Page 1

Périodique spécialisé du groupe fenaco-LANDI • www.ufarevue.ch • 10 / 2013

Libre-échange et ligne blanche Page 12

Petit chargeur télescopique à l’essai Page 32

Adapter la production au marché Page 40

Tendances pour les analyses 2013 Page 73


SOMMAIRE EDITORIAL

Anna Steindl

L’exploitation Mayer à Tschlin trait 160 chèvres Grisonnes à raies. Photo: Matthias Roggli

FENACO ACTUEL Ramseier Suisse SA: loyal et actif sur le marché Le chef de la Direction, Christian Consoni, en interview

4

Nouvelles du Conseil d’administration de fenaco En un mot d’Urs Feuz frigemo: un partenariat basé sur la confiance

4 5 8

GESTION

Toujours à jour avec www.revueufa.ch Le site www.revueufa.ch contient une foule de brèves et de conseils professionnels.

18

Lorsque les voisins se disputent Droits de passage, distances minimales, émissions

12

Brèves Entre la crainte et l’espoir Un travail bein rémunéré Toujours bien informé avec www.revueufa.ch

10 14 16 18

TECHNIQUE AGRICOLE Un tracteur puissant Le Valtra «T203 direct» en test pratique

36

Brèves Dangers dus aux gaz nocifs dans le purin Kverneland propose de nouvelles techniques Lely «Hibiscus 715 CD»: andainage fiable et efficace Weidmann «T4512 CC40»: le petit chargeur télescopique Nouveaux produits

21 24 28 30 32 35

PRODUCTION VEGETALE Il peut tout faire – il est juste plus petit

Privilégier la prévention Les mycotoxines peuvent être évitées par des mesures ciblées

45

Le chargeur téléscopique «T4512 CC40» de Weidemann convainc par son système «VLS».

Brèves Une production de p.d.t conforme aux besoins du marché La drosophile du cerisier: un problème, chez nous aussi Utilisation réussie des matelas chaux-paille

38 40 42 48

32

PRODUCTION ANIMALE

Un nouveau ravageur La drosophile du cerisier attaque de plus en plus les baies et les fruits à noyau, en Suisse également

42

Qualité des porcs Le marché exige davantage d’homogénéité

86

Brèves UFA actuel Faible digestibilité des fourrages grossiers Interpréter correctement les analyses de fourrage Soins aux onglons: laisser faire le marché ou légiférer? Sels agricoles d’origine suisse Du foin ou des cubes de maïs pour l’engraissement des veaux Chèvres laitières: assurer la performance hivernale Détention optimale des lapins Pneumonie enzootique: les sangliers sont-ils fautifs? Page bio: réussir dans l’élevage de poulettes

68 69 73 74 76 78 79 80 82 84 88

VIE QUOTIDIENNE Cuisson à la vapeur Sain et bon pour la santé

Le producteur se transforme en manager Un robot de traite apporte de nombreux avantages quand tout est bien planifié.

51

REVUE UFA · 10 2013

92

Délicieuses recettes de la campagne Voyage d’étude de la Revue UFA en Urugay et au Brésil Antiquités et nostalgie L’automne et les asters au jardin Ils apprécient leur métier d’agriculteurs: Famille Gysel

91 94 96 101 102

FOCUS La traite automatique

milieu de Revue

Internet devient un outil de travail toujours plus important, dans l’agriculture également, car il facilite énormément l’accès à l’information. Depuis le début 2013, la Revue UFA est également présente sur le réseau grâce à sa propre page Internet. Les paysannes et les paysans ont ainsi la possibilité de s’informer quotidiennement des dernières nouveautés ayant trait à l’agriculture, en complément à la version imprimée de la Revue UFA. Les «webinaires» sont un autre événement majeur que la Revue UFA organise à intervalles réguliers. Le nombre réjouissant de participants démontre que les agricultrices et les agriculteurs suisses sont intéressés à ce mode de communication relativement nouveau ainsi qu’à cette nouvelle forme d’accès à l’information. Lors d’exposés qui se déroulent en direct, des intervenants de renom transmettent leur savoir et répondent en temps réel aux questions des participants. Le 10 octobre, en collaboration avec Agri hebdo, la Revue UFA organise un webinaire. Ce dernier commencera à 19h30 et aura pour thème «Couverture sociale des paysannes». Il sera animé par Paul-André Houlmann, de la Chambre Jurasienne d’Agriculture, et par Christian Kohli des assurances de l’USP (Agrisano). Inscrivez-vous dès à présent (par courriel à anna.steindl@ufarevue.ch) car les places sont limitées. Vous trouverez toutes les informations sous la rubrique «Webinaires» du site Internet www.revueufa.ch, ou en lisant notre article en page 90. Vous désirez disposer constamment d’une longueur d’avance sur vos collègues? Alors rendez-vous sur www.revueufa.ch!

info@revueufa.ch LELY CENTER SUISSE Dairy Solution GmbH suisse@sui.lelycenter.com Tél. 0848 11 33 77

Robot de traite For a professional milk production.

www.lely.com

3


ACTUALITÉ FENACO

Loyal et actif sur le marché RAMSEIER SUISSE SA Plus de 7000 arboriculteurs livrent leurs fruits de cidrerie à Ramseier Suisse SA. Leurs fruits sont pressés dans les cidreries de Kiesen, Hitzkirch, Sursee et Oberaach avant d’être mis en valeur par Ramseier Suisse SA à Sursee. Le président de la Direction, Christian Consoni, a informé la Revue UFA de la campagne de réception 2013. Revue UFA: Comment s’est déroulée la récolte de fruits de cidrerie 2013? Christian Consoni: Selon les estimations, la récolte devrait être ‹normale›. Nous avons garanti aux producteurs que nous prendrions en charge la totalité de leurs pommes et de leurs poires,

même si nous ne savons pas comment le problème des excédents de concentré de jus de poire pourra être résolu. La contribution de CHF 2.5 millions versée par la Confédération ne permettra-t-elle pas de solutionner la problématique des excédents de concentré de jus de poire?

Ramseier mise sur une qualité élevée. Dans un «Ramseier Süessmost», on trouve plus de trente variétés de pommes suisses différentes.

Christian Consoni: La contribution pour le désengorgement du marché ne permet pas vraiment de procéder à une transformation appropriée. L’Ordonnance stipule notamment que les quantités excédentaires ne peuvent pas être exportées. Il s’agirait pourtant de la solution la plus facile, sachant que les exportations peuvent s’effectuer du jour au lendemain et qu’elles permettent de réaliser les meilleurs prix pour les quantités excédentaires. On nous conseille d’utiliser ce concentré de jus de poire dans le canal alimentaire ou fourrager indigène. La participation aux coûts est toutefois limitée et les produits existants ne doivent pas être concurrencés. Nous avons analysé les deux variantes: dans le canal fourrager, cette solution n’est pas vraiment très rentable, les coûts étant trop importants. Dans le secteur alimentaire, le marché pour le vinaigre de poire est très restreint. Il n’existe donc pas de perspectives réel-

VERWALTUNG FENACO CONSEIL D’ADMINISTRATION LANDI Seeland SA Le centre collecteur d’Anet (BE) sera rénové et agrandi. La première étape concernera les installations mécaniques pour un montant de CHF 2 millions. Suite à cela, la capacité de stockage du site d’Anet sera portée à 9000 t dans la perspective de la concentration prévue des quatre centres collecteurs actuels sur Aarberg et Anet. 4

Une première tranche d’investissement sera débloquée avant la récolte 2014, une seconde en 2015.

LANDI La Côte SA Le Conseil d’administration de fenaco a approuvé un crédit de CHF 9 millions pour la construction d’une nouvelle LANDI dans la zone industrielle de Lonay, une commune située entre Morges et Lausanne. Le terrain nécessaire à la nouvelle construction a déjà été acquis en 2011 pour un montant de 3 millions de francs. Le

projet de nouvelle construction englobe un magasin LANDI avec TopShop ainsi qu’une station-service Agrola et une installation de lavage. Les services administratifs sont situés au premier étage. Sur les 90 places de parc prévues, la moitié doit être couverte. Le permis de construire devrait être délivré très prochainement.

10 2013 · REVUE UFA


ACTUALITÉ

NATS ES MO IS D D L I B DU MO PHOTO

FENACO AUF EIN WORT EN UN MOT

La réception des céréales est terminée depuis longtemps alors que les livraisons de maïs grain et de graines de tournesol sont bientôt terminées. Les chefs de silo contrôlent les déchets de triage et cherchent à déceler la présence d’éventuels ravageurs. Le travail à accomplir dans les centres collecteurs a fortement augmenté ces dernières années et est devenu plus exigeant. Désormais, LANDI Arena et fenaco Céréales, Oléagineux, Matières premières (fenaco GOF) proposent une formation spécifique à l’attention des responsables de silos. Inscription: brochure de formation continue LANDI Arena (dès la fin octobre sur Agronet, sous LANDI Arena). Pour la première fois LANDI Arena et fenaco fenaco GOF ont mis sur pied un cours de six semaines à l’attention des chefs de silo, en collaboration avec l’école de commerce de Hoppenlau (Stuttgart). Pour les chefs de silo romands, une formation spécifique est prévue en français en Suisse romande.

les de succès. Vous constaterez donc que la situation peut encore s’envenimer. Nous tablons sur une récolte de 12 000 à 13 000 tonnes de poires dans un contexte où les stocks sont encore pleins.

TERMINE AGENDA Journée technique nationale pour les responsables du secteur stratégique Agro LANDI 25 octobre 2013, Palais des Congrès à Bienne Inscription: landi.arena@fenaco.com

Offre excédentaire = prix à la baisse? Christian Consoni: Non, avec le système de décompte dont nous disposons au sein du secteur fruitier, les choses se règlent différemment. Le prix indicatif est donné alors que la question des quantités excédentaires est solutionnée par le biais d’une retenue. Plus les quantités excédentaires sont importantes et plus la retenue, soit la contribution que les producteurs versent pour la mise en valeur des excédents, est importante. Il y a trop de poiriers en Suisse. Le marché ne parvient pas à réguler cette situation. Le problème se réitère chaque année. Vous voulez parler du montant alloué par la Confédération pour les arbres haute-tige?

Contrairement à la viande, au lait ou aux denrées issues des grandes cultures, la transformation des fruits de cidrerie revêt beaucoup moins d’importance en Suisse d’un pur point de vue statistique. Pour les agriculteurs qui réalisent une partie de leur revenu via cette activité, l’arboriculture est une branche d’exploitation très importante. Il en va de même pour la population suisse, qui apprécie la vue de nos paysages préservés et diversifiés. Quel est le rôle du groupe fenaco dans ce contexte? Voici quelques faits à ce sujet: la société-fille de fenaco qu’est Ramseier Suisse SA est partenaire de quelque 7000 agriculteurs auxquels elle achète des fruits de cidrerie. Près du quart des jus de fruits de Ramseier achetés par les consommateurs suisses sont vendus par nos propres canaux de détail que sont Volg et LANDI. Pour rester, année après année, un acheteur constant et fiable de fruits de cidrerie auprès de nos arboriculteurs, nous devons procéder à des investissements. Ces derniers portent sur l’infrastructure, le développement et la culture d’arbres haute-tige ainsi que sur le soutien à la diversité variétale. Pour lancer les produits innovants susceptibles de nous permettre de consolider et de développer nos parts de marché, nous devons investir. Notre objectif consiste à continuer à soigner et à développer sur le long terme la tradition centenaire dont nous disposons dans la transformation et la mise en valeur des jus de fruits. Pour réaliser cet objectif, nous investissons non seulement les moyens financiers nécessaires à cet effet mais également toute la passion qui anime les collaborateurs de Ramseier.

Urs Feuz Suite à la page 6 REVUE UFA · 10 2013

Membre de la direction de fenaco et chef de la division industrie agroalimentaire de fenaco

5


ACTUALITÉ FENACO Christian Consoni: Pas seulement. Autrefois, la Confédération octroyait des contributions pour la transformation des fruits de cidrerie. Depuis 2010 ce n’est plus le cas et le marché doit se réguler lui-même. En ce qui concerne les pommes, la régulation se fait bien. Pour ce qui est des poires en revanche, le problème s’aggrave chaque année. Toute la branche doit s’efforcer de trouver une solution ces prochaines années.

Christian Consoni est président de la direction de Ramseier Suisse SA à qui appartient, en plus de Ramseier, les marques riches de tradition que sont Sinalco et Elmer.

Comment les prix sont-ils négociés au sein du secteur arboricole? Christian Consoni: En tant que transformateur, nous prenons en charge la totalité de la récolte, à condition que les producteurs contribuent à la mise en valeur des quantités excédentaires par le biais d’une retenue. Au sein de Fruit-Union Suisse, le secteur des fruits à cidre est regroupé au sein du centre de produit Fruits de cidrerie. Les producteurs et les transformateurs sont représentés au sein d’une table ronde par huit représentants chacun. Le centre de produit Fruits de cidrerie fixe les prix indicatifs et le montant de la retenue. Cette méthode a fait ses preuves. Il faut être conscient que les pommes sont un produit naturel. En 2010, la récolte s’est élevée à 60 000 t avant d’atteindre 160 000 t l’année suivante. Les fluctuations des volumes récoltés sont énormes et ne peuvent pas uniquement être régulées à travers les prix ou le marché. La retenue permet d’exporter les excédents. Il s’agit d’une sorte de réassurance qui a un effet stabilisant sur les prix.

Le producteur de fruit est payé lorsque la récolte a été mise en valeur. Le producteur a sûrement parfois besoin de réserves de liquidités pour surmonter la période qui va de la livraison de la récolte au paiement effectif? Christian Consoni: Plus la récolte est importante et plus la retenue est élevée. Le centre de produit Fruits de cidrerie de Fruit-Union Suisse ne connaît le montant réel de la retenue que lorsque la récolte est terminée, soit généralement à la mi-novembre. Nous nous en tenons à cette solution de branche et ne

sommes en mesure de procéder au versement que lorsque les chiffres de FruitUnion sont connus. Nous payons alors les producteurs et versons à Fruit-Union la retenue fixée. Pour qu’une solution de branche puisse être appliquée, il faut que les acteurs de marché soient solidaires et transparents. Concluez-vous également des contrats de reprise directe avec les producteurs? Christian Consoni: Nous concluons certains contrats de prise en charge directe avec les producteurs, par exemple

A quoi ressemblera la solution de branche pour 2013? Christian Consoni: Les prix indicatifs 2012 seront maintenus. Le marché étant stable, le prix indicatif versé pour les pommes de cidrerie devrait être supérieur au prix 2012. La retenue s’élève en moyenne à CHF 3.– par 100 kg de pommes de cidrerie pour une récolte estimée à 88 100 t. Si la récolte devait être supérieure à 90 000 t, la retenue augmenterait de 50 centimes par tranche de 5000 t supplémentaire. En ce qui concerne les poires de cidrerie, on table sur une récolte de 12 600 t. Jusqu’à 11 000 t, la retenue s’élèvera à CHF 5.– 6

10 2013 · REVUE UFA


ACTUALITÉ FENACO avec les producteurs de pommes bio. Nous payons toutefois le même prix que celui qui a été fixé par Fruit-Union.

Ramseier Suisse SA

Quel est le rapport idéal entre les fruits de cidrerie et les fruits de table? Christian Consoni: Dans le cadre de la transformation des fruits de cidrerie, pour parvenir à un degré d’acidité équilibré, nous avons besoin, outre des fruits provenant de vergers haute-tige, de fruits de table. Les fruits de table que les arboriculteurs ne sont pas en mesure d’écouler sont utilisés dans le canal des fruits de cidrerie. Nous faisons en quelque sorte office de tampon. Les producteurs de fruits de table versent par contre des montants supérieurs à la caisse de retenue.

• Siège principal: Sursee

Disposez-vous de suffisamment de pommes bio? Christian Consoni: Nous sommes très intéressés à produire des jus de pommes bio. Nous serions même prêts à payer le supplément bio pour les deux années de reconversion. Pour les agriculteurs concernés, il n’est toutefois pas si simple de se reconvertir au bio sachant que toute l’exploitation doit produire sous ce label. De quels produits innovants s’agit-il? Christian Consoni: Depuis peu, il est possible d’acheter du ‹Ramseier Suure Moscht naturtrüb› en canettes de 50 cl. Lors de la fête fédérale de lutte qui s’est déroulée à Burgdorf, cette boisson a rencontré un réel succès. Le jus de pommes frais pressé qui parvient directement du verger haute-tige aux rayons des magasins est lui aussi très apprécié. Jusqu’à maintenant, les rayons réfrigérés des grands distributeurs contenaient surtout des jus de fruits étrangers. Or il est inimaginable que les jus de pommes suisses soient absents de ces rayons. En raison des stocks importants de concentrés de jus de poire, un autre projet consiste à produire un jus de fruit arborant le label haute-tige et affichant un rapport pomme-poire de 75 à 25 %. Jusqu’à maintenant, la proportion de jus de poire s’élevait à 10 %. Le jus produit sous le label haute-tige est délicieux et homogène. Nous allons également lancer un ‹Ramseier Apfelschorle› bio. La diversification dynamise le marché des jus de pommes et contriREVUE UFA · 10 2013

• Forme juridique: société anonyme, société-fille appartenant à 100 % au groupe fenaco-LANDI. • Collaborateurs: 300 • Marques: Ramseier, Sinalco, Elmer Citro et Mineral • Chiffre d’affaires: CHF 168 millions (2012) • Cidreries: 4 cidreries à Hitzkirch, Kiesen, Oberaach et Sursee • 4 sites de mise en bouteilles: Sursee (siège principal), Hochdorf, Kiesen, Elm • Techniques de mise en bouteille: PET, verre, emballage flexible, Keg, Bag in Box.

Nouveautés Ramseier dès l’automne 2013: «Jus de pomme et de poire haute-tige non filtré» contenant 25 % de jus de poires, «cidre trouble» en canettes de 50 cl ainsi que jus de pomme et schorle de pomme dans de nouvelles bouteilles en verre recyclable.

• Producteurs/fournisseurs: 7000 arboriculteurs • Clients: gastronomie et commerce de détail, dont également Volg et LANDI. • Produits: cidres et jus de fruits, Suure Most, Ice Tea, Soft Drinks, bière, eau minérale, produits saisonniers • Production annuelle: 180 millions d’unités • Transformation de fruits de cidrerie: 43 000 t de fruits de cidrerie (2012)

bue à augmenter les volumes écoulés. Pour la transformation, il s’agit d’un défi car il faut disposer de capacités de stockage supplémentaires et de lignes de transformation. Est-ce que les jus de pommes Ramseier connaissent un succès identique en Suisse romande? Christian Consoni: La marque Ramseier est très connue en Suisse romande. ‹Ramseier Süessmost› y rencontre un grand succès. En ce qui concerne ‹Ramseier Apfelschorle›, nous sommes encore en train de créer un marché et essayons de faire connaître ce produit. Exportez-vous également du jus de pommes Ramseier? Christian Consoni: Non. Nous nous focalisons sur le marché suisse car nous estimons que le marché indigène recèle encore un fort potentiel. Vous avez investi près de 20 millions de francs dans une nouvelle plate-forme logistique de 17 000 palettes. Quelles sont les prochaines échéances?

Christian Consoni: Les bâtiments ont été achevés à la fin juillet. Nous sommes désormais en phase de test. Le dépôt de palettes surélevé entièrement automatisé devrait être opérationnel à la fin octobre. Il s’agit là d’une étape très importante. D’autres investissements sont-ils prévus? Christian Consoni: En transférant la logistique, nous disposons de davantage de place pour nos activités de production au sein des bâtiments existants. Nous investissons également dans des capacités de mise en bouteilles et de stockage supplémentaires. Dans le secteur agricole et alimentaire, on parle souvent d’un manque de spécialistes. Etes-vous également affectés par ce phénomène? Christian Consoni: Oui, cela nous pose également problème. Pour nous, il est primordial de disposer des bonnes personnes. La culture d’entreprise dont nous disposons et les conditions de travail que nous sommes à même de proposer font de nous un bon employeur. Merci pour cette interview.

Interview Daniela Clemenz et Gaël Monnerat, Revue UFA, 8401 Winterthour

www.ufarevue.ch

10 · 13

7


ACTUALITÉ FENACO

Partenariat basé sur la confiance FRIGEMO est le numéro un en Suisse dans la production de produits surgelés à base de pommes de terre. Il prend en charge annuellement env. 55 000 t de pommes de terre et les transforme en plus d’une centaine de produits différents. L’entreprise, propriété de fenaco, entretient un partenariat étroit avec les producteurs suisses de pommes de terre et ses principaux partenaires commerciaux.

Frigemo à Cressier (NE) transforme annuellement env. 55 000 t de pommes de terre.

L’agriculture suisse a besoin d’industries de transformation fonctionnelles et efficaces. C’est la seule façon de maintenir la part de marché des produits indigènes et de rester compétitif par rapport aux produits étrangers. Frigemo, qui appartient à fenaco, est l’une de ces entreprises. Elle est le numéro 1 en Suisse pour les produits surgelés à base de pommes de terre. Chaque année, l’entreprise reprend près de 55 000 t de pommes de terre et les transforme en plus de cent produits différents (surgelés, congelés, secs) dans son usine de Cressier (NE). La collaboration et l’échange permanent avec les producteurs sont les garants d’une qualité accrue dans la culture de la pomme de terre.

Colza «HOLL» Depuis 2008, frigemo utilise principalement de l’huile de colza HOLL dans ses friteuses. Depuis cette année, Frigemo est ainsi le premier producteur de Suisse à ne plus utiliser d’huile de palme.

Investissements continuels Les producteurs et les industries de transformation sont donc étroitement liés. Pour l’industrie, il faut que les quantités et la qualité soient au rendez-vous. Elle doit aussi répondre aux exigences du commerce et des consommateurs qui désirent des produits de qualité et innovants. Pour assurer la pérennité de la production de pommes frites, Frigemo a dernièrement investi dans les techno-

logies les plus modernes. Lors des dernières grandes transformations de son usine, la friteuse, le sécheur, l’installation de ventilation et les commandes des installations ont été remplacés. Résultats: la qualité et l’efficacité ont été améliorées. L’installation actuelle produit 7 à 8 t de pommes frites par heure. La modernisation de sa propre station d’épuration des eaux de l’usine faisait également partie de ce programme d'investissement. A travers cet investissement total de CHF 14 millions, l’entreprise a démontré son engagement écologique et prouvé que la réflexion à long terme était également une préoccupation majeure pour elle.

Clientèle variée Frigemo produit pour le marché de détail, les grossistes et la gastronomie. McDonald’s, Coop, Nestlé, Unilever et Volg font partie de sa clientèle et des marques connues comme McCain, Knorr ou Coop Naturaplan sortent de l’usine de Cressier.

«Innovator» – une success story Les frites surgelées sont les principaux produits élaborés dans les installations de Cressier. Elles sont à la base du partenariat qui lie Frigemo et McDonald’s depuis l’ouverture du premier restaurant en Suisse en 1976. Ce partenariat est à l’origine du lancement de la culture de la pomme de terre «Innovator» sous contrat. Cette pomme de terre est principalement utilisée pour la production de pommes frites pour les restaurants McDonald’s. Il est clair que d’autres variétés se prêtent bien pour la fabrication de pommes frites, mais la variété «Innovator» est celle qui répond le mieux aux exigences de qualité de McDonald’s. 8

10 2013 · REVUE UFA


ACTUALITÉ FENACO

Frigemo en bref

Les producteurs livrent souvent eux-mêmes leurs pommes de terre et peuvent ainsi assister au contrôle qualité. La transparence est ainsi assurée.

frigemo est une société-fille de fenaco. Au sein du département Convenience de fenaco, elle fait partie de la division Denrées alimentaires. En plus de la transformation des pommes de terre sur le site de Cressier, d’autres unités spécialisées sont à l’œuvre à Mellingen (légumes surgelés) et à Zollikofen (salades prêtes à l’emploi). frigemo possède également ses propres entreprises commerciales pour la distribution de ses produits. Au total, frigemo emploie plus de 850 collaborateurs. Site de Cressier 55 000 t de pommes de terre sont transformées en frites surgelées et fraîches, en spécialités surgelées (comme les röstis, pommes duchesse, croquettes) et en flocons de pommes de terre. Au total, frigemo produit 26 000 t de produits finis par année.

Auteur Gaël Monnerat, Revue UFA, 8401 Winterthour

Plus de 20 000 t d’«Innovator» sont produites chaque année pour cette chaîne de restauration.

Frigemo à Cressier est le spécialiste de la production de frites de grande qualité et d’autres spécialités à base de pommes de terre.

www.ufarevue.ch

10 · 13

Proche

des paysans Frigemo transforme des pommes de terre produites dans la région. 90 % des pommes de terre sont produites dans un rayon de 45 km. Cette proximité permet à la majorité des 420 producteurs de Frigemo de livrer eux-mêmes leur récolte et d’être présent lors des tests de qualité auxquels sont soumises leurs pommes de terre. Cette proximité garantit la transparence et renforce le partenariat.

En bref Avec une part de marché d’environ 50 % sur les produits surgelés à base de pommes de terre, Frigemo occupe une place forte sur le marché suisse. L’entreprise entretient un partenariat étroit avec ces quelque 420 producteurs qui s’engagent à livrer des pommes de terre suisses de première qualité. De son côté, l’entreprise investit continuellement pour renouveller ses installations de production et rester au service d’une agriculture suisse productive. 䡵 REVUE UFA · 10 2013

9


BRÈVES GESTION

Contributions pour les herbages

La Station de recherche Agroscope et la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL) n’arrivent pas au mêmes résultats en ce qui concerne la proportion d’exploitations susceptibles de bénéficier des contributions à la surface herbagère (fixées provisoirement à Fr. 200.-/ha pour 80% d’herbages en plaine et 90% en zone de montagne) versées dans le cadre de PA 2014/17. Alors qu’Agroscope estime que 50% des exploitations de plaine en bénéficieront, selon HAFL, cette proportion ne sera que de 4%. Actuellement, on manque de données fiables sur les pratiques d’affouragement. Les données d’Agroscope sont basées sur les exploitations de référence participant au dépouillement des données comptables. Selon Dierk Schnid d’Agroscope «les exploitations latières y sont bien représentées». Le droit aux contributions pour les surfaces herbagères est calculé en fonction de la surface herbagère disponible (conversion en matière séche). Les fourrages de complémentations achetés ne sont pas pris en considération. HAFL s’est pour sa part basée sur des chiffres issus d’exploitations suisses romandes et du Nord-Ouest de la Suisse. Ces chiffres tiennent compte de l’affouragement complémentaire (maïs, luzerne, concentrés et autres). Ces données ne sont toutefois pas représentatives car elles proviennent exclusivement d’exploitations pratiquant l’ensilage. Lorsqu’il s’agira de déterminer les critères d’octroi, l’OFAG se basera aussi bien sur les résultats d’Agroscope que sur ceux de l’HAFL. Matthias Roggli, Revue UFA

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 10

Trop tard et mauvais destinataire Suite à la vente, à A et B, d'un bien agricole détenu par une communauté héréditaire, le fermier Y avait fait valoir son droit de préemption, basé sur la loi fédérale sur le droit foncier rural. Ce contentieux est allé jusqu'au Tribunal fédéral dans le but de déterminer si l'exercice du droit de préemption par le fermier Y était conforme à l'esprit de la loi. Les modalités d'application du droit de préemption sont décrites dans le Code civil suisse (Ccs). Le vendeur doit informer les titulaires du droit de préemption de la conclusion du contrat de vente et de son contenu. Le titulaire du droit de préemption doit avoir connaissance de tous les points essentiels du contrat qui sont significatifs dans la décision d'exercer le droit de préemp-

tion. Le Ccs stipule également que le titulaire du droit de préemption désireux d’exercer son droit doit le faire dans les trois mois à compter de la prise de connaissance de la conclusion du contrat de vente. Le destinataire de la déclaration d'exercice du droit de préemption est le propriétaire actuel du bien immobilier concerné. Dans le cas présent, A et B étaient déjà inscrits comme propriétaires au cadastre lorsque Y transmit sa déclaration d'exercice du droit de préemption. Le tribunal fédéral a considéré que la déclaration d'exercice du droit de préemption aurait été valable si elle avait été directement adressée à A et B et non à la

Formation continue avec le Podcast Depuis deux ans, l'opération ‹Liebegg zum Hören› jouit d'une popularité croissante. Il s'agit d'un programme Podcast que l'équipe d'enseignants des branches animales du centre de formation agricole de Liebegg produit régulièrement. Le contenu de la formation continue, par exemple sur l'élevage, sur les maladies des veaux ou les courants vagabonds sont disponibles sous forme audio sur le site www.liebegg.ch. Une application audio compatible MP3 (de type Real Player, Winamp, Windows Media Player, ou iTunes) est nécessaire afin d'écouter ces documents.

Limites de la stratégie qualité Organisé conjointement avec la Société autrichienne d'économie rurale, le séminaire annuel de la Société

communauté héréditaire en tant que vendeur. Cet aspect s'est finalement avéré être sans importance, le tribunal fédéral ayant conclu que Y avait fait valoir son droit de préemption au-delà du délai de trois mois à compter de la prise de connaissance du contenu du contrat et donc trop tardivement.(jugement 5A_668/2012 du 07.03.2013). Andreas Wasserfallen, avocat et agronome, Berne,  031 300 37 00, wasserfallen@agrarrecht.ch

res années, le volume des investissements s'est accru mais un déficit subsiste à ce niveau.

Assurance animaux

suisse d'économie et de sociologie rurale (SSE) s'est tenu à l'EPFZ. Plus de 80 intervenants de Suisse, d'Allemagne et d'Autriche ont présenté les résultats de leurs recherches portant sur ‹Les limites de la stratégie qualité dans le secteur agricole›. Exposés et programme de cette journée passionnante sont disponibles à l'adresse www.sga-sse.ch.

Baisse des fonds propres En 2012, les revenus agricoles des exploitations de références ont baissé et se sont élevés en moyenne à Fr. 56 000 par exploitation. Le recul du revenu est plus fort pour les exploitations de plaine. Le chercheur d'ART Daniel Hoop a constaté que de plus en plus d'exploitations des zones de collines et de montagnes consommaient leurs fonds propres. En résumé, la situation financière n'est satisfaisante que pour 38 % des exploitations. Ces derniè-

Certaines assurances telles l'Emmental ou la Mobilière proposent des assurances pour animaux. Les animaux mentionnés dans la police d'assurance peuvent être assurés contre les blessures dues à des accidents ainsi que contre la maladie et la mort des suites d'un accident ou d'une maladie. Selon le type de police d’assurance, il est possible de n'assurer que quelques animaux ou l’ensemble du cheptel, même pour une courte durée (estivage). Ursula Meier, USP Assurances

Evolution des structures en agriculture biologique A travers un poster présenté lors du séminaire annuel de la SSE, Iris Staubesand a exposé l'évolution de l'agriculture biologique en Suisse. Sa conclusion: entre 1999 et 2008, les structures ont évolué en faveur d'exploitations plus grandes et plus concurrentielles. On s'attend à ce que le nombre d'exploitations de moins de 25 ha diminue. 10 2013 · REVUE UFA


SWISS MADE

EXPOSITION DE MACHINES AGRICOLES

AGRAR – RÉCOLTER AVEC SYSTÈME

SCHAFFHOUSE 19. & 20.10. 2013

Un programme de remorques auto-chargeuses diversifié, développé pour répondre à vos souhaits. Grâce à notre système modulaire, nous sommes en mesure de fabriquer des remorques convenant à chaque exploitation. Avec son pick-up oscillant sur plus de 20 cm Agrar propose un standard jusqu‘à ce jour inégalé. Elévateur, dents décalées dirigées par bielles ou rotor à ensilage, cadre treillis ou structure rigide: les solutions individualisées font notre force.

GVS Agrar SA Land- und Kommunalmaschinen Im Majorenacker 11 CH-8207 Schaffhouse Tél. +41 (0)52 631 19 00 info@gvs-agrar.ch www.gvs-agrar.ch

1410 THIERRENS, Agri Montanaire Sàrl

1906 CHARRAT, Etablissements Chappot SA

1037 ETAGNIÈRES, Etrama SA

2023 GORGIER, AgriPlus Ryser S.a.R.L.

1169 YENS, Kufferagri Sàrl

2316 LES PONTS-DE-MARTEL, Robert Philippe

1262 EYSINS, Dubois F. et J. Sàrl

2406 LA BRÉVINE, Schmid + Co.

1510 MOUDON, Bernard Deillon SA

2517 DIESSE, Garage des Rocs SA

1565 MISSY, Cottier Missy SA

2720 TRAMELAN, GBT Sàrl

1625 SÂLES (GRUYÈRE), H. Brodard & Fils SA

2803 BOURRIGNON, Rémy Ackermann Sàrl

1663 EPAGNY, Nicolas Jaquet SA

2854 BASSECOURT, GVS Agrar Jura


GESTION

Lorsque les voisins se querellent DROITS DE PASSAGE, LIMITES DE PROPRIÉTÉ ET IMMISSIONS En raison du lien étroit qu’elle entretient avec la terre et la propriété, la population paysanne a rarement l’occasion d’échapper à des querelles de voisinage.

Peter Bürki

Tant que l’on ne vit pas en ermite, on vit proche de ses voisins. Mais les voisins, c’est comme la parenté: ce n’est pas parce qu’on est proche qu’on s’entend forcément bien. Les différends, voire les conflits, entre voisins sont donc monnaie courante.

Droits de voisinage Lorsque l’on parle de droits de voisinage, il s’agit dans la plupart des cas des dispositions légales qui règlent les rapports non contractuels entre deux ou plusieurs voisins. Ces règles concernent par exemple des conflits relatifs au tracé correct des limites de propriété, du respect des distances aux limites ou des immissions gênantes (bruit, odeurs, ombre portée). Elles traitent aussi du cas des parcelles qui ne sont accessibles qu’en passant par une parcelle voisine, ce qui rend nécessaire la constitution d’un droit de passage ou d’une servitude de conduite.

Contrats Dans l’agriculture, outre les rapports de voisinage non contractuels, les liens entre propriétaires de parcelles voisines liées par contrat sont souvent source de conflits de voisinage

Droit d’usage inexistant Même si un propriétaire foncier a toléré l’utilisation de son terrain pour permettre à son voisin d’accéder à sa parcelle durant des décennies, ce dernier n’a toutefois en principe aucun droit pour l’avenir. Si le propriétaire foncier refuse soudainement de le laisser passer, des tractations sont inéluctables. Si l’exploitation du bien-fonds n’est pas possible autrement, le voisin a également la possibilité de faire valoir un droit de passage dit «nécessaire». En cas de litige concernant une éventuelle obligation de dédommagement, c’est le juge civil qui décide de son bien-fondé et du montant de l’indemnité à verser par le voisin au propriétaire. 12

(servitudes foncières telles que les droits de passage, les droits de source, les servitudes de conduites, les droits de retrait et les servitudes d’empiètement). On peut penser aussi aux conflits entre copropriétaires ou propriétaires par étages, ou encore aux litiges relatifs à des oppositions à une demande de permis de construire. La multiplicité des champs conflictuels potentiels explique pourquoi les conflits de voisinage sont un des grands sujets qui occupent les avocats et conseillers juridiques, quand ce n’est pas les tribunaux. Pour le malheur des profanes concernés, les bases légales qui régissent la cohabitation entre voisins sont largement dispersées entre les législations fédérale et cantonales et les règlementations communales. Elles sont couvertes tant par le droit civil, qui règle les rapports entre les personnes, que par le droit public, qui définit les rapports entre les personnes et l’État.

Propriété et limitations du droit de jouissance C’est le Code civil (CC) qui contient les dispositions relatives à la propriété et à la limitation du droit de jouissance des immeubles. Des valeurs-limites de toutes sortes sont définies par les législations fédérale et cantonales sur la protection de l’environnement (ordonnance sur la protection contre le bruit; ordonnance sur la protection de l’air) et dans les règlements communaux d’aménagement, des constructions et d’affectation. Ce sont par ailleurs les législations cantonales d’application du Code civil qui règlent les distances aux limites pour les plantes ou le genre et l’aménagement des équipements de délimitation (murs, clô-

tures, haies). Il ne faut pas oublier les règlements communaux de police, qui définissent notamment des périodes de limitation de certaines activités durant des périodes de repos précises, les dimanches et les jours fériés, ainsi que des exceptions pour l’agriculture.

Le sens du partage n’est pas donné à tout le monde On constate que le sens du partage n’est pas équitablement réparti entre les humains, non seulement lorsque la propriété d’un immeuble est répartie entre plusieurs personnes (copropriété, propriété commune, propriété par étages), mais aussi lorsque le droit de jouissance d’un immeuble appartient en partie ou en totalité (usufruit) à un tiers. En pareil cas, nous parlons d’une servitude (l’immeuble sert à un tiers). Les droits de passage, les droits de source, les droits d’habitation et les usufruits sont des servitudes, par exemple. Dans ce contexte, il est important de savoir que les droits et obligations attachés à une servitude découlent en premier lieu du contrat enregistré en tant qu’acte authentique au Registre foncier et que, en cas de litige, il s’agit de la première pièce à consulter. La loi n’entre en jeu que pour les questions qui ne sont pas réglées ou insuffisamment seulement dans le contrat ou lorsque ses dispositions sont impératives. Il est capital de savoir également que le propriétaire du fonds servant (celui sur lequel la servitude s’exerce) ne peut plus le modifier au détriment du propriétaire du fonds dominant sans l’accord de ce dernier. Si un propriétaire foncier veut déplacer un chemin ou détourner durablement un accès grevé 10 2013 · REVUE UFA


GESTION d’un droit de passage, il ne lui suffit pas de déposer une demande de permis de construire et d’attendre que le bénéficiaire du droit de passage fasse opposition, car ce dernier n’y est pas obligé. Mais sans l’accord exprès dudit bénéficiaire, le déplacement d’une route sans concertation préalable constitue une violation du contrat et des droits réels du bénéficiaire, ce qui peut donner lieu à des poursuites civiles. Par ailleurs, le cas échéant, le propriétaire foncier peut être poursuivi pénalement, car son comportement correspond à l’élément constitutif du délit de dommage à la propriété (art. 181 CP), voire de contrainte (art. 181 CP). Si les deux parties ne parviennent pas à s’accorder sur un nouveau tracé de la route, le propriétaire foncier peut tenter d’obtenir le transport de la charge (art. 742 CC; voir encadré) en s’adressant à un tribunal.

Le point de friction des immissions Les immissions d’un immeuble qui touchent un immeuble voisin (pas

nécessairement limitrophe) sont également une source courante de litiges. Dans l’agriculture, il s’agit souvent des mauvaises odeurs en provenance des étables ou des digesteurs de biogaz, ou du «bruit» des cloches de vaches, considéré comme dérangeant par le voisinage. S’agissant des immissions de toutes sortes, les domaines d’intervention du droit civil et du droit public se recoupent. Souvent, il est possible d’ouvrir une action contre des immissions exagérées devant le tribunal civil ou le tribunal administratif. Pour des raisons de coûts, il est en principe préférable de choisir la voie administrative. Si les valeurs-limites d’immissions et les dispositions en matière de constructions (droit public) sont respectées, on a tout au plus un fort indice que les effets des immissions sur la parcelle voisine peuvent également faire l’objet d’une action devant les tribunaux civils. En effet, l’ombre créée ou la vue occultée par des plantes, un arbre ou un nouveau bâtiment projeté peuvent être ju-

Art. 742 CC Transport de la charge 1 Lorsque la servitude ne s'exerce que sur une partie du fonds servant, le propriétaire grevé peut, s'il y a intérêt et s'il se charge des frais, exiger qu'elle soit transportée dans un autre endroit où elle ne s'exercerait pas moins commodément. 2 Il a cette faculté, même si l'assiette primitive de la servitude figure au registre foncier.

Art. 684 CC Rapport de voisinage – Atteintes excessives 1 Le propriétaire est tenu, dans l'exercice de son droit, spécialement dans ses travaux d'exploitation industrielle, de s'abstenir de tout excès au détriment de la propriété du voisin. 2 Sont interdits en particulier la pollution de l'air, les mauvaises odeurs, le bruit, les vibrations, les rayonnements ou la privation de lumière ou d'ensoleillement qui ont un effet dommageable et qui excédent les limites de la tolérance que se doivent les voisins d'après l'usage local, la situation et la nature des immeubles.

gées comme exagérées ou illicites par le juge civil, même si les distances aux limites et les dispositions en matière de constructions en vigueur ont été parfaitement respectées. 䡵

Lorsque l’accès à une parcelle n’est possible qu’en passant sur le terrain d’un voisin, cela est fréquemment une source de conflits. Photo: landpixel.eu

Auteur Peter Bürki, licencié en droit, est juriste auprès d’USP Fiduciaire et Estimations, Laurstrasse 10, 5201 Brougg. Tél. 056 462 51 11, sbv-treuhand.ch

www.ufarevue.ch 10 · 13

REVUE UFA · 10 2013

13


GESTION

Entre l’espoir et la crainte LIBÉRALISATION DU MARCHÉ DU LAIT Une étude de l’HAFL a cherché à savoir quelles seraient les conséquences d’une ouverture du marché du lait vis-à-vis de l’UE en se basant sur 14 exploitations agricoles. Le prix du lait suisse rejoignant le niveau européen, les revenus agricoles chuteraient brutalement. Les exploitations spécialisées et produisant de manière intensive seraient les plus pénalisées.

La motion parlementaire demandant au Conseil fédéral de rédiger un rapport sur la conclusion d’un accord de libre-échange pour le secteur du lait d’industrie (ce rapport sera publié en fin d’année) est une source de soucis pour le secteur laitier. Selon le Directeur de l’OFAG, Bernard Lehmann, le secteur laitier pourrait perdre plus de CHF 600 millions par année (PSL/VMMO Milchforum, février 2013). PSL prend désormais position et indique dans une étude quelles seraient les conséquences économiques possibles d’un accord de libre-échange avec

l’UE pour ce que l’on appelle communément la ligne blanche, soit le lait d’industrie. Quoi qu’il en soit, une grande majorité de producteurs de lait sont critiques voire opposés à une ouverture de la ligne blanche. L’étude de l’HAFL permet désormais de démontrer que cela se traduirait par des pertes de revenu substantielles. Sur la base de chiffres concrets et de 14 exploitations laitières, l’équipe de projet de l’HAFL (composée de Roger Schwarzenbach, Bruno Durgai, Therese Haller et Thomas Blättler) a analysé quelles seraient les conséquences pos-

sibles d’une libéralisation totale du marché du lait. Selon cette étude, il s’ensuivrait une baisse massive du prix du lait au producteur, qui rejoindrait le niveau européen (entre 35 – 40 ct/kg lait) alors que les coûts de production resteraient globalement stables selon l’HAFL. Les revenus agricoles diminueraient eux aussi fortement, même si ce sont les exploitations spécialisées et intensives qui enregistreraient les plus fortes baisses. Ces dernières seraient également contraintes d’abandonner la production laitière. Selon Bruno Durgiai, chargé de cours à l’HAFL, un tel accord de libre-

En cas d’ouverture du marché, selon une étude de l’HAFL, une compensation des baisses de revenu serait indispensable afin de maintenir la quantité de lait au niveau actuel. Reste à savoir si de telles mesures d’accompagnement seraient efficaces et comment les rendre compatibles avec les obligations de la Suisse au niveau international.

14

10 2013 · REVUE UFA


GESTION échange serait un fiasco total pour les exploitations laitières. Selon l’étude, sans mesures d’accompagnement, la majorité des chefs d’exploitation interrogés cesseraient la production laitière pour se spécialiser dans d’autres branches de production, s’adonner à des activités para-agricoles respectivement pour exercer une activité annexe (graphique). Seules deux des exploitations analysées continueraient à pratiquer la production laitière, les producteurs en question escomptant de meilleurs prix ou ne voyant pas d’alternatives à la production laitière en raison de leur situation géographique et des investissements consentis récemment. Dans trois exploitations qui vont bientôt être transmises, le choix de continuer à pratiquer ou non la production laitière et de procéder ou non aux investissements qui y sont liés est confié à la génération à venir. Avant de prendre une décision définitive quant à la poursuite ou à l’abandon de la production laitière, tous les autres chefs d’exploitations attendent de savoir comment seront aménagées les éventuelles mesures d’accompagnement.

Affaiblissement du secteur laitier Les agriculteurs ne seraient toutefois pas les seuls à être touchés par un accord de libre-échange avec l’UE. Les secteurs situés en aval seraient eux aussi fortement affectés. Pour les organisations de commerce de lait et les transformateurs, une ouverture du marché se traduirait par une pression sur les marges commerciales ainsi que par une accélération de l’évolution des structures. Selon l’étude, la prime de transformation en fromage ainsi que la prime de non-ensilage pourraient également être supprimées, ce qui affecterait durablement la compétitivité du secteur fromager. Il faudrait également s’attendre à une augmentation des importations de lait et de produits laitiers. La question consistant à savoir si le lait indigène pourrait compenser cette situation en bénéficiant d’un bonus Swissness reste ouverte. A cette occasion, l’étude table sur un bonus Swissness de 15 % pour l’assortiment normal et de 30 à 40 % pour le segment de prix supérieur.

Conclusion Roger Schwarzenbach

éventuelle ouverture partielle du marché du lait ne resterait pas sans incidence sur la politique agricole. Il a ainsi ouvertement affirmé que cette libéralisation partielle ne constituait pas une fin en soi mais une étape dans la perspective d’un futur accord de libreéchange avec l’UE. Selon le vice-directeur de PSL, Stefan Hagenbuch, une ouverture de la ligne blanche affaiblirait massivement le secteur laitier, même si ce secteur dispose d’avantages (comparatifs) relatifs au niveau international. Pour PSL, cette ouverture est inimaginable sans mesure d’accompagnement. Selon les études de cas calculées par HAFL, les mesures d’accompagnement nécessaires s’élèveraient à environ CHF 2020.–/ha en moyenne (par de la production laitière: 42 – 100 %), respectivement à 17 centimes par kilo de lait. PSL a transmis les résultats de cette étude à l’Office fédéral de l’agriculture et attend, avant de prendre officiellement position sur l’ouverture de la ligne blanche, les résultats du rapport du Conseil fédéral. 䡵

insiste quant à lui sur le fait qu’une

Graphique: Conséquences d’une éventuelle ouverture du marché Phase de l’évolution de l’exploitation Reprise, mise en place Zone

Croissance, assurer l’existence

Préparation de la remise

M2: 160 000 kg de lait Abandon si < 50 ct.., VaMè

Montagne

Collines

Plaine

Optimisation, consolidation

P8: 700 000 kg de lait. Arrêt investissements dans la CE

P2: 260 000 kg de lait. Abandon et BP existantes

P9: 530 000 kg Milch. Maintien en attendant une hausse

P3: 660 000 kg de lait Abandon si Fr./MOh < Fr. 20.–

P5: 210 00 kg de lait. Invest. nécess., non en cas de LB

P4: 150 000 kg de lait. Abandon si Fr./MOh < Fr. 30.–

T10: 520 000 kg de lait. Prod. lait. seulement si rentable

P6: 320 000 kg de lait. Abandon et BP existantes

M1: 270 000 kg de lait, Bio. Génération suivante décidera

C2: 140 000 kg de lait, Bio. Elevage au lieu de VL si < 70 ct.

C1: 150 000 kg de lait, Bio. Génération suivante décidera

P7: 650 000 kg de lait. Abandon impossible, objectif 1 Mio.

P1: 310 000 kg de lait. Génération suivante décidera

Auteure Daniela Clemenz, Revue UFA, 8401 Winterthur

Production laitière totale des 14 cas d’exploitations étudiés: Total 2013: Scénario LB 2021: Quant. abandonnée avec scénario LB: Décision à la génération suivante:

4400 t 1180 t (2 exploitations!) 2490 t 730 t

Classification des 14 exploitations analysées en fonction des pronostics sur l’avenir de la production laitière pour elles: phase de changement de génération (en bleu), maintien de la production laitière (en vert) et abandon de la production laitière (en rouge) en cas d’ouverture de la ligne blanche et sans compensation totale de la diminution du prix du lait.

Maintien

Décision reportée sur la génération suivante

Abandon

Ouverture de la ‹ligne blanche›, mémo HAFL, téléchargement sur www.swissmilk.ch

VL = vaches laitières, VaMè = vaches mères, CE = communauté d’exploitation, BP = branches de production, LB = Scénario ‹ligne blanche› Source : Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires, 2013

REVUE UFA · 10 2013

www.ufarevue.ch 10 · 13

15


GESTION

Un travail bien rémunéré LA RENTABILITÉ DE LA DÉTENTION DE CHEVAUX EN PENSION a été passée sous la loupe d’Agroscope Reckenholz-Tänikon. Anja Schwarz et Christian Gazzarin ont effectué un sondage auprès de 12 exploitations. Les deux tiers d’entre elles parviennent à bien couvrir leur frais.

Les chercheurs ART Anja Schwarz et Christian Gazzarin ont passé 12 exploitations en revue. Neuf d’entre elles étaient des exploitations agricoles (dont six avec détention des chevaux en groupes et trois en boxes individuels) et les trois autres étaient de grandes exploitations spécialisées dans la détention individuelle recourant à des employés. En moyenne, toutes exploitations confondues, la pension par cheval s’élevait à 714 Fr. par mois alors que dans les exploitations agricoles, la pen-

Graphique 1: Prestations/recettes* Fr./UGB cheval/année

20 000

Fr. 12 357.–

16 000 Fr. 7324.– 12 000 8 000 Fr. 3157.–

4 000 0

1

2

3

4

5

6 7 8 Exploitations

9

10

11 12

Graphique 2: Charges de structure * 100

12 000

Fr. 8952.–

10 000

80 Fr. 7165.– 60

8 000 Fr. 5581.–

6 000

40

4 000 20

2 000 0

4

1

2

Explication des couleurs Groupe Individuel petit Individuel grand

6

5

3 7 8 9 Exploitations

12 11 10

Autres charges de structure Bâtiments et installations

* par UGB cheval par an: petit cheval = 0.5 UGB; Poney = 0.25 UGB 16

0

Fr./MOh total

Fr./UGB cheval et année

14 000

sion mensuelle moyenne atteignait 632 Fr. Dans 8 cas sur 12, les exploitations parvenaient à bien couvrir leurs coûts et à dégager un bénéfice. Les exploitations avec détention en groupe, en raison de coûts plus faibles pour les bâtiments et la main d’œuvre (– 40 %), travaillent meilleur marché que celles détenant les chevaux individuellement, ce qui leur permet de réaliser des revenus plus élevés. La rémunération du travail (salaire horaire) de 41 Fr. est bien plus élevée qu’en production laitière, ou elle n’atteint de 10 à 15 Fr., a expliqué Christian Gazzarin lors de la 36e journée d’information agro-économique qui s’est déroulée en septembre à Tänikon (TG). Dans les discussions qui ont suivi, les agroéconomistes ont également abordé la question qui se pose actuellement dans les débats de politique agricole, à savoir si un cheval doit être considéré comme un animal domestique ou de rente. Si un cheval est annoncé comme animal domestique auprès de la banque de données sur le trafic des animaux, il n’entre pas en ligne de compte pour les paiements directs et ne peut par exemple pas bénéficier des contributions SST et SRPA. La détention de chevaux en pension a un caractère de service. Dès lors, la charge de travail élevée liée à cette branche d’exploitation ne surprend pas. Dans ce domaine, il n’est pas non plus possible de réaliser des économies «d’échelle». Plus il y a de chevaux, plus il y a de travail. La qualité du suivi individuel dépend des compétences de l’exploitation et de la renommée de l’écurie. Selon Christian Gazzarin, cette étude – qui fera l’objet d’un rapport ART

vers la fin de cette année – n’est toutefois interprétable que dans une mesure restreinte. En effet, l’échantillonnage de 12 exploitations est trop faible pour être représentatif. Par ailleurs, les installations de ces exploitations variaient fortement, ce qui rend les comparaisons d’autant plus difficiles. 䡵

Tableau 1: Comparaison entre vaches laitières et chevaux en pension Vache Cheval laitière en pension UGB/PGB* 1/1 0.7/2 Paiements directs (Fr.) 1280 1256 Recettes (Fr.) 5139 7500 Charges réelles (Fr.) 1572 5338 MOh/an 101 159 Base 30 vaches laitières en stabulation libre, plaine, 8000 kg/vache et par année en comparaison avec base 14 chevaux en pension, 9 exploitations prises en compte dans l’étude. Source: Anja Schwarz et Christian Gazzarin, Journée d’information agro-économique.

Auteure Daniela Clemenz, Revue UFA, 8401 Winterthour Source Rentabilité de la détention de chevaux en pension, Anja Schwarz Christian Gazzarin, journée d’information agro-économique 2013.

www.ufarevue.ch

10 · 13

10 2013 · REVUE UFA


INVITATION à notre exposition et présentation des nouveautés

Casse-croûte gratuit

Présentation des nouveautés

Du vendredi 15 au dimanche 17 novembre 2013, chaque jour de 10. 00 à 16.30 h

Programme pour les enfants

PROG RA M POU R LE M E E N FAN S LE DIMA TS NCH E, 17.11.

Concours de dessins pour enfants

Essai des machines

Plus de puissance. Plus de confort. Plus écologique.

Dessine ta machine REFORM préférée. Il y aura une nouvelle fois de beaux prix pour les gagnants de notre concours. Tu trouveras le règlement du concours sous www.agromont.ch

I.P.

DEPUIS 1910

www.agromont.ch AGROMONT AG | REFORM Suisse | Bösch 1 | 6331 Hünenberg (Sortie d’autoroute Rotkreuz à droite, après le giratoire Holzhäusern en direction de Hünenberg)


GESTION

Tout le temps et partout au courant WWW.REVUEUFA.CH Depuis le début de l’année, la Revue UFA est galement présente sur le World Wide Web! Sous www.ufarevue.ch, tous ceux qui vivent de l’agriculture ou qui y travaillent auront quelque chose à découvrir.

Le «Newsticker» est le cœur du site Internet de la Revue UFA. Il informe tous les passionnés d’agriculture des derniers événements concernant le secteur agricole. Le «Newsticker» est structuré de manière claire entre les rubriques Gestion, Technique agricole, Production végétale, Production animale, fenaco-LANDI et divers. Le «Newsticker» publie des brèves à la pointe de l’actualité et exclusives. Ceux qui ne sont pas régulièrement devant l’ordinateur peuvent également s’annoncer sur Internet et demander à recevoir la Newsletter. Une nouvelle édition de la Newsletter paraît à intervalles réguliers. Elle est envoyée aux lecteurs par mail et comporte les informations les plus intéressantes parues au cours des derniers jours.

Toutes les éditions sont archivées A l’époque d’Internet, la désignation d’«imprimé» revêt une signification différente. La Revue UFA a identifié cette nouvelle tendance depuis longtemps, raison pour laquelle elle met à disposition des lecteurs, sur son site Internet, toutes les éditions parues au cours des cinq dernières années. Sous la mention «Archives», les éditions désirées peuvent être lues en ligne, téléchargées et imprimées. Vous ne raterez ainsi aucune édition et n’accumulerez pas des montagnes de papier superflues, ce qui n’est pas seulement bénéfique pour vous mais également pour l’environnement.

Films Plus de 50 films courts-métrages peuvent être visionnés sur le site Internet de la Revue UFA. Des conseils pratiques, des portraits d’entreprises 18

agricoles ainsi que des présentations issues de la recherche sont présentés sous la rubrique «Films en ligne». Les personnes intéressées auront l’occasion d’y apprendre beaucoup de choses sur de multiples sujets agricoles ou tout simplement de comprendre comment d’autres exploitations pratiquent l’agriculture.

Service des lecteurs Comme son nom l’indique, la Revue UFA propose divers «Services» sous la rubrique du même nom. Il est possible d’y télécharger et d’y imprimer des fiches techniques et des check-lists actuelles sur des sujets aussi variés que la reprise d’exploitation ou les droits de passage, etc. C’est également sous cette rubrique que la Revue UFA organise à intervalles réguliers des concours permettant de remporter des prix attrayants.

organise régulièrement des webinaires. Ces séminaires organisés sur Internet sont une manière intéressante et innovante de suivre une formation continue depuis son domicile. Dans le cadre d’exposés présentés en direct, des intervenants de renom répondent à de multiples questions concernant la reprise d’exploitation ou les droits des paysannes. Tous les webinaires peuvent également être consultés en différé. Les prochains webinaires se dérouleront à la mi-septembre. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet sous la rubrique «Webinaire». 䡵 Recettes pour les paysannes: il y en a pour tous les goûts.

Recettes des et pour les agricultrices Vous ne savez pas encore ce que vous devriez préparer pour le dîner d’aujourd’hui? Alors consultez la page de la recette de la Revue UFA. Vous y trouverez toujours quelque chose qui vous conviendra. Sucré ou salé, chaud ou froid, avec ou sans viande: laissezvous inspirer par les recettes des paysannes suisses.

Webinaire: apprendre sur Internet Depuis mai 2013, la Revue UFA

Service des lecteurs: de précieux aide-mémoires et check-lists à télécharger. 10 2013 · REVUE UFA


GESTION Des «news» exclusives pour tous les secteurs de l’agriculture.

Webinaires: la formation continue sur le web. Dans les archives, vous trouverez toutes les éditions des cinq dernières années.

Le site Internet de la Revue UFA vous tient en permanence au courant sans oublier de vous divertir.

Films en ligne: visionnez plus de 50 films dans nos archives.

Auteure Anna Steindl, Revue UFA, 8401 Winterthour

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 10 2013

10 · 13

19


Bourse aux bonnes affaires TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Gummiförderband Blaser Occ., 9 m, fahrbar; Gummiförderband Gamo, 7 m, fahrbar; Div. Gummiförderbänder, 2 m und 4 m, 14 m und 17 m; Flachförderband, 30 m 寿 033 437 51 54 oder 寿 079 628 83 80 Motor Honda, 13 PS zu Rapid 505 寿 079 245 11 39 Kreiselheuer, leichte Ausführung, zu 2-Achs-Mäher, 3-Punkt-Anhängung, 寿 079 245 11 39 Motor Maag zu Rapid 505, 寿 079 245 11 39 Motormäher Burenkönig, 寿 079 622 45 82 Trommel-Mähwerk zu Aebi TT 80, 寿 079 622 45 82 Mistkran Griesser 1715, mit vielen Optionen, Jg. 2004, 222 h, 4-fach hydr. Abstützung, Teleskoparm 1 m, Mistgreifer, Lasthaken, Beleuchtung, Betriebsstundenzähler, hydr. Bremsen, Anhängekupplung, sehr guter Zustand 寿 079 316 60 67

Silogabel Wigger, 3 Jahre alt, guter Zustand Fr. 3700; Klauenstand Amhof, Fr. 1300; Futterkarre, 300 l/ 500 l, je Fr. 200; Düngerstreuer, Fr. 300; Traktor Fiat, 55 PS, ohne Allrad, Fr. 3500; Subaru Legacy, ab Platz, Fr. 500 寿 079 575 25 52 4-Rad Zysternenwagen, 6400 l Nenninhalt, lebensmittelecht, luftgebremst, beide Achsen gelenkt, sehr guter Zustand, z.B. ideal als Tränkefass usw. 寿 078 879 74 77 Gartenplatten, 40 x 60 x 6 cm Beton, sehr schön Fr. 4/Stk. 寿 076 330 41 60 Batterien Optima, neu, Lieferungskosten Fr. 20, Verkaufspreis Fr. 250 寿 076 330 41 60 Filter, Oelfilter, Hydraulikölfilter, etc. zu Welte Forstschlepper, 寿 076 330 41 60 Schubstangenentmistung Kolb; 2 Motoren und div. Ersatzteile 寿 081 785 14 77 Güllenmixer 10 und 12.5 PS, 寿 079 678 81 49 Schaufelrührwerk für ca. 50-20 Kubik Antrieb, für Flügelrührwerk, 12 PS bis ca. 400 Kubik 寿 079 678 81 49

Zubringerband 寿 079 426 06 35 Gummiförderband, 9 m, Fahr— und Höhenverstellbar, top Zustand 寿 079 426 06 35 Diverse Förderbänder 寿 079 426 06 35 4 KartoffelpflanzAggregate zu Haruwy Vielfachgerät 寿 079 482 98 31 Marolf Pneuwagen, 2-achsig, 5 t mit Läden, ohne Kippfunktion, Preis nach Vereinbarung 寿 052 336 20 68

Anbaufeldspritze Fischer, 800 l gezogen mit Hochdruckpumpe, Balken 12 m, hydraulisch geklappt und Hangausgleich, Preis nach Absprache 寿 052 336 20 68

Maishäcksler PZ MH80S, gepflegte Maschine, Jg. 1987 寿 081 785 14 77 2 Pneu 15.0/55-17 寿 079 245 11 39

Kreiselschwader Deutz Fahr KS 1.70, 3.30 m mit Stützrad vorne, Preis nach Absprache 寿 052 336 20 68

2 Pneu 11.0/65-12 寿 079 245 11 39 2 Pneu 320 70 R20 寿 079 245 11 39

2 LKW, Zweiachs-Kipper mit Aufsatz, Preis je Fr. 2000, 寿 079 356 88 13

2 Pneu 10.0/75-15.3 寿 079 245 11 39

Ruderboot mit Trailer Fr. 200, 寿 079 356 88 13

Holzwagen, 2-Achsig, ohne Läden, Brüggli für Traktor, Preis nach Vereinbarung 寿 052 336 20 68

Rauppentumper, 500 kg 寿 079 622 45 82

Taurus Oberentnahmefräse mit Graskette, geht auch für Mais, für Silo 3 m Ø, guter Zustand, einsatzbereit, Preis nach Absprache 寿 052 336 20 68

EL Siloverteiler, Ø, 30 cm + 40 cm; Stromli Fakumat, 15 PS; Heubombe mit Kabel u. Schalter; Heuverteiler Fegu mit Schalter 寿 079 678 81 49

2 Schnappkarren; 7 Lecksteinhalter, neu; 7 Tränkebecken, neu; Chromstahldruckfass, für Süssmost, 50 l; alte Komode, antik; 2 alte Holzschränke, antik; altes Eichenbuffet, antik; Eisenwerkbank mit Schraubstock; 2 Grüne Faseplastwannen, 500 l und 1200 l; Schällblatt für Kreissäge, 寿 079 322 20 39

Holzsilos, druckimpregniert, Ø 6 m und h 14 m, Ø 5 m und h 16 m, Ø 3.5 m und h 10 m 寿 079 355 04 59

Silofräse Taurus Oberentnahmefräse mit Graskette,

Traktor Deutz D40, Jg. 1963, guter Zustand, Preis nach Absprache 寿 052 336 20 68

geht auch für Mais, für Silo 3 m Ø, guter Zustand, einsatzbereit, Preis nach Absprache 寿 052 336 20 68

Gelenkhalsramen, System Kolb, Fr. 20 pro Stk., Raum Bern, 寿 078 832 90 35

Rauppentumper, 500 kg 寿 079 622 45 82

Bergladewagen, Tiefgang 24 m3, super Zustand 寿 079 622 45 82 Maishäcksler Pöttinger Mex 2 GT, wenig gebraucht, Motor Mag 1035, Krippenschalen ca. 10 m, Rad kpl. 6.5 x 16AW 寿 041 450 17 41 Bergmäher Rapid; Kreiselheur Kuhn, 4 m, ideal für kleine Metrac und steile Lagen 寿 079 292 85 57

Notstromaggregat, 30Kva, Deutz, Diesel 4-Zylinder, in Vollausrüstung 寿 077 492 51 10 Tank de Laval de 2005, 3000 litres avec récupérateur de chaleur et lavage automatique Fr. 8000 寿 079 400 78 83

INAUGURATION À NIEDERWENINGEN

Mähwerk Pöttinger alpha motion Jahr 2012; Mistzange, neu, für Hoflader 90 cm breit; Klingenrotor Raum, 3 m mit Packerwalze 寿 079 778 10 87

Vorzugwagen zum kuppeln von 2 Einachs- oder Tandemachsanhängern, sehr robuste Ausführung, inklusive Reserverad Fr. 1500 寿 078 775 10 69 Betonplatten, geeignet für Siloballenlagerplatz, Verhinderung von Morast beim Weide Ein- und Austrieb, sonstige Befestigung von Abstellplätzen, 寿 079 482 98 31 Verbundsteine, diverse Restposten, günstig abzugeben, ca. 500 m2 寿 079 482 98 31 Notstromaggregat, 45 Kva, in Komplettausrüstung, selbstregelnd 寿 077 472 26 18 Traktor John Deere 1950, Zweirad, 65 PS, 6300 Betr. Std., Mc1 Kabine, AHB 2 DW, Luftsitz, sehr guter Zustand, Fr. 11000 寿 078 705 54 79 Silorundballen, vom Herbst, 15 Stk; Kleinballen, 300400 Stk; 2 Brückenwagen mit Führgestell und Brettern, sehr guter Zustand, 寿 076 575 20 25 Pneuwagen, 2-Achsig, neuwertige Holzfläche, ohne Läden, Preis nach Absprache 寿 052 336 20 68

Suite à la page 34

Programme RED POWER DE CASE IH / STEYR TRACTEURS, TECHNIQUE COMMUNALE, TECHNIQUE DE RÉCOLTE NOUVEAUTÉS 4 CYLINDRES TRACTION CONTINUE MODÈLES CVT/CVX

SAMEDI ET DIMANCHE DE 9 À 18 HEURES

19 + 20 OCTOBRE 2013

NOUVEAUTÉS DE LA TECHNIQUE DE RÉCOLTE DE CASE IH TREMPOLIN SOUS FORME DE TRACTEUR STEYR AVEC SURVEILLANCE DES ENFANTS KIDS RACE AVEC DIPLÔME MATINÉE-CONCERT DIMANCHE DE 10 À 12 HEURES CANTINE DE FÊTE FANSHOP CONCOURS ET NOMBREUSES AUTRES ATTRACTIONS …

CASE STEYR CENTER | MURZLENSTRASSE 80 | 8166 NIEDERWENINGEN | TÉL. +41 44 857 22 00 INFO@CASE-STEYR-CENTER.CH | WWW.CASE-STEYR-CENTER.CH


BRÈVES TECHNIQUE AGRICOLE Papillon économique

Avec la «Novacat S12», Pöttinger commercialise la plus grande combinaison de fauche portée existante sur le marché. Cette dernière ne nécessite que 160 CV de puissance pour une largeur de travail de 11.20 m. Selon les indications de la firme, cette combinaison permet d’abaisser la consommation de carburant de 25 % pour des performances en hausse de 25 % également. Cela s’explique par un rapport poids/largeur de travail de 175 kg/m en ce qui concerne la «Novacat S12». Pour garantir une utilisation optimale de la largeur de fauche, l’unité de fauche peut être fixée à deux emplacements différents, ce qui permet d’utiliser une faucheuse frontale de 3.00 ou 3.50m.

Semoir mécanique Vogel&Noot a lancé le «Profil-Drill A300», un nouveau semoir mécanique porté d’une largeur de travail de 3 m, à l’occasion de l’Agritechnica. Grâce à ses détails originals, cette machine assure une grande qualité de travail, notamment grâce à une roue cellulaire échelonnée fermée ainsi qu’à la transmission Norton en continu qui comprend 80 positions. Le semoir mécanique «Profil-Drill A300» permet ainsi d’atteindre une grande précision dans la mise en place de la semence, tant longitudinalement que latéralement. La trémie offre un volume important, soit 650l. En option, l’acheteur peut également commander des réhausses supplémentaires.

Affûtage automatique des couteaux

Le système «Speed-Sharp» de Krone est capable d’affûter automatiquement le set complet de couteaux de l’autochargeuse sans impliquer de démontage et en deux minutes seulement. Ce dispositif se compose d’un arbre en rotation comportant 23 disques d’affûtage sur ressort. Lors de la manœuvre d’affûtage avec le dispositif «Speed-Sharp», le châssis des couteaux est rabattu sur le côté. Une fois que les premiers 23 couteaux ont été affûtés, le dispositif «Speed-Sharp» se déplace vers le haut et se décale de quelques centimètres vers la droite, ce qui permet l’aiguisage de l’autre partie des couteaux.

Nouveau séparateur d’impuretés L’évolution de la technique de récolte des pommes de terre est caractérisée par des performances accrues et les défis qui leurs sont liés en matière de séparation des impuretés. Grimme a développé un nouveau système pneumatique unique en son genre, l’ «AirSep», afin de séparer avec ménagement les cailloux et les mottes de terre des pommes de terre. En comparaison avec les systèmes de séparation conventionnels, cette solution affiche des performances horaires et à la surface nettement plus élevées. Les pommes de terre sont maintenues en suspension par un flux d’air et sortent du séparateur avec ménagement alors que les cailloux et les mottes sont séparés et refoulés au champ. Ce système permet de séparer les impuretés des pommes de terre comme dans le cadre d’un pro-

Présentation du «Rigitrac SKH 75» Lors de sa journée des champs, Sepp Knüsel a présenté à Küssnacht am Rigi (SZ) le «Rigitrac SKH 75» pour la première fois à l’œuvre dans les champs. Le petit frère des modèles de tracteurs «Rigitrac SKH 95» et «SKH 120» a surtout convaincu par son faible poids de 3100 kg par rapport au puissant modèle de 100 CV. Le «Rigitrac SKH 75» est équipé d’un moteur Deutz à refroidissement à eau de 4 cylindres et à l’instar des deux autres modèles, il est articulé. La direction sur les quatre roues lui confère une excellente maniabilité et préserve mieux le sol. Le principe éprouvé des pompes à pistons axiaux Load-Sensing est également à l’œuvre, comme sur les modèles existants. Les commandes proportionnelles sont effectuées au REVUE UFA · 10 2013

moyen d’un joystick. Au total, jusqu’à quatre distributeurs hydrauliques sont possibles. L’hydrostat continu de Sauer-Danfoss permet d’atteindre une vitesse de 40 km/h. La production en série du «Rigitrac SKH 75» sera lancée au printemps 2014. Quand on demande à la di-

rectrice Marlis Knüsel ce que les clients apprécient le plus sur le «Rigitrac SKH 75», elle répond sans hésiter: «Polyvalence, maniabilité, consommation économique, aptitude à la pente et conduite stable sont les qualités qui convainquent nos clients».

cessus de séparation par l’eau. Les pommes de terre restent toutefois sèches et aptes au stockage. Sur les récolteuses deux rangs, les performances des séparateurs conventionnels à brosses ne dépassent pas 30 t/h. Avec l’«AirSep», selon les indications de Grimme, il est possible d’atteindre un rendement de 60 t/h ainsi qu’une grande précision de séparation. Grimme va monter le système «AirSep» pour la première fois sur la récolteuse traînée deux rangs avec trémie «SV 260».

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 21


BRÈVES TECHNIQUE AGRICOLE

Un distributeur d’engrais qui se règle lui-même Renforcement de la traction Les agriculteurs des régions vallonnées sont confrontés au problème suivant avec leur chisel porté: ce dernier ne travaille pas assez en profondeur dans les combes et trop sur les bosses. Pour remédier à ce phénomène, sur son chisel porté «Karat», Lemken recourt à un améliorateur de traction. Un vérin hydraulique placé sur le châssis derrière les dents règle la position du rouleau et des disques incurvés en fonction du point de rotation, si bien que ces derniers suivent les contours du terrain. Ce faisant, la charge de la roue de jauge placée à proximité immédiate de la zone de travail ainsi que la profondeur de travail restent constantes. Les forces d’appui restantes

résultant de la pénétration des dents dans le sol et du poids de la machine sont complètement reportées sur le tracteur. Le vérin hydraulique est commandé par un réglage électronique qui reçoit un signal permanent des capteurs de force situés sur les deux roues de jauge. Pour calibrer le système, le conducteur n’a plus qu’à régler une seule fois la profondeur de travail désirée avant de commencer. Ensuite, il a l’assurance que la qualité du travail reste constante.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 22

Rauch, le spécialiste de la technique d'épandage, présente le premier épandeur d'engrais au monde réglable pour la largeur de travail souhaitée, avec une répartition de l'engrais exacte et entièrement automatique. Dans le même temps, le débit d’épandage est réglé avec une extrême précision lors de la marche. La surveillance numérique reconnaît les modifications des propriétés physiques de l’engrais et compense les impacts sur la répartition et au dosage. Un contrôle de la distribution grâce au kit d’essai pratique ou un contrôle de débit manuel n’est plus nécessaire. Grâce à la technique du radar innovante et sans maintenance, le bras pivotant à 180 ° actionné électriquement sous la palette de distribution rotative rend l’expansion de la surface d’épandage permanente et complètement automatique lors de la marche. La technique sophistiquée du radar ne se laisse pas influencer par la poussière, la saleté, ni les conditions météorologiques. Le logiciel détermine immédiate-

ment si la distribution correspond à la largeur de travail souhaitée. Si la zone d’épandage n’est plus optimale, la technique d’épandage est corrigée immédiatement et de façon entièrement automatique. Le dosage est paramétré en parallèle de façon automatique également par la technique de pesage ou par le contrôle et la régulation électroniques du débit massique. L’«Axmat» comble ainsi le dernier vide qui existait en matière d’automatisme précis d’épandage d’engrais et

offre de nouveaux potentiels impressionnants en termes d’amélioration économique et écologique de la fertilisation minérale coûteuse. Le distributeur «Axmat» de Rauch permet de réaliser le rêve de nombreux agriculteurs, soit disposer d’un distributeur d’engrais qui se règle lui-même grâce à son réglage en ligne révolutionaire. Le nouveau distibuteur d’engrais commercialisé par Rauch sera présenté pour la première fois dans le cadre de l’Agritechnica 2013.

Nouvelle presse à balles rondes

Nouvelle «Verti-Mix»

Le plus grand chargeur frontal de Stoll

Lors de l’Agritechnica à Hanovre, Lely présentera la nouvelle «Welger RP 205», une presse à balles rondes à chambre fixe pour une taille de balle de 1.23 x 1.25. Avec cette nouveauté, Lely complète désormais l’assortiment complet de presses à balles rondes avec un pick-up sans glissière de guidage, un nouveau timon et des couvercles caractéristiques.

Strautmann présente une nouvelle génération de mélangeuses verticales du type «Verti-Mix». Le nouveau concept unique de rehausse permet d'adapter les mélangeuses aux structures croissantes d'une exploitation laitière moderne. Le profilage breveté du bord supérieur de la cuve garantit une stabilité maximale de la cuve de mélange et constitue la base pour le concept innovateur de rehausses. Des rehausses de 180 mm et de 360 mm de hauteur sont disponibles pour tous les modèles et permettent d’accroître sensiblement le volume de la cuve.

Avec le chargeur frontal «FZ100», Stoll propose désormais également un chargeur adapté dans la classe des tracteurs de 300 CV. Les exploitations agricoles – encore relativement rares – qui désirent équiper leur tracteur de plus de 200 CV d’un chargeur frontal peuvent ainsi, dans certains cas, faire l’économie d’un chargeur à pneus ou télescopique.

Joskin: rouleaux horizontaux Outre les épandeuses équipées de rouleaux verticaux qu’il proposait jusqu’à maintenant, Joskin commercialise désormais des modèles à rouleaux horizontaux et à assiettes. Ce concept d’épandage est actuellement proposé sur la gamme «FertiSpace». 10 2013 · REVUE UFA


Les Séries 6 et 7 TTV DEUTZ-FAHR équipées avec la cabine MaxiVision Un lieu de travail moderne, agréable et technologique ! Un des points forts des versions TTV des séries 6 et 7 réside sans aucun doute dans la nouvelle cabine MaxiVision qui introduit de nouveaux standards en termes d’ergonomie, de confort et de fonctionnalité. ̐ Ž³ŒŠ ˜š˜•Š“˜Ž”“˜•“Šš’†™Ž–šŠ˜ ‡†˜˜Š‹—´–šŠ“ˆŠ Š™ •”˜Ž™Ž”““Š’Š“™†š™”’†™Ž–šŠ ̐ ž˜™³’Š‰Šˆ‘Ž’†™Ž˜†™Ž”“†š™”˭—´Œš‘´Š ̐ †‡Ž“ŠŽ“˜”“”—Ž˜´Š˪“Ž›Š†š‰Š‡—šŽ™Ž“‹´—ŽŠš— ͎͉‰̔̕˫ ̐ ˆˆ”š‰”Ž—’š‘™Ž‹”“ˆ™Ž”“—ŠŒ—”š•†“™™”š™Š˜‘Š˜ˆ”’’†“‰Š˜“´ˆŠ˜˜†Ž—Š˜  ‘†ˆ”“‰šŽ™Š‰š™—†ˆ™Šš—Š™‘†’†“Ž•š‘†™Ž”“‰Š˜”š™Ž‘˜†™™Š‘´˜˫ ̐ ˆ—†“™†ˆ™Ž‘Š͈͉˺˺Ž”“Ž™”—˭͉˫“ŠŽ““”›†“™ŠŽ“™Š—‹†ˆŠ’š‘™Ž’´‰Ž† ̔ˆ”’•†™Ž‡‘Š ̕•”š—‘Š—´Œ‘†ŒŠˆ”’•‘Š™‰Š™”š˜‘Š˜•†—†’³™—Š˜ ‰Š‹”“ˆ™Ž”““Š’Š“™˫ ‘•Šš™µ™—Š´–šŽ•´‰š‰Ž˜•”˜Ž™Ž‹‰˺†š™”ŒšŽ‰†ŒŠ •†—˜†™Š‘‘Ž™ŠŒ—”˜ž•”š—š“ŒšŽ‰†ŒŠ†š™”’†™Ž–šŠ †›Šˆš“Š•—´ˆŽ˜Ž”“‰Š͉ˆ’˫ ´ˆ”š›—ŠŸ‰³˜ •—´˜Š“™‘Š˜´—ŽŠ˜͍Š™͎Œ—”™—”“ˆŠŸ›”™—Š ˆ”“ˆŠ˜˜Ž”““†Ž—Šˮ  ˫

Nous recommendons l’utilisation des lubrifiants d’origines. DEUTZ-FAHR LUBRICANTS DEUTZ-FAHR est une marque du groupe deutz-fahr.com

.

SAME DEUTZ-FAHR Schweiz AG Pfattstrasse 5 9536 Schwarzenbach Tel. 071 929 54 50 info@samedeutz-fahr.ch


TECHNIQUE AGRICOLE

Risques liés aux gaz nocifs UN ACCIDENT RÉCENT D’INTOXICATION par des gaz nocifs dans une étable ouverte suscite de nombreuses questions. La libération d’acide sulfhydrique lors du brassage du lisier est souvent sous-estimée. Il peut s’ensuivre des accidents mortels pour les êtres humains et les animaux.

Beat Steiner

Beat Burkhalter

Par une matinée chaude et humide, une demi-heure après avoir enclenché le brasseur à lisier, l’agriculteur R. jette un œil dans la courette partiellement fermée. Une demi-douzaine de vaches sont couchées et immobiles sur les caillebotis. Le bilan est triste: six vaches ont péri alors qu’une septième a dû être euthanasiée par le vétérinaire. Une reconstitution du déroulement de l’accident et des mesures des gaz nocifs ont pu mettre en évidence une chaîne de causes dont les effets ont déjà eu des conséquences fatales dans des cas semblables.

Accumulation et libération de gaz nocifs Le stockage du lisier intervient souvent en l’absence d’oxygène (milieu anaérobe). C’est dans ce milieu que se forment notamment les gaz nocifs figurant dans le tableau: acide sulfhydrique (H2S), ammoniac (NH3), méthane (CH4) et dioxyde de carbone (CO2). Une partie des gaz, surtout le H2S, est dissout dans le lisier et n’est guère influencé par la durée de stockage. En revanche, la production de gaz augmente avec la température du lisier,

Accident dû aux gaz toxiques durant le brassage du lisier dans une étable ouverte. Un temps chaud et humide avec un renouvellement insuffisant de l’air au-dessus des caillebotis a favorisé l’apparition de l’accident. Photo: Knubben 2010

ce qui accentue encore la dangerosité des gaz nocifs durant l’été. Aussitôt que le lisier est remué (brassage, rinçage, transvasage), les gaz nocifs sont libérés – un peu comme quand les bulles montent lorsqu’on secoue de l’eau minérale. En cas de fortes turbulences à la surface du lisier, les concentrations peuvent atteindre des valeurs dangereuses en quelques minutes.

Tableau: Gaz nocifs: propriétés, effets et risques particuliers Acide sulfhydrique (H2S)

Ammoniac (NH3) Méthane(CH4)

Dioxyde de carbone (CO2)

24

Propriétés et effets Légèrement plus lourd que l’air; odeur d’œufs pourris à faible concentration; dès 200 ppm, paralysie des récepteurs de l’odorat; dès 700 ppm, inhibition de la respiration Plus léger que l’air; odeur fortement âcre; irritant pour les yeux et voies respiratoires. Plus léger que l’air, suffocant à des concentrations élevées (inhibition de l’oxygène) Plus lourd que l’air; dès 5 % vol., maux de tête; à plus de 8 %-vol., suffocant

Dangers particuliers Puissant poison pour le système nerveux; importante libération en cas de brassage; température d’auto-ignition de 270 °C

Risque d’explosion du mélange CH4/air dans une plage entre 4.4 et 16.5 %-vol de CH4 dans l‘air Forme des poches de gaz

Déceler les zones et les situations dangereuses Les intoxications graves surviennent la plupart du temps dans les zones d’étables mal ventilées. On peut s’attendre à des concentrations élevées là où les gaz ne peuvent pas être évacués à proximité du lieu où ils se forment ou quand ils ne peuvent pas s’évaporer de manière continue dans l’air extérieur. Dans les fosses et les citernes fermées, les gaz s’accumulent donc et peuvent arriver dans les étables adjacentes ou les autres locaux par des siphons desséchés, des vannes non hermétiques ou d’autres dispositifs de retenue défectueux. Il est en outre également risqué de se tenir près des ouvertures d’aération ou de montage car des sources d’inflammation peuvent provoquer une explosion de gaz nocifs. Des concentrations particulièrement élevées en H2S se rencontrent dans les coins non aérés, les chicanes (dans les 10 2013 · REVUE UFA


TECHNIQUE AGRICOLE Graphique: Vannes de retenue sécurisées Le niveau de la fosse à purin doit être au moins 50 cm plus bas que le canal.

80 Ouverture de contrôle

Siphon

20

2

45

Bec de fosse

15

Canal

30

Ouverture d’aération

15

40

40

Fosse à purin

Dimensions en cm

systèmes à circulation) et à la sortie des conduites de rinçage. Il en est de même pour l’emplacement du brasseur, les regards de pompage et les zones de reprise du lisier. De faibles mouvements d’air (par exemple par temps chaud et humide) augmentent fortement les risques liés aux gaz nocifs. Cela est également valable pour les étables ouvertes et les courettes.

Des vannes de retenue sécurisées évitent la pénétration des gaz nocifs dans les locaux situés à proximité.

Assurer une ventilation suffisante Les emplacements dans l’étable où l’on peut s’attendre à des situations dangereuses doivent être ventilés de manière approfondie durant les processus susmentionnés. Les expériences actuelles montrent qu’un seul front ouvert dans l’étable ne suffit pas, avec une ventilation naturelle, à assurer un renouvellement suffisant de l’air. Dans les étables fermées ou les courettes dotées de parois sur plusieurs côtés, l’utilisation ciblée de ventilateurs permet d’éviter des concentrations élevées en gaz nocifs lors du brassage du lisier. Dans les pré-fosses existantes, l’évacuation des gaz au moyen d’un ventilateur constitue souvent la seule solution pour empêcher les gaz de pénétrer dans les locaux adjacents. Lorsque l’on est pas en mesure d’opérer une ventilation optimale, il faut bloquer l’accès des zones dangereuses aux animaux, les changer d’étable ou les sortir au pâturage. En cas de ventilation mécanique, il convient de REVUE UFA · 10 2013

Lors du brassage ou du rinçage sous les caillebotis, utiliser toutes les possibilités d’aération, évacuer l’étable ou utiliser des ventilateurs de manière ciblée dans les zones critiques.

veiller à ce que les gaz nocifs ne soient pas évacués dans l’enceinte de l’étable. Ce risque est particulièrement important en présence d’une ventilation mécanique par dépression avec évacuation de l’air vicié par un couvercle. Un système d’aspiration par le bas correctement installé permet en revanche de ventiler de manière fiable les endroits à risque en assurant un renouvellement maximal de l’air.

Attention avec les additifs comme le soufre L’utilisation d’additifs pour le lisier durant le stockage peut renforcer la formation et la libération de gaz nocifs. Les produits contenant du soufre, comme du soufre élémentaire ou des sulfates, doivent faire l’objet d’une attention particulière. Une partie de ces produits peut être dégradée en acide sulfhydrique par des bactéries. Une accumulation dans le lisier doit être évitée non seulement en raison des risques d’accidents, mais également en raison de l’émission accrue d’odeurs lors de l’épandage. Les additifs pour le lisier visant à l’enrichir en nutriments ne devraient donc être utilisés que directement à l’épandage. Il ne faut pas qu’il reste des résidus de ces additifs dans la fosse. Il faut toujours suivre les instructions d’utilisation fournies par le fabricant.

son du lisier combinés à des vannes étanches par exemple sont adéquats. Les fosses à lisier doivent être munies d’ouvertures d’aération assurant une évacuation des gaz vers l’extérieur. D’un point de vue technique, elles doivent aussi être séparées des étables et des autres locaux par des vannes de retenue des gaz. Les dimensions recommandées par les spécialistes et qui ont fait leurs preuves dans la pratique doivent être respectées afin d’assurer une bonne sécurité de fonctionnement. Dans les étables ouvertes, il convient aussi d’éviter les coins non aérés. Si des concentrations élevées de gaz nocifs sont à craindre dans un secteur de l’étable en raison de la disposition propre au bâtiment, il est recommandé d’installer des appareils de ventilation fixes. 

Informations Service de prévention des accidents dans l’agriculture SPAA: Brochure No 7: ‹Gaz et substances dangereuses dans l’agriculture› Brochure No 9: ‹Bâtiments agricoles sûrs› Agroscope Reckenholz-Tänikon ART Rapport FAT No 385, ‹Mesures des gaz toxiques émis par les fosses à lisier fermées› Rapport FAT No 500, ‹Gaz nocifs dans les stabulations libres pour bétail laitier›

Mesures dans les bâtiments pour éviter les dangers Selon les

ainsi que diverses études concernant les intoxications aux gaz nocifs.

prescriptions du Service de prévention des accidents dans l’agriculture (SPAA), les fosses à lisier devraient être construites à l’extérieur des étables. Cela concerne tous les canaux et fosses dans lesquels le lisier doit être brassé. Afin d’assurer un écoulement fonctionnel des canaux, les procédés par flottai-

Contact: www.agroscope.admin.ch Office vétérinaire fédéral OVF: Informations spécifiques protection des animaux: ‹Valeurs et mesure du climat dans les locaux de stabulation pour bovins› Informations spécifiques protection des animaux: ‹Valeurs et mesure du climat dans les porcheries› Contact : www.bvet.admin.ch

Auteurs Beat Steiner, Station fédérale de recherche Agroscope ReckenholzTänikon ART, Tänikon, CH-8356 Ettenhausen Beat Burkhalter, Service de prévention des accidents dans l’agriculture SPAA, Picardiestrasse 3-Stein, 5040 Schöftland

www.ufarevue.ch

10 · 13

25


Foire d’automne 10 ANS à Birmenstorf SUI R E G N I T T PÖ

SSE

du 18 au 20 octobre 2013, de 10:00 à 17:00 h, Canton d’argovie Programme Grande exposition de machines Conditions attractives d’avant saison Boutique d’articles publicitaires Possibilité de se restaurer Concours attractif

ƒ ƒ ƒ ƒ ƒ

Invités d’honneur:

PÖTTINGER en action dans le champ Démonstration de machines de fenaison et travail du sol Vendredi à 14.00 h Samedi à 10.30 h et 14.00 h


OFFRES AU TOP Action avant saison Cette année aussi des avants saisons attractives sont en vigueur. Les rabais sont dès octobre étagés mensuellement, plus vite l’achat est fait, plus les conditions seront avantageuses.

Votre entreprise partenaire de PÖTTINGER vous soumettra volontiers une offre d’avant saison avantageuse. (Attention: Action avant saison étagée mensuellement)

I S.11.E13 R P E R E D N 15 O AC T PI LÉMENTAIRE, JUSQU’AU

Avec 56 différents modèles, PÖTTINGER reste le plus grand constructeur d’autochargeuses au monde

3% SUP

PÖTTINGER a le plus grand programme d’autochargeuses au monde. Pour les régions alpines et préalpines nous offrons une autochargeuse légère de 17 m3, mais aussi une autochargeuse à gros volume de 100 m3 complète notre programme. Pour vous aider à prendre une décision, nous vous proposons en supplément une offre attractive de votre reprise.

MULTITAST

Roue de jauge Multitast – gratuite jusqu’au 15.11.2013 Multitast original PÖTTINGER a plus de 35 ans d’expérience avec les roues de jauge Multitast. Il est impensable de se passer du Multitast pour les andaineurs et faneuses. Adaptation au sol optimale, pas de grattage des dents, pas de dommage à la couche végétale, ménage les dents, travail propre et fourrage propre.

Faucher au mieux avec PÖTTINGER Du fourrage propre commence par une coupe propre sans perte de brindilles, une adaptation au sol impeccable et un bon délestage sont les marques de fabrique des faucheuses à tambours et à disques de PÖTTINGER. Année après année de plus en plus de clients choisissent PÖTTINGER, un programme complet de 2,1 à 11,5 mètres de largeur de travail. Avec un bonus spécial, nous vous aiderons à prendre une décision.

Chaque client qui achète une nouvelle machine jusqu'au 15.11.13 reçoit un cadeau!

PÖTTINGER AG CH-5413 Birmenstorf (Canton d‘argovie), Mellingerstrasse 11 Tél. : +41 56 201 41 60, Fax : +41 56 201 41 61 E-mail : info@poettinger.ch

! N O I T C A EN TA 2 % S U P P LÉ M

IR E, JU S QU ’AU

15 .1 1. 13

Suisse


TECHNIQUE AGRICOLE

Pulvérisateur multitanks NOUVEAUTÉS KVERNELAND Le constructeur néerlandais présente une nouvelle approche de la pulvérisation. Le système iXtra Pro permet de gérer et de combiner une cuve frontale et un pulvérisateur porté, transformant ainsi un tracteur en pulvérisateur automoteur d’une capacité de 3000 litres.

En protection des plantes, la tendance actuelle est à l’automatisation de la pulvérisation en utilisant les possibilités offertes par les systèmes GPS. Le système multitanks qui gère les cuves frontales iXtra Pro et les pulvérisateurs portés iXter augmente la capacité de pulvérisation. De plus, la conception du système ouvre aussi de nouvelles possibilités et une plus grande souplesse dans la gestion de la pulvérisation. La combinaison du pulvérisateur iXter et de la cuve frontale iXtra porte la capacité totale à près de 3000 litres portés sur le tracteur. La cuve frontale d’une capacité nominale de 1100 litres améliore la répartition des masses et évite d’avoir à lester l’avant du tracteur. La conception de la combinaison permet une approche variée de l’utilisation des deux cuves. Le remplissage des deux cuves avec la même bouillie augmente le volume des pulvérisateurs iXter de 60 %. Dans cette configuration, le système gère automatiquement les transferts depuis la cuve frontale vers la cuve arrière ou inversement, assurant ainsi la répartition idéale du poids sur le tracteur. Il est aussi possible d’avoir deux bouillies différentes dans les deux cuves permettant par exemple de restreindre l’application d’un produit à certaines zones des parcelles. Il est encore possible de transporter de l’eau claire dans la cuve frontale en prévision de la pulvérisation dans une autre parcelle.

Nettoyage automatique parfait Le système iXclean Pro est une gestion électrique des soupapes sur les pulvérisateurs Isobus. Cet équipement gère au28

La combinaison d’une cuve frontale et d’un pulvérisateur porté transforme n’importe quel tracteur en pulvérisateur automoteur.

tomatiquement le rinçage complet du matériel de pulvérisation au champ. Un cycle de rinçage prend 5 à 10 minutes pour nettoyer toutes les conduites, les cuves, les pompes et la rampe. Pendant ce processus, le système gère les soupapes pour empêcher tout retour de produits vers la cuve permettant ainsi un rinçage efficace sans avoir à sortir de la cabine du tracteur. Au moment de quitter la parcelle, le pulvérisateur est prêt pour l’application suivante.

Autres nouveautés Dans la production fourragère, les nouveautés concernent la fauche, l’andainage, l’enrubannage ainsi que le broyage des bordures de routes et de haie. Ces nouveaux matériels sont disponibles sous les couleurs Kverneland, Vicon et Deutz-Fahr. Pour le travail du sol, Kveneland étend sa série de herses à disques «Qualidisc» vers le bas avec une version 3 m. FURROWcontrol est une application GPS pour le guidage des charrues qui permet de redresser les courbes. La F30 est la nouvelle gamme de herses rotatives de 4 à 6 m avec des poids et des besoins de puissance réduits.

Kultistrip est le premier appareil de préparation du sol strip-till de la marque qui travaille avec des interrangs compris entre 45 et 75 cm. Une version télescopique avec 6 éléments devrait être disponible pour la saison 2014. Les semoirs Kverneland et Vicon peuvent recevoir le nouvel élément semeur CX-II qui a été redessiné pour un interligne de 12.5 cm. La profondeur de semis et réglée par la roue plombeuse suiveuse. L’interligne des semoirs Optima est maintenant variable de 30 à 80 cm hydrauliquement et sans outils. L’Accord «u-drill» traîné 6 m est utilisable en reprise de labour ou TCS. Le terminal Isobus Isomatch Tellus reçoit un nouveau programme qui simplifie le réglage des distributeurs d’engrais. Dans le secteur des logiciels, Kverneland présentera plusieurs applications. 䡵

Auteur Gaël Monnerat, Revue UFA, 1510 Moudon

www.ufarevue.ch

10 · 13

10 2013 · REVUE UFA


Est-ce que tu veux toujours être à la page?

www.ufarevue.ch

Alors viens cliquer sur AgroNews!

La Revue UFA vous fait son cinéma sur revueufa.ch

Les derniers films en ligne pour l’agriculture sur revueufa.ch

Travail du sol Herses rotatives

Cultirotors

Qualité des machines sans compromis

Agriott 3052 Zollikofen, tél. 031 910 30 20, www.agriott.ch Un département de Ott machines agricoles SA

Cultivateurs

Broyeurs

Charrues

Innovant, robuste et éprouvé des milliers de fois. Kverneland – à tous points de vue économique ! REVUE UFA · 10 2013

29


TEST PRATIQUE KNOW-HOW

Fiable et efficace L’ANDAINEUR «HIBISCUS 715 CD» de Lely est apparu il y a une année sur le marché et complète l’offre des andaineurs doubles d’une largeur de travail de 6.75 à 8.9 m. La suspension cardanique est une spécificité Lely. Elle se situe un peu à l’avant du centre de gravité et apporte une très bonne stabilité.

Données techniques Andaineur à rotor Lely «Hibiscus CD 715» Diamètre de rotor: 3.20 m. Largeur de travail: Réglage mécanique, 6.75 m, 6.90 m, 7.05 m. Largeur de l’andain: 1.20 m, 1.35 m, 1.50 m. Nombre de bras: 10 dents flexibles incurvées Hauteur de transport: 3.90 m. Largeur de transport: 2.50 m. Roues du châssis: 4 Roues. (Données du constructeur)

Le premier devoir d’un andaineur est de ratisser le fourrage le plus efficacement possible et de le disposer sous forme d’andains pouvant être repris par les machines de récolte. En même temps, un andaineur doit aussi récolter toute la valeur nutritive du fourrage et cela en garantissant l’absence de souillures. Pour ce faire, les possibilités de réglage des andaineurs, le suivi au sol tout comme la forme des dents jouent un rôle primordial. En Suisse les andaineurs doubles sont fréquemment utilisés. On distingue cependant les andaineurs équipés de 2 rotors décalés et les andaineurs à rotors parallèles. Chacun d’eux présente des avantages et des désavantages spécifiques dans certaines conditions de travail.

Modèle de base L’«Hibiscus 715 CD» de Lely est le plus petit andaineur double de la gamme avec dépôt central.

La machine est compacte: elle atteint une largeur de transport de 2.5 m et une hauteur de 3.9 m. Une fois arrivée au champ, il suffit de tirer sur une corde pour soulever le dispositif de verrouillage. Ceci permet de libérer les 2 toupies placées verticalement et de les abaisser. Le châssis des rotors est doté de quatre roues. Le faible espace entre les roues avant et les dents d’andainage permet de ménager autant que possible le sol. Une roue de jauge supplémentaire n’est pas nécessaire. La machine est fixée sur les deux bras de relevage du tracteur et les roues arrières directrices assurent le déplacement sur la route et au champ.

Le réglage se réalise en variant la hauteur des bras de relevage et à travers une manivelle latérale permettant de régler l’inclinaison du rotor. L’«Hibiscus 715 CD» est équipé d’un système de ré-

En fourrière, les toupies se relèvent suffisamment haut.

Le réglage de la hauteur de travail s’effectue à l’aide d’une manette.

L’andaineur est attelé aux bras du relevage arrière.

Expérience pratique de l’andaineur «Hibiscus 715 CD»

Paul Jud

30

«J’ai besoin de plus de performance lors des travaux d’andainage», dit fermement Paul Jud de Rufi/Schänis(SG). Il détient un andaineur double Lely «Hibiscus 715 CD» avec dépôt central depuis le début de l’année 2013. Avant cela, il utilisait déjà un andaineur double mais cette fois avec dépôt latéral. «Cette machine était exigeante lors des manœuvres au champ et lors de transports sur la route, surtout pour les conducteurs novices», estime Paul Jud. De plus l’andaineur avec dépôt latéral montrait des désavantages sur les surfaces en pente car une telle machine se comporte toujours avec un déport latéral.

La construction solide de l’«Hibiscus 715 CD» a étonné Paul Jud. «Les dents m’ont particulièrement impressionnées». D’après les premières expériences, il donne une bonne note à cet andaineur. «L’andaineur est parfaitement adapté à la taille de mon exploitation. L’emploi et les commandes sont meilleurs que l’ancienne machine. De plus, l’andaineur travaille extrêmement proprement. On remarque cela particulièrement avec les fourrages d’automne, qui sont connus pour ne pas être trop abondants», explique Paul Jud. A propos de la performance de la machine, notre agriculteur est satisfait: «Je peux

travailler plus vite et plus efficacement». Jusqu’à 6 mêmes 7 coupes sont faites sur l’exploitation laitière de Jud dans la plaine de la Linth. Cela représente une surface effective de 200 ha où le Lely «Hibiscus 715 CD» peut entrer en action. Comme point désavantageux – de nouveau en comparaison à l’ancien andaineur à dépôt latéral – Paul Jud mentionne la hauteur de transport. Même si celle-ci respecte la loi, lors de passage sous voies ou de manœuvres vers la ferme, il faut rester au aguets. «Mon dernier vœu serait d’avoir la possibilité d’accoupler la machine au crochet du tracteur», confie-t-il. 10 2013 · REVUE UFA


TEST PRATIQUE KNOW-HOW

Une bonne qualité de travail, même quand il n’y a pas trop de fourrage en automne.

Auteur Dr Roman Engeler, Revue UFA, 8401 Winterthour

glage mécanique de la largeur de travail. Le conducteur peut choisir entre trois positions pour obtenir une largeur de travail de 6.75 m, 6.9 m ou 7.05 m. Lely propose aussi un système de réglage dit ‹vario›. Ce dispositif permet de régler hydrauliquement la largeur de l’andain. Les rotors sont ainsi poussés soit vers l’extérieur soit vers l’intérieur à l’aide d’un distributeur double effet.

Rotors Avec un diamètre de 3.2 m, les rotors portent chacun 10 porte-dents

et sont reliés par deux points de pivot en croix situés sur le châssis. Ces points sont situés le plus bas possible de façon à corriger les oscillements du rotor et à assurer un suivi du sol plus efficace. Lors du relevage en bout de champ, les rotors se relèvent rapidement. L’andain précédemment formé n’est pas touché et la couche végétale reste intacte. Le point de pivot étant situé à l’avant des rotors, c’est la partie avant de la toupie qui se soulève en premier. A l’inverse, en position de travail, c’est la partie arrière de

la toupie qui se pose en premier pour toucher d’abord le sol.

Dents Les dents des andaineurs «Hibiscus» sont longues, flexibles à souhait et leur pointe est décalée vers l’arrière par rapport au bras. Contrairement aux dents courtes et rigides placées verticalement sous les bras, qui peuvent fournir un résultat satisfaisant uniquement sur des parcelles parfaitement planes, les dents «Hibiscus» s’adaptent parfaitement aux sols irréguliers. 

La Revue UFA publie, en ordre dispersé et sous le titre «Tests pratiques» des comptes-rendus relatifs à des machines agricoles. Des personnes intéressées, respectivement propriétaires de machines, sont choisies en collaboration avec les constructeurs ou les importateurs. www.lely.com

www.ufarevue.ch

10 · 13

Fourrage optimal STABILITÉ MAXIMALE Les autochargeuses Lely Tigo ST ont spécialement été concues pour les régions de montagne. La combinaison d’une voie large et d’un centre de gravité très bas donne à ces modèles une stabibilité remarquable en pente. Maintenant conditions avant-saison.

HARVEST RESULTS.


TEST PRATIQUE TECHNIQUE AGRICOLE

Tout d’un grand, mais en plus petit WEIDEMANN «T4512 CC40» Il y a quatre ans, Weidemann nous présentait le mini chargeur télescopique «T4512 CC35» en le désignant comme le plus petit télescopique parmi ses modèles. Deux ans plus tard, le «CC40» constitue une étape supplémentaire dans cette gamme de produit. Cette machine dispose d’un moteur plus puissant alors que le «Vertical Lift System» permet de travailler de manière plus sûre et confortable.

Avec une hauteur de 1m 96 et une largeur de 1m 56, on se rend tout de suite compte à quel point le chargeur télescopique «T4512 CC40» de Weidemann est compact. De loin et à cause de ses proportions, il ressemble en effet à un télescopique «normal». Mais grâce aux dimensions évoquées ci-dessus, la machine est parfaitement adaptée aux bâtiments bas et étroits. La direction intégrale avec une possibilité de braquage à 38 ° permet un rayon de braquage de 5 m 50.

Motorisation Le «T4512 CC40» est entraîné par un moteur Yanmar à trois cylindres, fixé sur le côté du châssis et possède un système de refroidissement hydraulique; le moteur dispose d’une cylindrée de 1,5 litre et délivre une puis-

Le joystick regroupe toutes les commandes de l’entraînement, du bras télescopique et des outils.

Paraissant étroite au premier coup d’œil, la cabine offre suffisamment de place et une bonne visibilité.

sance de 40 CV à 2800 tours minute. Plusieurs tests démontrent que le moteur est assez nerveux tout en étant économique en termes de consommation. Afin de faciliter l’accès au châssis pour la maintenance, le capot peut être très largement ouvert. Au besoin, il peut

également être retiré entièrement. Le contenu du réservoir est de 25 litres. Le mécanisme d’entraînement hydrostatique (transmission intégrale) peut être modifié en deux niveaux par une simple pression de touche sur le joystick. Dans le premier niveau, la vitesse

Expérience avec le chargeur télescopique «T4512 CC40» de Weidemann

Christoph Kupferschmid

32

Christoph Kupferschmid gère à Walterswil (SO) une exploitation diversifiée avec engraissement de bœufs, veaux et poulets. Depuis début mars, il utilise le chargeur télescopique «T4512 CC40» de Weidemann. L’objectif premier consistait à remplacer un ancien chargeur compact articulé. En plus de cela, cette acquisition devait également lui permettre de remplacer l’élévateur et le chargeur frontal encore utilisés dans son exploitation. «J’ai aussi pris en considération et testé d’autres machines, qui présentaient certains avantages au niveau des options disponibles et de la cabine», souligne C. Kupferschmid. Mais ces modèles ont très souvent des désavantages au niveau de la visibilité, que l’on remarque seulement après l’achat. «C’est justement dans des endroits confinés, comme lorsqu’on nettoie les étables, qu’il est agréable de

disposer d’une bonne visibilité». Depuis, C. Kupferschmid a travaillé plus de 200 heures avec le chargeur télescopique, la moyenne annuelle devant être d’environ 400 heures. «C’est une machine extraordinaire, mais on doit en connaître les différents domaines d’application», explique-t-il. Il utilise le chargeur pour le nettoyage des étables, pour le transport des balles d’ensilage et de la paille et effectue également de petits travaux forestiers. Selon C. Kupferschmid, les deux points forts du «T4512 CC40» sont la portée et la hauteur de chargement. «Grâce au ‹VLS›, je peux lever une palette d’un poids d’environ 1000 kg à une hauteur de 4 m 30 sans problème». Le chargement de l’épandeur à compost, avec ses parois hautes, ne pose pas non plus de problème. A première vue, la cabine semble être un peu étroite, mais cette

impression est trompeuse. «Elle permet de monter facilement et on dispose d’une bonne vue panoramique». Le poste de conduite serait cependant un peu bas, ce qui réduirait la vue de charges posées sur le sol. En plus de cela, C. Kupferschmid déplore l’absence d’une colonne de direction réglable (colonne qui devrait cependant être intégrée à la série cette année encore). Le changement des outils de travail s’effectue rapidement. Les tuyaux, qui sont en partie fixés à l’extérieur de la machine, ne sont pas un point négatif de l’avis de C. Kupferschmid: «C’est un avantage pour les réparations et cela me permet de changer moi-même certains tuyaux si nécessaire.» La capacité du réservoir de 25 l semble un peu juste lorsque l’engin est utilisé pendant un certain temps et à pleine charge. 10 2013 · REVUE UFA


TEST PRATIQUE TECHNIQUE AGRICOLE

Données techniques

de marche oscille entre 0 et 7 km/h alors que dans le second elle varie entre 0 et 20 km/h. La touche actionnant l’inverseur est également située sur le joystick.

tionnent de manière simple et rapide, grâce à un verrouillage hydraulique des outils. Les raccords hydrauliques sont placés à portée de main sur un système d’accouplement rapide.

La cabine paraît un peu étroite au premier abord mais offre suffisamment de liberté de mouvement; en plus de cela, la bonne vue panoramique et le bon agencement des touches de commande (avec rétro-éclairage) évite au conducteur de devoir trop bouger. En option, un siège à suspension pneumatique assurant un grand confort de conduite est disponible.

La capacité de levage est considérable et atteint 1200 kg (respectivement 1400 kg avec un lestage arrière) pour une hauteur maximale de 4 m 50. La hauteur de chargement avec une fourche à palette est fixée à 4 m 20 par le constructeur. La hauteur de déversement est quant à elle d’environ 3 m 60 à un angle de déversement maximal de 32°. La pompe à engrenages assure un circuit hydraulique rapide, fournissant 40 l/min (optionnellement 70 l/min) à une pression de 220 bars. L’attelage et le dételage des outils de travail foncREVUE UFA · 10 2013

Le système «VLS» d’assistance au conducteur Lorsque l’on abaisse une lourde charge alors que le bras télescopique est déployé, le poids se déplace à cause du mouvement circulaire de la machine; il existe alors un risque que le chargeur bascule en avant. C’est la raison pour laquelle, lorsque l’on utilise un chargeur télescopique conventionnel, il faut actionner manuellement le vérin télescopique en même temps que le cylindre de levage. Le «T4512» de chez Weidemann en revanche est équipé du système d’assistance au conducteur VLS («Vertical Lift System»), un système qui a remporté un prix. Le vérin du télescopique est asservi automatiquement, à condition d’avoir actionné le cylindre de levage. Grâce à ce système, le bras s’abaisse de manière quasi verticale, ce qui améliore considérablement la stabilité et l’efficacité de la machine, en particulier en présence de lourdes charges.

Weidemann «T4512 CC40» Moteur: à refroidissement à eau, moteur 3 cylindres Yanmar, cylindrée de 1,5 l et puissance maximale de 40 PS/29,6 kW. Entraînement: direction intégrale hydrostatique, 20 km/h, 2 gammes de vitesses. Hydraulique: levier de commande multifonction, système hydraulique de changement rapide des accessoires. Hauteur de levage: maximum 4 m 523. Hauteur de chargement: 4 m 279 (fourche à palettes étendue) Capacité de levage: maximum 1400 kg. Dimensions: longueur: 3 m 879, largeur: 1 m 560, hauteur: 1 m 940. Rayon de braquage: 5 m 50. Poids opérationnel: 2700 kg (Données fournies par le constructeur)

Lorsque les charges transportées sont moins lourdes et que la sécurité de surcharge ne s’actionne pas, le déroulement des travaux peut être accéléré grâce au mode «godet». Dans ce mode, le «VLS» est actionné seulement une fois que le bras télescopique s’est partiellement déployé. Avec le mode «fourche», le bras télescopique ne se rétracte plus automatiquement dans la zone de levée inférieure mais garde la position déployée. L’avantage de ce mode est qu’il n’est plus nécessaire de prolonger et de replier le bras télescopique lors du maniement de charges légères. 䡵

Le système «VLS» est une particularité du chargeur télescopique «T4512 CC40» de Weidemann: le bras se rétracte automatiquement lors de l’abaissement de lourdes charges, ce qui empêche la machine de basculer vers l’avant.

Auteur Dr Roman Engeler, Revue UFA, 8401 Winterthour La revue UFA publie, sous la rubrique «Test pratique», un compterendu sur l’utilisation pratique de machines agricoles. Les interlocuteurs, respectivement les propriétaires de ces machines, sont choisis en collaboration avec les constructeurs ou les importateurs des machines. www.weidemann centerschweiz.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13

33


NOUVEAUTÉ

Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 20

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Heuraufen 1 x 0.5 m, 2 Stk. Fr. 50; Futtertröge, Eckmontage, für Pferdeboxen 50/ 50/ 35 cm, massiv, 2 Stk. Fr. 50; Achsen, 1 Stk., Spur 1.8 m, 3.2 t, 6 Loch, 2 Stk., Spur 1.45 m, 1.85 t, 5 Loch Fr. 100; 2 Pferdejagdwagen mit Scheibenbremse gummierte Räder, Schlauchenden für Gülle-Saugschlauch System Perrot, Agrar, 5», D=133 mm, 1 x gerade, 1 x 90 beide Fr. 50; Dachhauben, 4 Stk., Welldach, für Lüftungsrohraustritt, D=645 mm 寿 062 893 34 87 2 Stahlraupen zu Hutter 5 Tonnen Bagger, guter Zustand, günstig 寿 079 245 11 39 Autoanhänger, Gesamtgewicht 1300 kg, günstig, neuwertig 寿 079 622 45 82

Maishäcksler Pöttinger 2-reihig, wenig gebraucht 寿 078 832 31 28 Knüselwerk zu rasant 寿 079 673 24 71 Milchkühltank, neue Steuerung, top Zustand, Fr. 800, 寿 079 673 24 71 Schieberolltor Stahlrahmen verzinkt, Blech braun, L 5.6 m, H 4.2 m, mit Lichtband, guter Zustand, günstig, 寿 079 561 45 42 Vierradwagen Holz; Gesellschaftswagen für Pferde; Frontmähwerk KM25 , 寿 079 729 45 22 Vieh-Anhänger Alu, ges. Gewicht 2500 kg, KombiTüre hinten und 2 Seitengatter, Türfelder vorn und hinten ab MFK, wie neu, 寿 079 857 80 09 Traktor Hürlimann Typ H488 Turbo, Drive-power, 90 PS, 5590 Std., Jg. 1990, neuwertiger Motor, erst 450 Std., FZ./Fronthydraulik, top ausgerüstet, gepflegtes Fahrzeug Fr. 21800 寿 052 657 36 18

Scheibenmähwerk zu Reform 3003F 寿 079 622 45 82

Scheibenmäher Pöttinger Alphmotion, Ausstattung Zusatz schwarz Schäuben mit Förderkegel 寿 079 454 33 42

Ballenfeuchtigkeits-Messgerät, Anzeige von Feuchtigkeit und Temperatur, kalibrierfähig mit Garantie Fr. 570 寿 079 643 59 65

Absauganlage Surge mit Chromstallleitung, 2 Zoll für 30 Kühe; Milchplattenkühler; Siloabwurfschacht von Huber Silo 寿 079 243 75 25

Rundballenbelüftung, ideal für jede Betriebsstruktur, einfach günstig Heu und Emd produzieren, Direktimport von Lasco und RMH, Besichtigung 30er Lasco Flex auf eigenem Betrieb möglich, Preise ab Fr. 6790 bei 8 Ballen, 寿 079 643 59 65

Dieselstapler Clark, 2.5 t mit Triplexmasten Hubhöhe 4.1 m, grosse Bereifung; Baukompressor ideal um Erntemaschinen abzublasen 寿 079 243 75 25

Recolteuse legume Simon, pour paloxe, bonne état, pris intéressant 寿 079 683 65 44 Rübenschaufel für Traktor, 15 Jahre, neu revidiert, Fr. 1100; Rübenbröckler elektrisch Fr. 500 寿 079 432 77 43 Maishacker und Ladewagen Mengele 1R., für Grünmais, Fr. 2500 寿 079 432 77 43 Druckfass Fliegel, 5000 l; Druckfass Fuchs, 4000 l 寿 079 432 77 43 Doppelrad 12.4-36 passend zu 16.9R30 System Müller, günstig, 寿 079 245 11 39 Grubber 2.5 m, 7 Flügelscharen, 寿 052 336 11 37

Endeinheit von Boumatic Absauganlage; Milchsammelstücke Boumatic; Transponder Boumatic, rot; Rapsschere Zürn, 寿 079 243 75 25 Holzbrüggiwagen mit Seitenladen zum unten öffnen, 寿 079 243 75 25 Aufbaugrassähmaschiene Vogel und Noot 寿 079 243 75 25 Hürlimann 908 XT /Bj 2002 / 2150 Stunden/ 85 PS mit Frontlader, sehr guter Zustand, wegen Nichtgebrauch zu verkaufen 寿 061 761 74 12 oder 寿 079 210 85 99 Ballenwickler Tanco 1514 2-Arm, 3-pt vollautomatisch, top Zustand, Bauj. 07 Fr. 10500 寿 079 672 94 13

Milchtank 1500 l mit Kühlaggregat, 寿 079 404 87 33

1 Paar Felgen W11x36 zu Fiat Serie 40 oder 66, neuwertig Fr. 500 寿 079 672 94 13

Dieseltank 1100 l mit Wanne und Handpumpe Fr. 350; Winkelplfug Altus Fr. 400; Blache 4 m x 5 m Fr. 200; Steckschüssel Fr. 50; Kastrierzelle Fr. 20 寿 062 891 42 26

Top 2-Achs 3-Seitenkipper Neuhaus, 12 t, 1 neue Achse, Hydr. Bremsen sowie 4 neuere Räder 445/45-19.5, 8 Loch, Brücke: 5.20*2.10*1.20 寿 079 778 10 87

34

KNOW-HOW Mistzange, neu, für Hoflader, 1 m breit 寿 079 778 10 87 Jaucheschlauchhaspel mit Zapfwellenantrieb, dazu 280 m, 65PE-Schlauch, innen, mit Storz Kupplung 寿 079 778 10 87 Hochsilo Huber 135 m3, Jg. 2007, Verkauf dem Meistbietendem 寿 078 614 73 77 Transporterli 寿 078 614 73 77 Melkstand De Laval 2 mal 3 Fischgerät, günstig 寿 078 614 73 77 Milchtank, 1350 l, guter Zustand, 寿 078 614 73 77 Futterstation mit 2 festen Futter und einem Flüssigdosierer, Pneumatisches Schliesstor und 40 Transponder, günstig 寿 078 614 73 77 2 Kunstoffsilo Huber, 105 m3, guter Zustand, Verkauf dem Meistbietendem, 寿 078 614 73 77 Transporter mit aufgebautem Mistzetter, günstig 寿 078 614 73 77 Frontmähwerk Lely, 320fc, 3.2 m Arbeitsbreite, mit integriertem Knicker, Baujahr 2013, günstiger Preis, 寿 078 824 93 19 Reform Muli 50 mit Ladewagen, geschlossene Kabine, 6000 h ab Service 寿 079 240 42 54 Arbeitshebebühne, ca. 7 m, 220 Volt; Notstromaggregat fürs Feld Anbau an Traktor via Acorddreieck Kt TG Fr. 3500, 寿 079 670 54 51

Nouvelles mélangeuses Kuhn élargit son offre de mélangeuses en lançant des nouveaux modèles au sein de la série «Profile». Ces mélangeuses dotées de deux vis verticales compactes permettrent de distribuer des rations même dans les bâtiments d’étables bas et étroits. Sur les nouveaux modèles, le châssis est également intégré à la cuve, un mode de construction auquel la série «Profile» doit sa fiabilité et sa solidité imbattables. • Volumes de chargement de 14, 16, 18 et 20 m3 pour des troupeaux de 60 à 150 vaches. • Construction compacte avec une hauteur totale dès 2.55 m (pour 14 m3) ainsi qu’une largeur de seulement 1.85 m. Les roues sont situées sous la cuve – ce qui évite de rouler sur le fourrage une fois que ce dernier a été distribué. • Tous les types de fourrages sont hâchés et mélangés - de l’ensilage aux balles d’ensilage rondes ou

carrées en passant par le foin et la paille. Pour les rations riches en fibres, les modèles de 16, 18 et 20 m3 sont équipés en série d’un arceau de retenue intégré. Le dispositif de pesée électronique programmable «KDW 340» fait partie de l’équipement de série. La conception étroite de la cuve et le faible diamètre des vis mélangeuses réduit considérablement les besoins en puissance. Ces mélangeuses peuvent être entraînées par des tracteurs disposant d’une puissance de 80 CV et plus. Kuhn Center Suisse, 8166 Niederweningen 寿 044 857 28 00 kuhncenterschweiz@ bucherlandtechnik.ch www.kuhncenterschweiz.ch

PNEUHAUS LEU AG

1x5 FG Melkstand GEA Westfalia, 4-jährig, autom. Abnahme, autom. Reinigung, komplett mit Vakuumpumpe Bodenfräse, Arbeitsbreite 2.35 m, Heckstapler, Babini BHP 15 250, 寿 032 392 18 50 oder 寿 078 675 89 02 Futtermischwagen Kuratli, Elektromotor, hydraulischer Fahrantrieb mit Waage 寿 079 653 46 59 Chromstahlrohre, Geländerrohre 13/4 Zoll 寿 041 921 16 35 Matériel d’occasion suite à cessation d’activité; 2 chars Marolf 2,20 x 5 x 1 m., ridelles alu, freins hydrauliques, Fr. 6800; 1 chars Chautems, 2 x 5 x 1 m., Fr. 3500; 1 remorque, 2 x 4 x  1 m., basculante 3 côtés, Fr. 3000; 1 autochargeuse Mengele LW 310 Quadro, hausses et pick-up hydraulique, Fr. 3500; 1 semoir à engrais SULKY, 1000 kg, épandage 15 m., Fr. 2500, 寿 079 440 68 26 Maishäcksler Pöttinger Mex 2, 1-reihig, sehr guter Zustand, 寿 078 801 94 53

1 VENTE & CONSEIL MONTAGE SUR PLACE STOCK IMPORTANT PROFITEZ DE NOS SERVICES

PNEUHAUS LEU AG Hohenrainstrasse 44 CH-6280 Hochdorf Tel. +41 (41) 910 03 10 Fax +41 (41) 910 52 05 www.pneuhausleu.ch

PNEUS AGRICOLES, ROUES COMPLÈTES, ESSIEUX

Suite à la page 39 10 2013 · REVUE UFA 1


NOUVEAUTÉ KNOW-HOW

Technologie innovante Pöttinger transpose les nouvelles technologies des faneuses traînées HIT 10.11T aux faneuses 8 toupies de 7,70 m et 8,60 m de largeur de travail. La tête d’attelage a été spécialement conçue pour les modèles 8.81 et 8.91: une tête 3 points robuste et pivotante avec amortisseurs de série assure un comportement parfait dans toutes les conditions. Le recentrage a également été optimisé: l’axe du cœur de centrage a été incliné de 5° vers l’avant et est muni de bagues pour

grande robustesse et une longévité exemplaire. Un dispositif anti-perte de dents éprouvé équipe également ces modèles. Chaque toupie est munie d’un réglage d’inclinaison sans outillage et en 3 positions. Pöttinger se réjouit de votre visite au salon d’automne qui se déroulera à Birmenstorf (18 au 20 octobre 2013).

réduire les efforts de coulissement et augmenter ainsi la longévité du dispositif toupies DynaTech.

Salon d’automne de Serco Landtechnik SA L’exposition d’automne de Serco Landtechnik SA se déroulera les 26 & 27 octobre 2013 à Oberbipp. L’exposition est ouverte le samedi de 9.00 à 20.00 h, le bar avec DJ ouvrant quant à lui dès 18.00 h. Cette exposition se prolongera le dimanche de 9.00 à 17.00 h. Durant ce week-end, Serco Landtechnik SA vous présentera plusieurs nouveautés mondiales de CLAAS. Une grande tente avec parcours de tracteurs attend les jeunes visiteurs. Le légendaire petit train de Serco

Landtechnik sera également, comme chaque année, de la partie. Un parc d’occasions très attractives ainsi qu’un fan-shop offrant des rabais exposition seront également à disposition des visiteurs, sans oublier un grand chapiteau de restauration. Pour de plus amples informations, visitez le site www. sercolandtechnik.ch! Serco Landtechnik SA, 4538 Oberbipp 寿 058 434 07 07 www.sercolandtechnik.ch

La conception du châssis avec des profilés tubulaires et des charnières surdimensionnés garantit une

Pöttinger SA, 5414 Birmenstorf 寿 056 201 41 60 info@poettinger.ch www.poettinger.ch


TEST PRATIQUE TECHNIQUE AGRICOLE

Un relevage herculéen VALTRA «T203 DIRECT» Le concept de la série «T» de Valtra existe déjà depuis plus d’une décennie. Il y a deux ans, le constructeur finlandais a introduit la technologie SCR sur cette série et en a doté les modèles d’un nouveau moteur 6 cylindres d’une cylindrée de 7.4 l. La transmission à variation continue «direct» comporte quatre plages de conduite et deux stratégies de conduite.

A l’instar de nombreux constructeurs, chez Valtra, les prescriptions en matière d’émissions (ici le niveau 3b) ont été l’occasion d’entreprendre un remaniement général des plus grands modèles de la série «T», dont la troisième génération a ainsi été mise sur le marché en 2011. Le traitement des gaz d’échappement SCR a aussi été introduit sur cette série à l’époque, une technologie que Valtra a été le premier constructeur à maîtriser pour la production en série. Ce concept de motorisation abaisse la consommation de carburant de 5 –10 %, diminue parallèlement les besoins en refroidissement du moteur et réduit très fortement les émissions de particules et d’oxydes d’azote par rapport aux anciennes valeurs.

Le siège peut être tourné à 180° vers l’arrière. L’accoudoir droit tourne en même temps que le siège.

Outre le relevage frontal le «T203 direct» est équipé de deux distributeurs hydrauliques double effet.

Moteur La pièce maîtresse du «T203

vitesse supérieure à 6 km/h, un boost s’enclenche automatiquement et fournit une puissance supplémentaire de 10 CV. Le moteur est monté au-dessus de l’essieu avant, ce qui permet d’atteindre une répartition du poids de

direct» est le moteur 7.4 l d’Agco Power, un agrégat 6 cylindres d’une puissance nominale de 204 CV (à 2100 t/min, selon ISO 14396). Pour tous les travaux à la prise de force et les transports à une

Echo de la pratique avec le Valtra «T203 direct»

Heinz Hofstetter

36

Heinz Hofstetter est agro-entrepreneur à Utzenstorf (BE) et est spécialisé dans les travaux en production végétale, notamment la récolte des pommes de terre et des carottes. Cela fait une dizaine d’années qu’il a acheté pour la première fois un tracteur de la marque Valtra, séduit par le bon rapport poids/puissance. Heinz Hofstetter utilise le nouveau modèle «T203 direct» depuis le mois de mars 2013. Il l’utilise principalement avec une fraise butteuse, une combinaison de plantation pour les pommes de terre, une presse à balles carrées et une combinaison de semis exigeante pour les carottes formant simultanément les buttes. Avant de procéder à cette acquisition, il avait déjà opté pour le modèle «T203». La force de levage élevée, obtenue grâce à la bonne répartition du poids découlant de l’emplacement spécifique du moteur, et la

transmission continue («malheureusement pas disponible sur le modèles «T213») ont été à la base de ce choix. «Je trouve que Valtra a été efficace avec cette transmission: elle décharge le conducteur et affiche un bon rendement car elle est s’appuie sur une transmission à rapports sous charge», argumente-t-il. Heinz Hofstetter apprécie également la simplicité de cette transmission, ce qui est particulièrement important pour un agro-entrepreneur qui emploie plusieurs chauffeurs. Heinz Hofstetter ne tarit pas d’éloges sur le moteur: «Il tire très bien à bas régime et reste silencieux même avec des durées d’utilisation extrêmes». L’hydraulique LS équipée d’une pompe fournissant un débit de 160 l/min fonctionne également à merveille. L’essieu avant à suspension pneumatique est aussi très apprécié par notre agro-entrepreneur.

En revanche, la cabine n’est pas vraiment des plus modernes. «Mais les finitions sont bonnes et elle est construite de manière robuste», admet-il. Le siège pivotant constitue un avantage. «Vu qu’avec les machines, tout se passe finalement à l’arrière, le conducteur dispose d’un poste de travail idéal». Selon Heinz Hofstetter, ce tracteur est plutôt étroit: malgré des pneumatiques larges (710/70 R 38 à l’arrière, 600/65 R 28 à l’avant), la largeur hors-tout ne dépasse pas 2.60m. Même si elles sont suffisantes pour Heinz Hofstetter, les deux vitesses de prise de force ne correspondent pas à la technique la plus récente. «Je pense toutefois que Valtra va mettre le paquet pour la prochaine génération», prévoit-il. La vue quelque peu restreinte vers l’arrière en raison des grands garde-boue est également sujette à améliorations. 10 2013 · REVUE UFA


TEST PRATIQUE TECHNIQUE AGRICOLE 50:50 entre les essieux avant et arrière lorsque le traceur n’est pas chargé. Le régime réduit au ralenti constitue une particularité chez Valtra. Normalement, ce dernier se situe à 850 t/min. Mais quand on tire le frein à main, le régime au ralenti descend à 650 t/min, ce qui diminue la consommation.

La transmission continue

a été développée par Valtra lui-même. Elle offre quatre plages de conduite que l’on

plus grand possible afin d’optimiser la consommation de carburant. En conditions difficiles, le rapport change automatiquement afin de pouvoir maintenir la vitesse d’avancement, si bien que le régime moteur augmente. Avec le mode manuel, le rapport de transmission n’est commandé que par le levier de conduite. Il n’y a pas de fonctions automatiques mais le tracteur s’arrête lorsqu’on actionne la pédale de frein. Pour de nombreux travaux avec la prise de force, la vitesse d’avancement peut être simplement définie au moyen du levier de conduite. En plus de cela, un commutateur à trois niveaux pour le frein moteur est à disposition.

Hydraulique et prise de force

L’essieu avant à suspension pneumatique amortit les chocs, le conducteur est ainsi plus détendu.

peut sélectionner par simple pression sur un bouton: • 0 – 6.5 km/h pour les travaux lourds à une vitesse faible mais précise • 0 –13 km/h: plage universelle pour les travaux des champs, idéale pour le semis, travail du sol et récolte. • 0 – 21 km/h pour les transports dans les champs • 0 – 40 km/h pour les transports sur route. La transmission offre deux stratégies de conduite, l’une «automatique» et l’autre «manuelle». Avec le mode automatique, on utilise le rapport de transmission le Puissance et efficacité du six cylindres: le Valtra «T203 direct» en utilisation avec une fraise-butteuse et un semoir à carottes.

REVUE UFA · 10 2013

La transmission et l’hydraulique ont des circuits séparés mais disposent d’une compensation de la température, si bien qu’ils parviennent tous deux rapidement à la température de service. La pompe à pistons axiaux de l’hydraulique load-sensing débite 115 l/min (en option 160 l/min). Huit distributeurs hydrauliques sont disponibles (3 à l’avant, 5 à l’arrière). Le relevage EHR à l’arrière est capable de soulever 8.5 t alors qu’à l’avant (en option), la force du relevage est de 3.5 t. Sur le «T203 direct», Valtra propose deux vitesses de prise de force (540E et 1000). Au travers du terminal, il est possible de régler la mise en marche sur cinq niveaux mémorisables. Une prise de force à vitesse proportionnelle à l’avancement est disponible en option.

La cabine s’avère moins convaincante par son aspect extérieur que par sa construction robuste. Le dispositif spécial d’inversion du siège «Twin-Trac»

Données techniques Valtra «T203 direct» Moteur: 7.4 l d’Agco Power avec 6 cylindres, intercooler, turbo et Commonrail, 204 CV à 2100 t/min, 215 CV avec le boost à 2100 t/min (selon ISO). Couple maximal: 850 Nm à 1500 t/min. Capacité du réservoir: 375 l. SCR: 24 l. Transmission: à variation continue avec quatre plages de conduite, 40 km/h Prise de force: 540E/1000, proportionnelle à l’avancement en option. Hydraulique: EHR avec compensation de l’oscillation. Pompe à pistons axiaux avec un débit de 115 l/min (160 l/min en option). 5 distributeurs hydrauliques à l’arrière, 3 à l’avant. Force de levage 8.5 t à l’arrière, 3.5 t à l’avant (option). Dimensions: Poids à vide: 7420 kg, poids maximal à charge: 12500 kg. Empattement: 2.748 m. Longueur: 5.148 m. Hauteur: 3.035 m (données fournies par le constructeur).

est disponible d’usine. L’écran d’une largeur de 11 cm (en couleur et doté d’un antireflets) permet d’afficher la majorité des réglages de la transmission, de l’hydraulique et des fourrières. Une cabine à suspension avec siège basse fréquence est disponible en option. En combinaison avec l’essieu avant à suspension pneumatique, le conducteur est ainsi très bien protégé des vibrations et des à-coups. La série «T» peut être dotée en option des pré-agencements du système d’assistance à la direction ou même être équipée du système complet de suivi des passages. Un système de télémétrie et de relevé des données est également disponible. Il permet de suivre à distance, par Internet, l’emplacement, le domaine d’utilisation et la charge du tracteur. 䡵

Moteur, boîte de vitesses et hydraulique sont gérés depuis l’accoudoir.

Auteur Dr. Roman Engeler, UFA-Revue, 8401 Winterthour La revue UFA publie, sous la rubrique «Test pratique», un compterendu sur l’utilisation pratique de machines agricoles. Les interlocuteurs, respectivement les propriétaires de ces machines, sont choisis en collaboration avec les constructeurs ou les importateurs des machines. www.gvs-agrar.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13

37


BRÈVES PRODUCTION VÉGÉTALE

Rendement en baisse de 32 % Avec 262 kg de part comestible par are, le rendement à la surface se situe 32 % en dessous de la moyenne des 5 dernières années. Les qualités extérieures et intérieures sont en majorité bonnes. Les principaux défauts sont finalement les sous-calibres et les difformités. La teneur en amidon généralement élevée invite à faire preuve de précaution à la récolte pour éviter les dégâts dus aux chocs et aux risques de taches plombées.

Avec 10 940 ha, la surface de culture des pommes de terre en 2013 n’a augmenté que de 65 ha par rapport à celle de l’année passée. La surface des variétés à chair farineuse a légèrement progressé, alors que celle des variétés à chair ferme ainsi que des variétés à frites et à chips ont légèrement régressé. En raison de l'offre basse et de la demande en hausse, les prix à la production 2013 atteignent la plus haute limite de la fourchette de prix. Le prix à la production pour Victoria se monte à Fr. 48.70/dt. Pour Charlotte, Nicola Ditta, Annabelle, Alexandra et Gourmandine, le prix atteint Fr. 53.00/dt. Pour Agria, le prix se situe à Fr. 44.10/dt. Pour Lady Claire, le prix est de Fr. 45.15/dt. le rendement brut pour les pommes de terre bio est plus proche de la valeur moyenne. Les prix bio sont de Fr. 107.–/dt pour les variétés de consommation et de Fr. 81.–/dt pour les variétés d’industrie.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 38

Blés de qualité inférieure à 2012 Selon les premiers résultats des tests rapides, la qualité de la récolte de blé 2013 est inférieure à celle de 2012. Les poids à l’hectolitre sont légèrement supérieurs à ceux de la récolte 2012 et sont ainsi d’un niveau similaire à ceux de 2010 et 2011. Ils varient entre 79.0 et 84.8 kg/hl. La moyenne se situe à 82.4 kg/hl (2012: 81.6 kg/hl). La variété Forel confirme son poids à l’hectolitre élevé avec une moyenne de 83.2 kg/hl. Elle obtient ainsi le meilleur résultat suivi de près par Arina et Zinal (82.8 resp. 82.7 kg/hl). Les poids à l’hectolitre de CH Claro et Siala sont similaires (81.9 resp. 81.8 kg/hl). Avec 80.9 kg/hl, Runal possède la plus faible moyenne. Les différences entre régions sont globalement peu mar-

quées cette année. Les teneurs en protéines varient entre 10.7 et 16.5 %. La moyenne (12.7 %) est inférieure à la moyenne des trois dernières années (13.9 %, 13.4 %, 13.6 %). Parmi les 6 variétés analysées, seul Runal atteint une teneur en protéines supérieure à 14 % (14.2 %). Arina (13.1 %) et Siala (13.0 %) obtiennent cette année des résultats inférieurs à l’année dernière (14.5 et 14.2 %). CH Claro et Zinal (12.5 %) sont suivis de près par Forel (12.3 %). Des différences parfois importantes sont observées à l’intérieur d’une région. Entre les 5 régions, celles-ci sont toutefois faibles. Les résultats au test de Zélény sont nettement inférieurs à ceux de

Production de phosphate triplée

augmentation de près de 1800 ha pour les terres ouvertes au détriment des prairies artificielles. Cellesci perdent 2600 ha. L’augmentation de la surface se remarque pour les betteraves sucrières, les légumes de plein champ, les oléagineux, le maïs-grain et l’orge.

L’Office chérifien des phosphates (OCP) est l’un des principaux exportateurs de phosphate brut, d’acide phosphorique et d’engrais phosphaté dans le monde. Le groupe marocain lance un programme d’investissement qui devra faire passer sa production annuelle d’engrais phosphaté de 3.5 à 10 Mio de tonnes d’ici 2017. Le phosphate représente actuellement ¼ des exportations du Maroc.

OGM: retrait des demandes d’homologation Monsanto retire 7 demandes d’homologation dans l’UE en raison de l’absence de perspectives commerciales sur le continent. Cette décision concerne cinq variétés de maïs, une de colza et une de betterave. La demande de renouvellement de l’homologation du MON 810, le seul OGM cultivé à des fins commerciales, est maintenue malgré l’interdiction de culture dans des pays comme la France, l’Allemagne et l’Italie. Le groupe va investir 300 Mio de dollars sur 10 ans pour

2012. La moyenne se situe à 57.8 ml (2012: 71.9 ml). Comme en 2012, Runal (60.7 ml) et Forel (60.6 ml) obtiennent les meilleurs résultats suivis par Siala (57.5 ml). Zinal réalise à nouveau le plus faible résultat (54.9 ml), suivi par Arina (56.3 ml) et CH Claro (56.8 ml). Les temps de chute sont légèrement inférieurs à ceux de 2012, avec une moyenne de 361 s. Forel obtient à nouveau le meilleur résultat suivi de près par Zinal puis Arina et CH Claro. Siala et Runal possèdent le temps de chute le plus faible.

«l’amélioration génétique des semences et la production de semences».

Augmentation pour les terres ouvertes Les dernières estimations sur les terres assolées en 2013 indiquent une

Succès pour Potato Europe Les 11 et 12 septembre, Potato Europe, a accueilli 15250 visiteurs en provenance de 49 pays sur le site d’Emmeloord (NH). La manifestation spécialisée sur la culture de la pomme de terre dont l’organisation alterne entre la Hollande, l’Allemagne, la Belgique et la France confirme son succès. La prochaine édition aura lieu les 3 et 4 septembre 2014 à Bockerode (D). 10 2013 · REVUE UFA


Bourse aux bonnes affaires TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Körnerwagen, Neuhaus, 10 m3; Grubber Eberhart mit Nachläufer, 3 m; Cultipacker 2.6 m, 2 Reihen glatten Scheiben; Belastungsmulde 寿 052 375 16 63 oder 寿 079 391 80 57 Pneupackler Frontanbau; Traktor IHC 383; Maishäcksler Mengele, MB 290, 2 Schnittlängen 寿 041 910 28 45 Occ. Ersatzteile für Kolb Entmistung 寿 052 657 27 74 oder 寿 079 470 26 57 Heurüstmaschinen, Kranund Kleinmodelle; el. Heuschrotte mit Kabel 寿 079 678 81 49 Zuckerrüben-Vollernter, kleine Automatik 5002, Fr. 1500, 寿 077 464 87 17 Schweinestall Einrichtungen für 10 Zuchtsauen; div. cns Tröge, Gitter, Argolitplatten, Ferkelheizungen, Schwemmkanalroste, günstig 寿 079 612 34 78 Arbeitsbühne, el., hydr., ca. 7 m Höhe, 220 Volt u. Notstromaggregat, aufgebaut für Arbeiten im Feld am Accorddreieck, Baumschnitt, Obsternte, usw., Bedienung im Korb, Fr. 3900, Kt. TG 寿 079 670 54 51 Maishäcksler Feraboli, Auswurfverlängerung 寿 056 243 10 93 oder 寿 079 724 56 44 Kipper Mengele, 15 m3, MEDE 8000 2T 寿 077 472 26 18 Scheibenegge John-Deere BW, 3 m, V-Form, 4x7 Scheiben, ca. Fr. 2900 寿 071 633 31 49 Ladewagen Agrar LW 250, Zustand mittel/gut, günstig

abzugeben 寿 033 654 23 04 oder 寿 079 3959930 Tiefgang-Ladewagen Bucher Uni T 24, günstig 寿 079 245 11 39 Autoanhänger Tandemachse, Gesamtgewicht 1300 kg, 寿 079 245 11 39 Stapler TCM, Hubkraft 1.5 t, Hubhöhe 3 m, Bauhöhe 2 m, Beleuchtung und Blinkanlage, neue Batterie, ab Service, mechanisch und optisch, sehr guter Zustand, strassentauglich 寿 079 422 30 55

1 Paar Doppelgitterräder zu Aebi AM 20; je 1 Paar Ballonräder und Normalräder zu Aebi AM 20 寿 079 425 93 05 Ladewagen Mengele 330; Tandemachse gefedert, Fr. 1750; Kreiselheuer KH 500, Fr. 750 寿 041 450 17 41 Roller Piaggio Liberty 125, grau met., 4.09, 6100 km, im Winter nicht gefahren, Fr. 2200, 寿 052 720 38 75

Auto-Anhänger, neuwertig, Nutzlast 800 kg, Gesamtgewicht 1000 kg, mit Aufbau 寿 071 971 17 16

Pick-up zu Transporter Ladewagen Aebi LD 26 und LD 30, neuwertig, günstig, 寿 079 154 41 97

Occ. Ladewagen Agrar TL 209, top Zustand, wenig gebraucht, Fr. 6000 寿 056 441 49 57

Div. Pick-up für div. Ladewagen Pöttinger, Agrar usw., neuwertig, günstig, 寿 079 154 41 97

Abladegebläse Köla Topex 2 20PS, diverse Rohre, Fr. 300, 寿 056 441 49 57

Div. neue Mähmesser zu Rapid Motormäher, günstig 寿 079 154 41 97

Ladewagen Hamster 8025, revidiertes Pick-up, neuer Boden, Boogie Doppelachse, 25 m3, einsatzbereit, Preis: Verhandlungssache 寿 078 718 59 32

Schneeketten Erlau für Traktor hinten, Grösse: 11-28, gut erhalten 寿 041 750 55 49

Diverse Mähmesser und Balkenteile, neu, günstig 寿 079 245 11 39 Spülgerät Alfa Laval; Heuraupe Pöttinger, Honda Motor, Doppelräder 寿 034 431 27 61 Maishäcksler Pöttinger Mex 1, 寿 041 980 56 52 13 Schwemmkanalroste, 100 x 80 cm; Tränkebecken; Fenster 120 x 90 cm; Falttor 310 x 240 cm; 9 Gummimatten, 180 x 110 cm; 4 Gummimatten, 180 x 100 cm; diverse andere Sachen, alles aus einem Brandfall 寿 041 480 28 36

UBWFD JOUFOBO N %ÒTNB T-SAISO N D’AVA RABAIS

Ausleger Aebi AM 20, ev. dazu 2 Mähbalken 1.90 m, 1.60 m, 寿 079 425 93 05

Super Schwader, gut erhalten; Kreiselheurechen hydr., 4.5 m breit, gut erhalten, 寿 071 393 23 85

Schmiede Set mit Zubehör; Zivilschutz Wasserpumpe mit Motor und Zubehör 寿 079 398 99 65

La combinaison gagnante

Schmiede-Set mit Zubehör; Zivilschutz Wasserpumpe mit Motor und Zubehör 寿 079 398 99 65

1223-PAD-GAM-PREN-CHFR

Suite de la page 34

Récolte des fourrages

1

1 Presse à balles rondes à chambre variable VB 2160 2 Un seul passage avec la combinaison presse-enrubanneuse FBP 2135 BALEPACK 3 Presse à haute densité LSB 1270

Ladewagen Agrar TL 220, Fr. 500, 寿 079 245 11 39 Aufbereiter Kurmann K 203, sehr guter Zustand, Fr.  2900; Frontmähwerk Lely Splendimo 280 F, auf Wunsch auch mit einem leichteren Anbaubock speziell für Zweiachsmäher 寿 076 476 62 26 Fressgitter Krieger für 4 St. Jungvieh, Einzeleinsperrung, 3.20 m breit und 85 cm hoch, komplett, guter Zustand, Fr. 180 寿 079 676 34 50 10 St. Distanzbügel 15er zu Müller Doppelrad Ring zu 9.5 R 40, neuwertig, Fr. 450, 寿 079 676 34 50

Suite à la page 44

2

3

KUHN Center Schweiz, 8166 Niederweningen 5ÏMÏQIPOF t'BY  www.kuhncentresuisse.ch Responsable Suisse Romande: Jacques-Alain Pfister, Tél: 079 928 38 97

élevages l cultures l paysages

be strong, be KUHN

swissfarm

Inscris-toi! www.swissfarm.ch

REVUE UFA · 10 2013

39


PRODUCTION VÉGÉTALE

Des plants pour une production conforme au marché RÉCOLTE 2013 Avec 65 ha de plus, la surface de pomme de terre n’a que peu évolué par rapport à l’année passée. Cela confirme que les recommandations de la branche de maintenir la surface totale proche des 11 000 ha ont été respectées.

Matthias Aeberhardt

Charlotte, devrait encore baisser. Avec 20 % de plants manquants, cela devrait être le cas.

40

Le printemps froid et humide que nous avons connu et les plantations tardives dans des conditions difficiles ont influencé le développement des pommes de terre. Lors des estimations de récolte réalisées par swisspatat à la mi-août, une situation inhabituelle est apparue: l’offre ne couvrait que 75 % de la demande. Rien que pour la fabrication de frites et de chips, le manque s’élève à 60 000 t. Au moment de la prise d’échantillon, de nombreuses parcelles de pommes de terre étaient encore vertes, ce qui laissait espérer que la croissance allait continuer, spécialement pour les pommes de terre d’industrie. Les échantillons ont affiché des qualités faibles et très hétérogènes. Les effets de la croissance secondaire et de la tubérisation sont encore difficiles à évaluer.

Production de plant 2013 Suite aux relevés effectués à la mi-août, swisssem estimait la production de plants indigènes à 22 700 t. Le manque globale de plants serait donc d’environ 15 %. En raison de la destruction tardive des fanes, la moitié des résultats des analyses concernant les virus sont encore inconnus. Les plants de cette année sont petits. La part des petits calibres sera donc plus importante. Les plants ont des exigences spécifiques. Les tolérances concernant la qualité phytosanitaire sont particulièrement importantes: Gale poudreuse: Tubercules avec plus de 5 pustules: 1 % de poids. Rhizoctone: Max 20 % des tubercules avec des taches de rhizoctone. Le traitement des plants à l’automne est recommandé.

Gale argentée/Colletotrichum: Ici aussi, le traitement des plants des variétés sensibles est recommandé. La feuille d’information disponible sur le site de swisspatat fournit des précisions à ce sujet.

Recommandations pour 2014 fenaco/Steffen-Ris prévoient de répondre à 100 % de la demande. Pour 2014, la surface des pommes de terre pour la consommation fraîche et pour l’industrie devrait être maintenue.

Disponibilité et tendances Précoces: Pour Agata et Lady-Christl, il manque environ 20 % des plants pour une production conforme aux besoins. Des importations complémentaires ou le recours à d’autres variétés seront nécessaires. Chair ferme: Charlotte, devrait encore baisser. Avec 20 % de plants manquants, cela devrait être le cas. Pour Annabelle, il manque 30 % des plants. Pour autant que les importations soient possibles, la nouvelle variété Alexandra pourra remplacer les Charlottes manquantes. Pour Ditta, le manque de plants atteint 12 %. Les plants de Gourmandine, une variété destinée au stockage longue durée, ne couvriront que 80 % des besoins. Ici aussi, des importations complémentaires seront nécessaires. Chair farineuse: Avec 20 % de plants manquants, Bintje continuera de perdre de la surface. Lady Felicia sera majoritairement dirigée vers la ligne rouge. Le manque de plants sera compensé par Challenger et Victoria. Victoria, la principale variété de ce segment, doit faire face à un manque de plants de

20 % et devra maintenir sa place par rapport aux autres variétés. Jelly ne doit pas progresser. Désirée et Laura continuent de perdre en importance. Chips: Lady-Rosetta est stable et les plants sont presque disponibles en suffisance. La surface de Lady-Claire, la principale variété, doit impérativement être maintenue. Un manque de 15 % de plants impose des importations. Hermes et Pirol doivent être plantées selon les recommandations. Panda est à nouveau prévue pour le stockage longue durée. Les plants indigènes seront en général disponibles. Frites: Les besoins en Agria sont à nouveau élevés. La surface peut être maintenue. Actuellement, la disponibilité des plants est inférieure de 13 % à celle de l’année passée. Elle devrait toutefois suffire. La surface de Fontane doit aussi être maintenue. Il ne manquera qu’une faible quantité de plants. La surface de Markies doit également rester stable, des importations complémentaires devront être faites. Prévoir Innovator, la principale variété pour frigemo, comme en 2013. Les plants indigènes seront suffisants. Pour les pommes de terre bio, il manque globalement 25 % des plants. Pour pouvoir estimer à temps les besoins, des commandes précoces sont primordiales. fenaco est toujours intéressé par des pommes de terre d’industrie bio. 䡵

Auteur Matthias Aeberhardt, fenaco Produits du sol, 3001 Berne

www.ufarevue.ch

10 · 13

10 2013 · REVUE UFA


PRODUCTION VÉGÉTALE

D Suzukii s’est installée ELLE ATTAQUE LES FRUITS SAINS Contrairement aux drosophiles indigènes qui pondent dans des fruits pourrissants, D. suzukii pond ses œufs dans les fruits sains. En plus des dégâts causés par ses larves, les blessures ainsi provoquées sont des portes d’entrée pour les champignons et bactéries et probablement pour les drosophiles communes.

D. suzukii fait peser une menace supplémentaire sur les baies, particulièrement en fin de saison, quand les populations sont les plus importantes.

Elle ne mesure que 2 à 3 mm de long, ses yeux sont rouges, son corps brun et les mâles portent deux taches noires sur les extrémités des ailes. Cette petite drosophile originaire du sud-est de l’Asie occasionne d’importants dégâts dans les cultures fruitières, en particulier les cerises et les petits fruits, d’Amérique du Nord et d’Europe. Découverte pour la première fois en Espagne en 2008, la drosophile du cerisier s’est propagée dans toute l’Europe. Elle était repérée en Italie en novembre 2009, dans le sud de la France et en Corse en 2010 et en Suisse en 2011. Elle est maintenant signalée en Allemagne, Belgique et Grande-Bretagne. En 2012, Agroscope a mis en place un vaste réseau comprenant deux cents pièges répartis dans tous les cantons. Le ravageur ayant été capturé dans toutes les régions, de la plaine jusqu’à l’étage montagnard, le verdict est sans appel: la drosophile du cerisier a pris ses quartiers dans notre pays.

cot, le raisin, la figue, le kiwi et le kaki sont également appréciés par la mouche du cerisier.

Priorité à la prévention Agroscope ne recommande l’action chimique qu’en dernier recours, c’est-à-dire quand les fruits présentent des dégâts avérés. Les producteurs sont conscients du danger que représente Drosophila susukii et ils ont pris les mesures de prévention préconisées par Agroscope. Ces mesures sont notamment la cueillette et l’élimination de tous les fruits surmaturés ou abîmés, le maintien d’intervalles aussi courts que possible entre deux cueillettes et, autant que faire se peut, la commercialisation des récoltes en flux

tendu. Des pièges doivent être posés pour détecter la présence de la drosophile du cerisier au niveau local. Une fois sa présence avérée, la mise en place d’un dispositif de piégeage de masse doit permettre de réduire la pression du ravageur sur les cultures sensibles. L’efficacité de ces mesures peut être contrôlée simplement en mettant un échantillon de 50 à 200 fruits au congélateur pendant au moins deux heures.

Risques pour la vigne La surveillance du vignoble est, en partie, assurée par les services cantonaux. Il est toutefois conseillé aux viticulteurs d’installer des pièges de surveillance dans les zones à risques (cépages à pellicule fine, proximité des cultures de baies, parcelles avec des baies blessées, parcelles proches de zones naturelles, etc.). Le risque augmente avec la maturation des baies et les cépages rouges sont plus attractifs pour les insectes.

Photo: Serge Fischer, Agroscope ACW

Menace pour les fruits sains La mouche du cerisier possède un ovipositeur, organe utilisé pour pondre les œufs, fortement denté qui lui permet de percer l’épiderme des fruits pour y déposer ses œufs. Elle démontre une préférence marquée pour les fruits rouges et foncés. Le symptôme le plus typique d’une attaque est un affaiblissement des tissus situés sous l’épiderme des fruits aussi appelé aussi blettissement. Les baies tardives sont les plus sensibles, particulièrement les mûres, les myrtilles et les framboises d’automne ainsi que les baies sauvages. D’autres fruits comme la cerise, la pêche, la prune, l’abri42

10 2013 · REVUE UFA


PRODUCTION VÉGÉTALE Ce test est basé sur le comportement de la majorité des larves qui remontent à la surface des fruits pour mourir. Cette technique ne permet toutefois pas de détecter les œufs ou les très jeunes stades larvaires.

Piégeage sélectif efficace L’observation des populations de Drosophila suzukii impose l’utilisation de pièges réellement sélectifs. Des captures de nombreuses espèces d’insectes dans le même dispositif compliquent son interprétation. En 2012, Agroscope a testé quatre types de pièges différents (Droso Trap, McPhail, Sentomol et un dispositif mis au point par ACW) avec le même liquide attractif constitué d’eau (50 %), de vinaigre de pommes (40 %), de vin rouge (10 %) et de savon (0.1 %). Le test a relevé l’importance d’un diamètre d’ouverture inférieur à 3 mm pour réduire le nombre de diptères et de lépidoptères attrapés par les pièges utilisés spécifiquement contre la drosophile du cerisier. Selon la littérature, la forme du piège ainsi que sa couleur influent aussi sur l’efficacité du dispositif, D. suzukii ayant une préférence pour les couleurs rouges et noires. Risques pour la vigne Les blessures des baies provoquées par la ponte

Tableau: Présence de Drosophila suzukii en 2012 Réseau de piégage Période de détection Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre

de D. suzukii pourraient favoriser l’infestation des baies par les drosophiles indigènes vectrices des pathogènes comme la pourriture acétique. La période de capture maximale de drosophile du cerisier s’étend de la véraison à la récolte. En 2012, les drosophiles indigènes ont principalement provoqué des dégâts dans les cépages rouges Pinot Noir, Gamay, Bondola et Merlot. Les cépages blancs Muscat, Chasselas, Humagne Blanc et Sauvignon Blanc semblent avoir été atteint de manière marginale. Cette attirance de la drosophile du cerisier pour les baies rouges a été démontrée

par des tests réalisés en laboratoire par Agroscope durant lesquels les raisins blancs ont été nettement moins infestés que les rouges. Ces tests ont aussi mis en évidence le faible taux de développement des larves dans les fruits. En effet, seuls 9 % des pontes ont atteint le stade adulte. Ces observations démontrent que le raisin est un fruit potentiellement menacé par la drosophile du cerisier, mais qu’il n’est pas particulièrement favorable à son développement. En 2012, l’insecte n’a pas occasionné de dégâts majeurs dans les vignobles européens et nord-américains. Malgré ces résultats rassurants, il convient de rester attentif à l’évolution de D. suzukii dans le vignoble suisse. Sur les 15 000 ha de vigne que compte notre pays, seuls 2 ha de cépage rouge, où les captures de D. suzukii avaient été importantes, ont dû être traités pour limiter les dommages générés par d’autres drosophiles.

En bref La drosophile suzukii, aussi appelée drosophile du cerisier, s’est installée dans notre pays. Elle est présente partout, jusqu’à l’étage montagnard. Sa préférence pour les fruits rouges à noirs et sa capacité à perforer l’épiderme des fruits sains font peser une menace sur les cerises, mûres, framboises, myrtille et potentiellement les cépages rouges. La mise en œuvre des mesures prophylactiques recommandées par Agroscope et l’observation des populations par le piégeage spécifique permettent de réduire le risque de pertes lié à cet insecte. 䡵 REVUE UFA · 10 2013

Auteur Gaël Monnerat, Revue UFA, 1510 Moudon Toutes les détails sur la surveillance de D. suzukii sont disponibles dans l’article «Surveillance de Drosophila suzukii: bilan de l’année 2012» publié par l’équipe de Catherine Baroffio, Agroscope ACW Conthey, dans la Revue suisse Viticulture, Arboriculture, Horticulture Vol. 45. Toutes les informations sur D. suzukii sont disponibles sur le site: www.drosphilasuzukii. agroscope.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13

43


Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 39

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Werkbank mit Schraubstock, klappbar, Fr. 120; VW Passat Kombi, Klima, 8-fach bereift, 16600 km, ab MFK, Fr. 2700; Roller Honda, Pneu und Batterie neu, ab MFK, Fr.  950 寿 079 464 69 61 Tandemkipper Mengele, 3Seitenkipper, 4.6 m x 2.2 m x 1.3 m, neuwertige Bereifung, hydr. Stützfuss, hydr. Bremsen durchgehend, Kornschieber, etc., sehr guter Zustand, 寿 079 422 30 55 Rucksack-Motorsense Husqvarna 253RB, 3.2 PS, mit Fadenkopf und Messer, Ausstellungsmodell 寿 055 440 34 64 Gitterräder mit Zusatzstollen zu Aebi CC56 / CC66, neuwertig; Gitterräder zu Aebi AM 8, AM 9, AM 10, AM 15, AM 16 oder Rapid 203 und 306, Schnellverschluss, 寿 055 440 34 64 Bucher TM850, Trommelmähwerk TMF190; Bandheuer Bartholet, Bereifung 90%, Heckhydraulik, betriebsbereit, ab Platz, 寿 055 440 34 64 Neue Pneus aus Umbereifung; 360/70R24 Conti AC 70 T; 420/70R30 Conti AC 70 T; 600/65R30 Conti AC 65; 425/75R20 Conti AC 70 6 MPT, zu günstigen Preisen 寿 055 440 34 64

80 Süssmostflaschen, 25 l, inkl. Zubehör, Fr. 25 pro Stk, 2 Pasterisier-Apparate, Preis n. Abspr.寿 071 636 16 83 oder 寿 077 407 96 19 Baumpfähle, ca. 2000, L: 3 m, pro Stk Fr. 1 寿 071 636 16 83 oder 寿 077 407 96 19 Ladewagen Pöttinger Trend II, neu bereift; Säkombination CS30, Rototiller 3 m 寿 079 315 27 84 Pneu Firestone 11.5-15, neu; Pneu Goodyear 11.5-15, neu; Rad Vredestein 13 x 16 10 PLY 6 Loch 寿 079 315 27 84 Kreiselheuer Fella; Kreiselschwader Kuhn 寿 061 871 03 96 Alte Gummimatten, 25 Stk à Fr. 10 寿 079 470 26 57 oder 寿 052 657 27 74 Ladewagen Mengele LW 250 Economy, Jg. 95, Doppelräder, hydr. Bremsen, Gülleflügelrührwerk Wälchli, Elektromotor 15 PS, Heubombe Sumatik, 5.5 kW, Kabel und Zweistufenschalter, 寿 079 540 67 01 Massey Ferguson 3065, Jg. 90, Std. 5200, FH, FZ, 40 km/h, 85 PS, Bereifung vorne: 380-70R24, Bereifung hinten: 420-85R34, Doppelrad, sehr gepflegt, ab Service, Preis auf Anfrage 寿 079 456 36 87 Triebachsanhänger Rapid Spezial, Mähbalken, neuer Motor, alles in top Zustand 寿 079 501 96 16 Aufbaumistzetter Gafner, 1.8 m3, auf Aebi eigene hydr., Jg. 92, komplett, Fr. 3300, 寿 079 445 61 28

Rapid 606, günstig 寿 079 622 45 82

Schneepflug Hauer, 2.6 m, an 3. Punkt neu, Fr. 5500 寿 079 445 61 28

Kreiselschwader Top 380N, Tastrad, Dämpfungsstreben, hydr. Schwadtuch, Jg. 13 寿 079 319 58 47

Messerbalken Aebi AM 70, 1.9 m, Doppelrad, Fr. 1400, 寿 079 445 61 28

Doppelschwader Pöttinger Eurotop 651A; Tandemfahrwerk, Tastrad, Top Zustand 寿 079 319 58 47 Frontscheibenmähwerk Pöttinger Novacat alpha Motion 301 ED, Verschleisskufen, Jg. 12 寿 079 319 58 47 Heckscheibenmähwerk Pöttinger Novacat 265 H ED, Verschleisskufen, Jg. 13, 寿 079 319 58 47 Kreiselheuer Pöttinger Hit 910N, Tastrad, Dämpfungsstreben, Jg. 12 寿 079 319 58 47 Motormäher Rapid 505, Messerbalken, Deichsel, Fr. 1300; Transporter Bucher TRL 2600, Dieselmotor, Fr. 1900; Einachser Ariens, Schneepflug, 1 m, schwenkbar, Ketten, Fr. 450, 寿 062 299 04 36 Seilwinde Uniforest 85H, mit Funk, hohe Zugkraft 8.5 t, elektrohydraulische Steuerung, robust, Schildbreite 1.8 m, inkl. Forstfunk Terra, Gelenkwelle, Sägenhalterung, Umlenkrolle, Zugmaul usw. Demowinde, Jg. 12, Fr. 11 000 寿 077 438 90 88

44

Erdbohrer zu Bagger bis 3.5 t, Ø 350, 250, 150, vollhydr., neu, Fr. 3500 寿 079 445 61 28 Melkmaschine Alfa VPU 18 380V, mit 2 Aggregat, 25 l, Regelventil, komplett, Fr. 550, 寿 079 445 61 28 Motormäher Aebi AM 9D, mit 1.6 m oder 1.9 m, Balken und Gitterrad, ab grossem Service, sehr guter Zustand, ab 18.00 Uhr telefonisch erreichbar, 寿 079 275 50 14 Raupenschneefräse, Arbeitsbreite 55 cm, Benzinmotor, guter Zustand, Fr. 500, ab 18.00 Uhr telefonisch erreichbar, 寿 079 275 50 14 Doppelräder 15.5 -38’ System Müller mit fünf Armen, Pneu Kleber, Profiltiefe ca. 20%, Fr. 600 寿 079 713 95 05 Süssmostkocher Pasteur, mit Fl. Schalter, Fr. 200 寿 062 961 74 02

Ladewagen Mengele 330, Tandemachse, gefedert, Fr. 1750, Heubelüftungsroste, Krippenrollwand Futtersilo, Futterwagen 寿 041 450 17 41 Mounty 65 Reform, Jg. 2001, 2500 Std., 1 Satz Doppelräder, Schneeketten dazu; Novaalpin MW 226 Pöttinger, Seitenschub, ab Platz Fr. 40000 寿 079 765 56 43 Armeeanhänger 44, 4 x 1.8 m, Topzustand, Körnerdicht, Fr.  800; Feldspritze Hardi, 12 m, Fr. 2200; 1- Achseranhänger, 5 x 2 m, 30 km/h, hydr. Bremse, Fr. 3500; Scheibenegge, 2.5 m, Fr. 2100; Kreiselheuer KH4S Fahr, Fr. 200; Bodenfräse Pegoraro, 2.5 m, Fr. 2100; Ladewagen Landsberg 2431, 25 m3, Fr. 500 寿 044 948 10 78 Rundballenwickler Ford, Fr. 4500; Tandemkipper Lochmann, L: 4.5, B: 2.2, H: 0.5, Fr. 6300; Mähbalken Busatis, 2 m, Oelmotor defekt, Fr. 450; Viehwagen, alt, 1 GVE für Traktor Fr. 100 寿 079 335 26 20 Frontmähwerk Knüsel zu Rasant, total revidiert, top Zustand; Ladewagen Hamster Minor +12, günstig, 寿 079 673 24 71 Vakuumpumpe DeLaval; Melkaggregate DeLaval, 20 l Stand Eimer; 3 Milchkannen, Käserei tauglich, 1 x 60 l, 2 x 40 l; 2 Milchfollen, 1 x alu, 1 x Chromstahl; Schälblatt zu Kreissäge; Heumess-Sonde 寿 078 615 49 73 Ladewagen Fahr 327 LK, Top Zustand, breite Bereifung, Fr. 2500 寿 079 912 36 58 Mechanischer Bewässerungshaspel mit Verteiler, rund 300 m, schwarzem Schlauch, günstig abzugeben, 寿 079 445 49 40 Süssmostflaschen, 25 l, pro Stk Fr. 20, inkl. Zubehör, 寿 071 636 16 83 oder 寿 077 407 96 19 Güllefass Streumix, 6000 l, Jg. 95, Zentrifugalpumpe; Kompressor; Weitwurfdüse, nachlaufgel.; Tandemachse 19.0 / 45 - 17; Rührwerk, sehr guter Zustand, Preis Fr. 15000, 寿 079 405 57 81 Klauenstand Bärweger, mit Lift, 5 Jahre, alt, Fr. 10000; Traktor Ferguson 55PS, ohne Allrad, mit Kabine, Fr. 5000; Melkmaschine Motor, Fr. 200; Mistgarette, Fr. 30; Kippschaufel, Breite 1.65 m, mit Oberlenker, Fr. 950; Heuschrotmesser Schmid&Mägert, mit Kabel, Fr. 500; Silogabel Wigger, 3 Jahre alt, für Entnahme im Hochsilo, Fr. 3700, 寿 079 575 25 52 Rübenbröckler, mit Motor, fahrbar, mit Steinbruchsicherung; Rübenbröckler Burkart, mit Korb für Dreipunkt an Traktor; Strohmühle Vakumat, mit Elektromotor 寿 079 678 81 49

Harnplatten, bei Kolb Schubstange, 43 Stk, L: 50 cm, 寿 052 657 27 74 oder 寿 079 470 26 57

Agrar-Ladewagen, Tiefgang, Typ TL 219; Mostballonflaschen, 10 Stk, 25 l, günstig abzugeben 寿 052 385 51 65

Tränkerbecken Erag, gross, occ., 9 Stk à Fr. 50 寿 052 657 27 74 oder 寿 079 470 26 57

Bagger Hanix, 1.5 t, 2 Grablöffel, 1 Schwenklöffel mit Gummiraupen 80%, 3840 Std., guter und

gepflegter Zustand, Fr. 6700, 寿 079 667 17 30 Doppelrad Schaad 9.5 / 36, passend zu 14.9 / 30, Fr. 1500; Getreidesilo, mit 4 Zellen, 40 m3, Fr. 2000; Heizungsradiatoren, 10 Stk, div. Grössen, Kt. BL 寿 079 615 71 60 Traktor IHC 423, Hinterrad, 8600 h, 1971, guter Zustand, ab Platz ohne Garantie, Fr. 3900, VB, Kt. LU, 寿 079 653 61 81 Silofräse Stocker, für Mais und Gras, 4 m Ø, inkl. Zubehör; Hegnersilo, 4 m Ø, 8 m hoch, Inhalt 100 m3, 寿 052 657 28 63 Hough Payloader, Pneulader, Modell 50, 6 t, 6 Zyl., IH Motor, AlteisenPreis, 寿 079 382 73 60 Ladewagen Mengele; Kreiselmäher, Seite 2.15 m; Kreiselschwader Kuhn; Kreiselegge; Kongskilde, Getreide 3 Silo; Vielfachgerät Rau-Kombi, 寿 052 232 55 13 Front Busatis-Mähwerke, 3.1 m; 寿 079 430 57 71 Front-Mähwerke, mit rotierenden Fingern, 2.8 m 寿 079 430 57 71 Futtermischwagen Faresin, 7 m3, mit Fräse und Waage 寿 079 430 57 71 Mähdrescher Claas Dominator 88 SL 3D, sehr gepflegte Maschine 寿 079 430 57 71

Montage auf Panels, Dachkonstruktion und Plane bis auf Boden, inkl. 3 Panelen, neu optional Rundbogenhallen in div. Grössen, Fr. 1850; Kunststofftank, 1000 l, Fr. 35, 寿 079 514 69 87

Ladewagen Pöttinger, 28 cm3, Trend 1; Diverse Doppelräder; Heckstapler 3P; Hürlimann D100 ‘S’; Diverse Kipper; Zweischarpflug Althaus 寿 079 306 17 94

Mulchgerät SICMA Typ FB 250, Arbeitsbreite 2.5 m, Front- und Heckanbau, hydr. Seitenschub 40 cm; LW 3-Seitenkipper, 10 m3, körnerdicht, Druckluft Bremsen 寿 079 357 23 94

Traktor John Deere 1950 A, MC1 Kabine, Jg. 1982, Teilrevidiert, ab Erstbesitzer Fr. 12000 寿 079 483 60 90

Kompletträder, 2 Stk, mit Kleber Reifen, 520 x 70 x 38 Zoll Masse, 30% Profil, Fr. 1500 寿 041 741 23 73 Sämaschine Nodet, mit Fahrgassenschaltung, 3 m; Federzahnegge Harowy, 3 m, 寿 041 910 12 30

Heugebläse Zumstein, mit Elektromotor 寿 032 863 15 68

Druckfass, 5000 l, neue Achse und Bremsen, Breitverteiler, Schnellkupplung, Bereifung 550/6022.5, ab Platz Fr. 8900 寿 079 744 96 29

Benzinmotor Mag 1029 SRL X, 7 PS, sehr guter Zustand, Fr. 600; 1 Fass, 60 l, HDX Motoröl SAE 30, für ältere Motoren, mit Baujahr vor 1970, für Benzin- und Dieselmotoren, auch für Turbo Motoren, Fr. 290 , 寿 078 744 30 32

4-Rad Dosieranhänger, 2 Stk, alt, mit Kratzboden, Holzboden, muss neu gemacht werden, ungebremst, ab Platz Fr. 950 寿 079 744 96 29

Futtermischwagen, selbst fahrend, jät, wintertauglich, Jg. 1956; Flügelrührwerk Growi, verstellbar 寿 079 742 06 63

alter Anhänger, 2 x 5 m, Seitenläden 1 m hoch, ungebremst, ab Platz Fr. 1400, 寿 079 744 96 29

Futterkarren, 200 l, Stk Fr. 80; Futterkarren, 300 l, Stk. Fr. 100; Mistkran, mit Zapfwelle an Traktor, Fr. 1500, 寿 079 575 25 52 3

Ladewagen Claas, 28 m , Tiefgang, Fr. 16600 寿 079 583 70 11 Cambridge-Walze, 3 m breit, sehr guter Zustand 寿 079 385 79 68 Farbare Seilwinde auf Raupen, kleines handliches Modell , 寿 079 245 11 39 Selbstfahr-Mulcher, 90 cm breit, mit hydr. Fahrantrieb 寿 079 245 11 39 Tränkefässer, 1000 l mit TB oder Trog, verzinkt, Handbremse, höhenverstellbare Deichsel, Stützfuss und Schwallwand; Round-Pan Akrion, 17 Panel 3 m Fr. 2350; Laufhofabschrankungen in diversen Ausführungen; Weidefutterraufen in diversen Ausführungen 12 PL. Rundbogen Fr. 1190 寿 079 514 69 87 Kälberiglus inkl. Umzäunung mit Tränkevorrichtung, Iglu mit Umzäunung Fr. 418; Futtersilos, für aussen; Pferdeboxen, in diversen Ausführungen; Weidezelt, 3.6 x 3.6 m,

Kreiselschwader Krone Swadro 42/13, Jg. 2011, top Zustand, Arbeitsbreite 4.2 m, Tastrad 寿 079 465 71 03

El. Motor, 11 kW, 1440 U/min, 380 V/ 23A; Keilriemenscheibe, 11 cm, 4 Bahnen inkl. Schalter mit R+L Lauf, passend zu Reck Rührwerk; Ansauggebläse Lanker P50, mit El. Motor BBC 380 V 15.5 A, 1450 U/ min, 10 PS;Keilriemenscheibe, evtl. nur Motor, Standort TG 寿 079 428 24 07

Mähdrescher Deutz-Fahr 3480, sehr gepflegte Maschine 寿 079 430 57 71

Mulchgerät SICMA Typ FB 250, Arbeitsbreits 2.5 m, Front- und Heckanbau, mit hydraulischem Seitenschub 40 cm; LW 3-Seiten Kipper, 10 m3, körnerdicht, Druckluft Bremse 寿 079 357 23 94

Bachenfütterung für 23 Kuhplätze, automatisch, occ.; Milchkühltank, 550 l, gratis 20 Harass Bügelverschluss Flaschen 寿 079 354 86 73

Maisgebiss Mengele, Occ., zweireihig, für SH20 oder SH25, 寿 079 778 10 87 Triebachsanhänger Bucher K5 , 寿 071 983 28 35 Werkstatteinrichtung, 3 Schubladenstöcke, 2 Werkbänke m. Schubladen, 1 Metallkreissäge, 1 Ständerbohrmaschine, 1 Ölfassgestell m. Wanne, 1 Stockwinde 寿 079 612 18 81 Pannels, 3 m x 1.6 m, robust, Fr. 136; Lüfter, fahrbar, 42000 m / Std., neu, Tropenmotor, Fr. 1450; Gummimatten, für alle Tiere; Behandlungsstand Super 80, geliefert, Fr. 5800; Eco-Raster, 50 mm, ab Fr. 17 / m2; Rolltore; Sattelschränke, 2-teilig, Fr. 700, 寿 079 514 69 87 Tränkefass, 700 l, mit Trog, 寿 081 332 23 84 Rohrmelkanlage Boumatic, komplett 4 Aggregate, sehr gut erhalten, voll automatisches Waschen 寿 026 496 12 64 Klauenstand Berweger, mit Lift, 5 Jahre alt, Fr. 10000; Traktor Ferguson 55 PS, ohne Altrad, mit Kabine, Fr. 5000; Melkmaschine Motor, Fr. 200; Mistgarette, Fr. 30; Kippschaufel, Breite 1.65 m, mit Oberlenker, Fr. 950; Heuschrottmesser Schmid+Mägert, mit Kabel, Fr. 500; Silogabel Wigger, 3 Jahre alt, für Entnahme im Hochsilo, Fr. 3700 寿 079 575 25 52

Milchtank, mit Kühlung, Jappy 550 l, brauchbar, Fr. 600, 寿 079 270 43 50 Viehanhänger für Traktorenzug, 1.5 GVE, Bremsen, Licht 寿 079 371 81 40

Komplette Melkanlage, mit Stimopuls, Milchmengenmessung Metatron 12, autom. Melkzeugabnahme, IQ Melkzeuge, 3 Jahre alt, Vakuumpumpe RPS 800, 7 Jahre alt, Reinigungsautomat Circomat 9KW, Milchpumpe mit Niveausteuerung, Melkstandgerüst mit pneum. Eingangs- und Ausgangstüre, Demontage durch Käufer, 寿 079 713 95 05 Zwillingsräder System Müller Dimension, 15.5 x 38’, Fr. 600 寿 079 713 95 05 Klauenpflegestand, mit Transportwägeli, 2 Vorderfusswinden, eine davon neu, Holzboden mit neuer Gummimatte, einsatzbereit, Fr. 1600, 寿 079 713 95 05 Mähsitzwagen «Burekönig», zu Rapid 505, mit Lenkradsteuerung, Fr. 750 寿 079 713 95 05 Traktor Massey Ferguson 340, Altrad, 16000 Betriebsstunden 寿 079 154 41 97 Tracteur Massey Ferguson 4235, 75 cv, 4 RM, 2900 h, 3 x 4 vitesses plus inverseur, pneus 80-90%, cabine climatisée, radio, bon état, 寿 079 655 44 47 Motorsense Rucksackmodell Husqvarna 240 RBD, mit Fadenkopf, betriebsbereit, 寿 055 440 34 64 Laubbläse Husqvarna 380 BTS, Jg. 2011, ab Service, 寿 055 440 34 64

Suite à la page 65 10 2013 · REVUE UFA


PRODUCTION VÉGÉTALE

Éviter le pire LES MYCOTOXINES produites par les champignons du groupe des fusarium peuvent être toxiques pour le bétail et pour l’homme. Des teneurs trop élevées engendrent des déclassements des produits récoltés, voire la destruction, si les contaminations sont vraiment importantes. Pour éviter d’envoyer sa production à l’incinération, des mesures préventives s’imposent.

L’année dernière était caractérisée par une forte contamination des récoltes et des teneurs en déoxynivalénol (DON) et zéaralénone (ZEA) élevées. Certains lots de blés se sont même avérés impropres à la consommation humaine et animale et ont été soit incinérés, soit détruits dans des centrales de biogaz. Pour les producteurs concernés, de tels niveaux de contamination sont synonymes de pertes totales de récolte.

Un phénomène nouveau? La découverte des mycotoxines produites par les champignons du groupe des fusarium n’est pas récente: le DON a été isolé pour la première fois en 1972 dans de l’orge japonaise. Les champignons de ce groupe sont fréquents dans de nombreuses cultures. On les retrouve non seulement sur les céréales à pailles et le maïs, mais aussi sur les tomates, les melons, les concombres, les courgettes, les topinambours, les piments, les pommes de terre, les pastèques, les céleris, les ails, les oignons, les choux, le gingembre, les bananes, le manioc. Les plantes ornementales et les arbres fruitiers ne sont pas épargnés. Trois conditions doivent être remplies pour que le champignon puisse se développer dans les cultures: la présence des spores, la présence de plantes-hôtes et des conditions climatiques favorables.

aussi un possible transport par les insectes. L’évolution des techniques de production, notamment avec le renoncement au labour, a conduit à augmenter la quantité de résidus restants à la surface du sol. Ces résidus constituant la base de départ de l’infection de l’année suivante, leur présence en plus grande quantité augmente inévitablement le risque pour les nouvelles cultures. La simplification des rotations, qui se sont raccourcies et sont parfois plus chargées en maïs et céréales, associée à l’abandon toujours plus fréquent du labour a conduit à l’augmentation de la fréquence et de l’importance des infections.

La météo joue un rôle important pour le développement de la maladie. Celle-ci est en effet favorisée par des températures supérieures à 15 °C et une hygrométrie élevée à la floraison des céréales. Les fusarioses se développent quand l’humidité relative de l’air est proche de 100 % sur une période de 48 à 60 heures. Les orages de la fin du printemps apportent donc des conditions idéales au développement de la maladie au moment où les plantes sont les plus sensibles. La météo n’étant pas influençable, il convient donc de prendre toutes les mesures agronomiques permettant de

Le broyage des résidus de maïs grains et ensilage est particulièrement recommandé pour les parcelles en semis direct. Photo: www.kuhn.com

réduire la quantité de spores présentes dans la parcelle. Toutes les interventions facilitant la dégradation et l’enfouissement des résidus de récoltes de maïs, mais aussi de céréales contaminées contribuent à améliorer la situation.

Non-labour plus exposé Un enfouissement profond des résidus de récoltes permet d’isoler les cultures des résidus infestés et constitue une excellente protection des nouvelles cultures. Pour les adeptes du semis direct ou des techniques simplifiées, le broyage fin des chaumes et des pailles de céréales et de maïs, même s’il ne réduit pas complètement le risque, constitue une bonne prévention. Cette opération augmente très fortement la surface des résidus de récolte, accélérant par la même leur vitesse de dégradation sur le sol. De plus, le broyage des résidus de maïs ne réduit pas seulement le risque de développement de la fusariose, il contribue aussi à réduire la population de pyrale.

«Vomitoxine»? Présence des spores Le champignon passe l’hiver sous forme de spores ou de mycélium sur les résidus des cultures atteintes l’année précédente. Il est ensuite transporté par le vent et la pluie pour parasiter de nouvelles cultures au printemps. Certains instituts évoquent REVUE UFA · 10 2013

Le DON a été découvert en 1972 dans de l'orge japonaise attaquée par le Fusarium. L’année suivante, il a été détecté aux USA dans du maïs infecté par F. graminarum qui causait des vomissements chez les cochons. Il a par la suite été surnommé «vomitoxine».

Choisir ses variétés en fonction de leur sensibilité à la fusariose est une autre étape importante en technique culturale simplifiée et semis direct. Si le broyage contribue à réduire le risque d’infection, il ne l’élimine pas. La pression des pathogènes reste plus impor45


PRODUCTION VÉGÉTALE Impression ou Cambrena en absence de labour.

Situation en 2013 Le groupe de travail «Sécurité alimentaire» de swiss granum évalue chaque année la contamination en mycotoxine des céréales après la récolte. Si la météo à la floraison laissait présagée une année à risque, les conditions chaudes et sèches de cet été ont permis de réduire l’importance de la contamination. Sur 202 échantillons analysés (86 blés panifiables et 116 céréales fourragères), une part importante contenait du déoxynivalénol (DON). Mais les teneurs restaient généralement inférieures à 0.20 mg/kg.

Lutte directe La période sensible du blé se situe à la floraison. C’est donc à ce stade que doit intervenir la lutte chimique directe contre la fusariose. La protection fongicide impose une application entre le début et la pleine floraison, soit entre les stades 61 et 65. Pour être justifiée et efficace, elle doit intervenir dans les deux jours qui suivent ou qui précèdent la pluie. Les produits disponibles n’ont toutefois qu’une efficacité partielle. Il est donc nécessaire d’agir sur les leviers agronomiques pour réduire le risque d’infection.

Le maïs grain sera aussi analysé après récolte. Pour le moment, aucune indication n’est encore disponible pour cette production.

Prévention • Labourer pour enfouir les résidus de récoltes contaminés par les champignons. • Broyer finement les chaumes et les résidus de paille de céréales et de maïs pour accélérer leur décomposition. Cette recommandation est aussi valable pour le maïs d’ensilage. • Eviter de semer du blé ou du triticale après maïs

En bref Les fusarioses réduisent le rendement des céréales et peuvent même conduire à la destruction totale de la récolte. Le risque est particulièrement élevé en absence de labour après un maïs-grain. Pour les exploitants qui renoncent à l’enfouissement total des résidus de récolte, il est primordial de pro-

• Privilégier les variétés résistantes lorsque le labour n’est pas pratiqué.

tante qu’en labour. Il est donc judicieux de renoncer aux variétés sensibles comme Lorenzo, CH Nara, CH Camedo, Levis, Bockris ou Tapidor et de préférer les Molinera, Titlis, Arina, Simano, Ludwig,

céder à un broyage minutieux de ces résidus et d’éviter les variétés présentant une sensibilité élevée à cette maladie. Dans certains cas, il est même recommandé d’éviter de semer du blé après un maïs-grain. 䡵

La charge en DON des céréales 2013 est faible, mais les mesures doivent être prises pour que le scénario de 2012 ne se répète pas. Photo: www.claas.com

Auteur Gaël Monnerat, Revue UFA, Rte de Siviriez 3, 1510 Moudon

www.ufarevue.ch

10 · 13

INVITATION JOURNÉES NEW HOLLAND NEW

AN H O LL

D TRA

K TO

EN REN C

HWEIZ TER SC

ET GRUN

DERCO S

A

Ne manquez pas ces journées de présentation et de démonstration !

22.10.13 Pferdezentrum Frauenfeld, Allmend, 8500 Frauenfeld 24.10.13 Reithalle Holziken, Hauptstrasse 47, 5034 Holziken 29.10.13 Domaine de la famille Krebs, Mitteldorfstrasse 2, 3274 Bühl bei Aarberg 31.10.13 Hippodrome, Avenue de l’Hippodrome, 1400 Yverdon Horaire: de 11 à 20 heures pour chaque lieu.

NH-TESTING NH-FAN-SHOP NH-NOUVEAUTÉS NH-CONVIVIALITÉ NH-EXPOSITION

Bucher Landtechnik AG, Niederweningen www.new-holland-traktoren-center-schweiz.ch Grunderco SA, Satigny – Aesch – Mathod, www.grunderco.ch


Labourez mieux : Technique de travail du sol et semis Pöttinger

charrues charrues OnLand

en exclusivité chez ALTHAUS

herses rotatives déchaumeuses herses à disques

semoirs semoirs universels

www.althaus.ch Althaus SA Ersigen Burgdorfstrasse 12, CH-3423 Ersigen, Tél. 034 448 80 00, Fax 034 448 80 01 Votre conseiller de vente : Steeve Trolliet, Tél. 079 438 61 41 REVUE UFA · 10 2013

Temps de rêve ou de chien? L’application pour votre iPad, iPhone et iPod touch.

TV LANDI météo trois fois par jour www.landi.ch 47


PRODUCTION VÉGÉTALE

Des mamelles et des jarrets sains LES PREMIERS MATELAS CHAUX-PAILLE sont apparus en Suisse et en Allemagne il y a bientôt dix ans. Aujourd’hui, cette technique est envisagée et mise en œuvre avec succès dans de nombreuses stabulations libres et gagne aussi en importance dans les élevages français traditionnellement tournés vers la litière profonde ou les logettes surélevées.

Gérald Cantin

48

La qualité des matelas chaux-paille dépend de sa composition. En variant la teneur en paille, en chaux et en eau, on obtient des couches avec des caractéristiques différentes. La règle de base consiste à mélanger une part de paille, cinq parts de chaux et deux parts d’eau pour obtenir une litière suffisamment compacte pour ne pas être sortie de la logette par les animaux et suffisamment souple pour garantir un bon confort. Cette formule est adaptable, mais il faut être conscient qu’une réduction de la part de chaux pénalise la cohésion de la couche. La litière est plus

souple et les vaches ont tendance à en sortir plus des logettes, ce qui augmente la consommation de litière.

sez fine pour coller à la paille et éviter la sédimentation au fond des fosses à lisier.

Associer confort et fertilité Pas de concession sur la chaux Seule la chaux humide de première qualité est utilisable pour la création d’un matelas chaux-paille. Les autres types de chaux peuvent s’avérer dangereux, engendrer des manques de stabilité de la couche, avoir une capacité d’absorption plus faible ou pire, engendrer des problèmes sanitaires ou cutanés des mamelles. Une granulométrie de 0.09 mm est nécessaire pour que la chaux soit as-

La chaux humide utilisée pour confectionner les matelas chaux-paille est particulièrement bien mise en valeur. Dans un premier temps, elle contribue à améliorer la cohésion et l’hygiène de la litière. Par la suite, cette chaux contribue aussi à la régulation du pH des sols sans engendrer de coûts supplémentaires. Présente dans le lisier, elle est idéalement répartie lors de chaque épandage.

10 2013 · REVUE UFA


PRODUCTION VÉGÉTALE En bref Les matelas chaux-paille ont fait leur preuve dans les exploitations suisses et allemandes depuis bientôt dix ans et suscitent désormais l’intérêt des producteurs de lait d’autres pays. Ces derniers ont pris conscience des avantages qui découlent de l’utilisation de la chaux pour la santé de leur bétail et la fertilité de leurs sols. Ce succès témoigne aussi de l’avantage économique de ce système. L’Interprofession du Gruyère autorise ce type de couche dans les étables produisant du lait de fromagerie. Cela confirme la qualité sanitaire du mélange chaux-paille réalisé avec de la chaux adaptée et dans des conditions d’hygiène adéquates. Le matelas chaux-paille est une solution économiquement intéressante, qui assure un confort supplémentaire aux animaux et qui remplit les exigences sanitaires les plus strictes. De plus, il contribue à la fertilité des sols. Le matelas chauxpaille répond donc à tous les critères de la litière idéale. 䡵

La litière idéale! Damien et Frédéric Schrago gèrent une exploitation mixte grandes cultures/production laitière à Middes (FR). La SAU d’une superficie de 70 ha comprend 10 ha de colza, 12 ha de blé, 14 ha de maïs d’ensilage et des prairies. La stabulation libre construite en 2011 abrite une centaine de vaches, parmi lesquelles Irène, la championne Red Holstein de la dernière confrontation européenne, et 220 génisses d’élevage, toutes détenues en logette. Les frères Schrago produisent 600 000 à 650 000 kg de lait d’industrie pour ELSA. Ils ont opté pour des matelas chaux-paille pour les vaches dès l’entrée des animaux dans les nouvelles installations en 2011. Revue UFA: Voici deux ans que vous avez opté pour des matelas chaux-paille dans les logettes de vos vaches laitières, quel a été l’argument décisif dans ce choix? Damien Schrago: Avant la construction de la nouvelle stabulation, nos vaches étaient détenues à l’attache. Nous nous sommes donc renseignés auprès d’éleveurs de la région et avons visité des stabulations pour nous faire notre propre opinion des différents systèmes qui s’offraient à nous. Lors de nos visites, c’est la qualité et la santé des jarrets des animaux détenus sur des matelas chaux-paille qui nous a séduits. Le choix d’un matelas chaux-paille a-t-il eu une influence sur la construction de votre nouvelle stabulation? Pas directement. Nos logettes ont une profondeur de 25 cm, qui s’avère idéale pour éviter que les vaches ne tirent trop de litière avec elles quand elles sortent des logettes. Après coup, nous sommes contents d’avoir prévu des portes qui nous permettent de passer entre les rangées de logettes avec le char-mélangeur. Cela nous facilite l’entretien des matelas. Comment procédez-vous? Nous renouvelons les matelas chaux-paille toutes les 3 semaines. Pour nos 100 vaches, nous réalisons deux mélanges de paille hachée, de chaux et d’eau dans un rapport 1: 2: 2. L’opération prend 2 heures. Ensuite, nous entretenons les couches en retirant les bouses 2 à 4 fois par jour. En fait, nous nettoyons les logettes quand nous contrôlons le bétail. Quels avantages retirez-vous des matelas chaux-paille? N’ayant jamais travaillé avec d’autres systèmes, il m’est difficile de faire des comparaisons. Mais je constate que nos vaches se couchent volontiers dans les logettes et que nous n’avons aucun problème de jarret. Les matelas chauxpaille n’influencent pas uniquement notre production laitière, cette pratique nous permet aussi d’apporter régulièrement de la chaux sur nos parcelles. De plus, il semblerait que grâce à la chaux qu’il contient, notre lisier est plus efficace et moins odorant. Un inconvénient à ce système? On a peut-être une légère usure des couteaux du char mélangeur, mais à part cela, je n’en vois aucun. Nous avons aussi la chance de pouvoir passer entre les logettes pour décharger le char-mélangeur, ce qui facilite énormément l’entretien des couches. Vous recommanderiez les matelas chaux-paille à vos collègues? Certainement, avec cette litière, nous économisons de la paille et les problèmes de jarrets ont disparu. Si le bâtiment est adapté, l’entretien est aussi très facile.

Auteur Gérald Cantin, Service technique Landor, 4127 Birsfelden

Les matelas chaux-paille: une litière confortable favorable à la productivité du bétail et à la fertilité des sols REVUE UFA · 10 2013

La litière chauxpaille Pour un confort dans les élevages Avantages de la litière chaux-paille:

✔ chaux diminue la proliferation des bactéries et réduit les problèmes de mamelle

✔ la litière est rapidement assèchée

✔ les vaches sont plus propres

✔ l’état des onglons est amélioré

✔ la chaux est neutre pour la peau

✔ la chaux, via les engrais de ferme, permet de procéder à un chaulage d’entretien

Appel gratuit 0800 80 99 60 0800 LANDOR landor.ch LANDOR fenaco société coopérative Rte de Siviriez 3, 1510 Moudon Tél. 058 433 66 13 Fax 058 433 66 11 E-Mail info@landor.ch

寿 conseil gratuit: 0800 80 99 60 info@landor.ch | www.landor.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13 «L’

ass

ura

n

’ê ce d

tre

sat

isfa

it»


22.50

125 cm 135 cm 145 cm 155 cm

Couverture pour chevaux pour l’extérieur Pour les journées d’automne humides, 600 Denier polyester, (étanche 3000 mm, respirante 3000 g m² / 24h), courroies de cuisses, soufflet d’aisance renforcé et garrot matelassé en néoprène, sanglage croisé, fermeture au poitrail se chevauchant, 100 % polyester, licol et cordes de couleur assorti disponibles.

9.90 9.90 9.90

Longe 16959 16962

A mousquet panique Avec mousqueton

Couleur: violet Couleur: violet

www.landi.ch

59.90

Licol pour chevaux soft violet, grandeur 1 – 3 Assorti à la couverture pour chevaux en polaire, matériel extrêmement doux, têtière ajustable en continu, boucles inoxydables, des longes avec mousqueton classique ou anti-panique sont également disponibles dans des coloris assortis. 16964 Tailles 1 16965 Tailles 2 16966 Tailles 3

appréciez la différence

6.90 5.90

16950 16953 16956

125 cm 135 cm 145 cm

chaque

4.

90

39.90

Abreuvoir à poussoir émaillé Bac grande contenance en fonte. Surface émaillée de haute qualité. Forme de cuvette facile à nettoyer. Volume du bassin 1,3 litres. Alimentation ½" haute ou basse. Pour fixation murale ou sur tuyau (pour tuyau avec bride fixation, extra). Valve laiton. Débit 8 litres/min pour 3 bars de pression dans les conduites. 17289

23.90 avant 34.90

CHEVAL Snacks Aliments complémentaires pour chevaux 16922 Pomme 16924 Carotte 16926 Banane dès

9.50

Projecteur halogène 400 W. 59450

169.-

199.-

Chauffe-lait Kerbl Thermostat réglable en continu, protégé contre les éclaboussures IP 44, prêt à l’emploi dès une hauteur de remplissage d’env. 15 cm déjà. 17098

Tondeuse pour bétail et chevaux AGRARO Tondeuse universelle extrêmement légère pour les vaches et les chevaux. Puissance moteur: 65 W, oscil-lations: 2400 doubles oscillations / min. 02731

19.90

39.50

Alcool à brûler CALDO 10 l.

Biostel serviettes pour mamelles Seau de 800 feuilles. Sans iode. Réduit la présence de germes, sans alcool, exemptes de composés d’ammoniums quaternaires (CAQ), biodégradables et compostables

Pâte d’argile Biostel Lakote Convient aux chevaux et mulets pour rafraîchir et régénérer rapidement.

58463

20773

20795

chaque

39.90

Chaussures de sécurité S3 Semelle intermédiaire pare-clous. 85632-41 85642-49

basses hautes

pointures: 38 – 47 pointures: 40 – 47

55.-

359.-

Veste softshell Extérieur 100 % polyester softshell. Intérieur en fourrure synthétique. Multiples poches intérieures et extérieures. Couleur: noir. Tailles: S – XXL.

Nettoyeur à haute pression OKAY 1420i Avec lance turbo et brosse. Tuyau haute-pression de 10 m.

80466-70

19286

valable: 23.09. – 31.10.13

16944 16947 16948 16949

chaque

Sous réserve de changements de prix ou d‘articles

Couverture de transport et couverture séchante en polaire Matériel micro-polaire très absorbant, avec sanglage croisé, fermetures au poitrail, courroies de cuisses, garrot matelassé en polaire, lavable en machine à 30°, 100 % polyester.


Octobre 2013

Traite automatique

Le vacher est devenu un manager Construction d’étables: erreurs fréquentes Comment attirer les vaches au robot? Numération cellulaire: les conseils des pros Nettoyer souvent et doser avec précision Qualité du lait: le robot réduit la marque Assurer à l’avance la qualité du service Nouveautés et brèves Quelle est la vache idéale pour le robot?

52 53 54 56 58 60 62 64 66


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE

Le trayeur se mue en manager LE PRODUCTEUR DE LAIT QUI OPTE POUR UN ROBOT DE TRAITE le fait souvent pour des motifs de rationalisation du travail. Le gain en matière de temps de travail économisé et de rentabilité ne doit toutefois pas être surestimé. Pour que la traite automatique soit un succès, un contrôle strict des résultats ainsi qu’une gestion irréprochable sont des conditions indispensables.

Dans les exploitations robotisées, le contrôle des données et la rentabilité sont étroitement liés. Photo: agrarfoto.com

Les exploitations qui investissent dans des systèmes de traite automatisés (AMS, «Automatic milking system») le font pour plusieurs raisons: • Répartition flexible du temps de travail. • Plus de confort et de liberté pour les vaches. • Production laitière plus élevée grâce à un plus grand nombre de traites par jour. • Augmentation de la productivité (lait par heure de travail) et de la rentabilité. • Besoin en place relativement faible.

Exemple de calcul Christian Gazzarin et Matthias Schick d’Agroscope Reckenholz-Tänikon (ART) ont analysé la rentabilité des AMS. Pour ce faire, ils ont comparé une salle de traite en épi (2 x 3; 2 x 4; 2 x 6, en fonction du nombre de vaches) avec un AMS (1 box en

circulation libre, 2 boxes en circulation forcée, en fonction du nombre de vaches), pour des troupeaux de 40, 70 et 100 vaches. Les calculs sont basés sur une exploitation de plaine avec stabulation non isolée, affouragement d’ensilage à l’année, 8000 kg de lait par vache et par année, élevage de la remonte par des tiers ainsi qu’un salaire horaire de CHF 28.–. Selon l’étude mentionnée plus haut, il apparaît que l’AMS présente les caractéristiques suivantes, par rapport à une salle de traite en épi: • Investissement supérieur de 10 à 20 %. Il est important de disposer de réserves en matière de liquidités. • Economie de temps de travail de l’ordre de 15 à 20 %. Plus le troupeau et le taux d’utilisation sont importants et plus l’économie en temps de travail est significative. • Coûts par kg de lait pratiquement identiques. En prenant un salaire horaire plus élevé, l’AMS se distinguerait par de meilleurs résultats économiques. • Seul un taux d’utilisation optimal (70 vaches) du robot permet de réaliser un salaire horaire supérieur (graphique). Plus le temps économisé peut être utilisé de façon lucrative et plus l’acquisition d’un robot est judicieuse, conclut Christian Gazzarin.

Le contrôle joue un rôle important Pour le succès d’un AMS, le facteur humain joue un rôle beaucoup plus décisif que la marque du robot. Il est judicieux d’intégrer le contrôle des listes d’alarme, des vaches à problème et des fonctions du robot à des horaires fixes. Alors qu’avec un AMS la traite ne repré52

Conseil pour une bonne rentabilité de la traite automatisée • Bonne collaboration avec la vulgarisation (construction, traite, hygiène, affouragement, vétérinaire). • Application ciblée du système choisi selon le niveau de connaissance actuel. • Degré d’utilisation du robot. • Utilisation lucrative du temps économisé. • Vérification quotidienne des listes d’alarme et des fonctions du robot. • Intervention rapide en cas de nécessité.

Graph: Valorisation effective Revenu en Fr. par heure de travail 35 30 25 20 15 10 5 0

Salle de traite en épi Robot de traite

40

70 100 Effectif de vaches Source: Agroscope

sente plus que 10 % du temps de travail total, 55 % sont consacrés aux travaux de contrôles. Dans le domaine de la gestion du troupeau, un bon conseil est primordial. 䡵

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee.

www.ufarevue.ch

10 · 13

10 2013 · REVUE UFA


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE

Les erreurs les plus fréquentes LA CONSTRUCTION D’ÉTABLES doit être axée sur les systèmes de traite automatique. Dans les étables existantes, c’est parfois plus facile à dire qu’à faire, s’il s’agit de ne pas faire exploser les coûts.

Les systèmes de traite automatiques (AMS) sont souvent installés dans des étables existantes. Pour que les vaches circulent correctement, il faut procéder à des adaptations. Florilège des erreurs les plus fréquentes: • Pas d’agrandissement possible: l’installation d’un robot supplémentaire suppose de doubler le nombre de vaches. L’évolution de l’exploitation doit donc être prise en compte dès la conception du bâtiment. Il est préférable d’installer le robot de traite à l’avant du bâtiment. Il est également conseillé de se réserver la possibilité d’opter pour la circulation libre ou forcée (sélective). • Accès pas optimal au robot: Les vaches privilégient les couloirs courts et larges pour accéder au robot. Les escaliers peuvent constituer un frein. Les locaux techniques doivent être isolés pour éviter la propagation du bruit. La station d’affouragement supplémentaire ne devrait pas être située à proximité immédiate du robot, de manière à éviter une circulation exagérée à cet endroit ainsi que des combats hiérarchiques. Il en va de même pour la brosse. L’accès à l’AMS doit également être généreusement dimensionné de manière à favoriser l’accès du personnel. Les installations techniques doivent par ailleurs être isolées du gel. • Oublier l’aspect pâturage: il est possible de combiner le robot de traite avec le pâturage. Il faut en tenir compte lors de la planification de l’étable. Le pâturage doit être intégré à la conception de l’étable. • Pas de place pour les vaches à problème: il est pratique de disposer REVUE UFA · 10 2013

Graphique: Stabulation à logettes à trois rangs ou à quatre rangs? Grafik: Dreioder vierreihiger Boxenlaufstall? Trois rangs + Rapport logettes/places au cornadis 1 : 1 + Bonne visibilité + Bonne circulation de l’air dans le cas des étables froides – Chemins plus longs – Besoin en place important Quatre rangs + Courtes distances jusqu’à l’AMS – Rapport logettes/places au cornadis de 1 : 1 à 1 : 2 – Exigences plus élevées vis à vis de l’enveloppe du bâtiment – Moins bonne visibilité

Plus le nombre de rangées de logettes est élevé et plus les distances par rapport au robot sont faibles.

2

1

4

3

B C

A

E D F

2

4

1

A

3

B C E D F

d’une zone de séparation suffisamment grande équipée de logettes pour inséminer et soigner les vaches. En raison du danger de contamination, les vaches malades ne devraient pas être placées dans l’étable de vêlage. • Salissure du sol: le fait d’éviter que les accès propres et les accès sales (homme, animal, fumier, fourrages) se croisent contribue à améliorer l’hygiène et le travail lié au nettoyage. Il est préférable que l’accès à la chambre à lait se fasse depuis la cour de la ferme et non directement depuis l’étable.

1 2 3 4

vaches en lactation vaches taries box de vêlage infirmerie

A B C D E F

aire d’attente box de traite bureau sanitaires technique chambre à lait

• Pas en ligne: Un bureau équipé d’un ordinateur et disposant d’une vue sur l’étable et la traite simplifie les tâches administratives. • Pas assez de volume de fosse: les nettoyages intermédiaires impliquent une plus grande utilisation d’eau, ce qui peut impliquer un agrandissement des fosses à purin. 䡵 Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee

www.ufarevue.ch

10 · 13

53


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE

Un petit sucre, mais lequel? SYSTÈME D’AFFOURAGEMENT Lors du passage à la traite automatique, il faut accorder une attention particulière à l’affouragement. La ration distribuée à la table d’affouragement doit être composée de manière à ce que les vaches aient besoin de prélever au robot le complément alimentaire dont elles ont besoin. Les exigences en matière d’aliment varient en fonction du stade de lactation.

Lukas Grüter

Urs Spescha

Dans le cadre de l’utilisation d’un système de traite automatique (AMS), l’objectif premier de l’affouragement est identique à celui des exploitations équipées d’autres systèmes de traite. Les vaches doivent bénéficier d’une ration de base adaptée au niveau de production du troupeau et équilibrée avec un aliment complémentaire optimal. A cela s’ajoutent diverses questions importantes en ce qui concerne les processus de travail, la gestion de l’affouragement et la distribution des concentrés.

Objectif: 2.7 traites Les aliments

Une qualité constante de l’aliment distribué au robot incite les vaches à fréquenter ce dernier.

complémentaires contribuent à atteindre une fréquence de traite moyenne au robot de 2.7 traites et plus par vache et par jour. Une partie de l’aliment de performance doit ainsi être distribuée au robot, la ration totale mélangée (RTM) à la crèche étant supprimée. Les écarts de performances importants entre les vaches d’un même troupeau posent problème. En Suisse, la taille moyenne des troupeaux est assez adaptée à la traite automatique, sachant que la ration de base est rarement distribuée par groupes.

Circulation du bétail Le mode de circulation des vaches influence fortement l’affouragement: Dans le cas du «Milk-first-System», les vaches sont affouragées à la crèche après la traite. L’affouragement s’effectue principalement via la ration mélangée distribuée à la crèche, qui est très proche d’une RTM et qui doit motiver les vaches à fréquenter le robot. Dans le cas du «Feed-first-System», le processus diffère un peu: les vaches sont 54

affouragées avant d’être traites. C’est l’aliment distribué au robot qui est censé motiver les vaches à fréquenter le robot de traite. Circulation libre: Comme c’est le cas pour le «Feed-first-System», l’aliment complémentaire distribué à l’AMS joue un grand rôle. La ration de base devrait présenter un potentiel de production laitière inférieur de 6 à 8 kg au niveau de la production moyenne effective du troupeau. Pour éviter tout risque d’acidose de la panse, il est primordial de disposer d’un fourrage de base de bonne qualité et affichant une structure suffisante.

différent. Pour que la fréquence de traite ne diminue pas trop fortement durant cette phase, on essaye d’attirer les vaches au robot avec des concentrés. Dans ce cas, les quantités d’aliment complémentaire distribuées au robot (500 g) ainsi que la concentration énergétique de l’aliment en question doivent être maintenues à un faible niveau pour éviter l’embonpoint et les problèmes de cétose et de fièvre du lait au cours de la lactation suivante. La rentabilité de l’opération consistant à concurrencer le fourrage de base par des concentrés mérite également d’être posée.

Adaptés aux performances Les concentrés sont distribués principalement via l’AMS, voire, pour les vaches hautes performances, par le biais d’un distributeur automatique de concentré (DAC) supplémentaire. Le défi principal consiste à affourager toutes les vaches conformément à leurs besoins, qu’il s’agisse des vaches hautes performances ou en seconde partie de lactation. Afin d’atteindre une fréquence de traite élevée, les vaches en phase de démarrage reçoivent souvent trop rapidement beaucoup de concentrés à la fois. Or l’apport maximal de concentrés par vache et par traite ne devrait être atteint qu’au terme de 20 jours environ. Cette quantité est déterminée par la durée du processus de traite et avoisine environ 2 kg par traite, les quantités supérieures ne pouvant être distribuées sans que cela ne bloque le robot pour les vaches en attente. L’aliment complémentaire distribué au robot aux vaches qui sont en seconde partie de lactation répond à un objectif 10 2013 · REVUE UFA


TRAITE AUTOMATIQUE

Le plus régulier possible Durant la phase de démarrage, un aliment de démarrage de haute qualité garantit que les animaux fréquentent bien l’AMS: Les performances élevées en début de lactation favorisent encore le besoin naturel qu’ont les vaches de se faire traire. Une station d’affouragement supplémentaire permet de procéder à une différenciation supplémentaire. Selon le niveau de production laitière, les exigences en matière d’affouragement deviennent complètement différentes après 150 à 200 jours de lactation. La densité énergétique de la ration de base suffit à couvrir la performance laitière et les besoins d’entretien. La vache s’attend malgré tout à une petite récompense pour la fréquentation du robot deux fois par jour. A cette occasion, les valeurs énergétiques et protéiques doivent être moins élevées. Une qualité constante est par contre importante. Une composition homogène favorise la consommation des aliments par les animaux et évite une incidence négative sur la fréquence de traite entre les différents lots de concentrés. D’une manière générale, il est préférable de

ww

w.

evu ufar

e.ch

distribuer des granulés. Ces derniers offrent en effet une structure favorable qui permet aux vaches de les consommer rapidement et de salir le moins possible le box de traite.

Qualité de l’aliment Des essais effectués à l’étranger ont démontré que la composition du fourrage ne constituait pas un facteur déterminant pour la fréquentation d’un AMS. Une certaine constance ainsi qu’une bonne qualité des granulés jouent un rôle important. Les essais effectués avec des substances aromatiques ou des additifs ayant un effet incitatif sur l’appétit des animaux n’ont pas permis d’obtenir des avantages déterminants.

Conclusion En résumé, les points suivants sont décisifs pour un affouragement réussi à l’AMS:

PRODUCTION ANIMALE

UFA W-FOS optimise l’affouragement en AMS Grâce au robot, la qualité de vie et la flexibilité de Walter Fischer ont nettement augmenté. En plus des gains de temps, l’économie de place liée au robot a été également prépondérante dans le choix du sytème AMS. La communauté d’exploitations (CE) Wyss-Wyss-Fischer, en plus de la production laitière, s’adonne également à l’élevage des chèvres, possède deux grandes unités d’engraissement porcin et pratique les grandes cultures et les cultures herbagères en vendant du fourrage. La CE a pour but de traire plus de 2000 kg de lait par jour (12 kg par traite). Avant que les vaches n’arrivent à la crèche, elles passent dans le robot (Milk-first-System). La ration à la crèche est calculée pour 25 kg de lait par vache et par jour. Le reste des besoins est couvert par une distribution individuelle au robot ou, en cas de production laitière très importante, aussi par un DAC. C’est l’aliment UFA 243 qui sert «d’appât» au robot. «Grâce à cet aliment de production, nos vaches donnent du lait et restent dans une condition corporelle optimale», constatent les chefs d’exploitation. Vu que la circulation des vaches et la fréquence de traite sont étroitement liées à l’affouragement, sa planification doit être pointue. Le système d’affouragement UFA W-FOS, en plus des paramètres usuels, tient aussi compte des vitesses et des fractions de fermentation des fourrages. Grâce à des analyses, UFA W-FOS permet de composer une ration conforme aux besoins de la panse. Et quand c’est le cas (pas d’acidose), la vache et l’AMS fonctionnent bien.

Cela fait deux ans que Walter Fischer utilise un robot de traite. Avec Hans, Anita et Andreas Wyss ainsi que Bruno et Bernadette Wyss, il détient actuellement environ 80 vaches.

• La circulation libre et la fréquentation volontaire du robot de traite favorisent la consommation de fourrage de base ainsi que l’activité des animaux. • La ration de base distribuée à la crèche ainsi que l’apport de concentrés au robot doivent être coordonnés de manière optimale, en fonction de la qualité du fourrage de base. • L’aliment distribué au robot pour attirer les vaches qui se trouvent en deuxième partie de lactation ne doit pas occasionner de problèmes au cours de la lactation suivante. • Le mode de distribution des aliments, la qualité des granulés ainsi que la propreté de l’auge contenant les aliments influencent de manière déterminante le taux de fréquentation du robot. 䡵 REVUE UFA · 10 2013

Auteurs Lukas Grüter, Service technique, UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee. Urs Spescha, chef du secteur Bétail bovin auprès du service technique UFA, 6210 Sursee. www.ufa.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13

55


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE

Que faut-il faire pour réussir? SANTÉ DE LA MAMELLE «Celui qui trait ses vaches au robot doit s’attendre à avoir plus de cellules!» Des articles publiés dans la presse spécialisée étayent cette assertion. Mais toutes les exploitations robotisées n’ont pas nécessairement plus de cellules que lorsqu’elles trayaient en salle de traite. Qu’est-ce que ces exploitations font différemment des autres?

Werner Baumgarten

Wolfram Klawonn

Andre Nolden

Le responsable du troupeau a plus d’impact sur la santé de la mamelle que le robot de traite. Il s’agit d’une des plus importantes conclusions tirée d’une étude effectuée dans la région de Rheinland-Pfalz (Allemagne), où les systèmes de traite automatiques (AMS) se sont largement développés ces dernières années. Pour le relevé des données, 32 exploitations équipées depuis au moins un an d’un robot d’une des deux principales marques ont été choisies de manière aléatoire. Après la saisie des données, elles ont été réparties en deux groupes, à savoir le groupe 1 «faible niveau de cellules» (20 exploitations avec Ø 175 000 cellules/ml) et le groupe 2 «niveau de cellules plus élevé» (12 exploitations avec Ø 245 000 cellules/ml).

Où résident les différences? En moyenne, les exploitations robotisées du groupe 2 (plus de cellules) avaient installé leur robot un an et demi avant le groupe 1. La production annuelle du groupe 1 avoisinait les 9000kg de moyenne alors que celle du groupe 2

Tableau: Chiffre-clés au Rheinland-Pfalz En moyenne Ø 175 000 cellules/ml Nombre d’exploitations 20 Nombre de vaches par exploitation 84.1 Dont primipares 25.6 Production annuelle par vache 9016.5 Nombre de vaches par box de traite 63 Ø Intervalle de traite moyen (heures) 09:47:20 Intervalle < 5 heures (% vaches) 2.9 Intervalle > 12 heures (% vaches) 12.5 < 60 % de la quant. de lait attendue (% vaches) 6 Temps dans le box (minutes/vaches/jour) 06:29:51 Nombre de traites par vache et par jour 2.74 Nombre de traites par troupeau et par jour 170.3 56

En moyenne Ø 245 000 cell./ml 12 96.8 27.2 8503.8 69 10:19:30 4 16.9 7.2 06:22:44 2.64 163.5

s’élevait à 8500kg par vache. Chez le groupe 1, le nombre de jours de lactation moyen était de 175 jours avec 63 vaches traites contre 190 et 69 vaches pour le groupe 2. Le taux d’utilisation des robots oscillait entre 560000 et 580000kg de lait. Les exploitations du groupe 1 travaillaient majoritairement (95 %) en circulation libre alors que la circulation forcée était plus importante dans le groupe 2.

Le bon intervalle de traite Tant les intervalles de traite trop courts (< 5 h) que trop longs (< 12 h) sont critiques. Au sein du groupe 2, le nombre de vaches traites à intervalles trop courts ou trop longs était plus élevé. Il est conseillé d’autoriser l’accès au robot à partir d’un intervalle de six heures (soit au maximum 4 traites par jour) et lorsque la quantité de lait attendue est d’au moins 10 kg – avec des exceptions possibles en début et en fin de lactation. A noter qu’au sein des deux groupes, certains robots n’étaient pas réglés de manière optimale. Il est important de vérifier les données d’accès au robot et de les modifier si nécessaire.

Nettoyage fréquent Les travaux de routine et le contrôle quotidien des vaches s’effectuaient de manière assez similaire sur les toutes les exploitations. En moyenne, au sein des deux groupes, le laser et la caméra étaient nettoyés une fois et demie par jour. Dans le groupe 1, 40 % des exploitations effectuaient plus d’un nettoyage par jour contre 16.7 % dans le groupe 2. Au niveau de l’hygiène de traite, l’étude a constaté que les exploitations du groupe 1 procédaient souvent à trois nettoyages principaux par jour et que 40 % d’entre elles étaient

équipées d’un système de désinfection à vapeur entre les traites. Dans le groupe 2, seules deux exploitations étaient équipées d’un tel système. Dans les deux groupes, 80 % des exploitations recouraient à un produit de trempage après la traite (consommation entre 3.6 et 3.7 kg par vache et par année). En ce qui concerne le changement des brosses ou des manchons de traite, aucune différence n’a été constatée entre les groupes. Dans chaque groupe, seul un troupeau procédait à la prise d’échantillons dans le but de contrôler l’hygiène du nettoyage des manchons.

Traitements ciblés Au sein du groupe 1, 12.4 % des vaches étaient affectées par des problèmes de mammites cliniques (17.2 % pour le groupe 2). Pendant la phase de lactation, les traitements contre les mammites étaient moins fréquents au niveau du groupe 1 (13.1 % contre 18.8 %), la durée de traitement durant en moyenne 2.8 jours (contre 4 jours). Aucune différence n’a été constatée au niveau des médicaments utilisés pour la thérapie. Plusieurs exploitations ne procédaient pas au test de Schalm ni à la prise d’échantillons de lait par quartier dans le but d’effectuer une analyse bactériologique. Obturateurs de trayon internes Le tarissement est une des phases les plus sensibles en production laitière. La quasi-totalité des exploitations procèdaient au tarissement selon le nombre de jours de lactation, le niveau de production venant en seconde position. Un nombre restreint d’exploitations se basait sur la condition corporelle (BCS). Les deux groupes utilisaient les mêmes taris10 2013 · REVUE UFA


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE

Mesures ayant fait leurs preuves pour une bonne santé de la mamelle • Pas d’intervalles de traite de moins de six et de plus de douze heures. • En cas de problème procéder à trois nettoyages par jour. • Nettoyer la fenêtre de la caméra/laser trois fois par jour. • Utilisation régulière du test de Schalm. • La désinfection intermédiaire est importante, la vapeur étant toutefois encore plus efficace. • La désinfection des trayons est judicieuse. • Tous les six mois procéder à des tests d’hygiène sur les manchons des trayons.

C’est l’hygiène ainsi que la gestion de la traite et des traitements qui ont eu le plus d’influence sur la santé de la mamelle.

• Analyse régulière des échantillons de quartiers individuels. • Utilisation d’obturateurs de trayon internes à titre de complément aux tarisseurs. • Selon le type d’agent pathogène, traiter les mammites durant plus longtemps: cinq à huit jours. • Contrôle des listes d’alarme et bonne observation des animaux.

seurs. Il est intéressant de constater qu’outre les tarisseurs, 35 % des exploitations appartenant au groupe 1 utilisaient en plus un obturateur de trayons contre une seule exploitation dans le groupe 2. La moitié des exploitations tondaient les tétines à intervalles réguliers, avec même une plus grande propotion dans le groupe 2. Il n’y avait aucune différence significative pour la fréquence du parage des onglons. La maladie de Mortellaro constituait un problème pour tous les troupeaux appartenant au groupe 2 (85 % dans le groupe 1).

Moins de différences au niveau de la détention Dans les exploitations concernées, le mode de détention des vaches n’a pas semblé avoir une influence sur le taux de cellules du lait. Les exploitations équipées de nouvelles étables étaient majoritairement en aires raclées alors que les stabulations plus anciennes étaient plutôt sur caillebotis. Dans les anciennes étables, les aires d’affouragement d’une largeur inférieure à 3 m posent problème, la circulation des vaches étant alors fortement entravée. Lorsque les robots sont instalREVUE UFA · 10 2013

lés dans des étables transformées, les aires d’attente sont souvent trop petites. Aucun lien clair n’a toutefois pu être établi entre l’aménagement, respectivement la largeur des couloirs, et la santé de la mamelle, pas plus qu’en matière d’aménagement et d’entretien des logettes. En moyenne, deux tiers des exploitations étaient équipées de logettes surbaissées, le tiers restant recourant à des logettes surélevées.

Concentrés et fréquence de traite L’analyse n’a conclu à aucune différence en matière d’affouragement entre les deux groupes. Dans toutes les exploitations les rations étaient basées sur l’ensilage d’herbe et de maïs. Toutes les exploitations – à l’exception d’une seule – complétaient la ration avec d’autres composantes telles que des céréales, des pulpes séchées, des additifs protéiques et des aliments performances. Pour améliorer la structure, de la paille, du foin ou de la luzerne étaient utilisés. Il est important d’adapter la ration de base au niveau de performance du troupeau. Lors de la comparaison des deux groupes il est apparu qu’au niveau des exploitations du groupe 1, la différence entre la production de lait moyenne par vache et par jour (29.1 kg/vache) et le potentiel de la ration distribuée à la crèche (23.5 kg) s’élevait à 5.6 kg de lait.

Dans le groupe 2, cet écart n’était que de 2.5 kg. Pour la traite robotisée, on conseille un écart de l’ordre de 5 à 7 kg. La faible différence évoquée plus haut se reflète dans la moins bonne fréquentation du robot par le groupe 2. Le nombre de traites moyen par robot était plus élevé pour le groupe 1 (170 traites) que pour l’autre groupe (163 traites), et ce malgré le fait que le nombre de vaches par exploitation était en moyenne inférieur pour le premier groupe.

Contrôler l’apport de concentrés Les concentrés sont la principale motivation des vaches pour aller au robot. En ce qui concerne les quantités et le type de concentrés distribués, aucune différence n’a été constatée entre les deux groupes. La quantité de concentrés moyenne par vache et par jour avoisinait 6.5 kg. Il est toutefois apparu que dans certaines exploitations, la répartition des concentrés n’était pas optimale, d’où l’importance de la contrôler sur le programme.

Conclusion Il convient également de rappeler qu’un contrôle rigoureux des listes d’alarmes est indispensable. En plus de cela, l’éleveur devrait toujours «garder les yeux ouverts» en se déplaçant dans son troupeau, de manière à pouvoir tirer les bonnes conclusions pour bien gérer sa production. 䡵

Auteurs Werner Baumgarten, DLR Westerwald-Osteifel, Wolfram Klawonn, Landesuntersuchungsamt Rheinland-Pfalz, Service de santé bovine, et Andre Nolden, Landeskontrollverband Rheinland-Pfalz. 60 % des nouvelles acquisitions de robots Dans le Bundesland RheinlandPfalz, en juillet 2013, près de 141 exploitations sur environ 2000 utilisaient un robot de traite. Si l’on se réfère à la proportion des investissements subventionnés dans le cadre des nouvelles constructions et des transformations, il apparaît que près de 60 % des exploitations avaient opté pour un robot de traite.

www.ufarevue.ch

10 · 13

57


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE

Nettoyer souvent et procéder à un dosage correct LES GERMES environnementaux sont souvent responsables des problèmes de mamelle liés aux AMS. Ces germes proviennent généralement de l’aire de repos. Il est plus facile d’influencer l’hygiène de traite que celle de l’étable et des animaux.

Erich Thoma

Avec un système de traite automatique (AMS), le danger d’une contamination par des agents pathogènes générant des mammites est énorme. Pourquoi? • le nombre d’animaux traits par agrégats est plus élevé que dans le cadre des systèmes conventionnels. • Les systèmes de traite recourant à la circulation forcée peuvent induire du stress chez les vaches. • Dans le cas de la circulation libre, une grande partie des vaches se couche dans les logettes immédiatement après la traite. Comme le canal du trayon se ferme seulement lentement après la traite, le danger d’une infection par des germes environnementaux augmente. Plus le nombre de traites par animal est élevé et plus cette phase critique tend à se répéter.

Germes environnementaux Ces constations émanent d’études récentes confirmant que les germes environnementaux tels que Streptococcus uberis ou Escherichia coli surviennent plus fréGraph.: Cycle des agents pathogènes environnementaux type d’épandage

sol

producteur de lait

météo

méthode de récolte

fourrages

fèces hygiène des fourrages

hygiène d’étable mamelle hygiène de traite / nettoyage des trayons lait 58

fromage

La propreté des brosses est aussi importante que l’état de ces dernières. Photo: agrarfoto.com

quemment dans les exploitations robotisées que dans celles recourant à un système de traite conventionnel. Les infections de la mamelle avec des germes environnementaux se font souvent via les aires de promenade et de repos. Les agents pathogènes associés à la mamelle (germes vivant dans la mamelle) sont par contre souvent véhiculés via les manchons de traite ou les trayeurs. Afin d’interrompre le cycle de germes pathogènes (graphique 1), diverses mesures d’hygiène doivent être respectées. Fondamentalement, le succès dépend de la façon dont les quatre paramètres de nettoyage sont appliqués. Le tableau mentionne des recommandations de nettoyage concrètes. Attention: l’eau utilisée pour les nettoyages doit être potable.

1. Pré-traite et nettoyage L’hygiène de traite et des trayons et, partant

la désinfection des brosses de nettoyage ou des gobelets de nettoyage des trayons revêt une importance centrale. Les brosses usées doivent être changées immédiatement. La désinfection des brosses de nettoyage respectivement des gobelets de nettoyage s’effectue à l’aide d’acide péracétique (p. ex. Halades 01, mentionné sur la liste du FiBL). La concentration d’utilisation s’élève à 0.5 – 1% (soit 250 – 500 ppm). Cet agent de désinfection à action rapide atteint son degré d’efficacité totale contre tous les microorganismes, sporulés inclus, à basse température, pour autant que le dosage prescrit soit respecté.

2. Désinfection intermédiaire Avec un AMS, 50 à 70 vaches sont généralement traites entre chaque lavage principal. Il s’ensuit un plus grand danger de transmission d’agents patho10 2013 · REVUE UFA


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE Tableau: Plan de nettoyage Machine / Objet

Intervalle

Prod. nettoyage

Utilisation

Halades 01

Concentration en % 0.5 – 1.0

Tempé- Temps rature en en °C minutes froid

Halades 01

0.5

froid

Halapur M

0.5

75

10

75

10

froid

30

froid

20

Halacid flüssig TS 0.5 – 0.7

55 – 70

8 – 10

Halapur M

0.5

55 – 70

8 – 10

Halacid P Haladerm

1.0 pur

En cas de besoin Avant la traite 3 x jour Après la traite

gènes de la mammite, raison pour laquelle une désinfection intermédiaire après chaque traite est primordiale. Le service technique de Halag conseille de procéder à cette désinfection à l’aide d’acide péracétique (p. ex. Halades 01). Ici aussi, il est primordial de respecter la concentration d’utilisation de 0.5 %. L’acide péracétique présente un large spectre d’efficacité et se dégrade entièrement sous forme d’eau, d’oxygène et de traces de vinaigre. L’agent de désin-

Désinfection des brosses de nettoyage des trayons Désinfection intermédiaire des manchons de traite Système de traite

Soins aux trayons après la traite Nettoyage extérieur de l’AMS, de la chambre à lait, etc. Nettoyage du tank refroidisseur à la ferme: Var. A Nettoyage du tank refroidisseur à la ferme: Var B Nettoyage des mains

Halacid P 0.5 䡵 Produit de trempage Agraro Stalltop 645 5.0 ou Aktiv Schaum 580 3.0 – 5.0

Une fois vidé Une fois vidé 1 x semaine. Plusieurs fois

toyages par jour, répartis de manière régulière.

4. Soins aux trayons après la traite Une traite fréquente n’a pas

fection est giclé automatiquement dans les manchons de traite. D’ici à la traite du prochain animal, cette substance active s’est évaporée. Il est possible de continuer à traire sans procéder à un rinçage. Les produits à base d’acide péracétique tels Halades 01 peuvent également être utilisés pour la désinfection à la vapeur. Les concentrations utilisées sont alors plus faibles, sachant que la vapeur renforce l’effet de l’acide péracétique. En plus de cela, les émissions sont maintenues à un faible niveau.

nécessairement un impact positif sur la santé de la mamelle, la traite élargissant le canal du trayon, suite à quoi les germes peuvent pénétrer plus facilement dans la mamelle. Plus le nombre de traites au sein du robot est élevé et plus cette phase critique se répète souvent. Après chaque traite, les trayons devraient être traités avec un produit de désinfection soignant et graissant tels «Agraro». La vaporisation ou le trempage recouvre les trayons d’une fine pellicule, ce qui fait que le canal du trayon est tout de suite fermé durant cette phase critique. Le respect des règles d’hygiène de traite et la désinfection ciblée des trayons par vaporisation permet de réduire de moitié le taux de nouvelles infections.

3. Entretien des trayons après la traite Pour que le lait soit aussi pau-

Etable, animal et personnel Le

vre que possible en germes et pour éviter au maximum la propagation d’agents pathogènes au sein du troupeau, un AMS doit être nettoyé plusieurs fois par jour. Halag Chemie SA conseille de procéder à trois net-

nettoyage extérieur de l’AMS et de son environnement doit également être intégré au nettoyage quotidien. Une bonne hygiène d’étable est une condition indispensable à une qualité du lait élevée. Dans une stabulation libre for-

REVUE UFA · 10 2013

Remarques

tement souillée par les déjections, les animaux transportent les bouses dans les logettes. Dans le cas de la circulation forcée, les vaches se couchent très fréquemment dans les logettes. Après la traite, le canal du trayon ne se ferme que lentement. En raison du contact entre les trayons et la litière, le danger d’infection augmente. Les logettes doivent alors être plus fréquemment nettoyées pour éviter une transmission d’agents pathogènes au sein du troupeau. La propreté des animaux est une autre condition indispensable pour une production laitière hygiénique et irréprochable. La tonte régulière des poils de la mamelle réduit le travail de nettoyage. L’hygiène du personnel d’étable joue un rôle non négligeable sur la qualité du lait. Dans la zone de traite, il est important d’avoir des mains, des habits de travail et des bottes qui soient propres.

Conclusion La traite automatique impose des exigences particulièrement élevées envers l’étable et l’hygiène de traite. Seule l’application des mesures d’hygiène précitées contribue à influencer positivement la santé de la mamelle. Dans ce domaine, l’œil expérimenté d’un conseiller en matière d’hygiène ou de traite peut s’avérer utile. 䡵

En alternance; température finale au moins 50 °C Vaporisation ou trempage

Acide, éloigne les résidus calcaires Rincer immédiatement (idéal. à l’eau chaude) Rincer immédiatement (idéal. à l’eau chaude) Réduit la présence des germes

Auteur Erich Thoma, chef du service Conseil, Halag Chemie SA, 8355 Aadorf, www.halagchemie.ch Questions? Contactez Halag Chemie via info@halagchemie.ch, 寿 058 433 68 68

www.ufarevue.ch

10 · 13

59


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE

La qualité du lait s’est améliorée LES TRANSFORMATEURS sont plutôt méfiants vis-à-vis des robots, surtout les fromageries fabriquant du fromage au lait cru. Une étude effectuée par Agroscope démontre qu’il existe, en ce qui concerne la qualité du lait, des écarts importants entre les exploitations qui travaillent avec des systèmes de traite automatiques. La qualité passe par le respect d’un certains nombre de points.

Ernst Jakob

La fabrication de fromage au lait cru impose des exigences élevées en matière de qualité du lait. Une étude effectuée en 2006 en Suisse romande a démontré que les exploitations qui trayaient avec un robot de traite ne satisfaisaient pas assez souvent aux exigences imposées pour le lait de fromagerie. Les défauts constatés concernaient la qualité du lait et la lipolyse. Les résultats des exploitations utilisant une traite directe n’étaient eux aussi souvent pas satisfaisants. Les exploitations équipées d’une salle de traite se sont en revanche distinguées

par une qualité du lait constante et de bon niveau ainsi que par de faibles écarts entre les exploitations. Sur la base des résultats obtenus en 2006, l’Interprofession du Gruyère (IPG) a décidé d’édicter un moratoire pour l’installation de nouveaux robots de traite dans son rayon de production.

Nouvelle étude Le moratoire imposé aux robots de traite arrivant bientôt à échéance, l’IPG a décidé de mandater une nouvelle étude sur les robots en 2011. Cette dernière devait déterminer si la qualité du lait des exploitations

Tableau: Qualité du lait des robots de traite et des salles de traite Influence Paramètre de contrôle saisonière Point de congélation (°C) n.s. Taux cellulaire (cellules/ml) *** Teneurs en germes (Bactoscan) (kbE/ml) *** Spores butyriques (spores/l) * Réductase préincubée (minutes) n.s. Degré d’acidité 11 h/38°C (°SH) n.s. Acides gras libres 24h (µmol/kg) *** 1

Influence producteur *** *** *** *** *** *** ***

Influence système de traite * ** *** n.s. *** *** ***

Moyenne Moyenne salle de traite¹ robot de traite¹ – 0.524 – 0.522 138 000² 167 000² 5 980² 6 840² 105² 101² 47.3 38.0 11.4 14.5 61 107

Moyennes calculées selon la méthode des moindres carrés; 2 valeurs moyennes géométriques

n.s = les moyennes ne se différencient pas de manières significative (P > 0.05) ; * = pas d’influence; ** = influence moyenne; *** = grande influence

Graphique: Acides gras libres dans les échantillons de traite (stockage durant 24h) Exploitations avec robot Expl. avec salle de traite

100

0

Numéro d’exploitation

100

0

101 102 11 21 22 31 32 41 42 51 52 61 62 71 81 82 91 92

µmol/ml

200

101 102 11 21 22 31 32 41 42 51 52 61 62 71 81 82 91 92

µmol/ml

200

Numéro d’exploitation

Les encadrés indiquent le secteur au sein duquel 50% des mesures d’une exploitation devraient se situer. La zone colorée indique le niveau à respecter (<105 µmol/kg).

60

équipées de robots de traite s’était améliorée par rapport à 2006. Tous les producteurs de lait de Gruyère AOP équipés d’un robot de traite ont été intégrés à l’essai, de même qu’un producteur produisant pour de l’Emmental. Au total, dix exploitations robotisées réparties dans dix sociétés de fromagerie différentes ont été prises en considération. Dans huit de ces sociétés, on a pris comme base de comparaison du lait provenant d’une salle de traite (groupe témoin). Le groupe d’exploitations équipées d’un robot de traite utilisait deux marques de robot alors que le groupe avec salles de traite était équipé de cinq différentes marques. En été, en automne et en hiver, un échantillon de lait provenant de la traite du matin et du soir a été prélevé tous les mois dans chaque exploitation et analysé.

Les robots de traite s’améliorent Par rapport à l’essai réalisé en 2006, la nouvelle étude a conclu à un écart nettement inférieur entre les robots de traite et les salles de traite en ce qui concerne la teneur en germes et la lipolyse du lait. En revanche, comme le démontre le tableau, il existe pour tous les critères de qualité du lait à l’exception des spores butyriques, des différences statistiquement significatives entre les deux systèmes de traite. Or ces résultats sont en défaveur du robot de traite. En ce qui concerne le point de congélation, la différence, bien que significative, n’a pas une grande incidence pratique. Le tableau démontre également que l’influence du producteur a globalement beaucoup plus d’importance que celle du système de traite. Toutefois, dans 10 2013 · REVUE UFA


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE possible de produire du lait de fromagerie d’excellente qualité avec un robot de traite. La constatation selon laquelle les résultats des exploitations équipées de robots de traite varient plus fortement qu’au sein du groupe «salle de traite» démontre que les robots de traite ne sont parfois pas utilisés dans des conditions idéales et/ou qu’ils ne bénéficient pas d’un suivi suffisant. En ce qui concerne la qualité du lait, divers points doivent être respectés.

Intervalles d’au moins huit entre les traites On sait depuis long-

Bon nombre d’exploitations démontrent que les robots permettent également de disposer d’une bonne qualité du lait. Photo: agrarfoto.com

sept des dix exploitations robotisées prises en considération, la moitié des livraisons de lait analysées a dû faire l’objet d’une contestation en raison de teneurs trop élevées en acides gras libres ou d’un degré d’acidité trop élevé du lait. Seule une des huit exploitations équipées d’une salle de traite affichait un niveau de contestations aussi élevé. Le degré d’acidité permet de mesurer l’activité des germes générateurs d’acidité dans le lait cru. La lipolyse est un indicateur du fractionnement indésirable de la matière grasse du lait. Le graphique indique les grandes différences existant entre les exploitations à l’exemple des teneurs en acides gras libres. Les exploitations équipées de salles de traite ne se distinguent pas seulement par des valeurs plus basses concernant les acides gras libres mais également par des valeurs fluctuant nettement moins entre les exploitations. Trois exploitations équipées de robots de traite réalisent cependant de bons résultats et confirment ainsi qu’il est également REVUE UFA · 10 2013

«En raison d’une éventuelle altération défavorable, le lait issu de vaches traites moins de deux fois par jour ou produisant moins de 2 l de lait par jour ne peut pas être affecté à la consommation humaine» OHyPL, art. 10

temps déjà que la teneur du lait en acides gras libres est étroitement liée aux intervalles de traite. Lors de l’étude réalisée en 2006, ce point n’avait pas été suffisamment pris en compte, raison pour laquelle le lait des exploitations robotisées se distinguait par une lipolyse trois fois plus élevée que celle des exploitations de référence. Depuis qu’une exploitation équipée d’un robot de traite a été rendue responsable d’un cas de rancissement du fromage survenu au sein d’une société de fromagerie, les exploitations robotisées produisant du lait pour le Gruyère AOC sont tenues de respecter un intervalle de traite minimal de huit heures et ce depuis 2008. Des chercheurs hollandais ont même démontré que la lipolyse du lait pouvait encore être abaissée de 40% environ en faisant passer les intervalles de traite de huit à douze heures. Suite à la diffusion accrue des robots de traite, la lipolyse pourrait également devenir une source de préoccupation pour les usines de transformation de lait. La lipolyse réduit en effet la stabilité de la crème fouettée et de la mousse du lait. Elle peut également nuire à la qualité sensorielle du lait de consommation, de la graisse et du beurre.

ainsi que les intervalles de traite individuels et les quantités de lait journalières. En raison d’une possible altération de sa qualité, le lait de vaches traites moins de deux fois par jour ou produisant moins de 2 l par jour ne peut pas être livré (OHyPL, art. 10).

Hygiène Des résultats optimaux en matière de qualité du lait ne supposent pas uniquement une bonne hygiène de traite et des animaux (voir article «Nettoyage fréquent et dosage précis»), mais également du concept d’étable choisi (voir article «Les erreurs les plus fréquentes»). Les points faibles récurrents portent surtout sur les sols qui se trouvent à proximité immédiate du robot (mauvaise évacuation de l’eau, sensibilité aux salissures dues aux déjections), sur le niveau de puissance insuffisant de l’ancien boiler à eau chaude, etc. Il est également primordial de respecter les intervalles de service et les travaux d’entretien recommandés par le fabricant du système de traite.

Conclusion Aujourd’hui, les robots de traite se sont tellement fiabilisés d’un point de vue technique que la qualité du lait issu d’une installation robotisée est quasi-équivalente à celle d’une salle de traite. Cette affirmation ne vaut que si les robots de traite sont exploités dans des conditions irréprochables et qu’ils sont surveillés et entretenus avec soin. Comme ce n’est pas toujours le cas, les transformateurs de lait seraient bien inspirés de procéder à un contrôle régulier de la qualité. En plus des teneurs en graisse, en protéines et des taux cellulaire, Suisselab et le laboratoire de l’Institut agricole de Grangeneuve (FR) disposent d’appareils leur permettant de mesurer la teneur en acides gras volatils, le tout pour un coût avantageux. 䡵

Traire au moins deux fois par jour Les robots de traite fournissent une foule d’informations. Ces dernières ne sont toutefois d’aucune utilité si elles ne font pas l’objet d’une analyse régulière. Cela concerne tant les annonces de défauts que les avertissements d’entretien, les informations concernant la santé du bétail (p.ex. la conductivité ou le taux cellulaire du lait, la température)

Auteur Ernst Jakob, Agroscope Liebefeld-Posieux (ALP), 3003 Berne, www.agrocope.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13

61


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE

S’assurer à l’avance de la qualité du service A L’ACHAT d’un système de traite automatique, l’acquéreur a la possibilité de conclure plusieurs types de contrats de service. Il vaut la peine d’étudier précisément et à l’avance quels sont les problèmes auxquels il pourrait être confronté.

«La plupart des producteurs ayant opté pour un robot sont satisfaits de leur décision», constate Lukas Rediger, conseiller et enseignant au Strickhof Lindau. Lukas Rediger peut «sentir le pouls» des producteurs équipés d’une traite robotisée lors des cours qu’il organise dans le cadre des cercles de travail auxquels participent onze exploitations robotisées.

Demander conseil? La majorité

Pour qu’un robot de traite fonctionne longtemps et sans problème, deux éléments sont essentiels: il faut un bon gestionnaire de troupeau et un technicien compétent.

des producteurs équipés d’un robot de traite sont satisfaits des prestations et du conseil offerts par les installateurs de traites automatiques, tant pour ce qui est des aspects liés à la construction qu’à la vente. En revanche, en ce qui concerne les services ultérieurs, bon nombre de producteurs sont d’avis que la situation pourrait être améliorée, tant pour le suivi que le conseil. En Allemagne, il est même arrivé que certaines exploitations mécontentes de leurs robots de traite réinstallent une salle de traite. Les fabricants expliquent quant à eux qu’ils offrent des prestations dans le domaine du conseil mais que les exploitations ne sont pas toujours demandeuses, surtout lorsqu’il s’agit d’un service payant.

Problèmes Lukas Rediger estime par ailleurs que • certaines entreprises ne sont pas documentées de manière optimale (modes d’emploi incompréhensibles, etc.) • il faut parfois beaucoup de temps jusqu’à ce qu’un défaut puisse être réparé; cela implique parfois de devoir faire des compromis au niveau de l’utilisation de la machine. 62

• les frais d’exploitation englobant l’entretien et les réparations peuvent être plus élevés que pour une salle de traite.

Explications lors de la conclusion du contrat Il est difficile de comparer les prestations et les coûts des

Les robots fonctionnent toujours mieux Dans la pratique, les coûts d’entretien et de réparation liés aux systèmes de traite automatiques varient fortement entre les exploitations comme l’a démontré un travail de diplôme réalisé à la Haute école de Weihenstephan en Allemagne. En moyenne, les coûts d’entretien se sont élevés à environ 4 % du prix d’acquisition et avoisinent ainsi ceux des systèmes de traite conventionnels. En Suisse, on manque malheureusement de chiffres à ce sujet. Si la marque de robot ne semble pas jouer un rôle majeur, dans les études susmentionnées, les facteurs suivants ont en revanche eu un impact décisif sur le montant des frais de services annuels: • Année de construction • Durée d’utilisation • Conditions d’utilisation • Intervalles d’entretien Sur les robots d’occasion, les frais de services sont proportionnellement moins élevés. On notera toutefois que ces robots d’occasion impliquent des coûts importants lors d’une révision générale. L’étude évoquée plus haut permet de tirer un enseignement supplémentaire: sur certaines marques de robots, les pièces d’usure ne sont pas faites pour fonctionner dans le cadre d’une utilisation 24h sur 24. Les nouveaux modèles de robot sont toujours plus fiables et impliquent des coûts plus faibles.

différents prestataires en ce qui concerne les services, l’offre en la matière variant selon les fabricants. Souvent les agents proposent jusqu’à trois contrats de service différents. Les frais annuels de réparation et d’entretien peuvent ainsi varier entre CHF 4000 et 10 000. Lors des réparations, les logiciels sont souvent actualisés. Il s’agit d’un investissement qui ne devrait pas être comptabilisé en tant que frais de réparation. L’encadré explique comment influencer positivement la qualité du service.

Tâches du chef d’exploitation Le détenteur du robot a lui aussi des obligations, dont le nombre dépend du contrat de service conclu. Les tâches lui incombant sont les suivantes: • Avant l’entrée en fonction du robot, s’assurer que ce dernier ne peut pas être soumis à une surtension (orage, protection contre les courants électriques). • L’emplacement du robot dans l’étable et la gestion de ce dernier doivent être conformes aux recommandations de l’installateur. • Vérification optique des différentes fonctions. • Nettoyage des abords du robot, du box de traite, du bac de distribution d’aliment, de la caméra, des senseurs externes et des agrégats de traite. • Contrôle du niveau d’huile de la pompe à vide. • Changement des manchons de traites, des filtres et des tuyaux. • Contrôle et enregistrement des données. • Annoncer les problèmes assez tôt et demander conseil. 10 2013 · REVUE UFA


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE • Le robot ne devrait pas être surchargé par un nombre de vaches trop important, de manière à disposer d’une certaine réserve de capacité pour des travaux d’entretien. • Vérifier que les contrats de service soient respectés. Être présent lors des services. • S’assurer de manière adéquate contre d’éventuels dégâts.

Privilégier la sécurité Seul un robot fonctionnant de manière irréprochable permet d’économiser du temps par rapport à une salle de traite. Pour une bonne santé de la mamelle et des performances laitières élevées, il est indispensable que le robot soit réglé de manière optimale. C’est la raison pour laquelle les spécialistes conseillent de conclure un contrat de service approfondi avec l’installateur de robot, surtout au cours des premières années suivant l’acquisition du robot. Procéder de la sorte est d’autant plus judicieux que ces contrats approfondis incluent des

tests de fonctionnement réguliers et un échéancier précis pour le remplacement préventif des pièces d’usure.

De la navigation à vue à la navigation aux instruments Même lorsqu’il dispose d’un contrat de service approfondi, le détenteur de robot a intérêt à comprendre dans les grandes lignes le fonctionnement de son installation. Le chef d’une exploitation robotisée doit surtout maîtriser le système de gestion de troupeau. «Le passage à la traite automatisée est comparable au passage de la navigation à vue à la navigation aux instruments. Or aucun pilote ne conduit son avion sans disposer d’une formation approfondie», explique Lukas Rediger. Dans le cas de la traite automatique, une formation insuffisante est une des raisons expliquant l’apparition de problèmes de santé de la mamelle sur certaines exploitations. Selon Lukas Rediger, les installateurs de robots de traite doivent encore consentir des efforts en la matière.

Le fait de consigner par écrit les réparations effectuées et les résultats des contrôles constitue une sécurité.

Conseil: contrôler le service • Discuter avec plusieurs clients susceptibles de donner des renseignements sincères par rapport à la qualité du service et de l’entretien octroyé par l’installateur de systèmes de traite automatiques. • Un suivi intensif doit surtout être assuré avant l’investissement et au cours de la première année d’utilisation. • Il est généralement possible de conclure des contrats de maintenance tenant compte des intérêts et des capacités du producteur de lait. • Comment sont formés les techniciens qui assurent le service? Idéalement ces derniers suivent des formations continues incluant les dernières évolutions technologiques. • Le technicien et l’agriculteur ont-ils télé-accès par Internet au robot? Service d’entretien • Quelles sont les prestations réellement incluses dans le contrat d’entretien? Uniquement les pièces d’usure ou également le graissage et le contrôle de l’installation? • A quels intervalles sont effectués les services d’entretien? • Combien coûte un service et comment s’effectue la facturation? Selon la production laitière, le temps de travail effectif, etc? • Pendant combien de temps le service est-il assuré? Pour une durée limitée ou illimitée? • Les articles de consommation sont-ils également inclus dans les frais d’entretien prévus contractuellement? • Les points effectués et vérifiés de manière périodique sont-ils consignés par écrit au sein d’une check-list? • Quelles tâches sont du ressort du producteur de lait dans le cadre de l’utilisation de l’installation? Service de réparation • Existe-t-il un service d’appel d’urgence pour les pannes? • Quelle est la durée de la garantie? • A combien s’élèvent les frais de réparation?

Formation sur Internet En règle générale, les frais de formation de base découlant de l’installation d’un robot de traite sont compris dans les coûts globaux du projet. En plus de cela, certaines entreprises proposent des instruments de formation et de formation continue basés sur Internet. Les collègues agriculteurs équipés de robots de traite sont une bonne source d’information. Tous les producteurs ayant l’intention de passer à la traite robotisée ne disposent en effet pas du même niveau d’information quant aux changements que cela implique. 䡵 REVUE UFA · 10 2013

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA 3360 Herzogenbuchsee

www.ufarevue.ch

10 · 13

63


TRAITE AUTOMATIQUE BRÈVES

Herd Navigator pour la première fois en Suisse Une des préoccupations centrales des producteurs utilisant un système de traite automatique réside dans l’indentification de toutes les vaches qui requièrent une attention particulière. Le système d’analyse et de gestion de troupeau «Herd NavigatorTM» le permet et explique quelles mesures doivent être prises. Des personnes externes (p.ex. vétérinaire) peuvent télécharger des données à partir de Herdenmanager, pour autant qu’ils disposent d’une autorisation d’accès en ce sens.

Les premiers «Herd NavigatorTM» sont entrés en fonction en Suisse en 2013. Une des incitations les plus importantes réside dans la surveillance des chaleurs. «Au début, nous avons procédé à des examens supplémentaires de gestation par le vétérinaire», raconte Thomas Meier, producteur de lait à Habendorn (ZG). «Vu que les résultats concordaient avec le Herd Navigator, nous y renonçons aujourd’hui. Dans le Herd Navigator, le succès de gestation est analysé au moyen des valeurs de la progestérone. Les indications concernant la santé de la mamelle s’avèrent également fiables, selon Thomas Meier: «Si nous constatons une numération cellulaire élevée, nous pouvons parfois prendre des mesures évitant une mammite aiguë».

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 64

Lely révèle la «Yellow Revolution» Lely a présenté sa dernière «Yellow Revolution» à Amsterdam. Il s’agit d’un outil de gestion pour smartphones, intitulé «T4C inHerd», utilisable avec les robots de traite Lely «Astronaut». «T4C inHerd» comprend 8 fonctions: • FarmBeats: Affiche les performances du troupeau et des robots et les compare à la moyenne de la semaine précédente. • Today: Affiche les tâches à effectuer, soit planifiées ou découlant des mesures des équipements Lely connectés au système T4C. • Cow: Fournit des données sur la reproduction, sur la consommation alimentaire et la production de lait de chaque vache.

Affiche les • SystemToday: contrôles et tâches de maintenance du robot nécessaires, planifiées ou mesurées par les capteurs. • Signals: Alerte en cas d’absence de temps de traite sur un quartier pour dix vaches ou si le temps mort de traite excède les paramètres configurés sous T4C. • HowTo: Ce didacticiel explique étape par étape la marche à suivre pour réaliser une action.

• FarmNotes: Optimise les communications entre les utilisateurs d'InHerd sur une exploitation. • FarmSetup: Fonction pour créer et modifier des comptes utilisateurs InHerd d’une exploitation. • Version Test (Mode démo): Les outils «Lely T4C InHerd» sont disponibles sous Google Play et Apple App Store.

Capacités utilisées à moitié

Les robots de traite progressent

Carrousel de traite automatique dès 2014

Aujourd’hui, plus de 16 000 exploitations utilisent un système de traite automatique (AMS). Cette technologie a commencé à vraiment se diffuser aux alentours des années 2000, alors que le nombre des exploitations AMS ne dépassait pas 1000 unités. En Suisse, plus de 300 robots de traites sont actuellement en activité.

DeLaval commercialisera son carrousel de traite entièrement automatisé appelé «AMRTM» dans le courant de l’été 2014. Ce carrousel a entre autres été présenté lors de l’EuroTier et peut être installé dans des installations existantes. Dans ce carrousel de 24 places, cinq bras robotisés se partagent le travail: deux arbres préparent la mamelle (prétraite incluse) alors que deux bras se chargent de fixer les gobelets de traite. Une fois que le décrochage des gobelets est intervenu, un autre robot gicle les trayons avec un produit soignant et un désinfectant. Selon le fabricant, DeLaval, un carrousel ainsi équipé permet d’effectuer 1600 traites en 18 heures. La traite s’effectue individuellement et séparément par quartier. En Allemagne, en Scandinavie et en Australie, plusieurs « AMRTM » tournent déjà.

Les logiciels pour robot de traite délivrent des informations qui ne se limitent pas seulement à la traite proprement dite (contrôle des chaleurs, etc.). Dans la pratique, ces fonctions ne sont toutefois utilisées qu’à hauteur de 50 % environ, comme l’a démontré une étude de la société allemande d’agriculture (DLG).

Deux gobelets à la fois Lors du Space (Rennes, France), BouMatic Robotics a présenté au grand public un prototype de double fixation des gobelets pour les robots MR-S1 et MR-D1. L’avantage de ce dispositif réside dans la capacité du bras à fixer deux gobelets de traite en même temps. Cette innovation équipera les modèles MR-S1 et MRD1 dans le courant de l’été 2014. Tous les modèles MR-S1 et MR-D1 pourront par ailleurs être équipé de ce dispositif a posteriori.

Combinaison avec un système d’affouragement automatique? Un système d’affouragement automatique permet d’accroître la consommation des vaches laitières. Il permet de pallier un rapport de places logettes-places à la crèche défavorable, comme l’a confirmé une étude de la Bayerische Landesanstalt et de la Technische Uni de Munich. De bonnes expériences ont été réalisées avec la distribution de fourrage six fois par jour. En termes de rentabilité, un système d’affouragement automatique s’avère plus avantageux qu’une mélangeuse dès lors que l’effectif moyen du troupeau dépasse 100 vaches.

10 2013 · REVUE UFA


Le leader du marché: Plus de 17 000 systèmes de traite dans le monde Plus de 170 exploitations en Suisse

LE PLUS RESPECTUEUX - NOUVEAU BOX avec I-FLOW ➔ entrée en droite ligne, sortie en droite ligne DES ANIMAUX: - très grande liberté de mouvement pour la vache dans le box de traite (dans le sens de la longueur également) - Circulation libre pour une production très élevée à partir du fourrage de base LE PLUS FIABLE:

- a fait ses preuves à des milliers de reprises et seul dispositif à avoir été testé par la DLG - Sécurité d’accrochage supérieure à 99% - Modules principaux au bénéfice d’une garantie de 5 ans

LE PLUS RAPIDE:

- nettoie les trayons et accroche les gobelets de traite en moins de 60 secondes - nettoyage après séparation nécessitant moins de 2 minutes - Tuyaux de traite parfaitement protégés des coups de pied

LE PLUS ECONOMIQUE: - Economie d’électricité et d’eau d’au moins Fr. 30.– par vache et par année par rapport à tous les produits de la concurrence (profi 03/2010) - Frais de service en fonction de la quantité de lait traite et, en option, avec assurance casco totale < 10 000.– Fr/an (tous frais inclus) - Capacité garantie de 2000 kg par jour, En Suisse 5 exploitations produisant >800 000 kg par an LE PLUS RENTABLE:

Solothurnerstr. 22, 4614 Hägendorf SO Tel. 0848 11 33 77, Fax. 0848 11 33 99 Email: suisse@sui.lelycenter.com

Suite de la page 44

TECHNIQUE AGRICOLE recherche Klauenstand; Traktor bis Fr. 5000; Glocken und Treicheln; Amboss; Silokarren; Elektro-Silogabel Wigger, für Entnahme im Hochsilo 寿 079 575 25 52 Glocken und Treicheln; Klauenstand; Amboss bis 300 kg; Traktor bis Fr. 5000, ab 60 PS 寿 079 575 25 52

REVUE UFA · 10 2013

Le leader du marché dans le domaine des systèmes de traite automatisés, des poussoirs à fourrages et des nettoyeurs de caillebotis. Au niveau mondial, 6 producteurs de lait sur 10 achètent LELY.

Haruwy-Grupper 寿 079 765 20 26

Ostschweiz 寿 079 245 25 02

Transporter; kleineren Traktor; Rapid Motormäher, 寿 062 299 04 36

Doppelräder für Reform Metrac 3003 S., wenn möglich Doppelräder mit Flansch auf Bereifung 29x13.50-15 寿 079 245 25 02

Frontgewichte für Hürlimann + Bührer 寿 062 299 14 30 Kleinballenförderband, leichte Ausführung 寿 078 910 87 39 Gummiförderband 寿 078 910 87 39 Kälberiglus; Hütten, Raum Bern 寿 078 832 95 30 Mofa, Sachs oder PuchSport, für Lehrling, Raum

- la plus longue durée d’amortissement (15–20 ans) - Frais d’exploitation faibles (électricité, eau, produits de nettoyage) - Technologie moderne avec mesure en ligne et par quartier des cellules (4/4) ainsi qu’estimation des taux protéiques et de la matière grasse

Haruwy Stützräder 2 Stk. 寿 077 492 51 10 Busatis Mähwerk, Anbau hinten 寿 077 492 51 10

Glocken und Treicheln; Amboss; Käsekessi; Klauenstand, auch renovationsbedürftiger 寿 079 575 25 52

Bourse aux bonnes affaires

Scheibenschaarsähmaschine, 寿 041 921 16 35

Getreidesämaschine Nodet mit Scheibenschar, 3 m, 寿 079 514 23 41

Meissähmaschine Nodett Haruwy, pneumatisch 寿 077 472 26 18

Kreiselegge Remac, kann auch defekt sein, zum ausschlachten oder in Einzelteilen, 寿 077 423 03 28

Scheibenschar Sämaschine, 3 m, Nodet, für mich privat. 寿 079 514 23 41 oder 寿 052 376 44 04

Seilwinde für Traktor 寿 044 935 19 70

Ford 2000, 3000, 4000, 7600, 寿 079 717 62 19

un disque soc semoir Nodet 3m privé pour moi 寿 052 376 44 04 ou 寿 079 514 23 41

Sternhackgerät Haruwy 寿 079 765 20 26

Welger Frontmähwerk zu Reform 3003, 1.90 cm Breit . 寿 079 245 25 02

Rübenscharhackgerät Haruwy; Dammformer 寿 079 810 43 53

Feldspritze Fischer Agristar mit 600 oder 800 l Inhalt 寿 079 243 75 25

Carraro 8008 oder einen 8400 mit Kabine, Fronthydraulik und Doppelrad 寿 079 245 25 02

Kindersitz für Bührer Traktor 寿 041 787 21 89 Schneepflug zu Motormäher oder Traktor 寿 044 935 19 70

Suite à la page 87 65


TRAITE AUTOMATIQUE PRODUCTION ANIMALE

Quelle est la vache de robot idéale? LES PROGRAMMES D’ÉLEVAGE SUISSE adaptent leurs buts d’élevage aux robots de traite. Outre la longueur et la forme des trayons, des facteurs tels que la vitesse e traite, la performance laitière et les aplombs déterminent dans quelle mesure une exploitation peut bénéficier des points positifs des systèmes de traite automatiques.

«D’une manière générale, on peut dire que toutes les races peuvent être traites par un système de traite automatisé», estime Andreas Bigler de Swissherdbook. Il existe toutefois des différences à ce niveau. C’est la raison pour laquelle une organisation d’élevage allemande a lancé un index robot pour les taureaux.

Idéalement les caractéristiques sui-

Les trayons permettant un accrochage automatique des gobelets trayeurs sont le critère le plus important.

vantes sont souhaitées: • les trayons ne devraient pas être trop rapprochés ni trop courts, pour que l’accrochage des manchons et la finition de la traite se déroulent sans problème à l’aide du bras du robot. • Pour la même raison la tétine des vaches plus âgées ne doit pas tomber

trop bas, ce qui suppose la présence d’un solide ligament central. Il est primordial de disposer de mamelles saines pour que le robot permette de réduire le temps de travail de manière significative et d’augmenter la flexibilité. Une vitesse de traite élevée augmente la performance de traite du robot (kg/jour). Une fréquence de traite a surtout un impact favorable sur la production journalière des vaches haute productivité. De bons aplombs, des onglons robustes et un caractère dynamique

Tableau: Héritabilité (%) Emplacement des trayons arrières Ligament central de la mamelle Profondeur de la mamelle Vitesse de traite Numération cellulaire Production laitière Aplombs Caractère éveillé

35 25 45 20 15 30 20 10

contribuent à une meilleure fréquentation du robot. • Un troupeau aux performances homogènes facilite la gestion.

La sélection consistant à privilégier un ligament central de la mamelle solide présente le désavantage d’induire parfois des trayons trop rapprochés ou qui se croisent, ce qui peut causer des problèmes d’accrochage des gobelets de traite en ce qui concerne le robot. Actuellement, pour ce qui est de la longueur et la position des trayons, tous les programmes de sélection, tous les programmes d’élevage sont axés sur les robots. Depuis trois ans, la position des trayons arrières est un nouveau critère de sélection. En ce qui concerne la longueur des trayons, la description linéaire et la classification (DLC) sanctionnent plus fortement les trayons trop courts. 䡵

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee

www.ufarevue.ch

66

10 · 13

10 2013 · REVUE UFA


Voyage en Hollande Dates de voyage Période

5 – 7 novembre 2013

Coûts

Fr. 890.– (vol avec SWISS, hôtel et hébergement)

Inscription

au plus tard le 18 octobre 2013 par telephon, Fax ou E-mail.

Merci de bien vouloir conserver avec vous votre passeport ou votre carte d’identité afin que nous puissions obtenir les indications nécessaires à la réservation des billets d’avion.

LELY CENTER Dairy Solution Sàrl Téléphone/fax 0848 11 33 77 / 99 suisse@sui.lelycenter.com

5 – 7 novembre 2013

LELY ASTRONAUT A4® – LELY VECTOR® LELY met tout en œuvre pour rester le leader de la traite et de l’affouragement automatiques et y parvient avec un réel succès. La dernière «Yellow Revolution» en date nous l’a encore prouvé. Une fois de plus, LELY a identifié les nouvelles tendances sociales et technologiques et les a intelligemment intégrées dans son portefeuille de produits. En 1992, les premiers robots ont été installés avec succès en Hollande. Aujourd’hui, 21 ans plus tard, LELY suscite toujours un énorme intérêt avec ses inventions révolutionnaires. En tant qu’inventeur et leader mondial du marché, LELY vous propose le savoir faire le plus vaste, le progrès technique le plus important et les machines les plus rentables qui soient. Au sein de la branche laitière, la Hollande est considérée comme la zone de production la plus efficace d’Europe. Les exploitations laitières y sont très rationalisées et modernes. Bien que la production laitière y soit pratiquée dans le cadre d’exploitations familiales, ces dernières produisent plus de 1.0 million de kg en employant très peu de personnel, ce qui fait d’elles les leaders de la productivité du travail dans le domaine de la production laitière. Dans le cadre de cette stratégie, la traite automatique constitue un facteur important, sachant que plus de 80 % des nouveaux investissements consentis dans la technique de traite concernent les systèmes de traite automatiques. Dans le cadre d’un voyage d’étude de trois jours qui se déroulera entre le 5 et le 7 novembre 2013, nous désirons offrir aux agriculteurs intéressés, à travers plusieurs visites d’exploitations laitières hollandaises modernes, un aperçu de ce mode de production avant-gardiste. A cette occasion, nous vous présenterons le nouveau LELY A4 équipé du «système I-Flow» ainsi le tout nouveau robot d’affouragement LELY Vector. L’intérêt pour les étables avec litière sous compost étant en constante augmentation, nous prévoyons également de visiter une telle étable équipée d’un robot de traite. En plus de cela, le voyage vous permettra de visiter l’usine de fabrication de robots de traite ainsi que l’usine de machines de fenaison auprès de Lely Industries NV sur le nouveau site de production de Maassluis.

Produits fourragers Produits séchés · Cubes de maïs plante entière · OBERKIRCH pellets de maïs PLUS · Cubes de maïs épis / CCM

22 au 24 novembre 2013 Exposition spéciale «La production de lait aujourd’hui» Pour la première fois en Suisse: robots trayeurs pour troupeaux de vaches

Exposition spéciale «Énergie» Exposition spéciale complète sur le thème «Énergie à la ferme»

180 exposants Présente une offre complète dans le domaine de l’élevage des animaux de rapport www.suissetier.ch

Infoline gratuite 0800 808 850

C’est ici que se rencontrent les éleveurs suisses! www.fourrages.ch

REVUE UFA · 10 2013

67


BRÈVES PRODUCTION ANIMALE

Régulation de la mobilisation des graisses Un bilan énergétique déficitaire après le vêlage retarde l’insémination fécondante, en particulier pour les vaches laitières à partir de la 3e lactation, comme le confirme une étude canadienne portant sur 2178 animaux issus de six exploitations. Un déficit énergétique s’accompagne fréquemment d’une cétose, débouchant sur des problèmes de fertilité et d’autres troubles. Il est possible d’améliorer le bilan énergétique en favorisant l’ingestion de nutriments. Pour ce faire, une ration équilibrée, un affouragement ad libitum, un rapport de place à la

Vaccination contre les mammites: connaître les agents pathogènes La lutte contre les agents pathogènes de mammites Staphylococcus aureus et Escherichia coli peut être soutenue par une vaccination à l’aide de «Startvac». Des études confirment qu’elle augmente les défenses immunitaires de la vache, avec une diminution des réinfections et des numérations cellulaires à la clef. Conditions à respecter pour une bonne efficacité de la vaccination: • Connaître l’agent pathogène dominant sur l’exploitation et adapter le vaccin en conséquence. • Plusieurs vaccinations nécessaires par lactation et par vache (env. 3).

• Recommencer les vaccinations à zéro à chaque lactation. • Traiter tout le troupeau. • La vaccination n’est pas efficace sur les animaux chroniquement atteint par Staphylococcus aureus. La vaccination est recommandée dans les troupeaux à problème (plus

Tableau: Exemple de calcul (pour 26 vaches) Nombre Vaccination avec Startvac, y c. vétérinaire (trois fois par animal et par an) 78 injections Travail suppl. (8 minutes/injection) 10 heures Réduction attendue des cas de mammites 30 % Différence de revenu par année pour le troupeau

68

Total

20 Fr. 28 Fr. 6792 Fr.

– 1560 Fr. – 280 Fr. + 2038 Fr. + 198 Fr.

Source: Strickhof, travail de semestre de Hanspeter Margreth

Prévenir le manque d’appétit

Un rinçage de la matrcie des vaches à l’aide d’une solution de bactéries lactiques accélère la régénération de l’utérus, comme le montre une étude canadienne. Les cas de métrites et de rétentions placentaires diminuent, alors que les aniamux viennent plus tôt en chaleurs.

Il arrive que des veaux nouveau-nés n’aient pas un instinct de succion très développé. Cela peut être dû notamment à la génétique, un vêlage difficile, du liquide dans les voies respiratoires, un refroidissement, une faiblesse du métabolisme, une infection ou une carence en vitamine E, fer, sélénium ou cuivre. Un approvisionnement optimal de la vache en minéraux, oligoéléments et vitamines ainsi qu’une aide professionnelle au vêlage ont une action préventive. Si le veau ne veut toujours pas boire, il est recommandé de l’instiller avec du colostrum au cours du premier jour de vie. Si l’instillation intervient plus tard, le veau encourt un risque d’acidification de la panse ou d’endommagement de la flore microbienne.

Mamelle et intensité

Toujours actuelles www.ufarevue.ch

Prix

Nouveau rinçage de matrice

Numération cellulaire inférieure chez les vaches hp crèche/logettes de 1:1 et l’utilisation d’un aliment riche en énergie comme UFA top-form (> 13 MJ NEL/kg) y contribuent. Un nouvel essai de l’université de Munich met en outre en exergue le potentiel de la graine de lin, contenue par exemple dans UFA 269 fertil plus. Les vaches ayant bénéficié de lin extrudé ont mobilisé moins de graisse corporelle en début de lactation, ce qui réduit le risque de cétose et de troubles subséquents. Par rapport au groupe témoin, le lin a aussi permis d’augmenter les teneurs en matière grasse et en protéine dans le lait. Par ailleurs, le lait tiré de l’aliment contenant du lin affichait des teneurs accrues en acides gras Oméga 3, bons pour la santé.

de 200 000 cellules/ml de lait, plus de 30 % de vaches positives au test de Schalm) et en cas de risque de contamination accru (alpage communataire). Le tableau ci-dessous indique les coûts liés à l’utilisation de «Startvac».

Une performance de lactation supérieure de 1000 kg signifie 7000 celluloes de moins par ml de lait: c’est la découverte surprenante de l’université de Berlin. Cette dernière exploite depuis 1995 une banque de données provenant d’env. 500 exploitations laitières du pays. La moyenne se situe à 252000 cellules par ml de lait. La mammites sont moins fréquentes dans les troupeaux hautes perfromances que dans les moins productifs. La taille du troupeau semble jouer un rôle: pour 100 vaches supplémentaires, on assiste à une réduction de 2000 cellules. Toutefois, les mammites surviennent plus fréquemment dans les grands troupeaux.

Les veaux d’élevage affouragés intensivement après le sevrage développent davantage de tissu mammaire et accroissent leur potentiel de production laitière. C’est à cette conclusion qu’arrive également l’université de l’Illinois au travers d’une recherche portant sur des veaux Holstein. Pour ce faire, l’intégralité de 13000 gènes a été prise sous la loupe.

Appétit malgré la pneumonie Pour les exploitations qui achètent des veaux pour la finition d’engraissement, les maladies des voies respoiratoires sont un problème bien connu. Le stress dû au changement d’étable accroît la sensibilité aux infections avec des germes inconnus jusqu’alors. Les maladies entraînent souvent une diminution de l’ingestion. Pourtant, il semblerait que ce ne soit pas le cas pour les maladies respiratoires, selon des études scientifiques, ce qui renforce l’importance d’une observation et d’une mesure de la fièvre régulières.

Couvrir les truies plus tard? Si une truie perd beaucoup de poids durant la lactation, il peut être judicieux de prolonger l’intervalle entre la mise bas et la saillie. Si l’animal a assez de temps pour se remettre, elle a davantage de chances de mettre au monde une portée équilibrée, comme le montre un dépouillement des données hollandais. Une grande perte de poids corporelle entraîne des porcelets hétérogènes. Une gestion ciblée de la condition corporelle est donc importante. 10 2013 · REVUE UFA


OFFRES SPECIALES ACTION

Aliments UFA vaches laitières Assortiment principal Rabais Fr. 4.– / 100 kg jusqu’au 12.10.2013 RABAIS PREMIUM

UFA 250 Speciflor Rabais Fr. 5.– / 100 kg jusqu’au 09.11.2013 ACTION

Composés minéraux MINEX / UFA • Gratuit: couteau de poche UFA, à l'achat de 150 kg • Gratuits: 1 couteau de poche UFA et 1 seau d'UFA start-fit, à l'achat de 600 kg jusqu’au 23.11.2013 ACTION

Aliments UFA moutons et chèvres Rabais Fr. 4.– / 100 kg jusqu’au 09.11.2013

PREMIUM Q UA L I T É U FA

REVUE UFA · 10 2013

UFA-AKTUELL UFA-ACTUEL

Valorisez votre fourrage grossier! Le printemps froid et pluvieux a passablement retardé la première fauche, dans de nombreuses régions. L'ensilage d'herbe et le foin sont moins digestibles et moins riches que ceux des années précédentes. Faites analyser vos fourrages et complétez-les de manière appropriée. Les vaches demandent une attention particulière pendant la

En forme pour le démarrage Administré immédiatement après le vêlage, dilué dans l'eau, UFA start-fit favorise un départ rapide et sûr de la lactation. Les atouts d'UFA start-fit: • augmente la consommation d'eau après le vêlage, ce qui prévient les déplacements de caillette • fournit beaucoup d'énergie rapidement disponible • stimule l'activité ruménale • couvre les besoins accrus en substances actives.

Gratuits: Achetez 600 kg de composés minéraux MINEX/UFA. Vous recevrez 1 seau d'UFA start-fit et 1 couteau de poche Premium gratuits!

phase du vêlage. UFA 263 contient non seulement beaucoup d'énergie et de protéines mais aussi d'importants additifs – entre autres des levures vivantes, de la niacine ou du Mépron – qui favorisent l'ingestion et une métabolisation efficace des nutriments, en phase de démarrage.

Jusqu'au 12.10.2013, UFA 263 et tout l'assortiment principal d'aliments UFA vaches laitières sont vendus avec un rabais de Fr. 4.–/100 kg.

PREMIUM

Améliorer la digestibilité de la ration Grâce à UFA 250 Speciflor, le système digestif des vaches peut mieux valoriser les nutriments présents dans le foin/regain lignifié et très structuré. Ce produit granulé contient de la pectine et de l'hémicellulose qui accroissent la motricité ruménale et la digestibilité du fourrage grossier. Une complémentation avec du Speciflor s'impose lorsque le foin/regain et l'ensilage d'herbe présentent une digestibilité inférieure à respectivement 60 % et 65 %. On peut ainsi tirer le maximum du fourrage de base disponible.

Utilisation d'UFA 250 Speciflor: • 2 à 5 kg par vache/jour • avec de l'herbe et du foin ligneux ou de l'ensilage structuré. • avec des rations lentement fermentescibles, ou des teneurs élevées en ADF et en ADL • en lieu et place des pulpes de betteraves.

Rabais Premium Fr. 5.–/100 kg sur UFA 250 Speciflor, jusqu'au 9.11.2013.

69


UNTERWEGS MIT... EN ROUTE AVEC …

…Christophe Colomb, technicien en production porcine

Un avenir très tôt pris en main Christophe Colomb conseille les producteurs de porcs en Suisse romande, depuis plus de dix ans. Lorsqu’il repense au chemin parcouru depuis ses débuts, il avoue être stupéfait de la rapidité avec laquelle la production porcine suisse évolue. Tant au niveau des performances techniques qu’au niveau des contraintes légales, environnementales ou commerciales, les changements ont été lourds de conséquences. Nombre d’exploitations ont dû se restructurer, investir ou cesser leur production.

Direction 2018 Les 5 prochaines années n’échapperont pas à la règle et seront décisives pour beaucoup de producteurs de porc à l’engrais. Marc Menoud, agriculteur à Romont, a bien compris les enjeux des futures mises aux normes; il a voulu anticiper les changements. Dès la reprise du domaine familial, en 2005, il a cherché à développer ses activités, en particulier, dans la production porcine, qui lui semblait être complémentaire à son élevage de

vaches mères. Il a donc commencé donc ses recherches et une opportunité s’est présentée en 2009. Il a acquis une porcherie sur caillebotis intégral de 340 PPE sise à Seigneux dans le but précis de développer un nouveau projet.

Agriculteur entreprenant C’est le qualificatif parfait pour Marc, qui a voulu être prêt bien avant la date buttoir du 1er septembre 2018 et qui rêvait d’un bâtiment à la pointe du progrès, tant au plan technologique qu’au plan détention et bien-être des animaux. Après deux ans de démarches administratives, des heures de réflexion et de concertation, les travaux peuvent commencer. Planifier:

une

position des boxes et le concept de ventilation ont été discutés et rediscutés dans les moindres détails. Les surfaces des couches, équipées d’un chauffage au sol et bordées aux extrémités par un caillebotis «grille», garantissent une hygiène idéale.

Marc Menoud et Christophe Colomb discutant les résultats d‘engraissement

nécessité!

«Comme le dicton le dit: on devrait toujours construire deux fois, relève Marc Menoud, mais au prix de la construction, autant faire juste du premier coup». Les points clefs, à savoir la dis-

Vue sur la porcherie de Seigneux

Christophe Colomb, 1610 Oron-la-Ville (VD) Né le

29 août 1975

Famille

marié à Annik, enfants Thibaud (11) et Simon (9)

Formation

après sa formation d’enseignant primaire et quelques années de pratique, Christophe a suivi une formation agricole avec son CFC à la clé. Spécialiste en production porcine au Service technique UFA Puidoux depuis 2002.

Hobbies

famille – agriculture – entraîneur de football

Devise

«conseiller les exploitants pour garder une agriculture suisse productive et dynamique»

70

10 2013 · REVUE UFA


Circulation d’air optimale L’air frais est aspiré sous le bâtiment, acheminé sous la toiture isolée et diffusé régulièrement sur les caillebotis, par le plafond perforé. Ce système permet une diffusion sans courant d’air et une

bonne régulation des températures. Ainsi, pendant la canicule de cet été, la température à l’intérieur des chambres n’a jamais dépassé les 30 °C alors qu’elle montait jusqu’à 35 °C à l’extérieur! L’air vicié est extrait par une aspiration centralisée et traité via un laveur d’air.

Marc Menoud contrôle la qualité de l'eau du laveur d'air…

Feedback Après une année d’exploitation, le résultat est indiscutable; ça marche! Les porcs sont propres et le niveau de perte est inférieur à 2 %. L’accroissement moyen de 834 g et l’indice de consommation de 2.51 kg/kg de croît avec 23 % de petit-lait dans la matière sèche (MS) démontrent que les porcs se plaisent à Seigneux. 䡵

Profil d‘exploitation Menoud Marc et Mélanie avec Eloïse et Norman, 1680 Romont

Des porcs propres et sains.

SAU: 28 ha Production végétale: 10 ha de céréales panifiables et fourragères, 2 ha d’ensilage de maïs et 16 ha de surface herbagère Production animale: 25 vaches allaitantes – 700 places porcs à l’engrais à Seigneux Main-d‘oeuvre: exploitant et 1 employé Activités annexes: associé dans une entreprise de travaux agricoles; associé dans l’exploitation d’un biogaz (gérant)

Vision 2018 La mise en place de la nouvelle législation sur la protection des animaux avance à grands pas, avec en point de mire, l’horizon 2018 est en point de mire. Dès le 1er septembre 2018, les porcs à l’engrais AQ ne pourront plus être détenus sur caillebotis intégral; les boxes devront comporter au minimum 2⁄3 de sol plein. De plus chaque porc devra disposer d’un plus grand espace: soit 0.9 m2 par porc dès 85 kg au lieu des 0.65 m2 actuels. En Suisse, 25 à 30 % des PPE (~ 250 000 places) sont concernées par cette nouvelle législation; il est donc impératif de planifier rapidement le futur de la production porcine suisse afin de maintenir le taux d’auto-approvisionnement actuel.

Arrêt de la production, mise aux normes ou nouvelle construction? Voilà la question fondamentale qui trotte dans la tête d’un grand nombre d’engraisseurs de porcs. En présence d’anciens bâtiments difficilement transposables aux nouvelles normes, l’arrêt de production prédomine avec une perte nette de PPE. Si l’on transform des bâtiments, en couvrant une partie du sol perforé, il faut porter une attention particulière au système d’aération qui doit être revu et corrigé. Une perte de places REVUE UFA · 10 2013

d’engraissement est inévitable et des nouvelles constructions devront voir le jour pour pallier au manque de places estimé.

Nouvelle construction: le défi! L’engraissement des porcs reste une activité intéressante qui permet de mettre en valeur les sous-produits laitiers. Agriculteur, société de laiterie, fromager, chacun y trouve ses intérêts, l’essentiel étant de faire preuve d’une grande patience dans les démarches administratives. Les prescriptions relatives aux

BLICKPUNKT POINT DE VUE

Marc Menoud, Romont (FR)

«Nous apprécions les compétences étendues du Service technique UFA, en matière de production porcine.» constructions en zone agricole, le bilan de matière sèche, les directives cantonales quant aux émissions d’ammoniac sont une partie des défis qui attendent les producteurs souhaitant se lancer dans la construction ou la rénovation d’une porcherie. Rien n’est impossible, il faut anticiper et s’entourer de personnes compétentes en matière de planification et de construction de bâtiments. 71


ERFOLG IN DER PRAXIS SUCCÈS DANS LA PRATIQUE

LESE-FUTTER À LIRE UFA 772 pour moutons et chèvres

Christa Siegrist, Seengen (AG)

Une source de satisfactions Une bonne atmosphère dans la famille et au travail est indispensable si l'on veut transmettre la passion de l'agriculture à la génération suivante. Et une ambiance positive dans l'étable jette les bases d'une stratégie prospective fructueuse. C'est dans cette optique, qu'en 2006, la famille Siegrist a fait construire une nouvelle étable de stabulation et a agrandi son troupeau de vaches laitières. Comme le domaine vit également de la production des fruits et légumes, les travaux de l'étable doivent s'orga-

niser de manière très rationnelle. La gestion de la santé des animaux, ciblée sur les objectifs, revêt une très haute importance. Ici, on utilise en permanence de la biotine pour soutenir la santé des onglons et la production laitière. Et pour minimaliser les cellules somatiques et favoriser la vitalité des veaux, les Siegrist misent sur des apports appropriés de sélénium. MINEX 976 contient ces deux oligoéléments – et bien d'autres précieux composants. «Le dosage de cet aliment minéral hygiénisé via le DAC est

bien pratique», constate Robert Siegrist. La bonne santé des veaux est notre récompense.» «Certaines atteignent même dix ans», complète Christa, qui s'occupe des 75 vaches avec son père, Robert. En outre, la future exploitante gère toutes les activités relatives aux cultures de baies, fruits et légumes, et la vente directe de ceux-ci, plus florissante que jamais. Gratuit: 1 couteau de poche et 1 seau d'UFA start-fit, à l'achat de 600 kg de composés minéraux MINEX/UFA, jusqu'au 23.11.2013.

HOBBYTIER-ECKE ANIMAUX D’AGREMENT

Une astuce contre les baisses de croissance Les agneaux qui se développent rapidement au cours de leurs premiers mois de vie, restent en meilleure santé et grandissent mieux que les animaux dont la croissance est plutôt hésitante. UFA 763 contient du ProRumin, qui augmente l'efficacité alimentaire. Ses composants sont parfaitement adap-

Jusqu'au 9.11.13, les aliments UFA pour moutons et chèvres font l'objet d'un rabais de Fr. 4.–/100 kg. Et à l'achat de 150 kg d'aliment minéral UFA 998, le client reçoit encore un couteau de poche Victorinox gratuit. 72

tés aux besoins des animaux. On donne cet aliment dès la deuxième semaine de vie, de sorte que les agneaux ingèrent très tôt beaucoup d'aliment solide et n'accusent aucune baisse de croissance au moment du sevrage. L'état d'approvisionnement des brebis, s'agissant des minéraux, des oligoéléments et des vitamines, influe également sur la rapidité de développement de leurs agneaux. Il est donc essentiel de compléter la ration des brebis par 30 à 40g d'UFA 998 par animal/jour et du sel bétail ou des pierres à lécher, tout au long de l'année.

La période qui entoure la mise bas signifie aussi une hausse des besoins nutritionnels et un stress, chez les petits ruminants. L'aliment de production UFA 772 contient du ProRumin, un additif bénéfique pour la santé. ProRumin signifie: de la niacine pour une bonne métabolisation énergétique, des plantes pour la vitalité ainsi que des levures vivantes et des substances tampons pour un rumen efficace et une ingestion élevée de fourrage grossier.

Il est temps de déclarer le maïs grain Le maïs grain est un fourrage recherché pour la production d'aliments composés. Les détenteurs d'animaux et cultivateurs de céréales peuvent l'écouler à un prix plus intéressant par le biais du compte marchandises UFA. Annoncez-vous dans votre LANDI! Contrairement à l'utilisation directe du maïs grain sur l'exploitation même, le compte marchandises UFA offre de nombreux avantages: remise d'aliments aux teneurs garanties, production selon des formules éprouvées, avec minéralisation et vitaminisation, sans frais de stockage ni risques liés aux pertes etc.

UFA-Berater Conseillers UFA 3052 Zollikofen 058 434 10 00 1070 Puidoux 058 434 09 00 6210 Sursee 058 434 12 00 9500 Wil 058 434 13 00 ufa.ch 10 2013 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE

La qualité des fourrages grossiers laisse à désirer LE PRINTEMPS FROID ET HUMIDE a laissé des traces sur la qualité du fourrage grossier, comme le montrent les premières analyses. Les récoltes de l’ensilage d’herbe et surtout du foin ont parfois été retardées de plusieurs semaines.

Hansueli Rüegsegger

Le dépouillement national des échantillons analysés n’est pas très reluisant. Pour le foin/regain, les teneurs en matière azotée et en énergie sont plus faibles que l’année dernière. La proportion de parois cellulaires (NDF) est un peu plus élevée dans l’ensilage d’herbe alors que celle des fourrages secs est un peu plus faible qu’au printemps 2012.

Faible digestibilité des NDF C’est surtout la faible digestibilité des

NDF qui est frappante, surtout pour les fourrages secs. Cette dernière, avec 57.7 %, est d’environ 4 % plus faible qu’en 2012, ce qui est principalement dû à une première coupe retardée et les conditions de croissance de l’herbe particulières de ce printemps. Une faible digestibilité des NDF signifie que les parois cellulaires sont relativement mal digestibles. Si de tels fourrages gros-

Tableau: Teneurs de toutes les analyses de fourrage Fourrages secs Printemps Printemps 2012 2013 47 56

Année Nombre d’échantillons Nutriments Matière sèche Cendres brutes Coefficient de digestion MO Digestibilité MO Acide lactique Acide acétique Matière azotée PAIE PAIN Sucres NEL Cellulose brute Parois cellulaires NDF NDF digestibles ADF ADL

g/kg g/kg MS % MS g/kg

926.66 104.94 71.62 623.43

925.63 112.39 69.99 602.51

g/kg MS g/kg MS g/kg MS g/kg MS g/kg MS g/kg MS

120.91 85.87 77.97 111.37 5.41 282.77

g/kg MS % MS g/kg MS g/kg MS

543.52 61.28 311.59 32.11

Ensilage d’herbe Printemps Printemps 2012 2013 69 55

108.63 78.82 69.70 132.04 5.12 272.63

368.6 116.2 76.0 634.1 55.9 10.0 131.9 76.1 83.5 68.8 5.6 254.6

365.9 120.7 74.9 638.9 57.9 30.5 141.1 78.5 88.9 48.1 5.5 261.1

525.87 57.71 295.85 28.90

470.5 70.3 278.2 23.9

484.3 68.3 292.4 24.7

Paramètres UFA W-FOS MOVF g/kg MS 465.96 476.06 514.1 MCVF g/kg MS 400.02 418.43 410.0 HCRF g/kg MS 145.57 167.16 116.8 PBVF g/kg MS 65.93 57.65 104.1 PBRF g/kg MS 43.26 38.57 78.2 MO = matière organique, VF = vraiment fermentescible, HC = hydrates de carbone, PB = protéines brutes REVUE UFA · 10 2013

503.7 390.8 92.9 112.9 81.9

Les fourrages secs sont moins riches en protéine et en énergie qu’en 2012.

siers ne sont pas complétés correctement, la production laitière en pâtira durant l’hiver.

Complémentation ciblée Il est connu que l’équilibrage de la ration de base présente de nombreux avantages pour la santé des animaux ainsi que la rentabilité de la production laitière et l’engraissement. Une complémentation ciblée qui tient compte des processus de fermentation dans la panse permet d’accroître nettement la production laitière. Les fractions de parois cellulaires et leur digestibilité sont également décisives. L’article «Comprendre la qualité du fourrage grossier» dans la présente édition indique, sur la base des tendances actuelles qui se dégagent des analyses, comment procéder pour limiter les dégâts. 䡵

Auteur Hansueli Rüegsegger, Chef du ressort bétail laitier, UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee, www.ufa.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13

73


PREMIUM PRODUCTION ANIMALE

Comprendre la qualité du fourrage grossier DANS UNE ANALYSE DES FOURRAGES GROSSIERS, les teneurs en énergie et en protéine ne sont pas les seules à prendre en considération. Il faut soigneusement prendre l’analyse sous la loupe afin d’en comprendre les interactions.

Hansueli Rüegsegger

Xavier Thiollet

Les analyses de fourrages grossiers sont des piliers importants de la planification de l’affouragement. En plus des nutriments connus (p. ex. MA), des parois cellulaires (p. ex. NDF) et des paramètres utilisés en Suisse (p. ex. NEL), il est utile de recourir aux caractéristiques de l’analyse Schothorst.

Ces derniers permettent de complémenter une ration de manière plus ciblée car ils tiennent compte de la vitesse de dégradation des nutriments. Il est ainsi possible de coordonner par exemple les HCRF (hydrates de carbone rapidement fermentescibles) et les PBRF (protéines brutes rapidement fermentescible) afin d’optimiser les processus de fermentation dans la panse.

Parois cellulaires difficilement digestibles Sur la base des analyses de fourrage de cette année, le foin/regain et l’ensilage d’herbe affichent une digestibilité plus faible des parois cellulaires que l’année dernière. Afin d’accroître l’activité ruménale et de favoriser une meilleure dégradation des composantes cellulosiques, il faut opérer une complémentation à l’aide de parois cel-

Muriel Pinard, Montricher (VD)

PREMIUM Q UA L I T É U FA

Speciflor, pour une meilleure digestibilité des fibres Speciflor, grâce à sa composition taillée sur mesure, permet de tirer un meilleur parti des fourrages grossiers affichant une faible digestibilité des fibres. Speciflor dispose de parois cellulaires facilement digestibles (notamment des pectines) qui permettent d’optimiser l’utilisation des fourrages grossiers. Il vaut dès lors la peine d’investir dans Spéciflor qui assure une digestibilité plus élevée de la ration totale. Speciflor dans l’engraissement de taureaux En présence d’une proportion élevée de maïs dans la ration des taureaux à l’engrais, on peut légitimement se demander dans quelle mesure l’amidon est effectivement digestible. Si l’on trouve dans les fèces des grains de maïs entiers ou fractionnés (exception faite des enveloppes), c’est un indice de digestibilité insuffisante de l’amidon. Dans ce cas, il convient d’adapter la ration afin d’accroître la digestibilité de l’amidon. En ayant recours à UFA 250 Speciflor, l’amidon peut être mieux dégradé. Preuve en est que la proportion de grains non digérés dans les fèces s’en trouve réduite. Rabais Premium Fr. 5.–/100 kg UFA 250 Speciflor – jusqu’au 9.11.2013 dans votre LANDI.

74

10 2013 · REVUE UFA


PRE MI U M lulaires bien digestibles. Dans le cas présent, l’affouragement complémentaire de concentrés ne constitue pas la panacée. Mieux vaut opter pour un fourrage disposant d’une bonne digestibilité des fibres tel qu’UFA 250 Speciflor, l’objectif étant toujours de tirer d’abord le meilleur parti des fourrages grossiers.

Le «Silagemanager» fournit encore plus d’informations concernant l’analyse des teneurs. Il renseigne notamment sur la stabilité des ensilages d’herbe et de maïs ainsi que sur les risques de post-fermentations. Cette analyse permet de prévoir l’ampleur du risque de post-fermentations et indique quelles mesures peuvent être prises pour les prévenir. Pour l’ensilage de maïs, le «Silagemanager» permet également une prévision des modifications de l’amidon by-pass au cours de la durée de stockage, ce qui rend possible une adaptation de l’affouragement en cours d’année.

Peu de sucres, beaucoup d’acide acétique Les analyses effectuées jusqu’à présent mettent en exergue des teneurs élevées en acide acétique dans l’ensilage d’herbe. Elles sont trois fois plus élevées que celles de l’année passée. Toutefois, ce phénomène n’est pas étonnant dans l’interprétation des ana-

UFA 250 Speciflor apporte des fibres facilement digestibles, ce qui permet aux vaches de mieux valoriser le foin.

lyses. La faible digestibilité des NDF entre autres a provoqué un processus de fermentation plus long, ce qui signifie que l’ensilage s’est stabilisé moins rapidement. Durant cette phase d’instabilité, une grande quantité de sucre a été dégradée, tout d’abord en acide lactique, puis en acide acétique. Des teneurs élevées en acide acétique provoquent un effet de saturation, ce qui peut entraîner une diminution de l’ingestion de matière sèche dont il faut tenir compte dans l’affouragement.

Résumé Lorsqu’on procède à une analyse des fourrages grossiers, il faut prendre la peine de bien les étudier afin d’en tirer les bonnes conclusions. La faible digestibilité des NDF, que l’on observe dans de nombreuses régions, doit être compensée de manière adéquate afin de tirer profit du potentiel des fourrages grossiers. La complémentation à l’aide d’un aliment affichant une digestibilité élevée des fibres est judicieuse. 䡵

Muriel Pinard complète sa ration de base avec UFA 250 Speciflor Muriel Pinard exploite le domaine Sous-Revers, situé à Montricher (VD) et comprenant 50 ha de surface agricole utile. Avec un collaborateur, elle s’occupe de 35 – 40 vaches laitières Holstein et Red Holstein et de 40 têtes de jeune bétail ; pour un droit de production de 320 000 kg de lait transformé en Gruyère AOP. Les primipares vêlent pour la première fois entre 24 et 27 mois et la moyenne d’exploitation se situe à 9000 kg avec 3.3 % de protéine et 3.9 % de matière grasse. Côté production végétale, 14 ha sont attribués aux céréales (orge, blé panifiable et fourrager) et le reste (36 ha) est cultivé en surface herbagère. Créer une ration de base intéressante en zone de non ensilage ne s’avère pas toujours aisé. Muriel a testé plusieurs fourrages (bouchons de maïs plante entière, de maïs épis, de pellets de cacao, betteraves fraîches, …) en complément au foin et regain de l’exploitation, sans une réussite totale jusqu’à ce que son technicien lui propose l’alternative UFA 250 Speciflor. Depuis 2 hivers, Muriel complète sa ration de base avec un mélange de luzerne brins longs et d’UFA 250 Speciflor, distribué en deux repas à la crèche. «C’est un produit d’appel idéal par son appétence, les vaches en raffolent» dit Muriel, qui a pu grandement rationaliser et simplifier l’affouragement avec l’installation d’un silo de stockage pour le Speciflor. «Ainsi nous n’avons plus de big-bags ou de sacs à manutentionner et les risques d’accidents sont réduits» explique Muriel.

Vue de l’exploitation Sous-Revers.

Auteurs Hansueli Rüegsegger, chef du ressort vaches laitières, UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee. Xavier Thiollet, spécialiste bétail laitier pour le service technique UFA, 1070 Puidoux. www.ufa.ch Conseil Profitez des conseils des spécialistes vaches laitières UFA qui vous aideront à choisir le bon complément à votre ration afin de tirer le meilleur parti de vos fourrages grossiers et d’améliorer votre efficience dans l’affouragement.

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 10 2013

10 · 13

75


PRODUCTION ANIMALE

Vers une réglementation accrue? SOINS AUX ONGLONS Certaines voix se sont récemment élevées pour que la Loi sur la protection des animaux prescrive une formation et une autorisation obligatoire pour les ongleurs professionnels. Une chose est sûre: les connaissances dispensées dans le cadre de la formation professionnelle agricole notamment, ont un impact positif sur la santé et le bien-être des animaux, et partant, sur la rentabilité de l’élevage bovin.

De l’avis des spécialistes, les exploitations laitières sont de plus en plus souvent affectées par des problèmes d’onglons. La maladie de Mortellaro en particulier constitue un problème, comme l’a démontré une formation continue dispensée par l’Association suisse des pareurs d’onglons (ASPO) au Tierspital de Berne à la fin du mois d’août (voir encadré). Un entretien régulier et professionnel des onglons est primordial pour éviter tout problème

Pansement anti-Mortellaro: efficace mais gourmand en temps Dans la pratique, les pansements contre la maladie de Mortellaro offrent de bons résultats, comme l’a démontré un séminaire de formation continue organisé par l’ASPO. Avec ce pansement, la blessure guérit à une vitesse étonnante. Une peau blanche et encore sensible remplace la zone infectée (voir photo). Avantages du pansement: il ne contient pas de substances actives problématiques, n’implique pas de délais d’attente et peut également être posé par l’éleveur. Conseils pour une utilisation appropriée: • Apposer un ou plusieurs pansements, de manière à ce que la plaie soit totalement recouverte. • Poser une compresse pour le contact avec la plaie. • Rembourrage de la zone à panser avec de la ouate synthétique. • Protection du pansement avec un rouleau de scotch Tesa. • Laisser la vache marcher et la garder à l’œil. • Au bout de trois à quatre jours, une amélioration devrait intervenir. • Oter le pansement après dix jours. • Mesures préventives pour éviter une nouvelle attaque de Mortellaro (ne pas acheter de vaches affectées par des problèmes de Mortellaro, laisser souvent circuler le racleur, veiller à une bonne propreté des onglons, distribuer du LANDOR Desical, soigner rapidement les vaches malades). Il n’est pas encore possible d’affirmer si les vaches qui ont été traitées avec un pansement anti-Mortellaro sont protégées contre une nouvelle infection. Les désavantages du pansement résident dans une charge de travail relativement importante pour la fixation sur l’onglon (voir en haut) et dans des coûts assez élevés.

76

inutile. Dans les exploitations où la santé des onglons laisse à désirer, il est primordial que les éleveurs puissent compter sur des prestations de haut niveau de la part de leur ongleur.

Il ne s’agit pas que de parer les onglons Pour éviter toute propagation de maladies contagieuses, outre une appréciation correcte de l’état des onglons et un parage adéquat, l’ongleur, ses outils et son travail doivent être d’une hygiène irréprochable. En plus de cela, les pareurs d’onglons doivent communiquer aux vétérinaires d’arrondissement ou au vétérinaire cantonal tous les cas suspects d’épidémies, ce qui implique une bonne connaissance des agents pathogènes. Ce n’est pas sans raison que les pareurs d’onglons professionnels donnent des conseils pour améliorer la santé des onglons et qu’ils travaillent en étroite collaboration avec d’autres spécialistes. Le vétérinaire est par exemple sollicité lorsque des médicaments nécessitant une ordonnance doivent être utilisés ou que des interventions occasionnant des douleurs sont à effectuer. C’est notamment le cas lors de saignements. Lorsque les problèmes de fourbures surviennent fréquemment, il vaut la peine de s’adjoindre l’aide d’un conseiller en affouragement.

Formation et autorisation obligatoires? En Suisse n’importe qui peut devenir pareur d’onglons. Or la responsabilité du pareur d’onglons est énorme et une formation approfondie est une condition importante pour pouvoir prendre une telle responsabilité. C’est ce qui motive l’ASPO à demander à ce que l’Ordon-

nance sur la protection des animaux impose une formation et une autorisation obligatoire pour les ongleurs professionnels. «Un maréchal ferrant effectue un apprentissage de trois ans. En comparaison, cinq jours de formation suffisent-ils pour pouvoir parer professionnellement les onglons des vaches?», demande ouvertement Adrian Steiner, professeur à la Clinique pour les ruminants de Berne et membre du comité de l’ASPO. «L’ongleur doit contribuer à préserver la santé des onglons et à prévenir l’apparition de problèmes qui pourraient affecter ces derniers. Il est ainsi possible de réduire l’utilisation d’antibiotiques dans la production de denrées alimentaires. De même, bon nombre de vaches évitent ainsi d’être affectées par des troubles douloureux au niveau des onglons», explique encore Adrian Steiner.

Un handicap ou une motivation? L’Union suisse des paysans (USP) salue le fait que les pareurs d’onglons suivent une formation modulaire dans les écoles professionnelles d’agriculture. «Dans le cadre de la révision de l’Ordonnance sur la protection des animaux, nous ne voulons toutefois pas que la formation pour pareurs d’onglons soit dispensée séparément et qu’elle ne fasse plus partie de la formation continue», précise Thomas Jäggi de l’USP. En outre l’USP refuse que les pareurs d’onglons professionnels aient besoin d’une autorisation pour exercer. «Un pareur d’onglons n’a de toute manière pas droit à l’erreur, sinon il perd ses clients», affirme Thomas Jäggi. Le milieu de la protection des animaux et les vétérinaires considèrent en revanche que le marché ne fonctionne pas toujours. Il est toutefois permis de dou10 2013 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE Tableau: Cours «parage fonctionnel des onglons chez les bovins» Lieu du cours, dates du cours LBBZ Liebegg, Gränichen Mardi 3 jusqu’au jeudi 5 décembre 2013 Institut agricole Grangeneuve, Posieux (pour les francophones) Mardi 10 jusqu’au jeudi 12 décembre 2013 Inforama Rütti, Zollikofen Mardi 21 jusqu’au jeudi 23 janvier 2014 Institut Agricole du Jura, Courtemelon Mardi 28 janvier jusqu’au jeudi 30 janvier 2014 Landwirtschaftliches Zentrum SG, Salez Mecredi 5 février jusqu’au 7 février 2014

Selon l’Université de Göttingen, un jeune agriculteur sur trois est affecté par des problèmes pulmonaires. La poussière joue un rôle important dans l’apparition des problèmes d’asthme, de bronchites ou d’allergies, a expliqué Cornelia Fürst, collaboratrice auprès d’Agriss à Schöftland, à l’occasion de la journée de formation continue organisée par l’ASPO. Plus la poussière est fine et plus elle parvient profondément dans les poumons.

Programme: 1er jour: Anatomie 2ème et 3ème jour: exercices pratiques pour un parage fonctionnel des onglons Coûts: Fr. 400.– Inscription auprès: Secrétariat SKV / ASPO, Mättmey 1, Utzenstorf, Tel. 032 665 31 27, info@klauenpflege.ch Délai d’inscription: Un mois avant le début des cours Nombre d’inscription minimal: 16 personnes par cours Informations supplémentaires: Suite à l’inscription, un bulletin de versement sera envoyé. Les personnes qui se désinscrivent au moins 14 jours avant le commencement des cours seront remboursées à hauteur de la moitié.

Graphique: Concept de formation pour le parage des onglons Cours de base (3 jours)

Cours pro Module B51 (5 jours)

Pratique

Examen module

Pratique (documenté)

ter qu’une autorisation obligatoire permette d’éviter des erreurs au niveau du parage des onglons. L’USP estime même qu’une autorisation obligatoire pourrait avoir un effet contre-productif du point de vue de la protection des animaux. «Le travail bureaucratique supplémentaire qui s’ensuivrait pourrait inciter certains ongleurs à cesser leur activité. Les éleveurs manqueraient dès lors d’ongleurs qualifiés», précise encore Thomas Jäggi.

Parer les onglons à titre d’activité accessoire? Actuellement déjà, il n’y a pas assez d’ongleurs, surtout en Suisse romande et en Valais.

Outre la poussière émanant des onglons, les germes constituent également un problème

La maladie que l’on appelle communément le «poumon fermier» est générée par des inflammations causées par des allergènes (fines particules de poussière provenant par exemple du foin moisi ou des poils des animaux). Environ huit heures après le développement de la poussière, les personnes concernées souffrent de problèmes respiratoires et de fièvre. En cas de suspicion de poumon fermier, il convient de consulter son médecin dans les meilleurs délais. En collaboration avec la Suva et la clinique des ruminants de la faculté Vetsuisse de l’Université de Berne, Agriss a analysé le développement de poussière occasionné par le parage des onglons. Selon l’angle de meulage, il peut s’ensuivre une charge en poussière supérieure aux valeurs autorisées. Sur la base des analyses qui ont été faites, Cornelia Füst émet les recommandations suivantes:

Examen – Niveau I Soins aux onglons de son propre troupeau

• Masque de protection respiratoire de classe de protection P2 (CHF 3.– à 5.– par masque), pas seulement en raison de la poussière produite mais surtout en raison des germes nuisibles présents dans la poussière.

Examen – Niveau II Certificat d’«ongleur professionnel»

• Procéder au parage dans des espaces bien aérés – les petites particules de poussière restent ainsi moins longtemps suspendues dans l’air.

L’ASPO a donc lancé une offensive en collaboration avec les écoles d’agriculture. Des cours de base sont désormais proposés à Courtemelon et Grangeneuve (voir tableau). Le parage des onglons peut être une activité complémentaire judicieuse pour les agriculteurs lorsqu’il s’agit de maîtriser des pointes de travail en automne et au printemps. Le concept de formation actuel de l’ASPO est présenté dans le graphique. Le cours de base met principalement l’accent sur le parage des onglons (0.5 jour de théorie, 2.5 jours d’exercices pratiques). Après au plus tôt six mois de

Cornelia Fürst, • Eviter toute production de poussière supplémenAgriss. taire (p.ex. pas ne pas étriller le bétail pendant le parage) Important à savoir: comme l’explique Cornelia Fürst, outre la poussière de corne, les germes qui se fixent sur les particules fines de poussière affectent les voies respiratoires».

pratique indépendante, il est possible de passer l’examen de niveau I (oral et pratique). Pour passer l’examen de niveau II, il est indispensable de disposer de l’examen de niveau I. Le métier de pareur d’onglon n’est certes pas reconnu au niveau fédéral. Celui qui passe avec succès le niveau II dispose toutefois déjà d’une base solide pour parer les onglons correctement et en faire un métier. 䡵 Les soins aux onglons impliquent beaucoup plus qu’un parage précis.

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee. L’Association suisse des pareurs d’onglons (ASPO) édite une liste d’adresses des «Pareurs d’onglons» actifs en Suisse. Renseignements: Christian Staub, tél. 031 809 20 01 et www.klauenpflege.ch

www.ufarevue.ch

UFA-REVUE · 10 2013

10 · 13

77


PRODUCTION ANIMALE

Le sel suisse, de proximité LES FOURRAGES DE BASE ne couvrent pas les besoins en sodium des animaux. En complément, on utilise des sels agricoles de différentes formes et avec divers additifs. Ceux-ci sont produits principalement en Suisse et proposés dans les LANDI. De nos jours, l’extraction du sel nécessite 15 fois moins d’énergie qu’autrefois.

Jürg Burren

Ralph Meissner

Le sel et les pierres à lécher utilisés pour l’alimentation des animaux de rente sont regroupés sous la dénomination de «sel agricole». Les animaux de rente sont sélectionnés en vue d’obtenir une production laitière importante et des accroissements rapides. C’est pourquoi ils ont davantage besoin de fourrage que les animaux sauvages. Plus les performances laitières et d’engraissement sont élevées, plus les besoins en sel augmentent (cf. encadré).

Plusieurs moyens de distribution Vu que le fourrage végétal est reBesoins journaliers des animaux de rente en NaCl • • • • • • • •

vache env. 60 – 90 g génisse env. 25 – 40 g veau env. 15 g cheval env. 50 g porc env. 20 g mouton env. 5 – 7 g chèvre env. 2 – 5 g volaille env. 4 g

lativement pauvre en sel et en minéraux, ils sont tous deux distribués sur le fourrage frais, ajoutés dans les fourrages mélangés ou proposés en self-service sous forme de pierres à lécher. En plus des pierres à lécher, le groupe fenacoLANDI propose également dans son assortiment des produits contenant du iode et des minéraux. (cf. encadré).

Des réserves encore importantes Le sel est une matière première suisse dont les réserves suffisent

Le sels suisse, un cadeau des mers géologiques.

pour des siècles encore. C’est un cadeau des mers géologiques originelles qui se sont évaporées il y a 200 millions d’années dans le Nord-ouest de la Suisse, le canton de Vaud, le Jura et le Plateau central, laissant derrière elles des couches de sel d’une épaisseur de 100 m. Ces couches de sel sédimenté sont recouvertes de roches plus jeunes.

Sels agricoles à la LANDI

Quinze fois moins d’énergie La

• Sel bétail iodé, 25 kg / 50 kg • Sel fourrager, 25 kg / 50 kg • Pierres à lécher UFA, 5 kg

technique d’extraction, telle qu’utilisée dans les Salines suisses du Rhin, est simple. Les couches de sel situées à une profondeur de 140 à 400 m sont forées et lessivées à l’aide d’eau claire. L’argile, le sable fin et les minéraux insolubles restent sur place. La solution de sel (saumure saturée) est alors pompée dans de grands réservoirs. La saumure est tout d’abord adoucie par un processus de précipitation des sulfates de calcium et de magnésium avant d’être chauffée dans des évaporateurs. L’eau s’évapore

• Tous les sels agricoles: www.salz.ch/fr/produits/sels-pour-lagriculture/ Minex/Sels minéraux UFA: Pour vos prochains achats, profitez des actions actuelles sur les produits Minex/sels minéraux UFA (www.ufa.ch). D’autres sels dans l’assortiment: Sels de table (p. ex. sel de fromagerie), sels à dégeler, sels régénérants, sels industriels et sels de bain dans différents emballages. Commandes et informations personnelles auprès de votre équipe Agro de la LANDI.

78

Photo: www.salz.ch

et l’on obtient ainsi un sel cristallisé fin et pur. La vapeur est réchauffée et réutilisée. L’eau résiduelle, condensée et déminéralisée, s’écoule dans le Rhin. Le sel est mis dans le commerce en vrac ou conditionné. Le gypse et les minéraux résiduels résultant de l’adoucissement de la saumure sont réinjectés et compressés dans le sous-sol d’où ils proviennent. La production d’une tonne de sel, grâce à la récupération de la chaleur, nécessite aujourd’hui quinze fois moins d’énergie que jadis. 䡵 Auteurs Jürg Burren, chef du secteur commercial fourrages grossiers et sels; Ralph Meissner, commerce des sels, fenaco GOF, 3001 Berne Aux adresses www.landi.ch, www.ufa.ch, www.salz.ch et www.selbex.com, vous trouverez l’assortiment complet des sels proposés par la LANDI.

www.ufarevue.ch

10 · 13

10 2013 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE

Foin ou pellets de maïs? DEPUIS LE MOIS DE SEPTEMBRE, les veaux doivent avoir un accès permanent à de l’eau et du fourrage grossier à partir de leur troisième semaine de vie. Dans un travail de diplôme réalisé au Strickhof à Lindau, l’auteur s’est posé la question de savoir quels étaient les produits à base de fourrages grossiers les mieux appropriés pour l’engraissement des veaux.

Philipp Gut

Désormais, la paille seule ne suffit plus en tant que fourrage grossier pour les veaux dès qu’ils ont atteint l’âge de deux semaines. Pour répondre aux exigences, il faut mettre à leur disposition du foin, du maïs ou un autre fourrage grossier adéquat.

Foin Dans l’ensemble, le foin s’avère être le fourrage grossier le plus avantageux. Il doit cependant être de qualité irréprochable. Lorsque la qualité est au rendez-vous, le foin n’a pas d’influence notoire sur la couleur de la viande. Les pellets de maïs arrivent en

Le foin est un fourrage avantageux produit sur l’exploitation. Par contre, les pellets de maïs ont des teneurs en fer plus faibles et plus élevées en énergie.

deuxième position au niveau des coûts. Les pellets de maïs «Oberkirch plus» sont encore plus économiques. Ils contiennent 7 % d’énergie en plus (15 % de sous-produits agroalimentaires) pour le même prix. L’énergie est plus facilement digestible avec des répercussions positives sur les performances d’engraissement.

Ration idéale Il est recommandé de mettre en permanence de la paille à disposition dans un râtelier et de propo-

Tableau: Comparaison des fourrages grossiers Produit

NEL MJ/kg NEV MJ/kg PAIE g/kg PAIN g/kg Cellulose brute g/kg Cendres brutes g/kg Matière azotée g/kg Matière grasse g/kg ADF g/kg NDF g/kg Fer mg/kg Prix par dt en CHF Coûts (Fr.) par veau en CHF* * pour une consommation de 30 kg

Foin Calendrier Wirz 5.5 5.5 86 75 253 118 < 120 35 269 441 100 – 300 30 9

Nouveau: UFA 215 Fibrafit UFA 215 Fibrafit a été mis sur le marché à la fin août 2013 et n’a donc pas pu être pris en compte dans l’essai susmentionné. Fibrafit répond aux exigences de l’article 37 de l’Ordonnance sur la protection des animaux en tant que fourrage grossier pour les veaux. Ces pellets de 8 mm sont disponibles à la LANDI et contiennent notamment du son de blé, de la luzerne, de la paille, du maïs et des tourteaux de tournesol. Avantages:

Pellets de maïs Calendrier Wirz 5.8 6.0 75 44 163 70 35 34 197 359 40 – 120 46 13.8

Pellets de maïs «Oberkirch plus» Analyses ALP/UFA 6.2 6.4 60 38 145 59 24 15 203 370 40 – 120 46 13.8

ser le fourrage complémentaire rationné dans une auge. Ce faisant, on assure aux veaux une ingestion suffisante de fourrage grossier tout en obtenant une couleur de viande répondant aux exigences des acheteurs.

Résumé Sur la base du travail de diplôme précité, il est recommandé d’utiliser des pellets de maïs «Oberkirch plus» pour l’engraissement des veaux. Ils sont plus digestes que le foin et leur énergie facilement assimilable peut également améliorer les performances d’engraissement. 䡵

• alternative aux pellets de maïs et à l’herbe déshydratée • distribution et entreposage simples • bonne appétibilité • pas de météorisation chez les veaux, favorisant la digestion • qualité garantie et contrôlée

Auteur Philipp Gut, Agrotechnicien ES Son travail de diplôme a été accompagné par Lukas Schulthess, Strickhof, et Viktor Amrhyn, de la LANDI Sursee qui fabrique les pellets de maïs «Oberkirch plus».

• bonne disponibilité • testé dans la pratique. REVUE UFA · 10 2013

www.ufarevue.ch

10 · 13

79


PRODUCTION ANIMALE

160 chèvres laitières à ce jour L’EXPLOITATION MAYER s’est spécialisée dans la production de lait de chèvre. Au fil des années, une multitude d’expériences ont pu y être accumulées dans le domaine de la détention des chèvres. Pour le bien-être des animaux, l’exploitation mise sur l’élevage sans cornes.

Cela fait bientôt 20 ans qu’Ernst et Rita Mayer ont débuté avec quatre chèvres laitières. Depuis lors, le cheptel n’a cessé de s’agrandir. En 2007, une nouvelle stabulation a été construite en collaboration avec le voisin et offre suffisamment de place pour deux troupeaux. A ce jour, les Mayer possèdent 160 chèvres Grisonnes à raies.

Une fromagerie innovante Cette croissance a été rendue possible par le développement réussi de la fromagerie «Che Chaschöl» à Tschlin (GR). On y produit une vaste palette de produits à base de lait de chèvres, brebis et bufflonnes, commercialisés dans les hôtels – notamment à St.Moritz – et sur les marchés. L’engagement et la force d’innovation de la fromagère Chatrina MairDenoth et de son équipe sont très appréciés. Cette production de niche bio permet aux producteurs de lait de Tschlin de réaliser une plus-value considérable.

Profil de l’exploitation Ernst et Rita Mayer, 7559 Tschlin

Vue sur l’étable des chèvres exploitée en commun avec un voisin. Tout autour, tout est en pente.

Surface agricole utile: 37 ha (dont 25 ha en propriété), zone de montagne 4, alt. 1534 m. Cheptel: 160 chèvres Grisonnes à raies, 20 – 30 cabris d’élevage et 30 cabris à l’engrais, 30 brebis Main d’œuvre: couple d’exploitants Particularité: vente directe de saucisses sèches, exploitation bio

80

«On n’a rien sans rien» Au cours des dernières années, le prix du lait de chèvre a quelque peu baissé suite à une certaine pression sur le marché. En moyenne, à Tschlin, il est payé Fr. 1.12 du kilo. Est-ce suffisant pour une production rentable? «On n’a rien sans rien», constate Ernst Mayer. Durant les mois de février et mars en particulier, lorsqu’une grande partie des chèvres mettent bas, il y a énormément de travail. «Je trouve intéressant que chez nous, les chèvres mettent toujours bas entre 5 h et 20 h», précise-t-il. Durant les périodes de pointe, la traite prend une heure et demie avec un stand de traite de 24 places et 12 griffes. Les journées de travail débutent à 4 h du matin et se terminent à 18 h. Les fenaisons prennent également beaucoup de temps dans les pentes abruptes de cette zone de montagne 4, tout comme l’alpage.

Grâce aux séparations à la crèche, les chèvres peuvent manger l’aliment en toute quiétude dans le stand de traite.

Elevage sans cornes Quatre à cinq boucs assurent les saillies sur cette exploitation herd-book. Depuis quelque temps, les Mayer n’utilisent plus que des boucs génétiquement sans cornes. «Cela nous permet d’éviter les blessures», observe Ernst Mayer. Toutefois, l’élevage sans corne présente le léger inconvénient d’augmenter le risque que les chèvres mettent au monde des hermaphrodites. En ce qui concerne le choix des boucs, on veille à ce qu’ils laissent de bonnes mamelles et de bons membres. Les chèvres à la tétine pendante sous soumises à un risque accru de blessures, surtout à l’alpage. Au niveau des trayons, les Mayer sont attentifs à ce qu’ils aient la bonne longueur. Certaines 10 2013 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE chèvres d’élevage sont vendues à l’étranger.

Automate à buvée L’année dernière, il n’y a jamais eu autant de triplés: pas moins de 60 chèvres ont mis trois cabris au monde. Après l’administration de colostrum, les cabris sont habitués à se nourrir aux automates Förster. Les animaux d’engrais quittent l’exploitation après une dizaine de jours. Ils sont écoulés dans le canton de St.Gall où ils sont engraissés par différents retraités qui possèdent encore d’anciennes étables, avant d’être abattus et commercialisés par un boucher spécialisé. Avec leurs chèvres de réforme, les Mayer font fabriquer des saucisses sèches qui sont écoulées en vente directe. Les animaux d’élevage reçoivent dès leur deuxième semaine déjà de l’aliment UFA afin qu’ils ingèrent des aliments solides aussi vite que possible et qu’ils ne souffrent pas d’une chute de croissance au moment du sevrage.

Des fines bouches Contrairement aux bovins ou aux moutons, les chèvres apprécient un peu toutes les plantes. Elles sont friandes de graminées, autres plantes, buissons et arbres, ce qui leur permet de couvrir leurs besoins à partir d’une multitude de sources alimen-

Rita et Ernst Mayer avec leurs chèvres Grisonnes à raies.

Tableau 1: Besoins des chèvres aitières en nutriments Teneur/kg MJ matière sèche NEL Entretien 5.8 4e mois de gestation 6.3 5e mois de gestation 7.1 Entretien plus 1 kg de lait 7.6 Entretien plus 2 kg de lait 9.4 Entretien plus 3 kg de lait 11.2 Entretien plus 4 kg de lait 13 Entretien plus 5 kg de laith 15.7

g PAI 50 79 107 95 140 163 208 241

Source: Agroscope

Assurer la production laitière pour l’hiver 2013/14 Les premières analyses de fourrage grossier montrent que les teneurs et la digestibilité des fourrages secs sont moins bonnes que celles de l’année dernière en raison de la première coupe retardée. Les chèvres réagissent fortement par rapport à la qualité du foin. Alors qu’elles ingèrent env. 2.5 kg/jour de foin fauché précocement, elles n’en consomment plus que 1.3 kg/jour s’il est fauché à la fin floraison ou s’il a subi la pluie. Conseils pour l’affouragement: • effectuer une analyse des fourrages grossiers • 20 à 30 g de matière azotée par MJ NEL dans la matière sèche permettent une mise en valeur optimale des nutriments • une teneur en cellulose brute de plus de 18 % de la MS limite la digestibilité • distribuer les fourrages grossiers avant les concentrés

Tableau 2: Assortiment d’aliments UFA pour chèvres et brebis Teneurs par kg MJ g de matière sèche NEL PAI UFA 772 ProRumin, Démarrage 6.8 115 UFA 766, Aliment de prod. 7 110 UFA 765, riche en énergie 7 85 UFA 767, riche en protéine 7 125 UFA 763 ProRumin, pour l’élevage et les agneaux à l’engrais 7 110 UFA 864 Bio, pour les exploitations bio 7 103 Rabais Fr. 4.–/100 kg jusqu’au 9.11.13

taires. Par ailleurs, les chèvres sont de fines bouches. Si la qualité du fourrage ne correspond pas à leurs goûts, elles laissent une grande quantité de résidus de crèche (voir aussi l’encadré). C’est pourquoi, sur l’exploitation Mayer, des

• affouragement ad libitum • ne pas dépasser 300 g de concentrés par apport (danger d’acidose de la panse) • entreprendre les changements d’affouragement sur une période de deux semaines afin que les bactéries de la panse puissent d’adapter • règle approximative: jusqu’à 40 g de sel minéral (UFA 998) par animal et par jour avec env. 10 g. de sel bétail • du foin moisi n’a rien à faire dans la crèche des chèvres. Les moisissures (mycotoxines) peuvent entraîner des troubles sanitaires et des pertes • les chèvres en lactation ont besoin d’au moins 3.5 l d’eau par kilo de MS, et nettement plus en cas de fortes chaleurs. Eugen Signer, conseiller en affouragement au service technique UFA, Wil.

brebis sont également détenues pour mettre en valeur ces restes.

Appâts pour la traite Durant la saison hivernale, la ration se compose de foin et de regain. A cela s’ajoutent de l’aliment UFA, du Müeslimix, des minéraux et du sel bétail. «L’aliment UFA sert d’appât pour que les chèvres viennent dans le stand de traite», explique Ernst Mayer. «Si nous le proposions à la crèche, il y aurait des luttes hiérarchiques car les chèvres adorent l’aliment UFA». En matière de productivité, les chèvres Grisonnes à raies des Mayer produisent 650 kg de lait par lactation. En ce qui concerne les aspects sanitaires, les animaux sont vermifugés trois à quatre fois par année. Afin d’éviter les résistances, des échantillons de fèces sont prélevés par le vétérinaire afin de cibler le produit adéquat en fonction des parasites présents. 䡵 REVUE UFA · 10 2013

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee Che Chaschöl Vous en apprendrez davantage sur cette fromagerie innovante, qui produit notamment de la ricotta, des fromages à pâte mi-dure et fumés ainsi que du camembert à partir de lait de chèvre, en consultant la page www.chechaschoel.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13

81


PRODUCTION ANIMALE

Moins de stress en milieu familier LA DÉTENTION DES LAPINS EN GROUPES est un défi auquel sont déjà confrontées de nombreuses exploitations suisses. Un contact illimité avec leurs congénères correspond aux besoins naturels des animaux et comporte des avantages. De nouvelles études montrent qu’il est possible de réduire les blessures au sein des groupes nouvellement formés en modifiant la gestion de la reproduction.

Beatrice A. Roth

Lotti Bigler

La détention en groupes n’est certes pas explicitement prescrite en Suisse. Cependant, avec la détention individuelle des lapins, les besoins essentiels des animaux – comme les contacts sociaux par exemple – ne sont pas satisfaits, si bien que par principe, elle est à considérer comme problématique. Le fait que la détention individuelle dépasse la faculté d’adaptation des lapins se voit par exemple aux troubles comportementaux qui font leur apparition chez les lapins isolés. Cependant, la détention en groupes n’est pas une mince affaire chez les lapins et passe par une bonne connaissance et une bonne observation des animaux.

que les causes qui peuvent en être à l’origine.

Situation sur les exploitations suisses Un vaste sondage effectué en 2010 sur toutes les exploitations

d’élevage cunicole suisses recourant à la détention en groupes a révélé que 40 % d’entre elles fécondaient les lapines avec des bouquins (mâles) alors que les autres 60 % recouraient à l’insémination artificielle. La bonne moitié de ces ex-

Aggressions Les exploitations de Kani-Swiss GmbH et d’Integration Kyburz sont déjà confrontées depuis quelques années au défi de la détention en groupes. En plus des nombreux avantages qu’offre cette méthode, il y a encore toujours des points à améliorer. Il a été démontré que les trois quarts de toutes les interactions sociales entre les lapins sont neutres ou positives (comme se lécher ou se renifler). Cependant, l’autre quart de ces interactions en groupes s’accompagnent d’agressions et peuvent potentiellement déboucher sur des blessures. L’objectif est de favoriser la détention en groupes et de l’améliorer en collaborant avec la pratique. C’est dans ce contexte que le Centre de recherche spécialisé dans la détention convenable de la volaille et des lapins à Zollikofen évalue dans quelle mesure les lapins détenus en groupes souffrent de blessures et de stress ainsi 82

10 2013 · UFA-REVUE


PRODUCTION ANIMALE ploitations adeptes de l’insémination artificielle détiennent les lapines dans des compartiments individuels durant douze jours au moment de la mise bas. Cette phase d’isolement a pour but d’empêcher les fausses gestations et la lutte pour les nids. Par ailleurs, des animaux non portants sont fréquemment remplacés par des lapines gestantes en provenance d’autres groupes. Normalement, l’intégration de ces nouveaux membres dans le groupe intervient après la phase d’isolement. Sur les exploitations utilisant des bouquins pour la fécondation, les groupes sont également complétés avec de nouveaux animaux, par exemple en cas de pertes. Ces procédés entraînent de fréquentes modifications dans la composition des groupes. Un examen mené à deux reprises sur 30 % des lapines d’élevage a

mis en évidence que 30 % d’entre elles présentaient des blessures, en comptant également les plaies presque cicatrisées et les petites égratignures. Si l’on se penche sur les blessures les plus graves, seuls 1 % des animaux sont concernés. Un questionnaire a permis de déterminer que la phase d’isolement constituait un facteur de risque: sur les exploitations qui séparaient les lapines entre la mise bas et l’insémination artificielle, les mères présentaient davantage de blessures que sur celles qui ne procédaient pas à une telle phase d’isolement.

Conseils pratiques pour la formation des nouveaux groupes

Zoom sur la phase d’isolement

• Distraire les lapines avec des apports de foin supplémentaires ou de branches/carottes

Sur la base des résultats de ce sondage, d’autres études axées sur la phase d’isolement ont été menées. L’une d’entre elles a analysé si une composition constante de groupes permettait de réduire les blessures, les agressions et les stress. Pour ce faire, on a comparé un lot d’animaux soumis à une rotation – ce qui est courant dans la pratique – à un autre où la composition des groupes était constante. Les lapines du deuxième lot ont été détenues avant l’essai durant tout un cycle de reproduction dans un groupe sans changement de composition.

Adapter

la reproduction Le nombre de nouvelles blessures et la fréquence des agressions ont atteint leur pic le deuxième jour après la formation des groupes et ont diminué par la suite dans les deux lots. Les groupes à composition changeante ont montré davantage de nouvelles blessures et manifesté plus de signes de stress que ceux où il n’y avait pas de rotation. L’observation du comportement a également mis en évidence une fréquence plus faible des morsures et coups dans les groupes constants. Comme on pouvait s’y attendre, ces résultats mettent en exergue qu’une composition constante des groupes permettait de réduire les blessures, le stress et les agressions, des effets qui se constatent déjà après un seul cycle de reproduction.

99 % des blessures survenant dans la détention en groupes de lapins sont bénignes. UFA-REVUE · 10 2013

En relation avec la formation de nouveaux groupes de lapines d’élevage (boxes d’élevage SST II), Felix Näf a fait des expériences positives avec les mesures suivantes: • Sélection des animaux d’élevage: il faut éliminer les lapines très agressives. • Ouverture échelonnée des compartiments individuels (tout d’abord face avant, puis le couvercle seulement quelques jours plus tard), ce qui fonctionne très bien avec des treillis sur charnière. Felix Näf, Kani-Swiss, Beinwil (AG). • Après l’ouverture, rester ou travailler dans l’étable et intervenir activement en cas de querelles entre les lapines.

• Maintenir la composition des groupes aussi constante que possible, même si toutes les lapines ne sont pas portantes. • Distribuer des gouttes homéopathiques contre le stress dans l’eau.

En résumé, les résultats de ces recherches indiquent que: • la phase d’isolement et la nouvelle formation des groupes qui la suit sont un facteur important de comportement agressif • les blessures pouvaient être réduites par des modifications dans la gestion de la reproduction.

Nouvelles méthodes dans la pratique De l’autre côté, l’isolement est nécessaire pour éviter l’écrasement des jeunes, les combats pour les nids et les fausses gestations. C’est pourquoi il faut développer de nouveaux procédés pour la gestion des groupes. Dans la pratique, on teste déjà de tels nouveaux procédés: par exemple, on essaie de rendre la composition des groupes plus constante même si une partie des lapines ne portent pas. Une autre méthode est l’ouverture progressive après la phase d’isolement. Pour ce faire, les compartiments individuels sont tout d’abord ouverts sur l’avant puis sur le haut seulement quelques jours plus tard. Cela pourrait diminuer les blessures à la tête par morsure. En ce qui concerne la gestion, Felix Näf de KaniSwiss GmbH donne de précieux conseils pour la détention en groupes. Il coordonne la production et la commercialisation des lapins suisses issus de la détention en groupes (cf. encadré). 䡵

Auteurs Beatrice A. Roth et Lotti Bigler, Centre de recherche spécialisé dans la détention convenable de la volaille et des lapins (ZTHZ), Office vétérinaire fédéral et université Berne, 3052 Zollikofen, www.bvet.admin.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13

83


PRODUCTION ANIMALE

La faute aux sangliers? LA PNEUMONIE ENZOOTIQUE (PE), une maladie des poumons redoutée chez les porcs, devrait être en passe d’être éliminée en Suisse. Pour ce faire, il est nécessaire de connaître les modes d’infection. Une étude effectuée à la faculté Vetsuisse de Berne renforce la suspicion face au rôle joué par les sangliers.

Peter Kuhnert

Gudrun Overesch

La pneumonie enzootique, abrégée PE, est provoquée par la bactérie Mycoplasma (M.) hyopneumoniae. Cette dernière s’installe dans les voies respiratoires et se multiplie principalement dans les poumons où elle provoque des dommages qui se manifestent sur l’animal vivant par de la toux. Les animaux malades sont moins productifs, ce qui se répercute sur les performances d’élevage et d’engraissement.

Un Friederike Zeeh

En Suisse les effectifs de sangliers ont tendance à augmenter. Photo: agrarfoto.com

assainissement

onéreux

C’est ce qui a poussé en Suisse à entamer l’assainissement individuel de certaines exploitations. Après des débuts couronnés de succès, on a assisté à de nouvelles réinfections par des exploitations non assainies. C’est pourquoi il a été procédé, jusqu’en 2003, à un assainissement général de toutes les exploitations suisses. Parallèlement, la PE a été inscrite comme maladie à combattre dans la législation sur les épizooties et fait depuis lors l’objet d’une surveillance par l’Etat. Les exploitations infectées doivent être assainies une fois que les autorités vétérinaires compétentes en ont donné l’ordre. Chez les exploitations d’élevage, cela peut déboucher sur un assainissement partiel, pour autant que la situation géographique le permette, et les gorets d’engraissement sont placés dans une porcherie de quarantaine. Les exploitations d’engraissement ont l’obligation d’effectuer un assainissement total, ce qui signifie que tous les porcs de l’exploitation doivent quitter l’exploitation dans un certain laps de temps.

transmis par le trafic des animaux. L’air constitue un autre vecteur: un air humide et frais sans grands courants est particulièrement dangereux. Dans une faible mesure, les bactéries peuvent aussi être transportées par des visiteurs, de l’outillage ou des animaux domestiques. Au cours des dernières années, la PE a fait des apparitions sporadiques (2010: 15 cas, 2011:6, 2012: 5. Source: statistiques des épizooties). Dans certains cas, rien n’indiquait que ces infections étaient dues aux modes d’infections classiques décrits ci-dessus. On s’est dès lors posé la question si les sangliers pouvaient être porteurs de M. hyopneumoniae et, partant, constituer un risque d’infection.

Ils savent nager Le sanglier est une souche originelle fortement répandue du porc domestique et d’un point de vue biologique, il ne constitue pas une espèce différente mais seulement une autre race. Il n’y a aucun autre animal de rente qui présente une parenté aussi proche avec des sujets vivant en liberté. En Suisse, durant de longues années, on

Infections de PE Il n’est pas possible de protéger totalement son cheptel porcin de la pneumonie enzootique (PE). Quelques mesures de prévention ont toutefois fait leurs preuves dans la pratique : • Dans la porcherie, trafic d’animaux contrôle et visites limitées • Reboucher les galeries de rongeurs nuisibles autour de la porcherie • Sécuriser les courettes extérieures au moyen d’une deuxième barrière à une distance d’au moins 1 m • Désinfecter les outils avant de les introduire dans la porcherie • Sas hygiénique incontournable à l’entrée de la porcherie • Mettre des bottes et des survêtements spécifiques à la porcherie • Utiliser le bac de désinfection seulement à l’entrée de la porcherie et non pas à la sortie

trouvait des zones sans sangliers (agriculture intensive et chasse). Actuellement, leur population est à nouveau en augmentation. Les sangliers savent bien nager si bien que les cours d’eau ou les

Animaux, air, hommes outillage L’agent pathogène est principalement 84

10 2013 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE terrains marécageux ne représentent pas une barrière pour eux. En revanche, les hautes montagnes sont des obstacles qu’ils ne franchissent pas. Les sangliers sont omnivores et, grâce à leur groin puissant, ils peuvent fouiller le sol pour y rechercher leur nourriture. Au travers des cultures sarclées comme le maïs, les sangliers sont attirés à proximité de l’homme et des troupeaux porcins.

Le risque des courettes Les sangliers vivent soit en familles menées par une laie, en groupes de mâles d’une année ou en solitaire (mâles). A l’époque de l’accouplement (de novembre à janvier en Europe centrale), le mâle rallie sa famille. Une laie met bas une portée moyenne de sept marcassins après une gestation d’environ 116 jours. Les laies défendent ardemment leur portée. Par la suite, les familles se dispersent à nouveau. Pour rechercher leur nourriture, les sangliers écument leur territoire et peuvent ainsi parcourir d’importantes distances. Les porcs domestiques peuvent entrer directement en contact avec les sangliers sur un pâturage ou dans une courette. Les contacts directs peuvent être favorisés par des clôtures insuffisantes (de groin à groin ou même en pénétrant dans l’enclos). Les contacts indirects avec les sangliers peuvent par exemple intervenir par l’air, de l’herbe souillée ou des chasseurs.

Isolé pour la première fois Dans le cadre d’un projet financé par l’Office vétérinaire fédéral, on étudie actuellement le rôle joué par les sangliers en tant que source possible de transmission de la PE. Au laboratoire national de référence pour la PE à l’Institut de bactériologie vétérinaire de l’université de Berne, on a non seulement pu diagnostiquer l’agent pathogène chez le sanglier mais également l’isoler pour la première fois. On a ainsi la preuve que le sanglier est porteur de M. hyopneumoniae. Par ailleurs, les symptômes de la maladie ne se manifestent pratiquement pas, bien que près de la moitié des sangliers testés aient été positifs pour M. hyopneumoniae.

que telle ne fournit cependant aucune indication quant à des voies d’infection possibles et des relations entre l’agent pathogène chez le sanglier et les conséquences pour le porc domestique. Seul un génotypage, à l’instar d’un test de paternité, permet d’établir une relation de cause à effet sur la base de l’identité ou des différences entre les diverses souches. Le génotypage s’est avéré être un moyen très probant pour expliquer les cas d’infections par la PE chez les porcs domestiques. Il a ainsi été démontré que des exploitations voisines ou liées au niveau organisationnel ont été en principe infectées par la même souche, mais que des souches très différentes pouvaient être à l’origine des diverses infections de PE en Suisse. Cette méthode fonctionne également chez les sangliers. Comme chez les porcs domestiques, les souches de M. hyopneumoniae découvertes chez les sangliers sont très différentes, mais les animaux infectés d’une même région présentent fréquemment les mêmes souches. Vu que l’agent pathogène est suffisamment variable pour examiner différents cas d’infection tout en étant assez stable pour mettre en exergue d’éventuelles relations, cela offre des conditions idéales pour comparer les souches des sangliers avec celles présentes chez les porcs domestiques en cas d’infection. Dans le cas des analyses faites chez les exploitations réinfectées, il a été possible d’obtenir en parallèle des échantillons provenant des sangliers de la région concernée.

Souches différentes La présence

D’autres

avérée de M. hyopneumoniae en tant

Les résultats fournis jusqu’ici par les

REVUE UFA · 10 2013

études

nécessaires

études montrent que l’on a trouvé les mêmes génotypes sur les porcs domestiques et les sangliers, et cela toujours en relation avec une même période et une même région. Toutefois, aucune preuve n’a pu être établie pour l’instant de la transmission de l’agent pathogène d’un sanglier à une exploitation. Cet agent pathogène pourrait tout aussi bien avoir été transmis d’une exploitation positive aux sangliers. Seules d’autres études sur les sangliers en relation avec les cas d’infection de PE pourraient répondre plus précisément à la question d’une transmission des sangliers aux porcs domestiques. En outre, il ne faut nullement perdre de vue les voies de transmissions conventionnelles d’une exploitation à l’autre dans la surveillance ciblée de cette épizootie.

Résumé En Suisse, la PE a pu être assainie avec succès. Toutefois, des cas d’infections se déclarent sporadiquement et bien souvent, la source de l’infection reste imprécise. De nombreux sangliers sont porteurs de l’agent pathogène de la PE et pourraient infecter dans certains cas les porcs domestiques. Par ailleurs, pour l’instant, il n’y a aucune preuve que le sanglier soit effectivement responsable de cas de PE. Chaque cas d’infection et ses causes possibles doivent être analysés et élucidés individuellement. Pour ce faire, le génotypage au laboratoire de référence constitue une aide idéale. Une analyse ciblée des causes en cas d’infection et les mesures prises en conséquence devraient continuer à l’avenir à diminuer la fréquence de la PE en vue d’éradiquer cette maladie en Suisse. 䡵

Ici, des contacts avec des sangliers peuvent avoir lieu. Dans l’idéal, sécuriser la courette au moyen d’une deuxième clôture à une distance d’au moins 1 m éloignant les autres animaux.

Auteurs Prof. Dr Peter Kuhnert, Directeur du projet «PE chez le sanglier» et Dr vét. méd Gudrun Overesch, Directrice du laboratoire de référence ZOBA, Institut de bactériologie vétérinaire, Faculté Vetsuisse de l’université de Berne, 3012 Berne. Dr vét. méd. Friederike Zeeh, Conseillère au Service sanitaire porcin SSP, Bureau BerneSuisse romande, 3001 Berne.

www.ufarevue.ch

10 · 13

85


PRODUCTION ANIMALE

Homogénéité requise sur le marché LES PRODUCTEURS PORCINS UFA 2000 fournissent une qualité toujours meilleure dans les abattoirs. Afin de réaliser un résultat maximal sur le marché, la viande de porc est transformée de manière efficace et conformément aux attentes du marché dans l’abattoir de Ernst Sutter SA.

Ralf Bley

Selon Christian Siegrist, responsable des achats chez Ernst Sutter SA, les exigences envers le marché de la part des acheteurs de viande de porc se répartissent entre «critères extérieurs et valeurs intrinsèques».

Chaque processus de la production peut être retracé de manière détaillée.

normes suisses, le bien-être des animaux, la durabilité et la sécurité. La thématique de la sécurité des denrées alimentaires semble de plus en plus présente dans les médias. La réduction exigée des antibiotiques passe par davantage de contrôles, le conseil, le monitoring et, partant, représente des exigences supplémentaires pour les producteurs.

L’abattoir Bazenheid d’Ernst Sut-

Le centre de la viande fraîche de Bazenheid a été inauguré en 2011 et tourne à plein régime.

Animaux de boucherie homogènes grâce à UFA 2000 Les 30 éleveurs nucléus et de multiplication du programme d’élevage UFA 2000 se sont retrouvés à Bazenheid dans le cadre de leur rencontre annuelle. A cette occasion, une visite de l’abattoir d’Ernst Sutter SA – qui compte parmi les plus modernes d’Europe – a été organisée. Christian Siegrist, responsable des achats, a expliqué l’importance pour les acheteurs de disposer de carcasses standardisées. Henning Luther, directeur zootechnique de Suisag, a souligné que ce sont les élevages nucléus et de multiplication qui constituent la base d’un élevage conséquemment orienté sur le marché. Les engraisseurs, les abattoirs, le commerce de détail et les consommateurs ont des exigences tellement différentes envers la génétique qu’il n’est pas possible de répondre simultanément à tous les désirs. En outre, même en présence du même ADN (vrais jumeaux), il y a toujours une certaine disparité, ce qui est normal et inévitable. Par exemple, l’héritabilité de la PVM n’est que de 36 %. Paul Steiner d’Anicom a pu démontrer à l’issue de la journée que les ventes de cochettes issues des éleveurs nucléus et des multiplicateurs connaissaient une évolution très positive. Les clients sont convaincus par la sécurité des livraisons, les valeurs d’élevage élevées, le statut sanitaire et la fiabilité.

86

Critères extérieurs Tous les fournisseurs sont tenus de remplir les exigences envers les critères extérieurs. Cela passe par une standardisation élevée des carcasses. Pour une transformation optimale dans une entreprise hautement automatisée, les animaux livrés doivent se tenir dans une fourchette étroite en matière de poids, part de viande maigre ainsi que qualité de la viande et de la graisse. Les lots devraient être homogènes et aussi grands que possible. Cette exigence ne peut être remplie que par le biais d’une sélection systématique et en ce concentrant sur une génétique définie.

Valeurs intrinsèques Les «valeurs intrinsèques» qui constituent des arguments de vente dans la commercialisation sont par exemple la génétique et les

ter SA compte parmi les plus modernes au monde. Plus de 1200 porcs par jour y sont abattus quotidiennement, découpés selon les désirs des clients, conditionnés et livrés dans les délais pour la vente. Une telle performance passe inévitablement par une technique et une organisation efficaces. Pour chaque porc de boucherie, la découpe idéale est définie sur la base des résultats d’abattage et opérée en conséquence par plusieurs postes de travail. Chacun de ces postes est équipé d’une balance qui saisit le poids d’arrivée et de départ. Pour chaque morceau de viande, la traçabilité est assurée jusqu’à l’exploitation de production. Les mesures d’hygiène sont très strictes. Les personnes extérieures n’ont pas le droit d’entrer dans le secteur de la production. Pour se rendre à leur travail, les collaborateurs changent de vêtements, se désinfectent les mains et couvrent leur cheveux d’un bonnet et leur barbe d’une protection. 䡵 Auteur Ralf Bley, Chef UFA 2000, 3360 Herzogenbuchsee, www.ufa.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13

10 2013 · REVUE UFA


Secteurs

Utilisez les adresses du nouvel index des branches créé par la Revue UFA.

CONSTRUCTION

MACHINES

ANIMAUX

BURGMER Geflügelzucht AG 8570 Weinfelden 寿 071 622 15 22, www.burgmer-ag.ch

8207 Schaffhausen 寿 052 631 19 00 www.gvs-agrar.ch

Tarir naturellement 2942 Alle 2800 Delémont 1564 Domdidier 1470 Estavayer-le-Lac 3360 Herzogenbuchsee 1733 Treyvaux 3052 Zollikofen

寿 058 434 04 10 寿 058 434 04 20 寿 026 675 21 41 寿 026 663 93 70 寿 058 434 04 50 寿 026 413 17 44 寿 058 434 07 90

TARITRAL

www.umatec.ch

026 913 79 84

www.lgc-sa.ch INSTALLATIONS D’ÉTABLES Die Entstörung von

Wasseradern und Erdstrahlen wie auch die Wasserbelebung für Ihre Gesundheit:

ONLINE

SHOP

ANIPELLI Fourrage suisse pour chevaux qui aime l’air pur Infoline gratuite 0800 808 850 www.fourrages.ch

EDV VL QV L GpD X[  

Vitaltron · Huobstrasse 15 · CH-8808 Pfäffikon SZ 寿 055 420 34 74 oder 079 436 36 04 · www.vitaltron.ch

Eugen-KolbEntmistungsanlagen SCHN EIDER

Beratung Verkauf Service Reparaturen

grosses Ersatzteillager

Telefon 052 376 16 95

SCHNEIDER www.schneider-landmaschinen.ch LANDMASCHINEN AG 9548 MATZINGEN

TRAITE Vous voulez tout savoir des dernières actualités? Alors consultez les Agro-News à l'adresse: www.ufarevue.ch

ALIMENTS

INFORMATIQUE

EDV-Komplettlösungen für Produktion und Handel

Bourse aux annonces de la Revue UFA. Comnuniquez-nous votre annonce par tél. au (058 433 65 20), fax (058 433 65 35) ou info@ufarevue.ch

%UDQFKHQVSH]L¿VFKH(UZHLWHUXQJHQ

www.cbt.ch 061 981 25 33

www.revueufa.ch Suite de la page 65

TECHNIQUE AGRICOLE recherche Cambridge Walze, 2.8 3 m, 寿 077 492 51 10 Wendetraktor Antonio Carraro, ab Typ 8008, Vierzylinder, guter Zustand, weniger als 2500 Betriebsstunden 寿 041 980 62 65 Ausleger für Bergmäher Reform 131 寿 071 891 24 63 oder 寿 0795233291

REVUE UFA · 10 2013

Felgen, 18 x 38 Zoll mit 275 mm Lochkreis, von Fendt, John Deere 寿 079 720 11 20 Maiswanne zu Mengele Blitz 1000; Ladewagenmesser zu Mengele-Garant; Schalldämpfer zu Turbozyklon, Kt. BE 寿 079 454 59 86

10 - 15 PS oder Schaufelrührwerk; Heurüstmaschine, Kranmodell Obstauflesmaschine; Heumesser S&M, 寿 079 678 81 49 Grassilorundballen-Abrollmaschine 寿 077 419 37 55

Rapid Swiss Fendt, 14 x 24 Zoll Felgen 寿 079 720 11 20

Heurüstmaschine, Kranmodell, auch defekt 寿 079 672 76 25

Kratzbodenwagen für Maissilage 寿 079 431 33 56

Scheibenschaarsähmaschine, 寿 041 921 16 35

Tauchrührwerk; Wabenroste für Schwemmkanal 寿 041 480 28 36 Antrieb für Flügelrührwerk; Güllenmixer,

Sternhackgerät Haruwy 寿 079 765 20 26 Busatis Mähwerk, Anbau hinten, 寿 077 492 51 10 Pickup Ladewagen,

ca. 2.2 m, Marke egal 寿 079 754 15 07 Hydr. Ballenabroller oder Ballenschneidzange an Frontlader Euro 8, Aufnahme für Futtermischwagenbefüllung 寿 079 483 60 90 Schneeketten zu Carraro Galaxy Pneu, 35 x 19.00 - 16.1 NHS 寿 079 245 25 02 Schneepflug, 200-250 cm, an Dreipunkt 寿 079 245 25 02 LKW Rad, mit Trilex-Felge 10.00 R20, mit gutem Profil, 寿 079 483 80 81 Oldtimer Hürlimann 寿 062 299 14 30

Bourse aux bonnes affaires Rapid 505, mit Bandeingrasung - alles anbieten; Ladewagen Mengele LW290 寿 079 286 15 88 oder 寿 044 954 32 05

TECHNIQUE AGRICOLE gratuite 2 Pneu Michelin XM108, Grösse 6.50.65.42, gerillt für Traktorpulling 寿 079 652 32 21

Acker-Wiesenwalze, Eigenbau, gezogen, sehr schwere Walze aus 14 PW Rädern gefüllt mit Beton, Walze muss abgeholt werden, 寿 079 670 54 51 Eiserner «Wedelen- oder Reiswellen - Bock» 寿 079 382 73 60 Pneuwagen, Holzbrücke 4.5 x 1.8 m, mit Beleuchtung, 寿 079 357 23 94 Rotaversilo, 50 m3, Ostschweiz 寿 079 856 40 25

Suite à la page 93 87


PAGE BIO

Satisfaits de leur nouvelle branche d’exploitation ON RECHERCHE DES ÉLEVEURS DE POULETTES Ciril et Simone Arpagaus sont chanceux. En matière d’accroissements, d’homogénéité du troupeau et de pertes, les résultats dépassent leurs espérances.

Profil de l’exploitation Ciril et Simone Arpagaus, Illanz Surface agricole utile: 25 ha Situation: altitude 1100 m, zone de montagne 3 Cheptel: 32 vaches laitières, 4000 poulettes, 20 porcs à l’engrais, 10 moutons Activités accessoires: infirmière à 50 % (Simone) Main d’œuvre: Ciril, Toni et Simone

88

«Cela faisait longtemps que nous réfléchissions comment augmenter la valeur ajoutée sur notre domaine», se souvient Ciril Arpagaus. «Un jour, le conseiller UFA Karl Mirer nous a appris que la maison Hosberg, active dans l’élevage de poulettes bio et dans la commercialisation des œufs bio, recherchait de nouvelles exploitations. Nous avons analysé les chiffres et il ne nous a pas fallu longtemps pour nous jeter à l’eau». La décision a été prise en mars et en novembre, le poulailler accueillait déjà son premier lot de 4000 poulettes. Martin Fäh, spécialiste avicole chez UFA, a inculqué les bases de l’élevage des poulettes à la famille Arpagaus et l’épaule en répondant à ses questions. «Nous apprécions beaucoup ses conseils», relèvent Ciril et Simone. «Il est toujours là quand nous avons besoin d’un renseignement.»

Un départ intense

Avec une durée d’élevage de 18 semaines, il serait

Pour que la transition à la phase de ponte se passe bien, il faut que le poulailler d’élevage ressemble autant que possible à l’environnement ultérieur.

Les poulettes de Simone et Ciril Arpagaus sont bien apprivoisées, ce qui indique un bon suivi.

théoriquement possible de procéder à 2.5 rotations par année. Toutefois, en raison de la saisonnalité de la production d’œufs, il n’y a que deux rotations par année au maximum. Les poussins nouvellement arrivés restent tout d’abord sur la volière où ils ont du fourrage et de l’eau à leur disposition. Par la suite, on ouvre les étages de la volière pour que les animaux puissent se mouvoir librement dans le poulailler et apprendre à voler. Comme bien souvent en production animale, la partie se joue principalement au départ. «C’est au démarrage qu’il faut le plus de temps, avec environ quatre heures de travail par jour», constate Simone. • Il faut habituer les poussins à la volière. • Les sept premiers jours, il convient d’utiliser des abreuvoirs-réservoirs pour permettre aux poussins plus faibles d’accéder à la nourriture et à

l’eau et minimiser les pertes d’animaux. • Un programme de lumière spécial régule les phases de repos et d’activité des poulettes. La maturité sexuelle et la future phase de ponte sont influencées par le programme de lumière adopté durant la phase d’élevage. • Au début, l’observation des animaux est très importante afin de réduire au maximum les pertes. Si les poussins sont éparpillés régulièrement dans le poulailler, cela signifie que la température et l’aération sont correctes. S’ils se tiennent les uns contre les autres, c’est qu’il fait trop froid ou qu’il y a des courants d’air. S’ils sont couchés par terre avec les ailes déployées, c’est qu’il fait trop chaud. En cas de besoin, pour stabiliser la digestion des animaux, la famille Arpagaus a fait de bonnes expériences avec l’utilisation de la spécialité UFA-Antifex 10 2013 · REVUE UFA


PAGE BIO

Survol de l’élevage de poulettes bio Conditions • avoir du plaisir à travailler avec les volailles • temps libre à disposition • travailler de manière précise • capacités financières • réserves dans le bilan des éléments fertilisants et/ou contrat d’engrais de ferme Données de production selon Agridea • rotations par année: min. 2 • durée d’élevage: 126 jours • temps vide: max. 75 jours • aliment pour poussins/animal: 2.6 kg • aliment pour poulettes/animal: 4.4 kg • mélange de grains/animal: 0.3 kg • mortalité: 2.5 % Rentabilité selon Agridea (4110 places) • investissements: env. 600 000 Fr. • charge de travail annuelle: env. 600 h

Chevaux en pension

maines, les jeunes poulettes bio peuvent aller au pâturage. La bonne paille Ce sont des pellets de paille qui assurent l’essentiel de la litière: ils absorbent l’eau et le sol reste ainsi sec. Tous les deux jours, de la paille longue est également utilisée, avec laquelle les poules aiment bien jouer. Il s’agit de paille de blé propre et exempte de moisissures. La paille d’orge contient trop de grains alors que celle d’avoine n’est pas suffisamment absorbante. Des bacs à sable permettent aux animaux de satisfaire ce besoin naturel. Tous les dix jours, les Arpagaus font fonctionner le tapis à déjections. Le tas de fumier est couvert afin d’assurer la qualité de l’engrais de ferme. 4000 poulettes correspondent à 16 unités de gros bétail et produisent des engrais de ferme pour environ 6.3 ha. La moitié du fumier de poulettes bio est épandu sur l’exploitation.

Alors que selon le règlement, les chevaux bio doivent avoir une alimentation 100 % biologique, il existe une exception pour les chevaux en pension: au moins 90 % des aliments doivent être de qualité Bourgeon. Le reste de la ration peut être composé de produits conventionnels. Ces derniers ne doivent toutefois pas contenir d’OGM (voir sur les sacs) et être entreposés ou marqués de manière distincte afin d’éviter toute ambiguïté. Il est recommandé de tenir un journal des achats et des inventaires pour les aliments. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet dans la nouvelle brochure ‹Chevaux en pension sur les exploitations bio› de l’institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL).

Combien de vers de terre faut-il? Plus il y a de vers de terre, meilleure est la fertilité du sol. En octobre, sur une surface au champ de 50 x 50 cm, on peut considérer la densité de vers de terre comme bonne dès lors que l’on dénombre environ 20 turricules. Une motte de terre bêchée de 10 x 10 cm et d’une profondeur de 25 cm provenant d’un sol brun mi-lourd fertile devrait contenir deux à trois vers de terre, ce qui correspond à 100 à 200 animaux par mètre carré. Lorsque le nombre de vers de terre est insuffisant, il est recommandé de réduire l’intensité du travail du sol durant la période où ils sont actifs (marsavril, septembre-octobre). Il peut aussi être judicieux de ne procéder qu’à un labour superficiel afin d’éviter des problèmes de compactage dans les couches inférieures du sol. Pour tout savoir sur les vers de terre, vous pouvez consulter la nouvelle fiche technique ‹Vers de terre› de l’institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL).

• salaire horaire: env. 34 Fr. • marge brute y c. contributions par année: env. 64 100 Fr. • cash-flow annuel: env. 29 800 Fr.

à base de bactéries lactiques. Dès que les poulettes ont grandi et qu’elles sont devenues autonomes, la charge de travail diminue à deux heures au maximum par jour.

Alimentation en deux phases En jetant un coup d’œil dans le poulailler des Arpagaus, on peut se rendre compte de la qualité du travail fourni. Les animaux affichent une bonne homogénéité ainsi qu’un beau plumage. En plus d’une alimentation ciblée, ce résultat est obtenu grâce à une détention respectant les besoins des animaux et une bonne occupation de ces derniers, ce qui prévient le piquage. Sur la bande d’alimentation, les poussins sont tout d’abord nourris avec de l’UFA 501. Après neuf à dix semaines, en suivant l’évolution des besoins, c’est UFA 502 qui prend le relais. Pour que les animaux soient suffisamment occupés, le mélange de grains UFA 504 est épandu sur la litière. Dès l’âge de six seREVUE UFA · 10 2013

Pesée une fois par mois

L’uniformité du troupeau est un critère important en vue d’apprécier la qualité de l’élevage. C’est pour cette raison que 1 % du troupeau est pesé toutes les quatres semaines par échantillonnage afin de pouvoir réagir en cas de problèmes de croissance. Si les poules ne prennent pas assez de poids par rapport à la courbe idéale, il faut vérifier l’accès à la chaîne d’alimentation et son réglage. Eventuellement augmenter la fréquence d’affouragement à cinq fois par jour. Il est également possible que les animaux aient besoin de davantage d’aliment. Avant la sortie du poulailler, il est important de peser les animaux pour vérifier l’appréciation qualitative par l’acheteur.

Bilan positif Après les premières séries, la famille Arpagaus est satisfaite de sa nouvelle branche d’exploitation. «Ce qui me tracasse, ce sont les pertes», confie Ciril bien que dans son poulailler le pourcentage de pertes d’animaux soit nettement inférieur à la «norme» (cf. encadré). Mais ce sont précisément un tel état d’esprit, garder les yeux ouverts et vouloir constamment s’améliorer qui comptent parmi les facteurs de réussite dans la branche de production exigeante qu’est l’élevage de poulettes bio. 

BRÈVES

Appréciation de la durabilité des entreprises

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee

www.ufarevue.ch

10 · 13

La durabilité est un terme souvent utilisé à tort et à travers et mêlé à toutes les sauces. L’institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) présente désormais un nouvel outil, dénommé ‹Sustainability Monitoring and Assessment RouTine› (SMART) permettant d’apprécier une entreprise active dans le secteur alimentaire, d’une manière globale et sur des bases scientifiques. Le FiBL présentera cet instrument le 24 novembre lors d’une manifestation à Hanovre (‹Glaubwürdigkeit, Transparenz, Vergleichbarkeit – Nachhaltigkeitsbewertung für Unternehmen im Lebensmittelsektor›). Les résultats des études pilotes menées dans quatre entreprises seront également exposés. 89


BRÈVES VIE QUOTIDIENNE

Webinaire gratuit pour les paysannes Tirage au sort

Eplucheur Swiss

Le premier éplucheur économe a été inventé et breveté en 1947 par Alfred Neweszerzal. Ce dernier était un descendant d’émigrants tchèques né en Suisse à Davos. Avec son éplucheur, il a fait un véritable carton à travers le monde. La Revue UFA tire au sort cinq éplucheurs à pommes de terre d’une valeur de Fr. 14.60, offerts par swisspatat. Grâce à cet éplucheur aussi pratique qu’esthétique de Peel Appeal, les pommes de terre sont épluchées en un tournemain. Envoyez un SMS au 880 (90 ct.) avec la désignation KFL Potato Nom Adresse ou envoyez-nous une carte postale avec la remarque «Potato» à Revue UFA, Theaterstrasse 15a, 8401 Winterthour. Délai d’envoi: 11 octobre 2013.

Gagnants de la Revue UFA 7-8/2013 Les personnes suivantes ont gagné un tube de baume aux pommes de terre santénatur® offert par swisspatat: Antonia Caminada de Vrin, Anita Savoy de Tatroz, Veronika Spichtig de Kerns, Therese Tschopp de Bubendorf et MarieThérèse Uldry du Châtelard. Sous www.patate.ch, vous trouverez une offre attractive de livres de recettes ainsi que tous les accessoires liés à la pomme de terre.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 90

En octobre, la Revue UFA organise en collaboration avec Agri hebdo un webinaire à l’attention des paysannes. Un webinaire est un séminaire qui se déroule en direct sur internet. Ce type de discussion permet aux paysannes d’intervenir en direct en posant leurs questions. Agri hebdo et la Revue UFA organisent ensemble un webinaire pour les paysannes et agriculteurs de Suisse romande, qui se déroulera le 10 octobre 2013 et qui aura pour thème ‹Couverture sociale des paysannes›. Il sera animé par Paul-André Houlmann, de la

Chambre Jurassienne d`Agriculture, et par Christian Kohli des assurances de l’USP (Agrisano). Tous deux répondront à des questions comme: Quels sont les droits des paysannes en matière d’assurance maternité? Une paysanne doit-elle cotiser à l’AVS en tant qu’indépendante ou posséder un compte de prévoyance? ‹Couverture sociale des paysannes› Rendez-vous: 10.10.2013, 19h 30 – env. 20h 00 Conférenciers: Paul-André Houlmann, Christian Kohli

Inscription: par e-mail à anna.steindl@ufarevue.ch, Objet: Webinaire 2 Les logins seront transmis aux participants après inscription. L’ordinateur doit disposer d’enceintes et Flash Player doit être installé. Il est possible d’envoyer des questions à l’avance. La participation est gratuite. Plus d’informations sur le site www.ufarevue.ch, sous l’onglet Webinaire. 14 %, a pratiquement quintuplé. L’USPF va passer cette étude du budget-temps au peigne fin, procéder à une appréciation des résultats et les développer, comme on peut le lire dans une prise de position de l’USPF.

La bonne combine de Pia

Tricoter rend intelligent

Dip aux poires et à la moutarde 500 g de poires bien mûres 170 g de sucre gélifiant (rapport 1:3) 2 cc de moutarde mi-forte 3 grains de piments 1 prise de poivre de Cayenne 1 prise de poivre noir 1-2 piments rouges

Peler et épépiner les poires et les réduire en purée. Mélanger avec le sucre gélifiant et mettre dans une casserole. Assaisonner avec le reste des ingrédients et cuire 4 – 6 minutes. Remplir à ras-bord dans deux bocaux de 220 ml. Refermer tout de suite. Ce succulent dip accompagne merveilleusement bien la fondue, la raclette, les plats de volaille ou le fromage, surtout les fromages de chèvre ou corsés.

Pia Amstutz-Grädel www.inforama.ch

Le tricot stimule les deux hémisphères cérébraux. C’est ce qui a motivé l’association des femmes rurales argoviennes à lancer un projet de tricot lors de l’ALA, dans le but d’intégrer les matières ‹Textiles› et ‹Organisation technique› dans le programme scolaire.

Tâches ménagères

Selon l’Unions suisse des paysannes et femmes rurales (USFP), les résultats d’une enquête sur le budgettemps mené par la station de recherche Agroscope ReckenholzTänikon ART confirment totalement ce que l’on sait sur le travail des paysannes: le temps de travail des paysannes et des agriculteurs a diminué d’un sixième pour s’établir à dix heures de travail par jour. Il reste toutefois nettement supérieur aux autres branches de l’économie. Le temps consacré par les paysannes à une activité extérieure, qui s’élève à

Les paysannes ouvrent leur cuisine Quelles sont les meilleures ambassadrices de la cuisine authentique et du bon goût dans notre pays? Les paysannes suisses évidemment! Et, justement, elles nous ont ouvert les portes pour inviter les consommatrices – et consommateurs – à partager leurs secrets culinaires sur smartphone. «Recettes paysannes» vient compléter les autres modules de l’application AGRI Info, soit ‹A la ferme› qui recense près de 300 adresses de fermes romandes pratiquant la vente directe; ‹Manifestations›, un calendrier pour savoir quand et où se déroulent les événements liés à l’agriculture; ou encore ‹Produits médaillés›, comportant les coordonnées des lauréats du Concours suisse des produits du terroir. A ce sujet, signalons que dès le 1er octobre l’ensemble des médaillés de l’édition 2013, qui se tiendra les 28 et 29 septembre à Delémont, seront également répertoriés au sein de la nouvelle application. 10 2013 · REVUE UFA


RECETTE VIE QUOTIDIENNE

Cuire à l’étouffée: un régal PRODUITS DE LA FERME La paysanne Annekäthi SchluepBieri aime les plats cuits en cocotte, surtout parce que la viande provient de son exploitation. L’auto-approvisionnement joue un rôle important, également en ce qui concerne les légumes et les fruits du jardin.

Paupiettes de chez grand-mère 4 – 6 grandes, fines tranches de bœuf 4 – 6 tranches de lard 1 grand oignon, haché 4 – 6 bâtonnets de carottes 4 – 6 bâtonnets de pain (rassis) assaisonnement et herbes 1 c.s. de farine 1 c.s. d’huile de colza pour rôtir 2 c.s. de purée de tomates 1½ dl de cidre cure-dents Mortifier la viande pour qu’elle soit fine. Assaisonner de sel, de poivre, de paprika et d’herbes. Couvrir avec une à deux tranches de lard. Saupoudrer le tout d’oignon haché. Enrouler autour d’un bâtonnet de carotte et de pain, fixer à l’aide d’un cure-dent. Rouler les paupiettes dans la farine et les rôtir dans une poêle dans de l’huile chaude. Déglacer au cidre. Ajouter un peu d’eau et assaisonner avec la purée de tomates et les herbes. Laisser mijoter pendant env. 1 à 1 ½ heure à couvert à petit feu. Contrôler de temps en temps s‘il y a suffisamment de liquide.

Courgettes Schluep 1 courgette moyenne ⁄5 de schabziger glaronnais ou de zibu (beurre au schabziger) 10 g de beurre sel, poivre, curry, bouillon aux légumes en poudre

1

Notre paysanne En collaboration avec son mari Ruedi, Annekäthi SchluepBieri gère une exploitation de 23 ha située à Schnottwil (SO). Les Schluep engraissent leurs bovins au pâturage et élèvent deux vaches-mères avec leurs veaux. Les quatre enfants adultes ont quitté le nid, mais viennent souvent en visite avec leurs quatre petits-enfants. Sa fonction au sein du comité de l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales (USPF) est pour ainsi dire héréditaire vu que mère et grand-mère, tant du côté de son mari que de sa propre famille, se sont engagées au sein de l’USPF. Annekäthi Schluep préside la commission «Famille et politique sociale». A. Schluep s’engage au sein du projet «Femmes et hommes de la campagne – des clés pour vivre en harmonie».

préchauffé à 220 °C pendant env. 20 à 30 minutes. Au milieu du temps de cuisson, saupoudrer le schabziger râpé fin mélangé au beurre sur les courgettes et continuer de cuire jusqu’à ce que la courgette soit tendre.

Crème aux pruneaux ½ citron 400 g de pruneaux 6 c.s. de sucre gélifiant 300 g de yogourt nature 200 g de séré maigre 1 sachet de sucre vanillé (ou de pâte à la vanille) 1 dl de crème Presser le citron. Couper les pruneaux en deux, les dénoyauter et laisser mijoter pendant env. 2 minutes avec le jus de citron et le sucre. Réduire les pruneaux en purée, porter encore une fois à ébullition et bien laisser refroidir.

Les recettes d’Annekäthi SchluepBieri à base de fromage, de courgettes et de viande.

Mélanger le yogourt, le séré et le sucre vanillé. Battre la crème. Mélanger les pruneaux avec la masse au yogourt et au séré. Mélanger la moitié de la crème fouettée à la masse. Garnir la crème aux pruneaux avec le reste de la crème fouettée. Variante: décorer avec des amandes effilées rôties. 䡵 La crème aux pruneaux élaborée par Annekäthi Schluep peut être confectionnée à partir de pruneaux surgelés et suffit pour quatre à six personnes.

Annekäthi Schluep s’adonne aussi aux travaux manuels, au jardin et lit de temps à autres un livre.

Laver la courgette et la peler. La couper en dés. Assaisonner les dés de curry, de sel, de poivre et de bouillon. Disposer dans un plat à gratin graissé. Cuire au four REVUE UFA · 10 2013

91


AUTO-APPROVISIONNEMENT ET LATIN DE CUISINE VIE QUOTIDIENNE

Sain et avantageux LA CUISSON À LA VAPEUR est une des plus anciennes méthodes de cuisson. Les corbeilles en bambou d’Asie sont très connues mais aujourd’hui la technologie et les ustensiles modernes rendent la méthode très intéressante, même pour les ménages habitant à la campagne.

Rita SteinerLippuner

Le poisson, les légumes, les tendres morceaux de poulet, les terrines et les délicieux flans peuvent être préparés dans un cuiseur à vapeur – il s’agit là d’aliments et de menus qui devaient autrefois être pochés au bain-marie ou cuits à la vapeur avec peu de liquide.

Pêches stérilisées sorties du cuiseur à vapeur.

Alimentation Les cuiseurs à vapeur sont faciles à utiliser. L’eau est chauffée dans l’évaporateur et la vapeur ainsi produite est amenée dans le compartiment de cuisson, dans lequel les aliments sont chauffés de manière régulière et douce. La cuisson sans liquide permet de préserver les vitamines, les sels minéraux et l’arôme des aliments. Il n’est alors plus nécessaire de saler et d’assaisonner autant. Souvent des herbes fraîches, quelques gouttes d’huile de très bonne qualité ou un peu de beurre suffisent à relever le goût. Les légumes conservent leur forme et leur couleur. La viande et le poisson se dessèchent moins, ils restent donc plus ju-

Technologies modernes Steamer à pression: Cette «marmite à vapeur» incorporée permet une cuisson à vapeur avec ou sans pression. Les températures peuvent être réglées entre 50 et 120 degrés Celsius. L’appareil nécessite une arrivée et un effluent d’eau fixes. Cuiseur à vapeur ou steamer: Ils permettent une cuisson sans pression avec des températures réglables entre 50 et 100 degrés Celsius. Une arrivée d’eau fixe n’est souvent pas nécessaire, l’eau pouvant être versée dans un récipient amovible avant chaque cuisson. Four à vapeur combiné: Ces appareils peuvent être utilisés comme cuiseur à vapeur ou comme four. Le four à vapeur combiné est équipé d’air chaud et éventuellement d’autres programmes supplémentaires (chaleur inférieure – supérieure, niveau pizza, griller, séchage et cuisson à basse température). Une arrivée d’eau fixe n’est souvent pas nécessaire, vu que l’eau peut être versée dans un récipient amovible avant chaque cuisson. 92

Mûres avec passoire et bol de récupération, prêtes pour l’extraction du jus.

teux. Le cuiseur à vapeur est idéal pour régénérer les aliments. On peut sans problèmes réchauffer des aliments apprêtés sur une assiette ou des restes dans un bol en céramique. Les denrées restent humides et paraissent fraîches. Il est conseillé de les recouvrir d’un film alimentaire (seulement jusqu’à 100 °C) pour éviter l’accumulation d’eau de condensation. Beaucoup d’appareils permettent de régler la température entre 50 et 100 degrés Celsius, ce qui permet une adaptation idéale aux aliments. Il est possible de cuire différents menus en même temps sans risquer une transmission de goût. Il faut alors tout d’abord mettre les aliments ayant un temps de cuisson plus long et rajouter ensuite les denrées plus délicates. Pour préparer un menu entier il faut cependant bien planifier les différentes tâches et préparer à temps tous les ingrédients.

Four à vapeur combiné Les programmes de cuisson à la vapeur sont

idéaux pour blanchir une grande quantité de légumes pour la congélation. On peut extraire le jus de baies et de fruits à noyaux bien mûrs à l’aide d’une passoire et d’un bol de récupération. En ce qui concerne les coings et les fruits à noyaux le résultat n’est satisfaisant qu’avec un steamer. Le cuiseur à vapeur convient également bien pour stériliser les fruits, les tomates ou pour faire des confitures. Pour cela il faut toutefois avoir de l’expérience. Les modes d’emploi des fabricants contiennent des tableaux indiquant les températures, les programmes et les temps approximatifs. Je conseille d’effectuer un essai avec quelques verres et de noter ensuite les temps de cuisson propres à chaque fruit. La combinaison de la vapeur et de l’air chaud (par exemple les programmes à intervalles, de cuisson ou pro) est idéale pour cuire du pain, des pâtisseries à base de pâte feuilletée ou des petits gâteaux. Ces programmes sont également très bien adaptés pour apprêter des gra10 2013 · REVUE UFA


AUTO-APPROVISIONNEMENT ET LATIN DE CUISINE VIE QUOTIDIENNE

Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 87

IMMOBILIER recherche Handwerker sucht Bauernhaus mit Scheune, zum Kauf, als Wohn- und Geschäftssitz Region Winterthur lukasmeierbau@bluewin.ch oder 寿 079 466 18 19

Légumes au four, au premier plan un morceau de poulet.

Confiture au steamer à vapeur 1 kg de fruits (coupés) 800 g de sucre gélifiant Bocaux propres avec couvercles à visser

tins et des lasagnes. Ils brunissent bien et dessèchent moins grâce à la vapeur. Le programme de séchage au four à vapeur combiné (40 degrés Celsius air chaud) peut être utilisé pour le séchage de fruits ou de légumes mais aussi pour la production de yogourts ou la fermentation de la pâte levée.

Considérations avant l’achat Avant l’acquisition d’un appareil, il vaut la peine de comparer différents modèles. Le choix sera influencé par la taille de la famille, ses habitudes culinaires et éventuellement le type d’appareils déjà à disposition (four à pain, marmite à stérilisation, par exemple). Les prix dépendent du type d’appareil, du nombre de programmes et des accessoires tels des plaques ou des passoires. Il faut donc bien réfléchir à l’utilisation que l’on compte faire de l’appareil au quotidien. L’utilisation des denrées agricoles produites sur l’exploitation joue un rôle essentiel dans un ménage rural. Au moment de transformer la cuisine ou d’acquérir un nouveau four, il convient d’envisager l’achat d’un cuiseur ou d’un four à vapeur. Ces appareils peuvent être utilisés de manière polyvalente. Une planification et un usage judicieux facilitent le travail. 䡵 REVUE UFA · 10 2013

Couper les fruits et ajouter le sucre gélifiant. Réduire le tout en purée avec le bâton-mixeur. Remplir les verres de purée de fruits jusqu’à 2 mm en-dessous du bord. Fermer les verres et cuire 20 minutes avec le programme de cuisson à vapeur (96 –100 degrés Celsius selon le type d’appareil). Pour les appareils avec un temps de d’échauffement et de refroidissement, ces minutes seront ajoutées au temps de base. Cette recette est idéale pour les baies (framboises, mûres) et les fruits à noyaux bien mûrs (cerises, abricots, pêches, pruneaux). On ne peut pas faire de la gelée car le sucre ne se mélange pas assez bien avec le jus de fruits et se dépose au fond. Extraction de jus de fruits Mettre des baies bien mûres (raisinets, casseilles, mûres, sureau, raisins avec peau délicate) dans une passoire et disposer celle-ci en travers sur un deuxième bol sans trous afin que le jus puisse être récupéré. Cuire les fruits ou les baies pendant env. 30 à 45 minutes avec un programme de cuisson à la vapeur (100 degrés). Le jus est très intense et se prête à une gelée fruitée.

Auteure Rita Steiner-Lippuner préside le Service d’économie rurale au centre de formation de Wallierhof à Riedholz (SO). www.wallierhof.ch

www.ufarevue.ch

10 · 13

Landwirtschaftliche Liegenschaft im Oberemmental für junge Emmentaler Familie, Objekt darf gerne abgelegen, renovationsbedürftig und ohne ARAAnschluss sein, für Nutztierhaltung, wir freuen uns auf ihren Anruf 寿 078 662 05 03

IMMOBILIER à louer Einfaches Wochenendhäuschen im Grünen 寿 041 480 33 52

ANIMAUX à vendre Jerseyrinder; Jerseykuh, jung, 寿 079 245 25 02 frischgekalbte Kühe auf www.bestiaux.ch 寿 079 352 72 70 2 Rinder, zutraulich Pinzgauer, im Okt. 9 Mt. trächtig von LM. Mutterkuh CH anerk. ZH 寿 078 723 90 48 SBS und BFS Schafe, Muttertiere 寿 032 351 23 58 Tricolor Border Collie Welpen, reinrassig, super Treiber für Schafe und Rinder, 寿 079 426 28 50 2 x F1 Lim. Rinder, 9 Monate alt, trächtig am 6.10.13 u. 14.11.13, mit Abstammung 寿 079 392 87 54 Stiere Galloway; Ochsen zum Schlachten, 1-2-jährig, Black-Belted 寿 041 787 09 68 BS-Stier, geb. 29.03.2012, gute Abstammung, V: Clark M: Denver-ET 寿 079 392 49 95 Charolais Stier 100%, geb. 8.8.2010, guter Charakter, Tz. 1513 g, 84-87-91-91, idealst um in eine Herde einzufügen 寿 079 445 49 40 Simmentaler Rinder, Jungkuh, Mutterkuh, Schweiz fähig, Kalbung

Okt - Dez, äusserst zahm 寿 079 445 49 40 Junghennen und Baldleger, weisse, braune, schwarze, silver, sperber, laufend zu verkaufen, mit bester Schweizer Qualität, Hauslieferung bei 10 Stk und 1 gratis, ab 50 Stk, interessante Preise www.junghenne.ch 寿 079 685 74 29 Veaux rece d’Hérens mâle ou femelle pour engraissement ou élevage 寿 079 471 90 32

ANIMAUX recherche Biete Winterfütterungsplatz, ab Sept. 2013 bis Mai 2014, für Pferd, Esel oder Pony, geräumige Box mit grossem Auslauf, gute Haltung und Pflege 寿 041 980 62 65 Vieh für Mutterkuhhaltung 寿 079 857 80 09 Warmblutzuchtstute an guten Platz, schwarz oder schwarzbraun, mit guter Abstammung und oder hoher Eigenleistung im Springsport, kann auch 2oder 3-jährige Jungstute sein, 寿 041 980 62 65

ACCESSOIRES POUR ANIMAUX à vendre Fresswagen mit 3 Chromstahl-Futtertrögen; 2 Tränkewagen; Futterwagen; 2 Schlafiglus, Preis nach Vereinbarung, ganzes Zubehör für FreilandSchweinehaltung 寿 052 336 20 68 Ferkel-Kastriergerät, Schippers, komplett mit Wagen; Abferkelbox mit Ferkelnest, Heizelement und Steuerung 寿 078 812 12 24 Melkaggregate De Laval, 3 Stück, Glasleitung 25 m, Glasglocke mit Motor, Fr. 1800, verhandelbar 寿 041 460 48 05 Schweinemast Stalleinrichtung für 64 Mastplätze, sehr guter Zustand, ganze Einrichtung aus Chromstahl: Schwenktröge, System Huber Buttisholz., komplette Einrichtung mit Trennwänden, Fr. 3000 寿 041 448 12 46

Guss-Harnrinnen System Kolb, ca. 80 Stk, 20 x 50 cm à Fr. 5 / Stk 寿 032 381 11 10 Kälbertränkeautomat Förster Stand Alone, mit Einzeltiererkennung, 33 Halsbänder, top Zustand 寿 079 303 09 04 Weidezaungerät, bis 220 Volt, Lacme-Secur 2005 - 12000 VOLT, 6 Joule, sehr starkes Gerät, top Zustand, Fr 250, Kt. TG 寿 079 670 54 51

ACCESSOIRES POUR ANIMAUX recherche Klauenstand, ev. auch ein reparaturbedürftiger, Raum Ostschweiz 寿 079 245 25 02

OFFRES emploi Suchen Sie einen Zusatzverdienst? Sehr interessant für Jedermann oder Jedefrau. Sind Sie motiviert etwas Neues anzufangen? Gute Verdienstmöglichkeit 寿 079 507 83 78

FOURRAGE à vendre Stroh in Quaderballen, 1a Qualität; Ökoheu, gute Qualität, Transport kann organisiert werden 寿 079 404 82 57 Grassiloballen, Frühlingund Sommerschnitt, Werner Sommer, 8253 Diessenhofen 寿 079 383 50 59

DROITS de livraison ZMP Lieferrecht, 40000 kg, auch Teilmengen möglich. Preis nach Absprache. Tel. Abend/Morgen 寿 041 917 13 47

Klauenpflegestand mit Transportwägeli für Traktorzug, Boden mit neuer Gummimatte, gepflegter Zustand 寿 079 713 95 05

93


VOYAGE D’ÉTUDE EN URUGUAY ET AU BRÉSIL VIE QUOTIDIENNE

Vivre et apprécier l’Amérique du Sud Voyage 1: 9. – 26.1.2014 | Voyage 2: 23.1. – 9.2.2014 | Voyage 3: 30.1. – 16.2.2014

L’économie uruguayenne repose principalement sur l’agriculture, l’élevage de bétail revêtant une importance prépondérante. La viande, la laine et le cuir font partie des principaux produits agricoles exportés par l’Urugay. Le Brésil est quant à lui le pays de tous les superlatifs. En termes de surface et de population, c’est le cinquième plus grand pays de la terre. Avec 192 millions d’habitants, c’est également l’Etat le plus peuplé d’Amérique du Sud. En termes de produit intérieur brut, le Brésil est la sixième économie mondiale. L’agriculture est axée sur les exportations, moderne et efficace.

Le programme ère

1 jour: Zurich – Montevideo Le soir, embarquement avec Air France via Paris à destination de Montevideo. 2e jour: Montevideo Arrivée à Montevideo aux alentours de midi. Après s’être rafraîchi, le groupe de voyageurs effectuera une tournée dans la ville de Montevideo, la capitale de l’Uruguay. Montevideo est située à proximité de Rio de la Plata. Repas du soir dans le port et séjour de trois nuits à l’Hotel située au centre de la ville. 3e jour: Colonia Suiza – Nueva Helvecia Visite de la colonie « Nueva Helvetica », qui est située à 100 km de là. En Urugay, cette

colonie est considérée comme un modèle. Les voyageurs visiteront des petites exploitations, des fermes ainsi qu’une fromagerie. 4e jour: Canelones – Punta del este Les visiteurs partiront à destination de Finca Baieca, où des olives sont cultivées dans une exploitation familiale. Après une dégustation, il s’agira de partir à destination de Punta del Este. Les participants auront le temps de prendre un bain dans la mer. Le repas du soir sera pris chez la famille Reichert à Balneario. 5e jour: Florida – Cerro Colorado – Trinidad Départ avec les bagages à destination du haras de Tornero. L’après-midi, une présentation sera organisée au haras. L’après-midi, un ferme d’élevage de moutons située à proximité ouvrira ses portes aux visiteurs. Deux nuits sont réservées à Trinidad. 6e jour: Trinidad – Young – Trinidad De nombreux ménonites habitent encore plus au Nord, dans la région de Young et y pratiquent l’agriculture. Les participants au voyage auront l’occasion de visiter une ferme laitière ainsi que la fabrique de lait Claldy. Visite chez un apiculteur. Repas du soir. 7e jour: Trinidad – Mercedes – Colonia de Sacramento Poursuite du voyage à destination de Mercedes où les participants auront l’occasion de visiter une exploitation d’engraissement (Feedlot) qui engraisse jusqu’à 20 000 bovins en période de pointe. En soirée, poursuite du voyage jusqu’à Colonia de Sacramento et nuit à l’hôtel Costa Colonia. 8e jour: Colonia – Montevideo – Porto Alegre Durant le trajet de retour vers Montevideo, visite de l’exploitation de bovins de Kiyù suivi l’après-midi d’un vol à destination de Porto Alegre (Brésil). Lors du transfert vers l’hôtel, possibilité d’effectuer un bref tour de ville à destination de la baie et du stade football (Coupe du monde). Hébergement pour une nuit à l’hôtel Swan, y compris un repas brésilien typique. 9e jour: Porte Alegre – Canoas – Bento Gonçalves Le matin, visite de la fabrique Massey Ferguson (tracteurs) et du grand marché de fruits, légumes et fleurs à Ceasa. Durant le voyage à destination de Bento Gonçalves, halte intermédiaire chez Curtume Ritter qui exploite une tannerie. Hébergement et repas du soir à Bento Gonçalves.

94

10e jour: Bento Gonçalves – Vacaria La région viticole entourant Bento Gonçalves a été fondée en 1875 après l’arrivée des immigrants venant d’Italie. Ici, les participants au voyage auront l’occasion de visiter la coopérative d’Aurora, qui fut la première et la plus grande coopérative viticole du Brésil avec plus de 1000 membres et une production de 16 millions de litre de vin par année. L’après-midi, poursuite du périple jusqu’à Vacaria, une région arboricole typique du Sud du Brésil, pour visiter le domaine de la famille Sozo 11e jour: Vacaria – Florianopolis Après le petit déjeuner, visite d’une exploitation pratiquant la culture des baies (fraises et tomates Cherry). L’après-midi, poursuite du voyage à destination de Florianopolis. Hébergement pour deux nuits sur la plage de Florianopolis. 12e jour: Florianopolis Journée pour se reposer, nager et se promener. 13e jour: Florianopolis – Curitiba Voyage le long de la côte à destination de Curitiba, un des meilleurs exemples de planification urbaine réussie. Parcours en ville. Hébergement pour deux nuits à l’hôtel Slaverio. 14e jour: Castrolanda Dans la région de Castrolanda, les visiteurs auront l’occasion de voir une ferme laitière intéressante et pratiquant les grandes cultures (maïs, soja, riz). 15e jour: Curitiba – Rio de Janeiro Après-midi libre. Ensuite vol à destination de Rio de Janeiro. Hébergement pour deux nuits à l’Hotel Royal Rio, situé à proximité de la célèbre plage de Copa Cabana. 16e jour: Rio de Janeiro Tour d’une journée à travers une des plus excitantes villes du monde et visite d’un des monuments phare de Rio, le Corcovado avec son immense statue du Christ. Le soir, repas d’adieu typique agrémenté d’une présentation typique de samba. 17e jour: Rio de Janeiro – Paris Matinée libre. Le soir, transfert à destination de l’aéroport et vol retour à destination de l’Europe. 18e jour: Paris – Zurich Arrivée à Paris, changement d’avion et arrivée à Zurich en début d’après-midi.

10 2013 · REVUE UFA


VOYAGE D’ÉTUDE DE LA REVUE UFA VIE QUOTIDIENNE Prestations

Ne sont pas comprises: • Coûts de l’assurance annulation. • Pourboires ainsi que boissons, éventuelles dépenses personnelles, cadeaux etc.

Programme additionnel Buzios Voyage 1: 25.1. – 01.02.14 / 6 nuits Fr. 1140.– Voyage 2: 08. – 14.02.2014 / 5 nuits Fr. 960.– Voyage 3: 15. – 21.02.2014 / 5 nuits Fr. 960.– Prix en chambre double standard, petit-déjeuner et transfert Rio -Buzios - Rio inclus. Prix pour chambre individuelle sur demande. Buzios est une des plus belles presqu’îles du pays située à environ 190 km au Nord de Rio de Janeiro. La ville est considérée comme le Saint-Tropez du Brésil avec son architecture typique de villages de pêcheurs, ses nombreuses possibilités d’achat, ses restaurants Openair et ses bars servant des mets brésiliens typiques et internationaux. Hébergement dans un hôtel 3 étoiles 1/2, à 5 minutes de la belle plage de sable. L’hôtel dispose d’un restaurant, d’un bar et d’une piscine. Nombre de participants mininal: 8 personnes par voyage.

REVUE UFA · 10 2013

Informations générales Climat En raison de la situation géographique, en Urugay et au Brésil, les saisons sont inversées par rapport à l’Europe, ce qui signifie que l’été dure de la mi-octobre à la mi-mai. Les températures moyennes oscillent entre 25 et 35°C. Il faut s’attendre à de brèves pluies occasionnelles mais abondantes. Les températures restent assez constantes. Formalités Pour effectuer ce voyage, les citoyens suisses doivent disposer d’un passeport valable au moins 6 mois après l’échéance du voyage. Un visa n’est pas nécessaire. De même, aucun vaccin n’est prescrit. En cas de changement de vol, des changements de programme demeurent réservés. Versement Après réception de l’inscription, les participants recevront une confirmation avec un bulletin de versement devant le permettre d’effectuer un acompte de Fr. 800.– Inscription Inscription à l’aide du talon-réponse annexé jusqu’au 15 octobre 2013. Le nombre de participants étant limité, les inscriptions seront prises en compte selon leur ordre d’arrivée. Annulation En cas d’annulation, la participation aux frais s’élève à 50 % du prix forfaitaire dans les deux mois qui précèdent le voyage, à

Talon d’inscription

Le prix forfaitaire de Fr. 6450.– par personne en chambre double (supplément de Fr. 780.– pour une chambre individuelle) est basée sur la participation de 25 participant(e)s, (32 participant(e)s au maximum). Les prestations suivantes sont comprises: • vol de ligne en classe Economy avec Air France. • vol de ligne en Urugay et au Brésil avec Gol. • taxes de séjour et environnementales ainsi que suppléments pour le kérosène (actuellement Fr. 635.–). • hébergement dans des hôtels de classe moyenne et de haut de gamme, base chambre double. • Durant tout le voyage, riche petit déjeuner/buffet ainsi que demi-pension. • Toutes les visites techniques bénéficient de l’accompagnement d’un guide. • Transferts, excursions et entrées selon programme. • Accompagnement technique par des agronomes. • Accompagnement par une agence de voyage locale. • Documentation de voyage détaillée.

Organisation 65 % entre 30 et 60 jours, à 80 % dans les deux jours qui précèdent et à 100 % la veille. La conclusion d’une assurance annulation combinée à un service d’assistance s’élève à Fr. 83.– par personne ou à Fr. 159.– pour deux personnes ou les familles et est vivement recommandée.

Terra Travel + Consulting AG Schaffhauserstrasse 89 8042 Zurich  044 363 23 10 Spécialiste pour les voyages agricoles.

Talon d’inscription au voyage d’étude de la Revue UFA en Urugay et au Sud du Brésil en 2014, à envoyer d’ici au 15 octobre 2013 au plus tard à : Revue UFA, voyage des lecteurs, case postale 344, 8401 Winterthour 1ère Nom (selon passeport)

2e Nom (selon passeport)

Prénom (selon passeport)

Prénom (selon passeport)

Rue

NPA, localité

Date de naissance

Date de naissance

Téléphone

e-mail

 1er voyage (9. – 26. 1.2014) |  2e voyage (23. 1. – 9. 2. 2014) |  2e voyage (30. 1. – 16. 2. 2014)  Chambre double

 Chambre simple

 Intéret pour des vacances suppl. à Buzio

 Assurance coûts d’annulation Assistance

Date

Signature


ANTIQUITES ET NOSTALGIE VIE QUITIDIENNE

Le meilleur de lâ&#x20AC;&#x2122;histoire agraire CONGRĂ&#x2C6;S INTERNATIONAL Câ&#x20AC;&#x2122;est Ă fin aoĂťt que sâ&#x20AC;&#x2122;est dĂŠroulĂŠe, Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;universitĂŠ de Berne, la première confĂŠrence internationale de la sociĂŠtĂŠ europĂŠenne dâ&#x20AC;&#x2122;histoire rurale. Elle a rĂŠuni plus de 300 scientifiques dâ&#x20AC;&#x2122;Europe, dâ&#x20AC;&#x2122;Afrique, dâ&#x20AC;&#x2122;AmĂŠrique, dâ&#x20AC;&#x2122;Asie et de Suisse sous lâ&#x20AC;&#x2122;appellation ÂŤRural History 2013Âť.

Quâ&#x20AC;&#x2122;est-ce que câ&#x20AC;&#x2122;est?

M Une râpe à choucroute O Une planche à lessiver

Le fait que lâ&#x20AC;&#x2122;EURHO ait conďŹ ĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;organisation de cette confĂŠrence aux Archives de lâ&#x20AC;&#x2122;histoire rurale (AHR) Ă Berne et Ă  la SociĂŠtĂŠ suisse dâ&#x20AC;&#x2122;histoire rurale (SSHR) illustre lâ&#x20AC;&#x2122;estime dont jouit lâ&#x20AC;&#x2122;historiographie suisse de la sociĂŠtĂŠ rurale, en pleine effervescence ces dernières annĂŠes, au niveau europĂŠen. Rural History 2013 constituait une occasion unique de faire personnellement connaissance avec des spĂŠcialistes et des experts en histoire rurale de renommĂŠe mondiale. De nombreux exposĂŠs ont notamment abordĂŠ des thèmes agro-ĂŠconomiques et agro-politiques alors que dâ&#x20AC;&#x2122;autres ĂŠtaient consacrĂŠs Ă  la sociologie rurale. A lâ&#x20AC;&#x2122;adresse www.infoclio.ch, le portail professionnel des sciences historiques en Suisse, vous trouverez la documentation relative Ă  la confĂŠrence Rural History. En plus des vidĂŠos des sessions Keynote, sur la page spĂŠciale RH2013, vous pouvez

Un mĂŠtier fascinant

Envoyez votre rĂŠponse Ă info@ufarevue.ch ou par courrier Ă : Revue UFA, Theaterstr. 15a, 8401 Winterthour.

Tirage au sort dâ&#x20AC;&#x2122;un bon de 20 Fr. DĂŠlai dâ&#x20AC;&#x2122;envoi: 18.01.2013.

2URAL(ISTORY 2 URAL(ISTORY )NTERNATIONALCONFERENCEOFTHE%UROPEAN2URAL(ISTORY/RGANISATION%52(/ )NTERNATIONALCONFERENCEOFTHE%UROPEAN2URAL(ISTORY/RGANISATION%52(/ 5NIVERSITYOF"ERN 3WITZERLAND  5 NIVERSITYOF"ERN 3WITZERLAND  !UGUST !UGUST

ANTIQUITES à vendre Mofa Puch X30 NL, 2 Gang Handgeschaltet, in sehr gutem Zustand, Besichtigung und Probefahrt in 8732 Neuhaus, auch noch andere Mofas vorhanden 寿 079 521 07 53 John Deere 2 Zylinder Traktoren, in sehr gutem Zustand Mail: johndeere65@bluewin.ch oder 寿 079 230 32 02

96

/RGANISEDBYTHE!RCHIVESOF2URAL(ISTORY!2( ANDTHE3WISS2URAL(ISTORY3OCIETY32(3 WWWRURALHISTORYORG

Landauer mit Pneu Rädern, gut erhalten 寿 081 750 28 28

Nähmaschine, alt, mit Tretantrieb 寿 034 493 34 57

Bßndnergeschirr, vollständig 寿 081 785 17 53

DÜrrofen, 6 Tablare, Elektr., 85 cm hoch 寿 041 448 28 83

Baumpfähle, 300 x 6 cm, druckimprägniert, Preis pro Stßck Fr. 1, ab Platz 寿 071 636 16 83

Kirschbaum-Buffet, 200 Jahre alt, sehr guter Zustand, zweiteilig, H: 207 cm, B: 140 cm, gßnstiger Preis 寿 041 970 42 12

Wägeli Break aus Film Gotthelf, original, fahrbar, eisenbereift 寿 052 232 55 13

HolzbrĂźcke fĂźr Transporter, gĂźnstig, passend zu Schilter 1000, guter Zustand; Ă&#x201E;ltere Fenster, 4Â StĂźck, Zweifachverglasung, gut erhalten;

WWWRURALHISTORYCH

ĂŠgalement consulter les derniers rapports mĂŠdiatiques et scientifiques.

Tracteurs de collection John Deere, plusieurs modèles en très bon Êtat. Adresse: johndeere65@bluewin.ch 寿 079 230 32 02

Motorrechen; 2 Agrar Worbmaschinen; Front Rotorrechen mit Anhängevorrichtung; Heuma, gezogen, kleine Brßcke, passend an D90, ohne Hydraulikanschluss, Oldtimer 寿 071 393 23 85

WWWAGRARARCHIVCH

Deko Kuh viele Modelle und GrÜssen. Neu: Eringer Deko-Kuh. www.zwirbel.ch 寿 079 372 59 01

Mostpresse und Häcksler, Fr. 250, guter Zustand 寿 071 983 28 35

ANTIQUITES rechercher

Laden-Container, GrÜsse 19 x 19 m, Lagerbau 4 x 5 m 寿 058 433 51 52

Appenzellersentumsschellen; Appenzellerbilder 寿 079 484 16 67

La sociĂŠtĂŠ des vĂŠtĂŠrinaires suisses (SVS) fĂŞte cette annĂŠe son bicentenaire. Lâ&#x20AC;&#x2122;exposition ÂŤAperçu dâ&#x20AC;&#x2122;une profession fascinanteÂť dans la halle 7.1 de lâ&#x20AC;&#x2122;Olma Ă St. Gall donne une image de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution de la profession de vĂŠtĂŠrinaire. Entre 10 h et 16 h, les visiteurs pourront avoir un aperçu du quotidien dâ&#x20AC;&#x2122;un vĂŠtĂŠrinaire pour grands animaux lors des prĂŠsentations dâ&#x20AC;&#x2122;animaux dans lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtable de lâ&#x20AC;&#x2122;Olma. Un court-mĂŠtrage prĂŠsente ĂŠgalement les aspects de cette profession dans la pratique. Olma: 10 au 20 octobre 2013. Carte journalière pour adultes CHF 16.â&#x20AC;&#x201C; Jeunes/ĂŠtudiants/rentiers AI CHF 10.â&#x20AC;&#x201C;., DĂŠtenteurs dâ&#x20AC;&#x2122;un abo gĂŠnĂŠral CFF CHF 14.â&#x20AC;&#x201C;, Offres Olma Ă  prix prĂŠfĂŠrentiel CFF RailAway jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă  St. Gall St. Fiden. www.olma-messen.ch


Tradition meubles en bois naturel. r o s s a d n a r g s u l p e L ! e s s i u S timent de

19. octobre – 2. novembre

Chez diga on y va!

BON

20%



de rabais pour paiement comptant sur tout l’assortiment diga.

Livraison gratuite Montage gratuit Valable jusqu’au: 16.11.2013

LAN-10-2013

r! A ne pas manque à Festival des cuisine Fribourg

Action spéciale uniquement pour les clients de Landi!


Artisanat Nature Design Sofa-hit 2,5 places

1596.–*

au lieu de 1995.–

Récamière-hit

1838.–* au lieu de 2298.–

1 2

Combinaison-hit

3

4784.–

*

Table

2536.–* au lieu de 3170.–

.– au lieu de 5980

dans les 5 jours

CUIR VÉRITABLE

5

68%,72 livré et monté

6 Lit 180 × 20 0 cm

2768.–

*

.–

au lieu de 3460

Table de nuit

425.–* au lieu de 531.–


1

2

3

4

5

6

Croisière de Nouvel-An 2013

KIRA 2EVĂ?TEMENTNOCL COUTUREDECONTRASTEBEIGE PIĂ&#x2019;TEMENTNO 580.10, hĂŞtre teinte wenge. CanapĂŠ-hit 2,5 places Fr. 1596.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 1995.â&#x20AC;&#x201C;. 118 596, RĂŠcamière-hit Fr. 1838.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 2298.â&#x20AC;&#x201C;. 118 597

28.12.2013 â&#x20AC;&#x201C; 04.01.2014

8 jours dès

LISBOA #UIR-AMMUT!RTISCHOCKE BORDURECONTRAST#ALLINO%LEFANT Combinaison-hit composĂŠe de 1 canapĂŠ de 2,5 places avec AL Ă gauche et 1 longchair large avec AL Ă  droite Fr. 4784.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 5980.â&#x20AC;&#x201C;. 118 882. A lâ&#x20AC;&#x2122;inverse pour le mĂŞme prix. 118 883

Fr. 1230.â&#x20AC;&#x201C; pension y compris bord complète Ă

GENERATIONENTISCH Table des gĂŠnĂŠrations chĂŞne massif, piètement en U, acier noir. 100 Ă&#x2014; 220 cm Fr. 2536.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 3170.â&#x20AC;&#x201C;. 118 905 ENGADIN Chaise, tissu original beige Fr. 478.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 598.â&#x20AC;&#x201C; 117 106 MEDELS Table Ă manger chĂŞne sauvage massif, huilĂŠ. 240 Ă&#x2014; 100 cm Fr. 3080.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 3850.â&#x20AC;&#x201C;. 118 461. Disponible ĂŠgalement en 100 Ă&#x2014; 300 cm. TEXAS #HAISEENPORTE Ă&#x152; FAUX MĂ?TALNOIR REVĂ?TEMENTENVĂ?RITABLEVACHETTEBRUN blanc Fr. 462.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 578.â&#x20AC;&#x201C;. 118 352. Chaque chaise est une pièce unique! CHUR Lit en merisier sauvage massif huilĂŠ 180 Ă&#x2014; 200 cm Fr. 2768.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 3460.â&#x20AC;&#x201C;. 118 951, Table de nuit Fr. 425.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 531.â&#x20AC;&#x201C;. 118 952, armoire Ă  3 portes, l: 150, h: 200, p: 59 cm, Fr. 3816.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 4770.â&#x20AC;&#x201C;. 118 949

Votre cadeau 1 â&#x20AC;&#x201C; 2 POINT HEIDI

=

Fr. 20.â&#x20AC;&#x201C;

jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă par personne

Costa Serena

MONTANA &AÂ ADECOEURDEHĂ?TREMASSIFHUILĂ? ,CMSANSESPACE H: 200 cm Fr. 2592.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de Fr. 3240.â&#x20AC;&#x201C;. 118 949

Dates du voyage et prix par personne Costa Pacifica, 28.12.2013 â&#x20AC;&#x201C; 04.01.2014, prix par personne en cabine double, transferts et pension complète Ă bord compris Prix action

Cabine intĂŠrieure classic Cabine intĂŠrieure premium Cabine extĂŠrieure classic Cabine extĂŠrieure premium Cabine extĂŠrieure avec balcon classic Cabine extĂŠrieure avec balcon premium

*Prix LANDI cash. TVA, livraison et montage incl. Même modèle ailleurs meilleur marchÊ = diffÊrence en retour!

4

Nos prestations

Chaise

462.â&#x20AC;&#x201C;

1230.â&#x20AC;&#x201C; 1380.â&#x20AC;&#x201C; 1540.â&#x20AC;&#x201C; 1660.â&#x20AC;&#x201C; 1790.â&#x20AC;&#x201C; 1940.â&#x20AC;&#x201C;

* 1er jour:6OYAGEENCARĂ&#x152;3AVONEDEPUISLEPOINT DE DĂ?PART CHOISI %MBARQUEMENT ET ATTRIBUTION des cabines. Votre bateau Costa Pacifica lève lâ&#x20AC;&#x2122;ancre en fin de journĂŠe.

au lieu de 578.â&#x20AC;&#x201C;

2e jour:!RRIVĂ?EAUMATINAUPORTDE-ARSEILLE LA ville portuaire la plus importante de France. Après 0ARIS -ARSEILLEESTLAPLUSGRANDEVILLEFRAN AISE 0ROlTEZDELAJOURNĂ?EPOURPARTIRĂ&#x152;LADĂ?COUVERTE de la ville dĂŠcorĂŠe pour les fĂŞtes de NoĂŤl.

Table

3080.â&#x20AC;&#x201C;

*

au lieu de 3850.â&#x20AC;&#x201C;

dans les 5 jours

68%,72 livrĂŠ et montĂŠ

Combinaison-hit

3e jour :!UJOURDHUI VOUSAVEZLAPOSSIBILITĂ?DE DĂ?COUVRIRLACAPITALESECRĂ&#x2019;TEDEL%SPAGNE "ARcelone. Cette mĂŠtropole attire chaque annĂŠe des MILLIERSDETOURISTESETSĂ?DUITCHACUN&LĂ&#x160;NEZSUR LESCĂ?LĂ&#x2019;BRES2AMBLASOUDĂ?COUVREZLESNOMBREUses curiositĂŠs de la ville. 4e jour: Votre navire accoste au matin le port de 0ALMADE-AJORQUE6OUSPASSEZSURCETTEĂ&#x201D;LELA DERNIĂ&#x2019;REJOURNĂ?EDELANNĂ?E"ALADEZ VOUS LELONGDELAPLAGEETHUMEZLAIRMARIN,ESOIR DĂ?LICIEUXREPASDE3YLVESTREĂ&#x152;BORDETFĂ?TE

2592.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de 3240.â&#x20AC;&#x201C;

s6OYAGEENCARDEEN3UISSE s#ROISIĂ&#x2019;REDANSLACATĂ?GORIEDECABINERĂ?SERVĂ?E s0ENSIONCOMPLĂ&#x2019;TEĂ&#x152;BORD s3ERVICEH s'UIDETOURISTIQUEGERMANOPHONEĂ&#x152;BORD Non compris s"OISSONS DĂ?PENSESPERSONNELLESĂ&#x152;BORD s%XCURSIONSFACULTATIVESDE#OSTA s0OURBOIRESOBLIGATOIRESPAYABLEĂ&#x152;BORD s!SSURANCEANNULATIONET3/3 Frais de dossier Fr. 30.â&#x20AC;&#x201C; par personne, max. Fr. 60.â&#x20AC;&#x201C; par dossier. Lieux de dĂŠpart    07.15  07.45 08.15 08.15  

"Ă&#x160;LE#&& -ERET/PPENHEIMSERSTRASSE +ALLNACH #AR4ERMINAL-ARTI!' "ERNE #AR4ERMINAL.EUFELD Zurich aĂŠroport, terminal car 'ENĂ&#x2019;VEAĂ?ROPORT Affoltern a. Albis, restoroute Lucerne Inseli Lausanne, gare -ARTIGNY GARE "ELLINZONE RESTOROUTE

Organisateur: Croisières Costa

7e jour: Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, votre bateau accoste le port DE,A3PEZIA LECHEF LIEUDELA,IGURIE1UELQUES 6e jour: Le clou de votre croisière se nomme KILOMĂ&#x2019;TRESVOUSSĂ?PARENTDELA4OSCANE 2OME 6OUS AVEZ AUJOURDHUI LA POSSIBILITĂ? DE partir Ă la dĂŠcouverte de la capitale italienne. Ne 8e jour: Votre croisière de Nouvel-An touche Ă  MANQUEZENAUCUNCASCETTEMAGNIlQUECITĂ?ET sa fin. Après le dĂŠjeuner, dĂŠbarquement et retour VISITEZLE6ATICAN LE#OLOSSEUMOULESCHĂ&#x160;TEAUX en Suisse en car Ă  votre lieu de dĂŠpart. et forteresses de la ville. 5e jour: Repos en mer.

dans les 5 jours

68%,72 livrĂŠ et montĂŠ

rĂŠservation directe 0848 735 735


Festival des cuisines

19. octobre â&#x20AC;&#x201C; 2. novembre 2013

LAN-10-2013. Sous rÊserve de modification de modèle et de prix. Prix valables au: 10.09.2013. Les conditions sont dÊduites des prix et ne sont pas valables sur les articles Êtrangers et les articles nets.

Ă Fribourg.

Vous nâ&#x20AC;&#x2DC;en croirez pas vos yeux! Exclusivement pour les clients Landi:

5%

de rabais festival

en plus sur toutes les cuisines (pièces en bois)

+ livraison et montage gratuits pareils incl. Cuisine avec ap

68u2de589.â&#x20AC;&#x201C; 80.â&#x20AC;&#x201C; *

au lie

Cuisines compactes!

Cuisines planifiĂŠes!

Combinaisons-hit Ă des prix imbattables.

PlanifiĂŠes selon vos besoins personnels.

Studio cuisine Ă Fribourg pour la Suisse romande!

2 Ă&#x2014; en Suisse romande

OSLO PLUS #UISINEDANGLEDEGRANDEQUALITĂ?3-!24,).%AVECFA ADESENRĂ?SINESYNTHĂ?TIQUE Y compris plan de travail, cuisinière vitrocĂŠramique, four haut, hotte aspirante en acier, rĂŠfrigĂŠrateur, LAVE VAISSELLEETĂ?VIER"LANCO$IMENSIONSCMFr. 6825.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de 8980.â&#x20AC;&#x201C;. Disponible ĂŠgalement Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;inverse. 118 404. Façade en rĂŠsine synthĂŠtique disponible en 27 teintes diffĂŠrentes!

1023 Crissier/Lausanne* Sortie Crissier Chemin de Saugy 13, Zone Industrie Sorge Sud TĂŠl. 021 633 44 90 1763 Granges-Paccot Sortie Fribourg Nord Route dâ&#x20AC;&#x2122;Englisberg 8 TĂŠl. 026 460 76 76 *

sans cuisines Service info diga: tĂŠlĂŠphone 055 450 55 55 www.diga.ch

Chez diga on y va!

Horaires d´ouverture: lu â&#x20AC;&#x201C; ve 10h00 â&#x20AC;&#x201C; 18h30 sa 09h00 â&#x20AC;&#x201C; 16h00

Places de parc gratuites devant toutes les filiales

www.diga.ch


CÔTE JARDIN VIE QUOTIDIENNE

Moments forts en automne LES ASTERS sont un bon élixir contre le mauvais temps. Leurs belles fleurs étoilées aux couleurs lumineuses répandent une bonne ambiance jusqu’en novembre. Les variétés naines sont cultivées en pot alors que les asters géantes se plantent au jardin en automne. Photo: Kienzler

Edith Beckmann

«Aster» vient du grec «étoile». Les fleurs de l’aster d’automne sont superbes. L’aster fleurit pendant plusieurs semaines et se conserve très bien en vase. Le charme des fleurs se renouvelle chaque année en automne. Les fleurs en étoiles éclatantes font l’effet de pâquerettes multicolores surdimensionnées. Celles de l’aster buissonnant (aster dumosus) semblent si nombreuses qu’elles couvrent même le

Scène pour le paon du jour: les asters attirent les papillons comme par magie.

feuillage. La pluie ne leur nuit pas, elles referment simplement leur corolle.

Source de nectar appréciée A peine refont-ils un clin d’œil au soleil, que déjà papillons et abeilles viennent se régaler. Les papillons et les récolteuses de miel assidues aiment beaucoup les asters, car les sources de nourriture se font rares en cette saison. L’aster novae-angliae et l’aster novi-belgii vivent longtemps. Ils sont issus de romantiques jardins campagnards, où ils resplendissent coquettement du haut de leurs 80 à 150cm, le long de palissades classiques. Les asters apprécient le soleil ainsi que la terre riche et pas trop sèche.

Photo: Verena N./pixelio.de

Combinaison habile

Trésor fleuri couvert de rosée: l’aster «Granat» brille telle une pierre précieuse. Photo: Kientzler

Les asters buissonnants atteignant juste 40 cm de haut conviennent aussi très bien pour les jardinières et les récipients pour balcon. Des plantes résistantes à l’hiver et au feuillage argenté, telles la lavande, l’immortelle d’Italie, calocéphalus, santoline (santolina) ou encore sédum et callune sont des partenaires idéaux. Avec leurs élégantes tiges frémissant mystérieusement dans le vent, les herbes d’ornement sont elles aussi superbes à contempler. Certaines, comme le pennisetum alopecuroides, forment de jolis oreillers persistants alors que d’autres brillent par leurs délicates panicules.

Petites astuces pour le jardin potager et d’agrément • Nouez peu à peu les endives ensemble pour les blanchir ou retournez un pot sur la salade. • Récoltez sur le tard les légumes de garde tels les carottes, le céleri, la betterave rouge et le chou-pomme. Arrachez les fanes, ne coupez pas les racines. Empilés à la cave en tonneaux avec de la mousse humide, les légumes-racines gardent longtemps leur fraîcheur. • Coupez le feuillage d’automne sur le gazon à la tonte: feuilles et herbe sont un mélange idéal pour le compost. • Dès mi-octobre, semez des variétés d’hiver de pois mangetout et de petits pois. Un sol léger sans eau stagnante est essentiel. • Pour profiter d’une mer de fleurs au printemps, plantez à présent des bulbes de fleurs !

Très facile Ne coupez les inflorescences fanées qu’au printemps à env. 10 cm du sol. En hiver, il s’agit d’un refuge pour les coccinelles et de nombreux insectes. Les oiseaux s’empressent de picorer les graines. Les asters se multiplient sous terre par des rejets. D’année en année, déterrez des morceaux de racines à la bêche, séparez-les et replantez-les; soit en automne après la floraison ou au printemps. 䡵

Auteure Edith Beckmann, journaliste indépendante à Frauenfeld (TG) est une jardinière passionnée qui dispose de racines agricoles.

Les abeilles apprécient cette source de nectar tardive. Photo: Siegfried Fries/pixelio.de

REVUE UFA · 10 2013

www.ufarevue.ch

10 · 13

101


J’AIME MON MÉTIER D’AGRICULTEUR VIE QUOTIDIENNE

En harmonie avec la nature

Hanspeter et Petra Gysel, Wilchingen (SH)

pratiquent l’engraissement bovin en respectant l’environnement et la nature.

102

Hanspeter Gysel (28) habite et travaille à Wilchingen (SH), dans la région alémanique du Blauburgunderland. Ce maître agriculteur a repris l’exploitation de ses parents en 2010. Cette dernière est vouée à l’engraissement de taureaux, aux grandes cultures et à la viticulture. Sa mère, son père et son épouse Petra travaillent main dans la main sur l’exploitation. «Actuellement nous avons beaucoup à faire dans les cultures de pommes de terre et les vendanges vont bientôt commencer. Cette année, le vin devrait être bon, nous avons eu un temps optimal avec un début de saison relativement tardif», explique Hanspeter qui a achevé avec succès sa formation de maître agriculteur cette année. Dans le cadre de cette formation, il a particulièrement apprécié le fait de pouvoir apprendre beaucoup de choses sur la gestion d’entreprise et de pouvoir échanger avec ses collègues sur de nombreux problèmes, objectifs et idées. Hanspeter est très attaché au respect des animaux et de la nature. Les quelque 100 taureaux qu’il élève pour l’engraissement sont abrités dans une stabulation froide respectueuse des besoins des animaux. Hanspeter regrette que PA 2014/17 prévoie une réduction drastique des paiements directs accordés pour la détention de bétail de rente. Malgré PA 2014/17, l’exploitation familiale des Gysel s’est fixée pour objectif de continuer à exploiter le domaine à plein temps et à engager de la main d’œuvre auxiliaire de manière à pouvoir prendre congé de temps à autre. Hanspeter et Petra se sont découverts une passion pour les voyages. Ils ont déjà visité le Canada et l’Australie et prévoient de parcourir l’Amérique du Sud. Le jeune couple précise qu’il passe également des moments de détente dans les montagnes en se promenant. Outre la gestion d’exploitation, ce jeune agriculteur bien organisé est également membre de la LANDI Wilchingen. Selon Hanspeter, cette dernière joue un rôle central pour les agriculteurs de la région. Anna Steindl

10 2013 · REVUE UFA


Notre prochaine édition abordera les thèmes suivants

Le voile se lève enfin

Fendt «516 Vario» en test pratique

Améliorer les engrais de ferme

Soupe chaude pour porcs à l’engrais

Une césure et de nouveaux jalons

L’ordonnance sur les paiements directs est la pièce maîtresse de PA 2014 – 2017. Tour d’horizon dans notre prochaine édition.

Avec sa nouvelle série «500 Vario», Fendt a voulu ressusciter le légendaire «Favorit 500». Comment ce tracteur se comporte-til dans la pratique?

L’épandage des engrais de ferme a un effet positif sur les rendements en grandes cultures. Des additifs permettent d’en accroître encore l’efficacité.

Depuis qu’Ernst Marti réchauffe l’aliment à env. 15 °C en hiver, les performances de ses porcs à l’engrais CNf ont nettement augmenté

Les remises d’exploitation s’apparentent parfois à un parcours du combattant administratif. Mais les relations familales sont aussi chamboulées.

info@ufarevue.ch

Impressum Revue UFA Périodique spécialisé des membres des LANDI. Les numéros 1, 3, 5, 7-8, 9 et 11 sont accompagnés du LANDI Contact, compris dans l’abonnement. ISSN 1420-5106.

Coéditeurs LV-St. Gallen et GVS Schaffhouse. La participation des éditeurs à d’autres entreprises est indiquée dans les rapports d’activité respectifs, disponibles auprès de la maison d’édition.

Editeur fenaco société coopérative, Erlachstrasse 5, 3001 Berne Hans Peter Kurzen, Directeur de publication

Rédaction Tél. 058 433 65 30 Fax 058 433 65 35 Theaterstrasse 15a, 8401 Winterthour Dr. Roman Engeler, réd. en chef; Christian Hirschi, Cyril de Poret, Daniela Clemenz, Matthias

REVUE UFA · 10 2013

Roggli, Gaël Monnerat, rédacDélai teurs; Anne-Marie Trümpi, assist.. 20 jours avant la parution Rédaction romande fenaco, CP 129, 1510 Moudon Tél. 079 408 73 61 ou Tél. 058 433 69 09 le lundi et le mercredi Annonces/Abonnements Tél. 058 433 65 30 Fax 058 433 65 35 Revue UFA, Conseils pour les annonces, Theaterstr. 15a, 8401 Winterthour, Roman Engeler, Alex Reimann, Anja Rickenbach

Maison d’édition Tél. 058 433 65 20 Fax 058 433 65 35 Editions LANDI-Médias, un secteur de fenaco, case postale, 8401 Winterthour, Dr. Roman Engeler, responsable de l’agence Tirage Abonnements membres 74’592 en allemand 61’642 en français 12’950 (contrôlé REMP/FRP en 11) Nombre d’exemplaires 76’145

www.ufarevue.ch

Prix de vente Gratuit pour les membres des coopératives agricoles. Les personnes abonnées à la Revue UFA acceptent que leur adresse postale soit utilisée et communiquée pour des envois ciblés. Si les abonnés désirent que ce ne soit pas le cas, leur adresse peut être bloquée chez l’éditeur.

Impression Print Media Corporation, CH-8618 Oetwil am See La reproduction de tout ou partie d’article ou de photo est soumise à un accord exprès de la rédaction. Les articles de la rubrique «Know-how» sont des PR ou des publireportages.

Prepress Natalie Schmid, Stephan Rüegg AMW – Atelier publicitaire groupe fenaco-LANDI, Winterthour;

Papier Imprimé sur du papier Leipa 60 g/m2 avec certificat FSC- et PEFC.

103


OFFRES SPECIALES Aliments UFA pour vaches laitières Rabais Fr. 3.–/100 kg sur l’assortiment principale jusqu’au 09.11.13

Aliments UFA pour moutons et chèvres Rabais Fr. 4.–/100 kg jusqu’au 09.11.13

Meilleure digestibilité des fourrages de base U FA 250 Speciflor Le complément idéal aux fourrages 2013 • Augmente la digestibilité de la ration complète • Riche en parois cellulaires digestibles • Favorise la flore et l'efficacité ruménale

Gratuit 1 couteau de poche Premium à l'achat de 150 kg de composés MINEX/UFA

Gratuits 1 couteau de poche UFA et 1 seau d'UFA start-fit

Rabais Premium Fr. 5.– / 100 kg jusqu’au 09.11.13

à l'achat de 600 kg de composés MINEX/UFA jusqu’au 23.11.13

Service technique UFA: Zollikofen 058 434 10 00

Dans votre

Puidoux 058 434 09 00

LANDI ufa.ch

Revue UFA 10/2013  

Revue UFA 10/2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you