Page 1

PARTIE 2 Habitat, transport public et nature, moteurs d’une nouvelle intensité urbaine Prolongeant la vision métropolitaine, est abordée dans cette partie la question du modèle de ville imaginé par les équipes, tel qu’il peut se dessiner à travers l’appel à projets des 50 000 logements. Le cahier des charges de celui-ci pose en effet la question de l’articulation urbanisme / transport comme fil rouge de l’armature urbaine. Cela interroge à la fois la manière de programmer les opérations futures dans leur contenu mais également la manière dont ces nouveaux quartiers vont vivre, leur mode de fonctionnement et leur capacité à créer de l’aménité urbaine. C’est pourquoi cette partie évoque les intentions proposées par les équipes concernant ce qu’on pourrait appeler les typologies d’opération, croisant échelle, écriture formelle et modalités d’insertion dans les situations existantes. Ce ne sont bien sûr que des premières pistes proposées par les équipes car la phase de dialogue compétitif n’avait pas pour objectif de décliner finement les opérations, en attente du choix plus abouti, dans la suite du travail, des sites d’accueil des futures opérations.


PARTIE 2

Habitat, transport public et nature, moteurs d’une nouvelle intensité urbaine

OMA

+ Coloco + Elioth + Iosis + Cbre TXDUWLHU

YRLVLQpH

YRLVLQpH

YRLVLQpH

YRLVLQpHHW QDWXUH

SD\VDJH

La voisinée et ses trois espaces d’intensification

)2508/$,5( '(92,6,1e(

« VOISINÉE

P

'pILQLUXQFHQWUHDXWRXUG XQHVWDWLRQGH WUDQVSRUWVSXEOLFVRXG XQEkWLPHQWSXEOLF TXDUWLHU YRLVLQpH PDMHXU

YRLVLQpH

/DOLPLWHGXTXDUWLHU

YRLVLQpH

YRLVLQpHHWSHXWrWUHDSSOLTXpH SD\VDJH QDWXUH HWPDQLSXOpH

'pILQLUXQHDLUHGHFURLVVDQFHUHVWULFWLYH PLQGHPDUFKHVRLWPGHGLDPqWUH

FKDTXHYLOOH

Définitions d’une nouvelle condition de la densification )2508/$,5( pour l’intensification urbaine en tissu urbain constitué. » P '(92,6,1e(

TXDUWLHU

YRLVLQpH

YRLVLQpH

YRLVLQpH

YRLVLQpHHW QDWXUH

'pILQLUXQFHQWUHDXWRXUG XQHVWDWLRQGH WUDQVSRUWVSXEOLFVRXG XQEkWLPHQWSXEOLF PDMHXU

)2508/$,5( '(92,6,1e(

352*5$00(

'(16,7e

'pILQLUXQHDLUHGHFURLVVDQFHUHVWULFWLYH PLQGHPDUFKHVRLWPGHGLDPqWUH P +DXWHPL[LWp

&RPPHUFHVHWORJH PHQWVLPPHXEOHVGH ORJHPHQWVEXUHDX[ 'pILQLUXQFHQWUHDXWRXUG XQHVWDWLRQGH SURJUDPPDWLRQ WUDQVSRUWVSXEOLFVRXG XQEkWLPHQWSXEOLF PL[WH  PDMHXU 'pILQLUXQHDLUHGHFURLVVDQFHUHVWULFWLYH PLQGHPDUFKHVRLWPGHGLDPqWUH aKDE KD

+DXWHGHQVLWp

4XDUWLHUGHPDLVRQQpHV (VSDFHVGHSDUWDJH

%kWLPHQWVGH ORJHPHQWVPDLVRQV GHQVHVSHWLWVLP PHXEOHVFROOHFWLIV DYHFDFWLYLWpV LQWpJUpHV 

7HUUDLQHWQDWXUH HQFDGUDQWOHV PDLVRQVHWTXHOTXHV EkWLPHQWVORJHPHQWV SDUWLFXOLHUV 

(VSDFHVQDWXUHOV ELRGLYHUVLWpIRUrWHW ]RQHVKXPLGHV 

/DOLPLWHGXTXDUWLHU SHXWrWUHDSSOLTXpH HWPDQLSXOpH FKDTXHYLOOH =RQHVGHJHO

(VSDFHVQDWXUHOV DYHF]RQHV GCDJULFXOWXUH /DOLPLWHGXTXDUWLHU XUEDLQH  SHXWrWUHDSSOLTXpH HWPDQLSXOpH

FKDTXHYLOOH GHOD]RQHHVW 2SpUDWLRQV DWWULEXpHDX[SDUF GCXUEDQLVPHUpGXLWHV 7DLOOHPD[LPDOHGHOD 7DLOOHPD[LPDOHGHOD 7DLOOHPD[LPDOHGHOD HWHVSDFHVYHUWV YRLUHLPSRVVLEOHV +DXWHGHQVLWp +DXWHPL[LWp 4XDUWLHUGHPDLVRQQpHV (VSDFHVGHSDUWDJH =RQHVGHJHO SDUFHOOHP SDUFHOOHP SDUFHOOHP XUEDLQV %kWLPHQWVGH 7HUUDLQHWQDWXUH &RPPHUFHVHWORJH (VSDFHVQDWXUHOV (VSDFHVQDWXUHOV HQYLURQP ORJHPHQWVPDLVRQV HQFDGUDQWOHV PHQWVLPPHXEOHVGH ELRGLYHUVLWpIRUrWHW DYHF]RQHV TXDUWLHU GHQVHVSHWLWVLP PDLVRQVHWTXHOTXHV ORJHPHQWVEXUHDX[ ]RQHVKXPLGHV  GCDJULFXOWXUH PHXEOHVFROOHFWLIV EkWLPHQWVORJHPHQWV SURJUDPPDWLRQ XUEDLQH  /¶DUFKLWHFWXUHVHUW /¶DUFKLWHFWXUHVHUW /HVHVSDFHVYHUWV =RQHVGCDJULFXOWXUH /HVEkWLPHQWVVRQW DYHFDFWLYLWpV SDUWLFXOLHUV  PL[WH  jUHFUpHUXQIURQW jUHFUpHUXQIURQW XUEDLQVLQWqJUHQWXQH XUEDLQHHVSDFHGH RXYHUWHPHQWRULHQWpV LQWpJUpHV  GHUXH GHUXH GLPHQVLRQGHGLYHU UpVHUYHQDWXUHOOH VLWpHWG¶pTXLOLEUH HWQRPEUHGHORJH PD[LPLVHUXQH +DXWHGHQVLWp +DXWHPL[LWp 4XDUWLHUGHPDLVRQQpHV (VSDFHVGHSDUWDJH =RQHVGHJHO aKDE KD

aKDE KD

GHOD]RQHHVW 2SpUDWLRQV pFRORJLTXHSRXUXQ PHQWVDXWRQRPHV aKDE KD

DFWLYLWpXUEDLQH DWWULEXpHDX[SDUF OLPLWp GCXUEDQLVPHUpGXLWHV SD\VDJHPXOWLIRQF 7DLOOHPD[LPDOHGHOD 7DLOOHPD[LPDOHGHOD %kWLPHQWVGH 7HUUDLQHWQDWXUH 7DLOOHPD[LPDOHGHOD &RPPHUFHVHWORJH (VSDFHVQDWXUHOV (VSDFHVQDWXUHOV HWHVSDFHVYHUWV YRLUHLPSRVVLEOHV WLRQQHO &RPPHUFHVVWDQG $OOpHSD\VDJqUH )RQFWLRQpFRORJLTXH SDUFHOOHP SDUFHOOHP ORJHPHQWVPDLVRQV HQFDGUDQWOHV SDUFHOOHP PHQWVLPPHXEOHVGH ELRGLYHUVLWpIRUrWHW DYHF]RQHV XUEDLQV DUGVHWGHSUR[LPLWp FRPPHDFFqV LQWpJUpHOHORQJGHV PDLVRQVHWTXHOTXHV ORJHPHQWVEXUHDX[ ]RQHVKXPLGHV  GCDJULFXOWXUH HQ5G& GHQVHVSHWLWVLP D[HVPDMHXUV HQYLURQP PHXEOHVFROOHFWLIV EkWLPHQWVORJHPHQWV SURJUDPPDWLRQ XUEDLQH  TXDUWLHU DYHFDFWLYLWpV SDUWLFXOLHUV  PL[WH  LQWpJUpHV  /¶DUFKLWHFWXUHVHUW /¶DUFKLWHFWXUHVHUW /HVHVSDFHVYHUWV =RQHVGCDJULFXOWXUH /HVEkWLPHQWVVRQW jUHFUpHUXQIURQW jUHFUpHUXQIURQW XUEDLQVLQWqJUHQWXQH XUEDLQHHVSDFHGH RXYHUWHPHQWRULHQWpV aKDE KD

aKDE KD

GHOD]RQHHVW 2SpUDWLRQV aKDE KD

GHUXH GHUXH GLPHQVLRQGHGLYHU UpVHUYHQDWXUHOOH DWWULEXpHDX[SDUF GCXUEDQLVPHUpGXLWHV VLWpHWG¶pTXLOLEUH HWQRPEUHGHORJH PD[LPLVHUXQH 7DLOOHPD[LPDOHGHOD 7DLOOHPD[LPDOHGHOD 7DLOOHPD[LPDOHGHOD HWHVSDFHVYHUWV YRLUHLPSRVVLEOHV pFRORJLTXHSRXUXQ PHQWVDXWRQRPHV DFWLYLWpXUEDLQH SDUFHOOHP SDUFHOOHP SDUFHOOHP XUEDLQV SD\VDJHPXOWLIRQF OLPLWp WLRQQHO &RPPHUFHVVWDQG $OOpHSD\VDJqUH )RQFWLRQpFRORJLTXH HQYLURQP DUGVHWGHSUR[LPLWp FRPPHDFFqV LQWpJUpHOHORQJGHV TXDUWLHU HQ5G& D[HVPDMHXUV

352*5$00(

,17(*5$7,21 '(16,7e 352*5$00(

,17(*5$7,21 '(16,7e

aKDE KD

/HVEkWLPHQWVVRQW RXYHUWHPHQWRULHQWpV

,17(*5$7,21

aKDE KD

/¶DUFKLWHFWXUHVHUW jUHFUpHUXQIURQW GHUXH

/¶DUFKLWHFWXUHVHUW jUHFUpHUXQIURQW GHUXH

&RPPHUFHVVWDQG DUGVHWGHSUR[LPLWp HQ5G&

$OOpHSD\VDJqUH FRPPHDFFqV

PD[LPLVHUXQH DFWLYLWpXUEDLQH )RQFWLRQpFRORJLTXH LQWpJUpHOHORQJGHV D[HVPDMHXUV

&HQWUHXUEDLQGHKDXWHPL[LWp

SD\VDJH

&HQWUHLQWHUPpGLDLUHGHKDXWHGHQVLWp PRLQVG¶XQHPLQXWHjSLHGGXFHQWUHXUEDLQ



(VSDFHVSXEOLFVGHSDUWDJH

PRLQVGHFLQTPLQXWHVjSLHGGXFHQWUHXUEDLQ

/HVHVSDFHVYHUWV XUEDLQVLQWqJUHQWXQH GLPHQVLRQGHGLYHU VLWpHWG¶pTXLOLEUH pFRORJLTXHSRXUXQ SD\VDJHPXOWLIRQF WLRQQHO

=RQHVGCDJULFXOWXUH XUEDLQHHVSDFHGH UpVHUYHQDWXUHOOH HWQRPEUHGHORJH PHQWVDXWRQRPHV OLPLWp

4XDUWLHUGHPDLVRQQpHV

FLQTPLQXWHVjSLHGGXFHQWUHXUEDLQ

P

 P

&HQWUHXUEDLQGHKDXWHPL[LWp

&HQWUHLQWHUPpGLDLUHGHKDXWHGHQVLWp

&HQWUHXUEDLQGHKDXWHPL[LWp

&HQWUHLQWHUPpGLDLUHGHKDXWHGHQVLWp



PRLQVG¶XQHPLQXWHjSLHGGXFHQWUHXUEDLQ

P

9RLVLQpHIRUPXODULVpH IL[DQWOHVREMHFWLIV HWUqJOHV

PRLQVG¶XQHPLQXWHjSLHGGXFHQWUHXUEDLQ

/HVEkWLPHQWV VRQWRXYHUWHPHQW RULHQWpVVXUODUXH DILQGHPD[LPLVHU XQHDFWLYLWpXUEDLQH

7HUUDLQHWQDWXUH HQFDGUDQWOHV PDLVRQVHWTXHOTXHV EkWLPHQWVORJHPHQWV SDUWLFXOLHUV

(VSDFHV QDWXUHOV DYHF]RQHV GCDJULFXOWXUH XUEDLQH

(VSDFHVSXEOLFVGHSDUWDJH

4XDUWLHUGHPDLVRQQpHV

(VSDFHVSXEOLFVGHSDUWDJH

4XDUWLHUGHPDLVRQQpHV

PRLQVGHFLQTPLQXWHVjSLHGGXFHQWUHXUEDLQ

PRLQVGHFLQTPLQXWHVjSLHGGXFHQWUHXUEDLQ

%kWLPHQWVGH ORJHPHQWVPDLVRQV GHQVHVSHWLWV LPPHXEOHV FROOHFWLIVDYHF DFWLYLWpLQWpJUpHV

/HVHVSDFHVYHUWV XUEDLQVLQWqJUHQWXQH GLPHQVLRQGHGLYHUVLWpHW GCpTXLOLEUHpFRORJLTXH SRXUXQSD\VDJH PXOWLIRQFWLRQQHO

FLQTPLQXWHVjSLHGGXFHQWUHXUEDLQ

FLQTPLQXWHVjSLHGGXFHQWUHXUEDLQ

9RLVLQpHDSSOLTXpH

Extraits documents OMA | Appel à projet 50 000 logements | Février 2011


La cub 37

Les clefs de lecture Le principe de voisinÊe, fondÊ sur les 10 minutes de marche à pied autour d’une station, soit à peu près 800 m, dÊcline plusieurs Êchelles de mixitÊ et densitÊ autour des stations de transport. Ainsi sont dÊfinis diffÊrents espaces d’intensification permettant de graduer l’intensitÊ urbaine, mais Êgalement de proposer des typologies bâties de rÊfÊrence selon des pÊrimètres adaptÊs, en fonction des sites rencontrÊs, à la mallÊabilitÊ de l’occupation des parcelles concernÊes. À partir de ce cadre global seraient dÊclinÊes finement

les modalitÊs d’inscription spatiale des continuitÊs naturelles esquissÊes dans la Partie 1 : ceinture douce, pÊnÊtrante verte. Sont Êgalement assorties à cette dÊmarche des propositions de typologies bâties dÊdiÊes aux opÊrations, formant signes et points de repère dans le continuum urbain. Cette rÊpÊtition des voisinÊes peut constituer, sur une plus grande Êchelle, une trame de projet global sur certains grands secteurs Êvolutifs.

 Site test Lot N°1 Le site test se propose de mettre en oeuvre les composants de Ceinture douce, de PÊnÊtrantes et de VoisinÊe, à l’intersection entre le tracÊ de la ceinture douce et de l’Avenue du MÊdoc &HLQWXUHGRXFH 3pQpWUDQWHVYHUWHV 9RLVLQpH et de la LibÊration, futur tracÊ d’une nouvelle ligne de tramway. 

&HLQWXUHGRXFH

3pQpWUDQWHVYHUWHV

9RLVLQpH

Les chiffres ci-dessus reprĂŠsentent un test hors de toutes considĂŠrations contraignantes mise Ă part l’emprise et le type de bâtiments existants. Il n’a que vocation d’imager et quantifier un exemple d’application de la stratĂŠgie urbaine en vue du dĂŠveloppement d’une opĂŠrationnalitĂŠ. L’Êtude d’opportunitĂŠ ne pourra ĂŠtudier un site de telle ampleur mais dĂŠveloppera des zones spĂŠcifiques au regard des opportunitĂŠs et disponibilitĂŠs du site. Ainsi, ces chiffres tĂŠmoignent d’une sorte d’objectif en termes de population et de densitĂŠ pour la viabilitĂŠ et l’efficacitĂŠ de la VoisinĂŠe. &2(85+$87(0,;,7( ([LVWDQWPGHORJHPHQWV VRLWSHUVRQQHV 3RWHQWLHO3URMHWSHUVRQQHV &2(85+$87(0,;,7( VXUODEDVHGHVFKLIIUHVDYDQFpVORUVGHOD ([LVWDQWPGHORJHPHQWV SKDVHjVDYRLUKDEKD

VRLWSHUVRQQHV 6XUIDFHFRHXUKDXWHPL[LWpKD 3RWHQWLHO3URMHWSHUVRQQHV &DSDFLWpGÂśDFFXHLODSUqVGpFRPSWHH[LVWDQW VXUODEDVHGHVFKLIIUHVDYDQFpVORUVGHOD SHUVRQQHV SKDVHjVDYRLUKDEKD

VRLWORJHPHQWV PpQDJHPR\SHUV

6XUIDFHFRHXUKDXWHPL[LWpKD VRLWP VXUIDFHPR\OJWVP

&DSDFLWpGÂśDFFXHLODSUqVGpFRPSWHH[LVWDQW SHUVRQQHV VRLWORJHPHQWV PpQDJHPR\SHUV

VRLWP VXUIDFHPR\OJWVP

3RWHQWLHO3URMHWSHUVRQQHV VXUODEDVHGHVFKLIIUHVDYDQFpVORUVGHOD &2(85+$87('(16,7( SKDVHjVDYRLUKDEKD

([LVWDQWSHUVRQQHV 6XUIDFHFRHXUKDXWHGHQVLWpKD

3RWHQWLHO3URMHWSHUVRQQHV VXUODEDVHGHVFKLIIUHVDYDQFpVORUVGHOD 48$57,(5'(0$,6211((6 SKDVHjVDYRLUKDEKD

([LVWDQWSHUVRQQHV 6XUIDFHTXDUWLHUPDLVRQQpHVKD

727$/6,7(7(67/RW 

3RWHQWLHO3URMHWSHUVRQQHV &DSDFLWpGÂśDFFXHLODSUqVGpFRPSWHH[LVWDQW VXUODEDVHGHVFKLIIUHVDYDQFpVORUVGHOD SHUVRQQHV SKDVHjVDYRLUKDEKD

VRLWORJHPHQWV PpQDJHPR\SHUV

6XUIDFHFRHXUKDXWHGHQVLWpKD VRLWP VXUIDFHPR\OJWVP

3RWHQWLHO3URMHWSHUVRQQHV &DSDFLWpGÂśDFFXHLODSUqVGpFRPSWHH[LVWDQW VXUODEDVHGHVFKLIIUHVDYDQFpVORUVGHOD SHUVRQQHV SKDVHjVDYRLUKDEKD

VRLWORJHPHQWV PpQDJHPR\SHUV

6XUIDFHTXDUWLHUPDLVRQQpHVKD VRLWP VXUIDFHPR\OJWVP

&DSDFLWpGÂśDFFXHLODSUqVGpFRPSWHH[LVWDQW SHUVRQQHV VRLWORJHPHQWV PpQDJHPR\SHUV

VRLWP VXUIDFHPR\OJWVP

&DSDFLWpGÂśDFFXHLODSUqVGpFRPSWHH[LVWDQW SHUVRQQHV VRLWORJHPHQWV PpQDJHPR\SHUV

VRLWP VXUIDFHPR\OJWVP

6XUIDFHKD 3RWHQWLHOQRXYHDX[KDELWDQWV VRLWQRXYHDX[ORJHPHQWV 6XUIDFHKD 3RWHQWLHOQRXYHDX[KDELWDQWV VRLWQRXYHDX[ORJHPHQWV

+DXWHGHQVLWp

arch it e c

727$/6,7(7(67/RW 

+DXWHPL[LWp

4XDUWLHUGHPDLVRQQpHV

o re

48$57,(5'(0$,6211((6 ([LVWDQWSHUVRQQHV

cĂŠanique clim at ue iq

tu

&2(85+$87('(16,7( ([LVWDQWSHUVRQQHV

%25'($8;

1RUG

Extraits documents OMA | Appel à projet 50 000 logements | FÊvrier 2011


PARTIE 2

Habitat, transport public et nature, moteurs d’une nouvelle intensité urbaine

Lacaton-Vassal

+ Druot + Hutin + Marlin + Rivière Environnement + Vpe Une stratégie basée sur la générosité du logement « INVENTAIRE

« LOGEMENT

Il est l’outil de connaissance impératif et incontournable pour atteindre les objectifs fixés par le cahier des charges de l’appel à projet. Sans inventaire il n’y a pas de connaissance, sans connaissance il ne peut y avoir que des réponses urbaines pittoresques. L’inventaire sonde les situations de fait, dresse la liste des besoins au cas par cas, s’attache à la diversité des échelles, des caractères, des contraintes, des règlements, des absences, des difficultés et des possibilités. L’inventaire s’appuie sur l’expertise déjà engagée par les acteurs urbains et la prolonge.

Il s’agit par le logement, de faire des territoires de la communauté, un territoire d’exception. Pour que la stratégie urbaine opère, le logement doit aller dans l’au-delà. Être un objet de convoitise, d’envie, de jalousie. Une ode à la sérénité. Le logement doit être un faire-valoir aux conditions des gens et le premier rempart à l’anamour des territoires inachevés. Le projet d’une stratégie pour la construction de 50 000 logements nouveaux dans La Cub ne peut s’opérer sans redéfinir et partager des ambitions communes et exigeantes sur la qualité des logements. Il s’agit de se fixer de nouveaux objectifs. Redéfinir un logement, ses besoins, ses services, son paysage. L’espace à habiter doit être généreux, confortable, appropriable, économique, fluide, flexible, lumineux, évolutif, « luxueux ». Il doit permettre les usages les plus simples, déjeuner, travailler, se reposer, s’isoler, accueillir, héberger des amis, étendre son linge, jouer de la musique, bricoler, garer son vélo, sa voiture, regarder pousser ses orchidées. L’espace à habiter ne doit comporter l’AUCun obstacle à la mobilité.

L’inventaire concerne : a. T  outes les familles de territoires permettant d’évaluer la capacité foncière urbaine globale pour la réalisation minimum de 9 000 logements nouveaux par an : - logements collectifs publics et privés - sites commerciaux urbains et périurbains - territoires naturels - axes et articulations des transports - territoires monofonctionnels, Université, hospitalier, activités tertiaires - la propriété privée individuelle, habitat urbain et pavillonnaire - les territoires fonciers, propriétés de La Cub b. T  outes les dispositions permettant des décisions prioritaires : - zones urbaines en cours - les territoires fonciers, propriétés de La Cub - actions et engagements des bailleurs et des autres acteurs - besoins d’équipements communaux ou communautaires - outils d’aménagements actifs - outils de financement actifs L’inventaire échappe à la notion de zone, précise les conditions réelles des situations, comptabilise les cas les uns après les autres. Sa présentation s’organise selon des représentations graphiques et des tableaux reprenant les classifications des cas inventoriés. La cartographie. Elle vise la précision des situations, des quantités et des échelles. Par exemple, dans le cas des « Corridors de transport Tramway », la précision est portée sur les distances réelles à parcourir depuis un point logement, jusqu’à la station la plus proche. En ce sens, cette précision diffère d’une bande théorique d’influence. Les tableaux. Ils visent le regroupement et le complément des connaissances, le croisement des informations, l’actualisation des informations. »

Un logement comme une « Villa » Le logement doit apporter d’autres bénéfices et comprendre, en plus de la surface habitable, des surfaces complémentaires privatives telles que des jardins d’hiver, des terrasses et balcons, des espaces non programmés. On peut estimer ce nécessaire bénéfice à une surface minimum égale à + 50% de la surface habitable. Une villa est une habitation qui exprime un plaisir et une liberté d’habiter. Elle offre des dégagements, des usages différenciés, de la mobilité. Une villa est une habitation utile, un terrain comme prolongement accessible, un environnement territorial agrémenté des services et des facilités pratiques. Une villa, c’est la gestion souvent joyeuse d’un large territoire par un propriétaire privé. Les logements urbains doivent reprendre ces objectifs tout en optimisant les territoires fonciers. »

Extraits documents Lacaton-Vassal | Appel à projet 50 000 logements | Février 2011


La cub 39

Les clefs de lecture Très attentive à l’économie du lieu, l’équipe s’affranchit de tout a priori de projet, et de tout parti préalable. Une approche « homéopathique » qui s’insère dans les situations existantes en cherchant à révéler les « enchaînements urbains » qui fondent à la fois les parcours quotidiens et les compositions spatiales. Avec à chaque

fois un retour au logement comme unité de mesure urbaine, à la fois par l’enveloppe qu’il crée (le dedans) mais aussi par l’espace public (ou simplement l’espace ouvert) qu’il sera susceptible de générer dans son prolongement.

« Fluidité, mobilité

« Climat, énergie et usage

Au-delà de l’accroissement des dimensions fonctionnelles de chaque pièce, il s’agit aussi, d’organiser la mobilité dans leurs agencements. Un espace qui autorise de la liberté d’usage pour ses occupants c’est : - la possibilité pour toutes les pièces d’offrir au minimum deux perspectives de déplacement - la possibilité d’avoir au moins une perspective de déplacement ouverte sur un espace extérieur - la possibilité d’espaces extérieurs pour de réelles plantations et l’installation confortable de mobiliers - la possibilité de passer d’une pièce fonctionnelle à une autre par un espace utile intermédiaire. - la possibilité de passer à tous les étages d’un immeuble du dedans au dehors à la manière d’une maison de plain pied. Soit pour un 3 pièces, un développement de façade de plus de 20 mètres linéaire. »

L’enveloppe doit largement favoriser les échanges avec les espaces privatifs : jardins d’hiver, balcons, terrasses. Elle participe à la création d’un climat intérieur, par des espaces intermédiaires, qui gèrent les relations entre l’extérieur et l’intérieur, et produisent de manière passive des économies d’énergie, tout en offrant des surfaces d’usages complémentaires à l’habitation. L’isolation renforcée par l’extérieur, l’étanchéité des façades, la ventilation double flux, les surfaces limitées de baies vitrées, sont des leurres à la conception des logements, des dispositions imprécises promotionnées par des marchands de sable. Services, facilité, environnement Au-delà des espaces intimes. Ce sont des communs, escaliers, ascenseurs, halls, desservant un nombre limité d’habitations. Ce sont des stationnements, un parking structurellement inclus dans l’emprise de la construction, un ensemble de fonctionnalités complémentaires nécessaires à la vie de chaque habitation. L’habitation doit être considérée de façon globale en incluant dans les mêmes regroupements immobiliers des équipements de services, activités, espaces de travail, commerces. La proximité de ces équipements est essentielle. Ce doit être une facilité de vie, susceptible d’assurer les réponses aux besoins quotidiens et consolider l’organisation sociale par l’entretien de relations simples de voisinage et d’échange urbain. Temps et mouvement. »

Extraits documents Lacaton-Vassal | Appel à projet 50 000 logements | Février 2011


PARTIE 2

Habitat, transport public et nature, moteurs d’une nouvelle intensité urbaine

Alexandre Chemetoff

+ De Pardieu Mattei + Oasiis + Etc + Mdetc + S. Marot Revisiter la ville diffuse Résidence Blaise Pascal

Emprise constructible « LES EMPRISES CONSTRUCTIBLES POSSIBLES

Superficie des emprises constructibles : 5,9 ha  »

Floirac Dravemont

Redécoupage des îlots : nouvel espace public

Résidence Blaise Pascal

Boulevard de l’Entre-deux Mers

Emprise constructible

COS 0,5 / 1 ha

COS 1 / 4,9 ha

Floirac Dravemont

Redécoupage des îlots : nouvel espace public

Boulevard de l’Entre-deux Mers

COS 0,5 / 1 ha

COS 1 / 4,9 ha

« des outils pour le logement »

Maîtriser le climat

Mixité de programmes

L’habitat évolutif

« PLAN DES EMPRISES CONSTRUCTIBLES POSSIBLES » Centre commercial de la Morlette

La Morlette

Maîtriser le climat

Mixité de programmes

L’habitat évolutif

Eysine

Jean Zay

Floirac Dravemont

La Marègue

Rocade

Extraits documents Alexandre Chemetoff | Appel à projet 50 000 logements | Février 2011


La cub 41

Les clefs de lecture Pragmatiques et soucieuses de l’offre urbaine au quotidien produite par les projets, les propositions de l’équipe Chemetoff inventorient, à partir de situations urbaines définies, une multiplicité de registres. Celles-ci intéressent autant la production de logements et de nouvelles formes bâties, que l’ensemble des aménités et fonctionnalités à fabriquer de manière consubstantielle à ces programmes, l’objectif étant de tirer  vers le haut une qualité urbaine au quotidien. Ces dernièrs  aspects intègrent la mixité des fonctions, l’espace public, 



la mutualisation du stationnement et des équipements et au total la vie des habitants. Très contextualisées,  L’habitat évolutif les pistes de proposition amènent à s’intéresser également Construire l’armature du logement, la « base-vie » qui constitue l’invariant, la base, le référentiel qui à la place de la nature et à l’évolution des usages détermine le prix du logement. de la ville ainsi produite, dans le souci de demeurer tion de petites constructionsàlégères, elles-mêmes dans une vision ouverte des évolutions urbaines venir, démontables et transformables. et interroge à ce titre le règlement d’urbanisme actuel.

 Exte

Les espa de conv entre es distribue ments p tives ou

Couverture cour Patio



Toiture terrasse



Surélévation garage

   

« DES OUTILS POUR LE LOGEMENT »  

Résidence Blaise Pascal













 Dravemont Floirac L’habitat évolutif



Construire l’armature du logement, la « base-vie » qui constitue l’invariant, la base, le référentiel qui détermine le prix du logement. tion de petites constructions légères, elles-mêmes démontables et transformables.

   Résidence Blaise Pascal



 Externalisation  Superposition de programmes Les espaces de circulation deviennent des espaces Les emprises deetstationnement peuvent servir de convivialité d’échange. Ils sont des seuils de base à la construction de programmes en » qui entre espace public et espace privé, des « rues intégrant lales contrainte structurelle de la trame distribuent logements. Ils prolongent les - loge qu’ellespour induisent. ments être accueillant à des pratiques -collec tives ou individualisées.

 Mixi  Rec La quest Augmen de divers de pièce hauteurs prolong îlot ou d (thermiq différent par des son hété

Boulevard de l’Entre-deux Mers



Couverture cour

Circulation et prolongements extérieursMaisons des logementsLogements superposées

Patio Toiture terrasse COS 0,5 / Dravemont 1,2 ha Floirac

COS 1 / 0,7 ha

Surélévation garage

Boulevard de l’Entre-deux Mers Parking RDC

 L’habitat évolutif

Construire l’armature du logement, la « base-vie » qui constitue l’invariant, la base, le référentiel qui détermine le prix du logement. tion de petites constructions légères, elles-mêmes démontables et transformables.

« RESSOURCES »

Couverture cour

 Externalisation  Superposition de programmes

Les espaces de/circulation deviennent espaces COS 0,5 1,2 ha COS des 1 / 0,7 ha Les emprises deetstationnement de convivialité d’échange. Ils peuvent sont des servir seuils de base à la construction de programmes entre espace public et espace privé, des « en rues » qui intégrant la les contrainte structurelle de la trame distribuent logements. Ils prolongent les - loge qu’elles induisent. ments pour être accueillant à des pratiques -collec tives ou individualisées. Circulation et prolongements extérieurs des logementsLogements Maisons

Patio

 Mixité de programmes  Reconversion, transformation Espace urbain, espaceest public question La de la densité autant une question

Augmenter les surfaces habitables (prolongement de volumétrique etcontribuent typologique de Lesdiversité nouvelles constructions à-que l’amé de piècesdes existantes, pièces supplémentaires, hauteurs. Retrouver dans chaque opération, sur un lioration tissus existants en introduisant de la prolongement extérieurs…), améliorer le confort îlot ou dans un quartier, des formes et des tailles diversité programmatique et/ou volumétrique. (thermique,pour acoustique…) des logements existants différentes enrichir la ville dans sa diversité et par des adjonctions. son hétérogénéité..

D Mutu E  L’en

ADistingu l’échel d’escalie Dans le c capacité sonnes normatiâ repas po

Bâtiments existants Bâtiment existant

superposées

Toiture terrasse Surélévation garage

Eysines, exemple de superposition

Eysines, maison en deux parties

Floirac, toiture des bureaux décollée du bâtiment pour ventiler

Maisons de ville Prolongements extérieurs

Parking RDC

 L’habitat évolutif  L’habitat évolutif Construire l’armature du logement, la « base-vie » Construire l’armature du la logement, la « base-vie qui constitue l’invariant, base, le référentiel qui» qui constitue l’invariant, la base, le référentiel qui détermine le prix du logement. détermine le prix du logement. tion de petites constructions légères, elles-mêmes tion de petitesetconstructions légères, elles-mêmes démontables transformables. démontables et transformables. Couverture cour

Circulation et prolongements Maisons extérieurs des logements superposées Circulation et prolongements

Couverture cour

Logements

 Reconversion,  Mixité transformation de programmes urbain, espace public  Espace  Mixité de programmes Augmenter les surfaces habitables (prolongement La question de la densité est autant une question Les nouvelles constructions contribuent à- l’amé La question de laexistantes, densité est autantsupplémentaires, une question de pièces de diversité volumétrique etpièces typologique que de lioration des tissus existants en introduisant de la de diversité volumétrique et typologique quesur deun prolongement extérieurs…), améliorer le confort hauteurs. Retrouver dans chaque opération, diversité programmatique et/ou volumétrique. hauteurs. Retrouver dansdes chaque opération, sur un acoustique…) des existants îlot ou (thermique, dans un quartier, formes etlogements des tailles îlot ou par dans unadjonctions. quartier, formes tailles et des différentes pour enrichirdes la ville dansetsades diversité différentes pour enrichir la ville dans sa diversité et son hétérogénéité.. son hétérogénéité..

E Mutualisation des usages D  L’en-dedans du logement A l’échelle d’un immeuble, dans une même cage Distinguerdes la structure du partagées. second d’escalier, fonctions(l’invariant) peuvent être

Bâtiments Bâtiment existant existants Bâtiments existants

L’invariable

Patio

Toiture terrasse Surélévation garage Surélévation garage

es, exemple de superposition

Eysines, maison en deux parties

Floirac, toiture des bureaux décollée du bâtiment pour ventiler

Parking RDC

Prolongements extérieurs Maisons de ville

Des possibles

Maisons de ville

 Superposition de programmes  Superposition de programmes Les emprises de stationnement peuvent servir Lesbase emprises de stationnement peuvent servir de à la construction de programmes en de base à la contrainte construction de programmes en intégrant structurelle de la trame intégrantinduisent. la contrainte structurelle de la trame qu’elles qu’elles induisent.

Maisons superposées Maisons

espace public du logement  Espace urbain,  L’en-dedans  Reconversion, E Mutualisation D transformation des usages  Reconversion, transformation E Mutualisation des usages D Les nouvelles constructions à- l’améA l’échelle Distinguer la structure (l’invariant) ducage second Augmenter les surfaces habitables contribuent (prolongement d’un immeuble, dans une même lioration des tissus existants en introduisant de d’escalier, Alal’échelledes d’unfonctions immeuble, dans une cage Augmenter les surfaces habitables (prolongement de pièces existantes, pièces supplémentaires, peuvent êtremême partagées. diversité programmatique et/ou volumétrique. capacité d’adaptation du logement aux d’escalier, êtreoupartagées. de pièces existantes, pièces supplémentaires, prolongement extérieurs…), améliorer le confort Dans le casdes de fonctions logementspeuvent étudiants pour - percontraintes et aux évolutions familiales. Dans lenormatives cas de une logements étudiants ou pour - per un prolongement extérieurs…), améliorer le confort (thermique, acoustique…) des logements existants sonnes âgées, cuisine où l’on peut préparer sonnespour âgées, cuisine où l’on préparer un (thermique, acoustique…) des logements existants repas par des adjonctions. ses une amis, une salle pourpeut se réunir… repas pour ses amis, une salle pour se réunir… par des adjonctions.

Logements

Bâtiment existant

Logements

Bâtiment existant

 Maitriser le climat

Des dispositifs simples (terrasses, treilles, planta tions…) contribuent à protéger les logements tout en offrant des qualités d’usages supplémentaires. Le bioclimatisme est une des solutions qui peut être simplement mise en place.

L’invariable

superposées

Parking RDC

Prolongements extérieurs

Parking RDC

Prolongements extérieurs

 Espace urbain, espace public  Espace urbain, espace public Les nouvelles constructions contribuent à- l’amé Les nouvelles constructions à- l’amé lioration des tissus existants contribuent en introduisant de la lioration des tissus existantset/ou en introduisant de la diversité programmatique volumétrique.

Des possibles

 L’en-dedans du logement  Maitriser le climat Extraits documents Alexandre Chemetoff | Appel  L’en-dedans du logement  Maitriser le climat Distinguer la structure (l’invariant) du second Des dispositifs simples (terrasses, treilles, planta Distinguer la structure (l’invariant) du second Des dispositifs simples (terrasses,les treilles, planta - tout tions…) contribuent à protéger logements tions…) contribuent à protéger logements tout capacité d’adaptation du logement aux contraintes en offrant des qualités d’usages les supplémentaires.

 Mait

Des disp tions…) Dans le cas de logements étudiants ou pour - per capacité d’adaptation du logement aux contraintes sonnes âgées, une cuisine où l’on peut préparer un en offran Le biocli normatives et aux évolutions repas pour ses amis, une salle familiales. pour se réunir… simplem

extérieurs des logements

Patio Toiture terrasse

 Superposition de programmes  Externalisation  Externalisation Les emprises de stationnement servir Les espaces de circulation deviennent peuvent des espaces Lesconvivialité espaces deàet circulation deviennent des espaces de base lad’échange. construction de programmes en de Ils sont des seuils de convivialité etlad’échange. sont des des «seuils intégrant contrainte structurelle de la »trame entre espace public et espaceIls privé, rues qui entre espace et espace privé, des «les rues » qui qu’elles induisent. distribuent lespublic logements. Ils prolongent - loge distribuent logements. les - -collec loge ments pourles être accueillantIlsàprolongent des pratiques mentsoupour être accueillant à des pratiques -collec tives individualisées. tives ou individualisées.

à projet 50 000 logements | Février 2011


PARTIE 2

Habitat, transport public et nature, moteurs d’une nouvelle intensité urbaine

51N4E

+ Grau + Idea + D. Boudet + T. Laverne + 3E Des explorations typologiques appliquées aux conditions bordelaises

« DENSITÉS HORIZONTALES Le travail sur les typologies s’inscrit dans un carré théorique de 100m x 100m (1ha). Dans la réalité, ce carré est toujours poreux au territoire dans lequel il est implanté. »

épicerie

info tabac

« DENSITÉS HORIZONTALES - SCÉNARIO 1

« DENSITÉS HORIZONTALES - SCÉNARIO 2

Cette typologie explore une version plus compacte du pavillon classique. Tout comme dans le pavillonnaire les logements sont détachés les uns des autres, au centre du jardin qui est libéré de la place de la voiture. Des petits parkings collectifs se trouvent à l’extérieur des parcelles. »

Cette typologie explore le statut de l’espace extérieur dans un système de maisons détachées. Le sol, débarrassé de ses clôtures, est 100% public. L’espace privé est situé sur des toitterrasses installés en haut de grands logements duplex sur pilotis. Cela permet une transparence totale au sol ou tout espace, y compris le rdc privé des logements, est extérieur.  »

62 lgmts (58 m2) 3596 m2 espace construit

49 lgmts (128 m2)

1 lgt = 121 m2 = 63 m2 espace privé extérieur + 58 m2 espace privé intérieur

3136 m2 espace construit 1 lgt = 192 m2 = 64 m2 espace privé extérieur + 128 m2 espace privé intérieur

1 étage 36 % espace construit 39 % espace privé extérieur 25 % infrastructure

2 étage 31 % espace construit 59 % espace commun extérieur 10 % infrastructure

maison à Béglès

Ryue Nishizawa, Moriama house, Tokyo, 2005

Extraits documents 51N4E | Appel à projet 50 000 logements | Février 2011


Les clefs de lecture Prenant appui sur des expériences comparables menées dans certaines villes européennes, l’équipe constituée autour de 51N4E propose de tirer parti des 50 000 logements pour explorer des solutions typologiques concernant les formes bâties et leur relation au paysage. Ceci dans un double but : d’abord s’inscrire en rupture avec une production de logements aujourd’hui très standardisée autour des épannelages intermédiaires (R+3 à R+5), et ensuite proposer un vocabulaire

La cub 43

architectural susceptible de donner une identité, en tout cas une reconnaissance formelle, aux opérations des 50 000 logements. Deux pistes typologiques seraient ainsi explorées : les « densités horizontales », s’intéressant à la production de logements denses horizontaux en série et le paysage que cela crée. Les « densités émergentes », tentant de définir une échelle pertinente au regard du contexte dans lequel elle s’insère.

« DENSITÉS ÉMERGENTES »

« DENSITÉS ÉMERGENTES - SCÉNARIO 1

« DENSITÉS ÉMERGENTES - SCÉNARIO 2

La densité émergente n’est ni tour, ni barre, ni plot. Elle se décline de différentes manières selon le contexte dans lequel elle s’implante. Sa forme est générée par le territoire, offrant à la totalité des logements un rapport privilégié avec ce dernier. Le système de circulation est hybride, s’adaptant aux différentes séquences du bâtiment. »

Cette deuxième typologie verticale s’oriente elle aussi sur le grand territoire. Ici ce sont les espaces extérieurs qui génèrent la forme du bâtiment. Ces espaces sont tantôt filant tantôt traversant; ils peuvent être creusés ou en surplomb. »

Charles Charles Correa, Correa, Kanchanjunga, Kanchanjunga, Bombay, Bombay, 1970-1983 1970-1983

51N4E / l’AUC / OZP /DBL - Gare d’Auteuil, Paris - 350 logement, 2007

Extraits documents 51N4E | Appel à projet 50 000 logements | Février 2011


PARTIE 2

Habitat, transport public et nature, moteurs d’une nouvelle intensité urbaine

l’AUC

+ Bas Smets + Nfu + Icade + Tribu + F. Gilli + Arup + Étude Chevreux L’hybridation et le croisement des formes urbaines

Les plateformes de services, des micro-polarités d’échanges par l’espace public et les programmes

d’un monde en mouvement, un des vecteurs de la stimulation de la substance urbaine

Des extensions individuelles concertées pour un réadressage sur

de vivre ensemble

Une image de la ville dense autour d’un arrêt

d’arrêt dans la ville mobile L’infrastructure comme vecteur de mobilisation de nouveaux espaces métropolitains

Le réseau ferré, un élément perturbateur et qualitatif pour les architectures génériques

L’intégration des Soho dans la substance, une stimulation légère de l’espace mais la possibilité d’une rupture radicale dans les

subtile du territoire, la possibilité de nouveaux logements intégrés dans la substance, de possibles manières de vivre ensemble pour une métropole publique

Nouvelle polarité publique, architecture exemplaire Le regard ouvert depuis le paysage depuis la fenêtre du train

Le collectif individualisé, la possibilité d’une communauté à travers l’idiorythmie

Des architectures individuelles métropolitaines singulières pour s’adapter aux contraintes de la mobilité

Extraits documents L’AUC | Appel à projet 50 000 logements | Février 2011


La cub 45

Les clefs de lecture À partir du triptyque ville/infrastructure/nature, l’équipe constituée autour de l’AUC propose d’investir des situations de projet qui intègrent et enrichissent le contenu construit existant. Pour y arriver, il est proposé une double approche par la valorisation des formes existantes d’une part, mais aussi par leur « hybridation » en y greffant des formes venues d’ailleurs. Il est proposé ainsi d’approfondir différentes thématiques, notamment autour de la boucle ferrée, en fonction du mode de connectivité et du statut des espaces dans lesquels on intervient. Parmi ces thématiques, celle des sisters (repères

urbains de haute densité), celle des plate-formes de services, permettant de donner un rôle d’ancrage urbain à des parcelles délaissées, celle du « grid ad green » (densification des espaces à partir de la structure végétale retrouvée). Ces thématiques, employant des registres différents allant de la forme urbaine à celle de l’espace public et celle du paysage, constituent en quelque sorte des ingrédients de stimulation urbaine à assembler en fonction des situations de projet, pouvant couvrir, bien sûr, un large éventail d’échelles et s’inscrire dans la mise en valeur de grandes entités paysagères.

13

le long de la voie de train “La boucle”. Les polarités doivent permettre d’articuler tramway mais aussi la mobilité individuelle.

16

La ligne circulaire dessert aussi de fait des territoires sous exploités, en décalage par rapport aux développements intenses que la métropole bordelaise connaît par ailleurs. 17

19

Le déploiement d’une stratégie de développement le long de la voie ferrée circulaire doit être le moyen d’intégrer ces territoires dans les dynamiques métropolitaines.

20

21

Autour des gares multimodales et des nouveaux sites de développement le long de la boucle, c’est surtout la lisibilité puis l’envie de métropole qui doit jaillir. Multiplier les arrêts, réduire les distances en assumant un réseau dense, tels sont les modes

de faire métropole le long de la boucle et précisément autour des micro commutateurs métropolitains. boucle ferrée. Crédits :

22

Il doit se concentrer sur des modes renouvelés de penser la densité - ponctuelle et linéaire - en accord avec les logiques de réseaux. Les arrêts des transports en commun sont les espaces les plus évidents manifeste pour le

23

développement de ces polarités suburbaines le long des réseaux métropolitains. Des bâtiments dont la façade se déroulerait jusqu’au sol ou le même matériau pour le sol et la

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23

/ Stalker, Andreï Tarkovski, 1979 Bill Owen, Suburbia, 2000 l’AUC sans crédit sans crédit Berlin Hombres, Leon Ferrari, 1984 Berlin Place Flagey, XDGA, 2005 l’AUC BBS sans crédit Alpine Architektur, Bruno Taut, 1919 Tokyo park, SO-IL, 1998 sans crédit Tramway, Bordeaux Fussa City hall, Riken Yamamoto, 2008

Extraits documents L’AUC | Appel à projet 50 000 logements | Février 2011


Convergences et éléments de débat Même si elles sont très diversifiées en ce qui concerne les échelles et les typologies urbaines dans leur sens le plus large (taille d’opération, mixité des fonctions, formes urbaines et paysagères), les propositions de chacune des équipes présentent des points de rencontre qui peuvent être constitutifs d’un fil rouge pour la démarche des 50 000 logements. Premier point commun, l’idée que le logement fait ville, qu’il participe de l’acte urbain et ne doit pas se penser indépendamment des espaces qu’il crée autour de lui. Sur la base de ce principe, se dessine concrètement, dans les propositions, l’idée de travailler systématiquement dans les projets des 50 000 logements non pas uniquement l’opération bâtie quelle que soit sa qualité d’espace et d’usage, mais également les prolongements de l’opération, espaces publics, espaces privés, fonctionnalités et services urbains : c’est la question de l’économie résidentielle associée au logement et à l’opération quelle que soit son échelle. Ce principe trouve également un point de rencontre, et c’est le deuxième trait commun aux propositions des équipes, dans l’opportunité, pour le processus 50 000 logements, de réinventer (ou simplement redécouvrir) les relations entre le logement et la nature, dans le contexte très favorable de l’agglomération bordelaise où l’élément naturel est très présent.

Ce principe peut se décliner sur l’échelle du grand paysage, où les opérations de logement pourraient « révéler » de grandes continuités naturelles et paysagères existantes ou futures (Oma, L’AUC, Chemetoff). Cela passe aussi par la reconquête d’une « campagne intérieure(1) » ou, dans une formule plus abstraite, celle de l’affirmation d’une « culture suburbia dans la ville intense(2) ». Sans oublier bien sûr l’intérêt de définir des concepts opérationnels croisant maillage des réseaux et mise en lien de centralités locales comme les « grappes »(3), particulièrement adaptées aux tissus périphériques. Cette partie révèle également un véritable point de débat, qui trouvera des prolongements par la suite : faut-il ou non que les 50 000 logements déploient une écriture urbaine et architecturale singulière dans l’agglomération, ou faut-il faire prévaloir les logiques plus situationnistes y compris en interrogeant certains coups partis ? L’un n’exclut peut-être pas l’autre...

équipe Chemetoff équipe L’AUC (3) 51N4E (1) (2)

partie2  

Habitat, transport public et nature, moteurs d’une nouvelle intensité urbaine

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you