Issuu on Google+

Institutions/ Infrastructures

Le Havre : Rendez-vous sur le port Transporteurs fluviaux de France : La suspension de l’Écotaxe pèse sur la voie d’eau

EUROREGIE 12/2013

48 rue de l’Aubépine International Transport Company 92160 ANTONY Freight Forwarder - Project & Oil Field cargo Tél : + 33 1 55 59 07 70 Fax : + 33 1 49 84 06 54 - Deepwater and off shore project - Supply chain specialist mailto: infos@transprojets.com - 4 PL dedicated Agencies in Nigeria (Lagos and Port Harcourt) http://www.Transprojets.com

COTRASUD

o d b e l’h 69ème

Le spécialiste depuis 1981 de la Réunion et de l’Océan Indien

année Semaine 19 - Mai 2014 ISSN 0395-8582 - CPPAP 0319T79480

Tél. : +33 (0)4 91 13 16 77 n.guadagnino@cotrasud.fr

Shortsea

Le conteneur 45’ suspendu à la révision de la directive 96/53

Entreprises

Eurotunnel : Baisse des tarifs sur le fret Bourbon : Objectif d’activité maintenu pour 2014 Dachser : La filiale française renoue avec les bénéfices

International

Piraterie : Les députés en faveur d’agents de sécurité privés dans les navires Grèce : Le Pirée attire six acheteurs potentiels

www.lantenne.com

Transition vers le gaz naturel liquéfié, simplification des transits portuaires, déploiement de matériels multimodaux sont quelques conditions au développement du shortsea en Europe. Alors que la simplification des transits portuaires semble au point mort, la révision de la directive n° 96/53 sur les poids et dimensions des véhicules routiers ouvre de nouvelles perspectives au conteneur 45 pieds. Selon la DG Move, la création de stations GNL dans les ports représenterait un investissement de plus de 2 milliards d’euros en Europe. En France, la somme s’élèverait à 270 millions d’euros à travers l’équipement de ses sept Grands Ports maritimes et de onze ports intérieurs principaux. Dans la plupart des GPM, des estimations plus précises sont aujourd’hui en cours. Dunkerque a ainsi lancé à un appel à manifestation d’intérêt le 24 avril pour la mise en œuvre d’une chaîne d’avitaillement maritime et de distribution terrestre de GNL. Nantes-Saint-Nazaire réalise de son côté une étude sur les différentes méthodes de soutage GNL (par caboteur, cuve portuaire et camion). “L’enjeu est surtout économique et de compétitivité par rapport à la route puisque les techniques existent depuis une quinzaine d’années en Baltique. Avant d’investir dans des navires GNL, une compagnie maritime doit avoir la certitude que les capacités d’approvisionnement seront disponibles”, selon Christophe Santoni de l’armement LD Lines. Une logique loin d’être partagée par les instances européennes comme en témoignent les débats autour du projet de directive Clean Power for Transport. Pour l’heure,

il prévoit l’équipement en stations portuaires GNL d’ici 2025 alors que la directive Soufre impose le passage à un carburant à 0,1 % de soufre dans les zones Seca (Sulphur Emission Control Areas dont la Manche, mer du Nord et la Baltique en Europe) dès 2015 ! Conteneur 45’

ou de débarquement. L’examen du texte par le Comité des transports du Parlement européen a ramené cette limite à 150 km. Le projet de directive est désormais sur la table du Conseil européen encouragé à suivre la position de la Commission par l’European Community Shipowners’ Associations (ECSA), la Federation of European Private Port Operators (Feport) et l’European & Sea Ports Organisation (Espo). Au-delà de la limite des 300 km, ces trois organisations se déclarent d’ailleurs pour une libre circulation des conteneurs 45’ en Europe.

Un second défi du shortsea concerne le transit portuaire. Si l’ambition de créer une zone maritime de libre-échange via le programme européen Blue Belt s’enlise, son intégration dans les chaînes multimodales terrestres se joue actuellement à Bruxelles avec la révision Programme Utile 2 de la directive n° 96/53 sur les poids et dimensions des véhicules routiers. En l’état, la D’une capacité de 33 palettes, le conteneur Commission propose d’allonger de 15 cm les 45’ possède les mêmes caractéristiques d’emport semi-remorques pour leur permettre de trans- qu’un semi-remorque routière ou d’une caisse porter des conteneurs 45’ sans autorisation de mobile classique. Son emploi facilité simplifiecirculation spécifique. rait la mise en œuvre de Le conteneur schémas multimodaux 45’ mesure en effet “Supprimer les verrous entre le shortsea et les 13,71  mètres de long logistiques terrestres. réglementaires soit 11 cm de plus que Telles sont les conclula longueur actuelle des sions remises le 15 avril et administratifs semi-remorques fixée le programme Utile qui limitent l’utilisation par à 13,6 mètres par la di2* sur les conditions rective n° 96/53. Dans du conteneur 45 pieds” de son déploiement en plusieurs pays euroEurope. Elles recompéens dont la France et mandent de supprimer pour tous les parcours internationaux, l’ache- les verrous réglementaires et administratifs qui minement routier de ce type de conteneur limitent son utilisation dans l’Union que cela impose du coup une autorisation de transport soit sur les routes... ou sur les fleuves. exceptionnel. * Unité de transport intermodale pour une Avis de l’ECSA, l’Espo et Feport logistique européenne mené dans le cadre du Predit 4 et soutenu par le pôle de comLe proposition de la Commission propose pétitivité logistique Nov@log avec pour parque le transport de conteneurs 45’ sur châssis ticipants TL&Associés, VNF, le Laboratoire routier allongé soit autorisé dans une limite d’économie des transports, le Cercle pour de 300 km autour du port d’embarquement l’optimodalité, et BP2S


Infrastructures/Institutions

2 - Semaine 19 - Mai 2014 - l’antenne

Le Havre

Rendez-vous sur le port Ici et là, sur la zone portuaire havraise, à quelques encablures des terminaux de Port 2000, des panneaux lumineux transmettent l’information : les transporteurs routiers doivent prendre rendezvous à partir du 12 mai. Dès le lendemain, en effet, le nouveau système de rendez-vous obliga-

toires qui vise à limiter les temps d’attente des chauffeurs et à fluidifier la circulation au sein de la zone portuaire sera opérationnel : seuls ceux qui auront notifié la plage horaire à laquelle ils pourront opérer le chargement ou le déchargement des conteneurs auront accès aux terminaux,

Calais/Douvres

Une stratégie commune Mettre en cohérence leurs aménagements et solliciter ensemble des aides européennes. Partagés par les autorités portuaires de Douvres et de Calais, ces deux objectifs sont aujourd’hui concrétisés à travers le projet Bridge et un protocole d’entente. Plus de 2,2 millions de camions et 13 millions de passagers transitent chaque année par le port de Douvres. Les liaisons maritimes avec le port de Calais sont à l’origine de 80 % de ce trafic. Sur cette route, 98 % des mouvements de marchandises s’intègrent à des flux intracommunautaires, et représentent plus d’un tiers du fret roulant entre les îles britanniques et l’Europe continentale. Soit, en valeur, des échanges évalués à 70 milliards d’euros par an ! Optimiser les capacités existantes Au-delà de l’aspect essentiel du détroit en termes logistiques, ces chiffres démontrent l’interdépendance des ports de Calais et de Douvres. Aussi leurs autorités portuaires respectives ont-elles décidé d’élaborer un projet commun de développement, acté par un protocole d’entente signé le 11  avril. Baptisé Bridge*, il vise à adapter leurs installations afin d’accompagner la croissance de l’axe estimée dans le fret à 40 % d’ici 2030. Objet d’une demande de subventions européennes au titre du réseau transeuropéen de transport (RTE-T), la première phase du projet Bridge jusqu’en 2015-2016 est consacrée à l’optimisation des équipements existants sur les deux ports, et à accroître leur dimension multimodale. À Douvres, elle couvre la rénovation de trois postes à quai et

l’extension de deux autres, ainsi que la création de 4 km de voiries supplémentaires permettant d’accueillir jusqu’à 220 camions de plus. En parallèle, une nouvelle signalisation sera déployée pour améliorer la gestion du trafic. Avec les travaux menés sur le poste 7, à Calais, cette première phase sera dédiée à l’aménagement de nouvelles capacités multimodales. Sont ainsi programmées, la construction d’un terminal d’autoroute ferroviaire avec une première ligne prévue sur Le Boulou, et la création d’une plateforme d’échange pour les flux de remorques non accompagnées. Discrètes sur les investissements en jeu, les autorités portuaires de Douvres et de Calais se projettent jusqu’en 2020 à travers une seconde phase d’aménagement porteuse de deux projets emblématiques de chaque côté de la Manche. À Douvres, il s’agit du Western Docks Revival qui consiste à étendre le port dans sa partie Ouest avec la création d’un nouveau terminal et d’une plateforme logistique. À Calais, cette seconde période sera consacrée à la mise en œuvre du projet Calais Port 2015. À l’instar de son cousin britannique, il consiste à aménager un nouveau port équipé, notamment, de 110 hectares de bassins en eau profonde, 80 hectares de terre-pleins ouverts sur trois postes à quai ferries et un ro-ro capables d’accueillir des navires de plus de 240 mètres de long, et sur une desserte ferroviaire. Programmée également, la création d’une station de distribution GNL. À Calais, le début des travaux est annoncé d’ici 2015 avec la mise en service d’une première tranche en 2020, puis d’une seconde en 2035. Érick Demangeon * Bridge : Building the Resilience of International and Dependant Gateways in Europe

entre 6 et 19 heures. “Tout sera prêt pour le démarrage”, assure l’Umep, l’Union maritime et portuaire du Havre, pilote du projet. Gain de temps espéré pour le routier “C’est une vraie révolution pour les transporteurs routiers”, affirme l’Umep. Reste que les procédures sont nouvelles, les acteurs nombreux et la planification complexe. “Ce nouveau système implique l’organisation portuaire au sens large”, rappelle Philippe Bonneau, secrétaire général de quatre  heures d’attente certains l’Organisation des transporteurs jours à moins d’une heure entre routiers européens (OTRE) : l’entrée et la sortie de la zone séGrand Port maritime, armateur, curisée de Port 2000. Mais les divers dysfonctionagent maritime, douane, transitaire, manutentionnaire, transpor- nements constatés, qui avaient teur, qui sont tous interfacés avec notamment causé la colère des le système AP+ de l’entreprise routiers (blocage des accès aux terminaux) havraise Soget fin mars, ont sur lequel s’apentraîné la puie le système de rendez- “Une vraie révolution s u s p e n s i o n rendezvous. Le pro- pour les transporteurs des vous. Depuis, totype avait été routiers” un comité de mis en place en suivi avait 2011 par Soget été créé, réuà Port 2000, sur le terminal de France (TDF) nissant divers représentants où 1.000 rendez-vous quotidiens des transporteurs, de la cométaient alors pris. Il devait être munauté portuaire, de Soget. élargi, à partir du 3 mars, aux “Comme pour tout système qui autres terminaux de Port 2000  : se met en place au sein d’une Terminal Porte Océane (TPO) communauté portuaire, il y a et Terminaux de Normandie- forcément des coups de lime MSC (TNMSC). Gain de temps à donner”, reconnaît Alain espéré pour le routier : passer de Savina, de Soget. La reprise du

© GPMH

système des rendez-vous, reportée au 31 mars, a été à nouveau décalée. La phase de test devrait se poursuivre jusqu’au 13 mai. Une charte entre les associations professionnelles portuaires (STH, Ghaam, Gemo), les fédérations de transporteurs routiers et le Grand Port maritime du Havre visait à formaliser cette prise de rendez-vous. Annoncée pour le 3  avril, la signature est reportée à une date ultérieure en attendant le nouveau test grandeur nature. Reste que des pesanteurs existent car les acteurs doivent maintenant penser en termes d’appartenance à un système global et non plus en termes d’entreprise individuelle s’adaptant peu ou prou au système en place. Natalie Castetz

TransCore Loadlink Logistics

Un nouvel indice mis sur le marché canadien Le réseau canadien TransCore Loadlink Logistics a mis sur le marché du transport routier canadien le “Posting Index”, un indice qui permet d’évaluer le taux de remplissage pour plus de 14 millions de cargaisons et de camions affichés chaque année sur sa bourse de fret. Le “Posting Index” est le nouvel outil mettant en relation le coefficient capacité disponible/cargaison que Loadlink a présenté au “Toronto at Truck World”, le salon national canadien du transport routier qui s’est tenu du 10 au 12 avril 2014. Selon la bourse de fret, l’indice mis en place par TransCore “permet aux transporteurs et aux courtiers de fret d’accéder en temps réel aux données historiques sur le total des volumes de camions et de cargaisons (…)”. Il prend en compte les zones géographiques, le type d’équipement routier et les types de cargaisons (lots de groupage ou lots complets).

Cet outil d’analyse du marché est destiné à 14 millions de cargaisons et de camions affichés chaque année pour un réseau de plus de 5.000 transporteurs, parcs privés, courtiers, transitaires et tractionnaires, qui représente la plus importante bourse de fret du Canada. “La recrudescence des volumes de cargaison, des variations de la demande de capacité et des fluctuations des devises observée depuis la fin de l’année dernière a eu une forte incidence (sur le marché)”, a déclaré Claudia Milicevic, directrice et gestionnaire générale de TransCore Link Logistics. À l’issue de démonstrations et d’essais qui se sont déclarés fructueux, la bourse de fret a indiqué que le nouvel outil a été bien accueilli au Canada. Les transporteurs et les courtiers ont souligné qu’il s’agissait d’une solution adaptée à leurs besoins pour suivre l’évolution de la demande de transport. Transcore

Lancé le 3 mars dernier puis suspendu, le système de rendez-vous obligatoires sur le port du Havre entre transporteurs routiers et manutentionnaires est désormais annoncé pour le 13 mai prochain.

Vincent Calabrèse


Infrastructures/Institutions

l’antenne - Semaine 19 - Mai 2014 - 3

Transporteurs fluviaux de France

La suspension de l’Écotaxe pèse sur la voie d’eau Dans un courrier adressé à Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Transporteurs fluviaux de France s’inquiète de l’absence de financement des infrastructures fluviales, et des conséquences négatives sur le report modal suite à la suspension de l’Écotaxe. Membre du collectif com- péen. Car si en année pleine le posé de groupements profes- produit de l’Écotaxe avoisinait sionnels qui le 27 janvier a le milliard d’euros, l’effet de appelé à la mise en œuvre de levier en termes de trafics qu’elle l’Écotaxe, Transporteurs flu- représente était de quatre à viaux de France cinq fois plus im(TFF) renouvelle portant”. Pour seul, cette fois, “Développement des TFF, l’Écotaxe ses inquiétudes modes de transport a en effet pour auprès des poumérite “d’impualternatifs” voirs publics. ter au transport Dans un courroutier ses véririer adressé en avril à Ségolène tables coûts et d’en affecter le Royal, ministre de l’Écologie, produit au développement des du Développement durable modes de transport alternatifs”. et de l’Énergie, la filière de la Dans ce contexte, la filière rapvoie d’eau explique les effets pelle à la ministre ses priorités. de la suspension de la taxe : “Sans compensation, elle aurait 500 millions d’euros pour conséquence la dégradade travaux tion de la qualité des réseaux d’infrastructures, retarderait des “Elles portent sur l’aménainvestissements porteurs d’une gement des têtes de bassin à fort amélioration du service rendu, potentiel de trafics, et à la pouret rendrait difficile l’atteinte des suite de la politique de connexion objectifs de report modal fixés du réseau à grand gabarit à au niveau national comme euro- l’image du projet Seine-Escaut et

© TFF

son maillon français Seine-Nord Europe”. Évoquant aussi la liaison Saône-Moselle/Saône-Rhône, ce vœu de densification du maillage

fluvial “doit s’accompagner d’une meilleure connexion des corridors fluviaux à grand gabarit au réseau Freycinet et de la fiabilisation du réseau existant”.

Les sociétés d’autoroute mises à contribution La ministre de l’Écologie et de l’Énergie, Ségolène Royal, a évoqué la possibilité mardi 29 avril de mettre à contribution les sociétés d’autoroutes pour financer des infrastructures routières en cas d’abandon de l’Écotaxe. “Ma principale priorité, c’est de trouver les moyens financiers pour commencer les chantiers d’infrastructure” qui devaient être financés par le produit de l’Écotaxe, a expliqué la ministre devant la commission d’enquête du Sénat sur l’Écotaxe poids lourds. La mise en place de l’Écotaxe, suspendue en octobre dernier par le gouvernement sous la pression de manifestations hostiles en Bretagne, devait rapporter plus de 800 millions d’euros par an à l’État. “Il est quand même très étrange que les autoroutes qui ont été privatisées dans le contexte qu’on connaît fassent 2 milliards d’euros de bénéfices et que ces 2 milliards de bénéfices, qui sont quand même payés par les usagers, ne reviennent pas pour payer les infrastructures

dans le cadre du contrat de plan État-régions”, a estimé Ségolène Royal. “C’est une vraie question”, a-t-elle insisté. “Pour ne rien vous cacher, on a commencé à contacter les actionnaires de sociétés autoroutières”, a poursuivi Ségolène Royal. La ministre a reparlé de l’idée d’une “euro-vignette” aux frontières qui taxerait essentiellement les camions étrangers traversant le territoire français. À travers différentes mesures, “on peut peut-être arriver à un paquet financier global qui pourra peut-être équivaloir à peu de chose près au rendement attendu de l’Écotaxe”, a avancé la ministre. Ségolène Royal s’est défendue d’avoir fait des “déclarations à l’emporte-pièce” en parlant début avril d’une remise à place de l’Écotaxe. C’était une façon de dire “on va regarder intelligemment les choses””, a-t-elle fait valoir. “Je gère cette situation-là avec une idée de remise à plat parce quand il y a une suspension, on regarde les solutions.”

Pour TFF, le report sine die de l’Écotaxe remet directement en cause 500 millions d’euros de travaux prévus en 2014 dans le domaine des infrastructures. “Il est vital de réintroduire un mécanisme financier avec le double objectif d’adresser un signal prix suffisant pour permettre de changer les comportements des chargeurs, et de procurer des ressources pour l’éco-mobilité au premier de laquelle doit se trouver le transport fluvial”. Lors de son audition devant la mission d’information parlementaire présidée par Jean-Paul Chanteguet, Ségolène Royal a indiqué qu’aucune décision ne serait prise sur le dossier Écotaxe avant juin, soit après la remise des conclusions de ladite mission parlementaire, prévue le 15 mai, et de l’enquête sénatoriale sur le contrat Ecomouv attendue fin mai... Érick DEMANGEON

Saint-Louis-Arzviller

L’ascenseur à bateaux a rouvert Le canal de la Marne au Rhin a été intégralement rouvert au trafic fluvial vendredi 2 mai, après neuf mois d’interruption, suite à la remise en état de l’ascenseur à bateaux de Saint-Louis-Arzviller, en Moselle, victime d’un accident en juillet dernier. En Moselle, un ascenseur à bateaux a été rouvert au trafic fluvial après neuf mois de panne. Le plan incliné, un ouvrage unique en France qui reçoit chaque année la visite de 140.000  curieux, a accueilli ses premiers bateaux vendredi 2 mai à 7 heures, a indiqué son exploitant, Voies navigables de France (VNF). Plusieurs plaisanciers patientaient depuis quelques jours pour pouvoir traverser. Et vendredi

en milieu d’après-midi, 26 embarcations l’avaient déjà emprunté. La remise en état de l’ascenseur à bateaux a nécessité plus de deux mois de travaux, qui ont coûté 1,6 million d’euros, selon VNF. L’ouvrage était fermé à la circulation depuis un accident survenu le 4  juillet 2013. Ce jour-là un bateau-mouche était resté bloqué dans l’ascenseur avec 21  passagers à bord, provoquant le déferlement de plusieurs milliers de mètres cube d’eau. Personne n’avait été blessé mais le village de Lutzelbourg (625 habitants), menacé de submersion en contrebas, avait été évacué par précaution. Cet accident avait porté un coup dur au tourisme fluvial entre Alsace et Lorraine, en pleine saison estivale, car il avait obligé à faire demi-tour les 8.000 à 8.500 bateaux

© Saint-Louis-Arzviller

de plaisance empruntant chaque année le canal. De leur côté, les quelque 50 bateaux de commerce qui transitent chaque

année par cet ouvrage étaient contraints à de longs détours pour livrer leurs marchandises à bon port.


Entreprises

4 - Semaine 19 - Mai 2014 - l’antenne

Eurotunnel

Baisse des tarifs sur le fret Eurotunnel a annoncé lundi 28 avril la baisse des prix du transport de marchandises dans le tunnel sous la Manche, une décision “saluée” par Bruxelles qui avait intenté une procédure à l’encontre de la France et du Royaume-Uni en juin 2013. La Commission avait Eurotunnel a annoncé l’extension de son programme d’aide au sommé, le 20 juin, la France et démarrage de nouveaux services le Royaume-Uni de faire baisdans le fret lancé en mai 2013, ser les tarifs imposés aux trains une baisse de 25 % des tarifs en pour passer dans le tunnel sous heures creuses et une réduction la Manche, considérant qu’ils de 33,3 % de la tarification des étaient un obstacle au dévelopheures de maintenance, qui seront pement du trafic ferroviaire, noréduites à deux nuits par semaine tamment pour le fret. Selon la au lieu de trois. Le groupe a aussi Commission, “seuls sept trains de marannoncé avoir chandises obtenu la suppression de la “Doublement du trafic circulent en moyenne redevance de à 5.000 trains par an c h a q u e Réseau ferré de jour dans France (RFF) en 2018” le tunnel, sur le site de la dont la cagare de Fréthun (Pas-de-Calais) et s’est engagé à pacité demeure inutilisée à ne pas augmenter ses tarifs pour 43  %”. Les redevances d’accès vont jusqu’à 6.075 euros le fret jusqu’à fin 2018. Bruxelles, qui avait engagé par train de marchandise et le une procédure contre la France péage moyen pour emprunter le et le Royaume-Uni pour faire tunnel est d’environ 4.500 euros baisser les tarifs, a salué lundi par train. “Je me félicite qu’au 28 avril l’annonce d’Eurotunnel. moment où Eurotunnel poursuit Avec le nouveau système de ta- son effort sur le fret ferroviaire, rification, la Commission estime la Commission européenne anque, pour un nouvel acteur de nonce qu’elle abandonne offifret, la réduction des prix devrait ciellement tous ses griefs sur les être de 30 % à 45 %, et pour- péages”, a réagi le présidentrait aller jusqu’à 50 %. “Je me directeur général d’Eurotunnel, réjouis de l’annonce faite par Jacques Gounon, lundi en début Eurotunnel car elle devrait se d’après-midi. traduire par une plus grande utiLe trafic a augmenté lisation du tunnel sous la Manche de 10 % en 2013 pour le fret, et à des prix plus bas. Cela permettra de débloEurotunnel rappelle que le quer l’un des principaux goulets d’étranglement dans le réseau de trafic ferroviaire de fret avait transport européen”, a déclaré augmenté de 10 % en 2013 et Siim Kallas, vice-président de la de 13 % au premier trimestre Commission européenne. 2014 et annonce qu’il souhaite

My Ferry Link

Décision de l’autorité britannique mi-juin La décision finale de la commission britannique de la concurrence sur l’acquisition par Eurotunnel des navires de l’ex-SeaFrance, loués à la nouvelle compagnie My Ferry Link, a été repoussée à la mi-juin. Cette décision était prévue initialement début mai mais la commission a décidé de se donner plus de temps pour examiner le dossier, les différentes parties ayant jugé que les circonstances avaient évolué depuis sa dernière décision. En juin, la Commission avait décidé d’interdire l’exploitation au départ du port britannique de Douvres des ferries de My Ferry Link car elle estimait qu’en cumulant un service de ferries avec la gestion du tunnel sous la Manche, Eurotunnel

pourrait s’emparer de “plus de la moitié” du marché des liaisons transmanche, et ainsi faire grimper les prix. Cette décision avait été finalement cassée en décembre par le tribunal d’appel de la concurrence britannique. Mais le 21 mars, la commission a assuré qu’elle disposait bien de la compétence juridique pour se prononcer sur l’acquisition des navires. Pour la commission, “les actifs rachetés constituaient bien une entreprise” et cette acquisition relève donc bien des règles britanniques en matière de fusion. Eurotunnel avait été choisi en juin 2012 par la justice française pour reprendre trois navires de la compagnie en faillite SeaFrance.

“renforcer ses efforts en vue du développement de ce trafic”. Le groupe vise un doublement du trafic à 5.000  trains par an en 2018. “Cet objectif pourra être atteint d’autant plus facilement que les autres parties prenantes, au premier rang desquelles RFF et Network Rail, soutiendront la mise en œuvre du corridor fret européen entre le continent et le Royaume-Uni et contribueront à lever les barrières qui limitent l’interopérabilité entre les réseaux”, souligne Eurotunnel. Frédéric Cuvillier, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, s’est félicité de la baisse des tarifs. “L’annonce d’Eurotunnel est essentielle et prolonge les initiatives de la conférence périodique sur le fret ferroviaire mise en place par le gouvernement”, a-t-il déclaré. Le nouveau système de tarification doit entrer en vigueur au mois de juin, “après consultation de la commission intergouvernementale et des

Tunnel

© Eurotunnel

parties prenantes”. La procédure engagée par Bruxelles concernait aussi le transport de passagers et comprenait quatre domaines : la transparence des coûts, la fixation des tarifs, l’indépendance de l’organe de régulation et la répartition des capacités dans le tunnel. La Commission considère comme

sous la

une “importante avancée” une décision de l’organe de régulation du tunnel sous la Manche (CIG) “obligeant Eurotunnel à rendre ses coûts plus transparents”. Bruxelles a ajouté qu’il suivrait l’application des mesures annoncées avant de décider des suites de la procédure.

Manche

Une armada franco-britannique pour surveiller Le chantier du tunnel sous la Manche était colossal, l’effort collectif du groupe franco-britannique Eurotunnel l’est tout autant pour gérer depuis vingt ans avec une ponctualité et une sécurité maximales un trafic ferroviaire incroyablement dense. À 50 mètres en moyenne au-dessous du niveau de la mer sur une longueur de 38 km (50 km au total avec les parties terrestres), l’erreur est interdite. La maintenance des voies et des trains doit être irréprochable, la surveillance 24 heures sur 24 du trafic, infaillible. “Le grand défi au quotidien, c’est l’importance du nombre de trains qui passent dans ce tunnel. C’est l’infrastructure ferroviaire la plus parcourue en Europe avec près de 350 trains qui circulent tous les jours. Le matin et en fin de journée, il y a un train qui passe toutes les trois minutes dans chaque sens”, explique Michel Boudoussier, directeur général adjoint d’Eurotunnel. “En vingt ans, le trafic a augmenté. Depuis 1994, on estime à près de 330 millions le nombre de personnes qui sont passées dans le tunnel”, ajoute-t-il. “La maintenance du tunnel est concentrée deux nuits par semaine, le week-end, et jusqu’à 200  techniciens sont déployés à l’intérieur du tunnel”, souligne le directeur général du groupe, qui emploie plus de 3.700 personnes en France et en Grande-Bretagne. Il y a en fait trois tunnels : deux ferroviaires et un tunnel de service, routier. Fruits du travail des 13.000 ingénieurs, techniciens et ouvriers, qui auront utilisé 11  tunneliers pour creuser entre le début du chantier le 28 février 1988 et l’inauguration le 6  mai 1994, en présence de la reine Elizabeth II et du président François Mitterrand. Pour l’entretien des trains, il y a côté français, à Coquelles (Pas-de-Calais), une équipe d’environ 400 personnes. Avantage de taille sur le site : le F46, un hangar gigantesque (850  mètres de long) qui permet aux techniciens de faire les vérifications simultanément sur

deux trains entiers et non wagon par wagon. “Nous réalisons un “check-up” complet, en suivant des procédures rigoureuses, qui permet de rendre le train à la fin des trois jours de maintenance dans un état parfaitement sécuritaire”, explique JeanRené Pouille, qui travaille depuis 22  ans chez Eurotunnel. Les 25  navettes (9 pour les voitures et bus, 16 pour les camions) passent en révision tous les 44 jours maximum ou tous les 30.000 km. Il existe aussi une maintenance directement sur les quais d’embarquement et de débarquement, pour les “petits bobos”. La brigade d’intervention doit alors agir au plus vite pour éviter tout retard. Examinés minutieusement, les trains, qui roulent en moyenne à 140 km/h, sont épiés au départ des gares et surtout dans le tunnel. Le centre de contrôle ferroviaire le plus important se trouve côté anglais, à Folkestone, dans une salle où se trouve le plus grand panneau électronique d’Europe, d’une trentaine de mètres de long. “On est le centre névralgique”, y assure Frankie Lambelin, superviseur depuis 1998. Cinq équipes de sept personnes se relaient pour surveiller, entres autres, la bonne distance entre chaque train, dont les Eurostar. D’immenses portes, de 60 mètres, symbolisées par un X sur l’écran de contrôle, peuvent s’ouvrir pour permettre à un train de changer de voie en cas de blocage. Dernier volet de la surveillance : le centre de contrôle routier, qui passe au crible l’embarquement et le débarquement de tous les véhicules, soit au maximum 32 camions par train pour le fret et 105  voitures par train pour le transport de voyageurs. Il y a une obsession évidente à Eurotunnel : la ponctualité. “On court toujours après l’heure, on veut toujours être à l’heure”, assure Willy Crooks, 46 ans, chef de train qui avait eu l’honneur de conduire la reine d’Angleterre et le président de la République française le jour de l’inauguration, de Calais à Folkestone. Sébastien Guine


Entreprises

l’antenne - Semaine 19 - Mai 2014 - 5

Bourbon

Objectif d’activité maintenu pour 2014 L’activité de Bourbon pro- (remorquage, ravitaillement et gresse au premier trimestre. “La transport de personnel en mer) tendance des tarifs journaliers a vu son chiffre d’affaires promoyens reste positive et nous pré- gresser de 4,6 % à 270,3 millions voyons une croissance de l’activi- d’euros au premier trimestre. Les té pour le reste de l’année 2014”, services sous-marins (maintea indiqué le directeur général, nance et réparation d’installations Christian Lefèvre. Le groupe notamment) ont pour leur part confirme son objectif de crois- stagné avec une hausse de 0,8 % sance du chiffre d’affaires entre à 52 millions d’euros. 8 % et 10  % en 2014. Les tarifs journaliers moyens sont restés 498 UNITÉS globalement stables par rapport à un an plus tôt, ce qui a comL’ancien groupe sucrier aux pensé en partie les effets saison- racines réunionnaises, qui s’est niers enregistrés en mer du Nord reconverti avec succès dans et en Asie du Sud-Est, ainsi que les services pétroliers depuis les variations des une décennie, a taux de changes. décidé l’an passé Le groupe a aussi de céder une “La flotte bénéficié d’un partie de sa flotte, taux d’utilisation dont il consera augmenté de sa flotte supévera l’usage via de 33 navires” rieur à 90 %, un des contrats d’afindicateur-clé de frètement à long performance, qui terme, afin de réa bénéficié d’une activité plus duire son endettement et de désoutenue dans le marché offshore gager des marges de manœuvre continental d’Afrique de l’ouest. financières pour assurer son Par segments, l’activité développement futur. La flotte principale “marine services” exploitée par Bourbon a ainsi

Grimaldi

© Bourbon

Le groupe français de services maritimes pour l’industrie pétrolière Bourbon a fait état mercredi 30 avril d’une hausse de 7,9 % de son chiffre d’affaires au premier trimestre à 320 millions d’euros, porté par l’accroissement de sa flotte.

augmenté de 33  navires sur la période, atteignant 498 unités détenues en propre ou en location de longue durée. Concernant ses perspectives, Bourbon a estimé que la demande de navires offshore, qui bénéficie depuis plusieurs années d’un prix du pétrole stable, devrait

rester forte, les grands groupes pétroliers se concentrant “sur des projets à forte rentabilité et sur l’amélioration de la récupération du pétrole sur les champs existants”. Le principal actionnaire de Bourbon, la holding du membre de la famille fondatrice Jacques de Chateauvieux, a dé-

voilé mi-mars un projet d’OPA visant à prendre la majorité du capital. Le plan vise à faire grimper Jaccar Holdings, qui détient actuellement 26 % de l’armateur, au moins au-delà de la barre des 50,1 %. À 24 euros par action, cette offre valorise Bourbon à 1,79 milliard d’euros.

Evergreen

Le groupe napolitain Grimaldi, dans le cadre de sa stratégie de développement sur le marché français, renforce sa desserte des ports africains en sortie du Havre.

le 27  avril, l’armateur propose un départ le 4 mai puis le 14  mai et le 23 mai, assurés par le “Grande Ghana”, le “Grande Senegal” et le “Grande Gabon”.

Pour son service Southern Express, la fréquence de départs de Grimaldi s’élève à un tous les neuf jours avec cinq navires. La ligne dessert Hambourg, Anvers et Le Havre, puis touche Lisbonne et Leixoes. Avant d’arriver en Afrique de l’Ouest, les navires touchent Casablanca puis Dakar, Luanda, Pointe Noire, Port Gentil, Libreville et Douala. Onze jours pour Dakar, seize jours pour Luanda, dix-neuf jours pour Pointe Noire, vingtdeux jours pour Port Gentil et Libreville et enfin vingt-cinq jours pour Douala. Le groupe napolitain souligne que Dakar joue un rôle de port de transbordement vers Banjul, Freetown, Tema et l’Amérique du Sud. Après le “Grande Angola”, qui est parti le 18 avril du Havre, puis le “Grande Congo”, qui a fait escale

Pour son service Central Express, l’armateur a affecté deux navires qui assurent une fréquence de départs qui s’élève à un tous les dix-huit jours Ces unités desservent Hambourg, Le Havre, Dakar, Conakry, Abidjan, Lomé, Lagos, Takoradi et Monrovia. Le transit-time pour Dakar est de sept jours, il s’élève à neuf jours pour Conakry, douze jours pour Abidjan, quatorze jours pour Lomé, un jour de plus pour Lagos, dix-sept jours pour Takoradi et dix-neuf jours pour Monrovia. Après le “Grande Togo”, qui a assuré un départ au Havre le 20 avril, Grimaldi Naples attend le “Grande Costa d’Avorio” le 6 mai. Les navires de l’armateur napolitain sont opérés dans le port normand au terminal de l’Europe par la Générale de manutention portuaire (GMP).

Deux navires pour le Central Express

Modification en mer Rouge Pour se préparer à la saison dite de “pointe”, l’armateur taïwanais Evergreen Line modifie sa desserte de la mer Rouge. À l’approche de la “peak season”, une saison de pointe pour tous les armateurs mondiaux, Evergreen Line met en place des améliorations de service sur le marché de la mer Rouge. L’armateur taïwanais va modifier sa desserte de la région en sortie des ports d’Extrême-Orient et lancera un nouveau service feeder. En outre, la compagnie prévoit de renforcer davantage sa présence dans la région au travers d’un accord d’échange de “slots” avec un partenaire. Au cours du mois d’avril, Evergreen a déjà déployé

un huitième navire lui permettant d’assurer une escale supplémentaire à Aden. Cette modification de service lui permet de relier la Chine centrale, le Sud du pays, l’Asie du Sud-Est au Yémen. Le service FRS relie Shanghai, Ningbo, Taipei, Xiamen, Shekou, Tanjung Pelepas, Singapour, à Aden, Djeddah, Sokhna et Aqaba. Dans le sens retour, sont desservis Djeddah, Singapour, Yantian et Shanghai. Au-delà de son porte-conteneurs de 1.500 EVP qu’il exploite dans la région, l’armateur taïwanais va ajouter début mai un service feeder interne à la mer Rouge. De plus, il va passer un accord avec X-Press pour desservir Hodeiddah, le Yémen et Djibouti via l’Afrique de l’Est. Vincent Calabrèse

© Evergreen

L’armateur renforce sa desserte en Afrique de l’Ouest


Entreprises

6 - Semaine 19 - Mai 2014 - l’antenne

Dachser

La filiale française renoue avec les bénéfices

Après la reprise d’Azkar et de Transunion en Espagne, le chiffre d’affaires de Dachser bondit de 13,2 % en 2013 et flirte avec les 5 milliards d’euros. Outre le renforcement en péninsule Ibérique, le groupe allemand de transport et de logistique a étendu son réseau dans quatre autres pays : Turquie, Indonésie, Pérou et Chili. “Dachser compte désormais 24.900 collaborateurs répartis dans 42 pays sur 471  agences”, précise Frédéric Dumort, à la

tête de la filiale française qui contribue à ce développement avec 526 millions d’euros de recettes en hausse de 5,7  %. L’année 2013 coïncide avec la fin de son plan de redressement qui aura duré trois ans. Marqué par une recapitalisation de 90 millions d’euros, il se ponctue par des résultats positifs avec des bénéfices opérationnel et net supérieur à 2,5 millions d’euros. Adossé à un réseau européen intégré, le groupage export au

départ de France confirme son développement avec une progression de 16,3 %. Si la messagerie domestique “améliore ses performances avec un niveau de marge en hausse de 27 %”, elle reste la seule activité déficitaire de la filiale française. Vers l’équilibre de la messagerie domestique Escompté sous deux  ans, son retour à l’équilibre passera, selon le chef d’entreprise, par la poursuite du programme Power Sales (adaptation des conditions contractuelles), et les investissements réalisés dans les tractions en caisses mobiles à double plancher. Impactée par le

Brasseries Kronenbourg

Le train fait son chemin Le brasseur Kronenbourg a réussi sa réorganisation en entrepôts avancés qui lui permet de transporter par voie ferrée ses productions pour la grande distribution. Le basculement vers le ferroviaire est pleinement devenu réalité pour les Brasseries Kronenbourg. Le brasseur filiale de Carlsberg réalisait 80 % de ses expéditions par la route, désormais ce sont 80 % des trajets qui sont effectués par la voie ferrée, à partir du site de production embranché d’Obernai (Bas-Rhin). En cinq ans, l’évolution signifie 160.000 camions et 80.000 tonnes de CO2 en moins, souligne-t-il. Plus grande brasserie française L’entreprise figure parmi les premières à avoir répondu à l’abandon du wagon isolé par Fret SNCF. Elle a créé quatre entrepôts en poste avancé à l’entrée de grands bassins de population : ils sont implantés à Châtres (Îlede-France), à Bordeaux, à Rennes et en région lyonnaise. Cette organisation procure ainsi la massification sur longue distance indispensable à la pertinence d’un trafic ferroviaire. La route assure les post-acheminements vers les

points de vente aux consommateurs. Le brasseur opère de la sorte pour les expéditions vers la grande distribution, qui représente la grande majorité de ses débouchés. Pour la livraison des cafés-hôtels-restaurants, la solution du camion a été maintenue. Vers les grandes et moyennes surfaces, les bières partent toutes par trains complets d’environ un millier de palettes chacun. Plus grosse brasserie de France, Obernai produit 7 millions d’hectolitres par an, soit 40 % du volume national tous acteurs confondus. “Nous tournons au rythme de deux trains par semaine vers la région parisienne et Lyon et d’un trajet hebdomadaire pour les deux autres entrepôts”, expose Stéphane Munch, vice-président en charge de la production et “patron” de la brasserie. Sans rancune, la prestation a été confiée à… Fret SNCF. L’opération s’inscrit dans une vaste réorganisation pluriannuelle. Celle-ci débouche sur le regroupement des fonctions de logistique, de production, de recherche-développement et de support sur le site d’Obernai, résultante notamment du déménagement du siège historique de Strasbourg dans le faubourg de Cronenbourg orthographié à la française. Christian Robischon

© kRONENBOURG

ralentissement de flux aériens, la division Air & Sea se contracte de 5 %. Ici, Dachser France s’attend à un développement de ses trafics maritimes avec le port de Surabaya suite à la récente implantation du groupe en Indonésie, et les échanges maritimes en croissance à l’import d’Asie et à l’export vers le Middle East. Solution de groupage et de messagerie, le pôle Cargo Plus connaît une évolution contrastée. D’un côté, il bénéficie d’une progression de l’ordre de 30 % des flux avec la Turquie, les pays de la CEI et des services “Full Truck Load” (FTL). De l’autre, il subit le Frédéric Dumort, président de Dachser France contre-coup des événements et de la situation économique dans les pays du Maghreb. prometteur et nous misons sur les S’agissant enfin de la logis- mêmes leviers que l’an passé  : tique contractuelle, elle conserve développement à l’export en son rythme de croissance avec messagerie et en affrètement, re40.000  m2 de dressement de nouvelles surl’activité do“L’international faces ouvertes mestique, dévia deux bâtiveloppement à l’origine de 60 % ments à Savignydes activités du chiffre d’affaires Cargo Plus et sur-Clairis dans l’Yonne et à de Dachser France” de la logistique Pierrelaye dans contractuelle”. le Val-d’Oise. Pour cette der“60 % de notre activité est liée à nière division, Dachser France l’international et 40 % est réalisée prévoit l’ouverture de 40.000 m2 au plan national à travers la mes- “dont 60 % sont déjà signés”. sagerie et la logistique”. À l’issue de l’exercice 2013,  l’entreprise déclare un effectif de Croissance 3.135  personnes réparties sur à deux chiffres 65 sites, et une offre logistique de 235.000 m2 développée en synerEn 2014, Dachser France an- gie avec ses activités groupage, ticipe une progression supérieure messagerie et overseas. à 10 % adossée à sa stratégie export. “Le début d’année est très Érick DEMANGEON

© Dachser

Avec cinq nouveaux pays ouverts l’an passé, le réseau mondial de Dachser poursuit son maillage. En France, le groupe achève un plan de redressement de trois ans salué par un retour des bénéfices. Fort de ses résultats, Dachser France anticipe une croissance à deux chiffres en 2014 portée par une stratégie tournée vers l’export.

Golbey

Des papiers récupérés depuis Marseille Située près d’Épinal dans les Vosges, la papeterie Norske Skog Golbey, filiale du groupe papetier norvégien Norske Skogindustrier ASA, va désormais récupérer par train les vieux papiers marseillais. La papeterie Norske Skog Golbey dans les Vosges a gagné un nouveau fournisseur pour son offre de transport ferroviaire de papiers récupérés. La Communauté urbaine de Marseille (MPM) a contracté avec elle en début d’année pour un volume de 12.000  tonnes annuelles. Comme déjà avant elle les agglomérations de Rennes et Lyon, elle enverra les papiers issus de la collecte des ménages dans des trains en direction de la papeterie, qui les réutilise dans son process de

fabrication de papier-journal. L’offre baptisée “Valorail” a été lancée il y a trois afin de limiter les transports à vide dans le sens des entrées, alors que le ferroviaire représente déjà la moitié des expéditions de la papeterie vosgienne. “Cette offre représente une alternative pertinente à la route auprès de grandes collectivités locales distantes de plusieurs centaines de kilomètres. Telle est notre cible”, souligne Gabriel Langlois, directeur des achats de papiers récupérés. Le flux est organisé sur un matériel de caissons mobiles à fond mouvant spécifiquement conçu par le transporteur vosgien MGE. Outre du bois, Norske Skog Golbey a consommé 470.000  tonnes de papiers récupérés l’an dernier pour produire environ 600.000  tonnes de papier journal. C. R.


International

l’antenne - Semaine 19 - Mai 2014 - 7

Piraterie

Les députés en faveur d’agents de sécurité privés dans les navires Contre la piraterie, les dé- nationale (commandos marine putés ont voté mardi 29 avril ou fusiliers-marins). Il n’est en faveur d’agents de sécurité répondu favorablement qu’à privés dans les navires. “C’est 70 % de la trentaine de demandes de la responsabilité de l’État reçues chaque année, mais le que de s’assurer que les navires besoin réel serait en fait supébattant pavillon français ont les rieur aux demandes formulées. moyens de se protéger. Ce projet de loi permet d’assurer la sécu- Trois agents maximum rité de nos navires et de renforà bord cer la compétitivité du pavillon français et du transport maCe dispositif sera autorisé ritime”, a plaidé le secrétaire uniquement dans les zones à d’État aux Transports, Frédéric haut risque, l’usage de la force Cuvillier. sera limité aux cas de légitime Les armateurs français pour- défense, et les conditions d’arront, comme ils le demandaient, mement strictement encadrées. avoir recours à des agents Il pourrait créer plusieurs cend’entreprises pritaines d’emvées de sécurité plois spécialisés. lorsqu’ils traverÀ l’initiative “L’État sent des zones en du gouverneproie à la pirament, les dépuaura un rôle terie. Un contrat ont voté des de régulateur” tés commercial sera amendements signé entre l’enfixant à trois le treprise de pronombre plancher tection et l’armateur. L’État d’agents à bord, afin d’assurer aura un rôle de régulateur : il une protection efficace d’un s’assurera que les entreprises navire. Afin d’éviter la souscandidates sont aptes à exercer traitance, l’armateur ne pourra cette activité, puis contrôlera le avoir recours qu’à une seule sorespect des règles de leur part. ciété privée. Depuis 2008, l’État met à la Sur les quinze pays de disposition des navires exposés à l’Union européenne disposant ce risque l’équivalent de 152 per- d’une flotte de commerce imsonnels militaires de la Marine portante, onze autorisent la

Le Pirée attire six acheteurs potentiels

Le port du Pirée attire six acheteurs potentiels dont Cosco. Outre le géant chinois du fret maritime LLC Cosco, figurent sur la liste la néerlandaise APM Terminals BV, l’américaine Cartesian Capital Group, la philippine International Container Terminal Services, l’américaine Ports America Group Holdings et Utilico Emerging Markets, enregistrée aux Bermudes.

présence d’entreprises privées armées à bord de leurs navires. Les conséquences économiques de la piraterie pour les armateurs sont évaluées entre 5,1 et 8,7 milliards d’euros par an

au niveau mondial, du fait des dépenses de carburant dues à l’accélération de la vitesse dans les zones à risque, des coûts liés aux assurances, des dépenses de sécurité, et autres primes

aux équipages. Alors que 90 % du transport des marchandises mondiales transite par la mer, plus de 230 attaques ont été recensées en 2013 par le Bureau maritime international.

Panama

Grèce

Six sociétés, dont le géant chinois Cosco, ont exprimé leur intérêt pour le rachat de 67 % du capital social de l’organisme public du port du Pirée (OLP), a annoncé lundi 28 avril l’Agence de privatisation grecque (HRAF).

© Eunavfor

Les députés ont adopté mardi 29 avril à l’unanimité en première lecture un projet de loi visant à autoriser la présence d’agents de sécurité privés à bord des navires dans les zones exposées à la piraterie.

“Les conseillers de HRAF vont prochainement évaluer les offres des candidats et se prononcer sur ceux qui remplissent les critères de participation à la seconde phase de la procédure”, a indiqué l’Agence. Cosco avait commencé à investir au Pirée depuis 2008 et possède actuellement deux terminaux de marchandises. La vente de 67 % du port du Pirée, actuellement détenu à 74 % par l’État grec, s’inscrit dans le cadre du plan de cession au privé d’une dizaine de ports dont celui de Thessalonique, deuxième ville grecque dans le Nord. Les dockers avaient observé de nombreuses grèves ces derniers mois pour protester contre la privatisation de l’OLP, qui gère l’un des plus grands ports de la Méditerranée.

L’élargissement du canal rapportera moins que prévu Le canal de Panama élargi rapportera à terme à l’Etat 3,1 milliards de dollars par an, le triple des recettes actuelles, mais moins qu’attendu en raison de la crise mondiale, a admis l’Administrateur de la voie, Jorge Quijano. Le canal de Panama élargi rapportera moins que prévu, c’est-à-dire 3,1 milliards de dollars. “Au cours de la première année, nous espérons que le canal élargi rapporte 300 millions de dollars de plus, pour atteindre 3,1 milliards par an en 2025 en possibles recettes directes pour l’Etat”, a indiqué Jorge Quijano. Les travaux d’élargissement du canal de Panama actuellement en cours et estimés à plus de 5 milliards de dollars ont pris du retard. L’inauguration de la nouvelle voie n’est plus attendue désormais avant début 2016, contre 2014 initialement espéré, à l’occasion de son centenaire. Les futures recettes sont toutefois “très inférieures à ce que nous avions initialement anticipé car les économies mondiales ne sont pas encore très solides”, a poursuivi l’Administrateur de la voie par où transite 5 % du commerce maritime mondial.

Le nouveau canal permettra le passage de navires post-panamax, transportant 12.000 conteneurs, plus du double de la charge actuellement autorisée. En 2017, il est prévu que le canal rapporte entre 1,3 et 1,5 milliard, en hausse par rapport aux 960 millions actuels (environ 10 % des recettes fiscales du pays). “Nous sommes très conservateurs sur nos estimations, nous espérons nous tromper à la baisse, mais le canal de Panama dépend de la santé des économies d’Asie, d’Europe et des Etats-Unis”, a ajouté Jorge Quijano. Le ralentissement de l’activité sur le canal est dû pour partie à la crise économique depuis 2008 mais également à la localisation au Mexique de la production automobile et d’équipements lourds par la Corée du Sud et le Japon afin de se rapprocher du marché américain. Le gestionnaire voit l’avenir en Amérique latine où réside “un grand potentiel avec une population qui a de plus en plus de capacité pour acheter et produire. Nous voyons des exportations sortir de l’Ouest de l’Amérique latine vers la côte Est des Etats-Unis et l’Europe”, a-t-il poursuivi. Après une paralysie en début d’année due à un conflit financier entre le consortium chargé des travaux d’élargissement et l’Administration, le chantier est aujourd’hui bloqué par une grève des ouvriers, réclamant des augmentations de salaires.


Prévisions de départs

8 - Semaine 19 - Mai 2014 - l’antenne

Marseille

M

TRANSCAUSSE

 

Corse et Sardaigne Réservations Fret Marseille Tél. : 04 91 99 45 91 Fax : 04 91 99 45 96

DÉPARTS QUOTIDIENS ALLER-RETOUR Marseille-Ajaccio GIROLATA Marseille-Bastia PIANA Marseille-Propriano KALLISTE Marseille-Porto Torres KALLISTE

www.lameridionale.fr

Messagerie / Lots complets Express

CORSE

Livraison tous points

Départs quotidiens ––––––––

Tél. 04.91.13.14.52 Fax: 04.91.91.16.50

Le monde à votre portée

GROUPAGE TUNISIE

Départ hebdomadaire TUNIS/SFAX tous les mercredis TOUS TYPE DE MARCHANDISE CONTENEURISABLE (Dangereux accepté suivant classe)

Tél. 04 91 13 27 07 ou 04 91 13 27 02 e-mail : g.pomares@sagactl.com ; a.accorsi@sagactl.com

M

Service hebdomadaire DIRECT conteneurs (FCL)

MARSEILLE - CASABLANCA

Sloman Neptune Lines

IMPORT / EXPORT

Réception Poste 157 _____________

Depuis FOS hebdomadaire ALGER port sec ORAN - SOUSSE Réception EUROFOS

Service Algérie

Roulant / Conventionnel / Conteneurs ALGER - ORAN

MARCIANA ........................................................................

SKIKDA - ANNABA

HANSALAND......................................................................

MOSTAGANEM

AMIROUCHE......................................................................

12 Mai 12 Mai

Départ de Fos-sur-Mer via BARCELONE sur ALGERIE/ALGER (Port sec) ves. BF PHILIPP................... ves. SMARAGD.................... ves. BF PHILIPP...................

14 Mai 21 Mai 28 Mai

16 Mai

Réception : SOCOMA Poste 44

MARMEDSA MARSEILLE : Fabien Micaelli : 04 96 17 17 32 f.micaelli@marmedsafr.marmedsa.com Sébastien Cusson : 04 96 17 17 14 s.cusson@marmedsafr.marmedsa.com

ARKASFRANCE/SMI

TRANSCAUSSE Lots complets / Groupages MAROC - TUNISIE - ALGÉRIE Départs hebdomadaires de Marseille, Lyon et Paris –––—————––

Tél. : 04.91.13.15.37 / 38 Fax : 04.91.90.54.29

Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

AU DÉPART DE SÈTE Service Fret direct en 40 heures

2 départs par semaine en Ro/Ro

Depuis SÈTE sur TANGER et NADOR Cotations et réservations :

Burger-Féron

louis.topenot@burgerferon.com - Tél. 04 91 39 93 66

––––––––––––– 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 MARSEILLE Tél.: 04.91.14.27.80 - Fax: 04.91.56.65.05/06 www.agent-maritime-marseille.com

C O G E P A R T Une course d'avance pour toutes vos courses et transports urgents, ponctuels ou réguliers.

Groupage export au départ de Marseille

ALGER - CASABLANCA - TUNIS

Marseille

04 96 15 16 60

Conteneur / Roro Conventionnel SFC - Tel : 04.91.39.93.60. Email : booking@mar.sfc-fr.com

Départ hebdomadaire en conteneur de groupage Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

– SFC –

Marseille / Al Khoms (Libye)


Prévisions de départs du port de Marseille

l’antenne - Semaine 19 - Mai 2014 - 9

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Oman - Dubai - P.S. Qaboos - Abu Dhabi Doha - Koweit - Bahrein - Sharjah - Qatar Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

GRIMALDI LINES

Service direct Méditerranée - Afrique de l’Ouest

Votre Service de groupage maritime Import / export au départ de Roissy, Le Havre, Marseille et Lyon vers l’Asie, les Amériques, l’Océanie le Proche et Moyen-Orient

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Matériel roulant - Project cargo - Conteneurs Départs tous les 14 jours de Marseille pour :

Casablanca - Dakar - Abidjan Lagos - Cotonou - Lomé

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

et en transbordement via Dakar pour :

Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Banjoul - Conakry - Freetown - Monrovia - Tema - Takoradi Douala - Pointe Noire - Libreville - Boma - Louanda

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

———————————

Grimaldi Acl France Agencies

Europe Building - Quay de L’Europe - 76051 Le Havre Cedex email : David.Giboudeau@aclcargo.com - Tel. : + 33 2 35 25 90 30

LE HAVRE

RORO AFRICA LINE SERVICE DIRECT

sans transbordement

En dix jours de Marseille et Sète à destination de

LOMÉ - COTONOU

Tout type de matériel roulant Conventionnel et dangereux nous consulter MAESTRO UNIVERSE . ...............................................................

19 Mai

Agent Général : GROUPE NAVITRANS 52 rue Emmanuel Eydoux - 13016 Marseille - Tél. 04 91 84 13 14 Agence Marseille : ACI - Tél. 04 91 84 13 19

Agence Sète : Navitrans Méditerranée - Tél. 04 67 48 62 20

CONSORTIUM HISPANIA LINES

Service Conteneur

Au départ de FOS et MARSEILLE BATA - MALABO - LAS PALMAS

MAESTRO UNIVERSE.......... —–––––––––––

19 Mai

A C I

Tél 04 95 04 32 86 • Fax 04 95 04 32 87

Armateurs/Consignataires

Depuis FOS hebdo Conteneurs

Dakar abidjan tema Lagos Libreville Mauritanie Réception SEAYARD

ARKASFRANCE/SMI Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

e-mail : sales@arkasfrance.fr

Med

MARSEILLE-FOS / NOVOROSSIYSK SOTCHI - VLADIVOSTOCK Départs hebdomadaires Russie + réexpedition Cotations et réservations

louis.topenot@burgerferon.com Tél. : 04.91.39.93.66

Toute l’année, les départs pour plus de 200 ports dans le Monde.

Société ACL FRANCE AGENA AGENCES MARITIMES ASSOCIEES ALIANCA FRANCE ALLIANCE EUROPE APL FRANCE ATL LINES BURGER FERON CFT (CIE FLUVIALE DE TRANSPORT) CHINA SHIPPING FRANCE CLB LINER CMA CGM COLIN OLIVIER COSCON FRANCE CURRIE SAS DELMAS LE HAVRE EUROPEAN CONTAINERS SERVICES EVERGREEN SHIP. AGENCY (France SA) FAUVEDER FERON CLEBSATEL GRIMALDI LINES HAMBURG-SÜD FRANCE HANJIN SHIPPING HAPAG-LLOYD HMM HOEGH AUTOLINERS HUMANN & TACONET ISAMAR (Ibesnar Sagemar) “K” LINE LD LINES LOGISEINE MAERSK LINE MARFRET MOL EUROPE BV MSC FRANCE NAVITAINER NECOTRANS NILEDUTCH NYK LINE OOCL RSC (RIVER SHUTTLE CONTAINERS) SAFMARINE SAGMAR SCAMAR Division Herfurth Shipping SEA-INVEST SHIPPING AGENCY SHGT SHIPPING AGENCY SERVICE STE FRANCAISE DE CONSIGNATION TOS (Trans Ocean Shipping) UIM SM UMA FRANCE UNITED ARAB AGENCIES WATSON BROWN WORMS SERVICES MARITIMES ZIM FRANCE

Téléphone 02.35.25.90.30 02.35.19.72.72 02.35.19.83.00 02.35.19.62.40 02.35.20.53.53 02.32.74.89.30 02.35.42.26.91 02.32.74.86.20 02.35.53.50.05 02.32.74.04.90 02.35.19.73.40 02.32.74.16.00 02.35.21.11.22 02.32.92.59.59 02.32.74.35.35 02.32.74.10.00 02.32.92.52.90 02.32.74.50.60 02.35.19.34.84 02.35.25.57.28 02.35.25.90.20 02.35.19.23.00 02.35.19.86.46 02.32.74.53.00 02.35.19.70.62 02.35.53.03.43 02.35.19.39.91 02.35.19.85.00 02.35.19.30.00 02.35.19.78.77 02.35.53.50.80 02.32.74.25.50 02.35.21.88.60 02.32.74.24.00 02.32.74.68.00 02.35.24.16.66 02.35.19.81.00 02.77.67.50.01 02.32.74.54.00 02.35.19.59.00 04.88.91.75.03 02.35.53.52.00 02.35.22.81.30 02.35.19.66.50 02.35.53.51.30 02.32.74.24.89 02.35.19.17.80 02.35.25.57.00 02.35.19.73.93 02.35.19.51.51 02.32.72.72.20 02.35.19.83.17 02.35.19.83.17 02.35.19.51.51 02.32.74.95.22

Fax 02.35.25.90.47 02.35.21.42.34 02.35.19.83.13 02.35.19.62.49 02.35.20.53.86 02.32.74.89.79 02.35.21.31.35 02.35.19.83.13 02.35.24.00.52 02.32.74.04.99 02 35 19 73 41 02.35.53.18.98 02.35.41.74.89 02.35.43.64.65 02.32.74.35.29 02.32.74.10.10 02.32.92.52.98 02.35.53.38.57 02.35.19.34.94 02.35.53.05.84 02.35.25.90.46 02.35.19.90.95 02.35.22.85.79 02.32.74.52.83 02.35.19.70.92 02.35.53.02.91 02.35.19.39.92 02.35.19.85.01 02.35.19.62.52 02.35.19.78.93 02.35.25.34.46 02.35.53.84.33 02.35.21.88.79 02.35.41.14.41 02.32.74.68.10 02.35.53.29.96 02.35.22.62.14 02.32.74.53.99 02.35.21.56.79 04.88.91.75.15 02.35.53.52.48 02.35.22.44.65 02.35.19.66.69 02.35.53.53.71 02.35.21.38.15 02.35.19.17.81 02.35.24.34.56 02.35.19.73.99 02.35.19.51.82 02.32.72.72.21 02.35.19.83.13 02.35.19.83.13 02.35.19.51.82 02.32.74.95.23

Site Internet www.aclcargo.com www.agena.fr www.alianca.com.br www.alliance-europe.fr www.apl.com www.atlines.com www.cft.fr www.chinashipping.fr www.yml.com.tw www.cma-cgm.com www.coscon-france.fr www.delmas.com www.ecs.be www.evergreen-line.com www.fauveder.com www.sealogis.com www.hamburgsud.com www.hanjin.com www.hapag-lloyd.com www.hmm21.com www.hoegh.com www.humann-taconet.fr www.isamar.fr www.klineurope.com www.ldlines.fr www.logiseine.com www.maerskline.com www.marfret.fr www.molpower.com www.mscgva.com www.niledutch.com www.nykline.com www.oocl.com www.rsc.fr www.safmarine.com www.scamar-france.com www.sea-invest-sa.com www.shgt.fr www.sas-shipping.com www.sealogis.com www.uim.marine.free.fr www.uasc.net www.uasc.net www.royalburgergroup.com www.worms-sm.com www.zim.com


10 - Semaine 19 - Mai 2014 - l’antenne

Prévisions de départs du port de Marseille

Groupage direct Hebdo Depuis Marseille / Fos sur

RICKMERS GROUP

Lignes Régulières Tour du Monde et Inde/Moyen Orient

Israel - Chypre Asie - Moyen Orient

Transport de marchandises conventionnelles, projets et colis lourds Départ des ports d’Anvers / Hambourg / Gènes ou autres ports en route si aliments suffisants

EUROPE TO SOUTH EAST ASIA / FAR EAST Rickmers Jakarta ............ Rickmers Shanghai .........

16 Mai 30 Mai

et bien plus encore !!

EUROPE TO MIDDLE EAST / INDIA

Tél. 04 91 39 93 58 - marseille@tcclogistics.com

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

Rickmers Chittagong .... 13 Mai Rickmers Savannah ........ 12 Juin

Départs de MARSEILLE/FOS

Roulant - Projets - Conventionnel

GEMLIK - DERINCE - YENIKOY En transbordement via SALERNE :

Palerme - Malte - Tunis - Tartous - Le Pirée Beyrouth - Lattaquié - Al Khoms - Alexandrie

Singapour - Port Said - Ashdod

Mai Mai Mai Mai

GRANDE COLONIA ......................................................... SILVERSTONE EXPRESS . ............................................. Réception à FOS : Darse 3 - Nicolas Frères –––––––

PARIS : 01 58 58 02 32/40 LE HAVRE : 02 32 74 50 52/54

9 Mai 15 Mai

ARKASFRANCE/SMI e-mail : sales@arkasfrance.fr

SERVICE

DIRECT

Full Containers 20'/40' au départ de MARSEILLE

Bosphorus Service

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

MIRIAM BORCHARD.............. KATHERINE BORCHARD.......

LE PIRÉE.................... AMBARLI.................... GEBZE YILPORT....... IZMIR...........................

Votre Service de groupage maritime Import / export au départ de Roissy, Le Havre, Marseille et Lyon vers l’Asie, les Amériques, l’Océanie le Proche et Moyen-Orient Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

BORCHARD LINES Ltd

Singapour - Hong Kong - Keelung - Busan Jakarta - Bangkok - Manille Tokyo - Osaka - Yokohama - Kobe - Australie

Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

GRÈCE - TURQUIE - LIBAN ÉGYPTE - SYRIE - CANARIES MER NOIRE - LIBYE Marseille - Tél. 04.91.13.16.16

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Service hebdomadaire depuis FOS

_____________

17 A, Av. Robert Schuman - 13002 Marseille Tél. : 04.91.15.44.00 - Fax : 04.91.56.09.10

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

13 Mai

Service hebdomadaire direct vers la Turquie

Service hebdomadaire DIRECT au départ de FOS

SERVICE MD2 : Ningbo - Shanghai - Xiamen - Kaohsiung - Yantian

NEPTUNE KEFALONIA..........

10, place de la Joliette 13002 MARSEILLE Tél.: 04.91.91.04.04 Téléfax: 04.91.91.46.56 e-mail : otm@otm.fr

AMARSUD / GRIMALDI

IMPORT ASIE / EXPORT ASIE & sous continent Indien

MARSEILLE : 04 96 17 17 72/91 LYON : 04 72 61 19 91

LE PIRÉE - GEMLIK DERINCE

O.T.M.

T +33 (0) 1 55 81 09 30 elazareva@marmedsafr.marmedsa.com

11 15 23 29

Marseille

Pour fret et réservations :

Elena Lazareva

YM UTOPIA 036E . ...................................................... HONG KONG BRIDGE 027E ...................................... HENRY HUDSON BRIDGE 034E ............................... HANGZHOU BAY BRIDGE 008E . .............................. Réception Seayard FOSRéception Seayard FOS

Au départ de

––––––

Marmedsa Paris : salesparis@marmedsafr.marmedsa.com Hervé Moigne Tél. +33 (0) 1 55 81 09 30 Mob. +33 (0) 6 10 65 38 30 hmoigne@marmedsafr.marmedsa.com

Service hebdomadaire Matériels roulant uniquement

4 5 6 7

15 Mai 22 Mai

jours jours jours jours

West Mediterranean Service

JOANNA BORCHARD.......... SARA BORCHARD...............

Limassol.................. Ashdod..................... Haïfa.......................... Alexandrie............. Mersin......................

5 6 7 8 9

(transbordement Haïfa)

Les EUROS de l’ESPOIR®

14 Mai 21 Mai

jours jours jours jours jours

MARMEDSA MARSEILLE 59, av. André Roussin - BP 106 - 13321 MARSEILLE Cedex 16 Tél. 04 96 17 17 12 / 32 / 09 / 37 — Fax 04 91 09 38 22

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

Les entreprises contre le CANCER

––––––––––––––––––––––

GEFLUC

Groupages export au départ de Marseille-Fos

Beyrouth - Alexandrie - Ashdod - Haïfa Le Pirée - Limassol - Lattaquié

Marseille : Tél. 04 91 12 94 00 - Fax 04 91 58 62 57 Lyon : Tél. 04 72 79 12 34 - Fax 04 72 79 12 30

30, rue Montgrand 13006 MARSEILLE Téléphone 04.91.33.00.67 Chèque bancaire ou postal

–––––––––––––––––––––––––– S'adresse aux Entreprises, Commerçants, Artisans, et à leur personnel

––––––––––

Nous désirons participer à l'Action des

“EUROS DE L'ESPOIR”, ci-joint:

B’LADING CLUB L'amicale des professionnels du shipping marseillais Retrouvez-nous sur notre site :

www.bladingclub-marseille.com

l’antenne

Édité par la SMECI au capital de 102.300 euros R.C. 447 889 395 00037

sarl

Siège social : 32, avenue André-Roussin BP 36 - 13321 Marseille Cedex 16 ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

Dépôt Légal : 01 mars 2013 Gérant : Jacques RICCOBONO Directeur de la publication : Jacques RICCOBONO ———— Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97 Site internet : www.lantenne.com

Publicité : Directeur commercial : F. Revenaz 04.91.13.71.60 Normandie : F. Papion : 06.21.88.97.42 Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 Abonnement : 04.91.13.71.62 Rédaction : V. Grunchec : redaction@lantenne.com f.andre@lantenne.com v.calabrese@lantenne.com —————— Cette publication peut être utilisée dans le cadre de la formation professionnelle continue

15,25  (minimum)

représentant notre cotisation pour un an.

NOM ........................................................ ................................................................... ADRESSE ............................................. ................................................................... ................................................................... ...................................................................


l’antenne - Semaine 19 - Mai 2014 - 11

Rouen

Services Maritimes

ROUEN RADICATEL FINLANDE – RUSSIE

ROUEN-CASABLANCA Service conteneur hebdomadaire direct 4 Jours maroc@promaritime.fr

Nouveau service RO-RO & conventionnel direct sur St Petersbourg

Service conteneur : 20’ / 40’ / 45’ (dry, pallet-wide, high cube, flat) Service conventionnel : colis lourds, matériel roulant, yachts

finlande@promaritime.fr

Service RoRo et conventionnel depuis Rouen

Dakar, Abidjan, Tema, Lagos, Conakry, Lomé, Cotonou et Douala roro-afrique@promaritime.fr

Nouvelle

NOUAKCHOTT DAKAR ABIDJAN CONAKRY TEMA LOME COTONOU LAGOS DOUALA LIBREVILLE PORT GENTIL POINTE NOIRE MOMBASA NIAMEY BAMAKO OUAGADOUGOU BANGUI N’DJAMENA KINSHASA PORT LOUIS ANTANANARIVO LONGONI POINTE DES GALETS DEGRAD DES CANNES

Une desserte des pays côtiers destiNat s ioNs et de l’hinterland de l’Afrique

au départ de RoUen

Une maitrise de bout en bout avec le réseau du groupe Bolloré

Le conseil et l’expertise documentaire Schedules en ligne

Contact uro@tsl-nvocc.com - Téléphone : 02.32.18.83.60

www.tsl-nvocc.com

  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

Fort de France Pointe à Pitre La Havane © Dunkerque Port

  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

Dunkerque North West Europe

DUNKERQUE / ST-PETERSBOURG + reéxpédition RUSSIE Départ hebdomadaire Service direct Cotations et réservations

booking@dkk.sealogis.fr Tél. : 33.3.28.58.05.63

© Dunkerque Port

Services Maritimes

Fort de France Pointe à Pitre La Havane


12 - Semaine 19 - Mai 2014 - l’antenne

Le Havre

Services Maritimes

4

3 Afrique Occidentale et Equatoriale

Afrique du Sud et de l’Est Services Directs Hebdomadaires

AFRIQUE DU SUD

http://www.niledutch.com

Capetown - Durban Port Elisabeth - East London

SERVICE WEST AFRICA EXPRESS DIRECT : ABIDJAN - POINTE NOIRE LUANDA - LOBITO - NAMIBE Transbordement via Pointe Noire : LIBREVILLE - Douala - Matadi Bata - Malabo

ASIE

Chine - Japon - Australie Thaïlande - Vietnam- Indonésie

––––––––

Réexpédition possible depuis Pointe Noire sur Cabinda (Angola), Boma (RDC), Soyo (Angola)

MOL (EUROPE) BV LE HAVRE Tél. : 02.32.74.24.00 Fax: 02.35.41.14.41

NILEDUTCH IMPALA.............. 15 Mail NILEDUTCH PALANCA.......... 22 Mail Turquie : Izmir, Merzin et Istambul en transbordement via Leixoes au Portugal France

NileDutch France S.A.S. Espace Caillard - 3, rue Louis Eudier 76600 Le Havre Bertrand DEMARE 02.77.67.50.01 Nathalie LEVEEL 02.77.67.50.03 sales.leh@niledutch.com

5

9

Amérique du Nord Votre Service de groupage maritime Import / export au départ de Roissy, Le Havre, Marseille et Lyon vers l’Asie, les Amériques, l’Océanie le Proche et Moyen-Orient

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Certificat AEO n°FR00000335 Simplifications douanières/ Sécurité et sûreté

Agence de Lyon 9 av des Pays-Bas BP 60107 - 69330 Meyzieu Tel : +33(0)4 91 53 80 41 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Moyen-Orient Votre Service de groupage maritime Import / export au départ de Roissy, Le Havre, Marseille et Lyon vers l’Asie, les Amériques, l’Océanie le Proche et Moyen-Orient Agence Le Havre 47 bis, bd de Graville BP113 76051 Le Havre Cedex France Tel : +33(0)2 35 53 29 59 Fax : +33(0)2 35 53 28 92

Agence de Marseille 151 av des Aygalades 13344 Marseille cedex 15 Tel : +33(0)4 91 53 80 40 Fax : +33(0)4 91 67 32 86

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com SERVICE CES

SERVICE RORO Europe - Middle East (EME SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH Europe - ASIA (ESEA SERVICE) 3 SAILINGS PER MONTH Europe - SOUTH AMERICA WEST COAST (USCX SERVICE) 2 SAILINGS PER MONTH

USA - Argentine - Asie Moyen Orient - Liban et bien plus encore !!

Tél. 02 35 25 57 45 - sales@tcclogistics.com

RAMP : 150WT MAX HEIGHT : 6,30 m

EVERGREEN LINE www.evergreen-line.com

Prins Boudewijnlaan 43 B-2650 Edegem, Belgium Phone : +32(0)3 451.09.14

SERVICE HEBDOMADAIRE DIRECT

pierre.delatre@ne.nykline.com

IMPORT / EXPORT SERVICE TAE

IMPORT : LE HAVRE, 1er PORT touché Kaohsiung - Ningbo - Shanghai - Taipei HongKong - Shekou - Tanjung Pelepas Piraeus - Algeciras LE HAVRE EXPORT : AU DÉPART DU HAVRE Piraeus - Jeddah - Tanjung Pelepas Kaohsiung - Ningbo - Shanghai Taipei - HongKong - Shekou

+ Réexpéditions

- sur la Méditerranée Orientale et la Mer Noire - via le Piraeus - sur l’Afrique de l’Ouest ( NE6 ) - via Algeciras

- sur l’Afrique de l’Est - via Colombo / Tanjung Pelepas __________ PARIS :

LE HAVRE :

11 Mai 13 Mai

Réexpéditions ports secondaires et villes intérieures —————

PARIS : Tél. : 01.58.58.02.38/07 21 LE HAVRE : Tél. : 02.32.74.52.39/54 STRASBOURG : Tél. : 03.88.55.96.40 MARSEILLE : Tél. : 04.96.17.17.87/93 LYON : Tél. : 04.72.61.19.91

Tél. : 02.32.74.50.50

MARSEILLE :

Tél. : 04.96.17.17.70 Tél. : 04.72.61.19.91

14 Mer du Nord / Baltique LE HAVRE/ST PETERSBOURG & ARKHANGELSK + REEX RUSSIE/C.E.I. (CNTR DRY & REEFER/CONV) ARKHANGELSK LINES

Antilles / Amérique Centrale

Tél. : 01.58.58.02.22

STRASBOURG : Tél. : 03.88.55.96.40 LYON :

NEW YORK – NORFOLK CHARLESTON

6

ExtrêmeOrient SERVICE HEBDOMADAIRE DIRECT

Siège Social Z.A.C. du Moulin 14 rue du Meunier 95700 Roissy en France Tel : +33(0)1 30 18 94 00 Fax : +33(0)1 39 88 11 85

Groupage direct Hebdo Depuis Le Havre sur

VANCOUVER BRIDGE.......... HANJIN PHOENIX.................

10

AGENT GÉNÉRAL : LE HAVRE : 02 35 22 81 30 FAX : 02 35 22 44 65 saglehavre@wanadoo.fr PARIS : 01 44 09 47 09 - Fax : 01 40 55 05 66 sagparis@sagmar.com

a

LA RUSSIE ORIENTALE (Vostochniy, Vladivostok, Korsakov, Petropavlovsk-Kamchatskiy, Magadan)

AU DÉPART DU HAVRE AVEC

North West Europe départ hebdomadaire Cotations et réservations

Fort de France Pointe à Pitre La Havane

  Le Havre Tél. 02 35 19 72 72 Fax 02 35 21 42 34 www.agena.fr

didier.claudepierre@lhv.feron.fr Tél. : 33.3.35.25.88.22 eric.andraud@feron.fr Tél. : 33.3.35.25.57.35


13 - Semaine 19 - Mai 2014

Remorquage Le pétrolier “Tromso”, échoué le 17  avril dans la mer d’Émeraude au nord de Madagascar, a pu être remorqué mercredi 30 avril, ce qui écarte tout risque de marée noire dans ce site touristique paradisiaque, ont indiqué les autorités maritimes malgaches. “Le remorquage du «Tromso» s’est bien déroulé et il se trouve actuellement dans un pont de mouillage sûr de la baie de Diego” Suarez, a indiqué le commandant de la base navale de ce grand port du Nord de l’île, Vohavy Andriambelonarivo. “On ne peut pas dire qu’on n’a versé aucune goute de pétrole dans la mer, mais la marée noire a été évitée” a-t-il précisé. Les opérations de pompage avaient commencé dans la nuit de samedi 26 avril pour empêcher le déversement de 10.000 m3 de pétrole dans la mer d’Émeraude. Effectuées en deux phases, elles ont permis de transférer 2.800 m3 de pétrole dans un autre bateau, le “Seychelles Paradise”, avec l’aide d’une société spécialisée de Singapour, selon l’agence portuaire maritime et fluviale malgache (APMF). Ainsi allégé, le navire a pu à nouveau flotter et être remorqué en lieu sûr. Une digue de protection avait été mise en place autour du bateau accidenté pour faire face à d’éventuelles fuites. Le “Tromso”, un cargo battant pavillon des Bahamas et appartenant à une société libérienne, s’était échoué à la suite d’une erreur de pilotage dans ce secteur où l’eau est très peu profonde. Il est équipé d’une double coque dont la partie extérieure présente une brèche d’un mètre.

Résultats Au premier trimestre, les activités du groupe Stef sont en hausse de 5,3  % à 560,7 millions d’euros, tandis que les ventes réalisées pour le compte de tiers progressent de 1,1 % à 87,5  millions. En France, l’activité a bondi de 7,5 % dans le transport suite à l’intégration d’Ebrex, acquise en octobre. La logistique France progresse de son côté de 3 % “grâce à l’amélioration des taux de remplissage de l’activité surgelé”. En Europe, l’Espagne “consolide sa croissance (+ 6,4 % de hausse du chiffre d’affaires) principalement grâce aux flux liés aux exportations et à l’organisation de transport” tandis que “les activités italiennes confirment leur dynamisme avec une progression de 4,9 % de leur chiffre d’affaires”. En revanche, dans le maritime, le trafic vers la Corse recule tant pour le fret que pour les passagers, notamment en raison des mouvements sociaux qui ont provoqué des annulations de traversées. La filiale La Méridionale affiche des baisses de 7,8 % pour le fret et de 4,2 % pour le trafic passagers.

SNCM Jean-Claude Gaudin veut “faire taire Bruxelles” Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a déclaré vendredi 2 mai avoir de nouveau sollicité l’État en vue de “faire taire Bruxelles” au sujet des “demandes exorbitantes” de remboursement d’aides publiques de la compagnie maritime en difficulté SNCM. Le sénateur-maire UMP, qui a rencontré “en tête à tête” le Premier ministre, Manuel Valls, à Paris mercredi 30  avril, en a “profité pour lui parler de la SNCM” et demandé que “le gouvernement de la République française fasse taire Bruxelles sur les demandes exorbitantes de remboursement, soidisant, de ce qu’on doit pour la SNCM”, a-t-il affirmé. Jean-Claude Gaudin souhaite également que “le gouvernement force un peu Veolia (qui contrôle 50 % de Transdev, actionnaire principal de la compagnie, NDLR) à aider un peu plus, compte tenu que Veolia a bénéficié de nombreux marchés publics de la ville de Marseille et de la communauté urbaine”, a ajouté l’élu.

“Nous ne pouvons, à Marseille, nous résoudre à ce que la SNCM disparaisse. On fera tout sur ce sujet, et Renaud Muselier sera notre porte-parole à Strasbourg et à Bruxelles”, a conclu le maire. La SNCM, dont le siège est à Marseille, a été condamnée par Bruxelles à rembourser 440 millions d’euros d’aides publiques jugées illégales, liées à sa privatisation en 2006 et à la délégation de service public (DSP) de desserte Corsecontinent de 2007 à 2013. Le maire de Marseille a estimé à plusieurs reprises déjà que l’État devait faire preuve de fermeté et repousser ces exigences. Actionnaire à 66 % de la SNCM, Transdev, détenue à parts égales par la Caisse des dépôts et Veolia Environnement, est en conflit ouvert avec la direction de la compagnie, se montrant hostile à son plan de redressement et affirmant n’avoir pas les moyens de financer une société aux difficultés chroniques.

Frets maritimes Les vracs secs poursuivent leur rebond Les vracs secs ont poursuivi leur rebond la semaine dernière tandis que les frets pétroliers ont adopté des trajectoires divergentes. Le Baltic Dry Index (BDI) a fini vendredi 2 mai à 1.017 points, son maximum en trois semaines, contre 967 points une semaine auparavant. Le Baltic Capesize Index (BCI) a terminé la semaine à 1.829 points, au plus haut depuis trois semaines, contre 1.696  points le vendredi précédent. “Le marché des capesize a terminé en hausse même si les volumes n’étaient pas très importants”, ont noté les analystes du courtier maritime ICAP Shipping, signalant une amélioration de l’activité sur les routes entre le Brésil et la Chine et entre l’Ouest de l’Australie et la Chine. Le Baltic Panamax Index (BPI) a terminé à 865 points vendredi 2 mai, contre 864 points une semaine auparavant. Mardi 29 avril, le BPI a atteint 872 points, son niveau le plus élevé depuis un mois. “Le marché des panamax continue d’osciller” avec une activité plutôt limitée dans l’Atlantique et une stabilisation des tarifs dans le Pacifique, ont signalé les experts du courtier maritime Fearnleys. De leur côté, les frets pétroliers ont divergé la semaine dernière, les prix pour l’acheminement de pétrole brut poursuivant leur repli tandis que ceux pour le transport de produits pétroliers se reprenaient quelque peu. L’indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI) a fini à 647 points vendredi 2 mai, contre 657 points la semaine précédente. Jeudi 1er mai, le BDTI est tombé à 644 points, son niveau le plus faible depuis mi-novembre 2013. “Les volumes en partance du Golfe persique sont stables mais les navires sont toujours abondants et les tentatives des armateurs de pousser les tarifs à la hausse ont été vaines”, ont signalé les analystes de Fearnleys. Le Baltic Clean Tanker Index (BCTI) a terminé à 526 points vendredi 2 mai, contre 520 points sept jours auparavant.

Les autorités de Chine et de Hong Kong ont lancé le 5 mai des recherches aériennes et navales pour récupérer onze marins portés disparus après le naufrage d’un cargo chinois entré en collision avec un porte-conteneurs. La collision s’est produite tôt le 5 mai près de l’île Po Toi, à la pointe Sud de Hong Kong. “Deux navires de commerce se sont percutés et l’un d’eux a coulé”, a précisé un porteparole de la police. Douze membres d’équipage du cargo ont été portés disparus mais l’un d’eux a été été secouru par un bateau de pêche et hospitalisé. Il souffre de blessures légères aux mains et aux pieds. Quatre  hélicoptères et plus de 20 navires ont été

© Mol

Hong Kong : collision entre deux navires

engagés pour tenter de retrouver les onze marins manquants. Selon l’agence Chine nouvelle, la Chine a déployé trois hélicoptère et une douzaine de navires. Des images aériennes montrent une nappe de pétrole à l’endroit supposé

du naufrage. Le “Zhong Xing 2” est un cargo de 97 mètres. Il transportait du ciment entre Hebei (nord de la Chine) et Haikou, sur l’île de Hainan (sud). Il a percuté un porte-conteneurs de 300 mètres, le “Mol Motivator”, immatriculé aux îles Marshall, dont tous les membres d’équipage sont sains et saufs, selon les affaires maritimes de Hong Kong. “Les secours sont menés et coordonnés par le centre de coordination des secours de la province chinoise du Guangdong”, ontelles précisé. Les eaux de Hong Kong, l’un des plus grands ports du monde, sont très fréquentées. Des centaines de navires — des sampans en bois aux cargos géants — empruntent quotidiennement ses voies maritimes.

Mouvements Le cabinet de Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, est notamment composé de deux membres connus du monde des transports en France. JeanLouis Bianco, qui avait été nommé ministre des transports en 1992 puis missionné en 2013 par le gouvernement sur la réforme du secteur ferroviaire, a été nommé conseiller spécial auprès de la ministre chargé des contacts nationaux et internationaux. Quant à Francis RolTanguy, qui occupe les fonctions de conseiller chargé de l’énergie, du mix énergétique, des transports et de la mer, il a occupé diverses fonctions dans le monde des transports puisqu’il a été directeur du cabinet de Jean-Claude Gayssot au ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement de 1997 à 2000. En 2000, il avait accédé aux fonctions de directeur général délégué fret à la SNCF.

Incendie Un incendie rapidement maîtrisé s’est déclaré jeudi 1er mai à bord d’un  ferry de DFDS dans le port de Douvres (sud de l’Angleterre), faisant dix blessés légers, selon les autorités maritimes françaises, la compagnie DFDS et les secours britanniques. Six membres d’équipage et quatre  pompiers du ferry “Dieppe Seaways” assurant la liaison avec le port français de Calais ont été légèrement blessés, selon la compagnie DFDS. Aucun passager, contrairement aux premières informations communiquées par la préfecture maritime française, n’a été blessé et tous ont pu être évacués sans difficulté et “dans le calme”, selon la compagnie maritime. Les pompiers britanniques ont indiqué avoir été appelés peu après 14 heures pour un feu dans la salle des machines du ferry qui était à quai.

À lire... L’Institut méditerranéen des transports maritimes (IMTM) vient de publier ses annales 2013. Sur le thème de “l’autorité portuaire en Méditerranée”, l’ouvrage est intitulé “La Consécration et les défis du port aménageur”. Les annales reprennent à nouveau les contributions des intervenants juristes, économistes, et opérateurs portuaires à l’occasion lors du colloque de Gênes organisé par l’institut, qui s’est déroulé les 12 et 13 juin 2013. Chacun apporte son point de vue sur les diverses organisations portuaires en France et en Italie avec une analyse spécifique de la gouvernance et des partenariats publicprivé. La 2e partie, intitulée “Le Monde maritime en perspective”, est consacrée à la session annuelle Info Navires et la dernière reprend un certain nombre de textes et travaux de juristes et d’experts.


Hebdo sem19 2014