Page 4

Infrastructures/Institutions

4 - Semaine 51 - Décembre 2013 - l’antenne

Marseille

Via Marseille Fos resserre les liens avec le marché turc “Nous sommes venus Arcelor Mittal à Fos-sur-Mer porter un message, celui d’une qui expédie des bobines d’acier confiance retrouvée. La Turquie vers la Turquie, ce voyage était échange 6,5 millions d’EVP avec une première. “Cette mission le monde et 50.000 EVP avec le m’a permis de découvrir un port de Marseille. Notre marge marché porteur, de nouer des de progression est importante”, a contacts avec des agents et opésouligné Hervé Balladur, prési- rateurs. De plus, la présence des partenaires sociaux a donné dent de Via Marseille Fos. “La réforme achevée, un signe très positif pour la Marseille-Fos constitue une porte place”, explique Jean-Claude d’entrée fiable pour les mar- Sarremejeanne, spécialiste de chandises”, a martelé Monica la manutention des marchandises convenBonvalet, directrice commerciale “Le statut «OKS» tionnelles. Parmi les du Grand Port maritime de Marseille facilite le passage nombreuses filières présentes, (GPMM) à en douane des l’automobile l’adresse des charmarchandises” était venue en geurs, commissionforce. “Les ports naires de transport et armateurs turcs conviés aux doivent considérer comme straréunions d’information organi- tégiques les trafics de véhicules sées à Istanbul et Mersin par Via automobiles”, a souligné Nadine Dangleterre, directrice comMarseille Fos. Pour le directeur de Sosersid, merciale de l’armement Neptune filiale de manutention du groupe pour la France.

© Laurie Maneval

Du 18 au 21 novembre, Via Marseille Fos (VMF*), la nouvelle marque commerciale de la place portuaire créée en 2011, a emmené une trentaine de professionnels en Turquie à la rencontre des industriels, chargeurs potentiels et armateurs afin de découvrir ce pays riche en promesses.

Chef de projet chez MGI, Dominique Le Breton a présenté aux membres de l’association des déclarants en douane turcs le cargo community system AP+ et souligné “l’intérêt d’échanger des informations, de faciliter les opérations entre les ports turcs et Marseille afin d’augmenter les volumes”. Patrice Vernet, directeur régional des Douanes

de Marseille, était du voyage. Il a rencontré son homologue à Istanbul. Les discussions ont porté sur le statut de l’OEA. Actuellement, les grands chargeurs ou commissionnaires de transport turcs bénéficient depuis dix ans du statut “OKS” facilitant le passage en douane des marchandises. L’absence de reconnaissance mutuelle entre l’OEA

et l’OKS constitue cependant un frein aux échanges. Laurie Maneval (*) Via Marseille Fos, organe de promotion commerciale, rassemble le GPMM, l’Union maritime et fluviale de Marseille-Fos (UMF), Marseille Gyptis International, la Chambre de commerce et, depuis cette année, la ville de Marseille.

ENSM

Le conseil d’administration de l’École nationale supérieure maritime (ENSM) a validé le mardi 10 décembre, comme on pouvait s’y attendre, son projet d’établissement. Il a par ailleurs voté le budget 2014. “Le projet de transformation de l’école repose sur “une évolution de l’enseignement pour permettre une meilleure reconnaissance des diplômes, une spécialisation par site qui tire partie du potentiel de chacun d’entre eux et qui permet un fonctionnement plus rationnel”, explique la direction de l’ENSM, pour justifier la décision prise par les administrateurs. Le projet, qui a soulevé ces derniers temps une polémique autant chez les élèves que les enseignants mais également du côté des navigants, prévoit une rénovation des sites, un développement international et une ouverture vers les métiers du “paramaritime”. Autant d’évolutions préconisées dans de nombreux rapports et audits. “Depuis le dernier conseil d’administration du 23 octobre, ce projet a fait l’objet d’une concertation auprès des collectivités territoriales concernées, notamment le conseil régional de HauteNormandie et la ville du Havre qui souhaitaient une meilleure prise en compte des efforts faits par ces collectivités pour la construction du nouveau bâtiment au Havre”, explique la direction de l’ENSM. L’école dit avoir, au cours de cette phase, “amélioré le projet pour répondre à leurs attentes”.

Elle précise que “la spécialisation des quatre sites sera mise en œuvre de manière progressive et contrôlée”. Les transferts de formation entre les deux sites de Marseille et du Havre donneront lieu, selon elle, “à une prévision puis un bilan annuel, qui sera effectué en concertation avec les collectivités locales partenaires”. Aucun principe fondateur du projet n’a été remis en cause. Toutefois, des précisions ont été apportées sur les nouvelles formations réalisées au Havre. La direction de l’ENSM souligne celle d’officier chef de quart passerelle international (OCQPI) et celle d’officier électronicien et systèmes de la Marine marchande (OESMM). Ainsi en va-t-il des diplômes universitaires et, à terme, des formations para-maritimes. Et d’ajouter qu’à la rentrée 2014, les deux dernières années de la formation des officiers de première classe de la marine marchande (cycle M de la filière A) seront transférées de Marseille au Havre. Seul le niveau L1 étant regroupé à Marseille. Le site de Marseille accueillera donc à terme les trois premières années de la filière des officiers de première classe de la marine marchande. Le site du Havre accueillera quant à lui le septième semestre et les deux dernières années de cette formation. Il a plus particulièrement été validé qu’il n’y aurait pas de transfert de formations sans avoir vérifié préalablement qu’il était compensé par l’arrivée effective d’étudiants d’autres filières. Pour le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, “on assiste aujourd’hui à

© ENSM

Le Conseil d’administration valide le projet d’établissement

la véritable naissance de la «nouvelle ENSM», grande école de l’économie maritime qui doit être le socle de l’ambition maritime de la France que je porte”. Il a salué l’approbation (à l’unanimité moins une voix) du projet d’établissement de l’ENSM. Il souligne que “cette approbation vient valider le travail réalisé par la direction de l’école, l’ensemble du

personnel et les partenaires de l’école. Des échanges fructueux et une concertation utile, avec les collectivités locales des quatre sites ont été conduits ces dernières semaines, sur ma demande, pour consolider le projet d’établissement”. Vincent Calabrèse

Hebdo sem51 2013