Page 1

LELAN Dec16 16-12-07 2:48 PM Page 1

L’ÉLANCOOP Décembre 2016 - Journal pour les membres de la Coop Parisville

L'équipe de La COOP Parisville vous souhaite

Joyeuses Fêtes !

de

À lire

www.parisville.coop

Message du président et directeur général . . . . . . . . . 2

Résultats Expo . . . . . . . . . . . . . 9

Récolter ses fourrages mais à quel prix! . . . . . . . . . . . . 4

Résultats de classification . . . 11

Check-list d’automne . . . . . . . 7

Hommage à Marcel Ouellet . . . . . . . . . . . . 12

Pros de la pesée . . . . . . . . . . . 10

Régie hivernale pour les vaches de boucherie. . . . . 14 Machinerie . . . . . . . . . . . . . . . 15 Récolte 2016 . . . . . . . . . . . . . 17 Centre de détail . . . . . . . . . . . 18


LELAN Dec16 16-12-07 2:48 PM Page 2

Message du président et du directeur général

Des nouvelles des derniers mois Denis Richard, président

Richard Laroche, agr. d.-g.

Voyage des directeurs généraux en Californie

Nous voilà maintenant en décembre avec une autre année financière qui s’est terminée le 30 septembre dernier pour votre coopérative. Bien que le temps passe à vive allure, vous êtes invités à placer à votre agenda la journée du 24 janvier 2017 pour participer à l’assemblée générale annuelle de la Coop Parisville.

Du 30 octobre au 6 novembre dernier, un groupe de directeurs généraux du réseau La Coop se rendaient en Californie. L’objectif de ce voyage rejoignait trois principaux éléments soit, bien entendu, de mieux comprendre l’agriculture et les problématiques de ce coin de pays, de voir à quel point les nouvelles technologies sont utilisées et finalement de stimuler beaucoup de discussions reliées à l’avenir de nos coopératives et à notre fédération.

Comme mentionné dernièrement dans un envoi à l’ensemble des membres, M. Markus Schaerli a annoncé au conseil d’administration, le 27 octobre dernier, son intention de laisser la présidence du conseil d’administration de La Coop Parisville. Par contre, une bonne nouvelle; il conservera sa place au conseil d’administration puisqu’il est important pour lui de collaborer à l’évolution de notre coopérative et de notre grand réseau tout en gardant plus de temps pour sa ferme.

Nous avons eu la chance de visiter le siège social de « Google » et d’apprécier toute la recherche technologique qui s’effectue présentement et qui sans doute bouleversera le marché au cours de la prochaine décennie. Notons entre autres les véhicules qui se déplacent seuls ou les livraisons par drones qui sont déjà à notre portée.

Étant donné que son entreprise agricole est présentement en pleine croissance et suite à une période de réflexion, il devenait très difficile pour lui de concilier son horaire quotidien, sa vie familiale, ses implications sociales ainsi que la gestion de son entreprise avec efficacité. Suite à cette réflexion, le conseil d’administration a décidé de me confier la présidence de notre Coopérative. J’ai accepté de reprendre cette fonction que j’ai déjà assumée par le passé. Je suis bien conscient que notre Coopérative doit se préparer pour des changements organisationnels causés par l’évolution des moyens de communication (le numérique) qui sont devenus pour plusieurs producteurs des outils de tous les jours. C’est dans cet esprit que votre Conseil d’Administration a entrepris une démarche avec la Coop Covilac cet été, afin d’améliorer notre capacité à mieux vous servir. Et vous avez sans aucun doute pris connaissance en juillet du message (Entre nous du Coopérateur) écrit par le président de La Coop fédérée qui incite les Coopératives agricoles à une réorganisation des structures. J’espère que je saurai bien représenter vos attentes dans cette démarche ainsi que dans tous les dossiers que ma fonction de président exige.

2 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:48 PM Page 3

Message du président et du directeur général (suite) Lors des déplacements en Californie nous avons visité une meunerie entres autres qui fabrique 1,5 million de tonnes métriques par an (4000tm/jour) et un producteur laitier qui possède 7000 vaches sur 3 sites. Il était intéressant de savoir que ce producteur et ses trois autres frères, possèdent 27 vaches. Malgré l’ampleur de ces types de fermes, des problématiques importantes reliées au prix du lait reçu qui se situe près du seuil de la rentabilité et la disponibilité de l’eau inquiètent les producteurs californiens. D’ailleurs, une règlementation importante sur l’eau entrera en vigueur en 2020 ce qui limitera de beaucoup les projets d’expansion.

Somme toute, le grand constat qui en ressort est que les producteurs doivent faire beaucoup de volume de lait pour espérer soutenir une profitabilité raisonnable. De plus, il était remarquable de constater qu’ils utilisent encore des techniques de production très standards bien que la plus jeune génération songe à s’approprier la nouvelle technologie. Quand on se compare avec chez nous, et malgré notre réalité, il fait bon vivre au Québec avec la gestion de l’offre et les fermes de plus petites tailles.

3 L’ÉLAN COOP Décembre 2016

Bientôt la période des fêtes sera à nos portes avec la dinde, la tourtière et les rassemblements familiaux. Quelle belle occasion de ralentir la routine journalière. Nous profitons de cette période pour vous souhaiter à tous et à toutes nos meilleurs vœux et vous souhaiter Joyeux Noël !


LELAN Dec16 16-12-07 2:48 PM Page 4

Production Végétale

Récolter ses fourrages, mais à quel prix! Depuis quelques mois déjà, plusieurs subissent une baisse de revenus par la Directeur régional ruminant/végétal vente de lait, de veaux d’embouche normand.roy@lacoop.coop ou autre. Par conséquent, comme bon gestionnaire, vous avez tous le même réflexe logique soit celui de vouloir diminuer votre coût de production. Ainsi, tous adressent la même question à leur expert-conseil, soit celle-ci : « Peut-on avoir les mêmes performances pour moins cher ». Bien, sachez qu’il s’agit de la mission première de notre équipe, et ce, au quotidien. Toutefois, il y a un autre facteur à considérer dans l’équation. Avez-vous déjà analysé le coût de vos fourrages qui représente une part importante de votre coût de production? Voici un excellent article paru récemment dans L’info gestion du CMCA de septembre 2016, rédigé par Nydia Matte, à cet effet.

mentionner que l’ensilage de maïs est exclu des données. De plus, la rémunération de l’avoir net, les intérêts à payer sur les emprunts ainsi que les retraits des exploitants ne sont pas calculés. Un coût d’opportunité de 4 % est calculé pour les intérêts.

Normand Roy, T.P.

Voici à la figure 1, les résultats du coût de production pour les fourrages en $/TMS pour tous les modèles de récoltes pour les années subséquentes à l’implantation. Ce graphique contient 109 observations. À ce nombre donné d’observations et un seuil de signification de 0.05, la valeur significative du coefficient de corrélation est toujours de 0.1946. Le coefficient de corrélation qui est de -0.2352491 est significatif (|-0.2352491>0.1946). Le graphique démontre bien la relation négative entre le coût de production et le rendement. Plus le rendement augmente et plus le coût de production sera faible, ce qui est assez logique, puisque les frais seront répartis sur une plus grande quantité de tonnes de matière sèche.

Récolter ses propres fourrages, mais à quel prix ? Par Nydia Matte, Centre multi-conseils agricole

Lors de mon stage professionnel à l’été passé à La Coop fédérée, j’ai choisi de faire mon dossier agroéconomique sur le coût de production des fourrages puisque ces derniers occupent une grande part de l’alimentation dans plusieurs secteurs de production. Ils ont donc un impact sur la rentabilité de l’entreprise puisque l’alimentation est un poste de dépense important sur une ferme. Il peut être ardue de calculer le coût de production des fourrages car il y a souvent plus d’un modèle de récolte et plusieurs données sont nécessaires à son calcul. Selon la banque de données Agritel, en 2010, le coût de production des fourrages chez les producteurs pouvait varier de 139 $/TMS à 303 $/TMS, une grande différence qui a un impact majeur sur le coût d’alimentation des vaches. Si on fait un petit calcul, pour une vache qui va consommer 4,7 TMS par année (ne considère pas les pertes et consommation de la vache seulement), la différence entre le plus haut et le plus faible coût de production sera de 772 $/vache/année. Pour une ferme de 75 vaches, cela représente une économie de 57 900 $. Cela dit, 80 % de la variation de ce coût de production serait dû aux frais reliés à la machinerie. (COULOMBE ET AL., 2012)

Figure 1. Coût de production en $/TMS en fonction du rendement (TMS/ha)

De plus, ce graphique permet de voir que, si on considère un prix de vente moyen de 200 $/TMS, il y a une grande quantité de producteur qui ne couvre pas leur frais. Par contre, la plupart des producteurs vont garder leur fourrage pour l’autoconsommation sur la ferme.

Les données qui ont servi à faire l’analyse sur le coût de production des fourrages proviennent d’un outil économique de La Coop fédérée : Agriscan. Il faut

En n’ayant pas à l’esprit de réaliser un profit avec la production de leur fourrage, il est plus difficile de voir l’importance d’avoir un bon coût de production.

4 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:48 PM Page 5

Production Végétale (suite) Le poste de frais de main-d’oeuvre est celui qui a la proportion la plus grande avec 18 % du coût de production total. Il y a ensuite 14 % qui est attribué au frais d’entretien de la machinerie et 14 % à la dévaluation. Il ne faut pas oublier les frais de carburant qui représentent 13 %, puis 8 % de frais d’intérêts et 3 % de frais d’assurance. La dévaluation est un coût indirect puisque ce n’est pas de l’argent qui est déboursé. Il faut tout de même en tenir compte puisque la machinerie perdra de la valeur avec les années et elle devra être remplacée le temps venu.

Pourtant, des économies importantes seraient faites pour l’alimentation de leur troupeau. Voici une figure illustrant l’importance relative des postes de dépenses sur le coût total pour les modèles de récolte n’ayant pas les frais d’implantation de prairie d’inclus. Un élément important ressort de la figure 2 : la proportion des frais reliés à la machinerie. En effet, les charges fixes et variables de la machinerie comptent pour 70 % des dépenses de l’entreprise. Les frais d’intrants, pour leur part, représente seulement 14 %.

En conclusion, le coût de production des fourrages est important dans la rentabilité de l’entreprise et on constate qu’il y a une grande variation entre les diverses fermes. Un bon rendement permettra de réduire le coût de production $/TMS. Comment obtenir de meilleurs rendements ? Voici 5 pistes de solutions (Louis Robert, MAPAQ, Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l’entreprise agricole) : 1- Semer de façon dense et uniforme 2- Corriger les problèmes du sol (drainage, aération, structure du sol) 3- Réduire le travail du sol 4- Raisonner la fertilisation minérale 5- Diversifier la rotation. Figure 2. Importance relative des postes de dépenses sur le coût de production total

Pour ce qui est des dépenses, les frais reliés à la machinerie sont les frais qui occupent la plus grande proportion du coût de production des fourrages. Les achats de machinerie doivent alors être des décisions réfléchies puisque à elle seule, la dévaluation, donc le simple fait de détenir la machinerie, tient la part de 14 % du coût de production. Il faut donc considérer toutes les options possibles quant à l’utilisation de la machinerie. Est-ce que je suis prêt à partager la machinerie avec d’autres producteurs, peut-être que la CUMA serait une belle alternative. Ou est-ce que j’ai de très petites superficies et une location me serait plus rentable ? Est-ce que je suis capable de trouver une belle occasion pour une machinerie usagée ?

La figure 3 suivante démontre les frais reliés à la machinerie plus en détail.

Figure 3. Importance relative des frais reliés à la machinerie sur le coût de production total

5 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:48 PM Page 6

ÉÉnergies nergies SSonic, oniic, votre vot votre ffo fournisseur ourniisseur dee ffl d fluide luidee d d’échappement ’échappement diesel diesel ((FED) FED) Avantages A vantages Énergies Énergies S Sonic onic • Le Le FFED ED e est st a aussi ussi disponible d i sp o nib l e e en nv vrac rac p par ar u un n ssystème ystème d de e llivraison ivraison ((là là o où ù lle e sservice er v i c e e est st d disponible). isponible).

R É S E RV

FED PE S

P OM

• LLe e FFED ED e est st a aussi ussi o offert f fer t e en np plusieurs lusieurs fformats ormats : 3 3,78, ,78, 9 9,46, ,4 6 , 2 208 08 e ett 1 1250 250 llitres. itres. • S Services er vices et et cconseils onseils p personnalisés. ersonnalisés. • G Garantie arantie d de e sservice er v i ce p parmi armi la la plus plus haute haute de de ll’industrie. ’industrie.

Avez-vous pensé protéger vo tr e réservoir ré s er voir Avez-vo u s p ensé à p r o té g e r votre de l e FED FE D est e s t exposé exp osé d e FED FE D pour p o ur ll’hiver ’hi ve r ? Lorsque L o r s qu e le à des -11°C , il gèle, gèle, d e s températures te mp é r a tur e s inférieures in f é r i e ur e s à -11°C, Sonic d’entreposer ’e n tr e p o s e r ÉÉnergie n er gie S o ni c vvous o u s recommande r e c o mman d e d votre dans e n dr o i t où o ù il ne n e gèlera g è l e r a pas. p as . vo tr e rréservoir é s er voir d an s un endroit

IInformez-vous nformez-vous auprès auprès de votre votre rep représentant résentant d ’Énergies S d’Énergies Sonic pour en onic po ur e n connaître connaître plus plus sur sur n os of fres e romotions. nos offres ett p promotions.

s o n i c .co . c o o p I 1 8 0 0 22070 7 - 6 6 42 42

(Fluide d’échappement diesel)

R O IR

Modèle

É l e c t riqu e ou manuel

Compteur

Litres/minute

Manuelle

Sans

15 LPM

Elec trique

Av e c

35 LPM

55- 000 -15 PUMPDEF1 PUMPDEF5

NTTTSS MEEN PEEM UI UIP QU ÉQ NEEELLSS N NN ON ITTIIO DIT ADDI AD

Elec trique 12 Volts

•D évidoir Dévidoir •P is t o l e t a u Pistolet automatique

•K Kit it à g gravité ravit Boyaux pieds pie • Boyaux •P ulsateur Pulsateur

Av e c

35 LPM


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 7

Ruminants

Check-list d’automne/hiver pour les poulinières Andrée-Anne Berthiaume, agr. andreanne.berthiaume@servicestech.coop

Les changements de saisons sont de bons moments pour réévaluer et ajuster votre régie et l’alimentation de vos chevaux.

Comme l’automne est maintenant bien installée, c’est le temps idéal pour se faire une check-list des éléments à faire pour optimiser la gestation et la lactation des juments poulinières.

Lawrence, L. and Pagan J.D. 2005. Nutritional management of developmental orthopedic disease in the equine. Proc. 3rd Mid-Atlantic Nutrition Conference. Zimmermann, N.G. (Ed.), University of Maryland, College Park, MD.

Les juments ayant été saillies au début de l’été arrivent donc au moment cruciale de leur gestation pendant l’automne. Il est important de nourrir adéquatement la jument poulinière grâce à des aliments complets et une régie adéquate sont essentiels pour son bien-être, sa productivité ainsi que pour la santé et le développement du poulain. Voici les éléments importants à prendre en compte : Les besoins nutritionnels varient significativement du début à la fin de la gestation. Tout d’abord, les besoins des cinq premiers mois sont très similaires à ceux des juments à l’entretien. Par la suite, ils augmentent progressivement jusqu’au neuvième mois, puis rapidement jusqu’au poulinage. Cette variation s’explique par le fait que le fœtus ne croît pas de manière constante pendant les 11 mois de gestation (Figure 1).

1. La condition de chair Pendant toute la durée de la gestation et de la lactation, la jument devrait maintenir une cote de chair entre 6 à 7 sur 9 pour s’assurer d’avoir une réserve suffisante d’énergie pour la lactation. Si une perte de poids est observée, la ration doit alors être ajustée pour combler la demande en énergie. Si la jument a besoin de prendre du poids, c’est maintenant un excellent moment pour augmenter progressivement l'apport énergétique du régime alimentaire de sorte que la condition de chair soit optimale au poulinage.

7 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 8

Ruminants (suite) 2. Les protéines et acides aminés essentiels

De plus, certaines études ont démontré que les juments puisent les nutriments de leurs propres réserves lorsque les sources externes de minéraux sont insuffisantes. Par exemple, une perte de densité osseuse peut survenir lorsqu’il y a carence en calcium, ou lorsque l’équilibre calcium/phosphore de la ration n’est pas adéquat.

L’augmentation des besoins en protéine pendant la gestation est due à la déposition de protéine au niveau de l’utérus, du placenta et du fœtus. La lysine, la méthionine et la thréonine, les 3 premiers acides aminés essentiels limitants qui doivent être fournis en quantité suffisante dans la ration pour le développement du fœtus.

4. Médecine préventive

Pour arriver à combler leurs besoins élevés et éviter les carences, l’utilisation d’un foin contenant des légumineuses (trèfle, luzerne) est recommandé, tout comme l’utilisation d’une moulée destinée à la jument poulinière, telle que la Célébrité Materna qui est riche en protéines digestibles et en acides aminés essentiels.

Un programme de soins de santé régulier (vaccination et vermifuge ou coprologie) devrait être développé en collaboration avec un vétérinaire de sorte que la jument est elle-même protégée et peut également produire des anticorps pour protéger le poulain lorsqu’il recevra le colostrum qui contient des anticorps maternels.

3. Vitamines et minéraux

N’hésitez pas à faire appel à des professionnels (vétérinaires, expert-conseils, etc.) pour vous aider !

Un apport adéquat en vitamines et minéraux est primordial et certains minéraux comme le calcium, le phosphore, le magnésium, le cuivre, le zinc, le manganèse et le sélénium jouent un rôle plus important dans le développement du poulain et la formation de ses propres réserves.

8 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 9

Ruminants

Résultats Expo La saison des expos vient de se terminer par les 3 plus prestigieuses expo de l’année soit la World Dairy Expo de Madison (WDE), le Suprême Laitier de St-Hyacinthe (SL) et la Royal Agriculture Winter Fair de Toronto (RAWF). Donc voici quelques les résultats de nos clients qui y ont participé pour toute les races.

Alexis Doucet, T.P. Expert-conseil/Ruminant alexis.doucet@lacoop.coop

Ferme Ricagri, Leclercville 1 an été 1 an junior Troupeau d'éleveur junior

RICAGRI DOORMAN LATEX RICAGRI WINDBROOK LAWII

6e 2e 3e

SL N&B SL N&B SL N&B

AUGURE ROX DOORMAN

7e

SL N&B

4e 4e 3 2e 3e 3e 10e 1e 8e 3e 2e 1e 2e 2e 1e

WDE, 1e et Ch. Jr SL et 2e RAWF WDE, 2e SL, 1e et Ch. Jr RAWF WDE WDE, 1e SL et Rés Ch. Inter et 2e RAWF WDE SL WDE, 1e RAWF WDE, 1e SL, 1e et M. H. Gr. Ch. RAWF WDE RAWF WDE RAWF WDE, 2e SL ET 1e RAWF RAWF WDE, 1e SL et 2e RAWF

2e

SL et 5e RAWF

Ferme Augure, Leclercville 1 an été

Ferme de La Plaine, Ste-Françoise Génisse Intermédiaire 1 an été Troupeau d'éleveur junior 2 ans Senior 4 ans

5 ans Vache adulte Vache 100000 lbs Progéniture de mère Troupeau d'éleveur Bannière d'exposant Bannière d’éleveur

DE LA PLAINE VICKING SUSHI DE LA PLAINE VICKING LADY DE LA PLAINE DE LA PLAINE BINGO STINGER DE LA PLAINE BURDETTE BLING DE LA PLAINE PRIME LUKY DE LA PLAINE REALITY STING DE LA PLAINE REALITY PLEXI FOREVER SCHOON PING DE LA PLAINE WILTON PIXOU DE LA PLAINE WILTON PIXOU DE LA PLAINE DE LA PLAINE DE LA PLAINE DE LA PLAINE

Ferme du Murier, St-Édouard Génisse Senior

DU MURIER DEVILS BAMBA

Soirée Sélect Synchro 750 que les membres de ce club doivent obtenir un MCR combiné de plus de 750 pour en faire partie.

Le 22 octobre dernier, tous les clients du réseau qui se sont qualifiés pour faire partie du Club Sélect Synchro 750, étaient invités au Fairmont Manoir Richelieu de Charlevoix. Cette soirée haute en couleur, a débuté par une conférence de M. Sébastien Sasseville intitulé « Du Sahara à l’Éverest » très enrichissante pour tous auquel chacun peut s’y retrouver dans sa propre entreprise. Par la suite banquet, reconnaissance Synchro 750 et spectacle pour une soirée haute en couleur.

Félicitations à tous les participants et continuer tous, votre excellent travail afin de vous joindre à eux.

De ce groupe Sélect, 10 fermes de la région ont fait partie de ce club Sélect pour 2016. Mentionnons

9 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 10

Ruminants

PROS de la pesée Normand Roy, T.P. Directeur régional ruminant/végétal normand.roy@lacoop.coop

HOLSTEIN

HOLSTEIN (suite)

NOM

LAIT

KG gras/jour

FERME AGRIBERT, LECLERCVILLE GUIMONNIERE ASHLAR SANSASS IMARO LAITUE LAKOTA

53.4 51.6

1.8 1.8

FERME AUGURE, LECLERCVILLE AUGURE ROSE AFTERSHOCK

53.1

1.6

FERME CAMILIENNE, LECLERCVILLE CAMILLIENNE ELODIE SHOCKER CAMILLIENNE TABOU JETER CAMILLIENNE FLY WINDBROOK

52.7 54.6 51.7

1.5 1.2 1.6

FERME CHAMPFLEURI, ST-ÉDOUARD LOUISAND PAVLINA BUCKEYE LOUISAND YOKO MANIFOLD CHAMFLEURI BRUNO RAMBO CHAMFLEURI RADIUS SMIRNOFF HAURI FROSTY GALAXY

52.4 58.9 50.2 56.3 58.7

1.7 2.1 1.6 2.1 1.9

FERME CLAULA, BÉCANCOUR CLAULA CLAIRE ALLSTAR CLAULA ENDY FEVER CLAULA FRENESIE SALOON CLAULA GENUS AIRINTAKE CLAULA GLOE JETT AIR

50.5 50.3 52.6 40.4 46.5

1.8 1.4 1.5 1.1 1.4

FERME DES AIGLES, ST-ÉDOUARD DESAIGLES BUCKEYE JOSEE DESAIGLES DOMENIC LOLA DESAIGLES HOWIE JOS DESAIGLES LULU SALTO RAYON D'OR GOLDWYN AGLAE

53.7 53.3 56.1 52.8 50.7

1.9 1.4 2.2 2 1.9

FERME ESM CARON, STE-FRANÇOISE CARON AMELINE BOLTON CARON CAMILA SHADOW CARON CONSTINA BRIDGE END CARON COQUETTE SOLERO CARON EMERICA WINDBROOK CARON EMERILINE GOLDWYN CARON HERMIONE LAUTHORITY CARON MUNITION EMERISE CARON SALOME BALTIMOR CARON SASSY STEADY

55.5 58.7 55.9 57.1 51.2 58.9 53.4 40 70.7 56.3

1.9 2.1 2.1 1.8 1.3 1.5 1.7 1.3 4.1 2.5

FERME GROLIER, LOTBINIÈRE ROVYAIRE MARIKETTE FBI

51.4

1.6

FERME GUIMONNIÈRE, LECLERCVILLE GUIMONNIERE BOLTON PAPRIKA GUIMONNIERE FEVER MARJO ROUMER JODY GUIMONNIERE ATWOOD LILY GUIMONNIERE BOLTON PAPRIKA GUIMONNIERE MCCUTCHEN MILKY KAY-BEN PRONTO LIBBY-ET

52.7 50.2 52.4 40.6 53.1 45 50.7

1.6 1.9 1.8 2.1 1.8 2.2 1.9

FERME HABERMACHER, STE-SOPHIE DE LÉVRARD HABERMACHER FEVER FLORE HABERMACHER KILOBYTE FLAURIE

42.7 54.9

1.5 2.5

FERME LA VOIE LACTÉE, ST-ÉDOUARD LA VOIE LACTEE DOLMAN COLLIE LA VOIE LACTEE MANIFOLD JUSTY

50.2 54.6

1.6 1.6

Vache : 50 kg (2X) et 55 kg (3X)

LAIT

51.7

56.3

61.5

KG gras/jour

1.2

1.6

1.9

NOM

LAIT

KG gras/jour

LAIT

KG gras/jour

FERME LAITIÈRE MARIBERT, LECLERCVILLE MARIBERT MANIFOLD BISCUIT MARIBERT NOVILLA BRICE APOLLI FEVER KASSANDRA APOLLI RUDOLPH RUBIS MARIBERT EIGHT MIREILLE

57.1 52.9 45.2 46.5 54.1

2.9 2.8 1.9 1.8 1.9

53.3 50.3

2.4 2.1

FERME LES GIROUETTES, STE-CÉCILE DE LÉVRARD GIROUETTE LAUTHORITY LOLA

52.8

1.7

FERME L’ESPÉRANCE, PARISVILLE LESPERANCE DENZEL LABY LESPERANCE LORY ENFORCER LESPERANCE SUZELLE SPIRIT LESPERANCE FEVER KATA

51.8 45.1 54.5 40.2

1.8 1.5 1.8 1.6

FERME MATHIS & FILS, ST-SYLVÈRE OBERMATT AMELIE BLITZ

58.7

1.6

FERME NAUVILENE, FORTIERVILLE DESAIGLES LITTORAL CANDY HEIDEGG GABARIT ASHLAR IMARO VALERIANNE HAYDEN NAUVILENE NOEMI SEAGUAL

58.3 53.6 52.4 51.2

1.8 1.9 1.9 1.9

57.9

1.9

FERME PÉRUS, PARISVILLE PERUS BLISS SYRAH

50.9

2.3

FERME ROUSSETTES, LECLERCVILLE LIBEAU BOLTON LOISELLE LIBEAU CM EVOLVE DOLLINA

63.8 60.3

2.1 2.1

53.9

2.4

FERME MIRÉAN, LECLERCVILLE MIREAN KEANE LAUTHORITY MIREAN FEVER BRILLANTE MIREAN JETT AIR ELSA MIREAN JETT AIR ARC EN CIEL FRANCSOL SHAQUILLE DELICE MIREAN MANIFOLD BLANCHE

54 50.6 45.4 40.2 54.5 59.6

2.1 1.8 1.7 1.6 2.5 3.2

64.1

2.1

FERME RICAGRI, LECLERCVILLE RICAGRI SID LONY RICAGRI BRAXTON LONY RICAGRI DAMION DEBA RICAGRI P ALTON DENISSE RICAGRI JETT AIR LONE RICAGRI BUXTON QUOILY RICAGRI JETT AIR MYTHE RICAGRI WINDBROOK BECASS RICAGRI BOLTON LORIE RICAGRI FEVER GHINA

54.7 54.3 57 42.3 40.8 47.7 43.3 51.3 51.5 53.1

2.1 1.7 2 1.3 1.4 1.9 1.5 1.7 1.7 1.8

52.3

1.7

Vache : 50 kg (2X) et 55 kg (3X)

1er veau : 40 kg (2X) et 44 kg (3X)

10 L’ÉLAN COOP Décembre 2016

1er veau : 40 kg (2X) et 44 kg (3X)


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 11

Ruminants (suite) AYRSHIRE

JERSEY

NOM

LAIT

KG gras/jour

LAIT

KG gras/jour

FERME DU MÛRIER, ST-ÉDOUARD DU MURIER IMA DU MURIER NECTAR -ET DU MURIER BAILEY'S DU MURIER DIAMANT -ET DU MURIER DOUDOU -ET DU MURIER EXPLICITE DU MURIER ISUZU DU MURIER JUNKIE DU MURIER NASHVILLE -ET

44.2 40.8 40.8 42.7 42.2 40.1 45.7 60.9 40.4

1.64 1.4 1.9 2.3 1.7 2.1 2.8 3.6 1.7

1.82.

1

Vache : 40 kg (2X) et 44 kg (3X)

NOM

LAIT

KG gras/jour

LAIT

KG gras/jour

FERME LAITIÈRE MARIBERT, LECLERCVILLE MARIBERT BIZIER GERTRUDE

38.1

1.9

35.1

1.5

Vache : 30 kg (2X) et 33 kg (3X)

1er veau : 25 kg (2X) et 28 kg (3X)

1er veau : 35 kg (2X) et 38 kg (3X)

Résultats de classification On vous présente les résultats de la dernière ronde de classification, chez nos clients, qui s’est déroulée cet automne dans notre territoire. Comme dans les parutions précédentes, seules les vaches TB 1er veau et les Excellentes sont mentionnées. Félicitations aux propriétaires ! DAMESTAR ATWOOD BRIDGE DAMESTAR ATWOOD MEGANE DAMESTAR FEVER BEE DAMESTAR JORDAN VICTORIA DAMESTAR SID COWGIRL DAMESTAR SANCHEZ EASY DAMESTAR SANCHEZ IMA AUGURE GIRLYWINDBROOK DAMESTAR SANCHEZ IMA AUGURE ROSE AFTERSHOCK CLAULA GINA IMPRESSION POPOL ALTON WONTON DE LA PLAINE PERFECT MING DE LA PLAINE PERIME LUCKY DE LA PLAINE REALITY PLEXI DE LA PLAINE REALITY STING DE FRASERVILLE DECIBEL DE LA PLAINE WILTON PIXOU FLOCO DUCATI BRAXTON LIN-RO ROSS MARIE GUIMONNIERE STALLION MELANIE JONIEL STEADY LEANNI SCHAERLIE POLY ATLAS PHILO GASTON ANNANA PHILO DYNASTY LITA RICAGRI WINDBROOK LYNLEY GLENGROVE WILDTHING CANDY ROUSSETTES NORMANDIN WINNER POPOL ALTON WONTON

TB TB TB EX EX EX EX TB EX EX TB TB TB EX EX EX EX EX EX EX EX EX EX TB EX TB TB EX TB

87 85 85 90 90 91 90 85 90 90 85 85 85 92 90 91 92 93 90 90 90 92 90 85 90 85 85 91 85

3E 3E 3E 2E

6E 2E 3E 2E 3E

DAMESTAR HOLSTEIN DAMESTAR HOLSTEIN DAMESTAR HOLSTEIN DAMESTAR HOLSTEIN DAMESTAR HOLSTEIN DAMESTAR HOLSTEIN DAMESTAR HOLSTEIN FERME AUGURE FERME AUGURE FERME AUGURE FERME AUGURE FERME DE LA PLAINE FERME DE LA PLAINE FERME DE LA PLAINE FERME DE LA PLAINE FERME DE LA PLAINE FERME DE LA PLAINE FERME DE LA PLAINE FERME GUIMONDALE INC. FERME GUIMONDALE INC. FERME GUIMONNIÈRE FERME LAITIÈRE JONIEL FERME MARON S.E.N.C. FERME PHILO INC. FERME PHILO INC. FERME RICAGRI INC. FERME ROUSSETTES ENR. FERME ROUSSETTES ENR. POPOL HOLSTEIN

11 L’ÉLAN COOP Décembre 2016

STE-CÉCILE DE LÉVRARD QC STE-CÉCILE DE LÉVRARD QC STE-CÉCILE DE LÉVRARD QC STE-CÉCILE DE LÉVRARD QC STE-CÉCILE DE LÉVRARD QC STE-CÉCILE DE LÉVRARD QC STE-CÉCILE DE LÉVRARD QC LECLERCVILLE QC LECLERCVILLE QC LECLERCVILLE QC BÉCANCOUR QC STE-FRANÇOISE DE LOTBINIÈRE QC STE-FRANÇOISE DE LOTBINIÈRE QC STE-FRANÇOISE DE LOTBINIÈRE QC STE-FRANÇOISE DE LOTBINIÈRE QC STE-FRANÇOISE DE LOTBINIÈRE QC STE-FRANÇOISE DE LOTBINIÈRE QC STE-FRANÇOISE DE LOTBINIÈRE QC ST-ÉDOUARD DE LOTBINIÈRE QC ST-ÉDOUARD DE LOTBINIÈRE QC LECLERCVILLE QC LECLERCVILLE QC STE-MARIE DE BLANDFORD QC STE- SOPHIE DE LÉVRARD QC STE- SOPHIE DE LÉVRARD QC LECLERCVILLE QC LECLERCVILLE QC LECLERCVILLE QC STE-FRANÇOISE QC


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 12

Hommage à Marcel Ouellet matin et servir les clients. Il a beaucoup aimé sa relation avec les employés de la meunerie avec leurs histoires qui le faisaient beaucoup rire. Il dit que l’équipe va lui manquer beaucoup, qu’ils l’ont beaucoup aidé et que l’ambiance de travail était vraiment agréable. Il travaillait souvent avec Georges qui était toujours prêt à lui venir en aide et René qui était toujours là pour régler les problèmes. Au fils du temps, Marcel a développé une relation de proximité avec les gens. Il a rencontré beaucoup de monde en 24 ans, il est même devenu le confident de certains, l’ami de plusieurs et certainement une légende dans la région. Marcel s’est beaucoup attaché à la clientèle chez qui il avait l’habitude d’aller au quotidien. Il a été marqué par la gentillesse, l’entraide et la collaboration dont il a bénéficié des producteurs agricoles. Il se souviendra toujours de plusieurs anecdotes qui lui ont démontré que du vrai bon monde, ça existe encore.

Laurie Lafontaine-Côté Coordonnatrice aux communications et marketing laurie.lafontaine-cote@lacoop.coop

Pour faire le transport des poches de moulée et semences, il faut être physiquement en santé. Marcel se dit chanceux d’avoir gardé une aussi bonne santé grâce à son travail qui l’obligeait à garder la forme.

Marcel Ouellet a été un vrai pilier pour La Coop Parisville, certains clients disent même de lui qu’il est une légende vivante. Cet homme travaillant, qui n’a jamais compté ses heures et qui a toujours eu le cœur sur la main au service de la clientèle, a maintenant pris sa retraite. C’est pourquoi, ses collègues ont pensé qu’il serait important de lui faire un hommage. Marcel Ouellet est natif de Villeroy et a grandi sur la ferme familiale qui comprenait la production laitière, porcine et avicole. Cette ferme a été reprise par son frère qui est maintenant en production laitière et bovine. Passionné d’agriculture, Marcel a fait ses études dans ce domaine à St-Hyacinthe et a fait son stage en Abitibi dans le but de drainer les terres, puisqu’il y avait beaucoup à faire à ce niveau dans cette région. Marcel a deux enfants, Caroline et Richard, qui sont parents à leur tour. Sa carrière à La Coop Parisville a débuté en 1973 en tant qu’ouvrier à la meunerie et au centre d’engrais. À l’époque, c’était M. Louis-Joseph Paris qui était gérant et Louis-Marie Habel président, qui lui ont donné sa chance. Il a occupé ce poste jusqu’en 1988, où il a dû quitter son poste pour s’occuper de ses enfants suite à un drame familial. Marcel est revenu à la coopérative en 1992 dans son nouveau poste à la livraison, dans lequel la plupart ont eu la chance de le connaître. Marcel a adoré cet emploi, il aimait partir avec son camion sur la route le

À ce jour, Marcel est propriétaire d’une petite terre agricole pour s’amuser, qu’il cultive en foin pour les 12 vaches qu’il élève pour la viande. De plus, il a une terre à bois, qu’il est d’ailleurs en train de léguer en partie à son fils.

12 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 13

Profil Marcel Ouellet (suite) Après avoir mis de l’ordre dans ses affaires, Marcel aimerait faire des voyages au Québec, retourné en Abitibi et dans le bas du fleuve, régions qu’il affectionne particulièrement. Marcel se trouve privilégié d’être encore en santé pour profiter de sa retraite. Les projets viendront au fils du temps, pour le moment il est encore en train de s’adapter à sa nouvelle vie. Nous tenons à remercier Marcel, cet homme travaillant et bon, qui a offert d’excellents services aux clients de La Coop Parisville. Nous te souhaitons une excellente retraite. “ J’ai aimé mon travail, lorsque j’avais des problèmes, j’ai eu le support de mes patrons, l’aide de l’équipe Coop et la collaboration des clients agriculteurs et autres, Merci “ Marcel Ouellet

Depuis sa retraite qui a officiellement débuté le 31 juillet dernier, Marcel s’occupe à mettre de l’ordre dans son étable, il travaille chez lui et s’occupe de ces 3 petits enfants. Il aime bien aller dans les soirées et les sorties de l’âge d’or avec sa blonde, qu’il voisine depuis une quinzaine d’années.

Sonic

pour tous vos besoins en énergie

108830-02-15

• Propane • Pétrole • Lubrifiants Contactez-nous dès maintenant! www.sonic.coop | 1 800 207-6642 13 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 14

Ruminants

Régie hivernale pour les vaches de boucherie Figure 1. Schéma des relations entre la température et les zones thermiques1

L’an dernier au même temps de marie-christine.fauteux@lacoop.coop l’année nous vous avons partagé Équipe Optiboeuf SENC un article sur l’importance de l’eau en hiver. Aujourd’hui nous aborderons différents points pour optimiser l’alimentation et la régie des vaches pour la saison froide.

Marie-Christine Fauteux, M.Sc., agr.

En premier lieu, il est important de prendre des analyses de vos différents fourrages, afin de connaître réellement leur valeur nutritionnelle. De plus, comme chaque groupe d’animaux doit être alimenté en fonction de son cycle de production (lactation, taries ou transition), les analyses vous permettront de planifier l’utilisation de vos différents lots de foin.

Tableau 1- Températures critiques inférieures pour les bovins de boucherie

En général, on dit que pour chaque degré Celsius sous la TCI, les besoins d’énergie d’entretien augmentent de 2 %. Ce qui veut donc dire que le besoin en énergie d’entretien grimpe de 34 % pour une vache tarie entre 10 °C et -10 °C. Ainsi, pour parvenir à combler ce besoin, la vache doit consommer entre 12 et 15 % plus de fourrages. C’est donc dire qu’elle passera 12 à 15 % plus de temps debout à la mangeoire. Il faut donc s’assurer de permettre à tous les animaux de consommer leur ration en même temps; c’est-à-dire faire disparaître l’aspect compétition lors des repas.

Température Par la suite, en hiver, il faut prendre en compte la température et le vent ! Les bovins sont bien adaptés à nos climats et à l’intérieur d’une échelle de température donnée, ils ne dépensent pas d’énergie pour se réchauffer ou se refroidir. Cependant, en deçà de la température critique inférieure (TCI), l’animal utilise son énergie (augmentation de la consommation ou graisses corporelles) pour se réchauffer et celle-ci n’est donc plus disponible pour le gain, la gestation ou même l’entretien (figure 1). On croit, à tort, que les bovins de boucherie sont des animaux qui sont « faits forts » et peuvent résister au grands froids. Par contre, selon le modèle climatique Mesonet de l'Oklahoma State University (2003), un animal d’une robe d'hiver épaisse et sèche a une TCI de -7°C alors qu’un animal ayant un pelage d’été ou pelage d’hiver humide ou sale a une TCI de 16°C (tableau 1), ce qui n’est PAS FROID du tout ! En deçà de cette température, l’animal fait face à un stress et doit consommer plus de calories.

Fin de gestation et besoins réels Un autre aspect à prendre en compte est le stade de gestation des vaches; il faut faire attention de ne pas sur-nourrir les vaches en fin de gestation puisque l’attribution des nutriments va en fonction des priorités physiologiques. Ainsi, même si la vache ressent le besoin de manger plus car elle a froid, la majorité des nutriments vont directement au veau, ce qui pourrait amener un problème de « gros veaux ». Pour éviter cela, il faut s’assurer de ne pas dépasser les besoins réels des vaches. Une bonne connaissance de la valeur de nos aliments (analyses !) est primordiale. De plus, il faut s’assurer de pouvoir faire une distribution de la nourriture qui permet d’éviter la compétition entre les vaches, car les dominantes auront une consommation qui est en haut de leurs besoins (gros veaux) et les vaches plus soumises manqueront de calories.

1

Adapté de : NRC, 1981, Effet de l’environnement sur les besoins des animaux domestiques

14 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 15

Ruminants

(suite)

Apport minéral

Le graphique 1 montre l’effet de la température sur les besoins d’entretien journalier d’une vache de boucherie de 650 kg, tarie avec 180 jours de gestation et en bon état de chair.

Finalement, on ne peut passer sous silence l’alimentation minérale et vitaminique. Les conditions climatiques difficiles mettent à l’épreuve plusieurs systèmes de « survie » des vaches. Les minéraux sont impliqués dans une foule de rôles métaboliques dont le système immunitaire et la croissance musculo-squelettique. Lors de la période hivernale, les vaches ne peuvent compter que sur des fourrages récoltés mécaniquement pour leur alimentation quotidienne. En plus du contenu en vitamines qui diminue tout au long de l’entreposage, plusieurs de ces fourrages proviennent de champs qui reçoivent souvent peu de fumiers, une excellente source d’éléments mineurs. Il faut donc s’assurer de fournir quotidiennement une source de magnésium, zinc, cuivre, manganèse, vitamine A et vitamine E, sans oublier le sélénium. En règle générale, la consommation de minéral Vaches-Veaux, Pro-Bloc Bœuf ou TransiBœuf devrait se situer à 100g/jour/1200 lb de poids vif. Dans certaines situations, votre expert-conseil La Coop pourra aussi vous recommander l’utilisation d’un minéral La Coop VIP, n’hésitez pas à le contacter. Bon hiver !

Machinerie En succursale, vous avez pu voir s’étendre la nouvelle image Symac lancée en début d’année. Nous avons aussi implanté de nouveaux processus de gestion des ventes et fait l’ajout de nouveaux visages dans différents départements aux opérations. Bref, nous sommes prêts à commencer 2017 sous le signe de la continuité et du renforcement de ce qui a été bâti cette année. Charles Veilleux

Au moment d’écrire ces lignes, la première neige est tombée sur la plupart des régions du Québec. Plusieurs d’entre vous ont terminé ou termineront très prochainement leurs travaux d’automne. C’est aussi souvent le bon moment pour s’arrêter et faire le bilan de la dernière année.

Directeur Principal, Groupe Symac

Dans le secteur de la machinerie, 2016 a encore été une année où les ventes ont été en recul dans la plupart des segments par rapport à l’année précédente. À l’exception peut-être des ventes de tracteurs compacts qui affichent une hausse dans la majorité des marchés nord-américains. Dans ce contexte économique plus difficile, Groupe Symac a su tirer son épingle du jeu et connaître une croissance de son chiffre d’affaires. Croissance qui vient essentiellement de l’engagement de nos employés et leur passion à bien servir la clientèle. L’année a aussi été remplie de nouveautés, que ce soit au niveau de nos concessions ou de celui de notre manufacturier AGCO.

Chez AGCO, 2016 fut marquée par le lancement de la toute nouvelle série Fendt 1000, qui entrera dans nos garages d’ici la fin décembre. Il y a aussi eu l’arrivée des séries global 4700 / 5700 et 6700 de même que les MF 5700 SL dont nous avons traités dans un article précédent. Groupe Symac reste présent pour vous cet automne et vous remercie pour l’année qui se termine. Sachez que tous nos ateliers et nos équipes de pièces et service sont disponibles pour rendre cette fin de saison productive et payante pour vous. Nous aimerions aussi profiter de cette occasion pour vous souhaiter, ainsi qu’à vos familles, un joyeux temps des fêtes. Au plaisir de tous vous revoir en janvier !

15 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 16


LELAN Dec16 16-12-07 2:49 PM Page 17

Centre de grains et meunerie

Récolte 2016 La récolte 2016 aura été une des meilleures des 10 dernières années. Réjean Castonguay, agr. Les céréales en débutant par le blé Directeur des opérations Laitier/Végétal d’automne, qui malgré un hiver & Commercialisation des grains rcastonguay@parisville.coop difficile s’en est sorti avec un rendement de 3.0 t.m/ha, dans plusieurs champs, l’orge et l’avoine ont suivi avec des rendements de 4.25 t.m./ha et 3.7 t.m./ha ce qui est bien au-delà des récoltes habituelles. Pour ce qui est du soya, la récolte se compare avec celle de l’an passé avec des rendements moyens de 3.1 t.m./ha. Le maïs quant à lui s’en sort avec une année record en rendement et une très bonne qualité, plusieurs nous ont rapporté des rendements de 10 t.m./ha et plus.

de prix peuvent changer rapidement car ils sont basés sur l’information qui existe présentement. N.B. : Avec les prix qui sont offerts présentement dans le soya pour la récolte 2017, sécuriser une partie de sa prochaine récolte n’est certainement pas une mauvaise stratégie?

Pour ce qui est des prix, l’avoine avec des prix décevants pour la récolte 2016 devrait s’améliorer en 2017 avec une récolte canadienne très moyenne en 2016. Pour le maïs et le soya, les prévisions actuelles sont de $190.00/t.m. pour la récolte 2017 et de $ 490.00/t.m. pour ce qui est du soya. L’orge devrait se rapprocher des prix du maïs. Ces prévisions

17 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:50 PM Page 18

Centre de détail Quincaillerie

Sylvain Auger Directeur détail

NS à O I T A T I FÉLIC anchet (12 ans)

Bl Charlie d Lemay (7 ans) uar et Édo AGNÉ qui ont G RS de OU le CONC Noël !! e Cartes d

Offrez une CARTE CADEAU UNIMATpour gâter vos proches à NOËL!

s r u e n n a p Dé

La SAUCE

À SPAGHETTI et PIZZA ST-ED

Procurez-vous dès maintenant les produits de la BOULANGERIE SOUCY au DÉPANNEUR de ST-PIERRE!

sont maintenant DISPONIBLES aux dépanneurs de Parisville et St-Pierre!

18 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:50 PM Page 19

Centre de détail

(suite)

t n a r u a t s Re

Ven ez É E N N l A ’ R E T DÉ BU n c u e a v T É U e n BEA H C N U R B n t excelle

1 janvier 2017 er

PRODUITS MAISON du Resto Bois Clair! Tous les pâtés à 7,99$ Sauce à spaghetti maison 8,95$/1 litre Pâté à la viande : Pâté au poulet : Pâté mexicain : Pâté au saumon : Sauce à spaghetti :

Faites votre commande

418-796-3101

RAPIDEMENT

Premier arrivé premier servi!

19 L’ÉLAN COOP Décembre 2016


LELAN Dec16 16-12-07 2:50 PM Page 20

VENDREDI

SAMEDI

DIMANCHE

LUNDI

MARDI

23 décembre 2016

24 décembre 2016

25 décembre 2016

26 décembre 2016

27 décembre 2016

Bureau

Ouvert

Fermé

Fermé

Fermé

Fermé

Garage

Ouvert

Ouvert jusqu’à midi

Fermé

Fermé

Fermé

Meunerie

Ouvert

Fermé

Fermé

Fermé

Fermé

Quincaillerie Parisville (service spécialisé)

Ouvert 7h00 à 17h00

Ouvert 8h00 à 12h00

Fermé

Fermé

Fermé

St-Pierre (service spécialisé)

Ouvert 7h00 à 17h00

Ouvert 8h00 à 12h00

Fermé

Fermé

Fermé

Dépanneur Parisville

Ouvert 7h00 à 22h00

Ouvert 7h00 à 22h00

Fermé

Ouvert 8h00 à 21h00

Ouvert 7h00 à 21h00

St-Pierre

Ouvert 7h00 à 22h00

Ouvert 7h00 à 22h00

Fermé

Ouvert 8h00 à 21h00

Ouvert 7h00 à 21h00

St-Édouard

Ouvert 6h00 à 23h00

Ouvert 7h00 à 22h00

Fermé

Ouvert 7h00 à 22h00

Ouvert 6h00 à 22h00

Département

VENDREDI

SAMEDI

DIMANCHE

LUNDI

MARDI

30 décembre 2016

31 décembre 2016

1er janvier 2017

2 janvier 2017

3 janvier 2017

Ouvert

Fermé

Fermé

Fermé

Fermé

Garage

Fermé

Ouvert jusqu’à midi

Fermé

Fermé

Fermé

Meunerie

Ouvert

Fermé

Fermé

Fermé

Fermé

Quincaillerie Parisville

Ouvert 7h00 à 17h00

Ouvert 8h00 à 12h00

Fermé

Fermé

Fermé

St-Pierre

Ouvert 7h00 à 17h00

Ouvert 8h00 à 12h00

Fermé

Fermé

Fermé

Dépanneur Parisville

Ouvert 7h00 à 22h00

Ouvert 7h00 à 22h00

Fermé

Ouvert 8h00 à 21h00

Ouvert 7h00 à 21h00

St-Pierre

Ouvert 7h00 à 22h00

Ouvert 7h00 à 22h00

Fermé

Ouvert 8h00 à 21h00

Ouvert 7h00 à 21h00

St-Édouard

Ouvert 6h00 à 23h00

Fermé 7h00 à 22h00

Ouvert 7h00 à 21h00

Ouvert 7h00 à 22h00

Ouvert 6h00 à 22h00

Département Bureau

DATES À RETENIR

Horaire des Fêtes de nos différentes succursales Domaine du sucrier Dîner cabane à sucre

le 23 mars à Saint-Edouard

L’horaire habituel reprendra Mercredi le 4 janvier 2017

Assemblée générale annuelle Veuillez prendre note que l’assemblée générale annuelle de la coopérative aura lieu le 24 janvier 2017 dès 10h00 à la salle Municipale de Parisville.

Écrivez-nous : 1098, route 265 Nord Parisville (Québec) G0S 1X0 Téléphone : 819 292-2303 poste 1209 Télécopie : 819 292-3255 Courriel : administration@parisville.coop

L'Élan Coop décembre  
L'Élan Coop décembre  
Advertisement