Page 1

VOUS ÊTES LOURD ! ON VOUS TRANSPORTE

o d b e l’h

COMMISSIONNAIRE DE TRANSPORT aérien et maritime

Projets industriels et pétroliers,

spécialiste de la supply chain. Agences au Nigeria (Lagos et Port Harcourt) 48, rue de l’Aubépine 92160 Antony Tél : + 33 1 55 59 07 70

Fax : + 33 1 49 84 06 54

Institutions/ Infrastructures

Cour des comptes : La réforme de 2008 dans le viseur

72e année

www.lantenne.com Semaine 7 - Février 2017

ISSN 0395-8582 - CPPAP 0319T79480

Maritime

Le port de Rotterdam en léger recul en 2016 © Port of Rotterdam

infos@transprojets.com www.transprojets.com

Bordeaux : Une année 2016 morose pour le port girondin OTRE : Les routiers interpellent les candidats aux prochaines élections Entreprises

Mol/NYK/ “K” Line : Les armateurs japonais toujours dans le rouge AP MøllerMaersk : Reculer pour mieux sauter ? Bourbon : Début d’embellie après une chute de l’activité International

Belgique : Les navires du service Nefwi de CMA CGM au terminal fruitier d’Anvers

www.lantenne.com

Le conteneur a soutenu l’activité du premier port d’Europe en 2016

Les vracs ont empêché le port de Rotterdam de boucler l’année 2016 sur une hausse, tandis que les conteneurs et autres marchandises diverses étaient en progrès. Le premier port d’Europe a vu son trafic décliner de 1,1 %. Le trafic du port de Rotterdam a atteint 461,2 millions de tonnes en 2016, en recul de 1,1 %. Allard Castelein, PDG de l’autorité portuaire, “après la hausse exceptionnelle de 4,9 % en 2015”, s’est dit “heureux du fait que la plupart des secteurs aient égalé, voire légèrement dépassé les volumes de 2016”. L’optimisme de la direction repose sur “les investissements majeurs dans plusieurs raffineries et dans des projets de transition énergétique et la nouvelle répartition des lignes régulières, qui est favorable à Rotterdam”. 12,4 millions d’EVP Le grand sujet de satisfaction est le conteneur, qui a repris sa progression après avoir légèrement fléchi de 0,5 % en 2015. Il s’est inscrit l’an dernier en hausse de 1,2 % en nombre de boîtes, avec un total de 12,4 millions d’EVP. En tonnage, la croissance est plus modeste : + 0,6 % pour 127,1 millions de tonnes (Mt). Ce trafic s’est nettement redressé au deuxième trimestre, avec une hausse de 4,9 %. Le port a constaté une augmentation des flux en provenance d’Asie et d’Amérique du Nord mais une diminution des exportations vers l’Amérique du Sud. En Europe, l’autorité portuaire note une amélioration des trafics de courte distance entre Rotterdam et le Royaume-Uni,

l’Irlande, l’Espagne et le Portugal. Il déplore en et sortant de produits raffinés a été stable revanche un recul d’activité sur la partie scan- (+ 0,3 %), à 88,8 Mt. dinave de la mer Baltique, “principalement à Les trafics de fuel, de gasoil, de kérosène cause de la faiblesse de l’économie russe”. et de naphta ont diminué, tout comme celui Les deux nouveaux terminaux à conteneurs de GNL, qui a chuté de 26,1 %, avec 1,7 Mt, de Maasvlakte 2 (mis en service au printemps après une bond de 90 % en 2015. La direction 2015) ont connu de fortes croissances en se- estime que le prix du gaz a subi la concurconde partie d’année. Ils ont traité à eux deux rence de ceux des produits pétroliers. 0,6 million d’EVP au preLes vracs solides ont mier semestre et 1,1  milconnu une baisse plus lion au second. sévère encore : - 6,2 % pour “Les dessertes Le port néerlandais un total de 82,3 Mt. Toutes estime à 30 % sa part de des nouvelles alliances les filières composant ce marché sur le range nordsegment sont concernées sont favorables européen (Hambourgpar cette baisse. à Rotterdam” Le Havre), “comme les Les minerais et ferrailles années précédentes”. Il ont perdu 7,8 %, avec rappelle que les récents 31,2 Mt traitées, “en raison bouleversements dans le monde des arma- du dumping sur l’acier chinois”. L’autorité teurs de ligne régulière prendront corps début portuaire de Rotterdam note une hausse des avril avec le démarrage officiel des nouvelles exportations de ferrailles vers la Turquie, “qui alliances, avec des dessertes annoncées “qui a annoncé des mesures anti-dumping”. semblent favorables à Rotterdam”. Autre trafic important lié à l’industrie siLe roulier se porte bien lui aussi, “malgré dérurgique, celui de charbon a diminué de l’annonce du Brexit”. Il affiche une progres- 7,3 %, à 28,4 Mt, “à cause de fermetures sion de 1,7 % pour 22 Mt échangées avec le d’usines aux Pays-Bas et du développement Royaume-Uni, la Scandinavie, l’Espagne et des énergies éolienne et solaire”. Le volume le Portugal. Les autres marchandises diverses de produits agricoles manutentionnés a lui ont crû de 3 % (5,9 millions de tonnes). aussi, diminué de 3,6 % en raison d’un approvisionnement plus important en provenance Vracs liquides et d’Europe plutôt que des pays tiers. Il a atteint solides en souffrance 10,4 Mt. Enfin, les autres vracs solides ont perdu 1,4 % (12,2  Mt), atteints par la baisse En 2016, la filière des vracs liquides a subi des importations de matériaux de construction. un recul de 1,2 %, à 101, 9 Mt. Pour 2017, l’autorité portuaire s’attend Le port estime que le niveau de pétrole à une stabilité générale des volumes et à la brut est resté dans la fourchette haute malgré poursuite de la croissance pour le conteneur. la baisse des marges des raffineries. Après une hausse de 18 % en 2015, le trafic entrant Franck André


Infrastructures/Institutions

2 - Semaine 7 - Février 2017 - l’antenne

Cour des comptes

La réforme de 2008 dans le viseur Pour la Cour des comptes, la desserte ferroviaire et la valorisation du foncier sont deux priorités, avec une répartition des crédits publics ciblés sur les ports aux hinterlands nationaux. En 2012, la Cour des comptes Avancées par plusieurs GPM, a procédé à un premier bilan de “la chute des hydrocarbures et la la réforme portuaire engagée en désindustrialisation n’expliquent 2008. À l’époque, la baisse de que partiellement ce constat”, 10 % du trafic des Grands Ports selon la juridiction financière, maritimes métropolitains avait citant Rotterdam dont les proété mise sur le duits pétroliers compte de la ont progressé de crise mondiale % entre 2007 “La compétitivité 11 et les tensions et 2014 contre des GPM sociales liées à une chute de 28 % la mise en œuvre en France. À pas encore de la réforme. l’origine de 17 % renforcée” Ces effets audes tonnages traijourd’hui estomtés par les GPM pés, “les trafics (39 % au Havre et ont continué à baisser alors 29 % à Marseille-Fos), les contequ’ils sont repartis à la hausse en neurs en hausse de 3,5  % n’ont Europe”, note le rapport public pu compenser cette érosion. “La 2017 de la Cour présentée le réforme de 2008 n’a pas encore 8 février à Paris. “Entre 2007 et permis de renforcer la compétiti2015, la baisse atteint 13,6 % vité des GPM”, conclut la Cour. alors qu’elle est limitée à 1,4 % Si aucun écart sur les coûts de dans les grands ports européens”. passage portuaire n’est relevé, Au sein des grandes économies son rapport s’attarde en revanche maritimes européennes, la France sur la compétitivité hors-prix est le seul pays, avec l’Italie, des GPM comme la valorisation à connaître cette évolution. de leur domaine portuaire. En

Autoroutes

ferroviaires

Évaluation recommandée Pour justifier les aides publiques allouées aux autoroutes ferroviaires dont l’équilibre financier est fragile, la Cour des comptes recommande la réalisation d’une évaluation socio-économique et environnementale. Hasard du calendrier, au moment où l’autoroute ferroviaire VIIA Britanica CalaisLe Boulou reprend du service à raison d’une rotation quotidienne, la Cour des comptes a remis le 8 février une analyse sur cette technique combinée. Comparés aux objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement et l’Engagement pour le fret ferroviaire, soit 500.000 camions d’ici 2020 assortis d’une économie de 450.000 tonnes de CO2 par an, les trafics actuels sont très éloignés. Ensemble, les deux services en exploitation entre Aiton-Orbassano (Alpine), depuis 2003, et Le BoulouBettembourg, depuis 2007, consolident 70.000 unités par an. “Les autoroutes ferroviaires ne représentent que 4 % du volume du fret ferroviaire en France”, souligne la Cour. Sur les axes concernés, elles captent 2 % du trafic poids lourds traversant les Alpes du Nord et 6 % sur

le corridor Nord-Sud. Avec 30.000 véhicules par an, “l’autoroute Alpine subventionnée à hauteur de 53 % jusqu’en 2018 ne parvient à monter en puissance”. Face à ce constat, la juridiction financière recommande d’avancer sa mise en concession. Non subventionnée, l’autoroute ferroviaire Le BoulouBettembourg a de son côté atteint “un fragile équilibre économique” avec un flux de 40.000 véhicules par an. Après l’abandon du service Atlantique entre le Pays basque et le Nord de la France où, “sur les 70 millions d’euros de crédits publics engagés, une quarantaine l’ont été en pure perte”, la Cour s’interroge du coup sur le devenir de cette technique combinée. À ses yeux, elle est confrontée “au dynamisme de la concurrence de la route, à un réseau ferré français peu propice et à l’absence d’incitations fortes des transporteurs comme en Suisse”. Selon ses calculs, toutes aides confondues, elle estime à 213 millions d’euros les crédits publics alloués pour soutenir son développement depuis 2010. Pour éclairer son jugement, une évaluation socio-économique et environnementale est recommandée, en prenant le service Le BoulouBettembourg pour pilote. E. D.

© GPMM

Train frigorifique du programme Fresh Food Corridor au départ de Marseille-Fos

France, elle génère 25 à 35 % de leurs recettes contre 40 % à Anvers et à Rotterdam. Les dessertes terrestres massifiées sont un autre levier à actionner, selon la Cour. Loin du doublement fixé par le Grenelle de l’environnement entre 2006 et 2015, les pré et postacheminements portuaires par fer et voie d’eau n’ont progressé que de 25 % sur la période malgré l’augmentation de 82 % pour les conteneurs. Pis, “le fret ferroviaire est moins présent en 2014 qu’en 2006 : - 16 % contre + 30 % pour le fluvial et + 32 % pour la route”. Soulignant le rôle

de l’État dans son développement, “le fret ferroviaire doit devenir une priorité en accélérant les travaux aujourd’hui prévus en 2020 pour le contournement par Serqueux-Gisors, et 20302050 pour la ligne nouvelle Paris-Normandie”. Quant au fluvial, “son potentiel est sous-exploité. Un redéploiement des crédits en faveur de l’amélioration des accès portuaires est essentiel à la compétitivité des ports français face à leurs concurrents”. En parallèle, les démarches interportuaires sont encouragées.

Pour optimiser l’action et les finances publiques face aux enjeux de dessertes, la Cour des comptes suggère une nouvelle politique portuaire qui distingue les GPM selon leur hinterland : national, comme Le Havre, Marseille-Fos et Dunkerque, ou régional s’appuyant, notamment, sur le nouveau cadre mis en place par la loi Notre en 2015. Sur cette base, elle se prononce en faveur d’une répartition des crédits de l’État ciblée sur la compétitivité des GPM constituant un enjeu national. Érick Demangeon

Écotaxe

Un échec stratégique et coûteux Combien a réellement coûté l’Écotaxe poids lourds ? Plus de 10 milliards d’euros si l’on additionne la perte de recettes et le coût de son abandon. L’Écotaxe poids lourds illustre “le défaut d’une volonté politique clairement exprimée et durable”, selon Didier Migaud. Du vote en 2009 du Grenelle de l’environnement, dont elle est issue, à son abandon définitif le 30 décembre 2014, le Premier président de la Cour des comptes dresse un bilan désastreux et “très coûteux”. Chiffres à l’appui, la juridiction financière s’est livrée à une analyse détaillée dans son dernier rapport public. Sur la durée d’exploitation initiale de l’Écotaxe (2014-2024), les recettes non perçues par les finances publiques s’élèvent à 9,83 milliards d’euros. S’ajoutent les indemnités versées pour suspension puis résiliation du contrat avec Écomouv’ supprimant 210 emplois au passage. Soit 958 millions d’euros dont 54 % payés en 2015 suivi d’un étalement du paiement entre 2016 et 2024 avec, à la clé, des intérêts en sus de 35  millions d’euros ! L’État a supporté aussi les coûts de pilotage, de mise en œuvre puis d’abandon du projet ; le tout pour 70 millions d’euros. La Cour tient enfin compte des 53 millions d’euros par an de recettes non perçues depuis 2009 liées à l’abaissement du tarif de la taxe à l’essieu (censé être compensé par l’Écotaxe) et des 270 millions d’euros provisionnés pour les contentieux en cours. Dans un second temps, le rapport analyse le relèvement de fiscalité pétrolière pour compenser la perte de recettes de l’Écotaxe. “Cette

compensation est insatisfaisante tant du point de vue budgétaire qu’au regard des objectifs initialement poursuivis”, selon la Cour. D’une part, le produit généré par l’augmentation de la TICPE masque une répartition inégale : Si le budget de l’État bénéficie d’une surcompensation, tel n’est pas le cas pour les collectivités territoriales qui ne perçoivent pas les 160 millions d’euros par an du produit de l’Écotaxe. D’autre part, le relèvement de la TICPE supprime quasiment la contribution des poids lourds étrangers. Sur une recette annuelle brute de 1,119 milliard d’euros escomptée avec l’Écotaxe, ces derniers devaient supporter 350 millions d’euros. Avec le relèvement de la TICPE, leur part chute à 25 millions d’euros ! Qu’en est-il pour les transporteurs français ? Ils devaient contribuer à hauteur de 779 millions d’euros aux recettes de l’Écotaxe et ne supportent plus que 462 millions d’euros. Le grand perdant de l’augmentation de la fiscalité pétrolière est donc les automobilistes. De zéro euro avec l’Écotaxe, ils financent aujourd’hui 652 millions d’euros. L’Écotaxe laisse à la charge de l’État 160 portiques et près de 720.000 boîtiers embarqués sur les bras des transporteurs et de leurs fabricants (objet des contentieux en cours). S’agissant des portiques, à l’exception de quelques ventes ayant rapporté 2,2 millions d’euros, “les perspectives de réutilisation étant quasi nulles, l’État les a dépréciés dans ses comptes”. Au regard des déploiements en Allemagne, Autriche, Pologne et, en 2016, en Belgique, la conclusion de la Cour est sans appel : “L’abandon de l’Écotaxe constitue un gâchis”. E. D.


Infrastructures/Institutions

l’antenne - Semaine 7 - Février 2017 - 3

Bordeaux

Une année 2016 morose pour le port girondin Les graines oléagineuses ont Le Grand Port maritime de Bordeaux (GPMB) a achevé l’an- progressé de 63 % à l’import née 2016 sur un trafic s’élevant à sur les installations bordelaises 7,8 millions de tonnes, en recul l’an dernier pour s’établir à de 6,5 % par rapport à 2015, où il 423.000 tonnes et crû de 16,5 % à avait comptabilisé 8,38 millions l’export (52.700 tonnes, à l’export). Étienne Naudé de tonnes. relève le rôle Pour Étienne par l’usine Naudé, le di“Affaire du terminal joué Saipol (groupe recteur de la du Verdon : Avril) basée Stratégie et du sur les installaDéveloppement jugement rendu tions de Bassens de l’établissement portuaire dans trois semaines” également. Selon lui, les girondin, l’anengrais se sont née a été marquée par la crise céréalière qui a bien portés puisqu’ils ont profrappé tous les ports de l’Atlan- gressé de 28,6 % l’an dernier à tique. À 1,57 million de tonnes, l’export, à 264.300 tonnes. En recette filière a chuté de 23 %. Il vanche, ils ont reculé de 21,5 % à relève également un autre fac- l’export, à 1.200 tonnes. Du côté des vracs, le charbon, à teur ayant compté dans le recul de l’activité annuelle, les gra- 150.000 tonnes, est resté stable par nulats, qui ont chuté de 32 %, à rapport à 2015. Autre trafic en baisse sur le 282.000  tonnes. “Nous avons souffert de la crise du BTP. Nous port girondin en 2016, les bois n’avons pas encore bénéficié du tropicaux. Une filière qui a reculé regain d’activité dans le secteur”. de plus de 40 % à 1.300 tonnes. Les hydrocarbures (représen- Le dirigeant du GPMB rappelle tant encore la moitié du trafic que les importations de grumes global du port) ont baissé de est une filière qui est en train 3,19 % pour s’établir à 4,14 mil- de disparaître puisque les opérations de sciage s’effectuent lions de tonnes. Étienne Naudé mentionne un aujourd’hui sur le lieu de proléger retrait des importations duction. En revanche, les bois du (- 2,59 %) à 3,9 millions de tonnes. Nord ont progressé de plus de Le directeur de la Stratégie et du 2 %, à 34.200 tonnes. Le trafic conteneurisé, pour sa Développement du port girondin rappelle que la société Vermilion part, a baissé en 2016 de 8,7  % continue toutefois à exporter du pour s’établir à 57.243 EVP. “On pétrole brut produit sur son unité en revient au volume de 2014”, souligne-t-il. Il mentionne que les de Bassens.

© GPMB

La forte baisse des céréales et le recul des granulats ont empêché le Grand Port maritime de Bordeaux de progresser en 2016. À l’instar de nombreux autres ports de l’Hexagone, il n’a pas été épargné lui non plus par la morosité de la conjoncture...

feeders de MSC et CMA CGM, des unités d’une capacité moyenne de 1.000 EVP, font escale à Bassens. Selon lui, “au Verdon, on pourra viser des porte-conteneurs de plus grande taille”. Investissements : une enveloppe trois plus grosse qu’en 2016 Évoquant l’affaire de l’annulation par la justice de la mise en référé du terminal à la société Europorte en novembre 2016, Étienne Naudé estime qu’il va falloir prendre patience puisque le jugement devrait être rendu début mars. Enfin, dans le secteur de la croisière, le port de Bordeaux a accueilli 50 escales en 2016. “Nous avons déjà atteint

l’objectif que nous nous étions fixé pour 2020. Nous devrions atteindre 53 escales en 2017”, explique le dirigeant qui a comptabilisé 33.200 passagers. Le port de Bordeaux prévoit en outre de créer un autre terminal à Pauillac qui permettra d’accueillir des navires de 300 à 340 mètres. Au chapitre des investissements, le port de Bordeaux a prévu cette année un programme de 30 millions d’euros, soit trois  fois plus qu’en 2016. L’an dernier, une enveloppe de 10 millions d’euros avait permis de finaliser le terminal de Grattequina et les aménagements sur la zone logistique du Verdon. “Nous sommes en train de signer une opération de dragage pour améliorer le chenal jusqu’à Bassens et Ambès”, explique le

directeur de la Stratégie et du Développement au GPMB. Au plan foncier, le port girondin prévoit, à hauteur de 7,5 millions d’euros, l’aménagement de zones multimodales destinées au déchargement des camions mais aussi des trains reliés au Verdon. Autres investissements programmés par le GPMB, la création d’un pôle naval puisque le port girondin fait partie des dix-huit ports européens retenus par l’UE comme site de déconstruction et de maintenance européens des navires. L’établissement prévoit également la création d’un foyer des marins. Le bâtiment, qui va accueillir le Seamen’s Club, sera créé sur le terminal de Bassens. Vincent Calabrèse

Hauts-de-France

La stratégie régionale de Norlink Ports Les statuts de la nouvelle association des ports des Hauts-de-France ont été déposés. Son identité commerciale a été dévoilée. Baptisée Norlink Ports, elle a pour mission de fédérer les ports régionaux. À l’issue d’une assemblée générale constitutive qui s’est déroulée au siège de la CCI des Hauts-de-France, l’association des ports des Hauts-de-France vient d’entériner le protocole signé le 28 septembre 2015 à Lille. Baptisée Norlink Ports, elle travaille à “l’élaboration d’une véritable stratégie portuaire (régionale) permettant notamment de mettre en exergue le potentiel portuaire des Hauts-de-France et de renforcer le positionnement de la région (...) en tant que terre d’excellence logistique et trimodale”. L’association entend “développer le transport massifié de fret entre la façade maritime et les ports intérieurs”, assurer “la promotion de schémas logistiques et de transports alternatifs dans le cadre du soutien à l’emploi et à la valeur ajoutée sur le territoire” de la nouvelle région.

L’association souhaite également proposer “des solutions innovantes de transport mais aussi développer des activités” au plan logistique. Parmi les priorités figurant au plan d’actions 2017 de l’association des ports des Hauts-de-France, figurera l’élargissement et l’ouverture du Cargo Community System (CCS) de la place portuaire dunkerquoise vers les différents acteurs régionaux de la chaîne de transport, indique le port de Dunkerque. Norlink Ports a l’ambition de “rassembler les clients de la région, les professionnels de la logistique, les plateformes multimodales, ainsi que les syndicats professionnels et représentants de la profession”. À l’issue de l’assemblée générale, un nouveau bureau a été élu. Philippe Enjolras, président de la CCI de l’Oise, a pris la présidence de l’association. Stéphane Raison, président du directoire du Grand Port maritime de Dunkerque, a été élu viceprésident. Le patron du GPMD déclare : “Afin de tirer profit des immenses changements que connaît déjà et va connaître le monde du transport de marchandises,

© Jean-Louis Burnod

l’ensemble de ces acteurs souhaite en effet passer à la vitesse supérieure en proposant une organisation nouvelle en mesure de faire des Hauts-de-France le hub logistique du Nord-Ouest de l’Europe orienté vers les besoins des clients”. Pour sa part, Philippe Hourdain, président de la CCI de région Hauts-de-France et des Ports de Lille, a ajouté : “Le canal Seine-Nord Europe permettra, à l’horizon 2025, de relier les bassins fluviaux du Nord de l’Europe à la

région parisienne (…) Les ports des Hautsde-France souhaitent tirer profit de sa mise en service (…) pour s’affirmer en tant qu’espace de logistique de premier plan”. L’identité commerciale de la nouvelle association des ports de Hauts-deFrance n’est pas sans rappeler Medlink Ports, l’association portuaire du Sud de la France. V. J. C.


Infrastructures/Institutions

4 - Semaine 7 - Février 2017 - l’antenne

OTRE

Les routiers interpellent les candidats aux prochaines élections

Aline Mesples, présidente de l’OTRE

Au sein de l’OTRE, il ne fait aucun doute que l’organisation retrouvera sous peu sa représentativité patronale perdue le 8 décembre 2016 sur décision de la cour administrative d’appel de Paris. “Sur 11.000 entreprises syndiquées dans la branche, nous en comptons 2.800”, indique Jean-Marc Rivera, son délégué général adjoint. Sans attendre, l’OTRE se positionne donc sur les grands dossiers et échéances du transport routier comme les prochaines élections présidentielle et législative par le biais d’une

Nice-Côte

plateforme de propositions. Saluant la création de l’“Alliance du routier”, la régulation du marché et les règles de concurrence constituent son premier thème. Pour lutter contre le cabotage illégal et les utilitaires non établis, le vœu est clairement formulé pour l’immobilisation des véhicules, tandis que des clarifications sont demandées sur les plateformes d’intermédiation. “Bien que leurs activités s’apparentent à celle des commissionnaires, elles tentent de se soustraire à leurs obligations, et emploient des personnels au statut d’indépendant”, relève Aline Mesples, présidente de l’OTRE. Vignette pour financer les infrastructures “Cette politique favorise le transport à bas coût au détriment d’entreprises qui emploient des salariés formés et respectent les règles de sécurité”. Attentive aux suites données au congé de fin d’activité (CFA) des conducteurs, l’OTRE se prononce pour la défiscalisation des heures supplémentaires à l’origine “d’une augmentation du pouvoir d’achat et

© Volvo Trucks

© Érick Demangeon

Régulation, modèle social, transition énergétique et infrastructures sont les thèmes abordés par la plateforme de propositions de l’Organisation des transporteurs routiers européens. Elle s’adresse aux candidats des élections présidentielle et législative.

d’un abattement de charges pour les entreprises”. L’obligation faite aux employeurs de dénoncer leur personnel en cas d’infraction routière avec un véhicule de société depuis le 1er janvier 2017 repose, par ailleurs, la question de la pertinence d’un permis de conduire professionnel, selon l’organisation. Favoriser la transition énergétique Face à la dégradation du réseau routier non concédé, Aline Mesples propose la création “d’une vignette dématérialisée” payée par tous les transporteurs,

étrangers inclus. Nouveau mode carburant, l’OTRE plaide pour de financement, “cette mesure se le maintien d’aides publiques en substituerait à la faveur des mosurtaxation du torisations non gasoil en place diesels au-delà depuis 2015” “Faute d’amendes de 2017 et pour supportée surtout une fiscalité dissuasives, par les transporencourageante teurs français. l’immobilisation des pour les carbuL’évolution des véhicules fraudeurs rants alternatifs péages routiers est à privilégier” encourageante. inquiète égaleDans un souci ment car ils sont d’équité, le syn“devenus disdicat interpelle suasifs avec pour conséquence enfin les candidats sur les difficuldes reports sur d’autres axes et tés d’exploitation engendrées par des risques accrus en termes de l’essor de réglementations locales sécurité”. disparates. Pointant le déploiement contraint des stations de gaz Érick Demangeon

d’Azur

L’aéroport affiche 12,4 millions de passagers en 2016 Toujours première plateforme de province, la croissance (3,4 %) de l’aéroport Nice-Côte d’Azur a été freinée par l’attentat du 14 juillet. Toutefois, 2017 renouera avec la croissance grâce à un nouvel actionnariat “privé-public”, des investissements et la création de long-courriers favorables au fret. Sans l’attentat du 14 juillet à Nice, l’aéroport aurait dépassé le cap des 12,5 millions de passagers. Le premier trimestre et le deuxième avait enregistré une hausse de 5 %. Et les deux  derniers mois de 2016 ont renoué avec une forte croissance (6,5 % en décembre). En 2016, le trafic est toujours très international avec 7,9  millions de passagers (+ 3,6 %). Le trafic national (4,5 millions, + 3,2 %) est dopé par l’intervention des low-cost (EasyJet, Volotea) sur les transversales comme Nice- Lille (+  16,1  %), Nice-Strasbourg (+ 31,8 %), Nice-Nantes (+  12,7  %) ou Nice-Rennes (+  50,1  %). Sur l’Europe, l’intervention des lowcost (EasyJet, Norwegian, Germawings, Transavia…) tirent le trafic sur les destinations du Sud  : Italie (+  10,5  %

passagers), Portugal (+ 25,7 %) et Espagne (+ 8,2 %) ; la Scandinavie dont la Norvège (+ 14,4 %) et le Danemark (+ 10,3 %) ou l’Europe de l’Est. Le Maghreb reprend de la vigueur : Tunisie (+ 18,4 % passagers), Algérie (+  11,6 %) et Maroc (+  1,1 %). Sur le Moyen-Orient, Israël est en retrait à cause de la défaillance d’un opérateur (- 19,7 %). Sur l’Amérique du Nord, l’interruption prématurée de Delta sur NiceNew York en octobre (le vol reprend le 6 avril) a pénalisé le trafic. De nouveaux vols vers Faro et Zurich Le fret aérien reste en panne avec 14.208 tonnes (- 1 %). L’interruption de la ligne Nice-New York intervient alors que le fret avec l’Amérique du Nord (969 tonnes) a bien repris (+ 38,5 %). Le trafic fret avec le Moyen-Orient domine (7.232 tonnes, + 4,1 %) grâce à Emirates qui, via son hub de Dubaï, dessert l’AsiePacifique. La compagnie est le numéro un pour le fret sur l’aéroport. Et son rôle devrait s’accentuer avec la mise en service de l’A380. Le fret sur la France poursuit sa baisse (4.209  tonnes, - 14,4 %) alors que sur l’Europe (1.742 tonnes, + 4,6 %) il progresse.

Aéroport Nice-Côte d’Azur

Pour 2017, le réseau va s’enrichir de nouvelles liaisons. La base EasyJet se renforce avec l’accueil d’un quatrième Airbus domicilié sur l’aéroport. Leader sur Nice avec 23 liaisons et un tiers du trafic, EasyJet ouvrira de nouveaux vols (Faro et Zurich) et renforcera ses fréquences sur les destinations desservies. Il a également conclu un accord avec la compagnie Monacair pour des acheminements par hélicoptère sur la Principauté. Outre la

réouverture de Nice-Doha par Qatar cet été, Air France annonce son retour en rouvrant Nice-Athènes et Nice-Tel Aviv alors que Hop! renforce sa présence. Enfin, la Société des aéroports de la Côte d’Azur avec son nouvel actionnaire majoritaire, le consortium franco-italien Azzura (Atlantia et EDF Invest), pourrait accueillir Monaco qui veut entrer dans le capital. Michel Bovas


Entreprises

l’antenne - Semaine 7 - Février 2017 - 5

Mol/NYK/”K” Line

Les armateurs japonais toujours dans le rouge sur la 5e marche avec 1,3 million d’EVP de capacité. Les trois armateurs japonais ont néanmoins prévenu que la finalisation totale de l’opération prendrait dix-sept mois. La nouvelle joint-venture doit voir le jour en juillet prochain, tandis que l’intégration opérationnelle effective est prévue pour avril 2018. Franck ANDRÉ

© NYK

une détérioration de son résultat trimestriel en mars prochain, avec un bénéfice courant proche de zéro. Mol, NYK et “K” Line, respectivement 11e, 12e et 14e au classement mondial des opérateurs de ligne maritime régulière, déterminé en fonction de leurs parts dans la capacité globale, ont annoncé leur projet de fusion le 31 octobre 2016, qui pourrait les faire monter

Hamburg Süd

Accord d’achat d’espaces avec Maersk À quelques mois de leur fusion, les trois principaux armateurs japonais de ligne régulière présentent des résultats décevants et ne se montrent pas optimistes pour ce début d’année. Au quatrième trimestre 2016, sjaponaise). L’armateur anticipe Mitsui OSK Lines (Mol) est resté ainsi une perte courante trimesdans le rouge. L’activité de ligne trielle de 11,3 milliards de yens régulière conteneurisée de l’ar- (94,3 millions d’euros). mateur japonais La compagnie a enregistré un table aussi sur une résultat cou- “Déclin saisonnier aggravation de rant négatif de son résultat net au des volumes et 4,75 milliards de prochain trimestre. yens (39,6  mil- au renchérissement Elle s’attend à une lions d’euros), nouvelle diminudu prix “malgré l’amédes taux de du combustible” tion lioration de la fret après la fin c o n j o n c t u re ” , des festivités du souligne Alphaliner. Nouvel An lunaire, même si elle ne D’après le consultant, Mol s’at- les voit pas atteindre les records du tend à ce que ce chiffre empire début du printemps 2016. au premier trimestre 2017 (le De son côté, “K” Line a lui quatrième de l’année fiscale aussi rapporté une perte courante

de 2,91 milliards de yens (24,3 millions d’euros) au cours des trois derniers mois de l’année 2016. Comme son concurrent, l’armateur s’attend à ce que cette tendance s’accentue lors du trimestre en cours, à 8,1 milliards (67,6 millions d’euros). “K” Line justifie ses prévisions par la persistance de conditions difficiles sur le marché dues au déclin saisonnier des volumes et au renchérissement du prix du combustible. Seul NYK surnage Nippon Yusen Kaisha (NYK) est le seul opérateur japonais de ligne régulière à afficher un résultat courant positif entre octobre et décembre 2016, avec un profit de 3,95 milliards de yens (33 millions d’euros). Pour autant, la compagnie anticipe elle aussi

Cnan-Med

L’armateur signe un accord avec le groupe Renault La compagnie algérienne Cnan-Med et le groupe Renault viennent de signer un accord de coopération portabnt sur le transport des pièces détachées ne sortie des usines du constructeur automobile. L’armateur algérien Cnan-Med a signé le 29 janvier 2017 un accord de partenariat avec le constructeur automobile Renault. Une convention aux termes de laquelle le transport maritime des pièces détachées construites dans les usines de l’industriel français et de sa filiale Dacia est confié à la filiale méditerranéenne de Cnan Group et de l’italien Dario Perioli en sortie du port de Marseille à destination d’Alger. Livraison d’un nouveau navire attendue au printemps Interrogé sur les retombées de ce contrat de partenariat, Cnan-Med à Alger n’a pas apporté

de précisions quant au volume annuel de pièces détachées escompté. L’armateur attend pour les mois de mars ou avril la livraison d’un porte-conteneurs neuf d’une capacité de 1.700 EVP. Son nom n’a pas été dévoilé. Un nouveau navire qui va venir s’ajouter aux six unités livrées récemment à Cnan-Med, conformément aux souhaits de Boudjema’a Talai, ministre algérien des Transports, qui avait annoncé en 2016 sa volonté d’étoffer la flotte Cnan-Med et de Cnan-Nord SPA, l’autre filiale de Cnan Group. L’objectif visé est de permettre au pavillon national de capter davantage de parts de marché. Cnan-Nord SPA a signé un accord de partenariat avec CMA CGM en octobre 2016. Une coopération qui devrait se concrétiser par la création d’un service commun reliant l’Europe du Nord à l’Algérie mais aussi par un accord de slots sur les navires exploités sur les services interocéaniques du troisième armateur mondial. Vincent Calabrèse

Hamburg Süd a passé des accords d’achat de slots avec Maersk Line sur ses services Est-Ouest, avant son rachat par le groupe danois. En attendant son absorption annoncée par Maersk Line, Hamburg Süd a annoncé avoir conclu un accord d’achat d’espaces avec celui-ci sur les trades Est-Ouest. La compagnie allemande pourra charger son fret sur les navires de l’armateur danois et sur ceux de MSC, partenaire de Maersk au sein de l’alliance 2M. 16 rotations hebdomadaires Le nouvel accord doit prendre effet au 1er avril prochain. Hamburg Süd explique avoir mis fin de manière anticipée à ses engagements actuels sur les routes Est-Ouest en raison des récents bouleversements opérés dans la composition des alliances maritimes.

Hamburg Süd se félicite de pouvoir offrir à ses clients une couverture portuaire étendue et un nombre de fréquences accru sur les routes concernées. Du côté de Maersk, Søren Toft, directeur général, estime que cet accord va permettre à sa société d’améliorer le taux de remplissage de ses navires tout en lui donnant “des opportunités d’élargir (son) offre sur certains trades”. Dans quelques semaines, Hamburg Süd sera ainsi en mesure d’offrir à ses clients cinq rotations par semaine entre l’Asie et l’Europe du Nord, deux entre l’Asie et la Méditerranée occidentale, quatre entre l’Asie et la côte Ouest nord-américaine, trois entre l’Asie et la côte Est nord-américaine et enfin deux liaisons transatlantiques hebdomadaires. La compagnie annoncera les détails de ces services “en temps voulu”. Le rachat par Maersk est censé être finalisé avant fin 2017. F. A.

Petites annonces COMMISSIONNAIRE DE TRANSPORT MARSEILLAIS RECRUTE POUR SON SERVICE TRANSIT :

Agent d’exploitation transit import expérimenté Autonome. Contact direct avec la clientèle. Suivi opérationnel des dossiers (planning AP+/facturation). Poste basé à Vitrolles Expérience minimale 3 ans + anglais souhaité Envoyer CV + LM à L’Antenne qui transmettra : Réf 207-2

Transitaire reconnu & de taille humaine recherche :

UN AGENT DE TRANSIT EXPERIMENTÉ Suivi opérationnel global, de la cotation à la facturation. Poste basé sur Marseille Expérience minimum de 2 ans. Maîtrise AP+, anglais souhaité. Envoyer CV + LM à L’Antenne qui transmettra : Réf 207


Entreprises

6 - Semaine 7 - Février 2017 - l’antenne

AP Møller-Maersk

Reculer pour mieux sauter ? AP Møller-Maersk a perdu presque 2 milliards d’euros en 2016, sous l’effet de dépréciations dans le secteur pétrolier mais aussi d’un recul important dans la ligne maritime régulière, où le groupe suit une stratégie agressive. Le résultat d’AP Møller- régulière est tombée dans le rouge, Maersk a lourdement chuté en avec une perte nette de 376 mil2016. Le groupe a fait état d’une lions de dollars, contre un bénéfice perte annuelle de 1,9 milliard de de 1,3 milliard un an plus tôt. dollars, contre un bénéfice de Son résultat opérationnel est 925 millions en 2015. proche, à - 384 millions, tandis L’ampleur de la perte est sur- que le chiffre d’affaires de l’armatout due à des dépréciations dans teur a diminué de 13 % comparé les services pétroliers mais plu- à 2015 (20,7 milliards de dollars). sieurs de ses branches ont subi un Le groupe explique ces reculs par recul dans leur activité. Et si le ré- la chute de 18,7 % du taux de fret sultat opérationnel de l’ensemble moyen, de 1.104 à 897 dollars par du groupe danois est resté positif, EVP. Le chiffre d’affaires issu à 711 millions de dollars, il est des ventes de transport maritime tout de même a ainsi baissé de en baisse de 12,7 % (18,6 mil77 % comparé “Maersk Line détient liards de dollars). aux 3 milliards faiblesse désormais 15,6 % desCette de l’année prix n’a été d’un marché de précédente. que partiellement AP Møller- 20,3 millions d’EVP” compensée par Maersk a une hausse des réalisé son volumes pourtant moins bon chiffre d’affaires conséquente de 9,4 %, à 20,83 milde ces cinq  dernières années, lions d’EVP transportés, soit bien soit 35,46  milliards de dollars mieux que les “2 à 3 %” du marché. (- 12 %). Le groupe, qui bénéficie Sur les routes Est-Ouest, Maersk généralement d’un phénomène de Line a vu son trafic augmenter compensation par le prix du baril de 11,4  % (7,38 millions d’EVP). entre le transport maritime et son Mais ce sont les trajets “retour” de activité liée à l’extraction de pé- ce trade (+ 19 %, 2,48 M EVP) et trole, a vécu en 2016 “une année les parties “aller” des routes Norddifficile, avec des vents contraires Sud (+ 7,3 %, 6,5 M EVP) qui ont sur tous nos marchés”. été les plus performants. Maersk Line a encore beauMaersk Line affirme avoir réacoup pesé dans le résultat du lisé des économies sur les opéragroupe, cette fois négativement. tions grâce à un prix du combusLa branche de ligne maritime tible toujours avantageux, à une

Sotradel

La société reprend les Transports Ansaldi et Fils Prestataire de services en logistique et transport, la société Sotradel démarre l’année en réalisant une opération de croissance externe avec l’achat des Transports Ansaldi et Fils (Rhône). Sotradel reprend les Transports Ansaldi et Fils. Basée à Décines, tout près de Lyon, cette entreprise familiale créée en 1979 compte une dizaine de personnes et elle réalise un chiffre d’affaires de 1.350.000 euros. Elle assure essentiellement des liaisons de la région lyonnaise vers l’Est de la France (ChampagneArdenne, Alsace, Bourgogne et Franche-Comté). “Jacques Ansaldi prépare sa retraite et confie son entreprise à un réseau structuré de PME placées sous la bannière Sotradel pour en assurer le développement et la pérennité”, explique Noël Comte, patron de Sotradel. Ce groupe caladois conforte

ainsi ses moyens humains et matériels et renforce ses positions pour toujours mieux servir ses clients avec une flotte qui atteint maintenant 50 ensembles routiers. Le groupe Sotradel emploie 180 personnes. Il réalise 26 millions d’euros de chiffre d’affaires. Il est labellisé Iso 9001, Iso 14001, Mase (Manuel Amélioration Sécurité Entreprise) et OEA. Il est signataire de la charte CO2 et il est le cocoordinateur du projet Équilibre dont l’objectif est d’expérimenter en conditions réelles l’utilisation de camions et tracteurs routiers au gaz naturel comprimé. À ce titre d’ailleurs, depuis quelques jours, Sotradel teste le nouveau tracteur Iveco Stralis 400 ch GNC. Il complète l’offre transport “propre” de la société déjà propriétaire de deux véhicules full gaz, un tracteur GNC Scania et un porteur GNC Renault. Annick Béroud

meilleure utilisation de ses navires et à d’autres réductions de coûts. La compagnie se vante d’atteindre des records en matière de coûts unitaire : 991 dollars par EVP à prix du carburant flottant (- 13 %) et - 10 % à prix du carburant fixe. La raison de la baisse continue des taux est une surcapacité que Maersk Line a lui-même contribué à soutenir puisque le numéro un mondial a augmenté son offre de 9,4 % en un an (3,239 millions d’EVP). Selon Alphaliner, la capacité mondiale a crû de 4 % en 2016. Le danois détient désormais 15,6 % d’un marché de 20,3 millions d’EVP. Fidèle à sa stratégie redevenue expansionniste, le danois doit finaliser cette année l’acquisition du septième armateur mondial, Hamburg Süd. De quoi ajouter de la pression sur un marché qui a vu disparaître un acteur majeur “pour la première fois en trente ans”, Hanjin Shipping. La marque de la compagnie allemande et son siège à Hambourg doivent être conservés. De son côté, APM Terminals est resté bénéficiaire mais a vu son profit baisser de 33 %, à 438 millions de dollars. La filiale d’opérations portuaires du groupe se plaint de la faiblesse du marché ouest-africain à l’import – “affecté par les prix bas du pétrole et par le manque de devises induit” – et de la stagnation du transbordement en Europe du Nord malgré l’accroissement des capacités. Pour APMT, les armateurs, en pleine phase de consolidation, ont déplacé une partie de leurs volumes vers les terminaux dans lesquels ils ont des participations. D’après le groupe, la concentration des volumes dans les mains d’un plus petit nombre d’alliances

© Maersk

et de compagnies érode le pouvoir de négociation des terminaux. Le revenu moyen par mouvement de l’opérateur a baissé de 9 % l’an dernier. Ajustés en fonction de ses parts dans chaque terminal, les volumes d’APM Terminals ont gagné 3,7 % en 2016, à 37,3 M EVP. Au 1er janvier 2017, les cinq  filiales Maersk Line, APM Terminals, Maersk Container Industry, Damco (commission de transport) et Svitzer (remorquage et sauvetage maritimes) ont été consolidées dans la branche “Transport et logistique”. L’intégration est en cours et le groupe compte sur 150 millions d’euros d’économie provenant des synergies réalisées. De leur côté, les divisions Oil, Drilling, Supply Service et Tankers ont été regroupées au

sein de la branche “Énergie”, qui pourrait être vendue à terme. La première a dégagé en 2016 un profit de 477 millions de dollars, tandis que Maersk Drilling et Maersk Supply Service ont perdu respectivement 694 millions et 1,23 milliard. Le groupe a passé dans ses comptes du quatrième trimestre 2,7 milliards de dollars de dépréciations pour ces deux filiales “en raison d’un affaiblissement attendu des perspectives”. Pour 2017, en particulier dans la ligne régulière, Søren Skou est “relativement optimiste”. Il compte sur l’effet de la consolidation et du ralentissement des livraisons de navires neufs combiné à la croissance de la demande pour retrouver un résultat positif. Franck André

Maersk change de président Le président d’AP Møller-Maersk, Michael Pram Rasmussen, en poste depuis quatorze ans, a annoncé qu’il remettait sa démission, effective le jour de l’assemblée générale annuelle le 28 mars. Son successeur sera Jim Hagemann Snabe, ancien directeur général du fabricant allemand de logiciels SAP (20102014). Michael Pram Rasmussen restera membre du directoire. En juin 2016, le groupe avait remplacé le directeur général Nils Smedegaard Andersen par Søren Skou, jusqu’alors PDG de Maersk Line, filiale autour de laquelle veut se recentrer le groupe.

CMA CGM

Jacques Saadé passe la barre à son fils Rodolphe L’armateur CMA CGM, premier groupe français de transport maritime et numéro 3 mondial, change de capitaine : le groupe a annoncé mercredi 8 février la nomination au poste de directeur général de Rodolphe Saadé, fils du PDG Jacques Saadé, qui conservera la présidence de l’entreprise. “À l’occasion de ses 80 ans, Jacques Saadé a annoncé la nomination de son fils Rodolphe Saadé en tant que directeur général du groupe CMA CGM. Jacques Saadé conserve ses fonctions de président du conseil

d’administration”, a annoncé l’entreprise basée à Marseille. Rodolphe Saadé, né le 3 mars 1970, va ainsi prendre officiellement la barre de l’empire familial, où il avait déjà gravi les échelons et occupait déjà les fonctions de directeur général délégué. Après des études de commerce et de marketing au Canada, il fonde une entreprise de refroidisseurs d’eau au Liban, avant de rejoindre en 1994 l’entreprise créée par son père. Julie Chabanas

Cession de Greenmodal L’opérateur de transport combiné Greenmodal vient d’être cédé par CMA CGM. L’armateur souhaitait se séparer de cette filiale depuis quelques années. Des tentatives de transactions n’avaient pas abouti. Pour l’heure, le groupe marseillais n’a pas souhaité dévoiler la date de l’opération, le montant de la transaction ni lever le voile sur l’identité de l’acquéreur. Avec son concurrent Logirhône, Greenmodal (héritière de l’entreprise Rhône Saône Conteneur - RSC), fait partie des opérateurs multimodaux membres du réseau Medlink Ports depuis le mois de mars 2016. La filiale terrestre de CMA CGM avait été une des entreprises fondactrices de l’association lyonnaise Eco Multimodal Rhodanien.


Entreprises

l’antenne - Semaine 7 - Février 2017 - 7

Bourbon

© Bourbon

Début d’embellie après une chute de l’activité

Bourbon a vu son chiffre d’affaires chuter de 23,2 % en 2016, toujours pénalisé par la faiblesse des prix du pétrole, mais il a confirmé percevoir un début d’embellie dans certains secteurs d’activité à la faveur d’une remontée de l’or noir en fin d’année. Bourbon perçoit un début d’embellie après une chute de l’activité en 2016. Engagé dans un plan de réduction des coûts, le groupe de services à l’industrie maritime a réalisé un chiffre d’affaires de 1,02 milliard d’euros l’an dernier, légèrement en deçà du consensus d’analystes compilé par Bloomberg.

Le chiffre d’affaires ajusté, qui fait référence pour le groupe, a chuté dans une proportion similaire (- 23,3 %) pour s’établir à 1,10 milliard d’euros. L’activité a souffert de la baisse de 15,8 % des tarifs journaliers moyens et du recul de 12,8 points du taux d’utilisation moyen des navires, indicateur-clé de performance.

UPS

Résultat d’exploitation en accélération L’expressiste UPS annonce une accélération de son chiffre d’affaires au quatrième trimestre et prévoit un record d’activité pour l’exercice 2016. L’entreprise attribue cette croissance au commerce électronique. UPS a enregistré une croissance accélérée de son chiffre d’affaires au dernier trimestre de l’année 2016 et annonce un chiffre d’affaires de 61 milliards de dollars pour 2016. Le transport de colis stimulé par le e-commerce “La croissance du chiffre d’affaires et du volume des exportations s’est accélérée (…) pendant la période des fêtes (...)”, a déclaré David Abney, PDG d’UPS. Pour le dirigeant de l’expressiste, le segment transport de colis international, stimulé par le commerce électronique, a encore enregistré d’excellents résultats, tandis

que le transport de colis aux États-Unis a fait face à une évolution importante. “Des stratégies et des initiatives qui créent de la valeur à long terme tant pour les clients que pour les actionnaires d’UPS”, a-t-il ajouté. Pour l’expressiste, les exportations du segment transport de colis à l’international ont augmenté de 8,4 %, dopées par l’Asie et l’Europe. Le bénéfice par action (BPA) trimestriel a chuté de 0,27 dollars, “en raison de la charge d’ajustement des régimes de retraite à la valeur du marché”. Le BPA trimestriel après ajustement s’est élevé à 1,63  dollars, stimulé par le segment transport de colis international. Le bénéfice par action de l’année 2016 a atteint 3,87  USD. Après ajustement, il s’est élevé à à 5,75 dollars, a indiqué l’entreprise. UPS a généré 6,5 milliards de dollars de trésorerie au cours de l’année écoulée. V. J. C.

Vers 10 h  30 le 9 février, l’action Bourbon cédait 1,49 % à 11,23 euros à la Bourse de Paris,

dans un marché en hausse de Jacques de Chateauvieux. 0,38 %. “Cependant, l’effet attendu sur Après un point bas sous les l’activité offshore sera décalé 30 dollars le baril en janvier, dans le temps, les nouveaux inles cours du pétrole ont amorcé vestissements ayant repris initiaun rebond à l’automne jusqu’à lement en onshore”, a-t-il ajouté. 50-55  dolA i n s i , lars, soutenus l’activité de par un accord “Bourbon a poursuivi maintenance de l’Opep et des champs le désarmement d’autres imporexistants d’une partie tants pays prodevrait reducteurs comme prendre prode sa flotte” la Russie visant gressivement à réduire une en 2017, selon offre excédentaire. Ils restent le groupe, et le rebond des activitoutefois inférieurs de moitié à tés de forage terrestre précédera leur niveau de mi-2014. celui des activités en mer, at“La remontée des prix du tendu “plutôt fin 2017 et 2018”. pétrole et les accords de li- Pour réduire ses coûts opéramitation de la production de- tionnels, Bourbon a poursuivi le vraient avoir un effet favo- désarmement d’une partie de sa rable sur les investissements flotte, qui comptait 514 navires des compagnies pétrolières”, a à la fin de l’année, soit 3 de plus déclaré le PDG de Bourbon, sur un an.

OOCL

Chiffre d’affaire en recul pour l’armateur hongkongais Pour l’armateur OOCL, le dernier trimestre 2016 s’est achevé sur une baisse de 10 % de son chiffre d’affaires. La filiale armatoriale du groupe OOIL a pourtant accru son nombre d’EVP transportés pendant cette période. Bien qu’ayant comptabilisé en 2016 une activité de 6,1 millions d’EVP, en hausse de 9 % par rapport aux trois derniers mois de 2015, l’armateur hongkongais Orient Overseas Container Line (OOCL) a vu son chiffre d’affaires reculer de 10 % pour s’établir à 4,7 milliards de dollars (4,4 milliards d’euros). Son revenu par EVP transporté a baissé de 17 %, à 773 dollars. Ce chiffre s’était élevé en 2015 à 936 dollars. L’armateur avait achevé l’année 2015 sur un chiffre d’affaires de 5,2 milliards de dollars. Selon Dynaliners, sur le marché transpacifique, il a bénéficié d’une progression de 18 % de son nombre d’EVP transportés, à 1,6 million d’EVP. À l’inverse, sur ce segment de marché, il a vu son chiffre d’affaires moyen tiré des taux de fret en vigueur chuter de 24 %, à 1.106 dollars par EVP. Sur le marché Europe-Asie, son activité a progressé de 6  %, à 951.000  EVP. Le taux de fret moyen engrangé par conteneur de 20 pieds s’est élevé à 806 dollars, en baisse de 19 %. Sur le

transatlantique, l’opérateur asiatique a comptabilisé 396.000 EVP, soit 8 % de plus qu’en 2015. Il a facturé une moyenne de 1.307 dollars par boîte sur ce segment, soit 16 % de moins que l’année précédente. Quant au segment de trade intra-Asie/Australie, il a transporté un total de 3,18  millions d’EVP, soit 6 % de plus qu’en 2015. La moyenne des taux de fret enregistrés sur ce marché s’est élevée à 534 dollars par EVP, soit 14 % de moins par rapport à l’année d’avant. Cosco, hypothétique acquéreur Dans le secteur de la ligne régulière, l’opérateur hong-kongais reste dans l’oeil du cyclone des concentrations. Après qu’aient été évoqués en début d’année les noms de CMA CGM et d’Evergreen comme acquéreurs potentiels, il semble que la piste du chinois Cosco soit la plus crédible aujourd’hui. Le “Wall Street Journal” a de nouveau évoqué le montant de 4 milliards de dollars pour la transaction. Reste à savoir quelle incidence cette opération pourrait avoir au sein d’Ocean Alliance, le VSA franco-asiatique qui doit regrouper CMA CGM, Cosco, Evergreen et OOCL. Vincent Calabrèse

© OOCL


International

8 - Semaine 7 - Février 2017 - l’antenne

Belgique

© Port d’Anvers

Les navires du service Nefwi de CMA CGM au terminal fruitier d’Anvers

La société belge FAI, partenaire du groupe Greenyard, a confié à CMA CGM le transport de ses fruits. L’escale directe au terminal fruitier de Belgian New Fruit Wharf d’Anvers constitue un des points-clés de ce contrat liant l’armateur au négociant, indique la direction du port flamand. Le porte-conteneurs “Pointe des Colibris” de l’armateur français CMA CGM a fait escale le 1er février au terminal Belgian New Fruit Wharf (BNFW) à Anvers. Il y a débarqué des bananes en provenance du Surinam. Les fruits seront distribués en Belgique et dans les pays voisins.

Pour BNFW, CMA CGM constitue le troisième armateur opérant du fret sous température dirigée. L’opérateur anversois avait déjà conclu des contrats avec Maersk et Hamburg Süd. Le numéro un mondial et la compagnie allemande (aujourd’hui passée sous l’emprise de Maersk)

avaient déjà opté pour une desserte directe du port d’Anvers. Le port d’Anvers a enregistré au cours des dernières années une forte augmentation des volumes de denrées périssables. En 2016, le produits sous température dirigée ont représenté 9 millions de tonnes. En nombre d’EVP, l’activité a progressé de 6,1 %. “Il y a encore quelques années, les cargaisons de fruits tels que les bananes étaient encore traitées en vrac, mais la montée en puissance de la conteneurisation s’est traduite par un report

Suisse

Le fret entre deux eaux à l’EuroAirport Le trafic de marchandises au départ de l’aéroport franco-suisse de Bâle-Mulhouse a été stable l’an dernier et devrait le rester cette année. L’express aérien et le cargo demeurent dynamiques, à la différence du camionné. L’année 2016 aura été en demi-teinte pour le fret à l’aéroport de Bâle-Mulhouse. À 250 tonnes près (de plus), le trafic est resté stable sur les douze mois pour s’afficher à 101.300  tonnes. Le résultat contraste entre un recul du trafic camionné (-  11  %, à 46.350  tonnes) et une hausse de 12 % du fret aérien à 54.950 tonnes (42.580 tonnes en express et 12.370 tonnes en cargo). “Nous espérions une croissance plus significative mais il faut prendre en compte une conjoncture plus incertaine et une certaine situation de sur-offre mondiale”, analyse Matthias Suhr, directeur de l’EuroAirport. Un autre facteur entre en ligne de compte  : “La baisse des prix du transport maritime crée une alternative très concurrentielle à l’aérien pour les produits qui ne nécessitent pas un transport urgent”, relate Andreas Büttiker,

vice-président de l’aéroport. L’observation vaut notamment pour les médicaments à température non dirigée de la puissante industrie pharmaceutique bâloise. Pour cette année 2017, l’aéroport francogermano-suisse fait preuve de prudence. Il annonce tabler sur une nouvelle stabilité, dans un contexte rendu incertain, entre autres, par le Brexit et les élections en France puis en Allemagne. Les fondamentaux restent bons, estime toutefois sa direction. Le nouveau terminal cargo de 21.000 m2 tourne à plein, notamment grâce à l’industrie pharmaceutique. L’offre de liaisons cargo s’enrichit d’une navette de Qatar Airways à bord d’un A330 trois fois par semaine vers Doha. L’aéroport qatari devient la cinquième destination (et la première en Airbus) après Moscou, Dubaï, Séoul et Madrid pour laquelle Iberia succède à Latam Airlines. Et pour soutenir la croissance du fret express (+  12  % l’an dernier), son terminal dédié achèvera en automne sa rénovation pour 3 millions d’euros. Mathieu Noyer

vers le conteneur”, rappelle la des opérations, seront déchargés direction du port flamand, ajou- une cinquantaine de conteneurs tant que le transport de bananes (à raison de 43.000 bananes par est aujourd’hui majoritairement boîte). Un volume qui devrait, à terme, augmenter, indique l’auconteneurisé. CMA CGM a également été torité portuaire. Des conteneurs retenu par le groupe Greenyard seront également embarqués pour son service direct sur Anvers. à destination des Antilles. Les îles de la Caraïbe Le navire qui seront ainsi apa fait sa preprovisionnées une mière  escale le “Des trafics fois par semaine 1er février fait en fruits, légumes, partie de la flotte frigorifiques vin et opérant le service en croissance” sucre, bière en sortie de North Europe Belgique. French West Via son hub de Indies Service Pointe-à-Pitre, le service Nefwi (Nefwi) de l’armateur français. Des navires d’une capacité de de CMA CGM propose égale2.800 EVP feront escale tous les ment la desserte des ports situés mercredis au quai 212 du termi- dans les îles caribéennes situées nal de BNFW. Ils entreront dans à proximité ainsi qu’en Amérique le port scaldien vers 6 heures centrale et latine (Surinam, du matin pour mettre le cap à Colombie, Costa Rica et Brésil). 14  heures le même jour à destiVincent CALABRÈSE nation du port suivant. Au cours

Nigeria

Le “BBC Caribbean” attaqué Sept marins russes et un Ukrainien, membres de l’équipage d’un cargo, ont été enlevés par des pirates au large des côtes du Nigeria, ont annoncé le 8 février les ministères des Affaires étrangères de Russie et d’Ukraine. “Selon l’ambassade de Russie à Abuja, le cargo «BBC Caribbean» appartenant à la compagnie allemande Brise Schiffahrt a été attaqué le 5 février dans les eaux territoriales du Nigeria”. “Sept ressortissants russes, membres de l’équipage, ont été enlevés”, précise-t-il. Les diplomates russes au Nigeria sont en contact avec les autorités locales et le propriétaire du navire afin d’établir où se trouvent les marins et les “libérer le plus vite possible”. Le ministère des Affaires étrangères ukrainien

a, pour sa part, annoncé qu’un de ses ressortissants a été enlevé dans l’attaque du “BBC Caribbean”, en indiquant que l’assaut des pirates avait eu lieu le 6 février. “Les membres de l’équipage ont été enlevés. Sur les huit kidnappés, il y a un Ukrainien”, note la diplomatie ukrainienne. Selon le site spécialisé Marine Traffic, le “BBC Caribbean”, qui bat pavillon d’Antigua-etBarbuda, avait quitté Douala, au Cameroun, le 4 février à destination du port espagnol de Las Palmas. Les enlèvements en mer ont atteint en 2016 un nombre record depuis dix  ans, selon un récent rapport du Bureau maritime international (BMI). Au Nigeria, les attaques perpétrées par des pirates ont ainsi bondi à 36  l’an passé, contre 14 en 2015, selon ce rapport.


14-16 MARS 2017

PARIS PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 1 • FRANCE

Le rendez-vous international du transport, de la chaîne logistique et de la supply chain Demandez votre badge d’accès gratuit* sur www.sitl.eu

Vous êtes un professionnel à la recherche de solutions de transport et de logistique innovantes ?

CODE APFR40

* Offre gratuite réservée aux professionnels de la fonction transport/logistique/supply chain et aux dirigeants des sociétés de l’industrie, du commerce et de la distribution. Pour les autres visiteurs, le tarif d’inscription est de 60 € TTC jusqu’au vendredi 10 mars 2017. Tarif d’entrée sur place : 90 € TTC.

Transport & Logistics

www.sitl.eu

En tenue conjointe :


10 - Semaine 7 - Février 2017 - l’antenne

Marseille TRANSCAUSSE

Messagerie / Lots complets Express

M

CORSE

Livraison tous points

Départs quotidiens ––––––––

Tél. 04.91.13.14.52 Fax: 04.91.91.16.50

AU DÉPART DE SÈTE Service Fret direct en 40 heures

2 départs par semaine en Ro/Ro

Depuis SÈTE sur TANGER et NADOR Cotations et réservations :

MAROCBurger-Féron

commercial.mrs@burgerferon.com - Tél. 04 91 39 93 66

Service hebdomadaire DIRECT conteneurs (FCL)

MARSEILLE - CASABLANCA IMPORT / EXPORT

Réception Poste 157 _____________

Roulant / Conventionnel / Conteneurs ALGER - ORAN GOURAYA...........................................................................

24 Février

ALGER - MOSTAGANEM - ORAN CHODZIEZ ........................................................................

17 Février

SKIKDA - BEJAIA MARFRET NIOLON ..........................................................

20 Février

Réception : SOCOMA Poste 44

Prévisions de départs

––––––––––––– 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 MARSEILLE Tél.: 04.91.14.27.80 - Fax: 04.91.56.65.05/06 www.agent-maritime-marseille.com

Départs hebdomadaires service direct

ALGER port centre

VENDREDI

Marseille Manutention poste 65

Service roulant

“LA SURPRISE”

SAMEDI

Med Europe Terminal poste 157

Service porte-conteneur “BF CARODA” ou “ESPERANZA”

Cotations et bookings : ISAMAR Mail : commercial@isamar.fr - Tel : 04 95 09 09 13

Groupage export au départ de Marseille

ALGER - CASABLANCA - TUNIS Départ hebdomadaire en conteneur de groupage Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Depuis FOS hebdomadaire ALGER port sec ORAN - SOUSSE Réception EUROFOS

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

TRANSCAUSSE Lots complets / Groupages MAROC - TUNISIE - ALGÉRIE Départs hebdomadaires de Marseille, Lyon et Paris –––—————––

Tél. : 04.91.13.15.37 / 38 Fax : 04.91.90.54.29


Prévisions de départs du port de Marseille

LE HAVRE

http://www.niledutch.com Service hebdomadaire tous les lundis

Au départ de FOS en transbordement

Dry / HC/ OT

Pointe-Noire - Luanda - Lobito - Namibe (1/2) Libreville - Douala - Malabo - Bata - Matadi Boma - Pointe Noire - Soyo et Cabinda Réception : EUROFOS France

Contact : salesmrs@niledutchfrance.com Tel : 04 96 17 17 32

EAS RORO SERVICE

MARGUISA CONTENEURS SERVICE

RORO & GENERAL CARGO depuis Marseille

CONTENEURS depuis Marseille

Service direct sur

Dakar, Abidjan, Téma (spot), Lomé, Cotonou, Bata, Malabo et Douala

Navire : M. UNIVERSE............

à fixer

Service sur

Lomé, Bata, Malabo et Douala

Cotations et bookings : ISAMAR Mail : commercial@isamar.fr - Tel : 04 95 09 09 09

SERVICE DIRECT sans transbordement

En dix jours de Marseille et Sète à destination de

DAKAR - ABIDJAN - LOME - COTONOU BATA - MALABO - DOUALA Tout type de matériel roulant Conventionnel et dangereux nous consulter

TBN . ..........................................................................................

Janvier

navitrans mediterranee 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 Marseille

Agence de Marseille : Medcoa line : 04 91 84 13 18 Agence de Sète : Hélène Tarroux : 04 67 48 62 20

CONSORTIUM HISPANIA LINES

Service Conteneur

Au départ de FOS et MARSEILLE BATA - MALABO - LAS PALMAS

TBN ....................................... ––––––-–––––

A C I

Janvier

Tél 04 95 04 32 86 • Fax 04 95 04 32 87

Depuis FOS hebdo Conteneurs

Dakar abidjan tema Lagos Libreville Mauritanie Réception SEAYARD

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

© L’ANTENNE

S.A.R.L.

Toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans la présente publication, faite sans l'autorisation de l'éditeur, est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d'une part, les reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d'autre part, les analyses et courtes citations justifiées par le caractère scientifique de l'œuvre dans laquelle elles sont incorporées (Loi du 11 mars 1957 - art. 40 et 41 et Code Pénal art. 425). Toutefois, des photocopies peuvent être réalisées avec l'autorisation du Centre Français du Copyright, 6, rue Gabriel Laumain - 75010 Paris, auquel “L'ANTENNE” a donné mandat pour le représenter auprès des utilisateurs. Pour plus d'informations:

http://www.cfcopies.com

l’antenne - Semaine 7 - Février 2017 - 11

TRANSITAIRES - NVOCC

Société AGILITY LOGISTICS ALLIANCE EUROPE AMATRANS ANDREA MERZARIO ATL LINES BANSARD INTERNATIONAL BDP INTERNATIONAL BRADFORD BRAID LOGISTICS EUROPE BUFFARD LOGISTIQUE C.H.ROBINSON CARGO LINES CARGOLOGIN FRANCE CAROTRANS CAT CAVALIER INTERNATIONAL CENTRIMEX FRANCE CEVA LOGISTICS CGLI FRANCE CHALLENGE INTERNATIONAL CHINA SEA MARINE FRANCE CLASQUIN DACHSER DERUDDER SAS DHL GLOBAL FORWARDING DIMOTRANS OVERSEAS SERVICES DSV AIR & SEA ECT ECU LINE FRANCE EGETRA ELITE EURTEAM FAST TRANSIT LINE FEDEX TRADE NETWORKS FERON DE CLEBSATTEL FERRARI SHIPPING AGENCY FMI LE HAVRE GEFCO GEODIS WILSON GONDRAND HBI HEPPNER HERPORT HESNAULT SA I.B.C. INTERCARGO JAMEIN JET AIR SERVICE KUEHNE & NAGEL LEON VINCENT OVERSEAS LOGFRET LOGISTIQUE ET TRANSIT MARTIN LPO SOGENA MANUPORT LOGISTICS ENGELBRECHT MIRO FRANCE MULTIMODAL NECOTRANS NORBERT DENTRESSANGLE NORD SUD CTI OTEC PANALPINA FRANCE PARTNAIR & SEA PHILCO INTERNATIONAL PHILIPPE FAUVEDER PILLET SAS QUALITAIR & SEA RHENUS LOGISTICS FRANCE ROHLIG FRANCE SAS SAGA FRANCE SCHENKER SDV LOGISTIQUE INTERNATIONALE SEAFRIGO SEDIS LOGISTICS FRANCE SEED TRANSIT SHGT SIFA TRANSIT SOCIETE HAVRAISE DE TRANSIT SOGEDIAL EXPLOITATION SOSEA SOTECAN / ECS FRANCE STAMEX INTERNATIONAL STRALOG TRANSPORTS TCC LOGISTICS TDS LOGISTIQUE TFS OVERSEAS TGD CONSOLIDATIONS TIER PORT SERVICES TRAMAR SAS TRANS AIR FREIGHT TRANS INTER TRANSFER INTERNATIONAL TRANSIT MEAL TRANSMAVIN TSI (TRANS CORP INTERNATIONAL) TSL (TRANS SERVICE LINE) TTOM UPS SCS UTI VANGUARD LOGISTICS SERVICES VATINEL G&CIE VELOGIC XP LOG ZIEGLER FRANCE

Téléphone 02.35.53.10.11 02.35.20.53.53 02.35.21.22.38 02.32.92.56.80 02.35.42.26.91 02.35.13.02.07 02.35.19.58.71 02.35.51.12.51 02.32.72.58.84 02.35.24.47.43 02.32.79.66.50 02.35.53.29.59 02.35.19.32.34 02.32.74.86.85 02.32.74.54.37 02.35.19.00.51 02.32.74.04.10 02.32.74.86.01 02.35.19.32.34 02.32.79.63.63 02.35.19.68.30 02.32.72.51.00 02.35.55.18.30 02.35.53.74.74 02.32.72.78.00 02.35.26.20.30 02.32.79.76.76 02.32.85.07.07 02.35.53.83.16 02.35.26.73.05 02.32.74.90.90 02.32.79.70.45 02.35.22.08.08 02.32.72.46.10 02.35.25.57.27 02.32.74.87.90 02.35.25.89.32 02.35.26.83.26 02.35.53.89.00 02.35.25.59.00 02.32.74.02.90 02.35.26.30.39 02.32.74.61.61 02.35.55.46.46 02.35.48.85.04 02.32.74.90.30 02.32.74.92.51 02.35.24.06.46 02.32.74.93.85 02.32.92.56.00 02.35.25.71.37 02.35.24.58.57 02.32.74.66.20 02.76.89.05.10 02.35.53.81.81 02.35.53.69.26 02.35.19.81.03 02.32.79.27.01 02.32.72.02.21 02.35.26.00.55 02.35.25.88.40 02.35.13.14.87 02.35.19.65.65 02.35.19.34.84 02.32.74.35.00 02.32.72.41.33 02.35.53.87.20 02.77.67.40.70 02.32.74.79.00 02.35.13.52.00 02.35.11.35.00 02.35.25.67.38 02.35.13.46.80 02.35.21.27.44 02.32.74.24.85 02.78.34.00.00 02.32.84.56.00 02.35.24.58.58 02.35.55.29.60 02.32.74.67.20 02.35.11.72.72 02.32.74.08.60 02.35.25.57.45 02.32.74.24.85 02.35.48.85.04 02.35.51.02.09 02.35.13.59.11 02.32.74.34.34 02.35.43.35.43 02.35.11.33.36 02.35.25.68.50 02.22.51.17.20 02.35.26.90.30 02.35.26.09.63 02.35.11.34.26 02.35.21.70.81 02.32.79.49.87 02.35.26.82.45 02.35.24.61.58 02.35.26.41.61 02.35.13.95.34 02.35.13.90.35 02.35.24.72.56

Fax 02.35.26.05.79 02.35.20.53.86 02.35.21.13.43 02.32.92.56.86 02.35.21.31.35 02.35.26.49.90 02.35.19.58.97 02.35.51.53.11 02.32.72.58.88 02.35.25.78.50 02.35.13.02.32 02.35.53.28.92 02.32.74.52.18 02.32.74.54.42 02.35.19.00.52 02.32.74.04.11 02.32.74.86.02 02.35.30.03.14 02.35.19.68.31 02.32.72.51.01 02.35.55.18.32 02.35.53.74.02 02.32.72.78.08 02.35.26.45.10 02.32.79.77.00 02.32.85.07.00 02.35.53.24.66 02.35.24.54.89 02.32.74.90.99 06.08.25.84.10 02.35.41.32.53 02.32.72.46.39 02.35.24.34.56 02.32.74.87.95 02.35.26.44.61 02.35.26.83.38 02.35.53.89.18 02.35.55.55.48 02.35.42.43.16 02.35.25.18.92 02.35.55.46.01 02.35.48.85.24 02.32.74.90.31 02.32.74.92.68 02.35.24.06.52 02.32.74.93.99 02.35.26.51.48 02.35.25.71.79 02.35.24.58.50 02.35.25.36.09 02.35.58.18.74 02.35.53.81.80 02.35.25.27.25 02.35.22.62.14 02.32.79.27.09 02.32.72.02.39 02.35.26.00.53 02.35.25.00.52 02.35.26.73.43 02.35.22.53.39 02.35.19.34.94 02.32.74.35.43 02.35.43.19.87 02.35.53.10.93 23.77.67.40.84 02.32.74.79.02 02.35.21.44.09 02.35.11.35.14 02.35.24.77.57 02.35.13.89.14 02.35.22.57.50 02.35.21.38.15 02.35.53.94.56 02.32.84.56.19 02.35.24.58.50 02.35.20.82.36 02.35.22.48.45 02.35.53.27.58 02.35.19.94.92 02.35.25.57.41 02.35.21.38.15 02.35.48.85.24 02.35.51.63.77 02.35.13.59.29 02.35.22.97.14 02.35.43.36.57 02.35.11.33.32 02.35.26.39.86 02.22.51.17.29 02.35.26.33.17 02.35.25.41.06 02.35.11.36.63 02.35.21.70.89 02.32.79.49.80 02.35.26.29.64 02.35.25.48.46 02.35.25.18.92 02.35.53.07.79 02.35.13.37.98 02.35.25.18.79

Site Internet www.agilitylogistics.com www.alliance-europe.fr www.amatrans.fr www.lyseo.com www.atllines.com www.bansard.com www.bdpinternational.com www.bradfort.fr www.braidco.com www.buffard.eu www.phoenixintl.com www.cargo-lines.com www.cargologin.com www.carotrans.com www.groupecat.com www.cavalier.fr www.centrimex.com www.cevalogistics.com www.cgli.net www.challenge-int.com www.chinaseagroup.com www.clasquin.com www.dachser.com www.derudder.fr www.dhl.fr www.dimotrans.com www.fr.dsv.com www.ect.fr www.eculine.net www.egetra.com www.elitetrax.com www.fedex.com www.sealogis.com www.fmigroupe.com www.gefco.fr www.geodiswilson.com www.gondrand.fr www.hb-international.com www.heppner.fr www.herport.fr www.hesnault.fr www.gsgroupe.com www.intercargo.fr www.jamein.com www.jasfrance.com www.kuehne-nagel.com www.leonvincent.fr www.logfret.com www.somaudex-logistics.com www.lposogena.com www.manuport-logistics.com www.multimodal.fr www.necotrans.com www.norbert-dentressangle.com www.otec-international.com www.panalpina.com www.partnairsea.fr www.philcofrance.com www.fauveder.com www.pillet.fr www.qualitairsea.com www.rhenus.com www.rohlig.com www.saga.fr www.schenker.fr www.sdv.com www.seafrigo.com www.sedis-logistics.com www.groupenormandielogistique.fr www.shgt.fr www.sifatransit.com www.societe-havraise-transit.com www.sogedial.fr/transit/ www.sotecan.com www.stamex.fr www.stralog.fr www.tcclogistics-online.com www.tfs-overseas.com www.tgd.fr www.tps-france.com www.tramar-sa.fr www.taftrans.fr www.cnm-groupe.com www.transfer-int.com www.transitmeal.fr www.transmavin.fr www.tscorpi.com www.ttom.fr www.ups.com www.go2uti.com www.vls-global.com www.g-vatinel.fr www.velogic-fr.com www.xplog.fr www.zieglergroup.com


12 - Semaine 7 - Février 2017 - l’antenne

Prévisions de départs du port de Marseille

Nouveau Groupages export au départ de Fos

Oman - Dubai - Sohar - Abu Dhabi Doha - Koweit - Bahrein - Sharjah - Qatar Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Beyrouth - Alexandrie - Ashdod - Haïfa

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Service hebdomadaire Direct DRY / HC / PW / OT / FR / REEFER

ÉGYPTE - LIBAN TURQUIE - SYRIE - GRÈCE CINZIA A. - VGE : 305/2017....... 23 Fév.

Groupage direct Hebdo Depuis Marseille / Fos sur

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre Quai de la Moselle Port 3155 - BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

Ashdod / Haifa - Beyrouth Dubai - Singapore - Hong Kong Port Louis

et bien plus encore !!

Tél. 04 91 39 93 58 - marseille@tcclogistics.com

Réception : EUROFOS Contact : Jennifer.Massaro@feron.fr

Service hebdomadaire Matériels roulant uniquement Au départ de

Marseille

LE PIRÉE - GEMLIK DERINCE

neptune DYNAMIS (Fos)..... neptune ODYSSEY.............. neptune DYNAMIS (Fos).....

AMARSUD / GRIMALDI

––––––

18 Fév. 21 Fév. 22 Fév.

Pour fret et réservations :

NECOTRANS France

Départs de MARSEILLE/FOS

Roulant - Projets - Conventionnel

Service hebdomadaire direct vers la Turquie

GEMLIK - DERINCE - YENIKOY En transbordement via SALERNE :

“GRAND ECRAN” 11, Avenue André Roussin 13016 Marseille Tél.: 04.91.92.10.40 / 41 p.spina@necotrans.com c.cantoni@necotrans.com

Palerme - Malte - Tunis - Tartous - Le Pirée Beyrouth - Lattaquié - Al Khoms - Alexandrie

EVERGREEN LINE

www.evergreen-line.com Service hebdomadaire DIRECT

au départ de FOS

IMPORT/EXPORT ASIE - sous continent Indien SERVICE IMPORT/EXPORT MEDITERRANÉE ORIENTALE - MER NOIRE

au départ dU HAVRE

IMPORT/EXPORT ASIE - sous continent Indien ÉTATS-UNIS - AFRIQUE DE L’EST EUROPE DU NORD - MED. ORIENTALE - MER NOIRE

MARSEILLE : 04 96 17 17 70 PARIS : 01 58 58 02 22 LE HAVRE : 02 32 74 50 50 LYON : 04 72 61 19 91 STRASBOURG : 03 88 55 96 40

GRANDE PAGANELLA .................................................... CSCC SHANGHAI . .......................................................... GRANDE ANVERSA ........................................................ Réception à FOS : Darse 3 - Nicolas Frères –––––––

19 Février 22 Février 27 Février

GRÈCE - TURQUIE - LIBAN ÉGYPTE - SYRIE - CANARIES MER NOIRE - LIBYE

17 A, Av. Robert Schuman - 13002 Marseille Tél. : 04.91.15.44.00 - Fax : 04.91.56.09.10

_____________

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

BORCHARD LINES Ltd SERVICE

DIRECT

Full Containers 20'/40' au départ de MARSEILLE

Bosphorus Service

SUSAN BORCHARD............... 22 Fév. MIRIAM BORCHARD.............. 1er Mars

LE PIRÉE.................... AMBARLI.................... GEBZE YILPORT....... IZMIR...........................

4 5 6 7

jours jours jours jours

West Mediterranean Service

KATHERINE BORCHARD.... JOANNA BORCHARD..........

Limassol.................. Ashdod..................... Haïfa.......................... Alexandrie............. Mersin......................

Groupages export au départ de Fos

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre Quai de la Moselle Port 3155 - BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

Les EUROS de l’ESPOIR®

22 Fév. 1er Mars

5 6 7 8 9

(transbordement Haïfa)

Singapour - Hong Kong - Keelung - Busan Jakarta - Bangkok - Manille Tokyo - Osaka - Yokohama - Kobe - Australie

Service hebdomadaire depuis FOS

jours jours jours jours jours

MARMEDSA MARSEILLE 59, av. André Roussin - BP 106 - 13321 MARSEILLE Cedex 16 Tél. 04 96 17 17 12 / 32 / 09 / 37 — Fax 04 91 09 38 22

Les entreprises contre le CANCER

––––––––––––––––––––––

GEFLUC

B’LADING CLUB

30, rue Montgrand 13006 MARSEILLE Téléphone 04.91.33.00.67 Chèque bancaire ou postal

–––––––––––––––––––––––––– S'adresse aux Entreprises, Commerçants, Artisans, et à leur personnel

L'amicale des professionnels du shipping marseillais

Nous désirons participer à l'Action des

www.bladingclub-marseille.com

représentant notre cotisation pour un an.

Retrouvez-nous sur notre site :

––––––––––

“EUROS DE L'ESPOIR”, ci-joint: 15,25  (minimum)


l’antenne - Semaine 7 - Février 2017 - 13

Rouen

Services Maritimes

TSL c/o RCS/BOLLORE LOGISTICS

TSL Rouen

Rouen Vallée de Seine Logistique (RVSL) Une desserte des pays côtiers et de l’hinterland de l’Afrique

au départ de ROUEN Une maitrise de bout en bout avec le réseau du groupe Bolloré

Le conseil et l’expertise documentaire Schedules en ligne

Contact uro@tsl-nvocc.com - Téléphone : 02.32.18.83.60

www.tsl-nvocc.com

Services Maritimes

Dunkerque Fort de France Pointe à Pitre La Havane

 Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

NOUAKCHOTT DAKAR ABIDJAN CONAKRY TEMA LOME COTONOU LAGOS DOUALA LIBREVILLE PORT GENTIL POINTE NOIRE MOMBASA NIAMEY BAMAKO OUAGADOUGOU BANGUI N’DJAMENA KINSHASA PORT LOUIS ANTANANARIVO LONGONI POINTE DES GALETS DEGRAD DES CANNES

 Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

www.agena.fr

Services Maritimes

Montoir de Bretagne Au départ de

MONTOIR DE BRETAGNE / ST-NAZAIRE tous les 21 jours sur tous les

PORTS ALGÉRIENS

service navire multipurpose bigué pour colis lourds (lo/lo) général cargo - conteneur - roulant

––––––

ISAMAR

Mail : commercial@isamar.fr Tel : 04 95 09 09 13


14 - Semaine 7 - Février 2017 - l’antenne

Le Havre

Services Maritimes

4

3 Afrique Occidentale et Equatoriale

Afrique du Sud et de l’Est Services Directs Hebdomadaires

www.europeanrorolines.com

SERVICE RORO DÉDIÉ A L’AFRIQUE

Service mensuel en direct sur Nouakchott - Dakar - Douala Abidjan - Lome - Bata - Malabo Port Gentil - Libreville Service bi mensuel sur Cotonou Transbordement via Anvers : Pointe Noire - Mombasa - Maputo Dar Es Salaam

PARANA..................................

à fixer.

–––––––

ERL France

5, quai de la Saône - 76600 Le Havre Tél : +33 2 32 72 15 15 E.Mail : lehavre@erl-fr.com

–––––––

Terminal de Gennevilliers 6/7 Route du mole 1-2 92631 Gennevilliers Cedex

AFRIQUE DE L’OUEST Dakar - Abidjan - Tema - Lagos/Tincan AFRIQUE DU SUD Capetown - Port Elisabeth - Durban ASIE / OCEANIE Chine - Japon - Thaïlande – Vietnam Indonésie - Australie - Nlle Zélande USA EAST COST New York – Norfolk – Charleston

http://www.niledutch.com

Rotation dans les ports WEWA Le Havre - Lisbonne - Algésiras - Tanger - Pointe-Noire Luanda - Lobito - Namibe (1/2) - Abidjan - Tanger - Anvers Libreville, Douala, Malabo, Bata, Matadi, Boma sont servis par Pointe Noire Soyo et Cabinda sont servis par Luanda

dimitris c ............................ irenes resolve ................

18 Fév. 25 Fév.

––––––––

L’escale du service WEWA au Havre est le samedi au terminal EAT Atlantique (CNMP)

MOL (EUROPE) BV LE HAVRE

Rotation dans les ports EUWA

Tél. : 02.32.74.24.00 - Fax: 02.35.41.14.41 Website : www.Molpower.com.

Tilbury - Anvers - Dunkerque - Le Havre - Montoir Tanger - Algésiras - Dakar - Abidjan

CMA CGM AFRICA three.... partici...................................

20 Fév. 27 Fév.

L’escale du service EUWA au Havre est le lundi à TDF (GMP) France

9

Espace Caillard - 3, rue Louis Eudier - 76600 Le Havre Bertrand DEMARE 02.77.67.50.01 Nathalie LEVEEL 02.77.67.50.03 sales.leh@niledutch.com

Moyen-Orient

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

5

Amérique du Nord

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre Quai de la Moselle Port 3155 - BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre Quai de la Moselle Port 3155 - BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

SERVICE RORO Europe - Red Sea Persian Gulf 2 SAILINGS PER MONTH Europe South/North East Asia 3 SAILINGS PER MONTH Europe - CENTRAL & South America West coast 1 SAILING PER MONTH RAMP : 150 WT Max Height : Up to 6.3 m Prins Boudewijnlaan 43 B-2650 Edegem, Belgium Phone : +32(0)3 451.09.14

Groupage direct Hebdo Depuis Le Havre sur

New York - Santos - Valparaiso Beyrouth - Singapore - Hong Kong Shanghai - Busan - Colombo - Dubai

et bien plus encore !!

Tél. 02 35 25 57 45 - sales@tcclogistics.com

6

Antilles / Amérique Centrale

Fort de France Pointe à Pitre

Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 19 72 89 www.agena.fr

WEC LINES : Short Sea / Afrique de l’Est / Maroc / La Havane / Mer Rouge

roro.sales.anr@nykgroup.com


15 - Semaine 7 - Février 2017

Trafic Entre Marseille-Fos et Gênes, Savone est un port généraliste dont le trafic 2016 s’est établi à 12,6 millions de tonnes en repli de 5,8 %. Proches des 4 millions de tonnes, les diverses décrochent de 21 % sous l’effet notamment de la chute de 40 % des conteneurs (54.600 EVP). À hauteur de 1,5 million de tonnes, les solides reculent aussi de plus de 14 % tandis que les liquides, première activité du port italien avec 7,1  millions de tonnes, se développent de 8 %. Savone a également connu une année difficile dans le passage en baisse de 12,2 % pour un total de 1,2 million de passagers.

Mouvements

Frets maritimes

Le conglomérat indien Tata a achevé lundi 6 février la purge de son exdirigeant Cyrus Mistry en l’évinçant du conseil d’administration de la holding familiale, épilogue de trois mois d’un divorce sanglant. Premier PDG de ce groupe vieux de 150 ans à ne pas être issu des rangs de la famille Tata, Cyrus Mistry avait été débarqué de manière inattendue fin octobre en raison de ses différends avec le patriarche Ratan Tata. Cyrus Mistry avait succédé à Ratan Tata à la tête du groupe en 2012. Natarajan Chandrasekaran, jusqu’ici à la tête de Tata Consultancy Services, a été nommé nouveau patron du groupe Tata. Il prendra ses fonctions dans le courant du mois.

Les tarifs restent sous pression

Réaction

© Allseas

L’Union des aéroports français s’est félicitée de la présentation du rapport du Conseil supérieur de l’aviation civile (CSAC) sur l’avenir du maillage aéroportuaire, remis le 8 février. Pour la fédération, “le rapport insiste à bon escient sur le rôle que jouent les aéroports, quelle que soit leur taille, dans l’attractivité économique et touristique de la France et de ses territoires”. L’UAF a saisi cette occasion pour rappeler ses principaux messages. Notamment que, si les infrastructures aéroportuaires représentaient en 2015 moins de 4 % des investissements publics – contre 45,7 % pour la route et 29,2 % le réseau ferré principal –, “ils génèrent plus de 200.000 emplois directs et plus de 82 milliards d’euros de PIB par an”. Pour atteindre ses objectifs de compétitivité et de performance, l’UAF formule plusieurs vœux. Selon elle, la régulation aéroportuaire doit être adaptée, “à l’exemple de ce qui se passe dans de nombreux pays européens”, pour faciliter les investissements privés. Sur la fiscalité, l’UAF réclame une prise en charge par la puissance publique d’une part des coûts de sûreté et de sécurité pour permettre l’allègement des taxes d’aéroport. Elle se positionne contre l’extension de la taxe d’aéroport aux activités commerciales “ainsi qu’au passage sous redevance des coûts liés au péril animalier et à la sécurité incendie”. De plus, l’UAF demande “un moratoire sur le prélèvement de la taxe de solidarité et l’extension de son assiette à d’autres secteurs économiques”. Au sujet des aides d’État, l’UAF soutient que la liberté de financement public doit être préservée au nom de l’attractivité et du développement des territoires. L’association demande donc à la France de “peser de tout son poids à Bruxelles” pour rendre les règles moins rigides en la matière. Une liste de doléances que l’UAF résume ainsi : “Le réseau aéroportuaire français, fruit de l’histoire, est un capital pour l’avenir de la France. Ce capital doit être préservé”.

Les frets maritimes ont poursuivi leur baisse la semaine dernière, toujours lestés par l’offre abondante de navire disponible par rapport à une demande toujours terne. Indice phare du marché, le Baltic Dry Index (BDI), qui fournit une estimation moyenne des tarifs pratiqués sur vingt routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.), a fini vendredi 10 février à 702 points, au plus bas depuis fin août, contre 752 points sept jours plus tôt. Le Baltic Capesize Index 2014 (BCI 2014), qui compile les tarifs de la catégorie de navires “capesize”, forcés par leur taille imposante à naviguer au large des caps Horn et de Bonne-Espérance, a terminé la semaine à 687 points, son niveau le plus faible en dix mois, contre 981 points le vendredi précédent. “Une hausse du tonnage disponible et un cyclone frappant l’Australie ont fait les gros titres” la semaine dernière, les conditions météorologiques sur l’Ouest de l’Australie entraînant une diminution de l’activité notamment pour le transport minier, ont observé les analystes de l’agent maritime Fearnleys. “La semaine suivant le Nouvel An lunaire est toujours une semaine d’attentisme” Le Baltic Panamax Index (BPI), qui synthétise les tarifs pour quatre routes (la plupart pour les céréales) empruntées par des navires de la catégorie “panamax”, a tenté de se reprendre, terminant vendredi 10 février à 943 points, contre 922 points une semaine auparavant, un niveau qui constituait un plus bas en trois semaines. Même si le marché des routes sur l’océan pacifique a commencé à voir un regain d’activité, “la semaine suivant les célébrations du Nouvel An lunaire en Chine est toujours une semaine d’attentisme”, a-t-on relevé chez Fearnleys. Les tarifs des transports pétroliers sont restés sous pression la semaine dernière. L’indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur dixsept routes de transport de pétrole brut et de fuel lourd, a fini vendredi 10 février à 847 points – après être tombé mercredi 8 février à 842 points, son niveau le plus faible depuis fin novembre – contre 858 points la semaine précédente. “La semaine a été conforme aux attentes, les taux bougeant peu malgré une bonne activité car l’offre abondante de navires a limité tout rebond”, ont observé les analystes de la maison de courtage maritime Howe Robinson. Le Baltic Clean Tanker Index (BCTI), moyenne des prix pratiqués sur six routes de produits pétroliers raffinés (essence, gaz liquéfié, fuel de chauffage, etc.), a terminé à 582 points vendredi 10 février – après être tombé mardi 7 février à 580 points, au plus bas en près de deux mois – contre 585 points sept jours auparavant.

Le cancer des dockers non reconnu maladie professionnelle La cour d’appel de Rennes n’a pas reconnu comme maladie professionnelle les cancers développés par un docker du port de Nantes-Saint-Nazaire, décédé en 2011 à l’âge de 56 ans, dans un arrêt rendu mercredi 8 février. La chambre sociale de la cour d’appel de Rennes, “après examen du dossier et des avis de différentes commissions et compte tenu du type de cancer dont était atteint M. Chagnolleau, docker, n’a pas considéré que ce dernier entrait dans la catégorie des maladies professionnelles”. Cet arrêt casse le jugement du Tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) de Nantes, rendu en décembre 2014, qui avait, pour

la première fois dans la profession, établi un lien direct entre l’activité de Jean-Luc Chagnolleau, docker au port NantesSaint-Nazaire, et ses cancers de la thyroïde et des reins. Le Tass avait estimé

que sa multi-exposition aux poussières et à des produits toxiques et cancérigènes avait eu “un rôle causal direct et essentiel dans la survenance de ses pathologies”. En appel, les magistrats rennais ont considéré à l’inverse “que la preuve du lien entre les maladies et le métier de docker n’était pas rapportée”, a expliqué l’avocate de la famille, Véronique Aubry. “Je pense que c’est le manque de courage qui leur a fait prendre cette décision, car soit ils ne connaissent pas la règle de droit, soit ils se prennent pour des médecins”, a-t-elle commenté, ajoutant que la “multiexposition ne rentre pas encore dans les mentalités”.

Marwan Lahoud, directeur général délégué à l’international, à la stratégie et aux affaires publiques d’Airbus, quittera le groupe à la fin du mois de février, a annoncé l’avionneur européen mardi 7 février. Ce départ inattendu du charismatique dirigeant d’Airbus intervient alors que le groupe est en pleine réorganisation avec la fusion à Toulouse de la branche d’aviation commerciale (Airbus SAS, 70 % de l’activité) avec le groupe (Airbus Group SAS). Le nouvel ensemble porte le seul nom d’Airbus. Marwan Lahoud a choisi de quitter Airbus “compte tenu de la réorganisation du groupe”, a indiqué un proche du dirigeant, sans donner d’autres précisions.

❇ La Française Anne Lauvergeon, ancienne dirigeante du groupe nucléaire français Areva, va quitter le conseil d’administration de Rio Tinto trois ans après y être entrée à une fonction non exécutive, a annoncé vendredi 10 février le géant minier angloaustralien. Anne Lauvergeon et le Canadien Robert Brow, autre directeur non exécutif, ont “fait part de leur intention de quitter le conseil lors de l’assemblée générale de Rio Tinto Limited le 4 mai 2017”, a annoncé le groupe. Robert Brow avait rejoint le conseil d’administration de Rio Tinto en 2010 et Anne Lauvergeon en 2014. Rio Tinto, deuxième groupe minier du monde, a annoncé mercredi avoir renoué avec les bénéfices en 2016.

❇ Le groupe Auchan Holding a annoncé jeudi 9 février que Vianney Mulliez quittait la présidence de son conseil de surveillance ainsi que du conseil d’administration d’Auchan Retail, la branche distribution du groupe, des fonctions qu’il occupait depuis respectivement onze et sept ans. Petit-cousin du fondateur d’Auchan Gérard Mulliez, Vianney Mulliez restera président du conseil d’administration d’Immochan, l’entité immobilière du groupe. Il doit être remplacé dans ses deux fonctions par Régis Degelcke, dont la candidature sera soumise au conseil d’administration d’Auchan Retail et au conseil de surveillance d’Auchan Holding le 8 mars prochain. Né en 1963, Vianney Mulliez est diplômé d’HEC Paris et a rejoint l’entreprise familiale en 1998, date à laquelle il prend la direction financière d’Auchan France.

❇ Daimler, numéro un mondial des poids lourds, a annoncé vendredi 10 février le départ immédiat de Wolfgang Bernhard, directeur de sa division de camions et de bus, qui ne souhaitait pas reconduire son contrat après février 2018. Selon le président du conseil de surveillance, Manfred Bischoff, le constructeur regrette ce choix, mais dispose de “nombreux managers excellents pour lui succéder”. En attendant, le patron Dieter Zetsche supervisera cette division importante pour le groupe.

Hebdo sem7 2017  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you