Issuu on Google+

o d b e l’h 68e année

Institutions/ Infrastructures

Armateurs de France : Raymond Vidil place de grands espoirs dans le Cimer

www.lantenne.com

Semaine 48 - Novembre 2013 ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

48 rue de l’Aubépine International Transport Company 92160 ANTONY Freight Forwarder - Project & Oil Field cargo Tél : + 33 1 55 59 07 70 Fax : + 33 1 49 84 06 54 - Deepwater and off shore project - Supply chain specialist mailto: infos@transprojets.com - 4 PL dedicated Agencies in Nigeria (Lagos and Port Harcourt) http://www.Transprojets.com

Services portuaires

Les pilotes vont devoir “attendre au moins six mois, sinon plus”

Dakar : Premiers exploits sur le terminal roulier du Havre UE : Le réseau d’infrastructures redessiné Rhin : Les ports retrouvent l’équilibre

SNCM : Bruxelles inflige un nouveau coup dur Mory Ducros : Le compte à rebours est lancé

International

Pays-Bas : Le trafic de Rotterdam se stabilise

www.lantenne.com

Selon le président de la Fédération française des pilotes maritimes (FFPM), Frédéric Montcany de Saint-Aignan, le rapport remis par le rapporteur du Comité transport et tourisme (Tran) du Parlement européen, Knut Fleckenstein, constitue une “première étape positive”. Il s’agit d’une première manche mais la bataille que les pilotes européens livrent contre le dossier de la libéralisation des services portuaires n’est pas encore totalement gagnée.

de garantir la sécurité maritime et protéger les années, que celles-ci sont soumises à la l’environnement, que ces activités sont stric- Direction de la concurrence et qu’elles ne peuvent entrer en vitement réglementées gueur qu’après avoir par les États membres reçu l’aval des et ne peuvent pas faire préfectures. l’objet d’une approche Pour l’heure, au commerciale”. plan européen, la proPour Frédéric fession attend encore Moncany de Saintque son exemption de Aignan, “il y a donc la libéralisation des beaucoup de faisceaux services portuaires de preuves favorables à soit bouclée. De noml’exemption du pilotage breuses étapes restent de la libéralisation des à franchir. Le rapport services portuaires”. de Knut Fleckenstein Autre argument sur a été présenté au “Nous partageons la vision de l’Empa lequel revient le présiComité Tran le 26 no(l’association des pilotes maritimes euro- dent de la FFPM, l’efvembre à Strasbourg. économique péens, NDLR). Nous saluons le rapport de ficacité Des amendements Knut Fleckenstein qui rappelle le rôle que sur le plan portuaire. Il pourront être présenjouent les pilotes en matière de sécurité de juge que, si les infratés jusqu’au 3  déportuaires la navigation et de protection de l’environ- structures cembre. Au parlenement dans les ports”, souligne Frédéric n’ont pas beaucoup ment, “le calendrier Montcany de Saint-Aignan. Le président des évolué en matière de est contraint”, inpilotes français souligne que les arguments taille ces dernières Frédéric Montcany de Saint-Aignan, dique le président des utilisés par le rapporteur allemand convergent années, la profession président de la Fédération française des pilotes maritimes (FFPM) pilotes français, saavec ceux de l’OMI, avec ceux du Comité des pilotes a dû s’adapchant que les députés économique et social et ceux du Comité des ter à la dimension croisrégions (Coter). Ce dernier, dans son projet sante des navires. Et d’évoquer le phénomène devront observer une trêve parlementaire en d’avis (“cadre de la future politique portuaire de gigantisme qui marque le secteur du trans- avril en raison des élections du mois de mai. Du côté de la Commission européenne, port conteneurisé où cerde l’UE), mentionne que taines unités ont doublé de l’affaire n’est pas encore réglée. Frédéric “le dragage, l’amarrage, le “La profession taille en quelques années, Montcany de Saint-Aignan indique : “Nous pilotage et le remorquage passant de 200 à plus continuons d’entretenir un dialogue soutenu n’entrent pas dans le champ des pilotes avec la DG Move en arguant que le pilotage 380 mètres de longueur. d’application du règlement a dû s’adapter Le président de la FFPM ne peut être reconnu comme un service porcar ces services répondent souligne également que tuaire classique”. Pour la profession, dont à deux objectifs d’intérêt à la dimension le métier joue “la trans- l’argument majeur est que “le pilote est l’œil général qui sont la sécurité croissante parence”. Il rappelle que, avancé du commandant de port”, il va falet la protection de l’environquel que soit le port de loir “attendre au moins six mois, sinon plus” nement”. Le rapport mendes navires” l’Hexagone, les pilotes avant d’obtenir gain de cause. tionne notamment que “le pilotage, le remorquage et l’amarrage sont soumettent leurs propositions de réévaluaVincent Calabrèse des services d’intérêt général ayant pour but tion tarifaires aux places portuaires toutes © Vincent Calabrèse

Entreprises


Infrastructures/Institutions

2 - Semaine 48 - Novembre 2013 - l’antenne

Armateurs de France

Raymond Vidil place de grands espoirs dans le Cimer

Compétitivité du pavillon franAbordant le douloureux sujet de çais, loi de 1992, gardes privés à Maersk Tankers, la filiale de transbord pour lutter contre la pirate- port d’hydrocarbures française rie, formation madu groupe danois ritime... Quelques ayant annoncé réjours après la précemment son resentation du rapport “Le rapport Leroy trait de l’Hexagone Leroy au ministère ne trouve doit être suivi sipaselle des Transports, de repreneur, Raymond Vidil, Raymond de Vidil d’une loi” le président est revenu sur la d’Armateurs de nécessité de réFrance, a repris un aménager la loi à un les dossiers qui préoccupent de 1992. Revenant sur les bases la profession en espérant que le du texte qui imposait le pavillon prochain Cimer y apportera les français pour assurer la sécurité premières réponses. de l’approvisionnement stratégique du pays en matière de Maersk Tankers : produits pétroliers, le président réaménager la loi de d’Armateurs de France a rap1992 pelé l’évolution du marché en soulignant : “Vu que le raffinage Le représentant des armateurs diminue, on devait proposer au français, qui s’exprimait à l’oc- gouvernement d’intégrer dans casion de la session Info Navires le texte les produits raffinés”. Il de l’Institut méditerranéen des a expliqué que le dossier est autransports maritimes (IMTM), a jourd’hui traité conjointement souligné : “Nous avons apporté avec le ministre de l’Économie notre soutien au rapport du député et le ministre des Transports. “À Arnaud Leroy. Nous espérons l’approche du Cimer, nous espéqu’il sera suivi d’une loi”. rons que nous aurons convaincu

© Vincent Calabrèse

Le président d’Armateurs de France, Raymond Vidil, fonde tous ses espoirs dans le prochain Comité interministériel de la mer (Cimer), prévu le 2 décembre, pour voir aboutir sinon avancer un certain nombre de dossiers qui restent en suspens depuis quelques mois. Il espère que le rapport Leroy sera suivi d’une loi

le gouvernement de prendre en compte cette évolution”. Autre sujet sur lequel les armateurs français montent au créneau, l’autorisation de recourir à des gardes privés à bord des navires pour se protéger de la piraterie. “Voilà deux ans qu’on se bat pour (en) obtenir la possibilité”. Au-delà d’être une question débattue au Cimer, Raymond Vidil espère que la profession obtiendra pour ce sujet un “véhicule législatif”. Sur la question de l’optimisation de la pollution des carburants utilisés par les navires, il estime qu’on se trouve confronté aujourd’hui à une incohérence à

l’OMI puisque, selon lui, l’organisation mondiale a été à l’initiative des autoroutes de la mer en Europe mais a su, à l’inverse, imposer la réduction de la teneur en soufre au 1er janvier 2015 aux mêmes armateurs dans le secteur Seca (Sulphur Emission Control Area). Abordant le sujet controversé de l’École nationale supérieure maritime (ENSM, dont les orientations ont suscité jeudi 21 novembre au Havre un mouvement réunissant enseignants, élèves, navigants et élus), le président d’Armateurs de France a tenu à apporter son soutien au projet. “Il faut l’accompagner”, a-t-il

souligné, ajoutant : “Le pavillon français est un des mieux notés dans le monde”. Le PDG de Marfret a apporté également son point de vue d’observateur de dirigeant de PME dans le secteur de la ligne régulière. Selon lui, “les routes maritimes sont en perpétuelle évolution. La route transatlantique a été remplacée par la route AsieEurope”. Il s’attend également à ce que la construction du troisième jeu d’écluses dans le canal de Panama engendre un nouveau changement dans le paysage maritime mondial. Vincent Calabrèse

GNTC Au plus bas à la fin des années 2010, le trafic rail-route se redresse lentement. Cette relance est bridée par la qualité des sillons impactée par les travaux sur le réseau, et la priorité donnée au voyageur sur le fret. La réforme ferroviaire et la précarité des aides publiques inquiètent les rail-routiers réunis en assemblée générale. Avec le poids de sa dette, la SNCF a transmis à Réseau ferré de France les doléances des rail-routiers lors de la séparation entre la gestion et l’exploitation du réseau. Aussi l’assemblée générale du Groupement national des transports combinés (GNTC) sert-elle de baromètre annuel sur le fonctionnement du réseau. La dernière s’est tenue le 21 novembre à Paris. Ses membres déplorent le manque de fiabilité des sillons et les annulations sans préavis ni solution pertinente de rechange. Alors que tous les opérateurs sont logés à la même enseigne, la qualité de service s’améliorerait cependant sur les grands corridors Nord-Sud mais se détériorerait sur les axes transversaux Est-Ouest affectant, par exemple, le service Rennes-Lyon opéré par Combiwest. En Pourtant, Gérard Perrin, président du GNTC, reconnaît une “progression de 12 % des trafics rail-route ces

trois dernières années pour atteindre, en 2012, 8,4  milliards de tonnes-kilomètres, soit plus de 500.000 semi-remorques retirées des routes”. À l’issue du premier semestre 2013, le trafic s’apprécie de 16 % en tonnes-kilomètres et de 14 % en trainskilomètres, selon RFF. Réserves sur la réforme ferroviaire À la veille d’une nouvelle réforme ferroviaire et la constitution d’un gestionnaire d’infrastructures unifié, la priorité des railsroutiers concerne du coup “la qualité et la compétitivité des sillons” ainsi que “la continuité de service”. Elle résume également la position du GNTC dans le cadre des travaux engagés par les cinq groupes de travail créés le 18  septembre lors de la Conférence du fret ferroviaire. Au-delà, la réforme pose une série d’interrogations. Des garanties sont ainsi demandées sur l’indépendance du GIU et de l’Araf, la place du fret ferroviaire par rapport au trafic voyageurs, la gestion et le statut des terminaux de transbordement. Désengagement de l’État ? Les rails-routiers s’opposent en revanche à la mise en œuvre d’un cadre social harmonisé, imposable à toutes les entreprises ferroviaires, aligné sur les conditions de la SNCF.

L’une des clés de la réussite de ce mode concurrent du tout routier en est aussi la principale source d’inquiétude. Elle réside dans la visibilité sur deux dispositifs de soutien. Le premier concerne les péages fret à l’heure où l’État a décidé de ne pas verser en 2013 la compensation financière à RFF (135 millions d’euros) qui aurait permis de les geler. Si le gestionnaire d’infrastructures assure qu’il ne procédera à aucune répercussion sur ses clients, la question reste ouverte sur l’évolution des péages l’an prochain, en 2015 et au-delà. Le second dispositif concerne l’aide publique au coup de pince. Sous prétexte de règles européennes, le ministère des Transports prévoit de reporter en 2014 le versement de cette aide au titre de l’exercice 2013 sans tenir compte des conséquences financières pour les opérateurs. “Cette subvention s’élève à 25  millions d’euros par an”, rappelle Gérard Perrin, qui s’empresse de souligner que l’État contribuera au financement de nouvelles autoroutes ferroviaires à hauteur de 100  millions d’euros. “Les autoroutes ferroviaires ne représentent que 10 % du trafic rail-route”. Si le terminal rail-route est acquis au Havre dans le cadre du chantier multimodal (pour fin 2014) et que celui de Mourepiane à Marseille avance (ouverture prévue pour 2016), le GNTC réclame d’urgence l’aménagement de nouveaux sites à Avignon et en région parisienne. L’organisation ré-

© GNTC

Reprise fragile des trafics rail-route, l’inquiétude demeure

Gérard Perrin, président du GNTC

clame une dérogation à 46  tonnes, voire à 48 tonnes à cinq essieux pour les pré et post acheminements routiers lors de trajets combinés. Il demande aussi une exonération de l’Écotaxe, le jour où elle entrera en vigueur. Au plan technique, les trains longs de 1.000 mètres demeurent sa priorité. Érick Demangeon


Infrastructures/Institutions

l’antenne - Semaine 48 - Novembre 2013 - 3

Le Havre

Dakar : premiers exploits sur le terminal roulier Bien avant le départ des bolides du Dakar 2014, le 5 janvier à Rosario (Argentine), le port du Havre est le théâtre de performances logistiques impressionnantes orchestrées par Amaury Sport Organisation (ASO). À l’entrée du centre roulier du parking de 2,2 hectares libéré port du Havre, le Hangar 121 et spécialement sur le parc du centre ses abords sont envahis d’un tour- roulier occupé par le logisticien billon bigarré et assourdissant Gefco (17 hectares au total). de monstres mécaniques divers. Chaque emplacement a été aupaNous sommes le 21 novembre. ravant attribué. Convoqués à une heure précise Dans quelques jours, 70 docchacun, les 309 concurrents eu- kers spécialisés disposeront d’une ropéens du Dakar (camions, journée (deux shifts entre 7 et voitures, quads et 20 heures) pour posimotos) disposent tionner “au chaussede 48 heures maxi“5.000 mètres pied” 670  véhicules mum pour sou(concurrents, équipes linéaires mettre leurs engins d’assistance, oraux pré-contrôles sur les ponts ganisation) sur le et vérifications six ponts du “Grande obligatoires (tech- du Grande Roma” Roma” de l’armenique, adminisde Grimaldi” ment Grimaldi, autre trations, douanes, partenaire historique etc.) et les faire de l’ex-Paris-Dakar, équiper des GPS, puces RFID et soit 5 kilomètres linéaires  ! auto-collants réglementaires : un “Notre choix du Havre s’est touballet méticuleusement réglé par jours imposé pour trois  raisons ASO. Chaque case du “carnet de majeures : la position géogravérif’” doit être tamponnée, sans phique pour nos concurrents euexception. ropéens, l’offre des dessertes vers l’Amérique du Sud et le savoir70 dockers faire de la chaîne logistique”, spécialisés souligne Xavier Gavory, responsable du service concurrents. Ces formalités remplies, Sans doute fin novembre (la chaque bolide rejoint ensuite un date du départ n’est pas encore

© Éric Houri

fixée), le car-carrier de Grimaldi appareillera vers Puerto Euroamerica. Durée estimée de la traversée : 21 jours. Pour cette édition 2014 annoncée comme la plus longue (9.000  km dont 5.000  de spéciales), la plus haute (4.300  mètres) et la plus dure, les exploits logistiques

d’ASO ne s’arrêteront pas jusqu’au retour de Valparaiso, fin janvier, sur un navire de la compagnie chilienne CSAV cette fois. Lors de chaque étape de la compétition, c’est une caravane de plus de 3.000  personnes et 1.000 véhicules qui se déplace et qu’il faut nourrir

sur deux bivouacs installés quotidiennement, au départ et à l’arrivée ! Pour Sodexo, leader mondial de la restauration collective, c’est la plus grosse opération chaque année. Vincent Rogé

Besoin d’une solution maritime entre Marseille et la Libye ? SevenSeas shipping Lines vous offre

2 départs par mois depuis Marseille sur Al Khoms en direct Navire roro, multipurpose, conteneur Pour contact: booking@mar.sfc-fr.com Tel: 04.91.39.93.60. Mob: 07.60.07.49.35.


Infrastructures/Institutions

4 - Semaine 48 - Novembre 2013 - l’antenne

Union européenne

Le réseau d’infrastructures redessiné réseau central de transport, qui ensuite être alimenté par un vaste détient la plus forte valeur ajou- réseau capillaire au niveau régiotée pour l’UE. “Afin de donner nal et national afin d’être accesune priorité élevée aux liaisons sible depuis toutes les régions. À Est-Ouest”, près la fois ambitieux et de la moitié de ces très vague, “l’ob“26 milliards fonds (11,3  miljectif est de garanliards) seront rétir que progressipour servés aux pays vement, d’ici 2050, de la cohésion, révolutionner les la grande majorité à savoir Chypre, liaisons Est-Ouest” des entreprises et l’Espagne, l’Esdes citoyens eurotonie, la Grèce, la péens ne soient pas Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, à plus de 30 minutes de temps de Malte, la Pologne, le Portugal, la trajet de ce vaste réseau”. République tchèque, la Slovaquie Le nouveau réseau central comet la Slovénie. Ces financements prendra 94 ports européens reliés serviront de “capital d’amor- aux réseaux ferroviaires et routiers çage”, destiné à encourager les – dont Le Havre et Marseille –, États membres à investir pour réa- 38 aéroports reliés aux métroliser les interconnexions transfron- poles par le rail, 15.000  km de talières difficiles. La Commission voies ferrées aménagées pour la estime à 250 milliards d’euros grande vitesse et 35 projets transles coûts de mise en œuvre de la frontaliers visant à réduire les goupremière phase de financement lets d’étranglement. du réseau central pour la période 2014-2020. Ce dernier doit Franck André

La Commission a redéfini son Réseau transeuropéen de transport autour de neuf corridors principaux censés être achevés en 2030. Dans le cadre de la réforme de sa politique en matière d’infrastructures, la Commission européenne a publié une nouvelle liste de corridors prioritaires pour fluidifier le transport au sein de l’UE. Cette refonte du Réseau transeuropéen de transport (RTE-T), “la plus radicale depuis ses débuts dans les années 80”, consiste en neuf principaux axes censés “révolutionner les liaisons Est-Ouest”. Le but est de “transformer l’actuelle mosaïque de routes, voies ferrées, aéroports et canaux européens en un réseau de transport unifié”

dans le fameux RTE-T. Pour pouvoir atteindre ces objectifs, l’UE va multiplier par trois la dotation destinée à l’infrastructure de transport pour la période 20142020. Celle-ci atteindra 26 milliards d’euros : un investissement rentable pour la Commission. Ainsi, pour Siim Kallas, viceprésident chargé des Transports, “le transport est vital pour l’économie européenne. La nouvelle politique mettra en place un réseau européen étendu dans l’ensemble des 28 États membres qui servira de tremplin à la croissance et à la compétitivité”.

Le nouveau réseau central se base sur deux corridors NordSud, trois corridors Est-Ouest et quatre corridors diagonaux. Comme l’ancien, il doit permettre la suppression des goulets d’étranglement, la modernisation du réseau et la réalisation des objectifs en matière de changement climatique. La rationalisation des transports transfrontaliers et l’amélioration de l’intermodalité font aussi partie des avantages attendus. L’achèvement des projets du réseau central est annoncé par la Commission pour 2030. 94 ports, 38 aéroports L’enveloppe de 26 milliards sera essentiellement affectée à ce

CTLE

Création d’une nouvelle confédération Des syndicats européens du transport ont annoncé samedi 23 novembre au Touquet la création d’une confédération, la CTLE, pour lutter contre le dumping social et la concurrence déloyale”dans leur secteur. Une nouvelle confédération, la CTLE, vient d’être créée par des syndicats européens du transport, pour “lutter contre la concurrence déloyale”. “Première en Europe”, la Confédération du transport et de la logistique en Europe (CTLE) “veut défendre les patrons et les salariés” et “lutter contre le dumping social, le cabotage illégal et l’esclavagisme moderne”, a déclaré Pascal Debruyne, président de l’Unotre (Fédération patronale française du transport) Nord-Pas-de-Calais Picardie, à l’occasion de l’assemblée générale de l’organisation. Démission de Siim Kallas Les membres fondateurs de la CTLE — l’Unotre, le syndicat des transports en Belgique Secop-ITSRE, le syndicat italien Uniti si Vince,

auxquels doivent s’associer des syndicats de transports néerlandais, luxembourgeois et allemand — ont annoncé le lancement d’une pétition pour demander la démission de Siim Kallas, viceprésident de la Commission européenne en charge des transports, qu’ils accusent de “favoriser les transporteurs de l’Est”. “Des transporteurs français possèdent une simple adresse dans des pays de l’Est comme la Pologne ou la Hongrie et viennent faire rouler leur camion, immatriculé à l’étranger, pour faire du transport France-France”, malgré une réglementation européenne, a expliqué Pascal Debruyne, réclamant la fin de “l’hémorragie”. “Entre 2008 et aujourd’hui, on a perdu 4.700 postes de chauffeurs routiers et nous n’avons pas pour autant moins de camions sur nos autoroutes, il y a donc un sérieux problème. On est dans un gouffre, on est au bord du précipice, il faut changer la manière d’action et rassembler tout le monde autour de la problématique du transport”, a renchéri Alain Durant, président de la SecopITSRE, syndicat des employés, des cadres, des ouvriers et des patrons en Belgique.

Bruxelles

Enquête sur les “GRI” dans la ligne régulière La Commission européenne ouvre une procédure contre plusieurs armateurs de ligne régulière spécialisés dans le transport conteneurisé pour tenter de savoir si ceux-ci se sont livrés à “des pratiques concertées, en violation des règles de concurrence de l’UE”. L’enquête vise les GRI, General Rate Increases ou hausses de taux de fret décidées périodiquement par les acteurs du secteur depuis l’abolition par l’UE des conférences maritimes en 2008. La Direction générale de la concurrence justifie sa position en expliquant que ces compagnies maritimes annoncent régulièrement leur intention d’augmenter leurs prix. “Ces annonces publiques ont lieu plusieurs fois par an et mentionnent l’ampleur de

l’augmentation et la date de son entrée en vigueur, qui est généralement la même pour toutes les compagnies qui procèdent de la sorte”, explique t-on à Bruxelles. La Commission redoute que “cette pratique permette aux compagnies de s’informer mutuellement de leurs intentions futures en matière de prix et qu’elle nuise à la concurrence et aux clients en augmentant les prix sur les liaisons à destination et en provenance d’Europe”. Elle va à présent examiner “si ce comportement équivaut à une pratique concertée en violation de l’article 101 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE) et de l’article 53 de l’accord sur l’Espace économique européen”.

Petite annonce Dans le cadre du renforcement de ses équipes

recrute

un agent d’exploitation maritime Expérience minimum de 2 ans exigée / Maîtrise d'AP+ et de l'anglais indispensable. Expérience export Algérie souhaitée. Envoyer CV et lettre de motivation à Jérôme DOREL 17/23, rue d'Athènes - ZI des Estroublans - 13127 Vitrolles ou par mail : jerome.dorel@mumnet.com


Infrastructures/Institutions

l’antenne - Semaine 48 - Novembre 2013 - 5

Rhin

Les ports retrouvent l’équilibre À Strasbourg, le déficit de proviennent des protrafic vrac de début d’année est duits chimiques (+  16  %, à presque rattrapé : au cumul des 181.650  tonnes) et des déchets neuf premiers mois de 2013, métalliques (+ 29 %, à près de le recul se limite à 2,2 % alors 124.000 tonnes). qu’il était de l’ordre de 6 % Dans les conteneurs aussi, le deux mois aupaport strasbourgeois ravant. Le total a réduit la baisse de frôle les 6  milplus de moitié en “Chute de 7 % quelques mois pour lions de tonnes, à 5,948  millions. des conteneurs la situer à 3,5 % sur Les céréales sont neuf mois en fluà Strasbourg” vial, soit un total de repassées dans le vert, avec une 90.600  EVP. Tous croissance de 2,7 modes confon%, correspondant à 989.000 dus, le recul atteint 7 % (total tonnes transportées. Les autres 310.600  EVP) par l’effet du ferpostes importants restent en roviaire qui diminue de 12,5 % baisse, mais celle-ci s’atténue (57.000 EVP). au fil des mois : - 1,1 % pour les pétroliers (total d’un peu plus de Progression 1,2 million de tonnes) et - 3,8 % des minéraux pour les graviers (2,18  millions à Mulhouse de tonnes). Les objets manufacturés restent significativement en À Mulhouse, les tendances retrait de 13 % (817.700 tonnes) à la hausse modérée des vracs alors que les hausses plus notoires et à la chute des conteneurs se

Dieppe

Nouveau président au Syndicat mixte du port Le Syndicat mixte du port de Dieppe a élu à sa présidence Nicolas MayerRossignol, président du Conseil régional de Haute-Normandie, à l’occasion de la réunion jeudi 14 novembre du nouveau Comité syndical.

confirment. Les premiers progressent de 2,7  % au cumul des trois trimestres pour totaliser 3,78 millions de tonnes. C’est le produit d’une bonne progression des minéraux (+  7  %, total de 856.850 tonnes) et des chimiques (+ 31 %, à 366.250  tonnes) et d’une stabilité des céréales (847.860 tonnes) et des pétroliers (816.530 tonnes). Les objets manufacturés baissent de 11 %, à 206.900 tonnes. Le conteneur par contre poursuit sa chute : - 23 %, à 21.900 EVP. Le ferroviaire

(-  2,6  %) et la route (-  4,1  %) résistent mieux. L’arrêt des flux PSA vers l’Iran n’a pas été compensé. Bâle, en Suisse, affiche le recul le plus marqué sur les neuf  premiers mois  : -  11  %, soit un total de 4,84 millions de tonnes. Le port est dépendant des importations de produits pétroliers avec lesquels il alimente tout le pays.Or avec leur total d’un peu plus de 2 millions de tonnes, ces flux restent en recul de 24 % par rapport à la même période en

2012 où ils avaient été fortement sollicités pour compenser les arrêts provisoires de raffineries intérieures. Les graviers/ matériaux de construction baissent significativement de 18 % (663.400  tonnes) alors que les produits chimiques, tirés par l’export, progressent de 5 % (306.760 tonnes). Les conteneurs grimpent de 1,4 %, à 78.800 EVP, résultat d’un contraste entre recul des sorties et montée des entrées. Christian Robischon

Marseille

La croisière vise le top 5 des ports méditerranéens © Jean-Claude Cornier

Le Syndicat mixte du port de Dieppe a élu son nouveau président : Nicolas MayerRossignol. Il succède à Alain Le Vern, qui a quitté ses fonctions le 30 septembre dernier. Patrick Boulier, président de l’agglomération DieppeMaritime (qui avait assuré l’interim), a été élu à la viceprésidence. Nicolas MayerRossignol a souligné la place qu’occupe aujourd’hui le port normand : “Le port de Dieppe est une fierté régionale”. Il a connu un profond changement depuis sa prise en charge en 2007 par le Syndicat mixte, dont la région de HauteNormandie est le principal partenaire (les autres étant le conseil général de SeineMaritime, l’agglomération Dieppe-Maritime et la ville de Dieppe). Un programme volontariste d’investissement a été mis en place pour moderniser l’ensemble des activités portuaires, que ce soit

© Port de Mulhouse

Au bout de neuf mois, le port de Strasbourg comble l’essentiel de son déficit de trafic de début d’année alors que Mulhouse maintient une légère hausse dans le vrac.

Nicolas Mayer-Rossignol, président du Syndicat mixte du port de Dieppe

le secteur du transmanche, le port de commerce, la pêche ou la plaisance. “Je m’inscris dans les pas de mon prédécesseur, explique le nouveau président. Il est essentiel de préserver des finances saines et de poursuivre les investissements. C’est une source d’emplois pour le département”. Pour les dix premiers mois de l’année, le port de commerce a généré un trafic de 9,2 % supérieur à celui de 2012. Le nombre d’heures de grues a, quant à lui, progressé de 58,3 %. Jean-Claude Cornier

Le marché de la croisière à Marseille enregistre une croissance “qui devrait avoisiner les 30 %” en 2013, signant ainsi la “meilleure performance des ports européens”, s’est réjoui lundi 18 novembre le président du Club de la croisière Marseille-Provence, Jacques Truau. “En franchissant le seuil symbolique du million de passagers le 26 octobre, MarseilleProvence illustre son irrésistible croissance sur le marché de la croisière et vise désormais le top 5 des ports de croisière en Méditerranée à l’horizon 2016”, a indiqué le président du club, né en 1996 de l’association de la CCI de Marseille-Provence, du Grand Port maritime de Marseille et de la Ville. Ainsi, la cité phocéenne, qui enregistrait 270 départs de croisière en 2012 (9e place européenne en nombre de passagers), va atteindre 300 départs cette année et en prévoit 400 en 2014. Neuf compagnies proposent désormais aux passagers d’embarquer pour une croisière en Méditerranée depuis la deuxième ville de France. Le Club de la croisière Marseille-Provence indique qu’avec “450 escales, ce sont 76 navires de 38 compagnies qui ont accosté aux portes de Marseille-Provence en 2013”. Selon Jacques Truau, la Capitale européenne de la culture a été

un événement particulièrement attractif pour le secteur du haut de gamme, avec 45 paquebots de luxe qui ont accosté à proximité du quai J4 où se trouve le tout nouveau Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem). Pour Franck Recoing de la CCI de MarseilleProvence, il faut dorénavant que les professionnels du tourisme préparent “l’après-2013” pour capitaliser sur la nouvelle renommée de la ville, en organisant d’autres “grandes manifestations internationales” ou en soutenant “la professionnalisation de toute la filière d’accueil”. Inauguration de deux terminaux La progression du marché des croisières a été soutenue par des efforts d’investissement important, a précisé Jacques Truau, soulignant que le port avait investi 71 millions d’euros pour les croisiéristes, notamment avec l’inauguration récente de deux  terminaux. Ces efforts vont se prolonger par quelque 35 millions d’euros de travaux “sur l’aire nautique”, la passe Nord va être élargie à l’horizon 2017 pour permettre aux navires de 350 mètres de manœuvrer en toute quiétude et de pouvoir accoster à proximité du Vieux Port. Tablant sur 1,35 million de passagers dès 2014, les professionnels du secteur envisagent ainsi “une perspective de croissance durable à deux chiffres”.


SNCM

6 - Semaine 48 - Novembre 2013 - l’antenne

La Commission européenne inflige un nouveau coup dur à la compagnie La Commission européenne a relevé le 20 novembre à 440 millions d’euros le montant des aides que l’État français devra récupérer auprès de la SNCM, et décidé de saisir la justice pour obtenir gain de cause, portant un coup très rude à la compagnie maritime en difficulté. La Commission européenne a distorsion de concurrence, car annoncé le 20 novembre deux dé- des opérateurs privés assurent le cisions : elle a décidé de saisir la même service sans aide publique. justice contre la France qui n’a Ces aides “devaient être recoupas récupéré 220 millions d’aides vrées auprès de la SNCM dans accordées à la SNCM et qu’elle les quatre mois. Plus de six mois considère comme illégales. Et après, la France n’a toujours pas elle a rajouté 220 millions sup- mis en œuvre cette décision”, explémentaires à rembourser. Au plique la Commission. La France total, la somme dépasse de loin le et la SNCM ont déposé un recours chiffre d’affaires de devant le tribunal de la compagnie qui l’UE pour contester dessert la Corse, “La compagnie la décision, mais il estimé à quelque devra débourser n’a pas d’effet sus300 millions d’eupensif. Si un État près d’un ros, pour 14 milmembre ne met pas lions d’euros de demi-milliard en œuvre une décipertes en 2012. sion de récupérad’euros” La première tion, la Commission partie de la décipeut saisir la Cour sion concerne des aides, pour un de justice – ce qu’elle a fait hier – montant de 220 millions, versées et, si un État ne respecte pas la par la Collectivité territoriale décision de la Cour, il est passible de Corse et considérées comme de pénalités. incompatibles avec les règles En outre, la Commission euroeuropéennes de la concurrence péenne estime que la SNCM, en mai 2013. Bruxelles estime qui se débat dans des difficultés qu’elles ne répondent à aucun financières sans fin, a bénéfibesoin de service public car elles cié de 220 autres millions d’euconcernent le “service complé- ros d’aides d’État illégales, que mentaire” pendant la saison tou- Paris devra aussi récupérer. Il ristique. Cela crée selon elle une s’agit de sommes accordées sous

Bruxelles s’attaque maintenant à la future DSP La SNCM est de plus en plus acculée par Bruxelles. Selon “Les Échos”, la Commission européenne a lancé une nouvelle procédure concernant cette fois la question de la nouvelle délégation de service public (DSP) entre la Corse et le continent sur la période 2014-2023. Celle-ci a été attribuée en septembre dernier à la SNCM et à La Méridionale. D’après le quotidien économique, la France a deux  mois pour répondre aux préoccupations de Bruxelles exprimées dans une lettre de mise en demeure de la Commission, faute de quoi l’exécutif européen pourrait hausser le ton et envoyer un avis motivé, dernière étape avant la Cour de justice de l’UE. L’Assemblée de Corse a attribué en septembre dernier au consortium SNCMLa Méridionale cette DSP pour les liaisons maritime entre l’île et Marseille de 2014 à 2023, moyennant une compensation financière de 96 millions d’euros. Mais, selon “Les Échos”, la Commission exprime des doutes sur la conformité de cette situation par rapport au droit communautaire. C’est la “procédure de sélection” qui pose question à ses yeux,

alors que Corsica Ferries avait été écartée au motif que “ses offres ne couvraient pas l’ensemble de la desserte des ports de Corse”, indique le journal. Bruxelles se demande par ailleurs si le fait de conditionner la possibilité d’un service maritime entre la Corse et le continent à la délivrance préalable d’une autorisation administrative est “nécessaire et proportionnée en vue d’atteindre les objectifs de service public”, précise-t-il. Les problèmes avec l’organe de régulation de l’Europe s’accumulent ces derniers jours pour la SNCM. Le 20 novembre, la Commission, qui est la gardienne de la concurrence, avait déjà doublé, à 440 millions d’euros, le montant des aides qui auraient été indûment versées et que l’État français devrait récupérer auprès de la SNCM. Cette somme dépasse de loin le chiffre d’affaires de la compagnie, estimé à quelque 300  millions d’euros, pour 14 millions d’euros de pertes en 2012. La France et la SNCM ont déposé un recours devant le Tribunal de l’UE pour contester la décision de Bruxelles, mais il n’a pas d’effet suspensif.

© Franck André

différentes formes dans le cadre de la restructuration et de la privatisation de la compagnie, qui avaient dans un premier temps été acceptées par Bruxelles. Ces aides ont ensuite été invalidées par la justice européenne, et la Commission était tenue de prendre une nouvelle décision. 440 millions d’euros d’aides illégales La double décision de Bruxelles va lourdement peser sur l’avenir de la SNCM, déjà très incertain et qui fait l’objet d’âpres tractations entre la Caisse des dépôts, Veolia environnement, l’État et la Collectivité territoriale de Corse. Le capital de la SNCM est détenu à 66 % par Transdev, coentreprise de transport collectif

entre le géant de l’eau et des déchets Veolia et la Caisse des dépôts, à 25 % par l’État et à 9 % par les salariés. Veolia et la Caisse des dépôts auraient dû sceller au plus tard le 31 octobre un accord qui prévoyait le transfert à Veolia des 66 % de la SNCM détenus par Transdev. Veolia serait ainsi devenu le nouvel actionnaire majoritaire de la compagnie. Mais les difficultés de la SNCM ont fait capoter l’accord. Veolia a fait comprendre clairement qu’il était inutile de se tourner vers lui pour régler les lourdes dettes de la compagnie basée à Marseille. “La SNCM est une société autonome. Il n’y a aucun engagement ni de Transdev ni de Veolia, encore moins naturellement de l’État qui est aussi actionnaire de la SNCM, ni

de la Caisse des dépôts qui est actionnaire indirect de Transdev. Il n’y a aucun engagement de tous ces «sponsors», ni aucune solidarité, sur les dettes de la SNCM”, a déclaré le 7 novembre PierreFrançois Riolacci, le directeur financier de Veolia. Mardi, le président de la Caisse des dépôts, Henri Emmanuelli, a souligné à son tour que celleci n’avait “pas vocation à être actionnaire de la SNCM”. La Collectivité territoriale de Corse avait fait savoir à Veolia qu’elle pourrait se retourner vers lui pour récupérer les 220 millions d’euros d’aides si la compagnie s’avérait insolvable. De son côté, la SNCM réclame à la Corse 65 millions d’euros d’impayés. Céline Loubette

Marc Dufour dénonce une campagne de dénigrement Le président du directoire de la SNCM, Marc Dufour, a dénoncé le 25 novembre une campagne “très rentable” de dénigrement de la compagnie, après le doublement des amendes réclamées par Bruxelles, à un montant de 440 millions d’euros. Marc Dufour dénonce une campagne de dénigrement de la SNCM. “Il y a une forme de «SNCM bashing» très rentable. Et je dis rentable, car beaucoup de ceux qui s’échinent à nous abattre lorgnent surtout sur la proie avec la gourmandise du boucher qui sait d’un coup d’œil que la découpe multipliera le prix d’une viande qu’il voit sur pied et qu’il sait belle même si le poil de la bête ne brille pas”, a protesté Marc Dufour, dans un entretien au quotidien “Les Échos”. Condamnée à rembourser 440 millions d’aides publiques indûment versées selon la Commission européenne, la SNCM doit être fixée sur son sort avant Noël. Le comité de pilotage des

actionnaires, créé dans l’urgence après la nouvelle sanction, a fixé la date du 20 décembre pour choisir : reverser les aides ou liquider la compagnie. “Je m’oppose avec la plus grande énergie à tous ceux qui pensent que, pour pour éliminer le problème européen, il faut éliminer la SNCM. Nous ne sommes pas «l’enfant malade» dont parle cruellement Henri Emmanuelli”, le président de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts (CDC), a repris Marc Dufour. Cette mise en cause d’un actionnaire témoigne de la tension engendrée par la décision Bruxelles, qui a choisi le “choc frontal”, selon le patron de la SNCM. Le capital de la compagnie est détenu à 66 % par Transdev, coentreprise de transport entre le géant de l’eau et des déchets Veolia et la CDC, à 25 % par l’État et à 9 % par les personnels. Veolia et la CDC auraient dû sceller au 31 octobre un accord prévoyant le transfert à Veolia des 66  % détenus par Transdev. Mais Veolia refuse de régler les dettes de la compagnie. “La SNCM a seulement besoin d’un actionnariat stabilisé pour réussir avec lui sa mutation”, a plaidé Marc Dufour.


Entreprises

l’antenne - Semaine 48 - Novembre 2013 - 7

Mory Ducros

Le compte à rebours est lancé Le numéro deux français du transport routier de colis, Mory Ducros, qui emploie plus de 5.000 personnes, a été placé mardi 26 novembre en redressement judiciaire avec une période d’observation de six mois pour tenter de surmonter ses difficultés et trouver un repreneur. Mory Ducros a été placé en La direction de Mory Ducros redressement judiciaire le 26 no- a assuré qu’elle visait “une sovembre. Le tribunal de commerce lution de reprise globale”. Mory de Pontoise a ouvert, comme le Ducros et Arcole Industries se sollicitait l’entreprise, une pro- disent “convaincus de la possibicédure de redressement avec lité de bâtir un périmètre viable une période d’observation de six au sein du groupe”, sans précimois. “Cette période d’observa- ser les contours d’un éventuel tion est l’occaplan de resion d’élaborer structuration. avec le soutien “Des invesdes pouvoirs tisseurs de “Des investisseurs publics une premier plan, ont d’ores et déjà solution pour industriels et l’avenir”, a marqué leur intérêt” financiers, ont déclaré André d’ores et déjà Lebrun, présimarqué leur dent d’Arcole intérêt”, ces Industries, propriétaire de Mory contacts laissant “penser qu’un Ducros. Aujourd’hui, “il est es- projet de reprise pourrait être sentiel de conserver la confiance présenté rapidement”, a ajouté la de l’ensemble des clients”, a-t-il direction. ajouté, s’employant également La mise en redressement à rassurer les salariés : “Les sa- fait suite au dépôt de bilan de laires seront payés, 13e mois l’entreprise, annoncé vendredi compris”. 22  novembre aux salariés, l’un

Costa Croisières

Doublement de la clientèle française d’ici 2016 Costa Croisières veut doubler sa clientèle française d’ici 2016, grâce notamment à une implantation l’an prochain à Toulon, ont annoncé jeudi 14 novembre des responsables du croisiériste, qui entend conforter sa position de numéro un en France, malgré la crise et la catastrophe du “Concordia”. Costa Croisières vise le doublement de sa clientèle française d’ici 2016. En dépit de “circonstances adverses”, la filiale française du croisiériste italien (appartenant lui-même à l’américain Carnival) a expliqué croire au potentiel de développement du marché français, qui représente déjà “15 à 16 % des ventes du Groupe Costa” dans le monde. “Nos projets sont ambitieux : un vacancier croisière français sur deux choisit déjà Costa pour son voyage” et, “à horizon 2016, nous voulons doubler le volume de nos vacanciers français”, a déclaré le patron du groupe italien, Michael Thamm.

Pour remplir ces “fortes ambitions”, Costa mise notamment sur une segmentation de ses offres, avec des services plus “personnalisées”. Il va aussi lancer l’an prochain un nouveau style de croisières, qui sortent “des sentiers battus, sur des navires plus modestes en taille, et offrent de plus longues escales dans un cadre plus intimiste et raffiné”. Tête de ligne à Toulon en 2014 En outre, le croisiériste, déjà fortement implanté à Marseille, va installer d’avril à septembre 2014 une tête de ligne à Toulon pour sa clientèle française. Enfin, le groupe a procédé vendredi 15 novembre au “lancement technique” de son nouveau navire amiral, le “Costa Diadema”, construit dans le chantier naval italien de Marghera, près de Venise. Il jaugera 132.500 tonneaux pour près de 5.000 hôtes, et devrait être livré à la compagnie italienne en octobre 2014. L’accident du “Costa Concordia”, le 12 janvier, avait été suivi fin février par une avarie à bord du “Costa Allegra” au large des Seychelles, avec un millier de personnes à son bord.

© Mory Ducros

des plus importants en France depuis la faillite de Moulinex en 2001. La procédure, qui gèle temporairement les dettes antérieures de l’entreprise, va lui permettre de poursuivre son activité. Le tribunal a retenu le 31  octobre comme date de cessation des paiements et une prochaine audience fixée au 20 décembre.

“L’objectif est maintenant de sauver l’entreprise et un maximum d’emplois. Tout le monde va se retrousser les manches et, dès demain, tout le monde repart au boulot pour rassurer les clients”, a affirmé le secrétaire du comité d’entreprise, Denis JeanBaptiste (CFDT), qui s’exprimait au nom de tous les syndicats. Le CE était représenté à l’audience

par Thomas Hollande, fils du président et avocat au cabinet LBBA. Le tribunal de commerce a désigné deux administrateurs judiciaires, dont l’un chargé spécialement de faire le lien avec les salariés. Sylvie Husson et Francois Becker

CMA CGM

Le résultat chute à 70 millions de dollars L’armateur français CMA CGM, numéro trois mondial du transport maritime conteneurisé, a publié vendredi 22 novembre un résultat net en fort recul au troisième trimestre, qui plonge de 80 % à 70 millions de dollars, dans un marché “extrêmement volatil”. Au troisième trimestre, le résultat net CMA  CGM chute à 70  millions de dollars. Le chiffre d’affaires recule de 2,4 % à 4,1  milliards de dollars sur la période en dépit d’une progression des volumes transportés. “Cette performance en termes de volume et résistance des prix illustre la résilience du groupe dans un marché extrêmement volatil”, indique CMA CGM. Sur neuf mois, le résultat net progresse toutefois de 52,6  % à 434  millions de dollars, et le chiffre d’affaires est en légère hausse (+ 0,3 %) à 12 milliards de dollars. “La croissance des volumes transportés par rapport au troisième trimestre 2012 a été de 11 % à 3 millions d’EVP, permettant du groupe d’atteindre un nouveau record historique de volumes transportés”, ajoute-t-il. “La baisse du chiffre d’affaires moyen par EVP du groupe a été contenue à 11,8 % par rapport au troisième trimestre 2012, alors que l’indice SCFI

Asie-Nord Europe était en baisse de plus de 45 % sur le trimestre”, explique-t-il. Le résultat opérationnel consolidé (Ebit) s’établit à 238 millions de dollars, contre 541 millions au troisième trimestre 2012. Hors éléments exceptionnels, le résultat opérationnel s’élève à 271 millions de dollars. CMA CGM, qui vise une entrée en Bourse d’ici 2020, souligne que l’activité sur la période a permis de maintenir ses liquidités disponibles “à un niveau près de 1,1 milliard de dollars”. Le groupe, plombé par un lourd endettement lors de sa mauvaise passe, poursuit la réduction de sa dette financière. Celle-ci recule pour s’établir à 3,7 milliards de dollars, contre 3,8 milliards au 30 juin dernier. Le groupe précise par ailleurs que le réseau P3 dans le cadre de son alliance opérationnelle sur les liaisons Est-Ouest conclue en juin avec les deux autres grands acteurs du fret mari© CMA CGM time, le danois Maersk Line et l’italo-suisse MSC, “sera mis en place au cours du deuxième trimestre 2014”, sous réserve des autorités réglementaires. Côté perspectives, CMA  CGM estime que, compte tenu de la saisonnalité habituellement observée en fin d’année et des niveaux constatés de taux de fret, “les performances du quatrième trimestre devraient s’inscrire en retrait par rapport à celles du troisième trimestre”.


International

8 - Semaine 48 - Novembre 2013 - l’antenne

Pays-Bas

Chine

Le trafic de Rotterdam se stabilise

© Port of Rotterdam

Au cours des neuf premiers mois, la reprise des vracs solides a maintenu l’activité du port de Rotterdam au niveau de 2012 alors que les autres segments sont en baisse. Le trafic s’est cependant amélioré au troisième trimestre. Après neuf mois d’activité en de 1  % de l’activité totale du 2013, le premier port d’Europe premier port d’Europe et n’a pas fait preuve de stabilité dans ses influé sur son évolution, selon trafics. Près de 332 millions de l’autorité portuaire. En baisse sur neuf mois, les tonnes de marchandises sont passées sur les quais de Rotterdam vracs liquides ont pâti du recul de depuis le début de l’année, soit 6,7 % du trafic de brut, qui s’est un faible recul de 0,1 % com- chiffré à 70,02 millions de tonnes, tandis que les paré à la même produits issus période en 2012. de la transforCe sont cette “Un bon trimestre mation du péfois les vracs avaient solides qui ont après la baisse des trole connu une soutenu la tensix premiers mois” hausse de 1,3 % dance (65,3  Mt, (61,83  Mt). Le + 12 %) alors que GNL (0,4 Mt) et les deux autres les autres vracs segments de trafic ont reculé, les conteneurs liquides (25,3  Mt) ont augmenté ne faisant pas exception. Les aussi, respectivement de 6,4 et vracs liquides ont ainsi perdu 2,4 1,2 %. Le port attribue la baisse % (157,5 Mt) et les marchandises des importations de brut à la chute diverses 2,9 % (109,6 Mt). Hans de la demande en carburants ainsi Smits, le directeur général du port qu’à de lourdes opérations de de Rotterdam, s’est félicité d’un maintenance dans les raffineries “bon trimestre, dans la mesure locales. “Cette situation aura égaoù le trafic des six premiers mois lement des conséquences au quaétait en baisse de 0,9  % com- trième trimestre”, prévient l’autoparé à 2012”. Il s’attend “à ce rité portuaire. que la tendance à la hausse se Le conteneur est lui aussi en poursuive et que le trafic annuel souffrance depuis le début de soit au même niveau que celui l’année 2013. Cette activité, qui de l’an dernier”. L’activité entre compte pour plus de 80 % du juillet et septembre a affiché une segment des marchandises dihausse de 1 %. Depuis le début verses, a diminué de 2,7 % en de l’année, les statistiques de tonnage, à 92,2 Mt, et de 1 % en Rotterdam incluent les chiffres du nombre de boîtes, avec 8,84 milport maritime de Dordrecht, situé lions d’EVP. La faiblesse de la deen amont. Le trafic annuel de mande en biens de consommation ce dernier, voisin des 3 millions est la principale raison invoquée. de tonnes, compte pour moins Dans le détail, le port a constaté

un recul de 2,5 % en EVP sur les liaisons intercontinentales, avec la réduction des capacités entre l’Asie et l’Europe. Pour les services feeder, la chute a été plus lourde. Les - 9,9  % s’expliquent aussi par le transfert de plusieurs services vers des ports allemands. Au contraire, la ligne régulière de courte distance a progressé de 12,7 %, “grâce à la croissance de la Scandinavie, de la Russie et des pays baltes”. Concernant le reste des marchandises diverses, l’amélioration de l’économie britannique a permis une hausse de l’activité ro-ro de 2,8 % (13,8 Mt). Les autres trafics de cette catégorie ont perdu 23,1 %, à 3,6 Mt du fait de la baisse de la demande européenne pour les produits sidérurgiques semi-finis. Massification des besoins allemands La stabilité du trafic global du port a donc été obtenue grâce aux vracs secs, dont toutes les composantes ont crû de janvier à septembre. Le port explique la hausse de 10,3 % du trafic de minerais et ferrailles par la concentration des importations sur de très grands navires de type Valemax reçus à Rotterdam avant leur redistribution vers les aciéries européennes. La manutention des ferrailles à Dordrecht et la reprise de la production d’acier allemande sont aussi des raisons de cette hausse. Cette reprise a également profité aux importations de charbon (+ 17,3 %), de même que la mise en service d’une nouvelle centrale à charbon en Allemagne (Lunen) alors que la production minière décline dans ce pays. Les volumes de vracs agroalimentaires (+15,4 %) ont été soutenus par les exportations de farine et les importations massifiées (grands navires) de graines destinées à l’extraction d’huile. Enfin, le trafic des autres vracs solides, comme les minéraux, a augmenté de 3,4 %.

L’avenir prometteur de Kai Tak Cruise Terminal Kai Tak Cruise Terminal (KTCT), le nouveau terminal de croisières de Hong Kong, attend l’escale d’un paquebot de l’armateur Celebrity Cruises le 21 ou le 22 décembre prochain. Sur le Kai Tak Cruise Terminal, la gare maritime hong-kongaise est sur le point d’être achevée. L’activité a démarré en juin. D’ici la fin de l’année, le terminal aura traité neuf paquebots. Le directeur général de Worldwide Cruise Terminals (WCT), Jeff Bent, indique que les installations portuaires de Kai Tak, créées sur les pistes de l’ancien aéroport (transféré et reconstruit sur l’île de Lantau en 1998 pour devenir l’aéroport actuel de Chep Lap Kok), pourront traiter en même temps trois  navires de croisière. Il ajoute que le tirant d’eau des trois postes à quai s’élève à 12 mètres et que les concepteurs du projet ont pris en compte les amplitudes dues au coefficient de marée.

Kai Tak Cruise Terminal, conçu par le cabinet d’architecture Foster and Partners, a été été construit par le groupe Bouygues. Jeff Bent ajoute qu’il a nécessité de la part de la Région administrative spéciale (SAR) de Hong Kong un investissement total de 800 millions d’euros, dont 500 M EUR ont été consacrés à la construction de la seule gare maritime. “Nous avons à Hong Kong un très grand potentiel de trafic dans le secteur de la croisière. Nous misons sur la croissance rapide du marché local. L’Asie et l’Australie sont deux marchés porteurs”, commente le directeur général de WCT, ajoutant que “le printemps et l’automne sont à Hong Kong les deux plus grosses saisons” pour ce secteur d’activité. Il ne perd pas autant de vue la concurrence venue de Chine continentale. “Shanghai connaît une croissance rapide dans ce domaine d’activité. Tianjin, le port de Pékin, également”. Vincent Calabrèse

Franck André

VOTRE STAND A LA SITL SUR LE PAVILLON NORMANDIE Logistique Seine-Normandie organise un Pavillon Normandie sur la SITL 2014, du 1er au 4 avril 2014 à Paris Nord Villepinte. Cette formule collective permet aux entreprises régionales de participer à la SITL  à un prix très avantageux pour développer leur notoriété et établir de nouveaux contacts

UN STAND CLÉ EN MAIN A PARTIR DE 3.500 E HT (6 m2) Une formule simple et sans soucis qui permet de se concentrer sur ses rendez-vous,  LSN se charge de toute l’organisation Renseignement & inscription :

Logistique Seine Normandie - Sylvie Beltrami - Tél. 02 76 30 50 89 sylvie.beltrami@logistique-seine-normandie.com


Prévisions de départs

l’antenne - Semaine 48 - Octobre 2013 - 9

Marseille TRANSCAUSSE

Messagerie / Lots complets Express

CORSE

 

Corse et Sardaigne Réservations Fret Marseille Tél. : 04 91 99 45 91 Fax : 04 91 99 45 96

Livraison tous points

Départs quotidiens ––––––––

Tél. 04.91.13.14.52 Fax: 04.91.91.16.50

DÉPARTS QUOTIDIENS ALLER-RETOUR Marseille-Ajaccio Marseille-Bastia Marseille-Propriano Marseille-Porto Torres

GIROLATA PIANA KALLISTE KALLISTE

www.lameridionale.fr

M

MAROC

Le monde à votre portée

GROUPAGE TUNISIE

Roulant / Conventionnel / Conteneurs ALGER DAINA ................................................................................

29 Novembre

ORAN - mostaganem TebEssa ..........................................................................

4 Décembre

BEJAIA - SKIKDA HANSALAND......................................................................

28 Novembre

Réception : SOCOMA Poste 44

––––––––––––– 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 MARSEILLE Tél.: 04.91.14.27.80 - Fax: 04.91.56.65.05/06 www.agent-maritime-marseille.com

Groupage export au départ de Marseille

ALGER - CASABLANCA - TUNIS Départ hebdomadaire en conteneur de groupage Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Départ hebdomadaire TUNIS/SFAX tous les mercredis TOUS TYPE DE MARCHANDISE CONTENEURISABLE (Dangereux accepté suivant classe)

Tél. 04 91 13 27 07 ou 04 91 13 27 02 e-mail : g.pomares@sagactl.com ; a.accorsi@sagactl.com


Prévisions de départs du port de Marseille

10 - Semaine 48 - Octobre 2013 - l’antenne

GRIMALDI LINES

MAROC

Service direct Méditerranée - Afrique de l’Ouest Matériel roulant - Project cargo - Conteneurs Départs tous les 18 jours de Marseille pour :

Service hebdomadaire DIRECT conteneurs (FCL)

MARSEILLE - CASABLANCA IMPORT / EXPORT

Réception Poste 157 _____________

Depuis FOS hebdomadaire ALGER port sec ORAN - SOUSSE Réception EUROFOS

ARKASFRANCE/SMI

Casablanca - Dakar - Lagos Cotonou - Lomé - Abidjan

TRANSCAUSSE

et en transbordement via Dakar pour :

Banjoul - Conakry - Freetown - Monrovia - Tema - Takoradi Douala - Pointe Noire - Libreville - Boma - Louanda

Lots complets / Groupages MAROC - TUNISIE - ALGÉRIE Départs hebdomadaires de Marseille, Lyon et Paris –––—————––

Tél. : 04.91.13.15.37 / 38 Fax : 04.91.90.54.29

———————————

Grimaldi Acl France Agencies

CONSORTIUM HISPANIA LINES

Service Conteneur

Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

Au départ de FOS et MARSEILLE

e-mail : sales@arkasfrance.fr

BATA - MALABO - LAS PALMAS

MAESTRO SUN.....................

AU DÉPART DE SÈTE

—–––––––––––

13 Déc.

Europe Building - Quay de L’Europe - 76051 Le Havre Cedex email : David.Giboudeau@grimaldi-france.fr - Tel. : + 33 2 35 25 90 30

RORO AFRICA LINE SERVICE DIRECT

A C I

sans transbordement

Tél 04 95 04 32 86 • Fax 04 95 04 32 87

En dix jours de Marseille et Sète

Service Fret direct en 40 heures

à destination de

2 départs par semaine en Ro/Ro

Depuis SÈTE sur TANGER et NADOR Cotations et réservations :

Burger-Féron

louis.topenot@burgerferon.com - Tél. 04 91 39 93 66

Depuis FOS hebdo Conteneurs

Dakar abidjan tema Lagos Libreville Mauritanie Réception SEAYARD

ARKASFRANCE/SMI

© L’ANTENNE

S.A.R.L.

Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

Toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans la présente publication, faite sans l'autorisation de l'éditeur, est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d'une part, les reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d'autre part, les analyses et courtes citations justifiées par le caractère scientifique de l'œuvre dans laquelle elles sont incorporées (Loi du 11 mars 1957 - art. 40 et 41 et Code Pénal art. 425). Toutefois, des photocopies peuvent être réalisées avec l'autorisation du Centre Français du Copyright, 6, rue Gabriel Laumain - 75010 Paris, auquel “L'ANTENNE” a donné mandat pour le représenter auprès des utilisateurs.

LOMÉ - COTONOU

Tout type de matériel roulant Conventionnel et dangereux nous consulter MAESTRO SUN ........................................................................... 13 Décembre Agent Général : GROUPE NAVITRANS 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 Marseille - Tél. 04 91 84 13 14 Agence Marseille : ACI - Tél. 04 91 84 13 19

Agence Sète : Navitrans Méditerranée - Tél. 04 67 48 62 20

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Oman - Dubai - P.S. Qaboos - Abu Dhabi Doha - Koweit - Bahrein - Sharjah - Qatar

Pour plus d'informations:

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

http://www.cfcopies.com

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

www.cargo-lines.com


Prévisions de départs du port de Marseille

AMARSUD / GRIMALDI

RICKMERS GROUP

Lignes Régulières Tour du Monde et Inde/Moyen Orient

Départs de MARSEILLE/FOS

Roulant - Projets - Conventionnel

Transport de marchandises conventionnelles, projets et colis lourds Départ des ports d’Anvers / Hambourg / Gènes ou autres ports en route si aliments suffisants

EUROPE TO SOUTH EAST ASIA / FAR EAST

EUROPE TO MIDDLE EAST / INDIA

Rickmers JAKARTA ............ 28 Nov. Rickmers SHANGHAI ......... 7 Déc.

Rickmers SAVANNAH ........ 26 Déc. Rickmers SEOUL . .............. 10 Janv.

Marmedsa Paris : salesparis@marmedsafr.marmedsa.com Hervé Moigne Tél. +33 (0) 1 55 81 09 30 Mob. +33 (0) 6 10 65 38 30 hmoigne@marmedsafr.marmedsa.com

Elena Lazareva

T +33 (0) 1 55 81 09 30 elazareva@marmedsafr.marmedsa.com

Service hebdomadaire direct vers la Turquie

GEMLIK - DERINCE - YENIKOY En transbordement via SALERNE :

XPRESS CNTRS LINE

Palerme - Malte - Tunis - Tartous - Le Pirée Beyrouth - Lattaquié - Al Khoms - Alexandrie

Départ hebdomadaire de FOS

GENES - LIVOURNE - ALGESIRAS LAS PALMAS - TENERIFFE AGADIR - MELILLA - TARRAGONE BJORG . ...............................

GRANDE ITALIA . ............................................................. 30 Novembre GRANDE COLONIA ......................................................... 4 Décembre Réception à FOS : Darse 3 - Nicolas Frères –––––––

3 Déc.

AGENA TRAMP

17 A, Av. Robert Schuman - 13002 Marseille Tél. : 04.91.15.44.00 - Fax : 04.91.56.09.10

Tél. 04 42 05 71 71 - Fax 04 42 05 71 77

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

Service hebdomadaire DIRECT au départ de FOS

BORCHARD LINES Ltd

IMPORT ASIE / EXPORT ASIE & sous continent Indien

SERVICE

SERVICE MD2 : Ningbo - Shanghai - Xiamen - Kaohsiung - Yantian

MARSEILLE : 04 96 17 17 72/91 LYON : 04 72 61 19 91

PARIS : 01 58 58 02 32/40 LE HAVRE : 02 32 74 50 52/54

Bosphorus Service

C O G E P A R T

MIRIAM BORCHARD.............. 4 Déc. KATHERINE BORCHARD....... 11 Déc.

Une course d'avance pour toutes vos courses et transports urgents, ponctuels ou réguliers.

LE PIRÉE.................... AMBARLI.................... GEBZE YILPORT....... IZMIR...........................

120, bd de Paris - 13003 Marseille Tél 04.96.15.16.66 - Fax 04.96.15.16.67

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Singapour - Hong Kong - Keelung - Busan Jakarta - Bangkok - Manille Tokyo - Osaka - Yokohama - Kobe - Australie

DIRECT

Full Containers 20'/40' au départ de MARSEILLE

Singapour - Port Said - Ashdod

YM ULTIMATE 042E ................................................... 5 Décembre HONOLULU BRIDGE 009E ........................................ 11 Décembre YM UTOPIA 034E . ...................................................... 18 Décembre HONG KONG BRIDGE 025E ...................................... 26 Décembre Réception Seayard FOSRéception Seayard FOS

l’antenne - Semaine 48 - Octobre 2013 - 11

4 5 6 7

jours jours jours jours

West Mediterranean Service

REBECCA BORCHARD....... ANNE BORCHARD..............

Limassol.................. Ashdod..................... Haïfa.......................... Alexandrie............. Mersin......................

5 6 7 8 9

(transbordement Haïfa)

29 Nov. 6 Déc.

jours jours jours jours jours

MARMEDSA MARSEILLE 59, av. André Roussin - BP 106 - 13321 MARSEILLE Cedex 16 Tél. 04 96 17 17 12 / 32 / 09 / 37 — Fax 04 91 09 38 22

Les EUROS de l’ESPOIR®

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Beyrouth - Alexandrie - Ashdod - Haïfa Le Pirée - Limassol - Lattaquié

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

www.cargo-lines.com

Les entreprises contre le CANCER

Service hebdomadaire Matériels roulant uniquement Au départ de

––––––––––––––––––––––

GEFLUC

30, rue Montgrand 13006 MARSEILLE Téléphone 04.91.33.00.67

Marseille

LE PIRÉE - GEMLIK DERINCE NEPTUNE ILIAD..................... NEPTUNE THELESIS.............

––––––

Chèque bancaire ou postal

10, place de la Joliette 13002 MARSEILLE Tél.: 04.91.91.04.04 Téléfax: 04.91.91.46.56 e-mail : otm@otm.fr

–––––––––���

Nous désirons participer à l'Action des

“EUROS DE L'ESPOIR”, ci-joint:

NOM ........................................................ ................................................................... ADRESSE .............................................

Toute l’année, les départs pour plus de 200 ports dans le Monde.

................................................................... ................................................................... ...................................................................

_____________

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

O.T.M.

S'adresse aux Entreprises, Commerçants, Artisans, et à leur personnel

15,25  (minimum)

GRÈCE - TURQUIE - LIBAN ÉGYPTE - SYRIE - CANARIES MER NOIRE - LIBYE

Pour fret et réservations :

––––––––––––––––––––––––––

représentant notre cotisation pour un an.

28 Nov. 2 Déc.

Service hebdomadaire depuis FOS

l’antenne

SMECI au capital de 102.300 euros R.C. 448 889 395 00037 Siège social : 32, av. André-Roussin BP 36 - 13321 Marseille Cedex 16 sarl

ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

Dépôt Légal : 10 Avril 2006 Gérant : Jacques RICCOBONO ———— Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97

Site internet : www.lantenne.com

❇ Publicité : Directeur commercial : F. Revenaz 04.91.13.71.60 Normandie : F. Papion : 06.21.88.97.42 Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 Abonnement : 04.91.13.71.62 Rédaction : V. Grunchec : redaction@lantenne.com f.andre@lantenne.com v.calabrese@lantenne.com

ABONNEMENT FRANCE : Un an ……… 330,00 euros ——————

Cette publication peut être utilisée dans le cadre de la formation professionnelle continue


12 - Semaine 48 - Octobre 2013 - l’antenne

Rouen

Services Maritimes

ROUEN RADICATEL FINLANDE – RUSSIE

ROUEN-CASABLANCA Service conteneur hebdomadaire direct 4 Jours maroc@promaritime.fr

Nouveau service RO-RO & conventionnel direct sur St Petersbourg

Service conteneur : 20’ / 40’ / 45’ (dry, pallet-wide, high cube, flat) Service conventionnel : colis lourds, matériel roulant, yachts

finlande@promaritime.fr

Une desserte des pays côtiers et de l’hinterland de l’Afrique

Service RoRo et conventionnel depuis Rouen

Dakar, Abidjan, Tema, Lagos roro-afrique@promaritime.fr

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

au départ de Rouen Destinations côtières :

NOUAKCHOTT - DAKAR - ABIDJAN - CONAKRY - TÉMA LOME - COTONOU - LAGOS - DOUALA - LIBREVILLE PORT GENTIL - POINTE NOIRE - MOMBASA Destinations enclavées : NIAMEY - BAMAKO OUAGADOUGOU - BANGUI - N’DJAMENA - KINSHASA Contact : uro@tsl-nvocc.com - Tél. : 02.32.18.83.60

www.tsl-nvocc.com

Une maitrise de bout en bout avec le réseau du groupe Bolloré

Dunkerque   Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

© Dunkerque Port

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

North West Europe

DUNKERQUE / ST-PETERSBOURG + reéxpédition RUSSIE Départ hebdomadaire Service direct Cotations et réservations

booking@dkk.sealogis.fr Tél. : 33.3.28.58.05.63

© Dunkerque Port

Services Maritimes


l’antenne - Semaine 48 - octobre 2013 - 13

Le Havre

Services Maritimes

3 Afrique Occidentale et Equatoriale

6

Antilles / Amérique Centrale Fort de France Pointe à Pitre La Havane

http://www.niledutch.com

SERVICE WEST AFRICA EXPRESS DIRECT : ABIDJAN - POINTE NOIRE LUANDA - LOBITO - NAMIBE Transbordement via Pointe Noire : LIBREVILLE - Douala - Matadi Bata - Malabo - APAPA

Réexpédition possible depuis Pointe Noire sur Cabinda (Angola), Boma (RDC), Soyo (Angola)

  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

Moyen-Orient

9

NILEDUTCH GEMSBOK............ 5 Déc. BELGICA.................................... 12 Déc. NILEDUTCH GAZELLE.............. 19 Déc. France

NileDutch France S.A.S. Espace Caillard - 3, rue Louis Eudier 76600 Le Havre Bertrand DEMARE 02.77.67.50.01 Nathalie LEVEEL 02.77.67.50.03 sales.leh@niledutch.com

10 ExtrêmeOrient

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

www.cargo-lines.com

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

4

Afrique du Sud et de l’Est Services Directs Hebdomadaires

AFRIQUE DU SUD

Capetown - Durban Port Elisabeth - East London

ASIE

Chine - Japon - Australie Thaïlande - Vietnam- Indonésie

––––––––

MOL (EUROPE) BV LE HAVRE Tél. : 02.32.74.24.00 Fax: 02.35.41.14.41

5

SERVICE HEBDOMADAIRE DIRECT

Amérique du Nord

SERVICE CES IMPORT : LE HAVRE, 1er PORT touché Kaohsiung - Ningbo - Shanghai - Taipei HongKong - Shekou - Tanjung Pelepas Piraeus - Algeciras LE HAVRE

SERVICE RORO Europe - Middle East (EME SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH Europe - ASIA (ESEA SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH Europe - USA & SOUTH AMERICA WEST COAST (RTW SERVICE) 3 SAILINGS PER MONTH

- sur la Méditerranée Orientale et la Mer Noire - via le Piraeus

RAMP : 150WT MAX HEIGHT : 6,30 m

STRASBOURG : Tél. : 03.88.55.96.40

EXPORT : AU DÉPART DU HAVRE Piraeus - Jeddah - Tanjung Pelepas Kaohsiung - Ningbo - Shanghai Taipei - HongKong - Shekou

+ Réexpéditions

- sur l’Afrique de l’Ouest ( NE6 ) - via Algeciras

- sur l’Afrique de l’Est - via Colombo / Tanjung Pelepas __________ PARIS :

LE HAVRE :

MARSEILLE :

Prins Boudewijnlaan 43 B-2650 Edegem, Belgium Phone : +32(0)3 451.09.14

LYON :

Tél. : 01.58.58.02.22 Tél. : 02.32.74.50.50 Tél. : 04.96.17.17.70 Tél. : 04.72.61.19.91

pierre.delatre@ne.nykline.com

14 Mer du Nord / Baltique

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

LE HAVRE/ST PETERSBOURG & ARKHANGELSK + REEX RUSSIE/C.E.I. (CNTR DRY & REEFER/CONV)

www.cargo-lines.com

ARKHANGELSK LINES

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

SERVICE HEBDOMADAIRE DIRECT

IMPORT / EXPORT

a

LA RUSSIE ORIENTALE (Vostochniy, Vladivostok, Korsakov, Petropavlovsk-Kamchatskiy, Magadan)

AU DÉPART DU HAVRE AVEC

SERVICE TAE

NEW YORK – NORFOLK CHARLESTON SANTA PAOLA....................... HANJIN PHOENIX.................

AGENT GÉNÉRAL : LE HAVRE : 02 35 22 81 30 FAX : 02 35 22 44 65 saglehavre@wanadoo.fr PARIS : 01 44 09 47 09 - Fax : 01 40 55 05 66 sagparis@sagmar.com

1er Déc. 8 Déc.

North West Europe départ hebdomadaire

Réexpéditions ports secondaires et villes intérieures

Cotations et réservations

PARIS : Tél. : 01.58.58.02.38/07 21 LE HAVRE : Tél. : 02.32.74.52.39/54 STRASBOURG : Tél. : 03.88.55.96.40 MARSEILLE : Tél. : 04.96.17.17.87/93 LYON : Tél. : 04.72.61.19.91

didier.claudepierre@lhv.feron.fr Tél. : 33.3.35.25.88.22 eric.andraud@feron.fr Tél. : 33.3.35.25.57.35

—————


14 - Semaine 48 - Novembre 2013

Justice Trois anciens responsables syndicaux de SeaFrance ont été mis en examen mardi 19 novembre pour abus de confiance dans une affaire liée aux comptes du comité d’entreprise. Didier Cappelle, ancien secrétaire général du syndicat Maritime Nord qui contrôlait le CE de SeaFrance, Éric Vercoutre, ancien secrétaire général du CE, et David Bare, ancien trésorier du CE, ont été présentés mardi après-midi à un juge d’instruction lillois.

Explosion Deux personnes qui effectuaient des travaux de maintenance ont été tuées mardi 19 novembre dans une explosion survenue sur le site pétrochimique de Total à Anvers. L’explosion s’est produite vers 15 heures sur ce site industriel géant situé dans le port d’Anvers, au nord de la ville, et qui emploie quelque 1.7000 personnes. Il s’agit de “l’explosion d’une canalisation de vapeur d’eau d’une unité de production d’essence” sur laquelle des travaux de maintenance étaient réalisés, a précisé Total. Selon le journal local “Gazet van Antwerpen”, la soupape d’une turbine à vapeur présentait un problème depuis plusieurs jours et la société de soustraitance, spécialisée dans la réparation de fuites, intervenait pour régler la situation. Le groupe français a précisé qu’une partie des “installations ont été mises à l’arrêt” et assuré qu’il n’y avait “pas d’impact sur l’environnement”. “Il n’y a pas eu d’émission d’hydrocarbures dans l’atmosphère”. La raffinerie a été “évacuée”, selon un porte-parole. Il n’a pas été en mesure de préciser si la production pourrait rapidement retrouver son rythme normal. En revanche, l’accident n’a eu aucune conséquence sur le trafic maritime et l’activité du port d’Anvers, le deuxième d’Europe, selon un porte-parole du port.

Cassation Le parquet de La Corogne, dans le Nord-Ouest de l’Espagne, ainsi que l’État français ont décidé de se pourvoir en cassation auprès de la justice espagnole après l’acquittement, le 13 novembre, des trois accusés dans le procès de la marée noire du “Prestige”. Le parquet de la région de Galice, qui avait réclamé entre cinq et douze ans de prison pour les accusés, dont le commandant du pétrolier, ainsi que l’État français espèrent ainsi faire reconnaître l’atteinte à l’environnement ayant résulté en 2002 de cette marée noire, l’une des plus graves de l’Histoire.

Routiers Les syndicats appellent à “un coup de semonce” Cinq syndicats du transport routier appellent les salariés du secteur à manifester le 3 décembre pour réclamer le relèvement des salaires et de la cotisation finançant leur dispositif de préretraite, “un premier coup de semonce”, ont-ils prévenu lundi 18 novembre. Les fédérations transport CFDT, CGT, FO, CFTC, ainsi que le Snatt CFE-CGC, dénoncent la “smicardisation” de leur profession et enjoignent les salariés de “ne plus subir”. Alors que des négociations sur les salaires se sont ouvertes mi-octobre avec les organisations patronales, “nous revendiquons une augmentation immédiate de 5 % des salaires au minimum” pour rattraper “le pouvoir d’achat perdu depuis 2009”, a expliqué Thierry Cordier (CFDT). Selon les syndicats, le patronat propose actuellement 0,5 %, “ce qui est très indécent”, a relevé Patrice Clos (FO). L’appel à “mobiliser” porte également sur le régime de départ anticipé à la retraite. Financé par les employeurs, les salariés et l’État, celui-ci est dans le rouge. Baptisé “congé de fin d’activité”, il permet aux salariés du

transport routier de marchandises, du déménagement et aux convoyeurs de fonds de cesser leur activité à plus de 57 ans avec 75 % du salaire brut en attendant la retraite. Pour “assurer la pérennité d’un système qui reste la seule et unique attractivité de ces métiers”, les syndicats souhaitent un relèvement de 2 à 2,8 % de la cotisation finan©R T cée à 60 % par les employeurs et 40 % par les salariés. Pour “faire entendre leur mécontentement”, les cinq organisations appellent les salariés à manifester le 3 décembre devant le Fongecfa, l’organisme paritaire gérant le régime, dont le siège est situé à Montreuil, à l’occasion du prochain conseil d’administration du fonds. Sur le reste du territoire, des rassemblements seront organisés devant les sièges des organisations patronales du secteur. Les syndicats n’appellent pas à des blocages “pour le moment”, a précisé Patrice Clos (FO). “C’est un premier appel aux salariés”, s’il ne suffit pas, des actions plus fortes seront envisagées : “arrêts de véhicules, blocages de dépôts et des routes”, prévient Thierry Cordier. enault

rucks

Frets maritimes Hausse des frets pétroliers Les vracs secs ont poursuivi leur recul la semaine dernière, pénalisés par les tarifs sur les panamax, tandis que les frets pétroliers continuaient leur ascension. Le Baltic Dry Index (BDI) a fini vendredi 22 novembre à 1.483 points, un plus bas depuis début septembre, contre 1.507 points une semaine auparavant. Le Baltic Panamax Index (BPI) a terminé à 1.362 points vendredi, contre 1.409 points une semaine auparavant — après avoir atteint jeudi 1.345 points, son plus bas depuis miseptembre. “Les tarifs pour les panamax ont chuté dans les deux hémisphères cette semaine” en raison d’une “demande faible” et de navires qui naviguent à vide faute de chargements, ont expliqué les analystes du courtier maritime Fearnleys. En revanche, les tarifs pour les capesize se sont stabilisés la semaine dernière. Le Baltic Capesize Index (BCI) a ainsi terminé la semaine à 2.390 points, contre 2.377 points le vendredi précédent. De leur côté, les frets pétroliers ont poursuivi leur ascension la semaine dernière, aidés par une demande en hausse. “Les tarifs restant élevés, les propriétaires de navires sont optimistes et poussent petit à petit les prix à la hausse pour chaque nouveau contrat”, ont relevé les analystes de Fearnleys. L’indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI) a fini à 652 points, contre 642 points la semaine précédente — après avoir atteint mercredi 655 points, un nouveau sommet depuis le 23 août. Le Baltic Clean Tanker Index (BCTI) a terminé à 507 points, son plus haut depuis mi-octobre, contre 490 points sept jours auparavant.

Mobilisation contre l’Écotaxe le 30 novembre L’Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE), qui avait organisé samedi 16 novembre une manifestation de camionneurs contre l’Écotaxe, a menacé mardi 19 novembre le gouvernement d’une nouvelle action s’il n’abrogeait pas l’ensemble du dispositif contesté. “Sans abrogation de la loi et sans annulation du contrat avec l’opérateur privé Ecomouv’, l’OTRE appelle à une nouvelle mobilisation des transporteurs le 30  novembre”, a annoncé le syndicat. L’OTRE, qui rassemble essentiellement de petites entreprises de transport routier, demande l’“annulation de l’Écotaxe Ecomouv’, condition première avant toute discussion sur une remise à plat de la fiscalité du secteur dans sa globalité”. L’Écotaxe

avait été suspendue sine die fin octobre par le gouvernement. Le ministre de l’Écologie et de l’Énergie, Philippe Martin, a annoncé que l’Écotaxe restera

suspendue tant que la fiscalité n’aura pas été remise à plat, chantier annoncé peu avant par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Le 16 novembre, à l’appel de l’OTRE, plusieurs milliers de camions avaient défilé au pas sur les routes françaises pour réclamer l’abandon de l’Écotaxe. Le ministère de l’Intérieur a dénombré 2.100 poids lourds, tandis que l’OTRE en annonçait 4.000. L’OTRE, qui revendique 3.000 adhérents, était la seule à mobiliser. La manifestation francilienne avait toutefois été rejointe par le collectif national de préservation du transport routier français. Les autres fédérations (Unostra, FNTR, CSD et TLF) avaient marqué leur différence.

Réaction Roland Blum a réagi à l’envoi du navire de la SNCM “Pascal Paoli” dans le port tunisien de Bizerte pour son escale technique. Le premier adjoint au maire de Marseille, délégué au développement du port, déplore cette décision, dénonçant une “délocalisation” alors que la mairie s’implique “dans le sauvetage de la compagnie” et que “le chantier de réparation navale du Grand Port maritime de Marseille dispose des moyens et des compétences nécessaires pour cette opération”. Il rappelle que la SNCM “a été largement associée à l’élaboration de la Charte ville-port” signée entre les collectivités locales et l’établissement public, qui a notamment pour but “de préserver et développer la réparation navale dans les bassins Est”. “Alors que toutes les énergies doivent converger pour la sauvegarde de l’entreprise et le maintien de plus de 2.000  emplois directs et indirects à Marseille, il est choquant que l’activité de réparation navale soit ainsi transférée, au mépris des acteurs locaux”, écrit Roland Blum. Celui-ci dénonce une “double peine” infligée aux entreprises du secteur portuaire alors même que tous sont inquiets pour l’avenir de la SNCM et attendent un engagement ferme de l’État. L’adjoint au maire va jusqu’à demander au Premier ministre de “ramener le navire à Marseille pour qu’il y soit réparé”.

Mouvements Après cinq années passées au sein du groupe Goodman, Philippe Arfi accède au poste de directeur France en remplacement de Jean-François Mounic. Entré chez Goodman en avril 2008, Philippe Arfi était jusque-là directeur développement France depuis 2010. Sous sa direction, l’équipe française a développé plus de 300.000  m2 dont l’entrepôt de 90.000 m2 loué à Amazon dans le nord de la France. Avant de rejoindre Goodman, Philippe Arfi était directeur immobilier au sein du groupe Sernam.

Accident L’explosion d’un oléoduc vendredi 22 novembre dans le port de Qingdao a fait au moins 35 morts, selon l’agence de presse Chine nouvelle. La détonation a été très puissante, avec un souffle qui a retourné des voitures et fortement endommagé des axes routiers. Une fuite avait été constatée sur cet oléoduc, appartenant au pétrolier Sinopec, plusieurs heures avant la catastrophe. L’explosion s’est produite à un moment où des ouvriers tentaient de colmater cette fuite, a indiqué le gouvernement de Qingdao. Les accidents industriels sont fréquents en Chine. Les accidents du travail ont fait près de 28.000  morts dans ce pays durant les six premiers mois de 2013, selon des statistiques officielles.

Rassemblement Plusieurs centaines de douaniers se sont rassemblés jeudi 21 novembre devant le ministère de l’Économie et des Finances, dans le cadre d’une journée de grève nationale pour réclamer davantage de moyens et dénoncer les suppressions de postes. Le rassemblement s’est fait à l’appel de l’ensemble des syndicats de douaniers (CFDTCGT-CFTC-FO-Solidaires-Unsa). Les agents, chargés notamment de la lutte contre les fraudes et les trafics en tous genres, se mobilisent pour combattre le projet stratégique 2013-2018 de leur administration.


Hebdo sem 48 2013