Page 43

PRODUCTION VEGETALE

Quelles techniques et pour quelles espèces? La prégermination peut, en principe, être appliquée aux semences de toutes les espèces, mais des aspects technologiques tels que le volume des semences à traiter et les difficultés de séchage, la rendent difficilement réalisable à l’échelle industrielle pour les espèces de grande culture. Toutefois, les semences de betterave sont souvent commercialisées à l’état prégermé. En revanche, l’activation est une technique particulièrement intéressante pour de nombreuses espèces maraîchères (poireau, carotte, endive, chou, tomate, piment, …) ou florales (pensée, primevère, bégonia,…) car le coût du traitement est compensé par la valeur ajoutée des semences. Différentes méthodes sont utilisées pour activer les semences, mais toutes ont pour objectif le contrôle de leur imbibition pour permettre la réalisation de la germination (phase II de la germination) tout en empêchant l’allongement de la

radicule afin de pouvoir les déshydrater et les stocker avant leur utilisation. Les semences peuvent être placées en présence d’eau (hydropriming) ou, plus généralement d’une solution saline ou de polyéthylène glycol (osmopriming). L’osmopriming peut être effectué en immergeant les graines dans un liquide de pression osmotique connue, aéré en permanence. Les semences peuvent aussi être mélangées à un milieu solide organique ou non ayant une forte capacité de rétention d’eau et limitant ainsi la prise d’eau des semences, on parle alors de priming matriciel ou «solid matrix». Dans le cas de l’hydropriming, une quantité d’eau contrôlée est apportée par brumisation sur les semences placées dans un tambour en rotation. Généralement le traitement est réalisé à une teneur en eau des semences d’environ 40 % par rapport à la masse de matière fraîche et dure de 5 à 10 jours.

Avantages de l’activation Le traitement de prégermination a pour avantage essentiel de rendre la germination plus rapide et plus homogène et de la rendre possible dans une plus large plage thermique (sols froids, par exemple) et dans de mauvaises conditions d’oxygénation (excès d’eau et sols battants). Il en résulte une meilleure levée des plantules dans des conditions pénalisantes de semis. Dans la pratique on peut espérer une réduction du temps de germination de moitié et un élargissement de la plage thermique permettant la germination de 5 à 10 °C. Par exemple: Les semences prégermées de poireau germent entre 5 et 35 °C alors que celles n’ayant pas été traitées ne germent qu’entre 15 et 20 °C et les semences de tomate deviennent capables de germer à des températures inférieures à 15 °C. Pour les espèces ornementales (primevère, pensée, begonia, etc.), la prégermination permet l’obtention de plantules plus homogènes et vigoureuses pour les producteurs de plants. Ce traitement restaure aussi la germination des semences ayant perdu en partie leur vigueur, sans doute parce qu’il favorise des mécanismes réparateurs au niveau cellulaire.

Un traitement non sans risque Si le traitement n’est pas appliqué de faREVUE UFA · 6 2010

Tableau 1: Déroulement des phases de la germination Percée de la radicule

Eau absorbée

activées est plus rapide car elles n’ont plus qu’à s’imbiber et à assurer le processus de croissance, la deuxième phase ayant été réalisée complètement ou en grande partie pendant le traitement.

Percée de la radicule

Temps Semence témoin non traitée (brun) Semence ayant subi un traitement de prégermination (vert). I = imbibition; II = germination stricto sensu; III = croissance.

Semences prégermées = Highspeed® Semences UFA offre des semences prégermées sous le nom Highspeed®. Dans les mélanges Highspeed pour les gazons et les prairies fourragères, le pâturin des prés qui germe lentement est traité. Pour cette raison, il a une force de concurrence plus importante en comparaison avec les autres espèces dans les mélanges, en particulier le raygras. Le résultat est le relèvement du raygrass anglais par le pâturin des prés. Ceci est absolument nécessaire afin d’obtenir un peuplement dense et durable pour des mélanges longue durée. Highspeed® est aussi disponible pour tous les mélanges de sursemis important.

çon parfaite, le séchage risque de tuer les semences dont la radicule a pu s’allonger pendant le traitement. Il est donc capital de bien choisir les conditions du traitement (teneur en eau des semences, température et durée du traitement) pour qu’aucune semence n’initie sa croissance. Le procédé de prégermination rend souvent les semences plus sensibles à un vieillissement. Les sociétés semencières ont donc dû développer des technologies permettant d’obtenir les meilleurs effets bénéfiques du traitement tout en gardant une aptitude à la conservation des semences pendant au moins une année pour permettre leur commercialisation.

Une technique d’avenir La prégermination ou activation des semences est un traitement biologique, qui s’il est réalisé dans de bonnes conditions est très efficace pour augmenter la vitesse de germination des semences et améliorer leur comportement au champ, en particulier dans des conditions sub-optimales. Les semences prégermées peuvent être considérées comme des semences de grande qualité. 䡵

Auteur Pr Françoise Corbineau, «Germination et Dormance des Semences», UR 5, Université Pierre et Marie Curie, Paris 6, Paris www.upmc.fr

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

6 · 10

43

Revue UFA 6/10  
Revue UFA 6/10  

Revue UFA 6/10

Advertisement