Page 122

rupture, à laquelle Père et Fils étaient prêts et qu’Ils vivent en ce moment précis, implique une expérience nouvelle, terrible, en Dieu Lui-même : la communion d’amour éternelle entre Père et Fils est réellement rompue. Elle sera rétablie par la suite, par la résurrection de Jésus-Christ. Cependant, au moment unique de la croix, Dieu prend sur Lui et en Lui-même la rupture des hommes d’avec Lui, et leur offre ainsi le chemin de la réconciliation25. La séparation a certainement affecté et le Père et le Fils ! Affirmer davantage, vouloir expliquer comment exactement ce fut le cas, serait aller au-delà de ce que la Parole de Dieu nous permet de déduire. Parce que le Fils a pris sur Lui la colère de Dieu et notre séparation d’avec Lui, nous n’avons plus à affronter cette conséquence du péché. En Christ, nous avons le pardon et pouvons vivre une relation nouvelle avec le Père. Cependant, l’exemple de Gethsémané nous rappelle que si nous avons en Dieu un Père céleste, si nous sommes avec Christ héritiers de Dieu, cela ne nous évite pas pour autant la souffrance dans notre vie terrestre. L’héritage consiste avant tout en la présence de Dieu avec nous dans le concret de notre vie, dans un monde encore en rebellion contre Lui. De même qu’Il l’a fait pour Jésus, le Père nous accompagne et nous soutient dans notre pèlerinage. Notre tendre Père est là comme « le Père compatissant et le Dieu de toute consolation, lui qui nous console dans toutes nos afflictions… ». (2 Corinthiens 1 : 3b-4a)

25

Voir 2 Corinthiens 5 : 19 : « Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, sans tenir compte aux hommes de leurs fautes, et il a mis en nous le service de la réconciliation. »

120

Dossier Vivre 14 - La dynamique de Dieu  

La joie de la communion avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit