Page 1

73e année - N°20.212

www.lantenne.com

Vendredi 18 mai 2018 ISSN 0395-8582 - CPPAP 0319T79480

Maritime

2.7 AP Moeller-Maersk a multiplié plus de dix son bénéfice, à 2,7 milliards, porté par une restructuration, et enregistré une légère hausse de sa rentabilité, toutefois inférieure aux attentes. Le résultat opérationnel (Ebitda) a progressé de 4,8 %, à 669 millions de dollars (567 millions d’euros), tandis que les analystes interrogés par le consensus d’Inquiry Financial, tablaient sur 852 millions de dollars. Son titre, qui a cédé l’an dernier au français Total sa filiale d’explorationproduction Maersk Oil pour se recentrer sur le transport et la logistique, perdait 11 % hier à la Bourse de Copenhague dans un marché en repli de 0,84 %. Le groupe évoque les contextes financier et géopolitique à l’international tendus qui gênent sa visibilité : “L’augmentation des incertitudes liées aux risques géopolitiques, aux tensions commerciales et à d’autres facteurs ont une incidence sur le fret et le taux de change”. Son PDG, Søren Skou, a regretté des résultats décevants, en particulier dans la branche “Océan” (Maersk Line, MCC, Seago Line, Sealand, Hamburg Süd et Aliança) du groupe.

Entreprises

Comartrans :

Le projet industriel, l’ADN de l’entreprise Si Sébastien Dahan, le directeur général de la société Comartrans, n’a pas la prétention d’être un spécialiste du conventionnel pur, le projet industriel, qui reste son cœur de métier, l’amène à expédier régulièrement des colis longs, des colis lourds ou aux dimensions exceptionnelles.

Airbus/ Boeing :

À l’offensive sur le lucratif marché des services L’européen Airbus et l’américain Boeing sont à l’offensive sur le lucratif marché des services aéronautiques à fort potentiel de croissance, où la bataille entre les deux géants mondiaux de l’aviation s’annonce très rude, estiment des experts.

page 2

Corsica Ferries projette la commande de deux nouveaux navires © Corsica Ferries

le chiffre du jour

Le “Pascal Lota” acquis en 2015 par Corsica Ferries pour 91,5 millions d’euros

Nouveaux services, nouveaux navires, fin du contentieux indemnitaire avec la collectivité territoriale de Corse… le 50e anniversaire de Corsica Ferries s’accompagne d’annonces fortes et de dénouement favorable. Le prochain défi pour la compagnie sera environnemental. Corse, Sardaigne, Elbe, un chiffre d’affaires de 290 milBaléares, Corsica Ferries est la lions d’euros. “Avec la remontée seule compagnie européenne à de soutes, la marge sera infédesservir toutes les grandes îles rieure cette année”. de Méditerranée occidentale. “Inspiré du transport low-cost Défi environnemental aérien, notre modèle économique s’appuie sur une stratégie de déÀ l’instar des autres armements veloppement dynamique autour opérant en Méditerranée et suscepde traversées rapides à haute fré- tible de mettre à mal ce modèle quence. Depuis notre création en économique, son principal défi est 1968, la compagnie a fait le choix l’entrée en vigueur des nouvelles de ports moins chers et plus ac- règles Marpol en Méditerranée cessibles pour proposer une offre au 1er janvier 2020. À cette date, attractive, flexible et exclusive”, la teneur en soufre des carburants maritimes passeprésente son ront à 0,5 % maxiprésident et premum contre 3,5 % mier actionnaire depuis un an, “Un investissement aujourd’hui. En le recours Pierre Mattei. dans la flotte de l’état, à du fuel léger Misant sur la rotation optimisée plus de 200 millions de type gasoil semble priviléde ses navires d’euros” et l’innovation, gié avec, pour les dans la relation navires le perclient notammettant, l’aménament aidée par les technologies gement possible d’épurateurs de web, ce modèle démontre sa per- fumée. Convaincue qu’un retrotinence et sa rentabilité depuis fit de motorisation au gaz natucinquante ans. En 2017, Corsica rel liquéfié n’est pas possible, Ferries déclare ainsi un résultat en parallèle, Corsica a lancé une net de 40 millions d’euros pour consultation auprès de plusieurs

chantiers navals pour la construction de deux nouveaux ferries. “D’une capacité et d’une vitesse similaires au “Pascal Lota”, soit 2.200 passagers et 700 véhicules pour 27 nœuds, ces navires seront équipés des meilleures technologies pour réduire notre empreinte environnementale”, confie Pierre Mattei. Pour un investissement estimé à plus de 100 millions d’euros par unité, chacun devrait être “LNG Ready, recevoir un scrubber et un système de branchement électrique à quai”. Sans remplacement prévu de navires opérés actuellement, leur mise en service est annoncée d’ici trois ans et portera la flotte de Corsica à quinze ferries. Desserte des Baléares Pour soutenir sa croissance, la compagnie poursuit en parallèle une stratégie offensive de dessertes. Avec plus de 70 % de parts de marché sur la Corse dans le domaine des passagers (17 % dans le fret), ce développement passe par la densification de son réseau en Méditerranée occidentale. Après un renforcement sur la Sardaigne en 2016 et 2017, une nouvelle liaison a été lancée le 21 avril entre Toulon et Alcudia, sur l’île de Majorque dans l’archipel des Baléares. À raison de deux  rotations par semaine, ce service est assuré par le “Pascal

Lota”. “Nous envisageons d’étoffer cette ligne Baléares avec la desserte de Minorque”. Des tests sont prévus au cours des prochains mois pour une mise en service dès la saison estivale 2019 portant alors à vingt le nombre de lignes exploitées par la compagnie en Méditerranée occidentale. Montant du préjudice à préciser L’année 2018 devrait également être marquée par la fin du contentieux indemnitaire de Corsica contre la Collectivité territoriale de Corse. Le 15 février dernier, la Cour administrative d’appel de Marseille a en effet confirmé le jugement du 23 février 2017 du tribunal administratif de Bastia. Celui-ci avait condamné la CTC à verser à la compagnie le somme de 84,7 millions d’euros dans le cadre des délégations de service public entre la Corse et le Continent pour les périodes 2007-2013 et 2014-2023. Dans son arrêt, la Cour administrative d’appel de Marseille a toutefois demandé une nouvelle expertise économique et comptable pour estimer le préjudice subi par Corsica Ferries. Les conclusions de cette nouvelle estimation sont attendues dans le courant de l’été. Érick Demangeon


Entreprises

2 - Vendredi 18 mai 2018 - l’antenne

comartrans

Le PDG d’Air Liquide s’est dit mercredi 16 mai “assez confiant” sur le développement de l’énergie hydrogène en France, et a assuré viser une croissance des ventes du groupe dans ce domaine d’ici “quelques années”. L’hydrogène “est en train de devenir une solution qui permettra d’effectuer la transition énergétique”, a déclaré Benoît Potier lors de l’assemblée générale d’Air Liquide. “Je pense que la France est en train de rattraper un petit peu son retard psychologique. Nous serons en mesure dans quelques années de vous montrer progressive-ment la croissance des ventes d’Air Liquide dans ce domaine”, a-t-il ajouté.

Prévisions Le groupe français de BTP et de concessions Eiffage a confirmé lundi 14 mai ses perspectives pour l’année 2018 en publiant un chiffre d’affaires en hausse, tiré par l’international, le Grand Paris et les concessions. De janvier à mars, le chiffre d’affaires a progressé de 5,6 % sur un an, pour s’élever à 3,37 milliards d’euros contre 3,2 milliards sur la même période l’an dernier. “Fort d’une prise de commandes soutenue en travaux et d’un trafic autoroutier toujours bien orienté, Eiffage confirme ses perspectives pour 2018”, indique-t-il.

Délais Embraer a assuré jeudi 10 mai que l’incident d’un prototype du KC-390 n’aura pas d’effet sur le délai de livraison de cet avion de transport militaire, le plus gros jamais construit au Brésil, prévu pour le quatrième trimestre 2018. Samedi 5 mai, un prototype de cet appareil est sorti de la piste lors de tests réalisés à Gaviao Peixoto, près de Sao Paulo, sans faire de victime, mais “causant d’importants dégâts au niveau du fuselage et des trains d’atterrissage”, a pourtant admis Embraer. Commandé en 2009 par l’armée de l’air brésilienne, le KC-390 doit mesurer 35,2 mètres, avec une capacité de transport pouvait aller jusque 23 tonnes.

Tabou Au lendemain de la mise en place d’une gouvernance intérimaire chez Air FranceKLM, le rôle de l’État actionnaire et la pérennité de son engagement dans la compagnie aérienne en crise ne sont plus tabous. Jean-Marc Janaillac a reconnu, juste avant de quitter la tête de l’entreprise, avoir “changé d’avis” sur le sujet. “J’ai pu constater que certains au sein d’Air France sont encore persuadés que c’est l’État qui décide”, a-t-il déclaré. “J’en suis aussi venu à penser que le fait que l’État soit au capital renforce un sentiment d’invulnérabilité de la compagnie”, a ajouté l’ex-PDG.

maritime

Le projet industriel, l’ADN de l’entreprise Si Sébastien Dahan, le directeur général de la société Comartrans, n’a pas la prétention d’être un spécialiste du conventionnel pur, le projet industriel, qui reste son cœur de métier, l’amène à expédier régulièrement des colis longs, des colis lourds ou aux dimensions exceptionnelles. Ce n’est pas parce que le port et 2018 vers le Maroc, destinés de Marseille-Fos ne compte pas à l’ONCF (la SNCF marocaine), de ligne régulière en convention- dont certains mesuraient jusqu’à nel (lo-lo) que la communauté 44 mètres de long. Le dirigeant de l’entreprise portuaire ne réalise pas d’expéditions dans ce secteur. Si quelques marseillaise rappelle les règles transitaires de la place restent du jeu qui s’offrent aux transiengouffrés dans le créneau du taires réalisant des embarquecolis lourd ou volumineux, ments de conventionnel. Selon lui, deux solud’autres, tels tions existent : Comartrans, réalisent ré- “La technique du lo-lo le lo-lo (lift-on lift-off) et le gulièrement — lift-on lift-off — ro-ro. La techdes opérations dans le cadre est plus avantageuse nique du lo-lo, indique-t-il, du projet inque le ro-ro” est plus avandustriel, qui tageuse que le fait partie de ro-ro. “Mais, l’ADN de l’entreprise. Pour son directeur gé- en affrètement partiel ou comnéral, Sébastien Dahan, plus plet, avec des connaissements que le conteneur, cette spécificité Bimco ou Gencon, les temps de permet de démontrer une exper- planche constituent une très forte tise, un savoir-faire qui permet et contrainte”. Il faut que la marchandise soit prête à temps pour dégager une valeur ajoutée. ne pas faire attendre le navire. Faute de quoi, des surestaries Démontrer sont facturées. une expertise, Comme bien d’autres de un savoir-faire… ses confrères marseillais, il est Parmi les grandes opérations amené à embarquer des colis à réalisées ces dernières années, il Anvers ou dans les ports du Nord cite l’expédition d’une dizaine où l’offre de transport en matière de lots d’aiguillages entre 2016 de lo-lo est plus étoffée.

© Marseille Manutention

Confiance

À Marseille, pour ses colis, Sébastien Dahan a recours aux navires ro-ro disponibles dans le cadre des lignes régulières disponibles du port phocéen. S’il réalise encore des embarquements en Belgique, il relève cependant “une certaine rigidité” sur les terminaux anversois. En revanche, pour les

bassins Est de Marseille, il salue “la souplesse et le savoir-faire chez les manutentionnaires tels que Marseille Manutention ou Med Europe”. La société Comartrans, qui a vu le jour en 1995, est également implantée au Maroc. Vincent Calabrèse

Airbus/Boeing Aéronautique

À l’offensive sur le lucratif marché des services L’européen Airbus et l’américain Boeing sont à l’offensive sur le lucratif marché des services aéronautiques à fort potentiel de croissance, où la bataille entre les deux géants mondiaux de l’aviation s’annonce très rude, estiment des experts. Airbus et Boeing se livrent une concurrence sans merci pour accroître leur part de marché dans le secteur des services aéronautiques où sont présents d’autres acteurs tels l’allemand Lufthansa Technik et l’américain AAR. Le marché des services englobe la maintenance des appareils, la modification des cabines, la connectivité des avions, la gestion des systèmes de navigation aérienne, les services d’ingénierie et de traitement des données d’information ou encore la formation. Ce secteur est “plus lucratif que la vente d’avions car le potentiel est plus important et couvre une vaste gamme” de produits, explique Shukor Yusof, analyste chez Endau Analytics, société malaisienne de recherche en aéronautique. “Boeing et Airbus doivent être de la partie. Quand vous vendez un avion, c’est dans votre intérêt d’avoir un ensemble complet de services secondaires”, dit-il. Boeing mise sur la livraison au cours des vingt prochaines années

de 41.000 avions pour une valeur totale estimée à 6.000 milliards de dollars, mais la demande de services pour entretenir cette flotte est évaluée à quelque 8.500 milliards de dollars (7.100 milliards d’euros). À Singapour, l’équipementier Satair, filiale d’Airbus, possède un entrepôt de 11.000 m2 où sont stockées une montagne de pièces détachées de toutes tailles, allant d’un train d’atterrissage d’A380 qui vaut des centaines de milliers d’euros à un joint de quelques centimes. Ces pièces peuvent être expédiées de l’entrepôt — le plus grand de ce type que possède Airbus en Asie et le deuxième au monde — en l’espace de quelques heures à leur destinataire. Après avoir vu ses recettes de services atteindre 3,2 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) en 2017, soit une hausse de 18 % comparé à l’année précédente, Airbus projette d’agrandir l’entrepôt de 8.000 m2 (+ 72 %) l’an prochain. Airbus et Boeing ont tous

deux d’importants centres de formation des pilotes à Singapour. Concurrence “très, très dure, très intense” Les deux rivaux considèrent leur connaissance approfondie des avions qu’ils fabriquent comme un avantage par rapport aux concurrents dans le domaine des services aéronautiques. “Nous connaissons mieux que quiconque nos avions car c’est nous qui les avons conçus”, explique le directeur du département services chez Airbus, Laurent Martinez. “Nous avons toutes les capacités nécessaires pour les opérations aériennes et pour avoir un avantage concurrentiel en termes de pièces détachées”, ajoute-t-il. Boeing voit dans le secteur des services aéronautiques, où sa part de marché est actuellement de 7 %, un énorme potentiel de croissance, indique le vice-président du département commercial de l’avionneur américain, Randy Tinseth. “Les produits dont nous disposons aujourd’hui peuvent satisfaire seulement 30 % de ce marché. Donc, si ce marché croît

de 5 % par an dans la mesure où nous développons de nouveaux produits, nous nous attendons à une croissance considérable de nos affaires”, explique Randy Tinseth. L’importance de ce secteur a été mise en relief lors du récent salon de l’aéronautique à Singapour, le plus grand d’Asie. Les annonces qui y ont retenu l’attention n’étaient pas les commandes d’avions mais les contrats pour des services signés par Boeing pour près d’un milliard de dollars (environ 830.000 millions d’euros). Boeing et Airbus se concentrent tous deux sur ce marché en Asie-Pacifique, en raison de la progression exponentielle du secteur de l’aviation dans cette région de plus en plus prospère. L’Asie-Pacifique devrait représenter 40 % du marché des services aéronautiques au cours des deux prochaines décennies, et la flotte aérienne de la région devrait y tripler d’ici 2036, selon Laurent Martinez. Pour Shukor Yusof, la concurrence sur ce marché entre Airbus et Boeing “va être très, très dure, très intense”. Martin Abbugao


l’antenne - Vendredi 18 mai 2018 - 3

Marseille Messagerie / Lots complets Express

M

CORSE

Livraison tous points

Départs quotidiens ––––––––

Tél. 04.91.13.14.52 Fax: 04.91.91.16.50 Service hebdomadaire DIRECT conteneurs (FCL)

MARSEILLE - CASABLANCA

Lots complets / Groupages

_____________

MAROC - TUNISIE - ALGÉRIE Départs hebdomadaires de Marseille, Lyon et Paris

Réception EUROFOS

Tél. : 04.91.13.15.37 / 38 Fax : 04.91.90.54.29

IMPORT / EXPORT

Réception Poste 157

Depuis FOS hebdomadaire ALGER port sec ORAN - SOUSSE

ARKASFRANCE/SMI

–––—————––

Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

MAROC

AU DÉPART DE SÈTE Service Fret direct en 40 heures

2 départs par semaine en Ro/Ro

Depuis SÈTE sur TANGER et NADOR

Roulant / Conventionnel / Conteneurs

Cotations et réservations :

ALGER - ORAN GOURAYA .........................................................................

ALGER - MOSTAGANEM

CHODZIEZ ........................................................................

18 Mai

Burger-Féron

commercial.mrs@burgerferon.com - Tél. 04 91 39 93 66

19 Mai

Prévisions de départs

Réception : SOCOMA Poste 44

–––––––––––––

52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 MARSEILLE Tél.: 04.91.14.27.80 - Fax: 04.91.56.65.05/06 www.agent-maritime-marseille.com

Depuis FOS hebdo Conteneurs

Dakar abidjan tema Lagos Libreville Mauritanie Réception SEAYARD

ARKASFRANCE/SMI

© L’ANTENNE

S.A.R.L.

Toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans la présente publication, faite sans l'autorisation de l'éditeur, est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d'une part, les reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d'autre part, les analyses et courtes citations justifiées par le caractère scientifique de l'œuvre dans laquelle elles sont incorporées (Loi du 11 mars 1957 - art. 40 et 41 et Code Pénal art. 425). Toutefois, des photocopies peuvent être réalisées avec l'autorisation du Centre Français du Copyright, 20, rue des Grands-Augustins - 75006 Paris, auquel “L'ANTENNE” a donné mandat pour le représenter auprès des utilisateurs. Pour plus d'informations:

http://www.cfcopies.com

Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr


4 - Vendredi 18 mai 2018 - l’antenne

Prévisions de départs du port de Marseille

Groupage direct Hebdo Depuis Marseille / Fos sur

Ashdod / Haifa - Beyrouth Dubai - Singapore - Hong Kong Port Louis

et bien plus encore !!

Tél. 04 91 39 93 58 - marseille@tcclogistics.com

Service hebdomadaire Matériels roulant uniquement Au départ de

Marseille-Fos LE PIRÉE - GEMLIK DERINCE

Nocc kattegat (Fos)........... NEPTUNE ODISSEY................ VIKING DIAMOND (Fos)...........

––––––

Service hebdomadaire depuis FOS

GRÈCE - TURQUIE - LIBAN ÉGYPTE - SYRIE - CANARIES MER NOIRE - LIBYE _____________

19 Mai 22 Mai 24 Mai

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

Pour fret et réservations :

AMARSUD / GRIMALDI

Promaritime

Départs de MARSEILLE/FOS

Roulant - Projets - Conventionnel

Service hebdomadaire direct MONFALCON (Italie) - KOPER (Slovénie) LE PIRÉE (Grèce) - AUTOPORT GEMLIK (Turquie)

salesneptunelines@promaritime.fr Tél. : 04.88.600.895 Mob. : 06.40.28.42.95

En transbordement via MONFALCON (Terminal Grimaldi) :

Haïfa - Ashdod - Alexandrie - Izmir - Limassol Beyrouth - Tripoli - Lattaquié - Mersin FIDES............................................................................. GRANDE ITALIA............................................................. GRANDE DETROIT ...................................................... Réception à FOS : Darse 3 - Nicolas Frères –––––––

20 Mai 25 Mai 1er Juin

NOUVEAU...

17 A, Av. Robert Schuman - 13002 Marseille Tél. : 04.91.15.44.00 - Fax : 04.91.56.09.10 - bertrand.mazet@sealogis.fr

Le fret aérien pratique 2018 

BORCHARD LINES Ltd SERVICE

DIRECT

Full Containers 20'/40' au départ de MARSEILLE

Bosphorus Service joanna BORCHARD............. MIRIAM BORCHARD..............

23 Mai 30 Mai

LE PIRÉE....................... 4 jours AMBARLI.................... 5 jours GEBZE YILPORT....... 6 jours IZMIR........................... 7 jours

West Mediterranean Service

EMILY BORCHARD.............. KATHERINE BORCHARD....

Limassol.................. Ashdod..................... Haïfa.......................... Alexandrie............. Mersin......................

232 pages pour tout savoir sur le transport aérien Un annuaire indentifiant plus de 800 professionnels

5 6 7 8 9

(transbordement Haïfa)

23 Mai 30 Mai

jours jours jours jours jours

MARMEDSA MARSEILLE 59, av. André Roussin - BP 106 - 13321 MARSEILLE Cedex 16 Tél. 04 96 17 17 12 / 32 / 09 / 37 — Fax 04 91 09 38 22

PU : 42 euros TTC (+frais de ports)

l’antenne ... Et toujours Le fret maritime pratique 2017/2018 PU : 42 euros TTC (+frais de ports) Pour tout renseignement et commande : L’Antenne Tél. 04 91 13 71 62 - Fax 04 91 55 58 97 commercial@lantenne.com

L'amicale des professionnels du shipping marseillais Retrouvez-nous sur notre compte Facebook :

www.facebook.com/pages/Blading-Club/118412927795

BON DE COMMANDE à retourner à : L’Antenne - SPI - 25, rue de la République - 13002 MARSEILLE SOCIéTé :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Destinataire : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

BP : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

SOUHAITE RECEVOIR (Frais de ports inclus) : 1 ex. du guide Fret aérien Fret maritime

au tarif de 45,29 E

2 ex. du guide Fret aérien Fret maritime

au tarif de 88,27 E

3 ex. du guide Fret aérien Fret maritime

au tarif de 131,51 E

4 ex. du guide Fret aérien Fret maritime

au tarif de 173,51 E

5 ex. du guide Fret aérien Fret maritime

au tarif de 216,46 E

Pour tout renseignement complémentaire : Service commercial - Tél. : 04 91 13 71 62 - Fax : 04 91 55 58 97 - commercial@lantenne.com


l’antenne - Vendredi 18 mai 2018 - 5

Rouen

Services Maritimes

 Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

Services Services Maritimes Maritimes

www.agena.fr

Dunkerque  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

Le Havre

Services Maritimes

3 Afrique Occidentale

6

et Equatoriale

http://www.niledutch.com

Rotation dans les ports WEWA

Rotation en direct : Le Havre - Lisbonne - Algeciras Pointe Noire - Luanda - Kribi - Douala - Abidjan En transbordement via Pointe Noire : Matadi - Boma Soyo - Cabinda - Sao Tome - Libreville - Bata - Malabo En transbordement via Luanda : Lobito - Namibe. hansa australia .............. 26 Mai niledutch okapi . ............. 2 Juin L’escale du service WEWA au Havre est le samedi au terminal EAT Atlantique (CNMP)

Rotation dans les ports EUWA Tilbury - Anvers - Dunkerque - Le Havre - Montoir Tanger - Algésiras - Dakar - Abidjan

CMA CGM AFRICA FOUR...... CMA CGM AFRICA three....

Antilles / Amérique Centrale

Fort de France Pointe à Pitre

Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 19 72 89 www.agena.fr

WEC LINES : Short Sea / Afrique de l’Est / Maroc / La Havane / Mer Rouge

9

Moyen-Orient

28 Mai 4 Juin

L’escale du service EUWA au Havre est le lundi à TDF (GMP) France

Espace Caillard - 3, rue Louis Eudier - 76600 Le Havre Bertrand DEMARE 02.77.67.50.01 Nathalie LEVEEL 02.77.67.50.03 sales.leh@niledutch.com

5 Amérique du Nord Groupage direct Hebdo Depuis Le Havre sur

New York - Santos - Valparaiso Beyrouth - Singapore - Hong Kong Shanghai - Busan - Colombo - Dubai

et bien plus encore !!

Tél. 02 35 25 57 45 - sales@tcclogistics.com

SERVICE RORO Europe - Red Sea Persian Gulf 2 SAILINGS PER MONTH Europe South/North East Asia 3 SAILINGS PER MONTH Europe - CENTRAL & South America West coast 1 SAILING PER MONTH RAMP : 150 WT Max Height : Up to 6.3 m Prins Boudewijnlaan 43 B-2650 Edegem, Belgium Phone : +32(0)3 451.09.14

roro.sales.anr@nykgroup.com


6 - Vendredi 18 mai 2018

En hausse Le nouveau rapport Cyclope sur les marchés mondiaux de matières premières célèbre le retour de la croissance mondiale, mais celle-ci ne profitera pas forcément à tous et notamment pas aux agriculteurs européens. “Der Himmel lacht ! Die Erde jubilieret” (le ciel rayonne, la terre jubile) : cette 32e édition du rapport annuel Cyclope célèbre le retour d’une croissance économique mondiale qui “frôle les 4 % comme au début du siècle”. Ce rapport a été rédigé par plus de 70 spécialistes des matières premières sous la direction d’Yves Jegourel, maître de conférences à l’université de Bordeaux, et de Philippe Chalmin, professeur d’histoire économique à l’université Paris-Dauphine.

Encadrement L’Australie a annoncé hier des mesures pour encadrer les conditions dans lesquelles est exporté le bétail vivant, après une vidéo alarmante sur le transport maritime de moutons destinés au Proche-Orient. L’Australie exporte chaque année pour plus de 800 millions de dollars australiens (500  millions d’euros) d’animaux vivants, un secteur lucratif de plus en plus mis en cause par les défenseurs du bien-être animal. La dernière vidéo en date, filmée à bord du navire battant pavillon panaméen “Awassi Express” au cours de cinq voyages l’an dernier entre l’Australie, le Qatar, le Koweït et Oman, avait été diffusée en avril par l’association Animals Australia.

Reprise Le consortium SMB-WAP-UMS, acteur important dans la bauxite en Guinée, a annoncé le 16 mai la reprise de ses opérations sur ses sites de Boké après dix jours d’interruption due à des troubles sociaux, qui se poursuivaient toutefois selon des sources locales. Le conflit est né de l’interpellation le 6 mai d’un dirigeant syndical, Sidiki Mara, pour avoir tenté d’implanter à Boké une section de son mouvement, l’Union générale des travailleurs de Guinée (UGTG). Inculpé pour “incitation à la révolte”, il a été placé en détention provisoire. Depuis lors, des “actions de blocages et des menaces individuelles” avaient forcé le consortium à “procéder à la fermeture de ses sites” de Boké.

Royaume-Uni

Focus...

Le gouvernement nationalise des lignes ferroviaires déficitaires

© Virgin

En mars 2015, Richard Branson, PDG de Virgin, promettait des trajets plus rapides et plus fréquents

Le gouvernement britannique a annoncé mercredi 16 mai qu’il allait reprendre sous son égide des lignes de train dans l’Est qu’il avait privatisées il y a trois ans, face à l’incapacité de l’entreprise exploitante à rentrer dans ses frais. “Je vais mettre fin aux contrats de Virgin Trains East Coast le 24 juin 2018”, a déclaré le ministre conservateur des Transports, Christopher Grayling, à la Chambre des Communes. Cette franchise ferroviaire exploite plusieurs lignes extrêmement fréquentées qui longent la côte Est du Royaume-Uni entre Londres et Édimbourg et desservent plusieurs villes anglaises historiques comme York, Leeds, Durham ou encore Newcastle. Cette décision du gouvernement implique que l’exploitation de ces lignes de transport ferroviaire de passagers sera réalisée sous l’égide des autorités publiques à partir du 24 juin, en tant qu’“exploitant de dernier ressort” et sous le nom de London and North Eastern Railway. Les autorités ne devraient toutefois assurer ce fonctionnement que pendant une période transitoire, à l’issue de laquelle il pourrait être attribué à un partenariat public-privé. “Il est évident que la privatisation des chemins de fer a déraillé” Le gouvernement en avait attribué l’exploitation à Virgin Trains East Coast à la fin 2014 pour huit ans. À l’époque, le contrat prévoyait le versement par la franchise à l’État d’une somme de 3,3 milliards de livres (3,75 milliards d’euros), pour obtenir le droit d’exploiter la ligne et d’en tirer des recettes sur la vente des billets de train. Cette somme sera finalement loin d’être payée en totalité, le contrat prenant fin. La franchise n’est pas parvenue à être rentable et, en début d’année, le ministre des Transports avait prévenu que les autorités allaient intervenir d’une façon ou d’une autre, jugeant que les exploitants avaient surestimé leur capacité à rentrer dans leurs frais. Virgin Trains East Coast est elle-même une coentreprise détenue majoritairement par la société Stagecoach (90 %) et par Virgin (10 %). Le directeur général de Stagecoach, Martin Griffiths, s’est dit “surpris et déçu” mercredi 16 mai par la décision du gouvernement, l’entreprise ayant proposé aux autorités de nouvelles conditions financières afin de garantir sa rentabilité. Il s’agit de la troisième franchise ferroviaire privée qui échoue à boucler l’exploitation jusqu’aux termes prévus sur ces lignes dans l’Est. La privatisation de l’exploitation des chemins de fer a été réalisée au milieu des années 1990 au Royaume-Uni sous le gouvernement conservateur de John Major. Ses résultats sont très controversés, les travaillistes et les syndicats mettant en avant les surcoûts, retards et dysfonctionnements liés au saucissonnage de l’exploitation en une multitude de compagnies privées. “Il est évident que la privatisation des chemins de fer a déraillé”, a ironisé Hugh Roberts, responsable du rail dans le principal syndicat britannique, Unite. “Faire revenir les lignes de l’Est sous propriété publique de façon permanente doit constituer la première étape de renationalisation de l’ensemble du réseau ferroviaire”, a-t-il argué. “La privatisation du rail est un échec provoqué par un entêtement idéologique. Il serait mieux de siffler la fin de la privatisation, à la fois pour l’économie, pour le Trésor et pour les passagers qui paient leurs billets à des prix ruineux”, a-t-il ajouté.

En baisse Le trafic des aéroports parisiens Paris-Charles-de-Gaulle et Orly a enregistré une baisse de 1,2 % en avril, reculant pour les vols avec l’Europe et plus particulièrement la France en raison des mouvements sociaux à Air France, a annoncé mercredi 16 mai leur gestionnaire, Groupe ADP. Au total, les deux aéroports parisiens ont accueilli 8,7  millions de passagers, dont 5,8 millions à Paris-CDG, en baisse de 3,5 % par rapport à la même période en 2017, et 3 millions à Orly (+ 3,6 %). “Le trafic du mois d’avril 2018 a été impacté par des mouvements sociaux : la perte de trafic pour Paris Aéroport est estimée à environ 400.000 passagers”, a précisé le gestionnaire.

Péage L’État allemand et le consortium responsable de son système de péage électronique pour poids lourds ont trouvé un accord financier le 16 mai qui vient solder un conflit qui les opposait depuis quatorze ans. Toll Collect, le consortium détenu majoritairement par Daimler et Deutsche Telekom, va verser “3,2 milliards d’euros à l’État” allemand, a indiqué le ministère, qui parle d’une “percée historique” dans ce différend qui date de 2004. Berlin réclamait en dernier lieu environ 10 milliards d’euros au consortium, lui reprochant une mise en service tardive du système de péage, entré en vigueur avec seize  mois de retard en janvier 2005, du fait notamment de pannes à répétitions.

Réunion Le Premier ministre, Édouard Philippe, recevra à nouveau les syndicats de la SNCF opposés à la réforme ferroviaire, comme il s’y était engagé, le 25 mai, a-t-on appris mercredi 16 mai à Matignon. Ces rencontres interviendront quelques jours avant l’examen de la réforme en séance publique au Sénat, prévu à partir du 29  mai. Elles devraient s’organiser selon le même format que celles du 7 mai. Pour la première fois depuis le début du conflit, Édouard Philippe avait ce jour-là reçu tour à tour des délégations Unsa, CGT, CFDT, Sud-Solidaires et FO, accompagnées de leurs responsables confédéraux.

l’antenne

Édité par SPI SAS au capital de 1.000 euros R.C.S. 823 175 435 Siège social : 137, quai de Valmy 75010 PARIS

La société de BTP turque Summa va investir 100 milliards de francs CFA (152 millions d’euros) pour “moderniser” l’aéroport international de Niamey, a annoncé mercredi 16 mai le gouvernement nigérien. Les travaux porteront sur la modernisation des terminaux pour les passagers et le fret, l’extension de la piste et des parkings des avions, a détaillé le ministre nigérien des Transports, Karidjo Mahamadou. Ce contrat dans le cadre d’un partenariat public privé a été signé le 6 mars avec Summa, qui doit achever les travaux dans un délai de “moins

© Archello

150 millions d’euros pour moderniser l’aéroport de Niamey

de dix-huit mois”, a-t-il affirmé. La société Summa va “gérer” puis “restituer”

l’aéroport au Niger au bout de “trente ans”, durant lesquelles elle “va se payer sur les redevances et taxes” générées par l’aéroport, a expliqué le ministre. Les infrastructures de l’aéroport Diori-Hamani de Niamey “sont dans un état de dégradation très avancé” depuis leur “mise en service en 1972”, a déploré le ministre. Summa s’est engagée à “sauvegarder tous les emplois”, selon le ministre. Ces travaux de rénovation sont entrepris en prélude à la tenue d’un sommet des chefs d’État de l’Union africaine que le Niger abritera en 2019, d’après les autorités.

ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

Dépôt Légal : 01 mars 2013 Directeur général : Jean-Christophe Klein Directeur de la publication : François Grandidier ———— Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97 Site internet : www.lantenne.com Publicité : Directeur commercial : F. Revenaz 04.91.13.71.60 Normandie : P. Scremin : 06.21.88.97.42 Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 Service commercial : 04.91.13.71.62 Rédaction : V. Grunchec : redaction@lantenne.com f.andre@lantenne.com v.calabrese@lantenne.com —————— Cette publication peut être utilisée dans le cadre de la formation professionnelle continue

Lantenne 18 05 2018  
Lantenne 18 05 2018  
Advertisement