Page 1

69ème année

Institutions/ Infrastructures

Dunkerque : Recul en 2013 avant un rebond attendu Le Havre : Le Port Center, opération séduction

www.lantenne.com

Semaine 4 - Janvier 2014 ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

48 rue de l’Aubépine International Transport Company 92160 ANTONY Freight Forwarder - Project & Oil Field cargo Tél : + 33 1 55 59 07 70 Fax : + 33 1 49 84 06 54 - Deepwater and off shore project - Supply chain specialist mailto: infos@transprojets.com - 4 PL dedicated Agencies in Nigeria (Lagos and Port Harcourt) http://www.Transprojets.com

EUROREGIE 12/2013

o d b e l’h OPTL

L’emploi baisse dans le transport routier mais pas partout

Nice : L’aéroport affiche une hausse de 3,3 % en 2013 Iata : La Chine tirera la croissance du fret d’ici 2017

Entreprises

© Renault Trucks

Brittany Ferries : Entrée dans l’ère du GNL avec une commande à STX France International

Somalie : La piraterie somalienne a été pratiquement éradiquée Algerie : Le trafic maritime annuel en progression

Les prestataires logistiques tirent leur épingle du jeu

Les effectifs dans le transport routier ont légèrement diminué en 2012, pour la deuxième fois en dix ans, notamment dans le secteur des marchandises, mais le transport des personnes a continué de croître, a relevé jeudi 9 janvier l’observatoire de la branche, qui table sur une stabilité en 2013. L’emploi dans le secteur du transport routier a chuté sur l’année 2012. Les entreprises rattachées à la branche des transports routiers comptaient 646.384 salariés fin 2012, soit 2.800 de moins qu’un an auparavant (- 0,4 %, après + 1,4 % en 2011 et + 1,2 % en 2010), selon le bilan annuel de l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique (OPTL). Impact de la Sernam et de Mory Ducros

www.lantenne.com

Après la baisse de 2009, “c’est la deuxième fois en dix ans que la croissance de

l’emploi marque un coup d’arrêt”, souligne En 2012, le secteur des “auxiliaires de l’organisme paritaire. transport” (15 % des salariés), dont fait partie “Pendant les cinq ans de crise, les entre- la messagerie, a perdu 1,8 % de ses effectifs, prises du transport ont soutenu l’emploi. L’année après 3,7 % en 2011. Celui du “transport de 2012 a effectivement été une année difficile, marchandises” (50 %) accuse lui une baisse de mais moins catastrophique qu’on aurait pu le 0,9 %. L’activité “déménagement” est la plus penser et pour 2013, on prévoit une faible re- touchée (- 7,2 %), mais celle-ci est marginale montée (+ 0,03 %)”, a résumé en termes d’effectifs (moins Maxime Dumont, vicede 12.000  personnes). En représident de l’OPTL. Selon lui, le vanche, trois secteurs ont tiré “Le transport bilan 2012 porte “l’impact de la en 2012 leur épingle du jeu  : faillite de la Sernam”, repris parde marchandises le “transport routier de voyatiellement par Geodis (environ geurs” (+  2,8  %) et le “transa perdu 0,9 % 800 salariés sur 1.440, hors sousport sanitaire” (+ 0,5 %), qui traitants). Les déboires actuels de de ses effectifs” représentent 22 % des salariés, Mory Ducros, poids lourd de la ainsi que les “prestataires lomessagerie en redressement jugistiques” (+ 0,8 %). diciaire, dont plus de la moitié Si les démissions restent le des 5.000 salariés pourraient rester sur le carreau premier motif des départs dans la branche, les en cas de reprise, laissent augurer une situation licenciements économiques ont été multipliés “pire”, selon Maxime Dumont. “On s’achemine par 3,5 entre 2011 et 2012 (9 % des départs). vers le plus gros plan social du transport routier L’état des lieux annuel de l’OPTL montre par depuis vingt ans, la situation chez Mory Ducros ailleurs un vieillissement accru des effectifs : sera pire à absorber par la profession que la seuls 38 % des salariés ont moins de 40 ans, faillite de la Sernam”, estime-t-il. contre la moitié en 2002.


Infrastructures/Institutions

2 - Semaine 4 - Janvier 2014 - l’antenne

Dunkerque

Recul en 2013 avant un rebond attendu

© GPMD

L’atonie de l’activité au premier semestre et l’arrêt des transbordements de charbon vers le Royaume-Uni ont affecté le port de Dunkerque, dont le tonnage a reculé de 8,5 % en 2013. Mais la reprise de fin d’année et les nouvelles escales posent les bases d’un rebond escompté dès 2014. navire suite au blocage des installations du port de Calais. Le service étant revenu à sa configuration à trois navires, le trafic est logiquement en baisse à 12,3 Mt”, explique la présidente du GPMD. Au total, DFDS a traité 540.000 unités de fret et 2,3 millions de passagers (-  8  %). Ailleurs, les minerais résistent (- 1 %) et les hydrocarbures reculent de 6 %. Au final, les vracs solides et les liquides chutent de 11 % chacun, les diverses de 3 %. Désormais, les trois catégories représentent respectivement 50, 14 et 36 % du tonnage dunkerquois. Alliance P3 et Safmarine Christine Cabau Woehrel, présidente du directoire du GPMD

L’arrêt des transbordements de charbon vers le RoyaumeUni suite à la fermeture de la centrale thermique EON à Kingsnorth, pèse lourd dans les comptes du port de Dunkerque. “Sans cette perte de 3,8 Mt, la baisse de trafic s’établirait à 0,4 % seulement”, se console Christine Cabau Woehrel. Avec, le tonnage 2013 tombe à 43,6 Mt en diminution de 8,5 %. Si le charbon enregistre le plus fort repli (- 34 %), d’autres trafics expliquent aussi ce score dont le transmanche (-  6  %). “Début 2012, DFDS avait reçu le renfort d’un quatrième

Ce bilan est toutefois tempéré par quelques bons résultats et bonnes nouvelles. Hors trafic d’EON, les charbons se développent de 25 % tandis que les céréales bondissent de 47 % et les conteneurs de 12 %. Avec 292.000 EVP, Dunkerque y affiche un nouveau record. Sur le Maghreb, le Portugal et la Russie, les nouvelles lignes short-sea lancées par CMA CGM (service Dunkrus Express), Mac Andrews et Unifeeder contribuent à cette augmentation. En 2014, le port anticipe un trafic de 320.000 EVP sous l’effet notamment de la nouvelle alliance P3 qui a retenu l’escale de Dunkerque sur ses routes Asie-Europe. “Opérationnelle

dans le courant du deuxième de l’Ouest dès le 26 janvier protrimestre, l’alliance P3 conforte chain. Acceptant des conteneurs les flux en provenance de Chine et des marchandises convenet d’Asie du Sud-Est ainsi que tionnelles, la ligne bimensuelle la couverture à l’export du reliera Pointe-Noire, Boma, Maghreb, de la Méditerranée Matadi, Soyo, Luanda, Lobito orientale, la mer Noire, la mer et Libreville. Dans le domaine des fruits Rouge et le golfe arabo-persique. Les transit-time amélio- et légumes, 2014 marque aussi rés permettront de reconqué- le démarrage d’un nouveau trafic de bananes rir à l’import des en provenance du clients du NordCameroun. “La Pas-de-Calais”. conteneurisation En plus des ré“Un potentiel de ces flux aupaseaux maritimes conteneurisé ravant palettisés de CMA  CGM et de MSC, l’al- de 800.000 EVP” et transitant par Anvers, a permis liance  P3 ouvre d’orienter le choix Dunkerque à celui de Del Monte en de Maersk Line. Un retour en force de l’arme- faveur de Dunkerque suite à un ment danois puisque sa filiale accord avec CMA CGM qui a Safmarine MPV intégrera l’es- récemment refondu son service cale nordiste dans l’un de ses PC Hebdo”. À l’aide de sept deux services réguliers entre navires de 3.500 EVP, celuil’Europe du Nord et l’Afrique ci place désormais Dunkerque

comme premier port en Europe à l’import de la COA. La décision de Del Monte coïncide également avec l’ouverture de sa première mûrisserie en France, sur le marché international de Rungis, d’une capacité de 27.000 tonnes par an. De nature à conforter son rôle au plan régional, le GPMD annonce enfin la création d’une nouvelle ligne fluviale sur Valenciennes à compter de février prochain. “Opérée par Contargo, elle sera cadencée avec les services maritimes desservant le port”, et s’ajoute à la navette fluviale Nord Ports Shuttle lancée fin octobre 2013 entre Dunkerque, Lille et Dourges. À l’étude une liaison ferroviaire sur Strasbourg inspirée de celle lancée en 2012 avec Bonneuil-sur-Marne... Érick Demangeon

Nominations aux ports de Marseille et Dunkerque Les nominations ministérielles au Conseil de surveillance du port de Marseille publiées au “Journal officiel” du 16 janvier semblent confirmer l’hypothèse de voir Delphine André prendre la présidence de cette instance et succéder à Patrick Daher. La PDG du groupe Charles André a été désignée le 14  janvier par le ministre délégué chargé des Transports, Frédéric Cuvillier, aux côtés de quatre  autres “personnalités qualifiées” : Jacques Pfister, président de la CCI Marseille-Provence, Élisabeth Ayrault, présidente du directoire de la Compagnie nationale du Rhône, Christian Cochet, directeur général adjoint opérations de Réseau ferré de France, et Jean-Marc Forneri, président de Bucéphale Finance. Quant à la présidence du directoire du GPMM, elle semble toujours

promise à l’actuelle dirigeante du port de Dunkerque, Christine Cabau-Woehrel. Un autre arrêté du ministre des Transports a nommé les cinq personnalités qualifiées du Conseil de surveillance du Grand Port maritime de Dunkerque : Jean-Marc Puissesseau, président de la CCI Côte d’Opale, Michel Dupuis, directeur de la programmation des capacités de Réseau ferré de France, Alain Ledaguenel, président de la SNSM de Dunkerque, François Schlumberger, gérant de FTCS Conseil, et François Soulet de Brugière, directeur général de la Société de recherche de synergie et président délégué de l’Union des ports de France (UPF). L’une de ces cinq personnes devrait succéder à Jean-Luc Vialla à la fonction de président.

Horizon 2020

Plus de 6,3 milliards consacrés aux transports Ouvert aux entreprises privées, dont les PME, le nouveau programme européen pour la recherche et l’innovation baptisé Horizon 2020 débute cette année. À l’intérieur, un budget de 6,3 milliards d’euros est consacré aux recherches dans les transports. Parmi les premiers appels à projets lancés en décembre, plusieurs concernent le maritime. Avec un budget de 79 milliards d’euros sur sept ans, le nouveau programme Horizon 2020 regroupe l’essentiel des financements européens en matière de recherche et d’innovation*. Défi “Transport” Voulu plus facile d’accès pour le secteur privé dont les PME, il se distingue

aussi par un soutien aux projets tout au long de leur processus, des phases R&D à la commercialisation sur les marchés. Trois grandes priorités guident ce programme : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux. Avec la mise en avant de partenariats public-privé, il est appelé à devenir un des leviers stratégiques pour renforcer la compétitivité et l’attractivité de l’Europe dans le monde, et alimenter ses emplois et sa croissance future. Le volet consacré aux défis sociétaux couvre les pré-occupations quotidiennes des Européens et, à ce titre, englobe les transports, tous modes confondus. Avec un budget de plus de 6,3 milliards d’euros sur sept ans, les recherches dans ce domaine visent tout d’abord à maintenir et à développer les emplois et les parts de marché européennes tant industrielles que dans la prestation de service. Les autres priorités du défi “Transport” concernent les économies d’énergie, la

diminution des émissions polluantes, la gestion capacitaire des infrastructures, le transfert modal et la sûreté-sécurité. Mi-décembre, la Commission européenne a lancé les premiers appels à projets Transport. Disponibles sur les sites www.horizon2020.gouv.fr et http:// ec.europa.eu/research/participants/ portal/desktop/en/opportunities/h2020/ index.html, plusieurs s’adressent aux modes maritime et fluvial. Doté d’un budget de 341 millions d’euros, un projet phare cible ainsi l’efficacité énergétique et les émissions des navires maritimes et de navigation intérieure. Avec des objectifs ambitieux – économie d’énergie de 15 à 30 %, réduction des émissions de gaz à effet de serre de 25 %, etc. – il englobe le GNL parmi les champs de recherche possibles ainsi que la conception et la normalisation d’infrastructures pour le soutage et le transbordement de ce carburant. Gestion du trafic, sûretésécurité, cycle de vie des navires... sont

d’autres thèmes proposés. Au-delà des seules approches modales qui comprennent également la route, le rail, l’aérien avec leurs infrastructures, les appels à projets s’étendent à toute la chaîne logistique ainsi qu’aux systèmes et nouvelles technologies : motorisations innovantes, logistique urbaine, supply chain, télématique appliquée aux transports et études socio-économiques. Pour chaque appel à projets, les dates de clôture pour la remise des dossiers et les modalités de participation sont précisées. Le volet “Défis sociétaux” du programme Horizon 2020 couvre aussi les nouvelles sources d’énergie, EMR comprises... E. D. * Programme-cadre de recherche et développement technologique (PCRD) arrivé à terme en 2013, Euratom, programme-cadre pour la compétitivité et l’innovation (CIP), Institut européen d’innovation et de technologie (IET)


l’antenne - Semaine 4 - Janvier 2014 - 3

Le Havre

© Éric Houri

Le Port Center, opération séduction

Expliquer au grand public les enjeux socio-économiques des activités portuaires, tel est le principe d’un Port Center. Après Anvers, Rotterdam et Gênes, le port du Havre a désormais son espace d’exposition, de conférences et de rencontres, premier du genre dans l’Hexagone. Modeste mais ambitieux. Le Port Center du Havre a été inauguré en décembre 2013 dans une ancienne gare maritime, près du centre-ville, avec un slogan : “Découvrons le port”. Vous y trouverez donc

des panneaux pédagogiques qui exposent les métiers, les navires, les liaisons maritimes, les trafics, les enjeux économiques et environnementaux du port. Au programme, visites guidées le week-end, projection de films

Strasbourg

Le port face à l’urbanisation Créée fin 2013 à Strasbourg, la Zac des Deux-Rives lance le processus d’un développement urbain qui viendra toucher les zones portuaires. L’objectif d’une conciliation des intérêts respectifs est affiché. Urbaniser sans rompre l’équilibre économique du port : c’est l’équation qu’entend résoudre la Zac des Deux-Rives, créée officiellement à Strasbourg fin décembre par délibérations de la ville et de la Communauté urbaine. Sur 75 hectares répartis en plusieurs secteurs discontinus, les deux collectivités programment de bâtir 480.000 m2 de logements (un peu plus de 60  % du total), bureaux, locaux d’activités et commerces en vingt ans. La zone accueillera aussi dès 2017 un pôle de cliniques privées. De telles quantités peuvent potentiellement entrer en conflit d’intérêts avec la zone portuaire. La Zac ne touchera pas à ses parties Nord et Sud qui abritent les terminaux, mais elle parcourt sa partie centrale. Toutefois, les jalons d’un compromis acceptable ont été posés bien en amont.

Le Port autonome a cofinancé l’étude préalable au Schéma directeur d’urbanisation. Il a participé à la préparation de ce document-cadre au même titre que le GUP (Groupement des usagers du port), l’association représentative des 300 entreprises de la zone. Et il a signé un “Contrat de développement” commun avec la Communauté urbaine, dont la vice-présidente à l’économie Catherine Trautmann est aussi la présidente du Port autonome. Zones d’interface La nouvelle liaison interports Nord-Sud et la déviation de la rue du Péage traduisent une restructuration de la voirie voulue compatible avec le développement économique. En outre, des “zones d’interfaces” ont été identifiées, leur profil d’activités tertiaires ou culturelles devant créer une transition douce entre ville et port. Débouchant sur le Rhin face à l’Allemagne, la nouvelle Zac constitue le morceau de choix de la dernière phase du grand projet urbain Deux-Rives de 1,4 million de m2 bâtis qui transforme déjà les anciens bassins portuaires les plus proches du centre-ville. Christian Robischon

documentaires, conférences mensuelles et, à terme, des ateliers pédagogiques ouverts aux scolaires. Massification des transports, gigantisme des navires, sécurité et sûreté des installations et des équipements : le port s’est peu à peu éloigné de la ville et est devenu inaccessible. “S’approcher du citoyen, devenir visible, proposer une clé de lecture nouvelle, positive et participative et rendre le dialogue réciproque”, tels sont les objectifs affichés par le réseau Port Center, créé fin 2010 par l’Association internationale villes et ports (AIVP). Ce réseau compte déjà le port d’Anvers qui a créé dès 1988 le Havencentrum Lillo (50.000 visiteurs par an), suivi de Rotterdam en 1994 (20.000 scolaires par an) puis Gênes en 2009. En 2014, Melbourne, Livourne, Houston, Ashdod ou Dunkerque devraient rejoindre le réseau.

Le Havre veut donc redonner de la visibilité à son port, expliquer son fonctionnement, promouvoir son interaction avec son territoire et recréer du lien avec la ville. Le projet a été porté par le Grand Port maritime du Havre (GPMH), la ville du Havre, la communauté de l’agglomération havraise (Codah), la CCI, l’Union maritime et portuaire (UMEP) et soutenu par le

UNE NOUVELLE RESPONSABILITÉ La création de ces espaces répond, selon Greta Marini, de l’AIVP, à l’évolution des rôles joués par les ports : “Après les performances économiques des années 70 et les performances écologiques et environnementales attendues dans les années 90, sont apparues dans les années  2000 de nouvelles exigences : une responsabilité citoyenne du port. Mise en place depuis longtemps aux États-Unis, cette démocratie participative vise aussi à mieux faire accepter par les citoyens les projets de développement portuaires”.

syndicat des dockers. La première étape est modeste, avec les premières conférences : “La Sureté portuaire, ou comment faire d’une contrainte un atout pour le port du Havre” (23 janvier), “Les Collections de French Lines” (20 février) ou, le 27 mars, “La Traçabilité des marchandises”. Natalie Castetz

Des transitaires résolument optimistes Les efforts engagés en 2013 portent leurs fruits, selon le président du Syndicat des transitaires et des commissionnaires en douane du Havre et de la région (STH), Jean-Louis Le Yondre. Le ton se voulait à l’optimisme sur la place portuaire du Havre, à l’occasion de la cérémonie des vœux des transitaires. La page réforme tournée, le calme social retrouvé, la reprise amorcée en 2012 s’est confirmée et, même si “2013 a été une année difficile, l’année 2014 sera certainement meilleure”, a assuré Jean-Louis Le Yondre. Le président du STH, fort d’un chiffre d’affaires de 6 milliards d’euros et de 6.000 salariés, a rappelé les résultats favorables du Havre : “Le trafic des conteneurs a affiché une progression de 8 % alors que les port d’Anvers et de Rotterdam ont vu stagner voire régresser leur trafic”. Autre atout du port havrais, selon Jean-Louis Le Yondre, les succès mondiaux de la société havraise Soget, spécialisée dans l’informatique portuaire : 35 ingénieurs ont travaillé durant trois ans sur le lancement d’“e-Maritime”. Cette dernière génération de logiciels va remplacer, à partir de fin 2014, le système d’AP+ et se déployer sur les trois ports d’Haropa (Le Havre, Rouen et Paris). “Nous sommes les seuls en Europe à proposer ce guichet unique portuaire”. Le président du syndicat s’est également réjoui des “bonnes relations” entretenues avec les douanes – la place havraise est la première recette régionale des Douanes de France – ainsi qu’avec l’Union maritime et portuaire (Umep). En perspectives pour 2014, la relance du trafic de véhicules et, depuis le regroupement des mûrisseries de bananes à Rungis, la volonté de bénéficier de cette proximité pour capter ce trafic.

Guadeloupe

Un nouveau terminal pour doper la croisière Guadeloupe Port Caraïbes a ouvert son deuxième terminal passager à Pointe-àPitre. Cette extension doit lui permettre d’atteindre son objectif de développer l’activité croisière de tête de ligne. Le Grand port maritime de la Guadeloupe (GPMG) a inauguré le 10 janvier son nouveau terminal de croisières. Celui-ci est ouvert depuis le 4 décembre dernier et l’escale inaugurale du “MSC Musica”. Le Hall 2 est issu de la conversion d’un entrepôt sur le domaine portuaire de Pointe-à-Pitre, qui a nécessité un investissement de 2,1 millions d’euros, financé pour un tiers par une subvention européenne du Feder. Un espace modulable Avec le Hall 1, qui avait été modernisé en 2012, il permet au port caribéen d’assurer désormais deux escales de paquebots simultanées, que ce soit en simple transit ou en tête de ligne. La nouvelle capacité du port lui permet aussi de traiter des navires de plus grande taille.

Le nouveau terminal de 1.850 m2 peut accueillir 1.400 voyageurs simultanément. Il a été conçu pour répondre aux besoins spécifiques de plusieurs armateurs clients grâce à une architecture modulaire qui permet plusieurs configurations pour optimiser l’espace. Qualifié de terminal “le plus beau et le plus fonctionnel” de la zone caraïbe par les représentants de MSC Cruises, le Hall 2 est équipé de comptoirs d’enregistrement, d’un scanner de bagages de dernière génération, d’une zone de confort avec wifi gratuit et de bureaux pour les différents services d’exploitation. Il est adapté aux personnes à mobilité réduite. Cette extension s’inscrit dans la stratégie de Guadeloupe Port Caraïbes de développer l’activité croisière et en particulier, les têtes de ligne. “Ce second terminal était devenu une nécessité pour répondre à la demande croissante des compagnies de croisière ayant choisi de baser leurs paquebots en Guadeloupe”, explique ainsi la direction du GPMG. Pour la saison 2013-2014, le port accueillera 71 escales, comme l’an dernier, mais vise 70.000 passagers de plus, soit 239.000  personnes (+ 44 %) grâce au nouveau terminal. Franck ANDRÉ


Infrastructures/Institutions

4 - Semaine 4 - Janvier 2014 - l’antenne

Nice

L’aéroport affiche une hausse de 3,3 % en 2013 L’aéroport Nice-Côte d’Azur a terminé l’année sur un trafic global de 11.554.195 passagers, soit une hausse de 3,3 % par rapport à 2012. Un nouveau record historique malgré une année marquée par l’incertitude autour de la base Air France alors que celle de la compagnie EasyJet a contribué aux bons résultats. Le marché national enregistre une hausse de 2,3 %, car la concurrence joue à plein notamment sur les trans-

versales entre Air France et les low-cost. Les dix premiers mois ont tous battu leur record mensuel respectif. Six mois dépassent désormais le million de passagers. On n’a pas de détail par compagnie mais il est vraisemblable que la montée en puissance de l’offre EasyJet a contribué à ces bons résultats. La compagnie serait même devenue premier opérateur sur la plateforme. Ce serait toutefois historique.

© Nice-Côte d’Azur

L’aéroport international Nice-Côte d’Azur affiche une hausse de 3,3 % en 2013. La croissance est donc au rendez-vous pour la première plateforme de province tant pour le trafic passager que pour le fret.

Restructuration du Terminal 1 à l’été 2014

Sur l’Europe, les marchés comme la Scandinavie, l’Espagne, la Russie et les

Une restructuration à l’étude sur le port Le prochain contrat de projet État-Région 2015-2020 pourrait inscrire le réaménagement des quais du port de Nice pour 50 millions d’euros. Le Conseil général, propriétaire du port de commerce, la CCI de Nice, son exploitant et les professionnels semblent d’accord autour d’un réaménagement des quais afin d’assurer une meilleure gestion des trafics croisière, Corse et marchandises. Sans modifier le périmètre du port, le projet permettra d’accueillir les nouvelles unités plus propres (GNL, électricité à quai) et moins bruyante. Le quai Infernet, le plus éloigné des habitations, comblera un coude formé par la digue pour gagner 60 % de terre-plein supplémentaire et offrir deux postes à quai de 200  mètres de long chacun. En face, deux épis seront rabotés pour faciliter les manœuvres des navires dans le bassin. L’investissement de 50 millions d’euros

sera inscrit au contrat de projet État-Région 2015-2020 et bénéficiera de financements de l’État et de la Région. Cette modification ne demandera que deux à trois ans de chantier, études comprises. L’aménagement permettra à certaines compagnies de croisière de rétablir des têtes de lignes pour des unités de taille moyenne (pas plus de 200 mètres). Cette reconfiguration du port, combinée avec l’ouverture en fin d’année du parking souterrain du quai de la Douane (400 places sur quatre niveaux) et l’arrivée dans trois ans de la ligne 2 du tramway qui assurera une liaison directe port-aéroport, devrait constituer un plus pour ce port urbain. Au-delà, à plus de vingt ans, la réalisation d’un port au débouché de l’OIN Écovallée, face à l’aéroport pour traiter le trafic de marchandises, reste dans les hypothèses, le bassin actuel n’étant plus extensible.

Pays-Bas affichent une bonne deçà de l’inflation de 1,3 %. Ce croissance à deux chiffres. Le coup de pouce aidera les compaMoyen-Orient (Émirats, Israël, gnies qui voudront se développer Turquie…) affiche d’excellents sur la plateforme. Le nouveau résultats grâce à Emirates et à marché pour l’assistance en escale Turkish Airlines qui va renfor- prend effet à janvier. Il devrait cer sa liaison sur optimiser les coûts Istanbul cet été. des compagnies. Le trafic fret Air France semble Ont été choisis également très sapour une durée renoue avec tisfaite de la ligne de sept ans, Air la croissance France, Aviapartner, Nice-Tel Aviv, le local Map l’une des plus Handling associé belles réussites de sa base niçoise. Le trafic in- à Landmark pour l’Aviation ternational progresse toujours générale et Menzies Aviation (+ 3,9  %), il représente plus de associé à Swissport Executive 53 % du trafic global. Sur l’année pour l’Aviation générale. Pour le 2013, le coefficient de remplis- programme été, on annonce de sage des avions est passée de 68 à nouvelles destinations ou renfor70 %, avec une offre en sièges cements notamment toujours grâce relativement stable. Le trafic à EasyJet, mais aussi Aer Lingus, fret renoue avec la croissance. Il Turkish Airlines, Germamwing, dépasse 15.500 tonnes (+  5 %) Norwegian sur Montréal, Dublin, avec des pourcentages positifs Hambourg, Minsk, Palerme, tant à l’arrivée qu’au départ. En Billund, Marrakech, Shannon, 2014, l’aéroport n’augmentera Aalborg, Lisbonne… que de 0,7 %. Les redevances de l’aviation commerciale sont en Michel Bovas

Bâle-Mulhouse

Le fret se stabilise à l’Euroairport en 2013

Le trafic fret est demeuré stable à l’Euroairport de Bâle-Mulhouse en 2013. L’aéroport franco-germano-suisse a terminé l’année sur un total de 93.940 tonnes, identique à 300 tonnes près à celui de 2012. Le léger recul de 2 % du camionné (54.110 tonnes) a été compensé par la bonne tenue de l’express avionné qui progresse de 3 % à 34.270 tonnes. Le cargo est resté en retrait de 3  %, à 5.560 tonnes. Si l’Euro-airport table sur une remontée de 2 % en 2014, son directeur, Jürg Rämi, qualifie l’année qui démarre d’“exercice de transition” avant un retour à une croissance plus significative. Le calendrier des investissements dicte cette analyse : l’aéroport programme pour la toute fin 2014 la mise en service de sa nouvelle halle de fret cargo dont les 40  millions d’euros de travaux sont les déclencheurs de toute une série d’améliorations. “Des activités actuelles déménageront dans cette

nouvelle halle afin de se poursuivre dans de meilleures conditions sources de productivité. Les surfaces qu’elles libéreront pourront être réoccupées par le fret express qui a besoin de s’étendre”, précise Vincent Devauchelle, directeur adjoint. La nouvelle halle de 21.000 m2 se décomposera en sept modules à température contrôlée 15 et 25 °C avec deux emplacements pour des avions tout-cargo. Trafic record de passagers L’inadaptation des installations actuelles empêche l’Euroairport de tirer pleinement profit de la bonne performance des exportations suisses, qui sont le moteur de son fret. “Nous avons dû mettre en place des solutions provisoires notamment pour les produits de l’industrie pharmaceutique que nous pré-acheminons par route vers Zurich, Paris ou Amsterdam. L’objectif de la nouvelle halle, c’est de les faire voler à nouveau à partir d’ici”, détaille Jürg Rämi qui reconnaît aussi plus fondamentalement une “concurrence sérieuse” du fluvial pour le transport conteneurisé.

© Euroairport

Le trafic fret n’a pas bougé en 2013 sur l’aéroport franco-suisse de Bâle-Mulhouse, mais il devrait reprendre sa croissance grâce à la nouvelle halle achevée fin 2014.

La nouvelle halle de fret en chantier

Le trafic passagers, pour sa part, s’est distingué par une nette croissance de 10 % qui propulse l’aéroport à un nouveau record de trafic de près de 5,9 millions de passagers. Une nouvelle augmentation de 5 % devrait lui faire franchir la barre symbolique des 6 millions de voyageurs dès l’an prochain. EasyJet a représenté 54 % du trafic 2013, loin devant Lufthansa, Air  France et Swiss (5  %

chacun) en attendant le retour de Ryanair avec deux lignes vers Londres-Stansted et Dublin fin mars. Parmi les objectifs de 2014, l’Euroairport cite l’avancée du dossier de son raccordement ferroviaire et la conclusion d’un accord franco-suisse sur le statut fiscal des entreprises helvétiques implantées sur son territoire. Christian Robischon


l’antenne - Semaine 4 - Janvier 2014 - 5

Iata

La Chine tirera la croissance du fret d’ici 2017 L’Association internationale en 2017. Parmi les grands pays des transporteurs aériens (Iata) contributeurs au fret aérien dans anticipe un tassement de la crois- les cinq prochaines années figusance du fret aérien mondial au rent également Hong Kong et cours des cinq prochaines années. les Émirats arabes unis, qui devraient apporter Sur l’ensemble 700.000 tonnes de la période, de plus chacun l ’ o rg a n i s a t i o n “La Chine sur la période prévoit une proet occuper gression de 17 % deuxième les quatrième des marchancontributeur dises transporet cinquième tées, en tonnage places au clasmondial brut. Basée, sur sement des pays en 2017” “producteurs” “une estimade fret aérien. tion prudente de Pour ce qui est la reprise économique et des échanges mon- de la croissance, le Vietnam diaux”, l’évaluation donne une présentera, selon l’Iata, la plus croissance annuelle moyenne de forte progression de ses vo3,2 % sur les cinq prochaines lumes (6,6  % par an) jusqu’en années. L’Iata rappelle qu’envi- 2017, suivi du Bangladesh (+ ron 50 millions de tonnes de fret 5,7 %), du Brésil (+ 5,5 %), de aérien sont acheminées chaque l’Éthiopie (+ 5,3 %) et du Pérou année (140.000  tonnes par jour) (+ 5,2 %). pour une valeur de 6.400 milliards de dollars, soit 35 % de la L’Europe valeur des biens échangés dans le en perte de vitesse monde. Pendant cinq ans, entre fin Au plan du développement 2012 et fin 2017, la Chine de- continental, l’Afrique devrait vrait toujours jouer le rôle de connaître la plus forte croislocomotive. L’actuel troisième sance, avec un taux annuel marché mondial générerait sur moyen de 4 %. D’après l’Iata, la période un trafic d’un mil- ce sont les échanges intra-afrilion de tonnes supplémentaires, cains qui seront les plus porteurs soit autant que le numéro un, les pour le continent (+ 5,3 % par États-Unis. Selon les prévisions an). Juste derrière, on trouvede l’Iata, la Chine prendrait ainsi rait le Moyen-Orient et l’Améla deuxième place à l’Allemagne rique latine avec une croissance

© Boeing

L’Iata prévoit un ralentissement de la progression du fret aérien entre 2012 et 2017. Sur la période, les principaux moteurs devraient toujours être la Chine, le marché intra-asiatique et les pays émergents.

L’évolution du fret aérien continuera de sourire à la Chine au moins jusqu’en 2017

annuelle de 3,8 % pour ces deux régions. Les “vieux marchés” que sont l’Asie-Pacifique – la première source de trafic aérien  –, l’Amérique du Nord et l’Europe, devraient enregistrer les plus faibles progressions, respectivement 3,5 %, 2,7  % et 2,4 %. Le trafic domestique de l’AsiePacifique comptera pour 31 % de l’augmentation mondiale des

son avance, à en croire l’Iata, avec une part de 26,2 % du fret aérien mondial. Cette évolution se ferait au détriment, notamment, des échanges intra-européens, dont la part de marché devrait diminuer (de 8,9  % à 8,3  %), tout comme celle des flux Europe-Asie, qui est censée se réduire de 0,3 points.

volumes attendus par l’Iata, malgré une croissance relativement faible si l’on cumule les volumes intérieurs et intercontinentaux. En 2012, l’intra-Asie était de loin le premier pôle d’échanges (25,3 % de parts de marché) devant les routes EuropeAsie (12,1 %), le transpacifique (10,5  %) et le transatlantique (10,1 %). L’intra-Asie accentuera

Franck André

Saône-Moselle/Saône-Rhin

Une première synthèse des études attendue

La commission Mobilité 21 a classé la liaison Saône-Moselle/Saône-Rhin parmi les projets à “Horizons plus lointains”, soit d’ici 2050. Cette décision a abouti à la suspension des études associées à la procédure de débat public programmé initialement... en 2012 par la loi Grenelle I. Après une période légitime de déception, les membres de l’association Seine-Moselle-Rhône rappellent leur attachement à voir les études, laissées inachevées, être finalisées et

partagées avec les territoires concernés. études manquantes pourraient être finaliEn particulier la Lorraine, l’Alsace, la sées et financées dans le cadre du corriFranche-Comté, la Bourgogne, Rhône- dor multimodal européen n° 9 “Mer du Alpes et Paca ainsi que le Grand Port Nord-Méditerranée”. maritime de Marseille qui ont participé Deux motifs justifient aussi la pourà leur financement suite des études de sous la maîtrise la liaison Saôned’ouvrage de Voies Moselle/Saônenavigables de Rhin. Rappelé France. Par la voix par Louis Nègre, de son directeur sénateur-maire de général délégué, C a g n e s - s u r- M e r Pascal Girardot, et co-président de VNF a répondu TDIE, “la commisfavorablement sion Mobilité 21 a à cette demande demandé un réexatout en précisant men de l’ensemble que les évaluades dossiers tous tions socio-éconoles cinq ans” laismiques n’étaient sant penser qu’un pas achevées ni classement “à hoAndré Rossinot, les simulations de rizons plus loinprésident de l’association Seine-Moselle-Rhône trafic. Le budget tains” pouvait nécessaire pour évoluer. De son boucler ce travail s’élèverait à quelques côté, Didier Léandri, président délégué centaines de milliers d’euros. Aussi dans général du Comité des armateurs fluviaux l’immédiat, le gestionnaire d’infrastruc- (CAF), souligne que le projet a pour obtures fluviales réfléchit-il à la réalisation jectif l’interconnexion de deux bassins d’une première synthèse tandis que les de navigation européens stratégiques. À © Association Seine-Moselle-Rhône

La révision tous les cinq ans des projets d’infrastructures proposée par la commission Mobilité 21 et l’Europe, à travers la création d’un réseau central de transport, pourrait infléchir le calendrier pour la réalisation de la liaison SaôneMoselle/Saône-Rhin. Dans cette perspective, l’association SeineMoselle-Rhône en assemblée générale à Marseille demande l’achèvement des études préparatoires lancées.

ce titre, “il fait partie des projets retenus par la Commission européenne pour le réseau central de transport à réaliser d’ici 2030”. Dessertes fluviales phocéennes Un second volet de l’assemblée générale de l’association Seine-MoselleRhône était consacré à la desserte fluviale du port de Marseille-Fos. Lors des débats, son président, André Rossinot, a encouragé l’initiative Medlink Ports. Il a également insisté sur deux mesures de nature à favoriser l’essor des trafics par voie d’eau : “la mutualisation des coûts de manutention (THC) dans les ports maritimes français et le projet d’accès fluvial direct à la darse 2 de Fos 2XL”. Si le financement de cet aménagement est déjà acquis, selon Jean-Claude Terrier du GPMM, “sa mise en chantier est ralentie en raison de contraintes environnementales”. Un arbitrage de l’État sur le dossier serait le bienvenu. Érick DEmangeon


Entreprises

6 - Semaine 4 - Janvier 2014 - l’antenne

Brittany Ferries

Entrée dans l’ère du GNL avec une commande à STX France Brittany Ferries a officielle- “une nouvelle génération de nament commandé la construc- vires écologiques”, pour STX. tion d’un navire propulsé au Le Pegasis sera conforme aux gaz naturel auprès des chantiers normes sur les émissions de gaz STX France de Saint-Nazaire. de la convention Marpol annexe Le nouveau ferry, destiné à VI, qui entreront en vigueur en relier la Grande-Bretagne et 2015. Les émissions d’oxyde l’Espagne début de soufre (SOx) 2017, doit être seront réduites livré fin 2016. de 99 % et celles “Un modèle Désigné sous d’oxyde d’azote économique et le nom de code (NOx) de 80 % Pegasis (Power d’après l’armaenvironnemental Efficient Gas teur français, Innovative Ship), viable et cohérent” qui se prévaut ce navire de de lancer “le 210 mètres sera premier cruise l’un des trois plus grands navires ferry” à propulsion au GNL à à gaz naturel liquéfié (GNL) au naviguer sur l’arc Atlantique. monde, selon la compagnie, et Brittany Ferries annonce voupourra transporter 2.400 passa- loir dépasser le strict cadre de gers, 600 voitures et 40 camions. la réglementation anti-pollution Cette future unité d’un coût de et met en avant la construction 270 millions d’euros représente d’“un modèle économique et en-

Sncm

Nouveau revers judiciaire en vue L’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a proposé mercredi 15 janvier de rejeter un recours déposé par la Société nationale CorseMéditerranée (SNCM) contre un arrêt à ses dépens prononcé en septembre 2012 par le Tribunal de l’UE. Si la CJUE suit les conclusions de son avocat général, Melchior Wathelet, ce serait un nouveau revers pour la SNCM en butte à de nombreuses procédures à son encontre de la part de son concurrent Corsica Ferries. Saisi par Corsica Ferries, le Tribunal de l’UE avait annulé, en septembre 2012, une décision de la Commission européenne qui avait validé des aides accordées par la France à la SNCM en 2002, puis lors de sa privatisation en 2006. Ces aides constituent des aides

d’État illégales et doivent être remboursées, avait tranché le Tribunal. Soutenue par l’État français, la SNCM, en grave difficultés financières, demandait l’annulation de cette décision. Dans un argumentaire détaillé de 28 pages, Melchior Wathelet a rejeté en bloc la demande de la SNCM. En conséquence, il a proposé à la Cour de “rejeter les pourvois” et de “condamner la Société nationale maritime CorseMéditerranée et la République française à supporter leurs propres dépens ainsi que ceux exposés par Corsica Ferries France à parts égales”. La SNCM fait face à des difficultés financières chroniques. La justice européenne a récemment décidé qu’elle devait rembourser 440 millions d’euros d’aides indues à l’État et à la Corse.

© Franck André

Le “Corse” de la SNCM

© STX

Brittany Ferries a officialisé la commande d’un grand ferry au GNL auprès de STX France. La compagnie bretonne engage ainsi un plan de conversion de sa flotte avec des navires plus écologiques.

Le futur navire de Brittany Ferries coûtera 270 millions d’euros

vironnemental viable et cohérent sur le moyen et long terme”. La compagnie compte ainsi investir 400 millions d’euros entre 2014 et 2016, faire migrer progressivement sa flotte vers le tout GNL, avec l’objectif de “réduire des émissions de SOx, de NOx, de CO2 et de particules fines de 20 à 95 % en deçà des niveaux réglementaires”. En plus de l’achat du Pegasis, l’armement prévoit de remotoriser trois navires afin de les convertir au GNL : le “Mont Saint-Michel”, le “Pont-Aven” et l’“Armorique”, respectivement construits en 2002, 2004 et 2009. Le programme comprend aussi l’installation des scrubbers (filtres à fumées) sur trois de ses quatre navires les plus anciens :

le “Barfleur”, le “Normandie” et le “Cap Finistère”, construits en 1992 pour les deux premiers et en 2001 pour le troisième. Pour Brittany Ferries, il s’agit de “la solution technique la plus adaptée compte tenu de leur année de construction”. Son président, Jean-Marc Roué, compte non seulement sur l’avantage écologique mais aussi économique du GNL, la facture fuel de la compagnie ayant triplé depuis 2000, pour dépasser les 90 millions d’euros. BONNE NOUVELLE POUR STX Cet investissement intervient alors que la compagnie bretonne

sort d’un plan de retour à la compétitivité. Elle, dont toute la flotte navigue sous pavillon français, a retrouvé l’équilibre et en 2013, après avoir été la seule à connaître un résultat positif sur le transmanche, selon son patron “Au-delà de cette commande qui représente d’ores et déjà 2,6 millions d’heures de travail, soit 500 emplois pendant trois  ans, STX pourra ainsi développer son expertise et sa compétitivité dans une filière industrielle naissante”, se sont félicités les ministres du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et des Transports, Frédéric Cuvillier. Franck André avec AFP

Hanjing Shipping

L’armateur va quitter le trade transatlantique Hanjin Shipping va se désengager des liaisons Europe du Nord-États-Unis. L’armateur coréen, qui n’opère plus sur le trans- atlantique qu’un service commun avec l’alliance CKYH et Evergreen, se plaint d’un manque de rentabilité du marché. Sa dernière rotation commercialisée sur ce service NTA (Anvers, Bremerhaven, Rotterdam, Le Havre, New York, Norfolk, Charleston et Anvers) démarrera avec le départ d’Anvers du “YM Vancouver” le 28 avril prochain. Hanjin fournit l’un des quatre navires déployés sur cette ligne, le “Hanjin Phoenix”,

qui offre une capacité de 4.367 EVP. Les partenaires n’ont pas encore annoncé lequel d’entre eux palliera cette défection. Cosco, Yang Ming et Evergreen fournissent un porte-conteneurs chacun, seul Mol participe à l’échange de slots sans opérer de navire. Le service a été lancé en septembre 2009. Il résultait à l’origine de la fusion du TAS 1 de l’alliance CKYH et de la partie transatlantique du service pendulaire NUE opéré par Evergreen. Hanjin Shipping est arrivé sur le transatlantique en 1995, à l’occasion d’un partage de slots avec DSR Senator Lines et Cho Yang Line.


International

l’antenne - Semaine 4 - Janvier 2014 - 7

SOMALIE

La piraterie somalienne a été pratiquement éradiquée L’année 2013 a confirmé le recul des actes de piraterie maritime dans le monde, exclusivement du fait du retour au calme autour des côtes somaliennes. C’est désormais dans le golfe de Guinée que la situation est la plus préoccupante. dans cette zone : “Il est impératif de poursuivre l’effort international contre la piraterie somalienne. Toute suffisance à ce stade serait susceptible de raviver l’activité des pirates”. Sur les 15 attaques attribuées à des ressortissants somaliens, deux ont vu des navires être détournés puis être libérés dans les 24 heures suite à l’intervention des militaires de la force Atalante. Huit autres navires ont subi des tirs. Le BMI précise qu’il s’agit là du plus faible total depuis 2006, où l’on avait enregistré dix attaques de pirates somaliens. Pour la première fois depuis Retour au calme plusieurs années, le nombre d’atconfirmé en Somalie taques perpétrées dans le golfe de Guinée a dépassé celui attribué La décrue est donc confirmée aux pirates venus de Somalie, et le BMI constate même une même si le premier a été stable baisse spectaculaire de 40 % du de 2012 à 2013. Comme l’an nombre d’actes depuis 2011, dernier, le Nigeria a fourni la année où la piraterie avait atteint grande majorité des attaques de la son paroxysme au large des côtes région, 31 sur 51, soit 61 %. Cette somaliennes. Seulement 15 at- proportion était de 52 % en 2012, taques attribuées à des pirates avec 27 attaques sur 52. Pour le somaliens ont été constatées au BMI, les pirates nigérians ont été cours de l’année, contre 75 en particulièrement violents, prenant 2012 et 237 en 49 personnes en 2011. Cette dimiotage et commetnution explique tant la totalité des “Les Nigérians 36 kidnappings à elle seule la fonte des chiffres nouvelles terreurs enregistrés dans mondiaux. le monde en 2013. des mers” Pour le BMI, De plus, leur “les pirates sorayon d’action maliens ont été semble s’élargir : dissuadés par une combinaison “Ils s’aventurent désormais dans de facteurs : le rôle essentiel des les eaux territoriales du Gabon, forces navales internationales, de la Côte d’Ivoire et du Togo”, l’équipement des navires, l’em- note l’organisation. ploi de gardes privés armés et la Si elle est la plus dangereuse au stabilisation de l’autorité du gou- regard des méthodes employées vernement central”. Le capitaine et du niveau du trafic, l’Afrique Pottengal Mukundan, directeur de l’Ouest n’est pas la zone qui du BMI, estime pour autant qu’il a concentré le plus d’actes de ne faut pas relâcher l’attention piraterie l’an dernier. Beaucoup La piraterie maritime a atteint son plus bas niveau depuis six ans. Le Bureau maritime international (BMI) a relevé pour l’ensemble de l’année 2013 un total de 264 attaques et tentatives, soit une baisse de 11 % comparé à 2012. L’an dernier, 304  personnes ont été prises en otage, 36 ont été kidnappées avec demande de rançon, 21 ont été blessées et une a été tuée. Sur les 202 navires abordés, 12  ont été détournés tandis que 22 ont essuyé des tirs d’armes à feux et 28 ont fait l’objet de tentatives d’attaques qui n’ont pas été menées à terme.

plus fréquentées, les eaux du Sud-Est asiatique ont totalisé 128 attaques en 2013 (+  23  %), soit presque la moitié des actes répertoriés dans le monde. Cellesci ont eu lieu majoritairement au large des nombreuses côtes de l’Indonésie (83 %), où les actes ont bondi de 31 %, avec 106 attaques. Toutefois, le BMI prévient que “la plupart de ces actes sont de petits vols opportunistes sur des navires à l’ancre, qui ne peuvent être comparés à ceux constatés le long des côtes africaines”. Les autres attaques ont eu lieu en Malaisie (9), aux Philippines

(3) et dans les détroits de Malacca (1) et de Singapour (9). Les tankers premiers visés Le sous-continent indien (Inde et Pakistan) a connu lui aussi une recrudescence des actes de piraterie en 2013, avec 26 attaques contre 19 en 2012 (+ 36 %). Cette évolution est due au bond des actes dans les eaux indiennes, qui sont passés de 8 à 14. Le BMI a constaté un quasi-doublement en mer de Chine (13 actes), essentiellement dans les eaux vietnamiennes (9 actes). Quant au

Ouverture du nouvel aéroport de Doha en 2014 Aziz al-Naïmi. “Le coût de l’aéroport devrait dépasser les 16 milliards de dollars”, a-t-il ajouté. En avril 2013, les autorités avaient invoqué des manquements à des normes de sécurité pour expliquer le report de son ouverture. Mais Abdel Aziz al-Naïmi a indiqué que des retards dans l’aménagement des salles et des agrandissement de dernière minute étaient à l’origine de ce report.

continent sud-américain, il a vu le nombre d’attaques de pirates se stabiliser à 18, contre 17 l’année précédente (dont 7 pour la Colombie). En 2013 encore, les naviresciternes ont été la catégorie la plus visée par les pirates, représentant plus de la moité des navires attaqués (50,5 %). Sur les 133 tankers pris pour cible, 56 sont des chimiquiers, 39 des transporteurs de brut et 26 de produits raffinés. Viennent ensuite les vraquiers (53 attaques, 20 %) et les porteconteneurs (30 attaques, 11,5 %). Franck André

Clia

La croissance au rendez-vous en 2014 Après un exercice 2013 satisfaisant, les compagnies de croisières se montrent confiantes quand à la croissance du secteur pour l’année qui vient de commencer.

Qatar

L’ouverture du nouvel aéroport de Doha, reportée sine die en avril 2013, a été programmée pour le deuxième trimestre de 2014, a annoncé hier un responsable de cette installation moderne de 16 milliards de dollars. “Il est difficile d’avancer une date précise mais l’aéroport sera officiellement inauguré au deuxième  trimestre de cette année”, a déclaré Abdel

© Eunavfor

Les croisiéristes tablent sur une croissance en 2014 à 21,7 millions de passagers dans le monde dont 6,54 millions d’Européens, selon l’Association internationale des compagnies de croisières (CLIA). Le nombre de passagers a atteint en 2013 un niveau estimé à 21,3 millions dont 6,4 millions d’Européens, d’après les chiffres provisoires de la CLIA. Les données définitives ne sont attendues qu’en mars. “Le secteur mondial de la croisière se trouve à un tournant, avec un fort intérêt de la part des clients et un investissement considérable des compagnies”, a déclaré Christine Duffy, la présidente de CLIA. Douze navires de plus Les 63 armateurs membres de l’association ont prévu de lancer 24 nouveaux navires en 2014 et en 2015, dont quatre pouvant accueillir

plus de 4.000 passagers chacun. Ce qui représente au total une capacité supplémentaire d’environ 37.500 passagers et un investissement d’environ 8 milliards de dollars. Douze autres paquebots (commandes confirmées et options) devraient également rejoindre la flotte de CLIA entre 2016 et 2018, offrant ainsi une capacité d’environ 33.000 passagers en plus, pour un investissement de 7,9 milliards de dollars. La flotte des membres de la fédération comprendra ainsi 410 navires en 2014 – contre 393 en 2013 – dont deux super-navires de plus de 4.000 passagers pour Royal Caribbean International et Norwegian Cruise Line. La principale destination de croisières reste les Caraïbes, avec 37 % des itinéraires, puis la Méditerranée (19 %), l’Europe du Nord (11 %) et l’Australie-Nouvelle-Zélande (6  %). L’Alaska, l’Asie et l’Amérique du Sud concentrent chacun moins de 5 % des itinéraires. Pour 2014, la CLIA table entre autres tendances sur davantage de croisières de luxe mais aussi plus d’offres “tout compris”, plus abordables. L’association compte créer cette année un comité chargé de plancher sur le développement des ports de croisières.


International

8 - Semaine 4 - Janvier 2014 - l’antenne

Algerie

Le trafic maritime annuel en progression De son côté, le trafic passaune augmentation de 37,58 % comparé à la même période de gers a marqué une légère baisse l’année précédente. de 8,34 % avec 8.580 passaL’Epal précise que gers ayant tranles conteneurs chargés et déchargés Les conteneurs sité par le port d’Alger contre (74.852  EVP) reprévoyasentent 49,18  % du restent sur la pente 9.361  geurs en détonnage total traité ascendante cembre 2012. au port d’Alger La durée durant le mois de déd’attente cembre 2013. Concernant le trafic ro-ro, moyenne globale des navires en la hausse s’est élevée à 9,28  % rade ainsi que la durée moyenne durant le même mois de dé- de séjour des navires à quai traicembre par rapport à décembre tés par l’Epal ont augmenté selon 2012, soit 1.437 unités contre les types de navires durant le 1.315 en 2012. La conteneurisa- mois de décembre comparé à la tion continue en effet à gagner du même période de 2012. La diterrain sur le marché algérien qui rection du port algérois attribue poursuit son ouverture à l’inter- l’accroissement de ce phénomène national mais le ro-ro conserve à “l’augmentation du mouvement des parts de marché solidement de la navigation et du volume des marchandises”. ancrées dans le pays.

© Epal

L’Entreprise portuaire d’Alger (Epal) a enregistré en décembre 2013 une hausse du trafic maritime de marchandises. Les chiffres communiqués par l’entreprise portuaire étatique font état d’une progression de l’activité conteneurisée et d’autres secteurs. Seuls les passagers enregistrent un repli par rapport à 2012. Sur les quais du port d’Alger, le volume global des marchandises traitées par l’Epal, à l’import comme à l’export, a atteint 949.550 tonnes durant le mois de décembre 2013, contre

791.542 tonnes à la même période de l’année 2012, soit une croissance de 19,96 %. Par ailleurs, l’établissement portuaire algérois a enregistré au cours de la même période 199 escales, contre

182 navires pour le même mois de 2012, soit une augmentation de 9 %. En matière de tonnage de jauge brute globale, le trafic est passé à l’import de 1,7 million de tonneaux en octobre 2012 à 1,9  million de tonneaux au cours du même mois de 2013, faisant apparaître une hausse de 14,95 %. Selon le quotidien “El Moudjahid”, qui cite les chiffres de l’entreprise portuaire, le nombre de conteneurs pleins traités durant ce mois a atteint 18.308 EVP, soit

Responsable Agence Maritime sur Marseille Expérience souhaitée au poste ou similaire CV + LM + prétentions à l’Antenne - Réf 01142

NVOCC basé au Havre

Recherche partenaire pour fusion / acquisition Contact : 06.10.75.80.19

un/une Commercial(e) ou technico-commercial(e)

GUPC propose de partager les surcoûts

Le consortium GUPC propose à Panama de partager les surcoûts. “La proposition de GUPC consiste dans le cofinancement des coûts imprévus pour continuer les travaux, qui emploient directement près de 10.000 personnes, et réussir à terminer le projet en 2015, permettant ainsi des revenus totalisant des milliards de dollars par an pour Panama”, a indiqué le consortium. “Si l’on n’arrive à aucun accord sur le financement des surcoûts, les travaux ne seront pas achevés dans les délais prévus, ce qui supposera un grave retard, avec des pertes pour toutes les parties”, a ajouté le consortium. Le GUPC avait menacé le 30 décembre, au terme d’un préavis de 21 jours, de cesser ses travaux s’il n’obtenait pas de l’Autorité du canal de Panama (ACP) une rallonge financière de 1,6milliard de dollars pour faire face aux “surcoûts” dus à des problèmes géologiques imprévus sur le chantier. Un montant faramineux au regard du

Agence Maritime Internationale recherche

La Société GONDRAND, recherche

Panama

Le consortium international Groupe unis pour le canal (GUPC), dirigé par l’entreprise espagnole Sacyr, a proposé lundi 20 janvier aux autorités de Panama de cofinancer les surcoûts, estimés à 1,6 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros), des travaux d’élargissement du canal de Panama.

Petites annonces

contrat initial fixé à 3,2 milliards de dollars pour la construction d’une troisième série d’écluses. Expiration de l’ultimatum Lundi malgré l’expiration de son ultimatum, le GUPC poursuivait néanmoins ses activités mais au ralenti. “Ils continuent à travailler à faible intensité comme la semaine dernière”, a indiqué Jorge Quijano, administrateur de la voie interocéanique. Un constat confirmé peu après par le ministre du Canal, Roberto Roy. Dimanche, le GUPC avait déjà apaisé les inquiétudes sur la suspension éventuelle des travaux en annonçant qu’il “n’avait pas l’intention de changer le statut des travaux”, malgré l’échéance du préavis. Le GUPC, qui compte Sacyr, l’italienne Impreglio, la belge Jan de Nul et la panaméenne Constructora Urbana comme actionnaires, avait toutefois ajouté qu’il “pourrait évaluer la situation et prendre une décision en ce sens à quelque moment que ce soit”. L’ACP a fait savoir de son côté que la suspension éventuelle des travaux d’élargissement n’était “pas valable juridiquement” et qu’elle allait “à l’encontre des clauses du contrat”. L’élargissement du canal de Panama doit permettre à terme le passage de navires transportant jusqu’à 12.000 conteneurs, soit plus du double de la charge actuellement autorisée à emprunter cette voie navigable de 80 km.

Poste basé à Vitrolles - Anglais bon niveau - Expérience souhaitée Connaissance du maritime indispensable - Rémunération selon profil Merci d'adresser CV + LM par email : audrey.allard@gondrand.fr

SIFA recherche

Poste situé à Port-Saint-Louis-du-Rhône (13) ZA Distriport Salaire à convenir suivant expérience

Exploitant

Mission : Traitement des dossiers de réceptions, préparation des empotages, booking auprès des compagnies, en relation avec les fournisseurs et les clients. Profil de poste : Minimum 2 ans d'expérience, bonne connaissance des incoterms, rigoureux, sérieux, s'exprimant avec aisance à l'écrit et à l'oral, autonome, polyvalent, résistant au stress et sachant gérer les priorités.

Technico-commercial

Mission : Assister la responsable commercial dans la remise des cotations, faire les recherches nécessaires aux remises de prix, rédiger et réponse aux AO. Mission évolutive vers un poste de commercial terrain, sur destination océan Indien. Profil de poste : Minimum 5 ans d'expérience. Bonne présentation écrit et oral, résistant au stress, capacité à savoir gérer les priorités, rigoureux, qualités d'écoute et relationnelles. Bonne autonomie, esprit de conquête et aptitude à négocier, intégrité.

Merci d'envoyer CV + LM à :

spelazza@sifatransit.com


Prévisions de départs

l’antenne - Semaine 4 - Janvier 2014 - 9

Marseille

M

TRANSCAUSSE

Corse et Sardaigne

Messagerie / Lots complets Express

CORSE

Réservations Fret Marseille Tél. : 04 91 99 45 91 Fax : 04 91 99 45 96

DÉPARTS QUOTIDIENS ALLER-RETOUR Marseille-Ajaccio Marseille-Bastia Marseille-Propriano Marseille-Porto Torres

GIROLATA PIANA KALLISTE KALLISTE

Livraison tous points

Départs quotidiens ––––––––

Tél. 04.91.13.14.52 Fax: 04.91.91.16.50

www.lameridionale.fr

Le monde à votre portée

GROUPAGE TUNISIE

Départ hebdomadaire TUNIS/SFAX tous les mercredis TOUS TYPE DE MARCHANDISE CONTENEURISABLE (Dangereux accepté suivant classe)

Tél. 04 91 13 27 07 ou 04 91 13 27 02 e-mail : g.pomares@sagactl.com ; a.accorsi@sagactl.com

M MAROC Service hebdomadaire DIRECT conteneurs (FCL)

MARSEILLE - CASABLANCA IMPORT / EXPORT

Réception Poste 157 _____________

Depuis FOS hebdomadaire ALGER port sec ORAN - SOUSSE Réception EUROFOS

ARKASFRANCE/SMI ALGER

BEJAIA - SKIKDA - ANNABA

HANSALAND......................................................................

Mostaganem - ORAN

TebEssa ..........................................................................

Lots complets / Groupages MAROC - TUNISIE - ALGÉRIE Départs hebdomadaires de Marseille, Lyon et Paris –––—————––

Tél. : 04.91.13.15.37 / 38 Fax : 04.91.90.54.29

Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

Roulant / Conventionnel / Conteneurs MARCIANA ........................................................................

TRANSCAUSSE

e-mail : sales@arkasfrance.fr 29 Janvier 23 Janvier 27 Janvier

Réception : SOCOMA Poste 44

AU DÉPART DE SÈTE Service Fret direct en 40 heures

2 départs par semaine en Ro/Ro

Depuis SÈTE sur TANGER et NADOR Cotations et réservations :

Burger-Féron

––––––––––––– 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 MARSEILLE Tél.: 04.91.14.27.80 - Fax: 04.91.56.65.05/06 www.agent-maritime-marseille.com

louis.topenot@burgerferon.com - Tél. 04 91 39 93 66

– SFC –

Groupage export au départ de Marseille

ALGER - CASABLANCA - TUNIS Départ hebdomadaire en conteneur de groupage Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

Marseille / Al Khoms (Libye) Conteneur / Roro Conventionnel SFC - Tel : 04.91.39.93.60. Email : booking@mar.sfc-fr.com


Prévisions de départs du port de Marseille

10 - Semaine 4 - Janvier 2014 - l’antenne

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Oman - Dubai - P.S. Qaboos - Abu Dhabi Doha - Koweit - Bahrein - Sharjah - Qatar Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

GRIMALDI LINES

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Service direct Méditerranée - Afrique de l’Ouest Matériel roulant - Project cargo - Conteneurs Départs tous les 18 jours de Marseille pour :

www.cargo-lines.com

Casablanca - Dakar - Lagos Cotonou - Lomé - Abidjan

et en transbordement via Dakar pour :

Banjoul - Conakry - Freetown - Monrovia - Tema - Takoradi Douala - Pointe Noire - Libreville - Boma - Louanda ———————————

Grimaldi Acl France Agencies

Europe Building - Quay de L’Europe - 76051 Le Havre Cedex email : David.Giboudeau@grimaldi-france.fr - Tel. : + 33 2 35 25 90 30

LE HAVRE

RORO AFRICA LINE SERVICE DIRECT sans transbordement

En dix jours de Marseille et Sète à destination de

LOMÉ - COTONOU

Tout type de matériel roulant Conventionnel et dangereux nous consulter MAESTRO SUN ...........................................................................

27 Janvier

Agent Général : GROUPE NAVITRANS 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 Marseille - Tél. 04 91 84 13 14 Agence Marseille : ACI - Tél. 04 91 84 13 19

Agence Sète : Navitrans Méditerranée - Tél. 04 67 48 62 20

CONSORTIUM HISPANIA LINES

Service Conteneur

Au départ de FOS et MARSEILLE BATA - MALABO - LAS PALMAS

MAESTRO SUN..................... —–––––––––––

27 Janv.

A C I

Tél 04 95 04 32 86 • Fax 04 95 04 32 87

Depuis FOS hebdo Conteneurs

Dakar abidjan tema Lagos Libreville Mauritanie Réception SEAYARD

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

Med

MARSEILLE-FOS / NOVOROSSIYSK SOTCHI - VLADIVOSTOCK Départs hebdomadaires Russie + réexpedition Cotations et réservations

louis.topenot@burgerferon.com Tél. : 33.4.91.39.96.66

Toute l’année, les départs pour plus de 200 ports dans le Monde.

Armateurs/Consignataires

Société ACL FRANCE AGENA AGENCES MARITIMES ASSOCIEES ALIANCA FRANCE ALLIANCE EUROPE APL FRANCE ATL LINES BURGER FERON CFT (CIE FLUVIALE DE TRANSPORT) CHINA SHIPPING FRANCE CLB LINER CMA-CGM COLIN OLIVIER COSCON FRANCE CURRIE SAS DELMAS LE HAVRE EUROPEAN CONTAINERS SERVICES EVERGREEN SHIP. AGENCY (France SA) FAUVEDER FERON CLEBSATEL GRIMALDI LINES HAMBURG SUD FRANCE HANJIN SHIPPING HAPAG LLOYD HMM HOEGH AUTOLINERS HUMANN & TACONET ISAMAR (Ibesnar Sagemar) K LINE LD LINES LOGISEINE MAERSK LINE MARFRET MOL EUROPE BV MSC FRANCE NAVITAINER NECOTRANS NILEDUTCH NYK LINE OOCL RSC (RIVER SHUTTLE CONTAINERS) SAFMARINE SAGMAR SCAMAR Division Herfurth Shipping SEA INVEST SHIPPING AGENCY SHGT SHIPPING AGENCY SERVICE STE FRANCAISE DE CONSIGNATION TOS (Trans Ocean Shipping) UIM SM UMA FRANCE UNITED ARAB AGENCIES WATSON BROWN WORMS SERVICES MARITIMES ZIM FRANCE

Téléphone 02.35.25.90.30 02.35.19.72.72 02.35.19.83.00 02.35.19.62.40 02.35.20.53.53 02.32.74.89.30 02.35.42.26.91 02.32.74.86.20 02.35.53.50.05 02.32.74.04.90 02.35.19.73.40 02.32.74.16.00 02.35.21.11.22 02.32.92.59.59 02.32.74.35.35 02.32.74.10.00 02.32.92.52.90 02.32.74.50.60 02.35.19.34.84 02.35.25.57.28 02.35.25.90.20 02.35.19.23.00 02.35.19.86.46 02.32.74.53.00 02.35.19.70.62 02.35.53.03.43 02.35.19.39.91 02.35.19.85.00 02.35.19.30.00 02.35.19.78.77 02.35.53.50.80 02.32.74.25.50 02.35.21.88.60 02.32.74.24.00 02.32.74.68.00 02.35.24.16.66 02.35.19.81.00 02.32.74.35.10 02.32.74.54.00 02.35.19.59.00 04.88.91.75.03 02.35.53.52.00 02.35.22.81.30 02.35.19.66.50 02.35.53.51.30 02.32.74.24.89 02.35.19.17.80 02.35.25.57.00 02.35.19.73.93 02.35.19.51.51 02.32.72.72.20 02.35.19.83.17 02.35.19.83.17 02.35.19.51.51 02.32.74.95.22

Fax 02.35.25.90.47 02.35.21.42.34 02.35.19.83.13 02.35.19.62.49 02.35.20.53.86 02.32.74.89.79 02.35.21.31.35 02.35.19.83.13 02.35.24.00.52 02.32.74.04.99 02 35 19 73 41 02.35.53.18.98 02.35.41.74.89 02.35.43.64.65 02.32.74.35.29 02.32.74.10.10 02.32.92.52.98 02.35.53.38.57 02.35.19.34.94 02.35.53.05.84 02.35.25.90.46 02.35.19.90.95 02.35.22.85.79 02.32.74.52.83 02.35.19.70.92 02.35.53.02.91 02.35.19.39.92 02.35.19.85.01 02.35.19.62.52 02.35.19.78.93 02.35.25.34.46 02.35.53.84.33 02.35.21.88.79 02.35.41.14.41 02.32.74.68.10 02.35.53.29.96 02.35.22.62.14 02.32.74.35.29 02.32.74.53.99 02.35.21.56.79 04.88.91.75.15 02.35.53.52.48 02.35.22.44.65 02.35.19.66.69 02.35.53.53.71 02.35.21.38.15 02.35.19.17.81 02.35.24.34.56 02.35.19.73.99 02.35.19.51.82 02.32.72.72.21 02.35.19.83.13 02.35.19.83.13 02.35.19.51.82 02.32.74.95.23

Site Internet www.aclcargo.com www.agena.fr www.alianca.com.br www.alliance-europe.fr www.apl.com www.atlines.com www.cft.fr www.chinashipping.fr www.yml.com.tw www.cma-cgm.com www.coscon-france.fr www.delmas.com www.ecs.be www.evergreen-line.com www.fauveder.com www.sealogis.com www.hamburgsud.com www.hanjin.com www.hapag-lloyd.com www.hmm21.com www.hoegh.com www.humann-taconet.fr www.isamar.fr www.klineurope.com www.ldlines.fr www.logiseine.com www.maerskline.com www.marfret.fr www.molpower.com www.mscgva.com www.niledutch.com www.nykline.com www.oocl.com www.rsc.fr www.safmarine.com www.scamar-france.com www.sea-invest-sa.com www.shgt.fr www.sas-shipping.com www.sealogis.com www.uim.marine.free.fr www.uasc.net www.uasc.net www.royalburgergroup.com www.worms-sm.com www.zim.com


Prévisions de départs du port de Marseille

Groupage direct Hebdo Depuis Marseille / Fos sur

RICKMERS GROUP

Lignes Régulières Tour du Monde et Inde/Moyen Orient

Israel - Chypre Asie - Moyen Orient

Transport de marchandises conventionnelles, projets et colis lourds Départ des ports d’Anvers / Hambourg / Gènes ou autres ports en route si aliments suffisants

EUROPE TO SOUTH EAST ASIA / FAR EAST

EUROPE TO MIDDLE EAST / INDIA

Rickmers Hamburg ......... 3 Fév. Rickmers SINGAPORE ...... 20 Fév.

Rickmers Chittagong .... 24 Janv. Rickmers HAMBURG ......... 3 Fév.

l’antenne - Semaine 4 - Janvier 2014 - 11

et bien plus encore !!

Tél. 04 91 39 93 58 - marseille@tcclogistics.com

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

Elena Lazareva

LE PIRÉE - GEMLIK DERINCE

NEPTUNE THELESIS.............

28 Janv.

O.T.M.

10, place de la Joliette 13002 MARSEILLE Tél.: 04.91.91.04.04 Téléfax: 04.91.91.46.56 e-mail : otm@otm.fr

AMARSUD / GRIMALDI

T +33 (0) 1 55 81 09 30 elazareva@marmedsafr.marmedsa.com

Départs de MARSEILLE/FOS

Roulant - Projets - Conventionnel

Service hebdomadaire DIRECT au départ de FOS

Service hebdomadaire direct vers la Turquie

GEMLIK - DERINCE - YENIKOY En transbordement via SALERNE :

SERVICE MD2 : Ningbo - Shanghai - Xiamen - Kaohsiung - Yantian

Palerme - Malte - Tunis - Tartous - Le Pirée Beyrouth - Lattaquié - Al Khoms - Alexandrie

Singapour - Port Said - Ashdod

YM UTILITY 028E ....................................................... 23 Janvier YM UPWARD 031E...................................................... 5 Février YM ULTIMATE 043E..................................................... 13 Février HONOLULU BRIDGE 010E ........................................ 20 Février Réception Seayard FOSRéception Seayard FOS

GRANDE DETROIT ......................................................... GRANDE SICILIA ............................................................. Réception à FOS : Darse 3 - Nicolas Frères –––––––

PARIS : 01 58 58 02 32/40 LE HAVRE : 02 32 74 50 52/54

25 Janvier 28 Janvier

Service hebdomadaire depuis FOS

GRÈCE - TURQUIE - LIBAN ÉGYPTE - SYRIE - CANARIES MER NOIRE - LIBYE _____________

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

17 A, Av. Robert Schuman - 13002 Marseille Tél. : 04.91.15.44.00 - Fax : 04.91.56.09.10

BORCHARD LINES Ltd

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Marseille

Pour fret et réservations :

IMPORT ASIE / EXPORT ASIE & sous continent Indien

MARSEILLE : 04 96 17 17 72/91 LYON : 04 72 61 19 91

Au départ de

––––––

Marmedsa Paris : salesparis@marmedsafr.marmedsa.com Hervé Moigne Tél. +33 (0) 1 55 81 09 30 Mob. +33 (0) 6 10 65 38 30 hmoigne@marmedsafr.marmedsa.com

Service hebdomadaire Matériels roulant uniquement

SERVICE

Singapour - Hong Kong - Keelung - Busan Jakarta - Bangkok - Manille Tokyo - Osaka - Yokohama - Kobe - Australie

DIRECT

Full Containers 20'/40' au départ de MARSEILLE

Bosphorus Service

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

JOANNA BORCHARD............. 24 Janv. KATHERINE BORCHARD....... 30 Janv.

LE PIRÉE.................... AMBARLI.................... GEBZE YILPORT....... IZMIR...........................

4 5 6 7

jours jours jours jours

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

West Mediterranean Service

K-WAVE................................ FLINTERCOAST...................

Limassol.................. Ashdod..................... Haïfa.......................... Alexandrie............. Mersin......................

24 Janv. 30 Janv.

5 6 7 8 9

(transbordement Haïfa)

Les EUROS de l’ESPOIR®

jours jours jours jours jours

MARMEDSA MARSEILLE 59, av. André Roussin - BP 106 - 13321 MARSEILLE Cedex 16 Tél. 04 96 17 17 12 / 32 / 09 / 37 — Fax 04 91 09 38 22

www.cargo-lines.com

Les entreprises contre le CANCER

––––––––––––––––––––––

GEFLUC

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Beyrouth - Alexandrie - Ashdod - Haïfa Le Pirée - Limassol - Lattaquié

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

30, rue Montgrand 13006 MARSEILLE Téléphone 04.91.33.00.67 Chèque bancaire ou postal

–––––––––––––––––––––––––– S'adresse aux Entreprises, Commerçants, Artisans, et à leur personnel

––––––––––

Nous désirons participer à l'Action des

“EUROS DE L'ESPOIR”, ci-joint:

B’LADING CLUB L'amicale des professionnels du shipping marseillais Retrouvez-nous sur notre site :

www.bladingclub-marseille.com

l’antenne

SMECI au capital de 102.300 euros R.C. 448 889 395 00037 Siège social : 32, av. André-Roussin BP 36 - 13321 Marseille Cedex 16 sarl

ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

Dépôt Légal : 10 Avril 2006 Gérant : Jacques RICCOBONO ———— Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97

Site internet : www.lantenne.com

Publicité : Directeur commercial : F. Revenaz 04.91.13.71.60 Normandie : F. Papion : 06.21.88.97.42 Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 Abonnement : 04.91.13.71.62 Rédaction : V. Grunchec : redaction@lantenne.com f.andre@lantenne.com v.calabrese@lantenne.com

15,25  (minimum)

représentant notre cotisation pour un an.

NOM ........................................................ ................................................................... ADRESSE .............................................

ABONNEMENT FRANCE : Un an ……… 330,00 euros

...................................................................

Cette publication peut être utilisée dans le cadre de la formation professionnelle continue

...................................................................

——————

...................................................................


12 - Semaine 4 - Janvier 2014 - l’antenne

Rouen

Services Maritimes

ROUEN RADICATEL FINLANDE – RUSSIE

ROUEN-CASABLANCA Service conteneur hebdomadaire direct 4 Jours maroc@promaritime.fr

Nouveau service RO-RO & conventionnel direct sur St Petersbourg

Service conteneur : 20’ / 40’ / 45’ (dry, pallet-wide, high cube, flat) Service conventionnel : colis lourds, matériel roulant, yachts

finlande@promaritime.fr

Une desserte des pays côtiers et de l’hinterland de l’Afrique

Service RoRo et conventionnel depuis Rouen

Dakar, Abidjan, Tema, Lagos roro-afrique@promaritime.fr

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

 Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

au départ de Rouen Destinations côtières :

NOUAKCHOTT - DAKAR - ABIDJAN - CONAKRY - TÉMA LOME - COTONOU - LAGOS - DOUALA - LIBREVILLE PORT GENTIL - POINTE NOIRE - MOMBASA Destinations enclavées : NIAMEY - BAMAKO OUAGADOUGOU - BANGUI - N’DJAMENA - KINSHASA Contact : uro@tsl-nvocc.com - Tél. : 02.32.18.83.60

www.tsl-nvocc.com

Une maitrise de bout en bout avec le réseau du groupe Bolloré

Dunkerque  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

© Dunkerque Port

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

North West Europe

DUNKERQUE / ST-PETERSBOURG + reéxpédition RUSSIE Départ hebdomadaire Service direct Cotations et réservations

booking@dkk.sealogis.fr Tél. : 33.3.28.58.05.63

© Dunkerque Port

Services Maritimes


l’antenne - Semaine 4 - Janvier 2014 - 13

Le Havre

Services Maritimes

4

3 Afrique Occidentale et Equatoriale

Afrique du Sud et de l’Est Services Directs Hebdomadaires

AFRIQUE DU SUD

http://www.niledutch.com

Capetown - Durban Port Elisabeth - East London

SERVICE WEST AFRICA EXPRESS DIRECT : ABIDJAN - POINTE NOIRE LUANDA - LOBITO - NAMIBE Transbordement via Pointe Noire : LIBREVILLE - Douala - Matadi Bata - Malabo - APAPA

Chine - Japon - Australie Thaïlande - Vietnam- Indonésie

NILEDUTCH ORYX.................... 30 Janv. NILEDUTCH GEMSBOK............ 6 Fév. BELGICA.................................... 13 Fév.

LE HAVRE Tél. : 02.32.74.24.00 Fax: 02.35.41.14.41

ASIE

––––––––

Réexpédition possible depuis Pointe Noire sur Cabinda (Angola), Boma (RDC), Soyo (Angola)

MOL (EUROPE) BV

France

NileDutch France S.A.S. Espace Caillard - 3, rue Louis Eudier 76600 Le Havre Bertrand DEMARE 02.77.67.50.01 Nathalie LEVEEL 02.77.67.50.03 sales.leh@niledutch.com

5

Amérique du Nord

9

Moyen-Orient

10 ExtrêmeOrient

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

www.cargo-lines.com Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

SERVICE HEBDOMADAIRE DIRECT

www.cargo-lines.com

SERVICE CES

SERVICE RORO Europe - Middle East (EME SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH Europe - ASIA (ESEA SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH Europe - USA & SOUTH AMERICA WEST COAST (RTW SERVICE) 3 SAILINGS PER MONTH

Groupage direct Hebdo Depuis Le Havre sur

USA - Argentine - Asie Moyen Orient - Liban et bien plus encore !!

Tél. 02 35 25 57 45 - sales@tcclogistics.com

RAMP : 150WT MAX HEIGHT : 6,30 m

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

Prins Boudewijnlaan 43 B-2650 Edegem, Belgium Phone : +32(0)3 451.09.14

SERVICE HEBDOMADAIRE DIRECT

pierre.delatre@ne.nykline.com

IMPORT / EXPORT SERVICE TAE

31 Janv. 2 Fév.

Réexpéditions ports secondaires et villes intérieures —————

PARIS : Tél. : 01.58.58.02.38/07 21 LE HAVRE : Tél. : 02.32.74.52.39/54 STRASBOURG : Tél. : 03.88.55.96.40 MARSEILLE : Tél. : 04.96.17.17.87/93 LYON : Tél. : 04.72.61.19.91

6

EXPORT : AU DÉPART DU HAVRE Piraeus - Jeddah - Tanjung Pelepas Kaohsiung - Ningbo - Shanghai Taipei - HongKong - Shekou

+ Réexpéditions

- sur la Méditerranée Orientale et la Mer Noire - via le Piraeus - sur l’Afrique de l’Ouest ( NE6 ) - via Algeciras

- sur l’Afrique de l’Est - via Colombo / Tanjung Pelepas __________ PARIS :

LE HAVRE :

Tél. : 02.32.74.50.50

MARSEILLE :

Tél. : 04.96.17.17.70 Tél. : 04.72.61.19.91

14 Mer du Nord / Baltique LE HAVRE/ST PETERSBOURG & ARKHANGELSK + REEX RUSSIE/C.E.I. (CNTR DRY & REEFER/CONV) ARKHANGELSK LINES

Antilles / Amérique Centrale

Tél. : 01.58.58.02.22

STRASBOURG : Tél. : 03.88.55.96.40 LYON :

NEW YORK – NORFOLK CHARLESTON SANTA PAOLA....................... HANJIN PHOENIX.................

IMPORT : LE HAVRE, 1er PORT touché Kaohsiung - Ningbo - Shanghai - Taipei HongKong - Shekou - Tanjung Pelepas Piraeus - Algeciras LE HAVRE

AGENT GÉNÉRAL : LE HAVRE : 02 35 22 81 30 FAX : 02 35 22 44 65 saglehavre@wanadoo.fr PARIS : 01 44 09 47 09 - Fax : 01 40 55 05 66 sagparis@sagmar.com

a

LA RUSSIE ORIENTALE (Vostochniy, Vladivostok, Korsakov, Petropavlovsk-Kamchatskiy, Magadan)

AU DÉPART DU HAVRE AVEC

North West Europe départ hebdomadaire Cotations et réservations

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

 Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

didier.claudepierre@lhv.feron.fr Tél. : 33.3.35.25.88.22 eric.andraud@feron.fr Tél. : 33.3.35.25.57.35


14 - Semaine 4 - Janvier 2014

Mouvements Directeur supply chain Europe de vente-privée.com, Jean-Michel Guarnery succède à Frédéric Hendrick à la présidence de l’Association française pour la logistique (Aslog). Il a débuté sa carrière chez Ernst & Young en 1986 puis a rejoint en 1990 la division manutention PPM/Potain du groupe Legris Industrie au sein duquel il occupera successivement les fonctions de président de l’éditeur a-SIS et de Savoye Logistic. Président de CPEL en 2009, il est nommé directeur supply chain Europe de vente-privée.com en 2011.

❇ D’ici 2017, le groupe Labatut ambitionne de doubler son chiffre d’affaires pour atteindre 100 millions d’euros. Cet objectif a été confié à Jean-François Mounic nommé directeur général de l’entreprise spécialisée dans le transport, la location de véhicules, la logistique et la distribution urbaine. Il a pour mission de “renforcer notre modèle économique et accélérer la synergie entre nos branches d’activités. Il participera également, à mes côtés, aux opérations de croissance externes, et devra en assurer l’intégration”, précise André Labatut président du groupe éponyme. Aguerri aux fonctions commerciales au sein de Sernam, TNT France, ABX Logistics et Heppner, Jean-François Mounic a rejoint en 2007 Goodman France. Depuis 2010, il occupait le poste de directeur général de Goodman France et Europe du Sud.

Routier La concurrence déloyale et le dumping social dans le viseur Les préfets vont devoir renforcer les contrôles visant le transport routier, afin de lutter contre la concurrence déloyale et le dumping social dans ce secteur, conformément à une instruction interministérielle signée vendredi 17 janvier. Destinée aux préfets, signée avec les ministres chargés de la Concurrence, des Douanes, du Travail, du Redressement productif et de l’Intérieur, le texte redéfinit les points à contrôler, et renforce les sanctions, “là où l’action de l’État en matière de contrôle était dispersée”, a indiqué le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier. Le gouvernement souhaite notamment lutter contre le “cabotage routier irrégulier”, c’est-à-dire lorsque des routiers européens effectuent plus de trois chargements-déchargements en France dans un délai de sept jours, ce que dénoncent régulièrement les fédérations de transporteurs. Le gouvernement affirme ainsi sa volonté d’agir de manière efficace au niveau national. Il portera également cette orientation au niveau européen, afin de frapper encore plus fort contre le dumping social dans le transport routier. En effet, Frédéric Cuvillier avait annoncé le 5 décembre dernier la réunion d’une conférence avec ses homologues européens pour l’harmonisation sociale et contre la concurrence déloyale dans ce secteur. Cette table ronde se tiendra à Paris en avril prochain.

Emploi Le commerce de gros prévoit de recruter 50.000 personnes en 2014 et lance une campagne pour faire connaître ses métiers aux jeunes et aux demandeurs d’emploi, a annoncé la confédération du secteur. “Malgré le contexte économique, nous avons su résister à la crise. Une étude que nous avons menée fait ressortir que notre secteur va recruter 50.000 personnes, dont 95 % vont l’être en contrat à durée indéterminée (CDI)”, a affirmé Marc Hervouet, président de la Confédération française du commerce de gros et international (CGI). 40 % des métiers recherchés sont des commerciaux de niveau BTS à Bac +3, 35 % des métiers liés à la logistique (chauffeurslivreurs, magasiniers, préparateurs de commande ou manutentionnaires) avec un niveau de CAP à Bac +3. Les autres métiers recherchés sont administratifs, techniques ou d’encadrement en France et à l’international. Les salaires proposés sont “15 à 25 % plus élevés que dans le reste du commerce”, selon le président de la CGI.

Seront également contrôlés le travail illégal, particulièrement dans le transport léger de moins de 3,5 tonnes, le respect des temps de conduite et de repos, ainsi que la lutte contre certaines pratiques portant atteinte à la loyauté des relations entre les transporteurs et leurs donneurs d’ordre (délai de paiement, répercussion des variations de charge de carburant...). Les sanctions doivent également être renforcées : “Parallèlement aux sanctions pénales, le recours aux sanctions administratives sera renforcé pour agir de manière plus dissuasive”, précise le ministère. Il s’agit, selon le ministre de lutter “contre les injustices économiques et sociales que subit le pavillon français en raison de pratiques de distorsion de concurrence. Dans le transport routier, comme dans le transport maritime et aérien, nous allons endiguer le dumping social”. Les transporteurs routiers dénoncent régulièrement la concurrence des poids lourds étrangers, en particulier venue d’Europe de l’Est ou l’utilisation par de grands groupes de travailleurs détachés. En novembre dernier, Frédéric Cuvillier avait fait le lien entre mécontentement contre l’Écotaxe et contre le dumping social. En 2012, 109.574 poids lourds français et étrangers ont été contrôlés et 21 % se trouvaient en infraction, selon les chiffres du ministère. La grande majorité de ces infractions concernaient la réglementation sociale européenne.

Frets maritimes Les vracs secs tentent un rebond Les vracs secs ont poursuivi leur chute en début de semaine dernière avant de tenter un petit rebond tandis que les frets pétroliers poursuivaient leur hausse. Le Baltic Dry Index a fini vendredi 17 janvier à 1.421 points. Le Baltic Capesize Index a terminé la semaine à 2.026 points. “Le marché des capesize a piqué du nez depuis le début de l’année”, ont souligné les analystes de Macquarie. “Une chute des tarifs à la fin du quatrième trimestre et au début du premier trimestre est cohérent avec les tendances saisonnières étant donné que les volumes d’exportation de minerai de fer du Brésil et d’Australie (les deux premiers exportateurs mondiaux) ont tendance à chuter” à ce moment-là, ont-ils expliqué. “Cependant, cette dynamique a été exacerbée cette année par l’absence de livraisons de charbon du deuxième producteur de Colombie, Drummond, qui, semble-t-il, ne pourra pas exporter jusqu’au deuxième trimestre”, ont-ils ajouté. Sur le marché des panamax, les opérateurs faisaient également preuve d’un peu plus d’optimisme, notamment en anticipation de la saison des céréales. Le Baltic Panamax Index a terminé à 1.564 points vendredi 17 janvier. De leur côté, les frets pétroliers ont poursuivi leur hausse, surtout pour les prix des acheminements de pétrole brut, qui ont atteint leur plus haut depuis cinq ans. “Le marché des VLCC dans l’Atlantique a expérimenté une énorme hausse des tarifs pour tous les voyages, sauf vers l’Afrique de l’Ouest”, ont observé les analystes du courtier maritime Fearnleys, pour qui cette augmentation est due à un manque de navires disponibles. L’indice Baltic Dirty Tanker Index a fini à 1.273 points vendredi 17 janvier. Le Baltic Clean Tanker Index a terminé à 612 points vendredi 17 janvier.

L’Union des transports publics et ferroviaires plébiscite l’Écotaxe Alors que la mission d’information parlementaire sur l’Écotaxe poursuit ses auditions, les conséquences de sa suspension pour une durée indéterminée inquiètent l’UTP. Ses ressources devaient en effet abonder le budget de l’Afitf et donc servir au financement d’infrastructures de transport. “Bon nombre de projets pourraient ne pas voir le jour faute de moyens financiers suffisants”, alerte l’Union citant, par exemple, les aménagements déposés lors du troisième appel à projets “Transports collectifs et mobilité durable”, ou ceux sélectionnés par la commission Mobilité 21. “L’Écotaxe devait représenter en 2014, 20 % des ressources de l’Afitf. Son report sine die remet

directement en cause 500 millions d’euros de travaux prévus cette année dans le domaine des infrastructures, parmi lesquels l’entretien, la modernisation et la sécurisation des voies ferrées”. Quant à un

éventuel financement via un redéploiement budgétaire, “il ne doit en aucun se faire, comme en 2013, au détriment du versement pas l’État à Réseau ferré de France des sommes dues au titre de son soutien au développement du fret ferroviaire”. L’an passé, les pouvoirs publics ont en effet annulé le versement à RFF de 135 millions d’euros de compensation au titre des péages fret. Dans ce contexte, l’UTP demande à l’État qu’un effort d’information soit engagé sur les finalités de l’Écotaxe, son impact sur le prix final à la consommation, et sur les enjeux de financement des infrastructures routières, ferroviaires et de transport public. Érick DEMANGEON

Agenda L’organisateur du China International Logistics and Transportation Fair – CILF – qui se déroule à Shenzen chaque année a nommé un agent en France afin d’attirer davantage d’exposants français. Lors de sa huitième édition, en octobre 2013, le CILF a accueilli 1.200 exposants issus de 39 pays et 87.000 visiteurs professionnels. Toutes les facettes du transport et de la logistique sont représentées sur le CILF mais le secteur maritime y a une place prépondérante avec la présence de nombreux ports chinois et européens, des plus grands armateurs et des commissionnaires de transports internationaux. Le prochain salon CILF se déroulera à Shenzhen du 14 au 16 octobre mais ses organisateurs viendront au salon SITL à Paris en avril et ils pourront rencontrer Florence Aubergier, représentante du CILF en France. Pendant neuf ans, elle fut responsable du bureau du port du Havre à Lyon et elle est aujourd’hui consultante marketing et communication dans le domaine des transports et de la logistique.

Bibliographie Transport de fret et entreposage confondus, la logistique pèse près de 180 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 1,6 million d’emplois. Soit le 5e pôle d’activité économique en France après l’industrie, la construction, le commerce et l’hôtellerie-restauration. À l’approche des prochaines échéances électorales, l’Afilog a souhaité sensibiliser élus et représentants de collectivités territoriales sur ce poids économique à travers l’ouvrage “Logistique : la nouvelle industrie française”. De 106 pages, cet outil pédagogique présente sous la forme de témoignages et de réalisations, les valeurs ajoutées de la logistique et ses différents métiers au service de l’attractivité des territoires. Préfacée par François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône, cette initiative part du constat dressé par Claude Samson, président d’Afilog : “Trop rares sont les décideurs politiques intégrant l’urgence d’une vraie politique d’aménagement du territoire permettant tout à la fois de répondre aux exigences des consommateurs à l’échelle nationale, et de profiter de l’extraordinaire potentiel de croissance à l’échelle locale que le déploiement de la logistique favorise”.

Réforme Les représentants de la zone européenne de l’International Dockers Council (IDC-E) et la Fédération européenne des travailleurs du transport se sont réunis le 8 janvier dernier à Lisbonne pour débattre des effets de la réforme portuaire au Portugal en 2012. Les organisations syndicales lui reprochent d’avoir détérioré progressivement le trafic dans les ports du pays. “Le conflit portugais est une conséquence directe des mesures d’austérité imposées par la Troïka (la Commission européenne, la Banque centrale et le Fonds monétaire international) au Portugal comme condition pour obtenir une aide financière”, explique l’IDC. Les syndicats jugent que “la nouvelle loi viole les principes exprimés par la convention de l’OIT sur le travail portuaire ratifiée au Portugal”. Les préoccupations à propos de la situation dans le pays seront exposées pendant l’audience publique sur la régulation des services portuaires européens qui sera célébrée le 29 janvier 2014 au Parlement européen, à Bruxelles, indique l’IDC.

Hebdo sem4 2014