Page 157

appelé à être bénéficiaire de cet amour : en tant qu’être humain, je suis voulu et aimé ! CRÉÉS À L’IMAGE DE DIEU Durant de nombreux siècles, le fait que homme et femme soient créés à l’image de Dieu6 a été interprété comme se référant à une caractéristique statique propre à l’être humain en tant qu’individu. Rationalité, volonté, ou nature morale que possède l’individu sont des qualifications qui feraient de lui plus spécifiquement un être humain créé à l’image de Dieu. En contraste, les Réformateurs ont insisté sur une interprétation relationnelle de l’image de Dieu. L’homme est créé à l’image de Dieu en ce qu’il peut se tenir devant Dieu dans une relation spéciale qu’Adam et Ève ont perdue par la chute, mais qui est restaurée en Jésus-Christ et par le Saint-Esprit. En fait, cette restauration qui commence dans le présent et ne s’achèvera complètement qu’à la fin des temps, dépasse ce qu’Adam et Ève étaient avant la chute. À la lumière de l’Évangile, et en tenant compte de la souveraineté de Dieu, on peut affirmer que dès la création initiale, l’homme est déjà déterminé christologiquement. Ceci signifie que dès le commencement, Dieu a en vue la restauration de l’homme à l’image du Christ qui est 6

Voir Genèse 1 : 26-28, 5 : 1-3, 9 : 6. Il est intéressant que l’Ancien Testament ne définisse pas en détail ce qui est entendu par « image de Dieu. » L’anthropologie hébraïque cependant est connue pour sa conception de l’homme comme être unifié, avec le « cœur » comme centre. La recherche de caractéristiques spécifiques ou d’une partie de l’homme qui reflèteraient plus concrètement Dieu en l’individu, est plutôt propre à la philosophie grecque. Pour une étude approfondie de l’influence de la philosophie grecque dans le christianisme, voir Andrew 36<;/;/, 690.05: 6- ;/, */90:;0(5 4@:;0*(3 ;9(+0;065 ¶ -YVT 7SH[V [V +LU`Z (Oxford : Clarendon Press, 1981), en particulier la conception de l’image de Dieu chez Augustin, p. 146-48. 155

Dossier Vivre 14 - La dynamique de Dieu  

La joie de la communion avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit