Med est un tremplin pour plusieurs projets : les chants sacrés des gitans de Provence, Harmonia cantamonia, Massalia des groupes comme Ba Cissoco, ils ont tous trouvé un écho international. Ce travail d’accompagnement des salles est donc de plus en plus difficile ? Les lieux comme Le Nomad Café, la Fonderie, l’Affranchi, sont nécessaires. Les artistes qu’on présente à Babel tournent sur de grands festivals, mais aussi des petits lieux de proximité. Quand on programme, on veut représenter toute cette typologie de lieux. Nous faisons partie d’une chaîne de diffusion, et les petits lieux permettent de faire connaître beaucoup d’artistes. Est-ce que demain ces lieux ne sont pas voués à disparaître au profit de grosses structures ? Après la crise du support enregistré, de l’économie numérique de la musique, les petites salles ont revêtu une importance essentielle : flexibilité, réactivité. Cette liberté a pour corollaire une fragilité. Elles ne sont pas toujours subventionnées mais font un travail essentiel. J’ai l’espoir que les autorités locales, les municipalités, la région, prennent conscience de l’importance de cela pour la vitalité de la culture. La réputation des villes se fait à travers eux. En tant qu’ethno-musicologue, comment a évolué ton travail ? Aujourd’hui les musiques sont en pleine mutation. Avec les moyens de communication, internet, la mondialisation des moyens de production, un brassage a lieu et les musiques traditionnelles sont transformées. C’est très

www.babelmedmusic babelmedmusci@gmail.com

27

intéressant, ce sont des laboratoires de production à l’échelle humaine. Ça bouscule les idées. Certains musiciens se sentent comme des citadelles imprenables, et veulent garder jalousement leur tradition. D’autres acceptent cette transformation sans la maîtriser. Voir comment ils négocient cette transformation, c’est très intéressant. À travers ce brassage très rapide, n’y a-t-il pas des choses qui se diluent dans une tendance générale ? On peut craindre une uniformisation des musiques les plus conservées et les plus éclectiques. On voit de belles expériences : les tambours de Guadeloupe rencontrant des tambours de la Réunion ou de l’Afrique, et créant ensemble sans perdre leur spécificité. Les gens solides dans leur tradition sont capables de se rencontrer et de créer. C’est comme les mariages, il y a des divorces, il y a des mariages forcés, parfois c’est contre-nature. Les mariages heureux des traditions, là c’est le vrai plaisir, la vraie rencontre.


http://guillaumebianco.blogspot.com

28


Alain Simon

Directeur du Théatre des Ateliers

Alain Simon, Directeur du Théâtre des Ateliers, metteur en scène et acteur nous reçoit dans son lieu Et concernant la compagnie d’entraînement, ces 10 élèves en formation ? L'important c’est que ces jeunes comédiens deviennent des personnes autonomes. Ce ne sont pas des héritiers. Je leur dis que faire du théâtre, c’est un mode de vie. On les encourage à créer des structures, à se donner les moyens d’exister. La posture dans laquelle ils sont mis les amène à se prendre en charge. C'est un travail collectif très important, ils sont dans un lieu qui témoigne qu’on peut y arriver.

Comment définirais-tu ton approche du théâtre? Contemporaine et populaire. Ce qui m’intéresse c’est de questionner le théâtre d’aujourd’hui, faire des propositions, des essais et de créer un système de sensibilisation du public. Le théâtre des ateliers est un lieu où on essaie de créer un projet qui associe le public au travail des artistes. L'atelier public du mardi existe depuis très longtemps : les gens viennent faire un travail sonore, corporel, déconnecté du classique texte à apprendre. Cela concerne quand même 50 personnes toutes les semaines ! Aussi bien des professionnels (des danseurs de Prejlocaj par exemple) que des amateurs de tous horizons. Pour faire un compromis entre notre désir de jouer et la demande d'ateliers pour enfants, on a trouvé la formule ‘’Lecture Plus’’ : un rendez-vous avec le public tous les mercredis. Le spectacle joue avec des choses simples : un carton, un tambour de machine à laver... c'est très pédagogique, cela encourage l’enfant à faire la démarche de l’imaginaire. Le théâtre c’est une chose dont il faut connaître les règles. Il faut l’apprendre. Ce travail pédagogique fait auprès des enfants et dans les écoles les rend capables d’avoir du plaisir au théâtre et d’être exigeant.

As-tu prévu quelque chose pour Marseille Provence 2013 ? On a envie de faire l’Odyssée, la seule version traduite en vers par Philippe Jaccottet. Une grande lecture de 12 à 13 heures, où chacun serait responsable de 15 vers, en mêlant des professionnels et des amateurs. Cela concernerait 200 à 250 personnes. Un travail de performance sur la lecture à haute voix, un relais pour maintenir la parole tout au long de la nuit, comme on entretient un feu.

Que peux tu dire de ce qui se passe dans le théâtre aujourd’hui ? J’ai toujours connu le théâtre en crise. Je pense que la culture est devenue un argument énonomique. Ce qui est important c’est que l’artiste reste au centre, que l’acte de création soit l’acte valorisé. Comment les jeunes peuventils prendre leur place sur un territoire occupé par des institutions si budgétivores. Même si je crois beaucoup aux centres d’art dramatiques, il faut aussi les moyens pour d’autres aventures à construire. Il ne faut pas transformer les aventures en institutions qui ne déclineraient que ce qu’elles ont mis en place. Cela pose le problème de la durée et du renouvellement C’est très difficile d’avoir un outil, un lieu et de le garder… Le problème est de pouvoir durer tout en renouvelant le travail, les propositions. Cela se construit en fonction de la notoriété, de l’acception par les tutelles, de l’expertise. Le danger, c'est qu'on est un peu obligé de se formater et de répondre à ce cadre. Le public à Aix est un public fidèle, connu ou mouvant ? Les deux. C’est pour ça que j’aime cette ville de transit. Il y a un renouvellement incroyable, un grand brassage. C'est important cela nous tient en haleine. Théâtre des ateliers - 29 Place Miollis - 13100 Aix en Pce

Voyage sur Place © Guy Labadens 29

04 42 38 10 45

www.theatre-des-ateliers-aix.com


fantasticus es cinq musiciens nous reviennent du pays des Mods et des Rockers avec un passage remarqué au Brighton Fringe Festival 2012 (GB). Impressions de Martin Béziers, le chanteur et clavier du groupe : Aller en Angleterre et particulièrement à Brighton, y jouer du rock, c’est un but en soi, tant cette ville est un haut lieu historique en la matière. Bien sûr, ce voyage nous a fait quelque chose et nous en sommes revenus transformés. Humainement, pour la qualité du jeu, la

FANTASTICUS, groupe de “Art-Rock“ ou “Rock Psychédélique“ de la région

cohésion du groupe, c’est très sensible. Brighton est une ville qui vit pour la musique. Tous les jours de la semaine des lives, une grande quantité de clubs, un très bon public : averti, curieux, attentif et bienveillant. Un grand nombre de musiciens, tout le monde a l’air d’avoir un groupe, ou d’en avoir eu un ! Le retour du public et des groupes avec qui nous avons partagé la scène a été unanimement très élogieux, ils souhaitent nous revoir. Il semble donc que nous y retournerons, avec un grand plaisir, mais ce n’est pas encore à l’ordre du jour.

xxxxx myspace.com/derfantasticus

deluxe

e quintet urbain bien connu du goudron citadin des ruelles d’Aix-enProvence agrémenté d’une chanteuse à la voix suave, a su charmer le grand maître chinois du label Chinese Man Records. S’inspirant librement des grands noms du hip hop, du jazz et de la funk, Deluxe crée sa propre recette musicale, unique en son genre et dans laquelle une seule constante demeure : le groove ! Une grosse tournée d’été (voir les dates ci-dessous) les amènera à Aix pour la clôture du festival Zik Zac le 22 septembre.

myspace.com/deluxeaix I facebook.com/dlxrecords

30



L'Apercu, Journal de la Fonderie // Numéro 2 // Eté 2012