Page 39

BRÈVES PRODUCTION VEGETALE

Situation saine pour Suisse Grêle malgré les caprices de la météo L’exercice 2009, année record en termes de sinistres, et l’ampleur des dégâts enregistrés les années précédentes rendent nécessaire une réévaluation des produits et des primes en 2010. En mai et en juillet, deux colonnes de grêle d’une violence extrême ont fait de 2009 une année record en termes de sinistres. Jamais encore, au cours des 130 ans d’existence de Suisse Grêle, de tels dommages aux cultures agricoles et horticoles n’avaient été enregistrés en Suisse en une année. Par rapport à 2008, les dédommagements ont

Champignons sur le net Le groupe de mycologie de la Station de recherche Agroscope ChanginsWädenswil ACW a constitué et entretenu, depuis plus de quarante ans, une importante collection de champignons, essentiellement pathogènes des cultures. Cette mycothèque est un témoin de première importance de la pathologie des maladies fongiques en Suisse. Elle représente également un outil fonda-

quadruplé alors que le volume de primes est resté stable. Les pertes enregistrées en Suisse n’ont pu être compensées que partiellement par les bons résultats réalisés à l’étranger. Les charges de sinistres supé-

Photo: météosuisse

d’effet trop perturbants, car la végétation s'est déjà étonnamment bien développée. Le 25 mai marque le départ de la campagne pour les pommes de terre précoces sans peau conformément à la phase 1 du concept. Le passage à la phase 2, qui exige que les pommes de terre soient à peau en majorité ferme, est prévu à partir de la mi-juin. L’objectif consiste à fournir des pommes de terre précoces indigènes à peau en majorité ferme. Dans cette optique, les producteurs doivent procéder à temps à la destruction des fanes.

rieures à la moyenne au cours des dix dernières années, avec un point culminant en 2009, et les pertes élevées qui en ont résulté, ont rendu une révision des franchises et des tarifs inévitable. Les ajustements décidés pour 2010 peuvent entraîner une augmentation de prime d’environ 10 %. La couverture de risques, très étendue en comparaison avec les autres pays européens, reste toutefois inchangée. Suisse Grêle continue d’offrire aux agriculteurs une aide fiable en matière de gestion des risques agricoles.

OGM et vers de terre

Un ravageur qui s’adapte Il existe plusieurs espèces de pyrales, dont deux très proches génétiquement, mais s’attaquant à deux plantes différentes. Ostrinia scapulalis s’attaque principalement à une espèce d’armoise alors qu’Ostrinia nubilalis est un ravageur du maïs. La pyrale du maïs est apparue avec l’introduction du maïs en Europe il y a 500 ans. Il est vraisemblable qu’elle soit issue d’Ostrinia scapulalis et que l’introduction du maïs ait créé sa propre espèce de ravageur par changement d’hôte. Une étude a démontré que la pyrale du maïs hiverne dans la partie

La culture de maïs génétiquement modifié durant plusieurs années n’a pas d’influence négative sur les vers de terre. Dans le cadre d’un essai de 4 ans, des scientifiques américains et suisses ont analysé l’impact de différentes lignes de maïs Bt sur les vers de terre. L’incidence sur la quantité des 4 espèces présentes dans les parcelles d’essais était négligeable pour le maïs Bt et le maïs traditionnel. Pour valider ces résultats, les chercheurs recommandent de continuer les recherches avec d’autres espèces de vers de terre.

Désherbage au laser

mental pour la recherche. L’importance de cette collection dépassant nos frontières, une base de données informatiques va lui permettre de rejoindre le projet mondial du «Barcode of Life» et la rendre accessible aux chercheurs et au public. www.agroscope.ch

Pommes de terre précoces La plantation tardive ainsi que le temps froid et pluvieux du mois de mai ne semblent pas avoir trop eu REVUE UFA · 6 2010

La lutte contre les mauvaises herbes sans produits chimiques fait l’objet d’un projet de recherche. L’idée de base s’apparente avec la technique du brûlage. L’utilisation d’un rayon laser permet d’atteindre les jeunes mauvaises herbes avec précision et d’épargner ainsi les plantes cultivées. La lutte avec le laser est par ailleurs automatisable. Des études de faisabilité pour la lutte au laser ont été réalisées. Les chercheurs veulent tout d’abord développer un modèle dans lequel l’efficacité du laser sera adaptée à l’espèce et au stade de croissance. Le projet continue jusqu'à début 2012, l’objectif consistant à développer pour l’horticulture professionnelle une méthode de lutte contre les mauvaises herbes évitant le recours aux produits chimiques.

Photos: Bayer

Le feu bactérien est décrypté Le plan de construction génétique de l´agent provoquant le feu bactérien, Erwinia amylovora, la maladie des fruits la plus célèbre au monde, vient d´être décrypté. Les chercheurs développent désormais de nouvelles stratégies de lutte contre le feu bactérien et selectionnent des variétés de fruits à pépins qui tolèrent cette maladie.

basse de la tige et augmente ainsi fortement sont taux de survie de près de 50 %. Il est fort probable que les méthodes de culture ont participé à la sélection de pyrales hivernant dans le bas des tiges. Les récoltes manuelles puis les passages de moissonneuses batteuses, ont participé à cette sélection.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 39

Revue UFA 6/10  
Revue UFA 6/10  

Revue UFA 6/10

Advertisement