Page 45

PRODUCTION VEGETALE lances dirigées à la main, des rampes de buses verticales montées sur chariot (avec ou sans assistance d'air), des turbo-diffuseurs axiaux viticoles modifiés ainsi que des atomiseurs à dos. Les investigations ont montré que la plupart des utilisateurs n'étalonnent pas leur appareil, ce qui fait que la quantité de bouillie effectivement appliquée diffère parfois beaucoup de celle qui était prévue. Les mesures faites avec une substance de marquage fluorescente ont révélé que la répartition de la bouillie sur le feuillage d'une double rangée de tomates était parfois très inégale. La proportion de produit déposé sur les feuilles atteignait dans certains cas seulement 50 % de la quantité pulvérisée. Des valeurs satisfaisantes, allant de 70 à 90 %, ont aussi été constatées. Les observations faites jusqu'à maintenant montrent toute l'importance d'un soigneux calibrage des matériels et d'un réglage adapté en fonction de la culture à traiter et de son stade de développement. L'exemple de la rampe verticale avec assistance d'air (photos 1-4) a valeur de test. Avec du papier sensible à l'eau, il a pu être rapidement et facilement démontré que le premier réglage de l'appareil n'était pas optimal. On a ensuite modifié l'inclinaison des buses inférieures et le guidage du flux d'air, ce qui a amélioré la répartition de la bouillie, mise en évidence par le papier sensible. La répartition de la bouillie dans le couvert végétal a été vérifiée au moyen d'une substance de marquage. ACW aimerait mettre au point des instructions simples précisant comment définir la dose de produit et la quantité d'eau pour que la surface à protéger soit effectivement atteinte. L'écartement des rangs et la hauteur de la paroi de feuilles sont des paramètres indispensables et faciles à mesurer.

d'eau de quelque 5 à 40 l par hectare, généralement le soir après la fin des travaux, dans la serre fermée. Des ventilateurs produisent un léger courant d'air qui transporte le brouillard à travers toute la serre durant la nuit. La nébulisation à froid permet d'appliquer un insecticide ou un fongicide en une heure de travail par hectare alors qu'il faudrait bien un jour en utilisant une technique classique. Toutefois, des mesures faites par ACW dans une serre de tomates et une autre d'aubergines, avec un nébulisateur à froid stationnaire et un ventilateur pour chacune des serres de 500m2, ont clairement démontré que la répartition du produit n'était pas satisfaisante, tant dans la culture que dans l'espace de la serre. Sur la face supérieure des feuilles, on a mesuré des quantités de dépôts 2 à 8 fois supérieures à celles de la face inférieure. En moyenne de toutes les mesures, on a retrouvé sur les plantes, selon la matière active et la culture, moins de la moitié du produit pulvérisé. Donc une partie importante est tombée sur le sol et une moindre fraction s'est déposées sur les structures de la serre. Les plantes qui se trouvaient de part et d'autre du passage dans lequel l'appareil de nébulisation froide a été engagé ont subi des brûlures sur les feuilles et des doses de résidus trop élevées y ont été parfois constatées. La technique de nébulisation froide doit être améliorée; un déplacement de l'appareil en cours d'application serait un élément de solution.

Nébulisation à froid: pratique mais pas sans problèmes L'ap-

Des produits de traitement à travers l'irrigation goutte à goutte

plication d'insecticides et de fongicides sur les cultures sous serre au moyen d'un pulvérisateur est un gros travail. C'est pourquoi un procédé d'application comme la nébulisation à froid, qui est moins gourmand en termes de travail, tente les producteurs. Avec les nébulisateurs à froid usuels, le produit est finement pulvérisé avec une quantité

En appliquant des produits de traitement à travers l'installation d'irrigation qui est déjà en place, on ne contamine pas les structures de la serre. Pour l'opérateur, cette méthode d'application est presque sans risques et demande peu de travail. De plus, il n'y a aucun risque de dérive du produit en cours de traitement. Les analyses attestent un très fai-

REVUE UFA · 6 2010

ble niveau de résidus des matières actives examinées jusqu'à maintenant sur les tomates prêtes pour la cueillette. Il faut cependant préciser que cette technique d'application n'est de loin pas valable pour tous les produits de traitement. Il faut qu'il y ait une bonne absorption par les racines et une diffusion systémique dans la plante pour obtenir une bonne efficacité contre les pucerons, ce qui a pu être établi pour le thiaméthoxame (Actara) et la pymétrozine (Plenum) dans des cultures hors sol. Pour les cultures sur sol normal, le choix des produits est beaucoup plus restreint car peu de substances sont suffisamment mobiles pour cette utilisation. Les deux ans d'essais dans les serres du Centre ACW de Cadenazzo ont montré que l'adaptation du dosage des insecticides systémiques en fonction de la culture et de son stade de développement n'est pas simple. Il faut que l'action du pro-

Appareil de nébulisation froide de type courant, dans une serre d'aubergines.

Tableau 2: Nébulisation à froid, quantités retrouvées en % de matières actives nébulisées quantités retrouvées en % face supérieur des feuilles face inférieure des feuilles toute la feuille surfaces non ciblées (sols, structures de la serre)

moyenne 37 10 47 40

écart 20 – 50 3 – 27 23 – 77 35 – 67

duit appliqué persiste assez longtemps mais que, parallèlement, il ne soit pas du tout lessivé dans les cultures sur sol. Une application de produits phytosanitaires à travers l'irrigation goutte à goutte requiert un certain savoir-faire. 䡵

Auteur Jacob Rüegg, Spécialiste des techniques d'application en maraîchage, Service «Extension» d'Agroscope Changins – Wädenswil Avec la collaboration de René Total et Mauro Jermini (ACW) ainsi que de Ronald Wohlhauser et Peter Wyss, Syngenta, Techniques d'application, Bâle. Dans le cadre de projets de type «extension», on développe des solutions à des problèmes d'actualité dans la branche maraîchère. Dans des projets de recherche à plus long terme, on développe des stratégies de régulation des maladies et des ravageurs ainsi que des solutions pour optimiser l'utilisation des produits phytosanitaires et des engrais.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

6 · 10

45

Revue UFA 6/10  

Revue UFA 6/10

Advertisement