Issuu on Google+

Rouen : Le SRCTT très attentif à l’offre de lignes régulières

69ème année Semaine 22 - Mai 2014

ISSN 0395-8582 - CPPAP 0319T79480

Maritime

Nouveau capitaine pour la SNCM © Franck André

Institutions/ Infrastructures

EUROREGIE 12/2013

48 rue de l’Aubépine International Transport Company 92160 ANTONY Freight Forwarder - Project & Oil Field cargo Tél : + 33 1 55 59 07 70 Fax : + 33 1 49 84 06 54 - Deepwater and off shore project - Supply chain specialist mailto: infos@transprojets.com - 4 PL dedicated Agencies in Nigeria (Lagos and Port Harcourt) http://www.Transprojets.com

o d b e l’h

Armateurs de France : “L’Union européenne n’est pas restée inactive” AACN : Pour la création d’un fonds de développement Entreprises AP Möller-Maersk : Conteneur et pétrole dopent le résultat MyFerryLink : Le Royaume-Uni confirme l’interdiction à Douvres Hapag-Lloyd : Résultats dans le rouge avant la fusion avec CSAV International Allemagne : Hambourg prend des parts sur le range Nord Belgique : Accord entre Yamal LNG et Fluxys à Zeebrugge

www.lantenne.com

Le principal actionnaire de la SNCM, Transdev, a définitivement repris en main mercredi 28 mai la compagnie maritime en obtenant la nomination à sa tête de son candidat, Olivier Diehl, au grand dam des syndicats, qui y voient les prémices d’un démantèlement. Lors d’un conseil de surveillance houleux à l’intérieur et tendu à l’extérieur – le PDG de Transdev, Jean-Marc Janaillac, est sorti protégé par les CRS, sous les huées et insultes de salariés de la SNCM –, Transdev a pu compter sur les voix des trois  administrateurs de l’État en plus des siennes pour imposer son candidat contre l’avis des quatre représentants de salariés. Transdev a de nouveau fixé à Olivier Diehl, chef d’entreprise de 58 ans, décrit comme “expérimenté et reconnu” dans le monde du transport, la mission de “dresser un état des lieux lucide de la situation de la compagnie et, en lien avec les actionnaires, d’identifier les solutions permettant de résoudre les difficultés nées d’une exploitation chroniquement déficitaire et des demandes de remboursement de l’Union européenne (440 millions d’euros de subventions jugées illégales par Bruxelles)”. Ce travail “devra être conduit avec le souci de préserver le maximum d’activités et d’emplois”, précise Transdev. L’État, qui faisait figure d’arbitre, a lui justifié son soutien au nouveau dirigeant par la nécessité pour l’équipe dirigeante de “travailler et d’agir en confiance avec son principal actionnaire” et de “restaurer une gouvernance pleinement opérationnelle”. Plus curieusement, il demande à la nouvelle direction d’étudier “la faisabilité financière de

l’acquisition de nouveaux navires”. L’un des principaux dirigeants de Transdev a pourtant rejeté en bloc cette hypothèse mardi : “Ce ne sont pas de nouveaux bateaux qui sauveront la SNCM”, avait tranché Jérôme Nanty, secrétaire général de Transdev et futur président du conseil de surveillance de la compagnie. Il avait également qualifié le plan de l’ancienne direction, dont le renouvellement des navires constituait l’armature, de “fuite en avant irréaliste”.

Même tonalité chez la CGT : “Soit on a un gouvernement de transition énergétique et de relance industrielle, soit on a un gouvernement ultralibéral qui pratique la casse industrielle sur le port. Il est clair pour nous qu’il y a une fuite en avant de l’État avec Transdev”, a jugé son délégué, Frédéric Alpozzo, stigmatisant une “schizophrénie de l’État”. Le comité d’accueil préparé par les quelque 200 salariés et sous-traitants, qui ont bruyamment manifesté leur rancœur à l’entrée du conseil à coups d’insultes, invectives et fuTempête sociale migènes, visant les représentants de l’État et en vue de Transdev, laisse présager de la tempête social qui s’annonce sur le port de Marseille. Les syndicats de salariés lisent pour leur Tout comme la menace de grève à peine part dans cette élection un nouveau reniement voilée brandie par la CGT (majoritaire), elle de la part du gouvernement, après l’éviction ne rend que plus difficile à mettre en œuvre de la précédente direction lors du dernier l’autre mission assignée à Olivier Diehl par conseil de surveillance le Transdev  : “Assurer le 12 mai, avec en filigrane succès de la saison d’été, la crainte d’un démantèleindispensable pour ne pas “Le plan de ment. Transdev n’a en effet compromettre l’avenir à jamais caché son souhait de court terme de l’entrel’ancienne direction, se retirer de la SNCM, elle prise”. “À mon sens, il n’y une fuite en avant aurait déjà entamé des néa que le rapport de force gociations avec l’armateur et la grève qu’est capable irréaliste” Daniel Berrebi, dirigeant d’entendre ce gouvernede la société américaine ment, comme d’ailleurs Baja Ferries, selon les dires les précédents”, selon de ce dernier. Pour le représentant CFE-CGC Frédéric Alpozzo, qui a promis, à la sortie des salariés au conseil de surveillance, Pierre du conseil, “des actions et des mobilisations Maupoint de Vandeul, l’État “donne totale- dans les prochains jours”. “Je consacrerai ment la main à Transdev”. “De manière très toute mon énergie à apaiser les tensions des officielle dans l’ensemble des longs débats derniers mois, assurer l’avenir de ses actividu jour, l’État confirme l’abandon du plan tés et remettre l’entreprise au service de ses industriel”, a-t-il analysé. Il accuse de plus clients”, a promis pour sa part l’intéressé lors Transdev et l’État d’avoir organisé “une cam- de l’annonce de son élection. pagne de diabolisation de la SNCM” et de ses 2600 salariés, afin de “ne pas porter la responThibault Le Grand sabilité du démantèlement” de la compagnie. et Renaud Lavergne


Infrastructures/Institutions

2 - Semaine 22 - Mai 2014 - l’antenne

Rouen

Le SRCTT très attentif à l’offre de lignes régulières © Haropa

Le Syndicat rouennais des commissionnaires de transport, transitaires (SRCTT) vient de tenir son assemblée générale annuelle, sous la présidence de Philippe Carton. Il a dressé un bilan de l’activité 2013 et abordé les questions d’actualité. communautaire AP+. “70 entreprises ont été utilisatrices, soit 9 % de plus”. Au total, le nombre de messages informatiques s’est contracté de 3,9 %, avec une stabilité au niveau des importations. Huit stagiaires, issus de trois entreprises ont suivi des formations dans le domaine de la commission de transport.

© Jean-Claude Cornier

RVSL, une zone très attractive

Philippe Carton, président du SRCTT

Le syndicat professionnel SRCTT, qui réunit les commissionnaires de transport rouennais, a tenu la semaine dernière son assemblée générale annuelle. Éric Eskinazi, secrétaire du syndicat, a présenté le bilan d’activité 2013, marqué notamment par une augmentation du nombre d’entreprises utilisatrices du système

Par ailleurs, le SRCTT est demeuré très attentif à l’évolution de l’offre de liaisons régulières proposées au port de Rouen. “C’est un travail sans relâche”, souligne Éric Eskinazi. Le syndicat a également invité plusieurs armements pour qu’ils présentent leur offre de service aux pays”. Il est donc important professionnels. de maîtriser ces flux. Les nomPhilippe breuses imCarton, présiplantations des dent du syndicat, professionnels “70 entreprises relève que des rouennais sur utilisatrices évolutions se font place sont un du système sentir dans les atout indéflux d’échanges, communautaire AP+” niable à ce en particulier vers niveau. les Dom. “Nous Le président voyons aujourd’hui davantage a également souligné les qualités de cross-trade, avec des flux qui de la zone Rouen Vallée de Seine viennent de Chine ou d’autres Logistique, de Grand-Couronne.

Elle compte aujourd’hui près de 800 emplois. “Cette zone est très attractive. Beaucoup de conteneurs sortent de celle-ci”. Il a également souligné que la profession évolue et s’adapte sans cesse : “nous investissons en permanence”. À l’issue de cette réunion, a été mis en place le nouveau bureau. Philippe Carton (TTOM) a été reconduit dans ses fonctions de président. Le bureau comprend également Pascal

Cohen (Somatrans), Bruno Cordonnier (Saga France) et Philippe Dehays (Centrimex) comme vice-présidents, Sylvain Lanzini (Schenker), trésorier, et François Loriot (SDV-LI), secrétaire. Quatre membres le complètent (Isabelle Chambault d’Ocetra, Camille Pailleux de Stef-Transport, Pierre Paraud de Setcargo et Franck Sturm d’Alpha Transit). Jean-Claude Cornier

Dunkerque

Dunkerque a l’intention de développer l’activité de croisière en profitant notamment de la qualité de ses connexions avec les pays voisins. Le port du Nord vient de lancer sa saison avec l’escale du “Costa Classica”. L’escale du “Costa Classica” le 12 mai a lancé la saison de croisières au Grand Port maritime de Dunkerque. Ce navire de 221 mètres de long, partiellement affrété par le tour opérateur TAAJ, a emmené ses passagers à la découverte des ports de Norvège et de la Baltique jusqu’au 24 mai (Copenhague, Gdynia, SaintPétersbourg, Tallinn, Stockholm et Amsterdam). Deux autres escales du “Costa Classica” sont prévues au cours de cette saison à Dunkerque, les 24 mai et 1er  juin. Elles seront suivies de celles du “Minerva” le 5 juin, du “Braemar” le 7 juin et du “Saga Pearl” le 28 juillet. Depuis peu, Dunkerque se positionne sur l’activité croisière, une “niche de développement” qui “peut contribuer à renforcer l’attractivité des commerces du centre-ville mais aussi l’hôtellerie et les agences maritimes qui ont la charge de consigner ces navires”, selon l’établissement. Le port du Nord accueille quatre à sept paquebots par an, soit 37.000 passagers, depuis 2011. “Grâce à sa situation géographique privilégiée, le port

de Dunkerque permet d’accéder rapidement aux pays d’Europe du Nord”, argumente la direction du GPMD, qui vante “la fluidité des pré-acheminements ferroviaires et autoroutiers, qui a séduit Costa Croisières pour sa clientèle française et issue des proches pays européens”. Un club de la croisière a été créé en juin 2013 par le port, l’office de tourisme, la Communauté urbaine et la Ville. Le rôle de ce “DK Cruise Club” est d’assurer la définition et les conditions de développement de la filière croisière maritime. Franck ANDRÉ

Module “Gestion de stocks” dans AP+ Testée et déployée à Dunkerque, la gestion de stocks à quai et dans les entrepôts MDT est un nouveau module du CCS AP+ développé par MGI avec le concours du Gecom. Depuis avril 2013, la communauté portuaire de Dunkerque a adopté le Cargo Community System AP+. Déployé par MGI et enrichi de plusieurs fonction-

© GPMD

Le GPMD veut compter parmi les ports de croisière

nalités de Gemini, système exploité auparavant et conçu par l’Union maritime et commerciale de Dunkerque via le Gecom, le CCS a connu plusieurs améliorations au cours des douze derniers mois. Ces nouvelles applications concernent notamment l’empotage en magasin de dépôt temporaire (MDT), les procédures fluvio-maritimes avec les ports de Lille et de Dourges, et la déclaration des navires pour la collecte des droits de port. Depuis quelques semaines, les équipes de MGI et du Gecom y ont créé un nouveau module dédié à la gestion des stocks à quai et hors port dans un entrepôt MDT, ainsi qu’à la gestion matière. Il permet notamment d’effectuer des requêtes sur les niveaux de stocks dans ces entrepôts. À ce jour, une quarantaine de personnes employées par des transitaires dunkerquois ont été formées à l’utilisation de ce nouveau module de gestion des stocks susceptible d’être implanté dans les CCS AP+ des autres ports français. Érick DEMANGEON


Infrastructures/Institutions

l’antenne - Semaine 22 - Mai 2014 - 3

Armateurs de France

“L’Union européenne n’est pas restée inactive”

À quelques jours des élections a pris des mesures en faveur européennes, Raymond Vidil, le du report modal. “Non, président d’Armateurs de France, l’Union européenne n’est pas a donné une tournure très com- restée inactive”. À ses yeux, munautaire à une intervention elle “cherche à imposer une devant les membres de l’Union réglementation”. des avocats européens (UAE), à Il a rappelé la publication Marseille. du “Livre blanc” en 2001, Intitulé “Le Pavillon français intitulé “La Politique européenne face au pavillon européen”, le des transports à l’horizon 2010. débat organisé par la délégation Après avoir démenti “la dimensupranationale Méditerranée sion théorique” de ce document, Paca Corse Ligurie de l’UAE a qui comporte 60 mesures, il a été l’occasion pour le représen- évoqué la publication, en 2007, tant des armadu “Livre vert”. teurs français Le président de rappeler que, “Bruxelles cherche d’Armateurs de malgré la créaFrance a égaà imposer tion du Registre lement remis i n t e r n a t i o n a l une réglementation” en mémoire les français (RIF), trois paquets léle déficit dont gislatifs visant à souffre le pays est dû à un sur- améliorer la sécurité et la sûreté coût lié à l’organisation du tra- suite au naufrage du pétrolier vail de 40 %. Raymond Vidil “Erika” en 1999 et à celui du prône donc “la fixation d’un “Prestige” en 2002. cap pour la sauvegarde et la Sur le front du report modal, croissance du transport mari- l’Europe a également mis en time”. Au plan européen, tor- place le programme Marco Polo dant le cou à une idée reçue destiné à encourager notamment selon laquelle Bruxelles n’avait les “autoroutes de la mer”. Il rien fait pour le transport ma- souhaite que le “short sea shipritime ces dernières années, il ping” puisse se développer a souligné que la Commission “face à la route, son concurrent

© Afcan

Alors que 22% des Français, selon le sondage d’Ipsos-Steria, jugent que l’appartenace de la France à l’Europe est “une mauvaise chose” à l’Europe, les armateurs du pays estiment que l’UE a œuvré en faveur du transport maritime. Témoignage de Raymond Vidil, président d’Armateurs de France, qui continue de défendre bec et ongles les intérêts de la profession.

quasi-unique, malgré les nombreux obstacles dressés”. Concernant le réseau transeuropéen de transport (RTET), il est convaincu qu’il a vocation à faire “disparaître les goulets d’étranglement, à favoriser les passages de frontière et à améliorer l’intermodalité”. Il place ses espoirs dans le coordonnateur des autoroutes de la mer, estimant qu’il doit dynamiser ce mode. “Elles constituent un élément indispensable de la chaîne de transport européenne”, insiste-t-il. Sur le thème de mesures telles que l’Écotaxe, il met en garde “il ne faudrait pas qu’elles soient contre-productives en conduisant

Automatisation du dernier barrage manuel

Entre Paris et Montereau, Vives-Eaux est le dernier barrage manuel à être reconstruit sur la Haute-Seine. Un ouvrage stratégique pour la circulation fluviale puisqu’il est fréquenté par 13.000 bateaux par an dont de commerce avec un trafic de 4,5 millions de tonnes par an ! Après la mise en service du barrage du Coudray en 2013, ce nouveau chantier représente un investissement de 40 millions d’euros cofinancés par VNF (Voies navigables de France), la région Île-de-France, l’Agence de l’eau Seine-Normandie, le département de Seine-et-Marne et plusieurs communes.

Vue d’architecte du futur barrage de Vives-Eaux © VNF

GNL : “un calendrier extrêmement contraignant” Autre sujet sur lequel la Commission européenne a travaillé ces dernières années, l’optimisation de la pollution des carburants utilisés par les navires. Raymond Vidil a rappelé que l’annexe VI de la convention internationale Marpol, qui impose l’emploi d’un carburant à 0,1 % de soufre dans les zones Seca, a été transposée en droit européen.

Sur cette question, les armateurs français, selon lui, estiment que le texte pourra bien être applicable à partir du 1er janvier 2015 mais “sur des navires neufs”. Quant à l’utilisation du GNL, évaluée comme “une voie prometteuse permettant de répondre aux objectifs actuels de réduction des émissions”, il estime que “le calendrier est extrêmement contraignant” pour les entreprises du secteur qui se trouvent confrontées à d’importantes questions techniques, économiques, financières et réglementaires. Vincent Calabrèse

Bordeaux

Haute-Seine

Dans le cadre de la modernisation du réseau navigable, VNF lance la reconstruction du barrage de Vives-Eaux sur la Seine. Pendant la durée du chantier, soit quatre ans, le trafic sera maintenu sans interruption.

tout simplement à faire du report modal inversé : de la mer vers le camion”. Reste à savoir si elle sera maintenue ou abandonnée.

À l’issue de quatre ans de travaux jusqu’en 2017, le barrage de Vives-Eaux construit en 1928 sera entièrement automatisé. Le chantier prévoit la reconstruction en totalité de l’ouvrage, qui comprend deux  écluses pour le passage des bateaux fluviaux, à 70 mètres du site existant qui sera détruit. Débuté il y a quelques semaines, il consiste dans une première phase à réaliser des dragages et déroctages pour approfondir le lit de la rivière et ainsi permettre la construction des fondations. Durant la durée du chantier, deux grues principales seront déployées : une aménagée dans le lit de la rivière d’une capacité de 12 tonnes à 23 mètres et de 2,8 tonnes à 75 mètres assurant l’approvisionnement en matériaux depuis la rive, et une sur un ponton flottant avec une flèche de 42 mètres. Point important : le trafic sera maintenu tout au long des travaux. Érick DEMANGEON

Europorte exploitera un terminal sur l’estuaire Europorte, filiale de fret ferroviaire d’Eurotunnel, a annoncé jeudi 22 mai avoir été choisi par le GPMB pour l’exploitation du terminal de conteneurs portuaire du Verdon, à l’extrémité de l’estuaire de la Gironde. Europorte va exploiter le terminal de conteneurs portuaire du Verdon, sur l’estuaire de la Gironde. Le groupe a été désigné comme “titulaire pressenti” à l’issue d’un appel d’offres lancé en juin face à trois autres candidats : PortSynergy projects, Sea  Invest Bordeaux et Terminal du Grand Ouest. le port de Bordeaux souhaite relancer le terminal du Verdon “en prévision de la croissance anticipée des volumes à destination du Grand SudOuest”, précise Europorte. La durée de la convention qui liera l’exploitant au Grand

Port maritime de Bordeaux sera fixée lors des négociations à venir. Europorte sera en charge de l’exploitation du terminal et des aménagements nécessaires aux opérations de débarquement, d’embarquement, de manutention et de stockage liés aux navires ainsi qu’aux pré et post-acheminements. Le terminal du Verdon peut accueillir des navires à fort tirant d’eau mais son accessibilité est plus limitée que celle des autres terminaux de l’estuaire. L’opérateur est déjà présent sur les ports de Dunkerque, du Havre, de Rouen, de Saint-Nazaire et de La Rochelle, ainsi que sur ceux de Paris et de Strasbourg. Le GPMB est le septième port français avec un trafic de 9,05 millions de tonnes en 2013. Il a été sélectionné par la Commission européenne pour y favoriser “l’activité conteneurs”, dans le cadre d’un projet d’axe ferroviaire reliant l’Espagne et le Portugal au reste de l’Europe.


Infrastructures/Institutions

4 - Semaine 22 - Mai 2014 - l’antenne

AACN

Pour la création d’un fonds de développement

© Afilog

Le président de l’Association des agents et consignataires de navires de Marseille-Fos (AACN), Jaap van den Hoogen, prône la mutualisation des coûts supplémentaires du remorquage à Marseille Est et souhaite voir créer une commission d’étude de compétitivité portuaire de même qu’un fonds de développement pour aller chercher des trafics. Les revendications de l’exigeant représentant des agents maritimes marseillais restent nombreuses...

Jaap van den Hoogen, président de l’AACN

À mi-mandat, Jaap van den Hoogen, qui s’exprimait la semaine dernière à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de l’AACN, a une nouvelle fois montré qu’il conserve des exigences vis-à-vis de la place portuaire marseillaise. Bien que les chiffres aient nettement progressé, il reste convaincu que certaines questions restent en suspens. En matière de services aux navires, le président de l’association professionnelle estime que “l’obligation d’utiliser

alimenté par les professionnels et mis à disposition par MGI pour amorcer la pompe”. Ainsi, les portuaires pourraient créer des dispositifs sur le modèle du projet de navette ferroviaire pour la Suisse sans devoir convaincre des investisseurs potentiels. Sur le dossier de l’informatique portuaire, il insiste : “Il deux remorqueurs dans les bas- serait inacceptable qu’un autre sins Est de Marseille” (à l’ex- système qu’AP+ s’introduise ception de la Corse et de la croi- dans les ports français”. Q u a n t sière qui en sont au Conseil exemptées), pour de dévelopdes motifs de sé“La Corse a pesé pement du curité, représente dont un surcoût”. Il sur les chiffres des GPMM, le mandat demande “soit à de l’État de prendre quatre premiers mois” vient s ’ a c h e v e r, à sa charge ce il souligne coût supplémentaire, soit de mutualiser celui- l’importance d’y voir “davanci”. “Même si ces deux remor- tage de professionnels” en faire queurs sont moins chers que partie. Mises à part ces quelques ceux de Fos, la différence de coût entre les deux bassins s’élève à questions qui restent en suspens, selon lui, de nombreuses condi24 %”, souligne-t-il. tions sont réunies aujourd’hui dans le port phocéen pour que le Une commission trafic reparte à la hausse. évaluant “Pour la première fois, avec la compétitivité 16 escales de plus en 2013, soit Sur le chapitre de la compéti- 8.204 navires dans les deux bastivité, Jaap van den Hoogen vou- sins de Marseille-Fos, le nombre drait que le port de Marseille-Fos d’escales n’a pas baissé”, se crée une commission étudiant la félicite Jaap van den Hoogen, compétitivité sur le modèle de selon les chiffres qu’il détient celle qui a été mise en place en précieusement et qui lui servent de marqueurs. Il constate touteEspagne au plan national. Quant aux nouveaux trafics fois que ce nombre a reculé de que le port phocéen souhaite 37 au cours des quatre premiers capter ou attirer de nouveau, le mois de 2014. Il attribue ce repli président de l’AACN juge que la à la perte de 48 navires à destinasolution réside dans la création tion de la Corse par rapport à la d’un “fonds de développement même période de 2013 auxquels

Cluster Paca

logistique

Signature d’un partenariat avec le Cluster GAT Caraïbes Le Cluster Paca logistique et le Cluster GAT enjeux. Parmi ceux-ci figurent notamment le Caraïbes ont établi une convention de partena- développement des approvisionnements sur le riat. L’accord, signé le 7 mai dans les locaux marché local et intra-Caraïbes, le développedu Grand Port maritime de la Martinique par ment des flux entre la Grande Caraïbe et l’AméIsabelle Bardin, la déléguée générale du Cluster rique centrale et du Sud, la mise aux normes Paca Logistique et le “post-manufac(CPL), et la présituring”. Le renfordente du Cluster GAT cement des liens Caraïbes, Sandra entre la Martinique Casanova, prévoit et le Brésil apporte la d’établir entre les deux preuve des échanges structures des relations mis en place. de travail régulières. La déléguée généUne délégation rale du CPL souhaite en provenance de que la délégation renMartinique devrait contre en septembre d’ailleurs se rendre en les entreprises du septembre à Marseille secteur agroalimendans l’objectif de venir taire de la région Isabelle Bardin et Sandra Casanova travailler notamment Paca. sur l’entreposage logistique mutualisé, la manière Elle est aujourd’hui convaincue que le dont la communauté portuaire s’y est pris pour Cluster GAT Caraïbes pourra constituer “pour faire renaître le poste d’inspection frontalier (PIF) les adhérents (du Cluster Paca Logistique) la et la rationalisation des taxes et douanes, confie tête de pont pour les Caraïbes et l’Amérique Isabelle Bardin. centrale”. Elle explique que les logisticiens situés aux Antilles sont aujourd’hui face à quelques V. J. C.

il faut ajouter la perte continue du trafic pétrolier et le repli du méthane. Ces suppressions d’escales ont été partiellement compensées par la bonne tenue du conteneur et par la forte hausse de la croisière. En matière de conteneur, le président de l’AACN constate que le trafic, qui s’est établi

à 1.097.000  EVP, illustre “le retour de la clientèle dans ce contexte de crise”. La tendance s’est poursuivie au cours des quatre premiers mois de l’année puisque la progression s’est déjà élevée à 22.000 EVP. “Des conteneurs pleins”, souligne-t-il. Vincent Calabrèse

Mulhouse-Rhin

Du terreau venu d’Allemagne Dans les ports de Mulhouse-Rhin, un nouveau trafic a vu le jour depuis quelques mois : du terreau venu d’Allemagne. L’entreprise Vulkatec a ouvert un site de distribution de 20.000 à 30.000 tonnes par an sur le site de Huningue. Les ports de MulhouseRhin accueillent un nouveau trafic depuis quelques mois. Leur site de Huningue abrite un centre de distribution régional de Vulkatec. Cette société allemande produit des terreaux de végétalisation à partir de pierre de lave, pour les aménagements paysagers et pour le bâtiment en particulier les toitures végétalisées. Le trafic à Huningue représentera 20.000  à 30.000 tonnes

2010

annuelles, soit environ 10 % de l’activité de l’entreprise familiale allemande de 60 salariés pour 20 millions d’euros de chiffre d’affaires. “Comme notre site de production est implanté dans la région de Coblence à la confluence du Rhin et de la Moselle, les terreaux peuvent aisément s’acheminer par voie fluviale vers nos dépôts régionaux en Allemagne (Stuttgart, Hambourg…) et dans les pays voisins (Belgique, Pays-Bas...) dès lors qu’ils sont eux-mêmes raccordés à la voie d’eau. Ce qui est le cas de Huningue”, souligne Manfred Scherer, responsable de l’activité France. Frontalier de la Suisse et de l’Allemagne du Sud, le nouveau site desservira un rayon principal de 150  km qui peut toutefois s’étendre ponctuellement au-delà, jusqu’à Lyon. Christian Robischon

I.MessinaFrance S.A.S.

L’armement Ignazio Messina & C. développe le Nord Europe. Mise en place d’un nouveau service dédié aux ports d’Anvers, Rotterdam et Amsterdam, ainsi qu’aux ports portugais L’armateur Ignazio Messina & C. renforce sa présence en Europe du Nord et au Portugal, avec la mise en service d’une nouvelle ligne. À compter de la mi-mai 2014, un service de transport containers et ro/ro reliera les 02 hubs de Barcelone et Castellon aux ports d’Europe du Nord et du Portugal. Grâce à ce lien, ces escales seront en connexion directe avec les lignes Messina par-delà le canal de Suez, avec celles de la COA, et celles d’Afrique du Nord, marchés où la compagnie génoise est présente depuis plus de 90 ans. Le M/V “JOLLY MARRONE” escalera tous les 15 jours à Anvers, Rotterdam et Amsterdam via Anvers, pour le transport de containers exclusivement, et à Setubal/Lisbonne et Leixoes (via Setubal), pour le transport de containers standard et spécialisés, de matériel roulant et de conventionnel sur remorques mafi. Jusqu’à présent, les ports d’Anvers et de Setubal étaient escalés en direct par les navire en provenance de la COA.


Entreprises

l’antenne - Semaine 22 - Mai 2014 - 5

AP Möller-Maersk

Conteneur et pétrole dopent le résultat Au premier trimestre, le bé- amélioration de 250 millions néfice net du groupe danois de dollars par rapport au preAP  Möller-Maersk s’est élevé à mier trimestre 2013 en dépit des 1,15  milliard de dollars, contre faibles niveaux des taux de fret”. 710 millions un Le groupe attrian plus tôt, alors bue cette emque les analystes bellie à la crois“Croissance du cabinet Dow sance de 7,3 % Jones Newswires de 7,3 % du trafic du trafic et aux tablaient sur économies de conteneurisé” 1,05 milliard. coûts d’exploiLe chiffre tation réalisées. d’affaires est La capacité resté quasi stable, à 11,736  mil- déployée par le premier armateur liards de dollars, contre du monde a progressé de 1 % au 11,634 milliards l’an dernier. Il se premier trimestre par rapport aux situe légèrement en dessous des trois derniers mois de 2013 et attentes des experts qui misaient de 2,2  % par rapport au premier sur 12  milliards de dollars. Le trimestre de 2013. “La demande groupe a évoqué “un volume de mondiale devrait augmenter de conteneurs transporté plus élevé 4 à 5 %” pour cette filiale pour et une production de pétrole plus l’année en cours, a indiqué le forte”. groupe. L’activité de la filiale Maersk D’ici 2015, il attend la livraiLine a enregistré un bénéfice son de quatorze triple-E totalisant multiplié par deux en un an, à une capacité de 252.000 EVP. 454  millions de dollars. “Une Dans l’état actuel du marché,

© AP Möller-Maersk

Le groupe maritime et pétrolier danois AP Möller-Maersk a enregistré un bénéfice net quasi doublé au premier trimestre, grâce à une hausse du volume de conteneurs transportés et une augmentation de la production pétrolière.

depuis le deuxième trimestre 2011, Maersk Line n’a passé aucune nouvelle commande.

Maersk va cartographier les fonds marins La compagnie maritime danoise Maersk va réaliser d’ici l’été une cartographie précise des fonds marins où auraient coulé plus de 500 conteneurs cet hiver afin d’en informer les pêcheurs, a-t-on appris lundi 19 mai auprès de la préfecture maritime de l’Atlantique. Afin de localiser les conteneurs du “Svenborg Maersk” tombés à la mer cet hiver, l’armateur va cartographier les fonds marins. “On a demandé à la compagnie Maersk de réaliser un relevé bathymétrique de l’endroit où ont coulé les conteneurs pour pouvoir en informer les pêcheurs”, a indiqué le lieutenant de vaisseau Ingrid Parrot, officier de communication à la préfecture maritime. “À perte exceptionnelle, mesure exceptionnelle”, a-t-elle assuré, indiquant que la compagnie danoise avait répondu favorablement à cette demande, qui constituerait une première en France. Les chaluts des bateaux de pêche peuvent se prendre dans les conteneurs gisant au fond de la mer et provoquer ainsi leur naufrage.

La Méditérranée autrement

Maersk avait reconnu la perte de 517 conteneurs de son porte-conteneurs “Svenborg Maersk” le 14 février dernier au large de la Bretagne lors de la tempête Ulla, après avoir affirmé dans un premier temps en avoir perdu seulement 70. Elle avait assuré n’avoir pris toute la mesure des pertes que lors d’une escale de vérification à Malaga, en Espagne. Selon elle, 85 % des conteneurs étaient vides. L’ONG environnementaliste Robin des Bois a porté plainte à Brest contre la compagnie, l’accusant d’avoir omis de signaler à temps la perte des plus de 500 conteneurs. Elle l’accuse de “mise en danger de la vie d’autrui” et de “pollution et abandon de déchets”. La préfecture maritime de l’Atlantique avait pu récupérer 13  conteneurs en perdition, avant de passer la facture de l’opération, comme cela se fait habituellement, à la compagnie, soit une somme de quelque 250.000  euros, selon des sources proches du dossier.

Quant à APM Terminals, l’opérateur de terminaux portuaires du groupe, cette filiale a enregistré au premier trimestre un chiffre d’affaires en progression de 5 % par rapport aux trois  premiers mois de l’année 2013 et a vu son bénéfice net passer en un an de 166 millions de dollars à 215 millions. Elle a traité 9,4  millions d’EVP contre 8,6 millions d’EVP au cours de la période passée sous revue. APMT a vendu 50 % de ses parts dans le terminal de Port Elizabeth, l’installation portuaire de New York-New  Jersey aux États-Unis en début d’année. La transaction doit recevoir l’aval des autorités de la concurrence américaines. La cession de 29 % des parts dans APM Terminals à Callao, au Pérou, et la vente de 24  % dans le terminal de Zeebrugge, sont achevées. L’autre filiale majeure du groupe, Maersk Oil, a enregistré un bénéfice stable sur un an, à 346 millions de dollars. “Le groupe s’attend à des coûts d’exploration aux alentours de 1 milliard de dollars” en 2014.

Services Maritimes

Marseille-Gênes-Sagunto- Alger-Mostaganem Services roulant, conteneur et conventionnel à destination des principaux ports algériens NISA MED - 45 avenue André Roussin - 13016 Marseille Tél. 33 (0)4 91 03 72 23 - Fax 33 (0)4 91 09 75 56

www.nisashipping.com

La filiale “Services and Other Shipping”, qui regroupe depuis janvier 2014 Maersk Supply Service, Maersk Tankers, Damvo et Svitzer, a enregistré un chiffre d’affaires de 1,47 milliard de dollars (contre 1,59 milliard de dollars l’an dernier). Le bénéfice net s’est élevé à 75 millions de dollars. Sur l’ensemble de l’année 2014, AP Möller-Maersk prévoit un résultat supérieur à celui de 2013 (3,8 milliards de dollars), notamment grâce à la vente de sa part dans Dansk Supermarked Group, finalisée début avril. Le groupe vise les 4 milliards de dollars, en excluant les interruptions de production, les pertes de valeur et les gains réalisés grâce aux cessions. À Copenhague, on a souligné que les perspectives de 2014 étaient “soumises à beaucoup d’incertitudes, notamment en raison de l’évolution de l’économie mondiale” et des prix du pétrole. Vincent Calabrèse


Entreprises

6 - Semaine 22 - Mai 2014 - l’antenne

MyFerryLink

© MyFerryLink

Le Royaume-Uni confirme l’interdiction à Douvres

Le gouvernement français défendra les employés de la Scop MyFerryLink

L’autorité britannique de la Concurrence a confirmé le 20 mai dans une décision préliminaire l’interdiction faite aux ferries MyFerryLink (groupe Eurotunnel) d’opérer depuis le port de Douvres, principal point d’entrée du trafic transmanche en Grande-Bretagne. Le Royaume-Uni a confirmé hier l’interdiction faite à MyFerryLink d’opérer depuis Douvres. “L’Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) a confirmé de manière provisoire une décision préalable de la Commission de la concurrence interdisant à Eurotunnel d’opérer un service de ferries depuis Douvres”, a indiqué cette dernière dans un avis mis en ligne sur son site. Avis définitif le mois prochain La CMA va maintenant prendre en compte les

était autorisé à continuer ses services de ferry depuis Douvres, un concurrent devrait probablement se retirer de la ligne Douvres-Calais”. Cela laisserait donc Eurotunnel comme opérateur de la liaison ferroviaire via observations des diverses parties le tunnel sous la Manche et de prenantes avant de rendre son l’un des deux services de feravis définitif “le mois pro- ries actifs sur la principale ligne chain”. Si l’autorité confirme maritime transmanche, fait-elle sa décision, MyFerryLink, qui valoir. emploie quelque 600 personnes, Groupe Eurotunnel a estimé devra mettre que la décision un terme à sa préliminaire desserte de “Un concurrent devrait de la CMA Douvres dans basée se retirer de la ligne était les six mois, “sur une anal’autorité brilyse erronée Douvres-Calais” tannique ayant quant aux évorejeté la delutions signimande du concurrent DFDS de ficatives du marché des ferrys réduire cette période de transi- depuis 2012”. Il a notamment tion à trois mois. Pour l’heure, la relevé que le marché a progressé CMA estime que, “si Eurotunnel depuis de 12 % (et non de 2 %

comme anticipé par la CMA) depuis cette date et que les trois opérateurs initiaux sont toujours présents sur cette desserte. MyFerryLink a pour sa part affirmé qu’elle “ne peut accepter une telle attitude” de la CMA, qui n’a “toujours pas la compétence juridique au regard du droit britannique”, et répété que “le marché a changé fondamentalement” depuis la première décision d’interdiction, en juin 2013. MyFerryLink “retournera devant la Cour d’appel si la CMA maintient ses positions dans ses conclusions définitives attendues mi-juin”, a ajouté la société.

Les ferries de MyFerryLink appartiennent à Eurotunnel mais sont exploités par une coopérative de salariés (Scop) bâtie sur les ruines de feu le groupe public SeaFrance. La CMA a aussi rejeté, là encore de manière provisoire, une solution consistant à laisser la coopérative de salariés opérer seule la liaison, indépendamment d’Eurotunnel. Une telle solution impliquerait que la Scop puisse avoir accès à des financements nouveaux “substantiels” et une telle alternative présente “trop d’incertitudes et de délais pour représenter une solution efficace”, souligne l’autorité britannique.

Le député-maire du Touquet écrit à David Cameron Le député-maire du Touquet-Paris-Plage (Pas-de-Calais), Daniel Fasquelle (UMP), a écrit mercredi 21 mai au Premier ministre britannique, David Cameron, pour l’“informer de la situation extrêmement préoccupante de la compagnie maritime MyFerryLink”. “Cette compagnie, qui emploie 600 salariés, risque de cesser son activité si l’autorité britannique de la Concurrence (CMA) confirme sa décision préliminaire d’interdire l’accès au port de Douvres aux trois bateaux de MyFerryLink”, écrit Daniel Fasquelle, vice-président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, dans un courrier rédigé en français et daté de Berck-surMer (Pas-de-Calais). Daniel Fasquelle ajoute que cette décision “aurait de lourdes conséquences et toucherait notamment de plein fouet le département du Pas-de-Calais, qui connaît par ailleurs déjà un taux de chômage excessivement élevé”, et il demande au Premier ministre britannique “de permettre à MyFerryLink de continuer son activité”. Le député européen Gilles Pargneaux, tête de liste PS dans la circonscription Nord-Ouest, a qualifié mercredi 21 mai l’annonce de l’autorité britannique de la concurrence d’“incompréhensible” et a appelé “le prochain Conseil des ministres européens des transports à se saisir de ce dossier”. “Il faut maintenant que la Commission européenne se prononce sur ce dossier face à la divergence d’interprétations entre les autorités de la concurrence française et britannique”, a ajouté Gilles Pargneaux.

Nisa Maritima

L’armateur opère un service seul sur l’Algérie Après avoir mis fin aux accords qui le liaient à CMA CGM en avril, l’armateur espagnol Nisa Maritima a repris son indépendance pour opérer seul un service hebdomadaire en sortie de Marseille sur l’Algérie. Le mois d’avril a été décisif pour l’armateur espagnol Nisa Maritima. Après avoir été lié pendant deux ans avec Marfret sur l’Algérie en sortie de Marseille, puis être resté sur le marché au travers d’accords avec le groupe CMA CGM, il a décidé de “rester seul maître à bord”. Il a ainsi décidé d’affréter un navire pour opérer un service reliant Marseille à Alger “Centre” et Mostaganem. Selon Ahmed Benzenine, directeur de Nisa Med, l’agent de l’armateur à Marseille, la compagnie a eu recours d’une manière transitoire au roulier “Chodziez”, dont le premier départ s’est déroulé le 16 avril. Désormais, c’est avec le

“Gazalle”, un roulier de 150 mètres linéaires et d’une capacité de 50 voitures en basse cale, qui est attendu le 28 mai à Marseille, qu’il exploitera sa ligne. Il fera escale au terminal roulier Sud (TRS) et sera opéré par Marseille Manutention. “Développer le conteneur sur l’Algérie” “Nous avons rompu les accords qui nous liaient avec notre partenaire CMA CGM car le marché sur l’Algérie est en progression”, explique le directeur de Nisa Med qui insiste sur la volonté de l’armateur de vouloir développer le conteneur sur l’Algérie. Le service hebdomadaire, dont les départs sont prévus à jour fixe tous les vendredis, doit également desservir soit Sagunto, soit Gênes. Nisa Maritima est une filiale du groupe espagnol Alonso. Vincent Calabrèse

Carnival Corporation

400 M USD pour des paquebots moins polluants Carnival Corporation, le numéro un mondial de la croisière, va dépenser 400 millions de dollars pour rendre ses paquebots moins polluants. Le numéro un mondial de la croisière Carnival Corporation va consacrer 400 millions de dollars pour rendre ses paquebots moins polluants, a indiqué le groupe mercredi 21 mai. Carnival avait lancé l’an dernier un programme de réduction de la teneur en soufre des gaz

d’échappement produits par les puissants moteurs diesel propulsant ses navires. Avec l’équipement de trente-deux  navires supplémentaires, 70 % de sa flotte sera bientôt modernisée. Carnival Corporation espère ainsi atteindre ses objectifs en matière de protection de l’environnement, tout en réduisant ses dépenses en carburant. La nouvelle technologie va être installée sur les navires du groupe américain dans les trois prochaines années. La compagnie affirme avoir déjà réduit de plus de 19 % ses émissions depuis 2005.


Entreprises

l’antenne - Semaine 22 - Mai 2014 - 7

Hapag-Lloyd

Résultats dans le rouge avant la fusion avec CSAV Hapag-Lloyd a connu une régression de ses résultats financiers au premier trimestre malgré la hausse de son activité. Une situation peu idéale avant la fusion avec CSAV. De janvier à mars 2013, Hapag- transpacifique (- 10,5 %) et sur le Lloyd a vu son chiffre d’affaires trade Asie-Europe (- 10,3 %). Malgré la détérioration de ses reculer. Ses recettes sont passées de 1,65 milliard d’euros résultats, Hapag-Lloyd estime avoir sauvé les au cours des meubles. La trois premiers a mois de 2013 “L’extension du G6 compagnie ainsi annoncé à 1,55 milliard. Corrigée des et le rachat de CSAV avoir économisé 86 millions d’eufluctuations des amélioreront ros (1,404  miltaux de change, la compétitivité” la baisse est liard dépensés) “seulement” de malgré la hausse 2,3  %, précise des volumes l’opérateur allemand de ligne transportés. Elle a réduit de maritime régulière. La perte opé- 53  millions le coût des services, rationnelle est de 63,2 millions qui vont des frais d’affrètements d’euros. Elle s’est aggravée de à ceux liés à la gestion de son 18 % comparé à début 2013 (53,2 parc de conteneurs. Elle affirme aussi avoir gagné sur les dépenses millions). Pour autant, le nombre de énergétiques grâce à l’arriconteneurs transportés par la com- vée de navires plus économes pagnie a augmenté de 5,5 % sur la (13.200  EVP) et à la baisse du période, soit 1,4 million d’EVP. prix du combustible à 595 dollars L’armement justifie cet écart par la la tonne contre 627 dollars un an faiblesse des taux de fret, avec un plus tôt, même si elle se plaint taux moyen, de 1.422 dollars par d’un coût “qui demeure élevé” et EVP, soit 8,7 % de moins qu’un an qui est loin d’être couvert par les plus tôt. taux de fret actuels. Des économies réalisées

Fusion effective en 2015

D’après le consultant maritime Alphaliner, Hapag-Lloyd est le seul acteur du secteur à avoir vu sa marge opérationnelle se détériorer sur un an, de - 3,2 % à - 4,1 %. Selon lui, la chute des taux de fret, qui a touché l’ensemble des routes maritimes desservies a été particulièrement sévère sur le

Pour le premier trimestre, dont Hapag-Lloyd rappelle qu’il est en général le moins porteur dans son secteur, la compagnie a publié un Ebitda de 2,9 millions d’euros (24 millions en 2013) et un résultat global négatif de 119,1  millions, contre 93,6  millions un an plus tôt. Mais le groupe

P3

Le démarrage retardé à l’automne Le lancement de l’alliance P3, qui devait être opérationnelle en mai ou juin 2014, devrait être repoussé à l’automne. Pour l’heure, seule la Federal Maritime Commission (FMC) a donné son aval. Maersk, MSC et CMA CGM, les trois armateurs à l’initiative de cette grande alliance mondiale, attendent toujours le feu vert des autorités de la concurrence en Europe et en Chine. Depuis que la FMC a donné son aval au lancement de ce projet de grande alliance mondiale aux États-Unis le 24 mars 2014, les trois armateurs mondiaux qui en sont les initiateurs en avaient prédit le démarrage à la fin du deuxième trimestre de l’année. Or, la Direction de la concurrence en Europe n’a toujours pas fait savoir sa position. Pas plus que l’autorité compétente

en Chine. Du coup, Maersk Line, MSC et CMA CGM ont préféré annoncer un démarrage de leur coopération opérationnelle sur l’axe Est-Ouest pour l’automne. “Les partenaires de l’alliance opérationnelle P3 poursuivent leur étroite collaboration avec les autorités de la concurrence et les autorités maritimes compétentes en Europe et en Asie, afin de répondre aux questions concernant ce projet et d’en expliquer la nature”, explique-t-on à Marseille, au siège du groupe CMA CGM. À Copenhague, chez Maersk Line, la direction indique : “Les partenaires du P3 sont en contact avec la concurrence et les autorités maritimes mondiales pour obtenir les approbations réglementaires (…). Maersk Line attend aujourd’hui le démarrage du P3 à l’automne 2014”.

© Hapag-Lloyd

Le “Kiel Express” d’Hapag-Lloyd à San Francisco

précise que ces chiffres incluent le coût de la prise de contrôle de l’armateur chilien CSAV annoncée le 16 avril 2014. Cette opération donnera naissance au numéro quatre mondial, juste derrière CMA CGM. Le directeur général de l’armement, Michael Behrendt, attend beaucoup de la saison haute qui démarre et compte

sur une remontée des taux de fret. “Avec l’extension de l’alliance G6 aux routes Est-Ouest (“L’Antenne” du 21 février 2014) et l’intégration de CSAV, Hapag-Lloyd améliorera significativement sa capacité à rivaliser avec ses concurrents”, veutil persuader. L’opération doit être finalisée fin 2014, si elle est approuvée

par les autorités de la concurrence, pour une introduction en bourse début 2015. Mais Alphaliner craint que la valeur de la nouvelle compagnie ne soit d’emblée dégradée par les faibles performances opérationnelles attendues et les coûts de la restructuration à venir. Franck André

STX

Le chantier de Saint-Nazaire mis en vente par KDB Les chantiers navals STX de SaintNazaire, tout juste sortis d’un creux d’activité qui a fait craindre pour leur survie, affrontent une nouvelle incertitude : l’identité de leur futur propriétaire, leur actionnaire principal, la banque sud-coréenne KDB, ayant formalisé son intention de les revendre.

trouveraient preneurs. Pour Christophe Morel, la diffusion de la plaquette s’inscrit dans “la poursuite du processus de vente initié par KDB”. “Cela ne change pas grand-chose pour l’instant. Cette plaquette montre simplement que KDB chercher à se donner les moyens de vendre”, a-t-il souligné.

Le chantier naval STX de Saint-Nazaire a été mis en vente par son actionnaire coréen. Annoncée à la fin de l’année dernière par la Korea Development Bank (KDB), en quête de liquidités, l’intention de céder les filiales européennes du groupe sud-coréen STX en difficulté a pris un tour concret avec la révélation de l’existence d’un document à destination des investisseurs. “La direction du site français a informé jeudi 22 mai le comité d’entreprise qu’une plaquette avait été réalisée pour démarcher les investisseurs”, a déclaré Christophe Morel, délégué syndical CFDT, précisant que “cette plaquette aurait été réalisée par la banque Credit suisse, apparemment mandatée pour la vente”. Selon Nathalie Durand, secrétaire de la section FO de STX France, “la direction a fait comprendre qu’elle avait appris l’existence de cette plaquette par une voie détournée”, à savoir... par le biais d’un concurrent. STX France n’a pas souhaité commenter les informations concernant l’existence de ce document, son directeur de la communication, Christophe Mabit, soulignant qu’“il n’y a pas d’expression de la direction de STX sur ce sujet”. Principal créancier de STX en Corée du Sud, KDB en est devenu propriétaire l’an passé, le groupe ne parvenant plus à lui payer ses dettes. La banque avait rapidement fait savoir qu’elle envisageait de se séparer des sites qui

Avec un carnet de commandes qui s’est spectaculairement rempli en quelques mois, au point de promettre une pleine charge de travail pendant cinq ans à ses quelque 2.000 salariés et 4.000  sous-traitants, STX France s’affirme aujourd’hui comme la filiale la plus dynamique du groupe sud-coréen. Mais un rachat apparaît hypothétique, aucun investisseur n’ayant ces dernières années manifesté d’intérêt pour cette activité éminemment cyclique et peu profitable. En outre, l’État français, actionnaire à 33,3 % de STX France, dispose d’un droit de veto qui limite les risques d’un raid destiné à s’approprier les technologies de pointe du chantier, également présent dans le domaine militaire, font valoir les syndicats. En pratique, une éventuelle vente “peut mettre énormément de temps et ne jamais aboutir”, estime Christophe Morel, soulignant n’avoir “aucune inquiétude” à ce stade. “Plus que l’identité de l’actionnaire, l’important est la question de la stratégie et des moyens”, fait valoir de son côté François Janvier, élu CFECGC, soulignant que le pacte d’actionnaires actuel avec l’État était “favorable” au site français, détenu à 66,6 % par le groupe finlandais STX Europe, lui-même filiale du sud-coréen STX.

Droit de veto de l’État

Philippe Schwab


International

8 - Semaine 22 - Mai 2014 - l’antenne

Allemagne

Hambourg prend des parts sur le range Nord Dans un contexte morose, les premiers ports européens poursuivent leur croissance. Parmi ceux-là, c’est Hambourg qui obtient les meilleurs résultats. Au premier trimestre 2014, ce dernier a enregistré une hausse de trafic de 8,6 %, portant son total à 35,6 millions de tonnes. Les marchandises diverses ont porté l’essentiel de la progression de la place, avec une hausse de 10,8  % comparé à la même période de 2013, à 25,2   illions de tonnes. Ce segment, quasi exclusivement composé de fret conteneurisé, compte pour plus

de 70 % du trafic global. De leurs côté, les vracs ont gagné 3,5 %, à 10,4 millions de tonnes (Mt). En nombre de conteneurs, le trafic a été de 2,4  millions d’EVP au cours des trois premiers mois, soit une croissance de 8 %. Les exportations et les importations ont crû dans les mêmes proportions (+ 7,8 % pour les premières et + 8,1 % pour les secondes). Les transbordements de et vers la mer du Nord et la mer Baltique, grande spécialité du port hanséatique, ont progressé de 6,5 % par rapport au premier trimestre de

Belgique

Anvers en croissance au premier trimestre Anvers, le deuxième port d’Europe, a enregistré une hausse de son trafic au premier trimestre, favorisée par la reprise du conteneur et la progression continue dans les vracs liquides. Le port d’Anvers a commencé l’année avec une hausse de son activité. La place belge a manutentionné 48,17 millions de tonnes de marchandises de début janvier à fin mars, soit 2,5  % de mieux que l’année dernière à la même période. Contrairement au bilan 2013, qui avait vu le trafic conteneurisé se tasser malgré la hausse globale, les dernières statistiques font état d’une hausse de ce segment. C’est aussi le cas pour le trafic roulier et celui des vracs liquides. Le fret conteneurisé a augmenté de 2,1 % en tonnage, totalisant 26 millions de tonnes au premier trimestre 2014. En nombre de boîtes, le trafic est de 2,15 millions d’EVP et la progression de 0,9  % par rapport à l’année dernière. Pour le reste des marchandises diverses, le ro-ro a connu une croissance de 5,8  %, à 1,18  million de tonnes pour 313.436 véhicules automobiles chargés et déchargés (+ 2,5 %). Au contraire, le fret conventionnel a régressé de 9,1 %, pour atteindre 2,41 millions de tonnes (Mt). Sur ce segment, c’est l’acier qui a particulièrement souffert, selon la direction du deuxième port d’Europe, surtout en janvier et en février à cause d’un marché atone. La remontée des

volumes en mars n’a compensé que partiellement cette perte, qui s’établit finalement à 5,5 % sur le trimestre (1,56  Mt). L’autorité portuaire tient à préciser que “cette tendance baissière du conventionnel a aussi été ressentie dans les pays voisins”. Comme les conteneurs, les vracs liquides ont crû au premier trimestre 2014, mais dans des proportions bien moindre qu’en 2013, où ils avaient bondi de 31  %. Les volumes, en hausse de 6,2 %, ont atteint 15,1 Mt. Cette évolution a été portée par les produits pétroliers, qui ont gagné 9,9 %, à 11,05 Mt. Au contraire, les volumes de produits chimiques (2,73 Mt) et de pétrole brut (1,22 Mt) ont légèrement reculé, respectivement de 2,8 % et 1,3 %. Les vracs solides ont terminé le trimestre à 3,47 Mt, en déclin de 2,3 %, entraînés par la baisse du trafic de charbon. Ce dernier a diminué de 44 % comparé aux trois  premiers mois de 2013, à presque 300.000  tonnes. Au contraire, le port se satisfait de la progression des minerais (794.643  tonnes, +  36,6  %) et des sables et graviers (331.459 tonnes, + 39,6 %). Sur la période, le nombre d’escales commerciales au port d’Anvers a diminué de 4 % (3.443) mais le tonnage cumulé des navires accueillis a été en hausse de 0,7 % (80,4 millions de tonneaux de jauge brute), confirmant la mutation des flottes marchandes vers des unités de plus grande taille. F. A.

© HHM M. Lindner (Container Terminal Burchardkai)

Le port de Hambourg affiche une forte croissance de son trafic au premier trimestre 2014. Le hub de la mer Baltique, qui progresse non seulement dans le secteur du conteneur mais aussi dans celui des vracs, est le plus dynamique du range Nord.

l’an dernier. Mais toutes les destinations sont en hausse, les plus remarquables étant la Finlande (+ 20 %, 95.000 EVP), la Pologne (+ 27 %, 93.000 EVP) et la Russie (+ 4 %, 168.000 EVP). Les ports européens dans leur ensemble ont vu leur trafic avec Hambourg croître de 6,1 % (746.000 EVP) et les asiatiques de 9 %, à 1,3  million d’EVP. La Chine (avec Hong Kong) concentre un tiers du trafic du port hambourgeois, soit 705.000 EVP (+ 10,5 %). Les flux de et vers l’Amérique sont stables (+ 0,5 %, 262.000 EVP) alors que l’Afrique a vu les siens bondir de 47 % (80.000 EVP). Le port de Hambourg se satisfait d’avoir gagné des parts de marché sur ses trois concurrents du range Nord, Rotterdam, Anvers et Bremerhaven. “Au

cours des trois premiers mois, le définitivement basculé vers le trafic cumulé des quatre premiers conteneur, ce segment est composé ports d’Europe n’a augmenté de “project cargo”, véhicules roulants, acier, fer, que de 1,8  % papier et bois. pour un total Du côté des de 211,6  Mt”, “La Chine concentre vracs, ce sont annonce la diun tiers du trafic du les solides qui rection. Côté conteneurs, la port hambourgeois” ont progressé de 3,3  % au hausse serait premier tride 2,3 %, pour 8,8  millions d’EVP. Hambourg mestre (6,9 Mt). Les céréales ont estime ainsi avoir gagné 1,4 point crû de 24,2 %, à 2,2 millions de pour atteindre 26,8 % de parts de tonnes, compensant la perte des marché sur ce dernier segment et minerais, engrais et autres maconsolider sa deuxième place eu- tériaux de construction (- 4,4 %, ropéenne derrière Rotterdam et à 4,7  Mt). Les liquides ont fait mieux, affichant une croissance devant Anvers. Concernant les marchandises de 4,2 % pour un trafic de 3,5 mildiverses non conteneurisées, le lions de tonnes dans un contexte déclin a été enrayé, avec une de baisse générale en Europe. hausse de 5,9 %, à 461.000 tonnes. Franck André Depuis que les agrumes ont

Belgique

Accord entre Yamal LNG et Fluxys à Zeebrugge À compter de 2017, dès que la navigation maritime dans l’océan Arctique sera impossible, le gaz naturel liquéfié produit en Sibérie par Yamal LNG à destination de la zone Asie-Pacifique transitera par le terminal méthanier de Zeebrugge exploité par Fluxys. Cet accord conforte le port belge en compétition avec Dunkerque pour les transbordements de GNL de Yamal pour ses futurs débouchés en Europe de l’Ouest... Opérateur du terminal méthanier de Zeebrugge, Fluxys a conclu le mois dernier un accord de coopération avec la société russe Yamal LNG pour transborder du gaz naturel liquéfié. Dès 2017, lorsque son usine de liquéfaction sur le champ gazier de South Tambeyskoye en Sibérie sera achevée, Yamal mise sur le port belge pour ses expéditions de GNL à destination de la zone Asie-Pacifique quand la navigation hivernale dans l’océan Arctique sera impraticable le long de la route maritime du Nord. Les installations de réception, stockage et d’expédition de Fluxys à Zeebrugge lui permettront ainsi de garantir l’approvisionnement en GNL des pays d’AsiePacifique tout au long de l’année. Si cet accord ne

présage en rien l’issue de l’appel à candidatures lancé par Yamal LNG pour sélectionner un lieu de transbordement pour ses futurs débouchés en Europe de l’Ouest, il confirme en revanche que le port belge correspond bien à ses besoins. Avec Dunkerque via Dunkerque LNG, exploitant du futur terminal méthanier à Dunkerque dont la mise en service est prévue fin 2015, Zeebrugge figure en effet dans la short-list de la société russe pour ces futurs transbordements. Quelle que soit la décision finale de Yamal LNG, Fluxys sera sans doute le grand gagnant de cet appel à candidatures puisque, en plus d’exploiter les installations GNL sur le port belge, il est actionnaire à hauteur de 25  % de Dunkerque LNG. Total est un autre acteur qui devrait également jouer un rôle important dans le choix de transbordement pour desservir l’Europe de l’Ouest. Le groupe pétroler français est en effet actionnaire à hauteur de 20 % dans Yamal LNG avec Novatek (60 %) et China National Petroleum Corporation (20 %). Il apparaît aussi à hauteur de 10 % dans Dunkerque LNG qui, s’il est sélectionné, devra aménager un quatrième réservoir et un appontement supplémentaire sur son futur terminal méthanier dunkerquois. Érick DEMANGEON


La puissance d'un groupe, La facilité d'un interlocuteur unique.

Qualité de service ISO 9001 et partenariat

Roll on/Roll off Box trailers Transports sur cintres et marchandises industrielles

Nouvel entrepôt de 62.000 m² 260.000m² au total

Just in time Flexibilité et réactivité

Optimisation de votre logistique en fonction de la taille de votre entreprise et de votre activité

Transport Europe Maghreb S 18

JOST GROUP • Zone Portuaire de Radès, Tunisie - Weiswampach, Luxembourg - info@jostgroup.com - www.jostgroup.com


10 - Semaine 22 - Mai 2014 - l’antenne

Prévisions de départs

Marseille

M

TRANSCAUSSE

 

Corse et Sardaigne Réservations Fret Marseille Tél. : 04 91 99 45 91 Fax : 04 91 99 45 96

DÉPARTS QUOTIDIENS ALLER-RETOUR Marseille-Ajaccio Marseille-Bastia Marseille-Propriano Marseille-Porto Torres

GIROLATA PIANA KALLISTE KALLISTE

www.lameridionale.fr

Messagerie / Lots complets Express

CORSE

Livraison tous points

Départs quotidiens ––––––––

Tél. 04.91.13.14.52 Fax: 04.91.91.16.50

Le monde à votre portée

GROUPAGE TUNISIE

Départ hebdomadaire TUNIS/SFAX tous les mercredis TOUS TYPE DE MARCHANDISE CONTENEURISABLE (Dangereux accepté suivant classe)

Tél. 04 91 13 27 07 ou 04 91 13 27 02 e-mail : g.pomares@sagactl.com ; a.accorsi@sagactl.com

M

Service hebdomadaire DIRECT conteneurs (FCL)

MARSEILLE - CASABLANCA

Sloman Neptune Lines

IMPORT / EXPORT

Réception Poste 157 _____________

Depuis FOS hebdomadaire ALGER port sec ORAN - SOUSSE Réception EUROFOS

Service Algérie

Roulant / Conventionnel / Conteneurs ALGER - ORAN

DAINA ................................................................................

Bejaia

MARCIANA ........................................................................

MOSTAGANEM - ALGER

AMIROUCHE . ...................................................................

2 Juin 7 Juin

Départ de Fos-sur-Mer via BARCELONE sur ALGERIE/ALGER (Port sec) ves. SMARAGD.................... ves. BF PHILIPP................... ves. SMARAGD....................

4 Juin 11 Juin 18 Juin

7 Juin

Réception : SOCOMA Poste 44

MARMEDSA MARSEILLE : Fabien Micaelli : 04 96 17 17 32 f.micaelli@marmedsafr.marmedsa.com Sébastien Cusson : 04 96 17 17 14 s.cusson@marmedsafr.marmedsa.com

ARKASFRANCE/SMI

TRANSCAUSSE Lots complets / Groupages MAROC - TUNISIE - ALGÉRIE Départs hebdomadaires de Marseille, Lyon et Paris –––—————––

Tél. : 04.91.13.15.37 / 38 Fax : 04.91.90.54.29

Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

AU DÉPART DE SÈTE Service Fret direct en 40 heures

2 départs par semaine en Ro/Ro

Depuis SÈTE sur TANGER et NADOR Cotations et réservations :

Burger-Féron

louis.topenot@burgerferon.com - Tél. 04 91 39 93 66

––––––––––––– 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 MARSEILLE Tél.: 04.91.14.27.80 - Fax: 04.91.56.65.05/06 www.agent-maritime-marseille.com

C O G E P A R T Une course d'avance pour toutes vos courses et transports urgents, ponctuels ou réguliers.

Groupage export au départ de Marseille

ALGER - CASABLANCA - TUNIS

Marseille

04 96 15 16 60

Marseille / Al Khoms (Libye) Conteneur / Roro Conventionnel

TICHY.....................................

4 Juin

SFC - Tel : 04.91.39.93.60. Email : booking@mar.sfc-fr.com

Départ hebdomadaire en conteneur de groupage Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

– SFC –


Prévisions de départs du port de Marseille

l’antenne - Semaine 22 - Mai 2014 - 11

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Oman - Dubai - P.S. Qaboos - Abu Dhabi Doha - Koweit - Bahrein - Sharjah - Qatar Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

GRIMALDI LINES

Service direct Méditerranée - Afrique de l’Ouest

Votre Service de groupage maritime Import / export au départ de Roissy, Le Havre, Marseille et Lyon vers l’Asie, les Amériques, l’Océanie le Proche et Moyen-Orient

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Matériel roulant - Project cargo - Conteneurs Départs tous les 14 jours de Marseille pour :

Casablanca - Dakar - Abidjan Lagos - Cotonou - Lomé

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

et en transbordement via Dakar pour :

Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Banjoul - Conakry - Freetown - Monrovia - Tema - Takoradi Douala - Pointe Noire - Libreville - Boma - Louanda

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

———————————

Grimaldi Acl France Agencies

Europe Building - Quay de L’Europe - 76051 Le Havre Cedex email : David.Giboudeau@aclcargo.com - Tel. : + 33 2 35 25 90 30

LE HAVRE

RORO AFRICA LINE SERVICE DIRECT

sans transbordement

En dix jours de Marseille et Sète à destination de

LOMÉ - COTONOU

Tout type de matériel roulant Conventionnel et dangereux nous consulter

MAESTRO SEA ............................................................................

28 Juin

Agent Général : GROUPE NAVITRANS 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 Marseille - Tél. 04 91 84 13 14 Agence Marseille : ACI - Tél. 04 91 84 13 19

Agence Sète : Navitrans Méditerranée - Tél. 04 67 48 62 20

CONSORTIUM HISPANIA LINES

Service Conteneur

Au départ de FOS et MARSEILLE BATA - MALABO - LAS PALMAS

MAESTRO SEA...................... —–––––––––––

28 Juin

A C I

Tél 04 95 04 32 86 • Fax 04 95 04 32 87

Armateurs/Consignataires

Depuis FOS hebdo Conteneurs

Dakar abidjan tema Lagos Libreville Mauritanie Réception SEAYARD

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

Med

MARSEILLE-FOS / NOVOROSSIYSK SOTCHI - VLADIVOSTOCK Départs hebdomadaires Russie + réexpedition Cotations et réservations

louis.topenot@burgerferon.com Tél. : 04.91.39.93.66

Toute l’année, les départs pour plus de 200 ports dans le Monde.

Société ACL FRANCE AGENA AGENCES MARITIMES ASSOCIEES ALIANCA FRANCE ALLIANCE EUROPE APL FRANCE ATL LINES BURGER FERON CFT (CIE FLUVIALE DE TRANSPORT) CHINA SHIPPING FRANCE CLB LINER CMA CGM COLIN OLIVIER COSCON FRANCE CURRIE SAS DELMAS LE HAVRE EUROPEAN CONTAINERS SERVICES EVERGREEN SHIP. AGENCY (France SA) FAUVEDER FERON CLEBSATEL GRIMALDI LINES HAMBURG-SÜD FRANCE HANJIN SHIPPING HAPAG-LLOYD HMM HOEGH AUTOLINERS HUMANN & TACONET ISAMAR (Ibesnar Sagemar) “K” LINE LD LINES LOGISEINE MAERSK LINE MARFRET MOL EUROPE BV MSC FRANCE NAVITAINER NECOTRANS NILEDUTCH NYK LINE OOCL RSC (RIVER SHUTTLE CONTAINERS) SAFMARINE SAGMAR SCAMAR Division Herfurth Shipping SEA-INVEST SHIPPING AGENCY SHGT SHIPPING AGENCY SERVICE STE FRANCAISE DE CONSIGNATION TOS (Trans Ocean Shipping) UIM SM UMA FRANCE UNITED ARAB AGENCIES WATSON BROWN WORMS SERVICES MARITIMES ZIM FRANCE

Téléphone 02.35.25.90.30 02.35.19.72.72 02.35.19.83.00 02.35.19.62.40 02.35.20.53.53 02.32.74.89.30 02.35.42.26.91 02.32.74.86.20 02.35.53.50.05 02.32.74.04.90 02.35.19.73.40 02.32.74.16.00 02.35.21.11.22 02.32.92.59.59 02.32.74.35.35 02.32.74.10.00 02.32.92.52.90 02.32.74.50.60 02.35.19.34.84 02.35.25.57.28 02.35.25.90.20 02.35.19.23.00 02.35.19.86.46 02.32.74.53.00 02.35.19.70.62 02.35.53.03.43 02.35.19.39.91 02.35.19.85.00 02.35.19.30.00 02.35.19.78.77 02.35.53.50.80 02.32.74.25.50 02.35.21.88.60 02.32.74.24.00 02.32.74.68.00 02.35.24.16.66 02.35.19.81.00 02.77.67.50.01 02.32.74.54.00 02.35.19.59.00 04.88.91.75.03 02.35.53.52.00 02.35.22.81.30 02.35.19.66.50 02.35.53.51.30 02.32.74.24.89 02.35.19.17.80 02.35.25.57.00 02.35.19.73.93 02.35.19.51.51 02.32.72.72.20 02.35.19.83.17 02.35.19.83.17 02.35.19.51.51 02.32.74.95.22

Fax 02.35.25.90.47 02.35.21.42.34 02.35.19.83.13 02.35.19.62.49 02.35.20.53.86 02.32.74.89.79 02.35.21.31.35 02.35.19.83.13 02.35.24.00.52 02.32.74.04.99 02 35 19 73 41 02.35.53.18.98 02.35.41.74.89 02.35.43.64.65 02.32.74.35.29 02.32.74.10.10 02.32.92.52.98 02.35.53.38.57 02.35.19.34.94 02.35.53.05.84 02.35.25.90.46 02.35.19.90.95 02.35.22.85.79 02.32.74.52.83 02.35.19.70.92 02.35.53.02.91 02.35.19.39.92 02.35.19.85.01 02.35.19.62.52 02.35.19.78.93 02.35.25.34.46 02.35.53.84.33 02.35.21.88.79 02.35.41.14.41 02.32.74.68.10 02.35.53.29.96 02.35.22.62.14 02.32.74.53.99 02.35.21.56.79 04.88.91.75.15 02.35.53.52.48 02.35.22.44.65 02.35.19.66.69 02.35.53.53.71 02.35.21.38.15 02.35.19.17.81 02.35.24.34.56 02.35.19.73.99 02.35.19.51.82 02.32.72.72.21 02.35.19.83.13 02.35.19.83.13 02.35.19.51.82 02.32.74.95.23

Site Internet www.aclcargo.com www.agena.fr www.alianca.com.br www.alliance-europe.fr www.apl.com www.atlines.com www.cft.fr www.chinashipping.fr www.yml.com.tw www.cma-cgm.com www.coscon-france.fr www.delmas.com www.ecs.be www.evergreen-line.com www.fauveder.com www.sealogis.com www.hamburgsud.com www.hanjin.com www.hapag-lloyd.com www.hmm21.com www.hoegh.com www.humann-taconet.fr www.isamar.fr www.klineurope.com www.ldlines.fr www.logiseine.com www.maerskline.com www.marfret.fr www.molpower.com www.mscgva.com www.niledutch.com www.nykline.com www.oocl.com www.rsc.fr www.safmarine.com www.scamar-france.com www.sea-invest-sa.com www.shgt.fr www.sas-shipping.com www.sealogis.com www.uim.marine.free.fr www.uasc.net www.uasc.net www.royalburgergroup.com www.worms-sm.com www.zim.com


12 - Semaine 22 - Mai 2014 - l’antenne

Prévisions de départs du port de Marseille

Groupage direct Hebdo Depuis Marseille / Fos sur

RICKMERS GROUP

Lignes Régulières Tour du Monde et Inde/Moyen Orient

Israel - Chypre Asie - Moyen Orient

Transport de marchandises conventionnelles, projets et colis lourds Départ des ports d’Anvers / Hambourg / Gènes ou autres ports en route si aliments suffisants

EUROPE TO SOUTH EAST ASIA / FAR EAST

EUROPE TO MIDDLE EAST / INDIA

Rickmers Shanghai ......... 3 Juin Rickmers Savannah ........ 17 Juin

Marselisborg ................... 12 Juin Rickmers Seoul . .............. 1er Juillet

et bien plus encore !!

Tél. 04 91 39 93 58 - marseille@tcclogistics.com

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

Elena Lazareva

T +33 (0) 1 55 81 09 30 elazareva@marmedsafr.marmedsa.com

Service hebdomadaire DIRECT au départ de FOS

Singapour - Port Said - Ashdod

HANGZHOU BAY BRIDGE 008E . .............................. 4 YM UTMOST 047E . .................................................... 5 YM UTILITY 030E ....................................................... 12 HANOI BRIDGE 006E ................................................. 19 Réception Seayard FOSRéception Seayard FOS MARSEILLE : 04 96 17 17 72/91 LYON : 04 72 61 19 91

Juin Juin Juin Juin

10, place de la Joliette 13002 MARSEILLE Tél.: 04.91.91.04.04 Téléfax: 04.91.91.46.56 e-mail : otm@otm.fr

AMARSUD / GRIMALDI Départs de MARSEILLE/FOS

Roulant - Projets - Conventionnel

Service hebdomadaire direct vers la Turquie

GEMLIK - DERINCE - YENIKOY En transbordement via SALERNE :

Palerme - Malte - Tunis - Tartous - Le Pirée Beyrouth - Lattaquié - Al Khoms - Alexandrie GRANDE SPAGNA . .........................................................

Réception à FOS : Darse 3 - Nicolas Frères –––––––

30 Mai

Votre Service de groupage maritime Import / export au départ de Roissy, Le Havre, Marseille et Lyon vers l’Asie, les Amériques, l’Océanie le Proche et Moyen-Orient

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

GRÈCE - TURQUIE - LIBAN ÉGYPTE - SYRIE - CANARIES MER NOIRE - LIBYE

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

BORCHARD LINES Ltd

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Service hebdomadaire depuis FOS

_____________

17 A, Av. Robert Schuman - 13002 Marseille Tél. : 04.91.15.44.00 - Fax : 04.91.56.09.10

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

3 Juin 5 Juin 9 Juin

O.T.M.

PARIS : 01 58 58 02 32/40 LE HAVRE : 02 32 74 50 52/54

Singapour - Hong Kong - Keelung - Busan Jakarta - Bangkok - Manille Tokyo - Osaka - Yokohama - Kobe - Australie

CITY OF OSLO (Fos).............. NEPTUNE KEFALONIA.......... IMOLA EXPRESS...................

––––––

IMPORT ASIE / EXPORT ASIE & sous continent Indien

SERVICE MD2 : Ningbo - Shanghai - Xiamen - Kaohsiung - Yantian

Marseille

LE PIRÉE - GEMLIK DERINCE

Pour fret et réservations :

Marmedsa Paris : salesparis@marmedsafr.marmedsa.com Hervé Moigne Tél. +33 (0) 1 55 81 09 30 Mob. +33 (0) 6 10 65 38 30 hmoigne@marmedsafr.marmedsa.com

Service hebdomadaire Matériels roulant uniquement Au départ de

SERVICE

DIRECT

Full Containers 20'/40' au départ de MARSEILLE

Bosphorus Service

KATHERINE BORCHARD....... 5 Juin MIRIAM BORCHARD.............. 12 Juin

LE PIRÉE.................... AMBARLI.................... GEBZE YILPORT....... IZMIR...........................

4 5 6 7

jours jours jours jours

West Mediterranean Service

SARA BORCHARD............... JOANNA BORCHARD..........

Limassol.................. Ashdod..................... Haïfa.......................... Alexandrie............. Mersin......................

5 6 7 8 9

(transbordement Haïfa)

Les EUROS de l’ESPOIR®

4 Juin 11 Juin

jours jours jours jours jours

MARMEDSA MARSEILLE 59, av. André Roussin - BP 106 - 13321 MARSEILLE Cedex 16 Tél. 04 96 17 17 12 / 32 / 09 / 37 — Fax 04 91 09 38 22

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

Les entreprises contre le CANCER

––––––––––––––––––––––

GEFLUC

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Beyrouth - Alexandrie - Ashdod - Haïfa Le Pirée - Limassol - Lattaquié

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

30, rue Montgrand 13006 MARSEILLE Téléphone 04.91.33.00.67 Chèque bancaire ou postal

–––––––––––––––––––––––––– S'adresse aux Entreprises, Commerçants, Artisans, et à leur personnel

––––––––––

Nous désirons participer à l'Action des

“EUROS DE L'ESPOIR”, ci-joint:

B’LADING CLUB L'amicale des professionnels du shipping marseillais Retrouvez-nous sur notre site :

www.bladingclub-marseille.com

l’antenne

Édité par la SMECI au capital de 102.300 euros R.C. 447 889 395 00037

sarl

Siège social : 32, avenue André-Roussin BP 36 - 13321 Marseille Cedex 16 ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

Dépôt Légal : 01 mars 2013 Gérant : Jacques RICCOBONO Directeur de la publication : Jacques RICCOBONO ———— Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97 Site internet : www.lantenne.com

Publicité : Directeur commercial : F. Revenaz 04.91.13.71.60 Normandie : F. Papion : 06.21.88.97.42 Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 Abonnement : 04.91.13.71.62 Rédaction : V. Grunchec : redaction@lantenne.com f.andre@lantenne.com v.calabrese@lantenne.com —————— Cette publication peut être utilisée dans le cadre de la formation professionnelle continue

15,25  (minimum)

représentant notre cotisation pour un an.

NOM ........................................................ ................................................................... ADRESSE ............................................. ................................................................... ................................................................... ...................................................................


l’antenne - Semaine 22 - Mai 2014 - 13

Rouen

Services Maritimes

ROUEN RADICATEL FINLANDE – RUSSIE

ROUEN-CASABLANCA Service conteneur hebdomadaire direct 4 Jours maroc@promaritime.fr

Nouveau service RO-RO & conventionnel direct sur St Petersbourg

Service conteneur : 20’ / 40’ / 45’ (dry, pallet-wide, high cube, flat) Service conventionnel : colis lourds, matériel roulant, yachts

finlande@promaritime.fr

Service RoRo et conventionnel depuis Rouen

Dakar, Abidjan, Tema, Lagos, Conakry, Lomé, Cotonou et Douala roro-afrique@promaritime.fr

Nouvelle

NOUAKCHOTT DAKAR ABIDJAN CONAKRY TEMA LOME COTONOU LAGOS DOUALA LIBREVILLE PORT GENTIL POINTE NOIRE MOMBASA NIAMEY BAMAKO OUAGADOUGOU BANGUI N’DJAMENA KINSHASA PORT LOUIS ANTANANARIVO LONGONI POINTE DES GALETS DEGRAD DES CANNES

Une desserte des pays côtiers destiNat s ioNs et de l’hinterland de l’Afrique

au départ de RoUen

Une maitrise de bout en bout avec le réseau du groupe Bolloré

Le conseil et l’expertise documentaire Schedules en ligne

Contact uro@tsl-nvocc.com - Téléphone : 02.32.18.83.60

www.tsl-nvocc.com

  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

Fort de France Pointe à Pitre La Havane © Dunkerque Port

  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

Dunkerque North West Europe

DUNKERQUE / ST-PETERSBOURG + reéxpédition RUSSIE Départ hebdomadaire Service direct Cotations et réservations

booking@dkk.sealogis.fr Tél. : 33.3.28.58.05.63

© Dunkerque Port

Services Maritimes

Fort de France Pointe à Pitre La Havane


14 - Semaine 22 - Mai 2014 - l’antenne

Le Havre

Services Maritimes

4

3 Afrique Occidentale et Equatoriale

Afrique du Sud et de l’Est Services Directs Hebdomadaires

AFRIQUE DU SUD

http://www.niledutch.com

Capetown - Durban Port Elisabeth - East London

SERVICE WEST AFRICA EXPRESS DIRECT : ABIDJAN - POINTE NOIRE LUANDA - LOBITO - NAMIBE Transbordement via Pointe Noire : LIBREVILLE - Douala - Matadi Bata - Malabo

ASIE

Chine - Japon - Australie Thaïlande - Vietnam- Indonésie

––––––––

Réexpédition possible depuis Pointe Noire sur Cabinda (Angola), Boma (RDC), Soyo (Angola)

MOL (EUROPE) BV LE HAVRE Tél. : 02.32.74.24.00 Fax: 02.35.41.14.41

NILEDUTCH LUANDA............ 9 Juinl NILEDUTCH CAPE TOWN..... 16 Juinl Turquie : Izmir, Merzin et Istambul en transbordement via Leixoes au Portugal France

NileDutch France S.A.S. Espace Caillard - 3, rue Louis Eudier 76600 Le Havre Bertrand DEMARE 02.77.67.50.01 Nathalie LEVEEL 02.77.67.50.03 sales.leh@niledutch.com

5

9

Amérique du Nord Votre Service de groupage maritime Import / export au départ de Roissy, Le Havre, Marseille et Lyon vers l’Asie, les Amériques, l’Océanie le Proche et Moyen-Orient

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Moyen-Orient Votre Service de groupage maritime Import / export au départ de Roissy, Le Havre, Marseille et Lyon vers l’Asie, les Amériques, l’Océanie le Proche et Moyen-Orient Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com SERVICE CES

SERVICE RORO Europe - Middle East (EME SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH Europe - ASIA (ESEA SERVICE) 3 SAILINGS PER MONTH Europe - SOUTH AMERICA WEST COAST (USCX SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH

USA - Argentine - Asie Moyen Orient - Liban et bien plus encore !!

Tél. 02 35 25 57 45 - sales@tcclogistics.com

RAMP : 150WT MAX HEIGHT : 6,30 m

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

Prins Boudewijnlaan 43 B-2650 Edegem, Belgium Phone : +32(0)3 451.09.14

SERVICE HEBDOMADAIRE DIRECT

pierre.delatre@ne.nykline.com

IMPORT / EXPORT SERVICE TAE

IMPORT : LE HAVRE, 1er PORT touché Kaohsiung - Ningbo - Shanghai - Taipei HongKong - Shekou - Tanjung Pelepas Piraeus - Algeciras LE HAVRE EXPORT : AU DÉPART DU HAVRE Piraeus - Jeddah - Tanjung Pelepas Kaohsiung - Ningbo - Shanghai Taipei - HongKong - Shekou

+ Réexpéditions

- sur la Méditerranée Orientale et la Mer Noire - via le Piraeus - sur l’Afrique de l’Ouest ( NE6 ) - via Algeciras

- sur l’Afrique de l’Est - via Colombo / Tanjung Pelepas __________ PARIS :

LE HAVRE :

1er Juin 2 Juin

Réexpéditions ports secondaires et villes intérieures —————

PARIS : Tél. : 01.58.58.02.38/07 21 LE HAVRE : Tél. : 02.32.74.52.39/54 STRASBOURG : Tél. : 03.88.55.96.40 MARSEILLE : Tél. : 04.96.17.17.87/93 LYON : Tél. : 04.72.61.19.91

Tél. : 02.32.74.50.50

MARSEILLE :

Tél. : 04.96.17.17.70 Tél. : 04.72.61.19.91

14 Mer du Nord / Baltique LE HAVRE/ST PETERSBOURG & ARKHANGELSK + REEX RUSSIE/C.E.I. (CNTR DRY & REEFER/CONV) ARKHANGELSK LINES

Antilles / Amérique Centrale

Tél. : 01.58.58.02.22

STRASBOURG : Tél. : 03.88.55.96.40 LYON :

NEW YORK – NORFOLK CHARLESTON

6

ExtrêmeOrient SERVICE HEBDOMADAIRE DIRECT

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

Groupage direct Hebdo Depuis Le Havre sur

YM VANCOUVER.................. SANTA PAOLA.......................

10

AGENT GÉNÉRAL : LE HAVRE : 02 35 22 81 30 FAX : 02 35 22 44 65 saglehavre@wanadoo.fr PARIS : 01 44 09 47 09 - Fax : 01 40 55 05 66 sagparis@sagmar.com

a

LA RUSSIE ORIENTALE (Vostochniy, Vladivostok, Korsakov, Petropavlovsk-Kamchatskiy, Magadan)

AU DÉPART DU HAVRE AVEC

North West Europe départ hebdomadaire Cotations et réservations

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

didier.claudepierre@lhv.feron.fr Tél. : 33.3.35.25.88.22 eric.andraud@feron.fr Tél. : 33.3.35.25.57.35


16 - Semaine 22 - Mai 2014

Agenda Après Valence, en 2012, puis Gênes, en 2013, c’est à Marseille que se tient cette année le colloque annuel de l’Institut méditerranéen des transports maritimes (IMTM). Intitulé “Le Transit de la marchandise en Méditerranée. Port, industrie, territoire : quelles synergies ?”, il se déroulera dans les locaux de la Villa Méditerranée les 5 et 6  juin 2014. Christian Scapel, le président de l’IMTM, a convié le président de l’Espo, Santiago Mila, à venir présenter son point de vue sur le sujet, devant les participants. Les intervenants traiteront du sujet du port sous divers angles. Ils feront le point sur son rôle d’“élément-clé de la supply chain”, de “vecteur de fluidité”, de lieu de “création de valeur”. Ils aborderont également le thème des synergies nouées entre les ports, les industries et les territoires. Les inscriptions sont ouvertes auprès de l’IMTM, au 2, rue Henri-Barbusse, 13241 Marseille cedex 01. Mail : i.m.t.m@wanadoo.fr.

Collision Trente-trois personnes ont été blessées à la suite de la collision entre un ferry et un cargo mercredi 21 mai à Hong Kong. Les autorités portuaires ont précisé que la collision s’était produite à proximité de l’île de Cheung Chau entre un navire de marchandises chinois du continent et un ferry à grande vitesse. “Un ferry de Macao est entré en collision avec un bateau du continent”, a annoncé un porte-parole du gouvernement. “Trente et un blessés se trouvent sur le quai tandis que deux autres personnes plus grièvement atteintes ont été hospitalisés à Cheung Chau,” a-t-il ajouté, précisant que l’accident s’était produit aux environs de 23 heures locales.

Première Le groupe pétrolier américain ExxonMobil a annoncé le 26 mai le départ du premier cargo transportant du gaz naturel liquéfié (GNL) produit en Papouasie Nouvelle-Guinée sur le projet PNG LNG, estimé à plusieurs milliards de dollars, faisant route pour le Japon. Cette cargaison, qui a pris la mer en avance sur le calendrier, est destinée à la compagnie d’électricité japonaise Tokyo Electric Power (Tepco), gérante de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. La production avait été lancée en avril. La construction du projet PNG LNG a débuté en 2010, et a employé à son maximum plus de 21.000  personnes. La capacité de production est estimée à plus de 250  milliards de m3 sur trente  ans (6,9 millions de tonnes par an), pour un coût de 19 milliards de dollars.

Le Havre Colloque sur le développement portuaire Le laboratoire Idees-Le Havre de l’Université du Havre, associé au CNRS, organise un colloque international sur les ports, le transport maritime et le développement régional les jeudi 12 et vendredi 13  juin 2014 à l’Université du Havre. Cette manifestation sous-titrée “L’Adaptation des acteurs portuaires aux aléas de la mondialisation”, s’intègre dans le projet de recherche Devport, qui regroupe des chercheurs attachés à différents laboratoires et universités françaises. Celui-ci consiste à constituer un réseau diffusant, dans la sphère académique et dans le monde professionnel maritime et portuaire, des données issues de la recherche en transports maritimes, sur les impacts territoriaux, notamment économiques. Ce colloque réunira une quarantaine de professionnels et chercheurs (géographes, historiens, aménageurs, urbanistes, économistes et spécialistes des transports internationaux de marchandises) qui interviendront sur les stratégies d’hinterland, l’intermodalité, la gouvernance et l’aménagement portuaire, le développement durable ou encore l’activité de croisière. Franck André

Frets maritimes Les taux montent un peu Les frets maritimes sont dans l’ensemble restés soutenus la semaine dernière par un regain d’activité sur certaines routes, dans un marché qui est tout de même resté prudent et peu actif. Le Baltic Dry Index (BDI) a fini vendredi 23 mai à 964 points, son niveau le plus faible en trois semaines et demie, contre 1.027 points, ce qui constituait son plus haut niveau en cinq semaines et demie. Les vraquiers de petit tonnage ont connu une activité soutenue sur les routes de l’océan Pacifique en provenance d’Extrême-Orient, mais “l’activité déjà faible observée les semaines précédentes sur les liaisons méditerranéennes au départ de l’Europe du Nord s’est quasiment volatilisée”, ont observé les analystes de l’agent maritime Branchero Costa. Le Baltic Panamax Index (BPI) a terminé de son côté à 1.001 points vendredi 23 mai – après avoir accentué sa hausse en début de semaine, pour atteindre mardi 20 mai un sommet en deux mois (1.061 points) – contre 1.041 points une semaine auparavant. Après le net rebond de la semaine précédente accentué les 19 et 20 mai, les experts de l’agent maritime Fearnley’s se demandaient si le repli brutal des tarifs était lié au fait que le marché reprenait naturellement son souffle ou à une tendance baissière fondamentale. Ils devaient ainsi rester attentifs aux volumes de cargaisons arrivant sur le marché. De leur côté, et après une courte pause la semaine précédente, les frets pétroliers ont faiblement repris leur mouvement de rebond après des plus bas depuis novembre 2013 atteint fin avril-début mai. L’indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI) a fini vendredi 23 mai à 691 points, son niveau le plus élevé depuis mi-avril – contre 664 points la semaine précédente. Le Baltic Clean Tanker Index (BCTI) a terminé à 532 points vendredi 23 mai – après être monté mardi 20 mai à 537 points, son niveau le plus élevé depuis mi-avril – contre 531 points une semaine plus tôt.

Les 17 et 18 mai, la SNCM a organisé un événement avec deux partenaires –  KissFM et “Corse matin” – appelé “Week-end de stars” sur un car-ferry, le “Danielle Casanova”. La compagnie maritime commence la saison estivale avec deux concerts privés de Kyo et Matt Houston, sur des sons pop-rock pour le premier et latino pour le second. La SNCM souhaite revenir sur le devant de la scène avec ce genre d’événements et ainsi pouvoir construire un partenariat avec la radio et le quotidien corse. Cette représentation a permis aux auditeurs d’oublier l’espace d’une soirée le contexte difficile dans lequel la compagnie est plongée. Ceci n’est que le commencement des festivités “onboard”,

© Paul Williams

La SNCM monte le son

Le groupe KYO lors de sa représentation à bord du “Danielle Casanova”

avec des soirées pendant toute la saison estivale, jusqu’en septembre. La SNCM n’en restera pas là, elle compte bien

Fuite Une fuite de brut a été constatée le 26 mai dans une petite commune de Seine-Maritime sur un oléoduc souterrain reliant le terminal pétrolier du Havre à une raffinerie Total de Seine-et-Marne. “Ce matin, à 6 heures, une fuite de pétrole brut a été constatée sur le pipeline souterrain reliant le terminal pétrolier du Havre à la raffinerie de Grandpuits, sur la commune de Saint-Vigor-d’Ymonville en Seine-Maritime”, a indiqué le groupe pétrolier. Un plan de surveillance et d’intervention (PSI) a été déclenché, a indiqué pour sa part la préfecture de Seine-Maritime, qui précise que “la fuite qui s’est produite au milieu d’une prairie a été stoppée”. Cependant, un périmètre de sécurité de 300 mètres a été établi par les pompiers et une reconnaissance aérienne a été entamée pour “déterminer l’étendue des rejets”, a ajouté la préfecture. Des équipes de la société Pipeline d’Île-de-France (PLIF) et de Total ont été mobilisées pour traiter les conséquences de la fuite et réaliser les réparations nécessaires. Le groupe Total a présenté ses excuses aux riverains.

Reprise Le tribunal de commerce de Nanterre a choisi l’offre de reprise française, portée par l’énarque Frank Supplisson et l’industriel Guy Dollé, pour le groupe sidérurgique Ascométal. Pour la reprise d’Ascométal, la justice a choisi l’offre française. La justice a retenu l’offre qui conservait les six sites français d’Ascométal et la quasi-totalité des emplois (1.820 sur près de 1.900), écartant les trois autres candidats, dont le groupe brésilien Gerdau, qui avait le soutien de l’administrateur judiciaire.

Potentiel Sous les eaux calmes du lac Kivu, à la frontière entre Rwanda et République démocratique du Congo (RDC), sommeille une véritable bombe potentiellement mortelle, mélange de méthane et de CO2, que le Rwanda veut transformer en électricité. Les 2.370 km2 du lac Kivu – soit quatre fois la taille du lac Léman entre la France et la Suisse – dont la profondeur atteint 485 mètres par endroits, contient, selon les estimations, quelque 60 km3 de méthane dissous et environ 300 km3 de dioxyde de carbone (CO2). “Le lac Kivu est un lac à problème dans lequel on trouve du dioxyde de carbone en volume assez important et du méthane, un gaz qui peut servir de détonateur à une éruption limnique”, une remontée des eaux profondes chargées en gaz mortel qui se répandrait alors dans l’atmosphère, explique Matthieu Yalire, chercheur à l’Observatoire volcanologique de Goma, sur la rive congolaise du lac.

Saisie

rajeunir son image et continuer sur cette ligne positive, avec d’autres événements du même type, notamment pour la Fête de la musique avec un groupe marseillais, “The Marteens”. La radio et la compagnie ont ainsi permis à quarante auditeurs de pouvoir assister aux concerts et de passer une journée à Ajaccio gratuitement. Le commandant du navire, Franck Jauffret, et le commissaire de bord, Aurélien Maillard, ont donc eu le plaisir d’embarquer ces deux groupes ainsi que leurs passagers, pour une traverser rythmée par le son des voix des artistes. Paul Williams

Des militants de Greenpeace ont symboliquement “mis sous scellé” le 23 mai du bois importé du Brésil et du Congo RDC sur le port de La Rochelle, pour dénoncer “l’inaction” de la France contre l’importation de bois illégal. Vers 7 heures, une dizaine de militants de l’organisation écologiste ont pénétré dans un entrepôt du port rochelais de La Palice, et apposé des rubans jaunes “Forest Crime Scene” (scène de crime forestier) sur une cargaison de planches de bois ipé du Brésil, provenant selon eux de coupes illégales. Cette “Brigade de vérification du bois”, organe fictif créé par Greenpeace, a ensuite apposé au pochoir la mention “Illégal” sur la tranche de grumes provenant de République démocratique du Congo, et qui “cumulent les critères d’illégalité”.


Hebdo sem22 2014