Page 1

Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:15 PM Page 1


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:31 PM Page 2

MESSAGE DU PRÉSIDENT SOMMAIRE

La Coop Novago, le début des travaux

Message du président Message du président - Novago Mot du directeur général Tournoi de golf et défi vélo de Profid’Or Expo Rive-Nord Exposition agricole du Témiscamingue Chronique végétale Chronique en agriculture durable Chronique en production porcine Chronique bovine Chronique avicole Publicité végétale

2 3 4 5 7 9 12 13 14 16 19 20

Courriel : coop@profidor.qc.ca Site web : profidor.qc.ca Blogue : coopprofidor.wordpress.com Facebook.com/lacoopprofidor JOLIETTE L’ASSOMPTION ST-LIN ST-BENOIT ST-JACQUES

450 759-4041 450 589-2221 450 439-2018 450 258-3111 450 839-3642

| 1-800-363-1768 | 1-800-925-2667 | 1-877-439-3878 | 1-800-363-8648

LE PROGRÈS est une publication de : Profid’Or, coopérative agricole Éditeur :

Jacques LeBlanc, poste 362

Adjointe :

Mireille Bilodeau

Chroniqueurs : Stéphane Payette Jean-Pierre Aumont François Lefebvre Pierre-Luc Brouillette Jacques LeBlanc Graphisme :

Imagine Design

Tirage :

2000 copies

Le genre masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d’alléger le texte.

Chers membres, clients et employés, Vous avez sans doute déjà obtenu l’information que les membres de La Coop Profid’Or et des trois autres coopératives ont voté pour la réalisation de la fusion qui créera La Coop Novago. C’est un projet majeur et d’avenir pour notre coopérative. Nous croyons que la décision que les membres ont prise sera tout aussi bénéfique que celle de 2001. Pour rafraîchir la mémoire de certains et l’expliquer à ceux qui ne connaissent pas cette histoire, dans les années 1990, La Coop Profid’Or était un centre agricole coopératif (CAC). Ce qui veut dire que notre coopérative avait des difficultés financières et était sous la tutelle de La Coop fédérée. Les membres du conseil d’administration, dont je faisais partie, ont jugé qu’il serait plus avantageux pour nos membres que notre coopérative redevienne autonome. Ce retour à l’autonomie s’est réalisé en 2001 et nous pouvons affirmer que nous avons eu raison. En effet, en 16 ans, le chiffre d’affaires de notre coopérative a plus que doublé et nous offrons des services et produits adaptés aux besoins des producteurs. Je suis convaincu que nous nous retrouvons aujourd’hui devant une décision comparable. L’introduction de la robotique à la ferme, le commerce en ligne et l’enjeu des ressources humaines ont et auront une influence de plus en plus grande sur nos méthodes en entreprise et il est nécessaire d’amorcer une adaptation de notre coopérative. Le projet que nous créerons avec La Coop Novago nous permettra de réaliser ces objectifs. J’ai proposé à M. Jean-Nil Laganière, président de La Coop Novago, de s’adresser à vous. Vous retrouverez donc son message à la page suivante. J’en profite également pour vous présenter les administrateurs composant le conseil d’administration de La Coop Novago. COOP d’origine Univert Profid’Or Agrivert Agrodor Profid’Or Agrivert Agrodor Profid’Or Profid’Or Profid’Or Profid’Or Profid’Or Univert Univert Profid’Or Univert

Nom et prénom Jean-Nil Laganière Robert Perreault François Drainville Harry Reber David Mercier Michel Désy Brian Maloney Claude Rivest Isabelle Bastien-Barrette Luc Forget Sébastien Maheux Yvon Landreville Benoît Massicotte Cathy Fraser Sylvain Baril Stéphane Leclerc

Robert Perreault, président

Poste Président 1er V-Président 2e V-Président Administrateur délégué Administrateur délégué Administrateur Administrateur Administrateur Administrateur Administrateur Administrateur Administrateur Administrateur Administrateur Observateur Observateur


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:31 PM Page 3

MESSAGE DU PRÉSIDENT | NOVAGO Chers membres de La Coop Profid’Or, C’est avec grand bonheur que je m’adresse à vous pour la première fois à titre de président de La Coop Novago, et je remercie d’ailleurs monsieur Perreault de me permettre de vous écrire aujourd’hui. En effet, c’est avec honneur et humilité que j’ai accepté la présidence de votre future coopérative, tâche qui m’a été confiée par mes collègues administrateurs. Producteur laitier de métier, je suis impliqué en coopération agricole depuis maintenant 24 ans, dont quatre ans à titre de président de La Coop Univert. Entre autres, j’ai eu la chance de participer à la fusion de cette coopérative en 2010, ce qui me donne une expérience qui sera, je l’espère, bénéfique dans la création de La Coop Novago. Ceux qui me connaissent vous le diront : comme président, je privilégie une approche gagnant-gagnant et des discussions franches, mais respectueuses, ayant toujours le membre au cœur de nos réflexions. Je crois sincèrement aux bénéfices du modèle coopératif, de même qu’en la force de notre réseau, particulièrement dans un domaine en perpétuelle évolution comme l’agriculture. Pour moi, les valeurs coopératives sont fondamentales : prise en charge, responsabilité, démocratie, égalité, équité et solidarité sont des principes uniques à notre modèle d’affaires qui doivent dicter notre conduite, toujours au bénéfice de nos membres et nos usagers. En tant que président, mon rôle sera de maintenir la cohésion entre le conseil d’administration et la direction, ainsi que d’entretenir la dynamique du conseil et d’assurer que celui-ci rempli son rôle de façon efficace et diligente. Vous vous en doutez, beaucoup de travail nous attend dans les prochains mois, alors qu’il faudra bâtir les assises de cette nouvelle coopérative pour créer un fleuron agricole dont vous serez fiers.

«»

D’ailleurs, quand je pense à tout le chemin parcouru pour arriver à la concrétisation de ce projet, le mot qui me vient en tête, c’est justement la fierté. Fierté de voir ce projet d’envergure prendre vie aussi rapidement. Cela n’aurait pas été possible sans la collaboration, l’ouverture et l’esprit d’équipe de mes collègues administrateurs et de leurs conseils. Dès les premières discussions, j’ai pu constater une volonté forte pour que le projet voit le jour, et cela s’est reflété jusqu’aux assemblées générales extraordinaires de chacune des coopératives. Fierté de constater que nos membres croient en nous et en notre projet. Avec un taux d’acceptation des membres de plus de 85 % dans chacune de nos coopératives, vous nous avez lancé un message fort sur votre adhésion à La Coop Novago. Nos membres sont proactifs, visionnaires et ils veulent que ça marche : nous travaillerons fort pour vous donner raison et même dépasser vos attentes. Fierté de voir nos employés adhérer au projet, même s’ils savent que cela chambardera leur routine et leur environnement de travail. Nos ressources humaines sont notre plus grande richesse : nous sommes chanceux de pouvoir compter sur des personnes qualifiées, motivées et fidèles qui contribueront au succès futur de La Coop Novago. Ce qui m’a séduit dans les premières discussions avec nos collaborateurs sur la fusion, c’était le fait de partir d’une feuille blanche et de créer quelque chose de nouveau, un projet rassembleur où chaque coopérative pourrait apporter sa couleur. Aujourd’hui, c’est à nous d’écrire le premier chapitre de La Coop Novago!

Jean-Nil Laganière, président de La Coop Novago

PORTRAIT DE LA FERME FANICO • Achat non-apparenté de la ferme en 1989

• 92 kg de quota de lait détenu

• 77 hectares cultivés

Les actionnaires sont Jean-Nil Laganière et sa femme Francine Ghielen, de même que leur fille Sonia, qui est la relève identifiée pour la ferme et qui travaille également à titre d’experte-conseil à La Coop Univert.

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

3


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:58 PM Page 4

MOT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Pour la période de huit mois terminée le 31 juillet 2017, La Coop Profid’Or affiche un excédent d’exercice de 8,7 M$, comparativement à 4 M $ pour la même période l’an passé. Cette hausse s’explique par l’augmentation des résultats au sein de l’ensemble de nos secteurs d’activités, mais surtout par une ristourne versée par La Coop fédérée beaucoup plus élevée qu’à l’exercice précédent. Si la tendance se maintient, les résultats de fin d’année devraient être conformes sinon supérieurs à nos attentes. Au sein de votre Coop, le projet de consolidation des coopératives de la Rive-Nord bat son plein. Faisons un bref rappel des évènements. D’abord, suite au constat que la majorité des petites et moyennes coopératives du réseau avait un résultat opérationnel (résultat avant ristourne) négatif, un exercice de réflexion fut initié par les coopératives et La Coop fédérée afin de pallier cette situation. De là est né le projet Vision 2020. Cette initiative avait pour but de revoir le modèle d’affaires du réseau et de définir ensemble notre propre avenir.

Rappel des principaux évènements

«»

• 17 août 2016 : dépôt du projet Vision 2020 lors de l’assemblée semestrielle de La Coop fédérée. • Novembre 2016 : première rencontre des élus des coopératives de la Rive-Nord pour sonder l’intérêt d’un futur regroupement. • Décembre 2016 à février 2017 : plusieurs travaux de réflexion réalisés par les conseils des différentes coopératives impliquées dans le regroupement. • 3 mars 2017 : 1re rencontre de travail entre les coopératives pour évaluer la faisabilité d’un tel projet (discussions des enjeux politiques). • 3 avril 2017 : 2e rencontre de travail… poursuite des discussions. • 11 avril 2017 : 3e rencontre de travail avec tous les administrateurs des coopératives impliquées. Un « go » est donné au projet de fusion. • 4 juillet 2017, la dernière AGE vient confirmer que l’ensemble des membres des coopératives sont pour le projet de fusion à plus de 85 %.

Pourquoi fusionner? L'objectif ultime est d'assurer la pérennité de la coopérative et le maintien des services de qualité aux membres (rentabilité, personnel compétent, équipements et infrastructures de qualité). Par la masse critique générée par la naissance de La Coop Novago, formée des coopératives Agrivert, Agrodor, Profid’Or et Univert, – toutes en saine santé financière –, des économies d’exploitation et d’administration substantielles peuvent être réalisées. Nous pourrons offrir de nouveaux services, ajouter de nouvelles compétences et adapter la structure au besoin de l’organisation. Sans cette croissance amenée par la fusion, nous ne pourrions, en raison des coûts, combler nos besoins grandissants en main-d’œuvre. Le chiffre d’affaires de Novago sera de plus de 325 millions avec un actif de 150 millions et un avoir net de 80 millions. Le nombre d’employés avoisinera les 600 et le nombre de sociétaires dépassera les 2500. Soyez assuré que la formation de La coop Novago a comme but d’assurer à ses membres un service de qualité et la pérennité de l’entreprise dans l’intérêt des producteurs.

André Langlois, agronome Directeur général

4

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:31 PM Page 5

TOURNOI DE GOLF ET DÉFI VÉLO DE PROFID’OR

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

5


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:32 PM Page 6

6

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:32 PM Page 7

EXPO RIVE NORD

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

7


Crédit photos : Mélanie Emond, photographe

Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:32 PM Page 8

8

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:32 PM Page 9

Exposition agricole du Témiscamingue

Slamville Fever Christy, de la Ferme Lafond, propriété de Benoit Lafond et Karine Bougie, a remporté le titre de Grande championne.

C’est avec un immense plaisir que l’équipe de La Coop Profid'Or a pris part aux festivités de l'exposition de SaintBruno-de-Guigues, du 2 au 4 juin dernier. Plusieurs activités étaient au rendez-vous, comme l’exposition de tracteurs antiques, les tirs de chevaux lourds, de VTT, de tracteurs et même de tracteurs antiques! Une mini-ferme était également aménagée sur le site, comprenant divers animaux miniatures et peu connus, ainsi que plusieurs oiseaux plus colorés les uns que les autres. Le samedi soir, les gens étaient conviés à un délicieux repas méchoui de porc et de bœuf, accompagné de deux saveurs de cidre de pomme, une fabrication régionale du Verger des tourterelles, situé à Duhamel-Ouest.

Par Claudia Beaulieu Stagiaire à la représentation

façon de maîtriser et de parader leurs animaux. Malgré que la juge invitée ait eu un empêchement hors de contrôle la veille des événements, l’organisation du festival a rapidement trouvé un autre juge quelques heures avant le concours, soit le juge M. Ray VanDer Wielen. Une chose est certaine, les efforts et le travail constant de l’équipe La Coop pour mettre en valeur les vaches ont porté fruit. Une de leurs protégées, Slamville Fever Christy, de la Ferme Lafond, propriété de Benoit Lafond et Karine Bougie, a remporté le titre de Grande championne ainsi que celui du meilleur pis. Le juge a de plus souligné le fait que ce dernier était bien balancé et particulièrement veiné à l’arrière, reflet d’une capacité laitière impressionnante. Toujours selon M. VanDer Wielen, la gagnante possède une belle ossature, une ouverture des côtes souhaitable ainsi qu’un dos et des pieds et membres droits. La vache de 5 ans compte cinq lactations et des indices génétiques améliorateurs pour le lait, le gras et la protéine. Celle-ci a d’ailleurs défié les prédictions en décrochant le grand prix avec une classification à la ferme de 87 %! Enfin, c’est dans la bonne humeur et l’entraide que les activités de la 46 exposition agricole du Témiscamingue se sont déroulées. Plusieurs familles, visiteurs, exposants et travailleurs étaient présents pour les festivités à SaintBruno et les gens sont repartis ravis de leur fin de semaine. L'équipe de La Coop Profid'Or se fera d'ailleurs une joie de vous revoir, avec votre enthousiasme habituel, lors de la prochaine exposition en Abitibi à la fin du mois d'août.

Pour ce qui est de l’exposition, La Coop Profid’Or a pris soin des animaux qui lui étaient confiés pour toute la durée des festivités. Lison Côté, responsable du clippage des animaux, a effectué un travail particulièrement méticuleux et réussi. Laurie Lalancette, experte-conseil et Claudia Beaulieu, étudiante à l’Université Laval et stagiaire à la représentation, ont toutes deux traité les vaches « aux petits oignons » en s’affairant à les laver, les brosser, les alimenter en s’assurant que chacune mange bien. Bien entendu, le plus important étant de garder leur lit propre et sec et de veiller à ce que les animaux restent impeccables, tout en effectuant la surveillance de nuit. Jugées par Ray VanDer Wielen, les expositions d’animaux ont débuté avec les jeunes éleveurs et leur génisse. À cette fin, une formation leur était offerte la veille afin de peaufiner la

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

9


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:33 PM Page 10

Prenez la relève

Desjar Desjardins dins Entreprises Entreprises Lanaudièr Lanaudière e

275, 275, rue Beaudry Nor Nord, d, Joliett Joliette e 450 450 756-0999 756-0999 • 1 888 9 959-1159 59--11159

Sylvain Sylvain P Poirier, oirier, agr. agrr. Directeur, Directeur, développement développement des affaires affaires Poste Poste 7001719 7001719

Sylvie Campeau, agr.. S ylvie C ampeau, agr P Poste oste 77001703 001703

Vincent Houle,, agr agr.. V incent Houle P Poste oste 77001442 001442

Patric Ménard, agr.. P atric Ménar d, agr Poste P oste 77001715 001715

Ale Alexandre xandre P Payette ayette P Poste oste 70 7001439 01439

Jean-Luc Petit, Petit, agr agr. r. Poste P oste 77001459 001459

Raymond, agr. Martine R aymond, agr r. Poste P oste 77001721 001721

Hélène St-Louis, St-Louis, agr. agr. M.B.A. M.B.A. P Poste oste 77001484 001484


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:33 PM Page 11

Comptez sur les conseils de notre équipe spécialisée en agriculture et en transfert d’entreprise. desjardins.com/agricole

Desjar Desjardins dins Entreprises Entreprises Laur Laurentides entides Sud 370, 370, boul. boul. de la Seigneurie Ouest Local Local 3 300, 00, Blain Blainville ville 450 450 430-8430 430-8430 • 1 866 4 430-8430 30-8430

Benoît Benoît Cormier, Cormier, B.A.A. B.A.A. Directeur, Directeur, développement développement des affaires affaires Poste Poste 7072944 7072944

Dominique Forget, Forget, agr. agrr. Poste Poste 7072805 7072805

Maxime Bélanger, Bélanger, agr. agr. Poste Poste 7072823 7072823

Julie Gaboury Poste Poste 7072930 7072930


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:34 PM Page 12

La chronique

VÉGÉTALE Par Stéphane Payette, T.P. Expert-conseil • végétal Poste 304 stephane.payette@profidor.qc.ca

La terre des étoiles un coup d’œil à vos analyses, vous serez surpris de constater que son taux varie d’un champ à l’autre, parfois dans le même champ. Pourquoi? Un seul champ peut contenir plusieurs textures de sol, il peut passer du sable au loam sableux, au loam argileux, à l’argile limoneuse et enfin à l’argile lourde. La géologie et les pratiques culturales vont aussi influencer la composition des sols. Comme nous travaillons sur des rotations variées, tant en nombre d’années qu’en variétés de cultures, nous participons à cette diversité. Donc, comment s’assurer que nous appliquons les bons éléments dans les bons types de sols et en temps voulu? En passant par les étoiles!

Notre expert-conseil des étoiles à La Coop Profid’Or Jonathan Beaudry offre un service d’analyse géoréférencée.

C’est grand le Québec, très grand. Le terrain de jeu agricole s’étend sur plus de 12 millions d’hectares. Ça nous donne beaucoup d’espace pour cultiver et se perdre... La fertilité de ces terres est presque aussi variable que les régions qui réunissent le territoire que desservira prochainement La Coop Novago. Pour fertiliser à un coût précis et en assurer la rentabilité, deux éléments deviennent indispensables : précision et synchronisme. Depuis maintenant plus d’un siècle, les chercheurs du milieu agricole tentent de nous apporter des réponses sur les taux de matières fertilisantes à fournir au sol. Au fil du temps, nous avons établi les doses d’azote, de phosphore, de potasse, de soufre, de magnésium et d’autres éléments essentiels dans la course aux rendements. Ces quantités par hectare sont déterminées selon la région et le potentiel de rendement, dans le cas de l’azote, et selon les analyses de sols pour les autres. Le nouveau défi que l’agriculture nous lance est de mettre la bonne dose dans les bons sols. Pour ce faire, il y a l’agriculture de précision. Prenons le cas de la potasse. En jetant

12

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

En effet, depuis deux ans, La Coop Profid’Or offre un service d’échantillonnage géoréférencé piloté par notre expertconseil en géomatique Jonathan Beaudry. Avec les données recueillies, nous sommes en mesure de vous préparer des quantités précises de potasse. Comme cet élément fertilisant peut être étalé l’année précédant la culture, il est possible de procéder dès septembre. Nous avons également un service d’épandage offert par le personnel de la Ferme A.R. Brisson de Saint-Jacques, qui se déplace à votre ferme et dépose la potasse au bon endroit, dosée selon le type de sol que vous possédez. Eh oui, nous voilà rendus à la terre des étoiles.

N’HÉSITEZ PAS À COMMUNIQUER AVEC VOTRE EXPERT-CONSEIL Stéphane Galarneau Claude Grégoire Stéphane Payette Charles Coutu Philippe Therrien Jean-François Villemaire Jessica Tellier Lambert Josiane Coderre Vincent Chrétien Laurie Lalancette

450 753-0122 450 755-0616 450 756-7623 450 760-1890 514 220-7052 514 947-8444 450 916-7744 450 365-5049 819 333-8307 819 444-6469

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:57 PM Page 13

La chronique en

AGRICULTURE DURABLE Par Pierre-Luc Brouillette, agr. Conseiller en agroenvironnement Poste 219 pl.brouillette@profidor.qc.ca

Les capteurs de spores utiles en production maraîchère

Certaines innovations scientifiques réussissent à améliorer les choses sur plusieurs fronts à la fois. C’est le cas du capteur de spores, un nouvel outil de travail pour les producteurs. Son utilisation en production maraîchère permet à la fois d’améliorer la qualité de certains fruits et légumes, de diminuer la quantité de fongicides présents dans l’environnement et, par le fait même, de réduire l’exposition des producteurs aux fongicides. C’est un appareil qui anticipe les risques pathogènes ou fongiques avant l’apparition de signes visibles de maladie sur les plants dans une région donnée. Comment? Au même titre que le pollen, une spore est une cellule reproductrice invisible à l’œil nu qui se propage dans l’air pour assurer la dispersion et la multiplication des champignons. La spore se colle sur une matrice dans le capteur planté dans le champ. Son développement donne naissance à des maladies fongiques pour la pomme de terre : le mildiou, la brûlure hâtive, la dartrose, la moisissure grise et la fusariose. Pour les maladies de l’oignon : la brûlure de la feuille, la tache pourpre, le mildiou de l’oignon et l’anthracnose peuvent être décelés.

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com

La méthode développée consiste donc à capturer les spores de champignons dans l’air ambiant d’un champ en culture. Ensuite, l’analyse des données captées permet de réaliser une évaluation précise du nombre de spores de champignons présentes par mètre cube d’air. En jumelant cette information avec des indicateurs de risque de maladie (comme les conditions météorologiques), il est possible de déterminer à quel moment il est préférable de traiter un champ avec des fongicides. Les résultats obtenus jusqu’ici sont prometteurs. Le captage des spores est effectué dans les champs tous les deux jours et couvre une superficie d’environ 20 ha (50 acres). Un patron de prélèvement est établi en début de saison selon la configuration des champs. Les études récentes démontrent qu’en se servant des données issues du capteur de spores et des indicateurs de risques de maladie, les décisions de traiter ou non avec des fongicides semblent être valables dans plus de 90 % des cas. Cette innovation permet aussi, certaines années, de diminuer d’environ 30 à 40 % la quantité de fongicides appliqués sur les cultures. De plus, l’utilisation des fongicides à des moments bien précis permet de réduire de 20 % les maladies de certains fruits et légumes, donnant ainsi une récolte plus abondante. La méthode est applicable pour les framboises, les fraises, les vignes, les oignons, les laitues, les crucifères et les pommes de terre. Les services offerts à votre coop sont autant pour les champs, les serres ou les entrepôts. En 24 à 48 h, vous serez en mesure de connaître exactement quel pathogène est présent sur vos terres et ainsi, en collaboration avec votre expert-conseil, prendre la meilleure décision. Et aspect non négligeable le travail se fait sans votre présence dans le champ. Source : http://labeauairsol.ca/wp-content/uploads/2017/03/d%C3%A9pliantfra-securis%C3%A9.pdf https://www.agrireseau.net/legumeschamp/documents/95651?utm_source=l%C3% A9gumes_de_champ2017-07-05&utm_medium=courriel&utm_campaign=ABO

N’HÉSITEZ PAS À COMMUNIQUER AVEC VOTRE EXPERT-CONSEIL Pierre-Luc Brouillette, agr.

450 759-4041, poste 219

Isabelle Leblanc, T.P.

450 759-4041, poste 265

Jonathan Beaudry

450 803-5494

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

13


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:34 PM Page 14

La chronique en

PRODUCTION PORCINE Par Joanie Ebacher Conseillère en communication pour Vivaco-groupe coopératif Avec la collaboration de :

François Blais Expert-Conseil

Denis Beaudoin, une sortie remarquée! segmenter son bâtiment principal afin que chaque étape de production soit regroupée. Dans la même période, il procède à la construction d’un bâtiment servant à mettre les nouvelles cochettes en quarantaine pendant sept semaines avant de les introduire dans le bâtiment principal. Cette étape est cruciale dans la chaîne de production de la ferme puisqu’elle confirme leur statut sanitaire. Suite à cette segmentation, on retrouve une cochetterie, qui sert uniquement à la période de gestation des cochettes et une salle d’acclimatation, destinée à recevoir les cochettes après la quarantaine. C’est également à cet endroit qu’elles reçoivent tous leurs vaccins, qu’elles gagnent en maturité et qu'elles sont conditionnées à la saillie. En 2009, Denis Beaudoin atteint une production de 800 truies, qu’il maintient encore aujourd’hui.

Une belle équipe composée de Dale Beaupré, Mario Lebel, Chantal Héroux et Denis Beaudoin. Absente sur la photo : Claudette Beaudoin

Ayant atteint son objectif ultime, soit d’obtenir 32 de productivité, Denis Beaudoin, copropriétaire avec son épouse, Roseline Cossette, de la Ferme du Beauporc (2001) inc., a décidé de tirer sa révérence et d’entamer une retraite bien méritée. Récipiendaire à deux reprises du titre de ferme porcine de l’année (1987 et 2004) et classé en première position de l’AGREPP provincial 2017, le producteur de type naisseur a de quoi être fier du chemin parcouru depuis toutes ces années. RETOUR EN ARRIÈRE Denis Beaudoin a commencé sa carrière en 1978 avec l’achat d’une maternité de 280 truies. Déjà, le producteur de Saint-Luc-de-Vincennes avait une vision claire de son entreprise : la faire croître. En 1998, il construit un bâtiment servant à la mise bas et augmente sa production à 500 truies, pour ensuite atteindre 700 truies en 2001. À la Ferme du Beauporc, rien n’est laissé au hasard afin d’assurer l’atteinte des objectifs. Tous les aspects de l’élevage sont bien contrôlés. C’est ainsi qu’en 2005, M. Beaudoin décide de

14

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

Pour l’appuyer dans son travail quotidien, il peut compter sur l’aide de trois employés à temps plein et d’une employée à temps partiel. Ils sont tous très polyvalents, ce qui permet à M. Beaudoin de déléguer plus facilement. LA RECETTE DU SUCCÈS Il n’y a malheureusement aucune recette miracle dans le succès de Ferme du Beauporc. Par contre, la persévérance, la passion, l’audace et la proactivité font partie des ingrédients servant à l’obtenir. Effectivement, Denis Beaudoin ose dans son quotidien et fait preuve de beaucoup d’initiative. Il se renseigne énormément sur les nouvelles tendances visant à améliorer le confort des animaux ce

Bâtiment quarantaine

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:35 PM Page 15

qui a pour effet direct d’augmenter sa productivité. Par exemple, comme vous pouvez le voir sur la photo de gauche, une rangée de lumière a été ajoutée au-dessus des truies sevrées afin d’améliorer les saillies et d’augmenter leur fertilité. Des ventilateurs paniers ont également été installés pour refroidir les animaux, et ainsi augmenter leur confort dans les périodes de grandes chaleurs. Le quai d’expédition a également été modifié afin de le rendre plus confortable pour les animaux. Il a été, entre autres, doté de ventilateurs afin de créer une pression d’air positive et des coussins ont été ajoutés autour de la porte afin que le camion puisse s’y appuyer, évitant ainsi toute entrée d’air et protégeant les animaux contre les intempéries. Ces quelques exemples démontrent concrètement la vision innovatrice de M. Beaudoin. Il n’hésite jamais à essayer/modifier/ajouter pour arriver à ses fins, ce qui lui permet de maintenir une productivité exceptionnelle! Bloc saillie avec rangée de lumières supplémentaires

Ventilateurs quai de chargement/déchargement

Coussins du quai de chargement/déchargement

UNE AUTRE PAGE QUI SE TOURNE Comme les trois enfants de Denis et Roseline ne souhaitent pas prendre la relève de l’entreprise familiale, le producteur sera obligé de vendre dans un avenir très rapproché. Ayant accompli tout ce qu’il avait à accomplir, selon sa vision à lui, il souhaite passer à autre chose, mais quitte la tête haute.

En 2009, Denis Beaudoin atteint une production de 800 truies, qu’il maintient encore aujourd’hui.

Le Regroupement Porcin des Deux Rives souhaitait, à travers cet article, souligner la carrière d’un homme passionné qui ne recule devant rien. Il demeurera un exemple pour les producteurs de porcs du Québec.

N’HÉSITEZ PAS À COMMUNIQUER AVEC VOTRE EXPERT-CONSEIL

Acclimatation

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com

Isabelle St-André (Winporc) Stéfanie Archambault

450 759-4041, poste 333 450 756-9927

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

15


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:35 PM Page 16

La chronique

BOVINE Par Marie-Christine Fauteux, M.Sc., agr. Équipe Optiboeuf La Coop fédérée Marie-Christine.Fauteux@lacoop.coop

Optimiser la période des saillies en production bovine Pour plusieurs, la période des saillies arrive à grand pas, voici quelques éléments à retenir!

Il est idéal d’établir les bonnes stratégies alimentaires avec l’aide de vos analyses de fourrages.

PRÉPARATION DES VACHES Les facteurs permettant d’avoir du succès lors de la période de saillie sont : la manifestation d’une chaleur dans les 21 premiers jours de la saison d’accouplement et un bon taux de conception à la première saillie. Par contre, beaucoup de travaux de recherche ont démontré que de nombreuses vaches ne présentent pas de chaleur au début de la saison de reproduction et que le taux de conception à la première saillie est bas1, voici certains facteurs qui influencent ces aspects :

Une période d'accouplement de 60 à 90 jours devrait être l'objectif de la plupart des producteurs de vaches-veaux, mais une durée de 45 à 60 jours est davantage souhaitable. On peut y arriver en réduisant graduellement la saison de reproduction de 2 à 3 semaines par année. Ceci implique bien sûr de réformer les vaches à faible prolificité. Les vaches qui vêlent plus tard ont généralement un taux de conception plus bas parce qu'elles n'ont pas le temps de manifester des chaleurs tôt dans la saison de reproduction.

RETOUR EN CHALEUR 1. Moment du vêlage 2. État de chair au moment du vêlage

CONDITION DE CHAIR AU VÊLAGE ET EFFETS SUR LES CHALEURS L'état de chair de la vache présente un lien direct avec le moment où elle présentera des chaleurs après le vêlage. 91 % des vaches qui présentent un bon état de chair au moment de la mise-bas ont manifesté des chaleurs dans les 60 jours suivants, comparativement à 61 % chez celles en état de chair moyen et à 46 % chez celles en état de chair insuffisant.

3. Âge de la vache 4. Allaitement

TAUX DE CONCEPTION À LA PREMIÈRE SAILLIE 1. Moment du vêlage 3. Fertilité du taureau 2. Variation du poids corporel 4. Ratio taureau/vaches de la vache à l’approche du moment de l’accouplement

POURCENTAGE DE VACHES QUI ONT DÉMONTRÉ DES CHALEURS APRÈS LE VÊLAGE SELON LEUR ÉTAT DE CHAIR AU VÊLAGE Jours après le vêlage État de chair au vêlage

40

50

60

70

80

90

100

120

Insuffisant

19

34

46

55

62

66

70

77

Moyen

21

45

61

79

88

92

100

100

Bon

31

42

91

96

98

100

100

100

Adapté de : Wiltbank, J.N., Veterinary Clinics of North America (http://www.omafra.gov.on.ca/french/livestock/beef/facts/88-037.htm)

La cote de chair idéale à la saillie se situe entre 3 et 3,5 sur une échelle de 1 à 5 : 1 étant la minceur extrême et 5 l’obésité. Une nutrition et une régie adéquates sont essentielles; les vaches ont besoin d'une nutrition adéquate et d'un repos postvêlage afin d'avoir un cycle reproducteur normal. Il est idéal d’établir les bonnes stratégies alimentaires avec l’aide de vos analyses de fourrages. De plus, il est important de fournir une alimentation minérale aux vaches : le Minéral Vache-Veau ou le Pro-Bloc Bœuf sont adéquats pour le début de la période de reproduction. 16

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:35 PM Page 17

PRÉPARATION DES TAUREAUX Bien qu’ils représentent moins de 5 % du troupeau, les taureaux sont responsables de 50 % du taux de gestation! Ainsi, une bonne préparation de celui-ci est nécessaire. Pendant la période de repos (2 à 4 mois avant la période de saillie), l’idéal est de lui fournir :

DÉBUT DE LA PÉRIODE DE REPRODUCTION Il est maintenant le temps de mettre le taureau avec les vaches! Pour favoriser le regroupement des vêlages, le taureau devrait rester avec les vaches environ 60 jours. On recommande de mettre un taureau pour 25 ou 30 vaches, afin de lui permettre d’être efficace.

1. Une alimentation adéquate (Un fourrage de qualité (12-14 % PB servi à volonté). Des vitamines et minéraux (le minéral Prémélange Optiboeuf Taureau (150 g/taureau/j) a été spécialement formulée de manière à favoriser la production d’une semence de grande qualité) et de la moulée au besoin.) 2. Une révision du programme de vaccination avec votre vétérinaire (Vaccins de base, charbon, piétin, kératoconjonctivite (pinkeye)) 3. Un contrôle des parasites internes et externes 4. Un examen des pieds et membres 5. Un examen des yeux (Ils doivent être capables de voir les vaches en chaleur. Il faut donc surveiller les conjonctivites, les carcinomes (races aux yeux blancs) et les traumas.) 6. Un entraînement (Pour pouvoir parcourir les distances impressionnantes de la période de saillie, le taureau doit s’entraîner avant, et non pendant cette période. Placer la nourriture à une distance de 75-100 mètres du point d’eau constitue un excellent « exerciseur ».) 7. Un examen du système reproducteur Les problèmes du système reproducteur (déviation, lacération, hématome du pénis, etc.) empêcheront le taureau d’effectuer correctement les saillies. Il est possible de faire faire une Évaluations du Potentiel Reproducteur (EPR)2 par votre vétérinaire. L'examen consiste en un examen physique général, l'examen du système reproducteur et finalement la collecte de sperme puis l'évaluation de la qualité de la semence. La récolte se fait généralement dans une cage de contention à l'aide d'un électroéjaculateur et d'une sonde transrectale. Elle est par la suite évaluée directement à la ferme au microscope, et le verdict est rendu immédiatement à l'éleveur.

TEST DE GESTATION 40 à 45 jours après le retrait du taureau, il est temps de faire des tests de gestation! Ce délai permet de s’assurer que les dernières vaches saillies auront une gestation assez avancée pour faciliter leur identification. Une fois les vaches non-gestantes identifiées, il ne reste plus qu’à choisir leur destinée : • Remise au taureau • Synchronisation des chaleurs et insémination artificielle • Réforme

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com

Les registres sont essentiels pour déceler où se produisent les pertes dans le cycle de reproduction. N’hésitez pas à consulter votre expert-conseil pour optimiser votre période de saillie.

1 J. Field - spécialiste de bovins de boucherie/MAAARO; N. Anderson - scientifique vétérinaire principal /MAAARO http://www.omafra.gov.on.ca/french/livestock/beef/facts/88-037.htm 2 Le Dr Jonathan Lehouiller M.V. réalise ce type d’examens drlehouiller@gmail.com Tél. : 819-336-5050 Clinique vétérinaire Centre-du-Québec inc. 167 rue Notre-Dame, Bon Conseil, Qc, J0C 1A0

N’HÉSITEZ PAS À COMMUNIQUER AVEC VOTRE EXPERT-CONSEIL Guy Pelletier Laurence Asselin Chantal St-André Jacques Bérard Jean-Samuel Bacon

450 759-4041, poste 207 450 753-4908 514 772-9304 450 916-6606 450 602-6827

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

17


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:35 PM Page 18


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:35 PM Page 19

La chronique

AVICOLE Par François Lefebvre, agr., M.Sc. Expert-conseil • Avicole Poste 361 francois.lefebvre@profidor.qc.ca

Not on the left

Poulet tenu à une densité de 6 pi 2 par tête

Poulet tenu à une densité de 0,8 pi 2 par tête

Je me souviens de mon grand-père paternel... J'ai eu la chance de bien le connaître pour l'avoir côtoyé quotidiennement les six dernières années de sa vie, soit de 96 à 101 ans. Toujours en grande forme, j'ai même eu le plaisir de travailler en sa compagnie! Mon grand-père avait plusieurs phrases-clés, comme celle-ci, qu'il sortait de temps à autre selon les situations : « Not on the right, not on the left, just in the middle » (« pas à gauche, pas à droite, juste au milieu »). Le juste milieu qui est toujours à trouver et à retrouver selon les circonstances...

âge qu'il faut se lever sur le bout des orteils. Le pire moment est toujours la nuit, lorsque les oiseaux sont couchés, particulièrement entre minuit et 4 heures. À une température ambiante rigoureusement identique, les oiseaux à 0,8 pi2 démontraient une température corporelle plus élevée de 2 à 3°F. Comment expliquer ce phénomène? À cette densité élevée, les oiseaux ont moins d'espace pour que l'air circule librement entre eux et les refroidisse par convection. Lorsqu'ils sont couchés, la chaleur ne peut s'évacuer. Ceci entraîne une température corporelle plus élevée qui peut se révéler dommageable lorsque cette situation est maintenue. Comment corriger cette situation? Doit-on privilégier une densité plus faible? C'est une bonne question!

Semaine du 17 juillet. Enfin l'été! C'est-à-dire, enfin la chaleur normale d'été! Semaine chaude et humide, mais sans excès. Les nuits aussi sont chaudes, de quoi aider les plantations! Par contre, c’est souvent moins bon pour l'élevage des poulets. On veut de la chaleur, mais pas trop, juste ce qu'il faut. La météo québécoise nous fait vivre les extrêmes : à travers les températures fraîches du printemps, le mercure a monté en flèche pendant la fin de semaine du 10 juin. Prenez note qu'annuellement, autour de cette date, il y a une poussée de forte chaleur. Cette hausse est souvent dommageable pour les poulets, car ils n’y sont pas habitués, étant élevés dans des conditions printanières. Comment réagir? En se tenant sur le bout des orteils pour être prêt et agile dans notre réaction! En 2017, une étude de l'Université de Géorgie, aux ÉtatsUnis, a étudié le phénomène de la chaleur ressentie par les oiseaux en mesurant les températures corporelles des poulets selon la densité et l'âge des oiseaux. Leur étude comparait des densités de 6 pieds carrés (pi2) par oiseau versus 0,8 pi2, soit ce qu'on retrouve dans l’industrie en général. Jusqu'à l'âge d’environ 28 jours, il n'y a pas de différence de température ressentie entre les oiseaux. C’est à partir de cet

Consultation en tout temps : coopprofidor.wordpress.com

Élever des oiseaux à 6 pi2 par tête ne serait pas rentable. Augmenter de 0,8 à 1 pi2 par tête peut aider. Avoir des bâtisses avec des plafonds à la bonne hauteur, équipé d’un système de ventilation adéquat et ajusté au besoin des oiseaux est la meilleure réponse! Comme les conditions météorologiques réelles varient continuellement à l'extérieur de nos bâtisses, il faut sans cesse analyser la situation et se réajuster. Trop de ventilation la nuit et les oiseaux auront froid – par le phénomène de température réelle, humidité et vitesse d'air combinées. Pas assez (ça arrive souvent), les oiseaux auront chaud. Il faut trouver le juste milieu!

N’HÉSITEZ PAS À COMMUNIQUER AVEC VOTRE EXPERT-CONSEIL Jean-Jacques Desrosiers François Lefebvre Richard Therrien Stéphane Cuerrier

450 759-4041, poste 205 450 759-4041, poste 361 450 759-4041, poste 360 450 759-4041, poste 364

Le Progrès | AOÛT - SEPTEMBRE 2017

19


Le Progrès 17-08-01_Layout 1 17-08-16 1:16 PM Page 20

Courriel : coop@profidor.qc.ca Site web : profidor.qc.ca Blogue : coopprofidor.wordpress.com Facebook.com/lacoopprofidor

JOLIETTE L’ASSOMPTION ST-LIN ST-JACQUES

450 759-4041 450 589-2221 450 439-2018 450 839-3642

| | | |

1-800-363-1768 1-800-925-2667 1-877-439-3878 1-800-363-8648

ST-BENOIT AMOS LA SARRE VILLE-MARIE

450 258-3111 819 732-2824 819 333-2307 819 629-2505

Journal agricole le progrès, août septembre 2017  

Journal agricole de La Coop Profid'Or, Texte sur La Coop Novago, aviculture, boeuf et autres sujets en agriculture.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you