Page 1

crise.assofxg.com

Édition du temps des fêtes

Volume 34 no 2 Décembre 2013

o DANS CETTE ÉDITION

M a i s qu ’ e s t devenu Noël ?

Réflexion sur les élections municipales Tatouages Recettes et films de Noël Homosexualité Techniques de drague Poésie anarchiste (courrier du lecteur) Bouffer dans les poubelles Nécessité des sciences humaines pour tous Les Élans, mode de vie exemplaire


PETITES ANNONCES

ERRATUM

HORAIRE DES TOURNOIS D’IMPRO Deuxième moitié de saison MERCREDI VISITEUR 22 janvier Joyeux Pyromanes Samouraï 29 janvier Ninja 5 février Vilains Pompiers 19 février Ninja 26 février Ignivômes 5 mars Samouraï Morrisses

LOCAL Ninja Haschïchïyns

CÉGEP HÔTE Garneau Lévis-Lauzon

Haschïchïyns

Lévis-Lauzon

Samouraï

Garneau

Voltavomes

Sainte-Foy

Samouraï

Garneau

Voltavomes Ninja

Sainte-Foy Garneau

L’équipe de La Crise s’excuse d’avoir confondu ses lecteurs en inscrivant dans sa première édition deux dates différentes à propos de l’Assemblée générale de l’Association étudiante. La bonne était le 14 novembre. Mais il est trop tard, duh.

La Crise avait oublié, lors de sa dernière parution, de vous rappeler que boire responsablement, c'est cool! La modération a bien meilleur goût, et pour plus de détails, le site educalcool.qc.ca offre des informations des plus pertinentes.

Le lundi 11 novembre dernier, une conférence sur le vermicompostage, organisée par le Front Vert, a eu lieu au café Oxymel. Pour plus d’informations sur ce mode de compostage, contactez le comité du Front Vert à son local ou au frontvert@assofxg.com. Tu aimerais passer à la télé, faire entendre tes idées ou tes projets qui touchent toute ta communauté ? Contacte Antoine Godin-Landry, étudiant à Garneau et journaliste à La Crise et à l’émission « Dossier Actualité », à Télé-Mag ! Revendications, bénévolat ou militantisme, peu importe : je veux réaliser des entrevues qui montrent à quel point les jeunes sont impliqués à Québec!

REMERCIEMENTS L’équipe de La Crise remercie tous ses nouveaux membres qui ont amené de la vie et des idées des plus originales pour les éditions à venir. Elle remercie ses collaborateurs : l’Association étudiante, soutien impérissable, Copies de la Capitale dont la qualité des services n’a pas tarit, et tous ceux qui ont donné de leur temps pour enrichir le contenu de cette édition et qui lui laissé des commentaires.

La Crise remercie également ses lecteurs qui, espère-t-elle, lui seront fidèles ! Elle leur souhaite un temps des fêtes des plus heureux et de profiter de leurs vacances bien méritées. Elle leur reviendra en février. Très joyeuses fêtes et bonne lecture!

Moi j’en veux pas de votre révolution si on ne peut pas y faire de karaoké! 2

(entendu dans la rue, pour vrai!)


Éditorial

Mathilde Duval-Laplante

Les vacances, les lumières des maisons qui scintillent dès que les décorations d’Halloween ont été enlevées, les mêmes chansons qui reviennent chaque année dans les lieux publics, la neige qui commence à tomber… Ce sont tous des signes annonciateurs du temps préféré de bien des gens, celui des « fêtes », des cadeaux, des partys de famille et du temps pour soi à faire du ski et à se vautrer devant un film avec un chocolat chaud.

est devenue, au fur et à mesure du déclin de la religion, un simple jour férié bien ancré dans le folklore. La messe de minuit, l’étoile ou l’ange au sommet du sapin et la crèche sous celui-ci seraient peut-être les derniers vestiges du sens religieux de Noël. La dinde, les patates pilées, la bûche trop sucrée et le Père Noël sont mis hors de toute signification sacrée. Heureusement !

Si Noël est un rassemblement familial, pourquoi ne mettons-nous pas l’accent sur les liens qui nous unissent avec les membres de notre foyer, en commençant d’abord par faire l’effort de se retrouver tous ensemble ? Préparer le repas du réveillon avec notre maman, regarder des albums photos, signer des millions de cartes de vœux avec son grand-père, se plaindre des gâteaux aux fruits confits et de l’allure louche J’aimerais parler des cadeaux. Ceux que de la farce avec les autres jeunes de la place et Un merveilleux moment dans l’année l’on demandait des mois à l’avance au gentil improviser des chansons de Noël pendant des qu’est celui-là, certes. Je ne serai cependant pas bonhomme à la barbe blanche du pôle Nord en heures auprès du feu sont aussi des cadeaux. la première à m’interroger sur le vrai sens de Noël échange de biscuits aux pépites de chocolat et d’un et desdites réjouissances qui l’accompagnent. verre de lait bien frais. Ceux que l’on offre aux êtres Je les considère bien plus significatifs Car celles-ci, au fil du temps, ont profondément chers, qu’on reçoit avec bonheur et qu’on déballe et plus près du sens véritable de Noël qui, perdu de leur essence initiale qui était de célébrer sans pitié pour l’emballeur du centre commercial. sans revenir à la fête prescrite par la religion, la naissance de Jésus-Christ. Il n’est pas question Bien que personnellement, j’aime aussi donner et procure du bonheur, de la paix et des moici de discourir sur la chrétienté (les prêtres s’en recevoir, je ne peux m’empêcher de me question- ments inoubliables avec ceux qu’on aime. chargeront à la messe de minuit) puisque je sais ner sur l’importance réelle de ces cadeaux, sur les pertinemment que la majorité d’entre vous n’en sommes parfois astronomiques qui y sont inves- Joyeux Noël, chers lecteurs et chères lectrices ! a rien à faire. Je souhaite seulement rappeler que ties et les papiers d’emballage peu écologiques. Noël était d’abord une fête religieuse et qu’elle

L’équipe de La Crise Rédactrice en chef : Mathilde Duval-Laplante Assistante à la rédaction : Eloïse Chakour Secrétaire : William Berthelot Trésorier : Maxime Blanchette Infographiste en chef : Marianne Grenier Site Internet : Félix Gingras Genest Correction : Évelyne Bessette et William Berthelot Visuel : Mélisande Charbonneau-Gravel, Lysiane Lefevbre, Camille Tremblay-Pelchat Journalistes : John-William Blackburn, Antoine Godin-Landry, Félix Gingras Genest, Joey Laflamme, Maxime Blanchette, Simone Adam, Mathilde Duval-Laplante, Eloïse Chakour, William Berthelot, Jean-Michel Athot, et Audrey-Anne Boucher.

Table des matières Calendrier...........................................................12 Courrier du lecteur............................................... 9 Dossier spécial du temps des fêtes.................... 6-7 Éditorial............................................................... 3 Élections municipales.......................................... 4 Forum Science et Société......................................5 La chronique du gars louche............................... 10 La question à 10 points....................................... 10 Les tatouages........................................................ 5 Les meilleures techniques de drague..................... 8 Le sport à Garneau.............................................. 11 Le troisième H...................................................... 8

La Crise est le journal des étudiants et étudiantes du Cégep Garneau. Il est rédigé, conçu et produit par des étudiants. Il est imprimé par Copies de la Capitale. La Crise, dans le respect des règles d’éthique d’un journalisme étudiant responsable, est libre de toute censure ou contrôle préalable de la copie. La Crise ne publiera aucun article jugé sexiste, raciste ou diffamatoire ainsi qu’aucun article ne répondant pas à certains critères de qualité. Nous invitons tous les étudiants et professeurs à participer à la rédaction du journal. Car, après tout, c’est votre journal étudiant !

3


Réflexion sur les élections municipales Joey Laflamme

Labeaume est élu par une marge de 74% par rapport au maigre 24% de Lemelin. La question se pose alors à se moment-ci : Labeaume était-il aussi invincible qu’on le dit ou alors l’opposition a-t-elle mal choisi son leader ?

desquels il nous a ramené des idées farfelues), 1 de sa vie politique. Or cette opposition nous mais bien les fonds de retraites en or des cols offre l’arrogant et caricatural personnage qu’est blancs (ce qui est un problème réel en passant). David Lemelin. Il aurait pu porter le symbole du PQ ou du PS français durant la campagne et Mais il semble que le maire se soit il aurait été impossible d’en voir la différence. déjà trouvé une sortie de secours si ça D’abord, il critique Labeaume pour avoir Une autre question intéressante se- échoue. On doit comprendre que si la « né- creusé la dette de la ville, ce qui est vrai, et rait de savoir si la naturelpromet aussi le développement le disposition de droite des transports en commun, à Québec a su charmer c’est-à-dire un tramway ainsi l’électorat de Québec. qu’un programme de réaméAu risque d’en choquer plunagement, ce qui signifie dans sieurs, Labeaume n’est pas les deux cas plus de dépenses. un maire de droite, encore moins un conservateur fiscal En bref, il a fait campagne et, sans aucun doute possipour le centre-ville et non pour ble, pas un homme d’affaires. la banlieue : le banlieusard C’est surtout un populiste au roule avec des voitures et c’est sens fort du terme, un bonila classe moyenne, celle qui menteur malhabile dont la fait rouler l’économie de la seule force politique proviville. C’était un programme ofent d’un appui puissant de fert pour ceux qui habitent au la population endormie par centre-ville. Régis Labeaume le plus vieux tour depuis avait à ce moment tout l’espace l’Empire romain, c’est-à-dire désiré pour improviser une un amphithéâtre de luxe. révolution contre les syndicats, une révolution nécessaire, mais Quand on regarde la liste de ses ac- gociation » avec le syndicat des cols blancs qui devait être menée avec un certain doigcomplissements de façon objective, on se rend n’aboutit à rien, c’est-à-dire qu’insulter gra- té que le maire ne possède pas et je devine compte qu’il a un très faible bilan. D’abord, tuitement un représentant syndical ainsi que que David Lemelin se serait comporté comon lui a accordé le mérite du Redbull crashed les syndiqués ne donne rien, on va avoir me un bon social-démocrate et aurait conice. Petit souci : c’était un événement datant droit à une hausse des taxes et il aura trouvé sulté les citoyens pour arriver à un consensus. de la mairesse Boucher. On peut toutefois lui don En langage clair, ça veut ner le mérite de ne pas dire être le bon chienavoir écouté les grinchchien des groupes de preseux du Vieux-Québec. sions et leur obéir au doigt et à l’œil, comme ça se fait Ensuite, il faut se au PQ. D’ailleurs, sa lamsouvenir de l’homme qui entable réponse au proaffirmait que la taxe mujet du ministre Gaudreau nicipale ne monterait d’imposer une voie pour pas plus que le niveau bus sur Henry IV laisse présd’inflation. Or, celui-ci ager qu’il mettra dans les n’augmente rarement aumains du gouvernement delà de 2%. Il se trouve provincial l’administration justement qu’en février de de la ville. Déjà que la l’année en cours, certains ont vu leur compte le moyen d’en faire porter l’odieux au syn- loi interdisant les lock out est un contrôle de taxe augmenter de 275%. C’est la faute dicat des employés de la ville de Québec. éhonté de l’administration des municipalités, aux syndicats, à ce qu’il paraît, et non à un le tout, avec la complicité d’un gouverneamphithéâtre de 400 millions, à un carrousel Le terrain est mis, tout est là pour per- ment souverainiste, est le comble de l’ironie. dont on n’a pas vu la couleur et à des partys mettre à un authentique conservateur fiscal de gratuits (sans compter les multiples voyages faire ce qu’avait promis Labeaume dès le jour

4


Retour sur le Forum International Science et Société Antoine Godin-Landry

La fin de semaine du 25 au 27 octobre a été très mouvementée au Cégep Garneau. En effet, deux cent cinquante jeunes se sont rassemblés lors du Forum International Science et Société, et n’allez surtout pas croire que c’était seulement pour suivre de façon bête et inintéressante des cours de sciences supplémentaires!

Quelques jours avant l’événement – tant attendu pour certains, totalement inconnu pour d’autres – M. Marcel Lafleur, directeur du Centre de Démonstrations en Sciences Physiques de Garneau et l’un des coordonnateurs du forum, semblait très enthousiaste. Il m’a expliqué combien il ne s’agissait pas de s’enterrer dans un laboratoire pour faire des sciences comme un « p’tit raton », en bon québécois. Bien au contraire, c’était une oc-

casion pour les jeunes collégiens québécois et français – d’où l’appellation « forum international » - de parler des sciences dans la société avec des chercheurs passionnés. Ainsi, ils étaient amenés à démystifier l’image populaire qu’on peut parfois avoir des scientifiques modernes (terrés dans leurs laboratoires) pour discuter avec eux de leur carrière, leur travail et leurs ambitions. Le forum, brisant cette image, encourageait les jeunes comme vous et moi à entamer dans un « parcours » scientifique. Bien que cela puisse être exigeant, il n’en demeure pas moins accessible et intéressant, voire même passionnant! Là, je vous entends déjà dire : « Ouais, les organisateurs nous disent ça, mais c’est juste pour faire de la pub ! » Au contraire, plusieurs participants pourront vous confirmer leur appréciation de l’événement. Charles Fortier, par exemple, étudie au Cégep de Sainte-Foy en sciences naturelles et songeait déjà, sans vraiment en être sûr, à devenir astrophysicien (!). Comme il le souligne : « Ça m’a sérieusement donné le

goût d’aller en recherche plus tard. C’est déjà ce que je voulais faire, mais j’avais pas mal de doutes sur le bonheur que ça m’apporterait. Mais quand j’ai vu à quel point les chercheurs étaient passionnés et enthousiastes, ça m’a donné un boost de motivation. » Il explique ce « boost » : « Les périodes étaient vraiment interactives : tout ce qu’on faisait, c’était poser nos questions, et c’était vraiment des spécialistes qui y répondaient. La discussion allait dans le sens des interrogations du monde présent. Et le meilleur, c’était la proximité que t’avais avec les scientifiques : tu pouvais juste aller les voir et leur poser tes questions aux pauses ou à n’importe quel autre moment » Plusieurs autres pourront confirmer ces impressions, Arnaud Tremblay, par exemple, étudiant au BI en sciences naturelles ici, au Cégep Garneau : « J’ai apprécié le fait de déroger du cadre théorique de ces disciplines qui nous sont enseignées à l’école pour voir de façon concrète leurs impacts sur la société : ce qu’elles apportent de bénéfique, mais aussi tous les enjeux qu’elles soulèvent. Les ateliers nous permettaient donc de voir un autre visage de la science en la rendant plus concrète et humaine. » Bref, que vous vous intéressiez déjà à la science ou non, il semble que le forum soit l’une des meilleures occasions pour s’y initier avec plaisir. À suivre dans les années futures !

Les tatouages : un geste réfléchi Audrey-Anne Boucher

Personne ne peut nier l’omniprésence des tatouages dans notre société. Nous connaissons tous plus d’une personne possédant un tatouage et peut-être en arborez-vous un vous-même. Toutefois, plusieurs oublient l’importance du caractère permanent du tatouage et se font marquer sur des coups de tête, sans vraiment prendre le temps d’y penser à deux fois et finissent par le regretter.

mise. En effet, même si c’est le plus beau tatouage qui n’a jamais été conçu, le voir à répétition lui fera perdre progressivement de son attrait. Par exemple, lorsque vous changez de photo Facebook, vous vous dites que c’est la meilleure que vous n’ayez jamais prise. Or, quelques semaines passent et, plus vous la voyez, plus elle commence à vous énerver. C’est la même chose pour un tatouage, à l’exception faite que celui-ci est permanent et qu’il vous suivra tout Comment choisir son tatouage ? Il faut, tout d’abord, au long de votre vie. Se faire tatouer quelque chose que l’image vous représente. Il faut que ce soit quelque de représentatif diminue toutefois ce problème. chose qui inspire un sentiment profond chez vous. N’oubliez pas, vous verrez cette marque jusqu’à la fin Comment choisir son tatoueur ? N’hésitez pas de vos jours ! Si le tatouage représente quelque chose à explorer différentes possibilités ! Il n’y a pas qu’un de fort à vos yeux, le voir constamment ne diminuera seul tatoueur au pays. Visitez les sites Internet et renpas sa valeur. Évitez de choisir un dessin uniquement dez-vous dans les « shops » pour discuter avec les arparce qu’il est joli ; c’est l’erreur la plus souvent com- tistes. La pire chose à faire serait de choisir le premier

venu. Choisissez-en un que vous trouvez doué et qui fera du bon travail. Même si trouver le bon tatoueur prend du temps, cela vous permettra de penser à votre tatouage et de vous assurer de votre choix. Pensez à quelque chose qui vous ressemble et avec quoi vous serez à l’aise de passer votre vie. Ne faites rien sur un coup de tête et dites-vous qu’il vaut mieux attendre un peu plutôt que de regretter plus tard. Toutefois, c’est votre corps et la décision finale vous revient !

5


DOSSIER SPÉCIAL DU

Lassés de la traditionnelle bûche et des tartes au sucre ? L’équipe de La Crise vous a déniché Douceurs croquantes au caramel quatre recettes de desserts des plus originaux et bien évidemment, des plus gourmands ! À faible coût et faciles à réaliser, ils surprendront les papilles gustatives de tout le monde. Il n’en tient qu’à INGRÉDIENTS - 1 sac de pépites de chocolat semi-sucrées vous de mettre un tablier ! - 1 sac de pépites de caramel - 1 sac de nouilles chinoises croustillantes - Papier ciré

Surprises chocolatées INGRÉDIENTS - 1 tasse de beurre d’arachides croquant - ¾ de tasse de cerises au marasquin hachées - 1 tasse de guimauves (petites ou coupées en deux)

- 4 c. à table de lait - ½ tasse de noix ou amandes écrasées

ÉTAPES 1. Faire fondre les pépites de chocolat et de caramel dans un gros bol au micro-ondes, et agiter pour former un mélange uniforme et homogène. ÉTAPES 2. Ajouter les nouilles croustillantes dans le bol. 1. Mélanger ces ingrédients dans l’ordre, puis laisser refroidir le mélange de 45 à 60 minutes au réfrigérateur. 3. Une fois que les nouilles sont complètement recou2. Après refroidissement, former des petites boules d’environ 2,5 cm de diamètre. vertes du mélange chocolaté, former et déposer des pe3. Les rouler dans le sucre en poudre, et les placer dans un plat. tites boules sur du papier ciré sur une plaque à biscuits. 4. Enfin, laisser les boules refroidir de nouveau au congélateur, une heure. 4. Placer le tout au réfrigérateur. 5. En attendant, au bain-marie, faire fondre 1 sac de pépites de chocolat mi-sucré et 6 cm X 2 cm de paraf- 5. Une fois les bouchées solidifiées, servir et déguster! fine. 6. Sortir les boules du congélateur et les tremper dans le chocolat à l’aide de deux fourchettes à fondue puis les déposer sur une plaque. 7. Replacer les boules au congélateur pour une heure, puis savourez! Petites bouchées rondelettes aux dattes INGRÉDIENTS - 1 tasse de cassonade - ½ tasse de noix ou d’amandes - 1 œuf - Noix de coco râpée

Brochettes fraîches et fruitées - 1 tasse de dattes hachées finement INGRÉDIENTS - ½ tasse de beurre - Un cantaloup mûr coupé en cubes - 2 tasses de céréales Rice Krispies - Des fraises équeutées - Zeste d’orange (facultatif) - Du chocolat (Nesquik liquide, Nutella, etc.)

ÉTAPES 1. Mélanger les cinq premiers ingrédients (et le zeste d’orange pour les amateurs) dans une poêle jusqu’à ébullition; laisser bouillir 5 minutes et retirer du feu. 2. Laisser refroidir quelques minutes et ajouter les céréales. Bien mélanger. 3. À l’aide de deux cuillères, former des petites boules du mélange et les rouler dans la noix de coco râpée. N.B. Ces petites boules sont meilleures quand elles ont été réfrigérées plusieurs heures.

6

- Des raisins lavés - De la menthe fraîche - Des bâtons à brochettes

ÉTAPES 1. Faire fondre le chocolat au micro-ondes. 2. Tremper chaque fraise dans le chocolat fondu et les déposer dans une assiette. Réserver celle-ci au réfrigérateur. 3. Une fois le chocolat durci autour des fraises, prendre un bâton et piquer les fruits dans l’ordre que vous voulez. La Crise vous propose celui-ci : Raisin – cantaloup – menthe - fraise au chocolat – menthe – cantaloup – raisin. À servir en fin de soirée : effet de fraîcheur après un excès de dinde et de patates pilées.


TEMPS DES FÊTES

CINQ FILMS CULTES DE NOËL

Le Grinch

Ce film américain réalisé en 2000 par Ron Howard raconte l’histoire du Grinch, un monstre poilu et vert qui déteste la fête de Noël et les célébrations s’y rattachant. Il s’embarque alors dans un plan machiavélique et tente de voler tous les cadeaux de Noël des enfants du village. Mais grâce à l’esprit de Noël présent dans son cœur, son plan prendra une toute autre avenue…

Réellement l’amour (Le choix de la rédac !)

Maman j’ai raté l’avion

Miracle de la 34e rue

Cette comédie anglaise réalisée en 2003 par Richard Curtis raconte le développement de 10 histoires d’amour qui évoluent en parallèle quelques mois avant les célébrations des fêtes. Autant un jeune garçon qu’un premier ministre seront foudroyés par la force de l’amour, avec les hauts et les bas que nous lui connaissons. Romantisme, surprises et plaisir !

Cette comédie réalisée par Chris Columbus en 1990 raconte les aventures rocambolesques de la famille McCallister qui doivent se rendre à Paris pour y célébrer Noël. Or, une fois à bord de l’avion, ils se rendent compte qu’ils ont oublié Kevin, le cadet de la famille, à la maison. Celui-ci devra faire preuve d’ingéniosité pour affronter les péripéties auxquelles il aura à faire face durant ces semaines.

Réalisé en 1994 par Les Mayfield, ce film est une reprise du film éponyme sorti en 1947. Celui-ci raconte les péripéties entourant le travail d’un père Noël assez particulier dans un centre commercial qui tente de convaincre ses deux filles qu’il est le vrai père Noël. Rires assurés !

Sur les traces du Père Noël 2 Ce film réalisé en 2002 par Michael Lembeck est le deuxième volet d’une trilogie sur les aventures d’un homme devenu malgré lui le Père Noël. Dans ce film, celui-ci apprend qu’il doit absolument marier une « mère Noël » avant la prochaine veille de Noël, sans quoi il devra quitter son poste de Père Noël pour toujours. Un film plein de rebondissements et à l’univers magique.

Un conte de Noël Simone Adam

Le père de Rodolphe fut fort étonné lorsqu’il la vit sortir du ventre de sa mère. Ce qu’il méprit tout d’abord pour le sang de sa femme, c’était bel et bien la tignasse flamboyante de son enfant. Génétiquement parlant, difficile d’expliquer comment deux parents aux cheveux bruns ont réussi à donner naissance à une petite fille aux cheveux rouges. D’ailleurs, le père de Rodolphe est encore aujourd’hui convaincu de l’infidélité de sa femme.

William Berthelot

à se décomposer), pendant que les plus coquins, lecteurs assidus de La Crise, mettaient à l’épreuve ce fameux palmarès des 18 meilleurs endroits où faire l’amour dans le Cégep, et pendant que les plus sages, procrastinant dans la Salle des Pas Perdus, envisageaient la possibilité de commencer leurs devoirs, la pauvre Rodolphe, extraterrestre à la vie étudiante du Cégep Garneau, passait son temps seule. Rejetée par ses pairs, isolée dans son isoloir, elle dérivait des fonctions à la bibliothèque.

Parce qu’aller au paradis (si paradis il y a), c’est mourir. Et comme je ne désire pas ruiner votre journée avec une fin aussi déprimante que le serait la mort de Rodolphe, la fée tua plutôt tous ceux qui osaient critiquer sa chevelure, et Rodolphe se retrouva seule au monde. Elle vécut heureuse mais n’eut pas beaucoup d’enfants (faute de partenaire).

Dix-sept années passèrent. Si la crinière écarlate de Rodolphe fit fureur pendant le Un jour, épuisée par des heures et « Printemps érable », on commença à se moquer des heures de travail, Rodolphe fondit en de ce caractère marginal à son arrivée au Cégep. larmes dans son livre de mathématiques.

Non. En fait, ce n’est pas vraiment ça qui est arrivé. La fée, bien sûr, n’est jamais venue. Mais, après avoir pleuré un bon coup, Rodolphe s’est ressaisie, et enfin, elle a osé aller déclarer son amour à sa jolie partenaire de laboratoire.

Pendant que les jeunes de son âge paraissaient tasse de café à la main à l’Oxymel (ou dépensaient un dollar de plus pour un verre en styromousse du Bistro Garneau qui mettra mille ans

« Une fée qui l’entendit Pleurer dans le noir Pour la consoler lui dit : Ne viens surtout pas au paradis ce soir. »

...

7


Le troisième H

On finit par partir ailleurs pour commencer une nouvelle vie, une nouvelle vie de bonheur. Après quelques mois passés dans ta nouvelle Honte : n.f. Sentiment d’humiliation provovie, tu réalises que tout ce que tu as quitté qué par une faute commise par la crainte du était également ce qui te rendait heureux, tu déshonneur ; confusion. ne réalisais pas que le bonheur était présent dans ta vie, que tu te renfermais seulement Honneur : n.m. Ensemble de principe qui controp sur le fait que tu étais différent. Mainsiste à mériter l’estime de soi et des autres. tenant tu te retrouves seul, dans une nouÀ tous ceux qui ont honte d’avoir de l’honneur, velle ville et toujours différent, mais encore moins heureux puisque le peu de bonheur À l’adolescence, ce sont sûrement les deux sen- que tu éprouvais est demeuré derrière toi. timents qui se bousculent le plus dans notre vie. Vouloir entrer dans le moule afin de ne pas être Quand tu regardes vers l’avenir, il y a différents, c’est souvent ce que nous essayons un flou, rien ne se dessine réellement dede faire lors de notre passage à l’école secon- vant tes yeux. Tu te demandes constamment daire. Souvent, nous perdons notre honneur et si ta différence n’affectera pas trop ta vie. souvent nous avons honte. Et quand nous com- Et puis un jour, tu comprends qu’être homoprenons que nous sommes différents, la honte, sexuel, ça fait partie de la vie, ça fait partie la colère, la rage et souvent l’incompréhension de ta vie. C’est qui tu es, qui tu deviendras. de la situation s’entremêlent dans notre tête. Et c’est souvent quand tu essaies d’oublier que tu aimes les personnes du même sexe Un jour, on finit par comprendre que que toi, que tu oublies que pour être heujamais nous ne serons « normaux ». On finit reux, il faut seulement être soi-même. par en vouloir au monde entier parce qu’on n’est pas heureux, on pense qu’on ne sera Donc, à tous les homosexjamais heureux. Et c’est alors qu’on a honte uels, soyez qui vous êtes. Soyez fiers, et de nous, honte de qui nous sommes et honte n’ayez pas honte d’avoir de l’honneur. de qui nous ne serons jamais. On prend des décisions sur des coups de tête dans l’espoir de retrouver le bonheur perdu en chemin. Un gars qui aime les gars parmi tant d’autres

Maxime H.

Sur le même thème… LA VIE D’ADÈLE Un film d’Abdellatif Kechiche, avec Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos. À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve... Librement inspiré de Le Bleu est une couleur chaude de Julie Maroch. Le film a remporté la Palme d’Or au Festival de Cannes 2013. Présentement en salles !

Les meilleures techniques de drague John-William Blackburn

8

- Hey belle demoiselle, t’aurais pas 2$ que j’te On le sait tous, la drague, ce n’est pas pour tout paie un café ? » le monde. Plusieurs d’entre nous ont de la dif- - Un coup de main madame ? ficulté à aborder la personne de leur choix et Nan ? Alors un coup de rein ? c’est tout à fait normal. Cependant, c’est peutêtre parce que vous ne vous êtes jamais infor- Pour les hommes, il n’y a pas de réel més des meilleures techniques de drague, je me démarche à suivre. Soyez naturels et glissez trompe ? Eh bien, j’ai pensé à vous. Tu veux que quelques-unes de ces phrases dans vos disles femmes tombent à tes pieds ? Tu veux que cussions. Vous verrez, effet garanti ! Positif ou les jolis garçons viennent chanter sous ta fenêtre négatif, peu importe, tant qu’il y a un effet ! alors qu’il fait -40 degrés cet hiver ? Alors cet article est pour toi ! Et le meilleur temps pour le Au tour de mesdames maintenant ! mettre en pratique, c’est pendant les vacances. J’imagine que vous vous en doutez, rares sont les phrases typiques pour aborder les hommes. Il y en Si vous avez à jouer les séducteurs, mesa bien quelques-unes telles que : « T’as d’beaux sieurs, ces phrases ne pourront que faire fondre yeux tu sais ? » ou « Que manges-tu pour être vos conquêtes : aussi beau bonhomme ? », mais rien ne vaut une bonne démarche de drague. Cela va comme suit : - Ton père travaille à Nintendo, si j’en crois ton corps de DS. 1- Fixe ta « cible » pendant trois secondes, - Si tu étais un sandwich au McDo, tu serais sûre- puis mordille-toi les lèvres et baisse le regard. ment le Mc-nifique. 2- Approche-toi lentement de lui, noncha- Hey Mademoiselle, tu t’appelles Google ? Car en lamment, en faisant comme si de rien était. toi, je trouve tout ce que je recherche. 3- Arrivée près de lui, fais semblant de trébu-

cher, histoire qu’il t’aide à te relever (s’il ne le fait pas, il n’est pas le bon, change d’homme). 4- Lorsqu’il t’a aidée, commence à lui parler de tout et de rien après l’avoir remercié. 5- Approche-toi lentement de son cou et commence à humer activement son odeur, pour bien t’imprégner de sa personne. 6Saute-lui dans les bras. 7- Commence à lui mordiller le lobe d’oreille (pas trop fort, il ne faut pas le lui arracher !) 8- Fais de petits grognements, de préférence se rapprochant à celui du gorille d’Amazonie. 9- Regarde s’il te tient toujours dans ses bras. 10- Si la réponse est oui, c’est que c’est le bon et que, peu importe ce que tu feras ou comment tu iras, il te gardera dans ses bras. Pas mal n’est-ce pas ? Bien sûr, c’est à prendre au deuxième degré. Je vous laisse quand même aller tester vos nouveaux atouts dans cette jungle qu’est Garneau et vous souhaite de trouver chaussure à votre pied (et surtout de ne pas prendre un coup de pied) !


Per capita

Courrier du lecteur

Thee Efbe

Ils arment un hydre et le lâchent Pour qu’il nous dévore Les débris longent l’allée Épuisé-es ce soir on boit le sablier

Le courrier du lecteur est une plateforme libre mise à la disposition de tous sur le site internet de La Crise (crise.assofxg.com). Tout le monde peut envoyer un commentaire ou du contenu, peu importe sa forme, qui pourra être publié dans la prochaine édition du journal.

Le droit de « chialer »

Car le cidre à nos gueules Est moins lourd que la corde À nos cous L’éthylisme un remède moins cher que tous les bandages Qu’il faudra pour nous guérir et célébrer le deuil De leur bête à cent douzaines de têtes Qui nous gruge Partout à pleine gorge

Parce que je refuse d’encastrer ma pensée et de me percer un crochet au coeur.

Des gens lui foutent des froufrous Pour ne plus remarquer les plaies ouvertes Et rognent ses têtes Réforme après réforme Nul ne cautérise Alors on s’entre-entaille sans cesse Dans les coupes de sang du banquet où l’élite fête

Les curés médiatiques font les portraits de l’un et de l’autre, Pour que l’on choisisse entre l’hostie et le calice. Ils les présentent sur des vitraux, ou par des vagues psaumes Pour dissimuler leur désir de domination.

D’autres décapitent à la racine Pour faucher et cramer pour de bon L’essence même du monstre moribond Leurs rangs grimpent Un grand soir, elles et ils marcheront par milliards Ensemble, elles et ils niqueront le cauchemar Région par région Jusqu’à cette terre de glace Qui peu à peu fond Là, sa dernière tête sera tranchée Et si Hercule se présente pour mener seul les hordes au front Elles et ils le zigouilleront lui aussi Pour qu’il ne prenne pas la place de l’autre Et si la haute classe tente de réanimer la calamité Chez elle, elles et ils hacheront la coupe à blanc Coupe à blanc Et nous Plus libres que la brise Et nous aurons toutes et tous le temps Et nous aurons toutes et tous autant

Thee Efbe

Je lance ma voix partout sauf dans les urnes Parce que cette démocratie n’est plus qu’une religion. Les gens prêchent leur sain droit de vote, On est si fier de l’avoir qu’on se le baptise sans comprendre pourquoi.

Vous vous sentez pas crucifié-es? Moi oui et ça m’enrage. Je refuse de signer tous mes choix politiques. Je refuse de signer mon manifeste contre la misère, ma haine vis-à-vis de l’asphyxie pétrolière et l’empalement d’une fausse démocratie Avec deux traits dans une case. Je n’irai pas voter pour démontrer aux députés que moi je m’en Christ pas, Et leur demander de pas trop nous faire mal. Je ne les prierai pas de nous faire l’Inquisition avec délicatesse. Une croix dans une case c’est ma mise à mort. Principes ou pas, les concertations nous écraseront Plus sauvagement que les lois matraques, Car on ne pourra plus mobiliser, quand tout le monde prendra ses cicatrices pour des taches. Cette mise en scène est un culte auquel je refuse de croire. Foutez un crochet sur ce déchet, vous foutrez une corde à votre cou. Je vous demande de vous rendre compte que vous donnez votre voix à une saignée plus discrète.

9


La chronique du gars louche : le fond de vos plateaux

Au Cégep Garneau, il n’y a pas que la police qui fouille dans les poubelles... certaines étudiantes et certains étudiants le font aussi. Seule différence : l’une cherche des bombes, les autres cherchent de la bouffe. Ben oui toi, manger dans les poubelles! Moi-même, le jour où j’ai compris que je pouvais vivre des déchets des autres, ma vie de jeune homme blanc nord-américain fut révolutionnée. C’est quand même la situation de plusieurs millions de personnes à travers le monde, hein! Tristan, étudiant de quatrième session, est un habitué des racks de la cafétéria : chaque jour, ni boîte à lunch ni facture, il trouve le moyen de bien manger à travers vos restants. Pommes, salades, barres tendres, frites, riz, légumes, macaronis, morceaux de viande, mix du randonneur, framboises, fromage… De tout, je vous le jure : « Parfois je tends mon bras dans les nouveaux trous de compost,

Félix Gingras Genest

je ramasse un fruit, je le lave des deux-trois Tristan me confirme les regards qui pâtes collées dessus, et je le mange. À chaque pèsent lourdement quand on joue au raton fois je me dis, criss, quelqu’un a jeté ça! » laveur : « Les gens ne comprennent pas ce que je fais, ils voient du monde partir avec Moi-même, vos desserts, je les traque. des déchets. » Sauf que c’est de la nourriture, Parfois, j’ai faim, je ne trouve plus ma carte souvent encore chaude. « J’aime ça quand débit, mais je trouve moyen de manger même que les gens me voient et me trouvent jusqu’à quatre morceaux de gâteau, de bizarre, j’ai l’espoir que ça bouscule leur poudding chômeur, de bûche de Noël… confort et les fasse réfléchir. » Autant le Une fois, pendant une rencontre trop longue gaspillage alimentaire le répugne, autant il en après l’école, mon amie Lorena est allée tire un profit intéressant. Il réfléchit à haute vérifier s’il n’y avait pas un trésor quelque voix : « Mais à la base on ne devrait pas part pour calmer mes gargouillements. Dans avoir à payer pour manger », qu’il conclut. la Salle des Pas perdus, quelques tours de main dans les poubelles et sur les tables Combien de gratuivores parcourent nos ont donné un résultat hallucinant : deux corridors? C’est difficile à dire, mais on est sandwichs intacts, des jujubes en quantité probablement plus que dix. On peut à coup sûr industrielle, deux yogourts, une pomme, une constater, en tout cas, de plus en plus d’adeptes canette de Pepsi et deux canisses de jus. On du dumpster diving dans les poubelles des cherchait de la bouffe pour moi, finalement épiceries et autres boulangeries de Québec. on a nourri quatre personnes avec ce magot.

La question à 10 points

Eloïse Chakour

Pourquoi est-il important pour un étudiant en sciences, de faire des cours de philosophie et des cours complémentaires en sciences humaines, alors qu’il a la certitude qu’il ne veut pas travailler dans ces domaines? (Question sur 10 points) Hummmmmm … On y pense et on tente une réponse. Tout d’abord, c’est important pour la culture générale de l’individu en question, car avant tout, l’étudiant est un humain et doit apprendre à vivre en société (3 points d’amassés). On est content, la phrase sonne « intelligente », le professeur va certainement apprécier. C’est aussi important pour son développement personnel (3 autres points). À ce stade, on se réjouit, on sait que l’on passera, mais la réponse complète (et le 10/10 tant convoité) est toujours à quelques lignes et nous échappe. Après quelques instants de profonde réflexion et quelques minutes perdues à observer la mouche qui se promène depuis quelques minutes on revient à la réalité et on tente une troisième phrase. En fait, selon Albert Einstein, « l’éducation doit viser à former des individus autonomes dans leurs pensées et leurs actions », et non des ro-

10

bots qui ne savent qu’appliquer ce qu’on leur a appris. On doit donc veiller à une éducation complète qui fera des gens polyvalents. Citer Einstein, ça ne peut certainement pas nuire …

non, son produit sera mal reçu. Il aura aussi dû réfléchir à la manière dont l’objet sera utilisé et les dangers potentiels autant sociaux que physiques. Pensons seulement à l’équipe du « Projet Manhattan », qui a probablement regretté Allons-y maintenant avec l’autre idée, leur participation à la création d’un engin celle dont on n’est pas tout à fait convaincu. ayant créé un désastre social aussi important. Nous-même, étudiant en sciences, croire Encore une fois, c’est banal, mais efficace. pleinement en ce que l’on s’apprête à écrire semble parfois difficile, surtout pendant la fin On s’encourage, on se dit qu’on achève du cours de philosophie le vendredi après- bientôt. Enfin (effectivement, enfin !)… On ne midi, vers 15h30. Mais on se lance tout de sait pas exactement comment conclure, mais il même: Par contre, les sciences humaines ont faut bien le faire On cherche... Voilà ! Enfin, le aussi leur place dans le travail d’un scienti- futur scientifique doit avoir une connaissance fique. Il suffit de penser à l’éthique, qui occupe de base en sciences humaines pour avoir une une place centrale dans la vie du chercheur. meilleure vision de son travail. Parfois, il est imImpossible pour celui qui aspire travailler sur portant de regarder un problème de plusieurs le clonage humain d’affirmer que l’éthique ne angles différent, et en ayant la vision plutôt « lui servira pas. Exemple évident, mais efficace. humaine » ainsi que la vision davantage « objective » scientifique, ce dernier peut mieux On songe à trouver quelque chose de plus considérer et évaluer la situation à laquelle il original, mais on abandonne le projet après un fait face. Ouf ! C’est fait. On admet que la fin bref coup d’oeil en direction de l’horloge. Tant est peut-être un peu boiteuse, mais elle fera pis. De plus, il y a la question plus utilitaire. l’affaire. On a perdu le compte des points, on Je m’explique. Lorsqu’un nouveau produit est n’a pas la certitude, mais on se convainc plus mis sur le marché, le scientifique l’ayant dével- ou moins qu’on se rendra peut-être au 9/10. oppé se doit de bien le présenter au public, si-


Le sport à Garneau, un mode de vie exemplaire ! Un début d’année impeccable pour les Élans

Jean-Michel Athot

Les Élans du cégep Garneau, c’est trois cent cinquante étudiantsathlètes répartis dans seize équipes sportives. C’est grâce aux quatre-vingt-dix titres régionaux, soixante-deux titres provinciaux et quinze titres canadiens remportés par les Élans que Garneau s’est classé au plus haut niveau du prestigieux palmarès des meilleures équipes sportives collégiennes. De plus, il fait partie des dix meilleures institutions sportives au Canada. Et comme d’habitude, la saison 2013-2014 commence en force !

Le cross-country est un sport qui demande une capacité cardiorespiratoire et un mental d’acier. C,est de façon exceptionnelle qu’Aurélie Dubé-Lavoie, Maggie Proulx et Ilrick Duhamel en ont fait preuve durant la dernière compétition de cross-country de l’année, qui avait lieu à Sherbrooke. C’est là qu’Aurélie Dubé-Lavoie a remporté l’or, que Maggie Proulx a terminé sixième et qu’Ilrick Duhamel a terminé au dixième rang. C’est avec une fiche de quatre victoires et aucune défaite que la première division de l’équipe féminine de volley-ball amorce la saison, possédant déjà neuf titres canadiens et quatorze titres provinciaux. La seconde division de l’équipe féminine a déjà récolté quatre victoires et aucune défaite dès les premiers tournois de la saison. La troisième équipe masculine de basketball, quant à elle, commence en feu la saison en remportant trois parties. De plus, la seconde équipe de badminton a terminé au deuxième rang à leur première compétition, remportant quatre victoires. C’est l’une des meilleures performances depuis les dernières années !

L’heure est aux honneurs : les athlètes de la première division de l’équipe féminine de soccer ont d’abord reçu la médaille d’argent au championnat canadien. Puis ce fut le tour de Mélissa Roy (F.Div.1), Joëlle Gosselin (F.Div.1) et Yoann Fellrath (M.Div.1) de recevoir le titre d’athlètes pancanadiens par excellence 2013. Ils ont aussi été nommés l’équipe d’étoiles pancanadienne 2013. De plus, pour une deuxième année consécutive, les athlètes de la deuxième division de l’équipe féminine ont remporté la médaille d’or au championnat provincial féminin 2013, en plus de la performance spectaculaire de la gardienne Catherine Villeneuve qui a été nommée par deux fois joueuse par excellence du championnat. Pour terminer, on souhaite l’excellence à tous les Élans pour la suite et on tient à féliciter tous les athlètes qui ont représenté le cégep Garneau avec fierté durant la saison.

11


CALENDRIER Janvier 1 : Journée internationale de la paix Jour de l’An 6 : Épiphanie 20 : Début de la session d’hiver Jour de Martin Luther King 23 : Lancement de la saison culturelle (socioculturel) 31 : Début du Grand Carnaval de Québec

Février 1 : Spectacle de variété au profit de la Fondation Rêves d’enfants (socioculturel) 4 : Journée mondiale contre le cancer 6 : Journée mondiale sans téléphone portable 12 et 13 : Cabaret show (socioculturel) 14 : Saint-Valentin 16 : Fin du Grand Carnaval de Québec

Voici un labyrinthe qui illustre l’issue de la période d’examens. À vous d’en trouver la solution!

L’équipe de La Crise vous souhaite de joyeuses Fêtes!

Journal La Crise - Décembre 2013  

Journal étudiant du Cégep Garneau - crise.assofxg.com

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you