Page 18

06/06/2013 Vonews

Pascal-Eric Lalmy (PRG) condamne l'agression d'un militant d'extrême gauche à Paris (6/06/2013 11:06)

Suite à l'agression mercredi d'un militant d'extrême gauche à Paris, Pascal-Eric Lalmy, président de la fédération du Val d'Oise du Parti Radical de Gauche (PRG), s'insurge. « Cet événement dramatique nous rappelle qu’il ne peut pas y avoir de dédiabolisation de l’extrême droite dont les fondements idéologiques sont anti-républicains et anti-démocratiques et dont les méthodes restent fondées sur l’intimidation et la violence », juge le conseiller municipal d'Osny.

http://www.vonews.fr/article_21621 ©vonews - Jun 2013

Vives réactions de la classe politique après l'agression d'un militant d'extrême gauche à Paris (6/06/2013 11:06)

Suite à l'agression mercredi d'un militant d'extrême gauche à Paris, la classe politique valdoisienne a vivement critiqué la violence des faits. PRG, MUP ou encore PCF 95 ont exprimé leur solidarité. Premier à réagir, Pascal-Eric Lalmy, président de la fédération du Val d'Oise du Parti Radical de Gauche (PRG), s'insurge. « Cet événement dramatique nous rappelle qu’il ne peut pas y avoir de dédiabolisation de l’extrême droite dont les fondements idéologiques sont anti-républicains et anti-démocratiques et dont les méthodes restent fondées sur l’intimidation et la violence », juge le conseiller municipal d'Osny. Même constat du côté du PCF 95, dont le secrétaire départemental, Jean-Michel Ruiz, condamne « un drame tragique et révoltant ». « Ce crime odieux, qui intervient après la recrudescence de l'action de groupuscules d'extrême-droite ces dernières semaines, appelle une réponse forte et immédiate de l’État », considère le patron des communistes valdoisiens. Il appelle désormais à « la dissolution des groupes d’extrême droite qui multiplient les actes de violence et affichent avec de moins en moins de retenue la haine raciale et leurs convictions fascistes à travers le pays depuis plusieurs semaines ». De son côté, le Mouvement Unitaire Progressiste (MUP) appelle à « faire barrage à toute montée de la violence et au poison néo-fasciste ». Robert Hue exprime « sa colère » et pointe également du doigt « la recrudescence d’appels et de comportements violents ces derniers mois ». Selon le chef de file progressiste, « le caractère collectif de cette violence inqualifiable impose la dissolution de ce groupe qui porte atteinte aux principes élémentaires de la République ».

http://www.vonews.fr/article_21621 ©vonews - Jun 2013

Revue de presse prg95 2013  
Revue de presse prg95 2013  
Advertisement