Page 78

Dans la tradition occidentale, on attribue à Patrick, le grand missionnaire de l’Irlande, la prière qu’il aurait prononcée en se revêtant de sa tunique. Le début de cette prière est centrée sur la Trinité : « Je lie à moi-même aujourd’hui le puissant nom de la Trinité, par invocation de celui qui est trois en un et un en trois. » Par la suite, l’auteur invoque sur lui toute la puissance de Dieu manifestée dans la création et dans l’Incarnation du Christ, contre les dangers de la vie et en particulier les ruses de Satan. Il termine cette prière en invoquant de nouveau la Trinité : « Je lie à moi-même aujourd’hui le puissant nom de la Trinité, par invocation de celui qui est trois en un et un en trois, de qui la nature entière tire sa création ; Père éternel, Esprit, Parole : Gloire au Dieu de ma rédemption ; le salut est en Christ, le Seigneur éternel 33 ! » Dans la tradition orientale, Syméon le Nouveau Théologien, moine et abbé en Asie mineure, est l’auteur de plusieurs livres qui expriment sa réflexion théologique et sa vie de prière fervente. Ses cinquante « Hymnes à l’amour divin » sont introduits par une « Invocation au Saint-Esprit » qui illustre la place centrale de celui-ci dans la spiritualité de Syméon. Le Saint-Esprit est appelé par ses différents noms, en rapport avec ses différentes actions. La reconnaissance y trouve une grande place. La fin de la prière illustre la vision trinitaire de Dieu qui est celle de l’auteur qui passe sans transition de la prière adressée au Saint-Esprit à la louange de la Trinité : «… car c’est toi qui es tout bien et toute gloire et tout délice et c’est à toi qu’appartient la gloire, sainte, consubstantielle et vivifiante Trinité, Toi que vénèrent, que confessent, qu’adorent et que

33

Cité dans Leanne PAYNE, 3(790,9,+»i*6<;, (Le Mont-Pèlerin : Editions Raphaël, 1996), p.37-39. Traduction par Denis Ducatel.

76

Dossier Vivre 14 - La dynamique de Dieu  

La joie de la communion avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit

Advertisement