Page 1

Formulaire de Rapport Final

L'EUROPE POUR LES CITOYENS Action 2, Mesure 3 Le rapport final doit être soumis dans les 60 jours qui suivent la fin du projet, sauf stipulation contraire de la décision d'octroi de subvention. Le rapport final comporte une section descriptive des activités et une section financière (calculette pour les projets "événements" ou décompte financier détaillé pour les projets "productions et réalisations").

Programme Sous- programme Guide du programme Action Sous-action

Numéro de référence du projet: (tel qu'indiqué dans la décision) Titre du projet

Acronyme du projet:

L'Europe pour les citoyens

n/a L'Europe pour les citoyens Action 2: Une Société Civile Active en l'Europe Mesure 3: financement de projets lancés par des organisations de la société civile Décision N° 2010 – 1855 / 001 - 001

Correspondances citoyennes en Europe – Les migrations au cœur de la construction européenne. CCE


Partie A. Identification du bénéficiaire A.1 ORGANISATION Nom complet de l'organisation

L’âge de la tortue

Partie B. Description du projet B.1. Calendrier du projet Veuillez indiquer la durée totale effective du projet depuis sa préparation jusqu'à son évaluation.

Date de début du projet:

01 /

08

/

2010

Date de fin du projet:

31

/

07

/ 2011

B.2. Lieu(x) du projet: Principalement à Rennes (France), Tarragona (Espagne) et Cluj-Napoca (Roumanie) pour la phase de production, puis dans une dizaine d’autres villes pour la phase de restitution publique / diffusion.

B.3. Participants Nom de l'organisatio n

Participants par groupe cible (nombre)

Pays

Distribution groupe d'âge

par

‹30

›65

30-65

Désavantagés

Femmes

Hommes

Nombre de participants

L’âge de la tortue & Topik PATRIR

France

150

1200

900

2100

Roumanie

100

450

450

900

Ariadna

Espagne

50

300

150

450

ARCS

France

450

700

200

900

AltArt

Roumanie

80

200

230

430

Fundacio Casal L’Amic

Espagne

620

500

320

820

Total

5600

B.4 Description des activités. Veuillez indiquer les activités mises en œuvre et les méthodes utilisées.

"Correspondances Citoyennes - Les migrations au cœur de la construction européenne" a pris la forme d’actions de coopération européenne transnationale entre la Roumanie, l’Espagne et la France qui ont permis de faire émerger une parole citoyenne par le travail conjoint de chercheurs, éducateurs, artistes et décideurs publics locaux. Pendant 12 mois nous avons travaillé avec les habitants de quartiers défavorisés de Rennes, Cluj et Tarragona sur le thème des migrations en Europe pour réaliser un livre, un film documentaire et un site web publiés en français, roumain, catalan et espagnol.

2


Ce travail s’est déroulé en deux étapes : 1° production, 2° diffusion. 1° production : Des résidences de co-créations multilingues entre les habitants, des décideurs publics et notre équipe de jeunes éducateurs, artistes, sociologues, anthropologues et sociolinguistes espagnols, français et roumains se sont déroulées dans des quartiers défavorisés en Europe : - en France à Rennes, principalement dans le quartier du Blosne - en Roumanie à Cluj, principalement dans les quartiers périphériques (Pata Rat, Manastur…) - en Espagne à Tarragona, principalement dans les quartiers du Ponant. Les participants sont allés mobiliser auprès des citoyens des histoires de vie, des opinions politiques, des rêves, des craintes au sujet des migrations en Europe. Chaque récit a été matérialisé par une "Correspondance" qui a été adressée à un destinataire (décideur public, voisin, directeur de centre social, administrations...). En se prêtant au jeu de la Correspondance, chacun a choisi de transmettre ses valeurs à travers un récit qui a été rendu public. 2° diffusion : La diffusion des productions (livres, film documentaire, "Correspondances") et l’organisation de rencontresdébats a eu lieu: - en Roumanie à Cluj - en Espagne à Tarragona et Barcelone - en France à Rennes, Douarnenez, Quimper, Montpellier, Lyon - à travers les réseaux Banlieues d'Europe, Banlieues d'Europ'Est, les Instituts Français de Bucarest, Cluj, Barcelone, Madrid, Valencia, Beyrouth, etc. Les livres, films, « Correspondances » et site web ont servi de support à l’organisation de débats sur les conditions de développement d’un dialogue interculturel en Europe qui se sont déroulés à la fois chez les habitants, dans les centres sociaux et civiques, dans les cafés, les bibliothèques, dans les universités ainsi que sur l'espace public, notamment lors de la Journée de l’Europe. Méthodologie: Nous avons réuni autour de ce projet des participants d’horizons sociaux et professionnels très divers. Nous avons coopérés pour cela avec une trentaine d’organisations : - des "facilitateurs" : interprètes, associations d’habitants, centres sociaux - des chercheurs : Anne Morillon (sociologue, TOPIK), Maria Pallarès Serena (anthropologue, FCA), Pascal Nicolas-Le Strat (politiste, univ. de Montpellier), Remus Gabriel Anghel (sociologue, ISPMN), Angel Belzunegui (sociologue, univ. de Tarragona), Toma Burean (politiste, univ. de Cluj) - des décideurs publics : ville de Rennes (Frédéric Bourcier), région Bretagne (Sylvie Robert), ville de Tarragona (Oriol Grau, Sandra Coloma), le vice-préfet de Cluj, Nicole Kiil-Nielsen (députée européenne) Notre équipe d’intervenants a donc travaillé avec les habitants de quartiers défavorisés en vue de réaliser des "Correspondances". Il s’agissait de proposer à ces personnes de passer d’un statut d’habitant – observateur non impliqué – à un statut de "correspondant" – acteur qui propose sa vision du monde publiquement. Qu’est-ce qu’une "Correspondance citoyenne" ? C’est un objet (texte édité, DVD, peinture, dessins…) qui matérialise des récits de vie et un regard sur notre société, en particulier sur la question des migrations. Elle est le fruit d’une rencontre entre les intervenants de notre équipe et les habitants qu’ils ont rencontrés. Elle est signée par ses expéditeurs, s’adresse à un destinataire et appelle une réponse. Chaque Correspondance combine sens (message explicite) et sensibilité (au-delà du sens premier des mots, un message imagé qui reflète une émotion).

3


Notre travail a reposé sur une série de principes d’action: - Dans chaque ville, une équipe d’intervenants "étrangers" s’est installée pendant 3 semaines dans des locaux dédiés au projet (logement, espace de rencontres, de travail). En Espagne il s’agissait d’intervenants Roumains et Français ; en France, d’Espagnols et de Roumains, etc. Sur place, un réseau de "facilitateurs" les a accueillis et les a guidés dans leurs rencontres avec les habitants. - S’intéresser à chaque personne avant d’essayer de l’intéresser à nous-mêmes. L’intervenant était à l’initiative de la rencontre, d’abord humaine, avec les habitants du quartier, il expérimentait des modes "d’entrer en relation", d’égal à égal, sans étiquette sociale ou professionnelle. Chaque intervenant a apporté ses compétences : - Les éducateurs ont aidé à instaurer des relations de confiance avec les habitants et ont tissé un réseau de participants à travers chaque quartier. - Les chercheurs ont apporté des éléments de contextes historiques et sociologiques. Dans une position d’écoute active, ils ont fait aussi émerger de nouvelles perspectives, et ont exploré de nouvelles significations. - Les artistes ont participé à la mobilisation de la matière sensible (récits de vie, émotions, rêves) et à la création de la forme des Correspondances. - Dans chaque ville, plusieurs décideurs publics ont participé à des séances de discussion/débat avec notre équipe et certains habitants. Ils ont également adressé une lettre au maire de chaque ville pour témoigner de l’intérêt de ces travaux au moment de réfléchir à la conception de nouvelles politiques publiques.

B.5 Eventuelles modifications par rapport à la proposition initiale. Veuillez indiquer les modifications apportées lors de la mise en œuvre par rapport à la proposition initiale au niveau du calendrier, des partenaires, participants et activités et expliquez en les raisons.

Le calendrier et les partenariats du projet sont restés les mêmes que ceux prévus initialement. Notre travail a finalement touché un public plus nombreux que prévu, notamment grâce à un nombre de restitutions publiques légèrement plus important que ce que nous avions prévu au départ. Deux activités prévues initialement ont été modifiées : - La projection du film à l’Institut Français de Bucarest a dû être annulée car des travaux dont nous n’avions pas connaissance ont été réalisés au même moment dans la salle de projection de l’Institut. - La projection du film dans le cadre du festival de cinéma à Cluj a été remplacée par plusieurs projections dans d’autres lieux quelques semaines plus tard de manière à éviter la période d’effervescence du festival, et à rendre plus visible les résultats de notre travail une fois le festival passé. Ces projections ont notamment eu lieu à la Fabrica de Pensule de Cluj avec la fondation AltArt, au festival Tusvanyos avec le Conseil Hongrois de la Jeunesse (MIT), et à Marosfő au EU Camp avec le RMDSZ (Union Démocratique Hongroise en Roumanie). Les autres activités ont été réalisées comme cela était prévu. Quatre actions supplémentaires (non-prévues au départ) ont pu être mises en œuvre grâce au soutien logistique de nouveaux partenaires : - L’organisation du séminaire international « Discriminations / Identités / Altérité / Langues », co-organisé les 8 et 9 avril 2011 par L’âge de la tortue, AltArt, Topik, Ariadna et la Fundació Casal L’Amic et le laboratoire de recherche en sociolinguistique urbaine PREFics (EA 3207) de l’Université Rennes 2. Ce séminaire a réuni 90 personnes autour des chercheurs, des éducateurs et des artistes roumains, espagnols et français à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (MSHB). Les interventions programmées ont permis de présenter l’ensemble des travaux réalisés pendant la 1ère étape du projet. Une partie des habitants du quartier du Blosne ayant participé au projet étaient présents. Nous avons également accueilli à cette occasion plusieurs nouveaux partenaires tels que la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigrations 4


-

-

(CNHI, Paris), les Bistrots de l’Histoire (Saint-Brieuc), la députée européenne Nicole Kiil-Nielsen, etc. Nous prévoyons de publier les actes de ce séminaire aux Éditions L’Harmattan prochainement (sous la co-direction de Thierry Bulot et Nicolas combes). La production d’une exposition itinérante regroupant l’ensemble des travaux réalisés par les participants (artistes, chercheurs, citoyens…). Cette exposition circule actuellement en France, en Espagne et en Roumanie, notamment grâce aux partenariats développés par l’Association Rennaise des Centres Sociaux, les universités françaises, les collectifs d’habitants de quartier du Ponant de Tarragona, les partenaires locaux de la fondation AltArt, etc. L’impression de 600 exemplaires de l’ouvrage collectif « Correspondances citoyennes en Europe » (au lieu de 400 prévus initialement). L’édition d’un livre supplémentaire, en partenariat avec la maison d’édition Fulenn : « Carnets de correspondance / Cuaderno de correspondencias ». Ce livre bilingue français/espagnol regroupe l’ensemble des articles du journal de recherche de Pascal Nicolas-Le Strat, rédigés quotidiennement pendant les résidences de trois semaines chacune organisées à Rennes, puis à Tarragona et à Cluj.

Partie C: Mise en œuvre du projet C.1 Objectifs et priorités Décrivez comment votre projet a répondu aux objectifs (généraux et spécifiques) prévus lors de la candidature.

Le projet CCE s’est pleinement inscrit dans les objectifs et priorités prévus lors de la candidature. Il a en effet permis de multiplier les interactions entre les citoyen(ne)s et les organisations de la société civile de trois pays d’Europe, et à sensibiliser les participants : - au fait qu’ils étaient liés à une communauté de destin en Europe, - au dialogue interculturel comme levier essentiel pour une citoyenneté européenne active. Nous avons pour cela mobilisé les participants et le public sur l’une des grandes questions sociales et stratégiques de l'Union Européenne : les migrations. A l’heure de la mondialisation, le brassage des populations implique une diversification croissante des références culturelles au sein de nos cités cosmopolites. Certains craignent une déliquescence des liens sociaux dans ces milieux urbains en mutation, favorisant la montée de la xénophobie. L’UE a choisi de contrer cette tendance en prônant la solidarité et le respect de la diversité culturelle et linguistique. A cet égard, notre projet a participé au renouvellement des modes d’action en faveur du dialogue interculturel et de lutter contre les discriminations grâce à une coopération durable entre des citoyen(ne)s de plusieurs villes européennes et des acteurs de la société civile aux compétences complémentaires (éducation, recherche, action citoyenne, arts). S’adressant en priorité aux habitants de quartiers défavorisés, il s’est inscrit en 2010 dans l’Année européenne du combat contre la pauvreté et l’exclusion sociale. L’UNESCO nous rappelle que la vie collective se construit de manière plus durable et plus sereine une fois que chacun se sent reconnu dans la pluralité et la singularité de son identité. C’est sur ce principe que notre équipe a travaillé avec les habitants de quartiers du Blosne à Rennes, de Manastur et Pata Rat à Cluj, et des quartiers du Ponant à Tarragona. Parce que les migrations intérieures et transnationales ont façonné leur histoire et les mémoires de leurs habitants, ces territoires étaient emblématiques des défis qui se posaient (et se posent encore aujourd’hui) aux Etats européens en termes d’éducation à la citoyenneté et de cohésion sociale. A travers la production et la diffusion de "Correspondances" multilingues, ce projet participatif a été à la fois une passerelle entre l’ancrage local et l’Union européenne, et le témoin d’une identité européenne riche de sa diversité. Afin de mettre les Européen(ne)s en capacité de construire du collectif, nous avons choisi de travailler à partir de la créativité, du vécu et de la sensibilité des personnes que nous avons rencontrées. Les entretiens réalisés dans le cadre de l’évaluation du projet (cf. référentiel d’évaluation et guide d’entretiens joints en annexes) nous 5


montrent que cette expérience a contribué au développement de leurs compétences interpersonnelles et interculturelles en faveur d’une citoyenneté européenne active. Il s’agissait d’abord de faire en sorte que chaque participant (migrants et non migrants) s’exprime sur ses valeurs et le sens qu’il donne à sa vie, puis de produire un film, un livre et un site web à partir de ce travail en vue de favoriser les débats et la réflexion en matière de citoyenneté et de démocratie au sein de l’Europe. La phase de restitution, incluant la Journée de l’Europe (9 mai) et favorisant l’implication de nombreux bénévoles actifs dans les trois pays, faisait écho en 2011 à l’année européenne du volontariat. Ce travail a été réalisé de manière à ce qu’il soit reproductible ailleurs en Europe. Nous prévoyons de revoir nos partenaires roumains et espagnols très prochainement (du 14 au 17 octobre 2011) à Montpellier pour envisager la poursuite de cette coopération transnationale. Les entretiens réalisés dans les villes concernées par le projet nous permettent de tirer des enseignements précieux pour d’éventuelles futures éditions. Au-delà des améliorations possibles du dispositif de travail, ces entretiens nous permettent de juger dans quelle mesure nos objectifs ont été atteints. Nous avons classé cidessous des citations recueillies lors de ces entretiens en fonction des objectifs auxquels elles se rattachaient : 1) Expérimenter pour renouveler les modes d’action en faveur du dialogue interculturel -

« Ce projet m’a permis d’expérimenter de nouvelles façons de travailler avec des artistes, des chercheurs, des interprètes, des éducateurs, etc. » Un coordinateur « Cette expérience m’a permis de déconstruire la complexité d’un sujet comme les migrations qui est très difficile à aborder frontalement dans son ensemble, elle a permis de faire de la place aux compétences de chacun pour avancer progressivement. » Un artiste « Ça ouvre des portes, ça donne envie d’expérimenter à nouveau, de chercher de nouvelles façons de faire bouger les choses en Europe » Un éducateur de rue « Ce que je retiens surtout c’est une très bonne cohérence d’ensemble, une complémentarité entre les apports de chacun, ça valait la peine d’expérimenter comme ça des rencontres entres éducateurs, citoyens, chercheurs… » Un décideur public

2) Ouvrir de nouvelles possibilités dans le travail éducatif et citoyen -

-

« En sollicitant des compétences et des manières de travailler d’autres champs professionnels, le projet a permis de faire réagir les habitants du quartier différemment, et de cette façon de mieux les connaître, de rendre de nouvelles choses possibles dans mon métier d’éducateur de rue ». Un éducateur de rue « Ce projet rompt les schémas classiques, il te permet de t’ouvrir un peu plus et de prendre en compte d’autres facteurs que ceux que tu connaissais auparavant » Un éducateur de rue « Ça m’a permis de m’approcher plus de la réalité que vivent les migrants à Tarragona, ça a été une occasion de mieux connaître les personnes avec qui j’essaie de travailler dans les quartiers du Ponant » Un éducateur de rue « Découvrir d’autres façons de travailler, d’autres métiers mais aussi d’autres pays » Un éducateur de rue

3) Favoriser la compréhension de l’Europe et le sentiment d’appartenance à l’Europe -

« Les Correspondances citoyennes permettent de refléter la diversité européenne. » Un habitant de Cluj « Cette expérience m’a aidé à me sentir citoyen européen et à mieux comprendre la réalité européenne » Un habitant de Rennes « Ce projet m’a fait murir, ça a été l’occasion de mieux connaître les manières de vivre d’autres européens » Un artiste « Ce projet m’a permis de donner un visage à l’Europe, à présent ça représente quelque chose de très concret pour moi ». Un éducateur « J’ai mieux pris conscience du fait que j’étais moi aussi européenne » Un habitant de Tarragona « Ça nous a amené à réfléchir ensemble sur ce que voulait dire "se sentir appartenir à", et "faire partie de quelque chose", comme l’Europe par exemple » Un éducateur de rue

4) Favoriser le débat sur l’Europe -

« Ça a permis de générer du débat sur ce que pourrait être une identité européenne, ou plutôt une citoyenneté européenne » Un habitant de Tarragona « Ça m’a permis d’approfondir ma réflexion sur l’enjeu des migrations en Europe. C’est une Europe politique et sociale qu’il faut construire ! » Un artiste « On n’a pas voulu apporter des réponses, mais plutôt fabriquer ensemble encore plus de questions, approfondir notre réflexions ensemble, prendre conscience des enjeux à l’échelon européen, et ouvrir le débat encore plus largement » Un chercheur « Le séminaire a vraiment permis de rendre les résultats de notre travail très concret pour tout le monde, ça a permis ensuite que chacun puisse parler de l’ensemble du projet avec les personnes avec qui il avait travaillé dans le quartier, et de prolonger le débat » Un chercheur et un artiste

5) Mettre les participants en capacité de s’exprimer publiquement et faire émerger une parole citoyenne -

« Ce projet a ouvert des portes pour que les migrants puissent eux aussi participer activement à dire ce qu’est l’Europe pour eux » Un habitant de Tarragona « J’ai découvert le potentiel de l’expression artistique comme outil pour développer une action ou une intervention sociale, ou pour encourager les gens donner leurs points de vue » Un éducateur de rue « Le travail des artistes a été un outil puissant pour faire émerger une parole citoyenne sur les situations des migrations en Europe » Un éducateur de rue « Ça m’a permis de tisser des relations sur le plan avant tout humain, ça doit passer avant tout le reste dans mon métier, quand on veut

6


-

accompagner les gens à se sentir légitimes pour exprimer leur point de vue devant d’autres personnes » J Un éducateur de rue « Ce travail de relations humaines, ça m’a permis de développer beaucoup d’empathie, et c’est comme ça que l’on a réussi à faire le chemin avec certaines personnes qui nous voulaient pas participer au début et qui ont fini par présenter leurs opinions dans un débat public ! » Un chercheur

6) Développer les compétences interpersonnelles et interculturelles des participants (empowerment) -

« Ça m’a permis de développer plus d’empathie pour les autres et de nouer des relations sociales plus facilement » Un artiste « J’ai développé de nouvelles compétences communicationnelles, en ce qui concerne le langage non-verbal par exemple ». Un éducateur de rue « Ça m’a permis de mieux m’expliquer en public, de me sentir plus à l’aise dans un espace d’échange complètement inconnu » Un habitant de Rennes « Ça m’a permis d’affiner ma pratique de recherche en anthropologie, ça me donne de nouvelles idées pour des actions d’éducation de rue » Un chercheur « Ça m’a aidé à mieux me connaître, à grandir même » Un habitant de Tarragona « Se mettre à la place de l’autre, comprendre son parcours pour respecter son opinion » Un chercheur « Dépasser la peur de la différence, casser des barrières entre les gens, de différentes classes sociales, de différents pays » Un décideur public « J’ai développé de nouvelles compétences techniques aussi, des techniques de vidéo par exemple, de montage de sous-titres, etc. » Un artiste « Ça m’a permis d’améliorer mon anglais et mon français » Un artiste « Ça m’a donne envie d’apprendre le roumain » Un coordinateur

7) Stimuler l’envie des participants de s’engager sur les questions européennes pour l’avenir -

« Ça permet à notre structure d’ouvrir les portes de l’Europe, et ça nous donne des idées pour de futurs projets » Un coordinateur « Découvrir le programme "L’Europe pour les citoyens", mieux comprendre la logique de l’institution européenne pour lancer de nouveaux projets » Un coordinateur « Essayer de nouvelles formes pour travailler, innover, c’est très stimulant, c’est un moteur pour l’engagement ! » Un artiste

C.2. Impact du projet Veuillez indiquer de manière synthétique l'impact obtenu sur les groupes cibles et les possibilités de développement futur du partenariat.

Décideurs publics: Ils ont bénéficié d’un terrain pratique d’expérimentation qui leur a permis de juger concrètement de l’intérêt de la fertilisation croisée (éducation à la citoyenneté, action sociale, action politique, arts, recherche) pour agir en faveur du dialogue interculturel, et pour alimenter leur réflexion. Habitants-correspondants: La co-création de "Correspondances" a été un travail formateur pour les personnes qui ont participé à cette aventure, par sa capacité à reconsidérer leur façon d’être au monde et leur manière de l’exprimer. Ce travail leur a également permis de développer leurs capacités interpersonnelles et interculturelles afin d’agir activement en faveur du dialogue et de la solidarité (cf. citations des entretiens) Educateurs de rue: L’analyse comparative des modes d’action retenus en Roumanie, en Espagne et en France leur a permis d’expérimenter des nouvelles méthodes d’éducation à la citoyenneté et d’enrichir leur panel de pratiques professionnelles. Artistes: Ils ont expérimenté de nouvelles formes de collaborations interprofessionnelles et se sont enrichis des apports de connaissances qu’ont proposé les chercheurs et les habitants des trois pays afin de mieux appréhender le contexte – sociologique, linguistique et politique – dans lequel ils ont travaillé. Chercheurs: Ils ont pu accéder à une matière inhabituelle pour leurs travaux de recherche, qui relève du sensible, de l’émotion. Ce sont autant d’éléments qu’ils avaient peu l’habitude de traiter et dont la mise au jour s’est révélée précieuse pour la compréhension des expressions mémorielles et des représentations. Les expressions suscitées 7


par l’activation/réactivation des émotions saisies et cristallisées dans une "Correspondance" a constitué une matière rare et donc enrichissante pour leurs travaux. Plus largement, « Correspondances Citoyennes en Europe » a permis de sensibiliser tous ceux qui ont vu le travail réalisé au fait qu’ils étaient liés à une communauté de destin en Europe. La diffusion des productions et l’organisation de débats à l’échelle européenne permettent aujourd’hui de favoriser les interactions entre citoyens de toute l’Europe. Ce travail a également permis de développer des pistes sérieuses pour structurer des réseaux de coopération durables : Partenariats locaux durables : - Entre L’âge de la tortue et le centre d’art La Criée, le Groupe Rennais de Pédagogie et d’Animation Sociale, le collectif de recherche Le Commun : participation au pôle de recherche « Arts et lien social » sur la période 2011-2014 - Entre le Musée de Bretagne, Topik et L’âge de la tortue : collaboration autour de l’exposition itinérante du musée consacrée aux migrations depuis et vers la Bretagne - Entre Ariadna et la Fundació Casal L’Amic: pérennisation des activités citoyennes et artistiques dans l’appartement mis à disposition de l’équipe au sein des quartiers du Ponant pour notre projet de coopération. Partenariats entre universités : - Entre le laboratoire de sociolinguistique PREFics (EA 3207, Université Rennes 2), le collectif de recherche Topik et l’Université Rovira i Virgili de Tarragona pour l’élaboration d’un programme de recherche pluriannuel avec la maison des sciences de l’Homme en Bretagne (MSHB) : « Ségrégations, normes et discriminations », sur la période 2011-2014. - Entre l’Institut roumain de recherche sur les minorités ethniques (ISPMN, Cluj), le département de sciences politiques de l’Université de Cluj, le collectif de recherche Topik et le laboratoire de sociolinguistique PREFics : organisation d’une première édition du séminaire « Discriminations / Identités / Altérité / Langes », qui pourrait être renouvelé à l’avenir. Actions internationales susceptibles de se poursuivre durablement : - Entre Ariadna, la Fundació Casal L’Amic, le centre d’art La Criée et L’âge de la tortue : conception d’un nouveau projet de coopération européenne pour la période 2012-2014 dans le cadre du programme « L’Europe pour les citoyens ». - Entre la Fundació Casal L’Amic, L’âge de la tortue et l’Université Montpellier 3 : la participation régulière aux séminaires du Master professionnel « Développement social et intermédiation » à Montpellier.

8


C.3. Visibilité et suivi du projet Veuillez indiquer les résultats obtenus en termes de sensibilisation du projet auprès du grand public et les moyens mis en place pour leur diffusion.

A l’occasion des « Correspondances citoyennes en Europe », nous avons produit : 1) Dix-huit « Correspondances » co-réalisées entre les artistes, les chercheurs et les personnes qu’ils ont rencontrées à Rennes, Tarragona et Cluj, traduites en catalan, en roumain, en français et en espagnol : - Their new country : 6 séries de photographies d’Andrei Farcasanu (Bucarest) x 15 exemplaires envoyés à des proches des personnes migrantes ayant participé au projet. - Ecce Homo Europeanus : une revue de 18 numéros de Romain Louvel (Pornic) x 100 exemplaires envoyés à tous les centres sociaux ou civiques, les bibliothèques, les restaurants, les cafés installés sur les quartiers où se sont déroulées les résidences. - Passeport idéal : un livret visant à détourner les passeports de leur usage habituel, réalisé par Paloma Fernández Sobrino (Rennes) x 200 exemplaires envoyés aux autorités administratives des 3 pays (Douanes, services des passeports, service d’état civil, etc.). - Correspondances vidéo : 4 DVD de Nani Blasco (Tarragona) x 15 exemplaires envoyés à des proches des personnes migrantes ayant participé au projet. - Villes imaginaires : 5 tableaux (peinture, montage photographique) de Xavier Trobat Escanellas (Tarragona) x 8 exemplaires envoyés à des proches des personnes ayant participé au projet. - PATA RAT : livret visant à faire prendre conscience aux citoyens de la situation dramatique des familles Roms qui ont été expulsées du centre-ville de Cluj vers les bidonvilles de Pata Rat, réalisé par Fanny Minetti, Romain Louvel et Pascal-Nicolas Le Strat x 15 exemplaires envoyés aux responsables de la Cour européenne des Droits de l’Homme. 2) Six articles de recherche : - Une exigence de civilité, du politiste Pascal Nicolas-Le Strat (Le Commun et Université Montpellier 3). - La diversité ethnique de Cluj : les étudiants musulmans et Moldaves, du sociologue Remus Gabriel Anghel (ISPMN) & du politiste Toma Burean (Université de Cluj). - Les différents espaces de la ville : inégalités et identités dans la transformation urbaine, du sociologue Angel Belzunegui (Université Rovira i Virgili, Tarragona). - "Correspondances citoyennes en Europe", ou le postulat de la rencontre et de l’expérimentation en terrains plurilingues et hétérogènes, de la doctorante en sociolinguistique Claire Lesacher (PREFics, Université Rennes 2). - Les voix de Tarragona Ponent, de l’anthropologue et éducatrice de rue Maria Pallarès Serena (Fundació Casal L’Amic, Tarragona). - "Correspondances citoyennes en Europe", ou comment les artistes contribuent au dépassement des frontières entre « eux » et « nous », de la sociologue Anne Morillon (Topik et PREFics). 3) Le site Internet www.correspondancescitoyennes.eu, qui rassemble les versions numériques de la totalité des productions issues de cette coopération transnationale, et dont la fréquentation a atteint 35.000 visiteurs différents depuis le démarrage du projet. 4) Trois valises itinérantes, réalisées par la plasticienne Brigitte Leprêtre (Les Ateliers du Vent), qui contiennent des extraits de toutes les productions du projet (Correspondances, article de recherche, film documentaire, livre collectif) et que nous faisons circuler dans les familles des quartiers où se sont déroulés les résidences à Rennes, Tarragona et Cluj. Des temps d’échanges sur les intérêts et les limites du projet avec ces familles, leurs voisins ou amis sont organisés régulièrement directement dans les appartements du quartier. 5) Le séminaire international « Discriminations / Identités / Altérité / Langues » co-organisé principalement par L’âge de la tortue et le laboratoire de sociolinguistique PREFics (EA3207) de l’Université Rennes 2 à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (MSHB). 9


6) Trois expositions itinérantes regroupant l’ensemble des Correspondances, les articles de recherche, le film documentaire, l’ouvrage collectif, etc. Les partenaires de chaque pays se chargent de faire circuler cette exposition dans le plus grand nombre possible d’équipement de quartier et d’institutions en Catalogne, en Bretagne et en Transylvanie. 7) Le livre « Carnets de Correspondances / Cuaderno de Correspondencias » édité en partenariat avec la maison d’édition Fulenn. Ce livre bilingue français/espagnol regroupe l’ensemble des articles du journal de recherche de Pascal Nicolas-Le Strat, rédigés quotidiennement pendant les résidences de trois semaines chacune organisées à Rennes, puis à Tarragona et à Cluj. 8) Le livret intermédiaire « Correspondances Citoyennes en Europe » (48 pages, format 15x21cm) qui regroupent les premiers extraits des Correspondances réalisées les résidences x 700 exemplaires diffusés depuis avril 2011 lors de toutes les étapes de restitution publique en Roumanie, en France et en Espagne. 9) L’ouvrage collectif « Correspondances Citoyennes en Europe » (130 pages, format 20x28cm) qui présente l’ensemble des travaux de l’équipe (éducateurs, artistes, chercheurs, décideurs publics, citoyens rencontrés dans la rue…) x 600 exemplaires envoyés à l’ensemble des participants, de la presse et d’environ 400 organisations que nous avons sensibilisées à notre travail en Roumanie, en Espagne, en France, en Belgique, en Suisse, au Liban… 10) Le film documentaire réalisé par Nani Blasco qui retrace tout le déroulement de « Correspondances Citoyennes en Europe » x 2000 exemplaires DVD envoyés aux mêmes personnes que notre ouvrage collectif. Ce film sert régulièrement de supports aux interventions que nous réalisons dans les centres sociaux, les établissements scolaires, les bibliothèques, les universités, etc. A titre d’exemple, voici quelques-uns des destinataires de cet ouvrage collectif et de ce DVD en France (la liste est sensiblement la même en Espagne et en Roumanie) : - Marseille 2013 - Capitale européenne de la culture - Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture - Daniel Conrod, rédacteur en chef du magazine Télérama - Stéphanie Pryen, université Lille 3 - Institut Français du Liban, Beyrouth - Relais Culture Europe - Isabel Andreen – Spectacle Vivant en Bretagne - Françoise Berretrot – Musée de Bretagne - Sylvie Robert, vice-présidente de la région Bretagne - René Jouquant, adjoint au Maire de Rennes - Didier Le Bougeant, vice-président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine - Johanne Bouchard, Fribourg, Institut interdisciplinaire d'éthique et droits de l'homme - Michèle Larue-Charlus, Mairie de Bordeaux - Agnès Arquez-Roth, Cité nationale de l'histoire de l'immigration - Yannick Rascouët, directeur de l’Institut Français de Barcelone - Alain FOHR, Directeur de l’Institut Français de Madrid - Bernard HOULIAT, Institut Français de Cluj-Napoca - Didier Dutour, Institut Français de Bucarest Francis Lacloche, Cabinet du ministre français de la Culture et de la Communication - Chérif Khaznadar, Vice-Président de la Commission Nationale Française pour l'UNESCO - Catherine Bertho Lavenir, Université Sorbonne nouvelle Paris 3 - Daniel Delaveau, Maire de Rennes - Frédéric Bourcier, adjoint au Maire de Rennes - Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (Ille-et-Vilaine) - Monsieur le Maire de Tarragona - Sorin Apostu, Maire de Cluj - Le Monde Diplomatique (journal, Paris) 10


-

Ministère français de l’Immigration (Paris) Ministère français des Affaires Étrangères (Paris) EL PAÍS (journal, Madrid) Le Canard Enchainé (journal, Paris) Douanes de France …

Afin d’assurer la communication autour de ce projet, nous avons également réalisé des stickers (1000 exemplaires), des cartes de visite (500 exemplaires), des bannières déroulantes (3 exemplaires), un logo et une typographie spécifiques au projet – « ZUP SUD » – réalisés par le graphiste Mathieu Tremblin, ainsi qu’une lettre d’information électronique diffusées à nos partenaires et à la presse.

Ces productions ont fait l’objet de restitution publique à de nombreuses occasions : En Espagne : - Intervention de Jordi Collado et d’Angel Belzunegui à l’Université Rovira i Virgili de Tarragona en février 2011. - Conférence de presse à l’hôtel de ville de Tarragona le 23 mars 2011 - Intervention d’Alba Zamora au 3ème Congrès du tiers-secteur social à Barcelone les 24 et 25 mars 2011. - Exposition des Correspondances du 20 avril au 6 mai 2011 au Teatro Metropol de Tarragona - Exposition à l’occasion de la fête populaire de Sant Jordi le 23 avril 2011 à Tarragona - Projection du film documentaire dans le cadre du festival REC à Tarragona le 30 avril 2011 - Présentation des Correspondances à l’occasion de la « Fira d’Entitats » des quartiers du Ponant en mai 2011 - Présentation des Correspondances et de la valise chez les familles des quartiers du Ponant avec la Fundació Casal l’Amic depuis le printemps 2011. - Présentation du film et de la valise à l’occasion des fêtes des associations de voisins des quartiers du Ponant au printemps 2011 - Interventions de Nicolas Combes au centre culturel Hangar, à Radio La Mina et à l’Ateneu Popular Nou Barris à Barcelone les 1er, 2 et 3 juin 2011. - Exposition au centre civique de Torreforta durant la « Semaine culturelle » des quartiers du Ponant du 4 au 13 juin 2011 - Intervention de Nani Blasco, Nicolas Combes et Xavi Zaragoza au Forum international « Ciutats Creactives » à Tarragona le 04/06/11 - Exposition au bar Nou Centre de Torreforta en juillet 2011. En Roumanie : - Exposition à la Fabrica de Pensule à Cluj du 23 juin au 4 juillet 2011, avec la foundation AltArt250300 people in the period mentioned. - Projection du film à Marosfő au EU Camp avec le RMDSZ (union démocratique hongroise en Roumanie) le 7 juillet 2011. - Projection du film au festival Tusvanyos le 23 juillet 2011 avec le Conseil Hongrois de la Jeunesse (MIT). - Exposition au centre commercial Iulius Mall à Cluj du 15 au 30 octobre 2011, puis au centre commercial POLUS à Cluj du 1er au 15 novembre 2011, avec la fondation PATRIR Présentation des Correspondances et de la valise chez les familles des quartiers où se sont déroulées les résidences et dans les bidonvilles de Pata Rat depuis la fin du printemps 2011. En France : - Présentation du projet au festival de cinéma de Douarnenez le 23 août 2010 - Exposition des précédentes Correspondances à la Bibliothèque municipale « Triangle » du 24/09 au 20/10/2010 à Rennes - Rencontre/débat le 15 octobre 2010 au Cercle Paul Bert Blosne 11


-

-

-

Rencontres des étudiants de la Fondation Hicter le 18/10/11 à Rennes Exposition dans le cadre de Convergences Culturelles en 2010 à Rennes Présentation du projet à l’occasion des 20 ans du réseau Banlieues d’Europe à Lyon les 25, 26 et 27 novembre 2010 Intervention de Nicolas Combes le 18 janvier 2011 à Quimper lors de rencontres professionnelles du Conseil général du Finistère : "Quels enjeux et opportunités pour les porteurs de projet européens en Bretagne?" Exposition au Forum Euro-Citoyens avec la Maison de l'Europe de Rennes et de Haute-Bretagne le 12 février 2010 Intervention de Nicolas Combes le 6 avril 2011 à l’Université Montpellier 3, dans le cadre du Master 2 professionnel « Développement social et intermédiation » Participation au séminaire organisé par Le Commun à Montpellier le 6 avril 2011 Réception à l’Hôtel de ville par Monsieur le Maire de Rennes le 8 avril 2011 Intervention de Nicolas Combes à l'Université Rennes 2 dans le département d'espagnol avec 3 classes de Licence avec Montserrat Casacuberta Intervention de Romain Louvel au colloque « Une autre science est possible » à l’Université de Sheerbrook (Canada) les 9, 10 et 11 mai 2011 : Intervention de Romain Louvel. Intervention de Fanny Minetti et Nicolas Combes au terrain des gens du voyage du Gros Malhon avec le lycée Chateaubriand, la Maison Internationale de Rennes et l’Association des Gens du Voyage d’Ille-etVilaine le 12 mai : http://www.lycee-chateaubriand.fr/vie/fiche.php?id=198 Intervention de Fanny Minetti le 27 mai 2011 et exposition à l’Auberge de Jeunesse de Rennes du 27 mai au 27 juin 2011 Intervention de Fanny Minetti au bar coopératif La Vie Enchantiée le 4 juillet, puis exposition de la valise des Correspondances du 25 juillet au 19 août 2011 Intervention de Nicolas Combes à Ploufragan pour UNIVERS-CITE le 26 juillet, puis exposition du 29 juin au 29 juillet Projections du film documentaire et circulation de la valise chez les habitants du quartier du Blosne, depuis septembre 2011. Exposition à la Bibliothèque du Triangle : Du 13 septembre au 1er octobre. Intervention de Nicolas Combes à l’Université Lyon 2 pour le Master professionnel « Développement culturel et direction de projet » le 22 septembre 2011 Intervention de Nicolas Combes à St Brieuc lors du Forum Europe du 28 septembre 2011 Présentation des Correspondances au collège de la Binquenais à Rennes le 5 octobre 2011 Intervention de Nicolas Combes au débat « Photographie et société » dans le cadre du festival « Image Publique » le 6 octobre à l'Espace Ouest-France de Rennes. Intervention de Nicolas Combes à l’émission de radio « Carnets de campagne » sur France Inter la semaine du 17/10/2011

D’autres formes de restitution publique sont également prévues dans les mois à venir : -

-

Exposition itinérante avec les six centres sociaux de Rennes (A.R.C.S.) : A partir d’octobre/novembre 2011 : présentation publique des Correspondances et projection du film documentaire réalisé par Nani Blasco, suivi d’un débat avec les participants autour d’un verre o CS de Villejean : 2 au 20 novembre o CS de Ty Blosne : 21 novembre au 9 décembre o CS de Maurepas : 13 février au 2 mars 2012 o CS de Cleunay : du 8 au 23 mars 2012 o CS de Carrefour 18 : 2 avril au 28 avril 2012 o CS des Champs Manceaux : du 14 au 28 mai 2012 Intervention de Nicolas Combes au Conseil Rennais de la Diversité et de l'Egalité des Droits (CRDED) à l’automne 2011 Exposition à l’occasion du festival « Convergences culturelles 2011 » avec l’Union des associations Interculturelles de Rennes (UAIR) et la ville de Rennes pendant tout le mois de novembre 2011 Intervention de Nicolas Combes à l'ENSAPM, école d’architecture de Paris-Malaquais, le 1er/12/2011. 12


-

Intervention de Pascal Nicolas-Le Strat, Romain Louvel et Nicolas Combes le 18 novembre à la Maison des Sciences de l’Homme de Paris-Nord : « Un tiers espace à partager » piloté par Hugues Bazin. Intervention de Nicolas Combes au Bistrot de l’Histoire à Saint-Brieuc le 9 décembre. Intervention de Nicolas Combes au séminaire co-organisé par la Cité Nationale de l’histoire de l’Immigration et la Fondation européenne de la culture à Paris le 10 décembre 2011 Intervention de Pascal Nicolas-Le Strat à l’Institut Français et à l’Ecole d’Architecture de Valencia en Espagne du 12 au 15 décembre 2011. Intervention de Nicolas Combes et Pascal Nicolas-Le Strat le 6 décembre 2011 à l’Université de Lille (invités par Stéphanie Pryen) Exposition au lycée Joliot Curie de Rennes en décembre 2011 Interventions de Nicolas Combes et expositions à Lorient (Université de Bretagne Sud, Armelle Mabon) et à Brest (Université de Bretagne Occidentale, service culturel) en au premier semestre 2012

Décideurs publics : Nous avons également sensibilisé à notre travail les décideurs publics à plusieurs niveaux : - Locaux : les villes de Rennes, Douarnenez, Lorient, Tarragona, Reus, Cluj et Bucarest - Régionaux : le Conseil régional de Bretagne, la Generalitat de Catalunya, la région Nord-Vest de Roumanie - Nationaux : les députés liés aux villes de Cluj, Tarragona et Rennes - Européen et au-delà : la députée européenne Nicole Kiil-Nielsen, une dizaien de parlementaires européens ainsi que les réseaux Eurocities, Les Rencontres et Atlantic Cities. Evaluation : Nous avons élaboré un référentiel d’analyse quantitative et qualitative des "Correspondances Citoyennes en Europe". Cette analyse repose aussi bien sur des éléments factuels que sur des entretiens individuels avec les personnes ayant participé aux actions (citoyens, partenaires, éducateurs, chercheurs, artistes). Ce document est joint en annexe.

S'il a été fait recours à un ou plusieurs des trois outils de communication ci-dessous, indiquez-en le nombre, le contenu et le format. Publications: - Le livre « Carnets

de Correspondances / Cuaderno de Correspondencias » édité en partenariat avec la maison d’édition Fulenn. Ce livre bilingue français/espagnol regroupe l’ensemble des articles du journal de recherche de Pascal Nicolas-Le Strat, rédigés quotidiennement pendant les résidences de trois semaines chacune organisées à Rennes, puis à Tarragona et à Cluj. 453 pages, format 21x14cm, 100 exemplaires. - Le livret intermédiaire « Correspondances Citoyennes en Europe » qui regroupent les premiers extraits des Correspondances réalisées les résidences. 48 pages, format 15x21cm, 700 exemplaires. - L’ouvrage collectif « Correspondances Citoyennes en Europe » qui présente l’ensemble des travaux de l’équipe (éducateurs, artistes, chercheurs, décideurs publics, citoyens rencontrés dans la rue…). 130 pages, format 20x28cm, 600 exemplaires. DVD/CD-ROM

Le film documentaire réalisé par Nani Blasco qui retrace tout le déroulement de « Correspondances Citoyennes en Europe ». Ce film sert régulièrement de supports aux interventions que nous réalisons dans les centres sociaux, les établissements scolaires, les bibliothèques, les universités, etc. 36 minutes, 2000 exemplaires DVD. Site web

Le site Internet www.correspondancescitoyennes.eu, qui rassemble les versions numériques de la totalité des productions issues de cette coopération transnationale, et dont la fréquentation a atteint 35.000 visiteurs différents depuis le démarrage du projet.

13


C.4. Information supplémentaires et acquis Veuillez donner toute information complémentaire, observation ou recommandation pouvant être utile pour les projets futurs. Décrivez les éventuelles difficultés rencontrées lors de la réalisation de votre projet. .

Enseignements pour de futurs projets : Les deux principaux enseignements que nous retirons de cette expérience, en vue de prochaines éditions de ce projet, sont les suivants : 1) Il serait certainement intéressant de prolonger la durée des résidences jusqu’à 5 ou 6 semaines chacune. 2) Il serait également intéressant de poursuivre nos actions avec une même volonté d’expérimenter de nouvelles formes de collaborations interprofessionnelles (chercheurs, éducateurs, artistes, décideurs publics…). Peut-être qu’il conviendrait de proposer à l’ensemble des participants exactement les mêmes règles du jeu, les mêmes principes d’action (y compris pour les décideurs publics par exemple).

Difficultés rencontrées : Les principales difficultés rencontrées sont liées au fait que nous avons choisi de candidater à un programme (L’Europe pour les citoyens, action 2, mesure 3) dont le calendrier et les possibilités budgétaires ne correspondaient pas tout à fait au projet que nous avions imaginé au départ : 1) Le calendrier proposé par le programme en 2010 était très court (12 mois) par rapport au projet que l’on avait imaginé initialement. Notre rythme de travail a été trop soutenu selon certains participants. Une période de 18 mois aurait permis d’intégrer pleinement le travail de diffusion et de mise en débat public des résultats de notre travail dans ce calendrier. 2) Le cadre budgétaire proposé par le programme en 2010 (55.000 euros maximum en provenance de la Commission européenne, pour 60% des recettes totales) ne permettait pas de financer tout le travail de diffusion que nous souhaitions réaliser. Nous continuons actuellement à chercher des financements afin d’assurer une valorisation d’envergure de ce travail (échanges de bonnes pratiques, plateforme de partage d’expériences interprofessionnelles en Bretagne, en Catalogne et en Transylvanie). Une autre difficulté résidait dans le manque d’habitude des pouvoirs publics de Cluj de participer eux-mêmes à des actions proposées par la société civile. Le soutien institutionnel public a été difficile à obtenir à Cluj (seul le vice-préfet de Cluj a participé à un débat), ce qui nous a obligés à repenser les activités de débat que nous avions prévues avec les responsables publics locaux. En France et en Espagne, ces temps d’échanges ont bien eu lieu et ont permis d’organiser la confrontation des points de vue de personnes vivant à Rennes ou à Tarragona avec des chercheurs, des artistes, des élus locaux (Frédéric Bourcier et Sylvie Robert de Rennes, Oriol Grau à Tarragona) et la députée européenne Nicole Kiil-Nielsen. La dernière difficulté que nous avons rencontrée concernait les coûts de traduction et d’interprétariat lors des résidences en Roumanie. Nous les avions quelque peu sous-estimés, c’est pourquoi nous avons dû chercher sur place des interprètes bénévoles qui ont accepté de nous accompagner tout au long de notre travail à Cluj.

C.5 Budget/ Calculette (Annexe 1)

14


PARTIE D: Programme de travail mis en œuvre Date

Type d'activité

Lieu de l'activité

Début

Fin

01/08/10

25/09/10

Organisation, réunions préparatoires

Rennes, Cluj, Tarragona, Douarnenez

25/09/10

18/10/10

Résidences de travail avec les habitants

Rennes

18/10/10

20/11/10

Préparation des résidences de travail en Espagne

20/11/10

13/12/10

Résidences de travail avec les habitants

Contenu (informations succinctes)

Quantité (nombre de participants, d'exemplaires, etc.)

Résultats obtenus

Réunions de coopération/organisation, - Finalisation des partenariats locaux, - Production et ouverture du site web, - Présentation du projet au festival de cinéma de Douarnenez (forum et exposition) - Préparation des appartements à Rennes pour accueillir les éducateurs, chercheurs, artistes, décideurs publics, habitants Rencontres des habitants par l'intermédiaire de personnesrelais, associations locales, interprètes, professeurs, éducateurs (50% des rencontres) - Rencontres des habitants directement sur l'espace public, sans intermédiaire (50% des rencontres) - Travail de production de "Correspondances" avec les habitants (textes, photographies, vidéo, dessins...) - Expédition des "Correspondances" à leur destinataire (décideurs publics, voisins, collègues, commerçants, inconnus...) et demande de réponses

20

Terrain préparé pour le démarrage du travail de "Correspondances" à Rennes

120

Tarragona, Rennes, Cluj

- Réunions de coopération/organisation, - Poursuite du travail de production du film documentaire et des ouvrages - Préparation des appartements à Tarragona pour accueillir les éducateurs, chercheurs, artistes, décideurs publics, habitants

20

- Sensibilisation large aux objectifs du programme - Les rencontres directes sur l'espace public, sans intermédiaire, permettent de toucher des personnes qui ne fréquentent pas du tout les réseaux associatifs ou sociaux classiques - Production des "Correspondances" - Analyse des processus de rencontres, d'échanges et de dialogue Terrain préparé pour le démarrage du travail de "Correspondances" à Tarragona

Tarragona

- Rencontres des habitants par l'intermédiaire de personnesrelais, associations locales, interprètes, professeurs, éducateurs - Rencontres des habitants directement sur l'espace public, sans intermédiaire - Travail de production de "Correspondances" avec les habitants (textes, photographies, vidéo, dessins...) - Expédition des "Correspondances" à leur destinataire (décideurs publics, voisins, collègues, commerçants, inconnus...) et demande de réponses.

120

- Sensibilisation large aux objectifs du programme - Les rencontres directes sur l'espace public, sans intermédiaire, permettent de toucher des personnes qui ne fréquentent pas du tout les réseaux associatifs ou sociaux classiques - Production des


13/12/10

08/01/11

Préparation des résidences de travail en Roumanie Résidences de travail avec les habitants

Cluj, Rennes, Tarragona

08/01/11

31/01/11

31/01/11

19/04/11

Production du livret intermédiaire et du film documentaire

Rennes, Cluj, Tarragona

- Finalisation des "Correspondances" - Production d'un premier ouvrage (livret) témoignant des processus et des résidences de travail entre habitants, décideurs publics, éducateurs, artistes et chercheurs - Montage d'une première version du film documentaire

20

06/04/11

10/05/11

Début des restitutions / diffusion en France

Rennes

700

19/04/11

27/04/11

Début des restitutions / diffusion à

Tarragona

Restitution des travaux effectués avec les habitants pendant les résidences : - Organisation du séminaire international « Discriminations / Identités / altérité / Langues » à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne - Présentation des "Correspondances", diffusion des livrets et projections de la première version du film documentaire lors de la Journée de l’Europe avec la Maison de l’Europe de Rennes - A partir de ces productions, organisation de rencontres-débats sur les conditions de développement d'une citoyenneté européenne active et d’un dialogue interculturel en Europe Restitution des travaux effectués avec les habitants au cours des résidences : - Exposition des "Correspondances", diffusion des livrets et

Cluj

- Réunions de coopération/organisation, - Poursuite du travail de production du film documentaire et des ouvrages - Préparation des appartements à Cluj pour accueillir les éducateurs, chercheurs, artistes, décideurs publics, habitants - Rencontres des habitants par l'intermédiaire de personnesrelais, associations locales, interprètes, professeurs, éducateurs - Rencontres des habitants directement sur l'espace public, sans intermédiaire - Travail de production de "Correspondances" avec les habitants (textes, photographies, vidéo, dessins...) - Expédition des correspondances à leur destinataire (décideurs publics, voisins, collègues, commerçants, inconnus...) et demande de réponses

20

120

1000

"Correspondances" - Analyse des processus de rencontres, d'échanges et de dialogue Terrain préparé pour le démarrage du travail de "Correspondances" à Cluj

- Sensibilisation large aux objectifs du programme - Les rencontres directes sur l'espace public, sans intermédiaire, permettent de toucher des personnes qui ne fréquentent pas du tout les réseaux associatifs ou sociaux classiques - Production des "Correspondances" - Analyse des processus de rencontres, d'échanges et de dialogue - "Correspondances" finalisées - Une première version du film documentaire diffusable - Un premier ouvrage (livret intermédiaire) est imprimé - Le site Internet contient toutes les "Correspondances" - Ouverture du site web à tous les publics - Rencontres-débats organisées entre citoyens et avec les décideurs publics - Première version du film documentaire projetée - Première série d'ouvrages diffusée gratuitement aux participants à l'issue des débats - Rencontres-débats organisées entre citoyens et avec les décideurs publics

16


l'occasion de Sant Jordi en Espagne

20/06/11

27/07/11

Début des restitutions / diffusion en Roumanie

Cluj

06/06/11

31/07/11

Finalisation des productions

Rennes, Cluj, Tarragona

18/01/11

06/09/11

Diffusion des productions et partage de bonnes pratiques à l'échelle européenne

Cluj, Tarragona, Rennes, Barcelona, Quimper, Montpellier, Lyon, Lorient… et bientôt Lille, Paris, SaintBrieuc, Valencia, etc.

projections de la première version du film documentaire, notamment à l’occasion des fêtes de Sant Jordi - A partir de ces productions, organisation de rencontres-débats sur les conditions de développement d'une citoyenneté européenne active et d’un dialogue interculturel en Europe, en partenariat avec les associations et institutions locales Restitution des travaux effectués avec les habitants au cours des résidences : - Exposition des "Correspondances", diffusion des livrets et projections de la première version du film documentaire - A partir de ces productions, organisation de rencontres-débats sur les conditions de développement d'une citoyenneté européenne active et d’un dialogue interculturel en Europe, en partenariat avec les associations et institutions locales - Finalisation des contenus, montage et mise en page en prenant en compte les réponses et retours obtenus en Roumanie, en Espagne et en France - Impressions des ouvrages définitifs et pressage des DVD (film documentaire) - Intégration des contenus complets dans le site web - Diffusion large des productions ("Correspondances", film documentaire, ouvrages, site web) par voie numérique et postale - Organisation de conférences/rencontres/débats à partir de ces productions et accompagnées d'une exposition photographique - Partage de bonnes pratiques à l'échelle européenne et rencontres de potentiels futurs partenaires en Europe en vue d'imaginer de prochaines étapes de "Correspondances Citoyennes en Europe" - Finalisation de l'évaluation du projet

- Première version du film documentaire projetée - Première série d'ouvrages diffusée gratuitement aux participants à l'issue des débats 370

20

5300

- Rencontres-débats organisées entre citoyens et avec les décideurs publics - Première version du film documentaire projetée - Première série d'ouvrages diffusée gratuitement aux participants à l'issue des débats - Ouvrages finalisés - Film documentaire finalisé - Site web finalisé

- Sensibilisation large aux objectifs du programme - Débats entre décideurs publics, citoyens et organisations de la société civile - Reproductibilité des outils en vue de nouvelles étapes de "Correspondances Citoyennes" ailleurs en Europe

17


PARTI E: Déclaration Je certifie que les informations et les données financières fournies dans le rapport final n° 1 exactes.

sont complètes, correctes et

Le demandeur autorise la Commission européenne, l’Agence exécutive Education, Audiovisuel et Culture, à publier et à utiliser toutes les données statistiques fournies dans ce rapport dans un but de gestion et d’évaluation du Programme l'Europe pour les Citoyens. Toutes les données personnelles sont traitées en accord avec la règlementation (EC) N°45/2001 du Parlement eu ropéen et du Conseil sur la protection des individus à l’égard du traitement des données personnelles par les Institutions communautaires. Sur base d’une demande écrite, toute personne peut accéder à ses données personnelles. Toute demande doit être adressée à l’Agence exécutive Education, Audiovisuel et Culture. Toute personne peut introduire, à tout moment, une plainte à l’encontre du traitement de ses données personnelles via l'European Protection Superviser.

Demandeur Nom, cachet :

L’âge de la tortue

Représentant légal Nom en majuscules

MAGNAVAL Xavier, président

Lieu, date :

Rennes le 30/09/2011

Signature :

Rapport Final du Projet Correspondances citoyennes en Europe  

Rapport Final du Projet Correspondances citoyennes en Europe

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you