Page 1

o d b e l’h www.container-z.com

Institutions/ Infrastructures Calais : La “Jungle” démantelée, le port retrouve des couleurs

71e année

www.lantenne.com Semaine 48 - Décembre 2016

ISSN 0395-8582 - CPPAP 0319T79480

Ligne régulière

Feu vert sous conditions accordé par Bruxelles à la fusion Hapag-Lloyd/UASC © Vincent Calabrèse

Transporeon/ Capgemini : “2016 restera une année difficile pour le marché routier européen” Med Ports Forum : Un premier forum pour les ports de Méditerranée Entreprises CMA CGM : Nouveau trimestre déficitaire Combronde : La multimodalité comme base du développement Clasquin : Belle progression des volumes au troisième trimestre International Panama : Les investissements dans les canaux étaient-ils justifiés ?

La Commission européenne a accordé mercredi 23 novembre son feu vert sous conditions à la fusion entre l’armateur allemand Hapag-Lloyd et son concurrent du golfe Arabe UASC. Une approbation conditionnée au retrait du transporteur maritime de Dubaï du marché Nord EuropeAmérique du Nord. Détails... L’autorisation donnée par Bruxelles au projet de fusion entre Hapag-Lloyd et United Arab Shipping Company (UASC) est subordonnée au retrait de l’armateur de Dubaï des routes commerciales entre le Nord de l’Europe et l’Amérique du Nord, pour lesquelles “l’entité issue de la concentration serait soumise à une pression concurrentielle insuffisante”, indique la Commission européenne. Le motif est qu’UASC est membre sur le marché transatlantique du service commun portant le nom de Liberty Bridge APNE NEU 1 dont Hapag-Lloyd et CMA CGM sont également partenaires. Naissance du numéro 5 mondial

www.lantenne.com

Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence à Bruxelles, a souligné : “Les engagements proposés par Hapag-Lloyd garantissent que (la fusion) n’entraînera pas de hausses de prix pour ce qui est des routes entre le Nord de l’Europe et l’Amérique du Nord”.

La Commission justifie sa position en in- supprimera intégralement “le lien supplémendiquant que l’opération va déboucher sur la taire entre les consortiums d’Hapag-Lloyd concentration entre deux concurrents du secteur et d’UASC que l’opération aurait créé sur de la ligne régulière conteneurisée et va créer les routes commerciales entre les ports du le cinquième plus gros opérateur mondial dans Nord de l’Europe et ceux d’Amérique du le secteur. Elle a estimé que la concentration Nord”. Bruxelles précise : “La position de entre les deux armateurs, telle qu’elle avait été l’entité issue de la concentration de ces deux notifiée initialement, aurait armateurs sur ces routes créé, pour les routes comsera compa“L’entité ne devait commerciales merciales reliant le Nord de rable à celle occupée acl’Europe et l’Amérique du tuellement par l’opérateur pas être soumise Nord, des liens entre les serallemand”. à une pression vices communs et accords dont UASC continuera Hapag-Lloyd est membre et le d’exercer des activités dans concurrentielle service NEU1 (ex-Pendulum), le cadre du service commun insuffisante” dont UASC fait partie. “Par NEU1 pendant la période conséquent, l’entité issue de la de préavis pour que sa sortie concentration, par l’intermédiaire des consor- du marché soit effectuée sans trouble. Un tiums auxquels elle aurait appartenu, aurait pu mandataire chargé du contrôle veillera toute(avoir un impact) sur les capacités et les prix sur fois à ce qu’aucune information anticoncurune part très importante de ces marchés, au dé- rentielle ne soit échangée entre le consortium triment des clients et, en définitive, des consom- et la nouvelle entité issue de la concentration mateurs”, explique Bruxelles. La commission durant cette période. redoutait que, sur ces routes, “l’entité issue de La Chine, le Japon et la Corée du Sud la concentration ne soit soumise à une pression avaient déjà donné leur autorisation au projet concurrentielle insuffisante de la part des entre- de fusion. prises rivales”. L’opération donnera naissance au numéro En outre, selon Bruxelles, l’opération crée cinq mondial du transport maritime. Le nouégalement des liens verticaux limités entre les veau groupe, qui restera basé à Hambourg et activités des entreprises portant sur des ser- coté à la Bourse de Francfort, disposera d’une vices de transport maritime régulier et les ser- flotte de 237 navires et réalisera un chiffre vices fournis par Hapag-Lloyd ou ses action- d’affaires de l’ordre de 12 milliards de dolnaires majoritaires. Pour dissiper les craintes lars (11,4 milliards d’euros). En 2017, Hapagde la Commission en matière de concurrence, Lloyd et UASC entendent devenir membres l’armateur allemand a proposé de mettre fin à de THE Alliance. la participation d’UASC au service commun NEU1. Cette initiative, ajoute la Commission, Vincent Calabrèse


Infrastructures/Institutions

2 - Semaine 48 - Décembre 2016 - l’antenne

Calais

La “Jungle” démantelée, le port retrouve des couleurs Trois semaines après le démantèlement du camp de réfugiés, le port de Calais a déjà retrouvé un trafic plus conforme à ses anciennes habitudes. Le directeur du port de Calais Près de 7.000 étrangers ont été se félicite de la hausse du trafic évacués vers des centres d’acentre Douvres et Calais, trois se- cueil lors du démantèlement de maines après le démantèlement la “Jungle” terminé entièrement de la “Jungle” le 3 novembre. où vivaient Elle était des milliers située à envi“Record de camions ron 500 mètres de migrants. depuis plus d’un an” de l’entrée du “Aujourd’hui nous nous premier port portons de français et le nouveau bien, car nous consta- deuxième européen en termes de tons une hausse depuis le début voyageurs (10  millions de perdu mois de novembre de plus de sonnes par an). 10 % du trafic”, a déclaré JeanLe directeur de la compagnie Marc Puissesseau, PDG du port maritime transmanche P&O, de Boulogne-Calais. Pascal Devaux, a également af“Nous regagnons des trans- fiché sa satisfaction, notamment porteurs routiers que nous au sujet de la hausse du trafic de n’avions plus l’habitude de voir nuit. Lorsque la “Jungle” exissur le port. Nous avons vu passer tait, le trafic n’excédait pas les jeudi dernier plus de 3.900 ca- 1.800  poids lourds transportés mions, ce qui est un record depuis vers l’Angleterre. Désormais, plus d’un an”, a-t-il ajouté, pré- depuis le démantèlement, “on cisant que le nombre de migrants arrive à faire 2.400 poids lourds détectés dans les poids lourds sur les mardis, mercredis et jeudis”, la zone portuaire avait baissé de note Pascal Devaux. En revanche, 87 % depuis le début du mois. le trafic tourisme (les voitures

© Port Boulogne Calais

particulières) est à la peine, en raison principalement du Brexit, de la dévaluation de la livre et de la menace terroriste en France, selon lui. Alors qu’il y a un mois le camp de la lande de Calais – le nom officiel de la “Jungle” – offrait le paysage d’un bidonville grouillant de monde, il laisse dé-

Bonneuil-sur-Marne

La plus grande station française de gaz pour véhicules (GNV et bioGNV) a été inaugurée jeudi 24 novembre à Bonneuil-sur-Marne (Valde-Marne), embryon d’un réseau francilien. Dix stations d’ici cinq ans D’une superficie de 4.000 m2, cette station du Sigeif (Syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Île-de-France) est exploitée par le

L’autoroute ferroviaire réactivée en janvier “Nous avons encore une posture de surveillance très forte sur Calais et le Calaisis”, explique Vincent Berton, sous-préfet de Calais, évoquant un dispositif

“extrêmement conséquent” de forces de l’ordre “pour empêcher les clandestins de passer à Calais”. Concernant l’autoroute ferroviaire de VIIA Britanica, qui relie l’Espagne via Le Boulou (Pyrénées-Orientales) à la GrandeBretagne via le port de Calais, interrompue à cause des intrusions de migrants, elle devrait reprendre “au plus tard début janvier”, a assuré Jean-Marc Puissesseau.

Dunkerque

La plus grande station française de GNV La plus grande station-service française délivrant du gaz naturel pour véhicules a été inaugurée dans le port de Bonneuil-sur-Marne, première installation d’un futur réseau public qui comptera dix stations en Île-de-France.

sormais apparaître un terrain vide sous bonne garde des forces de l’ordre.

groupe énergétique espagnol Endesa dans le cadre d’une délégation de service public. Elle fera partie d’un réseau qui comptera dix stations d’ici cinq ans, représentant un investissement global d’une dizaine de millions d’euros. “Cette réalisation est le fruit d’un partenariat conclu en décembre 2014 entre le Sigeif, la ville de Paris, GRDF, le groupe La Poste et avec le soutien financier de la région Île-de-France”. Une société d’économie mixte locale, Sigeif Mobilités, a été créée pour porter le projet, soutenu également par la Caisse des dépôts (CDC), le gestionnaire de réseau de transport de gaz GRTgaz et de grands syndicats techniques franciliens. Le GNV, moins émetteur de CO2 et autres polluants que l’essence ou le gasoil, et surtout utilisé en France pour alimenter les bus, fait partie des pistes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports.

© Endesa

La mutualisation des THC fluviales adoptée Après une expérimentation d’un peu moins d’un an, le Grand Port maritime de Dunkerque a adopté définitivement la répartition uniforme des Terminal Handle Charges (THC) du fret fluvial. Cette mesure de mutualisation de la charge a pour but de supprimer le surcoût de ce mode, considéré comme écologiquement vertueux comparé à la route. Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer, et de la Pêche, “salue le succès de l’accord, conclu à (son) initiative entre acteurs de la place portuaire de Dunkerque, qui va permettre de dynamiser la desserte de son hinterland par le mode fluvial, respectueux de l’environnement”. Le ministère rappelle qu’en France, les opérateurs fluviaux doivent supporter financièrement une partie de la manutention des conteneurs, alors que pour les autres modes utilisés pour assurer le pré et postacheminement, ce coût est assumé par les compagnies maritimes. “Cette distorsion par rapport aux autres modes nuit fortement à la compé-

titivité globale du transport combiné fluvial”, observe le ministre. À l’initiative d’Alain Vidalies et après le lancement en 2014 de la Conférence pour le fret fluvial, Dunkerque a été le premier port français à expérimenter une répartition uniforme de ce surcoût sur l’ensemble des conteneurs en transit du terminal : “Cette surcharge n’est ainsi plus facturée aux seuls opérateurs fluviaux mais lissée auprès de l’ensemble des armateurs sur la base de l’intégralité de leurs trafics conteneurisés en entrée et sortie du terminal de Dunkerque”. Ce système est appelé “mutualisation des THC”. Cet accord, pérennisé après onze mois d’expérimentation, avait été conclu entre les acteurs du transport combiné de la place portuaire : opérateur du terminal, armateurs, chargeurs et opérateurs multimodaux. Le ministère souligne le rôle moteur de Nord Ports Shuttle (NPS), Contargo North-France, CMA CGM et ses filiales TdF et Terminal Link dans sa signature. Franck André


Infrastructures/Institutions

l’antenne - Semaine 48 - Décembre 2016 - 3

Transporeon/Capgemini

Le marché du transport routier a baissé de 1,3 % au troisième trimestre 2016 par rapport à ceux du deuxième trimestre. Selon le dernier rapport publié par Transporeon et Capgemini Consulting, les indices des prix et de capacité sont en déclin pendant que celui du diesel poursuit sa reprise. Explications... La vingt-neuvième édition de l’Indicateur du marché du transport (IMT) publiée par Capgemini Consulting et Transporeon ne réserve pas beaucoup de surprises. Le rapport trimestriel indique que l’indice des prix a diminué de 1,3 % au troisième trimestre 2016 (indice 95,1). S’il est comparé au niveau d’indice de l’année précédente (le troisième trimestre 2015), on peut constater que l’indice des prix est en recul de 5,5 %. Au troisième trimestre de l’année, l’indice de capacité a baissé pour atteindre un niveau d’indice de 84,9 (soit - 3,4 %). Comparé au troisième trimestre de l’année précédente, tous les mois de la période

passée sous revue montrent un indice de capacité plus élevé. L’indice diesel a, lui, augmenté pour le deuxième trimestre consécutif pour atteindre un indice de 69,9. Il a progressé de 2 % en un an. L’indice diesel en hausse “2016 reste une année difficile pour les transporteurs (routiers). Comme au deuxième trimestre, les prix payés (...) au troisième trimestre sont exceptionnellement bas. Les prix étaient légèrement plus bas lors de la crise de 2009, mais le prix du diesel était

UE

La France veut une agence contre la fraude sociale L’UE doit se doter d’une agence chargée de faire respecter les règles en matière de transport routier, afin de lutter contre la concurrence déloyale de certains transporteurs qui recourent à une “fraude organisée”, a plaidé mardi 23 novembre le secrétaire d’État français aux Transports. “Il faut absolument que l’Europe crée une agence de contrôle (...) que chaque pays fasse son travail afin qu’une concurrence loyale puisse exister dans les transports. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, où nous avons face à nous des fraudeurs très organisés”, a expliqué Alain Vidalies en marge d’une visite au Parlement européen à Strasbourg. La fraude “est une tendance lourde, très sophistiquée”, a précisé le secrétaire d’État, évoquant des logiciels truqueurs installés dans les appareils de contrôle des camions, conçus pour masquer le fait que des chauffeurs ont conduit bien au-delà du temps maximum autorisé. Ce type de fraude “empêche un fonctionnement normal du marché des transports. Cette question doit être posée au niveau européen, sinon c’est chaque pays qui va trouver sa réponse, et on sait bien que ça peut nourrir tous les populismes anti-européens”, a insisté le responsable français, qui s’exprimait au côté de la ministre française du Travail, Myriam El Khomri.

Les deux ministres ont rencontré à Strasbourg les commissaires européennes chargées des Transports et de l’Emploi, Violeta Bulc et Marianne Thyssen, ainsi que des eurodéputés chargés de ces dossiers. Revendiquant une action de “lobbying”, ils ont expliqué se battre pour que la nouvelle législation européenne sur les travailleurs détachés – actuellement en cours d’élaboration – puisse inclure le secteur des transports. Dans ce secteur comme dans d’autres, la France se bat plus généralement pour que soient interdites les sociétés “boîteaux-lettres” qui exploitent les travailleurs détachés, des dispositifs “indéfendables” qui permettent à une société de se domicilier dans un pays alors qu’elle fait travailler ses salariés dans un autre, pour un coût bien inférieur, a souligné Myriam El Khomri. La révision de la législation européenne sur les travailleurs détachés, qui doit permettre d’aligner les conditions des travailleurs détachés sur celles des travailleurs locaux, est appuyée notamment par la France et l’Allemagne, mais refusée par onze États, en majorité d’Europe de l’Est – dont la Pologne –, qui ont obligé la Commission européenne à revoir sa copie. Ces pays estiment en substance qu’accepter une telle évolution de la réglementation européenne réduirait la compétitivité de leurs entreprises.

également bien plus bas. On peut annoncer que le troisième trimestre semble être le pire pour les transporteurs terrestres depuis que nous avons lancé cette étude”, détaille Erik van Dort, directeur Supply chain chez Capgemini. Peter Förster, directeur général de Transporeon, ajoute : “Il est très inhabituel que les indices de capacité et de prix diminuent au même moment. C’est un phénomène nouveau qu’un manque de capacité ne conduise plus à une revalorisation des prix, surtout pour les transporteurs, et particulièrement lorsque le prix du diesel augmente à nouveau. Cependant, puisque les prix en Allemagne (16 Länder) et augmentent généralement au en Espagne (54 provinces). En quatrième trimestre, il sera très Allemagne (…), elles ne sont pas intéressant de voir ce qu’il se obligatoires”. L’étude ajoute que passe au cours dans certains des prochains pays “l’absence “Un paysage social de convention mois”. De son côté, contrasté en Europe, collective est le Comité nala norme, avec selon le CNR” tional routier une exception (CNR) a publié en République une étude qui ne tient pas compte tchèque, où elle n’est toutefois de l’évolution du marché mais pas obligatoire et encore très peu dans laquelle il dénonce un “un appliquée en entreprise”. paysage extrêmement contrasté L’organisation indique qu’il y qui subsiste dans le transport rou- a donc un rapport de 1 à 4 entre les tier de marchandises en Europe”. extrêmes, sans clivage Est-Ouest. Selon le Comité, “derrière “L’hétérogénéité est accentuée l’apparente harmonisation” du par la dispersion des assiettes secteur, “les conventions col- de cotisation. En effet, le salaire lectives existent partout dans brut d’un conducteur routier à les pays de l’Ouest, avec la l’international varie en Europe particularité d’être régionales de 300 à 3.300  euros mensuels.

© Renault Trucks

“2016 restera une année difficile pour le marché routier européen”

Les éléments de salaire de tout type, soumis aux cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu, s’échelonnent donc dans un rapport de 11 entre les extrêmes. Il en résulte, si on considère les cotisations versées, un rapport de 24 entre les extrêmes”, précise le document. “Concrètement, les cotisations employeurs coûtent 673 euros par an à un transporteur bulgare et 16.221 par an à un transporteur belge. Sur ce plan, le clivage EstOuest est total”, dénonce le CNR. On comprend mieux pourquoi aujourd’hui les transporteurs routiers français se plaignent depuis des années que le pavillon national ait au fil des années été détrôné en Europe. Vincent Calabrèse

Afitf

“Il manquera 800 M EUR par an pour financer les infrastructures” Il manquera à l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf) 800 millions d’euros par an pour financer les infrastructures programmées en France dans les prochaines années, a affirmé le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies. “L’Afitf est dans une situation où il nous faudra des ressources supplémentaires dans les années qui arrivent, de l’ordre de 800 millions de plus (...) si on veut financer l’ensemble des infrastructures qui ont été programmées”, a dit mercredi 23 novembre Alain Vidalies au Sénat. Ces 800 millions d’euros correspondent aux recettes de l’Écotaxe, abandonnée il y a deux ans par le gouvernement. “La TICPE (taxe sur le gasoil, NDLR) rapporte 1,1 milliard (d’euros) dont on ne retrouve que 735 millions dans le budget de l’Afitf”, a-t-il souligné, estimant qu’il “y aurait une certaine cohérence à donner à l’Afitf l’ensemble des ressources qui s’inscrivent dans le report modal”. 2,6 milliards pour le ferroviaire Alain Vidalies, qui s’exprimait dans le cadre d’un débat sur l’avenir du transport ferroviaire en France, a par ailleurs souligné que les contrats de performance entre l’État et la SNCF, inscrits

dans la loi de réforme ferroviaire de 2014, sont “en cours de finalisation”. Ces contrats sont très attendus car ils doivent fixer une trajectoire financière et des objectifs de performance, et redonner à l’État son rôle de “stratège”. En 2017, 2,6 milliards d’euros seront affectés à la restructuration du réseau : “Il faudra probablement maintenir cet effort pendant huit à dix ans, et j’espère que ça sera fait, pour remettre à niveau notre réseau. (...) Soit cet effort sera maintenu, soit on fermera des lignes”, a prévenu le secrétaire d’État aux Transports. Il a souligné que le contrat de performance avec SNCF Réseau “précisera cette trajectoire, puisque la décision qu’a pris ce gouvernement c’est d’augmenter de 100 millions par an pour arriver à 3 milliards ces crédits nécessaires pour la restructuration du réseau”. Il a par ailleurs précisé la nécessité, dans la perspective de l’ouverture à la concurrence, de “clarifier la gestion des gares de voyageurs”, aujourd’hui dans le giron de SNCF Mobilité, l’opérateur ferroviaire. Ainsi, a-t-il précisé, “les deux solutions qui sont aujourd’hui envisagées” sont “la création d’une filiale de SNCF Réseau” en charge des gares, et la création d’un nouvel Epic (Établissement public à caractère industriel et commercial) qui constituerait une troisième entité aux côtés de SNCF Réseau (gestionnaire d’infrastructure) et SNCF Mobilité (opérateur ferroviaire).


Infrastructures/Institutions

4 - Semaine 48 - Décembre 2016 - l’antenne

Med Ports Forum

Un premier forum pour les ports de Méditerranée Marseille accueille la première édition du Med Ports Forum, qui abordera pendant deux jours les possibilités de coopération et de promotion des ports maritimes du pourtour méditerranéen. Le grand Port maritime de Marseille-Fos est l’hôte du premier forum des ports méditerranéens (Med Ports Forum) organisé par Intermed Gateways et l’Union pour la Méditerranée. La manifestation réunira pendant deux jours, aujourd’hui et demain, à la villa Méditerranée quelque 80 professionnels autour de la promotion du transport maritime de cette région. À l’affirmation du rôle stratégique majeur de la Méditerranée dans le système européen et mondial s’ajoute la volonté de mettre en place des actions communes pour faciliter le traitement des marchandises sur chacune de ses rives. L’association Intermed Gateways regroupe depuis 1998 les ports de Barcelone, Marseille et Gênes, qui prennent en charge la majorité du commerce maritime de l’Espagne, de la France et de l’Italie. Elle a été créée notamment pour peser dans les décisions de l’Union européenne et imposer

ses membres comme alternative aux ports du Nord du continent. Coopération et développement “Le forum des ports méditerranéens a deux principaux objectifs : la coopération et le développement de l’activité en Méditerranée, puisque l’un ne va pas sans l’autre. C’est la raison pour laquelle Intermed Gateways et l’Union pour la Méditerranée ont tous deux un grand intérêt à organiser cet événement”, expliquent ces derniers. Hormis les trois ports organisateurs, Tanger, Valence, Algésiras, Savone, Civitavecchia, La Spezia, Venise, Koper, Bourgas, Thessalonique, Tunis, Alexandrie, ainsi que des ports israéliens sont annoncés au Med Ports Forum. Les autorités portuaires côtoieront des experts du secteur ainsi que des représentants d’institutions internationales et d’entreprises,

Pollutec 2016

Lyon, capitale environnementale Le salon biennal Pollutec 2016 se tiendra à LyonEurexpo du 29 novembre au 2 décembre. Ce 27e salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement enrichit encore son dispositif et son organisation avec, entre autres nombreuses initiatives, un nouveau Focus dédié à la mer, au littoral, aux milieux aquatiques. Le pays invité d’honneur est le Vietnam, un pays où l’agriculture tient encore une place importante malgré son essor général et qui est à la recherche de techniques environnementales innovantes. Pollutec devrait rassembler 2.500 exposants et accueillir 60.000 visiteurs professionnels venus d’une centaine de pays. Il sera enrichi de 400 conférences, ateliers, prix et trophées. En ce qui concerne les transports et la logistique, ils seront mis sous les projecteurs le 29 novembre, à l’occasion du “Forum industrie durable – Le transport fluvial : une solution logistique adaptée à tous les secteurs de l’environnement” sous la houlette de VNF. Le 30 novembre, Inspira exposera aux côtés de la CNR et du GIE Osiris, plateforme chimique de Roussillon. Des délégations étrangères visiteront Inspira. Le 1er décembre, sur le stand EPTB, se

déroulera une rencontre sur les espèces invasives tandis que le lendemain il sera question de solutions de transport de déchets par voie d’eau, solutions qui deviennent des vecteurs d’innovation. À propos de déchets, le projet de la déchetterie fluviale de Suez, CFT, VNF lancée lors de Pollutec 2014 devient réalité avec son inauguration, le 3 décembre, sur le quai Fulchiron, à Lyon. Parmi des dizaines d’innovations et de présentations, citons aussi la route solaire inventée par Colas en partenariat avec l’Institut national de l’énergie solaire avec les panneaux photovoltaïques Wattway. En avant-première française, sera présenté le nouvel utilitaire Man  TGE qui sera commercialisé début 2017. Le constructeur évoquera ses divers produits dédiés aux métiers de l’environnement, de la voirie avec des soins particuliers apportés au carrossage des véhicules utilitaires. D’autres constructeurs proposeront leurs dernières réalisations comme Mercedes ou Renault Trucks. Pollutec est aussi organisé en Algérie, au Maroc et au Brésil. En 2017, la Côte d’Ivoire pourrait accueillir une première édition de ce salon majeur en son domaine, à Abidjan. Annick Béroud

© Franck André

parmi lesquels l’Espo, Baltic Ports Organisation, la Cnuced et les armateurs DFDS, CMA CGM et Grimaldi. Poids économique Les cessions de discussions aborderont les thèmes de la sécurité (gestion du trafic, etc.) et de l’environnement, avec l’ambition d’aboutir à des normes communes en Méditerranée. Les échanges de personnels et la formation, notamment aux pratiques conformes aux principes du développement durable, seront abordés. Les défis imposés par l’évolution de la demande et du marché de la ligne régulière, notamment la surcapacité, feront également l’objet d’un débat. Les incitations possibles et la logistique nécessaire à la création d’autoroutes de la mer comptent aussi parmi les thèmes choisis.

“Le Forum des ports médi- du continent et l’Europe centrale. terranéens, par sa portée géo- De grandes disparités existent graphique, sera l’occasion aussi entre les ports orientaux et d’échanger des idées en matière occidentaux de la Méditerranée, à de logistique et de transport mari- l’avantage de ces derniers. Selon time, estiment ses organisateurs. Il Dynamar, l’ensemble des ports donnera aux participants l’oppor- méditerranéens traiteront en 2017 tunité unique de découvrir l’ex- près de 17 millions d’EVP, contre périence des différents acteurs, 15 millions en 2013 et 15,6 milgrâce au partage des meilleures lions en 2015. Le consultant néerlandais dénombre pratiques, et oueux vrira la réflexion “Un organisme voué parmi dix  ports de sur la création à la promotion transbordement, d’un organisme c’est-à-dire dont voué à la prodes ports type de trafic motion des ports méditerranéens” ce compte pour plus méditerranéens”. de la moitié des Les ports européens de la Méditerranée captent volumes. Algésiras, Tanger, Port 25 % des flux conteneurisés Asie- Saïd, Gioia Tauro et Marsaxlokk Europe mais Intermed Gateways (Malte) sont les principaux et déplore un déséquilibre dans la constituent des articulations profondeur des hinterlands, au entre le trafic intercontinental profit des ports du Nord, no- et intra-méditerranéen. tamment du fait d’un déficit de Franck André connexions terrestres entre le Sud

Canal Seine-Nord

L’IDF va contribuer à hauteur de 110 millions d’euros La région Île-de-France va contribuer au financement du canal Seine-Nord à hauteur de 110 millions d’euros, ont indiqué jeudi 24 novembre les régions Île-de-France et Hauts-de-France. L’Île-de-France va financer le canal SeineNord à hauteur de 110 millions d’euros. “Cette contribution répond aux besoins exprimés par la région Hauts-de-France et validés par le protocole de financement et de gouvernance adopté le 8 juillet dernier, qui fixe les participations financières de l’ensemble des acteurs”, ont indiqué les deux régions. Exploitation prévue pour 2023 Le coût du canal Seine-Nord, qui se veut une option alternative au trafic routier sur un axe économique important, devrait avoisiner les 4,5  milliards d’euros  : 1,8  milliard de l’Union

européenne, 1 milliard de l’État, 1  milliard des collectivités — dont 302,65 millions des Hautsde-France — 0,7 milliard d’emprunt. Parmi les collectivités, sont prévus 302,65 millions des Hauts-de-France, 210 de la région Îlede-France, 200 du département du Nord, 130 de celui du Pas-de-Calais, 100 de celui de l’Oise et 70 millions de celui de la Somme. Longue de 107 km, située entre Compiègne et le canal Dunkerque-Escaut, la nouvelle infrastructure reliera les bassins de la Seine et de l’Oise au réseau européen à grand gabarit du Nord de l’Europe. Son exploitation est prévue pour 2023 au plus tôt. Selon la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, “le canal Seine-Nord Europe s’inscrit dans les priorités environnementales de la région” avec “un double bénéfice pour les Franciliens : lutter contre la pollution de l’air et réduire les embouteillages”. Son homologue des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, s’est quant à lui réjoui de ce que “cet ambitieux projet” soit en passe “de devenir une réalité”.


Entreprises

l’antenne - Semaine 48 - Décembre 2016 - 5

CMA CGM

Nouveau trimestre déficitaire

© GPMM

remboursement a été complété par 119 navires, soit 35 % de la capala mise en place d’un “programme cité totale) de Ocean Alliance, un de titrisation de créances” pour des futurs accords opérationnels. près de 260 millions de dollars en Conclue avec Cosco Container fin de trimestre. “Ce crédit a été Lines, Evergreen Line et OOCL intégralement refinancé par anti- le 3 novembre à Shanghai, cette cipation ce jour grâce à deux opé- alliance devrait entrer en vigueur rations de «sale and lease-back» en avril 2017, une fois le feu portant sur 11  navires finalisées vert des autorités réglementaires le 16 novembre obtenu. dernier pour Le secteur un montant de du transport “Des taux de fret maritime de 880  millions de dollars environ”, régulière demeurant encore ligne ajoute le groupe. a continué de Un plan historiquement bas” souffrir au troid’“améliorasième trimestre, tion de la peravec des taux formance opérationnelle”, bap- de fret en “légère amélioration tisé Agility et lancé le 1er  juillet, mais demeurant encore historia pour objectif de réaliser 50 mil- quement bas”, selon le groupe. lions de dollars d’économies par Le numéro un mondial, le danois mois, soit un total de 1 milliard Maersk Line, a d’ailleurs vu son d’euros à fin 2017. Le groupe bénéfice net diminuer de près de indique être “en ligne” avec cet 50 % pour des raisons conjonctuobjectif. relles identiques (“L’Antenne” du La compagnie a récemment 4 novembre). annoncé qu’elle prendrait la part la plus importante (avec Vincent Calabrèse

Victime de la mauvaise santé du marché et de l’acquisition de Neptune Orient Lines (Nol), l’armateur français CMA CGM, numéro trois mondial du transport maritime conteneurisé, a une nouvelle fois plongé dans le rouge au troisième trimestre. L’apport d’APL, la filiale du groupe singapourien Nol, lui a toutefois permis d’achever le trimestre sur une croissance du nombre d’EVP transportés. Après un deuxième trimestre déficitaire, le groupe français CMA CGM a essuyé une perte nette de 268 millions de dollars contre un bénéfice net de 51 millions de dollars au cours de la même période en 2015. Hors contribution du singapourien Nol, la perte nette du groupe s’élève à 202 millions de dollars, a précisé la direction du groupe. CMA CGM a transporté au total 4,5 millions d’EVP, soit un

bond de 35,8 % grâce à l’acquisition du groupe singapourien. À périmètre comparable, les volumes ont toutefois affiché un recul de 2,7 %, en raison de “la stratégie du groupe visant à privilégier les volumes offrant les meilleures contributions”, explique la direction de l’armateur français. La marge opérationnelle récurrente du groupe CMA CGM s’est établie à - 1,9 %, en dégradation

par rapport au troisième trimestre 2015, où elle était de 4 % mais en légère amélioration par rapport au deuxième trimestre de l’année en cours (où elle s’élevait à - 2,3 %) . Hausse du chiffre d’affaires due à l’acquisition de Nol Quant au chiffre d’affaires, il s’est inscrit en hausse de 33,9 %, à 4,47 milliards de dollars, grâce à l’acquisition de Nol. Le groupe indique par ailleurs qu’“au cours du trimestre, une opération de cession bail de conteneurs (“sale and lease-back”) a été mise en œuvre et a permis de lever près de 580 millions de dollars affectés au refinancement du crédit d’acquisition de Nol”. Son

Partenariat avec Cnan-Nord Spa Le groupe CMA CGM et l’armateur Cnan Nord Spa ont signé le 8 décembre à Alger un accord de coopération dont l’objectif est de créer des synergies entre les deux partenaires. L’accord de coopération signé entre CMA  CGM et Cnan Nord Spa à Alger s’articule autour de trois axes stratégiques. Les deux  partenaires souhaitent ouvrir une ligne maritime commune reliant l’Europe du Nord aux ports algériens. Ils espèrent en outre mettre en place une coopération opérationnelle qui se concrétisera notamment par un accord de slots à bord des navires océaniques de l’armateur français et la mise à disposition de conteneurs. Autre disposition faisant partie des axes stratégiques définis par les deux partenaires, la mise en commun de l’expertise entre les deux partenaires en matière de formation du personnel navigant mais également des cadres. “Une signature qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement de CMA CGM en Algérie, (visant) notamment à accompagner le

développement du transport maritime du pays”, commente la direction du groupe. CMA CGM fait partie des armateurs globaux qui n’ont jamais quitté des yeux l’Algérie. Le groupe français y est établi depuis vingt ans. Il compte aujourd’hui dix agences dans le pays et opère cinq services maritimes desservant neuf ports algériens. “Il accompagne ainsi le développement de ses clients algériens et soutient la croissance de nouveaux marchés, à l’export comme à l’import, grâce aux connexions qu’il (propose) avec la France, l’Espagne, la Turquie, l’Égypte, le golfe Persique, l’Amérique du Nord, l’Amérique latine et l’Asie. Les escales proposées dans les hubs du groupe permettent de connecter l’Algérie au monde entier”, explique le troisième armateur mondial. Cnan-Nord (filiale de Cnan Group tout comme Cnan-Med) exploite des lignes vers l’Extrême-Orient, l’Amérique du Nord, la mer Noire et le reste du monde. Sa flotte a été étoffée de plus de dix navires dans le courant de l’année.

Seadrill

Le groupe perçoit une amélioration graduelle Le groupe de forages pétroliers en mer Seadrill a annoncé une contraction de ses pertes trimestrielles et dit entrevoir une amélioration graduelle de son marché.

Les investisseurs ont salué ces annonces et des résultats meilleurs qu’attendu. Dans les premiers échanges, l’action gagnait 3,32 % à la Bourse d’Oslo.

Lesté par les exceptionnels au troisième trimestre, Seadrill a annoncé hier une amélioration graduelle. Sa perte nette est tombée à 657 millions de dollars contre 1,83 milliard un an plus tôt. Comme l’an dernier, les comptes trimestriels ont pâti de dépréciations d’actifs, totalisant 882 millions de dollars contre 1,27 milliard en 2015. “Le marché des forages en mer continue d’être difficile. Cependant, nous voyons une amélioration dans le nombre d’appels d’offres”, a commenté son directeur général de Seadrill, Per Wullf. “L’essentiel de cette activité nouvelle consiste en des contrats de court terme à marge nulle ou quasi nulle et 2017 devrait rester difficile. Cependant, nous nous attendons à ce que le marché s’améliore graduellement alors que les coûts ont été remis à plat sur toute la chaîne et que davantage de forages seront nécessaires pour éviter une chute accélérée de la production” d’hydrocarbures, a-t-il dit.

Comme ses concurrents, le groupe contrôlé par le milliardaire chypriote d’origine norvégienne John Fredriksen souffre de la réduction des dépenses des compagnies pétrolières due à la faiblesse du cours du baril. Pour faire face à ce trou d’air, il a engagé des programmes d’économies, tranché de 23 % dans ses effectifs depuis le début de l’année et négocié le report de livraison de nouvelles plateformes. À 441 millions de dollars contre 546 millions il y a un an (- 19 %), son résultat brut d’exploitation (Ebitda) a reculé moins vite que son chiffre d’affaires, tombé de 985 à 743 millions de dollars (- 25 %) : cela signifie que Seadrill a réussi à améliorer sa marge d’exploitation, à 59  contre 55 %. Au quatrième trimestre, le groupe dit s’attendre à un Ebitda moins élevé, à environ 340 millions de dollars. Son carnet de commandes approche les 3 milliards de dollars.

3 milliards de commandes


Entreprises

6 - Semaine 48 - Décembre 2016 - l’antenne

Combronde

La multimodalité comme base du développement La société de transports de trois personnes créée par Roland Combronde après la Seconde Guerre mondiale est en 2016 le premier transporteur et logisticien leader en Auvergne. Elle s’appuie sur l’utilisation du fleuve pour développer ses services. Le groupe Combronde est grises, de 200.000 m2 d’entrepôts composé de neuf sociétés cha- et bases logistiques, d’un parc peautées par le holding SAS de 120 engins de manutention. Il FNC Finances. Cette société de peut mener des opérations de stoctransport emploie 700 personnes kage, de manutention, de prépaet son chiffre d’affaires devrait ration de commandes, de pilotage flirter avec les de flux com100  millions plété par des d’euros en 2017. “Il y a une dynamique collectes, de tri Le transport rouet divers sersur l’axe tier représente vices annexes. Rhône-Saône environ 65 % de Côté garage et l’activité, le fercarrosserie, là pour le fret” roviaire – avec encore, dans Ferovergne – enses six ateliers viron 10 % et la logistique entre intégrés, toute une gamme de 15 et 20 %. services d’assistance et de mécaAfin d’assurer la péren- nique sont proposés chaque jour : nité de l’entreprise, François rapatriement PL, réparation de Combronde a cédé ses parts chariots élévateurs, etc. à ses enfants en avril 2016. Le Combronde maille le territoire groupe joue sur la diversifica- grâce à seize agences. La protion et la prestation de services. chaine ouverture aura lieu début Il dispose d’une flotte de 450 vé- 2017 près de Bordeaux. La plus hicules moteurs, de 1.200  cartes récente a été le basculement de

© Groupe Combronde

l’agence de Vénissieux sur un site de 5 hectares à Loire-sur-Rhône, où s’activent une quarantaine de personnes. Le groupe devrait bientôt signer une convention d’occupation avec la CNR à laquelle appartiennent les terrains. “À Vénissieux, nous n’étions pas assez autonomes pour notre activité multimodale. Nous voulions sortir du périmètre proche de Lyon qui devient une zone saturée. Contrairement au Parc industriel de la plaine de l’Ain que nous avions étudié, Loire-sur-

TransAsia

La compagnie met la clé sous la porte

À Taïwan, TransAsia a annoncé jeudi 17 novembre sa dissolution après deux accidents tragiques. Un de ses appareils s’était écrasé le 4  février 2015 peu après son décollage de l’aéroport Songshan de Taipei, faisant 43 morts. Des images amateur spectaculaires avaient montré l’avion en train de perdre de l’altitude et de dévisser, puis heurter une autoroute et plonger dans une rivière. Sept mois plus tôt, 49 personnes avaient péri dans le crash d’un autre avion de TransAsia au moment où il s’apprêtait à atterrir sur l’aéroport de Magong, sur une île de l’archipel touristique de Penghu, au large de la côte occidentale de Taïwan. Les membres du conseil d’administration de la compagnie ont pris jeudi la décision de mettre la clé sous la porte au terme d’une réunion convoquée à la hâte. Tous les vols sont

suspendus. “Je suis désolé que nos récents efforts n’aient pas répondu aux attentes”, a déclaré le PDG de la compagnie, Liu Tung-ming, parlant d’une décision “douloureuse”. “Le conseil d’administration a approuvé aujourd’hui la décision de dissou-dre la compagnie et de suspendre dès aujourd’hui tous ses vols.” Tous les vols sont suspendus L’enquête sur l’accident de Taipei l’avait attribué à une panne de moteur et des erreurs de pilotes, l’un d’entre eux ayant par erreur coupé le seul moteur de l’appareil qui fonctionnait. L’accident de Penghu avait été imputé aux deux pilotes qui, selon les enquêteurs, volaient trop bas alors que la visibilité était très mauvaise. Première compagnie privée de l’île, TransAsia, qui avait été créée en 1951, n’a pas été en mesure de retrouver sa clientèle après ces deux accidents. Elle avait annoncé en 2015 une perte de 1,1 milliard de dollars taïwanais (32 millions d’euros). Ses pertes se sont creusées au premier trimestre de cette année à 2,2 milliards.

© ATR

La compagnie aérienne taïwanaise TransAsia Airways disparaît, plombée par des pertes colossales, notamment consécutives à deux accidents dramatiques en 2014 et 2015.

Rhône nous permet de bénéficier d’un outil fluvial qui sera l’un de nos axes de développement”, observe Céline Combronde, directrice générale (et présidente de TLF Auvergne). Développement du mode fluvial “Tout est à faire. Il y a une dynamique sur l’axe Rhône-Saône pour le fret”, complète son frère, Fabien, président du groupe. “La multimodalité peut nous permettre de gérer de larges combinaisons de flux avec les camions, les trains et les barges dans une optique d’ailleurs de plus en plus industrielle”. Le groupe compte sur le fait que, dans un contexte où la route est de plus en plus taxée, les transporteurs faisant preuve de responsabilité sociétale cueilleront à terme les fruits de leurs efforts. “En 2017, divers investissements

d’automatisation, d’amélioration de l’ergonomie et des lignes de production seront poursuivis. Notre père a toujours estimé que malgré les soubresauts du ferroviaire, ce mode avait de l’avenir, notamment en tant qu’alternative à la route. Nous poursuivons sur sa lancée. Nos plateformes multimodales peuvent recevoir des trains complets et Ferovergne, démarré grâce au conteneur maritime, augmente ses liaisons sur Clermont, Vierzon, Veauches, Loire-sur-Rhône depuis Fos et Le Havre pour une capacité ferroviaire annuelle de 45.000 EVP”. L’opérateur ferroviaire de proximité, transporteur et logisticien, également certifié OEA, progresse sur un marché tendu avec une optique d’entrepreneur industriel et de développeur de solutions globales. Annick BEROUD

Volkswagen

Une usine d’assemblage en Algérie Volkswagen et son partenaire algérien Sovac vont construire une usine d’assemblage de véhicules en Algérie pour 160 millions d’euros. Volkswagen et Sovac ont signé dimanche 27 novembre un accord pour la construction d’une usine d’assemblage de véhicules en Algérie pour 160 millions d’euros. L’usine, qui sera implantée à Relizane (320 km à l’ouest d’Alger), produira sa première voiture en juin 2017 et prévoit d’augmenter sa production à plus de 100 véhicules par jour. Elle fabriquera plusieurs modèles dont des Golf, Seat Ibiza, Skoda Octavia et Caddy. “Le groupe Volkswagen s’est prononcé en faveur d’une participation dans Sovac Production compte tenu du fait que nous travaillons depuis des années” avec lui, a expliqué Josef Baumert,

cadre chez Volkswagen. Pour le patron de Sovac, Mourad Oulmi, “ce partenariat permettra le transfert du savoirfaire et de la technologie de Volkswagen”. “La nouvelle joint-venture entre Sovac et Volkswagen est la démonstration qu’on peut investir, se développer et à l’avenir innover en Algérie”, a commenté le ministre algérien de l’Industrie, Abdessalem Bouchareb. Volkswagen est le second groupe automobile à installer une usine de montage en Algérie après le français Renault. L’Algérie s’emploie depuis plusieurs années à diversifier son économie fortement dépendante des hydrocarbures, qui rapportent au pays 95 % de ses recettes extérieures. Alger souhaite désormais que les constructeurs internationaux installent des usines en Algérie plutôt que de se contenter d’y vendre leurs voitures.


Entreprises

l’antenne - Semaine 48 - Décembre 2016 - 7

Clasquin

Total

© Clasquin

Pour le troisième trimestre, le groupe lyonnais Clasquin, spécialiste du transport, a enregistré de belles progressions de volumes et continue son expansion.

Un projet de terminal gazier en Côte d’Ivoire © Endeavor Energy

Belle progression des volumes au troisième trimestre

© Clasquin

La croissance du nombre d’opé- turbulence majeure les neuf prerations traitées au troisième tri- miers mois de 2016. mestre par le groupe Clasquin Au 30 septembre, ce sont (+  2,5  %) est légèrement supé- 164.223 opérations qui ont été rieure à la croisréalisées. Les vosance organique lumes transportés réalisée au pre- “Les neuf premiers au troisième trimier semestre mestre ont enre(+  2,3  %). Si mois de 2016 sans gistré 14,7 % de l’on prend aussi turbulence majeure” progression, en en compte la EVP, pour le maritrès forte protime, et 12,8 %, en gression des volumes transpor- tonnes, pour l’aérien par rapport tés sur la même période, on peut à la même période de 2015. remarquer que ce spécialiste “À périmètre et changes comdu transport a traversé sans parables, la marge commerciale

Yves Revol, PDG de clasquin.

brute progresse de 0,8 % au troisième trimestre après avoir enregistré une parfaite stabilité au premier semestre”, commente la direction du groupe lyonnais. Lisbonne et Porto Le 24 octobre, Clasquin a lancé son bureau à Lisbonne en attendant, en novembre, l’ouverture de celui de Porto. Sur un marché peu dynamique et en surcapacité côté maritime, Clasquin continue son expansion, espère terminer l’année fort honorablement et prépare l’avenir en observant les opportunités d’implantation, les évolutions du marché, la concurrence, les habitudes d’achat et de consommation modernes…

Total a annoncé vendredi 25 novembre que le consortium CI-GNL (Côte d’Ivoire GNL) qu’il dirige s’était vu confier le développement et la gestion opératoire du terminal de regazéification de gaz naturel liquéfié (GNL) en Côte d’Ivoire, dont la mise en service est prévue pour mi-2018. Total a été choisi pour mettre en œuvre un projet de terminal gazier en Côte d’Ivoire. “La décision, annoncée par le gouvernement de Côte d’Ivoire le 4 octobre, s’est concrétisée avec la signature à Abidjan du pacte d’actionnaires entre Total (34  %), qui sera l’opérateur du projet, les sociétés nationales PetroCI (11  %) et CI énergies (5 %), Socar (26 %), Shell (13 %), Golar (6 %) et Endeavor Energy (5 %)”, précise le groupe. Le projet prévoit la construction d’une unité flottante de stockage et de regazéification du GNL (FSRU) à Vridi, dans

la région d’Abidjan, ainsi qu’un gazoduc connectant le FSRU aux centrales électriques, existantes et en projet, d’Abidjan, et aux marchés frontaliers raccordés au réseau ivoirien. Une unité flottante à Vridi Le géant énergétique français fournira au terminal gazier, d’une capacité de 3 millions de tonnes par an, du GNL provenant de son portefeuille mondial, à proportion de sa participation dans le projet. “Nous sommes heureux d’avoir été choisis par les autorités ivoiriennes pour mener ce projet qui permettra de répondre à la croissance soutenue de la demande domestique et régionale en gaz et en électricité” et “illustre la stratégie de Total de développer de nouveaux marchés gaziers, en ouvrant aux économies à forte croissance l’accès au marché du GNL”, s’est félicité Philippe Sauquet, directeur général de la branche “Gas, Renewables and Power” du groupe.

Annick Béroud

Petites annonces

Vignal

Croissance aux États-Unis et en Chine Vignal Lighting Group, dont les feux équipent sept camions sur dix en Europe, doit trouver de nouveaux relais de croissance et, fort de l’appui de son actionnaire Eurazeo, a décidé d’investir pour produire aux États-Unis et en Chine. Vignal va rechercher la croissance aux ÉtatsUnis et en Chine. “Une telle part du marché du poids lourd en Europe, ce n’est pas tenable”, reconnaît le président du directoire, Jean-Louis Coutin, à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle usine de l’entreprise, à Corbas, dans le banlieue lyonnaise. “Il nous faut offrir à nos clients d’autres lignes de produits que la seule signalisation et les accompagner dans leur mondialisation”, ajoute le dirigeant, aux manettes de la PME lyonnaise depuis 2003. Vignal réalise 85 % de son chiffre d’affaires en Europe, 11 % en Amérique et seulement 3 % en Asie... “alors que c’est 50  % du marché mondial”, relève Jean-Louis Coutin. Il a souligné que son groupe voulait produire localement pour être plus réactif et plus proche des attentes de ses clients. “Une fois la commande passée, on peut la livrer en trois jours. Alors que, si vous exportez, il faut compter de cinq à dix semaines”.

Les usines de Mosinee (Wisconsin) et de Changzhou (près de Shanghai) seront dotées des mêmes équipements ultra modernes que l’usine de Corbas. Mais sur une surface trois fois moindre (3.000 m2 contre 10.000 m2). Feux arrière de poids lourdS Outre sa diversification géographique, Vignal a élargi sa palette d’activités en reprenant ces deux dernières années les sociétés caennaise ABL (feux de travail) et suisse CEA (gyrophares et phares pour engins agricoles). Si Volvo reste son premier client, le constructeur allemand de chariots élévateurs Kion (Linde, Fenwick) est le deuxième, mais pourrait être prochainement détrôné par le fabricant américains d’engins de chantier Caterpillar. Vignal dispose de ses propres bureaux d’études et près de 10 % de ses 400 salariés travaillent en recherche et développement. Fondée en 1919 par Léon Vignal, la société concevait initialement des systèmes électriques. Ce n’est que dans les années 60 qu’elle s’est lancée dans la fabrication de feux arrière de poids lourds, après la demande de l’industriel local Berliet de concevoir un feu réunissant les fonctions “stop” et “clignotant”.

À LOUER

ZONE FRANCHE MARSEILLE (16e)

BUREAU 20 m2

450 euros/mois HT - Libre immédiatement Contact au journal qui transmettra : pao@lantenne.com - 04 91 33 83 02

AGENTS MARITIMES ET CONSIGNATAIRES DE FRANCE Union de syndicats professionnels (fusion Snam-Facam)

Recherche son

DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL (H/F)

pour animer, piloter les projets et travaux de l’Union, administrer l’entité

- Connaissance obligatoire des transports maritimes (représentation lignes régulières, consignation, tramping), - Maîtrise de l’anglais exigée, - Poste basé sur Paris au siège du syndicat. CV et Lettre de motivation à adresser à l’ANTENNE qui transmettra sous la référence AMCF/CB01


International

8 - Semaine 48 - Décembre 2016 - l’antenne

Panama

Les investissements dans les canaux étaient-ils justifiés ? On aurait pu s’attendre à décennies. Il juge que la faible ce que l’intervention de Paul quantité de marchandises sur Tourret soit moins iconoclaste. l’axe Est-Ouest ne rendait pas inLe directeur de l’Isemar, inter- dispensable les onze ans travaux venait sur “l’impact sur le qui ont été réalisés et qui ont coûté transport maritime mondial des quelque 5 à 6 milliards de dollars. nouveaux canaux de Panama “L’économie mondiale n’en avait et Suez”, lors pas besoin”, de la conféassène-t-il sans rence annuelle complaisance. “L’Égypte Info Navires de Pour l’anas’est achetée l’IMTM (Institut lyste, relier les une crédibilité méditerranéen deux côtes des des transports États-Unis par internationale” maritimes). Il voie ferroviaire estime que les trareprésente un vaux d’élargissement du canal de transit-time équivalent à celui néPanama, achevés il y a quelques cessaire via le canal de Panama. mois, et celui de Suez, terminés “On a dépensé une fortune dans en 2015 et consistant à doubler les ports américains pour s’adapla voie existante, ont nécessité ter à la taille des grands navires”, de lourds investissements pour le ajoute-t-il. Or, selon lui, l’invesPanama et pour l’Égypte mais ne tissement ne correspondait pas à se sont pas révélés très utiles. une impérieuse nécessité. Quant au canal de Suez, Panama : un trafic il a traité en 2014 un trafic stable depuis 1975 de 17.500  navires, soit 823.000  tonnes et 40 millions “Le trafic connaît une sta- d’EVP. Il estime que les travaux bilisation depuis 1975 dans le pharaoniques de doublement de canal de Panama”, selon Paul la voie initiale, achevés à l’été Tourret. Le directeur de l’Institut 2015, qui ont coûté 8 milliards nazairien indique que cette voie de dollars, “ont servi à l’Égypte transocéanique traite 13.000 à à s’acheter une crédibilité 14.000 navires par an depuis des internationale”.

© ACS

Quelques mois après la fin des travaux d’élargissement des canaux de Suez et de Panama, l’Isemar s’interroge sur la nécessité d’avoir investi autant pour s’adapter au gigantisme de la flotte. Son directeur, Paul Tourret, estime que l’économie mondiale n’en avait pas besoin.

Et de rappeler que le canal, qui a vocation à traiter les grands flux Est-Ouest, reste confronté à la concurrence du cap de BonneEspérance. Une route vers laquelle les armateurs se tournent en cas de recrudescence d’actes de piraterie au large de l’Afrique de l’Est. Pour Paul Tourret, entre Singapour et Rotterdam, le transit-time passe de 18 à 22 jours. Avec les canaux de Panama et de Suez, le détroit de Malacca constitue, selon lui, “le troisième passage contraint” pour les navires, à la différence près que ce

dernier est gratuit. Il a comptabilisé en 2014 quelque 77.000 navires, 1,8  milliard de tonnes et 40 millions d’EVP. Le directeur de l’Isemar reste persuadé que la course au gigantisme qu’on a connue ces dernières décennies devrait s’arrêter bientôt dans le conteneur. Selon lui, les armateurs n’ont pas besoin de navires de 13.000 EVP sur le canal de Panama. Il prône le retour vers des unités de 5.000 EVP, qu’il qualifie de “couteaux suisses de la conteneurisation”. Des porte-conteneurs d’“un format intermédiaire”

pouvant faire escale partout dans le monde. Interrogé sur le projet d’ouverture au Nicaragua d’un canal concurrent de celui de Panama, il est convaincu lui aussi qu’il s’agit d’“un projet farfelu”. Questionné sur la crédibilité de la route de l’Arctique, il juge : “Entre Rotterdam et Shanghai, il n’y a pas de vrac. Il n’y a pas beaucoup de volumes à échanger. Je ne crois pas à la route russe. Dans le secteur du conteneur, il faut pouvoir s’arrêter partout”. Vincent Calabrèse

La nouvelle infrastructure accentue la surcapacité

L’ouverture des nouvelles écluses du canal de Panama a pour conséquence la mise à l’index des navires de l’ancienne catégorie des panamax. Depuis le lancement, le 26 juin dernier, de l’ouvrage élargi, plus de la moitié des porte-conteneurs de cette catégorie a été retirée des services transpanaméens. Sur les 221 unités de 4.000 à 5.300  EVP qui y étaient alignés il y a encore cinq mois, il n’en reste plus que 101. Cette fuite va se poursuivre avec, selon les relevés d’Alphaliner,   30 à 40 panamax supplémentaires qui seront sortis de ces routes maritimes d’ici la fin du premier trimestre 2017. “Les propriétaires de navires non opérateurs vont porter le poids de ces redondances car les compagnies maritimes restituent leurs navires affrétés à un rythme inédit. Ces unités forment ainsi l’essentiel de la flotte désactivée”.

Alors que 50 panamax ont été vendus pour démolition depuis le début de l’année, 96 de ces navires sont aujourd’hui inemployés. “Il faudrait encore faire démolir 100 panamax pour rééquilibrer l’offre et la demande en réduisant leur nombre à moins de 470 – actifs et inactifs compris –, contre 670 il y a quatre  ans, estime Alphaliner. Seule une réduction drastique pourrait faire décoller les taux du plus bas historique où ils se trouvent, soit 4.200 à 4.500 dollars par jour”.

© CSSD

L’agrandissement du canal de Panama a pour effet de pousser dehors les porte-conteneurs panamax majoritairement jeunes et affrétés, qui se retrouvent sans emploi et participent à la surcapacité, d’après Alphaliner.

Trop jeunes pour être démolis ? Selon le consultant, une telle tendance implique de mettre au rebut des navires d’à peine 10 ans à la veille de leur deuxième visite spéciale, que certains armateurs à court de trésorerie ne peuvent plus payer. “Certains peuvent être tentés d’attendre que les prix de vente aux chantiers de démantèlement augmentent. Il est aujourd’hui de 300 dollars la tonne contre plus de 500 en 2008 et 2011”. Pour Alphaliner, il existe un paradoxe à ce que la flotte de panamax, plus récente, soit détenue en majorité par les armateurs non opérateurs alors que l’essentiel des

vieux maxipanamax de plus de 273 mètres de long – “qui feraient les meilleurs candidats à la démolition” – est aux mains des transporteurs. Ces derniers possèdent où affrètent à long terme 68 de ces 78 navires de 14 ans de moyenne. Le consultant imagine une solution qui consisterait pour les opérateurs à envoyer à la déconstruction leurs maxipanamax les

plus âgés pour les remplacer par des jeunes panamax plus économiques et achetés à bas prix aux affréteurs. Mais Alphaliner sait que l’idée a peu de chance d’être suivie tant que les taux d’affrètement restent “ultra bas” à cause de la surcapacité. Franck ANDRÉ


l’antenne - Semaine 48 - Décembre 2016 - 9

Marseille TRANSCAUSSE

Messagerie / Lots complets Express

M

CORSE

Livraison tous points

Départs quotidiens ––––––––

Tél. 04.91.13.14.52 Fax: 04.91.91.16.50

AU DÉPART DE SÈTE Service Fret direct en 40 heures

2 départs par semaine en Ro/Ro

Depuis SÈTE sur TANGER et NADOR Cotations et réservations :

MAROCBurger-Féron

commercial.mrs@burgerferon.com - Tél. 04 91 39 93 66

Service hebdomadaire DIRECT conteneurs (FCL)

MARSEILLE - CASABLANCA IMPORT / EXPORT

Réception Poste 157

Roulant / Conventionnel / Conteneurs ALGER - ORAN

GOURAYA .........................................................................

BEJAIA - SKIKDA

MARFRET NIOLON ..........................................................

MOSTAGANEM - ORAN

CHODZIEZ ........................................................................

3 Décembre 9 Décembre 5 Décembre

Réception : SOCOMA Poste 44

Prévisions de départs

––––––––––––– 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 MARSEILLE Tél.: 04.91.14.27.80 - Fax: 04.91.56.65.05/06 www.agent-maritime-marseille.com

Départs hebdomadaires service direct

ALGER port centre

VENDREDI

Marseille Manutention poste 65

Service roulant

“LA SURPRISE”

SAMEDI

Med Europe Terminal poste 157

Service porte-conteneur “BF CARODA” ou “ESPERANZA”

Cotations et bookings : ISAMAR Mail : commercial@isamar.fr - Tel : 04 95 09 09 13

Groupage export au départ de Marseille

ALGER - CASABLANCA - TUNIS Départ hebdomadaire en conteneur de groupage Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

_____________

Depuis FOS hebdomadaire ALGER port sec ORAN - SOUSSE Réception EUROFOS

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

TRANSCAUSSE Lots complets / Groupages MAROC - TUNISIE - ALGÉRIE Départs hebdomadaires de Marseille, Lyon et Paris –––—————––

Tél. : 04.91.13.15.37 / 38 Fax : 04.91.90.54.29


10 - Semaine 48 - Décembre 2016 - l’antenne

Prévisions de départs du port de Marseille

LE HAVRE

http://www.niledutch.com Service hebdomadaire tous les lundis

Au départ de FOS en transbordement

Dry / HC/ OT

Pointe-Noire - Luanda - Lobito - Namibe (1/2) Libreville - Douala - Malabo - Bata - Matadi Boma - Pointe Noire - Soyo et Cabinda Réception : EUROFOS France

Contact : salesmrs@niledutchfrance.com Tel : 04 96 17 17 32

EAS RORO SERVICE

RORO & GENERAL CARGO depuis Marseille Service direct sur

Abidjan, Lomé, Cotonou, Bata, Malabo, Douala et Dakar

MARGUISA CONTENEURS SERVICE

CONTENEURS depuis Marseille Service sur

Lomé, Bata, Malabo et Douala

Cotations et bookings : ISAMAR Mail : commercial@isamar.fr - Tel : 04 95 09 09 09

SERVICE DIRECT sans transbordement

En dix jours de Marseille et Sète à destination de

DAKAR - ABIDJAN - LOME - COTONOU BATA - MALABO - DOUALA Tout type de matériel roulant Conventionnel et dangereux nous consulter

TBN . ..........................................................................................

Décembre

navitrans mediterranee 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 Marseille

Agence de Marseille : Medcoa line - Benjamin TASSY : 04 91 84 13 18 Agence de Sète : Hélène Tarroux : 04 67 48 62 20

CONSORTIUM HISPANIA LINES

Service Conteneur

Au départ de FOS et MARSEILLE BATA - MALABO - LAS PALMAS

TBN ....................................... Décembre ––––––-–––––

A C I

Tél 04 95 04 32 86 • Fax 04 95 04 32 87

Depuis FOS hebdo Conteneurs

Dakar abidjan tema Lagos Libreville Mauritanie Réception SEAYARD

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

Med

MARSEILLE-FOS / NOVOROSSIYSK SOTCHI - VLADIVOSTOCK Départs hebdomadaires Russie + réexpedition Cotations et réservations

jennifer.massaro@burgerferon.com Tél. : 04.91.39.93.97

TRANSITAIRES - NVOCC

Société AGILITY LOGISTICS ALLIANCE EUROPE AMATRANS ANDREA MERZARIO ATL LINES BANSARD INTERNATIONAL BDP INTERNATIONAL BRADFORD BRAID LOGISTICS EUROPE BUFFARD LOGISTIQUE C.H.ROBINSON CARGO LINES CARGOLOGIN FRANCE CAROTRANS CAT CAVALIER INTERNATIONAL CENTRIMEX FRANCE CEVA LOGISTICS CGLI FRANCE CHALLENGE INTERNATIONAL CHINA SEA MARINE FRANCE CLASQUIN DACHSER DERUDDER SAS DHL GLOBAL FORWARDING DIMOTRANS OVERSEAS SERVICES DSV AIR & SEA ECT ECU LINE FRANCE EGETRA ELITE EURTEAM FAST TRANSIT LINE FEDEX TRADE NETWORKS FERON DE CLEBSATTEL FERRARI SHIPPING AGENCY FMI LE HAVRE GEFCO GEODIS WILSON GONDRAND HBI HEPPNER HERPORT HESNAULT SA I.B.C. INTERCARGO JAMEIN JET AIR SERVICE KUEHNE & NAGEL LEON VINCENT OVERSEAS LOGFRET LOGISTIQUE ET TRANSIT MARTIN LPO SOGENA MANUPORT LOGISTICS ENGELBRECHT MIRO FRANCE MULTIMODAL NECOTRANS NORBERT DENTRESSANGLE NORD SUD CTI OTEC PANALPINA FRANCE PARTNAIR & SEA PHILCO INTERNATIONAL PHILIPPE FAUVEDER PILLET SAS QUALITAIR & SEA RHENUS LOGISTICS FRANCE ROHLIG FRANCE SAS SAGA FRANCE SCHENKER SDV LOGISTIQUE INTERNATIONALE SEAFRIGO SEDIS LOGISTICS FRANCE SEED TRANSIT SHGT SIFA TRANSIT SOCIETE HAVRAISE DE TRANSIT SOGEDIAL EXPLOITATION SOSEA SOTECAN / ECS FRANCE STAMEX INTERNATIONAL STRALOG TRANSPORTS TCC LOGISTICS TDS LOGISTIQUE TFS OVERSEAS TGD CONSOLIDATIONS TIER PORT SERVICES TRAMAR SAS TRANS AIR FREIGHT TRANS INTER TRANSFER INTERNATIONAL TRANSIT MEAL TRANSMAVIN TSI (TRANS CORP INTERNATIONAL) TSL (TRANS SERVICE LINE) TTOM UPS SCS UTI VANGUARD LOGISTICS SERVICES VATINEL G&CIE VELOGIC XP LOG ZIEGLER FRANCE

Téléphone 02.35.53.10.11 02.35.20.53.53 02.35.21.22.38 02.32.92.56.80 02.35.42.26.91 02.35.13.02.07 02.35.19.58.71 02.35.51.12.51 02.32.72.58.84 02.35.24.47.43 02.32.79.66.50 02.35.53.29.59 02.35.19.32.34 02.32.74.86.85 02.32.74.54.37 02.35.19.00.51 02.32.74.04.10 02.32.74.86.01 02.35.19.32.34 02.32.79.63.63 02.35.19.68.30 02.32.72.51.00 02.35.55.18.30 02.35.53.74.74 02.32.72.78.00 02.35.26.20.30 02.32.79.76.76 02.32.85.07.07 02.35.53.83.16 02.35.26.73.05 02.32.74.90.90 02.32.79.70.45 02.35.22.08.08 02.32.72.46.10 02.35.25.57.27 02.32.74.87.90 02.35.25.89.32 02.35.26.83.26 02.35.53.89.00 02.35.25.59.00 02.32.74.02.90 02.35.26.30.39 02.32.74.61.61 02.35.55.46.46 02.35.48.85.04 02.32.74.90.30 02.32.74.92.51 02.35.24.06.46 02.32.74.93.85 02.32.92.56.00 02.35.25.71.37 02.35.24.58.57 02.32.74.66.20 02.76.89.05.10 02.35.53.81.81 02.35.53.69.26 02.35.19.81.03 02.32.79.27.01 02.32.72.02.21 02.35.26.00.55 02.35.25.88.40 02.35.13.14.87 02.35.19.65.65 02.35.19.34.84 02.32.74.35.00 02.32.72.41.33 02.35.53.87.20 02.77.67.40.70 02.32.74.79.00 02.35.13.52.00 02.35.11.35.00 02.35.25.67.38 02.35.13.46.80 02.35.21.27.44 02.32.74.24.85 02.78.34.00.00 02.32.84.56.00 02.35.24.58.58 02.35.55.29.60 02.32.74.67.20 02.35.11.72.72 02.32.74.08.60 02.35.25.57.45 02.32.74.24.85 02.35.48.85.04 02.35.51.02.09 02.35.13.59.11 02.32.74.34.34 02.35.43.35.43 02.35.11.33.36 02.35.25.68.50 02.22.51.17.20 02.35.26.90.30 02.35.26.09.63 02.35.11.34.26 02.35.21.70.81 02.32.79.49.87 02.35.26.82.45 02.35.24.61.58 02.35.26.41.61 02.35.13.95.34 02.35.13.90.35 02.35.24.72.56

Fax 02.35.26.05.79 02.35.20.53.86 02.35.21.13.43 02.32.92.56.86 02.35.21.31.35 02.35.26.49.90 02.35.19.58.97 02.35.51.53.11 02.32.72.58.88 02.35.25.78.50 02.35.13.02.32 02.35.53.28.92 02.32.74.52.18 02.32.74.54.42 02.35.19.00.52 02.32.74.04.11 02.32.74.86.02 02.35.30.03.14 02.35.19.68.31 02.32.72.51.01 02.35.55.18.32 02.35.53.74.02 02.32.72.78.08 02.35.26.45.10 02.32.79.77.00 02.32.85.07.00 02.35.53.24.66 02.35.24.54.89 02.32.74.90.99 06.08.25.84.10 02.35.41.32.53 02.32.72.46.39 02.35.24.34.56 02.32.74.87.95 02.35.26.44.61 02.35.26.83.38 02.35.53.89.18 02.35.55.55.48 02.35.42.43.16 02.35.25.18.92 02.35.55.46.01 02.35.48.85.24 02.32.74.90.31 02.32.74.92.68 02.35.24.06.52 02.32.74.93.99 02.35.26.51.48 02.35.25.71.79 02.35.24.58.50 02.35.25.36.09 02.35.58.18.74 02.35.53.81.80 02.35.25.27.25 02.35.22.62.14 02.32.79.27.09 02.32.72.02.39 02.35.26.00.53 02.35.25.00.52 02.35.26.73.43 02.35.22.53.39 02.35.19.34.94 02.32.74.35.43 02.35.43.19.87 02.35.53.10.93 23.77.67.40.84 02.32.74.79.02 02.35.21.44.09 02.35.11.35.14 02.35.24.77.57 02.35.13.89.14 02.35.22.57.50 02.35.21.38.15 02.35.53.94.56 02.32.84.56.19 02.35.24.58.50 02.35.20.82.36 02.35.22.48.45 02.35.53.27.58 02.35.19.94.92 02.35.25.57.41 02.35.21.38.15 02.35.48.85.24 02.35.51.63.77 02.35.13.59.29 02.35.22.97.14 02.35.43.36.57 02.35.11.33.32 02.35.26.39.86 02.22.51.17.29 02.35.26.33.17 02.35.25.41.06 02.35.11.36.63 02.35.21.70.89 02.32.79.49.80 02.35.26.29.64 02.35.25.48.46 02.35.25.18.92 02.35.53.07.79 02.35.13.37.98 02.35.25.18.79

Site Internet www.agilitylogistics.com www.alliance-europe.fr www.amatrans.fr www.lyseo.com www.atllines.com www.bansard.com www.bdpinternational.com www.bradfort.fr www.braidco.com www.buffard.eu www.phoenixintl.com www.cargo-lines.com www.cargologin.com www.carotrans.com www.groupecat.com www.cavalier.fr www.centrimex.com www.cevalogistics.com www.cgli.net www.challenge-int.com www.chinaseagroup.com www.clasquin.com www.dachser.com www.derudder.fr www.dhl.fr www.dimotrans.com www.fr.dsv.com www.ect.fr www.eculine.net www.egetra.com www.elitetrax.com www.fedex.com www.sealogis.com www.fmigroupe.com www.gefco.fr www.geodiswilson.com www.gondrand.fr www.hb-international.com www.heppner.fr www.herport.fr www.hesnault.fr www.gsgroupe.com www.intercargo.fr www.jamein.com www.jasfrance.com www.kuehne-nagel.com www.leonvincent.fr www.logfret.com www.somaudex-logistics.com www.lposogena.com www.manuport-logistics.com www.multimodal.fr www.necotrans.com www.norbert-dentressangle.com www.otec-international.com www.panalpina.com www.partnairsea.fr www.philcofrance.com www.fauveder.com www.pillet.fr www.qualitairsea.com www.rhenus.com www.rohlig.com www.saga.fr www.schenker.fr www.sdv.com www.seafrigo.com www.sedis-logistics.com www.groupenormandielogistique.fr www.shgt.fr www.sifatransit.com www.societe-havraise-transit.com www.sogedial.fr/transit/ www.sotecan.com www.stamex.fr www.stralog.fr www.tcclogistics-online.com www.tfs-overseas.com www.tgd.fr www.tps-france.com www.tramar-sa.fr www.taftrans.fr www.cnm-groupe.com www.transfer-int.com www.transitmeal.fr www.transmavin.fr www.tscorpi.com www.ttom.fr www.ups.com www.go2uti.com www.vls-global.com www.g-vatinel.fr www.velogic-fr.com www.xplog.fr www.zieglergroup.com


Prévisions de départs du port de Marseille

l’antenne - Semaine 48 - Décembre 2016 - 11

Nouveau Groupages export au départ de Fos

Oman - Dubai - Sohar - Abu Dhabi Doha - Koweit - Bahrein - Sharjah - Qatar Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Beyrouth - Alexandrie - Ashdod - Haïfa

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Service hebdomadaire Direct DRY / HC / PW / OT / FR / REEFER

ÉGYPTE - LIBAN TURQUIE - SYRIE - GRÈCE

CINZIAN A. - VGE : 311/2016....... 12 Déc. GISELE A. - VGE : 312/2016........ 22 Déc.

Groupage direct Hebdo Depuis Marseille / Fos sur

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

Ashdod / Haifa - Beyrouth Dubai - Singapore - Hong Kong Port Louis

et bien plus encore !!

Tél. 04 91 39 93 58 - marseille@tcclogistics.com

Réception : EUROFOS Contact : Jennifer.Massaro@feron.fr

Service hebdomadaire Matériels roulant uniquement Au départ de

Marseille

LE PIRÉE - GEMLIK DERINCE

neptune OKEANIS............... neptune AEGLI..................... neptune DYNAMIS...............

AMARSUD / GRIMALDI

––––––

2 Déc. 3 Déc. 3 Déc.

Pour fret et réservations :

NECOTRANS France

Départs de MARSEILLE/FOS

Roulant - Projets - Conventionnel

Service hebdomadaire direct vers la Turquie

GEMLIK - DERINCE - YENIKOY

“GRAND ECRAN” 11, Avenue André Roussin 13016 Marseille Tél.: 04.91.92.10.40 / 41 p.spina@necotrans.com c.cantoni@necotrans.com

En transbordement via SALERNE :

Palerme - Malte - Tunis - Tartous - Le Pirée Beyrouth - Lattaquié - Al Khoms - Alexandrie

EVERGREEN LINE

GRANDE ROMA . ............................................................. 2 Décembre CSCC SHANGHAI . .......................................................... 2 Décembre

www.evergreen-line.com Service hebdomadaire DIRECT

Réception à FOS : Darse 3 - Nicolas Frères –––––––

IMPORT/EXPORT ASIE - sous continent Indien SERVICE IMPORT/EXPORT MEDITERRANÉE ORIENTALE - MER NOIRE

17 A, Av. Robert Schuman - 13002 Marseille Tél. : 04.91.15.44.00 - Fax : 04.91.56.09.10

au départ de FOS

au départ dU HAVRE

IMPORT/EXPORT ASIE - sous continent Indien ÉTATS-UNIS - AFRIQUE DE L’EST EUROPE DU NORD - MED. ORIENTALE - MER NOIRE

MARSEILLE : 04 96 17 17 70 PARIS : 01 58 58 02 22 LE HAVRE : 02 32 74 50 50 LYON : 04 72 61 19 91 STRASBOURG : 03 88 55 96 40

GRÈCE - TURQUIE - LIBAN ÉGYPTE - SYRIE - CANARIES MER NOIRE - LIBYE _____________

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

BORCHARD LINES Ltd SERVICE

DIRECT

Full Containers 20'/40' au départ de MARSEILLE

Bosphorus Service

MIRIAM BORCHARD.............. 7 Déc. CHARLOTTE BORCHARD...... 14 Déc.

LE PIRÉE.................... AMBARLI.................... GEBZE YILPORT....... IZMIR...........................

4 5 6 7

jours jours jours jours

West Mediterranean Service

KATHERINE BORCHARD.... JOANNA BORCHARD..........

Limassol.................. Ashdod..................... Haïfa.......................... Alexandrie............. Mersin......................

Groupages export au départ de Fos

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

Les EUROS de l’ESPOIR®

7 Déc. 14 Déc.

5 6 7 8 9

(transbordement Haïfa)

Singapour - Hong Kong - Keelung - Busan Jakarta - Bangkok - Manille Tokyo - Osaka - Yokohama - Kobe - Australie

Service hebdomadaire depuis FOS

jours jours jours jours jours

MARMEDSA MARSEILLE 59, av. André Roussin - BP 106 - 13321 MARSEILLE Cedex 16 Tél. 04 96 17 17 12 / 32 / 09 / 37 — Fax 04 91 09 38 22

Les entreprises contre le CANCER

––––––––––––––––––––––

GEFLUC

B’LADING CLUB

30, rue Montgrand 13006 MARSEILLE Téléphone 04.91.33.00.67 Chèque bancaire ou postal

–––––––––––––––––––––––––– S'adresse aux Entreprises, Commerçants, Artisans, et à leur personnel

L'amicale des professionnels du shipping marseillais

Nous désirons participer à l'Action des

www.bladingclub-marseille.com

représentant notre cotisation pour un an.

Retrouvez-nous sur notre site :

––––––––––

“EUROS DE L'ESPOIR”, ci-joint: 15,25  (minimum)


12 - Semaine 48 - Décembre 2016 - l’antenne

Rouen

Services Maritimes

TSL c/o RCS/BOLLORE LOGISTICS

TSL Rouen

Rouen Vallée de Seine Logistique (RVSL) Une desserte des pays côtiers et de l’hinterland de l’Afrique

au départ de ROUEN Une maitrise de bout en bout avec le réseau du groupe Bolloré

Le conseil et l’expertise documentaire Schedules en ligne

Contact uro@tsl-nvocc.com - Téléphone : 02.32.18.83.60

www.tsl-nvocc.com

Services Maritimes

Dunkerque  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

NOUAKCHOTT DAKAR ABIDJAN CONAKRY TEMA LOME COTONOU LAGOS DOUALA LIBREVILLE PORT GENTIL POINTE NOIRE MOMBASA NIAMEY BAMAKO OUAGADOUGOU BANGUI N’DJAMENA KINSHASA PORT LOUIS ANTANANARIVO LONGONI POINTE DES GALETS DEGRAD DES CANNES

 Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

www.agena.fr

Services Maritimes

Montoir de Bretagne Au départ de

MONTOIR DE BRETAGNE / ST-NAZAIRE tous les 21 jours sur tous les

PORTS ALGÉRIENS

service navire multipurpose bigué pour colis lourds (lo/lo) général cargo - conteneur - roulant

––––––

North West Europe

DUNKERQUE / ST-PETERSBOURG + reéxpédition RUSSIE Départ hebdomadaire Service direct Cotations et réservations

booking@dkk.sealogis.fr Tél. : 33.3.28.58.05.63

ISAMAR

Mail : commercial@isamar.fr Tel : 04 95 09 09 13


l’antenne - Semaine 48 - Décembre 2016 - 13

Le Havre

Services Maritimes

4

3 Afrique Occidentale et Equatoriale

Afrique du Sud et de l’Est Services Directs Hebdomadaires

www.europeanrorolines.com

SERVICE RORO DÉDIÉ A L’AFRIQUE

Service mensuel en direct sur Nouakchott - Dakar - Douala Abidjan - Lome - Bata - Malabo Port Gentil - Libreville Service bi mensuel sur Cotonou Transbordement via Anvers : Pointe Noire - Mombasa - Maputo Dar Es Salaam

PARANA..................................

8 Déc.

–––––––

ERL France

5, quai de la Saône - 76600 Le Havre Tél : +33 2 32 72 15 15 E.Mail : lehavre@erl-fr.com

–––––––

Terminal de Gennevilliers 6/7 Route du mole 1-2 92631 Gennevilliers Cedex

AFRIQUE DU SUD

http://www.niledutch.com

Capetown – Port Elisabeth - Durban

Le Havre - Lisbonne - Algésiras - Tanger - Pointe-Noire Luanda - Lobito - Namibe (1/2) - Abidjan - Tanger - Anvers Libreville, Douala, Malabo, Bata, Matadi, Boma sont servis par Pointe Noire Soyo et Cabinda sont servis par Luanda

Chine - Japon - Thaïlande Vietnam - Indonésie - Australie Nouvelle Zélande

Rotation dans les ports WEWA

BARRY ................................... CARLOTTA STAR ..................

ASIE / OCEANIE

USA EAST COST

New York – Norfolk – Charleston

3 Déc. 10 Déc.

––––––––

MOL (EUROPE) BV LE HAVRE

L’escale du service WEWA au Havre est le samedi au terminal EAT Atlantique (CNMP)

Tél. : 02.32.74.24.00 - Fax: 02.35.41.14.41 Website : www.Molpower.com.

Rotation dans les ports EUWA Tilbury - Anvers - Dunkerque - Le Havre - Montoir Tanger - Algésiras - Dakar - Abidjan

PARTICI................................... MATAR N.................................

5 Déc. 12 Déc.

L’escale du service EUWA au Havre est le lundi à TDF (GMP) France

9

Espace Caillard - 3, rue Louis Eudier - 76600 Le Havre Bertrand DEMARE 02.77.67.50.01 Nathalie LEVEEL 02.77.67.50.03 sales.leh@niledutch.com

Moyen-Orient

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

5

Amérique du Nord

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

SERVICE RORO Europe - Middle East (EME SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH Europe - ASIA (ESEA SERVICE) 3 SAILINGS PER MONTH Europe - SOUTH AMERICA WEST COAST (USCX SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH RAMP : 150WT MAX HEIGHT : 6,30 m Prins Boudewijnlaan 43 B-2650 Edegem, Belgium Phone : +32(0)3 451.09.14

pierre.delatre@ne.nykline.com

Groupage direct Hebdo Depuis Le Havre sur

New York - Santos - Valparaiso Beyrouth - Singapore - Hong Kong Shanghai - Busan - Colombo - Dubai

et bien plus encore !!

Tél. 02 35 25 57 45 - sales@tcclogistics.com

14 Mer du Nord / Baltique LE HAVRE/ST PETERSBOURG & ARKHANGELSK + REEX RUSSIE/C.E.I. (CNTR DRY & REEFER/CONV)

6

Antilles / Amérique Centrale

ARKHANGELSK LINES

AGENT GÉNÉRAL : LE HAVRE : 02 35 22 81 30 FAX : 02 35 22 44 65 saglehavre@wanadoo.fr PARIS : 01 44 09 47 09 - Fax : 01 40 55 05 66 sagparis@sagmar.com

a

LA RUSSIE ORIENTALE (Vostochniy, Vladivostok, Korsakov, Petropavlovsk-Kamchatskiy, Magadan)

AU DÉPART DU HAVRE AVEC

North West Europe départ hebdomadaire Cotations et réservations

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

 Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

didier.claudepierre@lhv.feron.fr Tél. : 33.3.35.25.88.22 eric.andraud@feron.fr Tél. : 33.3.35.25.57.35


14 - Semaine 48 - Décembre 2016

Mouvements Pour un nouveau mandat de trois ans, le Nigérian Olumuyiwa Benard Aliu a été renouvelé lundi 21 novembre à la présidence du conseil de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), l’organe exécutif de cette agence des Nations unies spécialisée dans le transport aérien. Un nouveau conseil avait été constitué tout début octobre, avec 11 nouveaux pays sur les 36 siégeant à ce conseil, à l’occasion de l’assemblée triennale des 191  pays membres de l’OACI. Le conseil de l’OACI est chargé d’adopter les normes ou de recommander les pratiques et les mesures nécessaires pour garantir la sécurité de l’aviation civile.

Frets maritimes Les vracs secs reculent, les pétroliers avancent

❇ Le PDG de Kenya Airways, Mbuvi Ngunze, démissionnera au premier trimestre de 2017, a annoncé jeudi 24 novembre le président de cette compagnie aérienne en difficulté, dont les pilotes réclament depuis longtemps un changement de dirigeants. “Je regrette cette décision, mais je respecte sa position”, a déclaré Michael Joseph, président du conseil d’administration, lui-même nommé il y a un mois à la suite de la démission de son prédécesseur, Dennis Awori. Mbuvi Ngunze, nommé directeur exécutif en novembre 2014, restera en poste jusqu’à ce qu’un remplaçant soit trouvé, un processus déjà en cours qui devrait s’achever dans les trois prochains mois.

Enregistrements La SNCF va enregistrer les conversations téléphoniques des postes d’aiguillage, afin, en cas d’incident, de disposer d’éléments supplémentaires pour en déterminer les causes, a annoncé SNCF Réseau. Des enregistreurs de conversation seront progressivement installés dans les postes d’aiguillage, à partir de la fin de cette année, selon le gestionnaire d’infrastructure, qui met en avant des raisons de sécurité. Cette mesure correspond à une recommandation formulée à plusieurs reprises par le BEA-TT. L’objectif, en effet, est de “disposer en cas d’incident d’éléments factuels afin de déterminer les causes, et faciliter les retours d’expérience. Les enregistrements seront conservés pour une durée de deux mois. Ce délai passera à un an si le poste d’aiguillage est impliqué dans un incident, et à dix ans en cas d’accident grave”. Fin 2016, cent postes d’aiguillage, parmi les plus utilisés du réseau, seront concernés, puis cent autres l’année suivante. Le reste suivra au rythme des changements de technologie de communication.

© Seaborne Shipping

Les vracs secs ont baissé la semaine dernière après avoir atteint des records la semaine précédente, tandis que les frets pétroliers poursuivaient leur hausse. Indice phare du marché, le Baltic Dry Index (BDI), qui fournit une estimation moyenne des tarifs pratiqués sur vingt routes de transport en vrac de matières sèches (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.), a fini vendredi 25 novembre à 1.181 points contre 1.257 points une semaine auparavant. Les prix à travers les catégories s’étaient envolés après les élections présidentielles américaines et la victoire de Donald Trump, qui a promis des investissements importants dans les infrastructures. “Un tel programme demanderait d’être nourri par des matériaux comme de l’acier et du ciment. De nombreux investisseurs se sont mis à en accumuler pour avoir des réserves suffisantes quand ce boom de la demande aurait lieu et, dans ce contexte de hausse des prix des matières premières, les affréteurs ont pu demander des prix élevés”, ont résumé les analystes de Allied Shipping. “Les choses se sont calmées sur tous les fronts depuis, et il semblerait que le marché se normalise, mais à un niveau qui reste plus élevé qu’il y a un mois”, ont-ils expliqué. “La demande pour les navires qui circulent en mer du Nord est en hausse” Le Baltic Capesize Index 2014 (BCI 2014), qui compile les tarifs de la catégorie de navires “capesize”, forcés par leur taille imposante à naviguer au large des caps Horn et de Bonne-Espérance, a terminé la semaine à 2.263 points contre 2.752 points une semaine auparavant. “Les taux ont glissé en fin de semaine, car les prix pratiqués sur toutes les routes reculaient”, ont expliqué les analystes du Baltic Briefing, site d’information du Baltic Exchange. “Les prix restent soutenus, la semaine précédente avait été exceptionnellement active. Les miniers veulent toujours vendre et livrer le plus possible de fer aux prix élevés du marché”, ont tempéré les analystes de Fearnleys. Le Baltic Panamax Index (BPI), qui synthétise les tarifs pour quatre routes (la plupart pour les céréales) empruntées par des navires de la catégorie “panamax”, a terminé à l’équilibre vendredi 25 novembre à 1.389 points contre 1.388 points une semaine auparavant. L’indice reste donc sur ses plus hauts niveaux depuis près de trois ans. “Il y avait peu de navires disponibles venus d’Europe. La demande commence à s’amenuiser mais les prix restent élevés”, ont détaillé les analystes du Baltic Briefing. Le Baltic Clean Tanker Index (BCTI), moyenne des prix pratiqués sur six routes de produits pétroliers raffinés (essence, gaz liquéfié, fuel de chauffage, etc.), a terminé à 456 points vendredi 25 novembre, contre 447 points sept jours auparavant. Jeudi 24 novembre, l’indice a atteint 460 points, à son plus haut niveau en trois semaines. “En fin de semaine, le marché a été assez peu actif, avec Thanksgiving aux États-Unis jeudi 24 novembre. L’activité a été tirée par l’Inde”, ont commenté les analystes de Howe Robinson. L’indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur dixsept  routes de transport de pétrole brut et de fuel lourd, a fini vendredi 25 novembre à 892 points, à son plus haut niveau depuis onze mois, contre 828 points la semaine précédente. “La demande pour les navires qui circulent en mer du Nord est en hausse, tandis que l’activité augmente également en Afrique de l’Ouest”, ont énuméré les analystes de Fearnleys.

Nouveau système de protection des pistes à Roissy-CDG Un nouveau dispositif destiné à détecter les incursions sur les pistes a été déployé à l’aéroport de Roissy-Charlesde-Gaulle. La plateforme devient ainsi la première en Europe à être équipée de ce système, a annoncé mardi 23 novembre la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Le système “Runway Status Light” (RWSL) détecte l’occupation de la piste et en informe directement les pilotes d’avions ou les conducteurs de véhicule au travers d’un signal visuel du balisage de piste, le rouge signifiant stop, explique la DGAC.

“Cette alerte est préventive, autonome et surtout directe à un moment où chaque seconde peut compter”, précisent

l’autorité de l’aviation civile et le groupe Groupe ADP, gestionnaire de l’aéroport. Aux États-Unis et au Japon, une quinzaine d’aéroports sont déjà équipés de ce système, qui n’avait pas encore été déployé en Europe. Son coût de 9 millions d’euros a été financé par la DGAC et des fonds européens (5 millions) ainsi que le Groupe ADP. Le RWSL était en évaluation depuis fin juin sur deux des quatre pistes de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle. Le dispositif vient d’obtenir le feu vert pour son exploitation opérationnelle ainsi que son extension à la totalité de la plateforme parisienne au printemps 2017.

Grèves En réaction au projet d’évolution de l’organisation de la CNR, la CGT des bateliers a appelé à un mouvement de grève sur le Rhône. Les écluses de PierreBénite et de Bollène étaient bloquées à la navigation mardi 22 novembre. Le trafic sur le Rhône entre Lyon et la Méditerranée est resté difficile le 22 novembre du fait des très mauvaises conditions météorologiques et d’un épisode important de crue en préparation sur le Bas-Rhône. Trois bateaux ont subi l’impact direct du blocage des écluses et ont été mis à l’arrêt. Seuls six bateaux de commerce ont été dénombrés en navigation. La durée de la grève a été déclarée illimitée par l’organisation syndicale. La direction de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) “déplore les actions de blocage des écluses qui pénalisent l’ensemble des acteurs de la voie d’eau et qui vont à l’encontre de toutes les actions de développement de CNR auprès des territoires”. La société est à la fois confrontée aux problèmes sociaux et aux crues sur le Rhône en raison des fortes pluies qui se sont abattues ces derniers jours dans le Sud-Est de la France.

❇ Le secteur public grec était paralysé le 24 novembre en raison d’une grève de vingt-quatre heures des fonctionnaires à laquelle s’est joint le syndicat des marins, pour dénoncer une nouvelle série des mesures d’austérité réclamées par les créanciers du pays, UE et FMI. Aucune liaison maritime entre la Grèce continentale et ses îles n’a eu lieu en raison de la grève de vingt-quatre heures des marins. Les syndicats du public Adedy et celui des marins PNO protestent contre de nouvelles hausses des taxes et la réforme du droit de travail, que la Grèce doit adopter pour continuer de bénéficier des prêts de ses créanciers, UE et FMI. Environ 5.000 personnes du syndicat proche des communistes Pame, se sont rassemblées dans le centre d’Athènes, bouclé à la circulation, suivi d’un défilé de 1.500 membres des syndicats du public, professeurs, médecins d’hôpitaux, employés des collectivités locales, selon la police. Les représentants des créanciers, qui négocient actuellement avec le gouvernement dans le cadre de la deuxième évaluation du programme grec, réclament une réforme du régime de travail pour faciliter les licenciements massifs. Le projet du budget d’État pour 2017 qui doit être voté d’ici la mi-décembre, prévoit la hausse des taxes sur les voitures, la téléphonie stable, les carburants, la télévision payante, le tabac, le café et la bière. Il prévoit aussi de nouvelles coupes dans les salaires et les retraites du public, de 5,7 milliards d’euros. L’objectif de ces nouvelles mesures est d’atteindre un excédent primaire d’environ 2 % du PIB en 2017, réclamé par les créanciers. Les syndicats dénoncent également les plans du gouvernement concernant des privatisations prévues pour un montant de 2 millions d’euros. Une grève dans le privé est organisée pour le 8 décembre à l’appel de la Fédération de ce secteur, GSEE.

❇ Dockers et salariés du port du Havre ont observé vendredi 25 novembre un nouveau mouvement de grève auquel la Fédération nationale des ports et docks (FNPD) CGT avait appelé. La Fédération disait vouloir agir en solidarité avec les deux dockers havrais appelés au tribunal correctionnel de Paris, le même jour, pour des actes de violences commis lors d’une manifestation contre la loi travail. Selon Normandie 76 Actu, deux dockers avaient été interpellés le 31 août à l’occasion de la visite de Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, dans la ville du Havre.

Hebdo sem48 2016  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you