Page 105

L’aide nous est donc assurée. Mais sans relativiser cette promesse, il faut rappeler l’exemple de l’expérience que Jésus a lui-même faite, et que l’auteur rapporte. Hébreux 5 : 7-10 fait allusion à la prière de Jésus au Jardin de Gethsémané 14. Là, Jésus-Christ a appris le chemin douloureux de l’obéissance, demandant à Dieu de parvenir à la soumission à ce qu’Il savait être la volonté de son Père céleste, volonté qu’Il était venu accomplir et à laquelle Il était prêt à se soumettre. Seulement, ce n’est pas parce qu’Il y adhérait de plein cœur que l’obéissance de marcher sur le chemin de la croix a été facile : dans son humanité, avec les faiblesses qui en font partie, Jésus a vécu de profondes luttes intérieures devant ce chemin, d’où le temps d’agonie de Gethsémané. Il se peut donc qu’un appel au secours que nous adressons à Dieu ne soit pas exaucé de la manière dont nous le souhaiterions. La vie sur terre en tant que telle est souvent un combat, mais d’une certaine manière plus encore la vie du chrétien : pour lui, les difficultés sont autant d’occasions de grandir, de progresser dans la maturation de sa nouvelle humanité en Christ. À sa suite, nous apprenons à courir l’épreuve qui nous est proposée (non imposée, il s’agit donc d’un choix !), comme exprimé dans Hébreux 12 : 1 à 13. Frères et sœurs de Jésus-Christ, nous apprenons la persévérance et l’obéissance devant le Père céleste. Cependant, Jésus vient également personnellement à notre secours si nous nous tournons vers Lui dans la prière. Présent par le Saint-Esprit dans nos cœurs, Jésus entend nos supplications, nos demandes. Il est là, avec nous, pour nous accompagner. La Parole de Dieu l’affirme à de multiples occasions, ce qui est déjà suffisant pour 14

Luc 22 : 39-46 et par. 103

Dossier Vivre 14 - La dynamique de Dieu  

La joie de la communion avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit

Advertisement