Page 1


022

029

SOM MAIRE LADY COURRIER

008

Paroles de lecteurs

LADY ACTUS

010

News urbaines

LADY MODE

012

022

STREET FOLIO Jace à La Réunion

020

Les clips de Rap Diam’s

016

LADY PORTRAIT LADY DOSSIER

028

032

Hip Hop & Luxe

LADY FASHION The Luxe

050

LADY CULTURE

Tendances : Hoon : Street jewelry Bread and Butter Soirée Enyce

Aaliyah

News couture

LADY NEW

LADY MODE

036

Photo DR Universal Barclay

Page 4

Photo Serge Derossi

016

7:29

Illustration Alex, Broke & Vision

17/02/06

Photo DR Hoon

012

Photo Jace

Photo David LaChapelle

1Ladycaprice (LAST mm) 1-18

036

042

Street - Art : Étoiles urbaines -T-Kid - Blackkross Lady On Air Mouvement : Electro Hip Hop & Missil Hip Hop, R&B : Dj Muggs, Lady Laistee, Booba…

LADY SPORT

056

Suresnes Cité danse, Storm, Roller basket, Doriane Vidal

ACCESSOIRES Tahizea Dreams

062


LADY BEAUTY

066

086

Illustration Sophie Toulouse

HEUREUSCOPE Toutes les adresses...

Business-women : Christine Socchard Boosteuse de talents

080

LADY ID

092

Leila et Devoirs de Mémoires

LADY GADGET

088

096

102

LADY WHO’S WHO

090

072

“Les Chavs”

082

“Jamais sans mon…”Sony Mp3

LADY X/Y

072

LADY CINQ À SEPT LADY LIFE

Snob & Hip Hop

LADY HUMEUR

068

Rencontre avec RZA

News Beauté Beauty & Caps

LADY FASHION

Page 5

Photo DR

058

3:24

Photo Frederick Carnet

052

17/02/06

Photo Laurence Laborie

Photo Julien Rocher

Photo Armen

1Ladycaprice (LAST mm) 1-18

084

Les 10 commandements de la “B-Bourgeoisie”

IN YOUR FACE !

096

Koralie, Sophie Toulouse

LADY DESIGN

100

Customizez votre T-shirt

106


1Ladycaprice (LAST mm) 1-18

17/02/06

3:25

Page 6

LADY COURRIER

008

25/12/05 12:25 Je viens de découvrir LC, je suis addict, un mag ouvert à toutes les couleurs… Bonne continuation. --Leaty - Marseilles-12/01/06 19:15 e abori nce L Laure Photo

Pour une fois j’achète un mag de meuf, et c super intéressant --Tom - Paris-20/01/06 10:20 Je eu beaucoup de mal à vous trouver, dans ma cambrousse, donc je me suis abonnée - à quand la Belgique ??? --Mima - Lille-- 18/12/05 22:25 Je suis un peu décue des pages mode sur le 3, revenez vite au Hip Hop for Ladies, des trucs que l’on peut mettre please !!!! Big Kiss --Babou - Lyon-08/02/06 23:59

10/12/05 19:40 C quand que vous allez faire des soirées Lc, moi je peux m’en occuper si vous n’avez pas le temps ! See ya --Julie - Garges-fais comme Marisa, Julie, Tom -envoie tes mails à courrier@ladycaprice.com à bientôt --

05/11/05 10:40

La soirée Enyce - Lady Caprice et cie, c’était mortel !!!!!!! J’ai trop kiffé, l’ambiance, les gens, tout, merci on en veut encore !!!!! --Linda - Nantes--

Bravo à Lady Caprice vous tenez c cool, j’ai hâte de découvrir la suite, mais j’adorerais vous avoir tous les mois --Marysa - Paris--


1Ladycaprice (LAST mm) 1-18

17/02/06

3:26

Page 7


1Ladycaprice (LAST mm) 1-18

17/02/06

LADY MODE

3:32

Page 12

Textes Johanna Ikeng

012

NEWS Boutique Joy Nouvelle boutique ouverte en janvier dernier dans le Marais à Paris, Joy propose de nous divertir et se présente comme un “lieu de vente intemporel et suggestif” où marques établies et jeunes créateurs de mode sont mis en scène dans un espace qui devient terrain de jeu. Martin Sitbon, Sylvia Rielle ou Fred Perry sont quelques-unes des marques proposées dans une ambiance Art-Déco où finalement la mode redevient amusante...

Photo David LaChapelle

Photo DR

Joy Boutique, 38 rue du Roi de Sicile, 75004 Paris

David LaChapelle : 10 ans de photos cultes Recherche objet culte désespérément ? Ne cherchez plus et commandez au plus vite “Artists & Prostitutes”, le dernier opus de l’inimitable David LaChapelle. Pour la modique somme de 1500E., vous aurez le privilège de faire partie des 2500 heureux propriétaires pouvant afficher en bonne place dans leur bibliothèque cet ouvrage XXL, édité en série numérotée et signé par David ‘himself’. Sous le titre aguicheur, on retrouve 10 ans des meilleurs photographies de l’artiste avec en guest list : 2Pac, Uma Thurman, Pamela Anderson ou Hillary Clinton, pour n'en citer qu’une pincée... David LaChapelle, "Artists & Prostitutes" , 690 pages, édité chez Taschen, 2500 ex. numérotés et signés

Nike & le Comptoir des Cottonniers Vous n’avez pas pu râter l’été dernier la basket Nike Vector pour Comptoir des Cottonniers qui faisait de l’oeil depuis les vitrines de la marque au concept Mères/Filles. Pour les beaux jours de 2006, c’est la Nike Blazer qui est sur le devant de la scène, rétro et féminine à souhait. Et pour le coup c’est le chien Léon, icône de la marque, qui nous fait du gringue en se dandinant au rythme de nos pas... The dog is hype ! Nike Blazer, 90E. Boutiques Comptoir des Cotonniers Tél : 01 58 80 80 00 Nike : 01 34 30 11 10


17/02/06

3:33

Page 13

Pho to N icol as Ver dea u

1Ladycaprice (LAST mm) 1-18

Isabelle Teste

La mode éthique fait son show ! Après le succès de l’Ethical Fashion Show, premier salon professionnel de la mode éthique à Paris, dont la prochaine session aura lieu en octobre prochain, c’est l’Ethical Fashion Market qui se prépare pour les 12, 13 et 14 Mai 2006 à Montreuil, à l’occasion de la quinzaine du commerce équitable. Réunissant créateurs de mode, du design, de la beauté et artisanat éthique, cet événement ouvert à tous sera l'occasion de découvrir qu’on peut être un consommateur responsable tout en se faisant plaisir. Infos : contact@ethicalfashionshow.com

Nouveau temple du jean à Paris Le jean... Éternel et indémodable, il fait toujours parler de lui. Cette fois, c’est avec la marque française RWD (Redwood) qui après avoir ouvert en 2005 des magasins à St-Tropez et à la Baule s’il vous plaît, s’installait en début d’année à deux pas de la Bastille sur un espace de 150 m2 exclusivement dédié au denim. Avec 10 coupes de jean pour femmes et 11 délavages disponibles, vous ne saurez plus où donnez de la tête dans ce lieu à la déco vintage dans lequel vous trouverez forcément votre bonheur !

Photos Dinh Thi Tien

RWD Denim Store, 3 rue de charonne, 75011 Paris Tél : 01 46 28 99 88 www.rwd-jeans.com


1Ladycaprice (LAST mm) 1-18

17/02/06

3:30

LADY MODE

Page 10

Textes Johanna Ikeng

014

NE WS

FrenchTrotters, 30 rue de Charonne, 75011 Paris www.frenchtrotters.fr

Photo FrenchTrotters

Au cœur de Paris... Si vous entendez parler de French Trotters, tendez l’oreille ! Ce concept store original met en scène une ville différente à chaque saison à travers une sélection exclusive de vêtements et d’accessoires homme et femme. Au delà d’une mode pointue proposée en rez-dechaussée, cet espace mixte, imaginé par un duo de photographes passionnés par les cultures urbaines, propose un étage, aménagé en galerie, où artistes confirmés et jeunes talents sont mis à l’honneur, avec l’organisation régulière d’expositions laissant libre cours à leur créativité. Après un hiver passé sous les couleurs de New York, les FrenchTrotters, Carole et Clarent, nous embarquent pourTokyo, avec une nouvelle sélection de coups de coeur à nous faire découvrir. Alors, allez vite chercher l’exclu !

Photo Giovanna ARESU / Lutin

Escale Trendy

Du 4 mars au 30 juillet 2006, Musée Galliera, 10 av. Pierre 1er de Serbie, 75116 Paris www.paris.fr/musees/musee_galliera

Photo Franck Perrin

SHOW TIME : Musée Galliera Du 4 mars au 30 juillet 2006, le Musée Galliera présente l’exposition “Showtime”, et dévoile tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’univers des défilés. Du 19e siècle à nos jours, elle évoque ceux qui ont marqué de leur empreinte cet art du spectacle devenu indispensable. Le parcours place le visiteur tour à tour en tant qu'acteur ou spectateur. Une belle occasion pour découvrir le défilé sous toutes ses coutures, en dehors d'un écran de télé !

Coup de cœur : Lutin Quand une danseuse avec une formation de styliste crée sa ligne de vêtements, çà donne Lutin, une marque à forte personnalité proposant une silhouette féminine et urbaine, pour un style tout en mouvements. Amandine, la jeune créatrice de 22 ans, s'inspire des musiques et des danses urbaines pour proposer des formes amples et décalées, libérant le corps de toutes contraintes. La marque sponsorise d'ailleurs des groupes de danseuses hip hop et présente ses créations lors de show dansants où le défilé devient une véritable performance artistique. Coup de coeur Lady Caprice à découvrir absolument ! www.lutin-conception.com


1Ladycaprice (LAST mm) 1-18

17/02/06

3:31

Page 11

New Era en force ! La marque mythique de casquette originaire des USA étend son territoire et débarque en Europe. Des fans de baseball aux fans de hip-hop, la marque satisfera tout le monde avec un choix époustouflant de “headwear” ! Les ladies ne sont pas oubliées puisqu’une collection nous est spécialement destinée. À côté des incontournables couleur rose et motif strass qui nous sont traditionnellement attribués, la marque lance également sa nouvelle ligne 49FORTY, issue de la ligne de “baseball cap” pour homme, et spécialement repensée pour nous !

Photo Raphaël Gianelli-Meriano

Infos : 01 45 23 13 04

Meringue Agnès b, à savourer… Dans le cadre de Paris Capitale de la Création (17 salons de mode et maison unis pour promouvoir Paris comme vitrine mondiale de la création), le Café de la Paix propose des desserts griffés en édition limitée. Après le “Cinq Cent Feuilles” de Chantal Thomass, c'est Agnès b. qui propose sa “Lampe d'Aladin”. Aux côtés du chef-pâtissier Carl Marletti, la créatrice a puisé dans ses souvenirs de voyages au Maroc pour imaginer ce dessert hors du commun, une meringue italienne au safran renfermant des morceaux de pommes et de poires aux épices. On a déjà les papilles qui frétillent ! Du 6 mars au 30 avril 2006, au Café de la Paix, Place de l'Opéra - 75001 Paris 8 Euros


1Ladycaprice (LAST mm) 1-18

STREET FOLIO

17/02/06

3:34

Page 14

Jace from La RĂŠunion / Mayotte

Photos Jace

016


1Ladycaprice (LAST mm) 1-18

17/02/06

3:36

Page 15


Tendances

17/02/06

3:49

Page 2

LADY TENDANCES

Texte Johanna Ikeng

022

NEW S Hoon : Street - Jewelry

À chaque tenue, son accessoire ! C’est valable pour tous les styles et la silhouette urbaine ne déroge pas à la règle. Si l’embarras du choix existe en ce qui concerne les chaussures, sacs et autres couvre-chefs, le bijou reste un des domaines largement sous-exploités dans la street culture ! De la babiole dénichée aux puces aux créations plus ou moins originales des marques de prêt-à-porter qui séduisent souvent plus par un logo aguicheur que par un design novateur ! en passant par le grigri exotique rapporté de la dernière destination touristique à la mode, un large éventail de bijoux s’offre à nous... sauf si l’on veut adopter l’Urban Style autour du cou. Entre la quincaillerie bon marché qui vous fait repérer à 10 km et la panoplie “punk rock” qui se marie mieux aux Doc Martens qu’aux Stan Smith, l’adepte d’urbanitude trouvera peut-être une échappatoire qui sent bon le bitume avec cette première marque de “Street Jewelry”. Exclusivité pour le coup d’envoi !

Peace, Unity, Love & Having Fun

Mardi 10 fevrier, 14h… Rendez-vous ultra-confidentiel dans un des lieux les plus prisé de la capitale pour les rdvs d’affaires… et aussi le QG improvisé du magazine. Si on m’a bien renseigné, je dois rencontrer une équipe de créatifs qui ont de la suite dans les idées ; mais attendons de voir… Ils sont là, presque au complet, motivés et apparemment intéressés par l’exercice… Serait-ce leur première interview ? Hoon, c’est leur nom, ou plûtôt c’est celui de la jeune marque de bijoux qu’ils viennent de lancer et qui risque de faire parler d’elle…

L’allure décontractée, légèrement fashion mais pas trop, leurs créations finement exposées autour du cou, les membres de la team Hoon affichent fraîcheur et ambition. Contrairement à ce que laisse penser l’élégante plaquette de présentation de la marque qui indique clairement “Street Jewelry”, Hoon ne se présente pas comme une marque de bijoux, mais plutôt comme un label, une marque globale. Adrien Haddad, fondateur et designer de la marque, présente la marque comme une équipe de créatifs qui travaillent ensemble pour poursuivre une passion commune.


Tendances

17/02/06

3:50

Page 3

“Nous collaborons avec différents artistes qui, à travers ce projet, ont une occasion d’exercer leur créativité et de participer à un projet qui leur ressemble...” L’équipe n’hésite donc pas à faire appel à son entourage artistique issu de disciplines variées et cultive “un véritable état d’esprit, une philosophie” revendiquant clairement leur attachement à la culture hip hop où l’esprit de groupe apparaît comme une valeur prépondérante.

Business, luxe & ‘street credibility’ À l’origine de la marque, un constat simple : difficile de trouver des bijoux inspirés de la street culture qui allient qualité, originalité et authenticité. “Même aux États-Unis, je n’ai rien trouvé qui corresponde vraiment à ce que je voulais”, explique Adrien qui se lance dès lors l’objectif de dessiner et faire produire ses propres créations. Pas facile, même pour un passionné qui a toujours voulu lancer sa propre structure. Mais après quelques essais non concluants et accompagné de Guillaume Gaudard, associé et responsable financier, le créateur-entrepreneur semble disposer de sérieux atouts pour conduire la marque vers un bel avenir. Hoon veut clairement se démarquer via ce concept de “Street Jewelry”, comme le précise Kares qui a adhéré au projet dès le départ et travaillé sur l’identité visuelle de la marque : “Hoon, ce n’est pas uniquement une marque de bijoux. Se concentrer sur l’accessoire, nous semblait le meilleur moyen pour construire une image forte et se faire connaître du public de manière plus originale qu’en arrivant avec une énième marque de streetwear...” Tout est dit ! La marque s’affirme à travers des premières créations hors du commun adoptant une recette simple : qualité, créativité et exclusivité. Avec un design et un packaging soignés, une fabrication haut de gamme signée Arthus-Bertrand, maître dans la fabrication de haute joaillerie, et un cachet 100% hip hop, la marque veut aussi bien séduire les passionnés et connaisseurs du genre que les néophytes mais néanmoins bobos urbains. Sans renier une seconde son univers d’origine, Hoon est proposé aussi bien en magasins chics qu’en urban shops et on découvre la marque à travers une micro collection composée de trois pendentifs édités en série limitée et proposés avec un choix de deux chaînes de tailles différentes. La marque s’est attachée tout particulièrement à la qualité des finitions et a pu réaliser, grâce au savoir-faire d’Arthus-Bertrand des pièces travaillées dans le moindre détail. Le tout est en argent massif, présenté sous écrin, et vendu dans une gamme de prix allant de 300 à 500 Euros.

Photo DR

Plus qu’une “entreprise à but lucratif”, les créateurs de Hoon ont pour ambition de faire partager leur univers urbain largement imprégné de hip hop, et de proposer une alternative au bling bling extravagant et pas forcément élégant made in US. Si Hoon fait déjà des émules à Paris, la marque prépare des projets à l’international et espère vendre très bientôt à New York et Tokyo, après avoir déjà séduit... Dubaï ! La marque travaille activement à étoffer et diversifier ses prochaines collections qui devraient réserver de belles surprises. On ne manquera pas de vous tenir informé en exclusivité.

Hoon collection.


Tendances

17/02/06

3:54

Page 6

LADY TENDANCES

026

NE WS ENYCE, 10 years Birthday Leader sur le marché du streetwear, la marque ENYCE fête aujourd’hui ses 10 ans. Elle habille les femmes prêt du corps avec délicatesse et finesse, les mecs se sentent bien dans ces vêtements tout simplement. Pendant la semaine “so fashion” de février, tout le milieu Hip Hop s’est retrouvé dans un club bien léché des Champs-Élysées. Partenaire de l’événément, le magazine était présent. Voilà quelques clichés !

Shurik’n & Kamnouze de Factor X

Models Enyce

Rodrigue, Patricia Enyce France, La Fouine


Tendances

17/02/06

3:55

Page 7

Julien de Lady Caprice

Maité de L’Oréal & Pearl

Lady Laistee

Team Lady Caprice

Jimmy Sissoko & La Fouine

Pascal Gentil

Model Iman

Nadine attaché de presse de Aïssa Maïga

Nasty de Mtv Dance Crew

Aïssa Maïga & Célia des Nubians


2

portrait+ culture

17/02/06

3:57

Page 2

Mur Aalyah réalisé par Alex - Broke - Vision (www.brokalex.com)

Texte de Sky_Graffs de Alex - Broke - Vision


2

portrait+ culture

17/02/06

3:57

Page 3

LADY PORTRAIT

029

AALIYAH

More than a woman Déjà presque cinq ans, le 25 août 2001, un ange a quitté notre monde, Bien plus que qu’une simple femme, Aaliyah Dana Aughton alors agée de 22 ans a rejoint les cieux. Aaliyah fascine, subjugue et transcende, elle ne laisse personne indifférent. Cette belle jeune fille est partie avec son secret, un trésor enfoui qu’elle seule gardera à jamais. Des hommages n’ont cessé d’être rendu à son égard, elle reste dans la mémoire de tous ses fans. Pourquoi tant de mystère autour de cette jeune fille, qu’avait-elle de si spéciale ? Un charme irrésistible, une empreinte vocale reconnaissable parmi tant d’autres, même s’il lui manquait peut être certaines prouesses vocales de ses consœurs Mariah Carey, Brandy ou Christina Millian. Aaliyah savait souffler le chaud et le froid à travers sa musique, ses interviews et ses clips vidéo. Ce qui la caractérisait si bien, c’est cette dimension mystique autour de son personnage, presque fragile. Une voix douce et suave, Aaliyah donnait l’impression d’être intouchable. Connaissez-vous beaucoup de jeunes femmes célèbres, belles, chanteuses, actrices, égéries pour des marques de vêtement, sex symbole… Le sort en a décidé autrement, on parle de fatalité, partir si jeune à l’aube de son apogée planétaire avec le troisième volet de Matrix, Aaliyah allait marquer un grand coup de plus. Alors pourquoi tant d’émotions ? Pourquoi sa musique marque-t-elle toujours autant les esprits ? Qu’avait-elle de plus que les autres ? Cette jeune femme était tout simplement naturelle, simple. Elle a un parcours presque irréprochable, on lui reconnaît un talent d’interprète indéniable. Le succès de son troisième album Aaliyah, avec lequel elle a fait un carton, s’est vendu à plus de trois millions en 2001. Mystérieuse girl Sur sa vie personnelle, aucun mot, de sa vie intime, elle n’aura que très peu révélée. Très discrète à ce sujet, Aaliyah évitait subtilement les diverses questions des médias et des

journalistes. Elle revendiquait partout que sa carrière comptait plus que tout à ses yeux et qu’elle n’avait pas le temps de s’amouracher de quelqu’un. Pourtant c’était une jeune fille comme les autres, qui disait aimer sortir avec ses amis en boîte de nuit, manger au restaurant ou encore aller au cinéma. Alors on ne lui connaît aucun flirt avec de jeunes gens de son âge, pas même un scoop dans ces fameux magazines à sensation. Qu’à cela ne tienne, vous ne saurez pas grand-chose ! Simple et sophistiquée Dans le merveilleux monde que Dieu a créé, il existe de belles et jolies filles. Aaliyah faisait partie de ces jeunes femmes pour qui la nature a parfaitement bien fait les choses. Elle gérait son image minutieusement et avait la chance d’avoir auprès d’elle un staff qui veillait à ce que tout soit bien verrouillé. Elle commençait à embrasser une carrière au cinéma, avec Romeo Must Die (2000), The Queen of The Damned (2002), et ce fameux rôle dans Matrix 3 (2003). Comment paraître simple et en même temps sophistiquée sans en montrer les dessous ? C’est bien là toute la classe qu’on pouvait reconnaître à Aaliyah, tout semblait facile. Mais c’est grâce à un travail acharné qu’elle su imposer style et élégance en ne négligeant aucun détails, un véritable art, qu’elle savait cultiver à la perfection. Un regard persan et touchant, des lèvres sensuelles et pulpeuses et ce sourire envoûtant, une combinaison explosive, le succès était garanti.


mode serge

17/02/06

4:26

Page 2

The Luxe Photographe : Serge Derossi

Styliste : Yasmine Akkaz Make up & Hair Stylist : Jabe Model : Luciana@Studio-Klrp Remerciements Ă Fabrice.


mode serge

17/02/06

4:26

Page 3

Veste camo Surf Couture, short Triple five Soul, visière argent Printemps, sneakers montantes Respect Missy Elliot pour adidas, bague 2 doigts dollars Ricky’s NY, montre strass Storm, collier pendentif diamants tête de mort et éclair avec un diamant, le tout Stefere au Printemps, mini boucle d’oreille Strass Mickael Jordan logo et ceinture Rocawear chez Ballers. Page de gauche : Blouson blanc clouté or pour homme Pelle Pelle, mini sac or Dolce Gabana, bijoux sautoirs dorés et perles de verres le tout au Printemps, escarpins dorés Sergio Rossi.


mode serge

17/02/06

4:27

Page 4

Ensemble fleurs doré et strass Walter Rodriguez, sneakers Sprint Sister Or Nike, collier or et bracelet or et diamants collection Nouvelle Vague Maison Cartier. Page de droite : Casquette cuir New Era Limited Edition 288 exemplaires custom par l’artiste André Trenier, gilet en cuir argent Paul.K, veste trois bandes strass Y3 Yohji Yamamoto pour adidas, bermuda Paul.K au Printemps, chaine et pendentif diamants serpent, chaine et pendentif clef diamants, bague fleurs diamants cognac et diamants blancs, bague marguerite diamants, bague fleurs étoile diamants, le tout du Maître Joaillier Edouard Nahum. Bijoux Boombox argent chez Hoon, escarpins Stilleto bijoux strass Sergio Rossi.


mode serge

17/02/06

4:27

Page 5


mode serge

17/02/06

4:28

Page 6

Top tube et jean doré Xuly Bet, escarpins dorés Fashionista au Printemps, bandeau éponge rouge Ecko, boucles d’oreille trois anneaux Maison Cartier. Page de droite : ensemble pantalon et veste capuche en soie orange J.C De Castelbajac, haut de bikini Maritima, bijoux platine argent Hoon, sous vêtements Pull-in, sneakers strass Baby Phat chez Ballers, montre or blanc et diamants joaillerie Cartier, lunette de soleil Dolce Gabana chez Marc Le Bihan.


mode serge

17/02/06

4:29

Page 7


portrait+ culture

17/02/06

4:09

LADY CULTURE

042

Toiles urbaines

Graff de Klor

FORCÉMENT, QUAND ON A ENTENDU PARLER DE L’EXPOSITION “TOILES URBAINES”*, EXPOSITION FÉMININE GRAFFITI ET POST GRAFFITI ORGANISÉE PAR STREETPLAYER À L’ESPACE BEAUREPAIRE AU MOIS D’AVRIL ET À LAQUELLE PARTICIPENT KLOR ET FAFI, ON N’A PAS PU RÉSISTER À VOUS EN PARLER !

Page 6

Textes de Juanita

Mur de Klor

KloR & FaFI

Très différentes dans leurs styles -lettrage pour Klor, personnages pour Fafi- autant que dans leur façon d’être - crinière blonde, musculature travaillée et sourire ravageur pour Klor, regard coquin et menu gabarit pour Fafi-, elles ont su toutes deux parfaitement se faire respecter des garçons. Leur gouaille, leur charisme et leur féminité plus qu’avouée, ont su faire d’elles des égales respectées de leur compatriotes graffeurs, allant même jusqu’à les impressionner. Mieux encore raconte l’un d’eux : “Peindre est déjà une aventure en soi, un partage, mais avec Fafi et Klor, non seulement elles assurent, mais en plus elles amènent un délire bien à elles. Peindre avec des meufs, c’est forcément s’exposer à être différent. Klor et Fafi, c’est des tueuses”. De leurs oeuvres (toiles ou murs) à leur design (T-shirts, blousons, sacs, poupées), de nombreux livres leur sont consacrés et leur image circule sur toute la planète. On s’est décidé à se lâcher, sans rien changer à nos habitudes, et là, franchement, on pense à Gainsbourg qui disait “la connerie c’est la décontraction de l'intelligence” ! C’est parti ! Et forcément, c’est Klor qui s’y colle ! Klor : “Depuis que je peins, cela a toujours été dans un esprit de “meute Hip Hop”. Heureusement, la plupart du temps, c’est avec des personnes qui savent peindre, je veux dire des mecs. Mais bon pour Streetplayer, je veux bien m’abaisser à peindre avec le sexe faible, je me suis déjà compromis lors du Kosmopolite (ndrl. festival Kosmopolite / Bagnolet 2004).” Fafi : “Les moments passés à peindre à plusieurs se raréfient, alors, pour perpétuer ce plaisir, je participe à cette exposition, j’ai toujours aimé rencontrer d’autres peintres, leur tirer les cheveux, d’ailleurs je compte bien donner une raclée à Klor cette fois-ci.” Photo de Dean

2

Klor

Klor : “Je pense que cette expérience sera assez folk, je vais bien sûr devoir remettre Fafi à sa place encore une fois, elle va pleurer puis m’implorer.” … Hé beh, ça promet, battle de bain de boue les filles ?? C’est pour ça que tu ne peins jamais avec les filles ?


2

portrait+ culture

17/02/06

4:10

Page 7

Photo de Alex

s

Graff de Fafi

Fafi

Voici 10 bonnes raisons de ne pas peindre avec les “meufs” (comme ils disent à la capitale) ! 1- C’est une espèce protégée, 2- Susceptibles, surtout en période de menstruation, 3- Trop de pause retouche maquillage pendant la peinture, 4- Elles risquent de se faire mon mec ! (ndrl. SCIEN avec qui elle a fondé le légendaire 123klan et à l’occasion aussi fait deux beaux enfants. Voilà, comme ça y’a pas d’erreur), 5- Impossibilité de peindre correctement si on est canon. La plupart ont un physique avantageux, ce qui pour moi est un crime ! Je revendique mon style “gundam Super Deformed” (ndrl. Robots Manga japonais pour ceux qui ne connaissent pas), c’est la réplique d'un Gundam en version écrasée et compressée, comme moi ! En fait je suis un top modèle en version SD... 6- J’aime pas le rose ! 7- Elles ne savent pas pisser debout, 8- Elles ne savent pas écrire, 9- Il faut toujours leur faire leurs contours, 10 - Elles ne sucent pas de toute façon. Mais en réalité je ne m’intéresse qu’au boulot et à l’échange humain lors de la

réalisation d’une fresque. Parce que je n'en ai rien à faire de peindre avec une fille ou un mec, pour moi cela reste équivalent : je peins avec un peintre. “Peintre ”n’a pas de sexe, il n’existe pas au féminin ! Un peu comme “ange”. C’est le côté castrateur de la peinture… Le concept de Streetplayer de réunir des “girlz” pourrait sembler assez chienne de garde, expo de fille pour les filles,... seulement, ce qui m’a intéressé dans ce projet, c’est la réunion dans une même exposition de tous les acteurs de la rue, que ce soit du graffiti ou du post graffiti. “J’ai eu l’occasion de rencontrer certaines d'entre elles et j’admire assez leur univers pour avoir envie de bosser sur une expo avec elles.

“Étoiles Urbaines*” Vernissage le 13 avril à 19h. Exposition organisée par Street Player, avec Ateteia (France), Empty (freklüb / Espagne) ; Ephameron ( Belgique), Fafi (France), Klor (123Klan/ France) Koralie (France) Microbo (Italie), Nuria (Espagne), pax Paloscia (Italie) et Swoon (US) Espace Beaurepaire, 28 rue Beaurepaire 75010 Paris du 14 au 22 avril 2006. Métro république, exposition ouverte tous les jours de 11h à 20H ; Nocturne les 14 et 21 avril jusqu’à 22h. www.streeplayer.net


portrait+ culture

17/02/06

4:14

LADY ON AIR

Page 12

Texte Joe Clocker

048 Dj MuGGs “FIDÈLE À MOI-MÊME” EST UN TITRE DE VOTRE NOUVEL ALBUM, QUE FAUT-IL COMPRENDRE ? Cela veut dire que je reviens avec le même esprit, la même rage qu’en 1994. Il s’agit d’une philosophie de vie, tout ce que je fais est en accord avec moi-même. J’ai beaucoup mûri, je suis apaisée avec mon objectif personnel.

APRÈS JAY-Z ET R-KELLY, C’EST AU TOUR DU DJ/PRODUCTEUR ATTITRÉ DE CYPRESS HILL ET À LA PLUME LA PLUS AFFUTÉE DU WU-TANG DE DONNER LEUR VERSION DE CE QUI EST À CONSIDÉRER COMME LE MEILLEUR DES DEUX MONDES. PLUS D’UNE DÉCENNIE APRÈS SON ENTRÉE SUR SCÈNE, MUGGS NOUS CONFIE SES MOTIVATIONS PREMIÈRES.

QUELLE ÉTAIT TON IDÉE DE BASE LORSQUE TU AS DÉCIDÉ DE COMMENCER À TRAVAILLER SUR GRANDMASTERS ? Mon but premier était de faire un album avec le cœur. Un album hardcore, un album de rue sans avoir forcément besoin d’un single formaté dessus ou d’un refrain accrocheur etc. Juste une envie de faire du hip hop comme au bon vieux temps. J’ai voulu ramener cette ambiance là, cette même vibe qui m’a donné envie de faire de la musique. L’époque où c’était juste toi et ta vibe, où il fallait créer un mouvement, où c’était inimaginable de pomper un autre type. Ne pas utiliser le même sample, les même phases, ne pas s’habiller pareil. Cette époque où quand tu étais bidon, on te le faisait clairement comprendre. Il n’y avait pas de choix, soit tu déchirais sois t’étais bidon. Aujourd’hui, les mecs nous reprochent d’être des haineux, mais on n’est pas des haineux, c’est juste vous qui êtes bidons.

“Juste une envie de faire du Hip Hop comme au bon vieux temps !”

Photo DR

2

Muggs & Gza - Grandmaster (Universal)

POURQUOI CE TITRE “GRANDMASTERS” ? On a axé l’album autour du concept du jeu d’échec. GZA est un mordu d’échec, de mon côté, j’ai fait pas mal de recherches sur le net et j’ai appris que le plus haut niveau qu’un joueur d’échec peux atteindre, c’est celui de “grandmaster” (grand maître, ndr). J’y ai réfléchi un moment et j’ai fait le rapprochement avec le hip hop où les plus grands Dj’s et Mc’s s’appelaient “Grandmaster Flash” ou “Grandmaster”. À partir de là, tout avait un sens donc j’ai fait part à GZA de mon idée et ça lui a tout de suite plu.

AU NIVEAU DES THÈMES, LE CONTENU EST ASSEZ VARIÉ PUISQUE L’ON RETROUVE DES FICTIONS COMME DES MORCEAUX BEAUCOUP PLUS FREESTYLES… Le “Story-telling” est une des facettes de GZA que les gens connaissent et apprécient. Il y a d’ailleurs ce titre, “Exploitation of Mistakes”, qui traite d’une affaire de meurtre, plus précisément d’un type qui doit résoudre le cas à partir d’un échantillon d’ADN. Dans “Queen Gambit”, il reprend ce gimmick qu’il a de citer des noms de labels, de magazines ; mais cette fois-ci il cite des équipes de football américain. Le morceau raconte l’histoire d’une femme avec dans ses rimes des noms d’équipes comme les “Colts”, les “Bronco’s”, les “Raven’s” … On peut retrouver aussi le titre “All N Together Now” qui est dédié à Ol’Dirty Bastard. Pour la petite histoire, c’était aussi le nom du tout premier groupe que GZA formait avec ODB et RZA quand ils étaient jeunes. EN QUOI PEUT-ON DIRE QUE TON TRAVAIL DE RÉALISATION A CHANGÉ DEPUIS TES DÉBUTS ? Disons que pour cet album, j’ai été assez simple, le contenu est très “rude”, mais je dois admettre que parfois j’utilise des éléments lives, des claviers. Or, ce sont des choses que je ne faisais pas du tout quand j’ai commencé à faire du son.

“Atteindre ce statut de producteur au fil des années m’a permis d’expérimenter et de m’essayer à différentes choses.”


portrait+ culture

17/02/06

4:15

Photo MS Fat Booty

IL SEMBLERAIT DONC QUE TU SOIS ARRIVÉ AU SOMMET DE TON ART, COMMENT VOISTU L’AVENIR EN TANT QUE DIRIGEANT DE LABEL ? J’apprends encore tous les jours, j’essaie simplement d’être un homme meilleur, un meilleur père et même juste un meilleur être humain. Mon but pour mon label est de commencer un mouvement sur la côte Ouest, et faire savoir au monde qu’il y a une vraie scène underground qui défonce. À Los Angeles, il y a plein de mecs qui déchirent, les gens s’arrêtent sur Aftermath mais il y a encore du monde derrière, tous plus talentueux les uns que les autres, il faut juste que l’on se serre un peu plus les coudes. À leurs débuts, des labels comme Def Jam, Loud ou Rawkus étaient des labels de hip hop hardcore, indépendants qui faisaient ce qu’il fallaient pour aller à l’encontre des règles et faire suivre le public. Quand Rawkus balançait un single tu savais que c’était une balle, Loud a sorti des purs produits

Photo DR

2

Page 13

de la rue, on veut suivre le même mode, quitte à sortir quatre ou cinq singles avant de lâcher un album, c’est pas un souci. Je suis prêt à faire des deals sur un seul album avec tel ou tel artiste même, juste histoire de faire avancer les choses à la vitesse où elles se doivent d’avancer, car c’est là le vrai problème avec les majors, tout est trop lent. Il faut se bouger car les opportunités qui se présentent aujourd’hui ne se représenteront peut-être pas demain.

“J’apprends encore tous les jours. Il faut se bouger car les opportunités qui se présentent aujourd’hui ne se représenteront peut-être pas demain.”


4 Ladycaprice (LAST mm) 44-55

17/02/06

4:50

Page 10

LADY BEAUTÉ

068 …Etre soi tout simplement, avec un packaging “bonbon”, des couleurs sur les doigts et les yeux brillants de plaisir. C’est ce que Susan Chyi souhaite. On s’éloigne, les pieds nus sur les galets doux et chauds. Des bambous déversants une eau claire au rythme d’un métronome nous demandent de rester là, de savourer cette bulle de vie… Mais déjà notre regard est attiré par cette lointaine canopée d’où s’échappe d’autres vapeurs, couleurs et senteurs. Visas Un Japon contemporain, distillé en couleurs douces, acidulées et textures légères, vous attend chez Shue Uemura, au 176 bld Saint-Germain. Vous pourrez demander l’adorable Edwige pour obtenir quelques conseils sûrs et efficaces. (ou Florence au Printemps de la Beauté ) New-York, Los-Angeles, Miami, des teintes modernes, citadines, nous y emmènent… Rock and roll et glamour sont les maîtres mots chez MAC Cosmetics, rue des SaintPères. (ou Printemps de la Beauté )Pour une petite démo, Anthony vous ravira. Au Printemps de la Beauté, Sandrine vous accueillera, un soleil a elle toute seule. Des secrets, elle en a des tas, sur le maquillage, sur Iman. N’hésitez pas, les couleurs sont chaleureuses, subtiles. De préférence pour les peaux métissées, mélangées. Brèves Un relooking virtuel par ordinateur sera possible sur le stand maquillage Lancôme, au Printemps de la Beauté, grâce au Biometric Make Up. Hermès lance une nouvelle fragrance masculine, minérale et végétale, “Terre d’Hermès”. Routard Avec l’arrivée du printemps, sandales, tongs, spartiates laissent les pieds prendre l’air, ils demandent quelques soins supplémentaires que vous trouverez au Printemps de la Beauté. Pour des pieds plus que parfaits ! À essayer et à adopter : In Fiore (baumes haute couture) 38E. Neal’s Yard Remedies (calendula et extraits de guimauve) 15,30E.


Haut de Bikini (Ligne “Respect” Missy Elliot pour adidas) - Bagues, colliers cadenas et broche (Maison Sarowski) - Lunettes (Daniel Sarowski) - Casquette patch argent (New Era de collection) - Poignet éponge Stella Nc Cartney pour adidas.

4 Ladycaprice (LAST mm) 44-55 17/02/06 4:51 Page 11

Beauty & Caps Photographe : Laurence Laborie Stylisme : Yasmine Akkaz Make up & hair styliste : Jabe Models : Cathy & Danuta@metropolitan


17/02/06 4:52

Joaillerie “collection panthère” de la Maison Cartier, casquette noire et or New Era de collection, haut de maillot Maritima, Pin’s Or. Futura 2000. - Page de droite : Ceinture Corset Strass (Sophie Katt) (sur commande) - Haut de bikini (Eres) Casquette NY (New Era) - Bague chevalière Diamants Blanc - Corne nacre et diamants “Collection Rock Diamonds” - Pendentif Chaine Diamants “Collection Arabesque” - Bracelet et Collier pavés de diamants et nacre “Collection Rock Diamonds” : Le tout du Maitre Joaillier Edouard Nahum - Baladeur Sony costumisé Sarowski par styliste.

4 Ladycaprice (LAST mm) 44-55 Page 12


Casquette NY (New Era) - Bague chevalière Diamants Blanc - Corne nacre et diamants “Collection Rock Diamonds” - Pendentif Chaine Diamants “Collection Arabesque” - Bracelet et Collier pavés de diamants et nacre “Collection Rock Diamonds” : Le tout du Maitre Joaillier Edouard Nahum - Baladeur Sony costumisé Sarowski par styliste.

4 Ladycaprice (LAST mm) 44-55 17/02/06 4:53 Page 13


mode ben & sh

17/02/06

6:17

Page 2

Be Snob & Hip Hop Photographe : Frédérick Carnet Stylistes : B-ni Ben & Shirlou Yet Make up & Hair Stylist : Flavio Nunes pour Mod’s Hair Model : Liis@Angels

Boots (Timberland) Chaise “Louis Ghost” - Design Philippe Starck (Kartell, 242 Bd. St Germain 75007 Paris - Tél. 01 45 48 68 37 - 184E.)


mode ben & sh

17/02/06

6:18

Page 3


mode ben & sh

17/02/06

6:20

Page 4

Chemisier Ă rayure en soie (Marc by Marc Jacobs au Printemps) - Sarouel en jean (Sigil) - B.O (Vintage) - Broche et miyaines (Chanel) - GuĂŞtres (Y3) - Mocassins (Giuseppe Zanotti Design)


mode ben & sh

17/02/06

6:21

Page 5

Polo rouge en piqué de coton - Gilet en sweat (le tout Ecko Red) - Jupe droite (Patrizia Pépé) - Foulard (Fornarina) - Créoles (Styliste) - Poignets (adidas) - Casquette (Sir Benni Miles) - Sandales (Bruno Frisoni)


Veste (adidas Respect Me) - Minaudière et Collier (Chanel)

mode ben & sh 17/02/06 6:22 Page 6


mode ben & sh

17/02/06

6:24

Page 7


mode ben & sh

17/02/06

6:26

Page 8

Tee shirt Club Barbes (Flux) - Pantalon taille haute (Gaspard Yurkievich) Bandana (Styliste) - Sautoir et Mitaines (Chanel) - Sandales (Bruno Frisoni) - Sac (Y3)


mode ben & sh

17/02/06

6:27

Page 9

Veste noire queue de pie (Y3) - Corset (Les nuits de satin au Printemps) Legging (Patrizia PĂŠpĂŠ - Jogging 3/4 Karl Kani - Bague (Chanel) - Escarpins (Giuseppe Zanotti Design)


5 Ladycaprice (LAST mm) 56-72

17/02/06

6:30

Page 4

Interview de la rédaction

RZA L’UN DES MEMBRES FONDATEURS DU WU-TANG CLAN SIGNE AUJOURD’HUI UNE NOUVELLE BANDE SON POUR LE FILM DERAILED RÉALISÉ PAR LE SUÉDOIS MIKAEL HÂFSTRÖM ET ATTENDU DANS LES SALLES DÉBUT MARS. APRÈS LES BANDES ORIGINALES DES DEUX PREMIERS VOLUMES DE KILL BILL, CETTE NOUVELLE BO CONCOCTÉE DE MAINS DE MAÎTRE EST UN FAMEUX MÉLANGE DE R’N’B ET DE HIP HOP. RAPPEUR-PRODUCTEUR-ACTEUR, ROBERT DIGGS, ALIAS RZA, COMBINE LES CASQUETTES ET LES SUCCÈS. IL REVIENT SUR SA MUSIQUE QU’EST LE HIP HOP ET NOUS PARLE DE SES PROJETS QUI L’OCCUPENT AUJOURD’HUI. ENTRETIEN.. VOUS REVENEZ À DES PRODUCTIONS BASÉES SUR LE SAMPLE, POURQUOI CE RETOUR AUX SOURCES ? “Il était temps de ramener un nouveau souffle dans le hip hop, avec un état d’esprit ‘old school’ Je me suis remis à produire comme au bon vieux temps. J’ai composé pour des orchestres symphoniques, pour certains projets sur lesquels j’ai travaillé, mais là je redécouvre mon vieux clavier et je découpe les samples comme à l’époque du premier album du Wu. C’est un retour aux sources nécessaire !” PENSEZ-VOUS QUE LES SAMPLES ONT PERDU AUJOURD’HUI LEUR PLACE DANS LE HIP HOP ? “Il ne faut pas généraliser… Il y a de très bons morceaux qui attendent d’être découverts et revisités avec une touche de fraîcheur et de créativité,”. QUELLE EST VOTRE VISION DU HIP HOP ET SURTOUT, QUE PENSEZ-VOUS DES DIFFÉRENTES DIRECTIONS QU’IL PREND ? “Une grande partie du hip hop est éventé, ennuyeux et pas vraiment inventif : les mêmes formules, la même musique dans les ‘dancefloor’, les mêmes chansonnettes, beaucoup de paroles bling bling et un esprit négatif permanent. Musicalement, ce genre de hip hop boit la tasse. La plupart des artistes du milieu sont là pour les mauvaises raisons. Il est toujours question d’argent, des choses sans substance. Pour moi, en Europe, le hip hop est plus frais, plus authentique

et plus inspiré. Ca me rappelle un peu ce qu’il était aux États-Unis à ses débuts, un art de vivre”. QUEL EST L’AVENIR DU WU TANG ? “L’avenir est prometteur. Le Clan est toujours ensemble et le restera toujours, nous sommes une famille, et ce même si ses membres empruntent des chemins différents. Nous sommes en ce moment sur une tournée dédiée à ODB sur la Côte Est des État-Unis”. COMMENT ÊTES-VOUS ARRIVÉ DANS LE CINÉMA ? DE LA COMPOSITION DE BANDES SONS AU JEU D’ACTEUR ET À LA RÉALISATION ? “J’adore le cinéma depuis que je suis petit, et particulièrement les films d’arts martiaux. Je me rappelle que quand j’avais neuf ou dix ans, j’avais l’habitude d’aller voir des films de Kung Fu avec mes amis, parfois même cinq d’affilés, il y avait aussi nos cousins ODB et Genius, on se retrouvaient dans ces salles atypiques de Time Square”. EST CE QUE L’ON COMPOSE DE LA MÊME FAÇON UN ALBUM ET UNE BANDE ORIGINALE ? “On a généralement plus de liberté lorsqu’on compose pour un album. Quand on travaille sur une bande son, on doit suivre le film et son thème. Donc, naturellement, on est plus encadré avec un sentiment de “travail à faire”, mais les deux me stimulent énormément”.

QUAND SAVEZ VOUS QUE VOUS AVEZ COMPOSÉ UN BON MORCEAU ? “C’est beaucoup plus qu’un bon sentiment. Tu le sais, simplement… Ca te rend heureux”. QUEL GENRE DE MUSIQUE VOUS STIMULE ? “Tous les styles de musiques m’inspirent, je suis très ouvert ça dépend du contexte et de la situation”. VOUS AVEZ TRAVAILLÉ AVEC LA FRANÇAISE BAM’S, COMMENT VOUS ÊTES-VOUS RENCONTRÉS ? ALLEZ-VOUS POURSUIVRE VOS COLLABORATIONS TRANSATLANTIQUES ? “Quand je travaillais en 2003 sur mon album World According to RZA, j’ai passé quelques jours à Avignon pour enregistrer avec des artistes français, comme le Saïan Suppa Crew ou IAM. Nous avions loué une maison qui est devenue notre studio d’enregistrement. Bam’s était sur place juste un ou deux jours, elle est arrivée à l’improviste. Nous n’avions pas prévu qu’elle soit sur l’album, mais elle a interprété une chanson extra et ça l’a fait ! Ca a été payant qu’elle vienne d’elle-même et qu’elle bouscule un peu les choses. Nous n’avons pas encore retravaillé ensemble, mais nous nous sommes revus, il y a quelques années, avec d’autres artistes européens lors d’un festival organisé en Allemagne.”


17/02/06

6:30

Page 5

LADY CINQ À SEPT

087

Photo DR

5 Ladycaprice (LAST mm) 56-72


17/02/06

6:31

Page 6

Photo DR

5 Ladycaprice (LAST mm) 56-72

Derailed - BORZA (Buena Vista)

LE PLUS AGRÉABLE POUR VOUS, COMPOSER DES CHANSONS OU FAIRE L’AMOUR ? “Les deux, biensûr !!” QUELS SONT VOS PROJETS MUSICAUX ET CINÉMATOGRAPHIQUES À VENIR ? “Nous travaillons en ce moment sur la sortie de la bande originale, “Derailed”, ce film dans lequel je joue un rôle aux côtés de Jennifer Aniston, Clive Owen et Vincent Cassel. Ce n’est pas seulement un bon film, un thriller à suspens, c’est aussi une bande originale qui présente des artistes talentueux que j’ai découvert et que j’ai eu envie de signer : Rulah Rah qui a composé le titre phare “Johnny got a gun”, le rappeur Maurice et le hollandais Thea… pour ne citer qu’eux. La prochaine sortie du camp WU et de mon label 36 Chambers, c’est le nouvel album de Raekwon, Cuban Linx part 2, prévu pour avril… On a de très bonnes réactions des radios hip hop sur les premières écoutes de son single “State of Grace”, et notamment la radio new-yorkaise Hot 97. La chanson est sur le thème des deals de rue et de la mafia, dans un style bien personnel à Raekwon. Ce titre a également été remixé sur un featuring de Busta Rhymes.

Je suis vraiment super excité à l’idée de voir arriver un nouvel album du Wu Tang pour l’été, tous les membres du groupe sont dessus, avec également quelques titres de Old Dirty Bastard. Assurément un must à avoir pour tous les fans du groupe. Soyez attentifs très prochainement aux dates de concerts de Raekwon, et je vous le dis en exclusivité, une tournée du Wu Tang en Europe pour l’été. J’ai très envie de me produire à nouveau en Europe et de me souvenir de ce show, il y a un an et demi, au Zénith de Paris. On a été soufflé !” Mon ouvrage “The Wu Manual” est maintenant disponible. Les ventes en Grande-Bretagne ont très bien marché. C’est plus un manuel sur la philosophie du groupe, sur son état d’esprit, qu’une autobiographie. Il donne un point de vue intimiste de l’univers du Wu Tang”. Pour ce qui est du cinéma, j’ai réécrit un ‘remake’ du film culte “The man with the iron fist” que je vais également réaliser, le tournage se passera cette année à Taïwan. J’aimerais aussi beaucoup travailler avec des producteurs et réalisateurs français dans les prochaines années, eux qui ont une touche artistique si particulière”.

Derailed, sortie le 8 mars 2006 Réalisation : Mikaël Hafstrom Avec Clive Owen, Jennifer Aniston, Vincent Cassel et RZA B.O : RZA www.wutangcorp.com


5 Ladycaprice (LAST mm) 56-72

17/02/06

6:32

Page 7

LADY CINQ À SEPT

Photo DR

Photo DR

089

Tracklisting : 1. Johnny – performed by Rular Rah 2. I Love You – performed by Thea 3. Sabotage – performed by Maurice , feat. Hot Will 4. Winston"s Theme – orchestral 5. 50 ways to leave your lover – by Grayson Hill 6. Really Want None – performed by Free Murder 7. I"m Sorry – performed by Maurice 8. Charles" Theme – orchestral 9. Better Man – performed by Maurice 10. My Love – performed by Thea feat. P DOT 11. Better Man (Guitar Remix) – performed by Maurice

“Pour moi en Europe, le Hip Hop est plus frais, plus authentique et plus inspiré. Ca me rappelle un peu ce qu’il était aux États-Unis à ses débuts, un art de vivre.”


5 Ladycaprice (LAST mm) 56-72

17/02/06

6:33

Page 8

“Un souhait, en somme, de pouvoir inverser la tendance”

Photo Alex


5 Ladycaprice (LAST mm) 56-72

17/02/06

6:34

Page 9

Texte Audrey Mougneau

LADY LIFE

UNE BOOSTEUSE

DE TALENTS

La passion de Christine Socchard pour le domaine artistique et culturel a pris le pas sur sa formation supérieure de cinéma. Après avoir débuté dan s un milieu associatif, elle a rejoint l’équipe fondatrice de 2Good, une agence de production et de promotion d’albums de la scène rap et hip hop, pour se plonger corps et âme dans une mission : révéler de nouveaux artistes. Une aventure tout comme un pari dans un univers où le business est roi et sans merci…

091 Pas toujours facile de lancer un groupe prometteur parmi le nombre important de nouveaux artistes qui émergent chaque année avec un objectif commun, qui est d’obtenir reconnaissance publique. Un projet de carrière convoité par beaucoup mais qui reste malheureusement au stade de rêve pour une grande majorité. Le métier qu’exerce Christine Socchard vous l’aurez deviné, agent de promotion et de production mettant en œuvre un plan bien ficelé pour propulser la notoriété naissante des artistes de la sphère du reggae, du rap et du R&B auprès des médias et des services de presse. Un souhait, en somme, de pouvoir inverser la tendance, bien que dans ce milieu le fait d’essuyer les injustices du monde impitoyable du marché de la musique soit monnaie courante. Less du 9, la maturité d’un rap conscient. Actuellement, Christine travaille sur la promotion de l’album Tant qu’il en est temps du groupe de rap Less du 9. Ayant atteint l’âge de la maturité et nourri par les expériences de la vie, le groupe opte pour un type de rap résolument conscient avec l’évocation de thèmes intimistes comme l’amitié ou l’amour de l’autre. Séduite par la générosité véhiculée dans leurs textes et par la personnalité de ses membres, Christine souhaite lancer progressivement une campagne de promotion pour faire connaître au grand public un de ses coups de cœur actuels. Insatiable autant qu’infatigable, Christine ne s’arrête pas là. Elle dispense son savoir-faire et ses connaissances au sein d’une association, qu’elle a elle-même fondé, Taxi Galerie, afin d’encourager et de promouvoir l’art du graph dans le champ de l’art contemporain. Cette entreprise permet de démontrer que le graph n’est plus de nos jours seulement synonyme de rébellion et d’expression revendicatrice, mais a acquis le statut d’expression artistique et doit, à ce titre, être connu et intégré au mouvement de l’art moderne. Cette association permet par ailleurs d’apporter aux artistes les bases des démarches administratives et des informations étoffées sur leurs droits en matière de création et de propriété artistique. Aussi, pour

appuyer le travail de nombreux artistes de la rue, Taxi Galerie programme et organise des expositions itinérantes à travers toute la France. Dynamique dans la promotion des cultures urbaines Il fallait bien une troisième activité en complément de l’agenda déjà bien chargé de Christine. En réelle “boosteuse” de talents, Christine dispense également ses conseils en free-lance pour le festival de l’expression murale des arts urbains, Kosmopolite. Une troisième activité pour adjoindre une troisième corde à l’arc professionnel de cette mordue de la promo des cultures urbaines, qui a pourtant débuté par une formation de cinéma. C’est en participant à un festival de contes qu’elle s’est découverte un goût authentique pour l’organisation et la promotion d’événements et d’artistes, puis tout s’est enchaîné très vite jusqu’à son intégration à l’équipe 2Good. Les projets à venir de Christine sont aussi variés que la pluralité de ses casquettes : monter la tournée du groupe Less du 9 ou préparer la participation de Taxi Galery à l’espace des cultures urbaines de la foire de Paris au printemps prochain. On peut être certain que Christine trouvera le temps nécessaire pour mettre en place de nouvelles initiatives et révéler ainsi de futurs talents. L’agence 2good Productions est tout particulièrement spécialisée dans l’achat de programmes sur les cultures urbaines. La fabrication, le développement technique, la production et la vente des programmes auprès des chaînes de télévision constituent le domaine d’expertise et la force dynamique de l’agence. Basée à Paris et à Londres, 2good Productions vient compléter le travail de 2good Distribution et de son label Watoomama en développant les mêmes objectifs d’innovation, de création et d’efficacité. Elle produit notamment le DVD “Battle of The Year”, la plus grande compétition internationale de street dance, ainsi que le DVD “Juste debout”, l’événement incontournable de la scène Hip Hop réunissant les plus grands danseurs du monde entier.


Sophie Toulouse - www.sophietoulouse.com

5 Ladycaprice (LAST mm) 56-72

17/02/06

6:40

Page 14


5 Ladycaprice (LAST mm) 56-72

17/02/06

6:40

Page 15

LADYCAPRICE#4  

LADYCAPRICE#4