Page 1

DF_TS_UR_1212_2012 27.11.12 16:18 Seite 1

Périodique spécialisé du groupe fenaco-LANDI • www.ufarevue.ch • 12 / 2012

Cahier spécial «Production porcine et marché»

Produits régionaux et valeur ajoutée Page 18

30 000 clients satisfaits Page 26

Betteraves sucrières: choix variétal Page 36

Prendre la température chez les veaux Page 76


Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 15:36 Seite 2

MULI T10 X

TE INE CAB SCULAN BA

109 CV

Le nouveau Muli T10 X.

Puissant. Confortable. Polyvalent.

DEPUIS 1910 www.agromont.ch

AGROMONT AG | REFORM Schweiz | Tel. 041 / 784 20 20 | Bösch 1 | 6331 Hünenberg


DF_Inhalt_1212_2012 27.11.12 16:19 Seite 3

SOMMAIRE EDITORIAL Sapins de Noël: il existe encore un certain potentiel de marché, mais il faut que la qualité soit au rendez-vous. Photo: Roman Engeler

Roman Engeler

FENACO ACTUALITÉ Semences UFA fait preuve de dynamisme Le marché des semences est soumis à une évolution constante

4

Décisions du Conseil d’administration de fenaco En un mot de Lienhard Marschall

4 5

GESTION

Cloud-Computing «Agro-Cloud» est un gage de sécurité pour l’ordinateur, les programmes et les données. Plus jamais de perte de données comptables.

Se préparer pour l’avenir Développement de l’exploitation via la coopération

10

Brèves Bien planifier la production d’énergie solaire Bureau d’exploitation dans les nuages Champion de la collaboration Opportunités offertes par la commercialisation régionale

9 12 14 16 18

14

Transmission continue dans les terrains en pente Avec le «Viatrac TP 450 Vario», Aebi dote les transporters de la transmission continue.

28

TECHNIQUE AGRICOLE 30 000 clients satisfaits Historique du développement de l’ensileuse Claas «Jaguar»

26

Brèves Agriculteurs désireux d’investir: résumé d’un sondage Aebi lance un transporter à transmission continue Nouveaux produits Travailler de manière sûre en forêt Concours avec Althaus et Pöttinger

20 25 28 29 30 32

PRODUCTION VÉGÉTALE La silice soluble offre divers avantages Augmenter la résistance des plantes

40

Brèves Perspectives maïs 2013 Hybrides high-tech chez les betteraves Améliorateurs organiques de la structure du sol Les arbres suisses qui jouissent d’une bonne demande

33 34 36 38 42

PRODUCTION ANIMALE

Sécheresse et semences En 2012, les conditions climatiques ont compliqué la production de semences de maïs au niveau mondial.

34

Fr. 300.– de plus par veau de vache mère Affouragement complémentaire individuel

78

Brèves UFA Actuel: les pages de l’éleveur Inséminer son propre troupeau: il faut de l’exercice Vaut-il la peine de prolonger l’intervêlage? Exigences envers les aliments pour veaux Allemagne du Nord: croissance pour le lait et l’énergie DAL pour veaux: où et comment les installer? Contrôle des veaux lors de leur arrivée à l’étable Comment lutter contre la gale

60 61 66 68 70 72 74 76 80

VIE QUOTIDIENNE

Pas de compromis Un aliment pour veaux doit être floconné et contenir les acides aminés nécessaires ainsi que divers additifs spécifiques.

70

REVUE UFA · 12 2012

Mettre de l’ordre dans sa succession Hériter et gérer

84

Centrale d’appel à l’attention des agriculteurs: une nécessité Recettes de Pia Wicki Nostalgie et découpages Le gui, un cadeau du ciel Des femmes qui prennent leurs responsabilités

86 87 88 93 94

CAHIER SPÉCIAL Production porcine et marché

dès 47

Le plus grand salon agricole de Suisse, l’Agrama, s’est achevé à la fin novembre. Ce salon est considéré comme une plate-forme d’information importante pour les agriculteurs, qui s’y rendent souvent avant de se décider. Les informations émanant des agents de machines agricoles ainsi que les statistiques démontrent que les agriculteurs suisses ont beaucoup investi dans la technique agricole cette année. C’est tout bénéfice pour les vendeurs de machines agricoles. Cela démontre par ailleurs que les agriculteurs croient en l’avenir d’une agriculture productive. Il est désormais intéressant de savoir comment les investissements consentis dans la technique agricole vont évoluer à l’avenir. La Revue UFA a organisé un sondage représentatif pour répondre à cette question. Dans une de nos prochaines éditions, nous reviendrons en détail sur les résultats de ce sondage. Ces derniers sont présentés sous forme résumée en page 25 du présent numéro. Le sondage a démontré que la majeure partie des agriculteurs considéraient la technique agricole comme importante pour les exploitations et que près de la moitié d’entre eux envisageait de consentir des investissements importants dans les trois ans à venir, en premier lieu dans les équipements de ferme. Il est également intéressant de constater qu’une grande partie des agriculteurs sondés sont satisfaits de leurs conditions de travail actuelles, qu’un quart d’entre eux envisagent d’agrandir leur exploitation mais également que 40 % des agriculteurs interrogés s’attendent à ce que leur revenu recule.

info@ufarevue.ch LELY CENTER SUISSE Dairy Solution GmbH suisse@sui.lelycenter.com Tél. 0848 11 33 77

Robot de traite For a professional milk production.

www.lely.com

3


DF_FEN_Aktuell_1212_2012 27.11.12 16:21 Seite 4

ACTUALITÉ FENACO

Traduire le dynamisme SEMENCES UFA Le marché des semences est en perpétuel mouvement. L’arrivée des nouvelles technologies dans la sélection et l’intérêt croissant que démontrent les géants de l’agrochimie pour ce secteur créent une ébullition dans laquelle on se perdrait facilement. Depuis bientôt 50 ans, Semences UFA étudie ces évolutions pour garantir aux agriculteurs suisses les meilleures variétés du marché.

Cela fera bientôt cinquante ans que Semences UFA s’active pour offrir aux agriculteurs suisses les meilleures variétés. Cela n’est pas dû au hasard mais s’appuie sur le savoir-faire, la confiance et de solides relations. Le

marché des semences est en perpétuel mouvement et la liste qui ne comprend que des bonnes variétés évolue constamment. Au vu de cette situation, Semences UFA intensifie ses contacts avec des selectionneurs du monde en-

Le jardin expérimental de Semences UFA s’étend sur 1.5 ha et se situe à Winterthour.

tier et agit dans différentes organisations nationales et internationales. Les contacts personnels avec les producteurs et les consommateurs finaux sont une importante garantie de succès dans un marché en perpétuelle évolution. Ces relations intensives ont une utilité directe pour les agriculteurs suisses. Elles leurs permettent d’avoir accès aux variétés les mieux adaptées à leurs conditions de production.

Réseau d’essais unique Semences UFA s’investit énormément pour fournir les meilleures variétés possibles aux agriculteurs suisses. Cet engagement passe bien entendu par la conduite d’essais variétaux destinés à comparer les performances des différentes variétés en divers endroits du pays. Ce réseau d’essais unique apporte des comparaisons proches de la pratique. L’agriculteur a donc la possibilité de choisir les variétés les mieux adaptées à

VERWALTUNG FENACO CONSEIL D’ADMINISTRATION

Adoption du crédit pour la transformation et l’agrandissement de la LANDI Landquart.

4

LANDI Landquart AG Lors de sa dernière séance, le conseil d’administration a approuvé le crédit pour le projet de transformation et d’agrandissement de la LANDI Graubünden AG, sur son site actuel de Landquart. Ce dernier englobe une zone Agro, un magasin LANDI, une station-service Agrola et un TopShop, ainsi que des bureaux. Les travaux devraient commencer en janvier 2013 pour s’achever en novembre de la même année. Les activités commerciales seront mainte-

nues durant toute la durée des travaux de construction.

LANDI La Côte SA En raison de la disparition prochaine de capacités de réception et de stockages des céréales, le conseil d’administration de fenaco a décidé d’investir 2,5 millions de francs dans la rénovation de l’infrastructure du centre collecteur Bussy II (année de construction 1968). En première priorité, la capacité de réception sera portée à 100 t/h, une trémie couverte de 40 m3

Assainissement de la réception des céréales à Bussy II

sera construite et les installations techniques seront renouvelées. Par ailleurs, les accès seront améliorés. Dans une phase ultérieure, la capacité de stockage du site de Bussy (I + II) sera portée de 10 000 t à 15 000 t. D’après le projet, les travaux de construction et d’assainissement devraient être terminés en juin 2013 pour la moisson. 12 2012 · REVUE UFA


DF_FEN_Aktuell_1212_2012 28.11.12 10:37 Seite 5

ACTUALITÉ

ATS S MON IS E D D L BI DU MO PHOTO

FENACO AUF EIN WORT EN UN MOT

Le plaisir d‘apprendre Plus de 320 apprentis suivent actuellement une formation de gestionnaires du commerce de détail auprès de la LANDI. Le secteur responsable de leur formation est situé à Dotzigen (BE). Dénommé LANDI Forum et placée sous la direction de Nadine Meyer, il organise des cours interentreprises passionnants, durant lesquels on ne fait pas les choses à moitié. Cette école est en mouvement et enseigne là où les apprentis travaillent.

ses conditions-cadre. Semences UFA s’engage aussi à assurer un approvisionnement suffisant dans tout le pays. Alors que la sécurité de l’approvisionnement alimentaire occupe actuellement une place importante dans les médias, Albert Gysin, directeur de Semences UFA, nous rappelle que sans les

TERMINE AGENDA Séminaires des présidents et de l’administration • Séminaire Mittelland: 15 janvier 2013 • Séminaire Waldstätter: 17 et 18 janvier 2013 • Séminaire Suisse orientale: 21 et 22 janvier 2013 • Séminaire Léman: 22 janvier 2013

REVUE UFA · 12 2012

semences, il n’y pas de production. C’est pourquoi ce secteur d’activité de fenaco soutient intensivement la production de semences indigènes de qualité. Pour les maïs, les sécheresses subies cette année par certaines zones de production de semences démontrent clairement l’importance de cette production indigène et d’un approvisionnement diversifié. «Peu de gens en ont conscience, mais environ un tiers des maïs semés en Suisse sont aussi produits dans notre pays», explique Albert Gysin. Sur le marché des céréales, l’auto-approvisionnement est la règle. La situation est différente dans la production de semences de légumineuses et de graminées ou seuls peu de spécialistes en multiplication de semences produisent juste 10% des besoins suisses en semences. Il faut prendre soin de la production indigène de semences! En commercialisant des variétés suisses et en soutenant la multiplication dans l’ensemble du pays, Semences UFA s’implique en faveur d’une production végétale suisse forte.

Suite à la page 6

Les semences et les plants sont la base de toute production végétale. Cette dernière est à son tour à la base de la nutrition humaine et animale. Dans notre pays, dans le domaine des semences, la recherche, tout comme la sélection et la multiplication, reposent sur une longue tradition. Les stations de recherche de la Confédération sélectionnent aujourd’hui des céréales, du soja, des graminées et des variétés de trèfle. Cette activité mériterait de jouir d’une meilleure attention auprès des producteurs et des consommateurs. A une époque où la traçabilité et le Swissness gagnent en importance, l’utilisation de semences et plants certifiés est primordiale et gagnera encore en importance à l’avenir. En ce qui concerne les céréales panifiables, j’estime que les variétés sélectionnées en Suisse constituent un pilier indispensable à tout Swissness crédible. En recourant à ces variétés, nous pouvons affirmer que la farine, en tant que principale composante du pain, est exclusivement d’origine suisse, de la sélection jusqu’au produit fini. Nos ancêtres étaient déjà parfaitement conscients que des semences saines étaient essentielles au succès de la production végétale. C’est ce qui a incité les producteurs de semences et de plants à s’unir au sein de «coopératives de sélection de semences» (appelées aujourd’hui établissements multiplicateurs), dans le but de coordonner la production régionale. Les bouleversements structurels n’ont bien entendu pas non plus épargné ce secteur. Dans le cadre de la pression toujours plus forte qui prévaut sur les prix et de la diminution des barrières douanières, le secteur sera contraint de devenir encore plus efficace. Les centres fenaco de Niderfeld et Lyssach sont de bons exemples en la matière. Lienhard Marschall Président de la direction de fenaco

5


DF_FEN_Aktuell_1212_2012 27.11.12 16:21 Seite 6

ACTUALITÉ FENACO Semences UFA ouvre de nouvelles voies dans la végétalisation des toits plats.

Le nouveau logo de Semences UFA se veut le reflet du dynamisme qui prévaut sur le marché des semences.

Le graphique 1 montre les pays dans lesquels Semences UFA importe des semences de trèfle et de graminées.

Contrôle qualité dans le laboratoire de Semences UFA à Winterthour.

Biodiversité Les fleurs sauvages et les graminées sauvages font partie de la biodiversité de nos paysages. La flore indigène se compose essentiellement d’espèces (populations) qui ont réussi à se maintenir sur des sites définis pendant des siècles. Semences UFA ne multiplie que des variétés de plantes sauvages issues de souches suisses. Ces semences servent de base à nos mé-

langes de plantes sauvages qui sont prévus pour un usage régional. Les semis de mélanges de plantes sauvages suisses, quand ils sont correctement soignés, contribuent à maintenir, voire augmenter la biodiversité régionale.

Contôle de qualité Quand on a pour but la commercialisation de semences de qualité, il est primordial de

Graphique 1: Provenance internationale des semences fourragères

DK • DLF

CA • Pick Seed • Northstar USA • Oregon: Burlingham, Oregro Olson • California: Cal West

GB • Germinals NL • VD, Eurograss FRA • Jouffray, Top Green, Carneau, Desprez, SV

SWE • SW GER • Freud, Baywa, ZG, NPZ, SU ITA • SIS CZ • Oseva Uni/ Pro, Seed Service

pouvoir les contrôler. Les attentes envers les semences sont très élevées. C’est pourquoi Semences UFA dispose de son propre laboratoire et d’un réseau d’essais répartis sur tout le territoire ainsi que d’un jardin d’essais de 1.5 ha. Tous ces essais permettent non seulement de comparer les nouveautés et les variétés connues, mais aussi de contrôler des particularités ou l’homogénéité des lots de semences. Pour les semences maraîchères et jardinières, ces comparaisons peuvent porter sur des paramètres comme les tolérances aux pucerons, l’homogénéité et les qualités gustatives. Le sérieux avec lequel tous ces essais et tests sont réalisés garantit la qualité des semences de Semences UFA. Cette qualité se traduit par l’excellente réputation dont jouissent les semences commercialisées dans les magasins LANDI et Volg.

Partenariat Semences UFA travaille

AUS • Seed Mark Chile NZL • PGG • Townsend

6

en étroite collaboration avec la société Delley Semences et Plantes SA (DSP SA) qui fait le lien entre la sélection et la production de semences. DSP SA est responsable de la sélection conservatrice, de la production des semences de base, des licences et des tests variétaux. Elle mène également son propre programme de sélection pour le maïs grain et ensilage. 12 2012 · REVUE UFA


DF_FEN_Aktuell_1212_2012 27.11.12 16:22 Seite 7

ACTUALITÉ FENACO duits se sont vus attribuer une couleur ainsi que l’impression, dans la partie inférieure du sac, d’une prairie, d’une pelouse ou d’une prairie fleurie pour personnaliser les sacs selon leur contenu.

Résumé La nature n’est pas statique,

Nouvelles applications Le marché des semences évolue non seulement en raison des progrès génétiques, mais aussi de l’apparition de nouveaux besoins. Les préoccupations énergétiques dans les bâtiments par exemple influencent ce secteur. Le verdissement des toits plats permet de réduire les variations climatiques dans les bâtiments, mais cet environnement particulier a nécessité la création de nouveaux mélanges adaptés. La végétalisation des toits plats a des incidences sur les panneaux photovoltaïques. La relative fraîcheur engendrée par la végétation améliore le rendement de ces installations. Semences UFA participe à un projet visant le développement de mélanges adaptés à la vie sous les panneaux solaires et contribuant ainsi à l’amélioration du rendement énergétique, tout en apportant des avantages écologiques. Un nouveau logo Dans un environnement aussi dynamique, Semences UFA dispose de deux éléments particulièrement stables. L’esprit d’équipe qui anime son personnel est renforcé par les défis qui jalonnent le marché des semences. Cette émulation constitue aussi la base de la fidélité du personnel de Semences UFA. L’autre élément stable était le logo de l’entreprise, qui n’avait pas changé depuis une trentaine d’années. Cette staREVUE UFA · 12 2012

bilité contribue à l’identification de la marque, mais son ancienne forme ne reflétait plus le dynamisme et la modernité de ce secteur. L’adoption d’un nouveau logo n’est pas une mince affaire. Un logo n’est pas seulement un dessin représentant l’entreprise. Il doit en transmettre les valeurs et permettre l’identification immédiate de la marque. Après deux ans de travail créatif et de consultations, le résultat est aurendez-vous. Le nouveau logo affiche le dynamisme de l’entreprise et permet l’identification claire des secteurs Semences, Auxiliaires et Espaces verts. Les emballages ont aussi subi une évolution. Les différents pro-

Dominik Fischer (Chef du secteur Semences UFA de Suisse centrale) et Albert Gysin, directeur de Semences UFA, présentent leur semence arborant le nouveau logo sur de nouveaux sacs.

Graphique 2: Structure du marché semencier suisse Agroscope (st. féd. de recherche) DSP, Sativa

Importations

établissements multiplicateurs fenaco

Eric Schweizer AG

Samen Steffen AG

Revendeurs privés

Agro-entrepreneur Agriculteur

Otto Hauenstein

il est donc normal que le marché des semences soit en perpétuel mouvement. Aujourd’hui, le progrès génétique n’est plus le seul facteur à influencer la production et la commercialisation des semences. Les obtenteurs ne doivent plus seulement répondre aux attentes des producteurs, mais aussi développer des variétés qui satisfont les besoins des consommateurs et répondent aux besoins engendrés par les nouvelles technologies. Les semences sont à la base de la production végétale, qu’elle soit professionnelle ou d’agrément. Grâce à ses partenariats étrangers, à son engagement dans la sélection et la production suisse ainsi qu’à l’importance et à la compétence du réseau de distribution que constituent les LANDI, Semences UFA peut s’engager à fournir les meilleures variétés et les mélanges les mieux adaptés aux attentes des producteurs, des consommateurs et aux utilisations particulières comme la réalisation de terrains de sport ou la végétalisation des toits. Mais si ces variétés performantes n’arrivent pas jusqu’à l’utilisateur final, tous les efforts consentis dans la sélection et le contrôle de la qualité ne servent à rien. C’est pourquoi les compétences et l’efficacité du réseau de distribution LANDI et Volg sont aussi des paramètres importants dans la transmission des progrès génétiques. 䡵 Semences UFA Conseil pour l’agriculture Winterthour: 寿 058 433 76 04 Fax 058 433 76 20 hanspeter.hug@fenaco.com) Lyssach: 寿 034 448 18 61 Fax 034 448 18 21 samen.lyssach@fenaco.com Sursee: 寿 058 433 65 88 Fax 058 433 65 99 samen.sursee@fenaco.com. Moudon: 寿 058 433 67 81 Fax 058 433 67 85 semences.moudon@fenaco.com www.ufa-samen.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

7


Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 15:37 Seite 8

Trelleborg TM800. Le pneu agricole pour tous les sols. Performances exceptionnelles dans les champs et sur route, dÊveloppÊ pour les tracteurs jusqu’à 260 CV. Sa traction excellente, sa portance maximale aux vitesses les plus ÊlevÊes, un faible compactage du sol, un confort et une sÊcuritÊ de conduite accrus ainsi qu’une durÊe de vie hors du commun dans toutes les situations de la pratique reflètent la qualitÊ et l’efficacitÊ des pneus Trelleborg. TM800: le pneu agricole fiable par excellence.

TRELLEBORG TM800.     

Le premier rĂŠseau social des paysans suisses qui relie la ville et la campagne:

NOUVEAU dĂŠsormais avec magasin en ligne gratuit


DF_MA0_Kurznews_1212_2012 27.11.12 16:24 Seite 9

BRÈVES GESTION

Un registre des parcelles sur smartphone De manière analogue au dépouillement centralisé des données comptables, Agroscope ART met également en valeur les indicateurs agro-environnementaux (DC-IAE). Lors de la journée annuelle des exploitations DC-IAE, Urs Jacober d'Agridea a présenté la première et unique application mobile de saisie

de données relatives aux interventions sur les parcelles via smartphone. Agro-Tech est un logiciel permettant la saisie de toutes les données d'exploitation PER, la garde d'animaux et SwissGAP. Grâce à l'application Agro-Tech mobile, il est maintenant possible de saisir directement depuis la parcelle toutes les interventions en production végétale et ce à l'aide d'un smartphone ou d'une tablette. Ces données sont automatiquement synchronisées avec le logiciel Agro-Tech de votre ordinateur principal. Pour cela, il faut le logiciel Agro-Tech (dès 120Fr./an) ainsi qu'un appareil mobile avec liaison internet. Au besoin, il est également possible d'effectuer des saisies simultanées avec plusieurs smartphones – par exemple pour une communauté d'exploitation ou pour une entreprise de travaux agricoles. L'application Agro-Tech Mobile est gratuite pour tous les utilisateurs Agro-Tech.

Chiffres indicatifs Les chiffres indicatifs pour le bouclement 2012 sont disponibles auprès de l’USP contre envoi de Fr. 2.– sous forme de timbres ainsi que d’une enveloppe affranchie et adressée à USP Fiduciaire, Laurstrasse 10, 5201 Brugg. A télécharger gratuitement sous www.agroscope.admin.ch.

que 25 290 en 2011. Le prix moyen du lait commercialisé a reculé de 79.96 cts./kg (2001) à 62.67 cts./kg de lait (2011). Les plus grosses exploitations laitières se trouvent dans les cantons de Thurgovie, Fribourg, Neuchâtel, Schaffhouse, Vaud et Genève. www.usp-statistiques.ch

Nouveau président de l’USP

Installations solaires

Les délégués de l’Union Suisse des paysans ont élu Markus Ritter à la tête de l’USP le 20 novembre 2012. Markus Ritter succède ainsi à Hansjörg Walter.

Les installations solaires en plein champ produisent du courant électrique et les surfaces sur lesquelles elles sont implantées peuvent être gérées en accord avec les prescriptions sur la biodiversité. Ce genre de projet n'enthousiasme pas l'Union suisse des paysans (USP) qui y voit une pression supplémentaire sur les surfaces agricoles. Les surfaces productives, facilement accessibles et pouvant être travaillées avec des machines sont précieuses et doivent être protégées. Prise de position de l'USP consultable sur www.sbv-usp.ch.

Evolution des structures En raison de la forte pression sur les prix, l'évolution des structures de l'économie laitière est plus prononcée que celle de l'ensemble de l'agriculture. Alors qu'il y avait encore 38 082 producteurs de lait en 2000/2001, il n'en subsistait plus REVUE UFA · 12 2012

Construction et couverture d'assurance A l’aide du code QR (ci-dessus), il est possible d’accéder à AgroTech-Mobile via son smartphone.

Stocks obligatoires La Suisse importe environ 40 % de son alimentation et une partie de ses fourrages. Les stocks obligatoires prennent le relais et assurent l'approvisionnement du pays en cas de perturbations au niveau des importations. Dans le domaine des céréales et des fourrages, c'est la filière (importateurs et transformateurs) qui est responsable de cela. Sur mandat de «réservesuisse», l'organisme chargé des stocks obligatoires, un groupe de recherche de l'EPFZ a analysé si la mise en place d'un mécanisme d'attribution des stocks obligatoires par le biais d'un système d'appel d'offre permettrait de réduire les coûts. Les résultats de cette étude ont démontré qu’un tel système augmenterait les coûts et qu’il s’ensuivrait une baisse de qualité. Pour ces raisons, le groupe de recherche recommande de conserver le système actuel et de l'optimiser. Newsletter IAW, www.afee.ethz.ch

Il convient de prévoir, selon l'importance d'un projet de construction, des compléments d'assurance, à savoir: • Assurance immobilière (dommages causés par des phénomènes naturels): il y a plus-value en cas de construction ou de rénovation, mais également lors de réparations augmentant la valeur d'un bâtiment. Il faut une assurance de construction. A la fin des travaux, il convient de faire une nouvelle estimation de la valeur et adapter la police d'assurance en conséquence. • Responsabilité civile (assurance RC du maître d'ouvrage): vérifier si l'assurance RC de l'exploitation agricole offre une protection suffisante (exiger éventuellement une promesse de garantie). A la négative, conclure une assurance RC du maître d'ouvrage. • Assurance travaux de construction (casco construction): vérifier si l'entreprise de construction ou l'architecte est couvert pour ce type de risques. Il vaut la peine de contracter en cas de risques importants (rénovation ou nouvelle construction, éléments porteurs, terrain difficile). • Assurance de personnes: il existe une obligation de payer les cotisations en cas de recours au personnel de l'exploitation ou de recrutement à court terme d'ouvriers par le maître d'ouvrage, et ce dès que le salaire dépasse Fr. 2300 Fr./an (AVS, LAA). Informations: USP Assurances, associations paysannes cantonales, agence régionale Agrisano. www.usp-assurances.ch. Christian Guler, Agridea

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 9


DF_MA1_Habermeyer_1212_2012 27.11.12 16:27 Seite 10

GESTION

Prendre l’avenir à bras le corps VULGARISATION À L’ATTENTION DES CUMA Aujourd’hui, et cela sera d’autant plus vrai à l’avenir, les exploitations à titre principal et accessoire se doivent d’être productives et efficaces, tant en termes de travail que de coûts. Elles ne pourront toutefois utiliser les avantages offerts par la technique agricole dernier cri qu’en collaborant étroitement au sein de réseaux et en engageant d’autres formes de coopération.

Johann Habermeyer

Depuis 2009, les 73 CUMA (communauté d’utilsation de machines agricoles) reconnues officiellement en Bavière sont des partenaires de vulgarisation officiels des Services d’agriculture. Les conseillers d’exploitation suprarégionaux organisent des séances de vulgarisation à l’attention des exploitations. L’objectif de ces réseaux de vulgarisation (MR Consult) consiste à ce que les exploitations agricoles deviennent particulièrement productives, efficaces et rentables en termes de coûts, qu’il s’agisse d’exploitations à titre principal ou accessoire. Cet objectif passe par l’acquisition de grosses machines modernes. En raison du concept de valeurs transmis depuis plusieurs générations, bon nombre d’exploitations considèrent le fait d’être un agriculteur indépendant et disposant de son propre équipement comme l’objectif ultime de toute stratégie de développement d’exploitation. Souvent cet objectif est atteint au prix de conditions de travail difficiles et de coûts élevés, dans le cadre de revenus insuffisants. En raison de la surface restreinte des exploitations bavaroises, la plupart d’entre elles considèrent qu’elles sont en compétition avec les autres, ce qui complique encore la collaboration.

Conseiller implique de comprendre Aujourd’hui la plupart des solutions reposent sur la collaboration. Mais attention, l’époque des recettes toutes faites est révolue. Pour qu’une solution soit adéquate, il faut qu’elle soit adaptée à l’exploitation, avec les êtres humains qui la composent et les exigences spécifiques auxquelles elle doit faire face. Pourquoi les agriculteurs d’au10

Pour devenir des partenaires et non plus des concurrents, les agriculteurs doivent regarder ensemble en avant et discuter de leur stratégie. Photo: landpixel.de

jourd’hui ont-ils autant de mal à collaborer avec d’autres exploitations? Les raisons sont les suivantes: • Peur de perdre son indépendance (concepts de valeurs). • Peur de ne plus pouvoir exercer les activités que l’on apprécie. • Peur de dépendre de ses collègues de travail. • Peur de la concurrence (le nouveau partenaire pourrait devenir un concurrent pour la location de terres). • Manque d’intérêt pour les résultats comptables. Pour que les agriculteurs passent de l’état de concurrent à celui de partenaire, il faut les réunir autour d’une même table et les

inciter à parler de l’avenir. Il est important qu’ils identifient les potentiels qui s’offrent à eux et qu’ils ne se contentent pas uniquement de discuter des conditionscadres qui prévalent dans l’agriculture par exemple. Etre conscient que d’autres agriculteurs sont dans la même situation et que chacun est impuissant à lui tout seul peut les inciter à opter pour de nouvelles solutions. Le vulgarisateur doit démontrer clairement ce que les chefs d’exploitation sont réellement en mesure d’atteindre (dans le but de créer un sentiment de satisfaction) et les aider à formuler des objectifs concrets. Les agriculteurs prennent ainsi conscience des objectifs qu’ils seraient capables d’attein12 2012 · REVUE UFA


DF_MA1_Habermeyer_1212_2012 28.11.12 10:48 Seite 11

GESTION dre en collaborant avec d’autres collègues et en développant des partenariats avec divers acteurs de l’espace rural.

Séminaires d’orientation et de stratégie Les séminaires d’orientation et de stratégie par petits groupes organisés par les cercles de machines et d’entraide de Bavière permettent de réunir les agriculteurs à une même table. Ces séminaires sont l’occasion d’accéder aux structures de réflexion et de décision des chefs d’exploitation. Lors de ces conseils de groupe d’une journée, les participants étudient la faisabilité de leurs propres réflexions (soit un plan d’affaire simple) à l’aide de chiffres-clés, d’objectifs de résultats et de coûts. A cette occasion, les participants ont également la possibilité d’en savoir plus sur les stratégies suivies par d’autres entreprises. Les participants prennent alors conscience des limites structurelles de leurs exploitations et de la nécessité de collaborer entre elles dans

certains secteurs bien précis. Ces séminaires sont particulièrement efficaces lorsque les chefs d’exploitation qui y participent sont originaires de la région et qu’une possibilité concrète de collaboration ultérieure existe.

Opportunités grâce à la coopération Les participants à de tels séminaires comprennent rapidement les nouvelles possibilités qui s’offrent à eux en repoussant les limites liées à leur exploitation par le biais d’un travail en réseaux ou d’une coopération plus étroite. Partout où des communautés de machines (utilisation de technique en commun) ont été créées, il en découle des économies de coûts et de capital. Ce capital est alors disponible pour d’autres investissements au niveau de l’exploitation (construction d’étable, biogaz, diversification). La plupart du temps, l’acquisition de machines en commun n’est que le début d’une collaboration plus

approfondie. Cette dernière peut se traduire par l’achat et la vente en commun, l’échange de parcelles, la planification commune de la rotation et de la gestion des cultures, la construction de locaux de stockage commun ainsi que d’autres projets. Le fait de se spécialiser dans une branche d’exploitation au sein d’un groupe permet de créer de nouvelles sources de revenu. Alors que certains agriculteurs utilisent la collaboration pour consolider la croissance interne de leur exploitation, d’autres exploitations choisissent au contraire de se diversifier. 

Auteur Dr. Johann Habermayer est chef de la vulgarisation et gérant suppléant du «Kuratorium bayerischer Maschinen- und Betriebshilfsringe e.V.» à Neuburg/Allemagne. www.bkm-info.de

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

Congrès des jeunes agriculteurs 2013 Regarder en avant, aller de l’avant Les jeunes agricultrices et agriculteurs discutent des possibilités et des risques des exploitations qui veulent s’agrandir le 25 janvier 2013 à l’Inforama Rütti à Zollikofen (BE). Les exposés seront traduits simultanément en français. Les jeunes agricultrices et agriculteurs jusqu’à 35 ans sont cordialement invités à participer au congrès. Les thèmes abordés sont particulièrement intéressants pour celles et ceux qui ont repris ou qui veulent reprendre une exploitation car ils sont

confrontés à l’évolution et à la stratégie de leur exploitation. Les principaux intervenants sont Dr Johann Habermeyer et Kurt Schär (CEO Biketec SA, «Entrepreneur of the Year 2011®») qui montreront le matin les défis engendrés par la croissance. L’après-

Inscription

midi sera consacré à des séminaires animés par des agriculteurs novateurs. Programme détaillé: www.jeunes-agriculteurs.ch. Inscrivez-vous au moyen du talon cidessous en profitant d’une réduction de Fr. 5.– (25 Fr. au lieu de 30 Fr.).

L’après-midi, je désire participer aux deux séminaires suivants: Séminaire 1: 14h00

Nom, prénom

Innover dans le fromage et la viande et vendre dans le monde entier Exploitation coopérative avec agriculture contractuelle

Rue/ferme, No

Exploitation d’alpage innovante avec para-agriculture Producteur laitier et porcin dans deux CPE à la fois

NPA, Localité

Assolement commun entre quatre exploitations spécialisées dans la culture des champs

Téléphone

Séminaire 2: 15h00 E-mail Langue: □ allemand

Innover dans le fromage et la viande et vendre dans le monde entier

□ français

Découper le talon et le renvoyer à Lukas Kessler, Commission des jeunes agriculteurs, Belpstrasse 26, 3007 Berne ou à l’adresse électronique: l.kessler@junglandwirte.ch. La finance de participation sera encaissée directement au congrès.

Exploitation coopérative avec agriculture contractuelle Exploitation d’alpage innovante avec para-agriculture Producteur laitier et porcin dans deux CPE à la fois Assolement commun entre quatre exploitations spécialisées dans la culture des champs


DF_MA2_Bertschy_1212_2012 28.11.12 09:42 Seite 12

GESTION

Du courant solaire sur le toit BIEN PLANIFIER SON INSTALLATION Une installation photovoltaïque produit de manière fiable du courant durant au moins 30 ans, avec de faibles frais d’entretien à la clef. En Suisse, les installations solaires occupent déjà une surface de 1.5 mio. m2 et fournissent du courant pour 40 000 ménages. Le potentiel n’est de loin pas encore épuisé.

Erich Bertschy

Chaque jour, le soleil illumine la surface de la terre avec 10000 fois plus d’énergie que ce qu’en consomme l’humanité. Si l’on installait des modules solaires sur toutes les façades et les toits les mieux ensoleillés de Suisse, nous pourrions couvrir 1⁄3 de nos besoins annuels en électricité. En raison des variations saisonnières et journalières dans la production d’énergie, les entreprises de forces motrices doivent compléter le solaire avec d’autres sources énergétiques.

• Les cellules monocristallines ont un rendement de 16 à 20 % et un aspect homogène. • Les cellules polycristallines ont un rendement de 14 à 16 % et un aspect bleuté hétérogène. • Les cellules en silicium amorphe ont un rendement d’env. 5 à 10 %. Sur la base de la bonne rentabilité et de leur aspect homogène, ce sont principalement les cellules cristallines que l’on installe en Suisse.

Rentabilité Le calcul de rentabilité Technique Les cellules de silicium

Installation photovoltaïque sur toiture sur une écurie à chevaux de 300 m2. La production énergétique avoisine les 39 000 kWh par an.

12

sont principalement composées de sable siliceux, un des éléments les plus abondants sur la Terre. Sous l’influence de la lumière, elles produisent de l’électricité. Le courant continu produit est transformé par des onduleurs en courant alternatif qui est généralement injecté dans le réseau public. On distingue différents types principaux de cellules photovoltaïques:

est un élément primordial avant de prendre toute décision. Les maîtres d’ouvrage qui ont par exemple monté une installation sur le toit d’une remise en automne 2011 réalisent majoritairement un rendement à deux chiffres. La rétribution du courant injecté à prix coûtant (RPC) est un instrument de la Confédération pour favoriser la production électrique à partir des énergies renouvelables. La RPC couvre la différence entre le prix de production et celui du marché. Il en découle un prix qui correspond aux coûts de production et qui permet un rendement satisfaisant. Différentes interventions parlementaires portent à penser que dans un proche avenir, on va investir davantage d’argent dans les installations photovoltaïques, alors que les délais d’attente pour bénéficier de cette manne devraient se raccourcir. Si la décision de réaliser une installation photovoltaïque est prise, il est recommandé de déposer dans les plus brefs délais une demande auprès de «Swissgrid», la société nationale des exploitants de réseaux électriques. Pour l’instant, le temps d’attente se monte à plusieurs années.

Planification et conseil Dans l’agriculture, de grandes surfaces de toitures inutilisées se prêtent à des installations photovoltaïques. Contrairement à une installation de biogaz, ces dernières ne nécessitent pas de travail supplémentaire notoire après le montage, si bien qu’elles conviennent aux exploitations avec une charge en travail importante. La vente de l’énergie produite offre l’opportunité de réaliser un revenu supplémentaire intéressant. Mais pour en arriver là, il faut analyser préalablement quelques aspects fondamentaux: • Altitude: en règle générale, les installations photovoltaïques en altitude sont un peu plus productives car il y a moins de brouillard et les températures sont plus faibles, ce qui est gage d’une meilleure productivité • Ombre: l’ombre joue un rôle important. L’ombre des arbres, des lignes aériennes et des collines peut diminuer considérablement le rendement. • Orientation: une orientation vers le sud est idéale. Avec les technologies actuelles, des toitures orientées vers l’est ou l’ouest peuvent également entrer en ligne de compte. Suivant l’inclinaison du toit, il est possible d’atteindre de bons rendements. • Ventilation arrière: Une ventilation à l’arrière permet d’atteindre un rendement maximal pour une installation photovoltaïque intégrée ou rajoutée. • Emplacement de l’onduleur: il est important que l’onduleur soit situé à un endroit ombragé et frais. • Inclinaison du toit: l’inclinaison idéale est d’env. 30 degrés. Toutefois, ce paramètre a une faible influence. L’état de la toiture constitue un autre critère. Le montage d’une installation 12 2012 · REVUE UFA


DF_MA2_Bertschy_1212_2012 27.11.12 16:28 Seite 13

GESTION Graphique 1: Sources énergétiques

Graphique 2: Technique photovoltaïque 1 2 3

Modules solaires

Onduleur DC/AC Compteur courant injecté Compteur utilisateur

1 2

Consommation mondiale

Gaz

Pétrole Charbon Uranium

3

Ensoleillement annuel sur la terre

Installation photovoltaïque intégrée sur 104 m2 de toiture. La production énergétique est de 15000 kWh par année.

photovoltaïque sur un toit qui devra être rénové d’ici cinq à dix ans n’est pas rentable. En revanche, un assainissement à faire prochainement est une opportunité idéale de réaliser une installation intégrée, qui se justifie également d’un point de vue esthétique. Il faut également aborder la question du raccordement au réseau électrique local afin de tenir compte des éventuels renforcements de la ligne suffisamment tôt. La taille de l’installation une fois définie, il faut déterminer si les modifications au niveau du bâtiment doivent faire l’objet d’une demande de permis de construire ou non. Dans le canton de Berne, en principe, ce n’est pas le cas. Les bâtiREVUE UFA · 12 2012

ments situés en zone agricole ou placés sous la protection du patrimoine font exception. Les démarches auprès du réseau électrique, de l’inspection fédérale des installations à courant fort (ESTI) et le service des constructions sont relativement complexes. C’est pourquoi il est recommandé de demander un projet d’installation photovoltaïque auprès d’un fournisseur global. Cela donne l’assurance que tous les travaux nécessaires figurent dans l’offre. En plus de l’installation photovoltaïque à proprement parler, il faut également un échafaudage, un ferblantier et un installateur électricien. Il est nécessaire aussi d’obtenir les diffé-

rentes autorisations et ces prestations doivent figurer dans l’offre.

Résumé Les coûts de réalisation par KW/p ne cessent de diminuer. De petites installations peuvent quand même être envisagées du point de vue de la rentabilité malgré des coûts plus élevés. En cas d’assainissement prévu pour la toiture, il faut absolument évaluer si une installation photovoltaïque est envisageable et judicieuse. Dans l’agriculture, il est possible de réaliser de telles installations grâce à la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) et d’en dégager un revenu annexe. 䡵

Auteur Erich Bertschy est responsable de projet auprès de la «Genossenschaft für leistungsorientiertes Bauen (GLB)» à Langnau im Emmental et dispose d’une grande expérience dans la planification et la réalisation d’installations photovoltaïques.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 12

13


DF_MA4_Clemenz_1212_2012 27.11.12 16:29 Seite 14

GESTION

La bureautique dans les nuages COMPTABILITÉ AGRICOLE L’ordinateur à domicile est exposé à un risque constant. Le «cloud-computing» (soit le «nuage informatique» en français) offre davantage de sécurité pour les programmes et les données. Dans l’interview ci-dessous, le responsable de la fiduciaire agricole de Grangeneuve, Bendicht Münger, et le directeur d’Infopro, Martin Köberle, démontrent comment faire pour que cela soit effectivement le cas.

Selon le rapport agricole 2011, le revenu agricole moyen d’une exploitation s’est élevé à environ Fr. 58 000.– Parfois je me demande si l’important travail que les familles agricoles doivent fournir, notamment dans le domaine de la comptabilité, est vraiment justifié par rapport aux autres PME? Bendicht Münger: C’est une question que je me pose souvent également. Tout le monde parle de moins de bureaucratie mais dans la pratique, c’est l’inverse qui est le cas. Dans le domaine de la comptabilité, nous nous efforçons en tous cas de simplifier le travail en mettant à la disposition de nos mandataires une technologie moderne, fiable et simple qui leur facilite la vie au quotidien. Au-

Cloud-computing dans l’agriculture Les fiduciaires agricoles de Grangeneuve, Thurgovie (Weinfelden) et Fidasol SA (Lausanne) sont passées au «cloud-computing». Leurs clients peuvent travailler dans le «nuage». D’autres fiduciaires agricoles (Emmental Bärau, Seeland Ins, Segeca Loveresse, Rütti Zollikofen) utilisent le «cloud-computing» à l’interne pour les comptabilités qu’elles traitent.

trefois, pour effectuer un payement, il était nécessaire de prélever de l’argent, d’effectuer le versement en question et de le comptabiliser. Aujourd’hui tout peut se faire en une seule étape: la facture est lue avec un lecteur optique, le payement est effectué et la facture comptabilisée par la même occasion. Est-ce la seule mesure de simplification? B. Münger: Non. En ce qui nous concerne à la fiduciaire agricole de Grangeneuve, nous avons franchi une étape importante dans la perspective d’un bureau virtuel avec le «Cloud-Computing». 14

Dans le cadre de ce projet nous collaborons avec l’entreprise «Infopro SA» de Martin Köberle. Comme c’est le cas avec l’e-banking, l’agriculteur peut saisir ses données en ligne. Pour ce faire, il ne doit installer ni programme ni mise à jour. En plus de cela, il a la garantie que ses données seront sécurisées. Qu’est-ce que le cloud-computing? Martin Köberle: Le «cloud-computing» est une technologie qui permet de fournir aux utilisateurs des prestations informatiques, au moment où ils en ont besoin. Les prestations informatiques sont fournies à l’aide d’un terminal central. L’utilisateur délègue les programmes d’installation, les mises-à-jour et la sécurisation des données au «cloud computing». La taille, l’âge ou la marque d’ordinateur ne joue aucun rôle. Il n’y a plus aucune perte de données dues à des ordinateurs défectueux. L’utilisateur peut en tout temps s’introduire dans le système en donnant son mot de passe, que ce soit en utilisant un autre ordinateur ou son lap-top, et continuer à travailler dans son «nuage». Comment cela se passe-t-il concrètement pour les comptabilités? M. Köberler: AgroTwin, Agro-Cash et AgroTech, ATWinBiz, Agro-Office et Pinus-Software fonctionnent avec notre solution «agro-cloud». Les droits d’accès sont distribués via un agro-manager électronique. L’utilisateur peut uniquement accéder à ses propres données. L’agricultrice ou l’agriculteur s’introduisent dans le système et saisissent leurs données dans le «nuage». Le comptable vérifie la comptabilisation et procède aux travaux de bouclement – également au sein du nuage. Le bouclement est

transformé en pdf au sein du «nuage» et peut être directement imprimé par le client à partir d’un secteur protégé. La plupart des programmes de comptabilité appartiennent à la famille Agro-Twin. B. Münger: Pour ma fiduciaire, comme nous nous trouvons dans un canton bilingue, j’ai besoin d’un logiciel qui fonctionne parfaitement en allemand et en français et qui couvre tous les domaines d’utilisation. C’est le cas d’AgroTwin et de son successeur ATwin.biz. M. Köberler: Le «cloud-computing» fonctionne en fait indépendamment de tout logiciel. Tout programme, même Agro-Office, peut y être installé et ainsi mis à la disposition des utilisateurs. B. Münger: Nous avons tout d’abord utilisé la solution «cloud-computing» chez nous à l’agro-fiduciaire de Grangeneuve. Je peux m’appuyer sur cinq collaborateurs internes et 15 comptables externes travaillant à domicile. Constatant que la solution «cloud-computing» fonctionnait, nous avons étendu son utilisation aux agriculteurs. Le «cloud-computing» est également une solution avantageuse pour les communautés d’exploitation ou étables communautaires. Chaque associé peut saisir les données qui relèvent de sa responsabilité. Les données ne sont plus transférées de ci de là et cela évite des erreurs, par exemple dans la mise à jour des données. Un autre avantage réside dans la capacité de comptabilisation élevée. Avec les anciens systèmes, il était également possible de travailler de manière Bendicht Münger, Ing. Agr. ETS, dirige la fiduciaire agricole de Grangeneuve à Posieux (FR). www.agrofid.ch 12 2012 · REVUE UFA


DF_MA4_Clemenz_1212_2012 27.11.12 16:29 Seite 15

GESTION efficace et rapide, à condition toutefois qu’Internet fonctionne correctement. En quelque sorte vous avez quasiment «intégré» le bureau à domicile des agriculteurs au «nuage». B. Münger: Oui, c’est exact. Les logiciels de travail et les données sont découplés de l’ordinateur familial qui est souvent utilisé par l’ensemble de la famille, les enfants y téléchargeant leurs jeux et divers autres programmes. M. Köberler: Des données peuvent être perdues suite à de mauvaises manipulations, des programmes espions ou des virus, ce qui est très mauvais pour des données comptables sensibles! Notre «Cloud solution» permet de sécuriser tout cela. La sécurisation électronique des données n’est-elle pas plus problématique que celle qui est effectuée sous forme papier?

M. Köberle: le bouclement comptable est conservé sous un format PDF/A qui permet d’archiver les données digitales sur le long terme. Il pourra encore être lu et imprimé dans dix ou vingt ans. Et la sécurisation des données s’effectue quelque part dans une mémoire de stockage en Extrême-Orient? M. Köberle: Non, certainement pas. Notre entreprise se charge elle-même de la sécurité des données, ici en Suisse. Nos bureaux administratifs et nos terminaux sont situés dans un bâtiment hautement sécurisé. Le premier niveau de sécurisation des données se situe à l’autre extrémité du bâtiment, le second dans nos locaux administratifs et le troisième consiste en un back-up (copie de sécurité) dans un bâtiment situé à une distance de 5 km à vol d’oiseau. Nous disposons de back-up pour les 60 der-

niers jours, mensuels, semestriels et annuels. En plus de cela, les sept dernières versions sont également mises en mémoire. B. Münger: La comptabilité prend une importance toujours plus grande. Elle est importante pour les impôts, pour bénéficier de crédits bancaires et agricoles, pour obtenir des payements directs, des subventions de la part des caisses maladies, etc. Pour venir à bout de cette bureaucratie, nous avons créé en collaboration avec Martin Köberle un instrument sûr et avantageux, qui tient compte du progrès technologique. J’estime que tout ce qui est important pour l’exploitation agricole (correspondance commerciale, calculs, contrats, etc.) doit pouvoir être stocké et centralisé sous forme digitale. Quant à la transmission des données techniques agricoles, il s’agira de la prochaine étape. 䡵

Nous vous remercions pour cette interview.

Martin Köberle, ing. agr. ETS et informaticien, dirige l’entreprise Infopro à Zollikofen ainsi que son secteur Agro Cloud (solutions cloud pour les fiduciaires agricoles). www.infopro.ch, www.agro-cloud.ch

Interview Daniela Clemenz, Revue UFA, 8401 Winterthour

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 12

REVUE UFA · 12 2012

15


DF_MA3_Guegler_Koop_1212_2012 27.11.12 16:30 Seite 16

COLLABORATION INTER-ENTREPRISES GESTION

Croissance et diversification grâce à des coopérations MAÎTRE DE LA COLLABORATION Paul Nüesch de Widnau dans le Rheintal (SG) est à juste titre considéré comme un pro de la collaboration, ce qui lui permet de profiter des avantages offerts par la diversification.

Beat Gügler

A partir d’une exploitation mixte avec 30 vaches à l’attache, une décennie a suffi pour donner naissance à une stabulation libre avec 125 vaches laitières, deux robots, une porcherie d’élevage (40 truies) et d’engraissement (600 PPE) ainsi qu’une installation de biogaz. Les branches d’exploitation s’appuient sur des coopérations.

La collaboration est décisive pour la croissance Dans le do-

Les silos tranchées sont particulièrement adaptés pour une collaboration entre exploitations.

maine de la production laitière, l’exploitation Nuesch confie l’élevage de la remonte à des exploitations partenaires, qui lui ont majoritairement cédé leurs droits de livraison. L’augmentation des besoins en fourrage a été l’occasion de collaborer avantageusement avec les exploitations voisines. Un partenaire est responsable de la fauche, un deuxième de la mise en andains et du pirouettage. La famille Nüesch se charge pour sa part de la récolte de l’ensilage d’herbe. Selon ses calculs, les frais de conservation de l’ensilage d’herbe sont inférieurs à Fr. 25.–/dt MS (moyenne entre Fr. 30.– et Fr. 40.–/dt MS).

L’affouragement des vaches laitières s’effectue via une mélangeuse automotrice. Grâce à une utilisation en commun, cette machine est utilisée environ 800 heures par an, ce qui permet de distribuer économiquement quelque 1500 et 2000 rations mélangées. Dans le domaine de la production porcine, la famille Nüesch est membre d’un cercle de répartition du travail. Cette spécialisation permet d’accroître l’efficacité de la production de porcelets. Les porcelets sont engraissés dans la porcherie d’engraissement de l’exploitation. En plus de cela, la famille Nüesch est copropriétaire de l’installation de biogaz Rhy-Biogascx qui a été construite sur son terrain. Une société anonyme a été créée à cette fin. Deux collègues de travail officient en tant qu’actionnaires. L’exploitation Nüesch est une communauté père-fils composée de Paul Nüesch (le père) et de ses deux fils Peter et Mathias. On voit que Paul Nüesch applique donc également à sa famille le concept de collaboration.

Avantages et inconvénients Les diverses collaborations engagées permettent à la famille Nüesch de se diversifier sans pâtir des inconvénients auxquels serait confrontée une exploitation individuelle (pressions sur la famille, p. ex. en raison des connaissances à acquérir, branche d’exploitation trop pe16

tite ou degré d’organisation trop compliqué). Pour la famille Nüesch et leurs partenaires, ce n’est pas le cas. Les diverses collaborations engagées permettent aux différentes branches d’exploitation d’atteindre la taille critique nécessaire. De même, l’acquisition des connaissances nécessaires peut être répartie sur plusieurs personnes. La diversification réduit le risque financier pour l’exploitation, ce qui compense les désavantages de la spécialisation.

Résumé Une bonne collaboration est bénéfique pour toutes les parties. Elle permet de gagner du temps et de réduire les coûts. Pour que le succès soit au rendez-vous, Paul Nüech conseille de veiller au points suivants: • Faire preuve de tolérance et de flexibilité. • Poursuivre ensemble un objectif. • Discuter ensemble. • Etablir des conventions précises. • Connaître les problèmes et les désirs de ses partenaires. • Toutes les parties doivent en retirer un bénéfice. 䡵 Auteur Dr Ing. Agr. EPF Beat Gügler, 8532 Warth (TG) Les articles en pages 10 et 11 abordent également le sujet de la collaboration.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

12 2012 · REVUE UFA


Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 15:38 Seite 17

Profitieren Sie vom Frühbestellungsrabatt bis 21. Dezember 2012 Profitez de nos conditions uniques pour commandes jusqu’au 21 décembre 2012

Economiser du carubrant!

Le dispositif de fauche intelligent de Lely nécessite nettement moins de puissance pour une capacité de récolte supérieure. Samuel Stauffer & Cie 021 908 06 00

Est-ce que tu veux toujours être à la page? Alors viens cliquer sur Agro-News! Les Agro-News du site www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 12 2012

17


DF_MA5_Aepli_1212_2012 28.11.12 09:23 Seite 18

GESTION

Produits de la région COMMERCIALISATION RÉGIONALE La tendance à la commercialisation régionale s’est instaurée depuis longtemps dans toutes les branches. Le régionalisme n’est toutefois pas une garantie de succès en termes de vente. En fait, ce sont surtout la commercialisation et le positionnement qui jouent un rôle décisif.

Christine Mühlemann

Matteo Aepli

Les produits régionaux doivent convaincre grâce à leur qualité et leur exclusivité.

Dans un contexte où le marché s’élargit constamment tout étant de moins en moins transparent, le consommateur est toujours plus friand de produits authentiques et naturels. Le commerce de détail tout comme le secteur touristique local, les magasins de village ou le secteur du tourisme ont identifié cette tendance et misent sur la commercialisation des produits régionaux. L’agriculture cherche également à utiliser ce potentiel. Le régionalisme est le symbole même du naturel, de la fraîcheur et de la tradition. Dès lors les producteurs sont contraints de développer une stratégie qui adapte son offre aux besoins des consommateurs.

Où acheter quoi? Les produits pour lesquels le consommateur estime

Le site a beaucoup d’importance La paysanne Christine Dardel d’Aarberg (BE) vend des légumes, des œufs, du lait ainsi que divers produits de son jardin sous le label «le meilleur de la région du Seeland» Quel a été l’élément déclencheur de la vente de produits régionaux? Christine Dardel: ma belle-mère vendait déjà des pommes de terre et des œufs à la ferme. Lorsque j’ai commencé à travailler sur l’exploitation il y a 40 ans, j’ai poursuivi la vente directe tout en étoffant progressivement l’assortiment. Comme nous devions souvent travailler au champ, nous avons rapidement installé un petit étalage en self-service. Les clients ont beaucoup apprécié cette offre, que nous avons maintenue au fil des ans. Qu’est-ce qui est décisif pour réussir? La qualité des produits ainsi qu’une belle présentation jouent un rôle capital. Mais le site revêt lui aussi une grande importance. Lorsque la filiale Coop du village a fermé, nous avons néanmoins perdu beaucoup de clients de passage, soit des consommateurs qui passaient devant la ferme en se rendant à la Coop. Aujourd’hui, nous pouvons surtout compter sur une clientèle de base. Comment voyez-vous l’avenir? La reprise par mon fils, qui va se faire tout prochainement, sera pour moi l’occasion d’abandonner le stand de vente. Comme l’investissement en temps est très important, il est difficile d’exercer une telle activité parallèlement aux travaux de l’exploitation. En lançant de nouvelles idées et en s’impliquant activement, le stand permettrait toutefois sûrement de continuer à générer un revenu supplémentaire intéressant.

que la provenance régionale constitue un critère qualitatif spécifique conviennent généralement pour une commercialisation régionale. Pour disposer d’un label régional, les producteurs doivent toutefois remplir certains critères de qualité ainsi que des directives bien précises, ce qui limite les possibilités: il faut d’une part que les matières premières soient disponibles et d’autre part que des structures de transformation et de logistique régionales répondant aux standards légaux en vigueur existent. Il en découle souvent des coûts d’investissement élevés. Pour une commercialisation régionale professionnelle et coordonnée, quatre organisations se sont durablement établies sur l’ensemble de la Suisse: • Le Meilleur de la Région. • Culinarium, Alpinavera. • Pays Romand. • Pays Gourmand. 18

12 2012 · REVUE UFA


DF_MA5_Aepli_1212_2012 28.11.12 09:24 Seite 19

GESTION

La collaboration avec les autres prestataires est capitale Maya Rast, paysanne à Rüti (GL) commercialise de la viande de bœuf, des légumes, des baies, de la mélisse ainsi que divers produits du jardin sous le label Alpinavera. Comment en êtes-vous arrivée à commercialiser des produits régionaux? Maya Rast: Je commercialise déjà depuis longtemps des produits de l’exploitation, que ce soit à la ferme ou sur commande. Il y a bien deux ans de cela, je me suis affiliée au label Alpinavera, qui recherchait alors des producteurs issus du canton de Glaris. Quels sont les facteurs de succès les plus importants? Le site joue un rôle déterminant, tout comme les prix d’ailleurs. A proximité de la ville, les consommateurs payent pratiquement deux fois plus cher qu’à la campagne. Mais la demande est également très bonne ici, car les clients connaissent l’exploitation et savent parfaitement d’où proviennent les produits. J’estime également qu’il est primordial de collaborer avec un autre prestataire, ce dernier commercialisant par exemple sur le marché les produits qui font défaut dans son assortiment. Comment voyez-vous l’avenir en ce qui concerne le commerce au niveau régional? Comme nous sommes en train de construire un nouveau local de transformation, j’ai fortement réduit la production. En ce qui concerne les produits transformés, les prescriptions sont particulièrement sévères. Dans un an, j’ai toutefois l’intention de me relancer à nouveau à fond dans cette activité et de proposer un étalage de vente.

La question consistant à savoir si c’est la vente directe ou le commerce de détail via un intermédiaire qui constitue le canal de vente le plus approprié dépend des ressources et des capacités disponibles. Il est également capital que le canal de vente envisagé soit en adéquation avec l’image du produit. Indépendamment de cela, les organisations faîtières mettent à la disposition des producteurs une plate-forme marketing et leur permettent un meilleur accès au marché lorsque les conditions cadres se dégradent. En tant qu’intermédiaire entre le producteur local et le tourisme, le secteur de la restauration dispose d’un potentiel important qui doit être encore mieux utilisé. L’organisation de l’achat des produits régionaux par le secteur de la restauration ainsi que la sensibilisation de la clientèle aux produits régionaux constitue un défi important.

Un volume de marché qui tend à augmenter Beaucoup se posent à juste titre la question suivante: comment va évoluer le marché des produits régionaux? Finalement, ces dernières années, si le chiffre d’affaires des produits régionaux a évolué, les importations de denrées alimentaires ont elles aussi constamment progressé. A première vue, cette évolution semble être REVUE UFA · 12 2012

Le potentiel dans la commercialisation des produits régionaux n’est pas encore épuisé. Photos: Pro Zürcher Berggebiet.

contradictoire. Elle reflète toutefois les besoins des consommateurs pour un assortiment diversifié et international ainsi que pour des produits véhiculant une image naturelle, traditionnelle et fiable. A cette occasion les produits régionaux et d’importation ne s’excluent pas mutuellement mais se complètent. De l’avis des spécialistes, le potentiel que recèle la commercialisation régionale n’est de loin pas épuisé et les consommateurs restent prêts à payer.

Le régionalisme ne garantit pas à lui seul un prix élevé Dans la perspective d’une ouverture des frontières, les produits traditionnels ne seront pas les seuls à être mis sous pression. Ce sera également le cas des produits régionaux. Plus le positionne-

ment d’un produit est adéquat et original, plus la pression qui prévaut sur les prix est faible. En soit, un produit régional ne donne aucune garantie pour un prix de vente supérieur. Il est uniquement un argument de base pour la commercialisation. Le consommateur ne fait en effet pas qu’acheter un produit: il souhaite également vivre une expérience d’achat particulière et disposer d’un service ou d’une histoire. Associés à l’origine du produit, la présentation, un label certifié ou une transformation spécifique peuvent être utilisés de manière ciblée pour conférer ce sentiment au consommateur. A cette occasion, qualité et exclusivité sont des conditions essentielles. Seul celui qui fournit une réelle plus-value sera en mesure de réaliser un supplément de prix. 䡵

Auteurs Christine Mühelmann, travaille pour le «Regions- und Wirtschaftszentrum Oberwallis SA». Matteo Aelpli est collaborateur scientifique au sein du groupe Economie agraire de l’EPFZ de Zürich.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 12

19


DF_LT0_Kurznews_1212_2012 27.11.12 16:32 Seite 20

BRÈVES TECHNIQUE AGRICOLE

Nouvelles séries chez Massey Ferguson GVS-Agrar concentre ses secteurs D’ici fin 2014, GVS-Agrar va réaliser à Balterswil (TG), sur une surface de 15 000 m2 et pour un montant de 8 mio. de francs, un nouveau centre de compétence pour la production de ses propres machines de la marque «Agrar» ainsi que pour la distribution des machines des marques «Krone», «Horsch», «Rabe» et autres. Le crédit y relatif a été accepté par l’assemblée des délégués de GVS. Le site actuel de Flawil (SG), où GVS-Agrar fabriquait les autochargeuses et les citernes à pression de la marque «Agrar», sera ainsi abandonné et concentré au même endroit avec les unités de vente «Agrar Center» et «Terraprofi». La vente des tracteurs de marque «Fendt», «Massey Ferguson» et «Valtra» reste au siège prin-

Ils se réjouissent du nouveau centre de compétences: Daniel Stahl, remplaçant du directeur, Yvonne Tanner, cheffe du marketing et Ugo Tosoni, directeur de GVS-Agrar.

cipal à Schaffhouse alors que la distribution des grosses machines de récolte a été transférée précédemment à Koblenz et intégrée au sein de la société fille de GVS Fried AG. Cette réorganisation permet à GVSAgrar d’éviter d’éventuelles frictions car de nombreux fabricants de machines ne sont pas toujours satisfaits qu’un importateur entretienne des relations trop étroites avec une marque de tracteurs. Le nouveau bâtiment permettra de produire des machines pour les transporters d’Aebi. GVS-Agrar a conclu une convention de collaboration dont l’autochargeur «LD42» notamment, présenté récemment, est issu.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 20

La nouvelle série «5600» de Massey Ferguson remplace les modèles «MF 5420», «MF 5430», «MF 5440» et «MF 5450». Le modèle «MF 5410» restera quant à lui disponible. La conception de la nouvelle série se base sur le véhicule «MF 5400» et comprend diverses nouvelles caractéristiques. En particulier, les nouveaux tracteurs devraient encore mieux se prêter au montage d’un chargeur frontal que précédemment. Ainsi, la cabine bénéficie d’un nouveau design (toit vitré intégré) alors que le capot plongeant remanié offre une meilleure visibilité. La zone de l’essieu avant jouit d’une nouvelle construction avec le relevage et la prise de force avant, si bien que les dimensions extérieures s’en trouvent encore réduites, ce qui renforce la maniabilité du véhicule. Ces tracteurs sont dotés de moteurs 3 cylindres avec une cylindrée de 3.3 litres et injection Commonrail de la maison Agco (Sisu). Le traitement des gaz d’échappement est effectué au travers d’une recirculation externe des gaz refroidis com-

binée à un catalyseur d’oxydation diesel. En ce qui concerne la transmission, le constructeur mise sur la boîte «Dyna-4» éprouvée 16 x 16 avec quatre rapports sous charge. La transmission est commandée par le biais d’un levier «Powercontrol» situé sur la droite et qui comprend les fonctions d’embrayage et de passage sous charge. Une transmission automatique est disponible en option. La cabine est basée sur la version «Essential» du «MF 7600». Elle existe en trois versions avec toit

plat, standard ou vitré. Massey Ferguson complète en outre la série «3600» avec les modèles «3630», «3640» et «3650» comprenant tous la dénomination «xTra». Le modèle 3625 » quant à lui reste inchangé. La motorisation de ces modèles est également assurée par un moteur interne à Agco de 3 cylindres avec injection Commonrail. Au niveau de la transmission, on trouve une boîte électrohydraulique «PowerShuttle» «Speedshift» et 24x12 vitesses.

Tracteur de l’année

Fendt continue d’investir

Grimme reprend Kleine

Chaque année, un jury composé de journalistes agricoles de 22 pays européens décerne les mentions de «Tractor of the Year» et de «Golden Tractor of Design» ainsi qu’un prix pour le meilleur tracteur spécial. Cette année, le gagnant est le Deutz-Fahr «Agrotron 7250 TTV», qui remporte le titre de «tracteur de l’année» et la médaille d’or du design. Chez les tracteurs spéciaux, la palme revient à New Holland avec son modèle «T4060F»

Suite à l’inauguration officielle fin septembre de la nouvelle usine de tracteurs de Fendt, la première pierre du nouveau Forum, qui comprend un centre pour les visiteurs, a été posée. Cette nouvelle construction constitue un agrandissement du forum existant qui passe de 3600 à 7400 m2. Il s’agira d’un centre international orienté vers la communication où Fendt ira à la rencontre de ses clients, de ses amis et de ses visiteurs en provenance du monde entier. Ce nouvel édifice ouvrira ses portes en septembre 2013.

A la mi-novembre 2012, le groupe Grimme a repris les activités commerciales du fabricant de machines agricoles Kleine. Cette entreprise fondée en 1874 développe et produit des machines pour la récolte des betteraves, le chargement et la technique de nettoyage. «La production, la distribution, le service et l’approvisionnement en pièces de rechange des machines Kleine sont assurés», selon un message du nouveau patron de l’entreprise, Fritz Grimme.

Kuhn: une appli pour semer Kuhn a développé une application pour smartphones visant à soutenir l’agriculteur dans le réglage de son semoir et à optimiser les semis. En outre, Kuhn lance un nouveau semoir monograine sous la dénomination de «Maxima 2 RX». 12 2012 · REVUE UFA


Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 19:07 Seite 21


DF_LT0_Kurznews_1212_2012 27.11.12 16:32 Seite 22

BRÈVES TECHNIQUE AGRICOLE

Abreuver les veaux individuellement en détention séparée «Hoftrac» se fait plus individuel Weidemann vient de présenter récemment un nouveau concept pour les séries «11» et «12». Les quatre nouveaux modèles de base «1140», «1160», «1260» et «1280» (photo) remplacent les 13 anciens types de ces séries. Par ailleurs, un «LP-Hoftrac» avec une faible hauteur (190 cm) continue à être proposé. Les agriculteurs ont désormais la possibilité de composer leur machine en fonction de leurs propres conditions d’utilisation. «Ce n’est pas une multitude de modèles qui est à même de résoudre les problèmes de manière optimale mais une adaptation individuelle pour

chaque exploitation», affirme Bernd Apfelbeck, directeur de Weidemann. On a constaté que les besoins des clients au cours des dernières années avaient tellement évolué qu’un concept de modèles classique n’était plus à même de prendre correctement cette individualité en compte. Avec la réorganisation de la palette de modèles et l’élargissement de l’offre des options, une machine peut désormais être configurée de manière beaucoup plus individuelle, a ajouté le patron de Weidemann. Cette individualisation est rendue possible par la flexibilité particulière de la production dans l’usine moderne de Weidemann à Korbach.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 22

Avec un abreuvement conventionnel au seau, l’élevage intensif des veaux en détention individuelle est difficilement réalisable avec une charge en travail acceptable. Désormais, Förster Technik offre une solution technique à ce problème avec la nouveauté mondiale «Calfrail». Cette dernière permet d’affourager les veaux détenus individuellement jusqu’à huit fois par jour avec de petites portions fraî-

chement préparées. Cela permet un élevage intensif dès les premiers jours de vie. «Calfrail» est géré et approvisionné par un automate à buvées. Cela permet d’éliminer le travail pour la préparation de la buvée, le transport et la distribution. Il n’est plus nécessaire non plus de nettoyer les seaux et les ustensiles, ce qui représente un grand gain de temps. Le contrôle et le suivi des animaux peuvent être organisés de

manière flexible au cours de la journée. L’automate à buvée fournit sur simple pression d’un bouton toutes les informations nécessaires à une gestion optimale des veaux (p. ex. buvée ingurgitée et vitesse de succion). «Calfrail» est relié à un automate à buvée par un tuyau d’une longueur jusqu’à 32 m. Une sorte de station d’abreuvement se déplace d’un igloo à l’autre sur une glissière.

Rapid présente l’«Orbito»

Une lacune comblée

2 ans de garantie

Rapid a présenté à l’Agrama à Berne son nouveau porte-outil mono-axe «Orbito». Doté d’une transmission hydraulique continue, l’«Orbito» complète l’assortiment existant vers le haut de la gamme. Il suffit de presser sur un bouton pour déplacer l’axe et ainsi le centre de gravité de la combinaison de machines, en roulant. Un autre bouton permet quant à lui de commuter les types de direction par guidon ou par levier manuel. La direction de l’engin s’effectue par le biais de capteurs intégrés au guidon. Le mono-axe peut être conduit temporairement uniquement de la main gauche ou de la main droite, selon le souhait de l'utilisateur.

En lançant le nouveau transporteur «TP420», inspiré du modèle «TP460», Aebi commercialise un véhicule performant doté d’un concept de commandes simplifié. Il en résulte un transporteur de classe moyenne qui se caractérise par une charge admissible élevée, un excellent confort de conduite et un moteur turbodiesel puissant de 109 CV. Le cockpit abrite des unités de commande mécaniques conventionnelles. Dans la version de base, l’essieu avant dispose d’une suspension hydropneumatique. Le nouvel essieu arrière n’est par contre pas équipé de suspension.

Avec la prolongation de la garantie à deux ans, le spécialiste suédois du travail du sol Väderstak ouvre une nouvelle voie. «Cette prolongation se veut le reflet de la qualité de nos produits», explique Fredrik Lundén, directeur du marketing. Pour le choix de ses matériaux, Väderstad choisit la plupart du temps des solutions un peu plus chères mais qui se traduisent par un solidité et une résistance accrues. En fin de compte, la durée de vie prolongée qui en découle s’avère tout de même payante, vu que ces machines ont une longévité prolongée et une meilleure valeur à la revente. 12 2012 · REVUE UFA


DF_Kleinmarkt_1212_d_f_2012 27.11.12 15:59 Seite 23

BOURSE AUX AFFAIRES

Bourse d’occasion

D’autres petites annonces sur www.agropool.ch

Rapid Schlegelmulchgerät

Viehtransportanhänger Tanner mit Absperrgatter

90 cm CHF 2300.– Martin Alt, Füllinsdorf Tel. 079 787 38 10 Inserate-Nr.

Zubehör zu Motormäher

204058

Traktor Fendt 930 Vario

Traktor John Deere 2040A

Bärtschi-Fobro

Traktor New Holland T 5060

Traktor New Holland T 5050

Jg. 2012 Preis auf Anfrage Tanner AG, Langnau Tel. 079 671 46 80

Jg. 1986, PS 70 B-Std. 5990 CHF 10 900.– C. Neher, 8404 Stadel Tel. 079 511 71 14

Jg. 2012 B-Std. neuwertig CHF 8200.– Hansueli Nohl, Nohl Tel. 078 818 67 66

Jg. 2012, PS 106 B-Std. Neu CHF 62 000.– Flura Agrar GmbH, Müstair Tel. 079 611 04 87

Jg. 2012, PS 97 B-Std. Neu CHF 59 500.– Flura Agrar GmbH, Müstair Tel. 079 611 04 87

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

206430

218092

Dammformer + Folienleger

218418

Jauchepumpe Doda AFI-L35PD

219115

Antriebsräder New Holland 320 / 70 R 28

219118

Feldspritze Rau 1000 Liter

Zweiachsmäher Aebi TT 50

Tracteur Valtra 6400

Jg. 2009, PS 300 B-Std. 1950 CHF 185 000.– Flura Agrar GmbH, Müstair Tel. 079 611 04 87

CHF 28 000.– Giezendanner, Unterwasser Tel. 079 515 26 47

Année 1994, CV 100 Heures de fonct. 5873 CHF 25500.– Gamec 05, Les Bois Tel. 079 433 30 45

CHF 4200.– AGRAR-Service GmbH, Birr Tel. 079 692 00 89

Preis CHF 420 AGRAR-Service GmbH, Birr Tel. 079 692 00 89

Gezogen, 15 m Jg. 1991 CHF 3000.– Marius Frei, Warth Tel. 076 582 01 13

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

219121

219123

219419

220070

220071

221040

Grue à fumier Krüger Mod. 1000 Année 1989 Heures de fonct. Bon état

Traktor Ford 3000

Traktor Deutz-Fahr DX 3.60 SC

Tracteur McCormick MC 120 Power 6

CHF 3800.– Ruedi Hauri, Travers Tel. 078 635 25 29

Heures de fonct. 8730 Prix sur demande Urs Herrmann, Cheiry Tel. 079 622 52 88

PS 45 B-Std. 6760 CHF 3500.– R. Vollenweider, Illnau Tel. 076 473 80 80

Jg. 1987, PS 70 B-Std. 4517 CHF 22 900.– Stähli Landmaschinen-Service, Wohlen Tel. 079 445 19 37

Année 2006, CV 115 Heures de fonct. 3200 Prix sur demande Saillet & Cie, Meinier Tel. 079 626 24 64

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Inserate-Nr.

Enrubanneuse Kverneland UN 7335

221323

221354

221470

221908

222059

Bourse aux bonnes affaires TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Elektro-Silogabel für Grosssiloentnahme im Hochsilo 寿 041 480 28 36 REVUE UFA · 12 2012

Motormäher Aebi AM 40 und AM 52, günstig; Seilwinde Rentsch 5 t; Doppelrad für Schilter LT 1 oder LT 2 寿 079 748 30 57 Mühle 15 PS, Elektromotor mit Horizontal-

futtermischer Fr. 1100 寿 079 517 11 90 2 Kunstofftränken mit Wanne 2000 l, neuwertig; fahrbare Heugabel 寿 079 363 06 60

div. occ. Pneuwagen günstig abzugeben, Holz z.T. mit Seitenbrettern und Blinklichtanlage 寿 079 323 23 40 Federzinkengruber Fr. 400 寿 079 517 11 90

Anbindeaufstallung für 26GVE Moser, seitenanbindung; Heugebläse Lanker 15 PS Motor mit Rohrleitung und Verteiler; Silowasserpressen 3 Stk., 3.5m Durchmesser offen 寿 079 525 77 52

Milchwaage, wenig gebraucht, 25 kg, Fr. 50 寿 031 879 20 10

Suite à la page 31 23


Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 15:39 Seite 24

GVS Agrar SA Land- und Kommunalmaschinen Im Majorenacker 11 CH-8207 Schaffhouse Tél. +41 (0)52 631 19 00 info@gvs-agrar.ch www.gvs-agrar.ch

Krone – une équipe optimale pour un fourrage de qualité. Une fiabilité parfaite.

Temps de rêve ou de chien?

L’application pour votre iPad, iPhone et iPod touch.

TV LANDI météo trois fois par jour www.landi.ch 24

12 2012 · REVUE UFA


DF_LT3_Engeler_1212_2012 28.11.12 09:21 Seite 25

TECHNIQUE AGRICOLE

Agriculteurs prêts à investir SONDAGE A l’aide d’un sondage représentatif, la Revue UFA a analysé le profil d’investissement des agriculteurs suisses dans le domaine de la technique agricole et de l’équipement de ferme. Au cours des trois années à venir, 44 % des agriculteurs ont l’intention d’investir. La majorité d’entre eux compte le faire prioritairement dans l’équipement de ferme.

Un sondage représentatif de la Revue UFA basé sur 510 interviews téléphonique (355 en CH allemande, 155 en Romandie) a voulu définir le profil d’investissement des agriculteurs. Les résultats détaillés seront présentés dans nos prochaines éditions, mais en voici déjà un résumé succinct.

Une petite moitié compte investir Selon notre sondage, 44% des agriculteurs suisses comptent investir dans la technique agricole dans les trois ans à venir. Un quart des agriculteurs interrogés désire investir dans les équipements de ferme (construction et installation d’étable). Une proportion nettement plus faible souhaite le faire dans des tracteurs et autres engins de transport (8%), des machines de fenaison (7%) ou de grandes cultures (6%), la technique de récolte (3%), la gestion des engrais de ferme (2%), la technique de traite (1%) ainsi que dans d’autres secteurs (1%). Selon ce sondage, les agriculteurs romands semblent être plus enclins à investir dans le domaine de la technique agricole que leurs collègues alémaniques. Les grandes exploitations ont exprimé des besoins en investissements plus élevés car elles comptent s’agrandir ces prochaines années. Par rapport à la moyenne des exploitations, elles se distinguent par leur souhait plus prononcé d’investir dans les équipements de ferme.

Un quart des agriculteurs comptent investir dans les installations d’étables au cours des trois prochaines années.

Volume d’investissement En ce

le faire dans des équipements de ferme intérieurs. Les agriculteurs disposant d’un budget moyen (Fr. 50 000.– à Fr. 100 000.–) pour investir dans la technique agricole ont plus fréquemment évoqué l’acquisition de machines pour les cultures fourragères, les grandes cultures ainsi que la technique de récolte. La majorité des agriculteurs compte investir dans du neuf. L’achat d’occasions est néanmoins également envisagé par bon nombre d’entre eux.

qui concerne les montants que les agriculteurs comptent investir dans la technique agricole, on constate que ceux qui envisagent des investissements élevés (montant total prévu supérieur à Fr.100 000.–) comptent principalement

Projets mis en attente La moitié des agriculteurs interrogés a expliqué avoir mis en veilleuse des investissements dans le domaine de la technique agricole pour des motifs économiques ou d’autres

REVUE UFA · 12 2012

raisons. Cette tendance est particulièrement marquée chez les agriculteurs romands. Tant les agriculteurs ayant des projets d’investissement concrets pour les trois prochaines années que ceux qui n’ont pas l’intention d’investir affirment avoir différé des investissements. Un quart des agriculteurs interrogés a estimé que leur exploitation allait s’agrandir au cours des trois années à venir alors que deux tiers d’entre eux s’attendaient à une stagnation. Près d’une exploitation sur dix table sur une réduction. En ce qui concerne leur revenu personnel, 40 % des agriculteurs ayant participé au sondage ont estimé que leur revenu baisserait au cours de cette même période. 䡵

Auteur Dr Roman Engeler, Revue UFA, 8401 Winterthour Ce sondage a été organisé en collaboration avec TransferPlus à Stansstad et a été effectué entre le 17 octobre et le 2 novembre 2012. Les résultats de ce sondage seront présentés de manière plus détaillée dans une des prochaines éditions de la Revue UFA.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 12

25


DF_LT2_ES_Serco_1212_2012 27.11.12 16:33 Seite 26

SUCCESS STORY KNOW-HOW

30 000 clients satisfaits ENSILEUSE AUTOMOTRICE CLAAS «JAGUAR» Plus de 30 000 modèles de l’ensileuse automotrice «Jaguar» ont déjà été produits par Claas. C’est en 1972 que la première machine est sortie des chaînes de production à l’usine de Harsewinkel. A l’occasion de cet anniversaire, Claas a présenté l’automne dernier à l’Agritechnica un modèle avec une peinture spéciale qui a désormais trouvé preneur en Bavière.

L’histoire de l’ensileuse automotrice commence au début des années 1960 lorsque les constructeurs ont tenté de transformer une machine de récolte des fourrages traînée en un véhicule avec son propre moteur et ses propres commandes. Ces engins qui ont l’air un peu cocasse pour notre œil actuel ont toutefois été le point de départ d’une machine dont on ne pourrait plus se passer aujourd’hui. Animés par un esprit de pionnier et novateur, les ingénieurs sont parvenus à développer des machines plus performantes tout en diminuant les émissions et les charges au sol.

Claas produit des ensileuses automotrices depuis 40 ans. Sur la photo, on aperçoit le modèles haut de gamme «Jaguar 980» disposant de l’agrégat à maïs «Orbis 750».

26

Depuis 40 ans Cela fait 40 ans que Claas s’est lancée dans ce segment avec la fabrication à Harsewinkel de la première ensileuse à maïs automotrice «SF 60» qui prenait deux rangs. La «SF 80» est arrivée sur le marché en 1974 en tant

que représentante de la deuxième génération, équipée d’un moteur V-10 de Deutz (267 CV) et un bec de trois rangs. Les deux premières années, pas moins de 500 pièces ont été produites. Le 10000e exemplaire a quitté l’usine en 1998, en même temps que le lancement de la série «Jaguar 800». Cette dernière a été l’une des plus appréciées et a permis à Claas de ravir jusqu’à 60% des parts de marché dans certains segments. C’est en 2004 que Claas a construit la 20000e ensileuse «Jaguar». Trois ans plus tard, la série «900» a été lancée avec six modèles au total dans une plage de puissance entre 412 et 830 CV.

Modèle anniversaire C’est en novembre 2011 que la 30 000e ensileuse de Claas a quitté les chaînes de Harsewinkel – dotée d’une peinture spéciale pour l’occasion. Cette ensileuse a été

présentée et sacrée «machine de l’année 2012» lors de l’Agritechnica avant de partir en tournée promotionnelle en Allemagne. Cette pièce unique a désormais trouvé preneur auprès de la CUMA de Dilligen en Bavière qui regroupe 180 agriculteurs qui ont pour objectif de récolter leurs surfaces le plus efficacement et le plus avantageusement possible. La remise de ce modèle spécial a symboliquement eu lieu lors de la «zentralen Landwirtschaftsfest» (ZLF) à Munich à la fin septembre.

Concept intelligent d’économie de diesel Grâce au «Dynamic Power», les modèles actuels «Jaguar 980» et «970» (avec des moteurs MAN) adaptent automatiquement la puissance du moteur sur dix paliers en fonction des conditions d’utilisation instantanées. Cela signifie que la machine ne demande

12 2012 · REVUE UFA


DF_LT2_ES_Serco_1212_2012 27.11.12 16:34 Seite 27

SUCCESS STORY KNOW-HOW

«La technique est au point»

Données d’entreprise

Urs Bütikofer et Daniel Rüfenacht de Limpach (BE) ont une entreprise de travaux agricoles pour la récolte des fourrages et le semis du maïs. Depuis la fondation de l’entreprise en 2004, ils utilisent une ensileuse de type «Jaguar». Actuellement (depuis l’automne 2008), c’est le modèle «Jaguar 940» qui est à l’œuvre et qui effectue environ 500 heures par année. «Le principe de construction simple avec des commandes directes, la répartition du poids et la bonne accessibilité pour les travaux d’entretien nous ont convaincus», expliquent-ils en chœur. A noter que la «Jaguar 940» est équipée d’usine d’une installation de réglage de la pression des pneus. Pour le maïs, c’est un bec sans rangs de six mètres «Orbis 600» qui est monté alors qu’un pick-up «PU» est utilisé dans l’herbe.

La production des ensileuses automotrices Claas est située à Harsewinkel et Bad Saulgau. A l’usine mère de l’entreprise, les ensileuses sont montées sur 16 stations pour une longueur totale de la chaîne de 170 m. Deux bancs d’essai sont à disposition pour la mise en service. Le contrôle final est effectué par la suite sur un banc d’essai électro-hydraulique pour la transmission qui simule toutes les conditions de conduite possibles des ensileuses «Jaguar». A l’usine de Bad Saulgau, parallèlement à la construction des machines à Harsewinkel, ce sont les agrégats de hachage qui sont assemblés. On y fabrique également les agrégats pour le maïs («Orbis») et l’herbe («Pick-up») ainsi que les hachoirs directs («Direct Disc»).

L’année prochaine, Urs Bütikofer et Daniel Rüfenacht comptent encore utiliser le modèle «940» avant de réfléchir à une nouvelle acquisition. «Pour nous, la technique de ces machines est au point», s’accordent-ils à dire. Au niveau des doléances, ils ne désireraient qu’un tambour avec davantage de couteaux pour que les rouleaux ameneurs puissent tourner plus vite.

Urs Bütikofer, Daniel Rüfenacht et le chauffeur Christian Wyss.

Tableau: Aperçu des modèles

au moteur que la force dont elle a besoin, ce qui économise de l’énergie et du carburant. En combinaison avec un tempomat, en plus d’économiser du carburant, le système «Dynamic Power» facilite grandement la vie au conducteur. Si l’on définit une vitesse optimale, cela permet d’avoir des processus de travail constants et, partant, économiques sur l’ensemble de la chaîne de récolte. Ce faisant, le travail de l’ensileuse gagne de manière conséquente en rentabilité, même avec de grandes variations des conditions d’utilisation ou des cultures.

Réglage automatique de la longueur de coupe En complément au senseur de matière sèche (MS) bien connu, il est possible en option d’adapter la longueur de coupe automatiquement en fonction de la MS. Sur le ter-

minal de commande «Cebis», le conducteur peut définir préalablement les paramètres. Avec une teneur en MS de par exemple 40 %, la longueur de coupe sera de 4 mm alors qu’elle sera de 8 mm avec 30 % MS. Cela permet à l’ensileuse «Jaguar» de hacher automatiquement tout type d’ensilage pour qu’il se tasse de manière optimale au silo – même dans des cultures où les teneurs en MS sont irrégulières.

Nouveau Corn-cracker En plus des Corn-crackers usuels avec un diamètre du rouleau de 196 ou 250mm, Claas propose désormais un «Multi Corn-Cracker» (MCC) avec un plus grand diamètre. Ce «MCC» permet un échange facile des rouleaux en fonction des différentes conditions de récolte ou cultures. La récolte peut être mieux éclatée grâce à la possi-

Type 980 970 960 950 940 930 900 890 870 850 830

Moteur V12 MAN V8 MAN V8 Mercedes V8 Mercedes V8 Mercedes R6 Mercedes V8 Mercedes V8 Mercedes V8 Mercedes R6 Mercedes R6 Mercedes

Puissance* 884 775 653 530 476 428 653 530 453 428 367

*

CV selon ECE R120 à 1800 t/min

bilité de disposer de divers profils des rouleaux ou de modifier leurs régimes.

Perspectives L’évolution technique des ensileuses va se poursuivre. Les systèmes pour la régulation du moteur, qui permettent à la machine de fonctionner à un régime optimal du point de vue de la consommation et de la puissance, vont continuer à se perfectionner. La technologie des senseurs va encore se développer afin de déterminer en temps réel, en plus de la teneur MS, des paramètres tels que la protéine ou la teneur énergétique du fourrage récolté. 䡵

Auteur Dr Roman Engeler, Revue UFA, 8401 Winterthour La Revue UFA publie à intervalles irréguliers des articles concernant les machines agricoles sous le titre test pratique. Les partenaires d’interview, respectivement les propriétaires de ces machines sont généralement choisis en collaboration avec les fabricants ou les importateurs. www.lely.com

INF BOX INFO

Performant: l’agrégat à maïs «Orbis». REVUE UFA · 12 2012

«Cebis» avec commande confortable.

De série: dispositif de pression des pneus.

www.ufarevue.ch 12 · 12

27


DF_LT5_Engeler_1212_2012 27.11.12 16:57 Seite 28

RAPPORT DE CONDUITE TECHNIQUE AGRICOLE

Transmission continue «VIATRAC VT 450 VARIO» Aebi commercialise un nouveau modèle de pointe dans la catégorie supérieure, avec son «Viatrac VT 450 Vario» développant une puissance de quelque 100 CV. Ce véhicule dispose d'une transmission progressive hydrostatique à répartition de puissance révolutionnaire.

Les transmissions à variation continue font depuis longtemps partie de la vie quotidienne des régions de montagne avec les tracteurs, mais également les faucheuses à deux essieux. Aujourd'hui, cette technologie fait également son entrée dans le domaine des transporteurs avec le dernier modèle du constructeur suisse Aebi, le «Viatrac VT 450 Vario».

Transmission continue: le «Viatrac VT 450 Vario» avec son nouveau dispositif de levage Aebi «LD42».

Quatre paliers de vitesse La transmission continue se compose de deux unités: l’une, hydrostatique, est compacte avec pompe à débit variable et moteur constant. L’unité mécanique quant à elle compte trois paliers de vitesse. Au total, le véhicule permet quatre plages de vitesse. Le transporteur atteint une vitesse jusqu'à 7km/h (avant et arrière) en mode hydrostatique et une vitesse maximale de 50km/h en deux paliers distincts. La quatrième plage de vitesse, soit la marche arrière, permet de rouler à une vitesse oscillant entre 6,6 à 31km/h.

Quatre modes de conduite La commande se fait également par un levier multifonction (analogue au «Terratrac»). Le conducteur peut choisir entre quatre modes de conduite. Dans les modes champ et route, le conducteur détermine la vitesse en actionnant simplement la pédale d'accélérateur. Le régime moteur s'adapte automatiquement en fonction de la puissance requise. En mode proportionnel, le conducteur détermine le régime du moteur avec la pédale d'accélérateur, la vitesse étant déterminée par la position du levier multifonction. La quatrième stratégie est choisie quand un régime constant est requis à basse vitesse. 28

Aperçu de la cabine (avec climatisation en option) et de son levier multifonction muni de deux interrupteurs de type «rose des vents».

Moteur Le moteur est un agrégat «VM» turbodiesel développant une puissance de 98 CV (72 kW), un couple de 340Nm à 1400t/min et une progression de couple de 29%. Le moteur répond à la norme d'émissions «Euro 5», grâce à un filtre à particules et un catalyseur. Autres points forts La traction intégrale permanente est basée sur un différentiel central verrouillable via un dispositif électro-hydraulique. Les roues indépendantes disposent d'une double triangulation, et d'une suspension hydropneumatique (débattement: 100 mm). Il est possible de lever ou d'abaisser le véhicule manuellement.

Dans les virages rapides, l'essieu arrière est automatiquement stabilisé. Le système de torsion à amortissement hydraulique situé sur la poutrelle centrale, entre les essieux avant et arrière, assure une remarquable stabilité dans le terrain. Grâce aux quatre modes de direction – disponibles uniquement en option – sur les quatre roues, avant, arrière et en crabe, ainsi qu'à l'angle de braquage de 42°, le «Viatrac VT 450 Vario» s'avère particulièrement maniable. Le transporteur Aebi «Viatrac VT 450 Vario» est disponible en deux versions, soit avec un poids total de 8.5 t (charge utile: 5050 kg) respectivement 9.5 t (charge utile 6050 kg) avec un empattement de 2850 mm respectivement de 3250 mm. 䡵

Auteur Dr Roman Engeler, Revue UFA, 8401 Winterthour

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

12 2012 · REVUE UFA


DF_LT10_PR-Berichte_1212_2012 27.11.12 16:58 Seite 29

NOUVEAUTÉ KNOW-HOW

Nouvelle rampe d’injection

Le succès se poursuit

La nouvelle rampe d’injection attelable Agrar, disponible en deux largeurs de travail de 6 m 20 et 8 m 20,

Il y maintenant près de 20 ans, l’ancienne Landtechnik Zollikofen développait une remorque à fond poussant spécialement conçue pour le marché suisse. Avec plus de 400 machines vendues, le Jumbolino (anciennement Gigant) connaît un grand succès depuis son lancement. Sur la base de ce modèle très célèbre, Serco Landtechnik AG à Oberbipp a maintenant élargi sa gamme avec le grand frère du Jumbolino, à savoir le Jumbolino XL. Cette nouvelle remorque, dont le volume est de 28 m3 exactement, est parfaitement adaptée aux besoins actuels en matière de transport d’ensilage. Les points forts du Jumbolino, comme l’entraînement entièrement hydraulique, le timon à suspension et l’entraînement du tapis principal avant et arrière, ont été intégrés avec succès au Jumbolino XL. La machine est par ailleurs équipée en série d’un

permet un épandage écologique et économique du lisier sur prairies, sur les chaumes et sur les surfaces labourées. L’outil reposant sur son propre essieu, cela permet de prolonger énormément la durée de vie des disques, puisque le poids de la tonne à lisier et de la rampe d’injection ne repose pas totalement sur

ces derniers. Grâce à une direction forcée mécanique, la rampe suit parfaitement la tonne à lisier sur la route, sur le champ et lors du virage de retour. La tonne étant montée sur essieu, la charge par essieu maximale prescrite par la loi n’est pas dépassée. Par ailleurs, il est parfaitement possible d’utiliser la tonne à lisier sans sa rampe. Les disques entaillent la terre sur une profondeur allant de 3 à 8 cm. Ce travail en surface évite que les pierres ne remontent. La construction des disques évite la formation de sillons larges, ce qui permet une utilisation optimale de la rampe d’injection sur les surfaces herbagères. GVS Agrar SA 8207 Schaffhouse  052 631 19 00 info@gvs-agrar.ch www.gvs-agrar.ch

châssis de 20 tonnes. Les pneumatiques 600/50-22.5, l’essieu suiveur et les freins à tambours sont d’autres points forts du nouveau châssis. Au total 5 rouleaux doseurs permettent le meilleur dosage existant sur le marché. Le châssis rallongé d’un mètre et la grande paroi arrière permettent d’atteindre le volume désiré de 28 m3. Le Jumbolino XL a déjà été testé et utilisé dans la pratique avec succès cet automne. Serco Landtechnik SA 4538 Oberbipp  058 434 07 07 www.sercolandtechnik.ch

Le plus ancien «Hoftrac» retrouvé

Du nouveau dans les broyeurs Kuhn

Le «Hoftrac» le plus ancien encore en service en Suisse et dans la principauté du Liechtenstein a été retrouvé par le Centre Weidemann Suisse. Le modèle le plus ancien signalé date de 1976 et a été livré précisément le 9 août 1976 à son premier propriétaire en Suisse. Ce Weidemann «150 D/M» a ensuite été revendu à son actuel propriétaire, Christoph Kupferschmid, qui a appris grâce au concours qu’il utilisait un «Hoftrac», le véhicule figurant sur la photo de l’annonce étant similaire. Après toutes ces années, Christoph Kupferschmid n’a pas retrouvé l’étiquette tech-

Déjà présent dans tous les secteurs du broyage agricole (grandes cultures, polyculture- élevage, vignes et vergers), Kuhn renforce sa présence en proposant un nouveau modèle, le BV100PRO, une évolution majeure dans la gamme existante du BPR100PRO. Le BV100PRO a été conçu pour travailler dans les vergers. Les bois de taille de gros diamètre, comme ceux des noyers, n’y résistent pas. De même la qualité de broyage sur des arbres fruitiers d’autres espèces est excellente. Le rotor est équipé de marteaux lourds et surtout de supports d’outils très agressifs qui participent à l’effort de broyage. Les deux contre-lames crantées finissent le travail. Le BPR 100 Pro était déjà disponible en deux largeurs de travail, à savoir 2 m 80 et 3 m 05. Cette version du BPR 100 nécessitait plus de puissance (jusqu’à 185 CV comparé aux 125 CV du BPR 100) et des courroies Powerband. Désormais

REVUE UFA · 12 2012

nique du véhicule. Mais le numéro de série figurant sur le véhicule et le numéro du moteur avec le type de ce dernier ont permis de déterminer sans équivoque qu’il s’agit d’un Weidemann «Hoftrac» équipé d’un moteur Ruggerini. Grâce au premier prix du concours, ce «Hoftrac» va partir à la retraite au moins six mois avant la date prévue et être remplacé par son jeune frère, le modèle «1370 CX50». Weidemann Center Schweiz 8166 Niederweningen  044 857 28 88 www.weidemanncenterschweiz.ch

les deux machines se différencient encore plus, le BPR 100 PRO étant destiné au travail intensif et aux tracteurs de forte puissance. Autres points marquants, un attelage rehaussé, la présence de nouveaux outils (des marteaux lourds avec des axes de 20 mm au lieu de 16 auparavant), 2 contre-lames (1 droite et 1 crantée en série et une 3ème en option). Toutes ces qualités en font la machine idéale sur une combinaison avant/arrière avec le BP8300. Kuhn Center Schweiz 8166 Niederweningen  044 857 28 00 www.kuhncenterschweiz.ch 29


DF_LT1_Burgherr_1212_2012 27.11.12 17:00 Seite 30

TECHNIQUE AGRICOLE

«Oui, mais en toute sécurité» LA RÉCOLTE DU BOIS De nombreux paysans sont déjà en pleins travaux de bûcheronnage ou vont s’y lancer prochainement. Pour que la récolte du bois ne vire pas au cauchemar, il faut être bien préparé et planifier correctement les travaux. Dans l’agriculture, ce sont les travaux forestiers qui sont les plus dangereux.

Ruedi Burgherr

Lorsque l’on récolte du bois, il faut impérativement respecter les règles de sécurité. La plupart des accidents mortels surviennent lors de l’abattage. Avant de commencer à travailler, il faut se poser les questions suivantes: • Suis-je capable d’effectuer les travaux en toute sécurité? • Ai-je suffisamment planifié et organisé les travaux? • Est-ce que je porte les équipements de protection personnelle adéquats?

• Est-ce que j’utilise les outils, les véhicules et les machines sûrs et adéquats? • En cas d’urgence, est-ce que les secours sont accessibles?

Formation et capacité Travailler en toute sécurité, ce n’est jamais inutile. Pour travailler en forêt. Il faut disposer de l’expérience et de la formation nécessaires. Celui qui doute de ses capacités fera bien de s’adresser à une entreprise ou de confier les travaux à un collègue bien équipé et expérimenté. Il ne vaut pas la peine de courir le moindre risque.

Équipement de protection personnelle En forêt, le port de l’équipement de protection personnelle ne dépend pas du temps qu’il fait. Qu’il gèle, qu’il pleuve ou que la chaleur soit étouffante, il faut toujours porter son équipement de protection. Cet équipement est composé des éléments suivants: • Casque avec protège-ouïe et protègeface, éventuellement protège-nuque • Veste de travail de couleur vive • Pantalon de protection anti-coupures • Chaussures ou bottes forestières • Gants • Des sous-vêtements fonctionnels sont un plus Ces dernières années, les vêtements forestiers ont connu des évolutions et des améliorations considérables. Il vaut la

Une partie essentielle de l’organisation consiste à évaluer correctement l’arbre et son environnement. Les distances de sécurité doivent être respectées. 30

peine d’acheter des vêtements de la dernière génération, beaucoup plus agréables à porter.

Débardage De nombreux paysans veulent procéder eux-mêmes aux travaux de débardage. Pour ce faire, un treuil est indispensable. Ce treuil et ses accessoires doivent être parfaitement adaptés au tracteur. Pour le débardage au treuil, une commande à distance offre de nombreux avantages. Le travail peut être effectué plus sûrement et plus efficacement.

Transport du bois Nombre de paysans transportent leur bois avec des véhicules inadaptés, ou alors ils sous-estiment le poids des troncs ou des bûches. 1 m3 de hêtre fraîchement abattu peut peser plus d’une tonne et un stère de bois refendu jusqu’à 800 kilos. De nombreux accidents mortels ont déjà été enregistrés suite à un écrasement du conducteur par le chargement, en raison de freins insuffisants ou d’un manque de connaissance du véhicule. 䡵 Auteur Ruedi Burgherr, Service de prévention des accidents dans l’agriculture (SPAA), 5040 Schöftland. Informations Sur la page web www.coursbucherons.ch, vous trouverez des informations et des offres de cours de bûcheronnage pour la sécurité du travail dans les forêts paysannes et privées. Plus d’informations et une boutique pour l’équipement adéquat sur www.spaa.ch ou auprès du SPAA, Grange-Verney, 1510 Moudon, 寿021 557 99 18 ou spaa@bul.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

12 2012 · REVUE UFA


DF_LT10_PR-Berichte_1212_2012 27.11.12 16:59 Seite 31

NOUVEAUTÉ KNOW-HOW

Système d’affouragement automatique Conditionneur «extra dry» et changement ultrarapide Dans le but de faciliter la tâche des agriculteurs, Pöttinger améliore sans cesse les conditions de travail de ses clients. L’adaptation de la faucheuse aux conditions du terrain est toujours optimale, ce qui est une exigence importante de tous les agriculteurs et entrepreneurs. Avec le système de changement rapide de ses conditionneurs, Pöttinger propose depuis des années un dispositif pratique permettant de remplacer rapidement le conditionneur par des disques forme-andains. Ce changement rapide est disponible pour toutes les faucheuses. Le conditionneur peut être démonté facilement par une seule personne en quelques minutes. Si

Suite de la page 23

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Traktor Allrad Agrifull 60 dt, guter Zustand Fr. 6950  079 470 02 49 Aebi AM 53, guter Zustand Fr. 950  079 470 02 49 Bioquell Agrar, guter Zustand, günstig  079 470 02 49 Auto Seat Alhambra, 7Pl., Jg. 97, 140 000 km, Klima, rot met., ab Service, Fr. 4000  076 525 31 99 oder 032 338 23 59 Stalltüre, 2-teilig, mit Metallrahmen und Kunststoffblatt, H. 2.55 m, B. 1.20 m; Stallgummimatten, diverse Grössen; Erntekisten, aus Hartkunststoff, grössere Anzahl, L. 60 cm, B. 40 cm, H. 27 cm, stapelbar; REVUE UFA · 12 2012

le temps ou la composition du fourrage le permettent, l’utilisateur peut se passer du conditionneur et réduire ainsi les besoins en puissance de la faucheuse, ce qui implique une diminution de la consommation de diesel. Ce changement rapide des systèmes facilite le nettoyage des faucheuses. Après le démontage du conditionneur, le nettoyage est grandement facilité et l’entretien devient un jeu d’enfant. Via cette fonction pratique, Pöttinger contribue à la récolte d’un fourrage de qualité. Pöttinger SA, 5413 Birmenstorf  056 201 41 60 info@poettinger.ch www.poettinger.ch

Rebenschutznetze, 4500 Stk., für Jungreben  041 980 62 65 3 Kompletträder 11.5x15; Werkbank, fahrbar, mit Schraubstock und drei Schubladen; Luftkompressor, 70 l  041 910 28 45 2-Scharpflug Althaus Non Stop, Fr. 950; Roller Honda, 45 km, 50 cm3, ab MFK, Fr. 980; Passat Kombi, 159 000 km, guter Zustand, nur Fr. 2800  079 464 69 61 Vieh-Anhänger Alu Daltec, für 2-3 Stk. Grossvieh, wie neu, ab MFK, preisgünstig abzugeben; Mistrampe Alu 5 m  079 511 88 20 CCM Mühle; Beleuchtungsmast auf Anhänger; div. Zugdeichsel; div. Futterwagen, 200 l; Laufstallabschrankungen; 4 Grubberzinken mit

Gänsefussschar; Flüssigdüngertank, 3000 l; Boumatic; Ersatzteile zu Parabone Melkstand  052 741 21 90 Rübenbröckler van Lengerich mit Reinigung, guter Zustand Fr. 800; Stallganggummimatten  076 564 42 83 Futtersilo 1.5 x 1.5 x 6 m, Fr. 400  079 450 65 67 2x Komplettrad 10/7515.3 AW, Vredestein Pneu neuwertig, Fr. 250; Tränkefass Goetschmann, 700 l, neue Achse und Bremse, Fr. 1600  079 676 34 50 Reform Mounty 65, Jg. 2001, 2380 Std., TopZustand, ab Service + 1 Satz Doppelräder, Schneeketten und eventuell mit Mähwerk  079 765 56 43 20 l Milchkannen, neu, Stk. Fr. 180; Silokarre

Une meilleure efficacité du travail combinée à une réduction des frais d’exploitation s’avère décisive pour la rentabilité d’une exploitation. La confection de rations optimales est une nécessité pour les vaches hautes performances. En présence d’un affouragement constant, les vaches sont plus en forme et les frais vétérinaires diminuent. Une ingestion accrue de toutes les vaches, même des primipares, se traduit par une augmentation des performances du troupeau, en particulier pour les animaux de rang inférieur. Le fourrage est utilisé plus efficacement. L’apport de fourrage frais se traduit par une diminution des refus de crèche. Par ailleurs, le recours au système d’affouragement automatique «Vector» de Lely réduit le temps d’affouragement, un temps qui peut être utilisé pour l’optimisation de la gestion de l’exploita-

500 l gebraucht Fr. 500  079 575 25 52 Vakuumfass Agrar DF3000, Rührwerk revidiert, Keilriemen neu, Fr. 2500  062 773 11 08 Futtermischwagen Rovibec 542 mit Waage, sehr guter Zustand, neue Verschleissteile Fr. 12'000  044 853 01 42 Golf-Cart, Transportfahrzeug mit Kubota Dieselmotor 22 PS, Geschwindigkeit 32 km/h, Schaltgetriebe 3 Vor- und 1 Rückwärtsgang und Untersetzung, hydraulische Kippbrücke, Zapfwelle hinten, Zughaken und Kugelkopf, Fr. 3500  078 744 30 32 Frontscheibenmähwerk Pöttinger Nova Cat 301 Alpha Motion, Zusatzschwadscheiben mit Förderkegeln, Klingenschnellwechsel  079 454 33 42

tion. Cette nouveauté Lely dispose d’un moteur électrique, si bien que les coûts d’utilisation sont inférieurs à ceux d’une remorque mélangeuse. Le «Vector» travaille silencieusement et sans émissions. Son introduction sur le marché suisse est prévue pour 2014. Lely Center, 4614 Hägendorf ebikon@ch.lelycenter.com

Bourse aux bonnes affaires Rundballenabwickler Ballemax, hydraulischer Antrieb, wenig gebraucht Fr. 6500  079 695 42 61 Reform Mounty, 65 Jg, 2001, 2380 Std., 1 Satz Doppelräder und Schneeketten, eventuell mit Mähwerk  079 765 56 43 Remorque de camion plateau alu 3 ess 30 to 11m 30 km/h Fr. 10 200; 3 ess. 27 to 8m frein hydr. Fr. 6800; 2ess. pont alu Fr. 3500; 5m 13m3 frein hydr. Fr. 2200; remorque 2 ess 18 to porte container 35 m3 idéal pour stocker des céréales Fr. 3300  079 250 65 64. Doppelräder 11, 2 x 38 gebraucht; Schaad zu Pneu 16, 9 x 30  062 927 10 37

Strohriegel für 17 Kühe, de Laval 20.4 m lang; Mulchbalken ESM 2 m Aebi, beides wie neu  079 295 40 77 Heizungsofen 1/2 m Stückholz Lopper 45 kw in gutem Zustand  062 961 71 47 Kuhglocken 26 cm, 1 Viglin Freiburg 1 Gusset Uetendorf zusammen Fr. 200; Heustocksonde, Rohr mit Schneidmesser Fr. 100; Hornführer Knechtle für grössere Rindli Fr. 40; Hornführer für kleinere Rindli Fr. 35  041 910 48 22 Patentwellenbock  052 657 12 72

Suite à la page 32 31


Remportez cette Subaru XV d’une valeur de Fr. 25 900.– et l’un de ces trois prix immédiats Que vous soyez au volant par plaisir ou par obligation, chaque course peut comporter son lot de surprises. C’est justement la raison d’exister de la nouvelle Subaru XV. Elle vous amène partout, en ville, dans les chemins de campagne ou sur l’autoroute. La route vous appartient lorsque vous êtes au volant de votre Subaru XV avec son moteur de 1.6 l et ses 114 CV.

Concours

DF_LT9_Wettbewerb_1212_2012 27.11.12 17:08 Seite 32

Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 31

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Huber Turbozyklon 5.5 KW, lange Version, inkl. Schaltkasten; Entnahmegebläse 4 KW mit Teleskoprohr 寿 079 478 56 36 Siloblockschneider, neuwertig 寿 062 797 50 86 Kipper mit Ladekran, einachs, dreiseiten 寿 062 797 50 86 landwirtschaftliche Gerätschaften, antik 寿 062 797 50 86

Envoyez un SMS (90 ct.) avec la mention KFL althaus suivie de vos nom et adresse au numéro 880 ou participez en ligne sur le site www.ufarevue.ch. Délai de participation: 4 janvier 2013

A gagner tout de suite! 1er – 3e prix Un tee-shirt de Pöttinger.

Althaus SA 3423 Ersigen, 寿 034 448 80 00 www.althaus.ch

Paloxenfülltrichter zu Samro Offset, mit zusätzlichen Polsterungen, sehr wenig gebraucht, wie neu, Normalpreis Fr. 850, Verkaufspreis Fr. 400 寿 079 328 76 63 Anbaubock, 2 Zylinder 寿 052 741 21 90 Tandem 3-Seitenkipper, ab 10 t, Oben- od. Untenanhängung, Kt. Bern 寿 079 328 76 63 Pullerreifen Mich. XM108 540/65R38, 1 cm Profil, Fr. 200; Felgen zu Fiat, 10 x 36, Spur 1.4 / 1.5 m neuwertig Fr. 350 寿 079 672 94 13 Traktoren Reifen Michelin, Multibib 650/ 65 R38, ca 70% 寿 078 81212 24

Pöttinger a retravaillé le «Terradisc» et met sur le marché la série «1001», le nouveau déchaumeur à disques attelé au trois-points avec des largeurs de travail de 3 m, 3.5 m et 4 m. Le nouveau système «Twin Arm» constitue un grand changement. Ce nouveau dispositif comprend deux bras portedisques par bride de fixation large. Avec ce principe, les disques conservent toujours leurs réglages et positions. Même en terres lourdes, ils ne peuvent plus se déplacer latéralement. 32

Semi-remorque benne alu basc tandem 26 m3 Fr. 9000 ou 13500 avec Dolly; remorque 2 ess basc 3 côtés 12 to 13 m3 Fr. 2800; roulotte pour jeunesse 6m x 2,5 Fr. 2400; fourche à palette pour relevage Fr. 300; tank à lait Paco 2100 lt, Fr. 3900; silo aliment 18 m3 Fr. 500; 寿 079 250 65 64 Heu- oder Laubbläser, ECHO PB-770, PS 3.9,

Luftmenge 1302 m2/h 寿 079 245 25 02 Traktor D. Brown 990, Jahrgang 64, PS 55, Oldtimer, top Zustand Fr. 4000 寿 052 301 45 08 Brennholzspälten, trocken, Esche/Ahorn, lose oder gebündelt Fr. 70 pro Ster; Zaunpfähle, Fichte, entrindet, 1.60 m Fr. 2.50 pro Stück 寿 079 633 57 85 Einhandsäge Efco, 132S-301, 6 PS, 30 cm Schwert, 2 Jahre Garantie, Ausstellungsmodell Fr. 450 anstatt Fr. 550 寿 055 440 34 64 Rübenhacker Herborg Mod. 78, Fr. 2000; Zubringerband Blaser, neuer Schalter, Fr. 900, wegen Betriebsumstellung 寿 034 435 03 24 Selbstfanggitter mit Eimerhalter, 6 Plätze, guter Zustand 寿 052 385 40 51 Div. Einfriedungstore, 1 St. B 145 H 170 cm, 1 Stk. 165/170 cm, 1 Stk. 208/170 cm, 2 Stk. 87/170 cm, Preis nach Absprache 寿 062 877 14 50 Laubbläser Stihl BR600, sehr guter Zustand 寿 055 440 34 64 Neue Pneus aus Umbereifung, 360/70R24 Conti AC70T, 420/70R30 Conti AC70T, 600/65R30 Conti AC65, 425/75R20 Conti AC70GMPT, 480/70R30 Conti AC70T, zu günstigen Preisen 寿 055 440 34 64 2 neue Pneu aus Umbereifung, 360/70R24 Conti AC70T 寿 055 440 34 64 2 Pneu, 60% Profil, 540/65R24 Conti AC65, Listenpreis Fr. 2340, Verkaufspreis Fr. 700 pro Stück 寿 055 440 34 64

2 Pneu, 60% Profil, 420/70R28 Taurus 寿 055 440 34 64 Autoanhänger mit Aufbau, neuwertig, ab MFK, Nutzlast 800 kg, Gesamtgewicht 1000 kg, Fr. 1600, Kt. TG 寿 071 971 17 16 Druckfass, 4500 l Fr. 4500; Heugebläse 10 PS mit Rohren Fr. 150; Ladewagen, ohne Messer Fr. 400; Netzviehüter Fr. 200; Brennholzfräse, 3 PS Fr. 200; Futterraufe Fr. 90; Mehlwagen, 1 t Fr. 90 寿 052 336 11 37 Federzahnegge Kongskilde, 3 m, mit Planierschiene und Doppelkrümler. 寿 076 508 51 91 Siliergebläse Gehl 1540, Zapfwellenantrieb neu; Mistzange für Hoflader 90 cm breit 寿 079 778 10 87 Heubelüftung Agria kompl. mit Gebläse, 15 KW, Verteiler, Radiallüfter und Holzroste Fr. 3000 寿 076 525 31 99 Airstream-Staubschutz-Helm mit Filter, sehr gut erhalten 寿 062 927 13 31 Aussenblechsilo, 8 m3zu; Futterautomaten für Mastschweine 7 Stück, aus Chromstahl und PVC 寿 079 620 57 00 Kaiser Pump / Druckfass, 6000 l, mit Lenkachse,Vakuum, Zusatzpumpe, neuwertig Fr. 7800 寿 041 758 16 42 Paloxenfülltrichter, für Samro Offset mit zusätzlichen Polsterungen, wenig gebraucht, wie neu, Neupreis Fr. 850, Verkaufspreis Fr. 400 Kt. BE 寿 079 328 76 63 Schweinewaage, 1000 kg; Futterstande, chromstahl, 1800 l mit Mixer 寿 071 422 32 56 2 Güllenmixer, 4 und 3 m, mit Untersetzungsgetriebe; Schaufelrührwerk, für ca. 50 – 200

m3; Antrieb für Flügelrührwerk, 12 PS, bis ca. 400 m3 寿 079 678 81 49 Drehkolbenpumpe Vogelsang 寿 031 755 67 44 2 Kunststoff-Silo 4 t und 12 t; 2 Breiautomaten mit Zubringerband; Rübenschneider mit Korb zu Rapid 507; Kreiselschwader Pöttinger N 380 für Front- und Heckanbau 寿 062 961 57 36 Carraro A Tigrone 7700, 64 PS, Jg. 1988, Motor 1800 h ab MFK, Preis nach Absprache 寿 062 961 57 36 Hitch zu Kreiselegge Pöttinger Lion 301, neuwertig 寿 079 426 76 18 Packerwalze 2.5 m, zu Rau Fr 800 寿 079 288 04 20 Paloxenfülltrichter für Samro Offset, kaum gebraucht, wie neu mit zusätzlichen Polsterungen, Neupreis Fr. 850, Verkaufspreis Fr. 400 Kt. BE 寿 079 328 76 63 Fronthackgerät Schmozer, 3-reihig, mit Düngertank, Zustand fast wie neu Fr. 4500 寿 056 225 16 42 Schlauchhaspel, 150 m, Querschnitt 50 mm, Fr. 1000 寿 056 225 16 42 Aufbauladegerät Aebi LD30, 19 m3 guter Zustand, Fr. 2500 寿 076 583 62 91 grosses Hydraulikaggregat Aebi an 3-Punkt mit Zapfwellenantrieb, 540U/min, Tank 80 l, Tandem-Zahnrad-Pumpen, 2x40l/min, 180bar, inkl. hydr. Schläuche 3 m und 2 Steuerventil für Forstkräne, Holzspalter, Mähwerk usw. Fr. 2400 Kt. LU 寿 078 744 30 32 Güllemixer Wälchli JM2 3 m, El. Motor 7.5 PS 2850 U/min, links/rechts lauf Fr. 200 寿 077 406 30 85 Suite à la page 69 12 2012 · REVUE UFA


DF_PB0_Kurznews_1212_2012 27.11.12 17:09 Seite 33

BRÈVES PRODUCTION VÉGÉTALE

Recensement des applications phytosanitaires

Alant tient tête au feu bactérien Le dernier arbre connu de la variété de pommes suisses Alant fut victime d'une tempête il y a quelques années. Mais par bonheur, cette variété avait été recensée dans le cadre d'un projet du «plan d'action national pour la conservation et l'utilisation durable des ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture» (PAN-RPGAA; voir détails dans l'encadré). Plantée dans différentes collections variétales, Alant a survécu. L'objectif du projet PAN est en effet d'étudier la diversité des caractéristiques des variétés de pommes recueillies pour la mettre à la disposition des sélectionneurs et producteurs. En dehors des caractéristiques internes et externes des fruits, les spécialistes d'Agroscope ont également relevé les caractéristiques des arbres, créé des profils de génétique moléculaire et étudié la sensibilité des variétés à la tavelure, l'oïdium et

Résultats du concours Landor Dans le cadres de la célébration de ses 30 ans d’existence, Landor met-

le feu bactérien. Ils ont inoculé le feu bactérien à des jeunes arbres de variétés anciennes dans la serre sécurisée d'Agroscope. Et c'est à cette occasion qu'ils ont remarqué Alant. Alors que les autres variétés développaient en partie des symptômes massifs de la maladie en l'espace de très peu de temps, Alant présentait quant à elle une résistance au feu bactérien supérieure à celles constatées parmi les 200 variétés de pommes et de poires de l’inventaire fruitier national. Alant est également une bonne variété de table et une bonne pomme à jus. Ceci la rend intéressante notamment pour la culture de pommes à jus dans les vergers haute-tige traditionnels. Cette précieuse pomme en tant que variété parente a par ailleurs été promue au rang de «princesse héritière» pour le

Nouveau directeur

Diminution constante du taux d’autoapprovisionnement

Willy Gehriger, qui a quitté ses fonctions de directeur de fenaco à la fin juin, a été nommé directeur de l’interprofession swisspatat. Il succède à Andreas Rüegger.

«Le taux d’auto-approvisionnement en matières premières fourragères diminue constamment depuis des années et se situe actuellement audessous de 50%. Cette évolution est catastrophique», a constaté Olivier S o n d e r e g g e r, président de swiss granum, lors de l’assemblée des délégués. L’organisation a confirmé, qu’elle continuerait de soutenir la branche en cherchant des solutions et en fournissant des prestations de service de haute qualité. La dépendance face à l’étranger est encore accentuée par la forte augmentation des prix des matières premières sur le marché mondial. Cela touche autant les transformateurs, notamment les fabricants d’aliments fourragers, que les détenteurs d’animaux. www.swissgranum.ch

Altise de la pomme de terre

tait en jeu des bons d’achat à faire valoir sur les commandes d’engrais azoté. Oliver Triebold de Rances (VD) remporte le premier prix d’une valeur de CHF 1500.–, Rudolf Gerber d’Ursenbach (BE) reçoit un bon de CHF 1000.– et Marcel Meier de Windlach (ZH) gagne le troisième bon d’achat Landor d’une valeur de CHF 500.–. Landor félicite les heureux gagnants et remercie sa clientèle pour sa fidélité. REVUE UFA · 12 2012

programme de sélection d'Agroscope. Alant a déjà été croisée avec d'autres variétés, dans l'espoir qu'elle transmette ses caractéristiques positives, notamment en ce qui concerne le feu bactérien, à la génération suivante. Agroscope

L’Office fédérale de l’Agriculture exigent la recherche du ravageur lors des contrôles des pommes de terre. L’altise de la pomme de terre américaine a atteint le Portugal en 2004 et l’Espagne en 2008. Des pommes de terre portugaises atteintes ont été découvertes aux Pays-bas en 2010. Les dégâts causés par les larves de l’altise des pommes de terre sous la peau des tubercules peuvent engendrer d’importantes pertes économiques.

L’utilisation de produits phytosanitaires (PPh) en Suisse dans les grandes cultures, les cultures spéciales et sur les prairies et pâturages, est recensée dans le cadre du dépouillement centralisé des indicateurs agro-environnementaux (DC-IAE). Ces données servent à calculer des indicateurs sur les pratiques phytosanitaires. Les résultats relatifs à la «fréquence de traitement» montrent qu’en 2009 les produits phytosanitaires ont été le plus souvent utilisés pour le traitement des arbres fruitiers et de la vigne. La quantité totale de

substances actives par hectare et par année est la plus élevée pour les fruits à pépins, la vigne et les pommes de terre. Dans la catégorie des PPh utilisés dans la culture de fruits à pépins, le kaolin, le soufre et l’huile de paraffine, aussi autorisés en bio, représentent à euxseuls 56% de la quantité de PPh utilisée. Il existe des évaluations comparatives de l’utilisation de PPh avec la Grande-Bretagne. En 2010, on a recensé 5,9 applications de PPh en moyenne dans le cas du blé d’automne en GrandeBretagne, contre 3,0 en Suisse. Pour ce qui est de l’orge d’automne, le nombre d’application a été de 4,4 pour la Grande-Bretagne et de 2,9 pour la Suisse. Pour les autres cultures des champs, l’arboriculture fruitière et les cultures viticoles, le nombre d’applications par an en GrandeBretagne est comparable à celui relevé en Suisse.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 33


DF_PB1_Krattiger_1212_2012 27.11.12 17:10 Seite 34

PRODUCTION VÉGÉTALE

Le maïs en 2013 LES DIFFICULTÉS D’APPROVISIONNEMENT en semences risquent de caractériser la campagne 2013. En effet, certaines régions de production annoncent d’importantes pertes de récolte dues à la sécheresse. Bien que les rendements records de 2011 n’aient pas été atteints cette année, le bilan 2012 reste satisfaisant, même si, selon les régions, pyrales et helminthosporiose ont causé des dégâts.

Jean-Paul Krattiger

La culture de maïs n’a pas rencontré de gros problème en 2012. Les semis se sont réalisés dans de bonnes conditions alors que les températures et la pluviométrie ont été relativement idéales. Malgré cela, les rendements n’ont pas toujours atteint ceux de 2011, ceci en raison notamment d’un été plutôt maussade. D’autre part, si la Suisse romande a dû faire face à une forte présence de la pyrale, la Suisse alémanique a enregistré une pression plus accentuée de l’helminthosporiose.

Choisir ses variétés Pour la prochaine campagne, l’agriculteur peut donc déjà s’appuyer sur ses observations et ses rendements obtenus. Les résultats des essais mis en place par les stations fédérales seront connus à la fin du mois. De son côté, le service technique de Semences UFA actualise ses connaissances, en particulier sur les variétés en cours de test, pour conseiller au mieux les maïsiculteurs. Sur la base de douze essais ensilage et sept essais grain répartis sur l’ensemble

du territoire de notre pays, les techniciens peuvent déjà orienter les agriculteurs sur les nouveautés. S’il est primordial que le choix des variétés repose sur les aspects agronomiques tels que la précocité, le potentiel de rendement et la résistance aux parasites, l’accent doit être aussi porté sur l’utilisation prévue du maïs. En effet, la teneur en amidon souhaitée ne sera par exemple pas identique pour le bétail laitier et pour l’engraissement.

En Suisse, la récolte 2012 est globalement bonne, alors qu’au niveau international, certaines régions de production de semences ont connu des sécheresses qui risquent d’engendrer des problèmes d’approvisionnement.

34

12 2012 · REVUE UFA


DF_PB1_Krattiger_1212_2012 27.11.12 17:10 Seite 35

PRODUCTION VÉGÉTALE

nérale, les résultats obtenus sont bons. On constate que le potentiel de rendement augmente avec l’indice de précocité d’environ 20 dt MS (matière sèche)/ha, autrement dit le groupe tardif a le plus grand potentiel.

Maïs ensilage précoce La moyenne des essais 2012 se situe en dessous des 200 dt MS/ha contre 207 dt en 2011. Les variétés LG 30.222 et Fabregas confirment leurs forts potentiels et devraient se retrouver en bonne place dans les semis 2013, notamment dans les régions en dessus de 600m d’altitude et pour les semis tardifs. La variété DKc 3014 réalise un bon rendement et reste très intéressante, notamment pour les semis après ray-grass. Grâce à sa régulaREVUE UFA · 12 2012

Maïs ensilage mi-tardif Ce groupe de précocité exprime son potentiel que dans les régions favorables au maïs où il a atteint de bons résultats en 2012, à savoir environ 250 quintaux de matière sèche. La plupart des variétés testées doivent encore être confirmées par les essais Agroscope. Toutefois, il semble que la variété Indexx sort du lot notamment par rapport à NK Silotop

250

80

200

60

150 40

100

20

50 0

Coxximo

Fabregas

moyenne 2012 moyenne 2011 Ø du groupe 2012

LG 30.222

DKc 3014

Consulter les résultats des essais! Pour réussir sa culture de maïs, consultez tous nos résultats d’essai sur wwww.semencesufa.ch ou renseignez-

0

moyenne 2010 moyenne 2009 teneur MS (%)

Graphique 2: Maïs ensilage mi-précoce

300

100

250

80

200

60

150 40

100

20

50 0

teneur MS – %

Eclepens, Treyvaux, Bevaix, Hindelbank, Freimettigen, Cham, Kottwil, Engishofen, Strickhof, Salez, Landquart

Ricardino LG 30.218 Geoxx

Milesim LG 30.224* LG 30.223 Ceresia

0

moyenne 2012 moyenne 2010 moyenne 2011 moyenne 2009 Ø du groupe 2012 teneur MS (%) * Variété inscriptible en 2013 dans la LR swiss granum

Graphique 3: Maïs ensilage mi-tardif Eclépens, Engishofen, Strickhof, Landquart 300

100

250

80

200

60

150 40

100

20

50 0

Maïs grain Malgré des conditions météorologiques pas toujours idéales, les rendements sont plus que satisfaisants avec un taux d’humidité malheureusement supérieur à celui de l’année 2011 qui restera encore la référence pour notre pays. Les résultats financiers pour cette culture sont intéressants pour autant que l’on veille bien à choisir la variété qui s’adapte le mieux aux conditions locales.

100

teneur MS – %

rendement – dt MS/ha

une moyenne de 220 dt MS/ha en 2012 et 228 dt en 2011, les variétés de ce groupe de précocité représentent environ 60% des semis de maïs pour ensilage. La forte production de fourrage au cours de cette année a permis de récolter en grain du maïs prévu pour l’ensilage, ce qui renforce l’intérêt des variétés mixtes (ensilage et grain). Les variétés LG 30.218 et Ricardinio confirment, même si cette dernière a une fois de plus présenté une faible tolérance à l’helminthosporiose dans certaines régions. La variété LG 30.224, qui sera candidate à la liste recommandée de swiss granum, se situe au niveau des deux variétés précédentes, mais ne sera pas commercialisée en 2013 en raison de sa faible disponibilité. Les variétés LG 30.223, Geoxx et Millesim présentent des caractéristiques idéales pour nos conditions et nos besoins. La variété Ceresia développée par DSP a montré de bonnes dispositions dans les essais où elle a été testée.

Treyvaux, Bevaix, Fontainemelon, Cham, Kottwil, Flawi, Realta 300

teneur MS – %

Maïs ensilage D’une manière gé-

Maïs ensilage mi-précoce Avec

Graphique 1: Maïs ensilage précoce

rendement – dt MS/ha

une production de semences qui a subi les aléas météorologiques catastrophiques dans certains pays de l’Est, la prochaine campagne devrait connaître quelques soucis de disponibilités pour certaines variétés. Il est donc nécessaire d’anticiper et de faire son analyse et ses choix assez tôt. Cette situation particulière engendre déjà une forte sollicitation des obtenteurs pour obtenir les estimations des ventes pour les prochains semis de maïs. Une liste recommandée composée de près de 60 variétés avec 3 variantes de traitement (standard, contre les corneilles et le ver fil de fer) peut aussi expliquer parfois les difficultés d’approvisionnement en semences. Avec une tendance à avancer la date de semis, il est vivement recommandé de bien planifier sa prochaine culture de maïs. Heureusement que des obtenteurs comme le groupe Limagrain ont misé sur une production indigène de semences de maïs. Cette production sous licence, coordonnée par Swissmaïs nous permet de maintenir une certaine autonomie face aux fluctuations de l’offre et de la demande spécialement durant cette période ou les réserves de semences tendent à diminuer. Cela nous sensibilise également sur les difficultés rencontrées par les agriculteurs multiplicateurs et nous démontre que les prévisions de production ne sont pas toujours faciles à faire.

rité et sa rusticité, Coxximo demeure la solution en conditions difficiles.

rendement – dt MS/ha

Approvisionnement difficile Avec

0 NK Silotop

Indexx*

KXB 1156*

P8488*

LZM260/83*

moyenne 2012 moyenne 2010 moyenne 2011 moyenne 2009 Ø du groupe 2012 teneur MS (%) * Variétés inscriptibles en 2013 dans la LR swiss granum

vous dans votre LANDI. Il est également primordial de ne pas négliger votre propre expérience qui peut s’avérer utile en fonction de la parcelle et des caractéristiques locales. D’autre part, l’utilisation prévue pour votre culture de maïs implique aussi une réflexion sur la qualité nutritive des variétés tout spécialement en production animale. 䡵

Auteur Jean-Paul Krattiger, Semences UFA, 1510 Moudon La liste des variétés recommandées de maïs swiss granum pour l’année 2013 paraîtra à la fin décembre.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 12

35


DF_PB3_Monnerat_1212_2012 27.11.12 17:11 Seite 36

PRODUCTION VÉGÉTALE

Des hybrides High-tech LA CAMPAGNE SUCRIÈRE n’est pas encore terminée qu’il faut déjà penser à l’année prochaine. Le travail de sélection des betteraves a non seulement permis d’améliorer les rendements, mais aussi de développer des résistances aux maladies qui permettent notamment de s’adapter aux techniques de récoltes modernes.

En matière de choix de variétés, les betteraves ont connu d’importantes évolutions. Les modifications des techniques de production, avec notamment l’arrachage toujours plus fréquent par des entreprises de travaux agricole, a nécessité la sélection de variétés résistantes aux maladies transmises d’une parcelle à l’autre par le matériel d’arrachage et de chargement. Les variétés modernes, en plus d’améliorer les performances économiques, possèdent maintenant une ou plusieurs résistances aux nématodes, à la rhizomanie et au rhizoctone brun ainsi qu’aux maladies du feuillage.

Les variétés modernes de betteraves sont des hybrides obtenus par croisement de variétés mâles et femelles. Elles sont donc le fruit de deux programmes de sélection différents qui se réunissent dans les parcelles de multiplication. Les parcelles de production des semences comportent donc toujours une variété mâle, qui produit le pollen et une variété femelle porte-

Une levée régulière et une croissance rapide des jeunes plantes de betteraves sont les bases de la réussite de la culture.

36

graine. Au final, seules les graines issues de la variété femelle seront récoltées. Le plan classique de semis ou de plantation des parcelles de multiplication se fait sur le principe du 6-2-2, à savoir deux rangées de la variété mâle qui bordent six rangées de la variété femelle. La betterave est une plante bisannuelle qui ne démarre sa phase de production de graines qu’après une période de vernalisation (gel). Toutefois, la production de semences de betteraves ne demande qu’une année entre le moment du semis et la récolte des graines.

Deux

itinéraires

techniques

sont pratiqués pour la production des semences : le semis direct ou la production de planchons en pépinière. Si les périodes de semis et de récolte sont identiques, les travaux effectués pendant la période hivernal sont différents. Le semis direct s’effectue en août à une densité d’environ 100 000 plantes/ha. Cette technique présente l’avantage d’être entièrement mécanisées, de disposé d’une reprise de végétation facili-

tée au printemps et de réduire le stress pour les jeunes plantes, mais elle engendre un risque lié au gel et manque de souplesse par rapport à la production de planchons. Avec la mise en place en août, les résultats des essais variétaux de l’année ne sont pas encore connus. La décision finale de la production des variétés doit donc intervenir très tôt.

La

méthode

des

planchons

consiste à semer des pépinières comptant entre 700 000 et 1 000 000 de plantes/ha en août. Les planchons obtenus constituent la semence de base qui est récoltée en février. Au moment de l’arrachage, les planchons pèsent entre 400 et 800 grammes. Ils sont ensuite expédiés vers les exploitations de multiplication ou il seront repiqués dans les parcelles de production. Un hectare de planchons permet ainsi de produire des jeunes plantes nécessaires à la mise en culture d’une surface totale pouvant atteindre 10 ha. Grâce à cette méthode, les obtenteurs disposent des derniers résultats des essais variétaux et de la campagne qui vient de s’achever au moment de la mise en place définitive des lignées mâles et femelles dans les parcelles de production. Il est ainsi encore possible d’adapter la production. La production par planchon permet aussi de séparer les pépinières et les zones de production. Il est ainsi possible d’organiser ces deux phases dans des régions où les conditions pédoclimatiques sont les plus favorables à chaque étape du développement. La production de planchons est exigeante en main d’œuvre et engendre des coûts importants. Une fois le repiquage effectué, l’itiné12 2012 · REVUE UFA


DF_PB3_Monnerat_1212_2012 27.11.12 17:11 Seite 37

PRODUCTION VÉGÉTALE

raire technique est identique pour les deux modes de production. En plus du maintien de l’état sanitaire de la culture, le printemps est caractérisé par les opérations d’écimages nécessaires à la synchronisation de la période de floraison entre les plantes mâles et femelles. Une fois les graines arrivées à maturité, les plantes sont fauchées et restent quatre à dix jour sur la parcelle pour sécher avant d’être battues.

Les objectifs de sélection tiennent compte tant des impératifs de la production des racines que des exigences des sucreries. Un programme réussi répond donc tant aux attentes des producteurs qu’à ceux des sucreries. Quel que soit l’organisme de sélection, les objectifs sont pratiquement identiques. Il s’agit d’obtenir de hauts renREVUE UFA · 12 2012

dements en sucre, une levée rapide et homogène, une résistance à la montée à graine, une faible tare terre, une bonne pureté des jus, une bonne résistance aux maladies et des plantes homogènes. Là où les stratégie diverge, c’est principalement sur l’importance de ces différents critères sur le processus de sélection. Pour obtenir une variété résistante aux maladies, on peut par exemple abaisser les exigences liées à la pureté des jus, ou au contraire donner plus d’importance au rendement en sucre par rapport à la résistance au maladie.

Le choix de la variété doit tenir compte de paramètres variés. Le produit brut relatif calculé par le centre betteravier n’est pas le seul critère à prendre en compte. Il convient notamment de bien connaître la parcelle et l’étendue des risques de nématodes à kyste et de rhyzoctone brun. Le savoir-faire et l’expérience du betteravier sont donc primordiaux. Il pourrait être tentant de ne

choisir que des variétés résistantes pour éviter les problèmes. Toutefois, ces variétés ne doivent être utilisées que dans les parcelles concernées par ces ravageurs.

La production de sucre a subit une véritable révolution. Les performances du matériel ont augmenté, mais c’est toute l’organisation de la production qui s’est spécialisée et qui a conduit à la généralisation du recours aux entreprises spécialisées pour la récolte et le chargement, mais aussi à une intense collaboration entre les betteraviers. Les obtenteurs travaillent activement au développement de variétés répondant aux attentes de tous les acteurs de la filière sucrière, mais les organismes régionaux doivent rester les partenaires privilégiés des producteurs. Seuls les programmes d’essais régionaux sont à même de donner des informations quant aux performances des différentes variétés sous les conditions locales. 䡵

La production d’une betterave parfaite nécessite la combinaison de la technologie et du savoir-faire des betteraviers.

Auteur Gaël Monnerat, Revue UFA, 1510 Moudon. Le Centre Betteravier publie tous les résultats des essais de la campagne 2012 ainsi que la liste des variétés retenues pour la campagne 2013.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 12

37


DF_PB4_Monnerat_1212_2012 27.11.12 17:12 Seite 38

PRODUCTION VÉGÉTALE

Stratégies organiques LE TRI DES DÉCHETS ET LA CONSTRUCTION DE CENTRALES À BIOGAZ ont fortement augmenté la disponibilité des amendements organiques ces dernières années. Leurs teneurs en nutriments ainsi que leurs effets bénéfiques sur la fertilité des sols sont à la base de leur utilisation toujours plus fréquente dans les parcelles cultivées. Mais organiques ne signifie pas forcément sans risque.

L’application des amendements organiques demande une stratégie et un matériel adaptés.

Les amendements organiques sont de plusieurs types. Il convient de distinguer les composts, obtenus par transformation aérobie (en présence d’oxygène) de résidus organiques et les digestats obtenus par méthanisation. Alors que les composts sont riches en matière organique stabilisée et disposent d’un effet fertilisant à court terme très limité, les digestats sont relativement riches en éléments rapidement assimilables (azote) et leur matière organique est relativement peu stabilisée. Ils sont moins agressifs pour les plantes que le lisier frais même si les risques de pertes d’ammoniac par évaporation sont plus importants.

Buts des amendements organiques Les épandages d’amendements organiques ont pour but d’augmenter la teneur en matière organique du sol. Celle-ci se compose de quatre éléments: les végétaux et animaux vivants, les déjections animales et les végétaux et animaux morts, les matières organiques en cours de décomposition et l’humus. L’humus stable représente près de 90% du total de la matière organique d’un sol, mais c’est la matière organique fraîche et les «produits transitoires» qui nourrissent les microorganismes du sol. Les engrais organiques stabilisent sur la structure du sol et modifient les propriétés physico-chimiques

Le Biochar Il est obtenu par pyrolyse de résidus de bois. Il s’agit d’une forme de charbon de bois qui aurait déjà été utilisée par les Amérindiens pour améliorer la stabilité et la fertilité des sols cultivés. Le principe repose sur les capacités de fixation du carbone qu’il contient et sur sa richesse en humus stable. Il dispose d’un effet stimulant sur la vie microbienne du sol, mais devrait être utilisé avec d’autres fertilisants pour profiter d’effets synergiques.

d’un sol. Ces effets reposent notamment sur la forte capacité de fixation de l’humus. En effet, un gramme d’humus fixe

Photo: Bergmann

38

12 2012 · REVUE UFA


DF_PB4_Monnerat_1212_2012 27.11.12 17:12 Seite 39

PRODUCTION VÉGÉTALE Graphique: Les chemins de la valorisation des restes organiques Fumier Lisier

Autres restes organiques

Méthanisation (mésophile)

Co-méthanisation (mésophile)

Méthanisation (mésophile)

Compostage

Lisier méthanisé

Eau de pressage

Digestat solide

Compost

Le bois raméal fragmenté (BRF) Cette technique développée au Canada et dans les pays tropicaux pour redynamiser les sols et encore peu connue en Suisse. Cette technique se base sur l’équilibre entre les sucres et la lignine contenue dans les jeunes pousses de bois (< 7 cm) pour améliorer les sols. Le but est de recréer une activité biologique proche de celle d’un sol forestier.

Epandage Source: Jacques Fuchs, FiBL et Biophyt AG

Les amendements organiques solides doivent être incorporés superficiellement pour les mettre en contact avec les microorganismes du sol.

5x plus de cations (Ca++, Mg++, K+, NH4+, etc.) que l’argile et réduit la densité du sol. Il en résulte une terre plus légère, plus facile a travailler et disposant d’une meilleure capacité de fixation des nutriments à charge positive. De plus, la minéralisation de l’humus et de la matière organique apporte de nombreux éléments comme les vitamines ou des hormones.

Équilibre recherché La vitalité d’un sol résulte d’un équilibre entre l’humus stable et la matière organique fraiche. L’incorporation d’importantes quantités d’engrais organiques riches en cellulose et en lignine et moins riches en azote, comme le compost, provoque un déséquilibre dans le sol. Les microorganismes qui ont besoin de nourriture (azote) pour dégrader la cellulose et la lignine d’un compost entrent donc en REVUE UFA · 12 2012

concurrence avec les plantes cultivées. C’est pourquoi il est conseillé de compléter les apports de compost par un épandage de lisier ou d’azote, ceci pour apporter les éléments nécessaires à la dégradation de la matière organique fraiche et éviter les phénomènes de carence en azote.

Des bénéfices nombreux, mais… Les épandages de compost contribuent au maintien, voire à l’amélioration de la fertilité des sols. Toutefois, des apports trop importants d’amendements organiques risquent de bloquer l’azote dans le sol. Ceci survient lorsque les composts ligneux sont physiologiquement trop jeunes, utilisés en conditions trop sèches ou lorsque les digestats sont trop secs. Le risque de blocage est particulièrement important au printemps.

L’utilisation des amendements organiques doit faire partie d’une stratégie concernant l’ensemble de l’exploitation. Une bonne stratégie commence par le choix du compost approprié en fonction du type d’utilisation, de la période d’application et des effets recherchés. L’utilisation des amendements organiques doit être raisonnée. La loi fixe les apports maximaux de compost à 25 tonnes MS/ha sur 3 ans. Il convient d’en tenir compte dans le bilan de fumure. De plus, la période et la technique d’application doivent être adaptées. Idéalement après moisson, en hiver sur sol gelé (en absence de neige) ou au printemps sur sol portant et en combinant les différents types d’amendement organique: compost pour un effet à moyen et long terme sur la structure du sol et les digestats pour l’effet fertilisant à court terme. Résumé Alors que les amendements organiques sont souvent considérés comme inoffensifs, leur utilisation demande les mêmes précautions que celles des engrais de ferme. Leur épandage doit faire partie d’une stratégie globale au niveau de l’exploitation et de la rotation. Il ne doit pas déséquilibrer le bilan de fumure de l’exploitation ni engendrer de blocage de l’azote pour la culture. Comme les engrais minéraux, tous les amendements organiques ne sont pas identiques. Il est donc fortement recommandé de suivre les conseils des spécialistes pour choisir le type de compost le mieux adapté et mettre en place une stratégie permettant d’atteindre les buts visés en fonction des particularités des sols de l’exploitation. 䡵

Auteur Gaël Monnerat, Revue UFA, 1510 Moudon La «Directive Suisse 2010 de la branche sur la qualité du compost et du digestat» apporte toutes les recommandations d’utilisation pour les digestats liquides, solides et le compost. Elle est disponible en français et en allemand sur le site internet: www.educompost.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 12

39


DF_PB5_Gugger_1212_2012 27.11.12 17:13 Seite 40

PRODUCTION VÉGÉTALE

Les bienfaits du silicium soluble L’OPTIMISATION DES EXPLOITATIONS consiste à tirer le meilleur parti des ressources disponibles. Pour de nombreuses exploitations, cette optimisation passe par une gestion rigoureuse des engrais de ferme qui inclut tant le choix du moment de l’épandage, la gestion du volume de stockage disponible que la réduction des pertes d’éléments nutritifs.

Kurt Gugger

Le silicium contenu dans Biolit agit comme un vaccin qui renforce la résistance aux maladies et augmente la résistance à la verse des graminées. Photo: agrarfoto.com

40

Les engrais de ferme permettent de couvrir une part plus ou moins importante des besoins en nutriment des cultures. Ils s’intègrent directement dans le cycle des éléments nutritifs et contribuent aussi au maintien de la fertilité des sols. Les objectifs de réduction des impacts de l’agriculture sur les milieux naturels imposent une gestion rigoureuse des épandages et des conditions de stockage permettant de réduire au minimum les pertes par évaporation, ruissellement ou lessivage. Les poudres de roches à base de silice finement broyée trouvent ici une utilisation particulière. Grâce à leur structure moléculaire et à l’importante surface dont elles disposent, ces poudres de roche sont capables de lier les composés organiques et azotés présents dans le lisier. Elles réduisent ainsi directement les pertes par évaporation de l’ammoniaque et les émissions olfactives.

La silice est un des minéraux les plus fréquents sur terre, on estime qu’elle représente environ 60 % de la masse de la croûte terrestre continentale. La diabase, la roche dont est issu Biolit, est une roche volcanique qui s’est formée sous des conditions de pressions et de températures extrêmes qui lui ont donné cette structure particulière lui permettant de se lier à d’autres éléments. Cette capacité de liaison dépend directement de la surface de contact offerte par la roche. Plus la mouture est fine, plus la surface de contact est importante. La finesse de la poudre de roche constitue donc un critère décisif lors de la comparaison entre deux additifs pour le lisier. Une poudre plus fine absorbe non seulement plus de composés orga-

niques ou azotés, mais en plus, elle se lie plus facilement à la paille, ce qui évite la sédimentation et la formation de dépôt en fond de fosse.

Le silicate de calcium du Biolit réagit dans le sol pour former de l’acide silicique. Différents travaux universitaires ont prouvé l’effet bénéfique du silicium sur les plantes. Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que le silicium améliorait la résistance des plantes au stress et qu’il agirait comme une sorte de vaccin. Pour profiter de cet effet, la plante doit pouvoir assimiler le silicium. Or, il est généralement présent dans les sols sous une forme minérale et n’est donc pas disponible. Grâce à sa forme particulière, le silicate de calcium contenu dans Biolit réagit dans le sol pour former un acide soluble et directement assimilable par les plantes. L’acide silicique augmente donc la résistance des plantes aux maladies et renforce les parois cellulaires, particulièrement celles des graminées, et améliore ainsi leur résistance à la verse.

La fluidité du lisier contribue directement à l’amélioration de l’efficacité de la fumure. Un lisier plus fluide ne reste pas collé sur les plantes. Il provoque donc moins de brûlures et est plus rapidement absorbé dans le sol. Cette absorption plus rapide réduit significativement les pertes par évaporation. En résumé, un lisier plus fluide est mieux toléré par les plantes et moins sujet aux pertes par évaporation. La fluidité du lisier peut être améliorée notamment par l’augmentation de la dilution. Mais l’ajout d’eau, même s’il s’agit d’eau de pluie gratuite, engendre des coûts importants, notamment en raison du volume de stockage supplémentaire nécessaire et du volume de lisier plus important à épandre.

Le calcium contenu dans Biolit apporte un effet chaulant qui contribue directement au maintien du pH du sol. En apportant les éléments chaulant avec les engrais de ferme, les quantités sont mieux réparties dans le temps, ce qui présente l’avantage de ne pas perturber trop fortement les microorganismes du sol. La faune du sol dispose ainsi de plus de temps pour s’adapter à ces nouvelles conditions de vie et augmente progressivement son activité. L’amélioration de la vitalité du sol se traduit par un sol plus aéré et une structure grumeleuse plus stable. 12 2012 · REVUE UFA


DF_PB5_Gugger_1212_2012 27.11.12 17:13 Seite 41

PRODUCTION VÉGÉTALE

Des prairies productives sur des sols revitalisés. Josef Heller et Andreas Meier exploitent, en association, une quarantaine d’hectares dans la région de Wilisau (LU). Ils produisent du maïs d’ensilage, du blé d’automne, de l’orge d’automne. Leur cheptel se compose de 50 vaches laitières et de la remonte ainsi que de 80 truies d’élevage. Revue UFA: Comment avez-vous connu Biolit? Josef Heller: J’ai commencé à utiliser Biolit avant l’association. À l’époque, mes analyses de sol démontraient que mes terres étaient très acides, comme c’est souvent le cas dans notre région. En plus, en raison de l’utilisation de pendillards, nous avons besoin de lisier fluide et homogène. Avec Biolit, je parvenais à satisfaire les deux exigences. Comment procédez-vous? Nous incorporons Biolit directement depuis le camion dans la fosse au mois de

L’incorporation de Biolit dans la fosse doit intervenir au moins 4 semaines avant la date de la vidange de la fosse pour que les effets de la poudre de roche puissent se développer. L’incorporation par soufflerie directement depuis le camion est la solution la plus pratiquée, mais il est tout à fait possible d’incorporer régulièrement de la poudre de roche directement dans les fosses ou sur les litières. En cas d’application directe

mars, en fonction de l’état des routes pour accéder à la fosse. Il est important de l’incorporer au moins un mois avant l’épandage et de bien brasser la fosse pendant les semaines qui suivent pour que le produit soit bien réparti dans tout le volume de lisier.

situation, mais nous avons constaté une évolution progressive de nos sols et une meilleure fluidité de nos lisiers.

Les deux Lucernois témoignent de l’effet bénéfique de Biolit sur le sol.

Quels effets avez-vous constatés sur vos cultures? Nous épandons notre lisier principalement sur les prairies. Il est donc difficile de comparer les rendements, mais nous constatons que nos prairies sont plus équilibrées. C’est surtout au niveau du sol que nous remarquons la différence. La structure s’est améliorée et ils sont plus vivants. Recommanderiez-vous d’utiliser Biolit? Pour nous, il est clair que sur sols acides, l’utilisation de biolit apporte de nombreux avantages. Il ne faut toutefois pas s’attendre à un changement rapide de la

depuis le camion, l’opération doit être planifiée pour intervenir en hiver, au moins un mois avant la reprise des épandages de sortie d’hiver. L’incorporation doit être suivie d’un brassage quotidien pour assurer la bonne répartition de la poudre de roche dans tout le volume de la fosse.

Les engrais de ferme ont une réelle valeur agronomique et écono-

mique. Mais la pleine exploitation de ce potentiel passe inévitablement par la gestion rigoureuse des stocks et par des épandages correspondant aux besoins de la plante. En raison de leurs relativement faibles teneurs en nutriment, les volumes et les quantités appliqués sont importants et engendrent donc des frais élevés. L’adjonction de Biolit dans les fosses apporte des avantages comparables à ceux de la forte dilution, sans engendrer les coûts liés à l’épandage et au stockage de volumes plus importants. De plus, le silicate qu’il contient est absorbable par les plantes qui trouvent ainsi dans les lisiers non seulement une source de nourriture, mais aussi l’effet bénéfique du silicium sur la résistance au stress. L’effet chaulant de Biolit contribue encore à renforcer la structure grumeleuse du sol, favorisant ainsi les échanges gazeux et offrant des conditions de croissance optimale pour les cultures. 䡵

Auteur Kurt Gugger, Service Technique Landor, 4127 Birsfelden Téléphone-conseil gratuit: 寿 0800 80 99 60 www.landor.ch, info@landor.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 12 2012

12 · 12

41


DF_PB6_Engeler_1212_2012 27.11.12 17:13 Seite 42

PRODUCTION VÉGÉTALE

Arbres suisses très demandés SAPINS DE NOËL Environ un million de sapins de Noël sont vendus en Suisse chaque année. La valeur totale de ce marché se situe entre 40 et 50 Mio Fr. La part indigène se monte à 40 %. Une augmentation de cette part de marché, surtout au niveau du commerce de détail, est plus que souhaitée.

La coutume d’installer un sapin dans le salon pour Noël date du 19e siècle. Apparue en Allemagne, cette tradition s’est répandue hors de l’Europe et, par la suite, sur pratiquement toute la Terre. A l’origine, le sapin blanc était la principale essence utilisée à cette fin. Ensuite sont arrivés les épicéas (sapins rouges). Aujourd’hui, les sapins Nordmann sont particulièrement demandés, alors que le marché pour les sapins bleus reste limité. En Suisse, le volume du marché des sapins de Noël se monte à 1 mio. d’arbres dont la majorité est importée, puisque seuls 40 % de ces arbres sont produits dans notre pays. Près de la moitié des arbres suisses sont commercialisés directement par les producteurs. Le reste est écoulé par le commerce de détail. Les spécialistes évaluent le marché du sapin de Noël entre 40 et 50 mio. de Fr.

Le client décide En raison de ce volume de marché, les sapins de Noël constituent un facteur non négligeable dans le commerce des plantes à Noël – aussi pour les LANDI, qui ont réussi à affirmer leur position sur ce marché ces dernières années. «Le client décide sur le point de vente s’il achète un sapin suisse ou importé», constate LANDI Suisse. Mais on est intéressé à l’avenir à augmenter la part de marché des sapins indigènes, annonce Daniel Beutler, coordinateur pour le marketing et la vente dans le secteur vert de LANDI Suisse. «Malheureusement, il n’est pas toujours facile d’obtenir les quantités et les qualités souhaitées». 42

Produire la qualité Bruno Straub, de Hefenhofen en Thurgovie, produit depuis environ 20 ans, 20 ha de sapins de Noël. 8000 arbres sont produits par hectare, dont 80 % sont des Nordmann d’origine danoise, le reste est occupé par des épicéas et des sapins bleus d’origine suisse. Il faut environ huit ans pour obtenir un sapin commercialisable d’une taille comprise entre 1.50 m et 2.50 m. Avant d’en arriver là, quelques travaux sont nécessaires pour obtenir des arbres de la qualité nécessaire pour éviter que le client ne se décide finalement pour un arbre importé. L’herbe doit être régulièrement fauchée dans la plantation (en raison de l’interligne étroit, celle-ci est effectuée à la main avec des tondeuses à gazon) et l’état sanitaire des sapins doit être régulièrement contrôlé pour éviter les attaques de champignons. À l’occasion, un traitement fongicide (toujours au printemps) est indiqué. Pour qu’un sapin de Noël grandisse de manière régulière et soit de la couleur souhaitée, une fertilisation annuelle est nécessaire. Dans ce domaine, Christian Straub ne jure que par le fumier de poules. Chaque année, une taille de formation intervient pour que le futur sapin de Noël développe une constitution la plus régulière et symétrique possible. À l’aide d’une pince spéciale (pince Top-Stop), les troncs sont, selon les cas, comprimés. Le but de cette intervention est de blesser le cambium pour briser certains flux de sève afin que les nœuds des branches ne soient pas trop éloignés.

Tailles normées Bien que le sapin de Noël soit un produit naturel et que

Sapin de Noël Sapin rouge/épicéa (picea abies) Aiguilles: jusqu’à 3.5 cm de long et 2.5 mm de large, brillantes, vert foncé avec deux bandes blanches sur la face inférieure. Douces et avec une pointe arrondie, très denses. Sapin blanc (abies alba) Aiguilles: grandes, jusqu’à 3cm de long et 3mm de large, face supérieure vert foncé, face inférieure plus claire avec deux bandes bleu-blanc, pointe arrondie et non piquante, en peigne de chaque côté. Nordmann (abies nordmanniana) Aiguilles: jusqu’à 3.5 cm de long et 2.5 mm de large, brillantes, vert foncé avec deux bandes blanches sur la face inférieure. Douces et avec une pointe arrondie, très denses. Sapin/épicéa bleu (picea pungens) Aiguilles: jusqu’à 3cm de long et étroites, piquantes, coriaces, quadrangulaires,dirigées dans toutes les directions, coloration gris-bleu intensive, généralement denses, en anneau autour des rameaux.

La pince Top-Stop permet de réguler la croissance longitudinale. 12 2012 · REVUE UFA


DF_PB6_Engeler_1212_2012 27.11.12 17:14 Seite 43

PRODUCTION VÉGÉTALE

Conseils de culture • Le sapin de Noël est une culture spéciale qui exige des connaissances particulières et un plein engagement. • Définir un canal d’écoulement et les souhaits des clients avant la plantation. • Définir si la parcelle est adaptée aux essences prévues et si une protection contre le gibier est nécessaire. • Un bon démarrage est important, la qualité des plants doit être correcte. Ils doivent donc être plantés avec soin. • Lors de la plantation, s’assurer qu’ils ne seront pas trop serrés pour la récolte. • La lutte contre les adventices est particulièrement importante les premières années. • L’installation de perchoirs pour les oiseaux est importante puisque le poids d’un pinson des arbres suffit à casser la pointe de l’arbre. • Couper les rejets et selon les besoins, la croissance latérale. • Réguler la longueur des entrenœuds à l’aide d’une pince Top-Stop. • Si une pousse de la pointe manque, la pousse latérale la plus vigoureuse peut être fixée à un tuteur. Les branches mal orientées peuvent être tirées dans la bonne direction. • Ne pas empiler les sapins récoltés les uns sur les autres, mais les tenir debout sur le sol naturel. Source: «Weihnachtsbäume – erfolgreich anbauen und vermarkten», Heinrich Maurer, Edition Ulmer, www.ulmer.de

Arbre suisse avec la banderole

Bruno Straub: «La qualité des sapins est décisive».

sa croissance, respectivement sa taille, ne puisse être contrôlée en pressant sur un bouton, certains critères doivent être respectés. Les sapins Nordmann sont de 3 tailles, 1.00 – 1.60 m, 1.60 – 2.00 m et 2.00 – 2.30 m. Les sapins bleus ont deux tailles (0.70 – 1.20 m et 1.20 – 1.80 m) alors que les épicéas sont commercialisés avec une taille comprise entre 1.20 m et 1.80 m. Près de 20 000 arbres – selon lui un peu trop – sont coupés par Bruno Straub chaque année. Emballés, étiquetés avec une banderole sur le filet, ils sont livrés début décembre. Suivant les tailles, il obtient entre 27 et 53 Fr. (pour les Nordmann), 16 et 24 Fr. (pour les sapins bleus) et 18 Fr. pour un sapin rouge. Les frais de conditionnement

(coupe et livraison) sont estimés par Bruno Straub à 5 Fr. par arbre. Avec la différence (après déduction des coûts de 2 Fr. par planton) il parvient ainsi à rétribuer son travail. «Je pense que ces prix sont corrects pour les deux parties», estime Bruno Straub. Il arrive à cette constatation grâce à son partenariat avec LANDI.

REVUE UFA · 12 2012

L’installation de perchoirs évite que les oiseaux ne cassent la cime.

Résumé Le marché pour le sapin de Noël Suisse existe et LANDI souhaite vendre encore plus de sapins indigènes. Le critère qui peut pousser le client à dépenser davantage pour un sapin suisse est la qualité. La grandeur, la parure d’aiguilles et la durée de la conservation ainsi que la symétrie et la densité des branches doivent toutefois convenir. 䡵

Auteur Dr Roman Engeler, Revue UFA, 8401 Winterthour

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 12

43


Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 15:40 Seite 44

É T I T N QUA s le 05.12.2012 valable

90

39.

appréciez la différence www.landi.ch

90

14.

Lampe de signal LED magnétique 7 pôle, longueur du câble: 7,5 x 2,5 m.

Pelle alu universelle Avec le bord et la poignée de frêne.

59118

11394

dès

15.90

10.90

16.90

29.GARANTIE

Lampe chauffante Max. 250 W, câble de 5 m incl. (sans ampoule). 23595

Projecteur 59450 Projecteur halogène 500 W 59435 Ampoule économique 20 W

10.90 16.50

ANS

Puissance

2000 W

Débit d’air

250 / 550 l / min

Température

60 °C – 550 °C

Poids

0,7 kg

Copeaux de bois AGRARO Séchés et dépoussiérés. 135 l. (Prix par palette sur demande).

Pistolet à air chaud OKAY Power

26362

02878

dès

3.50 Graisse universelle OKAY 64700 66500 66505 66510 66515

400 g 850 g 4,5 kg 9 kg 14 kg

3.50 7.90 39.90 69.90 99.90

3.90 Spray universel OKAY Spray universel anti-rouille. Protège les métaux, neutralise les acides, hydrofuge, forme après le giclage un film gras de protection, pour débloquer des vis rouillées. 300 ml. 58410

25.80

Produit pour le trempage des trayons AGRARO «Médicament vétérinaire autorisé» pour la prévention contre infections des mamelles chez les vaches. 5 l. 96330 chaque

23.90

Rablet à neige En métal léger, modèle voûté, 50 x 35 cm, avec arête en alu. 11496

149.Botte thermo avec bout d’acier Semelle résistante, grande épaisseur de tige. Isolante jusqu’à – 40 degrée celsius. Résistante aux acides. Résistante à l’usure. Confortable et légère. Pointures: 37/38 – 47. 84050-58

19.90

27.-

Serviettes pour mamelles AGRARO 2 x 800 papiers (sans seau). 96325 chaque

6.90 2 pièces

Pull militaire «Gnägi» Col roulé avec fermeture éclair, 100 % coton. Tailles: S – XL.

Chaussettes norvégiennes Chaudes et perméables à l’air. 40 % laine, 50 % acrylique, 10 % polyamide.

82510-13 vert 82545-48 bleu

86458 Pointures: 39 – 42 86459 Pointures: 43 – 46

Sous réserve de changements de prix ou d‘articles valable: 05.12. – 22.12.12

que es e c z e v Trou herchez: d ionnelles vous cTop except ! E É T I offres M LI


DF_PhytoNews_1212_2012 27.11.12 17:15 Seite 45

phyto-news Nouveautés phytosanitaires 2013

L’épopée continue…

Ariane C Bien toléré par les cultures – tolérant au froid – grande efficacité – Herbicide de post-levée en céréales contre diverses adventices à problème (p. ex. gaillet, matricaire camomille, chardon, bleuet et liseron) – miscible avec Concert SX ou en solo – utilisable pour le rattrapage de diverses adventices problématiques (jusqu’au stade 37).

Hector Max Efficacité maximale et large – Herbicide de post-levée en maïs avec le spectre d’efficacité le plus large (toutes les graminées, inclus les millets, toutes les dicotylédones inclus rumex, liseron et chardon) – miscible avec Successor T lors des applications précoces. – pour les rattrapages jusqu’au stade 6 feuilles du maïs (surtout dans les semis sans labour après prairie).

Roundup PowerMax Innovant – flexible - sûr – L’herbicide total de dernière génération avec la formulation la plus moderne; maintenant avec des sels de potassium; 480 g/l Glyphosate.

Nous remercions chaleureusement… tous nos clients pour leur collaboration et leur souhaitons plein succès, avec nous, en 2013.

 062 746 80 00   

REVUE UFA · 12 2012

Innovant – flexible – plus sûr

Les marques et les produits qui connaissent le succès sur les marchés ne durent que s’ils sont continuellement améliorés par de nouveaux développements/progrès. Vous avez pu constater ceci lors de l’Agrama. Lorsque vous vous intéressez à un tracteur, vous recherchez

aussi la solution qui vous apporte les meilleurs avantages mesurables. Des nouveautés utiles existent aussi dans la protection des plantes. Roundup PowerMax est une nouvelle évolution de la 4e génération qui dispose d’avantages uniques:

Innovation

res). Roundup PowerMax est miscible avec d’autres herbicides (p. ex. en arboriculture et viticulture) ainsi qu’avec les solutions de nitrate d’ammonium et d’urée.

Grâce à sa nouvelle formulation à base de sels de potassium, Roundup PowerMax a une densité plus importante et contient de nouveaux additifs. Ceux-ci apportent une dispersion optimale à la surface des feuilles. Ils réduisent le spectre de la taille des gouttelettes et diminuent ainsi la part des petites gouttes (dérive).

Flexibilité Roundup PowerMax s‘inspire de la cuticule des plantes; la matière active pénètre plus vite dans la plante (résiste plus rapidement à la pluie, délai d’attente plus court, pas de brûlu-

Sécurité Grâce à sa nouvelle formulation, Roundup PowerMax est plus écologique. La nouvelle formulation à base de sel de potassium neutralise l’eau dure et améliore ainsi l’efficacité. Roundup PowerMax apporte des avantages inédits en tant qu’herbicide total en production végétale. Roundup PowerMax apporte des avantages inégalés en tant qu’herbicide total en production végétale.

Roundup PowerMax 480 g/l Glyphosate formulé avec des sels de potassium. Utilisation: • Adventices annuelles: 2.25 l/ha (délai d‘attente: 6 heures) • Chiendent: 3.0 l/ha (2 jours) • Adventices vivaces: 4.0 – 7.5 l/ha (4 jours) • Emballage: 15 litres et 5 litres

info@staehler.ch www.staehler.ch

www.staehler.ch

45


DF_Bio_1212_2012 27.11.12 17:15 Seite 46

PAGE BIO

Oléagineux bio: bonne demande et provenance suisse désirée SEMIS 2013 En collaboration avec les centres collecteurs, fenaco recherche des producteurs prêts à se lancer en bio. L’ouverture de nouveaux sites de réception ainsi que le versement de prix intéressants aux producteurs ont un effet incitatif.

Andreas Rohner

Bien que la demande en huiles végétales et en tofu bio indigène progresse depuis de nombreuses années, en Suisse, le colza, le tournesol et le soja continuent à occuper un rôle secondaire dans les rotations pratiquées par les producteurs bio. Selon les statistiques disponibles, les emblavures d’oléagineux bio ne s’étendent que sur quelques centaines d’hectares et les surfaces progressent peu. Or la tendance au «swissness» prend de l’ampleur, même en ce qui concerne les huiles végétales. Les acteurs du secteur se demandent donc quand viendra l’ère des oléagineux bio bourgeon indigènes? Le colza bio, qui jouit d’une excellente demande, est une culture très exigeante. Les risques de perte sont également très élevés, raison pour laquelle le colza bio restera probablement l’affaire de quelques «spécialistes» et de producteurs disposant de conditions très propices.

Encourager la production de tournesol et de soja Dans la pluPressé à froid dans la bouteille, chaleureusement apprécié en cuisine.

part des régions, il est encore possible de développer la culture de tournesol bio. Les régions viticoles sont considérées comme étant particulièrement pro-

pices pour cette culture. D’une manière générale, le sarclage convient bien pour la culture en bio, les risques de perte étant comparativement faibles. Le soja est exigeant pour ce qui est des conditions climatiques et de la maîtrise des adventices. En revanche, sa capacité à fixer l’azote en fait un précédent précieux. Chaque exploitation doit choisir individuellement le système de culture qui convient le mieux pour le soja, en fonction des conditions spécifiques au site. Le système de culture dépend également de l’équipement de l’exploitation. Le sarclage est conseillé.

Culture sous contrat judicieuse – nouveaux producteurs bienvenus! Avant de conclure un contrat de culture avec fenaco, il faut tout d’abord déterminer quel centre collecteur prendra en charge la récolte. Dans les régions de culture importantes, plusieurs centres collecteurs d’oléagineux sont prêts à prendre en charge les récoltes. Divers centres collecteurs supplémentaires viendront s’ajouter aux sites existants l’année prochaine. Pour la récolte 2013, il est prévu de rémunérer les centres collecteurs à hauteur de Fr. 200.-/100 kg pour le soja bio (bourgeon), de Fr. 165./100 kg pour le tournesol bio (bourgeon) respectivement de Fr. 155./100kg pour le tournesol reconversion. Si les rendements sont normaux, la rentabilité de ces cultures avoisine celle du maïs grain bio. 䡵 Champ de tournesols bio début août à Klettgau (SH).

Auteur Andreas Rohner, fenaco-GOF, 8401 Winterthour. Les personnes suivantes sont à même de vous conseiller individuellement: Suisse allemande: Ulrich Zürcher, 寿 058 434 06 66 Bernhard Graf, 寿 058 433 64 92 Suisse romande: Didier Kunkler, 寿 058 433 64 01 Des informations détaillées sont publiées régulièrement sur le site www.fenaco-gof.ch. fenaco propose en outre des contrats de culture pour du lupin doux (semis printemps 2013, prix cible Fr. 120.00/100 kg).

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

46

12 · 12

12 2012 · REVUE UFA


DF_SH_TS_1212_2012 27.11.12 17:16 Seite 47

S O N D E R T H E M A FOCUS

Décembre 2012

Production porcine et marché

Durabilité grâce à une stratégie qualité La crème des verrats produits terminaux Efficacité de l’alimentation Protection des animaux à l’horizon 2013/18 A quand l’élevage de jeunes verrats? Le contrat de prise en charge en bio Tendances en Allemagne

48 50 52 54 56 57 58


DF_SH1_Steiner_1212_2012 27.11.12 17:17 Seite 48

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE

Il en faut davantage pour un rétablissement durable LE MARCHÉ DES PORCS semble se remettre lentement. La durabilité de ce rétablissement dépend de la façon dont on peut positionner la «qualité» suisse sur le marché.

Paul Steiner

Jakob Signer

Les ventes de gorets d’engraissement ont diminué ces derniers temps.

C’est sur le marché que se rencontrent l’offre et la demande, indépendamment des marchandises ou des produits qui y sont négociés. Mais sur tous les marchés, l’évolution est la même: essor – boom – saturation – déclin.

L’essor sur le marché porcin a commencé en 2007 après l’entrée en vigueur de la nouvelle ordonnance sur la protection des animaux. Des places d’élevage ont été provisoirement perdues si bien qu’avec un léger décalage, l’offre en porcs de boucherie a diminué. Le marché a réagi avec une montée des

prix. On a assisté à un véritable boom en 2008. La demande a toujours dépassé l’offre. La filière porcine a vécu une année lucrative. En 2009, le marché a évolué du côté des producteurs. Afin de continuer à augmenter les profits, de nombreuses exploitations ont accru leur production. La gestion d’exploitation toujours plus professionnelle ainsi que l’évolution dans le management de l’élevage et la santé des animaux ont conduit à un approvisionnement indigène en croissance continue. L’offre et la demande étaient encore en équilibre, le marché était saturé.

Déclin et épuration du marché On assiste à une récession lorsque les acheteurs n’ont plus besoin de chercher la marchandise. L’offre énorme sur le marché entraîne une pression sur les prix de la part des acheteurs. Les vendeurs concèdent également à des offres plus avantageuses afin de pouvoir placer leur offre. Les producteurs se retrouvent dans un marché sursaturé avec un produit interchangeable. Pour changer cette situation et augmenter la rentabilité dans la production, de nombreux producteurs commencent ou continuent à optimiser la production, ce qui engendre à nouveau une offre plus importante, des prix plus bas et, en fin de compte, des rendements plus faibles pour les exploitations, jusqu’à la zone de perte économique. Tout déclin ou récession du marché débouche après un certain temps sur une phase d’épuration. Ceux qui ne peuvent pas supporter la pression concurrentielle abandonnent la production. Finalement, l’offre finit par recoller au marché et un nouveau cycle recommence.

Ventes de gorets d’engrais en baisse Le marché des porcs a commencé à se rétablir lentement. Tous les signaux l’indiquent. Le commerce se caractérise par une diminution des ventes de gorets d’engrais et Suisag annonce que le nombre de doses de sperme vendues a fléchi. Le nombre d’abattages communiqué par Proviande est à la baisse depuis le troisième semestre. Les ventes de cochettes ont fortement régressé en raison de l’absence de possibilités d’investissement. Certaines exploitations d’élevage ont converti une partie de leur production en engraisse48

12 2012 · REVUE UFA


DF_SH1_Steiner_1212_2012 27.11.12 17:17 Seite 49

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE ment. Tous ces signaux semblent indiquer une amélioration.

Graphique 1: Production porcine et importations (viande prête à la vente) Source: Proviande/Anicom

20 000

Fr. 4.04/kg SG

Fr. 4.96/kg SG

Fr. 4.28/kg SG

Fr. 3.60/kg SG Fr. 3.42/kg SG *

Fr. 3.80/kg SG

Pas un «article bradé»! Mais il en

augmenter alors que la quantité totale de viande consommée va s’accroître en raison de la croissance démographique due à l’émigration. Nous devons tous poursuivre une stratégie qualité durable en continuant de proposer un aliment sain au «consommateur responsable».

Avantages de la viande suisse Il est toujours bon de rappeler les avantages de la viande de porc suisse. Déjà rien qu’au niveau de la détention, on dénote de grandes différences entre la Suisse et l’UE. Les prescriptions sont en effet bien plus sévères dans notre pays, où le bien-être des animaux occupe une place importante. Détention en groupe des truies taries et castration sous anesthésie sont déjà appliquées depuis longtemps. A partir du 1er septembre 2012, tous les porcs doivent avoir la possibilité de s’occuper en tout temps. En 2018, les caillebotis intégraux seront interdits. En plus de ces prescriptions déjà plus strictes, de nombreux porcs sont détenus sur une base volontaire selon les directives SRPA et SST. La production suisse se distingue donc sur de nombreux points en matière de détention REVUE UFA · 12 2012

12 000

Taux d’autoappro-Taux d’autoappro-Taux d’autoappro-Taux d’autoappro-Taux d’autoapproTaux visionnement visionnement visionnement visionnement visionnement d’autoap8 000 94.5 % 90.0 % 93.7 % 94.5 % 95.3 % provisionnement 4 000 97.3 % 0

2007

Production suisse

2008 Import.

par rapport à la viande étrangère. Au niveau de l’alimentation, on trouve également une singularité: tous les porcs suisses sont affouragés sans OGM! Du point de vue de l’élevage, de nombreuses choses sont entreprises pour se distinguer de l’étranger. Ainsi, tous les porcs en Suisse sont élevés sans stress contre le syndrome PSE. La sélection en fonction de la teneur optimale en graisse intramusculaire – qui augmente la saveur de la viande – est également unique en son genre. De nombreux efforts sont aussi consentis afin de maintenir un niveau de santé élevé.

Stratégie qualité On constate la présence de diverses mesures en faveur d’une stratégie qualité. L’objectif doit être d’améliorer la confiance des consommateurs envers la viande de porc suisse. A ce titre, on peut citer l’exemple positif de la filière de la volaille, même si ces marchés ne peuvent pas être comparés sur la même échelle. Mais si l’ensemble de la chaîne, du producteur à l’étalage du magasin, poursuit une stratégie commune, le succès est au rendez-vous.

La production dans l’UE a diminué par rapport aux années précédentes. La détention en groupe des truies taries y sera prescrite à partir de l’année prochaine. Cette directive seule, en plus des prix, a déjà incité de nombreux producteurs de porcelets à abandonner la production. En 2012, le prix des porcs de boucherie a atteint un niveau record en dépassant 1.90 Euro par kilo de poids mort. Malgré ces prix élevés pour l’UE, les producteurs sont sous

2009

*

2010

2011

2012

Moyenne janvier à septembre

Graphique 2: Pourcentage indigène de viande indigène disponible (quantité cumulée) Chiffres provisoires, Source: Proviande

105 % Taux d’autoapprovisionnement

La consommation de viande de porc par tête d’habitant ne va plus

16 000 Viande en tonnes

faut davantage pour qu’une production soit durablement rémunératrice. La surproduction, que l’on doit souvent écouler par des actions de liquidation sur le front des ventes, projette son ombre sur l’avenir. La viande de porc de la meilleure qualité au monde, qui est produite en Suisse, pourrait devenir un «article bradé». Il ne faut donc pas que nous empruntions cette voie. Nous devons maîtriser la production indigène. Afin d’assurer la rentabilité de la production porcine, la proportion indigène ne devrait pas dépasser 92 % de la production de viande de porcs. Les performances génétiques des truies vont continuer à s’améliorer. Les experts parlent d’une augmentation de 0.5 porcelet par truie et par année. Cela correspond à un nombre de 3000 truies à éliminer pour conserver la production au même niveau.

100 95 90 85 80 75 Janvier Veau 2012 Veau 2011

Juin Porc 2012 Porc 2011

Décembre Gros bétail 2012 Gros bétail 2011

pression car les prix des aliments et des matières premières ont augmenté alors que la crise économique déploie ses effets. Au sein de la commission européenne des prévisions économiques, la majorité des participants s’attendent à ce que la production régresse dans leurs pays respectifs. Au vu de l’évolution des prix, les participants à cette commission sont quasiment unanimes: le prix élevé actuel pour les porcs de boucherie en Europe devrait perdurer au-delà de 2012.

Résumé Le taux d’autoapprovisionnement n’a encore jamais été aussi élevé en Suisse. L’évolution démographique globale pourrait déboucher sur une augmentation de la consommation si la qualité de la viande de porc suisse est davantage mise en avant. Cela constitue une grande chance pour nous! L’évolution des quantités et des prix à l’étranger nous aide à poursuivre la stratégie qualité. Et tout le monde doit apporter sa pierre à l’édifice: du producteur jusqu’aux rayons du magasin! 䡵

Auteur Paul Steiner, Chef des programmes de production, membre de la direction, Anicom SA, 6210 Sursee; Jakob Signer, Bereichsleiter Verkauf, Anicom AG, 9501 Wil. www.anicom.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

49


DF_SH2_Bley_1212_2012 27.11.12 18:26 Seite 50

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE

Premo® une histoire à succès DIX ANS APRÈS la séparation de la race GPB en deux lignées, la marque «Premo®» est déjà une histoire à succès. Grâce à un travail d’élevage et une sélection conséquents, les performances des porcs à l’engrais issus de pères Premo se sont considérablement améliorées.

Ralf Bley

Peter Guggisberg

«Premo®» est de loin le type de verrats produits terminaux le plus utilisé en Suisse. Dans le programme d’élevage UFA 2000, ils représentent près de 90 % des verrats produits terminaux utilisés, ce qui constitue un véritable engouement pour la génétique suisse. Dès le début, Premo® a été sélectionné en fonction du système de paiement de Proviande. Quatre éleveurs nucléus UFA 2000 de renom produisent des verrats suisses de qualité à l’attention des producteurs de porcelets depuis la reconnaissance de la race grand porc blanc lignée paternelle, que l’on abrège GPBP. Depuis 2008, les verrats de cette race sont proposés sous la marque Premo®.

Fr. 2.80 de supplément Chez les producteurs suisses de porcelets, Premo® constitue le premier choix pour la production de sujets d’engraissement conformes au marché. L’élevage Premo® a également connu un grand processus d’adaptation. Il y a toujours moins d’éleveurs qui fournissent des verrats Premo® aux stations d’IA de Suisag. Par ailleurs, la demande de verrats pour la monte naturelle a diminué de moitié au cours des dernières années et selon Suisag, le pourcentage d’insémination artificielle a dépassé les 80 %. La durée d’engraissement (de la naissance à l’abattage) s’est raccourcie d’une vingtaine de jours ces dernières années grâce à de meilleurs accroissements. Parallèlement, la proportion de viande maigre (PVM) des porcs à l’engrais Premo® a augmenté. Dans l’épreuve par le produit terminal, les porcs d’engrais Premo® x Primera® atteignent actuellement une PVM de 57.0 %, ce qui repré50

Des caractéristiques excellentes Premo® est synonyme de production porcine efficace et avantageuse grâce à: • des gains moyens quotidiens élevés • des carcasses homogènes • un part de viande maigre optimale • une excellente qualité de viande • des pertes minimales par exsudation • des performances sûres qui ne laissent rien au hasard.

sente un supplément de Fr. 2.80 par animal!

Le succès n’est pas dû au hasard Les verrats Premo® sont élevés avec succès en Suisse dans des exploitation nucléus hautement spécialisées et disposant du statut sanitaire maximal AR1. Les éleveurs doivent passer un contrat avec Suisag. Le nom de la marque Premo® est utilisé aussi bien pour les verrats que pour le sperme. Un verrat Premo® est soumis aux exigences suivantes: il s’agit d’un animal GPBP de pure race enregistré au herd-book de Suisag. Il a été testé et décrit par un technicien d’élevage licencié par Suisag. Seules les exploitations qui répondent aux exigences zootechniques et sanitaires définies peuvent commercialiser des verrats Premo®.

Dans le programme UFA 2000, quatre exploitations certifiées produisent des verrats Premo® pour les clients Anicom/UFA 2000 depuis 2008: • famille Urs Liechti, 3427 Utzenstorf • famille Urs Christen, Koppigen (BE) • famille Remo Ruckstuhl, 6264 Pfaffnau (LU)

• famille Othmar Schwizer, 8880 Walenstadt (SG). Grâce à une répartition géographique optimale des exploitations, les distances de transport sont courtes. Le suivi des exploitations d’élevage et la commercialisation des verrats sont assurés par les techniciens d’élevage UFA 2000.

Pourquoi des verrats Premo®? Environ 20 % des porcs de boucherie en Suisse sont issus d’un verrat en monte naturelle. La qualité de ces 600 000 porcs par année ne devrait pas être laissée au hasard. La présence d’un verrat actif au sein du troupeau est indispensable au succès dans la production. Un verrat est aussi bien nécessaire pour le contrôle de l’acceptation du chevauchement que pour la stimulation en cas d’insémination artificielle, le contrôle des retours de chaleurs et la stimulation des cochettes pour leurs premières chaleurs. La production calquée sur un rythme plurihebdomadaire est exigeante envers le chef d’exploitation. Pour maintenir leurs verrats «en forme», tous les gestionnaires de troupeaux utilisent leur verrat stimulant régulièrement pour la monte naturelle. Ce faisant, un tel verrat devrait également répondre aux exigences d’un porc d’engraissement conforme au marché dans la production de porcelets. Il y a donc tout lieu d’opter pour un verrat Premo®, qui se caractérise par des marques auriculaires bleu clair. 12 2012 · REVUE UFA


DF_SH2_Bley_1212_2012 27.11.12 17:18 Seite 51

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE

Rosmarie et Urs Christen, Koppigen, avec les apprenants Patrick Lüdi et Lukas Wyss.

Josef, Brigitte, Bettina et Remo Ruckstuhl.

Annemarie et Urs Liechti.

Othmar, Silvan et Claudia Schwizer, Walenstadt.

Un produit de pointe Les jalons pour l’élevage d’un verrat produit terminal de grande qualité et conforme au marché sont ainsi posés. Ces excellentes caractéristiques sont le résultat du développement commun de la marque Premo®. Grâce à la combinaison des qualités d’élevage et sanitaires, les verrats Premo® sont devenus un produit REVUE UFA · 12 2012

phare de l’élevage porcin suisse et sont déjà utilisés à l’étranger. On en trouve dans les stations d’IA en Allemagne où ils produisent notamment d’autres produits terminaux appropriés pour l’engraissement de verrats. Dans la sélection contre l’odeur de verrat, grâce à la collaboration entre Suisag et UFA 2000, la Suisse est déjà bien avancée. 

Auteurs Ralf Bley, directeur de UFA 2000, le programme d’élevage commun d’UFA et d’Anicom, 3360 Herzogenbuchsee. Peter Guggisberg, technicien d’élevage UFA 2000 et expert en chef auprès de Suisag, 3052 Zollikofen. www.ufa.ch Animaux d’élevage Etes-vous intéressé-e à des animaux d’élevage Premo® et Prmiera® issus des exploitations herd-book UFA 2000? Les techniciens d’élevage UFA 2000 disposent d’une offre intéressante. N’hésitez pas à nous appeler: Peter Guggisberg, Plateau central et Suisse romande,  079 209 16 43, Toni Agner, Suisse centrale,  079 209 16 43, Alois Gämperli, Suisse orientale,  079 231 14 75

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

51


DF_SH3_Eichenberger_1212_2012 27.11.12 17:19 Seite 52

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE

Utiliser efficacement l’énergie L’EXPLOSION DES PRIX des matières premières a contraint les fabricants d’aliments fourragers à augmenter celui des concentrés. Certains fournisseurs contrecarrent cette pression croissante en proposant de nouveaux produits. Qu’en est-il des nouveaux concentrés d’engraissement?

Barbara Eichenberger

Plus vite, plus haut, plus loin: tels sont les objectifs dans les disciplines sportives que l’on peut mesurer. Il en va de même dans le secteur agricole où la pression à s’améliorer sans cesse ne faiblit pas – au contraire.

1000 g d’accroissement journalier Les producteurs suisses de porcs Tab. 1: Aliments avec différentes teneurs énergétiques Teneur énergétique EDP 13.0 MJ Poids début kg 26.5 Consommation d’aliment/jour MJ EDP 31.2 Poids final kg 112.3 Gain moyen quotidien g/jour 957 Indice de consommation MJ/kg 32.9 Part de viande maigre % 56.6 Avec 80 porcs à l’engrais (des deux sexes) par variante

13.6 MJ 26.4 31.4 112.1 966 32.9 56.6

Tab. 2: Intensité d’affouragement différente Animaux de croisement DanDuroc et ELE mélangés Intensité d’affouragement normale Poids début kg 26.0 Consommation d’aliment/jour kg/jour 2.34a Poids final kg 112.6 Gain moyen quotidien g/jour 966 Indice de consommation MJ/kg 2.44 Part de viande maigre % 55.9b Avec 80 porcs à l’engrais (des deux sexes) par variante Les variantes avec des lettres différentes sont significativement différentes (p < 0.05).

élevée 26.0 2.44b 112.7 977 2.51 54.8a

Tab. 3: Différence entre les sexes Essai «Intensité d’affouragement différente» Sexes Castrés Femelles Poids début kg 26.5b 25.4a b Consommation d’aliment/jour kg/jour 2.47 2.33a b Poids final kg 113.6 112.2a Gain moyen quotidien g/jour 985 967 Indice de consommation MJ/kg 2.52b 2.43a Part de viande maigre % 54.3a 56.2b Avec 120 porcs à l’engrais (intensité différente et animaux issus de croisement) par variante Les variantes avec des lettres différentes sont significativement différentes (p < 0.05). 52

s’apprêtent aujourd’hui à dépasser les 1000 g/j de gain moyen quotidien. Simultanément, le progrès améliore l’indice de consommation. Mais l’augmentation des performances renforce également les exigences envers la gestion et l’affouragement. Si d’aventure les performances ne sont pas au rendezvous, on exige automatiquement davantage d’énergie. Mais qu’apporte réellement l’énergie dans l’aliment?

Influence génétique Les diverses races et croisements ne se distinguent pas uniquement par la part de viande maigre, mais également au niveau du potentiel d’ingestion (appétit) et de l’indice de consommation. Les races de porcs les plus maigres semblent disposer d’un frein à l’ingestion. Pour atteindre le même poids à la fin de l’engraissement, elles ont besoin de dix jours supplémentaires par rapport aux races à croissance rapide. Dans les conditions suisses, il ne sert à rien d’augmenter la part de viande maigre si bien que globalement, la rentabilité se détériore. Pour s’accorder à une génétique soidisant moderne, certains engraisseurs continuent à augmenter la densité énergétique de l’aliment. D’autres s’orientent vers l’optimum économique. Et ce dernier, selon les dernières connaissances acquises sur l’exploitation expérimentale d’UFA Bühl, ne se situe pas au maximum énergétique.

Bonnes performances Différents essais ont démontré que les porcs à l’engrais étaient capables de fournir de très bonnes performances d’engraissement et à l’abattage avec des teneurs en énergie plus faibles, ce qui prouve qu’il n’y

a pas forcément besoin d’exagérer avec les teneurs. Les aliments les plus fréquemment utilisés (13.6 MJ EDP) ont été comparés avec d’autres présentant un niveau énergétique nettement inférieur. Comme le montre le tableau 1, avec un rapport lysine: EDP adéquat, ces deux densités énergétiques ont permis de réaliser les mêmes performances d’engraissement et à l’abattage. La teneur énergétique plus faible n’a pas eu d’incidence négative sur le gain moyen ou la part de viande maigre.

Rapport prix/prestation Afin de tester si l’énergie valait son prix, on a inclus dans l’essai des aliments concentrés bon marché de l’étranger à titre de comparaison. Les résultats de plusieurs essais énoncés différemment ont été surprenants: le rapport prix/prestation optimal, avec les prix actuels pour les matières premières, se situe à une densité énergétique de 13.3 MJ/kg. En effet, les résultats d’engraissement et la taxation des carcasses étaient aussi bons qu’avec un aliment standard à 13.6 MJ/kg. Dans le même temps, les aliments affichant des teneurs énergétiques et protéiques plus faibles contenaient davantage de matières premières indigènes (davantage de «Swissness»). Le graphique fait apparaître clairement à quelle vitesse les coûts changent lorsque la teneur en énergie d’un aliment d’engraissement doit être adaptée de 0.1 MJ. Augmenter l’intensité? En outre, il est possible de montrer sur la base des résultats d’essais que l’augmentation de l’intensité de l’alimentation n’en vaut 12 2012 · REVUE UFA


DF_SH3_Eichenberger_1212_2012 27.11.12 17:19 Seite 53

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE

Conseils pour un engraissement porcin optimal • Un affouragement par phase en préengraissement (jusqu’à env. 55 kg PV) et en finition améliore l’efficacité mais peut déboucher sur l’utilisation de plusieurs aliments. • La teneur en phosphore est souvent un facteur limitant pour les engraisseurs de porcs. Tous les aliments UFA -4 et -3 ont une teneur réduite en azote et en phosphore. • Un engraissement séparé par sexe permet de distribuer le fourrage avec davantage de précision et d’accroître l’efficacité.

pas la peine (tableau 2). Deux races d’engraissement à forte charnure, avec une intensité accrue, ont synthétisé nettement plus de graisse corporelle. Cela a eu une incidence négative sur l’indice de consommation et la part de viande maigre. Pour les deux races, la constitution de graisse corporelle chez les animaux castrés a été - comme attendu - nettement plus forte. En comparant les sexes, sur la base de plusieurs caractéristiques, il est apparu une différence significative en faveur des femelles. Voilà qui consti-

Le meilleur rapport qualité/prix est atteint avec un concentré de 13.3 MJ.

tue un argument de plus pour un engraissement séparé pour les deux sexes (tableau 3).

Photo: agrarfoto.com

Des marchés qui évoluent L’offre en matières premières énergétiques et protéiques évolue constamment. La volatilité de ces marchés a nettement augmenté ces derniers temps et les périodes entre pénurie et excédents deviennent toujours plus courtes. Dans les pays limitrophes, les aliments concentrés sont proposés avec un prix hebdomadaire. Bien qu’en Allemagne la race Piétrain pure constitue la majeure partie des produits terminaux d’engraissement, on dénote clairement une tendance à un aliment à 13.3 MJ.

Graph: Rapport densité énerg./prix des mat.prem. Index de coûts en Fr./100kg d’aliment

C’est à 13.3 MJ EDP que l’énergie coûte comparativement le moins cher.

L’alimentation plus importante que la provenance Les nouveaux

104.0 103.5 103.0 102.5 102.0 101.5 101.0 100.5 100.0 99.5 12.9

13.1

REVUE UFA · 12 2012

13.3 13.5 13.7 13.9 14.1 MJ EDP par kg de matière sèche (88 %)

14.3

résultats des comparaisons entre écobilans d’Agroscope ont montré que l’affouragement a davantage d’importance que la provenance. Ainsi, on peut lire dans le rapport que «le transport de la ferme au point de vente n’est responsable que d’une petite partie des effets sur l’environnement». Ce sont surtout l’élevage des animaux et la production de leurs aliments qui se tailleraient la part du lion.

Résumé Les fabricants d’aliments concentrés doivent prendre en compte la pression sur les prix dans l’agriculture et améliorer constamment l’offre en aliments composés. L’énergie a toujours été et reste restreinte, si bien qu’il faut l’exploiter efficacement, que ce soit lors de sa production ou de son utilisation dans les matières premières. En raison du niveau de vie élevé en Suisse et des prix qui vont de pair, la génétique helvétique a toujours été championne du monde en matière d’indice de consommation. Avec la surpopulation croissante et la désertification, conjuguées à une pénurie en matières premières et en eau potable, il est primordial d’utiliser les moyens dont on dispose avec davantage d’efficacité. Ainsi, une efficience maximale est plus importante qu’une performance maximale. «Plus vite, plus haut, plus loin»: cette attitude mène en fin de compte à un cercle vicieux dont l’agriculture productive ne peut pas s’extirper. 䡵

Auteure Dr. Barbara Eichenberger, Service technique, UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee, www.ufa.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

53


DF_SH4_Roggli_1212_2012 28.11.12 10:01 Seite 54

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE

A la recherche de solutions intelligentes LES NOUVELLES PRESCRIPTIONS qui entreront en vigueur en septembre 2013 et 2018 placent les détenteurs de porcs face à des défis importants. Des entreprises suisses proposent des solutions offrant un bon rapport prix-prestations.

Diverses prescriptions en matière de protection des animaux sont entrées en vigueur au 1er septembre 2008.

A partir du 1er septembre 2013, les porcs devront pouvoir s’occuper en tout temps. Dans les nouvelles porcheries, les porcs d’un poids vif supérieur à 25 kg doivent avoir la possibilité de se rafraîchir.

Dès le 1er septembre 2018,

Régulation du climat dans la porcherie modulaire de l’entreprise Huber Kontech SA. L’aération se fait par le sol sans consommation énergétique supplémentaire.

les porcheries ne pourront avoir qu’un pourcentage retreint de sols perforés. En cas de transformation, dans certaines conditions, le système de ventilation doit également être adapté vu qu’il a une influence sur le comportement des animaux.

Quatre questions A ce sujet, la Revue UFA a posé quatre questions aux constructeurs de porcheries: 1 Quel matériau d’occupation recommandez-vous et comment doit-il être distribué?

Graphique: Optimisation de la régulation du climat Source: DLG

40 °C 30 °C

rafraîchir

Optimisation de la régulation du climat

20 °C Eté

Hiver

10 °C 0 °C

Chauffer

– 10 °C – 20 °C Température air arrivant de l’extérieur Temperatur air arrivant de l’intérieur 54

Air d’arrivée

2 Quelles installations de rafraîchissement sont les meilleures? 3 Comment garder les animaux propres avec un pourcentage limité de sols perforés? 4 Quels systèmes de ventilation recommandez-vous pour les porcheries, avec et sans courette? Vous trouverez les réponses ci-dessous ainsi que des solutions proposées.

Distinction pour les distributeurs de fibres 1 Le Tool-Toy, un distributeur de fibres brutes en inox a remporté une médaille d’argent lors de l’EuroTier 2011. 8500 unités ont déjà été vendues. Le matériau de remplissage peut être commandé chez LANDI et est produit à partir de fibres sélectionnées. 2 Pour les nouveaux bâtiments nous recommandons un apport d’air par sous-pression. Pour les constructions existantes nous proposons la solution Coolpanel. Pour les aérations basées sur une arrivée d’air centrale, il est possible d’installer une centrale Coolpanel stationaire. En présence d’une aération décentralisée, il s’agit de recourir à des appareils mobiles. 3 Les solutions vont du bétonnage des caillebotis existants au remplacement des caillebotis en passant par des clips. Il convient de veiller à ce que les parois extérieures des compartiments soient pourvues de fentes pour les déjections. En plus cela, les surfaces en dur devraient être munies du drain autorisé. 4 L’adaptation à posteriori des installations d’aération existantes implique une analyse approfondie. D’une ma-

nière générale, il s’agit d’installer, dans les porcheries offrant un accès permanent à l’extérieur, des installations de régulation de la pression, de manière à maintenir un climat aussi stable que possible. Nous construisons les dispositifs d’aération de manière modulaire, pour diriger l’air d’arrivée avec le moins d’efforts possibles au bon endroit. Eugen Schmid, www.tool-systems.ch

Pig-Rolls 1 Contrairement à d’autres fourrages grossiers, les «Pig-Rolls» n’impliquent pas de travail d’évacuation supplémentaire, les pertes étant très faibles. Les producteurs qui utilisent le support adéquat pour les Pig-Rolls ne rencontreront pas de problèmes lors d’éventuels contrôles vétérinaires. Il n’en va pas de même pour la paille. Les Pig-Rolls mesurent 20 à 25 cm de long et se composent de paille hachée, de produits céréaliers et de melasse. Pour se prémunir d’éventuels agents pathogènes, les composantes brutes sont chauffées à 60–70° C durant le processus de fabrication. Les porcs qui sont bien occupés ont moins de problèmes de mutilation et autres. Daniel Betschart, www.landinidwalden.ch

Coolpads 2 Les «Coolpads» présentent de bons résultats en ce qui concerne l’effet refroidissant et la modification de l’humidité de l’air. Plus la température de l’air d’arrivée est élevée, plus le degré d’efficacité est élevé. Guido Birrer, www.schauer.ch 12 2012 · REVUE UFA


DF_SH4_Roggli_1212_2012 28.11.12 10:01 Seite 55

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE

1 2

3

1 · Les parois massives et prêtes au montage sont avantageuses. Ici l’exemple de System Wolf SA.

4 2 · Porcherie d’engraissement AQ de 900 places, aération souterraine et purification de l’air vicié – une nouvelle construction réalisée par Krieger AG.

Les compartiments longs restent plus propres 1 Dans le commerce, on trouve différents matériaux avec des distributeurs adéquats. Il est important que ce travail ne prenne pas trop de temps et que les coûts d’utilisation soient supportables. L’hygiène doit toujours occuper une place importante. 2 Suivant les conditions locales, une amenée d’air par sous-pression (refroidi en été, réchauffé l’hiver) depuis le sol est possible. En présence d’une amenée d’air centrale, il est possible de refroidir et d’humidifier l’air simultanément. C’est faisable aussi bien pour de nouvelles constructions que pour des transformations. 3 Il est impératif que le box ait une forme allongée et non pas carrée. Il faut prévoir une partie en grilles des deux côtés et la surface de couches en dur doit avoir une pente suffisante en direction de la grille. Le système d’aération doit correspondre au concept de la porcherie. REVUE UFA · 12 2012

3 · Les Pig-Rolls sont produits par la LANDI Nidwald et distribué via les LANDI dans l’ensemble de la Suisse. Le Tool Toy est un support idéal. 4 · Les CoolPads fonctionnent de la manière suivante: à partir d’une certaine température, l’eau est pompée depuis un réservoir sur une parois en cellulose. L’eau coule le long de la parois et parvient dans un réservoir de récupération pour être redirigée vers le réservoir principal.

4 Dans les porcheries fermées, l’air frais doit être amené au-dessus de l’aire de déjection afin qu’en cas de courant d’air éventuel (ce qui peut arriver lorsque les conditions sont mauvaises), les animaux défèquent le moins possible dans les couches. En cas de transformation, il faut analyser la situation au cas par cas (spécialiste en aération). Les porcheries disposant d’une aire de promenade sont plus délicates en raison des changements de pression qui varient constamment. Andreas Graber, www.wolfssystem.ch

Besoin de chaleur en début d’engraissement 1 Il faut tenir compte des points suivants: entreposage, distribution, charge en germes, souillures, disponibilité, propriétés du béton ou des grilles, type d’affouragement et, naturellement, des coûts. Sur de nombreuses exploitations, surtout dans le secteur AQ, nous recommandons d’utiliser des cubes de paille pressés. 2 Pour les nouvelles constructions, se référer au rapport ART 672 «Apport d’air à partir d’une cavité sous la porcherie». Avec ce système, nous avons obtenu d’excellents résultats dans les porcheries d’élevage et d’engraissement. Pour les bâtiments existants, nous recourons à des systèmes de surpression ou de sous-pression. Ces derniers permettent d’augmenter le potentiel de performances des animaux. 3 Il est souvent indispensable de réorganiser les boxes. En effet, seuls des boxes étroits et profonds permettent d’atteindre une surface perforée correcte. Il faut tenir compte des besoins en chaleur au début de l’engraissement. 4 Pour les deux types de porcheries, le principe reste le même: l’air frais froid doit entrer dans la porcherie de façon contrôlée et ne pas provoquer de courant d’air dans la zone des couches. Pour tous les projets, il vaut la peine de définir assez tôt le système de ventilation, tant du point de vue de la conception que financièrement. Markus Bucheli, www.krieger-ruswil.ch

Répartition homogène de l’air d’arrivée 1 Le matériau d’occupation par excellence reste la paille, que ce soit en vrac, en cubes pressés ou en briquettes. On peut la distribuer dans des râteliers ou des supports prévus à cet effet. Le type d’installation et de matériau d’occupation idéal dépend des conditions de chaque exploitation. 2 En ce qui concerne le climat d’étable, un échangeur de chaleur (réchauffement et refroidissement de l’air d’amenée) est la meilleure solution, que ce soit en matière de climat de porcherie ou d’efficacité énergétique. Cependant, cette solution est souvent difficile et onéreuse à installer, surtout dans les porcheries existantes. Pour les nouvelles constructions et év. les transformations, il faut envisager un tel système, comme nous l’utilisons aussi pour notre porcherie par éléments. Le coolpad peut être également recommandé en tant que possibilité de refroidissement car il peut effectivement refroidir l’air amené. L’installation d’un dispositif de nébulisation dans la porcherie est très facile à réaliser mais elle n’est que moyennement efficace pour rafraîchir les animaux en présence d’une hygrométrie élevée. 3 En plus de l’aération, pour la propreté, une coupe horizontale appropriée des boxes, avec un agencement correct des secteurs perforés, est décisive. 4 Pour les deux variantes, nous recommandons une aération à sous-pression. Pour les porcheries avec courette, il est possible d’utiliser une aération purement thermique, malgré ses inconvénients. Il est primordial d’obtenir une répartition régulière de l’air amené sans formation de courants d’air dans les couches. Simon Galliker, www.huber-kontech.ch

Interviews Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

55


DF_SH5_Spring_1212_2012 27.11.12 17:21 Seite 56

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE

L’Europe sur la voie de l’engraissement de jeunes verrats ALORS QU’EN SUISSE la castration des porcelets sous anesthésie s’est bien établie, l’UE tend à interdire totalement la castration à partir de 2018.

Peter Spring

En Suisse, depuis 2010, les porcelets ne peuvent plus être castrés que sous anesthésie. La narcose par inhalation a ses lettres de noblesse dans la pratique. Elle jouit d’une bonne acceptation, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la branche. Ce faisant, il n’y a guère de pression aujourd’hui pour un passage rapide à l’engraissement de jeunes verrats.

Les grands abattoirs européens, en collaboration avec leurs producteurs, misent sur l’engraissement de jeunes verrats, si bien que c’est cette méthode qui semble aujourd’hui s’imposer. Les alternatives présentent également fréquemment des inconvénients: la vaccination contre l’odeur de verrat est partiellement appliquée en Belgique. Mais sur les principaux marchés porcins en Europe, elle ne suscite plus guère d’intérêt car elle est controversée et trop onéreuse. La narcose au CO2, qui a été choisie en Hollande comme solution transitoire, n’a pas d’avenir. Le recours au sperme sexé (production exclusive de femelles) permettrait de mettre définitivement un terme à la polémique «castration ou odeur de verrat». Cependant, aucune méthode économique de sexage du sperme de porcs ne sera disponible avant que la problématique de la castration ne soit résolue.

La Hollande donne l’impulsion La Hollande s’est fixé pour objectif de ne plus castrer de porcelets à partir de 2015. Aujourd’hui déjà, plus de 50 % des animaux mâles sont engraissés en tant que jeunes verrats. Dans le sillage des Hollandais, certaines grandes entreprises allemandes développent rapide56

On ne sait pas encore si et quand l’engraissement de jeunes verrats va s’imposer en Suisse. Photo: agrarfoto.com

ment l’abattage de jeunes verrats. L’UE veut emboîter le pas et renoncer à la castration à partir de 2018. Cela augmente la pression sur les labels suisses. Avec la fin programmée de la castration dans l’UE, les acteurs de marché qui sont plutôt critiques vis-à-vis de l’engraissement de verrats devront envisager la castration sous nacorse d’un point de vue de plus en plus critique également.

Dans le cadre d’essais en terrain, le groupe de travail «Jungebermast» (engraissement de jeunes verrats) travaille avec deux exploitations CNf (Coop Naturafarm) à récolter des expériences en matière de génétique, d’alimentation et de détention des jeunes verrats. A cela s’ajoute un projet visant à optimiser la transformation des carcasses présentant une odeur de verrat et d’accroître ainsi leur valeur ajoutée.

Suisag sélectionne contre l’odeur de verrat Par rapport aux mâles cas-

Résumé L’expérience démontre que l’engraissement de jeunes verrats ne peut pas être appliqué du jour au lendemain sans une préparation adéquate. Les connaissances acquises par les exploitations pionnières et la recherche sont ainsi indispensables pour être en mesure de réagir aux futures évolutions du marché. 䡵

trés, les jeunes verrats affichent un indice de consommation meilleur de 20 points ainsi qu’une part de viande maigre (PVM) de 3 % supérieure. Afin de tirer profit de ces avantages et d’établir l’engraissement de jeunes verrats, il faut abaisser la proportion de carcasses présentant une odeur désagréable. En collaboration avec Vetsuisse et la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL), Suisag a élaboré une méthode d’élevage pour réduire l’odeur de verrat. Tous les verrats de lignée paternelle (GPBP) sont caractérisés par un indice d’odeur de verrat.

Auteur Dr Peter Spring-Stähli, professeur à la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL), 3052 Zollikofen, www.hafl.bfh.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

12 2012 · REVUE UFA


DF_SH6_Bio_1212_2012 27.11.12 17:22 Seite 57

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE

Un marché sensible LA PRODUCTION PORCINE BIO est exigeante alors que le marché est ténu et sensible. Aujourd’hui, la demande et l’offre sont équilibrées. Les producteurs devraient absolument conclure des contrats de prise en charge afin que le marché reste stable.

Porcs en bio L’élevage porcin bio est extrêmement exigeant: longue durée d’allaitement, pas d’utilisation prophylactique d’antibiotiques, parcours extérieur pour les porcelets dès la troisième semaine de vie, alimentation bio, etc. Pour être certifiée par Bio Suisse, il faut que toute l’exploitation se reconvertisse et réponde aux directives Bourgeon. La reconversion sectorielle n’est pas admise. Les éleveurs de porcs devraient absolument assurer leur écoulement contractuellement – et cela AVANT de se lancer dans le marché porcin bio.

Un parcours extérieur est obligatoire pour les porcs bio.

Les directives bio stipulent qu’il faut répondre aux exigences SRPA pour toutes les catégories d’animaux. Pour les truies allaitantes également, cela implique la construction et le nettoyage quotidien des parcours extérieurs nécessaires. Vu qu’en production porcine bio, l’utilisation d’aliment médicamenteux n’est autorisée qu’en cas vraiment exceptionnels, en plus de conditions de détention optimales, les connaissances de l’éleveur en matière de méthodes thérapeutiques complémentaires sont d’un grand secours.

En l’an 2000,

Coop a assuré son approvisionnement en porcs bio en collaboration avec Bio Pool AG. Les éleveurs et les engraisseurs de porcs ont été démarchés activement. Les prix étaient bons et la production s’est accrue. En 2004, avec un peu moins de 18 000 porcs abattus, elle a légèrement dépassé la demande et les prix ont chuté. Ce faisant, de nombreux paysans bio ont arrêté la production porcine. Lorsque durant les années 2008 à 2010, les deux grands distributeurs ont demandé davantage de porcs de boucherie, l’acquisition de ces derniers s’est avérée nettement plus ardue que prévu.

Graphique: Evolution du nombre de porcs de boucherie bioe 20 000

Source: Bio Suisse

Nombre par année

1 .– 3. trimestre

16 000 12 000 8 000 4 000 0

2000

REVUE UFA · 12 2012

2006

2012

La constance chez Coop Ces dernières années, Coop a mis en place une production sous contrat et a pris directement contact avec les producteurs désireux de se reconvertir à l’agriculture bio. Cela a permis d’assurer des livraisons hebdomadaires régulières. Cette production planifiée a été l’occasion pour le grand distributeur d’introduire de nouveaux produits. Pour 2013, Coop table plutôt sur des ventes de viande de porc bio stables. Urs Weingartner, responsable des achats de viande labellisée, avertit: «Pour l’instant, il ne faut pas de porcs bio supplémentaires». Selon Coop, des exploitations se sont lancées dans la production sous contrat en janvier 2012. Jusqu’à fin 2013, Coop va prendre en charge des porcs reconversion en provenance de ces exploitations, alors que le groupe n’accepte plus de nouvelles exploitations en reconversion depuis longtemps.

Michèle Hürner

Werner Ammann

Développement de l’assortiment Migros Les ventes de porcs bio ont également augmenté chez Migros depuis 2011. Dans certaines de ses succursales régionales, le géant orange vend de la viande de porc bio marinée alors que l’assortiment de charcuterie a également connu une forte augmentation: lard à cuire, jambon cru valaisan et charcuterie en qualité bio ne se trouvent sur les étalages de Migros que depuis cette année. Un élargissement de la gamme au niveau national avec de la viande fraîche de porc et des grillades est actuellement à l’étude. La production doit être planifiée en faisant abstraction de cela. 䡵

Auteurs Michèle Hürner, Product Manager Viande, volaille, poissons, Bio Suisse, 4053 Bâle Werner Ammann, président de la com. tech. viande 9608 Ganterschwil.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

57


DF_SH7_Spandau_1212_2012 27.11.12 17:23 Seite 58

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE

Entre économie et directives EN ALLEMAGNE, en comparaison internationale, la production porcine est en bonne posture. A l’avenir, un renforcement du droit environnemental et de la protection des animaux va conduire à une augmentation des coûts de production. Cela va limiter les possibilités d’exportation.

Peter Spandau

L’engraissement porcin a connu une évolution très importante ces dix dernières années.

110 % de taux d’autoapprovisionnement Aujourd’hui, même les exploitations familiales comptent de 2000 à 4000 places porcs à l’engrais (PPE). Ces grandes unités, contrairement à la production de truies ou de lait, ne sont pas uniquement apparues en raison de l’évolution des structures liée à la disparition des exploitations les plus petites, mais surtout en raison de la croissance de l’ensemble de la branche. Ainsi, l’Allemagne est passée d’un taux d’autoapprovisionnement de moins de 90 % à la fin des années 90 à plus de 110 % aujourd’hui, ce qui en fait un pays exportateur de viande de porc.

Engraissement

rentable Cette évolution a surtout été rendu possible parce qu’après la catastrophique année porcine 1998/99, les engraisseurs ont gagné de l’argent chaque année, et cela en partie sur le dos des producteurs de porcelets. Cela a entraîné une prédisposition durable chez les engraisseurs de porcs, qui ont été tentés d’agrandir leur propre exploitation. L’évolution positive au niveau des performances biologiques a fait le reste.

Compétitivité

internationale

Grâce aux porcheries modernes, une unité de main d’œuvre peut aujourd’hui s’occuper d’environ 3000 PPE, ce qui a également contribué à relever nettement les limites de la croissance. Globalement, cette évolution a permis à une exploitation moyenne de produire un kg de poids mort pour 1.50 Euro brut. Les 58

exploitations qui s’agrandissent affichant tendentiellement les meilleures performances, leurs coûts de production sont généralement inférieurs à 1.45 Euro. Si, à des fins de comparaison internationale, on épure ces coûts de production de la TVA, on arrive à 1.30 Euro net. Ce faisant, c’est surtout dans le Nord-Ouest de l’Allemagne que la production porcine est la plus concurrentielle au niveau international, même si la situation actuelle est plus défavorable d’environ 30 centimes d’Euro par kilo en raison de frais d’aliments qui ont fortement augmenté.

Renchérissement de la production Ainsi, les avantages structurels de ces régions – notamment la taille moyenne des exploitations ainsi que la forte densité de moulins, abattoirs et entreprises de transformation – seront à moyen terme presque entièrement contrecarrés. Dans le Nord-Ouest de l’Allemagne, actuellement, les coûts de mise en valeur du lisier atteignent environ 8.00 Euros nets par mètre cube et grèvent le porc à l’engrais de près de 5.00 Euros supplémentaires. Par ailleurs, en raison du manque de surface, de plus en plus de porcs sont engraissés en zone industrielle et non

Des marchés attractifs En relation avec l’augmentation de la demande de viande de porc sur le marché mondial, les conditions étaient jusqu’ici bonnes pour la production porcine allemande. Car seuls de faibles coûts de production permettent de concurrencer des pays comme les Etats-Unis ou le Brésil sur des marchés d’importation attractifs tels que la Russie ou l’Est asiatique.

Les conditions cadre changent Mais il n’est pas certain que cette situation globalement positive perdure. Des facteurs importants ont récemment conduit à augmenter durablement les coûts de production des «barons» de la production porcine germanique – à l’instar de ce qui s’est passé aux PaysBas et au Danemark. Il ne s’agit pas de l’augmentation globale des coûts d’affouragement, mais bien plus des conditions cadres environnementales et fiscales pour la production animale, ce qui renchérit considérablement les sites présentant une concentration élevée. 12 2012 · REVUE UFA


DF_SH7_Spandau_1212_2012 27.11.12 17:23 Seite 59

UNE PRODUCTION PORCINE ADAPTEE A LA DEMANDE PRODUCTION ANIMALE plus agricole. Ce qui engendre encore 3.00 Euro de coûts supplémentaires par porc. Ces derniers temps, pour les grandes unités de production, les autorités qui délivrent les permis de construire exigent de plus en plus souvent une installation de purification de l’air vicié en vue de diminuer les émissions d’odeurs et d’ammoniac. Cela représente encore 3.50 Euro de charges en plus par porc à l’engrais. En fin de compte, pour les porcs engraissés dans une nouvelle construction, cela renchérit les coûts de production d’environ 11.00 à 12.00 Euros. Cela représente env. 12 centimes d’Euro par kg PM, un montant considérable en comparaison internationale.

Protection des animaux Indépendamment des caractéristiques locales spécifiques, au niveau de l’UE et en Allemagne, les exigences en matière de protection des animaux de rente changent. Dans l’engraissement porcin, cela concerne par exemple les besoins en surface et le recours à des matériaux d’occupation jusqu’à l’utilisation de la paille. Il n’y a pour l’heure pas encore d’exigences légales contraignantes,

mais ce n’est qu’une question de temps. Même si l’on ne sait pas exactement de quoi demain sera fait, une chose est sûre: les coûts de production vont encore prendre l’ascenseur.

Résumé Jusqu’à présent, en comparaison européenne et mondiale, la production porcine allemande occupait une bonne position. Elle était compétitive par rapport à ses concurrents hors Europe sur d’importants marchés de pays en développement. Cela a été possible grâce au savoir-faire disponible dans le Nord-Ouest de l’Allemagne ainsi qu’aux bonnes structures que l’on trouve dans cette région. Il faut s’attendre à ce que cela ne soit plus le cas à l’avenir. Reste à espérer que le consommateur allemand tiendra compte de cette évolution et qu’il acceptera de payer sa viande un peu plus cher avec une meilleure protection des animaux à la clef. Sur les marchés internationaux en revanche, cela s’avérera nettement plus difficile, car il n’y a souvent que le prix qui compte. Il sera extrêmement délicat de tenir tête à des pays producteurs comme le Brésil. 䡵

Tableau: Résultats d’exploitation 2010/11 Dépouillement de l’engraissement porcin en Rhénanie-Westphalie Moyenne Top 25 % Top 10 % Places porcs à l’engrais 1.800 2.390 2.820 Indice de consommation (1:) 2.86 2.81 2.80 Gain moyen quotidien (g) 775 794 799 Pertes d’animaux (%) 2.27 1.96 2.12 Produit de l’abattage (€/kg PM) 1.54 1.55 1.56 Prix des porcelets (€/25kg) 52.96 52.77 52.21 Prix de l’aliment (€/dt) 24.09 22.87 22.07 Marge brute (€/porc) 21.44 28.12 3128 Rotations 2.73 2.84 2.92 Marge brute (€/PPE) 58.36 79.88 91.38 Coûts de production (€/kg PM) 1.50 1.44 1.41 Mb = marge brute

Les exploitations familiales allemandes ont des porcheries d’engraissement de 2000 à 4000 places. Photo: agrarfoto.com

Auteur Peter Spandau, Chambre d’agriculture de Rhénanie-Westphalie, 48147 Münster (Allemagne), www.landwirtschaftskammer.de

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 12 2012

12 · 12

59


DF_NT0_Kurznews_1212_2012 27.11.12 17:24 Seite 60

BRÈVES PRODUCTION ANIMALE

Petit-lait & Co: comment en faire des aliments complets Toro accélère Patrick Wirth du service technique UFA a profité du Toro-Höck du 8.11 organisé par le service technique UFA Wil pour présenter les projets en cours. L’essai «engraissement aux concentrés» est pratiquement achevé. Dans ce dernier, la concentration de poudre de lait a été augmentée à 150g/l (au lieu de 100 g/l) pour les veaux d’élevage. Des informations ont également été fournies sur le nouveau programme de pesée, qui est en phase de test. Le plan d’affouragement Toro contient désormais un plan pour remorque mélangeuse, un calcul des frais de concentrés par animal ainsi qu’un contrôle selon le système UFA W-FOS. Ce système tient compte des durées de fermenta-

tion différentes dans la panse pour les divers composants fourragers distribués via la ration. Le système W-FOS est utilisé avec beaucoup de succès dans la production laitière et ce depuis de nombreuses années. Swiss Quality-Beef et les génisses AQ continuent de bénéficier d’une bonne demande, comme l’a expliqué Ivan Meuwly d’Anicom. Le marché est demandeur de génisses de bonne qualité. Les producteurs souhaitant se lancer dans l’engraissement de gros bétail peuvent s’annoncer auprès d’UFA ou d’Anicom. La photo présente l’équipe Toro de Wil : Stefan Inauen, Ignaz Hutter, Patrick Wirth, Roland Lienhard, Yvan Meuwly (tous deux pour Anicom), Nik Eigenmann et Olivier Schmidt (de g. à dr.).

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 60

Chez les veaux d’engraissement, l’utilisation de lait maigre, de petit-lait de fromagerie ou de sous-produits laitiers concentrés est associée à des exigences élevées. Les sous-produits laitiers impliquent des règles d’hygiène très strictes et affichent une durée de conservation limitée. La part de protéine d’origine végétale que les jeunes veaux sont en mesure de digérer n’excède pas 50 %. Chez ces derniers, l’affouragement de pro-

téines végétales peut par ailleurs susciter des réactions allergiques ainsi que des gonflements. Dans cette optique, il est primordial de choisir une poudre de lait adaptée pour compléter la part de protéines lactiques de la ration. De plus le choix du lait en poudre adéquat favorise des performances d’engraissement et des qualités de carcasses élevées. Durant la phase initiale d’engraissement, l’utilisation d’un lait de démarrage per-

met de couvrir les besoins de manière optimale. Au cours du dernier mois d’engraissement, il est judicieux d’opter pour un lait plus riche en protéines d’origine végétale. La consistance et les teneurs des sous-produits laitiers fluctuant fortement, il est primordial d’observer la consommation quotidienne des veaux et d’adapter le dosage de la poudre de lait. Certains sous-produits laitiers nécessitent une complémentation d’eau dans la ration. Les laits en poudre tels que UFA 209 start / UFA 209 (en complément au petit-lait (concentré)) ou UFA 208 start / UFA 208 (en complément au Protofit) sont spécialement formulés pour complémenter les sous-produits laitiers. Le service technique UFA reste à votre entière disposition pour tous renseignements. Alex Dumas, spécialiste pour l’engraissement des veaux chez UFA

Les sols en caoutchouc sont mieux adaptés

Un colostrum de qualité déficitaire

Engagement exceptionnel

Diverses études démontrent que les sols recouverts de tapis en caoutchouc ont un effet bénéfique sur la santé des vaches, qui viennent plus rapidement en chaleurs après le vêlage et qui sont moins affectées par les troubles métaboliques et les problèmes d’onglons. Les vaches se-

Une étude de l’Iowa State University basée sur 67 exploitations (selon le journal «dlz») a démontré que seuls 40% du colostrum abreuvé aux veaux permettaient de rendre les veaux nouveaux-nés suffisamment résistants contre les agents pathogènes auxquels ils sont confrontés. Dans le cadre de cette étude, la composition en immunoglobuline ainsi que la charge totale en germes ont été analysées. Il est donc conseillé de distribuer les concentrés nécessaires dès les premières semaines de vie.

raient en effet moins stressées lorsqu’elles peuvent se déplacer sur un sol élastique. Des essais allemands ont démontré qu’installer des tapis abrasifs sur 20% de la surface en couloirs permettait de réduire la proportion d’ulcères de la sole en seconde partie de lactation. En début de lactation, les problèmes de Mortellaro ont été moins fréquents en présence de revêtements élastiques car ces derniers favorisent une hauteur de talon sensiblement plus élevée.

MMA: plus fréquente avec les grosses portées

Lors de la journée des éleveurs nucléus et de multiplication organisée par Suisag, les Professeurs Peter Vögeli (Directeur du «laboratoire des groupes sanguins», EPFZ Zürich) et Werner Zimmermann (Université de Berne, directeur de la clinique porcine) ont été félicités pour leurs 30 ans d’activités dans le domaine de la recherche. Ces deux scientifiques partiront à la retraite ces prochains mois. En sa qualité de directeur de Suisag, Ruedi Mani a profité de les remercier chaleureusement pour leur travail en faveur de la production porcine. La sélection génomique fut un des principaux thèmes abordés par le Dr Henning Luther, directeur d’élevage, lors de cette journée.

Les truies qui donnent naissance à de grandes portées ont plus de risques d’être affectées par le syndrome mastite-métrite-agalactie (MMA), comme le démontre une étude de l’Université de HalleWittenberg effectuée sur 1200 truies (SUS 5/2012). La maladie MMA se traduit également par un plus grand nombre de porcelets mort-nés.

Werner Zimmermann et Peter Vögeli. 12 2012 · REVUE UFA


DF_UFA_Aktuell_1212_2012 27.11.12 17:25 Seite 61

TOP ANGEBOTE ACTION

Aliments d'élevage UFA UFA 114 EXTRA/UFA 116 PRIMA/ UFA 170 BIO /UFA 219 Rabais Fr. 4.– /100kg jusqu’au 19.01.2013 ACTION

Laits d'élevage UFA UFA 207 instant /UFA 207 plus/ UFA 209 start Rabais Fr. 12.–/100 kg jusqu’au 19.01.2013 SPÉCIALITÉ DU MOIS

UFA 262 Aliment diététique si risque de cétose Rabais Fr. 10.– / 100 kg jusqu’au 12.01.2013 ACTION

HYPONA-Florsana Rabais 10 % jusqu’au 12.01.2013

UFA-AKTUELL UFA-ACTUEL

UFA Junior Support Nouvelle stratégie d'élevage Les cellules qui déterminent la productivité ultérieure d'une vache sont programmées au cours des six premières semaines de vie. UFA lance un nouveau programme d'affouragement et de prestations, dénommé «UFA Junior Support», conçu pour l'élevage des bovins laitiers. Les apports nutritionnels soigneusement étudiés pour les différentes phases de l'élevage visent une bonne santé des animaux, de hauts accroissements, un âge précoce au premier vêlage et de hautes productions laitières. Si l'on veut exploiter entièrement le potentiel génétique des veaux, il faut augmenter la quantité de buvée (répartie sur plu-

sieurs repas) et sa concentration (UFA 207) pendant les trois premières semaines de vie. Une distribution ad libitum d'UFA 116 et de foin/regain, avec mise à disposition d'une pierre à lécher, dès la deuxième semaine de vie, crée des conditions idéales.

Vous bénéficiez dès à présent d'un rabais de Fr. 4.–/100 kg sur les aliments d'élevage UFA, et de Fr. 12.–/100 kg sur les laits d'élevage UFA.

TIPP DES MONATS CONSEIL DU MOIS UFA 262: Profitez du rabais!

Simple mais efficace UFA 262 réduit les risques de cétose Minimaliser le déficit énergétique pendant la phase du vêlage fait partie des mesures les plus efficaces pour favoriser la santé et la longévité des vaches. On y parvient en stimulant l'ingestion et en utilisant des aliments riches en énergie. Les levures vivantes sont considérées comme des probiotiques. Elles produisent des enzymes et des vitamines utiles pour les bactéries ruménales; elles consomment de l'oxygène et améliorent ainsi le milieu nécessaire aux microbes anaérobies. Ces derniers transforment plus rapidement la cellulose: le taux de pasREVUE UFA · 12 2012

sage dans le rumen et l'ingestion peuvent augmenter. Lors d'un essai réalisé à l'université de Hohenheim, les vaches nourries aux aliments contenant des levures vivantes ont donné 1.7 kg de lait en plus par jour. Le problème

L'aliment diététique UFA 262 renferme du propylène glycol, des levures vivantes et d'autres précieux additifs. Il associe les propriétés d'un aliment de démarrage et du propylène glycol et simplifie ainsi l'affouragement.

Baisse de l'ingestion et manque d'énergie facilement disponible en phase de démarrage, mobilisation excessive des réserves graisseuses, formation de corps cétoniques.

Les symptômes Inappétence, diminution de la production laitière, hausse du taux butyreux accompagnée d'une baisse du taux protéique. La solution

Donner de l'aliment diététique UFA 262 pendant trois à six semaines après le vêlage, en rations de 2 à 4kg, au lieu d'un aliment de production. 61


DF_UFA_Aktuell_1212_2012 27.11.12 17:25 Seite 62

UNTERWEGS MIT... EN ROUTE AVEC…

…Heinz Seelhofer, spécialiste des porcs

Alimentation ad libitum des truies Depuis le printemps 2012, Heinz Seelhofer dirige l'équipe de spécialistes des porcs d'UFA Sursee. Avant cela, il était responsable de la station d'essais UFA Bühl, pendant plusieurs années. A Hendschiken (AG), UFA mène ses propres essais sur des porcs, des volailles et des veaux, pour tester de nouvelles stratégies alimentaires, des aliments et des additifs innovants, sous conditions suisses. Les connaissances acquises sont intégrées dans la formulation des aliments UFA et l'élaboration des stratégies conseillées. Heinz Seelhofer s'efforce de mettre son savoir-faire au service des producteurs de porcs pour améliorer leur rentabilité.

Un stress minime Aujourd'hui, notre programme prévoit une visite à Leo Hodel, détenteur de vaches laitières et éleveurnaisseur de porcelets au sein d'un réseau RTPP (répartition du travail en production porcine), à Egolzwil. Leo Hodel suit un plan de rotations intensif et très exigeant quant à l'alimentation, la détention et la gestion. Les porcelets – 27 à 28 par truie et par an – sont sevrés et vendus à l'âge d'environ 25 jours («porcelets baby»). Heinz Seelhofer veille à ce que le réseau RTPP utilise les

mêmes aliments, de manière à ce que les porcs soient peu stressés par leur changement d'environnement.

112 MJ par truie et par jour Depuis des années, Leo Hodel nourrit ses truies avec de l'UFA 361-4 disponible à volonté, pendant l'allaitement. Elles mangent le matin, à un automate ad libitum. L'essentiel est d'observer soigneusement leur condition. «Les truies consomment en moyenne 8 kg d'aliment par jour», constate Leo Hodel. Avec l'aliment UFA 361-4 EXTRA (14 MJ/kg), cela correspond à une ingestion quotidienne de 112 MJ EDP. Avant la mise bas, l'éleveur limite la ration à 2.5 voire 3 kg par animal et par jour. Ensuite, il l'augmente continûment jusqu'au cinquième jour d'allaitement, avant de passer au régime ad libitum. La production laitière des truies progresse ainsi lentement, ce qui permet à leur métabolisme de bien se réguler.

Des poids élevés au sevrage Avec une stratégie ad libitum, l'ingestion alimentaire augmente pendant l'allaitement. La truie maigrit moins et elle donne davantage de lait. Les poids des porcelets sont plus élevés au sevrage. «Si de l'aliment pour truies tombe sur le sol, les porcelets le mangent», indique Leo Hodel. «L'alimentation à volonté allège mon travail et mes truies ne souffrent plus du complexe MMA», préciset-il encore pour citer d'autres avantages du procédé.

Abreuvement ouvert Les truies qui mangent beaucoup d'aliment sec doivent pouvoir boire en conséquence. Avant de mettre bas, elles ingèrent jusqu'à 15 l par jour. Ensuite leur consommation d'eau monte jusqu'à 45 l. Leo Hodel favorise l'ingestion hydrique par le biais d'abreuvoirs ouverts, sans sucettes, tout en veillant à maintenir une bonne hygiène.

Observation et alimentation premier âge Leo Hodel observe soigneusement les truies en train de mettre bas, pour limiter les pertes. Les longs cordons ombilicaux sont coupés – si possible sans traction sur le nombril. Sinon, ils gênent les porcelets à la marche. Les pointes des dents sont limées pour éviter les blessures aux trayons des mères. Les porcelets faibles reçoivent de la pâte de démarrage UFA. Ce produit peut être administré par voie orale. Il est énergétique, il contient du fer, de la Lcarnitine, des vitamines et d'autres substances actives qui favorisent un bon départ dans la vie, et il remédie un tant soit peu au manque de colostrum ingéré par les porcelets plus faibles. Mais il ne remplace pas l'apport ferrique ordinaire. La pâte de fer doit si possible être distribuée le premier jour de vie (1 – 3 pressions de la pompe = 2 – 6 ml). On répète l'opération une à deux fois, pendant trois jours, selon le développement des porcelets. Dès l'âge de trois jours, les porcelets commencent à ingérer de l'aliment soL'exploitation Hodel, à Egolzwil.

Heinz Seelhofer, 6025 Neudorf Né le:

1er novembre 1964

Carrière:

Responsable de la station d'essais UFA-Bühl, Hendschiken, depuis 1990, chef de secteur au Service technique UFA Sursee, depuis 2012

Hobbies:

Ski, évènements culinaires et culturels, cuisine, sport en général

Devise:

«Epauler les détenteurs de porcs avec des aliments de qualité optimale, de bons conseils et une stratégie alimentaire appropriée.»

62

12 2012 · REVUE UFA


DF_UFA_Aktuell_1212_2012 27.11.12 17:26 Seite 63

Pour l'étable des vaches laitières, l'exploitant a opté pour un système modulaire. «Avec le concept ‹Cover-All›, j'ai économisé 80'000 francs par rapport à une construction en bois“, précise Leo Hodel.

lide. On leur donne de l'aliment Prestarter, spécialement formulé à leur intention, répandu sur le compost pour porcelets.

On déplace les gros Pour arriver à sevrer 28 porcelets par truie, il faut optimiser la stratégie de déplacement des porcelets. Lorsque le nombre de trayons ou le lait est insuffisant, les gros porcelets sont répartis dans d'autres portées. Les gros s'imposent mieux que les petits dans leurs nouvelles familles. Augmenter le rendement, réduire les coûts Leo Hodel envisage de faire construire une porcherie d'éle-

Profil d’exploitation Leo Hodel, 6243 Egolzwil Surface utile: 22 ha Cheptel: 23 truies d'élevage (RTPP), 44 vaches laitières, élevage du jeune bétail (partiellement externalisé) Production végétale: 3.4 ha de maïs ensilage, herbages

Avec le système Inauen installé en grande partie par Leo Hodel lui-même, tous les porcelets sont immédiatement visibles de l'allée.

vage pour augmenter la valeur ajoutée de sa production de porcelets. L'idée se concrétisera dès que son fils aura terminé son service militaire. Pour ce qui est des coûts, il a déjà pris des mesures. Ainsi, il épand son lisier à l'aide d'une rampe à pendillards, partagée avec cinq autres exploitants. «Nous économisons énormément de travail», conclut l'exploitant. 䡵

BLICKPUNKT POINT DE VUE Des onglons sains grâce aux aliments EXTRA

Main-d'œuvre: le couple d'exploitants

Leo Hodel, Egolzwil (LU)

«Le réseau RTPP permet de se spécialiser et de produire de plus grands lots». REVUE UFA · 12 2012

Heinz Seelhofer et Leo Hodel analysent les résultats des truies.

Les aliments UFA EXTRA, comme ceux qui sont utilisés sur l'exploitation Hodel, favorisent des performances élevées et des onglons sains. Ils contiennent: • de la L-carnitine qui optimise la métabolisation énergétique • tous les acides aminés essentiels et notamment de la méthionine et de la cystine pour la cohésion des onglons • de la biotine et de la vitamine A pour la qualité de la corne • des oligoéléments organiques (e.a. du zinc, du cuivre et du sélénium) pour la synthèse de la kératine et des cellules cornées Grâce aux aliments EXTRA, le taux de pertes consécutives aux affections des onglons diminue, comme le montrent les expériences faites sur le terrain. 63


DF_UFA_Aktuell_1212_2012 27.11.12 17:27 Seite 64

ERFOLG IN DER PRAXIS SUCCÈS DANS LA PRATIQUE

LESE-FUTTER À LIRE Veaux: une meilleure consistance des fèces

Markus Rhyn, Thörigen (BE) et Sakramento.

Plus de crottins liquides grâce à Florsana Depuis que ses chevaux reçoivent de l'HYPONA-Florsana, les crottins liquides font partie du passé, chez Markus Rhyn. Deux de ses pensionnaires se battaient depuis longtemps contre les troubles digestifs et leurs pénibles conséquences. Mais depuis février dernier, on leur donne 100 g par jour d'HYPONA-Florsana, un produit très appétible. Un régime qui s'est révélé très efficace pour les deux chevaux. Markus Rhyn, maître d'équitation, est soulagé: «grâce à Florsana, les chevaux

vont de nouveau bien. Maintenant, on gagne du temps au nettoyage, et de la paille, ce qui rend le produit encore plus intéressant». Les crottins liquides peuvent affecter considérablement le bien-être des chevaux concernés, si le problème persiste. A part la saleté que ce phénomène engendre, ses conséquences (lésions cutanées, pertes de minéraux et de substances actives) compromettent sérieusement la santé des chevaux. A peu près 80 % des cellules immunitaires se trouvant dans

l'intestin, tout le système immunitaire est ainsi menacé. HYPONA-Florsana contient de la caroube et des levures vivantes qui soutiennent la digestion et stabilisent la flore intestinale. Un mélange équilibré de composants favorise un excellent tamponnage du pH chez les chevaux dotés d'un estomac sensible. HYPONA-Florsana fait l'objet d'un rabais de 10 % jusqu'au 12 janvier 2013 – dans votre LANDI.

UFA-SERVICE SERVICE UFA

Sécuriser l'engraissement des veaux Plus que les prix des veaux et des aliments, c'est le taux de pertes d'animaux qui détermine la rentabilité de l'engraissement. L'important est de reconnaître assez tôt les points faibles et de s'améliorer petit à petit. Une collaboration avec un spécialiste de l'engraissement des veaux UFA et un vétérinaire est ici très utile. La garantie de risque UFA offre une sécurité supplémentaire, lorsque les pertes d'animaux sont inévitables. Vos avantages: • collaboration avec un partenaire qui assume une responsabilité. • participation financière aux pertes imprévues (75 à 400 francs par veau, 64

selon le type d'affouragement). • déroulement simple. Intéressés? Alors, déclarez par écrit à votre Service technique UFA tous les veaux que vous allez prochainement établer, pour la garantie de risque UFA. Et si – malgré un suivi optimal – l'un de vos animaux meurt des suites d'une crise cardiaque, d'une météorisation, d'une infection ou d'un accident, appelez votre spécialiste UFA!

Un guide vous informe sur la garantie de risque UFA (taux de participation et conditions). Renseignez-vous auprès de votre conseiller UFA ou à la LANDI.

Les laits d'élevage UFA 207 instant (avec du lait entier) et UFA 207 plus (avec de l'eau) contiennent de l'„OptiCell“. Cette lignocellulose naturelle améliore la consistance des fèces et a un effet apaisant sur les animaux. A part les deux laits de la série 207, le lait UFA 209 start est aussi vendu avec un rabais de Fr. 12.-/100 kg, en ce moment!

ProRumin pour l’élevage Les aliments pour veaux UFA 114 et UFA 116 contiennent du «ProRumin» avec des levures vivantes, des herbes aromatiques et des substances tampon. Rabais spécial de Fr. 4.-/100 kg sur ces deux aliments!

Concours de photos: le sprint final UFA récompensera les plus belles photos de «lapins» par des bons aliments d'une valeur de Fr. 100.– à 200.–. Envoyez vos plus belles photos à UFA SA, Marketing, Biblis 1, 3360 Herzogenbuchsee ou par courriel à marketing@ufa.ch, jusqu'à fin décembre 2012.

Joyeuses fêtes UFA remercie tous ses clients de leur confiance et leur souhaite de joyeuses fêtes et une très bonne année 2013!

UFA-Berater Conseiller UFA 3052 Zollikofen 058 434 10 00 1070 Puidoux 058 434 09 00 6210 Sursee 058 434 12 00 9500 Wil 058 434 13 00 ufa.ch 12 2012 · REVUE UFA


Inserate UR 1212 F_2012 28.11.12 12:42 Seite 65

Le premier rĂŠseau social des paysans suisses qui relie la ville et la campagne:

swissfarm

Inscrit-toi! NOUVEAU dĂŠsormais avec magasin en ligne gratuit

www.swissfarm.ch


DF_NT1_Roggli_1212_2012 27.11.12 17:28 Seite 66

GENETIQUE PRODUCTION ANIMALE

Patiemment vers l’objectif INSÉMINER SOI-MÊME SON TROUPEAU est surtout d’actualité sur les exploitations d’une certaine taille. Cette activité nécessite un peu de «feeling» et de l’entraînement. Lorsqu’on peut choisir de manière optimale le moment de l’insémination, le taux de fécondation est meilleur. Toutefois, inséminer soi-même n’élimine pas les erreurs dans l’affouragement et la détention.

La plupart du temps, ce sont des exploitations d’une certaine taille avec plus de 40 vaches qui procèdent elles-mêmes à l’insémination. Afin d’atteindre un taux de fécondation élevé, il faut de la patience et de l’entraînement.

Un des avantages d’inséminer soimême est de pouvoir choisir le moment idéal pour cette opération et économiser les frais de mise en place par l’inséminateur. Des connaissances approfondies de l’anatomie et des mécanismes de la fertilité tendent à renforcer l’observation du troupeau et permettent de mieux détecter si un animal est en chaleurs. En cas de doute, il est possible de procéder à une deuxième insémination juste après la première. Il est important Une complémentation optimale minimise les pertes Là où le fourrage de base de bonne qualité se trouve en quantités restreintes, il est d’autant plus important de tirer le meilleur parti de ce qui est disponible. Sur l’exploitation Allemann, l’affouragement est basé sur le système UFA W-FOS. S’appuyant sur la condition corporelle des animaux, la production laitière et les teneurs du lait, la complémentation de la ration est optimisée en continu. La ration des vaches se compose d’ensilage d’herbe et de maïs, de foin/regain, de luzerne déshydratée, de concentré protéique, de Minex 976 et d’un tampon. Au DAC, les vaches reçoivent en plus de l’UFA 249, de l’UFA 263 et de l’UFA-Ketonex (cubes de propylène-glycol) en fonction de la phase et de la production. Si la ration est équilibrée, tant à la crèche qu’au DAC, la fermentation se déroule de manière optimale dans la panse. Les pertes en nutriments sont faibles alors que les performances, les teneurs du lait et la santé des animaux sont bonnes. Eau-poudre: c’est plus simple Sur l’exploitation Allemnn, les veaux d’élevage sont nourris avec de l’UFA 207 (cf. offres top, UFA-actuel) et de l’eau. Le lait entier est commercialisé dans son intégralité. C’est intéressant d’un point de vue économique car il n’y a pas besoin de transvaser de lait et il faut moins de travail pour nettoyer l’automate à buvées. Le revenu tiré de la commercialisation du lait à la fromagerie locale couvre les frais pour la poudre. Martin Perret, spécialiste de l’affouragement au service technique UFA. 66

d’assurer une excellente hygiène dans cette opération et d’entreposer correctement les doses de sperme. Car les économies en frais d’insémination peuvent rapidement être anéanties par une diminution du taux de fécondation. Avant de se lancer soi-même dans l’insémination et pour traiter les animaux à problème, il est recommandé de collaborer avec un inséminateur et un vétérinaire expérimentés.

pour l’inséminer est le soir. «Depuis que j’insémine moi-même, les paramètres de fertilité se sont légèrement améliorés», constate Peter Allemann. Sur son exploitation, il faut 1.5 insémination par gestation (moyenne de la race: 1.9). Des inséminations au bon moment et couronnées de succès passent par une gestion professionnelle de la fertilité, mais également par un affouragement correct et un bon confort pour les vaches (cf. encadrés).

Des cours pour les éleveurs qui désirent inséminer eux-mêmes leurs bovins sont dispensés par le service sanitaire bovin, ABC Genetics (agrémenté jusqu’à fin 2013), la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires ainsi que par les écoles d’agriculture dans le cadre des cours pour chefs d’exploitation. Si la formation s’acquiert à l’étranger, il est nécessaire de suivre des cours supplémentaires en Suisse et de passer un examen. Les personnes qui le réussissent n’ont le droit d’inséminer que sur leur propre exploitation ou celle de leur employeur.

Combien en faut-il? Peter Allemann d’Untervaz (GR) a suivi une telle formation. Depuis lors, il insémine ses vaches et génisses Brown Swiss et effectue lui-même les contrôles de gestation. Il achète le sperme une fois par mois. Il n’est pas facile d’estimer combien de doses il faut de chaque taureau. Par contre, l’éleveur détermine luimême le moment de l’insémination. Si une vache entre en chaleurs le matin, le meilleur moment

Zando Berna Tout est plus simple lorsqu’on éprouve du plaisir. Peter Allemann suit les traces de son père en tant qu’éleveur passionné. «J’aime l’élevage et je veux m’investir», explique-t-il. Sa première priorité reste la production laitière. Une belle mamelle constitue la deuxième. Le long travail de sélection mené sur l’exploitation Allemann est récompensé par des vaches d’élite comme Zando Berna, qui a remporté de nombreux titres lors des expositions. Lors de l’IGBS-Schau 2012, elle a été vicechampionne alors que lors de l’édition précédente, elle a remporté le prix du plus beau pis ainsi qu’une mention honorable. Afin d’obtenir de nombreux descendants femelles de ses meilleures vaches, Peter Allemann recourt au transfert d’embryons. Selon la liste des exploitations de la fédération d’élevage de la brune, les performances par lactation sur l’exploitation atteignent env. 9000 kg de lait, 3.9 de matière grasse et 3.5 % de protéine. Une dizaine de vaches de rente sont vendues par année.

A quand le prochain Glenn? Parmi les nouveaux taureaux, Peter pri12 2012 · REVUE UFA


DF_NT1_Roggli_1212_2012 27.11.12 17:28 Seite 67

GENETIQUE PRODUCTION ANIMALE vilégie par exemple Robbie (bon pour le lait, les aplombs), Alexi (fertilité, déroulement du vêlage, mamelle) et Ippo (format, bassin, mamelle). Il insémine volontiers les vaches qui donnent beaucoup de lait avec Jongleur-ET (durée d’utilisation, extérieur). Mais il apprécie aussi Blooming-ET, un fils de Glenn, en raison de l’excellente héritabilité qu’il laisse pour la mamelle. Actuellement, Peter Allemann regrette l’absence d’un taureau complet, sans défaut, à l’instar de Glenn-ET jadis.

A l’avenir, le chef d’exploitation désire encore améliorer l’homogénéité de son troupeau laitier. En d’autres termes, les plus mauvaises vaches doivent atteindre le niveau des meilleures. Une pointe plus large augmente le choix pour la sélection et, partant, le progrès zootechnique. Par ailleurs, il est plus facile d’affourager un troupeau homogène car les vaches affichent des besoins similaires. 䡵 Schamaun BS Zando Berna, EX 95, HL 12 714 kg de lait, 4 % m.g., 3.6 % protéine. Photo: Han Hopman

De la plaine jusqu’en zone de montagne 3 L’exploitation de Peter Allemann s’étend de la zone de plaine jusqu’en ZM3. Plus de 18 ha ont une déclivité supérieure à 18 %. Il faut différentes machines pour s’adapter à des topographies aussi variées. Peter Allemann maintient ses frais de mécanisation à un faible niveau en n’achetant que des machines d’occasion et en les entretenant bien. Le succès avec les cubes de propylène-glycol 20 vaches parmi le troupeau qui en compte 50 sont alpées. Peter Allemann explique que l’utilisation d’UFA-Ketonex contribue à son succès en prévenant les cétoses chroniques et aiguës. Ce produit en cubes à base de propylène-glycol est distribué aux alentours du vêlage ainsi qu’au DAC en cas de suspicion de cétose. Il améliore le bilan énergétique après le vêlage, une condition importante en vue d’une bonne fertilité. Les vaches suffisamment approvisionnées en énergie ingèrent en outre davantage de fourrage grossier durant la phase de démarrage. Volume important Une grande attention a été portée au confort des vaches lors de la planification de l’étable. Les logettes et les couloirs ont des dimensions plus grandes que ce qui est prescrit. Avec une hauteur d’étable de 10 m et des parois que l’on peut ouvrir, un bon renouvellement de l’air est assuré, de même qu’un climat d’étable agréable.

Peter et Prisca Allemann exploitent à Untervaz (GR) un domaine de 43 ha avec deux apprentis et des aides ponctuelles. En plus de la production laitière (50 vaches et élevage), on y pratique également les cultures maraîchères (chicorées, carottes, épinards) et les grandes cultures (maïs ensilage).

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 12

REVUE UFA · 12 2012

67


DF_NT2_Eugster_1212_2012 27.11.12 17:29 Seite 68

PRODUCTION ANIMALE

Judicieux dans les cas exceptionnels UN PROLONGEMENT DE LA LACTATION des vaches haute productivité peut être économiquement rentable – mais seulement à certaines conditions.

Michael Eugster

Même en présence d’intervêlages prolongés, jusqu’au tarissement, les vaches haute productivité (hp) produisent encore des quantités journalières de lait respectables avec de bonnes teneurs.

Dans un travail de semestre Martin Raaflaub

Christine Flury

réalisé à la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL) à Zollikofen, la rentabilité d’une prolongation des intervêlages a été calculée. Ces recherches se sont appuyées sur une base de 100 000 lactations bouclées chez des vaches brunes suisses (1ère à 3e lactation) et les données en matière de fertilité correspondantes de l’année laitière 2008/2009. Ces don-

Graphique: Insémination tardive égale meilleur succès Proportion en %

Les vaches en 2e lactation 1.0 0.8 0.6 0.4 0.2 0.0 21– 30

61 – 70 101 – 110 Temps de vide en jours

141 – 150

1ère insémmination non fécondante 2ème insémination fécondante

Tableau: Rentabilité d’une lactation prolongée Vaches hp, 395 jours d’intervêlage (calcul modélisé, en Fr.)) Diminution de rendement avec une prolongation de 30 jours Lactation 1e – 3e 1e Produit du lait – 70.35 – 30.60 Produit du veau – 33.25 – 33.25

Economies de charges avec une prolongation de 30 jours Lactation Toutes les lactations Concentrés – 48.00 Vétérinaire – 16.50 Insémination – 17.92 – 82.42

Total – 103.60 – 63.85 Différence* – 21.18 +18.57 * par rapport à un intervêlage de 365 jours 68

Qu’il intervienne tôt ou tardivement– un vêlage qui se déroule bien est toujours une source de satisfaction.

nées ont été fournies par la Fédération de la race brune. Pour leur étude, les responsables ont sélectionné les 10 % de vaches affichant la production laitière la plus importante et comparé à chaque fois la lactation standard (intervêlage 365 jours) avec une lactation prolongée de 30, 60 ou 90 jours.

Le dépouillement des données a démontré que les vaches hp inséminées après 70 jours de lactation, • avaient un meilleur taux de fécondation (graphique) • affichaient une production moyenne à 305 jours supérieure de 150 kg • donnaient encore env. 20 kg de lait en moyenne dans les trois derniers mois de la lactation prolongée. Les calculs modélisés ont montré qu’à partir d’une persistance d’env. 90%, une prolongation de l’intervêlage de 30 jours pouvait s’avérer judicieuse d’un point de vue économique. Les économies au niveau des charges peuvent ainsi compenser les diminutions de production chez les vaches primipares, car ces dernières ont une meilleure persistance (tableau). Chez les vaches plus âgées, en moyenne, les économies réalisées ne couvrent pas la diminution de la production laitière. Par ailleurs, la différence n’est pas significative. En revanche, une prolongation de l’intervêlage de 60 ou 90 jours n’est financièrement pas intéressante pour toutes les classes d’âge.

Effet sur la lactation suivante? L’influence d’une prolongation de la lactation sur la suivante n’a pas été prise en compte dans le modèle. Une étude israélienne a démontré que la production laitière augmentait au cours de la lactation suivante lorsque les vaches était inséminées après 60 jours lors de la lactation précédente. Il serait intéressant de vérifier cette hypothèse dans nos conditions suisses.

Résumé Une prolongation de la lactation peut être rentable: • pour les vaches haute productivité avec une persistance de plus de 90 % • en présence de frais anormalement élevés de concentrés et de vétérinaires ou en cas de problèmes de fertilité. 䡵

Auteurs Michael Eugster a récemment obtenu son diplôme à la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL) et est désormais chef de projet Social Media/Promotion de la race auprès de la Fédération de la race brune, 6300 Zoug. Martin Raaflaub (collaborateur scientifique) et Christine Flury (enseignante en génétique animale), HAFL, 3052 Zollikofen, ont suivi le travail de semestre.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

12 2012 · REVUE UFA


DF_Branchenverz_1212_2012 27.11.12 16:16 Seite 69

Secteurs

Utilisez les adresses du nouvel index des branches crĂŠĂŠ par la Revue UFA.

MACHINES

INSTALLATIONS Dâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;TABLES Die EntstĂśrung von

Wasseradern und Erdstrahlen wie auch die Wasserbelebung fĂźr Ihre Gesundheit:

8207 Schaffhausen 寿 052 631 19 00 www.gvs-agrar.ch

www.umatec.ch

R

寿 058 434 04 10 寿 058 434 04 20 寿 026 675 21 41 寿 026 663 93 70 寿 062 956 62 25 寿 058 434 07 90 寿 026 413 17 44

BURGMER Geflßgelzucht AG 8570 Weinfelden 寿 071 622 15 22, www.burgmer-ag.ch

Eugen-KolbEntmistungsanlagen

Beratung Verkauf Service Reparaturen

SCHN EIDE

2942 Alle 2800 DelĂŠmont 1564 Domdidier 1470 Estavayer-le-Lac 3360 Herzogenbuchsee 3052 Zollikofen 1733 Treyvaux

Vitaltron ¡ Huobstrasse 15 ¡ CH-8808 Pfäffikon SZ 寿 055 420 34 74 oder 079 436 36 04 ¡ www.vitaltron.ch

ANIMAUX

Telefon 052 376 16 95

SCHNEIDER www.schneider-landmaschinen.ch LANDMASCHINEN AG 9548 MATZINGEN

Suter

TARITRAL

grosses Ersatzteillager

agrosuter.ch 079 672 76 25

Kehren ohne Ă&#x201E;rger

026 913 79 84

www.lgc-sa.ch

ONLINE

SHOP

CONSTRUCTION

mit unseren Bambusbesen

TRAITE ALIMENTS

Vous voulez tout savoir des dernières actualitÊs? Alors consultez les Agro-News à l'adresse: www.ufarevue.ch Bourse aux annonces de la Revue UFA. Comnuniquez-nous votre annonce par tÊl. au (058 433 65 20), fax (058 433 65 35) ou info@ufarevue.ch

VEGETAUX

Stähler Suisse SA 4800 Zofingen 寿 062 746 80 00

INFORMATIQUE

bĂŠnĂŠfique-rapide-fort: Comet Alpha 079 282 71 87

EDV-KomplettlĂśsungen

BATIMENT SUR MESURE

fĂźr Produktion und Handel

www.staehler.ch

 

     

www.cbt.ch 061 981 25 33

Suite de la page 32

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Rapid 204 mit Schneepflug, Breite 1.30 m, Motor MAG 1026 Bleifrei Fr. 750 寿 077 406 30 85 REVUE UFA ¡ 12 2012

4-Radmäher Rapid MT200, 27 PS, Mähwerk 2 m mit Bandheuer, guter Zustand, Fr. 9900 寿 079 430 57 71 Rapid Spezial, guter Zustand, gßnstig 寿 079 245 11 39 Kehrmaschine Taski balimat 140T, Benzinmotor, gepflegt, sehr

guter Zustand. Masse H 1.3 m, B 1.2 m, L 1.8 m, Motor Briggs+Stratton (BASCO) Vanguard 16 HP V-Twin, Betriebsstunden 181, Fr. 6500 Kt. LU 寿 078 744 30 32 4 SchubladenstÜcke mit je 4 grossen Schubladen, H140, B41, T65 VP pro Stßck Fr. 100; Motorsäge

Stihl 046, 76.5 ccm, 6 Ps, Schnittlänge 50 cm, guter Zustand, optisch wie neu, NP Fr. 1795, VP Fr. 750 Kt. LU 寿 078 744 30 32 grosser Laubbläser zu Traktor, Zapfwellen Antrieb 1000 U/min, zum Strassen und Wiesen vom Laub zu befreien oder zum Heuen in Bergregionen,

Bourse aux bonnes affaires geringe Lärmbelastung Fr. 3500 Kt. LU 寿 078 744 30 32 Rohrmelkanlage Westfalia, automatische Reinigung; 2 Huber Silo 80 m3, Ă&#x2DC; 3.5 m; Silo

Huber, 40 m3, Ă&#x2DC; 2.5 m; Dosiergerät fĂźr Siliermittel; Silohäcksler Mengele, 20 PS Motor 寿 062 891 51 85 Suite Ă  la page 77 69


DF_NT3_BergerEmmenegger_1212_2012 27.11.12 18:54 Seite 70

PRODUCTION ANIMALE

Exigences spécifiques des aliments pour veaux CHEZ LES VEAUX D’ÉLEVAGE, des taux d’accroissement élevés sont une condition essentielle à l’obtention de vaches performantes, saines et affichant une longévité élevée. Dans cette perspective, la qualité des concentrés joue un rôle essentiel.

Elleen Berger

Jacques Emmenegger

Au cours des premiers mois de vie, les veaux d’élevage ont besoin d’un approvisionnement suffisant en lait d’excellente qualité (voir Revue UFA 10/12). Il est également primordial que le veau se mue le plus rapidement possible en un ruminant, de manière à ce qu’une grande partie de la consommation alimentaire passe par le rumen et qu’il soit ainsi possible de stopper rapidement la distribution de lait.

Le développement des villosités et des microbes du rumen des veaux est favorisé par l’affouragement de concentrés. Les acides propionique et butyrique issus de la fermentation de l’amidon favorise en effet le développement des villosités du rumen. Ces dernières augmentent la surface à disposition pour l’absorption de nutriments. C’est la raison pour laquelle les aliments pour veaux sont riches en amidon. Le fourrage grossier (foin) influence par contre assez peu le développement des villosités du rumen. Il contribue en revanche à augmenter le volume de ce dernier tout en influençant positive-

ment la musculature et le pH ruménal. Pour que le sevrage ne se traduise pas par une chute de croissance, la qualité et la quantité (voir encadré) de l’aliment pour veaux doivent être en adéquation avec les besoins de celui-ci.

Protéine Dans l’optique d’un bon développement musculaire, l’approvisionnement en protéines doit être suffisant au cours des six premiers mois. Un aliment pour veaux ne doit pas uniquement être assez riche en protéines : la qualité des protéines joue également un rôle important. La formation de protéine microbienne étant relativement faible durant la phase de développement du rumen, il est impératif que les acides aminés composant la protéine affouragée répondent de manière aussi optimale que possible aux besoins alimentaires du veau.

Additifs

fourragers Pour leur croissance, les veaux ont besoin de vitamines et de minéraux spécifiques. Outre une teneur élevée en vitamines A, D et E, les aliments pour veaux sont égale-

ment plus riches en vitamines B que les aliments vaches laitières. Une fois que l’appareil digestif du ruminant est suffisamment développé, ces dernières sont produites en quantités suffisantes dans le rumen et ne sont en principe plus ajoutées à l’aliment. L’aliment pour veaux se distingue également par une minéralisation ciblée qui permet de satisfaire aux exigences les plus élevées en matière de croissance et de développement. Les aliments qui sont bien adaptés aux besoins des veaux contiennent en plus des levures vivantes favorisant un bon fonctionnement du rumen.

Les flocons sont idéaux Pour avoir un bon impact, l’aliment doit présenter les caractéristiques suivantes : 1. Digestibilité élevée 2. Appétibilité élevée 3. Bonne tolérance des matières premières Les veaux apprécient les aliments plus grossiers tels que les flocons et les granulés. Le floconnage des céréales a un autre avantage: l’amidon est partielle-

Essai à Haus Riswick: 2 kg mieux que 1 kg Comme le confirme un essai d’affouragement mené au centre agricole Haus Riswick, il est plus judicieux d’affourager les jeunes veaux de manière intensive. Dans le cadre de cet essai, deux groupes comptant 18 veaux Holstein ont bénéficié d’une complémentation ciblée de concentrés via un DAC (distributeur automatique de concentrés), en plus du lait consommé. Le groupe 1 a reçu 1kg de concentrés par jour et par animal au maximum alors que le groupe 2 en consommait 2 kg. Entre le 75ème et le 150ème jour de vie, les animaux du groupe 2 ont atteint de bonnes performances de vie avoisinant 1kg par animal et par jour, contre seulement 800g pour les animaux du groupe 1. Pour pouvoir utiliser au mieux le potentiel de croissance disponible, un veau d’élevage devrait donc recevoir progressivement dès le premier mois jusqu’au sevrage jusqu’à 2kg de concentrés par jour et cela jusqu’au 5ème mois. Durant cette phase de vie, les accroissements journaliers de 1kg favorisent une bonne santé des veaux, une première insémination fécondante précoce, des coûts d’élevage plus faibles ainsi qu’une performance laitière élevée. Il est impossible de rattraper ultérieurement le retard pris au cours des six premiers mois sans que cela se traduise par la formation de tissus graisseux au niveau de la mamelle (et donc une plus faible production laitière) ou des ovaires (problèmes de fertilité). 70

Mieux adapté aux besoins des jeunes veaux: UFA 116. 12 2012 · REVUE UFA


DF_NT3_BergerEmmenegger_1212_2012 28.11.12 10:28 Seite 71

PRODUCTION ANIMALE Dans le cadre de «UFA Junior Support» (voir également dans le «UFA Actuel»), l’intensité d’affouragement est adaptée de manière ciblée à l’âge au vêlage escompté. On voit ici Hans-Ueli Baumgartner, du service technique UFA (à dr.) et Markus Schädeli, éleveur de remontes à Wohlen (AG).

Les génisses qui sont approvisionnées de façon ciblée se distinguent par une meilleure fertilité La fertilité des génisses d’élevage est particulièrement affectée lors des changements d’affouragement intervenant au début de l’hiver et au printemps ainsi que par temps chaud. Avec une moyenne de 1.3 inséminations par gestation, l’exploitation Schädeli, Wohlen (AG) présente de bons résultats. Un affouragement adapté aux besoins ainsi qu’une bonne gestion de la fertilité font partie des facteurs de succès les plus importants. Cela commence déjà au début de l’élevage. Concrètement: un affouragement intensif les premiers 6 mois (voir texte), ensuite plus extensif mais toujours équilibré et adapté aux besoins. UFA W-FOS pour les génisses d’élevage Markus Schädeli a réparti ses 60 à 70 animaux d’élevage en quatre groupes. La ration mélangée calculée selon UFA WFOS se compose à parts égales de foin, d’ensilage d’herbe de printemps et d’ensilage d’herbe d’automne. La ration mélangée est minéralisée avec du sel

ment gélatinisé, ce qui le rend plus digeste pour les enzymes. Cet effet est également observé dans des granulés expansés. Comme dans tous les autres aliments, le choix des matières premières est fait en fonction de leur appétence (par exemple pas d’amertume) et de leur tolérance par les veaux.

Conclusion Le type et la qualité des concentrés influencent fortement le développement du veau. Les aliments spéREVUE UFA · 12 2012

bétail, UFA 994, UFA 995 (avec sélénium) et UFA 195 (avec biotine). Les génisses consomment en plus de la paille de l’aire paillée, (orge, blé, épeautre, colza), ce qui leur permet de couvrir leurs besoins individuels en structure. Le groupe le plus jeune reçoit entre 1 et 2kg d’UFA 116 par animal et par jour via la ration mélangée. Les changements de ration se font progressivement. L’ensilage d’automne et de printemps se complètent Certaines années, l’ensilage d’herbe de première coupe est riche en sucre. En automne, les prairies deviennent plus riches en matière azotée. L’ensilage d’automne et de printemps se complètent donc bien. Il convient néanmoins de veiller à ce que la complémentation en magnésium soit suffisante, la teneur en magnésium des prairies étant parfois faible, tant au printemps qu’en automne.

Des pommes de terre pour le jeune bétail? Markus Schädeli cultive 4 ha de pommes de terre. Il écoule les pommes de terre qu’il ne commercialise pas auprès de plusieurs exploitations laitières. Chez les jeunes veaux, l’utilisation de pommes de terre accroît le risque d’acidose. Chez les génisses, l’affouragement de pommes de terre engendre un risque d’embonpoint. Le système d’affouragement UFA W-FOS présente bien les possibilités et les limites qui existent à ce niveau. Outre les valeurs habituelles telles que les NEL ou l’APD, ce système tient également compte de la vitesse de fermentation et de la part de fermentation dans le rumen, ce qui permet une complémentation et une efficacité alimentaire optimale. Hans-Ueli Baumgartner, Service technique UFA, 6210 Sursee

cifiquement conçus pour les veaux comme par exemple UFA 116 contiennent des matières premières facilement digestibles et bien supportées par les jeunes animaux ainsi que des levures vivantes. Ils se caractérisent en plus par une complémentation ciblée de vitamines et de minéraux. Ces aliments contiennent en outre des flocons. Ces derniers favorisent une consommation précoce de l’aliment ainsi qu’un bon développement des jeunes animaux. 䡵

Auteurs Elleen Berger et Jacques Emmenegger, Service technique, UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee, www.ufa.ch Fr. 4.–/100 kg de rabais sur les aliments d’élevage UFA – jusqu’au 19.1.2013 dans votre LANDI.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

71


DF_NT4_Roggli_1212_2012 27.11.12 17:31 Seite 72

PRODUCTION ANIMALE

Production laitière et énergétique EN ALLEMAGNE DU NORD, les grosses exploitations laitières se lancent dans une stratégie de croissance stricte alors même qu’elles se distinguent aujourd’hui déjà par une productivité du travail impressionnante. En raison des bons prix réalisés dans le secteur des grandes cultures, les producteurs de lait estiment que la suppression des contingentements laitiers dans l’UE en 2015 ne se traduira pas par une surproduction.

Des fourragères interminables, des salles de traites grandes comme des stabulations suisses, des silos mesurant des hectares – l’excursion laitière organisée par Agrar Reisen et la Revue UFA a permis aux participants au voyage de voir une foule de choses intéressantes dans neuf exploitations de Basse-Saxe, au Nord de l’Allemagne. L’efficacité des exploitations visitées en a fasciné plus d’un. Dirk Böschen atteint ainsi une productivité de 750 000 kg de lait par unité de main d’œuvre et par année. L’exploitation de la ville de Grasberg compte 900 vaches, le troupeau étant géré par deux responsables de troupeau, neuf trayeurs et un nutritionniste. En 20 ans, le nombre de vaches abrité par l’exploitation a été multiplié par 10.

Au lieu du maïs, les installations fonctionnant au biogaz consomment toujours plus de purin de bovin.

72

Multiplication par 10 Alors que des exploitations telles que celle de Becken Agrar Sàrl, Loxstedt-Hetthorn, exploitent entièrement les capacités offertes par les bâtiments existants en les agrandissant via des mesures simples et mettent ainsi des fonds propres pour de futurs investissements, d’autres au contraire «mettent le turbo». Les instruments modernes de gestion de troupeau et les derniers développements techniques permettent de répartir les

coûts de bâtiments, d’installation et de salaires sur un volume de lait toujours plus important. Le financement de cette croissance va souvent de paire avec des degrés d’endettement élevés.

«Avant de rêver, il faut faire de l’argent», Explique Conny Derboven. Cet éleveur Holstein renommé est également un fan du taureau Coldwyn. Actuellement son troupeau compte 23 vaches présentant une performance de vie supérieure à 100 000 kg. Les trois filles de Derboven sont passionnées d’élevage laitier, travaillent sur l’exploitation et s’impliquent activement.

Financement via des fonds étrangers principalement Selon les acheteurs, les prix du lait oscillent entre 25 et 53 centimes d’Euro par kg de lait. Les chefs d’exploitations rencontrés se sont dits satisfaits de ces prix, ces derniers ayant atteint un plancher de 20 centimes d’Euro il n’y a encore pas si longtemps. Selon les responsables des exploitations visitées, les coûts d’affouragement oscillent entre 11 et 20 centimes par kg. Les collaborateurs d’étable responsables de certaines tâches liées à la gestion du troupeau gagnent environ 20 Euro de l’heure alors que ceux qui sont uniquement en charge de la traite

Les constructions sont simples et flexibles, comme ici sur l’exploitation Lürssen, Uthede.

gagnent nettement moins. Le coût par place UGB varie entre 2000 et 4000 Euros par place. Les exploitations qui s’agrandissent recourent majoritairement à des fonds étrangers. Selon le modèle d’hypothèque pour lequel elles ont opté, les intérêts annuels varient entre 2.2 et 4.8 % par an. Dans le cadre du programme d’encouragement de l’Union européenne pour le développement de l’espace rural, en Basse-Saxe, les nouvelles stabulations bénéficient d’un subventionnement pouvant aller jusqu’à 40 % de l’investissement. Ce subventionnement est toutefois limité à 400 000 Euros au maximum (sur trois ans).

Tailles critiques Outre les très grandes exploitations, l’Allemagne du Nord compte également de

12 2012 · REVUE UFA


DF_NT4_Roggli_1212_2012 28.11.12 11:01 Seite 73

PRODUCTION ANIMALE

L’exploitation bio Elite à Ahlden/ Elite n’a pas hésité à se lancer dans un marché de niche.

nombreuses exploitations de taille moyenne (50 à 150 vaches). Bon nombre de producteurs interrogés ont expliqué que les troupeaux de 50 à 150 têtes nécessitaient un investissement en travail particulièrement élevé de la part de la famille, la pression exercée sur les coûts limitant l’engagement de collaborateurs externes. C’est la raison pour laquelle la plupart des producteurs interrogés souhaitent détenir un plus grand nombre de vaches.

Planification pensée jusque dans les moindres détails Dans les exploitations telles que celle de Claus Lürssen, qui produit chaque année 8.5 millions de kg de lait et qui vise désormais les 10 millions, la gestion du troupeau est impressionnante. Sur cette exploitation, rien n’est laissé au hasard. Les activités telles que les soins des onglons ou le tarissement sont agendées sur le plan hebdomadaire. Les standards sont communiqués sous forme écrite aux collaborateurs. Comme c’est le cas dans l’industrie, le personnel timbre en début et en fin de journée. Dans les exploitations visitées, on assiste aux tendances suivantes: • Répartition d’un mélange chauxpaille dans les logettes profondes • Utilisation de semence sexée pour les inséminations • Box de vêlage abritant plusieurs vaches (moins de stress qu’une détention individuelle) • Mesure quotidienne de la fièvre jusqu’à deux semaines après le vêlage (surtout chez les primipares) • Traite trois fois par jour (production laitière plus élevée) • Les nouveaux nés reçoivent du colostrum provenant de plusieurs vaches (pour assurer une bonne qualité de colostrum) alors que l’âge au premier REVUE UFA · 12 2012

vêlage diminue constamment (jusqu’à 21 mois). • Affouragement de lait à volonté (joghurtisé) pour les veaux d’élevage jusqu’à l’âge de trois semaines (« programmation métabolique » pour des accroissements et des performances laitières plus élevés). La production par lactation oscille entre 9000 et 11 000 kg. Malgré des méthodes d’indentification des chaleurs modernes, la plupart des exploitations affichaient deux inséminations par gestation. Le taux de remonte est d’environ un tiers du troupeau.

Avec son carrousel, l’exploitation Brokering, Eydelstedt, trait 230 vaches à l’heure. Comme la traite se fait depuis l’extérieur, les vaches peuvent se promener en direction du carrousel.

Efficacité à la surface grâce au maïs Les rations fourragères se composent en grande partie de maïs ensilage (2⁄3 et plus). Le silo de maïs nécessite un seul passage de récolte et permet de produire plus de matière sèche à l’ha que l’ensilage d’herbe, ont expliqué les producteurs concernés. Ces derniers se sont dits inquiets des prix du soja, qui ont presque doublé depuis l’été dernier. Quatre rations mélangées différentes sont préparées pour les vaches en lactation. A cela s’ajoute une ration pour les vaches laitières. La part de concentrés s’élève à 10 kg par vache et par jour.

destiné à la production de biogaz, bon nombre d’exploitations se concentrent également sur les grandes cultures.

Buffle En Basse-Saxe, de nombreuses Le succès que rencontre le biogaz se traduit par une carence au niveau des matières premières. Les prix des terres en fermage sont ainsi passés à 800 Euros l’hectare voire plus. Alors que le prix moyen allemand des terres agricoles s’élevait à environ 9200 Euros il y a cinq ans encore, il arrive qu’il atteigne actuellement les 30 000 Euros l’hectare. Au lieu de louer ou d’acheter du terrain, bon nombre d’exploitations achètent désormais le fourrage de base. Avec 200 m3/t, c’est l’ensilage de maïs qui fournit les plus hauts rendements en biogaz.

Pas inquiet pour 2015 Dans l’Union européenne, les quotas laitiers seront supprimés en avril 2015. Toutes les producteurs interrogés ont affirmé ne pas se faire de soucis à ce sujet. Depuis 2009, les quotas n’auraient ainsi jamais été produits dans leur totalité selon leurs explications. En raison de la forte demande qui prévaut pour le maïs

exploitations misent également sur des productions de niche. Outre des vaches Holstein dont le lait est payé 45 centimes d’Euro par kilo, l’exploitation bio Elite détient également 20 bufflonnes. Ces dernières peuvent vivre jusqu’à 20 ans. Elles sont traites dans une salle de traite mobile au pâturage, quand elles en manifestent l’envie.

Les igloos à veaux impliquent une surcharge de travail mais la détention individuelle s’avère avoir un impact positif sur la santé des animaux, comme c’est par exemple le cas sur le domaine de Marc Benninghoff, Bremervörde-Bevern.

Conclusion Plus le niveau de production laitière est élevé et plus la planification, la gestion du personnel et le contrôle du troupeau doivent occuper une place au sein du cahier des charges du chef d’exploitation. Malgré un endettement élevé, les exploitations d’Allemagne du Nord qui ont choisi de s’agrandir considèrent l’avenir avec optimisme. Le succès que rencontre la production de biogaz réduit la pression qui pèse sur le marché du lait et incite à penser que la suppression des quotas prévue pour 2015 ne se traduira pas par une surproduction. 䡵

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee. L’excursion laitière organisée entre le 9 et le 11 octobre a été accompagnée par la Revue UFA. Chaque automne, une telle excursion est organisée.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

73


DF_NT6_Erni_1212_2012 27.11.12 18:37 Seite 74

PRODUCTION ANIMALE

Moins de travail, plus de rendement DISTRIBUTEURS AUTOMATIQUES DE LAIT Bon nombre de producteurs de lait se demandent comment augmenter la productivité du travail. Chez les veaux d’élevage, le recours à un distributeur automatique de lait (DAL) réduit la charge en travail et améliore les performances d’accroissement. Lorsque les prix du lait d’industrie sont bas, il vaut la peine d’engraisser en parallèle quelques veaux d’engraissement.

Alfred Erni

• • •

Un DAL permet de diminuer la charge en travail tout en ayant une incidence positive sur le bien-être, la santé et l’accroissement des veaux: Garantie d’une bonne température de buvée, soit 41°C. Dosage exact de la poudre de lait et répartition individuelle des quantités Les veaux sont en mesure de répartir leur consommation sur l’ensemble de la journée et ne boivent donc pas trop à la fois. Il s’ensuit une réduction du risque de diarrhée et de gonflement. La consommation de chaque animal peut être vérifiée.

Modèles Les DAL combinés permettent de distribuer en même temps de la poudre de lait et du lait frais. Le tank à lait doit être installé le plus près possible du DAL. Lorsqu’ils sont distants de plus de 10 m, il convient d’utiliser un tuyau de diamètre ¾. Outre les DAL combinés, dans la pratique, on trouve des DAL poudre-eau ainsi que des DAL distribuant uniquement du lait entier. Lorsque la buvée des veaux est gérée via l’ordinateur servant à la gestion du troupeau de vaches laitières, le choix se porte sur un DAL intégré. Les DAL qui peuvent uniquement être gérés via la commande fixée sur le DAL sont des modèles «Stand Alone». Les modèles Eaupoudre ou Lait entier-poudre sont parfaitement adaptés pour les veaux d’élevage.

A l’abri du gel Idéalement, un DAL doit être installé dans un local séparé et isolé du gel. L’automate peut également être installé directement dans l’étable. Diverses mesures permettent de prévenir le risque de gel dans les conduites de lait, d’eau ou dans les tuyaux de buvée. 74

Connexion au réseau électrique et d’eau Pour pouvoir fonctionner, un

Affouragement et contrôle individualisé selon l’animal Selon le

DAL doit pouvoir être relié à une prise 16 ampères à cinq pôles et protégé par un disjoncteur F1. La pression de l’eau véhiculée par la conduite d’adduction doit atteindre 2.5 bars au minimum mais ne pas dépasser 6 bars. Lorsque la pression d’eau descend parfois en dessous de 2.5 bars, il est nécessaire d’installer un réservoir d’eau. Le DAL peut également recourir à de l’eau préchauffée (jusqu’à 38°C). Lors de températures plus élevées à l’arrivée, il faut recourir à un mitigeur dans le but de mélanger eau chaude et eau froide à la bonne température. Les câbles et les conduites doivent se trouver hors de portée des veaux.

type de DAL et l’ordinateur d’affouragement utilisé, la concentration de la buvée et la proportion de lait peuvent être réglées individuellement en fonction des besoins de l’animal. Les animaux individuels sont identifiés au DAL via les colliers équipés de transpondeurs qu’ils portent au cou. Le contrôle des quantités de lait consommées est un précieux instrument de gestion pour les chefs d’exploitation. Un doseur de précision Le technicien UFA, Franz Blum, contrôle les installations de mise en route sur le DAL. Il vérifie ensuite le calibrage et la température de chauffe.

Station de buvée Il est nécessaire de disposer d’une station de buvée par groupe de 30 veaux mais dès un effectif de 15 animaux, mieux vaut former deux groupes en fonction de la taille des veaux. La distance entre le DAL et la station de buvée doit être aussi restreinte que possible. Cette distance ne devrait pas excéder 3 m pour les jeunes veaux qui sont encore peu habitués au DAL. Sinon, le DAL devrait être équipé d’une assistance pour l’adduction du lait. La tétine est fixée à une hauteur de 65 à 80 centimètre au-dessus du sol. L’automate peut se situer plus haut pour autant qu’un dispositif adapté soit installé. Idéalement, l’automate de buvée doit être installé à un endroit sec et difficilement atteignable pour les animaux, à proximité de la station de buvée. 12 2012 · REVUE UFA


DF_NT6_Erni_1212_2012 27.11.12 18:38 Seite 75

PRODUCTION ANIMALE mettant d’utiliser des additifs liquides. Pour que les veaux d’élevage se muent rapidement en ruminants sans que leur croissance s’interrompe pour autant, il est également possible d’utiliser un DAC (distributeur automatique de concentré) parallèlement au DAL.

Le spécialiste veaux d’UFA, Frédy Bessire, explique le plan de buvée individuel ainsi que le fonctionnement du DAL Vario.

pour les additifs sous forme de poudre permet d’ajouter à la buvée d’infimes quantités de concentrés de substances actives tels UFA top-fit et d’effectuer un dosage adapté aux besoins de chaque animal. Certains appareils disposent également d’une pompe de dosage per-

Faciliter l’hygiène Certains DAL sur le marché peuvent en outre être équipés d’options supplémentaires telles que le calibrage automatique, qui permet de procéder quotidiennement au contrôle et à l’adaptation des dosages, assurant ainsi une mise en valeur optimale des quantités distribuées. Les options Nettoyage automatique et Protection contre les mouches permettent quant à elles d’éviter les problèmes de souillures et garantissent une longue durée d’utilisation pour autant que les produits utilisés n’aient pas d’effet corrosif (comme le chlore par exemple). Protection contre les autres veaux Equiper une station de buvée d’une porte (p. ex. « CalfProtect ») permet aux veaux de boire sans être dérangés et de les protéger contre la succion mutuelle. Une pompe d’amenée du lait vers la tétine facilite la succion des veaux. 䡵

Un prix du lait supérieur en engraissant des veaux Eloi Saucy exploite à Lajoux un domaine laitier qui s’étend sur 40 ha et compte 60 vaches Holstein ainsi que la remonte. Afin de ne pas dépendre que du seul prix du lait, Eloi Saucy a installé sur son exploitation une étable pour veaux. Diverses études ont en effet démontré que dès que les prix du lait d’industrie sont inférieurs à 60 ct./kg, l’engraissement de veaux présente tendanciellement une meilleure rentabilité. Eloi Saucy engraisse ses propres veaux Holstein et, durant l’hiver, également des veaux achetés. Franz Blum, technicien UFA pour le service aux DAL, est venu installer le nouveau DAL «Förster Vario» alors que le spécialiste veaux d’UFA, Fredy Béssire, s’est quant à lui chargé du calibrage et de la programmation des plans de buvée. Le local où est installé le DAL est isolé du froid et entouré de deux aires sur paille profonde. Lorsqu’ils boivent, les veaux se trouvent sur un socle surélevé de 25 cm et recouvert d’un caillebotis, ce qui facilite le réglage de la hauteur de la tétine. Afin d’obtenir un meilleur taux de couverture chez les veaux, le lait entier est complété par de la poudre de lait. Sur le DAL, l’écoulement est placé de manière à ce que le lait restant puisse s’écouler rapidement, pour éviter la prolifération des mouches. Frédy Bessire explique le fonctionnement du DAL au chef d’exploitation. La touche de fonction directe permet de visionner les veaux ayant droit de boire, ceux qui sont en alarmes ainsi que ceux qui n’ont plus droit au lait. Le processeur peut mémoriser 150 animaux répartis en quatre groupes d’affouragement (A, B, C ou D). Chaque groupe d’affouragement dispose de son propre plan de buvée avec des dosages de poudre, d’additifs ainsi que de pourcentage maximal et minimal. Quelque jours après la mise en service de l’installation, Frédy Bessire repasse sur l’exploitation pour éclaircir quelques questions. En cas de problème, c’est lui qui intervient en tant que spécialiste UFA régional. Lorsque c’est nécessaire, les conseillers en affouragement d’UFA s’adjoignent l’aide de techniciens comme Franz Blum. Le fonctionnement et le calibrage des automates installés chez les clients UFA sont contrôlés à intervalles réguliers. Lukas Willener (fraîchement diplômé de l’ES d’agro-technicien et en stage chez UFA)

Eloi Saucy nourrit des veaux d’élevage et d’engraissement avec un même automate. Pas d’installation sans test. La fonction du doseur est contrôlée par la même occasion.

Auteur Alfred Erni, directeur du secteur Veaux, UFA SA, 9501 Wil. Automates de buvée Le service technique UFA propose des DAL ainsi qu’un service de réparation et d’entretien de ces machines 365 jours sur 365. www.ufa.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 12

REVUE UFA · 12 2012

75


DF_NT5_Duss_1212_2012 27.11.12 17:33 Seite 76

PRODUCTION ANIMALE

D’abord prendre la température CONTRÔLER LES VEAUX À LEUR ARRIVÉE permet aux engraisseurs de veaux d’éviter des coûts et du travail inutiles. Le premier coup d’œil peut être trompeur. Prendre la température des animaux permet d’identifier ceux qui sont malades et de prendre assez tôt les mesures qui s’imposent.

Markus Duss

Contrôler les animaux à leur arrivée est une mesure importante parmi toutes celles que l’engraisseur prend pour gérer l’état sanitaire de son troupeau.

Lors de l’arrivée des veaux à l’étable, l’engraisseur a le choix entre deux méthodes: soit recourir au procédé en bande unique, soit opter pour le remplissage continu de l’étable, qui ne restera alors jamais vide. Dans le cadre du procédé en bande unique (tout dedans, tout dehors), c’est en général un marchand qui amène tous les veaux en un seul groupe. Vu le nombre élevé d’animaux, l’engraisseur n’est souvent pas en mesure de distinguer ceux qui sont en bonne santé et ceux qui sont malades. Cela prend du temps d’attraper chaque veau et de l’inpsecter sommairement. Selon son expérience, l’engraisseur serait bien inspiré de s’adjoindre l’aide d’un vétérinaire. Il faut tout d’abord prendre la température de chaque veau. Les thermomètres actuellement disponibles permettent de le faire en 10 à 15 secondes. Une température qui s’écarte de

la norme (38.5°C à 39.2°C) indique que le veau a un problème. Il arrive que des veaux aient l’air en bonne santé alors qu’ils ont déjà 40° de fièvre. Pour le succès du traitement et une évolution moins rapide de la maladie, il est important d’intervenir avant que le veau ne boive plus, qu’il pompe en respirant et qu’il ait les oreilles pendantes.

Fèces et nombril Mesurer la température rectale permet d’en savoir plus sur la consistance des fèces et de palper le nombril pour déceler une éventuelle infection ou une rupture de ce dernier. Informations émanant du fournisseur L’engraisseur qui achète régulièrement des veaux isolés, sans passer par un marchand et directement auprès de l’éleveur où le veau est né, a la possibilité de s’informer directement auprès du producteur. L’engraisseur qui procède selon cette méthode doit uniquement se focaliser sur un seul ou quelques veaux. Mais même en pareil cas, il est recommandé de mesurer immédiatement la température du veau et de repousser l’achat de ce dernier au cas où il ne serait pas en bonne santé.

Quarantaine pour les veaux malades Les veaux malades doivent être détenus dans un compartiment séparé ou, mieux, être placés en quarantaine dans une étable isolée où l’air de l’étable abritant les autres veaux d’engraissement ne parvient pas. Lorsqu’il est impossible de procéder ainsi, il convient de marquer les nouveaux arrivants de manière claire. Il sera ainsi plus facile de leur prodiguer l’attention et les soins dont ils ont besoin. 76

Tableau: Température rectale Elevée (> 39.5 °C) Infection: Poumons (respire en pompant, toux, larmes) Oreilles (pendantes) Nombril (ventre tendu) Diarrhée Stress dû au transport? Normale (38.5 – 39.0 °C) Normale: Vif? en bonne santé! Malade: Diarrhée Météorisation Rupture du nombril Faible (< 38 °C) Malade: Diarrhée Troubles digestifs Syncope Rupture du nombril Intoxication sanguine Erreur: Air dans le rectum Mesures Renvoi éventuel des veaux Quarantaine/séparation Traitement ciblé

Les engraisseurs qui achètent continuellement des veaux seraient également bien inspirés de les placer dans une étable de quarantaine. Les veaux devraient y être acclimatés à leur nouvel environnement durant 10 jours environ et y bénéficier des premiers traitements à l’arrivée (vaccination/traitement médicamenteux) avant de rejoindre leurs congénères d’engraissement. 䡵

Auteur Dr. Med vet. Markus Duss, Pratique vétérinaire Beichle SA, 6182 Escholzmatt

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

12 2012 · REVUE UFA


DF_Kleinmarkt_1212_d_f_2012 27.11.12 15:56 Seite 77

Produits fourragers Produits séchés

Melkboy 寿 041 480 28 36 Traktor ICH 353; Maishäcksler Mengele; MB 290 Räder 10x15 寿 041 910 28 45 Deutz Motor 45 PS, lufgekühlt, Typ F4L 8120 evt. mit Baustellenkompressor 寿 079 836 39 92

· Pulpes de betteraves séchées en pellets · Drêche de malt séchée en pellets · Pellets de luzerne

Schälblatt, aus Chromstahl, für jede Kreissäge passend, Ø 60 cm, neu, Fr. 300 寿 079 713 95 05 Kt. BE Doppelrad, zu Bereifung 16.9 R 30 寿 079 622 45 82 Schneefräse Yard-Man YM5655DE, elektr. Anlasser, Arbeitsbreite 56 cm, Neupreis Fr. 2420, Vorführmodell für Fr. 1800 寿 055 440 34 64 Glattwalze, 1.8 m breit, Traktorzug, Fr. 200 寿 079 687 21 06

Infoline gratuite 0800 808 850 www.fourrages.ch

Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 69

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Rapid 505 mit Schneepflug, 1.60 m schwenkbar, Seitenbl. 07 Tot.rev. 2011 Service, wenig gebraucht. Fr. 2600 Kt. TG 寿 078 656 75 01 Reihendüngersähgerät Haruwy, 4-Reihig 寿 077 472 26 18 2x Trocknungssilo, je 3 t Inhalt, günstig abzugeben 寿 079 836 39 92 Massey-Ferguson 35, rot, 45 PS, mit festangebautem Heckstapler, 3.5 m, 1 t 寿 071 655 12 94 Kaninchenställe Aluausführung mit KS, Innenställe L x B x H 1.35- 0.75- 0.82 寿 079 625 82 92 REVUE UFA · 12 2012

9 Tonnen Achse, neuwertig, von einem Mengele Ladewagen mit verzinktem Chassisträger, hydraulische Bremse, passende Felgen, Fr. 1000, nur Achse Fr. 850 寿 079 652 25 34 Pferdeheu, staubfrei; Rund- oder Kleinballen, Lieferung möglich, direkt vom Produzenten 寿 043 888 54 01 oder 079 643 59 65 Holz-/Schitlispalter 10 t, 380 V, bis max. Länge 68 cm, waagrecht mit Spaltkreuz; Schneepflug an 3-Pkt., 2.60 m, hydraulisch, gefedert; Hoch-Kippschaufel, hydr., 2.20 m, robust, neuw. 寿 078 743 11 30 Vierradwagen aus Holz, Länge 5 m, Breite 1.95 m, vorschriftsgemäss ausgerüstet, Nutzlast 4 t, Bremsvorrichtung auf beiden

Achsen vorhanden, funktionstüchtige Beleuchtung, gute Bereifung, günstig 寿 052 346 13 58 Bodenfräse Pegoraro, 2.50 m, wenig gebraucht; Umschlaggerät; Kälberiglu, neu 寿 079 723 61 25 Feldspritze Amazone UF1201, 2 J., neuwertig, 21m Super-S Gestänge Vollausstattung, DUS, DC, 3fach Düsenkörper, Randdüsen, Amatron und Joystick, Profiklappung, Düsenschutzrohre 寿 079 483 80 81 Erdbohrer hydr., zu Bagger, Bolzen Ø 35 cm, Bohrer Ø 350, 250, 150 cm, 1250 cm lang praktisch neu Fr. 4200 寿 079 445 61 28 Lastwagenanhänger mit eingebautem Silo, Futterautomat und Rampe für Schafe und Schweine 寿 052 745 14 43

Schüttelzubringer Lanker, guter Zustand, Fr. 400 寿 052 680 18 58 Diesel oder Heizöltanks, 2 à 2000 l mit Auffangwanne 寿 077 484 33 75 Ansauggebläse Zumstein, fahrbar, 12 PS Fr. 950 寿 031 741 03 07 Fendt Wario 211, in Komplettausrüstung, 171 h mit Werksgarantie 寿 077 492 51 10 Holz-Absperrgitter für 7 Grossvieeinheiten; Bandsäge, für den Hobbygebrauch 寿 052 653 13 30 Autoanhänger, Kassentresor gross 寿 079 487 88 93 Traktor Case 4210, 72PS, 1200 Betriebsstunden, luftgefederter Sitz, rockiger, ab MVK Preis Fr. 20‘000 寿 079 255 78 59 PW-Militäranhänger, einachsig, wenig gebraucht, robust, mit oder ohne Blachenaufbau, Ladefläche 1.6 x 2.3 m, Fr. 590 寿 079 810 43 53

Heurüstmaschinen, Kran / und Kleinmodelle; Heuschrotte, elektrisch mit Kabel 寿 079 678 81 49 Doppelrad, neuwertig, 5.00-10 zu Aebi AM20, CC26, mit Anschlussteilen Fr. 400 寿 078 835 33 68 Rapid 606 mit rev. Zündung Fr. 650 寿 078 835 33 68 Aebi AM9 mit 1.6 m, Schubbalken Gitterrad, betriebsbereit Fr. 1750 寿 078 835 33 68 Spritze Birchmeier, 800 l, mit 15 m Balken, handklappbar, 5 Sektoren; Tränkebecken Svewia; Einschienenkran mit Funk 寿 079 243 75 25 Sternhackgerät Haruwy 寿 077 472 26 18 Zu Rapid 505: Bandeingrasung, Ausleger, Mählbalken mit Mulchfinger, Busatis Mähbalken, Anhängevorrichtung, Preis nach Absprache 寿 079 450 98 03 BPW-Achse, 9 t 寿 079 653 96 35 Rübenbröckler fahrbar mit el. Motor und Steinbruchsicherung; Rübenbröckler Burkart mit Korb für 3 Punkt an Traktor; Strohmühle Vakumat mit el. Motor 寿 079 678 81 49 Schutzgasschweissanlage, neuwertig, Preis auf Anfragen 寿 076 597 05 14 Notstrohmgruppe 20 KW; Deutz 3 Zgl. 1500 U/min 220 Std., Jg. 86, Bordbuch, Anlaufautomatic, Batterie, ca. 400 kg, Industriemod. Für Alp div. Ersatzteile neuwertig Fr. 8500 寿 079 445 61 28 Milchfilter für Kanne, Ø 17cm, Käserei tauglich 寿 034 431 27 61 Absauganlage Westfalia für 4 Melkeinheiten in Melkstand 寿 079 710 07 71 Schneefräse zu Rapid Euro, 87 cm, neu, mit Garantie Fr. 4800 寿 078 445 61 28

Rapid spez. mit ZWA o. Brücke mit Ausweis Fr. 1700 寿 079 445 61 28 Zwillingspumpe Schweizer, für Gülle 寿 079 836 39 92 Paloxenkippgerät, neu, für Grosskisten oder für 2 Europaloxen, mit Dosierschieber, Fernsteuerung, 380 Volt, 寿 052 745 11 49 Hd-Reiniger Kränzle Therm C15/150, Warmwasser, Jg. 2007, ab Service 寿 055 440 34 64 Laubbläser Husqvarna 380BTS, Jg. 2010, 6 Monate Garantie, NP Fr. 1250, VP Fr. 600, ab Service 寿 055 440 34 64 RB-Wickler Tanco 1514 Twin, Bauj. 07, Fr. 10 500 寿 079 672 94 13 Tiba Kombiherd, Feuerung rechts, 4 el. Glaskeram.-Kochfelder, el. Umluftbackofen, Fr. 600 寿 079 672 94 13 Stapler-Toyota, Benzin, Hubhöhe 3.5 m, Hubkraft 1.5 t, Bauhöhe 2.3 m, Freihub 40 cm, mechanisch und optisch sehr guter Zustand, günstig 寿 079 422 30 55 Körnerschnecke, länge 5 m mit Fahrwerk, Fr. 350 寿 079 254 65 29 WIG-TIG Schweissanlage; 2 Pneu 9.5R20 寿 044 939 11 62 Plattwalze, 3.05 m breit, Durchmesser 29 cm, 320 kg 寿 079 653 96 35 Sämaschine Isaria mit Schleppscharen und Fahrgassenschaltung, 2.5 m, guter Zustand, Fr. 800 寿 052 747 11 91 Körnerschnecke mit Fahrwerk, Länge 7 m, Fr. 400 寿 052 747 11 91

Suite à la page 81 77


DF_NT7_Barenco_1212_2012 27.11.12 17:34 Seite 78

PRODUCTION ANIMALE

Près de Fr. 300.– de plus par animal LES VEAUX DE VACHES MÈRES, suivant la race et la base fourragère de l’exploitation, ont besoin d’un peu d’aliment complémentaire afin d’atteindre de bons accroissements et des carcasses optimales. Un automate permet de distribuer les concentrés individuellement et les veaux peuvent y manger en toute quiétude. Sur l’exploitation Geisseler, le rendement économique a connu une nette amélioration.

Alex Barenco

Stephan Studinger

Dans la détention de vaches mères, des facteurs comme la fertilité, le déroulement des vêlages ou le choix des animaux d’élevage sont des facteurs de succès économique décisifs. Il est également important que la qualité des carcasses et le poids à l’abattage du veau soient corrects.

Degré de couverture Les veaux de vaches mères sont abattus à un âge d’environ dix mois. Afin d’en tirer un bon prix, ils doivent avoir une couverture de graisse de classe 3 à cette période. La plupart du temps, les animaux qui pâturent ont du mal d’atteindre cet objectif en raison de leur grande liberté de mouvement et de la valeur nutritive des prairies. Les animaux bien couverts ont généralement une bonne proportion de graisse intramusculaire, gage d’une viande savoureuse. A la vente,

des animaux insuffisamment couverts font l’objet de déductions importantes. Une distribution ciblée de concentrés permet d’améliorer la couverture.

Affouragement individuel grâce à l’automate Reste encore à trouver le meilleur moyen de distribuer l’aliment concentré. A la crèche, les veaux plus grands prennent la mesure des plus petits et ce sont ceux qui ont le moins besoin de concentrés qui en mangent le plus. Si on la considère sur l’ensemble du troupeau, l’efficacité du fourrage distribué en pâtit. Même si cela demande davantage de travail, il est préférable de bloquer les animaux au cornadis et de leur distribuer individuellement la quantité de concentrés adéquate. Mais un DAC (distributeur automatique de concentrés) constitue assurément la meilleure solution. Il permet de nourrir

individuellement les veaux avec un minimum de travail et sans que les animaux ne se dérangent mutuellement. Il est possible de déplacer l’automate au pâturage sur une remorque et de l’utiliser à l’extérieur, pour autant que l’on dispose d’une alimentation électrique à proximité.

Aliment distribué toute la journée Les veaux se nourrissent principalement d’herbe et de lait. En plus de cela, ils se rendent plusieurs fois par jour au DAC où ils sont identifiés automatiquement au moyen d’une puce dans l’oreille. La quantité de concentrés distribuée dépend de l’âge du veau, bien qu’une distribution manuelle reste possible en tout temps. On peut également régler la quantité maximale de concentrés distribuée par visite ainsi que l’intervalle minimal entre les visites. Afin de

Tableau: Rentabilité de la complémentation pour les veaux de vaches mères Essai réalisé par l’Agro-Center Malters SA sur l’exploitation Geisseler, Lucerne/Littau Mère Race Résultats d’abattage 2010 Résultats d’abattage 2011 de la mère (sans concentrés) (avec concentrés) Poids CHProduit Poids CHProduit kg TAX Fr. kg TAX Fr. 1 Limousin 256 T+3 2714 239 H3 2629 2 Croisement 195 T– 1 1950 235 C3 2632 3 Brune 203 T+3 2152 232 H2 2482 4 Brune 187 T+3 1982 209 C2 2278 5 Croisement 197 H2 2108 215 C3 2430 6 Grauvieh 165 T+2 1667 195 H2 2087 7 Croisement 216 T+2 2225 214.5 H2 2295 8 Limousin 181 H3 1991 270 C3 2970 9 Limousin 180 T2 1854 228 C3 2554 10 Limousin 206 T+2 2122 222.5 C3 2492 11 Grauvieh 158 T+3 1627 178 H2 1905 12 Brune 214 H2 2290 225 T4 2295 13 Croisement 210 H2 2247 267 C3 2937 14 Limousin 191 H3 2101 234 C2 2551 Moyenne 197 2074 226 2467 78

Différence Poids Produit kg Fr. – 17 – 85 40 682 29 330 22 296 18 322 30 420 – 1.5 70 89 979 48 700 16.5 370 20 278 11 5 57 690 43 450 29 393

Frais d’aliment Fr. 98 78 70 70 105 52 63 140 100 70 70 98 90 92 85

Bénéfice Fr. – 183 604 260 226 217 368 7 839 600 300 208 – 93 600 358 308

12 2012 · REVUE UFA


DF_NT7_Barenco_1212_2012 27.11.12 17:34 Seite 79

PRODUCTION ANIMALE

Aliment complémentaire sans soja pour les vaches mères Depuis le 1er novembre 2012, Vache mère suisse ne veut plus de soja dans l’alimentation des vaches mères et de leur veaux jusqu’au sevrage. Pour la finition, le soja reste autorisé. Depuis novembre 2012, les détenteurs de vaches mères n’ont plus le droit d’acheter d’aliments contenant du soja. Ceux qui sont encore en stock sur l’exploitation peuvent être affouragés jusqu’au 31 août 2013. Pour la détention de vaches mères, UFA propose les produits sans soja UFA 245 (7.0 NEL et 11 % MA) et UFA 243-4 (7.4 MJ NEL et 22 % MA). Ces produits doivent être complétés en sels minéraux. Délai de commande: cinq jours.

minimiser les résidus de concentrés, ces derniers sont distribués en petites portions (100 g par 30 secondes). Si un veau ne consomme pas toute la ration à laquelle il a droit, il est enregistré comme «animal à problème» afin que l’éleveur puisse en élucider la cause.

Un essai pratique a été mené par l’Agro-Center Malter SA sur l’exploitation d’Othmar Geisseler. Il portait sur l’influence d’un affouragement individuel sur la qualité de carcasse et le poids à l’abattage des veaux de vaches mères. Pour ce faire, on a observé attentivement 14 vaches mères et un taureau d’élevage (100 % Limousin) durant deux ans. Afin de minimiser l’influence du gé-

notype, on a travaillé avec la même génétique durant les deux ans (mêmes mères et père). Au cours de la première année, les veaux n’ont été nourris qu’avec des fourrages grossiers. Durant la deuxième, la ration a été complétée par des concentrés, choisis en fonction du type de fourrage de base (pâture/ fourrage conservé).

Différence dans la consommation En moyenne, ce sont env. 100 kg de concentrés qui ont été distribués par veau, ce qui correspond à une charge financière de Fr. 85.–. Les apports de concentrés ont toutefois varié fortement d’un animal à l’autre, en fonction des performances de la mère. Les veaux dont les mères donnaient beaucoup de lait ont consommé nettement moins de concentrés que ceux dont la mère affichait une faible production laitière.

Profil de l’exploitation Othmar et Margrit Geisseler, 6014 Luzern/Littau. Nutzfläche: 10 ha (5 ha pâturage, 5 ha de prairies) Cheptel: 14 vaches mères avec veaux de génétique variée, 1 taureau (100 % Limousin), étable transformée en 2008, détention relativement extensive. Alimentation des vaches: Foin et pâture à la mijournée en été, 50 % ensilage d’herbe et 50 % de foin en hiver. Alimentation des veaux: lait maternel et regain, pâture à la mi-journée l’été, resp. 50 % d’ensilage d’herbe et 50 % de regain ou 60 % d’ensilage d’herbe et foin en hiver. Le fourrage de base est distribué aux veaux dans un espace séparé de l’étable des vaches pour qu’ils puissent manger en toute quiétude. Complémentation individuelle à chaque animal avec un DAC (en moyenne 100 kg de concentré par veau). Main d’œuvre: le couple d’exploitants (avec activité accessoire) et les parents.

Il a testé l’effet d’une répartition individuelle des concentrés sur son exploitation: Othmar Geisseler.

augmenté de près de Fr. 400.–/animal la deuxième année. Si l’on déduit les frais de concentrés (Fr. 85.–/animal) et un amortissement estimé à Fr. 30.–/animal pour l’automate, le rendement supplémentaire avoisine encore les Fr. 300./animal!

Déjà quatre à six semaines après le début de la complémentation, l’augmentation des performances des veaux était visible. Après dix mois, l’effet des concentrés était encore plus manifeste. Le poids moyen à l’abattage est passé de 197 à 226 kg en l’espace d’un an. Mais la taxation a également connu une nette amélioration. La deuxième année, la répartition était de 57 % de veaux C, 35 % de H et un seul T alors que la première année, il y avait 0 % de C, 35 % de H et 65 % de T. Par conséquent, le produit brut à l’abattage a

La qualité du fourrage de base ainsi que la race sont des critères décisifs pour estimer les besoins en aliments complémetaires.

Résumé Dans les conditions de l’exploitation Geisseler, qui pratique un élevage allaitant extensif, une complémentation individuelle des veaux de vaches mères à l’aide d’un DAC s’avère judicieuse et efficace. La rentabilité de la production peut ainsi être améliorée. L’affouragement individuel des veaux est particulièrement rentable lorsque • le mode d’exploitation est extensif • le fourrage de base n’atteint pas la qualité souhaitée • la production laitière de mères n’est pas suffisante • l’on recourt à des races à viande tardives (p. ex. Limousin). 䡵 Auteurs Alex Barenco, UFA-Marketing, 3360 Herzogenbuchsee. Stephan Studinger, Rindviehspezialist im UFABeratungsdienst, 6210 Sursee. Action CFS top-beef Si vous achetez un DAC CFS Top-Beef chez Itin & Hoch jusqu’à la fin de l’année 2012, vous recevrez un bon pour une palette originale d’aliment d’élevage ou d’engraissement, ou le poids correspondant en vrac. Bon valable à la LANDI, parmi la gamme d’aliments UFA 230/231/232/233/234/276 Bio/219.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 12 2012

12 · 12

79


DF_NT8_Berger_1212_2012 27.11.12 17:35 Seite 80

PRODUCTION ANIMALE

Se gratter au lieu de manger GALE Cet automne, les vaches ont-elles à nouveau commencé à se frotter et se gratter? Les jeunes animaux donnent-ils souvent des coups de tête et de queue? Certains se grattent-ils jusqu’à se faire saigner à certains endroits? Il est alors probable qu’ils soient atteints par des ectoparasites. La gale est très répandue.

Jutta Berger

Chez les bovins, la gale se manifeste par des zones de peau sujettes à des démangeaisons, exemptes de poils, et parfois suintantes. L’agitation permanente entraîne des pertes écono-

miques. Lorsque les animaux passent le plus clair de leur temps à se gratter, il leur en reste moins pour manger. Il s’ensuit de mauvais accroissements journaliers, une faible production laitière ou des troubles métaboliques. Le vétéri-

naire peut déterminer le type de gale au moyen d’un frottis cutané.

Animaux achetés La gale se transmet par contact corporel direct. Son intrusion sur une exploitation survient par les animaux achetés. Certains porteurs de gale ne présentent aucun symptôme mais constituent une source d’infection pour les autres animaux. Les exploitations qui achètent du bétail ne peuvent donc se prémunir de la gale qu’en prenant des mesures de quarantaine et en traitant les nouveaux arrivants. Une faible luminosité et un air vicié en hiver ainsi qu’une étable trop peuplée favorisent la transmission de la gale. Le problème des brosses En cas d’affection cutanée de toute sorte, les brosses à vaches font office d’accélérateur de la maladie et c’est pourquoi il faudrait les démonter, les nettoyer et les désinfecter, déjà après le premier cas d’infection et jusqu’à la guérison totale. En cas de doute, l’étable doit également être traitée avec des produits antiparasitaires. Les désinfectants «normaux» ne

Tableau: Aperçu des types de gales Une brosse est synonyme de bien-être pour les animaux. Mais lorsque le troupeau est atteint par la gale, il faut les enlever (en haut). Les zones exemptes de poils indiquent la présence de gale (en bas).

80

Type de gale Localisation

Dommages cutanés

Chorioptes

Croupe, queue, membres, mamelle

Psoroptes

Sur tout le corps, commence sur le cou, le dos et la poitrine Tête, cou

Acariens se nourrissant de squames (peau morte) et vivant superficiellement sur la peau. Acariens piquant la peau et se ++ nourrissant d’exsudat inflammatoire et de sang.Laissent des taches humides et brillantes. Petits acariens creusant +++ des galeries intraépidermiques en sécrétant de la salive. La peau s’épaissit et forme des croûtes.

Sarcoptes

Déman- Diffusion geaisons en Suisse + +++

+

+

sont d’aucune aide. Si une étable reste vide plus de dix semaines, cela peut suffire pour maîtriser la gale.

Traitement du troupeau Vu que la gale se transmet rapidement d’un animal à l’autre, le traitement individuel des animaux a ses limites. En revanche, un traitement de tout le troupeau avec un antiparasitaire moderne aide à maîtriser le problème. Pour les vaches laitières, on trouve dans le commerce des décoctions n’impliquant pas de délai d’attente pour le lait. Des produits courants comme de l’huile à salade ou du saindoux contribuent également à la guérison des lésions cutanées. Par contre, ces produits n’ont aucune influence sur la gale elle-même. Durées

d’action

différentes

Lors du traitement, il faut tenir compte de la durée d’action (4 à 10 semaines) des différents produits antiparasitaires (souvent des lactones macrocycliques). Seule une efficacité très longue permet de couvrir la période durant laquelle la gale peut survivre dans le milieu. Par souci de sécurité et surtout pour éviter la formation de résistance de la gale, un deuxième traitement est indiqué. Pour les exploitations qui sont fréquemment confrontées à la gale dans leur troupeau, on recommande d’intégrer un traitement contre les ectoparasites dans le programme d’élevage. 䡵 Auteur Dr Jutta Berger, Swissgenetics, Team Reproduction, 3052 Zollikofen. www.swissgenetics.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

12 2012 · REVUE UFA


DF_Kleinmarkt_1212_d_f_2012 27.11.12 16:01 Seite 81

Suite de la page 77

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Fräse an Frontladerschaufel, 2.2 m breit, für Siloentnahme, Fr. 800  052 747 11 91 Rapid 606 mit Schneepflug, betriebsbereit Fr. 1200  078 835 33 68 Wechseldrehstecker, 25A/500 Volt Fr. 50; ESM Messer, für Mulchbalken, länge 137 cm, neu Fr. 180; Schermesser, für Heiniger Viehschere, 2 Paar komplett, neu, Kühe 21-23 Fr. 75  079 796 92 68 kleine Material Seilbahn mit Zubehör, gute Bremsen, günstig  079 735 14 45 Hoflader Atlas 46 C mit Leichtgutschaufel, 1.3m3, Erdschaufel, Mistgabel und Ballenzange, guter Zustand, Jg. 1992  079 776 28 11 Motormäher RAPID 507 mit Bandeingraser, hydrostatischer Antrieb sowie ein Zusätzlicher Ausleger mit 250 cm Balken, je 2 guterhaltene Messer Fr. 3800; Staplermast ca 2.8 m mit Pallettgabeln Fr. 500  062 299 04 36 Hoflader Gehl KL165, Jg. 2001, Std. 1900, Doppelrad Kühlwasserheizung, div. Zubehör  079 709 39 80 Siloentnahmezange Stoll, grosse Ausführung, top Zustand, Fr. 3600 T 052 747 11 91 HDX Motoröl SAE 30, 1 Fass à 200 Liter, für ältere Motoren mit Baujahr vor 1970, für Benzin- und Dieselmotoren, auch für Turbo Motoren VP Fr. 700 Kanton LU  078 744 30 32 Oberlenker Walterscheid Kat. 2 mit Fanghaken und Gabelkopf, hydraulisch, neu, nur noch Fr. 540  052 747 11 91 REVUE UFA · 12 2012

Oberlenker Kat. 3 mit Fanghaken und Gelenkkopf, Fr. 875  052 747 11 91 Dippmittelsprühgerät für Doppel 6er Melkstand, wenig gebraucht Fr. 480  052 747 11 91 Lely Splendimo 320 FC, Frontmähwerk mit Zinkenaufbereiter, Zugbock, sehr gute Bodenanpassung, hohe Schlagkraft, Jg. 2004, top Zustand, interessanter Preis  076 563 98 09 Reform Metrac G5, 1900 Std., mit Kabine, Doppelräder vorne und hinten, Fr. 49‘000  079 318 93 07 Div. Elektromotoren, 0.5 – 1 PS, 380 und 220 Volt  079 318 93 07 Aluautoräder, 16 Zoll, Fr. 200  079 318 93 07 Email-Silo GB 450m3, Ø 6.1m, H 15.5 m, ganze Siloanlage mit Silofräse, Kranbahn und Steigleitung, ab Ende Nov. leer, ab Platz, könnte aber auch von uns demontiert werden  079 569 10 20 Milchkühltank, 800 l, fahrbar, Fr. 4000  071 385 50 39 Rohrmelkanlage De Laval 27 Pl. Fr. 3500  071 385 50 39 Mulchbalken von Rapid Euro 3, mit Ausleger, neuwertig; Elektromotor, 10 PS, auf Karren; Bodenfräse, Simar, älter; 2 Maurerkarretten, gebraucht  079 696 72 49 Kt. ZH Traktor oder PW-Anhänger, Plattformgrösse: Länge 2.3 m, Breite 1.6 m, Höhe 0.7 m, Gewicht ca 400 kg, Gesammtnutzlast 2000 kg mit Fahrzeugausweis Fr. 590  079 765 20 26 Kuhlift, zum Aufstellen festliegender Kühe; Schlagfessel, amerikanisch  079 710 07 71

Melkstand Boumatic Side By Side 1x8 mit Afikim; Milchmengenmessgerät, automatische Abnahme, Orbiter 350, Sammelstück  079 243 75 25 Standeimer DeLaval; Solar-Viehhüter Horizont; Frontpacker Eigenbau  079 243 75 Heuverteileranlage Wild, komplett, Räder 28LR x 26 Zoll  079 243 75 25 Kartoffelvollernter Samro SC, mit Noppenband und Kippbunker, fahrbereit, läuft gut, Fr. 1000  079 675 40 39 Rohrmelkanlage Surge, Milchleitung CNS 2, Vakumleitung PVC 2, 3 Melkzeuge, automatische Reinigung, für 30 Kühe  079 243 75 25 Rockinger, von LKW Lochbild, 100 x 160; Silofräsenrohre, 200 mm Durchmesser, Standeimmer de Laval  079 243 75 25 Pöttinger EUROBOSS 330 T, Modelljahr 2012, Breitreifen, 31 Messer, 4 Schwingen, Comfort-Steuerung, Kt. SZ, Fr. 33’000  079 434 69 74 Grassähmaschine Vogel & Noot; Dieselpumpe, zum Tanken  079 243 75 25 Schutzgasschweissanlage, wassergekühlt, 350 Ampere; Div. Ersatzteile, von Nodet; Getreidesämaschine; Kompoststreuwerk, zu Muli, Kirchner oder Pöttinger Mistzetter  079 243 75 25 Dürre Büscheli und Brennholz, 50 cm, günstig,  071 223 35 89 Viehanhänger, Daltec, allu, 3 x 1.7 m, Jg. 2011, ab MFK, Gesammtgewicht 2500 kg, Verkaufpspreis Fr. 6900, Neupreis Fr. 10000  079 516 02 22

Milchkühltank 800 l, rechteckige kompakte Anlage, passt durch 90cm Türe; Milchtransporttank 450 l fahrbar mit Pumpe und Reinigungsdüse; Vakuumpumpe 700 l Markant 700; 4er FGMelkstand Happel mit div. Zubehör; DieselGenerator Hatz-Diesel/Geko, 220/380V 6.5kW Elektrostarter, 850 Betriebsstunden, alles in gutem Zustand, Preis nach Absprache  052 746 14 69 oder 079 449 53 06 Sandstrahlanlage mit grosser Leistung  079 243 75 25 Maishäcksler, Pöttinger Mex1-Rotation  062 961 57 36 Muldenförderband Blaser, 10 m, mit Fahrgestell Fr. 2500  079 517 11 90 Feuchtmaismühle Gruber, Zapfwellenantrieb Fr. 800  079 517 11 90 2-Scharplug Menzi, Fr. 800, Zürcher Weinland  079 517 11 90 Zinkenrotor Howard, 3 m, Zürcher Weinland  079 517 11 90 Elektrogetriebemotor zu Güllemixer Vakumat, Zürcher Weinland  079 517 11 90 Motormäher Rapid 505 mit altem Bandeingraser Fr. 1600, Zürcher Weinland  079 517 11 90 Milchabsauganlage De Laval für 20 Kühe, 3 Aggregate, 1 Mal mit Mengenmessung, Milchtank 850 l mit Wärmerückgewinnung  041 450 17 41 Schneckenpumpe Hochdorf, 60 m3, Stk., mit Zapfwelle Funk, mit 3 Weghahnen; Getreidetrockner Kornskilde, 2 t Inhalt; Felgen, 8loch, 16 x 17 Zoll; Dieseltank, mit 100% Wanne  079 243 75 25 Seilwinde Tajfun 8,5 t, hydr. Seilausstoss, breites Schild, Profi Funk, Jg 2012;

Bourse aux bonnes affaires Motorsäge Jonsered 2152, neu mit 50 cm Schwert  079 319 58 47 Behandlungs und Klauenpflegestand Agro Signer, wenig gebraucht  079 404 42 24 Turbozyklon Huber; Tränkebecken Suevia; Aufsatz zu Düngerstreuer Rauch MDS Typ M 423 + 400 l  079 243 75 25 2 Achs Gülletransportfass, 12 m3 mit Dodapumpe und Rührwerk  079 243 75 25 Kreiselmäher Fella 1.90m mit Knicker; Kreiselheuer Fella 4tlg., 5.40m hydr. klappbar und schrägstellung, neuwertig; Druckfass Kaiser 2800 l, Pumpe und Fass in gutem Zustand; Obstwagen Dechenreiter und «Brüggli» an Dreipunkt, beides günstig; Kippschaufel/ Frontladerschaufel 1.7 m mit Euro 8 und Dreipunktaufnahme; Heuraupe Pöttinger, Motor revidiert, mit Ersatzzinken, Gitterrad und Anhängevorr. an Traktor, Fr. 550; Förderband 6 m mit Elektromotor Fr. 700  071/951 45 94 Heurüstmaschine Lanker, Kranmodell betriebsbereit  076 261 21 07 Notstromaggregat, 30 KvA 40 KvA, selbstregelnd, Diesel mit Elektrostart, 320 Betriebsstunden Fr. 4900  079 765 20 26 Diverse Förderbänder  079 426 06 35 Milchkühltank, stationär, rund, 800 l, Fr. 1400  056 634 1543 Dieseltank mit Wanne, 1000 l, gereinigt, Fr. 250  031 859 41 63

Dachbox Polar 700, neuwertig, Neupreis Fr. 649, Verkaufspreis Fr. 250  079 848 15 70 Marktstand Fehr, 3 m mit neuer Blache, Farbe weissgrau, Fr. 1200  079 848 15 70 Ladewagen Dechentreiter LW3L; Baumspritze Birchmeier, Balken 12.5 m; Kulturegge; Kreiselheuer Fahr 4-teilig  044 814 38 21 Sähkasten Fiona mit diversem Zubehör, Fahrgassenschaltung, zwei Sähschienen, 3 m Fr. 1900  078 885 32 50 Anbauschneefräse Rapid, zu Euro 87 cm, 2 Betriebsstunden mit Garantie Fr. 4700  079 445 61 28 Smart Fencezäune, neu und Occasion  079 225 40 59 Mischwagen, Gillioli 5m3 mit Waage; Silofräse Taurus für Mais; Rapid 606; Mistkrahn mit Zapfwelle und Elektromotor; Strohmühle für Kleinballen  077 440 36 91 Traktor Fendt Farmer 309, Jg. 96, 21/21 Wendegetriebe, Fronthydraulik, Frontzapfwelle, Frontlader, 3 DW 1 EW Hydraulikventile, Zapfwellle 540/ 750/ 1000, Rockinger, Schnellkuppler, Getriebe total revidiert, Fr. 30'000  052 747 12 71 Kühlvitrine Occ., vorne offen, mit Rollon, Tablare und Beleuchtung, 100 x 90, 44 x 190, Fr. 500  079 466 73 60

Suite à la page 82 81


DF_Kleinmarkt_1212_d_f_2012 27.11.12 16:02 Seite 82

Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 81

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Schutzgasschweissanlage, wassergekühlt, 350 Ampere; Div. Ersatzteile, von Nodet, neuwertig, Verhandlungspreis; Getreidesämaschine; Kompoststreuwerk zu Muli, Kirchner oder Pöttinger Mistzetter  076 597 05 14 / 079 243 75 25 Förderband Blaser, 9 m, Gummi, top Zustand  079 426 06 35 Fahrsiloverteilgerät, defekt, eigenbau, Preis ab Platz, Fr. 400  079 466 73 60 Bucher TM 850, Jg. 1988, mit Mähwerk Mörtel, Jg. 2005, top Zustand  079 356 37 69 Rotormäher PZ CM 185 H, mit Knickzetter TK 185, ca. Jg. 1985, top Zustand, Fr. 500, hubmannfarm@ bluewin.ch  052 336 18 56 Ladeaggregat, repariert, zu Ladewagen Pöttinger Top 2 bis 5 oder Entewagen 2/3, neue Ketten, Gussräder und Rollen und Föderkämme auch bearbeitet, Ersatzteile haben einen Wert von über Fr. 3000, Verkaufspreis kpl. Fr. 1600; div. Tractorpulling-Material  041 458 19 44 ab 18 Uhr Tränkefässer, 1000 l mit TB oder Trog, verzinkt, Handbremse, höhenverstellbare Deichsel, Stützfuss und Schwallwand ab Fr. 1150; Round-Pan Akrion, 17 Panel 3 m Fr. 2200; Laufhofabschrankungen in diversen Ausführungen; Weidefutterraufen in diversen Ausführungen 12 PL. Rundbogen Fr. 1200  079 514 69 87 82

Kälberiglus inkl. Umzäunung mit Tränkevorrichtung, Iglu mit Umzäunung Fr. 520; Futtersilos, für aussen; Pferdeboxen, in diversen Ausführungen; Weidezelt, 3.6 x 3.6 m, Montage auf Panels, Dachkonstruktion und Plane bis auf Boden, inkl. 3 Panelen, neu, Fr. 1990  079 514 69 87 Kunststofftank, 1000 l, Aktion Fr. 20; Laufhofabschrankungen, Aktion; Rolltore  079 514 69 87 Panels 3 m x 1.60 m, robust, neu inkl. MwSt. Fr. 130; Lüfter, fahrbar, Herbstaktion Fr. 1700 inkl. MwSt.; Gummimatten, für alle Tiere, Aktion, 15 % Rabatt; Behandlungstand Super 80, Superaktion, geliefert inkl. MwSt. Fr. 6000  079 514 69 87 Mähwerk Busatis, 3 Punkt-Heck  077 472 26 18 Motorsäge Husqvarna 135, Hubraum 40.9 cm3, 1.88 PS, 35 cm Schwert, Aktionspreis statt Fr. 395 nur Fr. 295  055 440 34 64 Gummiförderband Blaser Occ., 9 m, fahrbar; Gummiförderband Gamo, 7 m, fahrbar; Div. Gummiförderbänder, 2 m und 4 m, 14 m und 17 m; Flachförderband, 30 m  033 437 51 54 oder 079 628 83 80 Holzschnitzelheizung 25 kW Jg. 2008 komplett mit Steuerung, Austragung und Wasserhochhaltung, neuwertig Fr. 17600  078 705 54 79 Doppelseitenschwader Niemeyer RS 720 ES, arbeitsbreite 7.2 m, Nachlauflenkachse, top Zustand, neu revidiert.  041 467 17 82

Motor Perkins passend zu Vevey 587 R, 4Zylinder  062 293 21 29 Kreiselheuer KUHN GF 5001 MH, sehr guter Zustand Fr. 4500  076 476 62 26 3 Pkt. Spritze Ammazone, 800 lt, 15 m elektr. / hydr., günstig  052 643 51 95 Maishäcksler 1 reihig Mex GT, sehr guter Zustand  052 643 51 95 JF-Wagen AV 50 R mit Streuwerk, 3 Seitenläden  052 643 51 95 neuer Kombiboiler 600 l, infolge Falschlieferung zu verkaufen, 600 l Solarboiler mit Elektroeinsatz oben, Registerausgang links Fr. 3000  078 832 95 30 Anbindevorrichtung Delaval für 12 Kühe inkl. Tränkebecken Fr. 500 T 079 300 95 18 Alfa Laval Absauganlage mit 2 Aggregaten und 1 Standeimer Pumpe, VP 74 Glasleitung, Gelenkhalsramen Kolb mit diff. Ersatzteilen, Fuge Elecrem, Raum Bern  078 832 95 30 4 Pneu Pirelli 280/70R20 AS 2 Stück ca. 50% à Fr. 100, 2 Stück ca. 20-30 % à Fr. 50 Raum Bern  078 832 95 30 Fendt 210 Vario, FH, FZW, Klima, gef. VA, Kab. Federung, schw. Kotf., Michelin Bereifung, 800 Bstd., sehr gepflegt  079 319 58 47

TECHNIQUE AGRICOLE recherche Gummiförderband  078 910 87 39

Klauenstand; Motormäher Aebi AM 52; Heuraupe M12; Siloballenspitz; Traktor bis Fr. 5000; Milchkannen; Glocken und Treicheln  079 575 25 52

Frontpacker-Walze  077 492 51 10

3-Seiten-Kipper LKW, Anhänger für landwirtschaftlichen Einsatz, 30 oder 40 km/h, TandemAchser oder Zwei-Achser, Gesamtgewicht 16 t, Achslast 7-8 t, länge Laderaum innen min. 4.5 m, guter Zustand, mit oder ohne Bordwand-Erhöhung  079 459 83 06

Tandemkipper, ab 10 t, oben oder Untenanhängung, Kt. BE  079 328 76 63

Schneeketten für Traktor, hinten 30 Zoll, vorne 20 Zoll  041 480 28 36 Heuentnahmekran, Nutzlast ca. 400-500 kg, Seilzug, Schienenlänge min. 22 m; Bührertraktor-Tractos peed., ab 19 Uhr  052 763 38 97 Transporter oder kleinerer Traktor, Marke egal, Preis bis ca. Fr. 2000, je nach Zustand auch zum Restaurieren; Rapid 505 Motormäher  062 299 04 36 Porsche-Traktor; oder Hürlimann-Allrad zum restaurieren  062 299 14 30 Kleinballenpresse mit Spiker oder einzeln  031 809 19 22 Rundballenschneider Tnaco oder Goeweil mit Folienhalter  052 741 21 90 Krokodilzange an Frontlader, Traktor 1.5 m - 1.6 m breit, Euro 8  079 505 68 44 Schriftzug für Hürlimann; Zierleisten  062 299 14 30

Einschienen-Entnahmekran, länge ca. 12 m mit einem Bogen  062 723 23 04 oder 079 315 99 09

4 Rad Körnerwagen, 5 - 10 m3  079 655 24 52 Rapid Spezial Benzin mit Kriechgang  077 406 30 85 Heurüstmaschine LANKER  077 492 51 10 Busatis Mähwerk  077 492 51 10 Maishäcksler Mengele MB 220 auch defekt, als Ersatzteilspender, bitte alles anbieten  079 428 20 55 Frontlader zu MF 3050-3075 mit passender Konsole  079 428 20 55 Ballenzangen Altec Typ M12G, oder MC4; Melkstand; Laufstalleinrichtung, Fressgitter, Schieber und Boxenbügel; Grassband  079 243 75 25 Heurüstmaschine, Kranmodel und Normalmodel  079 672 76 25 Trailer/Wohnwagen mit Küche und WC, Schlafzimmer, el. Heizung, 3x8 m Fr. 2200  032 351 56 09 Heurüstmaschine  079 765 20 26 Cambridge Walze  079 810 43 53

Asthalter für Baumstützen  079 523 68 29

Kleinballenförderband, leichtbau  078 910 87 39

Heurüstmaschine, Kranmodell, guter Zustand  079 923 46 03

Transporterli, oder kleineren Traktor, günstig  062 299 04 36

Knickdeichsel hydraulisch für Mengele Ladewagen  079 652 25 34

1 Pneu 600/65/38 oder 650/65/38 mit min. 25 - 30 mm Profil  041 458 19 44

Hürlimann zum restaurieren, D115, D150, D200 oder 310er  062 299 14 30 Tandem oder Einachskipper, kein LKW  079 278 45 31 Holzspaltmaschine an Metrac oder Traktor, Raum Ostschweiz Innerschweiz  079 245 25 02 selbstfahrende Obstauflesemaschine  079 464 69 61 Kartoffelsortierer, Kunz oder Samro  0049 7734 68 89 Frontladerkonsole zu Hürlimann XT, Same Silver, Lamborghini Premium alle Hersteller  079 267 21 67 Occ. Fronttrommelmähwerk, mit Aufbereiter 077 208 48 52 Dieselmotor Perkins Nr. 4.99  079 620 36 04 Fronthydraulik zu Traktor Hürlimann 468.4 Clup oder Same Explorer 70 Spezial; Dosierwagen  079 243 75 25 Feldspritze 600 bis 800 l Inhalt, 15 m Balken, vollhydraulisch  079 243 75 25 Holzrückezange, mechanisch  079 723 61 25 Hochsilo Huber, Durchmesser 3 m, 17m³, Kanton LU  079 483 60 90 Düngersteuer Vicon 200-300 l  079 483 60 90 günstiger Traktor und Motormäher  044 935 19 70

TECHNIQUE AGRICOLE à donner 2 Doppelglasfenster, 1 x 2.4 m, ohne Rand; 2 Dachfenster mit Kupferverkleidung, 1.4 x 0.8 m  071 866 11 27 Suite de la page 95 12 2012 · REVUE UFA


DF_LL0_Kurznews_1212_2012 28.11.12 12:53 Seite 83

BRÈVES

Livre: «Eleveurs laitiers, peuvent-ils survivre» de Jérémie Forney Le sujet En Suisse, le nombre d’agriculteurs fournissant le lait s’est effondré sous la pression des marchés internationaux. Leur survie pose un problème crucial en termes de politique fédérale. Que deviennent aujourd’hui les éleveurs qui ont en charge l’élevage, le lait, le fromage, les prairies, ces quintessences de la Suisse? Longtemps puissants et protégés, ils ont vu disparaître le soutien traditionnel à la production laitière. Leur rôle subventionné est désormais celui de gardiens des paysages et de la biodiversité. Les voici marginalisés face aux géants d’une industrie alimentaire mon-

La bonne combine de Karin Belle toute l‘année Notre pâquerette est une des fleurs les plus vivaces qui soient, puisque cette petite belle des champs fleurit toute l’année. Durant toutes les périodes sans neige, on peut découvrir des plantes fleuries dans les gazons ou en lisière de prairie. Ce qui nous permet d’enchanter notre soupe ou notre thé d’un miracle comestible. Il suffit de cueillir des pâquerettes en boutons et de les conserver au réfrigérateur (en hiver, les cueillir juste avant l’utilisation). Servir la soupe, le bouillon ou le thé et jeter dedans quelques boutons de pâquerettes fermés. Grâce à la chaleur du liquide, ils vont s’ouvrir en un clin d’œil. Le thé ou la soupe auront ainsi un goût particulièrement bon pour les enfants! Karin Näf www.kraeuterkurse.ch

dialisée, sous-rétribués pour leur lait. Les conditions que posent la loi et l’administration pour le paiement direct de leurs nouvelles prestations reconnues se révèlent toujours plus contraignantes. Jérémie Forney fonde sur une solide enquête menée en Suisse romande le tableau vivant des répercussions du nouveau régime agricole sur la vie familiale, le budget et l’avenir des exploitants indépendants. Il repère cinq stratégies pour survivre. Car de ces acteurs centraux de la vie rurale dépend l’un de nos aliments essentiels, mais aussi, à bien des égards, l’avenir de nos campagnes et de la Suisse.

Contenu

Nouvelle vice-directrice

leur profession ne peuvent pas participer. Les photos seront publiées dans les archives en ligne de l’USPF pour visionnage. Dernier délai d’envoi, le 31 octobre 2013. Magnifiques prix à gagner. Informations: USPF, Concours de photo, Laurstrasse 10, 5201 Brougg, tél. 056 441 12 63. www.paysannes.ch

Lors de sa séance du 22.11.2012, le comité Agridea a élu Sylvie Aubert Brühlmann au poste de directrice suppléante et ainsi accepté un changement de poste à l’interne puisqu’elle reprendra la tête du département «Services internes». Elle succède et reprend les fonctions de Jean-Marc Collomb qui a choisi de se diriger vers de nouvelles activités début 2013. Sylvie Aubert Brühlmann est active chez Agridea depuis bientôt 22 ans: Elle est actuellement cheffe du département «Entreprise et Famille» et membre du groupe de direction. La mutation interne de Sylvie Aubert laisse vacant le poste de cheffe du département «Entreprise et Famille», sujet dont le comité et le groupe de direction d‘Agridea s‘occuperont prochainement.

Concours de photo de l‘USPF On attend des photos originales de paysannes ou de femmes rurales au travail ou durant leurs loisirs. Chaque participante peut envoyer au maximum 4 photos digitales enregistrées sur CD. Chaque photo doit par ailleurs être imprimée sur une feuille A4. Les photographes professionnelles qui tirent leur revenu de

Nouveau siècle, nouvelle agriculture – Hommes et femmes de la production laitière – S’affirmer éleveur laitier aujourd’hui – S’adapter au quotidien – Une nouvelle paysanne? – Cinq façons de conduire son exploitation – L’avenir de la Suisse, des vaches et du lait - Bibliographie Éleveurs laitiers Peuvent-ils survivre? Auteur(s): Jérémie Forney Collection: Le savoir suisse Série: Société Informations ISBN: 978-2-88074-974-3, 2012, 144 pages, 12x18 cm, thermocollé Prix pour la Suisse: 17.50 CHF

VIE QUOTIDIENNE

Tirage au sort du LID

Calendrier «Fascination agriculture 2013» 75 ans de communication entre ville et campagne

Des champs couverts de neige, des arbres fruitiers en fleur, des vaches Highland, des chèvres curieuses: ce ne sont que quelques-unes des fantastiques photos du nouveau calendrier illustré des paysans suisses. Toutes les illustrations ont été prises à l’occasion d’un concours de photo. Pour chaque mois, il y a une photo pleine page, un collage de trois photos et un calendrier de travail. À l’occasion des 75 ans du LID, la Revue UFA tire au sort 10 calendriers du LID «Fascination agriculture 2013». Écrivez un SMS au 880 (90 ct.) avec KFL calendrier nom et adresse et vous ferez peut-être partie des heureux gagnants. Dernier délai, le 14 décembre 2012.

Produits de proximité dans la restauration collective

Les gagnants du numéro 11/2012

Agridea a réalisé pour les services d'agriculture des six cantons romands une étude sur la restauration collective. L’étude «Produits de proximité dans la restauration collective: état des lieux» de Sophie Réviron, Carine Cornaz Bays, Magali Estève et Astrid Gerz apporte un éclairage sur les pratiques d’approvisionnement des établissements de restauration collective sous autorité publique dans les six cantons romands. Elle donne une meilleure connaissance des stratégies d’approvisionnement en produits de proximité des cuisines et propose des axes d’action établis sur la base d’un état des lieux fiable. www.agridea-lausanne.ch

Ils ont gagné un ruban pour emballages-cadeaux orné d’edelweiss d’une valeur de 25 francs: Elisabeth Schneider, de Langenbruck, Stefan Hager, de Kaltbrunn, Vreni Leuenberger, de Melchnau, Regula Schafroth, d’Eggiwil et Lisbeth von Deschwanden, de Kerns. Le ruban convient à tous les emballages et attire l’attention. Il coûte 25 francs plus frais de port et peut être commandé auprès du LID, Weststr. 10, 3000 Berne 6, 寿 031 359 59 77, fax 031 359 59 79, info@lid.ch. www.lid.ch, www.agriculture.ch

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 83


DF_LL2_Straub_1212_2012 27.11.12 17:37 Seite 84

VIE QUOTIDIENNE

Bien régler sa succession ORGANISER, HÉRITER ET ADMINISTRER La mort d’un parent est accompagnée également, pour les survivants, de toute une série de questions et de mesures en termes de droit et d’organisation. Le plus simple, c’est de régler un maximum de choses de son vivant et de prendre certaines dispositions particulières.

Ueli Straub

Lorsque survient la mort de l’époux, de l’épouse, de la compagne ou du compagnon de vie, le monde des sentiments et celui des relations sont plongés dans la tempête. Une tempête d’une violence extrême en cas de mort accidentelle, et d’une violence plus échelonnée lorsque le décès survient au terme d’une longue maladie. Le conjoint survivant doit alors retrouver ses marques, orienter sa vie différemment. Mais la mort d’un parent est aussi accompagnée, pour les survivants, de toute une série de questions et de mesures juridiques et organisationnelles. Parvenir à les maîtriser, ce n’est pas facile. Mais si les conjoints ont discuté de ce qui se passerait en cas de disparition de l’un d’entre eux, les affaires terrestres du défunt seront réglées plus rapidement.

Les effets juridiques du décès La personnalité finit par la mort (art. 31 CC) et c’est à ce moment-là que s’ouvre la succession (art. 537 CC). Chaque décès doit être annoncé dans les deux jours à l’office de l’état-civil au moyen d’un certificat de décès (art. 35 CC). Après un accident, si l’on soupçonne un acte de violence ou en cas de suicide, il faut aviser immédiatement la police. Outre l’office de l’état-civil, il y a lieu de communiquer le décès par écrit à toutes les banques, institutions de prévoyance ou partenaires commerciaux avec lesquels le défunt entretenait des relations d’affaires. Si les époux savaient réciproquement quelles étaient ces relations d’affaires, cela facilite grandement le déroulement des opérations.

La propriété du défunt L’autorité compétente est tenue de prendre d’of84

fice les mesures nécessaires pour assurer la dévolution de l’hérédité (art. 551 CC). Elle prend des mesures essentiellement lorsqu’il existe un risque que des héritiers réels ou putatifs agissent en violation de la loi ou des dernières volontés du défunt. Chaque canton a édicté ses propres dispositions en la matière. Un héritier qui craint que quiconque tente de s’enrichir illégalement sur la succession peut également demander des mesures de sûreté. Il s’agit notamment de la révocation des procurations établies par le défunt, la réalisation d’un inventaire de sûreté, voire la pose des scellés au domicile. Chaque époux doit donc savoir ce que possède l’autre et comment y avoir accès.

L’argent du défunt Tous les comptes et dépôts bancaires du défunt sont bloqués provisoirement dès que le décès est annoncé, au moins jusqu’à ce qu’il soit établi avec certitude quelles sont les personnes qui disposeront désormais du patrimoine. Dans la pratique, cela signifie que toutes les activités du compte – prélèvements en liquide, opérations en ligne, ordres permanents ou recouvrements directs – sont stoppées et que toutes les cartes de crédit ou de compte sont retirées. Peuvent éventuellement avoir accès au compte principal du défunt les héritiers qui demandent à la banque de poursuivre les paiements visiblement importants qui étaient déjà effectués auparavant sur le compte considéré (loyers des fermages, facture mensuelle de la LANDI). Il est donc judicieux de faire établir un certificat d’héritier en prévision d’un tel cas. Établi par la com-

Les règles d‘or 1. Chaque époux ou partenaire doit connaître les relations d’affaires de l’autre. 2. Chaque époux ou partenaire doit savoir ce que possède l’autre et comment y avoir accès. 3. Chaque époux ou partenaire doit avoir accès aux numéros de compte et aux mots de passe de l’autre. 4. Les époux ou partenaires doivent régler et documenter clairement le financement du ménage commun. 5. Chaque époux ou partenaire doit connaître l’évolution du patrimoine de l’autre. 6. Les épous devraient s’informer mutuellement de la manière dont ils veulent régler leur succession en cas de décès. 7. En cas de nécessité, les époux devraient avoir tous deux un propre compte financier indépendant.

mune du dernier domicile du défunt, il atteste que le requérant est reconnu provisoirement comme héritier, sous réserve d’éventuelles plaintes concernant son droit à la succession.

Communauté héréditaire S’il existe plusieurs héritiers, ces derniers forment une communauté héréditaire (hoirie) et deviennent propriétaires communs de la succession suite au décès du disposant (art. 602 CC). L’hoirie fonctionne comme une communauté d’intérêts et administre en commun les droits et les obligations de la succession. Elle répond aussi solidairement des dettes du défunt (art. 603, al. 1 CC). Elle doit par ailleurs verser, dans les limites des possibilités de la succession, 12 2012 · REVUE UFA


DF_LL2_Straub_1212_2012 27.11.12 18:41 Seite 85

VIE QUOTIDIENNE

Publications utiles • La brochure «Indications à l'attention de mes proches en cas de décès», (No commande bs0316f) soutient les familles paysannes dans l’établissement de plans d’urgence en cas de maladie grave ou de décès. Prix: 8 Fr. Commandes: USP Fiduciaire et estimations, Laurstrasse 10, 5201 Brugg AG 1,  056 462 51 11, info@sbv-treuhand.ch • La check-list «Partenariat dans l'entreprise agricole» apporte une aide dans la clarification des obligations mutuelles entre les époux. Prix: 6 Fr. Commandes: Agridea, Av. des Jordils 1, Case postale 128, 1000 Lausanne 6,  052 354 97 00, www.agridea-lausanne.ch.

une indemnité équitable aux enfants et petits-enfants qui faisaient ménage commun avec le défunt et fournissaient des prestations (art. 603, al. 2 CC). La communauté héréditaire existe en principe jusqu’au moment du partage. La responsabilité solidaire pour les dettes du défunt est toutefois prolongée de 5 ans après ledit partage (art. 639 CC). Chaque cohéritier peut demander en tout temps le partage de la masse successorale (art. 604 CC). Les biens sont alors partagés entre les héritiers, dans le

respect des dispositions testamentaires du défunt ou du pacte successoral (cf. graphique ci-contre). Les différences résultant provisoirement de l’attribution de valeurs réelles doivent être compensées par des paiements en argent.

Que devient le conjoint survivant? Le mariage n’est pas seulement dissous par le divorce, mais également par la mort du conjoint. La fin du mariage a forcément pour conséquence une procédure de liquidation du régime matrimonial (art. 204 et 236 CC), ce qui signifie une répartition du patrimoine acquis par les époux durant le mariage. La part du conjoint défunt est dévolue à sa succession, donc à la communauté héréditaire. La clarification des droits patrimoniaux du disposant ou de la disposante prime donc le partage aux héritiers. Dans le régime le plus courant de la participation aux acquêts, qui est appliqué automatiquement si les époux n’ont pas expressément choisi un autre régime matrimonial, la liquidation est effectuée de la manière suivante: chacun reprend ses biens propres (graphique 1) et reçoit la moitié du patrimoine acquis en commun (les acquêts) (art. 205 ss CC). Dans ce contexte, une particularité de l’agri-

Graphique: Qui reçoit quoi?

Source: www.beobachter.ch

Droit matrimonial

1

2

3

4

Acquêts époux Acquêts 50 % épouse 50 % Biens propres époux † 100 % Acquêts époux Acquêts 50 % épouse 50 %

Biens propres épouse 100 %

Part épouse au régime matrim.

Droit successoral Legs

Biens propres défunt 100 % acquêts* acquêts* défunt épouse 50 % 50 %

50 % du legs pour les descendants

*Acquêts moins les dettes = Solde actif

50 % du legs pour l’épouse

«Ensuite, tout a changé» Gerda Klaus est veuve depuis huit ans. Et depuis huit ans, elle exploite le domaine qu’elle avait développé avec son mari à Zuckenriet (SG). C’est une exploitation laitière avec quelques porcs à l’engrais et des fruitiers à haute tige. «Ce sont mes enfants qui m’ont donné la force de surmonter cette période difficile», explique Gerda. Ils sont quatre: Christian (17), Sabrina (15), Raphaël (12) et Mathias (10). Le plus difficile a été l’annonce du cancer de son mari. Il est certes toujours resté optimiste, mais petit à petit, il lui a fallu de l’aide. «Au début, nous avons fait appel au service de dépannage agricole, puis nous avons engagé un employé», poursuit Gerda. Quand son mari est mort, le petit dernier n’avait que deux ans. «Après le décès de mon mari, comme nous avions un employé, tout a continué comme avant. Je n’ai jamais songé à abandonner l’exploitation et j’en suis bien contente, car les enfants sont intéressés par l’agriculture et aujourd’hui, ils donnent un sérieux coup de main. Sans compter que l’aîné accomplit son apprentissage agricole.»

Gerda Klaus entourée (de g. à d.) de Sabrina, Mathias et Raphael. Manque Christian qui est en apprentissage agricole. REVUE UFA · 12 2012

Juridiquement parlant, après la disparition du mari, une hoirie a été constituée avec Gerda et ses quatre enfants. Mais c’est elle qui était responsable de l’exploitation. Comme elle voulait que les choses soient claires, elle a demandé la dissolution de l’hoirie. «Mes enfants, qui étaient tous mineurs, ont été représentés par une avocate qui s’est occupée des rapports de propriété et de leurs

droits à l’héritage. Tout a donc été fait dans la transparence et dans l’intérêt des enfants. En pareille situation, il est bien que le conjoint survivant puisse prouver ce que chacun des conjoints a mis dans l’exploitation. Gerda Klaus trouve important que son mari avait souscrit une assurance indemnités journalière d’un montant relativement important, ce qui avait permis de payer les auxiliaires, les dépanneurs et l’employé. Elle avait ellemême souscrit pour elle une assurance similaire, nécessaire tant que les enfants seront scolarisés et qui pourra être modifiée le jour venu. «Il y a huit ans, si j’avais dû abandonner l’exploitation, je n’aurais plus perçu les allocations familiales agricoles. J’aurais donc dû aller travailler à l’extérieur pour percevoir les allocations versées aux salariés. Mais avec quatre enfants entre 2 et 9 ans, il n’en a jamais été question», explique-t-elle. Mais la pratique a changé, puisque depuis 2009, les personnes sans activité lucrative et disposant de revenus modestes touchent aussi les allocations pour enfants. Ce qui compte surtout, c’est de s’occuper activement de ses affaires, même si cela demande beaucoup de courage. Il ne faut par exemple pas hésiter à relancer des services administratifs comme l’AVS. En effet, Gerda a dû attendre cinq mois avant de toucher sa première rente de veuve. Daniela Clemenz

85


DF_LL2_Straub_1212_2012 27.11.12 17:38 Seite 86

VIE QUOTIDIENNE

Sur de nombreuses exploitations agricoles, l’époux et l’épouse travaillent main dans la main. En cas de décès de l’un des époux, la question existentielle «De quoi l’avenir sera-t-il fait?» se pose inéluctablement.

culture, c’est que l’entreprise agricole pour laquelle il existe un droit d’attribution d’un seul bloc au conjoint survivant ou à un descendant est imputée à la masse successorale à sa valeur de rendement. Enfin, chaque héritier peut demander en tout temps le partage de la succession (art. 604 CC).

Qu’advient-il de l’exploitation agricole? La reprise et l’attribution d’une entreprise agricole sont soumises à la loi fédérale sur le droit foncier rural (LDFR), qui règle le droit successoral paysan de manière indépendante depuis 1994 (art. 619 CC). Lorsqu’une entreprise agricole (unité composée d’immeubles, de bâtiments et d’installations agricoles qui exige au moins une UMOS) fait partie d’une succession, chaque héritier peut en demander l’attribution à la valeur de rendement s’il entend l’exploiter lui-même et en paraît capable (art. 11, al. 1 LDFR). Comme le conjoint survivant fait partie des héritiers, il a le droit de reprendre l’exploitation pour autant qu’il dispose des compétences nécessaires (formation, etc.) pour l’exploiter lui-même. Si l’entreprise n’est pas attribuée au conjoint survivant, celui-ci peut demander la constitution d’un usufruit sur un appartement ou un

droit d’habitation (art. 11, al. 3 LDFR). Par ailleurs, si le défunt laisse comme héritiers des descendants mineurs, les héritiers doivent maintenir la communauté héréditaire tant qu’il n’est pas possible de déterminer si un descendant reprend l’entreprise agricole pour l’exploiter lui-même (art. 12, al. 1 LDFR). Si, toutefois, un héritier légal remplit les conditions de l’exploitation à titre personnel au moment de l’ouverture de la succession, l’entreprise doit lui être attribuée (art. 12, al. 2 LDFR). 䡵

Auteur Ueli Straub, économie d’entreprise et socio-économie, Agridea, 8315 Lindau, www.agridea.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

La ligne d’assistance téléphonique FAMILLES PAYSANNES STRESSÉES La baisse des prix et la forte charge de travail malmènent les familles paysannes. En ces temps de difficultés économiques, les relations familiales en font aussi les frais, écrit Sonja Imoberdorf dans son travail de bachelor.

Du côté romand, c’est le «Déclic», fondé en 2005, qui constitue la ligne d’assistance téléphonique pour les familles paysannes. Une dizaine de personnes bénévoles, issues du milieu agricole, en assurent les permanences téléphoniques chaque lundi de 8 heures à 14 heures. 寿 021 946 03 15

86

Outre une partie théorique sur le stress dans les familles paysannes et les moyens de le maîtriser, c’est surtout la partie empirique du travail de Sonja Imoberdorf qui éveille l’intérêt: le dépouillement quantitatif et qualitatif des procès-verbaux d’appels à la ligne d’assistance téléphonique paysanne «Bäuerliches Sorgentelefon» (dans le plus strict respect de l’anonymat des personnes concernées). Les résultats de cette étude attestent que les ménages paysans confrontés à des difficultés économiques souffrent aussi davantage sur le plan familial. Un renforcement des facteurs de stress extérieurs (chute des prix, charge de travail en augmentation, exigences plus sévères), peut pousser les tensions intrafamiliales aux limites du supportable, voire au-delà. Si les situations de stress se mul-

tiplient sur tous les fronts et si, malgré les tentatives de les maîtriser, elles ne peuvent être détendues, alors elles influent souvent de manière négative sur les facultés de communication et d’interaction des personnes concernées. Ce qui réduit les chances de pouvoir régler les problèmes. Sonja Imoberdorf constate que les raisons d’appeler la ligne d’assistance téléphonique paysanne sont diverses et que les difficultés constituent souvent un imbroglio tel que l’interlocuteur, à l’autre bout de la ligne, ne peut souvent qu’entrevoir la véritable mesure de la détresse personnelle du paysan ou de la paysanne qui appelle. L’auteur conclut son travail par quelques recommandations: Faire la publicité des offres de conseil pour les familles paysannes afin d’en accroître la notoriété; intégrer des travailleurs so-

ciaux dans les équipes pour permettre un coaching durable; approfondir le thème de la communication et de la gestion des crises durant la formation agricole; élargir les mesures sociales d’accompagnement existantes dans le cadre de la politique agricole, afin de faciliter économiquement les sorties de crise. 䡵

Auteur Ueli Straub, comité du Bäuerliche Sorgentelefon, Agridea, 8315 Lindau Sonja Imoberdorf: «Bauernfamilien unter Druck, Entstehung und Bewältigung von Stress im bäuerlichen Alltag und die Bedeutung von professioneller Hilfe im Coping-Prozess», travail de bachelor à la Haute-école bernoise de travail social, Berne, juin 2012.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

12 2012 · REVUE UFA


DF_LL3_Rezept_1212_2012 27.11.12 17:39 Seite 87

RECETTE VIE QUOTIDIENNE

Tout simplement délicieux CANNELLE ET PRALINÉS Les courges se conservent longtemps si on les stocke correctement. On peut ainsi par exemple en faire de la confiture fraîche même en hiver – à l’arôme de cannelle pour être en harmonie avec la période de l’Avent.

Confiture à la courge et à la cannelle 2 kg de courge 1 kg de sucre 5 gelfix 2: 1 1 l de cidre 2 c.c. de cannelle Couper la courge en morceaux, la cuire avec le cidre et 700 g de sucre jusqu’à ce qu’elle soit tendre. Réduire en purée au mixer. Mélanger 300 g de sucre, le gelfix et la cannelle, ajouter à la masse et mélanger. Porter à ébullition et laisser mijoter 5 minutes. Verser encore chaud dans des verres.

Variations de truffes 150 g de beurre 110 g de sucre glace 200 g de chocolat noir

REVUE UFA · 12 2012

Truffes café

Truffes blanches

150 g de beurre 110 g de sucre glace 1 plaque de chocolat au lait 1 plaque de chocolat noir 1 c.s. d‘Incarom 2 c.s. de kirsch

150 g de beurre 110 g de sucre glace 2 plaques de chocolat blanc 2 c.s. de kirsch

Les truffes et les confitures de Pia Wicki sont très appréciées sur les marchés de Noël régionaux.

Couper le beurre grossièrement en dés. Saupoudrer celui-ci de sucre glace, passer à la passoire. Ajouter selon la recette le kirsch ou l’Incarom. Mettre le chocolat dans une terrine en acier chromé, l’arroser d’eau chaude. Attendre que le chocolat soit fondu, égoutter. Mélanger le chocolat fondu avec la masse de beurre. Mettre au frais. Mélanger régulièrement. Lorsque la masse commence à devenir ferme, en remplir une douille pâtissière et remplir de petits moules en papier ou en chocolat. 䡵

La paysanne de la page de la recette Notre paysanne, Pia Wicki (46), habite à Steinig-Dorbach à Wiggen (LU). Avec son mari Willi et leurs trois enfants (Lydia, Renate, Beat) elle gère une exploitation laitière de 15 ha. La vente directe et l’agritourisme en sont d’importantes branches. Ils collaborent avec le patron du restaurant Rössli et la star de la gastronomie Stefan Wiesner de Escholzmatt. Pia Wicki est aussi présidente de l’association «Puuremärt Amt Äntlibuch». Ce service d’apéro et de fête offre un panier-cadeau provenant de la biosphère de l’Entlebuch. Pendant la période de l’Avent, cette activité vient s’ajouter aux différents marchés de Noël et engendre beaucoup de travail. La paysanne part non seulement en voyage culinaire, en tant que responsable du groupe de danse de Marbach elle s’intéresse aussi à la culture.

87


DF_LL5_Nostalgie_1212_2012 28.11.12 11:29 Seite 88

ANTIQUITES ET NOSTALGIE VIE QUOTIDIENNE

Créer avec une paire de ciseaux ŒUVRES D’ART EN FILIGRANE Le soir, lorsque ses neuf enfants sont endormis, la paysanne Jolanda Brändle de Mosnang (SG) d’adonne au découpage aux ciseaux. L’affiche de l’Olma 2012, qu’elle a conçu, fut une belle preuve de considération. Mais cette agricultrice et artiste est aussi connue au-delà de nos frontières.

Qu’est-ce que c’est? Des bobines aux fuseaux ou des baguettes de tambour?

Envoyez votre réponse à info@ufarevue.ch ou par courrier à: Revue UFA, Theaterstr. 15a, 8401 Winterthour. Tirage au sort d’un bon de 20 Fr. Délai d’envoi: 14 décembre 2012.

Les découpages de Jolanda Brändle (41 ans) vont des motifs ruraux traditionnels aux sujets fantastiques en passant par le mystique et l’abstrait. Elle trouve son inspiration dans sa vie quotidienne de paysanne et dans la nature. En hiver, ce sont les armaillis, les anges ou les bonshommes de neige qui ornent ses découpages. Les sapins et les arbres feuillus prennent des allures mystérieuses. Vous pouvez retrouver ses découpages sur des cartes, des coques d’I-phones, des photophores, des napperons, des coussins ou des tasses. On peut commander ces objets sur le magasin en ligne à l’adresse www.schererei.ch La tension monte pour Noël, dans le «magasin du découpage» des Brändle à Mosnang. Il est ouvert tous les samedis entre 9 et 12–h. Ceux qui désirent voir Jolanda Brändle en chair et en os peuvent la rencontrer au marché de Noël du «Henessenmühle» à Gossau (SG), du 7 au 9 et du 14 au 16 décembre.

Beaucoup à découvrir

www.geska.ch

Il a fallu environ 10 heures à Jolanda Brändle pour dessiner et découper de motif.

Commande d’annonces dans la bourse aux bonnes affaires

TALON

Découper et envoyer à: Annonces Revue UFA, case postale 344, 8401 Winterthour Chiffre:  oui (supplément Fr. 20.–)  Spécialités

 non

Nombre de parutions:  1 x

2x

 Je suis membre de la LANDI

10.– 20.– 30.–

Pour leur dixième anniversaire, les Archives de l’histoire rurale ont organisé un colloque «Le film dans l’agriculture – l’agriculture en film». Les personnes intéressées ont pu faire des découvertes, comme par exemple le film «Alpsegen im Glarnerland» datant de 1929. Ce dernier a été produit par la commission suisse du lait et présente le parcours de fabrication du Schabziger, de la production du lait à l’alpage jusqu’à l’expédition du produit fini dans le monde entier (Mombasa, Toronto, Vancouver, Shanghai, Buenos Aires, New York). Le Schabziger glaronnais fut le premier article de marque en Suisse et ses origines remontent à 1463. Le film se veut didactique et publicitaire. Il offre aussi des jeux artistiques d’ombre et de lumière et conjugue les paysages intacts des Alpes avec les questions de commercialisation. Les Archives de l’histoire rurale comptent d’autres superbes films.

40.– 50.– Chaque ligne supplémentaire Fr. 10.–   Gratuit pour les membres des LANDI. Nom, prénom Membre de la LANDI Adresse, NPA, Localité Date, signature

✁ TVA 7.6 % incluse

Solution «Qu’est-ce que c’est?» C’est Anita Savoy de Tatroz (FR) qui a trouvé la solution. L’objet présenté était un ancien fer à repasser au charbon.

12 2012 · REVUE UFA


Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 15:41 Seite 89

Le des temps cadeaux. Uniquement pour clients Landi:

20%

meilleur marché

Livraison gratuite Montage gratuit

BON

20%

de rabais pour paiement comptant sur tout l’assortiment diga.

Livraison gratuite Montage gratuit Valable jusqu’a: 15.01.2013

LAN-12-2012

Chez diga on y va!




Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 15:41 Seite 90

Solido 1

Lit Tête A

1373.–* au lieu de 1716.–

Le lit en bois massif flexible: Juste un cadre ou avec votre tête de lit préférée! Solido est fabriqué en exclusivité pour diga dans les ateliers protégés de Noveos. En achetant votre lit, vous soutenez la fondation certifiée ZEWO. Sans tête de lit

1030.–*

Lit Tête B

1399.–*

au lieu de 1287.–

au lieu de 1749.–

dans les 5 jours

 livré et monté

*

diga-FullService: Prix LANDI cash. TVA, livraison et montage incl. Même modèle ailleurs meilleur marché = différence en retour!

2

Armoires sur mesure!

ntaires s Au cm près et sans frais suppléme vernis s Plus de 60 surfaces en bois et s Agencement intérieur au choix

Combinaison-hit

3 Sideboard

1984.–*

3592.–* au lieu de 4490.–

au lieu de 2480.–

dans les 5 jours

 livré et monté


Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 15:41 Seite 91

Marché de Noël de Bolzano

Table de nuit

238.–*

WOLFGANG

Concert de l’Avent des Kastelruther Spatzen 14 – 16 décembre 2012

au lieu de 298.–

es places – Plus que quelqu 10.12.2012 minute jusqu'au A réserver last

Lit Tête C

1545.–* au lieu de 1931.–

mi3 jours, de cl. in n o si n pe

Marché de Noël de Bolzano

4

Table

3au5lieu0de443.8–0.–

*

Chaise

340.–*

Vivez avec nous le concert de l’Avent en compagnie des «Spatzen», des «Turmbläsern» et le quatuor de Castelrotto, et écoutez les douces sonorités de la harpe. Norbert Rier lit le conte de Noël et les Kastelruther Spatzen présentent leurs plus belles chansons de Noël. Grande finale à la lumière des bougies.

au lieu de 425.–

dans les 5 jours

 livré et monté

1

SOLIDO Lit en bois massif aux lignes légères et élégantes. Chêne massif huilé, 140 × 200 cm. 118 364. Sans tête de lit Fr. 1030.– * au lieu de Fr. 1287.–. 118 364. Tête de lit A Fr. 1373.–* au lieu de Fr. 1716.–. 118 367. Tête de lit B Fr. 1399.–* au lieu de Fr. 1749.–. 118 370. Tête de lit C Fr. 1545.–* au lieu de Fr. 1931.–. 118 373. Disponible aussi en 160 × 200 cm et 180 × 200 cm. Table de nuit Fr. 238.–* au lieu de Fr. 298.–. 118 376

2

PROGRAMME D’ARMOIRES CM Réalisez votre armoire de rêve sur mesure et adaptée à vos besoins. Ce programme vous offre une liberté totale, à un prix de fabrication en série!

3

FINCA Vivez la nature, si unique. Chêne sauvage massif. Surface cirée, effet LIVOS. Combinaison-hit Fr. 3592.–* au lieu de Fr. 4490.–. 118 350, Sideboard type 49. L: 219, h: 87.2, p: 47 cm Fr. 1984.–* au lieu de Fr. 2480.–. 118 349

4

ATLANTA Table chêne sauvage, massif, huilé, avec inserts en granit. 90 × 200 cm Fr. 3504.–*au lieu de Fr. 4380.–. 117 792 REBECCA Chaise, cuir noir, piètement chrome Fr. 340.–* au lieu de Fr. 425.–. 118 351

Hôtel de la Poste Lamm**** Dates de voyage 2012 14 – 16 décembre 2012 Prix par personne Fr. Chambre double

628.–

Supplément

Notre hôtel L’hôtel de la Poste Lamm **** offre des vacances inoubliables dans un cadre magnifique et romantique au pied des Dolomites. Hôtel avec piscine, sauna, hammam.

es

Fr. 628.–

Programme 1er jour: Voyage via Galgenen – Dietikon – Wil – St. Gall – St. Margrethen – Feldkirch – Landeck – Col du Reschen – Vinschgau – Meran (halte) – Castelrotto. Attribution des chambres et repas du soir à l’hôtel.

2e jour: Après un copieux déjeuner, nous nous rendons à Bolzano (facultatif). Vous disposez de suffisamment de temps pour visiter le marché de Noël. Puis retour à Castelrotto, où se déroule le concert sentimental de l’Avent des Kastelruther Spatzen. e

3 jour: Nous nous fortifions lors d’un dernier déjeuner avant de quitter le Tyrol du Sud hivernal. Le voyage de retour nous emmène à Innsbruck (halte) par le col du Brenner – Route de l’Arlberg – St. Margrethen aux lieux de départ.

Supplément pour chambre individuelle 78.– Nos prestations s6OYAGEENCARDELUXE s$EMI PENSIONCOMPRISE s#ONCERTAVECLES+ASTELRUTHER3PATZEN s%XCURSIONÌ"OLZANO Non compris s!SSURANCEFRAISDANNULLATIONFr. 35.– Forfait de réservation Fr. 30.– par personne max. Fr. 60.– par dossier. Formalités de voyage, informations utiles Les citoyens suisses ont besoin d’une carte d’identité ou d’un passeport valable. Lieux de départ avec places de parc gratuites 06h00 diga meubles Galgenen 06h45 diga meubles Dietikon 08h15 diga meubles Rickenbach à Wil

Réserver tout de suite et s’adjuger des places |  0848 735 735 | www.digareisen.ch


Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 15:42 Seite 92

La qualité est

Sofa 3 places

2896.–

*

meilleure marché

au lieu de 3620.–

que les ennuis.

1

ouve Visiter le n et profiter

au site we

b

de plus de

Fr. 8éd0uc0tio.n–

CUIR VÉRITABLE

de r ent! de lancem

2

3

SCANO Confort et fonction. Fauteuil en cuir California Fr. 1600.– * au lieu de Fr. 2000.–. Canapé 3 places en cuir California Fr. 2896.– * au lieu de Fr. 3620.–. 118 389. Diverses fonctions relax disponibles PIORA Votre nouveau coup de cœur. Combinaison-hit composée d’un canapé 2 places avec appuie-tête réglable et réglage manuel des dossiers et des repose-pieds, une récamière avec appuie-tête réglable. Cuir California Cappucino Fr. 4796.– * au lieu de Fr. 5995.–. 118 390. Disponible également à l’inverse LINATE La qualité est toujours très prisée. Design élégant, exécution artisanale. Fauteuil, sofa disponible à 2, 2.5 et 3 places. Cuir California Aubergine. Sofa 2 places Fr. 2150.–* au lieu de Fr. 2688.–. 117 195

*

Combinaison-hit

4796.–*

diga-FullService: Prix LANDI cash. TVA, livraison et montage incl. Même modèle ailleurs meilleur marché = différence en retour!

au lieu de 5995.–

3

Vous trouvez diga 10 × en Suisse – aussi près de chez vous! 1023 Crissier/VD 8953 Dietikon/ZH 8600 Dübendorf/ZH 6032 Emmen/LU 1763 Granges-Paccot/FR 8854 Galgenen/SZ 4614 Hägendorf/SO 3421 Lyssach/BE 4133 Pratteln/BL 9532 Rickenbach à Wil/TG

Sofa 2 places

2150.–* au lieu de 2688.–

CUIR VÉRITABLE

Service info diga: téléphone 055 450 55 55 www.diga.ch

Sortie Lausanne-Crissier Lerzenstr. 17 Neugutstr. 81 (à côté d‘Interio) Emmen-Süd (Hasliring) Sortie Fribourg-Nord Sortie Lachen Industrie Ost Bernstr. 41 (Möbelmeile) Zurlindenstr. 3 Près de la Coop

Horaires d´ouverture: lu – ve 10h00 – 18h30 sa 09h00 – 16h00

Chez diga on y va!

Tél. 021 633 44 90 Tél. 044 743 80 50 Tél. 044 802 10 10 Tél. 041 268 84 84 Tél. 026 460 76 76 Tél. 055 450 55 55 Tél. 062 207 02 20 Tél. 034 420 95 95 Tél. 061 826 50 20 Tél. 071 929 47 00

Places de parc gratuites devant toutes les filiales

www.diga.ch

CUIR VÉRITABLE

LAN-12-2012. Sous réserve de modification de modèle et de prix. Etat prix: 16.11.2012. Les conditions sont soustraites des prix et ne sont pas valables pour les articles nets.

1

2


DF_LL4_Garten_1212_2012 27.11.12 17:41 Seite 93

CÔTE JARDIN VIE QUOTIDIENNE

Un cadeau du ciel LE GUI est considéré depuis des lustres comme porte-bonheur et symbole de paix. Il déploie sa discrète splendeur durant la période de l’Avent et est ainsi prédestiné pour les décorations festives. À l’entrée ou devant la fenêtre, un bouquet de gui est une magnifique décoration qui tient jusqu’à l’arrivée du printemps.

Edith Beckmann

1 • Un bel équipage pour l’Avent: étoile de Noël et branche de gui. Photo: CMA

2 • Quand les arbres à feuilles sont nus, les boules de gui vert scintillant émerveillent par leur splendeur. Photo: Klaus Stricker/pixelio.de

3 • Comme tombé du ciel: le gui s’épanouit sur les arbres nus. Photo: Annamartha/pixelio.de

1

REVUE UFA · 12 2012

Bien caché dans la cime des arbres, le gui est semi-parasite qui se pose sur les branches. Il absorbe l’eau et les éléments minéraux de son hôte et retire les glucides de sa propre assimilation. Il ne nuit à son hôte que si l’arbre est affaibli et qu’il y est présent en grandes quantités.

Plante culte des Celtes On ne découvre cette plante légendaire que lorsque les feuilles tombent. Aussi les Celtes croyaient-ils que ces étranges boules tombaient du ciel dans la cime des arbres et les vénéraient comme plantes magiques. Tous les enfants connaissent sa force mystérieuse. Obélix, personnage d’Astérix, leur doit ses victoires contre les Romains. Les oiseaux sèment le gui. Ils mangent les baies et éliminent les graines, qui sont indigestes et collantes. Les graines qui parviennent à adhérer sur les branches s’ancrent dans l’écorce. Après 6 ans environ, 3 à 5 jolies petites fleurs jaunes étoilées apparaissent pour la première fois. Durant 10 ans au moins, les fleurs de gui permettent ensuite de confectionner de beaux bouquets de l’Avent. Pour implanter du gui sur un vieil arbre fruitier, il faut le «semer» entre décembre et mars. On procède à une pe2

Petites astuces pour le jardin potager et d’agrément • Taillez les arbres fruitiers quand il fait doux. Brossez les troncs, car les ravageurs trouvent refuge derrière l’écorce. • Fixez les rosiers et choux frisés sur des tuteurs pour les protéger du poids de la neige. • Créez un arrangement d’hiver avec des branches au feuillage persistant, des feuilles et des fleurs séchées. Enfoncez les tiges dans des récipients de terre. • Semez les plantes qui germent quand il fait froid telles l’aconit, la pulsatille, le chardon argenté ou bleu, la gentiane ou l’edelweiss: placez le pot dans lequel les plantes ont été semées 2 semaines à température ambiante et exposez le ensuite à l’extérieur. • Raccourcissez les rosiers à 40 cm; la taille principale se fera au printemps. Buttez la terre et recouvrez-la de fumier décomposé ou de compost. Couvrez le sol de branchages dès que des périodes prolongées de froid menacent.

tite incision dans l’écorce d’une branche et on y presse des baies fraîches contenant des graines. Le fait d’entourer cet emplacement avec un petit grillage permet d’éviter que les oiseaux ne mangent les graines de gui.

S’embrasser sous une branche de gui Quand l’hiver s’installe, les boules se teintent d’un beau vert lumineux et se parent de baies perlées. Les druides celtes coupaient le gui des arbres avec des serpes d’or et lui prétaient de légendaires vertus miraculeuses. Le gui était considéré comme une clé d’accès à l’autre monde et comme un remède efficace contre les «maladies sacrées» (épilepsie). Des études récentes

ont démontré que l’acétylcholine contenue dans le gui empêche les convulsions cérébrales et résorbe les spasmes vasculaires dans les jambes et la tête. Le gui est aussi symbole de paix. Les ennemis se réconciliaient sous ses branches par un baiser. Les Britanniques s’adonnent encore de nos jours à cette coutume et s’embrassent sous une branche de gui qu’ils pendent au-dessus de l’entrée en période de l’Avent. 䡵 Auteure  Edith Beckmann, journaliste indépendante à Frauenfeld (TG) est une jardinière passionnée qui dispose de racines agricoles.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 12

3

93


DF_LL6_Generationen_1212_2011 28.11.12 11:39 Seite 94

AGRICULTEURS SUSISSES: ORIGINES ET AVENIR VIE QUOTIDIENNE

Dialogue intergénérationnel dans l’agriculture

Des femmes qui tiennent leur rôle Les paysannes ont toujours beaucoup à faire. Souvent elles préfèrent prendre le travail à bras le corps plutôt que parler. Les deux paysannes Vreni Steger (68) et Sabrina Knechtle (30) misent en plus sur une stratégie bien établie: discuter ensemble et tirer à la même corde. Sur une exploitation, c’est une chose absolument primordiale. Contrairement à Vreni, Sabrina n’est pas seulement femme de paysan, elle exerce elle-même le métier de paysan: cette mère de deux enfants en bas âge a en effet accompli un apprentissage agricole. Pour Vreni cela aurait été invraisemblable: «Je ne sais même pas si c’était faisable à l’époque!» Dans sa jeu-

94

nesse on lui a plutôt toujours répété que «les filles devaient apprendre à tenir un ménage et à être économes». Aujourd’hui, Vreni est toutefois en mesure d’accomplir tous les travaux que nécessite une exploitation agricole diversifiée, à l’exception du tracteur. Les Steger exploitent un domaine de taille moyenne avec bétail laitier, grandes cultures, fruits et vente directe à Hinterfrost dans le Rheintal (SG). Aujourd’hui c’est leur fils qui a repris l’exploitation. Les Knechtle disposent quant à eux d’un domaine de 12 ha à Eggerstanden (AI). La taille de l’exploitation ne permet pas une grande diversité et le climat est trop rude à 900 m

d’altitude. Comme leurs 15 vaches ne leur permettent pas de dégager un revenu suffisant, les Knechtel ont investi dans la transformation: «Lorsque nous avons repris l’exploitation, nous avons construit une fromagerie à la ferme. Nous vendons nos produits laitiers (fromage corsé à pâte mi-dure, divers fromages frais, séré et lait cru) dans plusieurs petits magasins et au marché». Pour des exploitations telles que la leur, la réforme agricole ne va pas simplifier la donne. Sabrina explique: «Plus l’exploitation est petite, plus il est important qu’un des partenaires puisse travailler à l’extérieur tandis que l’autre gère l’exploitation». Eveline Dudda

Le LID Information et Communication agricoles fête ses 75 ans cette année. Pour marquer l’événement, deux générations paysannes se rencontrent chaque mois dans notre revue pour se retourner sur le passé et regarder vers l’avenir. Qu’est-ce qui était mieux avant, moins bien et où va l’agriculture?

75 ans de communication entre ville et campagne

12 2012 · REVUE UFA


DF_Vorschau_1212_2012 27.11.12 17:42 Seite 95

Suite de la page 82

TECHNIQUE AGRICOLE à donner Zweischarpflug Althaus; Kreiselheuer Bucher-Fahr 3.5 m 寿 031 755 43 39 Kunststoffsilo Lanker 50 m3, 3 Innenluken 寿 052 385 40 51 Remise 7 x 10 m, Pultdach, drei Seiten geschlossen, guter Zustand, muss selber abgebrochen werden 寿 079 695 95 07

Rind gekalbt, 28 - 30 kg, Red Holstein, mit Horn, Fr. 2500 寿 078 685 45 25 Texelwidder mit Papier, eigene und Import 寿 079 225 40 59 Dexter Stier mit Abstammungsausweis sowie linearer Beschreibung, Preis auf Anfrage 寿 079 636 12 64 Milchkühe mit Abstammungsausweis FT 2. Laktation 寿 079 636 12 64

F1 Limusine Rind, trächtig 26.04.2012 mit Limusine Stier 寿 079 636 12 64

Kälber, agetränkt, im Aufzuchtvertrag, auch Bio, Nordwestschweiz 寿 079 598 71 31 Kuh oder Rind, Simmentaler Code 60+70, F1 oder Limousin, evtl. mit Währschaft 寿 079 857 80 09

Schwarzkopf-Widder, 2 1/2 Jahre alt 寿 078 825 11 88 Junge gute Jerseykuh 寿 079 245 25 02

ANIMAUX à vendre

ANIMAUX recherche

FOURRAGE à vendre

Appenzellerziegen, Raum Ostschweiz Innerschweiz 寿 079 245 25 02

Siloballen unkrautfrei. Fr. 70/Stk.; Maiswürfel ganze Pflanze in Bigbag, Fr. 48/100 kg, ab Platz Gams SG 寿 078 685 45 25

Junge schöne Rinder, Jersey x Braunvieh, können unverbindlich besichtigt werden 寿 079 245 25 02

Maiswürfel, ganze Pflanze, sehr schön ab Fr. 45/100 kg, BE/Konolfingen 寿 079 454 59 86

Stroh Quaderballen 80 x 90 x 200, gehäckselt mit Vorbauhäcksler, top Qualität, 50 Stk. am Lager, Fr. 24 / 100 kg 寿 079 293 97 35

Bourse aux bonnes affaires Maisballen,

IMMOBILIER recherche

3400 Burgdorf

Maisballen, 100 Stk., top Qualität, Ernte 2012, Gewicht 900 kg +-5%, 8-lagig gewickelt, Mantelfolie, Transport gegen Aufpreis ev. möglich Fr. 105 / Stk. 寿 079 293 97 35

寿 079 653 96 35 Heu, Emd, Stroh und

30 jähriger Landwirt

Maisballen

sucht Liegenschaft

Region Solothurn

oder Bergheimat, zum

寿 079 243 75 25

pachten oder kaufen

Siloballen, 27 Stk.,

寿 079 362 58 67

Öko 2012, 2. & 3.

Unterstand, Scheune,

Schnitt

alter Stall, Kuhstall

Weizenstroh Quaderballen 寿 052 336 11 37

寿 079 796 92 68

mit Mindesthöhe von

Fahrbahrer Milchtank, Alfa Laval, 330 l Fr. 2500 寿 055 245 50 84

Maisrundballen

Grassiloballen, gute Qualität 寿 044 833 04 76 Heu und Emd ab Stock, belüftet, blackenfrei 寿 079 422 30 55 TG

2.15 m, habe 2 Klein-

Quaderballen;

pferde und 3 Shetty

Oekoheu; 寿 079 243 75 25

und würde diese gerne selbst versorgen, suche irgendein Plätzli in der

ca. 80 Quaderballen

Region, Solothurn,

Emd, zweiter und

Buecheggberg, Wangen

dritter Schnitt so wie

a.A.ect. sind nicht

Belüftungsheu, Raum

verwöhnt, sauber und

Bern

ruhig

寿 078 832 95 30

寿 076 565 32 84

Notre prochaine édition abordera les thèmes suivants

Résultats des engraisseurs de veaux

Où et comment investit-on?

La rouille gagne du terrain

Gagner du temps en collaborant

Dépanneurs pour la zone de montagne

Selon une étude d’ART, en région de montagne, les engraisseurs de veaux gagnent moins que les producteurs de lait ou les détenteurs de vaches mères.

Sur la base d’un sondage, la Revue UFA a cherché à connaître les intentions des agriculteurs suisses en matière d’investissements. Premiers détails.

Les maladies cryptogamiques et la formation de résistances sont en progression dans le monde. Les experts craignent des pertes de rendement.

Les analyses confirment que la constitution d’une communauté d’exploitations permet aux producteurs d’économiser un temps de travail précieux.

Suite à une blessure au pied, Laurent Ecœur ne pouvait plus accomplir tout son travail. Caritas lui a fourni des volontaires pour lui venir en aide.

info@ufarevue.ch

Impressum Revue UFA Périodique spécialisé des membres des LANDI. Les numéros 1, 3, 5, 7-8, 9 et 11 sont accompagnés du LANDI Contact, compris dans l’abonnement. ISSN 1420-5106

d’autres entreprises est indiquée dans les rapports d’activité respectifs, disponibles auprès de la maison d’édition.

Rédaction Tél. 058 433 65 30 Fax 058 433 65 35 Editeur Theaterstrasse 15a, fenaco société coopérative, 8401 Winterthour Erlachstrasse 5, 3001 Berne Dr. Roman Engeler, réd. en chef; Hans Peter Kurzen, Christian Hirschi, Cyril de Poret, Directeur de publication Daniela Clemenz, Matthias Roggli, Gaël Monnerat, Coéditeurs LV-St. Gallen et GVS Schaffhouse. rédacteurs; Anne-Marie Trümpi, assist.. La participation des éditeurs à

REVUE UFA · 12 2012

Rédaction romande fenaco, CP 129, 1510 Moudon Tél. 079 408 73 61 ou Tél. 058 433 69 09 le lundi et le mercredi

Maison d’édition Tél. 058 433 65 20 Fax 058 433 65 35 Editions LANDI-Médias, un secteur de fenaco, case postale, 8401 Winterthour Martina Bernet, responsable de l’agence

Prix de vente Gratuit pour les membres des coopératives agricoles. Les personnes abonnées à la Revue UFA acceptent que leur adresse postale soit utilisée et Annonces/Abonnements communiquée pour des envois Tél. 058 433 65 30 ciblés. Si les abonnés désirent Fax 058 433 65 35 que ce ne soit pas le cas, leur Revue UFA, Conseils pour les Tirage adresse peut être bloquée chez annonces, Theaterstr. 15a, Abonnements membres 74’592 l’éditeur. 8401 Winterthour, Martina Bernet, en allemand 61’642 Alex Reimann, Anja Rickenbach en français 12’950 Prepress (contrôlé REMP/FRP en 11) Natalie Schmid, Stephan Rüegg Délai Nombre d’exemplaires 76’145 AMW, Winterthour; 20 jours avant la parution Mattenbach SA, Winterthour

www.ufarevue.ch

Impression Print Media Corporation, CH-8618 Oetwil am See La reproduction de tout ou partie d’article ou de photo est soumise à un accord exprès de la rédaction. Les articles de la rubrique «Know-how» sont des PR ou des publireportages.

Papier Imprimé sur du papier Leipa 60 g/m2 avec certificat FSC- et PEFC.

95


Inserate UR 1212 F_2012 27.11.12 15:42 Seite 96

fendt.com

Le nouveau Fendt 500 Vario.

500

Progrès. Tradition. Grandeur. Design. Précision. Rentabilité. Un rêve devient réalité. Le nouveau 500 Vario réunit le meilleur de Fendt dans une toute nouvelle gamme. Les dimensions du légendaire 500 Favorit associées à un design récompensé, et une puissance maximale de 165 ch combinée avec une technologie SCR économique en carburant, apportent une rentabilité hors normes dans un nouveau segment de performance. Renseignez-vous auprès de votre distributeur Fendt.

512 Vario

125 ch

92 kW

513 Vario

135 ch

99 kW

514 Vario

145 ch

107 kW

516 Vario

165 ch

121 kW

* Puissance maximale selon ECE R 24

Fendt est une marque mondiale du groupe AGCO.

GVS Agrar AG Land- und Kommunalmaschinen Im Majorenacker 11 CH-8207 Schaffhouse Tél. +41 (0)52 631 19 00 info@gvs-agrar.ch www.gvs-agrar.ch

1037 ETAGNIÈRES Etrama SA

1533 MÉNIÈRES CVT Mécanique Sàrl

1169 YENS Kufferagri Sàrl

1906 CHARRAT Etablissements Chappot SA

1262 EYSINS Dubois F. et J. Sàrl

2854 BASSECOURT GVS Agrar Jura

1415 DÉMORET Demagri SA


Revue UFA 12/2012  

Revue UFA 12/2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you