Page 1

48 rue de l’Aubépine International Transport Company 92160 ANTONY Freight Forwarder - Project & Oil Field cargo Tél : + 33 1 55 59 07 70 Fax : + 33 1 49 84 06 54 - Deepwater and off shore project - Supply chain specialist mailto: infos@transprojets.com - 4 PL dedicated Agencies in Nigeria (Lagos and Port Harcourt) http://www.Transprojets.com

Institutions/ Infrastructures Corse : Le consortium SNCM/CMN signe la nouvelle DSP

o d b e l’h 68ème année

Semaine 40 - Octobre 2013 ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

BP2S

Entrée en vigueur de l’Information CO2

Elbeuf : Nouveau port partenaire d’Haropa Mission de la flotte de commerce : 2013, année de transition avant la croissance ? Iata : L’association révise en baisse les prévisions 2013 © Volvo Trucks

STX : Construction du plus grand paquebot du monde Arkas France : L’armateur turc densifie son offre de transport à Marseille-Fos International Canada : L’indice de fret canadien Link Logistics a connu un léger ralentissement en août

www.lantenne.com

À compter d’aujourd’hui, tous les transporteurs, tous modes confondus, ont obligation d’informer leurs clients sur les émissions de CO2 de leurs expéditions. Pour respecter cette règle, plusieurs méthodes de calcul sont proposées selon une démarche d’amélioration continue avec possibilité d’en changer au fil du temps.

tous les modes de transport (de marchan- du dispositif*. À l’aide d’exemples, l’apdises comme de personnes) quelle que soit la plication dans le maritime y est présentée taille de l’entreprise ou sa de la page 61 à la page nationalité du moment où 75 à travers le transport la prestation a pour origine de conteneurs, de vracs, ou destination le territoire les autoroutes de la mer français. (short-sea) et la desserte Quatre méthodes perdes îles. Chaque exemple mettent aux transporteurs est complété des modade calculer les émissions lités possibles de diffude CO2. De niveau 1, la sion de l’information. Lesquelles sont multiples plus accessible mais la et laissées au choix des À l’initiative du Bureau de promotion moins précise consiste parties. À défaut d’acdu short-sea shipping (BP2S), la DGITM à utiliser des données cord, l’information est et l’Ademe ont présenté à Paris la nouvelle forfaitaires reprise dans transmise au plus tard obligation “Information CO2” imposée à un arrêté ministériel du deux mois après la réalitous les transporteurs et commissionnaires 10 avril 2012. Ces valeurs sation du transport. de transport. Issue de la loi Grenelle II pourront servir aussi aux À préciser dans le cas ainsi suivi du décret n° 2011-1336 , elle a plu- commissionnaires de services sous DSP sieurs objectifs, selon Olivier Gavaud, de qu’aux transports multicomme la desserte de la la DGITM : “Sensibiliser les entreprises sur modaux pour reconstituer Corse, lors du démarrage leurs émissions de CO2, leur fournir un cri- l’information CO2. “Elles de nouvelles lignes (autotère de choix entre les solutions de transport, pourront être utilisées Antoine Person, président du BP2S routes ferroviaires ou de la et harmoniser les méthodes afin que les dé- par toutes les entreprises mer par exemple), l’utiliclarations et les comparaisons soient faites jusqu’au 1er juillet 2016 et sur des bases équitables”. Pour le maritime, suivant les conclusions d’un rapport sur la sation de valeurs subjectives est autorisée afin seul mode exclu du protocole de Kyoto et mise en œuvre du dispositif d’ici le 1er  jan- de ne pas les pénaliser. vier 2016”, précise En l’état, le dispositif français diverge donc non soumis à des Marc Cottignies, de avec la norme européenne NF EN 16258 sur obligations de réduction l’Ademe. Pour recons- le calcul des gaz à effet de serre qui couvre, en de ses émissions de CO2, “Avec l’application tituer l’information, les plus du dioxyde de carbone (CO2), les émis“il s’agit d’une exceldu slow-streaming, commissionnaires pour- sions de méthane (CH4), oxyde nitreux (N2O), lente mesure. Elle améle maritime a réduit ront également intégrer hydrofluorocarbone (HFC), hydrocarbure perliorera la connaissance l’activité de leurs sous- fluorée (PFC) et hexafluorure de soufre (SF6). des émissions du secteur ses émissions de CO 2 traitants sous la forme Autre différence : le facteur d’émission du CO et favorisera les innovade 15 % depuis 2007” de moyenne comme, par pour le diesel est de 3,07 kg de CO2/litre dans2 tions”, selon Antoine exemple, la quantité de le dispositif français contre 3,24 kg de CO2 / Person, président du CO2 émise au titre de litre dans la norme. Aussi les chargeurs, comBP2S. En sont exclus le missionnaires et plusieurs transporteurs intertransport pour compte propre, les loueurs et l’année précédente. Les niveaux 2 et 3 s’appuient sur des va- nationaux, dont aériens et maritimes, demanles trajets en transit sur le sol français. leurs moyennes déterminées à partir d’his- dent-ils à la France de s’aligner sur l’approche toriques récents. Quant au niveau 4, le plus européenne... Méthodes de calcul précis, il consiste à mesurer les valeurs pour Érick Demangeon Les bénéficiaires sont les chargeurs et les chaque prestation, et implique une collecte commissionnaires qui ont la même obliga- d’informations sur les conditions réelles tion auprès de leurs clients chargeurs. Sans du transport. Publié par l’Ademe, un guide * www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/ sanction ni contrôle, le dispositif concerne méthodologique explique la mise en œuvre Guide_Information_CO2.pdf © BP2S

Entreprises


Infrastructures/Institutions

2 - Semaine 40 - Octobre 2013 - l’antenne

Corse

Le consortium SNCM/CMN signe la nouvelle DSP C’est à Ajaccio que s’est dérouLe groupe Stef, dont lée mardi 24 septembre la signature La Méridionale est une filiale à du nouveau contrat de Délégation 100  %, indique : “Le choix de de service public (DSP) corse entre La Méridionale comme l’un des Dominique Bucchini, président co-délégataires témoigne de la de l’Assemblée de Corse, Paul justesse des options techniques, Giacobbi, présicommerciales dent de l’exécutif et managériales de la Collectivité effectuées par territoriale, Paul “Sept navires ropax la compagnie Marie Bartoli, lors de la pépour la desserte président de l’Ofriode récente”. fice des trans- de six ports corses” Et d’ajouter : ports de la Corse “Ces orienta(OTC), et les ditions ont été rigeants des deux compagnies ma- décidées conformément au plan ritimes impliquées dans la conti- stratégique du groupe Stef qui a nuité territoriale : Marc Dufour, investi dans la construction et la président du directoire de la mise en service fin 2011 du navire SNCM, et Marc Reverchon, di- amiral «Piana» représentant un recteur général de La Méridionale. investissement de 143  millions d’euros”. Le groupe qui revenUn nouveau contrat dique la position de leader eupour dix ans ropéen de la logistique des produits sous température dirigée À partir du 1er janvier 2014, souligne que cette convention, le consortium armatorial va pou- d’une durée importante de dix voir assurer pour dix ans la des- ans fermes, comporte des clauses serte maritime passagers et fret encadrées de “revoyure” en des six ports de l’île de Beauté en fonction d’échéances propres au sortie de Marseille. La desserte secteur maritime qui permettront d’Ajaccio, Bastia, Porto-Vecchio, de faire face à des évolutions imPropriano, Île-Rousse et Calvi prévisibles de la conjoncture et devra être assurée par sept  na- respecte “un cahier des charges vires de type ropax, dont quatre particulièrement performant et déployés par la SNCM et trois par détaillé”. Marc Reverchon, le La Méridionale. directeur général de compagnie,

© Vincent Calabrèse

Après avoir été voté le 6 septembre 2013 par l’Assemblée de Corse, le contrat de Délégation de service public (DSP) a été signé mardi 24 septembre par le consortium SNCM/La Méridionale avec les élus corses ainsi que l’Office des Transports de l’île (OTC).

précise que le contrat va mobiliser ses trois navires actuels (Le “Piana”, le “Girolata” et le “Kallisté”) et les effectifs qui y sont attachés, “sans changement de fond sur le service à proposer par rapport à aujourd’hui”. La SNCM, pour sa part, commente : “Nous sommes fiers d’avoir été choisis par les représentants de la Corse pour assurer cette mission de service public pour les dix ans à venir”. La direction de la compagnie filiale du groupe Veolia-Transdev

à hauteur de 66 % ajoute que “cette marque de confiance vient récompenser la qualité et l’ambition de la profonde démarche de transformation qu’a engagée la nouvelle SNCM”. Le parcours de l’armateur spécialiste de la Corse (qui devrait passer sous la coupe du seul groupe Veolia dès le mois d’octobre) s’est montré houleux ces derniers mois. La compagnie a subi un rejet de la part de justice européenne d’une demande par la France de surseoir à exécution pour le remboursement d’aides

publiques versées par l’État pour le service complémentaire dit de “haute saison”. La SNCM, qui exploite actuellement neuf navires, va devoir adapter sa flotte aux ropax. Le consortium des deux armateurs était délégataire depuis 2007. Pour le Grand Port maritime de Marseille, les contraintes techniques de la nouvelle DSP au plan nautique nécessitent une réaménagement des bassins Est. Vincent Calabrèse

Réclamer son dû à la SNCM... ou faire payer Veolia

La SNCM, ainsi que l’État, mènent actuellement deux recours contre une condamnation de la Commission européenne du mois de mai, qui exige de la France qu’elle recouvre 220 millions d’aides jugées illégales versées à la compagnie reliant la Corse au continent entre 2007 et 2013. Dans une lettre à Veolia, qui doit en principe devenir d’ici fin octobre l’actionnaire majoritaire de la SNCM, le président de la Collectivité territoriale de Corse (CTC), Paul Giacobbi, relève qu’il est d’ores et déjà “contraint” de préparer le recouvrement de cette somme. “À la suite de la décision de la Commission européenne du 2 mai 2013 et au récent rejet de la demande de sursis à exécution, la CTC est créancière de la SNCM et va être prochainement contrainte, ainsi que la loi l’y oblige, de recouvrer auprès

de la SNCM une somme d’un peu plus de 200  millions d’euros”, écrit-il dans une lettre datée du 24 septembre. Dans ce courrier, également envoyé au gouvernement, le président de l’exécutif corse avertit Veolia qu’il a l’intention de lui demander directement les fonds si la SNCM était trop fragile, arguant que Veolia était “dirigeant de fait” de la compagnie méditerranéenne française. Aucun engagement Jeudi 26 septembre, Paul Giacobbi a précisé qu’il n’avait jamais exigé de la SNCM le remboursement de cette somme, relevant que le courrier est adressé au seul Veolia. “Ni à ce jour ni à un terme prévisible, il n’a été et ne sera émis aucun titre de recette exécutoire à l’encontre de la SNCM, en vue de recouvrer les sommes mises à la charge de la SNCM par la Commission européenne”, insiste-t-il. Du côté de Veolia, l’hypothèse de devoir rembourser ces aides a fait bondir la direction du géant français de l’eau et des déchets, lui-même en cure d’austérité, qui n’a pas provisionné de fonds pour cette éventualité. “Veolia conteste ferme-

© Franck ANDRÉ

L’exécutif régional corse se prépare à demander le remboursement de 200 millions d’euros dus par la SNCM, et a l’intention de se retourner vers Veolia si la compagnie n’est pas en mesure de régler la note.

ment toute réclamation qui pourrait être faite à son encontre et confirme qu’elle n’a aucun engagement à l’égard de la SNCM dans ce cadre”, a réagi le groupe. Veolia, entré à reculons dans la SNCM lors de la privatisation de la compagnie en 2006, est indirectement actionnaire via Transdev, sa coentreprise avec la Caisse des dépôts,

laquelle détient 66 % du capital. L’État contrôle directement 25 %. Mais Veolia doit, en principe d’ici fin octobre, devenir seul maître à bord de la SNCM, en prenant en compte propre cette participation des deux tiers. Marc Préel


Infrastructures/Institutions

l’antenne - Semaine 40 - Octobre 2013 - 3

Elbeuf

Nouveau port partenaire d’Haropa Après avoir signé des partenariats avec les deux ports fluviaux de Nogent-sur-Seine et Gron sur l’Yonne et avec l’aménageur Shema, le GIE Haropa vient de conclure un accord avec la Chambre de commerce et d’industrie d’Elbeuf, gestionnaire de Port Angot. Le GIE Haropa poursuit sa elbeuvienne dans son ensemble. politique de développement de Port Angot a réalisé en 2009 un partenariats engagée en avril avec trafic de 80.000 tonnes. L’an derla signature d’un premier accord nier, ce sont 250.000 tonnes qui ont avec le port de Nogent-sur-Seine. été manutentionnées et on attend Cette fois, il 400.000  tonnes s’agit d’un site cette année. Pour portuaire proche nous, la décision de “On attend de Rouen, celui Haropa 400.000 tonnes rejoindre de Port Angot, constitue une nouun port géré par velle étape”. En cette année” la Chambre de adhérant ainsi au commerce et réseau Haropa, Port d’industrie d’Elbeuf. Dominique Angot sera pleinement identifié Bruyant, président de la CCI comme un élément de l’axe Seine. explique : “Nous exploitons La CCI en attend une plus grande Port  Angot depuis quarante- visibilité, des horizons plus larges cinq  ans. C’est un atout d’at- et l’apport des compétences des tractivité pour la communauté ports d’Haropa.

Dunkerque

Une livraison de feldspath au terminal multibulk Livré en novembre 2012 par Dunkerque-Port, après une opération de réhabilitation et de création de terre-plein, l’ancien quai Silonor accueille de nouveaux trafics depuis le début de l’année. Le site, dont le terre-plein et les installations de stockage sont opérés par Dunkerque Multibulk Terminal (DMT), a reçu, jeudi 19 septembre, une cargaison de 7.500 tonnes de feldspath. Importée par Esan Italia Minerals, la cargaison est arrivée dans la nuit du 18 au 19 septembre à Dunkerque à bord du vraquier “Romy Trader”, un navire de 132  mètres de long par 20  mètres de large, en provenance du port turc de Gulluk, pour le compte des Céramiques Desvres. Le feldspath a été déchargé avec l’aide des équipes de manutention de la société Barra SNM, stocké à couvert dans les installations de Dunkerque Multibulk Terminal (DMT), pour alimenter l’usine de Maubeuge (Nord) à hauteur de 600 tonnes par semaine. Le navire contient aussi des “big bags” afin de réaliser des essais dans les verreries régionales. Cette activité avait été initiée en juin dernier avec un navire de 6.500 tonnes, qui avait dû être déchargé au quai Freycinet 12  en

raison de l’indisponibilité des installations DMT, utilisées pour d’autres trafics. “D’autres navires associés à cette activité sont attendus prochainement, dont une cargaison de 4.000 tonnes de bentonite et un autre bateau de 12.000  tonnes de feldspath”, souligne la direction du Grand Port maritime de Dunkerque (GPMD). Benoît Masure, directeur de DMT à Dunkerque, précise  : “Nous recevons sur le quai DMT ce premier navire de feldspath qui est destiné à alimenter l’usine de Desvres à Maubeuge, pour la fabrication de carrelages et de colles. Le trafic annuel est d’environ 40.000 tonnes par an, incluant de prochains déchargements de bentonite. Nous consolidons ainsi nos livraisons hebdomadaires à Desvres, initiées en juin, à hauteur de 600 tonnes par semaine”. Position renforcée dans les vracs solides

© Jean-Claude Cornier

Manutention sur le site de Port Angot

Le port de la CCI d’Elbeuf dispose de 150 mètres de quais, de deux magasins dédiés et d’une bascule. Port Angot, des perspectives de croissance Sur ce site intervient la société Surveyfert. Xavier Savin, viceprésident industrie de la CCI, souligne que le trafic portuaire réalisé progresse fortement  : “Nous avons réalisé à fin août de

cette année autant de tonnages que pour l’ensemble de l’année passée”. Aussi, la CCI réfléchit à une optimisation de l’installation, de manière à faire face à l’accroissement des volumes. Une étude en ce sens a été réalisée par l’Isel (Institut supérieur d’études logistiques) du Havre. Le principal trafic réalisé sur place porte sur des gravats (matériaux recyclables du BTP). Ils sont destinés au comblement de sablières dans la région. “Port Angot est un outil consulaire, au service du déve-

loppement économique de son territoire, tourné vers l’avenir”, ajoute le vice-président. La mise en place d’un partenariat entre Port Angot et Haropa se place dans l’objectif de renforcer l’hinterland et développer la pertinence de l’offre globale proposée pour mieux répondre aux besoins des clients, a souligné Alexis Rouque, président d’Haropa et directeur général de Ports de Paris. Jean-Claude Cornier

Martinique

Les travaux à Pointe-des-Grives sur le point de démarrer Six mois après son installation en mars dernier, le Grand Port maritime de la Martinique va lancer le premier volet des travaux d’extension de Pointe-des-Grives, à l’est des installations. Le Conseil de surveillance du GPMLM a approuvé le mardi 17 septembre la proposition du Directoire de lancer le premier volet des extensions du terminal à conteneurs de Pointe-des-Grives. Il appartient aujourd’hui au directoire, présidé par Jean-Rémy Villageois, de mettre rapidement en œuvre cette première phase de travaux. L’opération consiste à dégager 3 hectares de terre-pleins en arrière d’un quai en retour de 310 mètres linéaires. Selon le Grand Port maritime, “cette extension se situant à l’est du terminal va contribuer à rationaliser

la géométrie de l’ensemble et, par voie de conséquence, à augmenter le nombre de «slots», modifiant ainsi les modalités de stockage”. L’objectif est de pouvoir capter davantage de trafic en transbordement par le terminal de Pointe-des-Grives. Cette nouvelle infrastructure nécessitera l’acquisition d’outillages de bord à quai supplémentaires. Le GPMLM attend que le Conseil de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques, dans le cadre de l’instruction “Loi sur l’eau”, se prononce favorablement le 3 octobre prochain, pour lancer officiellement ces travaux, qui devraient être achevés en 2015. Vincent CALABRÈSE

La direction du port dunkerquois souligne que ce trafic en provenance de Turquie transitait auparavant par les PaysBas. Jean-Frédéric Laurent, directeur de la Stratégie et du Développement de l’établissement portuaire, juge que l’extension récente du terminal a permis au GPMD de “renforcer sa position dans le domaine des petits vracs solides”. Vincent Calabrèse © JBB


Infrastructures/Institutions

4 - Semaine 40 - Octobre 2013 - l’antenne

Mission de la flotte de commerce

2013, année de transition avant la croissance ? Est-on à la veille d’un nouveau cycle de croissance dans le transport maritime ? À l’appui de plusieurs indicateurs, la Mission de la flotte de commerce au sein de la DGITM anticipe une amélioration sur les marchés des vracs secs, des produits pétroliers et des conteneurs. Alors que la dynamique dans le secteur des services et de la croisière se confirme, l’inquiétude grandit dans le short-sea, transmanche en particulier. Après une crise exception- seuils historiquement bas des nellement longue dans l’histoire taux de fret dans le transport de du shipping, l’année 2013 se produits pétroliers, “des perspecprésente comme une année de tives prometteuses accompagnent transition selon la Mission de la l’évolution de ces marchés”. flotte de commerce. Rattachée à la Direction des Affaires maSignaux favorables ritimes de la DGITM, son analyse économique semestrielle Pour justifier son analyse, la du transport maritime est teintée Mission de la flotte de commerce d’optimisme... tempéré. “Sur le souligne par exemple le rapproplan du commerce internatio- chement des taux de fret des Very nal, les signes contradictoires Large Crude Carrier (VLCC) et de reprise ne dissipent pas l’im- des navires de taille intermédiaire pression générale d’un ralentis- (middle range) en faveur de ces sement économique conséquence derniers. Cette tendance se véride la décélérafierait également tion de l’éconodans le domaine mie chinoise et vracs secs “La surcapacité des des évolutions où, si le marché reste la principale des capesizes contrastées des pays de l’OCDE, demeure sous préoccupation même si les anapression, une des armateurs” lystes s’accornouvelle dynadent à dire que le mique est obserpire est passé”, vée sur les unités écrit Régine Brehier. Pour la di- de plus petite taille. Tendance porectrice des Affaires maritimes, sitive parallèle  : “La croissance la période de convalescence ac- de l’offre tend à ralentir. En tuelle est marquée par “un as- 2013, une cinquantaine de capesainissement des marchés et par sizes sont attendus alors que les une grande volatilité des taux de démolitions commencent à toufret du fait de signaux incertains cher des navires qui ont moins de et contradictoires”. Sur le fond vingt ans”. Cet optimisme touche toutefois, malgré les hésita- aussi le transport de conteneurs. tions dans les vracs secs et le “Les tentatives, jusque-là passaglissement accentué vers des gères car isolées, de relever les

© Maersk Line

taux après les guerres tarifaires de 2011 ont contraint les acteurs à une plus grande discipline”. En témoigne, selon la Mission, le relèvement général des indices (General Rate Increase) en juillet 2013 sous l’impulsion de tous les opérateurs. “Les analystes estiment que ce mouvement pourrait être plus durable tenant compte des leçons du passé et des intérêts en jeu”. Alimentant cette perspective est également évoquée la nouvelle phase de mutualisation des services à travers l’accord opérationnel P3 entre Maersk  Line, MSC et CMA  CGM. Sous

réserve du feu vert des autorités de la concurrence, lequel intervient après la création des alliances G6 (Hapag-Lloyd, OOCL, NYK, Mol et Hyundai) et CKYH (Cosco, K-Line, Yang Ming et Hanjing). Grand écart S’agissant de l’offre, les estimations produites par le Baltic International Maritime Council (Bimco) montrent en outre “que les lancements de navires effectués et programmés pour 2013 commenceraient à être compensés par les démolitions projetées”.

Dans le même temps, le secteur des services, offshore en particulier, et la croisière poursuivent leur développement sous l’œil bienveillant des établissements financiers plus frileux sur les autres segments du shipping. À l’inverse, l’exacerbation des tensions et des guerres tarifaires, dans le transmanche en particulier, ainsi que l’entrée en vigueur de nouvelles réglementations font craindre des lendemains très compliqués dans le transport maritime à courte distance et pour leurs opérateurs. Érick Demangeon

Araf

Fret ferroviaire : tensions entre les nouveaux entrants et RFF Avec le remboursement des redevances de réservation, la gestion et l’attribution des sillons opposent les nouvelles entreprises de fret ferroviaire à Réseau ferré de France. Ce différend porté par Euro Cargo Rail, Europorte, T3M et VFLI est arbitré par l’Autorité de régulation des activités ferroviaires. Lors d’une ultime audience publique le 24 septembre, chaque partie a présenté ses griefs et éléments de défense. Un dialogue de sourds s’est instauré entre les attentes des nouvelles entreprises de fret ferroviaire et la capacité de Réseau ferré de France (RFF) à y répondre. Pour éviter que le torchon ne brûle, l’arbitrage a été confié à l’Autorité de régulation des activités ferroviaires (Araf), appelée à trancher sur le différend qui oppose les deux parties sur le remboursement des redevances de réservation, la gestion et l’attribution des sillons. “La résolution des difficultés actuelles est essentielle à

la survie de nos entreprises en concurrence avec le transport routier”, déclare Marc Bizien, directeur général d’Euro Cargo Rail, filiale du groupe DB Schenker. L’enjeu est tout d’abord “social car, à partir de la programmation des sillons, découle la gestion de nos personnels”. Il est aussi “organisationnel car, faute d’être informées en temps réel de l’évolution des statuts des sillons, nos équipes sont dans l’obligation de contrôler en permanence plusieurs outils d’information non interfacés de RFF”. Il est enfin “économique et financier puisque nous sommes dans l’obligation de payer à l’avance RFF pour réserver des capacités (à hauteur de 20 %, NDLR) sans avoir la certitude qu’elles nous seront affectées dans les conditions prévues”. Au plan commercial, “ces difficultés sont autant de sources de nonqualité qui pénalisent notre fiabilité”. Systèmes d’information obsolètes Globalement, les nouvelles entreprises de fret ferroviaire demandent au gestionnaire d’infrastructures une meilleure

information en temps réel ainsi qu’une transparence dans sa gestion au même titre que Fret SNCF. Sur l’attribution de sillons fermes par exemple, Fret SNCF bénéficierait de taux positifs de 63 à 78  % par rapport à ses demandes contre seulement 48 à 57 % pour les nouveaux entrants. Sur la question des redevances de réservation, ceux-ci réclament un remboursement plus rapide et la possibilité de pouvoir lever une réservation jusqu’à quinze jours avant le lancement du train sans pénalité ou la mise en place de pénalités dégressives. Suivi de la “Vie du sillon” fin 2014 À sa décharge, RFF par la voix de son directeur général, Matthieu Chabanel, rappelle l’environnement dans lequel évolue le gestionnaire : “Doublement des plages de travaux sur le réseau passant de 500  à 1.000 km rénovés par an dont une grande partie réalisée la nuit où la demande fret est classiquement forte, augmentation sensible des trafics TER et libéralisation du marché ferroviaire imposant

la refonte de nos systèmes d’information” pour la plupart obsolètes, de l’aveu du directeur général. Reconnaissant les difficultés d’exploitation rencontrées par les nouvelles entreprises de fret ferroviaire, RFF leur demande une nouvelle fois de patienter et les appelle à la concertation pour trouver des solutions dans l’attente d’un nouveau système d’information d’ici fin 2014. Celui-ci assurera un suivi en temps réel de la vie des sillons informant les opérateurs de l’éventuelle évolution de leur statut. Quant au remboursement des redevances de réservation, le gestionnaire renvoie à son caractère obligatoire prévu par les textes, et à sa légitimité car, de l’avis partagé avec les experts de l’Araf, il s’agit d’une option de réservation. À la demande de réduire le délai d’annulation d’un sillon réservé, RFF évoque les risques de déresponsabilisation des opérateurs et de surréservation qui aurait pour effet de bloquer des capacités. Présidée par Pierre Cardo, l’Araf rendra son arbitrage d’ici quelques jours... E. D.


Infrastructures/Institutions

l’antenne - Semaine 40 - Octobre 2013 - 5

Iata

L’association révise en baisse les prévisions 2013 Pour cette année, le bénéfice devrait être de 213 milliards, prades compagnies aériennes devrait tiquement le tiers des coûts d’exêtre de 11,7 milliards de dollars, ploitation, a-t-il ajouté. une prévision revue en baisse par Pour le transport de passarapport aux 12,7 milliards encore gers, l’augmentation par rapport espérés en juin. L’an dernier, les à l’an dernier devrait être de 5 % compagnies aériennes dans le avec un total de 3,12 milliards de monde avaient dégagé un béné- passagers. Le taux d’occupation fice de 7,4 milliards. des sièges atteindra Le chiffre d’affaires un niveau record à des compagnies aé“Le fret reste 80,2 % en moyenne riennes devrait atdans les avions dans l’ombre teindre 708 milliards le monde. Le chiffre de dollars en 2013, au tableau” d’affaires pour les un niveau révisé lépassagers pourrait gèrement à la baisse atteindre 565 milpar rapport aux prévisions de juin liards de dollars (+  13,7 %). Le (711 milliards). Cette révision fret reste l’ombre au tableau pour “reflète la brusque hausse du prix les compagnies aériennes avec du pétrole associée à la crise sy- un chiffre d’affaires attendu de rienne et la croissance décevante 59 milliards, en baisse de 4,9 % dans plusieurs marchés émer- par rapport à l’an dernier. Les gents”, a déclaré à Montréal le compagnies aériennes ont soudirecteur général de l’Iata, Tony vent ajusté leur capacité en sièges Tyler. “La rentabilité continue pour les passagers au détriment sur une tendance à l’améliora- des marchandises. tion” en dépit de l’envolée du Pour 2014, l’embellie pourprix du pétrole dont la facture rait venir donner aux compaglobale pour les compagnies gnies aériennes un bénéfice de

© Airbus/P. Masclet

La prévision de bénéfice des compagnies aériennes a été révisée en baisse de 8 % pour cette année mais celle publiée pour l’an prochain lundi 23 septembre par l’Association internationale des transporteurs aériens (Iata) laisse entrevoir un bon cru 2014.

16,4 milliards de dollars, ce qui en ferait la seconde année la plus rentable depuis 2000 avec le record de 19,2 milliards en 2010. Le chiffre d’affaires des compagnies aériennes devrait atteindre 743 milliards l’an prochain. Le fret devrait progresser de 3,7 % en 2014 Pour ses prévisions, l’Iata table sur une croissance économique mondiale de 2,7 % et un prix du pétrole plus bas avec un baril en moyenne à 105 dollars (prévision de 109 dollars en moyenne en 2013). Avec une charge de carburant moins importante, les

compagnies pourront améliorer leur rentabilité d’autant que le trafic passagers pourrait augmenter de 5,8 % en 2014. Avec une reprise économique plus franche, le fret devrait progresser de 3,7 %. L’amélioration du transport aérien devrait se concrétiser dans toutes les régions avec une embellie marquée en Amérique du Nord où les transporteurs aériens devraient dégager 6,3 milliards de bénéfices. Pour l’Europe, les compagnies aériennes pourraient engranger 3,1 milliards de dollars de profits, 3,6 milliards en Asie et 2,1 milliards au Moyen-Orient. Le directeur général Tony Tyler a tempéré l’optimisme en

estimant que l’équilibre restait fragile en 2014. “Avec des bénéfices de 16,4 milliards pour le transport de presque 3,3 milliards de passagers, les compagnies aériennes récolteront en moyenne 5 dollars par passager”, a-t-il dit. Dès lors, même “une légère modification de l’environnement opérationnel, une nouvelle taxe ou une quelconque augmentation de coût, pourrait modifier sensiblement les prévisions”. Le patron de l’Iata juge que les responsables politiques seraient bien inspirés de veiller, dans leur désir de nouvelles réglementations, de prêter attention à la fragilité de l’équilibre “coûts-bénéfices” du transport aérien.


Entreprises

6 - Semaine 40 - Octobre 2013 - l’antenne

STX

Construction du plus grand paquebot du monde

© STX

général des chantiers STX, Laurent Castaing. “Une hirondelle ne fait pas le printemps, fut-elle le plus gros paquebot du monde. Donc, maintenant, pour des embauches, il nous faut d’autres commandes”, a-t-il néanmoins souligné. Une centaine d’embauches sont néanmoins programmées sur 2013 et 2014 pour le “renforcement des bureaux d’études et le suivi d’affaires”, notamment pour faire face aux “énergies marines renouvelables (EMR) très consommatrices d’ingénierie et de gestion de projet”, a-t-il indiqué. “Pratiquement, l’ensemble des salariés de

Les chantiers STX France ont démarré lundi 23 septembre à Saint-Nazaire la construction du plus grand paquebot de croisière du monde, un navire de la classe des “Oasis”, pour l’armateur américain Royal Caribbean Cruises, en découpant symboliquement la première tôle de la coque. Les chantiers STX France dé- “On était au creux de la vague et marrent la construction du plus c’est à ce moment-là qu’on a pris grand paquebot une des plus belles du monde. La commandes que “Le navire commande de ce les chantiers aient navire, qui fera jamais pris et donc sera livré au 360 mètres de long on remonte sur le sur 60  mètres de printemps 2016” dos de la vague large et consomme; enfin, je pense, ra quelque 60.000 tonnes d’acier, j’espère, je croise les doigts”, d’un montant record estimé d’un s’est félicité le maire de Saintmilliard d’euros, est intervenue le Nazaire, Joël Batteux, peu avant 27 décembre 2012 alors que les la cérémonie officielle. chantiers venaient de passer deux La première des 400.000 pièces ans sans enregistrer de commande. de tôle qui vont constituer la

coque de ce géant des mers qui emportera quelque 8.000  passagers et membres d’équipage à son bord, a été découpée et un morceau représentant symboliquement la silhouette du navire a été remis aux dirigeants des Chantiers et de l’armateur. Une centaine d’embauches “Depuis que la commande est arrivée, oui, l’espoir renaît et tout le monde est en train de se rendre compte qu’il y a ici un des rares, quatre ou cinq chantiers dans le monde, qui est capable de faire des objets d’une telle complexité dans un délai aussi court” car le navire sera livré au printemps 2016, s’est félicité le directeur

MGI

AP+ célèbre son huitième anniversaire Le Customs Community System AP+, créé il y a huit ans, confirme son positionnement multimodal et sa vocation internationale. Retour sur l’itinéraire d’un système issu de la concertation des places portuaires marseillaise et havraise dont la vocation est de faciliter les flux.

© Vincent Calabrèse

droits de port navires et droits de port marchandises”, explique MGI, l’entreprise informatique portuaire. En 2011, MGI créait AirPort+, le module aérien d’AP+. L’année d’après, c’était au tour d’Inland+, le module pré et post-acheminement, de voir le jour. “En s’adaptant au transport de marchandises par voie aérienne et terrestre, AP+ est devenu le premier Cargo Community System trimodal Le Cargo Community au monde”, se félicite-t-elle. System AP + a été lancé La société ajoute que le le 21  septembre 2005. À CCS a la vocation de “faciliter Marseille-Fos, il a remplales échanges d’information” çé l’ancien système Protis. et de s’interfacer avec tous les Développé par les communausystèmes informatiques, dont tés portuaires marseillaise et le “guichet unique portuaire havraise, AP+ est aujourd’hui navire”,” s’inscrivant ainsi implanté dans une trentaine dans le fil conducteur tracé de communautés portuaires François Mahé des Portes, par la directive européenne en France, dans les Dom-Tom président du directoire de MGI “e-maritime”. AP+ évite égaet à l’étranger. “Il intègre aujourd’hui tous les types de trafic (conte- lement de réaliser plusieurs déclarations pour la neurs, conventionnel, vracs solides et liquides, marchandise. Vincent Calabrèse ro-ro, marchandises dangereuses) ainsi que les

STX  France qui sont aujourd’hui en chômage technique vont rentrer progressivement au fur et à mesure du départ de la construction, et pratiquement l’ensemble de nos effectifs seront au travail au mois de janvier”, a indiqué Laurent Castaing. L’une des caractéristiques majeures du futur “Oasis 3”, qui n’aura son nom à lui que dans un an, sera son efficacité énergétique et environnementale, a expliqué un des dirigeants de Royal Caribbean, Richard Fain, qui s’est félicité de la “passion” qui animent les chantiers.

Brittany Ferries

Hausse de trafic pendant la période estivale La compagnie maritime Brittany Ferries, confrontée depuis plusieurs années à des difficultés financières, a connu une hausse de 9 % de son trafic passagers sur les lignes transmanche durant la saison estivale, a-t-elle annoncé vendredi 20 septembre, jugeant ce rebond “très encourageant”. Brittany Ferries a enregistré une hausse du trafic passagers de 9 % pendant la période estivale. Avec cette hausse de la fréquentation, “Brittany Ferries vient d’effectuer sa meilleure haute saison depuis 2009”, se félicite la compagnie. Ces résultats s’expliquent notamment par une réduction cette année de la fréquentation touristique sur les destinations sudméditerranéennes et, au niveau interne, par la mise en place d’une nouvelle stratégie publicitaire et une

simplification de la tarification des traversées, explique la compagnie. La nouvelle ligne au départ du Havre, ouverte en mai, à destination de Portsmouth, a tenu “toutes ses promesses avec 50.000  passagers transportés pour un objectif initial de 40.000”, assure par ailleurs Brittany Ferries. Cependant, côté fret, la compagnie enregistre une baisse sensible des volumes sur l’été, consécutive, explique-t-elle, à la guerre tarifaire pratiquée sur le détroit. En juin 2012, la compagnie, confrontée depuis plusieurs années à des difficultés financières, avait annoncé la suppression de plusieurs traversées et la mise en place d’un plan de retour à la compétitivité qui avait généré un conflit social. La compagnie emploie 2.500  personnes et transporte annuellement 2,6  millions de passagers (dont 85 % de Britanniques), 200.000  véhicules industriels et 800.000  véhicules de tourisme entre la France, la Grande-Bretagne, l’Irlande et l’Espagne.

Marseille Services Société entreposage et magasinage Marseille à proximité immédiate du port propose

Surface de stockage DE 1.000 à 1.500 m2 Accès aisé dans vaste cour pour les transporteurs, travail soigné par équipe de professionnels

Contact : C. MALVILAN - Tél. 04 91 10 31 01 E-mail : christophe.malvilan@marseille-services.com


Entreprises

l’antenne - Semaine 40 - Octobre 2013 - 7

Arkas France

L’armateur turc densifie son offre de transport à Marseille-Fos

Pour l’armateur turc Arkas, le lement expliqué qu’après la rupture calendrier est chargé. Les bonnes de l’accord de slots charter avec le nouvelles se succèdent pour la coréen Hanjin sur les ports ouestclientèle de africains, “on a Marseille-Fos dû trouver une avec la prealternative. Nous “Une alternative mière escale le avons signé un 21 septembre accord avec l’esaux leaders du du nouveau pagnol Marguisa shipping mondial” Line. En déservice direct Algérie qui relie ployant deux Fos à Alger porte-conteneurs tous les huit jours puis avec l’ou- de 1.200 à 1.300 EVP chacun sur verture de la ligne bimensuelle cette ligne, nous allons desservir, sur la Méditerranée orientale, en sortie d’Algésiras, les ports un service qui démarre avec de Bata, Malabo, Lagos, Tema et l’arrivée toujours chez Eurofos Abidjan”. Le service, qui sera dans le 30 septembre du premier un premier temps décadaire, dénavire pour le Liban, la Turquie, marre avec l’escale du 15  octobre l’Égypte auxquels il faut ajouter dans le hub espagnol. Avec l’introles ports libyens via Cagliari. duction d’un cinquième navire dans la flotte, il deviendra hebdomadaire, Nouveaux accords ajoute-t-il. Pour l’heure, Arkas est avec Marguisa en négociations pour trouver une sur la COA solution de feedering entre le port de Fos et Algésiras. Laurent Louis, directeur Arkas France, joint-venture France et Afrique de l’Ouest, a éga- de l’armateur turc et du groupe

Gefco

Accès au marché russe par Novorossiysk Transiter par le port de Novorossiysk pour l’exportation de véhicules et de pièces détachées à destination du marché russe est la nouvelle route proposée par Gefco. Adossée à des moyens propres et à des partenaires locaux, cette initiative s’inscrit dans une politique de développement de son offre internationale. Destinée aux livraisons de véhicules en provenance d’Europe et d’Asie, la nouvelle “route” conçue par Gefco pour rejoindre le marché russe s’appuie sur le port de Novorossiysk. À partir d’un service hebdomadaire qui s’adresse également aux pièces détachées automobiles, le prestataire y gère une plate-forme de 12.000 m2. Alternative à la voie maritime traditionnelle via SaintPétersbourg et Ilichevsk en Ukraine, cette nouvelle solution depuis l’Europe et l’Asie

est présentée comme plus compétitive et plus rapide. Sur place, Gefco propose une prise en charge complète des marchandises, du dédouanement à l’entreposage en passant par la livraison finale. D’ores et déjà, cette voie logistique est empruntée par une partie des véhicules du groupe PSA-Peugeot-Citroën fabriqués à Vigo. Dans le port de Novorossiysk, Gefco a sélectionné TMBC Logistics en tant que partenaire pour traiter toutes les cargaisons du constructeur automobile français. Avec les autorités portuaires locales, Novorossiysk Commercial Sea Port, le groupe est en outre engagé dans une réflexion commune sur l’évolution des infrastructures roulières. Filiale des chemins de fer russes RZD depuis septembre 2012, Gefco poursuit sa stratégie de développement à l’international. Avec Shenzhen, Gefco est implanté désormais dans neuf grandes villes chinoises. E. D.

© Airbus

Presque un an après avoir créé une joint-venture avec le groupe Balguerie pour créer Arkas France, l’armateur turc Arkas étoffe sa présence à Marseille-Fos. En témoignent l’ouverture récente de la ligne directe sur le port d’Alger, le lancement du service sur la Méditerranée orientale aujourd’hui et le raccordement au nouveau service Afrique de l’Ouest dès la mi-octobre.

français Balguerie, a été créée en novembre 2012. L’entreprise marseillaise emploie douze personnes. Selon Gilbert Brown, son directeur général, l’accord scellé entre les deux groupes familiaux et le renforcement de son offre de transport en sortie de Marseille-Fos confirment la confiance de la compagnie dans le port phocéen. Arkas holding SA, société éponyme qui a été fondée à Istanbul en 2000, est toujours aux mains de la famille du même nom. Le groupe, à l’origine créé en 1902

à Izmir, est dirigé par le FrancoTurc Lucien Arkas. Il doit sa croissance à celle de l’économie turque. Aujourd’hui, sa filiale armatoriale possède 35 navires cellularisés de 1.000 à 2.500 EVP. Il dessert la Méditerranée orientale, la mer Noire, la Méditerranée occidentale, l’Ouest de la péninsule Ibérique et la Côte occidentale africaine. À l’origine agent maritime (activité qu’il continue d’exercer), le groupe s’est forgé un nom chez les armateurs de taille moyenne et représente une alternative aux

grands noms du shipping mondial en Méditerranée. Arkas est également présent dans la manutention (il contrôle notamment Marports à Istanbul), le transit, la logistique, le groupage, l’entreposage et le transport terrestre. En effet, il assure également la desserte de l’Asie centrale par route et par voie ferrée en partenariat avec des opérateurs. Au total, Arkas Holding possède une cinquantaine de bureaux dans le monde et emploie plus de 6.000 salariés. Vincent Calabrèse

GT Location

Investir dans l’innovation sur des marchés cibles Sur un marché du transport routier chahuté, la location de véhicules avec conducteur n’est pas épargnée. GT Location par la voix de son dirigeant, Michel Sarrat, anticipe pourtant une activité étale en 2013 grâce au développement de spécialités sectorielles et grâce à l’innovation. Face à des volumes en repli de 5 à 10 %, GT Location mise sur ses expertises sectorielles. Ces nombreuses expertises englobent la distribution de béton, de matériaux de construction, de produits alimentaires et de pneus de seconde monte pour Michelin, la restauration hors foyer, la santé et la filière avicole. Dans cette dernière, il a ainsi racheté le 16 septembre le fonds de commerce des Transports du Trégor avec, à la clé, de nouveaux clients dont Duc Accouvage. Pour chacune, “GT Location développe des innovations techniques qui visent à compenser l’augmentation structurelle des coûts de transport, à renforcer la sécurité et à abaisser les nuisances”. Parmi ces innovations, Michel Sarrat cite “le déploiement de crochets automatiques sur les grues auxiliaires dans le négoce de matériaux, la commande aux pieds sur les hayons, la pesée embarquée dans la filière avicole et les investissements dans des véhicules respectant la norme sonore Piek”. Le loueur est en outre signataire pour la seconde fois de la charte Objectif

CO2 avec un objectif de réduction de 7,6 % de ses émissions de CO2 sur trois ans. En parallèle, l’entrée en vigueur de l’Écotaxe soulève quelques interrogations dans la location avec conducteur non dissociée de la location sans conducteur dans le bouquet législatif actuel. “Lorsque le véhicule de transport de marchandises assujetti fait l’objet d’un contrat de location, le redevable enregistré est la société de location. Toutefois dans le cas de location d’une durée supérieure ou égale à trois mois, le redevable enregistré peut être le locataire avec l’accord de la société de location”, selon le décret n° 2013-559 du 26 juin 2013 relatif aux droits et obligations des redevables. Michel Sarrat incite ses clients à devenir redevable pour les contrats supérieurs à trois mois. À défaut, le loueur appliquera de plein droit la majoration forfaitaire définie par le législateur. Autre difficulté, lorsqu’un client décide de louer un véhicule avec conducteur, il souhaite externaliser cette fonction, gestion financière du véhicule et sociale du conducteur incluse. Si le locataire devient redevable, il devra alors s’enregistrer pour obtenir un boîtier embarqué puis acquitter la taxe. Une démarche éloignée d’une gestion administrative externalisée... Aussi, Michel Sarrat propose-t-il que le loueur, s’il demeure redevable, puisse répercuter à l’euro prêt le coût réel de l’Écotaxe sans passer par le dispositif de majoration forfaitaire. Érick Demangeon


International

8 - Semaine 40 - Octobre 2013 - l’antenne

Canada

L’indice de fret canadien Link Logistics a connu un léger ralentissement en août

Les envois postaux trans- en provenance du Canada ont frontaliers ont représenté 68  % été New York, la Californie, du total des volumes pour le la Pennsylvanie, le Texas et la mois d’août. Les chargements Floride. en provenance des États-Unis Les volumes de chargement à destination des provinces ca- domestiques ont baissé au nadiennes ont connu une baisse Canada de 1 % en glissement de 11 % en glissement annuel. annuel, représentant 26  % des Inversement, les volumes totaux lots transfrontaliers pour le mois “Historique originaires du d’août. Canada à desti- des mouvements Les envois nation des Étatsd’équipements se de fret Unis ont connu sont calmés au une hausse de transfrontaliers mois d’août après 6 % par rapport atteint leur et nationaux” avoir à la même péplus haut niveau riode de 2012. Les en dix ans le mois cinq principaux États d’origine dernier. En glissement annuel, des chargements à destina- ce type d’expéditions ont connu tion du Canada ont été l’Ohio, une baisse de 3 %, mais ont été la Pennsylvanie, l’Illinois, de 7 % supérieures par rapport l’Indiana et le Michigan. aux niveaux de la même péLes cinq  principaux États de riode l’an dernier. Pour le mois destination des chargements d’août, le ratio des équipements

Petites annonces recherche

Pour son agence de Marseille 112 boulevard des Dames - 13002 Marseille des personnes pour CDI (après période d’essai)

- CUSTOMER SERVICE EXPORT - CUSTOMER SERVICE IMPORT - INSIDE SALES profil : • BAC+2-3 ou assimilé par expérience ; • expérience dans le secteur maritime ; • Bilingue français/anglais ; • ayant l'esprit d’équipe.

Envoyez votre lettre de motivation et CV à Eric Vanhoutte

eric.vanhoutte@csav.com

Homme d’expérience

Gestion comptabilité, juridique et fiscale d’entreprise Bilan - Liasse fiscale - Compte de résultat Recouvrement de créances amiable et judiciaire Cherche poste toutes régions - Tél. 06 69 45 29 54

Homme, 25 ans d’expérience,

Attestataires de capacités de transport routier de marchandises et commissionnaire. Expérience gestion comptable juridique et fiscale Cherche poste - Mobilité France entière Étudie toutes propositions - Tél. 06 09 22 89 42

© Transcore

Selon la société canadienne TransCore, la filiale de Roper Industries, l’indice de fret canadien Link Logistics a enregistré peu de changement au mois d’août 2013. En glissement mensuel et en glissement annuel, les volumes de chargement ont connu une baisse légère de 2 %. Les volumes transportés au cours de ce mois sont restés inchangés comparé à ceux du mois d’avril dernier.

à acheminer a connu une légère baisse, passant de 2,62 à 2,57 en juillet. Les informations sur l’indice de fret englobent l’ensemble des données intérieures, transfrontalières et inter-étatiques présentées par les clients canadiens de Loadlink. La base de données de jumelage de cargaisons Loadlink, créé en 1990 à Toronto, constitue le plus vaste réseau canadien de transporteurs routiers de marchandises, de courtiers de fret

et d’intermédiaires. Elle traite 13  millions de lots complets et de groupage, et de camions chaque année. L’indice de fret canadien de TransCore est le reflet des variations du marché et permet d’archiver l’historique des mouvements de fret transfrontaliers et nationaux. Le réseau Loadlink fournit aux sociétés établies au Canada un réseau de données de disponibilité de cargaisons et de camions en ligne, un accès illimité au réseau et à des services

intégrés et un paiement garanti. Les plates-formes de chargement ou de jumelage de cargaisons de la société comprennent Loadlink au Canada et le réseau DAT aux États-Unis. Loadlink possède la plus vaste base de données canadienne de jumelage de fret pour des cargaisons et des camions et propose un accès à d’autres services, tels que Quickpay, des rapports de solvabilité, des organismes d’exploitation et d’assurance, un logiciel de parcours...

Panama

Tonnage en baisse pour le canal Le canal de Panama, en plein travaux d’agrandissement afin de recevoir de plus gros navires, accuse une baisse de trafic sur son dernier exercice fiscal. “Cette année, malheureusement, nous n’allons pas avoir le même niveau de trafic ni les mêmes niveaux de tonnage” que sur l’exercice précédent, a déploré jeudi 26 septembre l’administrateur du canal de Panama, Jorge Quijano. Au cours de l’année fiscale 2012 (1er octobre 2011 au 30 septembre 2012), le canal a vu transiter un record de 333 millions de tonnes. En 2011, le volume s’élevait à 321  millions de tonnes et 300 millions l’année précédente. Environ 5 % du commerce mondial transite par cette voie entre océans Atlantique et Pacifique, qui fêtera son centenaire en 2014 et fait l’objet actuellement de pharaoniques travaux d’élargissement visant à permettre le passage de navires transportant jusqu’à 12.000 conteneurs. “Je ne crois pas que nous allons arriver beaucoup plus loin que 320 millions de tonnes” cette

année, a poursuivit Jorge Quijano, à seulement quatre jours de la fin de l’exercice fiscal en cours. Sur l’exercice précédent, 14.448 navires ont emprunté le canal de 80 km, un petit peu moins qu’en 2011 et contre 14.100  en 2010. Jorge Quijano a attribué cette baisse de trafic “principalement à la sécheresse aux États-Unis et à un déplacement de porte-conteneurs vers le canal de Suez”. La sécheresse aux États-Unis a provoqué une baisse des récoltes de céréales, transportées par voie maritime d’une côte américaine à l’autre. Cette saison, les céréales proviennent d’Argentine et l’approvisionnement de la côte Ouest des États-Unis se fait via le cap Horn. Malgré cette baisse de trafic, les revenus du canal de Panama devraient augmenter cette année en raison d’une hausse des péages, rapportant 960 millions de dollars à l’État. ©I Concernant le prochain exercice, Jorge Quijano a pronostiqué un volume d’environ 320 millions de tonnes, estimant qu’il y aurait des changements uniquement si la situation économique “en Europe et aux États-Unis s’améliore”. mpregilo


Prévisions de départs

l’antenne - Semaine 40 - Octobre 2013 - 9

Marseille TRANSCAUSSE

Messagerie / Lots complets Express

CORSE

Réservations Fret Marseille Tél. : 04 91 99 45 91 Fax : 04 91 99 45 96

Livraison tous points

Départs quotidiens ––––––––

Tél. 04.91.13.14.52 Fax: 04.91.91.16.50

Roulant / Conventionnel / Conteneurs ALGER

MARCIANA ........................................................................

4 Octobre

BEJAIA - SKIKDA

TEBESSA ..........................................................................

4 Octobre

ORAN - mostaganem

TELEGHMA .......................................................................

SKIKDA - ANNABA

TEBESSA ..........................................................................

4 Octobre 11 Octobre

Réception : SOCOMA Poste 44

 

Corse et Sardaigne

DÉPARTS QUOTIDIENS ALLER-RETOUR Marseille-Ajaccio Marseille-Bastia Marseille-Propriano Marseille-Porto Torres

GIROLATA PIANA KALLISTE KALLISTE

www.lameridionale.fr

Groupage export au départ de Marseille

ALGER - CASABLANCA - TUNIS Départ hebdomadaire en conteneur de groupage Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

––––––––––––– 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 MARSEILLE Tél.: 04.91.14.27.80 - Fax: 04.91.56.65.05/06 www.agent-maritime-marseille.com

M Départ hebdomadaire le

vendredi

Marseille Intramar poste 30

Alger (port sec de Mageco) - Bejaia Service porte-conteneur mehatap bayraktar

ISAMAR

Samira Abderrahmani sabderrahmani@isamar.fr Tél. : 04 95 09 09 13

Salim Bouchellaleg sbouchellaleg@isamar.fr Tél. : 04 95 09 09 03

Le monde à votre portée

GROUPAGE TUNISIE

Départ hebdomadaire TUNIS/SFAX tous les mercredis TOUS TYPE DE MARCHANDISE CONTENEURISABLE (Dangereux accepté suivant classe)

Tél. 04 91 13 27 07 ou 04 91 13 27 02 e-mail : g.pomares@sagactl.com ; a.accorsi@sagactl.com


Prévisions de départs du port de Marseille

10 - Semaine 40 - Octobre 2013 - l’antenne

GRIMALDI LINES

MAROC

Service direct Méditerranée - Afrique de l’Ouest Matériel roulant - Project cargo - Conteneurs Départs tous les 18 jours de Marseille pour :

Service hebdomadaire DIRECT conteneurs (FCL)

MARSEILLE - CASABLANCA IMPORT / EXPORT

Réception Poste 157 _____________

Depuis FOS hebdomadaire ALGER port sec ORAN - SOUSSE Réception EUROFOS

ARKASFRANCE/SMI

Casablanca - Dakar - Lagos Cotonou - Lomé - Abidjan

TRANSCAUSSE

et en transbordement via Dakar pour :

Banjoul - Conakry - Freetown - Monrovia - Tema - Takoradi Douala - Pointe Noire - Libreville - Boma - Louanda

Lots complets / Groupages MAROC - TUNISIE - ALGÉRIE Départs hebdomadaires de Marseille, Lyon et Paris –––—————––

Tél. : 04.91.13.15.37 / 38 Fax : 04.91.90.54.29

Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

———————————

Grimaldi Acl France Agencies

CONSORTIUM HISPANIA LINES

Service Conteneur

Au départ de FOS et MARSEILLE BATA - MALABO - LAS PALMAS

MAESTRO SUN..................... —–––––––––––

28 Oct.

Europe Building - Quay de L’Europe - 76051 Le Havre Cedex email : David.Giboudeau@grimaldi-france.fr - Tel. : + 33 2 35 25 90 30

RORO AFRICA LINE SERVICE DIRECT

A C I

AU DÉPART DE SÈTE

sans transbordement

Tél 04 95 04 32 86 • Fax 04 95 04 32 87

En dix jours de Marseille et Sète à destination de

Service Fret direct en 40 heures

2 départs par semaine en Ro/Ro

Depuis SÈTE sur TANGER et NADOR Cotations et réservations :

Burger-Féron

louis.topenot@burgerferon.com - Tél. 04 91 39 93 66

Depuis FOS hebdo Conteneurs

Dakar abidjan tema Lagos Libreville Mauritanie Réception SEAYARD

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

LOMÉ - COTONOU

Tout type de matériel roulant Conventionnel et dangereux nous consulter MAESTRO SUN ........................................................................... 28 Octobre Agent Général : GROUPE NAVITRANS 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 Marseille - Tél. 04 91 84 13 14 Agence Marseille : ACI - Tél. 04 91 84 13 19

Agence Sète : Navitrans Méditerranée - Tél. 04 67 48 62 20

Marseille Services Société entreposage et magasinage Marseille à proximité immédiate du port propose Groupages export au départ de Marseille-Fos

Empotages / Dépotages TC / SR

Oman - Dubai - P.S. Qaboos - Abu Dhabi Doha - Koweit - Bahrein - Sharjah - Qatar Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Accès aisé dans vaste cour pour les transporteurs, travail soigné par équipe de professionnels

Contact : C. MALVILAN - Tél. 04 91 10 31 01 E-mail : christophe.malvilan@marseille-services.com Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

www.cargo-lines.com


Prévisions de départs du port de Marseille

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

Service hebdomadaire DIRECT au départ de FOS

AMARSUD / GRIMALDI

IMPORT ASIE / EXPORT ASIE & sous continent Indien Singapour - Port Said - Ashdod

MARSEILLE : 04 96 17 17 72/91 LYON : 04 72 61 19 91

Service hebdomadaire Matériels roulant uniquement

Départs de MARSEILLE/FOS

SERVICE MD2 : Ningbo - Shanghai - Xiamen - Kaohsiung - Yantian YM UTOPIA 033E . ...................................................... HONG KONG BRIDGE 024E ...................................... HENRY HUDSON BRIDGE 029E ............................... HANGZHOU BAY BRIDGE 005E . .............................. Réception Seayard FOSRéception Seayard

l’antenne - Semaine 40 - Octobre 2013 - 11

Roulant - Projets - Conventionnel

Au départ de

GEMLIK - DERINCE - YENIKOY

LE PIRÉE - GEMLIK DERINCE

Service hebdomadaire direct vers la Turquie

9 Octobre 16 Octobre 23 Octobre 30 Octobre FOS

En transbordement via SALERNE :

Palerme - Malte - Tunis - Tartous - Le Pirée Beyrouth - Lattaquié - Al Khoms - Alexandrie

PARIS : 01 58 58 02 32/40 LE HAVRE : 02 32 74 50 52/54

GRANDE DETROIT .........................................................

9 Octobre

Marseille

NEPTUNE KEFALONIA.......... NEPTUNE THELESIS.............

––––––

5 Oct. 8 Oct.

Pour fret et réservations :

O.T.M.

10, place de la Joliette 13002 MARSEILLE Tél.: 04.91.91.04.04 Téléfax: 04.91.91.46.56 e-mail : otm@otm.fr

Réception à FOS : Darse 3 - Nicolas Frères –––––––

17 A, Av. Robert Schuman - 13002 Marseille Tél. : 04.91.15.44.00 - Fax : 04.91.56.09.10

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Singapour - Hong Kong - Keelung - Busan Jakarta - Bangkok - Manille Tokyo - Osaka - Yokohama - Kobe - Australie

BORCHARD LINES Ltd

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

SERVICE

DIRECT

Full Containers 20'/40' au départ de MARSEILLE

Bosphorus Service

SUSAN BORCHARD............... 9 Oct. MIRIAM BORCHARD.............. 17 Oct.

LE PIRÉE.................... AMBARLI.................... GEBZE YILPORT....... IZMIR...........................

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

4 5 6 7

jours jours jours jours

West Mediterranean Service

REBECCA BORCHARD....... ANNE BORCHARD..............

Limassol.................. Ashdod..................... Haïfa.......................... Alexandrie............. Mersin......................

5 6 7 8 9

(transbordement Haïfa)

www.cargo-lines.com

4 Oct. 11 Oct.

jours jours jours jours jours

MARMEDSA MARSEILLE 59, av. André Roussin - BP 106 - 13321 MARSEILLE Cedex 16 Tél. 04 96 17 17 12 / 32 / 09 / 37 — Fax 04 91 09 38 22

Service hebdomadaire depuis FOS

GRÈCE - TURQUIE - LIBAN ÉGYPTE - SYRIE - CANARIES MER NOIRE - LIBYE _____________

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

Les EUROS de l’ESPOIR®

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Beyrouth - Alexandrie - Ashdod - Haïfa Le Pirée - Limassol - Lattaquié

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Les entreprises contre le CANCER

––––––––––––––––––––––

GEFLUC

Toute l’année, les départs pour plus de 200 ports dans le Monde.

30, rue Montgrand 13006 MARSEILLE Téléphone 04.91.33.00.67 Chèque bancaire ou postal

–––––––––––––––––––––––––– S'adresse aux Entreprises, Commerçants, Artisans, et à leur personnel

––––––––––

Nous désirons participer à l'Action des

XPRESS CNTRS LINE Départ hebdomadaire de FOS

GENES - LIVOURNE - ALGESIRAS LAS PALMAS - TENERIFFE AGADIR - MELILLA - TARRAGONE BJORG ..................................

AGENA TRAMP

10 Oct.

Tél. 04 42 05 71 71 - Fax 04 42 05 71 77

l’antenne

SMECI au capital de 102.300 euros R.C. 448 889 395 00037 Siège social : 32, av. André-Roussin BP 36 - 13321 Marseille Cedex 16 sarl

ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

Dépôt Légal : 10 Avril 2006 Gérant : Jacques RICCOBONO ———— Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97

Site internet : www.lantenne.com

Publicité : Directeur commercial : F. Revenaz 04.91.13.71.60 Normandie : F. Papion : 06.21.88.97.42 Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 Abonnement : 04.91.13.71.62 Rédaction : V. Grunchec : redaction@lantenne.com f.andre@lantenne.com v.calabrese@lantenne.com

ABONNEMENT FRANCE : Un an ……… 330,00 euros ——————

Cette publication peut être utilisée dans le cadre de la formation professionnelle continue

“EUROS DE L'ESPOIR”, ci-joint: 15,25  (minimum)

représentant notre cotisation pour un an.

NOM ........................................................ ................................................................... ADRESSE ............................................. ................................................................... ................................................................... ...................................................................


12 - Semaine 40 - Octobre 2013 - l’antenne

Rouen

Services Maritimes

ROUEN RADICATEL FINLANDE – RUSSIE

ROUEN-CASABLANCA Service conteneur hebdomadaire direct 4 Jours maroc@promaritime.fr

Nouveau service RO-RO & conventionnel direct sur St Petersbourg

Service conteneur : 20’ / 40’ / 45’ (dry, pallet-wide, high cube, flat) Service conventionnel : colis lourds, matériel roulant, yachts

finlande@promaritime.fr

Service RoRo et conventionnel depuis Rouen

Dakar, Abidjan, Tema, Lagos roro-afrique@promaritime.fr

I/O WEC LINES

Une desserte des pays côtiers et de l’hinterland de l’Afrique

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

au départ de Rouen Destinations côtières :

NOUAKCHOTT - DAKAR - ABIDJAN - CONAKRY - TÉMA LOME - COTONOU - LAGOS - DOUALA - LIBREVILLE PORT GENTIL - POINTE NOIRE - MOMBASA Destinations enclavées : NIAMEY - BAMAKO OUAGADOUGOU - BANGUI - N’DJAMENA - KINSHASA Contact : Laurent BODIN - l.bodin@tsl-nvocc.com - Tél. : 02.32.18.83.60

www.tsl-nvocc.com

Une maitrise de bout en bout avec le réseau du groupe Bolloré

Dunkerque   Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

I/O WEC LINES

© Dunkerque Port

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

North West Europe

DUNKERQUE / ST-PETERSBOURG + reéxpédition RUSSIE Départ hebdomadaire Service direct Cotations et réservations

booking@dkk.sealogis.fr Tél. : 33.3.28.58.05.63

© Dunkerque Port

Services Maritimes


l’antenne - Semaine 40 - octobre 2013 - 13

Le Havre

Services Maritimes

3 Afrique Occidentale et Equatoriale

6

Antilles / Amérique Centrale   Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34

I/O WEC LINES

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

http://www.niledutch.com

SERVICE WEST AFRICA EXPRESS DIRECT : ABIDJAN - POINTE NOIRE LUANDA - LOBITO - NAMIBE Transbordement via Pointe Noire : LIBREVILLE - Douala - Matadi Bata - Malabo - APAPA

Réexpédition possible depuis Pointe Noire sur Cabinda (Angola), Boma (RDC), Soyo (Angola)

www.agena.fr

Moyen-Orient

9

NILEDUTCH GEMSBOK............ 10 Oct. NILEDUTCH GAZELLE.............. 17 Oct. NILEDUTCH CAPE TOWN........ 24 Oct. France

NileDutch France S.A.S. Espace Caillard - 3, rue Louis Eudier 76600 Le Havre Bertrand DEMARE 02.77.67.50.01 Nathalie LEVEEL 02.77.67.50.03 sales.leh@niledutch.com

10 ExtrêmeOrient

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

www.cargo-lines.com

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

4

Afrique du Sud et de l’Est Services Directs Hebdomadaires

AFRIQUE DU SUD

Capetown - Durban Port Elisabeth - East London

ASIE

Chine - Japon - Australie Thaïlande - Vietnam- Indonésie

––––––––

MOL (EUROPE) BV LE HAVRE Tél. : 02.32.74.24.00 Fax: 02.35.41.14.41

5

SERVICE HEBDOMADAIRE DIRECT

Amérique du Nord

SERVICE CES IMPORT : LE HAVRE, 1er PORT touché Kaohsiung - Ningbo - Shanghai - Taipei HongKong - Shekou - Tanjung Pelepas Piraeus - Algeciras LE HAVRE

S ERV I C E R O R O Europe - Middle East (EME SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH Europe - ASIA (ESEA SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH Europe - USA & SOUTH AMERICA WEST COAST (RTW SERVICE) 3 SAILINGS PER MONTH

- sur la Méditerranée Orientale et la Mer Noire - via le Piraeus

RAMP : 150WT MAX HEIGHT : 6,30 m

STRASBOURG : Tél. : 03.88.55.96.40

EXPORT : AU DÉPART DU HAVRE Piraeus - Jeddah - Tanjung Pelepas Kaohsiung - Ningbo - Shanghai Taipei - HongKong - Shekou

+ Réexpéditions

- sur l’Afrique de l’Ouest ( NE6 ) - via Algeciras

- sur l’Afrique de l’Est - via Colombo / Tanjung Pelepas __________ PARIS :

LE HAVRE :

MARSEILLE :

Prins Boudewijnlaan 43 B-2650 Edegem, Belgium Phone : +32(0)3 451.09.14

LYON :

Tél. : 01.58.58.02.22 Tél. : 02.32.74.50.50 Tél. : 04.96.17.17.70 Tél. : 04.72.61.19.91

pierre.delatre@ne.nykline.com

14 Mer du Nord / Baltique

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

LE HAVRE/ST PETERSBOURG & ARKHANGELSK + REEX RUSSIE/C.E.I. (CNTR DRY & REEFER/CONV)

www.cargo-lines.com

ARKHANGELSK LINES

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

SERVICE HEBDOMADAIRE DIRECT

IMPORT / EXPORT

a

LA RUSSIE ORIENTALE (Vostochniy, Vladivostok, Korsakov, Petropavlovsk-Kamchatskiy, Magadan)

AU DÉPART DU HAVRE AVEC

SERVICE TAE

NEW YORK – NORFOLK CHARLESTON SANTA PAOLA....................... HANJIN PHOENIX.................

AGENT GÉNÉRAL : LE HAVRE : 02 35 22 81 30 FAX : 02 35 22 44 65 saglehavre@wanadoo.fr PARIS : 01 44 09 47 09 - Fax : 01 40 55 05 66 sagparis@sagmar.com

5 Oct. 13 Oct.

North West Europe départ hebdomadaire

Réexpéditions ports secondaires et villes intérieures

Cotations et réservations

PARIS : Tél. : 01.58.58.02.38/07 21 LE HAVRE : Tél. : 02.32.74.52.39/54 STRASBOURG : Tél. : 03.88.55.96.40 MARSEILLE : Tél. : 04.96.17.17.87/93 LYON : Tél. : 04.72.61.19.91

didier.claudepierre@lhv.feron.fr Tél. : 33.3.35.25.88.22 eric.andraud@feron.fr Tél. : 33.3.35.25.57.35

—————


14 - Semaine 40 - Octobre 2013

Mouvements Franck Bruger a été nommé le 16 septembre directeur des Opérations du Grand Port maritime du Havre (GPMH) au sein de la direction générale adjointe en charge de l’exploitation. Succédant à Olivier de La Laurencie, il pilotera une direction dont les services comprennent les équipements portuaires, le pôle sûreté et la continuité d’activité, la capitainerie et la sécurité portuaire. Originaire du Havre et ingénieur des Arts et métiers, Franck Bruger a débuté sa carrière en 1987 chez Mobil sur le site de Notre-Damede-Gravenchon puis sur le terminal pétrolier de Frontignan (Hérault). Il a intégré le groupe Valeo en 1994 en tant que directeur de site dans l’Eure. En 2001, il rejoignait au Havre la SHGT au poste de directeur technique.

❇ Le patron de la RATP, Pierre Mongin, a été nommé président du conseil d’administration de Fer de France, organisme interprofessionnel du transport ferroviaire. Fer de France, créé en 2012, rassemble tous les acteurs de la filière ferroviaire, qui emploie plus de 300.000  personnes dans l’Hexagone  : exploitants, gestionnaires d’infrastructures, industriels, État, autorités organisatrices de transport et ingéniéristes. L’ancien président du conseil d’administration était Patrick Kron, PDG d’Alstom.

FNTR-TLF Plate-forme de travail commune À l’issue du rapprochement initié cet été suivi de plusieurs réunions, la FNTR et l’Union TLF ont présenté les axes de travail qui feront l’objet d’approches communes. Le premier concerne la représentation et la défense du secteur dans trois domaines  : “Le dialogue social au sein de l’Union des fédérations de transport (UFT), le renforcement de la présence et de l’action du secteur par le biais du Groupement interprofessionnel du transport et de la logistique (GITL), l’appui sur une structure de concertation entre les familles professionnelles et rationalisation de leur représentation dans les organismes professionnels extérieurs à travers le Comité de liaison du transport et de la logistique (CLTL)”. S’agissant de la gestion des dossiers d’actualité de la filière, FNTR et TLF s’engagent à “mettre en synergie et à exploiter les moyens et compétences acquis

et développés dans les domaines privilégiés de chacun”. À l’international, les deux parties chercheront en outre “à optimiser les engagements internationaux au sein de l’IRU, Clecat, Iata, Fiata, Confiad et CCI, et à coordonner leurs stratégies sur les dossiers européens et overseas”. Cette approche nationale devrait enfin se décliner au plan régional avec la définition de principes communs d’organisation et ©V T de représentation. La première concrétisation de ce rapprochement devrait intervenir le 3 octobre prochain, nouvelle date annoncée pour la tenue de la table ronde sur la compétitivité et l’emploi du transport routier avec les ministres des Transports et du Redressement productif (initialement prévue le 26 septembre). olvo

rucks

La CGT des Constructions mécaniques de Normandie (CMN), qui ont annoncé début septembre avoir reçu une commande de trente bateaux de la part du Mozambique, a dit craindre mercredi 25 septembre que la société n’ait recours à la sous-traitance dans des pays à bas coûts pour la moitié de la commande. “On sait qu’ils vont faire appel à la soustraitance pour gagner 20 à 30 % de compétitivité. Il y aura quatorze bateaux de fabriqués ici sur vingt-quatre  mois. Notre crainte, c’est que la moitié de la commande soit fabriquée à l’étranger”, a déclaré David Le Breton, secrétaire du comité d’entreprise. Interrogé sur ces propos, le PDG, Pierre Balmer, n’a ni démenti ni confirmé : “On se prépare à toutes les éventualités, sous-traitance, pas sous-traitance”, a-t-il dit, soulignant que la question se posait à chaque commande. La CGT pense que cette soustraitance concernera un ou plusieurs pays d’Europe de l’Est. Selon le syndicat, il y aura toutefois aussi de la soustraitance en France, en Bretagne.

Le marché des vracs secs se retourne Les vracs secs ont commencé la semaine dernière en hausse avant de subir une correction, après un mois et demi de forte hausse, tandis que les frets pétroliers se stabilisaient. Le Baltic Dry Index (BDI) a fini vendredi 27 septembre à 2.046 points. Le Baltic Capesize Index (BCI) a terminé la semaine à 3.967 points. “Le marché des capesize a continué à s’améliorer par rapport à la semaine précédente à cause du typhon Usagi qui a bouleversé les emplois du temps dans le Pacifique”, ont relevé les analystes du courtier maritime Braemar Seascope. “Toutefois, en fin de semaine, le manque de chargements a fait chuter les tarifs”, ont-ils remarqué. “Il reste à voir si les tarifs vont se maintenir dans les prochains jours”, ont-il ajouté, rappelant la semaine de congés pour la fête nationale en Chine qui a commencé le 1er octobre. Grâce à une forte demande chinoise de minerai de fer en provenance d’Australie et du Brésil, les tarifs sur les capesize avaient fortement augmenté depuis mi-août. Le Baltic Panamax Index (BPI) a terminé à 1.800 points vendredi. Les courtiers ont recensé une intense activité pour ce type de navire la semaine dernière, tant dans l’Atlantique que dans le Pacifique. “Le minerai de fer en partance du Brésil et les céréales depuis le golfe du Mexique ont été les principaux facteurs” de la hausse des tarifs, ont expliqué les analystes du courtier maritime Fearnleys. De leur côté, les tarifs des transports pétroliers se sont stabilisés la semaine dernière. L’indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI) a fini à 586 points. “La semaine a commencé avec une lueur d’espoir pour les propriétaires de VLCC mais ces espoirs ont été anéantis en fin de semaine, la réalité d’un excédent de tonnage l’emportant sur l’amélioration du moral” des opérateurs, a-t-on expliqué chez Braemar Seascope. Le Baltic Clean Tanker Index (BCTI) a terminé à 538 points. “Les perspectives sont absolument désespérantes” pour le marché des transports de produits pétroliers raffinés à l’ouest du canal de Suez, a-t-on commenté chez Braemar Seascope. Mais il est plus encourageant à l’est du canal de Suez.

Les Pays-Bas demandent la libération de l’équipage de l’“Arctic Sunrise” Invoquant le droit maritime, les PaysBas ont demandé aux autorités russes de libérer les trente membres d’équipage du navire de Greenpeace “Arctic Sunrise”, arrêtés après une action contre une plate-forme pétrolière de Gazprom. L’“Arctic Sunrise” bat pavillon néerlandais et “conformément au droit maritime, les Pays-Bas ont demandé aux autorités russes de libérer immédiatement le navire et son équipage”, a indiqué le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Frans Timmermans, dans un courrier adressé mercredi 25 septembre au Parlement. Le gouvernement néerlandais envisage d’engager une “procédure légale

© Greenpeace

(contre l’arrestation de l’équipage) y compris devant le Tribunal international de l’ONU pour le droit de la Mer” en fonction des informations que fournira Moscou sur les charges retenues, a indiqué Frans

“Lloyd’s List”, vénérable publication spécialisée dans le transport maritime et l’un des plus anciens journaux du monde, va passer au tout-numérique d’ici la fin de l’année. Son existence a débuté en 1734 sous la forme d’une feuille clouée au mur d’un marchand de café de Londres, offrant aux clients des informations sur le transport maritime. “Ce but n’a pas changé mais la technologie a évolué”, a expliqué Richard Meade, son rédacteur en chef. La publication, actuellement quotidienne, sera ainsi disponible uniquement sous forme numérique d’ici le 20 décembre 2013. “C’est notre croissance en ligne qui nous a décidé, pas la volonté de nous débarrasser de 300 ans d’histoire”, a assuré Richard Meade. “Le lecteur moyen de «Loyd’s List» est un cadre moyen ou supérieur dans le secteur du transport maritime”, a-t-il expliqué. “Ce sont des gens qui sont sur un chantier à Shanghai un jour et qui parlent à une conférence à Hambourg le lendemain... Ils reçoivent leur information sur leur iPad ou leur Blackberry et n’attendent pas de recevoir l’édition papier au bureau”, a-t-il ajouté. Ainsi, moins de 2 % des lecteurs consultent encore le journal exclusivement sous sa forme papier.

Érick Demangeon

Frets maritimes Réaction

Numérisation

Timmermans. Il a en outre indiqué avoir parlé de cette affaire avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. La Haye a notamment demandé aux Russes de préciser quelle était la position exacte de l’“Arctic Sunrise” lors de son arraisonnement et d’expliquer pourquoi les autorités des Pays-Bas n’avaient pas été informées alors que le navire bat pavillon de ce pays. Les PaysBas avaient demandé une réponse avant 16 heures mardi et, en l’absence de réaction de Moscou, ont renouvelé leur demande mercredi, a indiqué le chef de la diplomatie néerlandaise.

Validation L’équipementier ferroviaire AORF, en redressement judiciaire depuis mai, va pouvoir continuer son activité, le plan de continuation de la direction ayant été validé par le tribunal de commerce d’Orléans. Ce plan, qui prévoit le maintien de 160 emplois sur 227, était la seule option en lice pour éviter la liquidation des deux usines d’AORF, Ateliers bretons de réalisation ferroviaire industries (ABRFI) à Châteaubriant (Loire-Atlantique) et SDH Ferroviaire à Saint-Denis-del’Hôtel (Loiret).

Restructuration Le numéro deux mondial des poids lourds, le suédois Volvo Group, a annoncé mardi 24 septembre le lancement d’un plan de restructuration d’un coût d’“environ 5  milliards de couronnes” (près de 600 millions d’euros) sur deux ans. Pour la CFDT, cette réorganisation, qui “devrait impacter principalement l’activité camion du groupe a pour périmètre les 120.000 salariés, CDI, CDD, intérimaires et prestataires du groupe”.

Rencontre À l’occasion de sa rencontre avec le conseiller Mer du ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, l’association Mor Glaz a abordé les dossiers d’un remorqueur de haute mer dans le golfe de Gascogne et l’exercice d’évacuation des passagers à bord des navires “Fromveur II” et “Enez Eussa III”. Sur ces questions, les positions de l’association restent inchangées. À propos de l’“Abeille Bourbon”, remorqueur de haute mer affrété par le groupe Bourbon à la Marine nationale pour être exploité dans le golfe de Gascogne, Mor Glaz indique qu’un courrier devrait être expédié au secrétaire général de la Mer, Michel Aymeric, afin que la question soit traitée lors du prochain Comité interministériel de la mer (CIM).


Hebdo sem40 2013  
Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you